Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

operation coronavirus

Vladimir Ovtchinsky : Crime COVID - 19 (Club d'Izborsk, 30 mars 2020)

30 Mars 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus

Vladimir Ovtchinsky : Crime COVID - 19

30 mars 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19029

 

 

La pandémie COVID-19 a un impact profond sur tous les processus sociaux de la société, y compris les manifestations criminelles, en particulier sur le crime organisé (CO) et les marchés illicites.

 

Dans les premiers stades d'une pandémie, il est difficile non seulement de quantifier, mais aussi de faire des prévisions significatives sur les conséquences pénales de l'impact de COVID-19 et des mesures prises pour le contrer.  Toutefois, des évaluations criminologiques professionnelles complètes et des propositions de réponse sont déjà en place.

 

Europol analyse la nouvelle criminalité

 

Le rapport d'Europol (mars 2020) "Pandemic Speculator : How Criminals Exploit the COVID 19 Crisis" contient les dispositions les plus importantes sur l'évolution de l'activité criminelle pendant la pandémie. Les analystes d'Europol constatent que les criminels ont rapidement saisi les occasions de profiter de la crise en adaptant leurs modes d'action ou en se livrant à de nouvelles activités criminelles. Parmi les facteurs à l'origine de l'évolution de la criminalité et du terrorisme, on peut citer

 

une forte demande pour certains biens, équipements de protection et produits pharmaceutiques ;

 

la mobilité réduite et les flux de personnes à travers et dans l'UE ;

 

les citoyens restent à la maison et travaillent de plus en plus souvent à domicile, en s'appuyant sur des solutions numériques ;

 

les restrictions dans la vie publique rendront certains actes criminels moins visibles et les transféreront dans des contextes domestiques ou en ligne ;

 

une anxiété et une peur accrues qui peuvent créer une vulnérabilité à l'exploitation ;

 

la réduction de l'offre de certaines marchandises illicites dans l'UE.

 

Sur la base des informations fournies par les États membres de l'UE et de sa propre expertise, Europol identifie quatre principaux domaines de criminalité au cours de la période COVID - 19 :

 

Cybercriminalité .

 

Le nombre de cyberattaques contre des organisations et des individus est déjà important et devrait augmenter. Les criminels ont utilisé la crise COVID-19 pour mener des attaques d'ingénierie sociale sur la pandémie et pour distribuer divers paquets de logiciels malveillants.

 

Les cybercriminels chercheront probablement à utiliser un nombre croissant de vecteurs d'attaque, car de plus en plus d'employeurs proposent des emplois en ligne (à distance) et leur permettent de se connecter aux systèmes de leurs organisations.

 

Exemple : la République tchèque a signalé une cyberattaque dans un hôpital universitaire de Brno, qui a obligé l'hôpital à fermer tout le réseau informatique, à reporter des opérations chirurgicales urgentes et à rediriger les nouveaux patients atteints de maladies aiguës vers l'hôpital le plus proche.

 

Fraude

 

Les fraudeurs ont très vite adapté les systèmes de fraude bien connus à la nouvelle situation pour tirer parti des craintes et des peurs des victimes pendant la crise. Il s'agit notamment de divers types de versions adaptées de la fraude téléphonique, de la fraude à l'approvisionnement et des systèmes de décontamination. On peut s'attendre à voir apparaître dans un avenir proche encore plus de nouveaux systèmes de fraude ou des systèmes adaptés, car les fraudeurs tentent de tirer parti des préoccupations des citoyens de toute l'Europe.

 

Exemple : une enquête soutenue par Europol porte sur le transfert de 6,6 millions d'euros à une entreprise de Singapour pour l'acquisition de gels alcoolisés et de masques FFP3 / 2. Les marchandises n'ont jamais été reçues.

 

Contrefaçon de marchandises

 

La vente de produits médicaux et d'hygiène contrefaits, ainsi que d'équipements de protection individuelle et de produits pharmaceutiques contrefaits a augmenté à plusieurs reprises depuis le début de la crise. Il existe un risque que les contrefacteurs exploitent les pénuries d'approvisionnement de certaines marchandises pour proposer de plus en plus d'alternatives contrefaites, tant hors ligne qu'en ligne.

 

Manifestations du crime organisé

 

Différents types de systèmes de vol ont été adaptés par les criminels pour exploiter la situation actuelle. Cela inclut les fraudes connues liées à l'usurpation d'identité des autorités publiques. Les locaux commerciaux et les installations médicales devraient être de plus en plus la cible de vols organisés.

 

Malgré l'introduction de mesures de quarantaine supplémentaires dans toute l'Europe, la menace criminelle reste dynamique, et des activités criminelles nouvelles ou adaptées apparaîtront pendant et après une crise.

 

Exemple : plusieurs États membres de l'UE ont signalé des schémas de vol similaires. Les criminels accèdent aux domiciles privés en se faisant passer pour du personnel médical fournissant du matériel d'information ou des produits d'hygiène, ou en effectuant un "test coronavirus ».

 

Les efforts des chercheurs internationaux

 

Rapport (mars 2020) "La criminalité et le virus. L'impact de la pandémie COVID-19 sur le crime organisé", préparé par l'Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée, un organisme de recherche international, est le résultat d'une synthèse et d'une réflexion sur les informations reçues des forces de police gouvernementales, des communautés internationales de policiers à la retraite, et de nos partenaires dans les organisations gouvernementales, les centres de recherche et la société civile sur l'impact du coronavirus sur les OP et les marchés illicites.

 

Le rapport note que la pandémie modifie non seulement le visage de l'économie et des finances, mais aussi le volume, la structure et le fonctionnement des marchés criminels et des OP associés.

 

Dans la première phase de la pandémie, on a constaté une légère baisse du taux de criminalité et une diminution de l'activité des OP presque partout. Toutefois, avec la poursuite de la pandémie, et en particulier son scénario le plus défavorable de mortalité élevée et de déclin de la gouvernance dans les régions, les pays et les villes, une poussée de l'activité des OP et une augmentation significative de la demande de biens et de services illicites sont probables.

 

Un autre contexte dans lequel les OP et la pandémie interagissent est l'imbrication du pouvoir de l'État avec les OP par la corruption et la représentation directe de la criminalité au pouvoir. Dans ces États, les groupes criminels organisés (GCO) étaient profondément intégrés au secteur financier, aux soins de santé et à la logistique avant même la pandémie. Dans ces États, l'impact d'une pandémie peut être particulièrement décourageant, car les groupes criminels organisés tenteront de renforcer leurs capacités, d'accroître les ressources contrôlées en parasitant les services de santé publique et en utilisant les ressources pour lutter contre la pandémie.

 

Un changement rapide

 

La priorité numéro un des gouvernements cherchant à ralentir la propagation du virus a été de restreindre les mouvements, de séparer les populations et de bloquer non seulement les frontières de l'État, mais aussi les différentes régions du reste du pays, en particulier celles qui sont touchées par la pandémie. Les forces de sécurité - police, forces armées et Garde nationale - sont mobilisées pour bloquer les frontières, les terminaux de transport, les zones du pays, les villes individuelles et même les quartiers des mégalopoles, comme en Chine. La clé du niveau d'efficacité est le niveau de confiance entre la police et les communautés, et entre la police et chaque citoyen qui est contraint de respecter des mesures de strict isolement qui n'ont jamais existé auparavant.

 

Pendant une pandémie, non seulement le niveau de confiance entre la police et la communauté est particulièrement important, mais aussi le manque de corruption dans l'application de la loi. Lorsque la police est liée d'une manière ou d'une autre aux PGT, on peut prévoir une faible efficacité des mesures d'isolement et de blocage. En outre, la mise en œuvre de ces mesures peut constituer un terrain propice à l'activité criminelle, à laquelle les policiers corrompus se verront confier la responsabilité exclusive de la livraison de nourriture, de médicaments, etc.

 

Les gouvernements et les services de police ont accumulé une expérience considérable d'opérations efficaces dans des situations de conflits militaires, ainsi que dans divers types de situations d'urgence locales. Quant à la pandémie actuelle, il est déjà clair que pour la première fois depuis au moins 100 ans, le monde sera confronté à une crise mondiale qui changera de manière aussi radicale les réalités économiques, politiques et sociales. Il y a des raisons de penser que si la crise dure plus de deux ou trois mois, les BOC, selon les États, chercheront soit à s'intégrer dans les processus de logistique des flux de marchandises, soit même à tenter de criminaliser les structures administratives qui coordonnent la réponse de l'État à la pandémie.

 

Le problème est que les unités militaires, du moins dans les pays développés, se concentrent sur les combats, les unités de la Garde nationale - sur la répression des émeutes dans le cadre des troubles politiques, et la police - sur la lutte contre la criminalité dans le cadre des activités normales de la vie. Par conséquent, ni les forces armées, ni les unités de sécurité nationale, ni la police n'ont d'expérience en matière de rupture des liens sociaux, d'auto-isolement et d'autres cas de force majeure similaires.

 

À cet égard, il existe une menace potentielle des BOC, pour lesquels la force majeure est une condition naturelle et familière, tant pour les organismes de coordination administrative que pour les communautés elles-mêmes. La criminalité dans une crise profonde cherchera à s'intégrer dans le gouvernement. De tels processus ont été observés dans de nombreux pays d'Europe de l'Est et d'Amérique latine dans les années 1990.

 

Lorsque les efforts de l'État pour combattre le coronavirus ne sont pas suffisamment efficaces en termes de population, les chefs criminels et les GCO peuvent essayer non seulement de s'intégrer dans les structures logistiques et de blocage, mais aussi d'entrer directement au pouvoir de l'État. Le virus modifie profondément la société et, par conséquent, change les conditions dans lesquelles l'État s'oppose aux OCG.

 

Le rapport en cours d'analyse examine quatre grandes tendances :

 

- On peut s'attendre à une diminution temporaire de l'échelle des BCG et de la diversité de leurs activités en raison de la restriction forcée des flux anthropiques non seulement entre et dans les pays, mais aussi à l'échelle des villes et même des districts individuels. Il faudra un certain temps aux universités populaires pour s'adapter à ce nouvel environnement ;

 

- Comme le gouvernement, les unités de la Garde nationale et la police se concentrent principalement sur la lutte contre les effets de la pandémie, certains groupes criminels peuvent utiliser l'atténuation pour étendre leurs opérations criminelles ;

 

- Les groupes opérant dans le secteur de la santé tenteront de s'intégrer autant que possible dans les structures de soins de santé d'urgence pendant la pandémie. Là où les structures médicales manqueront d'appareils respiratoires et d'autres équipements médicaux, des réseaux criminels impliquant des travailleurs de la santé corrompus qui vendent clandestinement des soins améliorés pour des patients graves sont susceptibles d'apparaître ;

 

- La cybercriminalité est traditionnellement une sphère criminelle dont les conséquences sont principalement à long terme. Toutefois, dans le contexte de la pandémie, un nombre croissant de citoyens utilisent les services de commerce électronique et commandent des produits, des médicaments, etc. en ligne. On peut garantir que les criminels, d'une part, tenteront de pénétrer ou même de contrôler le réseau de distribution et, d'autre part, en utilisant les outils de la cybercriminalité, créeront de nombreuses fausses boutiques en ligne, etc.

 

Le coronavirus ralentit, limite l'activité criminelle et la fait se reconstituer.

 

Les restrictions imposées aux déplacements et aux déplacements à l'intérieur des villes et des agglomérations, ainsi que la réduction spectaculaire de l'activité économique et du commerce international au cours de la première phase de la pandémie, ralentissent et limitent les activités criminelles. Toutefois, ces restrictions ne seront que de courte durée. Malheureusement, dans certains pays et régions, les PO sont plus souples et plus réactifs que les structures respectueuses de la loi. En conséquence, elle tentera de contrôler de nouvelles zones d'activité économique à croissance rapide, y compris la livraison, le commerce à distance, les services financiers et de crédit en ligne et les services de santé illégaux, à mesure que la pandémie se développera.

 

Les schémas de criminalité vont également changer. Les mesures de blocage, d'isolement et de distanciation sociale auront sans aucun doute un impact positif sur la criminalité de rue. Au Mexique, par exemple, où le taux d'homicides en 2018 - le premier mois de 2019 - était le plus élevé des cinq dernières années, le nombre de crimes par jour est passé d'une moyenne de 81 à 54 depuis la deuxième décennie de mars, lorsque des mesures d'auto-isolement et de restriction ont été introduites.

 

(Des tendances similaires à la baisse à court terme de la criminalité de rue sont observées dans des villes des États-Unis, d'Autriche, d'Allemagne et de Suède).

 

Par ailleurs, le nombre de cambriolages d'appartements et de maisons, ainsi que de vols à l'étalage, est en baisse de plusieurs ordres de grandeur. Dans les villes vides, les groupes qui font partie de l'un ou l'autre, y compris les institutions fermées, sont immédiatement perceptibles. À la fin de la deuxième décennie de mars, nulle part dans le monde on ne constate de tentatives d'organiser des troubles de masse liés à l'isolement et aux restrictions. Dans la grande majorité des pays, le niveau de la criminalité de rue, comme les vols de voitures, les cambriolages, etc. a également diminué.

 

(Dans le même temps, il existe déjà des tendances alarmantes qui pourraient changer le tableau de la criminalité dans un avenir proche. Dans le sud de l'Italie, par crainte des protestations sociales, les premiers braquages y commencent, obligeant les propriétaires de supermarchés à être particulièrement vigilants.

 

À Palerme, un groupe organisé de vingt personnes s'est présenté devant les caisses du supermarché Lidl - à Viale Regione, l'un des plus grands et des plus visités de Palerme - avec des chariots remplis de nourriture, refusant de payer, criant : "Il suffit d'être à la maison, nous n'avons pas d'argent pour payer, nous devons manger." Les employés des supermarchés ont appelé la police, tandis que la panique se répandait dans le grand public qui attendait dans la rue, se tenant en ligne avec une distance de sécurité d'un mètre entre les personnes. Le chaos a duré des heures. Pour éviter le pire, les forces de l'ordre ont dû veiller à la protection des supermarchés de Palerme et d'autres villes.

 

Les appels à l'émeute se répandent comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Un profil d'un groupe appelé "Noah" a été ouvert sur Facebook, qui encourage une émeute avec le slogan : "Prenons ce qui nous a été pris". Quelques heures plus tard, il comptait des centaines d'abonnés, dont certains étaient organisés par le biais du chat. Leurs messages ne laissent aucune place au doute. Il y a ceux qui disent : "Ceux qui sont prêts pour la guerre 3 (la date prévue pour la fin de l'urgence, bien qu'il soit certain que le gouvernement décidera d'une prolongation), devraient l'écrire ici", "nous devons démanteler tous les supermarchés. Un autre écrit : "Le problème est immédiat, les enfants doivent manger".

 

L'appel au pillage des supermarchés est évident non seulement en Sicile, mais aussi dans d'autres endroits du sud. Dans cette moitié du territoire italien, l'économie souterraine emploie près de quatre millions de personnes. Dans certains quartiers de Naples, les vols sont devenus plus fréquents dans les rues, où les criminels ont emporté aux gens des sacs de nourriture que certains clients viennent d'acheter dans les supermarchés. Il est rare que certaines provinces du sud n'aient pas attaqué les pharmacies.

 

Le soi-disant service d'information 007 a préparé un rapport confidentiel qui a été envoyé au Premier ministre Conte et au ministre de l'Intérieur Lamorgesa avec cet avertissement : "Il existe un risque potentiel de rébellions et de soulèvements naturels et organisés, en particulier dans le sud de l'Italie", où l'économie souterraine et la présence du crime organisé sont deux facteurs de risque principaux".

 

Ce risque - la mafia met en garde le maire de Palerme, Leoluca Orlando, qui prévient que le crime organisé va utiliser pour mener les émeutes - VO).

 

L'OCG et les exportations chinoises

 

Plus généralement, les revenus des OCG sont fortement affectés par la baisse des exportations chinoises. La Chine est non seulement la plus grande puissance commerciale du monde, mais aussi une source importante de contrefaçon et de commerce illicite de marchandises dans tous les grands pays. Les usines chinoises étant hors service et les flux commerciaux à l'étranger ayant diminué de plusieurs ordres de grandeur, les PCM chinois et internationaux ont perdu l'une de leurs principales sources de revenus.

 

Les restrictions chinoises à l'exportation ont également entraîné une forte baisse de l'offre d'opioïdes tels que les pentatils sur les marchés américains. Les cartels mexicains achètent des précurseurs chimiques à la Chine depuis des décennies, fabriquent des drogues sur cette base et les envoient en Amérique. En conséquence, entre 2013 et 2019, l'approvisionnement en opioïdes est devenu la principale source de revenus des cartels mexicains. En 2020, surtout depuis la fin février, les approvisionnements par les cartels mexicains ont diminué de plusieurs ordres de grandeur.

