Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

politique

Shamil Sultanov : Biden doit être pris au sérieux (Club d'Izborsk, 22 Mars 2021)

22 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie, #USA

Shamil Sultanov : Biden doit être pris au sérieux  (Club d'Izborsk, 22 Mars 2021)

Shamil Sultanov : Biden doit être pris au sérieux

 

22 Mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20820

 

 

- Joe Biden a confirmé lors d'une interview télévisée sur ABC News qu'il pense que Vladimir Poutine est un meurtrier. Et d'ajouter que le président russe "paiera" pour les tentatives d'ingérence de la Russie dans les élections américaines. Biden vous a fait peur ? Dans quelle mesure les États-Unis pourraient-ils frapper sérieusement la Russie cette fois-ci ? Comment les élites russes vont-elles réagir ? Le pays deviendra-t-il une "forteresse assiégée" ? A quoi les gens ordinaires doivent-ils se préparer ?

 

- Non, il ne l'a pas fait. Je m'y attendais. Il ne s'agissait pas d'une déclaration accidentelle, ni d'une réserve, comme certains ont bêtement commencé à dire que Biden était atteint de démence, de démence sénile, etc. Le leader américain va attraper froid à vos propres funérailles. Et vos adversaires doivent être pris avec le plus grand sérieux.

 

Encore une fois, il ne s'agit pas d'un mouvement aléatoire. De facto, Biden est le leader de l'État profond, les États-Unis. Plus formellement son président. Et une fête très claire se joue là-bas. Ce parti, d'ailleurs, se développe lentement et progressivement mais sûrement - escalade. En ce sens, lorsque le président américain qualifie notre leader d'assassin, il a dépassé un certain point qualitatif. Et ceci est très important. Et le Kremlin s'est en fait enlisé après cela, car la décision de convoquer l'ambassadeur russe à Moscou a immédiatement suivi. C'est aussi un indicateur que cette déclaration n'a pas été accueillie au Kremlin comme une plaisanterie ; ils l'ont prise très au sérieux. Une étape a donc été franchie, et il s'agit d'un point de non-retour définitif. D'autres étapes suivront. Plus précisément, elles suivent déjà mais très lentement, comme une escalade.

 

A quoi les gens ordinaires doivent-ils se préparer ? Il ne les touchera pas. L'un des éléments de la stratégie de Biden consiste à séparer le peuple russe du régime de Poutine. En d'autres termes, les États-Unis souligneront par tous les moyens qu'ils frappent spécifiquement le régime du président, et non le peuple russe ordinaire.

 

 

Shamil Sultanov

 

Shamil Zagitovich Sultanov (né en 1952) est un philosophe, historien, publiciste, personnalité publique et homme politique russe. Il est le président du Centre d'études stratégiques Russie - Monde islamique. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Michel Raimbaud: «Nous ne savions pas… qu’il y a un droit international» (RT - 22 mars 2021)

22 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #France, #Guerre, #Politique, #Syrie

«Nous ne savions pas… qu’il y a un droit international»

 

par Michel Raimbaud

 

22 mars 2021

 

Comme l'Irak avant elle, la Syrie est la cible de l'hystérie médiatique mainstream à l'occasion des 10 ans de la guerre. Ancien diplomate, Michel Raimbaud s'interroge : faudra-t-il 30 ans pour reconnaître les crimes commis contre ce pays ?

 

 

En mars 1991, l’Irak de Saddam Hussein, qui venait d’imploser face à une coalition conduite par Washington, entamait sa descente aux enfers. Il était désormais, pour longtemps, sous étroite surveillance et embargo. Entre un mirage de «glasnost» et une vague de «perestroïka», l’URSS de Gorbachev, noyée dans un rêve d’Occident, allait bientôt sombrer et se disloquer. L’Amérique se voyait déjà comme «le plus puissant Empire que la terre ait porté» et s’apprêtait à le faire payer très cher à qui ne l’aurait pas compris. Après avoir fait semblant de chercher une issue pacifique évitant à l’Irak l’humiliation, la France de Mitterrand avait rejoint l’assaut anti-Saddam, mesurant peu à peu combien sa marge de manœuvre vis-à-vis de Bagdad était étroite. Après un retour de flamme gaulliste sous Chirac, elle jetterait ses derniers feux en mars 2003 avec le discours flamboyant mais sans conséquence de Villepin au Conseil de Sécurité, abandonnant l’Irak et poursuivant sa glissade vers l’atlantisme.

Il a fallu trente ans pour que le mainstream du pays de la raison et des droits de l’Homme daigne découvrir le gigantesque mensonge qui avait occulté la destruction de l’Irak et l’atroce supplice infligé à son peuple. Le triste Colin Powell, célèbre pour avoir entubé le Conseil de Sécurité avec sa sinistre fiole, attendrait une éternité pour s’excuser vaguement au prétexte qu’il avait été mal informé (sic). Quelques-uns l’imiteraient plus tard, beaucoup d’autres jamais. Devant le scandale, nombreux sont ceux qui maintenant brandissent une excuse facile : «Nous ne savions pas», disent-ils, escamotant ainsi leur responsabilité. Avouer qu’ils savaient serait reconnaître qu’ils ont été coupables ou complices. Selon le long documentaire consacré à l’Irak récemment sur France 2, Chevènement avouait savoir depuis le 4 août 1990 que la France avait donné son accord à Washington pour être à ses côtés contre Saddam : la saga diplomatique dont les Français étaient fiers n’était donc qu’un leurre. Lire aussi Fichez la paix à la Syrie ! par Bruno Guigue L’accablant bilan de la tragédie irakienne a été passé sous silence, malgré un certain nombre de voix et d’initiatives courageuses qui ont tenté de démasquer l’entreprise américaine inspirée par le sionisme judéo-protestant : l’Etat démantelé et détruit, son armée et sa police dissoutes, l’un des pays les plus modernes du monde arabe ramené cinquante ans en arrière par les raids et l’usage d’armes prohibées, humilié par un «pétrole contre nourriture» inique. Sans compter les exactions et tortures, les prisons, le pillage du patrimoine archéologique. Au bas mot deux millions de morts dont 500 000 enfants, «le prix de la démocratie» selon la vieille Albright… Et l’inénarrable George W. Bush posant la question historique : Pourquoi nous haïssent-ils tant ? La bêtise de cet accès de folie furieuse témoigne de la dégénérescence morale du pays de Descartes et des droits de l’homme, une sorte de Covid de l’intelligence Le même scénario est en train de se reproduire assez exactement pour la Syrie, entrée en cette mi-mars dans sa onzième année de guerre. Sauf que l’Etat syrien, fort de sa résilience et de ses alliances (Russie et Iran), n’a pas été détruit, même si le pays est ravagé, son économie ruinée et son peuple asphyxié et affamé par l’embargo et les sanctions, sans voir le bout de son calvaire. Refusant de reconnaître son «impensable défaite» et «l’impensable victoire de Bachar el-Assad», l’Amérique a préféré, comme le prédisait benoîtement en 2016 le conseiller d’Obama Robert Malley, passer à un second stade de l’agression, la guerre militaire proprement dite bel et bien perdue laissant la place à une guerre économique sans fin, une guerre «proxy» avec l’appui du ban et de l’arrière-ban de la «communauté internationale» à l’occidentale. Comme il était prévisible, la mi-mars, dixième « anniversaire » du début des évènements en Syrie, a déclenché une hystérie sans précédent et à première vue incompréhensible dans la morne plaine – marécageuse à souhait – du mainstream, qui unit dans son lit les politiques, les médias et ceux dont le métier est de penser. La bêtise de cet accès de folie furieuse témoigne de la dégénérescence morale du pays de Descartes et des droits de l’homme, une sorte de Covid de l’intelligence. Ce sont simplement les intellectuels néoconservateurs à la française qui se mobilisent, égrenant leur chapelet de pieux mensonges et d’insanités, où se bousculent de jolis mots comme démocratie, droit international, droits de l’homme, justice, pluralisme, solution politique. Furieux de leur défaite, et n’ayant rien de présentable à revendiquer ou à proposer, à l’image des terroristes modérés et des révolutionnaires embusqués qu’ils soutiennent, ils stigmatisent sur l’air de la vertu outragée «l’Etat voyou» en Syrie, le «régime de Bachar», le gang «génocidaire», le «tyran massacreur», illustrant à merveille ce «degré zéro de la pensée politique» (et de l’intelligence) qu’est le néoconservatisme, et cette «dame bêtise» dont ils sont les amants et fiancés. On voit même avancer l’idée que, pour défaire durablement l’Etat islamique en Syrie, il convient de «stabiliser» les rebelles, qui ont détruit leur pays et se pourlèchent du martyre de leurs compatriotes. Lire aussi Dix ans de guerre en Syrie : une défaite pour l'interventionnisme occidental ? Ce qu’a subi l’Irak depuis trente ans, la Syrie le vit pour la onzième année consécutive (plus que les deux guerres mondiales réunies), un silence sidéral et un déni total raffinant le calvaire d’un peuple martyrisé. Si elle continue de mourir à petit feu, ce n’est pas pour «payer le prix d’une nécessaire démocratisation», ce n’est ni un «printemps raté» ni une guerre civile comme on s’évertue à le dire dans les pays de l’Axe du Bien. Parmi les «experts» qui pérorent, j’ose espérer qu’il n’y a pas de professeurs de droit international, car ils sauraient sûrement qu’à l’instar de l’Irak en son temps, la Syrie a été et est toujours la victime d’une agression internationale. Lors des procès de Nuremberg (et de Tokyo) de 1946, ce crime d’agression, fondé sur la volonté libre et consciente de menacer ou de rompre la paix, est assimilé au «crime contre la paix» et qualifié de «crime international par excellence», l’une des violations majeures du droit international aux côtés du génocide, du crime de guerre et du crime contre l’humanité. Il est inscrit par le Tribunal de Nuremberg en tête de liste, assorti de la formule suivante : «Lancer une guerre d’agression n’est pas seulement un crime international ; c’est le crime international suprême», la seule différence avec les autres crimes de guerre étant qu’il recèle en lui-même tout le Mal accumulé de tous les autres. C’est «le crime par excellence». Codifié par l’Assemblée générale des Nations unies, résolution 95/1946, il appartient au Droit pénal international et relève de la Cour de Justice internationale de La Haye (en ce qui concerne la responsabilité et l’incrimination des Etats). Repris par le Traité de Rome de juillet 1998, portant création de la CPI, il relève également de la juridiction de la Cour pénale internationale (pour la responsabilité personnelle des responsables des Etats). Faudra-t-il se donner rendez-vous dans trente ans pour «découvrir» le bilan des guerres de Syrie, qu’elles soient militaires et visibles ou économiques et invisibles ? Pour agrémenter sa paisible retraite, Debeliou Bush avait choisi, parait-il, de peindre de ridicules petits moutons, sans être jamais effleuré par l’idée qu’il devrait avoir sur la conscience des millions de morts Lorsqu’aura sonné l’heure de faire les comptes et de rendre justice, il conviendra en tout cas de rappeler sans trêve aux cent gouvernements qui participent jusqu’à aujourd’hui à cette agression caractérisée, la gravité de leur entreprise criminelle. Et l’on dénoncera en premier lieu les trois Occidentaux, membres permanents du Conseil de Sécurité, qui prétendent dire le Droit international et en être les gardiens, alors qu’ils en sont les premiers violateurs. Pour agrémenter sa paisible retraite, Debeliou Bush avait choisi, parait-il, de peindre de ridicules petits moutons, sans être jamais effleuré par l’idée qu’il devrait avoir sur la conscience des millions de morts, de blessés, d’estropiés, d’enfants handicapés, sans même compter la destruction de plusieurs pays. D’autres, comme Blair ou Obama, tirent même un revenu enviable du récit de leurs exploits, en donnant des conférences grassement payées, où leurs ravages et crimes sont considérés implicitement comme les effets collatéraux d’une œuvre pie : aucune référence aux morts, aux destructions dont ils sont responsables, au sort des États ruinés ou dépecés... Ils sont bien habillés, bien coiffés, bien nourris, bardés de diplômes, ils se posent en «maîtres du monde» : ils disent le droit, font la loi, décident de la guerre, écrivent le récit de leurs exploits vus par une lorgnette détraquée. En résumé, Occidentaux ou partisans de l’Occident, les occidentalistes sont les élites du «monde civilisé», l’essence de la seule humanité qui compte à leurs yeux d’aveugles. Ils se croient invulnérables et intouchables. Ils n’ont ni remords ni vergogne. Ils sont même fiers de leurs actes, de leurs bilans, de leur appui à ces terroristes recyclés ou non qui «font du bon boulot». Leur péché mignon, dont ils ne peuvent se défaire puisqu’ils y voient la nouvelle mouture de l’exécrable «fardeau de l’homme blanc», c’est la manie de délivrer des leçons de morale et de décider à leur place ce que doivent faire les pays «qui n’appartiennent pas à notre monde», même si personne ne les a sonnés. Évidemment, s’il y avait encore un soupçon de sagesse en Occident, on se demanderait comment des gens dont le sens de la gouvernance et du droit international est aussi erratique à domicile peuvent décider du sort de leurs voisins plus ou moins lointains. Raison de plus pour que les responsables politiques ou militaires, les intellectuels, les médias qui ont décidé, organisé, soutenu ou justifié un crime d’agression internationale (ou plusieurs), sachent qu’ils sont et resteront, quoi qu’ils fassent ou ne fassent pas, responsables pour le crime d’agression internationale, ou pour leur appui ou leur complicité, et qu’ils devront rendre des comptes, sans qu’il puisse y avoir prescription. La justice a certes de nombreux défauts, mais elle est tenace.

 

Michel Raimbaud

 

 

Ancien diplomate et essayiste, Michel Raimbaud a publié plusieurs ouvrages, notamment Tempête sur le Grand Moyen-Orient (2e édition 2017) et Les guerres de Syrie (2019)

 

Source: RT France : https://francais.rt.com/opinions/84954-syrie-nous-ne-savions-pas-qu-il-y-a-droit-international-michel-raimbaud

Lire la suite

Alexandre Douguine : les libéraux russes doivent être internés (Club d'Izborsk, 19 mars 2021)

19 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Politique, #Russie, #USA, #Angleterre

Alexandre Douguine : les libéraux russes doivent être internés  (Club d'Izborsk, 19 mars 2021)

Alexandre Douguine : les libéraux russes doivent être internés

 

19 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20817

 

 

Londres a désigné la Russie comme la principale menace dans sa nouvelle stratégie de défense et de politique étrangère. L'Angleterre nous a déclaré la guerre. Si on vous appelle l'ennemi le plus important, alors vous êtes en guerre contre vous. C'est normal. Avec la victoire de Joe Biden aux États-Unis, la situation revient à une confrontation acharnée entre les mondes unipolaire et multipolaire. L'Empire britannique a toujours été le principal adversaire de la Russie continentale, tout comme à l'époque tsariste. Elle s'est ensuite retrouvée légitimement à l'épicentre du bloc occidental pendant la Seconde Guerre mondiale et, plus tard, pendant la guerre froide. Par conséquent, l'Angleterre représente un certain centre de l'Atlantisme, c'est-à-dire ce qui est incarné dans le nouvel ordre mondial que dicte la mondialisation. Il n'est pas surprenant qu'à un moment critique pour les États-Unis, alors que le pouvoir dans ce pays a été pris par la fraude électorale et la tromperie des forces libérales extrêmes, la Grande-Bretagne a agi comme un allié et un promoteur de cette ligne de confrontation dure dirigée contre la Russie, en grande partie contre la Chine, malgré le fait que dans le document publié hier, Pékin ne figurait pas dans la liste des menaces.

En fait, l'Occident, avec Biden, a décidé de donner le dernier coup de grâce à l'humanité. Exactement la partie de l'humanité qui n'est pas d'accord avec le rôle prépondérant de l'Occident lui-même. Ceux qui remettent en question l'universalité des valeurs américaines et occidentales dans cette toute nouvelle voie. Ce ne sont pas seulement des valeurs américaines, ce sont des valeurs qui comprennent la démocratie comme le pouvoir des minorités sur les majorités, et, par conséquent, ces valeurs où il y a la notion qu'il n'y a pas d'autre liberté que celle que les libéraux donnent.

 

Dans les guerres de l'information hybrides, il faut tenir compte du fait que, souvent, l'efficacité de ces batailles ne se mesure pas à la présence ou non d'une armée ennemie sur votre territoire, mais au degré de pénétration - y compris idéologique - de l'ennemi dans les structures de réseau de l'État, de la technologie et de l'économie. Si les États-Unis représentent le pouvoir lourd - la force brute dans ce monde unipolaire de guerre, c'est l'Angleterre qui représente le pouvoir doux. Ce sont les stratèges britanniques qui sont plus subtils et plus efficaces ; ils sont liés à l'élite financière.

 

Ce n'est pas une coïncidence si l'élite financière russe est intégrée à l'Angleterre. Et Londres est l'élément le plus important de la stratégie des mondialistes et des partisans d'un monde unipolaire pour reformater l'esprit des élites russes et y introduire un système de valeurs particulier. Tous ceux qui entrent en conflit avec la politique souveraine de notre président fuient en Angleterre. Il existe une énorme colonie d'oligarques russes et même ceux qui manifestent encore formellement leur loyauté envers Poutine, mais qui ont déjà préparé un terrain de réserve.

 

Il y a des dizaines de milliers de personnes qui sont soit des réfugiés de Russie, qui ont volé notre État et notre peuple et se sont enfuis avec l'argent, soit des hommes d'affaires russes et même des fonctionnaires actuels, qui y ont installé leur famille.

 

D'un côté, il y a des ennemis ouverts de la Russie, déjà naturalisés, les oligarques, de l'autre, la partie la plus dangereuse de la bureaucratie et du grand capital, qui se trouve en Angleterre et détient des poches d'influence en Russie même.

Ainsi, à partir de ceux-ci et d'autres, se forme la couche unique des libéraux, des partisans de la mondialisation, des opposants à la souveraineté russe, qui constituent la sixième colonne. Parce que la cinquième colonne n'est pas si terrible, quand quelques penseurs marginaux sortent pour discuter et crier dans les rues, ils ne sont pas si nombreux, même si c'est désagréable aussi. Mais ce qui est le plus effrayant, c'est la sixième colonne - des personnes apparemment loyales à Poutine, des personnes qui sont impliquées dans des projets économiques, mais qui en fait sont complètement fusionnées avec ce groupe libéral à Londres. Ils partagent les mêmes affaires, intérêts et divertissements. Ils y passent du temps et y vivent en partie. En fait, ils constituent une élite coloniale qui ne voit la Russie que comme une source de fonds et d'exploitation, mais ils ne sont absolument pas solidaires de la souveraineté de la Russie, ni du président, ni du pays lui-même.

 

En termes de guerre directe, ils seront utilisés comme des ogives intégrées dans notre économie. Et vous ne pouvez pas leur reprocher en disant que vous êtes des libéraux, que vous êtes des ennemis, mais c'est comme ça que ça marche. Car, en règle générale, une personne qui partage l'idéologie libérale est plus loyale envers les centres du libéralisme tels que Londres ou New York qu'envers la Russie. Ces deux villes sont des outils de travail pour promouvoir les intérêts des LGBT et de nombreuses autres valeurs qui détruisent les familles, les cultures et les nations. Et les personnes qui partagent ces vues sont les agents de la Russie. Et lorsqu'il s'agit d'exaspération, l'Occident lance un ultimatum à ces intermédiaires : si vous voulez conserver vos comptes, vos biens immobiliers et vos entreprises, alors allez empoisonner le président, protéger Navalny, organiser des sabotages et écarter les groupes patriotiques du pouvoir. Sinon, vous aurez vos comptes saisis, pour commencer. C'est ainsi que les représentants de l'élite économique et parfois même politique se retrouvent pris en otage par ceux qui nous ont déclaré la guerre.

 

Par conséquent, nous déclarer adversaires de l'Angleterre signifie que la guerre informationnelle, économique et psychologique menée par l'Angleterre va s'intensifier de façon spectaculaire. La dernière chose à noter est que nous parlons de l'Angleterre, qui n'est plus membre de l'Union européenne et qui a toujours été le partenaire et le soutien le plus important des États-Unis. Nous n'avons pas encore entendu de déclarations aussi fortes de la part des plus importantes puissances continentales - France, Allemagne et Italie. Ils aident souvent l'Angleterre sur de nombreuses questions, tandis que les pays d'Europe de l'Est rattrapent les thèses russophobes. Mais ce n'est absolument pas le cas aujourd'hui, car l'Union européenne a "fait" une impression extrêmement déprimante sur de nombreux pays, qui avaient l'habitude de soutenir toute initiative contre notre pays. Je ne suis même pas sûr que la Pologne, qui n'est en aucun cas amie de la Russie, soutiendra des lignes aussi dures, même si tout peut l'être.

 

Les mondialistes mettent désormais l'accent sur une collaboration active avec la France et l'Allemagne. Afin de finaliser leur front contre la Russie. Je pense que nous sommes à la veille d'un changement très décisif, qui commencera probablement en Ukraine après la probable attaque des forces armées ukrainiennes dans le Donbass.

 

Parce que la Russie ne pourra pas ne pas intervenir, sinon elle se discréditera et s'abolira en tant qu'État souverain. Et en réponse, ils arrêteront nos projets à grande échelle avec l'Europe - Nord Stream.

 

Ce que nous avons maintenant : L'Angleterre nous déclare la guerre, et elle dispose d'un outil bien plus puissant que les sanctions américaines, des missiles, des satellites de repérage et d'autres technologies. Elle a accès au centre de la Russie, au pouvoir, à l'élite politique libérale, qui est mobilisée en une sorte de force interne.

 

Rappelons qu'après l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, les Américains ont interné tous les Japonais sur le sol américain en raison de circonstances extraordinaires. De même, après le début de la Seconde Guerre mondiale, les fascistes britanniques en Angleterre ont également été internés, au cas où. Si la guerre commence avec des régimes fascistes, les porteurs de cette idéologie, comme le fondateur du fascisme britannique, Oswald Mosley, qui se déclarait nationaliste, sont neutralisés à l'avance. Maintenant, le moment est arrivé - l'Angleterre affirme que la Russie est devenue une menace majeure pour elle. Un camp temporaire pourrait être mis en place pour les libéraux internés. Et pas pour les petits qui ne représentent aucun danger pour personne, mais pour les libéraux sérieux. Ensuite, lorsque la situation changera et que nous ne serons plus considérés comme la principale menace, ils pourront être libérés.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur et personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Sergei Cherniakhovsky : la Crimée, une question d'ordre mondial (Club d'Izborsk, 8 mars 2021)

18 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Sergei Cherniakhovsky : la Crimée, une question d'ordre mondial  (Club d'Izborsk, 8 mars 2021)
Sergei Cherniakhovsky : la Crimée, une question d'ordre mondial  (Club d'Izborsk, 8 mars 2021)

Sergei Cherniakhovsky : la Crimée, une question d'ordre mondial

 

8 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20812

 

 

Les groupes collaborationnistes en Russie tentent de qualifier la réunification de la Crimée avec la Russie d'"annexion de la Crimée" à chaque occasion, en essayant de faire référence au fait que, d'une part, selon eux, la plupart des pays du monde le pensent et, d'autre part, qu'aucun de ces pays n'a reconnu cette réunification. Ce qui, selon eux, est la première annexion d'un territoire à un autre État depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

 

En principe, bien sûr, c'est un moment de guerre de l'information qu'ils mènent contre la Russie avec leurs suzerains étrangers. C'est-à-dire qu'il y a une guerre informationnelle et sémantique lancée par la coalition occidentale contre la Russie, et dans cette guerre, ils sont du côté de cette dernière.

 

Lorsqu'on le leur dit en face, ils s'indignent de cette accusation et la qualifient de "théorie de la conspiration", ce qui, selon eux, est déjà une erreur, puisque, selon eux, la conspiration n'existe pas en politique.

 

Et ils assurent honnêtement qu'ils ne font pas tout cela pour l'argent, mais par conviction. Ce qui implique, soit dit en passant, non pas qu'ils ne se battent pas du côté de l'ennemi, mais qu'ils participent à cette guerre non pas par cupidité, mais pour des considérations idéologiques. En gros, ce que l'ami occasionnel lui a dit dans "La légende d'Uelenspiegel" : "Je ne suis pas public, je suis une putain : le public va avec tout le monde, mais moi - seulement avec ceux avec qui je veux. Mais l'argent a été pris par les deux.

 

Qui est meilleur et qui est pire : celui qui trahit pour de l'argent, ou le traître par conviction - une question distincte. Il est vrai que le premier n'est pas tant un traître qu'un vendeur. Le second est en fait un traître. L'un est un mercenaire. L'autre est un traître.

