Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

iran

La Quête de l'Amour (Shams de Tabriz)

15 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Asie, #Iran, #Philosophie, #Poésie, #Religion

"La Quête de l'Amour nous change. Tous ceux qui sont partis à la recherche de l'Amour ont mûri en chemin. Dès l'instant où vous commencez à chercher l'Amour, vous commencez à changer intérieurement et extérieurement."

 

Shams de Tabriz (mystique soufi né à Tabriz en Azerbaïdjan iranien, mort en 1248. Il a initié Jalâl ud Dîn Rûmî (Rûmî) au mysticisme islamique et a été immortalisé dans le recueil de poèmes de Rûmî: Diwan-e Shams-e Tabrîzî ("Les travaux de Shams de Tabriz").

Le Simorgh

Le Simorgh

Lire la suite

Le voyage intérieur (Shams de Tabriz)

15 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Iran, #Lettres, #Philosophie, #Poésie, #Religion

"Est, Ouest, Sud ou Nord, il n'y a pas de différence. Peu importe votre destination, assurez-vous seulement de faire de chaque voyage un voyage intérieur. Si vous voyagez intérieurement, vous parcourez le monde entier et au-delà."

 

Shams de Tabriz (mystique soufi né à Tabriz en Azerbaïdjan iranien, mort en 1248. Il a initié Jalâl ud Dîn Rûmî (Rûmî) au mysticisme islamique et a été immortalisé dans le recueil de poèmes de Rûmî: Diwan-e Shams-e Tabrîzî ("Les travaux de Shams de Tabriz").

A depiction of Elijah and Al-Khidr praying together from an illuminated manuscript version of Stories of the Prophets.

A depiction of Elijah and Al-Khidr praying together from an illuminated manuscript version of Stories of the Prophets.

Lire la suite

La patience, l'impatience (Shams de Tabriz)

14 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Lettres, #Iran, #Philosophie, #Poésie, #Religion

"La patience, ce n'est pas endurer passivement. C'est voir assez loin pour avoir confiance en l'aboutissement d'un processus. L'impatience signifie une courte vue, qui ne permet pas d'envisager l'issue. Ceux qui aiment Dieu n'épuisent jamais leur patience, car il savent qu'il faut du temps pour que le croissant de lune devienne une lune pleine."

Shams de Tabriz (mystique iranien mort en 1248).

Lire la suite

Les 40 règles de vie de Shams de Tabriz ou “Les 40 règles de l’amour”.

24 Septembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Iran, #Lettres, #Philosophie, #Poésie, #Religion

Shams Tabrizi dans une copie d'environ 1503 des poèmes de son disciple Rumi, le Diwan-e Shams-e Tabrizi.

Shams Tabrizi dans une copie d'environ 1503 des poèmes de son disciple Rumi, le Diwan-e Shams-e Tabrizi.

Shams ed Dîn Tabrîzî, Chamseddine Tabrizi ou Shams-e Tabrîzî  (en persan : شمس تبریزی).

 

Mystique iranien soufi né à Tabriz en Azerbaïdjan iranien et mort en 1248. Il est responsable de l'initiation de Jalâl ud Dîn Rûmî, aussi connu sous le nom de Rûmî, Mevlana ou Molana au mysticisme islamique, et a été immortalisé par le recueil de poèmes de Rumi intitulé Diwan-e Shams-e Tabrîzî (« Les travaux de Shams de Tabriz »). Shams et Rûmî vécurent ensemble à Konya, aujourd'hui en Turquie, pendant plusieurs années, et on sait aussi qu'il a voyagé à Damas, actuellement en Syrie. Certains pensent qu'il serait mort assassiné par des disciples de Rûmî. (Wikipedia).

 

(…) Dès son enfance, Shams commence à manifester un comportement étrange, qui va creuser un véritable fossé entre lui et sa famille. Il ne participe pas aux jeux des autres enfants. Le père est inquiet de cette particularité, le fils est soucieux de cette inquiétude : « J’étais étranger dans ma ville, mon père était étranger à moi, mon cœur l’évitait. » [4] Mowlavi aussi se plaint, dans Fih mâ Fih, du même sentiment d’éloignement et d’étrangeté qu’il éprouvait lui-même par rapport à son entourage : « Rien n’était, dans notre pays, plus honteux que la poésie. » [5] Shams ne tolère pas cette dissemblance. Il se considère comme un canard dont l’œuf a été donné par mégarde à un autre oiseau. Et maintenant, le fils veut rejoindre l’élément liquide, l’eau, comme l’oiseau marin qu’il est, et le père doit accepter cette vérité, même si elle lui est douloureuse. Shams s’adresse ainsi à son père : « Ô père ! Je vois la mer qui vient de devenir mon véhicule, et c’est mon pays et c’est ma présence. Si tu es de moi, ou que je t’appartiens, entre dans la mer, sinon, va rejoindre les poules. » [6] Shams, initié à la dissemblance, commence alors le voyage ; un voyage intérieur d’abord. Il est toujours jeune. Il cherche quelqu’un pour apprendre ce qu’il doit. Aurait-il trouvé son alter égo en Mowlavi ? (…)

 

Shams ed-Din Mohammad Tabrizi - Le rêveur muet*,

 

par Saeed Sadeghian

 

http://www.teheran.ir/spip.php?article1536#gsc.tab=0

 

 

 

Les 40 règles de vie de Shams de Tabriz ou “Les 40 règles de l’amour”

 

 

1– La manière dont tu vois DIEU est le reflet direct de celle dont tu te vois. Si Dieu fait venir surtout de la peur et des reproches à l’esprit, cela signifie qu’il y a trop de peur et de culpabilité en nous. Si nous voyons Dieu plein d’amour et de compassion, c’est ainsi que nous sommes.

 

2– La voie de la vérité est un travail de cœur, pas de la tête. Faites de votre cœur votre principal guide ! Pas votre esprit. Affrontez, défiez et dépassez votre nafs avec votre cœur. Connaître votre ego vous conduira à la connaissance de Dieu.

 

3– Chaque lecteur comprend le Saint Coran à un niveau différent, parallèle à la profondeur de sa compréhension. Il y a quatre niveaux de discernement. Le premier est la signification apparente, et c’est celle dont la majorité des gens se contentent. Ensuite, c’est le batin le niveau intérieur. Le troisième niveau est l’intérieur de l’intérieur. Le quatrième est si profond qu’on ne peut le mettre en mots. Il est donc condamné à rester indescriptible.

