Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

economie

Elena Larina et Vladimir Ovchinsky : la doctrine Schmidt (Club d'Izborsk, 26 février 2021)

26 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Sciences, #Russie, #USA, #Technologie

Elena Larina et Vladimir Ovchinsky : la doctrine Schmidt  (Club d'Izborsk, 26 février 2021)

Elena Larina et Vladimir Ovchinsky : la doctrine Schmidt

 

26 février 2021

 

https://izborsk-club.ru/20722

 

 

Le 23 février 2021, le Dr Eric Schmidt (ancien président du conseil d'administration de Google), président de la National Security Commission on Artificial Intelligence (NSCAI) et du Defense Innovation Board (DIB), s'est adressé à la commission des services armés du Sénat américain.

 

Il s'est concentré sur les questions qui sont également extrêmement importantes pour le développement du potentiel scientifique et technologique de la Russie.

 

Leadership technologique mondial et sécurité nationale

 

Le renforcement du leadership technologique mondial des États-Unis est, selon M. Schmidt, un impératif à la fois économique et de sécurité nationale. L'innovation est l'épine dorsale de l'économie et la source de l'avantage militaire américain.

 

M. Schmidt est convaincu que la crise nationale américaine à laquelle il faut s'attaquer dès maintenant constitue la menace du leadership chinois dans des domaines technologiques clés. Il est d'accord avec la thèse de Biden dans son discours de Munich (2021) : les États-Unis sont en "concurrence stratégique à long terme avec la Chine".

 

Selon l'évaluation de M. Schmidt, la Chine cherche à devenir un leader technologique par le biais d'investissements stratégiques dans un large éventail de domaines technologiques critiques, notamment par le biais de l'initiative "Made in China 2025".

 

L'intelligence artificielle (IA) est au cœur de cette vaste compétition technologique. Il sera utilisé pour développer tous les aspects du pouvoir national, des soins de santé à la production alimentaire en passant par la durabilité environnementale. L'adoption réussie de l'IA dans des domaines et des technologies connexes stimulera les économies, façonnera les sociétés et déterminera quelles nations exerceront une influence et un pouvoir dans le monde.

 

De nombreux pays ont des stratégies nationales d'IA. Mais seuls les États-Unis et la Chine, selon M. Schmidt, disposent des ressources, de la force commerciale, de la réserve de talents et de l'écosystème d'innovation nécessaires pour devenir un leader mondial de l'IA. Dans certains domaines de la recherche, la Chine est à égalité avec les États-Unis, et dans d'autres, elle est déjà plus avancée. Au cours de la prochaine décennie, la Chine pourrait dépasser les États-Unis en tant que superpuissance mondiale dans le domaine de l'IA en général.

 

Outre l'IA, la Chine vise à devenir un leader mondial dans le domaine de l'informatique quantique, des réseaux de cinquième génération (5G), de la biotechnologie synthétique et de plusieurs autres. Pékin considère que ses stratégies nationales dans ces domaines sont complémentaires et se renforcent mutuellement. Le PCC a clairement indiqué les technologies qu'il considère comme des priorités nationales. Dans chacun de ces domaines, la Chine cherche à égaler ou à surpasser le travail des scientifiques américains.

 

Selon M. Schmidt, si la Chine prend l'avantage, en tant que premier pays à développer et à adopter de nouvelles technologies, les États-Unis auront du mal à rattraper leur retard. Dans les secteurs critiques où les effets de réseau sont importants, comme les télécommunications, le principe du "winner-take-all" (le vainqueur remporte tout) soulève les enjeux du développement rapide des principales plates-formes technologiques.

 

M. Schmidt a appelé le gouvernement américain à élaborer une stratégie unifiée pour promouvoir et protéger la technologie qui soutiendra la compétitivité nationale au milieu du 21e siècle.

 

L'approche de la Maison Blanche en matière de compétitivité nationale dans les technologies critiques

 

Selon les conclusions de Schmidt, les États-Unis ont besoin d'une approche globale de l'investissement fédéral et de la politique en général pour une série de technologies émergentes. Une stratégie nationale globale devrait fixer et renforcer les priorités et négocier des compromis budgétaires. La stratégie devrait être dirigée par la Maison Blanche.

 

Schmidt a soutenu la recommandation de la Commission de l'intelligence artificielle de créer un nouveau Conseil de la compétitivité technologique dirigé par la Maison Blanche. Il devrait être dirigé par le vice-président et supervisé par un coordinateur principal de la Maison Blanche afin de s'assurer que le président dispose d'une organisation capable de développer, de mettre en œuvre et de financer une véritable stratégie technologique nationale.

 

La stratégie nationale, selon M. Schmidt, devrait se concentrer sur les technologies fondamentales qui ont un large impact sur la compétitivité et la sécurité nationales. L'intelligence artificielle, la 5G, la micro-électronique, les bio-technologies et l'informatique quantique devraient être sélectionnées comme priorités. L'importance de ces domaines est largement reconnue. La liste des priorités devrait également inclure la fabrication avancée (qui englobe à la fois l'industrie manufacturière et l'agriculture), ainsi que les infrastructures renforcées par l'intelligence des machines (tout, des routes aux ponts, des pipelines aux réseaux électriques).

 

La fabrication avancée, selon la doctrine Schmidt, est nécessaire pour qu'un pays puisse produire les biens dont il a besoin lorsque les chaînes d'approvisionnement sont perturbées par des catastrophes naturelles, des épidémies, etc. Cette mesure permettra de faire un grand pas en avant en améliorant l'efficacité et en optimisant la consommation d'énergie tout en réduisant les stocks de marchandises qui s'épuisent.

 

"La capacité de produire des biens de haute technologie au niveau national est essentielle pour la sécurité nationale, à la fois comme un aspect du maintien de l'accès aux produits finis et comme un moteur de l'innovation. Les États-Unis devraient s'efforcer d'être autosuffisants dans les industries qui sont essentielles à la sécurité nationale ou qui prennent trop de temps à se reconstruire en cas de conflit prolongé".

 

Les nouvelles infrastructures sont essentielles pour faire face aux situations d'urgence (Schmidt cite les approvisionnements en gaz gelé au Texas ou les feux de forêt volatils en Californie), permettent de choisir entre différents types de logistique (trains ou camions par rapport aux pipelines) et réduisent l'impact environnemental.

 

L'infrastructure existante aux États-Unis reste largement dysfonctionnelle : aucune ville américaine n'est dans le top 10 mondial pour la connectivité des villes intelligentes, et une seule est dans le top 30.

 

Un rôle plus agressif pour le gouvernement

 

Aujourd'hui, selon M. Schmidt, il existe une différence fondamentale dans l'approche de l'innovation entre les États-Unis et la Chine.

 

En Amérique, les entreprises technologiques ne sont pas des instruments du pouvoir gouvernemental et ne se font concurrence que pour des parts de marché. La plupart des avancées technologiques aux États-Unis sont le fait du secteur privé et des universités.

 

M. Schmidt estime que les États-Unis ne devraient pas perdre leur culture d'innovation ascendante, imprégnée d'une mentalité de "garage startup". Mais M. Schmidt est un réaliste ; il estime que préserver le passé n'est pas une stratégie gagnante : "On ne peut pas s'attendre à ce que les grandes entreprises technologiques concurrencent les ressources de la Chine ou fassent les gros investissements nationaux dont les États-Unis auront besoin pour rester en tête. Nous aurons besoin d'une approche hybride qui aligne plus étroitement les efforts des gouvernements et du secteur privé pour parvenir à la victoire".

 

Le secteur privé, selon M. Schmidt, est la grande force de l'Amérique. Les petites entreprises privées se développent plus rapidement et s'emparent de plus de parts du marché mondial que le gouvernement ne peut le faire. Toutefois, il estime qu'étant donné l'évolution du paysage, le gouvernement américain doit prendre des mesures pratiques pour rendre la technologie nationale plus compétitive. Encourager un écosystème de recherche et développement (R&D) diversifié et durable et faciliter le secteur commercial est la responsabilité du gouvernement. Le développement des ressources humaines, une immigration plus rapide et une réforme des visas visant à attirer les meilleurs talents du monde, ainsi que l'amélioration du système éducatif sont autant d'options de politique publique. La protection de la propriété intellectuelle essentielle et la prévention d'une campagne systématique de transfert illégal de connaissances par les concurrents sont une responsabilité gouvernementale. La protection des technologies de pointe et l'amélioration de la résilience de la chaîne d'approvisionnement nécessitent une législation et des incitations fédérales.

 

Démocratiser la recherche sur l'intelligence artificielle : une ressource nationale de recherche

 

Seules quelques grandes entreprises et nations puissantes auront les ressources nécessaires pour réaliser les plus grandes percées en matière d'IA. Malgré la prolifération des outils à source ouverte, le besoin de puissance de calcul et d'ensembles de données pour améliorer les algorithmes augmente rapidement. "Le gouvernement devrait faciliter l'accès aux environnements informatiques, aux données et aux outils de test pour permettre aux chercheurs qui ne font pas partie des principaux acteurs de l'industrie et des universités d'élite de progresser dans les technologies avancées d'IA.

 

Le gouvernement américain peut y parvenir en créant une ressource nationale de recherche sur l'IA (NAIRR) qui fournira aux chercheurs et aux étudiants ayant fait leurs preuves un accès garanti à des ressources informatiques compatibles avec les ensembles de données gouvernementales et non gouvernementales sur l'IA, des outils éducatifs et une assistance aux utilisateurs.

 

Le gouvernement américain devrait établir un partenariat public-privé en utilisant un ensemble de plates-formes en nuage (la Commission Schmidt sur l'intelligence artificielle a élaboré des plans détaillés pour mettre en œuvre cette recommandation)".

 

Infrastructure numérique : développer les réseaux 5G

 

M. Schmidt estime que faciliter le développement rapide de l'infrastructure du réseau 5G est un impératif de sécurité nationale pour les États-Unis. L'état de préparation militaire futur et le développement d'entreprises technologiques américaines compétitives de toutes tailles en dépendront. En outre, comme l'a montré la pandémie, une infrastructure numérique solide augmente la résistance aux chocs systémiques, permettant aux Américains d'accéder à la télémédecine, à l'enseignement à distance et à d'autres services dont ils ont besoin en temps de crise.

 

Les réseaux 5G relieront tous les systèmes mobiles avancés et, en particulier, lorsqu'ils seront combinés aux progrès de l'IA, ils ouvriront de nouvelles possibilités technologiques importantes directement aux appareils des utilisateurs.

 

La Chine considère également la construction d'infrastructures numériques comme une priorité stratégique et a investi massivement dans un réseau mobile Gigabit Ethernet à l'échelle nationale, et en construira un dans un avenir proche. Aux États-Unis, selon M. Schmidt, le développement du réseau 5G progresse lentement, avec seulement une augmentation progressive des débits et de la couverture des données.

 

À cet égard, M. Schmidt avance trois idées.

 

Premièrement, les recettes de la vente aux enchères du spectre C devraient être réinvesties dans l'infrastructure du réseau. M. Schmidt suggère d'étudier l'utilisation des 81 milliards de dollars de recettes générées par la vente aux enchères de 107 licences pour 3,7 GHz - le spectre de milieu de gamme pour les services 5G - par la Commission fédérale des communications (FCC) et par toute vente aux enchères future, et de réorienter l'argent vers le financement des infrastructures de réseau grâce à un mécanisme d'attribution conçu pour accélérer leur développement par le secteur privé.

 

Deuxièmement, il convient d'étudier la possibilité de partager les fonds provenant de la vente aux enchères du spectre C et d'autres ventes aux enchères alternatives. Par exemple, M. Schmidt a proposé un modèle dans lequel la Défense conserve le contrôle du spectre mais permet à l'industrie de le partager en échange de la mise en place rapide et à ses frais de l'infrastructure nécessaire. Schmidt précise qu'il ne s'agit pas d'un "5G nationalisé", comme le prétendent certains critiques. Il s'agira d'un réseau privé, géré et entretenu, qui sera utilisé en priorité par le ministère de la défense. En tout état de cause, M. Schmidt estime que le ministère de la défense devrait être applaudi pour avoir trouvé des solutions innovantes à ce problème urgent.

 

Troisièmement, les conditions de la vente aux enchères devraient être modifiées. Les États-Unis, selon M. Schmidt, ne peuvent pas simplement attendre l'émergence de la 6G ou de la 7G : "À l'heure actuelle, l'avantage concurrentiel est probablement perdu à jamais. Je pense qu'il s'agit d'un risque inacceptable pour la sécurité nationale. Nous devons modifier les conditions de la vente aux enchères. Pour toutes les futures enchères, en particulier dans le spectre C, qui est idéal pour la 5G, la FCC devrait imposer des exigences strictes aux gagnants des enchères afin de garantir que l'infrastructure de réseau nécessaire soit construite rapidement et équitablement".

