Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

general leonid ivashov

Leonid Ivashov: La Fête du Défenseur de la patrie (Partyadela, 26.02.2021)

28 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Histoire, #Guerre, #Politique, #Russie

Leonid Ivashov: La Fête du Défenseur de la patrie  (Partyadela, 26.02.2021)

Leonid Ivashov: La Fête du Défenseur de la patrie

 

26.02.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12904/

 

 

Qu'est-ce qui se cache derrière cette fête pour les Russes ?

 

Le 23 février, le pays a célébré la Journée du Défenseur de la patrie. Non seulement la Russie, mais aussi un certain nombre d'anciennes républiques soviétiques, ainsi que des entités étatiques non reconnues. Les vétérans du service militaire se félicitent en général le jour de l'Armée et de la Marine soviétiques. Beaucoup de femmes considèrent que c'est un jour comme un jour comme les autres et, naturellement, envoient leurs félicitations.

 

Et cet événement, qui d’un côté veut unir toute la population du pays, provoque d’un autre côté le mécontentement de ceux qui ont servi dans les unités militaires et les quartiers généraux de l'armée de terre et de la marine. La raison en est que ceux qui ont activement détruit la Patrie même, qui détruisent la mémoire du passé soviétique même aujourd'hui, et qui servent clairement les intérêts des ennemis de la Russie, sont également annexés aux "rangs des défenseurs". Mais la Rouge, puis l'armée soviétique ont été créées pour défendre la patrie socialiste.

 

Le 23 février 1918, le journal "Pravda" a publié un appel du Conseil des commissaires du peuple (SNK), "La patrie socialiste est en danger", ainsi que l'appel du commandant militaire en chef N. Krylenko, qui se termine par la phrase "Tous aux armes". Tout cela pour défendre la révolution. Et à partir de ce moment, la formation des structures et des parties de la nouvelle armée sur une base volontaire a commencé, au lieu d'être isolée et non organisée par un système de contrôle unifié, les unités révolutionnaires de la Garde rouge et les restes de l'ancienne armée de l'Empire russe, livrant presque sans combat le territoire russe aux Allemands. Lénine et ses associés durent abandonner la thèse marxiste selon laquelle, dans un État socialiste, il ne devrait pas y avoir d'armée professionnelle, et que la tâche de défense et de protection des acquis révolutionnaires serait accomplie par le peuple armé. À long terme, l'État lui-même devrait également cesser d'exister. Sous le gouvernement provisoire, les comités de soldats ont été créés en masse. Ils ont renvoyé les officiers du commandement, les ont fait passer en jugement, les ont exécutés et ont élu les commandants eux-mêmes. Mais ces illusions ont été brisées par les réalités du processus politico-militaire, et Lénine a proposé une nouvelle devise : "une révolution ne vaut rien que si elle peut se défendre".

 

Les révolutionnaires ont bien compris la nécessité d'une organisation militaire professionnelle. À cette fin, ils ont commencé à travailler activement pour attirer dans les rangs de l'Armée rouge des officiers et des généraux de l'armée de l'Empire russe. Pratiquement tous les chefs d'état-major de l'Armée rouge, à partir du niveau du bataillon, sont d'anciens officiers (militaires). Ils sont également devenus la base de la faculté des écoles militaires.

 

Voici quelques chiffres de la guerre civile. Sur les 20 commandants des fronts de l'armée rouge, 17 étaient des officiers de l'armée tsariste, sur les 100 commandants - 82 anciens officiers, sur les 25 chefs des quartiers généraux des fronts, tous 25 officiers et généraux. Pendant la période soviétique, leur rôle (pour des raisons idéologiques) a été dévalorisé et le rôle des généraux du peuple a été promu, mais pendant la guerre civile, le rôle décisif dans les deux camps a été joué par les officiers et les soldats de l'armée de l'Empire russe.

 

Ainsi, les structures de l'ombre du monde ont réussi à diviser les défenseurs de l'empire selon différentes lignes de front et les ont forcés à se battre pour la vie et la mort les uns contre les autres. Les documentaires et surtout les films de fiction, ainsi que l'historiographie de la guerre civile ont principalement montré le rôle de Staline, K.E. Vorochilov, S.M. Budyonny, M.V. Frunze et d'autres. Oui, ils ont joué un grand rôle, mais plutôt un rôle mobilisateur, rien de plus.

 

Le rôle des commissaires a été particulièrement souligné. Dans le film "Chapaev", le commissaire Furmanov est l'un des principaux personnages et organisateurs des opérations de combat de la division. Mais qui est le chef de cabinet de la division ? Certainement un officier de carrière, mais il n'est pas dans les images du film. Je n'ai pas rencontré les données officielles exactes sur la présence d'officiers dans les unités de l'Armée rouge, mais les chercheurs de cette question estiment que pas moins de 75 000 officiers ont combattu dans ses rangs. De nombreux autres officiers, dont une partie considérable des officiers des divisions de gendarmerie, de police et de contre-espionnage, ont combattu dans les rangs de la Garde blanche.

 

Le renseignement militaire, dirigé par son chef (le lieutenant-général Potapov) s'est déplacé (pour la plupart) du côté des Rouges. Les Cosaques étaient également divisés. Il s'avère donc que la guerre a été menée, comme il se doit, par des professionnels militaires. Les professionnels militaires construisaient une nouvelle armée sur la base des structures organisationnelles et de la théorie militaire de l'Empire. Les généraux Brusilov, Bonch-Bruevich, Snesarev, Svechin, Treschev, Karbyshev et bien d'autres ont jeté les bases de l'organisation militaire de l'État soviétique. Et non pas Trotsky, comme on le lui attribue.

 

Sa tentative, avec le grade de commissaire à la guerre et aux affaires navales, de créer une armée de type prolétarien sans faire appel à des spécialistes militaires (il n'y avait pas un seul officier et pas un seul Russe au sein du conseil du Commissariat) a échoué, ou, pour être plus précis, a entraîné des représailles. Il a parcouru le pays dans un train blindé luxueusement équipé, engagé dans des fusillades et des bavardages oisifs. À Sviyazhsk, Trotsky a érigé un monument à Judas Iscariote (traître de Jésus-Christ). Son premier adjoint, Ephraim Sklyansky, dans les premiers mois du pouvoir soviétique, est crédité de la phrase "purifier la Russie des "serviteurs d'or", c'est-à-dire des officiers. Il est également à l'origine de la création de pelotons d'exécution composés de criminels qui se déguisent en soldats (marins) et détruisent les officiers. Tous les commandants de la flotte de la Baltique ont donc été fusillés.

 

Après ces faits et d'autres faits similaires, le slogan est né dans le mouvement blanc : "Battez les Juifs, sauvez la Russie". Mais lorsque la révolution fut au bord de la défaite totale et que les Allemands approchèrent de Petrograd, Lénine et Trotsky donnèrent l'instruction de recruter des officiers pour servir dans l'Armée rouge. Depuis la fin de 1918, une attention particulière a été accordée aux officiers et aux généraux de l'état-major de l'Empire russe. Des milliers d'officiers, pour diverses raisons (je suppose : la plupart pour survivre, beaucoup en raison de la coopération des Blancs avec les interventionnistes, beaucoup simplement pour sauver le pays) sont allés servir dans l'Armée rouge. Mais les structures de gouvernement soviétiques s'en méfiaient beaucoup. La phrase de Léon Trotsky : "Ils sont comme un radis - rouge sur le dessus et blanc à l'intérieur". En fait, même Staline était très méfiant à l'égard des spécialistes militaires au début.

 

Э. Sklyansky, qui a participé à la Première Guerre mondiale en tant qu'officier de campagne, a dirigé les travaux visant à attirer les officiers tsaristes au service militaire, en leur faisant des promesses qui se sont révélées être un gros mensonge pour la majorité. Il a réussi à convaincre le célèbre général Brusilov A.A. de lancer un appel aux officiers blancs pour qu'ils arrêtent la guerre et fassent la paix avec le pouvoir soviétique. En 1920, avec un appel similaire, Brusilov a fait appel aux soldats et aux officiers de Wrangel qui ont combattu en Crimée. A cette occasion, Sklyansky a assuré au général de combat que tous ceux qui arrêteraient la résistance auraient la vie sauve.

 

Mais ce fut le contraire : les officiers et soldats capturés furent abattus sans pitié, ce qui valut à la révolutionnaire passionnée Rosalia Samoilovna Zalkind (Zemlyachka) d'être envoyée en Crimée. Brusilov était très déçu et voulait se suicider, mais en tant que chrétien orthodoxe, il ne l'a pas fait. Mais en général, l'attitude des dirigeants soviétiques envers les anciens officiers de l'Empire russe était celle d'une "cinquième colonne", presque tout le monde étant sous le contrôle des commissaires et du VK (OGPU). Pendant les années de Yezhov (l'auteur a eu l'occasion de lire les documents du procès de l'ancien commissaire du peuple aux affaires intérieures, dans lequel Yezhov a plaidé coupable et a raconté en détail son recrutement par le service de renseignement allemand et a dit que l'une des tâches fixées par les Allemands était de discréditer les officiers militaires et de les éliminer), un nombre important d'anciens officiers et généraux de l'empire ont été réprimés ou démis de leurs postes de commandement.

 

Après l'exécution de N. Yezhov, l'attitude envers "l'ancien" a commencé à changer, et avant la guerre, Boris Mikhailovitch Shaposhnikov, un ancien colonel de l'état-major général de la Russie tsariste, l'un des premiers à être venu servir la Russie soviétique, a été nommé chef de l'état-major général soviétique. Staline a toujours cherché à le garder près de lui. En 1940, Boris Mikhailovich, ayant élaboré un plan de guerre avec l'Allemagne nazie, se retire. Mais du fait que les anciens sous-officiers Timochenko et Joukov et d'autres natifs du district militaire de Kiev qui sont arrivés à la tête de l'armée, ont changé le plan de la période initiale de la guerre, élaboré par B. M. Shaposhnikov, les troupes soviétiques ont subi une lourde défaite. Et Staline nomme à nouveau Shaposhnikov au poste de chef d'état-major général. Pour sauver le pays et le socialisme.

 

Mais auparavant, à l'automne 1941, le Commandant suprême en chef avait chargé Boris Mikhailovich d'enquêter et de faire rapport sur les causes d'une si lourde défaite. Il n'existe aucune preuve documentaire de ce rapport, mais d'après ses souvenirs et les changements d'attitude de Staline envers les officiers de l'armée et de la marine, nous pouvons supposer que la base de la défaite des forces soviétiques dans la première période de la guerre, B. M. Shaposhnikov a mis les actions du corps des officiers. Et à tous les niveaux de commandement. Et la raison en est la rigidité, le manque d'initiative et l'indécision de nombreux commandants. Les répressions ainsi que la supervision de leurs actions par les commissaires du SMERSH et les agents de contre-espionnage ont contribué à cette situation.

