Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

france

Jacques Ellul: Propaganda

26 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #France, #Guerre, #Philosophie

Jacques Ellul: Propaganda

2. ELLUL, Jacques. Propaganda: the Formation of Men’s Attitudes. New York: Vintage Books, 1973. P 147-148.

Source: La guerra por la mente pública - Propaganda

Nuño Rodriguez, Politólogo y Analista

Revista Fuerza Aérea- EUA

https://www.airuniversity.af.edu/Portals/10/JOTA/Journals/Volume%201%20Issue%202/Spanish/03-rodriguez_s2.pdf

Jacques Ellul: Propaganda
Lire la suite

Grégoire Chamayou: Théorie du drone (2013)

25 Novembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Guerre, #Philosophie, #France

11'55'' Dans son entretien, Grégoire Chamayou évoque la chanson du groupe Dos Gringos: "Ils ont abattu un Predator et leur coeur se remplit de joie" (chant taliban).

18'12": Grégoire Chamayou enchaîne sur le mythe de l'anneau de Gygès interprété par la philosophe Simone Weil (1909-1943). Il explique que cette faculté de cloisonner les activités normales et les activités criminelles dans le mental a été sélectionnée chez les opérateurs de drones et que c'est le caractère des psychopathes. Psychopathes comme ceux de la politique que dénonce de son côté le Dr. François Chabaud -qui cite Grégoire Chamayou et La Théorie du drone- dans cet entretien ... où il laisse dans l'ombre les commanditaires pour se concentrer sur le figurant, le pervers narcissique:

Lire la suite

Pensées de Jean Rostand

23 Novembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France, #Philosophie, #Nature, #Lettres

Pensées de Jean Rostand
Pensées de Jean Rostand
Pensées de Jean Rostand
Pensées de Jean Rostand
Pensées de Jean Rostand
Pensées de Jean Rostand
Pensées de Jean Rostand
Pensées de Jean Rostand
Pensées de Jean Rostand
Pensées de Jean Rostand
Lire la suite

Jean Dutourd: Rivarol a "démystifié" la Révolution française

14 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #France, #Histoire, #Lettres

Portrait d'Antoine de Rivarol par Melchior Wyrsch.

Portrait d'Antoine de Rivarol par Melchior Wyrsch.

Jean Dutourd: Rivarol a "démystifié" la Révolution française
Jean Dutourd: Rivarol a "démystifié" la Révolution française
Jean Dutourd: Rivarol a "démystifié" la Révolution française
Jean Dutourd: Rivarol a "démystifié" la Révolution française
Jean Dutourd: Rivarol a "démystifié" la Révolution française

Source: Rivarol, L'universalité de la langue française. Présenté par Jean Dutourd, de l'Académie française. Arléa, Paris, 1991.

Rivarol sur Le Rouge et le Blanc

http://pocombelles.over-blog.com/antoine-de-rivarol-1753-1801.html

Lire la suite

Lettre ouverte adressée aux scientifiques, aux intellectuels et à tous les citoyens du monde (IRNA)

5 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Asie, #France, #Iran, #Opération Charlie, #Religion

Téhéran (IRNA) -Une lettre ouverte adressée aux scientifiques, aux intellectuels et à tous les citoyens du monde, signée par un nombre d’intellectuels et de personnalités religieuses et politiques, représentants de divers pays et de cultes, met en garde contre les tentatives visant à semer la discorde entre les adeptes des religions divines et la propagation d’une islamophobie cachée derrière le droit à la liberté d'expression.

La lettre pointe du doigt une politique islamophobe qui fait partie des traditions idéologiques de la France et des États-Unis. « La conséquence en est les phénomènes que nous constatons actuellement tels que la séparation de la communauté musulmane de la communauté non-musulmane, l'étiquetage provoquant la terreur, les discriminations professionnelles et sociales et les comportements hostiles de la police dont les musulmans sont les victimes », peut-on lire dans le texte.

Les signataires dénoncent également la « pensée eurocentrique » de la France qui a déjà été à l'origine de « grandes erreurs dans l'Histoire ».

Déplorant les deux poids deux mesures des autorités françaises, les auteurs de cette lettre ouverte, se sont dits étonnés que les discours haineux et les attaques constantes du magazine satirique controversé français, Charlie Hebdo, contre l'Islam, les musulmans et le Saint Prophète, ne fasse pas l'objet d'une poursuite judiciaire. Par contre ces agissements sont soutenus par tout un Etat et des alliés à l’étranger au nom d’une espèce de pseudo liberté d’expression !, déplorent-ils.

En informant tous les penseurs, intellectuels et les personnes libre d'esprit, la lettre tente ainsi à mettre en garde les gouvernements qui incitent directement ou indirectement aux haines raciales et religieuses, comme celui de la France, contre le danger de leurs mesures renforçant l'hostilité et contre le fait qu'il serait le seul responsable du catastrophe qui risque de toucher tous et dont les conséquences dépasserait certainement le cadre d'une religion, une race ou une ethnie.

Parmi ses 29 signataires se trouvent les hauts représentants des minorités religieuses iraniennes (zoroastrienne, assyrienne, arménienne et juive) et un nombre de hautes personnalités culturelles, universitaires et religieuses toujours iraniennes et étrangères ( Irak, Liban, Palestine, Tunisie et aux Etats-Unis).

Voici l’intégralité de la lettre dont une copie a été adressée à l’IRNA :

 

Au nom de Dieu Clément et Miséricordieux

 

Honorables scientifiques, intellectuels et citoyens du monde,

La raison d'être de la démocratie, sous sa forme saine et juste, est le respect des êtres humains. Tout acte qui conduirait au non-respect, à la discrimination et la propagation de la haine contre les hommes, que ce soit effectué sous prétexte du libéralisme et de la démocratie ou en recourant à la force et à la dictature, est une action contre l'humanité. L'esprit de la démocratie n'est pas compatible avec la politique de deux poids, deux mesures, encourageant la violence contre une communauté et la tolérance envers une autre. L'attaque au Saint Prophète de l'Islam est d'un côté une attaque contre tous les prophètes des religions divines et contre l'ensemble de la communauté humaine, et de l'autre côté, une source de frustration pour une grande population comme la communauté musulmane, ce qui aurait pour conséquence la propagation de la haine et le mécontentement des membres de cette communauté. En effet, le seul chemin dont l'humanité dispose est de revenir vers le Message de Dieu qui est la véritable loi pour atteindre le salut. Pourtant, tous les savants du monde s'accordent sur le fait que la moindre des choses serait d'assurer le respect de la communauté humaine et la reconnaissance de l'être humain et l'humanité en tant que le chef-d'œuvre de la création. 

Actuellement, nous vivons dans une société où l'oppression et le mépris de l'autrui gagnent du terrain avec de plus en plus de vitesse et où l'injustice, la discrimination, l'hostilité et le discours de la haine se sont largement répandus.

La France, avec sa pensée eurocentrique, a déjà été à l'origine de grandes erreurs dans l'Histoire, des erreurs qui ont eu pour conséquence l'emprisonnement de certains, le pillage de d'autres, des massacres, l'hégémonie et l'oppression de la population de diverses régions du monde et en un mot, la violation des droits de l'homme et de la liberté de la communauté humaine. A notre époque aussi, en gardant le même esprit et en suivant la même politique de deux mesures, deux poids, ce pays est à l'origine de l'établissement d'un climat de haine, des confrontations sociales et l'atteinte aux sentiments d'une grande partie de la population mondiale dont le nombre approche, aujourd'hui, deux milliards de personnes.   

Les tentatives visant à semer la discorde entre les adeptes des religions divines et la propagation de l'islamophobie, ont toujours fait partie des traditions idéologiques de la France et des Etats-Unis. La conséquence en est les phénomènes que nous constatons actuellement tels que la séparation de la communauté musulmane de la communauté non-musulmane, l'étiquetage provoquant la terreur, les discriminations professionnelles et sociales et les comportements hostiles de la police dont les musulmans sont les victimes.