 

4– Tu peux étudier Dieu à travers toute chose et toute personne dans l’univers parce que Dieu n’est pas confiné dans une mosquée, une synagogue ou une église. Mais si tu as encore besoin de savoir précisément où Il réside, il n’y a qu’une place ou Le chercher : dans le cœur d’un amoureux sincère.

 

5– L’intellect relie les gens par des nœuds et ne risque rien, mais l’amour dissout tous les enchevêtrements et risque tout. L’intellect est toujours précautionneux et conseille : “ Méfie-toi de trop d’extase ! ” Alors que l’amour dit : “Oh, peu importe ! Plonge!”

 

6– La plupart des problèmes du monde viennent d’erreurs linguistiques et de simples incompréhensions. Ne prenez jamais les mots dans leur sens premier. Quand vous entrez dans la zone de l’amour, le langage tel que nous le connaissons devient obsolète. Ce qui ne peut être dit avec des mots ne peut être compris qu’à travers le silence.

 

7– L’esseulement et la solitude sont deux choses différentes Quand on est esseulé, il est facile de croire qu’on est sur la bonne voie La solitude est meilleure pour nous, car elle signifie être seul sans se sentir esseulé Mais en fin de compte, le mieux est de trouver une personne, la personne qui sera votre miroir N’oubliez pas que ce n’est que dans le cœur d’une autre personne qu’on peut réellement se trouver et trouver la présence de DIEU en soi.

 

8– Quoi qu’il arrive dans la vie, si troublant que tout te semble, n’entre pas dans les faubourgs du désespoir. Même quand toutes les portes restent fermées, DIEU t’ouvrira une nouvelle voie. Sois reconnaissant ! Il est facile d’être reconnaissant quand tout va bien. Un Soufi est reconnaissant non pas pour ce qu’on lui a donné, mais aussi pour ce qu’on lui a refusé.

 

9– La patience, ce n’est pas endurer passivement. C’est voir assez loin pour avoir confiance en l’aboutissement d’un processus. L’impatience signifie une courte vue, qui ne permet pas d’envisager l’issue. Ceux qui aiment Dieu n’épuisent jamais leur patience, car ils savent qu’il faut du temps pour que le croissant de lune devienne une lune pleine.

 

10 – Est, Ouest, Sud, ou Nord, il n’y a pas de différence. Peu importe votre destination assurez-vous seulement de faire de chaque voyage un voyage intérieur. Si vous voyagez intérieurement, vous parcourez le monde entier et au-delà.

 

11 – Les sages-femmes savent que lorsqu’il n’y a pas de douleur, la voie ne peut être ouverte pour le bébé et la mère ne peut donner naissance. De même pour qu’un nouveau Soi naisse, les difficultés sont nécessaires. Comme l’argile doit subir une chaleur intense pour durcir, l’amour ne peut être perfectionné que dans la douleur.

 

12 – La quête de l’Amour nous change. Tous ceux qui sont partis à la recherche de l’Amour ont mûri en chemin. Dès l’instant ou vous commencez à chercher l’Amour, vous commencez à changer intérieurement et extérieurement.

 

13 –Il y a plus de faux gourous et de faux maîtres dans ce monde que d’étoiles dans l’univers. Ne confonds pas les gens animés par un désir de pouvoir et égocentrique avec les vrais mentors. Un maître spirituel authentique n’attirera pas l’attention sur lui ou sur elle, et n’attendra de toi ni obéissance absolue ni admiration inconditionnelle, mais t’aidera à apprécier et à admirer ton moi intérieur. Les vrais mentors sont aussi transparents que le verre. Ils laissent la Lumière de Dieu les traverser.

 

14 – Ne tente pas de résister aux changements qui s’imposent à toi. Au contraire, laisse la vie continuer en toi. Et ne t’inquiète pas que ta vie soit sens dessus dessous. Comment sais-tu que le sens auquel tu es habitué est meilleur que celui à venir ?

 

15 – Dieu s’occupe d’achever ton travail, intérieurement et extérieurement. Il est entièrement absorbé par toi. Chaque être humain est une œuvre en devenir qui, lentement mais inexorablement, progresse vers la perfection. Chacun de nous est une œuvre d’art incomplète qui s’efforce de s’achever.

 

16 – Il est facile d’aimer le Dieu parfait, sans tache et infaillible qu’il est. Il est beaucoup plus difficile d’aimer nos frères humains avec leurs imperfections et leurs défauts. Sans aimer les créations de Dieu on ne peut sincèrement aimer Dieu.

 

17 – La seule vraie crasse est celle qui emplit nos cœurs. Les autres se lavent. Il n’y a qu’une chose qu’on ne peut laver à l’eau pure : les taches de la haine et du fanatisme qui contaminent notre âme. On peut tenter de purifier son corps par l’abstinence et le jeune, mais seul l’amour purifiera le cœur.

 

18 – Tout l’univers est contenu dans un seul être humain : toi. Tout ce que tu vois autour de toi, y compris les choses que tu n’aimes guère, y compris les gens que tu méprises ou détestes, est présent en toi à divers degrés. Ne cherche donc pas non plus ton Sheitan hors de toi. Le diable n’est pas une force extraordinaire qui t’attaque du dehors. C’est une voix ordinaire en toi.

 

19 – Si tu veux changer la manière dont les autres te traitent, tu dois d’abord changer la manière dont tu te traites, Tant que tu n’apprends pas à aimer, pleinement et sincèrement, tu ne pourras jamais être aimée. Quand tu arriveras à ce stade, sois pourtant reconnaissante de chaque épine que les autres pourront jeter sur toi. C’est le signe que, bientôt, tu recevras une pluie de roses.

 

20 – Ne te demande pas ou la route va te conduire. Concentre-toi sur le premier pas. C’est le plus difficile à faire.

 

21 – Nous avons tous été créés à son image, et pourtant nous avons tous été créés différences et uniques. Il n’y a jamais deux personnes semblables. Deux cœurs ne battent jamais à l’unisson. Si DIEU avait voulu que tous les hommes soient semblables, Il les aurait faits ainsi. Ne pas respecter les différences équivaut donc à ne pas respecter le Saint Projet de DIEU.

