Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

societe

Guillaume Durocher: La sécession des élites françaises (Unz Review, 23 avril 2021)

28 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Economie, #France, #Société

La sécession des élites françaises

La clé du succès... et des échecs de Macron

 

GUILLAUME DUROCHER - 23 AVRIL 2021

 

https://www.unz.com/gdurocher/the-secession-of-french-elites/

 

 

Dans les articles précédents, nous avons vu comment le sondeur français Jérôme Fourquet, dans son ouvrage L'Archipel français, a documenté statistiquement la montée du social-libéralisme, la présence et le caractère croissants des musulmans, et le déclin général de l'identité partagée en France.

 

Un autre phénomène crucial est ce que Fourquet appelle "la sécession culturelle, géographique et idéologique des élites [françaises]" (p. 94). D'une part, il y a un certain retranchement, les médias de l'élite française ayant réduit leur influence et leur portée sur la population générale, d'autre part, l'élite cherche à s'émanciper des contraintes du peuple, comme en témoigne la fuite dans les quartiers embourgeoisés, les écoles privées et l'expatriation pure et simple.

 

Le déclin des grands médias

 

Ces dernières années, on a assisté à un déclin constant des grands médias français. La chaîne de télévision TF1, qui jouissait d'une part hégémonique de 45% des téléspectateurs en 1988, ne représente plus que 20% en 2017 (p. 80). Les émissions d'information, les divertissements et les événements sportifs diffusés par TF1 signifiaient "qu'une très grande partie de la population vivait la même chose au même moment" (p. 79). À l'inverse, le pluralisme accru des médias a signifié un déclin du consensus social, car " les grands médias de masse, avec leurs larges audiences, ont participé à la création d'une vision commune et partagée du monde " (p. 79).

 

Le journal national Le Monde est passé de 408 000 exemplaires vendus en 2002 à 300 000 en 2016, même si cela ne semble pas trop grave étant donné l'augmentation de la consommation d'informations en ligne. Divers magazines ont également perdu entre 15 et 30 % de leurs ventes. Cette évolution a soumis les publications imprimées à une pression économique énorme qui n'a pas été compensée par les maigres recettes publicitaires en ligne. Les licenciements massifs de journalistes sont fréquents.

 

Fourquet prévient que nous sommes à l'aube de changements encore plus importants pour les médias, citant à nouveau les jeunes : "le paysage des médias et de l'information qui se maintient difficilement risque d'être complètement transformé d'ici 15 ans, lorsque la génération des baby-boomers, qui constitue le dernier bloc de lecteurs de la presse et de téléspectateurs des chaînes historiques, aura disparu" (p. 82).

 

Le résultat pratique d'un plus grand pluralisme médiatique est le déclin du consensus social. Les élites vivent de plus en plus dans leur propre réalité définie par les médias historiques qui ont une résonance émotionnelle pour elles. Les classes inférieures font de plus en plus défection et sont soumises à des variations entropiques (environ un tiers des jeunes Français croient aux "chemtrails" et aux programmes de contrôle de la météo [par exemple HAARP], p. 83).

 

Guillaume Durocher: La sécession des élites françaises (Unz Review, 23 avril 2021)

Une ségrégation de classe en hausse : gentrification, écoles, expatriation

 

Part des habitants de Paris qui sont des ouvriers ou des employés non cadres.

Part de la population parisienne ouvrière ou employée non cadre.

Les centres-villes se sont embourgeoisés avec des prix de l'immobilier élevés. Dans les années 1980, les ouvriers et les employés non cadres représentaient environ 55 % des résidents de villes comme Lyon, Toulouse, Strasbourg et Nantes. Aujourd'hui, ils ne représentent plus qu'un tiers environ, ayant été remplacés par des professionnels urbains (p. 99).

 

Les inégalités sociales se manifestent également dans la popularité croissante des écoles privées. En France, les écoles privées désignent essentiellement les écoles catholiques et étaient autrefois fréquentées non pas tant pour des raisons de classes sociales que pour des raisons de préférence religieuse. Désormais, les personnes aisées sont davantage surreprésentées dans le système scolaire privé, les parents inquiets faisant ce qu'ils peuvent pour échapper aux écoles publiques en déclin. Ce phénomène est plus grave dans les grandes villes comme Paris et Marseille, où de vastes pans du corps étudiant public ont été afro-islamisés.

 

Les nouveaux habitants noirs ou musulmans de France sont généralement moins sensibles aux questions d'antisémitisme ou au caractère sacré de l'holocauste. L'intimidation des juifs par les musulmans est censée être si répandue qu'il n'y aurait plus un seul élève juif dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis, le vaste département à majorité afro-islamique qui constitue l'angle nord-est du Grand Paris. Deux tiers des parents juifs qui choisissent d'envoyer leurs enfants dans des écoles juives disent craindre que leur enfant soit attaqué parce qu'il est juif (p. 212).

 

La proportion d'élèves issus de familles pauvres s'est effondrée dans les écoles d'élite françaises. La célèbre École nationale d'administration, la Haute École de commerce et d'autres écoles d'élite ont vu la proportion d'étudiants issus de familles défavorisées passer de 29 % en 1950 à 9 % dans les années 1990. Aujourd'hui, les enfants de cadres et de membres des classes supérieures représentent 85 % des étudiants (p. 102). Que cela soit dû à la stratification cognitive ou au népotisme, l'élite et les classes populaires sont de plus en plus séparées.

 

Outre l'auto-ségrégation croissante des riches dans leurs propres espaces physiques et médiatiques, Fourquet souligne la disparition de nombreuses expériences communes entre les classes. Les colonies de vacances bon marché étaient l'une de ces expériences, qui s'est depuis fracturée : les riches optent désormais pour des expériences spécialisées coûteuses (équitation...), les pauvres peuvent obtenir des offres subventionnées bon marché et joyeuses de leurs municipalités, et la classe moyenne renonce de plus en plus à cette expérience.

 

Jusqu'en 2002, les jeunes Français effectuaient leur service militaire quelle que soit leur classe sociale (contrairement à ce que l'on croit, les classes supérieures ne faisaient pas beaucoup moins de service que la population générale, p. 103). Macron est le premier président de la Cinquième République française à ne pas avoir accompli son service militaire*.

 

Le phénomène le plus radical de la sécession des élites est l'expatriation, les classes instruites et aisées de France partant à l'étranger pour trouver de meilleures opportunités de travail et/ou des impôts moins élevés. En 2002, 385 000 Français étaient enregistrés comme vivant à l'étranger. En 2017, ce chiffre était de 1 264 000, soit plus du triple en seulement 15 ans (p. 360). La Grande-Bretagne, la Suisse et le Luxembourg sont des destinations populaires, chacune d'entre elles ayant des impôts moins élevés, notamment pour les hauts revenus.