 

Vulnérabilités du matériel : la microélectronique

 

La conclusion de Schmidt : après des décennies de leadership en microélectronique, les États-Unis sont maintenant presque entièrement dépendants des entreprises étrangères pour produire les semi-conducteurs avancés qui alimentent tous les algorithmes d'IA critiques pour les systèmes de défense et tout le reste.

 

La dépendance à l'égard des importations de semi-conducteurs, notamment en provenance de Taïwan, crée une vulnérabilité stratégique aux actions défavorables des gouvernements étrangers, aux catastrophes naturelles et à d'autres événements susceptibles de perturber les chaînes d'approvisionnement en microélectronique, comme nous l'avons vu récemment dans l'industrie automobile. Bien que les universités et les entreprises américaines restent les leaders mondiaux dans les domaines clés de la recherche et du développement des semi-conducteurs et de la conception des puces, l'industrie mondiale des semi-conducteurs est désormais très mondialisée et compétitive. Par exemple, la Taiwan Semiconductor Manufacturing Corporation (TSMC) est le leader mondial de la fabrication contractuelle de semi-conducteurs, et la société sud-coréenne Samsung fabrique des puces de pointe en utilisant les technologies et les équipements les plus récents.

 

En même temps, dans un effort pour rattraper son retard et atteindre l'autosuffisance en matière de puces, la Chine fait un effort sans précédent, financé par le gouvernement, pour créer une industrie des semi-conducteurs de premier plan au niveau mondial d'ici 2030.

 

Schmidt conclut que les États-Unis devraient élaborer une stratégie pour avoir au moins deux générations d'avance sur la Chine dans le domaine de la microélectronique avancée, et allouer des fonds pour soutenir les diverses sources de production de microélectronique avancée aux États-Unis.

 

M. Schmidt a fait plusieurs recommandations :

 

(1) le pouvoir exécutif devrait finaliser et mettre en œuvre une stratégie nationale de leadership en matière de microélectronique ;

 

(2) Le Congrès devrait offrir un crédit d'impôt remboursable de 40 % pour les investissements manufacturiers nationaux aux entreprises des États-Unis et de leurs alliés ;

 

(3) Le Congrès devrait fournir 12 milliards de dollars supplémentaires au cours des cinq prochaines années pour la recherche, le développement et la construction d'infrastructures en microélectronique dans des domaines clés. Cet investissement devrait contribuer à accélérer le passage des idées et des prototypes universitaires à la production industrielle au niveau national.

 

Cet effort permettra au gouvernement américain, au secteur privé et au monde universitaire de relever le défi du rétablissement de la supériorité des États-Unis en matière de semi-conducteurs : "Concentrer nos efforts sur le développement d'installations nationales de fabrication de microélectronique permettra de réduire la dépendance à l'égard des importations, de maintenir le leadership en matière d'innovation technologique, de soutenir la création d'emplois, d'améliorer la sécurité nationale et la balance commerciale, et de renforcer la supériorité technologique et l'état de préparation de l'armée, qui est un important consommateur de technologies de pointe

 

Implications de la concurrence des nouvelles technologies pour la défense

 

Selon M. Schmidt, de nombreux acteurs étatiques et non étatiques sont déterminés à défier les États-Unis, mais évitent la confrontation militaire directe. Ils utiliseront l'IA pour améliorer les outils existants et en développer de nouveaux. "Les attaquants exploitent notre ouverture numérique pour des opérations d'information utilisant l'IA et les cyber-attaques. En utilisant l'espionnage et les données publiques, les attaquants collecteront des informations et utiliseront l'IA pour identifier les vulnérabilités des individus, de la société et des infrastructures critiques".

 

Avec une approche plus étroite des questions militaires, les domaines technologiques clés sont importants et ont un large éventail d'applications dans le domaine de la défense. En substance, les sources d'avantage sur le champ de bataille passeront des facteurs traditionnels tels que la taille des forces et les niveaux d'armes à des facteurs tels que la collecte et l'assimilation rapides des données, la puissance de calcul, de meilleurs algorithmes et la sécurité du système.

 

Schmidt conclut que se défendre contre un adversaire doté d'une IA sans IA est une invitation au désastre. L'IA réduira les délais de prise de décision de quelques minutes à quelques secondes, élargira la portée des attaques et exigera des réponses qui dépassent la cognition humaine. Les opérateurs humains ne seront pas en mesure de se défendre contre les cyber-attaques ou les attaques de désinformation utilisant l'IA, les essaims de drones ou les attaques de missiles sans l'aide de machines d'IA. Les meilleurs opérateurs humains ne peuvent pas se défendre contre une multitude de machines effectuant des milliers de manœuvres par seconde, se déplaçant potentiellement à des vitesses hypersoniques et contrôlées par l'IA. Les humains ne peuvent pas être partout à la fois, mais les logiciels le peuvent.

 

Le Pentagone développe une série de concepts opérationnels pour lutter contre ces guerres futures. Mais le souci de M. Schmidt est qu'au rythme actuel de l'intégration technologique, le ministère ne pourra pas les exécuter à temps. Pour combattre de la manière dont les militaires ont l'intention de se battre en 2030 ou 2035, le ministère de la défense doit préparer les bases bien à l'avance.

 

Modèle commercial

 

Le ministère de la défense doit repenser son mode de fonctionnement. "Nous devons construire des missiles de la même manière que nous construisons des voitures aujourd'hui : en utilisant des bureaux d'études pour concevoir et simuler avec des logiciels", explique M. Schmidt, "les longs cycles de conception tuent notre compétitivité. Les cycles de conception et de fabrication itératifs rapides (travail en parallèle avec une analyse continue des résultats - E.L., VO) sont la clé de la compétitivité. La Défense devrait cibler les systèmes militaires dont la sortie peut être accélérée grâce à de nouvelles sociétés de conception, une collaboration numérique et des changements dans les règles d'acquisition qui tiennent compte de tout cela".

 

Mesures spécifiques que le ministère américain de la défense devrait prendre dès maintenant (conseil de E. Schmidt au Pentagone)

 

1. intégrer dès maintenant les technologies numériques existantes

 

Nombre des nouvelles technologies dont l'armée a besoin sont déjà disponibles sur le marché commercial. Procurez-vous-les. Cela créera des incitations commerciales à produire des technologies de défense de plus en plus utiles :

 

● Donner la priorité aux technologies existantes qui peuvent étendre les fonctions d'intelligence basées sur l'IA. Il existe d'importantes possibilités de mieux exploiter les technologies disponibles sur le marché pour améliorer la connaissance de la situation ainsi que l'indication et l'alerte. L'automatisation et les synergies homme-machine peuvent améliorer l'efficacité de toute une série de plateformes ISR (Intelligence, Surveillance et Reporting) et améliorer le cycle complet de collecte et d'analyse des informations.

 

Le ministère devrait aligner ses initiatives en matière d'innovation pour mettre en œuvre une stratégie coordonnée de solutions technologiques commerciales. Cet effort devrait être mené par le sous-secrétaire à la défense pour la recherche et le développement.

 

Mettre en place des équipes de développement et de déploiement de l'IA dans chaque commandement de combattant. Les équipes de développement de l'IA doivent être intégrées à chaque commandement de combattant et doivent être capables de soutenir l'ensemble du cycle de développement et de déploiement de l'IA, y compris l'analyse des données, le développement, les tests et la production. Les commandements doivent avoir une capacité de déploiement direct pour servir d'interface locale aux unités opérationnelles.

 

2. Améliorer l'infrastructure numérique du ministère

 

Le ministère de la défense a fait un premier pas prometteur en 2020 avec la publication de la stratégie de données du ministère de la défense des États-Unis (30 septembre 2020). Toutefois, le ministère ne dispose pas d'un écosystème numérique moderne, d'outils et d'environnements de collaboration, ni d'un large accès aux ressources partagées d'IA nécessaires à l'intégration de l'IA dans les organisations.

 

Le secrétaire à la défense doit diriger la création d'un écosystème numérique à l'échelle du ministère de la défense. Il est impératif que tous les nouveaux programmes de services s'alignent sur la conception des

 

et que, dans la mesure du possible, les programmes existants deviennent interopérables avec lui d'ici 2025.

 

Ce cadre technique doit :

 

1) fournir un accès aux technologies et services de pointe dans le domaine du cloud computing pour une informatique évolutive ;

 

2) permettre le partage des données, des logiciels et des capacités par le biais d'interfaces bien documentées et robustes avec des contrôles d'accès appropriés ;

 

3) fournir à tous les développeurs et scientifiques du ministère de la défense l'accès aux outils et ressources dont ils ont besoin pour réaliser de nouvelles capacités d'IA.

 

D'ici la fin 2021, le ministère devrait définir l'architecture de l'écosystème. L'objectif devrait être de créer un réseau de systèmes sécurisés avec des normes ouvertes qui soutiennent l'intégration des applications d'IA aux niveaux opérationnels et entre les domaines. Il devrait être accessible à tous les services militaires et comprendre plusieurs éléments, notamment des réseaux de commandement et de contrôle, le transfert, le stockage et le traitement sécurisé des données, ainsi que l'intégration des systèmes d'armes.

 

3. Réforme de la structure de direction

 

Le leadership est une variable critique. L'innovation exige un changement organisationnel, et pas seulement des capacités techniques. Les hauts responsables militaires et gouvernementaux doivent fixer des priorités et des orientations claires, et tenir compte d'une plus grande incertitude et de risques accrus lors de l'adoption de nouvelles technologies.

 

Le ministère de la défense, en particulier, devrait le faire :

 

● Créer un comité directeur de haut niveau sur les technologies émergentes, présidé par le sous-secrétaire à la défense, le vice-président des chefs d'état-major des armées et le premier directeur adjoint du renseignement national.

 

4. Créer de nouvelles filières de talents.

 

Il n'existe pas de programme, de projet pilote, de stage ou d'orientation pour les talents techniques qui puisse combler le manque de talents du ministère de la Défense, et le même problème se pose dans les agences de sécurité nationale.

 

Ce n'est pas le moment d'ajouter de nouveaux postes dans les ministères et les agences de sécurité nationale pour les technologues de la Silicon Valley.

 

Nous devons construire des filières de talents entièrement nouvelles à partir de la base. Nous devons créer une nouvelle académie des services numériques et une réserve nationale civile pour cultiver les talents techniques avec le même sérieux que les officiers. L'ère du numérique exige un corps numérique.

 

Les experts en technologie ont besoin de meilleurs moyens pour faire carrière au sein du gouvernement en mettant l'accent sur leurs connaissances. Les pratiques actuelles de gestion des talents offrent souvent aux experts des postes sans rapport avec leur domaine de compétence. De ce fait, beaucoup quittent le gouvernement ou l'armée. Le ministère de la défense devrait préparer le terrain pour permettre aux civils et aux militaires de faire carrière dans le développement de logiciels, le traitement des données et l'intelligence artificielle.

 

La formation des dirigeants et des hauts commandants est également très importante. Les dirigeants qui ne sont pas versés dans les nouvelles technologies sont moins susceptibles de s'engager dans des programmes qui leur sont liés. Ils ne seront pas en mesure d'intégrer les nouvelles technologies dans les concepts opérationnels ou les processus organisationnels.

 

Le ministère de la défense doit également intégrer la pensée informatique et les bases de l'utilisation de l'IA dans la formation des commandants subalternes. Les sous-officiers et les officiers subalternes ont besoin d'un niveau de connaissances de base pour utiliser les nouvelles capacités de manière responsable. Le ministère de la défense doit intégrer les compétences numériques et la pensée informatique dans la formation initiale des officiers. Il devrait se concentrer sur la collecte et la gestion des données, le cycle de vie de l'IA, les processus probabilistes et la visualisation des données, ainsi que la prise de décision basée sur les données.

 

5. Investir dans la science et la technologie et aligner l'investissement sur la stratégie

 

Le ministère américain de la défense devrait s'engager à consacrer au moins 3,4 % de son budget à la science et à la technologie, en mettant l'accent sur les technologies nouvelles et de pointe. Il s'agirait d'une augmentation significative par rapport au niveau actuel de 2,3 %, qui suivrait les recommandations de longue date du ministère de la défense, du Conseil scientifique et d'autres, telles qu'elles sont exposées dans un prochain rapport du NSCAI. Plus précisément, pour l'IA, le ministère doit faire passer les dépenses de R&D d'environ 1,5 milliard de dollars à au moins 8 milliards de dollars d'ici 2025.

 

Pour aligner les investissements sur la stratégie, le DOD doit préparer une annexe technologique dans le prochain document de la stratégie de défense nationale. Cette annexe donnera la priorité aux investissements dans la technologie et son développement par rapport aux capacités militaires nécessaires pour réaliser les futurs concepts opérationnels. Et il indiquera clairement quelles technologies sont prioritaires pour le ministère.