 

22 – Quand un homme qui aime sincèrement DIEU entre dans une taverne, la taverne devient sa salle de prière, mais quand un ivrogne entre dans la même salle, elle devient sa taverne. Dans tout ce que nous faisons, c’est notre cœur qui fait la différence, pas les apparences. Les soufis ne jugent pas les autres à leur aspect ou en fonction de qui ils sont. Quand un soufi regarde quelqu’un, il ferme ses deux yeux et ouvre le troisième – l’œil qui voit le royaume intérieur.

 

23 – La vie est un prêt temporaire et ce monde n’est qu’une imitation rudimentaire de la Réalité. Seuls les enfants peuvent prendre un jouet pour ce qu’il représente. Pourtant les êtres humains, soit s’entichent du jouet, soit, irrespectueux, le brisent et le jettent. Dans cette vie, gardez-vous de tous les extrêmes, car ils détruisent votre équilibre intérieur. Les Soufis ne vont pas aux extrêmes. Un Soufi reste toujours clément et modéré.

 

24 – L’être humain occupe une place unique dans la création de DIEU. « J’ai insufflé Mon esprit en lui », dit DIEU. Chacun d’entre nous sans exception est conçu pour être l’envoyé de DIEU sur terre. Demandez-vous combien de fois vous vous comportez comme un envoyé, si cela vous arrive jamais ? Souvenez-vous qu’il incombe à chacun de nous de découvrir l’esprit divin en nous et de vivre par lui.

 

25 – L’enfer est dans l’ici et maintenant. De même que le ciel. Cesse de t’inquiéter de l’enfer ou de rêver du ciel, car ils sont tous deux présents dans cet instant précis. Chaque fois que nous tombons amoureux, nous montons au ciel. Chaque fois que nous haïssons, que nous envions ou que nous battons quelqu’un, nous tombons tout droit dans le feu de l’enfer.

 

26 – « L’univers est un seul être. Tout et tous sont liés par des cordes invisibles et une conversation silencieuse. La douleur d’un homme nous blessera tous. La joie d’un homme fera sourire tout le monde. Ne fais pas de mal. Pratique la compassion. Ne parle pas dans le dos des gens, évite même une remarque innocente ! Les mots qui sortent de nos bouches ne disparaissent pas, ils sont éternellement engrangés dans l’espace infini et ils nous reviendront en temps voulu.

 

27 – Ce monde est comme une montagne enneigée qui renvoie votre voix et écho. Quoi que vous disiez, bon ou mauvais, cela vous reviendra. En conséquence, quand une personne nourrit des pensées négatives à votre propos, dire des choses aussi mauvaises sur lui ne pourra qu’empirer la situation. Vous vous retrouverez enfermé dans un cercle vicieux d’énergie néfaste. Au lieu de cela, pendant quarante jours et quarante nuits, dites des choses gentilles sur cette personne. Tout sera diffèrent, au bout de ces quarante jours, parce que vous serez différents intérieurement.

 

28 – Le passé est une interprétation. L’avenir est une illusion. Le monde ne passe pas à travers le temps comme s’il était une ligne droite allant du passé à l’avenir. Non, le temps progresse à travers nous, en nous, en spirales sans fin. L’éternité ne signifie pas le temps infini mais simplement l’absence de temps. Si tu veux faire l’expérience de l’illumination éternelle, ignore le passé et l’avenir, concentre ton esprit et reste dans le moment présent.

 

29 – Le destin ne signifie pas que ta vie a été strictement prédéterminée. En conséquence, tout laisser au sort et ne pas contribuer activement à la musique de l’univers est un signe de profonde ignorance. Il existe une harmonie parfaite entre notre volonté et l’Ordre de DIEU.

 

30 – Le vrai Soufi est ainsi fait que, même quand il est accusé, attaqué et condamné injustement de tous côtés, il subit avec patience, sans jamais prononcer une mauvaise parole à l’encontre de ses critiques. Le Soufi ne choisit jamais le blâme. Comment pourrait-il y avoir des adversaires, des rivaux, voire des « autres » alors qu’il n’y a pas de « moi » pour lui ?

 

31 – Si tu veux renforcer ta foi, il te faudra adoucir ton cœur. A cause d’une maladie, d’un accident, d’une perte ou d’une frayeur, d’une manière ou d’une autre, nous sommes tous confrontés à des incidents qui nous apprennent à devenir moins égoïstes, à moins juger les autres, à montrer plus de compassion et de générosité. Pourtant, certains apprennent la leçon et réussissent à être plus doux, alors que d’autres deviennent plus durs encore. Le seul moyen d’approcher la Vérité est d’ouvrir son cœur afin qu’il englobe toute l’humanité et qu’il reste encore de la place pour plus d’amour.

 

32 – Rien ne devrait se dresser entre toi et DIEU. Ni imam, ni prête, ni maître spirituel, pas même ta foi. Crois en tes valeurs et tes règles, mais ne les impose jamais à d’autres. Sois ferme dans ta foi, mais garde ton cœur aussi doux qu’une plume. « Apprends la Vérité, mon ami, mais ne transforme pas tes vérités en fétiches ».

 

33 – Tandis que chacun, en ce monde, lutte pour arriver quelque part et devenir quelqu’un, alors que tout cela restera derrière eux quand ils mourront, toi, tu vises l’étape ultime de la vacuité. Vis cette vie comme si elle était aussi légère et vide que le chiffre zéro. Nous ne sommes pas différents de pots : ce ne sont pas les décorations au-dehors, mais la vie à l’intérieur qui nous fait tenir droits.

 

34 – La soumission ne signifie pas qu’on est faible ou passif. Elle ne conduit ni au fatalisme ni à la capitulation. A l’inverse, le vrai pouvoir réside dans la soumission, un pouvoir qui vient de l’intérieur. Ceux qui se soumettent à l’essence divine de la vie vivront sans que leur tranquillité ou leur paix intérieure soit perturbée, même quand le vaste monde va de turbulence en turbulence.

 

35 – Les opposés nous permettent d’avancer. Ce ne sont pas le similitudes ou les régularités qui nous font progresser dans la vie, mais les contraires. Tous les contraires de l’univers sont présents en chacun de nous Le croyant doit donc rencontrer l’incroyant qui réside en lui. Et l’incroyant devrait apprendre à connaitre le fidèle silencieux en lui Jusqu’au jour où l’on atteint l’étape d’Insan-i Kamil, l’être humain parfait, la foi est un processus graduel qui nécessite son contraire apparent : l’incrédulité.