 

En 1942, l'attitude à l'égard des officiers a été changée pour le développement de l'initiative et de la culture militaire, l'institution des commissaires a été abolie, le SMERSH a été limité dans son ingérence dans la prise de décision et la gestion des batailles par les commandants. Et puis l'introduction de bretelles "dorées", les modifications de l'hymne national et d'autres mesures augmentant principalement l'initiative et l'autonomie. Par exemple, je recommande de prêter attention aux officiers des films "Les vivants et les morts" et "Quelques vieillards vont au combat". Deux entités complètement différentes.

 

Conclusions :

 

L'épine dorsale des forces armées est l'armée, l'aviation et la marine, et l'armée soviétique est l'héritière de l'armée de l'Empire russe. C'est une grande institution sociale qui éduque les jeunes hommes dans l'esprit du patriotisme, de l'amitié entre les peuples et de la responsabilité envers la famille et le pays ; c'est une école de courage et de construction du caractère des hommes. L'armée et la marine soviétiques étaient les liens les plus importants des peuples de l'URSS, avec Khrouchtchev qui commença à discréditer non seulement Staline, mais aussi le socialisme dans son ensemble et les forces armées. Gorbatchev a poursuivi cette politique destructrice. L'autorité de l'armée et du KGB s'est affaiblie et l'URSS s'est effondrée. Aujourd'hui, nous sommes à nouveau confrontés à la situation de 1917. Une fois de plus, les officiers de la puissance mondiale et de l'armée unifiée s'affrontent, et un tel scénario se prépare également en Russie. Et ce sont les mêmes personnes qui arrivent au pouvoir, comme à l'époque de la révolution d'octobre, les mêmes personnes, les représentants du capital financier mondial. Même tenu à l'été 1917 à Petrograd, le Congrès maçonnique, qui a officiellement élu Kerensky à la tête de la loge, s'est répété sous la forme de Gaidar et d'autres forums. La loge en Russie aujourd'hui n'est pas seule.

 

Néanmoins, je félicite les officiers et tous les soldats à l'occasion de la Journée de l'armée et de la marine soviétiques. Heureux défenseurs de la fête de la patrie socialiste.

 

Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivashov: La guerre mondiale est déjà en cours (Club d'Izborsk, 25 février 2021)

25 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Guerre, #Histoire, #Politique, #Russie, #USA

Leonid Ivashov: La guerre mondiale est déjà en cours (Club d'Izborsk, 25 février 2021)
Leonid Ivashov: La guerre mondiale est déjà en cours (Club d'Izborsk, 25 février 2021)

Leonid Ivashov : Il n'y aura pas et ne peut pas y avoir de guerre nucléaire

 

25 février 2021.

 

https://izborsk-club.ru/20713

 

 

- Leonid Grigorievich, le président Vladimir Poutine a déclaré lors de l'ouverture du forum de Davos que le monde est à peu près dans le même état qu'avant la Seconde Guerre mondiale. En tant qu'analyste militaire, pouvez-vous expliquer ce qu'il entendait par là ?

 

- Je tiens à préciser que ce n'est pas seulement comme c'était avant la Seconde Guerre mondiale, mais comme c'était avant la Première Guerre mondiale. Les guerres mondiales ne se produisent pas simplement, pas à cause de l'apparition d'un Hitler conventionnel. Leur source et leur client sont de gros capitaux. Elles se produisent lorsqu'il y a des contradictions insolubles. La Première Guerre mondiale a commencé lorsque le monde anglo-saxon dominait. L'Allemagne et la France étaient également en plein essor. Mais les colonies, les ressources et les marchés étaient déjà capturés par les Anglo-Saxons, ce qui a créé ces contradictions insolubles. Pour se développer, l'Allemagne a besoin de marchés, mais les Anglo-Saxons n'y renonceront pas. Avant la Seconde Guerre mondiale, la même situation se présentait. Des contradictions insolubles, surtout dans la sphère des grandes entreprises. En outre, le capital financier a commencé à jouer un rôle important. Les stratèges du nouveau monde étaient en train de manœuvrer et de décider à qui s'adresser.

 

Nous approchons à présent d'une nouvelle crise, et des regroupements et des stratégies sont à nouveau mis en place pour faire tourner la situation à leur avantage. Nous assistons à l'effondrement du modèle capitaliste du monde.

 

- Poutine, en fait, a parlé d'une guerre mondiale. Pouvons-nous, d'une manière ou d'une autre, affronter le monde entier ?

 

- Aujourd'hui, personne, et surtout pas les Américains, ne se prépare à une guerre nucléaire mondiale. Personne, sauf la Russie. Nous nous préparons.

 

- Argumenty Nedeli a écrit à plusieurs reprises que les Américains ne créent rien de nouveau dans le domaine des armes nucléaires. Au mieux, ils modernisent les anciennes. Et pourquoi nous préparons-nous ? Nos dirigeants pensent qu'une guerre nucléaire est possible ?

 

- Il n'y aura pas et ne peut pas y avoir de guerre nucléaire. Poutine l'a dit également. Et ce ne sont pas les Russes ou les Chinois qui en ont peur, mais les Européens et surtout les Américains.

 

Bientôt, Argumenty Nedeli publiera mon nouveau travail « L’esprit perdu". J'y cite des documents précédemment déclassifiés. Il montre que sous le président Reagan, les Américains ont finalement décidé de concentrer leurs efforts sur la destruction pacifique de l'Union soviétique. Cette stratégie a exclu la guerre en tant que telle. Ils ont de plus gros problèmes. Le super-volcan Yellowstone bouillonne sous l'Amérique et les scientifiques se demandent si son éruption tuerait l'humanité entière ou seulement le continent américain ? Même une seule explosion nucléaire accidentelle pourrait y déclencher une éruption volcanique aux conséquences peu prévisibles.

 

- Le 27 janvier, Vladimir Poutine a annoncé l'extension du traité START-3, qui limite le nombre d'armes nucléaires à 1 550 ogives et 700 vecteurs. La Douma et le Conseil de la Fédération ont ratifié le traité instantanément. Et il a été signé sous Medvedev et Obama en 2011. Vous étiez un adversaire de ce traité. Pourquoi ?

 

- Les Américains ne travaillent jamais sur les émotions. Surtout lorsqu'il s'agit de questions de sécurité. Ils sont très analytiques. Lorsque j'étais chef de la direction générale de la coopération militaire internationale, nous suivions naturellement tous les processus qui se déroulaient aux États-Unis. Et nous découvrons soudain que les Américains réduisent considérablement le financement des nouveaux développements en matière d'armes stratégiques. En effet, ils ont décidé que le développement et le maintien des armes nucléaires sont, tout d'abord, trop coûteux et, surtout, inutiles et n'apportent aucun bénéfice aux États-Unis.

 

- Parce qu'elles ne peuvent pas être utilisées ?

 

- Tout à fait exact. Mais une deuxième question se pose. En 2003, les Américains ont soudainement annoncé leur retrait du traité de défense antimissile. Et tous les traités précédents, START I et START II, qui n'est pas encore entré en vigueur, ainsi que le traité sur les missiles à courte et moyenne portée, sont tous liés par un même nœud à la défense antimissile. Il est clair qu'un missile stratégique en service sous le "parapluie" anti-missiles est incomparable avec le même missile, mais non protégé par quoi que ce soit. Après cela, nos services de renseignement se sont rapprochés encore plus de ce qu'ils feraient en se retirant du traité. Que feraient-ils à la place des armes stratégiques nucléaires ? Et le 18 janvier 2003, le président Bush signe une directive que nous avons complètement ignorée, même à l'état-major. Il s'agit de la directive relative à la frappe mondiale rapide (RGS).

 

Selon cette directive, la priorité a été donnée aux missiles de croisière de haute précision, à longue portée et ultra-rapides, et les travaux sur les ogives nucléaires tactiques, y compris les ogives à pénétration profonde, ont été intensifiés.

 

Mais à cette époque, la démilitarisation battait son plein, nous détruisions tout, nous fermions les entreprises de défense. Et les Américains, au contraire, ont commencé à construire des armes de haute précision et de longue portée.

 

Nous avons commencé à faire appel au raisonnement des dirigeants du pays - nous ne pouvons pas opter pour la réduction des armes nucléaires, car l'ennemi prépare une stratégie de frappe complètement différente. Ils se sont retirés du traité ABM et développent un système mondial de défense antimissile. Leurs systèmes, qui se trouvent en Roumanie et en Pologne, peuvent "tirer" nos missiles de lancement même depuis la position de la 27ème division de missiles dans la région de la Volga. Cela a posé la question suivante : devons-nous relever ce défi avec les restes de nos capacités, capituler ou chercher une troisième voie ? C'est pourquoi j'étais contre ce traité dans la version que les Américains proposaient. Nous avons proposé une option globale : vous arrêtez votre défense antimissile, et ensuite nous parlerons des armes stratégiques non nucléaires qui seraient utilisées dans la doctrine de la frappe mondiale rapide. Mais Medvedev n'a pas voulu nous écouter et a signé le contrat sous la forme que les Américains lui ont proposée. Pour être honnête, sous Medvedev, il n'y avait personne pour rendre compte de nos considérations. Il y avait "la paix, l'amitié, la réinitialisation", etc. Medvedev était fasciné par ces slogans, alors que les Américains faisaient tout de manière purement pragmatique, et nous nous sommes mis dans une situation désagréable.

 

- "Avangard", quelles manœuvres en altitude et en trajectoire, est la réponse à cette situation ?

 

- Oui, nous avions besoin de nouveaux moyens qui pourraient venir à bout du système américain de défense antimissile. Et l'académicien Yuri Solomonov a résolu ce problème.

 

- Comment les Américains ont-ils réagi ?

 

- Depuis lors, ils n'ont pas mis un seul nouveau sous-marin en service. Comme ils avaient 14 unités de sous-marins les plus puissants de la classe "Ohio" et qu'il en reste encore. De plus, ils ont mis, si je ne me trompe pas, 4 "Ohio", qui avaient 24 silos à missiles chacun pour les missiles balistiques, et y ont mis 158 missiles de croisière. Contrairement à nous, ils n'ont pas de bombardier stratégique aujourd'hui, sauf le B-52, qu'ils ont commencé à produire au début des années soixante. Ils ont fabriqué le B-1 et le B-2, le bombardier furtif, qui a été abattu par les Serbes. Mais ils ne sont pas adaptés pour transporter des missiles de croisière. Ils ne sont armés que de bombes. Ils doivent donc y aller pour bombarder la cible. Il en va de même pour les missiles basés au sol. Nous avons mis en service de nombreux nouveaux missiles, mais ils ont des Minutemen depuis les années 1970, et ils sont toujours en service.

 

- Pourquoi notre gouvernement a-t-il laissé le célèbre missile Avangard, qui ne peut être abattu par des moyens de défense antimissile, être inclus dans ce traité, que vous avez critiqué il y a dix ans ?

