Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

otan

Paul Craig Roberts: Combien de lignes rouges peuvent encore être franchies avant l'arrivée d'Armageddon ?

5 Juin 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #OTAN, #Occident, #Paul Craig Roberts, #Guerre, #Russie, #Ukraine, #USA

5 juin 2022

Combien de lignes rouges peuvent encore être franchies avant l'arrivée d'Armageddon ?

Paul Craig Roberts

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe a publié le 15 avril 2016, il y a plus de six ans, un rapport sur la torture des Russes du Donbass par les forces militaires et policières ukrainiennes.  Le rapport documente des tortures horribles et elles ont été faites par haine raciale des Russes. Vous pouvez lire le rapport ici : https://www.osce.org/files/f/documents/e/7/233896.pdf

 Peu d'Occidentaux, si peu instruits, savent que l'Ukraine occidentale a combattu pour l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.  Lorsque Washington a renversé le gouvernement ukrainien en 2014, Washington a installé un gouvernement nazi. Le gouvernement nazi en Ukraine a bombardé les résidents russes des deux républiques séparées du Donbass pendant 8 ans, tandis que Washington et l'OTAN ont formé et équipé une armée ukrainienne pour reprendre les républiques séparées.

La région du Donbass, qui a toujours fait partie de la Russie, a été intégrée à la province ukrainienne de l'Union soviétique par le gouvernement soviétique pour des raisons administratives ou autres, tout comme la Crimée par Khrouchtchev dans les années 1950.  Lorsque les États-Unis ont renversé le gouvernement ukrainien et installé un gouvernement anti-russe, les résidents de la Crimée et du Donbass, étant russes, se sont séparés et ont voté à une écrasante majorité pour être réunis à la Russie.  Le Kremlin a accepté la Crimée mais a commis la gaffe stratégique de rejeter le Donbass, ce qui a entraîné le meurtre et la torture extrêmes des Russes du Donbass pendant 8 ans avant que le Kremlin ne soit contraint d'intervenir par l'opinion publique russe et par l'apparition d'une armée ukrainienne de 150 000 hommes entraînés par les Américains et de milices nazies à la frontière du Donbass.  C'est cette armée et ces milices nazies que l'armée russe a exterminé dans le Donbass au cours des derniers mois.  Les reportages des médias occidentaux sur les victoires ukrainiennes montrent l'absence totale d'intégrité et de respect de la vérité qui entache le journalisme occidental.

La torture extrême des résidents russes du Donbass a été soutenue par trois présidents américains, tous les États européens et la totalité des médias occidentaux prostitués, un ramassis d'ordures méprisables.

Au lieu de rapporter la vérité, la racaille des médias occidentaux a rapporté des fake news de viols et de pillages par les soldats russes, l'armée la plus disciplinée du monde.  On a découvert que les Ukrainiens, ou peut-être la CIA, ont filmé de fausses scènes de combat dans lesquelles on voit des troupes prétendument russes fuir le combat.  Le tournage est tellement bâclé que les instructions du réalisateur pour la mise en scène sont incluses et que l'équipe de tournage est elle-même filmée, indiquant qu'il s'agit d'une production cinématographique et que la situation ne présente aucun danger.  

Aussi horrible que soit le fait que "l'Occident libre" cautionne et soutienne diplomatiquement la torture de Russes par des Ukrainiens, tandis que les méprisables médias occidentaux la couvrent, cette horreur n'est rien comparée à la décision extraordinaire de l'idiot de la Maison Blanche de placer entre les mains de l'Ukraine des missiles capables de frapper des cibles en Crimée, siège traditionnel de la base navale russe de la mer Noire.  

Washington a déclaré qu'elle n'utiliserait pas ces missiles et compte sur l'assurance de l'Ukraine qu'ils ne seront pas utilisés pour attaquer le territoire russe.  Mais l'Ukraine ne considère pas la Crimée comme un territoire russe. La "communauté mondiale" de Washington non plus. La "communauté mondiale" ne reconnaît pas le vote de la Crimée en faveur de la réunification avec la Russie.  Officiellement, pour l'Occident, la Crimée fait partie de l'Ukraine.  L'Ukraine peut donc utiliser les missiles de Biden pour attaquer la base navale russe en Crimée.

Comme le note Eric Zuesse, un gauchiste inhabituel qui respecte généralement la vérité dans la mesure où il peut la voir, ce que la gauche fait rarement, l'idiot de Biden et ses contrôleurs néoconservateurs ont confié à Zelensky, un juif allié des nazis, la décision de savoir s'il y aura Armageddon.

Voici Zuesse, qui parle pour lui-même :

L'Ukraine dit qu'elle pourrait utiliser des armes américaines pour envahir la Russie

Eric Zuesse

Pour comprendre cette affaire, il faut d'abord présenter brièvement un contexte fondamental ; et c'est ceci (le reste de ce paragraphe) : Le gouvernement ukrainien a constamment promis qu'il reprendrait la Crimée, qui avait fait partie de la Russie entre 1783 et 1954, lorsque le dirigeant soviétique Khrouchtchev l'a ensuite transférée à l'Ukraine, et qui s'est ensuite détachée de l'Ukraine en 2014 pour rejoindre la Russie. La Russie y a rétabli sa souveraineté, après qu'un référendum organisé en 2014 en Crimée ait montré que les électeurs soutenaient la Russie à plus de 90 %. Voilà pour le contexte.

Le 1er juin, lorsque la Maison Blanche a annoncé qu'elle allait envoyer à l'Ukraine des armes susceptibles d'être utilisées pour envahir la Russie, Jonathan Finer, conseiller adjoint à la sécurité nationale de la Maison Blanche, a déclaré que Washington avait demandé à l'Ukraine des garanties que les missiles ne frapperaient pas l'intérieur de la Russie. Le 3 juin, le gouvernement ukrainien a rejeté cette demande.

Au moment où Biden a fait cette annonce le 1er juin, Reuters a noté que "Biden a annoncé le projet de donner à l'Ukraine des systèmes de roquettes HIMARS de précision après avoir reçu l'assurance de Kiev qu'elle ne les utiliserait pas pour frapper des cibles à l'intérieur du territoire russe."

Soit le gouvernement américain ment, soit le gouvernement ukrainien ment, à ce sujet. Si l'Ukraine a donné à Biden des "assurances" que ces armes ne seront pas utilisées pour envahir la Russie, alors l'annonce faite par l'Ukraine le 3 juin prouve que l'Ukraine mentait lorsqu'elle a donné ces "assurances".

Si l'Ukraine n'a pas donné à Biden de telles "assurances", alors Biden a menti.

Si l'Ukraine a menti le 3 juin en disant qu'elle ne se conformerait pas à la demande de Biden, alors c'était un mensonge de l'Ukraine.

Voici comment la chaîne russe RT News a rapporté, le 3 juin, le rejet par l'Ukraine de la demande de Biden (en supposant que Biden ait fait une telle demande et qu'il n'ait pas menti à ce sujet) :

"L'Ukraine renie sa promesse aux États-Unis"

Kiev pourrait frapper la Crimée, selon un collaborateur du président ukrainien, malgré les assurances que les armes américaines ne seront pas utilisées pour frapper le territoire russe.

L'Ukraine utilisera des systèmes de roquettes fournis par les Etats-Unis pour frapper le territoire russe si elle juge de telles attaques nécessaires, a déclaré jeudi le conseiller présidentiel ukrainien Alexey Arestovich. ...

"La Crimée est à nous. Elle appartient à l'Ukraine. Et ils [la Russie] le savent". ...

Le commentaire d'Arestovich intervient alors que le secrétaire d'État américain Antony Blinken a déclaré mercredi que Kiev avait donné à Washington des "assurances" qu'il n'utiliserait pas de roquettes américaines pour attaquer des cibles en Russie. ...

La déclaration d'Arestovich fait écho à l'affirmation d'un autre homme politique ukrainien. Egor Chernev, un député ukrainien, a déclaré mercredi que les avions et les militaires russes stationnés sur le territoire de la Russie sont des "cibles légitimes".

Si l'Ukraine utilise des armes américaines pour envahir la Russie, alors, en vertu du droit international existant, les États-Unis participeront à cette invasion. La Russie aurait de bonnes raisons de penser que (étant donné les faits qui viennent d'être documentés ici), cette participation serait soit intentionnelle, soit négligente. Elle n'aurait pas été involontaire de la part de l'Amérique. La Russie demanderait alors, au minimum, à l'Amérique si cette participation était intentionnelle ou négligente. Si l'Amérique répond "négligence", la Russie lui demandera ce qu'elle compte faire pour rectifier la situation. Si l'Amérique répond "intentionnel", alors il y aura, à partir de ce moment, une guerre chaude entre la Russie et l'Amérique. Le perdant d'une guerre chaude entre la Russie et l'Amérique escaladera le conflit jusqu'à une guerre nucléaire afin d'éviter d'être conquis par l'autre partie. Ce ne serait pas seulement la troisième guerre mondiale, mais une troisième guerre nucléaire, qui détruirait tous les alliés de chaque camp, contaminerait gravement même les pays neutres, et se terminerait globalement par un hiver nucléaire, qui mettrait probablement fin à toute vie telle qu'elle a existé sur cette planète.

Commentaire de PCR :

Je dis depuis le début que le Kremlin est réactif, non proactif, et qu'il ne réagit que lentement.  La conséquence est que les lignes rouges du Kremlin ne signifient rien pour l'Occident.  Même sous une contrainte extrême, le Kremlin ne s'est autorisé qu'une intervention militaire limitée dans l'est de l'Ukraine, où les habitants sont d'origine russe.  Pour les néoconservateurs qui contrôlent la politique étrangère occidentale, cela apparaît comme de l'irrésolution, et l'Occident continue donc.  Ligne rouge après ligne rouge est franchie, et le Kremlin ne fait rien.  Il a fallu HUIT ANS au Kremlin pour réagir au massacre des Russes du Donbass, et il ne l'a fait qu'après que l'Occident se soit moqué des préoccupations sécuritaires du Kremlin et les ait rejetées d'emblée.   La conduite de la politique étrangère de la Russie témoigne de son irrésolution, ce qui invite à davantage de provocations. Le Kremlin montre son incapacité à comprendre le dilemme qu'il se crée.

Devons-nous supposer que les années de soumission du Kremlin à l'Occident sous Eltsine et les années d'hésitation du Kremlin sous Poutine ont convaincu l'Occident qu'il n'y a pas de force en Russie et que Washington peut continuer à appliquer la doctrine Wolfowitz de l'hégémonie de Washington ?  C'est peut-être une hypothèse sûre.  Après tout, Washington a bénéficié de trois décennies de tolérance du Kremlin à l'égard des ONG, des médias et des organisations subversives financés par Washington qui opèrent en Russie et corrompent les jeunes et les mécontents.  Des éléments de cet acabit sont même présents au sein du gouvernement russe.

En Occident, l'armée russe est la risée de tous.  Les médias rapportent que les forces russes sont sur le point d'être laminées par des Ukrainiens démocratiques utilisant des armes américaines. L'irréalité de ce fantasme signifie que d'autres lignes rouges seront franchies.

Les intégrationnistes atlantistes vont-ils déposer Poutine ?  La Russie va-t-elle se doter d'un nouveau dirigeant qui présentera des excuses à l'Ukraine et paiera des réparations ?

Sinon, que se passera-t-il lorsque les missiles américains donnés à l'Ukraine atteindront des cibles en Crimée ?

L'humanité de Poutine, sa tolérance des provocations, sa réticence à recourir à la force ont encouragé l'Occident à exercer une pression plus forte. Tôt ou tard, une ligne rouge sera franchie et il sera impossible de s'en remettre.

Ces déclarations des dirigeants russes indiquent que l'Occident imbécile a dépassé la ligne rouge fatale :

L'Occident ne comprend pas l'extrême danger que représente l'armement de l'Ukraine.
Le régime idiot de Biden et les néoconservateurs* fous ont mis le monde sur la voie de l'Armegeddon.

