Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

philosophie

Alexandre Douguine : La neutralisation et ses limites (Club d'Izborsk, 4 mars 2021)

6 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Alexandre Douguine : La neutralisation et ses limites  (Club d'Izborsk, 4 mars 2021)

Alexandre Douguine : La neutralisation et ses limites

 

4 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20745

 

 

La configuration du pouvoir dans la Russie moderne : le centralisme.

 

Du point de vue de la logique formelle, la configuration du pouvoir en Russie aujourd'hui est, dans l'ensemble, assez bonne. Il y a un leader fort et une structure de gouvernement centralisée bien organisée qui s'oppose à l'entropie, au séparatisme et à la désintégration. Il existe un contrôle complet établi par Poutine sur les principales industries stratégiques, formalisé soit légalement, soit sur la base d'accords intra-système qui sont strictement respectés. Personne aujourd'hui - contrairement aux années 1990 - ne rêverait de remettre cela en question et de contester le système lui-même.

 

Du point de vue de l'État au stade historique actuel, cette structure de pouvoir est optimale. Le niveau de centralisation et de concentration du pouvoir dans les mains du dirigeant est suffisant pour maintenir la souveraineté, et c'est déjà beaucoup. Bien sûr, on peut y trouver des failles et des excès importants si l'on veut, mais dans l'ensemble, à une certaine approximation et face à la nécessité de maintenir sa souveraineté, ils sont tous justifiés par la situation difficile dans laquelle se trouve la Russie.

 

Cela est particulièrement important si l'on considère que la situation était bien différente dans les années 1990 et au début des années 2000. Dans les années 1990, la Russie présentait l'équilibre suivant entre les principaux centres de décision et les forces motrices de la société

 

1. Les structures supranationales - mondialistes, occidentales - étaient au-dessus de l'État-nation dans leur importance, et il y avait, en fait, une gestion extérieure de la Russie par les conservateurs de l'Occident et les élites dirigeantes totalement loyales à l'Occident et au libéralisme.

 

2. Les gangs criminels contrôlaient presque entièrement les forces de l'ordre.

 

3. Les représentants de l'oligarchie contrôlaient l'appareil d'État et une bureaucratie totalement corrompue.

 

Bien qu'on l'ait appelé "démocratie", le peuple et la société n'ont pas eu leur mot à dire dans les processus. Tout a été décidé par l'Occident, les oligarques et - au niveau local - les clans criminels.

 

Au cours des 20 ans de règne de Poutine, ce modèle a été complètement détruit et mis sens dessus dessous. On peut maintenant l'affirmer :

 

1. La Russie mène une politique souveraine indépendante de l'Occident, qui est inscrite à la fois de jure dans la nouvelle version de la Constitution et existe de facto, en s'appuyant sur une capacité de pouvoir suffisante (souveraineté réelle - et pas seulement formelle.

 

2. Les clans criminels sont entièrement contrôlés par les structures de pouvoir et dépendent d'elles.

 

3. les oligarques ne peuvent pas gouverner directement et ouvertement la bureaucratie et sont privés de toute influence sur la politique.

 

L'impératif autoritaire

 

Le passage du modèle des années 1990 au modèle poutinien a été une grande réussite dans le renforcement de l'État. Et la gravité des problèmes accumulés à la fin des années 90 nous permet de parler du salut de la Russie face à une catastrophe imminente.

 

Pendant les 20 ans de règne de Poutine, un système monarchique autoritaire a été créé, en d'autres termes, une centralisation du pouvoir dans une seule main. Un tel système est optimal pour la Russie. Il est historiquement justifié, géopolitiquement non alternatif et résulte de la structure complexe des territoires, de la population et, par conséquent, d'un ensemble d'impératifs stratégiques défensifs.

 

Tous les systèmes idéologiques de l'histoire russe sont venus à ce système d'une manière ou d'une autre : les tsars, les communistes, les démocrates. Quels que soient les représentants de telle ou telle force politique au départ, ils en sont venus inévitablement à l'autoritarisme. La gouvernance autoritaire en général est inévitable dans le cas de grandes masses sociales, sous la forme d'empires. Tôt ou tard, il est question de centralisation du pouvoir et de la présence de verticales stratégiques, pénétrant dans tous les rayons du système étatique. Par conséquent, d'un point de vue formel, il me semble que la mission de Poutine a été accomplie et qu'un système centraliste a été créé.

 

Si l'on considère que le système soviétique a perdu son contrôle centralisateur à la fin de son existence et que, dans les années 90, l'effondrement de l'État battait son plein, les réformes de Poutine étaient nécessaires, inévitables et efficaces.

 

Un État sans idées, sans éthique et sans peuple

 

Mais il y a un autre aspect - plus subtil - de tout le problème du système étatique. Dans le cadre de la centralisation existante et compte tenu des succès obtenus dans l'accomplissement des tâches de renforcement de la Russie, le gouvernement lui-même manque totalement:

 

1. d’idée ;

 

2. de l'éthique ;

 

3. de la prise en compte de l'être et de la volonté du peuple (c'est-à-dire la justice sociale).

 

Malgré la valeur du pouvoir et de la souveraineté, les dirigeants modernes de la Russie négligent complètement le fait que l'État n'est pas une valeur intrinsèque, mais une sorte d'armure, qui enveloppe le cœur vivant du peuple. L'État est une expression terrestre de l'idée suprême. Elle doit être construite sur une base éthique et un vecteur moral.

 

Tout cela est complètement absent aujourd'hui. Alors que l'État est centralisé et mis sous une forme efficace, il est complètement dépourvu d'esprit, c'est-à-dire d'idées et de pensées. Le pouvoir ne pense pas et n'essaie même pas de penser. Tout est subordonné à l'efficacité pratique. Le pouvoir croit que s'il le fait, il n'est pas nécessaire de penser. Si elle existe, cela justifie à lui seul son existence. Le pouvoir devient donc, en un sens, en opposition à l'idée.

 

En outre, l'État russe moderne est totalement dépourvu de moralité. Il n'y a pas de vie culturelle réelle et profonde qui y circule. Il n'y a pas d'âme dans un tel état.

 

Le peuple en tant que concept, en tant que sujet de l'histoire est absent ; à la place, il est remplacé par "population", "contribuables", "emplois", etc.

 

Il s'avère qu'en fait, le Léviathan, une sorte de monstre de pouvoir de fer sans esprit, âme et éthique, a été créé.

 

Dans l'ensemble, nous devons être réalistes. En fait, ce n'est pas si mal, car lorsqu'il n'y a pas d'organisme fort et souverain, ni même de mécanisme, alors les gens deviennent facilement des victimes. Et puis l'âme subtile du peuple, l'esprit subtil ne peut pas non plus s'ouvrir librement, car le peuple lui-même devient esclave. Il ne faut donc pas négliger le Léviathan russe et le traiter avec légèreté. L'État est en tout cas une chose nécessaire.

 

Il devient alors clair pourquoi l'Empire est si important dans la compréhension des Russes, pourquoi il fait partie de nos plus hautes valeurs.

 

Mais d'un autre côté, rien n'empêche aujourd'hui nos autorités de s'occuper des choses fondamentales - l'idée, l'éthique et les gens. De plus, le manque d'attention à leur égard génère un nombre énorme d'excès et crée les conditions préalables à la vulnérabilité de ce système centraliste, en général, pas mal construit. Ce que nous constatons aujourd'hui, c'est une stupidité impénétrable, une corruption rampante et un sens zéro de la justice sociale de la part des autorités, tous ces éléments créant des menaces internes croissantes pour la société. Le mécanisme parfaitement adapté - formellement - du système politique, avec la centralisation de tous les domaines clés, subit une érosion interne.

 

Aujourd'hui, c'est l'absence d'une superstructure plus fine qui se retrouve au premier plan de la politique. Et c'est précisément parce que les conséquences désastreuses des années 1990 ont déjà été éliminées. La superstructure est truquée, mais elle est inutile car il n'y a pas d'idées, pas d'éthique, pas de souci du peuple, pas même une idée du peuple en tant que tel.

 

Dans une telle situation, tout est confié à des personnes choisies au hasard qui parviennent à se faire passer pour des "gestionnaires efficaces". C'est un critère important pour l'aspect technique des choses. Mais totalement inapplicable et manifestement faux pour des tâches plus subtiles. Par conséquent, l'ensemble du système politique - assez bon - commence à pourrir, ce qui crée les conditions préalables à sa vulnérabilité croissante.

 

L'État est toujours une construction artificielle : la création en mode d'urgence

 

Il faut garder à l'esprit que tous les États sont créés artificiellement. Derrière chaque institution politique, il y a un certain moment historique au cours duquel les réponses à tel ou tel défi aigu sont données. Ceux qui donnent une réponse, qui s'avère être vraie, deviennent les chefs d'État, ce qui est formaté. Au cœur de tout, il y a un sujet et sa volonté. Le plus souvent, elle est collective et fondée sur une certaine idéologie.

 

Le système monarchique était aussi une construction. Elle s'est développée historiquement sur la base du renforcement du Grand-Duché, puis - du pouvoir tsariste. L'adoption de l'orthodoxie a joué un rôle important. Dans le même temps, l'élite au pouvoir a reconstruit l'État lui-même à plusieurs reprises - tant dans l'Antiquité qu'à des époques plus proches de nous. Ainsi, la Russie de l'après-Pierre diffère sensiblement de la Russie de Moscou, et cela, à son tour, de l'époque mongole et de la période pré-mongoles. Et à chaque fois de nouvelles décisions sur la construction de l'État, l'idée dominante, l'éthique dominante, la place et le rôle du peuple russe dans l'histoire.

 

Au XXe siècle, un système soviétique a été créé. Et il a été construit artificiellement par l'élite révolutionnaire bolchevique. Dans les conditions de l'effondrement et de l'entropie du système monarchique, des difficultés de la Première Guerre mondiale et de l'accumulation des problèmes non résolus du tsar, les bolcheviks ont pris le pouvoir et ont créé - machiné - l'État soviétique. C'était quelque chose d'artificiel. Oui, les bolcheviks se sont appliqués aux circonstances, se sont adaptés à la situation, et ont parfois comparé de manière rigide les bombements du paysage historique, social ou culturel de manière totalitaire, en le rendant conforme à leurs notions idéologiques.

 

Cette construction de l'État a été efficace pendant 70 ans ; puis, à la fin de la période soviétique, elle a cessé de fonctionner.

 

C'est ainsi que les libéraux sont arrivés au pouvoir. Et une fois de plus, ils ont commencé à reconstruire artificiellement l'État. Cependant, cette fois, les réformateurs n'ont pas construit quelque chose de nouveau, mais ont détruit et volé l'ancien. La majorité de l'élite dirigeante est restée au pouvoir depuis la fin de l'époque soviétique. Cet héritage, la "mémoire du métal" de la période soviétique, les vestiges des institutions soviétiques continuent de vivre pleinement dans notre société - en se dégradant, en se dégradant plutôt qu'en se transformant et en se transformant.

 

La tentative de refonte du système politique à l'époque d'Eltsine a été un désastre dans le plein sens du terme. Cette période des années 90 va s'écouler - elle s'est déjà écoulée ! - dans notre histoire comme un mal absolu. Quelque chose qui ressemble à l'époque des troubles ou de la guerre civile. Désintégration, dégradation, dégénérescence, prise de pouvoir par les éléments les plus bas et les plus damnés.

 

Au lieu de construire quelque chose de nouveau, les libéraux ont simplement détruit et pillé le vieux. C'était un net désavantage.

 

Poutine, en revanche, a hérité des vestiges de l'inertie et de la destruction soviétiques, qui ont été apportés par les bacchanales des libéraux dans les années 90. Et à partir de ce qui est, a commencé à créer un système qui fonctionne.

 

Une fois de plus, il s'agissait d'une construction artificielle à partir de ce qui était à portée de main. Poutine, comme un plombier attentionné et consciencieux, a éliminé la panne sur la ligne. Soudain, tous les tuyaux éclatent, tous les ascenseurs s'effondrent, tous les trains s'arrêtent. La situation dans l'État était désastreuse. De l'eau froide ou bouillante martèle partout, les communications éclatent, les murs s'effondrent, et des bandes d'oligarques, de bandits et de fonctionnaires voraces, devenus fous de cupidité, de lâcheté et de lucre, courent partout. En fait, pendant la période Eltsine, la Russie a été amenée, par des libéraux, dans un état incompatible avec la poursuite de son existence. Le pays commençait à se désintégrer véritablement.

 

Poutine a pris la responsabilité de tous ces désastres qui se sont accumulés pendant la fin de la période soviétique, et au prix de la destruction de l'État dans les années 90, lorsqu'il y a eu une destruction barbare de la Russie, et de ce qui a été, a essayé de monter un mécanisme qui fonctionne. Dans l'ensemble, il a réussi. Et ainsi, une fois de plus, l'État russe a été relancé.

 

Une autre chose est que jusqu'à présent, ce mécanisme n'est chargé de rien. Le corps a donc été sauvé, et pendant qu'il était sauvé en mode d'urgence, il n'y avait pas le temps de penser à l'âme. Mais si ce mécanisme continue à être vide de contenu, alors ces points, ces coutures, à l'aide desquels l'actuelle Fédération de Russie, "la corporation Russie" a été créée, dont elle a été assemblée à la hâte, se briseront à nouveau. Une nouvelle catastrophe est alors inévitable.

 

Lorsque l'équipe de secours est contrainte d'éliminer l'accident immédiatement, elle ne comprend pas ce qui est utilisé pour réparer les trous. Avec ce qui est à portée de main. Donc, une fois de plus, un nombre considérable de parties superflues, de personnes superflues sont au pouvoir. Les conformistes, les voyous et les électrons libres ont été nécessaires à un moment donné. Et ils sont entrés dans le système sur le principe de "ce qui était là". Mais beaucoup d'entre eux y sont bloqués. Et ces pièces utiles de déchets de construction, de production, d'extrémités lubrifiées intégrées à la structure, se considérant comme des "hommes d'État". Ce sont les coûts inévitables de toute structure. Mais aujourd'hui, ils représentent une réelle menace.

Vladislav Surkov : de la démocratie souveraine à un peuple plus profond

 

Vladislav Surkov, l'ancien idéologue de Poutine, était l'exemple le plus frappant d'un personnage sacrifiable dans le contexte de la nécessité urgente d'éliminer l'effondrement de l'État. L'évolution de ce chiffre est indicative. Au début, il ressemblait à un apparatchik gris, doté d'un pouvoir immense, d'une ruse incroyable et de la capacité de sortir de n'importe quelle confiture, mais toujours dans l'une des infinies nuances de gris. Aujourd'hui - par rapport à ceux qui sont arrivés à son poste plus tard - il ressemble à un paon multicolore. Même les détails superflus deviennent peu à peu superficiels.

 

À l'époque où la thèse de la "démocratie souveraine" a vu le jour, j'ai travaillé en étroite collaboration avec Surkov. Il est vrai que j'ai immédiatement indiqué ma position en disant que la souveraineté dans tous ses sens m'est inconditionnellement proche, alors que la démocratie est facultative dans cette combinaison. La souveraineté est acceptable, mais si l'on y ajoute la démocratie, alors la souveraineté serait bien. La souveraineté de la Russie est avant tout et justifie tout (ou presque tout). C'était le cas dans ce concept - la souveraineté était clairement en tête de liste. La souveraineté signifie une indépendance totale, la liberté de définir et de construire notre système politique. C'est le point principal des réformes de Poutine pour restaurer le Léviathan russe. Poutine poursuit cette démarche de manière cohérente, ce qui est la bonne chose à faire.

 

Surkov a tenté de le rendre plus systématique, de l'élever au rang de concept. Et, comme d'habitude, dans l'esprit de ses demi-mesures habituelles ("cent nuances de gris"), il a ajouté la démocratie. Pour rassurer la communauté libérale. Elle ne s'est pas calmée et n'a pas cru. Ils ne l'ont probablement pas cru correctement. Poutine a la souveraineté en Russie, mais pas la démocratie. C'est peut-être une bonne chose. Parce que nous n'en avons peut-être pas besoin. Je n'affirme pas de manière catégorique, je dis simplement : il n'y a pas de démocratie, c'est tout. Certaines personnes sont tristes, d'autres s'en fichent. Et certaines personnes sont heureuses. Cela n'a pas d'importance.

 

Ainsi, la souveraineté de ce concept de "démocratie souveraine" a été réalisée et continue à être réalisée, tandis que la composante "démocratique" est devenue quelque peu stagnante. Cela dit, le libéralisme est loin d'être éteint. La démocratie libérale, non pas comme une réalité, mais comme l'idéologie des élites - surtout économiques et culturelles - est toujours là, et nous rend un mauvais service et nous gêne de façon tangible. Surkov a tenté de créer une façade de "démocratie" (avec la timide réserve que nous ne pouvons pas nous empêcher d'avoir une démocratie "souveraine", sinon il n'y en aurait pas du tout) pour l'Occident, mais personne n'y croyait. Et personne à l'intérieur n'y a cru non plus - et ils n'y croient pas. Nous gardons toujours cet emballage pour quelque chose. Ainsi, sous la notion de "démocratie", Surkov a cherché à envoyer un signal aux libéraux occidentaux et russes. L'idée était de créer un compromis. Mais il n'en est rien sorti.

 

Mais Surkov, à proprement parler, n'a pas vraiment essayé. Je lui ai suggéré : publions des documents plus sérieux que les reportages, commençons à développer sérieusement cette théorie politique, créons un laboratoire intellectuel, qui construira proprement les territoires dans lesquels le contenu de la démocratie sera décrit, sans contredire la souveraineté et le patriotisme, et donc pas la démocratie libérale - illibérale - : il n'y a pas prêté attention. En réponse à sa demande, qui a été formalisée sous la forme d'une proposition de Poutine, j'ai rédigé l'intégralité du manuel "Sciences sociales pour les citoyens de la nouvelle Russie", qui a permis de mieux comprendre la démocratie souveraine. Les autorités ont aimé le manuel, soit dit en passant, mais on m'a dit que la société libérale et... une mafia qui tire profit de l'activité d'impression des manuels obligatoires a été mise au pied du mur pour empêcher sa mise en œuvre. En d'autres termes, l'hydre est encore forte, et même l'administration présidentielle a dû se replier devant elle.

 

Vers 2008, M. Surkov s'est désintéressé de la question. Il a dit un jour : «Sovereign democracy" est comme le tube de la saison : on ne peut pas jouer la même chanson trop longtemps. Il est temps de trouver autre chose... Si on parle de démocratie souveraine, passons à autre chose. C'était la façon dont les autorités traitaient les idées, l'idéologie et les concepts de manière non sérieuse et résiduelle. Même ceux qu'ils ont eux-mêmes mis en avant.

 

Plus tard, lorsqu'il a quitté ses fonctions au pouvoir, Surkov a imaginé un nouveau concept - celui de "peuple profond". J'ai beaucoup écrit à la fois sur l'État profond en tant que noyau de l'"État souverain" et sur le "peuple profond". La justification du peuple - le peuple russe - comme sujet d'histoire est au cœur du manuel de "sciences sociales" auquel j'ai fait référence.

 

Le fait que M. Surkov se soit tourné vers le concept de "peuple profond" est gratifiant. En général, Surkov a essayé de se présenter comme un "patriote" ces derniers temps. Il n'est pas très convaincant à ce sujet, car il glisse constamment vers le post-modernisme et le style du cynisme libéral. Mais de temps en temps, il parle de ces thèses qu'il a lui-même utilisées pour ridiculiser ou déformer au-delà de toute reconnaissance.

 

Mais nous ne pouvons pas le juger sévèrement ici. Si c'est là son évolution sincère, alors c'est bien, et il devrait être soutenu dans cette évolution. Bien sûr, ses stratégies postmodernistes, lorsqu'il était au Kremlin et qu'il mélangeait constamment patriotes et libéraux, ont forcé les libéraux à faire des discours patriotiques, et les patriotes, au contraire, à s'orienter vers le libéralisme (qui ne voulait pas, qu'il marginalisait ou détruisait), étaient, pour le moins, discutables. Après tout, en mélangeant tout le monde avec tout le monde, il a également contribué à la neutralisation de la vie publique. C'est ainsi qu'a eu lieu la "mise à zéro", sur laquelle il a lui-même écrit un roman au titre expressif "Autour de zéro".

 

Il est parti, et pendant un moment, il a semblé que le pire était passé... Mais après sa démission de son poste, la vie idéologique dans la politique intérieure en général s'est arrêtée. En fait, elle s'est arrêtée.

 

Surkov a tenté de "court-circuiter" les parties adverses afin d'obtenir un résultat nul, sans provoquer de court-circuit. Et ses successeurs ont arrêté même l'imitation de toute activité idéologique.

 

J'ai une double attitude vis-à-vis de la période Surkov. D'une part, il est bon qu'il y ait eu au moins une imitation de la pensée. Bien sûr, cela n'a pas inspiré confiance. Mais mieux vaut cela que rien du tout, c'est-à-dire comme c'est le cas aujourd'hui.

D'ailleurs, les thèses que Surkov avance aujourd'hui, qui sont patriotiques, pour soutenir le "peuple profond" ou la "souveraineté de la Russie", je les soutiens et je les salue. Peu importe d'où ils viennent. Même du "diable". Si le "diable" dit des choses en faveur du renforcement de la souveraineté de la Russie, de son statut d'État, de la protection de son peuple, bien sûr, nous devrions chercher le piège ici, mais, néanmoins, ces thèses ne deviennent pas fausses en elles-mêmes. Et elless doivent être maintenues.

 

Nous ne pouvons pas abandonner la vérité en tant que telle simplement parce qu'elle est mise dans la bouche de personnes douteuses et peu autoritaires.

 

Un pouvoir transcendant sur les trois branches

 

Dans une démocratie classique, tout est basé sur la répartition du pouvoir entre les trois branches du gouvernement - législative, exécutive et judiciaire. Un manque d'équilibre entre eux conduit facilement à une crise.

 

Dans notre système étatique, ce danger est peu probable. L'équilibre entre les trois branches est maintenu au détriment de l'autorité transcendante, qui est représentée en la personne de Poutine. Il s'agit, à mon avis, d'un modèle monarchique-autoritaire très correct. Tant le pouvoir exécutif en la personne du gouvernement que le pouvoir législatif en la personne de la Douma, et même le pouvoir judiciaire en la personne de la Cour suprême n'ont aujourd'hui aucune subjectivité. Et c'est bien ainsi. Parce que la subjectivité du pouvoir ne réside pas en eux - ni en général ni individuellement - mais ailleurs. Elle se trouve à Poutine.

