Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

politique

Alexander Dmitrievsky : Le terrorisme comme mode de pensée (Club d'Izborsk, 19 février 2021)

20 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Politique, #Russie

Alexander Dmitrievsky : Le terrorisme comme mode de pensée  (Club d'Izborsk, 19 février 2021)

Alexander Dmitrievsky : Le terrorisme comme mode de pensée

 

19 février 2021

 

https://izborsk-club.ru/20687

 

 

La tentative d'assassinat du commandant de bataillon de la milice populaire de la RPD de Sergey Popov à Horlivka et le sabotage du gazoduc à Louhansk montrent que Kiev ne va pas renoncer à la pratique de la terreur contre les républiques du Donbass. Néanmoins, les tentatives de la partie ukrainienne d'intimider les habitants de la région minière indisciplinée se révèlent infructueuses.

 

Avec notre correspondant spécial au sein du DNR, nous allons essayer de comprendre l'anatomie de l'anarchie néo-anderovienne.

 

L'escalade de février

 

Le matin du 15 février, à Gorlovka, une voiture transportant le commandant du bataillon DNR AM Sergei Popov (indicatif d'appel "Long") et sa fille, qu'il emmenait à l'école, a explosé. Un engin explosif a explosé sous le siège du conducteur, ce qui a valu à Popov de multiples blessures par éclats d'obus dans les jambes et à sa fille une commotion cérébrale. L'incident a été qualifié par les forces de l'ordre comme un acte de terrorisme, l'une des raisons probables étant la vengeance de la partie ukrainienne pour la mort, la veille, de trois soldats de l'AFU qui avaient explosé sur une mine près du village de Novoluganskoye dans l'arc de Svitlodarsk.

 

Le même jour, dans la soirée, à Malaya Verhunka, une zone située à la périphérie nord-est de Louhansk, une explosion s'est produite au niveau d'un gazoduc, privant les habitants du village de Veselenke, en première ligne, de chaleur pendant plusieurs heures. Étant donné qu'il s'agit du deuxième incident de ce type dans la LNR depuis le début de l'année (un mois exactement plus tôt, le gazoduc près du village de Glafirovka dans le district de Lutuga avait explosé, laissant plus de dix mille clients, y compris le système de chauffage et les hôpitaux, sans gaz), ainsi que la géographie de l'incident (il y a plusieurs installations importantes du système de transport de gaz à Maly Vergunka), il ne fait aucun doute que les saboteurs envoyés par Kiev en étaient responsables.

 

Seulement deux incidents en un jour, et cela ne tient pas compte de la fréquence croissante des bombardements de l'artillerie ukrainienne sur les districts de première ligne de Donetsk, Horlivka et d'autres zones résidentielles des républiques du Donbas. Les logements sont détruits, les infrastructures sociales sont endommagées et les civils perdent leur santé - certains à cause des éclats d'obus, d'autres à cause du stress. Tout cela se déroule dans un contexte de rhétorique belligérante accrue de la part de Kiev et de tiraillement démonstratif des unités des forces armées ukrainiennes vers la ligne de démarcation : il est difficile d'évaluer la probabilité d'une nouvelle escalade de la situation, mais nous pouvons dire avec certitude que la partie ukrainienne a une fois de plus décidé de faire pression sur les habitants des républiques populaires de Donetsk et Louhansk par une vague de terreur. Et ici, il ne fait guère de doute que tout cela est fait sur l'ordre des maîtres étrangers du leadership ukrainien.

 

Diagnostic : "terrorisme".

 

Pour comprendre pourquoi l'Ukraine se comporte comme elle le fait, il est nécessaire de répondre à la question de savoir ce qu'est le terrorisme. Paradoxalement, l'essence sous-jacente du terrorisme est la construction d'un système de valeurs parallèles à celles déjà présentes dans la société, créant des normes de moralité et de droit qui font appel à certains absolus et à des idéaux de justice abstraits et pervertis. La violence dans ce cas est le résultat de l'existence d'un tel système de normes et de valeurs : aucune société saine ne tolérerait un tel parallélisme. J'anticipe l'objection selon laquelle l'ensemble parallèle de normes réglementaires est la loi des voleurs, mais il y a une nuance ici : les concepts criminels s'appliquent exclusivement à l'environnement criminel. En d'autres termes, une personne qui n'en fait pas partie n'est pas obligée de leur obéir. En outre, la victime d'un empiètement a tout à fait le droit de se défendre, et cela ne peut lui être imputé. Si vous vous brûlez, c'est de votre faute : choisissez celui qui est apte à occuper le poste.

 

Les terroristes ont une approche différente. La morale terroriste s'applique à tous, et si vous ne partagez pas les aspirations des terroristes, c'est déjà une raison suffisante pour traiter avec vous afin que les autres soient discrédités. Et si vous osez également vous y opposer, il n'y aura aucune pitié non seulement pour vous, mais aussi pour vos proches. Les appels à certaines valeurs élevées (du point de vue des terroristes !) peuvent justifier tout outrage : un groupe terroriste confère lui-même le droit d'être un tribunal extraordinaire, combinant le rôle d'enquêteur, de juge et de bourreau, mais il n'assume pas la tâche d'avocat. Mais de quel type de défense pouvons-nous parler si, de leur point de vue, résister aux terroristes est le plus grave des crimes ? Un exemple frappant est le meurtre de l'empereur Alexandre II, que les terroristes eux-mêmes ont cyniquement appelé "l'exécution du tsar".

Le plus triste, c'est que bien avant 2014, l'Ukraine était malade du terrorisme. Il convient ici de rappeler le vieux problème du lac qui se remplit de bois mort en trente jours alors que le nombre de bois mort par jour augmente exactement deux fois. Ce problème pose la question de savoir quand le lac sera à moitié envahi par la végétation. Je ne vais pas ennuyer le lecteur avec un calcul très simple : cela se produira au soir du vingt-neuvième jour. Ceux qui aiment les mathématiques comprendront tout de suite que la quantité de boue de rivière pendant les trois premières semaines a augmenté de façon très insignifiante, et à tel point qu'on ne pouvait pas la voir à l'œil nu. Cependant, le processus se développait très intensément, de sorte que l'observateur l'aurait remarqué alors que rien ne pouvait être fait !

 

Après 1991, les idées de terrorisme ont été activement cultivées dans la société ukrainienne. En même temps, leurs principaux agents n'étaient pas des groupes néo-Anderov radicaux, qui en raison de leur petite taille et de leur marginalité ne pouvaient pas remplir cette fonction, mais des plateformes beaucoup plus inoffensives. Par exemple, l'artiste et dramaturge notoire Les' Poderyanski est devenu célèbre non seulement pour ses pièces obscènes, mais aussi pour être propriétaire du populaire site web Ukrainian Terrorist Thought, qui est resté inactif pendant de nombreuses années. Le site, comme le reste de l'œuvre de Poderwianski, était plutôt épatant, mais sa devise était la phrase : « Le terrorisme est une façon de penser ! » Il est superflu de dire à quoi ont abouti ces "jouets" à la fin de l'hiver 2014.

 

La route qui mène nulle part

 

La question se pose de savoir dans quelle mesure la pratique de la terreur est efficace contre la population du camp contre lequel on lutte. L'histoire montre clairement qu'il est peu probable de démoraliser l'ennemi et de briser sa volonté de résister de cette manière, mais il est facile de mettre en colère ceux qui sont déjà en colère contre vous. Un exemple frappant est le bombardement de tapis de la Seconde Guerre mondiale : on a constaté que dans toutes les villes qui y ont été soumises, le soutien de la population au gouvernement n'a pas diminué, mais au contraire, il a fortement augmenté. Cela semble paradoxal : des quartiers entiers sont pratiquement balayés par la tornade de feu, mais personne ne descend dans la rue pour demander des concessions à l'ennemi en échange de la fin des souffrances. De plus, souvent, ces "pacifistes" ont été remis à leur place par les victimes mêmes du raid, d'une manière très démocratique, mais pas très humaine. La raison est simple : en cas de catastrophe, la seule façon de survivre est d'être solidaire avec les autorités en place.

 

Il suffit de se rappeler les bombardements de tapis de temps plus récents, comme celui de la Yougoslavie en 1999. Les raids aériens de l'OTAN et les morts et destructions qu'ils ont causés n'ont pas été un facteur démoralisant pour les Serbes qui ont continué à défendre le Kosovo, leur territoire sacré : les Kosovars, qui étaient d'ailleurs soutenus par l'Alliance de l'Atlantique Nord par voie aérienne, ont été repoussés avec succès. Malgré les pertes énormes, le peuple était prêt à se battre et a soutenu Milosevic, mais la paix de capitulation qu'il a signée a été en fait la principale raison de la "révolution des bulldozers" qui a suivi un an plus tard. C'est ainsi que les êtres humains sont construits, ils sont prêts à subir n'importe quel type de privation tant qu'il existe un pouvoir sur lequel ils peuvent compter, dans lequel ils voient leur protecteur. Mais dès que ce pouvoir se relâchera, attendez-vous à des troubles.

 

Par conséquent, la terreur ukrainienne contre la population de la DNR et de la LNR est totalement peu prometteuse. Tout d'abord, la direction des républiques bénéficie malgré tout du soutien de l'écrasante majorité des habitants. Oui, on lui adresse souvent des critiques justes, mais, excusez-moi, ce n'est pas l'œuvre de Dieu, et les conditions ne ressemblent en rien à celles d'une serre, si bien que les gens et les autorités se comprennent mutuellement. Deuxièmement, si un système de gestion a été mis en place, il ne peut être détruit par le meurtre d'un individu : dans les premiers mois de la guerre actuelle, le meurtre du commandant, sur lequel tout le leadership était lié, pourrait encore causer des dommages critiques à la milice, mais la verticale de gestion qui a été formée est précisément conçue pour fonctionner indépendamment de l'échec d'un chef individuel. Enfin, le printemps 2014 a été le point de non-retour pour les habitants du Donbass : que vous aimiez ou non les responsables n'a aucune importance, mais il n'y a pas de retour en arrière. Cela signifie que vous devrez défendre votre choix, ce qui n'est possible que si vous êtes solidaire des autorités, car la paix au prix de la défaite est comme la mort. Il faut également noter que personne n'est forcé dans les républiques : ceux qui voulaient "voter avec les pieds" l'ont fait depuis longtemps déjà.

 

P. S. Tout le monde connaît les célèbres paroles du professeur Preobrazhensky dans « Un cœur de chien » sur l'endroit où se trouve la ruine. Cependant, une autre idée non moins prophétique lui appartient : "La terreur ne peut rien faire à l'animal, quel que soit le stade de développement qu'il ait atteint.

 

Alexander Dmitrievsky

 

Alexander Vladimirovich Dmitrievsky (né en 1974) est un historien, publiciste, vétéran du mouvement russe dans le Donbass. Il est un expert régulier du Club Izborsk de Novorossie.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Alexandre Douguine : Tout a changé à 180 degrés en Arménie (Club d'Izborsk, 15 février 2021)

15 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Asie, #Guerre, #Iran, #Russie, #USA, #Politique

Alexandre Douguine : Tout a changé à 180 degrés en Arménie  (Club d'Izborsk, 15 février 2021)

Alexandre Douguine : Tout a changé à 180 degrés en Arménie

 

15 février 2021

 

https://izborsk-club.ru/20652

 

 

- Alexandre G. Douguine, nous voyons que la situation en Arménie après la signature par le Premier ministre Pashinyan de la déclaration trilatérale sur le Karabakh est très spécifique. Cela semblait être une voie de choc pour le pays. Nous avons assisté au siège du bâtiment du gouvernement, le Parlement. L'opposition avait formé une sorte de "Mouvement de sauvetage de la patrie" et, jusqu'à la nouvelle année, descendait régulièrement dans les rues d'Erevan pour exiger la démission de Pashinyan. Et maintenant, après une courte pause, les rassemblements continuent. Mais ce que nous voyons. Pashinyan n'a pas pu être évincé. Quelle en est la raison ?

 

- L'échec politique initial de Pashinyan et sa perception de ses voisins ont été son travail avec Soros, sa querelle avec Moscou, qui ont tous conduit à son incapacité à défendre le Karabakh. Ce sont les maillons d'une même chaîne. Il est passé à la coopération avec les mondialistes et n'a donc pas eu confiance en Moscou, les mondialistes l'ont poussé à des scandales avec Poutine et à des actions ignobles. Ainsi, lorsque l'Azerbaïdjan a commencé à restaurer son intégrité territoriale par la force, Poutine l'a perçu assez calmement et l'a même soutenu intérieurement dans un certain sens. Il n'y avait aucun obstacle moral ou psychologique à ce que Moscou accepte de restaurer l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan. Elle correspondait à nos intérêts stratégiques et elle est rationnelle. En raison du comportement de Pashinyan, Bakou a soudainement eu les mains libres pour reprendre le contrôle des territoires précédemment occupés. Elle était importante pour les Azerbaïdjanais, elle ne contredisait absolument pas les intérêts stratégiques de la Russie et était activement soutenue par la Turquie.

 

J'ai été vraiment étonné de la façon dont Pashinian s'est conduit pendant la première moitié de sa présidence. Comme s'il n'était pas du tout arménien. Mais maintenant, après la défaite, le Premier ministre arménien a soudainement changé de position et a commencé à se comporter comme un politicien raisonnable. Avec Moscou, il essaie (bien qu'en principe, sur la base de sa politique précédente, il pourrait même maintenant se lancer dans de nouvelles provocations) d'adoucir la situation, d'établir des relations. Parfois, oui, on entend la dure rhétorique anti-Azerbaïdjanaise, mais elle est beaucoup moins présente, et elle est axée sur le public national, et elle est progressivement retirée de l'agenda international. Pashinyan est désormais bénéfique pour tout le monde, sauf pour les nationalistes arméniens et les mondialistes.

 

La façon dont le Premier ministre agit maintenant, à mon avis, est dans l'intérêt et pour le bien de l'avenir de l'Arménie elle-même. Je pense que le peuple arménien a réalisé qu'à ce stade, le Pashinyan est ce qu'il faut, c'est la façon de résoudre tous les problèmes. Il a apposé sa signature dans le cadre de l'accord de paix, reconnaissant en fait la négation par l'Arménie des revendications du Karabakh et les résultats de la victoire de l'Azerbaïdjan. En outre, il a facilité la poursuite des relations de l'Arménie avec Moscou. Car Moscou se serait retrouvée dans une situation difficile si des nationalistes étaient arrivés au pouvoir qui auraient évincé Pachinien. Dans ce cas, les nationalistes qui sont arrivés au pouvoir en Arménie s'adresseraient à Moscou et diraient qu'ici, nous avons éliminé l'agent de Soros et que maintenant nous rétablissons nos positions. Et puis, il ne serait pas si facile pour Moscou de mener une politique sur le Karabakh. Bien sûr, les Arméniens essaieraient de manipuler Moscou. Des provocations au Karabakh ne seraient pas exclues afin d'entraîner la Russie dans une nouvelle escalade. Cela n'arrivera pas sous le règne de Pashinyan. Il ne veut plus jouer à la guerre. C'est pourquoi il convient à tout le monde en ce moment. Aujourd'hui, l'Arménie, aussi étrange que cela puisse paraître, bénéficie de la paix ; la paix avec l'Azerbaïdjan, avec la Turquie, avec la Russie. C'est sa chance, une chance d'essor économique, une chance de résoudre tous les problèmes. Pashinian se montre aujourd'hui comme un homme politique, flexible et guidé par les intérêts de l'Arménie. Il a réussi à s'arrêter en temps voulu.

 

- Les organisations Soros en Arménie se dressent maintenant contre Pashinyan. Apparemment, quelque chose a mal tourné pour Soros qui aurait amené le "premier ministre de velours" au pouvoir en Arménie et Pashinyan est maintenant un "déchet" pour lui ?

 

- Précisément. C'est pourquoi les structures de Soros avec lesquelles Pashinyan était initialement lié réagissent de cette manière. Maintenant, en fait, le Premier ministre en exercice a toutes les raisons de détruire le nid de Biden-Soros américain dans son pays qui vient de porter un coup énorme à l'Arménie. Chassez Soros du pays. Pashinyan, comme beaucoup, sait ce que vaut le soutien de l'Occident, quel genre d'hôte il est - le plus effrayant de tous les hôtes. Le système est bien connu. L'Occident en profite d'abord et le jette ensuite à la poubelle. C'était avec Saakashvili, Porochenko, ce sera avec Navalny. Ces "protégés" à un certain moment sont simplement remis en une seconde. Pour Soros, ils seront toujours du matériel utilisé, des "travailleurs invités", des indépendants saisonniers - travaillez et sortez. Quiconque traite avec les mondialistes, avec Biden, avec Kamala Harris, avec l'establishment américain actuel et sa structure est condamné, peu importe qui ils sont - géorgien, arménien, syrien, turc, azerbaïdjanais. C'est une marque noire. Ils ne protègent pas les leurs, ils les trahissent, ils en profitent et les jettent.

 

 

Et par conséquent, dès que Pashinyan s'est tourné vers la politique arménienne sensée, Soros s'est immédiatement indigné. Je pense que maintenant Soros va commencer à soutenir les opposants de Pashinyan - les nationalistes extrémistes, le "clan du Karabakh" qui étaient ses ennemis. En Arménie, tout a changé de 180 degrés. Auparavant, les forces nationalistes extrêmes étaient orientées vers la Russie - le "clan du Karabakh", Serzh Sargsyan, avant cela Robert Kocharyan. Ils ont essayé d'accommoder Moscou ; grâce à cela, le statu quo au Karabakh a été en quelque sorte maintenu. Soudain, Pashinian est arrivé, et avec l'aide de Soros, il a pris et détruit ce modèle, perdant ainsi le Karabakh.

 

En fait, selon le plan initial de Soros, la tâche de Pashinyan lors de son arrivée au pouvoir en Arménie était de se rebeller contre la Russie, l'OTSC, après avoir perdu le Karabakh ; il a dû lancer des provocations contre l'Azerbaïdjan, s'indigner du rôle de la Turquie - en général, remplir la stratégie de Soros. Mais il a rapidement changé d'avis : il a signé le traité de paix avec l'Azerbaïdjan et la Russie, a conclu l'accord avec Poutine. Maintenant, Soros, ce vampire, s'arrache ses derniers cheveux séniles. Je pense que maintenant il n'y a pas de pire ennemi pour Soros et l'ambassade américaine, centre de subversion stratégique en Transcaucasie. Il me semble que la direction actuelle des États-Unis ne peut être considérée comme une "organisation terroriste" d'aucune autre manière, elle devrait être assimilée à l'IS (une organisation terroriste, interdite en Russie), et tous les diplomates américains et les responsables de la CIA devraient être expulsés du pays, et tous leurs fonds devraient être fermés le plus rapidement possible. Ce poison, ces éléments terroristes non constructifs ne laisseront personne en paix. Il me semble que l'Arménie sera désormais très vigilante à l'égard de cette idéologie extrémiste. Et maintenant que Soros et Pashinyan entrent dans un grave conflit, je pense que nous devrions soutenir le Premier ministre arménien. Toute alliance peut être positive, constructive, efficace si elle est d'une manière ou d'une autre en opposition avec les réseaux mondialistes. C'est la voie de la victoire dans toute situation géopolitique. Ilham Aliyev l'a toujours très bien compris ; Erdogan l'a toujours très bien compris ; l'Iran l'a toujours très bien compris. Si les Arméniens comprennent cela, ce serait bien. Les derniers qu'il faut convaincre sont les Géorgiens qui sont aussi des gens merveilleux, orthodoxes, merveilleux, dans leur essence et leur culture très proches des Russes qui sont devenus les otages des stratégies libérales, de la tromperie, des provocations, qui ont cru aux vrais sadiques et aux meurtriers de l'atlantisme. Je pense que l'une des tâches les plus importantes pour l'Azerbaïdjan victorieux et l'Arménie en voie de redressement, à la lumière des résultats du règlement du Karabakh et du mouvement de la région vers la paix, sera de convaincre la Géorgie que continuer à être dirigée par les Américains n'est pas seulement une voie vers nulle part, mais une voie vers la fin de la Géorgie. Je pense que nous devrions tous, les pays eurasiens, agir ensemble maintenant, chercher notre place dans le monde multipolaire complètement nouveau, ce que fait déjà activement Ilham Aliyev, qui est pleinement soutenu par la Russie et ce que l'Arménie approche progressivement au prix d'erreurs colossales, de dommages à ses intérêts.

 

- C'est-à-dire l'opposition en Arménie, qui repose sur le "clan du Karabakh", les nationalistes, appelant aujourd'hui à la vengeance - le nommé, mais il semble, plus le chef symbolique de l'opposition - l'ancien ministre de la défense d'Arménie, l'un des fondateurs du mouvement séparatiste du Karabakh Vazgen Manoukian, Robert Kocharian, Robert Kocharyan, qui a annoncé son retour à la "grande politique" et qui a en fait prétendu être "la personne compréhensible et forte", le "manager professionnel" que les gens attendent pour arriver au pouvoir, n'est qu'une fiction... Il s'avère que les nationalistes actuels, les revanchards, les représentants du "clan du Karabakh" n'ont aucun avenir en Arménie...

 

- Hier, les politiciens qui ont fait référence au soi-disant "clan du Karabakh" étaient nos alliés. Mais aujourd'hui, ils deviennent nos ennemis - c'est la politique. Rien de personnel. Je pense que maintenant que le projet "Pashinyan" de Soros a échoué en Arménie, les mondialistes vont essayer d'entrer en Arménie par le "clan du Karabakh". Pas par Pashinyan, mais exactement par le "clan du Karabakh". En même temps, je pense que dans un avenir proche, une nouvelle force nationale doit apparaître en Arménie. Elle est tout simplement nécessaire et inévitable. Que cette force soit opposée à Pashinyan, mais elle ne doit pas être atlantiste. Mais je crains qu'il ne soit pas facile de parvenir à une telle force. Si le Premier ministre arménien changeait radicalement de cap politique, je pense que ses plus ardents opposants, les nationalistes, le "clan du Karabakh", se tourneraient vers les Américains, Soros, pour leur demander de l'aide et ainsi tenter à nouveau de mener l'Arménie dans ce cercle vicieux. Par conséquent, un nouveau pouvoir doit apparaître en Arménie.

