Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

operation coronavirus

Rainer Fuellmich (avocat en Allemagne et Californie): Covid 19 & tests PCR : Crimes contre l'humanité

7 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Avec l'expérience des précédentes psy-ops de la grippe aviaire, de la grippe porcine, du virus H1N1, du "réchauffement climatique anthropique", du 11 sept, du film hollywoodien 2012, pour ne mentionner que celles-là, il était clair dès le début que la "pandémie" du coronavirus était une psycho-pandémie, prévue et organisée de longue date.

Les conséquences économiques, sociales et sanitaires du confinement généralisé, de la "distanciation sociale" (plutôt asociale), du port obligatoire du masque, de l'état d'urgence, du couvre-feu, de la privation des droits constitutionnels, de la répression contre les peuples, etc. ont été catastrophiques et délibérées.

Il est clair que la guerre est menée non pas contre le "Covid-19" mais contre l'humanité tout entière, en semant la terreur afin d'imposer des restrictions des libertés puis un vaccin avec contrôle total des populations, et vraisemblablement leur diminution drastique.

Comme les explosifs placés à l'intérieur des bâtiments du 11 septembre et la thermite de Notre-Dame de Paris, le Covid-19 est un accélérateur pour le changement de société organisé depuis longtemps, réforme asociale après réforme asociale.

En fait, dans l'esprit de ses auteurs, il s'agit de transformer le monde en un gigantesque camp de concentration où les hommes conditionnés seront eux-mêmes leurs propres gardiens, leurs kapos.

La responsabilité pénale des auteurs de ce crime et de leurs complices (industriels, financiers, médias, fondations privées, gouvernements, responsables médicaux corrompus) doit être dénoncée. et ces derniers poursuivis. C'est ce que prône Reiner Fuellmich.

Rappelons que comme le rapporte César dans ses "Commentaires sur la guerre des Gaules", chez les Gaulois, ceux qui répandaient la panique et les fausses nouvelles étaient punis de mort.

 

Site internet de Reiner Fuellmich:

https://www.fuellmich.com

Jacques Attali est l'un des auteurs intellectuels du crime contre l'humanité "COVID-19".

Jacques Attali est l'un des auteurs intellectuels du crime contre l'humanité "COVID-19".

Lire la suite

Seule à l'Assemblée nationale, la députée Martine Wonner (Haut-Rhin) dénonce la mascarade du Covid-19

3 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Par ailleurs, Interviewé par Kara Shipway, Elon Musk dit qu'il ne se fera pas vacciner contre le Covid, ni lui ni ses enfants, et qu'il est contre le confinement:

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Elon-Musk-Je-ne-me-ferai-pas-vacciner-ni-mes-enfants-61112.html

Lire la suite

Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19

26 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Le Professeur Peronne, médecin et professeur des universités-praticien hospitalier français (chef de service des maladies infectieuses à l'hôpital de Garches), spécialisé dans le domaine des pathologies tropicales et des maladies infectieuses émergentes, et ancien président de la commission spécialisée Maladies transmissibles du Haut Conseil de la santé publique.

19:42: "On fait peur aux Français, tout cela c'est un peu de la manipulation de masse, et je suis très inquiet parce que je trouve qu'il y a une dérive grave: on ne peut pas utiliser une pandémie pour manipuler les gens pour des raisons politiques et économiques."

22:14:  (à propos du port du masque obligatoire) " Là, c'est du délire profond, il n'y a aucune base scientifique, c'est du grand n'importe-quoi, et puis je pense que maintenir toute une population - ils nous disent qu'ils vont laisser le masque pendant des semaines, des mois, il y a des experts infec tieux qui ont dit il y en a pour un an et demi-deux ans, ILS VEULENT OBLIGER TOUS LES FRANÇAIS À PORTER LE MASQUE POUR LES FAIRE CRAQUER POUR QU'ILS SUPPLIENT POUR AVOIR LE VACCIN, pour moi cela me paraît clair."

32:20: "Le ministre ne fait pas la différence entre lien d'intérêt et conflit d'intérêt".

35:18: "Moi, je demande à tout Français de demander à la CADA (Commission d'accès aux documents administratifs) l'enregistrement et les compte-rendus des séances du Haut Conseil de la Santé Publique qui a fait interdire l'hydroxychloroquine. Moi, j'aimerais avoir ces enregistrements. S'ils n'ont pas eu lieu, c'est qu'ils étaient hors-la-loi. Et ne je comprends pas comment le Conseil d'État a balayé d'un revers de main les recours des avocats. Ce n'est pas normal, c'est hors-la-loi."

https://www.cada.fr/administration/la-communication-des-documents-administratifs

37:27 "L'industrie pharmaceutique est la plus grande source de corruption dans le monde."  (ONU)

38:13 "Les marges bénéficiaires (de l'industrie pharmaceutique) sont colossales."

39:10 "Certains (médecins) sont manipulés pour des traitements -tout le monde sait très bien qu'ils ne marchent pas très bien- mais qui sont des vaches à lait pour l'industrie."

42:33 " (la corruption) prend des proportions planétaires... on s'aperçoit qu'on est complètement manipulés.

54:39 "Le gouvernement est complice de tout cela... les Français vont se révolter... ce n'est que le début".

58:53 Accusé par certains d'être "complotiste", le Pr Pérronne répond: "Je pense, donc je suis "complotiste".

100 "Les grands médias sont sous influence".

101: la manipulation de l'information.

 

JE PENSE, DONC JE SUIS "COMPLOTISTE" !

Pr. Perronne

 

Pour aller encore plus loin avec le Pr Perronne, son interview sur Sud Radio:

https://tvs24.ru/pub/watch/1992/c-est-une-attaque-frontale-contre-le-peuple-le-peuple-fran-ais-doit-se-r-volter-pr-christian-perronne-chef-de-service-des-maladies-infectieuses-l-h-pital-de-garches/

Et ici, il est l'invité de Patrick Simonin sur TV5 Monde et où il déclare: "La médecine française est tombée dans le caniveau", "Je ne peux pas accepter qu'on joue avec la santé des Français"...

Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19
Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19

Professeur Christian Perronne:

Y a-t-il une erreur qu'ILS n'ont pas commise ? Covid-19: l'union de l'incompétence et de l'arrogance

Albin Michel, 2020.

https://www.albin-michel.fr/ouvrages/y-a-t-il-une-erreur-quils-nont-pas-commise-9782226455185

 

"Erreur" est-il bien le mot qui convient ? La politique du pouvoir français et des mondialistes qui sont derrière n'est-elle pas totalement consciente et délibérée ?

Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19

"La maladie de Lyme, cette étrange infection déclenchée par une piqûre de tique, peut provoquer dermatoses, arthrites et jusqu’à des atteintes neurologiques.

Pourquoi les patients sont-ils souvent abandonnés à leur souffrance ? Pourquoi ne traite-t-on pas plus efficacement cette maladie alors que des solutions thérapeutiques existent ?

Le professeur Perronne, médecin et chercheur de renom, le premier à avoir sensibilisé les pouvoirs publics, raconte dans ce livre de manière claire et précise tout ce qu’on sait aujourd’hui de cette maladie et comment la guérir. Il répond également aux multiples interrogations de ceux, de plus en plus nombreux, qui sont concernés par cette affection. 

Ce livre nous aide aussi à mieux comprendre et à savoir soigner cet ensemble de maladies mal connues dues à des infections cachées, comme la maladie de Lyme.

La vérité sur l’histoire de la maladie de Lyme et des infections cachées expliquée par le plus grand médecin spécialiste de ces maladies.

Le professeur Christian Perronne est chef de service en infectiologie à l’hôpital universitaire Raymond-Poincaré de Garches, faculté de médecine Paris-Île-de-France-Ouest. Il a été président de plusieurs instances médicales et scientifiques, notamment du Collège des professeurs de maladies infectieuses et tropicales. Il a été vice-président d’un groupe d’experts sur la vaccination à l’Oms. "

https://www.odilejacob.fr/catalogue/medecine/medecine-generale/verite-sur-la-maladie-de-lyme_9782738135094.php

 

Entretiens avec le Pr Perronne au sujet de la maladie de Lyme. A l'entendre, on comprend qu'en France, on ne soigne pas les vraies maladies comme Lyme, mais on installe la terreur pour des fausses pandémies comme le COVID, dont les conséquences vont être mortelles pour la population et pour la société. Tout cela obéit à la même logique de corruption:
 
 
 
Le deuxième entretien (2017) est très détaillé. On se demande quand même si la maladie de Lyme touche surtout les personnes qui ont une immunité faible, puisque des chasseurs ou des personnes qui vont beaucoup en forêt et dans la nature peuvent être piquées par des tiques depuis des années sans avoir le moindre problème, comme c'est mon cas. Est-ce lié au mode de vie de plus en plus urbain et aseptisé de la plupart des gens ? Il semble que le développement de la maladie de Lyme est lié à l'exploitation industrielle des forêts qui a bouleversé l'habitat et le mode de vie des tiques et des bactéries qu'elles hébergent. Une virulence accrue des troubles et des maladies transmises par les tiques et un système immunitaire affaibli chez les humains urbanisés sont pour moi les deux coordonnées du problème.
 
POC
 
Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19

Manifestation à Londres le 26 septembre 2020.

Source: RT: https://francais.rt.com/international/79142-resistance-devient-devoir-manifestation-contre-restrictions-anti-covid-londres

 

QUAND LA LOI DEVIENT UNE TYRANNIE,

LA RÉSISTANCE DEVIENT UN DEVOIR.

Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19
Lire la suite

Sergey Batchikov : la sobriété chrétienne (Club d'Izborsk, 22 septembre 2020)

22 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Opération Coronavirus, #Politique, #Russie

Sergey Batchikov : la sobriété chrétienne

22 septembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19942

 

 

En 1992, peu après l'effondrement de l'Union soviétique, le philosophe, politologue et économiste américain Francis Fukuyama a publié le livre "La fin de l'histoire ou le dernier homme", qui s'est diffusé à des millions d'exemplaires, proclamant le libéralisme comme la seule idéologie viable. Selon Fukuyama, le dernier homme est un libéral et un champion de la démocratie, tandis que la fin de l'histoire est la victoire finale des valeurs occidentales dans le monde entier.

 

Dix ans après, pendant lesquels les vainqueurs de la guerre froide se sont partagé les biens des vaincus, il est apparu que Fukuyama s'était clairement empressé de tirer des conclusions. Le capitalisme, qui a adopté un caractère mondial, presque entièrement planétaire, a fait face à la pire crise de son développement futur. Une population appauvrie, le terrorisme et la violence, les guerres et les opérations spéciales, des millions de migrants privés de leurs droits et la vie chaotique de nations entières - voilà ce qu’est devenu le monde au début du troisième millénaire. De plus en plus de gens se rendent compte que le vieux monde s'effondre rapidement et qu'il est condamné.

