Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

general leonid ivashov

Leonid Ivashov: Encore une fois à propos de la prochaine réunion au sommet (Partyadela 11.06.2021)

12 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Guerre, #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Russie, #USA

Leonid Ivashov: Encore une fois à propos de la prochaine réunion au sommet

 

11.06.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13595/

 

 

L'attention des médias mondiaux et de l'éventail politique des principaux pays est rivée sur la prochaine rencontre de Joe Biden avec Vladimir Poutine.

Il y a quelques jours, nous avons abordé ce sujet ("Ce qu'il faut attendre de la rencontre Biden-Poutine"), mais aujourd'hui, il existe de nombreuses versions différentes du résultat attendu, des spéculations et des prévisions. Rejoignons ce processus.

 

Il est donc évident que la réunion elle-même, et non l'ordre du jour annoncé, sort de l'ordinaire. L'ordre du jour ordonné est une histoire de couverture. Nous avons également écrit à ce sujet - la haine mutuelle des deux présidents, la confrontation généralisée ne disposent pas à un dialogue constructif. Il y a donc des circonstances extraordinaires qui ont obligé Joe Biden à inviter Poutine à la réunion, et Poutine à accepter sans condition.

 

Les experts constatent également que les deux camps sont très éloignés l'un de l'autre : M. Biden représente l'économie la plus puissante (pour l'instant), la deuxième après la Chine en termes de croissance, mais pas en volume ; la force militaire la plus puissante (même si le président et le ministre de la défense de la Russie ont fait de la publicité pour leurs capacités en matière de missiles) ; M. Biden est le chef du parti démocrate américain, tandis que M. Poutine est non partisan. Enfin, le président américain représente l'ensemble du monde occidental, le système financier mondial, et en fait, l'ensemble du monde capitaliste. Et qui représente Poutine ? La CEI n'existe plus, l'OTSC n'existe que formellement pour lutter contre le terrorisme international, qui semble s'être calmé. Et en général, la Russie a cédé avec succès l'espace post-soviétique à d'autres pays plus fortunés et moins corrompus et n'est pas impliquée dans la lutte pour les sphères d'influence, comme l'a démontré de manière flagrante un défilé militaire le 9 mai 2021, auquel, parmi les dirigeants des républiques post-soviétiques, seul le président du Tadjikistan était présent. Et au forum économique de Saint-Pétersbourg, je n'ai pas remarqué la présence de représentants de la Communauté des États indépendants.

 

Pour le Kazakhstan, le Kirghizistan, l'Ouzbékistan et le Turkménistan, la Turquie, la Chine et un peu d'OTAN se battent. Le Tadjikistan ne sait pas à qui "se livrer" - à la Chine, à l'Iran ou rester avec la Russie pour l'instant. Le Caucase est soumis avec confiance par la Turquie. Avec la démission du pro-russe Dodon, la Russie a également réussi à se débarrasser de la Moldavie. La même chose arrivera à la Biélorussie après la démission de Lukashenko (je suppose dans 2 ou 3 ans). Une question spéciale sur l'Ukraine.

 

La politique russe (si l'on peut l'appeler ainsi), qui se reflète le plus clairement dans les informations officielles, vise à faire de l'Ukraine un État hostile pendant longtemps, voire pour toujours. C'est ce dont Otto von Bismarck rêvait, ce qui était expressément écrit dans la directive américaine NSC-20/1 du 18 août 1948 "Sur la politique américaine envers la Russie soviétique", ce qui a été gentiment décrit par Z. Brzezinski dans son œuvre principale "Le Grand Échiquier" ("Avec l'Ukraine, la Russie est une grande puissance mondiale, sans l'Ukraine - un pays asiatique"). L'actuelle Fédération de Russie suit strictement et clairement ces testaments, les prenant comme un ordre. Chaque jour, toutes les chaînes de télévision publiques de la Fédération de Russie diffusent en permanence des talk-shows anti-ukrainiens, des "experts", des députés, des politologues et d'autres "spécialistes" qui prédisent la fin du pays indépendant et en font le pire ennemi de la Russie. Il en va de même dans la presse écrite et dans les déclarations des officiels, tant du côté ukrainien que russe. C'est-à-dire un projet unique et coordonné visant à changer l'esprit des gens ordinaires. Et cela donne le résultat.

 

Le 6 juin 2021, une connaissance de Crimée m'a appelé et demandé de l'aide. Il a trois filles - deux d'entre elles vivent avec leurs familles en Crimée, la troisième vit à Kiev. Ils ont décidé de se rencontrer en Crimée, chez leurs parents. Et la femme de Kiev, après avoir établi tous les documents nécessaires, s'est rendue avec ses deux enfants, des cadeaux et tout le reste au poste frontière de Chongar - Dzhankoy (Crimée). Aux postes de contrôle frontaliers ukrainiens et russes, les files de voitures sont longues dans les deux sens et les conditions de vie sont inexistantes. Plus une bureaucratie et une hostilité créées artificiellement.

 

Mais les gens, néanmoins, se rapprochent les uns des autres. Et la tâche des politiciens et des bureaucrates, apparemment, est d'arrêter ce contre-mouvement et de semer la haine envers la Russie, et du côté russe - envers l'Ukraine. Notre femme de Kiev avec les enfants a réussi à traverser la frontière ukrainienne puis 4 km à pied (bande neutre entourée de barbelés et à certains endroits - minée) jusqu'au poste de contrôle russe avec des dizaines d'autres "voyageurs" dont un handicapé en fauteuil roulant. Une dame en uniforme, à l'air costaud, les accueille, examine superficiellement leurs documents et trie les visiteurs en deux parties : "Entrez" et "Revenez". A la question "retour où ?" La réponse : "D'où venez-vous ? Les tentatives d'explication, pour aller aux toilettes au moins, ne sont pas acceptées. Il n'y avait nulle part où s'asseoir, sans parler d'autre chose. Dans notre cas, le motif du refus de la visite de la Crimée est devenu le certificat  du test pour un coronavirus (qu'il soit damné) - date pas claire. La version électronique du certificat, que les Ukrainiens utilisent pour voyager en Europe, n'est pas acceptée. Le handicapé en fauteuil roulant a également été renvoyé, malgré ses sanglots. Le dimanche, j'ai appelé mes amis, des vétérans des troupes frontalières soviétiques, et ils ont appelé leurs élèves, et le problème était résolu. Dieu merci, quelque chose d'humain a été préservé dans les structures subordonnées au FSB. Mais avec de telles tendances, cela ne durera pas longtemps. Naturellement, après avoir franchi les postes de contrôle frontaliers, les enfants ont demandé à utiliser les toilettes. Oui, il n'y a pas de parking pour les voitures et les rencontres, mais il y a des toilettes. C'est comme dans les camps de concentration fascistes : un sol en planches avec des trous découpés et pas nettoyé depuis 2014. Par la suite, mes amis, les gardes-frontières se sont excusés en expliquant que le financement était faible. Probablement. Mais le Forum de Saint-Pétersbourg a montré que nous n'avons tout simplement pas d'autre endroit où dépenser de l'argent que pour des événements complètement inutiles et vides, notamment les Jeux olympiques d'hiver, les championnats du monde de football, toutes sortes de sommets, et ainsi de suite ; nous jetons des milliards, nous volons aussi des milliards. L'équipement du poste frontière de Dzhankoy (Russie) aurait pu valoir le prix d'une bouteille de whisky, celle que M. Gref a offert à ses invités au forum de Saint-Pétersbourg. Et après de tels voyages, que j'ai décrits comme un fait, tous ceux qui le rencontrent fuiront la Russie. Et nous en sommes témoins sur le territoire post-soviétique. La grande civilisation ethno-culturelle mondiale, qu'était l'URSS, appartient au passé. Aujourd'hui, la Fédération de Russie est un pays solitaire qui pleure son passé et avance avec confiance vers l'oubli. Mais Poutine dit que nous avons le climat d'investissement le plus favorable en Russie. Et en général, nous sommes les meilleurs et les plus irremplaçables dans ce monde.

 

Revenons à la prochaine réunion en espérant que Biden ne sera pas informé des toilettes à la frontière entre la Russie et l'Ukraine. Il est peu probable que les médias officiels et une éventuelle conférence de presse, s'il y en a une, nous apprennent l'essentiel du résultat. Et les rossignols de Poutine chanteront l'immense succès de la diplomatie russe et le génie de notre président et sa victoire sur Biden. Le ton a déjà été donné sur toutes les chaînes de télévision et dans la presse. Le ministère russe des Affaires étrangères prend des mesures pour réduire le degré d'importance des négociations à venir. En fait, je crois que cette rencontre aura de graves conséquences géopolitiques, car les présidents américains n'agissent que depuis la position d'avantage stratégique et ne s'envolent pas vers des passe-temps oisifs. Mais, en règle générale, le résultat obtenu est déclaré après une déclassification limitée à 50 ans. Telle est la tradition. Réfléchissons à l'objectif possible de la réunion proposée par M. Biden. Option 1. L'élite américaine est sérieusement préoccupée par la menace d'une éruption de super-volcan* et la nécessité d'évacuer une partie de la population vers la Russie, vidant ainsi le territoire de sa population. Option 2. Biden essaiera d'amener Poutine à une guerre commune contre une invasion extraterrestre et à la création d'un commandement planétaire unifié (sous la direction des États-Unis). Ce sujet est mis en avant aux États-Unis, et en juin de cette année, les services de renseignement américains devraient rendre compte au Congrès américain de la réalité de cette menace. A notre avis, il s'agit d'un bluff qui permettra d'établir la domination mondiale du capital américain (transnational) de manière "légale". Option 3. Proposer à Poutine de quitter la présidence de la Fédération de Russie en échange de la levée des sanctions et de l'absence de poursuites devant un tribunal international pour la destruction du Boeing malaisien au-dessus de l'Ukraine. Dans le même temps, Biden posera comme condition la désignation du successeur de Poutine. L'option consistant à contenir l'expansion territoriale de la Chine en Russie et dans l'espace post-soviétique ainsi que la saisie par Pékin des ressources naturelles et des technologies militaires russes est également possible.

 

Dans ce cas, le partenaire de Poutine ne se contentera pas de parler ou de le persuader verbalement, mais il présentera certainement des arguments de poids, ou plus précisément, des compromis et les conséquences d'un éventuel rejet des propositions américaines. Il s'agit là aussi d'une tradition américaine. C'est ainsi qu'ils ont agi de tout temps contre les pays plus faibles. L'exception est l'URSS de la période stalinienne pendant la guerre et le monde de l'après-guerre. Les États-Unis sont maintenant confrontés à un choix difficile : leur influence dans l'espace mondial est en train de diminuer partout. La Chine, qui n'a pas de projet universel, réalise avec dynamisme son projet national (intérêts chinois) de maîtrise du monde, et encourage les autres pays à développer leurs projets nationaux. La Russie n'a ni projet mondial, ni projet national, et elle a déjà perdu son statut de civilisation mondiale, tandis que les multinationales présentes sur le territoire russe opèrent à des fins purement mercantiles et rien de plus. La Russie est aujourd'hui une zone de chasse libre. Mais ses ressources naturelles sont d'une grande importance pour la Chine, l'Europe et les États-Unis. Par conséquent, l'élite américaine, d'une part, fait tout son possible pour empêcher ses concurrents d'acquérir ces ressources et, d'autre part, pour mettre en œuvre son plan de prise de contrôle "pacifique", comme cela s'est produit avec "Russian Aluminum" de O. Deripaska, "NorNickel" de V. Potanin et d'autres. C'est peut-être pour cela qu'il faut lancer un ultimatum ferme à Poutine. Nous attendrons.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

 

* Caldeira de Yellowstone (Wyoming) aux Etats-Unis: https://fr.wikipedia.org/wiki/Caldeira_de_Yellowstone
C'est le "tendon d'Achille" des États-Unis. Naturelle ou provoquée, son éruption aurait des conséquences terribles. Le général Ivashov l'a constamment répété dans ses écrits.

Diagramme de la caldeira de Yellowstone surmontant la chambre magmatique du point chaud de Yellowstone.

Diagramme de la caldeira de Yellowstone surmontant la chambre magmatique du point chaud de Yellowstone.

Lire la suite

Leonid Ivashov : la Russie est à court d'hommes (Club d'Izborsk, 10 juin 2021)

11 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Guerre, #Russie, #Europe, #USA

Leonid Ivashov : la Russie est à court d'hommes  (Club d'Izborsk, 10 juin 2021)

Leonid Ivashov : la Russie est à court d'hommes

 

10 juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21194

 

 

 

Des marines américains agiles et énergiques ont débarqué sur la côte de la mer Noire. Lunettes de protection noires et tenue de camouflage adaptée à la région. L'exercice militaire « Sea Breeze », ou "Brise de mer" en ukrainien, n'a pas manqué d'inquiéter nos militaires russes. Le ministère russe de la Défense soupçonne l'OTAN de rapprocher les armes des points chauds "sous couvert d'exercices". Elle est déjà relativement proche de nous aussi. Surtout à la télévision, et c'est dommage que le film ne soit pas un long métrage, mais un documentaire.

 

Les armes, les munitions et les provisions les plus modernes pour les bataillons de volontaires ukrainiens se trouvent déjà sur le territoire de la "république fraternelle". Les formations nationalistes qui se tiennent à la frontière avec les républiques de Donetsk et de Louhansk ont-elles attendu le "peremogi" ? Ou, comme disent les Américains, la victoire.

 

D'une part, ce n'est pas nouveau. Le Congrès américain sous le président Barack Obama voulait fournir des armes létales à l'Ukraine. À l'époque, nos parlementaires ont instantanément discuté de la question de rendre au président Vladimir Poutine le droit d'introduire des troupes dans le pays voisin.

 

Mais les parlementaires, les premiers comme les seconds sont, comme le disait Aristote, de tels "animaux politiques" qui vivent dans une niche écologique chaude de leurs institutions et sont habitués à une belle vie bien nourrie. D'autres doivent mourir pour eux. Ils seront protégés par les services de sécurité en cas de problème - comme cela s'est produit lors de la prise d'assaut du Congrès américain par des partisans mécontents de Donald Trump.

 

Trump, d'ailleurs, était contre une aide coûteuse au libre arbitre oligarchique ukrainien. L'administration américaine de Joe Biden a de nouveau demandé plus d'un demi-milliard de dollars au Congrès pour l'année fiscale 2022. Ils doivent aller aider l'Europe, et comme "réponse aux défis croissants de la Russie et de la RPC".

 

- Les Américains sont maintenant la force organisatrice en Europe. Ils persuadent les Roumains de sortir leurs navires décrépits contre la Russie. Ils fourniront des armes, amèneront des soldats. Et alors ? Il me semble qu'il y a une accumulation de peur en Russie pour nous faire avoir peur de tout.

 

Maintenant, la confrontation avec les Turcs est plus importante. Que signifiera la pose d'un nouveau canal près du Bosphore ? Ensuite, les Turcs eux-mêmes décideront qui laisser entrer et qui ne pas laisser sortir. La convention de Montreux n'y fonctionnera plus. La situation est plus grave pour la mer Noire.

 

Mais les menaces extérieures ne sont pas l'essentiel. Ce qui se passe à l'intérieur : toute personne est saisie, emprisonnée, arrêtée. Et les territoires sont cédés sans aucune lutte : Dmitry Medvedev, lorsqu'il était président, a cédé une partie de la mer de Barents, Vladimir Poutine a cédé une partie du territoire en Extrême-Orient, et tout le monde nous fait peur que les Américains laissent une unité. Bien sûr, ils quitteront leurs instructeurs afin de surveiller le cours vers des relations hostiles entre l'Ukraine et la Russie.

 

Ils travaillent avec succès pour eux-mêmes : ils ont pris deux nations fraternelles, les ont séparées. Dans deux ou trois ans, je pense que la même chose arrivera à la Biélorussie. Les Biélorusses nous regarderont de la même manière hostile, ils se retourneront contre nous.

 

Le Kazakhstan s'éloigne déjà de la Russie - il introduit l'alphabet latin au lieu du cyrillique. L'Ouzbékistan n'est même pas membre de l'OTSC. L'Arménie, c'est clair, va se tourner vers l'Europe. Avec qui allons-nous rester ? Les Kirghizes sont les seuls qui nous collent encore à la peau. Mais eux aussi peuvent se tourner vers la Chine. Nous resterons dans un espace hostile.

 

Et la raison est que la Russie n'a plus d'hommes. Il suffit de nous mettre un nœud coulant et de le serrer au bon moment, et nous deviendrons tous soumis. Il ne s'agit pas d'un "esclavage numérique", qui est redouté, mais d'un esclavage psychologique. C'est de l'intimidation, de l'alarmisme. Que demain un missile américain arrivera, ou que quelqu'un atterrira quelque part. Et en réalité, nous voyons tous ce que les autorités font au milieu de cette peur. Et pourquoi devraient-ils nous bombarder, nous attaquer ? Si Medvedev est à nouveau élu président, nous courrons voter pour lui. Et c'est "pire que la bombe atomique".

 

- Mais le président Poutine, je m'en souviens, s'est montré énergique lorsque les troupes géorgiennes ont attaqué l'Ossétie du Sud. Certaines mesures ont été prises en 2008.

 

- Quel genre d'actions ? Pendant vingt-quatre heures, nos troupes à la frontière n'ont pas pu recevoir de commandement ! Le commandant adjoint du district militaire du Caucase du Nord m'a personnellement appelé et m'a conseillé sur la marche à suivre. Il existait autrefois un "troisième paquet" à ce sujet, qui devait être ouvert en cas de situation d'urgence. Je lui ai rappelé ceci. Il a répondu que tous les paquets ont été emportés. Je lui ai conseillé d'envoyer des gens en hélicoptère pour capturer le col de Roki. Il s'est avéré que tous les avions ont également été retirés du district.

 

Le chef d'état-major général n'a pris aucune décision sans le ministre de la Défense. Ils ont cherché Serdyukov pendant six heures et ne l'ont pas trouvé. Poutine était aux Jeux olympiques, Medvedev était sur un bateau quelque part le long de quelques rivières. C'est tout !

 

La Géorgie a attaqué la Russie. Pendant qu'ils se rassemblaient, plusieurs de nos soldats de la paix ont été tués. Le district n'était pas préparé aux opérations de combat. J'ai appelé le commandant et lui ai dit que demain ils lui passeraient les menottes. Il s'est excusé du fait que personne ne donnait l'ordre. Je lui ai expliqué que pour se décharger de cette responsabilité, les officiers supérieurs la lui remettraient.

 

Des forces ont été rassemblées, on a envoyé des casques bleus pour les protéger... Mais seul un bataillon tchétchène dirigé par Yamadayev y travaillait, et des volontaires ossètes. Dès qu'ils ont commencé à couper les têtes des militaires géorgiens, ils se sont enfuis...

 

Alors qu'en Ukraine, ils se vantent que dans le projet de budget pour l'année fiscale 2022, l'Amérique a prévu 255 millions de dollars d'aide "pour contrer l'agression russe". Techniquement, il est dit que tout cela est uniquement destiné aux "réformes et au développement de la société civile". Le budget n'a pas encore été adopté par les deux chambres du Congrès américain. S'il est adopté, ils n'ont plus qu'à espérer le "voler" comme d'habitude.

 

Sergei Chemezov, chef de la Corporation Rostekh, a déjà comparé le durcissement de la pression exercée par l'Occident sur la Russie à la guerre. Selon lui, l'Occident n'est pas prêt pour des sanctions trop sévères contre notre pays. Ou peut-être Sergey Viktorovich lui-même n'est-il pas prêt pour cela et projette-t-il son manque de préparation sur ses homologues réels ou potentiels ?

 

Tout ce qui est possible pour nous compliquer la vie, l'Occident, selon lui, l'a déjà fait. Puis vient la guerre. Nous devons nous y préparer. Et les Américains et les Européens ne le font pas. Pourquoi ? L'Amérique poursuivra allègrement son influence sur l'Europe, "pour garder la Russie dans le ton". Mais en même temps "ne pas lui donner l'opportunité de se développer". Le développement se fait dans un tonus. Et dans les périodes de stagnation, il y a la décadence.

 

Nos faucons et leurs homologues occidentaux continuent donc de tester leurs biceps à distance. Mais Sergey Chemezov n'a pas l'air d'un faucon. Quand il travaille dans l'industrie de la défense, il n'est un faucon que dans sa description de poste. Mais si tu le regardes de cette façon, ce n'est rien d'autre qu'un pigeon.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) - Personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel Général. En 1996 - 2001, chef de la direction principale de la coopération militaire internationale au ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. De 1996 à 2001, il est devenu le chef du département de la coopération militaire internationale du ministère de la défense, colonel-général de Russie. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Leonid Ivashov: Que faut-il attendre de la rencontre entre Biden et Poutine ? (Partyadela, 31.05.2021)

3 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Russie, #USA

Leonid Ivashov: Que faut-il attendre de la rencontre entre Biden et Poutine ?  (Partyadela, 31.05.2021)

Leonid Ivashov: Que faut-il attendre de la rencontre entre Biden et Poutine ?

 

31.05.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13516/

 

 

Réfléchissons d'abord aux circonstances.

 

Qu'est-ce qui a poussé le président américain Joe Biden, qui vient d'entrer en fonction et qui a immédiatement lancé un défi politique à Poutine, le qualifiant même d'assassin, à faire volte-face et à proposer une rencontre ? Biden a parfaitement vu que la Russie, tant en coulisses qu'officiellement, était catégoriquement contre lui dans sa confrontation avec Trump. De plus, il a régulièrement jeté des matériaux compromettants sur Biden et son fils dans les médias mondiaux. C'est pourquoi le président américain n'a pas d'autres sentiments que la haine de Poutine. Et quel est le sentiment avec lequel le président russe se prépare à cette rencontre désagréable ? Je pense que le lecteur le comprend très bien. Mais au-delà des sentiments personnels, il y a aussi des problèmes politiques.