 

- Tout d'abord, il n'est pas nécessaire d'idéaliser l'Avangard. Il existe des lois de la physique qui sont immuables. Un missile, comme une pierre lancée, suit une trajectoire. L'Avangard peut effectuer deux ou trois manœuvres dans ce qu'on appelle le tube des trajectoires, mais cela ne signifie pas qu'il ne peut pas être abattu. Et deuxièmement, l'Avantgard est comme une nouvelle lance. Nous savons que les lances ne se battront plus, mais nous en créons une nouvelle qui vole plus loin que les anciennes. Il n'y aura pas de guerre nucléaire. Il faut le comprendre. La capacité nucléaire stratégique dont nous disposons aujourd'hui est le principal artisan de la paix de l'humanité.

 

- Alors pourquoi a-t-elle été incluse dans le traité ?

 

- Il ne peut y avoir de compromis dans ces négociations. Soit on l'inclut, soit on le refuse, et le traité part à la poubelle. L'Avangard ne résout rien de façon cardinale. Il renforce le rôle dissuasif des armes nucléaires stratégiques russes, mais ne change rien radicalement.

 

- Êtes-vous sûr qu`il ne peut pas y avoir de guerre nucléaire ?

 

- Vladimir Poutine : Il peut y avoir une guerre nucléaire, mais seulement une guerre tactique entre deux ou trois pays au maximum. Nous ne pouvons pas, par exemple, exclure l'émergence d'une sorte de conflit entre l'Inde et le Pakistan.

 

- Trump a annoncé qu'il créait une force spatiale. Ils ont des satellites tueurs qui peuvent orbiter et désactiver nos satellites ou ceux de la Chine. Nous avons aussi de tels satellites. Il y a le système laser Peresvet. Il y a une torpille sous-marine qui pourrait venir sur les côtes américaines, exploser et déclencher un énorme tsunami sur les États-Unis, ce que Sakharov a suggéré. C'est une nouvelle réalité, de nouvelles armes. Devrions-nous même nous préoccuper des armes nucléaires ?

 

- L'importance du traité peut être jugée à partir de la conversation entre Poutine et Biden. Ils en ont discuté en quelques mots. On a beaucoup plus parlé de Navalny. Je ne veux pas minimiser son rôle. Il est très important, au moins comme excuse pour la conversation entre les deux présidents. Sans START III, la conversation n'aurait jamais eu lieu. De cette façon, les deux ont marqué des points. Poutine se trouve dans une situation difficile chez lui.

 

- Biden est encore plus compliqué.

 

- Oui. Mais ils ont parlé et ils ont passé un accord. C'est bon pour les deux.

 

- Margarita Simonyan, directrice de la chaîne Russia Today, a déclaré qu'il était temps de reconnaître les républiques populaires de Donetsk et Louhansk. Un jour après sa déclaration, le présentateur de télévision Vladimir Solovyov a déclaré dans son émission diffusée dans tout le pays qu'il suffisait de s'occuper uniquement de l'aide humanitaire au Donbass, et qu'il était temps de nouer des relations d'affaires. Il a promis de fermer la frontière afin que les soldats des forces armées ukrainiennes aient peur de regarder vers le Donbass. Il est clair que ce n'est pas leur initiative, mais une sorte de jeu. Et tout cela avec pour toile de fond l'arrivée au pouvoir de Biden, sous lequel toute cette horreur a commencé en Ukraine, et beaucoup s'attendent à ce qu'avec son arrivée tout recommence. Qu'en pensez-vous ?

 

- Avant l'apparition du coronavirus, l'Ukraine était au centre de l'actualité et des talk-shows. Apparemment, le virus est en recul et ce sujet revient sur les écrans. Lorsque les référendums sur l'indépendance ont été organisés au Donbass, la Russie, pour ne pas dire plus, ne les a pas soutenus et n'en a pas reconnu les résultats. Mais il a indiqué sa position selon laquelle nous ne laisserions pas le monde russe seul avec les nationalistes et les fascistes. Les gens y croyaient à l'époque. Et nos citoyens s'y sont rendus en tant que bénévoles, les habitants ont pris les armes. Mais il n'est pas allé plus loin. La Russie ne reconnaît pas l'indépendance des républiques, elles délivrent des passeports, mais ne donnent pas la citoyenneté. La situation des habitants de la DNR et de la LNR est aujourd'hui meurtrière. Il n'y a pas d'emplois, pas de moyens de subsistance. En outre, la Russie est maintenant contrainte de réduire son aide. En fait, les gens n'ont aucune perspective de vie. Il semble que nos gens de la télévision ont commencé à soulever ce sujet, parce qu'il y a deux autres processus en cours.

 

- Qu'est-ce que c'est ?

 

- En relation avec la victoire de l'Azerbaïdjan au Karabakh, les nationalistes ukrainiens banderoles sont devenus plus actifs. Pourquoi Aliyev a-t-il rendu les terres saisies, et notre Zelensky ne le peut pas ? Et nous voyons que l'Ukraine renforce ses forces armées. De plus, des accords ont été signés avec la Turquie et Kiev essaie de construire des relations avec ce pays. Si nous calculons le rapport des forces, il devient évident que la milice ne peut tout simplement pas résister à une attaque ukrainienne. De plus, on peut voir comment Erdogan a fait une visite en Ukraine, les ministres de la défense et les états-majors généraux de l'Ukraine et de la Turquie sont en contact permanent. Les drones Bayraktar, qui ont si bien fonctionné contre l'Arménie, sont fournis d'urgence à l'Ukraine. Le rapport des forces n'est pas en faveur de la milice populaire.

 

- Et le deuxième processus ?

 

- Dans cette impasse, il y a encore des gens sobres, tant en Ukraine qu'ici, qui croient qu'il suffit que les Ukrainiens tuent des Ukrainiens, et que les Russes tuent des Russes. C'est comme s'il y avait un processus de négociation sous le patronage britannique à Istanbul entre les représentants du Donbass et de l'Ukraine. Il est dirigé par le mouvement des guerriers afghans. Des diplomates et des hommes politiques ont déjà rejoint ce mouvement. Ils sont tous préoccupés par ce qui se passe. La Russie ne reconnaît pas les républiques et l'Ukraine se prépare à faire la grève. Ils essaient de parvenir à un accord avant que la guerre ne commence et rien ne peut être changé. Le sujet tourne autour des accords de Minsk, mais, en fait, les représentants des républiques non reconnues acceptent de retourner en Ukraine à certaines conditions. Les dirigeants russes en profitent également, car les républiques du Donbass sont désormais un fardeau. On a profité d'eux, ils ont obtenu quelque chose et aujourd'hui, ils ne sont plus nécessaires. Il n'y a guère de choix. Soit une défaite militaire, qui est très probablement inévitable en raison de l'équilibre des forces, soit le retour de Novorossiya sous la main de Kiev.

 

Il y a là un certain nombre de points dangereux. Par exemple, l'une des premières mesures est le transfert de la frontière entre le Donbass et la Russie sous contrôle ukrainien. L'Ukraine garantit qu'il n'y aura pas de représailles. J'ai averti les négociateurs que dès que vous aurez placé la frontière sous leur contrôle, toutes les garanties cesseront d'être valables. Vous avez ici besoin de garanties internationales, que personne ne vous donne encore.

 

Ainsi, les discussions sur le fait que le monde russe ne vous offense pas doivent être étayées par quelque chose de plus substantiel.

 

- Pourquoi alors les militaires russes sont-ils soudainement apparus à la frontière entre la Biélorussie et l'Ukraine ? Il y a un grand scandale à ce sujet en Ukraine. Serait-ce un accident ?

 

- Certains analystes militaires, en particulier ceux qui n'ont pas servi dans l'armée, pensent pour une raison quelconque en termes de coïncidence. Et il n'y a pas de coïncidences, surtout en Biélorussie. Laissez-moi vous donner un exemple, aussi éloigné qu'il puisse paraître. L'année dernière, les Américains ont déclassifié un document intéressant. Le 5 mars 1953, comme nous le savons, Joseph Staline est mort. Et le 13 mars, les Américains ont adopté un mémorandum sur l'utilisation de la mort de Staline dans l'intérêt national des États-Unis. Par-dessus tout, ils voulaient une direction monolithique en Union soviétique après la mort du chef, et le principal danger pour eux était Malenkov*. Khrouchtchev ne figurait pas du tout sur la liste des dirigeants. La deuxième place est occupée par Beria, mais le principal concurrent est Georgy Maximilianovich Malenkov. Ainsi, les Américains élaborent le plan d'opération pour chaque situation et chaque personne et il est exécuté. Et pas seulement par les Américains. Et peu de gens le savent.

 

- Vous avez dit qu'une guerre mondiale était inévitable.

 

- Elle est déjà en cours, et avec des armes de destruction massive plus efficaces que le nucléaire. Aujourd'hui, nous voyons des virus de guerre infectieux, les moyens de vaincre l'esprit de milliards de personnes, et l'intelligence artificielle. La guerre ne fera qu'augmenter. Mais cette guerre est d'un tout autre ordre. Non plus dans la sphère géographique, comme c'était le cas auparavant, mais dans la sphère virtuelle. Du domaine de la connaissance, du domaine de l'intelligence. Ici, nous sommes toujours désarmés. Dieu merci, ce problème n'est pas rejeté. Kovalchuk, directeur de l'Institut Kurchatov, en parle, et le ministère de la défense travaille sur une nouvelle théorie de la sécurité. C'est à cela que nous devons prêter attention. C'est là que nous sommes perdants à bien des égards.

 

La lecture du « Grand échiquier » de Brzezinski devrait être obligatoire pour tout homme politique. Rappelez-vous sa phrase - le communisme est terminé, l'orthodoxie est la prochaine. Avons-nous établi une sorte de plan de contre-attaque ? Lorsque Reagan a dit "donnez-moi dix ans et je détruirai le communisme", notre service de renseignement savait déjà qu'il y avait un plan de destruction de l'URSS sur dix ans. Et même alors, les bases d'une guerre hybride ont été lancées. Si la guerre hybride des États-Unis contre l'URSS a réussi, pourquoi l'auraient-ils abandonnée ? Et cette guerre ne se concentre qu'à 30 % sur les moyens de combat traditionnels : missiles, chars et avions. Et les 70 % restants sont ce qu'on appelle le "soft power" - l'information, l'impact sur la conscience, etc. Ce rapport ne changera que dans le sens de la puissance douce dite létale.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) est une figure militaire, publique et politique russe. Colonel Général. En 1996 - 2001, chef de la Direction principale de la coopération militaire internationale au ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. De 1996 à 2001, il est devenu le chef du département de la coopération militaire internationale du ministère de la défense, colonel-général de Russie. Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* NdT: https://en.wikipedia.org/wiki/Georgy_Malenkov

Lire la suite

Leonid Ivashov: entretien avec Elena Khomullo (Pravoslavie, 2 décembre 2015)

12 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Guerre, #Russie

Leonid Ivashov: entretien avec Elena Khomullo  (Pravoslavie, 2 décembre 2015)

"UN ÉTAT FORT N'EST PAS SEULEMENT CRAINT MAIS AUSSI RESPECTÉ"

Le général Leonid Ivashov sur les derniers événements dans le monde

 

Elena Khomullo

 

Dans l’entretien d'aujourd'hui avec le général Leonid Ivashov, expert en géopolitique et en relations internationales, nous avons abordé un certain nombre de questions d'actualité liées aux derniers événements : l'avion russe abattu par l'armée de l'air turque et la détérioration des relations russo-turques. Il a également été question d'un scénario possible sur l'évolution de la situation dans le monde.