 

6. Réformer le processus budgétaire obsolète du ministère américain de la défense

 

Le problème de la Défense n'est pas l'innovation, mais la mise en œuvre. Le processus budgétaire dépassé de l'ère industrielle crée une vallée de la mort pour les nouvelles technologies en permettant le financement de la recherche fondamentale ainsi que l'achat de systèmes d'armes, mais en empêchant les investissements flexibles nécessaires pour réaliser des prototypes, expérimenter de nouveaux concepts et technologies comme l'IA.

 

Le Congrès et le ministère de la défense doivent travailler ensemble pour autoriser et financer immédiatement les projets et préparer le terrain pour une réforme plus radicale.

 

7. Garantir le développement, les essais et l'utilisation responsables de systèmes autonomes utilisant l'IA

 

Si un système basé sur l'IA ne fonctionne pas comme prévu, prévisible et guidé par des principes clairs, les opérateurs ne l'utiliseront pas, les services militaires ne l'adopteront pas et le peuple américain ne le soutiendra pas. La précipitation à intégrer l'IA sera contre-productive si elle fait perdre aux agents la confiance dans ses avantages. Tous les systèmes militaires nécessitent des tests rigoureux, une assurance et une compréhension de la façon dont ils peuvent fonctionner dans le monde réel, par opposition à un banc d'essai. Les systèmes d'armes autonomes à IA pourraient être plus précis et, par conséquent, réduire le nombre de victimes civiles. Mais ils soulèvent également d'importantes questions éthiques sur le rôle du jugement humain dans l'utilisation de la force meurtrière. Si elles sont mal conçues ou mal utilisées, elles pourraient augmenter le risque d'escalade militaire.

 

Une approche entièrement nouvelle des essais, de l'évaluation, de la validation et de la vérification (TEVV) sera nécessaire. La Défense doit adapter et développer les politiques et les capacités de la TEVV afin de s'adapter aux changements requis pour l'IA à mesure que le nombre, la portée et la complexité des systèmes basés sur l'IA augmentent. Cela devrait inclure la création d'une structure et d'une culture TEVV qui conduisent à des tests continus ; la mise à disposition des outils et des capacités TEVV au ministère de la défense ; la mise à jour ou la création de gammes de tests virtuels et constructifs pour les systèmes basés sur l'IA ; et la restructuration des processus sous-jacents aux exigences de conception, de développement et de test des systèmes.

 

***

 

La Doctrine Schmidt mérite d'être examinée par les agences de sécurité nationale russes.

 

 

Vladimir Ovchinsky

 

Vladimir Semyonovich Ovchinsky (né en 1955) est un criminologue russe bien connu, major général de milice à la retraite, docteur en droit. Avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Serge Pisarev : Que faut-il faire ? Trois thèses sur les résultats des manifestations de janvier (Club d'Izborsk, 4 février 2021)

4 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Philosophie, #Politique, #Russie, #Société

Serge Pisarev : Que faut-il faire ? Trois thèses sur les résultats des manifestations de janvier  (Club d'Izborsk, 4 février 2021)

Serge Pisarev : Que faut-il faire ? Trois thèses sur les résultats des manifestations de janvier

 

4 février 2021

 

https://izborsk-club.ru/20617

 

 

 

1) En parlant avec des écoliers (j'ai moi-même trois fils mineurs : 2, 6 et 11 ans), avec des étudiants (nous avons organisé des événements "idéologiques" à l'UrFU), il s'avère que pour ceux qui pensent à leur avenir, la question principale n'est même pas l'argent, mais la compréhension de leur avenir et du pays dans son ensemble (comment pouvons-nous planifier le nôtre sans savoir ce qui arrivera à l'État ?)

 

Avant la révolution, il y avait "Russie - la troisième Rome", "Orthodoxie, Autocratie, Nationalité" et leurs composantes.

 

Après cela, en URSS, c'était "la société de la justice sociale".

 

Aujourd'hui, la Russie est une "société de consommateurs éduqués" ; "le lieu où l'on fait de l'argent", et plus il y en a, mieux c'est, et dans n'importe quelle position. Il n'y a essentiellement pas de points de référence et de valeurs non matérielles (comme il y en a toujours eu en Russie). Dans les écoles et les universités, il y a au maximum 1 à 2 étudiants par classe qui pourraient se déclarer ouvertement "pour Poutine, pour la Russie".

 

Ce qu'il faut, c'est une idéologie moderne qui tienne compte des réalités et des défis actuels, qui explique "le caractère unique de la Russie moderne et future" et qui prouve à sa population (surtout aux jeunes) qu'elle a "la chance de naître et de vivre ici". Les États-Unis ("City on a Hill"), l'Europe (économie, droits de l'homme) et la Chine (culture, histoire et traditions millénaires) ont de telles "idéologies". Le "lieu où l'on fait de l'argent" actuel de la Russie, avec l'inégalité sociale croissante, conduira inévitablement à une explosion sociale.

 

Notre proposition : adopter "Russie - Arche de Noé de l'humanité" comme idéologie russe moderne (le concept a été proposé en 2008). Nombre de ses dispositions sont déjà partiellement mises en œuvre (synthèse du meilleur de la "monarchie", du "socialisme" et du "capitalisme", interdiction des OGM, famille traditionnelle, attribution d'un hectare de terre, etc.) Dans le "discours de Davos", Vladimir Poutine a essentiellement exprimé sa "version d'exportation". Peut-être est-il temps d'adopter ce concept dans son ensemble ? Les jeunes d'aujourd'hui ne regardent pas la télévision. Mais la question principale n'est pas de savoir "COMMENT les atteindre", mais "QUOI leur offrir", ce qui est intéressant, "cool" et "à couper le souffle". Le "RNC" a essayé - ça marche. D'ailleurs, les parents en ont tout autant besoin.

 

2. Élaborer et adopter un manuel d'histoire unifié et idéologiquement utile pour les écoles de Russie (de tels manuels sont utilisés aujourd'hui dans d'autres pays, des États-Unis à l'Ukraine). L'histoire est une arme. Le pluralisme d'opinion (par exemple : Vlasov est un traître ou un héros, etc.) est hors des murs de l'école. Exemple : un manuel d'histoire moderne affirme que "le régime a fait des concessions grâce aux protestations des masses en 1905, et les gens ont eu une vie meilleure. (N'est-ce pas là un appel implicite à la jeunesse d'aujourd'hui pour qu'elle "vienne aux barricades" ?) Pas un mot sur l'aide japonaise ou américaine aux "révolutionnaires". D'ailleurs, la nouvelle constitution contient déjà "Dieu", alors qu'il n'y a encore qu'une seule version de l'origine de l'homme à l'école, celle d'un singe.

 

3. la plupart des manifestants ont entre 25 et 35 ans Il s'agit des anciens, actuels ou futurs représentants potentiels des petites et moyennes entreprises (PME). Ces dernières années, selon les publications des médias, en moyenne 500 000 entreprises sont ouvertes chaque année en Russie, tandis qu'environ 1 million sont fermées. Et la PME n'est même pas tant l'économie du pays que l'emploi, la prospérité, un "canal" pour canaliser l'énergie de citoyens passionnés, les rêves d'avenir des écoliers et des étudiants. Mais ils voient que la Fédération de Russie semble avoir un marché, et leur destin est de devenir "ouvriers et paysans", comme en URSS, mais sans ses garanties sociales. Dissonance de la conscience. Les problèmes des PME sont bien connus : la mainmise des grandes entreprises (dont Sber) sur leurs domaines d'activité ; le taux "mort" du crédit bancaire ; l'augmentation annuelle des droits de douane et des taxes.

 

Cette situation place ces personnes devant un choix :

 

"Marchez sur le rêve et allez faire du taxi" ;

"Aller à l'Ouest" ;

"Révolte".

 

Ce n'est pas un choix riche et rentable pour la Russie ou la société dans son ensemble.

 

Bien sûr, il y a d'autres propositions sur ce sujet, mais elles sont bien connues et on en a déjà beaucoup parlé.

 

Sergey Pisarev

 

https://rnk-concept.ru

Serge Vladimirovich Pisarev (né en 1960) est un entrepreneur et une personnalité publique, président de la Fondation russe des entrepreneurs, membre du conseil de coordination du mouvement public des parents Sobor de Russie, et membre permanent du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Serge Pisarev : Que faut-il faire ? Trois thèses sur les résultats des manifestations de janvier  (Club d'Izborsk, 4 février 2021)
Lire la suite

Mikhail Delyagin : les groupes criminels et le ministère des finances se frottent les mains dans l'espoir de profits rapides (Club d'Izborsk, 2 février 2021)

4 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Russie

Mikhail Delyagin : les groupes criminels et le ministère des finances se frottent les mains dans l'espoir de profits rapides  (Club d'Izborsk, 2 février 2021)

Mikhail Delyagin : les groupes criminels et le ministère des finances se frottent les mains dans l'espoir de profits rapides

 

2 février 2021

 

https://izborsk-club.ru/20604

 

 

Le rapport sur l'exécution du budget fédéral pour 2020 est stupéfiant : il semble que tout va bien pour le gouvernement !

 

Il ne reste plus qu'à ajouter, sur les traces du héros de Brat-2 : "Tu es dans le pétrin".

 

En effet, le déficit fiscal est légèrement inférieur à 1 900 milliards de roubles, soit à peine 9,1 %. Pour l'économie ruinée, deux vagues de coronabsence sur fond d'"optimisation des soins de santé" continue, la dévastation de tout et de rien, la politique continue de "famine d'argent" créée artificiellement dans le pays - le résultat est étonnamment bon.

 

Dans le même temps, les dépenses budgétaires ont dépassé le plan de 16,1 %, soit près de 3,2 billions de roubles. Avec quelques ajustements, ces fonds peuvent être considérés comme un soutien à l'économie au début de la dépression mondiale (même si les autorités ont essayé d'en ignorer le début de plus en plus évident). Bien que très peu de gens aient ressenti ce soutien, et que ceux qui l'ont ressenti en aient douloureusement perçu l'insuffisance, le soutien était là et a clairement dissipé le mythe libéral lancé il y a 30 ans par Yasin et Aleksashenko sur les conséquences inflationnistes inévitables de l'augmentation des dépenses budgétaires.

 

En conséquence, au lieu d'un excédent de 0,9 trillion de Rb, le budget a enregistré un déficit de 4,1 trillions de Rb. Le "trou" de 5 000 milliards de Rb a été compensé de telle manière que personne n'a remarqué les problèmes : près de 2 900 milliards de Rb ont été obtenus par des prêts surprogrammés sur le marché intérieur (leur solde a dépassé de 2,6 fois le montant budgété), et en l'absence de possibilités d'investissement, cela n'a suscité que de l'enthousiasme, et près de 2 200 milliards de Rb - les réserves budgétaires ont été réduites de 2 400 milliards à seulement 0 200 milliards.

 

Ainsi, le ministère des finances de la Fédération de Russie vient d'abandonner sa principale priorité - le gel des fonds russes dans le budget - et l'argent a été magiquement suffisant pour tout ! Et oui, les soldes budgétaires inutilisés au 1er janvier 2021 s'élevaient à 13,6 billions de roubles : cet argent peut encore être utilisé pour construire une Russie nouvelle et moderne, mais il est très probablement destiné à financer la dictature des cannibales pro-occidentaux après le renversement de Poutine, qui a été ouvertement et minutieusement préparé par ses favoris - les libéraux arrogants.

 

Il est crucial que le bien-être du budget fédéral soit assuré au détriment de la destruction directe de la Russie. La simple activité économique devient le privilège des groupes administratifs et financiers oligarchiques proches des constructeurs féroces de la féodalité flagrante. La pauvreté se transforme en pauvreté de masse (selon les experts en assurance, pas plus tard qu'à l'automne dernier, plus de 70% des Russes avaient des revenus inférieurs au seuil de pauvreté), le désespoir devient l'humeur dominante, et le slogan informel de 1991, "Mieux vaut une fin horrible qu'une horreur sans fin" devient une attitude évidente.

 

On ne se moque même pas du pouvoir de caste fermé, qui s'est détaché en permanence du pays, du peuple et de la réalité, et toute accusation qui lui est adressée est perçue comme la vérité ultime par le fait même de son énoncé, simplement parce qu'il s'agit d'une accusation contre lui.

 

Malgré la baisse des entrées d'argent dans le pays, la sortie nette de capitaux privés, selon la Banque de Russie, a plus que doublé - de 22,2 milliards de dollars en 2019 à 49,0 milliards de dollars en 2020 - car le pays n'a pratiquement aucune possibilité d'investissement acceptable (à moins, bien sûr, que vous ne fassiez partie du cercle étroit des oligarques "autorisés à la table", des fonctionnaires, de leurs parents et de leurs plus proches serviteurs).