Dans une interview télévisée avec la chaîne Al Jazeera, Dmitry Medvedev, vice-président du Conseil de sécurité de la Russie, a déclaré : "Il ne s'agit pas d'une prévision, mais de ce qui est déjà en jeu.  Les cavaliers de l'apocalypse galopent devant nous, et nous ne pouvons que nous tourner vers Dieu."**

À la télévision russe, on discute constamment de la façon dont le conflit en Ukraine est en réalité une guerre par procuration entre les États-Unis et la Russie.
Dans l'émission 60 minutes de la télévision d'État, l'animatrice Olga Skabeeva a annoncé : "J'ai des nouvelles désagréables... Même si nous détruisons méthodiquement les armes qui sont livrées [à l'Ukraine], mais les quantités dans lesquelles les États-Unis les envoient nous obligent à tirer des conclusions globales. Il est peut-être temps de reconnaître que l'opération spéciale de la Russie en Ukraine a peut-être pris fin, en un sens qu'une véritable guerre a commencé : LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE. Nous sommes obligés de procéder à la démilitarisation non seulement de l'Ukraine, mais de l'ensemble de l'alliance de l'OTAN."

Vladimir Avatkov, de l'Académie diplomatique du ministère des Affaires étrangères, a déclaré : "Vous avez mentionné la troisième guerre mondiale et la façon dont les Américains et les Polonais agissent sur le territoire de l'Ukraine - en effet, nous devons nous rappeler les mots de Vladimir Vladimirovitch Poutine, qui a déclaré que quiconque tente d'interférer dans l'opération militaire spéciale paiera un lourd tribut." Skabeeva a interrompu : "Nous n'oublions jamais ces mots de Vladimir Vladimirovitch Poutine, mais un grand nombre de personnes font déjà la queue, essayant d'interférer dans l'opération spéciale de la Russie sur le territoire de l'Ukraine. Il s'avère que nous devons agir - mais nous n'avons pas encore trouvé comment agir sans mener une frappe nucléaire."

L'autre jour, un éminent politicien russe a ouvertement parlé de détruire les deux côtes des États-Unis avec des missiles balistiques intercontinentaux Sarmat...
L'homme politique, Alexie Zhuravlev, a été rejoint dans le talk-show par son collègue député et porte-parole de l'État russe, Yevgeny Popov, l'animateur de l'émission de la chaîne Rossiya 1.
Le législateur a affirmé que deux des missiles russes Sarmat détruiraient la totalité de la côte est de l'Amérique, avant d'ajouter qu'il suffirait de "deux missiles pour la côte ouest" également.
"Quatre missiles et il ne restera plus rien".

https://halturnerradioshow.com/index.php/en/news-page/world/uh-oh-medvedev-the-horsemen-of-the-apocalypse-are-galloping-ahead

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2022/06/05/how-many-more-red-lines-can-be-crossed-before-armageddon-arrives/

* Le terme "néoconservateur" est une métaphore.

** NDLR. De la part de D. Medvedev, on peut se poser la question si le dieu dont il parle est le même que celui de l'Evangile...

 

Lire la suite

Colonel V. V. Kvachkov: Apporter non seulement la PAIX, mais aussi la VÉRITÉ en Ukraine ! Une lettre ouverte du Colonel V.V. Kvachkov aux officiers de l'état-major général et du commandement des opérations spéciales (28 mars 2022)

29 Mai 2022 , Rédigé par Красное и белое Publié dans #Colonel V.V. Kvachkov, #Guerre, #OTAN, #Russie, #Ukraine

Colonel GRU Vladimir Vasilievich Kvachkov (né en 1948)

Colonel GRU Vladimir Vasilievich Kvachkov (né en 1948)

Apporter non seulement la PAIX, mais aussi la VÉRITÉ en Ukraine !

Une lettre ouverte du Colonel V.V. Kvachkov aux officiers de l'état-major général et du commandement des opérations spéciales

 

    Raison d'être d'une opération spéciale en Ukraine

Comprendre l'essence de l'opération militaire spéciale en Ukraine est inextricablement lié à la principale raison géopolitique et militaro-stratégique qui la sous-tend : l'Ukraine, sous sa forme actuelle, est devenue une menace mortelle pour l'existence même de la Fédération de Russie en tant qu'État souverain et indépendant.

Oui, c'est vrai ! Il ne reste que deux options :

1). Ou une Ukraine dite "non alignée", hostile à la Russie et à l'ensemble du monde russe, avec des bases militaires de missiles, aériennes, biologiques et autres déployées sur son territoire par les États-Unis et l'OTAN et, par conséquent, placée dans un cadre géopolitique comportemental rigide de la Fédération de Russie, sous la cible constante de missiles ayant un temps de vol de plusieurs minutes et propageant secrètement divers coronavirus et autres armes biologiques.

2). Ou l'Ukraine fraternelle, qui se comprend comme une partie du monde russe et a pour objectif politique interne ultime la création, ou plutôt la restauration de la Russie historique en tant qu'Union de la Grande, Petite et Blanche Russie.

Pour dire les choses simplement, la question est devenue : Soit nous, le peuple russe trinitaire - Grands Russes, Petits Russes et Biélorusses avec la perspective d'une unification en un État de l'Union, soit EUX, qui ne sont plus des frères, mais les Bandera-bloqueurs du monde occidental, qui ont saisi la tête de pont ukrainienne pour la destruction et l'anéantissement ultérieurs de l'ensemble du monde russe.

Nous, les Vélikorosses russes et les autres peuples autochtones de la Fédération de Russie, indépendamment des différences et des contradictions politiques internes, avons choisi de préserver l'indépendance et la souveraineté de la Russie - une pour tous. Et nous ne nous contenterons pas du prix !

    Objectifs, tâches et étapes possibles de l'opération.

Quelle est la différence entre une opération militaire spéciale, ses objectifs et ses tâches, et les autres opérations des forces armées et des autres troupes de la Fédération de Russie ? La principale différence réside dans le fait que le déroulement et le résultat d'une opération spéciale sont directement liés aux objectifs et aux tâches militaires et politiques, par opposition aux opérations offensives et défensives générales des alliances opérationnelles et opératives-stratégiques (pendant la Grande Guerre patriotique - armées et fronts) et aux autres opérations indépendantes et conjointes des branches des forces armées et des différentes branches des forces armées. Cette affirmation est également valable pour les opérations stratégiques des forces armées. Il est vrai que dans certains cas, les objectifs stratégiques militaires et politico-militaires peuvent se chevaucher.  À titre d'exemple de ces exceptions, nous pouvons mentionner la libération de la Bulgarie par les troupes du 3e Front ukrainien et la libération de la Roumanie par les troupes du 2e Front ukrainien en septembre 1944 et le changement de pouvoir dans ces États. Ainsi, les objectifs et les tâches militaires et politiques des opérations spéciales sont relégués au niveau des actions tactiques des formations, des unités et même des bataillons (groupes tactiques de bataillon).

L'objectif officiellement déclaré de l'opération militaire spéciale est la démilitarisation et la dénationalisation de l'Ukraine. Les négociations qui ont eu lieu au cours du mois ont montré l'impossibilité fondamentale de parvenir à un quelconque accord avec les autorités ukrainiennes existantes. Il est devenu évident que l'Ukraine, avec ses dirigeants politiques actuels et à l'intérieur de ses frontières actuelles, représentera toujours une menace mortelle pour la Russie et l'ensemble du monde russe, en raison de ses propriétés politiques internes de type banderiste. Par conséquent, pour démilitariser et dénationaliser l'Ukraine, il est nécessaire de clarifier le but de l'opération et d'ajouter à son énoncé de mission et au contenu des tâches militaires et politiques spéciales le changement de pouvoir de l'État en Ukraine et les modifications de sa structure administrative.

Dans notre histoire, nous avons déjà eu à résoudre un problème similaire avec l'Allemagne. Ainsi, sa partie - la Prusse orientale - représentait une menace allemande constante pour la Russie et l'ensemble du monde slave, et seule sa liquidation en 1945 a détruit cette source de militarisme germano-prussien, et avec elle la menace éternelle pour la Russie qui en émanait. Staline a très judicieusement établi la nationalité d'après-guerre de ce pays, en le définissant comme faisant partie de la RSFSR - la République socialiste fédérative soviétique de Russie.

Partant d'un tel objectif géopolitique dans les circonstances actuelles, à savoir le changement du pouvoir d'État en Ukraine et l'élimination de la source séparatiste ukrainienne de menace pour l'unité du monde russe, il est raisonnable de diviser par étapes l'opération spéciale en tâches militaro-politiques et opérationnelles-stratégiques suivantes.

La première étape. Libération des régions de Kharkov, Lougansk, Donetsk, Kherson, Nikolaev, Odessa, Dnepropetrovsk et Yelizavetgrad (anciennement Kirovograd) et création sur leur base d'un nouveau district fédéral "Novorossiya" au sein de la Fédération de Russie, ainsi que de deux districts militaires des Forces armées de la Fédération de Russie - les districts de Kharkov et d'Odessa.

Deuxième étape. La libération de Kiev et la formation dans la capitale d'autres autorités exécutives, législatives et judiciaires du nouvel État d'Ukraine - Petite Russie, la transition vers le système zemsko soviétique de représentation populaire dans les régions, districts et localités, la démobilisation du personnel et l'élimination de toutes les associations, formations, unités et divisions des anciennes forces armées ukrainiennes avec le transfert de la sécurité militaire au district militaire spécial ukrainien nouvellement formé dans les forces armées russes.

La troisième étape. Libération des oblasts de Volyn, Lviv, Zakarpattia et Tchernivtsi avec la formation du district frontalier spécial ukrainien au sein des troupes frontalières de la Fédération de Russie.

Le transfert progressif des autres oblasts d'Ukraine-Malorussie sous la domination du nouveau pouvoir d'État sera mis en œuvre par la nécessité vitale d'une gestion conjointe de l'économie nationale.

Il convient de souligner l'importance d'une présentation claire de cette position dans les médias, notamment en ce qui concerne la création d'un nouveau district fédéral au sein de la Fédération de Russie, afin d'assurer le succès des activités de combat spéciales (militaires). Le flou de la future structure politique et de l'appartenance à l'État désoriente la population locale, laissant l'hypothétique possibilité d'un retour à l'ancien pouvoir et à l'ordre banderiste. Ainsi, le succès des actions spéciales est déterminé par l'attitude de la population locale envers ces ordres sociopolitiques, envers la structure étatique d'après-guerre de l'Ukraine-Malorussie, que l'armée russe transporte avec elle.

Le contenu des trois phases décrites ne signifie pas qu'elles doivent être réalisées dans un ordre strictement séquentiel. Dès à présent, les opérations de combat spéciales près de Kiev constituent certainement le contenu de la deuxième tâche militaro-politique et optico-stratégique, tandis que les frappes de missiles contre des cibles en Ukraine occidentale sont des préparatifs pour les tâches de la troisième étape.

    La possibilité que la Pologne, la Hongrie et la Roumanie s'emparent des régions occidentales de l'Ukraine.

Sans aucun doute, la menace de saisie (annexion) d'une partie des régions frontalières de Volyn, Lviv, Zakarpattia, Chernivtsi et Ternopil doit être prise en compte lors de la préparation et de la conduite d'une opération militaire spéciale. Et plus les frappes de missiles, aériennes et d'artillerie seront décisives contre les cibles de ces oblasts, moins il y aura de volonté d'annexer ces terres. Toutefois, les buts et objectifs de l'opération spéciale en Ukraine-Malorussie devraient déjà être formellement clarifiés en définissant ses frontières occidentales comme une ligne rouge pour l'OTAN, dirigée par les États-Unis. Il convient de rappeler que la frontière de la République socialiste soviétique d'Ukraine était la frontière occidentale de l'URSS et reste la même frontière du monde russe, et nous prendrons des mesures exhaustives pour protéger nos frontières. Nous devons indiquer strictement à l'Europe sa place.

Actuellement, la position la plus enragée est adoptée par la Pologne. Les dirigeants de l'OTAN ont déclaré à plusieurs reprises qu'ils n'utiliseraient pas leurs forces armées pour combattre l'armée russe, y compris l'aviation. L'idée d'une invasion directe de l'Ukraine sous le couvert de l'introduction d'une "force de maintien de la paix" n'a pas non plus été acceptée. Ainsi, si les seigneurs polonais tentent à nouveau de s'emparer d'une partie des terres de la Petite Russie, cela ne signifiera que le début d'une guerre russo-polonaise, et non une guerre entre la Russie et l'ensemble de l'OTAN.