 

36 – Ce monde est érigé sur le principe de la réciprocité. Ni une goutte de bonté ni un grain de méchanceté ne resteront sans réciprocité. Ne crains pas les complots, les traîtrises ou les mauvais tours des autres. Si quelqu’un tend un piège, souviens-toi, DIEU aussi. C’est Lui le plus grand des comploteurs. Pas une feuille ne frémit que DIEU le sache. Crois cela simplement et pleinement. Quoi que DIEU fasse. Il le fait merveilleusement.

 

37 – DIEU est un horloger méticuleux. Son ordre est si précis que tout sur terre se produit en temps voulu. Pas une minute trop tôt, pas une minute trop tard. Et pour tous, sans exception, l’horloge est d’une remarquable exactitude. Il y a pour chacun un temps pour aimer et un temps pour mourir.

 

38 – Il n’est jamais trop tard pour se demander : « Suis-je prêt à changer de vie ? Suis-je prêt à changer intérieurement ? » Si un jour de votre vie est le même que le jour précédent, c’est sûrement bien dommage. A chaque instant, à chaque nouvelle inspiration on devrait se renouveler, se renouveler encore. Il n’y a qu’un moyen de naître à une nouvelle vie : mourir avant la mort.

 

39 – Alors que les parties changent, l’ensemble reste toujours identique. Pour chaque voleur qui quitte ce monde, un autre naît. Et chaque personne honnête qui s’éteint est remplacé par une autre. De cette manière, non seulement rien ne reste identique, mais rien ne change vraiment. Pour chaque Soufi qui meurt, un autre naît, quelque part.

 

40 – Une vie sans amour ne compte pas. Ne vous demandez pas quel genre d’amour vous devriez rechercher, spirituel ou matériel, divin ou terrestre, oriental ou occidental… L’amour n’a pas d’étiquettes, pas de définitions. Il est ce qu’il est, pur et simple. « L’amour est l’eau de vie. Et un être aimé est une âme de feu ! « L’univers tourne différemment quand le feu aime l’eau”.

Calligraphie du nom de Shams ed-Dîn Mohammad Tabrizi

Calligraphie du nom de Shams ed-Dîn Mohammad Tabrizi

Lire la suite

"Moi, rêveur muet..." (Shams de Tabriz)

24 Septembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Asie, #Iran, #Lettres, #Poésie, #Religion

 

"Moi, rêveur muet, et le monde, sourd

Incapable, moi, de le dire, le monde, de l'entendre."

 

Shams ed-Dîn Mohammad Tabrizi

Calligraphie du nom de Shams ed-Dîn Mohammad Tabrizi

Calligraphie du nom de Shams ed-Dîn Mohammad Tabrizi

Source: Shams ed-Dîn Mohammad Tabrizi, le "rêveur muet" par Saeed Sadeghian, La Revue de Téhéran/Iran

http://www.teheran.ir/spip.php?article1536#gsc.tab=0

 

Lire la suite

Henry Corbin (La question d'al-Mahdî): la tendance mystique "irfâni" dans le Chî'isme

29 Août 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Iran, #Religion

"Il est à noter qu'ici, Henri Corbin a mis l'accent, essentiellement, sur la tendance mystique "'irfânî" dans le Chî'isme. Les personnes qui aspirent à rencontrer l'Imam caché, agissent à la façon d'un soufi en quête d'un maître ou d'un guide spirituel. Mais au lieu de rechercher, à travers une tarîqah (congrégation soufie) un maître soufi, aux pouvoirs nécessairement limités, le mystique choisit comme "pôle spirituel directement l'Imam lui-même sans intermédiaire", lequel étant le seul à même de dévoiler toutes les révélations prophétiques, permet au fidèle d'atteindre à l'épanouissement spirituel auquel il aspire.

Ceci dit, ces récits et ces témoignages multiples, sont racontés avec une telle force de conviction qu'elle ébranle l'incrédulité ou les réserves de tout esprit sceptique. Loin d'être usés à la longue et à travers les âges, ils paraissent plutôt renouvelables et toujours d'actualité.

Conscient que cette vérité pourrait laisser perplexes certains lecteurs, Henri Corbin après avoir posé la question inévitable "qui vient spontanément à l'esprit du lecteur informé de l'évolution de l'Orient contemporain: que signifie, par exemple, pour la jeunesse iranienne de nos jours, la mystérieuse figure du XIIe Imâm?", il y répond en rapportant un témoignage significatif à cet égard:

«Et cela donne justement son importance au témoignage que j'eus l'occasion de rapporter ailleurs et qu'il m'apparaît opportun de reproduire ici, parce qu'il émanait d'un jeune Iranien de mes amis (un "moins de trente ans"), éminemment représentatif de la jeunesse étudiante formée en Occident pour laquelle sont en général réunies toutes les conditions du déracinement spirituel (nous pourrions dire: toutes les conditions qui mènent à l'oubli de ses origines le jeune prince parthe du «Chant de la Perle» des Actes de Thomas). Il achevait ses études dans une université de Suisse.

Il eût pu être comblé en ce pays, et pourtant il passait la plupart de ses soirées à évoquer avec nostalgie, en la compagnie d'un jeune compatriote étudiant comme lui, les vastes déserts de l'Iran et le pèlerinage de la ville sainte de Qomm (à 140 km au sud de Téhéran).

Et voici qu'une nuit, le pèlerinage qu'il attendait de pouvoir accomplir en réalité, il le fit en songe. Le récit qu'il m'en fit portait si typiquement les traits d'un songe initiatique, la puissance archétype s'y fait sentir avec une telle force que je lui demandai de le mettre par écrit. Avec sa permission, tout en ne le désignant discrète-ment que par ses initiales H. B., je reproduis ici son récit:

"Une nuit, j'ai rêvé qu'avec mon ami nous nous étions mis en marche, partant de Téhéran pour aller à Qomm. Nos vêtements n'étaient pas ceux de tous les jours, mais ceux que portent chez nous les derviches (les soufis). Nous avions suivi à travers champs les sentiers qui, dans la direction du sud, mènent vers Qomm.