 

De plus, 16 % des ingénieurs français travaillent désormais à l'étranger, soit deux fois plus qu'en 2000 (p. 116). Parmi eux, beaucoup peuvent être des expatriés permanents et non des ingénieurs en mission temporaire à l'étranger.

 

Plus généralement, en Europe, le programme d'échange d'étudiants Erasmus a favorisé la fuite des cerveaux de l'Europe périphérique vers les pays plus riches d'Europe du Nord. Le programme a clairement contribué à la déracinement des jeunes Européens instruits.

 

La Belgique, en tant que pays partiellement francophone où la fiscalité sur certaines formes de richesse est faible, est une destination populaire pour les exilés fiscaux. Parmi les exemples les plus connus, citons l'acteur Gérard Depardieu (qui a récemment vendu sa maison), la personnalité de la télévision Arthur, Bernard Arnault (propriétaire de la société de mode LVMH) et de nombreux membres de la famille Mulliez (propriétaires des grandes chaînes de distribution Auchan, Decathlon, Leroy Merlin...). Environ 50 des 300 résidents les plus riches de Suisse sont français (pp. 113-4).

 

La base puissante mais limitée de Macron

 

Fourquet soutient de manière convaincante que la sécession physique et culturelle des échelons supérieurs de la société française a été un facteur crucial pour permettre l'élection du centriste-mondialiste Emmanuel Macron à la présidence. Il observe : " Un symptôme de l'ampleur de cet exode des forces vives et des richesses françaises est le fait que les candidats aux élections font désormais le circuit des capitales étrangères pour lever des fonds " (p. 352). Pendant la campagne présidentielle de 2017, Macron s'est rendu à Londres à six reprises pour lever des fonds auprès des expatriés français, dont beaucoup travaillaient dans la City, et les expatriés des destinations onéreuses ont massivement voté pour lui (San Francisco, Washington DC, Montréal . . .).

 

Pendant la campagne, le soutien précoce à Macron était corrélé au montant de la taxe foncière, pour laquelle il avait spécifiquement proposé une réduction d'impôt. Plus généralement, le meilleur prédicteur du soutien à Macron est le niveau d'instruction, les moins instruits ayant tendance à soutenir Marine Le Pen et/ou les Gilets jaunes. La France est cognitivement, temporellement et économiquement stratifiée entre les "gagnants ouverts" et les "perdants fermés" (p. 272), ou les "gens de n'importe où" et les "gens de quelque part".

 

Le parti de Macron, La République en Marche (" The Republic on the March ", LREM), a réussi à obtenir une majorité de sièges à l'Assemblée nationale. Ces nouveaux représentants étaient souvent inexpérimentés sur le plan politique et comprenaient une proportion sans précédent de femmes et de minorités ethniques. Cependant, malgré une campagne axée sur la "démocratie participative et la proximité avec les citoyens", les représentants de LREM sont plus élitistes que jamais : 69% des membres du nouveau parlement sont issus des classes supérieures, avec un déclin marqué de la représentation des classes moyennes (p. 365). 81% des membres du parti LREM sont des diplômés universitaires, contre seulement 28% de la population générale (p. 368). Quel exemple éloquent de la loi d'airain de l'oligarchie !

 

Les représentants de Macron ont souvent connu des débuts difficiles dans la vie publique. L'un d'eux s'est plaint à la radio que les Français ne parlaient que des bas salaires et du manque de pouvoir d'achat. Une représentante s'est plainte que son salaire parlementaire était inférieur à ce qu'elle avait reçu dans le secteur privé et qu'elle et ses pairs n'étaient "pas sûrs d'arriver à la fin [de leur mandat]." Macron a été largement critiqué comme étant "le président des riches".

 

Le succès de Macron reflète la consolidation des ~20% de la France en tant que bloc culturel et électoral. Toutefois, comme on pouvait s'y attendre, son message mondialiste particulier n'a pas pu trouver d'écho durable au-delà de ce noyau dur. Nous observons des phénomènes similaires dans d'autres pays lorsque l'Union européenne a parachuté des premiers ministres mondialistes, comme nous l'avons vu avec Mario Monti en Italie et Dacian Cioloș en Roumanie : le gouvernement mondialiste manque tout simplement d'attrait pour gouverner seul dans un système officiellement démocratique. Ces gouvernements s'effondrent assez vite, mais leur noyau dur peut se consolider politiquement autour de ~10-20% de l'électorat (représenté par les sociaux-démocrates en Italie et l'USR-PLUS en Roumanie).

 

Macron a judicieusement élargi son message au-delà des originalités de sa campagne libérale-mondialiste. Il exprime désormais des préoccupations quasi-protectionnistes typiquement françaises et s'est transformé en "président de tous", faisant des déclarations contradictoires et prenant diverses mesures pour plaire à la fois à l'électorat wok grandissant et aux inclinations fondamentalement de centre-droit (au moins sur la sécurité et l'identité) de la grande masse des électeurs français. Pour ne citer qu'un exemple récent parmi tant d'autres : Macron met simultanément en garde contre l'importation des guerres culturelles américaines woke et a récemment déclaré à un média américain que la France doit "déconstruire son histoire" pour devenir plus accueillante pour les Noirs et les musulmans. L'avenir nous dira si cela s'avère payant en 2022, mais à l'heure actuelle, c'est à lui de perdre l'élection.

 

Toutes ces tendances structurelles et politiques ne sont pas de bon augure pour la France. La fracture interne a peu de chances d'être surmontée. Le phénomène d'expatriation est grave et inédit. Quoi qu'on en dise, la fraction intelligente contribue de manière disproportionnée à l'organisation économique et aux prouesses technologiques d'un pays, qui sont elles-mêmes les fondements de la puissance nationale.

 

Certes, la France continue d'attirer un grand nombre de professionnels instruits d'Europe du Sud et de l'Est, et beaucoup de ces expatriés français ne sont pas "perdus pour l'Europe" dans la mesure où ils trouvent un emploi productif dans les pays voisins. Pourtant, en l'état actuel des choses, la déliquescence de l'État-nation français tant décrié n'est guère compensée par l'émergence d'une Europe invertébrée.

 

Guillaume Durocher

 

Traduit de l’anglais par Le Rouge et le Blanc.

 

* NdT: Non seulement M. Macron n'a pas effectué son service militaire, mais en plus il n'a pas d'enfant.  Donc, avec lui, pas de protection, pas de responsabilité, pas de futur. Il est l'acteur de la déconstruction, du chaos et du double discours, continuant la politique de ses prédécesseurs.

Guillaume Durocher: La sécession des élites françaises (Unz Review, 23 avril 2021)

L'Archipel français

Naissance d'une nation multiple et divisée

Jérôme Fourquet

Prix du livre politique 2019

 

En quelques décennies, tout a changé. La France, à l’heure des gilets jaunes, n’a plus rien à voir avec cette nation une et indivisible structurée par un référentiel culturel commun. Et lorsque l’analyste s’essaie à rendre compte de la dynamique de cette métamorphose, c’est un archipel d’îles s’ignorant les unes les autres qui se dessine sous les yeux fascinés du lecteur.