 

 

- (EN) Monsieur le Président, deux semaines seulement se sont écoulées depuis notre réunion, mais la situation mondiale a changé assez sérieusement. Première question à ce sujet : est-il possible de mener une quelconque politique dans un monde en mutation aussi rapide ? Et pouvons-nous tous, d'une manière ou d'une autre, influencer ces processus, ou est-ce une affaire réservée aux professionnels : les diplomates et les personnes au pouvoir ?

 

- Tout d'abord, il doit s'agir d'une politique cohérente et constante, ce qui est exactement ce que la Russie a fait ces dernières années. La première orientation est la formation d'une nouvelle structure mondiale : l'Union eurasienne, l'organisation de Shanghai et le groupe de pays BRICS. Cette politique doit être poursuivie, mais avec plus de persévérance.

 

Deuxièmement, la Russie doit intensifier ses efforts pour préserver les mesures juridiques internationales, en particulier le système de sécurité international, pour revenir au domaine juridique, à la politique réelle, et ce non seulement par notre participation aux attentats à la bombe contre des organisations terroristes, mais aussi en organisant des conférences internationales sur le futur ordre mondial.

 

La troisième voie consiste à promouvoir nos valeurs spirituelles en politique, en économie et dans la communauté internationale en général. Condamner ce que fait l'Occident (il y a déjà beaucoup de faits), promouvoir, avant tout, les valeurs culturelles et civilisationnelles orthodoxes slaves et, en général, russes, corriger l'état interne de l'État et de la société russes.

 

Et enfin, pour renforcer les forces armées. Nous avons enfin compris que nous n'avons pas seulement des amis, mais aussi des rivaux et des ennemis. C'est pourquoi il est nécessaire de renforcer nos arrières, notre sécurité nationale et nos forces militaires.

 

Et ce n'est pas seulement l'affaire des politiciens et des diplomates. Les gens ordinaires doivent également être impliqués dans ce processus. Comment ? En soutenant les mesures et les actions positives que la Russie prend sur la scène internationale ; en mettant à bas ceux qui s'opposent à ces politiques, en particulier les libéraux. Peut-être un endroit pour faire pression sur nos structures de pouvoir, si la politique qu'elles mènent ne correspond pas aux intérêts de la société. S'exprimer activement : organiser des manifestations, des rassemblements contre la politique qui fait peser le fardeau des sanctions sur les gens ordinaires et n'affecte pas l'oligarchie, les grands fonctionnaires, souvent très riches. Et bien sûr, pour diffuser l'opinion des gens aux autorités, au président, afin qu'ils soient conscients des sentiments du public.

 

- Suite à l'incident avec l'avion russe qui a été abattu par l'armée de l'air turque, les relations entre la Russie et la Turquie se sont fortement détériorées. Pouvez-vous évaluer le comportement de la Turquie, de l'Europe et des États-Unis dans cette situation ? Et qui profite de cet état de fait ?

 

- Il faut comprendre que derrière les actions du président Erdogan, il y a d'autres structures qui essaient de construire et de maintenir l'ordre mondial qui leur est bénéfique. M. Erdogan est devenu un outil entre les mains des plus grandes forces.

 

- Faites-vous référence aux États-Unis ?

 

- Nous sommes habitués à blâmer les États-Unis et la politique de leur président. Mais le président américain n'est pas non plus une figure agissant seule. Dans la situation actuelle, le président Obama n'a pas donné à la Turquie le "feu vert" pour agir contre nos avions. Mais il existe de puissantes structures fantômes du capital financier qui tentent de dominer le monde.

 

La Russie doit choisir ses alliés avec soin, chercher de vrais amis - tout d'abord sur la base de points communs spirituels et en tenant compte des leçons historiques

La Russie doit choisir soigneusement ses alliés, chercher de vrais amis - avant tout par communauté spirituelle. Tenir compte des leçons de l'histoire. Chercher ceux qui ne nous ont jamais trahis dans le passé, connaître ceux qui ont toujours été nos adversaires, même s'ils ont parfois été nos amis. Même Pierre le Grand a dit qu'il ne faisait pas confiance aux Turcs, et toute l'histoire des relations turco-russes montre que nous avons toujours été des ennemis, des ennemis. Rappelez-vous combien de guerres la Russie a eu avec la Turquie et combien elles ont été dures et sanglantes. Aujourd'hui encore, Erdogan et sa clique font tout ce qu'ils peuvent pour nuire à la Russie, pour porter atteinte à nos intérêts nationaux quelque part, pour affaiblir ou annuler notre influence. Et nous avons soudain fait de lui un ami !

 

Nous souhaitons que les mesures anti-turques prises par le gouvernement ne soient pas de courte durée. Si nous relevons la barre des sanctions aujourd'hui et la baissons demain, le monde ne nous respectera plus.

 

Ce qui se passe au Moyen-Orient est le résultat de la politique américaine et européenne, et la Turquie est membre de la communauté occidentale. L'entière responsabilité de l'état actuel des choses dans le monde d'aujourd'hui incombe donc aux élites américaines et européennes.

 

La Turquie fait chanter l'Europe avec des réfugiés. Mais les Européens eux-mêmes ont participé à la destruction des "maisons" des peuples du Moyen-Orient. Ils sont responsables de l'émergence de ce monstre, un État terroriste ; ils ont soutenu l'esprit agressif de la Turquie. Et nous ne devrions pas faire attention à ce qu'ils disent à l'Ouest. Et nous ne devrions pas avoir une confiance totale. Bien qu'il soit possible de coopérer - avec les Français, avec les Allemands.

 

Le monde change radicalement aujourd'hui, et la Russie travaille dur pour améliorer le système économique et politique mondial et lancer de nombreux processus positifs. Mais l'oligarchie mondiale a peur de ces changements et engage différentes forces pour s'y opposer - d'abord les nationalistes ukrainiens, maintenant la Turquie.

 

Que pouvons-nous attendre à l'avenir ? Je n'exclus pas que la Turquie commence à attaquer la Syrie.

 

Nous devons être forts spirituellement. Mais aussi un État fort avec une armée forte.

Mais nous devons comprendre l'essentiel : un État fort n'est pas seulement craint, mais aussi respecté. Nous devons être forts spirituellement avant tout, mais nous devons aussi être un État fort avec une armée forte.

 

- Récemment, les députés de la Douma ont proposé aux autorités turques de rendre la Sainte-Sophie de Constantinople à l'Église orthodoxe, en signe de bonne volonté.

 

- Pour rendre Sainte-Sophie aux chrétiens orthodoxes ? Il s'agit d'un coup de pub et rien de plus. C'est impossible aujourd'hui.

 

On peut penser à rendre Constantinople à l'Église orthodoxe et préparer des projets au cas où la Turquie commencerait à se diviser, et c'est un scénario probable. Mais nous devons garder à l'esprit qu'un point aussi important en termes géopolitiques et stratégiques que Constantinople, l'Occident, s'il est fort, ne va pas nous donner. Au fait, pendant la Première Guerre mondiale, les Britanniques et les Français nous ont promis Constantinople et le détroit. Non, il est trop tôt pour inclure ce projet dans la politique réelle.

 

- Saint Cosme d'Aetolie et Saint Paisius de Svyatogorsk ont déclaré qu'une guerre entre la Russie et la Turquie pourrait commencer, ce qui conduirait à une guerre mondiale. De nombreux chrétiens orthodoxes prennent très au sérieux les prédictions de ces saints très vénérés. Que pouvez-vous en dire ? Une guerre entre la Russie et la Turquie est-elle vraiment possible ? A quoi cela peut-il mener ? Qu'arrivera-t-il au monde après cela ?

 

- La guerre est souhaitée par certaines forces en Amérique et en Europe - la capitale bancaire, le pétrole et le complexe militaro-industriel. Ils veulent la guerre, parce qu'ils en tirent d'énormes profits. Mais nous voyons : Obama n'a pas "tapé sur l'épaule" d'Erdogan pour notre avion, et la Turquie n'a pas été soutenue dans l'OTAN. L'Europe a perdu sa volonté de vivre, mais elle a peur de la guerre et comprend que si une guerre éclate entre la Russie et l'Occident, les principales hostilités auront lieu en Europe. Je crois qu'il n'est pas nécessaire de parler de guerre maintenant. Il peut y avoir des provocations, mais il ne doit pas y avoir de grand conflit. Après tout, un affrontement avec la Turquie impliquera l'OTAN (avec sa réticence à entrer en guerre) pour entamer des actions contre la Russie. Que seront-ils ? Je ne crois pas que s'il y en a, ce sera à grande échelle.

 

Donc, je le répète : nous devons être forts d'abord, et ensuite, flexibles en matière de diplomatie militaire.

 

- Y a-t-il vraiment une guerre contre le terrorisme maintenant, ou s'agit-il seulement de régler les relations entre la Russie et l'Occident, et d'utiliser l'ISIS, la Turquie et la Syrie comme monnaie d'échange ?

 

- Le terrorisme n'est pas un phénomène indépendant, mais un outil créé artificiellement pour détruire, tout d'abord, la civilisation islamique, tout comme en Ukraine et dans les Balkans la civilisation orthodoxe slave est en train d'être détruite. Aujourd'hui, il y a un choc des civilisations mondiales. Nous en avons parlé en détail, lors de notre premier entretien. Le monde est déjà divisé en deux parties : il y a une civilisation occidentale et une coalition de civilisations non occidentales qui n'a pas encore été formée, mais qui s'oppose déjà à la civilisation occidentale. Et à l'intérieur de la civilisation occidentale, il y a l'espace anglo-saxon et romano-germanique - l'Europe continentale. Leurs relations ne sont pas si harmonieuses, comme en témoigne la réunion du Conseil de l'OTAN.

 

Nous continuerons à suivre les derniers développements et à consulter le général Leonid Grigorievich Ivashov pour son évaluation et ses commentaires.

 

Général Leonid Grigorievich Ivashov

interviewé par Elena Khomullo

Le 2 décembre 2015.

Lire la suite

Leonid Ivashov: Qui a gagné en Amérique ? (Partyadela, 02.02.2021)

8 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #USA

Leonid Ivashov: Qui a gagné en Amérique ?  (Partyadela, 02.02.2021)

Leonid Ivashov: Qui a gagné en Amérique ?