 

C'est Poutine qui harmonise, coordonne et construit l'interaction des trois branches du pouvoir à partir de sa position transcendante. Cela n'est possible que parce que son pouvoir est l'autorité suprême et qu'il se situe au-dessus des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. C'est pourquoi, surtout, le pouvoir judiciaire, du moins la Cour constitutionnelle, perd beaucoup de son importance.

 

La Cour constitutionnelle prend tout son sens lorsqu'il n'y a tout simplement pas de pouvoir transcendant pour équilibrer d'une manière ou d'une autre les différends entre le gouvernement et le parlement. Mais comme, dans notre pays, le gouvernement et le parlement ont, outre le premier ministre et le président, une figure encore plus élevée, à savoir le président, la fonction de la Cour constitutionnelle devient purement technique et perd son sens politique.

 

Nous savons à quel point la Douma d'État dépend de Poutine, à quel point tous les partis dépendent de Poutine. Ils n'existent que grâce à son consentement à ce qu'ils existent. Ils existent, ils sont présents au Parlement, et ils sont dirigés par ceux qui les dirigent, juste parce que Poutine est d'accord avec cela ou même exactement ce qu'il veut. Même lorsqu'ils critiquent Poutine, ils le font en accord strict avec lui. Donc, bien sûr, la subjectivité est minimale ici. Et cela, à mon avis, est très bien dans les circonstances actuelles. Elle contribue à la neutralisation des risques.

 

En ce qui concerne le gouvernement, un pouvoir transcendantal est à l'œuvre ici encore, transformant l'ensemble du gouvernement, y compris le Premier ministre, en cadres purement techniques. Les questions stratégiques, la politique internationale, la défense et, à bien des égards, l'économie sont dirigées par Poutine personnellement. Et les personnes qui en sont responsables au sein du gouvernement ne font qu'exécuter ses ordres.

 

Par conséquent, dans le Léviathan russe, il n'y a tout simplement pas trois puissances qui seraient capables de construire un modèle d'interaction entre elles. Il n'y a qu'une seule puissance, répartie sur trois canaux. Et pour la réalité russe actuelle, c'est optimal.

 

Poutine est arrivé à ce système lors de la liquidation de l'état d'urgence dans les années 90. Il a renforcé la Douma avec des fonctionnaires qui lui sont totalement loyaux (Russie unie), a jeté les libéraux (SPS), a gelé les inoffensifs et dociles "gauchistes" (CPRF) et "droitiers" (LDPR), et a ajouté le désormais insignifiant Mironov (aujourd'hui son parti est appelé par un acronyme imprononçable). Tous sont neutralisés et totalement contrôlés. Et génial. Il n'y a rien à dire sur le gouvernement, il est composé de ceux que Poutine choisira. Et la Cour constitutionnelle n'a personne à juger, Poutine a tout jugé.

 

Une autre chose est que tout cela devient de plus en plus inutile. La façade des trois pouvoirs est un hommage aux critères occidentaux de la démocratie. Elle n'a rien de souverain. La seule chose souveraine d'un tel système est qu'il n'est pas du tout doté de la moindre subjectivité. C'est-à-dire qu'il ne s'agit pas de démocratie, mais d'une parodie vide de sens. Et un tel modèle ne peut tout simplement pas être dénué de sens si nous parlons sérieusement de souveraineté.

 

La souveraineté exige la neutralisation. Dans la période de liquidation de l'accident, tout cela était justifié. Mais l'accident a été nettoyé, pour le meilleur ou pour le pire. Et c'est alors que l'on découvre qu'au cours des opérations de sauvetage, tout le matériel disponible a été utilisé, y compris celui qui est loin d'être idéal. C'est ainsi que le meilleur est en inimitié avec le bon, c'est-à-dire pas aussi mauvais que dans les années 90.

 

Les trois puissances de la Russie moderne sont un présent moyen et un passé terriblement surmonté. Mais il n'a aucun avenir. Il n'a aucune idée, aucune éthique, aucun peuple. Il s'agit d'un simulacre - utile, mais dont l'utilité s'estompe progressivement.

 

Et tout dépend à nouveau d'une seule personne. Si Poutine pense sérieusement à l'avenir, s'il fait attention au fait que l'État doit avoir un esprit, une éthique et une âme, qu'il doit être la vie du peuple (et pas seulement sa survie), alors tous les autres - ses subordonnés - seront obligés d'y penser.

 

Si une autorité transcendante par rapport aux trois branches du pouvoir décide de tout, alors elle décide de la structure future de l'État - la Russie du futur.

 

Les succès de la neutralisation et de la prévisibilité d'un choix délibéré

 

Une telle structure de l'État russe dispose-t-elle d'une marge de sécurité ? C'est la question la plus aiguë. Dans un sens, c'est un secret d'État.

 

Officiellement, il est clair que Poutine a le contrôle. Les résultats des élections et le soutien au régime en général seront ce que Poutine exige. C'est pourquoi il est un pouvoir transcendant, pour régner sur tout. Si nous avions une politique, nous serions en train de deviner : va-t-il passer ou non. Mais comme tout a été neutralisé, nous n'avons pas besoin de deviner.

 

Tout est neutralisé. Les mauvais et, hélas, les bons ont été neutralisés, et le meilleur est interdit.

 

Navalny a été neutralisé, et maintenant ses partisans le sont aussi. L'électeur russe est également neutralisé. Nous vivons dans une société de neutralisation de l'État. Nous avons tous été neutralisés, et nous ne pouvons pas constituer une menace pour le pays. Il y a à la fois des aspects positifs et des aspects négatifs. Nous pouvons nous réjouir que la menace ait disparu. Mais dans un sens, nous ne sommes plus nous-mêmes une menace - en tant que citoyens.

 

Et la Russie unie est précisément l'institution qui facilite la neutralisation. Le parti ne propose aucune idée parce que vous ne pouvez pas penser, ni agir, parce que vous ne pouvez pas agir non plus. Il s'agit simplement d'une discipline, comme dans le sport. Aimez, n'aimez pas - faites travailler vos muscles, courez, sautez.

 

C'est la même chose pour l'électeur, qu'il le veuille ou non, qu'il soit irrité ou indifférent - allez voter. Il y a des gens qui s'en fichent, et d'autres qui sont aigris. Mais on leur dit à tous de prendre la pose du lotus et de se détendre. Et cette "pose du lotus" est appelée "élections".

 

En ce qui concerne l'opportunisme de l'État, chacun devrait voter comme il le souhaite.

 

Navalny, du point de vue de l'opportunité de l'État, a besoin de se reposer un peu et de reprendre ses esprits. S'il ne veut pas reprendre ses esprits, son temps de "repos" sera prolongé. C'est une discipline, un sport, si vous voulez, la gymnastique politique du pouvoir. Quoi qu'ils veuillent, ils choisiront. Parce que le choix est fait.

 

Transition vers l'Empire.

 

Nous sommes dans un état où la première phase du salut de l'État après le régime soviétique et la bacchanale libérale des années 1990 qui a suivi est achevée. Une certaine gérabilité, un certain ordre et une certaine stabilité ont été rétablis. La chute dans l'abîme a été évitée. Plus précisément, nous ne nous précipitons pas tête baissée dans l'abîme. Nous sommes gelés au-dessus. Nous sommes gelés. Et nous ne tombons pas, ce qui est une bonne chose.

 

Et voici maintenant la deuxième phase. Il s'agit de remplir de contenu et de sens ce mécanisme dont on peut dire aujourd'hui qu'il fonctionne.

 

Nous ne pouvons pas appliquer les critères occidentaux à la politique russe et à l'histoire politique de la Russie parce qu'ils ne nous conviennent pas du tout. La séquence et la signification de ces événements sont complètement différentes pour nous. C'est pourquoi nous ne pouvons pas dire que nous allons vers la libéralisation, vers la modernisation, vers les réformes, vers l'occidentalisation, vers la démocratisation. Tout cela n'a pas de sens, même dans les pays occidentaux, et cela s'applique encore moins à nous. Il n'y a pas de sens universel dans le passage de l'ancien au nouveau, pas de vecteur de progrès non ambigu. Il est nécessaire de préciser le type de changements exigés. Sinon, c'est un cri vide et stupide.

 

Selon la logique de notre histoire politique russe, la deuxième phase devrait consister en une transition vers le système de coordonnées russe. Le système de coordonnées russe considère l'empire comme la norme et l'absence d'empire comme une anomalie.

 

Poutine corrige les conséquences désastreuses de la période d'anomalie. Il l'a presque terminé. De plus, il n'est même pas "presque", mais complètement fini.

 

Au niveau matériel, au niveau de la gestion de la centralisation, Poutine a accompli sa tâche. L'anomalie a été neutralisée, comme je l'ai dit plus haut.

 

Nous sommes maintenant à la limite où il est nécessaire de passer de la situation d'urgence - l'élimination des conséquences de l'accident politique - à la phase suivante. Et la prochaine étape nécessaire consiste à donner à l'État russe un sens, un esprit, des idées, des points de référence et des images de l'avenir. C'est précisément là que nous nous trouvons. Entre la première et la deuxième phase de l'histoire politique de la Russie moderne.

 

Mais la transition est toujours difficile. Il semble que le début d'un nouveau cycle menace la perte et la disparition des résultats de la phase précédente obtenus avec tant d'efforts. Avec un tel travail pour tout neutraliser, comme il est craintif et risqué de tout raviver. Après tout, une idée, une éthique et un peuple sont quelque chose de vivant et d'imprévisible. Ainsi, le passé et le présent se retrouvent dans la position d'un ennemi du futur. Ils empêchent l'avenir de se produire.

 

Toute la tension de ce changement de phase problématique de l'histoire politique retombe sur les épaules de Poutine. Après tout, il est le liquidateur de l'accident. Et lui, en tant que sauveteur (mais pas encore sauveur), s'est admirablement acquitté de cette tâche difficile.

 

Mais une tâche très difficile l'attend maintenant : pourra-t-il passer à autre chose ? Après tout, il faut une stratégie complètement différente, un style de pouvoir différent et, enfin, un système politique différent. Le compromis du monarchisme implicite derrière la façade de la démocratie simulée avec sa multitude de compromis libéraux, combiné à une élite sans idéologie et immorale et à l'absence totale de justice sociale dans la société, est épuisé. Ce qui était justifié et nécessaire devient à son tour un obstacle à ce qui est approprié.

 

Poutine est en train de terminer la première phase. Est-il capable de passer à la seconde ? Et sinon, qui fera le reste ? Sera-t-il capable de franchir le point critique de non-retour lorsqu'il deviendra évident que la situation ne reviendra jamais ? Et pourtant, pendant la période Medvedev, nous avons vu par nous-mêmes que les années 90 ne sont pas si loin de nous - et pourraient bien revenir.

 

Il est évident que vous ne pouvez pas continuer à réparer ce qui a déjà été sauvé, ce qui a été sorti du mode catastrophe.

 

C'est le caractère poignant du moment politique actuel. Parce que, du point de vue de la logique formelle, la tâche de liquider la catastrophe politique des années 70-90 du XXe siècle a été résolue. Des résultats positifs ont été obtenus. Il est étrange de se promener avec des clés à molette avec un regard anxieux là où le tuyau ne fuit plus. De plus, cela peut aussi être le début d'une nouvelle désintégration.

 

Nous avons besoin d'un nouveau niveau de réflexion politique, d'un nouveau format pour l'État russe et d'une image complète et inspirante de l'avenir.

 

C'est là que le système soviétique a trébuché dans la dernière période : il n'avait aucune image de l'avenir - ou simplement personne n'y croyait plus. Et il s'est effondré, perdu dans le présent et dans la résolution de problèmes techniques interminables qui se sont révélés insolubles. C'est avec la perte de l'horizon de l'avenir, avec l'absence de motivation inspirante et convaincante pour l'existence historique d'une grande nation que le désastre et l'effondrement du grand État en 1991 ont été liés. Tout cela risque de se répéter.

 

C'est pourquoi nous entrons maintenant dans une zone difficile. D'une part, Poutine continue à gagner en politique intérieure. En grande partie parce qu'il n'y a personne d'autre à battre. Dans l'ensemble, tout fonctionne, tout bouge. Pas toujours parfaitement, mais c'est émouvant.

 

Et d'autre part, le temps commence à exiger autre chose, quelque chose que Poutine n'a jamais fait. Ce n'est peut-être pas la tâche de Poutine. Mais comme il - et lui seul - a tout le plein - transcendant ! - pouvoir, qui d'autre que lui ? Les autres ont été neutralisés avec succès.

 

C'est un point très subtil. Et que Dieu nous accorde de survivre à ce moment le plus difficile et le plus critique de notre histoire.

 

Nous avons besoin d'un nouveau départ pour l'État russe. Le Léviathan doit être éclairé par l'idée, doit trouver une nouvelle règle - cette fois une morale, qui est vraiment aristocratique ! - et devenir non pas un mécanisme oppressif de coercition et d'asservissement, mais un instrument du peuple lui-même, menant librement et souverainement son chemin dramatique et héroïque à travers l'histoire.

 

 

Alexander Dugin

 

http://dugin.ru

Alexander G. Dugin (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement eurasien international. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Alexandre Douguine : Un philosophe est quelqu'un qui vit dangereusement... (Zavtra/Club d'Izborsk, 1er mars 2021)

1 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Alexandre Douguine : Un philosophe est quelqu'un qui vit dangereusement...  (Zavtra/Club d'Izborsk, 1er mars 2021)

Alexandre Douguine : Un philosophe est quelqu'un qui vit dangereusement...

 

1er mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20728

 

Source: Zavtra

 

 

La philosophie comme étant à risque maximum.

 

Fedor Shimansky.  Cher Alexandre Gellievich, vous êtes le philosophe le plus célèbre de Russie mais aussi l'un des rares penseurs russes connus à l'étranger. En Occident, on vous appelle même "l'homme le plus dangereux du monde". On peut souvent le constater dans diverses publications. Quelle est votre attitude à son égard ?

 

Alexandre Douguine. Il est plus exact de dire "le philosophe le plus dangereux". Pas tant "l'homme dangereux" que "le philosophe le plus dangereux". Ce sont des choses différentes. Parce qu'il y a des gens plus dangereux que moi. Il y a des maniaques en série, il y a des terroristes, des meurtriers. Je ne suis certainement pas une personne aussi dangereuse. On pourrait dire que je suis plus ou moins un citoyen respectueux des lois.

 

Mais philosophiquement, c'est différent. Ici, c'est plutôt un compliment pour moi, car un philosophe est quelqu'un qui ramène l'existence humaine à ses conditions initiales, à son conditionnement existentiel. "Vivre dangereusement" est la formule de Nietzsche. Il faut vivre "dangereusement" car l'homme est déjà en danger. Nous sommes en danger parce que nous sommes mortels, parce que nous sommes finis, parce que nous sommes entourés d'un mur, de limites, des limites de notre séparation, de notre mortalité. C'est pourquoi les anciens Grecs appelaient souvent les gens θνητοί - mortels. θνητοί ou βροτοί signifie "mortel" ou "peuple". L'homme en tant qu'être mortel est notre définition, une définition spécifique à l'espèce.

 

Être humain est dangereux, et surtout parce qu'il perçoit la mort non pas comme la mort, comme les animaux, instantanément - une fois, et non, mais l'homme est capable de penser la mort. Et la pensée est quelque chose d'éternel. La traversée de l'éternité, qui nous est donnée en pensée, dans l'âme rationnelle, et les conditions d'exiguïté de notre existence d'humain, limitée par le temps, créent une tension énorme, incroyable. C'est pourquoi tous les êtres humains vivent "dangereusement". Et les philosophes sont ceux qui ont conscience du caractère "dangereux" de ce danger. Être philosophe, c'est vivre "dangereusement" et être conscient de son "danger". C'est la même chose.

 

Donc, si on m'appelle "le philosophe le plus dangereux", alors je suis "le plus philosophe des philosophes".

 

Bien sûr, je pense qu'il y a eu des philosophes plus dangereux que moi, peut-être qu'il y en a, qui sait. À cet égard, j'appartiens simplement, si vous voulez, à la chaîne des "personnes dangereuses", c'est-à-dire des philosophes.

 

Je n'adoucis pas ce danger, je ne l'adapte pas aux intérêts des foules ou des philosophes ; je préserve ce danger, j'essaie de le maintenir dans l'état très authentique dans lequel il devrait, à mon avis, se trouver. Où, en fait, il a été élevé par toute une pléiade de penseurs - des premiers présocratiques à Nietzsche et Heidegger. Et j'essaie de garder la philosophie telle qu'elle devrait être. Après tout, la philosophie est la forme ultime de la prise de risque. Penser en tant qu'être humain signifie penser à la mort, penser à la finitude, penser à l'intersection de l'éternité et du temps. Il s'agit en fait d'une réflexion.

 

C'est pourquoi, quand on m'appelle "le philosophe le plus dangereux", je le prends comme un compliment, peut-être un peu immérité.

 

Contre le mondialisme et les mondialistes.

 

Le deuxième point. Je suis un adversaire acharné de l'idéologie mondialiste libérale. De plus, je suis un adversaire du monde moderne, de la modernité en tant que telle.

 

Et à cet égard, j'ai une attitude ambivalente à l'égard du postmoderne. Dans la mesure où le postmoderne est une extension du moderne, il me dégoûte ; dans la mesure où c'est un exposé du moderne, il m'est très sympathique et constitue pour moi un argument philosophique important.

 

Mais en tout cas, je suis en profonde opposition avec le paradigme de la modernité dont toute l'humanité pensante et irréfléchie vit aujourd'hui.

 

C'est le deuxième sens de l'expression "philosophe le plus dangereux" parce que je suis vraiment et fondamentalement, intellectuellement, culturellement et politiquement en train de défier la modernité et sa forme idéologique victorieuse culminante, le libéralisme. Je suis prêt à l'avouer ici : je suis un opposant absolu, convaincu, inconciliable, total, radical au libéralisme, à l'individualisme, et pas seulement sous la forme où cette idéologie existe aujourd'hui, mais dans ses racines, ses fondements et ses principes mêmes. Ces racines remontent au Nouvel Âge, au matérialisme des sciences naturelles, au capitalisme, à la démocratie bourgeoise, à l'individualisme, à cet homme de la modernité que je considère comme un "dégénéré", un "dégénéré", une scandaleuse insulte à la dignité humaine. Le monde des Modernes est un monde inversé. Hegel a parlé de "verkehrte Welt", mais dans un sens légèrement différent. Mais l'expression est profonde et sémantiquement succincte.

 

"Dans chaque cœur, il y a une aspiration plus élevée. »

 

Pour moi, un homme moderne est un homme à l'envers. Je déplore bien sûr sa position. Mais je le vois comme un monstre. J'ai pour l'humanité moderne, au cours des 500 dernières années, à peu près le même sentiment que nous avons lorsque nous voyons un invalide mutilé ou une personne atteinte du syndrome de Down. Mais il est inapproprié de s'en vanter. Lorsque nous voyons quelque chose d'imparfait, de pervers, de déformé : un homme à trois bras, un aveugle ou un infirme aux jambes coupées, cela évoque un sentiment d'horreur, mais aussi de compassion. Mais en même temps, il existe un désir involontaire de se retirer, si l'on ne peut pas contribuer efficacement à la guérison ou à l'allégement de la souffrance. Je suis tiraillé entre mon dégoût pour l'humanité de la modernité et mon désir de l'aider, de la remettre sur pied. Il s'agit d'une double attitude. D'une part, je vois à quel point ce monstre est dégoûtant. D'autre part, même en dépit de cette répulsion pour la pensée, la vie quotidienne, la politique, la société, la culture, la science - pour tout ce qui est humain dans la phase de la modernité - j'ai le désir de l'aider à retourner là d'où il est tombé - l'humain - et peut-être même plus haut.

 

La corporéité même de la modernité, sa fixation carnassière sur la matérialité, me rend parfois fou. Plotin, dit-on, n'aimait pas son propre corps et était irrité par le fait qu'il en avait un. J'ai une attitude très similaire à l'égard des aspects inférieurs de la vie.

 

Mais en même temps, j'ai de la compassion pour les gens. Je crois qu'une personne, même si c'est un monstre, un dégénéré, mérite quand même d'être différente, elle a d'autres choix. "Dans chaque cœur", a dit Nietzsche, "il y a un désir ardent de plus haut. Et c'est vers ce "dépassement" que je me tourne, comme si je mettais à part ces interminables couches de dégénérescence qui constituent l'histoire des cinq derniers siècles - l'histoire du Nouvel Âge, l'histoire de la laïcité, l'histoire de la vision du monde des sciences naturelles, de la démocratie et du "progrès".

 

La quatrième position.

 

Mais cette compassion ne s'étend pas à ceux qui montent la garde, qui veillent à ce que l'homme reste ainsi à l'envers ; à ces gardiens de l'intellectuel, camp de concentration dans lequel nous vivons dans le Nouvel Âge - les porteurs du totalitarisme du Nouvel Âge. Aujourd'hui, le totalitarisme de la modernité est principalement représenté sous forme libérale. Hier, le totalitarisme communiste ou le totalitarisme nazi était plus visible.

 

Mais le totalitarisme d'hier est terrible comme un rêve ou un mauvais souvenir, alors que le totalitarisme d'aujourd'hui est libéral - il contient en lui-même tout le cauchemar de l'aliénation, de la répression, de l'asservissement de l'homme à la matière, à la technologie, à l'argent. Par conséquent, la lutte contre le totalitarisme à notre époque est une lutte irréconciliable avec le libéralisme - tant avec l'idéologie qu'avec ses porteurs.

 

Pour ceux qui prônent les structures totalitaires de la pensée Nouvel Âge - avec une mousse à la bouche, armés de nouvelles capacités technologiques, visant à supprimer toute forme alternative de pensée, de politique, de culture et de philosophie - pour ces gens, je suis dangereux. Et dangereux bien plus que quiconque, car je mets en doute les fondements mêmes.

 

Il est assez facile de tomber dans le piège d'autres idéologies du Nouvel Âge occidental tout en luttant contre le libéralisme. Par exemple, pour prendre des positions communistes et commencer à critiquer le libéralisme de la gauche. Ou se tourner vers le nationalisme, voire le fascisme, et attaquer le libéralisme par la droite. Mais il s'agit, en premier lieu, d'une répétition directe du passé ; deuxièmement, le libéralisme s'accommode très bien de ces alternatives, et troisièmement - et c'est le plus important ! - Le communisme et le nationalisme sont tous deux des produits de la vision du monde du Nouvel Âge, avec son matérialisme, sa laïcité, sa vision du monde des sciences naturelles, son "progressisme", etc. Ce qui signifie qu'ils sont porteurs du même poison que le libéralisme. Il ne suffit pas de se débarrasser du libéralisme, nous devons surmonter le paradigme politique, social et philosophique même du Nouvel Âge.