C’est que le socle de la France d’autrefois, sa matrice catho-républicaine, s’est complètement disloqué. Jérôme Fourquet envisage d’abord les conséquences anthropologiques et culturelles de cette érosion, et il remarque notamment combien notre relation au corps a changé (le développement de pratiques comme le tatouage et l’incinération en témoigne) ainsi que notre rapport à l’animalité (le véganisme en donne la mesure). Mais, plus spectaculaire encore, l’effacement progressif de l’ancienne France sous la pression de la France nouvelle induit un effet d’« archipelisation » de la société tout entière : sécession des élites, autonomisation des catégories populaires, formation d’un réduit catholique, instauration d’une société multiculturelle de fait, dislocation des références culturelles communes (comme l’illustre, par exemple, la spectaculaire diversification des prénoms).

À la lumière de ce bouleversement sans précédent, on comprend mieux la crise que traverse notre système politique : dans ce contexte de fragmentation, l’agrégation des intérêts particuliers au sein de coalitions larges est tout simplement devenue impossible. En témoignent, bien sûr, l’élection présidentielle de 2017 et les suites que l’on sait…

Avec de nombreuses cartes, tableaux et graphiques originaux réalisés par Sylvain Manternach, géographe et cartographe.

 

Jérôme Fourquet est analyste politique, directeur du département Opinion à l’IFOP.

 

https://www.seuil.com/ouvrage/l-archipel-francais-jerome-fourquet/9782021406023

 

 

 

Sur le même sujet et sur le même blog:

 

Pierre-Olivier Combelles: Un Indien de France

 

https://pocombelles.over-blog.com/article-un-70826976.html

 

Lire la suite

Leonid Ivashov: Un message pour nulle part (Partyadela, 26.04.2021)

27 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Russie, #Politique, #Société

Leonid Ivashov: Un message pour nulle part  (Partyadela, 26.04.2021)

Leonid Ivashov: Un message pour nulle part

 

26.04.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13286/

 

 

À propos du message du président de la Fédération de Russie à l'Assemblée Fédérale

 

Le discours présidentiel annuel à l'Assemblée fédérale, maintes fois reporté, a eu lieu le 21 avril 2021. Les raisons du report n'ont pas été expliquées, il y a eu des allusions au coronavirus et rien de plus. Une personne « proche des structures du pouvoir » a laissé entendre que M. Poutine envisageait quelque chose de révolutionnaire, presque un retour au socialisme et à l'Union soviétique. En politique étrangère, une déclaration sensationnelle sur le renouveau de la Russie en tant que grande puissance mondiale et la restructuration de l'ordre mondial sur les principes de justice et d'égalité retentira.

 

Rien de tel ne s'est produit le 21 avril. Nous sommes donc libres de spéculer sur les raisons de ce report et sur le choix du thème du message. Apparemment, les dates ont été reportées pour la raison qu'il est nécessaire (comme c'est la coutume de Poutine) de parler des succès grandioses du gouvernement du président actuel, et il y en a de moins en moins chaque année. Il avait déjà parlé de réalisations « sans précédent » dans le domaine de l'armement au cours des années précédentes ; il a parlé de « grands » records dans l'agriculture (récoltes record de céréales) et dans l'Arctique ; il a parlé de la pose record d'oléoducs et de gazoducs vers l'Ouest et l'Est. Mais tout cela appartient au passé, alors que le présent est marqué par l'isolement sur le front de la politique étrangère, les conflits armés le long du périmètre frontalier, plus la perspective d'une guerre avec l'Ukraine, et donc avec l'OTAN ; le Karabakh a été perdu, car une victoire pour la Russie consisterait à empêcher la guerre, et non à gagner un camp. L'hostilité à l'égard de la Russie grandit en Moldavie et au Kazakhstan, la méfiance en Arménie, en Biélorussie et en Azerbaïdjan, et l'effondrement de la Communauté des États Indépendants est imminent. L'Union économique eurasienne, l'OCS et les BRICS sont au point mort, et l'OTSC n'est pas efficace. Erdogan construit un grand Turan, ne retire pas les troupes et les combattants contrôlés de Syrie, tente de former une armée de Turan et se range du côté de Kiev dans la confrontation entre la Russie et l'Ukraine. Les anciens frères bulgares, tchèques, polonais, italiens, même baltes, et, bien sûr, les Américains expulsent nos diplomates en meute "pour espionnage", les Européens étendent unanimement les sanctions anti-russes sur ordre de Washington. Le lancement de la principale réalisation du président Poutine, Nord Stream 2, est remis en question ; la puissance de la Sibérie ne fait pas le plein. L'hymne de la Russie n'est pas joué et son drapeau ne flotte pas lors des événements sportifs internationaux célébrant les victoires des Russes*. Pour la première fois de son histoire et sous le règne de Poutine, le pays s'est retrouvé dans une pareille situation.

 

La situation n'est pas meilleure non plus à l'intérieur de la Russie. La pauvreté et la misère dans le pays augmentent à un rythme rapide ; selon les estimations des experts, un tiers de la population est désormais classé "sous le seuil de pauvreté". La production de haute technologie s'est arrêtée parce que l'Union européenne refuse de nous fournir des composants fabriqués à l'étranger (Superjet 100, IL-96) et nous ne pouvons toujours pas concurrencer avec succès le Qatar dans le domaine spatial. Les victoires militaires en Syrie sont rongées par le temps - les combats prolongés dévalorisent nos succès précédents. Et il n'y a pas de région en Russie que l'on puisse qualifier de succès éclatant du président et de son équipe.

 

Dès que le centre commence à s'occuper d'une région, le gouverneur est inévitablement emprisonné ou renvoyé. Les partisans de M. Poutine cherchaient donc un moyen de faire croire à l'Assemblée fédérale et aux citoyens ordinaires qu'ils connaîtraient le succès et la grandeur, mais qui auraient été nécessairement créés sous la direction du président. Trois vaccins contre la pandémie créés par des spécialistes russes ont été sauvés par la pandémie, avec la publicité avec laquelle le Président a commencé son prochain message. (La promotion du vaccin Sputnik - V est devenue l'obligation indispensable du président, quels que soient le lieu et les interlocuteurs avec lesquels il s'entretient).

 

M. Poutine a commencé son discours en brossant un tableau effrayant : « nous avons affaire à une incertitude absolue », « de nombreux hôpitaux étaient surpeuplés », « il y avait un manque d'oxygène dans les unités de soins intensifs, les ventilateurs, les respirateurs et autres équipements de protection individuelle étaient distribués littéralement à la pièce, les stocks de céréales, d'huile et de sucre étaient réduits ».

