Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

iran

Le général Soleimani - symbole de la lutte pour un monde multipolaire, par Alexandre Douguine (Club d'Izborsk - 16 mars 2020)

19 Mars 2020 , Rédigé par Béthune Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Iran, #Politique

Le général Soleimani - symbole de la lutte pour un monde multipolaire, par  Alexandre Douguine (Club d'Izborsk - 16 mars 2020)

L'assassinat du général iranien Qasem Soleimani, commandant de l'unité spéciale d'Al-Qods au sein du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), par une force de frappe de drones américains, le 3 janvier 2020, a été un événement marquant qui montre un tout nouvel équilibre des forces au Moyen-Orient. Et puisque le Moyen-Orient est le miroir des changements globaux de la géopolitique mondiale, cet événement a une dimension encore plus grande qui affecte l'ordre mondial dans son ensemble.

 

La mort du général Soleimani et les représailles de l'Iran sur les bases américaines sont des événements extrêmement radicaux, chargés de significations fondamentales et aux conséquences difficiles à prévoir.

 

MULTIPOLARITÉ VS. UNIPOLARITÉ

 

En raison de l'ampleur des événements qui ont eu lieu au tout début de l'année 2020, il est important de commencer leur analyse dans un contexte plus général. Ce contexte est défini par le passage d'un monde unipolaire, généralement établi dans la dernière décennie du XXe siècle avec une nette domination de l'Occident (plus précisément des États-Unis), à un monde multipolaire, ce qui devient de plus en plus évident à mesure que Vladimir Poutine revient dans l'histoire de la Russie en tant que force souveraine et indépendante et que les relations américano-chinoises s'intensifient. Donald Trump, dans sa campagne électorale, a promis aux électeurs de rejeter les interventions et de mettre un terme au néo-impérialisme et au mondialisme, ce qui fait de lui un partisan potentiel d'une transition pacifique vers la multipolarité. Mais avec sa décision de détruire Suleimani, il a complètement écarté cette possibilité, et a confirmé une fois de plus la place des Etats-Unis dans le camp des forces qui se battront désespérément pour préserver le monde unipolaire. Dans ces actions, les néocons américains regardaient derrière le dos de Trump. Autant ils voulaient maintenir ce statu quo, autant le succès de la Russie dans la politique internationale et l'essor impressionnant de l'économie chinoise, ainsi que le rapprochement progressif entre Moscou et Pékin, ont fait du monde multipolaire une réalité, donnant à tous les autres pays et civilisations - grands (comme l'Inde) et leaders régionaux (comme l'Iran, la Turquie, le Pakistan, le monde arabe et l'Amérique latine et l'Afrique) - le choix de leur place dans une construction antagoniste : soit devenir (rester) un satellite de l'Occident (c'est-à-dire prêter serment d'une unipolarité agonisante), soit prendre parti dans le monde multipolaire et chercher un avenir dans son contexte.

 

L'ERREUR DE DONALD TRUMP

 

Une situation fondamentalement nouvelle est apparue autour des événements tragiques survenus en Irak le 3 janvier 2020 : le général Soleimani tué par les Américains était une partie organique du monde multipolaire, représentant dans ce rapport de forces non seulement l'IRGC ou même l'Iran dans son ensemble, mais tous les partisans de la multipolarité. A sa place, il aurait pu tout aussi bien y avoir l'armée russe, accusée par les Etats-Unis d'unification avec la Crimée ou de participation au conflit du Donbass, le général turc qui a fait ses preuves dans la lutte contre les terroristes kurdes, ou le banquier chinois qui a causé des dommages importants au système financier américain. Suleimani était une figure symbolique de la multipolarité, tuée par les partisans de l'unipolarité au-delà de toutes les normes du droit international. En décidant d'éliminer Soleimani, Trump a agi depuis une position de pouvoir purement unipolaire : comme je l'ai décidé, il le fera - indépendamment de tout, ni des conséquences, ni du risque de guerre, ni des protestations de toutes les autres parties. Comme sous les précédents présidents américains, M. Trump a agi selon la logique suivante : seuls les États-Unis peuvent à eux seuls étiqueter les "méchants" ou les "gentils" et agir avec les "méchants" à leur guise. Les "méchants" peuvent être théoriquement reconnus par Poutine, Xi Jinping ou Erdogan, et la seule question sera alors de savoir s'ils peuvent être protégés par les moyens de défense disponibles - y compris les moyens de défense contre les coups d'État (auxquels Erdogan a déjà été confronté) ou les "révolutions de couleur" (auxquelles l'Iran est constamment confronté et que l'Occident, avec l'aide des libéraux, tente inlassablement d'initier en Russie). Il s'est imposé de manière convaincante et a sévèrement critiqué ces politiques des administrations précédentes, tant républicaines que démocratiques, mais en décidant de tuer Soleimani, il a montré qu'il n'était pas différent d'elles.