 

Mais que peut et doit devenir le nouveau monde ? Quelle est aujourd'hui l'image de l'avenir et le modèle positif de l'avenir attendu qui déterminera le cours des événements et empêchera en fin de compte l'autodestruction de l'humanité ? Les produits hollywoodiens et les fictions modernes diffusent massivement les images destinées à effrayer les gens et à les dissuader de penser à un avenir radieux. L'absence d'une image claire de l'avenir souhaité se manifeste clairement dans la croissance des forces extra-systémiques dans différents pays, lorsque les gens descendent dans la rue, unis par le slogan "contre". En même temps, soit ils n'ont pas d'idées positives (comme, par exemple, les "gilets jaunes" en France), soit ils imaginent un "nouveau monde" dans le cadre destructeur et dépassé de la civilisation occidentale (comme cela se passe sous nos yeux en Biélorussie).

 

On ne peut pas dire qu'il n'y a pas eu de tentatives d'imaginer l'image du nouveau monde en Occident, mais tous ces "nouveaux" modèles ont été construits invariablement dans le cadre donné, sur la base du système de valeurs occidentales sans alternative. La pandémie de coronavirus qui a plongé l'économie mondiale dans une crise totale a de nouveau soulevé la question d'une nouvelle image/nouveau modèle d'avenir avec toute son urgence. Peu à peu, on comprend que le capitalisme n'est pas la fin de l'histoire, mais l'une des étapes du développement humain, et qu'une autre crise pourrait lui être fatale. Une fois de plus, l'intérêt pour les œuvres de K. Marx et V. Lénine s'est éveillé, et l'expérience réussie de la Chine est étudiée en détail. Le professeur J. Galbraith de l'université du Texas a récemment déclaré, à propos des conséquences de la pandémie, que "le capitalisme et la décentralisation des 40 dernières années ne pourront peut-être pas résister à cette crise, nous devrons construire un nouveau système".

 

À cet égard, des rapports très symptomatiques ont circulé sur Internet selon lesquels le coprésident du Club de Rome, Anders Wijkman, a qualifié l'année 2020 d'année de la mort effective de l'ancien système et a appelé à un changement radical de paradigme dans le développement de notre civilisation - les normes dépassées du capitalisme, la spéculation financière, les dogmes du matérialisme et la compréhension simplifiée du monde. Bien que toutes les thèses de ces rapports ne puissent être approuvées, la problématique déclarée du rejet des idées du libéralisme orthodoxe en dit long.

 

La Russie a toujours eu sa propre Vérité dans la guerre métaphysique des sens. Les valeurs solidaires, dont beaucoup se souviennent aujourd'hui, ont historiquement pénétré tout l'espace de la culture domestique. Depuis l'époque du baptême de la Russie, les paroles du Sauveur selon lesquelles « S'il n'y a plus d'amour, qui donnera son âme pour les autres ? » ont mis les pensées et les sentiments de nos ancêtres au service de l'idéal moral évangélique. "La vie égoïste et la morale sont incompatibles", a écrit Léon Tolstoï. Toute la littérature russe est imprégnée de la recherche du sens, des idées de solidarité, de sobriété et de justice. La Russie a une énorme expérience de la réalisation pratique de ces idées et du mouvement sur sa propre trajectoire de développement - expérience inestimable de la création de la civilisation soviétique, civilisation de l'homme-créateur, au lieu du consommateur égoïste. Bien sûr, il est impossible de le répéter dans les conditions actuelles, mais de nombreuses idées et évolutions n'ont pas perdu leur pertinence et leur attrait et peuvent et doivent être utilisées dans le travail pour façonner l'image de l'avenir.

 

De nombreux ouvrages des membres du Club d'Izborsk, qui comprennent que l'avenir existe d'abord dans l'imagination, puis dans l'action et seulement ensuite dans la réalité, sont consacrés à ce sujet. Je crois que les idées de solidarité et de justice, opposées à la culture du profit, de la consommation, aux principes de conflit permanent, seront certainement acceptées et soutenues par notre jeunesse et par des millions de personnes en Occident, qui évaluent sobrement tous les "avantages" de la civilisation occidentale.

 

 

Sergey Batchikov

 

Sergey Anatolievich Batchikov (né en 1953) - Économiste, entrepreneur, personnalité publique et politique russe. Il est membre à part entière de l'Académie internationale du gouvernement d'entreprise. Président du conseil d'administration de l'Union commerciale et financière russe. Directeur du Center for Management Problems of Large Social and Economic Systems de l'Institut international de recherche sur les problèmes de gestion. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Sergey Batchikov : la sobriété chrétienne (Club d'Izborsk, 22 septembre 2020)
Lire la suite

Entrevista con el coronel ruso Vladimir Kvachkov sobre la "pandemia" del coronavirus

16 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Politique, #Russie, #Opération Coronavirus

Entrevista con el coronel ruso Vladimir Kvachkov sobre la "pandemia" del coronavirus

KVACHOV DÉCRIT LA VRAIE  RUSSIE POST-SOVIÉTIQUE:

 

 

Interview du colonel Vladimir Kvachkov par Alexander Prokhanov (rédacteur en chef du journal Zavtra -"Demain", en russe- et Président du Club d’Izborsk)

 

17 OCTOBRE 2005

 

L'interview sera publiée dans le numéro du journal "Zavtra" du 19 octobre.

 

https://echo.msk.ru/doc/119.html

 

 

Alexandre Prokhanov. Vladimir Vassilievitch, comment évaluez-vous ce qui vous est arrivé ? De qui est l'idée ?

 

Vladimir KVACHKOV. Je pense qu'avant le 17 mars 2005, il n'y avait pas de plan à la base du plan de l'opération contre moi et mes camarades officiers des forces spéciales. Il y avait les activités quotidiennes du FSB et d'autres services de sécurité, peut-être privés, qui suivaient les courants politiques les plus dangereux et les orientations des autorités sur le terrain national-patriotique. Parmi eux, il y avait l'Union de la puissance militaire dirigée par le général colonel L.G. Ivashov, à l'œuvre de laquelle j'ai participé. Sans aucun doute, mes presque trente années de service dans les formations et unités à vocation spéciale des forces armées, mon expérience personnelle du combat en Afghanistan, au Tadjikistan, en Tchétchénie et dans d'autres "points chauds" pourraient susciter un intérêt accru pour les services spéciaux. C'est probablement la principale raison pour laquelle j'ai été arrêté à mon domicile cinq heures après la "tentative de Chubais".

 

Je considère tout ce qui s'est passé, y compris le fait d'être en prison, comme un test de ma foi orthodoxe et de la volonté de l'officier. Je suis un officier russe et je suis obligé d'endurer dignement toutes les épreuves et les privations du service militaire pour la défense de la Patrie, y compris la captivité.

 

A.P. Vous êtes un officier de renseignement militaire expérimenté. Une "opération" de ce type, menée par des spécialistes, aurait-elle pu échouer de manière aussi ingrate ?

 

V.K. L'évaluation objective de cette action subversive, si elle a bien sûr eu lieu, ne peut être reçue qu'après l'analyse de ses trois positions : politico-militaire, juridique et militaire elle-même.

 

Du point de vue militaire et politique, cette action est l'une des formes de la guerre de libération nationale. La destruction de tout envahisseur étranger et complice des occupants, y compris dans le domaine économique, est le devoir et le devoir sacré de tout officier, soldat, tout soldat, qu'il combatte en combat armé ouvert sur le front ou qu'il opère sur le territoire occupé par l'ennemi de son pays. Le moment de vérité est la reconnaissance ou la non-reconnaissance du pouvoir d'occupation actuel en Russie. Pour moi, l'occupation de la Russie par une puissance étrangère est évidente, de sorte qu'une tentative d'éliminer l'un des plus sinistres organisateurs de l'occupation de la Russie ne peut être considérée comme une infraction pénale ordinaire. C'est la première action armée de la guerre de libération nationale. Tous ces Eltsins, Tchoubaïs, Kokhis, Abramovitchs, Friedmans, Urinsons et autres nous ont enlevé notre richesse nationale, ont mis les peuples russes et autres peuples indigènes au bord de l'extinction, et la Russie au bord de la dissection. La destruction des occupants et de leurs complices n'est pas un crime, mais le devoir et la responsabilité de tout défenseur de la Patrie, fidèle au serment militaire. C'est sur cette base que je refuse de fournir des preuves à l'enquête, y compris de répondre à la question de la culpabilité. Je le déclare officiellement : Les nombreux rapports des médias selon lesquels le colonel de la réserve Kvachkov aurait plaidé non coupable ne sont pas vrais. Je crois qu'il n'y a pas d'événement criminel et qu'il ne peut y avoir de culpabilité ici. Admettre l'éligibilité de la question de la culpabilité, c'est admettre l'éligibilité de reconnaître cet événement comme un crime.

 

D'un point de vue purement juridique, les personnes accusées d'avoir commis un crime ne doivent pas prouver leur innocence, elles doivent être prouvées coupables. Plusieurs dizaines ( !) des examens effectués n'ont pas indiqué ma participation directe, ainsi que celle de Robert Yashin et d'Alexander Naidenov arrêtés dans cette affaire. Il n'y a ni preuve ni trace : ni la nôtre, ni celle d'autres personnes. Que les agresseurs aient travaillé proprement ou que les enquêteurs aient mal travaillé, c'est une autre affaire. Le jury devrait se voir présenter des preuves, et non des fantasmes de détective et de déficient du bureau du procureur, basées sur le témoignage de délinquants sexuels et de mouchards.

 

Pour des raisons compréhensibles, je ne peux analyser la composante militaire que sur la base des documents présentés dans les médias. Il existe deux options : le sabotage ou la mise en scène. S'il s'agissait d'une action subversive, il est évident que le groupe qui a été pris en embuscade contre l'objet blindé n'est pas venu là avec deux fusils automatiques à partir desquels des tirs ont été enregistrés sur les véhicules. On a trouvé dans la neige six litières pour le tir. Cela signifie qu'il y avait d'autres agresseurs armés. Les fragments du paquet de l'explosif brûlé trouvés sur le site de l'explosion suggèrent que la charge explosive principale, faite d'explosif ( !) de fabrication artisanale (BB), a brûlé et n'a pas explosé, c'est-à-dire qu'elle n'a pas explosé. La puissance d'une explosion d'une charge intermédiaire faite de TNT ou d'un autre explosif de puissance normale conçu pour déclencher une détonation dans un explosif improvisé (généralement de puissance inférieure), les experts ont estimé la puissance de la charge explosive principale de l'explosion, à en juger par celle-ci, alors la puissance de la charge explosive principale de l'explosion devrait être de 25-30 kilogrammes en équivalent TNT. L'explosion d'une telle puissance produite près de la voiture aurait probablement dû jeter la voiture de Chubais hors de la route, après quoi la destruction de l'installation aurait dû être achevée par d'autres moyens, très probablement des grenades antichars portatives comme la RPG-18 (26). La détonation, à en juger par la direction de la trace de shrapnel sur le capot de la BMW devant la roue avant droite, plutôt qu'au centre du véhicule, est très probablement due à la difficulté d'un moment absolument précis de fermeture manuelle du réseau de soufflage électrique dans des conditions de visibilité limitée en forêt. La vitesse d'un cortège de 90 km/h, qui est la vitesse la plus probable au moment du dépassement, signifie que l'on roule à 25 mètres par seconde ou 2,5 mètres par 0,1 seconde. La planification d'une détonation à cette vitesse 0,1 seconde plus tard, c'est-à-dire au centre, ou plus encore à l'arrière de la voiture, en cas d'erreur, même minime, dans la réaction du bombardier pourrait être tardive et le coup principal ne serait pas porté à l'objet déjà dépassé, mais au véhicule d'escorte. Cela ne faisait certainement pas partie des plans des attaquants, ce qui est confirmé par leurs actions ultérieures : lorsque les gardes sont sortis de la voiture, ils n'ont pas été détruits par des tirs d'armes automatiques, ce qui aurait été facile de 30 à 40 mètres, mais ont été repoussés par le feu, juste pour éviter de perturber le départ du groupe.