 

En d'autres termes, le président et commandant en chef a démontré que le pays n'est absolument pas préparé à une situation d'urgence. Et il peut s'agir d'une guerre à grande échelle (par exemple, avec l'OTAN), de catastrophes naturelles ou d'origine humaine, des mêmes pandémies et infections naturelles comme la peste ou la variole, qui ont tué des millions et des dizaines de millions de personnes. Rien de tel n'a été observé, bien que la vie des citoyens russes ait été menacée et qu'il y ait eu de nombreux décès. Cela est également dû à la réforme du système de soins de santé par l'équipe au pouvoir, une réduction significative et la soi-disant optimisation des institutions médicales. Mais plus l'ampleur de la menace est grande, plus la victoire et les mérites des vainqueurs sont grands. C'est ce que le président nous a dit. Il a ensuite longuement évoqué les exploits de toutes les catégories de personnel médical qui ont sauvé des personnes d'un danger mortel (et c'est effectivement le cas), associant aux sauveteurs d'anciens destructeurs de la médecine et même la Garde russe, le ministère de l'Intérieur et d'autres organismes chargés de faire respecter la loi. (Peut-être parce qu'au moment du discours de Poutine, des rassemblements en faveur d'A. Navalny avaient commencé dans toute la Russie). Et il a annoncé la grande unité du peuple dans la confrontation avec la pandémie - un ennemi plus terrible que Hitler et le nazisme allemand en général. En fait, tout le discours était consacré à une grande victoire dans la grande guerre patriotique contre la pandémie. Le discours a été interrompu à plusieurs reprises par un tonnerre d'applaudissements.

 

Staline a été plus modeste dans son discours à l'occasion de la capitulation de l'Allemagne et de sa victoire sur le nazisme. Oui, et l'Allemagne nazie a capitulé sans condition, ce que l'on ne peut pas dire de la pandémie.

Voici des paroles mémorables de Staline : « L'Allemagne fasciste, mise à genoux par l'Armée rouge et nos alliés, s'est reconnue vaincue et a annoncé une reddition sans conditions. La guerre s'est terminée par une victoire complète sur l'ennemi … », en fait, le contraire de ce que Hitler avait rêvé était vrai.

 

Au cours de la démonstration des réalisations victorieuses dans la confrontation avec la pandémie, le président a émis des « ordres - promesses » au peuple - vainqueur, et des aides, ce qui a été particulièrement activement perçu dans la salle. Et il a même été (peut-être le premier parmi les dirigeants de notre pays) à demander le versement en temps voulu des pensions alimentaires. Toutes les allocations aux familles nombreuses, aux mères célibataires et à d'autres catégories de citoyens sont absolument nécessaires, y compris pour résoudre le principal problème de la Russie moderne - la démographie. Mais comme l'expérience le montre, l'absence d'allocations, y compris le capital maternité, ne résout pas le problème du faible taux de natalité et de la mortalité élevée. Ces dernières années, le taux de mortalité a dépassé le taux de natalité, et l'année dernière, nous avons perdu près de 700 000 personnes en raison d'un taux de mortalité supérieur au taux de natalité. Les migrants ne parviennent pas non plus à compenser les pertes démographiques. Nous avons besoin d'autres mesures systémiques. Le professeur Gundarov, docteur en sciences médicales, dans ses recherches scientifiques sur les problèmes de démographie, formule des recommandations pertinentes qui ont été confirmées dans la pratique.

 

Je cite sa phrase d'une interview avec le correspondant du mouvement social russe « Manière russe»:

 

« Il n'y a pas de « romantiques du capitalisme » plus cohérents et plus sincères sur la planète que Vladimir Vladimirovitch et Dmitry Anatolyevich. Et même eux sont déjà convaincus - une impasse, un effondrement complet, rien ne fonctionne: avec la démographie un désastre, avec l'économie un désastre, avec l'agriculture un désastre. Le pays est hors de contrôle, personne n'applique les décrets du président. Le temps est venu de discréditer complètement le modèle existant. Tout le monde au sommet le voit. Et maintenant, il y a un énorme point d'interrogation : par quoi le remplacer ? Et même en termes de démographie, on le dit déjà ouvertement : un million de personnes disparaissent chaque année, il y a une pénurie de personnel, qu'allons-nous faire ? Il n'y a pas de solutions ».

 

Ainsi, Gundarov, et pas seulement lui, affirme que le capitalisme est le principal ennemi de la démographie et donc de la Russie. Et même le Club de Rome en parle. Le capitalisme est le principal ennemi de l'humanité et des Russes. Et la pandémie, est très probablement son arme. Mais pas un seul mot sur le capitalisme dans le discours du président. Nous nous battons donc contre des moulins à vent. Mais avec l'optimisme inhérent à Poutine. L'année prochaine, l'équipe du président remportera une autre victoire. Et ainsi de suite jusqu'à la fin... de l'État russe.

 

Mais ce qui semblait presque inévitable et ce que nous avons écrit et évoqué - la guerre entre la Russie et l'Ukraine et, par conséquent, la guerre de la Russie avec l'OTAN - ne semble pas se produire. Si Dieu le veut !

 

Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* NdT: https://www.lavoixdunord.fr/989228/article/2021-04-23/une-oeuvre-de-tchaikovski-remplacera-l-hymne-russe-aux-jo-de-tokyo

 

Lire la suite
Lire la suite

Alexandre Ageyev : Demande de démarrage (Club d'Izborsk, 20 avril 2021)

21 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie, #Société

Alexandre Ageyev : Demande de démarrage  (Club d'Izborsk, 20 avril 2021)

Alexandre Ageyev : Demande de démarrage

 

20 avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/20968

 

 

Tout au long de l'année 2020, tout s'est effondré à l'échelle mondiale : les économies, les marchés, les notions établies, les modèles de comportement, l'estime de soi, la place d'une personne dans le monde en général et dans les mondes de toutes sortes de populations, y compris virales, et dans les couloirs des écoles, des sociétés de transport, des mondes virtuels des services gouvernementaux, des zums, etc. De tels éléments provoquent une puissante reconversion de tous et de tout. En l'absence de directives claires, cette "reconversion" s'effectue dans un domaine excessivement stressant, avec de nombreux effets secondaires et des pertes au-delà du niveau "normal". Et ce n'est pas à propos des vaccins. C'est un défi social grandiose qui a exigé un sacrifice pour lui-même. La demande initiale porte sur un changement de l'ordre mondial. Pas plus. Et pas moins.

 

Un nouvel ordre socio-économique dans le monde et dans les pays individuels résulte de l'action simultanée de trois facteurs : l'insatisfaction à l'égard de l'ordre existant ; l'apparition d'une image attrayante et technologiquement réalisable d'un nouvel ordre mondial ; la cristallisation de forces sociales qui ont l'idéologie, la mentalité et les ressources nécessaires pour faire évoluer la société vers un nouvel état. Bien sûr, ce sont les conditions de la première approximation. Il y a des périodes dans la grande histoire où un système obsolète peut être conservé bien au-delà de sa durée de vie. De plus, si les cercles dirigeants ont un raffinement d'esprit et une volonté rigide de conserver leur domination même dans une situation objectivement perdante. Rappelons-nous combien de temps ont duré le système des "cerisiers" et le capitalisme qui l'a remplacé en Russie, jusqu'à ce qu'ils soient annulés par la révolution de 1917 et la longue guerre civile.