Ce faisant, une situation curieuse va se produire. Honorable, mais pas du tout intelligente, la Pologne tentera d'annexer des terres dans lesquelles les Ukrainiens (95%) sont la majorité absolue par nationalité, suivis par les Russes (environ 4%) ; les Polonais ethniques proprement dits ne sont que 0,7%. Cela signifie, en cas d'invasion polonaise réussie, soit un nettoyage ethnique total des territoires occupés, avec la déportation de plus de 2 millions de personnes dans la seule région de Lviv, soit une lutte de libération nationale générale conjointe des Ukrainiens et des Russes contre les envahisseurs polonais.  Ensuite, dans la deuxième option, ce mouvement de partisans, en particulier sa composante subversive et de reconnaissance, recevra un soutien direct complet sous la forme de groupes et de forces spéciales russes avec leur appui aérien et autres tirs appropriés jusqu'à ce que le principal groupement opérationnel et stratégique des forces armées de la Fédération de Russie arrive sur place et que les postes frontières russes soient mis en place. Comme le dit le proverbe, "weasily begging" (mot ukrainien signifiant "bienvenue") psiakrev.

La situation nationale dans la région de Transcarpathie, qui compte 1 million 200 000 habitants, où les Ukrainiens représentent 80 % de la population, les Hongrois 12 % (environ 140 000 personnes), les Russes et les Rusyns 3,3 %, et la région de Tchernivtsi, qui compte environ 900 000 habitants, avec 75 % d'Ukrainiens et 4 % de Russes, comptent le plus grand nombre de minorités étrangères - 12,5 % de Roumains (115 000) et 7,3 % de Moldaves (67 000), mais néanmoins insignifiantes par rapport à la majorité de la population.

Ainsi, toute revendication territoriale de la Pologne, de la Hongrie et de la Roumanie n'a aucune base nationale et aucune capacité militaire d'annexion. Le train est parti depuis longtemps.

    L'arrangement d'après-guerre de l'Ukraine-Malorussie.

Le règlement de l'après-guerre doit commencer par le changement de nom du nouvel État ukrainien : Ukraine-Malorussie. À mesure que les jeunes générations émergeront à l'avenir, l'État ukrainien-malorusse (petit russe) et la vie publique réduiront progressivement l'auto-appellation et l'auto-perception périphériques et renforceront sa composante d'État entièrement russe.

En termes politiques, l'Ukraine-Malorussie d'après-guerre sera, et même maintenant dans les territoires libérés, un champ d'État propre, ou plutôt - nettoyé, ou, comme disaient les anciens, une ardoise propre, sur laquelle on peut créer un nouveau système politique, économique et social, ou au sens figuré, dessiner une nouvelle image de l'État. Cette déclaration est directement liée à la future structure économique de Malorossia, libérée des résultats de la privatisation prédatrice et comprenant un mode d'économie multi-économique avec le rôle principal du secteur socialiste de l'économie. C'est la justice sociale qui devrait être le fondement solide du futur pouvoir de l'État.

Il semble que le nouveau système politique malorusse doive avoir deux contours.

La première est le contour de l'administration de l'État, qui vient d'en haut, du plus haut fonctionnaire du pays, et passe par les chefs de régions et de districts nommés par lui (principe de l'administration territoriale), ainsi que par les ministres et les chefs d'autres organes de l'État (principe de l'administration sectorielle).

Le second est un contour de la représentation populaire et de l'expression de la volonté (le principe de rétroaction) sous la forme de Soviets Zemsky successivement formés, en commençant par les Soviets de district. Le nouveau pouvoir soviétique - Nova Radyanskaja vlasta devrait retourner à Malorossia !

Si l'essence du premier contour du gouvernement d'État ne soulève pas de questions particulières, l'essence et le contenu du contour de la représentation populaire, basé sur les Soviets Zemsky, nécessitent au moins une brève explication. D'autant plus que la formation de tels Soviets Zemstvo est déjà nécessaire et urgente dans les territoires libérés, tant dans les zones urbaines que rurales.

Il se pourrait bien que ce soit la Malorussie qui ouvre la voie au monde russe dans la construction d'un système politique basé non pas sur la représentation des partis, mais sur un système fondamentalement différent de représentation populaire sous la forme de Soviets Zemsky.

L'incohérence du système électoral existant avec l'expression réelle de la volonté du peuple dans la plupart des pays est devenue évidente. Les principes établis pour l'organisation des élections - générales, égales, directes et secrètes - ont fini par être considérés comme une sorte de loi sociale incontournable, comme s'il ne pouvait en être autrement. Cependant, F.M. Dostoïevski considérait ce vote égal général comme "l'invention la plus ridicule du XIXe siècle".

Le nombre de députés à la Douma d'État de la Fédération de Russie est actuellement de 450, ce qui, avec 110 millions 300 000 électeurs, signifie qu'un député doit tenir compte de l'opinion de 245 000 électeurs, dont il doit représenter les intérêts. Le même nombre de députés - 450 - était dans la Verkhovna Rada d'Ukraine qui, en présence de 36 millions d'électeurs, correspond à un député de 80 000 électeurs. Est-il possible de refléter de bonne foi l'opinion de dizaines et de centaines de milliers d'électeurs par une seule personne, même en principe ? La réponse est évidente.

En outre, l'égalité électorale numérique universelle existante des personnes reflète et suppose faussement la similitude impersonnelle des personnes elles-mêmes dans la société. Dans la vie réelle, les gens ne sont ni égaux ni de valeur égale : un père de famille moral ne doit pas être égal à un fornicateur ou à un adultère, un homme qui travaille dur ne doit pas être égal à un fainéant ou à un ivrogne, un homme intelligent ne doit pas être égal à un fou, etc. Par conséquent, leur égalisation mécanique et leur réduction à la quantité est injuste, sinon les imbéciles (y compris les politiques), les fainéants et les crapules de tous bords peuvent déformer l'opinion populaire réelle.   Pourtant, c'est précisément le système qui fonctionne.

Par conséquent, il s'avère que la société contemporaine n'est pas un organisme national vivant et uni, dans lequel différents corps de travail sont dispersés dans tout le pays et reliés entre eux de manière inséparable pour former un tout unique, mais un agrégat mécaniquement numérique d'électeurs isolés et identiques - des individus. Mais en réalité, la base de notre vie matérielle sur terre est le travail et celui-ci, notre travail national commun, est la principale prémisse systémique de l'organisation de toutes les structures sociopolitiques, y compris les systèmes électoraux.

Ainsi, la société moderne de Malorossia, tout comme celle de Velikorossia et de Biélorussie, doit être considérée comme une société catholique, c'est-à-dire une société de travail commun distribué conjointement. Le système électoral devrait également correspondre à la conception catholique de la société. Un tel système devrait être fondé sur le principe du zemstvo, qui consiste en un arrangement terre-territoire et classe-travail d'un système électoral selon la règle 2-4-10/100 : un système électoral bicaméral, à quatre niveaux et à dix centres, de représentation populaire et d'expression de la volonté.

La règle du bicamérisme veut que tous les conseils populaires des Zemstvo, à quelque niveau que ce soit, soient composés de 2 chambres : la chambre des terres, formée selon le principe terre-territoire, et la chambre du travail, formée selon le principe classe-travail.

La Chambre du Land ou Chambre du Land est formée par des citoyens qui résident dans une certaine ville, un certain district, une certaine région et un certain district de l'État. La Chambre du travail, ou Chambre des travailleurs, est composée de représentants d'entreprises industrielles et agricoles, d'organisations éducatives, scientifiques, culturelles et autres qui rassemblent les personnes en fonction de leur profession.

La règle des quatre étapes consiste en des niveaux successifs ascendants du système électoral : 1) l'autonomie locale, 2) les conseils populaires de district de Zemskie, 3) les conseils populaires régionaux de Zemskie, ainsi que le conseil populaire de Zemskie de la ville de Kiev, 4) le conseil populaire suprême de Zemskie d'Ukraine-Malorussie. Dans le même temps, chaque conseil d'un niveau supérieur n'est pas formé directement par les plusieurs milliers d'électeurs, mais seulement par des représentants (députés) du conseil populaire Zemsky inférieur.

La règle des dix dix signifie que tout représentant élu (voix ou député) à tous les niveaux n'est élu que sur la base d'une proposition de dix députés du conseil populaire inférieur de Zemsky, qui se sont réunis volontairement à cette fin et l'ont approuvée lors d'une assemblée générale correspondante.À cela, l'organisation primaire et la partie à part entière du système social et politique de l'État est l'organisation de base de l'autonomie du peuple de dix.

Il est important que chaque sotnitsa, formée sur la base de la terre ou du travail, élise directement son représentant à la chambre correspondante du Soviet Zemsky du district. Toutefois, jusqu'au niveau du district, toutes les activités du gouvernement local relèvent de l'autonomie de l'État populaire. Ainsi, le district est le niveau où, pour la première fois, la branche verticale administrative du gouvernement de l'État, du chef de l'État, descendant d'en haut, rencontre la ligne verticale de la représentation populaire Zemstvo-Soviet, montant d'en bas du peuple.

Ainsi, tous les conseils à tous les niveaux sont formés sur la base d'une seule norme de représentation - un député de dix personnes, qui est élu lors de l'assemblée générale des cent primaires. C'est pourquoi le système est appelé le système des dix-cents membres. En outre, lesdits dix électeurs connaissent leur député non pas par ouï-dire, ni par la télévision ou d'autres médias, mais par des contacts personnels constants avec lui ; ils sont à leur tour responsables de son activité de représentation auprès de leurs électeurs-votants et peuvent, s'ils se réunissent en assemblée générale à un moment donné, le priver de son mandat de député.

Le résultat sera un système dans lequel chaque citoyen connaît personnellement la chaîne de représentation jusqu'aux plus hauts niveaux du gouvernement. Ou, comme il est de bon ton de le dire maintenant, par trois poignées de main : l'électeur du centième du district, l'électeur du millième de la région, l'électeur du peuple au Soviet suprême Zemsky (Rada) de Malorossia.

Conclusion générale. Après la victoire militaire et la démilitarisation de l'Ukraine, un long processus de dénazification commencera, c'est-à-dire l'élimination de la russophobie, et le retour des Ukrainiens-Malorossiens comme faisant partie du monde russe. Afin de résoudre ce problème de vision historique du monde, il est nécessaire de créer immédiatement un mécanisme socio-politique approprié sous la forme de conseils populaires zemsko-travaillistes. La formation de ce mécanisme, surtout dans les premières années, se fera dans les conditions de la lutte contre la Banderovshchyna, qui a pris le maquis et mène des activités subversives et terroristes. Il existe une expérience d'une telle lutte en Ukraine occidentale dans les années 1940-50.

Après la victoire sur l'Allemagne, ce sont les bureaux des commandants militaires qui deviennent les principales sources du nouveau pouvoir sur le terrain. Mais il y avait encore une ligne du parti communiste dans la disposition idéologique de la dénazification du peuple allemand. Aujourd'hui, il n'y a pas ce soutien idéologique. En conséquence, les sources du nouveau pouvoir sur le terrain seraient des organes civilo-militaires, qui devraient comprendre des officiers des organes militaro-politiques et des spécialistes de l'administration civile.


La lutte pour la Petite Russie sera couronnée de succès si nous apportons la vérité - spirituelle orthodoxe, nationale russe et socio-économique - à l'Ukraine dans des chars, des BMP et des BMD. Sans la vérité de Dieu, il n'y aura pas de victoire - ni militaire, ni autre.

Avec Dieu !

J'ai l'honneur.

              Colonel V. Kvachkov

Le 28 mars 2022.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Source: http://ooc.su/news/otkrytoe_pismo_polkovnika_v_v_kvachkova_oficeram_generalnogo_shtaba_i_komandovanija_specialnykh_operacij/2022-03-31-111

Colonel V. V. Kvachkov: Apporter non seulement la PAIX, mais aussi la VÉRITÉ en Ukraine !   Une lettre ouverte du Colonel V.V. Kvachkov aux officiers de l'état-major général et du commandement des opérations spéciales (28 mars 2022)

"L'incohérence du système électoral existant avec l'expression réelle de la volonté du peuple dans la plupart des pays est devenue évidente. Les principes établis pour l'organisation des élections - générales, égales, directes et secrètes - ont fini par être considérés comme une sorte de loi sociale incontournable, comme s'il ne pouvait en être autrement. Cependant, F.M. Dostoïevski considérait ce vote égal général comme "l'invention la plus ridicule du XIXe siècle".