 

Dans le même temps, l'afflux annuel de capitaux "noirs", invisibles pour l'État, et donc notoirement criminels, s'élevait à un montant sans précédent de 4,3 milliards de dollars : les criminels comprennent qu'avec une telle puissance, la Russie deviendra bientôt leur proie, et ils y préconcentrent leurs ressources.

 

Un gouvernement qui voit sa raison d'être dans le maintien de ses propres indicateurs statistiques faussés ne détruit plus, mais détruit pratiquement la Russie par sa politique socio-économique libérale, et il provoque non pas un rejet mais une haine directe et ardente.

 

La tentative de discréditer cette haine avec des figures caricaturales de "Navalnys" et des "conservateurs" soi-disant opposés est vouée à l'échec dans une perspective stratégique et ne fait qu'ouvrir la voie à la prochaine explosion politique, que la nouvelle administration américaine est déjà impatiente d'exploiter.

 

Les forces qui lient leur avenir à la Russie et tentent de normaliser la situation ne sont pas seulement ignorées par les autorités, mais directement réprimées par elles selon les meilleurs modèles de Ianoukovitch et Loukachenko.

 

Ainsi, le bien-être du budget fédéral n'est qu'un montage comptable destiné à dissimuler la préparation fébrile de la démolition, sous le couvert d'un pouvoir pourri et sauvage, de tout l'État russe en tant que tel.

 

Jusqu'à présent, il y a des raisons de croire que la tentative prévue après l'élection à la Douma sera aussi fausse que le meurtre de Nemtsov - mais une tentative socio-économique libérale garantit le succès de l'un des prochains assauts.

 

 

Mikhail Delyagin

 

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) est un célèbre économiste, analyste et activiste social et politique russe. Académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Il est le directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Youri Tavrovski : Qui danse avec qui ? (Club d'Izborsk, 28 janvier 2021)

28 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Asie, #Chine, #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie, #USA

Youri Tavrovski : Qui danse avec qui ? (Club d'Izborsk, 28 janvier 2021)

Youri Tavrovski : Qui danse avec qui ?

 

28 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20581

 

 

Pékin invite Washington au tango, mais veut mener la danse.

 

À la veille de l'inauguration de Joseph Biden, le président chinois Xi Jinping a fait un geste de conciliation. Le 14 janvier, Pékin a publié une lettre de réponse à Howard Schultz, président émérite du conseil d'administration de la chaîne de café américaine Starbucks. Elle note, selon les termes de l'agence de presse officielle Xinhua, que "la Chine a entamé une nouvelle voie pour construire de manière globale un pays socialiste modernisé qui offrira encore plus d'espace aux entreprises du monde entier, y compris aux entreprises américaines". La lettre a été envoyée le 6 janvier, mais la publication a été placée dans les médias plus près du 20 janvier, lorsqu'il y a eu un changement officiel de propriétaire à la Maison Blanche.

 

Le premier anniversaire de la "phase 1" de l'accord commercial entre la Chine et les États-Unis, signé le 15 janvier 2020, s'est également avéré très opportun. Les médias chinois commentent activement cet événement, en soulignant la nécessité de surmonter la "guerre commerciale" initiée par le président Trump en 2018. En même temps, il est souligné que même dans des conditions de ralentissement de la croissance économique dû à la pandémie de COVID-19, la Chine remplit ses obligations autant que possible. Pékin a promis d'acheter pour 200 milliards de dollars supplémentaires de produits agricoles, d'énergie et d'autres biens dans un délai de deux ans. Selon les dernières données du département des douanes, rien qu'en 2020, les importations en provenance d'Amérique ont atteint 135 milliards de dollars, soit une hausse de 9,8 %. Dans le même temps, les achats de produits agricoles ont augmenté de 66,9 %.

 

L'espoir d'une "nouvelle page" dans les relations commerciales lors des prochaines négociations commerciales est souligné par les mises à jour de l'équipe chinoise. De sérieux changements sont inévitables dans l'équipe américaine également. Les contacts officiels sont peu probables tant que l'administration du président Biden n'est pas finalisée et qu'une nouvelle "politique de la Chine" n'est pas formulée, mais une délégation chinoise de haut niveau devrait se rendre à Washington dans quelques semaines.

 

Les entreprises américaines sont mécontentes de la politique de découplage, qui, selon la Chambre de commerce américaine, a déjà coûté 245 000 emplois à l'Amérique. Les experts estiment que si le processus de divorce se poursuit, le PIB américain diminuera de 1,6 trillion de dollars en 5 ans. D'ici 2022, 732 000 emplois seront perdus et 320 000 autres d'ici 2025. Et ce ne sera pas long après la prochaine élection présidentielle américaine. Biden ne s'en soucie peut-être pas beaucoup, mais les dirigeants démocrates, eux, s'en soucient.

 

Bien entendu, l'économie chinoise, en particulier ses provinces côtières traditionnellement tournées vers l'exportation vers les États-Unis, souffre également de graves dommages. La stratégie des "deux circulations" adoptée en Chine l'année dernière vise à minimiser la dépendance vis-à-vis des marchés américains et d'autres marchés étrangers. Toutefois, la réorientation vers le marché intérieur prendra du temps. Les paroles et les actions conciliantes de Pékin visent à gagner du temps.

 

La position de faiblesse de l'Amérique

 

Les Chinois parlent maintenant aux Américains poliment, très poliment. Ils le font non pas dans une position de faiblesse, mais dans une position de force. Le contraste entre la première et la deuxième puissance mondiale est impressionnant. L'Amérique est entrée dans l'année 2021 dans un état préinfarctus. L'élection présidentielle a divisé la nation en deux. L'assaut du Capitole a dépouillé la démocratie américaine de ses robes blanches vierges et a révélé les tenues miteuses d'une vieille pute. Le spectre de la bataille de Gettysburg (1863), où, au plus fort de la guerre civile, des Américains ont tué d'autres Américains, plane au-dessus du pays. La nation la plus riche du monde a démontré le fiasco de son système de soins de santé et mène confortablement le nombre de décès dus à la pandémie COVID-19. L'économie stagne, le chômage augmente. Le pays n'a pas de programme cohérent pour l'avenir prévisible, et encore moins pour le long terme. Le sénile président de la Maison Blanche oublie parfois même des épisodes de son propre passé. Ses objectifs ne sont pas clairs, ses tâches ne sont pas définies. Les choses ne doivent pas être comme elles étaient sous Trump - c'est l'essentiel pour l'instant.

 

La position forte de la Chine

 

La Chine a commencé l'année 2021 sur une note importante. Les résultats de 2020 publiés à Pékin le 18 janvier par le Bureau national des statistiques ont montré un taux de croissance du PIB de 2,3 %. C'est la meilleure performance mondiale en une année "covid". Il convient de rappeler que l'épidémie de COVID-19, qui a débuté il y a exactement un an, a porté à la Chine un coup dont elle a eu du mal à se remettre. L'isolement de provinces entières comptant entre 50 et 60 millions d'habitants, la perturbation des transports et des chaînes de production, et la réduction de la consommation, tout cela dans un climat de pessimisme. Le PIB s'est effondré de 6,8 % au premier trimestre. On a même parlé de la fin du "miracle chinois". Mais le miracle n'a pas cessé. Après avoir touché le fond, l'économie a commencé à grimper comme un avion en surrégime. Au quatrième trimestre, le taux de croissance a été de 6,5 %, dépassant les chiffres de la période correspondante de 2019, la dernière année "normale" (6 %).

 

Le chiffre d'affaires du commerce de détail reste un goulot d'étranglement. Il a diminué de 3,9 %, alors qu'en 2019, une croissance de 8 % a été enregistrée. Un autre casse-tête pour les économistes de Pékin est la situation de l'emploi. Pour 2020, les villes ont réussi à créer 11,86 millions de nouveaux emplois au lieu des 11 millions prévus, ce qui a fait baisser le taux de chômage de 5,5 % à 4,7 %. Cependant, les statistiques officielles ne donnent pas de chiffres sur les migrants, les résidents ruraux qui travaillent à temps partiel dans des entreprises urbaines. Leur nombre avant l'épidémie dépassait les 200 millions.

 

Les résultats impressionnants de l'économie chinoise en 2020 renforcent son rôle de "locomotive" de l'économie mondiale à l'ère post-industrielle. Elles confirment également la transition de la Chine vers une nouvelle étape de développement. L'achèvement du PIB de 100 billions de yuans (15,4 billions de dollars) et du revenu moyen par habitant de 10 000 dollars l'année dernière, ainsi que l'éradication de la pauvreté absolue dans tout l'Empire du Milieu, achèvent la création de la "société à revenu moyen" (Xiao-kang). À partir de cette année, la création d'une "société de haute affluence" va commencer.

 

Xi Jinping envisage le doublement du PIB du pays et une augmentation égale des revenus du peuple chinois d'ici 2035. Un nouveau système juridique doit correspondre au nouveau mode de vie. Il y a quelques jours, le Plan pour le développement d'un État de droit en 2020-2025 a été publié. Un tel document est sans précédent dans l'histoire de la Chine et a été préparé par le parti communiste au pouvoir. L'extension progressive et systématique des droits est considérée comme la mise en œuvre d'une "démocratie à caractéristiques chinoises".

 

Le principe de "gouverner l'État par des lois" (et fa zhi guo) a été dès le début une partie importante du plan à long terme de Xi Jinping pour le "rêve chinois pour la grande renaissance de la nation chinoise". Plusieurs séances plénières du Comité central et réunions de haut niveau ont discuté de la manière de "mettre le gouvernement en cage avec la loi". Ils ont réussi à mettre en place non pas l'ensemble du gouvernement, mais seulement quelques dizaines de milliers de ses "serviteurs" - des fonctionnaires à tous les niveaux, jusqu'aux récents membres du Politburo. La Commission centrale de vérification de la discipline de parti, "contre-espionnage du parti" avec ses enquêteurs et ses isolateurs, ressemblant au VChK, a commencé à travailler. L'approche systématique a constitué un grand pas en avant par rapport aux arrestations au hasard et aux fusillades de fonctionnaires corrompus dans les stades que Deng Xiaoping avait introduites au milieu des années 1980.

 

Il est maintenant temps de passer à l'étape suivante. Ces plans à long terme se concrétiseront-ils ? Nous verrons bien. Nous n'avons plus que 15 ans à attendre !

 

La pâte pressée ne peut pas être remise dans le tube.

 

Les gestes de conciliation envers le président Biden ont peu de chances d'atteindre le but recherché. "La guerre froide a commencé sous Trump, non pas à cause de son caractère querelleur, mais pour freiner les progrès de la Chine. Cependant, ni les droits de douane supplémentaires sur les produits chinois, ni la pression militaire, ni l'incitation des séparatistes et des dissidents n'ont eu l'effet escompté. Même le coronavirus n'a pas aidé à "repousser la pâte pressée dans le tube". L'histoire de la crise financière mondiale de 2008-2009 se répète sous nos yeux. À l'époque, les gouvernements du monde entier ont versé des billions dans les banques pour "sauver le système financier". Cet argent n'a pas servi à financer le secteur réel, mais à alimenter les entreprises offshore et à renforcer la domination de la mafia financière. Seule la Chine n'a pas suivi le "contribuable de Washington" et a commencé à investir dans la construction de chemins de fer et d'autoroutes, de bâtiments municipaux et de logements. Puis, le plus grand réseau ferroviaire à grande vitesse (TGV) du monde a été mis en place. C'est à ce moment-là qu'a commencé l'endiguement de la Chine, la phase préparatoire de la guerre froide. Aujourd'hui, l'histoire se répète. Les spécialistes de la Chine ayant l'expérience des années du "Grand Bond en avant", de la "Révolution culturelle" et des sanctions occidentales après les événements de Tienanmen connaissent la capacité de l'Empire céleste à renaître de ses cendres sous la forme d'un Phénix, pour surmonter les plus dures difficultés. Le modèle socio-économique unique de "socialisme à caractéristiques chinoises", la planification à long terme de la vie économique et sociale, un haut degré de mobilisation de la nation ont créé un autre "miracle chinois" sous nos yeux.