Dans la lutte des sociétés pour la défense des droits de l'homme, de la liberté d'expression et de la démocratie, le gouvernement français est le dernier à disposer d'un tel droit, étant donné son histoire entachée de nombreux crimes contre l'humanité, des génocides, des massacres, et des répressions violentes. La liste suivante ne reflète qu'une partie de ces crimes commises durant le vingtième siècle :

1) En 1940 : En Algérie, pendant la lutte anticoloniale dans les années 1940, le gouvernement français a tué plus d'un million d'Algériens, et blessé et expulsé des centaines de milliers de personnes. Les violences systématiques contre les Algériens se sont poursuivies avec les massacres de Setif et Guelma, de 1945 à 1962, jusqu'à ce que le pays déclare finalement son indépendance. Près de 30 000 musulmans ont été tués durant cette période. [1] En plus, l'Algérie a été victime du génocide culturel depuis 1830, la France ayant modifié de nombreux sites culturels et religieux de ce pays. [2]

2) En 1947 : le 29 novembre, le massacre de civils vietnamiens [3] dans un village par l'armée française à l'époque de la domination française au Vietnam, une attaque au cours de laquelle 326 maisons ont été incendiées, de nombreuses femmes violées avant d'être assassinées par des soldats français et plus de 300 civils ont été tués, dont 170 femmes et 157 enfants. [4]

3) En 1961 : le massacre des manifestants algériens à Paris par la Police Nationale Française qui a battu et noyé dans la Seine plus de 300 personnes.[5]

4) La France a également participé indirectement au génocide du 1994 au Rwanda en mettant des armes à la disposition des milices de Juvénal Habyarimana et en les entrainant au combat. Elle a ainsi contribué au massacre de près de 800 000 personnes au cours de trois mois. D'ailleurs, alors qu'un rapport officiel présenté en 400 pages par la Commission Ougandaise [6] et publié par Paul Kagamé, le président Rwandais en 2007 prouve clairement que '' les troupes françaises ont été directement impliquées dans l'assassinat des Tutsis et des Hutus" et que "les forces françaises ont à plusieurs reprises  «violé les survivants tutsis.» [7], non seulement les autorités françaises ont refusé catégoriquement de s'excuser [8], mais aussi le ministre français des Affaires Etrangères à l'époque du génocide, Alain Juppé, a qualifié la poursuite juridique de ce génocide de « la déformation de l'histoire».

Honorables chercheurs et scientifiques du monde,

 La France a violé les droits de l'homme à de nombreuses reprises durant ses années de colonisation, particulièrement en Afrique. Elle a occupé et colonisé en 1524, plus de 20 pays de l'Afrique du Nord et de l'Ouest. En fait, près de 35 pour cent de la surface de ce continent a été sous la domination française pendant 300 ans. La population du Sénégal, de la Côte d'Ivoire et du Bénin étaient alors réduite en esclavage et toutes les ressources de ces régions étaient exploitées par la France. Pendant cette longue période, toutes les tentatives de décolonisation ont été sévèrement réprimées si bien que plus de 2 millions d'Africains y ont perdu la vie. 

La France, dans son droit positif, a prévu des lois concernant la défense des droits de l'homme visant à lutter contre le racisme, l'incitation à la haine, et la discrimination. Nous pouvons nous appuyer sur ces mêmes lois pour condamner les actes de sacrilège dont les musulmans sont les victimes. La liste suivante comprend les dispositions les plus importantes dans la réglementation française qui criminalisent le discours haineux, la discrimination et le non-respect des religions et prévoient des sanctions pour les éviter.

 1) Les dispositions concernant l'incitation à la haine en France dans la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen Français (adoptée en 1789), figurent aussi bien dans le code civil que dans le code pénal. La loi prétend punir les citoyens qui diffame ou injurie des individus et des groupes en raison de leur appartenance religieuse, ethnique, nationale ou raciale.

2) En plus, les articles 24, 32 et 33 de la loi française (adoptée le 29 juillet 1881) concernant la liberté de presse interdisent aux individus l'incitation à la discrimination, à la haine, ou à l'atteinte contre le corps et la personne des individus ou des groupes en raison de leur appartenance ou non-appartenance, réelle ou fantaisiste, à une ethnie, une nation, une race ou une religion. Ces actes seront punis de l'emprisonnement, d'une amende et la suspension de certains droits civils [9].

3) Ces dispositions mises à part, selon '' la loi de la lutte contre le racisme'' adoptée en 1972, le gouvernement français interdit l'activité des groupes promulguant le racisme [10].

4) En outre, la loi contre les discours haineux sur internet (adoptée le 13 mai 2020) interdit la publication du contenu haineux sur le réseau.

Pourtant,  nous pouvons constater que non seulement les discours haineux et les attaques constantes de Charlie Hebdo contre l'Islam, les musulmans et le Saint Prophète, enfreignant les lois susmentionnées, ne font pas l'objet d'une poursuite juridique, mais qu'ils sont aussi considérés, à tort et de par partialité, comme une manifestation de la liberté d'expression. Par contre, toute sorte de soutien porté à la population réprimée de la Palestine et toute tentative de condamnation de l'apartheid sioniste ou de mise en question des pays du monde qui soutiennent les effroyables crimes de ce régime infanticidaire est tout de suite poursuivie par la loi et condamnée de façon la plus violente.

D'un côté, nous pouvons constater qu'insulter le judaïsme et les juifs dont la population ne constitue que 600 000 personnes en France et 15 millions de personnes dans le monde est considéré comme illicite et constitue une infraction au code civil et pénal, d'ailleurs pour éviter de mettre l'Holocauste en question, la France a prévu la Loi Gayssot (adoptée en juillet 1990). De l'autre côté, on voit que l'islam qui est la dernière religion divine et son Saint Prophète, le dernier des prophètes divins, avec une communauté constituée de deux milliards de musulmans est victime de toutes sortes d'insultes, de discrimination et de terreur, ses adeptes sont sous la pression de l'islamophobie et menacés de guerre et de massacre et qu’aucun de ces actes n'évoque la réaction, même apparente, du gouvernement français. Bien évidemment, l'islam et ses véritables adeptes condamnent toute sorte d'insulte portée aux religions en général, et aux valeurs des nations en particulier et portent un regard semblable au christianisme, au judaïsme et à l'islam. 

Le regard eurocentrique et égocentrique de la France est à l'origine de la collusion historique et répressive des pays colonisateurs, aussi bien en Europe, avec sa sombre histoire entravée des crimes effroyables, qu'en Afrique opprimée sous l'apartheid raciste ou dans les territoires occupés par l'apartheid ethnique des Sionistes.      

Il paraît que la France d'aujourd'hui, n'a pas appris de son passé colonial plein d'échecs et du destin honteux des autres pays agresseurs et qu'elle est de nouveau tombée dans le piège de ses anciennes méthodes désagréables, sombres et haineuses qui risque d'engendrer de nouvelles catastrophes humaines. Or, l'analyse des courants actuels et les réactions en cours renforce l'hypothèse selon laquelle le gouvernement français fait exprès de continuer ses comportements indus afin de provoquer les réactions de vengeance qu'il compte utiliser pour justifier la répression encore plus intense des minorités religieuses, raciales et spirituelles. Néanmoins, les gouvernements comme celui de la France devrait être conscients du danger de leurs mesures renforçant l'hostilité. Ces mesures peuvent préparer le terrain à de grands dégâts à l'échelle mondiale au XXème siècle.

Finalement, nous tenons à insister sur le fait que nous distinguons aujourd'hui le peuple français et les partisans de la justice dans ce pays des autorités, et nous estimons que ceux qui veulent du bien à la France  devraient tenter d'améliorer cette situation et d'empêcher toute sorte de discrimination sociale systématique contre les musulmans réprimés de la France et de ne pas permettre que la compétition pour le pouvoir devienne une source de l'expansion de l'oppression et d'un comportement injuste contre les musulmans de la France, ce qui rappellerait encore une fois au monde, le passé colonial de ce pays. 

En informant tous les penseurs, intellectuels et les personnes libre d'esprit, nous tenons à mettre en garde le gouvernement français contre le fait qu'il serait le seul responsable du catastrophe qui risque de nous toucher tous et dont les conséquences dépasserait certainement le cadre d'une religion, une race ou une ethnie. Nous lui demandons ainsi de présenter ses excuses au Saint Prophète de l'islam, de fermer les journaux qui propagent un discours haineux et de poursuivre les responsables des actes de sacrilège et de les condamner aux peines prévues par la loi.

Honorables chefs religieux, élites, intellectuelles et citoyens du monde,

Nous, les auteurs de cette lettre, pensons qu'une attention portée aux erreurs radicales commises dans le passé par la France et à son extrémisme idéologique constitue un important point de départ permettant à des intellectuels du monde et au peuple libre de la France de pouvoir laisser derrière eux les crises et les conflits actuels et même y remédier.   

Nous demandons de la Haute Commissariat des Nations Unies, ainsi qu'au Secrétariat Général des Nations Unies et la Cour de La Haye de réagir, comme il faut, aux mesures qui conduisent à la propagation de la haine et à la violation des droits de l'homme dont la plus basique constitue le respect des valeurs culturelles et sociales des hommes et d'adoption des lois empêchant l'atteinte aux prophètes, aux religions divines et à leurs adeptes.

Nous invitons également les chefs religieux du monde, en particulier les mondes musulman, chrétien et juif, de s'unir entre eux et s'opposer aux conflits actuels entre les différentes religions, races et ethnies qui conduisent à l'oppression et à la pratique de l'injustice et élargissement du cercle de la haine. Nous leur demandons aussi de ne pas permettre aux racistes et aux extrémistes de violer les droits de l'homme.

