Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

operation coronavirus

TRIBUNE. Le confinement constitue un remède pire que le mal pour la société française

31 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #France, #Opération Coronavirus

Plus de 300 universitaires, scientifiques, professionnels de la santé, du droit, de l’éducation et du social, ainsi que des artistes, se déclarent « atterrés » par des discours officiels qui dramatisent indûment la réalité afin de justifier des mesures de confinement.

***

C’est un secret de polichinelle : le reconfinement était envisagé depuis l’été dernier. La stratégie de communication du ministère de la Santé s’est déployée autour de cette perspective depuis plus de deux mois, de façon à le faire accepter par la majorité de la population le jour J. Les médias mainstream lui ont fourni une aide décisive. Ils sont le relais et l’instrument privilégiés de cette communication. Et, force est hélas de constater qu’ils jouent très bien le rôle qui leur a été assigné. S’appuyant mécaniquement sur les chiffres, cette communication consiste à ne s’intéresser qu’aux indicateurs les plus alarmants, en les changeant au fil du temps si celui qu’on utilisait ne permet plus d’envoyer le message espéré. Et si un indicateur a une évolution en dents de scie, la communication se fait uniquement les jours où les chiffres augmentent. Il n’y a qu’un seul message possible.

Avant-hier, 27 octobre, la manipulation a encore opéré. La totalité des médias a titré sur les prétendus 523 morts : « Du jamais vu depuis le confinement ». Or ce chiffre était faux. Selon Santé Publique France, il y a eu 292 morts à l’hôpital le 27 octobre, contre 257 la veille (le 26) et 244 (en baisse donc) le 28. Mais l’on ajoute les morts en EHPAD qu’une fois tous les quatre jours en les cumulant. Prétendre compter les morts quotidien ce jour-là revient donc à gonfler artificiellement les chiffres. Et c’est étonnamment ce qui s’est passé la veille de l’allocution annoncée du président de la République, qui a repris à son compte ce chiffre faux. Est-ce un détail ? Non, ce n’est hélas qu’un exemple parmi beaucoup d’autres.

Une deuxième vague prétendue « plus terrible encore que la première »

C’est le président du « Conseil scientifique » (M. Delfraissy) qui le disait il y a quelques jours : arriverait une deuxième vague « plus forte encore que la première » et nous serions déjà dans « une situation critique ». Ce genre de prédiction catastrophiste constitue une manipulation d’un Conseil qui n’est pas scientifique mais politique. Rien ne permet non plus d’affirmer que, sauf confinement, « d’ici quelques mois, c’est au moins 400.000 morts supplémentaires à déplorer », comme l’a pourtant prétendu hier soir le président de la République. Enfin, il est également faux de dire que nous ferions simplement comme tous nos voisins européens. À ce jour, seuls l’Irlande et le Pays de Galles ont reconfiné la totalité de leur population.

Il serait urgent de revenir à la raison. Selon les chiffres de Santé Publique France, sur les près de 15 millions de tests effectués à ce jour, 93% sont négatifs. Et parmi les 7% restant de la population testée positive, plus de 85% ont moins de 60 ans ; il s’agit donc essentiellement de personnes qui ne risquent pas de faire une forme grave de la maladie. Au final, moins de 1% de la population est donc « à risque » et c’est uniquement elle qu’il faut protéger.

Autre façon de le dire : au cours de la période récente (entre le 1er septembre et le 20 octobre, jour où nous avons fait ce calcul), 7.621.098 personnes ont été testées. Sur cette même période, 38.100 individus ont été hospitalisés (0,5%) et 6.593 ont été admis en réanimation (0,09%) avec un test positif au Covid. En d’autres termes, depuis le 1er septembre, sur cet énorme échantillon de la population de 7,6 millions, la probabilité moyenne pour un individu lambda (sans distinction d’âge ou de comorbidité) de ne pas être hospitalisé est de 99,5% et celle de ne pas être admis en réanimation est de 99,91%. Justifier le reconfinement de 67 millions de Français sur cette base s’appelle un délire.

Hier, le 28 octobre, 3045 personnes étaient en réanimation. Comment parler de saturation lorsque l’on se souvient que, fin août, le ministre de la Santé annonçait 12.000 lits disponibles si besoin (quatre fois plus donc). Où donc sont ces lits ?

On dit alors : « Oui, mais l’hôpital est submergé par le Covid ». Manipulation encore, pour trois raisons. D’abord, les tests ayant été généralisés depuis juillet, toute personne entrant à l’hôpital porteuse d’une trace du Covid est comptée comme un « hospitalisé Covid » même si elle vient en réalité pour son cancer ou son hypertension. Et c’est la même chose si elle entre en réanimation ou si elle décède. Ensuite, si les chiffres de l’hospitalisation et de la réanimation augmentent bel et bien, cela n’a rien d’exceptionnel : c’est au contraire ce qui se produit chaque année à la même époque (automne-hiver) mais que l’on fait semblant d’avoir oublié. Un Alzheimer généralisé s’est-il emparé de nos politiques et des journalistes ? Faut-il rappeler qu’en janvier 2020, à la veille de la crise du Covid, 1000 médecins dont 600 chefs de service des hôpitaux avaient menacé de démissionner pour dénoncer « un hôpital public qui se meurt » ? Enfin, il y avait hier, le 28 octobre, 3045 personnes en réanimation. Comment parler de saturation lorsque l’on se souvient que, fin août, le ministre de la Santé annonçait 12.000 lits disponibles si besoin (quatre fois plus donc). Où donc sont ces lits ?

La vérité est que les gouvernements ne veulent pas investir dans l’hôpital public où l’on maltraite les professionnels et où l’on a perdu près de 70.000 lits en 15 ans lors même que la médecine de ville est saturée et que les services d’urgence voient leur fréquentation augmenter d’année en année. Oui, l’hôpital est en tension mais ce n’est pas fondamentalement à cause du Covid ! C’est essentiellement à cause de la maltraitance politique dont ce service public est l’objet de manière générale depuis plus de 20 ans, et tout particulièrement depuis que les politiques y ont introduit comme partout une politique du chiffre et de la rentabilité inspirée du management des grandes entreprises.

La vie sociale amputée, la démocratie en péril

La vérité est que le confinement (qui sera peut-être prolongé au-delà du 1er décembre) crée bien plus de problèmes qu’il n’en résout. Son bilan mondial n’est associé à aucune réduction mesurable de la mortalité tandis que son principal résultat observable est d’abord de mettre au chômage des centaines de milliers et peut-être demain des millions de personnes, surtout évidemment parmi les plus fragiles (emplois précaires, CDD, intérim, personnes payées à la prestation, saisonniers, etc.), et de menacer de disparition la plupart des petites entreprises, souvent familiales, autres que les commerces de bouche, dont l’activité quotidienne est la seule source de revenu. Gageons que les très grands groupes s’en satisferont car ils les rachèteront sans doute demain.

Ces mesures de confinement ont ensuite pour effet d’amputer la vie sociale de la plupart des liens sociaux autres que familiaux. Un certain style de vie et de pensée embourgeoisé s’en satisfaisait certes au printemps dernier, chaque enfant ayant sa chambre pour vivre son intimité, son ordinateur pour rester en contact avec l’école et son smartphone avec forfait illimité pour échanger en permanence avec ses amis, les parents faisant du télétravail, sortant chaque jour faire leur footing dans des rues et des espaces verts « où on entendait de nouveau les oiseaux », et se faisant livrer des repas à domicile s’ils avaient la flemme de faire à manger ou la peur d’aller se mêler à la populace dans un supermarché. Mais de quelle proportion de la population cette vie est-elle le quotidien en confinement ? Qui ne voit que le confinement fait exploser les inégalités sociales, les échecs scolaires, les violences intra-familiales, les troubles psychologiques et les renoncements au soin ? Qui ne sait qu’il entraîne déjà dans d’autres pays des soulèvements et des émeutes de la faim ? Et qui comprend que les oiseaux ont bon dos et que ces petits moments de répit procurés par la panique des humains ne sont rien au regard de leur lente extinction ?

Quant à la démocratie, elle est mise sous cloche par l’état d’urgence permanent et le confinement. Qu’est-ce qu’une démocratie sans liberté d’aller et venir, de se réunir et de manifester ? Qu’est-ce qu’une démocratie où il n’y a quasiment plus personne dans les hémicycles des assemblées parlementaires ? Qu’est-ce qu’une démocratie où la justice est paralysée faute de pouvoir audiencer ? Qu’est-ce qu’une démocratie où, finalement, il n’y a plus qu’un pouvoir exécutif ? Qu’est-ce qu’une démocratie où tout ceci s’impose par la peur et la culpabilisation, voire la censure et la mise en accusation de quiconque refuse d’y céder ?

Chacun, en conscience, tirera les conséquences qu’il veut de tous ces dramatiques constats. Nous n’appelons pas à la révolution et nous ne faisons pas de politique partisane. Mais nous voulons dire que nous en avons plus qu’assez qu’on nous demande de nous comporter comme les moutons de Panurge au nom d’un principe de précaution totalement dénaturé et d’interprétations statistiques relevant de la manipulation. Nous réclamons qu’on en finisse avec cette panique sanitaire, qu’on donne aux soignants les moyens de remplir leurs missions de santé publique, qu’on cesse de violenter des pans entiers de la société et qu’on sorte de cet état d’urgence permanent pour bâtir démocratiquement une politique sanitaire consensuelle.

 

Signataires :