 

Washington, où les néoconservateurs qui professent le "droit inaliénable de l'Amérique à la domination du monde" se sont à nouveau emparés du pouvoir, sera-t-il réconcilié avec cela ? Certainement pas. Biden ne va pas mettre la main sur "une feuille blanche sur laquelle on peut écrire les plus beaux hiéroglyphes". Les annales commenceront bientôt à se remplir de nouvelles pages de lutte implacable avec la Chine rivale. Il peut y avoir des changements dans le vocabulaire, dans les noms des doctrines anti-chinoises et les listes de sanctions. Il est peu probable que Pékin se fasse de sérieuses illusions à cet égard. Mais ils espèrent toujours faire preuve de volonté de compromis, au moins pour un temps "pour fermer les vieilles pages et en ouvrir de nouvelles". Dans les derniers jours de la présidence du président Trump, les experts et les journalistes chinois ont commencé à jouer le jeu de l'équipe de Biden, accusant Trump de tous les péchés des quatre dernières années. Une illustration picturale de cette ligne est le post de l'agence de presse Xinhua du 18 janvier sur les listes de sanctions américaines de 9 autres entreprises chinoises : "Cet épisode de folie anti-Chine est une démonstration claire que ces bellicistes politiques de l'administration actuelle, dont le secrétaire d'État américain Michael Pompeo, courent 24 heures sur 24 pour frapper la Chine et creuser autant de trous que possible pour l'avenir des relations entre la Chine et les États-Unis. Il semble qu'au cours des quatre dernières années, cette administration a simplement mesuré le succès de sa diplomatie à l'aune de la force avec laquelle elle peut frapper la Chine. Leur désir désespéré d'intimider la Chine est devenu d'une sauvagerie sans précédent alors qu'il ne leur reste que quelques jours au pouvoir. Ces faucons anti-Chine cherchent désespérément à causer des dommages irréparables à la relation bilatérale la plus importante du monde. Les conspirations punitives n'étoufferont jamais le désir des entreprises chinoises de continuer à embrasser un monde plus ouvert et à rejoindre leurs partenaires mondiaux pour leur bénéfice mutuel".

 

Comme vous le savez, "il faut deux partenaires pour danser le tango". Pour le plaisir de rire, le tango peut être représenté seul. Mais la danse ne fonctionnera pas du tout, si les deux danseurs essaient de mener la danse en même temps, ou, de plus, ne veulent pas l'exécuter du tout.

 

 

Youri Tavrovski

 

Youri Vadimovitch Tavrovski (né en 1949) est un orientaliste, professeur à l'Université russe de l'amitié des peuples et membre du présidium de l'Académie eurasienne de télévision et de radio. Il est membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Vitaly Averyanov : les petites villes sont la clé de la renaissance de la Russie (Club d'Izborsk, 20 janvier 2021)

20 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Environnement, #Philosophie, #Politique, #Russie, #Religion

Vitaly Averyanov : les petites villes sont la clé de la renaissance de la Russie  (Club d'Izborsk, 20 janvier 2021)

Vitaly Averyanov : les petites villes sont la clé de la renaissance de la Russie

 

20 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20551

 

 

 

 

Je me souviens souvent des paroles de Velimir Khlebnikov en 1914 : "Nous ne connaissons qu'une seule capitale - la Russie. Et seulement deux provinces : Saint-Pétersbourg et Moscou". Il y a une vérité profonde derrière ces mots. Et cette vérité s'est maintenant énormément aiguisée. Dans le discours de nos collègues, il y avait une idée très vraie, que je vais formuler à ma façon. Le monde est confronté à un défi sans précédent à la fin du XXe et au début du XXIe siècle. C'est le défi de la mégalopole rapace. Je ne parle pas seulement du concept de Kjell Nordström, selon lequel le monde global du futur est constitué de 600 mégapoles, où plus de 85% des gens doivent vivre, que 98% de toute l'activité économique doit se trouver dans ce réseau de grandes villes. Le fait est que ce processus et cette conception concernent la formation d'un système transnational de propriété et de pouvoir. En fait, il ne s'agit pas seulement du fait qu'il y a des banques et des producteurs, qu'il y a des oligarques et des gens. Nous parlons du fait qu'il existe une force qui veut niveler, réduire à zéro toute base nationale, culturelle et religieuse des peuples et des traditions.

 

Borovsk est une ville unique ; on commence ici à regarder la Russie et Moscou d'une manière différente. Qu'est-ce qui rend Borovsk remarquable ? Elle est associée aux aux Vieux Croyants, cette couche spirituelle puissante et volontaire de la vie russe. Les vieux croyants sont une apothéose de la vieille Sainte Russie, c'est une tentative de se protéger de la négation de la Sainte Russie. Et d'autre part, Borovsk est une ville de Tsiolkovsky. Et il y a les monuments à Tsiolkovsky et à Nikolai Fyodorov, qui vivait et enseignait ici il y a plusieurs années. Cette combinaison des anciens croyants en tant que conservatisme extrême et du cosmisme russe en tant qu'avant-garde extrême, un rêve sur l'immortalité, un rêve sur l'établissement de l'espace est unique. Et Borovsk a présenté cette conjonction à la Russie, présentée au monde entier. Dans ma langue, on appelle cela le "conservatisme dynamique".

 

Notre plus grand penseur, Nikolay Danilevsky, disait que la future Russie est quelque chose de similaire aux Vieux Croyants, mais dotée des technologies les plus avancées. C'est une idée brillante, perspicace, pour le XIXe siècle, extraordinaire et à certains égards même audacieuse. Et aujourd'hui, nous ressentons plus clairement sa justesse.

 

Ce qui nous arrive aujourd'hui, ce défi aux mégalopoles, signifie-t-il que nous devons retourner dans un passé récent, il y a 30 ans ? Tout d'abord, en soi, un tel retour est impossible. Deuxièmement, elle est également improductive, car l'URSS a également suivi la voie de l'industrialisation, de la formation de mégalopoles. Bien que cette voie ne soit pas liée à la formation d'un pouvoir transnational, mais aux lois du développement de la voie industrielle.

 

La technologie actuelle permet à une personne de vivre n'importe où dans le pays et dans le monde, tout en restant au centre du monde. S'il existe une volonté, une volonté politique et nationale, il est possible de construire un pays qui ne suit pas les modèles offerts par les mégalopoles ou l'ancien modèle d'industrialisation. En ce sens, le thème des petites villes est crucial, car c'est le réseau des futures cités-jardins, les pôles high-tech modernes dont nous rêvons, qui pourrait devenir le contrepoids de ces monstrueux réseaux mondiaux et le gage de la renaissance de la Russie. Et pas seulement parce qu'il pourrait y avoir une économie différente, une structure sociale différente. Et d'abord parce qu'ils sont les piliers d'un autre commencement, le commencement d'un renouveau culturel, religieux, lié à son sol.

 

Les villes titanesques des mégalopoles ne seront jamais un pilier de l'humanité et son sol spirituel - elles sont un moyen d'optimiser, de diviser, d'éroder tout ce qui est humain en nous. La question des petites villes est donc de la plus haute urgence. Je voudrais attirer votre attention sur le fait que, entre autres, nous avons soulevé ce thème dans le cadre des travaux du club de l'Arche russe d'Izborsk. Nous exposons notre vision de la manière dont de nouveaux modes d'établissement et un nouveau modèle de développement spatial pourraient se développer au XXIe siècle et se développer en termes de préservation et de relance de notre civilisation.

 

Cette question est directement liée à la question du pouvoir, de la démocratie. Car c'est le développement vivant et intégral de la "petite mère patrie" qui implique aussi le développement de la démocratie locale, de la communauté, d'un petit espace politique. Il existe une masse vivant dans les villes qui peut être facilement manipulée, et les gens dans le monde entier sont aujourd'hui de plus en plus conscients qu'ils sont les otages de procédures pseudo-démocratiques, du spectacle politique. Cela n'est pas possible au niveau de la communauté ou de la petite ville, où tout le monde se connaît et où les personnes qui choisissent le pouvoir peuvent demander les actes qui ont été commis dans un espace visible par tous. Et le petit espace politique peut déjà devenir la base d'un espace plus grand, zemski*, et plus loin - le conseil zemski de toute la Russie, qui deviendrait la base du squelette politique de l'Arche russe. Ainsi, le thème des petites villes est un thème transversal - il nous amène aux décisions clés dans tous les domaines et relations.

 

Aujourd'hui, il existe déjà et a été mis en œuvre en Russie un modèle, qui s'appelle "La théorie de la rentabilité des territoires". Le Code de développement urbain de la Fédération de Russie s'en inspire largement. Si vous l'envisagez d'un point de vue philosophique - c'est un modèle colonial, car la rentabilité des territoires, qui est mise au centre de celui-ci, n'est rien d'autre qu'une vision des espaces de la petite ville et de la province dans la perspective d'un réseau transnational. Un point de vue complètement différent se dégage si l'on regarde depuis les petites villes. Ensuite, le besoin d'espace, dont la rentabilité peut être différente, mais cet espace, son organisation doit être pratique et utile pour les personnes qui y vivent, devient évident. C'est un critère tout à fait différent pour la politique spatiale, et ce critère permet aussi de poser une question de régénération démographique, en remplissant les zones dépeuplées de personnes qui ont intérêt à y vivre et à s'y reproduire. D'où l'idéal d'une ville-jardin, une certaine combinaison de parcs et d'espaces verts avec des quartiers résidentiels. Ces massifs se formeraient autour d'entreprises qui, comme au XXe siècle, pourraient devenir des villes, car cela ne serait pas en contradiction avec le mode de vie post-industriel moderne. Et en même temps, il ne s'agirait pas de monastères, mais de villes post-industrielles avec un modèle de mosaïque, qui combineraient différentes industries, formes de propriété et de coopération.

 

Il découle de ce qui a été dit que le thème des petites villes concerne tous les citoyens et qu'il pourrait bien devenir une sorte de bannière, la bannière de l'Arche russe, qui devrait permettre de surmonter le "déluge" dans lequel nous nous trouvons aujourd'hui.

 

 

Vitaly Averyanov

 

http://www.averianov.net/?h=720

 

Averyanov Vitaly Vladimirovich (né en 1973) - Philosophe russe, personnalité publique, directeur de l'Institut du conservatisme dynamique (IDC). Docteur en philosophie. Membre permanent et vice-président du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* NdT: Zemski Sobor (Congrès de la Terre russe). Assemblée convoquée par le Tsar, le Patriarche orthodoxe ou la Douma de la noblesse pour discuter ou ratifier certaines décisions. Le premier Zemski Sobor a été convoqué par Ivan le Terrible en 1549.

Situation de Borovsk, dans l'oblat de Kalouga, à 95 km du centre de Moscou. Avvakoum y fut incarcéré au monastère de Pafnoutiev.

Situation de Borovsk, dans l'oblat de Kalouga, à 95 km du centre de Moscou. Avvakoum y fut incarcéré au monastère de Pafnoutiev.

Exil d'Avvakoum en Sibérie. Sergei Dmitrievitch Miloradovitch, 1898 год. Musée d'histoire des religions à Saint Pétersbourg.

Exil d'Avvakoum en Sibérie. Sergei Dmitrievitch Miloradovitch, 1898 год. Musée d'histoire des religions à Saint Pétersbourg.

Zemski Sobor, par Sergueï Ivanov

Zemski Sobor, par Sergueï Ivanov

"Evil Empire" (2020)

Vitaly Averyanov est aussi musicien.

Son site: http://www.averianov.net/imperia/?h=720

Sa chaîne Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCVajQJA3yfNo9ydmgcvnYCQ

Lire la suite

Leonid Ivashov: Disposer des générations (Partyadela, 16.12.2020)

8 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Russie, #Société

Leonid Ivashov: Disposer des générations  (Partyadela, 16.12.2020)

Leonid Ivashov: Disposer des générations

 

16.12.2020

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12433/

 

 

L'État-société se débarrasse de toutes sortes de charges et d'actifs non essentiels

 

Depuis les années 90 "démocratiques", une guerre a été menée contre les "directeurs rouges", les conservateurs, les communistes et les professionnels en général aux cheveux gris, les scientifiques, les professeurs, les enseignants, etc. Chubais, Gaidars, Shakhrai sont ceux qui se sont investis dans ce "rajeunissement libéral". Sous le nouveau gouvernement, ils ont été rejoints par les Medvedev, Grefs, Kudrins, Golikovs, Nabiullins, Shuvalovs, etc. Et maintenant, une nouvelle race est apparue, dont le représentant le plus éminent est Siluanov, l'actuel ministre des finances de la Fédération de Russie. Récemment, il a annoncé à la Douma la position du gouvernement : annuler l'indexation des pensions des retraités actifs. Non pas au nom de la reconstitution du budget et du fonds de pension, mais au nom de la justice. Il s'agit donc ici de justice. J'ai regardé dans Wikipédia. Voici les références officielles.

 

"Le chef du ministère des finances, Anton Siluanov, a gagné 36,3 millions de roubles l'année dernière. Le ministre possède trois voitures, dont la GAZ-69, la VAZ-21011 et la BMW X6, ainsi que trois motos - BMW R 1200 GS, Harley-Davidson, BMW K 1600 GTL. En outre, Siluanov a déclaré être propriétaire de deux maisons résidentielles, deux appartements, trois dépendances et deux bâtiments non résidentiels".