 

Parmi les conditions préalables figurent toujours la disposition d'une société à changer ainsi que son degré de suggestibilité. Il existe également une volonté, en partie infantile, de tester les limites de la protestation possible et autorisée. En tout état de cause, une telle préparation a ses propres cycles de vie, avec des phases précédant la "situation révolutionnaire" et la réhabilitation qui suit. Des conditions préalables plus des conditions historiques concrètes, plus des cadres, une idéologie, une organisation, des ressources et une volonté... En outre, des variations sont possibles. Au moins jusqu'au moment où il n'y a plus de choix ou lorsque cela dépasse de loin le confort. La deuxième partie de la formule - "et ensuite", à propos de "notre nouveau monde" - n'est généralement pas très clairement formulée, laissant le champ libre à la créativité de masse, à l'intrigue de la logique la plus astucieuse et cachée des éléments historiques.

 

Le paradigme dominant de l'existence humaine repose jusqu'à présent sur deux principes : l'exploitation effrénée et irresponsable des ressources de la planète, y compris l'homme et la nature, et la concurrence impitoyable de tous contre tous. Bien sûr, ces principes ont été voilés par des mythes sur la liberté d'entreprendre, le triomphe de la liberté humaine, la nature comme "atelier pour l'homme", la supériorité du marché sur le plan, etc. Bien sûr, il y a eu et il y a constamment des tentatives pour "atténuer" les inconvénients de ce paradigme : des normes réglementant les monopoles et la concurrence et protégeant la nature sont introduites et, d'une manière ou d'une autre, appliquées, l'interférence de l'État dans les processus économiques est réduite et augmentée, des institutions d'auto-organisation sont formées et de nouvelles technologies de communication apparaissent, des régimes internationaux d'objectifs de développement sont élaborés, etc.

 

Cependant, rien de tout cela n'a sapé les deux principes jusqu'à présent. Les conséquences de leur action sont visibles tous les jours, éparpillées et en gros. En Russie, les principales manifestations de ces principes et conséquences sont le dépeuplement, la polarisation sociale et les mentalités. Cette dernière reflète une anomalie dans le système de coordonnées de notre développement. Il pose et répond à la question suivante : pour quoi et pour qui le pays vit-il ou, en fait, ne veut-il pas vivre heureux à jamais ? Si la majorité des Russes associent leur avenir et celui de leur pays au rêve d'une société juste, de la stabilité et du retour de la Russie au statut de grande puissance, ce rêve est-il en corrélation avec l'inquiétude de neuf Russes sur dix quant à l'état moral du pays ? Mais il est incroyablement difficile de relever simultanément les défis de la justice, de la stabilité et du prestige international, à courte distance et dans une atmosphère de pression croissante de l'extérieur et de l'intérieur. Il est peut-être plus facile pour un chameau de passer par le chas d'une aiguille.

 

 

Alexandre Ageev

 

http://www.ageev.net

Alexandre Ivanovich Ageyev (né en 1962) est un éminent scientifique russe, professeur à l'université d'État de Moscou, membre de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur général de l'Institut des stratégies économiques du département des sciences sociales de la RAS, président de l'Académie internationale des études sur l'avenir, chef du département de gestion de projets commerciaux à l'Université nucléaire de recherche nationale "MEPhI", directeur général de l'Institut international P.Sorokin - N.Kondratieff. Rédacteur en chef des revues Economic Strategies et Partnership of Civilizations. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Les femmes nues rendent-elles les hommes handicapés ? Entretien avec le chercheur russe Leonid Aleksandrovich Kitaev-Smyk.

18 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Sciences, #Société, #Russie

Ilya Glazounov: Рынок нашей демократии   (commercialiser notre démocratie)

Ilya Glazounov: Рынок нашей демократии (commercialiser notre démocratie)

Les femmes nues rendent-elles les hommes handicapés ? À première vue, cela peut sembler étrange et incroyable. L'invité de l'émission "Pour et contre" est un chercheur principal de l'Institut russe de recherche culturelle, le scientifique de renom Leonid Aleksandrovich Kitaev-Smyk.

 

https://alif.tv/golye-zhenshhiny-delayut-muzhchin-invalidami-za-i-protiv/

 

 

Ces dernières années, la partie de l'humanité qui défend les valeurs traditionnelles a tiré la sonnette d'alarme sur les menaces croissantes qui pèsent sur la santé et l'avenir des hommes. Il se trouve que nous avons été les seuls à aborder ce sujet à plusieurs reprises dans le cadre de notre programme. Nous avons également parlé du caractère pernicieux des méthodes d'enseignement mixtes, nous avons parlé du fait que, selon les conclusions de certains scientifiques éminents, l'espèce masculine pourrait bientôt être en voie d'extinction. Et aujourd'hui, nous aborderons un autre problème, non moins important, que j'ai voulu discuter à la suite de la vague de publications dans le segment islamique d'Internet. Il s'avère que l'exposition du corps féminin à moitié nu, imposée par la mode moderne et la culture de masse, conduit l'humanité à la dégénérescence, puis à l'extinction. Cette conclusion a été tirée par Leonid Alexandrovich Kitaev-Smyk, un médecin, qui se trouvait à l'origine de la préparation des vols spatiaux habités, le plus célèbre expert en psychologie du stress. Les personnes éloignées de la religion pourraient bien être sceptiques face à cette théorie, si les théologiens en parlaient, mais dans ce cas particulier, c'est un homme de science qui s'exprime  et le scepticisme n'est pas a priori de mise.

 

Et en effet, la théorie de Leonid Alexandrovich est confirmée par les statistiques des maladies masculines qui sont le résultat du "stress sexuel".

 

Au cours des dernières décennies, l'adénome et le cancer de la prostate ont frappé les hommes des pays de la civilisation occidentale comme une épidémie.

 

Au début du XXIe siècle, 40 % des hommes ont reçu un diagnostic d'adénome. Aujourd'hui, la moitié des hommes européens de plus de quarante ans souffrent de cette maladie. Les pathologistes américains ont détecté un cancer de la prostate chez 80 % des hommes décédés après 60 ans. En d'autres termes, beaucoup d'entre eux n'ont tout simplement pas été à la hauteur des manifestations tragiques de cette maladie.