 

Ma position est la quatrième théorie politique (4PT). Elle consiste en une attaque fondamentale du libéralisme dans ses fondements, mais sans tomber dans aucune des idéologies anti-libérales (illibérales) de la modernité européenne. Le geste fondamental du 4PT est le rejet du libéralisme ainsi que du communisme et du fascisme. C'est exactement ce que les libéraux n'attendaient pas. Ce revirement les a pris par surprise. Ils avaient appris à faire face aux communistes, à les apprivoiser, à les dompter, à les domestiquer. La gauche moderne a docilement oublié la lutte des classes et s'est concentrée sur les problèmes du genre, du féminisme et des migrants. Les libéraux ont également fait face aux nazis : ils les ont marginalisés, diabolisés et transformés en monstres, après quoi personne n'osera plus considérer objectivement les idées d'extrême droite.

 

C'est la première fois que les libéraux rencontrent le 4PT, que je suis en train de développer. Cette théorie est illibérale, directement et fortement anti-libérale, mais en même temps elle est anti-moderniste à tous égards, elle ne peut donc pas être réduite au communisme ou au fascisme. Et bien sûr, cela les met mal à l'aise. Ils ont complètement perdu la capacité d'avoir une discussion raisonnée avec ceux qui pensent différemment d'eux.

 

De plus, je ne parle pas seulement pour moi, j'apporte comme arguments les théories et les idées des penseurs de l'Ouest et de l'Est, qui ont strictement critiqué la modernité européenne. Leurs travaux ont rendu cette approche possible, l'ont anticipée, en ont jeté les bases. Et ce sont, en fait, les meilleurs esprits de la culture occidentale elle-même. Si l'on considère le pourcentage des plus brillants penseurs et artistes d'Europe occidentale qui ont pris une position libérale et ont été solidaires du sort de la civilisation capitaliste, il serait négligeable. Ceux dont l'Occident se vante détestent le plus souvent le capitalisme et le libéralisme, l'attaquant à la fois par le passé et par l'avenir, à droite comme à gauche. Le côté le plus brillant et le plus beau de la culture occidentale a été largement anti-occidental, et certainement anti-moderne.

 

Je ne suis donc pas seul dans le 4PT ; je m'appuie sur un énorme héritage intellectuel, y compris la philosophie russe, qui est aussi complètement non occidentale, non libérale et non moderne. Il n'y a aucun doute à ce sujet en ce qui concerne la philosophie religieuse russe, et nous n'en avons tout simplement pas d'autre. Soit la philosophie religieuse russe de Solovyov, Florensky et Boulgakov, soit rien du tout ! Tout le reste est ridicule.

 

La philosophie religieuse russe a été préparée auparavant par V.F. Odoevsky avec le cercle des sages-schillingiens et des slaves. Là encore, il s'agissait d'une critique de l'Occident, du modernisme et du libéralisme. Leurs successeurs ont été plus tard les Eurasiens. Bien sûr, ils n'étaient pas de si grands philosophes, mais en termes d'intuitions intellectuelles, ils se sont penchés sur l'identité russe plus profondément que beaucoup d'autres. Dans leur cas, l'anti-occidentalisme et l'anti-libéralisme sont encore plus brillants.

 

Tout ce qui est russe est anti-libéral, à gauche comme à droite. Mais tout ce qui est russe n'est pas assez mûr pour comprendre le 4PT. Rien ne mûrit progressivement et, j'en suis sûr, mûrira à un moment donné.

 

Pour résumer, je suppose que j'ai mérité - ou plutôt, j'aimerais espérer que je l'ai mérité - ce titre de "philosophe le plus dangereux du monde". Je le porte avec fierté. Ils voulaient me détruire, m'humilier, m'écraser, me ridiculiser, me diaboliser, mais ils m'ont en fait complimenté à ce sujet.

 

Traditionaliste et Heideggerien.

 

Fedor Szymanski. Je voudrais vous demander ceci. Vous êtes généralement caractérisé simultanément par les trois catégories suivantes : en tant qu'Eurasien, en tant que Heideggerien, et en tant que traditionaliste, au sens de disciple de Guénon. Certains pensent même qu'il s'agit d'une seule et même chose. Mais d'autres pensent que c'est tout simplement impossible. Et comment parvenez-vous à combiner ces choses, et est-il vraiment possible de vous caractériser ainsi ?

 

Alexandre Douguine. C'est tout à fait vrai. C'est ainsi que j'établirais mes priorités :

 

Je suis, avant tout, un traditionaliste. C'est-à-dire que Guénon, Evola et la philosophie traditionaliste sont pour moi des points de référence absolus. Je me vois uniquement et exclusivement du côté des traditionalistes, et je partage pleinement toutes les lignes directrices de base du traditionalisme.

 

Je suis un Heideggerien, sans aucun doute. J'ai découvert Heidegger il y a longtemps - dans les années 80 - et j'ai commencé à l'étudier dès cette époque. Je l'ai étudié toute ma vie. À cet égard, pour moi, Heidegger et toute la phénoménologie, et à travers lui Husserl, Brentano et jusqu'à Aristote, que j'ai lu phénoménologiquement après Heidegger, Husserl et Brentano, est aussi une étoile filante. C'est une source d'inspiration incroyable, et je suis donc prêt à admettre que je suis pleinement Heideggerien. Traditionaliste et Heideggerien ! Et il n'est nullement affecté par le fait qu'Evola, dans Chevaucher le tigre, critique Heidegger. À mon avis, il s'agit d'une analyse superficielle et peu profonde. En fait, Heidegger ne s'est pas éloigné tant que ça du traditionalisme. Evola a fait partie de la révolution conservatrice du côté des traditionalistes, Heidegger du côté des philosophes allemands. Dans l'ensemble de la révolution conservatrice, Heidegger et les traditionalistes ont quelque chose en commun, un point commun fondamental. C'est un rejet radical du Nouvel Âge, dans son essence même, dans sa matrice.

 

Pour moi, tant les traditionalistes que Heidegger sont les précurseurs et les pères fondateurs du 4PT, parce que le 4PT est principalement basé sur une critique radicale et sans compromis du moderne. Dans un sens, le 4PT n'est rien d'autre qu'une généralisation de la critique des traditionalistes et de Heidegger à l'égard des modernes.

 

Je suis convaincu que Heidegger, malgré sa relation avec le national-socialisme, ne peut être compté parmi la troisième théorie politique. Pas du tout. Si Heidegger n'avait aucune sympathie pour le marxisme et rejetait radicalement le libéralisme (qu'il qualifiait d'idiotie planétaire), sa critique profonde et cohérente du national-socialisme lui-même doit également être prise en considération. Dans le national-socialisme, Heidegger rejette tout ce qui est moderne, moderniste en soi : le racisme, le mécanisme, l'athéisme, la laïcité, la Machenschaft, l'obsession de la technologie. Heidegger est clair à ce sujet dans les Carnets noirs, et dans d'autres textes également. Il oppose au national-socialisme un ensemble d'attitudes et d'idées très proches du 4PT. Sa critique du national-socialisme n'est pas une critique de droite ou de gauche. Il s'agit d'une critique d'en haut, c'est-à-dire de la position du 4PT. Il y a donc plus de points communs entre le traditionalisme et Heidegger qu'on ne le pense généralement.

 

Mais il y a aussi quelques différences, bien qu'il ne soit pas si difficile de les combiner. Après tout, ils ont un dénominateur commun : le rejet fondamental du modernisme, du Nouvel Âge, du libéralisme, de la démocratie, du matérialisme, de la laïcité, de l'athéisme, du marxisme et du nationalisme. D'ailleurs, il est très important que le nationalisme soit aussi une tendance bourgeoise, occidentale, moderne, athée, laïque, en matière d'idéologie et de politique. Et c'est pourquoi un traditionaliste conséquent ne peut pas être nationaliste. Mais Evola l'a parfaitement démontré. Les nations sont apparues comme un simulacre d'empire bourgeois.

 

Eurasianisme : vers la subjectivité d'un continent

 

Maintenant, en ce qui concerne les Eurasiens. J'ai découvert les Eurasiens plus tard que le traditionalisme et Heidegger et j'ai été frappé par la façon dont leurs intuitions, du point de vue de la culture, de la civilisation, de la philosophie et de la géopolitique (c'est très important !), coïncident parfaitement avec ces principes traditionalistes anti-modernistes (anti-modernistes). Il est donc important qu'une telle philosophie politique similaire se soit développée dans le contexte de la culture et de la tradition russes.

 

Il est important que le prince N.S. Troubetskoï, le fondateur de l'eurasianisme, ait été un linguiste structurel majeur. Son plus proche collaborateur était un autre grand linguiste et philologue russe, Roman Yakobson. Le fait que N.S.Troubetskoï ait été à la fois la figure principale du mouvement eurasien et l'une des plus brillantes figures du structuralisme n'est pas accidentel. L'eurasianisme met l'espace qualitatif, le développement des lieux, selon P.N. Savitsky, à la tête du mouvement. C'est une sorte d'analogue de la structure. Tout comme la langue prédétermine la parole, l'espace prédétermine l'histoire. D'où la thèse "la géographie comme destin" et le concept le plus important de l'Eurasie.

 

Tout cela s'est peu à peu rassemblé dans mon esprit, a formé une image générale. En même temps, le lien entre structuralisme et phénoménologie s'est précisé, ce qui a donné une autre perspective générale sur l'eurasianisme en tant que philosophie politique fondamentale, essentiellement la version russe du 4PT.

 

Un autre aspect crucial est la découverte de la géopolitique par les Eurasiens. Ils ont été les premiers penseurs russes à découvrir et à interpréter les idées de Mackinder à leur manière. Dans le contexte allemand, Karl Haushofer et Carl Schmitt ont fait quelque chose de similaire. Et tout comme les Allemands ont tiré leurs conclusions de l'affrontement entre la puissance terrestre et la puissance maritime, les Eurasiens ont fait de même. Pour l'école allemande, plus le centre est développé, la principale "puissance continentale" est l'Allemagne elle-même. Et pour les Eurasiens, c'était la Russie, qui était encore plus conforme au modèle de Mackinder.

 

Les Eurasiens ont identifié sans équivoque l'identité russe comme le noyau et le rempart de la civilisation terrestre, s'accordant sur la définition de "l'axe de l'histoire". Mais si Mackinder considérait Land Power, Eurasia comme un objet, les Eurasiens insistaient sur le fait que l'Eurasie était un sujet. Et cela a changé la vision radicalement atlantiste de la carte du monde.

 

Les Eurasiens ont pris le parti de la civilisation de la puissance terrestre, ont donné à cette même notion un contenu historique, intellectuel, philosophique. En fait, les Eurasiens ont défié le monde moderne du point de vue de la philosophie, de la civilisation et de la géopolitique russes, en identifiant la civilisation atlantique, la puissance maritime avec la modernité de l'Europe occidentale, avec le monde moderne.

 

Néo-eurasianisme : comment les missiles balistiques philosophent

 

C'est la découverte grandiose de l'eurasianisme, qui a donné à toute la construction du traditionalisme et du heideggerianisme une incarnation géopolitique concrète. J'y ai consacré mon livre, devenu très célèbre, "Les Fondements de la géopolitique". Les "Fondements de la géopolitique" sont devenus une plate-forme pour le néo-eurasianisme dans lequel le traditionalisme, la révolution conservatrice, la géopolitique et les théories civilisationnelles ont été intégrés.

 

Le philosophe italien Carlo Terracciano a écrit que "Eurasianisme = Evola + armes nucléaires". Ici, la critique de la civilisation moderne occidentale et la thèse de la nécessité de se rebeller contre le monde moderne sont combinées avec la pensée slave russe et avec le potentiel nucléaire d'une grande puissance terrestre.

 

C'est ainsi que le néo-eurasianisme a formulé une image intégrale de la Russie - au-delà de l'idéologie et de l'histoire, la Russie est éternelle. C'est la Russie inscrite dans un espace sacré immuable, la Russie comme un Cœur. Certaines des caractéristiques de cet archétype éternel existent à travers la période monarchique, le régime soviétique et la Fédération de Russie moderne. Ainsi, le programme de "révolte contre le monde moderne" quitte le domaine des rêveries romantiques d'un conservateur et se rapproche de l'existence concrète d'un phénomène politique - la Russie réellement existante avec des armes nucléaires, un vaste territoire et d'innombrables ressources naturelles. Se reconnaissant comme un sujet de l'histoire du monde et non comme une simple parodie de l'Occident, une province désespérément arriérée (comme le voient les libéraux et les Occidentaux), les Russes entrent dans leur héritage métaphysique et fondent leur mission sur une combinaison d'idéaux idéocratiques transcendants et d'un énorme potentiel de puissance. Il est clair qu'avec ce tournant, le néo-eurasianisme devient vraiment dangereux, et pour l'Occident, la soirée, comme on dit maintenant, "cesse d'être langoureuse".

 

Nous passons de la nostalgie exotique de l'"âge d'or" et des projets romantiques du nouveau Moyen-Âge à la planification de la stratégie d'une grande puissance et de ses politiques défensives et offensives au sein de l'État-major général. Et maintenant, depuis Guénon et la fin de Kali-Yuga*, nous nous apprêtons déjà à discuter avec des responsables militaires et civils influents et de haut rang de l'intégration de l'espace post-soviétique (impérial) dans l'Union eurasienne.

 

Si les discours sur la "crise du monde moderne" ou les subtiles constructions philosophiques de Heidegger peuvent sembler "absurdes", alors nos missiles balistiques, nos nouvelles armes, "la Crimée est à nous", ou un comportement actif dans le Caucase ou les relations avec la Turquie au Moyen-Orient, et en général l'opposition croissante à l'Occident - ce n'est pas de la "nerderie", pas drôle et pas du tout abstrait. C'est tout à fait concret.

 

Pour moi, tout cela est du néo eurasianisme. Ce ne sont pas des choses disjointes, mais des gradients d'une même vision intégrale du monde construite hiérarchiquement - du plus haut niveau - métaphysique, en passant par le niveau philosophique, jusqu'au niveau géopolitique et politique concret. Nietzsche a donné à son livre Le crépuscule des idoles (Götzen-Dämmerung) le sous-titre "Wie man mit dem Hammer philosophiert" (Comment l'homme philosophe avec le marteau). Le néo-eurasianisme pourrait être défini, pour paraphraser Nietzsche : "comme ils philosophent avec les missiles balistiques".

 

La géopolitique comme destin

 

Le néo-eurasianisme est une transition entre la métaphysique et la philosophie, qui étaient loin d'être étrangères aux fondateurs de l'eurasianisme, ainsi que des questions pratiques de géopolitique, de politique étrangère, de stratégie et de défense.

 

Pourquoi l'Occident a-t-il pris un tel goût pour les "Fondements de la géopolitique" en son temps ? Permettez-moi de  rappeler le contexte. Au début des années 90, lorsque la justification idéologique (c'est-à-dire communiste) de l'assujettissement de l'URSS a disparu, et que les réformateurs dirigés par Eltsine et son cercle d'espions (libéraux, agents corrompus de l'influence occidentale) ont commencé à considérer la RF comme faisant partie d'un seul monde global, nos cercles militaires, nos siloviki se sont retrouvés complètement désorientés. Ils ont compris qu'ils ne peuvent en aucun cas suivre l'Occident, ils ont vu que l'OTAN ne cesse de s'étendre, et ils ont estimé qu'il fallait faire quelque chose pour contrer cet assaut, mais ils n'avaient pas d'idéologie. La géopolitique, notamment mes conférences et mes discours à l'Académie d'état-major, mes discussions avec les responsables de l'application des lois, mes textes et mes articles ont donc joué un rôle très important. Ils ont comblé une lacune stratégique dans mon esprit. Depuis lors, la géopolitique est devenue une sorte d'"idéologie parallèle" de l'État profond russe - milieux militaires, de pouvoir et patriotiques. La confrontation entre la puissance terrestre et la puissance maritime, entre la puissance des terres arides et la puissance maritime, entre l'eurasianisme et l'atlantisme, a parfaitement et vivement expliqué l'état des choses actuel - et de l'autre côté de toute idéologie.

 

Finalement, avec l'arrivée de Poutine, ce parallèle - géopolitique, eurasien - de la conscience de défense a été légalisé. Elle a été légalisée, bien que partiellement et à moitié. Et puis "la soirée n'était plus du tout langoureuse" car le 4PT, Traditionalisme et Révolution conservatrice, avait fusionné dans la géopolitique eurasienne - même si c'était pour des raisons assez pragmatiques (la nécessité d'un modèle stratégique cohérent en réponse à la pression incessante de l'Occident) - avec la politique pratique.

 

Lorsque j'ai pris la parole à Washington en 2005 à l'Institut Hopkins pour me présenter, le célèbre expert de l'Asie centrale et du Moyen-Orient, le professeur Frederick Starr, (il a d'ailleurs déclaré qu'il avait joué du saxophone dans le film Pop-Mechanics de Sergey Kuryokhin ! "Voyons ce que Douguine a écrit dans les années 90, ou même à la fin des années 80, et ce que Poutine fait dans les années 20." Et la liste était si impressionnante que tout le monde dans la salle - et la salle était pleine, y compris des représentants du Département d'État, du Congrès et de divers responsables de la sécurité - est sorti grand ouvert. "Après cela, ne nous demandons pas quelle est l'influence de Douguine sur le Kremlin, car lui-même ne répond jamais à cette question. C'est clair comme de l'eau de roche. Comparons simplement deux colonnes : les thèses théoriques ("impérialistes" et "revanchistes") de Douguine de la fin des années 1980 et les pas réels de Poutine dans les années 2000. Dans la colonne de gauche, Douguine, dans la colonne de droite, Poutine. Trouvez les différences..."

 

C'était en 2005.

 

Je suis maintenant sous sanctions après la Crimée et le printemps russe, je ne suis pas autorisé à entrer en Amérique. Pour ma vie philosophique "dangereuse", j'en paie le prix. Mais imaginons un scénario fantaisiste dans lequel je suis invité à retourner à Washington, DC, pour donner une conférence au même Institut Hopkins en 2021. Imaginez à quel point la liste des coïncidences dans les deux colonnes s'allongerait considérablement. C'était déjà très long il y a 15 ans. Maintenant, les événements d'août 2008 dans le Caucase du Sud, le scénario de Crimée, la séparation de la Novorossie, l'émergence du populisme de droite et de gauche en Europe et bien plus encore - notre rapprochement avec l'Iran, notre retour au Moyen-Orient, nos politiques envers la Turquie, la Libye, la Syrie, etc. En fait, il ne me resterait plus qu'à rester à Washington aussi longtemps que possible pour arrêter la croissance de ces conformités et empêcher d'une manière ou d'une autre le mouvement sur les points "Que faire" non encore réalisés. Et le programme comprend la fin de la mondialisation, la destruction de l'idéologie libérale, la chute de l'hégémonie occidentale, le retrait de la Turquie de l'OTAN puis la dissolution complète de cette organisation, la victoire mondiale de la révolution conservatrice et du 4PT, l'établissement d'un monde multipolaire, la renaissance de la grande Union eurasienne et d'autres "grands espaces" totalement indépendants de l'Occident, le triomphe planétaire de la civilisation des terres arides. "Arrêtez ça ! Maintenant !" crierait le hall de l'Institut Hopkins en 2021.

 

Mais cela n'arrivera pas. Et dans un sens, il est déjà trop tard. Les "Fondements de la géopolitique" ont été écrits - et ce, dès le début des années 90.

 

Bien sûr, j'ai révisé et corrigé beaucoup de choses depuis lors. Mon attitude envers la Turquie, la Chine et en partie l'Azerbaïdjan a considérablement changé après que j'ai étudié de plus près la transformation de leurs politiques au cours des dernières décennies.

 

Mais le "danger" de la géopolitique eurasienne et des "géopoliticiens eurasiens" pour l'Occident ne diminue pas, au contraire, il augmente. Ma participation à toutes sortes de processus géopolitiques, mes réunions, consultations et échanges de vues avec les dirigeants de divers États, avec les élites intellectuelles et les experts stratégiques de divers pays - tout cela continue.

 

L'influence planétaire d'un marginal inconnu

 

Et il est intéressant de constater que les gens qui, en Occident (et pas seulement en Occident), me détestent, me considèrent comme "l'ennemi de l'humanité" (et je suis, en fait, l'ennemi de l'humanité - mais pas de tout, mais seulement du libéral et, dans un sens plus large, du moderne - comme dans le Nouvel-Âge, je n'aime rien), ont deux opinions mutuellement exclusives à mon sujet : "il est très influent, il est extrêmement dangereux, il est relié à de nombreux centres de décision" et, simultanément : "C'est un marginal total, il n'est connu de personne, il n'influence rien du tout." Et cette bifurcation ne se produit pas avec des personnes différentes, mais souvent avec les mêmes personnes.  Si vous regardez bien, vous trouverez une contradiction logique dans presque toutes les phrases qui me décrivent, moi et mes idées.

 

En même temps, on me présente comme une personne marginale, inconnue, un fantasque excentrique qui n'a pas accès aux instances sérieuses, qui exprime des idées extravagantes et grotesques que personne ne comprend, mais cette personne "marginale" et "rien" influence en quelque sorte la grande géopolitique, les décisions stratégiques du Kremlin, le populisme européen et américain, l'anti-impérialisme en Amérique latine, en Iran, en Turquie, dans la région arabe, etc. Il est révélateur qu'ils prononcent des évaluations mutuellement exclusives dans le même souffle. Et ils essaient désespérément de me faire rentrer dans une caricature qu'ils comprennent - "extrémiste", "stalinien", "nationaliste", "impérialiste" et pire encore.

 

Cependant, ma philosophie serait plus compliquée que ces timbres vides.

 

Le héraut des 5 rois

 

J'ai remarqué ce qui suit à cet égard. Dans le camp des libéraux, il n'y a pas vraiment d'intellectuels qui se vantent de leur intellectualisme. Je ne sais pas si cela peut s'expliquer par la paresse ou par la totalité imaginaire de leur victoire, mais les libéraux ne trouvent tout simplement pas dans leur camp d'intellectuels capables d'engager un dialogue décent.

