Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

societe

Valery Korovin : Derrière les appels à la démolition de monuments en Russie se cache la logique du BLM. (Club d'Izborsk, 4 août 2020)

4 Août 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Société, #Politique

Valery Korovin : Derrière les appels à la démolition de monuments en Russie se cache la logique du BLM.

4 août 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19704

 

 

Les appels à la démolition de monuments des personnages historiques des siècles passés, devenus célèbres dans le domaine de l'expansion des frontières de l'État russe, non seulement dans le Caucase du Nord, mais aussi, par exemple, en Sibérie, sont de plus en plus fréquentes dans notre pays. Bien sûr, ces revendications ne sont pas dictées par l'oppression des peuples il y a deux cents, trois cents ou cinq cents ans, mais par leur politisation actuelle.

 

Bien sûr, tous les peuples qui ont cofondé l'État russe ont des droits égaux à son égard. Cependant, la politisation de telle ou telle nation, non seulement dans notre pays, mais aussi dans d'autres parties du monde, en lui accrochant les attributs d'une "nation politique", en la transformant en un "épouvantail" politique du monde moderne, est une menace pour l'intégrité de tout État. Et plus cet État est grand, plus la menace est forte.

 

Il est clair que la création de tout État, surtout si elle a eu lieu au cours des époques précédentes, la poursuite de sa création et l'obtention du pouvoir ont toujours été fondées sur la violence, le sang, l'oppression. Mais à l'ère de l'"humanisme minimal", dans laquelle nous ne sommes entrés que récemment, toute violence est diabolisée, en tant que telle. Ce type de diabolisation s'inscrit dans le cadre d'une idéologie libérale, dans laquelle l'institution de l'État est, en principe, dégoûtée et doit "s'effacer" - avec toutes ses fonctions et manifestations.

 

D'où le cri bien-aimé des libéraux et des "humanistes minimaux" qui disent que l'État est "trop", qu'il s'immisce trop dans nos affaires, oubliant sa fonction de "veilleur de nuit", qu'il est trop rigide et se laisse constamment contraindre.

 

Le mouvement "Black Lives Matter" aux États-Unis est un exemple frappant du rejet libéral de l'État et de la lutte contre celui-ci. Elle tente de détruire les restes de l'Amérique telle que nous la connaissons, dans le cadre d'un effort libéral pour "libérer l'homme". Cette dernière implique non seulement la libération de la violence d'État, mais aussi l'élimination de tout le paradigme de la civilisation occidentale, qui inclut naturellement l'histoire de l'Ancien et du Nouveau Monde. C'est ce mouvement, avec la pleine approbation des structures libérales mondialistes traditionnellement anti-étatiques, qui démolit aujourd'hui des monuments dans les États.

 

Exactement les mêmes tendances se manifestent aujourd'hui dans certaines régions russes, où l'État actuel doit être "réduit", avec ses postulats d'ordre et de discipline, et en même temps condamner ses diverses manifestations dans l'histoire.

 

En fait, le désir de démolir des monuments est une manifestation d'"humanisme minimal", que toute violence, même une bagarre de cour ou un incident dans un tramway où quelqu'un a marché sur le pied de quelqu'un, est considérée comme traumatisante et criminelle. Devant nous se trouve la "logique féminine" du féminisme libéral victorieux, qui ne s'arrêtera pas tant qu'il n'aura pas nettoyé les derniers symboles associés à la violence, y compris les monuments des bâtisseurs russes de l'État "entre les trois océans". Ce féminisme, dans son essence, est conçu pour minimiser toute manifestation de masculinité, de volonté.

 

Permettez-moi de vous rappeler que la fonction des hommes dans la société traditionnelle est de servir Dieu ou de mourir pour la patrie. Le reste, c'est-à-dire toute la sphère de la vie matérielle, est une voie féminine. En fait, ceux qui demandent la démolition de monuments et qui crient à l'oppression de l'État sont des gens qui ont pris le chemin de la "logique féminine". Pour l'essentiel, ce ne sont plus des hommes, mais des femmes, même si elles portent une barbe et des vêtements d'homme.

 

Dans ce sens, il s'agit d'un trouble mental, d'une maladie collective dont le danger public est d'affaiblir les piliers de l'État et de politiser artificiellement les peuples, totalement destructeur et désespérément postmoderne.