 

Tout d'abord, la proposition américaine a été faite en violation des règles de la pratique politique et diplomatique et de l'éthique internationale : la date, l'heure, le lieu et l'ordre du jour ont été clairement définis. Et il n'y a pas de déviations ni d'options russes, pas même dans les détails du protocole. Soit vous acceptez sans condition, soit la réunion n'aura pas lieu par votre faute. Pour Poutine, c'est essentiellement une assignation à comparaître. Ou une convocation devant le procureur (comme dans le film Captive du Caucase : soit je l'emmène au bureau d'enregistrement, soit elle m'emmène au procureur). Deuxièmement, Biden n'a pas présenté d'excuses pour l'insulte faite à Poutine et n'a pas fait référence à une mauvaise traduction. Troisièmement, toujours sur la base de ma propre pratique, les préparatifs de réunions aussi importantes, surtout lorsque les dirigeants des principaux pays se rencontrent, nécessitent des consultations avec les représentants des parties, afin de déterminer conjointement l'objectif, le résultat souhaité, d'élaborer le texte d'un communiqué ou d'une déclaration, de créer des groupes de travail, etc. Et lorsque toutes les questions ont fait l'objet d'un accord, des rapports contenant des propositions à l'intention des dirigeants suivent, ainsi que des points non convenus sur leur résolution. Il semble que (si les préparatifs ne se déroulent pas dans le secret militaire) la partie russe ne soit pas encore fixée sur la question principale, à savoir s'il faut aller à cette réunion.

 

Et bien sûr, il y a de grands doutes quant aux résultats dans le paradigme des avantages et des inconvénients. Surtout à l'approche des élections, où le parti au pouvoir peut perdre, et il aura alors une excuse : le chef de l'État a aggravé notre situation en perdant contre Biden. Donc, le dilemme pour la partie russe est de savoir s'il faut y aller ou non. Dans une situation normalement calme, Poutine aurait au moins imposé des conditions pour égaliser les chances, ou aurait poliment reporté la réunion à un moment plus propice. Mais pas maintenant. Essayons d'approfondir le problème. La raison pour laquelle M. Biden a soudainement changé de position et adouci le ton de son attitude envers M. Poutine, et la Russie en général, n'est pas très claire. Très récemment (je suppose que ce n'est pas à l'insu de Washington), l'Ukraine retirait des troupes pour attaquer le Donbass et Luhansk, et la Russie aux frontières de l'Ukraine, et la guerre semblait inévitable. Même l'OTAN a annoncé qu'elle prenait l'Ukraine sous sa protection, ce qui a menacé de déclencher une guerre paneuropéenne, qui, à son tour, a provoqué le risque d'une guerre mondiale. Soudain, toutes les parties se sont retirées, les États-Unis en premier lieu, même si, dans un scénario simple, il semblait qu'une guerre européenne, ou du moins une bataille russo-ukrainienne, était tout à fait avantageuse pour les faucons et Biden.

 

Elle profiterait également aux compagnies d'hydrocarbures américaines - en fermant définitivement le Nord Stream 2 et le Turkish Stream, libérant ainsi l'Europe pour les hydrocarbures de schiste américains. Et la guerre aurait résolu ce problème. Mais, Dieu merci, ce n'est pas le cas. Il est naturel de supposer que quelqu'un de plus puissant que le président américain a donné à Biden l'ordre de ne pas partir en guerre, mais de rencontrer Poutine, de lui serrer la main et de parler de quelque chose. C'est-à-dire envoyer un signal au monde pour qu'il ne se précipite pas dans la guerre. Ou peut-être que le président américain nouvellement élu a pris conscience de la responsabilité des événements à venir, ce que je ne crois pas. Le plus probable (selon l'opinion de mon auteur) est que cet acteur tout-puissant est la corporation financière mondiale qui domine le processus politique mondial. Et après avoir calculé tous les avantages et les inconvénients, le sommet de cet iceberg est arrivé à la conclusion qu'il subira des pertes au lieu de gros profits. Oui, en règle générale, les financiers gagnent beaucoup d'argent avec les guerres. Mais c'est quand ils ne sont pas au pouvoir. Aujourd'hui, après avoir vaincu Trump, un représentant d'un capital différent - capital industriel et manufacturier, capital financier, dont le représentant dans l'exécutif est J. Biden, est politiquement responsable à la fois des États-Unis et du système financier mondial, de l'état du dollar. Et, naturellement, ils ne gaspilleront pas la victoire globale sur des particularités sous forme d'animosité personnelle des présidents des deux pays. Une autre option est également possible. Par exemple, en mettant en œuvre le programme de construction de l'ordre mondial du capitalisme inclusif, le capital financier a révélé que l'oligarchie russe et les fonctionnaires corrompus, y compris les hauts dirigeants du pays, considèrent le projet inclusif comme un sauveur pour eux-mêmes. Cela signifie que la Russie peut devenir la locomotive de l'invention du Finintern. C'est pourquoi Biden et Poutine ont reçu l'ordre de mettre de côté tout ce qui est personnel et de travailler à un ordre mondial inclusif, qui sera déterminé par le capital financier. Et une guerre chaude n'est pas du tout nécessaire ici, du moins pas encore : le projet n'en est qu'à ses débuts. Les guerres hybrides, dominées par le soft power, sont bien établies et, de plus, elles sont peu coûteuses et même rentables.

 

Nous ne devons pas espérer que Poutine et Biden, lors de leur rencontre, feront une percée (non pas en paroles, mais en actes) en termes de stabilité stratégique. Je pense qu'ils ne seront pas autorisés à le faire. Ils travailleront fidèlement à partir du scénario qu'ils ont écrit, malgré leur animosité personnelle mutuelle. Peut-être se prendront-ils dans les bras sous les caméras de télévision ou se tapoteront-ils l'épaule en souriant. Et alors seulement, ils cracheront. Et dans l'ensemble, je suppose que la réunion ne sera utile que pour clarifier les positions du sujet financier mondial de la puissance mondiale. Mais c'est la tâche de l'analyse géopolitique approfondie et du pronostic systématique.

 

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Leonid Ivashov : la réponse à la pression militaire occidentale doit être asymétrique (Club d'Izborsk, 1er juin 2021)

1 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Général Leonid Ivashov, #Europe, #OTAN, #Politique, #Russie

Leonid Ivashov : la réponse à la pression militaire occidentale doit être asymétrique  (Club d'Izborsk, 1er juin 2021)

Leonid Ivashov : la réponse à la pression militaire occidentale doit être asymétrique

 

1er juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21151

 

 

- Le ministère russe de la Défense va créer environ deux douzaines de nouvelles formations et unités militaires dans le district militaire occidental en réponse aux actions de l'OTAN dans cette direction stratégique.

 

- Je commence déjà à considérer ces scénarios de tension militaire comme une sorte de collusion entre les politiciens et les militaires occidentaux et les nôtres. Les deux bénéficient du fait qu'il y a du travail, du financement et du chargement du complexe militaro-industriel. Je crois qu'il y a une sorte de processus de suivi en cours.

 

Quelqu'un en Occident dit quelque chose et mène des exercices, et nous répondons, parfois avec plus de force, en disant que nous avons les meilleurs moyens de destruction que personne d'autre ne possède. La partie adverse commence également à réagir, et le Congrès exige que nous réglions les choses et réduisions l'écart, et nous ripostons, et ainsi de suite. C'est ainsi que se déroule le précurseur de la guerre.

 

Il existe non seulement une réponse symétrique, mais aussi une réponse asymétrique. Ils commencent leur rhétorique anti-russe non pas même pour le plaisir de la guerre, mais pour des raisons commerciales, politiques, électorales. Dans ce cas, nous devons utiliser la réponse asymétrique plus souvent. Aujourd'hui, la principale force de frappe dans le monde est le soft power et la guerre hybride. Il me semble que nous ne devrions pas répondre de manière aussi directe. D'autant plus que notre économie n'est pas brillante dans l'ensemble et que la situation sociale de nos citoyens est tout à fait tragique.

 

Notre peuple se concentre sur le fait que tout le monde nous menace, nous n'avons pas d'alliés stratégiques, il n'y a que des ennemis autour de nous, donc nous devons nous armer, et notre peuple doit se serrer la ceinture et tout supporter. Je ne pense pas que notre principale menace aujourd'hui soit l'OTAN ou l'Amérique.

 

- Il s'agit de quoi ?

 

- Si demain des troubles éclatent, nous n'aurons pas de métaux, pas d'aluminium, pas de nickel, pas de terres rares, car tout cela va à l'Ouest.

 

La société russe Rusal n'a plus de russe que le nom. Il s'agit en fait d'une société américaine. La procédure de divorce de Potanin pourrait entraîner le départ de Norilsk Nickel vers la Grande-Bretagne également. En outre, tout propriétaire peut adopter une nationalité étrangère et l'entreprise partira à l'Ouest. C'est le principal danger. Et nous dirigeons toutes nos forces et nos médias officiels vers l'OTAN.

 

Je ne suis pas d'accord avec ce genre de réponses. Nous devons créer des projets pour le développement de la Russie, ce que nous n'avons pas aujourd'hui. Nous ne savons pas où nous allons et quel genre d'État nous construisons, et nous ne voyons que des ennemis partout. Le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est une erreur, et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est une trahison.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) - Personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel Général. En 1996 - 2001, chef de la direction principale de la coopération militaire internationale au ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. De 1996 à 2001, il est devenu le chef du département de la coopération militaire internationale du ministère de la défense, colonel-général de Russie. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Leonid Ivashov : Les États-Unis ont continuellement développé des armes biologiques. (Club d'Izborsk, 12 mai 2021)

13 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Opération Coronavirus, #Politique, #Russie, #USA, #Société

Leonid Ivashov : Les États-Unis ont continuellement développé des armes biologiques.  (Club d'Izborsk, 12 mai 2021)
Leonid Ivashov : Les États-Unis ont continuellement développé des armes biologiques.  (Club d'Izborsk, 12 mai 2021)

Leonid Ivashov : Les États-Unis ont continuellement développé des armes biologiques.

 

12 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21040

 

 

Le Conseil de sécurité russe a accusé les États-Unis d'intensifier le développement d'armes biologiques pour divers pays du monde. Le premier secrétaire adjoint du Conseil de sécurité, Yury Averyanov, a fait cette déclaration.

 

"Ces dernières années, les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN ont considérablement intensifié la recherche biologique dans de nombreux pays du monde. Les États-Unis élaborent des plans de travail individuels pour chaque pays en fonction des besoins des bioprogrammes nationaux, principalement à des fins militaires", a déclaré M. Averyanov dans une interview accordée à RIA Novosti.

 

Il a ajouté que ces activités sont mises en œuvre par l'imposition rigide du Partenariat mondial pour la non-prolifération des armes de destruction massive, des engagements biologiques bilatéraux conjoints et des programmes conjoints de réduction des menaces.

 

Au début du mois d'avril, le secrétaire du Conseil de sécurité de la Russie, Nikolai Patrushev, a déclaré dans une interview que de plus en plus de laboratoires biologiques sous contrôle américain se développaient à pas de géant dans le monde, notamment près des frontières de la Russie et de la Chine. Selon son évaluation, il y a de bonnes raisons de croire que des armes biologiques y sont développées.

 

"Bien sûr, nous et nos partenaires chinois avons des questions. On nous dit qu'il existe des stations sanitaires pacifiques près de nos frontières, mais elles nous rappellent plutôt Fort Detrick dans le Maryland, où des Américains travaillent sur la biologie militaire depuis des décennies", a déclaré M. Patrushev.

 

Le secrétaire du Conseil de sécurité a attiré l'attention sur les épidémies de maladies qui ne sont pas caractéristiques de ces régions et sur le fait que les gouvernements des pays où se trouvent les installations "n'ont aucune idée réelle de ce qui se passe entre leurs murs".

 

Le sujet du développement d'armes biologiques, y compris sur le territoire des républiques post-soviétiques, a été soulevé plus d'une fois ces dernières années. Par exemple, en 2018, Igor Kirillov, chef des troupes de protection radiologique, chimique et biologique (RCDP) des forces armées russes, citant des données de l'ancien ministre géorgien de la Santé Igor Giorgadze, a déclaré que les Américains du laboratoire Lugar en Géorgie pourraient avoir testé un agent chimique hautement toxique sur des humains, entraînant la mort de 73 citoyens géorgiens.

 

En avril 2020, le ministère russe des Affaires étrangères a exprimé son inquiétude concernant le "Centre de recherche en santé publique de Lugar" construit par les États-Unis en Géorgie et a préconisé que des experts russes visitent ce centre. Tbilissi a rejeté les accusations de double activité de laboratoire, mais a accepté d'accorder l'accès aux experts russes uniquement dans le cadre d'une équipe internationale.

 

 

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, la menace de développer des armes biologiques de destruction massive s'est accentuée. Bien que les scientifiques, y compris russes, n'aient trouvé aucune preuve que le virus soit d'origine humaine, le colonel général à la retraite Leonid Ivashov, président de l'Académie des problèmes géopolitiques, estime qu'une telle possibilité est bien réelle et appelle à un renforcement des efforts de lutte contre les armes biologiques.

 

- Il n'y a rien de nouveau dans ces informations ; elles ont simplement commencé à mettre l'accent sur la politique américaine. Les armes biologiques ont été continuellement développées par eux. La recherche s'est particulièrement intensifiée après la Seconde Guerre mondiale, nous avons enregistré cette activité lorsque nous avons atteint la parité nucléaire avec les États-Unis.

 

Bien entendu, la communauté internationale s'est opposée à cette recherche. Mais les Américains ont bloqué la Convention sur l'interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes biologiques de 1972, et bloqué jusqu'à ce jour sous le prétexte de l'impossibilité de contrôle. La convention existe, mais elle ne fonctionne pas pour eux.

 

Les services de renseignement soviétiques ont bien travaillé, et nous avons reçu des informations selon lesquelles ce type d'armes était créé dans le monde entier - en Afrique, en Asie du Sud-Est, où, sous couvert de recherche sur les insectes ou la fièvre, des bio-laboratoires ont été créés. Après l'effondrement de l'Union soviétique, les Américains ont placé sous leur contrôle tous les laboratoires des nouveaux pays indépendants. Ils ont pris tous les laboratoires de Géorgie, d'Arménie et ont pris sous leur contrôle tout ce qui était développé en Ukraine et dans d'autres États post-soviétiques.

 

Nous n'avons pas réagi à cela de quelque manière que ce soit. Il aurait été possible de faire la même chose, comme pour les armes nucléaires qui ont été exportées des anciennes républiques soviétiques vers la Russie en vertu du protocole de Lisbonne. La même chose aurait dû être faite avec la recherche et le savoir-faire biologiques. Mais nous avons donné tout ça aux Américains.

 

Et aujourd'hui, nous devrions dire des mots désagréables à l'adresse des dirigeants modernes de la Fédération de Russie. Pourquoi se vanter constamment de nouveaux types d'armes ? Vladimir Poutine en 2018 lors de son discours à l'Assemblée fédérale a beaucoup parlé du fait que nous avons les missiles les plus puissants et ainsi de suite. En faisant cela, nous provoquons les Américains à riposter. Oui, les armes doivent être développées, mais nous ne devrions pas nous vanter d'avoir les moyens les plus efficaces de tuer des gens.

 

En outre, les Américains développent aujourd'hui de nouveaux moyens de destruction massive interdits ou généralement non réglementés - il s'agit d'armes informationnelles-psychologiques et psychotropes, qui frappent des milliards de personnes. On développe également des armes lithosphériques qui permettent d'utiliser les processus tectoniques, et on étudie les dommages depuis l'espace. Les armes nucléaires passent à l'arrière-plan ou sont utilisées comme initiateurs du changement climatique.

 

L'armée ne reste pas immobile. Les Américains développent et testent toute une série d'armes de destruction massive ultramodernes, prêtes à être utilisées. Les armes biologiques sont un type de ces armes. Ils ne sont pas nouveaux en eux-mêmes, mais on leur donne de nouvelles qualités et propriétés. Nous devons être préparés à cela. Nous ne devons pas seulement déclarer que les Américains développent des armes biologiques, mais soulever la question à l'ONU pour la mise en œuvre de la Convention sur l'interdiction des armes biologiques.

 

- La pandémie de coronavirus a montré à quel point l'humanité est vulnérable aux menaces biologiques. Cela a mis le problème des armes biologiques sur le devant de la scène. Développons-nous des programmes pour contrer ces menaces ?

 

- J'ai peu de doutes quant à la nature humaine de la pandémie de coronavirus. Il existe un type d'arme tel que les virus infectieux du champ de bataille. Il s'agit de données confidentielles, mais je pense que le Pentagone possède à lui seul une quarantaine de laboratoires secrets dans le monde. D'autre part, les grandes entreprises, y compris les sociétés pharmaceutiques, disposent également de laboratoires similaires.

 

Les Américains ont des programmes d'accès spéciaux, auxquels même le Président et le Congrès des États-Unis ne sont pas autorisés. Donald Trump a commencé à parler de ces programmes et a exigé qu'ils soient divulgués, mais ils n'ont pas voulu le laisser s'en approcher. Mais des gens comme Bill Gates ou George Soros y ont accès. Le grand danger est que les États ne peuvent aujourd'hui contrôler le développement et la production d'armes biologiques. C'est sur cela que nous devons nous concentrer.

 

Il me semble qu'il y a trop de facteurs d'information qui se chevauchent, et si on les aligne dans une chaîne logique, il devient évident qu'il y a un objectif d'envergure mondiale - réduire la population au niveau d'un milliard d'or et moins. Ce n'est pas un hasard si, lors de nombreuses conférences internationales, il s'échappe que la Terre ne pourra pas nourrir un tel nombre de la population.

 

À propos, l'initiateur de cette discussion était le Club de Rome, qui abandonne maintenant ces programmes. Mais il existe d'autres programmes, tant ouverts, comme le contrôle des naissances et la régulation des familles, que fermés. Et c'est dans le cadre de ce dernier que sont développés les moyens de réduire le nombre de Terriens.

 

Tout cela est à la vue de tous. Mais pour une raison quelconque, il est impossible d'étudier ce coronavirus pandémique au niveau scientifique en Russie. Seul un vaccin fait l'objet d'une promotion active. Toutefois, nous ne devons pas commencer par le vaccin, mais par la recherche des causes et des sources de la pandémie.

 

Cependant, la communauté scientifique est seule, et au niveau de l'État, dans notre pays, la médecine est dirigée par des personnes comme Golikova, qui n'ont jamais injecté une personne de leur vie. Ils se sont emparés d'un vaccin et l'ont appelé le salut. Mais aujourd'hui il y a un virus, et demain il y en aura un autre. Nous avons besoin de solutions fondamentales.

 

- Qu'est-ce que c'est ?

 

- La première consiste à définir ce virus comme étant d'origine humaine. Ensuite, des poursuites peuvent être engagées devant des tribunaux internationaux et des commissions peuvent être créées, comme celle qui s'est occupée du Boeing abattu au-dessus du Donbass. Pourquoi la Russie, avec la Chine et d'autres pays, ne créerait-elle pas une telle commission internationale ? Je pense que Trump, même en tant que président, y serait allé aussi, vu son attitude envers l'Organisation mondiale de la santé. C'est là que nous aurions dû commencer.

 

Les représentants de notre Académie ont déjà déclaré qu'il est nécessaire de créer notre organisation de soins de santé russe, mais de type international. Les pays de la CEI, d'autres États et des organisations internationales intéressés par cette coopération peuvent y participer. La question doit être résolue de manière radicale. Mais ce n'est pas encore le cas. Je n'exclus pas que cette déclaration du Conseil de sécurité ne soit qu'une déclaration promotionnelle, et qu'après cela, ils recommencent à pousser le vaccin Sputnik. Ce sont des affaires, mais pas une stratégie de sécurité avec des armes biologiques en tête.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) est une personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel Général. En 1996 - 2001, chef de la direction principale de la coopération militaire internationale au ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. De 1996 à 2001, il est devenu le chef du département de la coopération militaire internationale du ministère de la défense, colonel-général de Russie. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivashov : la Russie manque d'hommes (Entretien) - Club d'Izborsk, 11 mai 2021.

11 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Philosophie, #Russie, #Société

Leonid Ivashov : la Russie manque d'hommes (Entretien) - Club d'Izborsk,   11 mai 2021.

Walter Schubart, un philosophe allemand, a écrit un livre en 1938 intitulé "L'Europe et l'âme de l'Orient". L'âme de l'Orient, c'est nous. Il écrit que l'Occident a beaucoup fait en termes d'État et de moyens techniques, mais a privé l'humanité de son âme. Et la tâche des Russes est de rendre l'âme à l'homme occidental. Il y a même des mots pour dire que l'esprit russe devrait imprégner l'Europe. C'était l'année 1938. Ce philosophe allemand voit ce qui amène le nazisme, et écrit un livre, comme un avertissement. Schubart a une autre phrase qui caractérise admirablement notre caractère : l'Anglais regarde le monde comme une entreprise, le Français comme un salon, l'Allemand comme une caserne, tandis que le Russe regarde le monde qui l'entoure comme un temple divin.