 

Renforcer les contrôles aux frontières, la traite des êtres humains et le trafic illicite

 

Le renforcement significatif des contrôles aux frontières a fortement réduit le trafic transfrontalier et la contrebande de marchandises. La circulation des biens et des personnes a été limitée par une forte diminution du nombre de postes frontières douaniers, tandis que la Garde nationale et la police ont renforcé leur contrôle sur les mouvements transfrontaliers de tout et de tous.

 

En outre, les restrictions et les fermetures générales de la circulation des personnes ont rendu extrêmement difficile l'accès des passeurs et des négriers à l'Europe et leur passage par celle-ci. À plus long terme, il existe un risque important qui est actuellement sous-estimé. Nous pouvons nous attendre à une épidémie de coronavirus incontrôlée et non documentée dans les camps de réfugiés, dont le nombre s'élève à 5 millions rien qu'au Moyen-Orient. Sur fond de dizaines, de centaines, voire de milliers de morts, les personnes désespérées des camps de réfugiés situés principalement dans le nord de la Syrie, en Turquie, en Jordanie, au Liban, ainsi qu'en Afrique du Nord se précipitent au hasard sur le continent européen, en particulier dans les pays de l'UE. Les OCG vont essayer de tirer le meilleur parti de cette coulée boueuse. À cet égard, une épidémie de coronavirus dans les camps de réfugiés, provoquée délibérément par des trafiquants d'êtres humains et d'autres réseaux criminels, est un scénario très probable lorsque le coronavirus devrait atteindre son maximum dans les pays de l'UE, en Turquie, etc.

 

La police libyenne a déjà signalé que les restrictions visant à combattre le coronavirus modifient les itinéraires des passeurs dans le Sahel. Face à la pandémie, l'avenir déjà dangereux de centaines de milliers de migrants deviendra encore plus dramatique. Tout cela est imposé au processus d'établissement des frontières et des barrières à l'intérieur de l'Afrique.

 

Tout d'abord, les pays de la région, dont l'impact est inconnu dans le contexte de l'effondrement et des statistiques inexactes, ont néanmoins commencé à fermer activement les points d'entrée et de sortie des douanes et des frontières sur tout le continent noir.

 

Au Niger, par exemple, des passeurs transportant de gros envois du Niger vers la Libye et accompagnés d'un convoi militaire le 17 mars ont été renvoyés au Niger à la frontière. Jusqu'à présent, les OCG en transit ont été sous le choc. Cependant, le choc va bientôt passer et des convois de contrebande et de criminels sous couvert d'armes lourdes, jusqu'aux chars et aux hélicoptères, escortent les convois prêts à combattre à la frontière si nécessaire. En ce qui concerne les convois, ils sont susceptibles d'être créés à partir de troupes régulières de pays africains qui sont en permission temporaire avec des armes avec le consentement d'officiers supérieurs corrompus.

 

Deuxièmement, comme l'a rapporté la Syrie, le gouvernement, avec le soutien de la Turquie, a pu bloquer les lieux connus des gangs de contrebande.

 

Troisièmement, les passeurs eux-mêmes suspendent leurs activités par crainte du virus et de l'infection parmi eux. Même si les passeurs tentent de poursuivre leurs activités, dans les circonstances actuelles, les communautés locales, les forces armées et les groupes non gouvernementaux turcs n'hésitent pas à recourir à la force pour détruire les passeurs s'ils tentent de poursuivre leur trafic à travers la frontière turque.

 

Dans l'ensemble, à l'heure actuelle, la grande majorité des passeurs sont désemparés et ne savent pas ce qu'ils feront ensuite. Seuls quelques uns, généralement des jeunes et des GCO transfrontaliers, qui comprennent à la fois des criminels de droit commun et des cybercriminels, considèrent les nouvelles restrictions comme une opportunité de revenus supplémentaires et sont occupés, selon les rapports des services de renseignement, à développer des technologies de contrebande fondamentalement nouvelles.

 

Les premiers rapports européens indiquent que dans les pays où il existe une politique de blocage rigide ou de distanciation sociale, il y a un manque de désinfectants, de matériel médical et de certains types de médicaments. Il y a des raisons de croire que dans les semaines à venir, les criminels vont tenter de s'intégrer dans des réseaux logistiques et, en utilisant des itinéraires secrets, d'établir le flux de génériques en provenance de l'Inde et de substances pharmaceutiques essentielles en provenance de la Chine.

 

Partout dans le monde, on assiste à un processus de fermeture rapide non seulement du commerce de rue, mais aussi du commerce traditionnel, familier à tous les centres commerciaux, galeries et grands magasins. De nombreux économistes estiment que si les restrictions sociales durent plus de deux et surtout trois mois, il sera très difficile pour les détaillants traditionnels hors ligne de se redresser. Cela prendra beaucoup de temps. Le secteur criminel a déjà réagi à la fragilité du commerce de rue hors ligne et a commencé à proposer activement des marchandises avec livraison sécurisée non seulement sur les marchés en ligne, mais aussi sur les marchés du web fantôme, en peer-to-peer.

 

D'autres industries criminelles clés en pâtiront également. Il est bien connu que dans divers pays du monde, y compris même dans les pays développés, une grande partie des marchandises vendues dans les points de vente officiels hors ligne sont des contrefaçons et des produits de nature criminelle. Comme les volumes de commerce hors ligne diminuent rapidement dans le monde entier, il n'est pas surprenant que les bénéfices des OCG de ce secteur d'activité diminuent également. En outre, dans les pays où le marché est insuffisamment stable, les propriétaires de magasins et autres points de vente sont habitués non seulement à payer des impôts, mais aussi à donner une partie de leurs bénéfices à des criminels. Les OCG n'ont plus cette source.

 

 

Le coronavirus ouvre une fenêtre d'opportunité pour les OCG.

 

La pandémie met les institutions publiques sous une pression sans précédent. COVID-19 oblige les gouvernements à poursuivre deux objectifs incompatibles : réduire au minimum la maladie et la mortalité dues aux coronavirus et sauver les économies et les finances d'une destruction totale et irréversible. Si la surcharge institutionnelle a de nombreuses conséquences, ce qui suit est peut-être le plus important dans le cas des forces de l’ordre.

 

La police, ainsi que la Garde nationale et, si nécessaire, l'armée, principalement au moins dans la première phase de la pandémie, sont chargées de bloquer, d'isoler et de maintenir les chaînes d'approvisionnement. Ils manquent souvent de temps pour s'occuper des OP.  La plupart des criminels, comme le reste de la société, ont été contraints à l'isolement et ont réduit leurs activités au minimum. Dans le même temps, les jeunes criminels et les criminels de haute technologie, profitant d'une impunité accrue, intensifient leurs activités principalement liées à la production et au trafic de drogues, ainsi qu'à la vente de testeurs de coronavirus et d'appareils respiratoires contrefaits. En outre, on sait qu'en Italie, en Espagne, au Portugal, au Brésil et même dans certains États des Amériques, des OCG de haute technologie ont placé des boutiques en ligne et des boutiques Darknet où les produits susmentionnés peuvent être achetés. La quasi-totalité d'entre eux sont des contrefaçons.

 

Ces processus sont typiques non seulement pour les pays développés. Par exemple, en Guinée-Bissau, après les élections contestées de décembre 2019, les partis politiques concurrents envisagent de présenter leurs candidats aux postes de président et de premier ministre. En conséquence, le pays a plongé dans le chaos et l'anarchie au début de l'année 2020. La Guinée-Bissau étant devenue un point clé pour les expéditions de cocaïne d'Amérique du Sud vers l'UE dès le milieu de l'année 2000, les deux forces politiques opposées communiquent désormais à leurs homologues leurs capacités à remplir ces fonctions.  Dans la situation actuelle, les auteurs du rapport parlent de la Guinée-Bissau comme d'un État-nation.

 

En Albanie, les forces de police sont actuellement surchargées de tâches logistiques et de blocage. Les mois de mars et d'avril sont cependant la saison des producteurs de cannabis. Comme la police s'occupe de tâches prioritaires, les réseaux criminels laissés sans surveillance et sans contrôle ont considérablement augmenté les envois vers les pays de l'UE. La fermeture des postes frontières en Colombie, premier producteur mondial de cocaïne, vise à prévenir les épidémies transfrontalières de virus. Cependant, il existe des centaines de passages souterrains entièrement contrôlés par des criminels aux frontières colombiennes. Ces tunnels sont utilisés pour la contrebande de migrants, de drogues, d'or illégal et d'armes criminelles. Selon le contre-espionnage colombien, dans la deuxième moitié de février et la première moitié de mars, le volume de produits criminels transportés par les tunnels a augmenté plusieurs fois, et non par intérêt.

 

En Afrique du Sud, la Banque nationale de réserve a émis un avertissement contre les fraudeurs qui prétendent être des représentants de banques qui collectent des billets de banque publics infectés par le virus. Au Nigeria, la police a fait une descente dans des magasins soupçonnés de vendre de faux tests de coronavirus. Même dans la Suisse riche, de jeunes groupes criminels organisés composés principalement de migrants ont commencé à offrir aux citoyens, aux magasins et aux cafés le service de désinfection des zones à coronavirus. Pendant le processus de désinfection, ils volent de l'argent et des biens de grande valeur.

 

Le commerce illicite de la flore et de la faune associées au coronavirus a augmenté. Les commerçants font la promotion des produits à base de corne de rhinocéros comme remède unique contre le coronavirus. En Italie et aux États-Unis, DarkNet propose des systèmes de test originaux contrefaits et dysfonctionnels, des lits médicaux et divers appareils de ventilation à des prix spéculatifs. Les boutiques ont été ouvertes par des criminels des pays des Balkans et d'Europe de l'Est.

 

Le secteur de la santé est une cible importante pour les groupes criminels, en particulier là où ils se sont déjà infiltrés.

 

Alors que la pandémie provoque une explosion de la demande de fournitures et d'équipements médicaux et que le bruit de l'information désinforme la population, les groupes criminels profitent de cette occasion unique. Les ventes de produits médicaux contrefaits ont augmenté de façon spectaculaire depuis l'apparition des premières informations sur les coronavirus. Il en va de même pour le vol de médicaments et la fourniture de services médicaux exclusifs dans des complexes virologiques moyennant une redevance élevée.

 

Alors que l'écrasante majorité des structures gouvernementales en Amérique du Nord et dans l'UE sont véritablement imprégnées des dangers du coronavirus depuis début mars et les États-Unis depuis la mi-mars, les bandes criminelles ont intensifié leurs activités de contrefaçon et de faux médicaments dès février. À la mi-février, malgré une discipline stricte et des blocus, ils ont commencé à travailler non seulement dans les provinces du nord de la Chine, mais aussi en Mongolie, au Japon, en Corée du Sud et aux Philippines.

 

Lorsque les BCG sont déjà intégrés dans les systèmes logistiques médicaux et pharmaceutiques, ils sont en mesure de détourner une partie importante des ressources matérielles et financières, aggravant ainsi la morbidité et la mortalité dans le pays qui se caractérise par cette intégration.

 

Les autorités iraniennes, ukrainiennes et azerbaïdjanaises ont mis fin aux tentatives de contrebande de masques médicaux et de désinfectants pour le lavage des mains. En Italie, la police a confisqué des masques contrefaits dans plusieurs régions.

 

En réponse aux nouvelles tendances de la contrefaçon médicale, les autorités de 90 pays ont pris des mesures collectives contre la vente illégale de médicaments et de produits médicaux sur Internet en mars 2020 dans le cadre de l'opération Pangaea, coordonnée par Interpol et Europol. À l'issue de la première phase de l'opération, 121 personnes ont déjà été arrêtées et des produits pharmaceutiques d'une valeur de 14 millions de dollars ont été confisqués.

 

Dans certains pays, les groupes criminels organisés sont profondément ancrés dans les chaînes d'approvisionnement et le système de santé. La corruption est un problème grave, qui ne manquera pas d'entraîner un nombre élevé d'infections et de décès supplémentaires. Les données préliminaires montrent qu'à la fin de la pandémie, il sera clair que les niveaux de corruption seront directement liés au succès des mesures gouvernementales contre la SOVID-19.

 

Cette tendance s'est déjà manifestée en Italie, qui connaît une véritable catastrophe de morbidité et de mortalité due à la SOVID-19. Malgré la lutte sans concession de l'État italien contre la criminalité traditionnelle, le système de soins de santé, l'industrie pharmaceutique et la distribution médicale sont depuis de nombreuses années largement contrôlés par Cosa Nostra en Sicile, Camorra à Naples et Ndrangheta en Calabre.

 

Bien que la pénétration de la mafia dans les soins de santé se fasse principalement dans le sud, pendant les jours tragiques de la Lombardie et de l'Italie du Nord, les GCO ont proposé à des personnes désespérées de relier leurs proches à des appareils respiratoires pour des sommes importantes. Ces appareils faisaient chroniquement défaut en Italie.

 

La mafia occupant des postes clés, dans la gestion administrative des hôpitaux, des pharmacies, des établissements de santé, les réseaux criminels se sont appropriés une grande partie des investissements et de l'aide étrangère reçus par l'Italie de pays extérieurs à l'UE. L'aide de l'UE est ciblée et dirigée directement vers les hôpitaux. Dans le même temps, l'aide des pays tiers passe par le gouvernement et suppose la présence de distributeurs en Italie pour distribuer l'aide.  Bien que le système de santé italien soit souvent loué pour le niveau d'accès et la qualité des soins de santé, il est profondément infiltré par la mafia. Une enquête menée en 2018 a montré que les ambulances de toute l'Italie sont contrôlées par la Ndrangheta et ses homologues du nord. Par conséquent, les médecins ambulanciers extorquent souvent de l'argent aux patients, même si les ambulances sont souvent en état d'urgence en raison de vols commis par la mafia.

 

Comme l'a déclaré Sergio Nazzaro, expert de la mafia et vice-ministre italien de la santé, lors de la présentation de ce rapport : "La mafia et le coronavirus sont des frères jumeaux. La mafia est comme le Coronavirus. Il peut vous infecter où que vous soyez".

 

La corruption et l'exploitation criminelle sont de nature mondiale. Malheureusement, la corruption a profondément imprégné les établissements médicaux, les pharmacies et le domaine médical en général. En outre, cela ne s'applique pas seulement aux États dits en faillite ou aux pays qui sont sur la voie du développement économique, mais aussi à une région européenne assez prospère. Selon l'étude de l'UE de 2018, 19 % des patients ont déclaré avoir payé des pots-de-vin pour obtenir un traitement médical préférentiel et pour remercier les médecins et les infirmières des opérations effectuées. Pour la Slovénie, ce chiffre atteint 38%, tandis que pour la Slovaquie, il est de 41%.

 

Le système de santé américain a longtemps été la cible des groupes criminels. Un rapport de Thomson Reuters publié en 2012 indique qu'entre 3 et 10 % du total des dépenses de santé, soit environ 230 milliards de dollars, sont volés, reçus par les BCG ou détournés par des fonctionnaires corrompus.

 

L'aspect criminel du travail de localisation lors de l'épidémie d'Ebola en 2014-2016 est bien documenté. Le sous-financement chronique de la médecine dû à la fraude, la corruption, la manipulation financière a considérablement affaibli l'efficacité des soins de santé dans le monde. De plus, au XXIe siècle, un certain nombre de pays ayant un niveau de santé publique élevé l'ont transféré à des mains privées avec une optimisation ultérieure. Cette optimisation a permis de réduire un nombre important d'hôpitaux, de services, de laboratoires de virologie, etc. En fait, le monde d'aujourd'hui, du moins en termes d'infrastructures médicales, est confronté à une pandémie plus mal équipée et organisée qu'elle ne l'était dans la seconde moitié du XXe siècle.

 

L'industrie médicale nationale, estimée à 431 milliards de dollars aux États-Unis, est principalement axée sur les super-riches, les riches et la classe moyenne.  La gamme de médicaments, les services médicaux ambulatoires et hospitaliers sont presque inaccessibles aux patients pauvres et aux immigrants nouvellement arrivés. Dans ces conditions, des médicaments de mauvaise qualité et inefficaces dans les pharmacies pour les pauvres peuvent ne pas aider à leur guérison, mais, au contraire, détériorer l'état des patients, rendre difficile un diagnostic précis, accélérer la propagation des maladies infectieuses, réduire considérablement la confiance des gens dans les établissements médicaux et, en fin de compte, outre le virus, tuer de nombreuses personnes.

 

Dans de nombreux pays du monde, les marchés des produits pharmaceutiques contrefaits sont contrôlés par de puissants MCP. De plus, par le chantage, le pouvoir et les liens avec des politiciens corrompus, les OGM font passer des médicaments et du matériel médical rares des marchés blancs aux marchés noirs, criminels. Tout cela entraîne une augmentation de la part des produits contrefaits dans le chiffre d'affaires total du secteur médical.