 

C'est un moment très important dans la transition de l'unipolarité à la multipolarité. Trump portait en lui l'espoir que cette transition pourrait se faire de manière pacifique, auquel cas les États-Unis ne deviendraient pas son ennemi, mais son participant à part entière, ce qui renforcerait théoriquement de manière significative la position des États-Unis en tant que force dirigeante dans le contexte de la multipolarité, leur donnant une place privilégiée dans le club multipolaire dans son ensemble. Les espoirs se sont effondrés le 3 janvier 2020, après quoi M. Trump est devenu un président américain ordinaire comme tout le monde - pas pire, mais pas mieux.

 

LE SUCCÈS DES POUVOIRS MULTIPOLAIRES ET LE NOUVEL ÉQUILIBRE DES POUVOIRS

 

Une telle analyse de l'équilibre mondial des pouvoirs aggrave considérablement toute la structure de la politique mondiale, car elle ramène la situation à la politique dans l'esprit de George Bush Junior, Barack Obama ou Hillary Clinton. Ainsi, la sarcastique Hillary Trump s'est retrouvée dans sa robe aujourd'hui, en tant que sanglante sorcière mondialiste. Mais les événements de ces dernières années - le renforcement de la position de la Russie au Moyen-Orient, et surtout - les brillants succès en Syrie, le rapprochement de la Russie avec la Chine et l'intégration du projet "One Belt - One Way" à la stratégie eurasienne de Poutine, et même les démarches antérieures de Trump, qui a tenté d'éviter une confrontation directe, qui a renforcé la position des forces multipolaires en Méditerranée (où la convergence des positions de Poutine et d'Erdogan a joué un rôle important) - ont déjà modifié de manière irréversible l'équilibre des pouvoirs.

 

Inévitablement, les développements qui ont suivi l'assassinat du général Suleimani ont porté la confrontation entre les États-Unis et l'Occident (ainsi que leurs alliés régionaux - Israël, Arabie saoudite et certains États du Golfe), d'une part, et les puissances multipolaires (Russie, Chine, Iran, Turquie, etc.), d'autre part, à un nouveau niveau. Les États-Unis utilisent la politique de sanctions et de guerre commerciale avec leurs adversaires, mais progressivement un pourcentage croissant de l'humanité - non seulement en Asie, mais aussi en Europe - tombe sous le coup des sanctions ; maintenant, des entreprises européennes (principalement allemandes) participent également au projet Nord Stream. Cela montre l'arrogance de l'hégémonie américaine, qui traite ses "partisans" comme des laquais et les punit physiquement. Les Etats-Unis n'ont pas d'amis, ils ont des esclaves et des ennemis. Et dans cet état, la "superpuissance solitaire" s'affronte - et cette fois-ci pratiquement avec le reste du monde, car à chaque occasion, les "esclaves" d'aujourd'hui échapperont certainement à l'inévitable vengeance du collaborationnisme unipolaire. Washington n'a tiré aucune leçon du peuple américain qui a choisi Trump. Le peuple n'a pas voté pour la poursuite de la politique de Bush/Obama, mais au contraire, pour son changement radical. Les élites américaines (et, plus largement, mondialistes) n'en ont pas tenu compte, attribuant tout aux intrigues des "hackers russes" et des "blogueurs". Et maintenant que Trump va à nouveau être en partie une "poignée de main" pour l'élite mondialiste agressive et irrationnelle, la "majorité silencieuse" américaine n'a plus qu'une chose à faire : se détourner complètement de la puissance américaine. Même si Trump a fini par être un jouet entre les mains des mondialistes, cela signifie que les méthodes légales de lutte politique ont été épuisées. Si personne n'exprime la volonté de la société, elle entre dans un régime spécial de sabotage passif. C'est exactement ce à quoi il faut s'attendre aux États-Unis. Sinon, le peuple américain lui-même, dans l'esprit de ses traditions culturelles et politiques, choisira la multipolarité, mais cette fois-ci non pas avec l'État, mais contre l'État.