 

Par conséquent, pour l'Europe, pour l'Occident dans son ensemble, nous sommes une essence humaine très spéciale. Nous ne vivons pas comme tous les peuples qui se font la guerre, conquièrent des terres avec les croisades, etc. Et nous ne conquérons pas beaucoup de gens, mais lorsque nous en conquérons quelques-uns, nous ne commençons pas à voler, mais à investir dans ce peuple. Personne ne l'a fait en Occident et ne le fait encore aujourd’hui.

 

Leonid Ivashov

Leonid Ivashov : la Russie manque d'hommes (Entretien) - Club d'Izborsk,   11 mai 2021.

Leonid Ivashov : la Russie manque d'hommes

 

11 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21037

 

 

- Leonid Grigorievich, vous êtes né pendant la guerre, en août 1943. En mai 1945, vous n'aviez même pas deux ans. La célébration du jour de la Victoire était-elle une tradition dans votre famille et comment l'avez-vous perçue lorsque vous étiez enfant ?

 

- Oui, je n'ai jamais ressenti la guerre moi-même. Je suis né après une victoire dans les montagnes de Kursk. Loin des lignes de front.

 

- Au Kirghizistan.

 

- C'est vrai. Mes parents, à la veille de la guerre, ont déménagé de Crimée, de Feodosia chez le frère aîné de ma mère, qui ressentait déjà la proximité de la guerre. La famille de ma mère a été exilée d'Ukraine en Sibérie. Quand ma mère avait trois ans, ils se sont retrouvés sans parents. Mon frère aîné, qui avait 14 ans à l'époque, est devenu le chef de famille. Et après avoir servi sans avoir le droit de rentrer chez lui, il est resté et s'est installé au Kirghizstan. C'était un bon charpentier. Ma mère et une autre sœur se sont retrouvées en RSS de Kirghiz. Mon père était de Voronezh. Il est allé au front depuis le Kirghizistan. Il est revenu après la bataille près de Moscou, où il a été blessé. Ensuite, il ne s'est pas battu sur les champs de bataille mais dans ce qu'on appelle l'armée du travail. Ils ont creusé des tranchées, des lignes défensives, fait des travaux de construction. Après la guerre, notre famille est restée au Kirghizistan. Le même endroit où le frère aîné de ma mère a séjourné.

 

Et le jour de la Victoire, nos parents et nos proches se réunissaient toujours là. À droite et à gauche de notre cour, il y avait aussi des vétérans de la guerre : les Kodyhan kirghizes et les Karabai kazakhs. Le 9 mai, nous nous réunissions toujours chez nous ou chez l'un des leurs. Leurs proches sont venus - certains d'entre eux avaient été gravement blessés, d'autres avaient perdu leurs jambes. On a mis les tables, on s'est souvenu des amis perdus. Ils ont donc célébré le jour de la Victoire.

 

J'ai remarqué qu'il n'y avait pas beaucoup de souvenirs de la guerre et de la façon dont nous sommes allés à l'attaque. Quand ils ont un peu bu, ils ont commencé à se disputer sur le front de qui (tous les soldats, les sergents) a fait une grande contribution à la traversée du Dniepr, par exemple.

 

Je me souviens qu'un Tatar de nationalité (j'ai oublié son nom), lorsqu'il y avait une dispute sur le front qui avait forcé le Dniepr, a prouvé que son front l'avait forcé plus vite et mieux. Et tout le monde s'est mis à plaisanter : "Comment votre front pourrait-il mieux forcer le Dniepr alors que vous ne savez pas nager ?" Le Tatar s'est immédiatement rendu au lac et a commencé à montrer qu'il pouvait forcer.

 

Il s'agissait d'une catégorie spéciale de personnes. Les soldats de première ligne sont une caste spéciale de gagnants.

 

Bien plus tard, alors que je devais être grisonnant, j'ai commencé à réfléchir à la signification de l'exploit historique mondial, à la signification historique mondiale de la Victoire. Lorsqu'on enfile des bretelles et qu'on entre en contact avec le creusement de tranchées, on se rend compte que la guerre est avant tout un grand travail qui exige courage, endurance et résistance. Après tout, en se retirant à l'intérieur des terres, nous avons creusé tout le territoire avec la pelle d'un soldat d'infanterie. Dès qu'il était nécessaire de prendre pied, nous avons immédiatement creusé des tranchées. Allongés, à genoux, à pleine hauteur, puis nous les avons reliés par des tranchées. J'ai étudié à l'école supérieure de commandement militaire de Tashkent, et nous sommes sortis pour des exercices dans le désert, le semi-désert. Essayez de creuser une tranchée dans un désert et vous comprendrez combien la guerre était difficile.

 

Et non seulement il fallait creuser une tranchée, mais il fallait aussi battre en retraite et attaquer. Courir et ramper. Tout cela est un travail très lourd. Nous avons dû battre en retraite et attaquer presque sans dormir. Résister à tout cela est vraiment un acte héroïque.

 

Ma poétesse préférée, Julia Drunina, a de tels vers : "J'ai quitté l'école dans des barques humides. De la Belle Dame à la 'mère' et au 'peremat'". Elle a aussi ces mots : "Je n'ai vu qu'une seule fois la mêlée. Une fois dans la vie réelle et une centaine de fois dans les rêves. Celui qui dit que ce n'est pas terrible à la guerre ne connaît rien à la guerre". Drunina a traversé la guerre en tant qu'infirmière et a écrit que c'était terrible. Ses poèmes sont perçants. Comme Bulat Okudzhava et d'autres travailleurs de première ligne.

 

- Vous avez commencé à parler de la signification historique mondiale de la victoire...

 

- Eh bien, la signification historique mondiale de la victoire. Nous devons comprendre que pendant la Seconde Guerre mondiale, l'humanité était divisée en deux, et que ces moitiés se sont battues l'une contre l'autre. Une moitié de l'humanité est allée détruire l'autre moitié et vice versa. Presque tout le monde était impliqué dans ce hachoir à viande. C'est ce qui est effrayant. Et il faut comprendre que si ce n'était pas pour notre soldat soviétique, notre officier, Joseph Staline, nous ne pouvons même pas imaginer dans quel effondrement l'humanité entière, le monde entier serait tombé. Et ce qui aurait été.

 

Quand tu lis les plans d'Hitler, tu as des frissons sur la peau. Nous savons que l'Holocauste était un programme spécial d'extermination des Juifs. Mais le même programme était destiné à d'autres peuples. L'extermination totale sur toute la planète était pour les tribus gitanes, les autres peuples. J'ai un document sur ceux qui ont été soumis à une extermination totale. Ces études étaient en cours dès 1938. En 1939, un programme est lancé pour purifier la race allemande. Tous les invalides, obliques, aveugles, sourds, bègues, handicapés physiques et mentaux devaient être éliminés. Seuls les Aryens purs étaient nécessaires. Et ce programme a été mis en œuvre, des centaines de milliers d'Allemands ont été détruits.

 

Et un tel programme s'étendait au monde entier. Même avec les Japonais et les Italiens, leurs alliés, les nazis ont négocié pour purger leurs propres nations. Seuls les hommes et les femmes de la nation hyperboréenne devaient rester. Une grande partie de la population africaine devait également être exterminée en raison de la couleur de sa peau. Pour chaque nation, ils ont construit une pyramide, au sommet de laquelle se trouvaient de purs Aryens. Pas tous les Allemands, juste les Aryens. Puis il y a les Anglais, les Français. C'est le deuxième étage de la pyramide, qui permettrait de vivre en beauté, de les servir et ainsi de suite. Le troisième niveau était essentiellement composé d'esclaves. Et tous les autres devaient être détruits. C'était une idée tellement délirante, et elle a été mise en pratique. C'est pour cette raison que la guerre a été menée.

 

En ce qui concerne la Russie et le monde slave, il existait un programme spécial - le plan "Ost". A sa tête se trouvait Alfred Rosenberg. Tout cela a eu lieu, malheureusement.

 

Je veux rappeler ce que nos soldats, nos hommes, notre commandement et les dirigeants de notre pays ont fait. Ce n'est pas par hasard que Roosevelt et Churchill sont venus à Yalta en 1945. La première conférence des "Trois grands" a eu lieu en décembre 1943 à Téhéran, où nos services de renseignement ont empêché un attentat contre Staline, Roosevelt et Churchill, planifié par les Allemands. Et la deuxième conférence était à Yalta. Staline y a insisté doucement, mais résolument. Et même le président américain malade, pour lequel Staline avait un grand respect, surmontant les difficultés, est arrivé. Roosevelt lui-même a dit et écrit à Staline dans des télégrammes que l'histoire ne connaissait pas un tel exploit. Churchill a également reconnu que c'était le salut du monde. Telle est la signification historique mondiale de la victoire de nos grands-pères, pères, grands-mères et mères. Parce que la Victoire a été rapprochée par tout le monde.

 

- Jusqu'en 1943, nous perdions des territoires. Ces retraites étaient-elles inévitables, ou étaient-elles la conséquence d'erreurs de calcul de la part des dirigeants politiques, de l'état-major général et du Haut Commandement suprême ? Comment évaluez-vous l'art militaire et stratégique des commandants soviétiques ?

 

- Je suis toujours préoccupé par cette question. Pourquoi avons-nous battu en retraite, si le rapport des forces en présence le 22 juin 1941 était égal ? J'ai des ouvrages sur ce sujet. J'aborde ce sujet dans chacun de mes livres, en le considérant sous l'angle de la sécurité internationale et nationale. Mais cette question ne me laisse toujours pas en paix.

 

Quelle est l'armée du premier État socialiste du monde ? C'est le secrétaire américain à la défense William Perry qui m'a poussé à une façon particulière d'y penser. Une fois en 1999, lors de la réunion en Amérique, je lui ai demandé pourquoi ils avaient si peur de nous et se préparaient à l'affrontement. Il a répondu que toute sa vie scientifique avait été consacrée à l'histoire de la Russie soviétique et qu'il y avait toujours des trous noirs. M. Perry a déclaré qu'il a construit ses principales recherches sur le phénomène de l'URSS à partir de 1921, après la fin officielle de la guerre civile. Il a dit que notre pays était mort à ce moment-là. Aucune usine ne fonctionnait, aucun chemin de fer, rien. Tout s'est arrêté. Plus de 80 % de la population était analphabète. Vous, a-t-il dit, avez détruit l'intelligentsia, l'intellect de la nation, et vous avez besoin de l'intellect pour vous lancer dans n'importe quel type de développement. Vous, selon Perry, vous n'en aviez pas. Il faut au moins une génération pour retrouver l'intelligence d'une nation. Et vous, disait-il, étiez littéralement le seul pays capable de résister à la machine militaro-technique d'Hitler. Vous étiez incomparable dans votre potentiel scientifique et technique, analphabète, mais en 20 ans, vous aviez créé un pays doté d'une puissante école d'ingénieurs et d'une production industrielle. Grâce à l'alphabétisation universelle, les gens ont pu s'asseoir derrière les leviers d'un char et le conduire au combat, s'asseoir aux commandes d'un avion ou d'un navire. Nous avons accompli l'impensable. Et Perry, lui aussi, est arrivé à la conclusion que l'histoire n'avait jamais connu une telle chose, aucune nation n'avait fait quelque chose de semblable.

 

Et le mérite en revient à Staline, qui a déclaré en 1927 que nous avions 50, voire 100 ans de retard sur les principaux pays occidentaux. Il a fait valoir que nous devons gérer cette période en 10 ans, sinon nous serons écrasés. Et voilà, tout le monde était convaincu que nous pouvions le faire. Les méthodes, oui, n'étaient pas les meilleures. Mais nous avons fait un pas de géant pendant 10 ans, et sommes devenus le seul pays capable de contenir la puissance militaro-industrielle de l'Allemagne nazie et de ses alliés. Et Dieu interdit que ce soit la dernière guerre d'une telle ampleur pour nous.

 

- Mais quand même, pourquoi au début nous ne faisions que reculer ?

 

- En août 1940, nous avions un plan de défense de l'URSS. Il a été développé et fourni par le maréchal Boris Mikhailovich Shaposhnikov. Cet ancien colonel de l'état-major de l'Empire russe, un homme très intelligent. Il était le seul que Staline appelait par son prénom et son patronyme et le traitait avec beaucoup de respect. Shaposhnikov a correctement déterminé que le coup principal serait porté en direction de Moscou, par le Front occidental, qui était stationné en Biélorussie. Shaposhnikov a suggéré d'épuiser les unités allemandes avancées par une défense acharnée, qui durerait au moins 30 jours, puis de passer à une contre-offensive. Nous étions sur la défensive et nous avons été obligés de retenir le coup allemand. Quelque part, les puissantes cales formées par les nazis pourraient percer la défense. Mais dans l'ensemble, nous avons dû les retenir.

 

- Et pourquoi le plan de Shaposhnikov n'a pas été réalisé ?

 

- En août 1940, Shaposhnikov est démis de ses fonctions de chef d'état-major général et nommé commissaire adjoint du peuple à la défense de l'URSS pour la construction de zones fortifiées. En fait, Boris Mikhailovich est resté conseiller de Staline, mais l'état-major général n'était plus en charge. Et il a été remplacé par une équipe du district militaire spécial de Kiev - le maréchal Semyon Timoshenko, ancien commandant du district militaire de Kiev, Nikolai Vatutin, chef du commandement principal des opérations, Georgy Zhukov (en 1940 commandait le district militaire spécial de Kiev, de janvier à juillet 1941 - chef de l'état-major général de l'Armée rouge - Ndlr). Tout le nouveau personnel venait du district militaire de Kiev, jusqu'au chef des renseignements. Et ils ont changé le plan de défense développé par Shaposhnikov. Ils n'ont pas rejeté l'idée que le coup principal serait porté par le front du district militaire occidental, mais ils ont modifié la réponse à y apporter.

 

Il était prévu qu'après que les Allemands auraient frappé à l'ouest, l'Armée rouge lancerait immédiatement une puissante contre-attaque du district militaire spécial de Kiev, alors commandé par le général Kirponos. Pour cela, ils ont commencé à former d'urgence de puissants corps mécanisés, en s'inspirant de l'expérience des groupes de chars allemands, qui ont déferlé sur l'Europe. Chaque corps a assumé 1 031 chars. Mais il n'y avait pas un seul corps à pleine puissance avec plus de mille chars. Ces corps disposaient de communications, d'une couverture aérienne et d'unités de soutien technique arrière inadéquates.

 

Konstantin Rokossovsky écrit bien sur le corps mécanisé assemblé à la hâte ; il était le commandant du corps à l'époque. Et il écrit que le corps est énorme, mais qu'il n'y a pas de munitions. Il n'y a même pas eu d'exercices d'interaction. Les corps d'armée étaient dans les profondeurs comme une réserve pour les contre-attaques, mais dès le premier jour de la guerre, ils ont commencé à être engagés dans le combat, car l'état-major général donnait des ordres pour lancer des contre-attaques.

 

Les équipages des T-34 et des KV-1 ont agi héroïquement. Nous avions plus d'un millier de chars récents, qui étaient de loin supérieurs au char principal allemand T-3, mais nos chars ont été utilisés de manière tout à fait imprudente. Les chars ne sont pas engagés dans la défense, mais lancés dans des contre-attaques. Et l'infanterie s'est retrouvée sans chars. Parce que tous les chars pour les corps ont été pris à l'infanterie. Il y avait une division d'infanterie sans aucun char, alors qu'auparavant il y avait des bataillons et des régiments de chars. En conséquence, dans la défense contre les groupes blindés et mécanisés de la Wehrmacht, il y avait un soldat, où avec un fusil, où avec une mitrailleuse et où avec une grenade et un cocktail Molotov. Et c'est tout. C'est la principale erreur de calcul de la nouvelle équipe. C'est le groupement de Kiev au sein du Commissariat à la défense et de l'état-major général qui a commis la principale erreur de calcul au début de la guerre.

 

- Et comment ont-ils convaincu Staline d'accepter leur stratégie ?

 

- Staline était un civil, bien qu'il soit passé par les fronts de la guerre civile. Mais il n'avait pas assez d'expérience. De nouveaux commandants l'ont convaincu que Boris Mikhailovich Shaposhnikov, un colonel tsariste, pensait avec les concepts de la Première Guerre mondiale. Et nous, les jeunes, nous sommes pour le nouveau type de guerre, mobile, mécanisée, et nous allons le montrer aux Allemands.  Les Allemands vont frapper, et nous allons les contre-attaquer sur le flanc et aller directement en Yougoslavie. C'était prévu pour être coupé.

 

- C'est-à-dire que nous avons battu en retraite si profondément à cause du fait que des commandants jeunes et inexpérimentés ont pris le commandement ?

 

- L'expérience vient avec les années et les actions spécifiques, y compris sur le champ de bataille. Le général d'armée Makhmut Akhmetovich Gareev, diplômé de l'école d'infanterie de Tachkent où j'ai étudié quelques années après lui, était d'accord avec cela. Lui et moi en avons discuté, et il pensait aussi qu'au début de la guerre, nous aurions dû nous asseoir sur des défenses serrées. Mais l'ensemble du groupe était prêt pour une contre-attaque immédiate. L'ensemble de l'équipe "ukrainienne" connaissait peu les autres orientations stratégiques, il y a eu une erreur de calcul stratégique. Et nous avons eu de très lourdes pertes, en fait, dans les premiers mois de la guerre, nous avons perdu une armée active.

 

Et comme Joseph Vissarionovitch n'oubliait rien et ne pardonnait à personne les erreurs graves, il a également puni le maréchal de la Victoire Georgy Konstantinovitch Joukov, l'envoyant après la guerre d'abord à Odessa, puis dans le district militaire de l'Oural. Je pense que, y compris pour ces erreurs de calcul, mais aussi pour d'autres choses.

 

- Mais, si Staline respectait tant Shaposhnikov, pourquoi a-t-il été suspendu ?

 

- Cela n'est documenté nulle part, mais c'est évident d'après les résultats de la campagne finlandaise. Nous avons gagné la guerre de Finlande dans l'ensemble, mais avec des pertes que nous n'avions pas prévues. C'est-à-dire que nous avons gagné d'une manière complètement différente de ce que nous aurions dû. À cette époque, je vous le rappelle, le commissaire à la défense était Kliment Efremovich Voroshilov, et Shaposhnikov était le chef de l'état-major général de l'Armée rouge. Et Shaposhnikov n'était pas d'accord avec le plan proposé par Voroshilov et Meretskov (pendant la guerre soviéto-finlandaise de 1939-1940, Kirill Meretskov commandait la 7e armée, attaquant l'isthme de Carélie contre les principales fortifications de la ligne Mannerheim - ndlr).

 

Shaposhnikov a proposé un plan prudent. Et au moment où il fallait se préparer sérieusement à percer la ligne Mannerheim. Et les jeunes commandants, soutenus par Voroshilov, disaient : " Nous allons les cavalier là-bas, entraîner les troupes et percer rapidement la ligne Mannerheim. Mais ils n'ont pas pris en compte la neige profonde, le temps glacial et la puissance de l'ennemi, bien que notre équipe de reconnaissance ait obtenu toutes les informations sur la ligne Mannerheim. Nous disposions de documents indiquant qu'il s'agissait de puissantes fortifications, impénétrables par les obus d'artillerie modernes de l'époque. Il était nécessaire de développer de nouveaux systèmes d'artillerie. Les groupes de reconnaissance et d'assaut, qui étaient déjà apparus au cours des actions militaires, devaient également être renforcés.

 

En d'autres termes, Shaposhnikov a suggéré d'agir avec prudence. Mais le groupe Vorochilov-Meretskov, qui proposait une solution plus rapide au problème, l'emporte.

 

- Était-ce la décision de Staline ?

 

- Oui. Quand on lui propose une option, une deuxième, une troisième, le commandant doit toujours en choisir une. Et Staline n'a pas approuvé le plan proposé par Shaposhnikov. Et après les échecs de la campagne finlandaise, la direction du ministère de la Défense avec le commissaire Voroshilov a été remplacée. Staline, en retirant Vorochilov du poste de commissaire du peuple, a dit à Shaposhnikov (ce n'est pas documenté, mais il y a des souvenirs) : "Boris Mikhailovich, nous avons commis de graves erreurs avant la guerre. C'est pourquoi nous supprimons le commissaire du peuple, mais en supprimant le commissaire du peuple, nous devons aussi vous déplacer. Shaposhnikov, pour sa santé et son âge, n'a pas bougé. Mais il a demandé à Staline de le garder comme conseiller.

 

Et lorsqu'il a connu ses échecs dans les premiers mois de la Grande Guerre Patriotique, et que Staline a vu que Joukov était talentueux, mais inexpérimenté et qu'il n'avait pas été congédié (Joukov a fêté son 45e anniversaire au front en décembre 1941), Shaposhnikov a été renvoyé au poste de chef d'état-major général, et Joukov a reçu le front. Le talent, c'est bien. Mais c'est formidable lorsque le talent est soutenu par la sagesse. Et Boris Mikhailovich Shaposhnikov a fait beaucoup pour la Victoire.

 

- Vous avez dit que Staline ne pardonnait pas les erreurs et punissait les mauvais calculs. Mais il y a eu des erreurs de calcul non seulement au début de la guerre.

 

- Oui. Nous avons subi des pertes énormes à cause d'erreurs de nature stratégique, et quelque part géopolitique. Et après la guerre, il y a eu un débriefing assez sérieux.

 

Tous ceux qui ont commis des erreurs ont été punis. Certains commissaires du peuple (par exemple, le commissaire du peuple de l'industrie aéronautique, un certain nombre de chefs de l'aviation) ont été arrêtés ; ils ont purgé leur peine. Parce qu'ils mettaient en service des avions qui n'avaient pas été correctement testés, et à cause de cela, nous perdions des personnes, des équipements, etc.