Nous conseillons également au président français, M. Macron, de prendre des mesures contre les atteintes au Saint Prophète de l'Islam dans cette période de la pandémie du Covid-19 qui a entraîné la mort d'un grand nombre de personnes, a mise en danger de la vie ordinaire des gens et provoqué l'angoisse générale. Nous lui demandons de ne pas rajouter à l'inquiétude de la population en faisant descendre 7000 policiers armés dans les rues, car le virus de la haine-20, pourrait aggraver les crises sociales autant que le virus pandémique de Covid-19.

Avec l'expression de nos salutations les plus respectueuses

 

[1] http://www.algerie-dz.com/article611.html

[2] https://web.archive.org/web/20080922190656/http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article2236

[3] Thảm sát Mỹ Trạch

[4]https://web.archive.org/web/20101009183535/http://www.quangbinh.gov.vn/3cms/?cmd=130&art=1186213703100&cat=1179730730203  

[5] https://archive.org/details/globalnoiseraphi00mitc/page/77/mode/2up  

[6] https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/194000082.pdf  

[7] https://www.lepoint.fr/monde/role-de-la-france-au-rwanda-et-si-paul-kagame-disait-vrai-07-04-2014-1810025_24.php#  

[8] http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/africa/7542418.stm

[9] https://www.loc.gov/law/help/freedom-expression/france.php

[10] https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000000864827?isSuggest=true

 

Source: https://fr.irna.ir/news/84099387/Double-standard-dans-l-approche-de-la-démocratie-des-pays

Lire la suite

Cui bono ?

3 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #France, #Politique, #Religion

Cui bono ?
Lire la suite

S. Nasrallah à la France : on vous avait prévenu que les takfiristes se retourneront contre vous. Les Musulmans ne croient pas que vous défendez la liberté d’expression (31 octobre 2020)

3 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Charlie, #Religion, #Politique, #France

S. Nasrallah à la France : on vous avait prévenu que les takfiristes se retourneront contre vous. Les Musulmans ne croient pas que vous défendez la liberté d’expression (31 octobre 2020)

Rédaction du site 

Au cours d’une allocution télévisée, le secrétaire générale du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah  a consacré tout son discours aux derniers incidents  qui ont éclaté en France, suite aux caricatures offensives republiées par le magazine satirique Charlie hebdo contre le prophète Mohammad (P).

Selon lui, en plus de cette republication qui a « offusqué plus de deux milliards de musulmans », se sont ajoutées les déclarations du président français Emmanuel Macron qui, en la soutenant ont exacerbé la tension. Provoquant des actes terroristes qui sont certes « déplorables », a-t-il tenu à souligner. En allusion à la décapitation de l’enseignant puis  à l’assassinat de trois personnes à Nice.

« Au lieu  de calmer les esprits, au lieu de sacrifier certaines de leurs positions , au lieu de chercher dans les origines de ces actes terroristes et dans les causes réelles  de leurs répercussions sur la diffusion des caricatures offensant le Messager de Dieu Mohammad (P), les autorités françaises – depuis son président jusqu’au plus bas de l’échelle de l’administration française-, ont durci leurs positions , provoquant une vague d’actes terroristes condamnables à tous les niveaux », a-t-il reproché. .

Et de poursuivre : « la France ne doit pas faire adosser la responsabilité de ces actes terroristes à toute une religion, à l’Islam,  encore moins à plus de deux milliards de  musulmans », soulignant « quand un crime est perpétré, seul l’auteur du crime doit assumer la responsabilité de son acte ».

« Si un chrétien commet le même crime contre un musulman- et cela s’est produit en Europe- faut-il accuser tout le christianisme et le remettre en cause? ou pire accuser le Christ d’en être la cause ?  Certes pas ! Malheureusement les autorités françaises ont utilisé des termes injustes contre l’Islam, en l’assimilant au fascisme » a-t-il noté.

Le secrétaire général du Hezbollah, a rappelé avoir averti la France: « en 2011, on vous avait prévenu contre la pensée wahhabite , cette pensée qui a donné naissance au takfirisme, on vous avait averti : ne leur accordez pas votre soutien, car ces groupuscules terroristes perdront en Syrie et le jour où ils décideront de revenir chez eux, ils se rendront en Europe, car elle est plus proche que les USA et ils  se retourneront contre vous..  »

Son éminence a ajouté : « assumez votre responsabilité dans ces actes barbares. C’est  vous qui aviez encouragé, voire formé ces takfiristes.. Alors dites-moi qu’est-ce que le prophète à avoir avec ces crimes ?? C’est vous qui devez-vous remettre en question, remettre en cause votre soutien à ces groupuscules takfiristes et le pire c’est que vous commettez toujours les mêmes erreurs ! Souvenez-vous de l’Afghanistan, qu’avez-vous fait dans ce pays?   Le 11 septembre est la conséquence de vos actes là-bas ».

S’adressant toujours à la France, le numéo un du Hezbollah a souligné que les Musulmans dans le monde ne croient pas le président français, lorsqu’il dit vouloir défendre la liberté d’expression, « car dans de nombreux cas, vous êtes passé outre de cette liberté et vous avez réprimé des personnalités pour la simple raison qu’elle ont exprimé des point de vue qui vous déplaisent », citant l’exemple du philosophe français Roger Garaudi, lorsqu’il a publié son livre « Les mythes fondateurs de la politique israélienne », dans lequel il avait contesté les chiffres de l’Holocauste.

Et d’indiquer : « sachez que la liberté d’expression que vous défendez en tant que valeur humaine, n’en est pas une, car vous ne la défendez que pour une certaine catégorie de personnes, elle est valable pour les sionistes et pas pour les musulmans. C’est donc un principe qui a perdu toute sa crédibilité auprès de tous les musulmans ».

En conclusion, son éminence a proposé diverses solutions pour régler cette question , reprenant à son compte une proposition qui a été faite par le cheikh d’al-Azhar en Egypte, « notamment une législation internationale qui protège les prophètes de toutes les religions célestes ou les personnes saintes et sacrées, tout en garantissant la liberté d’expression ».

 

Les principaux points de son discours:

Je félicite tous  les musulmans pour  la commémoration de la naissance de notre prophète, le messager de Dieu Mohammad (S)..

Le messager de Dieu Mohammad (S) est né avant 1450 ans, en l’Année de l’éléphant, au mois de Rabih 1er, cette naissance était le prélude au message divin, le dernier et ultime message , d’où le hadith prophétique « le licite de Mohammad est licite jusqu’au jour de la Résurrection et ce qui est prohibé par Mohammad , est prohibé jusqu’au jour de la Résurrection ».

Tous les prophètes, dont les plus connus comme Ibrahim, Moussa, Issa (le Christ, ndlr) ont connu des miracles, leur messages, leurs exploits miraculeux nous ont été retransmis.

Le Messager de Dieu a connu des miracles divers que les gens  de son époque ont pu constater et qui ont été  retransmis par les livres d’histoire. Mais en plus de ces miracles que nous n’avons pas vécu , il existe un miracle qui est perpétuel à savoir le coran , un livre religieux qui,  avec ses versets , sa forme et son contenu, et malgré les tentatives de le déformer que ce soit de la part des musulmans ou des non musulmans, est resté intact. Cela est en soi un miracle, personne ne peut protéger un livre durant plus  mille  ans de la sorte.

Cela indique que ce livre est sous la protection divine car écrit par Dieu, et ce livre a relevé le défi à toute l’humanité, il a défié les gens de n’importe quel époque de créer un seul verset coranique similaire, et non tout le livre, mais personne n’a réussi à le faire..

Le messager de Dieu a réussi à transformer une société, celle de Yathreb formée de tribus, celle de la Mecque, bref celle de la péninsule arabe. Comment vivaient les gens de l’époque avant l’avènement de l’Islam? Sur le plan social, économique, culturel,  politique, où sévissait les guerres, la pauvreté, l’analphabétisme, l’oppression, l’inégalité , l’injustice ?..

Si nous étudions ce que la mission du prophète  a provoqué comme changements drastiques  dans les valeurs humaines, dans la condition de la femme, dans les normes, les lois, les mœurs , bref une transformation  qui a instauré la base du changement mondial de l’humanité et cet exploit a eu lieu en seulement 30 années, alors qu’ on sait qu’ une simple révolution a besoin de plus 50 ans pour établir un changement..

Cet honorable prophète, Mohammad (P), est pour tous les musulmans un homme digne d’être adoré, c’est pourquoi ils le vénèrent et ces sentiments persisteront  à travers les siècles, cet amour, cette passion pour le prophète Mohammad (P) est sans précédent, sont sincères,  vrais et profonds.