 

Pour tout pays de l'espace post-soviétique et pas seulement l'alliance du nationalisme, du libéralisme et de l'orientation vers les Etats-Unis conduit (et c'est une conséquence naturelle) à la perte de territoires. C'est vrai pour tout le monde. Nous l'avons également constaté dans l'histoire de l'Azerbaïdjan - lorsque le Front populaire libéral-nationaliste est arrivé au pouvoir au début des années 1990, l'Azerbaïdjan a alors perdu le Karabakh. Lorsque les nationalistes ukrainiens, soutenus par l'Occident, sont arrivés au pouvoir à Kiev, ils ont perdu la Crimée et le Donbass. C'est la loi. Et les représentants du "clan du Karabakh" devraient se rendre compte de l'effet de cette loi. Qu'ils n'ont une chance de rester une force politique en Arménie qu'en gardant l'orientation eurasienne et en rejetant Soros. Oui, le "clan du Karabakh" a aujourd'hui des ambitions. Mais ils ne pouvaient pas faire face à 30 ans lorsque le Karabakh était entre leurs mains, ils ne pouvaient rien offrir à la population, aux voisins ou à qui que ce soit d'autre. Ils ont eu une chance, ils ont essayé et ont échoué. Cela signifie qu'il y a une crise profonde dans le mouvement national arménien lui-même. Tout n'est pas arrivé par hasard - nous avions le Karabakh, et bêtement nous l'avons perdu - donc il y a quelque chose qui ne va pas dans l'idée elle-même. Et maintenant, nous devons travailler sur les erreurs, mais pas jeter toutes les forces pour renverser Pashinyan. Pashinyan n'a fait ici que formaliser la crise fondamentale de l'idée arménienne.

 

- Le déblocage des liens entre le transport et l'économie est la prochaine étape sur la voie du Karabakh, prise pour mise en œuvre. En même temps, en Arménie, y compris les fonctionnaires, on entend périodiquement des thèses selon lesquelles tout ce dont les parties ont convenu pour le règlement du Karabakh, y compris le déblocage des liens économiques et de transport, est dans l'intérêt de l'Azerbaïdjan et de la Turquie uniquement. Cela semble assez étrange, si l'on considère que c'est l'Arménie qui est bloquée depuis environ 30 ans et ne peut pas participer à des projets mondiaux...

 

- Que peuvent dire d'autre les vaincus ? En réalité, l'Arménie devrait être épargnée maintenant. Le vrai gagnant est celui qui commence à traiter le vaincu comme un allié. Nous devons simplement ignorer ces déclarations, comprendre ce qui les déclenche. C'est une réaction douloureuse, alors laissez-les parler. La sagesse d'un vrai homme politique, et Aliyev est un vrai homme politique, est de ne pas prêter attention aux bagatelles et de faire des actes, de montrer ce qui sera, non par des mots mais par des actes. L'Azerbaïdjan a repris le contrôle de ses territoires, et la partie du Karabakh contrôlée par les forces russes est également reconnue par tous, y compris la Russie, comme faisant partie de l'Azerbaïdjan. Il n'y a aucun doute à ce sujet. Et c'est pourquoi l'Azerbaïdjan doit maintenant mener le processus de paix avec calme, confiance, sans prêter beaucoup d'attention à certaines formulations. Maintenant, il doit faire des affaires. Comme il s'est montré dans la restauration de l'intégrité territoriale. Aliyev l'a pris et l'a fait tranquillement. Ce sont les actes qui comptent, pas les mots. L'Azerbaïdjan doit maintenant s'orienter vers le déblocage des transports et des liens économiques, pour garantir les droits de la population arménienne au Karabakh, pour montrer que les Azerbaïdjanais ne sont pas seulement un changement du nationalisme arménien vers le turcisme, mais qu'il s'agit d'un système politique responsable, profond, fort, ouvert, inclusif, véritablement respectueux des droits des peuples, et qu'il remplace ce modèle nationaliste radical qui y dominait auparavant. Cela doit être prouvé. Il est vraiment nécessaire de relier directement la Russie à l'Arménie par différentes nouvelles communications, la Turquie à l'Azerbaïdjan, l'Arménie à l'Azerbaïdjan, l'Iran. Il est nécessaire de développer ce bloc pour le rendre amical, dans l'intérêt de tous les pays de Transcaucasie, ce doit être une stratégie gagnant-gagnant.

 

Le déblocage des liens transport-économie sera bénéfique pour tous les pays de la région, il ouvrira une nouvelle page. Toutefois, elle sera particulièrement bénéfique pour l'Arménie. Parce que tous les pays de la région, contrairement à l'Arménie, ont accès aux autres pays par voie maritime ou terrestre. Seule l'Arménie se trouve bloquée, dans une impasse. C'est, en fait, la tragédie du pays. Et le déblocage des communications de transport, l'établissement de relations normales avec l'Azerbaïdjan et la Turquie, la possibilité d'une intégration directe dans toutes les directions est une chance pour une explosion positive de l'économie arménienne. Il s'agit de la prospérité économique, sociale, politique, diplomatique et culturelle du pays.

 

La véritable chance de vaincre votre ancien ennemi, de vous en faire un ami sans vous réjouir de votre victoire. C'est une chose très subtile. Mais les Turcs n'auraient jamais créé leurs grands États s'ils ne savaient pas comment s'y prendre. Aucun grand État n'est jamais créé sans que le souverain ait cette compétence. Et la Turquie n'aurait jamais créé l'Empire ottoman. Toute puissance forte comprend parfaitement combien il est important d'avoir des amis. Et le prix d'une véritable amitié eurasienne sera le prix de la prospérité pour l'Arménie, qui doit tirer un maximum de profit du déblocage de toutes les barrières économiques et commerciales qui font obstacle à la renaissance de l'économie et de la société arméniennes.

 

- Depuis de nombreuses années, les experts parlent de l'axe Moscou-Bakou-Ankara qui est en train de naître. Dans quelle mesure s'est-elle manifestée aujourd'hui au détriment du règlement du Karabakh ?

 

- Elle se manifeste très bien. La situation au Karabakh a parfaitement montré qu'elle n'est pas seulement imminente, elle existe. Peu importe à quel point la Russie a été poussée par ses ennemis dans le conflit avec l'Azerbaïdjan pendant la guerre du Karabakh, combien de fois les structures russes ont crié que les Turcs venaient ici, elles ont montré du doigt le défilé militaire à Bakou avec la participation de la Turquie, ont crié que c'était la victoire des Turcs contre les chrétiens, ont montré les vidéos montées en chromakey dans les studios américains. Peu importe le nombre de ces provocations, la Russie est si sérieuse au sujet de cet axe, Moscou-Bakou-Ankara, que rien, pas même l'abattage accidentel d'un avion par l'Azerbaïdjan vers la fin de la guerre, n'a fait changer la situation. Et rappelez-vous l'incident de l'avion de chasse russe abattu par la Turquie. Le fait que les États aient aplati ces situations montre que Moscou et Poutine prennent personnellement très au sérieux la ligne stratégique Moscou-Bakou-Ankara et continueront à avancer dans cette direction. Nous avons déjà vu cet axe en action alors que nous nous attendions à une guerre avec la Turquie ; après le même avion, après l'assassinat de notre ambassadeur, même de sérieux désaccords sur Idlib ou la Libye ne nous ont pas conduits à une confrontation directe avec les Turcs. C'est très, très grave. Quant au rapprochement entre Aliyev et Poutine, c'est une véritable épopée. Deux leaders visionnaires forts, qui ont amené leurs propres pays et peuples à des positions offensives, ont exécuté de nombreux événements grandioses, bien sûr, leur rapprochement a créé un lien indissoluble.

 

En même temps, je ne peux m'empêcher de constater qu'il existe un autre axe qui, en principe, ne doit pas être oublié. Il s'agit de l'axe Moscou-Erevan-Téhéran. Moscou perçoit les Arméniens et les Iraniens comme ses alliés et des alliés très proches. Et malgré les provocations de Soros qui étaient visibles pendant la présidence de Nikol Pashinyan, cet axe existe. Et ici, il est important que ces deux axes ne soient pas en conflit, et nous pouvons les harmoniser. Nous devons nous rappeler que la Turquie et l'Iran ont des désaccords ainsi que beaucoup de choses en commun. Ankara-Téhéran n'est pas une zone d'inimitié, mais une zone de rivalité historique, tout comme avec la Russie. Les relations de l'Iran avec l'Azerbaïdjan sont également un fait historique. L'Iran est un facteur crucial dans l'ensemble de la politique régionale, et la stabilité et la prospérité de la région dépendent de la manière dont l'Azerbaïdjan et la Turquie gèrent leurs relations avec l'Iran. Ici, nous devons être très attentifs.

 

Il ne fait aucun doute que l'axe Moscou-Bakou-Ankara attend de nombreux défis. Plus les États seront proches, plus les défis seront également nombreux sur la piste du Karabakh. Il est nécessaire de montrer tout le temps sa vitalité. Cet axe est à bien des égards le contraire de l'atlantisme, du mondialisme, c'est l'axe des Etats indépendants forts comme le contraire de la pression occidentale. Et ce n'est qu'en renforçant la coopération entre les pays de la région que nous pourrons faire face aux nouveaux défis. Comme je l'ai dit, il y aura d'autres provocations de la part des agents d'influence atlantistes. Ils seront partout, dans tous les pays, ils essaieront par tous les moyens de déformer la réalité. Il est très important d'isoler cette influence. Les agents d'influence vont essayer d'entrer en conflit avec nos pays, ils vont dire à certains politiciens qu'ils iront avec Ankara au lieu de Moscou, parce que la Turquie est beaucoup plus importante que la Russie, ils vont essayer de soutenir le séparatisme en Azerbaïdjan méridional iranien et ainsi de suite, et ils vont essayer de poursuivre la guerre avec les Arméniens. Ceux qui vont maintenant essayer de détruire cet axe Moscou-Bakou-Ankara, d'accuser les voisins - ce sont des agents d'influence, des représentants des structures de Sorosov. N'ayant finalement pas réussi à faire face à l'Arménie, ils pourraient essayer de passer par l'Azerbaïdjan. Il est très important que les patriotes azerbaïdjanais, les porteurs profonds de l'identité azerbaïdjanaise, comprennent la situation dans laquelle nous nous trouvons, qu'ils la surveillent. Il existe en Azerbaïdjan des forces intellectuelles et analytiques très sérieuses et très influentes, mais il y a aussi des "subversifs". C'est pourquoi, aujourd'hui plus que jamais, il est important que le président s'appuie sur de vrais patriotes, des personnes, propres à tout engagement dans les structures mondialistes.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement eurasien international. Membre fréquent du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

"Soros, ce vampire, s'arrache ses derniers cheveux séniles." (Alexandre Douguine). Dessin (détail): Ben Garrison.

"Soros, ce vampire, s'arrache ses derniers cheveux séniles." (Alexandre Douguine). Dessin (détail): Ben Garrison.

Lire la suite

Leonid Ivashov: entretien avec Elena Khomullo (Pravoslavie, 2 décembre 2015)

12 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Guerre, #Russie

Leonid Ivashov: entretien avec Elena Khomullo  (Pravoslavie, 2 décembre 2015)

"UN ÉTAT FORT N'EST PAS SEULEMENT CRAINT MAIS AUSSI RESPECTÉ"

Le général Leonid Ivashov sur les derniers événements dans le monde

 

Elena Khomullo

 

Dans l’entretien d'aujourd'hui avec le général Leonid Ivashov, expert en géopolitique et en relations internationales, nous avons abordé un certain nombre de questions d'actualité liées aux derniers événements : l'avion russe abattu par l'armée de l'air turque et la détérioration des relations russo-turques. Il a également été question d'un scénario possible sur l'évolution de la situation dans le monde.

 

 

- (EN) Monsieur le Président, deux semaines seulement se sont écoulées depuis notre réunion, mais la situation mondiale a changé assez sérieusement. Première question à ce sujet : est-il possible de mener une quelconque politique dans un monde en mutation aussi rapide ? Et pouvons-nous tous, d'une manière ou d'une autre, influencer ces processus, ou est-ce une affaire réservée aux professionnels : les diplomates et les personnes au pouvoir ?

 

- Tout d'abord, il doit s'agir d'une politique cohérente et constante, ce qui est exactement ce que la Russie a fait ces dernières années. La première orientation est la formation d'une nouvelle structure mondiale : l'Union eurasienne, l'organisation de Shanghai et le groupe de pays BRICS. Cette politique doit être poursuivie, mais avec plus de persévérance.

 

Deuxièmement, la Russie doit intensifier ses efforts pour préserver les mesures juridiques internationales, en particulier le système de sécurité international, pour revenir au domaine juridique, à la politique réelle, et ce non seulement par notre participation aux attentats à la bombe contre des organisations terroristes, mais aussi en organisant des conférences internationales sur le futur ordre mondial.

 

La troisième voie consiste à promouvoir nos valeurs spirituelles en politique, en économie et dans la communauté internationale en général. Condamner ce que fait l'Occident (il y a déjà beaucoup de faits), promouvoir, avant tout, les valeurs culturelles et civilisationnelles orthodoxes slaves et, en général, russes, corriger l'état interne de l'État et de la société russes.

 

Et enfin, pour renforcer les forces armées. Nous avons enfin compris que nous n'avons pas seulement des amis, mais aussi des rivaux et des ennemis. C'est pourquoi il est nécessaire de renforcer nos arrières, notre sécurité nationale et nos forces militaires.

 

Et ce n'est pas seulement l'affaire des politiciens et des diplomates. Les gens ordinaires doivent également être impliqués dans ce processus. Comment ? En soutenant les mesures et les actions positives que la Russie prend sur la scène internationale ; en mettant à bas ceux qui s'opposent à ces politiques, en particulier les libéraux. Peut-être un endroit pour faire pression sur nos structures de pouvoir, si la politique qu'elles mènent ne correspond pas aux intérêts de la société. S'exprimer activement : organiser des manifestations, des rassemblements contre la politique qui fait peser le fardeau des sanctions sur les gens ordinaires et n'affecte pas l'oligarchie, les grands fonctionnaires, souvent très riches. Et bien sûr, pour diffuser l'opinion des gens aux autorités, au président, afin qu'ils soient conscients des sentiments du public.

 

- Suite à l'incident avec l'avion russe qui a été abattu par l'armée de l'air turque, les relations entre la Russie et la Turquie se sont fortement détériorées. Pouvez-vous évaluer le comportement de la Turquie, de l'Europe et des États-Unis dans cette situation ? Et qui profite de cet état de fait ?

 

- Il faut comprendre que derrière les actions du président Erdogan, il y a d'autres structures qui essaient de construire et de maintenir l'ordre mondial qui leur est bénéfique. M. Erdogan est devenu un outil entre les mains des plus grandes forces.

 

- Faites-vous référence aux États-Unis ?

 

- Nous sommes habitués à blâmer les États-Unis et la politique de leur président. Mais le président américain n'est pas non plus une figure agissant seule. Dans la situation actuelle, le président Obama n'a pas donné à la Turquie le "feu vert" pour agir contre nos avions. Mais il existe de puissantes structures fantômes du capital financier qui tentent de dominer le monde.

 

La Russie doit choisir ses alliés avec soin, chercher de vrais amis - tout d'abord sur la base de points communs spirituels et en tenant compte des leçons historiques

La Russie doit choisir soigneusement ses alliés, chercher de vrais amis - avant tout par communauté spirituelle. Tenir compte des leçons de l'histoire. Chercher ceux qui ne nous ont jamais trahis dans le passé, connaître ceux qui ont toujours été nos adversaires, même s'ils ont parfois été nos amis. Même Pierre le Grand a dit qu'il ne faisait pas confiance aux Turcs, et toute l'histoire des relations turco-russes montre que nous avons toujours été des ennemis, des ennemis. Rappelez-vous combien de guerres la Russie a eu avec la Turquie et combien elles ont été dures et sanglantes. Aujourd'hui encore, Erdogan et sa clique font tout ce qu'ils peuvent pour nuire à la Russie, pour porter atteinte à nos intérêts nationaux quelque part, pour affaiblir ou annuler notre influence. Et nous avons soudain fait de lui un ami !

 

Nous souhaitons que les mesures anti-turques prises par le gouvernement ne soient pas de courte durée. Si nous relevons la barre des sanctions aujourd'hui et la baissons demain, le monde ne nous respectera plus.

 

Ce qui se passe au Moyen-Orient est le résultat de la politique américaine et européenne, et la Turquie est membre de la communauté occidentale. L'entière responsabilité de l'état actuel des choses dans le monde d'aujourd'hui incombe donc aux élites américaines et européennes.

 

La Turquie fait chanter l'Europe avec des réfugiés. Mais les Européens eux-mêmes ont participé à la destruction des "maisons" des peuples du Moyen-Orient. Ils sont responsables de l'émergence de ce monstre, un État terroriste ; ils ont soutenu l'esprit agressif de la Turquie. Et nous ne devrions pas faire attention à ce qu'ils disent à l'Ouest. Et nous ne devrions pas avoir une confiance totale. Bien qu'il soit possible de coopérer - avec les Français, avec les Allemands.

 

Le monde change radicalement aujourd'hui, et la Russie travaille dur pour améliorer le système économique et politique mondial et lancer de nombreux processus positifs. Mais l'oligarchie mondiale a peur de ces changements et engage différentes forces pour s'y opposer - d'abord les nationalistes ukrainiens, maintenant la Turquie.

 

Que pouvons-nous attendre à l'avenir ? Je n'exclus pas que la Turquie commence à attaquer la Syrie.

 

Nous devons être forts spirituellement. Mais aussi un État fort avec une armée forte.

Mais nous devons comprendre l'essentiel : un État fort n'est pas seulement craint, mais aussi respecté. Nous devons être forts spirituellement avant tout, mais nous devons aussi être un État fort avec une armée forte.

 

- Récemment, les députés de la Douma ont proposé aux autorités turques de rendre la Sainte-Sophie de Constantinople à l'Église orthodoxe, en signe de bonne volonté.

 

- Pour rendre Sainte-Sophie aux chrétiens orthodoxes ? Il s'agit d'un coup de pub et rien de plus. C'est impossible aujourd'hui.

 

On peut penser à rendre Constantinople à l'Église orthodoxe et préparer des projets au cas où la Turquie commencerait à se diviser, et c'est un scénario probable. Mais nous devons garder à l'esprit qu'un point aussi important en termes géopolitiques et stratégiques que Constantinople, l'Occident, s'il est fort, ne va pas nous donner. Au fait, pendant la Première Guerre mondiale, les Britanniques et les Français nous ont promis Constantinople et le détroit. Non, il est trop tôt pour inclure ce projet dans la politique réelle.

 

- Saint Cosme d'Aetolie et Saint Paisius de Svyatogorsk ont déclaré qu'une guerre entre la Russie et la Turquie pourrait commencer, ce qui conduirait à une guerre mondiale. De nombreux chrétiens orthodoxes prennent très au sérieux les prédictions de ces saints très vénérés. Que pouvez-vous en dire ? Une guerre entre la Russie et la Turquie est-elle vraiment possible ? A quoi cela peut-il mener ? Qu'arrivera-t-il au monde après cela ?

 

- La guerre est souhaitée par certaines forces en Amérique et en Europe - la capitale bancaire, le pétrole et le complexe militaro-industriel. Ils veulent la guerre, parce qu'ils en tirent d'énormes profits. Mais nous voyons : Obama n'a pas "tapé sur l'épaule" d'Erdogan pour notre avion, et la Turquie n'a pas été soutenue dans l'OTAN. L'Europe a perdu sa volonté de vivre, mais elle a peur de la guerre et comprend que si une guerre éclate entre la Russie et l'Occident, les principales hostilités auront lieu en Europe. Je crois qu'il n'est pas nécessaire de parler de guerre maintenant. Il peut y avoir des provocations, mais il ne doit pas y avoir de grand conflit. Après tout, un affrontement avec la Turquie impliquera l'OTAN (avec sa réticence à entrer en guerre) pour entamer des actions contre la Russie. Que seront-ils ? Je ne crois pas que s'il y en a, ce sera à grande échelle.

 

Donc, je le répète : nous devons être forts d'abord, et ensuite, flexibles en matière de diplomatie militaire.

 

- Y a-t-il vraiment une guerre contre le terrorisme maintenant, ou s'agit-il seulement de régler les relations entre la Russie et l'Occident, et d'utiliser l'ISIS, la Turquie et la Syrie comme monnaie d'échange ?

 

- Le terrorisme n'est pas un phénomène indépendant, mais un outil créé artificiellement pour détruire, tout d'abord, la civilisation islamique, tout comme en Ukraine et dans les Balkans la civilisation orthodoxe slave est en train d'être détruite. Aujourd'hui, il y a un choc des civilisations mondiales. Nous en avons parlé en détail, lors de notre premier entretien. Le monde est déjà divisé en deux parties : il y a une civilisation occidentale et une coalition de civilisations non occidentales qui n'a pas encore été formée, mais qui s'oppose déjà à la civilisation occidentale. Et à l'intérieur de la civilisation occidentale, il y a l'espace anglo-saxon et romano-germanique - l'Europe continentale. Leurs relations ne sont pas si harmonieuses, comme en témoigne la réunion du Conseil de l'OTAN.

 

Nous continuerons à suivre les derniers développements et à consulter le général Leonid Grigorievich Ivashov pour son évaluation et ses commentaires.

 

Général Leonid Grigorievich Ivashov

interviewé par Elena Khomullo

Le 2 décembre 2015.

Lire la suite

Vladimir Ovchinsky : sur les thèses "étranges" de Biden en matière de politique étrangère (Club d'Izborsk, 11 février 2021)

12 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Iran, #Politique, #Russie, #USA

Vladimir Ovchinsky : sur les thèses "étranges" de Biden en matière de politique étrangère  (Club d'Izborsk, 11 février 2021)

Vladimir Ovchinsky : sur les thèses "étranges" de Biden en matière de politique étrangère

 

11 février 2021

 

https://izborsk-club.ru/20641

 

 

Le 4 février, M. Biden a prononcé un discours de politique étrangère devant le Département d'État américain. Les principaux points de discussion se résument à ce qui suit :

 

"L'Amérique est de retour", a déclaré M. Biden. - "Nous sommes un pays qui fait de grandes choses. La diplomatie américaine les rend réels. Et notre administration est prête à assumer ce rôle et à diriger à nouveau".

 

"L'Amérique ne peut plus se permettre d'être absente de la scène mondiale."

 

Par quels moyens Biden va-t-il faire en sorte que l'Amérique redevienne un leader mondial ?

 

Pour "restaurer notre leadership moral (américain)", Biden a signé un décret qui ferait de la protection des droits des membres de la communauté LGBTQI (lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre, queer, intersexuelle) un élément d'une campagne mondiale pour les droits de l'homme relancée.

 

C'est un peu bizarre à dire. Il en va de même pour l'activité politique récente du Parti démocrate américain, surtout en 2020.

 

Russie

 

Biden a été dur avec la Russie, en appelant à la fin de la répression des manifestants et à la libération de Navalny.