 

02.02.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12710/

 

 

 

Les résultats de l'élection américaine auront des conséquences importantes

 

L'élection présidentielle la plus scandaleuse des États-Unis s'est terminée par la victoire du candidat du Parti démocrate, J. Biden. Toutefois, je pense que les résultats de cette victoire auront des conséquences de grande portée. Parce que ce ne sont pas seulement deux partis, deux forces politiques, mais deux Amériques qui se sont affrontés. Et ils se sont affrontés presque à mort, ce que confirment les événements post-électoraux : non seulement il existe une réelle menace d'envoyer D. Trump sinon en prison, du moins de le réprimer politiquement, mais il y a une réelle possibilité de changer tout le système politique américain et d'éliminer la structure électorale bipolaire. C'est-à-dire un affaiblissement ou une auto-dissolution du parti républicain américain.

 

Alors, à quoi les deux Amériques ont-elles dû faire face pendant les deux phases de l'élection présidentielle, et quelle a été la raison de la défaite des républicains ? Oui, Trump a déjà commis un certain nombre d'erreurs lors de la première campagne, en particulier, il n'a pas évalué objectivement l'essence, le rôle et les possibilités des médias américains, il n'a pas réalisé que le produit de l'information devenait un élément influent des relations internationales, et la gestion des flux d'information est devenue un élément clé de la lutte pour le pouvoir en Amérique même. Le cours de la politique mondiale et intérieure a commencé à dépendre, entre autres, de la façon dont certains événements sont interprétés. On peut ajouter à cela l'observation personnelle de l'auteur selon laquelle, au cours des élections présidentielles aux États-Unis, on a utilisé pour la première fois les anciennes technologies interdites (aux États-Unis) pour influencer la psyché des gens (des électeurs), découvertes à l'époque de Nikola Tesla.

 

Le système centré sur les médias qui s'est formé aux États-Unis a déterminé la dépendance importante du gouvernement et de la politique vis-à-vis des médias. Les médias américains peuvent être considérés comme une institution politique indépendante distincte et un acteur important dans le processus politique. Un acteur qui fait partie du gouvernement et de tout le système bipartite aux États-Unis. Mais sur lequel il y avait auparavant un régulateur caché qui contrôlait le respect des règles politiques internes et interpartis établies. Et elle a toujours fonctionné dans le cadre des intérêts "nationaux" des États-Unis. Aujourd'hui, ce régulateur semble avoir agi du côté des démocrates. En témoigne le refus des autorités de contrôle de s'attaquer aux violations évidentes commises par les partisans de J. Biden, à un moment où, dans la bataille entre D. Trump et H. Clinton, le sujet de l'ingérence russe dans la course à la présidence a reçu une large résonance et fait l'objet de procédures publiques, juridiques et même internationales.

 

L'équipe de Trump n'a pas réussi à bien comprendre ce qu'est ce système bipartite et comment les médias, qui y sont étroitement liés, non seulement expriment les positions des deux parties, mais façonnent aussi l'information et l'espace politique lui-même et influencent leur public. Et en fait, ils déterminent en grande partie les résultats des élections, alors que les médias traditionnels font clairement fi des règles et des traditions du journalisme américain, refusent d'être impartiaux et se transforment en instruments d'influence politique du système bipartite mentionné et de ses représentants.

 

Diviser les médias : deux camps médiatiques

 

Pratiquement tout au long de l'histoire des États-Unis, il y a eu une confrontation permanente entre deux partis - Républicain et Démocrate, chacun soutenu par certains médias. Il est difficile de contester cette thèse, mais je vais néanmoins essayer d'expliquer pourquoi et comment cela se produit.

 

Je commencerai par un avertissement, faisant référence à une autorité américaine.

 

Thomas Patterson, une autorité en matière de systèmes politiques, a souligné que "dans toutes les démocraties occidentales, les médias nationaux dominent les élections dans le sens où le sort de tous les candidats dépend de la capacité des médias à toucher chaque électeur, aucun d'entre eux n'a un système politique comme celui des États-Unis. Il n'y a qu'aux États-Unis que la presse joue un rôle qui, dans d'autres pays, est traditionnellement joué par les partis politiques.

 

Cela est dû en partie au fait qu'aux États-Unis, les lois permettant de poursuivre les journalistes pour avoir publié des "déclarations diffamatoires" ou des informations "offensantes" sont beaucoup plus libérales que dans d'autres pays. En raison de ces particularités de la culture politique, les médias américains ont beaucoup plus de liberté que les médias du reste du monde démocratique. La Russie est une conversation particulière. Nulle part ailleurs dans le monde, la presse ne joue un rôle aussi important en politique qu'aux États-Unis. Cela s'explique principalement par le fait que l'Amérique est un État très décentralisé, avec des partis politiques faibles et une conception libérale de la liberté de la presse.

 

En entrant à la Maison Blanche, Donald Trump a été pris en otage par les médias, qui se sont retournés contre lui. Il y a un niveau d'obstruction sans précédent de la part de ses adversaires politiques nationaux par le biais des médias. Cependant, Trump lui-même a beaucoup contribué à l'attitude très négative de certains acteurs médiatiques américains à son égard. M. Trump a qualifié la principale chaîne d'information CNN de "fausses nouvelles" et a critiqué le Washington Post et le New York Times, qui sont considérés comme un modèle en Amérique et dans le monde. Lorsque des rumeurs sur les liens de Trump avec les hauts gradés russes ont commencé à circuler dans la presse, il a qualifié les médias d'"ennemis du peuple" et a perdu toute chance de réconciliation. CNN, ABC, CBS, NBC - tous ces médias que l'ancien président américain a qualifiés d'"horrible machine de propagande" du Parti démocrate. C'est l'une des graves erreurs de l'équipe Trump : vous ne pouvez pas retourner les principaux médias américains (et mondiaux) contre vous-même, les poussant ainsi à conclure une "alliance" avec votre principal adversaire. Les manifestations de cette animosité sont plus que suffisantes.

 

Ce n'est un secret pour personne que le New York Times a publié des mensonges et trompé ses lecteurs. Après la victoire de Trump lors des élections précédentes, l'éditeur a publiquement admis que le journal "n'a pas vu" une grande partie des électeurs qui ont voté pour Trump. De plus, la journaliste du journal, Julie Davis, a admis qu'elle avait sous-estimé de cinq fois le nombre de personnes qui étaient venues au rassemblement de Donald Trump en mai 2018. Et c'était des pas vers la réconciliation, mais Trump n'a pas pris ce risque. Peut-être pas du tout, car la presse "démocratique" a déjà fourni des informations complètement fausses ou tordues sans crainte de répercussions.

 

Il convient également de rappeler l'article scandaleux, non exhaustif, paru dans le même journal, qui accusait la Russie de récompenser les talibans pour avoir tué l'armée américaine et que Trump n'avait rien fait contre. La Maison Blanche et le ministère des Affaires étrangères ont par la suite officiellement démenti ces rumeurs. Mais il n'y a pas eu de punition. Le Huffington Post a présenté Trump comme l'homme responsable de l'attaque contre le comité de rédaction de la Capital Gazette en juin de cette année-là, même si l'auteur était uniquement motivé par une animosité personnelle, et non par la politique et l'attitude de Trump envers la presse.

 

En 2018, le Boston Globe a ouvertement appelé la presse écrite et les publications en ligne américaines à parler d'une seule voix contre Donald Trump, qui, selon eux, tue la "presse libre".

 

Il est certain que l'initiative du Boston Globe ne consiste pas à se battre pour les droits constitutionnels des journalistes. Elle a des racines beaucoup plus profondes et est principalement liée à l'agenda politique des personnes qui possèdent lesdits journaux et chaînes de télévision. Ce n'est pas un hasard si Trump a misé sur des outils de communication de masse non traditionnels comme Twitter, mais lors de la 59ème élection, l'ancien président en a été privé également - la page de Donald Trump a été bloquée.

 

Nous pouvons tirer une conclusion préliminaire selon laquelle ce n'était pas l'infraction des principaux médias américains contre D. Trump a été la raison de sa défaite aux élections.

 

Beaucoup d'analystes américains et autres croient aux fausses affirmations selon lesquelles la grande majorité des médias sont les porte-parole des "bleus" et les ennemis de Trump. Ce mythe s'applique principalement à la télévision. En plus des grandes chaînes de télévision nationales américaines, il existe d'innombrables chaînes de télévision régionales qui soutiennent sans équivoque les républicains et Trump personnellement.

 

En 2016, le Centre de recherche PEW a publié une étude - State of the News Media 2016. C'est elle qui a montré que l'audience totale des chaînes de télévision régionales est environ dix fois supérieure à celle des chaînes nationales et qui a permis de faire la lumière sur la situation réelle dans la sphère des médias.

 

Il est possible que ce soit grâce au SBG que Trump ait pu remporter les élections dans les "États balbutiants" où le nombre de téléspectateurs des chaînes régionales détenues par le SBG était bien plus important que celui des chaînes nationales CNN et d'autres chaînes de télévision.

 

Deux Amériques - idées et contradictions

 

Mais il est probablement faux d'accuser les médias de s'allier ouvertement avec le parti démocrate, ou sa direction, en raison d'une aversion pour Trump ou les républicains en général. Le point ici est différent : le capital financier transnational est le plus grand sujet de la géopolitique, et c'est l'"empire médiatique" transnational qui comprend les plus grands médias américains et mondiaux dont nous avons parlé plus tôt, afin de réaliser ses objectifs.

 

Les plus grandes entreprises médiatiques, telles que Time Warner, Forbes Inc. et Times mirror companies, soutiennent ouvertement la Réserve fédérale et le système bancaire, ce qui ne peut que suggérer la communauté d'intérêts et la composante politique de leur relation. Les financiers - Morgans, Mellons et autres ont influencé les médias et donc l'avenir de l'Amérique tout au long de l'histoire des États-Unis. Mais une telle situation ne s'est jamais produite auparavant. Lors de l'élection du 59e président des États-Unis, comme je le crois, une forte alliance entre les banquiers et les médias s'est formée, et la principale bataille pour l'Amérique a opposé la capitale financière, qui s'est constituée avec l'empire médiatique en une société mondiale (GC). Ils, représentés par D. Trump et ses partisans, se heurtent à l'opposition des industriels, dont le complexe militaro-industriel, qui rêvent de voir l'Amérique comme une puissance industrielle de haute technologie, et donc très intelligente, dont l'économie repose sur les technologies du sixième paradigme économique. Et durant le premier mandat de Trump, il a réussi à faire beaucoup dans ce domaine. Mais est-ce là ce que les financiers internationaux veulent voir de l'Amérique ? Ils ne se soucient pas de savoir de quel pays "gagner" leurs profits, l'Amérique en tant que territoire est secondaire pour eux. Il faut rappeler que J. Kennedy, qui est mort d'une balle à Dallas, s'est opposé à la même chose.

 

En 2018, Trump, a critiqué la Fed, disant que le taux d'intérêt était augmenté trop rapidement par l'agence. Avant cela, il avait déjà exprimé sa frustration de voir que, malgré les efforts considérables de son administration, la Fed sapait ces acquis et étranglait littéralement l'économie émergente. Tout naturellement, le président de la Fed, Jerome Powell, a ignoré les déclarations de Trump et a déclaré la poursuite du resserrement de la politique, montrant ainsi qu'il est totalement indifférent au sort de l'Amérique.