 

Il est évident qu'il ne vaut pas la peine de partager avec les vétérans qui travaillent, ils ont eux-mêmes déclaré que les pensions augmentent fortement chaque année, même de dix roubles par an dans certaines régions. Dans la plupart d'entre eux, il est de 8 à 9 roubles, et dans certains endroits, de 0 rouble. Selon les informations publiées, Alexander Khloponin, l'ancien directeur de NorNickel, est devenu la personne la plus riche l'année dernière. Au cours de l'année, les revenus du vice-premier ministre ont dépassé 280 millions de roubles.

 

Commentant cette "justice" de M. Siluanov, certains journalistes et blogueurs, en particulier mon estimé Yuri Pronko de Tsargrad, ont déclaré qu'il s'agissait d'un échec de la politique sur les retraités. Je ne suis pas d'accord avec Yuri. Les échecs des politiques des partis et des gouvernements ont toujours été sévèrement punis. Et M. Siluanov reçoit régulièrement des prix d'État. C'est donc la bonne politique, et Siluanov n'est qu'un faiseur. Et cette politique a commencé avant même la pandémie de coronavirus. Le fait est que depuis 2018, la Russie a pratiquement cessé d'être un État - nation, et est devenue une société - État. C'est-à-dire une entreprise privée, puisqu'elle est en fait privatisée. Et toute entreprise privée, même s'il s'agit d'une société, cherche à se débarrasser de toutes sortes de charges et d'actifs non essentiels. Et dans le contexte de la restructuration de l'essence de la Fédération de Russie, lorsqu'une nouvelle forme de gouvernement (telle qu'elle apparaît dans la Constitution "modifiée") - l'autorité publique, et une nouvelle forme de propriété - les territoires fédéraux (principautés intouchables), ont soudain commencé à perdre en popularité de Russie Unie, l'Est est devenu agité, le parti Russie Unie a commencé à perdre des élections. La défaillance des autorités était imminente. Kiriyenko a commencé à rechercher d'urgence le coupable. Il s'est avéré que ce sont des vétérans.

 

Alors, qu'est-ce que les retraités ont empêché de l'état "fin" du nom de RF ? Je crois que les vétérans, malgré leur âge, sont les porteurs d'une riche expérience professionnelle et de vie, de connaissances profondes, d'un sens de la conscience et de la justice. Et ils transmettent tout cela à la jeune génération, à leurs petits-enfants. Ce qu'ils n'ont pas eu le temps de transmettre à leurs fils. Et ils voient et évaluent objectivement la situation, en prédisant la disparition future de la Russie. Ils voient les mensonges totaux du président et du gouvernement, des médias officiels. Dans sa dernière interview avec le rédacteur en chef d'Argumenty Nedeli, Vasily Simchera, un éminent statisticien, a déclaré qu'au cours des trente dernières années, il n'a pas entendu un seul mot de vérité, pas un seul chiffre vrai, de la part des autorités officielles. Et la majorité des vétérans disent des choses similaires aux jeunes. Et les professeurs et les enseignants apportent des connaissances approfondies aux écoliers et aux étudiants. Les jeunes sont de plus en plus intelligents. Je juge par mes propres élèves. Mais cela contredit fondamentalement la politique des propriétaires de la Russie. Ici, Siluanov offre paniqué sa part de stress sous forme d'argent de poche - le refus d'indexer les pensions. Je suggère à mes pairs, en réponse à l'initiative d'annulation de l'indexation des pensions, de cracher sur toute cette bande. Et ayez le courage de dire la vérité et de transmettre activement vos connaissances aux jeunes. Parce qu'ils sont la deuxième génération à être soumise à l'ordre de Gref et Chubais - de ne pas transmettre de connaissances au-delà de la troisième année de l'école secondaire. Les jeunes gens intelligents et instruits savent déjà où est la vérité, et où est le mensonge, où est la trahison, qui est le véritable ennemi de la Patrie. C'est pourquoi les propriétaires de la Russie doivent de toute urgence se débarrasser de leur cerveau avec un système d'enseignement à distance. Ne pas permettre le contact direct avec l'enseignant. Comme dans le "Malheur d'esprit" de Griboyedov : "rassemblez tous les livres et brûlez-les ».

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Mikhaïl Delyagin : la stabilité mondiale est compromise (Club d'Izborsk, 7 janvier 2021)

7 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie, #Société

Mikhaïl Delyagin : la stabilité mondiale est compromise  (Club d'Izborsk, 7 janvier 2021)

Mikhaïl Delyagin : la stabilité mondiale est compromise

 

7 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20503

 

 

2021 est une année clé dans le reformatage du monde : d'une économie de marché à une économie de l'information, d'un échange de biens contre de l'argent à un échange d'attention personnelle contre des émotions, d'un monde de bourses à un monde de plateformes sociales.

 

L'année dernière, à l'échelle mondiale, la tâche formulée par le prix Nobel d'économie (un des rares pour qui il n'y a pas de honte) Paul Krugman a commencé : atteindre l'ampleur de la destruction (nécessaire, selon Schumpeter, pour "ouvrir la voie" à des transformations en retard) caractéristique de la guerre mondiale par des méthodes non militaires. Le coronavirus est devenu une occasion bienvenue, et la « coronabésité » est devenue un outil efficace.

 

La principale tendance se concrétise actuellement : l'argent cède son importance sociale à la technologie, principalement aux infrastructures, et à l'ingénierie sociale de toutes sortes.

 

Le monde de la spéculation est remplacé par le monde des rentes : rentes technologiques, d'infrastructure - et surtout, rentes extraites par les nouvelles infrastructures publiques - les plateformes sociales - de l'activité des usagers. Cette rente est due à la fois à la gestion directe de ces derniers (contrôle des informations qu'ils reçoivent - et donc de leurs pensées et sentiments) et à la formation d'intelligences artificielles concurrentes basées sur les traces numériques des utilisateurs : plus le volume et la diversité de ces traces sont importants, plus l'intelligence artificielle est puissante.

 

Dans ces conditions, l'individu perd de l'importance suite à l'argent : la plupart des gens deviennent "superflus" en tant que force de travail, le travail en tant que tel se transforme en privilège, et la souveraineté de l'individu est érodée par des tempêtes émotionnelles rigides et diverses. Dans le même temps, l'individu, immergé par les algorithmes marketing des réseaux sociaux pour maintenir son attention dans un "cocon de confort", est non seulement atomisé, mais perd aussi l'incitation à se développer, commençant à se dégrader.

 

Dans le contexte de ces énormes changements, les plus fortes fluctuations de la conjoncture sont plus apaisantes que dérangeantes, retournant dans le cercle des soucis familiers et donc apaisants (comme le président V.V. L'inquiétude de M. Poutine concernant la hausse des prix a calmé les Russes en passant par toutes les craintes du coronavirus dans le cadre de l'optimisation continue des soins de santé).

 

La vaccination des populations des pays développés en 2021 affaiblira certainement la propagation du coronavirus, et donc la crainte de celui-ci, bien que la troisième vague, celle du printemps, superposée à la mutation en cours, aura le temps de causer des dommages importants à l'économie mondiale.

 

Il est donc trop tard pour parler de son redressement : la désintégration des marchés mondiaux en macro-régions, commencée par Obama (qui, avec les partenariats transpacifiques et transatlantiques, a tenté de faire sortir les pays BRICS de la civilisation), se concrétisera comme une tendance dominante. Néanmoins, en 2021, cette tendance ne se concrétisera pas encore : malgré l'affaiblissement et la destruction partielle des informations, des liens financiers et matériels, le monde entier restera toujours uni.

 

Les macro-régions, dans lesquelles les marchés mondiaux vont se fragmenter, seront marquées et séparées, mais pas les unes des autres.

 

Le fait d'injecter dans l'économie américaine la quantité de dollars nécessaire pour la soutenir dans le contexte de compression de la demande d'une dépression mondiale soutiendra le prix du pétrole et les cotations boursières. Bien qu'un ajustement douloureux et profond de cette dernière (accompagné d'un affaiblissement du dollar) soit inévitable, l'architecture financière de l'économie mondiale en 2021 restera toujours en place.

 

La lutte des États-Unis pour détruire la Chine en tant que leader mondial (qui les devance dans tous les domaines, sauf militaire) et pour saper l'Europe occidentale en tant que concurrent sur les marchés des matières premières se poursuivra, mais se concentrera sur la Russie, qui, en refusant la dénationalisation de l'Ukraine, s'est transformée en son "arrière stratégique". Par conséquent, les cyberattaques peuvent s'intensifier au point de devenir une tempête cybernétique ou même une véritable cyberguerre.

 

Le principal événement attendu est le passage du pouvoir en Allemagne à la coalition anti-industrielle dirigée par les Verts, qui résoudra le problème de la désindustrialisation de leur pays dans l'intérêt des États-Unis. Les transporteurs d'énergie par pipeline bon marché en provenance de Russie devront être supprimés au profit du GNL russe coûteux qui est acheté par des sociétés américaines. Un instrument probable de ce refus est une "révolution des couleurs" en Biélorussie avec les "tireurs d'élite inconnus" suivie (pas en 2021) par l'installation d'un rideau de fer de la mer Baltique à la mer Noire, bloquant la majeure partie des lignes de communication terrestres.

 

Les communications sino-européennes vont s'affaiblir et passer par la Turquie, ce qui donnera de la force au projet Great Turan* qui menace directement la Russie et renforce l'influence de la Grande-Bretagne sur la Turquie. L'importance croissante de la Turquie sera un facteur supplémentaire pour affaiblir l'Allemagne et renforcer la tendance de l'UE à se transformer en "euro-califat".

 

Toutefois, elle ne sera pas suffisante pour la reprise de l'économie européenne, et la croissance de l'économie chinoise ne sera pas suffisante pour son développement harmonieux. Par conséquent, les tensions internes en Chine vont s'accroître.

 

L'économie russe continuera à évoluer par inertie dans le cadre du paradigme socio-économique libéral. Le redressement du prix du pétrole, les projets d'infrastructure et un soutien social modéré pourraient permettre à notre pays d'accroître sa part dans l'économie mondiale, dans un contexte de destruction de sa périphérie.

 

 

Mikhail Delyagin

 

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) est un célèbre économiste, analyste et activiste social et politique russe. Académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Il est le directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Il est membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* NdT: Sur le projet turc "Great Turan": "Many analysts today talk about the plans of President Erdogan to create the Great Turan (Khazaria), which includes not only Azerbaijan, but also the entire Caucasus, Central Asia, Crimea, Siberia, the Volga region and the lands that once belonged to the Ottoman Empire." https://en.topwar.ru/175938-o-velikom-jerdogane-i-velikom-turane-hazarii.html

Carte des pays et des régions autonomes de langue turque.  Source et explications: https://fr.wikipedia.org/wiki/Peuples_turcs#/media/Fichier:Map_of_Turkic_languages.svg

Carte des pays et des régions autonomes de langue turque. Source et explications: https://fr.wikipedia.org/wiki/Peuples_turcs#/media/Fichier:Map_of_Turkic_languages.svg

Lire la suite

Alexander Mazharov : la Russie va grandir dans l’Arctique (Club d'Izborsk, 23 décembre 2020)

23 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Environnement, #Exploration, #Nature, #Politique, #Russie, #Sciences

Source: Wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Péninsule_de_Yamal

Source: Wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Péninsule_de_Yamal

Alexander Mazharov : la Russie va grandir dans l’Arctique  (Club d'Izborsk, 23 décembre 2020)

Alexander Mazharov : la Russie va grandir dans l’Arctique

 

23 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20411

 

 

« La Russie va grandir dans l’Arctique. »

 

Ces mots ont été prononcés par le Président de la Fédération de Russie V.V. Poutine à la réunion avec les volontaires et les finalistes du concours "Volontaires de Russie 2020" est très logique.

 

Aujourd'hui, l'attention de la communauté mondiale est de plus en plus tournée vers les territoires arctiques. L'Arctique devient un point de rencontre des intérêts de diverses nations dans les domaines économique, commercial, scientifique, environnemental et autres. Environ 30 % de la zone arctique de la Terre se trouve sur le territoire de notre pays. L'une des régions, qui joue un rôle clé dans le développement de la zone arctique de la Fédération de Russie, est la région autonome de Yamal-Nenets.

 

Yamal - région de Russie où se trouvent les matières premières

 

Il y a plus de 47 billions de mètres cubes de gaz, soit un cinquième de ses réserves mondiales, et plus de 7 milliards de tonnes d'hydrocarbures liquides concentrés dans le district autonome.

 

Yamal représente plus de 1 000 milliards de roubles d'investissement dans le capital fixe et près de 70 % des investissements de toute la zone arctique russe.