 

 

Valery Korovin

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Valery Korovin : Derrière les appels à la démolition de monuments en Russie se cache la logique du BLM. (Club d'Izborsk, 4 août 2020)
Lire la suite

Rassemblement de la Manif pour tous devant l'Assemblée nationale contre le projet de loi bioéthique

27 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Société, #Politique, #France

«Occupez-vous de la sécurité, pas des chercheurs apprentis sorciers ! Occupez-vous des gamins, pas de faire des orphelins ! Occupez-vous de mon quotidien, pas de faire des orphelins !»

«Occupez-vous de la sécurité, pas des chercheurs apprentis sorciers ! Occupez-vous des gamins, pas de faire des orphelins ! Occupez-vous de mon quotidien, pas de faire des orphelins !»

« La méthode du tandem Emmanuel Macron / Jean Castex est bien de faire avancer un projet de loi ni bio ni éthique en catimini, au cœur de l’été. C’est un pari risqué. Les Français ne sont pas dupes. Ils voient où l’exécutif place ses priorités. Au lieu de préparer et adopter des dispositifs efficaces pour contenir la crise économique et sociale, le gouvernement choisit de céder à une poignée de parlementaires emmenés par Guillaume Chiche pour permettre de faire volontairement des enfants privés de père et d’affaiblir ainsi la filiation et la famille, premier lieu de solidarité et refuge pour les plus vulnérables. Il est encore temps de rester en cohérence avec la déclaration de politique générale prononcée par Jean Castex hier à l’Assemblée nationale et ce matin devant les sénateurs, en reportant l’examen du projet de loi bioéthique » 

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous.

https://www.lamanifpourtous.fr/actualites/communiques-de-presse/le-projet-de-loi-bioethique-absent-des-declarations-de-politique-generale-de-jean-castex-a-lassemblee-nationale-et-au-senat

https://francais.rt.com/france/77206-rassemblement-manif-pour-tous-devant-assemblee-nationale-contre-projet-loi-bioethique

SITE DE LA MANIF POUR TOUS:

https://www.lamanifpourtous.fr

Rassemblement de la Manif pour tous devant l'Assemblée nationale contre le projet de loi bioéthique
Rassemblement de la Manif pour tous devant l'Assemblée nationale contre le projet de loi bioéthique
Lire la suite

Des fourmis et des hommes

25 Novembre 2015 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Environnement, #Nature, #Sciences, #Société

La Fourmi n'est pas prêteuse, c'est là son moindre défaut.
La Fontaine, Fables: La Cigale et la Fourmi (1e fable du Livre I, 1668)

 

Les Fables de La Fontaine sont un chef-d'oeuvre de la littérature et de l'esprit français, mais certainement pas des sciences naturelles et de l'éthologie (science du comportement animal).

Les fourmis existent depuis plus de 100 millions d'années et on on connaît actuellement 12000 espèces. Vivant en colonies de parfois plusieurs millions d'individus, elles frappent, outre par leurs capacités physiques sans aucune mesure avec celles de l'homme*, par le haut degré d'organisation de leurs sociétés, où l'intérêt de l'individu se subordonne toujours à celui de la collectivité. C'est ce qu'on appelle l'"altruisme". Chez certaines espèces, les fourmis font un pont vivant pour traverser une étendue d'eau, celles d'en bas se noyant pour permettre aux autres de passer sur leurs corps. Chez certaines termites, les gardiennes de la colonie font exploser leur abdomen sur l'agresseur venu de l'extérieur, le couvrant du contenu visqueux et toxique de leur corps qui se coagule au contact de l'air et le paralyse. Ces fourmis kamikazes** agissent selon la nature et l'instinct, programmées pour la survie de leur communauté et de l'espèce.

Sacrifier sa vie personnelle pour celle de la collectivité à laquelle on appartient; voilà une chose qui n'est pas naturelle chez l'homme, cette espèce atypique de la planète Terre. On constate même que dans son évolution au sein de ce que les imposteurs appellent le "Progrès", il agit de plus en plus en sens inverse: l'individu sacrifiant les autres et son milieu naturel à son appétit de pouvoir et de richesse ou, plus simplement, comme prix de sa tranquillité.

Le sacrifice altruiste a existé néanmoins chez nous en Europe au temps de la chevalerie, au Japon d'autrefois, au temps des samouraï, dans l'Antiquité à Sparte, et parmi sans doute bien d'autres peuples de la terre***.