 

Pendant les élections, nous avons été témoins des contradictions de longue date au sein des "deux Amériques" - financière et industrielle. Trump a déclaré la guerre aux premiers, abandonnant le cours de la mondialisation et continuant à soutenir le secteur réel au détriment des intérêts des banquiers.

 

Le 23 juin 2020, le gouvernement Trump a porté un nouveau coup au secteur financier, cimentant enfin la guerre commerciale avec la Chine qui avait commencé plus tôt, mais la guerre commerciale ne profite pas au camp financier qui a intérêt à produire des biens en Chine et à commercer avec elle.

 

D'où la différence majeure entre les industriels et les financiers - les premiers entendent sauver l'Amérique au détriment du dollar, tandis que les seconds visent à sauver le dollar au détriment de l'Amérique.

 

L'ancien président Trump, républicain et représentant du secteur industriel, s'est retrouvé otage de l'Amérique financière : banques, fonds d'investissement et sociétés informatiques.

 

Que réserve l'Amérique ?

 

Ainsi, malgré l'accession de J. Biden à la présidence, la bataille entre les deux Amériques n'est pas terminée. Les démocrates, bien sûr, feront tout pour "finir" non seulement D. Trump, mais aussi les républicains. Mais cela soulève la question du "régulateur" - le pouvoir secret qui prend les décisions finales sur qui doit être président. Et cela s'est manifesté plus d'une fois dans l'histoire des États-Unis. Cette force se rend peut-être compte que la poursuite d'une guerre intérieure entraînera un affaiblissement de l'État américain et du dollar américain. Et l'affaiblissement des deux accroîtra le désir non seulement de la Chine et de la Russie, mais même de l'Europe, de se libérer de l'étreinte "amicale" américaine et d'exiger que les États-Unis paient leurs dettes et non le tribut. Tel est le dilemme.

 

Et pourtant, les deux Amériques sont aujourd'hui très dépendantes l'une de l'autre. Le marché du pétrole et du gaz de schiste ne va-t-il pas mourir le lendemain de sa coupure avec les marchés des actions et du crédit ? Les industriels ont besoin d'un flux constant d'investissements, de "taxes coloniales" provenant d'un monde globalisé que les financiers peuvent leur fournir. En tout cas, il faut reconnaître que ce n'est pas l'idéologie qui est primordiale ici, mais l'argent. La lutte porte sur la question de savoir qui sera le premier à profiter des atouts, du dollar fraîchement imprimé et des autres avantages de la civilisation. L'Amérique ne sortira certainement pas gagnante de cette confrontation. Il est donc probable qu'il y aura un compromis entre les deux Amériques. Mais ce n'est pas une certitude. Une Amérique déchirée par des conflits internes est condamnée à perdre sa grandeur passée. Quant au comportement des médias dans la course à l'élection présidentielle, c'est un coup dur face à un journalisme de qualité et impartial. Et cela inclut la Russie, notamment. Thomas Jefferson, l'un des pères fondateurs des États-Unis, fervent défenseur de la liberté d'expression, a néanmoins déclaré : "On ne peut plus croire ce que l'on voit dans un journal de nos jours. Même la vérité elle-même devient suspecte lorsqu'elle est placée dans ce format infesté de mensonges ».

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivashov:Kremlin-Maison Blanche: le début (Partyadela, 29 janvier 2021)

8 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Guerre, #Politique, #Russie, #USA

Leonid Ivashov:Kremlin-Maison Blanche: le début (Partyadela, 29 janvier 2021)

Leonid Ivashov: Kremlin-Maison Blanche: le début.

 

29.01.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12681/

 

 

La Russie a accéléré mercredi la ratification d'un accord visant à étendre le traité sur la réduction des armes stratégiques - START-3

Le président russe Vladimir Poutine et le président américain Joe Biden ont eu une conversation téléphonique mardi, qui a donné lieu à des rapports selon lesquels les agences et institutions autorisées ont reçu l'ordre de prendre des mesures urgentes pour prolonger le document.

 

Le même jour, Poutine a soumis à la Douma un projet de loi sur la ratification de l'accord. Naturellement, la Douma a voté à l'unanimité. Pratiquement sans aucune discussion. Le traité START-3 est prolongé de cinq ans, jusqu'en 2026, tel qu'il a été signé à l'origine. Une telle extension a été prévue par le traité.

 

Le mandat de dix ans devait expirer le 5 février 2021, et Moscou a pris l'initiative de prolonger le traité sans y apporter de modifications. Mais le président américain Donald Trump, lié par les circonstances électorales, ne voulant pas créer un autre champ de critique, a déclaré que cela était désavantageux pour Washington et a annoncé la nécessité d'élaborer un nouveau document avec l'implication de la Chine dans les négociations. La Russie a proposé de prolonger le traité sans condition pour un an, Moscou se disant prête à prendre un engagement politique avec les États-Unis pour geler le nombre de têtes nucléaires détenues par les parties pendant cette période, mais sans exigences supplémentaires. Toutefois, cette initiative

est restée sans réponse de l'administration Trump.

 

L'essence du traité START-3

 

Permettez-moi de rappeler certains paramètres de START-3, peut-être l'accord le plus simple dans le domaine de la limitation et de la réduction des armements stratégiques offensifs (START) entre les États-Unis et la Fédération de Russie (URSS). Il a fixé le nombre total de porteurs d'armes nucléaires stratégiques (800) et le nombre d'ogives (1 550). La composition des armes stratégiques offensives reste la prérogative des pays signataires. Le nombre de porteurs comprenait des missiles balistiques intercontinentaux basés à terre et des missiles basés sur des sous-marins, ainsi que l'aviation stratégique. Les ogives comprenaient des têtes de missiles balistiques, des bombes aériennes et des missiles de croisière à longue portée, sans aucune limite de puissance.

 

Au cours des négociations, un obstacle sérieux est apparu : les Américains se sont retirés du traité de 1972 sur la défense contre les missiles balistiques (BMD), qui faisait partie du processus global de limitation et de réduction des armements START. De plus, ils négociaient dans des conditions où les États-Unis étaient en train de construire activement un système mondial de défense antimissile, alors que la Russie n'avait pas de programme de ce type et ne pouvait pas le mettre en œuvre pour des raisons économiques. C'est-à-dire qu'il s'est avéré que les missiles américains, protégés par une défense anti-missiles, ont un sérieux avantage sur les missiles russes non protégés. Mais cet obstacle a été "évité" par une solution de compromis : la Russie se réserve le droit de se retirer du traité si le système de défense antimissile américain devient menaçant.

 

Mais les spécialistes des deux pays qui rédigeaient l'accord comprenaient également une autre circonstance que les politiciens et les députés ne pouvaient pas voir : une guerre nucléaire mondiale devenait impossible (après avoir été réalisée dans les années 1980). Parce qu'il est devenu mutuellement annihilant. En fait, elle a conduit à la destruction de la vie sur terre. Et les armes nucléaires ne sont devenues qu'un moyen de dissuasion, surtout pour les Américains. Le puissant super volcan est "en ébullition" sous les États-Unis et personne ne sait quand il va éclater. Mais toute frappe nucléaire sur le territoire américain peut provoquer son éruption. Dans l'ensemble, les armes nucléaires rendent plus prudent le déclenchement de guerres conventionnelles qui pourraient nécessiter l'utilisation d'armes nucléaires tactiques. Et ce n'est apparemment pas une coïncidence si la guerre hybride, dominée par la soi-disant puissance douce et les groupes armés non étatiques, est en vogue aujourd'hui.

 

Mais revenons à l'extension START-3. Son principal avantage aujourd'hui n'est pas de détourner la menace d'une guerre nucléaire - et il ne pourra jamais y en avoir. Et les États-Unis n'ont pas développé START depuis de nombreuses années. Donc, quelque part, quelque chose est modernisé, quelque chose est teinté, mais depuis un demi-siècle, ils n'ont pas créé un seul nouveau porteur : les mêmes porteurs de missiles de croisière B-52 produits en 60-70 ans, et le "nouveau" B-2 "invisible" abattu par les Serbes en 1999, ne peuvent emporter qu'une bombe nucléaire. Les sous-marins de classe Ohio et les missiles Trident, ainsi que les systèmes terrestres Minuteman, n'ont pas été mis à jour depuis un demi-siècle. Après la "révision nucléaire" des États-Unis en 2000, la base de la stratégie militaire américaine est devenue le concept de "Fast Global Strike", dont l'essence est constituée par les missiles de croisière à très grande vitesse et à haute précision, sans armes nucléaires ou avec des têtes nucléaires tactiques. Et en général, le XXIe siècle change la nature de l'humanité et le contenu de la guerre. Je vais résumer ces changements :

 

L'état de l'ordre mondial moderne :

 

Soulignons le changement de l'ordre mondial au cours des dix dernières années depuis la signature du traité START-3 :

 

- l'essence de la catégorie de la sécurité a changé de façon spectaculaire. De l'espace géographique des trois sphères (terre, mer, air et environnement spatial), elle est passée à l'espace géopolitique des sphères de l'intelligence, de la spiritualité, des finances et du virtuel ;

 

- les États ont perdu, du fait de la mondialisation, les anciennes fonctions de sujets des relations internationales, la formation du processus politique moderne et la détermination du vecteur du mouvement de l'humanité, en donnant ces fonctions aux STN et aux OG, aux banques mondiales et aux structures de l'ombre

 

- l'essence des guerres et des conflits armés, le rôle et les fonctions de la force militaire changent

 

- Les États sont transformés d'États-nations en sociétés-états servant les intérêts du grand capital ;

 

- Les guerres hybrides deviennent les plus "efficaces" et acquièrent un caractère mondial.

 

"En conséquence, l'armée en tant qu'élément structurel de l'État-nation devient un élément du système politique de l'État-entreprise et sert non pas les intérêts de la société dans son ensemble, mais les intérêts des STN et des OG, c'est-à-dire qu'elle se transforme en un élément structurel de l'empire financier et économique".

 

(N.A. Komleva, Ph.D., professeur, vice-président de l'Académie des problèmes géopolitiques, chef de la branche ouralienne de l'AGP)

 

Les confrontations, menaces et défis militaires se déplacent également de l'espace géographique (terre, mer, air et espace) vers d'autres espaces géopolitiques - intellectuel, financier, cybernétique. La guerre acquiert une nature hybride, les missiles nucléaires ne sont qu'une arme de dissuasion et leur utilisation à grande échelle est pratiquement exclue. Sur le champ de bataille intellectuel, dans une guerre hybride, seront utilisés de nouveaux types d'armes de destruction massive : information-psychologique, climatique, cybernétique, psychotronique, virologique et autres. La particularité de la guerre hybride contre la Russie est qu'elle est menée non seulement par un adversaire extérieur, mais aussi par la "cinquième colonne" à l'intérieur du pays.