Certes les  musulmans peuvent diverger entre eux sur d’innombrables questions sauf sur une seule : l’amour pour le prophète Mohammad (P). Pour eux cette personne est la plus parfaite, la plus proche d’Allah et la plus aimée chez Allah… L’Amour pour lui est un amour qui s’est mêlé à la chair des Musulmans, il coule  dans leurs veines, il vibre dans leurs cœurs,  ils le glorifient et reconnaissent son statut chez Allah. Par conséquent, les musulmans ne peuvent pas tolérer une offense contre ce prophète (P) et il considère que défendre le prophète (P) est une question qui dépasse tous les préjugés et   ils ne peuvent la tolérer, encore moins la justifier..

 

1- le problème de la France avec l’Islam et les musulmans 

 

a- Il ne s’agit pas  de moraliser, mais de trouver des solutions avec rationalité. Commençons par l’incident de Nice où un homme musulman a tué trois personnes et blessé d’autres d’une manière sauvage , nous   condamnons cet incident avec véhémence , d’ailleurs les   musulmans l’ont déjà fait partout au monde, cet incident est banni par l’Islam qui interdit de tuer les innocents pour une simple question de doctrine. Tout acte semblable est illicite et illégitime.

b- La France ne doit pas faire assumer la responsabilité de ce crime à l’Islam ni à tous les musulmans, ce crime ne doit pas être exploité pour remettre en cause l’Islam,  cela est injustifiable et immoral. Au lieu  de calmer les esprits, au lieu de sacrifier certaines de leurs positions , au lieu de chercher dans les origines de ces actes terroristes et dans les causes réelles  de leurs répercussions, au lieu de renoncer à la diffusion des caricatures offensives contre le Messager de Dieu Mohammad (P), les autorités françaises – depuis son président jusqu’au plus bas de l’échelle de l’administration française-, ont durci leurs positions provoquant une vague d’actes terroristes condamnables  à tous les niveaux…

La France ne doit pas faire adosser la responsabilité de ces actes terroristes à toute une religion,  l’Islam,  encore moins à plus de deux milliards de  musulmans. Quand un crime est perpétré, seul l’auteur du crime doit en assumer la responsabilité.

Si un chrétien commet le même crime contre un musulman- et cela s’est produit plusieurs fois en Europe- faut-il accuser tout le christianisme et le remettre en cause ou pire accuser le Christ (P) ?  Certes pas! Malheureusement les autorités françaises ont utilisé des termes injustes contre l’Islam, en l’assimilant au fascisme.

Les USA commettent des actes terroristes depuis des décennies, partout dans le monde, comme en Afghanistan où des milliers de personnes ont été massacrées. Est-ce qu’on accuse les chrétiens de ces crimes parce que le président des USA est chrétien ?? Sachant que le christianisme récuse ce genre de crimes et les condamne?  Même cas de figure  pour les pays européens.. Personne parmi les musulmans n’a accusé le christianisme ou les chrétiens d’être responsables de ces crimes, et donc  il n’est pas permis quand un chrétien ou un musulman  ou un juif commet un crime d’accuser leurs religions respectives..   Si vous respectez l’Islam comme vous le prétendez alors il ne faut pas utiliser ce genre de termes diffamatoires.

c- Il est vrai aussi qu’il y a des musulmans qui offensent le prophète Mohammad (P), qui déforment l’Islam par leurs actes terroristes, ils nuisent à l’Islam, à l’instar de Daech à travers les décapitations, les égorgements, la destruction des églises, des mausolées islamiques, des sites touristiques culturelles, les viols. Ce genre d’actes est inadmissible et n’a rien avoir avec le message de l’Islam, nous sommes hostile à ce genre d’actes.. Mais s’il y a des musulmans qui offensent le prophète (P), est-ce que cela vous donne le droit ou la justification de le faire ??

d– Au lieu d’accuser l’Islam d’être le responsable de ces actes terroristes, il faudrait que vous détectiez votre propre responsabilité quand vous avez soutenu les groupuscules takfiristes?..

Revenons quelques années en arrière, le wahhabisme-takfirisme, cette mentalité qui refuse de reconnaitre l’Autre, et qui commet des crimes barbares,  cette mentalité, vous l’avez protégé, vous  avez offert aux takfiristes toutes les facilités : visas, soutien logistique, formation paramilitaire, vous avez encouragé ces groupuscules à venir en Syrie et en Irak pour commettre des crimes abominables. Et ensuite vous vous étonnez des actes d’égorgements qui ont lieu chez vous ?? Alors qu’ils avaient commencé à nous égorger ici bien avant de débarquer chez vous ??

Revenez aux archives de 2011, on vous avait prévenu à l’époque : ne vous rangez pas aux côtés des takfiristes,  ne leur offrez pas votre soutien logistique  car ils seront vaincus sur le terrain. Mais votre arrogance vous a empêché de nous écouter. Vaincus, ces terroristes voudront retourner chez soi, pire, ils se retourneront contre vous, ils se rendront en Europe car elle est plus proche que les usa.

Vous avez une grande part de responsabilité dans ces actes terroristes, car vous les avez encouragés dans notre région et contre nous.. et maintenant votre politique envers ces takfiristes s’est retournée contre vous..

Alors dites-moi qu’est-ce que le prophète (P) à avoir avec ces crimes ??  C’est à vous de revoir vos calculs, de vous remettre en question, de remettre en cause votre soutien à ces groupuscules takfiristes et le pire c’est que vous persistez à commettre  les mêmes erreurs. Souvenez- vous en Afghanistan ce que vous avez fait..   Le 11 septembre est la conséquence de vos actes dans ce pays.

e- La France de Macron, dans les récentes évolutions, s’est laissée entrainer  dans une guerre avec l’l’Islam.. Pourquoi ? La cause vient de Charlie hebdo qui a diffusé des caricatures offensant le prophète (P) puis les choses ont dégénéré avec la décapitation du professeur d’histoire..

Les Musulmans ne croient pas que vous défendez la liberté d’expression

Or qu’avez- fait ? Au lieu de calmer les esprits, de travailler sur les conséquences,…, vous avez durci vos positions, les autorités françaises n’ont pas traité avec les causes de ces répercussions .. Elles ont défendu le droit de continuer à diffuser des caricatures sous le slogan de la liberté d’expression ?? Qu’est-ce qui vous empêche de faire un sacrifice de certaines de vos positions ?? Vous dites la liberté d’expression est sacrée ? Si tel est le cas alors pourquoi aucun musulman ne vous croit ?

En réalité nous avons des indices qui prouvent que les autorités empêchent la liberté d’expression dans des questions beaucoup moins importantes. Par exemple l’écrivain et le philosophe français Roger Garaudi : cet homme a fait une analyse sur les mythes fondateurs de la politique israélienne, évoquant entre autres l’holocauste, dont il a contesté la véracité de certains chiffres à la base d’une étude académique. en présentant des chiffres etc.. il a prouvé  l’exploitation de l’holocauste, une exploitation dont l’Allemagne paie toujours le prix pour le mouvement sioniste… Cet homme a voulu exprimer son opinion en se basant sur une approche académique, pour cela il a été condamné par un  tribunal à la prison ! Est-ce cela la liberté d’expression ??

Oui, quand le fait de s’exprimer librement touche une communauté, les juifs, les sionistes,  la liberté d’expression n’est plus sacrée. Alors que quand il s’agit d’offenser  deux milliards de musulmans,  la liberté d’expression devient sacrée..

Votre bataille s’appuie sur une réalité fausse car vous violez la liberté d’expression..

d- D’autre part, une question s’impose. La liberté d’expression est-elle une valeur humaine sacrée et infinie ? Sachant que la Liberté tout court a ses limites, celles du respect des autres.. Si une personne divulgue des informations sur la sécurité nationale de la France dans un journal, la liberté d’expression est-elle admise ? La liberté d’expression n’est pas une valeur humaine indéfinie, car si elle était ainsi, elle serait applicable équitablement sur tous..

Pour conclure sur ce sujet, je peux vous confirmer que les musulmans ne cherchent pas à provoquer l’animosité,  les guerres et les conflits ne manquent pas. C’est vous qui deviez trouver des solutions pour régler cette question, certaines voix affirment que la France ne doit pas se plier face au terrorisme. Mais qui vous demande  de le faire? Bien au contraire. Mais corrigez les erreurs que vous avez commises.. Que la liberté d’expression soient applicable aux non musulmans comme aux musulmans..

Cette bataille que vous persistez à déclencher contre l’Islam  risque de coûter chère à la France et sa grandeur..

Au lieu de tenter de régler les répercussions à la question des caricatures, ôter les arguments qui provoquent ce genre de conséquences. Alors le monde entier sera à vos côtés. Vous avez la responsabilité de régler les choses depuis leurs racines.

La solution proposée par la haute référence religieuse  cheikh al Azhar de criminaliser les atteintes aux valeurs sacrées des nations ou des religions en adoptant une législation internationale est valable. Ce sera une issue pour tous les gouvernements du monde qui revendiquent et parlent de liberté d’expression absolue.

