Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

operation coronavirus

C.J. Hopkins: La psycho-pandémie apocalyptique a transformé la planète en un vaste parc à thème paranoïaque et totalitaire

9 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #Politique, #USA

(...) After all, it appears you’ve convinced the public (or at least the vast majority of the public) that they are being attacked by an apocalyptic plague that causes mild to moderate flu-like symptoms (or, more commonly, no symptoms at all) in 95% of those infected and that over 99.7% survive, and thus we have to cancel constitutional rights, let government officials rule by decree, devastate the economy (or at least small businesses), have global corporations censor all dissent, force everyone to wear medical-looking masks, put whole societies under house arrest, psychologically terrorize children, and otherwise transform the planet into one big paranoid, totalitarian theme park. (...)

C.J. Hopkins: Where's the Hitler ?

The Unz Review, 8 december 2020

https://www.unz.com/chopkins/wheres-the-hitler/

Dessin: Ben Garrison

Dessin: Ben Garrison

La psycho-pandémie du COVID-19 qui terrorise une grande partie de l'humanité est un paravent qui masque les gravissimes dangers réels qui nous menacent (non seulement l'espèce humaine mais la vie sur la Terre): la contamination nucléaire civile et une nouvelle guerre atomique:

Manlio Dinucci: Fukushima, la pandémie nucléaire se répand

https://www.voltairenet.org/article211529.html

Manlio Dinucci: Comment échapper à la COVID-19 sous les bombes nucléaires ?

https://www.voltairenet.org/article211827.html

Le "problème" (comme dirait le colonel Lionel Mandrake avec son humour spécial), c'est que le militaire qui a inspiré le général américain fou Jack D. Ripper du film Dr Strangelove/Folamour de Stanley Kubrick avec Peter Sellers a vraiment existé et qu'il a fait une "honorable" carrière: le général des forces aériennes US Curtis LeMay, responsable des bombardements "stratégiques" dans le Pacifique pendant la 2e Guerre mondiale et partisan du bombardement nucléaire de l'URSS:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Curtis_LeMay

Toutes mes méthodes, tous mes moyens sont sensés: c'est mon but qui est fou.

Capitaine Achab (Moby Dick, par Herman Melville). Cité par L. Mumford dans "Le Mythe de la machine" (trad. fr. Fayard, 1974).

Depuis la guerre mondiale de 39-45, les hommes ont-ils grandi en sagesse ou en folie ?

La réponse est sous nos yeux: l'humanité ressemble aujourd'hui à un asile psychiatrique dont les propriétaires, les directeurs, les médecins et les gardiens sont des criminels psychopathes.

Lire la suite

Alexis Cossette-Trudel (Radio-Québec/04 décembre 2020)): Noël annulé: la stratégie du choc.

7 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Capture d'écran

Capture d'écran

Les comptes Youtube d'Alexis Cossette étant censurés, visionnez sa vidéo ici:

https://odysee.com/@Géopolitique,:e/6d190f:f

"Le gouvernement Legault est un gouvernement dictatorial qui invoque une menace fantôme, une fausse menace, pour suspendre les libertés."

Alexis Cossette-Trudel

Lire la suite

Mikhail Delyagin : L'enseignement à distance consiste à priver les enfants de la possibilité d’apprendre. (Club d'Izborsk, 1er décembre 2020)

6 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Opération Coronavirus, #Politique, #Russie

Mikhail Delyagin : L'enseignement à distance consiste à priver les enfants de la possibilité d’apprendre.  (Club d'Izborsk, 1er décembre 2020)

Mikhail Delyagin : L'enseignement à distance consiste à priver les enfants de la possibilité d’apprendre.

 

1er décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20275

 

 

М. Delyagin :

 

- La "Komsomolskaya Pravda" a déjà une humeur joyeuse pour le Nouvel An. Le studio a été transformé. Une immense et belle cheminée avec des cadeaux, avec des chaussettes, selon la coutume européenne, avec un arbre de Noël. Même avec un hibou aux ailes d'ange. Il y a déjà eu un concours - dont le portrait peut être placé dans la cheminée de nos leaders efficaces et exceptionnels. C'est vrai, jusqu'à ce que nous arrivions à un dénominateur commun. Il y a trop de candidats. Il y a une magnifique chaise de Père Noël dans le studio.

 

Et maintenant pour les nostalgiques. À ce jour, un mode entièrement à distance a enfin été introduit dans tout le pays pour l'enseignement secondaire et l'éducation des étudiants. En traduction en russe, tout le monde a déjà compris que l'enseignement à distance est la privation de la capacité d'apprentissage des enfants. Le discours qu'il est dictée par des motifs épidémiologiques, ne résiste pas à la critique. Il n'y a pas d'épidémie en Russie, comme dans le monde entier, à part l'épidémie de folie et d'hystérie générale. Et des méthodes de prévention du coronavirus ont été développées par des médecins, dont l'utilisation est recommandée dans tout le pays. C'est juste qu'ils sont trop bon marché. C'est pourquoi il n'est pas intéressant pour l'état actuel.

 

Vous pouvez devenir hystérique et passer par pertes et profits d'énormes sommes d'argent sur le budget. Vous pouvez amener les gens à des crises cardiaques et ensuite passer tout cela par pertes et profits sur les conséquences du coronavirus. Le coronavirus est beaucoup plus rentable que la prévention. Il est plus facile de détruire le système éducatif. Cela s'inscrit pleinement dans l'ensemble de la politique de l'État visant à débiliter les jeunes, qui est menée dans le cadre de la réforme de l'éducation, avec l'introduction de l'USE et tout le reste.

 

280 000 signatures ont déjà été recueillies la semaine dernière contre l'enseignement à distance. L'État n'a pas de démangeaisons. Il est antidémocratique dans l'Amérique maudite, si une pétition dans un pays dont la population est 2,5 fois plus importante qu'en Russie recueille cent mille signatures, la Maison Blanche doit répondre. Il peut dire "non, on vous a vu dans le cercueil", mais il ne peut que réagir. Nous n'avons pas cette règle. Nous voulions éternuer les citoyens de la Fédération de Russie, si, bien sûr, je comprends bien la situation.

 

Au moins, tout cela me rappelle de plus en plus le plan "Ost" d'Hitler. Les Allemands approchaient systématiquement les plans de colonisation de notre patrie. Ils estimaient que les Russes ne devraient pas pouvoir étudier plus de quatre ans. Que nous devrions être une nation d'esclaves. Et les esclaves devraient pouvoir obéir à leur maître, connaître la loi de Dieu, afin d'obéir plus correctement au maître. Et de pouvoir additionner et soustraire, de comprendre les ordres dans la langue du maître. Et j'ai le sentiment que ce plan "Ost" se réalise lentement.

 

Un pays qui débilite sa propre jeunesse n'a pas d'avenir. Il est aussi ridicule de parler de l'économie dans ce pays que de parler de l'économie haïtienne. Considérez-vous l'enseignement à distance pour les lycéens et les étudiants comme une étape vers la mise en œuvre du plan "Ost" d'Hitler ?

 

Valery de Moscou :

 

- La distance, c'est la destruction. Les personnes de plus de 65 ans ne sont pas autorisées à travailler à Moscou. Ils cherchent d'autres personnes pour prendre leur place, et ces personnes sont licenciées. Ce n'est pas censé arriver. En général, il s'agit d'un génocide lié à l'âge. Les Allemands ont détruit les Juifs et les Tziganes.

 

М. Delyagin :

 

- Les Allemands détruisaient encore les Russes. Je suis tout à fait d'accord qu'il s'agit d'un génocide par l'âge. S'il s'agissait de prendre soin des gens, ils seraient alors indemnisés pour les temps d'arrêt forcés. Le Coronavirus fait si peur parce que les soins de santé ont été détruits. Ce n'est pas le Coronavirus qui l'a détruit, c'est le même État qui a détruit les soins de santé russes. Et c'est l'histoire de l'annulation des passes sociales. Si quelqu'un pense que les personnes âgées ne devraient pas sortir, alors interdisez-lui de voyager complètement. Non, c'est juste une question d'argent. Vous payez, vous conduisez. Ce que l'État ne vous a pas laissé d'argent, ce sont vos problèmes personnels.

 

Par conséquent, les gens ne peuvent pas se rendre à la clinique. Et à Moscou, grâce à l'optimisation du réseau de polycliniques, il est désormais impossible dans de nombreux endroits de se rendre à la clinique à pied. À l'époque soviétique, n'importe quel homme de mon âge pouvait se rendre à pied dans une polyclinique. Ma grand-mère s'est rendue tranquillement à la polyclinique. Elle était à deux kilomètres au maximum. Une disponibilité progressive. Aujourd'hui, à Moscou, tant d'argent est investi dans les tuiles et les trottoirs, et dans de nombreux endroits, il faut presque faire des transferts pour se rendre à la polyclinique, pour obtenir un ticket, qui un jour devrait arriver plus tard.

 

En effet, il s'agit d'un génocide lié à l'âge. En ce qui concerne les jeunes, cette moquerie peut encore résister. Et à plus de 65 ans, ils ne peuvent pas. Oui, eh bien, les plus de 60 ans non plus. Un homme ne devrait pas travailler après 60 ans juste parce c’est physiologique. Une femme âgée de plus de 55 ans. Le fait que cinq années de notre vie aient été volées sous le couvert de la réforme des pensions - c'est du vol. Et il n'y a rien qui justifie ce vol.

 

Mais tous les professionnels n'ont pas encore été éradiqués. Même dans les tribunaux, il y a encore des gens qui connaissent les lois de la Fédération de Russie. Les exigences du Rospotrebnadzor concernant le régime des masques et les autres restrictions liées au coronavirus sont illégales. Et l'attraction de la responsabilité pour le non-respect des recommandations du Rospotrebnadzor sur la lutte contre les coronavirus est injustifiée car ces recommandations ne sont pas obligatoires pour l'exécution. Cette décision № 12-211/2020 a été adoptée par la Cour suprême d'Oudmourtie en septembre 2020.

 

Une certaine organisation a été placée sous la responsabilité administrative en vertu de l'article du CAO, qui prévoit une amende pouvant aller jusqu'à 500 000 roubles ou la suspension des activités pour une durée maximale de 90 jours. C'est un meurtre d'entreprise. Les inspecteurs ont déclaré que l'employeur avait violé les recommandations du Rospotrebnadzor - il n'a pas interrogé les travailleurs sur la présence de maladies respiratoires, n'a pas mesuré la température toutes les quatre heures, tous les endroits n'avaient pas d'antiseptiques pour la peau, etc.

 

La Cour suprême d'Oudmourtie a annulé l'amende et a déclaré que la responsabilité en vertu de l'article pertinent du Code des infractions administratives est engagée pour la violation des règles sanitaires et des normes d'hygiène existantes. Le décret gouvernemental prévoit que les règles et normes sanitaires en Russie sont établies par les organes de surveillance sanitaire et épidémiologique, ce que le Rospotrebnadzor n'est pas du tout. Par conséquent, la responsabilité ne peut être engagée en cas de non-respect des recommandations du Rospotrebnadzor. C'est une partie importante de l'hystérie autour du coronavirus est une histoire absolument illégale. En Oudmourtie, ils le savent. A Moscou, on lui éternue dessus depuis un haut clocher.

 

Ils m'ont écrit à la mi-temps que j'avais blessé Moscou en vain. Parce qu'à Moscou, il y a un pourcentage très élevé de décisions de justice pour contester le port des masques. Comme ils m'écrivent, les tribunaux de Moscou rendent jusqu'à 80 % des décisions en faveur de la contestation des amendes pour port de masque.

 

Vladislav, Moscou :

 

  • La vaccination de masse contre le Covid devrait commencer. Pensez-vous qu'il soit nécessaire que notre président, les membres du gouvernement, les chefs des sujets fédéraux, les députés de la Douma montrent comment ils se font vacciner ? On voit le président torse nu en train de pêcher, de nager. J'aimerais l'admirer une fois de plus lorsqu'il sera vacciné.

 

М. Delyagin :

 

- Je respecte le chef du pays. Et même aux membres de notre gouvernement que je traite sans respect, je ne le conseillerais pas, je ne voudrais pas en faire un objet d'expérimentation. Le vaccin est en cours d'essai. Ceux qui sont maintenant vaccinés, y compris les fonctionnaires, participent à l'expérience. 30 % d'entre eux reçoivent un placebo. Beaucoup tombent malades après le deuxième coup de feu. Et je ne veux pas que les gens ruinent leur santé.

 

Si l'on parle de vaccin "Spoutnik", selon les documents que j'ai vus sur Internet, il ne peut être administré qu'à des personnes en bonne santé âgées de 18 à 60 ans. Nous avons beaucoup de personnes de plus de 60 ans dans le manuel. Ils ne sont donc pas autorisés à fabriquer ce vaccin. Peut-être que ce n'est pas le cas du vaccin de Gamaleya, il y a beaucoup de commentaires positifs à ce sujet, mais je pense que toute personne qui appelle les autres à se faire vacciner a le droit moral de le faire seulement après s'être donné un vaccin vivant. Et ce n'est pas le vaccin qui lui est livré avec des coursiers spéciaux sous grande protection d'une série spéciale, mais le vaccin qui est choisi au hasard parmi un grand nombre de paquets de vaccins destinés à la population. Ils ont alors le droit d'appeler quelqu'un pour quelque chose.