 

En cas d'embuscade, la détonation de mines et de mines terrestres signifie généralement un signal pour ouvrir le feu et d'autres actions du groupe. Par conséquent, le sous-groupe de tirs était un sous-groupe de tirs réfléchissant les plantes pendant plusieurs secondes avec des balles incendiaires perforantes. Après une explosion de forte puissance, à un mètre et demi de la BMW, on se demandait si même les vitres blindées du côté droit du véhicule conserveraient leur résistance.

 

Il est difficile de juger des raisons de l'échec de l'accusation principale dans l'explosion. Il est possible que le mélange lui-même ait été fabriqué de manière incorrecte (bien qu'un essai d'explosion d'une BMW de fabrication artisanale soit généralement effectué), il est possible que l'étanchéité du mélange ait été perturbée pendant le transport ou l'installation dans la neige, ou il est possible qu'il y ait eu d'autres raisons.

 

L'échec de l'action subversive des guérillas pour détruire la figure la plus odieuse de la démocratie russe indique que le Seigneur n'a pas permis à Chubais de mourir rapidement et sans douleur et a préparé une autre punition, plus lourde, pour lui et toute cette bande. Eh bien, attendons. La guerre de libération nationale du peuple russe ne fait que commencer. La libération de Cuba a également commencé par une tentative infructueuse de prise d'assaut de la caserne Moncada par une poignée d'hommes courageux dirigés par Fidel Castro.

 

La deuxième version était une fausse attaque. Comme je ne l'ai jamais fait auparavant, je m'abstiendrai de commenter cette option en raison de mon incompétence.

 

A.P. L'armée russe est l'objet de provocations continues dans lesquelles le bureau du procureur est impliqué. Quel est le "procès" sur la fierté du renseignement aérien de Pavel Popovskikh avec ses amis. Votre affaire n'est-elle pas une continuation des répressions contre l'armée ?

 

V.K. En 1997, le Commandement des forces aéroportées, sous les auspices du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, a organisé une conférence scientifique et pratique intitulée "Opérations spéciales et nécessité de créer des forces spéciales (troupes) dans les forces armées de la Fédération de Russie". La conférence a été préparée par nous et P.Y.Popovskikh. A l'époque, il était à la tête des services de renseignement des forces aéroportées, et j'occupais un poste à responsabilité au sein du GRU GS. Le soir, la veille de la conférence, où je faisais le rapport principal, un appel a été reçu à la maison, un lieutenant général de GRU m'a appelé et m'a demandé de refuser de faire un rapport car la création de forces spéciales indépendantes des forces armées entraînera une réduction du personnel de renseignement militaire avec toutes les conséquences organisationnelles, officielles, administratives et économiques qui en découlent. Je n'ai pas refusé de faire un rapport, j'ai fait un discours soulignant que la préservation des forces spéciales dans le cadre du renseignement militaire ralentit la création de la nouvelle sorte de troupes les plus modernes en Russie. À cette époque, l'écart avec les États-Unis, qui ont créé leurs forces d'opérations spéciales, était d'environ dix ans. Après la conférence, la "piste d'atterrissage" dans l'affaire Kholodov a augmenté de façon spectaculaire. Pavel Popovskikh et ses camarades ont été envoyés en prison, et j'ai été renvoyé des forces armées exactement le jour de mon 50e anniversaire, malgré la décision déjà prise par le ministre de la défense de prolonger mon service. L'idée de créer des forces spéciales (troupes) en Russie a été si cruellement réprimée. Déjà en tant que spécialiste civil du Centre d'études militaires et stratégiques de l'état-major général, j'ai présenté mes justifications quant à la nécessité de réunir les formations et unités spéciales existantes, dispersées dans les districts militaires, en une seule structure d'organisation et d'état-major, les secrétaires du Conseil de sécurité, les ministres de la défense, les chefs de l'état-major général, le président. Quelque part dans les voûtes du GRU devrait être conservé mon rapport de 2000 avec un compromis, une demi-solution du problème - la création de forces spéciales du GRU GSh - avec la résolution du chef d'état-major général de l'armée de terre, le général A.V.Kvashnin : "Je suis d'accord. Il s'est avéré qu'il est d'accord, mais qui lui donnera. En principe, le sort des forces spéciales des forces armées devait être décidé en mars (notez la date !) de cette année. La monographie de la thèse de doctorat sur la théorie des opérations spéciales des forces armées est prête à être imprimée. Le 18 mars, j'ai dû l'envoyer à une imprimerie. Mais le 17 mars, j'ai été arrêté... Tout cela peut-il être considéré comme une coïncidence de dates ? Non, bien sûr que ce n'est pas le cas. L'objection catégorique du monde en coulisses contre le renforcement des forces armées russes est évidente. La formation de forces spéciales aurait permis d'accroître considérablement l'efficacité des opérations spéciales dans le Caucase du Nord, aurait élargi la possibilité pour la Russie de protéger le peuple russe dans la CEI divisée en parties ainsi que les intérêts nationaux de la Russie à l'étranger. Mais le gouvernement actuel a peur de sa propre armée - non pas celle qui a déjà été détruite par lui, mais celle qui est encore prête au combat. De quelle puissance faut-il avoir peur ? Des forces terrestres à peine respirables, de l'aviation, et surtout de la marine. Et les forces spéciales sont dangereuses. C'est pourquoi le rôle du bureau du procureur de Popovski, Ulman, dans notre cas, est le rôle du mécanisme exécutif. Les organisateurs sont au Kremlin, les clients sont à l'étranger. La destruction de l'armée russe par les non-combattants se poursuit.

 

A.P. Comment évaluez-vous la situation dans l'armée russe ? Le moral des officiers ?

 

V.K. La situation actuelle des forces armées russes est pire et plus tragique que celle de l'armée russe à l'été et à l'automne 1917. Cette conclusion a été tirée sur la base de documents reçus par le Centre d'études militaires et stratégiques de l'État-major général, où je travaille depuis 1995. Ce qui est écrit et dit dans les médias n'est qu'une surface, une partie visible de l'iceberg des problèmes de l'armée, une partie qui ne peut plus être dissimulée. La véritable situation de la sécurité militaire de la Russie et de l'état des forces armées se cache du peuple russe. En substance, la Russie n'a plus d'armée. Il y a des blocs séparés de forces de missiles stratégiques et de troupes aéroportées qui fondent sous les yeux. Les formations et unités des forces spéciales, certaines autres unités et unités des forces armées sont maintenues sur le courage personnel et la loyauté à leur devoir. Tout le reste a perdu depuis longtemps son aptitude au combat et son efficacité au combat. Si l'armée régulière russe a commencé avec deux drôles de régiments de Petrovski, elle revient maintenant à deux drôles de régiments de Poutine.

 

Ce n'est pas seulement, et même pas tellement, l'état catastrophique des équipements militaires. L'armée russe n'a pas d'esprit russe, l'esprit du commandant Alexandre Vassiliévitch Souvorov, du commandant de la marine Fiodor Fiodorovitch Ouchakov, du partisan Denis Vassiliévitch Davydov.

 

Dans la doctrine militaire russe, vous ne trouverez même pas le mot "victoire". La victoire de sa propre armée n'est pas nécessaire pour les hollywoodiens d'aujourd'hui, les dirigeants du pays. Une menace blessée (appelée plus précisément dans les casernes), en lapserdak en civil recevant un défilé militaire, est un superviseur mondial des coulisses, qui contrôle le processus de destruction de l'armée russe. Ce processus, entamé par Gorbatchev, a été poursuivi par Eltsine et son successeur prétendument infidèle, Poutine.

 

L'armée russe, cependant, ainsi que l'armée soviétique, n'ont pas réussi à développer une compréhension correcte de l'essence de la guerre moderne et de la lutte armée. Il n'y avait pas de théorie générale de la guerre, et il n'y en avait pas non plus. Glavpurovskaya Volkogonovskaya Akhineia sur la guerre et l'armée est toujours dans la nouvelle encyclopédie militaire. La théorie de l'art militaire, au lieu de passer des guerres nucléaires aux guerres de l'espace, de l'électronique et du contrôle, est revenue aux guerres du milieu du siècle dernier. Le délire de Poutine, ses complices dans la lutte contre le terrorisme international ne mérite même pas d'être mentionné. Les généraux actuels, à quelques exceptions près et au mieux, sont des opportunistes. En effet, l'armée russe est désormais composée de soldats, d'officiers subalternes et supérieurs. Les pauvres, humiliés par le gouvernement actuel, continuent d'accomplir leur devoir militaire. Il n'y a qu'un seul espoir pour eux. Sur leur moral et leur loyauté envers le peuple.

 

A.P. Pourquoi les militaires réagissent-ils de manière si passive et médiocre à la destruction de l'armée et de la marine ? Où est la voix des militaires ?

 

V.K. L'armée dispose de deux voix. L'un est un bulletin de vote, comme tous les citoyens. L'autre est le vote d'une arme qu'eux seuls possèdent. La voix sociale et politique quotidienne de l'ensemble de l'armée au niveau stratégique est déléguée au commandement des forces armées par le principe du commandement unique. Nous savons ce que le chef militaire et politique de l'armée, ses généraux, ressentent et disent. C'est de la lâcheté, de la désinformation et de la tromperie délibérée de son peuple. Ils livreront la Russie avant même leurs homologues irakiens. Les principaux chefs militaires russes ont été achetés, vendus, achetés à nouveau et sont en vente. Comme l'élite politique civile, le sommet militaire ne lie pas son destin à celui de son propre peuple. Les commandants de divisions (brigades) font exception à la règle. Ils ont besoin des autorités en tant que professionnels, mais seulement pour la guerre, ils sont jetés là où c'est le plus dangereux. Mais seuls les leurs - ceux qui sont proches par leur esprit de trahison - sont autorisés à accéder aux sommets militaires et politiques.