Laurent Mucchielli, sociologue, directeur de recherche au CNRS
Laurent Toubiana, chercheur épidémiologiste à l’INSERM, directeur de l’IRSAN
Jean Roudier, professeur de médecine, rhumatologue, directeur de l’unité INSERM UMRs 1097 
Paul Touboul, Professeur de cardiologie à l’université Lyon 1
Pierre-Yves Collombat, ancien sénateur du Var, ancien vice-président de la commission des lois
Emmanuel Krivine, chef d’orchestre, directeur honoraire de l’orchestre national de France
Jean-François Toussaint, professeur de physiologie à l’Université de Paris, ancien président des Etats Généraux de la Prévention
Marc Rozenblat, président du syndicat National des médecins du sport-santé 
Christian Celdran, Directeur Régional des Affaires Sanitaires et sociales (DRASS) honoraire
Chantal Brichet-Nivoit, médecin et correspondante de l’Académie d’Ethique à l’Université de Paris
Dominique Eraud, médecin, présidente de la coordination nationale médicale santé environnement
Louis Fouché, médecin anesthésiste, réanimateur hospitalier 
Bernard Marsigny, médecin anesthésiste réanimateur hospitalier
Gilles Perrin, médecin anesthésiste réanimateur
Bernard Swynghedauw, biologiste, directeur de recherche émérite à l’INSERM
Fabrice Bonnet, professeur d’Endocrinologie au CHU de Rennes/université Rennes 1
Jolanta-Eva Amouyal, psychologue clinicienne et du travail, Expert de la Commission Européenne
Alexandra Henrion Caude, Chercheur, généticienne, Directrice de l’Institut de recherche Simplissima
Andréa Soubelet, enseignant-chercheur à l’Université Côte d’azur
Édith Galy, professeure en ergonomie à l’Université Côte d’azur
Bruno Péquignot, professeur émérite de sociologie des Universités de Paris
Jean-Loup Mouysset, Oncologue médical, Hôpital Privé de Provence
Bernadette Meignan, médecin généraliste
Sébastien Lagorce, médecin généraliste
André Quaderi, Professeur de Psychologie, Université Côte d’Azur
Olivier Soulier, Médecin
Gilles Guglielmi, professeur de droit à l’Université Paris II Panthéon-Assas, Directeur du Centre de Droit public comparé 
Éric Desmons, professeur de droit public, université Sorbonne Paris Nord
Alain Wurtz, professeur émérite de Chirurgie Thoracique, Université de Lille
Bernard Dugué, ingénieur des Mines, docteur en pharmacologie, docteur en philosophie
Elizabeth Oster, avocat à la Cour, ancien membre du Conseil National des Barreaux
Arnaud Rey, chercheur en psychologie au CNRS
Mathias Delori, politiste, chargé de recherche CNRS 
Alexandra Menant, docteur en biologie, chercheuse au CNRS
Alain Deville, physicien, professeur émérite à l’Université Aix-Marseille
Thierry Oblet, Maître de Conférences en Sociologie, Université de Bordeaux
Éric Plaisance, professeur de sociologie à l’Université Paris Descartes
Thierry Flaget, Conseiller principal d’éducation
Marc Cognard, professeur de biologie et physique-chimie en lycée
Malick Abubakr Hamid Diallo, journaliste
Virginie Bauer, journaliste-enseignante
Cesare Mattina, enseignant/chercheur à Aix-Marseille Université
Nathalie Chapon, Enseignante et Chercheure à Aix-Marseille Université
Elise Carpentier, professeur de droit public à l’Université d’Aix-Marseille 
Marc Roux, professeur Honoraire de Zootechnie
Pascale Gillot, Maître de conférences en philosophie, Université de Tours
Charalambos Apostolidis, Professeur de droit international à l’Université de Bourgogne
Didier Blanc, Professeur de droit public à l’Université de Toulouse
Christophe Leroy, Biologiste, Docteur en Biologie Moléculaire et Cellulaire
Dominique Domergue Anguis, gynécologue 
Evelyne Fargin, professeur de chimie à l’Université de Bordeaux
David Lepoutre, professeur de sociologie, Université de Paris Nanterre
Isabelle Vinatier, professeur émérite de sciences de l’éducation à l’Université de Nantes
Marie Touzet Cortina, Maître de Conférences à l’Université de Bordeaux
Rose-Marie Castello, médecin du Travail
Sroussi Hubert, médecin généraliste (Montbéliard)
Cécile Bourdais, maîtresse de Conférences en Psychologie à l’Université Paris 8 Vincennes à Saint-Denis 
Marie Estripeaut-Bourjac, professeur Émérite à l’Université de Bordeaux
Rémy Marchal, professeur des universités à l’École Nationale Supérieure d’Arts et Métiers
Marie-Laure Cadart, médecin et anthropologue
Jean-Jacques Vallotton, médecin généraliste (39)
Florence Lair, radiologue libérale, Blois
Nassim Moussi, Architecte 
Jean-Christophe Besset, Réalisateur
Luc Petitnicolas, Responsable R&D - Chargé de cours
Murielle Dellemotte, Médecin du Travail 
Monique Lamizet, médecin
Bernard Lamizet, ancien professeur d’université à Sciences Po Lyon
Monique Romagny-Vial, professeur des universités
Jean-Jacques Robin, Juriste ancien directeur d’établissements médico-sociaux
Sébastien Aubert, professeur agrégé de Génie Mécanique, Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers
Laurence Maury, psychologue (psychologie sociale et cognitive)
Isabelle Aubert, Maitre de conférences HDR à l’Université de Bordeaux
Thierry Gourvénec, pédopsychiatre
Michèle Leclerc-Olive, chercheure retraitée CNRS-EHESS
Hélène Banoun, pharmacien biologiste, Docteur ès-sciences pharmaceutiques
Pierre Grenet, écrivain
André Cayol, enseignant chercheur retraité de l’Université de Compiègne Sorbonne
Shanti Rouvier, Docteure en Psychologie Clinique et Psychopathologie
Jean-Michel de Chaisemartin, psychiatre des Hôpitaux Honoraire
Gilles Mottet, enseignant artistique compositeur
Marta Barreda, Médecin généraliste, spécialiste en Santé Publique
Camille Allaria, Sociologue, chercheuse associée au CNRS
Pierre Duchesne, Psychanalyste
Michel Angles, médecin généraliste (12)
Daniel Robinson, médecin généraliste (Ecully)
Jean-Pierre Eudier, Chirurgien-Dentiste
Christian Perronne, médecin infectiologue
Christine Claude-Maysonnade, avocate (Tarbes)
Eugenia Lamas, chercheuse en éthique, INSERM
Hervé Joly, directeur de recherche CNRS, Lyon
Sylvie Laval, psychiatre
Daniel Chollet, médecin pneumologue
Brigitte Agostini, infirmière libérale, Propriano
David Esfandi, psychiatre-addictologue, Bordeaux
Thiou Sandrine, médecin généraliste à Besançon
Ariane Bourgeois, Avocat au Barreau des Hauts-de-Seine
Emmanuelle Lemonnier, médecin généraliste, Villenave d’Ornon
Jean-Jacques Coulon, médecin généraliste Bourges
Frédéric Monier, Professeur d’histoire contemporaine, Avignon Université
Marc Richevaux, magistrat, maître de conférences à l’Université du Littoral Côte d’Opale
Jean-François Lesgards, biochimiste, chercheur au CNRS 
Brigitte Weiss, Médecin généraliste
Laura Giusti, Médecin psychiatre
Mylène Weill, biologiste, directrice de recherche au CNRS
Eric Bouvier, pharmacien
Bernard Cornut, polytechnicien
Sophie Tasker, Traducteur et Expert Judiciaire
Mohamed Zelmat, biologiste médical 
Dominique Jaulmes, médecin retraitée, ancien PHTP AP-HP
Anne Marie Begue-Simon, ancien maître de conférences des Universités en sciences humaines, ancien médecin et expert honoraire près des Tribunaux
Tanguy Martinelli, médecin généraliste à Issigeac (Dordogne)
Frédéric Hasselmann, professeur de musique, chef d’entreprise, responsable d’association
Jean-Pierre Grouzard, retraité des Industries Electriques et Gazières
Caroline Mecary, Avocate aux barreaux de Paris et du Québec, Ancien Membre du Conseil de l’Ordre
Bernard Banoun, Professeur de littérature allemande, Sorbonne Université, Faculté des Lettres
Hugues Debotte, Conseiller en droit
Sendegul Aras, avocat au barreau de Strasbourg, Membre du Conseil de l’Ordre
Amandine Thomasset, psychiatre, praticien hospitalier 
Lisbeth Girard Claudon, Médecin généraliste 
Benoît Rousseau, juge des libertés et de la détention (Cayenne)
Cécile Fortanier, docteur en Économie de la Santé, Cadre Hospitalier 
Delphine Rive, médecin généraliste (Rezé)
Claude Gautier, professeur de philosophie, École Normale Supérieure de Lyon
Nathalie Caradot, médecin généraliste
Michel Soussaline, chirurgien AIHP- ACCAHP
Nicolas Sembel, professeur de sociologie à Aix-Marseille Université
Roland Pfefferkorn, professeur émérite de sociologie à l’Université de Strasbourg
Maryse Esterle, sociologue, enseignante-chercheure honoraire de l’université d’Artois
Lucie Jouvet Legrand, Maîtresse de Conférences en Socio-Anthropologie
Caroline Petit, chercheuse au CNRS
Pascal Lardellier, Professeur de sciences de la communication à l’Université de Bourgogne
Aurélia Vessière, Chercheur en maladies infectieuses
Nathalie Bauer, écrivain, traductrice littéraire
Marie-José Minassian, philosophe
Fausto Lanzeroti, Ostéopathe D.O.
Jean-Marc Le Gars, Avocat au Barreau de Nice
Michel Deshaies, Professeur de Géographie, Université de Lorraine
Thierry Orsiere, Ph D HDR, Ingénieur de Recherche en Toxicologie Génétique à Aix Marseille Université
Jean-Luc Viaux, professeur émérite de psychologie à l’Université de Rouen
Jacques Bouaud, chercheur en informatique médicale
Jean-Michel Crabbé, médecin généraliste (Besançon)
Patrick Bellier, Pneumologue
Isabell Erhardt, médecin généraliste 
Franklin Joulie, Chirurgie Gynéco-Obst (Nantes)
Pascal Sacré, Anesthésiste-réanimateur
Pierre-Olivier Weiss, Attache temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université des Antilles
Aurélien Dyjak, docteur en sociologie, formateur
Pascal Pannetier, Chef d’entreprise
Jean-Luc Stanek, Santé Navale et chirurgien-dentiste
Jeanine Jemet, médecin généraliste
Rosa Gutierrez Silva-Lenud, infirmière, diplômée en Santé publique
Claude Amzallag, musicien
Bénédicte Helfer, Expert Science de Régulation
Nicole Foulquier, Avocat (Beziers)
Claude Murtaza, médecin généraliste
François Gastaud, Chirurgien orthopédiste
Amélie Castellanet, historienne de l’art
Sara Melki, Ouvrière agricole
Léna Barbancey, infirmière
Vincent Pavan, maître de conférences en mathématiques, Aix-Marseille Université
Eve Martin, psychologue de l’Education nationale
Nicolas Védrines, kinésithérapeute diplômé en ingénierie
Gérard Ostermann, Professeur de Thérapeutique, Médecine Interne, Psychothérapeute
Michel Boudet, Médecin généraliste
Anne-Elisabeth Migeon, Diététicienne/Nutritionniste
félix giloux, critique d’art
Béatrice Adam, Kinésithérapeute
Maylis Ferry, post-doctorante en science politique au Centre Émile Durkheim
Justine Schaal, infirmière diplômée d’Etat
Idriss Abiola, infirmier anesthésiste, Paris
Pierre Sonigo, directeur de recherche et développement 
Rik Verhellen, médecin généraliste
Paul Rocchietta, directeur financier
Pierre Concialdi, chercheur en science sociales
Laurent Lederer, comédien
Alain Le Hyaric, Médecin de Santé publique, Paris
Koryna Socha médecin, PH, docteur en sciences médicales
Jean Baptiste Mouzet, praticien hospitalier gériatre, Maine-et-Loire
Gérard Le Roux, médecin généraliste retraité
Jean Jacques Gandini, Avocat honoraire, Montpellier 
Marie Monguet, psychologue clinicienne 
Jean-Marc Rehby, médecin généraliste (Lille)
François de Chabalier, psychiatre, épidémiologiste
Cynthia Galand, infirmière diplômée d’état
Christine Pavon, professeure des écoles
Sophie Helayel, Accompagnante d’élève en situation de handicap (AESH)
Jérôme Reynier, Docteur en psychologie sociale
Arthur Roncetto, bibliothécaire
André-Pierre Bouillet, médecin généraliste (Talant)
Jean-Dominique Michel, socio-anthropologue
Maryse Pechevis, Avocat à la Cour (Montpellier)
Nadège Pandraud, enseignant-chercheur à Aix-Marseille Université
Didier Delaitre, médecin légiste, Le Bourget
Peter El Baze, médecin Ancien attaché des Hôpitaux du CHU de Nice
Heike Freire, philosophe et psychologue, spécialiste de la Pédagogie Verte
Christian Castellanet, Agro-écologue
Dominique Leiber, médecin généraliste
Margot Mottet-Caisson, étudiante à l’Université
Pascal Roman, Professeur de Psychologie clinique, psychopathologie et psychanalyse à l’Université de Lausanne
Gaël Raimond, étudiant infirmier 
Joo Zimmermann, Ingénieur Agronome, chargée d’accompagnement
Maxime Langevin, doctorant en mathématiques appliquées
Hélène Chollet, Docteur en médecine 
Béatrice Petit, médecin généraliste
Raphaël Sendrez, masseur-kinésithérapeute et ostéopathe
Nicole Chaudiere, pharmacienne
Karim Souanef, maître de conférences en sociologie à l’Université de Lille
Vincent Manns, médecin généraliste acupuncteur
Martine Mérour, pneumologue
Myriam Balsat, médecin généraliste
Yves-Marie Mattheyses, Infirmier Anesthésiste
Anne Atlan, Directrice de Recherches au CNRS, Généticienne des populations et Sociologue
Caroline Mouzet-Heaulme, Médecin généraliste
Christophe Sgro, avocat, barreau de Nancy
Eliana Carrasco-Rahal, traductrice, autrice
Gilles Moulard, chauffeur-livreur
Adèle André, Juriste
Dominique Bouvier, pharmacienne
Marie-Louise Chaix, micro-entrepreneur
Ralph Lévy, Étiopathe
Nicole Roattino, pharmacienne Praticien Hospitalier
Chantal Hecq, retraitée
Evelyne Jaumary-Lapeyre, avocat, docteur en Science Politique
Sybille Burtin-Philibert, Médecin spécialiste de Santé Publique 
Laurent Durinck, médecin anesthésiste 
Véronique Ahari, édecin nutritionniste 
Nathalie George, médecin du travail et épidémiologiste
Frédéric Schnee, médecin gériatre coordonnateur en Ehpad
Dominique Crozat, professeur de géographie à l’Université Paul Valéry Montpellier 3
Thierry Medynski, médecin généraliste
Teddy Francisot, Avocat à Montpellier
Blanche Magarinos-Rey, avocate au Barreau de Paris
André Bonnet, avocat au barreau de Marseille
Hélène Palma, maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille
Jean Luc Wabant, avocat
Guy Chapouillié, Professeur Emérite à l’ENSAV de Toulouse
Évelyne Gandais, Dermatologue 
Nicole Karsenti, Médecin généraliste
Fabien Giboudot, médecin généraliste (39)
Gwennola Nouet Berthelot, docteur en médecine (49)
Édith Delbreil, avocate au barreau d’Avignon
Serge Rader, Pharmacien, Paris
Valérie Giraud, Sage-femme sexologue 
Emmanuel Sarrazin, médecin généraliste
Frédéric Barbe, maître de conférences associé à l’Ecole d’Architecture de Nantes
Jean Louis Pasquier, formateur pour adultes et praticien en cohérence cardio-respiratoire
Christine Pasquier, formatrice, coach et praticienne en cohérence cardio-respiratoire
Franck Enjolras, psychiatre et anthropologue 
Anne Catherine Martin, médecin généraliste
Paul-André Bellot, chirurgien dentiste
Francine Barouch, médecin Homéopathe (Nice)
Catherine Delmas, médecin généraliste, Toulouse
Jean Emsallem, médecin angéiologue
Morgane Miègeville, cadre de santé
Jean-Philippe Golly, informaticien
Patricia Melot, médecin généraliste
Christophe Lemardelé, docteur en histoire des religions, chercheur associé au CNRS
François Le Gall, musicien
Sylvie Huitorel, infirmière libérale (56)
Marc Arer, médecin généraliste (Saint-Etienne)
Philippe Bos, anesthésiste-réanimateur retraité
Aline Hubert, hydrogéologue
James Masy, maître de conférences en sciences de l’éducation à l’Université Rennes 2
Benoit Marpeau, maître de conférences en histoire, université de Caen-Normandie
Anne-Gabrielle Mottier, orthophoniste
Lidia Wacheux, aide-soignante
Laurent Toussaint, Conseiller en Investissements Financiers, Professeur à Montpellier Business School
Bénédicte Dassonville, médecin généraliste
Sylvie Imbert, informaticienne
Elsa Ronchi, Cheffe de projet Développement Social Urbain
Christophe Dargere, sociologue, chercheur associé au Centre Max Weber
Tamara Baron, psychologue
Dominique Géraud-Coulon, médecin rééducateur (Gap)
Pierre Maugeais, médecin généraliste (30)
Françoise Giorgetti-D’Esclercs, médecin Oto-rhino-laryngologiste, CHU Marseille
Manuel Zacklad, professeur en Sciences de l’Information et de la Communication au CNAM 
Paul Report, retraité, ancien magistrat des tribunaux administratifs et cours administratives d’appel
Marianne Bordenave-Jacquemin, maître de conférences en physiologie végétale, Sorbonne-Université
Catherine Raulin, médecin ostéopathe
Natacha Galet, psychologue Clinicienne, Psychanalyste
Gérard Delépine, chirurgien cancérologue statisticien
Nicole Delépine, pédiatre cancérologue
Jutta Schicht, éducatrice spécialisée
Eve Villemur, homéopathe , nutritionniste et praticienne en TCC
Béa Arruabarrena, maître de conférences Conservatoire National d’Arts et Métiers (CNAM) - Laboratoire DICEN
Sylvie Cagnin, médecin anesthésiste-réanimateur
Claire Neirinck, professeur de droit émérite, Université de Toulouse 1 Capitole
Thierry Loloum, médecin, psychiatre (16)
Véronique Le Gall, psychologue
Alain Tortosa, thérapeute
Colette Nordmann, médecin du Sport-Santé, Bures-sur-Yvette
Aude Meesemaecker, infirmière libérale, naturopathe, Montpellier
Noémie Garnier-Maugeais, professeure spécialisée pour enfants sourds
Leila Gofti-Laroche, pharmacien et épidémiologiste, praticien hospitalier au CHU Grenoble Alpes

Le Moucheron qui se croit un Aigle. Source de la capture d'écran: https://francais.rt.com/france/80184-dans-tribune-300-intellectuels-se-disent-atteres-reconfinement

Le Moucheron qui se croit un Aigle. Source de la capture d'écran: https://francais.rt.com/france/80184-dans-tribune-300-intellectuels-se-disent-atteres-reconfinement

Lire la suite

Déclaration de 250 scientifiques, universitaires et professionnels de la santé sur la gestion du COVID-19 (27 septembre 2020)

27 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #France, #Opération Coronavirus

"§ 3. La royauté en se corrompant passe à la tyrannie; car la tyrannie n'est que la  perversion de la royauté, et le mauvais roi n'est que la perversion de la royauté, et le mauvais roi devient un tyran. Souvent aussi, le gouvernement dérive de l'aristocratie à l'oligarchie, par la corruption des chefs, qui se partagent entre eux la fortune publique contre toute justice; conservent pour eux seuls, ou la totalité, ou du moins la plus grande partie des biens sociaux; maintiennent toujours les pouvoirs dans les mêmes mains, et mettent la richesse au-dessus de tout le reste. A la place des citoyens les plus dignes et les plus honnêtes, ce sont alors quelques gens aussi peu nombreux que méchants qui gouvernent.