 

Le think tank libéral Nexus a organisé un "débat du siècle" il y a un an à Amsterdam entre moi et le philosophe (sic) ultra-libéral Bernard-Henri Levy, un mondialiste et atlantiste convaincu et franc. Mais rien de significatif n'en est sorti. Il semble que Bernard-Henri Levy n'ait pas lu mes livres (et il y a beaucoup de mes œuvres traduites en français) et même son propre livre, "L’Empire et les cinq rois". Je peux admettre qu'il ne l'a pas écrit, c'est une trop grande figure publique et un homme riche pour cela, il aurait pu engager quelqu'un, mais il a dû le lire... Le livre, d'ailleurs, est assez bon en général, il y a quelques remarques assez correctes, bien que du point de vue de l'hégémonie mondiale. Plus important encore - l'auteur (Levy ou pas tout à fait Levy) remarque que "l'Empire" (comme le livre appelle l'ordre mondial libéral, la domination totale des mondialistes, l'Occident moderniste et postmoderniste dans son ensemble) ces dernières années - à commencer par Obama (= Gorbatchev) et surtout sous Trump (= Eltsine) s'effondre rapidement, réduit sa présence dans le monde et l'efficacité du contrôle. Parallèlement à cette "évaporation de l'empire libéral", on assiste à la montée de cinq centres alternatifs - les pôles de civilisation - Russie, Chine, Iran, Turquie et Arabie Saoudite. Ce sont les cinq rois, ou cinq anciens empires - le califat russe/soviétique, chinois, persan, ottoman et arabe. Ainsi, les anciens empires cherchent à revivre et à revenir à l'histoire au prix de l'effondrement de l'empire actuel. L'auteur le déplore et appelle "l'Empire" à se ressaisir et à détruire la Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie et le monde arabe, soit en les dressant les uns contre les autres, soit en les minant de l'intérieur ou en leur portant un coup direct. C'est essentiellement le programme de l'administration de Joe Biden. Il est intéressant de noter que j'ai également rencontré Anthony Blinken à Amsterdam lors de cette même table ronde, qui m'a été présenté en tant que haut fonctionnaire de l'administration Obama. Aujourd'hui, comme nous le savons, il occupe le poste de secrétaire d'État américain. Blinken et Bernard-Henri Levy sont du même avis et, lors du débat sur le Nexus, ils ont parlé d'une seule voix - contre la Russie et la Chine, et contre ... Trump. Cela se passait à l'époque où Trump était président des États-Unis. Par conséquent, le projet "L'Empire et les cinq rois" reflète la base de la stratégie de la nouvelle administration de la Maison Blanche.

 

Dans la langue radio de Svanidze

 

Retour au débat. Quand j'ai commencé à parler du livre de Levy, il s'est avéré que Levy ne pouvait répondre qu'avec un ensemble de phrases préparées et communes. "Nemtsov. Politkovskaïa. Novichok. Skripal. Poutine est mauvais. La Crimée n'est pas à vous. Le plus grand homme de Russie était Soljenitsyne." Quand je me suis renseigné, j'ai ironiquement dit Et son anti-libéralisme, sa critique de l'Occident et de la modernité, et ses "200 ans de vie commune", vous le pensez aussi". Il était perplexe : "Qu'est-ce que c'est ? Il est clair que sa connaissance de Soljenitsyne se limitait à Wikipédia, une idée conventionnelle généralisée de l’anti-soviétisme en général. Et cela s'appelle un "intellectuel" ? S'agit-il d'un "théoricien d'un nouvel ordre mondial" ? Il est trop paresseux pour lire, trop paresseux pour penser, trop paresseux pour chercher des arguments, trop paresseux même pour s'intéresser à ce qui sort de son travail d'auteur...

 

Je pense que c'est dû à l'impunité et au vide complet, créé artificiellement autour de lui par la dictature libérale. Les partisans de la "société ouverte" ont complètement aboli la critique - toute personne qui remet en cause leurs principes est diabolisée, ostracisée, marginalisée et déplatée. Personne n'a la possibilité d'ouvrir sa bouche et de s'opposer aux libéraux. De là, ils sont devenus absolument impudents et nous considèrent, nous tous qui rejetons le mondialisme, comme des "imbéciles", des "Untermensch", des "singes", des "Néandertaliens", des "troglodytes". Ils ne se donnent donc même pas la peine de préparer le débat. Bien entendu, cela a immédiatement attiré l'attention de tous. Néanmoins, beaucoup de gens ont regardé les débats eux-mêmes. Ce n'était pas le débat du siècle, car Liberal Levy a répété avec arrogance et condescendance une série de platitudes que nous entendons déjà tous les jours sur toutes les chaînes et les médias sociaux contrôlés par les mondialistes. Quant à mes tentatives d'élever la discussion à un niveau philosophique, Levy a repoussé mes invectives par un barrage d'insultes et d'attaques, transformant le tout en une énième émission de télévision.

 

Bien que Levy se soit attribué la victoire, parce qu'il a crié plus fort, est devenu plus vif dans les postures de l'image et a proclamé comme un acteur d'un très mauvais théâtre de province : "Poutine, rends la Crimée". Mais ce faisant, il n'a répondu à aucune question de fond. C'était une conversation à deux niveaux parallèles. J'essayais de lui parler comme à un philosophe, et il me parlait comme un journaliste grincheux dans une émission de télévision.

 

Je connais ce style. Une fois, j'ai été invité à Radio Rossiya au plus fort de l'histoire de l'émeute des Pussy Riot, avec mon adversaire, le libéral Svanidze. Svanidze, bien sûr, n'est pas un philosophe, et ne prétend pas l'être. Svanidze s'est assis sur sa chaise, a toussé et s'est mis à crier des grossièretés, sans faire attention ni au présentateur ni à moi, dans le micro : "Laissez les filles partir, ce n'est pas leur faute !" J'ai dit : "Svanidze, est-ce qu'on te parle ?" Et il a dit : "Taisez-vous, vous êtes un nazi, vous êtes un radical, vous êtes là pour justifier le terrible criminel Vladimir Poutine, qui a mis ces pauvres filles en prison" - et ainsi de suite. Et il a crié comme ça pendant 45 minutes. Sans pause. C'était une machine à laver libérale. Il était allumé et il a fonctionné.

 

J'ai écouté au début, puis j'ai essayé d'argumenter quelque chose. Et puis, voyant que Svanidze ne faisait pas attention à moi et au présentateur et se contentait de crier, j'ai décidé de jouer le rôle d'une machine, seulement d'un patriote eurasien. Intelligence artificielle eurasienne. Ainsi, en oubliant Svanidze, je me suis mis à parler à voix haute dans le micro de tout ce que je pense - de la vie, du libéralisme, de la cinquième colonne, de la sixième colonne, de Soros, des traîtres, etc. En fait, je ne faisais que donner une conférence à un niveau élevé.  Svanidze et moi avons parlé de cette façon en même temps - fort et distinctement - pendant environ 45 minutes. Chacun de nous a fait son truc.

 

Il semble qu'après cela, le programme ait été clôturé. Nous avions une réticence ou une incapacité manifeste à entendre nos adversaires, ou même à leur parler. Le présentateur, qui ne pouvait pas crier aussi fort et ne pensait pas à éteindre les micros, était confus et ne comptait pas.

 

Bien sûr, ce n'était pas exactement le cas avec Bernard-Henri Levy. Svanidze, bien sûr, n'est qu'un homme mal élevé, tandis que Levy est bien élevé. Mais néanmoins, le résidu sec de ce débat, le "philosophe le plus dangereux" en face de moi et le mondialiste le plus libéral (on peut difficilement l'appeler le "philosophe le plus sûr" car il a été directement impliqué dans l'assassinat de Kadhafi, opposant les Kurdes aux Turcs, applaudissant le bombardement de Belgrade, demandant à Saakashvili de lancer un missile sur Tskhinvali et inspirant les néo-nazis ukrainiens sur le Maidan), était proche de zéro. Oui, Levy a une fois de plus confirmé sa réputation d'apologiste convaincu d'un monde unipolaire, de la mondialisation et de l'hégémonie occidentale, de défenseur direct de l'Empire occidental-américain et, plus généralement, de l'OTAN. Il a dénoncé les 5 rois (Russie, Chine, Turquie, Iran et Arabie Saoudite), déploré la passivité des États-Unis et appelé à l'unité autour d'Israël. Mais il l'a déjà fait des milliers de fois. Quel a été le débat, le dialogue, l'échange de vues ou la défense des positions polaires ?

 

La conversation se résume essentiellement à l'expression de la position de chacun. En même temps, je l'ai dit au niveau philosophique, à la manière dont les philosophes parlent, sans élever la voix, sans essayer de convaincre qui que ce soit dans le public. D'ailleurs, elle s'est tenue dans le luxueux Opéra d'Amsterdam en présence de plusieurs milliers de spectateurs représentant en général l'élite politique et économique libérale des Pays-Bas. Bien sûr, ils étaient sciemment du côté de Levy. Je veux dire que s'il avait essayé de dire la même chose en Irak, au Liban, en Serbie ou en Iran - j'aurais vu ce qu'il en resterait.

 

Néanmoins, une partie des gens, bien sûr - un plus petit nombre - était aussi pour moi. J'ai présenté mes arguments, exprimé mes pensées de manière philosophique. Et Levy "a donné Svanidze" : "Je n'écoute rien ni personne, je ne sais rien, rends la Crimée, Poutine est un fasciste, les plus grands philosophes de Russie sont Khodorkovsky, Navalny, Politkovskaya et Nemtsov, ce sont des Russes, et Dostoïevsky est un antisémite et un Black Hundred, etc. - C'est tout, il n'avait plus d'arguments. Selon Levy, même moi, et pas seulement les Russes, mais tout le monde autour est un fasciste en général, jusqu'aux Américains qui soutiennent Trump. Sauf pour lui-même.

 

C'est simple, qui il a rappelé, il a énuméré : Heidegger est un fasciste, Nietzsche est un fasciste, Trump est un fasciste, Huntington est un fasciste, et ainsi de suite dans la période. Strictement selon Popper, The Open Society and Its Enemies. Dans ce livre de Karl Popper, les "fascistes" ou "communistes" comprennent tout le monde, de Platon et Aristote à Schelling et Hegel, en général - tout le monde. Sauf Popper. Il est impossible de parler avec de telles personnes - des maniaques libéraux.

 

À mon avis, il est inconvenant de parler la "langue de Svanidze" dans le style de l’Echo de Moscou et du monologue sarcastique autoréférentiel qui y est adopté.

 

Pas Raspoutine.

 

Fedor Shimansky. J'ai vérifié, au fait. Nous avons bien fait les choses. Voici le titre : "Rencontre avec l'homme le plus dangereux du monde : Paul Knott sur le philosophe fasciste de Poutine". Aussi, "La réplique la plus dangereuse de Raspoutine". C'est ainsi qu'ils l'appellent. Et l'homme le plus dangereux du monde et même Raspoutine.

 

Alexandre Douguine Oui, "La réplique de Raspoutine". Bon, d'accord. Je traite la figure de Raspoutine avec beaucoup d'intérêt. Il était la voix du peuple profond sous le dernier empereur. Avec son esprit profond, viril et terrestre, il a réussi beaucoup de choses - et même en politique. Son image a été discréditée par ses opposants, et il est révélateur que les Britanniques aient été directement impliqués dans son assassinat - comme dans celui de l'empereur Paul.

 

Pourtant, la comparaison est évidemment ridicule. Je suis philosophe, et si mes idées influencent effectivement la politique de Poutine, ce n'est pas par l'hypnose individuelle ni par la suggestion directe. Je travaille avec des paradigmes, avec des champs sémantiques. Il s'agit d'un autre type de pratique.

 

A suivre

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et homme politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement eurasien international. Membre fréquent du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

NdT: Kali Yuga « Le Kali Yuga ou kaliyuga (en écriture devanāgarī : कलियुग, « âge de Kali » ou « âge de fer »), est le quatrième et actuel âge de la cosmogonie hindoue, les trois autres étant le Krita Yuga, le Trétâ Yuga (en) et le Dvâpara Yuga. Ces quatre âges correspondent à un Mahayuga. (…) Le Kali Yuga s'achèvera 432 000 ans plus tard, quand Kalki, une nouvelle descente (avatâr) de Vishnou ramènera l'Ordre (dharma) et le bonheur sur Terre pour recommencer un nouveau cycle des yuga. (…) Le Kali Yuga tire son nom du démon Kali (कलि), qui ne doit pas être confondu avec la déesse Kâli (काली). En effet, alors que le Krita Yuga est censé être l’âge d’or, le Kali Yuga est celui où les êtres souffrent le plus, et où ils sont les plus nombreux à souffrir, et ce faisant, où il est plus facile d'atteindre la Délivrance (Moksha) des réincarnations" (https://fr.wikipedia.org/wiki/Kali_Yuga ).

Lire la suite

Shamil Sultanov : la nation russe est brisée (Club d'Izborsk, 23 février 2021)

23 Février 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Shamil Sultanov : la nation russe est brisée  (Club d'Izborsk, 23 février 2021)

Shamil Sultanov : la nation russe est brisée

 

23 février 2021.

 

https://izborsk-club.ru/20693

 

 

- Vladimir Poutine a récemment admis qu'il croyait en la théorie de la passionnarité de Lev Goumilev*, selon laquelle toute civilisation passe par des stades de développement, atteint son apogée et s'éteint. Le président de la Fédération de Russie estime que la Russie n'a pas atteint son apogée. Êtes-vous d'accord avec ce point de vue et pourquoi ?

 

- Je ne suis pas d'accord avec le point de vue selon lequel la Russie n'a pas encore atteint le sommet de son développement. Parce que toute la logique montre que la nation russe, si l'on peut en parler, parce qu'il y a des problèmes ici aussi, est brisée, elle est fragmentée maintenant. Elle n'a pas d'idéologie, elle n'a pas de stratégie à long terme. Il n'a pas de dirigeants charismatiques. Je ne pense pas que la nation russe soit passionnée du tout. Et si nous nous souvenons de Goumilev, la Russie et la société russe sont maintenant sur une trajectoire de déclin.

 

Je doute que Poutine ait lu ou connaisse Goumilev. Qu'il en ait entendu parler est probable, mais qu'il l'ait lu est peu probable. Ce ne sont que de belles paroles que ses rédacteurs ont écrites, et il les a prononcées. Et il n'a pas dit ce qu'il y avait derrière, comment il fallait les considérer, surtout dans la situation actuelle, alors que des bouleversements de toutes sortes - nationaux, sociaux, etc. - se produisent ici et là. Alors, juste de belles paroles...

 

Shamil Sultanov

 

Shamil Zagitovich Sultanov (né en 1952) est un philosophe, historien, publiciste, personnage public et politique russe. Il est le président du Centre d'études stratégiques Russie - monde islamique. Membre régulier du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* NdT: Lev Goumilev:

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lev_Goumilev

 

Shamil Sultanov : la nation russe est brisée  (Club d'Izborsk, 23 février 2021)
Lire la suite

Carl Gustav Jung : 1959 - dernière interview deux ans avant sa mort -

23 Février 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Philosophie

Réponse de Carl Jung à la question: Aujourd'hui, croyez-vous encore en Dieu ?

Réponse de Carl Jung à la question: Aujourd'hui, croyez-vous encore en Dieu ?

Carl Gustav Jung : 1959 - dernière interview deux ans avant sa mort -

"Nous avons besoin  de plus de psychologie. Nous avons besoin de mieux comprendre la nature humaine, car le vrai danger qui existe, c'est l'homme lui-même. C'est lui le grand danger, et nous ne le savons pas. Nous ne savons rien de l'homme ou si peu. Sa psyché devrait être étudiée car l'homme est à l'origine de tout le mal à venir".

 

"Je crois que, si on pense selon les lois de la nature, on pense alors comme il faut".

 

"L'homme ne peut pas supporter une existence dénuée de sens".

 

Carl Jung

 

Lire la suite

Sur la justice (Plutarque)

20 Février 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Philosophie

Photo: P.O. Combelles

Photo: P.O. Combelles

"Leon fils d'Eucratidas étant enquis en quelle ville on pourrait habiter sûrement: En celle-là, dit-il, dont les habitants se seraient ni plus riches ni plus pauvres les uns que les autres; et là où la justice ait vigueur, l'injustice n'ait point de force".

Plutarque, Œuvres morales, Les dicts des Lacédémoniens. Traduction: Amyot.

Lire la suite

UN PEUPLE, UN PAYS, UN DIEU, UNE ÉGLISE. Entretien avec l'académicien Igor Shafarevich, par Dmitry Saprykin (2000)

11 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Igor Chafarevitch, #Philosophie, #Politique, #Russie, #Religion, #Société, #Sciences

L'académicien Igor Rostislavovich Shafarevich.

L'académicien Igor Rostislavovich Shafarevich.

UN PEUPLE, UN PAYS, UN DIEU, UNE ÉGLISE

Entretien avec l'académicien Igor Shafarevich

 

Dmitry Saprykin

 

Cet entretien avec l'éminent scientifique et penseur russe Igor Rostislavovich Shafarevich a été enregistré en 2000.

 

Source: http://pravoslavie.ru/4531.html

 

 

- Igor Rostislavovich ! En quelques années, vous avez obtenu des résultats scientifiques sérieux et vous avez rejoint l'élite de la science. Pourriez-vous vous souvenir de quelques moments importants de votre vie de scientifique ?

 

- Vous savez, j'ai commencé très tôt comme mathématicien. Mais il n'y a rien d'exceptionnel à cela. C'est le problème avec les mathématiques. Elle ne nécessite pas une grande expérience de la vie, la collecte d'un grand nombre d'observations, de matériaux, de voyages de toutes sortes, comme c'est le cas pour les géologues. Un mathématicien commence souvent à réfléchir très tôt. Mes premiers travaux importants ont été réalisés lorsque j'avais une vingtaine d'années. Dès l'âge de dix-huit ans, j'ai commencé à travailler comme mathématicien professionnel. Et à l'âge de vingt-trois ans, j'ai soutenu ma thèse de doctorat. Mais encore une fois, je ne peux pas dire que c'était quelque chose de très exceptionnel.

 

J'ai commencé à travailler avant la guerre. Récemment, certains d'entre nous se sont remémoré l'atmosphère de ces années-là. Et étonnamment, nous sommes tous arrivés à la même conclusion : à l'époque, être engagé dans la science ne donnait aucun avantage - du prestige, une vie prévue pour cette époque. Et pourtant, notre département, la faculté de mécanique et de mathématiques de l'université, a été fréquenté par de nombreuses personnes. Et je me souviens que lorsque j'ai obtenu mon diplôme, cela m'a intéressé. Il était clair que parmi mes camarades de classe, beaucoup n'avaient pas de compétences spécifiques en mathématiques. Qu'est-ce qui les y a attirés ?

 

D'un côté, il y avait la particularité des mathématiques elles-mêmes. Comme l'a dit un mathématicien et philosophe, si vous comparez la vie avec le drame de Shakespeare, l'histoire du prince danois Hamlet, alors les mathématiques joueront le rôle d'Ophélie. Elle est charmante et un peu folle. Il y a vraiment quelque chose d'extraordinairement attirant chez elle que tout le monde, même ceux qui n'ont pas de penchants professionnels particuliers, ressent.

 

L'autre côté est qu'il y avait une certaine échappatoire à la gravité de la vie qui s'y trouvait. D'une part, ce n'était pas un domaine idéologique - ni l'histoire, ni la philosophie, ni même l'art, où l'on était de toute façon soumis à une pression idéologique constante. Les mathématiques étaient loin de toutes sortes d'applications. Il n'y a donc pas eu de problèmes de plans de toutes sortes ou d'envoi sur un chantier à gérer, et il s'est avéré que vos ouvriers étaient des condamnés, que vous seriez confrontés à ce côté horrible de la vie. Ils se sont lancés dans les mathématiques dans un semblant très lointain, mais comme dans un monastère.

 

De plus, si vous vous souvenez de l'histoire, il y avait des mathématiciens très brillants en Russie - Tchebyshov, Markov, par exemple. Et dans une certaine mesure, on pourrait dire qu'il y avait une école de mathématiques à Saint-Pétersbourg. Mais tout de même : ce n'était qu'une chaîne de talents individuels brillants. Une autre situation est possible, lorsque de nombreux, disons plusieurs dizaines de scientifiques s'unissent autour de certains problèmes. Une telle situation s'est souvent produite en Europe occidentale dès le XIXe siècle, alors que dans nos mathématiques, elle a commencé à se former après 1918. Un tel cercle s'est formé autour d'un brillant mathématicien, alors académicien Luzin.

 

Ce n'était pas un groupe très important. Mais ce qui est intéressant, c'est qu'ils se sont engagés dans la science sans aucun espoir de réussir dans la vie. Au contraire - dans la faim, dans le froid. C'était un groupe très soudé, travaillant même avec une sorte de défi au reste des mathématiciens, mettant l'accent sur leur position particulière, comme cela se produit toujours dans de tels cas.

 

En décrivant ce cercle, l'un d'entre eux a écrit des poèmes semi-comiques de ce genre : "Les couloirs sont gelés avec des rouleaux, / Seuls les arguments sont chauds ici." Ils vivaient dans le froid et la faim, dans la crainte constante d'être mobilisés pour un travail quelconque. Et pourtant, c'est exactement l'époque où les mathématiques soviétiques ont commencé à s'épanouir énormément. Très vite, les étudiants de Luzin ont commencé à se tourner vers d'autres domaines, y créant leurs propres écoles. Et par la chaîne des générations, presque tous les mathématiciens russes modernes peuvent tracer leur succession à partir de ce cercle.

 

Cela s'est produit, tout d'abord, grâce à Luzin lui-même, un homme très talentueux, qui a réussi à réaliser tout un enchevêtrement de problèmes intéressants, passionnants et en même temps accessibles et surmontables. Et d'autre part, parce qu'en faisant cela, ils ont créé leur propre monde dans lequel ils ont pu exister.

 

C'était la génération de mes professeurs, l'âge de mes parents, j'ai beaucoup entendu parler d'eux. Et il est intéressant que, en comparant cette époque avec celle d'aujourd'hui, vous puissiez prêter attention au fait qu'aucun d'entre eux n'a émigré à cette époque. Dans le cadre de la NEP, il était possible de voyager à l'étranger. Et beaucoup sont partis, mais pas pour longtemps, puis sont revenus. Il y avait ce qu'on appelait les bourses Rockefeller. Pendant quelques mois, une personne peut se rendre à l'étranger. En général, ils partaient avec leur famille... Néanmoins, personne de l'école de Moscou dont je parlais n'y a séjourné. Et de Leningrad, où il y avait juste un groupe de mathématiciens moins brillants, plusieurs personnes sont parties - loin des meilleurs. Et non pas en tant que transfuges ou non-retournés. Quelqu'un s'est marié en Amérique - puis est venu ici, a rangé sa bibliothèque et est parti. C'était possible. Le centre d'attraction des intérêts scientifiques était probablement plus fort à Moscou et plus faible à Leningrad. Et grâce à cela, personne n'a quitté Moscou.