 

Sur le plan opérationnel, il n'y a plus de forme ou de moyen d'exprimer les opinions sociales et politiques des militaires. À l'époque soviétique, cette fonction était partiellement assurée par les conférences de district (marine et armée) du parti. Avec tout le formalisme et l'organisation, il était encore possible d'exprimer son opinion. Au début de la période post-soviétique, il y a eu une activité orageuse de réunions d'officiers. Cependant, avec l'avènement de réformes démocratiques, lisibles et destructrices des forces armées, leurs activités dans les districts, les armées, les divisions ont été interdites par ordre du ministre de la Défense Grachev. La seule façon d'exprimer leur opinion restait les réunions d'officiers au niveau tactique le plus bas - dans les régiments et les unités égales. Mais l'astuce est que dès qu'un commandant consciencieux réunit dans son régiment des officiers avec des réunions vraiment pointues, ce qui signifie inévitablement - des questions politiques, militaires, ses hauts responsables l'accuseront immédiatement de l'incapacité à gérer les gens, en sapant l'état de préparation au combat du régiment (c'est nulle part, mais peu importe, répondez par vous-même), en d'autres omissions et le supprimeront. Ces règles sont bien connues de tous les commandants, je ne connais donc qu'un seul cas de réunion d'officiers dans l'aviation militaire. D'autres commandants manquent d'esprit. Mais ce n'est pas la réponse. La voix d'une réunion d'officiers est de se défouler au son du klaxon, pas dans les affaires. La véritable voix de l'armée est le fracas des chenilles des chars, des BMP et des BMD, les hurlements des avions et des hélicoptères, des TTB et autres véhicules de combat. Ce sont les voix des commandants de pelotons, de bouches, d'escadrons, de bataillons et de régiments. Et la première équipe : "Aux armes !" Cette équipe ne peut être donnée que par une seule conscience et la volonté de l'armée et du peuple. Ensemble, nous sommes silencieux, ensemble, nous nous lèverons de nos genoux.

 

A.P. Que pensez-vous des forces patriotiques nationales ? Quels sont leurs mérites et leurs défauts ?

 

V.K. À l'heure actuelle, les forces patriotiques nationales se sont rapprochées de la fourchette, du point de prise de décision. A droite - bavardage parlementaire avec le parti au pouvoir "Russie unie", à gauche - bavardage parlementaire de l'opposition communiste de gauche. Directement - la lutte de libération nationale et le soulèvement national.

 

Nous vivons dans un pays occupé. Il ne sert à rien d'espérer écarter le pouvoir international étranger au peuple par des élections sans fin. Nous ne pouvons que choisir de nouveaux occupants, échanger certains criminels contre d'autres. Dans ces conditions, le discours interminable des forces patriotiques nationales est dégoûtant. Les guérilleros engagés s'introduisent déjà dans les locaux du CPRF, et leur chef se morfond toujours sur son "profond engagement en faveur de méthodes pacifiques et non violentes de lutte politique". Le flux naissant des patriotes sociaux de la "Mère patrie", en particulier de son aile jeunesse, suscite certains espoirs. Mais la différence fondamentale entre les communistes du CPRF et les patriotes sociaux n'est pas encore évidente. Comme si Rodina ne devait pas tomber dans le péché pour se substituer à la lutte de libération nationale avec l'équilibrisme économique. Le courage des jeunes bolcheviks nationaux est admiré. En général, il semble que l'unification des forces patriotiques nationales se fera non pas autour d'idéologies et de programmes politiques, mais autour d'actions réelles et d'actions de résistance populaire. Les autorités ont poussé le Parti du pouvoir national de Boris Mironov dans une position illégale. Son appel à un soulèvement national n'a pas encore atteint la conscience de masse du peuple russe, mais il n'y a pas d'autre option.

 

A.P. Lutte de libération nationale comme objectif d'unification du peuple. Qu'en pensez-vous ?

 

V.K. La lutte de libération nationale est un moyen, une forme, une sorte de lutte. Son but est la libération de la Russie de l'étranger, imposée par le pouvoir anti-national extérieur et par tout le système politique, et l'unification des peuples est la principale condition de la victoire. Non pas dans les exigences économiques l'un à l'autre le travailleur et l'homme d'affaires il faut chercher le sauvetage de la Russie, et dans le changement de la nature de l'autorité suprême, tout le système politique.

 

Le système actuel est conçu pour exercer un contrôle sur le territoire occupé. Cette occupation n'est pas encore militaire, et ne le sera probablement pas. Les capacités actuelles en matière de finances, d'économie, d'information et d'autres types et formes de violence non combattante peuvent être adéquates. Pourquoi nous, les Russes, et notre vaste territoire serions-nous gaspillés par des troupes américaines et de l'OTAN coûteuses, qui font déjà défaut si l'élite politique, militaire et économique peut être achetée. Si dans "ce pays", l'administration de l'occupation s'acquitte de ses tâches de police, tout va déjà bien, selon le plan, alors pourquoi l'occupation cachée devrait-elle être remplacée par une occupation ouverte, militaire ? Le fait que le lieutenant-colonel Gauleiter du territoire d'outre-mer occupé s'appelle le président de la Fédération de Russie, et que les gauleiters de la finance, de la télévision, du pétrole, de l'énergie et autres soient présidents de conseils d'administration, directeurs généraux ou, d'une manière ou d'une autre, l'occupation elle-même ne change rien.

 

En même temps, il faut comprendre que la raison de nos malheurs ne se trouve pas dans les lettres de change de Chubais, Poutine, Kokh, Gref, Abramovich... Elles sont une conséquence du système politique. Le pouvoir en Russie est immoral et anti-national dans sa nature politique. Dès que des élections directes secrètes, générales et égales, frauduleuses seront mises à la base du pouvoir (d'autres - équitables - ne peuvent l'être par nature), les possibilités financières des hommes politiques, indépendantes de la honte et de la conscience des médias, seront mises, le pouvoir apparaîtra tôt ou tard entre les mains de criminels de niveau mondial. Personne ne pourra jamais comparer le pouvoir du péché et du vice avec ceux qui sont pris au pouvoir par un tel système politique. C'est pourquoi nous, les Russes, l'État qui forme le peuple de Russie, avons perdu le contrôle de notre propre pays. C'est pourquoi il faut d'abord sauver la Russie d'un système politique de pouvoir qui lui est étranger, et ensuite la nettoyer des parasites : il ne sera pas rentable pour eux de vivre ici.

 

Et pendant ce temps, nous sommes détruits sans combat par deux millions de personnes par an. Une guerre silencieuse, mais des plus brutales, est menée contre les Russes et les autres peuples indigènes de Russie.

 

C'est un crime politique contre la nation que de soulever des bavettes politiques en même temps que de la morve sur le régime anti-populaire. Remplacer le pouvoir d'un étranger, d'un étranger, d'un anti-national et donc international par le pouvoir national est le but et la signification de la lutte de libération nationale en Russie, un objectif politique commun, un pour tous.

 

Alors que les solitaires continuent à combattre l'occupant par la force. Dans cette guerre de libération nationale pour le peuple russe et le sol russe, tous ne vivront pas et ne verront pas une victoire. Quelqu'un est destiné à mourir, quelqu'un à être blessé, quelqu'un à être capturé. Cela n'a pas d'importance. Il est important de trouver la force de se lever. Il est temps de se lever ! Endurer d'autres violences contre vous-même, vos femmes et vos enfants, votre peuple, signifie devenir complice et complice de la puissance occupante.

 

En juin de cette année, mon fils aîné Alexander, qui est recherché depuis mars, a eu trente ans. Ne pouvant lui écrire, je veux lui faire comprendre par le biais du journal : ne succombe pas au possible péché de découragement, mon fils. C'est vrai, et donc Dieu est de notre côté. Le fait que je sois en prison, et que vous vous cachiez, dit seulement que le pouvoir actuel n'est pas le nôtre, pas le pouvoir russe, et que nous ne vivons pas dans notre État. Je t'aime, mon fils, et je suis fier de toi. Je prie notre Dieu de vous envoyer à l'avenir la grâce et la joie de vivre dans une famille orthodoxe, et à moi le bonheur de vivre et de chérir vos enfants. Mais sur notre chemin, je ne peux pas et je n'ai pas le droit de vous dire que je suis père - prenez soin de vous. En cette période de repentir, vous et moi ne devrions pas nous sauver. C'est pour protéger votre peuple, votre foi et votre patrie.

 

A.P. Dans quel but avez-vous décidé de vous présenter comme candidat à la Douma d'État ? Que pensez-vous des prochaines élections à la Douma d'État et au Président ?

 

V.K. Le principal objectif de mon intention de devenir député à la Douma d'État est de m'évader de prison et de poursuivre la lutte. Certains types et formes de lutte de libération nationale peuvent et doivent être menés dans les prisons, comme le font actuellement mes collègues officiers, nos jeunes associés du NBP et d'autres. Mais il est évident que les possibilités de se battre derrière les barreaux sont limitées. Les possibilités offertes à un député de la Douma d'État devraient permettre un travail plus actif et plus approfondi pour expliquer l'absurdité totale de la salle de conférence parlementaire, la haine des Russes et la nature antinationale du gouvernement actuel et de l'ensemble du système politique. La représentation du peuple est sans aucun doute nécessaire. Mais la procédure des élections, la révocation des députés, la composition par classe et par travail des députés, le temps et la procédure de travail des sessions, les fonctions de cet organe de représentation et de contrôle du peuple devraient être modifiés de manière significative. C'est la tâche du futur pouvoir national.

 

En général, il s'agit d'élections. La Russie s'est vu imposer un modèle politique créé et testé aux États-Unis. L'essence de ce système politique est la création artificielle de deux forces pour l'apparition d'une lutte pour le pouvoir et l'argent, jouant sur la scène politique selon des règles clairement et fermement établies. Aucune autre force n'est autorisée à entrer dans la vie politique nationale par le biais de diverses restrictions électorales. Cela fonctionne bien avec un troupeau américain bien entraîné et stupide et, dans l'esprit des développeurs du système, cela devrait fonctionner en Russie. La prochaine étape après la création d'une Douma d'État bipartite consistera à modifier l'ordre des élections présidentielles, qui seront uniquement organisées par les partis politiques représentés à la Douma d'État. Par conséquent, les prochaines élections à la Douma d'État auront très probablement lieu dès 2006 afin de disposer du temps nécessaire pour préparer un nouveau cadre législatif et un cadre politique approprié pour les partis. Après cela, les élections - la nomination du chef de la Russie - se dérouleront avec un résultat connu d'avance pour être gagnant-gagnant en coulisses. En même temps, le troupeau de la télévision russe, comme le troupeau américain, regardera diverses émissions politiques à la télévision et choisira, choisira, choisira ... jusqu'à ce que leurs mains tombent de maladies et de malnutrition, parce que leur cerveau aura déjà séché à ce moment-là. C'est ce qu'ils nous cuisinent. Le boycott de ce badinage politique est la seule véritable position de toutes les forces patriotiques nationales. Nous avons notre propre mariage devant nous.