Nous ne devons pas pousser le monde, en particulier la nation islamique et les pays européens, à cause d’allégations irréalistes et incorrectes vers la zizanie. Au contraire, tout le monde devrait coopérer pour traiter ce dossier.  Il est de la responsabilité de la France  de mettre fin à cette discorde.

2-Le peuple du Yémen

Malgré le siège, la guerre, l’agression, les épidémies et les maladies, des foules se sont rassemblées, défiant les raids,  pour célébrer la naissance du Messager de Dieu (P) et le défendre, pour exprimer la profondeur de leur foi et de leur amour pour le Messager de Dieu (P) , traduisant ainsi leur volonté de défendre l’honneur du Messager de Dieu (P).

N’est-ce pas là un message fort au quel  tout le monde devrait s’arrêter, tous les musulmans dans le monde devraient méditer sur ce  message.   N’est-ce pas là un nouvel argument légal et divin?

Alors que le peuple yéménite a besoin d’aide pour se défendre et il a besoin qu’on se tienne  à ses côtés face à l’agression. Il reste debout pendant des heures, scandant des slogans et écoutant leur chef, M. Abdul-Malik Al-Houthi,  affirmant leur attachement à la cause palestinienne et à la défense du peuple palestinien, tandis que ceux qui baignent dans le luxe et le confort, ont vendu la cause palestinienne, et se sont jetés dans les bras de l’ennemi israélien.

Il faut bien lire ce message et le retenir : le peuple du Yémen  est un nouveau  argument divin aux peuples qui se sont cloitrés dans le silence et ont croisé les bras face à leur régimes qui ont vendu la cause palestinienne. Les peuples doivent se lever contre ces régimes ..

Il est temps que cette guerre contre le Yémen cesse, et ce qu’on peut offrir au prophète en ce jour béni est le soutien à ce peuple..

3-Le Liban :

Nous espérons que le premier ministre désigné, en   coopération avec le président de la République, sera en mesure de former un gouvernement le plus rapidement possible.

Nos sources indiquent que les choses sont positives de manière raisonnable.

De notre côté, nous coopérerons et faciliterons tant que nous le pouvons le processus de formation d’un gouvernement, beaucoup de choses  rapportées dans certains médias ne sont pas correctes.

Le moment est venu  pour la coopération et l’ouverture autant que possible pour parvenir à la formation d’un gouvernement.

Un dernier mot sur le coronavirus, je ne me lasserai jamais de répéter à chaque discours, car c’est mon devoir, de respecter les mesures de confinement, le port du masque et la distanciation sociale.  Nous avons atteint le seuil de deux mille contaminés par jour, les hôpitaux sont surchargés,  le nombre de décès augmente de jour en jour.

Nous glissons rapidement vers une réalité très dangereuse.

FIN

Source: AlManar

https://french.almanar.com.lb/1914893

Lire la suite

Xavier Delamarre: Dictionnaire de la langue gauloise

1 Novembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France, #Lettres, #Sciences

"Ils estiment que la religion ne permet pas de confier à l'écriture la matière de leur enseignement, alors que pour tout le reste en général, pour les comptes publics et privés, ils se servent de l'alphabet grec. Ils me paraissent avoir établi cet usage pour deux raisons: parce qu'ils ne veulent pas que leur doctrine soit divulguée, ni que, d'autre part, leurs élèves, se fiant à l'écriture, négligent leur mémoire; car c'est une chose courante; quand on est aidé par des textes écrits, on s'applique moins à retenir par cœur et on laisse se rouiller sa mémoire."

César*, Guerre des Gaules, Livre VI, 53 av. J.-C.

Texte traduit par L.-A. Constans

Présenté par Régine Pernoud

Les Belles Lettres - Hachette, 1961.

 

* NDLR: "César, le plus meurtrier des conquérants qu'ait produits le peuple romain." (Camille Jullian, cité par R. Pernoud).

 

"La parole écrite est morte."

 

 

Xavier Delamarre: Dictionnaire de la langue gauloise
Xavier Delamarre: Dictionnaire de la langue gauloise
Xavier Delamarre: Dictionnaire de la langue gauloise

Editeur:Editions Errance

Collection:Hespérides

Parution:juillet 2008

Format:Grand format

Dimensions:24 x 16 x 2,5 cm

Pages:440 pages

EAN13:9782877723695

Edition :2e édition revue et augmentée

 

Ce Dictionnaire de la langue gauloise, une approche linguistique du vieux-celtique continental comprend un peu plus de 800 entrées. La langue gauloise se révèle peu à peu. Elle est connue par des inscriptions rédigées en alphabet étrusque, grec ou latin, par l'onomastique (noms de personnes, noms de lieux, noms de dieux), par des emprunts que lui ont faits les langues actuelles et par les gloses, ces annotations, sur les manuscrits qui aidaient le lecteur à comprendre dans sa langue des mots d'origine étrangère. Les linguistes, par un très long travail étymologique et comparatif, commencent à décrypter cette langue celtique que parlaient les habitants de la Gaule quelques siècles avant J.-C. et dont ils conservèrent l'usage au tout début de notre ère. L'archéologie fait régulièrement découvrir de nouveaux documents épigraphiques, ouvrant la perspective de comprendre de mieux en mieux le vocabulaire et la grammaire du gaulois.

https://www.payot.ch/Detail/dictionnaire_de_la_langue_gauloise-xavier_delamarre-9782877723695

Chronique de la langue gauloise – 4 – « Lire le Delamarre »
Lire la suite

"Cherchez l'erreur" (Michel Raimbaud): erreur ou calcul ?

1 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #France, #Politique

(...) "la France* a inscrit à son palmarès un rôle leader dans la dévastation et la création d’un chaos durable en Libye, et une participation acharnée dans la destruction de la Syrie, de son État, de son économie et la mise à mort de son peuple, y soutenant les groupes terroristes, et faisant bon accueil à leurs envoyés : elle est maintenant la cible de sanglants attentats perpétrés par des «djihadistes de retour au pays» que l’on avait laissé partir, ou par des «réfugiés politiques». Cherchez l’erreur."

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/opinions/80233-le-drian-congo-par-michel-raimbaud

* NDLR: la France ou ceux qui ont le pouvoir en France ?

Lire la suite

TRIBUNE. Le confinement constitue un remède pire que le mal pour la société française

31 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #France, #Opération Coronavirus

Plus de 300 universitaires, scientifiques, professionnels de la santé, du droit, de l’éducation et du social, ainsi que des artistes, se déclarent « atterrés » par des discours officiels qui dramatisent indûment la réalité afin de justifier des mesures de confinement.

***

C’est un secret de polichinelle : le reconfinement était envisagé depuis l’été dernier. La stratégie de communication du ministère de la Santé s’est déployée autour de cette perspective depuis plus de deux mois, de façon à le faire accepter par la majorité de la population le jour J. Les médias mainstream lui ont fourni une aide décisive. Ils sont le relais et l’instrument privilégiés de cette communication. Et, force est hélas de constater qu’ils jouent très bien le rôle qui leur a été assigné. S’appuyant mécaniquement sur les chiffres, cette communication consiste à ne s’intéresser qu’aux indicateurs les plus alarmants, en les changeant au fil du temps si celui qu’on utilisait ne permet plus d’envoyer le message espéré. Et si un indicateur a une évolution en dents de scie, la communication se fait uniquement les jours où les chiffres augmentent. Il n’y a qu’un seul message possible.

Avant-hier, 27 octobre, la manipulation a encore opéré. La totalité des médias a titré sur les prétendus 523 morts : « Du jamais vu depuis le confinement ». Or ce chiffre était faux. Selon Santé Publique France, il y a eu 292 morts à l’hôpital le 27 octobre, contre 257 la veille (le 26) et 244 (en baisse donc) le 28. Mais l’on ajoute les morts en EHPAD qu’une fois tous les quatre jours en les cumulant. Prétendre compter les morts quotidien ce jour-là revient donc à gonfler artificiellement les chiffres. Et c’est étonnamment ce qui s’est passé la veille de l’allocution annoncée du président de la République, qui a repris à son compte ce chiffre faux. Est-ce un détail ? Non, ce n’est hélas qu’un exemple parmi beaucoup d’autres.

Une deuxième vague prétendue « plus terrible encore que la première »

C’est le président du « Conseil scientifique » (M. Delfraissy) qui le disait il y a quelques jours : arriverait une deuxième vague « plus forte encore que la première » et nous serions déjà dans « une situation critique ». Ce genre de prédiction catastrophiste constitue une manipulation d’un Conseil qui n’est pas scientifique mais politique. Rien ne permet non plus d’affirmer que, sauf confinement, « d’ici quelques mois, c’est au moins 400.000 morts supplémentaires à déplorer », comme l’a pourtant prétendu hier soir le président de la République. Enfin, il est également faux de dire que nous ferions simplement comme tous nos voisins européens. À ce jour, seuls l’Irlande et le Pays de Galles ont reconfiné la totalité de leur population.