Le nombre de députés à la Douma d'État de la Fédération de Russie est actuellement de 450, ce qui, avec 110 millions 300 000 électeurs, signifie qu'un député doit tenir compte de l'opinion de 245 000 électeurs, dont il doit représenter les intérêts. Le même nombre de députés - 450 - était dans la Verkhovna Rada d'Ukraine qui, en présence de 36 millions d'électeurs, correspond à un député de 80 000 électeurs. Est-il possible de refléter de bonne foi l'opinion de dizaines et de centaines de milliers d'électeurs par une seule personne, même en principe ? La réponse est évidente.

En outre, l'égalité électorale numérique universelle existante des personnes reflète et suppose faussement la similitude impersonnelle des personnes elles-mêmes dans la société. Dans la vie réelle, les gens ne sont ni égaux ni de valeur égale : un père de famille moral ne doit pas être égal à un fornicateur ou à un adultère, un homme qui travaille dur ne doit pas être égal à un fainéant ou à un ivrogne, un homme intelligent ne doit pas être égal à un fou, etc. Par conséquent, leur égalisation mécanique et leur réduction à la quantité est injuste, sinon les imbéciles (y compris les politiques), les fainéants et les crapules de tous bords peuvent déformer l'opinion populaire réelle.   Pourtant, c'est précisément le système qui fonctionne.

Par conséquent, il s'avère que la société contemporaine n'est pas un organisme national vivant et uni, dans lequel différents corps professionnels sont dispersés dans tout le pays et reliés entre eux de manière inséparable pour former un tout unique, mais un agrégat mécaniquement numérique d'électeurs isolés et identiques - des individus. Mais en réalité, la base de notre vie matérielle sur terre est le labeur et celui-ci, notre labeur national commun, est la principale prémisse systémique de l'organisation de toutes les structures sociopolitiques, y compris les systèmes électoraux."

Colonel Vladimir Vasilievich  Kvachkov (citation)

Colonel V. V. Kvachkov: Apporter non seulement la PAIX, mais aussi la VÉRITÉ en Ukraine !   Une lettre ouverte du Colonel V.V. Kvachkov aux officiers de l'état-major général et du commandement des opérations spéciales (28 mars 2022)

Le socialisme chrétien russe comme base de l'idéologie d'État de la Russie future

(2O mars 2021)

Une conférence religieuse et scientifique intitulée "Le socialisme chrétien russe comme base de l'idéologie d'État de la Russie future" s'est tenue à Moscou le samedi 20 mars. Des académiciens de l'Académie des sciences de Russie, des scientifiques, des experts, des personnalités publiques et politiques et des représentants du clergé ont assisté à la conférence.

L'événement a eu lieu à Moscou, dans la salle du département synodal pour la coopération avec les forces armées et les forces de l'ordre de l'Église orthodoxe russe, rue Bolshaya Serpukhovskaya.

Le socialisme chrétien russe (RCS) désigne une idéologie qui combine le modèle d'économie socialiste et l'éthique chrétienne traditionnelle. Les adeptes de cette idéologie pensent qu'il est possible de combiner le socialisme et l'orthodoxie, ce qui, selon eux, n'a pas pu être fait en URSS. Cependant, les partisans de l'ERS ne comprennent le socialisme que comme un système de relations socio-économiques basé sur la priorité de la propriété publique des moyens de production. Les idéologues de l'ERS considèrent que la différence fondamentale de la future formation de l'État social par rapport au socialisme partisan-communiste de l'URSS réside dans la création d'un système "zemsko-soviétique" de large représentation populaire et d'expression de la volonté.

Ont pris la parole lors de la conférence : le colonel Vladimir Kvachkov, docteur en sciences militaires ("L'idéologie du socialisme chrétien russe en tant que développement de l'idée nationale de la Russie"), le philosophe chrétien Alexander Molotkov ("Le concept de socialisme chrétien en tant que noyau idéologique du nouveau socialisme du XXIe siècle"), Nikolai Somin, docteur en physique et en mathématiques ("Le socialisme orthodoxe en tant qu'idée russe") et d'autres.

Les participants ont également entendu des présentations d'experts de Saint-Pétersbourg, Krasnoyarsk, Samara et d'autres villes russes.

La conférence s'est terminée par l'adoption d'une résolution. Les participants ont également échangé leurs points de vue dans une communication libre.

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Source: http://ooc.su/news/nauchno_religioznaja_konferencija/2021-03-22-35

Lire la suite

Colonel-Général Leonid Ivashov: Appel de l'Assemblée Panrusse des Officiers au Président et aux citoyens de la Fédération de Russie (28 janvier 2022)

27 Mai 2022 , Rédigé par Красный и белый Publié dans #Guerre, #Général Leonid Ivashov, #OTAN, #Russie, #Ukraine

Le colonel-général Leonid Ivashov

Le colonel-général Leonid Ivashov

Leonid Grigorievich a rédigé un Appel au Président et aux citoyens de la Fédération de Russie "La veille de la guerre" :

 

Appel de l'Assemblée panrusse des officiers au Président

et aux citoyens de la Fédération de Russie

(28 janvier 2022)

 

Aujourd'hui, l'humanité vit dans l'attente de la guerre. Une guerre signifie la perte inévitable de vies humaines, la destruction, la souffrance des grandes masses de personnes, la destruction de leur mode de vie et la perturbation des systèmes vitaux des nations et des peuples. Une grande guerre est une grande tragédie, un crime grave. Il se trouve que la Russie s'est retrouvée au centre de cette catastrophe imminente. Et peut-être pour la première fois de son histoire.

Auparavant, la Russie (l'Union soviétique) avait mené une guerre forcée (juste), et généralement lorsqu'il n'y avait pas d'autre issue, lorsque les intérêts vitaux de l'État et de la société étaient menacés.

Et qu'est-ce qui menace l'existence de la Russie elle-même aujourd'hui, et existe-t-il de telles menaces ? On peut affirmer que les menaces sont bel et bien présentes - le pays est sur le point d'achever son histoire. Toutes les sphères vitales, y compris la démographie, ne cessent de se dégrader, et le taux d'extinction des populations bat des records mondiaux. Et la dégradation est de nature systémique, et dans tout système complexe, l'effondrement d'un élément peut entraîner l'effondrement de l'ensemble du système.

Et ceci, à notre avis, est la principale menace pour la Fédération de Russie. Mais il s'agit d'une menace interne, provenant du modèle de l'État, de la qualité du pouvoir et de l'état de la société. Et les raisons de sa formation sont internes : le modèle étatique non viable, l'incompétence totale et le manque de professionnalisme du système de pouvoir et d'administration, la passivité et la désorganisation de la société. Un pays ne vivra pas longtemps dans un tel état.

Quant aux menaces extérieures, elles sont certainement présentes. Mais, selon notre évaluation d'experts, elles ne sont pas critiques pour le moment, menaçant directement l'existence de l'État russe et ses intérêts vitaux. Dans l'ensemble, la stabilité stratégique est préservée, les armes nucléaires sont sous un contrôle fiable, les groupements de forces de l'OTAN ne sont pas renforcés et il n'y a pas d'activité menaçante.

Par conséquent, la situation autour de l'Ukraine est principalement artificielle et sert les intérêts de certaines forces internes, dont la Fédération de Russie.  À la suite de l'effondrement de l'URSS, auquel la Russie (Eltsine) a pris une part décisive, l'Ukraine est devenue un État indépendant, membre de l'ONU, et a le droit à la défense individuelle et collective conformément à l'article 51 de la Charte des Nations unies.

Les dirigeants russes n'ont toujours pas reconnu les résultats du référendum sur l'indépendance de la DNR et de la LNR, alors qu'au niveau officiel, y compris pendant le processus de négociation de Minsk, ils ont souligné à plusieurs reprises que leurs territoires et leur population appartenaient à l'Ukraine.

Il y a également eu des déclarations répétées de haut niveau sur le désir de maintenir des relations normales avec Kiev sans singulariser la RPD et la RPL en tant que relations spéciales.

La question du génocide perpétré par Kiev dans les régions du sud-est n'a pas été soulevée à l'ONU ou à l'OSCE. Naturellement, pour que l'Ukraine reste un voisin amical de la Russie, il était nécessaire qu'elle démontre l'attrait du modèle d'État et du système de gouvernement russes.

Mais la Fédération de Russie ne l'a pas fait, son modèle de développement et son mécanisme de politique étrangère de coopération internationale lui aliènent presque tous ses voisins, et pas seulement.

L'acquisition par la Russie de la Crimée et de Sébastopol et l'incapacité de la communauté internationale à les reconnaître comme russes (ce qui signifie que la grande majorité des États du monde les considèrent toujours comme faisant partie de l'Ukraine) montrent clairement l'échec de la politique étrangère russe et le manque d'attrait de sa politique intérieure.

Les tentatives d'ultimatums et de menaces de recours à la force pour faire "aimer" la Fédération de Russie et ses dirigeants sont inutiles et extrêmement dangereuses.

Le recours à la force militaire contre l'Ukraine remettrait d'abord en question l'existence même de la Russie en tant qu'État ; ensuite, il ferait des Russes et des Ukrainiens des ennemis mortels pour toujours. Troisièmement, il y aura des milliers (dizaines de milliers) de jeunes hommes en bonne santé tués d'un côté et de l'autre, ce qui affectera certainement la situation démographique future de nos pays en voie d'extinction. Sur le champ de bataille, si cela se produit, les troupes russes devront affronter non seulement des soldats ukrainiens, parmi lesquels se trouveront de nombreux enfants russes, mais aussi des soldats et des équipements de nombreux pays de l'OTAN, et les États membres de l'alliance seront obligés de déclarer la guerre à la Russie.

Le président Erdogan de la République de Turquie a clairement indiqué de quel côté la Turquie se battra. Et nous pouvons supposer que les deux armées de campagne et la marine de la Turquie recevront l'ordre de "libérer" la Crimée et Sébastopol, et éventuellement d'envahir le Caucase.  

En outre, la Russie serait clairement placée dans la catégorie des pays menaçant la paix et la sécurité internationale, lourdement sanctionnée, mise au ban de la communauté internationale et susceptible d'être déchue de son statut d'État indépendant.

Le président, le gouvernement et le ministère de la défense ne peuvent ignorer de telles conséquences, ils ne sont pas si stupides.  

Une question se pose : quel est le but réel de provoquer des tensions au bord de la guerre et le déclenchement éventuel d'hostilités à grande échelle ? Le nombre et la composition des troupes formées par les parties - au moins cent mille soldats de chaque côté - indiquent qu'il y en aura. La Russie, en exposant ses frontières orientales, redéploie des formations aux frontières de l'Ukraine.

Selon nous, les dirigeants du pays, se rendant compte qu'ils ne sont pas en mesure de sortir le pays de la crise systémique et que cela peut conduire à un soulèvement populaire et à un changement de pouvoir dans le pays, avec le soutien de l'oligarchie, des fonctionnaires corrompus, des médias fétiches et des services de sécurité, ont décidé d'activer leur ligne politique pour la destruction finale de l'État russe et l'extermination de la population indigène du pays.  

Et la guerre est le moyen de résoudre ce problème afin de s'accrocher pour un temps à leur pouvoir anti-national et de préserver les richesses pillées au peuple. Nous ne pouvons pas supposer d'autre explication.      

Nous exigeons du président de la Fédération de Russie, nous, officiers de la Russie, qu'il renonce à sa politique criminelle consistant à provoquer une guerre, dans laquelle la Fédération de Russie serait seule contre les forces unies de l'Occident, qu'il crée les conditions de la mise en œuvre dans la pratique de l'article 3 de la Constitution de la Fédération de Russie, et qu'il démissionne.

Nous nous adressons à tous les militaires de réserve et retraités, citoyens de la Russie, en leur recommandant d'être vigilants, organisés, de soutenir les demandes du Conseil de l'Assemblée panrusse des officiers, de s'opposer activement à la propagande et au déclenchement de la guerre, de ne pas permettre le conflit civil interne avec utilisation de la force militaire.

Colonel-Général Leonid Ivashov: Appel de l'Assemblée Panrusse des Officiers  au Président et aux citoyens de la Fédération de Russie (28 janvier 2022)

Le colonel-général Leonid Ivashov, président de l'"Assemblée panrusse des officiers" (OOS), a fait une déclaration concernant la réaction du public au discours "A l'aube de la guerre" du Conseil de l'OOS :

Colonel-Général Leonid Ivashov: Appel de l'Assemblée Panrusse des Officiers  au Président et aux citoyens de la Fédération de Russie (28 janvier 2022)

Nous vous invitons à exprimer votre opinion sur cet appel.