 

Aujourd'hui, au nord de la péninsule de Yamal, à Gydan et dans les eaux de la mer de Kara, de nouveaux territoires de croissance économique et un centre clé du développement industriel de la zone arctique russe sont en train de se former. Sa création garantira la consommation domestique et la demande mondiale de ressources énergétiques pour les décennies à venir.

 

C'est pourquoi la région a une importance particulière dans les questions de renforcement de la sécurité énergétique de la Fédération de Russie.

 

Yamal - le territoire d'un grand centre de transport et de logistique

 

Conformément aux intérêts nationaux de la Russie dans l'Arctique, un système de transport arctique unifié est en cours de création dans la région. Le projet comprend le chemin de fer de la latitude nord reliant les chemins de fer du nord et de Sverdlovsk des Chemins de fer russes et le chemin de fer SSH-2, axé sur la construction du corridor ferroviaire Obskaïa - Bovanenkovo - Sabetta.

 

La mise en œuvre des mégaprojets de Yamal fournira un accès direct à la route maritime du Nord et contribuera à résoudre la tâche d'augmentation du trafic de marchandises dans l'Arctique, fixée par le président du pays.

 

En conséquence, l'infrastructure de transport construite à Yamal deviendra non seulement la base d'un grand centre industriel d'importance nationale, mais servira également de facteur de croissance pour toute une série de secteurs de l'économie nationale.

 

Yamal - un territoire de développement chimique du pétrole et du gaz

 

La région est l'une des principales plateformes pour introduire les technologies russes non seulement dans la production mais aussi dans le traitement du gaz.

 

C'est pourquoi nous travaillons avec les plus grands utilisateurs du sous-sol sur la question de la création d'un centre de produits chimiques pour le pétrole et le gaz à Yamal, une installation à grande échelle capable de fabriquer des produits très rentables et de les fournir aux marchés mondiaux.

 

La construction d'un tel complexe garantira la réalisation des objectifs nationaux et des intérêts stratégiques de la Russie dans l'Arctique, créera les conditions nécessaires à la création de nouveaux emplois et de nouvelles industries, et contribuera à renforcer l'économie nationale.

 

Yamal - un territoire de développement durable pour les peuples indigènes

 

Dans les conditions d'un développement industriel à grande échelle, Yamal a préservé le mode de vie original des peuples indigènes du Nord.

 

Le système de soutien aux groupes ethniques indigènes du district autonome, qui comprend plus de 40 lois régionales, y contribue.

 

Des projets socialement significatifs de soutien au développement durable des peuples indigènes, à l'exemple du district autonome de Yamal-Nenets, sont examinés chaque année lors des sessions de l'Instance permanente des Nations unies sur les questions autochtones.

 

Pour améliorer la qualité de vie des aborigènes, nous poursuivons nos activités en tant que membres de trois organisations internationales - le Forum du Nord, le Conseil de l'Arctique et le Comité international des Jeux d'hiver de l'Arctique.

 

Une étroite coopération à long terme a permis d'organiser les Jeux de 2026 à Yamal. L'initiative de la région a été soutenue par le Comité international et inscrite au calendrier des manifestations sportives.

 

Yamal est la seule région de Russie où l'équipe de jeunes sportifs est le participant permanent des compétitions arctiques depuis 2004.

 

Yamal - le territoire de la coopération scientifique

 

Le Centre de recherche arctique établi dans le district effectue un large éventail de recherches appliquées en sciences naturelles, en histoire, en culture et en écologie.

 

Le renforcement des connaissances scientifiques sur la région polaire est également encouragé par le centre d'exploration arctique russe qui organise chaque année l'expédition de recherche du complexe Yamal-Arctique avec les principaux instituts de l'Académie des sciences russe.

 

Dans le cadre du Centre interrégional scientifique et de recherche de Sibérie occidentale, les scientifiques de Yamal coopèrent avec leurs collègues de la science universitaire pour étudier la zone cryolithique, l'écologie de l'Ob dans des conditions d'activité industrielle active et la reconstitution des stocks de corégone.

 

Aujourd'hui, un réseau de stations de recherche pour la surveillance tout au long de l'année des écosystèmes de la toundra, du golfe de l'Ob et de l'Oural polaire est créé et développé dans la région.

 

Les populations des espèces d'oiseaux, de poissons et d'animaux marins figurant sur la liste rouge sont étudiées.

 

Dans le même temps, les questions relatives aux changements mondiaux qui se produisent dans le permafrost revêtent une importance particulière pour Yamal et les autres régions arctiques.

 

Les vortex gazeux mondialement connus, la catastrophe environnementale de Norilsk et d'autres processus et phénomènes sismiques démontrent au monde entier les changements réels de la zone de permafrost.

 

À Yamal, la transformation du permafrost dans les conditions naturelles est surveillée aux stations de Bovanenkovo, Parisento, Marre-Sale et Beliy Island. Il existe un réseau de sites spécialisés et de gammes de recherche.

 

L'objectif du segment scientifique de Yamal est de préparer des recommandations fondées pour ajuster les normes et les technologies de construction de capital dans les zones dominées par le permafrost, ainsi que de rechercher de nouvelles solutions dans le domaine des matériaux utilisés. Pour résoudre ce problème, nous avons entrepris de créer le Laboratoire de cryolithologie terrestre et de sécurité géotechnique sur Yamal.

 

Yamal - le territoire de l'éco-bilan

 

Les conditions environnementales et les facteurs anthropiques déterminent dans une large mesure la qualité de vie dans toute région, en particulier dans l'Arctique.

 

Le district autonome de Yamal-Nenets met en œuvre une série de mesures visant à assurer la sécurité environnementale et la protection de la nature.

 

En coopération avec les compagnies pétrolières et gazières, nous avons lancé un programme sans précédent pour les régions arctiques de la Russie en vue de la liquidation de la pollution accumulée dans l'Arctique.

 

Des bénévoles de Green Arctic, une ONG de Yamal, et du mouvement Volontaires dans l’Arctique fondé par eux ont nettoyé l'île de Bely au cours des six dernières années. Au total, 230 volontaires de 25 entités constitutives de la Fédération de Russie ont pris part à des projets écologiques. Le rayonnement international de l'organisation est de 11 pays de l'étranger proche et lointain.

 

L'année prochaine, nous prévoyons d'achever un projet de cinq ans sur le nettoyage et la restauration des écosystèmes endommagés sur l'île de Vilkitsky, dans la mer de Kara.

 

Nous continuons à nettoyer le camp de Kharasavey abandonné par les pionniers du Nord, à nettoyer le champ pétrolier de Rostovtsevskoye et bien d'autres projets.

 

Aujourd'hui, l'écosystème fragile et unique de l'Arctique est un indicateur de l'équilibre des mesures prises par l'État, les autorités régionales et les entreprises pour protéger l'environnement dans le cadre du développement industriel du territoire pour le développement durable des peuples indigènes du Nord.

 

En préservant l'Arctique, nous préservons notre avenir.

 

 

Alexandre Mazharov

 

Alexandre V. Mazharov (né en 1960) - Vice-gouverneur de la région autonome de Yamal-Nenets, directeur du département des relations extérieures de la région autonome de Yamal-Nenets, docteur en économie. Membre permanent du club d'Izborsk, responsable de la branche régionale de Yamalo-Nenets

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Vitaly Averyanov : Qui aspire à la domination du monde ? (Club d'Izborsk, 21 décembre 2020)

21 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Economie, #Guerre, #Opération Coronavirus, #Philosophie, #Politique, #Russie

Vitaly Averyanov : Qui aspire à la domination du monde ?  (Club d'Izborsk, 21 décembre 2020)
Vitaly Averyanov : Qui aspire à la domination du monde ?  (Club d'Izborsk, 21 décembre 2020)

Vitaly Averyanov : Qui aspire à la domination du monde ?

 

21 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20406

 

 

Mozhegov V.I. Guerre civile mondiale. - Moscou : Rodina, 2021. - — 224 с. - (Série "Thriller documentaire").

 

Dans ce livre extrêmement populaire du brillant écrivain et analyste Vladimir Mozhegov - fruit de ses nombreuses années de recherche conceptuelle, une sorte de théorie de la mutation du monde occidental, sa capture au sein du mouvement subversif de gauche-libéral, qu'il ne définit pas de manière politiquement correcte comme une secte. Cette secte a commencé son ascension avec la révolution contre-culturelle et sexuelle au milieu du XXe siècle, puis, grâce à la maîtrise des médias et des universités, elle s'est progressivement imposée dans le courant politique dominant.

 

Le livre se lit comme un véritable roman policier intellectuel, et il n'est pas surprenant qu'il soit sorti dans la série des documentaires policiers. Ce que l'auteur nous présente n'est pas une recherche historique abstraite, mais une base pour expliquer les causes et la profondeur des processus qui se déroulent aujourd'hui aux États-Unis et dans d'autres pays, où les agents de la puissante "secte de gauche" occupent des positions extrêmement influentes. Le livre de Mozhegov explique bien le contexte des événements actuels, y compris les événements de la fatidique année bissextile 2020, qui restera longtemps gravée dans la mémoire de ceux qui l'ont vécue.

 

L'analyse de l'auteur est illustrée par une grande quantité de documents factuels provenant de sources américaines, qui ont été mis pour la première fois à la disposition du lecteur russe.

 

Le caractère révolutionnaire de notre époque, selon Mozhegov, est que le secret devient manifeste. Cela signifie que la stratégie latente de l'école de Francfort, selon laquelle la révolution doit se faire progressivement, de sorte que la grenouille, assise dans une marmite qui chauffe lentement, ne remarque pas comment on la fait bouillir, a été contrecarrée.

 

L'un des principaux facteurs qui a révélé les dessous de cette révolution, selon Mozhegov, a été le "cygne noir" de Donald Trump. "Trump est un vrai traditionaliste conservateur", écrit l'auteur, "un os du peuple américain, un représentant de la majorité silencieuse. Grâce à Trump et au Trumpisme, qui a gagné un temps aux États-Unis, "le travail de construction des nouveaux étages de la tour mondiale de Babel a été gâché. De plus, le succès de Trump a encouragé les mouvements nationaux et populistes d'Europe qui, à leur tour, ont commencé à s'attaquer aux structures supranationales du Parlement européen, et les empires traditionnels ont recommencé à relever la tête".

 

Mozhegov n'appartient pas à la catégorie des dénonciateurs de l'Occident "maudit" ; il est sympathique à l'homme occidental, européen et américain, dans leur forme traditionnelle. Cela dit, la majorité conservatrice silencieuse de ces pays a longtemps manqué d'une représentation adéquate en politique. Elle n'existe plus, selon Mozhegov, depuis l'époque de de Gaulle et Adenauer en Europe et de Nixon aux États-Unis. Voici maintenant l'ère de la "nouvelle normalité".

 

"Et pourtant," lit-on dans ce livre, "le monde est encore en grande partie normal. L'Amérique des ploucs est toujours normale. L'Europe - loin des métropoles - est toujours normale". Ailleurs, Mozhegov partage ses impressions : "Après avoir parcouru l'Europe en voiture et parlé aux gens, vous vous rendez compte : la seule chose qui manque aux gens normaux ici pour commencer à se battre et à expulser l'abomination du multiculturalisme de leur terre est un point d'appui".

 

Il s'ensuit que Donald Trump pourrait bien être un tel pivot (si l'on exclut les discussions sur le "retournement conservateur" tant attendu de la Russie). L'auteur, en tant qu'américaniste professionnel, voit les racines du Trumpisme profondément dans l'histoire des États nord-américains - où pendant des siècles, des postes clés ont été occupés par ces politiciens qui croyaient que l'Amérique était autosuffisante - les soi-disant isolationnistes, ou non-interventionnistes. C'est leur slogan - "America First" - que Trump a écrit sur sa bannière.

 

Il est difficile de ne pas être d'accord sur le fait que le non-interventionnisme va absolument à l'encontre de l'expansionnisme américain caractéristique des démocrates et des républicains actuels, tant Roosevelt pendant la Seconde Guerre mondiale que les deux Bush dans l'ère post-soviétique. En fait, il s'agit d'un défi lancé aux néoconservateurs ainsi qu'aux néolibéraux américains, qui sont tout à fait alignés sur cette question - leur dévouement au service des sociétés transnationales et leur volonté de mettre les États-Unis au service d'une oligarchie financière mondiale.

 

La différence entre Trump et la plupart de ses adversaires est qu'il n'a pas eu à répondre à l'establishment oligarchique pendant l'élection parce qu'il est un politicien financièrement indépendant. Et ses allusions ont été comptées par des millions d'Américains lorsqu'il a déclaré : "Nous allons assécher le marécage de Washington et le remplacer par un nouveau gouvernement - un par le peuple, réalisé par le peuple pour le peuple..." Et aussi lorsqu'il a fait entendre ces mots aux démolisseurs de monuments : "C'est le nouveau fascisme d'extrême gauche, qui exige une allégeance absolue à lui-même. Si vous ne parlez pas sa langue, n'accomplissez pas ses rituels, ne récitez pas ses mantras et n'obéissez pas à ses préceptes, vous serez censuré, exilé, mis sur liste noire, persécuté et puni. Ne vous y trompez pas, cette révolution culturelle de gauche est destinée à renverser la révolution américaine... Ils sont déterminés à démolir toute statue, symbole et mémoire de notre patrimoine national..."