 

Et maintenant, il n'est pas possible de dire que les conditions matérielles étaient pires qu'à l'époque. Certainement pas... Je me suis posé cette question à plusieurs reprises. Et je ne peux pas répondre à la question de savoir pourquoi il y a une si grande différence. Il est clair qu'il s'agit d'une sorte d'attitude de principe. Il semble qu'une sorte de drogue se soit installée à cet égard. On a l'impression que l'on ne peut s'en sortir qu'en puisant d'une manière ou d'une autre dans l'argent provenant de l'étranger. Soit vous y trouvez un emploi permanent, soit vous y voyagez aussi souvent que possible. Mais à l'époque, cela n'existait pas - les gens travaillaient tranquillement ici dans des conditions incomparablement pires. Après tout, si un mathématicien part au moins trois mois par an, mais plusieurs années de suite, alors le lien entre l'élève et le professeur est rompu. L'élève peut alors demander des conseils tous les jours, et la conversation avec le professeur s'intensifie constamment. C'est sur cette base que les écoles qui ont rendu les mathématiques soviétiques célèbres dans le monde ont été construites. Aujourd'hui, il est vendu, et non reproduit.

 

Une telle différence d'attitude est probablement due à l'essor scientifique général qui existait alors, dans les années 1920 et 1930. Il y avait ici un centre scientifique unique. Et pour un vrai mathématicien, bien sûr, les intérêts scientifiques sont plus importants que l'aspect matériel de la vie...

 

- Et peut-être que cela a quelque chose à voir avec la nature plus enracinée et traditionnelle de ces gens ?

 

- Oui, je pense aussi souvent que le matériel humain était différent à l'époque...

Pour la majorité de l'intelligentsia de l'époque, le départ de Russie n'était concevable que sous la menace d'une mort imminente.

 

- Passons à l'autre côté, plus proche des thèmes de notre site "Orthodoxie 2000". Récemment, le fils de l'académicien Sergei Vavilov, "le président non partisan de l'Académie des sciences soviétique", a écrit à propos de son père, il semble, dans Les progrès des sciences physiques, qu'il "a vécu la vie d'un vrai chrétien". On dit la même chose de certains grands scientifiques étrangers - Max Planck, par exemple. Vous connaissiez bien l'élite de la science soviétique, l'intelligentsia de cette époque. Quelle était l'atmosphère spirituelle là-bas ?

 

- Vous savez, cela dépend beaucoup d'une génération. Sergei Ivanovich Vavilov appartenait à la génération qui a précédé la mienne - la génération de mes professeurs et de mes parents. Je pense qu'en général, les intellectuels de cette génération n'étaient pas religieux. Presque tous les membres de cette génération que j'ai rencontrés ont raconté une histoire très similaire. Ils m'ont dit que dans leur jeunesse, avant la révolution, ils étaient fervents et sans doute croyants, et qu'ils s'exprimaient d'une certaine façon automatiquement. Il a été dit que la prière était quelque chose de quotidien et d'habituel. Mon professeur d'université, Boris Nikolaïevitch Delaunay, me disait : "Vous savez, Igor, je me rends compte que c'est assez bête, mais même aujourd'hui, j'ai encore parfois envie de prier. Mon père m'a dit que lorsqu'ils communiaient en classe avant Pâques, il était impossible de jouer au chat et à la souris plus tard, car tout le monde voulait succomber.

 

Mais la révolution et la guerre civile ont considérablement changé la psychologie. Mon père disait que ce qu'il avait vu et vécu pendant la guerre civile lui avait fait perdre la foi en un Dieu bon, un Dieu avec lequel un contact personnel était possible. Bien que dans sa vieillesse, j'ai vu qu'il était souvent baptisé.

 

Et cela, je l'ai entendu de la bouche de beaucoup.

 

Non, il y avait certainement des gens parmi eux qui sont restés croyants. Et j'en connaissais certains. Mais il s'agissait d'exceptions.

 

- Quant à votre père, est-ce que c'est la tragédie de la guerre qui l'a affecté ?

 

- La guerre civile. Oui.

 

C'est la même chose, mais dans une mesure incomparablement plus grande, comme c'est le cas actuellement. Les gens sont aussi très choqués en ce moment. Il s'exprime cependant de manière très différente. Aujourd'hui, de nombreuses personnes viennent à l'Église, espérant y trouver quelque chose, et certaines - dans des sectes d'un genre ou d'un autre. Vous pouvez voir que les gens ont perdu l'inertie avec laquelle ils vivaient. Bien sûr, cela s'est produit alors dans une mesure incomparablement plus grande que maintenant, car la vie est beaucoup plus gâchée.

 

Avant cela, ils avaient l'impression qu'une personne dont les parents ont fait des études supérieures sera également éduquée. Et, par conséquent, il bénéficie d'une vie tranquille sans problèmes et sans efforts, s'il n'a pas de prétentions extraordinaires. S'il veut devenir un scientifique plus célèbre - eh bien, il devra travailler plus dur pour qu'on le laisse préparer sa thèse et ainsi de suite. Ils ne doutaient pas que toute cette couche, l'intelligentsia, aurait une vie tranquille, au moins, aisée et prospère. Si c'était en province, alors avec de très grands appartements, des chemises propres tous les jours, des domestiques, etc.

 

Mais au lieu de cela, ils sont tombés dans quelque chose qu'ils ne pouvaient tout simplement pas imaginer. Dans la menace d'un peloton d'exécution, par exemple. Pas parce que quelqu'un se bat contre quelque chose - je ne parle pas de ceux qui sont entrés dans l'Armée blanche. Mais simplement parce qu'une unité est arrivée en ville, ou a pris des otages, ou "juste au cas où", ou parce que l'homme portait des bottes.

 

Mon père a été emmené deux fois au peloton d'exécution, m'a-t-il dit. Et une fois, tout le chemin a consisté à être examiné. Ils ont cherché à savoir ce qu'ils pouvaient lui prendre et s'il valait la peine de le tuer. Et quand ils ont vu qu'il était en chaussures, sans bottes, ils l'ont laissé partir. La famine. Le typhus. Mort de personnes en masse. Ce dont ils n'avaient aucune idée auparavant.

 

C'est-à-dire que c'est ce que nous vivons maintenant, lorsque le mode de vie habituel est détruit. Et il y avait une confusion dans l'esprit. Les gens perdent leur inertie de perception spirituelle du monde, dont ils avaient l'habitude de vivre, et ils se retrouvent sans défense... Comme à la fin de l'Empire romain, par exemple, la même chose s'est produite. De nombreux cultes exotiques apparaissent, croyant à la sorcellerie.

 

- Mais cet état tragique peut aussi nous aider à comprendre le christianisme, qui est basé sur le mystère de la Croix et le sacrifice d'un martyr.

 

- Je pense que c'est déjà le cas pour les générations suivantes, celles qui considèrent que c'est l'expérience de quelqu'un.

 

Vous savez, dans cette génération de professeurs avec lesquels j'ai étudié, il y avait un sentiment de consternation mortelle qu'ils ont vécu. Ceux qui ont eu des enfants rêvaient : seulement d'élever des enfants - que penser de plus !

 

- Et ensuite, que s'est-il passé dans les générations suivantes ?

 

- La situation dans le domaine de la science a changé de manière très radicale lorsque nous avons commencé à clarifier la réalité des armes nucléaires. Puis la situation matérielle des scientifiques a changé de façon spectaculaire. Ils ont cessé d'avoir faim.

 

Et c'était encore une époque de très grande pauvreté. En ce sens que nous vivions tous, par exemple, dans des appartements communs. Je me souvenais moins que les doigts de ma main de mes connaissances qui vivaient dans des appartements séparés. À l'école, par exemple, la petite-fille d'un ancien bolchevique étudiait et nous avons été invités à lui rendre visite. Nous sommes venus et avons vu une image étrange : vous êtes entré - et une cloche a sonné ! Et après la guerre, cette situation n'a pas immédiatement changé, sauf peut-être au sommet, les grands scientifiques de l'atome, par exemple. Mais au moins la question de savoir si le scientifique et sa famille seront nourris, a été supprimée. Les salaires ont été augmentés à plusieurs reprises. Il y avait le prestige d'un scientifique. Ils ont commencé à écrire sur la science. Les gens sont tous très réceptifs aux signes de la société - la société a besoin de tel ou tel comportement, de tel ou tel type de personnes : ces personnes sont récompensées, elles écrivent sur elles, elles font des films. Puis il y a eu autre chose : d'énormes concours pour les facultés - mathématiques, physique. Je parle juste : "Que voulez-vous être ? - "Je veux être physicien"... C'est une génération différente.

 

Et je ne parle pas des scientifiques de l'atome - ils étaient dans une position particulière. Ils étaient plus indépendants. Ils ont pu s'élever contre le fait que, contrairement à la directive du Comité central, un élève de Lyssenko a été élu à l'Académie. Ensuite, nous avons eu une élite scientifique et technologique particulière.

 

- Quant à la vie intérieure, en particulier l'attitude à l'égard de la religion. Était-ce une génération complètement irréligieuse ?

 

- Je pense que oui. Je n'ai jamais ressenti d'intérêt particulier pour cet environnement. Voici une situation typique. L'académicien Luzin, dont je parlais, appartenait à une génération avant cela. Je lui ai seulement dit bonjour. Je ne lui ai dit bonjour qu'une ou deux fois. Mais ses élèves immédiats étaient de la génération avec laquelle j'ai étudié. J'étais proche de beaucoup d'entre eux, je leur ai beaucoup parlé, et ils m'ont beaucoup parlé de Luzin. Et ce n'est que maintenant, à notre époque, que j'ai appris que Luzin avait de profonds intérêts religieux. Il était un ami proche de Florensky, appartenait à la tendance du séméno-slavianisme, et une affaire a même été ouverte contre lui par le NKVD (ceci est publié maintenant). Mais aucun de ses étudiants, même très proches, n'a pu m'en dire un mot. Je pense qu'ils n'étaient pas au courant ou qu'ils ne s'en souciaient pas du tout. Un tel fossé entre les générations !

 

La seule chose qui s'est produite ici, c'est que l'hostilité envers la religion a en quelque sorte disparu. L'attitude envers l'Église comme quelque chose d'hostile ou... ou effrayant, dangereux. Il est difficile de tracer une ligne ici. On avait l'impression que c'était une forêt sombre - qui sait, on peut peut-être s'y perdre.

 

Je pense que le tournant a eu lieu avec la guerre. Avant la guerre (je m'en souviens très bien : non pas que je la percevais d'un point de vue chrétien comme un coup porté à moi - plutôt comme un spectateur qui la regarde), la pression était très forte. C'était les années trente. J'étais un écolier. Il y avait une église en face de notre maison. Et c'était un passage pour aller à l'école. Et je me souviens qu'il y avait une procession et qu'il y avait des enfants, des gars comme ça. Ils faisaient semblant d'être saouls et traînaient tout le temps dans le coin - ils faisaient semblant de frapper ou de pousser le prêtre. Cette image de la procession est restée dans ma mémoire...

 

Et puis cette église a été fermée. Et - chose terrible - le prêtre s'est pendu aux portes de l'église. C'était un acte si monstrueux, un péché terrible pour un chrétien... Ou peut-être qu'ils l'ont pendu - je ne sais pas.

 

Et après que l'église ait été dynamitée, très prudemment - pour que seule la vaisselle sonne dans les maisons. Et à sa place a été construite l'école Stroganov.

 

Et il y avait une attitude générale envers l'Église avant la guerre. L'attitude était comme celle d'une famille avec une arrestation. Si les gens étaient décents, s'ils étaient vos proches, alors la relation n'était pas interrompue. Mais on avait le sentiment que c'était quelque chose de très dangereux. Bien sûr, il y avait des gens pour qui il y avait quelque chose de si attirant dans l'Église qu'ils ont cédé au danger. La plupart d'entre eux l'évitaient et la considéraient comme quelque chose de risqué. Mais ce n'était pas un calcul, voyez-vous. La particularité de la conscience qui s'est développée n'était pas qu'il s'agissait d'un calcul : cette action me menace de ceci ou de cela. C'était une atmosphère générale de peur.

 

Et l'Église a été incluse parmi les facteurs dangereux de la vie. Et pour beaucoup, pas de sympathie. Quelque chose de "sombre". Je me souviens que les adultes parlaient, quand ils oubliaient ma présence, de la survie de l'Église, de sa place dans l'avenir. Quelqu'un a dit que seules les vieilles dames allaient à l'église : elles mourraient et il n'y aurait personne pour y aller. Puis, plusieurs décennies plus tard, j'ai entendu les mêmes conversations (en souriant) et j'ai pensé que ces filles komsomol en foulard rouge, dont on disait qu'elles ne voulaient absolument pas aller à l'église, s'étaient transformées en vieilles dames et allaient à l'église.

 

Bien sûr, pendant toute la période de persécution - celle de Staline, de Khrouchtchev et de Brejnev (qu'on ne peut pas appeler persécution, mais plutôt pression) - l'Église était soutenue par des vieilles dames. Et puis il y a eu une collision très douloureuse, lorsque l'intelligentsia a tendu la main à l'Église.

 

Je ne dirai pas qu'il y avait quelque chose d'impur ici : ils avaient simplement une certaine envie et un certain intérêt. Mais du point de vue des vieilles dames de l'Église, bien sûr, il y avait quelque chose ici. Ils ont défendu l'Église avec leur vie, avec la chaleur de leur cœur, avec leur travail - et maintenant d'autres sont venus pour s'admirer, pour se montrer. Et l'attitude était en conséquence.

 

- Et c'est pour quand ?

 

- Je pense que c'est quand l'Eglise est devenue sûre ou peu dangereuse. Quelque part à l'époque de Brejnev. L'Église, bien sûr, a toujours été soumise à une sorte de surveillance inamicale... Par exemple, on entre dans une église et on voit immédiatement un signe que la première chose dont on a besoin lors d'un baptême est le passeport des deux parents. Pourquoi - ce n'est absolument pas clair. Pourquoi une grand-mère ne peut-elle pas en apporter un ? Il s'agit d'un état athée, qui n'aurait pas considéré cela comme autre chose qu'un rituel vide. Je pense qu'il dissimulait également une vision religieuse, mais d'un autre ordre : l'État croyait en fait que ce rite n'était pas vide, mais seulement nuisible à l'État.

 

Et quelle en était l'explication ? Ils ont dit des bêtises, qui peuvent toujours être dites si vous avez le pouvoir entre les mains, comme par exemple que le baptême peut provoquer un rhume. Mais il n'est jamais venu à l'idée de quiconque d'exiger un passeport pour acheter une glace à un petit-fils - après tout, lui aussi pourrait manger une glace et attraper un rhume. Il est clair que c'était un non-sens. Telles étaient les formes de pression.

 

L'intelligentsia, oui, avait peur de cela. Je me souviens de quelques cas où j'étais moi-même parrain. Et il y a eu des cas où, disons, la mère voulait baptiser, mais le père avait peur. Puis nous avons trouvé un prêtre qui était prêt à baptiser sans ces passeports. De tels prêtres ont été trouvés, mais pour eux c'était un grand risque...

 

Bien que, d'un autre côté, une fois j'ai vu une église absolument bondée - plusieurs dizaines de personnes sont venues pour être baptisées. C'étaient des jeunes gens des usines - ils n'étaient certainement pas en danger. Et un enseignant, disons, aurait pu être signalé pour son travail.

 

- C'est-à-dire que cette pression a coupé de l'Église les couches les plus éduquées.

 

- Oui, je pense que cela s'appliquait surtout à l'intelligentsia. De même que certaines études politiques et d'autres choses de ce genre.

 

- Et pendant cette période de retour progressif de l'intérêt pour l'Église, y avait-il, parmi l'intelligentsia et parmi les scientifiques, des gens qui étaient de fervents croyants ?

 

- Oui, bien sûr, il y a toujours eu de telles personnes. Mais la question est de savoir combien ils étaient et dans quelle mesure ils ont défini le visage de cette strate.

 

Il y avait des gens qui ne cachaient absolument pas leur appartenance à l'Église ou leur appartenance à l'Église. Parfois, cela a été pardonné. Mais ils étaient aussi prêts à subir des épreuves. Les enseignants, par exemple, ont souvent été licenciés.

 

Mon fils avait un professeur d'anglais. C'était une vieille dame bizarre. Elle était très étrange - je crois que c'était un pull à capuche. Elle était complètement comme une sorte de magie avec les enfants, elle était comme si elle les hypnotisait. Pour qu'elle ait des conversations en classe, elle a dit qu'elle ne pouvait pas imaginer de telles choses... C'est pourquoi elle était généralement appelée par ses supérieurs au bout de quelques mois et leur demandait : "Croyez-vous en Dieu ? Apparemment, ils ont deviné d'après ces signes. Et elle me disait ensuite : "Vous savez, je pense généralement que vous devriez toujours vous soumettre aux autorités, mais ici, je ne pouvais pas. Et elle leur disait : "Je le crois." Et ils disaient : "Eh bien, alors écrivez votre lettre de démission." Et elle allait dans une autre école.

 

Il y avait aussi l'église des Catacombes. Ou, par exemple, pendant la persécution de Khrouchtchev, il y avait des chrétiens orthodoxes qui appartenaient au patriarcat de Moscou et qui ont lutté contre la fermeture des églises. Il y a eu une persécution de l'Église, pas spécialement sanglante - sans exécutions, sans Solovki. Mais dans le sens de la fermeture des églises, c'était très cruel. Environ vingt mille églises se trouvaient en Russie - et environ dix mille ont été fermées. Et puis il y a eu un homme héroïque, je crois que son nom de famille était Talantov. Je pense à Vyatka (Kirov à l'époque). Il a commencé à lutter contre la fermeture des églises. Il y en avait tout un groupe - j'ai entendu parler plus tard d'autres groupes de ce type (à Nijni-Novgorod, par exemple). Il a réussi à envoyer du matériel à l'étranger. Et à la fin, ils ont commencé à le harceler dans les journaux en disant qu'il suscitait une campagne antisoviétique. Sa femme a eu une crise cardiaque et est morte. Puis ils ont mis Talantov dans un camp et il est mort en six mois. Un tel martyr de notre temps a presque...

 

C'est comme ça que ça s'est passé. Et puis l'attitude a commencé à changer. Je l'ai remarqué il y a longtemps. J'étais dans un bus, j'ai entendu deux personnes parler, l'une d'elles dit "prêtre". J'ai entendu les grondements habituels du prêtre. Et il a dit avec une intonation complètement différente : "Quel prêtre ! Un vrai ! Avec une telle barbe..." J'ai ressenti une attitude complètement différente vis-à-vis du phénomène lui-même. L'hostilité à l'égard de l'Église a commencé à s'estomper.

 

Bien que jusqu'à la fin de l'ère Brejnev, des groupes de jeunes, membres du Komsomol, se tenaient autour de l'église à Pâques. Et, par exemple, ma femme et moi avons été autorisés à entrer dans l'église, mais pas mon fils. Ils ont dit : "C'est seulement pour les personnes âgées." J'ai parfois essayé de les persuader, mais cela n'a servi à rien. Apparemment, ils n'aimaient pas ça eux-mêmes, mais il y avait une instruction...

 

Mais une foule se rassemblait autour de l'église à chaque Pâques, des bougies étaient allumées pour la procession - personne ne pouvait l'empêcher. Il y avait une certaine attraction pour l'Eglise.

 

Mais peut-être pour finir, je pense que cette époque est toujours en cours, franchement - pour dire l'amère vérité. Il me semble qu'il y a une vague gravitation, de l'espoir. Il me semble que c'est le cas, mais comment le savez-vous vraiment ? Il me semble qu'aucun peuple orthodoxe n'a été formé, qui s'engage fermement, qui va à l'église, qui vit sa foi. Et c'est jusqu'à présent un état de recherche induit par le choc. Comme les oiseaux, ils volent de manière désordonnée, à la recherche d'un lieu de nidification ou de nourriture, mais ils ne maîtrisent pas encore le mécanisme inné spécifique de la recherche du matériel de nidification ou de la traque des proies, qui conduit alors l'animal fermement dans son sillage. Il erre dans différentes directions.

 

En ce moment, nombreux sont ceux qui errent près de l'église orthodoxe. D'autres (un plus petit nombre, heureusement) se promènent chez les Krishnaïtes. D'autres lisent Roerich. Mais il me semble que cela se passe encore à ce niveau. Nous n'avons aucune raison de nous reposer sur nos lauriers.

 

- Et que pensez-vous, à l'avenir, qu'il y ait un espoir que le peuple russe devienne ecclésiastique et qu'il y ait une renaissance ?

 

- Comment le savoir ? Je pense : soit - soit. Soit il y en aura, soit les gens disparaîtront. Peut-être que les gens disparaîtront comme un phénomène plus ou moins important de la vie mondiale. Bien sûr, je suis sûr qu'une nation russe forte ne peut exister que selon le principe : un peuple, un pays, un Dieu, une Église.

 

Et je pense que s'il y avait une solution complète, enracinée, calme, comme une solution finale de l'Église, la foi qui imprègne toute la vie des gens, alors cela résoudrait le problème du système d'État monarchique. Sans laquelle je ne peux pas non plus imaginer une Russie stable et forte. Car comment la Russie peut-elle exister ? Elle semble si misérable sous la démocratie qu'elle vous fait même mal au cœur. Ce n'est même pas tragique - c'est pire. Et une dictature n'est qu'une parodie pathétique de la monarchie.

 

En fin de compte, je ne peux qu'imaginer une monarchie dont le fondement serait une vision religieuse du monde. Parce qu'autrement, il n'est pas clair comment les gens peuvent confier leur destin à une seule personne, si cette certitude n'est pas confirmée d'en haut. Mais il me semble que cela est possible dans un avenir lointain, que je n'espère certainement pas voir. Bien que les choses se passent souvent beaucoup plus vite qu'on ne peut l'imaginer...

 

- Vous avez en fait répondu à la question que je voulais poser sur l'avenir de la Russie. Sommes-nous maintenant à un point de rupture ?

 

- Pire encore qu'au point de rupture. La Russie est maintenant, bien sûr, un pays conquis, vaincu. Et soit il trouvera la force de surmonter le joug - spirituel et physique, de le jeter, soit il ne résistera pas...

 

- Et que pensez-vous que la jeune génération, en particulier, puisse faire dans cette situation pour relancer la Russie ? Et de ce point de vue, quels sont les problèmes les plus urgents en Russie ?

 

- Vous savez, il me semble que la crise russe n'est pas seulement une crise russe. Il s'agit d'une crise mondiale, avec une réflexion particulière en Russie. Et si cela ne nous éloigne pas trop du sujet, je peux vous expliquer comment il me semble que c'est le cas. Après tout, il me semble que le sort de la Russie ne peut être résolu qu'à l'échelle mondiale.

 

- Oui, c'est intéressant.

 

- Il me semble qu'au cours des derniers siècles, en particulier des deux derniers siècles, l'Occident a construit une société tout à fait unique, une société qui n'a jamais existé auparavant et qui, à bien des égards, rompt complètement avec la tradition de l'histoire humaine.