 

Conseiller en écologie et en pipelines, l'ancien ministre de la défense, M. Ivanov, s'est réuni ici pour fabriquer des chutes d'ordures dans des immeubles d'habitation. Avec la formulation que le puissant État russe n'est pas en mesure de fournir la désinfection des chambres de collecte des ordures, alors ils y élèvent des rats. Par conséquent, les citoyens de la Fédération de Russie n'ont pas le droit d'utiliser les vide-ordures. Et de nouveaux bâtiments à plusieurs étages sont déjà en cours de construction sans chutes d'ordures. Parce qu'il est très difficile d'asperger de chlore une fois par jour la chambre de collecte des ordures.

 

À l'étape suivante, ces personnes nous diront que nous ne pouvons pas nous laver avec du savon parce que nous polluons l'environnement. Et pour résoudre le problème de l'assainissement de l'environnement, nous devons interdire le savon. Et alors quelqu'un d'intelligent pensera que nous ne pouvons pas mélanger les déchets solides et liquides du corps humain. Ils vont venir dans nos appartements et commencer à détruire les toilettes ? C'est bien ce que vous dites ? Ce sont des gens qui abandonnent systématiquement et systématiquement la civilisation en tant que telle. Et par rapport à nous. Ils nous refuseront l'accès aux avantages de la civilisation.

 

C'est vrai, les nouvelles sont relativement bonnes. Le gouvernement a annoncé le début de la réforme de quatre douzaines d'institutions de développement. Dans le cadre de cette réforme, initiée par le Premier ministre Mishaustiņš, certaines de ces institutions seront transférées à la VEB, et d'autres seront fusionnées entre elles. Le vice-premier ministre et chef du personnel du gouvernement, M. Grigorenko, a accordé une interview à M. Kommersant, dans laquelle il a expliqué en détail l'essence de ces réformes. Beaucoup de choses intéressantes y ont été dites.

 

Il ne s'agit pas seulement du fait qu'il s'agit d'une réforme des institutions de développement. Il s'agit d'une réforme globale de l'ensemble du système d'administration publique, qui se traduit par des principes unifiés d'évaluation de l'efficacité des organismes gouvernementaux et de certains fonctionnaires. De telles réformes ont eu lieu depuis 2003, elles étaient diverses. Mais dans ce cas, il est prévu de concentrer toutes les actions des institutions de développement sur la réalisation des objectifs nationaux.

 

Les institutions de développement ont été créées à différentes époques pour s'occuper de tâches spécifiques. Ces tâches étaient disparates, elles n'étaient pas intégrées dans des complexes les unes avec les autres. Ces dernières années, de nouveaux défis sont apparus qui nécessitent des ajustements importants dans le travail et les plans de ces structures.

 

Au cours de cette année, un inventaire complet des activités des institutions de développement a été réalisé. Il s'agissait notamment de données issues de l'audit de la Cour des comptes. En d'autres termes, pas seulement sur la base des données d'audit de la Cour des comptes. Il a été constaté que les institutions de développement font double emploi, parfois en concurrence directe les unes avec les autres. "La concurrence est appropriée dans le secteur du marché, mais pas lorsqu'il s'agit des institutions de l'État", a déclaré M. Grigorenko. Les différents secteurs de l'État ne devraient pas se faire face, comme il ressort de la version de l'idéologie libérale qui nous a été soigneusement imposée pendant de nombreuses années.

 

Les institutions de développement sont dans un état lamentable. Certains ont de faibles indicateurs de performance. Et certains n'ont aucun système de contrôle des performances. Même lorsque ce mécanisme est en place, il ne correspond pas au niveau d'un système de surveillance en ligne créé au sein du gouvernement.

 

Le nom complet est le système de suivi de la réalisation des objectifs nationaux de développement en Russie. Il a été développé par le gouvernement Mishstin. Ce système permet d'évaluer en temps réel le degré de réalisation des résultats prévus. Pas à la fin de chaque année, avec quelques mois de retard, mais à chaque instant. Il s'agit d'un système Internet. Le principe du système est très simple. En temps réel, les données sur la réalisation des objectifs du gouvernement sont collectées à partir de différentes sources dans un système d'information unique.

 

Il est fondamentalement important que les institutions de développement aient auparavant largement formulé leurs propres objectifs, qu'elles doivent atteindre. Cependant, même lorsque ces objectifs étaient raisonnables, ils étaient très souvent flous. Par exemple, pour favoriser le développement de la bourse, pour promouvoir l'enseignement supérieur, pour renforcer les processus d'innovation. Ces formulations n'ont pas de sens, elles ne peuvent pas être évaluées. Elle sera désormais concrète, exprimée par des indicateurs quantitatifs.

 

Et un nouveau terme - écosystème de l'administration publique - a été introduit. Strictement selon les plans de la Sberbank. Cela signifie que toute l'administration publique doit fonctionner comme un mécanisme unique. C'est une bonne nouvelle. Enfin, quelqu'un se charge de cette tâche. Dans le même temps, une tâche de réduction du personnel est en cours. Et un exemple est donné. Je critique M. Shuvalov, qui dirige le VEB, mais de mi-2018 à mi 2020, le personnel du VEB a été réduit à quatre reprises. Il y avait près de 10 000 employés, soit un peu moins de 2 500. Et le gouvernement de Mishstin va étendre ces approches à toute la sphère des institutions de développement, puis à toute la sphère de l'administration publique. À condition que les performances de l'État soient maintenues et améliorées.

 

L'informatisation et l'internationalisation permettent de résoudre ce problème. Et les changements les plus significatifs auront lieu dans le bloc Extrême-Orient - Arctique, où les changements les plus profonds et les plus importants sont nécessaires. En général, la réforme qui a été lancée - des indicateurs clés pour évaluer l'efficacité des institutions de développement - sera développée et approuvée l'année prochaine, et je pense que le gouvernement Mishustin peut réussir dans ce domaine.

 

Certains d'entre nous sont naïfs - ils ont décidé de renoncer à l'argent liquide tout court ! Je ne comprends pas vraiment comment il est possible - de faire entièrement confiance aux banques. Je travaille, par exemple, à la banque Otkrytie. Je viens d'avoir un gros transfert annulé deux fois par la banque. La première fois que j'ai réussi, ils se sont dit qu'un jour plus tard, quatre jours plus tard, ils ont amorti cet argent une deuxième fois. Et j'ai eu un moins sur la carte, je n'ai pas pu rendre l'argent pendant trois jours. Si je n'avais pas l'argent, comment aurais-je pu vivre ces trois jours ? Comme sur une île déserte ?

 

Maintenant, j'ai un bureau mobile de la même grande banque. C'est une demi-journée. Et je ne vois pas ce qui se passe dans mes comptes. Je sais que certaines personnes sont paranoïaques à cause de la direction de cette banque, mais c'est l'une des meilleures banques ! Mais les autres ne sont pas mieux non plus. Ce n'est même pas une fraude que personne dans ce pays ne combat, à ma connaissance. Ce n'est qu'une erreur ! Peut-être quelqu'un se bat-il de manière homéopathique.

 

C'est la Chine. Il y a une vidéo sur Internet l'autre jour. Ils ont un Boeing complet de Thaïlande qui poursuit les arnaqueurs pris, les cyber-arnaqueurs de Thaïlande. Ils ont trompé les Chinois. Les Chinois ont passé un accord avec les Thaïlandais, ont mené une opération, ils ont été arrêtés, on a fait venir des Boeing complets, plus de deux cents personnes ! Arrêté, la main dans le sac. Et puis tout l'Occident a montré comment ils étaient dirigés et a expliqué que c'était la répression des Ouïghours.

 

La Chine est aux prises avec la fraude. Même en dehors de son pays ! Et nous en avons un peu, vous savez, et nous n'avons pas les fonds, allez au diable. Ou "nous avons accepté ce que vous attendez de nous".

 

Comment faire sans argent liquide dans ces circonstances ? Nous ne le faisons pas. Chers collègues, nous sommes tous des digitalistes. Croire en un avenir meilleur, en un présent meilleur, s'il vous plaît, au niveau actuel de qualité de l'État, au niveau actuel du système bancaire, refuser de l'argent liquide est un risque inacceptable. Bien que certaines personnes renoncent à l'argent liquide pour une autre raison - tout simplement pas d'argent. C'est aussi le résultat d'une politique d'État remarquable.

 

Cependant, Mishustin a prolongé d'un an le moratoire sur les inspections programmées des petites entreprises, c'est absolument la bonne décision et elle doit être absolument saluée. Et le fait que ce même Grigorenko - vice-premier ministre - ait dit, en parlant de la fermeture des institutions de développement, qu'il y aura des compensations humaines normales pour les personnes licenciées, et qu'il n'y aura pas de "parachutes dorés", c'est aussi une chose absolument juste.

 

Nous avons un appel d'Alexander de la région de Tver. Bonjour !

 

Alexandre :

 

- Bonjour ! Ma femme est entrepreneur. Une petite entreprise a été détruite. Le dernier employé a été licencié aujourd'hui.

 

М. Delyagin :

 

- Qu'est-ce qui vous a pris autant de temps ? En mars, on ne savait pas très bien ce qui se passait ?

 

Alexander :

 

- Et il y a un moratoire sur toutes ces faillites et ces licenciements. Ils ont payé quelques mois, la femme semble s'être calmée.

 

М. Delyagin :

 

- Vous l'avez cru ?

 

Alexander :

 

- Il y a un problème avec les marchandises. En fin de compte, tout. Nous devons fermer. Elle est nerveuse, elle a du diabète sucré. Elle veut fermer depuis longtemps, mais pourquoi, est-elle encore à la retraite ? Elle a été suspendue, mais moi ! Nous savions auparavant que dans des conditions rurales aussi difficiles, nous ne guéririons pas beaucoup, mais maintenant nous ne vivrons plus du tout.

 

Nous avons dû passer à une vache. Et pour acheter une chèvre. D'accord, les fonds étaient un peu plus importants. Nous nous en sommes donc tirés, bien qu'enfant, nous l'ayons tous eu au village, nous le savons. L'équipement n'est nulle part, les fermes collectives se sont effondrées au début des années 90. Il n'y avait ni lait ni pain dans la ville, et ils n'achetaient rien dans les fermes collectives. Celui-là est fou. C'est d'en haut qu'ils se sont effondrés !

 

Il n'y a eu aucun achat. Il y avait quelques conseils de village... Les mêmes écoles, non ? Demandez...

 

М. Delyagin :

 

- Maintenant, l'école n'a plus le droit d'acheter quoi que ce soit.

 

Alexander :

 

- Je veux dire que le conseil municipal pourrait d'une manière ou d'une autre organiser, et nous avons tout cela sur une telle idiotie - ces achats gouvernementaux, ces appels d'offres, ces enchères. Pas pour prendre des terres, pas ça, quelque chose ! Vous mesurez le terrain vous-même, l'ingénieur cadastral, et puis toujours aux enchères avec quelqu'un qui se dispute, quelqu'un de chez vous va l'acheter tout simplement. Qui a l'argent.

 

Les codes-barres, la maison de fous, certains programmes sont nécessaires, la numérisation rend la campagne terrible. Les smartphones, les gens n'ont pas de smartphones et n'en ont besoin pour rien. La plus ancienne génération de personnes fait des cauchemars. Et personne n'a besoin de cartes. Nous avons 100 kilomètres jusqu'au centre du district, nous avons plusieurs districts réunis, un hôpital normal. Il n'y en a qu'un seul à Rzheva, le service de cardiologie, à Torzka, là-bas. Dans les grandes villes. Le même bureau des impôts, le reste. IRS : Vous venez, ils ne savent rien. Ils disent que Tver a pris toutes les fonctions - seul le régional peut le faire. Il peut même consulter. Ils disent que nous ne sommes que des fonctionnaires. Ils suppriment le changement, faisons autre chose. Au final, c'est un tel gâchis !

 

Nous avons à peine acheté ces stupides caisses enregistreuses. Nous avons récemment changé ces dispositifs de stockage, nous n'avons pas de connexion en ligne, il n'y a pas de connexion normale. Et nous les avons achetés, nous l'avons fait. Nous avons travaillé pendant deux mois, maintenant nous les jetons. Chacun sur le vortex, 20 000 menaces. C'est beaucoup d'argent pour nous ! Nous en avons dix mille, au mieux, ces derniers mois. Pour toute notre famille. Et pour le chômage ? Il y a longtemps que je n'ai pas été officiellement enregistré comme conducteur. C'est comme ça pour moi ! C'est terrible !

 

Et maintenant, je suis viré. Nous allons fermer pour la nouvelle année. Si quelque chose ne change pas un peu, je veux dire, il ne peut même pas y en avoir. Et vous ne pouvez pas changer la caisse enregistreuse pour moi, c'est une numérisation tellement stupide. C'est fasciste.

 

Et les mêmes règles de circulation. Les gens ont déjà oublié, ils ont déjà manqué les passages à niveau, les règles de sécurité sont simples. Ne vous mettez pas sous les mécanismes de déplacement ! Non, les salauds l'ont fait, en retravaillant le fait que les soi-disant étrangers ont de telles choses, que les piétons devraient être autorisés à passer. Et les fascistes ont menacé tant de gens ! Chaque année, plus qu'en Afghanistan. Et pas seulement une fois !

 

М. Delyagin :

 

- J'ai compris. Merci ! M. Delyagin : Merci ! Je n'ai pas fait exprès de percer, parce que c'est une illustration claire de la façon dont vit la Russie, pas quelques mégalopoles russes. Même dans la région de Moscou, sous M. Vorobyev, une personne était conduite plusieurs heures à la maternité parce que celle-ci était optimisée. Et le mot "fascisme" n'est pas sorti de nulle part, car la dernière fois, nous avons été détruits comme l'État d'aujourd'hui le détruit, au cours de ces années, dont nous célébrons aujourd'hui le 75e anniversaire avec tant de joie.

