Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

palestine

Pierre Dortiguier: L'esprit colonial allemand (Bismarck, Guillaume II)

24 Avril 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Philosophie, #Politique, #Pierre Dortiguier, #Palestine, #Allemagne

L'empereur Guillaume II

L'empereur Guillaume II

L'empereur Guillaume II à Jérusalem

L'empereur Guillaume II à Jérusalem

L'Empereur Guillaume II vint à Jérusalem (où il refusa, sur le conseil du Sultan et Calife, de recevoir le fondateur du sionisme Theodor Hertzel) donner aux Franciscains un terrain appartenant à l'Eglise protestante. Il prononça un discours fameux à Damas, une ville électrifiée, avant Istanbul, par les ingénieurs allemands, où il se présentait comme le protecteur de tous les musulmans du monde obéissant au Calife.

(...)

Le chancelier Bismarck (1815-1898) expliqua, le 26 août 1884, ce qu'il entendait mettre en œuvre dans les colonies: « Je répète que je suis entièrement opposé à la création de colonies sur un plan qui a prévalu dans le siècle passé qu'on pourrait appeler le système français qui consiste à acquérir un territoire, à y placer des fonctionnaires et une garnison, puis à inviter les gens à y venir et à y vivre. Je n'annexerai pas à l'Empire des provinces d'Outre-Mer. Je suivrai l'exemple de l'Angleterre en accordant à des négociants quelque chose comme des chartes confiées à la Compagnie des Indes occidentales. Je nommerai seulement un consul ou un résident pour représenter l'autorité impériale ».

Pierre Dortiguier

Source: http://terreetpeuple.com/histoire/4062-la-colonisation-allemande-en-palestine.html

Voir également: https://www.youtube.com/watch?v=MkC78oHN8OA

"Cette lettre devrait être lue et commentée dans les lycées, y compris du haut des chaires universitaires et ecclésiastiques, affichée dans Al Qods et aux portes des lieux de culte si occupés superficiellement du stérile et bavard « dialogue inter-religieux », distribuée par les Arabes syro-palestiniens chrétiens et musulmans, mais ce sera dans un autre monde, quand il y aura, selon les mots de l’Apocalypse, un nouveau ciel et une nouvelle terre, à savoir pour des âmes et des corps enfin régénérés et non pas ballottés entre les illusions du Vouloir-Vivre ! Le lecteur soupçonnera avec raison dans les sentiments de l’Empereur d’Allemagne et Roi en Prusse, par ailleurs radicalement hostile à la Maçonnerie, à la différence de certains prédécesseurs de sa Maison Royale, et critique envers les cruautés de l’Ancien Testament, la répugnance que lui causait la fausse modernité ; il  était le chef des églises protestantes communes luthéro-calvinistes. Il visita le pape ouvertement germanophile et d’esprit social, Léon XIII à Rome, qui le reçut avec enthousiasme, et  à l’automne 1898, alla à Jérusalem — ancien village d’Al Qods, La Sainte —  donner une terre de l’église allemande à l’ordre des Franciscains. Il prononça, sur le chemin du retour, un discours à Damas, à l’invitation de la municipalité, dans une ville électrifiée par le concours allemand, avant Istanbul. Notons qu’aux portes de Jérusalem, il refusa de recevoir, sur les conseils du Sultan, le dénommé Herzl venu lui soumettre son projet de colonisation sioniste.
 
La lettre est adressée à son cousin Nicolas II qui n’écoutera point ses conseils et participera à la coalition franco-anglaise contre les deux Empires du centre de l’Europe et la Turquie, et, vrai martyr de sa foi religieuse et patriotique, abandonné par la dynastie ploutocrate d’Angleterre au profit des Bolchevistes, le paiera d’une exécution barbare et talmudique, au sens propre, puisque de nombreuses inscriptions injurieuses de ce style badigeonnèrent les murs tachés du sang de sa famille sadiquement, daéchiquement massacrée par des terroristes sélectionnés, si l’on peut dire !

 


« Mon cher Nikki,  Damas , le 9 novembre 1898.
 