 

Les États-Unis peuvent traiter à distance avec ceux qu'ils ont désignés comme les "méchants". Mais dans un monde multipolaire qui devient une réalité, vous devrez inévitablement en payer le prix.

 

UN CAMP UNIPOLAIRE DANS UNE CRISE PROFONDE

 

Les partenaires européens des États-Unis ne sont guère prêts pour une confrontation brutale avec le club multipolaire. Ni Merkel, qui a reçu une nouvelle gifle pour Nord Stream, ni Macron, qui est assiégé par des "Gilets jaunes" et qui comprend que d'une manière ou d'une autre, mais vers le populisme, il faudra aller (d'où sa "position spéciale" sur la Russie et ses projets de création d'une armée européenne), ni même Boris Johnson, qui vient de réussir à arracher la Grande-Bretagne au marécage étouffant de l'Union européenne libérale (et il est peu probable qu'il échange aussi rapidement la souveraineté durement acquise - bien que relative - contre un nouvel esclavage des fous américains qui ont complètement perdu tout réalisme), n'est pas pressé de se jeter dans le feu de la troisième guerre mondiale attisé par Washington et d'y brûler sans laisser de trace. L'OTAN est brisée devant les yeux et à cause de la Turquie, qui ne soutient pratiquement rien d'autre que les États-Unis au Moyen-Orient et en Méditerranée orientale, déclarée par les Turcs "Mère patrie bleue", c'est-à-dire la zone de son contrôle souverain. Inconditionnel et totalement irrationnel - on pourrait dire désespéré et même provocateur - le soutien de Washington à Israël sape les relations avec le monde arabe - et plus largement islamique - et l'alliance de Trump avec l'Arabie saoudite le réduit à une transaction purement financière, qui n'est pas une base fiable pour une alliance à part entière, dont les États-Unis sont génétiquement incapables.

 

Le monde se trouve ainsi au bord de la troisième guerre mondiale entre une unipolarité agonisante et une multipolarité qui ne cesse de se renforcer. Les États-Unis y entrent dans des conditions bien pires que celles de l'administration précédente. Dans ces conditions, Trump n'a pas encore été réélu, et ceux qui l'ont poussé à tuer Soleimani vont tenter de le démolir pour cela. Après l'assassinat de Soleimani, la guerre et la paix vont saper la position de Trump de la même manière. C'était une décision fatale qui allait le détruire. Les populistes européens de droite qui ont soutenu le geste suicidaire de Trump se sont également considérablement affaiblis. Le fait est qu'ils n'ont même pas choisi de se ranger du côté de l'Amérique, mais qu'ils ont pris le parti d'un unipolarisme mourant - et cela pourrait détruire n'importe qui.

 

DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR UN MONDE MULTIPOLAIRE

 

Dans ce contexte, les pays sanctionnés - principalement la Russie, la Chine et l'Iran lui-même - ont déjà appris à vivre dans ces conditions en développant leurs propres armes stratégiques (Russie), leur structure économique (Chine - y compris au-delà de son territoire dans le cadre du vaste espace du projet "Une ceinture - un chemin"), leur énergie indépendante (Iran), leur géopolitique régionale indépendante (Turquie). Il ne reste plus qu'à redistribuer les atouts les plus forts parmi les membres du club multipolaire, et la multipolarité devient un véritable adversaire sérieux et relativement invulnérable. Et plus cet adversaire est fort, plus il a de chances d'éviter la troisième guerre mondiale dans sa phase chaude et d'attendre l'effondrement de l'unipolarité, qui viendra inévitablement.