 

Il est vrai que les deux peuvent difficilement être considérés comme des citoyens du pays en guerre contre lequel ils participent.

 

Il est évident que la Crimée n'a jamais manifesté le moindre désir de passer de la Russie à l'Ukraine. Elle n'a pas été posée en 1954 ni en 1991.

 

Évidemment, elle souhaitait continuer à faire partie de l'URSS en 1991. Il est évident que l'intention de revenir à la composition de la Russie qu'il a exprimée dès 1993. Il est évident (du moins pour toute personne ayant des liens avec la Crimée entre 1991 et 2014) qu'il a toujours souhaité un tel retour.

 

Évidemment, la possibilité de retourner en Russie en 2014 a été accueillie avec enthousiasme. De toute évidence, lors du référendum du 16 mars 2014, chaque résident de Crimée a eu la possibilité de voter à la fois pour le retour à la Russie et pour le maintien dans l'Ukraine.

 

De toute évidence, la décision de réunification a été prise par une majorité écrasante. Évidemment, cette décision était volontaire.

 

Tout cela est évident - et c'est cette évidence que les autorités des autres pays ne veulent pas reconnaître.

 

Lénine a écrit un jour : "Si les axiomes mathématiques affectaient les intérêts des gens, il y aurait des gens pour les réfuter.

 

Si l'évidence est obstinément niée, cela signifie qu'elle est contraire aux intérêts de quelqu'un.

 

Et si la plupart des pays du monde ne reconnaissent pas aujourd'hui le caractère volontaire et naturel de la réunification de la Crimée avec la Russie, c'est qu'elle ne leur est pas profitable pour une raison ou une autre.

 

Chacun a des raisons différentes, mais, pour la plupart, il y a deux raisons sous-jacentes à cette non-reconnaissance de l'évidence.

 

La première est la réticence des États-Unis et de leurs plus proches alliés, la Coalition occidentale.

 

La seconde est la réticence de nombreux autres pays à entrer en conflit avec eux.

 

La coalition occidentale considère la question de la Crimée comme un défi à l'ordre mondial. Un défi au système de relations qu'ils ont imposé au monde après la catastrophe de la partition de l'URSS. Le début de la restauration de l'intégrité territoriale de la Russie/URSS.

 

La réunification est un défi pour eux et leur pouvoir. Cela démontre qu'ils ne sont pas tout-puissants. Et s'ils ne sont pas tout-puissants, cela signifie, en principe, qu'il est possible pour l'un ou l'autre pays de renoncer à la primauté d'une obéissance sans faille à leur égard. La réunification de la Crimée aujourd'hui est la même chose que la déclaration d'indépendance des États-Unis au 18e siècle : un refus de se soumettre à l'hégémon mondial.

 

Ce qui signifie déclarer que cet hégémon est un "non-hégémon", un ancien hégémon. Pour les États-Unis, reconnaître la réunification de la Crimée signifie accepter de renoncer à leur rôle d'hégémon et accepter de ne plus être soumis. C'est un effondrement du statut.

 

Pour leurs alliés les plus proches, il s'agit également d'un effondrement : un effondrement de leur propre autojustification avec leur propre auto-subordination aux États-Unis, abandonnant leur propre souveraineté en leur faveur.

 

S'ils ont abandonné cette souveraineté en faveur d'un "hégémon irrésistible", ils peuvent justifier leur abandon et préserver leur minimum de respect de soi. S'il s'avère qu'ils ont capitulé devant un hégémon âgé, ils apparaissent eux-mêmes comme n'étant rien devant leurs citoyens et devant eux-mêmes - des déchets politiques.

 

Quand les pays européens ont-ils commencé à mener des politiques indépendantes des États-Unis ? Lorsque les États-Unis ont commencé à subir une défaite contre l'URSS et ont été vaincus au Vietnam. Quand sont-ils redevenus des satellites des États-Unis ? Quand l'URSS est tombée et qu'il semblait que la puissance des États-Unis était irrésistible. Et puis, soudain, il s'avère qu'ils se sont précipités, se sont humiliés et ont perdu. Radin.

 

C'est pourquoi les élites dirigeantes des pays européens considèrent que leur tâche consiste presque à se préserver - à prouver que "leur maître est le maître le plus fort du monde". Et s'ils sont vassaux et serfs, ils sont vassaux et serfs du maître le plus fort.

 

Tous les autres pays, qui ne font pas partie de la coalition occidentale, mais qui n'ont pas non plus reconnu la réunification de la Crimée, les pays et leurs élites, ne sont pas encore prêts à décider s'ils doivent se rebeller contre le Maître ou attendre. Tout simplement parce que le résultat n'est pas encore évident pour eux. Et pas le résultat de la situation en Crimée - ici, en général, tout est clair pour tout le monde. Mais l'issue de la confrontation entre Moscou et Washington.

 

Et leur principale préoccupation n'est même pas de savoir si Moscou va perdre, mais s'ils vont se réconcilier entre eux. Ce que Moscou obtiendra, ce que Washington obtiendra. Et ne souffriront-ils pas à la fin, étant tombés dans le mauvais centre ?

 

Et surtout, la Russie ira-t-elle jusqu'au bout, du moins jusqu'à la révocation publique du statut de "chef suprême" des États-Unis, ou acceptera-t-elle de céder et de faire la paix en reconnaissant ce statut aux États-Unis ?

 

Et c'est pourquoi ils attendent. Jusqu'à ce que la Russie démontre qu'elle ne fera pas de compromis et qu'elle est prête à aller jusqu'au bout. Si la Russie ne se manifeste pas, ils attendront de voir comment cela se terminera.

 

S'il fait des concessions, il essaiera de racheter son attente actuelle devant l'hégémon confirmé et attaquera furieusement la Russie pour se venger du fait qu'une fois de plus il n'a pas répondu à leurs espoirs secrets.

 

 

Sergei Chernyakhovsky

 

Sergei Chernyakhovsky (né en 1956) est un philosophe politique, politologue et publiciste russe. Membre titulaire de l'Académie des sciences politiques, docteur en sciences politiques, professeur à l'université d'État de Moscou. Conseiller du président de l'Université internationale indépendante des sciences environnementales et politiques. Il est membre du Conseil public du ministère de la Culture de la Fédération de Russie. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivashov: Fédération fictive (Partyadela, 11.03.2021)

15 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Russie

Leonid Ivashov: Fédération fictive (Partyadela, 11.03.2021)

Leonid Ivashov: Fédération fictive

 

11.03.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12952/

 

 

Parlons de la relation entre le peuple et le gouvernement.

 

"La loi, c'est la volonté de la classe dirigeante, élevée au rang de loi." V. I. Lénine

 

Parlons de la relation entre le peuple et le pouvoir (officiel et de l'ombre), de la véritable essence de la Fédération de Russie. Commençons par les dispositions constitutionnelles qui définissent l'essence de la Fédération de Russie. Art. 1. La Fédération de Russie est un État fédéral démocratique doté d'une forme républicaine de gouvernement. Le commentaire de la Constitution (deuxième édition, 2001) dit (p. 23) : "Un État fédératif est un État complexe, dont les parties constitutives jouissent de la souveraineté ou sont des entités de type étatique, c'est-à-dire qu'elles possèdent l'un ou l'autre ensemble d'attributs de la souveraineté". Art. 2 : L'être humain, ses droits et ses libertés ont une valeur suprême. La reconnaissance, le respect et la protection des droits et libertés de l'homme et du citoyen sont une obligation de l'État. Art. 3 de la Constitution de la Fédération de Russie : 1. Le porteur de la souveraineté et l'unique source de pouvoir de la Fédération de Russie est son peuple multinational. 2. 2. Le peuple exerce son pouvoir directement et également par l'intermédiaire des organes du gouvernement de l'État et des organes d'autonomie locale. 3. 3. L'expression directe suprême du pouvoir du peuple est le référendum et les élections libres. 4. Personne ne peut usurper le pouvoir dans la Fédération de Russie. La prise de pouvoir ou l'usurpation de pouvoir seront poursuivies en vertu de la loi fédérale.

 

Art. 7 : La Fédération de Russie est un Etat social dont la politique vise à créer les conditions qui assurent une vie décente et le libre développement de l'homme.

 

Examinons maintenant les réalités de la situation de l'homme (citoyen) russe.

 

Donc : les parties de la Fédération doivent posséder l'un ou l'autre ensemble d'attributs de la souveraineté. Bien entendu, cette norme est très vague, et il n'existe pas de loi constitutionnelle définissant spécifiquement cet ensemble de caractéristiques. C'est pourquoi nous constatons que les parties constitutives de la fédération ont des statuts d'entités constitutives complètement différents : Moscou, la République tchétchène, le Tatarstan et, dans une certaine mesure, la Crimée et Sébastopol ont quelques attributs (parfois à peine perceptibles) de souveraineté, mais d'autres régions n'en ont tout simplement aucun. L'essence même d'une république fédérative implique que c'est la population des régions qui forme la fédération et détermine sa forme de pouvoir et de gouvernance, tout en formant l'idéologie nationale et la politique de l'État - étrangère et intérieure.

 

Aujourd'hui, personne n'interroge les régions à ce sujet ; elles ne sont même pas informées des intentions et des accords internationaux, ni des orientations du développement interne. Et les gouverneurs sont nommés et révoqués depuis le Kremlin, en simulant des élections, comme dans le cas de Khabarovsk. Il n'existe pas de conseil élémentaire des gouverneurs, qui discuterait de la situation en Russie et dans les environs, des principales orientations du développement, ainsi que des problèmes les plus importants et de leurs solutions. Les décisions relatives à l'optimisation des institutions médicales, au système éducatif, à la privatisation et à toute autre question liée à l'existence et au développement du pays sont prises par je ne sais quelles structures, puis elles sont publiées en tant qu'actes normatifs ou législatifs, et les régions les acceptent docilement pour les exécuter. Qui parmi les gouverneurs a été interrogé sur l'adhésion de la Russie à l'OMC ? Et c'est la question la plus importante pour l'avenir du pays, son économie. Même les instructions tacites sur les résultats des prochaines élections. Je me souviens qu'en 2011, le "président" Medvedev avait déclaré qu'il s'occuperait de ces gouverneurs dont les régions avaient donné de mauvais résultats pour Russie Unie. Nous pouvons donc affirmer qu'il n'y a pas de fédéralisme du tout, et encore moins de fédéralisme démocratique dans la Russie d'aujourd'hui. En URSS, tous les premiers secrétaires du parti communiste des régions et des républiques de l'URSS étaient soit membres du comité central du parti, soit députés du Soviet suprême de l'Union ou des républiques, soit membres (présidents) des conseils de défense, avaient des signes de souveraineté et participaient à la prise de décisions républicaines et syndicales. Aujourd'hui, il n'y a rien de tel dans la ligne de l'État ou du parti. Toute cette démocratie et ce fédéralisme sont un grand mensonge et une profanation. Tout est décidé par les compagnons d'armes et les oligarques.

 

Allons plus loin : la seule source de pouvoir est le peuple russe multinational, c'est-à-dire qu'il détient la totalité du pouvoir dans le pays et l'exerce directement, ainsi que par l'intermédiaire des agences gouvernementales et de l'autonomie locale. Mais j'insiste - directement. Mais là encore, il n'existe aucun mécanisme définissant et révélant ce terme dans la Constitution et dans la législation. Ils ont oublié de prescrire ou il n'y avait pas assez de temps depuis la fusillade du Soviet suprême et l'adoption de la Constitution.

 

Mais réfléchissons, cher lecteur, est-ce que l'un d'entre nous se sent le maître, non pas de toute la Russie, mais au moins du quartier, de la localité, de la rue, de l'entrée. Récemment, il y a eu des téléviseurs dans les ascenseurs de la maison de résidence. Vous entrez dans l'ascenseur et vous êtes bombardé par la publicité et rien d'autre. Je viens à la société de gestion, je demande pourquoi ? Ils répondent : maintenant, à Moscou, de nombreuses maisons sont équipées de téléviseurs. Et je continue l'interrogatoire : et avez-vous demandé la permission aux propriétaires de l'appartement ? La réponse : il y avait une instruction d'en haut. C'est tout le pouvoir du peuple et l'autonomie locale. Encore une fois, une fiction complète.

 

Le pouvoir a été complètement et universellement retiré au peuple. Et pourtant, " la prise de pouvoir ou le détournement d'autorité sont poursuivis par la loi fédérale ". Et aujourd'hui, ce ne sont pas les usurpateurs de pouvoir, de propriété et de contrôle qui sont poursuivis, mais ceux qui tentent de retrouver un minimum d'influence sur le gouvernement et l'administration. Ils sont immédiatement arrêtés et mis en prison. Il n'y a jamais rien eu de tel dans l'histoire de la Russie, même dans les villages éloignés de la capitale. Au moins, des chefs ont été élus et des réunions ont été organisées. Et quand a eu lieu le dernier référendum ? Même avec la meilleure des intelligences, voter sur des amendements à la Constitution (y compris ceux qui ont été faits dans le coffre des voitures au lieu des urnes) et la prolongation éternelle du mandat de la présidence ne ressemble pas à un référendum.

 

Et Art. 7 : La Fédération de Russie est un Etat social dont la politique vise à créer les conditions qui assurent une vie décente et le libre développement de l'être humain.

 

La notion d'État social est à nouveau vague et imprécise, elle n'est pas établie par la constitution ou la législation, elle n'est pas liée aux richesses naturelles du pays, à l'économie, à la responsabilité du président et du gouvernement en cas de violation des normes de "vie digne et de libre développement de l'homme", déterminées par un référendum, et non par le parti Russie unie à la Douma d'État, qui fixe le soi-disant salaire de subsistance non pas pour un homme, mais pour un chat. L'État a quitté la sphère sociale et a lancé la société dans l'autosuffisance.

 

Voici quelques extraits des documents analytiques de l'Académie des problèmes géopolitiques (Professeur de l'Académie E.A. Gusarov)

La politique sociale de l'État doit avoir des paramètres spécifiques tant pour la période actuelle que pour l'avenir.

 

Il s'agit notamment de :

- la croissance du revenu réel par année avec un horizon de 7 à 10 ans ;

- Espérance de vie en années avec un horizon de 10-20 ans ;

- L'évolution démographique comme indicateur clé du bien-être social de la société avec un horizon de prévision de 15 à 30 ans

- Réduction de tous les types de criminalité, notamment la corruption et la violence domestique ;

- la mise en œuvre d'une politique visant à réduire l'écart entre les revenus des plus bas salaires et ceux des plus hauts salaires

- l'élaboration et la mise en œuvre de mécanismes juridiques définissant un cadre transparent pour les salaires, basé sur le niveau de l'utilité réalisée de chaque employé pour la société et l'État

- l'élimination de la pauvreté par le transfert de cette catégorie de citoyens vers le niveau moyen d'aisance, avec un horizon de 10-12 ans maximum, ainsi qu'un certain nombre d'autres paramètres.

 

En même temps, la politique sociale de l'État doit avoir une base juridique unifiée, qui peut être reflétée dans le Code social de la Fédération de Russie. Il existe actuellement environ 500 lois qui régissent la sphère sociale. Le cadre juridique russe comprend le code foncier, le code de l'eau, le code de l'air, le code du travail, etc., mais il n'existe pas de "code social", qui est pourtant crucial pour la vie des gens. La politique sociale du XXe siècle diffère sensiblement de celle du XXIe siècle et doit subir des changements qualitatifs. Comme vous le savez, depuis le début des années 1990, la charge des dépenses financières du budget fédéral pour les besoins sociaux a été progressivement transférée vers l'épargne privée des citoyens, et ceux qui n'en avaient pas n'ont rien obtenu. Cela a provoqué un degré extrême d'insatisfaction sociale et créé des tensions dans la société. En 1995, il y a eu 8,9 mille grèves avec 489,4 mille participants, en 1996 - 8,3 mille et 663,6 mille personnes, en 1997 - 17 mille et 887,3 mille personnes. En 1999, 238 400 personnes ont participé à 7 300 grèves et en 2000, de 0 800 à 30 000. - en 0,8 mille - 30,9 mille personnes ; en janvier-novembre 2001, 13,1 mille personnes ont participé à 0,3 mille grèves.

 

Il est clair que ni la politique économique, ni la politique de défense, ni la politique sociale de l'État ne peuvent être menées par des entreprises privées, dont la charte prévoit le profit comme but de l'activité, et il n'y en a pas d'autres, sauf les entreprises caritatives. D'autres fonctions peuvent être confiées à des entreprises privées : restauration, nettoyage, transport, services juridiques, etc.

 

***

 

Le journal Kommersant du 12 avril 2019, en référence aux résultats d'une étude menée par des analystes de l'École supérieure d'économie rapporte : " ... 3 % des Russes les plus riches possèdent presque toute l'épargne en espèces et les actifs financiers du pays."

 

Quelles que soient les marges d'erreur que nous appliquons à ces données, la situation du pays peut toujours être qualifiée d'extraordinaire. Et pas seulement extraordinaire, mais extraordinaire dans le cube. D'une part, l'augmentation des actifs financiers et autres d'un groupe de milliardaires ne signifie pas du tout une croissance de l'économie, et d'autre part, elle indique un échec complet de toute la politique sociale ou son absence en tant que telle. Des relations sociales autrefois fortes, même dans les pays les plus performants, sont démantelées, "rayées du bilan de l'État" et mises au rebut. Ce qui reste, ce sont des îlots isolés dans la culture, la science et l'éducation, qui sont uniquement axés sur le profit. L'objectif de l'enseignement est d'apprendre aux étudiants à faire des bénéfices, quel que soit leur domaine d’études.

 

Aujourd'hui, dans l'espace capitaliste mondial, une douzaine de familles détiennent 50 % des actifs mondiaux et, en vertu de la loi de l'accumulation du capital, elles sont obligées et commencent immédiatement à agir dans le but de "maîtriser" les 50 % restants. L'enjeu est la taille de la moitié de la planète. La même chose, mais sous une forme plus déformée, se produit dans l'espace socio-économique russe. Pourquoi ?

 

Pour une explication, tournons-nous vers Karl Marx. "Le capital craint le manque de profit ou un profit trop faible, tout comme la nature craint le vide. Mais une fois qu'un bénéfice suffisant est disponible, le capital devient audacieux. Donnez 10%, et le capital consent à tous les usages, à 20% il s'anime, à 50% il est positivement prêt à se casser la tête, à 100% il foule aux pieds toutes les lois humaines, à 300% il n'y a pas de crime qu'il ne risque, ne serait-ce que par la crainte de la potence."

 

Considérons le niveau de la plus-value réalisée par "nos" entreprises en appliquant le calcul selon la formule de K. Marx. La formule de Marx.

 

Reportons-nous aux documents primaires, aux états comptables et financiers de MMC Norilsk Nickel pour 2019, signés par S.G. Malyshev le 26.02.2020.

Le coefficient de plus-value selon K. Marx est le rapport entre le bénéfice brut et les salaires et traitements des employés.

Bénéfice brut (code 2100) - 586243334 mille roubles.

Rémunération du travail (code 4122) - 52557312 mille roubles.

On obtient : 11 154×100 = 1115% de la valeur excédentaire de PJSC Nornickel.

 

Il s'avère être 3,7 fois plus élevé que le Marx critique ! Il n'aurait même pas pu imaginer une telle exploitation sauvage dans ses rêves les plus fous.

 

Cela signifie que chaque travailleur embauché a travaillé pour récolter ses miettes et a rapporté 11,15 fois plus de bénéfices au propriétaire, qui a fait sa fortune en dizaines de milliards de dollars. Lorsqu'il vient travailler le lundi, il travaille trois heures et demie pour lui-même, et le reste du temps, plus quatre autres jours, semaines, et parfois plus, pour le propriétaire. Même le paysan serf chez le propriétaire le plus cupide avait des proportions d'un ordre de grandeur supérieur.

 

"Henkel Rus" avec un propriétaire allemand. Les revenus - 68, 4 milliards de roubles, le bénéfice brut - 33, 16 milliards, les salaires - 3, 02 milliards. La valeur excédentaire, comme dans les sociétés minières - 1009%.

 

"Uralkali. Revenus - 180,24 milliards de roubles. Le bénéfice brut - 137,26 milliards. Le bénéfice attribuable aux propriétaires de la société mère - 78,25 milliards.

Chaînes de magasins : Perekrestok - 507%. "Auchan, 452%. " Ikea, avec une participation étrangère de 100% - 504,8% (les calculs ont été effectués par le professeur E. A. Gusarov).

 

D'où le principal résultat de la politique économique de la classe dirigeante - la pauvreté du peuple, l'absence d'avenir pour la jeune génération de Russes.

 

Après la grande guerre patriotique de 1941-45, le pays comptait 680 000 orphelins et aucun d'entre eux n'a été abandonné par l'État. Au début de l'effondrement de l'URSS en 1989, il y avait 87 000 orphelins. Nous sommes maintenant à 75 ans de la guerre. Mais personne ne connaît le nombre exact d'enfants abandonnés. Selon le bureau du procureur général, il y a 2 millions d'enfants sans abri dans le pays. Selon les données du Fonds russe pour l'enfance - environ 3 millions. Le mouvement "In defense of childhood" donne l'information - environ 4 millions. Le chef du Centre d'assistance aux enfants des rues L. Romanov a annoncé : "6 millions d'enfants sans abri". Disons 2 millions. Personne n'en est sûr. Ces chiffres alarmants sont le signe d'une catastrophe sociale, de défauts importants dans la mise en œuvre de la politique sociale et d'un désavantage pour la société.

 

Le niveau du salaire minimum, le salaire minimum, est dix fois moins élevé que dans certains pays européens : nous avons un salaire minimum de 140 euros, en France - 1300 euros, en Irlande - 1400 euros. Est-ce que nous travaillons dix fois plus mal ? Les pensions, les allocations, les avantages, les salaires moyens et même les amendes sont calculés à partir de cette base.

 

La compétition pour appauvrir les peuples et les masses et pour détruire la classe moyenne a pris une forme prédatrice. Ces processus se déroulent simultanément dans le monde entier et selon une formule préétablie : la classe moyenne est poussée vers la classe pauvre, les pauvres vers la classe indigente, et les indigents vers la "radiation".

 

L'État est un organisme vivant. Alors, quel est le remède nécessaire pour la réparer le plus rapidement possible ? Quel remède peut être efficace ?

 

Pour répondre à cette question, je suggère de se tourner vers le plus grand scientifique, un génie de la physique - Albert Einstein.

 

Voici les résumés de sa publication, "Pourquoi le socialisme" (1949).

 

"...Le but du socialisme est précisément de surmonter la phase prédatrice du développement humain en vue d'une phase supérieure... La véritable source du mal, à mon avis, est l'anarchie de la société capitaliste.

 

Nous voyons devant nous une vaste société productive dont les membres sont de plus en plus désireux de se déposséder les uns les autres des fruits de leur travail collectif. Et pas par la force, mais pour la plupart, en respectant les règles établies par la loi…

 

Le capital privé tend à concentrer le capital entre les mains de quelques... unités de production de plus en plus grandes au détriment des plus petites. Le résultat de ces processus est l'émergence d'une oligarchie capitaliste dont le pouvoir monstrueux ne peut être limité efficacement par une société démocratiquement organisée.

 

La production est destinée au profit et non à la consommation... Je suis convaincu qu'il n'y a qu'un seul moyen de se débarrasser de ces terribles maux et c'est la création d'une économie socialiste. Dans une telle économie, les moyens de production appartiennent à la société dans son ensemble et sont utilisés selon un plan. Une économie planifiée, qui régule la production en fonction des besoins de la société, répartit la main-d'œuvre nécessaire entre tous ses membres qui sont en mesure de travailler et garantit le droit à la vie pour chaque homme, femme et enfant.

 

La construction du socialisme exige la résolution de problèmes sociopolitiques extrêmement difficiles : compte tenu d'un degré élevé de centralisation politique et économique, comment faire en sorte que la bureaucratie ne devienne pas omnipotente. Comment assurer la protection des droits individuels, et avec elle le contrepoids au pouvoir de la bureaucratie.

 

La clarté sur les objectifs et les problèmes du socialisme est de la plus haute importance."

Lire la suite

Leonid Ivashov: Pandémie de Davos (Partyadela 08.02.2021)

15 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le B lanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Economie, #Politique, #Russie

Leonid Ivashov: Pandémie de Davos  (Partyadela 08.02.2021)

Leonid Ivashov: Pandémie de Davos

 

08.02.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12750/

 

 

Qu'a révélé le forum économique mondial ?