"Chacun chez soi, chacun pour soi": c'est la triste devise des sociétés humaines gouvernées par et pour les riches. Misère des autres, misère de la nature, solitude des hommes séparés des dieux protecteurs (les Kami du shintoïsme, cette religion des origines) qui veillaient sur l'ordre et l'équilibre du monde.

Les monstrueuses guerres et le terrorisme d'État modernes, l'exploitation suicidaire des richesses naturelles sont l'expression de l'hybris de cet animal fou qui se croit homme.


Pierre-Olivier Combelles

* On s'en rend compte en observant par exemple les fourmis traîner ou porter des fardeaux d'une taille considérable par rapport à la leur sur un sol forestier ou d'une prairie encombrés de végétation qu'elles escaladent sans même ralentir, ou parcourir en tous sens et en courant une roche verticale ou bien le tronc et les branches d'un arbre.

** De kami (divinité, esprit) et kazé (vent) en japonais.

*** Mahâkapi-Jâtaka (Jâtaka du singe magnanime): http://pocombelles.over-blog.com/article-mahakapijataka-79202909.html

 

Pour en savoir plus sur les fourmis:

Sciences en liberté. Une émission animée par Thierry Lode sur Radio Libertaire, lundi 23 novembre 2015 à 18H: http://www.radio-libertaire.net/

Vincent Perrichot (spécialiste de l'ambre du Crétacé, département de Géosciences/UMR 611 - Université de Rennes I): conférence sur l'origine et l'essor des fourmis: http://www.espace-sciences.org/conferences/mardis-de-l-espace-des-sciences/l-origine-et-l-essor-des-fourmis

et son article (parmi beaucoup d'autres) : https://geosciences.univ-rennes1.fr/spip.php?article1346

Article de La Recherche sur la sociabilité des fourmis: http://www.larecherche.fr/savoirs/dossier/fourmis-sont-elles-encore-froid-darwin-01-03-1997-89376

Fourmis dans un ambre fossile.

Source de l'illustration et page de Vincent Perrichot sur le site de Geosciences de l'université Rennes I: https://geosciences.univ-rennes1.fr/spip.php?article1130&lang=en

Mono no aware. En japonais: la sensation de l'éphémère, l'empathie envers les êtres.

Mono no aware. En japonais: la sensation de l'éphémère, l'empathie envers les êtres.

Lire la suite

La forêt magique

13 Juin 2015 , Rédigé par POC Publié dans #Economie, #Environnement, #Europe, #France, #Nature, #Philosophie, #Société

Le centre commercial du Bel-Air, à Rambouillet. Son architecture veut rappeler la forêt qui l'environne. Photo: Pierre-Olivier Combelles (2015)

Le centre commercial du Bel-Air, à Rambouillet. Son architecture veut rappeler la forêt qui l'environne. Photo: Pierre-Olivier Combelles (2015)

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Le Progrès se réduit finalement à voler à l’homme ce qui l’ennoblit, pour lui vendre au rabais ce qui l’avilit. Nicolás Gómez Dávila (1993-Bogotá 1994)

 

L'hypermarché, de conception américaine, est le cosmos artificiel. Autrefois, l'homme trouvait tout autour de lui et gratuitement dans la nature: nourriture, eau, chaleur et lumière du soleil le jour, lumière de la lune et lueur des étoiles la nuit, le bois pour se chauffer, se sécher et cuire les aliments, vêtements, parures, médicaments, outils, logement. Tous ces biens, limités à l'essentiel, chacun se les procurait lui-même, en famille, et les partageait ou les échangeait avec les autres.

Aujourd'hui, l'hypermarché a remplacé la nature: dans un espace clos, immense, les spots qui éclairent jour et nuit ont remplacé les astres; le chauffage toute l'année a remplacé la chaleur du soleil et du feu; les arbres et les plantes artificiels ont remplacé la forêt primitive, la forêt originelle, Silva; la musique industrielle en anglais a remplacé le chant des oiseaux et le bourdonnement des insectes, les cris des animaux, la musique du vent et de la pluie dans les arbres; le sol lisse, nu, propre et brillant a remplacé le sol de terre, de feuilles, de plantes, d'herbes, de sable ou de cailloux, sec, froid ou tiède, humide ou couvert de neige, et on y trouve tout ce qui est nécessaire  pour vivre ainsi qu'une foule d'autres choses totalement superflues et même dangereuses à l'usage ou après l'usage. Tout est fabriqué par d'autres hommes inconnus et des machines, ailleurs, très loin: en Chine ou en Inde par exemple. On est dépossédé de son savoir-faire et de sa culture.