 

Certaines des conséquences de l'assassinat du général Soleimani sont déjà évidentes. L'Iran a déclaré le Pentagone organisation terroriste avec l'IG (organisation terroriste interdite sur le territoire russe), ce qui signifie que la même chose peut arriver à n'importe quel militaire américain qu'au général Soleimani. L'Irak continuera à travailler dur pour renforcer ses capacités de combat et pour créer des armes modernes - en s'appuyant principalement sur la Russie. Il est important de noter que l'Iran, dans ces conditions, a déjà annoncé son retrait du traité sur le développement de ses propres armes nucléaires. Un autre État islamique, le Pakistan, possède des armes nucléaires. Les adversaires régionaux de l'Iran, Israël, disposent également d'armes nucléaires. Elle n'a pas de raison de conclure d'autres accords avec ceux que Téhéran considère officiellement comme des "terroristes".

 

La position de l'Irak, dont une partie importante (selon certaines sources, voire la majorité) de la population est chiite, est également importante. Pour l'ensemble du monde chiite, le général Kasem Suleimani était un héros inconditionnel. D'où la demande du Parlement irakien pour le retrait immédiat de toutes les troupes américaines d'Irak. Bien sûr, une décision démocratique du Parlement ne suffit pas pour les assassins américains cyniques ; ils seront là où ils pensent qu'ils sont nécessaires et où il y a de quoi vivre. Mais cela signifie le début d'une mobilisation générale anti-américaine de la population irakienne - non seulement des chiites, mais aussi des sunnites, qui sont aussi radicalement anti-américains. Dans sa lutte contre les États-Unis, l'Irak pourra compter sur la Russie et en partie sur la Chine, ainsi que sur l'Iran et la Turquie.

 

En même temps, la position clé est celle de la Russie : d'une part, Moscou n'est pas impliquée dans les contradictions régionales entre les États, les ethnies et les mouvements religieux, ce qui rend sa position objective et son désir de paix et de restauration de la souveraineté irakienne sincère et cohérent, et d'autre part, elle possède un niveau d'armement important pour soutenir la guerre de liberté et d'indépendance des Irakiens (comme elle l'était en Syrie). C'est l'Irak qui devient aujourd'hui la principale plate-forme de la politique mondiale : une fois de plus, nous parlons de la plus ancienne civilisation, le cœur du Moyen-Orient - la terre sur laquelle, selon la géographie biblique, était autrefois le "paradis terrestre", aujourd'hui transformé en quelque chose de contraire.

 

Maintenant, le plus important est d'utiliser ce qui, d'un point de vue global, doit être considéré comme l'erreur fatale de Trump. L'assassinat du général Soleimani n'améliore en rien la position des États-Unis, mais raye le scénario pacifique de la transition vers la multipolarité et prive Trump de toute chance de réussite des réformes à long terme de la politique américaine. La situation d'Israël, qui est devenu l'otage de la haine totale de tous les peuples qui l'entourent, est également extrêmement problématique. En fait, son existence ne dépend plus d'un équilibre complexe des forces, mais seulement d'un des camps, qui perd de sa crédibilité. Cette situation devient extrêmement risquée.

 

LA RUSSIE CONTINUE ET GAGNE.

 