 

La numérisation, qui pour une personne qui vit au centre d'une métropole, même pour une personne qui vit à l'écart, est déjà destructrice. Et pour la majorité de la population du pays, elle crée des conditions qui sont insupportables.

 

Les gens ont acheté une chèvre. La chèvre est plus fiable que l'État. La chèvre est une amie, et l'État se comporte comme s'il était l'ennemi.

 

Alors, résumons le vote. Un peu moins de deux cents personnes ont voté. 93% considèrent l'enseignement à distance comme un pas vers le plan "Ost" d'Hitler. Et seuls 7% ne le pensent pas. Je pense que nous comprenons tous, c'est 7% qui croient... Non, déjà 6% croient que l'enseignement à distance n'est pas la mise en œuvre du plan "Ost" d'Hitler.

 

On m'a écrit un merveilleux commentaire, dont le sens est que tout le monde sait, semble-t-il, sauf vous, qu'un nettoyage normal de la société de gestion est impossible à réaliser. C'est-à-dire qu'il est plus facile de préparer un vide-ordures, de m'asseoir dans une pièce avec mes propres ordures, et je peux marcher trois cents mètres jusqu'aux ordures qui appartiennent à ma maison, mais c'est ainsi que nous avons maintenant optimisé le placement des poubelles dans le centre de Moscou. Mais honnêtement, les gens ne comprennent pas que la société de gestion puisse faire quelque chose de normal. C'est déjà le niveau de destruction des habitudes. Nous ne pensons plus que cet état puisse faire quelque chose de normal.

 

Nous sommes même prêts à accepter de brasser le vide-ordures, à accepter de renoncer à la civilisation, car nous ne pouvons pas imaginer que l'État puisse faire quelque chose d'humain !

 

A la question de la réforme de l'éducation. Ils m'ont envoyé une histoire, comme si elle était vraie, mais j'espère que c'est une blague. Une personne vient chercher un emploi à Skolkovo. Ils demandent : qu'avez-vous terminé ? Il répond à MVTU (c'est la chose la plus cool dans le monde de la haute technologie aujourd'hui). Réponse : Malheureusement, la personne diplômée d'une école technique ne peut pas postuler pour ce poste. Une personne se retourne et part. Ceci m'a été envoyé comme un événement qui a eu lieu à Skolkovo. J'espère que c'est une blague.

 

Et dans ce contexte, la déclaration de Biden selon laquelle s'il devient président, il nommera Jen Psaki comme président en chef de l'administration américaine, ce qui n'est pas surprenant. Jen Psaki donne l'impression d'être une vitrine de la réforme de l'éducation en Russie. Je veux dire que c'est le rêve des libéraux russes. Une personne qui ne sait rien honnêtement, qui a promis d'envoyer la sixième flotte américaine sur les côtes de la Biélorussie, qui a déclaré que la Russie obtient du pétrole de l'Europe, qui a dit honnêtement qu'en accusant la Russie, elle ne connaît pas le sens des termes qu'elle nous reproche. Et ainsi de suite.

 

Mais ce n'est pas seulement la condition de l'Amérique - le but de ces gens. Au fait, à la question de la rotation du personnel. Tout ce discours sur la démocratie de succession est pour les colonies, et pour les Etats-Unis, Biden recrute une équipe de ceux qui étaient déjà sous Obama. Il n'y a pas de rotation du personnel, pas de changement de pouvoir. Ce n'est même pas de la gérontocratie, c'est de la démentocratie. Mais en les regardant, nous voyons notre avenir proche, si nous en avons un, bien sûr. Et l'attitude envers notre pays est déjà conforme à la politique menée par l'État russe.

 

Récemment, la reine anglaise a donné le titre de baron sibérien au fils d'un des oligarques russes, eh bien, elle l'a fait admettre pair pour de l'argent. Il est possible en Angleterre - de devenir un pair, si vous vous comportez bien et servez l'Angleterre, et non le pays d'origine. Ainsi, la progéniture d'un oligarque russe devient un baron sibérien. Et le jeune homme voulait devenir baron de Moscou, mais on lui a expliqué que, malheureusement, c'est impossible, car selon les lois anglaises, si telle ou telle région appartient à un État, et non à l'Angleterre, alors seul cet État peut donner l'autorisation d'accorder un tel titre. C'est-à-dire que pour obtenir le titre de baron de Moscou, le fils de l'ancien banquier Lebedev a dû obtenir l'autorisation du gouvernement russe. C'est pourquoi il a reçu le titre de baron sibérien. C'est-à-dire, du point de vue de la reine anglaise, et ce n'est pas seulement une reine, c'est une cour anglaise, qui est une institution assez importante. Et si la cour royale anglaise fait quelque chose de mal, son gouvernement anglais le corrige instantanément, il y a des liens assez sérieux. Et l'interaction est étroite.

 

Il s'agit donc d'un acte commis par une dame pas très âgée, peut-être proche de l'État de Biden, et c'est la position consolidée du gouvernement anglais. Si l'État anglais, représenté par la reine d'Angleterre, revendique le titre de baron sibérien, c'est sans l'approbation du gouvernement russe, cela signifie que l'État anglais ne considère pas la Sibérie comme appartenant à la Fédération de Russie. C'est tout. Il nous traite comme des sauvages. Comme des gens qui n'ont rien. En tant qu'État inexistant, du moins pas en Sibérie.

 

Il est vrai que savoir ce qui se passe en Sibérie, surtout dans la région du Trans-Baïkal, est très difficile... Et à Vladivostok, où pendant près d'une semaine, 140 mille personnes se sont assises sans lumière ni chaleur. Alors, vous commencez à réaliser que la reine d'Angleterre a peut-être raison ?

 

Et la réaction du ministère russe des Affaires étrangères, qui n'a même pas fait la danse de la "kalinka-malinka", est touchante ! En réponse à cette négation impudente de l'intégrité territoriale de la Fédération de Russie. D'autre part, pourquoi être offensé par la reine d'Angleterre ? Lorsque nous avons un parti entier, le plus ancien des partis démocratiques en Russie - "Iabloko", qui non seulement nie l'intégrité territoriale de la Fédération de Russie, mais a développé un mécanisme pour diviser la Russie territoriale. Et il engage tous ceux qui vont de lui à certaines élections, en jurant fidélité à ce mécanisme. Et la violation directe de toutes les lois du parti russe Yabloko ne lui apporte rien d'autre qu'une place à la Douma. Cet État russe ignore sa propre intégrité territoriale. Et si vous êtes un libéral, que vous n'aimez pas votre pays, vous pouvez cracher sur tout le monde. Et à cet égard, la réaction du ministère des affaires étrangères est très caractéristique.

 

 

Mikhail Delyagin

 

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Alexandre Eliseev : Enquête sur le déluge (Club d'Izborsk, 3 décembre 2020)

4 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus, #Politique, #Russie, #Société, #Arche russe

Alexandre Eliseev : Enquête sur le déluge  (Club d'Izborsk, 3 décembre 2020)
Averyanov VV La civilisation du Déluge et la guerre mondiale hybride. - Moscou, "Mère patrie", 2020. - – 272 с.

Averyanov VV La civilisation du Déluge et la guerre mondiale hybride. - Moscou, "Mère patrie", 2020. - – 272 с.

Alexandre Eliseev : Enquête sur le déluge

 

3 décembre 2020

 

 

 

1. « Enquête » philosophique et politique.

 

Il existe des livres qui sont écrits comme des traités philosophiques et politiques approfondis. Et il y a des livres qui naissent comme des enquêtes policières fascinantes. Le nouveau livre de Vitaly Vladimirovich Averyanov, vice-président du Club d'Izborsk et docteur en sciences philosophiques, combine deux "genres". Ici, l'un complète parfaitement l'autre.

 

Nous avons devant nous une enquête philosophique et politique, qui révèle les mécanismes et démêle les énigmes de la civilisation moderne. Un lecteur un peu intrigant, qui pointe vers le prochain moment "détective". L'auteur examine les "développements" politiques récents (la démission du Premier ministre, la réforme constitutionnelle, etc.) et tire la conclusion suivante, très inattendue et très intéressante : "Mon opinion est la suivante : en décembre, le président a reçu les dernières preuves d'une conspiration qui a été jouée contre lui par les chefs de plusieurs clans oligarchiques et des fonctionnaires de haut rang, y compris des membres du gouvernement Medvedev. La même chose est indirectement confirmée par l'incident sur la Lubyanka le 19 décembre*, qui peut être interprété comme une "marque noire" envoyée à Poutine par des opposants en coulisses" (p. 28).

 

Et le livre contient de nombreuses observations et conclusions similaires. Les événements de notre époque troublée sont considérés comme un enchevêtrement de tendances très inquiétantes. Ils reflètent l'état de la civilisation moderne, que l'auteur considère comme la civilisation du déluge. Il se caractérise de la manière suivante : "C'est un réseau mondial et transnational, concentré principalement dans les grandes villes. C'est pourquoi nous l'appelons aussi la Mégapole. Aujourd'hui, il a atteint un point de fracture, à partir duquel l'anti-système va assumer ses tâches essentielles anti-humaines. C'est le contrôle cybernétique total, la réduction de la population, le déversement de "lest" humain, le déplacement des personnes de l'économie productrice. La destruction définitive de la classe moyenne, la construction d'un nouvel ordre de castes. L'arrêt des tendances "dangereuses", comme le considèrent les élites financières mondiales, dans les technologies de développement qu'elles tentent d'étrangler" (p. 46).

 

En fait, c'est la guerre mondiale hybride qui est menée aujourd'hui contre les fondements mêmes de l'existence humaine. C'est le déluge, qui brouille tout et tout - les vagues du chaos mondial, qui est une conséquence du capitalisme mondial.

 

 

2. Le mondialisme du "déluge"...

 

Il convient de noter ici que le plus ancien déluge, que nous connaissons tout d'abord grâce à la Bible, était également un état de la civilisation de l'époque. Elle a subi la dégradation la plus puissante, et l'Eau elle-même n'a fait qu'amener cette dégradation à sa fin logique, en emportant la civilisation qui avait épuisé ses possibilités existentielles.

 

On pense que c'est avant les temps (d'inondation) qu'une certaine civilisation mondiale s'est formée, dont le centre était une civilisation insulaire qui a coulé l'Atlantide. C'est alors que naît le capitalisme, dont la genèse doit être associée au frère tueur Caïn et à sa progéniture. Les racines du système "commercial" ("monétaire") moderne remontent aux temps anciens. L'expérience de l'étude de ce capitalisme "maritime" est présentée dans l'intéressant ouvrage de V. Katasonov "The Kainite Civilization and Modern Capitalism". Ce sont les Caïnites qui ont fait la transition vers le mode "mégapole", créant des villes comme des foules énormes de personnes qui étaient séparées des autres.

 

L'auteur de « La Civilisation du Déluge" attire l'attention sur le fait que la civilisation pré-inondation, comme la civilisation actuelle, avait une certaine hyper-élite. Elle était composée de géants puissants. Comme maintenant, ils ont opprimé toute l'humanité, "dévorant" les fruits de son travail. V. Averyanov énumère des caractéristiques de la civilisation pré-diluvienne comme la forme extrême de fierté, le cannibalisme, l'utilisation d'embryons humains, la promiscuité sexuelle extrême. "Au fait, les mots bibliques "toute chair a perverti son chemin" contiennent une allusion assez transparente au fait que la mutation génétique et les dommages à la nature biologique ont affecté non seulement les humains mais aussi les animaux - Noé pour l'Arche du Salut avait reçu l'instruction de sélectionner les animaux "sans vice" - note l'auteur. - Les géants eux-mêmes étaient en quelque sorte un plan d'amélioration de l'homme planifié par les transhumanistes modernes et les représentants de l'eugénisme. Ils étaient d'une grande taille et d'une grande force physique, avaient "des capacités améliorées" et une bonne santé, étaient des guerriers invincibles" (p. 57).

 

Je note que la création de la Nouvelle Atlantide est actuellement en préparation. Il s'agit d'un projet du Partenariat transatlantique pour le commerce et l'investissement (TTIP). En fait, sa mise en œuvre signifiera la création des États-Unis euro-atlantiques (la base du quasi-État mondial). De manière caractéristique, en 2009, le Parlement européen a adopté une résolution qui propose la création d'un "Conseil de politique transatlantique". On suppose qu'il aura un mandat solide en matière de politique et de sécurité internationales. Et depuis 1992, le "Réseau policier transatlantique" fonctionne, qui comprend des parlementaires européens et américains, ainsi que des représentants de milieux d'affaires influents. Sous Trump, le projet TTIP a été gelé, mais l'arrivée au pouvoir de Biden lui ouvre de nouvelles perspectives. Ce n'est pas une coïncidence si les félicitations de Sleepy Joe expriment l'espoir d'une coopération transatlantique accrue.

 

 

3. Pandémie et chaos.

 

Les événements de notre époque s'inscrivent tout à fait dans le cadre de la "Civilisation du déluge" et servent en quelque sorte de moyen de sa mise en place. Prenez au moins la pandémie COVID-19. L'auteur attire l'attention sur de nombreuses choses étranges qui y sont associées. Selon lui, certaines forces pourraient bien utiliser la phobie du coronavirus pour atteindre certains objectifs mondiaux. En particulier, pour assainir radicalement l'espace économique mondial et redistribuer radicalement les ressources.

 

Mais surtout, COVID-19 n'est pas nécessairement une certaine limite du "pandémisme" moderne. "À première vue, il se passe quelque chose comme un exercice, peut-être, il s'agit juste d'une répétition de la Grande Panique, qui est prévue pour une date ultérieure et en relation avec un autre plan délicat", - suppose V. Averyanov (p. 42).