 

Au Mexique, par exemple, six dispositifs médicaux ou médicaments sur dix sont falsifiés, périmés ou vendus sur le marché noir tout en étant volés aux soins de santé légaux. Important opérateur médical criminel, qui exploite non seulement un réseau de petites et moyennes pharmacies dans tout le pays mais qui produit également des génériques à partir de substances contrefaites en provenance de Chine, Jalisco a pris le contrôle total des soins de santé dans les États de Guanajuato, Jalisco, Guerrero et Michoacan.

 

Aussi diverses que les voies d'infiltration des criminels dans la médecine, l'industrie pharmaceutique et le commerce de la drogue, les BCG du monde entier sont impliqués à des degrés divers.

 

Les cybercriminels, la criminalité financière en ligne, la désinformation et d'autres types de crimes commis par des cybercriminels dans le contexte de la pandémie augmenteront sans aucun doute leur échelle et leur rentabilité.

 

Cela est dû au fait que les gens, partout dans l'environnement de verrouillage, passent d'interactions hors ligne à des contacts en ligne.

 

Des preuves provenant du monde entier - de Chine et des États-Unis, de Norvège et d'Inde, d'Italie et du Japon - suggèrent que le cybercriminel, contrairement aux MCP traditionnels, a réagi rapidement à la pandémie et profite des opportunités.

 

Une série d'attaques de phishing liées aux coronavirus a commencé et se multiplie. Le nombre de faux sites déguisés en sources fiables, dont l'Organisation mondiale de la santé, les plateformes médicales nationales, etc. Ces faux sites font la publicité de médicaments et d'équipements médicaux contrefaits, et désignent des grossistes et des détaillants prétendument fiables qui peuvent vendre des produits à des conditions préférentielles. Cette chaîne complexe, qui comprend non seulement la cybercriminalité mais aussi l'ingénierie sociale, exploite la combinaison d'une pénurie d'équipements de protection, de médicaments et de dispositifs médicaux avec la panique qui caractérise les gens.

 

En 2018. Le Government Accountability Office des États-Unis a indiqué que 43 % des médicaments vendus dans les pharmacies légitimes du pays sont soit des contrefaçons, soit des produits de contrefaçon, soit des produits de contrebande. On peut dire sans risque que ce chiffre est actuellement beaucoup plus élevé dans le contexte de la pandémie.

 

Les BCG profitent aussi activement de l'augmentation significative du temps libre des gens dans le cadre du blocage et de l'auto-isolement.  Par exemple, le fleuron de l'industrie du sexe virtuel, Rogna, a augmenté le nombre et la durée des visionnages de 30 % dès le début de l'épidémie. En même temps, la ressource offre une adhésion gratuite à un abonnement premium pendant la pandémie. Une fois la pandémie terminée, le client sera facturé. Il sera très difficile de se désabonner de la ressource.

 

De même, depuis les premiers mois de l'épidémie, les ressources axées sur l'exploitation sexuelle des enfants en ligne (ESE) sont devenues plus actives non seulement sur DarkNet, mais aussi sur les réseaux sociaux. Aux États-Unis, au Brésil, en Italie, il arrive que des criminels ouvrent des ressources spéciales pour les enfants et proposent de livrer gratuitement un ordinateur bon marché avec une caméra vidéo au domicile d'un enfant et de le lui remettre, si celui-ci accepte de ne pas éteindre l'ordinateur pendant la journée, même s'il ne fonctionne pas avec lui. Le FBI a déjà mis au jour plusieurs gangs qui ont impliqué plus de 200 pédophiles dans ce commerce honteux en février et mars.

 

Les casinos clandestins, etc. sont une autre industrie criminelle en ligne susceptible d'augmenter considérablement le nombre de ses clients. Avec la pandémie, ces ressources sont de plus en plus ciblées. Alors qu'auparavant, elles s'adressaient aux jeunes, elles visent désormais aussi les personnes d'âge moyen ayant des revenus moyens, un faible niveau d'éducation et les personnes socialement exclues.

 

D'après les premières analyses de la police, les tentatives de compromettre le courrier électronique professionnel ont considérablement augmenté en février et surtout pendant la première semaine de mars. Comme de plus en plus d'entreprises se trouvent dans une situation financière de plus en plus difficile, les ingénieurs sociaux et les fraudeurs offrent une petite récompense, dont une partie doit être payée à l'avance, pour ouvrir des lignes de crédit à long terme sans intérêt pour ces entreprises, qui proviendraient du Trésor public.

 

Une tendance commune dans le contexte de la pandémie est la redistribution des structures de revenus. Ce que les groupes criminels organisés traditionnels perdent hors ligne, de nouveaux, y compris les groupes criminels organisés transfrontaliers, l'acquièrent en ligne. Ils augmentent également rapidement les revenus provenant d'une combinaison d'activités en ligne et hors ligne.

 

Vulnérabilités et réponses

 

Les informations de terrain, reçues de différentes régions du monde, permettent de parler des principales directions de l'impact des coronavirus, modifiant de manière significative l'environnement et les conditions de l'action policière. Plus précisément, il s'agit de ce qui suit :

 

Tout d'abord, les BCG tentent de tirer parti des niveaux de risque nettement plus élevés pour certains groupes d'âge et groupes sociaux. En conséquence, la police doit prendre l'initiative de prendre ces groupes sous sa protection et sa surveillance quotidienne.

 

Deuxièmement, dans le contexte de la pandémie de coronavirus, une réorientation de la police, de la justice pénale et, plus largement, des forces de sécurité pour lutter contre la pandémie de coronavirus est inévitable, même en exposant certaines activités traditionnelles de sécurité nationale. La possibilité de troubles sociaux à grande échelle, d'émeutes et de vols de masse liés d'une manière ou d'une autre aux OCG oblige la police et les forces de la Garde nationale à prendre les devants, empêchant une propagation massive de la panique, de la haine de l'État et de la guerre froide sous le slogan "Chacun est pour soi".

Criminalité et groupes vulnérables

 

Les réponses humanitaires et organisationnelles au coronavirus doivent tenir compte du fait qu'une proportion importante des groupes âgés vulnérables a traditionnellement bénéficié des services criminels par l'achat d'assurances, de médicaments et de services de santé dans des structures contrôlées par les BCG. La marginalisation sociale, en particulier dans les pays en développement, génère inévitablement une économie criminelle.

 

Certains avertissent que les centres de détention ainsi que les énormes camps de réfugiés, en particulier dans le nord de la Syrie, en Turquie, en Jordanie, au Liban et en Libye, sont de terribles bombes à retardement. Selon les rapports de l'OMS, l'épidémie de coronavirus se propage particulièrement rapidement là où la population vit dans des conditions extrêmement confinées ou ennuyeuses. C'est là que l'épidémie se propage à son rythme le plus rapide, à son échelle et à ses conséquences mortelles.

 

Peu d'hommes politiques sont conscients du fait que si l'épidémie dure de 4 à 6 mois, en comptant à partir de janvier 2020, le taux de mortalité dans les prisons et les lieux de détention temporaire va bondir. Cela pourrait servir de fusible pour les émeutes et les troubles.

 

La perspective de flux spontanés et incontrôlables de réfugiés vers l'Europe à la suite d'une augmentation du nombre de malades et de morts dans les camps de réfugiés au Moyen-Orient est encore pire. Ces camps abritent actuellement quelque 5 millions de personnes, selon les estimations les plus basses.

 

À une telle échelle de flux anthropiques illégaux dans les pays de l'UE déjà en proie à une crise politique, économique et culturelle, tout flux puissant, mal géré et frénétique de migrants illégaux peut conduire à un chaos que le monde n'a pas connu depuis longtemps. L'UE n'est pas la seule à être menacée. À l'heure actuelle, la situation au Mexique et en Amérique centrale, ainsi qu'en Asie centrale et en Chine du Nord, n'est pas très claire. Avec les pires développements dans ces régions, des conditions pourraient émerger qui forceront des dizaines et des centaines de milliers de personnes à tenter de fuir vers les États-Unis, le sud de la Chine et la Russie.

 

Sur le continent américain, la pandémie de coronavirus pourrait frapper Haïti de la manière la plus douloureuse. Aujourd'hui déjà, il existe des camps pour personnes déplacées dans ce pays, où vivent des dizaines de milliers de personnes. Le pays ne s'est pas encore remis d'un tremblement de terre de longue durée et une partie importante de sa population continue de vivre dans la pauvreté. Le chaos provoqué par la pandémie mettra la majorité de la population au bord de la survie. En effet, c'est en Amérique centrale et dans une grande partie de l'Amérique latine que la proportion de jeunes âgés de 14 à 28 ans est la plus élevée.

 

Au Royaume-Uni, les analystes de la police avertissent que les fermetures prolongées des écoles, des centres de divertissement et des centres communautaires peuvent encourager les jeunes, en particulier ceux des agglomérations industrielles et urbaines, à rejoindre les groupes de criminalité organisée. Le problème est exacerbé par le fait que la culture de l'internet, depuis au moins dix ans, diffuse des jeux informatiques à connotation criminelle, en particulier les quêtes et les tireurs dits criminels. Dans un bond du temps libre des jeunes, une grande partie de la population peut être tentée d'essayer d'appliquer ses compétences virtuelles dans la vie réelle.

 

Dans le contexte de la pandémie, les communautés de toxicomanes sont particulièrement menacées. Il est déjà clair qu'avec la restriction ciblée de la traite des êtres humains et la forte diminution du commerce mondial, la régularité, le calendrier et le volume des envois de drogue en provenance d'Afghanistan, d'Afrique orientale et australe, de Colombie, du Venezuela, de Bolivie et du Mexique pourraient être sensiblement affectés. Les défaillances de la logistique entraîneront l'effondrement des toxicomanes dans le monde entier. Dans cet État, on sait qu'ils sont capables de tout pour se procurer de la drogue. Par conséquent, dans les mégalopoles du monde, il existe un risque accru, peut-être de plusieurs ordres de grandeur, d'attaque non provoquée de la part de toxicomanes qui traversent une période de sevrage.

 

En outre, la pénurie temporaire d'opiacés, d'héroïne et d'autres types de drogues lourdes conduira les toxicomanes à la nécessité de faire la transition vers la vie dans de petites communautés. D'un point de vue purement statistique, en tant que membre d'une communauté, une personne a toujours plus de chances d'obtenir une ressource qu'une personne seule. Dans le même temps, il ne fait aucun doute que la consommation collective de drogues entraînera une augmentation des infections au VIH, des hépatites, etc. dans le monde entier.

 

Le coronavirus modifie les institutions et exerce une pression excessive sur les forces de l'ordre.

 

La pandémie a déjà mis une limite à la charge de travail de toutes les institutions publiques. Plus les semaines passent, plus il est probable qu'elle s'éternise.

 

Il existe également un facteur supplémentaire lié à la pandémie. Toute urgence est avant tout un examen de la performance des autorités à tous les niveaux. En fonction de l'ampleur et de la mortalité de la pandémie, les citoyens décideront si leur gouvernement est crédible ou s'il doit être modifié.

 

L'expérience a montré que les tentatives des différents gouvernements de dissimuler des informations et de mentir aux citoyens sur une longue période ou de manière continue détruisent complètement non seulement le prestige d'un gouvernement mais conduisent aussi en fait à sa perte de légitimité. C'est l'issue de l'épidémie qui sera le facteur politique le plus important dans un avenir proche.

 

L'un des sous-systèmes clés de l'infrastructure gouvernementale est la justice pénale. La pandémie de coronavirus peut stimuler la restructuration la plus radicale de la structure, de la fonctionnalité et de l'organisation des forces de police. Les gouvernements assumant de plus en plus de pouvoirs extraordinaires, ce sont la police, la garde nationale et l'armée qui deviennent les principales institutions de l'État dont dépendent la viabilité de la société et l'efficacité de l'autorité de l'État.

 

Malheureusement, il y a déjà eu des cas où, en raison de l'inefficacité totale de l'infrastructure médicale, la police et l'armée ont dû assumer des fonctions qui ne sont pas les leurs. Le meilleur exemple en est l'Italie.

 

L'expérience a montré que la police est plus efficace dans les pays où des systèmes complets de surveillance et de contrôle du public ont été mis en place au préalable. C'est le système de crédit social combiné à une vaste infrastructure de surveillance vidéo qui a permis à la Chine de faire face rapidement à la pandémie.

 

L'importance de la surveillance pour les forces de l'ordre dans les situations d'urgence est également comprise loin de la Chine. Par exemple, le Premier ministre israélien B. Netanyahu a utilisé le règlement d'urgence sur les coronavirus pour légaliser le déploiement de la vidéosurveillance dans tout le pays.  Au moment de la rédaction du présent rapport, dix pays, dont la Chine, l'Iran, l'Allemagne, Singapour et le Viêt Nam, avaient commencé à faire un usage intensif des systèmes de surveillance vidéo, ainsi que d'autres solutions numériques, pour surveiller la propagation du virus et racheter les distributeurs en temps voulu.

 

L'évolution du niveau, de la qualité et des infrastructures techniques, du contrôle et de la surveillance de la population dans l'environnement des coronavirus suggère que le contrat social entre le citoyen et l'État devrait être clarifié après la pandémie. Dans cet accord, la société - d'une part, et l'État - d'autre part, doivent déterminer et convenir dans quelle mesure la vidéo et d'autres formes de contrôle et de surveillance sont acceptables pour la société en contrepartie de la garantie de la sécurité des citoyens, y compris pendant les pandémies.

 

La pandémie augmente visiblement la pression comportementale sur les policiers. Dans des conditions de blocage et d'auto-isolement, ce sont souvent les policiers qui deviennent non seulement les seuls représentants des autorités, mais en général les seuls contacts des personnes qui sont en quarantaine. En fait, en Chine par exemple, et aujourd'hui dans certains États américains, les policiers personnifient aux yeux de la population non seulement le pouvoir et l'État, mais aussi la société en tant qu'interrelation des individus. En fait, les policiers en situation de pandémie non seulement maintiennent l'ordre dans le cadre de l'état d'urgence, mais aussi entretiennent des contacts directs entre les membres de la société, qu'aucune communication en ligne ne peut remplacer.

 

En d'autres termes, pour la première fois dans l'histoire, la police assume trois fonctions fondamentales :

 

- Tout d'abord, le maintien de l'ordre, la lutte contre les OP, la cybercriminalité et la criminalité traditionnelle et de rue, ce que la police fait depuis sa création ;

 

- Deuxièmement, comme le montre l'expérience de la Chine, du Japon, de la Corée du Sud, de l'Allemagne, des États-Unis, du Vietnam, de la Grande-Bretagne, etc. Par exemple, pour convertir des maisons de vacances, etc. en hôpitaux temporaires ;

 

- Troisièmement, sous quarantaine, c'est la police qui non seulement fournit des services domestiques aux personnes âgées, mais qui est en fait celle qui préserve, surtout dans la période la plus aiguë de l'épidémie, le tissu social même de la société.

 

Des problèmes fondamentalement nouveaux pour la police La pandémie de coronavirus crée des conditions de violation des technologies normales de maintien de l'ordre. Par exemple, dès les premiers jours du déploiement de l'épidémie, les tribunaux en Corée du Sud, en Afrique du Sud et dans certains États d'Amérique étaient complètement fermés.

 

Dans le même temps, la police a reçu une recommandation visant à minimiser le nombre de détenus, y compris pour des violations mineures de l'ordre public. Dans le contexte des tribunaux à huis clos, les policiers sont de plus en plus contraints d'assumer une fonction inhabituelle, et même quelque peu illégale, pour décider eux-mêmes si le délinquant mérite une détention temporaire ou un entretien suffisamment préventif.

 

La situation dans les prisons constitue un autre problème. Par exemple, le manque d'accès aux soins médicaux, la surpopulation et les conditions d'hygiène déplorables ont conduit à l'infection de 800 détenus dans la prison locale de la ville de Wuhan au cours de la première phase de l'épidémie. La peur du virus provoque des troubles et des violences dans les prisons. Une émeute qui a éclaté à Bogota, la capitale de la Colombie, a tué 23 prisonniers et blessé 83 détenus et policiers, qui ont eu du mal à réprimer l'épidémie.  L'Iran fournit un autre exemple. Réalisant qu'elle n'était pas en mesure de faire face à l'épidémie dans les prisons, elle a libéré 85 000 prisonniers en une seule fois, dont la grande majorité des prisonniers politiques.

 

(Ainsi, en France, en Allemagne, aux États-Unis, en Argentine, en Colombie, en Iran, en Afghanistan, à Bahreïn, en Égypte, en Jordanie, au Soudan et en Éthiopie, des milliers de condamnés pour des délits mineurs ont déjà été libérés, de même que des condamnés âgés).

 

Comme la police devient essentiellement le principal visage public des autorités, non seulement le principal, mais presque le seul représentant de l'État dans les contacts avec la population, la question centrale de l'application de la loi devient la confiance et la légitimité de la police auprès des citoyens. Dans les endroits où la corruption et la brutalité rampantes et la couverture du crime par la police sont devenues la règle, on peut s'attendre aux conséquences les plus tragiques de l'épidémie de coronavirus.