 

Comme condition préalable à l'influence que le mouvement de gauche-libéral a acquise dans le monde occidental moderne, Mozhegov indique la re-subordination économique progressive des États à des structures spécifiquement créées pour la "gouvernance démocratique" - les banques centrales nationales. C'est ce que montre de façon claire et convaincante le livre sur l'exemple de l'Allemagne de Weimar qui, grâce au "Plan Dowes", a servi le fabuleux enrichissement de plusieurs clans bancaires de Wall Street. Ils ont créé un mécanisme qui leur permettait, d'une part de prêter à l'Allemagne, d'autre part de recouvrer les dettes avec intérêts des États victorieux qui recevaient des réparations allemandes. Tout ce "manège" a finalement eu deux conséquences : la Grande Dépression des années 1930 et l'arrivée au pouvoir de Hitler en 1933.

 

Selon Mozhegov, quelque chose de similaire se produit aujourd'hui, mais peut-être sous une forme légèrement différente : "Selon diverses estimations, l'imprimerie centrale de la planète a imprimé et jeté jusqu'à 4 000 milliards ( !) de dollars pendant cette période (c'est-à-dire 2020 - V.A.) sur le marché financier (ou, plus précisément, l'a distribué à ses banques et aux multinationales), qui doivent servir à "entretenir le pantalon", c'est-à-dire l'achat total de biens mondiaux fortement dépréciés - si on les traduit dans le langage commun de l'humanité.

 

La victoire décisive du groupe libéral de gauche a été son offensive d'après-guerre dans la sphère culturelle et médiatique, où il a réussi à saper la domination de la majorité conservatrice. Grâce à une armée d'hommes de relations publiques et de publicité basée sur Madison Avenue, ils ont réussi à façonner une "société de consommation" terriblement vide. A travers les révolutions de la sexualité et de la drogue, un monde de pornographie et de décadence spirituelle. Grâce à la reprise des universités, les libéraux ont pu former des générations entières d'intellectuels américains, ce qui a eu un effet différé à la fin du XXe siècle, lorsque l'élite est devenue un "autre peuple" par rapport aux masses de son peuple. Cet autre peuple est appelé de différentes façons - par exemple, "le nouveau clergé", "le nouveau sacerdoce", parce qu'il défend ses valeurs et ses dogmes politiquement corrects avec une ferveur véritablement religieuse. Pour être plus précis - avec le fanatisme sectaire, comme on l'a dit...

 

Des processus similaires, et quelque part en avance sur les processus américains, ont eu et ont encore lieu en Europe occidentale. C'est pourquoi l'arrogance a effrayé de nombreuses personnes au sein de l'Union européenne.

 

En lisant le livre "La guerre civile mondiale", le lecteur dubitatif comprend enfin ce que, dans leur essence la plus profonde, les valeurs démocratiques et les gains de la démocratie ne sont rien d'autre que les valeurs et les gains des "sacs d'argent" qui manipulent les sentiments et les loyautés de la société de masse avec abandon et sans contrainte. "Défendre la démocratie", un slogan clé du Département d'État américain, ne signifie rien de moins que défendre le droit du capital à contrôler le cerveau de millions de personnes. Et divers moyens sont utilisés pour contrôler les cerveaux : le remplacement de l'église traditionnelle par un réseau de "scientifiques" psychanalytiques, de pasteurs représentés par CNN et de monstres du monde numérique, les soi-disant MAGFA (Microsoft, Apple, Google, Facebook, Amazon), l'intimidation par les peurs apocalyptiques et les monstres des pays de l'"axe du mal", la construction de causes de guerre, comme Pearl Harbor, le 11 septembre, sans parler de petits trucs frauduleux comme le "tube à essai de Powell", et de nombreux etc.

 

Aujourd'hui, l'un des chefs de file de cette tendance, l'odieux milliardaire George Soros, auquel le livre fait une large place, soutient presque ouvertement le réseau d'Antifa et les groupes nihilistes radicaux. Le soutien caché de l'oligarchie et omniprésente dans de nombreuses villes américaines, Black Matter. Plate-forme de formation mondiale Open Society University Network, Soros utilise, comme l'écrit Mozhegov, "pour promouvoir le mouvement climatique, la lutte contre les gouvernements autoritaires", ainsi que pour protéger les intérêts des "groupes défavorisés" (minorités sexuelles, nationales, religieuses). Cette armée de soutien des "progressistes" de gauche.

 

D'un point de vue historique, Mozhegov soutient l'interprétation fondamentale des guerres mondiales, selon laquelle elles ont été motivées par la confrontation entre la Russie et l'Allemagne - les rivaux les plus dangereux du monde anglo-saxon. À l'appui de cette interprétation, Friedman est cité dans un discours prononcé en 2015 par le directeur de l'agence Stratfor, où il admet que la principale tâche de la géopolitique américaine au cours des cent dernières années a été d'empêcher une alliance entre la Russie et l'Allemagne.

 

L'ouvrage contient également une évaluation claire de la "pandémie de COVID-19" - l'auteur note les statistiques passées sous silence ainsi que les statistiques régulièrement déformées : "Le profil de mortalité de COVID-19 est similaire à la mortalité naturelle, comme le montrent pratiquement toutes les cartes de mortalité dans tous les pays du monde". Mozhegov estime que le déclenchement de cette "pandémie de peur et de panique" est un point de bifurcation critique. Et cela donne à la Russie une chance exceptionnelle de sortir de son piège historique et de retrouver sa pleine souveraineté.

 

Mais pour que cela soit possible, il faut avoir une vision claire de ce qui se passe dans le monde. Ce livre apporte une contribution majeure non seulement à l'élargissement de nos horizons, mais aussi à la clarification des fondements de notre vision du monde et à la reconstruction des liens évidents qui se cachent sous la face cachée. Et, finalement, conduit le lecteur à la question centrale : qui aspire aujourd'hui à la domination du monde, et que faut-il faire pour résister à ces aspirations ?

 

 

Vitaly Averyanov

http://averianov.net

Averyanov Vitaly Vladimirovich (né en 1973) - Philosophe russe, personnalité publique, directeur de l'Institut du conservatisme dynamique (IDC). Docteur en philosophie. Il est membre permanent et vice-président du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Vitaly Averyanov : Qui aspire à la domination du monde ?  (Club d'Izborsk, 21 décembre 2020)

Résumé du livre " guerre civile Mondiale"


Vladimir Mozhegov est un publiciste populaire, écrivain, futurologue. Dans son nouveau livre, il montre comment l'ordre mondial établi s'effondre. Dans le monde, la guerre "tous contre tous" commence, dit Mozhegov, et aux États-Unis, elle a déjà commencé. Les troubles raciaux, les discours des migrants, la lutte des néolibéraux, de l'extrême gauche et d'autres groupes politiques influents contre le gouvernement, les sentiments séparatistes - tout cela gagne du terrain et, dans un proche avenir, une "nouvelle guerre civile" éclatera déjà à l'échelle mondiale.
Le livre est également précieux en ce qu'il contient une grande quantité de matériel réel provenant de sources américaines, grâce à l'auteur pour la première fois disponible au lecteur russe.

https://www.labirint.ru/books/773735/

Lire la suite

Andrey Ilnitsky, conseiller de Sergei Shoigu: "Le Covid est un projet des mondialistes"

20 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Economie, #Guerre, #Opération Coronavirus, #Politique, #Russie, #Société

Andrey Ilnitsky. Source: Zavrta

Andrey Ilnitsky. Source: Zavrta

Andrey Ilnitsky, conseiller de Sergei Shoigu : Le Covid est un projet des mondialistes (Alexei Ivanov, Zavtra, 17 décembre 2020)

 

Alexei Ivanov

 

 

Le Conseil de la Fédération a organisé une table ronde de la Commission provisoire sur la protection de la souveraineté de l'État et la prévention de l'ingérence dans les affaires intérieures de la Russie (présidée par Andreï Klimov) intitulée "Sur les tentatives étrangères de déstabiliser le système politique russe en utilisant l'espace post-soviétique / proche de l'étranger".

 

Les sénateurs Elena Afanasyeva, Alexander Vainberg, Margarita Pavlova et Vladimir Poletayev, membres de la Commission permanente du Conseil de la politique étrangère et de défense et le SVR colonel Andrey Bezrukov, un membre de la Chambre publique russe, Maria Butina, et Nikolai Azarov, Premier ministre de l'Ukraine en 2010-2014, ont participé à la table ronde, Président de la Commission permanente de la Chambre des représentants de l'Assemblée nationale du Belarus Andrei Savinykh, vice-président de "Belaya Rus" Alexander Shatko, président du parti bulgare « Renaissance de la Patrie" (créé sur la base du mouvement national "Rusophiles") Nikolai Malinov, directeur des communications de "Russia Today" Peter Lidov-Petrovsky et d'autres.

 

Mais c'est le discours du conseiller de Sergei Shoigu - le scientifique, publiciste, membre du Conseil de la politique étrangère et de défense Andrey Ilnitsky - qui a suscité le plus de réactions.

 

La journaliste Anna Shafran (chaîne Spas TV, station de radio Vesti FM) : "Le projet "Covid". Discussion au Conseil de la Fédération, un rapport d'Andrei Ilnitsky, conseiller du ministre russe de la défense. Je dirais - la première exposition des plans de l'ennemi à un niveau aussi élevé. Enfin."

 

Résumé de son allocution :

 

« Le Covid est un projet mondialiste qui vise à empêcher un retour à un monde pré-Covid. Les sociétés transnationales feront pression sur les politiciens pour qu'ils n'affaiblissent pas les mesures anti-Covid. D'où la conclusion simple : ce n'est pas le Covid qui est la vraie menace, mais les mesures et les restrictions qui sont en place dans le monde entier.

Le nouveau monde, tel que conçu par nos adversaires, est un monde dans lequel le pouvoir appartient aux entreprises, et non aux États. Dans cette configuration, la place des États-nations disparaît.

En Russie, nous parlons des cyber-menaces, du travail des ONG occidentales, de la manière de les combattre, alors que nous-mêmes, avec notre propre législation, nous pouvons ouvrir les plus larges possibilités de pénétration des technologies de l'IA dans toutes les sphères du pouvoir de l'État, des technologies de l'IA qui sont simultanément une arme active dans les cyber-attaques et les cyber-attaques contre la Russie pour diviser notre souveraineté.

Pour la première fois à ce niveau, les choses sont enfin appelées par leur nom propre et les menaces réelles, et non imaginaires, sont identifiées.

Un discours solennel d'Andrei Ilnitsky, conseiller du ministre russe de la Défense, au Conseil de la Fédération. Assurez-vous d'écouter attentivement, jusqu'au bout, pour être au courant de ce qui se passe. »

 

Source: https://zavtra.ru/events/sovetnik_shojgu_kovideto_proekt_globalistov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Ecouter à partir de la 67' (1:07) l'intervention d'Andrey Ilnitsky résumée ci-dessus.

Un autre résumé plus détaillé, en anglais:

https://www.stalkerzone.org/andrey-ilnitsky-covid-is-a-project-of-globalists/

Dans le cadre du Forum des 100, Klaus Schwab, fondateur du World Economic Forum, présente sa notion de «Great Reset», un système de réinitialisation de la société moderne:

https://www.letemps.ch/economie/klaus-schwab-fondateur-forum-davos-quattendre-great-reset

"Si le Covid-19 constitue un défi pour la société, Klaus Schwab rappelle également celui du changement climatique."

Donc, après l'escroquerie/opération psycho-sociale du Covid*-19, l'autre l'escroquerie/opération psycho-sociale du "changement climatique" qui va être imposée par la violence aux peuples de la planète via les gouvernements, les médias et les "scientifiques" prostitués. Une nouvelle version de la "Guerre de l'Opium", mais cette fois au niveau mondial, contre l'Humanité tout entière ! un projet génocidaire, dans tous ses aspects.

Ce n'est pas pour rien que chez les Romains, Mercure (ce métal ultra-toxique et contaminant employé pour l'extraction de l'or) était le dieu des marchands et des voleurs. Menteurs. Criminels en puissance.

Klaus Schwab: "Post-Covid capitalism": http://jamaica-gleaner.com/article/business/20201014/klaus-schwab-post-covid-capitalism

* Covid donne "Dikoud" en hébreu, qui se lit de droite à gauche: "esprit maléfique" (Cf Israël Shamir).

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 > >>