 

Le déluge, qui symbolise le chaos des éléments de l'eau, suggère le chaos de tous les processus mondiaux. Selon l'auteur, il est possible de supposer que la pandémie est une sorte de couverture pour la redistribution mondiale des finances mondiales. Mais derrière les changements économiques, il y a aussi des changements politiques à grande échelle. "Et elles ont déjà lieu - troubles artificiellement provoqués aux États-Unis, aggravation de la lutte des élites en Chine, en Europe et en Russie, crise politique dans de nombreux États d'Amérique latine, montée en flèche des idéologies alternatives - tout cela devient des marqueurs très visibles du Grand Déluge" (p. 75).

 

En effet, il y a un chaos politique. D'ailleurs, la plus grande grève de l'histoire de l'humanité a eu lieu en Inde le 26 novembre de cette année. Elle a été suivie par 200 à 250 millions de personnes. De manière caractéristique, les participants ont protesté, entre autres, contre les mesures restrictives imposées en rapport avec la pandémie. Comme on peut le voir, l'auteur indique à juste titre le vecteur du mouvement de la civilisation moderne.

 

 

 

4. L’inexistence du numérique

 

L'ancien Déluge symbolisait le chaos originel des temps de la création : "Mais la terre était aveugle et vide, et l'obscurité sur l'abîme, et l'esprit de Dieu était porté sur l'eau. (Genèse 1:2) Cette eau symbolise la non-existence originelle (en grec "mion"), qui a été créée avant le monde des "choses" formalisées. Et ce chaos de non-existence (ou d'inexistence) éclabousse chaque "chose". Il est nécessaire que chaque personne ait le choix - soit d'aller vers l'Être, soit de tomber dans les eaux sans fond de la non-existence. Sinon, l'homme ne serait qu'une machine automatique de l'Absolu, qui est la Genèse absolue, non soudée. Le déluge, ancien et actuel, est le désir de la civilisation de plonger dans les eaux de l'inexistence.

 

Et cette aspiration s'exprime dans la numérisation moderne, qui tente de faire du total. L'auteur examine en détail la question du "Nombre", en soulignant son inexistence : "Le nombre à sa racine est une lecture mathématique du concept mystérieux de "rien", de "non-existence". Les mathématiciens révèlent cette catégorie par le zéro, c'est-à-dire par "l'absence d'être". Zéro est le nombre de tous les nombres, la source et le pathos de la réalité numérique. Le problème avec les chiffres, c'est qu'ils ne connaissent pas l'Imprégnable. Le nombre est insignifiant devant le mystère de la vie, il ne peut pas le maîtriser, mais il tente de le chasser de l'existence ... Et pour cela il faut tuer la foi, réduire le monde entier à son pied d'outre-monde et tangible ... Aujourd'hui, sous la forme la plus évidente, le problème des nombres comme éléments de non-existence se manifeste dans le domaine de la culture et de l'information. Dans la réalité numérique, il y a une substitution du symbolisme et de la symbolique par un numéro de code, une simulation du contenu sémantique substantiel par un signe de langue, la substitution du personnel par le matériel. Le calcul agit comme une imitation de la pensée, et la conscience se transforme en fonction d'un programme donné par un nombre" (p. 128).

 

 

 

5. L’Arche russe du salut" (p. 128).

 

On sait que l'arche construite par le juste Noé a été le salut du déluge "biblique". Aujourd'hui, la Russie en tant que porteuse de la civilisation russe peut devenir une alternative à la civilisation des inondations. Récemment, le concept d'"Arche russe" a été activement développé. Et dans ce livre, il y a de nombreuses discussions intéressantes sur son essence et ses perspectives. D'ailleurs, cette année, sous la direction de V. Averyanov, a été préparé un ouvrage collectif - "Arche russe". Une stratégie alternative pour le développement mondial" a été préparée par V. Averyanov. ("Izborsk Club", № 1 (77), 2020).

 

L'auteur justifie de manière convaincante - pourquoi la Russie est celle qui s'approche du rôle de l'Arche, qui sauve du déluge. Le nord de l'Eurasie est la partie du territoire la plus protégée contre les différentes catastrophes naturelles. La Russie dispose de réserves de ressources presque inépuisables. Il ne s'agit pas seulement de minéraux, mais aussi de forêts, de ressources en eau et de la moitié des sols fertiles du monde. En principe, la Russie pourrait nourrir le monde entier.

 

Mais le plus important, peut-être, est ceci : "Nous verrons que ce sont les Russes, dans leur état mental, qui pensent au monde, qui prennent à cœur l'injustice et la souffrance dans d'autres parties du monde. Cette propriété n'est pas accidentelle. C'est la Russie qui rêve d'un projet alternatif de développement mondial - c'est sa tendance naturelle latente. Et nous avons déjà l'expérience de proposer un projet mondial qui soit à la fois pragmatique (bénéfice pour nous-mêmes) et altruiste (bénéfice pour tous). En outre, il existe un potentiel secret : le fait est que chaque défaite de la Russie ne la détruit pas, et remplit la fonction de "ressort de compression". Après une période historiquement courte, cette propriété de "compression" se transforme en son contraire - une nouvelle expansion, beaucoup plus importante qu'à l'étape précédente". (с. 50).

 

L'enquête sur le déluge est ainsi combinée avec l'étude des possibilités et des perspectives de salut qui en découlent.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

*NdT: https://www.bbc.com/news/world-europe-50858949

Alexandre Eliseev : Enquête sur le déluge  (Club d'Izborsk, 3 décembre 2020)

Le philosophe Vitaly Averyanov, vice-président du Club d'Izborsk, est interviewé à propos de son livre: "La Civilisation du déluge":

https://zavtra.ru/blogs/tcivilizatciya_potopa_i_mirovaya_gibridnaya_vojna

Lire la suite

Le Dr. Christian Perronne met en garde sur le danger de la vaccination COVID et de la "thérapie génique" (Entretien avec Sud Radio, 2 décembre 2020)

2 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #Sciences, #Politique, #Economie

Pour le Pr. Perronne:

1) La vaccination contre le COVID est par principe inutile car il ne "tue" que 0,05% des personnes infectées, principalement très âgées et présentant une ou des comorbidités. On n'a jamais vu une vaccination dans ce cas-là.

2) En dehors de leur coût extrêmement élevé (qui de toutes façons sera à la charge des populations), les vaccins sont à priori dangereux. C'est particulièrement le cas des pseudo-vaccins de Moderna, Pfizer, qui ne sont pas en réalité des vaccins, mais de la "thérapie génique". En effet, on inocule non pas des fragments de virus mais un ARN qui va coder les cellules. Une technique expérimentée sur les légumes (OGM) mais pas sur l'homme. "C'est jouer aux apprentis sorciers". 

Le Pr. Perronne dit qu'il est "hors de question" qu'il se fasse vacciner contre le COVID. Pour lui, il est évident que l'économie (le profit financier, pas l'économie au sens originel, grec, du mot) a pris le pas sur la santé et la médecine.

Le Dr. Christian Perronne met en garde sur le danger de la vaccination COVID et de la "thérapie génique" (Entretien avec Sud Radio, 2 décembre 2020)

Christian Perronne à propos des vaccins

 

Chers amis,

La France, qui vit un cauchemar depuis des mois, se réveille.

Dans beaucoup de villes de notre beau pays, le peuple est en marche pour retrouver sa liberté, pour exiger le retour de la démocratie.

En tant que médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ayant été président de nombreuses instances ou conseils de santé publique, y compris sur les vaccins, je mesure chaque jour les incertitudes générant la peur et le désarroi croissant de nos concitoyens. Je prends le risque d’être à nouveau qualifié de « complotiste » ou mieux de « rassuriste », termes désignant ceux qui critiquent ou challengent la pensée unique. Je finis par être fier de ces appellations, mes propos exprimant la vérité n’ayant jamais changé depuis le début de l’épidémie.

Je considère donc qu’il est de ma responsabilité de m’exprimer à nouveau ce jour sur l’ensemble du volet médical de la Covid-19 et en particulier sur le sujet vaccinal, désormais l’élément central et quasiment unique de la politique de santé de l’État.

Beaucoup de Français ont été hypnotisés par la politique de la peur. Depuis septembre 2020, on nous avait annoncé une deuxième vague terrible de l’épidémie, pire que la première.

Le Ministre de la Santé, le Dr Olivier Véran, le Président du Conseil scientifique de l’Elysée, le Pr Jean François Delfraissy, le Directeur Général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, l’Institut Pasteur nous ont annoncé des chiffres catastrophiques avec une augmentation exponentielle du nombre de morts. Les hôpitaux devaient être saturés et débordés.

Même le Président de la République, lors d’une allocution télévisée récente annonçant le reconfinement, nous a prédit pas moins de 400.000 morts, renchérissant sur les 200.000 morts estimés peu de temps auparavant par le Pr Arnaud Fontanet de Pasteur. Ces chiffres irréalistes n’avaient qu’un but, entretenir la peur pour nous faire rester confinés, sagement masqués. Pourtant l’usage généralisé des masques en population générale n’a aucun intérêt démontré scientifiquement pour enrayer l’épidémie de SARS-CoV-2. L’utilisation des masques devrait être ciblée pour les malades, leur entourage (surtout les personnes à risque) et les soignants au contact.

Or l’épidémie régresse et n’a entraîné aucune apocalypse. La dynamique de la courbe montrait depuis des semaines le profil d’un rebond épidémique saisonnier qui s’observe avec certains virus, une fois la vague épidémique terminée. Cela témoigne de l’adaptation du virus à l’homme et est aussi le reflet de l’immunité collective qui progresse dans la population et qui nous protège naturellement. Les souches de virus qui circulent actuellement ont perdu de leur virulence.

Les autorités ne pourront pas dire que c’est grâce au confinement car la tendance à la baisse avait commencé avant même sa mise en place. La régression de l’épidémie avait même commencé, dans certaines agglomérations, avant l’instauration du couvre-feu.

Malheureusement, il y a encore des décès qui surviennent chez des personnes très âgées, des grands obèses ou des personnes souffrant d’un diabète sévère, d’hypertension artérielle grave, de maladies cardiorespiratoires ou rénales déjà invalidantes. Ces personnes à risque sont parfaitement identifiées. Les mesures sanitaires devraient donc être ciblées pour les protéger, les dépister et les traiter le plus tôt possible dès le début des symptômes par l’hydroxychloroquine et l’azithromycine dont l’efficacité et l’innocuité sont largement confirmées, si on donne le traitement précocement.

 Beaucoup de décès auraient pu être évités. Or on a dissuadé les médecins généralistes et les gériatres de traiter. Dans ce contexte, continuer à persécuter nos enfants derrière des masques inutiles reste incompréhensible.

Toutes ces mesures sont faites pour que les Français réclament un vaccin. Or quel est l’intérêt d’un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05% ? Aucun. Cette vaccination de masse est inutile. De plus, les risques de la vaccination peuvent être plus importants que les bénéfices.

Le plus inquiétant est que de nombreux pays, dont la France, se disent prêts à vacciner dans les semaines qui viennent, alors que la mise au point et l’évaluation de ces produits se sont faites à la va-vite et qu’aucun résultat de l’efficacité ou de la dangerosité de ces vaccins n’a été publié à ce jour. Nous n’avons eu le droit qu’à des communiqués de presse des industriels fabricants, permettant de faire flamber leurs actions en bourse.

Le pire est que les premiers « vaccins » qu’on nous propose ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique. On va injecter des acides nucléiques qui provoqueront la fabrication d’éléments du virus par nos propres cellules. On ne connait absolument pas les conséquences de cette injection, car c’est une première chez l’homme. Et si les cellules de certains « vaccinés » fabriquaient trop d’éléments viraux, entrainant des réactions incontrôlables dans notre corps ? Les premières thérapies géniques seront à ARN, mais il existe des projets avec l’ADN.

Normalement, dans nos cellules, le message se fait de l’ADN vers l’ARN, mais l’inverse est possible dans certaines circonstances, d’autant que nos cellules humaines contiennent depuis la nuit des temps des rétrovirus dits « endogènes » intégrés dans l’ADN de nos chromosomes. Ces rétrovirus « domestiqués » qui nous habitent sont habituellement inoffensifs (contrairement au VIH, rétrovirus du sida par exemple), mais ils peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l’envers, de l’ARN vers l’ADN. Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l’ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s’intégrer dans nos chromosomes. Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement.

Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants. Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français et plus généralement les citoyens du monde, pour des cobayes. Nous ne voulons pas devenir, comme les tomates ou le maïs transgéniques des OGM (organismes génétiquement modifiés).

Un responsable médical d’un des laboratoires pharmaceutiques fabricants a déclaré il y a quelques jours qu’il espérait un effet de protection individuelle, mais qu’il ne fallait pas trop espérer un impact sur la transmission du virus, donc sur la dynamique de l’épidémie. C’est bien là un aveu déguisé qu’il ne s’agit pas d’un vaccin. Un comble.

Je suis d’autant plus horrifié que j’ai toujours été en faveur des vaccins et que j’ai présidé pendant des années des instances élaborant la politique vaccinale.

Aujourd’hui, il faut dire stop à ce plan extrêmement inquiétant. 

Louis Pasteur doit se retourner dans sa tombe.

La science, l’éthique médicale et par-dessus tout le bon sens doivent reprendre le dessus.

 

Christian Perronne

Article original publié sur https://bonsens.info/christian-perronne-a-propos-des-vaccins/

Lire la suite

Les faits sur le Coronavirus (Swiss Research Policy)

20 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Des faits entièrement référencés sur le Covid-19, fournis par des experts en la matière, pour aider nos lecteurs à faire une évaluation réaliste des risques.