Aristote, Éthique à Nicomaque, Livre VIII, chapitre 10. Traduction de J. Barthélémy Saint-Hilaire. Le Livre de poche, Classiques de la philosophie, 1992.

Citation ajoutée par Le Rouge et le Blanc.

Il est temps que crève l'abcès!

Il est urgent de changer de stratégie sanitaire face à la Covid-19

Dans cette tribune, près de 250 scientifiques, universitaires et professionnels de santé critiquent la dérive de la politique sanitaire du gouvernement français. Ils estiment qu’elle conduit à des interprétations erronées des données statistiques et à des mesures disproportionnées. Et demandent que l’on évalue nos connaissances réelles pour définir démocratiquement une stratégie sanitaire.

Avis au lecteur : cette tribune devait initialement paraître dans le "Journal du Dimanche" (JDD) ce 27 septembre 2020. Acceptée le samedi matin par le journaliste en charge de la rubrique "Tribune/Opinions", elle devait paraître intégralement sur le site Internet du journal et faire l’objet d’un article dans la version papier du lendemain. Le journaliste nous disait s’en féliciter car cela allait permettre un débat contradictoire avec d’autres opinions très alarmistes exprimées ce jour dans ce journal. À 16h, ce journaliste nous a pourtant prévenu que sa rédaction en chef interdisait la publication. Certitude de détenir soi-même la vérité ? Couardise ? Volonté de ne pas déplaire au gouvernement ? Nous ignorons les raisons de cette censure que personne n’a jugé utile (ou tout simplement courtois) de nous expliquer. 

Tandis que le gouvernement prépare une nouvelle loi (la quatrième en 6 mois !) prolongeant le « régime d’exception » qui a remplacé « l’État d’urgence » sanitaire, le ministère de la Santé a encore annoncé mercredi 23 septembre des mesures restrictives des libertés individuelles et collectives qu’il prétend fondées scientifiquement sur l’analyse de l’épidémie de coronavirus. Cette prétention est contestable. Nous pensons au contraire que la peur et l’aveuglement gouvernent la réflexion, qu’ils conduisent à des interprétations erronées des données statistiques et à des décisions administratives disproportionnées, souvent inutiles voire contre-productives.

 

Que savons-nous de cette épidémie et de son évolution ?

Le SARS-CoV-2 menace essentiellement les personnes dont le système immunitaire est fragilisé par le grand âge, la sédentarité, l’obésité, des comorbidités cardio-respiratoires et des maladies sous-jacentes de ces systèmes. Il en découle que la priorité sanitaire est de protéger ces personnes fragiles : le respect des gestes barrières et le lavage des mains en sont deux des clés.

Le SARS-CoV-2 circule dans le monde depuis environ un an. Il continuera à circuler, comme l’ensemble des autres virus qui vivent en nous et autour de nous, et auxquels nos organismes se sont progressivement adaptés. L’espoir de faire disparaître ce virus en réduisant à néant la vie sociale est une illusion. D’autres pays, en Asie comme en Europe, n’ont pas eu recours à ces pratiques médiévales et ne s’en sortent pas plus mal que nous.

Quant à l’évolution, l’idée d’une « deuxième vague » reproduisant le pic de mars-avril 2020 n’est pas un constat empirique. C’est une théorie catastrophiste issue de modélisations fondées sur des hypothèses non vérifiées, annoncée dès le mois de mars et ressortie des cartons à chaque étape de l’épidémie : en avril lors du soi-disant « relâchement » des Français, en mai avant le déconfinement, en juin pour la Fête de la musique, en été pour les « clusters » de Mayenne ou les matchs de foot, et à nouveau cet automne face à une augmentation des cas certes significative, mais lente et grevée d’incertitudes diagnostiques. Au final, cette prétendue « deuxième vague » est une aberration épidémiologique et l’on ne voit rien venir qui puisse être sérieusement comparé à ce que nous avons vécu au printemps dernier.

 

On ne compte plus les mêmes choses

Nous voyons enfin que, pour des raisons difficiles à cerner (panique, pression politique ou médiatique… ?), les autorités sanitaires françaises ne parviennent pas à stabiliser une communication honnête sur les chiffres de l’épidémie [1]. Elles ont surtout abandonné l’indicateur fondamental, la mortalité, pour ne retenir que celui de la positivité de tests pourtant incapables de distinguer les sujets malades des personnes guéries. Cette politique du chiffre appliquée aux tests conduit à une nouvelle aberration consistant à s’étonner du fait qu’on trouve davantage aujourd’hui ce qu’on ne cherchait pas hier. Elle conduit par ailleurs à des classements des départements ou des régions en zones plus ou moins « dangereuses » à qui l’on donne de jolies couleurs qui cachent la fragilité et l’arbitraire du comptage : untel se retrouvera en « zone rouge » alors qu’il y a moins de dix patients en réanimation, un autre verra tous ses restaurants fermés sans que l’on ait la preuve que ce sont des lieux de contamination majeurs. Tout cela n’est guère cohérent.

Les autorités sanitaires ne s’interrogent pas non plus sur la surmortalité à venir des autres grandes causes de décès [2] (cancers, maladies cardio-vasculaires) dont la prise en charge est délaissée, ni sur le fait qu’une partie des sujets classifiés parmi les personnes « décédées de la Covid » sont en réalité mortes en raison d’une autre pathologie [3] mais classifiées Covid parce qu’elles étaient également porteuses du virus. Or des études récentes montrent que ce groupe pourrait constituer jusqu’à 30 % des décès au Royaume Uni ces dernières semaines [4]. Cette façon de compter de plus en plus comme « morts du Covid » des personnes en réalité atteintes avant tout d’autres maladies est probablement l’explication principale du fait que, comme cela est écrit en toutes lettres sur le site de l’INSEE [5] : « Depuis le 1ᵉʳ mai, on ne constate plus en France d’excédent de mortalité par rapport à 2019 ».

Il découle de tout ceci qu’il n’y a pas de sens à paralyser tout ou partie de la vie de la société en suivant des raisonnements qui sont parfois erronés dans leurs prémisses mêmes. Il est urgent d’arrêter l’escalade, d’accepter de remettre à plat nos connaissances scientifiques et médicales, pour redéfinir démocratiquement une stratégie sanitaire actuellement en pleine dérive autoritariste.

 

Les signataires

Laurent Toubiana, chercheur épidémiologiste à l’INSERM, directeur de l’IRSAN

Jean-François Toussaint, professeur de physiologie à l’Université de Paris, ancien président des Etats Généraux de la Prévention

Laurent Mucchielli, sociologue, directeur de recherche au CNRS

Jean Roudier, professeur de médecine, rhumatologue, directeur de l’unité INSERM UMRs 1097

Louis Fouché, médecin, anesthésiste réanimateur à l’Hôpital de la Conception

Olivier Lhoest, médecin anesthésiste réanimateur

Olivier de Soyres, médecin, réanimateur à la clinique des Cèdres

Elise Carpentier, professeur de droit public à l’Université d’Aix-Marseille

André Comte-Sponville, philosophe

Christian Perronne, chef du service d’infectiologie à l’hôpital de Garches, professeur à l’Université de Versailles Saint Quentin-Paris Saclay

Anne Atlan, directrice de recherche au CNRS, généticienne des populations et sociologue

Alain Wurtz, professeur émérite de chirurgie thoracique à l’Université de Lille

Bernard Swynghedauw, biologiste, directeur de recherche émérite à l’INSERM

Catherine Gire, chef de service de réanimation, soins intensifs et néonatologie à l’Hôpital Nord de Marseille

Bernard Dugué, docteur en pharmacologie, docteur en philosophie

Jean-Louis Rouvillain, médecin, orthopédie traumatologie, CHU La Meynard (Fort-de-France)

Jean Bulard, médecin généraliste (Polynésie française)

Marta Barreda González, médecin généraliste, spécialiste en Santé Publique

Laurent Durinck, médecin, anesthésiste

Lisbeth Girard-Claudon, médecin généraliste

Tamara Baron, psychologue à la Maison Centrale de Saint-Martin-de-Ré

Charles Menard, médecin, psychiatre

Françoise Robinson, docteur en médecine (Bron)

Richard Rodriguez, médecin généraliste

Elisabeth Pouffier, médecin généraliste

Emmanuelle Lemonnier, médecin généraliste

Lionel Ferrier, médecin généraliste

Sabine dé Monvallier, médecin généraliste

Didier Montet, docteur en sciences et technologie alimentaire, HDR en biochimie

André Burnol, ingénieur ENSTA Paris, docteur en hydrogéochimie

Arnaud Plagnol, psychiatre, professeur de psychologie à l’Université Paris 8

Isabelle Vinatier, professeur émérite en sciences de l’éducation, université de Nantes

Marnix Dressen-Vagne, professeur de sociologie à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Nicolas Sembel, professeur de sociologie à l’Université d’Aix-Marseille

Pascal Ragouet, professeur de sociologie à l’Université de Bordeaux

Pascal Roman, professeur de psychologie à l’Université de Lausanne

Bruno Péquignot, professeur émérite de sociologie à l’Université Paris Sorbonne Nouvelle

Marianne Bordenave-Jacquemin, maître de conférences en physiologie végétale à la Sorbonne-Université

Éric Desmons, professeur de droit public à l’Université Sorbonne Paris Nord

Dominique Andolfatto, professeur de science politique à l’Université de Bourgogne Franche-Comté

Dominique Labbé, politiste, enseignant émérite à l’Université de Grenoble-Alpes

Bernard Marsigny, médecin anesthésiste réanimateur

Amandine Thomasset, psychiatre, praticien hospitalier en Loire Atlantique

Romain Torrents, médecin hospitalier, pharmacologie clinique, Centre Antipoison et de Toxicovigilance

Laure Farnault, médecin, praticien hospitalier en Hématologie (Marseille)

Thierry Medynski, médecin généraliste

Christophe Leroy, biologiste, docteur en Biologie moléculaire et cellulaire

Béatrice Segurens, chercheuse en génétique et métagénomique au CEA

Jean-François Lesgards, biochimiste, chercheur au CNRS

Alain Deville, physicien, Professeur émérite à l’Université Aix-Marseille

Cécile Fortanier, docteur en Economie de la Santé, Cadre Hospitalier

Frédéric Schnee, Médecin gériatre coordonnateur en EHPAD

Gilles Perrin, médecin, anesthésiste réanimateur à l’Hôpital de la Conception

Yves-Marie Mattheyses, Infirmier Anesthésiste

Bernard Lamizet, ancien professeur des universités à l’Institut d’Études politiques de Lyon

Alexandra Henrion-Caude, chercheur, ancienne directrice de recherche INSERM

Vincent Pavan, maître de conférences en mathématiques à l’Université d’Aix-Marseille

Peter El Baze, médecin Ancien attaché des Hôpitaux du CHU de Nice

Hélène Banoun, pharmacien biologiste, docteur en pharmacologie moléculaire

Soizic Noël-Bourgois, infirmière diplômée d’Etat, docteur en ethno-anthropologie

Sophie Dessauvages, aide-soignante diplômée d’État

Monique Lamizet, médecin généraliste

Thierry Gourvénec, pédopsychiatre

Françoise Giorgetti-D’Esclercs, médecin Oto-rhino-laryngologiste

Arnaud Rey, chercheur en psychologie au CNRS

Alexandra Menant, chercheuse en biologie au CNRS

Philippe Brouqui, médecin, chef du pôle des maladies infectieuses au CHU de La Timone-IHU Méditerranée Infection

Claire Neirinck, professeur émérite de droit à l’Université Toulouse 1 Capitole

Pascal Sacré, médecin, anesthésie-réanimation

Jean-Michel Crabbé, médecin généraliste

Nicole Roattino, pharmacien hospitalier

Clotilde Branly, sage-femme à l’Hôpital de Sarlat

Brigitte Weiss, médecin généraliste

Hubert Sroussi, médecin généraliste

Valérie Giraud, sage-femme sexologue, Dordogne

Jean-Jacques Coulon, médecin généraliste (Bourges)

Christophe Dargere, sociologue, chercheur associé au Centre Max Weber

Stéphane Tessier, médecin de santé publique, docteur en sciences de l’éducation

Violaine Guérin, médecin endocrinologue et gynécologue

Alain Le Hyaric, médecin spécialiste Santé Publique (Paris)

Guillaume Barucq, médecin généraliste à Biarritz

Franck Enjolras, psychiatre et docteur en anthropologie (EHESS, Iris)

Claude Gautier, professeur de philosophie à l’Ecole Normale Supérieure (Lyon)

Agnès Florin, professeur émérite de psychologie de l’enfant à l’Université de Nantes

Colette Anné, mathématicienne au CNRS (Nantes)

Jean-Luc Viaux, professeur émérite de psychologie à l’Université de Rouen

Benoit Marpeau, maître de conférences en histoire à l’Université de Caen-Normandie

Hervé Joly, historien, chercheur au CNRS (Lyon)

Bénédicte Helfer, médecin, risques sanitaires majeurs et gestion de crise

Jean Emsallem, médecin angéiologue, enseignant à la Faculté de médecine de la Sorbonne Université

Charalambos Apostolidis, professeur de droit public à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté

Mathias Delori, politiste, chargé de recherche CNRS

Christopher Pollmann, professeur de droit public à l’Université de Lorraine

Farhad Khosrokhavar, professeur émérite à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

Maryse Esterle, sociologue, enseignante-chercheure honoraire à l’Université d’Artois

Thierry Oblet, maître de conférences en sociologie, Université de Bordeaux

Bernard Lamizet, professeur émérite en sciences de l’information et de la communication à l’IEP de Lyon