 

L'administration de Joe Biden a fait tout son possible depuis le premier jour pour "tenir le régime russe responsable de ses actions hostiles sur tous les fronts". Cela a été annoncé par le porte-parole du Département d'État, Ned Price, lors d'un point de presse le 9 février.

 

Ned Price a ajouté que le Département d'État et le Directeur du Renseignement national "envisagent une série d'actions hostiles" de la part de Moscou, en tenant compte "des actions flagrantes de la Russie dans cette affaire (avec Navalny) et de ses violations des droits de l'homme plus largement.

 

Sur la base des conclusions des agences, des mesures appropriées seront prises à l'encontre de la Russie "dès que possible", a assuré Ned Price.

 

"Je ne voudrais pas fixer de délai, mais je pense que vous nous avez clairement vu prendre un certain nombre de mesures, coordonner nos actions avec nos alliés et partenaires, qui ne laissent aucun doute... sur notre position", a déclaré le porte-parole du département d'État.

 

La première grande affaire anti-Russie sera une enquête spéciale sur la cyberattaque à grande échelle contre SolarWinds, qui a touché plusieurs agences fédérales américaines et des milliers d'entreprises privées.

 

En décembre, les autorités américaines ont découvert que des attaquants prétendument ( ?! - V.O.) liés à la Russie avaient piraté 18 000 comptes clients du logiciel SolarWinds. Selon la communauté du renseignement américaine, l'objectif des pirates était de recueillir des renseignements.

 

Le démocrate Mark Warner, président de la commission du Sénat sur le renseignement, et son adjoint, le sénateur républicain Marco Rubio, ont envoyé une lettre aux dirigeants de la communauté du renseignement américaine, leur demandant d'identifier le chef du groupe de coordination conjoint qui enquête.

 

Parmi les destinataires de la lettre des sénateurs figurent la directrice du renseignement national Avril Haynes, le directeur général de l'Agence nationale de sécurité Paul Nakasone, le directeur du Bureau fédéral d'investigation Christopher Wray et le directeur de l'Agence intérimaire pour la cybersécurité et la sécurité des infrastructures Brandon Wales.

 

S'adressant à la communauté du renseignement, les sénateurs ont noté que la réponse a été "dispersée et non organisée". En conséquence, les sénateurs ont déclaré qu'il y a un risque que les agences fédérales ne fassent pas leur travail.

 

"La menace à laquelle notre pays est confronté à la suite de cet incident exige une direction claire pour développer une stratégie unifiée et désigner un chef de file qui aura l'autorité de coordonner la réponse, d'établir des priorités et d'allouer des ressources", indique la lettre.

 

Chine

 

En parlant de la Chine, M. Biden s'est engagé à "contrer" l'agression de Pékin dans la région, ses crimes économiques et ses violations des droits de l'homme. "Le leadership américain doit répondre à la montée de l'autoritarisme, notamment aux ambitions croissantes de la Chine de rivaliser avec les États-Unis et aux efforts de la Russie pour endommager et saper notre démocratie", a-t-il déclaré.

 

Lors d'un briefing à la Maison Blanche, Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de M. Biden, a signalé un changement de politique important par rapport à la ligne de conduite de l'administration Trump. "Nous n'allons pas essayer de rendre le monde sûr pour les investissements multinationaux", a-t-il déclaré aux journalistes. - Notre priorité n'est pas d'obtenir l'accès de Goldman Sachs à la Chine. Notre priorité est de traiter les abus commerciaux de la Chine qui nuisent aux emplois américains et aux travailleurs américains aux États-Unis".

 

En fait, cette dernière thèse diffère peu de l'approche de Trump.

 

Moyen-Orient

 

À la surprise de nombreux analystes, Biden a accordé peu d'attention au Moyen-Orient dans son discours. Biden n'a pas mentionné une seule fois Israël ou l'accord nucléaire avec l'Iran. C'est pourtant ici, sur la base de l'analyse de toutes les informations publiées dans les médias, que se préparent les décisions les plus radicales, contrairement à celles de Trump.

 

L'administration Biden est divisée sur l'accord nucléaire. Certains la considèrent comme une "priorité urgente" nécessitant une action immédiate, comme l'a dit le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, tandis que d'autres estiment qu'il ne faut pas se précipiter car la question doit être examinée avec soin.

 

La publication américaine Politico a fait état de la division de la politique américaine au sujet de l'accord nucléaire, et a révélé les signaux envoyés par les républicains et les démocrates sur ce qu'ils ont l'intention de faire si Biden fait pression pour un retour à l'accord nucléaire.

 

L'équipe de sécurité nationale de M. Biden estime qu'il faut persuader l'Iran de revenir à ses engagements dans le cadre de l'accord nucléaire de 2015 et ensuite faire pression pour une annexe à l'accord qui impose des restrictions plus strictes. Il s'agit là d'une des principales promesses de politique étrangère de M. Biden, dont la mise en œuvre prendra beaucoup de temps.

 

En outre, ils notent que le principal objectif de l'annexe de l'accord nucléaire est d'étendre les restrictions strictes sur les activités nucléaires de l'Iran, notamment en limitant le niveau d'enrichissement de l'uranium à 3,67% et le nombre de centrifugeuses que Téhéran peut utiliser.

 

Biden, pour sa part, devrait faire un effort diplomatique pour persuader l'Iran de revenir au respect de l'accord nucléaire. Il promet de lever les sanctions qui lui ont été imposées, mais il faudrait alors un nouveau moyen de pression pour contenir les Iraniens. Par exemple, ils devraient recommencer à menacer d'imposer de nouvelles sanctions ou leur proposer certaines mesures pour stimuler la croissance économique.

 

Beaucoup des sanctions laissées par Trump sont devenues une menace sérieuse pour la promesse de campagne de Biden de ramener les États-Unis dans l'accord nucléaire. Avant tout, Biden devrait retirer le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) de la liste des organisations terroristes, ainsi que lever les sanctions imposées à la Banque centrale d'Iran, accusée de financer des milices par procuration au Moyen-Orient.

 

Biden est confronté à un dilemme difficile. S'il élimine les sanctions de Trump, il provoquera une forte opposition, même de la part des démocrates eux-mêmes, compte tenu des craintes croissantes que Téhéran revienne à ses actions hostiles.

 

Mais Téhéran s'efforce de lever toutes les sanctions, ou du moins de retarder l'imposition de nouvelles sanctions, avant de revenir à la table des négociations. En d'autres termes, si M. Biden ne lève pas les sanctions imposées précédemment, cela constituera un obstacle à la résolution de la crise. Ainsi, il sera presque impossible pour Biden de tenir sa principale promesse de campagne, ce qui aura des conséquences à l'intérieur et à l'extérieur du pays.

 

Un autre problème qui pourrait compliquer le processus de négociation est la pression exercée sur l'administration américaine par Israël et ses alliés au Moyen-Orient, menés par l'Arabie Saoudite et les EAU. Leur objectif est de maintenir les sanctions imposées à l'Iran aussi longtemps que possible.

 

Tout cela met l'équipe de Biden dans une position peu enviable. Elle devra procéder avec prudence et lever progressivement les sanctions imposées à l'Iran pour l'inciter à revenir à la table des négociations, tout en ne lui permettant pas d'accroître son influence nucléaire dans la région.

 

Le 27 janvier, la nouvelle administration américaine a réitéré son intention de revenir à l'accord nucléaire dont Trump s'était retiré en 2018, mais le secrétaire d'État américain Anthony Blinken a clairement indiqué que les Américains ne s'assiéraient pas à la table des négociations si Téhéran ne revenait pas à remplir toutes ses obligations au titre de l'accord précédent.

 

Lors d'une conférence de presse à Istanbul, le ministre iranien des affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a rejeté les conditions américaines, déclarant que les Américains demandent à l'Iran de s'abstenir de prendre des mesures pour développer son programme nucléaire jusqu'à ce que Washington lève les sanctions, ce qui pourrait ne pas se produire.

 

L'Arabie saoudite et les EAU ont demandé que les pays du Golfe participent aux futurs pourparlers avec Téhéran, indiquant que le prochain cycle de négociations devrait inclure des questions sur le programme de missiles balistiques de l'Iran et le soutien de Téhéran à ses représentants au Moyen-Orient, y compris les Houtsis au Yémen.

 

Le 30 janvier, le ministère iranien des affaires étrangères s'est opposé à l'ouverture de nouvelles discussions sur le programme nucléaire iranien, ainsi qu'à la modification de la composition de l'accord nucléaire que l'Iran a conclu avec les puissances mondiales.

 

Biden se trouve dans un dilemme. Les sanctions de Donald Trump restent le plus grand défi dans la carrière du nouveau leader américain, qui ne sait pas comment les contourner.

 

L'ancien assistant de Barack Obama, Robert Malley, a été nommé envoyé en chef de Biden en Iran. Mally est un expert de 58 ans sur le monde arabo-musulman et a dirigé ces dernières années l'International Crisis Group.

 

Malley a longtemps démontré sa bienveillance envers le régime iranien et son hostilité envers Israël.

 

Les faucons américains ont écrit une lettre collective à Tony Blinken, le nouveau secrétaire d'État américain, lui demandant de ne pas nommer Malley mais de choisir un candidat plus neutre, avertissant que Malley bouleverserait l'équilibre des pouvoirs au Moyen-Orient et causerait une grande inquiétude aux partenaires américains dans la région - Israël, Arabie Saoudite, EAU, etc.

 

Pourquoi Israël et le monde arabe sont-ils contre Malley ?

 

Robert Malley est le nouveau pacte nucléaire, la levée des sanctions contre l'Iran, la réanimation de la question palestinienne, une position beaucoup plus dure sur les colonies israéliennes en Cisjordanie.

 

Malley est un descendant d’Iranien*. Son père, Simon Malley, journaliste égyptien sympathisant des communistes et du Front de libération nationale algérien et correspondant à l'étranger d'Al Gomhuria, a également été un expert de l'Iran.

 

En 1969, le père de Malley a déménagé sa famille d'Égypte en France, où il a fondé le magazine de gauche Afrique-Asie. Les Malley y restèrent jusqu'en 1980, date à laquelle le président français de l'époque les expulsa à New York en raison de... l'hostilité envers Israël. Et il y a un paradoxe. Un juif séfarade expulsé de France pour antisionisme. Le souvenir de l'exil se retrouve dans tout ce que Robert Malley a fait dans les administrations présidentielles de haut niveau, de Bill Clinton à Barack Obama, en passant par Biden.

 

En 2008, il a même dû démissionner de son poste public au sein de l'équipe de campagne d'Obama lorsqu'on a appris qu'il rencontrait régulièrement des représentants du groupe palestinien Hamas. Le scandale s'est ensuite dissipé et Malley est retourné sous l'administration Obama. À la Maison Blanche, il est devenu un conseiller de haut niveau sur le Moyen-Orient.

 

Voici un récapitulatif de ses états de service. Il a été assistant spécial du président Clinton pour les affaires arabo-israéliennes et directeur des affaires du Moyen-Orient et de l'Asie du Sud au Conseil national de sécurité. Sous la présidence d'Obama, il s'est occupé de l'ISIS et a probablement eu de puissantes interactions avec Al-Qods, supervisant l'International Crisis Group sur les affaires du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. En 2018, avec l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, il en est le chef.

 

Ceux qui ont suivi les publications du Crisis Group et les déclarations publiques de son directeur pendant ces années ont pu avoir l'impression que Malley était celui qui supervisait et guidait Téhéran dans sa lutte contre Trump.

 

Voici une citation : "Si vous êtes l'Iran, les outils dont vous disposez dans votre arsenal sont la capacité d'étendre votre arsenal nucléaire, de stimuler les marchés ou de menacer les pays de la région et la présence américaine dans ces pays. Les outils dont ils disposent, ils les utiliseront en réponse à des pressions qu'ils considèrent comme équivalant à une guerre économique". En fait, l'Iran a toujours mené à bien le programme de Malley.

 

Téhéran s'est battu pour la nomination de Robert Malley comme envoyé spécial pour l'Iran, une question de vie ou de mort, lui consacrant les couvertures des journaux iraniens et convainquant Washington par ses lobbyistes que le succès futur des négociations américano-iraniennes dépendait directement de Malley.

 

Et maintenant, la meilleure partie. Sous l'administration de Barack Obama, Robert Malley était considéré comme un conservateur de l'ISIS, une organisation terroriste internationale interdite en Fédération de Russie. Je veux dire superviser la lutte contre l'ISIS, qui est née et a prospéré pendant les deux mandats d'Obama.

 

Dans le même temps, l'Iran a été entraîné dans l'agenda mondial de l'information comme étant presque le fleuron de la lutte contre l'ISIS dans la région. Et puis l'image du général iranien peu connu Qassem Suleimani, qui est devenu un héros dans la lutte contre l'ISIS et a même fait la couverture de magazines américains, a commencé à être promue.

 

Étonnamment, les vues et le parcours de Malley coïncident avec les vues et l'expérience politique d'autres hauts responsables de l'équipe Biden. Nous parlons du nouveau directeur du renseignement au Conseil national de sécurité, Maher al-Bitar, et du nouveau directeur de la CIA, William Burns.

 

Trump, en revanche, a changé la rhétorique de manière spectaculaire, a effacé le voile héroïque des combattants du terrorisme et a inscrit le Corps des gardiens de la révolution islamique et presque tous les mandataires pro-iraniens - du Hezbollah à l'Ansarullah du Yémen - sur la liste des organisations terroristes, les soumettant ainsi à des sanctions.

 

L'Iran ne pouvait pas combattre l'ISIS seul, et seule l'intervention de la Russie pouvait changer la situation en Syrie. Mais l'Iran lui-même, dans sa propagande officielle, préfère éviter modestement un tel fait immuable.

 

Le premier jour de mandat de Biden s'est avéré symbolique : il y a eu deux attentats suicides à Bagdad. L'ISIS a bien sûr revendiqué la responsabilité des attentats.

 

L'Iran s'est immédiatement tourné vers l'Irak, avec lequel il a eu son propre score récent, et a offert d'aider à combattre l'ISIS avant que la terreur ne s'empare de toute la Mésopotamie.

 

Ainsi, on peut conclure que Robert Malley est déjà à l'œuvre et que l'Iran sera réhabilité dans la lutte contre l'ISIS : les démocrates doivent le retirer de la liste des terroristes et en faire à nouveau une force contre "l'État islamique".

Les premiers jours de Biden à la tête de l'État ont été marqués, entre autres, par une manifestation de masse dans la ville pakistanaise de Karachi, forte de plusieurs millions d'habitants. Un fleuve humain de musulmans a menacé Israël de colère et a chanté son soutien au pauvre peuple de Palestine. Les démocrates sont de retour à la Maison Blanche. Robert Malley fait la loi.

 

Pour Malley, sa principale tâche consiste à transformer le contexte régional en instaurant un dialogue entre l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l'Iran. Il n'est pas difficile de voir qu'Israël est absent du triangle des États, et il n'est pas difficile de prédire que le triangle pourrait aussi essayer de se retourner contre lui, renversant le succès du traité de paix d'Abraham dont Trump et son gendre Jared Kushner étaient si fiers.

 

Le prince saoudien ne devrait pas avoir l'air de se détendre. "En ce qui concerne les droits de l'homme, le président exigera des comptes dans le cas de Jamal Khashoggi (le journaliste brutalement assassiné dans l'enceinte de l'ambassade saoudienne à Istanbul)", a déclaré Malley au Point.

 

Il vaut la peine de mettre la pression sur le président turc Recep Erdogan, car "Joe Biden sera plus solidaire des Kurdes syriens que Trump, ce qui compliquera ses relations avec la Turquie".

 

Et le plus important. Si Donald Trump a fait un pari sur le Moyen-Orient et la région lui a servi en quelque sorte de théâtre d'action (aggravation avec l'Iran, élimination de Qassem Suleimani, soutien aux protestations iraniennes, signature d'un traité de paix entre Israël et les monarchies du Golfe persique, guerre qui a failli commencer à plusieurs reprises, crise humanitaire au Yémen, porte-avions dans le Golfe persique), la nouvelle administration a d'autres priorités en matière de politique étrangère. À savoir, la Chine et la question du changement climatique.

 

"Il y a un consensus aux États-Unis sur le fait que le pays a trop investi au Moyen-Orient sans vraiment faire de profit", affirme Malley. - Le peuple américain est fatigué de l'ingérence américaine dans la région".

 

Comme on peut le voir, la politique de Biden en Iran est planifiée et mise en œuvre par les mêmes personnes qui ont négocié le JCPOA sous Obama et prôné le renforcement du régime fondamentaliste.

 

Le 1er février, l'Iran a testé un nouveau véhicule de lancement spatial. La fusée Zuljana (nommée d'après le cheval du troisième imam chiite Hussein ibn Ali) est une fusée de 25 mètres à trois étages, avec un moteur à combustible solide pour les deux premiers étages et un troisième étage à combustible liquide. Il est capable de transporter une charge utile de 225 kg (496 lb).

 

La poussée de la fusée Zuljan est de 75 kilotonnes, bien plus que ce qui est nécessaire pour mettre un satellite en orbite. Cela rend Zuljana beaucoup plus comparable à un missile balistique intercontinental qu'à un lanceur spatial. Par exemple, le missile balistique intercontinental américain LGM-30 Minuteman III, basé à terre, a une poussée de 90 kilotonnes.

 

"Zuljana est capable d'atteindre une altitude de 500 kilomètres, donc d'atteindre une orbite terrestre basse, tout en étant lancé comme un missile intercontinental ; il a une portée allant jusqu'à 5.000 kilomètres (3.100 miles), en d'autres termes, il peut atteindre la Grande-Bretagne depuis l'Iran.

 

La plupart des reportages sur le lancement de Zuljana n'ont pas du tout reflété l'importance du projet, tant en ce qui concerne les capacités militaires de l'Iran que les intentions du régime, se concentrant plutôt sur le choix d'une date pour l'expérience. Les Iraniens l'ont fait avec défi, violant les restrictions sur leurs activités nucléaires qui leur ont été imposées dans le cadre de l'accord nucléaire qu'ils ont signé en 2015.

 

Les Iraniens enrichissent actuellement de l'uranium à un niveau de 20 %, bien supérieur aux 3,67 % qui leur sont autorisés dans le cadre du "Plan d'action global conjoint" (PAGC).

 

Ils utilisent des centrifugeuses d'enrichissement en cascade avancées interdites dans leur installation nucléaire de Natanz. Ils ont également fait fonctionner des cascades d'uranium avec des centrifugeuses de sixième génération dans leur réacteur nucléaire souterrain de Fordow, ignorant complètement le traité du JCPOA.

 

Ils stockent du concentré d'uranium, le "yellowcake", en quantités beaucoup plus importantes que ce qui est autorisé dans l'accord. Ils produisent de l'uranium métal en violation de l'accord. Enfin, ils ont maintenant testé un véhicule de lancement spatial qui pourrait facilement être transformé en missile balistique intercontinental capable de transporter des armes nucléaires.

 

Ces actions agressives de l'Iran sont présentées par les médias dans le contexte de l'émergence d'une nouvelle administration Biden à Washington. Il est allégué que l'Iran prend ces mesures de défi afin de forcer l'administration Biden à tenir sa parole de ramener les États-Unis au traité JCPOA et de lever les sanctions économiques.

 

En 2018, le président Donald Trump s'est retiré du traité JCPOA et a rétabli les sanctions économiques levées en 2015 avec la signature de l'accord. L'idée de l'Iran, en revanche, est que, craignant ses avancées nucléaires rapides, l'équipe de M. Biden prendra des mesures urgentes pour apaiser le régime.

 

Selon les analystes israéliens, le test de Zuljana a pleinement révélé la profondeur des erreurs stratégiques qui sous-tendent l'accord conçu, promu et négocié par le président Barack Obama et ses principaux conseillers.

 

L'hypothèse stratégique de base qui a guidé Obama et son équipe était que l'Iran était une puissance responsable et devait être considéré comme une partie de la solution - voire comme un élément crucial de celle-ci - et pas du tout comme le principal problème au Moyen-Orient. Le soutien de l'Iran au terrorisme, les guerres que le régime mène par procuration et son programme nucléaire sont, selon eux, les conséquences malheureuses d'un équilibre régional des pouvoirs dans lequel les alliés des États-Unis - notamment Israël et l'Arabie Saoudite - se voient accorder une position trop forte alors que l'Iran est laissé de côté.

 

Sur cette base, Obama a fait valoir que pour stabiliser le Moyen-Orient, il était nécessaire de donner du pouvoir à l'Iran et d'affaiblir les alliés des États-Unis. Comme l'a déclaré le vice-président Biden en 2013, "notre plus gros problème est devenu nos alliés".

 

Obama a fait valoir que le nouveau rapport de force devrait reconnaître les positions de l'Iran en Syrie, en Irak, au Liban et au Yémen. Quant à un programme nucléaire qui viole le traité de non-prolifération des armes nucléaires, signé par l'Iran, il est, selon eux, inévitable et compréhensible. Selon les conseillers d'Obama, étant donné que le Pakistan, l'Inde et, vraisemblablement, Israël possèdent des arsenaux nucléaires, le désir de l'Iran de les acquérir semble également tout à fait raisonnable.

 

Compte tenu de cette position des négociateurs, la légitimation du programme nucléaire iranien fournie par le JCPOA devient compréhensible.

 

Selon les analystes militaires israéliens, l'objectif de l'accord n'était pas du tout d'empêcher l'Iran de devenir une puissance nucléaire. Au contraire, il était destiné à "neutraliser" Israël en délégitimant toute tentative de l'État juif d'empêcher un tel scénario.

 

Pendant ce temps, alors qu'Israël et d'autres alliés américains pourraient être sérieusement mis à mal par ce nouveau rapport de force, Obama et ses partenaires européens ont cru qu'ils seraient eux-mêmes plus en sécurité, puisque, en devenant un hégémon régional stable, l'Iran ne les menacerait pas.

 

Ce n'est pas un hasard si l'article non contraignant du JCPOA demande à l'Iran de limiter la portée de ses missiles balistiques à 2000 kilomètres (1240 miles), ce qui met la plupart de l'Europe hors de portée des États-Unis.

 

De nombreux commentateurs considèrent l'administration Biden comme rien de plus qu'un troisième mandat de l'administration Obama. Et, en ce qui concerne la politique de la nouvelle administration à l'égard de l'Iran, c'est certainement le cas. La politique du président Joe Biden en Iran est planifiée et exécutée par les mêmes personnes qui ont négocié le JCPOA sous Obama.