 

A.P. Vous étiez dans la même cellule que Khodorkovsky. Comment avez-vous communiqué ? Comment vous a-t-il impressionné ?

 

V.K. Je tiens à dire d'emblée que je considère la nationalisation - le retour à la propriété nationale de toutes les ressources naturelles russes - comme absolument inconditionnelle et nécessaire. M.B.Khodorkovsky, comme d'autres milliardaires et millionnaires qui ont fait fortune grâce au pétrole, au gaz et à d'autres matières premières, sont devenus leurs propriétaires illégalement. Ici, comme on dit, le commerce est inapproprié. Il ne s'agit peut-être pas de l'amnistie des capitales, mais de l'amnistie des criminels qui, sous le couvert de lois illégales et d'autres astuces, se sont appropriés notre richesse nationale. Le commerce actuel d'actions de sociétés russes est un processus d'achat et de rachat de biens volés. Par conséquent, cette tourmente financière et économique est totalement dénuée de sens pour nous. Ils partagent notre richesse nationale. Jusqu'à présent, ils partagent toujours. M.B.Khodorkovsky est devenu milliardaire non seulement parce qu'il appartenait à la communauté juive. Il y avait beaucoup d'autres "demandeurs d'emploi" pour des millions et des milliards de pétrole. Et ici, dans l'estimation de M.B.Khodorkovsky, nous abordons un point très important - les qualités professionnelles personnelles des millionnaires russes actuels et d'autres personnes riches. Tout est clair avec les escrocs qui ont volé et transféré de l'argent rapidement et beaucoup à l'étranger. Mais il faut noter qu'au cours des 15 dernières années, sur la masse totale de la population, des dizaines de milliers de petits, des milliers de moyens et des centaines de grands entrepreneurs ont créé, modernisé et maintenu la production des anciennes entreprises dans les conditions les plus difficiles de l'économie de marché (appelons-le ainsi pour l'instant) grâce à leur travail, leur talent et leur énergie. Tous ont été et sont encore contraints de vivre et de travailler selon les lois et les règles de l'économie libérale et criminelle. Les directeurs généraux de toutes ces SARL, ZAO et autres sociétés et entreprises ont prouvé leur résistance et leur capacité à organiser la production. Ces personnes devraient être et seront demandées par les nouvelles autorités nationales. La nation n'a plus besoin de leur argent, mais de leur énergie, de leur diligence et de leur esprit d'entreprise.

 

J'ai défini la plate-forme politique de Khodorkovsky comme étant le libéralisme national. Sa tragédie personnelle est qu'il a été l'une des principales figures et l'un des créateurs de la Russie libérale internationale. Son conflit avec les autorités, pour autant que je comprenne leurs relations, est lié à la tentative de Khodorkovsky de rendre les relations économiques transparentes, d'ouvrir à la société le lien entre les autorités, la politique et l'économie, et de les orienter dans la direction des intérêts nationaux. À mon avis, Khodorkovsky a vécu dans l'illusion que le libéralisme russe actuel pourrait devenir national, et il est lui-même devenu le premier grand libéral national à en payer le prix. De par sa nature même, un système politique étranger à la Russie n'épargne même pas "le sien" : tout ce qu'il oriente vers la nation est soumis aux tabous et aux malédictions les plus cruels.

 

Sur les relations personnelles. Imaginez une image : un libéral juif milliardaire est assis sur la "fenêtre" du haut, les jambes pressées, et un officier russe est assis sur celle du bas. Des discussions politiques pendant cinq, six heures ou plus par jour. Au début, la communication était prudente, puis ouverte et intéressante. Et à la fin du mois, assez chaleureux et même amical. La cellule communale fait son travail.

 

M.B.Khodorkovsky a une vision fondamentalement différente du développement de l'État et de la société russes, mais c'est le point de vue d'une personne qui a lié son destin à la Russie. Toute personne devrait avoir le droit à la liberté de croyance personnelle.

 

Mikhail Borisovich, santé et courage dans votre combat. Le pouvoir international-libéral nous a jetés, vous et moi, derrière les barreaux. Rendez-vous en liberté dans la Russie nationale, dans la Russie russe !

 

A.P. Vous n'êtes pas sous pression en prison et vos proches sont en liberté ?

 

V.K. C'est seulement en prison que je ne suis pas sous pression. L'administration et le personnel du centre de détention préventive sont neutres. Je ressens un impact positif sur mon moral lorsque je me déplace vers et depuis le tribunal aux distributeurs automatiques. Il s'agit des reproches des gardiens et des voisins, dont l'idée générale est : "Dommage qu'ils n'aient pas tué cette merde !" Une rare unanimité entre la police et les détenus.

 

La menace ne vient pas des gardiens ni même des enquêteurs. La pression des autorités est évidente dans les tribunaux pour prolonger la période de détention pour moi et mes collègues. Il y avait déjà trois tribunaux. C'est ce que fait, par exemple, la fameuse "justice basmanienne". En lisant la transcription de la séance du tribunal de district de Basmanny datée du 6.09.2005, mes avocats ont trouvé des documents qui non seulement déforment grossièrement le sens de mon témoignage devant le tribunal. Le juge fédéral A.V.Rasnovsky, avec ces dossiers, fabrique directement une nouvelle affaire pénale contre moi. Ainsi, à la page 5 du rapport, lors de la présentation de mon témoignage, il était écrit : "Je vais sortir et pendre Poutine V.V., Kassianov M.V. - tous ceux qui détruisent notre pays et conduisent à sa dégradation. Et maintenant, comparons ces mots avec ce que j'ai réellement dit lors du procès : "Tous ces Eltsins, Poutines, Gaidars, Chubais, Greves, Curls et autres, qui ont détruit notre pays, doivent être traduits devant la cour du tribunal militaire spécialement créé à cet effet. Juger cette bande de traîtres et de traîtres nationaux en vertu du code pénal en vigueur et des tribunaux corrompus actuels revient à juger les criminels fascistes allemands en vertu des lois du Reich de Hitler et des juges nazis. Le travail du Tribunal militaire spécial devrait être basé sur les principes du Tribunal international de Nuremberg, où la peine la plus élevée était la peine de mort par pendaison. Y a-t-il une différence ? ! Ainsi, le juge fédéral Rasnovsky A.V. a non seulement perverti le sens de mes propos, mais a également inscrit dans le protocole une fausse phrase concernant la menace de pendaison de Poutine et Kassianov, sur la base de laquelle je peux être amené à assumer la responsabilité pénale en vertu de l'article 119 du code pénal "Menace de meurtre ou d'atteinte grave à la santé". Heureusement, les avocats A.I.Moshansky et V.P.Samoilov ont été attentifs, ont remarqué ce piège et m'ont protégé d'une nouvelle poursuite pénale. Dans mes remarques sur le rapport, j'ai présenté une pétition visant à envisager la mise en cause de la responsabilité pénale du juge fédéral Rasnovsky A.V. en vertu de l'article 303 de la partie 3 "falsification de preuves dans une affaire pénale de crime grave ou particulièrement grave". Je n'ai pas encore reçu de réponse.

 

Il est difficile d'être proche, bien sûr. C'est un mauvais ton pour un mari de faire l'éloge de sa femme, mais je pense que ma position permet de faire une exception. Jeune fille, ma Hope m'a épousé et porte la croix de femme d'officier depuis vingt ans. Elle l'a portée quand j'ai été porté dans diverses garnisons et "points chauds". Je suis sûr qu'elle réussira ce test. Soyez patient, mon cher ! Je vous ai déjà parlé de mon fils aîné, Alexander. Le plus jeune fils, Kirill, a terminé ses études sans moi cette année et est entré à l'institut. Je tiens à remercier les enseignants pour leur formation, en particulier le maître de classe Valery Yakovlevich, et le personnel de l'institut pour l'objectivité de leurs évaluations. Ma fille aînée Anna est candidate aux sciences médicales, elle est mariée, et j'ai un petit-fils et une petite-fille, Ivan da Maria. Ma plus jeune fille, Elena, est une invalide du premier groupe et étudie à l'Institut des handicapés de Moscou. L'automne dernier, mon fils aîné et moi avons aidé à préparer sa chambre pour l'hiver. J'espère que l'administration l'aidera maintenant. Maman vit à Nakhabino, dans la région de Moscou, et elle est malade. Mais après les événements, les soins que les médecins lui ont prodigués dans la clinique de jour se sont considérablement améliorés. En général, la famille est largement soutenue par de nombreuses personnes russes, même inconnues. Merci à vous, gens aimables ! Nous sommes infiniment plus nombreux en Russie, quoi que disent nos ennemis à notre sujet.

 

A.P. Que souhaitez-vous dire à vos lecteurs de Zavtra ?

 

V.K. Il n'y a plus de militaires ni de civils en Russie, il n'y a plus d'enseignants, de médecins, de scientifiques, d'ouvriers, de soldats, de paysans, de policiers et d'autres professions. L'heure est venue d'une profession pour tous, celle de défenseur de la Foi et de la Patrie. Et ni nous ni nos enfants n'aurons de profession, sauf celle d'esclave, si nous quittons notre Russie pour être maltraités et pillés par des étrangers.

 

Nous sommes loyaux envers nos propres dirigeants. Nous, les Russes et les autres peuples indigènes de Russie, ils n'ont pas besoin de nous. Je ne veux pas, mais il faudra se lever. Sinon, nous serons perdus. Que Dieu vous sauve !

 

La prison du silence du marin...

 

Octobre 2005

 

 

L'interview sera publiée dans le numéro du journal "Zavtra" du 19 octobre.

 

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Lire la suite

Leonid Ivashov: Coronavirus ou la nouvelle voie de l’humanité (Partya Dela, 11 août 2020)

6 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Philosophie, #Politique, #Russie, #Opération Coronavirus

Leonid Ivashov: Coronavirus ou la nouvelle voie de l’humanité (Partya Dela, 11 août 2020)

Leonid Ivashov: Coronavirus ou la nouvelle voie de l’humanité

 

11.08.2020

 

Партия Дела

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/11650/

 

Aujourd'hui, le thème du coronavirus a éclipsé tous les autres problèmes de l'humanité.

Même le thème de la guerre mondiale (guerre froide avec la possibilité de se transformer en guerre chaude), qui a été officiellement déclaré à la Chine par le chef du département d'État américain M. Pompeo le 24 juillet 2020, est devenu moins d'actualité. L'attention de la population mondiale se porte principalement sur la deuxième vague du virus et sur la vaccination. C'est peut-être la bonne chose à faire en termes de santé humaine. Les gouvernements de la plupart des pays et les milieux d'affaires calculent et prévoient les pertes économiques, la majorité de la population (la Fédération de Russie en premier lieu) est dans un état d'anxiété pour son avenir, pour sa survie et son bien-être. Et à mon avis, c'est la principale chose que le Coronavirus nous a apporté à tous - la dépression générale. Et, à toutes les couches et tous les peuples de l'humanité. Mais la dépression est la conséquence la plus terrible du coronavirus. Parce que la dépression virale s'est superposée au sol "fertile" de l'état dépressif des décennies précédentes, à une série de crises systémiques, à la menace de guerres et de conflits armés, au terrorisme, à la baisse du niveau de vie, à l'instabilité politique et à la redistribution permanente du monde, à la bataille mondiale croissante pour les ressources, l'énergie en premier lieu.