Christophe Leroy, biologiste, docteur en biologie moléculaire et cellulaire

Docteur Jean-Pierre Letourneur, médecine, hépatogastroentérologue (Saint-Malo)

Morgane Miegeville, cadre de santé, responsable pédagogique (Paris)

Martine Mérour, médecin pneumologue retraitée

Brigitte Agostini, infirmière libérale (Corse du Sud)

Sybille Burtin-Philibert, médecin spécialiste de Santé Publique

Vincent Reliquet, médecin, Comité Médical AIMSIB (Tourcoing)

Marie-José Minassian, professeur émérite de philosophe à l’Université Paris 8

Bernard Banoun, professeur de lettres à Sorbonne Université

Gérard Ostermann, professeur de thérapeutique, médecine Interne et psychothérapeute

François Gastaud, chirurgien Orthopédiste (Strasbourg)

Alix Moulanier, médecin généraliste

Fouad Daoud, médecin, ostéopathe, psychanalyste

Laurent Sedel, médecin, ancien chef de service en orthopédie à l’hôpital Lariboisière

Jean-Michel de Chaisemartin, médecin psychiatre des hôpitaux honoraire (Finistère)

Patrick Bellier, médecin du sport, pneumologue allergologue (Sainte-Foy-les-Lyon)

Dominique Géraud-Coulon, médecin rééducateur (Gap)

Anne-Gabrielle Mottier, orthophoniste

Koryna Socha, médecin anatomopathologiste

Jean-François Pascal, médecine, chef de service SSR, gériatre

Jean-Luc Stanek, Santé Navale et chirurgien-dentiste

Rose-Marie Castello, médecin du travail et médecin généraliste (Paris)

Florence Laaziri, infirmière libérale

Véronique Orth-Weyers, médecin généraliste (Fort-de-France)

Pierre Concialdi, chercheur en sciences sociales

Rémy Marchal, professeur des universités à l’École Nationale Supérieure d’Arts et Métiers

Marc Richevaux, magistrat, maître de conférences à l’Université du Littoral Côte d’Opale

Laetitia Gorius, infirmière Diplômée d’Etat

Delphine Rive, médecin généraliste à Rezé

David Esfandi, médecin, psychiatre (Bordeaux)

Nadia Lamm, enseignant émérite à l’Université de Rouen

Paméla Pang, infirmière

Valérie Legrand, infirmière libérale

Nicole Chaudiere, pharmacienne

Mariane Huart, infirmière Diplômée d’Etat et ostéopathe

Véronique Ahari, médecin généraliste (Poitiers)

Éric Ménat, médecin généraliste (31)

Sandrine Thiou, médecin généraliste à Besançon

Patrick Roux, médecin libérale et praticien attaché au CHU de Clermont-Ferrand

Julien Petit, médecin du sport

Serge Rader, pharmacien (Paris)

Arnauld Cabelguenne, pharmacien, Docteur en Toxicologie et Cancers

Marie-Claire Cabelguenne, pharmacien, Coordinatrice MSP du Lectourois (Gers)

Katia Chaussepied, infirmière

Marc Roux, professeur honoraire de Zootechnie

Caroline Gautier, infirmière

Évelyne Gandais, médecin dermatologue

Jérôme Reynier, docteur en psychologie sociale, enseignant en BTS

Michaël Ramain, médecin, ancien Attaché des Hôpitaux de Paris

Roseline Marie, médecin généraliste (Balaruc-les-Bains)

Sébastien Aubert, professeur de génie mécanique à l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers

Michelle Zancarini-Fournel, historienne, professeur émérite à l’Université de Lyon

Patricia Melot, médecin généraliste

Delphine Pages, médecin généraliste

Sylvie Laval, psychiatre

Lucie Jouvet Legrand, socio-anthropologue, maîtresse de conférences à l’Université de Franche-Comté

Launay-Kong Hélène, infirmière libérale

Bernard Gaillard, psychologue, professeur émérite à l’Université de Rennes 2

Alix Moulanier, médecin généraliste

Philippe Raymond, médecin généraliste (Bourg-en-Bresse)

Murielle Dellemotte, médecin du travail

Sandrine Vansnick, infirmière

Isabelle Aubert, maitre de conférences HDR à l’Université de Bordeaux

Pascal Lardellier, professeur à l’Université de Bourgogne

Myriam Balsat, médecin généraliste

Vincent Manns, médecin généraliste (46)

Jean-Louis Thillier, médecin, immunopathologiste

François Alaux, médecin spécialiste à Montauban

Jacques Bassier, médecin nutritionniste

Guy Chapouillié, professeur émérite à l’ENSAV Université Jean-Jaurès

Catherine Schall Pruvost, médecin généraliste

Christophe Robin, médecin généraliste (Bayonne)

Frédéric Barbe, maître de conférences associé à l’Ecole d’Architecture de Nantes

Françoise Auban, médecin généraliste (Marseille)

Marc Arer, médecin généraliste (Saint-Etienne)

Pierre-André Bouillet, médecin généraliste

Michel Boudet, médecin généraliste

Nicole Karsenti, médecin, nutritionniste

Michel Soussalin, chirurgien AIHP ACCA des Hôpitaux de Paris

Jean-Baptiste Mouzet, praticien hospitalier, Gériatre, soins de suite

Caroline Mouzet-Heaulmé, Médecin généraliste

Joël Rezzouk, médecin, chirurgien

Sylvie merlier, Docteur en pharmacie

Patrick Sautereau, médecin généraliste, (Caen)

Michel Angles, médecin généraliste, (Rodez)

Sylvie Merlier, pharmacien

Didier Delaitre, médecin légiste, Le Bourget

Eugenia Lamas, chercheuse en éthique de la recherche biomédicale à l’INSERM

Élisabeth Delaygue Bevan, médecin nutritionniste

Didier Girard, médecin généraliste (Paris)

Véronique Mathevet, infirmière

Bénédicte Dassonville, médecin généraliste (Beaufort-en-Anjou)

Stéphanie Rochet, docteur en pharmacie

Anne Catherine Martin, médecin généraliste (71)

Nathalie Demonté Dubruque, médecin généraliste (34)

Christophe Petiau, médecin, neurologue (Strasbourg)

Nathalie Caradot, médecin généraliste (Sainte-Foy-les-Lyon)

Philippe Laurent, médecin généralist

Michèle Leclerc-Olive, chercheure émérite au CNRS

Michel Joubert, professeur émérite de sociologie à l’Université Paris 8

Marie Pierre Brau Nogué, infirmière clinicienne (Bagnères-de-Bigorre)

Véronique Chevalier, infirmière

Olivier Esteves, professeur de civilisation des pays anglophones à l’Université de Lille

Pierre-Yves Santiago, chirurgien oculaire, Institut Ophtalmologique de l’Oues

Léna Barbancey, infirmière (Anduze)

Ambre Limouzy, infirmière libérale

Pascal Poteri, infirmier

Guillaume du Manoi, médecin généraliste

Pascale Gillot, maître de conférences en philosophie à l’Université de Tours

Jean-Pierre Eudier, chirurgien-dentiste

Paul-André Bellot, médecin généraliste

Ghislaine Nicola Deloffre, médecin généraliste

Florent Gaudez, professeur de sociologie à l’Université Grenoble-Alpes

Philippe Bos, médecin anesthésiste retraité (46)

Christian Lagasse, médecin généraliste (82)

Claire Lenclud, médecin généraliste (38)

Pascale Brun, médecin, acupuncteur

Dominique Domergue-Anguis, médecin gynécologue (Amboise)

Pascal Mensah, médecin généraliste

Jeanine Jemet, médecin généraliste

Dominique Carpentier, médecin généraliste (Vallesvilles)

Didier Blanc, professeur de droit public à l’Université de Toulouse

Jean-Pierre Garcia, médecin généraliste (Paris)

Soad Zahaf Leghmizi, psychiatre (Seine et Marne)

Gérard Le Roux, médecin généraliste retraité

Jean-François Bayart, professeur de science politique à l’IHEID

Fanny Morin, médecin généraliste

Isabelle Autonne, médecin généraliste

 
 

 

«Covid-19: nous ne voulons plus être gouvernés par la peur» : la tribune de chercheurs et de médecins

Dans une tribune pour le Parisien, 35 chercheurs, universitaires et médecins, dont Jean-François Toussaint et Laurent Mucchielli, critiquent la communication du gouvernement sur la crise du Covid, qu’ils jugent trop anxiogène.

https://www.leparisien.fr/societe/covid-19-nous-ne-voulons-plus-etre-gouvernes-par-la-peur-la-tribune-de-chercheurs-et-de-medecins-10-09-2020-8382387.php

Lire la suite

À qui confieriez-vous votre vie ? par Dominique Muselet (4-5 juin 2020)

25 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France, #Opération Coronavirus, #Lettres

L'humilité, c'est être dans la vérité.

 

Sainte Thérèse d'Avila

 

Celui qui peut, agit. Celui qui ne peut pas, enseigne.

 

George Bernard Shaw.

 

 

4-5 juin 2020

 

BFM TV, une des TV officielles de la Macronie, s’est apparemment sentie obligée d’interviewer le Professeur Raoult après que l’émission  « 24 heures Pujadas » a réalisé un record historique d’audience, avec plus de 720 000 téléspectateurs, grâce à ce même professeur, quelques jours auparavant.

 

L’interview

 

BFM TV a dû se déplacer à Marseille, vu que l’illustre professeur n’a ni le temps, ni l’envie, de monter à la capitale. La TV a dépêché une de ses journalistes vedettes, Madame Ruth Elkrief, accompagnée d’une débutante, aussi sotte qu’effrontée, qu’elle a protégée, avec l’énergie d’une mère poule, des coups de patte de l’ours Raoult, tout au long de l’interview. Dépêchez-vous, avant que BFM TV ne les efface, d’aller lire les commentaires sous la vidéo, c’est un vrai régal.

C’est quelqu’un ce professeur  Raoult ! Il a réussi à résister à l’entreprise d’abaissement du débat dans laquelle essayaient de l’entraîner, sans relâche, les deux pimbêches de BFM TV. Il a réussi à dire ce qu’il avait à dire, sans que cela cesse un instant d’être passionnant et instructif ni de sonner juste, malgré les interruptions incessantes et les questions, si on peut appeler ainsi les interventions à la fois prétentieuses, orientées et ras des pâquerettes des deux dames, plus occupées à se faire valoir, par des remarques qui se voulaient intelligentes et documentées comme des topos de wikipedia en ce qui concerne la débutante cooptée, et par la projection de ses propres ambitions mesquines sur un scientifique dont elle ne peut comprendre ni le talent, ni la noblesse d’âme pour la vétérante.

Il y a eu un moment particulièrement émouvant et significatif quand le professeur a expliqué qu’il s’était senti le devoir d’agir comme il l’avait fait parce qu’il avait pensé « que ce pays partait dans le mur, que le bateau était en train de couler et qu’il fallait l’empêcher de couler ». Il a eu, à mon sens, tout à fait raison d’ajouter : « et si autant de monde m’a écouté, c’est parce que ce sentiment était immensément partagé ». Le professeur s’est montré sincère et vrai tout au long de l’entretien, ce qui contrastait avec l’affectation de Ruth Elkrief et la prétention satisfaite de sa jeune comparse.

 

Le décryptage sur un plateau

 

Le même soir, toujours sur BFM TV, un plateau de décrypteurs (chargé de remâcher l’interview pour le régurgiter en mode petites phrases ou jugements de valeur à des téléspectateurs trop débiles pour comprendre autre chose) s’en donnait à cœur joie, dénonçant avec alacrité la haute opinion que le professeur avait de lui-même et la cruauté dont il avait fait preuve à l’égard de la protégée de Ruth Elkrief. Quelle jouissance, pour ces médiocres, de pouvoir se moquer en toute impunité d’un grand homme qui ne cache pas son mépris pour eux, ou pire encore, son indifférence ! « Je ne regarde pas la télé ! » a-t-il lancé aux deux femmes sûrement convaincues qu’on ne peut survivre sans BFM TV. A défaut de pouvoir l’égaler, ces faiseurs d’opinion serviles et lâches peuvent au moins le tourner en ridicule. Quelle revanche !

On sentait quand même, chez certains d’entre eux, un certain embarras à aller plus loin dans l’opération de discrédit du scientifique dont les seuls défauts sont de ne pas être à la botte du pouvoir et d’avoir raison, parce que l’étude du Lancet sur laquelle ils avaient compté pour en finir avec lui vient juste de leur claquer dans les pattes, et que l’OMS, qui a comme premier financeur Bill Gates, le Monsieur vaccin international, a annoncé dans la foulée qu’il reprenait les essais cliniques sur l’hydroxychloroquine.

 

Les études

 

Bill Gates sait très bien qu’il n’a pas besoin de s’en faire. Il n’y aura sans doute jamais d’étude sérieuse sur le protocole de soins du Pr. Raoult qui pourrait nuire à son projet de vacciner toute la planète de gré ou de force, parce que, selon un des décrypteurs du plateau, Jean-François Toussaint, médecin, professeur de physiologie à l’Université Paris-Descartes, « l’épidémie est en train de s’arrêter dans le monde entier et il n’y aura plus de recrutement », c’est à dire plus assez de malades pour servir de cobayes.

Tout ça, c’est de la faute du Pr. Raoult. Il aurait dû écouter ce que les plateaux successifs de médecins d’opérette et d’éditorialistes zélés n’ont cessé de lui répéter. Il aurait dû faire des essais randomisés au début de l’épidémie. Il aurait dû obtenir des malades qu’ils acceptent de recevoir un placebo au lieu de l’hydroxychloroquine salvatrice. Mais ce que les médecins de plateaux, les statisticiens déshumanisés et les médias accros au buzz et à big pharma ne peuvent ni ne veulent comprendre, c’est que les gens ne veulent pas qu’on leur administre un placebo quand ils ont attrapé le virus. Ils veulent qu’on les soigne, un point c’est tout !

« Et vous, que feriez-vous s’il s’agissait de vous, de votre famille, de vos enfants ? » demande le professeur à Madame Elkrief, qui botte en touche et lui refait le même reproche deux minutes plus tard, comme si le professeur ne lui avait pas répondu. Madame Elkrief ne peut pas comprendre ce que lui a répondu le professeur parce qu’elle fait partie de la caste. Ce n’est pas sur elle qu’on fera des essais cliniques, mais sur quelques pauvres ères, quelques riens, quelques sans dents. Elle ne peut pas comprendre que le professeur refuse de donner à ces pauvres rebuts de l’humanité une occasion de servir pour une fois à quelque chose, en mourant pour démontrer l’efficacité d’un traitement dont elle pourra ensuite bénéficier en toute sécurité, puisque les procédures auront été respectées. Tout est dans la procédure, n’est-ce pas ? La procédure imposée par des pseudo-scientifiques, des hauts-fonctionnaires, qui n’ont justement qu’un seul talent : pondre des procédures, des protocoles, des conventions, des réglementations. Ils ont d’ailleurs donné le meilleur d’eux-mêmes dans les Protocoles de déconfinement, jugés pour la plupart impraticables.