Qu'en est-il de la Russie ? La Russie n'est pas pressée de prendre clairement parti pour l'Iran, bien qu'en Iran même, certaines élites préféreraient négocier avec les États-Unis et éviter un rapprochement avec Moscou. Il y a des gens dans les deux puissances qui veulent briser l'axe Moscou-Téhéran et la dense alliance russo-chiite, qui, malgré tout, s'est formée en Syrie, où les Iraniens sous le général Suleimani et les Russes ont combattu côte à côte contre des extrémistes faisant objectivement le jeu du monde unipolaire. Il est certain que les mondialistes vont aussi essayer d'utiliser la cinquième colonne en Iran pour lancer une "révolution des couleurs" afin de renverser les conservateurs et de plonger l'Iran dans le chaos de la guerre civile. Il est certain que l'Occident prépare le même scénario pour la Russie également, ce qui devient de plus en plus pertinent alors que le dernier mandat présidentiel de Vladimir Poutine touche à sa fin. Le monde unipolaire est condamné, mais il est insensé d'espérer qu'il se rendra sans combattre. De plus, l'assassinat du général Suleimani raye le scénario du futur : on ne peut plus attendre de Trump et de Washington qu'ils acceptent volontairement un changement de l'ordre mondial et, par conséquent, qu'ils admettent la subjectivité d'une autre puissance que les États-Unis. La seule chose qui reste aux États du monde multipolaire - la Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie et tous les autres - est de forcer tous ceux qui s'y opposent désespérément à la multipolarité. Après tout, il ne s'agit pas d'accepter la domination russe ou chinoise. C'est ce qui différencie la multipolarité de l'unipolarité : le monde multipolaire laisse à chacun le droit de construire la société qu'il veut et les valeurs qu'il choisit ; il n'y a pas de critères universels ; personne ne doit faire autrement que de respecter le droit de l'autre à renforcer son identité, à construire sa civilisation (qu'il le veuille ou non) et à choisir son propre avenir. La contrainte à la multipolarité ne sacrifie que le monde unipolaire, l'hégémonie américaine et l'idéologie libérale totalitaire ainsi que le système capitaliste comme "valeurs" universelles. L'Occident peut rester aussi libéral et capitaliste qu'il le souhaite, mais les limites de cette idéologie et de ce système économique culturellement toxiques doivent être strictement définies. C'est pour cela qu'il faut lutter - la lutte pour laquelle le général iranien Qasem Soleimani a donné sa vie.

 

Alexandre Douguine (Alexander Dugin)

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

 

Source: https://izborsk-club.ru/18963

 

Alexander Dugin
http://dugin.ru
Alexander Gelievich Dugin (né en 1962) - éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Voir aussi:

 

Hommage au sultan Saladin

 

http://pocombelles.over-blog.com/article-hommage-64410717.html

 

 

 

Alexandre Douguine est membre du Club d'Izborsk

Alexandre Douguine est membre du Club d'Izborsk

Lire la suite

Coronavirus: le monde doit se préparer pour faire face à "la grande crise du siècle" (Ambassadeur d'Iran en France)

14 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Opération Coronavirus, #Iran, #France

Khanaka de Nadir Divan-begi (Boukhara, Ouzbékistan), 1620. "The Khanaka was a center for Sufi (Islamic mystic) meetings. The entryway is adorned with images of the Simurgh, and the 'celestial sun' at the moment of divine illumination as described in Attar's 'Conference of the Birds."

Khanaka de Nadir Divan-begi (Boukhara, Ouzbékistan), 1620. "The Khanaka was a center for Sufi (Islamic mystic) meetings. The entryway is adorned with images of the Simurgh, and the 'celestial sun' at the moment of divine illumination as described in Attar's 'Conference of the Birds."

"Pour l'ambassadeur d'Iran en France, Bahram Qassemi, si le Coronavirus est en mesure d’apporter des changements dans le monde, ce qui est déjà le cas, ce changement doit être en faveur d’une solidarité et d’une coopération collective à l’échelle internationale pour un monde plus sûr et contre des menaces sans frontières." (...)

 

https://fr.irna.ir/news/83713936/Coronavirus-Le-monde-doit-se-préparer-pour-faire-face-à-la

 

"Le gouvernement et le peuple iraniens n'oublieront jamais les amis de leurs jours difficiles":

 

https://fr.irna.ir/news/83714497/L-Iran-n-oubliera-jamais-les-amis-qui-lui-étaient-un-soutien

 

Un convoi d'aide française contre le Coronavirus livré à l'Iran

 

https://fr.irna.ir/news/83701944/Un-convoi-d-aide-française-contre-le-Coronavirus-livré-à-l-Iran

 

Lire la suite

L'harmonie des contraires

8 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Iran, #Philosophie, #Poésie, #Religion

Les Très Riches Heures du duc de Berry. Avril.