 

En plus d'Obama lui-même, le principal responsable du JCPOA était le déjà mentionné Robert Malley, qui a mené les négociations avec l'Iran. Dans un article d'octobre 2019 publié dans le magazine Foreign Affairs, M. Malley a exposé son point de vue sur ce à quoi devrait ressembler la politique de l'administration démocrate envers l'Iran. Il a fait valoir que la stratégie de pression maximale de Trump a amené la région au bord de la guerre parce qu'elle était basée sur le fait de donner aux alliés américains, menés par Israël et l'Arabie Saoudite, la capacité de combattre l'agression régionale et le programme nucléaire de l'Iran. En d'autres termes, il est basé sur le rétablissement et le renforcement de l'équilibre régional des pouvoirs qu'Obama a sapé en faveur de l'Iran et au détriment des alliés régionaux de l'Amérique.

 

Dans l'article, Malley a fait valoir que la seule façon d'empêcher la guerre était de revenir au JCPOA et à la politique antérieure d'Obama de renforcer l'Iran aux dépens des alliés des États-Unis, en particulier Israël et l'Arabie saoudite.

 

Mais aujourd'hui, le test de Zuljana a clairement démontré que l'Iran ne partage pas du tout la position de Malley.

 

Quant à la date du test, le Zuljana a été lancé en février 2021 plutôt qu'en octobre 2020, uniquement parce que l'Iran a été dissuadé par Trump et sa stratégie de pression maximale.

 

Selon les analystes israéliens, la perspective d'une guerre a diminué sous Trump. Aujourd'hui, elle augmente à chaque déclaration de personnes comme le secrétaire d'État américain Anthony Blinken ou le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan.

 

Début février, les deux hauts fonctionnaires ont averti que l'Iran était dangereusement proche de posséder une capacité nucléaire militaire indépendante. Et tous deux ont immédiatement fait savoir que l'administration a l'intention de revenir au JCPOA pour résoudre ce problème.

 

Les équipes de Biden - Obama ont l'intention de faire une concession irrévocable à l'Iran - donnant au régime des milliards de dollars de revenus qui rentreront dans ses caisses une fois les sanctions levées. En échange, ils demandent à l'Iran de faire un geste réciproque. L'Iran a rétabli son enrichissement nucléaire à Fordow et a immédiatement porté son niveau d'enrichissement à 20 %. Même si elle arrête temporairement les centrifugeuses pour alléger les sanctions, elle peut les remettre en marche dès que les fonds commencent à affluer.

 

Cela se produira presque certainement au plus tard en juin, lorsque l'Iran tiendra des élections présidentielles. Le président Hassan Rouhani et le ministre des affaires étrangères Javad Zarif quitteront leurs fonctions. Les véritables candidats actuels sont tous issus du Corps des gardiens de la révolution islamique et sont tous des partisans actifs du retrait du JCPOA. Ainsi, même au mieux, la durée restante du JCPOA est de quatre mois.

 

Biden, Blinken, Sullivan, Malley et leurs collègues ne peuvent manquer de le comprendre. Leur insistance à continuer à faire pression en faveur de leur stratégie ne fait donc qu'indiquer qu'idéologiquement, ils sont fermement engagés dans leur plan et qu'ils s'y tiendront même s'il conduit la région à la guerre.

 

Pendant les années du président Trump, Israël et les États-Unis étaient pleinement coordonnés dans leurs actions communes et séparées visant à saper le programme nucléaire iranien. De toute évidence, ces temps sont révolus. Et alors que l'équipe de Biden se fait pleinement connaître, la capacité d'Israël à empêcher l'Iran de devenir une puissance nucléaire disparaît rapidement.

 

Lorsque le chef d'état-major général des FDI (Forces de défense israéliennes), le lieutenant général Aviv Kohavi, a annoncé en janvier qu'il avait ordonné aux commandants concernés de préparer des plans opérationnels pour des frappes contre les installations nucléaires iraniennes, la plupart des commentateurs ont supposé que son public cible était le régime iranien.

 

D'autres, en revanche, ont fait valoir qu'il lançait un avertissement à l'administration Biden. Le premier y voit une tentative de forcer l'Iran à se retirer du point de non-retour nucléaire. Ce dernier y voyait une exigence pour que l'administration Biden prenne au sérieux la position d'Israël avant d'avancer la levée des sanctions.

 

Cependant, dans le contexte du sectarisme stratégique de l'équipe Biden et de la poursuite persistante de l'Iran d'un arsenal nucléaire, il est tout aussi probable que le public cible de Kohavi n'était ni iranien ni américain.

 

Ses paroles étaient peut-être un message pour le public israélien, le préparant à ce qui allait arriver.

 

Europe

 

Dans le cadre de l'examen par le Pentagone de la présence militaire des États-Unis dans le monde, Biden a annoncé la suspension du retrait de 12 000 soldats américains d'Allemagne. En juin 2020, M. Trump a annoncé la décision de retirer l'armée américaine d'Allemagne, ce qui a suscité l'inquiétude en Europe et dans les deux partis au Congrès.

 

En Europe, le principal défi de Biden est de convaincre les principaux alliés diplomatiques, économiques et militaires des États-Unis de croire à nouveau en l'Amérique. Certains pensent que les États-Unis, qui pendant de nombreuses décennies ont été la plus forte démocratie du monde, ont perdu à jamais leur position dans le monde.

 

La réputation de l'Amérique sur la scène mondiale a atteint un tel point bas qu'il sera désormais extrêmement difficile de convaincre les principaux alliés occidentaux de s'unir même pour affronter la Chine.

 

***

 

L'étrange "nouvelle" politique étrangère américaine conduit à un conflit politique croissant entre les principales puissances mondiales. Cela risque de transformer des conflits politiques en conflits militaires. Les équipes de politique étrangère et de renseignement autour de Biden sont si "troubles" (pardonnez l'argot) qu'il est très problématique de leur faire confiance et de négocier avec elles. Comme cela s'est généralement produit dans l'histoire russe, on ne peut espérer la sécurité du pays qu'en s'appuyant sur ses propres forces armées.

 

C'est pourquoi un développement récent important est que les scientifiques militaires russes ont développé un concept pour contrer l'"opération multi-domaine" américaine, une stratégie que le Pentagone a activement développée ces dernières années.

 

L'essence du concept est une frappe préventive massive par tous les moyens disponibles. Il peut être réalisé "dans les conditions de la menace de guerre locale qui pèse sur la Fédération de Russie".

 

Le concept a été publié dans le dernier numéro de la revue trimestrielle Forces Aérospatiales: théorie et pratique, publiée par l'Académie des forces aériennes Joukovski et Gagarine. Le numéro est sorti en décembre 2020, et le concept a déjà alarmé les médias, les politiciens et les militaires occidentaux (Forces aérospatiales du 09.02.2021).

 

 

Vladimir Ovchinsky

 

Vladimir Semyonovich Ovchinsky (né en 1955) est un célèbre criminologue russe, major général de police à la retraite, docteur en droit. Avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

*Ndt. Pour plus de précisions sur la biographie de Robert Malley, consulter sa notice Wikipedia en anglais: https://en.wikipedia.org/wiki/Robert_Malley

Lire la suite

UN PEUPLE, UN PAYS, UN DIEU, UNE ÉGLISE. Entretien avec l'académicien Igor Shafarevich, par Dmitry Saprykin (2000)

11 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Igor Chafarevitch, #Philosophie, #Politique, #Russie, #Religion, #Société, #Sciences

L'académicien Igor Rostislavovich Shafarevich.

L'académicien Igor Rostislavovich Shafarevich.

UN PEUPLE, UN PAYS, UN DIEU, UNE ÉGLISE

Entretien avec l'académicien Igor Shafarevich

 

Dmitry Saprykin

 

Cet entretien avec l'éminent scientifique et penseur russe Igor Rostislavovich Shafarevich a été enregistré en 2000.

 

Source: http://pravoslavie.ru/4531.html

 

 

- Igor Rostislavovich ! En quelques années, vous avez obtenu des résultats scientifiques sérieux et vous avez rejoint l'élite de la science. Pourriez-vous vous souvenir de quelques moments importants de votre vie de scientifique ?

 

- Vous savez, j'ai commencé très tôt comme mathématicien. Mais il n'y a rien d'exceptionnel à cela. C'est le problème avec les mathématiques. Elle ne nécessite pas une grande expérience de la vie, la collecte d'un grand nombre d'observations, de matériaux, de voyages de toutes sortes, comme c'est le cas pour les géologues. Un mathématicien commence souvent à réfléchir très tôt. Mes premiers travaux importants ont été réalisés lorsque j'avais une vingtaine d'années. Dès l'âge de dix-huit ans, j'ai commencé à travailler comme mathématicien professionnel. Et à l'âge de vingt-trois ans, j'ai soutenu ma thèse de doctorat. Mais encore une fois, je ne peux pas dire que c'était quelque chose de très exceptionnel.

 

J'ai commencé à travailler avant la guerre. Récemment, certains d'entre nous se sont remémoré l'atmosphère de ces années-là. Et étonnamment, nous sommes tous arrivés à la même conclusion : à l'époque, être engagé dans la science ne donnait aucun avantage - du prestige, une vie prévue pour cette époque. Et pourtant, notre département, la faculté de mécanique et de mathématiques de l'université, a été fréquenté par de nombreuses personnes. Et je me souviens que lorsque j'ai obtenu mon diplôme, cela m'a intéressé. Il était clair que parmi mes camarades de classe, beaucoup n'avaient pas de compétences spécifiques en mathématiques. Qu'est-ce qui les y a attirés ?

 

D'un côté, il y avait la particularité des mathématiques elles-mêmes. Comme l'a dit un mathématicien et philosophe, si vous comparez la vie avec le drame de Shakespeare, l'histoire du prince danois Hamlet, alors les mathématiques joueront le rôle d'Ophélie. Elle est charmante et un peu folle. Il y a vraiment quelque chose d'extraordinairement attirant chez elle que tout le monde, même ceux qui n'ont pas de penchants professionnels particuliers, ressent.

 

L'autre côté est qu'il y avait une certaine échappatoire à la gravité de la vie qui s'y trouvait. D'une part, ce n'était pas un domaine idéologique - ni l'histoire, ni la philosophie, ni même l'art, où l'on était de toute façon soumis à une pression idéologique constante. Les mathématiques étaient loin de toutes sortes d'applications. Il n'y a donc pas eu de problèmes de plans de toutes sortes ou d'envoi sur un chantier à gérer, et il s'est avéré que vos ouvriers étaient des condamnés, que vous seriez confrontés à ce côté horrible de la vie. Ils se sont lancés dans les mathématiques dans un semblant très lointain, mais comme dans un monastère.

 

De plus, si vous vous souvenez de l'histoire, il y avait des mathématiciens très brillants en Russie - Tchebyshov, Markov, par exemple. Et dans une certaine mesure, on pourrait dire qu'il y avait une école de mathématiques à Saint-Pétersbourg. Mais tout de même : ce n'était qu'une chaîne de talents individuels brillants. Une autre situation est possible, lorsque de nombreux, disons plusieurs dizaines de scientifiques s'unissent autour de certains problèmes. Une telle situation s'est souvent produite en Europe occidentale dès le XIXe siècle, alors que dans nos mathématiques, elle a commencé à se former après 1918. Un tel cercle s'est formé autour d'un brillant mathématicien, alors académicien Luzin.

 

Ce n'était pas un groupe très important. Mais ce qui est intéressant, c'est qu'ils se sont engagés dans la science sans aucun espoir de réussir dans la vie. Au contraire - dans la faim, dans le froid. C'était un groupe très soudé, travaillant même avec une sorte de défi au reste des mathématiciens, mettant l'accent sur leur position particulière, comme cela se produit toujours dans de tels cas.

 

En décrivant ce cercle, l'un d'entre eux a écrit des poèmes semi-comiques de ce genre : "Les couloirs sont gelés avec des rouleaux, / Seuls les arguments sont chauds ici." Ils vivaient dans le froid et la faim, dans la crainte constante d'être mobilisés pour un travail quelconque. Et pourtant, c'est exactement l'époque où les mathématiques soviétiques ont commencé à s'épanouir énormément. Très vite, les étudiants de Luzin ont commencé à se tourner vers d'autres domaines, y créant leurs propres écoles. Et par la chaîne des générations, presque tous les mathématiciens russes modernes peuvent tracer leur succession à partir de ce cercle.

 

Cela s'est produit, tout d'abord, grâce à Luzin lui-même, un homme très talentueux, qui a réussi à réaliser tout un enchevêtrement de problèmes intéressants, passionnants et en même temps accessibles et surmontables. Et d'autre part, parce qu'en faisant cela, ils ont créé leur propre monde dans lequel ils ont pu exister.

 

C'était la génération de mes professeurs, l'âge de mes parents, j'ai beaucoup entendu parler d'eux. Et il est intéressant que, en comparant cette époque avec celle d'aujourd'hui, vous puissiez prêter attention au fait qu'aucun d'entre eux n'a émigré à cette époque. Dans le cadre de la NEP, il était possible de voyager à l'étranger. Et beaucoup sont partis, mais pas pour longtemps, puis sont revenus. Il y avait ce qu'on appelait les bourses Rockefeller. Pendant quelques mois, une personne peut se rendre à l'étranger. En général, ils partaient avec leur famille... Néanmoins, personne de l'école de Moscou dont je parlais n'y a séjourné. Et de Leningrad, où il y avait juste un groupe de mathématiciens moins brillants, plusieurs personnes sont parties - loin des meilleurs. Et non pas en tant que transfuges ou non-retournés. Quelqu'un s'est marié en Amérique - puis est venu ici, a rangé sa bibliothèque et est parti. C'était possible. Le centre d'attraction des intérêts scientifiques était probablement plus fort à Moscou et plus faible à Leningrad. Et grâce à cela, personne n'a quitté Moscou.

 

Et maintenant, il n'est pas possible de dire que les conditions matérielles étaient pires qu'à l'époque. Certainement pas... Je me suis posé cette question à plusieurs reprises. Et je ne peux pas répondre à la question de savoir pourquoi il y a une si grande différence. Il est clair qu'il s'agit d'une sorte d'attitude de principe. Il semble qu'une sorte de drogue se soit installée à cet égard. On a l'impression que l'on ne peut s'en sortir qu'en puisant d'une manière ou d'une autre dans l'argent provenant de l'étranger. Soit vous y trouvez un emploi permanent, soit vous y voyagez aussi souvent que possible. Mais à l'époque, cela n'existait pas - les gens travaillaient tranquillement ici dans des conditions incomparablement pires. Après tout, si un mathématicien part au moins trois mois par an, mais plusieurs années de suite, alors le lien entre l'élève et le professeur est rompu. L'élève peut alors demander des conseils tous les jours, et la conversation avec le professeur s'intensifie constamment. C'est sur cette base que les écoles qui ont rendu les mathématiques soviétiques célèbres dans le monde ont été construites. Aujourd'hui, il est vendu, et non reproduit.

 

Une telle différence d'attitude est probablement due à l'essor scientifique général qui existait alors, dans les années 1920 et 1930. Il y avait ici un centre scientifique unique. Et pour un vrai mathématicien, bien sûr, les intérêts scientifiques sont plus importants que l'aspect matériel de la vie...

 

- Et peut-être que cela a quelque chose à voir avec la nature plus enracinée et traditionnelle de ces gens ?

 

- Oui, je pense aussi souvent que le matériel humain était différent à l'époque...

Pour la majorité de l'intelligentsia de l'époque, le départ de Russie n'était concevable que sous la menace d'une mort imminente.

 

- Passons à l'autre côté, plus proche des thèmes de notre site "Orthodoxie 2000". Récemment, le fils de l'académicien Sergei Vavilov, "le président non partisan de l'Académie des sciences soviétique", a écrit à propos de son père, il semble, dans Les progrès des sciences physiques, qu'il "a vécu la vie d'un vrai chrétien". On dit la même chose de certains grands scientifiques étrangers - Max Planck, par exemple. Vous connaissiez bien l'élite de la science soviétique, l'intelligentsia de cette époque. Quelle était l'atmosphère spirituelle là-bas ?

 

- Vous savez, cela dépend beaucoup d'une génération. Sergei Ivanovich Vavilov appartenait à la génération qui a précédé la mienne - la génération de mes professeurs et de mes parents. Je pense qu'en général, les intellectuels de cette génération n'étaient pas religieux. Presque tous les membres de cette génération que j'ai rencontrés ont raconté une histoire très similaire. Ils m'ont dit que dans leur jeunesse, avant la révolution, ils étaient fervents et sans doute croyants, et qu'ils s'exprimaient d'une certaine façon automatiquement. Il a été dit que la prière était quelque chose de quotidien et d'habituel. Mon professeur d'université, Boris Nikolaïevitch Delaunay, me disait : "Vous savez, Igor, je me rends compte que c'est assez bête, mais même aujourd'hui, j'ai encore parfois envie de prier. Mon père m'a dit que lorsqu'ils communiaient en classe avant Pâques, il était impossible de jouer au chat et à la souris plus tard, car tout le monde voulait succomber.

 

Mais la révolution et la guerre civile ont considérablement changé la psychologie. Mon père disait que ce qu'il avait vu et vécu pendant la guerre civile lui avait fait perdre la foi en un Dieu bon, un Dieu avec lequel un contact personnel était possible. Bien que dans sa vieillesse, j'ai vu qu'il était souvent baptisé.

 

Et cela, je l'ai entendu de la bouche de beaucoup.

 

Non, il y avait certainement des gens parmi eux qui sont restés croyants. Et j'en connaissais certains. Mais il s'agissait d'exceptions.

 

- Quant à votre père, est-ce que c'est la tragédie de la guerre qui l'a affecté ?

 

- La guerre civile. Oui.

 

C'est la même chose, mais dans une mesure incomparablement plus grande, comme c'est le cas actuellement. Les gens sont aussi très choqués en ce moment. Il s'exprime cependant de manière très différente. Aujourd'hui, de nombreuses personnes viennent à l'Église, espérant y trouver quelque chose, et certaines - dans des sectes d'un genre ou d'un autre. Vous pouvez voir que les gens ont perdu l'inertie avec laquelle ils vivaient. Bien sûr, cela s'est produit alors dans une mesure incomparablement plus grande que maintenant, car la vie est beaucoup plus gâchée.

 

Avant cela, ils avaient l'impression qu'une personne dont les parents ont fait des études supérieures sera également éduquée. Et, par conséquent, il bénéficie d'une vie tranquille sans problèmes et sans efforts, s'il n'a pas de prétentions extraordinaires. S'il veut devenir un scientifique plus célèbre - eh bien, il devra travailler plus dur pour qu'on le laisse préparer sa thèse et ainsi de suite. Ils ne doutaient pas que toute cette couche, l'intelligentsia, aurait une vie tranquille, au moins, aisée et prospère. Si c'était en province, alors avec de très grands appartements, des chemises propres tous les jours, des domestiques, etc.

 

Mais au lieu de cela, ils sont tombés dans quelque chose qu'ils ne pouvaient tout simplement pas imaginer. Dans la menace d'un peloton d'exécution, par exemple. Pas parce que quelqu'un se bat contre quelque chose - je ne parle pas de ceux qui sont entrés dans l'Armée blanche. Mais simplement parce qu'une unité est arrivée en ville, ou a pris des otages, ou "juste au cas où", ou parce que l'homme portait des bottes.

 

Mon père a été emmené deux fois au peloton d'exécution, m'a-t-il dit. Et une fois, tout le chemin a consisté à être examiné. Ils ont cherché à savoir ce qu'ils pouvaient lui prendre et s'il valait la peine de le tuer. Et quand ils ont vu qu'il était en chaussures, sans bottes, ils l'ont laissé partir. La famine. Le typhus. Mort de personnes en masse. Ce dont ils n'avaient aucune idée auparavant.

 

C'est-à-dire que c'est ce que nous vivons maintenant, lorsque le mode de vie habituel est détruit. Et il y avait une confusion dans l'esprit. Les gens perdent leur inertie de perception spirituelle du monde, dont ils avaient l'habitude de vivre, et ils se retrouvent sans défense... Comme à la fin de l'Empire romain, par exemple, la même chose s'est produite. De nombreux cultes exotiques apparaissent, croyant à la sorcellerie.

 

- Mais cet état tragique peut aussi nous aider à comprendre le christianisme, qui est basé sur le mystère de la Croix et le sacrifice d'un martyr.

 

- Je pense que c'est déjà le cas pour les générations suivantes, celles qui considèrent que c'est l'expérience de quelqu'un.

 

Vous savez, dans cette génération de professeurs avec lesquels j'ai étudié, il y avait un sentiment de consternation mortelle qu'ils ont vécu. Ceux qui ont eu des enfants rêvaient : seulement d'élever des enfants - que penser de plus !

 

- Et ensuite, que s'est-il passé dans les générations suivantes ?

 

- La situation dans le domaine de la science a changé de manière très radicale lorsque nous avons commencé à clarifier la réalité des armes nucléaires. Puis la situation matérielle des scientifiques a changé de façon spectaculaire. Ils ont cessé d'avoir faim.

 

Et c'était encore une époque de très grande pauvreté. En ce sens que nous vivions tous, par exemple, dans des appartements communs. Je me souvenais moins que les doigts de ma main de mes connaissances qui vivaient dans des appartements séparés. À l'école, par exemple, la petite-fille d'un ancien bolchevique étudiait et nous avons été invités à lui rendre visite. Nous sommes venus et avons vu une image étrange : vous êtes entré - et une cloche a sonné ! Et après la guerre, cette situation n'a pas immédiatement changé, sauf peut-être au sommet, les grands scientifiques de l'atome, par exemple. Mais au moins la question de savoir si le scientifique et sa famille seront nourris, a été supprimée. Les salaires ont été augmentés à plusieurs reprises. Il y avait le prestige d'un scientifique. Ils ont commencé à écrire sur la science. Les gens sont tous très réceptifs aux signes de la société - la société a besoin de tel ou tel comportement, de tel ou tel type de personnes : ces personnes sont récompensées, elles écrivent sur elles, elles font des films. Puis il y a eu autre chose : d'énormes concours pour les facultés - mathématiques, physique. Je parle juste : "Que voulez-vous être ? - "Je veux être physicien"... C'est une génération différente.

 

Et je ne parle pas des scientifiques de l'atome - ils étaient dans une position particulière. Ils étaient plus indépendants. Ils ont pu s'élever contre le fait que, contrairement à la directive du Comité central, un élève de Lyssenko a été élu à l'Académie. Ensuite, nous avons eu une élite scientifique et technologique particulière.

 

- Quant à la vie intérieure, en particulier l'attitude à l'égard de la religion. Était-ce une génération complètement irréligieuse ?