 

- Dans le cadre de notre programme, pendant une très courte période, nous avons parlé des inconvénients du système éducatif mixte, qui est le plus préjudiciable à l'état psycho-émotionnel des garçons, qui se sentent mal à l'aise par rapport aux filles, qui par nature se développent un peu plus tôt. Ils ont même affirmé que l'espèce masculine est en voie d'extinction - seuls 45 des 1435 gènes du chromosome Y ont survécu. Et le sujet d'aujourd'hui y fait aussi directement écho. La position des hommes est-elle vraiment si catastrophique ?

 

- La civilisation européenne a en effet mis les hommes dans une position peu enviable. En même temps, le fait que les femmes ne se sentent pas très bien dans leur forme féminine est un facteur contributif. Par conséquent, les femmes sont obligées de se transformer en hommes, au moins sous la forme de vêtements, de porter des pantalons et des vêtements d'homme, ici, d'occuper encore une position d'homme. Ce n'est pas parce qu'elles y sont plus adaptése, mais parce qu'il y a une pression psychologique sur elles, notamment la civilisation moderne, globale, numérique, et que les femmes commencent à faire pression sur les hommes. Les deux souffrent. Cela se remarque peut-être plus chez les hommes, car les femmes qui gagnent du pouvoir, qui dominent la société, cela semble être une bonne chose. C'est très mauvais. Tant pour l'humanité que pour les femmes. Si vous dites, par exemple, que les chefs d'État sont des femmes, que les chefs d'entreprise sont des femmes, le fait est que les femmes gèrent mieux dans une structure stable, lorsqu'il n'y a pas d'extrêmes, lorsque tout est en place. Dans les cas extrêmes, quand quelque chose s'écroule, quand il faut construire quelque chose de nouveau, les femmes ne sont pas faites pour cela et c'est pour cela que les hommes existent.

 

- Comment se fait-il que vous ayez été impliqué dans cette question particulière, pourquoi avez-vous commencé à travailler sur ce sujet très étrange (un peu) ? Pour autant que je sache, vous avez traité les problèmes de l'homme dans la guerre et dans des conditions de stress.

 

- Je m'occupe de l'étude du stress, en particulier de l'étude de la psychologie du stress. J'ai participé à deux guerres de Tchétchénie, au Moyen-Orient, mais avant cela, j'ai passé 25 ans à étudier le stress cosmique. J'ai plus de 10 monographies sur ce sujet. On y trouve notamment deux monographies récentes ("Le corps et le stress" et "Space Infiltration") sur le stress. En étudiant le stress, nous avons constaté que nous pouvons identifier une sorte de stress sexuel, qui peut être dû à diverses raisons chez les hommes et les femmes. Le stress sexuel, qui, dans certaines manifestations, peut provoquer un cancer. Mais nous devons nous rappeler que le stress n'est pas seulement quelque chose de mauvais. Le stress peut être celui de l'amour, de l'inspiration, du comportement héroïque, de la peur, de l'horreur, ou celui qui provoque une maladie. Il peut y avoir un stress à long terme, un stress de la vie, il peut y avoir un stress à court terme.

 

- Médicalement parlant, qu'arrive-t-il à un homme lorsqu'il regarde constamment une femme à moitié nue ? Pourquoi est-ce si nuisible ?

 

- Le stress sexuel chez les hommes provient des androgènes, les hormones sexuelles mâles, lorsqu'elles ne sont ni trop faibles ni trop fortes. Lorsqu'il n'y a pas assez de ces hormones, en particulier de testostérone, dans la vie courante ou au travail, leur sécrétion excessive se produit lors des rapports sexuels. Le stress sexuel dans la vie de tous les jours est causé par la mode moderne des jeans, en particulier lorsque les jeans "stretch", lorsque les organes génitaux secondaires des femmes sont les cuisses et ainsi de suite, ou en été l'affichage excessif des seins, stimule la sécrétion d'hormones sexuelles chez les hommes, mais en petite quantité. C'est très dangereux !

 

Dans la journée, un homme voit cette femme deux ou trois cents fois et, bien sûr, il ne ressent pas cette convoitise, il n'y pense pas, ne la ressent pas, mais dans les profondeurs de ses structures psychiques, de ses structures intégratives, cette convoitise est provoquée. Par conséquent, elle ne se termine pas par un rapport sexuel, c'est-à-dire qu'à chaque fois, ce qui devrait être ne se produit pas. Par exemple, dans le monde animal, le mâle dirige la meute. Il féconde les femelles, et tous les autres mâles, qui sont moins dignes et moins capables de continuer la race sont écartés. Cependant, il arrive qu'un tel mâle écarté puisse encore féconder une femelle, et la progéniture ne sera pas la meilleure. C'est donc pour éviter que cela ne se produise dans le monde animal et chez les êtres humains que le mécanisme de sélection a été créé, c'est-à-dire la sélection des mâles les plus méritants capables de donner une progéniture plus méritante. Ainsi, chez les animaux, ces mâles sélectionnés, afin de ne pas féconder les femelles par accident, ont une prostate élargie et deviennent impuissants à cause de cela. Le cancer est souvent pire que cela.

 

Lorsqu'un animal est non seulement éliminé de la vie sexuelle de la meute, il est même aussi écarté de la vie. La même chose se produit aujourd'hui chez les hommes aussi. L'émergence de l'adénome de la prostate. Le fait est que 40 % des hommes ont des problèmes de prostate. Jusqu'à 80 % des hommes âgés de plus de 60 ans ont une prédisposition au cancer de la prostate. C'est donc un problème très sérieux. Tout ça parce que quelqu'un, quelque part, a un jour inventé les jeans à partir de voiles, inventé la fabrication de pantalons pour les femmes. Dans Jack London, nous lisons : "Un homme est entré dans la pièce portant un pantalon bleu marine." Maintenant, ça dirait : "En jeans". Et c'est ce qui a provoqué cette situation de stress sexuel masculin, qui les conduit à l'impuissance massive.

 

- Nous connaissons ici avec vous, en fait, l'histoire de la Grèce antique et le culte de l'homme nu qui y régnait. Maintenant, il y a des peuples en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud qui ne se promènent pas seulement à moitié nus, mais complètement nus. Comment est la situation de la santé des hommes là-bas maintenant ?

 

- Le culte du corps nu en Grèce a pris fin avec l'extinction des Grecs. Aujourd'hui, ce ne sont pas les Grecs anciens qui vivent en Grèce, mais toutes sortes de peuples qui y ont migré. Par conséquent, la langue grecque moderne est très éloignée de la langue grecque classique. C'était la même chose à Rome. La langue latine, qui était parlée avec le culte du corps nu par les Romains, a disparu comme ces Romains ont disparu, et les peuples nus qui mènent une vie primitive, ne vivent le plus souvent pas jusqu'à l'âge où ils peuvent avoir à la fois un cancer de la prostate et un cancer de l'appareil génital. Les personnes qui vivent sur l'île et qui vivent comme des sauvages avec leur propre culture ne vivent pas souvent assez longtemps pour atteindre l'âge où ils ont un adénome ou un cancer de la prostate*.

 

- Si je comprends bien, vous dites que la nudité féminine rend les hommes invalides ?

 

- Oui, je ne peux qu'être d'accord avec cela. Mais je ne dirais pas que les handicapés, car alors un tel homme peut travailler; impuissant il s'occupe au travail. Qu'il ne fasse pas d'inventions, qui sont toujours associées à la "libido sexualis", comme le disait notre grand Freud. Mais après tout, sa vie sera déjà défigurée. Pourquoi ? Parce que la sexualité n'est pas seulement une base de la vie humaine, pour un homme ou une femme, c'est un facteur très important dans le développement de la civilisation, dans le développement de la société.

 

- Vous avez une connaissance de première main du monde musulman, vous vous êtes souvent rendu dans le Caucase. Votre père était un homme célèbre qui est devenu le prototype du héros du film "La mission à Kaboul". Dans quelle mesure ces problèmes dont nous discutons aujourd'hui concernent le monde musulman, car la nudité y pénètre progressivement aussi.

 

- Oui, ce film est un peu ennuyeux, mais c'est quand même un bon film. Mon père y est joué par deux acteurs, Demyanenko, un homme si droit, et Glusky, cet homme secret qui était là. Le monde musulman est largement exempt de ces maladies qui sont associées à l'oncologie des organes de stress, de l'adénome de la prostate au cancer de la prostate. C'est beaucoup moins fréquent là-bas. Elle se produit précisément parce que le monde musulman prêche la chasteté. Les caractéristiques sexuelles secondaires des femmes qui causent les maladies susmentionnées sont fermées chez elles. D'autant plus les primaires. Les perspectives du monde islamique sont donc, je pense, très grandes pour la proclamation de la vertu en Europe également.

 

- Pour poursuivre notre dernière question sur l'islam et les musulmans, je vous propose de regarder un reportage : https://alif.tv/vsemirnyj-den-hidzhaba-v-kieve

 

- Pourquoi les musulmans font-ils preuve d'une plus grande résistance à la corruption et à la dégradation ? Il semble que la sexualité naturelle ne soit pas supprimée dans la culture islamique, mais qu'au contraire, elle ne soit accueillie que dans le cadre de la relation mari-femme. Que pensez-vous de ça ?

 

- Je dirais qu'il y a deux facteurs. Le premier facteur est la culture islamique, l'Islam est une religion plus jeune que toutes les autres religions et donc elle a émergé et se développe maintenant en vue de ces transformations des civilisations, du monde qui ont eu lieu pour ce temps. La deuxième raison, bien qu'elle puisse être liée à la première, est que les femmes "européanisées" sont captives des formes les plus lourdes du féminisme vicieux. Rappelons que les femmes russes, jusqu'au milieu du siècle dernier (20e siècle), tout comme les femmes islamiques aujourd'hui, cachaient leurs caractéristiques sexuelles secondaires. Elles avaient des robes d'été qui partaient des épaules, il n'y avait pas de mise en valeur des seins, il n'y avait pas de mise en valeur de la taille. Il y avait invariablement un foulard ou un kerchief sur sa tête. Chez les Ukrainiens, on l'appelait "khustynka". Si soudainement, une femme perdait son foulard, c'était la pire des choses - elle était embarrassée, c'était une honte. Je pense donc qu'il est opportun et nécessaire d'y revenir, surtout pour exposer et prouver socialement le caractère vicieux du féminisme moderne et agressif.

 

- Nous savons tous que l'islam autorise la polygamie. Cela permet, dans une certaine mesure, de diversifier la vie sexuelle. En même temps, il exclut l'adultère et les relations sexuelles extraconjugales. Pourquoi ne pas adopter cet exemple dans notre pays ? Après tout, la santé de la nation est fondamentalement en jeu. Et ceci est plus important, à mon avis.

 

- Je suis d'accord avec cela. Et je pense que de nombreux dogmes de la religion chrétienne, sont arrivés à une sorte d'impasse. En particulier, la méchanceté de nombreux ecclésiastiques en Occident est connue maintenant, lorsque la pédophilie s'y produit. Il y avait un passage souterrain d'un monastère masculin à un monastère féminin. Je pense donc que dans notre développement, nous arriverons tôt ou tard aux normes de la vertu, et cette vertu sera certainement fondée sur la possibilité de la polygamie, non pas sur l'obligation, mais sur la possibilité. C'est ainsi que l'organisme masculin et féminin est constitué.

 

- Leonid Alexandrovich, merci beaucoup pour cette conversation si instructive. J'espère que nous nous retrouverons dans notre studio dans un avenir proche.

 

- J'en serai honoré. Merci. Merci.

 

Alors que les pays occidentaux confrontent la nature à leur version de ce à quoi l'humanité du futur devrait ressembler, nous avons une grande opportunité d'assumer le rôle de protecteur des valeurs traditionnelles et, en fin de compte, de la santé de la race humaine. Bien sûr, nous pouvons changer la mode par des moyens administratifs, introduire la censure, nous avons déjà fait une telle expérience en URSS avec peu de succès car elle ignorait la composante spirituelle de l'être humain. Enfin, pourquoi ne pas reprendre l'expérience réussie séculaire des pays musulmans, qui se trouve à la surface. Peut-être que lorsque l'esprit et l'imagination des hommes ne seront plus occupés à regarder et à imaginer le corps féminin à moitié nu, nous pourrons non seulement résoudre le problème de la mortalité masculine, mais aussi rediriger leur énergie vers un canal plus utile et constructif.

 

Voir l'interview complète de Leonid Kitaev-Smyk dans cette vidéo.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* Ndt: Cette assertion à propos des peuples "primitifs" et tropicaux qui vivent ou ont vécu plus ou moins nus est contestable. En effet, la nudité est un concept relatif et culturel. En Amazonie par exemple, les peuples qui vivent "nus" sont pudiques. Il existe des codes comportementaux de décence  invisibles aux yeux des Occidentaux. Par ailleurs, les peintures corporelles, les tatouages, les coiffures, des éléments comme l'étui pénien, etc, sont autant de "vêtements" sans lesquels l'autochtone se sentirait dénudé, honteux. Tout cela peut être justifié ét développé amplement pour quantité de peuples et à quantité d'époques, mais on peut s'en faire une idée en lisant l'irremplaçable pièce de théâtre de Jean Giraudoux: "Supplément au voyage de Cook", qui se moque du puritanisme avec beaucoup d'esprit et une grande profondeur philosophique. Le meilleur vêtement, c'est la pudeur.

 

https://pocombelles.over-blog.com/article-supplement-au-voyage-de-cook-jean-giraudoux-117778458.html

 

https://pocombelles.over-blog.com/2013/11/pour-henry-de-lesquen-président-de-radio-courtoisie-les-amérindiens-n-existent-pas.html

Les femmes nues rendent-elles les hommes handicapés ? Entretien avec le chercheur russe Leonid Aleksandrovich Kitaev-Smyk.