 

C'est pendant la pandémie de coronavirus que l'autorité et la confiance des citoyens dans la police deviennent presque décisives pour l'efficacité des efforts du gouvernement.

 

L'Italie est peut-être le meilleur exemple. Dans le nord de l'Italie, les citoyens font confiance à la police et apprécient son aide. Aujourd'hui déjà, il est clair que sans l'aide des carabiniers et de la police aux héroïques médecins italiens, travaillant dans des conditions de direction confuses, les victimes de coronavirus du déjà haut, auraient été possibles par un ordre de grandeur plus élevé. En même temps, dans le sud de l'Italie, où la police n'a aucune autorité aux yeux des citoyens, la population est très réticente à mettre en place des blocages et des mesures de distanciation sociale.

La possibilité de troubles sociaux et la collaboration avec les OCG

 

L'une des principales questions qui restent encore sans réponse est de savoir comment la crise mondiale affectera les marchés illicites. Selon nos données, les personnes et les communautés respectueuses de la loi dans la plupart des pays développés ont recours au marché noir lorsque les moyens de subsistance légitimes sont épuisés et que les marchés légaux ne disposent pas des biens nécessaires à la survie. Si la pandémie conduit à une crise sociale et économique mondiale de plus de six mois à partir de décembre dernier, il y a de fortes chances que les gens deviennent désespérés d'ici la fin de cette période. Une crise et un isolement prolongés pourraient accroître les risques de pillage et de cambriolage, ainsi que générer des marchés noirs distincts. Non seulement des produits faux et contrefaits seront vendus sur ces marchés, mais aussi des marchandises remises à des criminels par des fonctionnaires corrompus et des hommes d'affaires dépendant de la criminalité.

 

Selon les auteurs du rapport, d'éventuelles tentatives des autorités de certains pays dans le cadre de la pandémie pour supprimer les marchés clandestins existants depuis des décennies ne peuvent que conduire à un cercle vicieux de violence et de marginalisation. Cela peut entraîner d'énormes pertes de vies et de souffrances.

 

Les auteurs le montrent dans la lutte contre la drogue, qui est pratiquée depuis 30 ans dans des pays d'Amérique latine comme la Colombie, la Bolivie et l'Équateur. En fait, la production, le conditionnement et la logistique des médicaments sont presque les principaux emplois et sources de revenus des paysans dans ces pays. Avec le soutien des États-Unis, des efforts importants ont été faits dans ces pays pour créer des exploitations agricoles alternatives avec le passage de la culture de plantes médicinales à d'autres activités agricoles. Après de nombreuses années d'efforts, on constate que la campagne a échoué. Elle a entraîné la délocalisation de la production de drogue vers d'autres endroits, principalement au Venezuela et au Mexique. Quant aux communautés rurales de Colombie, de Bolivie et d'Équateur, leurs revenus ont chuté de façon spectaculaire et elles sont devenues totalement marginalisées. Avec un excédent de production agricole dans la demande solvable actuelle, les nouveaux producteurs n'avaient nulle part où exporter leurs produits.

 

La pandémie touchera particulièrement de nombreux pays riches d'Amérique latine, d'Afrique et d'Asie du Sud, qui vivent du tourisme et visitent des parcs nationaux et des réserves. Comme ces dernières années le flux touristique maximal a été atteint aux dépens de la Chine, de la Corée du Sud, des États-Unis et des pays riches de l'UE, le coup sera fatal. Avec l'effondrement des marchés nationaux des services touristiques, il est probable que des OCG émergeront rapidement, en se concentrant sur les circuits de braconnage, le commerce des espèces sauvages ainsi que la traite des esclaves et les services de pédophilie. Le plus triste est que la population, y compris les parents d'enfants mineurs, menacée par la pauvreté et la faim sera obligée non seulement de coopérer mais, en fait, de devenir la base des nouveaux PCM.

 

L'épidémie ayant été jusqu'à présent mesurée par des statistiques très imprécises, le monde semble frapper le G20 - les principaux pays du monde - avant tout par le coronavirus, alors que les populations d'Afrique, d'Amérique latine et d'Asie centrale ne sont pas menacées. C'est une erreur colossale. Il devrait être découvert par des experts quelque part au milieu ou à la fin du mois d'avril.  Comme ces pays ne disposent pas de statistiques médicales, que les soins de santé sont sous-développés et que beaucoup de leurs gouvernements sont autoritaires et enclins au mensonge, le monde connaîtra l'épidémie dans ces régions non pas à un stade précoce, mais lorsque l'épidémie fera déjà rage, et que des dizaines, mais probablement des centaines de milliers de personnes vivant dans des conditions incroyablement surpeuplées ou insalubres mourront.

 

Avec un affaiblissement au mieux et un scénario très probable d'effondrement de l'État dans ce type de pays, ce sont les forces du COG qui peuvent reprendre le siège vacant, d'abord de facto puis de jure, d'abord au niveau local puis au niveau du pays. En mars, par exemple, les réseaux sociaux brésiliens ont signalé que des couvre-feux avaient été instaurés par les OCG dans les favelas de Rio de Janeiro. Dans les régions pauvres du Brésil, des tracts ont été distribués depuis début mars avec le texte suivant : "Si le gouvernement ne peut que parler, nous - le COG - devrons prendre le relais ».

Dans les mégalopoles du monde en développement, où les gangs ont en fait depuis longtemps un impact important sur le pouvoir et l'organisation de la vie à la base, dans la situation extrême des coronavirus, l'État et les forces de l'ordre doivent gérer la situation en tenant compte du fait qu'ils ne sont pas les seuls arbitres et qu'ils ont rarement un pouvoir réel. Souvent, des accords tacites et subtils entre la police et les réseaux criminels permettent de maintenir l'ordre public et la paix à la base dans ces domaines. Les agents de police et les représentants du COG ne communiquent pas seulement dans des conditions extrêmes, mais coopèrent également entre eux. Un exemple de cette coopération est l'accord signé par le gouvernement du Salvador en mars 2012 avec les organisations criminelles les plus importantes et les plus violentes, qui a contribué à stabiliser la crise dans le pays et à limiter la violence.

 

Dans un certain nombre de régions et de pays, les groupes criminels sont de puissants médiateurs et garants sur le terrain. En temps de crise et face à la destruction ainsi qu'à de graves troubles sociaux, les gouvernements et les forces de l'ordre de certains pays en développement sont susceptibles d'utiliser toutes les ressources pour atteindre l'objectif premier, à savoir mettre fin à la pandémie et maintenir le calme. Un certain nombre de gouvernements, et pas seulement dans les États en faillite, se tourneront vers les réseaux criminels pour obtenir de l'aide. Il y a une longue histoire d'États qui coopèrent avec des réseaux criminels en temps de crise. L'exemple le plus frappant est peut-être la coopération entre le gouvernement américain et les chefs de la mafia en ce qui concerne la logistique des fournitures militaires et la libération de l'Italie du fascisme et du nazisme pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Les chefs de gangs qui ont un intérêt direct à préserver leurs communautés de pouvoir, à minimiser les pertes et les pertes humaines dans le cadre du maintien de la légitimité, peuvent avoir des intérêts communs temporaires avec les gouvernements.

 

Le risque inhérent à de telles stratégies est qu'à long terme, les chefs criminels soient légitimés et acquièrent un plus grand contrôle sur les territoires. En conséquence, les gouvernements et les organismes chargés de l'application de la loi sont confrontés à la nécessité de contenir le virus, indépendamment de la perte de légitimité à long terme des autres effets.

 

Le crime organisé et le coronavirus : les réponses politiques

 

La pandémie COVID-19 sera un tournant dans un monde en pleine mutation. Elle modifiera sans aucun doute la relation entre les économies légale et pénale, tant au niveau mondial, régional que national.

 

(Il est encore plus probable que la pandémie attirera pour la première fois l'attention et légitimera moralement l'économie dite grise et les marchés gris).

 

Le monde se dirige vers un avenir incertain. Toutefois, nous pouvons dès aujourd'hui mettre en évidence certains des risques qui affecteront inévitablement la dynamique mondiale, régionale et nationale.  Voici quelques exemples. Une lutte efficace contre la crise implique l'utilisation large et rigoureuse de méthodes telles que la distanciation sociale, l'auto-isolement, le blocage, la segmentation des pays, des territoires et même des quartiers individuels, ainsi que l'utilisation généralisée d'outils pour la mise en œuvre pratique de ces mesures. Tout cela ne peut se faire sans restrictions importantes des droits de l'homme et des libertés individuelles en faveur d'un contrôle public et d'une surveillance de l'État.

 

Presque partout dans le monde, il existe des risques croissants de pénétration criminelle dans le système de santé, où d'énormes ressources financières et matérielles sont dirigées.

 

Plus les processus d'épissage, en particulier au niveau de la base, des OP et des unités de maintien de l'ordre sont précoces, plus ils deviennent évidents.  Plus généralement, on peut prévoir que les groupes criminels essaieront d'exploiter l'instabilité et la distraction de la police dans la lutte contre les OP et la traite des êtres humains en raison de l'emploi massif dans la lutte contre les coronavirus.

 

Le rapport met en évidence un certain nombre d'initiatives politiques dans la lutte contre les OP et leur intersection avec la lutte contre la pandémie :

 

- Surveiller étroitement l'impact du virus de "second ordre" sur la sécurité, en particulier lorsque les organisations criminelles cherchent à tirer profit et anticiper la possibilité que la pandémie soit utilisée pour renforcer la position et générer des revenus supplémentaires pour les BCO ;

 

- s'appuyer sur une surveillance active pour passer autant que possible d'une lutte réactive à une lutte proactive contre la criminalité : agir dès que possible lorsque les unités opérationnelles ont reçu et reconnu des signaux faibles de tentatives des BCG de prendre le contrôle de groupes vulnérables, y compris les toxicomanes. Maximiser l'utilisation des blocus pour démanteler les marchés criminels de toutes sortes. Gardez à l'esprit le désir des BCG de faire passer leurs activités de l'offline à l'online, et de tirer le meilleur parti de l'extorsion, de la fraude et des entreprises respectueuses de la loi ;

 

- Portez une attention particulière aux BPC qui opèrent ou cherchent à opérer dans le secteur de la santé, ainsi qu'au commerce des médicaments et des équipements médicaux. Contrecarrer publiquement les tentatives des groupes criminels de créer de nouveaux marchés liés à la pandémie, tels que les médicaments contrefaits, les publicités pour les espèces sauvages et les contenus pédophiles exotiques payants ;

 

- Travailler activement avec les médias et les groupes de la société civile pour sensibiliser aux processus et à la situation de la pandémie ;

 

- travailler avec les médias, le commerce électronique et les plateformes de divertissement pour sensibiliser les gens et améliorer la sécurité dans le cyberespace. Encourager les parents et les enseignants à être vigilants contre la fraude en ligne, les contenus pornographiques et autres, les produits contrefaits, etc ;

 

- Soutenir les groupes de la société civile dans leurs efforts pour atteindre les enfants et les jeunes, et aider les parents et les groupes de citoyens ayant une expérience dans la lutte contre le recrutement criminel et les réseaux terroristes ;

 

- se concentrer sur les groupes vulnérables, tels que les consommateurs de drogue et les prostituées ;

 

- Veiller à ce que la réponse de la police aux blocages et aux quarantaines respecte les normes de professionnalisme les plus élevées et cherche, dans la mesure du possible, à obtenir le soutien de la communauté et à priver les groupes criminels de leur légitimité ;

 

- s'assurer que les mesures prises sont aussi légitimes que possible. Dans la mesure du possible, évitez les négociations publiques ou secrètes avec des groupes criminels.

 

La pandémie est un problème mondial et ne peut donc pas être réprimée sans une large coopération internationale. Les pays en développement et les États où l'ordre social et les forces de l'ordre sont les plus faibles ont besoin d'un soutien multilatéral et international afin de résister à l'épidémie et d'éviter le chaos et les flux humains incontrôlés.

 

 

Vladimir Ovtchinsky

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Vladimir Ovtchinsky : Crime COVID - 19 (Club d'Izborsk, 30 mars 2020)
Lire la suite

La migration suicidaire des lemmings au son du Coronavirus

28 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Opération Coronavirus

La migration suicidaire des lemmings au son du Coronavirus
Lire la suite

Mikhail Delyagin : un monde divisé (Club d'Izborsk, 28 mars 2020)

28 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus, #Russie

Mikhail Delyagin : un monde divisé

28 mars 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19027

 

La pandémie comme outil de transformation de l'humanité

 

Le coronavirus donne l'impression d'une grippe saisonnière grave ordinaire - ce n'est pas un hasard si son génome est déchiffré par un institut de recherche spécialisé. D'ailleurs : à en juger par les symptômes, cette infection est assez répandue en Russie, comme il devrait s'agir de la grippe saisonnière, depuis l'automne dernier.

 

Bien sûr, en raison de la vulnérabilité des personnes âgées et de la menace de complications (et plus encore - en raison de la destruction des soins de santé par les réformes libérales, même à Moscou), cela n'annule en rien les précautions nécessaires (mesures visant à améliorer l'immunité, utilisation préventive de médicaments anti-grippaux, masques, auto-isolement, quarantaine), et une attention accrue de l'État et de la société à cet égard atténuera considérablement les conséquences de l'infection.

 

Dans le même temps, la réaction hystérique des gouvernements (à l'exception des Chinois, qui semblait provenir de la menace de l'utilisation d'armes bactériologiques ou d'une fuite d'un laboratoire) dépasse déjà de loin tout ce qui est imaginable. Par exemple, la grippe asiatique de 1956-1958 a tué 2 millions de personnes, tandis que la grippe de Hong Kong de 1968-1969 en a tué 2 millions. - 1 million. (dont 15 % de la population de Hong Kong), mais il n'était pas question d'auto-isolement des pays et d'arrêt de l'activité économique.

 

La panique autour du coronavirus se répand dans les médias et les gouvernements.

 

Bien sûr, l'intensité et l'autodestruction de cette panique (ce qui vaut au moins la probable faillite de l'Italie !) sont dues à la féralisation de l'Occident moderne et de ses "élites". Destruction par les réformes libérales - au nom de la simplification de la gestion ! - du système d'éducation classique qui apprend aux gens à penser a conduit au pouvoir d'une génération de politiciens, de "personnes d'influence" et de "jeunes technocrates" qui ne croient sincèrement pas à l'existence de la réalité et n'ont même pas de connaissances minimales. Cela ne s'applique pas seulement à l'Occident : avec l'ancien Premier ministre polonais, qui croit que les gens ont combattu les dinosaures, sont les dirigeants de Moscou, à partir de 2012 pour des raisons de marché, qui ont méthodiquement éliminé les départements des maladies infectieuses et les hôpitaux (avec dispersion des spécialistes), et les responsables politiques de la Russie, n'ont vraiment rien entendu sur les protestations de 2011.

 

Mais de nombreux faits ne peuvent s'expliquer par la seule dégradation des élites - pour une raison quelconque, les bureaucrates grillés de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont déclaré une "pandémie de coronavirus" dans une situation où le seuil épidémiologique n'a été dépassé dans aucun pays (à l'exception du minuscule Saint-Marin) !

 

Bien sûr, la panique autour du coronavirus résout de nombreux problèmes locaux. Les médecins retrouveront à bien des égards leur prestige et leur financement perdus (et pas seulement en Russie), les sociétés pharmaceutiques redeviendront dorées et le monde oubliera la menace réellement mortelle - l'épidémie mondiale de superbactéries résistantes aux antibiotiques (dans le monde, une personne est infectée par ces bactéries toutes les 11 secondes et en meurt - toutes les 15 minutes ; aux États-Unis, 3 millions de personnes sont infectées chaque année et 35 000 en meurent, et le nombre de décès ne cesse d'augmenter). En Russie, les mesures de quarantaine peuvent être utilisées pour le changement ou la restructuration du pouvoir (sa préparation par le discrédit délibéré de V.V. Poutine est assez évidente).

 

Au niveau mondial, le coronavirus apparaît comme un déguisement et une justification idéale pour l'effondrement objectivement inévitable des marchés mondiaux et l'effondrement du monde dans une dépression globale selon une règle éternelle : si la catastrophe ne peut être évitée, il faut la diriger et la rendre gérable pour se renforcer et détruire ses concurrents.

 

Fin 2019, un autre pompage financier de l'économie américaine s'est clairement épuisé. Il est apparu clairement que les marchés boursiers allaient s'effondrer dès le premier trimestre et, après une reprise partielle à la fin du printemps et en été, la "dernière bataille" des libéraux mondiaux, qu'ils donneront l'atout aux élections, entraînera le monde dans une dépression globale.