“La seule façon de lutter contre la peste, c’est l’honnêteté.” Albert Camus, 1947

Aperçu
  1. Létalité : Selon les dernières études immunologiques, le taux global de létalité de l’infection (IFR) par Covid-19 dans la population générale est d’environ 0,1 à 0,5 % dans la plupart des pays, ce qui est comparable aux pandémies de grippe moyennes de 1957 et 1968.
  2. Traitement : Pour les personnes à haut risque ou fortement exposées, un traitement précoce ou prophylactique est essentiel pour prévenir la progression de la maladie et éviter l’hospitalisation.
  3. Profil d’âge : L’âge médian des décès par Covid-19 est supérieur à 80 ans dans la plupart des pays et seuls 5 % environ des personnes décédées ne présentaient pas de pathologies graves. Contrairement à la grippe pandémique, l’âge et le profil de risque de la mortalité par Covide-19 sont donc comparables à la mortalité normale et l’augmentent proportionnellement.
  4. Maisons de soins : Dans de nombreux pays occidentaux, jusqu’à deux tiers de tous les décès dus à Covid-19 sont survenus dans des maisons de soins infirmiers, qui nécessitent une protection ciblée et humaine. Dans certains cas, il n’est pas clair si les résidents sont réellement morts de Covid-19 ou de semaines de stress et d’isolement.
  5. Surmortalité : Jusqu’à 30 % de tous les décès supplémentaires peuvent avoir été causés non pas par le Covid-19, mais par les effets de l’enfermement, de la panique et de la peur. Par exemple, le traitement des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux a diminué jusqu’à 40 % parce que de nombreux patients n’osaient plus se rendre à l’hôpital.
  6. Anticorps : En été 2020, les points chauds de la planète comme New York et Bergame avaient atteint des niveaux d’anticorps d’environ 25 %. Les capitales telles que Madrid, Londres et Stockholm se situaient autour de 15 % (Paris : 10 %). De grandes parties de l’Europe et des États-Unis, cependant, étaient encore en dessous de 5 %.
  7. Symptômes : Jusqu’à 40 % des personnes infectées ne présentent aucun symptôme, environ 80 % présentent des symptômes tout au plus légers, et environ 95 % présentent des symptômes tout au plus modérés et ne nécessitent pas d’hospitalisation. L’hypothèse initiale selon laquelle il n’y avait pas d’immunité contre le nouveau coronavirus n’était pas correcte.
  8. Long Covid : Environ 10 % des personnes symptomatiques déclarent des symptômes post-aigus ou “covid long”, c’est-à-dire des symptômes qui durent plusieurs semaines ou mois. Cela touche également des personnes plus jeunes et précédemment en bonne santé, qui présentent une forte réponse immunitaire. Le syndrome post-viral est également connu sous le nom de grippe grave.
  9. Transmission : Selon les connaissances actuelles, les principales voies de transmission du virus sont les aérosols intérieurs et les gouttelettes produites en parlant ou en toussant, tandis que les aérosols extérieurs ainsi que la plupart des surfaces d’objets semblent jouer un rôle mineur.
  10. Masques : Il existe encore peu ou pas de preuves scientifiques de l’efficacité des masques en tissu dans la population générale, et l’introduction de masques obligatoires n’a pas pu contenir ou ralentir l’épidémie dans la plupart des pays. S’ils sont mal utilisés, les masques peuvent augmenter le risque d’infection.
  11. Enfants et écoles : Contrairement à la grippe, le risque de maladie et de transmission chez les enfants est très faible dans le cas du covid. Il n’y avait et n’y a donc pas de raison médicale pour la fermeture des écoles élémentaires ou d’autres mesures visant spécifiquement les enfants.
  12. Recherche des contacts : Une étude de l’OMS de 2019 sur les mesures de lutte contre les pandémies de grippe a conclu que d’un point de vue médical, la recherche des contacts n’est “recommandée en aucune circonstance”. Les applications de recherche des contacts sur les téléphones portables ont également échoué dans la plupart des pays.
  13. Tests PCR : Les kits de test de virus utilisés au niveau international peuvent, dans certains cas, produire des résultats faussement positifs et faussement négatifs ou réagir à des fragments de virus non infectieux provenant d’une infection antérieure. À cet égard, le seuil de cycle ou valeur ct est un paramètre important.
  14. Mauvaise gestion médicale : Aux États-Unis et dans certains autres pays, des erreurs médicales fatales ont été constatées chez certains patients atteints de Covid-19 en raison d’incitations financières douteuses et de protocoles inappropriés. Dans la plupart des pays, la mortalité due aux Covid-19 a depuis lors diminué de manière significative.
  15. Verrouillage : L’OMS a mis en garde contre le fait que les verrouillages ont provoqué une “terrible catastrophe mondiale”. Selon l’ONU, les confinements peuvent mettre en péril les moyens de subsistance de 1,6 milliard de personnes et faire basculer 150 millions d’enfants supplémentaires dans la pauvreté. Le chômage, les faillites et les problèmes psychologiques ont atteint des niveaux records dans le monde entier.
  16. Suède : En Suède, la mortalité totale sans confinement a jusqu’à présent été de l’ordre d’une forte saison grippale. 70% des décès suédois se sont produits dans des maisons de retraite qui n’ont pas été protégées assez rapidement. L’âge médian des décès suédois de Covid-19 est de 84 ans.
  17. Médias : Les reportages de nombreux médias ont été peu professionnels, ont maximisé la peur et la panique dans la population et ont conduit à une surestimation massive de la mortalité du Covid-19. Certains médias ont même utilisé des images et des vidéos manipulatrices pour dramatiser la situation.
  18. Vaccins : Plusieurs experts médicaux ont averti que les vaccins express contre les coronavirus pouvaient présenter un risque. En effet, le vaccin contre la grippe dite porcine de 2009, par exemple, a entraîné des cas de dommages neurologiques graves et des poursuites judiciaires par millions. Lors des essais de nouveaux vaccins contre les coronavirus, de graves complications et échecs ont déjà été signalés.
  19. Origine du virus : L’origine du nouveau coronavirus reste incertaine, mais les meilleures preuves indiquent actuellement un cas de pneumonie de type Covid-19 dans une mine chinoise en 2012, dont les échantillons de virus ont été collectés, stockés et étudiés par l’Institut de virologie de Wuhan (WIV).
  20. Surveillance : Le dénonciateur de la NSA, Edward Snowden, a averti que la pandémie de Covid-19 pourrait être utilisée pour étendre en permanence la surveillance mondiale. Dans plusieurs régions du monde, la population est surveillée par des drones et doit faire face à de sérieux débordements de la police lors des confinements.
Voir aussi
  1. Sur le traitement du Covid-19
  2. Études sur la létalité de Covid-19 
  3. Les preuves sur les masques faciaux
  4. Sur les covidés (“longs”) post-actifs
  5. Sur l’origine du SRAS-CoV-2

Source, article complet avec illustrations et mises à jour: 

https://swprs.org/les-faits-sur-le-coronavirus/

Lire la suite

Sergey Glazyev : Afin de maintenir sa domination, l'élite américaine a entamé une guerre hybride (Club d'Izborsk, 19 novembre 2020)

19 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Opération Coronavirus, #Politique, #Russie, #USA

Sergey Glazyev : Afin de maintenir sa domination, l'élite américaine a entamé une guerre hybride (Club d'Izborsk, 19 novembre 2020)

Sergey Glazyev : Afin de maintenir sa domination, l'élite américaine a entamé une guerre hybride.

 

19 novembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20217

 

 

- Sergei Yurievich, vos travaux soutiennent que la crise économique mondiale actuelle est une opportunité pour le développement avancé de la Russie. En quoi exactement cette évolution devrait-elle se manifester ? Et qu'est-ce qui devrait exactement servir d'indicateur de la suffisance de cette évolution ?

 

- Pour répondre à votre question, il faut tout d'abord noter une évidence : toute crise peut se transformer en modernisation et en reprise économique, si vous utilisez habilement vos avantages compétitifs à temps.

 

Une caractéristique fondamentale de la période actuelle est la transformation structurelle de l'économie mondiale due à l'évolution des modèles technologiques et économiques mondiaux. Les régularités propres à ces processus déterminent les changements d'époque périodiques provoqués par les révolutions technologiques et sociales, les crises économiques et les guerres mondiales.

 

Le processus de changement des modèles technologiques se produit une fois tous les cinquante ans et s'accompagne d'une révolution technologique qui dévalue une part importante du capital productif et humain, provoquant une crise économique et une dépression profondes.

 

Pour en sortir sur la prochaine longue vague de croissance économique, il faut que l'État stimule l'investissement et l'activité d'innovation dans les directions prometteuses de croissance du nouveau mode technologique. Le processus de changement de l'ordre économique mondial a lieu une fois par siècle et s'accompagne de révolutions sociales et de guerres mondiales, qui serviront de médiateur pour le changement des institutions qui régissent la reproduction de l'économie.

 

La raison de ces chocs est le désir de l'élite dirigeante du pays dominant de préserver l'hégémonie mondiale face à la perte de compétitivité due à l'émergence d'un système plus efficace de gestion du développement économique dans l'un des pays périphériques. Ce dernier est en train de créer un nouveau centre de l'économie mondiale, dont la reproduction élargie remplace progressivement l'ancien et crée un nouveau siècle d'accumulation de capital.

 

La situation actuelle est caractérisée par le chevauchement des processus de changement des modèles technologiques et économiques mondiaux, qui se traduit par une intensification résonnante des phénomènes de crise. La course aux armements, qui est typique du changement des modèles technologiques, avec l'aggravation des tensions militaires et politiques, se transforme en une guerre mondiale, qui est une phase naturelle de changement des modèles économiques mondiaux.

 

En termes d'analogies historiques, la décennie actuelle est similaire à la Grande Dépression qui a précédé la Seconde Guerre mondiale. Si, grâce à un pompage monétaire colossal, les émetteurs de devises mondiales ont pu atténuer la crise structurelle et éviter une chute brutale de la production, les économies des principaux pays sont dans un état de stagnation prolongée. Les pertes cumulées de PIB potentiel sur une décennie sont tout à fait comparables aux dommages causés par le déclin de la production dans les années 30, qui a été surmonté relativement rapidement.

 

Les phénomènes de crise ont été exacerbés par la pandémie mondiale. D'ailleurs, le virus, apparemment synthétisé dans des laboratoires secrets américains (il y a de nombreuses preuves de cela) et jeté à Wuhan pour déstabiliser la situation sociopolitique en Chine afin de discréditer son leadership et créer le chaos, a en fait accéléré les changements structurels de l'économie mondiale.

 

Contrairement à l'idée des services de sécurité américains, la pandémie s'est intensifiée en Chine, qui est désormais le seul pays à avoir retrouvé la croissance pré-épidémiologique et à avoir achevé la reprise de cette année. La destruction des chaînes mondiales et régionales établies de commerce, d'investissement et de production s'accompagne d'une forte augmentation de la diffusion de la bio-ingénierie, des technologies numériques et de l'information, qui constituent le cœur du nouveau mode technologique.

 

Il est évident pour moi que cette guerre hybride avec l'utilisation d'armes monétaires, informatiques, cognitives et biologiques a été conçue par la puissance et l'élite financière américaines pour maintenir sa position dominante au sein de l'ordre économique mondial existant. Cependant, comme auparavant, le vainqueur de cette bataille sortira les pays qui forment à temps les institutions du nouveau mode économique mondial et maîtrisent la production de base du nouveau mode technologique.

 

Et voici la réponse à votre question - il y a maintenant une opportunité de faire une percée dans le développement économique, qui a été mentionnée par le Président de la Russie, ayant sellé une nouvelle longue vague de Kondratyev plus tôt que les autres et lançant un nouveau cycle d'accumulation de capital pour le siècle. Le cœur du nouveau modèle technologique, qui croît à un rythme de 35 à 50 % par an, est une combinaison de numérique, d'information, de bio-ingénierie, de cognition, d'additif et de nanotechnologie.

 

Sur cette base technologique, les institutions du mode économique mondial intégré se forment, qui permettent une gestion consciente du développement socio-économique des États souverains et, potentiellement, de l'humanité dans son ensemble. Cela est réalisé grâce à une combinaison de planification stratégique de l'État et de concurrence du marché basée sur des partenariats public-privé.

 

Afin d'assurer la souveraineté économique et la sécurité de la Russie contre les menaces extérieures d'ordre géoéconomique et celles liées au marché et à la conjoncture, il est nécessaire d'entrer dans le nouveau mode technologique et de devenir, dans un premier temps, un leader du nouveau mode économique mondial - intégral.

 

Nous n'avons ni ressources naturelles ni limites humaines à cet effet, nous disposons d'énormes réserves scientifiques et technologiques, ainsi que de capacités de production qui ne participent pas au chiffre d'affaires économique. La pleine réalisation du seul potentiel de production inutilisé transformera radicalement l'économie russe.

 

Nous avons élaboré une stratégie de développement économique avancé, qui assurera la croissance de la production en Russie de 8 à 10 % par an à condition que les investissements en capital fixe augmentent de manière significative.

 

- Est-il possible de créer un contour de planification dans une économie de marché ? Est-il nécessaire de créer une version moderne du Comité de planification de l'État, au moins pour mettre en œuvre les projets nationaux et les décrets présidentiels ? Aujourd'hui, il est devenu à la mode pour les différentes agences de créer toutes sortes de "stratégies", cependant, elles ne sont pas liées les unes aux autres de quelque manière que ce soit à l'échelle nationale. Avons-nous une quelconque planification stratégique ?