 

Le chercheur américain Francis Fukuyama, dans son ouvrage "The End of History and the Last Man" (M., 2005. P. 30), qui résume le XXe siècle, écrit : "Le XXe siècle ... nous a rendus profondément pessimistes. Bien sûr, nous pouvons être optimistes en ce qui concerne nos affaires personnelles, notre santé, notre bonheur... Mais si nous abordons des questions à plus grande échelle, par exemple, s'il y a jamais eu ou s'il y aura des progrès dans l'histoire, le verdict sera tout autre... Nos penseurs les plus sérieux ont conclu que l'histoire n'existe pas - c'est-à-dire un ordre significatif dans un large flux d'événements concernant l'humanité". Ceci est documenté par un scientifique suffisamment compétent et visionnaire. Auparavant, il a écrit des ouvrages plus optimistes, soutenant le leadership américain précisément comme le progrès de l'humanité. Aujourd'hui, il nie les progrès du passé et ne laisse aucun espoir pour un avenir progressiste. Et le pessimisme est la base psychologique de la dépression, générant la peur - individuelle et collective. Quelle est donc la source de la dépression humaine ?

 

L'analyse de la situation permet de tirer des conclusions préliminaires (géopolitiques), laissant aux experts le soin de révéler les causes sous-jacentes. Mais d'abord, signalons que la dépression peut être attribuée à certains... Examinons les chiffres généralisés des suicides dans le monde : selon les sources mondiales, parmi les suicides, la proportion de personnes souffrant de dépression est de 35% en Suède, 36% aux États-Unis, 47% en Espagne, 67% en France. On sait également que 15 à 20% des patients souffrant de dépression se suicident. Un Russe sur dix est maintenant déprimé. En d'autres termes, on peut parler d'une pandémie dépressive. Cependant, la plupart des gens ne la considèrent pas (la dépression) comme une maladie, et les médecins la diagnostiquent rarement. Il n'existe pas de statistiques (même pour la Russie) sur le nombre de personnes décédées, ayant reçu des maladies graves (crises cardiaques, accidents vasculaires cérébraux) non pas à cause d'une maladie coronavirale directe, mais à cause d'un mode de vie sédentaire pendant la quarantaine, d'une exposition accrue aux rayonnements électromagnétiques (lorsque tout le monde est chez lui pendant 24 heures), etc.

 

L'Académie des problèmes géopolitiques et le Club d'Izborsk ont perdu quatre scientifiques exceptionnels (V. M. Simcher, A. A. Nagorny, V. I. Volkov, I. V. Pylev) précisément pour les raisons de quarantaine ci-dessus. Et il y a une masse de ces pertes. Et combien de mesures de quarantaine font perdre à l'économie russe - personne ne le calcule, mais l'estimation des pertes de l'économie mondiale dues aux citoyens souffrant de maladies mentales est de 1 000 milliards de dollars par an. Ces calculs ont été effectués avant l'arrivée du coronavirus. Naturellement, après son arrivée, le nombre de personnes "déprimées" a augmenté de façon spectaculaire, et donc les pertes de l'économie mondiale et de chaque entreprise russe vont très probablement augmenter de façon significative, se multiplier. Sauf pour la pharmacologie.

 

Alors... L'épidémie n'est pas liée au faible niveau de vie. De plus, la dépression est plus importante dans les pays plus développés.

 

Le niveau de dépression était très bas dans la première moitié du XXe siècle, au cours de guerres, révolutions et batailles civiles continues. Mais il a commencé à se développer rapidement dans la seconde moitié du XXe siècle. - pendant les processus de paix, pendant les tentatives de coexistence pacifique de différents systèmes sociaux et politiques, le désarmement nucléaire. La dépression n'est pas liée aux bouleversements sociaux en cours.

Le niveau de consommation d'antidépresseurs par habitant aux États-Unis est plusieurs fois supérieur à celui des autres pays.

 

Conclusion : ni la médecine ni la psychologie ne peuvent même arrêter la croissance rapide de la dépression. Ils sont BASSILLY. La cause de la dépression n'est pas dans la biochimie, la génétique ou la psychologie. Sa source se trouve en dehors de ces zones.

 

Un lecteur, m'a envoyé sur Internet (donc je ne me porte pas garant de la fiabilité) la déclaration du coprésident du Club de Rome Andres Viikman, le 1er avril 2020 à propos du coronavirus : "2020 est l'année de la mort effective de l'Ancien Système. Désormais, le monde doit embrasser une Nouvelle Voie menant à une justice commune et à l'harmonie de la société, de l'économie et de la nature. Sinon, ce sera la mort de toute civilisation".

 

La situation est catégorique : soit une nouvelle voie, soit la mort de l'humanité. Mais où est cette nouvelle voie qui mène à la justice commune et à l'harmonie de la société, de l'économie et de la nature ? N'oublions pas que c'est le Club de Rome qui a activement soutenu l'idée du "milliard d'or" à l'instigation de D. Rockefeller, mais en 2018, c'est comme s'il y avait renoncé. En 2018, le Club a déclaré : "L'ancien monde est condamné. Le Nouveau Monde est inévitable. Sans un changement radical de paradigme dans le développement de notre civilisation - normes dépassées du capitalisme, spéculation financière, dogmes du matérialisme et compréhension simplifiée du monde, le monde est confronté à une désorganisation socioculturelle complète et à un désastre systémique".

 

Pas un mot sur le socialisme, sauf pour la pierre dans le jardin du matérialisme et la compréhension simplifiée du monde (c'est-à-dire un monde sans Dieu), et sur le capitalisme - "normes dépassées, spéculation financière". Dans sa déclaration, parlant des transformations à venir, A. Viikman a annoncé le programme de ces transformations, parmi les points suivants : transition dynamique du système capitaliste monostructurel vers un programme de construction et de développement naturel-social qui prend en compte les intérêts et met en œuvre le pouvoir de tous les groupes d'interaction sociale dans un régime permanent ; création d'une économie alternative qui prend en compte les intérêts économiques existants de facto de tous les groupes sociaux, plus de nouvelles règles financières, leur interaction et leur développement.

 

Je crois que le nouveau coprésident du club appelle l'humanité à une autre construction naturelle et sociale, encore incompréhensible. Pas au capitalisme dans un nouvel emballage. Alors, le socialisme ? La bibliothèque du Club de Rome a saisi les œuvres d'Adam Smith, mais a laissé les œuvres de K. Marx, dont le manifeste communiste. Il y a une chose à laquelle il faut penser, mais pas pour les dirigeants russes : il n'y a rien à penser.

 

L'opinion d'un certain nombre de scientifiques russes de l'Académie des problèmes géopolitiques sur la dépression (Sukhonos S.I.) lors du Conseil académique de l'Académie le 25 juin 2020 a été réduite aux positions suivantes :

 

  • La source de la dépression se situe dans la sphère sociale.
  • La dépression mondiale est le résultat de la crise globale de l'ensemble du monde occidental, de l'effondrement des fondements de sa vision du monde.
  • La cause de la dépression est l'incertitude sociale, l'incertitude, l'incompréhension, qui provoquent la peur de la vie.
  • Il en résulte une confusion et une incompréhension de tout ce qui se passe. Manque de perspectives claires. La peur de l'avenir. La peur mène à la dépression.

 

Des propositions pour sortir de la dépression :

 

  • Créer une feuille de route pour le changement géopolitique pour au moins 1000 ans à venir.
  • Propagation d'une nouvelle image du monde dans laquelle l'homme fait partie de l'univers avec une mission évolutive spécifique, dont la déviation est "punie" par la dépression.
  • Retour à la domination des valeurs spirituelles et au service des plus hautes lois universelles du développement. Abandon de l'idéologie du consumérisme.
  • Remplacement du code Liberté-Egalité-Fraternité par un nouveau code, par exemple : « Will-Justice-Unity. »

 

La voie pour la Russie : "Puissance mondiale intellectuelle et morale de la justice et de l'honneur".

Les blogs publient des avis d'évaluation exprimant l'opinion et les points de vue subjectifs de l'auteur, qui peuvent ne pas coïncider avec la position du parti politique russe "PARTY A DELA ».

 

Partya Dela: https://en.wikipedia.org/wiki/Party_of_Business

 

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Robert F. Kennedy: Les deux poids et deux mesures du Dr Fauci : Polariser la nation sur l'hydroxychloroquine

2 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #Sciences

6 août 2020

Je ne sais pas si l'hydroxychloroquine (HCQ) est efficace contre le COVID. Il est inquiétant que, comme beaucoup d'autres Américains, j'aie l'impression que nous n'apprendrons pas la vérité du Dr Fauci. Un article de MJ Vincent et Eric Bergeron et al. du CDC, paru dans le Virology Journal en 2005, a fait surface la semaine dernière. L'étude conclut : "Nous signalons ... que la chloroquine a de forts effets antiviraux sur l'infection par le SRAS-Coronavirus des cellules de primates. Ces effets inhibiteurs sont observés lorsque les cellules sont traitées avec le médicament avant ou après l'exposition au virus, ce qui suggère un avantage à la fois prophylactique et thérapeutique". Cette conclusion implique que la chloroquine fonctionne à la fois comme un "vaccin" préventif et comme un remède contre les souches de coronavirus.

Si ces résultats persistent dans les modèles humains du COVID 19, comme le suggère l'étude menée le mois dernier dans un hôpital du Michigan et les nombreuses preuves fournies par des médecins américains et d'autres nations, HCQ pourrait concurrencer les vaccins du Dr Fauci, notamment le vaccin Moderna dont son agence est copropriétaire du brevet et pour lequel le Dr Fauci a investi 500 millions de dollars de l'argent des contribuables. Pire encore - pour les fabricants de vaccins - les brevets d'HCQ ont expiré depuis longtemps ; les pilules coûtent 30 cents. Le Dr Fauci insiste sur le fait qu'il n'approuvera pas l'HCQ pour COVID tant que son efficacité n'aura pas été prouvée par des "études randomisées en double aveugle sur placebo". Jusqu'à présent, le Dr Fauci n'a jamais préconisé de telles études pour aucune des 72 doses de vaccin ajoutées au calendrier obligatoire pour les enfants depuis qu'il a pris la tête du NIAID en 1984. Il ne les exige pas non plus pour les vaccins COVID qui sont actuellement en course pour être approuvés. Pourquoi l'hydroxychloroquine devrait-elle être le seul remède nécessaire pour franchir cet obstacle ? La HCQ a moins besoin d'études randomisées sur placebo que n'importe lequel de ces vaccins puisque son innocuité est bien établie après 60 ans d'utilisation et des décennies sur la liste des "médicaments essentiels" de l'OMS.

Bill Gates, l'Organisation mondiale de la santé et Pharma ont alimenté les soupçons du public en finançant de multiples études sur la HCQ à l'aide de protocoles calculés de manière à discréditer le médicament. La FDA a condamné la HCQ pour le COVID sur la base de deux études publiées dans NEJM et Lancet, même après que les revues les aient retirées pour fraude. L'hostilité particulière du Dr Fauci envers la HCQ est cohérente avec son parti pris d'un demi-siècle en faveur des vaccins et des médicaments brevetés. La politique de deux poids deux mesures du Dr Fauci crée la confusion, la méfiance et la polarisation.

Robert F. Kennedy, Jr, Président, Children's Health Defense

Traduit de l'anglais par Le Rouge et le Blanc.

Source: https://childrenshealthdefense.org/news/dr-faucis-double-standards-polarizing-the-nation-on-hydroxychloroquine/

Lire la suite

Combattre le totalitarisme global: discours historique de Robert F. Kennedy Jr. à Berlin (29 août 2020)

2 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Opération Coronavirus, #Politique

Combattre le totalitarisme global: discours historique de Robert F. Kennedy Jr. à Berlin (29 août 2020)
Combattre le totalitarisme global: discours historique de Robert F. Kennedy Jr. à Berlin (29 août 2020)

Robert F. Kennedy, Jr. s'est adressé à des centaines de milliers de personnes dans les rues de Berlin, en Allemagne, le 29 août 2020. Avec la place Großer Stern et le monument Siegesäule en toile de fond, M. Kennedy a parlé du contrôle du gouvernement par la peur et s'est prononcé contre le totalitarisme. Il a déclaré que le gouvernement et ceux qui ont le plus de richesses et de contrôle ont fait un travail terrible sur la santé publique et vont tous nous faire passer à la 5G et à une société sans argent liquide. Il a déclaré que la 5G nous est imposée comme une bonne chose mais qu'elle sera utilisée pour la surveillance et la collecte de données. M. Kennedy a ajouté que la pandémie COVID 19 est une crise de convenance qui détruit la classe moyenne, nous appauvrit tous, et rend l'élite puissante encore plus puissante. Il a conclu par le message que nous devons protéger nos semblables, nos enfants vulnérables ainsi que nos libertés et notre démocratie !

TRANSCRIPTION

 

Merci à tous. (applaudissements)

Chez moi, aux États-Unis, les journaux disent que je suis venu ici aujourd'hui pour parler à environ 5000 nazis. Et demain, ils vont rapporter que, oui, j'étais ici et que j'ai parlé à peut-être 3 à 5 000 nazis. Et je regarde cette foule et je vois le contraire du nazisme. Je vois des gens qui aiment la démocratie, des gens qui veulent un gouvernement ouvert, des gens qui veulent des dirigeants qui ne vont pas leur mentir, des gens qui veulent des dirigeants qui ne vont pas inventer des règles et des règlements arbitraires pour orchestrer l'obéissance de la population. Nous voulons des responsables de la santé qui n'ont pas de liens financiers avec l'industrie pharmaceutique, qui travaillent pour nous et non pour les grandes sociétés pharmaceutiques. Nous voulons des fonctionnaires qui se soucient de la santé de nos enfants et non des profits pharmaceutiques ou du contrôle du gouvernement. Je regarde cette foule - je vois tous les drapeaux de l'Europe, je vois des gens de toutes les couleurs, je vois des gens de toutes les nations, de toutes les religions, tous soucieux de la dignité humaine, de la santé des enfants, de la liberté politique - c'est le contraire du nazisme ! (applaudissements)

Les gouvernements AIMENT les pandémies. Ils aiment les pandémies pour la même raison qu'ils aiment la guerre. Parce qu'elle leur donne la capacité d'imposer à la population des contrôles que celle-ci n'accepterait JAMAIS autrement - les grandes institutions et les mécanismes permettant d'orchestrer et d'imposer l'obéissance. Maintenant, je vais vous dire une chose - c'est un mystère pour moi que toutes ces grandes personnes importantes comme Bill Gates et Tony Fauci aient planifié et pensé à cette pandémie pendant des décennies, la planifiant de manière à ce que nous soyons tous en sécurité lorsque la pandémie arrivera enfin. Et pourtant, maintenant qu'elle est là, ils ne semblent pas savoir de quoi ils parlent. Ils semblent inventer au fur et à mesure. Ils inventent des chiffres. Ils ne peuvent pas vous dire quel est le taux de létalité des cas de Covid - c'est fondamental. Ils ne peuvent pas nous donner un test PCR qui fonctionne vraiment. Ils n'ont pas... Ils doivent constamment changer la définition du Covid sur les certificats de décès pour que cela paraisse de plus en plus dangereux. Mais une chose pour laquelle ils sont doués, c'est pour faire monter la PEUR.

Il y a 75 ans, Hermann Goering a témoigné au procès de Nuremberg et on lui a demandé "comment avez-vous fait pour que le peuple allemand accepte tout cela ? Cela n'a rien à voir avec le nazisme. Cela a à voir avec la nature humaine. Vous pouvez le faire dans un régime nazi, vous pouvez le faire dans un régime socialiste, vous pouvez le faire dans un régime communiste, vous pouvez le faire dans une monarchie et une démocratie. La seule chose dont un gouvernement a besoin pour faire des gens des esclaves, c'est la peur. Et si vous pouvez trouver quelque chose pour les effrayer, vous pouvez leur faire faire tout ce que vous voulez.

Il y a 50 ans, mon oncle John Kennedy est venu dans cette ville - il est venu ici à Berlin parce que Berlin était la ligne de front contre le totalitarisme mondial. Et aujourd'hui encore, Berlin est la ligne de front contre le totalitarisme mondial. Mon oncle est venu ici - il a dit fièrement au peuple allemand, Ich bin ein Berliner. Et aujourd'hui, tous ceux d'entre nous qui sont ici aujourd'hui peuvent dire fièrement une fois de plus, Ich bin ein Berliner. Parce que vous êtes en première ligne contre le totalitarisme.

Je vais dire encore une chose. Ils n'ont pas fait un très bon travail en matière de protection de la santé publique. Mais ils ont fait un très bon travail en utilisant la quarantaine pour introduire la 5G dans toutes nos communautés. Et pour commencer le processus de passage à une monnaie numérique, qui est le début de l'esclavage. Parce que s'ils contrôlent votre compte bancaire, ils contrôlent votre comportement. Et nous voyons tous ces publicités à la télévision qui disent que la 5G arrive dans votre communauté. Ce sera une grande chose pour vous tous, ça va changer vos vies, ça va rendre toutes vos vies tellement meilleures. Et je dois dire que c'est très convaincant parce que je regarde ces publicités et je pense que c'est génial, j'ai hâte que ça arrive. Et parce que je vais pouvoir télécharger un jeu vidéo en 6 secondes au lieu de 16 secondes. Et c'est pour cela qu'ils dépensent 5 billions de dollars sur la 5G ? Non. La raison est, pour la surveillance et la collecte de données. Ce n'est pas pour vous et moi. C'est pour Bill Gates, c'est pour Mark Zuckerberg et Jeffrey Bezos. Et pour tous les autres milliardaires. Bill Gates dit que sa flotte de satellites pourra observer chaque centimètre carré de la planète 24 heures sur 24. Mais ce n'est que le début. Il pourra également vous suivre sur tous vos appareils intelligents, grâce à la reconnaissance faciale biométrique, grâce à votre GPS. Vous pensez qu'Alexa travaille pour vous ? Elle ne travaille pas pour vous. Elle travaille pour Bill Gates en vous espionnant.

Et la pandémie est une crise de convenance pour les élites qui dictent ces politiques. Elle leur donne la capacité d'anéantir la classe moyenne, de détruire les institutions de la démocratie, de transférer toutes nos richesses de nous tous à une poignée de milliardaires pour s'enrichir en appauvrissant le reste d'entre nous. Et la seule chose qui les sépare de nos enfants, c'est cette foule qui est venue à Berlin ! Nous leur disons aujourd'hui que vous n'allez pas nous enlever notre liberté, que vous n'allez pas empoisonner nos enfants, que nous allons exiger le retour de notre démocratie.

Merci beaucoup à tous de vous être battus ! (applaudissements)

Robert F. Kennedy Jr.

Traduction: Le Rouge et le Blanc.

Source de la transcription en anglais: 

https://www.marktaliano.net/robert-f-kennedy-jr-fighting-against-global-totalitarianism-in-berlin-video-the-liberty-beacon/

Prononcé le 29 juin 1963 à Berlin en pleine Guerre Froide, le fameux discours du Président John F. Kennedy où il déclara en allemand “Ich bin ein Berliner” était un vibrant appel en faveur de la liberté représentée par la “démocratie” occidentale contre le “totalitarisme” communiste.
Les libéraux qui détiennent le pouvoir en Occident et dans le monde nous dirigent vers une nouvelle guerre froide -et peut-être chaude- contre les peuples de la Fédération de Russie, de la Chine, de l’Iran et leurs alliés.
Ils veulent dresser la moitié du monde contre l’autre moitié. L’Occident contre l’Asie. Diviser pour régner, afin d’exercer leur pouvoir sur un monde global unifié et réaliser leurs rêves démentiels de transformations et de transgressions.
Ne tombons pas dans ce piège. Ce n’est pas le communisme qui est l’ennemi de l’homme, c’est le libéralisme. Les anti-libéraux européens et américains partagent le même combat avec les anti-libéraux russes, iraniens et du monde entier. Nous avons le même ennemi !
Refusons de nous entre-tuer entre frères !

Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Fighting against Global Totalitarianism: Robert F. Kennedy Jr Speech in Berlin, 29 Aug. 2020

2 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Opération Coronavirus, #Politique

Fighting against Global Totalitarianism: Robert F. Kennedy Jr Speech in Berlin, 29 Aug. 2020
Fighting against Global Totalitarianism: Robert F. Kennedy Jr Speech in Berlin, 29 Aug. 2020

Robert F. Kennedy, Jr. spoke to hundreds of thousands in the streets of Berlin, Germany, August 29, 2020. With Großer Stern Square and the Siegesäule Monument as a backdrop, Mr. Kennedy talked about government control by fear and spoke out against totalitarianism. He said the government and those with the greatest wealth and control have done a terrible job on public health and will shift us all to 5G and a cashless society. He said that 5G is being pushed on us as a good thing but it will be used for surveillance and data harvesting. Mr. Kennedy added that the COVID 19 pandemic is a crisis of convenience that is destroying the middle class, impoverishing us all, and it is making the powerful elite even more powerful. He closed with the message that we must protect our fellow man, our vulnerable children and our freedoms and democracy!