 

En même temps, des transitions qualitatives plus profondes et donc plus douloureuses sont imposées à la pourriture et à l'autodestruction des monopoles mondiaux (cela exprime la fin de la transition des technologies industrielles vers les technologies de l'information, qui a commencé en 1991, lorsque les achats de produits d'information aux États-Unis ont dépassé les achats de biens matériels). Parmi eux, le plus important est l'achèvement du capitalisme et la transformation de l'homme.

 

L'achèvement du capitalisme est dû au fait que l'argent perd de son importance, cédant la place à la technologie, principalement à l'ingénierie sociale, et surtout aux plateformes sociales qui sont issues des réseaux sociaux et qui permettent de gérer les gens presque sans violence. Les personnes vivant dans la "troisième nature" des plateformes sociales (la première est naturelle, la seconde est créée par les technologies matérielles) prennent des décisions librement, sans la moindre contrainte - mais ces décisions elles-mêmes (ainsi que les préférences, les goûts et, à bien des égards, les émotions de ces "Personnes 3") sont fortement déterminées par le leadership de ces plateformes.

 

Bien entendu, le marché ne disparaîtra pas. Mais, comme la violence, qui était le principal instrument social à l'époque du féodalisme et qui a ensuite été éclipsée par le marché, elle disparaîtra dans l'ombre des technologies sociales.

 

La deuxième transition la plus importante de la modernité est la transformation de l'homme. Les technologies de l'information ont fait de la transformation de notre conscience la plus profitable des activités accessibles au public, c'est-à-dire le type d'activité le plus répandu. Et l'homme, qui est le plus adapté au changement du monde qui l'entoure par toute son évolution, s'est engagé depuis 30 ans dans l'activité inhabituelle et même contre nature pour lui : changer sa perception du monde. Cela va changer radicalement non seulement sa psyché, mais aussi son énergie, et donc - et sa physiologie. La transition sera longue et non linéaire (ce que les adeptes de la bio-ingénierie, des déviations sexuelles et autres comportements, ainsi que de toutes les formes de tolérance ne comprennent pas) ; peut-être que la dégradation générale l'abrégera - mais pour l'instant, nous sommes impliqués dans son début inconditionnel.

 

Le nouveau monde n'a pas encore été créé : il prend forme autour de nous - et en partie par nous - en ce moment même. S'il y avait des personnes ayant une pensée stratégique à la tête de la Russie, elles interviendraient activement dans cette construction, et ce nouveau monde porterait notre marque, donnant ainsi l'avantage original aux porteurs de la culture non seulement anglo-saxonne et chinoise, mais aussi russe.

 

Cependant, il n'est pas correct d'exiger une réflexion stratégique de la part de ceux qui croient en la rationalité de la réforme des retraites, de la production de "quelques poches" par l'Union soviétique et de l'appartenance des personnes ayant un revenu de 17 000 roubles par mois à la "classe moyenne".

 

Ainsi, alors que le peuple russe n'a pas encore retrouvé son état de service, toujours au service des spéculateurs mondiaux en général, nous n'avons qu'à regarder la construction (dans une large mesure, par ces spéculateurs mondiaux) d'un nouveau monde, un monde de dépression globale - toujours selon le principe bien connu de Brzezinski : "contre la Russie, sur les ruines de la Russie et aux dépens de la Russie".

 

La panique autour du coronavirus a forcé la création de ce monde à un tel point que l'on peut déjà dire beaucoup de choses avec certitude.

 

Le chemin de la dépression

 

La perturbation de la dépression mondiale ne sera ni uniforme ni durable. Comme la dernière fois, en 1929-1932, la chute de la bourse sera remplacée par une reprise partielle, provoquant l'euphorie des survivants des lemmings spéculatifs, qui s'échauffe d'elle-même chez les optimistes professionnels de tous bords des universités libérales et les journalistes au cerveau brûlé par l'USE. Mais chaque reprise sera suivie d'un nouveau ralentissement, détruisant même les spéculateurs les plus patients qui croyaient en la finalité d'un autre "fond".

 

La spirale déflationniste s'est développée avant même l'apparition des coronavirus en Europe et n'est aggravée que par des mesures de quarantaine rompant les liens économiques et technologiques (l'exemple le plus simple - arrêt de l'entretien régulier des techniques difficiles par les experts de l'entreprise-fabricant). La chute des marchés provoque un "appel de marge" (demande d'un prêteur de restituer une partie du prêt, qui a perdu sa garantie en raison de la dévaluation des actions qui y sont gagnées, ou d'élargir la garantie), ainsi qu'une compression des investissements et de l'activité commerciale en général pour des raisons économiques, ce qui entraîne une nouvelle dévaluation des actions. D'autre part, les personnes qui ont perdu leurs revenus et leurs perspectives réduisent la consommation, ce qui mine l'économie, ferme la production et prive les nouveaux travailleurs de fonds.

 

Tout cela réduit les recettes budgétaires, et les pays qui n'ont pas de réserve (comme la Russie, où les réserves budgétaires ont dépassé 14,4 billions de roubles le 1er mars), augmentent leur déficit. Les possibilités de prêt sont rapidement épuisées, et la perspective est de perdre le contrôle des obligations d'émission et de combustion envers leurs citoyens (et en même temps - leur bien-être) dans les flammes d'une forte, voire d'une hyperinflation.

 

Dans le même temps, les marchés mondiaux uniques accéléreront leur désintégration en macro-régions. La formation de zones monétaires est évidente : au moins le dollar et le yuan, ainsi que la livre ne peuvent être exclus. La zone euro a de bonnes chances de survivre à la faillite actuelle de l'Italie et de l'une des principales banques allemandes simplement par désespoir : l'"élite" de ses pays membres a tout simplement perdu la capacité de gérer leur propre monnaie. La Russie ne peut créer une zone de roubles que dans le cas où le libéralisme reviendrait à la raison et commencerait à moderniser l'économie et la société, après avoir arrêté le processus de leur décomposition amorcé par Gorbatchev.

 

La formation de macro-régions sera un processus complexe. Certaines parties de pays individuels et même des pays entiers se retrouveront dans un secteur de leur économie et d'autres dans d'autres macro-régions ; le choix sera long et douloureux, accompagné de la destruction des industries dont la macro-région la plus forte n'a pas besoin. Certains pays qui se trouvent à la frontière de macro-régions seront divisés ; certaines parties des pays civilisés de l'extérieur aujourd'hui sombreront dans le chaos à la manière de la Somalie ou de l'Ukraine, car les macro-régions concernées ne seront pas nécessaires. Enfin, certaines macro-régions mourront et d'autres seront créées à nouveau (bien que cette dernière option ne soit possible que pendant la formation du nouveau système).

 

Une question clé de souveraineté sera la création de leurs propres plateformes sociales pour gérer les utilisateurs (et les plateformes intégreront toutes sortes d'activités sur Internet, comme cela s'est produit en Chine). Les macrorégions qui n'ont pas réussi à les créer seront secondaires et, quelles que soient leurs ressources, elles prendront une position subordonnée, car leurs résidents ne seront pas subordonnés aux autorités officielles de leurs pays et territoires respectifs, mais aux signaux de contrôle diffusés par les plateformes sociales.

 

Les macro-régions qui ont créé leurs plateformes sociales et qui les utilisent pour la gestion seront pleinement souveraines. Aujourd'hui, il ne s'agit plus que des États-Unis et de la Chine.

 

La position intermédiaire de la souveraineté potentielle, qui sera probablement très volatile, sera occupée par les macro-régions qui sont capables de créer leurs propres réseaux sociaux mais qui ne peuvent pas les utiliser pour la gouvernance et ne peuvent donc pas les transformer en plateformes sociales. C'est exactement la situation dans laquelle se trouve la Russie aujourd'hui.

 

Au sein de la classe dirigeante mondiale, la réélection de Trump marquera la défaite finale des spéculateurs habitués à travailler sur un marché mondial unique, des financiers liés au secteur réel et cherchant à gagner de l'argent sur le développement des macro-régions, ainsi que sur toutes sortes d'interactions entre elles. D'autre part, les financiers, en tant que tels, vont céder aux créateurs de plateformes sociales et leur devenir progressivement subordonnés (car ces plateformes intègrent l'activité économique et, en particulier, le développement de contrats intelligents).

 

Les batailles des patriotes

 

L'effondrement des marchés mondiaux privera l'environnement et, par conséquent, le monde de la domination des spéculateurs financiers et des libéraux qui les servent. Après tout, les spéculateurs internationaux sont plus forts que les États qui n'ont que des marchés mondiaux. Déjà au niveau des macro-régions, les spéculateurs seront subordonnés à leurs autorités, c'est-à-dire aux patriotes, comme cela s'est produit au début du passé, lors de la Grande Dépression. Tout comme dans ce cas, ils resteront une force mondiale qui sert de médiateur dans l'interaction entre les macro-régions.

 

Mais le contenu de l'histoire ne sera plus la lutte entre eux et divers patriotes, comme c'est le cas actuellement, mais la lutte de ces patriotes entre eux (et ce n'est qu'après cette lutte que la stabilité pourra être atteinte ; d'ici là, tous les "nouveaux Yalta" et "nouveaux Bretton Woods" resteront des solutions provisoires). Après tout, les différents patriotes, contrairement aux libéraux, n'ont pas de pouvoir unificateur, pas d'espace commun, et l'idée communiste dans l'esprit d'une amélioration commune de l'homme et de la création sur la base de ce nouveau monde est encore trop faible et n'a pas de porteurs significatifs.

 

Dans le choc des forces patriotiques de différentes macro-régions, le facteur clé sera la capacité à prendre comme alliés au moins une partie des libéraux mondiaux qui viennent d'être vaincus. Dans l'entre-deux-guerres, Staline a justement modernisé l'Union soviétique dans le cadre d'un tel partenariat (et le Comintern était, bien qu'extrêmement indépendant et volontaire, une branche de l'Internationale financière de l'époque).

 

Ni les États-Unis ni la Chine ne pourront conclure un tel partenariat - principalement en raison de leur désir de domination mondiale. De plus, Trump ne pourrait pas s'allier aux libéraux comme s'il venait de les vaincre historiquement, et Xi Jinping comme s'il avait refusé d'être un partenaire junior des élites américaines puis britanniques.

 

L'Union européenne, jusqu'à sa future renaissance dans l'EuroCalifat, est incapable d'indépendance, l'Inde est passive, le Japon manque d'esprit créatif et l'Angleterre est une base de ressources pour réaliser sa vision stratégique.

 

Seule la Russie peut accroître de façon spectaculaire - et même disproportionnée - son influence après la défaite des libéraux mondiaux grâce à une alliance paradoxale avec eux.

 

La loyauté du président Poutine envers le clan libéral est probablement due, entre autres, à l'avertissement de l'aggravation prochaine de la concurrence internationale.

 

L'alliance avec les libéraux mondiaux, même s'ils viennent d'être battus, est dangereuse, car une culture managériale élevée est nécessaire pour mener une politique incompatible avec les valeurs des partenaires extérieurs à l'intérieur du pays. Sinon, la Russie pourrait devenir une arche qui sauverait les libéraux avant que la dépression mondiale ne soit surmontée et que le nouvel espace mondial (déjà probablement non marchand) ne soit formé.

 

Ensuite, la politique libérale de pillage, de dépeuplement et de mortification de la Russie se poursuivra (un signe avant-coureur de ce à quoi ressemble le transfert des actions de la Sberbank au gouvernement) - et la phrase du président Vladimir Poutine sur le maintien d'une famille normale devient sinistre (la dernière fois, en termes de "tant que je serai président, cela n'arrivera pas", il a parlé en 2015 de l'inadmissibilité de relever l'âge de la retraite). Dans ces conditions, l'arche du libéralisme peut couler à moitié - mais les libéraux, même ceux du monde entier, ne s'en étonnent pas jusqu'à présent.

 

Jusqu'à présent, le monde futur a été présenté comme une confrontation entre les États-Unis et la Chine. L'Inde, le Japon, l'Union européenne (environ depuis 2050 - l'EuroCalifate) et (si nous parvenons à créer notre propre macro-région) la Russie en tant que force de "deuxième niveau" limiteront cette confrontation.

 

L'effondrement de la domination des libéraux mondiaux et la concurrence impitoyable et chaotique de tous, avec tous les dangers que cela comporte, ouvrent de vastes espaces à la créativité historique. Ainsi, afin d'affaiblir l'union entre la Russie et la Chine, les États-Unis soutiendront la reconstruction de l'Union soviétique en tant que nouveau type de macro-région russe. Mais dans la logique du leadership libéral de la Russie, c'est impossible (les gens sont considérés comme un fardeau, pas comme une ressource). Et surtout, pour recréer une nouvelle communauté, nous avons besoin d'une image de l'avenir qui suscite le désir d'y adhérer.

 

Les libéraux et les fonctionnaires corrompus russes n'ont pas une telle image de l'avenir. Ils ne peuvent pas se tourner vers le peuple en raison de leur nature piégeuse, et les élites ethniques séparées et sauvages ne peuvent proposer qu'un pillage commun de la Russie. Mais ce n'est pas un leurre pour les nationalistes de l'espace post-socialiste, car même les Polonais le font depuis longtemps, et les élites ethniques pensent que les éloigner de la fosse russe est le même fascisme et racisme, que l'"Occident progressiste" ne permettra jamais à ses citadins libéraux qui ont capturé la Russie.

 

Même la préservation de la Russie exige sa modernisation complexe dans l'intérêt du peuple - mais elle exige l'amélioration de l'État russe, son retour du service offshore au service de la mère patrie, sa réorientation du pillage du pays vers la création.

 

Nouvelle qualité : après la perte de la technologie

 

L'une des raisons pour lesquelles la dépression mondiale sera pire que la Grande Dépression (avec la multiplicité des crises qui se déroulent actuellement, ce qui complique qualitativement la gouvernance) est que la Grande Dépression s'est terminée par une guerre. La dépression mondiale actuelle va générer des conflits, mais ils ne permettront pas d'y mettre un terme.

 

La Seconde Guerre mondiale a mis fin à la Grande Dépression parce qu'elle a réuni cinq macro-régions (les États-Unis, l'Europe unie d'Hitler, l'Empire britannique, l'URSS et la zone de "coprospérité" japonaise) en deux : l'Occident et l'Union soviétique. L'expansion du marché qui en a résulté a réduit le monopole dans chaque macro-région et a permis un quart de siècle de bon développement, et 45 ans dans le pire des cas.

 

La dépression mondiale n'est pas causée par la pourriture des monopoles dans les macro-régions individuelles, mais au niveau mondial. Son contenu n'est pas en train de pourrir, mais l'effondrement des marchés. Et ce n'est qu'après cet effondrement, après la formation des régions, qu'il leur sera possible de s'unir, ce qui, en raison de la dégradation des forces productives et de la perte de nombreuses technologies, n'atteindra pas, à lui seul, la capacité de marché qui existait hier avant d'entrer dans la dépression mondiale.

 

C'est l'une des raisons pour lesquelles les relations de marché doivent perdre de leur importance : elles pourraient sortir de la dépression mondiale trop tard et à un niveau de développement technologique (et donc social) trop faible, bien inférieur à ce qu'il est aujourd'hui.

 

Les raisons de la perte de nombreuses technologies sont évidentes : il s'agit de la destruction de chaînes logistiques trop complexes, mais l'essentiel est la compression des marchés : la demande des macro-régions sera insuffisante non seulement pour le développement, mais même pour la préservation d'un certain nombre de technologies modernes. Créés dans une logique monopolistique de surévaluation des coûts, ils seront trop complexes et trop chers pour de nombreuses macro-régions.

 

Cela ne signifie pas qu'il faille arrêter, même temporairement, le progrès technologique : il est fort probable qu'une fois les entraves monopolistiques supprimées, le progrès prendra une autre voie, plus économique, pour "fermer" les technologies. Se distinguant par sa super-productivité, sa simplicité et son faible coût, cette classe de technologie a été bloquée par les deux États - comme menaçant les emplois et les monopoles - comme menaçant leurs superprofits (et donc leur existence même). L'affaiblissement brutal des deux, avec la baisse de la demande, ouvre un espace pour "fermer" les technologies et les transforme en "clé d'or", ouvrant un avenir brillant dans les conditions les plus défavorables.

 

Ô merveilleux vieux monde !

 

Bien sûr, la dépression mondiale va exacerber le problème des personnes "superflues" causé par la super-performance des technologies de l'information. L'effondrement du monde en macro-régions obligera ces dernières à rétablir leur production - mais la demande de travailleurs sera neutralisée : d'abord par une suppression générale des activités commerciales et l'élimination de sphères d'activité entières (par exemple, la spéculation financière massive ou les services excessifs en termes de survie), puis par le développement de technologies de "fermeture".

 

La liquidation de la classe moyenne, accélérée de façon spectaculaire par la crise de 2008-2009, sera encore accélérée. Une pénurie généralisée de la demande constituera une contrainte importante pour les relations de marché, car pour éviter une catastrophe sociale, il sera souvent nécessaire de produire les biens et services nécessaires à des prix inférieurs aux coûts (afin de préserver les emplois ou les biens nécessaires).