 

En 1946, Staline a réuni des académiciens afin de déterminer le développement futur du pays. Puis le généralissime a dit que nous avons passé deux étapes du socialisme, et que nous allons maintenant passer à la troisième et que nous avons besoin de la théorie, sans la théorie nous sommes la mort. Staline en général accordait beaucoup d'attention à la science, pas ce qu'elle est maintenant. Et lorsque les académiciens ont commencé à féliciter Staline pour la victoire, il a répondu : "Les meilleurs ont été tués à la guerre, et cela aura certainement des répercussions. C'est pourquoi Staline faisait une analyse assez stricte et sévère de la guerre. Il devait montrer, peut-être, et à nous, les générations futures, que la guerre - ce n'est pas quelque chose que l'on peut traiter avec une certaine facilité, de manière ludique. La guerre et la défense doivent être abordées très sérieusement. Il faut bien réfléchir à tout, et tout perdre. Avant tout, la sagesse doit fonctionner.

 

- L'histoire n'est généralement pas envisagée au subjonctif. Mais si l'URSS avait été dirigée par quelqu'un d'autre que Staline, comment les événements mondiaux et le cours de la Seconde Guerre mondiale auraient-ils changé ?

 

- De nombreux journalistes et politologues soutiennent aisément que s'il n'y avait pas eu Staline, il y aurait eu quelqu'un d'autre. Mais ce n'est pas une coïncidence si le métropolite Sergius, qui est devenu plus tard patriarche, a dit en 1942 à propos de Joseph Vissarionovich qu'il était le leader donné par Dieu. Sans lui, il est difficile de dire ce qui se serait passé. La guerre mondiale aurait pu se poursuivre sans interruption jusqu'à ce que les dernières tribus s'éliminent les unes les autres. Le rôle de Staline dans notre victoire est très significatif. Et cela a été reconnu, une fois de plus, par Franklin Delano Roosevelt et Winston Churchill.

 

 

- Pensez-vous que nous aurions pu perdre la guerre ?

 

- Bien sûr. S'il n'y avait pas eu Staline, nous aurions peut-être perdu la guerre. Mais Staline avait l'art de la prévoyance. Ainsi, quelques mois avant la guerre, la diplomatie soviétique surpasse l'Allemagne et le Japon et conclut un pacte de neutralité avec le Japon (le pacte de neutralité entre le Japon et l'Union soviétique est signé le 13 avril 1941 - ndlr). Et dans ce cas précis, Staline a joué un rôle décisif lors de l'arrivée en Union soviétique du ministre japonais des affaires étrangères, Yosuke Matsuoka, qui a fini par accepter, mais pas immédiatement. Et si [Viatcheslav] Molotov (ministre des affaires étrangères - ndlr) a dit que si vous ne le voulez pas, il n'y aura pas de neutralité, Staline a compris qu'il n'y avait pas besoin de telles remarques narquoises. Il a donc déplacé les négociations dans son bureau et a commencé là : "Et si on vous donne ceci et cela, et si c'est comme ça..." Staline a fait un compromis. Finalement, le ministre japonais a accepté, l'accord a été signé. Mais malgré le fait que Matsuoka était très influent, il aurait pu y avoir des obstacles. D'autant plus que le Japon étant déjà militarisé et ayant une alliance avec l'Allemagne, Hitler fait pression sur les Japonais pour qu'ils adoptent une position antisoviétique. Et Joseph Vissarionovich, pour renforcer l'autorité du ministre japonais des Affaires étrangères, est arrivé à l'improviste à la gare pour l'accompagner, alors qu'il lui avait déjà dit au revoir au Kremlin.

 

Staline s'est promené avec Matsuko dans la gare, l'embrassant ostensiblement sur le quai et lui disant : "Tu es asiatique et je suis asiatique. Si nous sommes ensemble, tous les problèmes de l'Asie peuvent être résolus. Et Matsuoka répondait : "Les problèmes du monde entier peuvent être résolus." C'est la seule fois dans la vie de Staline où il est arrivé personnellement à la gare pour escorter le ministre des affaires étrangères d'un autre État. Combien il fallait ressentir l'importance de l'accord de neutralité avec le Japon pour agir de la sorte et souligner l'importance de l'accord soviéto-japonais. Non seulement pour les Japonais, mais aussi pour les Allemands, car Staline savait que parmi ceux qui voyaient partir Matsuoka se trouvait l'ambassadeur allemand à Moscou, von Schulenburg. Comprenez-vous quels coups forts Staline avait ?

 

- À la fin des années 1980, il y a eu un grand débat sur le prêt-bail. Aujourd'hui, une nouvelle génération a grandi, qui ne les a pas vus, et le débat mijote à nouveau avec les mêmes arguments et contre-arguments. Pensez-vous que sans le prêt-bail, l'URSS aurait pu vaincre le fascisme, que nous aurions disposé de suffisamment de fonds, de ressources et de forces propres ? Et quel aurait été le prix de la Victoire ?

 

- Il convient ici de parler du prix de la victoire. Il est très difficile de deviner si nous aurions gagné ou non. Mais le prix de la victoire aurait été complètement différent, parce que nous n'aurions pas été en mesure de saturer nos troupes avec l'équipement et nous aurions été encore plus attaqués par des forces technologiquement supérieures. Que pourrait faire un soldat avec un fusil contre un tank ? Et on nous a fourni beaucoup de technique... Il faut d'abord remercier les Américains et les Anglais pour cela. En effet, quelqu'un dit - et j'ai écrit à ce sujet - qu'ils ont fait des affaires dans la guerre. Oui, c'est le business. Mais politiquement, la bonne décision a été prise.

 

Lorsque Hitler a attaqué l'Union soviétique, Roosevelt a déclaré que tant que la Russie soviétique combattrait le fascisme allemand, les États-Unis lui apporteraient leur aide. Il a fait cette déclaration le 24 juin 1941, même si auparavant l'Amérique avait gardé sa neutralité vis-à-vis de la guerre qui avait commencé en Europe. Et Churchill s'est rangé du côté de l'Union soviétique le 22 juin, quelques heures après le début de la guerre. Il a ensuite fait la déclaration et a dit que la guerre contre l'URSS est aussi la guerre contre la Grande-Bretagne.

 

Et avant cela, Churchill, interrogé par notre ambassadeur [en Angleterre] Ivan Maisky sur son attitude à l'égard d'Hitler, a déclaré que le communisme était moins dangereux que le nazisme d'Hitler, bien que nous craignions que la Grande-Bretagne n'accepte un pacte d'armistice avec Hitler. C'est ce que recherchent certaines forces, notamment au sein de la famille royale britannique.

 

- Faites-vous allusion au roi Édouard, qui a dû renoncer à sa couronne et se rendre aux États-Unis parce qu'il avait épousé une Américaine divorcée, et qui aurait rencontré Hitler personnellement ?

 

- Je ne dirai pas qui, car ce n'est pas crédible... Edouard a eu des réunions secrètes, c'est crédible. Et l'envoyé d'Hitler, Hess, a pris l'avion pour rencontrer des membres de la famille royale. Et ils lui ont rendu visite, soit directement, soit par des intermédiaires, mais ils lui ont rendu visite. La façon dont cela s'est passé n'est pas divulguée, les secrets sont classés à ce jour. Bien qu'après 50 ans, les Britanniques révèlent beaucoup de choses, mais pas cela, afin de ne pas discréditer la famille royale. Et nous ne savons toujours pas et nous nous demandons si Hess a rencontré des membres de la famille royale ou non. Mais même s'ils se sont rencontrés, ils n'étaient d'accord sur rien, car c'est Churchill qui a ensuite arrêté et isolé Hess. Et avant cela, nous avions encore des informations de Churchill sur les préparatifs d'Hitler pour une attaque contre l'URSS.

 

Churchill n'a pas accepté un armistice avec Hitler, et Staline a apprécié Churchill pour cela, raison pour laquelle il l'a toléré pendant longtemps. Et lorsque des collègues du Politburo (Molotov) ont dit à Staline que l'Occident allait fraterniser, etc., il a répondu que c'était une politique correcte et à long terme. Staline ne voulait pas la guerre.

 

A propos, j'ai vu un document sous forme de note datée de juillet 1941 sur les activités de Viatcheslav Mikhailovich Molotov à la veille et pendant la guerre. C'était une note pour Staline. Et il accusait Molotov de ne pas avoir empêché la guerre, d'avoir perdu beaucoup, soulignait son arrogance, etc. Mais Staline n'a rien fait. Il a un peu abaissé la position de Viatcheslav Mikhailovich et l'a critiqué lors du plénum d'après-guerre du Comité central. Cependant, sa femme Polina Zhemchuzhina a fait son temps. Elle a également dirigé un mouvement visant à donner la Crimée au futur Israël. On m'a montré une photo d'elle debout devant la tour Spasskaya, entourée de 50 à 60 personnes. Ils voulaient créer une République socialiste soviétique juive en Crimée. Il a également été question d'autonomie. Mais Staline a donné le Birobidzhan aux Juifs. Ils ont accepté. Bien sûr, Polina n'irait pas en prison pour ça. Et quand Israël a été créé et que Golda Meir est venue nous voir en tant qu'ambassadrice, Pauline, qui avait de l'influence sur son mari, a placé Meir dans la maison d'État où vivait Molotov. La résidence de l'ambassadeur d'Israël n'existait pas alors. Et là, dans la datcha, des conversations sérieuses ont eu lieu.

 

- Pourquoi l'Europe s'est-elle engagée aujourd'hui dans une politique visant à nier la contribution décisive de l'URSS dans la défaite du fascisme et à déformer les résultats de la Seconde Guerre mondiale ?

 

- Parce que pour l'Europe, nous sommes des adversaires éternels. Dans mes travaux, je montre la gnoséologie du développement de ces relations. "Géopolitique de la civilisation russe" est mon principal travail fondamental. Je fais ici référence à nos scientifiques, à Toynbee, McKinder, Mahan, Walter Schubart. Je donne des exemples de la façon dont nous avions été formés, de la façon dont la nature avait formé notre caractère général, de la variété de nos peuples et de nos langues. Et le principal ouvrage sur la géopolitique est pour moi la Russie et l'Europe de Nikolai Yakovlevich Danilevsky, 1869. C'est le plus grand travail. Il a soudainement fait surface après 100 ans, et il montre ce qu'est l'humanité. Ce sont les types culturels-historiques qui, s'ils survivent, deviennent les civilisations ethnoculturelles mondiales à leur apogée. Et il a des réponses aux questions modernes. Il affirme que plus les groupes ethniques sont nombreux à former un état ou un type culturel-historique, c'est-à-dire une civilisation, plus le potentiel de cette civilisation est grand. Et la Grande Guerre Patriotique a montré ces qualités de notre peuple. Les Allemands se préparaient peut-être à entrer en guerre contre le peuple russe. Ils savaient quel genre de caractère il avait d'après l'histoire. Mais ils ne se préparaient pas à entrer en guerre avec l'ensemble du peuple soviétique multinational.

 

En 1990, Mikhaïl Gorbatchev a ordonné au maréchal Dmitriy Yazov, ministre de la défense, de remettre des récompenses à ceux qui n'avaient pas été retrouvés plus tôt ; ils ont ensuite décerné de nouveaux titres de héros de guerre. Et je suis tombé sur un fait intéressant en travaillant pour le maréchal. Un Yakut, un tireur d'élite, a reçu le titre de Héros de l'Union soviétique. Et Dmitry Timofeyevich me dit : "Retardez-le, pour que je puisse le féliciter personnellement, lui parler après qu'il ait reçu l'étoile du héros. Et il est mince et d'âge moyen. Je l'ai fait parler. Je lui ai posé des questions formelles. Et il a dit : "Notre grand-père, notre arrière-grand-père et tout le monde a tiré sur un écureuil. C'est dommage de tirer sur un écureuil, il est si bon, il ne m'a pas fait de mal. Oui, tu dois le frapper dans l'œil, pour ne pas abîmer sa peau. Et tirer sur un Allemand - un si gros bâtard - j'étais heureux de le faire". Qui d'autre peut expliquer son exploit de cette manière ? Ce sont les traits de caractère de notre peuple et ils se sont complétés et combinés.

 

Et l'on comprend pourquoi les Sibériens ont été jetés dans la bataille pour Moscou lorsqu'il y avait de fortes gelées. Ils supportaient mieux les hivers, pas comme les hitlériens. En hiver, ils se sentaient presque comme des poissons dans l'eau. Donc tous ces traits ethniques, ces traits de caractère nationaux ont fusionné en un seul courant gagnant. C'est exactement ce dont parle Danilevsky.

 

- Oui, mais pourquoi sommes-nous d'éternels adversaires pour l'Europe ?

 

- Walter Schubart, un philosophe allemand, a écrit un livre en 1938 intitulé L'Europe et l'âme de l'Orient. L'âme de l'Orient, c'est nous. Il écrit que l'Occident a beaucoup fait en termes d'État et de moyens techniques, mais a privé l'humanité de son âme. Et la tâche des Russes est de rendre l'âme à l'homme occidental. Il y a même des mots pour dire que l'esprit russe devrait imprégner l'Europe. C'était l'année 1938. Ce philosophe allemand voit ce qui amène le nazisme, et écrit un livre, comme un avertissement. Schubart a une autre phrase qui caractérise admirablement notre caractère : l'Anglais regarde le monde comme une entreprise, le Français comme un salon, l'Allemand comme une caserne, tandis que le Russe regarde le monde qui l'entoure comme un temple divin.

 

Par conséquent, pour l'Europe, pour l'Occident dans son ensemble, nous sommes une essence humaine très spéciale. Nous ne vivons pas comme tous les peuples qui se font la guerre, conquièrent des terres avec les croisades, etc. Et nous ne conquérons pas beaucoup de gens, mais lorsque nous en conquérons quelques-uns, nous ne commençons pas à voler, mais à investir dans ce peuple. Personne ne l'a fait en Occident et ne le fait encore aujourd’hui.

 

A propos, Alexandre Ier a un décret sur la façon dont la Sibérie a été développée. Si la famille était pauvre, elle ne devait pas prendre de zibeline, mais aider de toutes les manières possibles. Si une famille a un revenu moyen, elle doit prendre une zibeline par an. Et s'il s'agissait d'une famille très prospère, elle prenait deux zibelines. Vous voyez, c'est raisonnable. Nous avons apporté la culture et la connaissance. Nous avons élevé les gens au niveau de notre culture, et nous l'avons fait gratuitement. Il y avait des serviteurs de l'église, ils apportaient la foi, mais ils n'étaient pas forcés d'adopter l'orthodoxie. Les marchands sont venus, tout le monde a aidé. Vladimir Ivanovich Lamansky a écrit au XIXe siècle que c'est la bonne approche. Parce que si nous voulons vivre dans un seul État, un seul État, nous devons élever tous les peuples au niveau de la culture russe, de l'éducation russe. Nous n'avons pas besoin de peuples analphabètes, ce que fait le libéralisme aujourd'hui, et ce que faisait Hitler.

 

Mais Vladimir Ivanovich écrit aussi qu'une chose étrange se produit. Dès que les nations sont élevées au niveau de la culture russe, de nombreuses cultures nationales locales cherchent à se détacher de leurs racines nationales et à faire partie de l'élite russe. Il en nomme beaucoup - aussi bien le Tatar Tourgeniev que les natifs d'autres nations. Et combien la culture russe est devenue plus riche grâce à cela, et combien elle est devenue plus accessible à tous.

 

- Mais les Tatars et beaucoup de nos peuples ont leur propre culture ancienne et riche.

 

- Je ne le nie pas. Mais je le souligne une fois de plus : l'Occident ne nous soutient pas pour ne pas supprimer les cultures des autres nations, comme ils le font là-bas, notamment en Amérique. Les Américains avec une sorte de norme de l'homme blanc essaient de fondre tout le monde dans un seul chaudron. Et dans notre pays, la culture et les traditions des petites nations sont préservées et développées. Par exemple, j'étais récemment à Mari El - une petite nation, mais elle a sa propre culture, sa propre tradition. Elle nous enrichit tous ensemble.

 

- Et que dire de l'expulsion de peuples entiers - les mêmes Tatars de Crimée et les Allemands au Kazakhstan, les peuples caucasiens et autres ? C'est arrivé.

 

- Oui. Staline lui-même en a parlé dans ses articles. Ensuite, il y a eu sa confrontation avec la révolution mondiale et le sionisme, qui est venu dans notre Russie, dirigé par Trotsky. Ils ont pris le pouvoir dans notre pays. Regardez la composition du premier gouvernement soviétique. Sur les 18 membres, trois Russes, dont Lénine.

 

- Au fait, Lénine a beaucoup de sang différent versé.

 

- C'est vrai, mais quand même. Ou regardez le premier conseil de la Tcheka : 35 personnes, deux Russes - Sokolov et Antonov-Ovseenko. Tout cela se trouve dans les archives. Au début, l'influence de Trotsky et de Sverdlov était probablement plus forte que celle de Staline, quelque part au niveau de Lénine. Mais Lénine, à partir de 1922, était essentiellement au chômage. Pouvez-vous imaginer la lutte qui a eu lieu ? Il y avait différentes factions en activité à cette époque, de nombreuses divergences entre les partis. Les trotskystes ne se souciaient pas de la Russie et de tout ce qui se passait dans le pays. Ils pensaient en termes d'autres catégories, la Russie soviétique était censée déclencher une révolution mondiale.

 

En ce qui concerne les mêmes répressions, il y a suffisamment de mensonges. Regardez le commissaire adjoint du peuple du NKVD, Bergman, qui était en charge des camps. Aujourd'hui, de nombreux documents sont déclassifiés, mais ils ne sont pas publiés. Il y avait des instructions sur qui ramasser pour le NKVD, le VCK après Dzerzhinsky. Les toutes dernières crapules ont été repêchées, elles ont été pardonnées pour leurs crimes, jusqu'au meurtre, et elles ont été emmenées au NKVD pour se moquer des gens. Pourquoi les répressions de 1937 sont-elles imputées à Staline ? À cette époque, les barons régionaux n'étaient pas subordonnés au Kremlin, et Khrouchtchev en faisait partie.

 

Ceux qui mettent tous les chiens sur le dos de Staline, ne comprennent pas ses capacités. Lorsque Lénine meurt en 1924, Staline ne prend pas immédiatement le relais. Lénine était le président du Sovnarkom, le gouvernement. Et Staline est resté pendant longtemps à la tête de l'appareil du VKP(b). Le parti seulement.

 

Staline, je veux le souligner une fois de plus, a succédé à Lénine. Il y a eu une certaine lettre (mais je pense que c'est une contrefaçon) dans laquelle Lénine aurait recommandé que Staline soit écarté du poste de secrétaire général. Et après la mort de Lénine, Staline n'est pas devenu président du Sovnarkom, il a pris le pouvoir vers 1934, après que Trotsky ait été écarté de tous les postes en 1927. Mais Staline a accru son pouvoir en renforçant son autorité, et non en obtenant des postes.

 

J'ai fait des recherches, par exemple, sur ce que Staline a fait par rapport à l'église depuis 1918. Il s'est opposé à la politique de fermeture des monastères, de destruction des églises. Et lorsqu'en 1918, Kalinin a signé une directive visant à saisir les biens de l'église, Staline, en tant que secrétaire du parti, a envoyé la sienne - à savoir qu'il s'agissait de biens historiques - et a demandé aux communistes de ne pas s'impliquer. Vous voyez quelle différence d'opinion il y avait.

 

J'avais un étudiant, un anti-stalinien. Il préparait sa thèse de doctorat et a trouvé un document intéressant. Il est venu me voir et m'a montré le document dans lequel le commissaire du peuple à l'éducation se plaignait à Staline qu'en 1918, il avait été décidé de convertir toutes les langues de l'URSS à l'alphabet latin. Nous faisons une révolution mondiale et nous devons nous rapprocher du prolétariat des pays occidentaux. Et il rapporte que les Yakoutes et quelques autres nations ont réussi à passer à l'alphabet latin, mais que d'autres traînent les pieds. Et Staline écrit : "Arrêtez ces bêtises, remettez tout dans l'alphabet russe."

 

Plus tard, Staline a obtenu le plein pouvoir. Il n'est devenu le seul commandant que pendant la Grande Guerre Patriotique. Et avant cela, les décisions étaient prises par le Politburo.

 

- Si le premier Staline n'avait pas le pouvoir absolu, alors tout était décidé par le Politburo ?

 

- Je ne dirais pas que tout a été décidé par le Politburo. Par exemple, il a approuvé le projet de Constitution de Staline de 1936, alors que le Plénum du Comité central n'était pas d'accord. J'ai étudié ce que Staline a proposé et ce qui a été accepté. Cette Constitution est appelée Constitution de Staline, mais l'essence des propositions de Staline a été pervertie. Il propose des élections alternatives, suggère que les communistes et les non-Partisans, les anciens officiers tsaristes, les dépossédés et les prêtres soient autorisés à voter. Mais le plénum du Comité central n'a pas adopté les propositions de Staline, la majorité a voté contre son projet.

 

Le Politburo a appliqué la décision du plénum du Comité central. Et Staline lui-même ne tenait qu'à un fil. Il aurait pu être destitué par un vote à la majorité. Et puis Staline lui-même a écrit une déclaration sur le fait de quitter le poste de Secrétaire Général. C'était en 1936.

- Pour protester ?