Mais en sortant du magasin, il faut payer pour emporter les choses que l'on a prises. C'est à dire les échanger contre de l'argent. Opération mystérieuse qui se fait de plus en plus souvent avec une petite carte que l'on glisse dans un petit appareil en tapant un code. Car on ne peut s'approvisionner dans cette forêt magique que si l'on a une carte, et qui fonctionne. C'est l'arme magique qui a remplacé l'arc et la sarbacane qui permettaient à l'homme archaïque, le Ñaupa machu* de vivre et de se nourrir dans la forêt.

Mais comment se procure-t-on une carte bancaire approvisionnée? En travaillant? Même pas, car le travail**, qui a remplacé le nécessaire et honnête labeur, est le résultat de la loi du marché, de l'offre et de la demande, de la politique du Pouvoir. Il y en a d'ailleurs de moins en moins et il est de plus en plus pénible et souvent odieux car on est obligé de faire des choses contre sa conscience...

En volant alors, en spéculant et en mentant comme font les-riches-qui-ne-partagent-pas et les politiciens escrocs ? ou bien faut-il se laisser mourir de faim et de désespoir ?

Pierre-Olivier Combelles

* Mot quechua, préhispanique, des Amérindiens cultivateurs des Andes qui veut dire: "les ancêtres vérérables", en désignant les tribus amazoniennes de chasseurs-pêcheurs cueilleurs.

** Du latin et byzantin tripalium, le pal, un instrument de torture. Synonyme de souffrance. D'où l'expression en travail pour désigner l'accouchement.

Consulter aussi:

https://reporterre.net/L-Etat-laisse-les-grandes-surfaces-tuer-les-centres-villes

La forêt magique
La forêt magique

L'indienne kayapo Tuira menace de sa machete l'envoyé du gouvernement brésilien José Antonio Muniz Lopes dans une réunion sur le projet du barrage Belo Monte : « Nous n’avons pas besoin de votre barrage. Nous n’avons pas besoin d’électricité, elle ne nous donnera pas notre nourriture. Vous êtes un menteur ! » (1989). Les Indiens d'Amazonie ne travaillaient pas et ne connaissaient que le labeur ; quelques heures seulement dans la journée (chasse, récolte des fruits ou légumes), le reste du temps étant consacré au repos ou aux loisirs et à la fabrication des flèches, des hamacs, des ustensiles...

Lire la suite

Un Indien de France

2 Avril 2011 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Canada, #France, #Politique, #Société

Dans les années 1990, un ami Indien montagnais (on doit dire aujourd'hui, paraît-il, "Innu") d'une des dernières communautés à l'extrémité de la Basse Côte-Nord du Québec me raconta qu'il avait fait un jour un voyage en famille à Québec ou Montréal, à 1500 km au sud-ouest. Le soir, ils vont dans un restaurant. Ils sont attablés lorsqu'ils remarquent que les gens les regardent d'un mauvais oeil et commentent: "ces immigrants..."

Ils ont quitté alors le restaurant, vexés, peinés.

Lorsque ces Montagnais ont visité ensuite un appartement à louer, petit et hors de prix, ils ont trouvé des seringues dans un placard. Ils ont vu que dans les grandes villes, il y avait la violence, la drogue, la prostitution. Consternés, horrifiés,  ils se sont empressés de retourner chez eux sur la Basse Côte-Nord, vaste pays de toundra, de forêts, de lacs, de rivières et de mer.

A Montréal comme dans les grandes villes du Canada, on croise maintenant dans les rues une multitude de gens de toutes races.

Ces Québécois blancs, ignorants, avaient naturellement pris ces Indiens Montagnais, ces "autochtones" comme on dit, qui étaient là des milliers d'années avant l'arrivée des Européens au Canada, pour de nouveaux immigrants peut-être asiatiques, hindous ou dont on ne sait où.

Lorsque je me promène dans une ville française, environné de gens de toutes races et de tous pays, un spectacle qui était totalement inconnu et inimaginable il y a cinquante ans, moi dont les ancêtres sont issus de ce pays et ont contribué à le construire et à le défendre, en versant parfois leur sang à la guerre, que vont finir par penser de moi les passants que je croise ? Que je suis aussi un nouvel immigrant, mais différent des autres parce que je suis de race blanche...

Finalement, je ne vois plus de différence entre un Indien du Québec et moi. Je suis devenu un Indien de France.

Pierre-Olivier Combelles

Un Indien de France

Sur le même sujet:

En esa roja nación de sangre: Poesía indígena de Estados Unidos, par Janet Mc Adams 

https://www.jornada.com.mx/2013/03/09/oja-roja.html

Lire la suite

A propos du drapeau arc-en-ciel des Incas

9 Septembre 2010 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #USA, #Société, #Histoire

A la Pinacothèque de Paris vient d'ouvrir (jusqu'au 6 février 2011) une superbe exposition: "l'Or des Incas", à laquelle Michel de Jaeghere a consacré un numéro hors-série du Figaro-Magazine.

Le dossier du Figaro-Magazine contient des erreurs graves et des points de vue erronés. On y lit par exemple que "le drapeau arc-en-ciel des Incas a été inventé dans les années 1970" (p. 87) et que c'est celui du New Age (et des gays). L'"incaïsme"est tourné en dérision, y compris et d'abord dans l'éditorial de M. de Jaeghere, sans penser un seul instant à ce que le souvenir des Incas, les derniers rois indigènes des pays andins, représente pour ces peuples.

Ecrirait-on l'équivalent à propos du drapeau fleurdelysé des rois de France et du royalisme, toujours vivants, après 200 ans de république maçonnique ?

La thèse drapeau des Incas = drapeau New Age et des gays* est celle de la propagande mondialiste en Amérique du sud, qui consiste à inverser l'ordre traditionnel et religieux et à dévaloriser et détruire les cultures nationales. De la part du Figaro, média capitaliste, atlantiste et sioniste, cela n'est guère étonnant.

Le véritable "drapeau" des Incas et des peuples andins était (et reste) la wiphala, consituté de carrés de couleurs différentes et dont la disposition variait pour chacun des quatre Suyos (régions) du Tawantinsuyu (Empire des Quatre Côtés"). Avec celui de l'Etat central, cela faisait cinq. Ces wiphalas sont toujours en usage parmi les peuples andins et particulièrement en Bolivie, où il est l'emblème des fiers Aymaras.

 

600px-Banner of the Qulla Suyu.svg

Wiphala du Colla Suyu (territoire actuel des Aymaras)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wiphala

Il suffit de consulter les chroniqueurs pour vérifier l'origine historique de ce drapeau:

Dans son célèbre ouvrage les "Commentaires royaux sur le Pérou des Incas", Inca Garcilaso de la Vega, fils d'une princesse inca de sang royal et d'un capitaine espagnol, né au Cuzco le 12 avril 1539, décrit au Livre III, chapitre XXI ("Del claustro del templo de los aposentos de la luna y etrellas, trueno y relampago y arco iris", consacré au temple de la capitale impériale) la salle de la divinité de l'arc-en-ciel:

"Otro aposento (que era el cuarto) dedicaron al arco del cielo, porque alcançaron que procedia del sol, y por ende lo tomaron los Reyes Incas por divisa y blason, porque se jatavan descendir del Sol (...) Llaman al arco cuichu" (...)

(Inca Garcilaso de la Vega, Comentarios Reales de los Incas, Biblioteca Clasicos del Peru/1, Ediciones del Centenario, Banco de Credito del Peru, 1985).

Je traduis:

"Ils consacrèrent une quatrième salle à l'arc-en-ciel, parce qu'ils avaient compris qu'il procédait du soleil, et pour cette raison les Rois Incas le prirent comme devise et blason, parce qu'ils s'honoraient de descendre du Soleil (...) Ils nommaient l'arc cuichu (...) 

Dire que le drapeau inca a été inventé par les gays de Californie dans les années 70 est non seulement mensonger mais sacrilège. En effet, les Incas interdisaient la sodomie et la châtiaient avec une sévérité exemplaire là où ils la rencontraient dans leur empire. Les sodomites étaient brûlés vifs et leurs biens détruits.