 

Dans cette situation, les gens seront extrêmement dépendants des systèmes de gestion, dont le caractère raisonnable sera littéralement une garantie de survie, la source de richesse sera la rente (même si elle est principalement technologique), et la possibilité d'autosuffisance et d'entreprenariat sera limitée.

 

La dépression mondiale va créer un monde dans lequel les possibilités de chacun seront considérablement réduites par rapport à la modernité sortante, tout d'abord en raison de la possibilité limitée d'une activité économique productive et d'une existence relativement indépendante.

 

L'ingénierie sociale moderne a déjà fait de la dictature de l'information, qui assure l'acceptation incontestée et l'exécution joyeuse de presque toutes les instructions par les masses déstabilisées des pays développés, une réalité. Après l'arrivée au pouvoir des fascistes en Ukraine, ces technologies ont été principalement utilisées contre la Russie et sont devenues la base de toutes les politiques des pays occidentaux. La panique autour du coronavirus a assuré leur utilisation généralisée dans la vie quotidienne des pays développés également : ils ne sont plus des citoyens, mais juste des habitants qui ne demandent plus et ne pensent plus - ils obéissent et se conforment.

 

Tout comme après le 11 septembre 2001, le "Patriotic Act" a aboli la démocratie aux États-Unis, la panique autour du Coronavirus, à proprement parler, a déjà aboli même les droits de l'homme apparemment inviolables par l'outil le plus efficace - la peur (comme dans le cas de la fin de la République romaine, où des interruptions insignifiantes de la nourriture dues à l'activité des pirates ont créé une règle à vie).

 

Bien sûr, cela est nécessaire en cas d'épidémie - mais les mesures exceptionnelles qui n'ont pas été appliquées auparavant à cet égard (bien qu'aux États-Unis, par exemple, la grippe ordinaire tue jusqu'à 70 000 personnes par an), ont déjà changé les sociétés concernées et ne seront pas nécessairement annulées dans leur intégralité.

 

Au minimum, le mystère de la vie privée disparaîtra partout où des smartphones sont distribués, car il est plus facile de retrouver les contacts d'une personne infectée en analysant la géolocalisation de son smartphone et des smartphones d'autres personnes (et l'équipement pour cela n'est pas seulement disponible en Chine).

 

La réalité probable de la Dépression mondiale est une dictature de l'information rigide réalisée par le biais de plateformes sociales, qui n'est pas perçue par les gens en tant que telle, car ses exigences seront perçues comme des facteurs naturels, objectivement déterminés et fondamentalement insurmontables, semblables au naturel. S'opposer ou s'indigner contre eux paraîtra aussi ridicule que, par exemple, le changement de saison.

 

Cependant, la dictature de l'information sera une régression sociale, une sorte de féodalisme informatique, instable en raison de sa nature archaïque : le nouvel âge des ténèbres ne sera pas informatisé longtemps.

 

Un avenir meilleur devra être construit par nous-mêmes...

 

Le capitalisme, né de la peste et masquant son extinction comme un coronavirus, peut produire non seulement la dégradation de l'humanité avec des catastrophes technologiques monstrueuses et une réduction des effectifs au moins à plusieurs reprises, mais aussi le progrès - la transition, bien que de manière très difficile et incertaine, vers le communisme.

 

Après tout, la base de la technologie moderne et de toute vie - l'information, par nature, est un bien public inaliénable. Une tentative d'appropriation privée est condamnée en raison de contradictions internes : comme nous le voyons dans l'exemple de la propriété intellectuelle, qui a dégénéré en un moyen d'abus de position monopolistique, elle conduit à bloquer le développement et à l'autodestruction.

 

Même le début de l'alignement des relations sociales sur l'information en tant que base de la société moderne éliminera beaucoup de problèmes et donnera à la société une énorme motivation pour un nouveau tournant dans le progrès.

 

Et ce qui était autrefois considéré comme un signe de communisme est déjà bien ancré dans notre vie quotidienne : de la disparition de la propriété privée (elle se situe toujours au niveau des entreprises nationales, mais les plus grandes sociétés mondiales se sont longtemps détenues et sont en fait des biens collectifs) et de l'importance secondaire de l'argent sur la technologie, à la création d'un travail de plus en plus créatif et à l'effacement de la frontière entre temps libre et temps de travail (même si ce n'est pas comme on le souhaite).

 

Marx considérait la création de "machines éternelles", qui ne nécessitent pas de travail humain vivant pour le fonctionnement du communisme, comme une condition pour l'établissement du communisme, et Leonid Fishman, un représentant de l'école de sciences politiques de l'Oural, a attiré l'attention sur le fait que leur ressemblance (bien que, bien sûr, imparfaite et inférieure) est la sphère moderne de l'information. D'ores et déjà, il n'a besoin de main-d'œuvre vivante que pour des réparations et des développements mineurs, et une fois créé, il continue à fonctionner avec un minimum de "frottement", qui ne fera que diminuer avec le temps.

 

Il est important que le problème des "personnes superflues", du "pré-cariateur" n'existe que dans le cadre des relations de marché, qui condamnent le système de gestion à utiliser des personnes - et à une échelle toujours plus grande.

 

Si l'humanité peut commencer à se développer non pas pour le profit mais pour sa propre perfection, elle sera confrontée à une grave pénurie de travailleurs, principalement de médecins et d'enseignants, comme l'a fait remarquer Dmitri Davydov, un représentant de la même école politique ouralienne. Même l'éducation et les soins de santé classiques visaient à former une personnalité très limitée ; faire du développement humain un objectif de la société nécessitera une augmentation multiple tant du nombre de spécialistes que de leurs qualifications.

 

En conséquence, l'excès de personnes sera remplacé par leur déficit.

 

Oui, les problèmes qui n'ont pas été résolus par la civilisation soviétique et qui l'ont ruinée restent ouverts. Nous ne savons toujours pas comment stimuler l'individu à se développer plutôt qu'à se dégrader (notamment parce que le cerveau est l'organe le plus énergivore et qu'au repos, les réflexes minimisent son utilisation), ni comment évaluer le développement personnel en général (car il est effroyablement multiforme, contrairement au profit).

 

Par conséquent, il est probable que le "féodalisme numérique" basé sur la rente technologique et de l'information nous attende d'abord, et il prendra probablement tout le temps de la dépression mondiale. Mais pour s'en sortir, il faudra, en fait, construire concrètement le communisme. Et les gens qui vivent aujourd'hui devront le faire - autant que nous voulons étendre notre paradis sur le canapé avec de la bière devant la télévision.

 

Mais la bière, le canapé et même la télévision ne dureront pas longtemps.

 

L'Union soviétique a été défaite parce qu'elle a été la même répétition générale du communisme que Venise et Gênes - le capitalisme.

 

La première crêpe est sortie du coma, mais la pâte remonte à nouveau.

 

Et l'essentiel pour nous est de ne pas faire un plat trop épicé.

 

 

Mikhail Delyagin

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d'Izborsk. Pour plus d’informations...

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Mikhail Delyagin : un monde divisé (Club d'Izborsk, 28 mars 2020)
Lire la suite

Valery Korovin : mobilisation eurasienne (Club d'Izborsk)

27 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus, #Russie

Valery Korovin : mobilisation eurasienne

27 mars 2020, 8h22

 

https://izborsk-club.ru/19020

 

 

Le secrétaire général des Nations-Unies, António Guterres, a appelé à la levée globale des sanctions entre États en rapport avec la prolifération du coronavirus. Selon le chef du Conseil de la Fédération des affaires étrangères, Konstantin Kosachev, "cette initiative est basée sur la logique - la réponse à un problème collectif peut être exclusivement collective ... une action coordonnée à cet égard est absolument nécessaire.

 

Il en aurait été ainsi si le monde avait été ce qu'on nous avait dit plusieurs décennies auparavant : une seule communauté de pays, d'élites, de citoyens responsables de l'avenir de l'humanité, une nouvelle humanité à venir, gouvernée par un personnel qualifié, réglementant raisonnablement les processus mondiaux, faisant face efficacement à toutes les crises et à tous les défis extérieurs. Des milliers de kilomètres de films américains ont été produits pour créer cette image idéale, mais quelque chose a clairement mal tourné.

 

Pour le coronavirus, cela en valait la peine - ainsi la crise comparée à l'invasion des mutants de l'espace, des extraterrestres inconnus ou des monstres de l'océan - et la machine idéale (dans les films) de gestion, de cohérence et de coordination du monde a immédiatement échoué. Au début, il est apparu clairement (pour être plus précis, les Américains l'ont fait) que la Chine est un paria mondial, en soi, et que ses problèmes ne concernent pas du tout l'humanité progressiste (c'est là que le véritable racisme de civilisation, anglo-saxon, non obscurci).

 

En fait, la Chine, qui s'est fermée au monde des barbares... oh non, à la "communauté mondiale civilisée" par la Grande Muraille de Chine et la grande muraille de feu chinoise, n'a pas compté sur elle pour s'unir en une seule entité, en surmontant son adversité manifestement d'origine humaine et en vainquant l'épidémie de coronavirus dans son unité toute chinoise de manière rigide et sans compromis (c'est là qu'une véritable coordination collective est absolument nécessaire).

 

Mais ensuite, il y a eu l'imprévu évident. Le virus ne s'est pas avéré être chinois et s'est propagé en Europe, mais à partir de là. Certains ont pu penser que la Chine, qui avait presque atteint le sommet en tant que leader économique mondial en éliminant l'Amérique, était un grand avantage pour Donald Trump, qui continuait à gagner des points politiques.

 

Il y aura alors de quoi montrer l'atout au bon moment, lorsque sa victoire deviendra presque évidente. Il a dit qu'il avait laissé sortir le gin, et qu'il avait non seulement fait tomber les Chinois, qui ne sont pas aimés en Amérique, mais aussi des Européens assez "civilisés". Et puis - et c'est un crime de la plus grande gravité - les Américains "exceptionnels" eux-mêmes.

 

Après une telle révélation de n'importe quelle présidence, on n'aura même pas à y penser - comme pour éviter dix vies. Bien sûr, tout cela relève toujours de la catégorie de la conspiration, car il n'y a pas de preuve directe, mais Colin Powell, en secouant une éprouvette, accusant l'Irak de possession d'ADM, qui était la raison de l'invasion américaine, était également un élément de conspiration non prouvé jusqu'à ce que la conspiration soit prouvée, passant de la théorie de la conspiration à la réalité. Mais l'Irak, embourbé dans la démocratie, ne s'en soucie plus.

 

Il n'en reste pas moins que les élites mondiales mercenaires n'ont pas réussi à relever le défi du coronavirus. Pas de coordination des actions, pas de cohésion et d'efficacité des mesures, au lieu de cela - qui est dans la forêt, qui est sur le bois de chauffage.

 

Les frontières de l'"Europe unie" sont fermées, les pays de cet "espace de civilisation unie" sont isolés les uns des autres, prenant des mesures qui contredisent celles des concurrents. L'Europe de l'Est est un paria et un trou noir pour l'Europe de l'Ouest, mais hier, elle était au sein de l'UE. Même les piliers de l'UE - l'Allemagne et la France - se sont fermés les uns aux autres.

 

L'Amérique (attendue comme toujours) s'est fermée sur son île et elle ne se soucie pas du reste de l'humanité - au sens propre comme au sens figuré. Arrogante dans la résolution de ses problèmes financiers (comme d'habitude, au détriment de tous les autres, les élites américaines ont pris soin d'économiser leurs biens à l'avance), elle tente d'acheter des spécialistes allemands travaillant sur le vaccin. Ne pas soutenir, ne pas partager leur expérience, ne pas s'unir aux scientifiques européens, créer des centres de recherche communs, comme dans les films, et simplement acheter bêtement. Donc l'Amérique peut l'avoir et l'Europe ne peut pas. Ces "alliés"...

 

Ce qui est autrement - sauvage, barbare, non civilisé - le monde dont l'Amérique et l'Europe se moquent complètement. Ici, comme on le dit, le grand principe de la civilisation occidentale fonctionne : "Sauve qui peut", c'est-à-dire l'Occident, divisé en lui-même en États nationaux séparés, - lui-même, et le reste de l'humanité... Qu'avons-nous là (la conspiration, bien sûr) le concept du milliard d'or ? Plus les sauvages et les barbares s'éteignent, plus le milliard d'or civilisé s'accroîtra.

 

Ce que nous avons dans le résidu sec : il n'y a plus de frontières ouvertes, il n'y a plus de solidarité des sociétés, l'efficacité des institutions économiques existantes est renversée par un protectionnisme franc et non dissimulé et un égoïsme économique cynique, principalement de la part des États-Unis, la compétence des élites dirigeantes face au problème du coronavirus a même trouvé non pas zéro, mais une solvabilité négative. Et c'est la fin du projet mondialiste.

 

Il n'y aura pas un seul monde après le Coronavirus, et encore moins l'Amérique à sa tête. Après cela, personne d'autre ne croira au leadership des élites occidentales. Personne n'acceptera la domination occidentale, car ce même Orient, principalement la Chine, est sorti d'une situation beaucoup plus efficace et digne. Oui, il s'est sauvé, n'a aidé personne, mais n'a pas prétendu dominer (contrairement à l'Occident) et en même temps n'a compté sur personne.

 

D'où la conclusion : il n'y aura pas de réponse responsable et opportune aux problèmes qui se sont emparés du monde entier à l'heure actuelle, du moins de la part de l'Occident. En raison de la pandémie, les États occidentaux, et en premier lieu les États-Unis, non seulement combattront le problème exclusivement (apparemment, c'est l'exclusivité de la nation américaine) à l'intérieur de leurs frontières nationales, mais ils essaieront aussi de le faire comme d'habitude aux dépens des autres, et même à leur propre avantage.

 

Il est impossible de consolider les efforts de la communauté internationale parce que celle-ci a été sournoisement présentée par l'Occident même - l'Amérique et ses alliés, qui ont été les premiers à fuir le navire en perdition de la mondialisation.

 

S'il est possible qu'au sommet du G20, les dirigeants de ces États voyous les plus occidentaux appellent hypocritement à l'unité des efforts, ils seront particulièrement désireux de mentir sur le soutien mutuel, espérant cyniquement obtenir quelque chose des barbares et des sauvages qu'ils méprisent afin de prolonger leur agonie en les chassant au dernier moment.

 

Que devrait faire la Russie dans cette situation ? D'abord, comprendre dès que possible que le monde après le coronavirus va changer au-delà de toute reconnaissance, cesser de croire à la mondialisation et à l'"Occident béni", auxquels certains représentants des élites russes tendent encore, et commencer à comprendre les contours du nouveau monde à venir. Et ce monde sera certainement multipolaire, ne consistant pas en un mais plusieurs pôles de civilisation. Et ces pôles se formeront en joignant aux plus forts et aux plus responsables les faibles, abandonnés par l'Occident, devenus inutiles, incapables de survivre indépendamment dans ce monde changé. Et c'est une chance pour la Russie.

 

La Russie devrait sortir de Coronavirus comme une puissance forte, ne sauvant pas tout le monde dans le monde - en mobilisant, en ralliant l'espace post-soviétique autour d'elle. Du jour au lendemain, les pays d'Europe de l'Est se sont révélés être des parias dans le merveilleux nouveau monde occidental, battant l'hystérie du coronavirus, oubliant tous ceux à qui l'on avait promis soutien, soins et tutelle. Nos nouveaux alliés sont à l'Est, où ils acceptent dignement le coronavirus, où ils sont prêts à se soutenir mutuellement en tendant une main secourable.

 

La Russie, après le coronavirus, est le centre du bloc de civilisation eurasien, un des pôles du monde multipolaire à venir. Mais pour cela, nous devons nous mobiliser. Mettre enfin fin à notre dépendance vis-à-vis de l'Occident, cesser de compter avec lui. Débarrassez-vous de son influence idéologique, culturelle et politique.

 

Ce que nous ne devrions pas faire, c'est attendre passivement que tout redevienne comme avant, agir avec hésitation, prendre des demi-mesures, ne pas insister sur notre propre sort, être timides et regarder l'Occident en arrière. C'est la source du mensonge et de l'hypocrisie, et dès qu'il se réveillera, se mobilisant, crachant en lui-même comme toujours sur la démocratie et les droits de l'homme, il viendra nous achever en nous accusant du coronavirus (ça ne leur coûte rien) si nous sommes faibles.

 

Il y a deux façons de sortir de l'hystérie du coronavirus : se mobiliser et devenir fort, sans compter sur l'Occident, en créant un monde multipolaire, ou continuer dans l'indécision en attendant passivement la fin du coronavirus, en devenant une victime de l'Occident. Et les appels des humanistes à la consolidation de l'humanité dans la lutte contre les coronavirus, peu importe la manière dont on le souhaite, peuvent être oubliés. Le monde n'est plus le même. C'est cruel et impitoyable. Et la Russie doit devenir forte et unie pour y survivre.