Nous allions aborder le désert du sud de Téhéran, lorsque soudain, apparurent devant nous des créatures de taille immense, quelque chose comme des dragons. Brusquement je cessai de voir mon ami. Il me sembla qu'il avait rebroussé chemin et était retourné vers le nord. Je sentis que j'étais seul. Mais voici qu'entre mes mains il y avait quelque chose comme une lance, si longue que je n'en ai jamais vu de pareille dans la réalité. Je combattis avec les dragons longtemps, longtemps. Finalement je dus réussir à les mettre en pièces, car je vis qu'un torrent qui passait là, emportait les dragons disloqués, et moi-même je fus immergé dans ce torrent. Je sortis de ce bain, et je sentis que j'étais nu.

Mais voici qu'on jeta sur mes épaules une longue pièce d'étoffe. A ce moment-là, j'avais l'impression que le terrain où je marchais exhalait de la vapeur ou du brouillard; on ne voyait rien. Soudain la ville sainte m'apparut au loin, avec le dôme d'or étincelant et les minarets de l'enceinte sacrée. M'étant dirigé vers la ville, j'arrivai à un carrefour plafonné en voûte. Là on me désigna la maison de l'Imâm attendu. La porte en était grande ouverte.

Une courte distance de quelques centaines de pas me séparait de la maison de l'Imâm... A ce moment-là je m'éveillai de mon rêve. Mais j'en ai gardé une impression profonde. L'essentiel m'en apparaît comme étant la distance qui me séparait de la porte ouverte de la maison de l'Imâm; car depuis lors, le sentiment que j'ai de ma vie, en songe ou à l'état de veille, c'est qu'elle consiste à parcourir cette distance, parce qu'elle est la mesure exacte de ma vie; elle règle le temps et l'harmonie de mon existence tout entière; elle est le temps et l'espace réels que j'éprouve sur cette Terre""

Henry Corbin: En Islam Iranien: Aspects spirituels et philosophiques, Henri CORBIN, NRF Gallimard, Tome IV, 1971-1972, à Paris.

Source: http://www.hajij.com/fr/mahdi/item/3910-une-autre-vision-d-al-mahdi-la-question-d-al-mahdi-dissequee-par-henri-corbin

Lire la suite

Alexander Dugin: The Assassination of General Soleimani in the Context of the Apocalypse

24 Août 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Politique, #Russie, #Iran, #Guerre, #Philosophie

Alexander Dugin:  The Assassination of General Soleimani in the Context of the Apocalypse

Alexander Dugin

 

The Assassination of General Soleimani in the Context of the Apocalypse 

 

https://www.geopolitica.ru/en/article/qasem-soleimani-martyr-multipolar-world-and-new-geography-great-war-continents

 

 

The assassination of General Qasem Soleimani, commander of the Al-Quds special forces of the Islamic Revolutionary Guard Corps, on January 3rd, 2020 by American missiles was a distinct moment marking a completely new state of affairs in the alignment of forces in the Middle East. 

 

Insofar as the Middle East is a mirror of global shifts in world geopolitics, this event is of an even larger-scale dimension which concerns the world order as a whole. It is no coincidence that many observers interpreted the death of General Soleimani, a hero of the fight against ISIL in Syria and Iraq, as the beginning of a Third World War or in the very least of a US war against Iran. The Iranian missile attack on two American military bases in Iraq on January 8th, 2020, it would seem, confirms this analysis: Soleimani’s death is the starting point of the “final battle.” This is precisely how this event has been perceived in the Shiite world, where expectations of the end of the world and the coming of the Mahdi, the Savior promised at the end of time, are so strong that they affect not only their religious worldview, but also the analysis of everyday political and international events. Shiites see the end of the world as “final battle” between the supporters of the Mahdi and his opponents, the forces of Dajjal. The Mahdi’s supporters are believed to be Muslims (both Shiites and Sunnis, but with the exception of such currents as the Wahhabis and Salafis, who are recognized as extremists, “heretics”, and “takfiri”), while Dajjal, the Islamic Antichrist, is steadily associated with the West, first and foremost the United States of America. The majority of prophecies say that the final battle will take place in the Middle East, and that the Mahdi himself will appear in Damascus. The figure of the Mahdi can also be found among the Sunnis, but if Shiites believe such to be the appearance of the “hidden Imam” who remains alive but “hidden” to this day, then Sunnis interpret the Mahdi to be the leader of the Islamic world to appear in the end times to wage decisive battle against Dajjal, in which the majority of Sunnis see the materialist and atheistic civilization of the modern West and, accordingly, American hegemony as the most aggressive vanguard of the West. 

 

This region is also directly implicated in other apocalyptic accounts specific to other religions. Religious Israelis (Haredim), for instance, are expecting the coming of the Messiah in Israel, with which the Temple of Jerusalem, the Third Temple, will be rebuilt. The appearance of the latter is obstructed by the al-Aqsa Mosque located in Jerusalem on the site where the Second Temple was located. Extreme Jewish sects, such as the “Temple Mount Faithful”, have repeatedly tried to build a tunnel under the Holy Mount to blow up al-Aqsa. This naturally lends the Arab-Israeli conflict a special dimension. It is telling that the murdered General Soleimani headed the division of the Islamic Revolutionary Guards Corps called “Al-Quds”, which means “Jerusalem” and whose main goal is to prevent the Israelis from beginning to build the Third Temple, and to liberate the Holy Land from the Zionists. This, in turn, according to the beliefs of Muslims, should take place just on the eve of the end times. 

 

In the US, enormous influence is wielded by extreme evangelical sects which, in the spirit of “Christian Zionism”, interpret events in Middle Eastern politics as a prelude to the “Second Coming of Christ”, where the “enemies of Christ” are held to be the “armies of King Gog” from the “country of the North”, which evangelists traditionally associate with Russia. Indeed, Russia is actively operating in Syria and is strengthening its influence throughout the whole region. 

 

If we put all of this together, then the picture at hand is extremely ominous: the murder of Soleimani falls in this context of apocalyptic expectations and is being interpreted by many as the starting point of Armageddon, or in the very least as an analogue to the assassination of Archduke Ferdinand in Sarajevo which sparked the beginning of the First World War.

 

Thus, the assassination of General Soleimani and Iran’s retaliatory attacks on American bases are highly radical events charged with fundamental meanings and fraught with hard-to-predict consequences. 