 

Une star

 

Mais ce qui a vraiment énervé les élites qui étaient sur le plateau de BFM TV, c’est que le Pr. Raoult  dise de lui-même qu’il est une star dans le domaine scientifique, qu’il revendique pour lui-même le statut d’élite. Qu’il énumère ses découvertes et ses succès. A vrai dire cela m’a surprise aussi, surtout de se revendiquer élite, une élite si discréditée que le mot évoque immédiatement la corruption, la cupidité, l’ignorance, la manipulation, le mensonge, la bêtise.

Je n’ai aucune confiance dans l’Establishment. Je me suis rendu compte, il y a déjà longtemps, que la vérité est souvent presque exactement le contraire de ce que les tenants de l’ordre établi affirment. J’ai tendance à avoir de la sympathie pour les victimes des puissants, ceux et celles qu’ils persécutent, pourchassent et ostracisent, tout en étant bien consciente que la victime n’est pas toujours celle qu’on croit. J’ai donc écouté presque toutes les interventions du professeur et suivi attentivement la polémique, et s’il y a un traitement que j’ai trouvé inacceptable, ce n’est pas celui du Pr Raoult (l’hydroxychloroquine) - je ne suis pas médecin - c’est celui que la caste a réservé au Pr. Raoult.

Au début, dans les vidéos, il était très modeste. Il ne faisait pas état de ses performances personnelles. Il se contentait de défendre son traitement. Ce n’est que dans l’interview avec Pujadas qu’il a pris le parti de parler de lui-même comme un autre le ferait, comme on rédige une fiche wikipedia ou la page de garde d’un ouvrage. Il savait forcément que les médiocres de l’intelligentsia scientifique, médiatique, politique qui étaient après lui, en profiteraient pour le tourner en ridicule et le traiter de vantard, de flagorneur, etc, mais ce n’est pas à eux qu’il voulait parler, c’était aux téléspectateurs, aux gens qui lui avaient fait confiance, à ceux qui pourraient avoir besoin de lui.

Je crois que le Pr. Raoult voulait leur dire en substance : la classe dirigeante et sa clientèle scientifique et médiatique  me poursuivent de leur dédain, de leur jalousie, de leur haine parce que je ne suis pas du sérail et que je ne me conforme pas à leurs règles, mais ne les croyez pas, ils ne savent pas de quoi ils parlent, mon équipe et moi, nous savons de quoi nous parlons. D’ailleurs, voilà notre palmarès…

L’Etude du Lancet a paru le 22 mai. La caste en a immédiatement profité pour donner le coup de pied de l’âne au Pr. Raoult. Véran, le ministre de la santé, a passé un décret le samedi, le samedi !!! pour interdire l’hydroxychloroquine. Je me suis dit qu’il sautait sur l’occasion de rectifier l’erreur qu’il avait commise en autorisant le traitement au stade final de la maladie, quand il devenait dangereux de le prescrire, et, en même temps, d’en finir avec le Pr. Raoult.

L’interview  avec Pujadas, le 26 mai, donnait au Pr. Raoult un accès direct à des milliers de téléspectateurs au moment où ses adversaires semblaient avoir enfin  prouvé qu’il avait tort. Le professeur a décidé d’écouter Sainte Thérèse d’Avila, selon qui « l'humilité, c'est être dans la vérité », et de dire qui il était, sans honte, sans fard et sans fausse modestie. Il a joué le tout pour le tout. Il fallait que les gens sachent ce qu’il valait pour qu’ils aient confiance en lui, son équipe, ses travaux, etc. L’avenir de son institut et de ses recherches en dépendaient sans doute.

On ne saura jamais si ce changement d’approche aurait suffi à sauver le soldat Raoult, puisqu’il s’est rapidement avéré que l’étude du Lancet était « foireuse » comme il l’avait dit, et que loin d’avoir tort, il avait raison sur toute la ligne…

 

Élites et modèles

 

Dans l'interview, le Pr. Raoult a parlé d'élites, de héros, de modèle. Il a expliqué que les gens avaient besoin d’imiter des personnes qu’ils admiraient. C’est, en effet, comme cela que l’on grandit, que l’on s’épanouit, que l’on se révèle à soi-même. Le problème aujourd’hui, c’est que les héros, les élites, les modèles qu’on nous présente n’ont rien d’admirable, bien au contraire. Ce sont pour la plupart d’arrogants crétins, dont le seul titre de gloire est de faire partie des 1% les plus riches ou de leurs réseaux.

Il est frappant de constater que Xerfi canal, un site consacré au management qu’on ne peut pas soupçonner de gauchisme débridé, pointe régulièrement la stupidité, l’incompétence, le manque de vision et d’imagination de nos élites managériales, le sel de la Macronie et de la haute administration française. Une de ses dernières vidéos porte sur la stupidité fonctionnelle, qui touche surtout les plus diplômés et qui est le fruit de trois renoncements successifs :

1. Renoncement à s'interroger sur ce qui fait l'air du temps, la doxa.

2. Renoncement à se poser la question du pourquoi de l'action.

3. Renoncement à s'interroger sur les conséquences de ses actions.

 

Voilà les gens que notre société nous propose comme modèles. Est-il étonnant que lorsque, tout à coup, un homme comme Raoult sort de l’ombre, il devienne un héros aux yeux du peuple ? Mais la caste qui hait de tout son cœur les vraies élites, les vrais héros, les vrais humains, parce qu’ils sont incorruptibles, fera tout pour l’abattre. Les médias de classe n’ont pas réussi à le marginaliser, le discréditer, le salir, le décourager, la caste va donc changer de braquet et actionner sa justice de classe. Déjà le 26 avril il a été menacé par l’Ordre des médecins : « Mis en cause par l’Ordre des médecins, le Pr Raoult met les choses au point ». Et selon Closer : « Le Canard enchaîné révèle, mercredi 3 juin 2020 que Didier Raoult a été signalé par un de ses confrères qui assure que le professeur a administré à ses patients de l'hydroxychloroquine sans un consentement formel de leur part. » Les médias se pourlèchent les babines, rien de mieux pour l’audience qu’un lion attaqué de tous les côtés par une armée de mercenaires dans une arène sans issue.

Les signalements de ses confrères sont probablement tout aussi foireux que toutes les autres accusations dont le professeur a fait l’objet, des menaces de l’Ordre des médecins, aux calomnies des médias et des médecins de cour, en passant par l’étude du Lancet.

Le professeur Raoult est prêt et il ne cédera pas aux menaces et au chantage. « Dans toutes les crises, il y a une personnification, il faut quelqu’un qui symbolise les crises, et cette fois c’est tombé sur moi… Ce que j’ai voulu, la seule chose que j’ai pu faire, c’est de dire : je résiste à tout, parce que dans ma famille on résiste à tout. Voilà ! Ça ne m’ennuie pas que les gens me tapent dessus parce que ça me montre que je suis capable de supporter l’extrême », a prévenu le professeur Raoult, au début de l’interview, en dépit des innombrables  interruptions et commentaires insensibles et vulgaires de Madame Elkrief.

 

Que la caste réussisse ou non à se débarrasser du Professeur Raoult, il est et restera pour nous un modèle parce qu'il nous a obligés à se poser la vraie question, la seule question qui vaille: À qui confierions-nous votre vie? À des scientifiques de bureaux qui ne pensent qu'aux procédures, aux statistiques et aux coûts, ou à un praticien reconnu qui considère ses patients comme des personnes et qui fait passer leur guérison avant tout? À des scientifiques d'appareil dont la seule ambition est de faire carrière et qui changent d'avis comme de chemise en fonction du vent, ou à un praticien, célèbre dans le monde entier, qui, dans la tempête, a gardé le cap, envers et contre tout, sans faiblir, et sans trahir ?

 

Dominique Muselet

 

Source: https://www.salaireavie.fr/post/élites-contre-élites

 

Retrouvez Dominique Muselet sur l'excellentissime site:

Levilainpetitcanard.be

https://www.levilainpetitcanard.be/author/dmuselet/

et sur mondialisation.ca

https://www.mondialisation.ca/author/dominique-muselet

La journaliste: "Pendant combien de temps allons-nous devoir porter le masque ?"

Pr. Raoult: "Je l'ignore, je n'y connais rien en politique."

 

(Le Pr. Didier Raoult interviewé par une journaliste)

À qui confieriez-vous votre vie ? par Dominique Muselet (4-5 juin 2020)
Lire la suite

Vladimir Ovtchinsky : Pandémies paralysantes (Club d'Izborsk, 21 octobre 2020)

21 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus, #Russie, #Sciences

Vladimir Ovtchinsky : Pandémies paralysantes (Club d'Izborsk, 21 octobre 2020)

Vladimir Ovtchinsky : Pandémies paralysantes

21 octobre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20036

 

 

Dès les premiers jours de la pandémie de coronavirus, d'étranges décisions illogiques dans la lutte contre celle-ci ont été observées partout sur la planète. La lutte se poursuit depuis de nombreux mois, mais la logique de la prise de décision n'a pas été rétablie. On peut dire qu'il y a un paradoxe parallèle avec la pandémie de COVID-19.

 

Dans la théorie de la psychiatrie et de la psychologie, la paralogicalité (du grec paralogos - irrationnel, dégoûtant pour l'esprit) désigne les troubles de la pensée, les troubles de la fonction cognitive. L'activité de pensée avec cette pathologie est caractérisée par une prudence défectueuse, étrange à la logique narrative environnante et une analyse erronée des faits et événements les plus courants. La violation des lois et des règles de logique se produit sans le savoir, de manière non intentionnelle.

 

La pensée paralogique indique un trouble du processus mental qui se produit à la suite de troubles de la pensée qui affectent la logique du raisonnement.

 

Les personnes qui ont une pensée paralogique ne remarquent pas leurs erreurs de logique, ne perçoivent pas les jugements alternatifs, ignorent les objections et autres opinions, parce qu'elles sont sûres que les autres ne veulent pas comprendre la situation réelle.

 

Les caractéristiques distinctives de la pensée paralogique sont le biais et la "courbure" du raisonnement, car toute information contredisant la représentation de la cible est exclue. Les autres faits et événements sont considérés de manière unilatérale. Lorsqu'il y a des contradictions avec l'idée principale, l'information est délibérément déformée.

 

Les scientifiques soulignent qu'il n'est pas rare qu'une personne (et dans le cas du coronavirus - un dirigeant de haut niveau) qui réfléchit dans un paralogue, arrive à des conclusions inattendues et étranges. Par exemple, lors d'une promenade, une légère brise soulève les arguments suivants : "Un vent froid souffle du pôle Nord. Elle veut détruire l'univers, détruire tout ce qui vit. Bientôt, notre terre sera déserte".

 

Aristote a également identifié trois types de paralogismes :

 

  • l'infidélité du raisonnement due au remplacement de la thèse prise pour preuve ;

 

  • les délires causés par la recherche de preuves ;

 

  • des jugements erronés qui sont au cœur des preuves.

 

Au début du XXe siècle, le médecin-psychiatre E.A. Shevalev a décrit des sortes de processus de pensée paralogique.

 

Au type Resoner, il fait référence à l'utilisation d'expressions estampillées, de modèles de pensées, de formules toutes faites, de pochoirs dépourvus de sens pratique.

 

Le type symbolique se caractérise par l'analogie entre les concepts abstraits et les images concrètes qui les remplacent. Le cas du pain rôti, qui est tombé dans les mains d'un patient et a servi de symbole du feu, est décrit en psychiatrie. La chaîne suivante a été construite dans l'esprit du patient : croûte brûlée - feu - incendie - la suspicion d'incendie criminel lui tombe dessus.

 

L'activité de pensée de type autiste se manifeste par l'immersion de l'homme dans le monde de ses propres fantasmes. Ils peuvent être remplis d'un contenu philosophique profond, de diverses images visuelles. Souvent, les personnes ayant ce type de pensée se distinguent par leur froideur extérieure, leur indifférence et leur détachement de la vie réelle.

 

Dans la lutte contre la pandémie de coronavirus, on peut distinguer un autre type de situation - lorsque la même personne (le chef) décide par la suite de réfuter la décision précédente. Et cela n'arrive pas une fois, mais tout le temps.

 

Comment se manifeste-t-elle concrètement ? Donnons quelques derniers exemples - octobre 2020.

 

Paralogie française.

 

Le président français Emmanuel Macron a instauré à partir du 17 octobre dernier, sur fond de deuxième vague de l'épidémie de coronavirus, des couvre-feux à Paris, Lille, Grenoble, Lyon, Marseille, Rouen, Saint-Etienne, Montpellier, Toulouse (tous sont inclus dans la "zone de danger maximum" par COVID-19).

 

De 21 heures à 6 heures, les citoyens ne sont pas autorisés à sortir de la maison. La violation de l'interdiction est passible d'une amende. Ce régime sera valable pendant au moins quatre semaines.

 

Les autorités françaises n'excluent pas que les mesures puissent être prolongées jusqu'à la fin du mois de novembre.

 

"Si nous suivions la voie de l'auto-isolement local dans les zones où le virus circule activement, le coût serait de 5 milliards d'euros. Si nous avions à nouveau un auto-isolement mondial, le coût serait - selon la réaction du monde économique - de 15 à 20 milliards d'euros par mois", a déclaré le ministre français de l'économie, Bruno Le Maire, à la veille du couvre-feu.

 

Et comment le gouvernement français va-t-il poursuivre la mise en œuvre de ses décisions ?

 

En France, le 18 octobre de cette année, des actions de masse ont été organisées à la mémoire du professeur Samuel Paty, tué le 16 octobre dans une banlieue parisienne pour avoir montré à ses élèves une caricature du prophète Mahomet, publiée auparavant par Charlie Hebdo, lors d'une leçon donnée peu avant sa mort pour discuter avec eux du thème de la liberté d'expression.

 

Selon la Radio française internationale, les plus grandes manifestations ont eu lieu à Paris, Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Lille, Nantes et Marseille (en fait, dans les mêmes villes où le couvre-feu a été imposé - VO).

