Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

sciences

Leonid Ivashov : Aujourd'hui, la tâche consiste à comprendre la signification des fonctions cosmo-planétaires de la Russie. (Club d'Izborsk, 23 octobre 2020)

23 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Philosophie, #Politique, #Russie, #Sciences, #Société

Leonid Ivashov : Aujourd'hui, la tâche consiste à comprendre la signification des fonctions cosmo-planétaires de la Russie. (Club d'Izborsk, 23 octobre 2020)
Leonid Ivashov : Aujourd'hui, la tâche consiste à comprendre la signification des fonctions cosmo-planétaires de la Russie. (Club d'Izborsk, 23 octobre 2020)

Leonid Ivashov : Aujourd'hui, la tâche consiste à comprendre la signification des fonctions cosmo-planétaires de la Russie.

 

23 octobre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20049

 

 

En s'engageant dans l'étude de l'histoire et de la géopolitique en tant que science interdisciplinaire qui considère tous les aspects de la vie humaine, et même pas seulement l'humanité (nous regardons dans l'espace), nous essayons de créer un modèle de compréhension du monde. Nous voyons aujourd'hui deux problèmes au niveau mondial, voire cosmosplanétaire : le problème de la vision du monde et le problème intellectuel. Et tout le reste est une conséquence.

 

Un problème de vision du monde. Comment imaginer l'histoire de notre planète, sa fonction en tant que particules de l'univers global ? Comme un système vivant : l'homme, la terre, l'univers ? Croyons-nous toujours qu'il y a eu une explosion accidentelle et que tout dans le monde s'est envolé par accident ? Aucun physicien ou mathématicien ne peut calculer, sur la base de la théorie des probabilités, comment tout cela a pu arriver par hasard.

 

Deuxième point : qu'est-ce qui est donné à l'homme, quel est son sens ? Regardons la nature : tout vit comme une espèce, et chaque espèce a une tâche utile commune, chaque espèce a son propre programme biologique. Quelqu'un l'a mis en place. Y compris pour l'homme, mais lui seul vit à la dure selon ses lois. Contrairement à tout ce qui est vivant, il a reçu un esprit individuel, collectif et rationnel. Mais l'homme ne comprend pas pourquoi il vit. L'incompréhension de la signification et du but cosmo-planétaire de l'humanité a mis en avant l'idée que nous vivons tous pour le bien de l'économie. Je ne nie pas l'économie, mais cette idée est fausse.

 

Qui construit un modèle financier et économique mondial ? Aujourd'hui, c'est le profit financier qui prévaut, et à l'exception du profit, les dirigeants du monde n'ont rien derrière leur âme, car les personnes les plus stupides et les plus avides ont fixé ce vecteur.

 

Il y a le Club de Rome. On nous a appris qu'il est hostile à la fois au socialisme et à l'humanité. Son propriétaire est Rockefeller. Quoi que ce club ait offert, tout impliquait le génocide de l'humanité : la théorie du milliard d'or, le contrôle des naissances, etc. Tout ce que le Club de Rome proposait était mis en œuvre. Et la DCI, et la conférence de Rio 92...

 

En 2017, Rockefeller meurt. Et maintenant, voyons le rapport du Club de Rome pour son 50e anniversaire : "Le vieux monde est condamné. "Le nouveau monde est inévitable. Les contours du monde futur". Cette année, le vice-président du Club, Anders Wijkman, a fait une déclaration : "2020 est la fin de l'ancien ordre mondial et le début d'un nouvel ordre mondial".

 

Il propose des contours. Le capitalisme est exclu parce qu'il est dans une impasse. 98% de toutes les transactions financières sont des spéculations et des fraudes. Viennent ensuite les propositions sur ce que sera le monde. Il propose une structure socio-naturelle pour le monde. L'idéologie est scientifique et védique. L'ONU, l'UNESCO et toutes les structures internationales sont complétées par des organisations sociales mondiales. La grande question est de savoir lesquels. Cinq principes de base sont formulés, comment le monde devrait être construit, ce que l'économie devrait être, etc. La conclusion qui est faite est que l'humanité est au bord de la mort. C'est ici que nous sommes venus !

 

Dans notre Académie des sciences géopolitiques, en invitant les Chinois, les Hindous à coopérer, nous essayons tous de comprendre quel genre de monde il faut construire. Nous voyons que soit nous réagissons, soit l'univers le fait, mais la transition quantique est terminée. La fréquence des vibrations qui en proviennent a changé, y compris dans le corps humain. Le monde animal est en train de changer. Aujourd'hui, il y a une tâche à accomplir pour changer notre conscience, pour comprendre le sens des fonctions cosmoplanétaires de la Russie. Ce qui se passe aujourd'hui est inévitable. Le monde des sociétés transnationales a supprimé l'indépendance, même la pensée même dans des États et des peuples entiers.

 

Aujourd'hui, il y a un conflit arménien-azerbaïdjanais - c'est la formation d'organisations ethnoculturelles mondiales avec leur religion, avec leur modèle d'économie. Nous voyons de telles organisations ethno-culturelles mondiales : la Chine (elle le fait depuis longtemps), l'Inde, l'Amérique latine, l'Occident (Amérique du Nord et Europe). La Russie est sortie de la cohorte des civilisations mondiales. Chacun forme ses propres civilisations. Erdogan rassemble la civilisation islamique, elle se définit : monde turc, monde sunnite, puis s'accorde avec les Iraniens. Nous nous dirigeons vers un endroit incompréhensible : nous avons couru vers l'Occident puis vers la Chine. Nous faisons tout pour détruire les fondements de notre civilisation : pour voler quelque chose, pour voler, pour s'installer quelque part. Dans cette situation et dans cet état d'esprit, nous n'avons pas d'avenir.

 

Le deuxième problème est l'intellect. Nous assistons aujourd'hui à une dégradation générale de l'intellect de l'humanité. Et le potentiel intellectuel est le principal potentiel de tout pays. Sans créativité, il ne peut y avoir de développement en quoi que ce soit. Et que faisons-nous de l'éducation et de la science ?

 

Aujourd'hui, le monde est en pause. Mais où sont dirigés les restes de notre intellect ? Non pas pour comprendre le cosmos, mais pour créer de nouvelles armes. Beaucoup est fait en Russie pour gagner une guerre qui ne sera plus jamais la même. Aujourd'hui, la principale arme de destruction massive est le psychotrope. Des milliards de cerveaux se tournent vers des décisions erronées, mauvaises et anti-humaines. Ces décisions sont prises pour créer des armes encore plus puissantes - climatiques et autres. La tâche principale est donc de changer la vision du monde selon laquelle l'homme n'est pas le maître de tout sur terre. C'est là qu'il a été créé avec toutes les conditions et qu'il s'est attaché à la définition de fonctions complètement différentes. Le bonheur n'est pas dans le fait que le bateau de quelqu'un soit plus cool, ni dans la création d'armes, ni dans la conquête du monde. L'intellect et la spiritualité sont les principaux éléments. Vous devez comprendre les patrons de TAM. Et tout le monde là-bas voit et entend tout.

 

J'ai fait un reportage au Centre nucléaire de Sarov : "Qu'est-ce que Dieu ? » Le Seigneur m'a corrigé : « Qui est Dieu ? » De là vient le contrôle de l'homme et de l'humanité, par le biais de notre cellule. Nous n'avons même pas compris la cellule, nous n'avons pas compris le corps humain. Le corps est un complément de l'homme en tant que créature cosmique, lui, l'homme, est temporaire.

 

Et bien sûr, il est très important de comprendre la Russie. Si les oiseaux, les moucherons, tous les animaux reçoivent un programme biologique et qu'ils l'exécutent jour et nuit, alors l'humanité ne peut pas vivre d'une manière différente, mais seulement en tant qu'espèce. Et ces espèces sont des civilisations ethnoculturelles mondiales. Pour la première fois, le Club de Rome propose de dissoudre les organisations publiques (ce qui est très dangereux), de commencer la dénationalisation et la création d'une religion commune - scientifico-védique. Cela ne peut être autorisé. Et alors que la Russie a encore les restes de l'intellect (pas seulement dans l'industrie des missiles), il est nécessaire de proposer un nouveau projet de l'univers. Il existe, mais il n'est pas organisé. Sinon, nous obtiendrons de bons slogans du même Club de Rome, mais l'essence du "maître du monde" restera la même. Nous devons y réfléchir.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Ivashov (né en 1943) - personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel-général. 1996-2001 - Chef de la Direction principale de la coopération militaire internationale du ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. Président de l'Académie des problèmes géopolitiques. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Vladimir Ovtchinsky : Pandémies paralysantes (Club d'Izborsk, 21 octobre 2020)

21 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus, #Russie, #Sciences

Vladimir Ovtchinsky : Pandémies paralysantes (Club d'Izborsk, 21 octobre 2020)

Vladimir Ovtchinsky : Pandémies paralysantes

21 octobre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20036

 

 

Dès les premiers jours de la pandémie de coronavirus, d'étranges décisions illogiques dans la lutte contre celle-ci ont été observées partout sur la planète. La lutte se poursuit depuis de nombreux mois, mais la logique de la prise de décision n'a pas été rétablie. On peut dire qu'il y a un paradoxe parallèle avec la pandémie de COVID-19.

 

Dans la théorie de la psychiatrie et de la psychologie, la paralogicalité (du grec paralogos - irrationnel, dégoûtant pour l'esprit) désigne les troubles de la pensée, les troubles de la fonction cognitive. L'activité de pensée avec cette pathologie est caractérisée par une prudence défectueuse, étrange à la logique narrative environnante et une analyse erronée des faits et événements les plus courants. La violation des lois et des règles de logique se produit sans le savoir, de manière non intentionnelle.

 

La pensée paralogique indique un trouble du processus mental qui se produit à la suite de troubles de la pensée qui affectent la logique du raisonnement.

 

Les personnes qui ont une pensée paralogique ne remarquent pas leurs erreurs de logique, ne perçoivent pas les jugements alternatifs, ignorent les objections et autres opinions, parce qu'elles sont sûres que les autres ne veulent pas comprendre la situation réelle.

 

Les caractéristiques distinctives de la pensée paralogique sont le biais et la "courbure" du raisonnement, car toute information contredisant la représentation de la cible est exclue. Les autres faits et événements sont considérés de manière unilatérale. Lorsqu'il y a des contradictions avec l'idée principale, l'information est délibérément déformée.

 

Les scientifiques soulignent qu'il n'est pas rare qu'une personne (et dans le cas du coronavirus - un dirigeant de haut niveau) qui réfléchit dans un paralogue, arrive à des conclusions inattendues et étranges. Par exemple, lors d'une promenade, une légère brise soulève les arguments suivants : "Un vent froid souffle du pôle Nord. Elle veut détruire l'univers, détruire tout ce qui vit. Bientôt, notre terre sera déserte".

 

Aristote a également identifié trois types de paralogismes :

 

  • l'infidélité du raisonnement due au remplacement de la thèse prise pour preuve ;

 

  • les délires causés par la recherche de preuves ;

 

  • des jugements erronés qui sont au cœur des preuves.