Le Président du Conseil de l'OOS, le Colonel Petrov V.P. et moi-même soutenons cet appel et proposons de le soutenir au nom du Conseil.

--------------------

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Source: http://ooc.su/news/obrashhenie_obshherossijskogo_oficerskogo_sobranija_k_prezidentu_i_grazhdanam_rossijskoj_federacii/2022-01-31-79

Articles et entretiens du colonel-général Leonid Ivashov sur ce blog:

https://pocombelles.over-blog.com/tag/general%20leonid%20ivashov/

Sur la "dégradation de la vie en Russie" (Ivashov), sujet tabou en France comme en Occident, polarisés par la dialectique anti-Russie/anti-Poutine et pro-Russie/pro-Poutine qui sert à masquer les effets gravissimes, dans le monde entier, du modèle social, économique et financier actuel, consulter cette sélection d'articles et d'entretiens traduits en français des membres du Club d'Izborsk (dont fait partie le général Ivashov, qui a une position détachée dans ce groupe):

https://pocombelles.over-blog.com/tag/club%20d%27izborsk%20%28russie%29/

Le général Ivashov a toujours eu comme priorité la défense des civils et du peuple russe dans la vie matérielle comme spirituelle, ce qui l'a mis en opposition avec le pouvoir en Russie comme avec le pouvoir occidental et mondialiste (le pouvoir, pas les hommes ni les peuples). Dans l'Appel et dans l'entretien vidéo ci-dessous, il parle de "l'extermination des peuples indigènes de Russie" (par les guerres extérieures, la misère intérieure, la politique d'immigration en provenance du Sud et la "russophobie").

Le général Ivashov écrivait déjà en 2008:

"Déjà, Zbigniew Brzezinski écrivait que les États-Unis devaient concentrer leurs efforts pour arracher l'Ukraine et la Biélorussie à la Russie afin de transformer notre pays de puissant géant eurasien en un État régional asiatique."
   "Ils vont essayer de nous enfoncer, de provoquer le déclenchement d'hostilités sur le territoire ukrainien. Peut-être en Crimée, peut-être ailleurs. Les Ukrainiens ne réaliseront qu'alors qu'ils sont devenus une victime du jeu géopolitique américain."
   "Ils vont la diviser comme la Yougoslavie. Et nous ne devons pas nous bercer de l'illusion que lorsque l'Ukraine sera divisée, la Crimée tombera aux mains de la Russie. Il y a assez de prétendants là-bas sans nous. Ne soyez donc pas idiots et ne jouez pas le jeu de ceux qui parlent de la désintégration de l'Ukraine comme d'une bonne chose pour notre pays."

"Défendre la Russie contre Poutine"

Leonid Ivashov et Yuri Boldyrev, interviewés par Igor Goncharov

10 févr. 2022

Dans ce pays, il y a des ennemis du peuple. (Général-colonel Leonid Ivashov, en parlant de la Russie).

Quelques-uns des très nombreux commentaires au sujet de cet entretien, traduits du russe en français:

Timofei Fedosimov
il y a 3 mois
L'élimination des "voleurs au pouvoir" est nécessaire pour que le peuple, les citoyens de Russie, puissent commencer une vie significative. Unissez-vous. La force de l'esprit.
489
N Orion
il y a 3 mois (modifié)
Leonid Ivashov a tout dit correctement. Seuls les ennemis du peuple pourraient déclencher la guerre entre la Russie et l'Ukraine.
202
mari eva
il y a 3 mois.
Le peuple, les mères de la Russie n'ont pas besoin de guerre, nous avons besoin de nos enfants en bonne santé et heureux !!!!.
445
Elena Dolgopolova
il y a 3 mois (modifié)
Non, camarade Boldyrev. S'il y a une guerre, personne qui pense n'ira à la guerre. Ce ne sera pas pire que sous Poutine. Qui ira à la guerre pour Medvedev, Gref, Golikova, Rotenberg, Timchenko etc... ?
251
Mikhail Vendetta
il y a 3 mois (modifié)
Un domaine est en plein développement : les services rituels, qui deviendront bientôt un service public. L'État nous enterrera gratuitement.
407
Fiksa
il y a 3 mois.
Nous devons renverser ces autorités et les poursuivre en justice, pas leur adresser la parole, ces appels sont comme s'adresser à un maniaque et lui demander de ne plus le faire. C'est stupide !
532
Ivan Fiable
Ivan Y a 3 mois
Respect à vous les gars, vous faites un excellent travail, je pense que beaucoup de gens vont vous soutenir.
80
Timofey Fedosimov
il y a 3 mois
La Russie devrait être dirigée par un homme, pas par la Banque centrale et Poutine. C'est le seul moyen. L'élimination des "voleurs au pouvoir" est nécessaire pour que le peuple, les citoyens de Russie, puissent commencer une vie significative. Unissez-vous. La force de l'esprit.
730
Timofey Fedosimov
il y a 3 mois
Le problème de la Russie, ce sont les "voleurs au pouvoir", qui se tiennent derrière l'administration présidentielle, la Douma d'État. Ils volent la vie des gens, les empêchant de vivre pleinement leur vie. L'Occident est dans le coup. Unissez-vous, la force est dans l'esprit.
193
Elena Nikiforova
il y a 3 mois
Merci aux deux participants pour leur courage, leur dignité, leur responsabilité et leur amour du pays et du peuple !
128
Galina Rusalochka
il y a 3 mois (modifié)
La situation dans le pays est épouvantable. Merci à Leonid Ivashov, pour un message aussi sérieux au "Commandant en chef" et à tout le peuple de Russie.
184
Elena Semina.
il y a 3 mois
Notre principal ennemi est à l'intérieur du pays !
169
Olga Loseva
il y a 3 mois
"..... Nous sommes trompés par tout le monde et partout !" -- C'est toute l'histoire !  Plus longtemps Poutine est au pouvoir, plus nous perdons en tout.
75
Olga M.
il y a 3 mois
La renaissance de la patrie et la préservation de la nation devraient être une priorité politique, c'est par là que nous devrions commencer, mais cela devrait être fait par des hommes d'État patriotes... Merci à tous pour cette émission d'actualité.
151
Viktoria Barkova
il y a 3 mois (modifié)
Je soutiens Ivashov. Les Russes et les Ukrainiens ne devraient pas se battre - nous sommes un seul peuple.
36
Raisa Gorlova.
il y a 3 mois
Merci, général ! Pour la conscience et l'honneur !
81
♡AisT♡
il y a 3 mois (modifié)
Cher Leonid Grigorievich ! !! Merci de protéger nos enfants🙏
237
Valera Kaberets
il y a 3 mois
En tant que citoyen, je souscris à chaque mot prononcé par Ivashov. Le peuple devrait soutenir le général et destituer le président.
80
Irina B.
il y a 3 mois
Respect au patriote Général Ivashov !
83
Ivan Muranov
il y a 3 mois
Il est très positif que des officiers instruits et intelligents, guidés par des objectifs nobles et patriotiques, aient créé une organisation publique aussi puissante et ramifiée, qui peut sauver la Russie de la désintégration.
230
Alexey Zemlyak
il y a 3 mois
Merci pour votre patriotisme.
90
Elena Semina
il y a 3 mois
Nous, citoyens de Russie, devons nous opposer fermement à la guerre que mène notre gouvernement !
306
Liudmila Penkova
il y a 3 mois
Êtes-vous vraiment sûrs que l'homme qui est venu pour voler, dévaliser et détruire les gens partira de lui-même, en sachant ce qui l'attend ! Tu es naïf ! !!
68
Mahmud Sayranov
il y a 3 mois
Il n'a pas eu peur et a soulevé la question la plus importante, grâce à lui.
68
natasha lescshenko
il y a 3 mois
Le pire est que les citoyens ordinaires voient tout cela, mais que ce "gouvernement" ne voit rien et n'entend rien...
218
Tatiana Ismagilova
il y a 3 mois
Tous signent cet appel des vrais fils de la Russie ! Ce sont de vrais fils, braves, sages et courageux comme doivent l'être les guerriers.
221
Elena
Cela fait 3 mois
Merci beaucoup d'avoir exprimé l'opinion de millions de personnes raisonnables.
96
prosa
il y a 3 mois
Leonid Grigorievich, je vous salue et vous respecte pour votre analyse professionnelle, votre responsabilité et votre courage ! Grand respect à tout le personnel de l'assemblée des officiers !

Colonel-Général Leonid Ivashov: Appel de l'Assemblée Panrusse des Officiers  au Président et aux citoyens de la Fédération de Russie (28 janvier 2022)

Le général Ivashov, "patriote national", s'oppose à la guerre avec l'Ukraine

Svoboda.org


Le général Ivashov, "patriote national", s'oppose à la guerre avec l'Ukraine

Le colonel-général à la retraite Leonid Ivashov, connu pour ses opinions pro-soviétiques et national-patriotiques, s'exprimant en tant que président de l'Assemblée des officiers de toute la Russie, a lancé un appel contre la guerre de la Russie avec l'Ukraine. Il a accusé les dirigeants russes et le président Vladimir Poutine de préparer une telle guerre et l'a appelé à démissionner.

L'appel est daté du 31 janvier. La veille, le politologue Ivan Preobrazhensky a attiré l'attention sur ce sujet, puis d'autres commentateurs sur Internet.

Selon Ivashov, "Auparavant, la Russie (l'URSS) menait une guerre forcée (juste), et généralement lorsqu'il n'y avait pas d'autre issue, lorsque les intérêts vitaux de l'État et de la société étaient menacés. Cependant, aujourd'hui, comme l'écrit le général, la seule menace pour l'existence de la Russie est la dégradation de sa vie intérieure. Les menaces extérieures "ne sont pas critiques pour le moment". "La stabilité stratégique est généralement préservée, les armes nucléaires sont sous contrôle fiable, les forces de l'OTAN ne sont pas renforcées et aucune activité menaçante n'a lieu", écrit Ivashov.

Selon l'appel, l'Ukraine, en tant qu'État indépendant, a le droit à la défense individuelle et collective. "Naturellement, pour que l'Ukraine reste un voisin amical de la Russie, il était nécessaire qu'elle démontre l'attrait du modèle d'État et du système de pouvoir russes", écrit Ivashov. Il note également que l'écrasante majorité des pays du monde ne reconnaissent pas la Crimée et Sébastopol annexées comme russes, ce qui "montre de manière convaincante l'échec de la politique étrangère russe et le manque d'attrait de la politique intérieure."

Selon le général, l'utilisation de la force militaire contre l'Ukraine "premièrement, cela remettrait en question l'existence de la Russie elle-même en tant qu'État, et deuxièmement, cela ferait des Russes et des Ukrainiens des ennemis mortels pour toujours." Ivashov craint également l'entrée des pays de l'OTAN, notamment la Turquie, dans le conflit. "En outre, la Russie sera sans ambiguïté placée dans la catégorie des pays menaçant la paix et la sécurité internationale, soumise aux sanctions les plus lourdes, transformée en paria de la communauté mondiale et probablement privée du statut d'État indépendant", estime le général. Il estime que la Russie "provoque des tensions au bord de la guerre" afin de distraire la population de ses problèmes internes. L'appel exige que le président "abandonne sa politique criminelle de provocation de la guerre".
politique criminelle de provocation de la guerre".

M. Ivashov a dirigé la principale direction de la coopération militaire internationale du ministère russe de la défense de 1996 à 2001 et a occupé d'autres postes élevés au sein du ministère de la défense. Il s'est fait connaître, entre autres, par ses évaluations très négatives de l'opération de l'OTAN contre la Serbie en 1999. Après sa retraite, il est apparu dans le journal Zavtra et dans d'autres médias pour critiquer les politiques des autorités russes dans une perspective de "puissance nationale". Il a également critiqué l'OTAN et l'Occident.
"L'Assemblée panrusse des officiers est une organisation publique qui rassemble des officiers de réserve aux opinions prosoviétiques et national-patriotiques. Ses dirigeants comprennent, par exemple, le colonel Vladimir Kvachkov* et d'autres personnalités connues.
Ces dernières semaines, la Russie a concentré un important groupe armé près de la frontière ukrainienne. Des unités et des équipements supplémentaires sont arrivés pour des exercices en Biélorussie. Les pays occidentaux craignent que la Russie ne lance une invasion à grande échelle en Ukraine. Moscou nie les préparatifs d'une telle invasion.