 

"En plaçant sous son contrôle les métastases du système financier mondial et en déterminant la politique monétaire du monde, l'IFO a imposé à l'humanité une forme bénéfique de développement capitaliste. Dans le but d'assurer la domination et le contrôle de l'humanité, elle achète systématiquement les richesses du monde, et la méthodologie de cet achat est élaborée dans les moindres détails. Dans le même temps, elle achète tout - actifs, technologies, espaces de marché, systèmes de survie de la société, scientifiques et politiciens les plus talentueux, partis politiques, chefs de gouvernement et États eux-mêmes.

 

Tout cela se passe dans les conditions du capitalisme, qui est devenu purement financier et totalement parasitaire, fonctionnant dans l'intérêt d'un cercle étroit d'individus (MFO), est maintenant devenu non seulement l'obstacle le plus puissant au développement humain, mais aussi une menace pour son existence. Ceci est dû au fait que la poursuite du développement sous la forme actuelle, menant à un contrôle total par l'argent, conduira à une stratification stricte de l'humanité en une classe de maîtres légaux du monde, et le reste de l'humanité, qui se retrouvera en position d'esclaves. La classe moyenne sera composée de cadres supérieurs et de dirigeants des forces de sécurité, dont la fonction sera de servir les intérêts et de protéger les intérêts des maîtres du monde, de forcer les gens à travailler, de réprimer les désobéissants et de les protéger en détention. Agence de presse Aurora.

 

Un autre forum économique à Davos. Il n'est pas tout à fait habituel - éloigné, mais non moins représentatif. Il est vrai qu'aucun altermondialiste n'accompagnait chaque session du forum, en raison de son éloignement.

 

Mais la caractéristique principale - le coronavirus, qui "aurait fait chuter l'économie de tous les pays du monde", a provoqué une crise économique mondiale et a fondamentalement changé l'ordre mondial existant et l'essence de l'humanité. Le forum de cette année a été précédé par la présentation d'un livre du président du forum, le permanent (depuis 1971) Klaus Schwab "Covid - 19. The Great Reset". Le livre est sorti en juillet 2020.

 

Quelques phrases de l'introduction : "La crise mondiale déclenchée par la pandémie de coronavirus est sans précédent dans l'histoire moderne. Nous ne pouvons être accusés d'exagération lorsque nous disons qu'ils plongent notre monde dans son ensemble et chacun d'entre nous individuellement dans les moments les plus difficiles que nous ayons connus depuis des générations. Il s'agit d'un moment décisif. Nous devrons faire face à ses conséquences pendant des années, et beaucoup de choses changeront à jamais. Elle entraîne des perturbations économiques d'une ampleur monumentale, crée une période dangereuse et instable sur plusieurs fronts - politique, social, géopolitique -, suscite de profondes inquiétudes quant à l'environnement et étend la portée (néfaste ou non) de la technologie dans nos vies. Aucun secteur ou entreprise ne sera à l'abri de l'impact de ces changements. Des millions d'entreprises risquent de disparaître et l'avenir de nombreuses industries reste incertain ; certaines vont prospérer. À titre individuel, pour beaucoup, la vie qu'ils ont toujours connue s'effondre à une vitesse alarmante. Mais les crises existentielles profondes favorisent également l'introspection et peuvent receler un potentiel de transformation. Les lignes de faille du monde - principalement les divisions sociales, le manque de justice, le manque de coopération, l'échec de la gouvernance et du leadership mondiaux - sont aujourd'hui plus exposées que jamais, et les gens estiment qu'il est temps de les repenser. Un nouveau monde va émerger, dont nous pouvons imaginer et dessiner les contours. L'échec de la gouvernance et du leadership mondiaux est plus que jamais exposé, et les gens pensent qu'il est temps de repenser."

 

Voilà, M. Schwab a déterminé que Covid-19 est responsable de toutes les crises et de tous les malheurs. En outre, l'auteur fait également office de prophète, en affirmant que l'ancien monde ne se reproduira pas, que le nouveau monde sera le pire de ce qui s'est produit jusqu'à présent. Permettez-moi de vous rappeler que Klaus Schwab a créé le forum de Davos en 1971 et que c'est lui qui, représentant 1% de la population mondiale (c'est ainsi qu'il a été présenté par les organisateurs de la réunion), a déterminé le développement non seulement de l'économie mondiale, mais aussi de l'humanité dans son ensemble. Et, comme nous pouvons le voir, ce parcours a conduit l'humanité à la crise mondiale, mais il n'est pas trop confortable d'en parler, et donc tout a été mis sur le compte de la pandémie.

 

Bien qu'en 2018, le Club de Rome, associé à Davos, ait déclaré : "Le vieux monde est condamné, le nouveau monde est inévitable." Et en avril 2020, le coprésident du Club de Rome, Andreas Wijkman, a fait une déclaration sensationnelle selon laquelle le vieux monde s'est effondré, l'humanité est dans un état critique, a blâmé le capitalisme et a appelé à la construction d'un nouvel ordre mondial, meilleur que le précédent pour la survie et le développement de l'humanité en harmonie avec la nature.

 

Je voudrais insister sur quelques points supplémentaires : Schwab représente la même équipe que Soros, Gates et autres ; la Russie est toujours représentée à Davos par Chubais, Gref et leurs amis oligarques. Et deuxièmement, Schwab est "sûr" qu'"aucun secteur ou entreprise ne sera à l'abri de l'impact de ces changements". Des millions d'entreprises risquent de disparaître, et l'avenir de nombreuses industries reste incertain ; certaines vont prospérer. À titre individuel, pour beaucoup, la vie qu'ils ont toujours connue s'effondre à un rythme alarmant." Qu'est-ce que c'est ? Une prédiction hâtive, ou un coup monté, un ordre aux participants du forum sur le futur ordre mondial et les objectifs du développement économique.

 

Une telle circonstance permet de supposer qu'il s'agit d'un autre jeu pour maintenir le même ordre de domination de l'oligarchie mondiale, mais plus cynique, plus cruel, visant une réduction radicale de la population de la Terre, la ruine de millions d'entreprises et l'appauvrissement de milliards de personnes. Et de justifier les actions de gouvernements comme celui de la Russie.

 

Les écrits et discours antérieurs de K. Schwab ont chanté des odes au capitalisme, à la société technocratique, aux grandes entreprises, aux banques, à la mondialisation. Il y avait également des phrases définissant les personnes âgées comme un fardeau pour le capitalisme et l'économie dans son ensemble. Mais dans l'ensemble, la toile de la construction du pouvoir mondial au profit du 1 % de la population mondiale a été lue. L'expression "la nouvelle normalité du capitalisme", provoquée par la pandémie, résonne aujourd'hui dans les écrits de M. Schwab. Mais dans l'ensemble, Davos 2021 suscite non seulement beaucoup de questions, mais aussi une grande inquiétude. Permettez-moi de rappeler que la première et la deuxième guerre mondiale ont été provoquées par des crises systémiques, précisément dans le monde du capital.

 

Le président de la Fédération de Russie s'est également adressé au forum. M. Poutine a commencé son discours en s'adressant à M. Schwab en tant que "cher Klaus" et a immédiatement révélé un secret : "Klaus vient de se rappeler que nous nous sommes rencontrés en 1992. En effet, lorsqu'il travaillait à Saint-Pétersbourg, il avait visité ce forum représentatif à plusieurs reprises". Je dois avouer que ce fut une révélation pour moi, car seuls d'ardents libéraux y étaient invités. Et, bien sûr, Poutine a soutenu le thème de la "culpabilité" absolue du coronavirus pour tous les malheurs de l'humanité, et en fait pour tout ce qui se passe en Russie : "La pandémie a exacerbé les problèmes et les déséquilibres qui s'étaient accumulés auparavant dans le monde. Il y a des raisons de penser qu'il existe des risques d'une nouvelle escalade des contradictions. Et ces tendances peuvent se manifester pratiquement dans tous les domaines. Bien sûr, il n'y a pas de parallèle direct dans l'histoire. Mais certains experts - je respecte leur opinion - comparent la situation actuelle aux années 30 du siècle dernier".

 

C'est comme une instruction aux responsables de l'application des lois et aux fonctionnaires : ne soyez pas timides dans les moyens et les méthodes, faites comme en 37-38 du siècle dernier. Le coronavirus vous acquittera. Et le président met en garde la population : la situation ne fera qu'empirer. Dans tous les domaines. A cause de la pandémie. Il existe d'autres passages intéressants et similaires à la position de Schwab and Co. Par exemple : "La mondialisation et la croissance intérieure ont entraîné une forte reprise dans les pays en développement, permettant à plus d'un milliard de personnes de sortir de la pauvreté ... En Chine, par exemple, le nombre de personnes à faible revenu est passé de 1,1 milliard en 1990 à moins de 300 millions ces dernières années ... Et en Russie, de 64 millions de personnes en 1999 à environ 5 millions aujourd'hui. Et nous pensons qu'il s'agit également d'un mouvement en avant dans notre pays dans la direction la plus importante."

 

Toutefois, il s'agit d'un résultat généralisé - l'augmentation du nombre d'oligarques et de fonctionnaires milliardaires, leur revenu est assorti des pensions et des salaires de la majorité de la population, plus les méthodes originales de Rosstat, et le revenu moyen par habitant est dérivé. Ici, Poutine émet une réserve sans se référer à la Russie : "En parlant des bénéfices des entreprises (nous parlons des entreprises occidentales - LI), à qui reviennent les bénéfices ? Un pour cent de la population. Et face à la réussite de la Russie en matière de réduction de la pauvreté, les États-Unis semblent loin derrière. L'Europe aussi. Mais pour continuer à citer Poutine : "Et que s'est-il passé dans la vie du reste du peuple ? Au cours des 30 dernières années, les revenus de plus de la moitié des citoyens ont stagné et n'ont pas augmenté en termes réels. Mais le coût de l'éducation, des services de santé a augmenté... Trois fois plus... .... Il y a également une accumulation d'une masse énorme de personnes qui, en fait, s'avèrent être non réclamées. Par exemple, l'Organisation internationale du travail estime qu'en 2019, 21 %, soit 267 millions de jeunes dans le monde, n'ont ni étudié ni travaillé nulle part. ... Les pertes du marché du travail en juillet équivalaient à près de 500 millions d'emplois." Le président n'a pas parlé de l'état des affaires en Russie.

 

Le président russe a également exprimé un certain nombre d'autres positions antilibérales dans son discours. Il a notamment évoqué la nécessité de renforcer la présence de l'État dans la résolution des problèmes socio-économiques : "L'accroissement du rôle des États dans la sphère socio-économique au niveau national exige évidemment une plus grande responsabilité, une étroite coopération interétatique dans les questions de l'agenda mondial également. ... Il est absolument clair que le monde ne peut pas suivre la voie de la construction d'une économie qui fonctionne pour un million de personnes ou même pour le "milliard d'or". Le président a exposé, ou plutôt répété, quatre priorités essentielles. "Premièrement. Une personne doit avoir un environnement confortable pour vivre... Deuxièmement. Une personne doit être sûre d'avoir un emploi qui lui assurera un revenu durable et croissant et, par conséquent, un niveau de vie décent. Troisièmement. Une personne doit être sûre de recevoir des soins médicaux de qualité et efficaces... Quatrièmement. Indépendamment du revenu familial, les enfants doivent pouvoir bénéficier d'une éducation adéquate et réaliser leur potentiel. Ce n'est pas la première fois que le président de la Fédération de Russie énonce ces thèses presque socialistes (sans ajouter le mot "libre"), mais ni Gref ni Chubais ne sont d'accord avec elles, et c'est pourquoi, dans la pratique, tout se fait en sens inverse.

 

Et dans l'ensemble, de grands changements sont attendus après Davos 2021. Et non sans conflits. C'est la logique du développement de l'humanité. Et aujourd'hui, le temps est venu de changer de paradigme en matière de développement. Mais la question est de savoir qui et quoi va proposer comme projet pour la prochaine étape de développement. Deux contours de l'avenir ont déjà été esquissés - le Club de Rome et le Forum de Davos. Mais pour comprendre l'essence du présent et de l'avenir, il faut des groupes intellectuels puissants, et pas seulement des chefs d'État et des propriétaires de grands capitaux. Développer des concepts et des théories sur le projet de l'ordre mondial futur. Les travaux de C. Schwab devraient certainement être étudiés. Mais je reviendrai à l'ouvrage d'Alvin Toffler "La troisième vague", 1979. Après tout, une grande partie de ce qui se passe dans le futur, et ce qui s'est passé dans la réalité, a été décrit par lui. Il a été écouté par des chefs d'État, des premiers ministres, dont Deng Xiaoping, Gorbatchev. Et à ce jour, je me pose la question suivante : Toffler écrivait-il sur commande ou bien supposait-il, prévoyait-il ?

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Ivashov: Pandémie de Davos  (Partyadela 08.02.2021)
Lire la suite

Vitaly Averyanov : Ces chansons ne sont pas du commerce, mais un message (Club d'Izborsk, 15 mars 2021)

15 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Musique, #Philosophie, #Politique

Vitaly Averyanov : Ces chansons ne sont pas du commerce, mais un message (Club d'Izborsk, 15 mars 2021)
Vitaly Averyanov : Ces chansons ne sont pas du commerce, mais un message (Club d'Izborsk, 15 mars 2021)

Vitaly Averyanov : Ces chansons ne sont pas du commerce, mais un message.

 

15 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20791

 

 

Il n'y a pas longtemps, Vitaly Averyanov, un philosophe bien connu et l'un des fondateurs du Club d'Izborsk, a participé à une soirée de présentation. Ces dernières années, il a également écrit des chansons en tant qu'auteur et interprète depuis le début des années 90. Nous portons à votre attention une conversation avec lui.

 

- Vitaly, vous êtes connu comme une personnalité publique, un idéologue, un écrivain. Mais en 2019 est sorti votre premier CD arrangé "Russian Idea", maintenant, à la fin de 2020, le deuxième - "Evil Empire". S'agit-il de nouvelles chansons, ou de celles écrites dans les années 90 ?

 

- Comme je viens juste de commencer à promouvoir sérieusement mes chansons, j'ai l'avantage d'avoir beaucoup de terrain à couvrir. Sur les deux CD, il y a les premières chansons, celles qui ont été écrites dans les années 90 et celles qui sont totalement nouvelles. Il y a tellement de potentiel que je pourrais sortir un gros CD d'une heure chaque année pendant longtemps. Mais de nouvelles chansons sortent aussi.

 

- Quelle est la qualité de la promotion de ce projet ?

 

- Il avance sur internet à un rythme normal. Avec la télévision et la radio, ce n'est toujours pas le cas. L'inertie de l'ère de la capture du marché des médias par le show-business y prévaut, c'est une approche très formelle. Pour que quelque chose de nouveau soit mis en rotation, quelqu'un doit payer pour cela, selon la logique des éditeurs de musique. Dans mon cas, c'est une approche complètement différente. Ce n'est pas une production commerciale. C'est un message. C'est pourquoi je suis sûr que cette approche permettra de tout surmonter. En temps voulu... Mais combien de temps cela prendra-t-il, je ne le sais pas.

 

- Mais n'est-ce pas ennuyeux ?

 

- Ce qui est frustrant, c'est ça. Ces chansons ont leur propre public potentiel, qui peut être estimé différemment. Dans tous les cas, il s'agit de centaines de milliers, voire plus, d'auditeurs. Peut-être des millions... Ils ont besoin de ces chansons, et je peux le voir dans les réactions sur YouTube et sur Facebook, et en partie sur Odnoklassniki. Le répertoire qui inonde aujourd'hui l'espace musical ne permet pas à ce public de s'exprimer. Mais c'est difficile de l'atteindre. L'Internet offre une opportunité assez faible. Les programmes d'affiliation YouTube, auxquels j'ai proposé de coopérer, me considèrent comme trop politiquement incorrect pour être promu. Les clips vidéo sont les plus efficaces. Parfois, je parviens à trouver de nouveaux auditeurs grâce à des interviews présentées sous forme de vidéos. Souvent, les gens découvrent les chansons indirectement en prenant connaissance de ma position politique ou analytique. L'effet le plus important a été donné en temps voulu par le clip vidéo "Un ordre à Poutine", qui a été diffusé à la veille des élections présidentielles. En général, je cherche des outils plus radicaux pour atteindre l'auditeur. Mais je le fais sans fanatisme, comme on l'appelle de nos jours.

 

- Dans "Evil Empire", dans de nombreuses compositions, on ne sait pas très bien de quelle génération provient le message... Il pourrait s'agir de la vieille génération soviétique ou de la nôtre...

 

- En général, je ne suis pas, bien sûr, l'auteur qui court derrière le Komsomol avec son pantalon relevé. Pas de jeunesse délibérée et pas de flirt avec la musique de club - c'est ma position de principe. Quelqu'un pourrait dire sur cette base que ce sont des chansons pour les personnes d'âge moyen. Mais je le dirais : il a été écrit pour un public pensant, bien sûr. Et l'âge ne joue pas un rôle déterminant.

 

Le héros lyrique de la plupart des chansons est "flottant" et il trouve toujours des réalités tout à fait contemporaines, puis d'il y a dix ou vingt ans, ou parfois il souffle dans les souvenirs de l'époque des beatniks, des gopniks, des ouvriers des glissements de terrain vierges et des satellites... Parfois, il plonge même dans l'ère des "haches kosarik et des uryatniks-principaux". (J'ai même un cycle de chansons historiques, d'essence médiévale, dont je prévois d'enregistrer certaines et de les présenter sur de futurs disques). En d'autres termes, il s'agit d'une sorte de condensé de la mémoire populaire, lorsque les arrière-grands-pères, les pères et les arrière-petits-enfants se réunissent autour de la table et qu'un sujet générique est "moulé" à partir d'eux. En même temps, le héros lyrique est aussi socialement "flottant". Soit un SDF issu des bas-fonds de la société, soit un intellectuel de bas étage, soit un ouvrier contusionné par la vie, soit encore un élitiste, un diplomate par exemple, mais avec un langage décalé et des aphorismes issus des "gens profonds"... En d'autres termes, des couches cachées de langage se réveillent chez un homme, quel qu'il soit.

 

- Avez-vous des prédécesseurs dans les traditions poétiques et chansonnières russes à cet égard ?

 

- Je mentionnerais Bashlachyov le plus souvent à cet égard (du moins parmi les chanteurs).

 

- Et Vysotsky ? Vous avez des maniérismes poétiques différents, des mélodies différentes. Mais dans beaucoup de choses, on peut sentir, à première vue, une intonation similaire...

 

- Oui, je peux avoir cette association parfois, mais ensuite ce sentiment disparaît. Je chante naturellement, comme je parle, avec ma propre intonation. Mais si quelqu'un me dit que Vysotsky était mon prédécesseur, j'en serais honoré. Il y a toutes sortes de similitudes. Il y a imitation et il y a une proximité ou une consonance spirituelle. Je vais donner un exemple pour montrer à quel point l'un peut s'éloigner de l'autre. Dzhigurda a commencé par dire qu'il chantait "comme Vysotsky" dans le timbre et l'intonation. Je pense que me comparer à Djigurda est tout à fait capable de faire comprendre à quel point ces choses sont différentes.

 

 

 

Mais Vysotsky a pris le registre le plus large dans la chanson russe. Peu de gens le savent, mais il ne s'est pas contenté de créer son propre style, il a reproduit la manière dont le paysan russe chante dans la vie quotidienne, et non sur scène. Pas dans un village de paysans, mais dans une cour urbaine. Auparavant, un tel chant était considéré comme grossier, indigne d'être porté sous la lumière de la scène, mais après Vysotsky, ce "purisme" a été détruit, une certaine porte esthétique s'est ouverte. L'effet est semblable à ce que Pouchkine a fait avec la langue littéraire, livresque, en la rapprochant de la parole vivante.

 

On ne peut pas dire qu'il n'y avait rien de tout cela avant Vysotsky, mais avec sa nature catégorique caractéristique, il a élevé cette manière virile à une sorte d'apothéose. Plus l'échelle énorme de sa personnalité. Je pense que tout ce qui sera significatif à l'avenir dans le chant artistique russe sera associé à Vysotsky d'une manière ou d'une autre. Et surtout si le chanteur a une voix de baryton, ce qui est le cas de tant de bardes. D'ailleurs, c'est exactement ce qui s'est passé avec Bashlachev ; au début, il ressemblait beaucoup à Vysotsky.

 

Mais j'ai plus de points communs avec Bashlachev en ce qui concerne son intonation musicale et son jeu de langue. D'ailleurs, dans "L'Empire du Mal" le jeu de langage occupe une grande place... Par exemple, les trois ballades du cycle "L'Empire du Mal" sont construites sur la vibration des mots avec le suffixe "nik".

 

- Puis-je avoir un exemple pour la compréhension ?

 

- S'il vous plaît. "Les officiers secrets veillent depuis les fourmilières. / Un appel sur le téléphone portable, ils ont roulé leurs sacs de couchage, / Ils ont roulé leurs époussettes, sans chichi ni panique / Ils ont changé de pantalon de survêtement, rangé leurs nakomarniks - / Ils sont partis à Khamovniki, pour faire un rapport à leur supérieur..." Et les trois parties du cycle perdurent dans un tel jeu.

 

Un autre exemple est "Le cauchemar d'Ivan le diplomate", qui repose sur la réduplication lexicale, comme l'appellent les philologues. Il y a presque un vocabulaire de ces répliques dans la chanson, ainsi que des inserts d'argot, des mots-parasites, mais dans leur variété grasse. Il s'avère que j'ai un diplomate de conte de fées, une sorte d'Ivan le fou qui s'est égaré à Monaco, Davos et Saint-Répo.

 

Encore plus drôle dans les chansons "Lecture" et "Objectification" - il y a une parodie du langage des scientifiques, beaucoup de mots rimés se terminant par "isme".

 

- Il commence par être réprimandé pour avoir été un fasciste... Y a-t-il un élément d'autobiographie ici ?

 

- Absolument. Ces deux chansons ont été écrites en 2000, lorsque j'ai soutenu mon doctorat à l'université d'État de Moscou. Et la chanson est chantée au nom du jeune scientifique-humanitaire. Mais mon héros lyrique traverse une crise et il a une peur pathologique de tomber au bord du chemin. Et au fil de l'histoire, il passe du statut de "traditionaliste" qui vénérait la Sainte Inquisition à celui de postmoderne féministe androgyne qui reçoit des subventions occidentales.

 

- Vos gros morceaux, comme "Russian Idea" ou "Vatniks", combinent une synthèse profonde de différents styles musicaux, mais en même temps, ils sont superposés comme une tarte avec des chansonnettes. Comment définissez-vous ce genre ?

 

- Je ne pense pas qu'il y ait encore un nom pour ça. Cela ressemble en quelque sorte à des mini-musicales. Je n'exclus pas la possibilité qu'en combinant ces éléments, on puisse faire une véritable comédie musicale russe. Il y a vraiment beaucoup d'instruments, tout un orchestre symphonique. Ici, le grand mérite de l'arrangeur Yuriy Seredyuk. Et les chansonnettes utilisaient des instruments folkloriques. La dernière fois, dans "L'idée russe", c'était un accordéon qui jouait, et dans "Les Vatniks", une balalaïka, jouée par l'un des meilleurs maîtres de cet instrument, Konstantin Zakharato.

 

- Et qui chante les chansonnettes ?

 

- En dehors de moi, il y a des chanteurs invités. La dernière fois, ce sont les deux actrices et ma fille Katya qui ont très bien joué les chansonnettes. Cette fois, les chansonnettes étaient plus rudes, plus masculines. Nous les avons chantées avec l'acteur Andrei Ankundinov.

 

- Parlez-nous des chansons à couplets de Velimir Khlebnikov.

 

- Je suis en fait un spécialiste de Khlebnikov. J'ai pourtant écrit des ouvrages sur lui, dans les années 90. Mais j'ai toujours eu besoin, en tant que chanteur, de chanter beaucoup de ses œuvres. Après tout, très peu de gens chantent Khlebnikov. "Auktsyon a un jour sorti un album basé sur ses paroles. J'ai un grand respect pour Auktsyon, car très peu de groupes ont réussi à créer un style unique. Mais dans ce cas, ils ont obtenu une interprétation aussi classique de l'avant-garde que de la créativité schizophrénique. En définitive, le clivage entre le mot et la personnalité est l'expérimentation. Et la grande poésie est une harmonie.