Les Très Riches Heures du duc de Berry. Avril.

 

"Si l'on attache ensemble deux oiseaux, ils ne pourront voler, bien qu'ils possèdent quatre ailes."

 

"La vie consiste dans l'harmonie des contraires, la mort vient qu'ils sont entrés en conflit."

 

 

 

Rūmî (Djalâl ad-Dîn Rūmî), poète et mystique persan du XIIIe siècle.

 

 

L'harmonie des contraires
Lire la suite

Le miroir du Simorg

8 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Iran, #Philosophie, #Poésie, #Religion

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Le miroir du Simorg
Le miroir du Simorg

Source des textes ci-dessus: La Conférence des oiseaux, mise en scène par Peter Brook. Adaptation de Jean-Claude Carrière (1970).

D'après le Mantic Uttaïr, le grand poème de Farid Uddin Attar, mystique soufi qui vécut au douzième siècle en Perse, à Neshapur. 

"Le Soleil céleste se mit à briller devant eux, et voici que leur surprise fut grande ! Dans le reflet de leurs visages, ces trente oiseaux de la terre virent la face du Simurgh céleste. Lorsqu'ils jetèrent des regards furtifs vers le Simurgh, ils comprirent que le Simurgh n'était autre que ces mêmes trente oiseaux." The Khanaka of Nadir Divan-begi from Bukhara in 1620. The Khanaka was a center for Sufi (Islamic mystic) meetings. The entryway is adorned with images of the Simurgh, and the 'celestial sun' at the moment of divine illumination as described in Attar's 'Conference of the Birds."

"Le Soleil céleste se mit à briller devant eux, et voici que leur surprise fut grande ! Dans le reflet de leurs visages, ces trente oiseaux de la terre virent la face du Simurgh céleste. Lorsqu'ils jetèrent des regards furtifs vers le Simurgh, ils comprirent que le Simurgh n'était autre que ces mêmes trente oiseaux." The Khanaka of Nadir Divan-begi from Bukhara in 1620. The Khanaka was a center for Sufi (Islamic mystic) meetings. The entryway is adorned with images of the Simurgh, and the 'celestial sun' at the moment of divine illumination as described in Attar's 'Conference of the Birds."

La déification dans la "Conférence des oiseaux"

Par Daniel Peterson, Deseret News
Publié le 24 juin 2018 à 12h30

https://www.oakridger.com/news/20180624/deification-in-conference-of-birds?template=ampart
    

"La plus grande œuvre de l'un des plus grands poètes mystiques du monde est peut-être une fable animale dont la conclusion est surprenante.

L'un des plus grands mystiques musulmans est Farid al-Din Attar, qui a vécu de 1145 à 1221 environ, lorsqu'il a été tué lors de l'invasion mongole de sa ville natale, Nishapur, dans le nord-est de l'Iran.

Son titre "Attar" l'identifierait aujourd'hui comme un fabricant de parfums. À son époque, cependant, il avait un sens plus large : il était aussi un peu comme un "chimiste" britannique, un pharmacien.

Peu connu comme poète de son vivant, les œuvres d'Attar sont aujourd'hui vénérées parmi les plus grands trésors de la littérature persane. Son œuvre la plus célèbre est peut-être le "Mantiq al-Tayr", qui a été traduit plusieurs fois en anglais sous le titre de "The Conference of the Birds" ou "The Parliament of the Birds".

Le protagoniste de l'histoire racontée par Attar est un oiseau appelé "huppe", un représentant de plusieurs espèces colorées apparentées que l'on trouve dans toute l'Afrique et dans toute l'Eurasie. Distingué par une couronne de plumes, la huppe apparaît dans le Coran arabe du septième siècle comme le confident du roi Salomon le Sage et comme un messager entre Salomon et la reine de Saba. Dans la tradition persane, la huppe représente la vertu.