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com/Translator

Source: https://www.svoboda.org/a/natsional-patriot-general-ivashov-vystupil-protiv-voyny-s-ukrainoy/31689732.html

* NDLR: https://www.youtube.com/watch?v=ijXN22g-0Q8

Le discours du général Ivashov - un appel anti-guerre ou une provocation politique ?
7 février 20:03
Public Opinion (Russie)

Le 31 janvier 2022, l'adresse de l'Assemblée panrusse des officiers au président et aux citoyens de la Fédération de Russie a été publiée. L'auteur du message était le général colonel à la retraite Leonid Grigorievich Ivashov, président de l'"Assemblée des officiers de toute la Russie", une personnalité publique connue pour ses opinions national-patriotiques et connue pour ses déclarations anti-occidentales plus que dures. Dans son discours, Leonid Ivashov s'est déclaré opposé à la guerre de la Russie avec l'Ukraine ; il a reproché aux dirigeants russes de provoquer un conflit militaire "au bord de la guerre" afin de détourner l'attention des citoyens des problèmes internes du pays. En outre, M. Ivashov a appelé le président Vladimir Poutine à se retirer.

          La question se pose de savoir ce qui se cache derrière cet appel : la position personnelle du patriote ou la démarche politique d'une "troisième force" qu'Ivashov représente actuellement.

La guerre est un crime grave

            Malgré toutes les réprimandes ouvertes aux autorités russes contenues dans l'appel, son objectif principal est néanmoins une protestation publique contre la guerre qui, comme le disent les auteurs du texte, s'avérera être non seulement une cause de souffrances, de victimes et de destruction, mais aussi "une énorme tragédie". Le colonel-général à la retraite qualifie les initiateurs du déclenchement du conflit militaire de criminels potentiels commettant un "crime grave".

"Aujourd'hui, l'humanité vit dans l'attente de la guerre. Une guerre signifie la perte inévitable de vies, la destruction, la souffrance de grandes masses de personnes, la destruction de leur mode de vie habituel, la perturbation des systèmes de vie des nations et des peuples. Une grande guerre est une grande tragédie, le crime grave de quelqu'un. Il se trouve que la Russie s'est retrouvée au centre de cette catastrophe imminente. Et peut-être pour la première fois de son histoire", déclare le général au début de son discours public au président et aux citoyens de la Fédération de Russie.

          Leonid Ivashov est un adepte du choix soviétique, et dans son message ouvertement anti-guerre, il souligne également qu'à l'époque soviétique, le pays n'a mené que des guerres justes, effectivement forcées, dans l'intérêt de l'État et pour protéger ses citoyens. Toutefois, aujourd'hui, comme l'écrit le colonel-général à la retraite, c'est la politique intérieure qui s'est affaiblie, mais il n'y a pas de défis extérieurs sérieux, et la principale menace pour la sécurité de la Russie est sa propre dégradation morale. La conclusion de cette déclaration est que la politique étrangère de ces derniers mois est défectueuse et comporte le risque d'une guerre majeure inutile pour le pays, non seulement avec l'Ukraine, mais aussi avec la coalition de soutien des pays de l'OTAN, dont la Turquie. Leonid Ivashov ne trouve aucune justification à une telle dureté.

          Qu'est-ce qui menace l'existence de la Russie elle-même, demande-t-il, et y a-t-il de telles menaces ?" Et il y répond lui-même : "On pourrait dire qu'il y a effectivement des menaces - le pays est sur le point d'achever son histoire. Toutes les sphères vitales, y compris la démographie, ne cessent de se dégrader, et le taux d'extinction des populations bat des records mondiaux. Et la dégradation est de nature systémique et dans tout système complexe, la destruction d'un élément peut entraîner l'effondrement de l'ensemble du système".

          Leonid Grigorievich note dans son discours que le modèle actuel de l'État russe pose un sérieux problème pour la situation à l'intérieur du pays, et que la qualité du pouvoir et le climat social en général laissent beaucoup à désirer.  "... le modèle non viable de l'État, l'incapacité totale et le manque de professionnalisme du système de pouvoir et d'administration, la passivité et la désorganisation de la société. Un pays ne vivra pas longtemps dans cet état", souligne l'auteur de l'allocution.

A propos de l'indépendance de l'Ukraine

Le chef de l'assemblée des officiers est sans ambiguïté sur la souveraineté et la possibilité pour le pays de riposter : "<...> la situation autour de l'Ukraine est, tout d'abord, artificielle, intéressée par certaines forces internes, y compris la Fédération de Russie.  À la suite de l'effondrement de l'URSS, auquel la Russie (Eltsine) a pris une part décisive, l'Ukraine est devenue un État indépendant, membre de l'ONU, et conformément à l'article 51 de la Charte des Nations unies, elle a le droit à la défense individuelle et collective".

L'appel indique également que le modèle étatique obsolète de la Fédération de Russie entrave actuellement les relations de bon voisinage avec l'Ukraine. L'auteur précise que pour résoudre ce problème, il faut changer le modèle étatique afin de ne pas s'aliéner "pratiquement tous les voisins, et pas seulement".  "Les tentatives, par le biais d'ultimatums et de menaces de force, de faire "tomber amoureux" la Fédération de Russie et ses dirigeants sont dénuées de sens et extrêmement dangereuses", souligne l'auteur.

Prévisions

Plus loin dans son discours, Ivashov analyse la situation aiguë d'un éventuel affrontement militaire entre les deux États, prédisant certains développements en cas de confrontation : "L'utilisation de la force militaire contre l'Ukraine, premièrement, remettra en question l'existence de la Russie elle-même en tant qu'État ; deuxièmement, fera des Russes et des Ukrainiens des ennemis mortels pour toujours. Troisièmement, il y aura des milliers (dizaines de milliers) de jeunes hommes en bonne santé tués d'un côté et de l'autre, ce qui affectera certainement la situation démographique future de nos pays en voie d'extinction. Sur le champ de bataille, si cela se produit, les troupes russes devront affronter non seulement des soldats ukrainiens, parmi lesquels se trouveront de nombreux Russes, mais aussi des soldats et du matériel de nombreux pays de l'OTAN, et les États membres de l'alliance seront obligés de déclarer la guerre à la Russie".

Il est évident que si ces lignes avaient été écrites par Grigory Yavlinsky ou Leonid Gozman, voire Alexei Kudrin ou Ksenia Sobchak, elles n'auraient pas eu d'écho. De la part de chacune de ces personnalités publiques, un tel pronostic aurait été tout à fait attendu. C'est une sensation que de telles prédictions n'aient été faites par personne d'autre que probablement le plus anti-occidental de tous les auteurs russes anti-occidentaux écrivant sur la guerre et la sécurité, l'organisateur de la célèbre marche des troupes russes sur Pristina en été 1999, qui a amené notre pays au bord d'un affrontement militaire avec l'OTAN pour la première fois depuis l'effondrement de l'URSS. L'événement nécessite une certaine interprétation, mais curieusement, presque aucun des commentateurs ne la fournit.

En attendant, l'appel de Leonid Ivashov a provoqué une certaine réaction.

Le jour de la publication, l'analyste politique libéral Ivan Preobrazhensky a réagi à la lettre ouverte d'Ivashov en la commentant sur son Facebook Le post de l'analyste politique mentionnant la lettre d'Ivashov a suscité une forte réaction et de nombreux commentaires.

"Leonid Ivashov, depuis ses positions sur les Cent Noirs, a attaqué la politique ukrainienne de Poutine.  Cela rappelle le passage à l'opposition à Nicolas II par les nationalistes russes au début du 20e siècle", écrit Ivan Preobrazhensky dans son billet.

Preobrazhensky cite ensuite plusieurs citations du message d'Ivashov, ainsi qu'un commentaire : "Le lien vers la déclaration complète d'Ivashov dans le premier commentaire. Cela ressemble à une absurdité schizophrénique par endroits, mais il montre bien la logique et il est difficile de ne pas être d'accord avec la conclusion finale - fuck the war - des militaristes russes."

Autres déclarations anti-guerre

Le manifeste anti-guerre de Leonid Ivashov n'est, bien sûr, pas isolé. Le 30 janvier, le blog du site de la station de radio Ekho Moskvy a publié une "Déclaration des partisans de la paix contre le parti de la guerre au sein de la direction russe". Il affirme que "les citoyens russes deviennent effectivement les otages de l'aventurisme criminel dans lequel se transforme la ligne de la politique étrangère de la Russie. "Mais personne ne demande aux citoyens de la Russie. Il n'y a pas de débat public. Un seul point de vue est présenté à la télévision d'État, et c'est celui des partisans de la guerre. Il y a des menaces militaires directes, des agressions et de la haine envers l'Ukraine, l'Amérique et les pays occidentaux. Mais le plus dangereux est que la guerre est présentée comme un développement permis et inévitable. Les gens sont trompés et corrompus et l'idée d'une guerre sainte avec l'Occident leur est imposée au lieu de développer le pays et d'améliorer le niveau de vie de ses citoyens. La question du prix est hors de question, mais les gens ordinaires devront le payer - un prix énorme et sanglant", écrivent les auteurs de la déclaration, dont le militant des droits de l'homme Lev Ponomaryov, le politicien Leonid Gozman, l'actrice Liya Akhedzhakova, le musicien Andrei Makarevich et d'autres. Cette déclaration est passée pratiquement inaperçue, car il s'agissait de l'expression attendue de personnes ayant une position publique déjà bien connue.

Avis d'experts indépendants

Lors du débat sur le site PublicO, les experts ont exprimé différents points de vue sur les raisons de la lettre d'Ivashov et son contenu. Mikhail Ilyin, docteur en sciences politiques et spécialiste de la géopolitique et des études de communication, estime que la réponse à l'appel devrait être une explication cohérente de ce qui se passe par rapport à l'Ukraine de la part des responsables. "Le général Ivashov est certainement un homme compétent dans son domaine de la science militaire, qui fait autorité. Il est compétent dans ce domaine, mais parfois il se met à spéculer sur la géopolitique et va au-delà de ses compétences. Sa "géopolitique" ne résiste pas à la critique. Il s'agit plutôt d'une pseudo-science qui discrédite mes propres recherches universitaires", a déclaré M. Ilyin au site PublicO.

L'histoire de la lettre de Leonid Ivashov ressemble presque à une "image miroir" d'un scandale aujourd'hui oublié, avec un article de Vladislav Surkov, qui a publié en novembre 2021 un texte assez militariste intitulé "Où est passé le chaos ? Déballer la réalité". Dans cette chronique, publiée sur le site Aktualnye Kommentarii, M. Surkov soutenait que l'expansion militaire était inévitable pour une Russie qui avait perdu son "consensus sur la Crimée" et qui retrouvait son rôle impérial avec ses inévitables interventions militaires. Alors que personne ne s'attendait à du "militarisme" avec des notes expansionnistes de la part de Vladislav Surkov, au contraire, personne ne pouvait s'attendre à du "pacifisme" de la part de Leonid Ivashov. Il est peu probable qu'un tel basculement soit uniquement le résultat de l'autodétermination personnelle des deux politiciens. Il semble que les discussions sur la "guerre" cachent un sous-texte politique que le pays et le monde devront bientôt démêler.

Elena Ostrovskaya, correspondante spéciale de PublicO

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com/Translator

Source: https://publico.ru/news/obrashhenie-generala-ivashova-antivoennyj-prizyv-ili-politicheskaya-provokacziya/

Lire la suite

Paul Craig Roberts: Vladimir Poutine en Robert E. Lee

20 Mai 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Guerre, #Paul Craig Roberts, #Politique, #Russie, #USA, #OTAN

Robert E. Lee (1807-1870)

Robert E. Lee (1807-1870)

May 20, 2022

Vladimir Poutine en Robert E. Lee

Paul Craig Roberts

Comme les lecteurs le savent, je fais souvent référence à la tolérance de Poutine, c'est-à-dire à sa tolérance, sa patience et sa maîtrise de soi. J'admire la tolérance de Poutine, qui persiste malgré le fait qu'il ne reçoive jamais aucune reconnaissance ni aucun crédit pour cela.  Ce qui m'inquiète, c'est que l'abstention de Poutine ne sert ni lui ni la Russie.  La raison en est que le monde occidental ne reconnaît ni ne valorise plus le code moral qui définissait autrefois la civilisation occidentale. Aujourd'hui, dans le monde occidental, il n'y a que deux valeurs : l'argent et le pouvoir.