 

- Nous avons l'élaboration de documents de planification stratégique disparates, qui ne se correspondent en aucune façon. Mais il n'y a pas de mise en œuvre, car il n'y a pas de responsabilité pour atteindre les objectifs prévus. Il existe un cadre de planification dans tous les pays développés et en voie de développement, bien que les apologistes de la "main invisible du marché" dans le système de gestion du développement économique continuent à se défaire de toute planification comme un "élément libre" menaçant des forces du marché.

 

Le prix de cette approche est bien connu : un niveau sans précédent de dépendance économique vis-à-vis de l'étranger, une exportation annuelle de capitaux de 100 milliards de dollars, l'impossibilité de créer un circuit souverain de financement des investissements dans l'économie.

 

Et même la loi sur la planification stratégique adoptée en 2014 à l'initiative du chef de l'État pour faire plaisir aux exécuteurs s'est avérée être un acte palliatif en l'absence d'un système cohérent de responsabilité collégiale et personnelle des représentants des organes exécutifs fédéraux pour les résultats de leurs activités.

 

En particulier, pour l'échec des objectifs fixés par le Président pour assurer des taux de croissance économique supérieurs à la moyenne mondiale, pour améliorer le niveau et la qualité de vie des citoyens, pour augmenter le taux d'accumulation jusqu'à 27% du PIB.

 

Dans le système actuel de coordonnées, le rôle du Comité d'État pour la planification pourrait être joué par le ministère de l'économie, mais dans ce cas, ses pouvoirs devraient être portés au niveau de la subordination directe au président.

 

Dans notre pays, nous avons plutôt une imitation de la planification sous les discours éloquents et la création d'"images de l'avenir" à la mode sous la forme de diverses stratégies "papier" : la loi n'est pas appliquée, et non les projets nationaux prévus sont mis en œuvre par pas plus de 40-50% en moyenne, et puis, si l'on en croit les rapports sur les indicateurs formels.

 

En attendant, sans planification stratégique, il est impossible de transférer l'économie russe vers un nouveau système technologique et économique mondial. Il permet d'améliorer radicalement l'efficacité de l'administration publique et des entreprises privées.

 

Par exemple, en combinant la planification de l'État et l'auto-organisation du marché, le contrôle de l'État sur les flux monétaires et l'entrepreneuriat privé, en intégrant les intérêts de tous les groupes sociaux autour de l'objectif d'amélioration du bien-être public, la Chine affiche des taux de croissance record en matière d'investissement et d'activité d'innovation, ce qui la place en tête du monde pour les taux de croissance économique depuis plus de trente ans.

 

Et maintenant, la capacité de mobilisation de l'économie chinoise générée par la planification stratégique lui a permis de surmonter honorablement les effets de la pandémie et de s'engager avec encore plus de détermination dans la construction d'une société axée sur le bien-être.

 

Lorsque le tissu de la gouvernance imprègne la planification stratégique, il est possible d'orienter sans équivoque l'impact de la réglementation là où il est nécessaire. Par exemple, il est possible d'accorder des crédits ciblés pour des investissements dans de nouveaux développements technologiques prometteurs. Sans cela, la Russie est condamnée à un retard supplémentaire dans une arrière-garde de processus de transformation structurelle et technologique mondiale dans les limites du scénario de stagnation "statu quo" prolongé annuellement.

 

Et j'appelle les autres partisans de la mondialisation libérale à ne pas percevoir le concept de planification qui les effraie comme un euphémisme de l'État de l'économie. Elle vise à harmoniser les différents intérêts privés et publics afin d'accroître la compétitivité de l'économie.

 

Dans notre situation, personne d'autre que l'État ne donnera l'impulsion initiale à l'investissement. À cette fin, le système bancaire de l'État doit travailler à des fins de développement, et non pour faire défiler le fonds de stabilisation sur le marché monétaire et financier.

 

- Votre programme affirme la nécessité d'une transition vers la mise en œuvre de la stratégie de modernisation et de développement avancé de l'économie russe sur une base technologique avancée. Que voulez-vous dire par "en avance" ? Devant quoi, selon quels critères, dans quelles unités dimensionnelles ?

 

- Tout à fait juste, et ce programme de développement avancé de l'économie russe n'est pas né aujourd'hui, l'équipe de scientifiques et d'experts sous ma supervision travaille sur ce programme depuis de nombreuses années, en le clarifiant constamment. Le point commun est la compréhension de l'invariance de la direction des efforts de l'État pour stimuler le développement économique basé sur la croissance avancée de la production d'un nouveau mode technologique et le développement accéléré des institutions d'un nouveau mode économique mondial.

 

Dans les conditions de la multiplicité technologique de l'économie russe, une stratégie mixte de son développement, qui prévoit, en premier lieu, la formation avancée des industries de base du nouveau mode technologique, est optimale. Cela nécessite la concentration des ressources et le déploiement d'instruments de refinancement spéciaux pour la production du nouveau mode technologique.

 

Deuxièmement, il est nécessaire de stimuler l'activité d'innovation afin de rattraper dynamiquement les industries qui sont légèrement en retard sur les meilleures pratiques mondiales.

 

Troisièmement, il est nécessaire de mettre en œuvre une stratégie de rattrapage du développement basée sur des technologies importées et des investissements étrangers incarnant le niveau technologique avancé dans des industries désespérément en retard.

 

Quatrièmement, il est nécessaire d'investir à grande échelle dans l'approfondissement de la transformation des matières premières actuellement exportées.

 

Cinquièmement, il est nécessaire de stimuler pleinement l'activité d'innovation afin de réaliser pleinement le potentiel scientifique et technologique restant.

 

La mise en œuvre d'une telle stratégie mixte de développement avancé nécessite de stimuler la demande de nouveaux produits, notamment par le biais des marchés publics, ainsi que d'assurer le financement de la croissance des nouvelles technologies par le biais de crédits abordables à long terme.

 

La mise en œuvre d'une stratégie mixte de développement avancé nécessite les objectifs de politique économique suivants.

 

Dans le domaine technologique, il est nécessaire de développer des entreprises qui soient compétitives sur le marché mondial et qui maîtrisent les technologies du mode technologique moderne. Dans le même temps, il convient de créer les conditions nécessaires à la formation avancée du mode technologique le plus récent, y compris le soutien de l'État à la recherche fondamentale et appliquée pertinente, le déploiement de l'infrastructure pour la formation de la qualification nécessaire, la création d'une infrastructure d'information.

 

Dans la sphère institutionnelle, il s'agit de créer un tel mécanisme économique, qui assurerait la redistribution des ressources des industries dépassées et peu prometteuses, ainsi que des super profits de l'exportation des ressources naturelles vers des systèmes de production et technologiques de modèles modernes et nouveaux, la concentration des ressources dans les domaines clés de leur développement, la modernisation de l'économie, l'augmentation de son efficacité et de sa compétitivité par la diffusion de nouvelles technologies.

 

Pour atteindre cet objectif, des mesures doivent être prises pour créer des institutions de développement, restructurer les entreprises insolvables, réglementer le commerce extérieur, les politiques scientifiques et technologiques, industrielles et financières de l'État.

 

La politique macroéconomique devrait fournir des conditions favorables pour la solution des tâches de perspective, garantissant la rentabilité de l'activité de production, un bon climat d'investissement et d'innovation, le maintien des proportions de prix et d'autres paramètres du mécanisme économique favorables au développement du nouveau mode technologique, contribuant à surmonter la désintégration et le démantèlement de l'économie.

 

La combinaison de mesures de politique macroéconomique, structurelle et institutionnelle devrait permettre de surmonter la crise des investissements, ce qui implique de tripler le volume des investissements dans le développement de la production.

 

Au niveau micro, il est nécessaire de rétablir le lien entre les activités créatives socialement utiles et les revenus des entités économiques, de créer les conditions qui stimulent la motivation constructive de l'activité entrepreneuriale pour accroître l'efficacité de la production, d'introduire des innovations progressives et de maîtriser les technologies modernes, de transformer les revenus et l'épargne en investissements.

 

Cependant, la mise en œuvre de toutes les composantes du développement avancé mentionnées ci-dessus repose une fois de plus sur la composante de formation du système - la planification stratégique.

 

- Dans vos travaux, il y a un certain nombre d'hypothèses de base, comme si elles se contredisaient les unes les autres. Par exemple, d'une part, il est dit que la modernisation avancée (citation) « permettra à la Russie d'éviter le rôle de victime de la crise actuelle et de la tourner en sa faveur - d'entrer au cœur d'un nouvel ordre économique mondial et de surfer sur une nouvelle longue vague de développement technique et économique. » Mais en même temps, il est recommandé d'arrêter l'exportation de capitaux et la dépendance de l'économie russe vis-à-vis des marchés étrangers. Comment cela peut-il être combiné ?

 

- Il n'y a pas de contradiction ici. C'est pourquoi il est nécessaire d'arrêter la fuite des capitaux afin d'orienter les investissements vers le développement de la production d'un nouveau mode technologique. Je voudrais faire remarquer que le nouveau mode économique mondial prévoit le rétablissement de la réglementation et du contrôle des devises, y compris en limitant l'exportation de capitaux exclusivement aux fins nécessaires au développement de l'économie nationale.

 

La RPC et l'Inde, qui forment deux variétés politiques du nouveau mode économique mondial, ont un système assez strict de restrictions sur l'exportation de capitaux. Mes propositions concernant la délocalisation de l'économie russe, bien que lentes, ont commencé à être mises en œuvre.

 

Il est nécessaire de rétablir la réglementation monétaire afin d'accroître les prêts aux investissements dans notre économie, de manière à nous débarrasser de la dépendance vis-à-vis des marchés étrangers des matières premières et à stimuler l'exportation de produits de haute technologie uniques.

 

Au lieu d'être une marchandise et un donateur financier à la périphérie de la division mondiale du travail, nous devrions devenir un générateur de rente intellectuelle au détriment de la supériorité technologique.

 

Pouvons-nous le faire ? Oui, nous le pouvons. Cependant, tant que le crédit des investissements de production reste moins rentable que la spéculation sur le marché du transfert banal de devises, et que l'exportation de matières premières est plus rentable que la fourniture de produits de transformation sur les marchés des pays tiers, l'exportation de capitaux avec son séjour dans les "ports tranquilles" étrangers est plus rentable que l'investissement dans les contours de reproduction de l'économie russe, la Russie restera un donneur de matières premières.

 

Une telle place dans l'économie mondiale nous est donnée par le fameux "Consensus de Washington", selon ses recettes et ses dogmes régulièrement désignés par le FMI et la Banque mondiale, que nous vivons depuis de nombreuses années. Ses recommandations et instructions sont soumises à la politique des autorités monétaires russes, qui ne veulent pas reconnaître le droit à la souveraineté de la Russie dans le domaine monétaire et financier.

 

- La réduction de la dépendance à l'égard de l'économie mondiale présuppose une augmentation du niveau d'autarcie, c'est-à-dire la fermeture de la nouvelle économie russe, son maximum, idéalement à fond, la transition vers l'autosuffisance dans tous les domaines, des matières premières à la technologie, de l'équipement à la consommation. Toutefois, la fermeture exclura simultanément la Russie du système économique mondial. Parce qu'elle sera dominée par les États-Unis, l'UE, la Chine, bref par tous les autres. A votre avis, notre pays est-il confronté à un tel dilemme ?

 

- La question même de l'isolement d'une économie ouverte du reste du monde n'est pas correcte. Mes soi-disant adversaires et critiques, d'ailleurs, utilisent souvent cette technique, m'accusant de vouloir abaisser un certain rideau de fer dans une nouvelle version, ce qui est par définition impossible.

 

Au contraire, en tant qu'économiste universitaire et praticien, j'insiste constamment sur la nécessité de "garder les portes ouvertes", mais uniquement dans l'intérêt de la Russie. Non pas pour nous priver de ressources financières, de cerveaux et de compétences, mais pour une coopération égale, mutuellement bénéfique, harmonieuse et créative.

 

Il est nécessaire de créer des centres de compétitivité mondiale dans le domaine des hautes technologies dans notre pays, en Russie et dans l'espace économique commun de l'Union eurasienne. Pour ce faire, comme je l'ai déjà souligné, nous devons nous appuyer sur les institutions et les mécanismes du nouvel ordre économique mondial, que nos partenaires de la région Asie-Pacifique ont testés avec succès et dont ils ont démontré la grande efficacité.

 

La stratégie du Président de la Russie de construire des relations égales et mutuellement bénéfiques entre les Etats dans le processus d'intégration économique eurasienne est organiquement combinée avec l'initiative de coopération économique internationale de la Chine « One road,  one belt».

 

Elle entrave notre coopération à part entière en bloquant le véritable partenariat stratégique avec la Chine et l'engagement de la puissance et de l'élite financière russes à la doctrine du consensus de Washington, qui vise à servir les intérêts du capital international.

 

La puissance dominante et la position économique de l'oligarchie Comprador et de la démocratie bancaire corrompue font qu'il est difficile pour la Russie de former les institutions du nouvel ordre économique mondial et sa participation constante à la coalition pour la construction de l'avenir de l'Eurasie.

 

Le soutien le plus important à la construction de l'avenir de l'Eurasie est la formation d'une nouvelle architecture des relations monétaires et financières internationales, qui, outre la Russie et la Chine, s'intéresse objectivement à tous les pays qui risquent une guerre hybride de la part des États-Unis et des émetteurs d'autres devises mondiales, et qui souhaitent se débarrasser de la dépendance coloniale et de la non-équivalence des devises économiques étrangères.