 

Multipolarity vs. Unipolarity 

 

Given the magnitude of the significance of the events which have already taken place at the very outset of 2020, it is important to begin their analysis with the larger general context in mind. This context is defined by the world system’s transition from the unipolar world which took shape in the late 20th century under the unambiguous domination of the West (specifically, the US) to a multipolar one, the contours of which have become increasingly clear in relation to Putin’s Russia’s return to history as a sovereign and independent force and with American-Chinese relations’ aggravation to the point of of trade war. 

In his pre-election campaign, President Trump himself promised voters that he would refuse interventions and would curtail the policies of neo-imperialism and globalism, a point which made him a potential supporter of the peaceful transition to multipolarity. But with his decision to assassinate Soleimani, Trump completely negated this possibility and once again confirmed the US’ place in the camp of those forces which will fight desperately to preserve the unipolar world. In these actions, behind Trump’s back have peeked out those American Neocons and Christian Zionists leading events towards the final battle. But this battle - whether it will begin now or somewhat later - will already be unfolding in new conditions: Russia’s successes in international politics, the impressive rise of the Chinese economy, as well as the gradual rapprochement between Moscow and Beijing have made the multipolar world a reality, thus presenting all other countries and civilizations - including large ones like India as well as regional leaders such as Iran, Turkey, Pakistan, the countries of the Arab world as well as Latin America and Africa - with the possibility of choosing their place in this antagonistic construction: either standing (remaining) as satellites of the West (which is to say swearing fealty to agonizing unipolarity), or standing on the side of the multipolar world and seeking their future in this context. 

 

Donald Trump’s Suicide 

 

A fundamentally new situation has developed around the tragic events in Iraq of January 3rd, 2020: General Soleimani, murdered by the Americans, was an organic part of the multipolar world and represented in this balance of forces not only the Islamic Revolutionary Guard or even Iran as a whole, but all supporters of multipolarity. In his place could just as well have been a Russian soldier unfoundedly accused by the US of participating in the reunification with Crimea or the conflict in Donbass, a Turkish general proving himself in the fight against Kurdish terrorists, or a Chinese banker dealing substantial damage to the American financial system. Soleimani was a symbolic figure of multipolarity, killed by the advocates of unipolarity beyond all norms of international law. 

 

By deciding to liquidate Soleimani, Trump acted from the position of purely unipolar power - “thus I have decided, so shall it be” - without heeding the consequences, the risk of war, or the protests of all other sides. Like previous US presidents, Trump acted in accordance with the following logic: only the US can single-handedly label the “bad guys” or “good guys” and act towards the “bad” as it sees fit. Theoretically, Putin, Xi Jinping, or Erdogan could just as well be called “bad guys”, and then the only question would be whether they are capable of defending themselves with the available means of defense, including against coup d’etats (as Erdogan has already faced) or “color revolutions” (which Iran is constantly facing and which, with the aid of the “fifth column” of liberals, the West is constantly trying to incite in Russia). Trump himself convincingly and harshly criticized such policies on the part of previous administrations, both Republican and Democratic, but in deciding to murder Soleimani, he has shown that he is no different from them. 

 

 

This is a very important moment in the transition from unipolarity to multipolarity. Trump represented the hope that this transition might be realized peacefully, in which case the US would not be its enemy, but a full participant, a position which would theoretically allow it to significantly strengthen its standing as a leading force in the context of multipolarity and secure its privileged place in the multipolar club as a whole. These hopes collapsed on January 3rd, 2020, after which Trump became an ordinary American president like all the rest - not worse, but not better. He confirmed the US’ status as an agonizing imperialist dragon that is mad, malicious, and still dangerous, but having no chance to avoid the “final battle.” After this, Trump has crossed out both his own future and the future of the US as a pole in the multipolar world. In so doing, he has signed America’s death sentence for the future. 

For the multipolar world growing in strength, the US is no longer a subject of the process, but an object, just as Trump, by assassinating Soleimani, treated not only Tehran but also Baghdad, Ankara, Moscow, and Beijing as “objects” representing mere obstacles to the reinforcement of American hegemony. This means war, since the clash of unipolarity and multipolarity is a battle for the status of being a subject. Today there cannot be two such subjects; there can either be only one, as Trump has tried to insist upon again, or more than two, which is the basis of the strategies of Russia, China, Iran, Turkey, and all others who accept multipolarity. 

 

The Success of the Multipolar Powers and the New Balance of Forces: The End of America

 

This analysis of the global balance of forces dramatically sharpens the whole structure of world politics, because it takes the situation back to the politics in the spirit of George W. Bush, Obama, or Hillary Clinton. Trump, who so sarcastically mocks Hillary, has today appeared in her attire in the role of bloody globalist witch. But the events of recent years - the strengthening of Russia’s positions in the Middle East and its especially striking successes in Syria, Russia and China’s rapprochement and the convergence between the One Belt One Road integration project with Putin’s Eurasian strategy, and even Trump’s previous steps towards avoiding direct confrontation which allowed for the strengthening of multipolar forces in the Mediterranean (where the most important role has been played by the rapprochement of positions between Putin and Erdogan) - have already irreversibly changed the balance of forces. First and foremost, this is the case on the territory closely adjacent to the realm of Armageddon as unanimously, albeit with different signs, recognized by all types of political apocalypticisms. 

 

The development of events inevitably following the murder of General Soleimani will see the confrontation between, on the one hand, the US and the West alongside their regional proxies such as Israel, Saudi Arabia, and some of the Gulf states, and on the other the multipolar powers of Russia, China, Iran, Turkey, and others, taken to a new level. The US is using the policy of sanctions and trade war against its opponents such that an ever larger percentage of humanity is ending up under American sanctions, and not only in Asia, but in Europe as well, where European companies (primarily German ones) have been sanctioned for participating in the Nord Stream project. This is a manifestation of the arrogance of American hegemony, which treats its “supporters” as lackeys and manages them with physical punishments. The US does not have friends, it has only slaves and enemies. In this state, the “lone superpower” is heading towards confrontation, this time virtually with the whole rest of the world. At any given opportunity, today’s “slaves” will, without a doubt, seek to evade the inevitable reckoning for their unipolar collaborationism. 