Selon la "Conférence des oiseaux" d'Attar, les oiseaux du monde entier se rassemblent pour réfléchir à qui devrait être leur souverain, puisqu'il leur manque un roi. La huppe suggère qu'ils recherchent le légendaire Simurgh, un oiseau magnifique quelque peu comparable au phénix de la mythologie grecque. (Le mot "simurgh" désignait probablement, dans les formes les plus anciennes du persan, un aigle ou une autre sorte de rapace).

Persuadés par la huppe, les oiseaux rassemblés se mirent en route sous sa direction pour trouver le Simurgh. Leur quête est cependant à la fois difficile et dangereuse. Avant de pouvoir atteindre la montagne où l'on dit que le Simurgh habite, ils doivent d'abord traverser sept vallées, qui sont, dans l'ordre, les vallées de la Quête, de l'Amour, de la Connaissance, du Détachement, de l'Unité, de l'Émerveillement et, enfin, de la Pauvreté et de l'Annihilation.

Au cours de leur voyage, ils sont soumis à diverses épreuves et sont obligés d'abandonner des choses qui, bien que précieuses pour eux, interfèrent avec leur voyage. Les oiseaux apprennent, par exemple, qu'ils doivent subordonner la raison à l'amour, et ils découvrent que leurs connaissances du monde sont inutiles dans leur quête. Ils sont obligés d'abandonner leur désir de posséder, de se détacher des choses terrestres.

Les conversations confidentielles qui ont eu lieu dans sa pharmacie ont donné à Attar une large connaissance de la nature humaine qui se reflète clairement dans ses écrits. "La conférence des oiseaux" présente des dizaines de petites histoires, parfois humoristiques, qui illustrent les faiblesses et les limites de l'homme.

Selon la huppe d'Attar, le principal attribut qui doit être abandonné est peut-être l'attachement à soi-même, qui est finalement atteint lorsque l'ego est abandonné dans cette dernière vallée de la pauvreté et de l'annihilation :

"Les gens de ce monde sont comme les trois papillons devant la flamme d'une bougie. / Le premier s'est approché et a dit : Je sais ce qu'est l'amour. / Le deuxième a touché la flamme avec ses ailes et a dit : Je sais comment le feu de l'amour peut brûler. / Le troisième se jeta au coeur de la flamme et se consuma. Lui seul sait ce qu'est le véritable amour."

Malheureusement, le chemin de leur voyage est si dur et si périlleux que, bien que des milliers d'oiseaux commencent la quête, seuls 30 d'entre eux l'achèvent. Certains, en fait, étaient déjà morts de peur au tout début, dès la simple description du voyage. Beaucoup ont refusé de l'entreprendre. D'autres meurent de soif, de maladie ou d'épuisement, ou sont victimes de bêtes sauvages en cours de route.

Mais même lorsque les 30 oiseaux survivants arrivent à leur but, le gardien du Simurgh leur ordonne assez durement de s'en aller. Cependant, ils sont allés trop loin pour être dissuadés et la porte leur est enfin ouverte. Et lorsqu'elle s'ouvre, ils découvrent qu'ils sont eux-mêmes les Simurgh - un point qui, dans le poème, repose sur l'étymologie populaire et un jeu de mots : en persan, "si" signifie "30" et "murgh" signifie "oiseau".

"Le Soleil céleste se mit à briller devant eux, et voici que leur surprise fut grande ! Dans le reflet de leurs visages, ces trente oiseaux de la terre virent la face du Simurgh céleste. Lorsqu'ils jetèrent des regards furtifs vers le Simurgh, ils comprirent que le Simurgh n'était autre que ces mêmes trente oiseaux."

S'étant perdus dans le divin, ils ont fusionné avec la divinité et ont, de fait, été déifiés."

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Lire la suite

De la création du soleil. De la création de la lune (Ferdowsi, Le Livre des rois)

7 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Iran, #Philosophie, #Poésie, #Religion

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Photo: Pierre-Olivier Combelles

De la création du soleil. De la création de la lune (Ferdowsi, Le Livre des rois)
La lune et, à droite, Jupiter. Photo (prise en France): Pierre-Olivier Combelles.

La lune et, à droite, Jupiter. Photo (prise en France): Pierre-Olivier Combelles.