Ton aimable télégramme envoyé à Jérusalem prouve que tu suis avec intérêt mon voyage, ce qui m’incite, en le terminant, à t’envoyer quelques lignes pour te donner mes impressions. Elles sont si diverses, qu’il est difficile de les mettre en ordre.
Jérusalem a naturellement fixé notre attention tout d’abord à cause des multiples endroits où se retrouve le souvenir de notre Sauveur. La pensée que son regard se posait sur ces mêmes collines, que son pied foulait cette même terre, émeut le cœur et l’oblige à battre plus fort et plus ardemment. Mais je dois avouer sincèrement que parmi les choses vues ici et se rapportant à la foi chrétienne, toutes sont loin de faire naître ces sentiments. Un grand nombre de confessions et de sectes diverses de notre commune religion chrétienne ont construit ici beaucoup trop d’églises, de monastères, de chapelles, etc., sur les « lieux saints traditionnels » comme on les appelle. Une certaine rivalité s’est créée, une lutte à qui édifiera les clochers les plus hauts, les églises les plus belles, qui ne conviennent pas du tout aux lieux où ces monuments sont élevés. En vérité, on peut croire à une exposition de modèles d’églises ! Le fait a influencé aussi le clergé des différents  temples. Les prêtres se plaisent à intriguer et à ourdir des combinaisons politiques, excitant à la haine au lieu de l’amour, et provoquant dans les églises des querelles et des conflits qui remplacent le chant des psaumes et la bonne entente de naguère. Mais ce qui est pis encore, ils ont favorisé l’adoration des pierres et des arbres qui est défendue par le second des dix commandements et qui, chez eux, remplace l’adoration de la Divinité. Un Français m’a dit : « Il s’agit de l’adoration de la pierre dans les lieux prétendus saints mais dont il est impossible (souligne l’Empereur et Roi) de garantir la Sainteté. Quant à la Divinité, elle n’y est pour rien ». Ces paroles sont absolument vraies, bien que fort pénibles pour nos sentiments chrétiens. Il est naturel que cette idolâtrie — excuse cette expression —  provoque chez les Musulmans le mépris le plus grand à l’égard des Chrétiens. Lorsque je quittais les lieux saints, j’éprouvais une honte profonde devant les Musulmans et vivais dans la conscience que si je n’avais appartenu à aucune religion en arrivant à Jérusalem, je me serais certainement fait mahométan ! La religion, telle qu’on la comprend à Jérusalem, ne contribuera à convertir aucun musulman, n’aidera à pousser aucun arbre ni à creuser un seul nouveau puits. Je crains que, souvent, le clergé, à Jérusalem, ne se serve de la religion pour voiler les intrigues et les machinations politiques. Certes, pareil état de choses est peu compatible avec nos désirs et fait beaucoup de mal au christianisme, car les Musulmans l’ont depuis longtemps remarqué, et leurs rapports avec nous se sont établis d’après les impressions qu’ils ont ressenties. Je reviens chez moi avec un sentiment de déception intense et la conviction profonde que le tombeau de notre Sauveur ne se trouve certainement pas sous l’église de la tombe du Seigneur (Guillaume désigne ce que nous traduisons par l’église du Saint Sépulcre). Celle-ci, par son extérieur et son ornementation, perd beaucoup quand on la compare à la mosquée d’Omar qui,dans sa grandeur simple, inspire la vénération. Hélas ! Damas est la ville qui, au point de vue du coloris oriental, se trouve être incontestablement la plus belle et la plus intéressante. Beyrouth, avec ses merveilleuses villas, ses beaux jardins, ses allées, rappelle plus les villes de l’Italie du Sud et de la Sicile. La terre sainte épouvante presque par sa sécheresse stérile, l’absolue pénurie d’arbres et d’eau. Ici tout change comme par enchantement ! La grande rivière Barader donne la vie et la fraîcheur et assure le développement d’une flore enchanteresse… L’accueil qu’on nous a réservé est absolument étonnant. Aucun monarque chrétien — giaour — n’a été aussi honoré et reçu avec cet enthousiasme débordant. C’est justement parce que je suis l’ami de leur sultan et calife et que j’ai toujours eu une politique ouverte et honnête à leur égard, ce que je t’ai si souvent conseillé. La haine contre les Anglais est forte et même ne va qu’en augmentant… »
 
(Correspondance entre Guillaume II et Nicolas II, 1894-1914, publiée par le gouvernement des Soviets d’après les archives centrales etc. Paris, Plon, 1924, 296 pp, lettre 25, pp. 50-52).

La défaite et la chute de l’Empereur Guillaume ne pouvait être que celle d’un défenseur des Musulmans de Palestine ! C’est de l’Histoire et pas du roman !"

Pierre Dortiguier

Source: https://www.lelibrepenseur.org/guillaume-ii-admire-les-musulmans-de-jerusalem-par-pierre-dortiguier/

Lire la suite

Alexandre  Douguine : La fin du monde est plus proche que jamais (Club d'Izborsk, 21 mai 2021)

22 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Palestine, #Terre Sainte, #Guerre, #Club d'Izborsk (Russie), #Religion

Alexandre  Douguine : La fin du monde est plus proche que jamais  (Club d'Izborsk, 21 mai 2021)

Alexandre  Douguine : La fin du monde est plus proche que jamais

 

21 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21079

 

 

Les événements en Palestine sont sous les projecteurs des médias mondiaux. L'escalade du conflit entre Israéliens et Palestiniens a atteint une intensité sans précédent ces derniers jours. Il est important que non seulement les Israéliens tuent massivement et sans discernement les Palestiniens, mais aussi que les roquettes lancées par le Hamas atteignent sans cesse leurs cibles. Des Israéliens perdent également la vie.

 

Le conflit israélo-arabe qui fait rage fait ressurgir toute une série de sinistres complots apocalyptiques. Les trois religions monothéistes mondiales - le judaïsme, le christianisme et l'islam - s'accordent à dire que la fin du monde commencera par une guerre majeure en Terre sainte. La fin est donc plus proche que jamais.