 

Le fait est que Khlebnikov est très musical ; il est épique et lyrique à la fois. En même temps, il est un poète impérial russe, eurasien, cosmique et imprégné d'une sorte d'érotisme et de volonté de vivre. En gros, il ne rentre pas dans le cadre de cette avant-garde pathologique et décadente. Sur le disque "Empire of Evil", je me suis efforcé de présenter le début chantant et harmonique de Khlebnikov. Deux pièces sont basées sur ses chefs-d'œuvre "Bodysatva" et "Rus', vous êtes tous un baiser dans le givre...". (arrangé par Seredyuk). Et encore deux choses : ce sont des collages de poésie, c'est-à-dire que dans le texte, ses vers et ses lignes sont intercalés avec les miens. Ces choses ont fait d'autres arrangeurs - Ivan Muravsky.

 

- Il y a une chanson sur le CD, qui peut être référée strictement à des paroles d'amour. Et son titre est "Rainbow"... A notre époque, donner un tel titre à une chanson est un défi...

 

- Oui... Eh bien, si ça vous intéresse, je vais vous donner mon avis. L'étoile à cinq branches et la svastika sont des symboles anciens et traditionnels. Relativement récemment, ils furent usurpés par des forces occultes et politiques. Nous savons que la représentation de croix gammées en Russie aujourd'hui peut être punie comme une propagande du nazisme. Bien que nous ayons beaucoup de croix gammées dans les fresques des églises orthodoxes, sans parler des ornements folkloriques. Le svastika est l'un des principaux symboles de l'hindouisme et du bouddhisme. En général, la loi qui punit la croix gammée simplement en tant que croix gammée en soi est primitive, absurde et illettrée...

 

Quant au symbole de l'arc-en-ciel, nous avons affaire ici à une provocation monstrueuse du "côté obscur", à une moquerie directe de la Bible, de la tradition abrahamique. L'arc-en-ciel était le symbole de l'alliance entre Dieu et Noé après le déluge mondial. Et le déluge, comme nous le savons, a eu pour cause la dépravation de toute chair. En gros, Dieu a lavé cette vieille civilisation LGBT honnie des Confucianistes, pour donner une nouvelle chance à l'humanité. Cette chance - de vivre sans altération, de vivre naturellement, dans la vérité - est symbolisée par l'arc-en-ciel. Et c'est ce symbole que les transnationales, ces patrons super-riches et super-puissants des pervers d'aujourd'hui, ont monopolisé et "acheté" pour leurs pupilles. On en arrive à un point ridicule dans notre patrie sauvée par Dieu lorsque la députée Lakhova, qui a promu pendant des années le féminisme, le soi-disant planning familial, l'éducation sexuelle et la justice des mineurs, se rebelle maintenant soudainement contre la crème glacée ou le dentifrice, je ne me souviens plus exactement, avec le nom "Rainbow" pour nous protéger, soi-disant, de la propagande LGBT.

 

Au lieu de protéger les gens normaux de cette abomination, ils leur interdisent d'utiliser un symbole et une image aussi beaux que l'arc-en-ciel. Qu'est-ce qui pourrait être plus absurde ?

 

- Lors de votre soirée créative, votre livre "La civilisation du déluge et la guerre mondiale hybride" a été présenté en plus du CD. Cela pourrait être le sujet d'un exposé séparé, mais comme vous avez déjà commencé à parler du Déluge... qu'entendez-vous par Déluge contemporain ?

 

- Un grand document collectif y a été consacré, que nous avons publié au début de 2020, remarquez, avant l'annonce de la pandémie. Il s'appelle "L'Arche russe". Une stratégie alternative pour le développement mondial. À bien des égards, c'était comme une prophétie. Et dans mon livre d'auteur, je développe ce thème, notamment en analysant les événements de la 20e année fatidique, et nombre de nos diagnostics sont absolument exacts. Mais n'en découle-t-il pas que la formule que nous proposons est également correcte et doit être adoptée le plus rapidement possible ?

 

Par le déluge, nous n'entendons pas un grand déluge mais un certain état de l'humanité dans lequel il glisse. Il existe le mot anglais flood - il est même devenu un terme spécial dans la sphère numérique. Mais ce n'est pas seulement une inondation numérique, c'est l'érosion de tout et de rien, l'érosion des cultures et des traditions, l'érosion de l'homme lui-même, sa corruption.

 

Pour l'affronter, nous ne devons pas reconnaître les drapeaux et les bannières du déluge, leurs symboles, mais les refuser à l'ennemi. Ils n'ont pas le droit d'usurper l'espace de notre culture... C'est à eux de répondre devant les tribunaux de l'utilisation des arcs-en-ciel, des croix gammées et autres symboles. Et tous les autres devraient bénéficier d'une liberté totale de symboles. Je suis sûr que ce sera le cas dans l’État de l’Arche que nous devons construire au XXIe siècle.

 

 

Vitaly Averyanov

 

http://averianov.net

Averyanov Vitaly Vladimirovich (né en 1973) - philosophe russe, personnalité publique, directeur de l'Institut du conservatisme dynamique (IDC). Docteur en philosophie. Membre permanent et vice-président du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Lire la suite

Georgy Malinetsky : Stratégie et idéologie de la Russie au XXIe siècle (Club d'Izborsk, 12 mars 2021)

14 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Georgy Malinetsky : Stratégie et idéologie de la Russie au XXIe siècle  (Club d'Izborsk, 12 mars 2021)

Georgy Malinetsky : Stratégie et idéologie de la Russie au XXIe siècle

 

12 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20772

 

 

Comme le disait le philosophe, pour un navire dont le port de destination est inconnu, il n'y a pas de vent arrière. "Le port de destination" de la Russie, son avenir dans 30-50 ans, est inconnu. Par conséquent, il n'y a pas de vent arrière pour nous. C'est l'idéologie qui doit définir ce port, servir de boussole à notre navire. Ouvrant la discussion sur l'idéologie de l'avenir de la Russie, Alexandre Prokhanov a posé un certain nombre de questions. Les réponses à ces questions déterminent la direction que nous voulons prendre, nous permettent d'être concrets et de ne pas "précipiter la réflexion le long de l'arbre". Nous allons procéder à partir de ces questions. L'idéologie est la synthèse d'une prévision à long terme de notre civilisation - le monde de la Russie - et d'une image de l'avenir souhaitable.

 

Quelle est la formule de l'idéologie qui consolide la Russie ?

 

La formule de l'idéologie est "Conscience - Sobornost - Futur". Pour notre civilisation, l'auto-organisation et la perspective sont fondamentales, car c'est grâce à elles qu'il est possible de résoudre les grands problèmes. Pendant les réformes de 1985-2021, la vision de l'avenir, la compréhension de sa place dans le monde ont été perdues. C'est un risque très sérieux pour la Russie.

 

Le sens de la justice, de la justesse de ce que nous faisons, est très important pour nous. L'impératif kantien - la loi morale en nous et un ciel étoilé au-dessus de nos têtes - s'incarne aujourd'hui davantage en Russie qu'à l'Ouest.

 

Les vastes étendues, les conditions géographiques extrêmes dans de nombreuses parties du pays, l'agriculture risquée dans de nombreuses régions exigent une action conjointe, une auto-organisation, une unité et un accord sur les questions clés. Nous ne sommes pas l'Occident. Nous avons "meurs pour toi, mais aide ton camarade", mais eux ont "chacun pour soi - un seul Dieu pour tous". Autre territoire, autre trajectoire historique, donc, autre culture et moralité. Nous avons donc le commun au-dessus du personnel. La concurrence est l'impératif de l'Occident. La coopération, la coopération est l'impératif de la Russie.

 

L'état actuel des choses ne convient pas à notre peuple. Nous n'avons pas construit un pays fort, indépendant, libre, dans lequel tout le monde peut être heureux. Nous devons aider nos enfants et petits-enfants à le faire. C'est ce qui devrait nous unir.

 

Pourquoi cette version est-elle la plus opportune et la plus productive pour la Russie ?

 

Une expérience historique cruelle a été faite sur notre pays - ils ont essayé de construire le capitalisme en Russie.  Elle n'a pas réussi. Le capitalisme oligarchique a échoué. L'économie est gelée - avec un tiers de ses richesses naturelles, nous n'avons que 1,8 % du produit mondial et 0,3 % en haute technologie. Le peuple est pauvre, désorganisé, dépourvu de vision pour l'avenir. La superpuissance qui a défini l'histoire du XXème siècle s'est transformée en un conglomérat d'appendices de matières premières, fournissant, comme ils le peuvent, des pays développés ou en développement plus rapide.

 

La mondialisation a échoué. La pandémie de COVID-19, avec ses frontières fermées et ses flux de circulation bloqués, a montré que dans le monde d'aujourd'hui, chacun est pour soi. La Russie a besoin d'une idéologie qui assure un développement indépendant rapide et systématique de notre civilisation.

 

Le monde est à un point de bifurcation. Klaus Schwab et Thierry Mollere, organisateurs du Forum économique de Davos ("Forum des milliardaires"), ont proposé dans leur livre "Covid-19, The Great Nullification" une idéologie de "capitalisme inclusif". Il implique un contrôle social mondial basé sur les technologies numériques avec l'élimination des frontières, des religions et de la transparence dans la vie de chacun. Jacques Attali a qualifié ce passage à "l'ère de l'hypercontrôle".

 

L'alternative - la transition vers un monde de civilisations se développant et interagissant de manière suffisamment indépendante. C'est vers cette branche du développement que l'idéologie doit s'orienter.

 

L'image-idée du pays, l'image de l'État (dans l'espace historique et stratégique).

 

Le problème principal de la réalité russe a été formulé par N.A. Nekrasov dans son poème "Qui en Russie vit bien". La réponse qui découle du texte : "C'est mauvais pour tout le monde". L'idéologie devrait être orientée vers l'incarnation de la réponse opposée "Tout va bien ! L'état du pays doit être évalué non pas en fonction de la valeur du produit intérieur brut (PIB), mais en fonction de la valeur du bonheur intérieur brut.

 

Un État national est nécessaire, dans lequel les intérêts et les objectifs du sujet de la gestion (l'élite dirigeante) ne sont pas séparés des réalités de l'objet de la gestion (le peuple). Absence de "chaos du pouvoir". La situation dans laquelle les initiatives du président sont régulièrement rejetées par la partie pro-occidentale de l'élite est inacceptable.

 

Les mots "Bonjour, pays des héros, pays des rêveurs, pays des scientifiques !". - devrait être le slogan non seulement de notre passé, mais aussi de notre avenir. Un monde de créativité, où la société aide chaque créateur à réaliser son rêve. Un monde de personnes talentueuses où il n'y a pas de "sans talent". C'est ce qui se trouve au cœur de nombre de nos contes de fées et légendes. Il est temps qu'ils se réalisent ! Il faut que ce soit bon maintenant. Ici et maintenant !

 

La différence de notre pays devrait être qu'il est plus facile de réaliser ses projets créatifs, de trouver de l'aide et du soutien ici que partout ailleurs. Un monde de coopération et de collaboration plutôt que de compétition et de rivalité. La matérialisation de ce principe définira la place de notre pays dans le monde et le soutien des personnes qui lui sont proches. Ce n'est pas le pétrole et le gaz qu'on attend de nous dans le monde, mais le message d'un style de vie différent, plus proche de la nature humaine.

 

Nous avons besoin de force pour défendre dans le monde notre droit à l'intégrité du système et notre image de l'avenir.

 

L'image de la société et la structure sociale

 

"Je, tu, il, elle ! Ensemble - le pays entier, ensemble - une famille heureuse ! Il y a cent mille "je" dans le mot "nous". La société est fondée sur l'auto-organisation, la conscience, la culture. Dans les tournants décisifs de notre histoire, la spiritualité a toujours prouvé qu'elle était supérieure à la matière. La puissance des Soviets est idéale dans la mesure où les gens sont prêts à la recevoir. Des droits inséparables des responsabilités, un désir d'être plutôt que de paraître. Chacun devrait avoir le droit et le désir de dire : "L'État, c'est nous" ou, comme l'a dit Andrei Platonov, "La nation n'est pas complète sans moi". La société russe est rongée par le cancer de la corruption, une forme sévère de bureaucratisation et le désir d'une partie de l'élite de "cacher quelque chose à l'Ouest". La nationalisation de l'élite a échoué. Une idéologie comprise et acceptée par le peuple et l'élite dirigeante peut aider à se débarrasser de ces maladies qui nous privent de notre souveraineté et de notre avenir.

 

Le modèle d'économie, l'image du développement scientifique et technologique organique

 

Propriété nationale des ressources naturelles. Les industries et les structures qui forment le système devraient appartenir à l'État, soutenu par des initiatives dans d'autres domaines. L'oligarchie brute et la bureaucratisation incontrôlée rendent notre économie "vieille" - nous faisons ce qui appartient aux 3e et 4e modes technologiques, ignorant le 5e et ne construisant pas le 6e, qui définit maintenant le progrès technologique. Répétant le "long passé" dans d'autres pays, le rôle du fournisseur de pétrole et de gaz dans la division mondiale du travail est une impasse, menant à des guerres et à la division du pays. La tâche essentielle consiste à rendre l'économie plus réceptive aux inventeurs, aux innovations et aux nouvelles stratégies. Nous avons besoin d'un flux d'innovation, d'une "attitude soviétique" à l'égard de la science et de l'invention, et d'une expertise pour choisir les meilleurs. Nous devons construire une société de haute technologie qui suive sa propre voie et suive le testament de I.V. Kurchatov : "Dépasser sans rattraper". La situation actuelle, où "les comptables battent les ingénieurs" est inacceptable.

 

Le pays a besoin d'une prévision scientifique à long terme, de développer une stratégie et de fixer des objectifs sur cette base. Il convient de prêter attention à l'expérience de Singapour, qui a pu multiplier son PIB par 300 en quelques décennies, ainsi qu'aux percées technologiques de la Chine, du Japon et de la Corée du Sud. Dans une large mesure, leur essor repose sur l'adaptation et l'application de l'expérience soviétique. Il est temps pour nous de commencer à le faire aussi.

 

Nous avons élevé le niveau d'éducation au niveau mondial.

 

Actuellement, le test international PISA, qui examine la capacité à appliquer les connaissances acquises en sciences, en mathématiques et dans la langue maternelle, place nos écoliers dans les quatre premiers rangs mondiaux. L'élimination de l'actuel "désastre du personnel", la paralysie de la structure de gestion, qui oblige à se tourner sans cesse vers la "gestion manuelle", doit être considérée comme une tâche stratégique. En URSS, ils savaient comment apprendre rapidement et efficacement, et nous devrions revenir à cette tradition. Il est nécessaire d'avoir des écoles et des universités pour les personnes très talentueuses. Chaque talent brillant est un trésor national. Il est nécessaire de recommencer à enseigner à l'élite, en s'appuyant non pas sur les "derrières" occidentaux, mais sur les algorithmes de résolution des tâches stratégiques de la Russie.

 

La science russe actuelle est dans la position d'un serviteur de la recherche occidentale. La Russie doit disposer d'un système scientifique efficace de classe mondiale. Suivant la logique de l'académicien M.V. Keldysh, il est nécessaire de concentrer les efforts des scientifiques du pays sur la résolution de problèmes clés, ce qui permettrait à la société d'atteindre un autre niveau. À l'époque de Keldysh, il s'agissait des projets atomique et spatial. Aujourd'hui, il peut s'agir d'une percée dans le domaine de la biologie et de la médecine (un travail scientifique sur trois est réalisé dans ce domaine) et de l'électronique avec les télécommunications (nous sommes aujourd'hui loin derrière les pays leaders dans ce domaine, ne disposant pas de nos propres ordinateurs personnels, téléphones portables et plate-forme numérique). Nous devons retourner vers les étoiles en développant des projets originaux et brillants.

 

Notre excédent de production étant faible, nous devons nous tourner vers les formes soviétiques d'organisation de l'activité scientifique, à savoir l'Académie des sciences, les instituts annexes et le Comité d'État pour la science et la technologie. Un rêve a un grand rôle pour notre civilisation et la science doit être un instrument de sa réalisation.

 

mage et type de personnalité

 

Créateur, créateur, appréciant le bonheur de ses voisins comme le sien. Pour reprendre la terminologie de Lev Nikolaïevitch Gumilev, l'homme de notre civilisation a été forgé par des conditions naturelles extrêmes et une trajectoire historique difficile. La différence cardinale avec l'Occident est démontrée en comparant deux contes de fées favoris. En Occident, Cendrillon, une jeune fille exemplaire, a tout fait selon les règles et a fini par obtenir ce qu'elle voulait - un beau prince. Notre image préférée est celle d'Ivan le Fou. Il n'est pas très doué pour les affaires courantes, mais dans une situation extrême, son courage, son altruisme, sa capacité à aider et à accepter de l'aide permettent de résoudre des problèmes étonnants. Il est prêt pour un miracle.

 

Notre caractère est paradoxal. La cabane est tordue, la clôture fuit, mais toute la ville est en temples. La volonté de "cultiver le moi", de "résoudre le problème". Cela semble être les traits typiques d'un introverti. Et en même temps - le désir de regarder au-delà de l'horizon. Capacité à développer rapidement une immense Sibérie, à atteindre l'océan, à ouvrir l'Antarctique, à entrer dans l'espace. Cette extraversion et un sentiment de liberté intérieure, l'envie de vouloir : "Tu es juste mécontent quand j'apparais à l'horizon. Une étonnante capacité à synthétiser, à combiner ces deux qualités.

 

Dans les conditions extrêmes de la Russie, un solitaire ne peut survivre, d'où la capacité à s'auto-organiser, la volonté de comprendre les autres. D'où l'envie de s'unir, de se rassembler. L'amitié entre les peuples, qui se situe au-dessus des intrigues politiques, est la plus importante réalisation de notre civilisation.

 

Un sens aigu de la justice : "On ne peut obtenir des chambres de pierre en faisant des actions justes", "Celui à qui on donne beaucoup, on lui demande aussi beaucoup". Les traditions des anciens croyants dans lesquelles l'attitude envers une personne était déterminée par la droiture de sa vie sont significatives.

 

L'expansion de la Russie, l'exploration de nouveaux horizons ont conduit à un rôle énorme dans la conscience de l'avenir, au sentiment que les enfants et petits-enfants devraient vivre mieux que nous. D'où la compréhension de l'importance des grands projets. Sans cela, il y a une crise, une perte de sens. "Il n'y a nulle part où vivre, alors on pense dans sa tête", comme l'a formulé Andrei Platonov. L'impératif de l'avenir devrait être l'une des dominantes de l'idéologie. Mais sans un présent digne de ce nom, sans une vie intéressante, significative et de qualité, l'avenir n'aura pas lieu.

 

Image de la culture

 

Notre civilisation possède une grande littérature, une belle poésie, une musique merveilleuse et en même temps d'énormes problèmes culturels. La culture de la Russie moderne est affectée par le "syndrome Tchadaïev" - un sentiment d'insignifiance par rapport à l'Occident et un masochisme par rapport à sa propre histoire. On demande constamment à l'élite russe d'apprendre des Néerlandais, des Allemands, des Français, des Américains ; maintenant, des enthousiastes suggèrent d'adopter l'expérience chinoise. Les guerres, les crises, le faible excédent de produit, le peu de véritables élites, son allocation plus modeste par rapport à l'Occident, les tentatives périodiques de rattrapage du développement ont inévitablement conduit à la déformation de la culture. Gorbatchev et Eltsine sont tous deux des tentatives tragiques de modernisation pro-occidentale au prix de l'abandon de la souveraineté dans des domaines clés et de leur propre développement culturel.

 

La transition de la phase industrielle à la phase post-industrielle du développement de la civilisation est actuellement en cours. Le catalyseur de cette transition est l'utilisation totale des ordinateurs dans la vie quotidienne. La profondeur, l'ampleur et la rapidité des changements en cours nous permettent de dire qu'une révolution humanitaro-technologique est en train de se produire, le passage du monde des machines au monde des hommes. La culture sera d'une importance capitale dans la formation de l'homme du XXIe siècle.

 

Il y a, en fait, la principale alternative. La première alternative est proposée par Klaus Schwab. Elle est très proche de ce que F.M. Dostoïevski a décrit dans son roman Le Grand Inquisiteur. C'est le contrôle de quelques-uns sur tous, privés de toute liberté réelle. Imitation des principes au lieu de les suivre. Dans la variante de Schwab, le contrôle des simples mortels devrait être observé grâce à la surveillance totale des moyens électroniques et à des billions de "guetteurs" situés partout.

 

Une autre option, dont notre culture devrait s'inspirer, devrait permettre de cultiver des personnes conscientes de la réalité, responsables, adultes (au sens psychologique du terme). Le développement harmonieux des sphères émotionnelle, rationnelle et intuitive est fondamental. Notre culture, sans renier la tradition, doit être orientée vers l'avenir. Les personnes à l'étranger, qui ont une attitude chaleureuse à l'égard de la Russie, ne veulent pas connaître les cuillères et les povaryoshka, mais ce que la Russie apporte à elle-même et au monde. L'absence actuelle d'une image de l'avenir de notre civilisation prolonge l'absence de temps. L'expérience culturelle soviétique des années 1920 montre qu'elle peut être un leader mondial, offrant un nouveau type de vie.

 

Nous devons avoir notre propre télévision de classe mondiale, nos studios de cinéma, nos livres et notre musique. Développer non pas l'idée du "techno-humanisme" ou du "libertarisme", mais les impératifs du monde russe. Nous devons enseigner gratuitement aux enfants la musique, le sport, l'invention, les mathématiques et d'autres formes de créativité. C'est la base d'une percée vers l'avenir ! La diversité, la créativité, la recherche devraient devenir les impératifs de notre culture : "Créez, inventez, essayez !" Un réseau d'écoles spéciales dans tout le pays avec d'excellents enseignants, tel est notre message à l'avenir. En substance, nous avons besoin d'une nouvelle révolution culturelle qui nous permette d'aller vers le haut, vers les étoiles, et non de rester à la traîne, comme c'est le cas actuellement.

 

Une image de la nature et de la civilisation dans l'environnement naturel

 

Les gens de toutes les régions du pays devraient avoir la possibilité de vivre heureux pour toujours. C'est sur ce point que l'idéologie future devrait axer le système de règlement. Malheureusement, nous allons maintenant dans la direction opposée. Le pays devrait être une maison commune pour les citoyens de toutes les générations, et non un ensemble de "principautés", données aux boyards proches et à la noblesse pour "se nourrir". Le passage d'un développement "moscovite-centré" et "pétersbourgeois-centré" à un aménagement harmonieux du pays, au "rassemblement" de la société et des territoires, à la formation d'une nouvelle unité. Les architectes russes ont des projets pour une telle réinstallation. Pour préserver l'unité territoriale du pays, nous devons suivre le "théorème des transports" : les communications doivent se développer plus rapidement que l'économie des territoires qu'elles relient. Nous avons besoin de routes bonnes et fiables (et les ingénieurs ont des plans pour cela), et non de dépenses gigantesques constamment allouées aux réparations, ainsi que de nouveaux moyens de transport et de la volonté politique de le faire. On nous laisse artificiellement dans le "passé des transports".  Par exemple, nous n'avons pratiquement pas de petite aviation et seulement 300 terrains d'aviation. Aux États-Unis, nous l'avons et il y a plus de 19 000 aérodromes. Le transport sous vide, dont le brevet a été obtenu en Russie en 1912, développe, à en juger par les calculs, une vitesse de 6400 km/heure. Pour obtenir de bons résultats, il est nécessaire d'aller de l'avant, plutôt que de répéter ce qui a été fait il y a longtemps par d'autres pays.

 

L'indicateur de l'attitude envers la nature et les personnes est constitué par les méthodes de recyclage des déchets ménagers et industriels, le niveau de purification des émissions. Dans les pays leaders, 95 % des déchets sont recyclés et 5 % sont enfouis. Dans notre pays, la proportion est inverse. Dans de nombreuses régions, les choses sont faites comme si nous vivions "à la dure", et qu'ensuite nous vivrions "proprement". Cette approche, typique des situations d'urgence, est inacceptable dans la vie normale. Il faut vivre "hors des sentiers battus" à la fois.

 

L'image d'un ordre mondial harmonieux

 

La construction d'un beau pays pour des gens heureux est un grand projet mondial de la Russie du XXIe siècle, non moins important que les projets atomique et spatial du XXe siècle. C'est la réussite de ce projet qui déterminera la place de la Russie dans le monde et le véritable sens de son idéologie.

 

L'ordre mondial harmonieux est un dialogue de civilisations avec leurs propres significations, leurs projets d'avenir. La guerre, trop destructrice dans les réalités actuelles, exclut largement la confrontation militaire. Il faut espérer que les pandémies ne deviendront pas un outil de gouvernance mondiale. Par conséquent, le facteur décisif devient le mode de vie d'une personne, son monde intérieur et les possibilités de créativité. L'exportation de la révolution et de la contre-révolution n'est pas nécessaire, mais si quelqu'un veut percevoir les éléments de l'idéologie de la Russie et l'attitude de notre civilisation vis-à-vis du monde, il ne faut pas l'en empêcher.