 

- Oui, sa proposition n'a pas été acceptée. Tout n'a pas été facile pour Staline, et nous lui reprochons tout. Au début, il ne pouvait pas arrêter beaucoup de gens. Au fait, Staline a vu que le trotskisme éliminait les personnes les plus intelligentes et les plus actives socialement - comme le libéralisme aujourd'hui. Trotsky disait à propos de l'éducation, ainsi que Gref, de ne pas rendre les Russes trop intelligents. Il y avait une théorie de la taille des oreilles. Voici le champ russe - un épi qui a levé, doit être taillé. Ils ont fait en sorte que les Russes ne ressortent pas trop. Où est Maïakovski, où est Blok, où est Yesenin ? La destruction du noyau russe - c'est la tâche qui était, est et sera. L'essence du libéralisme - la dépersonnalisation. Staline en était parfaitement conscient, mais ne pouvait rien faire dans un premier temps. Mais s'il n'avait pas été là, nous aurions suivi la voie trotskiste bourgeoise.

 

- Certains libéraux disent que la victoire de 1945 est notre défaite. Ils disent, regardez comment l'Europe est libérée et comment nous sommes. Comment objectez-vous ?

 

- Je pose la question suivante : qu'est-ce qui est le plus terrible pour nous - le fascisme national ou le fascisme libéral moderne ? Pour moi, la méthode de l'analyse comparative est la principale. Je compare ce qu'ils voulaient prendre de nos territoires occupés par Hitler à l'époque avec ce qu'ils veulent nous prendre en Russie maintenant. J'ai même un ouvrage à ce sujet. Ce sont les déclarations de Gref et Chubais sur l'éducation - et ce sont les déclarations de Rosenberg et Himmler. Ils disent à peu près la même chose. Nos libéraux disent maintenant que trois classes suffisent, et que ceux qui veulent payer pour l'éducation, qu'ils le fassent. Rosenberg et Himmler ont déclaré qu'il suffisait que les gens puissent lire l'annonce du commandement allemand, signer quelque part et autre chose. Regardez la culture - ce que les nazis ont imposé, les films qu'ils ont fait venir. L'église est passée sous le contrôle des autorités d'Hitler. Mais même les nazis n'appelaient pas la population occupée les masses fécales, les ordures. On leur a interdit de le faire. Et aujourd'hui, nous en parlons librement.

Je crois que le fascisme libéral est l'héritier du fascisme national sur une base socio-nationale. Ici, nous disions que les hitlériens étaient une race spéciale. Nos oligarques et nos bureaucrates qui volent des milliards ne constituent-ils pas une classe à part ? Absolument la même anarchie. Savez-vous quelle est notre théorie aujourd'hui ?

 

- Qu'est-ce que c'est ?

 

- Il n'y en a pas. Prends-le, vole autant que tu peux. Pourquoi enterrer des camions remplis d'or ? Juste au cas où tu ne saurais pas ce qui va se passer demain. C'est idiot. Les fous... Le national-fascisme et le libéral-fascisme sont tous deux issus de la propriété privée, du capital, de diverses sociétés secrètes. Tout comme Hitler a été façonné par les sociétés secrètes, il en est de même aujourd'hui, nous le voyons dans la même pandémie. Ce n'est pas pour rien que l'ancien président américain Donald Trump a parlé de l'État profond.

 

- Malgré les relations alliées avec l'Amérique et l'Angleterre après la Seconde Guerre mondiale, il y a eu une guerre froide que nous avons perdue. Aujourd'hui, une nouvelle guerre froide est en cours et le danger existe qu'elle redevienne chaude. Après le message du président, la chaleur de la situation autour du Donbass a cessé, mais la situation n'est pas résolue. Alors, faut-il attendre la guerre ? Après tout, l'humanité n'est pas divisée en deux comme elle l'était pendant la Seconde Guerre mondiale. Et quelle est la place de la Russie parmi les différents acteurs aujourd'hui ?

 

- Nous devons élargir notre plateforme de vision du monde et réaliser que l'humanité est créée à l'image et à la ressemblance de la nature vivante de la planète Terre. Et toute la vie sur la planète est organisée selon des structures d'espèces. Chaque sous-espèce a son propre programme biologique. Au XIXe siècle, Nikolaï Danilevsky l'a décrite de manière très détaillée dans son ouvrage "La Russie et l'Europe". Il faut comprendre que chaque espèce d'organisme vivant sur la planète ne vit pas seulement pour vivre, elle remplit une certaine fonction, allant jusqu'à en dévorer d'autres, comme les prédateurs. Et grâce à cette interaction fonctionnelle, la vie, l'harmonie et la beauté de la nature sont préservées.

 

Et l'humanité est organisée de telle sorte que, outre le programme biologique, nous avons la possibilité de penser et de prendre des décisions raisonnables. La logique nous dit une chose, mais un être humain peut en choisir une autre. Le pourquoi est une question distincte. Mais la seule espèce intelligente de la planète a été créée, je crois, pour maintenir l'harmonie, si la nature n'y parvient pas.

 

Mais à un moment donné, l'humanité a pris un chemin différent. Nous ne trouverons pas une seule espèce ou sous-espèce dans le règne animal qui cache une réserve d'une certaine richesse, de nourriture. Pourtant, la Bible, le Coran et bien d'autres choses ont été transmis à l'humanité, mais la cupidité l'emporte souvent dans la compétition entre la cupidité et la conscience.

 

En géopolitique, les civilisations ethnoculturelles mondiales sont divisées en deux catégories : les civilisations maritimes et les civilisations continentales. Lorsqu'un navire s'approchait d'un rivage, les habitants munis de lances et d'arcs le considéraient d'abord comme un ennemi, et c'est généralement ce qui se passait. Les navires, qui par nécessité accostaient sur le rivage, regardaient également les habitants de la terre d'un œil très méfiant. Une confrontation a alors été mise en place. Que nous dit encore la géopolitique ? Les peuples continentaux vivent de leur labeur, ils ont peu d'occasions de voyager, de se déplacer, ils sont plus conservateurs et moins avides. Les peuples maritimes, en revanche, vivent de proies et sont toujours à la recherche de quelque chose à saisir. Le grand Hegel a écrit que "la mer appelle au pillage".

 

- Vous voulez dire des pirates ?

 

- Bien sûr que oui. Ecoutez, il y a des monuments aux pirates en Angleterre. Il importe peu qu'ils aient coulé ou volé quelqu'un.

 

La géopolitique classique n'a pas pris en compte ces sujets émergents, qui sont montrés dans "Tarass Boulba". Il vend aux Polonais, et aux Cosaques. Mais aujourd'hui, ce sont les revendeurs, les banquiers de la croissance, les usuriers, les sociétés transnationales qui sont devenus les principaux acteurs du processus géopolitique mondial. Et nulle part en géopolitique, ils ne sont pris en compte. Si la Charte des Nations unies et les accords internationaux régissent le comportement des États et des peuples, alors la société financière mondiale n'est pas réglementée. Et surtout, les capitaux financiers servent de base à la formation de sociétés fantômes et secrètes, qui résolvent les problèmes en coulisse. Trump les a appelés l'État profond. Aujourd'hui, ils deviennent des acteurs majeurs. Et les États, à l'exception de quelques-uns, sont désormais essentiellement contrôlés par des sociétés transnationales et mondiales. La Russie en fait partie. Et l'Amérique a été parmi les premiers.

 

- Vous parlez d'un gouvernement mondial ?

 

- Bien sûr que je le fais. Tout a commencé en Angleterre, puis il y a eu une répartition des rôles. En 1908, il y a eu la question de la création d'un système de réserve fédérale, qui a été une bataille puissante. Puis sur une île (Jekyll - ndlr) proche des Etats-Unis, les plus grands banquiers se sont réunis, les Baruch, les Morgan, les Dupont, les Warburg et autres. Américaine, tout d'abord, mais aussi britannique et européenne. Et ils ont accepté le plan. Sa formule était la suivante : "L'électricité est une marchandise, même si elle est la plus chère. Par conséquent, le pouvoir mondial doit appartenir aux financiers internationaux. Et ce sont eux qui ont fait passer la Fed en 1913. Il s'agit d'un bureau privé, car il a été créé par plusieurs banques privées sans la présence de l'État. Et le président américain Woodrow Wilson, qui a adopté la Fed, s'est écrié dans ses mémoires qu'il était l'homme le plus malheureux, parce qu'il avait permis le vol de l'État. Ce capital financier s'est emparé du pouvoir mondial à tel point qu'il forme aujourd'hui le cours politique et économique de l'humanité. Dans tous les pays. Dans les années 60, sous la direction de David Rothschild, la théorie de la programmation sociale a été élaborée et mise en œuvre. À l'époque, nous n'y avons pas prêté attention. Il s'agissait d'un programme de l'humanité se détournant de l'espace, alors que le monde entier, après le vol de Youri Gagarine, se précipitait vers le mode de vie des consommateurs. Car si tout le monde aspire à l'espace, qui fera des bénéfices ? Et la science, l'éducation, à bien des égards, s'est transformée en mode de consommation. Et l'Union soviétique s'est également tournée vers elle. Comme le disait Gorbatchev, il fallait nourrir le pays pour que la vie soit comme à l'Ouest. Ils ont commencé à comparer ce qui se passait avec nous et avec eux. Khrouchtchev a même répandu l'idée que nous devions rattraper et dépasser l'Amérique. Pourquoi ? Avons-nous pris du retard dans l'espace ? Dans la technologie ? Dans la culture, l'éducation ?

 

Non. Mais il était nécessaire de rattraper le niveau de consommation. Pour que l'humanité se tourne vers la consommation. Et cela renforce le pouvoir des banquiers, des financiers et détache l'humanité de la direction intellectuelle et spirituelle du développement. C'est ce que nous avons aujourd'hui. Et aujourd'hui, nous constatons que Bill Gates, Soros et toute l'équipe parlent plus ouvertement. Ils dirigent la communauté mondiale grâce à l'argent. Et ce gouvernement mondial établit certains programmes.

 

En 1971, Toffler (Alvin Toffler, philosophe, sociologue et futurologue américain, l'un des auteurs du concept de société post-industrielle - Ndlr) a dressé un tableau de la façon dont nous vivrons au XXe siècle. Je l'ai relu récemment. Et vous pensez, comment aurait-il pu prédire une telle chose ? Mais cela pose la question. L'a-t-il prévu, ou a-t-il simplement annoncé les plans de quelqu'un d'autre ? Ou a-t-il suggéré à ladite communauté de l'ombre que c'est le genre de monde dont nous avons besoin ? Aujourd'hui, ils gouvernent non seulement les États et les peuples, mais aussi chaque personne, en changeant sa mentalité. Et en même temps que la vision du monde, la conscience change.

 

Il y a environ 6-8 ans, j'ai soudainement rencontré un problème. À une époque, j'ai eu des contacts avec le centre d'entraînement des cosmonautes, je le visitais souvent. Je rencontre un cosmonaute soviétique, deux fois héros, et il me raconte une chose terrible : l'année dernière, le corps des cosmonautes était en sous-effectif. Je lui ai demandé : "Pourquoi ne viennent-ils pas ?" Il dit : "Parce que la première question est : "Combien vais-je recevoir ? Est-ce que je recevrai au moins un million de dollars pour le vol ou pas ?" Et quand ils découvrent combien ils sont payés, ils disent : "Qu'est-ce que c'est que ça, risquer plus ? Et ils n'y vont pas." Ils ne pensent même pas à appréhender la distance cosmique, le sommet de la perfection humaine pour s'y sentir. Comprenez-vous comment la conscience a été modifiée ? Le mode de vie du consommateur devient contrôlable. Mais il s'agit, comme toujours, d'engraisser l'agneau pour l'abattre à temps.

 

Aujourd'hui, quand on parle de guerre, il est difficile de deviner si elle aura lieu ou non. L'Ukraine, par exemple.

 

- Oui, en ce moment, des millions de personnes s'inquiètent de savoir s'il y aura un affrontement direct entre la Russie et l'Ukraine.

 

- Et cela ne dépend plus de nous, les gens ordinaires. La guerre de l'Ukraine avec la Russie signifie la guerre de la Russie avec l'OTAN, car l'OTAN a donné des garanties de sécurité à l'Ukraine. La question est de savoir qui veut cette guerre. Notre peuple ne le veut pas, l'AFU et l'armée russe ne veulent pas se battre, car les plus jeunes, les plus beaux, les plus courageux meurent. Je suppose que ni Zelensky ni Poutine ne sont particulièrement désireux de se battre. Pourtant, quelque part, quelque chose se dessine dans l'esprit de M. Poutine : il pourrait y avoir une courte guerre rapide et une victoire, qui assurerait le succès de Russie Unie aux prochaines élections. Mais il n'y aura pas de victoire rapide. Aujourd'hui, tous les domaines, à l'exception de la minorité évidente, comprennent que la victoire est d'empêcher une guerre. Et nous sommes une majorité écrasante. Et une poignée veut la guerre. Dans quel but ? De sorte que géopolitiquement, les Slaves s'affaiblissent mutuellement. Et alors il n'y a pas besoin qu'Hitler détruise le monde slave. Ils se détruiront eux-mêmes. Les plus actifs y mourront, les futurs opposants au pouvoir corrompu, en Ukraine, comme en nous - ils iront là, dans la fournaise. En d'autres termes, il y a une purification de l'honneur, de la conscience, de la sainteté. Les gens honnêtes sont nettoyés. Et les crapules, les enfants des députés de Russie Unie et autres n'iront jamais là-bas. Et s'ils partent, ils ne partiront que plus tard. Ils apporteront la victoire à Moscou sur Kiev, si une telle chose se produit. Ils savent où et quand aller. Donc personne n'a besoin de cette guerre. Mais quelqu'un peut commander à la fois Poutine et Zelensky.

 

Je suis un témoin du début du bombardement de la République fédérale de Yougoslavie, alors qu'un État beau et amical était en train d'être détruit. Les Serbes, tout d'abord, étaient prêts au combat. Nous étions là un peu pour les aider à renforcer leur préparation au combat. Eltsine a fait pression sur Clinton pour qu'il n'y ait pas de guerre là-bas, et ainsi de suite. En outre, nous exerçons une forte pression sur l'OTAN. À l'époque, nous avions déjà un accord Russie-OTAN, signé en 1997, qui interdisait [de bombarder la Yougoslavie]. C'est-à-dire que je n'ai pas vu à l'OTAN, en communiquant avec tous les représentants, que quelqu'un voulait la guerre.

 

Pourquoi l'Europe voudrait-elle la guerre ? Nous étions amis avec les Allemands. Les Belges ne voulaient pas de cette guerre. Même les Suisses, non membres de l'OTAN, criaient que tous les réfugiés, les trafiquants de drogue du Kosovo se réfugiaient chez eux. Pas besoin de guerre. Et Clinton n'était pas d'accord pour une guerre. Et ensuite, que se passe-t-il ?

 

- Le scandale de Monica.

 

- Ils trouvent la culotte de Monica Lewinsky, ils font un scandale au monde entier. C'est embarrassant ! Le président des États-Unis a couché avec la fille...

 

- Leonid Grigorievich, il y avait en fait une robe bleue, je crois, et il y avait quelque chose d'appelé.... dans le bureau ovale.

 

- Eh bien, oui, oui, oui. C'est ce que j'appelle... Et Clinton est menacé de destitution. Puis il disparaît pendant 24 heures. L'Amérique a vécu 24 heures sans président. Il a été convoqué et s'est rendu à la loge maçonnique Skull and Bones. Pas de gardes, personne n'était autorisé à entrer. Il sort, épuisé, fatigué, va à la Maison Blanche et donne l'ordre de commencer à bombarder la Yougoslavie. L'Impeachment est immédiatement levé, il rétablit sa position politique, et même Hillary Clinton lui pardonne toute l'affaire. Qui a donné cet ordre où ? Alors c'est comme ça.

 

- Que va-t-il donc se passer avec l'Ukraine après tout ?

 

- Nous allons faire des suppositions aujourd'hui. Nous voyons que Biden a des raisons personnelles de haïr les Russes pour avoir insulté, discrédité son fils, révélé son accord sur le Donbass, Lugansk. En outre, il existe des intérêts politiques, économiques et, surtout, un intérêt national - fermer l'accès aux mètres cubes de gaz russe à l'Europe. Parce que les Européens sont en difficulté dans ce domaine, ils ne veulent pas acheter du gaz de schiste américain, mauvais et cher. Et c'est profitable pour l'économie américaine. Ils ont pris la décision sans précédent de vendre du pétrole brut et du gaz de schiste. Pour maintenir leur économie à flot, au moins. Et c'est ce problème qu'il faut résoudre. Et pour cela, la guerre de la Russie avec l'Ukraine est très importante. Ensuite, ils feront pression sur l'Europe par l'intermédiaire du conseil de l'OTAN et ce dernier décidera, parce que l'OTAN a donné des garanties de sécurité à l'Ukraine, de ne pas acheter un seul mètre cube de gaz russe. C'est tout. Et voici la question maintenant. Biden a fait son chemin à reculons. Et qui est au-dessus du président américain ? Le Congrès ne lui a pas mis la pression sur la guerre. Il y a donc une structure de pouvoir de l'ombre. Ce que TRump a appelé l'État profond. Mais il ne faut pas croire que ces gens sont assis dans des bunkers quelque part, à se cacher. C'est un réseau qui s'étend dans le monde entier. Il s'agit de mécanismes centrés sur le réseau qui ont pour mission d'accéder à des postes clés où sont prises les décisions stratégiques. Il y a plusieurs centres - le club Bilderberg, la Commission trilatérale, etc. L'ordre d'entrer en guerre viendra de là, et ensuite...

 

Je l'ai déjà dit dans les médias. 1998. Nous avons tous observé et agi très attentivement afin d'empêcher le bombardement de la Yougoslavie. Mais au final, comment Clinton a-t-il été testé et brisé ? Et à la fin de l'année 98, il y a eu une réunion du club Bilderberg, et j'ai reçu une information selon laquelle une décision avait été prise : "Belgrade, Pourim, attentat". Informations cryptées. Cela signifiait que l'attaque sur Belgrade aurait lieu pendant la fête juive de Pourim. Tout s'est passé exactement le 24 mars, c'est le jour férié. C'est tout. Et avant cela, il y avait des pressions sur Clinton, avant cela, tous nos libéraux prononçaient des discours de victoire. Tchernomyrdine avait tout laissé tomber pour que nous n'intervenions pas dans la défense des Serbes

 

- Et comment pouvons-nous faire pression sur Poutine aujourd'hui ? Avec l'aide de Navalny, ou quoi ?

 

- Non. Ils en ont assez de Navalny et de ses révélations. Nous pouvons parfaitement le voir : ce que Poutine dit, même dans ses discours, et qu'il présente comme une décision, demain Chubais le réfutera, l'annulera. Ou Gref. Et tout sera exactement comme Chubais le dit. Il suffit de regarder le poste qu'il a créé pour lui-même. L'envoyé du président pour les affaires étrangères. Il n'y a pas eu de tel poste. Un envoyé présidentiel ! Pas seulement Poutine, mais le représentant du président. Le troisième jour après sa nomination, Chubais déclare : "Je ne suis pas un employé du gouvernement, je suis à mon compte. C'est tout. Et regardez, Gref. Poutine parle d'éducation, d'intelligence. Et que dit Gref ? Nous préparons le russe était. Et tout est fait par Gref aujourd'hui. Parce que c'est une cinquième colonne en réseau, pour ainsi dire. Et quand j'ai demandé une fois aux gars de l'intelligence : "Savez-vous ce qu'est une cinquième colonne ?" Ils : "Oui, oui, nous regardons et ainsi de suite", ai-je dit, "Mais il y a une chose que vous ne comprenez pas. La force de frappe de la cinquième colonne est le service de la garde fédérale russe, le bureau du procureur, les tribunaux, le comité d'enquête, le FSB, etc. Vous recevez une impulsion de quelque part pour mettre une personne spécifique en prison, comme Platoshkin, par exemple, ou Navalny ou n'importe qui d'autre. Mais vous allez là-bas et, en enfreignant la loi, la moralité, l'honneur, la conscience, vous allez faire ce que vous pensez être une bonne action. C'est ainsi que sont créées les cinquièmes colonnes. C'est pourquoi nous parlons de la possibilité d'une guerre avec l'Ukraine. Mais regardons aussi les détails. Qui a représenté la Russie dans les mêmes Donetsk et Lugansk ?

 

- Depuis quand ?

 

- Depuis 2014.

 

- Surkov.

 

- Surkov. Surkov est un représentant du groupe financier Alfa. Il a même été vice-premier ministre, assistant du président. Poutine l'a filmé parce qu'il a donné une interview anti-Poutine aux Etats-Unis. Et ils l'envoient au Donbass. Dans quel but ? Question. Et partout les nominations du personnel sont très douteuses et incompréhensibles. Cela suggère que Poutine n'est pas aux commandes. Il ne prend pas, du moins aujourd'hui, de décisions importantes sur le plan stratégique. Oui, peut-être que quelque part, en consultation avec Shoigu, ils peuvent prendre ensemble une décision, mais Poutine ne fait que l'annoncer...

 

- Poutine consulte également Patrushev…

 

- Sur certaines questions avec Shoigu, sur d'autres avec Patrushev. Et Poutine lui-même n'est plus le décideur. Mais, regardez comment Poutine a été piégé. Après tout, tout appel au chancelier autrichien, par exemple, commence par quoi, après le bonjour et les salutations ? Il commence sur le vaccin Sputnik, ouvre la réunion des chefs d'État de la CEI - vaccin Sputnik, le conseil d'administration de la Société géographique - vaccin Sputnik. C'est-à-dire que Poutine a reçu l'ordre de promouvoir ce vaccin Sputnik aujourd'hui. Et il en fait la publicité. Il est chargé de la publicité aujourd'hui. Tant pis pour Poutine. Et qu'a-t-il dit lors du discours du 21 avril ? Est-ce une adresse à l'Assemblée fédérale ? Est-ce là le cours du développement de la Russie ? Il a parlé de la pandémie, de la lutte contre celle-ci, même si nous avons souffert plus que d'autres pays, mais il l'a présentée comme une victoire dans la grande guerre contre la pandémie, car le jour de la victoire était proche. En même temps, il distribuait des prix de 10 mille par enfant...

 

- Et tout cela contrastait avec l'arrière-plan - les gens dans la salle, qui ont des salaires, des capitaux et des revenus complètement différents...

 

- Ils étaient si heureux de ne pas avoir été privés d'un demi-million ou d'un million. Et Poutine a trouvé quelque part quelques milliers pour des paiements qui ne sont pas déduits de leurs revenus. C'est de la même manière qu'il a fait passer la réforme des retraites. Poutine déclare : "Tant que je serai président, l'âge de la retraite ne sera pas relevé." Il n'est donc plus le président qui prend les décisions.

 

- En parlant du scandale de Prague. On peut admettre que les accusations d'explosions de la part de la République tchèque sont sans fondement. Mais il y a aussi des faits d'arrivée de Russes avec des passeports aux noms de famille fictifs qui parlent d'une activité non conventionnelle de nos services de sécurité à l'étranger. Dans quelle mesure ces actions sont-elles opportunes dans les circonstances actuelles, compte tenu de la réputation globale de la Russie sur la scène internationale ?

 

- Vladimir Poutine : Ce qui se passe est un processus à double sens. J'ai mentionné au début de notre conversation qu'il y avait des épreuves de force après la grande victoire. Il s'agit notamment des erreurs commises par Vyacheslav Mikhailovich Molotov en tant que ministre des affaires étrangères. Le 9 mai de cette année, ils m'ont envoyé les données suivantes : en 2005, 53 chefs d'États étrangers ont assisté au défilé de la victoire à Moscou, en 2010 - 24, en 2010 - 10, en 2021 - un chef du Tadjikistan.

 

Aujourd'hui, nous sommes dans un isolement complet. Et lorsque nos jeunes filles de 18-19 ans ont apporté une telle gloire aux Championnats du monde de patinage artistique, notre hymne n'est pas joué, le drapeau n'est pas hissé et même "Kalinka" n'est pas interprété. C'est la première fois que nous nous trouvons dans une telle situation. Et quoi qu'ils disent sur le fait que partout il n'y a que des ennemis, il n'y a plus d'amis, d'alliés, d'ailleurs, c'est d'abord la faute de la Russie. Il n'y a pas de politique étrangère coordonnée dans l'État russe. Les services spéciaux font une chose, ne sont pas subordonnés au ministère des affaires étrangères, ne se coordonnent pas avec lui, s'il s'agit du GRU - le ministère de la défense fait la sienne, y compris, peut-être, pour se venger de Skripal en tant qu'ancien employé. La diplomatie "Out-of-the-Midlands" est assurée par quelqu'un d'autre. De plus, nous avons des contingents de groupes armés, disons, illégaux, installés en Russie. Et je soupçonne que Kiriyenko a reçu le titre de Héros de la Russie par décret secret précisément pour les actions de nos formations armées. Ce sont d'anciennes troupes spéciales. Comprenez-vous comment cela se passe ? Serdyukov disperse les meilleures brigades de forces spéciales du monde. En règle générale, ils ne vivent pas dans le centre de Moscou. Pas dans les grandes villes. Ils se présentent comme des unités spéciales, revêtues d'un certain secret, en dehors des villes. Ils sont dissous et jettent des jeunes de 30 ans à la rue. Il n'y a pas de travail sur leur lieu de résidence, les familles doivent être nourries, habillées, etc. À une époque, lorsqu'ils ont été dissous, de nombreux jeunes hommes forts ont mis fin à leur vie par le suicide. Et puis, mis dans cette position, on leur a proposé : "Voulez-vous gagner de l'argent ?"  "Allez !". Quelque part, ils sont invités par des organismes officiels, ils sont formés, puis ils signent un contrat avec une entreprise LLC. Et ils sont mis à contribution pour effectuer n'importe quelle tâche. Comme ce fut le cas avec Wagner (une société militaire privée, dont l'existence n'est pas officiellement reconnue - ndlr), lorsqu'ils étaient impliqués dans les affaires internationales.  Nous sommes dans un conflit avec l'Ukraine, mais ces gars-là sont pris, rassemblés, et ils se battent. En Afrique, en Syrie, etc. Et ensuite, pour ne pas être remboursés, ils disparaissent quelque part. C'est comme avec le Wagner. Ils préviennent les Américains qu'ils vont partir, qu'ils ne sont pas à nous, et qu'ils sont tout simplement détruits. Il y a même des choses comme ça. Je ne serais donc pas surpris aujourd'hui de ce que disent les Tchèques. Mais je ne vois aucune raison pour les Tchèques d'intensifier leurs relations avec la Russie. Pour toutes nos difficultés. Mais l'entrepôt a explosé. D'un autre côté, je me remets à la loi martiale. Il est absolument inutile que les Tchèques fassent sauter l'entrepôt. Cela signifie être de parfaits idiots. Le pays est membre de l'OTAN. Les Américains ? A quoi bon, aussi ? Je ne comprends pas ça non plus. Et je ne comprends pas pourquoi notre peuple voudrait le faire exploser. Je ne sais pas.

 

- Et tous ces documents qui ont été présentés ?

 

- Les documents soumis sont tout comme les Skripals. Dans un pays comme le nôtre, un pays non gouverné, il peut y avoir des intérêts privés, des entreprises privées. Par exemple, ceux qui vendent des armes quelque part. Ils vendent toujours des armes soviétiques. Par exemple, les Bulgares vendent leurs restes. Et les Tchèques, peut-être. Et l'Ukraine a déjà vendu la quasi-totalité de ses armes. Et l'intérêt privé pourrait être tel : quelque part, ils ont accepté de fournir des armements là-bas, et les Tchèques les battent. Par le prix, par exemple. Et ainsi de suite. Envoyer les spécialistes du GRU pour cela, des spécialistes qui sont en train d'être formés, cela me semble très peu sérieux. Ce n'est pas grave. Je ne connais donc pas la réponse. Mais le fait que nous ne puissions pas tout prouver, ce qui veut dire... qu'il y a des soupçons. Je ne pense pas que Poutine donne des instructions quelque part. C'est juste que Poutine ne peut pas le contrôler. Si des milliards sont volés par des employés du FSB, qui sont censés surveiller, cela signifie que n'importe quel type d'agent peut y être placé. Pas n'importe quel service spécial, mais des agents de certaines organisations criminelles.

 

- Mais quelqu'un a dû ordonner à Margarita Simonyan de montrer Petrov et Boshirov, qui se sont avérés être Mishkin et Chepiga, à la télévision d'État. Et maintenant nous avons Petrov et Boshirov partout et dans tout....

 

- Ils chantent déjà de sales chansons à ce sujet.

 

- Des chansons sont chantées, des poèmes sont composés, ils sont déjà des héros nationaux. Dans les réseaux, ils écrivent des mesures différentes, par exemple, Bismarck dit que la Russie a maintenant deux nouveaux alliés - Petrov et Boshirov, et non l'armée et la marine, comme Alexandre III l'a dit. Notre folklore.

 

- Un exemple. Poutine a un conseiller en politique étrangère. [Yuri] Ushakov. Et son bras droit était son diplomate, Oleg Smolenkov, qui était son assistant lorsqu'il était encore ambassadeur aux États-Unis pendant de nombreuses années. Et c'est Smolenkov qui a confié les affaires les plus confidentielles à Ushakov. Il l'a toujours emmené à des réunions avec Poutine. C'est un homme qui travaille directement à côté de Poutine. Et soudain, en 2019, il s'est avéré qu'il était un espion américain, et on l'a très soigneusement sorti, on lui a donné un manoir et ainsi de suite. C'est juste un cas identifié près du président. Et combien n'ont pas été identifiés ? Et je pense honnêtement que le Boeing 777 abattu à Donetsk est une action anti-russe brillante. Brillamment réalisé. Probablement pas seulement par les services spéciaux ukrainiens. Parce qu'ils ont habitué la milice au fait que les An-26 de l'armée de l'air ukrainienne volaient, bombardaient, enlevaient les encerclés, les fournitures et ainsi de suite. Et la tâche était d'abattre cet AN-26. Un homme a été abattu. Je m'appuie sur des documents d'enquêtes internationales, néerlandaises. Et on se préparait à ce que la prochaine fois qu'il volait, il devait être abattu. L'agent annonce : "Décollage imminent." Si c'est autre chose, il donne le feu vert. Pas de rebondissement - préparez-vous à l'abattre. À ce moment-là, cet agent est menotté, dépouillé de ses communications. L'avion retourne immédiatement à son aérodrome de base, et un Boeing 777 vole sur la route que l'An-26 était censé emprunter. C'est un brillant travail des services spéciaux contre nous. La version principale de l'enquête est que c'est notre Buk qui a été abattu. Et il est évident que les mouvements de cette brigade divisionnaire qui se rendait près de Rostov ont été filmés. C'est-à-dire qu'ils se préparaient. L'interception radio de la conversation, qui parlait - tout cela est exposé dans le tribunal. Et la question suivante : qui a pu donner cet ordre ou ce consentement ? S'il vous plaît, il va à notre premier fonctionnaire. Cela n'aurait pas pu se produire sans son consentement. Qu'il soit en réunion ou non, mais Smolenkov était là. Il aurait pu conseiller Ouchakov, ou autre chose, ou quelqu'un aurait pu le persuader, comme Smolenkov, que nous devions les supporter, etc.

 

- Outre l'Ukraine, la Russie a d'autres voisins "problématiques". Par exemple, quelle sera la manœuvre de la Turquie après la reconnaissance par Biden du génocide arménien (par les Turcs) en 1915 ? Va-t-il s'éloigner des États-Unis et donc de l'OTAN ? Que devrait faire la Russie dans cette situation, quel genre de carottes supplémentaires attireront la Turquie ? Mais il y a une base américaine avec des missiles nucléaires sur le territoire turc, donc Biden a pris une mesure très risquée. Comment pensez-vous que Poutine se comportera dans cette situation ?

 

- Je pense que Biden a également été incité à donner une petite tape sur le nez d'Erdogan pour éviter qu'il ne devienne arrogant et ne dépasse les bornes. Erdogan est en train de construire un grand empire turc, et ce qu'il fait contre la Russie est naturellement encouragé. Mais ce qu'il fait avec la Russie n'est pas encouragé. Et ici, on ne lui pardonne pas le "Turkish Stream", bien qu'il ne soit pas encore gagné. Néanmoins, il  est prêt à le lancer. Le S-400 est un cas particulier. Il se coordonne avec les troupes russes en Syrie. Erdogan n'est plus caporal de l'armée américaine et répond : "Oui, c'est exact !" - et l'exécution immédiate. Il est donc sur le point de recevoir une pichenette sur le nez avec cette reconnaissance du génocide arménien. Ce n'est pas la première fois, d'ailleurs, que les Américains font ça. Biden l'a fait maintenant ; avant cela, le Congrès l'a fait afin de maintenir la Turquie dans les limites de sa subordination. C'est tout ce qu'il y a à faire. Comment la Russie va-t-elle réagir ? Je ne sais pas si Poutine fournit une grande partie de la population de la Russie actuelle ou non ? Après tout, lorsque [les Turcs] ont abattu notre avion Su 24 et, en fait, exécuté nos pilotes sur place, nous avons fait une déclaration sévère. Nous sommes allés jusqu'à rompre les relations. Puis notre ambassadeur [en Turquie] a été abattu de manière démonstrative, un homme respecté.

 

Et qu'en est-il de Poutine ? Oui, il a réagi durement, mais ensuite il a radicalement changé de position. Erdogan arrive et est reçu solennellement, non pas dans une salle de réunion mais en tant qu'invité d'honneur, au palais Konstantinovsky.  Il s'excuse (pas auprès de la Russie mais auprès des familles des morts), nous lui pardonnons et autorisons les tomates turques sur nos marchés. Cette mafia pro-turque sur les marchés est donc plus forte que le président Poutine et plus influente que le ministère de la défense ? C'est tout. Il m'est donc difficile de dire aujourd'hui ce que fera Poutine. Quelqu'un a vendu South Stream. Les Bulgares, nos "frères", l'ont également refusé. Aujourd'hui, nous espérons qu'Erdogan est un acteur à part entière et qu'il ne fermera pas le Turkish Stream. De plus, nous l'avons construit à nos propres frais. Le Turkish Stream et nos relations avec Erdogan sont donc soumis à un grand point d'interrogation. Nos relations avec la Turquie sont également très discutables. Même une question comme celle de la Crimée. Au moins, prenez une position neutre. Non, il ne la reconnaît pas comme russe, mais il travaille aussi avec l'Ukraine dans le sens où la Crimée est en fait turque. Elle revendique clairement la Crimée comme sa propre propriété, son propre territoire, renforçant les affectations budgétaires pour les opérations spéciales en Crimée. Par conséquent, il m'est difficile de deviner qui et quoi va ordonner à Poutine et il va s'exécuter, car différentes personnes commandent le soi-disant président de la Russie aujourd'hui. Il n'y a pas de cours de notre développement, où nous allons. Il n'y a pas de choses conceptuelles. Il n'y a que des mots vides de sens d'une année sur l'autre, qui ne sont pas mis en œuvre, et sur lesquels personne n'est tenu responsable. La politique étrangère non plus. Et alors, Erdogan sera plus obéissant maintenant à la Maison Blanche américaine qu'au Kremlin russe.

 

- La Chine ne cesse de s'intensifier elle aussi. La moitié du Kirghizstan, la moitié du Kazakhstan, ils ont pris le contrôle de diverses manières. Les Chinois relèvent-ils aussi du gouvernement mondial ? Ils sont spéciaux, avec leur propre manière spéciale.

 

- Il y a des principes géopolitiques. L'une d'entre elles : un peuple sans terres va vers des terres sans peuple. Et les Chinois ont leur propre méga-projet. Il est alternative à l'américaine. Les États-Unis et la Chine s'affrontent. Les Chinois ne soulignent nulle part qu'ils vont porter le socialisme. Le rêve des Chinois est de conquérir le monde. Et la première chose dont les Chinois prennent le contrôle, ce sont les voies de communication stratégiques sous le couvert de la Route de la soie. Les Chinois ont leur propre version de la route maritime du Nord. Nous remettons aujourd'hui ce projet au président de la Chambre des comptes...

 

- Kudrin.

 

- Oui, le projet de Kudrin. Aujourd'hui, le vice-premier ministre Khusnullin présente officiellement un projet de construction de grandes mégapoles, d'agglomérations, afin de rassembler toute la population des campagnes et des petites villes dans ces agglomérations. Ils disent que ce sera plus économique, qu'il n'y aura pas besoin de dépenser de l'argent pour les services publics, pas besoin d'amener le gaz dans les villages. Et le terrain doit être laissé vide. Et l'autre jour, Khusnullin a présenté ce projet du gouvernement. Pour dépeupler la terre. Et il y a deux processus parallèles. La première - nous donnons aux Chinois le territoire du développement accéléré pour 49 ans, et pour 70 ans. Pourquoi mentir ? Dites-leur que nous donnons ces territoires aux Chinois pour de bon. Ne mentez pas sur le fait que les Chinois vont y instaurer l'ordre dans 70 ans, développer l'économie, y apporter le bonheur, puis nous le céder. Cela n'arrivera pas. Il existe une politique ouverte de génocide, qui consiste à nettoyer les territoires de leurs habitants. Il s'agit du nouveau plan "Ost" d'Hitler, mais pas pour le territoire européen, mais pour toute la Russie. C'est pire que le fascisme d’Hitler.

 

Et il y a un troisième processus - il y a la destruction de la taïga. Chaque année, il y a des incendies, et chaque année des commissions sont nommées, et elles rapportent que ce sont des incendies artificiels. Qui le brûle, les Chinois ou notre peuple ? Les groupes de travail dont je parlais tout à l'heure y mettent-ils également le feu ? Il y a un processus de dépeuplement de grandes parties de notre Russie. Dans quel but ? Pour que ceux qui sont au pouvoir aujourd'hui puissent les vendre à profit. A qui ils veulent, mais pour vendre. Et c'est pourquoi il y a cette pandémie, la réforme des retraites et d'autres manifestations de génocide. Aujourd'hui, un ministre du gouvernement a suggéré qu'il ne devrait pas y avoir de panier de biens de consommation, pas de salaire de subsistance, rien. Pour en finir avec tout ça. L'autre jour, une telle proposition a été introduite. C'est pour que les gens meurent plus vite. Tout est fait aujourd'hui pour que les gens partent plus vite. Lorsqu'ils disent qu'au cours des trois dernières années, 70 000 scientifiques sont partis, et que Poutine et son équipe n'en ont cure, cela suggère qu'un nettoyage de la population de la Russie actuelle est en cours.

 

Naturellement, les Chinois regardent cela et font probablement déjà des plans pour notre territoire russe, pour des terrains vacants. Les Chinois "superposent" des projets sur la route maritime du Nord, sur des zones de la Sibérie orientale, de l'Extrême-Orient, etc. Lorsqu'il s'agit d'un conflit avec les Américains (parce qu'il n'y a pas assez de ressources pour deux projets, américain et chinois, parce que les Chinois augmentent le niveau de consommation, mais les Américains ne veulent pas perdre ce niveau), ils se mettent simplement d'accord entre eux : vous avant l'Oural, nous - après l'Oural. Et nos dirigeants (il est difficile de dire qui sera là, les actuels ou leurs enfants) seront d'accord. Et on leur donnera une île dans le Pacifique, l'Atlantique ou l'océan Indien. S'il vous plaît, allez-y, vivez-y, et nous - les Américains ou les Chinois - gouvernerons ici. En outre, il existe un risque de catastrophe pour les Américains et les Chinois de la côte - le super-volcan de Yellowstone. Y a-t-il un endroit où l'élite américaine doit être déplacée ? Ils n'ont pas particulièrement envie d'aller en Europe. Ce n'est pas l'endroit le plus sûr, et le givrage y est prévu.

 

- Cela semble très pessimiste. Ne défendons-nous pas le pays comme nous le faisions auparavant ?

 

- Si la Grande Guerre Patriotique a été gagnée par les hommes, les femmes étaient au deuxième échelon, aujourd'hui je n'ai qu'un seul espoir - pour les femmes et pour la jeunesse. Les hommes sont à court d'hommes en Russie. Il y a toutes sortes de professions, il y a toutes sortes d'emplois, mais les hommes s'épuisent. Pas parce qu'ils sont mauvais ou bons. Il y en a même des actifs, mais pas beaucoup. Selon les estimations d'Igor Gundarov, la population a diminué de 12 millions d'habitants depuis 1991. Je regarde, il y avait des gens puissants. Y compris les officiers. Comme [Lev] Rokhlin, Viktor Ilyukhin, [Yevgeny] Rodionov. Ils sont tous partis. Certains ont été abattus, d'autres ont été tués par des maladies "accidentelles". Sont partis les meilleurs, les plus actifs grâce aux opérations spéciales. Le même Misha Zadornov, regarde. Le cancer. D'autres ont des tumeurs ou des crises cardiaques. Ainsi, la véritable élite de notre Russie multinationale et des Russes en premier lieu est en train d'être détruite, ou nettoyée. Et la substitution.

 

- Mais nos jeunes ne sont pas mauvais.

 

- Les jeunes ne sont pas mauvais, mais ils sont peu nombreux. Même ce qu'ils font par rapport à Navalny, ils le font mieux que nous, l'ancienne génération. Ils n'ont peut-être pas tout compris, ils ne comprennent peut-être pas quelque chose, mais ils sont plus courageux. Et aujourd'hui, nous parlons de la guerre. Tout d'abord, il n'y a pas d'idée qui puisse être défendue aujourd'hui. Aucun pays ne peut être défendu, car ses dirigeants sont probablement les plus méchants de l'histoire. Ils donnent leur territoire, le vendent, construisent des palais comme celui-ci. Il n'y a jamais eu d'élite au pouvoir plus méprisable qu'aujourd'hui. Je parle en tant que docteur en sciences historiques.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) est une personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel Général. En 1996 - 2001, chef de la direction principale de la coopération militaire internationale au ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. De 1996 à 2001, il est devenu le chef du département de la coopération militaire internationale du ministère de la défense, colonel-général de Russie. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Leonid Ivashov: Je pose la question suivante : qu'est-ce qui est le plus terrible pour nous - le fascisme national ou le fascisme libéral moderne ? Pour moi, la méthode de l'analyse comparative est la principale. Je compare ce qu'ils voulaient prendre de nos territoires occupés par Hitler à l'époque avec ce qu'ils veulent nous prendre en Russie maintenant. J'ai même un ouvrage à ce sujet. Ce sont les déclarations de Gref et Chubais sur l'éducation - et ce sont les déclarations de Rosenberg et Himmler. Ils disent à peu près la même chose. Nos libéraux disent maintenant que trois classes suffisent, et que ceux qui veulent payer pour l'éducation, qu'ils le fassent. Rosenberg et Himmler ont déclaré qu'il suffisait que les gens puissent lire l'annonce du commandement allemand, signer quelque part et autre chose. Regardez la culture - ce que les nazis ont imposé, les films qu'ils ont fait venir. L'église est passée sous le contrôle des autorités d'Hitler. Mais même les nazis n'appelaient pas la population occupée les masses fécales, les ordures. On leur a interdit de le faire. Et aujourd'hui, nous en parlons librement.

Je crois que le fascisme libéral est l'héritier du fascisme national sur une base socio-nationale. Ici, nous disions que les hitlériens étaient une race spéciale. Nos oligarques et nos bureaucrates qui volent des milliards ne constituent-ils pas une classe à part ? Absolument la même anarchie. Savez-vous quelle est notre théorie aujourd'hui ?

 

- Qu'est-ce que c'est ?

 

Leonid Ivashov: Il n'y en a pas. Prends-le, vole autant que tu peux. Pourquoi enterrer des camions remplis d'or ? Juste au cas où tu ne saurais pas ce qui va se passer demain. C'est idiot. Les fous... Le national-fascisme et le libéral-fascisme sont tous deux issus de la propriété privée, du capital, de diverses sociétés secrètes. Tout comme Hitler a été façonné par les sociétés secrètes, il en est de même aujourd'hui, nous le voyons dans la même pandémie. Ce n'est pas pour rien que l'ancien président américain Donald Trump a parlé de l'État profond.

Lire la suite

Leonid Ivashov: La parade de la victoire de qui ? (Partyadela, 07.05.2021)

8 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Guerre, #Politique, #Russie, #Société

Leonid Ivashov: La parade de la victoire de qui ?  (Partyadela, 07.05.2021)

Leonid Ivashov: La parade de la victoire de qui ?

 

07.05.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13361/

 

 

Donc, un autre défilé de la victoire est à venir.

 

Annuel, traditionnel, solennel. Plusieurs dizaines de vétérans de la Grande Guerre patriotique sont amenés au mausolée drapé, ils sont montrés en gros plan sur les écrans de la télévision d'État, le ministre de la Défense fait le tour des colonnes du défilé, les félicite pour la victoire dans la Grande Guerre patriotique, des troupes et du matériel militaire passent, tout est comme d'habitude.

 

Après l'effondrement de l'Union soviétique, le concept de patrie a changé pour les vétérans. Le sol natal, qu'ils ont défendu, sur lequel ils se sont battus jusqu'à la mort, et dans lequel des millions de leurs camarades tombés au combat sont enterrés, n'est plus le leur.

 

Les soldats soviétiques ont fait preuve d'un héroïsme sans précédent dans n'importe quel pays du monde, à n'importe quelle époque historique. Parce qu'ils défendaient la Patrie socialiste, où tout était national, où le pouvoir était vraiment celui du peuple.

 

Je pense que ces réflexions sont étroitement liées aux anciens combattants : pour quoi se sont-ils battus, pour quoi leurs camarades sont-ils morts ? Après tout, ils n'ont pas permis aux envahisseurs de parader à Moscou. Et qu'est-ce qui se passe aujourd'hui en retour ? Les combattants de tous les peuples et nationalités de l'Union soviétique se sont battus pour vivre ensemble, pour se développer, et s'ils doivent à nouveau combattre l'ennemi, seulement ensemble, sur une seule ligne, dans une seule tranchée. Mais aujourd'hui, cette unité gagnée est perdue et ceux qui en sont coupables sont fiers d'avoir réussi à diviser des peuples frères et même à les faire se battre entre eux. Ils rêvent que la Fédération de Russie livre un combat mortel à l'Ukraine, ainsi qu'à la Géorgie et à la Moldavie, qui sont déchirées dans un camp hostile. Tout comme les Azerbaïdjanais contre les Arméniens se battent depuis des années, les Kirghizes contre les Tadjiks, les Ouzbeks contre les Tadjiks, Chisinau contre Tiraspol. Les vétérans du défilé de la victoire sont tristes.

 

En cette année lointaine et victorieuse, la quarante-cinquième,

Ils ont oublié qui était russe, ouzbek ou kazakh.

Ils ont juste appelé tout le monde un soldat soviétique,

Et la planète l'a porté dans ses bras.

 

Les médias officiels servent de complément à la thèse du Jour de la Victoire selon laquelle, aujourd'hui en Russie, il n'y a pas de guerre, les gens ne meurent pas et les maisons ne s'effondrent pas. Sauf qu'une pandémie a soudainement frappé, mais les autorités ont réussi à y faire face. Mieux que quiconque dans le monde, ce pour quoi les héros de la guerre actuelle reçoivent des ordres et des récompenses. En général, tout va bien. Mais nous ouvrons la Komsomolskaya Pravda pour le 30 avril 2021. Page. 6 - 7. Page entière : "Les Russes seront-ils déjà une minorité en Russie au cours de ce siècle ?". "Komsomolskaya Gazeta" commence par affirmer que "à partir de 2016, la population diminue chaque année. L'année 2020 écoulée a fauché plus de 2,1 millions de personnes, soit près de 324 000 de plus que l'année précédente, selon le rapport publié par le ministère de la Santé. Le taux de mortalité est passé à 14,5 personnes pour 1 000 habitants. Oui, le coronavirus a traversé le pays, mais les pertes annuelles prévalentes (12,3 pour 1 000 habitants en 2019) sont également très élevées." Les régions où la population russe est la plus nombreuse sont celles qui disparaissent le plus rapidement, indique le journal. En outre, l'auteur (Vladimir Perekrest) souligne que la première croix russe s'est produite en 1991, lorsque la ligne descendante du taux de natalité a croisé la ligne ascendante de la mortalité. Puis la population a commencé à décliner. "Ce processus s'est poursuivi tout au long des 30 dernières années, à l'exception d'une brève période de 2013 à 2015."

 

Le tableau révélant la part de la population russe et le taux de natalité dans les sujets de la Fédération de Russie est intéressant. Naturellement, les Russes prédominent dans les régions russes en termes de nombre - 90 % ou plus. Mais il y en a 1,9 % en République tchétchène, 3,6 % au Daghestan et 0,8 % en Ingouchie. Et chaque année, les Russes quittent ces républiques. Le nombre de naissances dans les régions dites "musulmanes" est en augmentation, sauf au Bashkortostan et en Tchouvachie.

 

Le professeur Sinelnikov de l'université d'État de Moscou, dans le même article montrant le danger de cette situation pour la Russie, souligne que la mort lente du peuple russe n'en est peut-être pas une. Je cite : "En fait, l'histoire ne laissera pas autant de temps à un tel peuple, car bien avant qu'il ne s'éteigne naturellement, son territoire sera inévitablement peuplé par des natifs d'autres pays." C'est la vérité historique : dans les terres sans peuple, viennent les peuples sans terre.

 

Je veux dire, "la démocratie nous a apporté 30 ans de paix". Mais, comme nous l'avons vu, le taux d'extinction n'a fait qu'augmenter après 1991.

 

Les personnes au pouvoir comprennent-elles la tragédie de la situation ? Je suppose qu'ils le font. Et ils agissent en conséquence. Ils privatisent d'urgence les vestiges de la propriété solide, bradent les territoires et les richesses, nomment leurs fils à des postes rentables dans la perspective de leur transférer l'autorisation du pouvoir. Les insatiables sont rassasiés d'impossibilité.

 

Mais revenons aux vétérans de la Grande Guerre patriotique, qui ont survécu et sont toujours en vie. Ils ne sont pas contents de la parade. Les générations de l'après-guerre leur adressent un salut chaleureux. Vous nous avez donné la victoire, la vie, l'éducation et la paix. Nous les avons gaspillés. Nous allons certainement essayer de retrouver les valeurs que vous nous avez transmises dans les batailles - le courage et l'honneur, avant tout.

 

Elle est tissée d'échardes et de blessures,

Le défilé n'est pas une lumière du monde.

Et le vétéran regrette

Ce camarade Staline est parti.

 

 

Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

Lire la suite

Leonid Ivashov: La Fédération de Russie est un pays offensé (Partyadela, 29.04.2021)

4 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Russie, #Politique

Leonid Ivashov: La Fédération de Russie est un pays offensé  (Partyadela, 29.04.2021)

Leonid Ivashov: La Fédération de Russie est un pays offensé

 

29.04.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13313/

 

 

Probablement, beaucoup de Russes, même, peut-être, la grande majorité, se posent une question : pourquoi toutes les autres nations du monde veulent-elles offenser la Russie ?

Il semble être admis par de bonnes personnes en général, que notre dirigeant, comme le disent les médias officiels, est le meilleur du monde, et que le gouvernement, à leur avis, est merveilleux, mais quelque chose ne va pas, car presque tous les pays du monde ne nous aiment pas, certains nous insultent, nous trompent, nous imposent des sanctions, etc.

 

Les questions des Russes sont tout à fait justes et ont le droit de l'être. En effet, le monde moderne est une communauté complexe et diverse d'États, de peuples, de civilisations et d'autres entités, chacun des sujets de cette communauté a ses propres intérêts, les défend, se bat pour eux, car les intérêts sont très différents, et en règle générale, ne coïncident pas, se contredisent. Et le développement humain présuppose naturellement une complication des relations entre nations, pays, civilisations et autres sujets de relations. La Russie ne fait pas exception à la règle.

 

Mais ce que nous avons reçu au XXIe siècle, dans notre histoire, arrive pour la première fois. Jamais, même à l'époque du joug tataro-mongol, la Russie n'a été aussi humiliée. Et, encore une fois, ce processus ne fait qu'empirer pratiquement chaque année au cours des 20 dernières années. Il semblerait qu'on les laisse s'offenser, on s'en moque, tant qu'ils s'épanouissent à l'intérieur, notre peuple vit et se développe ensemble avec le pays de mieux en mieux. Après tout, nous avons tout pour cela : les ressources naturelles les plus riches, la nature la plus belle, un peuple multinational talentueux et glorieux, une culture historiquement riche et une intelligence élevée, une histoire difficile mais victorieuse. Mais la nation s'appauvrit et dépérit, son développement se dégrade, les jeunes et les talents de tous âges quittent la Russie en masse et se précipitent dans les pays étrangers. Non seulement des partenaires et des alliés, mais aussi des peuples frères avec lesquels nous avons vécu pendant des siècles dans un même pays, combattu des envahisseurs, surmonté des malheurs et partagé des joies, nous quittent et deviennent même des ennemis. On a l'impression qu'ils nous fuient comme une sorte de contagion, comme la peste.

 

Oui, il y a des ennemis extérieurs dans chaque pays, la Russie en a toujours eu : explicites, cachés, potentiels. Et tous avaient leurs propres projets, théories, plans concrets anti-russes. Oui, nos ancêtres, les gouvernants, n'avaient pas toujours assez de talent, d'expérience et de connaissances pour les reconnaître et prendre les mesures préventives appropriées. Et puis les erreurs des gouvernants se sont transformées en malheurs du peuple. Mais ni les citoyens ni les nations n'ont fui la Russie et la Russie, sauf pendant les années de troubles et la révolution de 1917. Ils ont fui, bien sûr, par souci de salut, fuyant la catastrophe à venir. N'est-ce pas un pressentiment qui émeut les citoyens et les peuples russes ?

 

Bien souvent, ils ont libéré, aidé, sacrifié pour sauver les autres. Mais ceux qui ont été sauvés n'ont pas toujours été reconnaissants envers nous pour leur salut. Et tout cela est consigné dans notre histoire par les meilleurs esprits de la patrie. Il semblerait que nos contemporains suivent les préceptes et l'expérience de nos ancêtres. Mais le râteau de l'histoire a repris dans les années 80-90 du siècle dernier et les années qui ont suivi étaient sur notre chemin.

 

Jetons un coup d'œil dans l'histoire pour un moment et écoutons les prophètes, et les éternels opposants de la Russie. Commençons par N.J.Danilevsky, avec son grand ouvrage "La Russie et l'Europe", 1869. Parlant de la double attitude de l'Europe à l'égard de la Russie, il écrit : "Les pendus, les poignards et les bellicistes deviennent des héros dès que leurs actes odieux sont tournés contre la Russie. Les défenseurs des nationalités se taisent, tant que la question porte sur la protection de la nationalité russe". (Danilevsky N.Ya. Russie et Europe. M. 2008. P. 63). Et voici ce que dit notre éminent eurasiste P.N. Savitsky, issu de l'émigration : "Pour les pays qui se distinguent parmi les régions du monde par leur continentalité, la perspective d'être des "arrière-cours" de l'économie mondiale" devient une réalité fondamentale, à condition qu'ils participent intensivement aux échanges économiques mondiaux". (Savitsky P. N. Continent Eurasie. M., 1997. P. 132). Et comment on a vite couru à l'OMC !

Je veux déboulonner le mythe du comportement inattendu des "amis et partenaires fiables". Mais regardons d'abord la situation actuelle. Commençons par l'OTAN, avec laquelle nous avons l'"Acte fondateur OTAN-Russie sur le partenariat, la coopération et l'interaction" du 27 mai 1997, qui porte les signatures des hauts responsables des États membres de l'OTAN et du président russe Eltsine. Il stipule que nous ne sommes plus des adversaires, mais des partenaires et des amis. Chaque pays membre de l'Acte assume la responsabilité, si une menace pour la paix, la sécurité ou une situation de conflit survient dans la zone de responsabilité OTAN-Russie, de tenir des consultations conjointes, de prendre des décisions conjointes et de mener des actions coordonnées. Eltsine et sa bande..., accusent l'équipe, exultent : plus de menaces de l'OTAN. Nous pourrions désarmer. Mais dès 1998, l'alliance a commencé à aggraver la situation en République fédérale de Yougoslavie en provoquant le conflit du Kosovo. Ce faisant, le bloc s'est rangé du côté des terroristes du Kosovo. L'Armée de libération du Kosovo, jusqu'à récemment reconnue même par les États-Unis comme une organisation terroriste, est reconnue par les pays de l'OTAN comme une force politique, une organisation démocratique luttant pour la libération nationale de la dictature de Milosevic. Le 24 mars 1999, l'OTAN (sans même consulter la Fédération de Russie, sans parler de décisions conjointes) a commencé à bombarder Belgrade. Aujourd'hui, tous les pays du bloc de l'Atlantique Nord ont imposé et renforcent les sanctions contre leur partenaire et ami, tandis que les troupes de l'OTAN intensifient leurs exercices militaires près de la frontière russe ; les États-Unis procèdent à des déploiements stratégiques réguliers de troupes depuis leur territoire vers les frontières russes, et envoient des bombardiers stratégiques et des navires de guerre. Les Bulgares, les Tchèques, les Hongrois, les Italiens et d'autres "amis" tels que les États-Unis expulsent un certain nombre de nos diplomates pour "espionnage, activités terroristes et subversives", le Conseil de l'OTAN donne des garanties de sécurité à l'Ukraine, la Turquie forme l'armée de Turan et laisse entendre (jusqu'à présent, via l'analyste politique Erdar Salam) que la lune de miel avec la Russie est terminée pour Erdogan. Et ce ne sont pas seulement les membres de l'OTAN qui renforcent leur position anti-russe. En Asie centrale, la Russie est également mise à mal par la Chine, l'Occident et la Turquie. Même le Kazakhstan a colporté une rhétorique anti-russe sévère dans les médias officiels, dans un contexte de contacts croissants avec les États-Unis, la Chine et l'OTAN. Après la défaite du "pro-russe" Dodon aux élections présidentielles, c'est un opposant détestant la Russie qui est devenu président de la Moldavie. Dans le Caucase, nous avons pratiquement perdu la sympathique Arménie, notre dernier bastion. C'est-à-dire qu'il n'y a plus un seul État ami sur le périmètre de nos frontières. Et voici la dernière nouvelle : le Soudan a suspendu l'accord avec la Russie sur la coopération militaro-technique. C'est tout : pas d'amis, pas de partenaires fiables, pas d'alliés. Et ils ne sont pas les seuls à blâmer, mais dans une plus large mesure les autorités analphabètes et corrompues qui n'ont pas la capacité et l'échelle de pensée pour organiser le grand patrimoine et la richesse au profit du développement. Des petits escrocs qui ont mis la main sur des richesses incalculables. Ces personnes ne sont pas seulement détestées dans leur propre nation, elles sont aussi regardées de l'extérieur comme des voleurs, et elles considèrent les peuples frères comme un objet de vol, et rien de plus.

 

Il ne reste que l'armée et la marine, mais ces forces sont issues du peuple, qui refuse également d'être un allié du régime actuel. C'est pourquoi l'armée est vaccinée d'urgence et de force, et mise sous contrat.

 

La situation n'est pas meilleure dans d'autres domaines - économique, culturel, sportif. Notre hymne n'est pas joué, le drapeau russe n'est pas hissé, et dans certains endroits de la sphère humanitaire, nos représentants ne sont pas du tout autorisés à participer à des compétitions, des conférences, des festivals. Tout cela pour la première fois dans notre longue et pas très longue histoire.

 

Faisons donc un bref historique. En 1863, l'escadron russe, à l'invitation du Président du Nord (U.S.) se rend sur les rives de l'Amérique et empêche le débarquement des Britanniques, ainsi que la participation de l'artillerie de bord du côté du Sud, et la transformation des États-Unis en un territoire sous mandat de l'Angleterre. Mais moins de 30 ans plus tard, le sous-secrétaire d'État américain J. Burgess déclarait au Congrès que "si les États-Unis ont un adversaire, ce sera sûrement la Russie". Halford Mackinder, géographe et géopoliticien basé à Londres, présente une théorie de la domination mondiale (la théorie du Heartland), dont l'essence réside dans la nécessité impérative d'établir un contrôle sur le Heartland - la Russie sans l'Extrême-Orient. Car sans ce contrôle sur l'Eurasie, sans contrôle sur elle, il n'est pas question de contrôler le monde. Mais comment maîtriser "cette vaste masse continentale" ? Aucune force expéditionnaire ne suffira.

 

L'amiral et théoricien américain Alfred Mahan propose une stratégie de l’Anaconda: presser la Russie de tous côtés, limiter son commerce extérieur, sa marine, ses forces terrestres, c'est-à-dire des sanctions éternelles et en constante amélioration. Et pas seulement ça. Écoutez la "gratitude" d'un amiral américain pour avoir sauvé l'Amérique pendant la guerre de Sécession.

 

« Commencez à vous emparer de toute la bande de l'Asie méridionale située entre 30 et 40 degrés de latitude nord et, à partir de cette base, poussez progressivement le peuple russe vers le nord. Puisque, selon les lois de la nature, obligatoire pour tous les vivants, avec la cessation de la croissance commence la décomposition et la mort lente, et étroitement enfermé dans sa latitude nord peuple russe ne sera pas échapper à son sort ».

 

А. Mahan. "L'influence de la puissance navale sur l'histoire 1660-1783" (1890 г.)

 

Un excellent souhait.

 

On avance. Le 18 août 1948, pour mettre en œuvre la doctrine Truman d'"endiguement du communisme", le Conseil national de sécurité approuve la directive 20/1 du NSC, "On US Actions Against the USSR", qui présente deux options pour détruire l'État soviétique : une option militaire avec utilisation massive d'armes nucléaires, et un plan détaillé pour la destruction pacifique de l'Union. Ce plan "pacifique" détaille le "soft power" (un terme qui viendra plus tard) et les opérations spéciales pour miner la stabilité internationale et intérieure de l'URSS. Il comprend également un plan privé visant à arracher l'Ukraine à la Russie. Et c'est trois ans après que la Russie soviétique ait sauvé la Grande-Bretagne et les États-Unis. Puis vient "Le grand échiquier".

 

Brzezinski, développant les théories et stratégies précédentes, dont la stratégie Anaconda. Le 13 mars 1953, une autre directive - un "mémorandum" top secret sur l'utilisation de la mort de Staline dans l'intérêt national des États-Unis. Une fois de plus, les actions visant à détruire l'URSS en orchestrant des conflits au sein de la haute direction, en écartant Malenkov ou Beria du pouvoir et en promouvant Khrouchtchev à des rôles de premier plan sont expliquées de manière subtile. (La doctrine d'Eisenhower consistant à "jeter le communisme". En attendant que la doctrine de Reagan sur la "destruction du communisme" soit déclassifiée, on peut probablement supposer que Gorbatchev, Chevardnadze et Yakovlev, qui ont suivi la directive américaine à la lettre, étaient les principales cibles. Eh bien, et puis Eltsine et Poutine. Et ainsi de suite. Nous concluons donc qu'il n'y a rien de secret dans la politique des Anglo-Saxons concernant la Russie - URSS - RF, si ce n'est les moyens. C'est pourquoi il n'y a pas lieu de parler d'imprévu dans les actions des amis et partenaires : tout a été planifié, financé et mis en œuvre de manière cohérente avec l'implantation massive et la participation de la " cinquième colonne " et, d'une manière ou d'une autre, des dirigeants de notre pays. Mais toutes leurs actions actuelles ont été prédites au XIXe et au début du XXe siècle. Aujourd'hui encore, les responsables américains parlent ouvertement de leurs projets politiques.

 

"Nous ne favoriserons pas la démocratie par des interventions militaires coûteuses ou des tentatives de renverser des régimes autoritaires par la force. Nous avons essayé ces tactiques dans le passé. Peu importent les bonnes intentions, ça n'a pas marché. Cela a apporté une notoriété à l'avancement de la démocratie et a entraîné une perte de confiance de la part du peuple américain. Nous ferons les choses différemment", a assuré le secrétaire d'État américain Blinken le 3 mars 2021. Qu'est-ce qui n'est pas clair ici ? Nous avons agi et continuerons d'agir, mais de manière moins coûteuse.

 

Voici un autre exemple frappant. En 1912, le colonel A. Е. Vandam écrit une note au ministre de la Guerre au sujet de la guerre imminente, qui est organisée par la Grande-Bretagne. Et il affirme que la Russie ne doit en aucun cas être entraînée dans les hostilités imminentes. Deux phrases de la note (que le colonel publiera plus tard sous la forme d'un article sans réponse) : "Il est déjà assez mauvais d'avoir un Anglo-Saxon comme ennemi, mais Dieu nous préserve de l'avoir comme ami... Seule l'amitié avec un Anglo-Saxon peut être pire que l'inimitié avec lui".

 

Malheureusement, les fonctionnaires n'écoutent pas ces avis. Aujourd'hui, l'appareil bureaucratique est beaucoup moins intelligent que l'appareil soviétique et il n'y a personne avec qui le comparer. C'est pourquoi nous connaissons une défaite, un malheur, une honte et une humiliation généralisés.

 

Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Lire la suite

Leonid Ivashov: Un message pour nulle part (Partyadela, 26.04.2021)

27 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Russie, #Politique, #Société

Leonid Ivashov: Un message pour nulle part  (Partyadela, 26.04.2021)

Leonid Ivashov: Un message pour nulle part

 

26.04.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13286/

 

 

À propos du message du président de la Fédération de Russie à l'Assemblée Fédérale

 

Le discours présidentiel annuel à l'Assemblée fédérale, maintes fois reporté, a eu lieu le 21 avril 2021. Les raisons du report n'ont pas été expliquées, il y a eu des allusions au coronavirus et rien de plus. Une personne « proche des structures du pouvoir » a laissé entendre que M. Poutine envisageait quelque chose de révolutionnaire, presque un retour au socialisme et à l'Union soviétique. En politique étrangère, une déclaration sensationnelle sur le renouveau de la Russie en tant que grande puissance mondiale et la restructuration de l'ordre mondial sur les principes de justice et d'égalité retentira.

 

Rien de tel ne s'est produit le 21 avril. Nous sommes donc libres de spéculer sur les raisons de ce report et sur le choix du thème du message. Apparemment, les dates ont été reportées pour la raison qu'il est nécessaire (comme c'est la coutume de Poutine) de parler des succès grandioses du gouvernement du président actuel, et il y en a de moins en moins chaque année. Il avait déjà parlé de réalisations « sans précédent » dans le domaine de l'armement au cours des années précédentes ; il a parlé de « grands » records dans l'agriculture (récoltes record de céréales) et dans l'Arctique ; il a parlé de la pose record d'oléoducs et de gazoducs vers l'Ouest et l'Est. Mais tout cela appartient au passé, alors que le présent est marqué par l'isolement sur le front de la politique étrangère, les conflits armés le long du périmètre frontalier, plus la perspective d'une guerre avec l'Ukraine, et donc avec l'OTAN ; le Karabakh a été perdu, car une victoire pour la Russie consisterait à empêcher la guerre, et non à gagner un camp. L'hostilité à l'égard de la Russie grandit en Moldavie et au Kazakhstan, la méfiance en Arménie, en Biélorussie et en Azerbaïdjan, et l'effondrement de la Communauté des États Indépendants est imminent. L'Union économique eurasienne, l'OCS et les BRICS sont au point mort, et l'OTSC n'est pas efficace. Erdogan construit un grand Turan, ne retire pas les troupes et les combattants contrôlés de Syrie, tente de former une armée de Turan et se range du côté de Kiev dans la confrontation entre la Russie et l'Ukraine. Les anciens frères bulgares, tchèques, polonais, italiens, même baltes, et, bien sûr, les Américains expulsent nos diplomates en meute "pour espionnage", les Européens étendent unanimement les sanctions anti-russes sur ordre de Washington. Le lancement de la principale réalisation du président Poutine, Nord Stream 2, est remis en question ; la puissance de la Sibérie ne fait pas le plein. L'hymne de la Russie n'est pas joué et son drapeau ne flotte pas lors des événements sportifs internationaux célébrant les victoires des Russes*. Pour la première fois de son histoire et sous le règne de Poutine, le pays s'est retrouvé dans une pareille situation.

 

La situation n'est pas meilleure non plus à l'intérieur de la Russie. La pauvreté et la misère dans le pays augmentent à un rythme rapide ; selon les estimations des experts, un tiers de la population est désormais classé "sous le seuil de pauvreté". La production de haute technologie s'est arrêtée parce que l'Union européenne refuse de nous fournir des composants fabriqués à l'étranger (Superjet 100, IL-96) et nous ne pouvons toujours pas concurrencer avec succès le Qatar dans le domaine spatial. Les victoires militaires en Syrie sont rongées par le temps - les combats prolongés dévalorisent nos succès précédents. Et il n'y a pas de région en Russie que l'on puisse qualifier de succès éclatant du président et de son équipe.

 

Dès que le centre commence à s'occuper d'une région, le gouverneur est inévitablement emprisonné ou renvoyé. Les partisans de M. Poutine cherchaient donc un moyen de faire croire à l'Assemblée fédérale et aux citoyens ordinaires qu'ils connaîtraient le succès et la grandeur, mais qui auraient été nécessairement créés sous la direction du président. Trois vaccins contre la pandémie créés par des spécialistes russes ont été sauvés par la pandémie, avec la publicité avec laquelle le Président a commencé son prochain message. (La promotion du vaccin Sputnik - V est devenue l'obligation indispensable du président, quels que soient le lieu et les interlocuteurs avec lesquels il s'entretient).

 

M. Poutine a commencé son discours en brossant un tableau effrayant : « nous avons affaire à une incertitude absolue », « de nombreux hôpitaux étaient surpeuplés », « il y avait un manque d'oxygène dans les unités de soins intensifs, les ventilateurs, les respirateurs et autres équipements de protection individuelle étaient distribués littéralement à la pièce, les stocks de céréales, d'huile et de sucre étaient réduits ».

 

En d'autres termes, le président et commandant en chef a démontré que le pays n'est absolument pas préparé à une situation d'urgence. Et il peut s'agir d'une guerre à grande échelle (par exemple, avec l'OTAN), de catastrophes naturelles ou d'origine humaine, des mêmes pandémies et infections naturelles comme la peste ou la variole, qui ont tué des millions et des dizaines de millions de personnes. Rien de tel n'a été observé, bien que la vie des citoyens russes ait été menacée et qu'il y ait eu de nombreux décès. Cela est également dû à la réforme du système de soins de santé par l'équipe au pouvoir, une réduction significative et la soi-disant optimisation des institutions médicales. Mais plus l'ampleur de la menace est grande, plus la victoire et les mérites des vainqueurs sont grands. C'est ce que le président nous a dit. Il a ensuite longuement évoqué les exploits de toutes les catégories de personnel médical qui ont sauvé des personnes d'un danger mortel (et c'est effectivement le cas), associant aux sauveteurs d'anciens destructeurs de la médecine et même la Garde russe, le ministère de l'Intérieur et d'autres organismes chargés de faire respecter la loi. (Peut-être parce qu'au moment du discours de Poutine, des rassemblements en faveur d'A. Navalny avaient commencé dans toute la Russie). Et il a annoncé la grande unité du peuple dans la confrontation avec la pandémie - un ennemi plus terrible que Hitler et le nazisme allemand en général. En fait, tout le discours était consacré à une grande victoire dans la grande guerre patriotique contre la pandémie. Le discours a été interrompu à plusieurs reprises par un tonnerre d'applaudissements.

 

Staline a été plus modeste dans son discours à l'occasion de la capitulation de l'Allemagne et de sa victoire sur le nazisme. Oui, et l'Allemagne nazie a capitulé sans condition, ce que l'on ne peut pas dire de la pandémie.

Voici des paroles mémorables de Staline : « L'Allemagne fasciste, mise à genoux par l'Armée rouge et nos alliés, s'est reconnue vaincue et a annoncé une reddition sans conditions. La guerre s'est terminée par une victoire complète sur l'ennemi … », en fait, le contraire de ce que Hitler avait rêvé était vrai.

 

Au cours de la démonstration des réalisations victorieuses dans la confrontation avec la pandémie, le président a émis des « ordres - promesses » au peuple - vainqueur, et des aides, ce qui a été particulièrement activement perçu dans la salle. Et il a même été (peut-être le premier parmi les dirigeants de notre pays) à demander le versement en temps voulu des pensions alimentaires. Toutes les allocations aux familles nombreuses, aux mères célibataires et à d'autres catégories de citoyens sont absolument nécessaires, y compris pour résoudre le principal problème de la Russie moderne - la démographie. Mais comme l'expérience le montre, l'absence d'allocations, y compris le capital maternité, ne résout pas le problème du faible taux de natalité et de la mortalité élevée. Ces dernières années, le taux de mortalité a dépassé le taux de natalité, et l'année dernière, nous avons perdu près de 700 000 personnes en raison d'un taux de mortalité supérieur au taux de natalité. Les migrants ne parviennent pas non plus à compenser les pertes démographiques. Nous avons besoin d'autres mesures systémiques. Le professeur Gundarov, docteur en sciences médicales, dans ses recherches scientifiques sur les problèmes de démographie, formule des recommandations pertinentes qui ont été confirmées dans la pratique.

 

Je cite sa phrase d'une interview avec le correspondant du mouvement social russe « Manière russe»:

 

« Il n'y a pas de « romantiques du capitalisme » plus cohérents et plus sincères sur la planète que Vladimir Vladimirovitch et Dmitry Anatolyevich. Et même eux sont déjà convaincus - une impasse, un effondrement complet, rien ne fonctionne: avec la démographie un désastre, avec l'économie un désastre, avec l'agriculture un désastre. Le pays est hors de contrôle, personne n'applique les décrets du président. Le temps est venu de discréditer complètement le modèle existant. Tout le monde au sommet le voit. Et maintenant, il y a un énorme point d'interrogation : par quoi le remplacer ? Et même en termes de démographie, on le dit déjà ouvertement : un million de personnes disparaissent chaque année, il y a une pénurie de personnel, qu'allons-nous faire ? Il n'y a pas de solutions ».

 

Ainsi, Gundarov, et pas seulement lui, affirme que le capitalisme est le principal ennemi de la démographie et donc de la Russie. Et même le Club de Rome en parle. Le capitalisme est le principal ennemi de l'humanité et des Russes. Et la pandémie, est très probablement son arme. Mais pas un seul mot sur le capitalisme dans le discours du président. Nous nous battons donc contre des moulins à vent. Mais avec l'optimisme inhérent à Poutine. L'année prochaine, l'équipe du président remportera une autre victoire. Et ainsi de suite jusqu'à la fin... de l'État russe.

 

Mais ce qui semblait presque inévitable et ce que nous avons écrit et évoqué - la guerre entre la Russie et l'Ukraine et, par conséquent, la guerre de la Russie avec l'OTAN - ne semble pas se produire. Si Dieu le veut !

 

Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* NdT: https://www.lavoixdunord.fr/989228/article/2021-04-23/une-oeuvre-de-tchaikovski-remplacera-l-hymne-russe-aux-jo-de-tokyo

 

Lire la suite

Leonid Ivashov: Qui a besoin d'une guerre entre l'Ukraine et la Russie ? (Partyadela, 15.04.2021)

15 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Guerre, #Europe, #Politique, #Russie, #USA

Leonid Ivashov: Qui a besoin d'une guerre entre l'Ukraine et la Russie ?  (Partyadela, 15.04.2021)

Leonid Ivashov: Qui a besoin d'une guerre entre l'Ukraine et la Russie ?

 

15.04.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13207/

 

 

Pour répondre à cette question, nous devons tout d'abord identifier les signes d'une réelle préparation des forces armées ukrainiennes et de la direction politique du pays à une action militaire.

 

Ainsi que l'attitude du public ukrainien et russe face à la guerre.

 

Donc, l'Ukraine. Le budget du ministère de la défense en 2020 a atteint 117 milliards de hryvnias. Il s'agit d'un chiffre record pour l'Ukraine. Plus de 21 milliards de ce montant ont été alloués à l'achat de nouveaux types d'armements et d'équipements. L'année prochaine, le financement restera au même niveau. Mais ces mesures n'ont pas apporté d'amélioration significative de l'état qualitatif et du niveau d'efficacité au combat des forces armées.

 

Ces dernières années, les forces armées ukrainiennes (AFU) et les forces spéciales ont systématiquement augmenté leur potentiel de combat : de nouveaux systèmes d'armes ont été ajoutés, des patrouilleurs ont été achetés et des bateaux lance-missiles ont été mis en service (la Grande-Bretagne a accordé un prêt de 1,5 milliard de dollars à cette fin). Des informations font état de l'achat de drones israéliens et turcs, de la réparation et de la modernisation de véhicules en service dans l'AFU, du développement et des essais du missile tactique opérationnel de croisière pour la marine (le complexe "Neptun"), le bureau d'études Antonov construit un avion de transport AN-178 avec beaucoup de retard (manque de composants en provenance de Russie).

 

L'intensité de l'entraînement au combat, de l'entraînement en vol et de l'entraînement en mer du personnel a été augmentée, et des exercices et des manœuvres ont été effectués régulièrement. La nature du combat et de l'entraînement opérationnel avait une orientation anti-russe, les préparatifs pour repousser l'agression russe et le retour de la Crimée, de la DNR et de la LNR étant les principales tâches fixées par l'ordre du ministre ukrainien de la Défense pour 2021.

 

Dans la structure organisationnelle et d'état-major des troupes et dans l'entraînement au combat et aux opérations, l'accent a été mis sur la conduite d'opérations de combat contre le groupement de forces de la DPR et de la LPR. De janvier à avril 2021, il y a eu un renforcement actif des forces dans la zone des opérations de combat à venir. Les forces armées ukrainiennes ont une supériorité de trois à quatre fois en termes d'effectifs et de principaux types d'équipements. Dans le même temps, la composante aviation dispose d'une supériorité absolue et décisive en matière de chars. Un sérieux désavantage pour l'AFU est le nombre limité de munitions, notamment pour les chars, l'aviation et l'artillerie. Mais dans l'ensemble, nous pouvons parler de l'état de préparation du groupement des forces armées ukrainiennes à mener une opération offensive contre Donbas et Louhansk. La décision de lancer l'offensive appartient aux dirigeants politiques.

 

Le président Zelensky et son équipe ont été actifs sur le terrain politique et diplomatique au cours des derniers mois, recherchant un soutien politique et informationnel (même sous forme de neutralité) pour l'action militaire à venir, ainsi qu'une éventuelle aide matérielle des États-Unis, de l'OTAN, de la Turquie et d'autres pays. Biden est le principal allié de Zelensky et il semble avoir donné son feu vert à l'offensive, mais l'objectif de Biden n'est pas le retour de Luhansk et Donetsk (il s'en moque), mais d'attirer la Russie dans la guerre et d'impliquer le bloc de l'OTAN pour " repousser l'agression russe ". Je vais vous dire ci-dessous pourquoi il en a besoin.

 

Pour l'instant, à propos des sentiments politiques des Ukrainiens. Selon les données disponibles, la majorité de la population ukrainienne se tourne vers la Russie avec l'espoir d'une réconciliation et de l'établissement de bonnes relations. Un certain syndrome de méfiance s'est formé à l'égard des dirigeants de la Fédération de Russie et de l'oligarchie russe. Il existe des sentiments hostiles, mais ils ne sont pas dominants dans la société, comme en témoigne le soutien apporté au parti de Medvedchuk (pro-russe) lors des élections à la Verkhovna Rada. Oui, et Zelensky a promis une réconciliation avec la Russie pendant la campagne électorale. Mais l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe, la mort de fils et de frères dans les combats avec les troupes russes, les destructions et autres conséquences de la guerre, vont faire changer d'avis de nombreux habitants et les faire prendre les armes.

 

Du côté russe, les citoyens, les forces armées, les entreprises et l'élite politique n'ont absolument pas besoin d'une guerre, en particulier avec l'Ukraine, et ils ne la soutiennent naturellement pas. L'armée russe, bien sûr, est largement supérieure à l'AFU. Oui, il y a un certain nombre de citoyens ordinaires, de politiciens de cabinet et de journalistes qui appellent à punir les Ukrainiens, à conquérir l'Ukraine, etc. Apparemment, certains grands capitalistes n'hésiteraient pas à s'emparer de quelque chose en Ukraine. Mais ce sont les rares qui n'iront en aucun cas à la guerre eux-mêmes.

 

Néanmoins, un certain nombre de hauts fonctionnaires, y compris le président russe (Lavrov, Shoigu, Kozak) ont fait des déclarations fermes disant que si Kiev lance une offensive contre les territoires non reconnus, ce sera la fin de l'État ukrainien. Le ministère russe de la Défense a commencé à mettre une grande partie de ses troupes en état de préparation au combat et à déplacer ses groupes vers la frontière russo-ukrainienne. La formation des troupes et des quartiers généraux a été renforcée, les exercices ont été intensifiés, notamment les tirs réels, les bombardements et les tirs de missiles. Je pense que ces activités sont menées dans le but de perturber la prochaine offensive des forces armées ukrainiennes contre les républiques populaires de Donetsk et de Louhansk et de faire pression sur l'Europe. Oui, et dans le but de supprimer les sentiments de protestation des Russes et de l'opposition.

 

Les Américains commencent également à déplacer leurs troupes vers les frontières russes. Dans le même temps, la guerre de l'information et la guerre psychologique de toutes les parties impliquées dans le conflit se sont durcies. Les médias et les talk-shows quotidiens sont utilisés pour former une attitude hostile de la population, non pas envers son gouvernement, mais envers le camp adverse. De plus, la Russie est en train de perdre cette guerre car les chaînes de télévision russes sont à peine regardées en Ukraine, en Europe ou aux États-Unis d'Amérique. L'image de la Russie comme pays agresseur, prédateur géopolitique s'est formée il y a sept ans, elle est stable, et chaque jour elle devient plus terrible et dangereuse. Et les dirigeants russes eux-mêmes, à commencer par le président du pays, y ont également contribué. Mais les autorités russes ont une position claire : elles ne reconnaissent pas l'indépendance des républiques et les intègrent à l'Ukraine, en posant certaines conditions préalables. Le format de Minsk est inactif, les accords ne sont pas mis en œuvre.

 

La population de la DNR et de la LNR est poussée au désespoir par le chômage, la faim et les bombardements quotidiens. Par tous les moyens, elle ne veut que survivre et échapper à cet enfer.

 

Et maintenant, essayons de prévoir les conséquences. Si la Russie s'engage dans une guerre contre l'Ukraine, les conséquences pourraient être catastrophiques pour elle. Fantasmons un peu. L'armée russe vainc l'armée ukrainienne, prend Kiev, remplace Zelensky par Medvedchuk et quoi encore ? Les manifestations se multiplient en Ukraine, des unités de guérilla apparaissent partout, la résistance se développe dans tout le pays. Peut-être que dans certaines régions, la puissance occupante russe sera reconnue, mais pas partout. Cela signifie que les bureaux des commandants militaires et les troupes seront nécessaires pour maintenir l'ordre. L'économie s'arrêtera, la Russie sera obligée d'assurer la survie de la population, d'organiser le système de maintien de la vie, etc.

 

Nous sommes en train de perdre l'Ukraine pour toujours. L'Occident, dirigé par les États-Unis, déclare un blocus complet de la Russie (ce qui est exactement ce que veut Joe Biden), les relations diplomatiques sont rompues, les ambassades et tous les autres bureaux de représentation sont expulsés, la fourniture de gaz russe à l'Europe (le gaz de schiste américain s'y rend) et d'autres ressources est retirée de l'ordre du jour.

 

Naturellement, non seulement en Europe et aux États-Unis, mais dans le monde entier (à l'exception de quelques pays), les relations commerciales avec les entreprises russes sont rompues, etc. Une session de l'Assemblée générale des Nations unies est convoquée, au cours de laquelle la Russie est déclarée principale menace pour la paix et la sécurité de l'humanité. La Russie est expulsée du Conseil de sécurité des Nations unies et une administration internationale est mise en place pour désarmer et démanteler la Russie. Eh bien, et ensuite un tribunal international. Et tout ça est réel.

 

M. Biden a eu une conversation téléphonique avec M. Poutine le 13 avril. Ce sont peut-être les actions de l'armée russe et les déclarations sévères des responsables russes qui ont incité M. Biden à agir de la sorte. Mais il me semble que le jeu diplomatique a été joué par le secrétaire d'État américain, qui était en Europe pour rencontrer ses homologues occidentaux et le ministre ukrainien des affaires étrangères. Les Européens ne voulant pas d'une nouvelle guerre ont pressé les États-Unis et l'Ukraine et Biden a accepté de se rencontrer "dans les prochains mois pour rencontrer Poutine sur un terrain neutre". Il a clairement exposé l'ordre du jour : stabilité stratégique, START-3, indépendance de l'Ukraine et non-ingérence de la Russie dans ses affaires intérieures. À Moscou, les chaînes de télévision ont presque rugi sur la victoire de Poutine, la justesse de la ligne politique du Kremlin et tout le reste. Mais M. Biden ne s'est pas excusé auprès de M. Poutine pour l'insulte antérieure, ce qui signifie que le président russe reste un "tueur" pour M. Biden. Les deux premiers points de l'ordre du jour de la réunion proposée ne concernent rien. L'Ukraine, en revanche, devient le principal élément d'accusation, avec l'empoisonnement de Navalny et l'ingérence dans les élections américaines. Il s'agit essentiellement d'un procès dans lequel le président russe est l'accusé. La situation de Poutine n'est pas bonne. Le Kremlin va-t-il résoudre cette énigme ? Jamais dans son histoire, elle ne s'est trouvée dans une telle situation. Mais notre consolation à tous est que la guerre avec nos frères ukrainiens n'aura pas lieu : elle a été arrêtée par Joe Biden, qui est devenu candidat au prix Nobel de la paix. Gorbatchev et Obama ne seront pas les seuls à la recevoir.

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>