De la création du soleil. De la création de la lune (Ferdowsi, Le Livre des rois)
De la création du soleil. De la création de la lune (Ferdowsi, Le Livre des rois)
Lire la suite

Rûmi: l'âme

7 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Asie, #Iran, #Philosophie, #Poésie, #Religion

Rûmi: l'âme

 

Voyez comment la main est invisible tandis que le crayon écrit;

Le cheval galope, pourtant le chevalier est invisible; 

La flèche vole, mais l'arc est hors de la vue;

Différentes âmes existent, tandis que l'âme des âmes est cachée.

 

Djalāl ad-Dīn Muḥammad Balkhi ou Rûmî (Perse, XIIIe siècle)

Lire la suite

Les plus belles citations de Rûmî (Poésie persane)

20 Janvier 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Asie, #Iran, #Philosophie, #Poésie, #Religion

Djalāl ad-Dīn Muḥammad Balkhi ou Rûmî, né à Balkh (actuel Afghanistan) dans le Khorasan (grande région de culture perse), le 30 septembre 1207 et mort à Konya (dans l'actuelle Turquie) le 17 décembre 1273, est un poète mystique persan qui a profondément influencé le soufisme. Son prénom, Djalal-el-din, signifie « majesté de la religion » (de djalâl, majesté, et dîn, religion, mémoire, culte). Quant à sa nisba (l'indication de son origine), elle renvoie soit à Balkh (le « balkhien ») ou à Byzance (RûmÎ: le « byzantin »). Il reçut très tôt le titre de Mawlānā, « notre maître », souvent écrit Mevlana, qui est devenu intimement lié à l'ordre des « derviches tourneurs » ou mevlevis, une des principales confréries soufies, qu'il fonda dans la ville de Konya. Il a écrit la majorité de ses œuvres en persan (farsi).

Son œuvre est profondément marquée par sa rencontre avec celui qui deviendra son maître spirituel, Shams ed Dîn Tabrîzî, dont le prénom signifie « soleil de la religion ». Il en fera même l'auteur de l'un de ses ouvrages, le Divân de Shams de Tabriz.

Rûmî aurait également repris à son compte certaines fables d'Ésope (via le célèbre Kalila et Dimna d'Ibn al-Muqaffa) dans son principal ouvrage le Masnavi (ou « Mathnawî », « Mesnevi »). Les Turcs, Iraniens, Afghans et autres populations de la région font montre de respect pour ses poèmes. Reconnu de son vivant comme un grand spirituel et comme un saint, il fréquentait les chrétiens et les juifs tout autant que les musulmans.

L'UNESCO a proclamé l'année 2007 année en son honneur, pour célébrer le huitième centenaire de sa naissance. Ainsi, le 30 septembre de la même année, des festivités ont été organisées à Konya, auxquelles ont pris part des derviches tourneurs et des ensembles de musique traditionnelle d'Iran.

 

Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Djalâl_ad-Dîn_Rûmî

 

Roûmî, « Le Livre du dedans, “Fîhi-mâ-fîhi” »

 

https://www.notesdumontroyal.com/note/376

 

Citations de Rûmi

 

https://citations.webescence.com/citations/Jalal-Al-Din-Rumi

 

Ne reste que parmi les amoureux, des autres éloigne-toi.
Bien que sa flamme embrase le monde,
Le feu meurt par la compagnie des cendres.

"Le commencement, qui est une pensée, s’achève en action; sache que telle a été de toute éternité la construction du monde.
Les fruits sont d’abord dans la pensée de l’esprit, ce n’est qu’à la fin qu’ils se manifestent concrètement."

Rûmî

Rûmî

Rûmî

Les plus belles citations de Rûmî (Poésie persane)
Les plus belles citations de Rûmî (Poésie persane)
Les plus belles citations de Rûmî (Poésie persane)
Les plus belles citations de Rûmî (Poésie persane)
Pierre-Olivier Combelles. Autoportrait au globe terrestre. Aquarelle. Versailles, années 1970.

Pierre-Olivier Combelles. Autoportrait au globe terrestre. Aquarelle. Versailles, années 1970.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5