 

COVID-19 a donné une sérieuse leçon. Malgré la fermeture des frontières et l'élimination d'une grande partie des petites et moyennes entreprises, les économies de tous les pays ont fonctionné avec succès. Le développement de la technologie rendra inutile la participation de nombreuses personnes à la production et aux services. Il y aura beaucoup de personnes libres dans le monde au cours de la prochaine décennie. Une variante de l'ordre mondial implique la reproduction du modèle de la Rome tardive, dans lequel la foule oisive réclamait du pain et des cirques. L'autre reproduit "Matrix" avec la solitude électronique de personnes qui sont prêtes à vivre dans un monde fantomatique sans intérêt pour les autres. Ce dont nous avons besoin est différent. L'objectif principal de l'idéologie est d'offrir aux gens une vie intéressante et pleine de sens, une vision de l'avenir, un port vers lequel se diriger.

 

Autres problèmes de l'avenir

 

Nous sommes sur une fausse piste qui mène à une impasse historique. Notre place sur la carte du monde dans les différents domaines de la vie se réduit. Le pays ne dispose pas d'une réelle souveraineté dans un certain nombre de domaines clés et ne peut se libérer des influences pro-occidentales. Il suffit de comparer le chemin parcouru et les résultats obtenus pendant 30 ans - l'URSS de 1945 à 1975 et la Fédération de Russie de 1991 à 2021, pour se rendre compte que nous faisons fausse route et que nous perdons un temps historique.

 

Pour aller de l'avant, il est nécessaire de tirer un trait sur le passé. Dans l'esprit de l'élite et du peuple, il doit y avoir une compréhension claire de qui, comment et pourquoi a détruit le grand pays - l'URSS - et qui a transformé la superpuissance en un appendice des matières premières avec un capitalisme oligarchique sans vision de l'avenir.

 

C'est nécessaire pour que les erreurs et les crimes commis ne se répètent pas, pour que nous puissions poursuivre la branche principale de notre histoire millénaire et recommencer beaucoup de choses à zéro. Sans cela, nous ne pouvons pas constituer une entité stratégique et atteindre les jeunes.

 

Le slogan du moment, ce sont les mots de Souvorov : "Nous sommes des Russes ! Nous avons gagné ! Quel ravissement !"

 

 

George Malinetsky

 

Georgy Gennadievich Malinetsky (né en 1956) est un mathématicien russe, chef du département de modélisation des processus non linéaires de l'Institut Keldysh de mathématiques appliquées de l'Académie des sciences de Russie. Professeur et docteur en physique et en mathématiques. Lauréat du prix Komsomol de Lénine (1985) et du prix de l'éducation du gouvernement russe (2002). Vice-président de la Société de nanotechnologie de Russie. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Serge Pisarev : La couleur du Titanic n'a pas été décisive (Club d'Izborsk, 13 mars 2021)

13 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie, #Société

Serge Pisarev : La couleur du Titanic n'a pas été décisive  (Club d'Izborsk, 13 mars 2021)
Pierre Ier de Russie peint par Paul Delaroche

Pierre Ier de Russie peint par Paul Delaroche

Serge Pisarev : La couleur du Titanic n'a pas été décisive

 

13 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20776

 

 

"La Russie doit-elle rester dans le processus éducatif de Bologne ?" - Les participants à la table ronde, qui se tiendra le 15 mars à la Chambre publique de la Fédération de Russie, répondront à cette question et à d'autres. La Chambre publique de Russie, l'Union des femmes orthodoxes, la société Tsargrad et le Conseil du peuple russe figurent parmi ses organisateurs. A la veille de l'événement, l'expert du projet de la doctrine nationale d'éducation de la Fédération de Russie, membre du Conseil de coordination du Conseil des parents de Russie, président du fonds "Entrepreneur russe" Sergey Pisarev répond à ses questions.

 

- Serge Vladimirovich, quelles sont les véritables raisons pour lesquelles la Russie a abandonné, à la fin des années 1990, le système éducatif traditionnel russe et soviétique ?

 

- Le système éducatif s'inscrit dans la continuité de la politique de l'État dans son ensemble. En fait, c'est l'une des principales institutions de formation de l'État. Lorsque le système et les objectifs stratégiques de l'État changent, le système éducatif change en règle générale, s'adaptant aux besoins de l'État. Je ne suis pas d'accord avec cette déclaration : « Ce qu'est l'éducation, ce qu'est la société. C'est tout le contraire ».

 

Cette thèse peut être confirmée par des exemples historiques. Pierre Ier a fixé comme objectif à l'État de devenir l'une des premières puissances mondiales. En premier lieu, il s'agissait de construire l'armée et la marine, de moderniser l'industrie. Pour ce faire, le roi avait surtout besoin des exécuteurs de son testament, compétents et proactifs. Dans tout le pays a commencé la sélection de jeunes gens ambitieux et énergiques qui ont été envoyés étudier à l'étranger - dans des universités, des écoles de Marine et d'autres écoles. Ce n'est pas leur origine qui a été décisive, mais leurs capacités et leur diligence. C'est alors qu'a commencé la création de leur propre système éducatif, en fait - à partir de zéro. Bientôt, la première université de Russie a été créée.

 

Sous Staline, l'Union soviétique se développe dans des conditions de grave isolement politique et économique international, avec la menace croissante d'une agression militaire directe. On ne pouvait compter que sur ses propres forces, et l'éducation était chargée de former son propre personnel de haute qualité, composé d'ingénieurs, de constructeurs, de scientifiques, de militaires et de créateurs, capables de résoudre les tâches les plus inhabituelles, quelle que soit leur complexité, dans les délais les plus brefs. Et le système éducatif soviétique avait rempli cette tâche. En conséquence, nous avons gagné la plus terrible des guerres et conduit l'humanité dans l'espace. L'éducation soviétique était reconnue comme la meilleure au monde, de nombreux pays l'ont copiée avec succès. Et ce, non pas en raison d'un amour particulier du tsar Pierre le Grand ou du "père de toutes les nations" pour ses citoyens, mais parce qu'un personnel qualifié et formé au patriotisme était une condition nécessaire à l'existence même de l'État.

 

- Quelle a été la raison de la formation à grande échelle et disproportionnée de gestionnaires, de comptables et d'avocats dans les années 1990 ? Quelle idéologie a dicté ce parti pris ?

 

- Après l'effondrement de l'URSS, la Fédération de Russie a choisi la voie de l'intégration à la civilisation occidentale, abandonnant sans combattre ses positions conquises et ses acquis sociaux. L'Occident a toujours considéré la Russie, avant tout, comme un appendice des matières premières, une source de ressources et de main-d'œuvre bon marché. Par conséquent, les industries à forte intensité scientifique et de haute technologie, telles que l'ingénierie mécanique, la construction aéronautique, etc. ont commencé à disparaître progressivement. Par conséquent, les spécialistes, qui ont été formés pour eux dans les écoles et les universités russes, n'étaient pas non plus nécessaires. Les créateurs et les créateurs possédant des connaissances fondamentales se sont retrouvés au chômage. Seules les spécialités et les universités qui préparent les métallurgistes, les pétroliers, les ingénieurs des mines - c'est-à-dire les spécialistes des industries des matières premières - sont restées demandées. Tout le reste, des biens de consommation aux avions, devait être fourni par l'étranger, aux dépens des recettes d'exportation de matières premières. Et pour assurer la vente de produits étrangers dans notre pays, seuls des gestionnaires, des comptables et des avocats sont nécessaires.

 

Eh bien, en guise d'idéologie, M. Fursenko, à l'époque ministre de l'éducation, a annoncé le concept suivant : "L'éducation d'un consommateur qualifié".

 

Citation : "L'une des faiblesses du système éducatif soviétique était de tenter de former un créateur humain ; aujourd'hui, la tâche consiste à élever un consommateur qualifié..."

 

Cette idéologie est toujours en cours d'application, et nous pouvons tous le voir parfaitement. Bien que l'expression "consommateur qualifié" elle-même témoigne du niveau d'éducation pas très élevé de l'ancien ministre lui-même : "Consommateur qualifié" est comme "bon meurtrier" ou "délicieux poison", car une personne vraiment instruite ne mettrait jamais la consommation matérielle en tête de sa liste. Le système éducatif produit encore des "consommateurs" à grande échelle, mais loin d'être des "consommateurs qualifiés".

 

- Comment, et selon quels critères, la qualité de l'éducation est-elle évaluée pour la plupart des diplômés universitaires aujourd'hui ?

 

- L'État russe moderne (à l'exception des industries des matières premières et du complexe militaro-industriel) a avant tout besoin de consommateurs. C'est pourquoi, dans les années 1990, les ingénieurs et les scientifiques soviétiques ont dû être reconvertis en masse en vendeurs, "gestionnaires", logisticiens et agents de sécurité. Aujourd'hui, les systèmes éducatifs russe classique et soviétique traditionnels ont été démantelés ; ils ont été remplacés par l'examen d'État unifié (USE) dans les écoles secondaires et le système de Bologne dans les universités. L'éducation elle-même est également considérée comme un secteur de services.

 

La diminution du niveau de formation du personnel atténue les problèmes de gestion : les citoyens moins instruits sont moins exigeants et moins demandeurs de la qualité du pouvoir en tant que tel. Les diplômés des écoles et des universités d'aujourd'hui reçoivent, en plus de leurs diplômes, un complexe d'infériorité morale intégré. Ils sont conscients du niveau misérable de leurs connaissances, mais se considèrent souvent comme responsables de leur infériorité. Les personnes ayant ce complexe et des exigences réduites sont moins enclines à une perception critique de la réalité, elles sont plus faciles à manipuler.

 

Dans le système éducatif, il suffit d'avoir plusieurs universités d'élite pour tout le pays, et le système "Sirius", qui sélectionne les écoliers capables et éduque les enfants de l'élite. Le niveau de formation dans les écoles secondaires ordinaires et les universités a chuté de manière spectaculaire et est loin d'être aussi bon qu'à l'époque soviétique.

 

Seuls quelques-uns souffrent de l'absence de grands objectifs, comprennent que leur potentiel humain n'est pas pleinement réalisé, qu'eux-mêmes et le pays pourraient accomplir beaucoup plus. Ce sont ces personnes qui, le plus souvent, se rendent aux rassemblements et aux manifestations avec des revendications politiques et causent tant de désagréments aux autorités.  Le fait de comprendre que de tels événements sont souvent organisés grâce à des subventions occidentales et sont dangereux pour la société n'arrête pas tout le monde.

 

- Les partisans du système de Bologne affirment que, grâce à lui, l'éducation russe est désormais unifiée et intégrée aux systèmes et aux normes d'éducation européens et mondiaux, dans le cadre des diplômes de licence et de master.  Théoriquement, un étudiant russe, ayant commencé sa formation en Russie, peut la poursuivre dans n'importe quel autre établissement d'enseignement supérieur européen ou américain.

 

Les opposants au système de Bologne disent que le système n'enseigne pas comment étudier de manière indépendante, qu'il ne donne pas des connaissances mais des compétences, qui deviennent très vite obsolètes, et qu'il produit des bacheliers maladroits, qu'il fait plus de mal que de bien... quelle est votre position ?

 

- Il est inutile de discuter des avantages et des inconvénients du système éducatif de Bologne, de ses avantages et de ses inconvénients. C'est comme se disputer pour savoir si le Titanic est peint de la bonne couleur ou non, alors que le navire se dirige vers l'iceberg.

 

Le système de Bologne est bien adapté aux tâches de formation de l'État actuel. Elle n'a pas besoin de créateurs ayant des connaissances fondamentales en grand nombre et est même nuisible. Mais des bacheliers mal formés avec un minimum de formation professionnelle, c'est parfait ! Le produit du système de Bologne - des personnes fonctionnelles aux perspectives limitées, des consommateurs sans aucune ambition, le matériau le plus commode pour tout État qui n'a pas de "grands" objectifs. Former les masses grises avec un complexe de leur propre infériorité - le système éducatif moderne s'acquitte parfaitement de cette tâche ! Personne ne l'a fixé autrement.

 

Nos diplômes ne sont pas valorisés et ne sont toujours pas reconnus en Occident.

 

Dans le même temps, si un étudiant russe prometteur ayant le profil requis attire l'attention des "parties prenantes" occidentales, celles-ci n'hésitent pas à le tirer cyniquement vers elles, en lui faisant une offre "qu'il ne peut refuser". La condition préalable est la maîtrise de la langue, afin de réduire au maximum la période d'adaptation. Et le système éducatif russe assume également ces coûts, en préparant un personnel aussi prêt que possible pour l'Occident.

 

Le problème est tout autre : aujourd'hui, l'État russe ne dispose ni d'un objectif stratégique, ni des tâches actuelles qui en découlent, ni de "termes de référence" appropriés pour la formation du personnel. Si quelqu'un "d'en haut" a décidé qu'il valait mieux acheter des Boeing et des Airbus d'occasion que de construire nous-mêmes des avions civils, alors pourquoi devrions-nous créer un système de formation "idéal", même s'il s'agit de constructeurs d'avions "admirables" ? Autrefois, il n'y avait pas besoin de spécialistes des matières premières - il était plus facile et moins cher d'acheter un produit importé tout prêt. Et seule l'introduction de sanctions occidentales n'a eu besoin que quelques années pour relancer l'industrie fromagère nationale et former des spécialistes de classe mondiale. Comme on dit, grâce à Obama !

 

La situation de notre complexe militaro-industriel unique est un peu (excusez-moi bien sûr !) comme la situation du fromage : nous avons besoin des meilleures armes du monde (la Russie est trop tidbit !), mais personne ne veut jamais nous les vendre. Donc nous le faisons mieux que quiconque. Comme, d'ailleurs, nous pouvons faire mieux que quiconque n'importe quoi. Si la pression est là. Même le fromage !

 

- Quelles mesures peuvent être proposées au gouvernement pour résoudre la crise de l'éducation ?

 

- Il ne sert à rien de changer le système éducatif tant que l'État n'a pas déterminé sa propre idéologie en matière d'objectifs et de développement. Il convient d'abord d'élaborer une stratégie, puis de préparer le système éducatif à ces buts et objectifs. S'il n'y a pas d'objectifs fixés par l'État, il est inutile de changer le système éducatif.

 

Nous devons nous rappeler qu'un État "sans objectifs, sans gouvernail et sans vent" ne peut durer éternellement. Même si l'État est grand et riche comme la Russie. Dès qu'elle est assez faible, il y a ceux qui veulent la mettre en pièces.

 

Pour éviter un avenir sombre, le pouvoir doit se comporter comme un adulte, assumer les fonctions de fixation des objectifs, de formulation des tâches et des phases de développement.

 

Le pays sera-t-il capable de mettre en marche le moteur de sa propre industrialisation et de son développement national, ce qui est le seul moyen de faire passer le pays de l'arrière-pays au rythme rapide du progrès ? La fenêtre d'opportunité est encore ouverte. En suivant cette voie, Pierre le Grand et Joseph Staline, à différentes périodes de l'histoire russe, ont réussi non seulement à sauver le pays, mais aussi à le hisser parmi les leaders mondiaux. L'idéologie et le concept de construction de l'État - voilà ce dont il faut discuter en premier lieu. Ce n'est qu'en disposant de ces éléments fondamentaux pour la société qu'il est possible de proposer un système d'éducation moderne et complet.

 

Il est évident qu'une éducation à part entière se compose de deux éléments : "C'est-à-dire qu'un jeune qui quitte l'école ne doit pas seulement connaître les mathématiques et la chimie, mais aussi être une personne spirituellement développée, un patriote de son pays. Quoi de pire comme produit du système éducatif qu'un physicien talentueux qui rêve de "quitter" le "rasha" qu'il méprise ? Même si aujourd'hui l'État ne peut pas dire précisément de quelles professions il aura besoin demain, il pourrait utiliser des patriotes de grand talent hier, aujourd'hui et demain.

 

On dit à juste titre : "Si vous ne l'aimez pas, proposez-le". Je l'ai déjà suggéré, mais je vais le répéter ("Sergey Pisarev. Qui est coupable et que doit-on faire ?"). Il est nécessaire de créer un manuel d'histoire unique pour toutes les écoles. Toutes les périodes (prérévolutionnaire, soviétique, moderne) auraient été couvertes selon le principe "dire le bon et le mauvais", mais il devrait y avoir plus de "bon" (d'autant plus que dans la vraie vie, c'est le cas !). En fait, même dans les années 90 "détestées", nous pouvons voir beaucoup de choses positives, même à travers les yeux des "monarchistes" et des "communistes". Prenez au moins l'ouverture des églises, l'autorisation de l'entreprise privée, la liberté d'expression et ainsi de suite. Que dire des autres périodes de l'histoire russe ! Nous devons mettre un terme à la situation dans laquelle les "paroissiens" du centre Eltsine méprisent les "paroissiens" du mausolée, tandis que les paroissiens de la cathédrale du Christ-Sauveur, pour ne pas dire plus, n'aiment ni l'un ni l'autre. Le cygne, l'écrevisse et le brochet. Sur cette aversion mutuelle, une nouvelle génération se développe et peut inévitablement conduire à la prochaine année 1917 ou 1991. Il est clair qu'un "bon manuel d'histoire" ne résoudra pas à lui seul tous les problèmes, mais pourquoi contribuer à faire basculer la situation avec un "mauvais" manuel ?

 

Nous aimerions terminer par des citations des dirigeants de nos rivaux géopolitiques :

 

Otto von Bismarck : « Les guerres ne sont pas gagnées par des généraux, mais par des instituteurs ».

 

John F. Kennedy : « L'URSS a gagné la course à l'espace derrière un bureau d’école".

 

N'y a-t-il plus que des amis en Russie aujourd'hui ?

 

 

Serge Pisarev

 

http://rnk-concept.ru

Serge Vladimirovich Pisarev (né en 1960) est un entrepreneur et une personnalité publique, président de la Fondation des entrepreneurs russes, membre du conseil de coordination du mouvement public Sobor parents de Russie et membre permanent du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Alexandre Douguine : Manifeste du grand réveil (Club d'Izborsk, 6 mars 2021)

11 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Alexandre Douguine : Manifeste du grand réveil (Club d'Izborsk,  6 mars 2021)

Alexandre Douguine : Manifeste du grand réveil

 

6 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20749

 

 

Première partie. Grand Reset.

 

Les 5 points du prince Charles.

 

En 2020, lors du forum de Davos, son fondateur Klaus Schwab et le Prince Charles de Galles ont proclamé un nouveau cours pour l'humanité, le Grand Reset.

 

Le plan exprimé par le prince de Galles comporte 5 points :

 

1. Capturer l'imagination de l'humanité (car le changement n'arrive que lorsque les gens le veulent vraiment) ;

 

2. La reprise économique après la pandémie de Covid-19, qui devrait conduire au début du "développement durable". Il faut inventer des structures de production durables autres que celles qui ont eu un effet pernicieux sur l'environnement de la planète ;

 

3. Transition vers une économie non pétrolière au niveau mondial. Pour ce faire, il convient d'exercer une influence critique sur les prix du pétrole afin d'assurer la viabilité du marché ;

 

4. La science, la technologie et l'innovation vont recevoir un nouvel élan. L'humanité est au seuil d'une percée radicale qui changera toutes nos idées sur ce qui est possible et ce qui est bénéfique dans le contexte d'un avenir durable ;

 

5. La structure du bilan des investissements doit changer. La proportion d'"investissements verts" devrait être augmentée et des emplois devraient être créés dans les domaines de l'énergie verte, de l'économie cyclique et de la bioéconomie, de l'écotourisme et des infrastructures publiques vertes[1].

 

Le terme "durable" est le concept le plus important du Club de Rome - "développement durable". Cette théorie est basée sur une autre théorie - "les limites de la croissance", selon laquelle la surpopulation mondiale a atteint une limite critique (ce qui implique la nécessité de réduire le taux de natalité).

 

Le fait que le mot "durable" soit utilisé dans le contexte de la pandémie Covid-19, qui selon certains analystes devrait entraîner une diminution de la population, a provoqué une réaction importante au niveau mondial.

 

Le point principal du Grand Reset se résume à :

 

la gestion de la conscience publique à l'échelle mondiale, qui est à la base de la "culture de l'annulation" - l'introduction de la censure dans les réseaux contrôlés par les mondialistes (point 1) ;

 

Transition vers une économie écologique et rejet des structures industrielles modernes (points 2 et 5) ;

La transition de l'humanité vers le 4ème ordre économique (la précédente réunion de Davos y était consacrée), c'est-à-dire le remplacement progressif de la main d'œuvre par les cyborgs et la mise en place de l'Intelligence Artificielle à l'échelle mondiale (point 3).

L'idée principale du Grand Reset est de poursuivre la mondialisation et de renforcer le mondialisme après une série d'échecs : la présidence conservatrice de l'anti-mondialiste Trump, l'influence croissante d'un monde multipolaire - principalement la Chine et la Russie, la montée des pays islamiques - Turquie, Iran, Pakistan, Arabie Saoudite et leur retrait de l'influence occidentale.

 

Au forum de Davos, les représentants des élites libérales mondiales déclarent la mobilisation de leurs structures en prévision de la présidence de Biden si souhaitable pour eux et de la victoire des démocrates dirigés par les mondialistes aux États-Unis.

 

Mise en œuvre

 

Les mots de la chanson (Jeff Smith) "Build Back Better" - le slogan de la campagne de Joe Biden - sont le symbole du programme mondialiste. Cela signifie qu'après une série de revers (comme un typhon ou l'ouragan Katrina), les gens (c'est-à-dire les mondialistes) reconstruisent de meilleures infrastructures qu'auparavant.

 

La "Grande Reset" - la "Grande Reset" - commence avec la victoire de Biden.

 

Les leaders mondiaux, les dirigeants de grandes entreprises - Big Tech, Big Data, Big Finance, etc. - se sont réunis et se sont mobilisés pour vaincre leurs adversaires - Trump, Poutine, Xi Jinping, Erdogan, l'Ayatollah Khomenei et d'autres. Le point de départ a été d'arracher la victoire à Trump en utilisant les nouvelles technologies - par la "capture de l'imagination" (point 1), l'introduction de la censure sur Internet et la fraude au vote par correspondance.

 

L'arrivée de Biden à la Maison Blanche signifie que les mondialistes passent à autre chose.

 

Cela devrait affecter tous les domaines de la vie - les mondialistes retournent là où Trump et les autres pôles de multipolarité croissante les ont arrêtés. Et c'est là que le contrôle des esprits (par la censure et la manipulation des médias sociaux, la surveillance totale et la collecte de données sur tout le monde) et l'introduction de nouvelles technologies jouent un rôle clé.

 

L'épidémie de Covid-19 en est la preuve. Sous le couvert de l'hygiène sanitaire, le Grand Reset s'attend à modifier radicalement les structures de contrôle des élites mondialistes sur la population mondiale.

 

L'investiture de Joe Biden et les décrets qu'il a déjà signés et qui ont renversé pratiquement toutes les décisions de Trump signifient que le plan a commencé à être mis en œuvre.

 

Dans son discours sur la "nouvelle" orientation de la politique étrangère américaine, Biden a en fait exprimé les principales orientations de la politique mondialiste. Elle peut sembler "nouvelle" - et seulement partiellement - seulement en comparaison avec le parcours de Trump. Dans l'ensemble, Biden a simplement annoncé un retour au vecteur précédent :

 

- en faisant passer les intérêts mondiaux avant les intérêts nationaux ;

- en enforçant les structures du gouvernement mondial et de ses affiliés sous la forme d'organisations supranationales et de structures économiques mondiales ;

- en renforçant le bloc de l'OTAN et la coopération avec toutes les forces et régimes mondialistes ;

- promotion et approfondissement du changement démocratique à l'échelle mondiale, ce qui signifie en pratique:

 

1) l'escalade des relations avec les pays et les régimes qui rejettent la mondialisation - principalement la Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie, etc ;

 

2) le renforcement de la présence militaire américaine au Moyen-Orient, en Europe et en Afrique ;

 

3) la propagation de l'instabilité et des "révolutions de couleur" ;

 

4) Utilisation généralisée de la "diabolisation", du "dé-plateforme" et de l'ostracisme en réseau (culture d'annulation) contre tous ceux qui adhèrent à un point de vue différent du point de vue mondialiste (à l'étranger et aux États-Unis même).

 

Ainsi, non seulement la nouvelle direction de la Maison Blanche ne montre pas la moindre volonté d'avoir un dialogue égal avec qui que ce soit, mais elle ne fait que resserrer son propre discours libéral, qui ne tolère aucune objection. La mondialisation entre résolument dans une phase totalitaire. Cela rend plus que probable la possibilité de nouvelles guerres - y compris un risque accru de troisième guerre mondiale.