Il serait urgent de revenir à la raison. Selon les chiffres de Santé Publique France, sur les près de 15 millions de tests effectués à ce jour, 93% sont négatifs. Et parmi les 7% restant de la population testée positive, plus de 85% ont moins de 60 ans ; il s’agit donc essentiellement de personnes qui ne risquent pas de faire une forme grave de la maladie. Au final, moins de 1% de la population est donc « à risque » et c’est uniquement elle qu’il faut protéger.

Autre façon de le dire : au cours de la période récente (entre le 1er septembre et le 20 octobre, jour où nous avons fait ce calcul), 7.621.098 personnes ont été testées. Sur cette même période, 38.100 individus ont été hospitalisés (0,5%) et 6.593 ont été admis en réanimation (0,09%) avec un test positif au Covid. En d’autres termes, depuis le 1er septembre, sur cet énorme échantillon de la population de 7,6 millions, la probabilité moyenne pour un individu lambda (sans distinction d’âge ou de comorbidité) de ne pas être hospitalisé est de 99,5% et celle de ne pas être admis en réanimation est de 99,91%. Justifier le reconfinement de 67 millions de Français sur cette base s’appelle un délire.

Hier, le 28 octobre, 3045 personnes étaient en réanimation. Comment parler de saturation lorsque l’on se souvient que, fin août, le ministre de la Santé annonçait 12.000 lits disponibles si besoin (quatre fois plus donc). Où donc sont ces lits ?

On dit alors : « Oui, mais l’hôpital est submergé par le Covid ». Manipulation encore, pour trois raisons. D’abord, les tests ayant été généralisés depuis juillet, toute personne entrant à l’hôpital porteuse d’une trace du Covid est comptée comme un « hospitalisé Covid » même si elle vient en réalité pour son cancer ou son hypertension. Et c’est la même chose si elle entre en réanimation ou si elle décède. Ensuite, si les chiffres de l’hospitalisation et de la réanimation augmentent bel et bien, cela n’a rien d’exceptionnel : c’est au contraire ce qui se produit chaque année à la même époque (automne-hiver) mais que l’on fait semblant d’avoir oublié. Un Alzheimer généralisé s’est-il emparé de nos politiques et des journalistes ? Faut-il rappeler qu’en janvier 2020, à la veille de la crise du Covid, 1000 médecins dont 600 chefs de service des hôpitaux avaient menacé de démissionner pour dénoncer « un hôpital public qui se meurt » ? Enfin, il y avait hier, le 28 octobre, 3045 personnes en réanimation. Comment parler de saturation lorsque l’on se souvient que, fin août, le ministre de la Santé annonçait 12.000 lits disponibles si besoin (quatre fois plus donc). Où donc sont ces lits ?

La vérité est que les gouvernements ne veulent pas investir dans l’hôpital public où l’on maltraite les professionnels et où l’on a perdu près de 70.000 lits en 15 ans lors même que la médecine de ville est saturée et que les services d’urgence voient leur fréquentation augmenter d’année en année. Oui, l’hôpital est en tension mais ce n’est pas fondamentalement à cause du Covid ! C’est essentiellement à cause de la maltraitance politique dont ce service public est l’objet de manière générale depuis plus de 20 ans, et tout particulièrement depuis que les politiques y ont introduit comme partout une politique du chiffre et de la rentabilité inspirée du management des grandes entreprises.

La vie sociale amputée, la démocratie en péril

La vérité est que le confinement (qui sera peut-être prolongé au-delà du 1er décembre) crée bien plus de problèmes qu’il n’en résout. Son bilan mondial n’est associé à aucune réduction mesurable de la mortalité tandis que son principal résultat observable est d’abord de mettre au chômage des centaines de milliers et peut-être demain des millions de personnes, surtout évidemment parmi les plus fragiles (emplois précaires, CDD, intérim, personnes payées à la prestation, saisonniers, etc.), et de menacer de disparition la plupart des petites entreprises, souvent familiales, autres que les commerces de bouche, dont l’activité quotidienne est la seule source de revenu. Gageons que les très grands groupes s’en satisferont car ils les rachèteront sans doute demain.

Ces mesures de confinement ont ensuite pour effet d’amputer la vie sociale de la plupart des liens sociaux autres que familiaux. Un certain style de vie et de pensée embourgeoisé s’en satisfaisait certes au printemps dernier, chaque enfant ayant sa chambre pour vivre son intimité, son ordinateur pour rester en contact avec l’école et son smartphone avec forfait illimité pour échanger en permanence avec ses amis, les parents faisant du télétravail, sortant chaque jour faire leur footing dans des rues et des espaces verts « où on entendait de nouveau les oiseaux », et se faisant livrer des repas à domicile s’ils avaient la flemme de faire à manger ou la peur d’aller se mêler à la populace dans un supermarché. Mais de quelle proportion de la population cette vie est-elle le quotidien en confinement ? Qui ne voit que le confinement fait exploser les inégalités sociales, les échecs scolaires, les violences intra-familiales, les troubles psychologiques et les renoncements au soin ? Qui ne sait qu’il entraîne déjà dans d’autres pays des soulèvements et des émeutes de la faim ? Et qui comprend que les oiseaux ont bon dos et que ces petits moments de répit procurés par la panique des humains ne sont rien au regard de leur lente extinction ?

Quant à la démocratie, elle est mise sous cloche par l’état d’urgence permanent et le confinement. Qu’est-ce qu’une démocratie sans liberté d’aller et venir, de se réunir et de manifester ? Qu’est-ce qu’une démocratie où il n’y a quasiment plus personne dans les hémicycles des assemblées parlementaires ? Qu’est-ce qu’une démocratie où la justice est paralysée faute de pouvoir audiencer ? Qu’est-ce qu’une démocratie où, finalement, il n’y a plus qu’un pouvoir exécutif ? Qu’est-ce qu’une démocratie où tout ceci s’impose par la peur et la culpabilisation, voire la censure et la mise en accusation de quiconque refuse d’y céder ?

Chacun, en conscience, tirera les conséquences qu’il veut de tous ces dramatiques constats. Nous n’appelons pas à la révolution et nous ne faisons pas de politique partisane. Mais nous voulons dire que nous en avons plus qu’assez qu’on nous demande de nous comporter comme les moutons de Panurge au nom d’un principe de précaution totalement dénaturé et d’interprétations statistiques relevant de la manipulation. Nous réclamons qu’on en finisse avec cette panique sanitaire, qu’on donne aux soignants les moyens de remplir leurs missions de santé publique, qu’on cesse de violenter des pans entiers de la société et qu’on sorte de cet état d’urgence permanent pour bâtir démocratiquement une politique sanitaire consensuelle.

 

Signataires :