 

Tout d'abord, elle n'est pas agricole, mais purement urbaine. Il y a eu des cas d'émergence de grandes villes et de déclin de l'agriculture. Cela était généralement associé à la fin de certaines civilisations : romaine, babylonienne... Selon Spengler, c'est un signe typique du déclin d'une culture particulière, lorsque les grandes villes se développent au détriment du village. Mais cette croissance n'a pas été du tout de la même ampleur : toujours une grande partie de la population vivait à la campagne, et maintenant on construit une société dans laquelle idéalement personne ne vit à la campagne. Aux États-Unis, environ 3 % de la population vit à la campagne et exploite une ferme, tandis que la majorité de la population travaille pour l'agriculture, produisant des engrais, construisant des machines, faisant de la recherche, de la génétique ... On a l'impression que cette société est hostile à l'agriculture et a besoin, presque comme dans les mines d'uranium, de minimiser les contacts avec elle - de remplacer les hommes par des machines si possible.

 

Cette société et cette création furent la destruction de la campagne, qui commença en Angleterre avec la persécution la plus brutale des paysans. Ils ont été chassés de leurs terres, déclarés vagabonds car, en effet, ayant été dépossédés de leurs terres communales, ils erraient à la recherche de travail. Ces vagabonds étaient marqués au fer rouge et pendus. Ou bien ils étaient emprisonnés dans des maisons de travail, où les conditions de vie étaient similaires à celles des prisons et que l'on appelait "maisons de l'horreur". Peu à peu, ils ont été recyclés dans le prolétariat urbain, mais même là, ils ont été maintenus sous la menace de lois cruelles, qui suggéraient, par exemple, la peine de mort pour le vol de biens de quelques fardeaux, c'est-à-dire de quelques centimes. Puis les parcs de Londres ont été ornés de pendus. C'est ainsi que la société technique industrielle a été construite aux dépens de la campagne.

 

Aujourd'hui, la vie est de plus en plus basée sur la technologie, et la technologie est considérée comme l'élément le plus fiable de la vie. Et partout où l'homme peut être remplacé par la technologie, il est remplacé par la technologie. Au niveau des interrupteurs, par exemple, lorsque les personnes sont remplacées par des dispositifs techniques, il y a moins d'erreurs... La technique est comprise dans un sens très large, non seulement comme une technologie de machine, mais aussi comme un système élaboré et pratiqué d'action ciblée, un système tel que n'importe qui peut l'apprendre. Il peut s'agir d'une technique boursière, d'une technique de publicité, d'une technique de propagande politique... La machine n'est qu'un idéal, une "technique idéale". Cette technique soumet complètement une personne. Il lui indique à la fois les buts de la vie et les moyens de les atteindre. Et le chemin du repos. L'homme travaille pour la machine, et la machine organise son repos. Le contact avec la vie réelle est remplacé par un contact artificiel, principalement par le biais de la télévision, comme dans certains romans fantastiques sur l'avenir. Un sociologue allemand a formulé cette tendance de manière très succincte : il s'agit de détruire la nature et de la remplacer par une nature artificielle, à savoir la technologie. Dans le monde, il y a une révolution de ce genre.

 

La Russie était dans une position particulière, car cette civilisation technique crée de très grandes forces et un certain nombre d'opportunités très attrayantes pour la mentalité russe. Après tout, cette nouvelle technique très spécifique est basée sur la science, chaque nouvelle réalisation technique est basée sur une réalisation scientifique qui vient de se produire. Par exemple, la bombe atomique est créée sur la base de la mécanique quantique, découverte par pratiquement la même génération de personnes.

 

La Russie s'est donc retrouvée dans une position où se trouvaient un certain nombre d'autres pays. Ils ont été confrontés à un problème : comment être avec une civilisation aussi technique ? Et cette civilisation est extrêmement cruelle et intolérante. Elle agit sous le masque de la douceur, de l'impartialité, de la tolérance, mais elle ne se réfère qu'à ce qui se passe en son sein et à ce qui ne l'empêche pas de fonctionner. En interne, elle est prête à défendre n'importe quelle minorité : religieuse, sexuelle, quelle qu'elle soit...

- Faites-vous référence à la civilisation occidentale ?

 

- Oui, bien sûr. La civilisation technologique est une civilisation occidentale... Mais pour autant, elle est totalement incapable de coexister avec des alternatives. Elle les détruit tout simplement. Les Indiens d'Amérique ont choisi une seule voie - ne pas y succomber, et ont été complètement détruits. Les Chinois et les Indiens ont été soumis en tant que colonies. Et la Russie a choisi un mode d'emprunt très difficile, l'assimilation, mais en même temps elle a essayé de s'accrocher à ses bases. Et donc, il me semble que le centre de l'histoire de la Russie a été la lutte pour le village, pour empêcher ce renversement de situation en Russie : la construction de la civilisation industrielle aux dépens du village. C'est sur cette base que les réformes d'Alexandre II ont été fondées. La communauté a été préservée pour éviter la prolétarisation du village. Puis, lorsqu'il est apparu que cette voie présente un certain nombre de défauts, les ministres d'Alexandre II et d'Alexandre III Bunge et Witte ont proposé leur propre version ... Mais il s'agissait d'actions au sein de l'administration, qui ne se sont pas traduites par des mesures concrètes. Il y a eu beaucoup de préparation, qui a ensuite été effectuée par Stolypin. Et parallèlement, tout à fait indépendamment de cela, un grand courant se développait sur l'étude et l'introduction de la coopération paysanne, qui permettait de préserver l'élément individuel le plus central de l'exploitation familiale, tout en la rendant économiquement puissante, en lui donnant accès au marché mondial, réfutant le point de vue selon lequel seules les grandes exploitations sont compétitives. Et avant la guerre mondiale, 85 millions de personnes et les membres de leur famille étaient membres de coopératives - une grande partie de la population paysanne. Il y avait d'énormes entreprises coopératives - Maslocenter, Flnocenter - monopolistes sur le marché mondial, qui s'appuyaient sur la coopération des fermes paysannes.

 

Toutes ces tentatives se sont cependant révélées tardives et insuffisantes et n'ont pas pu empêcher l'explosion de la révolution. Que manquait-il ? Je pense que c'est la même chose qui manque encore - le sentiment que la Patrie est en danger. Si les propriétaires de l'époque avaient perçu correctement ce qui se passait, ils auraient bien sûr été prêts à faire des sacrifices beaucoup plus importants. Mais parmi eux, il y avait une sorte de confiance à courte vue dans l'inertie de la vie, dont j'ai parlé plus tôt, que les choses continueraient à tourner ainsi...

 

Et le marxisme était un produit de la même civilisation occidentale, une de ses doctrines les plus radicales. Mais aussi contre les paysans et les chrétiens - avec une haine invétérée de la campagne, bien sûr. Et si vous regardez comment Marx explique pourquoi toutes les tentatives de révolution en Angleterre et en France ont échoué, l'explication est toujours que c'était à cause de la "bourgeoisie villageoise". Pour lui, la campagne était un adversaire encore plus redoutable que pour les capitalistes. Pour lui, le village était une contradiction vivante, l'effondrement de sa conception. Car sa conception, exprimée dans le Manifeste communiste, était que la société était de plus en plus divisée en deux classes en guerre, le prolétariat et la bourgeoisie. Mais la paysannerie elle-même était en contradiction avec cette thèse principale. Et il l'appelait "classe étrange", "classe incommode", parlait de "l'idiotie de la vie de village", de "la barbarie au milieu de la civilisation". Et, sur le plan conceptuel, les marxistes bolcheviques, formés théoriquement, ont affirmé que le pays devait être transformé en une économie unique où les prolétaires travailleraient. Et puis ils se sont heurtés à la résistance effrayante de la campagne. Les forces bolcheviques étaient divisées entre la répression des soulèvements paysans et la lutte contre les armées blanches. Et à la fin, les paysans ont gagné leur guerre grâce à cela. C'est le cas le plus rare d'une guerre paysanne gagnée. Bien sûr, ils ne pouvaient pas gagner cette guerre dans le sens d'une prise de contrôle de la capitale, pour établir leur gouvernement - ils n'avaient pas cette organisation, et probablement pas cette idéologie non plus. Mais ils ont riposté... Ils ont forcé Lénine à admettre que la poursuite de la vieille politique du communisme militaire mène à un désastre imminent, la mort du gouvernement soviétique.

 

Mais néanmoins, ce qui s'est passé alors, dans les années 1930, a été une répétition de pratiquement la même voie occidentale : l'industrialisation au prix de la ruine des campagnes. Ce sujet était constamment discuté lors des congrès des partis, comme une balle que l'on lance d'une faction à l'autre - et finalement, il a été mis en œuvre.

 

Et il me semble que la tragédie de la Russie est que, à partir des années trente, notre pays n'a pas suivi sa propre voie. Elle a rejeté une chose pour laquelle elle se battait depuis des siècles et a commencé à imiter la "manière anglaise" dont j'ai parlé. Staline disait que nous avions cent cinquante ans de retard.

 

Mais ce qu'on a appelé "l'économie de rattrapage" est fondamentalement impossible. Vous savez, j'ai vécu de telles choses en mathématiques. À l'époque, les contacts avec les mathématiciens occidentaux étaient difficiles, et nous avions des domaines entiers de mathématiques qui n'avaient pas été développés ici, mais qui étaient intéressants. Et j'ai commencé à les faire. Et il était clair qu'en suivant ce qui a déjà été fait en Occident, on ne peut jamais rien faire de manière indépendante. Vous ne ferez que répéter les idées de ce qui a été fait par des mathématiciens plus avancés. Il fallait trouver notre propre voie, une voie parallèle de développement, où l'on peut créer quelque chose d'intéressant. Mais la Russie a été mise dans une situation où elle a dû "rattraper son retard".

 

Et cela n'a pas changé non plus pendant la perestroïka. Ils ne cessent de nous dire que nous devons rattraper notre retard par rapport à la société civilisée. Encore une fois, il y a une certaine manière, un certain plan, qui a été inventé et réalisé là-bas et qu'il suffit de répéter. En fait, il s'agit d'un phénomène de pensée utopique : déduire le développement d'un pays non pas de sa logique interne, de son développement antérieur, mais inventer ou emprunter un modèle quelconque...

 

En même temps, il me semble que toute la civilisation technologique dans son ensemble est condamnée. Après tout, elle est dirigée contre la nature. Mais l'homme fait partie de la nature, et donc la civilisation s'avère également dirigée contre l'homme. Cela se reflète également dans la crise écologique, qui n'est pas accidentelle mais une conséquence naturelle et logique de cette civilisation qui a adopté le point de vue selon lequel la nature n'est qu'un matériau de transformation, par rapport auquel seule l'opportunité technique est concernée. Mais l'opportunisme technique ne tient pas compte des visions et des calculs trop éloignés de ce qui se passera dans les siècles à venir, par exemple, comment se comporteront les déchets radioactifs que nous enterrons actuellement.

 

La crise écologique résultant de la civilisation technologique est désormais bien connue : les "trous d'ozone", l'"effet de serre", l'augmentation de la température de la Terre, la disparition des forêts qui créent de l'oxygène, etc. Mais il y a un autre signe qui indique que la civilisation technologique se dirige vers son impasse. Elle est, comme je l'ai dit, entièrement basée sur une technologie qui progresse rapidement, une technologie particulière basée sur les dernières avancées des sciences naturelles. Mais dans la seconde moitié du XXe siècle, les sciences naturelles ont connu un fort déclin. Si dans la première moitié du siècle, des domaines aussi grandioses que la mécanique quantique, la théorie de la relativité, la génétique sont apparus, il n'y a plus rien de tel aujourd'hui. Aujourd'hui, lorsqu'ils donnent des exemples de réalisations humaines, ils parlent de satellites, d'ordinateurs, de nouvelles technologies, etc. Mais toutes ces lois ne sont pas nouvelles, et les sciences naturelles ne font que les découvrir. Il y a trente ans, un célèbre physicien soviétique m'a dit qu'il n'y avait pas beaucoup de lois de la nature et qu'elles étaient presque toutes découvertes. Les scientifiques sont laissés à eux-mêmes pour s'occuper uniquement de leur application. Que cela soit vrai ou non, mais le processus de déclin rapide des sciences naturelles est remarqué par beaucoup. Et cela signifie que le fondement de la civilisation technologique disparaît sous ses pieds.

 

- Dans ce contexte, quelle est votre attitude face à la nouvelle civilisation électronique, en particulier face à l'Internet ? On parle d'un "village mondial" électronique. Il existe des croyances populaires selon lesquelles la nouvelle civilisation technogène revient à certaines strates très archaïques de la conscience humaine.

 

- Cela est possible. Il est possible qu'un certain développement de la technologie puisse être utilisé pour faire revivre des formes de vie traditionnelles. Mais d'un autre côté, je pense qu'il y a peut-être ici aussi une énorme exagération. Un certain nombre de personnes influentes sont très intéressées par le développement de cette région. D'autres sont également intéressés, mais pas dans le sens où ils obtiennent de l'argent en conséquence ou deviennent directeurs d'instituts, mais ils sont juste intéressés par cela. Mais le résultat peut être une extrême exagération. Je me souviens de la première étape - quelque part dans les années 50 - lorsque les ordinateurs ont commencé à apparaître. Si vous vous souvenez de ce qui a été dit à l'époque, non seulement sur ce qui pouvait être réalisé, mais aussi sur ce qui était déjà supposé être réalisé, il devient clair qu'il y avait un élément de bluff colossal. Je me souviens, par exemple, qu'il existait toute une littérature sur le traducteur artificiel. Et j'ai assisté à une réunion du département de physique et de mathématiques de l'Académie des sciences, où il a été question de notre première traduction automatique comme d'une grande réussite. Et puis une autre tendance est apparue : l'informatique a été confrontée au fait que la traduction électronique est impossible parce que la langue à un niveau plus ou moins sérieux n'est pas du tout formalisable. De nombreuses années plus tard, j'ai rencontré un homme qui était présent à cette conférence et je lui ai demandé - souvenez-vous, nous avons entendu le rapport et on nous a montré le texte prétendument traduit. Et il a dit qu'il pensait que cette traduction était faite par une personne, et non par une machine.

 

- Mais il existe maintenant des traducteurs électroniques qui travaillent assez efficacement.

 

- Oui, mais ils produisent un texte très grossier qui nécessite une révision humaine.

 

- Oui, ils ne peuvent pas vraiment traduire la poésie...

 

- Un texte scientifique non plus. Ainsi, par exemple, ils traduisent parfois le titre de l'article "Malformation des poulets" par "Malformation précoce des poulets".

 

- Je vois. Revenons un peu en arrière. Outre le point de vue optimiste que j'ai mentionné, il y a un autre point de vue : celui selon lequel l'Internet, par exemple, est l'apogée de la civilisation technique dans toute sa signification négative dont vous parliez. On parle de "réalité virtuelle" pour remplacer la vie...

 

- Je pense qu'il y a toujours un très grand écart entre les réalisations techniques réelles et l'idéologie qui en découle.

 

Permettez-moi de donner un autre exemple, plus radical. À l'époque, au milieu de la discussion sur les ordinateurs, qui venait d'apparaître, le point principal de la discussion portait sur le "cerveau électronique" : le cerveau humain pouvait-il être recréé ? Un homme, aujourd'hui mort depuis longtemps, interrogé par un journaliste et à qui on a posé cette question, a répondu : "Que voulez-vous dire, est-ce possible ? C'est dans le plan triennal de notre institut". Un autre homme, un grand mathématicien, a dit qu'il s'agissait en fait d'une autre formulation de la question de la matérialité du monde.

 

- Il y a donc place pour une sorte de fantaisie scientifique ?

 

- Oui, je pense que c'est énorme. Il y a un énorme fossé entre ce qui est réel et possible et l'idéologie qui en découle. Voici un exemple. Avant le marxisme, l'idéologie socialiste la plus populaire était le Saint-Simonisme. Heine était un disciple de Saint-Simon. Et le mot principal de leur doctrine était "scientisme", c'est-à-dire la croyance dans le pouvoir universel de la science. C'étaient des Français, influencés pour la plupart par l'école normale. Ils assuraient, et disaient en riant, qu'il était sûrement possible, avec l'aide de la science, de créer des cerveaux incomparablement meilleurs, des institutions humaines et des mécanismes de vie plus parfaits que ne le faisait la nature maladroite et arriérée. Et le célèbre économiste et philosophe von Hayek, qui l'a décrit, a dit que, apparemment, il ne leur était jamais venu à l'esprit que ce cerveau même, avec l'aide duquel ils vont tant transformer la nature, est la nature même qui l'a créée.

 

- Mais il semble qu'il y ait eu aussi un moment assez fort de véritable combat contre Dieu. Quelque chose comme le bâtiment de la Tour de Babel.

 

- Oui, bien sûr. Sur le plan idéologique, il y a toujours eu ce moment. Il s'agit de la construction de la Tour de Babel.

 

Et l'attrait pour la technologie en soi n'est pas si important. C'est toujours la partie idéologique qui a les conséquences les plus destructrices. Regardez les Saint-Simonistes : quelle était leur "base scientifique" ? Aucune. Une idéologie pure. Saint-Simon a parlé du principe de l'attraction et de la répulsion sociale, comme Newton a parlé du principe de la gravitation universelle. Mais Newton a utilisé sa théorie pour calculer les orbites des planètes. Et Saint-Simon ? Ils n'avaient rien de tel...

 

Et la même chose avec Marx. C'était un peu mieux fait "pour la science". En fait, une partie du contenu y était minime. Tout le pathos était dans l'idéologie de la destruction, de la révolution. Et au cœur de ce projet, il y aurait une "méthode scientifique". Et dans quel sens est-elle scientifique ? Dans quel sens y a-t-il une preuve, une expérience ? Si vous regardez, parce que c'était complètement intenable. Il a dit, dans leur ouvrage central, que le moulin à vapeur donne une société capitaliste, tout comme le moulin à main donne une société féodale. Mais le moulin à main était déjà à Sumer... Et il y a beaucoup de déclarations de ce genre. Le "Manifeste communiste" commence par le fait que l'histoire est l'histoire de la lutte des classes... D'où vient-il ? Pourquoi n'y a-t-il que "lutte", pourquoi ne peut-il y avoir de coopération, de concurrence ? Même si nous supposons que cette division en classes, qu'ils proposent, est compréhensible, et non une autre division, alors il y a beaucoup de formes d'interaction entre eux. Pourquoi ne s'agit-il que d'une lutte ? Et cela n'est même pas argumenté d'une quelconque manière.

 

Jusqu'à récemment, l'élément scientifique a joué un rôle colossal. C'est le pouvoir magique de l'appel à la science. En règle générale, sans utiliser réellement la méthode scientifique et la terminologie correcte. Mais il me semble que cette influence est aujourd'hui en nette diminution. Après tout, il est maintenant clair que la science apporte des dons qui ne sont pas si évidents. Et la "scientificité" de ces concepts est très douteuse. En Occident, depuis les révoltes étudiantes des années 60, la science n'a guère été sollicitée en tant qu'autorité supérieure.

 

Le scientisme est ancré dans la révolution scientifique des XVIIe et XVIIIe siècles, lorsque tout le monde a été vraiment choqué par ce que la science faisait, par exemple, en astronomie, lorsqu'il s'est avéré qu'à partir d'une loi, on peut calculer comment un noyau vole lorsqu'il est tiré par un canon, et comment une planète ou une comète se déplace. J'ai été frappé par le fait que même dans Conan Doyle, qui a lancé la notion de roman policier, Sherlock Holmes utilise la méthode scientifique, qui est presque la chose principale dans son travail.

 

- Revenons à la thèse selon laquelle la Patrie est en danger. Il est intéressant de constater que, dans 50 ans, le peuple russe sera divisé par deux, par exemple, mais en même temps, on le regarde comme dans un film, sans réagir par des sentiments ou des actions...

 

- Au fait, vous m'avez demandé ce que l'on peut faire maintenant... Un de mes amis m'a demandé conseil. Sa fille ne va pas trop mal, elle fait des affaires, elle gagne bien sa vie. Mais (et c'est une situation assez typique !) tout ce mode de vie déteste la haine féroce, prêt au moins à prendre l'arme dans ses mains. Et mon amie, sa mère, demande : "Que lui conseilleriez-vous de faire ?" Je dis : "Eh bien, tout d'abord, ayez deux enfants." Elle arrête d'en parler. Il ne s'agit pas du tout de ça... Et c'est la toute première chose. Sans changer cette attitude face à la naissance des enfants, toutes les autres conversations sont bien sûr dénuées de sens. Et il s'agit là, bien sûr, d'une attitude purement spirituelle, non liée à des facteurs matériels. Après tout, nous avons un taux de natalité plus faible aujourd'hui que pendant la guerre : mais qui peut dire que c'était plus facile pendant la guerre qu'aujourd'hui ? C'est une attitude très différente. Avant, il était assez facile de supporter que les enfants se promènent en haillons. Je n'ai pas grandi pendant la guerre, mais je me souviens que ma manche était toujours déchirée et que je portais une veste refaite de l'époque prérévolutionnaire de mon grand-père, et j'avais souvent envie de manger, car la nourriture qu'ils me donnaient n'était pas très savoureuse et probablement même nutritive. Mais ce n'est pas grave, nous avons vécu sans...

 

Un discours de l'écrivain Vassili Ivanovitch Belov m'a fait une vive impression. Il a dit : "Après tout, nous sommes en train de dégénérer ! Les femmes, pourquoi n'accouchez-vous pas ? Vous dites qu'il est difficile d'élever des enfants de nos jours. Mais ma mère a élevé nos six enfants après la guerre. Je n'ai jamais eu de sentiment de plénitude - la première fois que je l'ai eu, c'était quand j'ai quitté le village pour la ville. Mais elle nous a tous élevés de la même façon".

 

Et maintenant... C'est peut-être humain pour les enfants. Pourquoi donner naissance à un enfant qui voudrait manger ? C'est une psychologie différente. Mais au moins, c'est une question psychologique, et non matérielle. Remarquez : vous marchez dans la rue et vous ne voyez pas une mère richement vêtue portant quatre enfants. De nos jours, les personnes les plus riches donnent également naissance à peu d'enfants.

 

- Maintenant, une question légèrement provocante. A une époque, vous avez écrit un article assez sensationnel sur la "russophobie" qui, si je comprends bien, a même eu des conséquences négatives pour vous, n'est-ce pas ?

 

- Non, non. Mon livre sur le socialisme a eu des conséquences plus négatives pour moi - après son apparition, j'ai été renvoyé de l'université. C'était important. Parce qu'à l'université, j'avais des étudiants, des étudiants... Et là, c'était plus superficiel. La réaction a été dure, mais elle ne m'a pas beaucoup touché.

 

- Mais dans certains cercles intellectuels, cela a provoqué une attitude très négative à votre égard. Vous avez été perçu comme un personnage assez odieux.

 

- Oui, bien sûr : obscurantiste, antisémite...

 

- Mais quand même - cela fait des années, qu'en pensez-vous maintenant : quelle part de ce que vous avez abordé dans ce livre est encore d'actualité ?

 

- Vous savez, les grandes prédictions sur le pays, sur l'histoire, ne se réalisent généralement pas. Et je pense que c'est très bien ainsi : le cours des événements est imprévisible, logiquement imprévisible. Parce que cela dépend de la volonté du peuple. Et j'ai moi-même dit beaucoup de choses qui ne se réaliseront pas plus tard.

 

Mais dans ce cas-ci, il s'agissait de bien plus qu'une prévoyance accomplie ou plutôt exagérée. Quel était le contenu de l'article ? J'ai pris les quelques articles qui circulaient ici sous forme de samizdat, où les gens disaient franchement ce qu'ils pensaient et, même en exil, ce qui était publié. Tout cela a été distribué en nombre absolument insignifiant. Sur cette base, j'ai reconstitué, comme un lézard sur des restes d'os, le point de vue de certaines couches de personnes qui, pour une raison quelconque, sont antipathiques aux principes traditionnels de la vision du monde russe, qui sont dégoûtées par l'histoire russe et la personne russe du début à la fin... Et qui pourtant vivent parmi les Russes. Je ne pensais pas que ces gens étaient des Juifs, et il y en a beaucoup parmi les Russes : le célèbre Sinyavsky, par exemple, qui a écrit : "La Russie est une salope.

 

Et maintenant, si nous continuons la même comparaison : ces lézards n'ont pas besoin d'être reconstruits, ils marchent parmi nous et nous mangent. Même la politique télévisuelle en est imprégnée, tout comme la politique gouvernementale...

 

- Beaucoup de choses ont changé ces derniers temps…

 

- Il me semble qu'il faut ici séparer les actes concrets des paroles. Vous voulez dire que la terminologie a changé. Il y a quelques années, Eltsine a déclaré que des "personnes rouges et brunes" très dangereuses étaient apparues. Et maintenant, ni lui ni Poutine ne disent de telles paroles. Auparavant, on parlait de "patriotes dangereux" qui étaient toujours mis entre guillemets. Et maintenant, ils se disent "patriotes". C'est vrai. Mais Zhirinovsky a été le premier à le découvrir. Il a réalisé que c'était désagréable pour les gens d'écouter comment on se moquait des Russes... Après cela, d'autres hommes politiques ont vu par son exemple qu'il était possible de réussir et ces mots ont commencé à être prononcés par n'importe qui - des bolcheviks, du parti communiste et jusqu'au président. Mais tout est question d'actions...

 

- Mais peut-être qu'un changement de mots entraînera un changement d'actions. Devront-ils faire ce qu'ils disent ?

 

- Vous savez, Eltsine a souvent promis de s'allonger sur les rails, mais cela ne l'a pas incité à le faire. Hitler a également écrit : "Ne vous embêtez pas à écrire aujourd'hui dans le journal le contraire de ce que vous avez écrit hier, parce que le citoyen moyen ne regardera pas ce journal. Mais au moins, vous pouvez regarder le vieux journal, mais même cela est impossible à la télévision - vous ne pouvez pas tourner une page et voir ce qu'il y avait avant. Elle est typique non seulement de la télévision, mais aussi, de manière générale, de la présentation moderne de l'information. Aujourd'hui, même le journal ne peut être opposé : un dialogue est impossible. Tout cela s'apparente à la persuasion, à l'hypnose, et pas du tout à la discussion ou à la communication des faits. Ce n'est pas un hasard si les journaux télévisés ne consistent plus en une présentation de faits dont vous pouvez tirer vos propres conclusions, mais en des points de vue étayés par des images... Quand quelque chose se passe à la Douma, on vous montre un homme politique important pour lequel des millions de personnes ont voté... et il ouvre juste la bouche. Et en même temps, un jeune homme totalement inconnu - un commentateur - explique ce qui se passe. Mais j'aurais trouvé intéressant de savoir ce que cet homme politique a vraiment dit, que je sympathise ou non avec lui - il y a un vrai pouvoir derrière lui après tout. Mais il s'avère que ce n'est pas son vrai pouvoir, mais celui d'un jeune homme de la télévision.

 

- Alors comment pensez-vous pouvoir résister à tout cela ?

 

- Je pense qu'il faut tout d'abord avoir une grande expérience de la vie pour pouvoir résister à cette monopolisation. Et puis, en nationalisant les principales chaînes. Parce qu'on ne peut pas vendre la vérité pour de l'argent. Bien sûr, la nationalisation crée aussi le risque d'une monopolisation de l'information par l'État. Mais il est possible de lutter contre elle. Il est possible de présenter les chaînes ou les émissions à l'Église, aux syndicats, aux scientifiques, aux écrivains. Mais le principe de "vérité pour l'argent" doit être supprimé dans tous les cas.

 

Igor Shafarevich.

Interviewé par Dmitry Saprykin.

1er février 2000.

 

http://pravoslavie.ru/4531.html

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Igor Chafarevitch s'entretenait avec Gennady Starostenko

10 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Philosophie, #Politique, #Russie, #Sciences, #Société

Igor Rostislavovich Chafarevitch (1923-2017), mathématicien et penseur russe.

Igor Rostislavovich Chafarevitch (1923-2017), mathématicien et penseur russe.

As a schoolboy, he took exams at the mechanics and mathematics department of Moscow State University. And after graduating from school in 17 years, he was taken immediately to the last course of this faculty. In 19 years he defended his thesis, in 23 of the year - a doctoral thesis ... Then scientific and teaching activities, titles, awards. However, at the same time there is continuous internal work going on in it, prompted by the awareness of imperfection, injustice, falsehood of the surrounding life.

The desire to understand the causes of what is happening leads him to the circle of dissidents. He opposes the persecution of dissidents, the use of psychiatry as a means of political repression, becoming a member of the Human Rights Committee. Especially a lot of power gives protection of freedom of religion and the rights of believers in the USSR. And this is despite the fact that his father once admitted: during the years of the Civil War, he saw and experienced something that deprived him of faith in some good God for a man, God, with whom personal contact is possible. 

But he himself felt differently: “It seems to me that faith helped me to experience despair throughout my life. Religious experience gives a person, the people the opportunity to perceive their life as something meaningful, to take it out of the category of the theater of the absurd. ” 

Such an attitude to faith, to the love of Russian literature brought up since childhood, stories could not but tell, and his paths with liberal dissident circles diverge sharply. Because the main theme of his philosophical and journalistic reflections becomes the fate of the Russian people, the insulting and humiliated state in which he found himself. 

Shafarevich comes to the conclusion that the most important thing for modern Russia is to defend the right to comprehend its history, its historical experience. And contribute to the change of national consciousness, crushed by blocks of lies and deception. It is necessary for the Russians to be ready for the inevitable turn of history, which otherwise could be disastrous for them. 

The most recent scandals in society connected with the Victory Day only confirm the loyalty of his words: “But while looking at Russia as a mistake of history is considered advanced, cultural, intelligent, even the only decent one, until then, of course, no healthy development can be . Either the country will perish, or this spiritual illness can be overcome. ”

During the meeting with the journalist, Igor Shafarevich was cheerful, open and friendly. These days he completely immersed himself in the editing of his book on mathematics, published in Germany, but he did not refuse from a difficult conversation about the present and future of our country, our people. 

- Igor Rostislavovich, what contributed to the awakening of civil and national feelings in you in your younger years? After all, it was necessary to overcome the instinct of self-preservation, elementary fear?

- Once I met a man who spent a lot of time in camps - more than thirty years. He was a nobleman and deeply Russian man. I remember, I asked him: apparently, the feeling of being a Russian person is still being laid since childhood, when you listen to folk tales and epics? He smiled: as a child I listened to Contes de Perrault (Perro's tales) ... But as a child I listened to real Russian tales. I think this was the reason for my awareness of myself as a Russian person.

I remember that in my room, in the communal apartment where we lived, there was a round rotating shelf. And there was a book of Russian epics, which I constantly re-read. On the other hand, I think that the national feeling should be innate, it is embedded in your genes. I remember what a great impression the film “Alexander Nevsky” made on all of us - especially in those places where high words about the Motherland were spoken.

Then I began to awaken the realization that in the surrounding life a lot of ostentatious, false, that the Russian people are being manipulated. The authorities are still acting the same way - with suspicion of Russians, ready to manipulate their feelings, often believing that Russian self-consciousness is already extremism and that it is necessary to fight it. At the same time, we live in a country where eighty percent of the Russian population ... This is a tremendous force, which is why the efforts of our opponents to subordinate us to our will are so great.

- Your talent in the field of accurate knowledge manifested itself very early. A person who has gained fame at an early age can indulge in self-delusion, feel elected, believe in his superiority over others ...


- Election? I think that this is not in Russian heredity, not in our roots. On the contrary, many of us have in our blood a readiness for self-sacrifice. I was told how once, during the Great Patriotic War, the enemy tank the attack was repulsed, and the turning point in it was when one of the fighters shouted "... so is your mother!" threw himself with a grenade under the tank. Namely - without swearing allegiance to some lofty ideals, but like that, under rude scolding, giving his soul "for his own." They always appeal to this feeling of Russians - to their patriotism - whenever they want to use them in their own interests.

The likelihood that people will start their own interests and rights to defend is great, so the authorities somehow have to deal with this, they feel the danger ...

I do not remember how in the current, but in the so-called Brezhnev constitution, even before perestroika, the attitude to the word “Russian” was as if it were indecent. Then the government began to remove some verbal prohibitions - but these were only minor external concessions. Nevertheless, there was a sharp reaction to attempts to regain old-fashioned, pre-revolutionary symbols and meanings. A meeting of historians was even organized in the Central Committee of the CPSU, which emphasized the ideological character, its materials were later published in the journal Voprosy istorii. It said that unacceptable revisionist deviations are beginning - that tsarist Russia, for example, is no longer viewed as a “prison of nations” ...

- The ancients said: Errare humanum est. That is, it is human to err. Time passes and you have to admit that any actions you have committed are erroneous. So, for example, the writer Leonid Borodin spoke a year or two before his death: yes, they say, imprisoned — and right, in general, they did ... The subtext is understandable — in the words of Zinoviev, dissidents were tagged into communism, and got into Russia. At that time, many thinking people went from “red” to an understanding of the national, and some of the nationalists began to understand what genuine values ​​were lost with the Soviet era. And you yourself wrote that the epoch of socialism was not a single monolith of seventy years in our country. What it divides, if simplified, into two parts - in many respects opposite to each other. Where do people come from that can explain to others all the truths and iniquities of life? All its difficulties and contradictions?


- There was a time when this question was painfully experienced by me ... Even now it is not clear to me whether people thinking not only of themselves, but also of the fate of the people, are part of the same people? Or is it some kind of separate people that need to be studied separately? I think that people who are capable of thinking about the fate of the people simply do not separate themselves from their interests, from the interests of the country. But many who are in a position to think about people think mostly about their own interests. They are strangers to him. And they simply lead people away from their awareness of their higher goals. And this, in my opinion, Danilevsky realized ... There are two different cultures that live an unknown life.

- In your book “The Three Thousand-Year Enigma” there is a phrase: “Carefully, gradually it will not be possible to make Russia non-Russian”. How strong is this conviction in you now, after many years. After all, it has now become clear what powerful forces are being used as instruments of de-Russification. In 90, I would agree with you, but now ...

- But in my opinion, no - after all, it cannot be done. We are very difficult to change. Of course, television today is largely anti-Russian. Very many programs that I watch are either simply Russophobic, or with Russophobic overtones. For this and captured television. Of course, it is difficult for a Russian person to be optimistic today, but still ... Although we still have Yeltsin terminology in use - Russians. It was suggested to him once that this is the old Russian word. And he had just the psychology of that kind of kings ... Russian is not characterized by aggressive nationalism, some kind of hostile perception of other nations, but the word “Russians” dissolves the Russian dominant in itself.

I know many people who are trying to actively counteract the evil of de-Russification. I read with interest the patriotic journalism - especially such that is supported by significant information, operates with facts. But I do not agree with some of the authors. Others, for example, are already talking about some form of "guerrilla war", about tough actions that today's young people are capable of, while we, the older generations, are mired in chatter. There are some moments that give them away as extreme people, but at the same time sincere and honest.

- Several years ago, at the joint collegium of the Prosecutor General’s Office, with the participation of other weighty structures, it was stated that the number one political enemy now is Russian nationalism. In total, more than three million crimes were committed in the country that year, and only three hundred and a few, that is, one hundredth percent, were crimes related to ethnic conflicts. But it was this one hundredth percent that was presented as the main danger.

- Yes, as we have already spoken to you, the authorities are afraid of the Russian national feelings. But we should be aware that we have enough reasons for new cataclysms and it is easy to rock the boat. I must note that in an attempt to suppress Russian nationalism, the authorities may have not only vicious approaches, but also quite natural fears. Recently, I read an article by a well-known propagandist of the national idea - that the government is pushing national protest forms underground. Perhaps it is so, but, on the other hand, a hard line on such a protest may give off adventurism and lead to destruction. This kind of "guerrilla war" can develop unpredictably. Therefore, we must be realistic. Still, recently life has turned a little bit for the better, some kind of stability has appeared, people have some kind of work that feeds them. And the opinion that life under construction is now to be destroyed, even if it is bad from a moral point of view, is too harsh a view on things.

- Actually, those who have been robbed are difficult to reconcile with robbers, just like those who were slandered with slanderers ... But let's talk about something else - tell me, are there any social topics that you would undertake to explain to people? What do you think today?

- You know, it is interesting to think about what hands for some reason have not reached yet. Interest enthralls and gives strength. When such an interest arises, it stimulates both activity and thought.

- You wrote that the 21st century will witness the destruction of that civilization type that has taken shape in Western Europe and the USA ...


- Yes, and I do not refuse this thought. Only this process is slower than I imagined ... And I would like to. But this process is slow, but it is going on. Already it is clear that Western society is losing its strength.

- Indeed, the historical elasticity is lost there. It seems to me, first of all, in connection with the introduction of multicultural approaches and flows of migrants. It changes Europe. Latin America is going on in America ...

- I must say that in these processes there is some historical justice. Thanks to them, she is recovering. Recall that the land on which Mexicans live today was once rejected by America, which is about half of Texas and California. Everything is not so hopeless, so let's hope.

Interviewed by Gennady Starostenko.

Source: https://en.topwar.ru/28988-igor-shafarevich-sdelat-rossiyu-nerusskoy-ne-udastsya.html

Commentaire de Slaventi (5 juin 2013):

Shafarevich finished his main work - titled "Russophobia" in 1982. It was, of course, impossible to publish it. Only a few years later, when the air smelled of Gorbachev's liberalism, Shafarevich decided to let him into samizdat. And in 1989 - it happened: "Russophobia" appeared on the pages of the magazine "Our Contemporary". Shafarevich could not put up with the communist system of power and in the 70s was among the leading dissidents. But among the dissidents Shafarevich also soon became a dissident. While most of them, fighting for human rights, were guided by Western values ​​of democracy and free enterprise, for Shafarevich the bright future of Russia lay in its autocratic Orthodox past. In his opinion, rapprochement with the West can only "dilute" its national identity. This is contraindicated for Russia, but a small group of intellectuals, dominated by Jews, pushes it down this disastrous path.

According to Shafarevich, the "small people", as he called such an intelligentsia, does not understand the aspirations of the "big" people, does not respect its traditions and original culture, considers it a cattle, suitable only to serve as material for irresponsible social experiments.

 

Shafarevich a terminé son œuvre principale - intitulée "Russophobie" - en 1982. Il était, bien sûr, impossible de la publier. Quelques années plus tard seulement, lorsque l'air sentait le libéralisme de Gorbatchev, Shafarevich décida de le faire en samizdat. Et en 1989 - c'est arrivé : La "russophobie" est apparue dans les pages du magazine "Notre contemporain". Shafarevich ne pouvait pas supporter le système de pouvoir communiste et dans les années 70, il faisait partie des principaux dissidents. Mais parmi les dissidents, Shafarevich est aussi devenu rapidement un dissident. Alors que la plupart d'entre eux, luttant pour les droits de l'homme, étaient guidés par les valeurs occidentales de démocratie et de libre entreprise, pour Shafarevich, le brillant avenir de la Russie résidait dans son passé orthodoxe autocratique. Selon lui, le rapprochement avec l'Occident ne peut que "diluer" son identité nationale. C'est contre-indiqué pour la Russie, mais un petit groupe d'intellectuels, dominé par les Juifs, la pousse sur cette voie désastreuse.

Selon Shafarevich, le "petit peuple", comme il appelle une telle intelligentsia, ne comprend pas les aspirations du "grand" peuple, ne respecte pas ses traditions et sa culture originelle, le considère comme un bétail, apte à servir uniquement de matériel pour des expériences sociales irresponsables.

(Traduction: Le Rouge et le Blanc)

 

Le film documentaire "Igor Shafarevich "Je vis en Russie" réalisé par Nikolai Melnikov.

Le film explore la personnalité du grand scientifique russe, mathématicien, que le monde entier connaît, et dont les travaux, tant scientifiques que philosophiques et journalistiques, passionnent plus d'une génération. La tentative de montrer I. Shafarevich sans préjugés ni fausses évaluations et constitue la tâche principale du film.

Le film comprend des images uniques, des interviews.

Scénariste et réalisateur - Nikolay Melnikov.

Caméraman - Alexander Orlov.

Producteur - Alexander Dubovitsky.

Année 1994.

"Nous avons un dicton:

Il vaut mieux mourir que de quitter sa patrie".

Alexandre Nevsky

Lire la suite

Oleg Rozanov : l'image de l'avenir et la légitimité du pouvoir (Club d'Izborsk, 9 février 2021)

10 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Oleg Rozanov : l'image de l'avenir et la légitimité du pouvoir  (Club d'Izborsk, 9 février 2021)

Oleg Rozanov : l'image de l'avenir et la légitimité du pouvoir

 

9 février 2021

 

https://izborsk-club.ru/20636

 

 

Le moment politique actuel, les défis auxquels nous sommes confrontés et la situation géopolitique nous font nous concentrer davantage sur les aspects techniques de l'idéologie russe, sur l'énoncé général du problème et, si je puis dire, sur la définition apophique de l'idéologie russe. L'apophatisme, comme vous le savez, est un terme qui vient de la théologie, ce qui signifie une recherche de Dieu à travers la négation de ce qu'il n'est pas. Et maintenant, nous devrions au moins définir ce que l'idéologie ne peut pas être, à quoi elle sert et de quoi elle nous protège.

 

Nous avons longtemps été en concurrence avec nos adversaires géopolitiques dans les domaines militaire, économique et informationnel. Ils nous critiquent constamment - pour le mépris des droits de l'homme, le contrôle excessif des médias, la corruption et le manque de démocratie - nous nous y sommes habitués. Mais parfois, très rarement, la critique est formulée de manière très claire et précise. Nous nous souvenons du jour où un groupe de sénateurs républicains est venu à Moscou en 2018 et a été accueilli à la Douma par une ovation. Un des sénateurs, de retour aux États-Unis, s'est plaint que la Russie ne soit pas un concurrent des États-Unis parce que (citation) "la Russie n'a pas de philosophie politique. C'est comme parler de la philosophie politique de la mafia". (fin de citation). Nous n'avons absolument rien à objecter à cela.

 

En effet, la mafia ou une grande entreprise ne peuvent pas avoir d'idéologie. Toute leur idéologie est axée sur la rétention du pouvoir et le profit. Les gangsters peuvent avoir leur propre "code d'honneur", leurs propres "concepts" et ambitions politiques, et la concurrence avec un autre gang, mais ils ne peuvent jamais avoir d'idéologie. De la même manière, un empire commercial peut avoir une marque, une stratégie de marketing et une politique d'entreprise reconnaissables, mais il ne peut jamais avoir son propre concept philosophique, faisant appel à des valeurs supra-individuelles, qui sont plus importantes que le profit et l'expansion de l'influence. Au Club Izborsk, nous partons du principe que notre pouvoir, notre État et notre peuple ne sont pas une holding internationale ou un groupe de bandits. La Russie mérite sa propre théorie politique, ses propres rêves et son idéologie. Sans cela, même avec des armes nucléaires, du pétrole, du gaz et des technologies avancées, nous serons traités comme une république bananière qui s'est coupée de tout le monde et s'est assise sur une ressource de matières premières - comme une énorme "Colombie" eurasienne sur le dopage pétrolier. Après tout, avoir des armes supersoniques, des voitures de luxe, des vaccins avancés et des pipelines marins, mais aucune image de l'avenir souhaité, est une honte, un échec et un coup porté à la dignité nationale.

 

Tout d'abord, toute idéologie est toujours offensante ; elle ne peut se limiter à une critique aveugle. Ce que nous obtenons maintenant, c'est que nous sommes critiqués et que nous répondons avec style : "Regardez-vous". On nous dit "vous avez un média non libre", et on nous signale les fermetures de comptes de Trump. On nous reproche de disperser les manifestations - et on nous signale leurs bains de sang avec la police. Ils parlent de vote inéquitable - et nous désignons les électeurs "morts" aux États-Unis. Bien sûr, nous n'aimons pas leur propagande occidentale en faveur des LGBT, leur féminisme offensif perverti et leur mondialisation centrée sur les Américains, mais c'est à leur idéologie que nous ne nous opposons pas. Toutes nos critiques n'aboutissent pas à une idéologie cohérente. Et toute tentative de critiquer l'Occident du point de vue de l'idéologie des droits de l'homme ne fait que faire rire l'Union européenne et les États-Unis.

 

D'autre part, nous ne devons pas nous enfoncer dans la fabrication de mythes locaux, afin de ne pas nous retrouver avec un ersatz de canneberge idéologique avec des balalaïkas et des ours. L'idéologie doit être l'affaire de personnes compétentes et profondément liées à la théorie et à la pratique, et l'image de l'avenir souhaitable doit être en résonance avec les autres théories et concepts politiques mondiaux. Oui, nous avons notre propre façon de faire, notre choix de civilisation et nos valeurs, mais les recettes finales ne sont pas constituées d'idées "d'un tel ou d'un tel" et de promesses "pour tout ce qui est bon".