 

 

Valery Korovin

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Valery Korovin : mobilisation eurasienne (Club d'Izborsk)
Lire la suite

Les habits neufs de l'empereur, par Hans Christian Andersen

25 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Opération Coronavirus

 

Il y a de longues années vivait un empereur qui aimait par-dessus tout les beaux habits neufs ; il dépensait tout son argent pour être bien habillé. Il ne s’intéressait nullement à ses soldats, ni à la comédie, ni à ses promenades en voiture dans les bois, si ce n’était pour faire parade de ses habits neufs. Il en avait un pour chaque heure du jour et, comme on dit d’un roi : « Il est au conseil», on disait de lui : « L’empereur est dans sa garde-robe.»

La vie s’écoulait joyeuse dans la grande ville où il habitait; beaucoup d’étrangers la visitaient. Un jour arrivèrent deux escrocs, se faisant passer pour tisserands et se vantant de savoir tisser l’étoffe la plus splendide que l’on puisse imaginer.

Non seulement les couleurs et les dessins en étaient exceptionnellement beaux, mais encore, les vêtements cousus dans ces étoffes avaient l’étrange vertu d’être invisibles pour tous ceux qui étaient incapables dans leur emploi, ou plus simplement irrémédiablement des sots.

« Ce seraient de précieux habits, pensa l’empereur, en les portant je connaîtrais aussitôt les hommes incapables de mon empire, et je distinguerais les intelligents des imbéciles. Cette étoffe, il faut au plus vite la faire tisser. »

Il donna d’avance une grosse somme d’argent aux deux escrocs pour qu’ils se mettent à l’ouvrage. Ils installèrent bien deux métiers à tisser et firent semblant de travailler, mais ils n’avaient absolument aucun fil sur le métier.

Ils s’empressèrent de réclamer les plus beaux fils de soie, les fils d’or les plus éclatants, ils les mettaient dans leur sac à eux et continuaient à travailler sur des métiers vides jusque dans la nuit. J’aimerais savoir où ils en sont de leur étoffe, se disait l’empereur, mais il se sentait très mal à l’aise à l’idée qu’elle était invisible aux sots et aux incapables.

Il pensait bien n’avoir rien à craindre pour lui-même, mais il décida d’envoyer d’abord quelqu’un pour voir ce qu’il en était.

Tous les habitants de la ville étaient au courant de la vertu miraculeuse de l’étoffe et tous étaient impatients de voir combien leurs voisins étaient incapables ou sots.

Je vais envoyer mon vieux et honnête ministre, pensa l’empereur. C’est lui qui jugera de l’effet produit par l’étoffe, il est d’une grande intelligence et personne ne remplit mieux sa fonction que lui. Alors le vieux ministre honnête se rendit dans l’atelier où les deux menteurs travaillaient sur les deux métiers vides. Mon Dieu ! pensa le vieux ministre en écarquillant les yeux, je ne vois rien du tout ! Mais il se garda bien de le dire. Les deux autres le prièrent d’avoir la bonté de s’approcher et lui demandèrent si ce n’était pas là un beau dessin, de ravissantes couleurs.

Ils montraient le métier vide et le pauvre vieux ministre ouvrait des yeux de plus en plus grands, mais il ne voyait toujours rien puisqu’il n’y avait rien.

« Grands dieux ! se disait-il, serais-je un sot ? Je ne l’aurais jamais cru et il faut que personne ne le sache ! Remplirais-je mal mes fonctions ? Non, il ne faut surtout pas que je dise que je ne vois pas cette étoffe. »

- Eh bien ! vous ne dites rien ? dit l’un des artisans. Oh ! c’est vraiment ravissant, tout ce qu’il y a de plus joli, dit le vieux ministre en admirant à travers ses lunettes. Ce dessin ! ... ces couleurs ! ... Oui, je dirai à l’empereur que cela me plaît infiniment. Ah ! nous en sommes contents.

Les deux tisserands disaient le nom des couleurs, détaillaient les beautés du dessin. Le ministre écoutait de toutes ses oreilles pour pouvoir répéter chaque mot à l’empereur quand il serait rentré, et c’est bien ce qu’il fit. Les escrocs réclamèrent alors encore de l’or et encore des soies et de l’or filé. Ils mettaient tout dans leurs poches, pas un fil sur le métier, où cependant ils continuaient à faire semblant de travailler.

Quelque temps après, l’empereur envoya un autre fonctionnaire important pour voir où on en était du tissage et si l’étoffe serait bientôt prête. Il arriva à cet homme la même chose qu’au ministre, il avait beau regarder, comme il n’y avait que des métiers vides, il ne voyait rien. N’est-ce pas là une belle pièce d’étoffe ? disaient les deux escrocs, et ils recommençaient leurs explications.

« Je ne suis pas bête, pensait le fonctionnaire, c’est donc que je ne conviens pas à ma haute fonction. C’est assez bizarre, mais il ne faut pas que cela se sache. »

Il loua donc le tissu qu’il ne voyait pas et les assura de la joie que lui causait la vue de ces belles couleurs, de ce ravissant dessin. C’est tout ce qu’il y a de plus beau, dit-il à l’empereur. Tous les gens de la ville parlaient du merveilleux tissu. Enfin, l’empereur voulut voir par lui-même, tandis que l’étoffe était encore sur le métier.

Avec une grande suite de courtisans triés sur le volet, parmi lesquels les deux vieux excellents fonctionnaires qui y étaient déjà allés, il se rendit auprès des deux rusés compères qui tissaient de toutes leurs forces - sans le moindre fil de soie. N’est-ce pas magnifique, s’écriaient les deux vieux fonctionnaires, que Votre Majesté admire ce dessin, ces teintes. Ils montraient du doigt le métier vide, s’imaginant que les autres voyaient quelque chose.

« Comment ! pensa l’empereur, je ne vois rien ! Mais c’est épouvantable ! Suis-je un sot ? Ne suis-je pas fait pour être empereur ? Ce serait terrible ! Oh ! de toute beauté, disait-il en même temps, vous avez ma plus haute approbation. »

Il faisait de la tête un signe de satisfaction et contemplait le métier vide. Il ne voulait pas dire qu’il ne voyait rien. Toute sa suite regardait et regardait sans rien voir de plus que les autres, mais ils disaient comme l’empereur :

« Oh ! de toute beauté ! »

Et ils lui conseillèrent d’étrenner l’habit taillé dans cette étoffe splendide à l’occasion de la grande procession qui devait avoir lieu bientôt. Magnifique! Ravissant! Parfait! Ces mots volaient de bouche en bouche, tous se disaient enchantés.

L’empereur décora chacun des deux escrocs de la croix de chevalier pour mettre à leur boutonnière et leur octroya le titre de gentilshommes tisserands. Toute la nuit qui précéda le jour de la procession, les escrocs restèrent à travailler à la lueur de seize chandelles. Toute la ville pouvait ainsi se rendre compte de la peine qu’ils se donnaient pour terminer les habits neufs de l’empereur. Ils faisaient semblant d’enlever l’étoffe de sur le métier, ils taillaient en l’air avec de grands ciseaux, ils cousaient sans aiguille et sans fil, et à la fin ils s’écrièrent :

- Voyez, l’habit est terminé !

L’empereur vint lui-même avec ses courtisans les plus haut placés.

Les deux menteurs levaient un bras en l’air comme s’ils tenaient quelque chose : Voici le pantalon, voici l’habit ! voilà le manteau ! et ainsi de suite. C’est léger comme une toile d’araignée, on croirait n’avoir rien sur le corps, c’est là le grand avantage de l’étoffe. Oui oui, dirent les courtisans de la suite, mais ils ne voyaient rien, puisqu’il n’y avait rien.

L’empereur enleva tous ses beaux vêtements et les escrocs firent les gestes de lui en mettre. Dieu ! comme cela va bien ! Comme c’est bien pris, disait chacun. Quel dessin, quelles couleurs, voilà des vêtements luxueux. Les chambellans qui devaient porter la traîne du manteau de cour tâtonnaient de leurs mains le parquet et les élevaient ensuite comme s’ils ramassaient

cette traîne. C’est ainsi que l’empereur marchait devant la procession sous le magnifique dais, et tous ses sujets s’écriaient : Dieu ! que le nouvel habit de l’empereur est admirable. Personne ne voulait avouer qu’il ne voyait rien, puisque cela aurait montré qu’il était incapable dans son emploi, ou simplement un sot. Jamais un habit neuf de l’empereur n’avait connu un tel succès.

- Mais il n’a pas d’habit du tout ! cria un petit enfant dans la foule. Grands dieux ! entendez, c’est la voix de l’innocence, dit son père. Et chacun de chuchoter de l’un à l’autre :

- Il n’a pas d’habit du tout ... Il n’a pas d’habit du tout ! cria à la fin le peuple entier.

L’empereur frissonna, car il lui semblait bien que tout son peuple avait raison, mais il pensait en même temps qu’il fallait tenir bon jusqu’à la fin de la procession. Il se redressa encore plus fièrement, et les chambellans continuèrent à porter le manteau de cour et la traîne qui n’existait pas.

 

Hans Christian Andersen

 

 

Toute ressemblance avec des personnes ou des événements actuels serait bien entendu purement fortuite...

Lire la suite

Alexander Notin : L'homme et le virus - qui est qui ? (Club d'Izborsk, 24 mars 2020)

24 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus, #Russie

 

Alexander Notin - 24 mars 2020, 8:17.

 

https://izborsk-club.ru/19002

 

 

J'avoue que depuis quelque temps, je ne crois plus au destin ni au mauvais rocher.

 

Selon les Saintes Écritures, il existe trois forces interdépendantes dans le monde : l'Homme, les Anges et le Très-Haut.

 

Lorsque des guerres mondiales éclatent, comme celle que nous vivons actuellement, l'esprit tranquille, enchaînés au sol, arrogant et ignorant, il semble que les intrigues soient tissées par les seuls hommes. Différents noms sont inventés ici - dans les coulisses, le gouvernement mondial, les maîtres de l'argent, etc.

 

Mais derrière tout cela, il y a des gens et rien de plus. Les gens, bien sûr, sont rusés, avides et impitoyables. N'allez pas chez votre grand-mère ici, comme on dit. Pendant des siècles, les élites nationales ont été riches au détriment de la base et du soutien mutuel. Ils ont flotté dans une seule organisation mondiale et... se sont inexorablement dégradés, tout d'abord au sens moral. Le barde de Trofim a tracé la ligne : "Eteignez les lumières, la corrida est terminée. C'est comme si la levure avait été jetée dans la merde."

 

Mais les élites ont un chef invisible. C'est l'esprit de ce siècle, alias le porteur de mythes et le prince des ténèbres. Son nom est le diable. Il a tout l'argent du monde, et il faut être absolument aveugle et stupide, pour ne pas remarquer la même chose partout : là où il y a de la saleté et de la corruption, il y a de l'argent. Et là où il y a des vestiges de moralité, il y a de la pauvreté et de la rareté.

 

L'esprit de cette époque est l'esprit de séparation et d'opposition à Dieu. Sa tâche est de détruire l'homme et l'humanité, de préférence par les mains des hommes eux-mêmes. A la fin, le diable exterminera ses agents les plus proches parmi les hommes. C'est la division des organismes humains et sociaux vivants en segments et en individus que nous voyons aujourd'hui dans toutes sortes de quarantaines qui paralysent les pays et les peuples de toute la terre. Je ne sais pas et je ne peux pas savoir quand et comment la folie virale-psychotique actuelle va s'effondrer, et si elle va se développer en quelque chose d'autre, également planifié par des gens rusés...

 

Mais il est évident que sous le bruit de la lutte contre le coronavirus et la colère de la peur pour leur vie, les gens s'enferment, comme par leur propre volonté, dans des cellules-appartements étroits. Ils y traînent des vivres et essaient de ne pas s'approcher à moins de 2 mètres les uns des autres.

 

Divinement, cette névrose planétaire est soutenue comme par des autorités nationales indépendantes, et en outre, de manière si synchrone et cohérente, que l'on croit involontairement en une seule volonté et une seule main. Dans cette situation, chacun de nous, de gré ou de force, commence à se sentir comme une souris de laboratoire blanche, subordonnée à certains signaux conditionnels.

 

C'est la tâche de l'ennemi, qui, selon les mots de l'apôtre Paul, n'est "pas de chair et de sang". C'est l'affaire de tous d'accepter ou non ce sort honteux. Chacun a le droit de se demander si je suis une "kozyavka zhidkonogaya" selon la définition des frères Strugatsky, une "créature tremblante" selon les mots de Dostoïevski, ou un homme créé à l'image et à la ressemblance de Dieu. Je crois que le Seigneur nous permet à tous, les repentis, de ressentir cette douleur universelle, afin que nous puissions ressentir notre propre faiblesse et la profondeur de notre chute. D'autre part, nous nous sommes tournés vers lui pour obtenir de l'aide, tout comme un soldat au fond d'une tranchée sous les bombes crie : "Seigneur, aie pitié !"

 

Que nous conseillent tous, croyants et incroyants, des pères saints expérimentés en ces temps si terribles et terribles ?

 

Un. Se sentir comme les descendants d'Adam et l'enfant bien-aimé de Dieu, mais pas comme une souris blanche.

 

Deux. Traduire l'œil mental de la tourmente extérieure, qui ne fait que confondre et effrayer, dans votre propre âme, dans votre homme intérieur, et répéter plus souvent : "Seigneur, aie pitié !

 

Troisièmement. L'esprit à garder une distance entre eux et les stimuli extérieurs, à observer, mais pas à s'en tenir aux signaux du laboratoire. Seuls, en dehors de notre âme, ces signaux sont énergétiquement faibles, presque impuissants, et ils cherchent donc à être stimulés par l'homme intérieur.

 

Quatre. Des nouvelles et des provocations de panique "pour ne pas accepter et ne pas blasphémer", pour se tenir à l'écart de soi-même. Faites de même pour les bonnes nouvelles. Car nous ne connaissons pas l'avenir, et donc nous ne voyons pas ce que telle ou telle nouvelle porte.

 

Cinquième. Dans toute situation, il y a deux issues : la changer ou l'accepter, s'humilier, s'appuyer sur la volonté de Dieu. Le plus souvent, hélas, nous faisons quelque chose de troisième : la panique ou "panic".

 

Les croyants trouvent cela plus facile - ils connaissent les bienfaits des tribulations, ils savent pourquoi et pourquoi ces tribulations sont envoyées d'en haut à l'homme.

 

La conclusion générale est la suivante : rester humain, s'entraider, s'accrocher à Dieu. Le reste viendra avec tout le reste.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

 

Alexander Notin

http://pereprava.org

Alexander Ivanovich Notin - personnalité publique russe, historien, diplomate. Responsable de la communauté culturelle et éducative "The Ferrying". Chef du groupe d'investissement Monolith, assistant du gouverneur de la région de Nijni-Novgorod, V.P. Shantseva. Membre permanent du Club d'Izborsk.

Alexander Notin : L'homme et le virus - qui est qui ? (Club d'Izborsk, 24 mars 2020)
Lire la suite

Alexandre Douguine: l'ordre post-mondial (Club d'Izborsk, 23 mars 2020)

23 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Opération Coronavirus, #Russie

Alexander Dugin : l'ordre post-mondial

23 mars 2020, 9h03

 

https://izborsk-club.ru/18994

 

La crise que traverse l'humanité avec la pandémie de Coronavirus a déjà pris une telle ampleur mondiale qu'un retour à la situation qui existait à la veille de l'épidémie est tout simplement impossible.

 

Si, en raison de certaines circonstances, la propagation du virus n'est pas radicalement arrêtée dans un délai d'un mois et demi ou de deux mois, tous les processus deviendront irréversibles et, du jour au lendemain, l'ordre mondial tout entier s'effondrera. L'histoire connaît des périodes similaires, qui ont été associées à des catastrophes mondiales, des guerres et des circonstances extraordinaires.

 

Si nous essayons d'envisager l'avenir à partir de la situation actuelle, avec toute l'incertitude et l'ouverture, nous pouvons encore identifier certains des scénarios ou des moments les plus probables.

 

1. La mondialisation s'est effondrée définitivement, rapidement et irrévocablement. Elle a longtemps montré des signes de crise, mais l'épidémie a simplement fait exploser tous ses grands axiomes : l'ouverture des frontières, la solidarité des sociétés, l'efficacité des institutions économiques existantes, et la compétence des élites dirigeantes face au problème des coronavirus. La mondialisation est tombée en tant qu'idéologie (libéralisme), économie (réseaux mondiaux), politique (direction des élites occidentales).

 

2. Une nouvelle architecture du monde post-globaliste (postlibéral) sera créée sur les décombres de la mondialisation.

 

Plus vite nous reconnaîtrons ce tournant particulier, plus nous serons prêts à faire face aux nouveaux défis. Cette situation est comparable aux derniers jours de l'URSS : la grande majorité de la classe dirigeante soviétique refusait même de penser à la possibilité d'une transition vers un nouveau modèle d'État, de gouvernance et d'idéologie, et seule une très petite minorité réalisait la nature fatale de la crise et se préparait à adopter un modèle alternatif. Mais dans un monde bipolaire, l'effondrement d'un des pôles a laissé l'autre. Et la décision a été de reconnaître sa victoire, de copier ses institutions et d'essayer de s'impliquer dans ses structures. C'est ce qui a donné la mondialisation des années 90 et le monde unipolaire qui s'est alors formé.

 

Aujourd'hui, c'est ce monde unipolaire qui s'effondre, qui a été reconnu (en termes d'idéologie, d'économie et d'ordre politique) par tous les grands acteurs mondiaux - dont la Chine, la Russie et tous les autres - pour toutes leurs tentatives de défendre l'indépendance et de gagner les meilleures conditions. Par conséquent, les élites dirigeantes sont confrontées à un problème plus complexe : le choix entre un modèle s'effondrant dans l'abîme et l'inconnu total, dans lequel rien ne peut servir de modèle ou de recette fiable pour construire l'avenir. On peut imaginer à quel point les élites dirigeantes s'accrocheront désespérément - plus encore qu'à la fin de l'ère soviétique - au mondialisme et à ses structures, même si tous ses mécanismes et instruments, ses institutions et ses structures semblent s'effondrer.

 

Par conséquent, le nombre de ceux qui peuvent plus ou moins librement naviguer dans le chaos croissant sera assez faible, même parmi les élites. Il est difficile d'imaginer comment la relation entre les mondialistes et les post-mondialistes va évoluer, mais il est déjà possible d'anticiper les principaux points de la réalité post-mondialiste en termes généraux.

 

1. Ce n'est pas une société ouverte qui est mise en avant, mais une société fermée. La souveraineté devient la valeur la plus élevée et la plus absolue. La bonté est déclarée comme étant le salut et le soutien de la vie d'un peuple concret dans un état concret. Le pouvoir ne sera légitime que s'il est capable de faire face à cette tâche : d'abord, sauver la vie des gens dans les conditions d'une pandémie et des processus catastrophiques qui l'accompagnent, et ensuite organiser une structure politique, économique et idéologique qui permette de défendre les intérêts de cette société fermée face aux autres. Cela n'implique pas nécessairement une guerre de tous avec tous, mais détermine en même temps, dans un premier temps, la priorité principale et absolue de ce pays et de ce peuple - tout d'abord. Et aucune autre considération idéologique ne peut l'emporter sur ce principe.

 

2. 2. une société fermée doit être autarcique. Cela signifie qu'elle doit être autosuffisante et indépendante des fournisseurs extérieurs en matière d'alimentation, de production industrielle, de système monétaire et financier et de pouvoir militaire avant tout. Tout cela deviendra bientôt les principales priorités dans la lutte contre l'épidémie, lorsque les États seront contraints de fermer (déjà fermés), mais dans le monde post-mondialiste, cet État deviendra permanent. Si les mondialistes y voient une mesure temporaire, les post-mondialistes devraient au contraire se préparer à ce qu'elle devienne une priorité stratégique.

 

3. L'autosuffisance en matière de survie, de ressources, d'économie et de politique doit être combinée avec une politique étrangère efficace où la stratégie d'alliance est au premier plan. Le plus important est d'avoir un nombre suffisant d'alliés stratégiquement et géopolitiquement importants qui, ensemble, forment un bloc potentiel capable de fournir à tous les participants une résistance efficace et une défense suffisamment fiable contre une probable agression étrangère. Il en va de même pour les liens économiques et financiers qui augmentent le volume des marchés disponibles, mais pas à l'échelle mondiale mais régionale.

 

4. Pour assurer la souveraineté et l'autonomie, il est important d'établir un contrôle sur les domaines dont dépend la souveraineté et la sécurité de chaque entité souveraine. Cela fait de certains processus d'intégration un impératif géopolitique. L'existence d'enclaves hostiles dans la proximité menaçante du territoire national (potentielle ou réelle) portera atteinte à la défense et à la sécurité. C'est pourquoi, dès les conditions de lutte contre l'épidémie, un certain modèle d'intégration doit être envisagé et défini.

 

Le monde post-mondialiste peut être imaginé sous la forme de plusieurs grands centres et d'un certain nombre de centres secondaires. Chaque grand pôle doit répondre aux exigences de l'autarcie. Ce serait l'analogue des empires traditionnels. Cela voudrait dire.. :

 

- un système vertical unique de gestion rigide (en situation de crise avec les pouvoirs dictatoriaux de la plus haute puissance) ;

 

- la pleine responsabilité de l'État et de ses institutions pour la vie et la santé des citoyens ;

 

- la prise en charge par l'État de la responsabilité de la fourniture de nourriture à sa population dans le cadre de frontières fermées, ce qui nécessite une agriculture développée ;

 

- l'introduction de la souveraineté monétaire, la monnaie nationale étant rattachée à la couverture en or ou en matières premières (c'est-à-dire à l'économie réelle) plutôt qu'au système de réserves mondiales ;

 

- assurer un taux de développement élevé de l'industrie nationale, suffisant pour concurrencer efficacement les autres États fermés (ce qui n'exclut pas la coopération, mais seulement lorsque le principe d'indépendance et d'autarcie industrielle n'en souffre pas) ;

 

- la création d'une industrie militaire efficace et des infrastructures scientifiques et de production nécessaires ;

 

- le contrôle et l'entretien du système de transport et de communication qui assure la communication entre les différents territoires de l'État.

 

Il est évident que pour réaliser des tâches aussi extraordinaires, il est nécessaire de

 

- une élite très particulière (classe politique post-mondialiste) et:

 

- Par conséquent, une idéologie étatique totalement nouvelle (le libéralisme et le mondialisme ne sont pas très adaptés à cela).

 

La classe politique devrait être recrutée parmi les cadres et les employés des institutions militaires.

 

L'idéologie doit refléter les caractéristiques historiques, culturelles et religieuses d'une société particulière et avoir une orientation futurologique - projection de l'identité civilisationnelle dans l'avenir.

 

Il est important de noter qu'une telle chose devra passer par presque tous les pays et blocs de pays modernes - et ceux qui sont complètement immergés dans la mondialisation et ceux qui ont essayé de s'en tenir à l'écart.

 

À cet égard, il faut partir du principe que de tels processus feront des États-Unis l'un des acteurs les plus importants du monde, ce qui modifiera en même temps son contenu - de la citadelle de la mondialisation à une puissance et à la défense de ses seuls intérêts de puissance mondiale autocratique. Les conditions préalables à une telle transformation sont déjà contenues en partie dans le programme de Donald Trump, et la lutte contre les pandémies et les états d'urgence acquerra des caractéristiques encore plus distinctes.

 

Certaines puissances européennes sont également prêtes à suivre la même voie - jusqu'à présent, dans le cadre de mesures d'urgence - aujourd'hui la France et l'Allemagne. À mesure que la crise s'aggrave et s'allonge, ces processus se rapprocheront de plus en plus des contours que nous avons tracés.

 

La Chine est relativement prête pour un tel revirement, idéologiquement et politiquement, en tant qu'État centralisé dur avec une verticale de pouvoir prononcée. La Chine perd beaucoup avec l'effondrement de la mondialisation, qu'elle a réussi à mettre au service de ses intérêts nationaux, mais en général, elle a toujours mis l'accent sur l'autarcie, qu'elle n'a pas négligée même en période d'ouverture maximale.

 

Il existe des conditions préalables à une telle évolution post-mondialiste en Iran, au Pakistan et en partie en Turquie, qui pourraient devenir les pôles du monde islamique.

 

L'Inde, qui renoue rapidement avec son identité nationale, a commencé à rétablir activement les liens avec les pays amis de la région dans le contexte de la pandémie, en se préparant à de nouveaux processus.

 

La Russie présente également un certain nombre d'aspects positifs dans ces conditions de départ :

- La politique de renforcement de la souveraineté menée par Poutine au cours des deux dernières décennies ;

 

- l'existence de capacités militaires sérieuses ;

 

- des précédents historiques d'autarcie totale ou relative ;

 

- traditions d'indépendance idéologique et politique ;

 

- des identités nationales et religieuses fortes ;

 

- la reconnaissance par la majorité de la légitimité du modèle de gouvernance centraliste et paternaliste.

 

Cependant, l'élite dirigeante existante, qui s'est formée à la fin de l'ère soviétique et dans la période post-soviétique, ne relève pas du tout le défi du temps, étant l'héritière de l'ordre mondial bipolaire et unipolaire (mondialiste) et de la pensée qui s'y rattache. Sur le plan économique, financier, idéologique et technologique, la Russie est trop étroitement liée à la structure mondialiste, ce qui la rend, à bien des égards, non préparée à affronter efficacement l'épidémie - si elle passe d'une urgence à court terme à la création d'un nouvel ordre mondial - et irréversiblement post-globaliste. Ces élites partagent une idéologie libérale et fondent leurs activités dans une certaine mesure sur des structures transnationales - vente de ressources, délocalisation de l'industrie, dépendance à l'égard des biens et produits étrangers, inclusion dans le système financier mondial avec la reconnaissance du dollar comme monnaie de réserve, etc. Ni par leurs compétences, ni par leur vision du monde, ni par leur culture politique et administrative, cette élite est capable d'assurer la transition vers le nouvel État. Cependant, cet état de fait est commun à l'écrasante majorité des pays, où la mondialisation et le libéralisme ont été considérés jusqu'à récemment comme des dogmes indestructibles et irréfutables. Et dans ce cas, la Russie a une chance de changer cet état de fait, en préparant l'État et la société à entrer dans le nouvel ordre post-mondialiste.

 

Alexander Dugin

http://dugin.ru

Alexander Gelievich Dugin (né en 1962) - éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Alexandre Douguine: l'ordre post-mondial (Club d'Izborsk, 23 mars 2020)
Lire la suite

Valery Korovin: Le coronavirus a mis une croix sur le projet mondialiste (Club d'Izborsk, 22 mars 2020)

22 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus, #Politique, #Russie

Valery Korovin: Le coronavirus a mis une croix sur le projet mondialiste.

 

22 mars 2020, 10:37.

 

https://izborsk-club.ru/18992

 

 

Le monde ne sera plus le même après l'épidémie de coronavirus. Le projet mondialiste s'effondre déjà, et les contours du monde multipolaire vont commencer à se dessiner. Valery Korovin, membre du Club d'Izborsk et directeur du Centre d'Expertise Géopolitique, s'en est entretenu avec l'Agence de presse fédérale.

 

 

"Les conséquences de la pandémie sont devenues irréversibles pour le projet mondialiste", a-t-il déclaré. - Le virus a divisé les pays par des frontières réelles et physiques et a révélé l'existence de graves problèmes fondamentaux du projet globliste, dont le principal était qu'aucune "unité de l'humanité", aucune solidarité de pays et de peuples ne sont observés. Au contraire, les pays sont séparés les uns des autres et cessent toute communication et interaction physique, y compris économique et industrielle".

 

Selon l'expert, l'exemple le plus frappant est la fermeture des frontières entre la France et l'Allemagne.

 

"Ces deux pays sont les locomotives du projet "Europe unie"", a rappelé M. Korovin. - Il découle clairement de ce qui se passe qu'il n'y a pas d'"Europe unique", car il n'y a pas de consolidation même entre les principaux piliers de l'UE. Que dire de tous les autres pays après cela... Les pays d'Europe occidentale sont maintenant isolés de l'Europe de l'Est avec une certaine arrogance !

 

En fait, l'isolement est total, ce qui met fin une fois pour toutes au projet mondialiste.

 

"Après une telle aliénation entre les pays et les peuples, il n'y a pas de "monde unique" dont on puisse parler. En fait, chacun est pour soi. Chaque pays est laissé à lui-même pour faire face à ses propres défis. Il n'y a pas d'institution supranationale qui puisse prendre en charge le développement de stratégies mondiales, d'approches consolidées et de prise de décision au profit de tous les pays et de tous les peuples", a expliqué M. Korovin.

 

Ainsi, selon l'interlocuteur du FAS, le coronavirus est devenu un "moment de vérité" pour l'humanité, éliminant complètement le projet mondialiste, séparant les Etats à l'intérieur de leurs frontières. Les principaux problèmes auxquels les pays sont confrontés aujourd'hui sont la nécessité d'assurer la sécurité économique, la sécurité alimentaire, les fonctions de défense en cas d'attaques de l'extérieur, si la situation s'aggrave, ainsi que l'approvisionnement des citoyens en médicaments.

 

"L'autarcie, la capacité de subvenir à ses besoins, est un indicateur de la subjectivité et de la souveraineté d'un État", a-t-il souligné. - Les pays qui n'en seraient pas capables devraient rejoindre les plus grands, ce qui entraînerait la formation de nouveaux blocs civilisationnels. Ainsi, il y aura les contours du futur monde multipolaire, où non pas des pays individuels, mais des blocs d'États auront les caractéristiques souveraines et autarciques nécessaires pour survivre dans le nouveau monde après le coronavirus.

 

Quant à la Russie et à sa capacité à assurer sa subjectivité et sa souveraineté, la sécurité alimentaire et des médicaments, selon l'interlocuteur du FAS, notre pays est le plus prêt pour cela.

 

"En outre, la Russie est plus résistante au stress que, disons, les États-Unis, où les gens achètent tout ce qu'ils peuvent, y compris des armes avec lesquelles ils vont apparemment défendre leurs réserves de papier toilette", affirme ironiquement le directeur de la CEE.

 

Korovin est convaincu que dans la situation actuelle, la Russie devrait se mobiliser et prendre des mesures pour renforcer réellement son statut d'État, sa subjectivité, principalement géopolitique, ainsi que sa souveraineté et son autoritarisme.

 

"Il est nécessaire d'entamer la construction mobilisatrice du bloc eurasiatique, en réunissant autour de lui les pays qui sont évidemment incapables de survivre seuls dans l'agiotage coronarien", a noté le membre du Club d'Izborsk. - Et peu importe si cette "menace" est réelle. En conséquence, la Russie devrait sortir de cette situation comme un gagnant, rétablissant l'influence mondiale et devenant l'un des principaux, sinon le principal acteur mondial, qui déterminera le destin de l'humanité à égalité avec les autres blocs de civilisation".

 

Korovin a également attiré l'attention sur le fait que c'est en Russie que l'on trouve le moins de cas d'infection par des coronavirus, dont la perniciosité est très contestée.

 

"Un peu plus de 10 000 morts de décembre à aujourd'hui - un penny, le babil d'un enfant comparé à de nombreuses autres épidémies", a-t-il déclaré.

 

De ce qui se passe, il conclut qu'en fait, nous ne sommes pas confrontés à une menace réelle associée à un grand nombre d'infectés et de morts, mais à une hystérie médiatique, qui est alimentée par un groupe encore indéfini de conspirateurs, résolvant ainsi certains problèmes complexes.

 

"Nous parlons d'une opération psychologique d'information, dont les conséquences n'ont pas été entièrement calculées par un groupe d'élite qui en est à l'origine", estime-t-il.

 

En conclusion de la conversation, l'interlocuteur du FAS a rappelé qu'en 2015, un des magazines américains avait publié un article mentionnant un virus porté par des chauves-souris. Ce virus, ont noté les auteurs, est capable de muter et devient dangereux pour l’homme.

 

Valery Korovin a précisé que tout cela était présenté comme une réalisation de la science militaire américaine. Selon lui, c'est une confirmation indirecte que l'apparition du coronavirus est due à l'homme et a été prédéterminée par les programmes militaires américains.

 

"Qui parmi les élites américaines a inspiré l'émergence de COVID-19 - sur cette question peut être argumenté et polarisé, étant donné la présence d'une sérieuse confrontation au sein de l'élite des États-Unis", a-t-il conclu.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

 

Valery Korovin


http://korovin.org


Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d'Izborsk. 

Valery Korovin: Le coronavirus a mis une croix sur le projet mondialiste (Club d'Izborsk, 22 mars 2020)
Lire la suite

Comprendre la psychose planétaire du Coronavirus à travers la critique du libéralisme par Jean-Claude Michéa (2013)

22 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Opération Coronavirus, #Philosophie, #Politique

"Le libéralisme privatise les valeurs morales et la philosophie comme il privatise l’eau, l’électricité, l’école."

 

"La richesse et le pouvoir nous coupent de nos semblables."

 

"Dès qu’on monte dans la société, l’oxygène moral se raréfie."

 

 

Jean-Claude Michéa

 

Consulter aussi sur ce blog:

 

http://pocombelles.over-blog.com/2015/10/le-mecanisme-de-la-double-pensee-jean-claude-paye.html

Lire la suite
Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 > >>