 

- Je pense que oui. Je n'ai jamais ressenti d'intérêt particulier pour cet environnement. Voici une situation typique. L'académicien Luzin, dont je parlais, appartenait à une génération avant cela. Je lui ai seulement dit bonjour. Je ne lui ai dit bonjour qu'une ou deux fois. Mais ses élèves immédiats étaient de la génération avec laquelle j'ai étudié. J'étais proche de beaucoup d'entre eux, je leur ai beaucoup parlé, et ils m'ont beaucoup parlé de Luzin. Et ce n'est que maintenant, à notre époque, que j'ai appris que Luzin avait de profonds intérêts religieux. Il était un ami proche de Florensky, appartenait à la tendance du séméno-slavianisme, et une affaire a même été ouverte contre lui par le NKVD (ceci est publié maintenant). Mais aucun de ses étudiants, même très proches, n'a pu m'en dire un mot. Je pense qu'ils n'étaient pas au courant ou qu'ils ne s'en souciaient pas du tout. Un tel fossé entre les générations !

 

La seule chose qui s'est produite ici, c'est que l'hostilité envers la religion a en quelque sorte disparu. L'attitude envers l'Église comme quelque chose d'hostile ou... ou effrayant, dangereux. Il est difficile de tracer une ligne ici. On avait l'impression que c'était une forêt sombre - qui sait, on peut peut-être s'y perdre.

 

Je pense que le tournant a eu lieu avec la guerre. Avant la guerre (je m'en souviens très bien : non pas que je la percevais d'un point de vue chrétien comme un coup porté à moi - plutôt comme un spectateur qui la regarde), la pression était très forte. C'était les années trente. J'étais un écolier. Il y avait une église en face de notre maison. Et c'était un passage pour aller à l'école. Et je me souviens qu'il y avait une procession et qu'il y avait des enfants, des gars comme ça. Ils faisaient semblant d'être saouls et traînaient tout le temps dans le coin - ils faisaient semblant de frapper ou de pousser le prêtre. Cette image de la procession est restée dans ma mémoire...

 

Et puis cette église a été fermée. Et - chose terrible - le prêtre s'est pendu aux portes de l'église. C'était un acte si monstrueux, un péché terrible pour un chrétien... Ou peut-être qu'ils l'ont pendu - je ne sais pas.

 

Et après que l'église ait été dynamitée, très prudemment - pour que seule la vaisselle sonne dans les maisons. Et à sa place a été construite l'école Stroganov.

 

Et il y avait une attitude générale envers l'Église avant la guerre. L'attitude était comme celle d'une famille avec une arrestation. Si les gens étaient décents, s'ils étaient vos proches, alors la relation n'était pas interrompue. Mais on avait le sentiment que c'était quelque chose de très dangereux. Bien sûr, il y avait des gens pour qui il y avait quelque chose de si attirant dans l'Église qu'ils ont cédé au danger. La plupart d'entre eux l'évitaient et la considéraient comme quelque chose de risqué. Mais ce n'était pas un calcul, voyez-vous. La particularité de la conscience qui s'est développée n'était pas qu'il s'agissait d'un calcul : cette action me menace de ceci ou de cela. C'était une atmosphère générale de peur.

 

Et l'Église a été incluse parmi les facteurs dangereux de la vie. Et pour beaucoup, pas de sympathie. Quelque chose de "sombre". Je me souviens que les adultes parlaient, quand ils oubliaient ma présence, de la survie de l'Église, de sa place dans l'avenir. Quelqu'un a dit que seules les vieilles dames allaient à l'église : elles mourraient et il n'y aurait personne pour y aller. Puis, plusieurs décennies plus tard, j'ai entendu les mêmes conversations (en souriant) et j'ai pensé que ces filles komsomol en foulard rouge, dont on disait qu'elles ne voulaient absolument pas aller à l'église, s'étaient transformées en vieilles dames et allaient à l'église.

 

Bien sûr, pendant toute la période de persécution - celle de Staline, de Khrouchtchev et de Brejnev (qu'on ne peut pas appeler persécution, mais plutôt pression) - l'Église était soutenue par des vieilles dames. Et puis il y a eu une collision très douloureuse, lorsque l'intelligentsia a tendu la main à l'Église.

 

Je ne dirai pas qu'il y avait quelque chose d'impur ici : ils avaient simplement une certaine envie et un certain intérêt. Mais du point de vue des vieilles dames de l'Église, bien sûr, il y avait quelque chose ici. Ils ont défendu l'Église avec leur vie, avec la chaleur de leur cœur, avec leur travail - et maintenant d'autres sont venus pour s'admirer, pour se montrer. Et l'attitude était en conséquence.

 

- Et c'est pour quand ?

 

- Je pense que c'est quand l'Eglise est devenue sûre ou peu dangereuse. Quelque part à l'époque de Brejnev. L'Église, bien sûr, a toujours été soumise à une sorte de surveillance inamicale... Par exemple, on entre dans une église et on voit immédiatement un signe que la première chose dont on a besoin lors d'un baptême est le passeport des deux parents. Pourquoi - ce n'est absolument pas clair. Pourquoi une grand-mère ne peut-elle pas en apporter un ? Il s'agit d'un état athée, qui n'aurait pas considéré cela comme autre chose qu'un rituel vide. Je pense qu'il dissimulait également une vision religieuse, mais d'un autre ordre : l'État croyait en fait que ce rite n'était pas vide, mais seulement nuisible à l'État.

 

Et quelle en était l'explication ? Ils ont dit des bêtises, qui peuvent toujours être dites si vous avez le pouvoir entre les mains, comme par exemple que le baptême peut provoquer un rhume. Mais il n'est jamais venu à l'idée de quiconque d'exiger un passeport pour acheter une glace à un petit-fils - après tout, lui aussi pourrait manger une glace et attraper un rhume. Il est clair que c'était un non-sens. Telles étaient les formes de pression.

 

L'intelligentsia, oui, avait peur de cela. Je me souviens de quelques cas où j'étais moi-même parrain. Et il y a eu des cas où, disons, la mère voulait baptiser, mais le père avait peur. Puis nous avons trouvé un prêtre qui était prêt à baptiser sans ces passeports. De tels prêtres ont été trouvés, mais pour eux c'était un grand risque...

 

Bien que, d'un autre côté, une fois j'ai vu une église absolument bondée - plusieurs dizaines de personnes sont venues pour être baptisées. C'étaient des jeunes gens des usines - ils n'étaient certainement pas en danger. Et un enseignant, disons, aurait pu être signalé pour son travail.

 

- C'est-à-dire que cette pression a coupé de l'Église les couches les plus éduquées.

 

- Oui, je pense que cela s'appliquait surtout à l'intelligentsia. De même que certaines études politiques et d'autres choses de ce genre.

 

- Et pendant cette période de retour progressif de l'intérêt pour l'Église, y avait-il, parmi l'intelligentsia et parmi les scientifiques, des gens qui étaient de fervents croyants ?

 

- Oui, bien sûr, il y a toujours eu de telles personnes. Mais la question est de savoir combien ils étaient et dans quelle mesure ils ont défini le visage de cette strate.

 

Il y avait des gens qui ne cachaient absolument pas leur appartenance à l'Église ou leur appartenance à l'Église. Parfois, cela a été pardonné. Mais ils étaient aussi prêts à subir des épreuves. Les enseignants, par exemple, ont souvent été licenciés.

 

Mon fils avait un professeur d'anglais. C'était une vieille dame bizarre. Elle était très étrange - je crois que c'était un pull à capuche. Elle était complètement comme une sorte de magie avec les enfants, elle était comme si elle les hypnotisait. Pour qu'elle ait des conversations en classe, elle a dit qu'elle ne pouvait pas imaginer de telles choses... C'est pourquoi elle était généralement appelée par ses supérieurs au bout de quelques mois et leur demandait : "Croyez-vous en Dieu ? Apparemment, ils ont deviné d'après ces signes. Et elle me disait ensuite : "Vous savez, je pense généralement que vous devriez toujours vous soumettre aux autorités, mais ici, je ne pouvais pas. Et elle leur disait : "Je le crois." Et ils disaient : "Eh bien, alors écrivez votre lettre de démission." Et elle allait dans une autre école.

 

Il y avait aussi l'église des Catacombes. Ou, par exemple, pendant la persécution de Khrouchtchev, il y avait des chrétiens orthodoxes qui appartenaient au patriarcat de Moscou et qui ont lutté contre la fermeture des églises. Il y a eu une persécution de l'Église, pas spécialement sanglante - sans exécutions, sans Solovki. Mais dans le sens de la fermeture des églises, c'était très cruel. Environ vingt mille églises se trouvaient en Russie - et environ dix mille ont été fermées. Et puis il y a eu un homme héroïque, je crois que son nom de famille était Talantov. Je pense à Vyatka (Kirov à l'époque). Il a commencé à lutter contre la fermeture des églises. Il y en avait tout un groupe - j'ai entendu parler plus tard d'autres groupes de ce type (à Nijni-Novgorod, par exemple). Il a réussi à envoyer du matériel à l'étranger. Et à la fin, ils ont commencé à le harceler dans les journaux en disant qu'il suscitait une campagne antisoviétique. Sa femme a eu une crise cardiaque et est morte. Puis ils ont mis Talantov dans un camp et il est mort en six mois. Un tel martyr de notre temps a presque...

 

C'est comme ça que ça s'est passé. Et puis l'attitude a commencé à changer. Je l'ai remarqué il y a longtemps. J'étais dans un bus, j'ai entendu deux personnes parler, l'une d'elles dit "prêtre". J'ai entendu les grondements habituels du prêtre. Et il a dit avec une intonation complètement différente : "Quel prêtre ! Un vrai ! Avec une telle barbe..." J'ai ressenti une attitude complètement différente vis-à-vis du phénomène lui-même. L'hostilité à l'égard de l'Église a commencé à s'estomper.

 

Bien que jusqu'à la fin de l'ère Brejnev, des groupes de jeunes, membres du Komsomol, se tenaient autour de l'église à Pâques. Et, par exemple, ma femme et moi avons été autorisés à entrer dans l'église, mais pas mon fils. Ils ont dit : "C'est seulement pour les personnes âgées." J'ai parfois essayé de les persuader, mais cela n'a servi à rien. Apparemment, ils n'aimaient pas ça eux-mêmes, mais il y avait une instruction...

 

Mais une foule se rassemblait autour de l'église à chaque Pâques, des bougies étaient allumées pour la procession - personne ne pouvait l'empêcher. Il y avait une certaine attraction pour l'Eglise.

 

Mais peut-être pour finir, je pense que cette époque est toujours en cours, franchement - pour dire l'amère vérité. Il me semble qu'il y a une vague gravitation, de l'espoir. Il me semble que c'est le cas, mais comment le savez-vous vraiment ? Il me semble qu'aucun peuple orthodoxe n'a été formé, qui s'engage fermement, qui va à l'église, qui vit sa foi. Et c'est jusqu'à présent un état de recherche induit par le choc. Comme les oiseaux, ils volent de manière désordonnée, à la recherche d'un lieu de nidification ou de nourriture, mais ils ne maîtrisent pas encore le mécanisme inné spécifique de la recherche du matériel de nidification ou de la traque des proies, qui conduit alors l'animal fermement dans son sillage. Il erre dans différentes directions.

 

En ce moment, nombreux sont ceux qui errent près de l'église orthodoxe. D'autres (un plus petit nombre, heureusement) se promènent chez les Krishnaïtes. D'autres lisent Roerich. Mais il me semble que cela se passe encore à ce niveau. Nous n'avons aucune raison de nous reposer sur nos lauriers.

 

- Et que pensez-vous, à l'avenir, qu'il y ait un espoir que le peuple russe devienne ecclésiastique et qu'il y ait une renaissance ?

 

- Comment le savoir ? Je pense : soit - soit. Soit il y en aura, soit les gens disparaîtront. Peut-être que les gens disparaîtront comme un phénomène plus ou moins important de la vie mondiale. Bien sûr, je suis sûr qu'une nation russe forte ne peut exister que selon le principe : un peuple, un pays, un Dieu, une Église.

 

Et je pense que s'il y avait une solution complète, enracinée, calme, comme une solution finale de l'Église, la foi qui imprègne toute la vie des gens, alors cela résoudrait le problème du système d'État monarchique. Sans laquelle je ne peux pas non plus imaginer une Russie stable et forte. Car comment la Russie peut-elle exister ? Elle semble si misérable sous la démocratie qu'elle vous fait même mal au cœur. Ce n'est même pas tragique - c'est pire. Et une dictature n'est qu'une parodie pathétique de la monarchie.

 

En fin de compte, je ne peux qu'imaginer une monarchie dont le fondement serait une vision religieuse du monde. Parce qu'autrement, il n'est pas clair comment les gens peuvent confier leur destin à une seule personne, si cette certitude n'est pas confirmée d'en haut. Mais il me semble que cela est possible dans un avenir lointain, que je n'espère certainement pas voir. Bien que les choses se passent souvent beaucoup plus vite qu'on ne peut l'imaginer...

 

- Vous avez en fait répondu à la question que je voulais poser sur l'avenir de la Russie. Sommes-nous maintenant à un point de rupture ?

 

- Pire encore qu'au point de rupture. La Russie est maintenant, bien sûr, un pays conquis, vaincu. Et soit il trouvera la force de surmonter le joug - spirituel et physique, de le jeter, soit il ne résistera pas...

 

- Et que pensez-vous que la jeune génération, en particulier, puisse faire dans cette situation pour relancer la Russie ? Et de ce point de vue, quels sont les problèmes les plus urgents en Russie ?

 

- Vous savez, il me semble que la crise russe n'est pas seulement une crise russe. Il s'agit d'une crise mondiale, avec une réflexion particulière en Russie. Et si cela ne nous éloigne pas trop du sujet, je peux vous expliquer comment il me semble que c'est le cas. Après tout, il me semble que le sort de la Russie ne peut être résolu qu'à l'échelle mondiale.

 

- Oui, c'est intéressant.

 

- Il me semble qu'au cours des derniers siècles, en particulier des deux derniers siècles, l'Occident a construit une société tout à fait unique, une société qui n'a jamais existé auparavant et qui, à bien des égards, rompt complètement avec la tradition de l'histoire humaine.

 

Tout d'abord, elle n'est pas agricole, mais purement urbaine. Il y a eu des cas d'émergence de grandes villes et de déclin de l'agriculture. Cela était généralement associé à la fin de certaines civilisations : romaine, babylonienne... Selon Spengler, c'est un signe typique du déclin d'une culture particulière, lorsque les grandes villes se développent au détriment du village. Mais cette croissance n'a pas été du tout de la même ampleur : toujours une grande partie de la population vivait à la campagne, et maintenant on construit une société dans laquelle idéalement personne ne vit à la campagne. Aux États-Unis, environ 3 % de la population vit à la campagne et exploite une ferme, tandis que la majorité de la population travaille pour l'agriculture, produisant des engrais, construisant des machines, faisant de la recherche, de la génétique ... On a l'impression que cette société est hostile à l'agriculture et a besoin, presque comme dans les mines d'uranium, de minimiser les contacts avec elle - de remplacer les hommes par des machines si possible.

 

Cette société et cette création furent la destruction de la campagne, qui commença en Angleterre avec la persécution la plus brutale des paysans. Ils ont été chassés de leurs terres, déclarés vagabonds car, en effet, ayant été dépossédés de leurs terres communales, ils erraient à la recherche de travail. Ces vagabonds étaient marqués au fer rouge et pendus. Ou bien ils étaient emprisonnés dans des maisons de travail, où les conditions de vie étaient similaires à celles des prisons et que l'on appelait "maisons de l'horreur". Peu à peu, ils ont été recyclés dans le prolétariat urbain, mais même là, ils ont été maintenus sous la menace de lois cruelles, qui suggéraient, par exemple, la peine de mort pour le vol de biens de quelques fardeaux, c'est-à-dire de quelques centimes. Puis les parcs de Londres ont été ornés de pendus. C'est ainsi que la société technique industrielle a été construite aux dépens de la campagne.

 

Aujourd'hui, la vie est de plus en plus basée sur la technologie, et la technologie est considérée comme l'élément le plus fiable de la vie. Et partout où l'homme peut être remplacé par la technologie, il est remplacé par la technologie. Au niveau des interrupteurs, par exemple, lorsque les personnes sont remplacées par des dispositifs techniques, il y a moins d'erreurs... La technique est comprise dans un sens très large, non seulement comme une technologie de machine, mais aussi comme un système élaboré et pratiqué d'action ciblée, un système tel que n'importe qui peut l'apprendre. Il peut s'agir d'une technique boursière, d'une technique de publicité, d'une technique de propagande politique... La machine n'est qu'un idéal, une "technique idéale". Cette technique soumet complètement une personne. Il lui indique à la fois les buts de la vie et les moyens de les atteindre. Et le chemin du repos. L'homme travaille pour la machine, et la machine organise son repos. Le contact avec la vie réelle est remplacé par un contact artificiel, principalement par le biais de la télévision, comme dans certains romans fantastiques sur l'avenir. Un sociologue allemand a formulé cette tendance de manière très succincte : il s'agit de détruire la nature et de la remplacer par une nature artificielle, à savoir la technologie. Dans le monde, il y a une révolution de ce genre.

 

La Russie était dans une position particulière, car cette civilisation technique crée de très grandes forces et un certain nombre d'opportunités très attrayantes pour la mentalité russe. Après tout, cette nouvelle technique très spécifique est basée sur la science, chaque nouvelle réalisation technique est basée sur une réalisation scientifique qui vient de se produire. Par exemple, la bombe atomique est créée sur la base de la mécanique quantique, découverte par pratiquement la même génération de personnes.

 

La Russie s'est donc retrouvée dans une position où se trouvaient un certain nombre d'autres pays. Ils ont été confrontés à un problème : comment être avec une civilisation aussi technique ? Et cette civilisation est extrêmement cruelle et intolérante. Elle agit sous le masque de la douceur, de l'impartialité, de la tolérance, mais elle ne se réfère qu'à ce qui se passe en son sein et à ce qui ne l'empêche pas de fonctionner. En interne, elle est prête à défendre n'importe quelle minorité : religieuse, sexuelle, quelle qu'elle soit...

- Faites-vous référence à la civilisation occidentale ?

 

- Oui, bien sûr. La civilisation technologique est une civilisation occidentale... Mais pour autant, elle est totalement incapable de coexister avec des alternatives. Elle les détruit tout simplement. Les Indiens d'Amérique ont choisi une seule voie - ne pas y succomber, et ont été complètement détruits. Les Chinois et les Indiens ont été soumis en tant que colonies. Et la Russie a choisi un mode d'emprunt très difficile, l'assimilation, mais en même temps elle a essayé de s'accrocher à ses bases. Et donc, il me semble que le centre de l'histoire de la Russie a été la lutte pour le village, pour empêcher ce renversement de situation en Russie : la construction de la civilisation industrielle aux dépens du village. C'est sur cette base que les réformes d'Alexandre II ont été fondées. La communauté a été préservée pour éviter la prolétarisation du village. Puis, lorsqu'il est apparu que cette voie présente un certain nombre de défauts, les ministres d'Alexandre II et d'Alexandre III Bunge et Witte ont proposé leur propre version ... Mais il s'agissait d'actions au sein de l'administration, qui ne se sont pas traduites par des mesures concrètes. Il y a eu beaucoup de préparation, qui a ensuite été effectuée par Stolypin. Et parallèlement, tout à fait indépendamment de cela, un grand courant se développait sur l'étude et l'introduction de la coopération paysanne, qui permettait de préserver l'élément individuel le plus central de l'exploitation familiale, tout en la rendant économiquement puissante, en lui donnant accès au marché mondial, réfutant le point de vue selon lequel seules les grandes exploitations sont compétitives. Et avant la guerre mondiale, 85 millions de personnes et les membres de leur famille étaient membres de coopératives - une grande partie de la population paysanne. Il y avait d'énormes entreprises coopératives - Maslocenter, Flnocenter - monopolistes sur le marché mondial, qui s'appuyaient sur la coopération des fermes paysannes.

 

Toutes ces tentatives se sont cependant révélées tardives et insuffisantes et n'ont pas pu empêcher l'explosion de la révolution. Que manquait-il ? Je pense que c'est la même chose qui manque encore - le sentiment que la Patrie est en danger. Si les propriétaires de l'époque avaient perçu correctement ce qui se passait, ils auraient bien sûr été prêts à faire des sacrifices beaucoup plus importants. Mais parmi eux, il y avait une sorte de confiance à courte vue dans l'inertie de la vie, dont j'ai parlé plus tôt, que les choses continueraient à tourner ainsi...

 

Et le marxisme était un produit de la même civilisation occidentale, une de ses doctrines les plus radicales. Mais aussi contre les paysans et les chrétiens - avec une haine invétérée de la campagne, bien sûr. Et si vous regardez comment Marx explique pourquoi toutes les tentatives de révolution en Angleterre et en France ont échoué, l'explication est toujours que c'était à cause de la "bourgeoisie villageoise". Pour lui, la campagne était un adversaire encore plus redoutable que pour les capitalistes. Pour lui, le village était une contradiction vivante, l'effondrement de sa conception. Car sa conception, exprimée dans le Manifeste communiste, était que la société était de plus en plus divisée en deux classes en guerre, le prolétariat et la bourgeoisie. Mais la paysannerie elle-même était en contradiction avec cette thèse principale. Et il l'appelait "classe étrange", "classe incommode", parlait de "l'idiotie de la vie de village", de "la barbarie au milieu de la civilisation". Et, sur le plan conceptuel, les marxistes bolcheviques, formés théoriquement, ont affirmé que le pays devait être transformé en une économie unique où les prolétaires travailleraient. Et puis ils se sont heurtés à la résistance effrayante de la campagne. Les forces bolcheviques étaient divisées entre la répression des soulèvements paysans et la lutte contre les armées blanches. Et à la fin, les paysans ont gagné leur guerre grâce à cela. C'est le cas le plus rare d'une guerre paysanne gagnée. Bien sûr, ils ne pouvaient pas gagner cette guerre dans le sens d'une prise de contrôle de la capitale, pour établir leur gouvernement - ils n'avaient pas cette organisation, et probablement pas cette idéologie non plus. Mais ils ont riposté... Ils ont forcé Lénine à admettre que la poursuite de la vieille politique du communisme militaire mène à un désastre imminent, la mort du gouvernement soviétique.

 

Mais néanmoins, ce qui s'est passé alors, dans les années 1930, a été une répétition de pratiquement la même voie occidentale : l'industrialisation au prix de la ruine des campagnes. Ce sujet était constamment discuté lors des congrès des partis, comme une balle que l'on lance d'une faction à l'autre - et finalement, il a été mis en œuvre.

 

Et il me semble que la tragédie de la Russie est que, à partir des années trente, notre pays n'a pas suivi sa propre voie. Elle a rejeté une chose pour laquelle elle se battait depuis des siècles et a commencé à imiter la "manière anglaise" dont j'ai parlé. Staline disait que nous avions cent cinquante ans de retard.

 

Mais ce qu'on a appelé "l'économie de rattrapage" est fondamentalement impossible. Vous savez, j'ai vécu de telles choses en mathématiques. À l'époque, les contacts avec les mathématiciens occidentaux étaient difficiles, et nous avions des domaines entiers de mathématiques qui n'avaient pas été développés ici, mais qui étaient intéressants. Et j'ai commencé à les faire. Et il était clair qu'en suivant ce qui a déjà été fait en Occident, on ne peut jamais rien faire de manière indépendante. Vous ne ferez que répéter les idées de ce qui a été fait par des mathématiciens plus avancés. Il fallait trouver notre propre voie, une voie parallèle de développement, où l'on peut créer quelque chose d'intéressant. Mais la Russie a été mise dans une situation où elle a dû "rattraper son retard".

 

Et cela n'a pas changé non plus pendant la perestroïka. Ils ne cessent de nous dire que nous devons rattraper notre retard par rapport à la société civilisée. Encore une fois, il y a une certaine manière, un certain plan, qui a été inventé et réalisé là-bas et qu'il suffit de répéter. En fait, il s'agit d'un phénomène de pensée utopique : déduire le développement d'un pays non pas de sa logique interne, de son développement antérieur, mais inventer ou emprunter un modèle quelconque...

 

En même temps, il me semble que toute la civilisation technologique dans son ensemble est condamnée. Après tout, elle est dirigée contre la nature. Mais l'homme fait partie de la nature, et donc la civilisation s'avère également dirigée contre l'homme. Cela se reflète également dans la crise écologique, qui n'est pas accidentelle mais une conséquence naturelle et logique de cette civilisation qui a adopté le point de vue selon lequel la nature n'est qu'un matériau de transformation, par rapport auquel seule l'opportunité technique est concernée. Mais l'opportunisme technique ne tient pas compte des visions et des calculs trop éloignés de ce qui se passera dans les siècles à venir, par exemple, comment se comporteront les déchets radioactifs que nous enterrons actuellement.

 

La crise écologique résultant de la civilisation technologique est désormais bien connue : les "trous d'ozone", l'"effet de serre", l'augmentation de la température de la Terre, la disparition des forêts qui créent de l'oxygène, etc. Mais il y a un autre signe qui indique que la civilisation technologique se dirige vers son impasse. Elle est, comme je l'ai dit, entièrement basée sur une technologie qui progresse rapidement, une technologie particulière basée sur les dernières avancées des sciences naturelles. Mais dans la seconde moitié du XXe siècle, les sciences naturelles ont connu un fort déclin. Si dans la première moitié du siècle, des domaines aussi grandioses que la mécanique quantique, la théorie de la relativité, la génétique sont apparus, il n'y a plus rien de tel aujourd'hui. Aujourd'hui, lorsqu'ils donnent des exemples de réalisations humaines, ils parlent de satellites, d'ordinateurs, de nouvelles technologies, etc. Mais toutes ces lois ne sont pas nouvelles, et les sciences naturelles ne font que les découvrir. Il y a trente ans, un célèbre physicien soviétique m'a dit qu'il n'y avait pas beaucoup de lois de la nature et qu'elles étaient presque toutes découvertes. Les scientifiques sont laissés à eux-mêmes pour s'occuper uniquement de leur application. Que cela soit vrai ou non, mais le processus de déclin rapide des sciences naturelles est remarqué par beaucoup. Et cela signifie que le fondement de la civilisation technologique disparaît sous ses pieds.

 

- Dans ce contexte, quelle est votre attitude face à la nouvelle civilisation électronique, en particulier face à l'Internet ? On parle d'un "village mondial" électronique. Il existe des croyances populaires selon lesquelles la nouvelle civilisation technogène revient à certaines strates très archaïques de la conscience humaine.

 

- Cela est possible. Il est possible qu'un certain développement de la technologie puisse être utilisé pour faire revivre des formes de vie traditionnelles. Mais d'un autre côté, je pense qu'il y a peut-être ici aussi une énorme exagération. Un certain nombre de personnes influentes sont très intéressées par le développement de cette région. D'autres sont également intéressés, mais pas dans le sens où ils obtiennent de l'argent en conséquence ou deviennent directeurs d'instituts, mais ils sont juste intéressés par cela. Mais le résultat peut être une extrême exagération. Je me souviens de la première étape - quelque part dans les années 50 - lorsque les ordinateurs ont commencé à apparaître. Si vous vous souvenez de ce qui a été dit à l'époque, non seulement sur ce qui pouvait être réalisé, mais aussi sur ce qui était déjà supposé être réalisé, il devient clair qu'il y avait un élément de bluff colossal. Je me souviens, par exemple, qu'il existait toute une littérature sur le traducteur artificiel. Et j'ai assisté à une réunion du département de physique et de mathématiques de l'Académie des sciences, où il a été question de notre première traduction automatique comme d'une grande réussite. Et puis une autre tendance est apparue : l'informatique a été confrontée au fait que la traduction électronique est impossible parce que la langue à un niveau plus ou moins sérieux n'est pas du tout formalisable. De nombreuses années plus tard, j'ai rencontré un homme qui était présent à cette conférence et je lui ai demandé - souvenez-vous, nous avons entendu le rapport et on nous a montré le texte prétendument traduit. Et il a dit qu'il pensait que cette traduction était faite par une personne, et non par une machine.

 

- Mais il existe maintenant des traducteurs électroniques qui travaillent assez efficacement.

 

- Oui, mais ils produisent un texte très grossier qui nécessite une révision humaine.

 

- Oui, ils ne peuvent pas vraiment traduire la poésie...

 

- Un texte scientifique non plus. Ainsi, par exemple, ils traduisent parfois le titre de l'article "Malformation des poulets" par "Malformation précoce des poulets".

 

- Je vois. Revenons un peu en arrière. Outre le point de vue optimiste que j'ai mentionné, il y a un autre point de vue : celui selon lequel l'Internet, par exemple, est l'apogée de la civilisation technique dans toute sa signification négative dont vous parliez. On parle de "réalité virtuelle" pour remplacer la vie...

 

- Je pense qu'il y a toujours un très grand écart entre les réalisations techniques réelles et l'idéologie qui en découle.

 

Permettez-moi de donner un autre exemple, plus radical. À l'époque, au milieu de la discussion sur les ordinateurs, qui venait d'apparaître, le point principal de la discussion portait sur le "cerveau électronique" : le cerveau humain pouvait-il être recréé ? Un homme, aujourd'hui mort depuis longtemps, interrogé par un journaliste et à qui on a posé cette question, a répondu : "Que voulez-vous dire, est-ce possible ? C'est dans le plan triennal de notre institut". Un autre homme, un grand mathématicien, a dit qu'il s'agissait en fait d'une autre formulation de la question de la matérialité du monde.

 

- Il y a donc place pour une sorte de fantaisie scientifique ?

 

- Oui, je pense que c'est énorme. Il y a un énorme fossé entre ce qui est réel et possible et l'idéologie qui en découle. Voici un exemple. Avant le marxisme, l'idéologie socialiste la plus populaire était le Saint-Simonisme. Heine était un disciple de Saint-Simon. Et le mot principal de leur doctrine était "scientisme", c'est-à-dire la croyance dans le pouvoir universel de la science. C'étaient des Français, influencés pour la plupart par l'école normale. Ils assuraient, et disaient en riant, qu'il était sûrement possible, avec l'aide de la science, de créer des cerveaux incomparablement meilleurs, des institutions humaines et des mécanismes de vie plus parfaits que ne le faisait la nature maladroite et arriérée. Et le célèbre économiste et philosophe von Hayek, qui l'a décrit, a dit que, apparemment, il ne leur était jamais venu à l'esprit que ce cerveau même, avec l'aide duquel ils vont tant transformer la nature, est la nature même qui l'a créée.

 

- Mais il semble qu'il y ait eu aussi un moment assez fort de véritable combat contre Dieu. Quelque chose comme le bâtiment de la Tour de Babel.

 

- Oui, bien sûr. Sur le plan idéologique, il y a toujours eu ce moment. Il s'agit de la construction de la Tour de Babel.

 

Et l'attrait pour la technologie en soi n'est pas si important. C'est toujours la partie idéologique qui a les conséquences les plus destructrices. Regardez les Saint-Simonistes : quelle était leur "base scientifique" ? Aucune. Une idéologie pure. Saint-Simon a parlé du principe de l'attraction et de la répulsion sociale, comme Newton a parlé du principe de la gravitation universelle. Mais Newton a utilisé sa théorie pour calculer les orbites des planètes. Et Saint-Simon ? Ils n'avaient rien de tel...

 

Et la même chose avec Marx. C'était un peu mieux fait "pour la science". En fait, une partie du contenu y était minime. Tout le pathos était dans l'idéologie de la destruction, de la révolution. Et au cœur de ce projet, il y aurait une "méthode scientifique". Et dans quel sens est-elle scientifique ? Dans quel sens y a-t-il une preuve, une expérience ? Si vous regardez, parce que c'était complètement intenable. Il a dit, dans leur ouvrage central, que le moulin à vapeur donne une société capitaliste, tout comme le moulin à main donne une société féodale. Mais le moulin à main était déjà à Sumer... Et il y a beaucoup de déclarations de ce genre. Le "Manifeste communiste" commence par le fait que l'histoire est l'histoire de la lutte des classes... D'où vient-il ? Pourquoi n'y a-t-il que "lutte", pourquoi ne peut-il y avoir de coopération, de concurrence ? Même si nous supposons que cette division en classes, qu'ils proposent, est compréhensible, et non une autre division, alors il y a beaucoup de formes d'interaction entre eux. Pourquoi ne s'agit-il que d'une lutte ? Et cela n'est même pas argumenté d'une quelconque manière.

 

Jusqu'à récemment, l'élément scientifique a joué un rôle colossal. C'est le pouvoir magique de l'appel à la science. En règle générale, sans utiliser réellement la méthode scientifique et la terminologie correcte. Mais il me semble que cette influence est aujourd'hui en nette diminution. Après tout, il est maintenant clair que la science apporte des dons qui ne sont pas si évidents. Et la "scientificité" de ces concepts est très douteuse. En Occident, depuis les révoltes étudiantes des années 60, la science n'a guère été sollicitée en tant qu'autorité supérieure.

 

Le scientisme est ancré dans la révolution scientifique des XVIIe et XVIIIe siècles, lorsque tout le monde a été vraiment choqué par ce que la science faisait, par exemple, en astronomie, lorsqu'il s'est avéré qu'à partir d'une loi, on peut calculer comment un noyau vole lorsqu'il est tiré par un canon, et comment une planète ou une comète se déplace. J'ai été frappé par le fait que même dans Conan Doyle, qui a lancé la notion de roman policier, Sherlock Holmes utilise la méthode scientifique, qui est presque la chose principale dans son travail.

 

- Revenons à la thèse selon laquelle la Patrie est en danger. Il est intéressant de constater que, dans 50 ans, le peuple russe sera divisé par deux, par exemple, mais en même temps, on le regarde comme dans un film, sans réagir par des sentiments ou des actions...

 

- Au fait, vous m'avez demandé ce que l'on peut faire maintenant... Un de mes amis m'a demandé conseil. Sa fille ne va pas trop mal, elle fait des affaires, elle gagne bien sa vie. Mais (et c'est une situation assez typique !) tout ce mode de vie déteste la haine féroce, prêt au moins à prendre l'arme dans ses mains. Et mon amie, sa mère, demande : "Que lui conseilleriez-vous de faire ?" Je dis : "Eh bien, tout d'abord, ayez deux enfants." Elle arrête d'en parler. Il ne s'agit pas du tout de ça... Et c'est la toute première chose. Sans changer cette attitude face à la naissance des enfants, toutes les autres conversations sont bien sûr dénuées de sens. Et il s'agit là, bien sûr, d'une attitude purement spirituelle, non liée à des facteurs matériels. Après tout, nous avons un taux de natalité plus faible aujourd'hui que pendant la guerre : mais qui peut dire que c'était plus facile pendant la guerre qu'aujourd'hui ? C'est une attitude très différente. Avant, il était assez facile de supporter que les enfants se promènent en haillons. Je n'ai pas grandi pendant la guerre, mais je me souviens que ma manche était toujours déchirée et que je portais une veste refaite de l'époque prérévolutionnaire de mon grand-père, et j'avais souvent envie de manger, car la nourriture qu'ils me donnaient n'était pas très savoureuse et probablement même nutritive. Mais ce n'est pas grave, nous avons vécu sans...

 

Un discours de l'écrivain Vassili Ivanovitch Belov m'a fait une vive impression. Il a dit : "Après tout, nous sommes en train de dégénérer ! Les femmes, pourquoi n'accouchez-vous pas ? Vous dites qu'il est difficile d'élever des enfants de nos jours. Mais ma mère a élevé nos six enfants après la guerre. Je n'ai jamais eu de sentiment de plénitude - la première fois que je l'ai eu, c'était quand j'ai quitté le village pour la ville. Mais elle nous a tous élevés de la même façon".

 

Et maintenant... C'est peut-être humain pour les enfants. Pourquoi donner naissance à un enfant qui voudrait manger ? C'est une psychologie différente. Mais au moins, c'est une question psychologique, et non matérielle. Remarquez : vous marchez dans la rue et vous ne voyez pas une mère richement vêtue portant quatre enfants. De nos jours, les personnes les plus riches donnent également naissance à peu d'enfants.

 

- Maintenant, une question légèrement provocante. A une époque, vous avez écrit un article assez sensationnel sur la "russophobie" qui, si je comprends bien, a même eu des conséquences négatives pour vous, n'est-ce pas ?

 

- Non, non. Mon livre sur le socialisme a eu des conséquences plus négatives pour moi - après son apparition, j'ai été renvoyé de l'université. C'était important. Parce qu'à l'université, j'avais des étudiants, des étudiants... Et là, c'était plus superficiel. La réaction a été dure, mais elle ne m'a pas beaucoup touché.

 

- Mais dans certains cercles intellectuels, cela a provoqué une attitude très négative à votre égard. Vous avez été perçu comme un personnage assez odieux.

 

- Oui, bien sûr : obscurantiste, antisémite...

 

- Mais quand même - cela fait des années, qu'en pensez-vous maintenant : quelle part de ce que vous avez abordé dans ce livre est encore d'actualité ?

 

- Vous savez, les grandes prédictions sur le pays, sur l'histoire, ne se réalisent généralement pas. Et je pense que c'est très bien ainsi : le cours des événements est imprévisible, logiquement imprévisible. Parce que cela dépend de la volonté du peuple. Et j'ai moi-même dit beaucoup de choses qui ne se réaliseront pas plus tard.

 

Mais dans ce cas-ci, il s'agissait de bien plus qu'une prévoyance accomplie ou plutôt exagérée. Quel était le contenu de l'article ? J'ai pris les quelques articles qui circulaient ici sous forme de samizdat, où les gens disaient franchement ce qu'ils pensaient et, même en exil, ce qui était publié. Tout cela a été distribué en nombre absolument insignifiant. Sur cette base, j'ai reconstitué, comme un lézard sur des restes d'os, le point de vue de certaines couches de personnes qui, pour une raison quelconque, sont antipathiques aux principes traditionnels de la vision du monde russe, qui sont dégoûtées par l'histoire russe et la personne russe du début à la fin... Et qui pourtant vivent parmi les Russes. Je ne pensais pas que ces gens étaient des Juifs, et il y en a beaucoup parmi les Russes : le célèbre Sinyavsky, par exemple, qui a écrit : "La Russie est une salope.

 

Et maintenant, si nous continuons la même comparaison : ces lézards n'ont pas besoin d'être reconstruits, ils marchent parmi nous et nous mangent. Même la politique télévisuelle en est imprégnée, tout comme la politique gouvernementale...

 

- Beaucoup de choses ont changé ces derniers temps…

 

- Il me semble qu'il faut ici séparer les actes concrets des paroles. Vous voulez dire que la terminologie a changé. Il y a quelques années, Eltsine a déclaré que des "personnes rouges et brunes" très dangereuses étaient apparues. Et maintenant, ni lui ni Poutine ne disent de telles paroles. Auparavant, on parlait de "patriotes dangereux" qui étaient toujours mis entre guillemets. Et maintenant, ils se disent "patriotes". C'est vrai. Mais Zhirinovsky a été le premier à le découvrir. Il a réalisé que c'était désagréable pour les gens d'écouter comment on se moquait des Russes... Après cela, d'autres hommes politiques ont vu par son exemple qu'il était possible de réussir et ces mots ont commencé à être prononcés par n'importe qui - des bolcheviks, du parti communiste et jusqu'au président. Mais tout est question d'actions...

 

- Mais peut-être qu'un changement de mots entraînera un changement d'actions. Devront-ils faire ce qu'ils disent ?

 

- Vous savez, Eltsine a souvent promis de s'allonger sur les rails, mais cela ne l'a pas incité à le faire. Hitler a également écrit : "Ne vous embêtez pas à écrire aujourd'hui dans le journal le contraire de ce que vous avez écrit hier, parce que le citoyen moyen ne regardera pas ce journal. Mais au moins, vous pouvez regarder le vieux journal, mais même cela est impossible à la télévision - vous ne pouvez pas tourner une page et voir ce qu'il y avait avant. Elle est typique non seulement de la télévision, mais aussi, de manière générale, de la présentation moderne de l'information. Aujourd'hui, même le journal ne peut être opposé : un dialogue est impossible. Tout cela s'apparente à la persuasion, à l'hypnose, et pas du tout à la discussion ou à la communication des faits. Ce n'est pas un hasard si les journaux télévisés ne consistent plus en une présentation de faits dont vous pouvez tirer vos propres conclusions, mais en des points de vue étayés par des images... Quand quelque chose se passe à la Douma, on vous montre un homme politique important pour lequel des millions de personnes ont voté... et il ouvre juste la bouche. Et en même temps, un jeune homme totalement inconnu - un commentateur - explique ce qui se passe. Mais j'aurais trouvé intéressant de savoir ce que cet homme politique a vraiment dit, que je sympathise ou non avec lui - il y a un vrai pouvoir derrière lui après tout. Mais il s'avère que ce n'est pas son vrai pouvoir, mais celui d'un jeune homme de la télévision.

 

- Alors comment pensez-vous pouvoir résister à tout cela ?

 

- Je pense qu'il faut tout d'abord avoir une grande expérience de la vie pour pouvoir résister à cette monopolisation. Et puis, en nationalisant les principales chaînes. Parce qu'on ne peut pas vendre la vérité pour de l'argent. Bien sûr, la nationalisation crée aussi le risque d'une monopolisation de l'information par l'État. Mais il est possible de lutter contre elle. Il est possible de présenter les chaînes ou les émissions à l'Église, aux syndicats, aux scientifiques, aux écrivains. Mais le principe de "vérité pour l'argent" doit être supprimé dans tous les cas.

 

Igor Shafarevich.

Interviewé par Dmitry Saprykin.

1er février 2000.

 

http://pravoslavie.ru/4531.html

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Igor Chafarevitch s'entretenait avec Gennady Starostenko

10 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Philosophie, #Politique, #Russie, #Sciences, #Société

Igor Rostislavovich Chafarevitch (1923-2017), mathématicien et penseur russe.

Igor Rostislavovich Chafarevitch (1923-2017), mathématicien et penseur russe.

As a schoolboy, he took exams at the mechanics and mathematics department of Moscow State University. And after graduating from school in 17 years, he was taken immediately to the last course of this faculty. In 19 years he defended his thesis, in 23 of the year - a doctoral thesis ... Then scientific and teaching activities, titles, awards. However, at the same time there is continuous internal work going on in it, prompted by the awareness of imperfection, injustice, falsehood of the surrounding life.

The desire to understand the causes of what is happening leads him to the circle of dissidents. He opposes the persecution of dissidents, the use of psychiatry as a means of political repression, becoming a member of the Human Rights Committee. Especially a lot of power gives protection of freedom of religion and the rights of believers in the USSR. And this is despite the fact that his father once admitted: during the years of the Civil War, he saw and experienced something that deprived him of faith in some good God for a man, God, with whom personal contact is possible. 

But he himself felt differently: “It seems to me that faith helped me to experience despair throughout my life. Religious experience gives a person, the people the opportunity to perceive their life as something meaningful, to take it out of the category of the theater of the absurd. ” 

Such an attitude to faith, to the love of Russian literature brought up since childhood, stories could not but tell, and his paths with liberal dissident circles diverge sharply. Because the main theme of his philosophical and journalistic reflections becomes the fate of the Russian people, the insulting and humiliated state in which he found himself. 

Shafarevich comes to the conclusion that the most important thing for modern Russia is to defend the right to comprehend its history, its historical experience. And contribute to the change of national consciousness, crushed by blocks of lies and deception. It is necessary for the Russians to be ready for the inevitable turn of history, which otherwise could be disastrous for them. 

The most recent scandals in society connected with the Victory Day only confirm the loyalty of his words: “But while looking at Russia as a mistake of history is considered advanced, cultural, intelligent, even the only decent one, until then, of course, no healthy development can be . Either the country will perish, or this spiritual illness can be overcome. ”

During the meeting with the journalist, Igor Shafarevich was cheerful, open and friendly. These days he completely immersed himself in the editing of his book on mathematics, published in Germany, but he did not refuse from a difficult conversation about the present and future of our country, our people. 

- Igor Rostislavovich, what contributed to the awakening of civil and national feelings in you in your younger years? After all, it was necessary to overcome the instinct of self-preservation, elementary fear?

- Once I met a man who spent a lot of time in camps - more than thirty years. He was a nobleman and deeply Russian man. I remember, I asked him: apparently, the feeling of being a Russian person is still being laid since childhood, when you listen to folk tales and epics? He smiled: as a child I listened to Contes de Perrault (Perro's tales) ... But as a child I listened to real Russian tales. I think this was the reason for my awareness of myself as a Russian person.

I remember that in my room, in the communal apartment where we lived, there was a round rotating shelf. And there was a book of Russian epics, which I constantly re-read. On the other hand, I think that the national feeling should be innate, it is embedded in your genes. I remember what a great impression the film “Alexander Nevsky” made on all of us - especially in those places where high words about the Motherland were spoken.

Then I began to awaken the realization that in the surrounding life a lot of ostentatious, false, that the Russian people are being manipulated. The authorities are still acting the same way - with suspicion of Russians, ready to manipulate their feelings, often believing that Russian self-consciousness is already extremism and that it is necessary to fight it. At the same time, we live in a country where eighty percent of the Russian population ... This is a tremendous force, which is why the efforts of our opponents to subordinate us to our will are so great.

- Your talent in the field of accurate knowledge manifested itself very early. A person who has gained fame at an early age can indulge in self-delusion, feel elected, believe in his superiority over others ...


- Election? I think that this is not in Russian heredity, not in our roots. On the contrary, many of us have in our blood a readiness for self-sacrifice. I was told how once, during the Great Patriotic War, the enemy tank the attack was repulsed, and the turning point in it was when one of the fighters shouted "... so is your mother!" threw himself with a grenade under the tank. Namely - without swearing allegiance to some lofty ideals, but like that, under rude scolding, giving his soul "for his own." They always appeal to this feeling of Russians - to their patriotism - whenever they want to use them in their own interests.

The likelihood that people will start their own interests and rights to defend is great, so the authorities somehow have to deal with this, they feel the danger ...

I do not remember how in the current, but in the so-called Brezhnev constitution, even before perestroika, the attitude to the word “Russian” was as if it were indecent. Then the government began to remove some verbal prohibitions - but these were only minor external concessions. Nevertheless, there was a sharp reaction to attempts to regain old-fashioned, pre-revolutionary symbols and meanings. A meeting of historians was even organized in the Central Committee of the CPSU, which emphasized the ideological character, its materials were later published in the journal Voprosy istorii. It said that unacceptable revisionist deviations are beginning - that tsarist Russia, for example, is no longer viewed as a “prison of nations” ...

- The ancients said: Errare humanum est. That is, it is human to err. Time passes and you have to admit that any actions you have committed are erroneous. So, for example, the writer Leonid Borodin spoke a year or two before his death: yes, they say, imprisoned — and right, in general, they did ... The subtext is understandable — in the words of Zinoviev, dissidents were tagged into communism, and got into Russia. At that time, many thinking people went from “red” to an understanding of the national, and some of the nationalists began to understand what genuine values ​​were lost with the Soviet era. And you yourself wrote that the epoch of socialism was not a single monolith of seventy years in our country. What it divides, if simplified, into two parts - in many respects opposite to each other. Where do people come from that can explain to others all the truths and iniquities of life? All its difficulties and contradictions?


- There was a time when this question was painfully experienced by me ... Even now it is not clear to me whether people thinking not only of themselves, but also of the fate of the people, are part of the same people? Or is it some kind of separate people that need to be studied separately? I think that people who are capable of thinking about the fate of the people simply do not separate themselves from their interests, from the interests of the country. But many who are in a position to think about people think mostly about their own interests. They are strangers to him. And they simply lead people away from their awareness of their higher goals. And this, in my opinion, Danilevsky realized ... There are two different cultures that live an unknown life.

- In your book “The Three Thousand-Year Enigma” there is a phrase: “Carefully, gradually it will not be possible to make Russia non-Russian”. How strong is this conviction in you now, after many years. After all, it has now become clear what powerful forces are being used as instruments of de-Russification. In 90, I would agree with you, but now ...

- But in my opinion, no - after all, it cannot be done. We are very difficult to change. Of course, television today is largely anti-Russian. Very many programs that I watch are either simply Russophobic, or with Russophobic overtones. For this and captured television. Of course, it is difficult for a Russian person to be optimistic today, but still ... Although we still have Yeltsin terminology in use - Russians. It was suggested to him once that this is the old Russian word. And he had just the psychology of that kind of kings ... Russian is not characterized by aggressive nationalism, some kind of hostile perception of other nations, but the word “Russians” dissolves the Russian dominant in itself.

I know many people who are trying to actively counteract the evil of de-Russification. I read with interest the patriotic journalism - especially such that is supported by significant information, operates with facts. But I do not agree with some of the authors. Others, for example, are already talking about some form of "guerrilla war", about tough actions that today's young people are capable of, while we, the older generations, are mired in chatter. There are some moments that give them away as extreme people, but at the same time sincere and honest.

- Several years ago, at the joint collegium of the Prosecutor General’s Office, with the participation of other weighty structures, it was stated that the number one political enemy now is Russian nationalism. In total, more than three million crimes were committed in the country that year, and only three hundred and a few, that is, one hundredth percent, were crimes related to ethnic conflicts. But it was this one hundredth percent that was presented as the main danger.

- Yes, as we have already spoken to you, the authorities are afraid of the Russian national feelings. But we should be aware that we have enough reasons for new cataclysms and it is easy to rock the boat. I must note that in an attempt to suppress Russian nationalism, the authorities may have not only vicious approaches, but also quite natural fears. Recently, I read an article by a well-known propagandist of the national idea - that the government is pushing national protest forms underground. Perhaps it is so, but, on the other hand, a hard line on such a protest may give off adventurism and lead to destruction. This kind of "guerrilla war" can develop unpredictably. Therefore, we must be realistic. Still, recently life has turned a little bit for the better, some kind of stability has appeared, people have some kind of work that feeds them. And the opinion that life under construction is now to be destroyed, even if it is bad from a moral point of view, is too harsh a view on things.

- Actually, those who have been robbed are difficult to reconcile with robbers, just like those who were slandered with slanderers ... But let's talk about something else - tell me, are there any social topics that you would undertake to explain to people? What do you think today?

- You know, it is interesting to think about what hands for some reason have not reached yet. Interest enthralls and gives strength. When such an interest arises, it stimulates both activity and thought.

- You wrote that the 21st century will witness the destruction of that civilization type that has taken shape in Western Europe and the USA ...


- Yes, and I do not refuse this thought. Only this process is slower than I imagined ... And I would like to. But this process is slow, but it is going on. Already it is clear that Western society is losing its strength.

- Indeed, the historical elasticity is lost there. It seems to me, first of all, in connection with the introduction of multicultural approaches and flows of migrants. It changes Europe. Latin America is going on in America ...

- I must say that in these processes there is some historical justice. Thanks to them, she is recovering. Recall that the land on which Mexicans live today was once rejected by America, which is about half of Texas and California. Everything is not so hopeless, so let's hope.

Interviewed by Gennady Starostenko.

Source: https://en.topwar.ru/28988-igor-shafarevich-sdelat-rossiyu-nerusskoy-ne-udastsya.html

Commentaire de Slaventi (5 juin 2013):

Shafarevich finished his main work - titled "Russophobia" in 1982. It was, of course, impossible to publish it. Only a few years later, when the air smelled of Gorbachev's liberalism, Shafarevich decided to let him into samizdat. And in 1989 - it happened: "Russophobia" appeared on the pages of the magazine "Our Contemporary". Shafarevich could not put up with the communist system of power and in the 70s was among the leading dissidents. But among the dissidents Shafarevich also soon became a dissident. While most of them, fighting for human rights, were guided by Western values ​​of democracy and free enterprise, for Shafarevich the bright future of Russia lay in its autocratic Orthodox past. In his opinion, rapprochement with the West can only "dilute" its national identity. This is contraindicated for Russia, but a small group of intellectuals, dominated by Jews, pushes it down this disastrous path.

According to Shafarevich, the "small people", as he called such an intelligentsia, does not understand the aspirations of the "big" people, does not respect its traditions and original culture, considers it a cattle, suitable only to serve as material for irresponsible social experiments.

 

Shafarevich a terminé son œuvre principale - intitulée "Russophobie" - en 1982. Il était, bien sûr, impossible de la publier. Quelques années plus tard seulement, lorsque l'air sentait le libéralisme de Gorbatchev, Shafarevich décida de le faire en samizdat. Et en 1989 - c'est arrivé : La "russophobie" est apparue dans les pages du magazine "Notre contemporain". Shafarevich ne pouvait pas supporter le système de pouvoir communiste et dans les années 70, il faisait partie des principaux dissidents. Mais parmi les dissidents, Shafarevich est aussi devenu rapidement un dissident. Alors que la plupart d'entre eux, luttant pour les droits de l'homme, étaient guidés par les valeurs occidentales de démocratie et de libre entreprise, pour Shafarevich, le brillant avenir de la Russie résidait dans son passé orthodoxe autocratique. Selon lui, le rapprochement avec l'Occident ne peut que "diluer" son identité nationale. C'est contre-indiqué pour la Russie, mais un petit groupe d'intellectuels, dominé par les Juifs, la pousse sur cette voie désastreuse.

Selon Shafarevich, le "petit peuple", comme il appelle une telle intelligentsia, ne comprend pas les aspirations du "grand" peuple, ne respecte pas ses traditions et sa culture originelle, le considère comme un bétail, apte à servir uniquement de matériel pour des expériences sociales irresponsables.

(Traduction: Le Rouge et le Blanc)

 

Le film documentaire "Igor Shafarevich "Je vis en Russie" réalisé par Nikolai Melnikov.

Le film explore la personnalité du grand scientifique russe, mathématicien, que le monde entier connaît, et dont les travaux, tant scientifiques que philosophiques et journalistiques, passionnent plus d'une génération. La tentative de montrer I. Shafarevich sans préjugés ni fausses évaluations et constitue la tâche principale du film.

Le film comprend des images uniques, des interviews.

Scénariste et réalisateur - Nikolay Melnikov.

Caméraman - Alexander Orlov.

Producteur - Alexander Dubovitsky.

Année 1994.

"Nous avons un dicton:

Il vaut mieux mourir que de quitter sa patrie".

Alexandre Nevsky

Lire la suite

Valery Korovin : Appel dangereux (Club d'Izborsk, 10 février 2021)

10 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Politique, #Russie

Valery Korovin : Appel dangereux  (Club d'Izborsk, 10 février 2021)

Valery Korovin : Appel dangereux

 

10 février 2021

 

https://izborsk-club.ru/20638

 

 

La commission d'enquête de Biélorussie, par l'intermédiaire du procureur général, a envoyé des documents à la Pologne pour l'extradition de deux fondateurs de la chaîne de télégrammes NEXTA°, reconnus comme extrémistes dans la république. "Nous avons conclu avec ce pays un traité international sur l'assistance juridique dans les affaires pénales, qui règle également la question de l'extradition", a déclaré Mikhail Vavulo, chef du département juridique international de la commission d'enquête de la République.

 

Ce n'est pas tant un moment de vérité pour la Biélorussie, pour lequel attraper les organisateurs, les instigateurs et les participants à la tentative de coup d'État est une routine, que pour les élites polonaises actuelles, qui revendiquent de plus en plus leur souveraineté et leur indépendance vis-à-vis du projet mondialiste.

 

Le réseau social NEXTA est un instrument d'influence politico-informatique dans le cadre de la guerre des réseaux de l'Occident mondialiste contre la Biélorussie. Avec l'aide de ces ressources, l'Occident capture les États et les place sous son contrôle stratégique, sans utiliser d'armes conventionnelles. C'est ce qu'on appelle en science politique et militaire américaine la NetWar - network wars. Cette doctrine, officiellement promulguée par le Pentagone, est utilisée activement et avec succès dans la pratique depuis plus de deux décennies.

 

Le principe de base est de prendre l'État sans recourir à l'aviation, aux missiles et aux bombes, aux attaques de chars et aux balayages. Au lieu de cela, l'État est saisi de l'intérieur en dirigeant la négativité des masses (existant dans n'importe quel pays, y compris les États-Unis eux-mêmes) contre son propre gouvernement.

 

Pour canaliser ces énergies très négatives de la société dans la bonne direction, il faut faire une préparation préalable, créer un environnement dans lequel cette même stratégie de réseau peut être mise en œuvre. C'est-à-dire "installer" la société souhaitée, la couvrir de réseaux, l'atomiser au préalable.

 

C'est un moment important de la préparation d'avant-guerre. Si la société n'est pas une société en réseau mais, par exemple, traditionnelle, communautaire, religieuse, conservatrice, alors elle ne fonctionnera pas. Les stratégies de réseau ne fonctionnent que lorsqu'il existe des réseaux ou des entités atomiques, fractionnaires, discrètes (on parle aussi de société civile). En regardant la Biélorussie, on comprend que les préparatifs de l'actuelle guerre en réseau contre cet État post-soviétique ont eu lieu depuis le moment même de l'effondrement de l'URSS.

 

Au début, tout le monde s'enthousiasme pour la démocratie parce que c'est la "liberté". Mais il s'agit, bien sûr, d'un stratagème rhétorique. Au minimum, il y a la "liberté pour" (liberté de réaliser sa volonté, de faire quelque chose, d'accomplir quelque chose) et la "liberté de" (la liberté est la liberté d'émancipation, la libération de toute identité collective, de la tradition, des valeurs communes, de la morale commune, des mœurs).

 

Les technologues du libéralisme ont exactement cela à l'esprit - l'émancipation, la transformation des peuples en un ensemble d'individus atomiques. Même si vous voulez dire par "liberté" autre chose.

 

Ensuite, il y a l'étape suivante : la création de la société dite civile dans cet environnement atomique émancipé, préparée par la "démocratie". Ce n'est pas non plus ce que nous imaginons et pas du tout la façon dont nous voulons le voir. La société civile est un environnement d'activisme politique sur la base d'individus atomiques (libérés), dans lequel on peut créer toutes les constructions politiques pour toutes les tâches politiques. La société civile est une sorte de constructeur de Lego : des milliers de petites pièces à partir desquelles tout projet politique peut être assemblé.

 

Ensuite, dans l'environnement de la "société civile", on crée ce que l'on appelle les "capteurs de retour d'information" - diverses organisations à but non lucratif, des ONG, des centres de recherche et de sociologie, à l'aide desquels on mesure les sentiments du public dans le but d'orienter la société dans la direction souhaitée par le client. Le rôle le plus important est joué par les réseaux d'information et les médias spécialement créés pour la capture d'un État - un réseau médiatique par lequel les formules nécessaires seront insérées et la société civile sera gérée de l'extérieur lors de la dernière étape finale. Avec leur aide, le premier, l'impact du test sur la société commence.

 

Lorsqu'une société est prête à l'avance - relâchée, atomisée, politiquement renforcée et couverte de capteurs et de réseaux, l'étape finale commence : sa capture. Le négatif existant, qui, comme nous l'avons dit plus haut, existe dans n'importe quel état, ne fonctionne pas tout seul. Elle doit être correctement formulée et présentée, orientée vers le bon point.

 

La base est prise par les faiblesses de l'État : en règle générale, c'est la corruption, qui est partout (oh, si vous saviez l'ampleur de la corruption dans le foyer de la démocratie - les États-Unis !), l'usurpation du pouvoir par une personne ou un groupe de personnes, les maux sociaux - médecine, éducation, logement et services publics, infrastructure, prix, niveau de vie, pauvreté.

 

Les deux dernières catégories sont absolument subjectives. Leur niveau est déterminé dans les têtes, et la manière dont il est déterminé est activement promue par les réseaux occidentaux. L'essentiel est de convaincre une personne qu'elle "vit mal"... et déjà un habitant de Moscou ou de Minsk avec un smartphone de moins de 100K est plus misérable, plus pauvre et souffre d'un niveau de vie inférieur qu'un habitant de la banlieue de Delhi, vivant dans une hutte faite de boîtes en carton ou dans un anneau de béton couché sur le côté.

 

Ensuite, les réseaux et les médias sur commande commencent à frapper les mêmes points, en exprimant méthodiquement (par méthodologie) les mêmes points de discussion, en les adressant à des groupes de militants civiques préparés à l'avance qui agissent comme des catalyseurs pour les masses. Les masses, soumises à l'instinct de complicité ("si tout le monde le veut, alors moi aussi", "je suis comme tout le monde", "je suis du côté de la majorité", "je suis du côté du peuple"), descendent dans la rue.

 

Il commence à synchroniser les pressions sémantiques (un programme correctement formulé), politiques (la participation de toutes les forces politiques - partis, mouvements et organisations sociales - précédemment créées, achetées ou détournées) et de la rue sur le gouvernement. Elle est idéologiquement fondée (sur la base d'une vision du monde libérale et mondialiste), politiquement consolidée et légitimée par les masses dans la rue.

 

Ensuite, soit les autorités se retirent et se rendent sans combattre (comme en Tunisie et au Kirghizstan), soit elles commencent à résister et à commettre des erreurs. Dans ce cas, le scénario se radicalise et passe de formes douces à des formes de plus en plus dures - des cocktails Molotov et des tireurs d'élite à la guerre civile et à l'invasion de terroristes américains (créés avec l'aide des États-Unis) (comme en Libye et en Syrie).

 

Si le gouvernement actuel est mobilisé, n'a pas fait d'erreurs grossières et a tenu bon, cela ne signifie pas que l'histoire s'arrête là. Au contraire, la vague d'agression en réseau recule, afin de rassembler des forces plus importantes et de se préparer à un scénario plus dur, et plus loin... En fait, nous avons sous les yeux toute l'expérience de l'agression en réseau de l'Occident, son intensité et tous ses types depuis 30 ans, que ce soit en Europe de l'Est, dans l'espace post-soviétique ou dans le monde arabe.

 

Ainsi, la Biélorussie (qui l'aurait cru) se trouve maintenant à l'épicentre de la guerre des réseaux. Eh bien, son tour est venu. Et si, même avant, elle n'était pas aussi visible, c'est uniquement parce qu'il s'agissait d'une phase préparatoire.

 

Il fallait d'abord habituer la société "totalitaire" post-soviétique à la démocratie. Puis il y a eu une longue diatribe sur la "société civile" et la nécessité de créer des dizaines, voire des centaines d'ONG pour la promotion de cette "démocratie" et de cette "société civile". Ensuite, il y a eu la création d'un média indépendant du gouvernement et dépendant de l'Occident, et la rédaction d'articles sur la "liberté d'expression" et les "droits de l'homme" (ce n'est pas non plus ce que nous pensons).

 

Parallèlement, un environnement d'occupation culturelle se crée, l'uniatisme et l'œcuménisme catholique s'insinuent, l'Occident sort de toutes les crevasses - culture, littérature, art, cinéma, musique. L'Internet a considérablement accéléré et simplifié tous ces processus. Oui, les Biélorusses (avec lenteur) ont résisté à cela, tout allait lentement et lourdement. C'est pourquoi la Biélorussie est l'une des dernières. Alors que la Russie, qui a déjà connu la guerre des réseaux en 1991 (puis en 1993), repoussait une attaque de réseau après l'autre, la Biélorussie ne faisait que s'échauffer, sa "société civile" se réchauffait dans les vestiaires.

 

Vous vous demandez peut-être pourquoi tous nos pays postsoviétiques ont organisé toutes ces choses sur leur territoire, c'est-à-dire "démocratie", "société civile", "droits de l'homme", "médias indépendants", des milliers d'ONG ? Pourquoi se sont-ils permis les réseaux sociaux américains (privés, il s'est avéré qu'ils n'avaient aucun contrôle sur eux), la culture de masse américaine et d'autres déchets ? Pour qu'ensuite, avec l'aide de tout cela, nos pays soient détruits et capturés par les technologues politiques américains ?

 

La question est raisonnable, mais il est bon de vivre avec le recul. N'accusons personne de démence. Nous ne voulons pas non plus penser que nos élites l'ont fait délibérément. Disons qu'ils ne savaient tout simplement pas. Mais maintenant ils savent comment, par quoi, avec quelles ressources ils sont renversés, capturant ce qu'on appelait autrefois les États.

 

Le projet mondialiste ne prévoit aucun État souverain, et l'ALENA est le moyen par lequel l'État biélorusse doit être capturé ou rasé. Autrement dit, l'extrémisme n'a même pas besoin d'être prouvé ici. Il ne s'agit pas de manifestants pacifiques au Capitole, tout est beaucoup plus grave ici.

 

Maintenant, retournons en Pologne. Si elle veut vraiment se considérer comme souveraine et ne veut pas se fondre dans un projet mondialiste, alors les fondateurs de NEXTA - les extrémistes Putilo et Protasiewicz - devraient être traduits en justice en Biélorussie. Ils doivent être tués dans l'œuf afin que, dès que les technologues américains remarqueront la lutte pour la souveraineté de la Pologne, le scénario biélorusse ne se répète pas en Pologne même. Laissons le KGB biélorusse mieux traiter avec les agents du mondialisme en Pologne.

 

 

Valery Korovin

 

http://korovin.org

Valery Mikhailovich Korovin (né en 1977) est un politologue, journaliste et personnalité publique russe. Il est directeur du Centre d'expertise géopolitique, directeur adjoint du Centre de recherche sur les conservateurs au département de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, directeur adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse sur l'Eurasie (http://evrazia.org). Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* Ndt: Sur Nexta: https://www.rfi.fr/fr/europe/20200913-caisse-résonance-la-contestation-biélorusse-nexta-cristallise-les-attaques-loukache-0

Valery Korovin : Appel dangereux  (Club d'Izborsk, 10 février 2021)
Lire la suite

Oleg Rozanov : l'image de l'avenir et la légitimité du pouvoir (Club d'Izborsk, 9 février 2021)

10 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Oleg Rozanov : l'image de l'avenir et la légitimité du pouvoir  (Club d'Izborsk, 9 février 2021)

Oleg Rozanov : l'image de l'avenir et la légitimité du pouvoir

 

9 février 2021

 

https://izborsk-club.ru/20636

 

 

Le moment politique actuel, les défis auxquels nous sommes confrontés et la situation géopolitique nous font nous concentrer davantage sur les aspects techniques de l'idéologie russe, sur l'énoncé général du problème et, si je puis dire, sur la définition apophique de l'idéologie russe. L'apophatisme, comme vous le savez, est un terme qui vient de la théologie, ce qui signifie une recherche de Dieu à travers la négation de ce qu'il n'est pas. Et maintenant, nous devrions au moins définir ce que l'idéologie ne peut pas être, à quoi elle sert et de quoi elle nous protège.

 

Nous avons longtemps été en concurrence avec nos adversaires géopolitiques dans les domaines militaire, économique et informationnel. Ils nous critiquent constamment - pour le mépris des droits de l'homme, le contrôle excessif des médias, la corruption et le manque de démocratie - nous nous y sommes habitués. Mais parfois, très rarement, la critique est formulée de manière très claire et précise. Nous nous souvenons du jour où un groupe de sénateurs républicains est venu à Moscou en 2018 et a été accueilli à la Douma par une ovation. Un des sénateurs, de retour aux États-Unis, s'est plaint que la Russie ne soit pas un concurrent des États-Unis parce que (citation) "la Russie n'a pas de philosophie politique. C'est comme parler de la philosophie politique de la mafia". (fin de citation). Nous n'avons absolument rien à objecter à cela.

 

En effet, la mafia ou une grande entreprise ne peuvent pas avoir d'idéologie. Toute leur idéologie est axée sur la rétention du pouvoir et le profit. Les gangsters peuvent avoir leur propre "code d'honneur", leurs propres "concepts" et ambitions politiques, et la concurrence avec un autre gang, mais ils ne peuvent jamais avoir d'idéologie. De la même manière, un empire commercial peut avoir une marque, une stratégie de marketing et une politique d'entreprise reconnaissables, mais il ne peut jamais avoir son propre concept philosophique, faisant appel à des valeurs supra-individuelles, qui sont plus importantes que le profit et l'expansion de l'influence. Au Club Izborsk, nous partons du principe que notre pouvoir, notre État et notre peuple ne sont pas une holding internationale ou un groupe de bandits. La Russie mérite sa propre théorie politique, ses propres rêves et son idéologie. Sans cela, même avec des armes nucléaires, du pétrole, du gaz et des technologies avancées, nous serons traités comme une république bananière qui s'est coupée de tout le monde et s'est assise sur une ressource de matières premières - comme une énorme "Colombie" eurasienne sur le dopage pétrolier. Après tout, avoir des armes supersoniques, des voitures de luxe, des vaccins avancés et des pipelines marins, mais aucune image de l'avenir souhaité, est une honte, un échec et un coup porté à la dignité nationale.

 

Tout d'abord, toute idéologie est toujours offensante ; elle ne peut se limiter à une critique aveugle. Ce que nous obtenons maintenant, c'est que nous sommes critiqués et que nous répondons avec style : "Regardez-vous". On nous dit "vous avez un média non libre", et on nous signale les fermetures de comptes de Trump. On nous reproche de disperser les manifestations - et on nous signale leurs bains de sang avec la police. Ils parlent de vote inéquitable - et nous désignons les électeurs "morts" aux États-Unis. Bien sûr, nous n'aimons pas leur propagande occidentale en faveur des LGBT, leur féminisme offensif perverti et leur mondialisation centrée sur les Américains, mais c'est à leur idéologie que nous ne nous opposons pas. Toutes nos critiques n'aboutissent pas à une idéologie cohérente. Et toute tentative de critiquer l'Occident du point de vue de l'idéologie des droits de l'homme ne fait que faire rire l'Union européenne et les États-Unis.

 

D'autre part, nous ne devons pas nous enfoncer dans la fabrication de mythes locaux, afin de ne pas nous retrouver avec un ersatz de canneberge idéologique avec des balalaïkas et des ours. L'idéologie doit être l'affaire de personnes compétentes et profondément liées à la théorie et à la pratique, et l'image de l'avenir souhaitable doit être en résonance avec les autres théories et concepts politiques mondiaux. Oui, nous avons notre propre façon de faire, notre choix de civilisation et nos valeurs, mais les recettes finales ne sont pas constituées d'idées "d'un tel ou d'un tel" et de promesses "pour tout ce qui est bon".

 

Enfin, le danger le plus évident de la construction idéologique en Russie est sa descente dans le format d'un projet technologique politique à court terme. Cela s'est produit une centaine de fois dans l'histoire politique de la Russie moderne. Toute idéologie est "adaptée" à ses besoins, transformée en un outil de relations publiques bon marché, placée sous la bannière d'un parti ou utilisée lors du prochain cycle électoral. Il est clair que la formation de l'idéologie officielle est presque comme la réaction nucléaire, qui est difficile à contrôler, mais qui peut donner des forces grandioses pour une percée dans le futur. Après avoir dit "A", il faut dire "B" aussi, pour mettre les derniers accents en politique intérieure et étrangère, pour nommer directement amis et ennemis - cela peut effrayer les autorités. L'idéologie est une chose claire, extrêmement sérieuse et cohérente. Il ne s'agit pas d'une ruse médiatique ou d'un écran de fumée informationnel pour un subterfuge. La construction idéologique ne peut pas être réalisée pour obtenir un effet de relations publiques à court terme.

 

Si nous définissons les limites substantielles de l'idéologie d'État, celle-ci devrait préserver et combiner les postulats des projets "rouge" et "blanc", l'esprit russe et la diversité ethnique de notre grand pays, la portée mondiale de la pensée et l'amour pour la terre natale, la montagne et le lointain, le pragmatisme économique et le mysticisme de l'eschatologie russe. C'est la singularité de notre mentalité et de notre caractère national - tout ce que Konstantin Leontiev a appelé "la complexité florissante".

 

Comme le disait Napoléon Bonaparte, "Un chef est un vendeur de rêves". En ce sens, tout discours sur la sécurité du transit et la continuité du pouvoir est dénué de sens sans une idéologie cohérente et un rêve national. Un parti ou une alliance de partis, une nouvelle constitution dans le cadre de notre nihilisme juridique, un consensus temporaire de l'élite ou un bloc de pouvoir n'apporteront pas le soutien populaire et la stabilité à un moment clé de l'histoire. Le soutien du leader national ne réside pas dans le moment présent, mais dans le rêve de l'avenir souhaité. Les bolcheviks sont venus et se sont installés au pouvoir grâce à un grand rêve et à l'image d'un avenir souhaitable, pour la construction duquel ils étaient prêts à mobiliser le monde entier. Le pays, souffrant de pauvreté et exsangue après la guerre civile, n'avait qu'un grand rêve et la foi en un avenir radieux. Les élections, les constitutions et les lois étaient secondaires. Un rêve et une image de l'avenir cimentent la légitimité de tout régime.

 

Le Club Izborsk, avec un large éventail d'experts à Moscou et dans les régions, fera de son mieux pour formuler et réaliser ce rêve et cette image du futur, pour assembler une mosaïque d'idées et de significations que nous comprenons intuitivement. Ce n'est que dans le cadre d'un système idéologique cohérent que le peuple et le dirigeant national, le Conseil d'État et le Parlement, les chars Armata et Nord Stream, Skolkovo et Roskosmos, les projets nationaux et les élections nationales, l'armée et l'église trouveront un sens commun et compréhensible. Sans cela - "le crabe, l'épée et le brochet", la stagnation, la décadence et le cimetière de l'histoire. Nous n'aurons pas d'autre chance.

 

 

Oleg Rozanov

 

http://olegrozanov.ru

Oleg Rozanov (né en 1969) est une personnalité publique, journaliste, directeur du Centre d'information et d'analyse Kopye Peresvet. Membre régulier du Club d'Izborsk. Depuis 2015 - Secrétaire responsable du Club d'Izborsk pour les activités régionales et internationales. Depuis 2016 - Premier vice-président du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Lez Rouge et le Blanc

 

Ndt: L'apophatisme (du substantif grec ἀπόφασις, apophasis, issu du verbe ἀπόφημι – apophēmi, « nier ») est une approche philosophique fondée sur la négation. En dérive la théologie négative, c'est-à-dire une approche de la théologie qui consiste à insister plus sur ce que Dieu n'est « pas » que sur ce que Dieu est; (Wikipedia).

Lire la suite

Ernst Jünger: Traité du rebelle, ou le recours aux forêts

8 Février 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Lettres, #Politique

Ernst Jünger (à gauche) et Carl Schmitt en barque sur le lac devant le château de Rambouillet (juillet 1941)

Ernst Jünger (à gauche) et Carl Schmitt en barque sur le lac devant le château de Rambouillet (juillet 1941)

"Notre intention n'est pas, plus généralement, de nous en prendre aux coulisses de politique et de la technique, ni à leurs groupements. Elles passent, tandis que la menace demeure, et même revient plus vite et plus violemment. Les adversaires finissent par se ressembler, au point qu'il n'est plus difficile de deviner en eux des déguisements d'une seule et même puissance.Il ne s'agit pas d'endiguer ici et là le phénmène, mais de dompter le temps. On ne peut le faire sans souveraineté. Or, elle se trouve moins, dans nos jours, dans les décisions générales qu'en l'homme qui abjure la crainte en son coeur. Les énormes préparatifs de la contrainte ne sont destinés qu'à lui, et pourtant, ils sont voués à faire éclater son triomphe ultime. C'est ce savoir qui le rend libre. Les dictatures tombent alors en poussière. Là reposent les réserves, presque vierges, de notre temps, et non pas seulement du nôtre; c'est le thème de toute l'histoire et sa délimitation, ce qui la sépare, et des empires et des démons, et du simple événement zoologique. Les mythes et les religions en donnent un modèle qui se reproduit sans cesse, et sans cesse les Géants et les Titans dressent leur puissance accablante. L'homme libre les abat; il le peut, même s'il n'est pas toujours prince et Héraclès. Le caillou lancé par une fronde de pâtre, l'oriflamme portée par une vierge, une arbalète ont déjà suffi à cette tâche".

Ernst Jünger, Traité du rebelle, ou le recours aux forêts. Traduit de l'allemand par Henri Plard, Points Seuil/Christian Bourgois, 1981.

Lire la suite

Leonid Ivashov: Qui a gagné en Amérique ? (Partyadela, 02.02.2021)

8 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #USA

Leonid Ivashov: Qui a gagné en Amérique ?  (Partyadela, 02.02.2021)

Leonid Ivashov: Qui a gagné en Amérique ?

 

02.02.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12710/

 

 

 

Les résultats de l'élection américaine auront des conséquences importantes

 

L'élection présidentielle la plus scandaleuse des États-Unis s'est terminée par la victoire du candidat du Parti démocrate, J. Biden. Toutefois, je pense que les résultats de cette victoire auront des conséquences de grande portée. Parce que ce ne sont pas seulement deux partis, deux forces politiques, mais deux Amériques qui se sont affrontés. Et ils se sont affrontés presque à mort, ce que confirment les événements post-électoraux : non seulement il existe une réelle menace d'envoyer D. Trump sinon en prison, du moins de le réprimer politiquement, mais il y a une réelle possibilité de changer tout le système politique américain et d'éliminer la structure électorale bipolaire. C'est-à-dire un affaiblissement ou une auto-dissolution du parti républicain américain.

 

Alors, à quoi les deux Amériques ont-elles dû faire face pendant les deux phases de l'élection présidentielle, et quelle a été la raison de la défaite des républicains ? Oui, Trump a déjà commis un certain nombre d'erreurs lors de la première campagne, en particulier, il n'a pas évalué objectivement l'essence, le rôle et les possibilités des médias américains, il n'a pas réalisé que le produit de l'information devenait un élément influent des relations internationales, et la gestion des flux d'information est devenue un élément clé de la lutte pour le pouvoir en Amérique même. Le cours de la politique mondiale et intérieure a commencé à dépendre, entre autres, de la façon dont certains événements sont interprétés. On peut ajouter à cela l'observation personnelle de l'auteur selon laquelle, au cours des élections présidentielles aux États-Unis, on a utilisé pour la première fois les anciennes technologies interdites (aux États-Unis) pour influencer la psyché des gens (des électeurs), découvertes à l'époque de Nikola Tesla.

 

Le système centré sur les médias qui s'est formé aux États-Unis a déterminé la dépendance importante du gouvernement et de la politique vis-à-vis des médias. Les médias américains peuvent être considérés comme une institution politique indépendante distincte et un acteur important dans le processus politique. Un acteur qui fait partie du gouvernement et de tout le système bipartite aux États-Unis. Mais sur lequel il y avait auparavant un régulateur caché qui contrôlait le respect des règles politiques internes et interpartis établies. Et elle a toujours fonctionné dans le cadre des intérêts "nationaux" des États-Unis. Aujourd'hui, ce régulateur semble avoir agi du côté des démocrates. En témoigne le refus des autorités de contrôle de s'attaquer aux violations évidentes commises par les partisans de J. Biden, à un moment où, dans la bataille entre D. Trump et H. Clinton, le sujet de l'ingérence russe dans la course à la présidence a reçu une large résonance et fait l'objet de procédures publiques, juridiques et même internationales.

 

L'équipe de Trump n'a pas réussi à bien comprendre ce qu'est ce système bipartite et comment les médias, qui y sont étroitement liés, non seulement expriment les positions des deux parties, mais façonnent aussi l'information et l'espace politique lui-même et influencent leur public. Et en fait, ils déterminent en grande partie les résultats des élections, alors que les médias traditionnels font clairement fi des règles et des traditions du journalisme américain, refusent d'être impartiaux et se transforment en instruments d'influence politique du système bipartite mentionné et de ses représentants.

 

Diviser les médias : deux camps médiatiques

 

Pratiquement tout au long de l'histoire des États-Unis, il y a eu une confrontation permanente entre deux partis - Républicain et Démocrate, chacun soutenu par certains médias. Il est difficile de contester cette thèse, mais je vais néanmoins essayer d'expliquer pourquoi et comment cela se produit.

 

Je commencerai par un avertissement, faisant référence à une autorité américaine.

 

Thomas Patterson, une autorité en matière de systèmes politiques, a souligné que "dans toutes les démocraties occidentales, les médias nationaux dominent les élections dans le sens où le sort de tous les candidats dépend de la capacité des médias à toucher chaque électeur, aucun d'entre eux n'a un système politique comme celui des États-Unis. Il n'y a qu'aux États-Unis que la presse joue un rôle qui, dans d'autres pays, est traditionnellement joué par les partis politiques.

 

Cela est dû en partie au fait qu'aux États-Unis, les lois permettant de poursuivre les journalistes pour avoir publié des "déclarations diffamatoires" ou des informations "offensantes" sont beaucoup plus libérales que dans d'autres pays. En raison de ces particularités de la culture politique, les médias américains ont beaucoup plus de liberté que les médias du reste du monde démocratique. La Russie est une conversation particulière. Nulle part ailleurs dans le monde, la presse ne joue un rôle aussi important en politique qu'aux États-Unis. Cela s'explique principalement par le fait que l'Amérique est un État très décentralisé, avec des partis politiques faibles et une conception libérale de la liberté de la presse.

 

En entrant à la Maison Blanche, Donald Trump a été pris en otage par les médias, qui se sont retournés contre lui. Il y a un niveau d'obstruction sans précédent de la part de ses adversaires politiques nationaux par le biais des médias. Cependant, Trump lui-même a beaucoup contribué à l'attitude très négative de certains acteurs médiatiques américains à son égard. M. Trump a qualifié la principale chaîne d'information CNN de "fausses nouvelles" et a critiqué le Washington Post et le New York Times, qui sont considérés comme un modèle en Amérique et dans le monde. Lorsque des rumeurs sur les liens de Trump avec les hauts gradés russes ont commencé à circuler dans la presse, il a qualifié les médias d'"ennemis du peuple" et a perdu toute chance de réconciliation. CNN, ABC, CBS, NBC - tous ces médias que l'ancien président américain a qualifiés d'"horrible machine de propagande" du Parti démocrate. C'est l'une des graves erreurs de l'équipe Trump : vous ne pouvez pas retourner les principaux médias américains (et mondiaux) contre vous-même, les poussant ainsi à conclure une "alliance" avec votre principal adversaire. Les manifestations de cette animosité sont plus que suffisantes.

 

Ce n'est un secret pour personne que le New York Times a publié des mensonges et trompé ses lecteurs. Après la victoire de Trump lors des élections précédentes, l'éditeur a publiquement admis que le journal "n'a pas vu" une grande partie des électeurs qui ont voté pour Trump. De plus, la journaliste du journal, Julie Davis, a admis qu'elle avait sous-estimé de cinq fois le nombre de personnes qui étaient venues au rassemblement de Donald Trump en mai 2018. Et c'était des pas vers la réconciliation, mais Trump n'a pas pris ce risque. Peut-être pas du tout, car la presse "démocratique" a déjà fourni des informations complètement fausses ou tordues sans crainte de répercussions.

 

Il convient également de rappeler l'article scandaleux, non exhaustif, paru dans le même journal, qui accusait la Russie de récompenser les talibans pour avoir tué l'armée américaine et que Trump n'avait rien fait contre. La Maison Blanche et le ministère des Affaires étrangères ont par la suite officiellement démenti ces rumeurs. Mais il n'y a pas eu de punition. Le Huffington Post a présenté Trump comme l'homme responsable de l'attaque contre le comité de rédaction de la Capital Gazette en juin de cette année-là, même si l'auteur était uniquement motivé par une animosité personnelle, et non par la politique et l'attitude de Trump envers la presse.

 

En 2018, le Boston Globe a ouvertement appelé la presse écrite et les publications en ligne américaines à parler d'une seule voix contre Donald Trump, qui, selon eux, tue la "presse libre".

 

Il est certain que l'initiative du Boston Globe ne consiste pas à se battre pour les droits constitutionnels des journalistes. Elle a des racines beaucoup plus profondes et est principalement liée à l'agenda politique des personnes qui possèdent lesdits journaux et chaînes de télévision. Ce n'est pas un hasard si Trump a misé sur des outils de communication de masse non traditionnels comme Twitter, mais lors de la 59ème élection, l'ancien président en a été privé également - la page de Donald Trump a été bloquée.

 

Nous pouvons tirer une conclusion préliminaire selon laquelle ce n'était pas l'infraction des principaux médias américains contre D. Trump a été la raison de sa défaite aux élections.

 

Beaucoup d'analystes américains et autres croient aux fausses affirmations selon lesquelles la grande majorité des médias sont les porte-parole des "bleus" et les ennemis de Trump. Ce mythe s'applique principalement à la télévision. En plus des grandes chaînes de télévision nationales américaines, il existe d'innombrables chaînes de télévision régionales qui soutiennent sans équivoque les républicains et Trump personnellement.

 

En 2016, le Centre de recherche PEW a publié une étude - State of the News Media 2016. C'est elle qui a montré que l'audience totale des chaînes de télévision régionales est environ dix fois supérieure à celle des chaînes nationales et qui a permis de faire la lumière sur la situation réelle dans la sphère des médias.

 

Il est possible que ce soit grâce au SBG que Trump ait pu remporter les élections dans les "États balbutiants" où le nombre de téléspectateurs des chaînes régionales détenues par le SBG était bien plus important que celui des chaînes nationales CNN et d'autres chaînes de télévision.

 

Deux Amériques - idées et contradictions

 

Mais il est probablement faux d'accuser les médias de s'allier ouvertement avec le parti démocrate, ou sa direction, en raison d'une aversion pour Trump ou les républicains en général. Le point ici est différent : le capital financier transnational est le plus grand sujet de la géopolitique, et c'est l'"empire médiatique" transnational qui comprend les plus grands médias américains et mondiaux dont nous avons parlé plus tôt, afin de réaliser ses objectifs.

 

Les plus grandes entreprises médiatiques, telles que Time Warner, Forbes Inc. et Times mirror companies, soutiennent ouvertement la Réserve fédérale et le système bancaire, ce qui ne peut que suggérer la communauté d'intérêts et la composante politique de leur relation. Les financiers - Morgans, Mellons et autres ont influencé les médias et donc l'avenir de l'Amérique tout au long de l'histoire des États-Unis. Mais une telle situation ne s'est jamais produite auparavant. Lors de l'élection du 59e président des États-Unis, comme je le crois, une forte alliance entre les banquiers et les médias s'est formée, et la principale bataille pour l'Amérique a opposé la capitale financière, qui s'est constituée avec l'empire médiatique en une société mondiale (GC). Ils, représentés par D. Trump et ses partisans, se heurtent à l'opposition des industriels, dont le complexe militaro-industriel, qui rêvent de voir l'Amérique comme une puissance industrielle de haute technologie, et donc très intelligente, dont l'économie repose sur les technologies du sixième paradigme économique. Et durant le premier mandat de Trump, il a réussi à faire beaucoup dans ce domaine. Mais est-ce là ce que les financiers internationaux veulent voir de l'Amérique ? Ils ne se soucient pas de savoir de quel pays "gagner" leurs profits, l'Amérique en tant que territoire est secondaire pour eux. Il faut rappeler que J. Kennedy, qui est mort d'une balle à Dallas, s'est opposé à la même chose.

 

En 2018, Trump, a critiqué la Fed, disant que le taux d'intérêt était augmenté trop rapidement par l'agence. Avant cela, il avait déjà exprimé sa frustration de voir que, malgré les efforts considérables de son administration, la Fed sapait ces acquis et étranglait littéralement l'économie émergente. Tout naturellement, le président de la Fed, Jerome Powell, a ignoré les déclarations de Trump et a déclaré la poursuite du resserrement de la politique, montrant ainsi qu'il est totalement indifférent au sort de l'Amérique.

 

Pendant les élections, nous avons été témoins des contradictions de longue date au sein des "deux Amériques" - financière et industrielle. Trump a déclaré la guerre aux premiers, abandonnant le cours de la mondialisation et continuant à soutenir le secteur réel au détriment des intérêts des banquiers.

 

Le 23 juin 2020, le gouvernement Trump a porté un nouveau coup au secteur financier, cimentant enfin la guerre commerciale avec la Chine qui avait commencé plus tôt, mais la guerre commerciale ne profite pas au camp financier qui a intérêt à produire des biens en Chine et à commercer avec elle.

 

D'où la différence majeure entre les industriels et les financiers - les premiers entendent sauver l'Amérique au détriment du dollar, tandis que les seconds visent à sauver le dollar au détriment de l'Amérique.

 

L'ancien président Trump, républicain et représentant du secteur industriel, s'est retrouvé otage de l'Amérique financière : banques, fonds d'investissement et sociétés informatiques.

 

Que réserve l'Amérique ?

 

Ainsi, malgré l'accession de J. Biden à la présidence, la bataille entre les deux Amériques n'est pas terminée. Les démocrates, bien sûr, feront tout pour "finir" non seulement D. Trump, mais aussi les républicains. Mais cela soulève la question du "régulateur" - le pouvoir secret qui prend les décisions finales sur qui doit être président. Et cela s'est manifesté plus d'une fois dans l'histoire des États-Unis. Cette force se rend peut-être compte que la poursuite d'une guerre intérieure entraînera un affaiblissement de l'État américain et du dollar américain. Et l'affaiblissement des deux accroîtra le désir non seulement de la Chine et de la Russie, mais même de l'Europe, de se libérer de l'étreinte "amicale" américaine et d'exiger que les États-Unis paient leurs dettes et non le tribut. Tel est le dilemme.

 

Et pourtant, les deux Amériques sont aujourd'hui très dépendantes l'une de l'autre. Le marché du pétrole et du gaz de schiste ne va-t-il pas mourir le lendemain de sa coupure avec les marchés des actions et du crédit ? Les industriels ont besoin d'un flux constant d'investissements, de "taxes coloniales" provenant d'un monde globalisé que les financiers peuvent leur fournir. En tout cas, il faut reconnaître que ce n'est pas l'idéologie qui est primordiale ici, mais l'argent. La lutte porte sur la question de savoir qui sera le premier à profiter des atouts, du dollar fraîchement imprimé et des autres avantages de la civilisation. L'Amérique ne sortira certainement pas gagnante de cette confrontation. Il est donc probable qu'il y aura un compromis entre les deux Amériques. Mais ce n'est pas une certitude. Une Amérique déchirée par des conflits internes est condamnée à perdre sa grandeur passée. Quant au comportement des médias dans la course à l'élection présidentielle, c'est un coup dur face à un journalisme de qualité et impartial. Et cela inclut la Russie, notamment. Thomas Jefferson, l'un des pères fondateurs des États-Unis, fervent défenseur de la liberté d'expression, a néanmoins déclaré : "On ne peut plus croire ce que l'on voit dans un journal de nos jours. Même la vérité elle-même devient suspecte lorsqu'elle est placée dans ce format infesté de mensonges ».

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 > >>