 

La Coalition pour la transition vers un nouvel ordre économique mondial pourrait rassembler les pays de l'OCS, de la CEI et de l'ANASE, ainsi que les pays d'Amérique latine de l'Alliance bolivarienne et les pays du Proche et du Moyen-Orient qui préservent leur souveraineté.

 

Cet impératif - la souveraineté de l'espace monétaire et financier dans un large contexte géographique - contribue de manière significative à la mise en œuvre de l'initiative du président russe de former un Grand Partenariat Eurasien. L'objectif, je le répète, est de faire de l'Eurasie une zone de paix, de coopération et de prospérité.

 

Sa réalisation prévoit la résolution des tâches suivantes : formation de régimes préférentiels de coopération commerciale et économique, développement des transports terrestres, des infrastructures d'information et d'énergie, combinaison de plans nationaux pour le développement et l'harmonisation de la coopération industrielle et technologique internationale, transition vers un système équitable de relations monétaires et financières, ainsi que cessation des conflits armés existants et prévention de nouveaux conflits armés.

 

Pour déterminer les moyens de s'acquitter de ces tâches, il est nécessaire de tenir compte des spécificités de la structure socio-économique et politique des États eurasiens. Le partenariat n'implique pas leur unification.

 

Elle est fondée sur le respect inconditionnel de la souveraineté nationale des États impliqués dans l'intégration, la non-ingérence dans leurs affaires intérieures, la préservation de la diversité de leur culture économique et politique comme condition préalable à une concurrence loyale entre les juridictions nationales et un développement conjoint fondé sur une combinaison d'avantages compétitifs.

 

Le partenariat devrait être formé sur la base d'un système souple de règles juridiques, de projets communs et d'institutions qui tiennent compte de la diversité des intérêts des participants et de la nature purement volontaire de la coopération. L'intégration dans un partenariat ne peut se faire qu'à plusieurs vitesses et à plusieurs niveaux, en donnant à chaque participant la liberté de choisir un ensemble d'obligations.

 

Une coalition eurasienne aussi large est basée sur des siècles d'expérience historique de coopération et d'activités créatives communes des peuples d'Eurasie. La formule des "peuples d'un seul destin historique de l'humanité" proposée par les dirigeants de la Chine confirme l'idée d'intégration eurasienne exprimée il y a un siècle par les philosophes russes sur la base de l'expérience historique commune des peuples eurasiens.

 

- Émission de dollars - combien de temps les États-Unis peuvent-ils continuer à pomper leur économie en faisant sauter l'argent de l'air ? Et en quoi votre proposition d'augmenter la monétisation de l'économie russe diffère-t-elle des actions de la Réserve fédérale américaine ?

 

- Tant que les autres pays acceptent le dollar - plus de la moitié de l'émission se propage dans le monde en dehors des États-Unis. Dans la mesure où nous désignons et effectuons des opérations d'import-export en dollars américains, nous faisons essentiellement crédit à l'économie américaine en prenant en charge une partie de leur dette souveraine et de leurs dépenses militaires. Les États-Unis, en revanche, reçoivent le senorage, c'est-à-dire la rente qui découle de l'émission du dollar.

 

L'intégration eurasienne est toujours privée de sa propre monnaie internationale, dont le rôle est principalement joué par le dollar américain et l'euro. Il en résulte une non-équivalence des échanges économiques due à l'appropriation unilatérale par les émetteurs des monnaies de réserve mondiales de senorage dans la mesure où elles sont utilisées par d'autres pays.

 

Il est important de fournir une explication à ce sujet. Le senorage - la différence entre la valeur nominale et le coût de création de l'argent (pour la monnaie fiduciaire moderne, il est infiniment petit) - est un instrument permettant d'extraire des super profits pour financer l'activité économique.

 

Dans le cadre de l'émission d'argent vendu par la Banque de Russie pour l'achat de devises étrangères, le processus inverse a lieu : cet argent, pour la création duquel il faut d'abord produire et vendre des produits destinés à l'exportation ou attirer des investissements étrangers, non seulement ne peut pas assurer le développement, mais devient aussi un instrument de vol caché du pays, donnant son revenu national et sa richesse pour des marques d'argent étranger non garanties.

 

La différence de notre proposition de programme est une émission de crédit ciblée pour financer des investissements dans des domaines prometteurs du développement économique, réalisés par le biais du refinancement de banques commerciales dans le cadre de contrats d'investissement spéciaux et de projets de partenariat public-privé, où chaque partie assume des obligations strictes pour mettre en œuvre des plans de production, l'emploi, etc.

 

En même temps, cette ressource canalisée le long des chaînes de production (je vous rappelle que l'industrie est en moyenne à moitié chargée) ne provoque aucun effet inflationniste, mais, au contraire, contribue à l'efficacité et à la croissance de la production et, par conséquent, à la réduction des coûts et à l'augmentation de l'offre de biens, ce qui contribue à la réduction des prix.

 

- L'économie chinoise s'attend-elle à un effondrement en raison de la fermeture de l'accès aux marchés américains ? La Chine pourra-t-elle sortir de sa confrontation avec les États-Unis en s'appuyant sur le marché intérieur ?

 

- Au contraire, la Chine sort de la spirale actuelle de confrontation associée à la soi-disant "guerre commerciale", qui est plus puissante et encore plus motivée pour atteindre des objectifs stratégiques.

 

C'est à la question de savoir comment l'État est capable de tirer profit même de situations qui sont proches de l'impasse dans tous les paramètres. Les autorités monétaires chinoises ont profité de la décapitalisation du marché financier pour consolider le contrôle national sur les segments de l'économie chinoise qui dépendent des actionnaires étrangers.

 

Il deviendra sans aucun doute encore plus efficace en raison de la chute des prix de l'énergie et des matières premières, ainsi que plus attractif pour les investissements étrangers. Bien que la baisse de la production due à l'interruption des activités pendant l'épidémie soit estimée à 50 à 70 milliards de dollars, elle s'est rapidement rétablie, alors que les États-Unis et l'UE n'ont pas encore survécu.

 

Dans le même temps, la Chine a réussi à éviter la faillite de banques et d'entreprises d'importance systémique détenues et soutenues par l'État, qui contrôle entièrement le système bancaire du pays et ses infrastructures de transport, énergétiques et sociales.

 

Les dirigeants de la RPC ont honorablement émergé de la pandémie et ont commencé à restaurer la production, le commerce et les relations étrangères avec encore plus d'enthousiasme.

 

En conséquence, les structures de soutien du nouveau système économique mondial ont été renforcées en consolidant la discipline de tous les groupes sociaux, en mobilisant les ressources, en partageant les responsabilités et en augmentant l'autorité de l'autorité, dont la volonté a été démontrée.

 

S'ils voulaient cette épreuve de force, ils en avaient besoin pour procéder à un audit approfondi de leurs ressources et de leurs capacités afin d'ajuster leurs tactiques, mais l'épine dorsale reste ferme.

 

- Qu'est-ce qui empêche un développement plus intensif des liens entre les économies russe et chinoise ? Quelle est la différence entre les liens entre nos économies et les relations commerciales et économiques américano-chinoises ?

 

- J'ai déjà répondu en partie à cette question en identifiant le facteur oppressif de la non-équivalence des échanges économiques avec l'étranger. En termes de véritable partenariat avec la Chine dans le cadre du concept "Une ceinture - un chemin", ou dans le cadre de la construction du Grand partenariat eurasien, nous devons être souverains et intéressants sur le plan économique et technologique. L'approvisionnement en matières premières pures, ou en produits à faible valeur ajoutée, renforce le rôle de la Russie en tant qu'appendice de matières premières et économie dépendante.

 

Pour que la Russie devienne un acteur à part entière, le modèle de financement de la croissance économique est essentiel. Aujourd'hui, elle se limite à une politique monétaire restrictive et n'a aucune perspective en raison du manque de sources de crédit intérieures pour le commerce mutuel et les investissements conjoints. Par conséquent, notre développement est géré par ceux qui achètent nos matières premières et nous accordent des prêts et des investissements, et par conséquent, notre spécialisation dans les matières premières devient.

 

L'intégration dans un modèle de développement fondamentalement nouveau dans le cadre d'un ordre économique mondial intégré nous permet de repenser radicalement le rôle des institutions de l'État, les incitations à l'investissement pour la croissance de la production et la définition même des objectifs de la gestion étatique du développement économique.

 

Il faut passer de la lenteur et de l'obsession des recettes du mode de vie dépassé qui ne fonctionnent plus nulle part à la crise financière, en introduisant avec précaution les instruments et les mécanismes qui stimulent la croissance.

 

Notre programme de développement avancé de l'économie russe prévoit une gamme complète de mesures éprouvées et prêtes à être mises en œuvre : monétaires et financières, monétaires et fiscales, dans le domaine de l'harmonisation des relations de travail et de propriété.

 

 

Sergey Glazyev

 

http://www.glazev.ru

Sergey Yurievich Glazyev (né en 1961) - éminent économiste, homme politique et homme d'État russe, membre de l'Académie des sciences de Russie. Conseiller du président russe sur les questions d'intégration eurasienne. Un des initiateurs, membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Dictature mondialiste du "COVID à perpétuité": deux pensées de Jean Rostand

13 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

"On n'aime jamais tant la vérité que lorsque le mensonge fait loi".

 

"La seule chose qu'un dictateur ne peut pas dicter, c'est la vérité"

 

Jean Rostand, Carnet d'un biologiste (1959)

Dictature mondialiste du "COVID à perpétuité": deux pensées de Jean Rostand
Source: RT

Source: RT

Dictature mondialiste du "COVID à perpétuité": deux pensées de Jean Rostand
Dictature mondialiste du "COVID à perpétuité": deux pensées de Jean Rostand

ORDO AB CHAOS

Dictature mondialiste du "COVID à perpétuité": deux pensées de Jean Rostand
Lire la suite

Paul Craig Roberts: La vie dans la matrice est notre avenir (13 octobre 2020 )

9 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #Politique, #Société, #USA

https://twitter.com/drcraigroberts

https://twitter.com/drcraigroberts

La vie dans la matrice est notre avenir

13 octobre 2020 

Paul Craig Roberts

 

La question que chacun d'entre nous doit se poser, et que nous devons nous poser les uns aux autres, est de savoir pourquoi nous recevons autant de fausses informations sur Covid de la part des autorités de santé publique, des autorités politiques et des prostitués de la presse.  Nous recevons beaucoup de fausses informations de la part des professionnels de la santé, parce qu'ils obtiennent des informations bidon des autorités sanitaires et des chercheurs associés aux grandes entreprises pharmaceutiques.  Mais pourquoi les autorités sanitaires elles-mêmes nous mentent-elles ?

Prenez la question des masques.  Les masques portés par la grande majorité de la population mondiale, y compris les professionnels de la santé, ne peuvent pas empêcher l'inhalation et l'exhalation de bactéries et de virus.  Si une personne portant un de ces masques est malade d'un rhume, d'une grippe ou d'un Covid, le masque peut l'empêcher d'éternuer et de tousser sur les autres, les comptoirs et les produits frais.  Mais les masques ne peuvent pas empêcher le porteur d'inspirer et d'expirer le Covid, qui est aérogène et se propage en aérosol.  Les seules personnes qui devraient porter un de ces masques sont celles qui se trouvent dans des lieux publics et qui toussent et éternuent parmi d'autres personnes.  Pour éviter la propagation du virus, les personnes infectées doivent rester chez elles.

Si les masques que les gens portent sont protégés contre les bactéries, les virus et d'autres agents pathogènes, les masques classés N95 et plus n'ont aucun intérêt.  Les autorités médicales le savent, alors pourquoi dit-on aux gens, voire les oblige-t-on, à porter des masques inefficaces ? https://thefederalist.com/2020/10/12/cdc-study-finds-overwhelming-majority-of-people-getting-coronavirus-wore-masks/?utm_campaign=ACTENGAGE 

C'est une question particulièrement troublante lorsque des experts non affiliés à Big Pharma nous disent que le port d'un masque est dangereux car il réduit l'apport en oxygène et augmente l'apport en CO 2.  Cet expert nous dit que le port d'un masque provoque des lésions cérébrales irréversibles : https://healthandmoneynews.wordpress.com/2020/10/09/brain-damage-from-masks-cannot-be-reversed/ Pourquoi les autorités sanitaires veulent-elles retarder le développement des enfants et accroître la démence chez les personnes âgées ?

Ce médecin nous dit que le port d'un masque augmente les pneumonies bactériennes : https://www.globalresearch.ca/medical-doctor-warns-bacterial-pneumonias-rise-mask-wearing/5725848 .

Les autorités de santé publique savent que le taux de mortalité par Covidose est largement exagéré.  Les hôpitaux sont économiquement incités à déclarer tous les décès comme des décès par coviscidose. Le CDC lui-même a laissé le chat sortir du sac lorsqu'il a signalé que sur les 200 000 décès par Covid aux États-Unis, seuls 9 000 étaient dûs au Covid seul.  Tous les autres avaient 2,6 comorbidités mortelles en plus du Covid.  Voir : https://www.paulcraigroberts.org/2020/09/28/the-covid-deception/ Les décès sont concentrés dans une population âgée présentant des comorbidités, et les personnes infectées, si elles l'étaient et si ce n'était pas un faux positif, auraient tout aussi bien pu mourir de la grippe saisonnière.

Peut-être sans le vouloir, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) semble avoir confirmé que Covid n'est pas plus dangereux que la grippe : https://www.lewrockwell.com/2020/10/no_author/who-accidentally-confirms-covid-is-no-more-dangerous-than-flu/ 

Alors, pourquoi les autorités de santé publique refusent-elles de communiquer ces informations aux autorités politiques et au public, et pourquoi les journalistes ne les découvrent pas ?  L'information existe.  Elle n'est tout simplement pas rapportée.