 

À Paris, des dizaines de milliers de personnes se sont rendues sur la place de la République. Selon le correspondant de RFI, une réunion aussi importante à Paris n'était pas si lointaine. La place et les rues adjacentes sont remplies. L'action a été menée par le Premier ministre français Jean Castex, le ministre de l'Éducation, le maire de Paris et d'autres personnalités politiques.

 

 

Et de quelle lutte contre le coronavirus, l'auto-isolement et le couvre-feu parlons-nous maintenant ? Ou, sur le principe de pleurer, de s'étreindre, de boire, de s'infecter et... "Couvre-feu, couvre-feu ? Jusqu'à la prochaine urgence ?

 

La paralogie américaine.

 

La question principale lors du dernier débat des candidats à la présidence des États-Unis était, comme chacun s'en souvient, de savoir ce qu'il fallait faire face à la pandémie. Et Biden a accusé Trump d'inaction dans les premiers mois de la propagation du coronavirus.

 

Mais la paralogie des affirmations de Biden est qu'il n'a rien dit de son rôle et de celui des démocrates en général dans l'organisation des protestations de masse, des pogroms et des émeutes après la mort du récidiviste Floyd. Des dizaines de grandes villes américaines ont été plongées dans le chaos, et les protestations de masse se poursuivent aujourd'hui. Et des centaines de milliers d'Américains ont été infectés lors de ces mêmes rassemblements.

 

De nombreux analystes américains pensent que la principale impulsion - le soutien aux manifestants - a été le culte du genou de Biden à l'un des voyous noirs.

 

Quant à Trump, il est également sujet à la paralysie. Lors du débat, il a souligné à plusieurs reprises que le masque médical est toujours avec lui. Puis il est tombé malade de covid, guéri en trois jours ( !!), et lors de réunions avec ses électeurs, il avait déjà organisé une danse dans l'esprit d'Eltsine 1996, qui n'était pas malade de covide mais avait également une maladie très désagréable.

 

 

La paralysie russe

 

La pandémie COVID-19 démontre le potentiel de menaces pour la sécurité biologique associées à d'autres agents biologiques pathogènes dangereux. Elle a été déclarée le 19 octobre de cette année lors de la réunion de la section du Conseil scientifique au Conseil de la Fédération de Russie.

 

Ainsi, il a été souligné que la pandémie et les mesures forcées pour la contenir "révèlent de graves problèmes" dans les sphères de vie de la société et de l'État, informe la TASS.

 

"Il a été noté que les événements associés à la pandémie COVID-19 et leurs conséquences indiquent la possibilité de menaces biologiques dues à d'autres agents biologiques pathogènes dangereux", a-t-on rapporté.

 

Le Conseil scientifique propose des changements dans les documents fondamentaux de la planification stratégique, qui concernent les sources de menaces pour la sécurité biologique associées à la propagation des infections virales, y compris la création de virus artificiels.

 

En outre, les experts ont pris l'initiative de développer des mesures supplémentaires pour contrer les menaces liées à la possibilité de commettre des attaques terroristes avec l'utilisation d'"agents biologiques pathogènes".

 

Quel est le rapport avec la paralogie ? Le fait est que le 6 mai de cette année, le bureau du procureur général de Russie a reconnu que le rapport sur la création artificielle du coronavirus était un faux et a exigé de restreindre l'accès aux sites où cette information est affichée.

 

Le bureau du procureur de Moscou a trouvé sur le réseau social "Odnoklassniki" et sur le portail YouTube des vidéos qui affirment que le coronavirus est une arme biologique génétiquement modifiée, créée artificiellement pour pucer la population et établir un ordre mondial, la destruction des personnes par l'infection sous le couvert de la vaccination. "Ledit matériel contient des informations publiques inexactes qui constituent une menace de préjudice pour la vie et la santé des citoyens, de violation massive de l'ordre et de la sécurité publics", a souligné le Bureau du Procureur général.

 

L'agence a expliqué que ni l'Organisation mondiale de la santé, ni le gouvernement de la Fédération de Russie, ni d'autres autorités officielles de Russie n'ont confirmé les informations sur la fabrication artificielle de l'infection à coronavirus. À cet égard, le parquet général exige que l'accès aux sites où ces informations sont affichées soit restreint.

 

Et maintenant ? Le concept a-t-il changé ?

 

Rejetons les puces et ne laissons que le problème du COVID - 19 comme arme biologique. Mais, comme on dit dans une ville célèbre, "deux grandes différences" !!! On ne peut pas lutter contre les armes biologiques en retirant aux personnes âgées le droit de rouler gratuitement. Ou bien en montrant des cybercodes dans les bars de nuit. Et puis, c'est pour quoi ?

 

 

Vladimir Ovchinsky

 

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Retour sur le conseil scientifique de l'IHU - Entretien avec le Pr. Didier Raoult (21 oct 2020)

21 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #France, #Sciences

Retour sur le conseil scientifique de l'IHU - Entretien avec le Pr. Didier Raoult (21 oct 2020)

15:08: "Qui meurt vraiment de ça ? en réalité, bien sûr, ce sont des gens qui ont une espérance de vie extrêmement courte, 99% fois sur 100... et qui ne modifient pas, pour le moment, d'après ce que l'on voit, de manière très significative, l'espérance de vie ici à Marseille".

Pr. Didier Raoult

Lire la suite

Good news: COVID -19 IS A SCAM

18 Octobre 2020 , Rédigé par The Red and the White Publié dans #Opération Coronavirus

Commentaire d'un lecteur de l'article de C.J. Hopkin: The Covidian Cult

https://www.unz.com/chopkins/the-covidian-cult/

5. onebornfree says: • Website

Good news? 

I’ve been wearing a hand painted [by me] , in large bright red letters:” COVID -19 IS A SCAM” , black tee-shirt and matching hand-painted mask, on a more or less daily basis for the last 8 weeks. [The mask I only wear when I have to enter a store with an idiotic “masks are mandatory” policy.]

To date, much to my surprise, 38 people have stopped me and said ” I agree” or similar, and only 4 have said “you’re wrong” or similar, [one large Australian male halfwit has been the only person threatening me with violence to date – he got really mad- I just gave him the finger and didn’t argue- eventually he fucked off. 

Of the agreers, perhaps the most notable was a cop who was driving by me on a main road as I waited for a bus. He slowed to a stop and I thought “Oh-oh, what’s he going to book me for, no mask?”, then he lowered his passenger side window [he wasn’t wearing a mask, as required locally], and said “I agree”. I said “Huh?”. He said “your shirt, I agree with the message”. I was shocked and happy at the same time.

My conclusion: there are many out there , [perhaps a majority?]who know that the whole thing is a scam, they just don’t let everyone know. It’s the silent majority phenomena all over again, perhaps.

Regards, onebornfree

Lire la suite

Le Pr. Christian Perronne dénonce la dictature sanitaire en France

16 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Lire la suite
Lire la suite

Les étudiants de Moscou face à la vaccination obligatoire contre le coronavirus (Mikkail Delyagin, Club d'Izborsk, 13 octobre 2020)

14 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus

Les étudiants de Moscou face à la vaccination obligatoire contre le coronavirus (Mikkail Delyagin, Club d'Izborsk, 13 octobre 2020)

Extrait d'un entretien (publié le 13 octobre 2020) avec l'économiste russe Mikhail Delyagin, membre du Club d'Izborsk:

 

"C'est la nouvelle. sur Facebook, le groupe "Moscou intéressant" rapporte qu'à Moscou, des étudiants sont menacés d'expulsion pour avoir refusé de se faire vacciner contre la grippe. Alors que de nombreux scientifiques pensent que la vaccination contre la grippe libère l'espace pour les coronavirus, une telle hypothèse existe dans le monde. La direction des deux universités de la capitale - l'Institut de l'énergie de Moscou et l'Université russe de chimie et de technologie Mendeleïev - a obligé les étudiants à se faire vacciner avec le médicament domestique Sauvigripp avant le 11 octobre inclus, et exerce une terrible pression sur les étudiants. Dans le même temps, le service de presse de l'Institut de l'énergie s'est empressé de déclarer que l'information sur la vaccination forcée est fausse, mais elle a immédiatement été percée. L'exigence de la direction de l'université a été annoncée par des étudiants diplômés, tandis que les réseaux sociaux disposent de vidéos, où les étudiants ne sont pas autorisés à suivre les cours sans certificat de vaccination et sont envoyés de force pour se faire vacciner. En même temps, le Rospotrebnadzor n'a rien à voir avec cela, car le Rospotrebnadzor a émis une recommandation, mais celle-ci est facultative. Il ne reste plus qu'à supposer que l'Institut de l'énergie de Moscou et la RCTU de Mendeleev sont dirigés par des personnes qui ne comprennent pas le russe et ne comprennent pas en quoi une recommandation diffère d'un ordre direct. En conséquence, les chaînes Telegram ont immédiatement reçu des instructions sur ce qu'il faut faire si vous êtes obligé de vous faire vacciner. Ne refusez pas le vaccin, mais demandez un certain nombre de documents. Premièrement, un certificat de qualité pour le médicament, deuxièmement, des informations sur le fabricant du médicament, troisièmement, les documents et les licences du fabricant du médicament. Il s'agit d'un extrait du registre national unifié des personnes morales, ce sont des documents sur l'admission et l'accréditation de la société et toutes les licences valables de la société. En outre, il est nécessaire de demander des certificats d'essais de médicaments, des certificats d'effets secondaires du médicament, des documents sur la couverture d'assurance en cas de conséquences négatives de la vaccination, sur les conditions de la couverture d'assurance, sur le montant et, si je comprends bien, toutes les données de la compagnie d'assurance qui fournit cette assurance. Et vous devez signer un contrat avec elle. Les documents complets de la personne qui effectue la vaccination. Parce qu'il doit présenter un certificat de formation. Il doit présenter un certificat de formation. Il doit présenter l'admission au travail en question, il doit présenter son livret médical et enfin cette personne doit présenter un certificat attestant qu'elle n'est pas actuellement atteinte d'un coronavirus. Ce n'est qu'après avoir reçu tous les documents que vous pourrez envisager de vous faire vacciner. Avant cela, comme le disent les chaînes Telegram, ces documents sont nécessaires, vous pouvez dire sans risque - oui, cela ne me dérange pas d'être vacciné, mais remplissez les conditions nécessaires. C'est une autre question qui, dans des conditions d'arbitraire absolu, dans lesquelles, selon Facebook, le groupe "Moscou intéressant" est engagé par les dirigeants de l'Institut de l'énergie de Moscou et de la RCTU de Mendeleiv, il n'y a pas besoin de bon sens, j'ai peur qu'ici nous devions juste menacer le tribunal, nous éclipser, engager un avocat et mettre en place une résistance de masse."

Source et article complet: http://pocombelles.over-blog.com/2020/10/entretien-avec-mikhail-delyagin-club-d-izborsk-13-octobre-2020.html

Traduit du russe par le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Entretien avec l'économiste russe Mikhail Delyagin (Club d'Izborsk, 13 octobre 2020)

14 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie, #Société, #Opération Coronavirus

Entretien avec l'économiste russe Mikhail Delyagin (Club d'Izborsk, 13 octobre 2020)

 

13 octobre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20010

 

 

М. Delyagin :

 

- Bonjour ! Vous voyez quel endroit béni est Sotchi ? Là, même les araignées de sept centimètres sont utiles dans le ménage ! Et à propos de Peter, il y a une campagne pour nettoyer le ciel de Saint-Pétersbourg des fils, au moins au centre, c'est l'expérience de Moscou, ce que Sobyanine a fait. Et c'est l'une de ces actions, pour laquelle la mairie de Moscou vous remercie beaucoup. C'est utile et juste.

 

Quelques autres événements qui ont eu lieu à Moscou. J'ai mené ma propre enquête. Au tout début du coronavirus, le 20 mars, il y a eu un malentendu avec le monument au maréchal Joukov. Le monument a disparu. A sa place, il y avait un autre monument, puis, debout pendant une journée, il a disparu, un vieux monument est apparu. Et on a dit qu'il s'agissait d'une sorte de reconstruction. J'étais un peu perplexe et j'ai essayé pendant longtemps de trouver ce que c'était. Les gens qui ont vu le nouveau monument ont dit que celui-ci était meilleur.

 

Il s'est avéré que ce n'était pas un accident. Cela faisait partie d'une longue et tragique histoire, j'espère que ce n'est pas fini. L'auteur du monument à Joukov, le sculpteur exceptionnel Fang, souhaitait vivement être à temps pour le 50e anniversaire de la Victoire, c'était la 95e année. Tout était compliqué, mauvais, il n'y avait pas d'endroit pour couler le monument. Et il était très pressé. Et il y avait un monument, dont il était terriblement mécontent. Et il a vu cela comme un temps. Et les autorités moscovites de l'époque ne s'y sont pas vraiment opposées. Mais c'est la place Manezhnaya, elle n'est pas sous la juridiction des autorités de Moscou, il y a plusieurs juridictions adjacentes, donc nous devons négocier avec tout le monde.

 

Toute sa vie, Fang a été terriblement inquiet que le monument qu'il voudrait ériger ne vaille pas la peine. Il est assez étrange. Si vous regardez ce Joukov, il n'y a aucun attribut de la Grande Guerre Patriotique, juste un commandant. Et sa main, qui est tendue vers l'avant, elle dit en quelque sorte : "Stop, stop. Et j'ai moi-même entendu une fois, il s'est avéré que ce n'est pas une seule histoire, quand les enfants demandent à leurs parents, et qui est ce monument, les parents ne peuvent pas répondre à cette question. Les Moscovites savent, et les nouveaux venus ne savent pas tout.

 

Les crocs ont fait des croquis du monument, comme il aurait dû l'être, pour montrer clairement qu'il s'agit du Maréchal de la Victoire, de plus, c'est une grande victoire du peuple soviétique. Et d'après ces croquis, après sa mort, quand la vie est devenue un peu plus facile, que l'économie s'est un peu améliorée, les enthousiastes ont fait le monument tel qu'il devait être selon le plan du sculpteur.

 

Ce monument a été soutenu par le maréchal Dmitri Yazov, la fille du maréchal de l'époque Joukov, le maréchal Sokolov - l'avant-dernier ministre de la défense de l'URSS. Ils ont signé une lettre au président Poutine disant que le monument devrait être remplacé. La Chambre publique du Président russe a voté en sa faveur. Mais la procédure d'approbation était compliquée, à un moment donné, les gens ont fait quelque chose de stupide. N'ayant pas les autorisations nécessaires ou n'en ayant pas, ils ont procédé au remplacement de ce monument, ce qui a provoqué une certaine confusion.