Il y a longtemps qu'aucun chef militaire américain ou européen n'a dit quelque chose qui ressemble à ce que Robert E. Lee a dit aux soldats qui composaient l'armée de Virginie du Nord :

"Nous ne faisons la guerre qu'à des hommes armés, et nous ne pouvons pas nous venger des torts que notre peuple a subis sans nous abaisser aux yeux de tous ceux dont l'horreur a été excitée par les atrocités de nos ennemis, et sans offenser Dieu à qui appartient la vengeance."

De nombreux soldats de l'Union, en particulier ceux sous le commandement des généraux Sherman et Sheridan, qui détestaient les Sudistes, ont soumis les populations civiles du Sud au viol et au pillage.  Ils brûlaient les maisons et abattaient le bétail, laissant les femmes et les enfants sans protection contre l'hiver et la famine.  L'objectif de la proclamation d'émancipation du président Lincoln était de créer une rébellion d'esclaves au sein de la Confédération afin que les troupes confédérées abandonnent la guerre pour rentrer chez elles et protéger leurs femmes et leurs enfants.  Comme l'a dit le propre secrétaire d'État de Lincoln, le président a "libéré" les esclaves uniquement dans les régions où nous ne sommes pas présents et les a laissés en esclavage là où nous commandons.  Comme aucun esclave ne s'est rebellé, les efforts de Lincoln pour infliger des viols et des meurtres aux femmes et aux enfants du Sud ont échoué.

Dans ces années passées, lorsque les Etats-Unis avaient encore des historiens, au lieu des propagandistes du Projet 1619 d'aujourd'hui, l'indulgence de Lee était la base de sa grande réputation parmi les officiers militaires américains. Pendant la présidence d'Eisenhower, le portrait de Lee était accroché aux murs du bureau ovale. L'effondrement des mœurs américaines a été si total qu'aujourd'hui, la statue de Robert E. Lee a été retirée de Richmond, en Virginie, la ville qu'il a protégée de la rapine et de la destruction.

La Seconde Guerre mondiale, telle que menée par Roosevelt et Churchill, était une guerre contre les civils. L'armée de l'air britannique a été construite et utilisée pour bombarder les zones résidentielles allemandes.  Une fois Washington entré en guerre, l'armée de l'air américaine a suivi la même pratique.  Le bombardement de Dresde par les Britanniques et les Américains est l'un des pires crimes de guerre de l'histoire, tout comme les bombes atomiques larguées sur les populations civiles de deux villes japonaises alors que les Japonais tentaient de se rendre.  Au cours des premiers mois de la Seconde Guerre mondiale, Hitler a interdit à l'armée de l'air allemande de bombarder des zones civiles en Grande-Bretagne. Ce sont les bombardements incessants de civils allemands qui ont contraint Hitler à revenir sur sa politique.

Lorsque l'on considère les crimes de guerre massifs commis par les États-Unis contre les civils allemands et japonais, il est étonnant que ces personnes soient si fermement attachées à la volonté de Washington.

Rappelez-vous le Vietnam, le napalm et l'agent orange largués sur les villageois, la photo de la petite fille nue fuyant les flammes, les bombardements incessants de civils en Irak, en Afghanistan, en Libye, les mariages, les funérailles, les matchs de football des enfants, le bombardement par les néonazis ukrainiens, avec le soutien de la presse libérale américaine, de civils dans le Donbass.  L'Occident mène la guerre par la terreur.

Avant d'envoyer les soldats russes dans le Donbass, Poutine leur a dit que la Russie ne combattait pas de cette manière.  Il leur a interdit d'utiliser des armes lourdes dans les zones civiles.  Ce sont les lâches militaires ukrainiens et les voyous néo-nazis d'Azov qui se sont réfugiés parmi les civils où ils pouvaient tirer à l'arme lourde et ne pas être visés par les armes lourdes russes.

Comme Lee, pour Poutine, l'abstention est une vertu, un principe moral que l'on ne sacrifie pas pour la guerre. Comme Lee, Poutine a dit aux troupes que "nous ne faisons la guerre qu'aux hommes armés".

Poutine s'en est tenu à cette politique en dépit du fait que le récit le dépeint comme un criminel de guerre assassinant des femmes et des enfants.  En d'autres termes, Poutine ne limite pas l'usage de la violence contre les civils parce qu'il espère être crédité de son abstention, mais parce que c'est une vertu à laquelle il tient.

Quand on regarde honnêtement, on voit clairement que la vertu que l'Occident revendique n'existe pas.

Mon problème avec l'abstention de Poutine est que non seulement elle n'est plus une vertu admirée en Occident, mais qu'elle est si étrangère à l'esprit occidental moderne qu'elle est interprétée comme de l'indécision et de la faiblesse.  En conséquence, les provocations de la Russie se multiplient et s'aggravent.  En bref, l'abstention de Poutine entraîne le franchissement de lignes rouges qui se solderont par une guerre nucléaire.

Le problème de Poutine est unique dans le monde moderne.  Sa vertu d'abstention est ce qui conduit le monde à la guerre nucléaire.  Sa vertu est perçue comme une faiblesse contre laquelle des pressions plus menaçantes peuvent être exercées. La question est de savoir si l'abstention de Poutine entraînera l'Armageddon.

C'est la raison pour laquelle j'ai dit, et non par esprit sanglant, que l'utilisation de la force militaire par le Kremlin en Ukraine devait être impressionnante et se conclure rapidement par un succès total afin d'établir à Washington et dans les capitales européennes que la politique consistant à titiller l'ours est un jeu de dupes qui entraîne une mort et une destruction certaines.  

Si la Russie avait livré une guerre éclair à l'Ukraine, les gouvernements européens seraient en train de se désengager de l'OTAN, et non d'essayer de la rejoindre. Washington reconnaîtrait que la politique d'hégémonie américaine des néoconservateurs est extrêmement coûteuse.  Des voix pourraient s'exprimer en faveur d'une politique plus modérée.  

Au lieu de cela, nous avons un récit de la perte et de la défaite russes, et pas un seul pays n'a le moins du monde peur d'offenser la Russie.  Les armes, l'argent, le soutien diplomatique aux nazis ukrainiens affluent du monde occidental.  Hier, le journal national de la capitale du monde occidental, le Washington Post, a fait un éditorial :  "Le monde ne doit pas oublier les défenseurs de Mariupol.  Ils sont des héros."

Les "héros" sont les voyous néo-nazis d'Azov, une collection de criminels de guerre, dont beaucoup sont susceptibles d'être jugés par les tribunaux russes pour crimes de guerre.  Cet éditorial devrait nous dire tout ce que nous devons savoir sur l'Occident dépravé.  Est-ce qu'il dit quelque chose à Poutine ?

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com/Translator

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2022/05/20/vladimir-putin-as-robert-e-lee/

 

Paul Craig Roberts

Paul Craig Roberts

Lire la suite

Paul Craig Roberts: L'erreur de Poutine

20 Mai 2022 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Guerre, #OTAN, #Russie, #Paul Craig Roberts, #USA

Paul Craig Roberts: L'erreur de Poutine

19 mai 2022

L'erreur de Poutine

Paul Craig Roberts

Vladimir Poutine, président de la Russie, est la personne la plus diabolisée dans le monde occidental depuis Oussama ben Laden et Adolf Hitler.  Hillary Clinton dit que Poutine est "le nouvel Hitler". Le président américain Biden affirme que Poutine est trop mauvais pour être autorisé à rester en fonction.  

Malgré ces caractérisations dures du dirigeant russe, le Kremlin n'a que récemment renoncé à négocier la paix avec l'Occident et avec la marionnette ukrainienne de l'Occident.  En effet, il n'est pas certain que le Kremlin ait déjà vu l'écriture sur le mur.  Les intégrationnistes atlantistes opèrent toujours en Russie et sont toujours prêts à renoncer à la souveraineté russe pour s'intégrer à l'Occident.  Poutine semble incapable ou peu désireux de se débarrasser de ces Russes qui contraignent la politique étrangère et économique russe dans l'intérêt de l'Occident.

L'erreur de Poutine est qu'il est un libéral universitaire américain des années 1950, un croyant dans le droit international, dans le respect mutuel et la coopération, dans la résolution des conflits par la diplomatie.  Poutine et la Russie sont en difficulté parce que Poutine continue de croire en un comportement moral alors que l'Occident a clairement indiqué que la seule valeur est l'hégémonie américaine.

Si Poutine était vraiment le nouvel Hitler, il n'y aurait pas d'Ukraine, ni d'Europe, et probablement pas d'États-Unis.

L'histoire de Poutine, qui a accepté les provocations occidentales, a empêché l'Armageddon tout en nous y conduisant. L'extraordinaire lenteur du Kremlin à reconnaître une menace et à prendre des mesures pour y remédier a appris à Washington et à ses marionnettes que la Russie n'a pas de ligne rouge.  

Par conséquent, de nombreuses lignes rouges ont été franchies.  La Russie se plaint, mais ne fait rien ou presque. Le résultat est que l'Occident considère les avertissements de guerre nucléaire de la Russie comme de simples fanfaronnades.  

L'Occident ne prend plus la Russie au sérieux.  Même des États minuscules et militairement impuissants n'hésitent pas à insulter et à provoquer la Russie.

L'intervention russe limitée et lente dans l'est de l'Ukraine a permis à l'ensemble de l'Occident de s'impliquer dans la guerre en envoyant des armes à l'Ukraine, en fournissant à l'Ukraine des renseignements pour attaquer les forces russes, en coopérant avec les sanctions de Washington et en contrôlant le récit de la guerre dans l'intérêt de l'Ukraine. Il ne fait aucun doute que les États-Unis et l'OTAN sont des combattants dans la guerre contre la Russie.

Malgré les avertissements, la Russie continue d'ignorer militairement ce fait.  Combien de temps cela peut-il durer ?

Nous courons le risque d'une guerre nucléaire, non pas à cause de l'agression russe, mais à cause des réponses limitées et faibles de la Russie aux provocations extrêmes.  L'Occident a conclu du libéralisme à l'ancienne de Poutine que la Russie est faible et peut être bousculée.

C'est cette conclusion qui entraînera une guerre nucléaire, à moins que les Russes ne se rendent à l'Occident et ne deviennent une autre marionnette comme l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni.

Traduit de l'américain par Le Rouge et le BLANC avec www.DeepL.com/Translator

SOURCE: https://www.paulcraigroberts.org/2022/05/19/putins-mistake/

Lire la suite

Provoquer une guerre nucléaire avec la Russie - Dr. Paul Craig Roberts - 3 mai 2022 - Par Greg Hunter's USAWatchdog.com

18 Mai 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Guerre, #OTAN, #Paul Craig Roberts, #Politique, #Russie, #USA

Provoquer une guerre nucléaire avec la Russie - Dr. Paul Craig Roberts  - 3 mai 2022  - Par Greg Hunter's USAWatchdog.com

Provoquer une guerre nucléaire avec la Russie - Dr. Paul Craig Roberts
Le 3 mai 2022

Par Greg Hunter's USAWatchdog.com

Le Dr Paul Craig Roberts (PCR), ancien secrétaire adjoint au Trésor et journaliste international primé, avertit que l'OTAN et les États-Unis provoquent délibérément une guerre nucléaire avec la Russie en Ukraine.  PCR explique : "Au milieu d'une situation grave qui peut déjà devenir incontrôlable, on ajoute de nouvelles provocations.  Il est clair que Washington a l'intention de pousser ces provocations à leur paroxysme.  Dans un monde normal et sain, tout le monde comprendrait qu'il est irresponsable de faire entrer la Finlande et la Suède dans l'OTAN, surtout en ce moment. . . . Les Russes ont une tolérance élevée pour les provocations et, par conséquent, les provocations que l'Occident commet n'ont jamais de coût, et elles augmentent en nombre et en gravité.  À un moment donné, ces provocations sont tout simplement trop lourdes à supporter, et c'est là que l'on franchit la ligne et que la situation devient nucléaire. . . . Jusqu'à quel point pouvez-vous les provoquer et ils se lâchent et c'est la pagaille ?  Je vois que tout ce que fait Washington est conçu pour provoquer davantage la Russie."