 

La géopolitique du « Grand Reset"

 

La Fondation mondialiste pour la défense des démocraties, qui exprime la position des milieux néoconservateurs américains, vient de publier un rapport recommandant à Biden que les orientations de Trump telles que:

 

1) l'opposition croissante à la Chine,

 

2) augmentation de la pression sur l'Iran -

 

- sont positifs, et Biden devrait s'orienter dans cette direction dans sa politique étrangère.

 

Les auteurs du rapport, en revanche, ont condamné les actions de politique étrangère de M. Trump telles que:

 

1) travailler à la désintégration de l'OTAN ;

 

2) le rapprochement avec les "dirigeants totalitaires" (chinois, RPDC et russes) ;

 

3) un "mauvais" accord avec les Talibans ;

 

4) le retrait des troupes américaines de Syrie.

 

Ainsi, le « Grand Reset" en géopolitique signifiera une combinaison de "promotion de la démocratie" et de "stratégie agressive néoconservatrice de domination à grande échelle", qui est le principal vecteur de la politique "néoconservatrice". Dans le même temps, il est conseillé à M. Biden de poursuivre et d'intensifier la confrontation avec l'Iran et la Chine, mais l'accent doit être mis sur la lutte contre la Russie. Et cela nécessite de renforcer l'OTAN et d'étendre la présence américaine au Moyen-Orient et en Asie centrale.

 

Outre Trump, la Russie, la Chine, l'Iran et certains autres pays islamiques sont considérés par les adeptes du "Grand Redémarrage" comme les principaux obstacles sur son chemin.

 

Ainsi, les projets environnementaux et les innovations technologiques (surtout l'introduction de l'intelligence artificielle et de la robotisation) sont combinés à la croissance d'une politique militaire agressive.

 

Deuxième partie. Brève histoire de l'idéologie libérale : le mondialisme comme point culminant

 

Nominalisme

 

Afin de comprendre clairement ce que la victoire de Biden et le "nouveau" cours du "Grand Redémarrage" de Washington représentent à l'échelle historique, il est nécessaire d'examiner toute l'histoire de la formation de l'idéologie libérale - en partant de ses racines. Ce n'est qu'alors que nous pourrons apprécier la gravité de notre situation. La victoire de Biden n'est pas un épisode accidentel, et l'annonce d'une contre-attaque mondialiste n'est pas simplement l'agonie d'un projet raté. C'est bien plus grave que cela. Biden et les forces qui le soutiennent incarnent l'aboutissement d'un processus historique qui remonte au Moyen-Âge, atteint sa maturité à l'époque moderne avec l'avènement de la société capitaliste, et atteint aujourd'hui son stade final - théoriquement prévu dès le début.

 

Les racines du système libéral (=capitaliste) remontent à la querelle scolastique sur les universels.

 

Ce conflit a divisé les théologiens catholiques en deux camps : certains reconnaissaient l'existence du commun (espèces, genres, universels), tandis que d'autres ne considéraient que l'existence de choses individuelles concrètes, et interprétaient leurs noms généralisants comme des systèmes de classification conventionnels purement externes, représentant un "son vide". Ceux qui étaient convaincus de l'existence du général, de l'espèce, s'appuyaient sur la tradition classique de Platon et d'Aristote. Ils en sont venus à être appelés "réalistes", c'est-à-dire ceux qui reconnaissaient la "réalité des universels". Le représentant le plus éminent des "réalistes" était Thomas d'Aquin et en général la tradition des moines dominicains.

 

Les partisans de l'idée que seules les choses et les êtres individuels sont réels en sont venus à être appelés "nominalistes", du latin nomen, "nom". L'exigence de "ne pas doubler l'essence" remonte précisément à l'un des principaux défenseurs du "nominalisme", le philosophe anglais William Occam. Plus tôt encore, les mêmes idées avaient été défendues par John Roszelin. Et bien que dans un premier temps les "réalistes" aient gagné et que les enseignements des "nominalistes" aient été anathématisés, plus tard les chemins de la philosophie de l'Europe occidentale - surtout du New Age - ont suivi l'exemple d'Occam.

 

Le "nominalisme" a jeté les bases du futur libéralisme - tant sur le plan idéologique qu'économique. Ici, l'individu est considéré comme un individu et rien d'autre, et toute forme d'identité collective (religion, classe, etc.) doit être abolie. En outre, une chose était considérée comme une propriété privée absolue, comme une chose individuelle concrète qui pouvait facilement être attribuée comme propriété à tel ou tel propriétaire individuel.

 

Le nominalisme a d'abord prévalu en Angleterre, s'est largement répandu dans les pays protestants et est devenu progressivement la principale matrice philosophique du New Age - en religion (relations individuelles de l'homme avec Dieu), en science (atomisme et matérialisme), en politique (conditions préalables de la démocratie bourgeoise), en économie (marché et propriété privée), en éthique (utilitarisme, individualisme, relativisme, pragmatisme) etc.

 

Capitalisme : la première phase

 

En partant du nominalisme, on peut retracer toute l'histoire du libéralisme historique, de Roscelin et Occam à Soros et Biden. Par commodité, nous allons diviser cette histoire en trois phases.

 

La première phase a consisté en l'introduction du nominalisme dans le domaine de la religion. L'identité collective de l'Église, telle qu'elle est comprise par le catholicisme (et plus encore par l'orthodoxie), a été remplacée par les protestants en tant qu'individus qui peuvent désormais interpréter les Écritures en se basant uniquement sur leur raisonnement et en rejetant toute tradition. Ainsi de nombreux aspects du christianisme - sacrements, miracles, anges, récompense posthume, fin du monde, etc. - ont été révisés et rejetés comme étant incompatibles avec les "critères rationnels".

 

L'église en tant que "corps mystique du Christ" a été détruite et remplacée par des clubs d'intérêt créés par le libre consentement de la base. Cela a donné naissance à une multitude de sectes protestantes contestataires. En Europe et en Angleterre même, où le nominalisme a porté ses fruits les plus complets, le processus a été quelque peu freiné, et les protestants les plus ardents se sont précipités vers le Nouveau Monde et y ont établi leur société. Ainsi, plus tard, après la lutte avec la métropole, les États-Unis ont émergé.

 

Parallèlement à la destruction de l'Église en tant qu'"identité collective" (quelque chose de "commun"), les domaines ont commencé à être abolis. La hiérarchie sociale des prêtres, de l'aristocratie et des paysans a été remplacée par des "citadins" indéfinis, ce qui est le sens originel du mot "bourgeois". La bourgeoisie a supplanté toutes les autres couches de la société européenne. Mais c'était la bourgeoisie qui était l'"individu" optimal ; un citoyen sans lignée, sans tribu, sans profession, mais avec une propriété privée. Une nouvelle classe a commencé à reconstruire toute la société européenne.

 

Dans le même temps, l'unité supranationale du Saint-Siège et de l'Empire romain d'Occident - autre expression de l'"identité collective" - était également abolie. À sa place a été établi un ordre basé sur des États nations souverains, une sorte de "personnes politiques". Après la fin de la guerre de 30 ans, la Paix de Westphalie a consolidé cet ordre.

 

Ainsi, au milieu du XVIIe siècle, un ordre bourgeois, c'est-à-dire le capitalisme, avait émergé dans les principales caractéristiques de l'Europe occidentale.

 

La philosophie du nouveau système a été largement anticipée par Thomas Hobbes et développée par John Locke, David Hume et Emmanuel Kant. Adam Smith a appliqué ces principes au domaine économique, donnant naissance au libéralisme en tant qu'idéologie économique. En fait, le capitalisme, basé sur la mise en œuvre systématique du nominalisme, a acquis le caractère d'une vision systémique cohérente du monde. Le sens de l'histoire et du progrès était désormais de "libérer l'individu de toute forme d'identité collective" - jusqu'à la limite logique.

 

Au XXe siècle - à travers la période des conquêtes coloniales - le capitalisme d'Europe occidentale était devenu une réalité mondiale. L'approche nominaliste prévalait dans les domaines de la science et de la culture, de la politique et de l'économie, dans la pensée quotidienne des peuples de l'Occident et de l'humanité tout entière, qui était sous la forte influence de l'Occident.

 

Le XXe siècle et le triomphe de la mondialisation : la deuxième phase

 

Au XXe siècle, le capitalisme a été confronté à un nouveau défi. Cette fois, ce ne sont pas les formes habituelles d'identité collective - religieuse, de classe, professionnelle, etc. - mais plutôt des théories artificielles et aussi modernes (comme le libéralisme lui-même) qui ont rejeté l'individualisme et lui ont opposé de nouvelles formes - conceptuellement combinées - d'identité collective.

 

Les socialistes, les sociaux-démocrates et les communistes ont contré les libéraux avec une identité de classe, appelant les travailleurs du monde entier à s'unir pour renverser le pouvoir de la bourgeoisie mondiale. Cette stratégie s'est avérée efficace et dans certains grands pays, mais pas du tout dans les pays industrialisés et occidentaux où Karl Marx, le fondateur du communisme, avait espéré, des révolutions prolétariennes ont été gagnées.

 

Parallèlement aux communistes, des forces nationalistes extrêmes ont pris le pouvoir, cette fois en Europe occidentale. Cette fois, ils ont agi au nom de la "nation" ou de la "race", opposant à nouveau l'individualisme libéral à quelque chose de "commun", à un "être collectif".

 

Les nouveaux opposants au libéralisme n'appartenaient plus à l'inertie du passé, comme dans les étapes précédentes, mais représentaient des projets modernistes qui s'étaient développés à l'Ouest même. Mais ils ont également été construits sur un rejet de l'individualisme et du nominalisme. Cela a été clairement compris par les théoriciens du libéralisme - tout d'abord par Hayek et son disciple Popper, qui ont uni les "communistes" et les "fascistes" sous le nom commun d'"ennemis de la société ouverte". Et commença une guerre mortelle avec eux.

 

En utilisant tactiquement la Russie soviétique, le capitalisme a d'abord réussi à traiter avec les régimes fascistes, et ce fut le résultat idéologique de la Seconde Guerre mondiale. La guerre froide qui s'ensuivit entre l'Est et l'Ouest à la fin des années 1980 se termina par la victoire des libéraux sur les communistes.

 

Ainsi, le projet d'émancipation de l'individu de toute forme d'identité collective et de "progrès idéologique" dans la compréhension des libéraux a franchi une étape supplémentaire. Dans les années 1990, les théoriciens libéraux ont commencé à parler de la "fin de l'histoire" (Fukuyama) et du "moment unipolaire" (C. Krauthammer).

 

C'était une preuve évidente que le capitalisme entrait dans sa phase la plus avancée - le stade du mondialisme. En fait, c'est à cette époque qu'aux États-Unis, la stratégie de mondialisation des élites dirigeantes a triomphé - définie par les 14 points de Wilson lors de la première guerre mondiale, mais à la suite de la guerre froide, elle a uni l'élite des deux partis - les démocrates et les républicains, représentés principalement par des "néo-conservateurs".

 

Genre et post-humanisme : la troisième phase

 

Après avoir vaincu son dernier ennemi idéologique, le camp socialiste, le capitalisme a atteint une ligne décisive. L'individualisme, le marché, l'idéologie des droits de l'homme, la démocratie et les valeurs occidentales ont gagné à l'échelle mondiale. Il semblerait que l'agenda soit rempli - personne n'oppose plus l'"individualisme" et le nominalisme à quelque chose de sérieux ou de systémique.

 

Dans cette période, le capitalisme entre dans sa troisième phase. En y regardant de plus près, après avoir vaincu l'ennemi extérieur, les libéraux ont découvert deux autres formes d'identité collective. Tout d'abord, le genre. Après tout, le genre est aussi quelque chose de collectif : soit masculin, soit féminin. L'étape suivante a donc été la destruction du genre comme quelque chose d'objectif, d'essentiel et d'irremplaçable.

 

Le genre doit être aboli, comme toutes les autres formes d'identité collective qui ont été abolies auparavant. D'où la politique de genre et la transformation de la catégorie de genre en quelque chose de "facultatif" et de dépendant du choix individuel. Là encore, nous avons affaire au même nominalisme : pourquoi des entités doubles ? Une personne est une personne en tant qu'individu et le sexe peut être choisi arbitrairement, tout comme dans le passé nous avons choisi la religion, la profession, la nation et le mode de vie.

 

Cela est devenu le principal programme de l'idéologie libérale dans les années 90 après la défaite de l'URSS. Oui, des opposants extérieurs ont fait obstacle à la politique de genre - les pays qui ont conservé les vestiges de la société traditionnelle, les valeurs familiales, etc. ainsi que les cercles conservateurs en Occident même. La lutte contre les conservateurs et les "homophobes", c'est-à-dire les défenseurs de la vision traditionnelle de l'existence des sexes, est devenue un nouvel objectif pour les adeptes du libéralisme progressif. De nombreux gauchistes se sont joints à eux, remplaçant les objectifs anticapitalistes de protection des femmes et de l'immigration.

 

Avec le succès de l'institutionnalisation des normes de genre et le succès des migrations de masse, qui atomisent les populations dans les pays de l'Ouest même (ce qui s'inscrit d'ailleurs parfaitement dans une idéologie des droits de l'homme qui opère avec l'individu sans tenir compte de ses aspects culturels, religieux, sociaux ou nationaux), il est devenu évident que les libéraux avaient encore un dernier pas à faire - et abolir l'individu.

 

Après tout, l'individu est aussi une identité collective, ce qui signifie qu'il doit être surmonté, aboli, supprimé. C'est ce qu'exige le principe du nominalisme : "l'homme" n'est qu'un nom, un vide de sens, une classification arbitraire et donc toujours contestable. Il n'y a que l'individu, et humain ou non, homme ou femme, religieux ou athée, cela dépend de son choix.

 

Ainsi, la dernière étape qui reste aux libéraux, qui ont mis des siècles à atteindre leur but, est de remplacer les humains - bien que partiellement - par des cyborgs, des réseaux d'intelligence artificielle et des produits du génie génétique. L'option humaine suit logiquement le même agenda.

 

Ce programme est déjà bien présagé par le posthumanisme, le postmodernisme et le réalisme spéculatif en philosophie, et technologiquement, il devient de plus en plus réaliste chaque jour. Les futurologues et les partisans de l'accélération du processus historique (accélérationnistes) envisagent avec confiance le proche avenir, lorsque l'intelligence artificielle deviendra comparable aux êtres humains en ce qui concerne les paramètres de base. Ce point est appelé la singularité. On prévoit son apparition dans un délai de 10 à 20 ans.

La dernière bataille des libéraux

 

C'est dans ce contexte qu'il convient de situer la victoire à guichet fermé de Biden aux États-Unis. C'est ce que signifie le "Big Reboot" ou le slogan "Build Again and Even Better".

 

Dans les années 2000, les mondialistes ont été confrontés à un certain nombre de problèmes qui n'étaient pas tant idéologiques que "civilisationnels" par nature. Depuis la fin des années 1990, il n'existe pratiquement plus d'idéologies plus ou moins cohérentes dans le monde qui pourraient remettre en question le libéralisme, le capitalisme et la mondialisation. Dans une mesure différente, mais ces principes ont été acceptés par tout le monde, ou presque. Néanmoins, la mise en œuvre du libéralisme et de la politique de genre ainsi que l'abolition des Etats-nations au profit d'un gouvernement mondial sont au point mort sur plusieurs fronts.

 

La Russie de Poutine, qui possédait des armes nucléaires et une tradition historique d'opposition à l'Occident, ainsi qu'un certain nombre de traditions conservatrices conservées dans la société, résistait de plus en plus activement à ce processus.

 

La Chine, tout en embrassant activement la mondialisation et les réformes libérales, n'était pas pressée de les appliquer au système politique, en maintenant la domination du parti communiste et en refusant la libéralisation politique. De plus, sous Xi Jinping, les tendances nationales de la politique chinoise ont commencé à se développer. Pékin a intelligemment utilisé le "monde ouvert" pour poursuivre ses intérêts nationaux et même civilisationnels. Et cela ne faisait pas partie des plans des mondialistes.

 

Les pays islamiques ont poursuivi leur lutte contre l'occidentalisation et, malgré le blocus et les pressions, ont maintenu (comme l'Iran chiite) leurs régimes irréconciliablement anti-occidentaux et anti-libéraux. Les politiques des grands États sunnites comme la Turquie et le Pakistan sont devenues de plus en plus indépendantes de l'Occident.

 

En Europe, une vague de populisme a commencé à déferler alors que les Européens indigènes explosaient de mécontentement face à l'immigration massive et aux politiques de genre. Les élites politiques européennes sont restées totalement subordonnées à la stratégie mondialiste, visible au Forum de Davos dans les rapports de ses théoriciens Schwab et du prince Charles, mais les sociétés elles-mêmes se sont mises en mouvement et parfois se sont élevées en rébellion directe contre le pouvoir, comme dans le cas des manifestations des "gilets jaunes" en France. Dans certains endroits, comme en Italie, en Allemagne et en Grèce, des partis populistes ont même fait leur entrée au Parlement.

 

Et enfin, en 2016, Donald Trump a réussi à devenir président aux États-Unis même, ce qui a soumis l'idéologie, les pratiques et les objectifs mondialistes à des critiques sévères et brutales. Et il était soutenu par environ la moitié des Américains.

 

Toutes ces tendances anti-mondialistes aux yeux des mondialistes eux-mêmes ne pouvaient que donner une image sinistre : l'histoire des derniers siècles avec les progrès apparemment immuables des nominalistes et des libéraux était remise en question. Ce n'était pas simplement le désastre de tel ou tel régime politique. C'était la menace de la fin du libéralisme en tant que tel.

 

Même les théoriciens du mondialisme eux-mêmes ont senti que quelque chose n'allait pas. Ainsi, Fukuyama a abandonné sa thèse de la "fin de l'histoire" et a suggéré que les États nationaux restent encore sous la coupe des élites libérales afin de mieux préparer les masses à la transformation finale en posthumanité avec le soutien de méthodes dures. Un autre mondialiste, Charles Krauthammer, a déclaré de manière générale que le "moment unipolaire" est terminé, et que les élites mondialistes n'ont pas su en tirer parti.

 

C'est exactement l'état de panique et presque d'hystérie dans lequel les représentants de l'élite mondialiste ont passé ces 4 dernières années. Et c'est pourquoi la question de la destitution de M. Trump en tant que président des États-Unis était pour eux une question de vie ou de mort. Si Trump avait conservé son poste, l'effondrement de la stratégie mondialiste aurait été irréversible.

 

Mais Biden a réussi - par tous les moyens - à évincer Trump et à diaboliser ses partisans. C'est là qu'intervient la Grande Reset, la Grande Reset. Il n'y a vraiment rien de nouveau là-dedans - c'est une continuation du principal vecteur de la civilisation européenne occidentale du Nouvel Age dans la direction du progrès, interprétée dans l'esprit de l'idéologie libérale et de la philosophie nominaliste. Il ne reste pas grand-chose : libérer les individus des dernières formes d'identité collective - achever l'abolition du genre et passer au paradigme posthumaniste.

 

Les progrès de la haute technologie, l'intégration des sociétés dans des réseaux sociaux étroitement contrôlés, comme il apparaît maintenant, par les élites libérales de manière ouvertement totalitaire, et le perfectionnement des moyens de suivre et d'influencer les masses rendent la réalisation de l'objectif libéral mondial assez proche.

 

Mais pour faire ce saut décisif, ils doivent rapidement (et sans plus faire attention à son apparence) ouvrir la voie à la finalisation de l'histoire. Et cela signifie que le balayage de Trump est le signal pour attaquer tous les autres obstacles.

 

Nous avons donc déterminé notre place dans l'échelle de l'histoire. Et ce faisant, nous avons pu nous faire une idée plus précise de ce qu'est le grand redémarrage. Ce n'est rien de moins que le début de la "dernière bataille". Les mondialistes, dans leur lutte pour le nominalisme, le libéralisme, la libération de l'individu et de la société civile, se présentent comme des "guerriers de la lumière", apportant aux masses le progrès, la libération de préjugés millénaires, de nouvelles possibilités - et peut-être même l'immortalité physique et les merveilles du génie génétique.

 

Tous ceux qui s'opposent à eux sont des "forces des ténèbres" à leurs yeux. Selon cette logique, les "ennemis de la société ouverte" doivent être traités avec rigueur. "Si l'ennemi ne se rend pas, il est détruit. Et l'ennemi est toute personne qui remet en question le libéralisme, le mondialisme, l'individualisme, le nominalisme - dans toutes leurs manifestations. C'est la nouvelle éthique du libéralisme.

 

Il n'y a rien de personnel. Chacun a le droit d'être un libéral, mais personne n'a le droit de ne pas être un libéral.

 

Partie 3. Le schisme aux États-Unis : le trumpisme et ses ennemis

 

L'ennemi est à l'intérieur.

 

Dans un contexte plus limité que le cadre de l'histoire générale du libéralisme d'Occam à Biden, la victoire déchirante des démocrates dans la bataille pour la Maison Blanche de Trump à l'hiver 2020-2021 a également une grande signification idéologique. Elle concerne principalement les processus qui se déroulent au sein même de la société américaine.

 

Le fait est qu'après la chute de l'URSS et le début du "moment unipolaire" dans les années 1990, le libéralisme mondial n'avait pas d'opposants extérieurs. Du moins, cela semblait-il à l'époque dans le contexte d'une attente optimiste de "la fin de l'histoire". Bien que ces prévisions se soient avérées prématurées, dans l'ensemble, Fukuyama ne s'est pas simplement demandé si l'avenir était arrivé. - il a suivi strictement la logique même de l'interprétation libérale de l'histoire, et donc, avec certains ajustements, son analyse était généralement correcte.

 

En fait, les normes de la démocratie libérale - marché, élections, capitalisme, reconnaissance des "droits de l'homme", normes de la "société civile", acceptation des transformations technocratiques et désir d'embrasser le développement et la mise en œuvre de la haute technologie - en particulier la technologie numérique - ont été établies dans une certaine mesure dans l'ensemble de l'humanité. Si quelqu'un persistait dans son aversion pour la mondialisation, cela pourrait être considéré comme une simple inertie, comme un manque de volonté d'être "béni" par le progrès libéral.

 

En d'autres termes, il ne s'agissait pas d'une opposition idéologique, mais seulement d'une fâcheuse nuisance. Les différences entre les civilisations devaient être progressivement effacées. Le capitalisme adopté par la Chine, la Russie et le monde islamique entraînerait tôt ou tard des processus de démocratisation politique, d'affaiblissement de la souveraineté nationale et conduirait finalement à l'adoption d'un système planétaire - c'est-à-dire au gouvernement mondial. Ce n'était pas une question de lutte idéologique, mais une question de temps.

 

C'est dans ce contexte que les mondialistes ont pris de nouvelles mesures pour faire avancer leur programme de base, qui consiste à abolir toutes les formes résiduelles d'identité collective. Cela concernait principalement la politique de genre, ainsi que l'intensification des flux migratoires destinés à éroder enfin l'identité culturelle des sociétés occidentales elles-mêmes, y compris les sociétés européennes et américaines. Ainsi, le principal coup de la mondialisation s'est fait sentir.

 

Dans ce contexte, un "ennemi intérieur" a commencé à émerger en Occident même. Ce sont ces forces qui ont ressenti la destruction de l'identité sexuelle, la destruction des vestiges de la tradition culturelle (par la migration) et l'affaiblissement de la classe moyenne. Les horizons posthumanistes de la Singularité imminente et du remplacement des humains par l'Intelligence Artificielle ont également inspiré des craintes croissantes. Et sur le plan philosophique, tous les intellectuels n'ont pas accepté les conclusions paradoxales du postmodernisme et du réalisme spéculatif.

 

De plus, une contradiction évidente est apparue entre les masses occidentales, vivant dans le contexte des anciennes normes de la modernité, et les élites mondialistes, désireuses d'accélérer à tout prix le progrès social, culturel et technologique, compris dans l'optique libérale. C'est ainsi qu'un nouveau dualisme idéologique a commencé à prendre forme - cette fois-ci à l'intérieur de l'Occident plutôt qu'à l'extérieur. Les ennemis de la "société ouverte" apparaissent maintenant dans la civilisation occidentale elle-même. Ce sont ceux qui ont rejeté les dernières conclusions libérales et n'ont pas accepté la politique de genre, les migrations de masse ou l'abolition des Etats-nations et de la souveraineté.

 

Dans le même temps, cette résistance croissante, appelée génériquement "populisme" (ou "populisme de droite"), s'inspire de la même idéologie libérale - capitalisme et démocratie libérale - mais interprète ces "valeurs" et "points de référence" dans l'ancien, et non dans le nouveau.