 

Au début du XXe siècle, le médecin-psychiatre E.A. Shevalev a décrit des sortes de processus de pensée paralogique.

 

Au type Resoner, il fait référence à l'utilisation d'expressions estampillées, de modèles de pensées, de formules toutes faites, de pochoirs dépourvus de sens pratique.

 

Le type symbolique se caractérise par l'analogie entre les concepts abstraits et les images concrètes qui les remplacent. Le cas du pain rôti, qui est tombé dans les mains d'un patient et a servi de symbole du feu, est décrit en psychiatrie. La chaîne suivante a été construite dans l'esprit du patient : croûte brûlée - feu - incendie - la suspicion d'incendie criminel lui tombe dessus.

 

L'activité de pensée de type autiste se manifeste par l'immersion de l'homme dans le monde de ses propres fantasmes. Ils peuvent être remplis d'un contenu philosophique profond, de diverses images visuelles. Souvent, les personnes ayant ce type de pensée se distinguent par leur froideur extérieure, leur indifférence et leur détachement de la vie réelle.

 

Dans la lutte contre la pandémie de coronavirus, on peut distinguer un autre type de situation - lorsque la même personne (le chef) décide par la suite de réfuter la décision précédente. Et cela n'arrive pas une fois, mais tout le temps.

 

Comment se manifeste-t-elle concrètement ? Donnons quelques derniers exemples - octobre 2020.

 

Paralogie française.

 

Le président français Emmanuel Macron a instauré à partir du 17 octobre dernier, sur fond de deuxième vague de l'épidémie de coronavirus, des couvre-feux à Paris, Lille, Grenoble, Lyon, Marseille, Rouen, Saint-Etienne, Montpellier, Toulouse (tous sont inclus dans la "zone de danger maximum" par COVID-19).

 

De 21 heures à 6 heures, les citoyens ne sont pas autorisés à sortir de la maison. La violation de l'interdiction est passible d'une amende. Ce régime sera valable pendant au moins quatre semaines.

 

Les autorités françaises n'excluent pas que les mesures puissent être prolongées jusqu'à la fin du mois de novembre.

 

"Si nous suivions la voie de l'auto-isolement local dans les zones où le virus circule activement, le coût serait de 5 milliards d'euros. Si nous avions à nouveau un auto-isolement mondial, le coût serait - selon la réaction du monde économique - de 15 à 20 milliards d'euros par mois", a déclaré le ministre français de l'économie, Bruno Le Maire, à la veille du couvre-feu.

 

Et comment le gouvernement français va-t-il poursuivre la mise en œuvre de ses décisions ?

 

En France, le 18 octobre de cette année, des actions de masse ont été organisées à la mémoire du professeur Samuel Paty, tué le 16 octobre dans une banlieue parisienne pour avoir montré à ses élèves une caricature du prophète Mahomet, publiée auparavant par Charlie Hebdo, lors d'une leçon donnée peu avant sa mort pour discuter avec eux du thème de la liberté d'expression.

 

Selon la Radio française internationale, les plus grandes manifestations ont eu lieu à Paris, Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Lille, Nantes et Marseille (en fait, dans les mêmes villes où le couvre-feu a été imposé - VO).

 

À Paris, des dizaines de milliers de personnes se sont rendues sur la place de la République. Selon le correspondant de RFI, une réunion aussi importante à Paris n'était pas si lointaine. La place et les rues adjacentes sont remplies. L'action a été menée par le Premier ministre français Jean Castex, le ministre de l'Éducation, le maire de Paris et d'autres personnalités politiques.

 

 

Et de quelle lutte contre le coronavirus, l'auto-isolement et le couvre-feu parlons-nous maintenant ? Ou, sur le principe de pleurer, de s'étreindre, de boire, de s'infecter et... "Couvre-feu, couvre-feu ? Jusqu'à la prochaine urgence ?

 

La paralogie américaine.

 

La question principale lors du dernier débat des candidats à la présidence des États-Unis était, comme chacun s'en souvient, de savoir ce qu'il fallait faire face à la pandémie. Et Biden a accusé Trump d'inaction dans les premiers mois de la propagation du coronavirus.

 

Mais la paralogie des affirmations de Biden est qu'il n'a rien dit de son rôle et de celui des démocrates en général dans l'organisation des protestations de masse, des pogroms et des émeutes après la mort du récidiviste Floyd. Des dizaines de grandes villes américaines ont été plongées dans le chaos, et les protestations de masse se poursuivent aujourd'hui. Et des centaines de milliers d'Américains ont été infectés lors de ces mêmes rassemblements.

 

De nombreux analystes américains pensent que la principale impulsion - le soutien aux manifestants - a été le culte du genou de Biden à l'un des voyous noirs.

 

Quant à Trump, il est également sujet à la paralysie. Lors du débat, il a souligné à plusieurs reprises que le masque médical est toujours avec lui. Puis il est tombé malade de covid, guéri en trois jours ( !!), et lors de réunions avec ses électeurs, il avait déjà organisé une danse dans l'esprit d'Eltsine 1996, qui n'était pas malade de covide mais avait également une maladie très désagréable.

 

 

La paralysie russe

 

La pandémie COVID-19 démontre le potentiel de menaces pour la sécurité biologique associées à d'autres agents biologiques pathogènes dangereux. Elle a été déclarée le 19 octobre de cette année lors de la réunion de la section du Conseil scientifique au Conseil de la Fédération de Russie.

 

Ainsi, il a été souligné que la pandémie et les mesures forcées pour la contenir "révèlent de graves problèmes" dans les sphères de vie de la société et de l'État, informe la TASS.

 

"Il a été noté que les événements associés à la pandémie COVID-19 et leurs conséquences indiquent la possibilité de menaces biologiques dues à d'autres agents biologiques pathogènes dangereux", a-t-on rapporté.

 

Le Conseil scientifique propose des changements dans les documents fondamentaux de la planification stratégique, qui concernent les sources de menaces pour la sécurité biologique associées à la propagation des infections virales, y compris la création de virus artificiels.

 

En outre, les experts ont pris l'initiative de développer des mesures supplémentaires pour contrer les menaces liées à la possibilité de commettre des attaques terroristes avec l'utilisation d'"agents biologiques pathogènes".

 

Quel est le rapport avec la paralogie ? Le fait est que le 6 mai de cette année, le bureau du procureur général de Russie a reconnu que le rapport sur la création artificielle du coronavirus était un faux et a exigé de restreindre l'accès aux sites où cette information est affichée.

 

Le bureau du procureur de Moscou a trouvé sur le réseau social "Odnoklassniki" et sur le portail YouTube des vidéos qui affirment que le coronavirus est une arme biologique génétiquement modifiée, créée artificiellement pour pucer la population et établir un ordre mondial, la destruction des personnes par l'infection sous le couvert de la vaccination. "Ledit matériel contient des informations publiques inexactes qui constituent une menace de préjudice pour la vie et la santé des citoyens, de violation massive de l'ordre et de la sécurité publics", a souligné le Bureau du Procureur général.

 

L'agence a expliqué que ni l'Organisation mondiale de la santé, ni le gouvernement de la Fédération de Russie, ni d'autres autorités officielles de Russie n'ont confirmé les informations sur la fabrication artificielle de l'infection à coronavirus. À cet égard, le parquet général exige que l'accès aux sites où ces informations sont affichées soit restreint.

 

Et maintenant ? Le concept a-t-il changé ?

 

Rejetons les puces et ne laissons que le problème du COVID - 19 comme arme biologique. Mais, comme on dit dans une ville célèbre, "deux grandes différences" !!! On ne peut pas lutter contre les armes biologiques en retirant aux personnes âgées le droit de rouler gratuitement. Ou bien en montrant des cybercodes dans les bars de nuit. Et puis, c'est pour quoi ?

 

 

Vladimir Ovchinsky

 

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Retour sur le conseil scientifique de l'IHU - Entretien avec le Pr. Didier Raoult (21 oct 2020)

21 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #France, #Sciences

Retour sur le conseil scientifique de l'IHU - Entretien avec le Pr. Didier Raoult (21 oct 2020)

15:08: "Qui meurt vraiment de ça ? en réalité, bien sûr, ce sont des gens qui ont une espérance de vie extrêmement courte, 99% fois sur 100... et qui ne modifient pas, pour le moment, d'après ce que l'on voit, de manière très significative, l'espérance de vie ici à Marseille".

Pr. Didier Raoult

Lire la suite

Elena Larina : Des jeux avec l’esprit (Club d'Izborsk, 16 octobre 2020)

17 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Russie, #Sciences

Elena Larina : Des jeux avec l’esprit  (Club d'Izborsk, 16 octobre 2020)

Elena Larina : Des jeux avec l’esprit

 

16 octobre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20020

 

 

Le nombre croissant de faits permet à des chercheurs impartiaux de parler de la dynamique destructrice à la baisse non seulement dans l'économie politique, mais aussi dans le domaine socioculturel et même dans la vie quotidienne des gens. Des processus de convergence négatifs se déroulent sous nos yeux. Dans l'écrasante majorité des pays, les caractéristiques les plus négatives du socialisme réel et les composantes destructrices du capitalisme tardif deviennent de plus en plus évidentes. Ni les États-Unis, ni la Chine, ni l'UE, ni la Russie n'ont échappé à ce processus.

 

Le progrès technologique, qui est la dynamique de la "seconde nature" du monde des choses et des technologies, se forme et se modifie en grande partie sous l'influence des relations sociales et économiques et des tendances culturelles et comportementales. Cela signifie entre autres que le même processus, se réalisant dans des phases ascendantes ou descendantes de la dynamique de la civilisation, a un contenu et une plénitude essentiellement différents. Si le contenu reflète ce qu'on appelle l'essence de la matière et détermine l'ordre algorithmique, technologique de tel ou tel processus, le contenu est lié à la compréhension de l'essence du processus par la société et, surtout, par les groupes qui prennent les décisions.

 

Une telle introduction ornée est nécessaire pour étayer une pensée non pas tout à fait banale, mais ayant beaucoup de preuves factuelles. Si l'on compare tel ou tel processus, phénomène ou phénomène avec un bonbon ou un pot de saucisses, ce qui suit est frappant. Dans la phase ascendante, chacun s'intéresse à l'essentiel de l'affaire - la composition du saucisson ou le goût du bonbon. Dans la phase descendante et destructrice, cependant, toute l'attention se porte sur les manifestations extérieures. Ici, le principe "L'emballage ou le conditionnement est tout, mais le goût et le contenu sont secondaires.

 

Aujourd'hui, les facteurs et processus clés de la dynamique sociale sont évalués de manière superficielle. Et cela se produit non seulement au niveau des publications dans les médias "jaunes" ou dans les discours des politiciens, mais aussi parmi les professionnels de certains domaines de la connaissance.