Les autorités de santé publique savent également que le nombre de cas de Covid est largement surestimé, car le test PCR produit plus de faux positifs que de bons positifs.  Voir : https://www.paulcraigroberts.org/2020/10/07/michael-thau-explains-in-laymans-words-why-more-than-90-of-covid-tests-are-false-positives/ 

Un groupe international d'avocats a conclu, sur la base de preuves fournies par des experts, que la pandémie de Covid est une orchestration qui a servi des intérêts puissants au détriment de la santé publique.  Voir : https://www.paulcraigroberts.org/2020/10/05/an-international-group-of-lawyers-have-brought-a-lawsuit-that-the-covid-pandemic-is-an-orchestrated-hoax-in-behalf-of-pharmaceutical-profits-and-police-state-control/ Les médecins reconnaissent que la pandémie de Covid est réelle, mais que la pandémie qui s'est construite autour d'elle ne l'est pas.

Il est possible que les tribunaux soient aussi corrompus que les médias et les institutions démocratiques, et que rien ne sorte des efforts des avocats.  Néanmoins, ni les Américains ni les autres peuples n'ont besoin de s'accrocher à leur crédulité et de se comporter comme des moutons programmés par des "autorités" qui servent tous les intérêts sauf celui de la santé publique.

Comme je l'ai signalé dans les colonnes précédentes, le Covid est utilisé pour servir de nombreux intérêts.  Parmi eux, le Covid est utilisé pour renforcer l'État policier universel en numérisant l'argent.  Une fois que la monnaie électronique aura remplacé la monnaie, les chèques et les pièces, votre vie privée financière et le contrôle que vous exercez sur votre argent et votre richesse disparaîtront. Le gouvernement connaîtra tous les paiements que vous effectuez et recevez, et votre accès à vos propres revenus et richesses pourra être limité selon les caprices du gouvernement et de ceux qui contrôlent le système monétaire numérisé. Vous ne pourrez plus accumuler de réserves d'argent liquide pour vous protéger contre la dépossession.

Les cryptomonnaies privées seront détruites, et un marché noir alimenté par les pièces d'or et d'argent pourra être évité en saisissant les avoirs en or et en argent.  Le grand héros libéral Franklin D. Roosevelt a réussi à arracher l'or des mains des Américains grâce à la technologie des années 1930.  Aujourd'hui, ce serait du gâteau.

Les autorités font craindre à de nombreux Américains une infection au Covid.  Les gens effrayés ne peuvent pas attendre le vaccin inutile et insuffisamment testé. Le remède HCQ/zinc fonctionne, mais il continue d'être diabolisé par les autorités de santé publique afin de maintenir le marché prêt pour un vaccin qui contient des éléments dont on ne sait pas quoi.

Au cours de notre histoire, nous, les Américains, avons été trompés sur de nombreux points pour des raisons politiques.  La longueur de la liste dépend de la distance que vous voulez parcourir.  Commençons par les 20 années du 21e siècle - le 11 septembre 2001, Oussama ben Laden et les Talibans, les armes de destruction massive de Saddam Hussein, les mensonges sans fin sur Kadhafi et la Libye, l'invasion russe de l'Ukraine, l'utilisation d'armes chimiques par Bachar al-Assad, le Russiagate, l'Impeachgate, les primes russes au Talibans pour tuer des soldats américains, les mensonges sur la Chine, la Somalie et maintenant l'escroquerie du Covid.

Les Américains sont-ils capables d'apprendre ?  Combien de mensonges faut-il leur dire avant qu'ils ne commencent à se poser des questions ?  Ce n'est pas entièrement de leur faute.  Les explications qu'on leur donne sont contrôlées et alignées sur leurs préjugés innés.  Les super patriotes, par exemple, aiment avoir des ennemis à dénoncer, et on peut entendre des talk-shows de droite dénoncer quotidiennement la Chine, la Russie et l'Iran.  La gauche aime entendre la confirmation de leur croyance dans le mal qu'est l'Amérique.  La gauche a glorifié les émeutes, les pillages et les destructions résultant des prostituées de la presse qui ont caché le fait que George Floyd était mort d'une overdose de fentanyl.  

Les jeunes générations n'ont jamais appris à penser.  Au contraire, on leur apprend ce qu'il faut penser.  Vous voyez le résultat dans la présence majoritaire de blancs à Antifa et Black Lives Matter.  

Dans le monde occidental, les faits ont fait place aux émotions. Le concept même de vérité indépendante a été perdu.  La vérité est ce qui sert l'ordre du jour. Vous pouvez le voir dans le procès d'Assange en cours devant un tribunal britannique. Le juge et le procureur n'ont aucun intérêt à fournir des preuves, mais seulement à obtenir le résultat exigé par l'ordre du jour.

La science elle-même est en danger, car il n'y a que des vérités sur la race et le sexe.  Les médias sont au service de l'argent et des idéologies.  Les universités et les écoles publiques représentent un grand danger pour les sociétés qui les accueillent.

Le discours et le débat publics n'existent plus.  Chez les Américains, la violence augmente comme moyen privilégié de régler les désaccords : https://www.unz.com/article/yes-we-are-headed-for-violent-civil-war/ 

Les personnes qui disent la vérité, d'abord ostracisées et écartées, sont maintenant criminalisées avec l'aide des médias.  Les médias occidentaux achetés et payés ne s'attendent plus à être libres et ne prendront aucun risque au nom du premier amendement.  Les médias occidentaux contribuent à la destruction du dernier journaliste occidental, Julian Assange. 

Sans médias, il n'y a pas de gouvernement responsable et pas de démocratie. Le vote devient impuissant comme dans la Russie stalinienne.  Le vote est utilisé pour donner une légitimité à n'importe quel gouvernement que ceux qui ont le pouvoir ont décidé. 

Donald Trump sera le dernier président américain à avoir tenté de faire passer les intérêts du peuple avant ceux des élites dirigeantes.  Désormais, tous les candidats à la présidence comprendront que leur succès politique ne dépend que de leur capacité à être la meilleure marionnette de l'establishment. 

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc et publié avec l'autorisation spéciale de Paul Craig Roberts.

Source: site de Paul Craig Roberts: https://www.paulcraigroberts.org/2020/10/13/life-within-the-matrix-is-our-future/

An International Group of Lawyers Have Brought a Lawsuit that the Covid Pandemic Is an Orchestrated Hoax in Behalf of Pharmaceutical Profits and Police State Control

Of the Utmost Importance

Paul Craig Roberts

This will be taken down. Watch the video and save it before it is disappeared.

An International Group of Lawyers Have Brought a Lawsuit that the Covid Pandemic Is an Orchestrated Hoax in Behalf of Pharmaceutical Profits and Police State Control

https://www.youtube.com/watch?v=kr04gHbP5MQ 

My opinion is that a class action lawsuit is justified.  However, the damages that the pandemic hoax has inflicted on the world are so enormous that those responsible will double down on the police state measures in order to prevent any legal action against them.  They cannot afford to accept any accountability.  The most likely scenario is that the whore media will cover for them.  The attorneys and scientists who are exposing the hoax can be prevented from having media coverage and if necessary be arrested or assassinated.

Traduction

De la plus haute importance

Paul Craig Roberts

Cette dernière sera supprimée. Regardez la vidéo et enregistrez-la avant qu'elle ne disparaisse.

Un groupe international d'avocats a intenté un procès pour dénoncer que la pandémie du Covid est un canular orchestré au nom des profits pharmaceutiques et du contrôle policier de l'État

https://www.youtube.com/watch?v=kr04gHbP5MQ 

Mon opinion est qu'un recours collectif est justifié.  Cependant, les dommages que le canular de la pandémie a infligés au monde sont si énormes que les responsables vont doubler les mesures de police de l'État afin d'empêcher toute action en justice contre eux.  Ils ne peuvent se permettre d'accepter aucune responsabilité.  Le scénario le plus probable est que les médias prostitués les couvriront.  Les avocats et les scientifiques qui exposent le canular peuvent être empêchés d'avoir une couverture médiatique et, si nécessaire, être arrêtés ou assassinés.

https://www.youtube.com/watch?v=kr04gHbP5MQ : La vidéo en lien dans l'article de Paul Craig Roberts a été en effet supprimée

https://www.youtube.com/watch?v=kr04gHbP5MQ : La vidéo en lien dans l'article de Paul Craig Roberts a été en effet supprimée

Le groupe d'avocats dont parle Paul Graig Roberts sans le nommer  doit  celui-ci:

Rainer Fuellmich (avocat en Allemagne et Californie): Covid 19 & tests PCR : Crimes contre l'humanité

http://pocombelles.over-blog.com/2020/10/rainer-fuellmich-avocat-en-allemagne-et-californie-covid-19-tests-pcr-crimes-contre-l-humanite.htm

La même vidéo n'est plus accessible dans cet article

Néanmoins elle est visible ici: 

https://www.youtube.com/watch?v=TRW4EMl16Do

Paul Craig Roberts: La vie dans la matrice est notre avenir   (13 octobre 2020 )
Paul Craig Roberts: La vie dans la matrice est notre avenir   (13 octobre 2020 )
Paul Craig Roberts: La vie dans la matrice est notre avenir   (13 octobre 2020 )

"In a time of universal deceit, telling the truth is a revolutionary act."
George Orwell.

In seventy-eight essays, seven prominent social critics question everything from government authority to COVID-19 in what has been called, "the most dangerous book ever published." This thought-provoking and empowering, even "criminal," anthology is a major challenge to the establishment, the ruling oligarchy, or whatever we choose to call the deep state, central planners, and mega-criminals who set and control global narratives. Readers are presented with an array of "forbidden" subjects and in-debt analyses that pull the rug underneath the elite and expose the lies that constitute the matrix. Among others, this book documents and casts light on: 

- Washington's deadly pursuit of hegemony camouflaged as the "War on Terror" and "spreading democracy."
- The erosion of legal principles and elimination of civil and human rights under the pretext of making us safe from terrorists and a global pandemic.
- The push to enslave humanity in a one world digital dictatorship.
- False flag attacks.
- World War I & II. 
- The dangers of smart meters, fluoridation, and artificial intelligence. 
- The truth behind Bill Gates' purported "humanitarian" activities and plans to vaccinate the world.
- The horrors of the War on Drugs and how it is a lucrative business. 
- Britain's systematic robbery of India and resulting genocide. 
- The crimes of Winston Churchill and Apartheid Israel.
- The false reasoning behind "gun control." 
- The dangers of scientism and how science is being used for social control. 
- The most overrated concept in human history, i.e. government. 
- The legitimacy of taxation.
- The truth of how George Floyd died. 

It is not a question of if but when this book will be censored, shadow-banned, or else how rendered invisible as have happened to numerous works of social criticism and anti-establishment content. 

 

Avant d'être assassiné, Kadhafi avait déjà prédit la "pandémie" du COVID à la tribune de l'ONU:

Paul Craig Roberts: La vie dans la matrice est notre avenir   (13 octobre 2020 )
Lire la suite

Propagande de la peur et mensonges à tous les étages (Philippe Huysmans, levilainpetitcanard.be)

3 Novembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Opération Coronavirus

Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez.

Hannah Arendt

 

"La Belgique s’enfonce désormais dans ce qu’il faudra bien finir par appeler par son nom, le terrorisme d’État.  Les médias à la botte n’en finissent plus de publier des articles plus terrifiants les uns que les autres, afin de justifier les mesures toujours plus coercitives prises par le gouvernement.  Nos libertés ne sont plus, et le peu qu’il nous reste de droits nous sera ravi sous peu, soyez-en sûr.  D’ailleurs désormais les médias ne parlent plus de ce qui serait interdit, mais bien de ce qui est encore autorisé par nos mamamouchis omnipotents, omniscients, et si tellement préoccupés par notre protection.    Vous le voyez, là, le petit glissement sémantique?

Et si nous commencions par un peu de démontage en règle, dans la joie et la bonne humeur?  Après tout, c’est bien joli d’affirmer que nous sommes confrontés à une propagande mensongère éhontée, encore faut-il en faire la preuve."

Suite de l'article ici:

https://www.levilainpetitcanard.be/propagande-de-la-peur/

Sages commentaires de Philippe Huysmans en réponse à ses lecteurs:

"Je crois pour ma part que l’humanité est constituée à 99% de braves gens (ça n’empêche pas de faire des conneries, soyons clair), et de 1% de sociopathes quand ce ne sont pas des dangereux psychopathes : ceux-là sont fait pour le mal."

"Si être critique et avoir gardé son bon sens s’appelle « être complotiste » aujourd’hui, alors je suis fier d’être « complotiste ".

et commentaire judicieux d'un lecteur sur les psychopathes narcissiques au pouvoir politique:

"Parfaitement d’accord avec ta réponse à Olivier. La posture qu’ils prennent actuellement est celle du parfait psychopathe narcissique qui est souvent celle que l’on rencontre dans le milieu politique. J’en sais quelle que chose pour les avoir fréquentés dans ma profession d’avant. Ils viennent de découvrir après tout le monde que le couvre-feu n’a rien donné et donc dans leur aveuglement narcissique ils vont se dire que c’est sans doute parce que la doses coercitive n’était pas assez prégnante et décider d’augmenter la pression jusqu’à atteindre le stade de la folie pure et là la cocotte pétera en effet. Pour le moment, ils se sentent intouchables car ils ont, pensent-ils 4 années sans élections devant eux !"

Propagande de la peur et mensonges à tous les étages (Philippe Huysmans, levilainpetitcanard.be)
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>