 

Washington has not learned any lessons from the will of the American people who elected Trump. The people did not vote for continuing the policies of Bush/Obama, but against them, for their radical rejection. The American (and, more broadly, the globalist) elites have not taken this into account, instead writing everything off as the machinations of “Russian hackers” and “bloggers.” And now, with Trump once again partially extending his hand towards the aggressive globalist elite that has lost all sense of rationality, the American “silent majority” is left with only one option: to totally turn away from the American government. If even Trump ended up becoming a toy in the hands of the globalists, then this means that the legal methods of political struggle have been exhausted. In the mid-term perspective, the murder of General Soleimani will be felt in the beginning of fully-fledged civil war in the US itself. If no one expresses the will of society, then society itself will enter into a special mode of passive sabotage. This is what should be expected in the US. If not Trump, then the American people, fully in the spirit of their cultural and political traditions, chooses multipolarity, then this will be not with the state, but against the state “hijacked” by the globalist elite which even the first person in the White House is not up to opposing. The murder of Soleimani means the end of America. 

 

The Unipolar Camp is in Deep Crisis 

 

The US’ European partners are hardly ready for any sharp confrontation with the multipolar club. Neither Merkel, who has received another slap for Nord Stream, nor Macron besieged by the Yellow Vests and now understanding in one way or another that populism will have to be faced (hence his “special position” on Russia and projects for creating a European Army), nor Boris Johnson, who has just now managed to wrest Britain from the suffocating swamp of the liberal EU (and is hardly likely to so quickly exchange his hard-won, albeit relative sovereignty for new slavery to the American madmen who have lost any and all sense of realism), are burning with desire to jump into the fire of a Third World War fanned by Washington and to be incinerated there without a trace. NATO is crumbling before our very eyes around Turkey, which no longer supports the US in virtually anything in the Middle East or the Eastern Mediterranean (which the Turks call the “Blue Homeland”, Mavi Vatan), which is to say its own area of sovereign control. Also unconditional and completely irrational - or, one might say, desperate and even provocative - is Washington’s support for Israel in undermining relations with the Arab, and more broadly, the Islamic world. At the same time, Trump is reducing the US’ alliance with Saudi Arabia to a financial deal, which is not a hopeful basis for any fully-fledged alliance, for which the US is altogether genetically incapable. 

 

Thus, the US is entering into a Third World War between agonizing unipolarity and steadily strengthening multipolarity in conditions which are much worse even in comparison to those of the previous administration. In these circumstances, Trump still has to be re-elected, all the while as those who pushed him to kill Soleimani will still try to take him down for doing so. After the assassination of Soleimani, both war and peace only undermine Trump’s position. The assassination of Soleimani was a fatal decision which will destroy him. The positions of those European right-wing populists who supported this suicidal gesture of Trump’s have also been substantially weakened. The point is not even that they have chosen America’s side, but that they have taken a stand for dying unipolarity - and this can ruin anyone. 

 

The New Prospects of the Multipolar World 

 

Against this backdrop, the countries which have fallen under sanctions, first and foremost Russia, China, and Iran itself, have already learned to live under these conditions and responded with the development of their own strategic arms (Russia), economic structure (China, including beyond its own territory in the context of the enormous space of the One Belt One road project), independent energy (Iran), and independent regional geopolitics (Turkey). Now all that remains is redistributing among the members of the multipolar club the strongest trump cards, and multipolarity will become a genuinely serious and relatively invulnerable opponent. The stronger this adversary is, the more chances there will be to avoid a Third World War in its hot phase and wait out for the collapse of unipolarity, which will inevitably come on its own. 

 

A number of the consequences of the assassination of General Soleimani are already clear. Iran has declared the Pentagon to be a terrorist organization alongside ISIL, and this means that the same thing that happened to General Soleimani could happen to any American soldier. Since there was no response to the missile attack on American bases in Iraq, Iran will be fully confident in its combat effectiveness and will begin to develop weapons with renewed vigor, and primarily relying on Russia. It is important that in these circumstances Iran has already declared its withdrawal from the treaty on its development of nuclear weapons - after all, it has nothing to lose. Another Islamic state, Pakistan, already has nuclear weapons. So does another regional opponent of Iran: Israel. Tehran no longer has any grounds for further dealings with those whom it officially considers “terrorists.” 

 

Also of importance is the position of Iraq, where Shiites constitute the majority. For the whole Shiite world, General Qasem Soleimani was an undisputed hero. Hence the Iraqi parliament’s demand for the immediate withdrawal of all American troops from Iraqi territory. Of course, a democratic parliamentary decision is absolutely not enough for the cynical American killers - they will be wherever they consider it necessary and wherever they have something to profit from. But this means the beginning of a general anti-American mobilization of the Iraqi population - not only of Shiites, but Sunnis as well, who are radically anti-American (hence why many Sunni supporters of Saddam Hussein joined ISIS, believing that they were fighting against the Americans with whom the Shiites had come to make a deal). Now everyone, both Iraqi Shiites and Iraqi Sunnis, are demanding the withdrawal of American troops, since now virtually the whole population of Iraq, excluding some of the Kurds whom the US has in turn recently cynically betrayed anyway, is ready to begin an armed struggle against the occupiers. This is already a lot, but Iraq might also rely in its anti-American war on Russia and partially on China, which together represent the columns of multipolarity, as well as Iran and Turkey. 

In this situation, Russia’s position is key: on the one hand, Russia is not involved in regional contradictions between states, ethnoi, and religious currents, which makes its position objective and its aspiration for peace and the restoration of the sovereignty of Iraq sincere and consistent; on the other hand, Russia wields a significant level of armaments for supporting the Iraqis’ war for freedom and independence (as has been done in Syria, where Russia has demonstrated all of its effectiveness, or as is now happening in Libya). Iraq is now becoming the main platform of world politics, and once again we are dealing with a most ancient civilization, with the heart of the Middle East, with that land which, according to Biblical geography, was once “paradise on earth” and has today been turned into the opposite. 

Now the most important thing in these circumstances is to take advantage of what, from a global point of view, should be considered Trump’s “fatal mistake.” The assassination of General Soleimani does not improve the US’ positions, but rather rules out a peaceful scenario of transition towards multipolarity and deprives Trump of any chances whatsoever for the successful, long-term reform of American politics. The situation of Israel, which has been held hostage by a total hatred of all surrounding peoples, is becoming extremely problematic. When Israel’s existence depends not on a complex balance of forces, but on only one camp which is rapidly losing its dominance, then its situation becomes extremely risky. Israel, as a too hasty and pseudo-messianic project created by pro-Western nationalists who resolved to not wait for the Messiah but instead to replace his arrival with their own voluntarism, is likely to fall victim to the death of the unipolar world order - and for this it has to “thank” Trump as well as the extreme Israeli right which has pushed it towards such suicidal steps. 