 

Enfin, le danger le plus évident de la construction idéologique en Russie est sa descente dans le format d'un projet technologique politique à court terme. Cela s'est produit une centaine de fois dans l'histoire politique de la Russie moderne. Toute idéologie est "adaptée" à ses besoins, transformée en un outil de relations publiques bon marché, placée sous la bannière d'un parti ou utilisée lors du prochain cycle électoral. Il est clair que la formation de l'idéologie officielle est presque comme la réaction nucléaire, qui est difficile à contrôler, mais qui peut donner des forces grandioses pour une percée dans le futur. Après avoir dit "A", il faut dire "B" aussi, pour mettre les derniers accents en politique intérieure et étrangère, pour nommer directement amis et ennemis - cela peut effrayer les autorités. L'idéologie est une chose claire, extrêmement sérieuse et cohérente. Il ne s'agit pas d'une ruse médiatique ou d'un écran de fumée informationnel pour un subterfuge. La construction idéologique ne peut pas être réalisée pour obtenir un effet de relations publiques à court terme.

 

Si nous définissons les limites substantielles de l'idéologie d'État, celle-ci devrait préserver et combiner les postulats des projets "rouge" et "blanc", l'esprit russe et la diversité ethnique de notre grand pays, la portée mondiale de la pensée et l'amour pour la terre natale, la montagne et le lointain, le pragmatisme économique et le mysticisme de l'eschatologie russe. C'est la singularité de notre mentalité et de notre caractère national - tout ce que Konstantin Leontiev a appelé "la complexité florissante".

 

Comme le disait Napoléon Bonaparte, "Un chef est un vendeur de rêves". En ce sens, tout discours sur la sécurité du transit et la continuité du pouvoir est dénué de sens sans une idéologie cohérente et un rêve national. Un parti ou une alliance de partis, une nouvelle constitution dans le cadre de notre nihilisme juridique, un consensus temporaire de l'élite ou un bloc de pouvoir n'apporteront pas le soutien populaire et la stabilité à un moment clé de l'histoire. Le soutien du leader national ne réside pas dans le moment présent, mais dans le rêve de l'avenir souhaité. Les bolcheviks sont venus et se sont installés au pouvoir grâce à un grand rêve et à l'image d'un avenir souhaitable, pour la construction duquel ils étaient prêts à mobiliser le monde entier. Le pays, souffrant de pauvreté et exsangue après la guerre civile, n'avait qu'un grand rêve et la foi en un avenir radieux. Les élections, les constitutions et les lois étaient secondaires. Un rêve et une image de l'avenir cimentent la légitimité de tout régime.

 

Le Club Izborsk, avec un large éventail d'experts à Moscou et dans les régions, fera de son mieux pour formuler et réaliser ce rêve et cette image du futur, pour assembler une mosaïque d'idées et de significations que nous comprenons intuitivement. Ce n'est que dans le cadre d'un système idéologique cohérent que le peuple et le dirigeant national, le Conseil d'État et le Parlement, les chars Armata et Nord Stream, Skolkovo et Roskosmos, les projets nationaux et les élections nationales, l'armée et l'église trouveront un sens commun et compréhensible. Sans cela - "le crabe, l'épée et le brochet", la stagnation, la décadence et le cimetière de l'histoire. Nous n'aurons pas d'autre chance.

 

 

Oleg Rozanov

 

http://olegrozanov.ru

Oleg Rozanov (né en 1969) est une personnalité publique, journaliste, directeur du Centre d'information et d'analyse Kopye Peresvet. Membre régulier du Club d'Izborsk. Depuis 2015 - Secrétaire responsable du Club d'Izborsk pour les activités régionales et internationales. Depuis 2016 - Premier vice-président du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Lez Rouge et le Blanc

 

Ndt: L'apophatisme (du substantif grec ἀπόφασις, apophasis, issu du verbe ἀπόφημι – apophēmi, « nier ») est une approche philosophique fondée sur la négation. En dérive la théologie négative, c'est-à-dire une approche de la théologie qui consiste à insister plus sur ce que Dieu n'est « pas » que sur ce que Dieu est; (Wikipedia).

Lire la suite

Noblesse oblige

6 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Histoire, #Philosophie, #Religion, #Politique, #France

Louis II de La Trémoille, portrait attribué à Benedetto Ghirlandajo, vers 1485-1486, Chantilly, Musée Condé.

Louis II de La Trémoille, portrait attribué à Benedetto Ghirlandajo, vers 1485-1486, Chantilly, Musée Condé.

Noblesse oblige
Noblesse oblige
Noblesse oblige
Noblesse oblige
Noblesse oblige

Généalogie de la famille de la Trémoille et descendance d'icelle de quelques familles poitevines. Poitiers, de l'imprimerie Henri Oudin, rue de l'Éperon 4, 1868.

Source: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5653987s/f12.item.texteImage

 

Remerciements à Rinaldo.

Armes de la Maison de la Trémoille. Devise: "Dieu et le Roi".

Armes de la Maison de la Trémoille. Devise: "Dieu et le Roi".

Lire la suite

Alexandre Notin : la dépression est une maladie universelle (Club d'Izborsk, 4 février 2021)

5 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Opération Coronavirus, #Politique, #Religion, #Russie

Alexandre Notin : la dépression est une maladie universelle  (Club d'Izborsk, 4 février 2021)

Alexandre Notin : la dépression est une maladie universelle

 

4 février 2021

 

https://izborsk-club.ru/20613

 

 

Elle concerne surtout les pays développés prospères et les grandes villes de plusieurs millions d'habitants, où jusqu'à 80 % de la population connaît cette maladie. De plus, cette maladie n'a absolument aucune corrélation avec le bien-être matériel et autre de son "propriétaire" : il semble que le soleil brille, que le réfrigérateur soit plein de nourriture, que la voiture soit dans la cour, mais un homme ne peut trouver aucune utilité pour lui-même, ne voit pas le sens de la vie et est dans un état dépressif. Les événements "Covid" de 2020 ont plongé de très nombreuses personnes dans un état de dépression aiguë, qui s'est accompagné de désespoir, de peur, d'incertitude quant à l'avenir. La principale conclusion de la réunion précédente était que nous sommes tous plus ou moins sensibles à la dépression et que nous en sommes à des stades différents de son développement. Certains en sont au stade initial, d'autres ont déjà surmonté cette maladie, d'autres encore sont découragés et malades. D'une manière ou d'une autre, nous sommes tous confrontés à cette affliction.

 

Parce que la dépression est une maladie de l'âme qui est "l'obscurité" pour nous tous, elle est très difficile à diagnostiquer et à traiter. En raison de notre péché spirituel, nous ne pouvons ni voir notre âme, ni celle des autres, c'est pourquoi il est très difficile de déterminer le moment initial de l'apparition de la dépression. Cependant, il faut noter un point positif, dont nous sommes armés par les Saintes Écritures et la Sainte Tradition : notre âme est jeune et a un grand potentiel pour guérir la dépression.

 

L'état de dépression qui se développe déjà dans l'âme peut être facilement détecté par une personne attentive. Voici un exemple simple : un être cher m'appelle et se plaint de son humeur dépressive. Et d'après ses paroles, la raison n'est pas claire. Je lui recommande vivement de faire quelque chose de concret - de faire la vaisselle, de nettoyer la maison, de faire quelque chose à la maison - en d'autres termes, de s'éloigner de l'ambiance morne par le travail, même s'il est très petit. Et en même temps, observer le monde qui nous entoure : comment l'eau coule du robinet, quels sons l'accompagnent, comment jouent les gouttes de soleil. Un changement d'activité permet donc de "changer" de pensée, de se distraire et d'oublier sa mélancolie.

 

Et la deuxième chose la plus importante qui peut aider à faire face à la dépression est la prière. N'oubliez pas de prier. Même si vous ne connaissez aucune prière - priez avec vos propres mots, demandez à notre Seigneur Jésus-Christ de vous aider à surmonter la maladie mentale. Il n'est pas difficile du tout - de dire : "Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur ! Et votre âme commence à se sentir soulagée, elle n'est plus seule. Cinq minutes plus tard - un appel : "Merci beaucoup, je me sens mieux !" Et qu'est-ce qui a changé en cinq minutes ? Rien ! L'âme a simplement pris la bonne direction dans ses pensées, s'est sincèrement tournée vers Dieu pour obtenir de l'aide, et avec Lui a surmonté sa mauvaise humeur.

 

C'est ainsi que chacun de nous subit quotidiennement des attaques et des provocations discrètes, qui mettent notre âme à rude épreuve. Ce n'est pas par hasard que les saints Pères du fond des âges s'adressent à chacun d'entre nous : "Mettez un gardien sur les grêlons de votre cœur et repoussez toute la journée les flèches enflammées de l'ennemi". Qu'est-ce que la "grêle du cœur" ? Nous avons déjà déterminé que le cœur est le centre de la personne à deux et, naturellement, le centre de l'âme. C'est l'organe principal non seulement de la cognition, mais aussi d'autres distinctions essentielles, comme celles des animaux. C'est le cœur de l'homme ! Et dans ce coeur "grêlons", il faut mettre un gardien, qui doit "repousser les flèches enflammées" de certains ennemis ! Quels mots étranges !?

 

Il s'avère, comme l'ont écrit les saints pères, que "tout ce qui est mauvais en nous ne vient pas de nous". C'est-à-dire que l'homme a été créé parfait à l'origine par Dieu. Adam était capable de communiquer directement avec le Créateur et avait des capacités et des talents dont nous ne pouvions même pas rêver ! Mais, à la suite de la chute dans le péché, nous, ses descendants, avons perdu ces capacités extraordinaires, nous les avons perdues, nous sommes devenus mortels, mortels (c'est-à-dire sujets aux maladies) et passionnés. En nous bouillonne un chaudron de toutes sortes de passions qui tourmentent et tourmentent nos âmes. Mais ce n'est pas tout. Les attaques viennent de l'extérieur - c'est naturel. C'est-à-dire que quelqu'un nous attaque. Et voilà qu'on en arrive à comprendre que l'on veut ou ne veut pas, comprendre ou ne pas comprendre, accepter ou ne pas accepter, nier ou accepter, mais un homme vit dans deux mondes simultanément. Il a deux hypostases : la corporelle et la spirituelle. Le corps est dans le monde matériel du temps et de l'espace - visible, audible, tangible, olfactif, etc. L'autre partie de l'homme - son âme ou personne "intérieure" - se trouve à la fois dans le monde matériel et dans le monde spirituel. Dans le monde matériel, l'âme, en contact avec le corps, le dirige, assure sa survie et sa vitalité. Mais en même temps, l'âme elle-même appartient à un autre monde, celui de l'invisible, du spirituel, du mystérieux, que nous ne pouvons malheureusement pas voir à travers nos yeux charnels. De plus, notre corps - costume, à l'exception de sa tâche quotidienne "vivre, manger, dormir", effectue un travail plus important - il protège notre âme, qui est faible, timide, pécheresse, - de l'interaction directe avec les forces du monde spirituel. C'est ainsi qu'une baie protège les bateaux contre les tempêtes et les désordres des grands fonds.

 

Les très saints pères ont affirmé que notre corps - "un costume de cuir", que Dieu a mis sur Adam après sa chute - nous protège du contact direct avec le monde spirituel, de sorte que nous ne pouvons pas être en contact direct avec lui, le regarder, être horrifiés par lui, et donc ne pas nous faire beaucoup de mal.  Ainsi, une combinaison spatiale protège un astronaute d'un environnement incompatible avec la vie - le vide et les températures ultra basses de l'espace. Si une combinaison est dépressurisée même à un endroit, la personne entière se transforme instantanément en glace.

 

Développons la compréhension du monde spirituel qui nous entoure. Il est déjà clair qu'elle imprègne tout l'espace, nous habite et influence nos pensées, nos actions et notre état d'être.

 

Pour commencer, parlons de la corrélation entre la nature de notre homme "intérieur" et "extérieur" (âme et corps) et la nature des anges et des démons.

 

L'âme humaine, comme l'ont écrit de nombreux pères saints, a la même nature que les anges et les démons. De plus, les anges et les démons apparaissent le plus souvent à l'homme sous une forme proche de la forme humaine. Surtout les anges. Leur description des saints pères est très similaire - ce sont de majestueux jeunes hommes aux cheveux blonds et beaux, qui sont habillés de vêtements brillants. Ils sont incroyablement forts. Les démons, en revanche, sont décrits comme des "Éthiopiens" (visage et vêtements sombres). C'est un ancien nom. Il est notamment utilisé par saint Ignace Bryanchaninov, qui a consacré la majeure partie de sa vie à l'étude des œuvres des saints pères. Ils sont effrayants. On les appelait aussi "murènes". Comme l'ont dit les saints pères, si un homme sur terre pouvait les voir de ses propres yeux, il ne survivrait pas à une seule vue d'eux - tant ils sont terribles. C'est pourquoi le Seigneur, avec l'aide de son corps, a séparé nos âmes de la vision directe de ce monde étonnamment mystérieux, sans limites, en contraste avec notre monde terrestre, le monde spirituel.

 

Il est surprenant et incompréhensible pour nous que les anges et les démons puissent avoir des regards différents, alors qu'ils sont humains. Mais les anges ne prennent jamais l'image du diable, mais les démons et les forces des ténèbres essaient même de ressembler aux images des saints de la lumière et des anges. Comment désinformer les gens, en ne comprenant que la notion même de monde spirituel, pour déterminer - qui est en face de lui ? St. Paisii Svyatogorets l'a expliqué avec beaucoup de lucidité : "Le diable peut apparaître sous la forme d'un ange ou d'un saint. Le diable, déguisé en ange ou en saint, répand autour de lui l'excitation, la confusion - qu'il a en soi. Alors qu'un véritable ange ou un saint répand toujours une joie et un bonheur célestes. Une personne humble et pure, même inexpérimentée, distingue un ange de Dieu d'un démon qui apparaît sous la forme d'un ange de lumière. C'est parce qu'un tel homme est spirituellement pur et qu'il est apparenté à l'ange. Cependant, l'homme égoïste et charnel est facilement égaré par le Malin. Le diable est sous la forme d'un ange de lumière, mais il coûte à une personne d'inclure une pensée humble, car le diable disparaît" (St. Paisius Svyatogorets, Volume III : "La lutte spirituelle. Quatrième partie : "Les puissances noires des ténèbres").

 

Nos âmes ont une nature commune avec les anges et les démons, mais elles ne sont pas un esprit au sens où Dieu est un esprit. Là aussi, il est nécessaire de comprendre, car vous et moi, morceau par morceau, créons une image générale de notre existence terrestre, sans laquelle il est impossible de comprendre l'essence de la vision chrétienne du monde et de la vision du monde. Et sans cette compréhension, il est également impossible de lutter efficacement contre la dépression. Pour ce faire, il est nécessaire de voir l'ennemi, de comprendre sa nature et de connaître les moyens efficaces pour le combattre. Parce que l'ennemi qui s'oppose à nous sur tout le chemin de la vie et dans le cas de la dépression, en particulier, "vit" dans le monde spirituel, pénétrant tout et existant en parallèle avec notre monde terrestre. L'apôtre Paul a dit une pensée formidable sur l'ordre spirituel du monde : "Notre lutte (c'est-à-dire notre combat) n'est pas contre la chair et le sang (pas contre les hommes terrestres), mais contre les dirigeants, contre les puissances, contre les chefs des ténèbres de ce siècle, contre les esprits du mal sous le ciel" (Ephésiens 6:12). C'est la principale lutte pour tous les habitants de la terre - c'est la lutte contre les mauvais esprits sous les cieux, des démons qui se sont autrefois rebellés contre Dieu et qui ont été précipités du ciel sur la terre, conduits par le diable (qui a plusieurs noms différents dans différentes sources : Satan, Lucifer, Léviathan, Bichiemot, Avaldon, etc.) Maintenant, ils remplissent la terre et, pour compléter le tableau, je dirai qu'ils sont nombreux sur la terre. Comme l'ont dit les saints pères de l'orthodoxie, qui ont eu le don de Dieu de supporter et de voir de leurs propres yeux le monde spirituel et ses habitants, tant de serviteurs du diable qu'on ne peut voir aucun soleil derrière eux, c'est-à-dire que l'espace entre la terre et le ciel est rempli par eux de manière très dense. Et ces forces obscures, imitant et poursuivant l'œuvre du Diable pour séduire les premières personnes au Paradis, essaient d'influencer les gens, de prendre soin et de "cultiver" chaque passion, essayant de détruire une partie du Divin en nous - nos âmes. Par exemple, si quelqu'un a l'habitude de mentir, alors il ne fait aucun doute que sur la "queue" de cette passion très désagréable se trouve un démon qui s'occupe précisément et spécifiquement de cette âme malade particulière, en essayant de la faire mourir. Comme l'a écrit saint Pierre dans sa première épître, "Veillez et soyez vigilants, car votre adversaire, le diable marche comme un lion rugissant, cherchant qui il peut dévorer" (1 Pierre 5, 8). Dieu lui-même a défini la place du diable dans nos vies - il est un meurtrier depuis le début de son existence, comme il est clairement indiqué dans l'Évangile de Jean l'Évangéliste : "Il était un meurtrier depuis le début et ne s'est pas tenu dans la vérité, car il n'y a pas de vérité en lui. Quand il dit un mensonge, il dit le sien, car il est un menteur et le père du mensonge". (Jean 8:44).

 

Chaque passion, même la plus petite, est entretenue par son propre démon. Mais il faut comprendre que tout démon (sans parler des démons !) est si puissant que, en se référant aux saints pères, "il peut retourner la terre et changer le monde entier avec sa griffe".  Pourquoi ne se renverse-t-elle pas ? Pourquoi sommes-nous encore en vie et ne nous transformons pas en rien, en poussière ? Parce que le Seigneur gouverne le monde par sa volonté, et pour comprendre la nature de la relation entre Dieu, l'homme et le démon, nous devons regarder le livre de Job des nombreuses douleurs de l'Ancien Testament, dans lequel il est très clairement décrit que le diable n'agit pas par lui-même. Il s'est approché de Dieu à deux reprises, lui demandant de faire des ecchymoses à Job pour prouver que sa justice est ostentatoire et qu'il n'aime pas vraiment Dieu. Le diable a prétendu que Job n'honorait et ne révérait Dieu que parce qu'il était noble, riche et prospère. Le Seigneur, pour prouver que le diable avait tort, lui a permis de prendre tous les biens matériels de Job, y compris la richesse, les épouses, les enfants et la santé. Le diable a commencé à réaliser son "projet" avec joie : d'abord il a privé Job de son bien-être matériel, - a ruiné ses troupeaux, pendant la fête il a détruit la maison de Job, à la suite de quoi 10 enfants du juste sont morts. En un instant, Job s'est retrouvé sans toit, sans son gagne-pain et sans les membres de sa famille proche et chère. Il est difficile d'imaginer ce que le juste Job a vécu, mais il est resté fidèle à Dieu et à sa Providence. Le diable, voyant que par une telle destruction il n'a pas réussi à faire en sorte que Job se détourne de Dieu, a demandé pour la deuxième fois au Tout-Puissant de tester la santé de Job lui-même. Le Seigneur lui a donné cette opportunité, mais s'il a permis que le corps de Job soit touché, il n'a pas permis au diable de toucher son âme. Le diable a envoyé une terrible maladie, la lèpre, sur l'homme juste. Et maintenant, cet homme, aisé dans tous les sens du terme, était assis seul sur le sol, en décomposition, saupoudrant sa tête de cendres en signe de son péché et de sa disposition à accepter n'importe quelle croix de Dieu. En ne niant pas Dieu, Job a fait honte au diable, qui a mesuré la profondeur de son cœur humain "par lui-même". Mais le Seigneur, voyant la profondeur de l'amour de Job et sa confiance en lui, lui a rendu tout ce que le diable avait détruit - santé, famille, enfants et biens.

 

Pourquoi ai-je mentionné cette histoire biblique ? Pour que nous puissions comprendre que les démons font partie d'une armée de pacificateurs. C'est Adam qui leur a donné le droit de diriger ce monde ! Par Dieu, il a été fait roi sur toute la terre, sur le monde végétal et animal. Mais lorsqu'Adam s'est détourné de Dieu et a obéi au diable au Paradis, il s'est ainsi soumis au diable et lui a cédé sa position royale sur terre. C'est pourquoi nous appelons le diable un gardien de la paix. Mais ce n'est pas l'apostasie d'Adam que Dieu a maudit, mais la terre. Elle a souffert pour le péché de l'homme originel. Pourquoi - nous en parlerons plus tard. En plus de la terre, Dieu a maudit le diable, qui par son envie et ses mensonges a conduit Adam à tomber dans le péché. La malédiction de Dieu rend le ciel complètement inaccessible au diable - le chemin qui y est tracé lui est fermé à jamais. Le pardon de Dieu est également inaccessible au diable. Après ce qui s'est passé au Paradis avec Adam et Eve, la nature du Diable a été encore plus endommagée que la nature humaine. Le diable s'attendait à ce qu'après la chute, Dieu maudisse sa meilleure création - les humains originels - maudissant ainsi une partie de lui-même. Lorsqu'il n'a pas réussi à le faire, les premiers humains, avec leurs âmes créées par Dieu, sont devenus aussi haineux envers le diable que Dieu lui-même l'était envers lui en tant que partie à part entière de lui. L'envie et la rancune du diable se sont encore renforcées. Détruire, anéantir, rayer l'être humain de la surface de la terre est la tâche principale du diable et de ses serviteurs dans ce monde. Mais le Seigneur ne lui permet pas de le faire, car Lui seul, le Créateur de tout et de rien, possède la plénitude de l'être et de la puissance les plus parfaits. Dans la conversation avec Moïse sur la montagne, Dieu se révèle et s'appelle lui-même : "Je suis Lui" (Ex 3,14), c'est-à-dire qu'il concentre en lui un être parfait qui n'a pas commencé et ne cessera pas.

 

Nous appelons les anges et les démons des esprits, mais dans un sens différent de celui que nous donnons à l'Esprit de Dieu. "Dieu est Esprit", déclare Jean le Théologien, "et il respire où il veut". Dieu est non-virtuel, infini, suprême.  Et les créatures de Dieu qu'il a créées - les anges, l'âme humaine et les démons - ont leur propre forme, apparence, propriétés, "pouvoirs", habitat, "droits et devoirs".

 

Ces points importants dans la compréhension du monde devraient être progressivement mis dans la tête de chacun, et comprendre que notre combat sur cette terre ne devrait jamais être dirigé contre d'autres personnes, mais contre les mauvais esprits invisibles, qui les poussent à agir de cette façon, et non autrement.

 

Alexander Notin

 

http://pereprava.org

Alexander Ivanovich Notin est une personnalité russe, historien, diplomate. Responsable de la communauté culturelle et éducative "Pereprava". Chef du groupe d'investissement Monolit, assistant du gouverneur de la région de Nijni-Novgorod, V.P. Shantsev. Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>