 

J'ai le sentiment que dans notre pays, dans notre système réglementaire, qui existe maintenant, une bonne et juste chose ne peut pas être faite par la loi. Ces histoires interminables de retraités qui ont pavé la route avec leur argent, et qui sont ensuite condamnés à une amende et obligés de détruire cette route, pour la remettre dans son état d'origine. Le monument à Esenin, qui a été érigé, a déjà été appelé "crabe", "nageoires collées", en général, c'est une moquerie de la mémoire du poète. Le Monument Soljenitsyne à Moscou est debout. Légalement, le monument au traître, à mon avis, rien ne vaut et tout est merveilleux. Et la rue a été rebaptisée. Je pense que nous aurons bientôt une rue qui portera le nom de la CIA, tout le monde sera content, changez solennellement les panneaux.

 

Et il est impossible de remplacer un monument malheureux par un monument réussi. Et le nouveau monument est différent en principe. Là, Joukov salue le seigneur de guerre comme il se doit. Et c'est, en effet, un monument au peuple victorieux en la personne du Maréchal, qui a ouvert le Défilé de la Victoire. Il y a des reliefs latéraux qui reflètent la victoire dans les épisodes détaillés et les plus vivants du défilé historique de la Victoire, son ouverture. Il y avait Joukov et Rokossovsky, les étendards d'Hitler étaient jetés aux pieds des vainqueurs. Je comprends qu'en cette 95e année, il était impossible de dessiner, d'ailleurs, d'ériger en monument les bannières d'Hitler jetées aux pieds du vainqueur - le peuple soviétique - car, tout d'abord, c'était le peuple soviétique. Et en 95, il n'y avait qu'une seule désignation pour cela : les pelles maudites. Et aussi, et dix ans plus tard, le mot "Russes" a été utilisé dans la combinaison de mots comme un fasciste russe. Même au milieu des zéros, c'était la mode dominante et non seulement les médias libéraux, mais aussi les médias tout à fait officiels.

 

Quelles sont les normes d'Hitler ? Ce sont les normes de l'Europe ! C'est une Europe unie par Hitler, qui à l'époque était léchée à un niveau tout à fait officiel.

 

Permettez-moi de vous rappeler ce qu'est la 95e année. La 95e année, j'ai utilisé la combinaison de mots "intérêts nationaux de la Russie" dans l'administration présidentielle, j'ai donc failli être viré de l'administration pour cette combinaison de mots ! Pour moi, un homme qui était le doyen de la faculté de sciences politiques de l'École supérieure d'économie et à qui même les étudiants libéraux ont écrit plus tard des protestations sur l'inutilité et la vacuité de ses cours, cet homme a essayé de me renvoyer. La Russie, comme on l'a dit alors, n'a pas d'intérêts nationaux. Et il ne peut y avoir d'intérêts nationaux séparés des intérêts de la communauté mondiale, c'est-à-dire de l'Europe elle-même. Deuxièmement, il ne peut y avoir d'"intérêts nationaux" car c'est du fascisme. Et quand j'ai dit qu'il y a tout un magazine "National Interests" en Amérique, on m'a expliqué que c'est en Amérique, ça peut l'être, mais nous ne pouvons pas.

 

Ce sont les conditions dans lesquelles ce monument a été érigé. Naturellement, il portait l'empreinte de l'époque, il a été castré conformément à l'époque d'Eltsine. Et le monument qu'on a essayé d'ériger, il reflétait une vérité historique plus complète, d'autre part, il reflétait le patriotisme, le consensus de Poutine. Oui, il a probablement été mal formulé, mais le mécanisme bureaucratique a été conçu de telle sorte que rien de correct ne pouvait être fait.

 

Et j'ai une question. Quel est le bon monument ? L'actuel monument Eltsine ou Poutine patriotique, qui reflète le consensus de Crimée. Et cela reflétait un réel patriotisme.

 

Bon, c'est parti. Ivan Kryukov écrit : "L'avenue Goebbels à Moscou apparaîtra bientôt à ce rythme ! Ivan, vous n'êtes pas exact. L'avenue Goebbels n'est pas encore à Moscou, j'espère qu'elle n'apparaîtra pas. Mais la rue Soljenitsyne est, à mon avis, suffisante, étant donné la fiabilité de ses œuvres.

 

Le conflit autour de ce monument est très important, car il y a maintenant la destruction de la conscience patriotique, la destruction de la communauté patriotique. Les libéraux sont absolument unis, les patriotes sont divisés. Si même des personnes aussi raisonnables et brillantes que l'académicien Glazyev commencent à parler en faveur de la chronologie de Fomenko, qui vole simplement notre histoire depuis 1000 ans, qui contredit les données archéologiques réelles, les données de bylin et tout le reste, les données des découvertes, eh bien, c'est la défaite finale du mouvement patriotique. La guerre civile dans les têtes s'est terminée par la défaite de la Russie, notre défaite commune. Les patriotes, ils ne sont pas dans la conscience du public, quelqu'un est mort dans le Donbass, quelqu'un est devenu fou, quelqu'un est assis comme Platochkine. Et les libéraux sont unis et consolidés. Et ils dirigent le bal, ils font la fête. Et cela se voit dans tout, y compris dans la politique des monuments de notre pays.

 

Et que se passe-t-il lors du prochain cycle de « coronabesia ». Les parents d'une des écoles, je ne citerai pas la ville, ont adressé à l'administration de l'école la lettre suivante : "En rapport avec le fait que les enfants sont maintenant engagés à la maison, nous demandons à l'administration de l'école de donner de l'argent pour réparer l'appartement, acheter des rideaux et des détergents. L'argent donné en plus pour les cahiers est le bienvenu". Pour une raison quelconque, l'administration de l'école ne l'a pas accepté. Et a menacé de la considérer comme une extorsion.

 

Nous avons un appel de Vladislav de Moscou.

 

Vladislav :

 

- Bonjour ! Quel est le statut de nos trois pipe-lines annoncés ? Comment se passe l'approvisionnement en gaz ? Surtout en ce qui concerne le "Turkish Stream" et les "Forces de Sibérie".

 

Et quelle est la rentabilité de nos approvisionnements en pétrole et en gaz ? Sur le marché extérieur et intérieur.

 

М. Delyagin :

 

- Pour l'instant, je ne peux pas vous donner un aperçu de ce chiffre, mais je pense que Gazprom a enregistré une perte au début de l'année. Aujourd'hui, elle a déjà renoué avec le profit, mais c'était extrêmement douloureux. Par conséquent, la rentabilité des exportations n'est probablement pas très élevée. Et il a été rapporté que Gazprom a exporté du gaz au début de l'année à perte pour lui-même. Mais c'est une question de qualité de la gestion de Gazprom. Il en va de même pour le Turkish Stream. Avec le "Blue Stream", les Turcs, en gros, nous ont cyniquement trompés au milieu des années 90, lorsqu'ils nous ont promis un volume de fournitures, puis l'ont abandonné, en nous jetant les mains sur les prix. Et cela n'est pas devenu une leçon pour Gazprom.

 

Quant à la puissance de la Sibérie, il y a peu de rentabilité là-bas, mais je pense que toutes les données la concernant sont closes. Et la situation y est très simple. Si nous comptons l'exportation de gaz brut, ce n'est pas rentable pour nous, mais surtout, nous construisons un énorme complexe gazier et chimique à la frontière. Et avec ce complexe en tête, c'est super rentable pour nous. C'est la même situation qu'avec le Qatar. Il fournit son gaz à l'Europe avec un profit minime, le gaz naturel liquéfié, mais il tire l'essentiel de ses revenus de la chimie du gaz, de la purification de ce gaz, car les impuretés qui nuisent à la combustion du gaz sont des matières premières extrêmement précieuses pour la chimie du gaz, et le Qatar en tire des revenus.

 

"Nord Stream 2" - cela ne fonctionne pas si vous voulez dire le troisième canal. Et le Nord Stream-1 fonctionne, mais la charge y a été portée à 90 %, puis elle a été réduite à 30 %, et tout va mal.

 

La rentabilité est externe et interne. Quant au pétrole, la rentabilité externe est d'un ordre de grandeur plus élevé, car par les efforts du gouvernement russe, toutes les raffineries sont devenues non rentables à la suite de la 18e mesure fiscale. Aujourd'hui, ils sont en fait subventionnés. Un mécanisme fou, que l'on appelle, je crois, le droit d'accise inversé ou quelque chose comme ça. Mais le raffinage du pétrole n'est pas rentable et a tout fait pour que la précieuse matière première - le pétrole - n'aille pas en Russie, mais dans des pays à la mode, pour lesquels les libéraux russes travaillent apparemment.

 

Je ne sais pas pour le gaz, mais à l'intérieur du pays, je pense que la rentabilité de Gazprom sera plus élevée que sur les marchés étrangers, d'autant plus que les prix ne fluctuent pas autant que sur les marchés étrangers, mais qu'ils ne font qu'augmenter. Mais le problème ici, c'est qu'à l'intérieur du pays, l'argent que Gazprom reçoit de nous est contrôlé et transparent. Et l'argent que Gazprom reçoit pour l'exportation, c'est comme s'il allait sur ses comptes à l'étranger. Et il y a là diverses nuances.

 

Nous avons un appel d'Anton de Khabarovsk.

 

C'est Anton :

 

-Allo ! Pourquoi, alors que notre Etat a proclamé des valeurs universelles, européennes, nous avons perdu notre armée, notre culture, notre médecine, beaucoup de choses. Quelles sont ces valeurs étranges ? Ils semblent être bons... Mais peut-être autre chose ? Ces valeurs ont-elles une origine quelconque ?

 

М. Delyagin :

 

- Historiquement, les valeurs européennes sont correctes. Ce sont l'humanisme, la souveraineté, l'indépendance. Toute la civilisation européenne en est issue, la nôtre aussi, car nous sommes une civilisation européenne, juste une civilisation d'Europe de l'Est, pas une civilisation occidentale.

 

Au cours des trois dernières décennies, je pense que les Européens ont perverti leurs valeurs pour en arriver à un déni total. Et au lieu des droits de l'homme, c'est le droit à la perversion, le droit à l'autodestruction qui est devenu le droit. Pour dire les choses crûment, l'Europe a toujours été pour la liberté. C'est juste qu'avant que nous et les Européens ne soyons ensemble pour la liberté pour ! Pour être humain. Et maintenant, les Européens ont tourné leur liberté de : d'être humain. Et nous ne sommes plus d'accord avec eux. Quand nous avons essayé de leur enlever cela, nous nous sommes détruits, c'était mal. Et maintenant, nous nous en remettons péniblement, naturellement, sous les hurlements et les aboiements des Européens et de leurs secousses russes, parce que les Européens ne sont plus les mêmes.

 

Nous avons un appel de Rostislav.

 

Rostislav :

 

- Bonsoir ! Les autorités n'ont-elles pas délibérément négligé notre santé en introduisant le code des sanctions sur les produits ? Il y avait une belle petite crème importée, maintenant ils ne la laissent pas entrer.

 

М. Delyagin :

 

- Ils n'autorisent pas le beurre ?

 

Rostilav :

 

- Les Finlandais achètent du beurre !

 

М. Delyagin :

 

- En fait, ils produisent du beurre en Russie selon leurs recettes, pas plus mal, avec tout le respect que je leur dois.

 

Rostislav :

 

- Pourquoi "Pyaterochka" est-elle inondée de bière lettone et ne laisse-t-elle pas, par exemple, du jus d'orange finlandais au même endroit ?

 

М. Delyagin :

 

- Franchement, je ne connais pas la politique de Pyatrochka, je suis catégoriquement contre la destruction des produits, ils devraient aller gratuitement aux groupes socialement non protégés. Mais les contre-sanctions sont la seule façon de parler à l'Ouest.

 

Et j'ai de bonnes nouvelles pour vous. En effet, il faut parfois faire l'éloge de notre merveilleux leadership, qui s'appelle quand on a quelque chose à y gagner. Le Premier ministre Mishustin a signé un ordre du gouvernement russe, en vertu duquel la Crimée recevra près de 5 milliards de roubles pour la création de nouvelles installations d'approvisionnement en eau, malgré les problèmes généraux du budget. Les fonds seront utilisés pour construire une prise d'eau sur la rivière Belbek, si je comprends bien, près de Sébastopol, avec des installations de traitement et d'ingénierie, ainsi que des infrastructures pour le transfert de l'eau d'une des carrières. Les unités du ministère de la défense s'occuperont de la construction. Une fois que les installations seront en service, elles seront transférées à Sébastopol. Plus de 870 millions de roubles supplémentaires - soit un montant total supérieur à 5,8 milliards - seront alloués à la révision des canalisations d'eau, au remplacement de l'équipement obsolète et au développement de puits supplémentaires. Les fonds supplémentaires permettront d'améliorer la situation de l'approvisionnement en eau en Crimée. Les fonds seront alloués à partir du fonds de réserve du gouvernement. L'argent pour ce genre de choses est traditionnellement présent. Début octobre, Mishustin a annoncé que l'argent serait alloué et il a maintenant signé un décret. Le fait est qu'en Crimée, le blocus de l'eau par l'Ukraine a créé des problèmes stratégiques. Pendant longtemps, la Crimée a eu de la chance, car il y avait toujours beaucoup d'hivers enneigés et il était difficile de se passer de cette chaîne. Mais l'hiver dernier a presque disparu, l'été a été chaud, et la pire sécheresse du siècle et demi dernier s'est produite. Le ministère de la défense a même dû mener toute une opération spéciale sur l'approvisionnement en eau de Simferopol. En Crimée a envoyé un unique notre avion domestique pour provoquer des pluies, cependant, il a été nécessaire et des travaux de génie hydraulique. Dès le moment où il est apparu clairement que la Russie est réunifiée avec la Crimée sans la Novorossiya, sans la côte nord de la mer Noire, j'ai parlé de la nécessité d'un pont électrique, de la nécessité d'un pont de transport normal et de la nécessité de créer une canalisation d'eau principale, non loin dans la mer tombe le fleuve Kuban. Les deux premiers points ont été réalisés, même si, à mon avis, ils sont en retard, et certains disent qu'ils dépensent trop d'argent, mais l'essentiel est qu'ils ont été réalisés. Et personne ne se gratte pour le troisième point. Bien qu'une puissance technique aussi grande que la Turquie, qui semble nous devancer de beaucoup, a construit il y a longtemps une conduite d'eau de la Turquie, où il n'y a pas beaucoup d'eau, vers le nord de Chypre. Regardez la carte de la distance de l'embouchure du Kouban à la Crimée et de la Turquie à la Chypre du Nord. De plus, la canalisation d'eau est telle qu'il y a aussi assez d'eau pour le sud de Chypre. Mais nos fonctionnaires le refusent, au moins grâce à Dieu que le gouvernement a commencé à réagir rapidement et, espérons-le, suffisamment, je veux y croire, sur la sécheresse actuelle. Même si, bien sûr, la situation est assez mauvaise.