 

Russia is Persevering and Winning 

 

What about Russia? Russia was in no hurry to unambiguously take Iran’s side, while in Iran itself part of the elite preferred to negotiate with the US and avoid rapprochement with Moscow. In both powers, Russia and Iran, the “sixth column” has acted in tandem in trying by any means to break the Moscow-Tehran axis and prevent a tight Russian-Shiite alliance which, despite everything, has taken shape in Syria, where the Iranians (under General Soleimani) and Russians have fought side by side against extremists objectively playing into the hands of the unipolar world. Such attempts will surely continue, and the globalists will try to use the “fifth column” in Iran in a “color revolution” strategy to overthrow the conservatives and plunge Iran into the chaos of civil war. The West is also certainly ready to launch the same scenario in Russia, and this is becoming evermore relevant as we approach the end of the final term of Putin, who represents the main pledge to Russia’s sovereign and multipolar politics. 

 

The unipolar world is doomed, but it would be foolish to hope that it will give in without a fight. Moreover, the murder of General Soleimani rules out a peaceful scenario for the future, as Trump and Washington can no longer be expected to voluntarily agree to this change in world order and, as follows, to agree to recognizing the subjectivity of any power besides the US.

 

The only thing that remains for the powers of the multipolar world - Russia, China, Iran, Turkey, Iraq, and all others - is to force all those who are desperately opposing multipolarity to accept multipolarity. After all, this is not forcing anyone to accept Russian or Chinese domination. This is how multipolarity differs from unipolarity. The multipolar world leaves everyone with the right to build the society which they want with the values which they choose. There are no universal criteria here; no one owes anyone anything except respect for their right to strengthen their own identity, build their own civilization (whether someone likes it or not), and to live in their own (not someone else’s) future. Compulsion towards multipolarity sacrifices only the unipolar world, American hegemony, and totalitarian liberal ideology along with its capitalist system as universals. The West can remain liberal and capitalist as long as it likes, but the borders of this ideology and economic system, so toxic for other cultures, should be strictly defined. This is what the struggle underway is for - the struggle in the name of which the martyr of the multipolar world, the hero of the Resistance, the great Iranian General Qasem Soleimani, gave his life. 

Lire la suite

Alexandre Douguine a qualifié la mort de Soleimani de la meilleure chose qui puisse arriver à un homme (5/01/2020)

24 Août 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Politique, #Religion, #Guerre, #Iran

Alexandre Douguine a qualifié la mort de Soleimani de la meilleure chose qui puisse arriver à un homme (5/01/2020)

Alexandre Douguine a qualifié la mort de Soleimani de la meilleure chose qui puisse arriver à un homme.

 

5 janvier 2020

 

https://vestikavkaza.ru/news/Aleksandr-Dugin-nazval-smert-Suleymani-luchshim-chto-mozhet-proizoyti-s-chelovekom.html

 

Alexandre Douguine a qualifié la mort de Soleimani de la meilleure chose qui puisse arriver à un homme.

Le général Soleimani a vécu comme un héros, s'est battu comme un héros et est mort comme un héros. Et il s'est battu contre Dajal et le rock - c'est ainsi que le personnage public, philosophe et politologue russe Alexandre Douguine a commenté la mort du général iranien Qassem Soleimani sur son compte Facebook.

 

"Une vie exemplaire, une fin exemplaire. On l'appelle le sublime, le "sublime" perdu, la base de l'esthétique. Il est important non seulement de vivre correctement, mais aussi de mourir correctement. C'est un véritable art. Pour lutter contre la racaille mondiale et mourir comme un guerrier. Voici le logos iranien - Les Fils de la Lumière se battent contre les Fils des Ténèbres. Il ne s'agit pas seulement de gagner, il s'agit de se battre du bon côté. C'est à lui qu'appartient la vraie gloire - la lumière subtile de Khwareno*. Pas de pitié, pas de chagrin - un exemple parfait, le meilleur qui puisse arriver à un homme - mourir une arme à la main, après avoir accompli de nombreux exploits, détruire les marionnettes saoudiennes de l'organisation terroriste IGIL interdite en Russie, sauver des amis (la Grande Syrie) et impressionner des ennemis", - a écrit Douguine.

 

"Le plus important dans un avenir proche ne se passera pas en Libye, mais en Irak. Désormais, c'est la terre qui doit être libérée en premier lieu. C'est là que la nouvelle Résistance va naître. De l'esprit du général Soleimani", a ajouté le politologue.

 

Rappelons que le commandant de l'unité spéciale d'Al-Qods, qui faisait partie du Corps des gardiens de la révolution islamique iranien (IRGC), le général Qassem Soleimani, a été tué jeudi lors d'un raid d'hélicoptères militaires américains : il était dans une voiture en provenance de l'aéroport de Bagdad. Le Pentagone a officiellement confirmé son implication dans l'opération spéciale, déclarant que l'action a été ordonnée par le président Donald Trump. La veille du Nouvel An, le 31 décembre, des groupes chiites ont attaqué l'ambassade américaine à Bagdad et à Washington, D.C., en affirmant que l'attaque était organisée par Soleimani.

 

* Ndt: (Perse) Génie symbolisant l’Autorité, la Force et la Splendeur.

Lire la suite

L'autre dimension des choses (Rûmî)

27 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Iran, #Philosophie, #Poésie, #Religion

L'autre dimension des choses (Rûmî)

Lire la suite

Le coeur (Rûmî)

26 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Iran, #Philosophie, #Poésie, #Religion

Pierre-Olivier Combelles. Autoportrait au globe terrestre. Aquarelle. Vers 1975.

Pierre-Olivier Combelles. Autoportrait au globe terrestre. Aquarelle. Vers 1975.

 

Le cœur te conduit dans le voisinage des hommes de cœur.

 

Maint cœur lumineux se trouve dans les ténèbres.

 

 

Djalâl ad-Dîn Rûmî

 

Poète et mystique persan (XIIIe siècle).

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 > >>