Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

serbie

Paul Craig Roberts: Armageddon est plus proche que vous ne le pensez

25 Octobre 2022 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Guerre, #Histoire, #OTAN, #Occident, #Paul Craig Roberts, #Politique, #Russie, #Serbie, #USA

Paul Craig Roberts: Armageddon est plus proche que vous ne le pensez

25 octobre 2022

L'Armageddon est plus proche que vous ne le pensez

Paul Craig Roberts

Le monde est confronté à une catastrophe, et il n'y a aucune prise de conscience.  Pendant des années, Stephen Cohen, de son vivant, et moi-même avons affirmé que les provocations de Washington à l'égard de la Russie, y compris celles de ses États fantoches de l'OTAN, étaient malavisées et contre-productives.  Même avant la chute de l'Union soviétique, Gorbatchev était ouvert à ce que l'Union soviétique devienne un membre coopérant de l'Occident.  La population russe avait une attitude favorable envers l'Occident et attendait avec impatience l'incorporation de la Russie dans le monde occidental.

L'administration Reagan et le successeur de Reagan, l'administration George H. W. Bush, étaient ouvertes à cette idée.  Le secrétaire d'État du président Bush, Jim Baker, a affirmé qu'il avait promis qu'il n'y aurait pas de déplacement de l'OTAN à l'est des frontières soviétiques si Gorbatchev autorisait la réunification de l'Allemagne, ce qui ouvrait la voie à la libération de l'empire d'Europe de l'Est de l'Union soviétique.

Le régime Clinton, sous l'influence des néoconservateurs, a violé la parole de l'Amérique au motif qu'elle était verbale et non écrite et ne comptait donc pas.  Le régime Clinton a non seulement renversé la Yougoslavie et l'a brisée en morceaux tout en livrant une partie historique de la Serbie aux musulmans, mais il a également déplacé l'OTAN à la frontière de la Russie.  À l'époque, avec l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, la Russie était trop faible pour faire quoi que ce soit, car le gouvernement Eltsine était la marionnette de Washington.

Lors de la conférence sur la sécurité de Munich en 2007, Poutine, le successeur d'Eltsine, a déclaré que la Russie n'acceptait pas le monde unipolaire dans lequel Washington régnait en maître, et que la Russie suivrait ses intérêts et non ceux de Washington.  La déclaration d'indépendance de Poutine a été plus ou moins ignorée à l'époque, car Washington poursuivait ses guerres au Moyen-Orient au profit d'Israël.

Mais avec le temps, Washington s'est rendu compte que la Russie sortait de sa réserve et qu'il fallait faire quelque chose.

Les Jeux olympiques de Sotchi ont fourni une opportunité.  Le Kremlin pensait que le succès des Jeux olympiques organisés par la Russie renforcerait la position de la Russie vis-à-vis de l'Occident. Au lieu de cela, les responsables américains, britanniques et allemands ont boycotté les Jeux olympiques de Sotchi, pendant lesquels, alors que Poutine était inattentif, les États-Unis ont renversé le gouvernement favorable à la Russie de l'Ukraine, qui faisait partie de la Russie depuis des siècles.  

Le gouvernement nazi et anti-russe que Washington a installé en Ukraine a commencé à maltraiter physiquement la population russe des anciennes provinces russes que les dirigeants soviétiques avaient incorporées dans la province ukrainienne soviétique.  La Crimée, qui faisait partie de la Russie depuis les années 1700, a été rattachée à l'Ukraine par Khrouchtchev en 1956, et le Donbass a été rattaché à l'Ukraine par les dirigeants soviétiques précédents. À l'époque, l'Ukraine et la Russie faisaient partie du même pays, l'Union soviétique.  

L'indépendance de l'Ukraine a été garantie par Washington après l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, lorsque le président Gorbatchev a été arrêté par des membres du parti communiste pur et dur qui pensaient, à juste titre rétrospectivement, qu'il libéralisait trop rapidement et cédait trop de choses à Washington sans garanties exécutoires.

C'est en Crimée que se trouve la base navale russe de la mer Noire, louée à long terme par la Russie à l'Ukraine depuis l'indépendance de cette dernière.  Poutine était suffisamment alerte pour comprendre que le nouveau gouvernement fantoche américain en Ukraine annulerait le bail, privant ainsi la Russie de l'accès à la mer Noire et, par cette mer, à la Méditerranée.

La population de Crimée a voté à 97% pour être réunie à la Russie, tout comme les Russes qui peuplent le Donbass.  Poutine a accepté la demande de la Crimée, mais a refusé celle du Donbass.

Quelle a été la raison de cette décision de Poutine, une décision qui a conduit à la guerre qui ne cesse de s'étendre en Ukraine huit ans plus tard ?

La meilleure explication est que Poutine a laissé la propagande occidentale prendre sa décision.  Si Poutine reprenait le Donbass en plus de la Crimée, qu'il devait prendre ou perdre la base navale d'eau chaude de la Russie, cela confirmerait l'affirmation de la propagande occidentale selon laquelle Poutine avait l'intention de restaurer l'Empire soviétique.  La raison pour laquelle Poutine pensait que la propagande occidentale devait limiter le comportement de la Russie dans son propre intérêt, plutôt que dans celui de l'Occident, suggère un Poutine qui a un pied dans l'Occident et un pied dans le nationalisme russe.

Les Russes du Donbass souffraient horriblement aux mains des néo-nazis ukrainiens que Washington avait installés à Kiev.  Poutine a compris qu'il devait faire quelque chose.  Ce qu'il a décidé de faire suppose une bonne volonté occidentale qui n'existe pas.  Poutine a proposé l'"accord de Minsk", un plan visant à maintenir le Donbass en Ukraine, mais à protéger les résidents par certaines formes d'autonomie, comme leur propre force de police, qui protégerait la population russe de la persécution néonazie.

Poutine a obtenu de l'Ukraine et des républiques du Donbass qu'elles signent l'accord de Minsk, et il a obtenu de l'Allemagne et de la France qu'elles garantissent cet accord.  Mais Washington a interdit à l'Ukraine de respecter l'accord et à la France et à l'Allemagne de le faire appliquer.

Poutine a perdu huit ans à essayer de vendre son accord qui, de toute évidence, n'avait aucune perspective, compte tenu des intentions évidentes de Washington d'utiliser l'Ukraine pour causer un maximum de problèmes à la Russie.  Pourquoi Poutine a-t-il été incapable de s'en rendre compte ?

Le danger de l'"opération militaire limitée" de Poutine et de sa politique de ralentissement est qu'elle donne à l'Occident le temps de rassembler ses forces et de prendre l'initiative.  Malgré la "ligne rouge" de Poutine, les États-Unis et l'Europe envoient des armes en Ukraine.

Comme il n'y a pas eu de réponse efficace de la part de la Russie aux provocations, malgré les "lignes rouges" déclarées, on a ensuite assuré la formation des troupes ukrainiennes.  Puis des renseignements et des informations de ciblage. Puis des armes à plus longue distance pouvant atteindre des cibles stratégiques russes.  Puis l'attaque du pont de Crimée, les pipelines Nord Stream, et maintenant un complot pour une bombe sale, à utiliser comme excuse pour une intervention américaine avec des troupes déployées en Roumanie et la destruction d'un barrage qui détruirait la ville russe de Kherson et laisserait les soldats d'élite des forces spéciales russes isolés et susceptibles d'être capturés par les Ukrainiens, ce qui serait une énorme victoire de propagande pour l'Occident.

En l'état actuel des choses, nous sommes dans une situation où la méthode de guerre de Poutine contraint ses propres forces et non ses ennemis. Les dernières indications montrent que Poutine et le haut commandement russe souhaitent que l'initiative reste entre les mains de leurs ennemis occidentaux.  Le Kremlin réagit aux mouvements de son ennemi.  Si l'Ukraine, avec l'aide des États-Unis et du Royaume-Uni, fait sauter le barrage de Dniper et inonde Kherson, alors, et seulement alors, peut-être, peut-être, la Russie fera-t-elle sauter le barrage qui lui permettra de gagner la guerre en coupant une grande partie de l'Ukraine.  Apparemment, le Kremlin ne s'est pas posé la question de savoir pourquoi la Russie accepte des pertes et l'apparence de défaites humiliantes alors qu'elle peut facilement gagner la guerre en un jour.

Les provocations de Washington s'accumulent et la réponse de Poutine n'est pas une démonstration de force mais un appel à la négociation et une offre d'approvisionnement en énergie des ennemis russes de l'OTAN.   Il n'est pas étonnant que Washington intensifie le conflit.

L'absence d'action décisive de la Russie a permis à Washington de mettre l'humanité sur la voie de l'Armageddon.  Washington et ses marionnettes de l'OTAN n'ont plus peur de la Russie, et les provocations vont se poursuivre.  Comme Poutine n'a défendu aucune des lignes rouges déclarées par la Russie, Washington pense qu'il n'en a aucune.   Poutine ne défend même pas la Syrie, un pays qu'il a sauvé de la conquête de Washington, contre les attaques israéliennes.

La patience est une vertu chez un dirigeant, mais la patience de Poutine est considérée par beaucoup à Washington comme un manque de résolution. Si cette interprétation de la patience de Poutine s'avère être une erreur, Washington franchira une ligne rouge qui nous fera entrer dans la période d'Armageddon de l'histoire humaine.

 

https://www.paulcraigroberts.org/2022/10/24/the-ever-widening-war-becomes-wider/

https://www.paulcraigroberts.org/2022/10/24/breaking-news-rushing-toward-armageddon/

https://www.paulcraigroberts.org/2022/10/23/the-ever-widening-war-6/

https://www.paulcraigroberts.org/2022/10/22/the-ever-widening-war-5/

https://www.paulcraigroberts.org/2022/10/24/fred-reed-indicates-what-nuclear-war-would-be-like-but-steven-starrs-comment-better-describes-the-death-of-the-planet/

Traduit de l'américain par Rouge et Blanc avec www.DeepL

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2022/10/25/armageddon-is-closer-than-you-think/

Lire la suite

Quand Churchill faisait bombarder Belgrade et massacrer les alliés serbes le jour de Pâques 1944 pour jouer la carte Tito

8 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Serbie, #Europe, #Guerre, #Général de Gaulle, #Angleterre

"Why" – Mother with her murdered child, Belgrade, Orthodox Easter 1944,

"Why" – Mother with her murdered child, Belgrade, Orthodox Easter 1944,

La rue Kicevska à Belgrade après le bombardement

La rue Kicevska à Belgrade après le bombardement

"En 1941, Churchill a demandé aux Serbes de se suicider et de dire "Non !" à Hitler au moment où il était au sommet de sa puissance. Les Serbes l'ont fait et l'ont payé de plus d'un million de vies ! Churchill les a félicités à l'époque. Trois ans plus tard seulement, il exprimait sa gratitude à ces mêmes étonnants habitants de Belgrade qui avaient osé scander au visage d'Hitler "Plutôt la guerre que le pacte ; plutôt la mort que l'esclavage..." en les bombardant vicieusement le jour de leur plus importante fête chrétienne. Le dimanche de Pâques !

Telle est la moralité occidentale et tout futur allié des Britanniques et des Américains devrait connaître l'histoire ci-dessus."

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc.

Extrait de:

https://russia-insider.com/en/easter-1944-us-and-uk-bombers-were-murdering-their-serbian-christian-allies/ri26812

Le roi Pierre Ier de Serbie (Petar Aleksandrović Karađorđević), 1844-1921, fondateur de la dynastie des Karageorgévitch. Un grand allié de la France : "Pierre Karageorgévitch fait ses études militaires à Saint-Cyr2, à titre étranger, de 1862 à 1864- promotion « Puebla ». En 1870, ne supportant pas de voir la France battue par les Prussiens, il s’engage comme sous-lieutenant au 5e bataillon de la Légion étrangère, sous le nom de Pierre Kara et se bat dans les rangs de l’Armée de la Loire. Le 11 octobre, il est blessé sous Orléans. Fait prisonnier, il s’évade en traversant la Loire et rejoint l’arrière-garde de l’armée de Chanzy pour reprendre sa place au combat." (Wikipedia)

Le roi Pierre Ier de Serbie (Petar Aleksandrović Karađorđević), 1844-1921, fondateur de la dynastie des Karageorgévitch. Un grand allié de la France : "Pierre Karageorgévitch fait ses études militaires à Saint-Cyr2, à titre étranger, de 1862 à 1864- promotion « Puebla ». En 1870, ne supportant pas de voir la France battue par les Prussiens, il s’engage comme sous-lieutenant au 5e bataillon de la Légion étrangère, sous le nom de Pierre Kara et se bat dans les rangs de l’Armée de la Loire. Le 11 octobre, il est blessé sous Orléans. Fait prisonnier, il s’évade en traversant la Loire et rejoint l’arrière-garde de l’armée de Chanzy pour reprendre sa place au combat." (Wikipedia)

Le général Draža Mihailović durant la Seconde Guerre mondiale. Fusillé sur ordre de Tito le 17 juillet 1946. "Charles de Gaulle refusera toujours de rencontrer Tito, le considérant responsable du procès truqué et de l'exécution de Draža Mihailović, avec qui il avait tissé des liens amicaux avant la guerre et qu'il avait cité à l'ordre de l'armée, au nom de la France combattante, le 3 février 1943, avec attribution de la croix de Guerre avec palmes11,12, puis le mouvement des Tchetniks qu'il admira fortement pour sa résistance contre le fascisme et le communisme" (Wikipedia)

Le général Draža Mihailović durant la Seconde Guerre mondiale. Fusillé sur ordre de Tito le 17 juillet 1946. "Charles de Gaulle refusera toujours de rencontrer Tito, le considérant responsable du procès truqué et de l'exécution de Draža Mihailović, avec qui il avait tissé des liens amicaux avant la guerre et qu'il avait cité à l'ordre de l'armée, au nom de la France combattante, le 3 février 1943, avec attribution de la croix de Guerre avec palmes11,12, puis le mouvement des Tchetniks qu'il admira fortement pour sa résistance contre le fascisme et le communisme" (Wikipedia)

Drapeau des Tchetniks, les résistants royalistes patriote serbes, qui luttèrent contre les nazis.

Drapeau des Tchetniks, les résistants royalistes patriote serbes, qui luttèrent contre les nazis.

Lire la suite