 

Aujourd'hui, seuls les paresseux ne parlent pas d'intelligence artificielle (IA), de transhumanisme, de réalité et de virtualité du monde numérique. Dès que l'on parle d'IA, il y a des jugements absolument illettrés sur l'inévitabilité de remplacer une personne par un esprit artificiel, sur l'hostilité de l'intelligence artificielle envers la société, sur les possibilités vraiment illimitées des logiciels et du matériel informatique sous les limites naturelles des capacités et des aptitudes humaines. Cette absurdité illettrée a littéralement engorgé toutes les autoroutes de l'information et a formé non seulement la population, mais aussi l'image mystique (avant la schizophrénie) des principaux politiciens internationaux du monde.

 

Il y a 40 ans encore, non seulement les géants de la pensée, mais aussi les citoyens tout simplement intéressés, et plus encore - les chercheurs et les employés des ministères et des départements, il était clair et compréhensible de savoir ce qu'est l'intelligence artificielle, ce qu'elle peut et ce qu'elle ne peut pas. Mais à la place de la science-fiction solide est venue une fantaisie. Les elfes et les gobelins ont non seulement vaincu Sauron, mais ont également détruit le monde de l'Anneau de la "Nébuleuse d'Andromède". Les jumeaux des années 80 et 90 sont devenus des décideurs. En conséquence, l'IA qu'ils ne perçoivent que dans le genre fantastique - comme quelque chose de puissant et de sinistre, comme un pilier sacré de pouvoir erroné.

 

En attendant, l'intelligence artificielle, en fait, est peu différente d'une machine à compter mécanique comme un arithmomètre. Grâce à la plus grande vitesse de calcul, il est capable d'effectuer un nombre gigantesque d'opérations combinatoires dans une unité de temps. Et ces opérations, à leur tour, vous permettent de reconnaître certains phénomènes et processus, de les optimiser en fonction du coût/résultat et, enfin, de créer quelque chose de nouveau à partir de la combinaison, c'est-à-dire d'ajouter et de supprimer certains éléments de base. Ces trois opérations, à savoir la classification, l'optimisation et le morphing, constituent un ensemble complet d'opérations effectuées par l'intelligence artificielle dans divers domaines de la connaissance, de la production et des loisirs.

 

Il n'y a rien à redire sur le pouvoir ou la signification de l'intelligence artificielle. Il est tout aussi utile qu'un moteur à réaction. Il permet de résoudre un certain nombre de problèmes spécialisés et de rendre possible dans ce domaine ce qui était hier considéré comme impensable. Cependant, affirmer la supériorité de l'IA sur l'homme revient à peu près à penser qu'un avion est supérieur à un pilote. Sans aucun doute, la vitesse d'un avion rend inutile la comparaison avec un pilote sur un paramètre spécifique, à savoir la vitesse de déplacement. Mais un pilote n'est pas une machine à déplacer. Exactement la même situation avec l'IA. Il est capable de faire tel ou tel calcul grâce à des programmes et des algorithmes définis par les gens en des centaines, voire des milliards de fois plus rapides.

 

Ainsi, pour ne pas céder aux chants doux ou, au contraire, alarmistes des sirènes des médias électroniques, il est nécessaire d'observer un régime d'information, de garder la raison et d'utiliser une approche substantielle de l'examen des phénomènes et des processus.

 

Comme l'intelligence artificielle est un dispositif informatique géant, elle fonctionne exclusivement avec des processus discrets et suppose dans la grande majorité des cas la présence d'une interaction ou d'une interface homme-machine. Et nous arrivons directement au personnage clé suivant du fantasme pseudo-scientifique des dix dernières années de ce siècle, à savoir le transhumanisme.

 

Le transhumanisme est relativement récent, il a moins de deux siècles. À proprement parler, son apparition sous sa forme actuelle est associée à la reconnaissance mondiale de la théorie d'une confusion bien connue - Charles Darwin. Il s'avère qu'aujourd'hui, il a largement utilisé des jugements naturalistes plutôt que des faits expérimentaux pour prouver sa théorie.

 

Aucune personne sérieuse ne pourrait soutenir que tout système vivant est fortement déséquilibré et a donc une dynamique non linéaire. L'écrasante majorité des biologistes avancés pense que la direction de cette dynamique est progressive. Cependant, il y a des libres-penseurs comme le plus grand paléontologue français D. Crémaud. Il pense que le monde connaît depuis longtemps la dévolution des vivants.

 

En tout état de cause, de nombreux faits bénins et avérés permettent d'affirmer que les formes, le contenu, la fonctionnalité et l'interdépendance des êtres vivants, y compris des êtres humains, ne sont pas statiques, mais dynamiques ou évolutifs. Ils changent, mutent, subissent des morphismes, etc.

 

Après une certaine stagnation au cours des 15-20 dernières années, la science de l'évolution a fait un certain nombre de percées. Ils permettent de prévoir la formation d'une nouvelle théorie du vivant basée sur le paradigme de l'évolution, la morphologie génétique et la logique des prix du changement dans les années à venir. Aujourd'hui, il est presque indéniable que les sauts de spéciation ne sont pas liés à des changements dans les conditions de vie des animaux et des plantes individuels. Le saut de puce devrait être associé à des tests sévères de leurs interactions complexes au sein des réseaux liés par les chaînes alimentaires dans de nouvelles conditions.

 

Les progrès de l'évolutionnisme ont conduit des chercheurs raisonnables à une idée assez triviale selon laquelle l'homme, étant un être vivant et dans un certain sens un animal social, est également en évolution. Par conséquent, il est impossible d'être sûr à 100 % que les humains d'aujourd'hui sont la couronne de l'évolution, et cela s'arrête là.

 

Si au XIXe - premier quart du XXe siècle, le transhumanisme en tant que théorie et pratique de l'évolution ultérieure de l'espèce humaine était principalement de nature biologique, alors il a été reconstruit sur la voie technologique. Le transhumanisme biologique a été appelé eugénisme au XIXe siècle.

 

L'essence et les technologies de l'eugénisme sont très simples. Étant un être vivant, la personne est sans aucun doute soumise à une sélection déstabilisante et à une influence directe sur les changements des paramètres psychophysiologiques par le biais des systèmes génétiques et épigénétiques. Les chercheurs ont établi que la personne, comme les représentants très organisés de la faune (tels que les dauphins et les baleines, les éléphants et certaines sortes de primates), est bien soumise à une sélection déstabilisante et passe rapidement au niveau du patrimoine génétique de ces ou d'autres caractéristiques qui ont été artificiellement élevées dans telle ou telle population. Afin de ne pas expliquer dans le matériel populaire les particularités de ce type d'évolution artificielle des plus puissants, renvoyons nos lecteurs au livre de L. Dugatkin et L. Trutt "Comment apprivoiser un renard (et le transformer en chien)". Le livre raconte de façon vivante et objective, peut-être, l'expérience génétique la plus importante du XXe siècle. L'exceptionnel, et peut-être brillant, généticien soviétique Dmitri Belyaev de la branche sibérienne de l'Académie des sciences de l'URSS a réussi, en utilisant uniquement des méthodes de sélection artificielle et de renforcement génétique, à réduire le processus d'évolution de 15 000 ans à un demi-siècle. À partir d'expériences épigénétiques menées en 1959, l'équipe de Belyaev a mis au point, au début des années 2000, un renard domestique viable, énergique et joyeux, dont le comportement ressemblait à la fois à celui d'un chat et en partie à celui d'un chien. Déjà après Belyaev et ses étudiants, leurs successeurs, travaillant en Scandinavie, ont pu former pendant trois générations plusieurs espèces de primates, de rats et de loups aux sentiments épigénétiquement fixés.

 

Les exemples ci-dessus montrent que l'homme, grâce à son organisation informationnelle et énergético-matérielle, n'est pas une création complète de la nature. Il s'agit d'un "biomatériau", tout à fait adapté à une transformation ultérieure. En ce sens, il existe déjà suffisamment d'arguments de poids pour affirmer non seulement la possibilité, mais aussi l'inévitabilité pratique de la transhumanisation en tant qu'ensemble d'ensembles technologiques permettant d'améliorer encore l'homo sapiens.

 

Cependant, l'effondrement de l'Union soviétique, tout comme le naufrage de l'Atlantide, a entraîné la perte ou, au mieux, la conservation en profondeur de couches entières de connaissances et de technologies qui ne sont plus disponibles aujourd'hui. Parallèlement au repli dans la clandestinité de l'évolutionnisme humain scientifique, en vertu du principe "le public ne tolère pas le vide", la place de l'évolutionnisme humanitaire a été prise par le transhumanisme technocratique. En gros, le transhumanisme moderne, vulgaire et, dans une certaine mesure, médiatique, a trois manifestations principales.

 

Le premier est un transhumanisme radical et idéologique. Il a deux flancs : américain et russe, respectivement. Celle d'outre-mer est basée sur une étroite coordination de la société américaine de transhumanisme sous la direction d'un des hauts responsables de Google, Ray Kurzweil. Le russe est sur le mouvement public "Russie 2045". Elle comprenait un nombre important de chercheurs et de développeurs assez consciencieux, attirés par la perspective de fonds publics importants, ce qui s'est finalement avéré être un mirage.

 

Le pic de cette direction a été atteint en 2011-13. Puis, les défis politiques pressants ont limité l'attention portée au mouvement Russie 2045, et puis, sans aile russe, la partie américaine a perdu son dynamisme. Cependant, étant donné que les États-Unis doivent organiser une conférence mondiale des transhumanistes en 2021, il est logique de s'attarder brièvement sur les idées de cette direction.

 

Les transhumanistes des deux côtés de l'Atlantique ont décidé de déplacer une base idéologique solide, en utilisant à cette fin la doctrine de Nikolai Fedorov sur la résurrection de tout être vivant et le concept de la Terre comme un être vivant sensible nommé Gaia. Quant au noyau même de la transhumanisation dans la version de Kurzweil, l'espoir d'une immortalité personnelle est ici central.

 

Contrairement aux participants russes qui espéraient l'État, les gourous de Google et d'autres géants techno d'Amérique, réunis dans un "parti" transhumaniste, ont décidé à juste titre que le salut de la noyade est l'œuvre des noyés eux-mêmes. Ils ont ouvert trois centres qui bénéficient de l'attention notable des puissants des deux côtés de l'Atlantique. Car ces derniers n'étaient promis ni à beaucoup ni à peu près, comme une immortalité personnelle - si ce n'est aujourd'hui, alors dans un avenir proche.

 

Merveilleusement conscient de l'impossibilité de copier la psyché et la conscience sur un support électronique, le gourou de la transhumanisme a néanmoins développé et lancé la procédure d'enregistrement instrumental sur plusieurs jours de tous les paramètres du cerveau, y compris les processus biochimiques, les processus physiques et spatiaux, le codage des signaux électromagnétiques du cerveau, etc.

 

Le transhumanisme alpha et oméga est une caractéristique de la conscience en tant que produit exclusif de l'activité cérébrale. C'est un produit qui n'a pas d'autres causes ou facteurs. En enregistrant les changements dans le cerveau selon les codages neurotransmetteur, physique-topologique et électromagnétique, il est possible de transférer à la mémoire de l'ordinateur une sorte de casting de la personnalité. De plus, lorsque tôt ou tard la science apprendra à dynamiser les enregistrements faits maintenant, ce sont eux qui deviendront la base de la réincarnation de personnes qui ont longtemps été congelées dans des cellules spéciales.

 

Les transhumanistes radicaux pensent que la psyché humaine est autant un produit de l'activité du cerveau que, disons, la bile est un produit de l'activité du foie. Par conséquent, lorsque la biologie synthétique et le génie génétique permettront de "fabriquer sur mesure" des embryons dotés d'un cerveau, alors pour déterminer les paramètres du cerveau requis pour un client particulier, la composition de la "bile" actuelle préparée et servira en quelque sorte de référence.

 

Tout cela, bien sûr, est absurde. Le cerveau humain, comme cela a déjà été indéniablement prouvé, ne possède pas un, mais autant que trois systèmes de codage relativement indépendants. Ils sont respectivement électromagnétiques, physico-topologiques et physico-chimiques. De plus, une personnalité n'apparaît pas dans chaque cerveau, mais seulement chez l'individu qui interagit avec d'autres personnes. Dans le cas contraire, un enfant privé de communication humaine mourrait ou - dans une coïncidence plus favorable - se transformerait en Mowgli. Pour les chercheurs et les praticiens sérieux, il est tout à fait évident qu'il existe des connexions et des relations très inhabituelles et non linéaires entre le cerveau et la psyché. En raison de certaines limitations découlant de la nature de la relation entre les débuts mentaux et physiques, le rêve de s'enregistrer sur un ordinateur restera à jamais dans le monde de la fantaisie.

 

La deuxième manifestation est ce qu'on appelle le transhumanisme pragmatique. La science des biomatériaux et les technologies de la communication ont fait de grands progrès au cours des 50 dernières années. Durant cette période, il a été possible non seulement de développer et de lancer la production, mais aussi d'assurer la disponibilité (à des prix) de produits qui imitent, avec plus ou moins de succès, les organes humains, principalement - bras, jambes, articulations, etc. Le corps des Marines américains de la fin des années 90 du XXe siècle a lancé le développement d'implants artificiels. Dans les années 2010, les premiers implants ont été placés chez les Marines, qui ont subi des lésions de l'appareil locomoteur plus ou moins graves. Il est indéniablement établi qu'après les opérations et la formation à la réadaptation, les soldats et les officiers ont pu rétablir, totalement ou partiellement, leurs fonctions motrices et, dans une écrasante majorité, même retourner au service de combat. Une cyborgisation modérée ou limitée - principalement des militaires, mais aussi des personnes touchées par des situations d'urgence de toutes sortes - a fait des États-Unis une petite industrie prospère, avec une forte dynamique de croissance.

 

Si l'on y réfléchit bien, la cyborgisation limitée, avec le remplacement de parties et d'organes du corps humain, est de facto de la transhumanité. L'être humain devient un hybride de l'homo sapiens lui-même et des moyens techniques.

 

Enfin, la troisième manifestation (peut-être la plus controversée) du transhumanisme est la divergence progressive de la population de la planète non pas sur les races, mais sur les différents types d'humanité. Il est inutile d'appliquer des critères moraux à des processus inévitables. Par exemple, il fait plus sombre et plus froid en hiver qu'en été. Cependant, pour les personnes sensées, ce ne sera jamais un argument en faveur de la déclaration du péché d'hiver et de l'anathème qui lui est imposé. Il est également inutile de faire obstacle aux tentatives de bioinformation visant à créer un être humain parfait capable de vivre à la fois dans la réalité et dans la virtualité. On peut aussi parler d'une personne stable, tout aussi à l'aise dans le monde des cataclysmes de la superstition que dans le monde de la stabilité. On peut aussi imaginer une personne sociable, capable d'établir des liens avec les autres membres du groupe d'un ordre de grandeur plus profond et meilleur et de résoudre des problèmes inaccessibles aux célibataires sur la base d'une intelligence collective.

 

Le problème du transhumanisme évolutionniste, dont nous avons parlé plus haut, est différent : 99 % de la population mondiale n'a probablement pas accès à ses technologies. Ce qui est vraiment en jeu ici, c'est une énorme injustice. Cependant, comme le montre l'expérience du développement technologique, personne et nulle part n'a jamais réussi à ralentir le processus technologique pendant longtemps. Elle a quand même trouvé sa voie et a pénétré dans une société non préparée.

 

La société moderne a peut-être une façon de se préparer à l'évolution du transhumanisme. On parle de jeux. Comme en témoignent les données des fouilles archéologiques ainsi que l'analyse minutieuse des monuments visuels et écrits de l'histoire de l'humanité, le jeu, l'art et le récit ont accompagné l'homme tout au long de son histoire. Il a été formé à l'aube de la civilisation humaine et est présent, changeant les proportions et les espèces spécifiques, tout au long de l'histoire de la race humaine. Le jeu est un phénomène aussi obligatoire de l'humanité que la science, l'art, la foi, la guerre, l'activité créative.

 

D'ailleurs, il est caractéristique que les acteurs aient été les premiers à venir sur Internet - et cela s'est produit avant le commerce électronique, les opérations d'investissement, le placement de conférences données par des chercheurs de premier plan, etc. De plus, il ne serait pas exagéré de dire que dans les premières décennies, c'était les jeux électroniques qui étaient le moteur d'Internet. Ils ont conquis les vieux et les jeunes, ils sont devenus un manuel pour travailler avec les technologies de l'information et de la communication (TIC) et ont jeté les bases de l'économie de l'Internet. De plus, les jeux ont contribué de manière décisive au développement des logiciels, du matériel et des autres infrastructures du World Wide Web.

 

En règle générale, il est de tradition dans la littérature de réprimander les jeux sur Internet avec un certain degré de sévérité et de les poursuivre non seulement pour une perte de temps inutile, mais aussi pour avoir brouillé le patriotisme, planté une épave, etc. Ces manifestations négatives sont associées au facteur suivant : gagner un jeu est souvent perçu comme un facteur de réussite réelle.

 

En partie, toutes ces évaluations sont justes. Mais il semble que cette partie soit extrêmement petite. L'essence du jeu, à tout moment, quel que soit le joueur, se résume toujours à modéliser ou à imiter certains processus, événements et cas réels. À cet égard, même les jeux fantastiques ont contribué et contribuent encore à l'éducation, à la formation et à l'acquisition de compétences sociales des joueurs.

 

Sans aucun doute, et cela a été prouvé, les jeux qui contribuent au multitâche affaiblissent la concentration. En plus d'accroître la discipline, ils augmentent la dépendance et, avec la capacité croissante de diriger l'intuition, ils ont un impact négatif sur la cohérence et la rationalité de la pensée. Cependant, dans le monde d'aujourd'hui, il n'y a rien : même le plus pur, le plus brillant et le meilleur - sans défaut, sans mystère et sans saleté. Par conséquent, la présence de défauts - et non un argument pour interdire ou limiter radicalement quoi que ce soit.

 

Le monde actuel de la tendance à la baisse est organisé de telle manière que pour soutenir au moins quelques progrès, il est obligé d'agir sur les lois de la mode féminine dans la seconde moitié du XXe siècle. Puis, au moins une fois tous les cinq à sept ans, les puissants ont complètement changé de mode, obligeant des millions de femmes dans le monde à renouveler leur garde-robe.

 

L'expérience acquise n'a pas été vaine. Il est activement utilisé par les propriétaires et les dirigeants des principales sociétés informatiques. Tous les trois ou quatre ans, ils sont sûrs de lancer quelque chose de nouveau sur le marché conceptuel, en essayant d'arrêter la discussion sur le relativement vieux et la responsabilité de la raison pour laquelle le vieux n'est pas aussi brillant que promis. Grâce à cette découverte informatique unique, les entreprises obtiennent constamment de nouveaux investissements. En même temps, personne ne demande de vieux investissements grâce au fait que le sujet est passé au second plan.

 

Il suffit de rappeler le début des années "zéro", associées aux moteurs de recherche, la deuxième moitié du même "zéro" - avec les réseaux sociaux, la première moitié des années 2010 - avec les grandes données, le milieu du dixième - avec les messagers et les communicateurs, et le début de 2020 - avec l'intelligence artificielle. Nous pouvons maintenant prévoir avec un degré de probabilité élevé que le nouveau boom, qui va certainement éclater dans les deux ou trois prochaines années, sera généré par le développement commercial des technologies de "réalité combinée".

 

La réalité mixte rassemble les environnements réels et virtuels, physiques et électromagnétiques, les composantes analogiques et numériques du monde. Si l'on parle simplement, dans la réalité combinée, la personne observe non seulement les phénomènes et les processus du monde réel, mais elle reçoit aussi immédiatement, dans un mode en ligne, les informations exhaustives sur tous les objets d'une réalité virtuelle. La virtualité est "insérée" dans le monde réel et, grâce aux paradoxes de la perception humaine, ce monde est perçu comme un tout unique - une réalité combinée (parfois, au lieu de "combinée", on utilise le terme de réalité "augmentée"). Il est donc combiné, ce qui permet de compléter la réalité physique avec ce qui n'y est pas, mais qui est présent en tant qu'élément organique de la réalité naturelle, indissociable de la perception humaine.

 

Aujourd'hui déjà, la réalité augmentée est utilisée sur le champ de bataille, où opèrent des unités spéciales équipées d'ordinateurs distribués avec des objectifs enfichables. Ils sont utilisés comme des écrans de diffusion pour offrir un avantage d'information écrasant. Ces systèmes sont utilisés par les services de renseignements commerciaux pour mener des négociations ou des enquêtes. Ils assurent une perméabilité totale à l'information pour la contrepartie, le partenaire ou le concurrent.

 

Les premiers jeux devraient sortir en 2021 à l'échelle de la réalité combinée. Ils créeront rapidement un marché de plusieurs dizaines, voire de centaines de milliards de dollars. Plus important encore, ces jeux ouvriront la possibilité de créer des cours de formation sur des sujets variés, le passage à l'éducation sur plate-forme, etc.

 

Si l'on regarde les livres et les films, tant de fiction que de documentaire, sur les régularités et les rythmes de développement du progrès scientifique et technique, humanitaire et social qui sont apparus en URSS et en Occident, il n'est pas difficile de remarquer leur caractère optimiste et humaniste qui affirme la vie. Cependant, le capitalisme tardif et la soi-disant analyse financière qui a triomphé sur la planète depuis le début des années 1990 ont perverti à la fois le progrès technologique et l'intelligence artificielle. Ce qui a également été perverti, c'est ce qu'on appelait la bionique dans les années 60 et 70 et aujourd'hui la biotechnologie. Actuellement, il y a une première phase de la crise terminale du capitalisme. Le monde tel qu'il existait avant 2020 n'a pas d'avenir avec un degré de probabilité extrêmement élevé. De plus, je risque de faire une prévision selon laquelle ce monde devra être repensé et, dans une large mesure, rééquipé à la fois en matière d'IA et de technologies d'amélioration humaine. Le choix qui sera fait dépend de la nature et de l'orientation des processus qui se déroulent sous nos yeux.

 

 

Elena Larina

 

http://hrazvedka.ru

Larina Elena Sergeevna (née en 1964) - entrepreneur, analyste, professeur. Membre permanent du Club d'Izborsk. Né, étudié et travaillé à Moscou. Elle a fait ses études supérieures en économie et en droit, respectivement, à l'Université russe d'économie Lomonosov. Elle a fait ses études supérieures en économie et en droit à l'Université russe d'économie Plekhanov et à l'Institut Plekhanov de droit international et d'économie. Elle a également étudié et travaillé à Moscou. Elle est PDG de Personalinvest et co-fondatrice de Highrest.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Robert F. Kennedy: Les deux poids et deux mesures du Dr Fauci : Polariser la nation sur l'hydroxychloroquine

2 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #Sciences

6 août 2020

Je ne sais pas si l'hydroxychloroquine (HCQ) est efficace contre le COVID. Il est inquiétant que, comme beaucoup d'autres Américains, j'aie l'impression que nous n'apprendrons pas la vérité du Dr Fauci. Un article de MJ Vincent et Eric Bergeron et al. du CDC, paru dans le Virology Journal en 2005, a fait surface la semaine dernière. L'étude conclut : "Nous signalons ... que la chloroquine a de forts effets antiviraux sur l'infection par le SRAS-Coronavirus des cellules de primates. Ces effets inhibiteurs sont observés lorsque les cellules sont traitées avec le médicament avant ou après l'exposition au virus, ce qui suggère un avantage à la fois prophylactique et thérapeutique". Cette conclusion implique que la chloroquine fonctionne à la fois comme un "vaccin" préventif et comme un remède contre les souches de coronavirus.

Si ces résultats persistent dans les modèles humains du COVID 19, comme le suggère l'étude menée le mois dernier dans un hôpital du Michigan et les nombreuses preuves fournies par des médecins américains et d'autres nations, HCQ pourrait concurrencer les vaccins du Dr Fauci, notamment le vaccin Moderna dont son agence est copropriétaire du brevet et pour lequel le Dr Fauci a investi 500 millions de dollars de l'argent des contribuables. Pire encore - pour les fabricants de vaccins - les brevets d'HCQ ont expiré depuis longtemps ; les pilules coûtent 30 cents. Le Dr Fauci insiste sur le fait qu'il n'approuvera pas l'HCQ pour COVID tant que son efficacité n'aura pas été prouvée par des "études randomisées en double aveugle sur placebo". Jusqu'à présent, le Dr Fauci n'a jamais préconisé de telles études pour aucune des 72 doses de vaccin ajoutées au calendrier obligatoire pour les enfants depuis qu'il a pris la tête du NIAID en 1984. Il ne les exige pas non plus pour les vaccins COVID qui sont actuellement en course pour être approuvés. Pourquoi l'hydroxychloroquine devrait-elle être le seul remède nécessaire pour franchir cet obstacle ? La HCQ a moins besoin d'études randomisées sur placebo que n'importe lequel de ces vaccins puisque son innocuité est bien établie après 60 ans d'utilisation et des décennies sur la liste des "médicaments essentiels" de l'OMS.

Bill Gates, l'Organisation mondiale de la santé et Pharma ont alimenté les soupçons du public en finançant de multiples études sur la HCQ à l'aide de protocoles calculés de manière à discréditer le médicament. La FDA a condamné la HCQ pour le COVID sur la base de deux études publiées dans NEJM et Lancet, même après que les revues les aient retirées pour fraude. L'hostilité particulière du Dr Fauci envers la HCQ est cohérente avec son parti pris d'un demi-siècle en faveur des vaccins et des médicaments brevetés. La politique de deux poids deux mesures du Dr Fauci crée la confusion, la méfiance et la polarisation.

Robert F. Kennedy, Jr, Président, Children's Health Defense

Traduit de l'anglais par Le Rouge et le Blanc.

Source: https://childrenshealthdefense.org/news/dr-faucis-double-standards-polarizing-the-nation-on-hydroxychloroquine/

Lire la suite

Vladimir Ovchinsky : Ilon Musk et Dr. Hass (Club d'Izborsk, 31 août 2020)

31 Août 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Sciences

Vladimir Ovchinsky : Ilon Musk et Dr. Hass (Club d'Izborsk, 31 août 2020)

Vladimir Ovchinsky : Ilon Musk et Dr. Hass

31 août 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19844

 

 

Peut-être que nulle part, même dans la littérature scientifique, le concept de néofascisme n'a été aussi clairement articulé que dans le remarquable film soviétique "Dead Season", sorti dans le lointain 1968 (réalisé par Savva Kulish, les scénaristes Vladimir Vainshtok et Alexander Shlepyanov). L'anti-héros du film, le criminel nazi Dr. Hass y récite un monologue historique :

"... Hitler était un homme de la plus grande intuition, mais il est vrai que c'était un rare ignorant. Il n'a pas réalisé que les nouvelles idées ne peuvent naître que sur une nouvelle base scientifique. Cela aurait été autrement s'il avait vécu jusqu'à la RH (selon le scénario - une substance développée et testée sur des personnes dans des camps de concentration - V.O.). Ce serait une société de personnes d'une nouvelle race. Car, une fois que dix mille grammes d'HR sont injectés à l'être humain le plus maladroit, il ressentira instantanément l'énorme puissance intellectuelle. C'est la solution à tous les problèmes. Il n'y a plus de riches ou de pauvres, seulement l'élite. Vivre dans le Nouvel Eden : penseurs, poètes, scientifiques... Vous vous demandez "Qui travaillera ?" - C'est la bonne question, tant mieux pour vous. Des représentants de races inférieures, qui ont subi un traitement psycho-chimique spécial, travailleront. Mais à des doses complètement différentes.

 

Et sur ce chemin, il y a des opportunités, vraiment fabuleuses. Tout d'abord, ces personnes sont heureuses à leur manière, car elles sont totalement dépourvues de mémoire. Ils sont coupés de toute information provenant de l'extérieur. Après tout, de quoi les gens souffrent-ils le plus ? Comparaisons. Certains sont meilleurs, certains sont plus talentueux, certains sont plus riches, certains sont plus puissants. Et une personne qui a subi un traitement psycho-chimique se réjouira, continuellement. Réjouissez-vous qu'il ait chaud, que la tomate soit rouge, que le soleil brille, qu'à deux heures exactement, quoi qu'il arrive, il aura sa soupe de haricots nutritive, et la nuit - une femme. A condition qu'il travaille dur. Eh bien, n'est-ce pas une bénédiction ?

 

Et puis RH pourra créer certains types de prestataires de services. Comme la nature l'a fait avec sagesse dans une ruche, une fourmilière. Imaginez : un tisserand, un boulanger, un chauffeur. Et il n'a pas d'autres besoins, pas de complexe d'infériorité. Eh bien, le boeuf n'a pas de complexe d'infériorité du fait d'être un boeuf... Eh bien, un bœuf, et Dieu merci. L'homme-robot, qui ne pense à rien, est toujours satisfait, et il - se multiplie, produit sa propre espèce !

 

Une chercheuse d'or ne peut pas donner naissance à un mathématicien comme une chatte peut donner naissance à un éléphant. Exclus, - parce que l'influence de l'humidité relative affecte la structure génétique de l'homme. C'est ce qui est particulièrement important".

 

En ces temps de folie, ces idées se sont développées dans le concept philosophique et la pratique du transhumanisme. Son essence est que l'amélioration qualitative du corps humain deviendra en fait le début d'une nouvelle étape de l'évolution : grâce aux réalisations scientifiques du génie génétique, de la robotique, de la biotechnologie et d'autres branches de la nouvelle révolution industrielle, l'humanité pourra surmonter les limites qui lui sont inhérentes par nature. La World Transhumanist Association (WTA)* a été créée en 1997. En 2008, elle a changé de nom pour devenir Humanité +.

 

Le transhumanisme moderne présuppose la possibilité d'une transition de l'esprit humain vers l'espace virtuel - la fusion de l'esprit humain et de l'ordinateur.

 

L'un des idéologues et praticiens du transhumanisme moderne est le milliardaire, ingénieur et inventeur mondialement connu Ilon Musk. Il est peut-être le plus proche de tout progrès dans la réalisation pratique des idées du Dr Hass (même si, bien sûr, il n'a jamais entendu parler de lui).

 

Fin août 2020, un événement véritablement historique a eu lieu. Comme l'écrit Bloomberg (29.08.2020), "quand on pensait que l'année 2020 ne pouvait pas devenir beaucoup plus étrange, le milliardaire Ilon Musk a présenté un groupe de porcs avec des implants cérébraux capables de lire les pensées". Lors de l'événement du 28 août 2020 au siège de Neuralink à Fremont, en Californie, Musk était entouré de porcs du Yucatan. Certains d'entre eux avaient déjà subi une opération chirurgicale au cours de laquelle le robot avait placé la dernière version de l'implant informatique Neuralink dans leur cerveau. Ainsi, l'activité cérébrale de ces porcs améliorés a pu être transmise sans fil à un ordinateur voisin, permettant aux observateurs d'observer la réponse neuronale des animaux lorsque les vétérinaires leur caressaient le visage.

 

Musk a décrit les porcs comme étant "en bonne santé, heureux et indiscernables des porcs ordinaires".

 

Lors de l'événement du 28 août 2020, Ilon Musk a parlé aux journalistes et aux scientifiques des réalisations de sa mystérieuse société neurobiologique Neuralink et de ses plans pour connecter les ordinateurs au cerveau humain. Bien que le développement de cette technologie de sondage futuriste n'en soit qu'à ses débuts, la présentation a démontré une deuxième version d'un petit dispositif robotique qui injecte de minuscules fils d'électrode dans le cerveau à travers le crâne. Musk a déclaré avant l'événement que "cela montrera comment les neurones fonctionnent en temps réel. "La matrice dans la matrice".

 

Le masque montrait plusieurs porcs dont la tête était implantée avec des prototypes de connexions neurales, ainsi que des équipements qui permettaient de surveiller l'activité cérébrale de ces porcs en temps réel. Le milliardaire a également annoncé que la Food and Drug Administration a accordé à la société l'autorisation d'une expérience qui pourrait aider à accélérer l'étude du dispositif médical.

 

Tout comme la construction de tunnels automobiles souterrains et l'envoi de fusées privées vers Mars, cette entreprise soutenue par Masque est incroyablement ambitieuse. Neuralink s'appuie sur des années de recherche sur les interfaces cerveau-machine. L'interface cerveau-machine est une technologie qui permet à un appareil tel qu'un ordinateur d'interagir et de communiquer avec le cerveau. Neuralink, en particulier, vise à créer une interface cerveau-machine incroyablement puissante, un dispositif capable de traiter de grandes quantités de données qui peuvent être insérées dans une opération relativement simple. Son objectif à court terme est de créer un dispositif qui puisse aider les personnes atteintes de maladies spécifiques.

 

L'état actuel des recherches de Neuralink a toujours été vague, pour ne pas dire plus, et une annonce importante a été faite le 28 août. Masque a déjà dit que le projet permet au singe de contrôler le dispositif informatique avec son esprit, et comme le New York Times l'a rapporté en 2019, Neuralink a fait la démonstration d'un système avec 1500 électrodes connectées à un rat de laboratoire. Depuis lors, Musk a fait allusion au succès de l'entreprise (sur Twitter), bien que les participants aient tendance à cacher l'état d'avancement de l'étude.

 

Musk a ouvert l'événement le 28 août, en mettant en lumière un large éventail de maladies vertébrales et neurologiques, y compris les crises d'épilepsie, la paralysie, les lésions cérébrales et la dépression, pour lesquelles la technologie Neuralink peut aider à traiter.

 

"Tous ces problèmes peuvent être résolus grâce à un lien neural implantable", a déclaré M. Musk. "Les neurones sont comme des fils électriques, et il faut de l'électronique pour résoudre le problème électronique.

 

En même temps, Musk a déclaré qu'il voulait que Neuralink fasse bien plus que guérir des maladies spécifiques. Il considère cette technologie comme une opportunité de créer une interface cerveau-ordinateur largement disponible pour les consommateurs, ce qui, selon lui, peut aider les gens à suivre l'évolution de l'intelligence artificielle de plus en plus puissante.

 

Ainsi, malgré sa modestie, les recherches de Neuralink laissent déjà entrevoir comment cette technologie peut un jour changer la vie que nous connaissons. En même temps, elle rappelle que la fusion potentielle et possible de personnes avec des ordinateurs est destinée à soulever un large éventail de questions juridiques, éthiques et sociales auxquelles tout le monde devrait réfléchir dès maintenant.

 

Rappelons que Neuralink est une entreprise technologique fondée en 2016 qui se spécialise dans la création de systèmes à filetage ultra-fin sur lesquels sont installées des électrodes. Une fois implantés dans le cerveau, ces fils forment un canal à large bande passante pour relier l'ordinateur au cerveau, le système doit être beaucoup plus puissant que les interfaces cerveau-machine existantes qui sont étudiées.

 

L'un des principaux obstacles à l'introduction de ces fils incroyablement minuscules, plus fins qu'un cheveu humain, est en fait leur transmission au cerveau par le crâne. C'est pourquoi Neuralink développe également un robot incroyablement petit qui connecte l'électrode aux humains par une opération chirurgicale à peu près aussi intense que le traitement des yeux au laser.

 

Le 28 août, Musk a raconté comment la société espère réaliser l'intervention sans anesthésie générale pendant un séjour d'un jour à l'hôpital. C'est du moins l'objectif visé et ce sera un grand pas en avant par rapport aux précédentes interfaces cerveau-machine qui nécessitaient une chirurgie plus invasive.

 

Pour information.

 

Depuis 20 ou 30 ans, les scientifiques connectent différentes formes d'ordinateurs au cerveau. C'est ce qu'a déclaré Nolan Williams, directeur du Stanford Brain Stimulation Laboratory, dans son commentaire sur l'expérience Musk, en citant la stimulation profonde utilisée pour les patients atteints de la maladie de Parkinson comme exemple de connexion entre le cerveau et l'ordinateur.

 

"Le cerveau lui-même utilise certaines fréquences et certains types de seuils électriques pour communiquer avec lui-même", a expliqué M. Williams. "Votre cerveau est une série de circuits qui interagissent les uns avec les autres." Essentiellement, l'interface cerveau-machine peut utiliser l'électricité que le cerveau utilise déjà pour fonctionner, ainsi qu'une série d'électrodes qui relient le cerveau à la machine. Neuralink cite des exemples précédents où des personnes ont utilisé des électrodes pour contrôler des curseurs et des membres robotiques en utilisant leur esprit comme base de son système. Mais ce qui est nouveau dans le plan de Neuralink est de minimiser le processus de connexion de l'appareil au cerveau, ainsi que d'augmenter considérablement le nombre d'électrodes impliquées. L'entreprise veut non seulement simplifier l'installation des interfaces cerveau-machine, mais aussi les rendre plus performantes.

 

Le 28 août, M. Musk a également expliqué qu'en 2019, Neuralink a simplifié ses plans pour créer un dispositif portable qui se connecte aux flux implantés dans le cerveau de l'utilisateur. Alors que la première génération de ce dispositif pouvait être placée derrière l'oreille humaine, la dernière version est un petit appareil de la taille d'une pièce de monnaie qui est placé sous le sommet du crâne.

 

Au cours de la présentation, M. Musk a révélé de nouvelles données concernant ses attentes en matière de technologie et de Neuralink en tant que société. Tout d'abord, il s'attend à ce que la procédure d'implantation soit assez coûteuse, mais avec le temps, elle tombera à "plusieurs milliers de dollars". Il espère qu'une fois qu'il pourra s'adapter aux gens, ceux-ci pourront mettre à niveau leurs appareils à mesure que de nouveaux modèles dotés de plus de fonctionnalités seront disponibles. "Vous n'avez pas besoin de la première version du téléphone, et dix ans plus tard, tout le monde a la version trois ou quatre", a-t-il déclaré. "Il sera important de retirer l'appareil et de le mettre à jour au fil du temps.

 

Quant à Neuralink lui-même, Musk s'attend à ce que le nombre d'employés passe de 100 à 10 000. C'est cette ambition, combinée à des capacités futures théoriques, comme le transfert direct de la musique dans l'esprit humain, qui pourrait faire de Neuralink, qui était un projet de recherche coûteux, une entreprise d'électronique grand public et justifier un jour l'investissement de 158 millions de dollars jusqu'à présent, provenant pour l'essentiel de Musk.

 

Pour la start-up, qui a quatre ans, cette démonstration devait montrer que la technologie d'interface cerveau-machine de Neuralink approche du jour où elle pourra être introduite en toute sécurité chez les gens, peut-être pour aider les personnes atteintes d'un large éventail de maladies débilitantes, et ouvrir la porte à de nombreux scénarios de science-fiction délirants. L'événement s'est naturellement transformé en une discussion animée sur l'orientation que pourrait prendre ce type de recherche. Certains employés de Neuralink ont rejoint le Musk sur scène et ont parlé de leur désir de se débarrasser de la douleur, de superviser les gens et d'explorer la nature de la conscience. "Je pense qu'à l'avenir, vous serez en mesure de préserver et de reproduire les souvenirs", a déclaré M. Musk lors de l'événement.

 

Mais il a reconnu l'étrangeté inhérente à de tels scénarios : "De toute évidence, cela commence à ressembler à un épisode de Black Mirror", a-t-il déclaré. "De toute évidence, ils sont assez bons pour prédire."

 

La première grande divulgation des plans et des technologies de Neuralink a eu lieu en juillet 2019 lors d'un événement similaire à San Francisco. À l'époque, M. Musk a montré les premières versions des implants Neuralink et a déclaré que la société effectuait déjà des tests sur des souris et des primates où elle pouvait enregistrer et analyser l'activité neurale des animaux à l'aide de minuscules électrodes placées dans leur cerveau. Ce travail était similaire à ce que les chercheurs universitaires et un petit nombre d'entreprises avaient fait pendant des décennies. L'objectif de nombre de ces projets est d'utiliser des implants cérébraux pour réaliser des prouesses miraculeuses telles que le rétablissement de la vision des aveugles, l'aide à la communication des personnes paralysées ou victimes d'un accident vasculaire cérébral et le traitement des troubles mentaux. Et en effet, des personnes du monde entier ont reçu des implants qui les aident à le faire. L'argument principal du Musk et des autres employés de Neuralink est que la technologie existante est trop dangereuse, lourde et limitée pour une utilisation généralisée. Les implants les plus puissants d'aujourd'hui nécessitent des interventions chirurgicales risquées, et les patients ne peuvent souvent profiter des avantages de cette technologie que sous la supervision de médecins et de spécialistes. En outre, la durée de vie d'un implant peut être courte, car le cerveau perçoit le dispositif comme un intrus, formant autour de lui un tissu cicatriciel qui perturbe les signaux électriques. Ainsi, entre juin et août 2020, Neuralink a implanté chez des porcs un dispositif de 22,5 mm de diamètre et de 8 mm d'épaisseur. Le matériel est doté d'une puce informatique avec 64 fils minuscules qui y sont suspendus par des capteurs aux extrémités. Pendant l'intervention, les animaux sont emmenés en salle d'opération et anesthésiés avant que le chirurgien ne procède à une craniotomie.

 

Après avoir retiré une partie du crâne, le robot commence à placer des fils dans certaines parties du cerveau afin que les capteurs soient proches des neurones et puissent lire des signaux clairs de l'activité cérébrale. Cette partie de la procédure de couture dure environ 30 minutes, car le robot utilise un logiciel de vision par ordinateur, des caméras haut de gamme et d'autres technologies pour guider les fils avec précision.

 

Dans une tentative de prouver la sécurité de sa technologie, Neuralink a retiré des implants de certains animaux et a constaté qu'ils reprenaient leur vie normale sans effets secondaires visibles. Dans certains cas, Neuralink a pu placer deux implants dans un animal, recevant ainsi des signaux des deux hémisphères cérébraux simultanément. La société a également été capable non seulement de lire l'activité cérébrale, mais aussi d'envoyer des signaux à des électrodes et de stimuler le cerveau. Toutes ces études sont menées sur le campus Neuralink de 50 000 pieds carrés, qui dispose d'installations pour l'assemblage de robots, la fabrication de puces et de fils et l'élevage d'animaux. À un moment donné, Neuralink avait l'intention d'utiliser l'implant ainsi qu'un autre dispositif derrière l'oreille pour des choses comme la communication sans fil. Mais maintenant, il a tout rassemblé dans un petit appareil. La durée de vie de la batterie de l'implant est de 24 heures, après quoi il peut être chargé sans fil comme un smartphone. Avec le temps, Neuralink espère réduire la taille de l'appareil et augmenter sa puissance de calcul.

 

Musk a déjà déclaré que Neuralink aimerait mener des essais sur l'homme dès 2020. Bien entendu, cela nécessiterait une approbation réglementaire et des garanties de sécurité pour la technologie.

 

Musk a essayé de mettre en avant les avantages pour la santé de ce type de technologie d'interface cerveau-machine. Les personnes qui souffrent de maladies débilitantes seront les candidats les plus susceptibles de risquer d'essayer d'abord un implant cérébral car elles peuvent en tirer d'énormes bénéfices. Par exemple, une personne qui a eu un accident vasculaire cérébral et qui a perdu la capacité de parler pourrait simplement réfléchir à ce qu'elle veut dire, et ses mots pourraient être prononcés à voix haute à l'aide d'un ordinateur ou imprimés sur un écran.

 

M. Musk voit également des applications plus futuristes de ces implants, comme la capacité de créer une connexion à haut débit entre les personnes et les machines. Musk a suggéré qu'à la Matrix, vous pourriez télécharger instantanément la langue ou apprendre les arts martiaux. Le but ultime, du moins pour Musk, est d'aider les gens à suivre le rythme de l'intelligence artificielle. Musk a saisi ce sentiment en décrivant la mission de Neuralink au début de l'année 2020 : « Si vous ne pouvez pas vaincre l'IA, rejoignez-la ».

 

***

 

Neuralink n'est pas la seule entreprise qui cherche à réaliser des plans pour créer des interfaces entre le cerveau et l'ordinateur.  Il existe d'autres initiatives aux États-Unis, comme le programme de neurotechnologie non chirurgicale de prochaine génération de la DARPA, qui travaille sur des technologies non chirurgicales qui pourraient permettre aux soldats de contrôler des drones avec un simple casque modifié. Le géant technique Facebook travaille également sur la technologie BCI pour permettre aux utilisateurs de communiquer à une vitesse qui devrait être plus rapide que celle dont ils sont physiquement capables en utilisant le clavier ou l'écran tactile.

 

L'idée de Musk couvre tout cela. C'est ce qui se rapproche le plus de la création d'une société de cochons humains heureux et super capables, avec des puces dans le cerveau. Avec la réalisation des plans de Musk, nous sommes vraiment à un tournant du développement humain. Le Dr Hass serait heureux de voir ses rêves se réaliser.

 

Vladimir Ovchinsky.

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* Aujourd'hui Humanity +

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Humanity%2B

 

Vladimir Ovchinsky : Ilon Musk et Dr. Hass (Club d'Izborsk, 31 août 2020)

Site internet de W+

https://humanityplus.org

Lire la suite

Georgy Malinetsky : Une note d'optimisme dans la mélodie de l'éducation (Club d'Izborsk, 25 août 2020)

26 Août 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Sciences, #Russie, #Société

Georgy Malinetsky : Une note d'optimisme dans la mélodie de l'éducation

25 août 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19798

 

 

L'éminent scientifique Richard Feynman a autrefois enseigné la physique au Brésil. Il y avait des étudiants, des professeurs, des universités dans ce pays. Un seul malheur : ils ne connaissaient pas la physique. Et même « pas du tout". Le fait est qu'on a dit aux étudiants d'apprendre ce que les professeurs interprétaient, puis de le redire aux professeurs pour calmer ces derniers. Les gars qui voulaient comprendre le sujet ont été pulvérisés et marginalisés parce qu'ils ont pris du temps aux gens occupés. Il n'était pas nécessaire de comprendre tout ce Talmud, car personne n'allait l'utiliser au Brésil. Feynman a compris la situation, a essayé de l'expliquer à tous ceux qu'il pouvait, puis s'est attelé à la tâche. Il l'a expliqué, l'a montré, a donné des conférences. Mais cela n'a pas duré longtemps. Le Département d'État l'a rappelé, en précisant que la physique était enseignée pour se détendre et s'amuser, et il a décidé de faire du Brésil une puissance mondiale ...

 

Ce n'est pas ce que nous faisons avec l'éducation. Probablement que tout le monde a lu le conte de fées « Le cheval à bosse" quand il était enfant. En général, on se souvient d'Ivan le fou, d'un patin magique ou de la plume de l'oiseau de feu, en oubliant une vieille femme qui a eu trois fils. Et c’est le personnage clé. C'est lui qui a défini la tâche, donné les instructions pour garder le terrain, effectué le retour d'information entre la situation dans la ferme et les actions du personnel.

 

Apparemment, il y a un retour d'information dans l'éducation russe, et cela donne de l'espoir. "L'étranger va nous aider !" - … s’est vigoureusement exclamé Ostap Bender... Et il nous a déjà aidés. Il est important que nous le prenions au sérieux. La génération soviétique plus âgée pense que nous avons une excellente éducation. Les jeunes pensent que nous avons été "comme le reste du monde". Les deux ont tort. Le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) nous a aidés à comprendre cela. Ce programme étudie les possibilités et les compétences d'un écolier moyen de 15 ans dans le pays. L'objectif du programme est de répondre à la question suivante : "Les jeunes de 15 ans possèdent-ils les connaissances et les compétences nécessaires pour résoudre un large éventail de problèmes dans les différentes sphères de l'activité humaine, de la communication et des relations sociales ? En 2018, 600 000 écoliers de 79 pays ont participé à l'étude PISA. Les enfants ne sont pas interrogés sur des théories, des formules et des règles, mais sont invités à appliquer leurs connaissances à des problèmes simples de mathématiques, de sciences et de lecture.

 

Nous avons toujours été fiers de notre enseignement mathématique. Mais tout n'est pas aussi bon que nous le pensons. Les résultats pour 2018 sont les suivants : Dix premiers : P-S-C-Ch (Chine) (Dans ce pays, les recherches ont été menées dans les villes de Pékin, Shanghai, Jensu, Zhejia.) ; Singapour ; Macao (Chine) ; Hong Kong (Chine) ; Taipei (Taiwan) ; Japon ; Corée du Sud ; Estonie ; Pays-Bas ; Pologne. La Russie est à la 30e place, la Biélorussie à la 38e, l'Ukraine à la 43e. Nos résultats sont inférieurs à la moyenne des pays membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui compte 37 pays, dont les leaders. En sciences naturelles, nous sommes à la 33e place et en lecture (en langue maternelle !) à la 31e.

 

La recherche PISA est menée tous les trois ans, de sorte que la dynamique des résultats de la Russie est intéressante. Prenons les mêmes mathématiques : 2000 - 22ème place, 2003 - 29ème, 2006 - 34ème, 2009 - 38ème, 2012 - 34ème, 2015 - 23ème, 2018 - 30ème.

 

Une conclusion claire en découle : 30 ans de réformes permanentes ont conduit à l'effondrement de notre éducation, qui était l'une des meilleures du monde à l'époque soviétique. Les leaders mondiaux de l'enseignement secondaire sont aujourd'hui des pays qui s'appuient sur la haute technologie, sur un développement rapide : Chine, Singapour, Taiwan, Japon, Corée du Sud. Notre éducation est inférieure à la moyenne mondiale, comme c'est le cas du pays donateur de matières premières, qui est maintenant la Russie et que l'Occident veut voir plus loin.

 

L'enseignement supérieur, avec toute la volonté, ne peut pas éliminer une grande partie de ce qui manque dans l'enseignement secondaire. Et nous essayons très souvent de donner une éducation supérieure à ceux qui n'ont pas d'éducation secondaire. Ce qui se passe n'est pas aléatoire - c'est systémique pour tout l'espace post-soviétique. C'est une question de stratégie d'État, de vision de notre avenir, et elle n'est pas résolue en remplaçant Ivanov par Petrov et Petrov par Sidorov. En Ukraine et en Biélorussie, les réformes semblent différentes, et les gens sont différents, mais à en juger par le test PISA, ils sont au même endroit que la Russie... Quant à nous, il n'y a pas de place pour eux "dans le rang kalashny".

 

Je me souviens de l'époque où ils ont démoli le lycée soviétique. L'un des idéologues de la rupture était le professeur A.G. Asmolov. Il voyait l'école comme "un jardin de culture de la dignité, un jardin de modernité pour une génération intrépide de personnes complexes et libres qui sont prêtes pour les changements de la réalité, un jardin d'éducation diversifiée du XXIe siècle", où "ce n'est pas un enfant qui doit se préparer à l'école, mais l'école qui doit se préparer à l'enfant". En ce qui concerne les connaissances, les compétences et les capacités, il a estimé qu'un point secondaire de ce processus est que "l'école se traduit en grec par "loisir" ... et l'école sera à nouveau un loisir. Asmolov avait prophétisé : "Savez-vous ce qu'est un étudiant doué ? C'est un élève qui reçoit l'enseignement du professeur... Nous attendons l'éducation du futur - l'espace des paradoxes".

 

Et sous ces divagations sur la variabilité et le loisir de l'enseignement scolaire, le système soviétique a été détruit. Je me souviens des tables rondes : "La culture de la dignité contre la culture de l'utilité". Peu importe qu'une personne ne sache rien faire, il est important qu'elle le fasse "dignement". Mais la situation est en train de changer : le pays adopte les normes éducatives fédérales (FSES) pour orienter les écoles vers ce que les enfants devraient savoir. Et puis Asmolov a protesté : il a dit qu'avec l'aide du Federal State Educational Standards (FSES), l'école allait "cultiver des robots". Il y a peu d'avantages et de variations chez ceux qui seront formés, parce que chacun a le sien... Mais, comme on le voit, quelque chose change.

 

La Russie ressent les conséquences de l'effondrement du système éducatif. De nombreuses industries ressentent un désastre personnel. L'espace est géré par un journaliste, l'industrie par un sociologue, et cette liste peut être maintenue indéfiniment. Il n'y a pas si longtemps, les pilotes des avions russes étaient appelés « gastarbeiters* »... Beaucoup de mes collègues, amis et connaissances sont décédés cette année. On entend de plus en plus parler des médecins : "n'a pas compris", "n'a pas pu", "ne savait pas". Je ne l'ai jamais vu auparavant. Mais je ne suis pas surpris. "Nous enseignons les mauvais, les mauvais", disent de plus en plus les professeurs d'école de médecine. Et vraiment - comment est-il possible de sélectionner les futurs médecins à qui nous confierons notre vie, en fonction des résultats de l'examen d'État uniforme (USE) qui oblige à accepter ceux qui n'ont pas vu de leurs yeux, et qui, peut-être, ne sont pas vraiment prêts à étudier les spécialités médicales !

 

La lutte contre COVID-19 a donné une bonne leçon à notre pays. Presque tout ce qui a été fait, a été réalisé grâce au personnel soviétique restant au hasard, aux organisations scientifiques, aux solutions de système. Apparemment, ils ont enseigné et travaillé assez bien dans le pays soviétique.

 

Cette année, I.I. Kalina, le directeur du département de l'éducation de Moscou, qui l'a dirigé pendant 10 ans, a démissionné de son poste. Il est entré dans l'histoire parce que, contrairement à l'opinion des enseignants, des parents, des élèves et du bon sens, il a réuni les établissements d'enseignement en complexes. La combinaison de cinq écoles en une seule avec l'ajout de jardins d'enfants permet de se débarrasser de 60 à 70 enseignants et de nombreux administrateurs. Il n'y avait pas de lycées et de gymnases ni d'écoles spécialisées. La patinoire des réformes a nivelé les écoles, a forcé les forts à rejoindre les faibles. À Moscou, Fiztekh a demandé aux étudiants de première année ce qui se passerait s'ils traversaient l'horreur avec un hérisson. C'était cool de répondre à ces 2 mètres de barbelés. Le ministère a décidé de mener une expérience similaire - les nombreuses pétitions, les appels au tribunal et au procureur n'ont pas fonctionné. "Quelle sorte de cornichon se retrouve dans une bonne saumure : petit, gros, frais, peu salé - en faisant la moyenne, tout le monde devient de bons cornichons. Par conséquent, même la fusion d'écoles ordinaires avec des écoles déviantes n'est pas effrayante : si les adolescents ayant un comportement asocial sont placés dans un bon environnement social (tout d'abord, à l'école), ils deviendront également des étudiants dignes", - a expliqué M. Kalina. La pédagogie, cependant ...

 

Une autre innovation est l'éducation inclusive. C'est à ce moment-là que les enfants souffrant de graves diagnostics ou de handicaps sont placés dans une classe ordinaire. Bien que nous ayons eu une éducation spéciale très solide, d'excellents défectologues, des programmes réfléchis. Et ces enfants ont besoin d'un environnement différent, d'approches différentes, d'un soutien différent... Si un enseignant pour ces enfants qui ne "tirent" pas du tout le programme est obligé de donner des notes positives, alors les élèves ordinaires voient que la note de l'école est un penny. De cette façon, l'enseignement secondaire américain, où les enseignants "pour des raisons de politiquement correct" étaient obligés de donner des estimations satisfaisantes aux enfants, essentiellement en ne faisant pas leurs devoirs, s'est effondré.

 

Et ici, l'époque de Kalina est terminée, beaucoup ont soupiré de soulagement. Je veux croire que le retour d'information a fonctionné. Cependant, I.I. Kalyna a été nommé conseiller du maire pour l'éducation et directeur d'un certain centre à Minobraz. Peut-être était-il préférable de l'envoyer à la partie légumes, pour saler les cornichons ?

 

Mais ce n'est que dans les contes de fées, lorsque Casse-Noisette bat le Roi Souris, tout est transformé d'un seul coup. Il est beaucoup plus difficile de reconstruire ce qui s'est effondré. J'ai entendu de nombreuses plaintes d'enseignants et de directeurs d'écoles de Moscou concernant l'impolitesse, la grossièreté, le cléricalisme, la bureaucratie. Mais presque tout le monde a refusé d'écrire ou de dire devant la caméra : "Je vais me faire virer s'ils l'apprennent dans le département... S'ils me virent de cette école de Moscou, ils ne m'emmèneront pas dans une autre, ce qui représente une perte énorme de mon salaire..." L'État est dans l'État, et la manière de le ramener au bon sens reste encore complètement floue.

 

Cependant, il y a des gens qui voient le chemin vers l'avenir. Récemment, un livre de l'un des fondateurs de l'école Sirius, Yuri Gromyko, a été publié : "Le système éducatif russe aujourd'hui : facteur décisif de développement ou voie de l'abîme ? L'éducation comme technologie politique". Ce livre nous raconte comment la Chine a appris à organiser l'éducation à partir de nous, et ce que nous devrions maintenant apprendre de la Chine, et sur quoi portait la thèse de I.I. Kalina lui-même. Cependant, Iouri Gromyko est en position d'"ancien meilleur tireur royal" dans notre système éducatif. Mais cette position peut être modifiée. Des stratégies et des perspectives seront trouvées.

 

C'est plus difficile avec les enseignants. Ces complexes géants de Kalino ont parfois des cours de physique et de mathématiques. Et le directeur d'une de ces écoles m'a demandé de trouver des professeurs de physique et de mathématiques capables de résoudre les problèmes des Olympiades, en leur offrant un salaire très décent. Ce cas s'est avéré étonnamment difficile, même à Moscou. Que peut-on dire des autres villes ? Cela a clairement montré l'illusion de notre ancien gouvernement, qui croit que l'argent peut résoudre tous les problèmes. S'il n'y a pas de personnes qui savent comment résoudre et enseigner, aucun argent ne peut aider l'affaire. L'argent peut être comparé à l'essence pour une voiture. Si le moteur est défectueux, l'essence n'aidera pas la voiture à rouler. Les États-Unis dépensent beaucoup d'argent pour l'éducation, mais leurs résultats à l'enquête PISA-2018 sont très modestes (mathématiques - 37e place, sciences - 18e, lecture - 13e).

 

Une autre note positive est liée aux programmes des écoles et des établissements d'enseignement supérieur électroniques. La Haute école d'économie (HSE), représentée par son recteur Ya. I. Kuzminov et nombre de ses collègues, estime que le temps des études antérieures est révolu. Cette électronique, à distance - meilleure et plus efficace : que les professeurs des grandes universités enregistrent leurs cours sur vidéo pour faire défiler ces enregistrements vers les étudiants. Le recteur d'une université avancée a expliqué, lors d'une conférence scientifique, qu'ils ont maintenant des professeurs, des maîtres de conférence, des professeurs associés, tous électroniquement. Il s'est avéré que seuls le recteur, le chef comptable et la femme de ménage ne pouvaient pas être convertis sous forme électronique. L'école électronique de Moscou (MESh) est une priorité de l'ère Kalina. Il vaut mieux ne pas se souvenir du "manuel électronique" de Chubais, qui était censé être créé par "Rusnano". Et les perspectives électroniques époustouflantes de l'éducation dont parle Herman Gref sont également mieux laissées de côté.

 

Et donc COVID-19 a tout mis à sa place. Il s'est avéré que tout cela n'était qu'une imitation, au mieux. Les parents, les enseignants et de nombreuses universités ont déjà protesté. Il est impossible d'apprendre par correspondance ou par voie électronique la boxe, la chirurgie et bien d'autres professions. Mais pour les "gestionnaires efficaces", je suppose que ça va marcher ! "Je ne peux pas enseigner aux enfants quand je ne peux pas voir leurs yeux. Une question apparaîtra immédiatement, l'autre - dans une semaine, la troisième - dans un an. Et je vois leur compréhension et leurs problèmes", a expliqué aux parents l'un des principaux professeurs de mathématiques. Les gens devraient être formés par des personnes, et non par des machines.

 

Une autre source d'optimisme pour moi est "Quantique", un magazine pour les jeunes étudiants, et "Quantum", un magazine pour les étudiants plus âgés. "Quantique" est publié depuis plus de 50 ans. Il s'adresse à ceux qui s'intéressent sérieusement à la physique et aux mathématiques. Ce sont ses lecteurs qui ont perfectionné notre bouclier antimissile nucléaire et fait des découvertes étonnantes. A l'époque soviétique, sa circulation atteignait 350 000 exemplaires ! "Le Quantique a été créée en 2012. Mais son tirage n'est que de 4 000 exemplaires, et la diffusion de "Quantique" est désormais faible. Néanmoins, ces magazines existent, et grâce à eux vous pouvez vous développer beaucoup. Il y a des enfants qui les lisent, et des parents qui aident les enfants. J'espère vraiment que la Russie se tournera vers l'avenir et qu'il y aura davantage d'enfants de ce type. Comme l'a fait remarquer l'un des réformateurs : "En Russie, il est aussi difficile de détruire la science que de la créer". En tout état de cause, il ne l'a pas fait.

 

Notre tâche est bien plus facile que celle de Feynman. Contrairement à lui, nous devons, en améliorant l'éducation et la science, faire en sorte que la Russie redevienne une grande puissance. Et nous devons le faire non pas seuls, mais ensemble. J'espère vraiment que nous pourrons le faire.

 

 

Georgy Malinetsky

 

Georgy Gennadyevich Malinetsky (né en 1956) - Mathématicien russe, chef du département de modélisation des processus non linéaires à l'Institut de mathématiques appliquées de Keldysh, Académie des sciences de Russie. Professeur, docteur en sciences physiques et mathématiques. Lauréat du prix Lénine Komsomol (1985) et du prix du gouvernement de la Fédération de Russie pour l'éducation (2002). Vice-président de la Société russe de nanotechnologie. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* Ndt: travailleurs immigrés.

Georgy Malinetsky : Une note d'optimisme dans la mélodie de l'éducation (Club d'Izborsk, 25 août 2020)
Lire la suite

Trois quarts de siècle après Hiroshima et Nagasaki, par Pierre Péguin

17 Août 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Environnement, #Sciences, #Société

Explosion nucléaire de Nagasaki

Explosion nucléaire de Nagasaki

Les militaires ont réalisé 2053 essais nucléaires de 1945 à 1998, dont 527 tests nucléaires atmosphériques effectués entre 1945 et 1980. Ces seuls essais atmosphériques correspondent, en termes de puissance, à 30 000 fois la bombe d’Hiroshima. Il ne faisait pas bon vivre ou naître dans les années 60 où, suite à une augmentation faramineuse des tests atmosphériques (période 1954-1958 et 1961-1962) l’atmosphère était autant chargée en radionucléides qu’après la catastrophe de Tchernobyl. Sauf qu’à l’époque, on n’en parlait pas ; et dans le même temps, la mortalité par cancer commençait à augmenter de manière sensible. Je relaie aujourd’hui, 9 août, date anniversaire du bombardement de Nagasaki, cet article de Pierre Péguin qui rappelle de manière claire, concise et lucide ce qu’il faut savoir en matière nucléaire sur ces trois quarts de siècles écoulés. 

Piere Fetet

-oOo-

 

Trois quarts de siècle plus tard…..

 

Pierre Péguin, 5 aout 2020

 

Plus que jamais nous subissons les graves conséquences des largages de bombes atomiques des 6 et 9 aout 1945 sur les villes martyres Hiroshima et Nagasaki: 

 

- La manipulation des observations recueillies par les américains après les bombardements ont permis aux structures internationales du lobby nucléaire de nier le plus longtemps possible l’effet des contaminations par de faibles doses radioactives, ainsi que de leurs effets génétiques transmissibles. De ce fait les normes de protection des travailleurs et des populations sont très insuffisantes. 

 

- La course aux armements nucléaires de plus en plus sophistiqués accroît le risque de guerre nucléaire dangereusement (1). Les 2400 bombes qui ont explosé à titre d’essai ont contaminé l’ADN de tout le vivant de la planète.

 

Il en résulte un nombre considérable de victimes (plusieurs dizaines de millions) qui dépasse, et de loin, celui directement liées aux bombardements de 1945 (environs 250.000) qui ont introduit l’humanité dans une ère de barbarie (2). 

 

Lisez la suite de l'article sur le Blog Fukushima:

http://www.fukushima-blog.com/2020/08/trois-quarts-de-siecle-plus-tard.html

Explosion au port de Beyrouth (Liban), 4 août 2020, pratiquement le même jour anniversaire que les  bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki (6 et 9 aôut 1945): un hasard ?

Explosion au port de Beyrouth (Liban), 4 août 2020, pratiquement le même jour anniversaire que les bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki (6 et 9 aôut 1945): un hasard ?

Lire la suite

Loi de Bioéthique : Sont-ils devenus fous ? Avec Alexandra Caude-Henrion (THANA TV)

5 Août 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Politique, #Sciences, #Société

"En France ENCORE DANS VOTRE DOS est étudié à l’Assemblée Nationale une loi bioéthique qui :
1. Légalise la PMA pour tous !
2. Légalise le clonage humain !
3. Légalise la création de chimères Humains-Animaux !
4. Légalise la fin de la protection de l’enfant embryon qui est cessible et utilisable pour tout type d’expérience."

Depuis qu'elle a voté le Traité de Lisbonne que le peuple français avait rejeté par référendum, abdiquant la souveraineté de la France pour la remettre à l'UE, l'Assemblée dite "nationale" ne représente plus la France et les Français, mais seulement des intérêts privés et occultes et pour des buts iniques.

Lire la suite
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>