Selon PCR, les gens ne réalisent pas à quel point la politique de l'administration Biden/Obama est dangereuse vis-à-vis de la Russie.  Ce genre de provocation de la Russie n'a tout simplement jamais eu lieu auparavant.  PCR déclare : "Cela me semble dangereusement irresponsable.  Aucun autre président dans notre histoire n'a jamais fait cela.  Personne pendant la guerre froide n'a provoqué la Russie.  Cela ne s'est tout simplement pas fait, vous avez évité cela.  Vous avez essayé de parvenir à un accord raisonnable, comme Kennedy l'a fait avec Khrouchtchev et, plus tard, comme Reagan l'a fait avec Gorbatchev.  Donc, ce à quoi nous assistons est sans précédent.  C'est pourquoi c'est dangereux.  Washington fait tout ce qu'il peut imaginer pour provoquer la Russie."

Pour conclure, PCR déclare : "À un moment donné, la foudre va frapper quelqu'un au Kremlin, et ils vont dire que nous sommes en guerre et que c'est la troisième guerre mondiale.  Il faut que ça arrive.  Pourquoi n'est-ce pas la Troisième guerre mondiale ?  Nous envoyons encore 33 milliards de dollars à l'Ukraine."

Nous trébuchons vers une guerre nucléaire.  PCR dit : "C'est l'avenue sur laquelle nous nous dirigeons, et il n'est pas possible d'en discuter, sauf à rejeter la faute sur Poutine".

Rejoignez Greg Hunter de USAWatchdog.com alors qu'il s'entretient en tête-à-tête avec le Dr Paul Craig Roberts, journaliste primé, le 5.03.22. (Il y a beaucoup plus dans l'interview de 55 minutes).

https://usawatchdog.com/provoking-nuclear-war-with-russia-dr-paul-craig-roberts/

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com/Translator

Les livres de Paul Craig Roberts:

https://www.paulcraigroberts.org/pages/books/

Lire la suite

Paul Craig Roberts: Les tambours de la guerre battent plus fort

13 Mai 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Chine, #Europe, #Guerre, #OTAN, #Paul Craig Roberts, #Politique, #Russie

12 mai 2022

Les tambours de la guerre battent plus fort

Paul Craig Roberts

Mes pressentiments/prédictions concernant la guerre limitée et lente du Kremlin en Ukraine s'avèrent exacts.  Poutine et la Russie sont diabolisés.  Des sanctions sans précédent équivalant à du piratage et du vol ont été imposées à la Russie. Les États-Unis et l'Europe se joignent à la guerre en tant que combattants de facto. De plus en plus de pays rejoignent l'OTAN, avec pour conséquence la perspective de voir davantage de bases de missiles américaines aux frontières de la Russie. Les médias occidentaux contrôlent la narration, à savoir que la Russie est en train de perdre et qu'elle peut être vaincue grâce à des milliards de dollars supplémentaires versés par les États-Unis et à davantage d'armes qui enrichissent le complexe militaro-sécuritaire américain.  Pourquoi un gouvernement russe s'exposerait-il à cela et à tant de risques d'erreur de calcul qui aboutiraient à une troisième guerre mondiale ?  Qu'est-ce que le Kremlin pensait réaliser en créant une situation qui exposait la Russie à de nombreux mois de propagande de guerre, de punition et de préparatifs occidentaux pour une guerre plus large ?

Ce dont la paix avait besoin, c'était d'une victoire russe rapide et décisive, démontrant une puissance militaire extraordinaire, et mettant fin à toute nouvelle provocation occidentale à l'égard de la Russie.  Mais le Kremlin avait un esprit trop libéral pour faire ce qui était nécessaire. Par conséquent, le Kremlin a commis une erreur stratégique, a laissé tomber la balle et n'a pas réussi à protéger la Russie des provocations qui mènent à la troisième guerre mondiale.

Au lieu de cela, le Kremlin, rempli d'illusions libérales depuis longtemps rejetées par l'Occident, a décidé de montrer un bon côté en se limitant au sauvetage des Russes du Donbass.  Cela a donné à l'Occident tout ce dont il avait besoin pour présenter la Russie comme un arriviste militairement incompétent.  Parmi les erreurs du Kremlin, celui-ci a négligé le fait que la détresse de l'Ukraine suite à l'intervention limitée de la Russie a créé une opportunité pour la Pologne de revendiquer d'anciens territoires polonais en Ukraine occidentale, où aucune troupe russe n'est engagée. Il est possible que le gouvernement polonais, désinformé par l'image que les médias occidentaux donnent de l'échec militaire russe en Ukraine, occupe l'ouest de l'Ukraine pour se préparer à la reconquérir comme la Russie l'a fait pour la Crimée et maintenant pour le Donbass.  Comme la Russie aura l'est et le sud de l'Ukraine, le pays pourrait tout simplement disparaître alors que la Pologne ressuscite la grande Pologne. Au cours de son histoire, l'Ukraine a soit fait partie de l'empire polonais, soit fait partie de la Russie.

Si la Pologne s'installe dans l'ouest de l'Ukraine, comme elle est tentée de le faire, des opportunités de conflit polono-russe se présentent.  La Pologne étant membre de l'OTAN, Washington lui a donné, comme le gouvernement britannique l'a fait avec la "garantie polonaise" de la Seconde Guerre mondiale, le pouvoir de déclencher une guerre mondiale.

Le gouvernement polonais a un penchant pour les décisions émotionnelles, et non pour les décisions responsables. Tout comme la dictature militaire polonaise pensait que la "garantie britannique" la protégeait, ce qui l'a amenée à rejeter la demande d'Hitler de restitution du territoire allemand arraché à l'Allemagne dans le traité de Versailles, malgré la "garantie" du président Wilson de ne pas subir de pertes territoriales, le gouvernement polonais pense aujourd'hui que l'adhésion à l'OTAN protège la Pologne des représailles russes.

Le gouvernement de Varsovie ne comprend pas que la "garantie de l'OTAN" ne vaut pas plus que la garantie du gouvernement britannique qui a déclenché la Seconde Guerre mondiale.

Les gouvernements qui composent le monde occidental ont donné à la Pologne, une fois de plus, la décision de savoir s'il y aura une guerre mondiale.

Ce fait déplorable et troublant nous regarde en face, mais aucun média occidental, pas même les médias en ligne, ne le reconnaît.

La situation actuelle est la suivante : soit la Russie et la Chine doivent accepter l'hégémonie américaine, soit les néoconservateurs pousseront la Russie et la Chine à la guerre avec l'Occident. L'ambition hégémonique des néoconservateurs est incompatible avec un monde pacifique.

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2022/05/12/the-drums-of-war-beat-louder/

Capture d'écran de RT France, 13 mai 2022

Capture d'écran de RT France, 13 mai 2022

Paul Craig Roberts: Les tambours de la guerre battent plus fort
Lire la suite

Leonid Ivashov : la Russie surveillera les exercices conjoints de l'OTAN et de l'Ukraine (Club d'Izborsk, 14 Juin 2021)

14 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Général Leonid Ivashov, #Europe, #OTAN, #Russie

Leonid Ivashov : la Russie surveillera les exercices conjoints de l'OTAN et de l'Ukraine  (Club d'Izborsk, 14 Juin 2021)
Leonid Ivashov : la Russie surveillera les exercices conjoints de l'OTAN et de l'Ukraine  (Club d'Izborsk, 14 Juin 2021)

Leonid Ivashov : la Russie surveillera les exercices conjoints de l'OTAN et de l'Ukraine

 

14 Juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21209

 

 

Les prochaines manœuvres des troupes de l'Alliance de l'Atlantique Nord avec la participation de l'armée ukrainienne peuvent être considérées, entre autres, comme les premières étapes de la création d'une tête de pont en Ukraine pour une éventuelle attaque contre la Russie. a déclaré le colonel général Leonid Ivashov au journal VZGLYAD, commentant les préparatifs des armées de l'OTAN et de l'Ukraine pour l'exercice Sea Breeze.

 

"Nous devons suivre ces exercices, étudier les tactiques, l'utilisation des méthodes opérationnelles. Tout cela est une tâche du renseignement militaire - militaire et opérationnel et, dans une certaine mesure, stratégique", a déclaré l'ancien chef de la Direction principale de la coopération militaire internationale du ministère de la Défense, président de l'Académie des problèmes géopolitiques, le colonel général Leonid Ivashov.

 

Le général a rappelé que les forces armées, en particulier, les structures militaires et navales de tous les pays "effectuent des entraînements planifiés - pour la liquidation d'une certaine menace." "Ce sont les lois des affaires militaires. Et pour ce qui est des détails, nous devons surveiller de près et déterminer si les forces de l'OTAN effectuent simplement des exercices planifiés: sur quoi travaillent-ils pendant ces manœuvres ?l’aviation stratégique est-elle utilisée? les forces sont-elles redéployées d'un théâtre à l’autre? et nous en tirerons des conclusions.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) est une personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel Général. En 1996 - 2001, chef de la direction principale de la coopération militaire internationale au ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. De 1996 à 2001, il est devenu le chef du département de la coopération militaire internationale du ministère de la défense, colonel-général de Russie. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Leonid Ivashov : la réponse à la pression militaire occidentale doit être asymétrique (Club d'Izborsk, 1er juin 2021)

1 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Général Leonid Ivashov, #Europe, #OTAN, #Politique, #Russie

Leonid Ivashov : la réponse à la pression militaire occidentale doit être asymétrique  (Club d'Izborsk, 1er juin 2021)

Leonid Ivashov : la réponse à la pression militaire occidentale doit être asymétrique

 

1er juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21151

 

 

- Le ministère russe de la Défense va créer environ deux douzaines de nouvelles formations et unités militaires dans le district militaire occidental en réponse aux actions de l'OTAN dans cette direction stratégique.

 

- Je commence déjà à considérer ces scénarios de tension militaire comme une sorte de collusion entre les politiciens et les militaires occidentaux et les nôtres. Les deux bénéficient du fait qu'il y a du travail, du financement et du chargement du complexe militaro-industriel. Je crois qu'il y a une sorte de processus de suivi en cours.

 

Quelqu'un en Occident dit quelque chose et mène des exercices, et nous répondons, parfois avec plus de force, en disant que nous avons les meilleurs moyens de destruction que personne d'autre ne possède. La partie adverse commence également à réagir, et le Congrès exige que nous réglions les choses et réduisions l'écart, et nous ripostons, et ainsi de suite. C'est ainsi que se déroule le précurseur de la guerre.

 

Il existe non seulement une réponse symétrique, mais aussi une réponse asymétrique. Ils commencent leur rhétorique anti-russe non pas même pour le plaisir de la guerre, mais pour des raisons commerciales, politiques, électorales. Dans ce cas, nous devons utiliser la réponse asymétrique plus souvent. Aujourd'hui, la principale force de frappe dans le monde est le soft power et la guerre hybride. Il me semble que nous ne devrions pas répondre de manière aussi directe. D'autant plus que notre économie n'est pas brillante dans l'ensemble et que la situation sociale de nos citoyens est tout à fait tragique.

 

Notre peuple se concentre sur le fait que tout le monde nous menace, nous n'avons pas d'alliés stratégiques, il n'y a que des ennemis autour de nous, donc nous devons nous armer, et notre peuple doit se serrer la ceinture et tout supporter. Je ne pense pas que notre principale menace aujourd'hui soit l'OTAN ou l'Amérique.

 

- Il s'agit de quoi ?

 

- Si demain des troubles éclatent, nous n'aurons pas de métaux, pas d'aluminium, pas de nickel, pas de terres rares, car tout cela va à l'Ouest.

 

La société russe Rusal n'a plus de russe que le nom. Il s'agit en fait d'une société américaine. La procédure de divorce de Potanin pourrait entraîner le départ de Norilsk Nickel vers la Grande-Bretagne également. En outre, tout propriétaire peut adopter une nationalité étrangère et l'entreprise partira à l'Ouest. C'est le principal danger. Et nous dirigeons toutes nos forces et nos médias officiels vers l'OTAN.

 

Je ne suis pas d'accord avec ce genre de réponses. Nous devons créer des projets pour le développement de la Russie, ce que nous n'avons pas aujourd'hui. Nous ne savons pas où nous allons et quel genre d'État nous construisons, et nous ne voyons que des ennemis partout. Le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est une erreur, et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est une trahison.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) - Personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel Général. En 1996 - 2001, chef de la direction principale de la coopération militaire internationale au ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. De 1996 à 2001, il est devenu le chef du département de la coopération militaire internationale du ministère de la défense, colonel-général de Russie. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite