Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

societe

Thésée et le Minotaure

6 Août 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Philosophie, #Politique, #Histoire, #Société, #religion

Les héros sont les fruits des circonstances. Il n'y a pas de monstres sans héros ni de héros sans monstres.

Nécessairement, notre époque hantée de monstres et de démons engendrera aussi ses héros,

et les siècles futurs chanteront leur gloire.

Ainsi le veulent les dieux, qui entendent les prières des hommes.

 

Pierre-Olivier Combelles

Août 2020.

Détail: Ayant déroulé le fil d'Ariane, Thésée a pénétré dans le Labyrinthe et réussit à tuer le Minotaure.

Détail: Ayant déroulé le fil d'Ariane, Thésée a pénétré dans le Labyrinthe et réussit à tuer le Minotaure.

Thésée et le Minotaure. Maître des Cassoni Campana, entre 1500 et 1525 (Collection du Musée du Petit Palais, Paris)

Thésée et le Minotaure. Maître des Cassoni Campana, entre 1500 et 1525 (Collection du Musée du Petit Palais, Paris)

"Les anciens Musulmans - aussi bien Sunnites que Chî'ites - ont été unanimes sur la vérité d'al-Mahdî, sur le fait qu'il est de la Famille du Prophète, qu'il est le descendant d'al-Hussayn, que Dieu le réformera en un jour ou en une nuit, qu'il fera régner la justice et l'équité sur la terre à un moment où celle-ci aura été remplie d' injustice et d'iniquité, qu'il gouvernera sur la terre pendant sept ou neuf ans - selon les différents hadîths - qu'il conduira l'humanité au bonheur alors qu'elle aura sombré dans la misère, qu'il accueillera Jésus, fils de Marie, à sa "descente", que ce dernier priera derrière lui..."

 

Mohammad Bâqer al-Sadr: Le Mahdi (Le Messie) ou la fin du temps

Traduit et édité par Abbas Ahmad al-Bostani.

Rentré en Crète, le roi Minos fait enfermer dans un labyrinthe construit par Dédale le Minotaure, monstre hybride né de l'adultère infamant de la reine Pasiphaé et d'un taureau. (8, 152-169)

Le Minotaure, qui tous les neuf ans dévorait des jeunes Athéniens formant le tribut dû par Athènes à Minos, fut enfin mis à mort par Thésée, qui put sortir du labyrinthe grâce au fil d'Ariane, la fille de Minos : éprise de Thésée, elle lui avait donné un fil à dévider à l'aller et à enrouler au retour. Thésée, qui avait promis à Ariane de l'emmener avec lui, l'abandonna sur le rivage de l'île de Dia. C'est là que le dieu Liber la recueillit et la consola, perpétuant son souvenir en transformant en une constellation sa couronne princière. (8, 170-182)

8, 152 Vota Ioui Minos taurorum corpora centum

soluit, ut egressus ratibus Curetida terram

contigit, et spoliis decorata est regia fixis.
 

Minos s'acquitta de son voeu à Jupiter par un sacrifice de cent taureaux,

lorsque sa flotte aborda et débarqua sur la terre des Curètes ;

on décora le palais royal en y fixant les dépouilles ennemies.
 

8, 155 Creuerat opprobrium generis foedumque patebat

matris adulterium monstri nouitate biformis.

Destinat hunc Minos thalamo remouere pudorem

multiplicique domo caecisque includere tectis.

Daedalus ingenio fabrae celeberrimus artis
 
L'opprobre de la famille avait grandi, et un monstre étrange,

à double forme, rendait évident l'adultère honteux de sa mère.

Minos décide d'écarter de sa demeure cet être infamant

et de l'enfermer dans un lieu aux recoins multiples, sous un toit aveugle.

Dédale, très célèbre par son génie dans l'art de construire,
 
8, 160 ponit opus turbatque notas et lumina flexu

ducit in errorem uariarum ambage uiarum.

Non secus ac liquidus Phrygius Maeandrus in aruis

ludit et ambiguo lapsu refluitque fluitque

occurrensque sibi uenturas aspicit undas
 
réalise l'ouvrage, brouille les repères, et par les courbes, 

les sinuosités des différents chemins, il induit en erreur les regards. 

Comme dans les champs joue le limpide Méandre de Phrygie, 

qui reflue et dévale en cascades indécises,

se rencontrant lui-même, voyant les ondes venir à lui,
 
8, 165 et nunc ad fontes, nunc ad mare uersus apertum

incertas exercet aquas, ita Daedalus implet

innumeras errore uias ; uixque ipse reuerti

ad limen potuit ; tanta est fallacia tecti.


Quo postquam geminam tauri iuuenisque figuram
 
tourné tantôt vers sa source, tantôt vers la mer et le large,

et agitant ses eaux hésitantes, ainsi Dédale emplit de risques d'erreur

des routes innombrables. À peine put-il lui-même retrouver

le seuil de son ouvrage, tant il était truffé de pièges.


On y enferma l'être à double figure, taurine et humaine.
 
8, 170 clausit, et Actaeo bis pastum sanguine monstrum

tertia sors annis domuit repetita nouenis,

utque ope uirginea nullis iterata priorum

ianua difficilis filo est inuenta relecto,

protinus Aegides rapta Minoide Diam
 
Et après que le monstre se fut repu à deux reprises de sang d'Acté,

il fut vaincu lors du troisième tirage au sort, répété tous les neuf ans.

Avec l'aide d'une jeune fille, grâce au fil qu'il enroula à nouveau,

le fils d'Égée retrouva difficilement la porte que nul avant lui

n'avait refranchie. Aussitôt il enleva la fille de Minos, fit voile vers Dia,
 
8, 175 uela dedit comitemque suam crudelis in illo

litore destituit. Desertae et multa querenti

amplexus et opem Liber tulit, utque perenni

sidere clara foret, sumptam de fronte coronam

inmisit caelo. Tenues uolat illa per auras
 
et, cruel, abandonna sa compagne sur le rivage de l'île.

Tandis que, laissée seule, elle se répandait en plaintes infinies,

Liber la prit dans ses bras et lui porta secours ; et, pour la célébrer

par un astre éternel, il prit la couronne posée sur son front

et la lança dans le ciel. La couronne s'envole dans l'air léger
 
8, 180 dumque uolat, gemmae nitidos uertuntur in ignes

consistuntque loco, specie remanente coronae,

qui medius Nixique genu est Anguemque tenentis.
 
et, durant le vol, les pierres précieuses deviennent des feux éclatants

et s'arrêtent à leur place, en conservant l'aspect d'une couronne,

placée entre l'Homme agenouillé et celui qui tient le Serpent.
 
 

OVIDE, MÉTAMORPHOSES, LIVRE VIII

[Trad. et notes de A.-M. Boxus et J. Poucet, Bruxelles, 2007]

 

Source: http://bcs.fltr.ucl.ac.be/METAM/Met08/M-08-152-259.htm

Lire la suite

Loi de Bioéthique : Sont-ils devenus fous ? Avec Alexandra Caude-Henrion (THANA TV)

5 Août 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Politique, #Sciences, #Société

"En France ENCORE DANS VOTRE DOS est étudié à l’Assemblée Nationale une loi bioéthique qui :
1. Légalise la PMA pour tous !
2. Légalise le clonage humain !
3. Légalise la création de chimères Humains-Animaux !
4. Légalise la fin de la protection de l’enfant embryon qui est cessible et utilisable pour tout type d’expérience."

Depuis qu'elle a voté le Traité de Lisbonne que le peuple français avait rejeté par référendum, abdiquant la souveraineté de la France pour la remettre à l'UE, l'Assemblée dite "nationale" ne représente plus la France et les Français, mais seulement des intérêts privés et occultes et pour des buts iniques.

Lire la suite

Vladimir Ovchynski : les vaccins contre les coronavirus et les moyens de relance économique seront-ils entre les mains du crime organisé ? (Club d'Izborsk, 4 août 2020)

4 Août 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Société, #Opération Coronavirus

Vladimir Ovchynski : les vaccins contre les coronavirus et les moyens de relance économique seront-ils entre les mains du crime organisé ?

4 août 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19705

 

 

Dans l'enquête analytique "Impact de COVID-19 sur le crime organisé (juillet 2020)" préparée par l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (dont les auteurs sont Angela Me, Anja Korenblik, Christina Kangaspunta), il est noté qu'à l'heure où la pandémie COVID-19 a balayé le monde, dans de nombreux pays, Là où la criminalité organisée est omniprésente, les entreprises privées qui sont en difficulté et qui n'ont souvent pas accès à un financement public suffisant pour se maintenir à flot sont plus susceptibles qu'à d'autres moments de chercher à obtenir des prêts sur le marché noir.

 

Les entreprises opérant dans des secteurs tels que les transports, l'hôtellerie, les arts, le commerce de détail et l'industrie de la beauté sont particulièrement vulnérables à l'influence similaire du crime organisé (OCG). Lorsque ces sociétés reprendront leurs activités, certaines d'entre elles seront soit endettées auprès des MCP, soit directement contrôlées par ces derniers. Les groupes criminels organisés peuvent prendre le contrôle en transférant de l'argent en échange de l'achat d'actions ou en faisant des acquisitions directes d'entreprises. Cela ouvre de nouvelles possibilités pour les activités criminelles, notamment le blanchiment d'argent et la contrebande, ce qui accroît encore le contrôle et l'influence des groupes de criminalité organisée dans l'économie légale.

 

Dans certains secteurs de l'économie, la pandémie a entraîné une augmentation significative de la demande. Cela inclut, par exemple, les équipements médicaux, les produits pharmaceutiques, le commerce électronique, la vente au détail de produits alimentaires et les services rituels. La demande de masques médicaux, d'appareils respiratoires et de médicaments a également augmenté de manière significative. Les efforts de l'administration publique pour se protéger contre la pandémie ont conduit dans certains pays à simplifier les procédures d'achat de biens et de services.

 

Il existe déjà des preuves de l'infiltration de la criminalité organisée dans ces secteurs économiques à travers le monde - en particulier lorsque les itinéraires traditionnels à but lucratif, tels que le trafic de drogues et d'armes à feu ou la contrebande de migrants, sont pratiquement bloqués par des restrictions de mouvement.

 

Une opération internationale coordonnée par INTERPOL durant la pandémie a permis de saisir plus de quatre millions de drogues potentiellement dangereuses d'une valeur de plus de 14 millions de dollars et de perturber 37 groupes de criminalité organisée. Quelque 2 000 sites web ont vendu plus de 34 000 produits non homologués ou contrefaits, notamment de faux masques, des désinfectants pour les mains de mauvaise qualité, des désinfectants contre les coronavirus, des kits de protection contre les coronavirus et des antiviraux non homologués.

 

L'ONUDC prévoit que le marché des vaccins pourrait être le prochain domaine à faire face à une demande accrue et à une offre insuffisante, ce qui le rendrait vulnérable au crime organisé.

 

Il y aura des flux d'argent public en danger.

 

Aujourd'hui, les gouvernements du monde entier consacrent d'importantes sommes d'argent à la stabilisation de l'économie et au soutien des groupes les plus vulnérables. S'il est trop tôt pour affirmer qu'il existe des preuves solides que des fonds publics ont été détournés par des groupes de criminalité organisée, les preuves des crises passées suggèrent que les groupes de criminalité organisée feront de ces fonds leur cible. Les fonds destinés à aider les entreprises touchées, à acheter des produits médicaux et pharmaceutiques, à payer les travaux liés aux équipements publics tels que la modernisation des hôpitaux et les services de gestion des déchets seront particulièrement menacés. Des processus similaires ont été observés à la suite de catastrophes liées aux cyclones tropicaux en Amérique latine, du tremblement de terre en Italie et du tsunami de 2011 au Japon. Dans chaque cas, les BPC ont utilisé les procédures de marchés publics à leur propre avantage.

 

Pour information :

 

L'Union européenne va fournir des sommes d'argent sans précédent à ses membres. Lors d'un sommet à Bruxelles fin juillet 2020, il a été convenu que le Fonds de relance pandémique et un budget sur sept ans dépasseraient 1,8 trillion d'euros. Non seulement les pays concernés et leurs citoyens, mais aussi les groupes de criminalité organisée veulent se joindre à ces ressources. "La protection de notre budget et le respect de l'État de droit sont inextricablement liés", a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. - Et nous devons faire tout notre possible pour protéger l'argent européen en renforçant la lutte contre la fraude.

 

Jusqu'à présent, l'Agence européenne de lutte antifraude (OLAF) a enquêté sur ces activités, principalement en relation avec des projets d'infrastructure et de recherche de l'Union dans les différents pays. Les agences sont maintenant obligées de créer un centre d'échange d'informations entre les États et d'établir une coopération inter-agences pour lutter contre les infractions financières transfrontalières. "D'énormes sommes d'argent circuleront dans l'Union européenne et attireront des escrocs qui aiment gagner facilement beaucoup d'argent", a déclaré Ernesto Bianchi, membre de la direction de l'OLAF.

 

Le risque de détournement de fonds publics et le risque d'entrer dans l'économie légale sont les deux faces d'une même médaille - en substance, ils représentent un dilemme. L'injection à grande échelle de liquidités dans l'économie, bien que vitale pour son redressement, augmente inévitablement le risque de détournement de fonds publics, surtout à un moment où les institutions publiques sont affaiblies par la lutte contre la pandémie. Toutefois, réduire ces risques par un ensemble de mesures incitatives qui ne suffisent pas à sauver les entreprises de la faillite et de l'insolvabilité n'est pas non plus l'idéal. Les entreprises chercheront d'autres sources de financement qui ont de fortes chances d'être criminogènes en période de crise et faciliteront ainsi la pénétration de la violence liée au sexe dans l'économie légale.

 

Pendant la pandémie, les OCG ont accru leur influence dans les communautés.

 

La pandémie a révélé des faiblesses dans les structures de gouvernance à plusieurs niveaux, notamment dans la fourniture de l'aide d'urgence dont les plus pauvres ont désespérément besoin. Partout dans le monde, les organisations criminelles ont commencé à offrir des trousses de premiers secours et d'autres biens et services essentiels à ceux qui en ont le plus besoin. Cela a permis aux OCG de renforcer leur influence dans les territoires où ils opèrent.

 

En Italie, les structures mafieuses ont utilisé des fondations caritatives inexistantes pour aider les personnes dans le besoin. Les cartels mexicains ont distribué des kits alimentaires et sanitaires aux États et aux villes situés dans leurs zones d'influence. Les Yakuza au Japon fournissaient gratuitement des masques, du papier toilette et des serviettes de table aux pharmacies et aux jardins d'enfants. Les Talibans ont envoyé des équipes médicales dans des régions éloignées de l'Afghanistan pour aider à lutter contre le virus.

 

En menant ces activités, de nombreux groupes du crime organisé n'ont pas oublié la propagande et l'auto-publicité afin que le grand public sache qui les a aidés. Un cartel mexicain a diffusé une vidéo d'hommes armés distribuant des sacs de nourriture à l'arrière d'une camionnette. D'autres cartels apposent leur logo sur les emballages des kits qu'ils distribuent. Les Yakuza ont fait de généreuses offres d'assistance, ce qui a créé une aura de générosité et de puissance autour du OCG, même si l'assistance n'a jamais été fournie.

 

Outre le renforcement de la position et du statut des OCG dans les communautés, ces actions visaient à démontrer les erreurs et les échecs des agences gouvernementales et à discréditer les institutions et les organismes officiels. En conséquence, les OCG sont plus susceptibles d'opérer dans ces régions et de recruter de nouveaux partisans.

 

La mise en œuvre forcée de mesures de quarantaine a contribué à la crédibilité des OCG.

 

À mesure que le virus se propageait et que les gouvernements resserraient leur contrôle sur leurs populations, les fonctionnaires de nombreux États ont commencé à éprouver des difficultés face à l'ampleur de la tâche consistant à faire appliquer les mesures imposées. Les OCG ont vu là une nouvelle occasion de renforcer leur position dans les communautés en participant à l'application de l'isolement et des couvre-feux.

 

En Afghanistan, les talibans ont imposé la quarantaine à ceux qui venaient d'Iran. En Amérique latine, les OCG ont imposé des couvre-feux aux populations des territoires sous leur contrôle. D'anciens militants en Colombie et des membres de Hayat Tahrir al-Sham en Syrie ont contribué à faire respecter l'interdiction des grandes foules et le régime d'isolement.

 

Les groupes criminels organisés brésiliens et les groupes armés illégaux opérant dans les favelas ont été très actifs dans ce processus, contrôlant les prix des produits très demandés tels que les masques et les antiseptiques. Ainsi, les activités des OCG se sont fermement implantées dans des domaines traditionnellement réglementés par l'État, dans le but de générer des profits et, en même temps, d'améliorer leur réputation par le biais de politiques publiques et de fonctionnaires.

 

La distanciation sociale, les couvre-feux et la quarantaine - même lorsqu'ils sont appliqués par les OCG par des méthodes illégales telles que les menaces et la violence - sont dans l'intérêt des gouvernements, car tous les États ont utilisé une forme de régime d'isolement pour empêcher la propagation de COVID-19. Cela démontre la complexité des relations entre l'administration pénale et l'administration exercée par le pouvoir étatique légitime, mais pas qu'elles sont nécessairement en opposition directe l'une par rapport à l'autre. Toutefois, à long terme, toute forme de légitimation des OCG due à la crise actuelle ne fera que rendre plus difficile et plus lente la construction d'une société saine.

 

Les OCG sont obligés de faire des changements afin de maintenir leurs revenus.

 

De la même manière qu'une pandémie nuit à l'économie légitime en détruisant certaines industries et en en conservant d'autres, elle rend difficile la réalisation de nombreuses activités illégales des OCG. La quarantaine et les restrictions en matière de passage des frontières ont réduit la capacité d'organiser la prostitution, d'infiltrer les forces de l'ordre et de passer en contrebande des drogues, des personnes et des armes.

 

Certains des gangs les plus résistants et les mieux organisés ont profité de la crise pour accroître leur contrôle sur les territoires et les marchés illicites. Cependant, de nombreux gangs sont un réseau fragmenté de délinquants qui n'ont que des liens peu serrés - des petits gangs dynamiques qui agissent à l'occasion et profitent des occasions qui se présentent. Certains de ces petits groupes ont profité de la crise pour introduire des services et des biens illicites sur le marché, couvrant des positions où la demande a augmenté pendant la pandémie. Il s'agit notamment de masques, d'antiseptiques et de médicaments pour le traitement et la prévention de la COVID-19, tels que la chloroquine, qui ne répondent pas aux normes et sont contrefaits.

 

La crise provoquée par COVID-19 a conduit les OCG à chercher de nouvelles façons d'opérer dans les zones traditionnelles. Selon certains rapports, dans les Balkans, les trafiquants changent les types de drogues transportées et utilisent de jeunes enfants pour livrer les marchandises.

 

L'influence économique et sociale croissante des OCG a des implications internationales et transnationales.

 

Les groupes criminels organisés, qui ont étendu leur rôle de direction pour relever les défis posés par la pandémie, sont souvent des acteurs clés dans les activités criminelles transnationales et, à ce titre, ont des connexions et des intérêts économiques étendus dans de nombreux pays. Au cours des dernières décennies, les activités des groupes de criminalité organisée ont de plus en plus dépassé les frontières nationales, créant de nouvelles opportunités pour la criminalité et déclenchant une évolution vers une participation mondialisée aux activités du marché noir. Cette confluence de perspectives nationales, internationales et transnationales a un impact sur la justice tant au niveau national que mondial, car les liens croissants entre les réseaux criminels augmentent la probabilité que les effets négatifs s'étendent à d'autres États.

 

Dans le même temps, l'impact international des groupes de criminalité organisée dépend souvent de leur capacité à disposer d'une base locale à partir de laquelle ils peuvent opérer. C'est une bonne illustration de la transition des questions nationales et locales vers le niveau international et mondial. Compte tenu de ce fait, le renforcement de l'autorité locale des groupes criminels organisés par l'expansion de la fonction de gouvernance illicite peut avoir un impact direct sur l'importance du groupe au niveau transnational et sa capacité à gagner du poids sur le marché mondial.

 

Les réseaux d'alerte précoce et la technologie

 

La crise actuelle a également ouvert des possibilités de cybercriminalité aux éléments criminels. La pandémie a entraîné une augmentation du pishing, de la fraude aux cartes de crédit, des sites web piratés qui ont collecté des dons contrefaits et des cyber-attaques. En outre, de nombreux rapports ont fait état de faux sites ou de sites clonés et de fausses adresses électroniques utilisés pour commettre des délits sur l'internet.

 

Dans un rapport d'une organisation internationale, l'Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée « Technologies et criminalité organisée. Comment les technologies numériques changent l'image du crime organisé (juin 2020) » (par Lucy Bird, Thi Hoang, Julia Stanyard, Summer Walker, Simone Hayes) a noté qu'avec le développement de la technologie, l'image du trafic du crime organisé continue de changer aussi radicalement que celle de son homologue légitime. En particulier, la domination croissante du commerce électronique a créé un moyen de communication direct, peu attrayant et souvent anonyme entre les acheteurs et les vendeurs.

 

Alors que la cybercriminalité ne peut être commise qu'à l'aide d'un ordinateur, les crimes cybernétiques sont des crimes dont la portée et l'ampleur peuvent être accrues grâce aux ordinateurs, aux réseaux informatiques et à d'autres formes de transmission d'informations. Les plateformes et les applications de communication sociale, telles que celles utilisées par 46 % de la population mondiale, sont devenues des réseaux de "commandement et de contrôle" choisis par les groupes criminels organisés qui commettent des crimes par voie électronique.

 

La principale tendance identifiée par l'évaluation de la menace que représente la criminalité organisée sur Internet (COI) d'Europol est la popularité croissante du "modèle de criminalité en tant que service", dans lequel des fournisseurs spécialisés offrent des services cybernétiques aux OCG. Cela indique sans aucun doute que le nombre de crimes cybernétiques continuera à augmenter et que l'utilisation de plateformes et de cyber-outils en ligne dans le contexte des marchés établis de la criminalité organisée continuera à se développer.  En outre, les réseaux de criminalité organisée hors ligne seront de plus en plus interconnectés grâce aux outils numériques, qui vont des technologies de cryptage permettant de déguiser les messages aux cryptomonnaies utilisées pour les transferts anonymes, ce qui brouillera les frontières entre les marchés criminels en ligne et hors ligne.

 

Plus de la moitié de la population mondiale est aujourd'hui active sur Internet, et le nombre de personnes accédant à Internet via des téléphones portables augmente à un rythme explosif. Les pays en développement, en particulier, profitent de ces avancées technologiques. Par exemple, l'Afrique devrait atteindre le même niveau d'infrastructure Internet que l'Union européenne au cours des cinq prochaines années. L'expansion mondiale de la connectivité et l'utilisation des smartphones, qui permettent à leurs propriétaires d'accéder instantanément à un certain nombre de plateformes de communication en ligne, ont eu un impact significatif sur la dynamique des marchés illicites.

 

La présence en ligne a été enregistrée sur tous les grands marchés illicites : trafic de drogue, traite des êtres humains, trafic de migrants, trafic de ressources fauniques et trafic de biens culturels. La croissance du crime organisé cybernétique est inégale dans tous les domaines. Les différents niveaux de pénétration d'Internet, les capacités et les ressources pour lutter contre la cybercriminalité, ainsi que les différents niveaux de formation technologique des clients, ont conduit à une croissance différente des réseaux criminels en ligne. De même, la dynamique des marchés criminels hors ligne est un facteur clé pour déterminer comment ces marchés sont affectés par les développements technologiques.

 

La pandémie COVID-19 a eu un impact important sur l'ampleur et la forme de la cybercriminalité, ainsi que sur le fonctionnement des marchés "traditionnels" et l'utilisation des outils numériques. De nouvelles preuves montrent que certaines organisations criminelles incapables d'opérer hors ligne en raison des restrictions de mouvement liées à COVID cherchent des opportunités pour poursuivre leurs activités en ligne rentables.

 

Questions cruciales relatives à l'application de la loi et à la justice

 

La mauvaise communication et la mauvaise coordination entre les organismes chargés de faire respecter la loi et les entreprises technologiques privées constituent un problème pour l'application de la loi sur tous les marchés Internet illégaux.

 

Les cadres juridiques existants ne réglementent pas de manière adéquate les activités illégales sur Internet, et une législation plus stricte est nécessaire pour garantir la cybersécurité. Cependant, parallèlement à la création de lois, il est important de comprendre quelles organisations devraient être chargées de respecter l'obligation de surveillance prévue par ces lois. Traditionnellement, ce rôle a été assumé par l'État, et l'application de la loi a été mise en œuvre. Toutefois, il a été avancé que, comme les marchés en ligne deviennent de plus en plus complexes, les entreprises technologiques, en tant que fournisseur exclusif d'outils et de ressources appropriés, doivent surveiller l'environnement Internet comme l'exige la loi.

 

La nature fragmentée des structures juridiques, y compris celles qui réglementent l'utilisation des preuves électroniques dans les tribunaux, rend les enquêtes transfrontalières difficiles. Avec l'augmentation des flux d'informations transfrontaliers, les autorités judiciaires et répressives ont du mal à accéder aux preuves électroniques pertinentes pour les enquêtes criminelles. Ceci est particulièrement pertinent dans la mesure où ces preuves sont de plus en plus disponibles dans les infrastructures privées. Si elle se trouve hors du pays qui mène l'enquête ou appartient à des prestataires de services établis hors de son territoire, il est très difficile, voire impossible, d'obtenir de telles preuves. Les retards dans l'obtention des preuves pertinentes signifient souvent qu'elles ont été détruites ou déplacées avant que les processus de transmission transfrontalière ne soient achevés. Même si des preuves électroniques ont été recueillies et utilisées pour les poursuites, le manque de sensibilisation de nombreux membres du pouvoir judiciaire les rend pratiquement inutiles.

 

Les services répressifs manquent de ressources et de capacités pour utiliser la technologie afin de contrer les marchés illicites. Ils tentent donc d'élaborer une législation spécialisée à l'échelle mondiale et de doter les services répressifs des compétences nécessaires pour faire face à la cybercriminalité. Même dans les pays les plus riches du monde, il n'y a pas assez de personnel de police ayant la formation nécessaire en matière de police scientifique en ligne pour enquêter sur un large éventail de crimes commis en ligne, allant de la fraude par carte de crédit et du chantage à la divulgation sexuelle, en passant par le trafic de drogue sur l'internet de l'ombre et le commerce d'espèces menacées.

 

La technologie de blocage permet aux opérateurs criminels d'effectuer des transactions en ligne de manière anonyme, sûre et peu coûteuse. Dans le passé, l'historique des transactions par carte de crédit et l'utilisation d'un navigateur Internet rendaient plus difficile la dissimulation des transactions financières sur Internet, mais cela a changé avec l'avènement des monnaies cryptées, de l'Internet fantôme et du navigateur Tor (qui exclut le trafic Internet entre plusieurs serveurs grâce à des niveaux de cryptage). Les clés cryptographiques et les portefeuilles numériques augmentent l'anonymat des utilisateurs, n'existent que dans l'espace numérique et sont indépendants de la banque centrale, ce qui rend le suivi par les forces de l'ordre et les enquêteurs aussi difficile que possible.

 

La fermeture en 2017 d'un certain nombre de grands marchés Internet parallèles a fragmenté la plateforme en marchés plus petits et plus localisés (y compris ceux qui n'utilisent que des langues locales autres que l'anglais), ce qui démontre la flexibilité du marché Internet parallèle. Cette tendance à un marché de plus en plus fragmenté, constitué d'un grand nombre de petites plateformes, devrait se poursuivre. La prolifération de nombreux petits marchés présente des défis supplémentaires pour les services répressifs, car l'effet de la fermeture de l'un d'entre eux sera moins tangible.

 

Les régimes mondiaux de protection des données profitent aux personnes, mais posent un défi important à la collecte et à l'analyse des données sur les marchés en ligne, en particulier si les données sont stockées dans un compte utilisateur privé (comme d'habitude) ou considérées comme "confidentielles" (en l'état). Les régimes mondiaux de protection des données comprennent de vastes domaines qui nécessitent une mise en application, mais les autorités doivent comprendre le processus formel d'obtention de l'accès aux données dont elles ont besoin. Non seulement cela impose une charge administrative supplémentaire importante aux services répressifs, mais cela entraîne également des retards importants dans les enquêtes. Au moment où un procès est terminé, les données qui nécessitent une enquête n'existent plus. Les préoccupations en matière de protection des données font également qu'il est difficile pour les propriétaires de médias sociaux de transmettre des données personnelles aux services répressifs, en particulier dans les juridictions où les gouvernements pratiquent des formes de censure en ligne et demandent habituellement des données aux utilisateurs de réseaux considérés par l'État concerné comme des "délinquants".

 

L'utilisation croissante de la technologie de cryptage, en partie en raison des préoccupations croissantes concernant la sécurité des données privées, pose un défi important pour les enquêtes.

 

L'introduction et la diffusion de la technologie de communication 5G compliquent encore les enquêtes. La capacité de la 5G à télécharger des données de plusieurs sources en même temps rendra difficile la conduite d'enquêtes par les services de police, car il sera plus difficile d'identifier l'appareil et sa source.

 

Il est nécessaire de poursuivre les recherches sur l'intelligence artificielle, les superproductions et autres technologies numériques pour lutter contre la propagation du crime organisé commis par le biais des technologies et de la cybercriminalité. Tout cela devrait s'accompagner d'une réglementation accélérée des technologies numériques et des plates-formes de vente, en partie pour réduire les possibilités que ces développements offrent aux OCG. De même, l'innovation numérique doit être à l'abri des activités criminelles, et les développeurs doivent évaluer comment les nouveaux appareils et applications peuvent être utilisés par les criminels avant leur mise sur le marché.

 

De nombreux problèmes devront être résolus littéralement "sur le tas" par les forces de l'ordre et le pouvoir judiciaire, car la criminalité organisée en cas de pandémie mute aussi rapidement et de manière aussi inattendue que COVID 19.

 

 

Vladimir Ovchinsky

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Vladimir Ovchynski : les vaccins contre les coronavirus et les moyens de relance économique seront-ils entre les mains du crime organisé ? (Club d'Izborsk, 4 août 2020)
Lire la suite

Valery Korovin : Derrière les appels à la démolition de monuments en Russie se cache la logique du BLM. (Club d'Izborsk, 4 août 2020)

4 Août 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Société, #Politique

Valery Korovin : Derrière les appels à la démolition de monuments en Russie se cache la logique du BLM.

4 août 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19704

 

 

Les appels à la démolition de monuments des personnages historiques des siècles passés, devenus célèbres dans le domaine de l'expansion des frontières de l'État russe, non seulement dans le Caucase du Nord, mais aussi, par exemple, en Sibérie, sont de plus en plus fréquentes dans notre pays. Bien sûr, ces revendications ne sont pas dictées par l'oppression des peuples il y a deux cents, trois cents ou cinq cents ans, mais par leur politisation actuelle.

 

Bien sûr, tous les peuples qui ont cofondé l'État russe ont des droits égaux à son égard. Cependant, la politisation de telle ou telle nation, non seulement dans notre pays, mais aussi dans d'autres parties du monde, en lui accrochant les attributs d'une "nation politique", en la transformant en un "épouvantail" politique du monde moderne, est une menace pour l'intégrité de tout État. Et plus cet État est grand, plus la menace est forte.

 

Il est clair que la création de tout État, surtout si elle a eu lieu au cours des époques précédentes, la poursuite de sa création et l'obtention du pouvoir ont toujours été fondées sur la violence, le sang, l'oppression. Mais à l'ère de l'"humanisme minimal", dans laquelle nous ne sommes entrés que récemment, toute violence est diabolisée, en tant que telle. Ce type de diabolisation s'inscrit dans le cadre d'une idéologie libérale, dans laquelle l'institution de l'État est, en principe, dégoûtée et doit "s'effacer" - avec toutes ses fonctions et manifestations.

 

D'où le cri bien-aimé des libéraux et des "humanistes minimaux" qui disent que l'État est "trop", qu'il s'immisce trop dans nos affaires, oubliant sa fonction de "veilleur de nuit", qu'il est trop rigide et se laisse constamment contraindre.

 

Le mouvement "Black Lives Matter" aux États-Unis est un exemple frappant du rejet libéral de l'État et de la lutte contre celui-ci. Elle tente de détruire les restes de l'Amérique telle que nous la connaissons, dans le cadre d'un effort libéral pour "libérer l'homme". Cette dernière implique non seulement la libération de la violence d'État, mais aussi l'élimination de tout le paradigme de la civilisation occidentale, qui inclut naturellement l'histoire de l'Ancien et du Nouveau Monde. C'est ce mouvement, avec la pleine approbation des structures libérales mondialistes traditionnellement anti-étatiques, qui démolit aujourd'hui des monuments dans les États.

 

Exactement les mêmes tendances se manifestent aujourd'hui dans certaines régions russes, où l'État actuel doit être "réduit", avec ses postulats d'ordre et de discipline, et en même temps condamner ses diverses manifestations dans l'histoire.

 

En fait, le désir de démolir des monuments est une manifestation d'"humanisme minimal", que toute violence, même une bagarre de cour ou un incident dans un tramway où quelqu'un a marché sur le pied de quelqu'un, est considérée comme traumatisante et criminelle. Devant nous se trouve la "logique féminine" du féminisme libéral victorieux, qui ne s'arrêtera pas tant qu'il n'aura pas nettoyé les derniers symboles associés à la violence, y compris les monuments des bâtisseurs russes de l'État "entre les trois océans". Ce féminisme, dans son essence, est conçu pour minimiser toute manifestation de masculinité, de volonté.

 

Permettez-moi de vous rappeler que la fonction des hommes dans la société traditionnelle est de servir Dieu ou de mourir pour la patrie. Le reste, c'est-à-dire toute la sphère de la vie matérielle, est une voie féminine. En fait, ceux qui demandent la démolition de monuments et qui crient à l'oppression de l'État sont des gens qui ont pris le chemin de la "logique féminine". Pour l'essentiel, ce ne sont plus des hommes, mais des femmes, même si elles portent une barbe et des vêtements d'homme.

 

Dans ce sens, il s'agit d'un trouble mental, d'une maladie collective dont le danger public est d'affaiblir les piliers de l'État et de politiser artificiellement les peuples, totalement destructeur et désespérément postmoderne.

 

 

Valery Korovin

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Valery Korovin : Derrière les appels à la démolition de monuments en Russie se cache la logique du BLM. (Club d'Izborsk, 4 août 2020)
Lire la suite

Rassemblement de la Manif pour tous devant l'Assemblée nationale contre le projet de loi bioéthique

27 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Société, #Politique, #France

«Occupez-vous de la sécurité, pas des chercheurs apprentis sorciers ! Occupez-vous des gamins, pas de faire des orphelins ! Occupez-vous de mon quotidien, pas de faire des orphelins !»

«Occupez-vous de la sécurité, pas des chercheurs apprentis sorciers ! Occupez-vous des gamins, pas de faire des orphelins ! Occupez-vous de mon quotidien, pas de faire des orphelins !»

« La méthode du tandem Emmanuel Macron / Jean Castex est bien de faire avancer un projet de loi ni bio ni éthique en catimini, au cœur de l’été. C’est un pari risqué. Les Français ne sont pas dupes. Ils voient où l’exécutif place ses priorités. Au lieu de préparer et adopter des dispositifs efficaces pour contenir la crise économique et sociale, le gouvernement choisit de céder à une poignée de parlementaires emmenés par Guillaume Chiche pour permettre de faire volontairement des enfants privés de père et d’affaiblir ainsi la filiation et la famille, premier lieu de solidarité et refuge pour les plus vulnérables. Il est encore temps de rester en cohérence avec la déclaration de politique générale prononcée par Jean Castex hier à l’Assemblée nationale et ce matin devant les sénateurs, en reportant l’examen du projet de loi bioéthique » 

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous.

https://www.lamanifpourtous.fr/actualites/communiques-de-presse/le-projet-de-loi-bioethique-absent-des-declarations-de-politique-generale-de-jean-castex-a-lassemblee-nationale-et-au-senat

https://francais.rt.com/france/77206-rassemblement-manif-pour-tous-devant-assemblee-nationale-contre-projet-loi-bioethique

SITE DE LA MANIF POUR TOUS:

https://www.lamanifpourtous.fr

Rassemblement de la Manif pour tous devant l'Assemblée nationale contre le projet de loi bioéthique
Rassemblement de la Manif pour tous devant l'Assemblée nationale contre le projet de loi bioéthique
Lire la suite

Des fourmis et des hommes

25 Novembre 2015 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Environnement, #Nature, #Sciences, #Société

La Fourmi n'est pas prêteuse, c'est là son moindre défaut.
La Fontaine, Fables: La Cigale et la Fourmi (1e fable du Livre I, 1668)

 

Les Fables de La Fontaine sont un chef-d'oeuvre de la littérature et de l'esprit français, mais certainement pas des sciences naturelles et de l'éthologie (science du comportement animal).

Les fourmis existent depuis plus de 100 millions d'années et on on connaît actuellement 12000 espèces. Vivant en colonies de parfois plusieurs millions d'individus, elles frappent, outre par leurs capacités physiques sans aucune mesure avec celles de l'homme*, par le haut degré d'organisation de leurs sociétés, où l'intérêt de l'individu se subordonne toujours à celui de la collectivité. C'est ce qu'on appelle l'"altruisme". Chez certaines espèces, les fourmis font un pont vivant pour traverser une étendue d'eau, celles d'en bas se noyant pour permettre aux autres de passer sur leurs corps. Chez certaines termites, les gardiennes de la colonie font exploser leur abdomen sur l'agresseur venu de l'extérieur, le couvrant du contenu visqueux et toxique de leur corps qui se coagule au contact de l'air et le paralyse. Ces fourmis kamikazes** agissent selon la nature et l'instinct, programmées pour la survie de leur communauté et de l'espèce.

Sacrifier sa vie personnelle pour celle de la collectivité à laquelle on appartient; voilà une chose qui n'est pas naturelle chez l'homme, cette espèce atypique de la planète Terre. On constate même que dans son évolution au sein de ce que les imposteurs appellent le "Progrès", il agit de plus en plus en sens inverse: l'individu sacrifiant les autres et son milieu naturel à son appétit de pouvoir et de richesse ou, plus simplement, comme prix de sa tranquillité.

Le sacrifice altruiste a existé néanmoins chez nous en Europe au temps de la chevalerie, au Japon d'autrefois, au temps des samouraï, dans l'Antiquité à Sparte, et parmi sans doute bien d'autres peuples de la terre***.

"Chacun chez soi, chacun pour soi": c'est la triste devise des sociétés humaines gouvernées par et pour les riches. Misère des autres, misère de la nature, solitude des hommes séparés des dieux protecteurs (les Kami du shintoïsme, cette religion des origines) qui veillaient sur l'ordre et l'équilibre du monde.

Les monstrueuses guerres et le terrorisme d'État modernes, l'exploitation suicidaire des richesses naturelles sont l'expression de l'hybris de cet animal fou qui se croit homme.


Pierre-Olivier Combelles

* On s'en rend compte en observant par exemple les fourmis traîner ou porter des fardeaux d'une taille considérable par rapport à la leur sur un sol forestier ou d'une prairie encombrés de végétation qu'elles escaladent sans même ralentir, ou parcourir en tous sens et en courant une roche verticale ou bien le tronc et les branches d'un arbre.

** De kami (divinité, esprit) et kazé (vent) en japonais.

*** Mahâkapi-Jâtaka (Jâtaka du singe magnanime): http://pocombelles.over-blog.com/article-mahakapijataka-79202909.html

 

Pour en savoir plus sur les fourmis:

Sciences en liberté. Une émission animée par Thierry Lode sur Radio Libertaire, lundi 23 novembre 2015 à 18H: http://www.radio-libertaire.net/

Vincent Perrichot (spécialiste de l'ambre du Crétacé, département de Géosciences/UMR 611 - Université de Rennes I): conférence sur l'origine et l'essor des fourmis: http://www.espace-sciences.org/conferences/mardis-de-l-espace-des-sciences/l-origine-et-l-essor-des-fourmis

et son article (parmi beaucoup d'autres) : https://geosciences.univ-rennes1.fr/spip.php?article1346

Article de La Recherche sur la sociabilité des fourmis: http://www.larecherche.fr/savoirs/dossier/fourmis-sont-elles-encore-froid-darwin-01-03-1997-89376

Fourmis dans un ambre fossile.

Source de l'illustration et page de Vincent Perrichot sur le site de Geosciences de l'université Rennes I: https://geosciences.univ-rennes1.fr/spip.php?article1130&lang=en

Mono no aware. En japonais: la sensation de l'éphémère, l'empathie envers les êtres.

Mono no aware. En japonais: la sensation de l'éphémère, l'empathie envers les êtres.

Lire la suite

La forêt magique

13 Juin 2015 , Rédigé par POC Publié dans #Economie, #Environnement, #Europe, #France, #Nature, #Philosophie, #Société

Le centre commercial du Bel-Air, à Rambouillet. Son architecture veut rappeler la forêt qui l'environne. Photo: Pierre-Olivier Combelles (2015)

Le centre commercial du Bel-Air, à Rambouillet. Son architecture veut rappeler la forêt qui l'environne. Photo: Pierre-Olivier Combelles (2015)

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Le Progrès se réduit finalement à voler à l’homme ce qui l’ennoblit, pour lui vendre au rabais ce qui l’avilit. Nicolás Gómez Dávila (1993-Bogotá 1994)

 

L'hypermarché, de conception américaine, est le cosmos artificiel. Autrefois, l'homme trouvait tout autour de lui et gratuitement dans la nature: nourriture, eau, chaleur et lumière du soleil le jour, lumière de la lune et lueur des étoiles la nuit, le bois pour se chauffer, se sécher et cuire les aliments, vêtements, parures, médicaments, outils, logement. Tous ces biens, limités à l'essentiel, chacun se les procurait lui-même, en famille, et les partageait ou les échangeait avec les autres.

Aujourd'hui, l'hypermarché a remplacé la nature: dans un espace clos, immense, les spots qui éclairent jour et nuit ont remplacé les astres; le chauffage toute l'année a remplacé la chaleur du soleil et du feu; les arbres et les plantes artificiels ont remplacé la forêt primitive, la forêt originelle, Silva; la musique industrielle en anglais a remplacé le chant des oiseaux et le bourdonnement des insectes, les cris des animaux, la musique du vent et de la pluie dans les arbres; le sol lisse, nu, propre et brillant a remplacé le sol de terre, de feuilles, de plantes, d'herbes, de sable ou de cailloux, sec, froid ou tiède, humide ou couvert de neige, et on y trouve tout ce qui est nécessaire  pour vivre ainsi qu'une foule d'autres choses totalement superflues et même dangereuses à l'usage ou après l'usage. Tout est fabriqué par d'autres hommes inconnus et des machines, ailleurs, très loin: en Chine ou en Inde par exemple. On est dépossédé de son savoir-faire et de sa culture.

Mais en sortant du magasin, il faut payer pour emporter les choses que l'on a prises. C'est à dire les échanger contre de l'argent. Opération mystérieuse qui se fait de plus en plus souvent avec une petite carte que l'on glisse dans un petit appareil en tapant un code. Car on ne peut s'approvisionner dans cette forêt magique que si l'on a une carte, et qui fonctionne. C'est l'arme magique qui a remplacé l'arc et la sarbacane qui permettaient à l'homme archaïque, le Ñaupa machu* de vivre et de se nourrir dans la forêt.

Mais comment se procure-t-on une carte bancaire approvisionnée? En travaillant? Même pas, car le travail**, qui a remplacé le nécessaire et honnête labeur, est le résultat de la loi du marché, de l'offre et de la demande, de la politique du Pouvoir. Il y en a d'ailleurs de moins en moins et il est de plus en plus pénible et souvent odieux car on est obligé de faire des choses contre sa conscience...

En volant alors, en spéculant et en mentant comme font les-riches-qui-ne-partagent-pas et les politiciens escrocs ? ou bien faut-il se laisser mourir de faim et de désespoir ?

Pierre-Olivier Combelles

* Mot quechua, préhispanique, des Amérindiens cultivateurs des Andes qui veut dire: "les ancêtres vérérables", en désignant les tribus amazoniennes de chasseurs-pêcheurs cueilleurs.

** Du latin et byzantin tripalium, le pal, un instrument de torture. Synonyme de souffrance. D'où l'expression en travail pour désigner l'accouchement.

Consulter aussi:

https://reporterre.net/L-Etat-laisse-les-grandes-surfaces-tuer-les-centres-villes

La forêt magique
La forêt magique

L'indienne kayapo Tuira menace de sa machete l'envoyé du gouvernement brésilien José Antonio Muniz Lopes dans une réunion sur le projet du barrage Belo Monte : « Nous n’avons pas besoin de votre barrage. Nous n’avons pas besoin d’électricité, elle ne nous donnera pas notre nourriture. Vous êtes un menteur ! » (1989). Les Indiens d'Amazonie ne travaillaient pas et ne connaissaient que le labeur ; quelques heures seulement dans la journée (chasse, récolte des fruits ou légumes), le reste du temps étant consacré au repos ou aux loisirs et à la fabrication des flèches, des hamacs, des ustensiles...

Lire la suite

Un Indien de France

2 Avril 2011 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Canada, #France, #Politique, #Société

Dans les années 1990, un ami Indien montagnais (on doit dire aujourd'hui, paraît-il, "Innu") d'une des dernières communautés à l'extrémité de la Basse Côte-Nord du Québec me raconta qu'il avait fait un jour un voyage en famille à Québec ou Montréal, à 1500 km au sud-ouest. Le soir, ils vont dans un restaurant. Ils sont attablés lorsqu'ils remarquent que les gens les regardent d'un mauvais oeil et commentent: "ces immigrants..."

Ils ont quitté alors le restaurant, vexés, peinés.

Lorsque ces Montagnais ont visité ensuite un appartement à louer, petit et hors de prix, ils ont trouvé des seringues dans un placard. Ils ont vu que dans les grandes villes, il y avait la violence, la drogue, la prostitution. Consternés, horrifiés,  ils se sont empressés de retourner chez eux sur la Basse Côte-Nord, vaste pays de toundra, de forêts, de lacs, de rivières et de mer.

A Montréal comme dans les grandes villes du Canada, on croise maintenant dans les rues une multitude de gens de toutes races.

Ces Québécois blancs, ignorants, avaient naturellement pris ces Indiens Montagnais, ces "autochtones" comme on dit, qui étaient là des milliers d'années avant l'arrivée des Européens au Canada, pour de nouveaux immigrants peut-être asiatiques, hindous ou dont on ne sait où.

Lorsque je me promène dans une ville française, environné de gens de toutes races et de tous pays, un spectacle qui était totalement inconnu et inimaginable il y a cinquante ans, moi dont les ancêtres sont issus de ce pays et ont contribué à le construire et à le défendre, en versant parfois leur sang à la guerre, que vont finir par penser de moi les passants que je croise ? Que je suis aussi un nouvel immigrant, mais différent des autres parce que je suis de race blanche...

Finalement, je ne vois plus de différence entre un Indien du Québec et moi. Je suis devenu un Indien de France.

Pierre-Olivier Combelles

Un Indien de France

Sur le même sujet:

En esa roja nación de sangre: Poesía indígena de Estados Unidos, par Janet Mc Adams 

https://www.jornada.com.mx/2013/03/09/oja-roja.html

Lire la suite

A propos du drapeau arc-en-ciel des Incas

9 Septembre 2010 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #USA, #Société, #Histoire

A la Pinacothèque de Paris vient d'ouvrir (jusqu'au 6 février 2011) une superbe exposition: "l'Or des Incas", à laquelle Michel de Jaeghere a consacré un numéro hors-série du Figaro-Magazine.

Le dossier du Figaro-Magazine contient des erreurs graves et des points de vue erronés. On y lit par exemple que "le drapeau arc-en-ciel des Incas a été inventé dans les années 1970" (p. 87) et que c'est celui du New Age (et des gays). L'"incaïsme"est tourné en dérision, y compris et d'abord dans l'éditorial de M. de Jaeghere, sans penser un seul instant à ce que le souvenir des Incas, les derniers rois indigènes des pays andins, représente pour ces peuples.

Ecrirait-on l'équivalent à propos du drapeau fleurdelysé des rois de France et du royalisme, toujours vivants, après 200 ans de république maçonnique ?

La thèse drapeau des Incas = drapeau New Age et des gays* est celle de la propagande mondialiste en Amérique du sud, qui consiste à inverser l'ordre traditionnel et religieux et à dévaloriser et détruire les cultures nationales. De la part du Figaro, média capitaliste, atlantiste et sioniste, cela n'est guère étonnant.

Le véritable "drapeau" des Incas et des peuples andins était (et reste) la wiphala, consituté de carrés de couleurs différentes et dont la disposition variait pour chacun des quatre Suyos (régions) du Tawantinsuyu (Empire des Quatre Côtés"). Avec celui de l'Etat central, cela faisait cinq. Ces wiphalas sont toujours en usage parmi les peuples andins et particulièrement en Bolivie, où il est l'emblème des fiers Aymaras.

 

600px-Banner of the Qulla Suyu.svg

Wiphala du Colla Suyu (territoire actuel des Aymaras)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wiphala

Il suffit de consulter les chroniqueurs pour vérifier l'origine historique de ce drapeau:

Dans son célèbre ouvrage les "Commentaires royaux sur le Pérou des Incas", Inca Garcilaso de la Vega, fils d'une princesse inca de sang royal et d'un capitaine espagnol, né au Cuzco le 12 avril 1539, décrit au Livre III, chapitre XXI ("Del claustro del templo de los aposentos de la luna y etrellas, trueno y relampago y arco iris", consacré au temple de la capitale impériale) la salle de la divinité de l'arc-en-ciel:

"Otro aposento (que era el cuarto) dedicaron al arco del cielo, porque alcançaron que procedia del sol, y por ende lo tomaron los Reyes Incas por divisa y blason, porque se jatavan descendir del Sol (...) Llaman al arco cuichu" (...)

(Inca Garcilaso de la Vega, Comentarios Reales de los Incas, Biblioteca Clasicos del Peru/1, Ediciones del Centenario, Banco de Credito del Peru, 1985).

Je traduis:

"Ils consacrèrent une quatrième salle à l'arc-en-ciel, parce qu'ils avaient compris qu'il procédait du soleil, et pour cette raison les Rois Incas le prirent comme devise et blason, parce qu'ils s'honoraient de descendre du Soleil (...) Ils nommaient l'arc cuichu (...) 

Dire que le drapeau inca a été inventé par les gays de Californie dans les années 70 est non seulement mensonger mais sacrilège. En effet, les Incas interdisaient la sodomie et la châtiaient avec une sévérité exemplaire là où ils la rencontraient dans leur empire. Les sodomites étaient brûlés vifs et leurs biens détruits.

Dans le même ouvrage, Inca Garcilaso de la Vega rapporte par exemple:

Livre III, Chapitre XIII: Por la costa de la mar reduzen muchos valles, castigan los sodomitas

"El Inca general Auquititu y sus maesses de campo, haviendo reduzido todos aquellos  valles al servicio de su Rey sin batalla, le dieron cuenta de todo lo que sucedido, y en particular le avisaron que pesquisando las costumbres secretas de aquellos naturales, de sus ritos y ceremonias y de sus dioses, que eran los pescados que matavan, havian hallado que havia algunos sodomitas, no en todos los vezinos en comun, sino en algunos particulares que en secreto usavan aquel mal vicio."

(...)

"Y en particular mando que con gran diligencia hiziessen pesquisa de los sodomitas, y en publica plaça quemassen vivos los que hallassen, no solamente culpados sino indiciados, por poco que fuesse; assimesmo quemassen sus casas y las derribassen por tierra y quemassen los arboles de sus heredades, arrancandoles de raiz, por que en ninguna manera quedasse memoria de cosa tan abominable, y apregonassen por ley inviolable que de alli adelante se guardassen de caer en semejante delito, so pena de que por el pecado de uno seria asolado todo su pueblo y quemados sus moradores en general, como entonces lo eran en particular."

Livre VI, Chapitre XI : De otras provincias que gano el Inca**, y de las costumbres dellas y castigo de la sodomia

" Y en la provincia de Huaillas castigo severamente algunos sométicos, que en mucho secreto usavan el abominable vicio de la sodomia. Y porque hasta entonces no se havia hallado ni sentido tal pecado en los indios de la sierra, aunque en los llanos si, como ya lo dexamos dicho, escandalizo mucho el haverlo entre los Huaillas, del cual escandalo nascio un refran entre los indios de aquel tiempo, y vive hasta hoy en opprobrio de aquella nascion, que dize; Astaya Huaillas, que quiere dezir "Aparte alla, Huaillas", como que hiedan por su antiguo pecado, aunque usado entre pocos y en mucho secreto, y bien castigado por el Inca Capac Yupanki."

Quant aux raisons véritables du choix du drapeau arc-en-ciel par les gays, on peut penser qu'il s'agit d'une perversion, d'une inversion du signe donné par Dieu dans la Bible à la fin du Déluge: l'Arc-en-ciel, en signe d'alliance avec les "purs":

"Les tendances de Sodome et la descente rapide vers Sodome n'étaient rien d'autre qu'une marque de naissance de la souillure pré-inondation. L'épisode connu de réprimande de Noé est une preuve évidente de cet état de fait. Ce n'est qu'au XXe siècle que la communauté des sodomites, née de l'impunité, a osé prendre comme symbole l'arc-en-ciel même que Dieu avait mis dans la nuée en signe d'alliance avec les "purs". L'attribution de l'arc-en-ciel par les LGBT, c'est-à-dire les "hommes du déluge" actuels, n'est rien d'autre qu'une moquerie grossière et cananéenne de Noé et de ses descendants, ainsi que la patience du Créateur. Après tout, l'arc-en-ciel a été donné comme une promesse qu'il n'y aurait plus d'inondation. Cette impertinence que les pervers n'ont pas inventée eux-mêmes - il y a clairement un jeu de contre-initiatives, de forces combattant Dieu."

(Arche russe. Stratégie alternative pour le développement mondial. 19 février 2020. Ouvrage collectif sous la direction de V. Averyanov.

https://izborsk-club.ru/18825

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

* La distinction entre "gays"et "homosexuels" est importante. Comme l'explique l'écrivain cubain Servando Gonzalez, les gays sont un mouvement politique subversif récent. Les Femen, Pussy Riot, etc. en sont l'illustration frappante; ce sont des instruments ultra-médiatisés servant à la déstabilisation de la société, des gouvernements et des États. Cela n'a rien à voir avec l'homosexualité qui existait jusque-là, phénomène extrêmement minoritaire voire totalement absent dans la plupart des peuples et qui est une attirance sexuelle personnelle et privée pour une personne du même sexe.  Dans ses articles informés et intelligents, Servando Gonzalez montre que les gays sont en réalité les ennemis des homosexuels traditionnels (hommes se conduisant comme des femmes): 

https://newswithviews.com/Gonzalez/servando111.htm

** Inca Capac Yupanqui

 

 

garcilaso de la vega imagen enviada a la pucp

Lire la suite
<< < 10 11