TRANSCRIPT

‘Thank you everybody. (applause)
Back at home in the United States, the newspapers are saying that I came here today to speak to about 5,000 Nazis. And tomorrow they’re gonna report that, yes, I was here and spoke to maybe 3-5,000 Nazis. And I look at this crowd and I see the opposite of Nazism. I see people who love democracy, people who want open government, people who want leaders that aren’t gonna lie to them, people who want leaders who won’t make up arbitrary rules and regulations to orchestrate obedience in the population. We want health officials who don’t have financial entanglements with the pharmaceutical industry, who are working for us and not Big Pharma. We want officials who care about our children’s health and not about pharmaceutical profits or government control. I look at this crowd – I see all the flags of Europe, I see people of every color, I see people from every nation, every religion all caring about human dignity, about children’s health, about political freedom — this is the opposite of Nazism! (applause)
Governments LOVE pandemics. They love pandemics for the same reason they love war. Because it gives them the ability to impose controls on the population that the population would otherwise NEVER accept – the great institutions and mechanisms for orchestrating and imposing obedience. Now, I’ll tell you something – it’s a mystery to me that all of these big important people like Bill Gates and Tony Fauci have been planning and thinking about this pandemic for decades, planning it so that we would all be safe when the pandemic finally came. And yet, now that it’s here, they don’t seem to know what they’re talking about. They seem to be making it up as they go along. They’re inventing numbers. They cannot tell you what the Case Fatality Rate for Covid is – that’s basic. They cannot give us a PCR test that actually works. They don’t have… They have to change the definition of Covid on the death certificates constantly to make it look more and more dangerous. But one thing that they’re good at is pumping up FEAR.
75 years ago, Hermann Goering testified at the Nuremberg Trials and he was asked ‘how did you make the German people go along with all this?’ He said it’s an easy thing. It’s not anything to do with Nazism. It has to do with human nature. You can do this in a Nazi regime, you can do it in a socialist regime, you can do it in a communist regime, you can do it in a monarchy and a democracy. The only thing that a government needs to make people into slaves is fear. And if you can figure out something to make them scared, you can get them to do anything that you want.
50 years ago, my uncle John Kennedy came to this city – he came here to Berlin because Berlin was the frontline against global totalitarianism. And today again, Berlin is the frontline against global totalitarianism. My uncle came here – he proudly said to the people of Germany, Ich bin ein Berliner. And today, all those of us who are here today can proudly say once again, Ich bin ein Berliner. Because you are the frontline against totalitarianism.
I’m going to say one more thing. They haven’t done a very good job about protecting public health. But they’ve done a very good job at using the quarantine to bring 5G into all of our communities. And to begin the process of shifting us all to a digital currency, which is the beginning of slavery. Because if they control your bank account, they control your behaviour. And we all see these advertisements on television saying 5G is coming to your community. It’s gonna be a great thing for all of you, it’s gonna change your lives, it’s gonna make all of your lives so much better. And it’s very convincing I have to say because I look at those ads and I think it’s great, I can hardly wait til it gets here. And because I’m going to be able to download a video game in 6 seconds instead of 16 seconds. And is that why they’re spending 5 trillion dollars on 5G? No. The reason is, for surveillance and data-harvesting. It’s not for you and me. It’s for Bill Gates, it’s for Mark Zuckerberg and Jeffrey Bezos. And all of the other billionaires. Bill Gates says that his satellite fleet will be able to look at every square inch of the planet 24 hours a day. But that’s only the beginning. He’ll also be able to follow you on all of your smart devices, through biometric facial recognition, through your GPS. You think that Alexa is working for you? She isn’t working for you. She’s working for Bill Gates spying on you.
And the pandemic is a crisis of convenience for the elites who are dictating these policies. It gives them the ability to obliterate the middle class, to destroy the institutions of democracy, to shift all of our wealth from all of us to a handful of billionaires to make themselves rich by impoverishing the rest of us. And the only thing between them and our children is this crowd that has come to Berlin! We’re telling them today you are not going to take away our freedom, you are not going to poison our children, we are going to demand our democracy back.
Thank you all very much for fighting!’ (applause)

****

Source de la transcription: https://www.marktaliano.net/robert-f-kennedy-jr-fighting-against-global-totalitarianism-in-berlin-video-the-liberty-beacon/

Prononcé le 29 juin 1963 à Berlin en pleine Guerre Froide, le fameux discours du Président John F. Kennedy où il déclara en allemand “Ich bin ein Berliner” était un vibrant appel en faveur de la liberté représentée par la “démocratie” occidentale contre le “totalitarisme” communiste.
Les libéraux qui détiennent le pouvoir en Occident et dans le monde nous dirigent vers une nouvelle guerre froide -et peut-être chaude- contre les peuples de la Fédération de Russie, de la Chine, de l’Iran et leurs alliés.
Ils veulent dresser la moitié du monde contre l’autre moitié. L’Occident contre l’Asie. Diviser pour régner, afin d’exercer leur pouvoir sur un monde global unifié et réaliser leurs rêves démentiels de transformations et de transgressions.
Ne tombons pas dans ce piège. Ce n’est pas le communisme qui est l’ennemi de l’homme, c’est le libéralisme. Les anti-libéraux européens et américains partagent le même combat avec les anti-libéraux russes, iraniens et du monde entier. Nous avons le même ennemi !
Refusons de nous entre-tuer entre frères !

Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Spoutnik V contre le plan US dément de vaccination et de puçage de l'humanité, par Israël Shamir

2 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

(…)

 

Puisque l'histoire du poison russe a été si bien établie et scientifiquement élaborée dans les moindres détails, il serait insensé de ne pas en faire usage. Et en effet, dans le cas d'Alexei Navalny, les Américains en ont pleinement profité - pour bloquer la progression du vaccin russe Spoutnik V. Ce vaccin est appelé Spoutnik pour une bonne raison. Comme le légendaire satellite de 1957, le vaccin russe menace de faire tomber l'image du monde entier, si soigneusement construite par les artisans occidentaux. En 1957, comme en 2020, le Spoutnik a détruit le mythe du Russe attardé. Sous le choc, les élites occidentales ont à nouveau découvert que les Russes sont toujours capables de faire des choses grandes et inattendues.

 

Spoutnik V menace d'annuler les bénéfices en espèces de Bill Gates, le sacerdoce de l'OMS et de Big Pharma, qui s'en léchaient les babines, en prévision des montagnes d'argent qu'ils récolteraient au dernier coup de cloche de l'hystérie COVID. Nous parlons de centaines de milliards de dollars, d'un "certificat de vaccination" mondial (comportant le système d'identification ID-2020, dit "camp de concentration numérique"), d'un éternel état d'urgence sanitaire pour des milliards d'habitants de la planète, de la "nouvelle normalité", nécessitant absolument des mises à jour annuelles, du même genre que celles qui ont rendu Microsoft si détesté et Bill Gates si riche. Et tout cela va à vau-l'eau, parce que ces p... de Russes ont déployé leur astucieux vaccin.

 

L'avion transportant Alexei Navalny n'avait pas encore atteint Berlin, que les États-Unis avaient déjà imposé une interdiction à l'institut produisant le vaccin, et une interdiction secondaire pour le vaccin lui-même, et une interdiction tertiaire à tous ceux qui vendraient, ou achèteraient ou s'administreraient ce vaccin: autant de sanctions sous la menace de se voir interdire l'utilisation du dollar américain, de se voir déconnecté de SWIFT et de Twitter, bref banni de tout le monde dirigé par les Américains. Il s'agit d'une menace dont il ne faut pas se moquer : lorsque les États-Unis ont interdit le Nord Stream-II, toutes les entreprises européennes ont lâché l'affaire comme une patate chaude, malgré les lourdes sanctions [russes] qu'elles allaient certainement subir pour avoir rompu leurs contrats avec les Russes. Elles ont également peur de toucher au pétrole iranien ou à l'argent vénézuélien, puisque les États-Unis l'ont interdit.

 

S'il fallait choisir entre la pandémie et l'inimitié des États-Unis, la plupart des pays et des entreprises oublieraient rapidement les platitudes sur les personnes âgées qui souffrent et l'égoïsme cruel des sceptiques sans masque dont ils nous ont abreuvés ces six derniers mois, pour passer à autre chose. Laissez crever les personnes âgées ; laissez les enfants transpirer sous les masques pour toujours, mais que Dieu nous préserve de la fureur américaine.

 

Ce plan pourrait bien se retourner contre ses auteurs. Le peuple américain est bon et il a peur du COVID. Les Américains ne s'opposent pas à ce que le salut vienne de Russie, car les astronautes américains se sont précipités dans le compartiment russe de la station spatiale Soyouz lorsque le leur a présenté une fuite en 2015. La pression des électeurs américains, l'indignation des personnes qui étouffent et qui en ont assez des muselières et de la distanciation sociale, et la crainte d'une mort mondiale imminente attendue depuis trop longtemps, touot cela pourrait l'emporter sur l'interdiction américaine. Les nations d'Europe et du monde entier en ont assez de ces sanctions américaines et des coûts qu'elles entraînent. Les sanctions imposées à la Syrie, à l'Iran, à la Chine et à la Russie ont été mises en œuvre aux dépens de l'Europe. La lutte contre le vaccin russe pourrait être la paille de trop sur le dos du chameau.

 

Dans cette lutte titanesque pour le sort du monde, pour la vie et la santé, pour des milliards de personnes et de dollars, le sort d'Alexei Navalny ne joue qu'un très petit rôle. C'est en désespoir de cause que les auteurs de cette guerre mondiale  ont été contraints d'utiliser Alexey comme levier pour repousser le vaccin russe. Son travail est maintenant terminé. Les choses sérieuses commencent. Une fois l'interdiction américaine en place, Navalny peut se rétablir et s'envoler pour la Nouvelle-Zélande, pour s'installer à côté de chez Skripal, par exemple, ou même retourner en Russie. Nous ne pourrons jamais vraiment savoir ce qui lui est arrivé, mais cela n'a plus d'importance. Ce qui est important, c'est le vaccin.

 

P.S. Personnellement, je ne pense pas que le Coronavirus vaille les efforts déployés pour le contenir, et je ne pense pas non plus qu'un vaccin soit nécessaire. Mais des milliards de personnes ont été traumatisées jusqu'à l'hystérie, et il est peu probable que celle-ci disparaisse sans vaccin, qu'il s'agisse d'un placebo ou non. Je suis convaincu que le vaccin russe, créé par les meilleurs experts ex-soviétiques, qui avaient débarrassé l'ex-URSS et l'Europe de l'Est de nombreuses maladies, est au minimum plus sûr que tout ce que les grandes sociétés pharmaceutiques et Fauci (connues pour leur AZT) vont produire, et qu'il ne servirait pas à nous pucer ni n'exigerait des mises à jour comme le font les Windows de Bill Gates.

 

Israël Adam Shamir

 

Israel Shamir peut être contacté à l'adresse suivante : adam@israelshamir.net

Source: https://www.unz.com/ishamir/navalny-poison/

Traduction: Maria Poumier

 

Source et article complet: https://plumenclume.org/blog/601-le-poison-de-nalvalny

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 > >>