Laurent Mucchielli, sociologue, directeur de recherche au CNRS
Laurent Toubiana, chercheur épidémiologiste à l’INSERM, directeur de l’IRSAN
Jean Roudier, professeur de médecine, rhumatologue, directeur de l’unité INSERM UMRs 1097 
Paul Touboul, Professeur de cardiologie à l’université Lyon 1
Pierre-Yves Collombat, ancien sénateur du Var, ancien vice-président de la commission des lois
Emmanuel Krivine, chef d’orchestre, directeur honoraire de l’orchestre national de France
Jean-François Toussaint, professeur de physiologie à l’Université de Paris, ancien président des Etats Généraux de la Prévention
Marc Rozenblat, président du syndicat National des médecins du sport-santé 
Christian Celdran, Directeur Régional des Affaires Sanitaires et sociales (DRASS) honoraire
Chantal Brichet-Nivoit, médecin et correspondante de l’Académie d’Ethique à l’Université de Paris
Dominique Eraud, médecin, présidente de la coordination nationale médicale santé environnement
Louis Fouché, médecin anesthésiste, réanimateur hospitalier 
Bernard Marsigny, médecin anesthésiste réanimateur hospitalier
Gilles Perrin, médecin anesthésiste réanimateur
Bernard Swynghedauw, biologiste, directeur de recherche émérite à l’INSERM
Fabrice Bonnet, professeur d’Endocrinologie au CHU de Rennes/université Rennes 1
Jolanta-Eva Amouyal, psychologue clinicienne et du travail, Expert de la Commission Européenne
Alexandra Henrion Caude, Chercheur, généticienne, Directrice de l’Institut de recherche Simplissima
Andréa Soubelet, enseignant-chercheur à l’Université Côte d’azur
Édith Galy, professeure en ergonomie à l’Université Côte d’azur
Bruno Péquignot, professeur émérite de sociologie des Universités de Paris
Jean-Loup Mouysset, Oncologue médical, Hôpital Privé de Provence
Bernadette Meignan, médecin généraliste
Sébastien Lagorce, médecin généraliste
André Quaderi, Professeur de Psychologie, Université Côte d’Azur
Olivier Soulier, Médecin
Gilles Guglielmi, professeur de droit à l’Université Paris II Panthéon-Assas, Directeur du Centre de Droit public comparé 
Éric Desmons, professeur de droit public, université Sorbonne Paris Nord
Alain Wurtz, professeur émérite de Chirurgie Thoracique, Université de Lille
Bernard Dugué, ingénieur des Mines, docteur en pharmacologie, docteur en philosophie
Elizabeth Oster, avocat à la Cour, ancien membre du Conseil National des Barreaux
Arnaud Rey, chercheur en psychologie au CNRS
Mathias Delori, politiste, chargé de recherche CNRS 
Alexandra Menant, docteur en biologie, chercheuse au CNRS
Alain Deville, physicien, professeur émérite à l’Université Aix-Marseille
Thierry Oblet, Maître de Conférences en Sociologie, Université de Bordeaux
Éric Plaisance, professeur de sociologie à l’Université Paris Descartes
Thierry Flaget, Conseiller principal d’éducation
Marc Cognard, professeur de biologie et physique-chimie en lycée
Malick Abubakr Hamid Diallo, journaliste
Virginie Bauer, journaliste-enseignante
Cesare Mattina, enseignant/chercheur à Aix-Marseille Université
Nathalie Chapon, Enseignante et Chercheure à Aix-Marseille Université
Elise Carpentier, professeur de droit public à l’Université d’Aix-Marseille 
Marc Roux, professeur Honoraire de Zootechnie
Pascale Gillot, Maître de conférences en philosophie, Université de Tours
Charalambos Apostolidis, Professeur de droit international à l’Université de Bourgogne
Didier Blanc, Professeur de droit public à l’Université de Toulouse
Christophe Leroy, Biologiste, Docteur en Biologie Moléculaire et Cellulaire
Dominique Domergue Anguis, gynécologue 
Evelyne Fargin, professeur de chimie à l’Université de Bordeaux
David Lepoutre, professeur de sociologie, Université de Paris Nanterre
Isabelle Vinatier, professeur émérite de sciences de l’éducation à l’Université de Nantes
Marie Touzet Cortina, Maître de Conférences à l’Université de Bordeaux
Rose-Marie Castello, médecin du Travail
Sroussi Hubert, médecin généraliste (Montbéliard)
Cécile Bourdais, maîtresse de Conférences en Psychologie à l’Université Paris 8 Vincennes à Saint-Denis 
Marie Estripeaut-Bourjac, professeur Émérite à l’Université de Bordeaux
Rémy Marchal, professeur des universités à l’École Nationale Supérieure d’Arts et Métiers
Marie-Laure Cadart, médecin et anthropologue
Jean-Jacques Vallotton, médecin généraliste (39)
Florence Lair, radiologue libérale, Blois
Nassim Moussi, Architecte 
Jean-Christophe Besset, Réalisateur
Luc Petitnicolas, Responsable R&D - Chargé de cours
Murielle Dellemotte, Médecin du Travail 
Monique Lamizet, médecin
Bernard Lamizet, ancien professeur d’université à Sciences Po Lyon
Monique Romagny-Vial, professeur des universités
Jean-Jacques Robin, Juriste ancien directeur d’établissements médico-sociaux
Sébastien Aubert, professeur agrégé de Génie Mécanique, Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers
Laurence Maury, psychologue (psychologie sociale et cognitive)
Isabelle Aubert, Maitre de conférences HDR à l’Université de Bordeaux
Thierry Gourvénec, pédopsychiatre
Michèle Leclerc-Olive, chercheure retraitée CNRS-EHESS
Hélène Banoun, pharmacien biologiste, Docteur ès-sciences pharmaceutiques
Pierre Grenet, écrivain
André Cayol, enseignant chercheur retraité de l’Université de Compiègne Sorbonne
Shanti Rouvier, Docteure en Psychologie Clinique et Psychopathologie
Jean-Michel de Chaisemartin, psychiatre des Hôpitaux Honoraire
Gilles Mottet, enseignant artistique compositeur
Marta Barreda, Médecin généraliste, spécialiste en Santé Publique
Camille Allaria, Sociologue, chercheuse associée au CNRS
Pierre Duchesne, Psychanalyste
Michel Angles, médecin généraliste (12)
Daniel Robinson, médecin généraliste (Ecully)
Jean-Pierre Eudier, Chirurgien-Dentiste
Christian Perronne, médecin infectiologue
Christine Claude-Maysonnade, avocate (Tarbes)
Eugenia Lamas, chercheuse en éthique, INSERM
Hervé Joly, directeur de recherche CNRS, Lyon
Sylvie Laval, psychiatre
Daniel Chollet, médecin pneumologue
Brigitte Agostini, infirmière libérale, Propriano
David Esfandi, psychiatre-addictologue, Bordeaux
Thiou Sandrine, médecin généraliste à Besançon
Ariane Bourgeois, Avocat au Barreau des Hauts-de-Seine
Emmanuelle Lemonnier, médecin généraliste, Villenave d’Ornon
Jean-Jacques Coulon, médecin généraliste Bourges
Frédéric Monier, Professeur d’histoire contemporaine, Avignon Université
Marc Richevaux, magistrat, maître de conférences à l’Université du Littoral Côte d’Opale
Jean-François Lesgards, biochimiste, chercheur au CNRS 
Brigitte Weiss, Médecin généraliste
Laura Giusti, Médecin psychiatre
Mylène Weill, biologiste, directrice de recherche au CNRS
Eric Bouvier, pharmacien
Bernard Cornut, polytechnicien
Sophie Tasker, Traducteur et Expert Judiciaire
Mohamed Zelmat, biologiste médical 
Dominique Jaulmes, médecin retraitée, ancien PHTP AP-HP
Anne Marie Begue-Simon, ancien maître de conférences des Universités en sciences humaines, ancien médecin et expert honoraire près des Tribunaux
Tanguy Martinelli, médecin généraliste à Issigeac (Dordogne)
Frédéric Hasselmann, professeur de musique, chef d’entreprise, responsable d’association
Jean-Pierre Grouzard, retraité des Industries Electriques et Gazières
Caroline Mecary, Avocate aux barreaux de Paris et du Québec, Ancien Membre du Conseil de l’Ordre
Bernard Banoun, Professeur de littérature allemande, Sorbonne Université, Faculté des Lettres
Hugues Debotte, Conseiller en droit
Sendegul Aras, avocat au barreau de Strasbourg, Membre du Conseil de l’Ordre
Amandine Thomasset, psychiatre, praticien hospitalier 
Lisbeth Girard Claudon, Médecin généraliste 
Benoît Rousseau, juge des libertés et de la détention (Cayenne)
Cécile Fortanier, docteur en Économie de la Santé, Cadre Hospitalier 
Delphine Rive, médecin généraliste (Rezé)
Claude Gautier, professeur de philosophie, École Normale Supérieure de Lyon
Nathalie Caradot, médecin généraliste
Michel Soussaline, chirurgien AIHP- ACCAHP
Nicolas Sembel, professeur de sociologie à Aix-Marseille Université
Roland Pfefferkorn, professeur émérite de sociologie à l’Université de Strasbourg
Maryse Esterle, sociologue, enseignante-chercheure honoraire de l’université d’Artois
Lucie Jouvet Legrand, Maîtresse de Conférences en Socio-Anthropologie
Caroline Petit, chercheuse au CNRS
Pascal Lardellier, Professeur de sciences de la communication à l’Université de Bourgogne
Aurélia Vessière, Chercheur en maladies infectieuses
Nathalie Bauer, écrivain, traductrice littéraire
Marie-José Minassian, philosophe
Fausto Lanzeroti, Ostéopathe D.O.
Jean-Marc Le Gars, Avocat au Barreau de Nice
Michel Deshaies, Professeur de Géographie, Université de Lorraine
Thierry Orsiere, Ph D HDR, Ingénieur de Recherche en Toxicologie Génétique à Aix Marseille Université
Jean-Luc Viaux, professeur émérite de psychologie à l’Université de Rouen
Jacques Bouaud, chercheur en informatique médicale
Jean-Michel Crabbé, médecin généraliste (Besançon)
Patrick Bellier, Pneumologue
Isabell Erhardt, médecin généraliste 
Franklin Joulie, Chirurgie Gynéco-Obst (Nantes)
Pascal Sacré, Anesthésiste-réanimateur
Pierre-Olivier Weiss, Attache temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université des Antilles
Aurélien Dyjak, docteur en sociologie, formateur
Pascal Pannetier, Chef d’entreprise
Jean-Luc Stanek, Santé Navale et chirurgien-dentiste
Jeanine Jemet, médecin généraliste
Rosa Gutierrez Silva-Lenud, infirmière, diplômée en Santé publique
Claude Amzallag, musicien
Bénédicte Helfer, Expert Science de Régulation
Nicole Foulquier, Avocat (Beziers)
Claude Murtaza, médecin généraliste
François Gastaud, Chirurgien orthopédiste
Amélie Castellanet, historienne de l’art
Sara Melki, Ouvrière agricole
Léna Barbancey, infirmière
Vincent Pavan, maître de conférences en mathématiques, Aix-Marseille Université
Eve Martin, psychologue de l’Education nationale
Nicolas Védrines, kinésithérapeute diplômé en ingénierie
Gérard Ostermann, Professeur de Thérapeutique, Médecine Interne, Psychothérapeute
Michel Boudet, Médecin généraliste
Anne-Elisabeth Migeon, Diététicienne/Nutritionniste
félix giloux, critique d’art
Béatrice Adam, Kinésithérapeute
Maylis Ferry, post-doctorante en science politique au Centre Émile Durkheim
Justine Schaal, infirmière diplômée d’Etat
Idriss Abiola, infirmier anesthésiste, Paris
Pierre Sonigo, directeur de recherche et développement 
Rik Verhellen, médecin généraliste
Paul Rocchietta, directeur financier
Pierre Concialdi, chercheur en science sociales
Laurent Lederer, comédien
Alain Le Hyaric, Médecin de Santé publique, Paris
Koryna Socha médecin, PH, docteur en sciences médicales
Jean Baptiste Mouzet, praticien hospitalier gériatre, Maine-et-Loire
Gérard Le Roux, médecin généraliste retraité
Jean Jacques Gandini, Avocat honoraire, Montpellier 
Marie Monguet, psychologue clinicienne 
Jean-Marc Rehby, médecin généraliste (Lille)
François de Chabalier, psychiatre, épidémiologiste
Cynthia Galand, infirmière diplômée d’état
Christine Pavon, professeure des écoles
Sophie Helayel, Accompagnante d’élève en situation de handicap (AESH)
Jérôme Reynier, Docteur en psychologie sociale
Arthur Roncetto, bibliothécaire
André-Pierre Bouillet, médecin généraliste (Talant)
Jean-Dominique Michel, socio-anthropologue
Maryse Pechevis, Avocat à la Cour (Montpellier)
Nadège Pandraud, enseignant-chercheur à Aix-Marseille Université
Didier Delaitre, médecin légiste, Le Bourget
Peter El Baze, médecin Ancien attaché des Hôpitaux du CHU de Nice
Heike Freire, philosophe et psychologue, spécialiste de la Pédagogie Verte
Christian Castellanet, Agro-écologue
Dominique Leiber, médecin généraliste
Margot Mottet-Caisson, étudiante à l’Université
Pascal Roman, Professeur de Psychologie clinique, psychopathologie et psychanalyse à l’Université de Lausanne
Gaël Raimond, étudiant infirmier 
Joo Zimmermann, Ingénieur Agronome, chargée d’accompagnement
Maxime Langevin, doctorant en mathématiques appliquées
Hélène Chollet, Docteur en médecine 
Béatrice Petit, médecin généraliste
Raphaël Sendrez, masseur-kinésithérapeute et ostéopathe
Nicole Chaudiere, pharmacienne
Karim Souanef, maître de conférences en sociologie à l’Université de Lille
Vincent Manns, médecin généraliste acupuncteur
Martine Mérour, pneumologue
Myriam Balsat, médecin généraliste
Yves-Marie Mattheyses, Infirmier Anesthésiste
Anne Atlan, Directrice de Recherches au CNRS, Généticienne des populations et Sociologue
Caroline Mouzet-Heaulme, Médecin généraliste
Christophe Sgro, avocat, barreau de Nancy
Eliana Carrasco-Rahal, traductrice, autrice
Gilles Moulard, chauffeur-livreur
Adèle André, Juriste
Dominique Bouvier, pharmacienne
Marie-Louise Chaix, micro-entrepreneur
Ralph Lévy, Étiopathe
Nicole Roattino, pharmacienne Praticien Hospitalier
Chantal Hecq, retraitée
Evelyne Jaumary-Lapeyre, avocat, docteur en Science Politique
Sybille Burtin-Philibert, Médecin spécialiste de Santé Publique 
Laurent Durinck, médecin anesthésiste 
Véronique Ahari, édecin nutritionniste 
Nathalie George, médecin du travail et épidémiologiste
Frédéric Schnee, médecin gériatre coordonnateur en Ehpad
Dominique Crozat, professeur de géographie à l’Université Paul Valéry Montpellier 3
Thierry Medynski, médecin généraliste
Teddy Francisot, Avocat à Montpellier
Blanche Magarinos-Rey, avocate au Barreau de Paris
André Bonnet, avocat au barreau de Marseille
Hélène Palma, maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille
Jean Luc Wabant, avocat
Guy Chapouillié, Professeur Emérite à l’ENSAV de Toulouse
Évelyne Gandais, Dermatologue 
Nicole Karsenti, Médecin généraliste
Fabien Giboudot, médecin généraliste (39)
Gwennola Nouet Berthelot, docteur en médecine (49)
Édith Delbreil, avocate au barreau d’Avignon
Serge Rader, Pharmacien, Paris
Valérie Giraud, Sage-femme sexologue 
Emmanuel Sarrazin, médecin généraliste
Frédéric Barbe, maître de conférences associé à l’Ecole d’Architecture de Nantes
Jean Louis Pasquier, formateur pour adultes et praticien en cohérence cardio-respiratoire
Christine Pasquier, formatrice, coach et praticienne en cohérence cardio-respiratoire
Franck Enjolras, psychiatre et anthropologue 
Anne Catherine Martin, médecin généraliste
Paul-André Bellot, chirurgien dentiste
Francine Barouch, médecin Homéopathe (Nice)
Catherine Delmas, médecin généraliste, Toulouse
Jean Emsallem, médecin angéiologue
Morgane Miègeville, cadre de santé
Jean-Philippe Golly, informaticien
Patricia Melot, médecin généraliste
Christophe Lemardelé, docteur en histoire des religions, chercheur associé au CNRS
François Le Gall, musicien
Sylvie Huitorel, infirmière libérale (56)
Marc Arer, médecin généraliste (Saint-Etienne)
Philippe Bos, anesthésiste-réanimateur retraité
Aline Hubert, hydrogéologue
James Masy, maître de conférences en sciences de l’éducation à l’Université Rennes 2
Benoit Marpeau, maître de conférences en histoire, université de Caen-Normandie
Anne-Gabrielle Mottier, orthophoniste
Lidia Wacheux, aide-soignante
Laurent Toussaint, Conseiller en Investissements Financiers, Professeur à Montpellier Business School
Bénédicte Dassonville, médecin généraliste
Sylvie Imbert, informaticienne
Elsa Ronchi, Cheffe de projet Développement Social Urbain
Christophe Dargere, sociologue, chercheur associé au Centre Max Weber
Tamara Baron, psychologue
Dominique Géraud-Coulon, médecin rééducateur (Gap)
Pierre Maugeais, médecin généraliste (30)
Françoise Giorgetti-D’Esclercs, médecin Oto-rhino-laryngologiste, CHU Marseille
Manuel Zacklad, professeur en Sciences de l’Information et de la Communication au CNAM 
Paul Report, retraité, ancien magistrat des tribunaux administratifs et cours administratives d’appel
Marianne Bordenave-Jacquemin, maître de conférences en physiologie végétale, Sorbonne-Université
Catherine Raulin, médecin ostéopathe
Natacha Galet, psychologue Clinicienne, Psychanalyste
Gérard Delépine, chirurgien cancérologue statisticien
Nicole Delépine, pédiatre cancérologue
Jutta Schicht, éducatrice spécialisée
Eve Villemur, homéopathe , nutritionniste et praticienne en TCC
Béa Arruabarrena, maître de conférences Conservatoire National d’Arts et Métiers (CNAM) - Laboratoire DICEN
Sylvie Cagnin, médecin anesthésiste-réanimateur
Claire Neirinck, professeur de droit émérite, Université de Toulouse 1 Capitole
Thierry Loloum, médecin, psychiatre (16)
Véronique Le Gall, psychologue
Alain Tortosa, thérapeute
Colette Nordmann, médecin du Sport-Santé, Bures-sur-Yvette
Aude Meesemaecker, infirmière libérale, naturopathe, Montpellier
Noémie Garnier-Maugeais, professeure spécialisée pour enfants sourds
Leila Gofti-Laroche, pharmacien et épidémiologiste, praticien hospitalier au CHU Grenoble Alpes

Le Moucheron qui se croit un Aigle. Source de la capture d'écran: https://francais.rt.com/france/80184-dans-tribune-300-intellectuels-se-disent-atteres-reconfinement

Le Moucheron qui se croit un Aigle. Source de la capture d'écran: https://francais.rt.com/france/80184-dans-tribune-300-intellectuels-se-disent-atteres-reconfinement

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 > >>