 

La liberté a été conçue ici comme la liberté d'avoir n'importe quelle opinion, et pas seulement celles qui sont conformes aux normes du politiquement correct. La démocratie a été interprétée comme la règle de la majorité. La liberté de changer de sexe était combinée à la liberté de rester fidèle aux valeurs familiales. La volonté d'accepter des migrants désireux et capables de s'intégrer dans les sociétés occidentales s'oppose à une acceptation générale de tous sans distinction, accompagnée d'excuses constantes aux nouveaux venus pour leur passé colonial.

 

Peu à peu, l'"ennemi intérieur" des mondialistes a atteint des proportions sérieuses et une grande influence. L'ancienne démocratie a défié la nouvelle.

 

Trump et la révolte des bas-fonds

 

Cette démarche a abouti à l'élection de Donald Trump en 2016. Trump a bâti sa campagne sur ce même clivage dans la société américaine. La candidate mondialiste - Hillary Clinton - a appelé imprudemment les partisans de Trump, c'est-à-dire l'"ennemi intérieur" - "déplorables", c'est-à-dire "pathétiques", "regrettables", "racailles". Les "lowlifes" ont répondu en choisissant Trump.

 

Ainsi, la scission au sein de la démocratie libérale est devenue un fait politique et idéologique crucial. Ceux qui ont interprété la démocratie "à l'ancienne" (comme la règle de la majorité) se sont non seulement rebellés contre la nouvelle interprétation (comme la règle de la minorité, dirigée contre une majorité encline à prendre une position populiste, qui est empreinte de... eh bien, oui, bien sûr, de "fascisme" ou de "stalinisme"), mais ils ont réussi à gagner et à amener leur candidat à la Maison Blanche.

 

Trump, pour sa part, a proclamé son intention de "vider le marais", c'est-à-dire de mettre fin au libéralisme dans sa stratégie mondialiste et de "refaire l'Amérique". Notez le mot "encore". Trump voulait revenir à l'ère des Etats-nations, c'est-à-dire prendre une série de mesures contre le courant de l'histoire (telle qu'elle était comprise par les libéraux). C'est-à-dire que le "bon vieux hier" était opposé au "mondialiste aujourd'hui" et au "post-humaniste demain".

 

Les quatre années suivantes ont été un véritable cauchemar pour les mondialistes. Les médias contrôlés par les mondialistes ont accusé Trump de tous les péchés possibles - y compris celui de travailler "pour les Russes", car les "Russes" ont également persisté à ne pas accepter le "beau nouveau monde", à saboter le renforcement des institutions supranationales - jusqu'au gouvernement mondial inclus - et à empêcher les parades de la Gay Pride.

 

Tous les opposants à la mondialisation libérale ont été logiquement réunis en un seul groupe, qui comprenait non seulement Poutine, Xi Jinping, certains dirigeants islamiques, mais aussi - pensez-y ! - Le président des États-Unis d'Amérique, l'homme numéro un du "monde libre". Cela a été un désastre pour les mondialistes. Et jusqu'à ce que Trump - utilisant une révolution des couleurs, des émeutes artificielles, des bulletins de vote frauduleux et des méthodes de comptage des votes auparavant utilisées uniquement contre d'autres pays et des régimes américains indésirables - soit abandonné, ils ne pouvaient pas se sentir à l'aise.

 

Ce n'est qu'après, lorsqu'ils ont repris les rênes du pouvoir à la Maison Blanche, que les mondialistes ont commencé à reprendre leurs esprits. Et retour aux... vieux trucs. Mais dans leur cas, "ancien" (build back) signifiait revenir à un "moment unipolaire" - à l'époque pré-Trump.

 

Trumpisme

 

Trump a connu en 2016 une vague de populisme qu'aucun autre dirigeant européen n'a réussi à faire. Il est donc devenu un symbole d'opposition à la mondialisation libérale. Oui, ce n'était pas une idéologie alternative, mais simplement une résistance désespérée aux dernières conclusions tirées de la logique et même de la métaphysique du libéralisme (et du nominalisme). L'atout n'était pas du tout de défier le capitalisme ou la démocratie, mais seulement les formes qu'ils ont prises dans la dernière étape et la mise en œuvre progressive et cohérente. Mais même cela a suffi pour marquer une rupture fondamentale dans la société américaine.

 

C'est ainsi que le phénomène du "Trumpisme" a pris forme, dépassant à bien des égards l'ampleur de la personnalité de Donald Trump lui-même. Trump a joué sur la vague de protestation anti-mondialisation. Mais il est clair qu'il n'était et n'est pas une figure idéologique. Et pourtant, c'est autour de lui que le bloc d'opposition a commencé à se former. La conservatrice américaine Ann Coulter, qui a écrit le livre "In Trump we trust" [2], a plus tard reformulé son credo comme suit : "in Trumpism we trust".

 

Ce n'est pas tant l'atout lui-même, mais la ligne d'opposition aux mondialistes qu'il a esquissée qui est devenue le noyau du tromperie. Dans son rôle de président, M. Trump n'a pas toujours été à la hauteur de la tâche qu'il s'était fixée. Il n'a pas réussi à accomplir quoi que ce soit qui ressemble, même de loin, à "l'assèchement du marais" et à la défaite du "mondialisme". Mais malgré cela, il est devenu le centre d'attraction de tous ceux qui étaient conscients, ou simplement sentaient le danger venant des élites mondialistes et des représentants de la Big Finance et de la Big Technology inextricablement liés à elles.

 

C'est ainsi que le noyau du Trumpisme a commencé à prendre forme. L'intellectuel conservateur américain Steve Bannon a joué un rôle important dans ce processus, en mobilisant de larges segments de la jeunesse et des mouvements conservateurs disparates en faveur de Trump. Bannon lui-même a été inspiré par des auteurs anti-modernistes sérieux tels que Julius Evola, et son opposition au mondialisme et au libéralisme avait donc des racines plus profondes.

 

Un rôle important dans le Trumpisme a été joué par les paléo-conservateurs - isolationnistes et nationalistes - Peter Buchanan, Ron Paul, ainsi que par les adeptes de la philosophie anti-libérale et anti-moderniste (donc fondamentalement anti-mondialiste) - Richard Weaver et Russell Kirk, qui avaient été poussés à la marge par les néoconservateurs (mondialistes de droite) depuis les années 1980.

 

La mobilisation de masse des "Trumpistes" a été menée par l'organisation en ligne QAnon, qui a présenté sa critique du libéralisme, des démocrates et des mondialistes comme une théorie de la conspiration. Ils répandent un flot d'accusations et de dénonciations en ligne de mondialistes impliqués dans des scandales sexuels, la pédophilie, la corruption et le satanisme.

 

De véritables intuitions sur la nature sinistre de l'idéologie libérale - mises en évidence dans les dernières étapes de sa propagation triomphante dans l'humanité - ont été articulées par les partisans du QAnon au niveau de l'Américain moyen et de la conscience de masse, peu enclins à une analyse philosophique et idéologique approfondie. En parallèle, les QAnon ont étendu leur influence, mais ont simultanément donné à la critique anti-libérale des traits grotesques.

 

Ce sont les partisans de QAnon, en tant qu'avant-garde du populisme de conspiration de masse, qui ont été au premier plan des protestations du 6 janvier, lorsque les partisans de Trump ont pris d'assaut le Capitole outragés par une élection volée. Ils n'ont rien accompli en faisant cela, mais ont seulement donné à Biden et aux démocrates une excuse pour diaboliser davantage le "Trumpism" et tous les opposants au mondialisme en assimilant tout conservateur à un "extrémiste". Une vague d'arrestations a suivi, les "néo-démocrates" les plus conséquents suggérant de priver les partisans de Trump de tous les droits sociaux - y compris la possibilité d'acheter des billets d'avion.

 

Comme les médias sociaux sont régulièrement surveillés par les partisans de l'élite libérale, il n'a pas été difficile de recueillir des informations sur presque tous les citoyens américains et leurs préférences politiques. Ainsi, l'arrivée de Biden à la Maison-Blanche signifie que le libéralisme prend des traits franchement totalitaires.

 

Désormais, le trumpisme, le populisme, la défense des valeurs familiales, et toute allusion au conservatisme ou au désaccord avec les principes du libéralisme mondialiste sont assimilés aux États-Unis presque à un crime - au "fascisme".

 

Mais le trumpisme n'a pas pour autant disparu avec la victoire de Biden. D'une manière ou d'une autre, il a eu ceux qui ont donné leurs voix à Donald Trump lors de la dernière élection - et cela représente plus de 70 000 000 de voix.

 

Il est donc tout à fait évident que le "Trumpisme" ne s'arrêtera en aucun cas avec Trump. La moitié de la population américaine s'est en fait retrouvée dans une position d'opposition radicale, et les plus conséquents des Trumpistes représentent le noyau de la clandestinité antimondialisation dans la citadelle même du mondialisme.

 

Il se passe quelque chose de similaire dans les pays européens, où les mouvements et partis populistes se considèrent de plus en plus comme des dissidents, privés de tous leurs droits et soumis à des persécutions idéologiques face à une apparente dictature mondialiste.

 

Même si les mondialistes, qui ont repris le pouvoir aux États-Unis, voudraient présenter les quatre années précédentes comme un "malentendu malheureux" et déclarer leur victoire comme le "retour à la normale" final, le tableau objectif est très loin des incantations apaisantes de la classe supérieure mondialiste. Non seulement les pays ayant une identité civilisationnelle différente ont été mobilisés contre elle et contre son idéologie, mais cette fois-ci aussi la moitié de sa propre population, qui prend peu à peu conscience de la gravité de sa situation et commence à chercher une alternative idéologique.

 

Ce sont les conditions dans lesquelles Biden a dirigé les États-Unis. Le sol américain lui-même brûle sous les pieds des mondialistes. Et cela donne à la situation de "dernier combat" une dimension spéciale et supplémentaire. Pas l'Occident contre l'Orient, pas les États-Unis et l'OTAN contre tous les autres, mais les libéraux contre l'humanité - y compris cette partie de l'humanité qui se trouve sur le territoire de l'Occident lui-même, mais qui se détourne de plus en plus de ses propres élites mondialistes - voilà ce qui définit les conditions de départ de cette bataille.

L'individu et la division

 

Il y a un autre point essentiel à préciser. Nous avons vu que toute l'histoire du libéralisme est une émancipation successive de l'individu de toutes les formes d'identité collective. Le dernier accord dans le processus de cette mise en œuvre logiquement sans faille du nominalisme sera la transition vers le post-humanisme et le remplacement probable de l'humanité par une autre civilisation - cette fois post-humaine - machine. C'est à cela que conduit l'individualisme cohérent, pris comme quelque chose d'absolu.

 

Mais ici, la philosophie libérale arrive à un paradoxe fondamental. L'émancipation de l'individu de son identité humaine, pour laquelle il est préparé par une politique de genre qui transforme consciemment et volontairement l'individu en un monstre pervers, ne peut garantir que ce nouveau - progressiste ! - être restera un individu.

 

En outre, tant le développement des technologies informatiques en réseau et du génie génétique que l'ontologie orientée objet elle-même, qui représente l'apogée du postmoderne, conduisent clairement au fait que le "nouvel être" ne sera pas tant un "animal" qu'une "machine". C'est à cela que sont liés les horizons d'"immortalité", qui seront très probablement fournis par la conservation artificielle de souvenirs personnels (qui sont assez faciles à simuler).

 

Ainsi, l'individu du futur, en tant que réalisation de l'ensemble du programme du libéralisme, ne pourra pas garantir précisément ce qui a été le principal objectif du progrès libéral, c'est-à-dire son individualité. L'être libéral du futur, même en théorie, ne représente pas un individu, c'est-à-dire quelque chose "d'indivisible", mais plutôt un "diviseur", c'est-à-dire quelque chose de divisible et constitué de pièces remplaçables. Telle est la machine - elle est composée d'une combinaison de pièces.

 

En physique théorique, on est depuis longtemps passé de la théorie des "atomes" (c'est-à-dire des "unités indivisibles de la matière") à la théorie des particules, qui ne sont pas considérées comme des "parties de quelque chose de complet" mais comme des "parties sans ensemble". L'individu dans son ensemble se désintègre également en parties constitutives, qui peuvent être reconstituées, mais qui ne peuvent pas non plus être assemblées, mais utilisées comme bio-constructeur. D'où les images de mutants, chimères et monstres qui abondent dans la fiction moderne, peuplant avec eux la plupart des versions imaginées (et donc, en un sens, anticipées et même planifiées) du futur.

 

Les postmodernistes et les spéculateurs réalistes ont déjà préparé le terrain en proposant de remplacer le corps humain comme un tout par la notion de "parlement des organes" (B. Latour). De cette façon, l'individu - même en tant qu'unité biologique - deviendrait autre chose, en mutant précisément au moment où il atteint son incarnation absolue.

 

Le progrès de l'humanité dans l'interprétation libérale se termine inévitablement par l'abolition de l'humanité.

 

C'est précisément ce que soupçonnent - quoique assez vaguement - tous ceux qui s'engagent dans la lutte contre le mondialisme et le libéralisme. Et alors que les QAnon et leurs théories de conspiration anti-libérales inhérentes ne font que déformer la réalité en donnant à leurs soupçons des traits grotesques que les libéraux peuvent facilement réfuter, la réalité dans sa description sobre et objective s'avère bien plus effrayante que ses anticipations les plus inquiétantes et monstrueuses.

 

"La Grande Réinitialisation" est, en effet, un plan pour l'élimination de l'humanité. Car c'est précisément à cette conclusion que mène logiquement la ligne du "progrès" au sens large : le désir de libérer l'individu de toute forme d'identité collective ne peut manquer de se traduire par la libération de l'individu de lui-même.

 

Partie 4. Le grand réveil.

 

"Le grand réveil : un cri dans la nuit

 

Nous sommes venus très près de la thèse qui est l'opposé direct du Grand Réveil, la thèse du Grand Réveil.

 

Ce slogan a d'abord été mis en avant par les antimondialistes américains - Alex Jones, l'animateur de la chaîne de télévision alternative Infowars, qui a été soumise à la censure mondialiste et au déplombage des réseaux sociaux durant la première phase de la présidence Trump, et les militants QAnon. Il est important de noter que cela s'est produit aux États-Unis, où l'amertume entre les élites mondialistes et les populistes, qui ont obtenu - bien que pour 4 ans - leur propre président, bien que bloqué par des obstacles administratifs et les limites de leur propre perspective idéologique, était mûre.

 

Sans être encombrés par un sérieux bagage idéologique et philosophique, les anti-mondialistes ont pu saisir l'essence des processus les plus importants qui se déroulent dans le monde moderne. Le mondialisme, le libéralisme et le "grand redémarrage", en tant qu'expressions de la détermination des élites libérales à mener à bien leur programme, et par tous les moyens - y compris la dictature pure et simple, la répression à grande échelle et les campagnes de désinformation totale - ont rencontré une résistance croissante et de plus en plus consciente.

 

Alex Jones termine ses programmes avec le même cri : "Vous êtes la Résistance !", "La Résistance, c'est vous !" En même temps, Alex Jones lui-même ou les militants de QAnon n'ont pas de vision du monde strictement définie. En ce sens, ce sont précisément les représentants des masses, ces mêmes "déplorables" qui ont été si douloureusement humiliés par Hillary Clinton. Ce qui se réveille, ce ne sont pas les opposants idéologiques du libéralisme, les ennemis du capitalisme ou les opposants idéologiques de la démocratie. Ce ne sont même pas des conservateurs. Ce ne sont que des gens, des gens comme tels, les plus ordinaires et les plus simples. Mais... des gens qui veulent être et rester humains. C'est-à-dire avoir la liberté, le sexe, la culture et des liens concrets et vivants avec la patrie, le monde qui les entoure et les gens.

 

"Le grand réveil" ne concerne pas les élites et les intellectuels, mais le peuple, les masses, le peuple en tant que tel. Et le réveil en question n'est pas lié à une analyse idéologique. C'est la réaction spontanée des masses, à peine compétentes en philosophie, qui sont soudainement et vivement conscientes, comme le bétail devant l'abattoir, que leur sort a déjà été décidé par leurs dirigeants et qu'il n'y a plus de place pour elles à l’avenir.

 

Le "Grand Réveil" est spontané, largement inconscient, intuitif et aveugle. Elle n'est en aucun cas un exutoire pour la prise de conscience, pour la conclusion, pour une analyse historique approfondie. Comme nous l'avons vu dans les images du Capitole, les militants de Trump et les participants de QAnon ressemblent à des personnages de bandes dessinées ou à des super-héros de la série Marvel. La conspiration est la maladie infantile de l'anti-mondialisation. Mais d'un autre côté, c'est le début d'un processus historique fondamental. C'est ainsi qu'émerge le pôle d'opposition au cours même de l'histoire dans son sens libéral.

 

Il n'est donc pas nécessaire de charger à la hâte la thèse du "Grand Réveil" avec des détails idéologiques - le conservatisme fondamental (y compris le conservatisme religieux), le traditionalisme, la critique marxiste du capital, ou la protestation anarchiste pour le plaisir de la protestation. "Le grand réveil" est quelque chose de plus organique, plus spontané et en même temps tectonique. C'est ainsi que l'humanité est soudain éclairée par la conscience de la proximité de sa fin imminente.

 

Et c'est pourquoi le Grand Réveil est si sérieux. Et c'est pourquoi elle vient des États-Unis, cette civilisation où le crépuscule du libéralisme est le plus épais. C'est un cri du centre de l'enfer lui-même, de cette zone où l'avenir noir est déjà partiellement arrivé.

 

"Le Grand Réveil" est la réponse spontanée des masses humaines au Grand Redémarrage. On peut bien sûr l'envisager avec scepticisme. Les élites libérales - surtout aujourd'hui - contrôlent tous les grands processus civilisationnels.

 

Ils contrôlent les finances mondiales et peuvent tout en faire - de l'émission illimitée à toute machination avec des instruments et des structures financières.

 

Ils ont entre les mains toute la machine militaire américaine et la gestion des alliés de l'OTAN. Biden promet de renforcer l'influence de Washington dans cette structure, qui s'est presque désintégrée ces dernières années.

 

Presque tous les géants de la haute technologie sont subordonnés aux libéraux - les ordinateurs, les iPhones, les serveurs, les téléphones et les réseaux sociaux sont strictement contrôlés par quelques monopoles membres du club des mondialistes. Ce qui signifie que les Big Data, c'est-à-dire l'ensemble des informations sur la quasi-totalité de la population de la terre, ont un propriétaire et un propriétaire.

 

La technologie, les centres scientifiques, l'éducation mondiale, la culture, les médias, la médecine et les services sociaux sont entièrement entre leurs mains.

 

Dans les gouvernements et les cercles de pouvoir, les libéraux sont des composantes organiques des réseaux planétaires - tous avec le même personnel.

 

Les services de renseignement des pays de l'Ouest et leurs agents dans d'autres régimes travaillent pour des mondialistes, recrutés ou soudoyés, forcés à coopérer ou volontaires.

 

Il semblerait que dans cette situation, comment les partisans du "Grand Réveil" mènent une révolte contre le mondialisme ? Comment - sans avoir de ressources - affronter efficacement l'élite mondiale ? Quelles armes utiliser ? Quelle stratégie suivre ? Et en outre - sur quelle idéologie s'appuyer, car les libéraux et les mondialistes du monde entier sont unis et ont une idée, un objectif et une ligne communs, alors que leurs adversaires sont disparates non seulement dans les différentes sociétés, mais aussi au sein d'une même société.

 

Et bien sûr, ces contradictions dans les rangs de l'opposition sont encore exacerbées par les élites dirigeantes, qui ont l'habitude de diviser pour dominer. Ainsi, les musulmans sont opposés aux chrétiens, les gauchistes aux droitiers, les Européens aux Russes ou aux Chinois, etc.

 

Mais le "Grand Réveil" se produit non pas à cause, mais en dépit de tout cela. L'humanité elle-même, l'homme en tant qu'eidos, l'homme en tant que commun, l'homme en tant qu'identité collective, et sous toutes ses formes à la fois, organique et artificielle, historique et innovante, orientale et occidentale.

 

"Le Grand Réveil ne fait que commencer. Elle n'a même pas encore commencé. Mais le fait qu'elle ait un nom, et que ce nom soit apparu dans l'épicentre même des transformations idéologiques et historiques - aux États-Unis, sur fond de défaite dramatique de Trump, de prise de contrôle désespérée du Capitole et de vague montante de répression libérale, lorsque les mondialistes ne cachent plus le caractère totalitaire de leur théorie et de leur pratique, est d'une grande importance (peut-être cruciale).

 

Le "Grand Réveil" contre le "Grand Redémarrage" est une rébellion de l'humanité contre les élites libérales au pouvoir. De plus, c'est la rébellion de l'homme contre son ennemi séculaire, contre l'ennemi de la race humaine elle-même.

 

S'il y a ceux qui proclament le "Grand Réveil", aussi naïves que leurs formules puissent paraître, cela signifie déjà que tout n'est pas perdu, qu'un noyau de Résistance est en train de mûrir dans les masses, qu'elles commencent à se mobiliser. C'est à partir de ce moment que commence l'histoire de la révolte mondiale - la révolte contre le "Grand Réveil" et ses adeptes.

 

Le "Grand Réveil" est une manifestation de la conscience au seuil de la Singularité. La dernière occasion de prendre une décision alternative sur le contenu et l'orientation de l'avenir. Le remplacement complet des êtres humains par de nouvelles entités, les dividuums, ne peut pas être simplement imposé par la force d'en haut. Les élites doivent séduire l'humanité, obtenir d'elle - quoique vaguement, mais avec son consentement. "Le grand réveil" appelle à un "non" décisif !

 

Ce n'est pas encore la fin de la guerre, pas même la guerre elle-même. De plus, ce n'est pas encore son début. Mais c'est la possibilité d'un tel début. Un nouveau départ dans l'histoire de l'homme.

 

Bien sûr, le "Grand Réveil" n'est pas du tout préparé.

 

Comme nous l'avons vu, aux États-Unis même, les opposants au libéralisme - Trump et les Trumpists - sont prêts à rejeter la dernière étape de la démocratie libérale, mais ne pensent même pas à une critique à part entière du capitalisme. Ils défendent hier et aujourd'hui contre un avenir menaçant. Mais il leur manque un horizon idéologique complet. Ils essaient de sauver l'étape précédente de la même démocratie libérale, du même capitalisme, des étapes suivantes et plus avancées. Ceci, en soi, contient une contradiction.

 

La gauche contemporaine a également des limites à sa critique du capitalisme, à la fois parce qu'elle partage une compréhension matérialiste de l'histoire (Marx était d'accord avec la nécessité du capitalisme mondial, qu'elle espérait surmonter grâce au prolétariat mondial) et parce que les mouvements socialistes et communistes ont récemment été repris par les libéraux et réorientés, passant de la guerre de classe contre le capitalisme à la protection des migrants, des minorités sexuelles et à la lutte contre des "fascistes" imaginaires.

 

La droite, en revanche, se limite à leurs États-nations et à leurs cultures, ne voyant pas que les peuples d'autres civilisations sont dans la même situation désespérée. Les nations bourgeoises qui ont émergé à l'aube du Nouvel Age représentent un vestige de la civilisation bourgeoise. Cette civilisation aujourd'hui détruit et abolit ce qu'elle a elle-même créé hier, mais elle utilise toutes les limites de l'identité nationale pour maintenir l'humanité face aux mondialistes dans un état fragmenté et conflictuel.

 

Il y a donc un "grand réveil", mais il n'a toujours pas de fondement idéologique. Mais si elle est vraiment historique, et non éphémère et purement périphérique, alors elle a simplement besoin d'une telle base. Et au-delà des idéologies politiques existantes qui ont émergé dans les temps modernes en Occident même. Un appel à l'un d'entre eux signifiera automatiquement que nous nous trouvons dans une captivité idéologique de la formation du capital.

 

Ainsi, à la recherche d'une plate-forme pour le "Grand Réveil" qui a éclaté aux États-Unis, nous devons aller au-delà de la société américaine et de l'histoire américaine plutôt courte et nous inspirer d'autres civilisations - principalement des idéologies illibérales de l'Europe elle-même. Ce n'est pas suffisant car, avec la déconstruction du libéralisme, il faut aussi s'orienter dans les différentes civilisations de l'humanité, qui sont loin de se limiter à l'Occident, d'où vient la menace majeure et où - à Davos en Suisse ! - où le "Grand Redémarrage" a été proclamé.

 

Internationale des nations contre Internationale des élites

 

Le "Big Reboot" veut rendre le monde à nouveau unipolaire afin de passer à une non-polarité mondialiste, où les élites deviendront pleinement internationales et leur résidence sera dispersée dans tout l'espace de la planète. C'est pourquoi le mondialisme entraîne la fin des États-Unis - les États-Unis en tant que pays, État, société. C'est ce que les trompettistes et les partisans du Grand Réveil sentent, parfois intuitivement. Biden est un verdict sur les États-Unis. Et à travers les États-Unis et tous les autres.

 

Par conséquent, le "Grand Réveil" pour sauver les peuples et les sociétés doit commencer par la multipolarité. Il ne s'agit pas seulement du salut de l'Occident lui-même, mais même pas du salut de tous les autres Occidentaux. C'est le salut de l'humanité - occidentale et non occidentale - de la dictature totalitaire des élites capitalistes libérales. Et cela ne peut être fait par les peuples de l'Ouest ou les peuples de l'Est seuls. Il est nécessaire d'agir ensemble. Le "Grand Réveil" implique une internationalisation des peuples contre une internationalisation des élites.

 

La multipolarité devient le point de référence le plus important et la clé de la stratégie du "Grand Réveil". Ce n'est qu'en faisant appel à toutes les nations, cultures et civilisations de l'humanité que nous pourrons rassembler suffisamment de forces pour nous opposer efficacement à l'orientation "Grand Reboot" et à la singularité.

 

Mais dans ce cas, le tableau d'ensemble de l'inévitable confrontation finale s'avère bien moins désespéré. Si l'on considère l'ensemble de ce qui pourrait être les pôles du Grand Réveil, la situation est présentée sous un jour légèrement différent. L'Internationale des Peuples, une fois qu'on commence à penser en ces termes, n'est ni une utopie ni une abstraction. De plus, on peut déjà facilement voir l'énorme potentiel qui pourrait être mis à profit dans la lutte contre le "Grand Redémarrage".

 

Énumérons brièvement le dispositif sur lequel le Grand Réveil peut compter à l'échelle mondiale.

La guerre civile américaine : le choix de notre camp

 

Aux États-Unis, nous avons un pied dans le Trumpisme. Bien que Trump ait perdu, cela ne signifie pas qu'il a lui-même baissé les bras, qu'il s'est résigné à une victoire volée et que ses partisans - 70 000 000 d'Américains - se sont installés et ont pris la dictature libérale pour acquise. Pas du tout. Désormais, il existe aux États-Unis même une puissante clandestinité antimondialiste, en grand nombre (la moitié de la population !), aigrie et poussée au désespoir par le totalitarisme des libéraux. La dystopie d'Orwell de son roman 1984 ne s'incarnait pas dans un régime communiste ou fasciste, mais dans un régime libéral. Cependant, l'expérience du communisme soviétique et même de l'Allemagne nazie montre que la résistance est toujours possible.

 

Aujourd'hui, les États-Unis sont essentiellement en état de guerre civile. Les libéraux-bolcheviks ont pris le pouvoir, et leurs opposants ont été repoussés dans l'opposition et sont sur le point de devenir illégaux. L'opposition de 70 000 000 de personnes est sérieuse. Bien sûr, ils sont dispersés et peuvent être confondus par les raids punitifs des démocrates et la nouvelle technologie totalitaire de la Big Tech.

 

Mais il est trop tôt pour faire une croix sur le peuple américain. Il est clair qu'ils disposent encore d'une certaine marge de manœuvre et que la moitié de la population américaine est prête à défendre sa liberté individuelle à tout prix. Et aujourd'hui, la question est exactement la suivante : soit la liberté, soit Biden. Bien sûr, les libéraux vont essayer d'abroger le deuxième amendement et de désarmer la population, qui devient de moins en moins loyale envers les suprémacistes mondialistes. Il est probable que les démocrates tenteront de tuer le système bipartite lui-même en introduisant un régime essentiellement à parti unique - tout à fait dans l'esprit de l'état actuel de leur idéologie. C'est cela, le bolchevisme libéral.

 

Mais la guerre civile n'est jamais gagnée d'avance. L'histoire est ouverte, et la victoire de l'un ou l'autre côté est toujours possible. Surtout si l'humanité se rend compte de l'importance de l'opposition américaine à une victoire universelle sur le mondialisme. Peu importe ce que nous pensons des États-Unis, de Trump and the Trumpists, nous devons tous simplement soutenir le pôle américain du Grand Réveil. Sauver l'Amérique des mondialistes, et ainsi contribuer à la rendre à nouveau grande, est notre tâche commune.

 

Le populisme européen : vaincre la droite et la gauche

 

La vague de populisme anti-libéral ne s'est pas non plus calmée en Europe. Bien que le mondialiste Macron parvienne à contenir les violentes protestations des "gilets jaunes" et que les libéraux italiens et allemands isolent et bloquent les partis de droite et leurs dirigeants et les empêchent d'accéder au pouvoir, les processus sont imparables. Le populisme exprime le même "Grand Réveil", mais uniquement sur le sol européen et avec une spécificité européenne.

 

Une nouvelle réflexion idéologique est extrêmement importante pour ce pôle de résistance. Les sociétés européennes sont beaucoup plus actives sur le plan idéologique que les Américains, de sorte que les traditions des politiques de droite et de gauche - et leurs contradictions inhérentes - se font sentir beaucoup plus vivement.

 

Ce sont ces contradictions dont les élites libérales profitent pour maintenir leur position dans l'Union européenne.

 

Le fait est que la haine des libéraux en Europe croît simultanément de deux côtés : la gauche les voit comme des représentants du grand capital, des exploiteurs qui ont perdu toute décence, et la droite les voit comme des provocateurs de migrations massives artificielles, des destructeurs des derniers vestiges des valeurs traditionnelles, des destructeurs de la culture européenne et des fossoyeurs de la classe moyenne. Dans le même temps, la plupart des populistes de droite et de gauche ont mis de côté les idéologies traditionnelles qui ne répondent plus aux besoins historiques et expriment leurs opinions sous de nouvelles formes parfois contradictoires et fragmentaires.

 

Le rejet des idéologies - communisme orthodoxe et nationalisme - est généralement positif ; il donne aux populistes une nouvelle base, beaucoup plus large. Mais c'est aussi leur point faible.

 

Cependant, le plus fatal dans le populisme européen n'est pas tant sa déidéologisation que la persistance d'un profond rejet entre la gauche et la droite, qui persiste depuis les époques historiques précédentes.

 

L'émergence du pôle européen du "Grand Réveil" doit impliquer la solution de ces deux tâches idéologiques : le dépassement définitif de la frontière entre la gauche et la droite (c'est-à-dire le rejet obligatoire de l'"antifascisme" artificiel par les uns et de l'"anticommunisme" artificiel par les autres) et l'élévation du populisme en tant que tel - le populisme intégral - en un modèle idéologique indépendant. Il devrait signifier une critique radicale du libéralisme et de son stade le plus élevé - le mondialisme, mais il devrait combiner l'exigence de justice sociale et la préservation de l'identité culturelle traditionnelle.

 

Dans ce cas, le populisme européen va, d'une part, acquérir une masse critique qui fait fatalement défaut alors que les populistes de droite et de gauche perdent du temps et des efforts à régler leurs comptes entre eux, et, d'autre part, devenir le pôle le plus important du Grand Réveil.

 

La Chine et son identité collective

 

Les opposants au "Big Reboot" ont un autre argument de poids. C'est la Chine moderne. Oui, la Chine a profité des opportunités offertes par la mondialisation pour renforcer l'économie de sa société. Mais la Chine n'a pas accepté l'esprit même du mondialisme, le libéralisme, l'individualisme et le nominalisme de son idéologie. La Chine a pris à l'Occident ce qui le rendait plus fort, mais a rejeté ce qui le rendait plus faible. C'est un jeu dangereux, mais jusqu'à présent, la Chine y est parvenue.

 

En fait, la Chine est une société traditionnelle avec des milliers d'années d'histoire et une identité stable. Et elle a clairement l'intention de le rester à l'avenir. Cela est particulièrement évident dans la politique du leader actuel de la Chine, Xi Jinping. Il est prêt à faire des compromis tactiques avec l'Occident, mais il est strict sur le fait de s'assurer que la souveraineté et l'indépendance de la Chine ne font que croître et se renforcer.

 

Le fait que les mondialistes et Biden agiraient en solidarité avec la Chine est un mythe. Oui, Trump s'y est fié et Bannon en a parlé, mais c'est une conséquence de l'étroitesse de l'horizon géopolitique et le résultat d'une profonde incompréhension de l'essence de la civilisation chinoise. La Chine suivra sa ligne et renforcera les structures multipolaires. En fait, la Chine est le pôle le plus important du "Grand Réveil", ce qui deviendra évident si nous prenons comme point de départ la nécessité d'une internationalisation des peuples. La Chine est une nation qui a une identité collective prononcée. L'individualisme chinois n'existe pas du tout, et s'il existe, il représente l'anomalie culturelle. La civilisation chinoise est le triomphe des espèces, du clan, de l'ordre et de la structure sur toute individualité.

 

Bien sûr, le Grand Réveil ne doit pas devenir chinois. Elle ne devrait pas être uniforme du tout - car chaque nation, chaque culture, chaque civilisation a son propre esprit et son propre eidos. L'humanité est diverse. L'unité de l'humanité ne peut être mieux perçue que lorsqu'elle est confrontée à une menace sérieuse qui pèse sur tous. Et c'est précisément ce qu'est le Grand Redémarrage.

 

L'Islam contre la mondialisation

 

Les peuples de la civilisation islamique sont un autre argument du Grand Réveil. Il est évident que le mondialisme libéral et l'hégémonie occidentale sont radicalement rejetés par la culture islamique et la religion islamique même sur laquelle cette culture est fondée. Bien sûr, pendant la période coloniale et sous la puissance et l'influence économique de l'Occident, certains États islamiques se sont retrouvés dans l'orbite du capitalisme, mais dans pratiquement tous les pays islamiques, il y a un rejet soutenu et profond du libéralisme et surtout du libéralisme mondialiste moderne.

 

Cela se manifeste à la fois sous des formes extrêmes - le fondamentalisme islamique - et sous des formes modérées. Dans certains cas, des courants religieux ou politiques individuels deviennent les porteurs de l'initiative antilibérale, tandis que dans d'autres cas, c'est l'État lui-même qui assume cette mission. En tout état de cause, les sociétés islamiques sont idéologiquement préparées à une opposition systémique et active à la mondialisation libérale. Il n'y a rien dans les projets Greater Reset qui pourrait même théoriquement plaire aux musulmans. C'est pourquoi l'ensemble du monde islamique représente un énorme pôle du Grand Réveil.

 

Parmi les pays islamiques, l'Iran chiite et la Turquie sunnite sont les plus opposés à la stratégie mondialiste. En outre, si la principale motivation de l'Iran est la perception religieuse de la fin imminente du monde et de la dernière bataille, où l'Occident, le libéralisme et le mondialisme sont clairement reconnus comme le principal ennemi - Dajal, la Turquie est davantage motivée par des considérations pragmatiques -, le désir de renforcer et de préserver la souveraineté nationale et d'assurer l'influence turque au Moyen-Orient et en Méditerranée orientale.

 

La politique d'Erdogan, qui se distancie progressivement de l'OTAN, combine les traditions nationales de Kemal Ataturk avec le désir de jouer le rôle de leader des musulmans sunnites, mais ces deux objectifs ne sont réalisables qu'en opposition à la mondialisation libérale, qui envisage à la fois la sécularisation complète des sociétés et l'affaiblissement (et, à l'extrême, l'abolition complète) des États-nations. Comme phase intermédiaire, on envisage d'accorder aux petits groupes ethniques une autonomie politique, ce qui serait désastreux pour la Turquie - en raison du facteur kurde important et assez actif.

 

Le Pakistan sunnite s'éloigne aussi progressivement des États-Unis et de l'Occident, ce qui représente une autre forme de combinaison de politique nationale et islamique.

 

Bien que les pays du Golfe soient plus dépendants de l'Occident, un examen plus approfondi de l'Islam arabe et, en outre, de l'Égypte, qui représente un autre État important et indépendant du monde islamique, révèle que ces systèmes sociaux n'ont rien à voir avec le programme mondialiste et sont naturellement prédisposés à se ranger du côté du "Grand Réveil ».

 

Elle n'est entravée que par les contradictions entre les musulmans eux-mêmes, habilement chauffées par l'Occident et les centres de contrôle mondial ; il ne s'agit pas seulement des contradictions entre chiites et sunnites, mais aussi des conflits régionaux entre les États sunnites séparés.

 

Le contexte du "Grand Réveil" pourrait devenir une plate-forme idéologique pour l'unification du monde islamique dans son ensemble, puisque l'opposition au "Grand Réveil" est un impératif absolu pour presque tous les pays islamiques. C'est ce qui permet de prendre comme dénominateur commun la stratégie des mondialistes et l'opposition à celle-ci. La prise de conscience de l'ampleur du "Grand Réveil" permettrait, dans certaines limites, de lever l'acuité des contradictions locales et de faciliter la formation d'un autre pôle de résistance mondial.

 

La mission de la Russie : être à l'avant-garde du Grand Réveil

 

Et enfin, le pôle le plus important du "Grand Réveil" est destiné à être la Russie. Malgré le fait que la Russie ait été partiellement impliquée dans la civilisation occidentale, par la culture des Lumières pendant la période tsariste, sous les bolcheviks, et surtout après 1991, à chaque étape - dans l'antiquité comme dans le présent - l'identité profonde de la société russe est profondément méfiante à l'égard de l'Occident, en particulier du libéralisme et de la mondialisation. Le nominalisme est profondément étranger au peuple russe dans ses fondements mêmes.

 

L'identité russe a toujours privilégié le commun - clan, espèce, église, tradition, nation, pouvoir et même communisme représenté - bien qu'artificiel, de classe - mais une identité collective opposée à l'individualisme bourgeois. Les Russes ont obstinément rejeté et continuent de rejeter le nominalisme sous toutes ses formes. Et c'est une plate-forme commune pour les périodes monarchique et soviétique.

 

Après l'échec de la tentative d'intégration dans la communauté mondiale dans les années 1990, grâce à l'échec des réformes libérales, la société n'a fait que se convaincre davantage de la façon dont le mondialisme et les attitudes et principes individualistes sont étrangers aux Russes. C'est ce qui détermine le soutien général à la ligne de conduite conservatrice et souveraine de Poutine. Les Russes rejettent la "grande relance" à la fois de la droite et de la gauche - et cela, ainsi que les traditions historiques, l'identité collective, la perception de la souveraineté et de la liberté d'État comme la valeur la plus élevée, constitue non pas une caractéristique momentanée, mais une caractéristique fondamentale à long terme de la civilisation russe.

 

Le rejet du libéralisme et de la mondialisation est devenu particulièrement aigu ces dernières années, lorsque le libéralisme lui-même a révélé ses caractéristiques profondément répugnantes pour la conscience russe. Cela justifiait une certaine sympathie des Russes pour Trump et parallèlement un profond dégoût pour ses opposants libéraux.

 

Du côté de Biden, l'attitude envers la Russie est assez symétrique. Lui et les élites mondialistes en général considèrent la Russie comme le principal adversaire civilisationnel, refusant obstinément d'accepter le vecteur du progressisme libéral et défendant farouchement sa souveraineté politique et son identité.

 

Bien sûr, même la Russie d'aujourd'hui n'a pas une idéologie complète et cohérente qui pourrait poser un sérieux problème pour le "Big Reboot". En outre, les élites libérales retranchées au sommet de la société sont toujours fortes et influentes en Russie, et les idées, théories et méthodes libérales dominent toujours l'économie, l'éducation, la culture et la science. Tout cela affaiblit le potentiel de la Russie, désoriente la société et ouvre la voie à des contradictions internes croissantes. Mais dans l'ensemble, la Russie est la plus importante - si ce n'est la principale !  - Mais en général, la Russie est le pôle le plus important, sinon le principal, du "Grand Réveil".

 

C'est ce à quoi a conduit toute l'histoire russe, exprimant une conviction intérieure que les Russes sont engagés dans quelque chose de grand et de décisif dans la situation dramatique de la fin des temps, de la fin de l'histoire. Mais c'est précisément cette fin - et dans sa pire version - que le projet Big Reboot implique. La victoire du mondialisme, du nominalisme et le début de la singularité signifieraient l'échec de la mission historique russe, non seulement dans l'avenir mais aussi dans le passé. Après tout, la signification de l'histoire russe était précisément orientée vers l'avenir, et le passé n'était qu'une préparation à celui-ci.

 

Et dans cet avenir, qui vient de se dessiner, le rôle de la Russie n'est pas seulement de participer activement au "Grand Réveil", mais d'être à l'avant-garde de celui-ci, en proclamant l'impératif des "peuples internationalistes" dans la lutte contre le libéralisme - le fléau du XXIe siècle.

 

La Russie se réveille : une renaissance impériale.

 

Que signifie pour la Russie, dans de telles circonstances, "se réveiller" ? Il s'agit de lui redonner pleinement sa dimension historique, géopolitique et civilisationnelle. Devenir un pôle du nouveau monde multipolaire.

 

La Russie n'a jamais été "juste un pays", encore moins "juste un des pays européens". Malgré l'unité de nos racines avec l'Europe, qui remontent à la culture gréco-romaine, la Russie a suivi, à toutes les étapes de son histoire, son propre chemin - spécial. Elle s'est manifestée par notre choix ferme et inébranlable de l'orthodoxie et du byzantin en général, qui a déterminé dans une large mesure notre éloignement de l'Europe occidentale, qui a choisi le catholicisme et plus tard le protestantisme également. Dans le Nouvel Âge, ce même facteur de profonde méfiance envers l'Occident a eu pour effet que nous n'étions pas aussi touchés par l'esprit même du Modernisme - nominalisme, individualisme, libéralisme. Et même lorsque nous avons emprunté certaines doctrines et idéologies à l'Occident, elles étaient souvent critiques, c'est-à-dire qu'elles contenaient un tel rejet de la voie principale - libérale-capitaliste - de développement de la civilisation de l'Europe occidentale, dont nous nous sentions nous-mêmes si proches.

 

L'identité de la Russie a également été fortement influencée par le vecteur oriental - touranien. Comme l'ont montré les philosophes eurasiens, dont le grand historien russe Lev Gumilev, le statut d'État mongol de Gengis Khan est devenu pour la Russie une importante leçon d'organisation centralisée de type impérial, qui a largement déterminé notre essor à partir du XVe siècle, lorsque la Horde d'or s'est effondrée et que la Rus de Moscou a pris sa place dans l'espace de l'Eurasie du Nord-Est. Cette succession à la géopolitique de la Horde d'or a naturellement conduit à une puissante expansion dans les époques suivantes. Et chaque fois, la Russie a défendu et affirmé non seulement ses intérêts mais aussi ses valeurs.

 

Ainsi, la Russie s'est avérée être l'héritière de deux empires qui se sont effondrés à peu près en même temps, au XVe siècle - l'empire byzantin et l'empire mongol. L'Empire est devenu notre destin. Même au XXe siècle, avec tout le radicalisme des réformes bolcheviques, la Russie est restée, contre toute attente, un empire ; cette fois-ci, c'était un empire soviétique.

 

Cela signifie que notre renaissance est inconcevable sans un retour à la mission impériale fixée dans notre destin historique.

 

Une telle mission est diamétralement opposée au projet mondialiste de "The Great Reboot". Et il serait naturel de s'attendre à ce que, dans leur ruée décisive, les mondialistes fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher la renaissance impériale en Russie.  C'est exactement ce dont nous avons besoin : la Renaissance impériale. Non pas pour imposer leur propre vérité - russe et orthodoxe - à tous les autres peuples, cultures et civilisations, mais pour faire revivre, renforcer et protéger leur identité et aider les autres à faire revivre, renforcer et protéger la leur autant que possible. Après tout, les partisans du "Big Reboot" ne visent pas seulement la Russie, même si, à bien des égards, c'est notre pays qui constitue le principal obstacle à l'exécution et aux plans. Mais c'est notre mission - être un "catéchumène", "retenir", empêcher l'arrivée du dernier mal dans le monde.

 

Mais aux yeux des mondialistes, les civilisations, cultures et sociétés traditionnelles restantes sont également susceptibles d'être démantelées, reformatées et transformées en une masse cosmopolite mondiale indifférenciée, et d'être remplacées dans un avenir proche par de nouvelles formes de vie - post-humaines -, des organismes, des mécanismes ou leurs hybrides. Par conséquent, le réveil impérial de la Russie est destiné à devenir un signal pour un soulèvement universel des peuples et des cultures contre les élites libérales mondialistes. Revivant en tant qu'Empire, en tant qu'Empire orthodoxe, la Russie montrera l'exemple aux autres Empires - chinois, turc, persan, arabe, indien, ainsi que latino-américain, africain et... européen. Au lieu de la domination d'un seul "Empire" mondialiste du Grand Réveil, le réveil russe devrait devenir le début d'une ère de plusieurs Empires, reflétant et incarnant la richesse des cultures, traditions, religions et systèmes de valeurs humains.

 

Vers la victoire du Grand Réveil

 

Si l'on y ajoute le trumpisme des États-Unis, le populisme européen (de droite comme de gauche), la Chine, le monde islamique et la Russie, à condition que la grande civilisation indienne, les pays d'Amérique latine et l'Afrique, qui entre dans un nouveau cycle de décolonisation, puissent à un moment donné rejoindre ce camp, ainsi que tous les peuples et cultures de l'humanité en général, Nous n'avons pas seulement des marginaux dispersés et confus qui tentent de s'opposer aux puissantes élites libérales qui mènent l'humanité au massacre final, mais un front à part entière qui comprend des acteurs de différentes tailles - des grandes puissances aux économies planétaires et aux armes nucléaires aux forces et mouvements politiques, religieux et sociaux influents et nombreux.

 

Le pouvoir des mondialistes, après tout, repose sur la suggestion et les "miracles noirs". Ils ne gouvernent pas sur la base d'un pouvoir réel, mais sur des illusions, des simulacres et des images artificielles qu'ils essaient maniaquement d'implanter dans la conscience de l’humanité.

 

Après tout, le Big Reboot a été annoncé par une poignée de vieux globe-trotters dégénérés et pétants au bord de la démence (Biden lui-même, le méchant ridé Soros ou le bourgeois potelé Schwab) et la racaille marginale et tordue choisie pour illustrer les possibilités de carrière fulgurantes de tout voyou. Bien sûr, les bourses et les imprimeries, les escrocs de Wall Street et les drogués d'inventeurs de la Silicon Valley travaillent pour eux. Les hommes disciplinés du renseignement et les généraux obéissants de l'armée leur rendent des comptes. Mais cela est négligeable par rapport à l'humanité - les gens de travail et de pensée, la profondeur des institutions religieuses et des cultures fondamentalement riches.

 

Le "Grand Réveil" est que nous commençons à deviner l'essence de la stratégie fatale - meurtrière et simultanément suicidaire - du "progrès" telle que la comprennent les élites libérales mondialistes.  Et si nous le comprenons, nous sommes capables de l'expliquer aux autres. L'éveillé peut et doit réveiller tous les autres. Et si nous y parvenons, non seulement le "Grand Redémarrage" échouera, mais un juste jugement s'abattra sur ceux qui ont fait de la destruction de l'humanité leur objectif - d'abord spirituellement, puis physiquement.

 

[1] Formulations anglaises de 5 points de The Big Overload tirées du rapport du Prince Charles :

 

- Pour capter l'imagination et la volonté de l'humanité - le changement n'aura lieu que si les gens le veulent vraiment ;

 

- La reprise économique doit mettre le monde sur la voie de l'emploi, des moyens de subsistance et de la croissance durables. Il faut réinventer les structures d'incitation de longue date qui ont eu des effets pervers sur notre environnement planétaire et sur la nature elle-même ;

 

- Les systèmes et les parcours doivent être repensés pour faire progresser les transitions nettes zéro à l'échelle mondiale. La tarification du carbone peut constituer une voie essentielle vers un marché durable ;

 

- La science, la technologie et l'innovation ont besoin d'être revigorées. L'humanité est à la veille de percées catalytiques qui modifieront notre vision de ce qui est possible et rentable dans le cadre d'un avenir durable ;

 

- Les investissements doivent être rééquilibrés. L'accélération des investissements verts peut offrir des possibilités d'emploi dans les domaines de l'énergie verte, de la bioéconomie circulaire et de la bioéconomie, de l'écotourisme et des infrastructures publiques vertes.

 

[2] Ann Coulter. Dans Trump We Trust : E Pluribus Génial ! New York : Sentinel, 2016.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement eurasien international. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>