 

L'opération géopolitique est un ensemble d'opérations menées sous une direction unifiée, avec un concept et un plan uniques, coordonnées par lieu de temps, buts et objectifs, méthodes et formes, opérations de "soft power" et utilisation d'armes spéciales (virus, cyberarmes, psychotronique, environnementale, etc. ), ainsi que les opérations de combat de groupes de forces armées et de formations régulières, les opérations de renseignement et autres actions d'acteurs étatiques et non étatiques, les banques et les STN, les organes et organisations de guerre de l'information, les activités politiques et diplomatiques spéciales visant à atteindre des objectifs géopolitiquement importants.

 

A propos de la guerre moderne

 

- Une guerre mondiale impliquant l'utilisation d'armes nucléaires entre les principaux acteurs mondiaux devient peu probable, les conflits armés au niveau régional vont s'intensifier et l'utilisation d'armes nucléaires tactiques est possible ;

 

- le principal type de guerre devient une guerre hybride et son contenu est constitué d'opérations géopolitiques avec l'utilisation de nouvelles armes de destruction massive plus puissantes.

 

- le client des guerres modernes est le grand capital (multinationales, entreprises d'État, banques mondiales) et les structures mondiales de l'ombre qui n'ont pas besoin d'une guerre nucléaire classique, sans parler d'une guerre nucléaire mondiale ;

 

- Le génie génétique, les virus de guerre, l'intelligence artificielle, les technologies biologiques, numériques, informatiques et psychologiques, le reformatage des personnes en transformant leur conscience en "personnes de service", les cyber-armes, etc. sont largement utilisés comme armes de destruction massive.

Peut-être conscients de tout cela, la Russie et les États-Unis ont si facilement résolu la question de l'extension de START-3. Mais ayant réglé cette question si facilement comme un obstacle, les deux parties ont fait quelque chose de plus important : le président des États-Unis nouvellement élu et le président de la Fédération de Russie ont utilisé le START pour établir des liens personnels et démontrer une volonté de construire des relations de manière constructive. En Russie, nous avons immédiatement ressenti l'assouplissement de la position américaine sur une question plus importante pour nous - Nord Stream 2. Aujourd'hui, cette question est plus importante que celle de START-3, car on ne prévoit aucun changement dans le programme nucléaire américain dans le sens d'un renforcement, alors que les problèmes économiques s'aggravent.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivashov: Le terrorisme international

31 Janvier 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Guerre, #Russie

Leonid Ivashov: Le terrorisme international

« Comme le montre la situation mondiale, le terrorisme apparaît partout où s'exacerbent les contradictions, où intervient un changement de relations sociales ou de régime, où naît une instabilité politique, économique ou sociale, où se libèrent des potentialités agressives, où intervient la déchéance morale, où triomphent le cynisme et le nihilisme, où le vice se légalise et la criminalité explose.

 

C'est la globalisation qui crée les conditions pour ces phénomènes extrêmement dangereux. C'est dans son cadre qu'intervient le nouveau découpage de la carte géostratégique mondiale, que les ressources planétaires sont redistribuées, que les frontières des États sont défaites, que le système de droit international est mis en pièces, que les particularités culturelles sont effacées, que la vie spirituelle s'appauvrit...

 

L'analyse de l'essence du processus de globalisation, ainsi que des doctrines politiques et militaires des États-Unis et de certains autres pays, prouve que le terrorisme contribue à la réalisation d'une domination mondiale et à la soumission des États à une oligarchie mondialisée. Cela signifie que le terrorisme n'est pas un sujet indépendant de la politique mondiale mais simplement un instrument, un moyen d'instaurer un monde unipolaire ayant un seul centre de direction globale, un expédient pour effacer les frontières nationales des États et instaurer la domination d'une nouvelle élite mondiale. C'est justement cette nouvelle élite qui est le sujet clef du terrorisme international, son idéologue et son «parrain». L'objet principal de la nouvelle élite mondiale est la réalité naturelle, traditionnelle, culturelle et historique, le système existant des relations entre les États, l'ordre mondial national et étatique de la civilisation humaine, l'identité nationale.

 

Le terrorisme international actuel est un phénomène qui combine l'emploi de la terreur par des structures politiques, étatiques et non étatiques, comme moyen d'atteindre ses objectifs politiques par la voie de l'intimidation, par la déstabilisation sociale et psychologique de la population, par l'écrasement de la volonté de résister des organes du pouvoir et la création des conditions propices à la manipulation de la politique de l'État et de la conduite de ses citoyens. Le terrorisme est l'instrument d'une guerre d'un nouveau type. Simultanément, le terrorisme international, en accord avec les médias, devient le système de gestion des processus globaux. C'est précisément la symbiose des médias et de la terreur qui crée les conditions permettant des tournants dans la politique internationale et des modifications de la réalité existante. »

 

Général Leonid Ivashov,

 

Extrait de sa préface au livre de Thierry Meyssan: L’effroyable imposture.

Lire la suite

Leonid Ivashov : l'Azerbaïdjan n'a pas gagné et l'Arménie n'a pas gagné (Club d'Izborsk, 19 janvier 2021)

19 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Général Leonid Ivashov, #Russie

Leonid Ivashov : l'Azerbaïdjan n'a pas gagné et l'Arménie n'a pas gagné  (Club d'Izborsk, 19 janvier 2021)
Leonid Ivashov : l'Azerbaïdjan n'a pas gagné et l'Arménie n'a pas gagné  (Club d'Izborsk, 19 janvier 2021)

Leonid Ivashov : l'Azerbaïdjan n'a pas gagné et l'Arménie n'a pas gagné

 

19 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20546

 

 

La Russie n'a pas d'alliance militaire avec l'Azerbaïdjan, ni avec l'Arménie, bien que Moscou soit liée par des relations conventionnelles avec Erevan au sein de l'OTSC. Pour un certain nombre de raisons, il est difficile de changer radicalement la situation au Karabakh. La première est que les deux parties en conflit sont insatisfaites des résultats. L'Azerbaïdjan n'a pas gagné et l'Arménie n'a pas gagné, il est donc facile de supposer que ce conflit va se poursuivre.

 

La Turquie non plus, où le président Erdogan est obsédé par l'idée de créer un nouveau monde turc, qui inclut le Caucase du Sud. Il est impossible de parvenir à la paix dans cette région au moyen des seules baïonnettes russes. De nouvelles approches, de nouveaux projets sont nécessaires pour contrebalancer les idées imposées par la Turquie, notamment la renaissance du patrimoine culturel entre les pays qui faisaient partie d'un seul État auparavant. Ce ne sera pas un résultat immédiat, cela peut prendre des années et des décennies, mais c'est une véritable alternative au langage de la guerre.

 

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) est une figure militaire, publique et politique russe. Colonel Général. En 1996 - 2001, chef de la Direction principale de la coopération militaire internationale au ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. De 1996 à 2001, il est devenu le chef du département de la coopération militaire internationale du ministère de la défense, colonel-général de Russie. Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivashov: Disposer des générations (Partyadela, 16.12.2020)

8 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Russie, #Société

Leonid Ivashov: Disposer des générations  (Partyadela, 16.12.2020)

Leonid Ivashov: Disposer des générations

 

16.12.2020

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12433/

 

 

L'État-société se débarrasse de toutes sortes de charges et d'actifs non essentiels

 

Depuis les années 90 "démocratiques", une guerre a été menée contre les "directeurs rouges", les conservateurs, les communistes et les professionnels en général aux cheveux gris, les scientifiques, les professeurs, les enseignants, etc. Chubais, Gaidars, Shakhrai sont ceux qui se sont investis dans ce "rajeunissement libéral". Sous le nouveau gouvernement, ils ont été rejoints par les Medvedev, Grefs, Kudrins, Golikovs, Nabiullins, Shuvalovs, etc. Et maintenant, une nouvelle race est apparue, dont le représentant le plus éminent est Siluanov, l'actuel ministre des finances de la Fédération de Russie. Récemment, il a annoncé à la Douma la position du gouvernement : annuler l'indexation des pensions des retraités actifs. Non pas au nom de la reconstitution du budget et du fonds de pension, mais au nom de la justice. Il s'agit donc ici de justice. J'ai regardé dans Wikipédia. Voici les références officielles.

 

"Le chef du ministère des finances, Anton Siluanov, a gagné 36,3 millions de roubles l'année dernière. Le ministre possède trois voitures, dont la GAZ-69, la VAZ-21011 et la BMW X6, ainsi que trois motos - BMW R 1200 GS, Harley-Davidson, BMW K 1600 GTL. En outre, Siluanov a déclaré être propriétaire de deux maisons résidentielles, deux appartements, trois dépendances et deux bâtiments non résidentiels".

 

Il est évident qu'il ne vaut pas la peine de partager avec les vétérans qui travaillent, ils ont eux-mêmes déclaré que les pensions augmentent fortement chaque année, même de dix roubles par an dans certaines régions. Dans la plupart d'entre eux, il est de 8 à 9 roubles, et dans certains endroits, de 0 rouble. Selon les informations publiées, Alexander Khloponin, l'ancien directeur de NorNickel, est devenu la personne la plus riche l'année dernière. Au cours de l'année, les revenus du vice-premier ministre ont dépassé 280 millions de roubles.

 

Commentant cette "justice" de M. Siluanov, certains journalistes et blogueurs, en particulier mon estimé Yuri Pronko de Tsargrad, ont déclaré qu'il s'agissait d'un échec de la politique sur les retraités. Je ne suis pas d'accord avec Yuri. Les échecs des politiques des partis et des gouvernements ont toujours été sévèrement punis. Et M. Siluanov reçoit régulièrement des prix d'État. C'est donc la bonne politique, et Siluanov n'est qu'un faiseur. Et cette politique a commencé avant même la pandémie de coronavirus. Le fait est que depuis 2018, la Russie a pratiquement cessé d'être un État - nation, et est devenue une société - État. C'est-à-dire une entreprise privée, puisqu'elle est en fait privatisée. Et toute entreprise privée, même s'il s'agit d'une société, cherche à se débarrasser de toutes sortes de charges et d'actifs non essentiels. Et dans le contexte de la restructuration de l'essence de la Fédération de Russie, lorsqu'une nouvelle forme de gouvernement (telle qu'elle apparaît dans la Constitution "modifiée") - l'autorité publique, et une nouvelle forme de propriété - les territoires fédéraux (principautés intouchables), ont soudain commencé à perdre en popularité de Russie Unie, l'Est est devenu agité, le parti Russie Unie a commencé à perdre des élections. La défaillance des autorités était imminente. Kiriyenko a commencé à rechercher d'urgence le coupable. Il s'est avéré que ce sont des vétérans.