Dans le même ouvrage, Inca Garcilaso de la Vega rapporte par exemple:

Livre III, Chapitre XIII: Por la costa de la mar reduzen muchos valles, castigan los sodomitas

"El Inca general Auquititu y sus maesses de campo, haviendo reduzido todos aquellos  valles al servicio de su Rey sin batalla, le dieron cuenta de todo lo que sucedido, y en particular le avisaron que pesquisando las costumbres secretas de aquellos naturales, de sus ritos y ceremonias y de sus dioses, que eran los pescados que matavan, havian hallado que havia algunos sodomitas, no en todos los vezinos en comun, sino en algunos particulares que en secreto usavan aquel mal vicio."

(...)

"Y en particular mando que con gran diligencia hiziessen pesquisa de los sodomitas, y en publica plaça quemassen vivos los que hallassen, no solamente culpados sino indiciados, por poco que fuesse; assimesmo quemassen sus casas y las derribassen por tierra y quemassen los arboles de sus heredades, arrancandoles de raiz, por que en ninguna manera quedasse memoria de cosa tan abominable, y apregonassen por ley inviolable que de alli adelante se guardassen de caer en semejante delito, so pena de que por el pecado de uno seria asolado todo su pueblo y quemados sus moradores en general, como entonces lo eran en particular."

Livre VI, Chapitre XI : De otras provincias que gano el Inca**, y de las costumbres dellas y castigo de la sodomia

" Y en la provincia de Huaillas castigo severamente algunos sométicos, que en mucho secreto usavan el abominable vicio de la sodomia. Y porque hasta entonces no se havia hallado ni sentido tal pecado en los indios de la sierra, aunque en los llanos si, como ya lo dexamos dicho, escandalizo mucho el haverlo entre los Huaillas, del cual escandalo nascio un refran entre los indios de aquel tiempo, y vive hasta hoy en opprobrio de aquella nascion, que dize; Astaya Huaillas, que quiere dezir "Aparte alla, Huaillas", como que hiedan por su antiguo pecado, aunque usado entre pocos y en mucho secreto, y bien castigado por el Inca Capac Yupanki."

Quant aux raisons véritables du choix du drapeau arc-en-ciel par les gays, on peut penser qu'il s'agit d'une perversion, d'une inversion du signe donné par Dieu dans la Bible à la fin du Déluge: l'Arc-en-ciel, en signe d'alliance avec les "purs":

"Les tendances de Sodome et la descente rapide vers Sodome n'étaient rien d'autre qu'une marque de naissance de la souillure pré-inondation. L'épisode connu de réprimande de Noé est une preuve évidente de cet état de fait. Ce n'est qu'au XXe siècle que la communauté des sodomites, née de l'impunité, a osé prendre comme symbole l'arc-en-ciel même que Dieu avait mis dans la nuée en signe d'alliance avec les "purs". L'attribution de l'arc-en-ciel par les LGBT, c'est-à-dire les "hommes du déluge" actuels, n'est rien d'autre qu'une moquerie grossière et cananéenne de Noé et de ses descendants, ainsi que la patience du Créateur. Après tout, l'arc-en-ciel a été donné comme une promesse qu'il n'y aurait plus d'inondation. Cette impertinence que les pervers n'ont pas inventée eux-mêmes - il y a clairement un jeu de contre-initiatives, de forces combattant Dieu."

(Arche russe. Stratégie alternative pour le développement mondial. 19 février 2020. Ouvrage collectif sous la direction de V. Averyanov.

https://izborsk-club.ru/18825

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

* La distinction entre "gays"et "homosexuels" est importante. Comme l'explique l'écrivain cubain Servando Gonzalez, les gays sont un mouvement politique subversif récent. Les Femen, Pussy Riot, etc. en sont l'illustration frappante; ce sont des instruments ultra-médiatisés servant à la déstabilisation de la société, des gouvernements et des États. Cela n'a rien à voir avec l'homosexualité qui existait jusque-là, phénomène extrêmement minoritaire voire totalement absent dans la plupart des peuples et qui est une attirance sexuelle personnelle et privée pour une personne du même sexe.  Dans ses articles informés et intelligents, Servando Gonzalez montre que les gays sont en réalité les ennemis des homosexuels traditionnels (hommes se conduisant comme des femmes): 

https://newswithviews.com/Gonzalez/servando111.htm

** Inca Capac Yupanqui

 

 

garcilaso de la vega imagen enviada a la pucp

Lire la suite
<< < 10