 

C'est une nouvelle. Le camarade Kudrin nous a accordé une autre interview, très drôle, il y a dit beaucoup de statistiques inaudibles, ce qui n'a pas de sens particulier, étant donné la qualité de ces statistiques des plus modernes. Mais il a dit une chose absolument incroyable. Il a dit qu'il y a très longtemps, en cinquième ou sixième année, il avait déjà oublié qu'il était attaqué par une entreprise quelconque. Et cette tentative a été empêchée par les efforts des services de sécurité russes, mais aucune affaire pénale n'a été ouverte parce que cette tentative a été empêchée. C'est-à-dire que, voyez-vous, cette phrase montre le niveau de délire et le niveau d'analphabétisme juridique de Saint-Pétersbourg, et des libéraux russes en général. Parce que c'est impossible. Quelqu'un préparait une tentative d'assassinat sur le vice-premier ministre, une tentative d'assassinat a été empêchée et donc aucune affaire criminelle n'est en cours. C'est des conneries. C'est de la folie. C'est ridicule et évident. Elle donne l'impression de mensonges purs et simples. Et je suis juste impressionné par le début de la campagne présidentielle du camarade Kudrin. Je veux dire que Kudrin va être président. C'est tout.

 

Habituellement, les technologues politiques peu sensés dans de tels cas disent que pour accroître la popularité, il faut dépeindre une victime. J'ai connu un député dans les années 90 qui a fait sauter son bureau à la Douma d'État avec une grenade pour gagner en popularité - Dieu merci, il a été mis en prison, si je me souviens bien. Mais le camarade Kudrin est un comptable plus civilisé, plus doux et plus correct, et non un économiste, il s'est donc limité à se rappeler que quelque chose était autrefois quelque chose. Mais en réalité, à mon avis, il s'agit d'une formation présidentielle. Et comment traitons-nous réellement les affaires criminelles, une histoire absolument stupéfiante. Dans la région de Nijni-Novgorod, nous avons un jeune technocrate, Nikitin, qui est considéré comme l'un des meilleurs gouverneurs et qui, semble-t-il, a simplement donné le commandement "fas" aux soi-disant forces de l'ordre. Et il y avait vraiment là un journaliste qui s’auto-immolait, qui semble être complètement instable psychologiquement... Eh bien, une personne équilibrée ne peut pas appeler sa publication "Goat Press". Mais voyons les choses sous cet angle. Si une personne est dans le développement des services de police, les représentants de ces services doivent lire tous ses réseaux sociaux. C'est une obligation. Il y a un an, cette pauvre femme a écrit que je me brûlerai peut-être en signe de protestation, etc. Eh bien, si vous comprenez qu'une personne est psychologiquement déséquilibrée, vous ne devriez probablement pas organiser une recherche démonstrative au bord d'un pogrom en venant à six heures du matin. Probablement pour provoquer un suicide, en fait.

 

Et voici des nouvelles de la même région de Nijni-Novgorod. La publication Nizhny Novgorod News écrit : "La grande résonance a été causée par un reportage sur Konstantin Ivanov, un serrurier ordinaire, qui a été mis en prison pendant 12 jours pour une amende impayée de 100 roubles pour avoir perdu son passeport". Après le reportage des journalistes, le tribunal de district a révisé la décision du juge de paix et Konstantin Ivanov, qui avait déjà purgé six jours, a été libéré. Cependant, le tribunal a découvert qu'ils n'avaient aucun droit de le détenir, car le délai de paiement de l'amende n'avait pas expiré. Les policiers l'ont gardé toute la nuit au département et le matin, le juge de paix Avdeenko lui a infligé la peine la plus sévère. De plus, l'officier de police Lein, qui a rédigé le rapport, a convaincu la femme d'Ivanov qu'il était inutile de faire appel de la sentence. En conséquence, un simple serrurier de l'usine s'est retrouvé derrière les barreaux, a purgé six jours pour cent roubles, qu'il avait encore le temps de payer selon la loi. Et cela a été exprimé au tribunal du district de Sormovsky. Les journalistes ont fait appel au département de police de la région de Nijni-Novgorod en demandant si des mesures seraient prises contre les employés qui ont commis cette détention illégale, qui ont commis le crime de garder un homme innocent enfermé ... mais je ne comprends aucune réaction jusqu'à présent. Naturellement, il y a une énorme indignation dans les médias, un énorme sarcasme, les gens écrivent qu'à cause de ces juges et policiers sans cervelle et de l'attitude du peuple envers les autorités se forme. Seulement, je pense que ce ne sont pas des juges et des policiers sans cervelle, mais des juges et des policiers qui reflètent l'attitude des autorités envers les gens. Ils ne font que diffuser aux gens si quelqu'un ne comprend pas quelque chose.

 

Roman, Sergiev Posad :

 

- Bonjour, Mikhail Gennadyevich. Comme vous le savez, le secret bancaire nous est garanti par l'État. Dites-moi, s'il vous plaît, comment sera-t-elle observée à partir de 2021, lorsqu'une taxe sur les dépôts à partir d'un million de roubles sera introduite ? Et pensez-vous qu'il soit légal d'introduire une telle taxe alors que les dépôts de 1991 ne sont toujours pas indemnisés ? J'ai posé cette question la semaine dernière à Olshansky, il a dit que le riche Pinocchio devrait...

 

М. Delyagin :

 

- Il est légal d'augmenter la taxe. C'est une autre chose qu'on nous a dit que les impôts ne changeront pas. C'est une autre chose que la Russie soit le seul pays au monde à lever des impôts pendant la crise, mais l'impôt est légal, la loi est votée, et il n'y a pas de violation du secret des dépôts ici, parce que déjà toutes les informations que les banques échangent avec le fisc, et l'essentiel est de ne pas les partager. En fait, bien sûr, c'est le cas, mais il s'agit d'une violation commune à laquelle tout le monde est habitué et accepté. Si vous avez de l'argent à la banque, vous devez vous préparer à ce que tout le monde en sache.

 

Donc, pour résumer notre vote. Près de 300 personnes ont voté, ce qui pour une question aussi abstraite, à mon avis, le résultat est absolument fou, absolument colossal. 3 % sont favorables à la préservation de l'actuel monument Eltsine, où Joukov dit comme si c'était "stop, stop, calme-toi, plus de Russie". 97% étaient favorables à son remplacement par un monument qui corresponde à l'idée du sculpteur Klykov, qui reflète vraiment la grandeur de la victoire du peuple soviétique dans la Grande Guerre Patriotique et qui reflète la signification de la figure de Joukov et la valeur de celle de Rokossovsky, qui a accueilli le défilé non seulement en raison de ses qualités militaires exceptionnelles, ou plutôt, qui a commandé le défilé, mais aussi parce qu'il était avec Konev, le maréchal le plus humain de cette guerre. Il s'est vraiment beaucoup occupé des soldats et tout le monde le savait et s'en souvient encore. Il ne fait donc aucun doute que la version actuelle du monument d'Eltsine sera préservée, de mon point de vue. J'aimerais bien me tromper, mais la politique de l'État ne laisse aucun espoir, à mon avis, de changement pour le mieux.

 

C'est la nouvelle. Sur Facebook, le groupe "Moscou intéressant" rapporte qu'à Moscou, des étudiants sont menacés d'expulsion pour avoir refusé de se faire vacciner contre la grippe. Alors que de nombreux scientifiques pensent que la vaccination contre la grippe libère l'espace pour les coronavirus, une telle hypothèse existe dans le monde. La direction des deux universités de la capitale - l'Institut de l'énergie de Moscou et l'Université russe de chimie et de technologie Mendeleïev - a obligé les étudiants à se faire vacciner avec le médicament domestique Sauvigripp avant le 11 octobre inclus, et exerce une terrible pression sur les étudiants. Dans le même temps, le service de presse de l'Institut de l'énergie s'est empressé de déclarer que l'information sur la vaccination forcée est fausse, mais elle a immédiatement été percée. L'exigence de la direction de l'université a été annoncée par des étudiants diplômés, tandis que les réseaux sociaux disposent de vidéos, où les étudiants ne sont pas autorisés à suivre les cours sans certificat de vaccination et sont envoyés de force pour se faire vacciner. En même temps, le Rospotrebnadzor n'a rien à voir avec cela, car le Rospotrebnadzor a émis une recommandation, mais celle-ci est facultative. Il ne reste plus qu'à supposer que l'Institut de l'énergie de Moscou et la RCTU de Mendeleev sont dirigés par des personnes qui ne comprennent pas le russe et ne comprennent pas en quoi une recommandation diffère d'un ordre direct. En conséquence, les chaînes Telegram ont immédiatement reçu des instructions sur ce qu'il faut faire si vous êtes obligé de vous faire vacciner. Ne refusez pas le vaccin, mais demandez un certain nombre de documents. Premièrement, un certificat de qualité pour le médicament, deuxièmement, des informations sur le fabricant du médicament, troisièmement, les documents et les licences du fabricant du médicament. Il s'agit d'un extrait du registre national unifié des personnes morales, ce sont des documents sur l'admission et l'accréditation de la société et toutes les licences valables de la société. En outre, il est nécessaire de demander des certificats d'essais de médicaments, des certificats d'effets secondaires du médicament, des documents sur la couverture d'assurance en cas de conséquences négatives de la vaccination, sur les conditions de la couverture d'assurance, sur le montant et, si je comprends bien, toutes les données de la compagnie d'assurance qui fournit cette assurance. Et vous devez signer un contrat avec elle. Les documents complets de la personne qui effectue la vaccination. Parce qu'il doit présenter un certificat de formation. Il doit présenter un certificat de formation. Il doit présenter l'admission au travail en question, il doit présenter son livre de médecine et enfin cette personne doit présenter un certificat attestant qu'elle n'est pas actuellement atteinte d'un coronavirus. Ce n'est qu'après avoir reçu tous les documents que vous pourrez envisager de vous faire vacciner. Avant cela, comme le disent les chaînes Telegram, ces documents sont nécessaires, vous pouvez dire sans risque - oui, cela ne me dérange pas d'être vacciné, mais remplissez les conditions nécessaires. C'est une autre question qui, dans des conditions d'arbitraire absolu, dans lesquelles, selon Facebook, le groupe "Moscou intéressant" est engagé par les dirigeants de l'Institut de l'énergie de Moscou et de la RCTU de Mendeleiv, il n'y a pas besoin de bon sens, j'ai peur qu'ici nous devions juste menacer le tribunal, nous éclipser, engager un avocat et mettre en place une résistance de masse.

 

Ici, on me demande ce que j'ai conseillé à Eltsine. J'ai conseillé beaucoup de choses. Bien que je n'aie pas été directement le conseiller d'Eltsine, j'étais membre du groupe d'experts d'Eltsine, mais disons la gratitude personnelle d'Eltsine pour un cas dont je suis toujours fier. Le fait est qu'en 1997, les libéraux, qui ont maintenant relevé l'âge de la retraite, ont déjà fait leur première tentative à cette époque. Leur tentative était basée sur la falsification de documents. Mon supérieur immédiat de l'époque, l'assistant d'Eltsine, Sergueï Mikhaïlovitch Ignatiev, qui dirigeait alors la Banque de Russie, a découvert cette falsification, je l'ai examinée, à ma grande honte, et je préparais des documents qui permettaient de reporter le relèvement de l'âge de la retraite à partir de 1997, même dans des conditions de domination libérale absolue. Jusqu'en 2018. J'ai réussi à gagner 21 ans d'âge normal de la retraite pour toi et moi, pour les citoyens russes, pour tes parents, entre autres. Pour cela, j'ai reçu les remerciements personnels d'Eltsine. Il est clair que ce n'est pas lui qui l'a fait personnellement, c'est Sergei Mikhailovich Ignatiev qui l'a préparé, néanmoins, c'est quelque chose dont je suis fier. Et bien d'autres choses dont je suis fier aussi.

 

Ils me demandent s'il est vrai que, parmi les autres bannières d'Hitler, celle de l'armée de Vlasov a été jetée au mausolée, qui coïncide avec la bannière actuelle de la Fédération de Russie. Je ne le sais pas, mais cela peut être beaucoup. Mais je vous rappelle que la bannière actuelle de la Fédération de Russie a été introduite par Pierre le Grand, puis ce fut la bannière de la marine marchande, ce fut la bannière, avec un petit changement, de la compagnie russo-américaine sous laquelle l'Antarctique a été ouvert et beaucoup d'autres découvertes ont été faites. Et oui, Vlasov a volé cette bannière, en gros, l'a privatisée. Mais quoi, tout ce qui a été volé, nous le rendrons ? Allons-nous abandonner le mot "liberté", parce que Radio "Liberté" traite des mensonges, des calomnies et des provocations sur l'argent du Département d'Etat ? Allons-nous renoncer à la démocratie parce que les Américains ont privatisé le mot et l'ont bombardé ? Nous n'y renoncerons pas. Le drapeau russe est mis en valeur par les exploits de l'armée russe dans deux guerres tchétchènes, en Syrie et dans bien d'autres endroits. C'est notre bannière. Akhmatova a dit un jour que oui, je n'aime pas les autorités soviétiques, mais que Leningrad a subi un siège sous ce nom et qu'elle s'appelle Leningrad et non Saint-Pétersbourg. Et je pense que lorsque nous rétablirons l'Union soviétique, la Russie entrera dans l'Union soviétique sous son drapeau historique actuel et sur les petits escrocs et les traîtres comme le général Vlasov, personne ne fera attention. Et l'Ukraine entrera sous le drapeau noir à mâcher, la Biélorussie décidera elle-même sous quel drapeau entrer. Eh bien, si le Kazakhstan entre sous le bleu, s'il y aura des gens normaux pour le diriger, et quels problèmes ? Je pense que ce n'est pas un problème sur lequel nous devons travailler dur en ce moment.

 

 

Mikhail Delyagin

 

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par La Rouge et le Blanc.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>