 

Alors, qu'est-ce que les retraités ont empêché de l'état "fin" du nom de RF ? Je crois que les vétérans, malgré leur âge, sont les porteurs d'une riche expérience professionnelle et de vie, de connaissances profondes, d'un sens de la conscience et de la justice. Et ils transmettent tout cela à la jeune génération, à leurs petits-enfants. Ce qu'ils n'ont pas eu le temps de transmettre à leurs fils. Et ils voient et évaluent objectivement la situation, en prédisant la disparition future de la Russie. Ils voient les mensonges totaux du président et du gouvernement, des médias officiels. Dans sa dernière interview avec le rédacteur en chef d'Argumenty Nedeli, Vasily Simchera, un éminent statisticien, a déclaré qu'au cours des trente dernières années, il n'a pas entendu un seul mot de vérité, pas un seul chiffre vrai, de la part des autorités officielles. Et la majorité des vétérans disent des choses similaires aux jeunes. Et les professeurs et les enseignants apportent des connaissances approfondies aux écoliers et aux étudiants. Les jeunes sont de plus en plus intelligents. Je juge par mes propres élèves. Mais cela contredit fondamentalement la politique des propriétaires de la Russie. Ici, Siluanov offre paniqué sa part de stress sous forme d'argent de poche - le refus d'indexer les pensions. Je suggère à mes pairs, en réponse à l'initiative d'annulation de l'indexation des pensions, de cracher sur toute cette bande. Et ayez le courage de dire la vérité et de transmettre activement vos connaissances aux jeunes. Parce qu'ils sont la deuxième génération à être soumise à l'ordre de Gref et Chubais - de ne pas transmettre de connaissances au-delà de la troisième année de l'école secondaire. Les jeunes gens intelligents et instruits savent déjà où est la vérité, et où est le mensonge, où est la trahison, qui est le véritable ennemi de la Patrie. C'est pourquoi les propriétaires de la Russie doivent de toute urgence se débarrasser de leur cerveau avec un système d'enseignement à distance. Ne pas permettre le contact direct avec l'enseignant. Comme dans le "Malheur d'esprit" de Griboyedov : "rassemblez tous les livres et brûlez-les ».

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivashov: Résultats géopolitiques de 2020 pour la Russie (Partyadela, 23.12.2020)

8 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Russie

Leonid Ivashov: Résultats géopolitiques de 2020 pour la Russie  (Partyadela, 23.12.2020)

Leonid Ivashov: Résultats géopolitiques de 2020 pour la Russie

 

23.12.2020

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12485/

 

 

Quel avenir nous attend ?

 

L'année 2020 se termine à la satisfaction de la plupart des Russes et de nombreux habitants de la planète. Et, bien sûr, l'événement le plus important de l'année écoulée a été le coronavirus, dont la pandémie a été annoncée par l'OMS, et immédiatement les gouvernements de la plupart des pays du monde ont été pris "dans le collimateur". A l'exception de certains et de l'ancien président américain Donald Trump.

 

Trump a déclaré que l'Organisation mondiale de la santé était une entité « de l'État profond". Les dirigeants russes, qui au cours des 20 dernières années ont activement "optimisé" le système de santé soviétique, en réduisant ouvertement le nombre d'hôpitaux, de maternités, de centres de santé, ainsi que de médecins et autres personnels médicaux, se sont précipités pour sauver toute la population du pays.

 

Naturellement, de nombreux Russes attendaient la conférence de presse finale du président russe. Je l'avoue, je l'étais aussi. Dans l'espoir d'entendre quelque chose de sérieux, de géopolitique, surtout dans le sens de la sécurité, j'ai allumé la télévision le 17 décembre à 12 heures.

 

Cependant, beaucoup de choses dans les réponses du président sont devenues nouvelles et inattendues pour moi, ce que je ne savais tout simplement pas et que je ne soupçonnais pas dans mes analyses. Par exemple, qu'il n'y a pas de crise dans le pays ; que tout dans notre pays n'est pas simplement bon, mais le meilleur du monde.

 

"Notre système de santé s'est avéré être le plus efficace. Tout va bien dans l'économie aussi : la baisse du PIB est de 3,6 %, bien moins que prévu et moins que dans tous les grands pays du monde. L'agriculture est dans une bonne zone, les bénéfices des banques s'élèvent à plus de 1 000 milliards de roubles. Mais d'une certaine manière, le sentiment de joie ne m'a pas atteint, car, parallèlement au discours du chef de l'État, la courbe fait état de la croissance des recettes fiscales au budget.

 

Cela signifie que la politique répressive et fiscale devient la politique dominante dans le développement économique. En outre, un certain nombre de consommateurs étrangers refusent notre gaz et notre pétrole, soit à cause des sanctions, soit parce que les entreprises qui fournissent les hydrocarbures russes perdent de la concurrence sur les marchés mondiaux. Et cette perte est présentée par les dirigeants du pays comme un autre succès de leur gestion habile.

 

Le jour suivant - et, en fait, immédiatement après la conférence - un flot de discussions et d'éloges a commencé. Eh bien, que Dieu soit avec eux, avec les problèmes sociaux, nous les donnerons à des spécialistes appropriés. Et qu'est-ce qui m'intéresse, à part une existence misérable ?

 

Tout d'abord, les problèmes de la survie du pays et de la sécurité de sa population. J'ai déjà écrit et dit plus d'une fois que le pays ne vivra pas longtemps dans de telles conditions. Même si elle a un puissant potentiel d'armes nucléaires. Car il existe un transfert cohérent et, apparemment, programmé de ressources naturelles, d'industries et de territoires à des "partenaires et investisseurs" étrangers (transnationaux). En outre, tous les pays du monde sont à la traîne en matière de hautes technologies, ils dépendent presque totalement des logiciels étrangers et nous serons tout simplement "éteints" à tout moment. En outre, nous avons le système de corruption le plus développé au monde, ainsi qu'un système de gestion du pays et de ses processus totalement inefficace. Et en général, je ne vois pas clairement qui dirige en Russie, qui prend des décisions stratégiquement importantes et qui met en œuvre les décisions et les promesses du président avec une précision exactement opposée.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

CONFÉRENCE INTERNATIONALE THÉORIQUE ET PRATIQUE "IMAGE GÉOPOLITIQUE DU MONDE : MENACES ET DÉFIS". (9-11 DÉCEMBRE 2020, MOSCOU)

7 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Guerre, #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Russie

CONFÉRENCE INTERNATIONALE THÉORIQUE ET PRATIQUE "IMAGE GÉOPOLITIQUE DU MONDE : MENACES ET DÉFIS". (9-11 DÉCEMBRE 2020, MOSCOU)

CENTRE ANTITERRORISTE DES ÉTATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ DES ÉTATS INDÉPENDANTS

 

CONFÉRENCE INTERNATIONALE THÉORIQUE ET PRATIQUE "IMAGE GÉOPOLITIQUE DU MONDE : MENACES ET DÉFIS". (9-11 DÉCEMBRE 2020, MOSCOU)

 

9 décembre 2020

 

https://www.cisatc.org/1289/134/148/9052

 

 

La conférence internationale scientifique-pratique "Image géopolitique du monde : menaces et défis" organisée par le Centre antiterroriste des États membres de la CEI en collaboration avec l'Université linguistique d'État de Moscou (MSLU) a commencé ses travaux à Moscou le 9 décembre 2020.

 

La conférence se déroule en ligne au MGLU .

 

Regardez l'émission du 9 décembre (jour 1) - https://youtu.be/tjFHKRQCl6o

 

Regardez l'émission du 10 décembre (jour 2) -https://www.youtube.com/watch?v=jHtuxwe9Lg0&feature=youtu.be

 

Regardez l'émission du 11 décembre (jour 3) - https://youtu.be/KAw8IZzK4QE

 

Irina Krayeva, recteur de l'Université linguistique d'État de Moscou, Andreï Novikov, chef du Centre antiterroriste de la CEI, Zhanat Saypoldaev, premier chef adjoint du CTA de la CEI, Valery Kozhokar, chef de l'Institut de recherche scientifique panrusse du ministère russe de l'intérieur, participent à l'événement, Gennady Krasko, directeur adjoint de l'Institut de sécurité nationale ; Leonid Ivashov, président de l'Académie des problèmes géopolitiques ; Sergey Nebrenchin, directeur adjoint du Centre des relations publiques et des médias de la Chambre de commerce et d'industrie russe ; des représentants d'organisations non gouvernementales, des milieux universitaires et des experts, des étudiants.

 

Parmi les questions présentées pour discussion lors des sessions plénières et des réunions en petits groupes de la Conférence, on peut citer:

 

- Caractéristiques du processus politique mondial contemporain ;

- Place de la Russie, des pays de la CEI et des organisations internationales dans la structure géopolitique du monde ;

- La Russie dans le système des relations avec les pays de la CEI et les organisations régionales ;

- Image internationale de la Russie moderne ;

- les problèmes politiques de la Russie moderne ;

- le terrorisme international en tant que problème mondial de la modernité ;

- les menaces terroristes dans l'espace de la CEI : état et tendances du développement ;

- l'idéologie du terrorisme : les mécanismes de diffusion ;

- les problèmes d'actualité de la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme et les moyens de les résoudre ;

- les facteurs spatiaux (régionaux) de divergence mondiale ;

- les nouvelles exigences en matière de formation des politologues et des spécialistes internationaux ;

- matrice des concepts de base du cours d'études régionales à la lumière des nouvelles exigences éducatives pour la direction des "Etudes régionales étrangères".

 

Dans son discours de bienvenue aux participants de la conférence, le colonel général de police Andrey Novikov, chef de l'APC CIS, a déclaré que le terrorisme moderne est devenu une menace à grande échelle pour la sécurité de la communauté mondiale tout entière. En même temps, il a noté qu'un aspect important est l'utilisation active des dernières avancées en matière de médias, de technologies de l'information et de relations publiques, de schémas financiers et de marketing complexes par les organisations terroristes à des fins criminelles. La conséquence en est une augmentation des menaces de cyberterrorisme, de menaces hybrides, de bioterrorisme et d'environnement, ainsi qu'un renforcement significatif de la pression idéologique des organisations terroristes sur certains groupes sociaux de la population.

 

Le chef du CEI ATC a déclaré que dans les circonstances actuelles, le Centre anti-terroriste de la CEI accorde une attention particulière à la recherche de nouveaux moyens pour répondre de manière adéquate aux menaces de nature terroriste. Selon lui, cette question nécessite la coopération multilatérale la plus large possible, le renforcement des mécanismes supranationaux, la participation active non seulement des services spéciaux et des forces de l'ordre, mais aussi des institutions de la société civile, des organisations éducatives et des jeunes dans ce processus.

 

Andrey Novikov a noté la contribution du MSLU dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme et a souligné l'importance de la recherche scientifique et des événements internationaux scientifico-pratiques organisés par l'université dans le domaine de la lutte contre le terrorisme.

 

L'objectif de la conférence, qui poursuivra ses travaux pendant trois jours (9-11 décembre 2020) est la vulgarisation de la recherche scientifique dans le domaine des relations internationales, de la géopolitique, de la lutte contre les différentes manifestations du terrorisme international et de son idéologie, du rôle des organisations internationales dans les processus politiques internationaux.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite
1 2 3 4 > >>