 

Aux yeux des Juifs religieux, l'État d'Israël est un État de la fin. La quatrième dispersion, qui a commencé avec la destruction de Jérusalem par Titus en 70 après J.-C., après quoi les Juifs ont été dispersés dans le monde entier, ne prendra fin qu'à l'époque de Moshiach. L'Israël moderne est construit, en un sens, à crédit. Après la Seconde Guerre mondiale, les Juifs ont déployé toute leur énergie pour établir leur contrôle sur la Palestine, à tort et à raison. Ils pensaient qu'ils hâtaient par leurs efforts la venue du Moshiach retardé. Pour son arrivée, ils ont établi un pré-état. Ils s'emparent de Jérusalem par la force et en font la capitale. Il leur suffisait de démolir la mosquée al-Aqsa, sacrée pour les musulmans, et de procéder à la construction du troisième temple. En effet, selon la tradition juive, il faut d'abord trouver une vache rouge pure et l'offrir en sacrifice rituel. Mais si cela est absolument nécessaire, il est possible d'interpréter de différentes manières ce que l'on entend par "couleur rouge", ou même - dans l'esprit du postmodernisme - de teinter des endroits douteux.

 

Mais si Moshiach tarde encore, la faillite fondamentale non seulement d'Israël, mais du judaïsme et du judaïsme dans son ensemble, risque de s'installer.

 

Pour les musulmans, la Palestine et Jérusalem, ainsi que la mosquée d'al-Ayaks, pour le sort de laquelle ils s'inquiètent à juste titre, et le site de milliers d'années d'habitation habituelle, ainsi que les sanctuaires, sont les troisièmes après La Mecque et Médine. Là encore, les musulmans croient que la fin du monde sera directement liée à une grande guerre de religion en Palestine - de la Syrie à l'Égypte, en passant par tout l'Israël moderne. Ainsi, le monde islamique et arabe, qui réagit violemment aujourd'hui à l'escalade de la violence en Palestine, est mû non seulement par l'indignation face à l'occupation juive et au style de comportement dur - plutôt raciste - des Israéliens, mais aussi par l'anticipation de la dernière bataille. Les chiites et les sunnites y sont prêts. Dans la partie de la fin des temps, les deux courants islamiques convergent. Et tous deux ne voient la solution au problème palestinien que dans la destruction d'Israël en tant qu'État-nation juif.

 

Pour le monde chrétien, Jérusalem est également sacrée. Et les prophéties bibliques, ainsi que l'Apocalypse chrétienne, parlent pour leur part de la dernière bataille de Satan avec l'armée de l'archange Michel, qui doit avoir lieu en Terre Sainte. Évidemment, à une époque de matérialisme effréné, il est courant d'interpréter ces intrigues de manière allégorique, comme des métaphores morales, mais les chrétiens qui prennent l'Écriture au sérieux ne peuvent s'empêcher de remarquer à quel point les événements de notre époque ressemblent en tous points aux images des prophéties de la fin des temps. Armageddon est Israël. Et celui que les Juifs considèrent comme Moshiach, dans la conception chrétienne, ne sera autre que l'Antéchrist. Ainsi, pour le monde chrétien aussi, l'aggravation de la situation en Palestine est plus qu'un signe d'avertissement.

 

Les sceptiques et les matérialistes, bien sûr, attribueront une fois de plus tout aux intrigues de Netanyahou, qui est empêtré dans la politique intérieure, les conditions socio-économiques, le covid, les fluctuations boursières ou les prix du pétrole. Mais ceux qui s’entre-tuent en Israël et ceux qui croient davantage aux livres sacrés qu'aux commentateurs et experts faciles à comprendre, qui changent d'avis jour après jour, interprètent manifestement les événements de manière plus grave. Le prix de la vie humaine devrait être suffisamment élevé pour être payé pour quelques petites choses passagères. Mais s'impliquer dans un scénario intense de la fin des temps est une autre affaire.

 

La bonne chose à faire est de s'impliquer. C'est ma directive aujourd'hui. L'histoire arrive à son dénouement. Et c'est mieux de le regarder dans les yeux.

 

SOURCE: Katechon

 

Alexandre Douguine

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur et personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre fréquent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

Nous recommandons aux lecteurs d'écouter sur youtube l'extraordinaire dialogue (en anglais, sous-titré en français) entre le chercheur français musulman Youssef Hindi et l'ouléma musulman Sheikh Imran Nizar Hosein sur "la Fin du monde" dans l'eschatologie islamique et juive. Cet échange a eu lieu dans le cadre de la Conférence sur la Palestine à Téhéran, le 2 mars 2017. Youssef Hindi et le Sheikh Imran Hosein y manifestent leur regret de l'absence d'Alexander Dugin et ils espèrent une rencontre avec lui à une prochaine occasion.

Alexandre  Douguine : La fin du monde est plus proche que jamais  (Club d'Izborsk, 21 mai 2021)
Lire la suite