Pour suivre cet entretien en français, regarder sur youtube, cliquer sur le dessin d'engrenage en bas à droite de la fenêtre, activer le sous-titrage puis la traduction dans la langue choisie.

Lire la suite

Vardan Baghdasaryan : L'espace et l'homme (Club d'Izborsk, 11 avril 2021)

12 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Nature, #Philosophie, #Société, #Sciences, #Russie

Vardan Baghdasaryan : L'espace et l'homme  (Club d'Izborsk, 11 avril 2021)

Vardan Baghdasaryan : L'espace et l'homme

 

11 avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/20925

 

 

La dévalorisation de l'exploration spatiale en tant que défi

 

Aujourd'hui, l'exploration spatiale a perdu cette sémantique héroïque, cette accumulation de rêves qu'elle avait à l'époque soviétique. Les programmes spatiaux sont désormais perçus comme quelque chose d'utilitaire et de banal, comme un projet commercial. Il existe des rapports sur la corruption dans l'industrie spatiale. Il y a une commercialisation active de l'espace. Les personnes fortunées paient pour le tourisme spatial : les frais de voyage sont de 20 à 35 millions de dollars. Tous les voyages commerciaux de tourisme spatial ont été effectués exclusivement par des vaisseaux spatiaux habités russes, et Roskosmos est la seule organisation à fournir de tels services. L'expansion capitaliste se déplace au-delà de la Terre. Et comment ne pas rappeler ici les paroles euphémiques d'Hugo Chavez, de moins en moins prises pour une blague : "Il ne semblerait pas étrange que la civilisation ait existé sur Mars, mais apparemment elle a atteint le stade du capitalisme, l'impérialisme est apparu et a achevé cette planète".

 

La perspective du transfert du capitalisme dans l'espace, qui ne peut manquer de se produire avec la poursuite de l'exploration de l'espace extra-atmosphérique, comporte des menaces véritablement colossales. L'absence de restrictions sociales permettra aux entreprises d'agir de manière prédatrice maximale sur les objets spatiaux maîtrisés, comme cela s'est toujours produit lors des premières phases de colonisation, pour forcer le développement des ressources afin de devancer les concurrents. En même temps, avec l'apparition de bases dans l'espace, la valeur de la Terre aux yeux des bénéficiaires diminuera et, à l'avenir, la logique capitaliste incitera à la "débarrasser de son lest".

 

On peut objecter qu'il existe une orientation du droit international de l'espace. Mais, tout d'abord, le droit ne peut être fonctionnel que s'il est soutenu par un contrôle approprié, ce qui est difficile dans le cas de l'exploration spatiale. Deuxièmement, en imposant une interdiction de la prolifération nucléaire et de la propriété étatique, elle ignore de fait la question de la propriété des entreprises et des particuliers ainsi que la capacité d'exploiter les matières premières. Dans sa forme actuelle, le droit international de l'espace donne le feu vert à l'expansion capitaliste dans l'espace.

 

C'est ainsi qu'en 2016 est proclamée la création du premier État spatial Asgardia, dirigé par un monarque constitutionnel - l'entrepreneur russo-azerbaïdjanais Igor Raufovich Ashurbeyli. Un gouvernement composé de 12 ministères, un parlement et une cour suprême ont été formés. Malgré la nature apparemment fausse du projet, plus d'un million de personnes ont déjà reçu la citoyenneté asgardienne. Qu'est-ce que c'est ? Rien de plus qu'un amusement d'homme riche ou le début d'une véritable course capitaliste à l'espace ?

 

L'exploration spatiale n'est en réalité pas seulement un sujet technique, mais aussi un sujet humanitaire. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, il est imbriqué dans des questions spirituelles et anthropologiques. L'examen historique et de la genèse du problème "Homme et Cosmos" permet de révéler la stabilité des nouvelles idées de construction de l'homme dans celui-ci.

 

Cosmos contre Chaos. Cosmogenèse et anthropogenèse dans les traditions religieuses-mythologiques

 

Le cosmos, selon l'étymologie du concept introduit, croit-on, par Pythagore, est une harmonie qui présuppose des dimensions spirituelle, rationnelle et esthétique. Le cosmos s'oppose catégoriquement au chaos associé à la spiritualité (voire à l'infernalité), à l'irrationalité et à la laideur. Les Hellènes se considéraient comme les détenteurs des idées du cosmos, estimant que les barbares étaient les interprètes de l'ontologie du chaos. Dans la théorie de la cosmogonie, le cosmos est né du chaos, étant sa négation. Ce n'est pas une émanation - un déversement de l'un par l'autre - mais précisément une négation qui a produit le conflit naturel et culturel mondial qui s'en est suivi. La Titanomachie et la Gigantomachie représentaient le déroulement de l'intrigue de la lutte du cosmos, personnifié par les dieux de l'Olympe, avec les personnifications archaïques de la disharmonie et des éléments - titans, géants, Typhon. Et il est important que dans cette lutte les Olympiens ne pouvaient gagner qu'à condition d'attirer un être humain (dans la description de la gigantomachie - Héraclès) à leur côté. L'homme apporte ainsi sa contribution fondamentale au déroulement global de la cosmogonie, prenant le parti du cosmos contre le chaos.

 

La doctrine de la corrélation entre le macrocosme et le microcosme a été présentée sous différentes expressions catégorielles dans les traditions philosophiques des anciennes civilisations du monde. Dans la tradition védique, cela s'exprimait, par exemple, par les concepts de brahman (macrocosme) et d'atman (microcosme). Selon cet enseignement, l'être humain est un modèle du cosmos en miniature. Mais son image face à l'injustice de la vie a été endommagée et l'harmonie cosmique a été perturbée. L'homme, en suivant la voie du développement spirituel, s'harmonise lui-même, et cette découverte de l'harmonie interne est le triomphe final du cosmos sur le chaos.

 

Seule une personne ayant atteint le niveau de perfection approprié peut également pénétrer dans les sphères du cosmos. Il ne s'agit pas d'un homme ordinaire imparfait, mais d'un homme transformé. La perspective de maîtriser le cosmos, d'atteindre le ciel, était donc associée à une transformation spirituelle. Lorsque des êtres humains imparfaits ont essayé d'atteindre le ciel, cela a été suivi d'un désastre (comme ce fut le cas avec la tour de Babel).

 

Comment le ciel correspond-il au cosmos ? Dans la perception moderne, le cosmos s'oppose au ciel, tout comme l'image scientifique du monde s'oppose à l'image mythologique du monde. Mais dans la philosophie de la tradition, le cosmos et le ciel agissaient comme des composantes d'une seule et même cosmogenèse. À la suite du premier acte de la cosmogenèse, le cosmos a été séparé du chaos, le monde de l'être a été séparé du monde du néant. Le Chaos était associé au monde souterrain, la sphère de l'infernal. Dans la mythologie scandinave, c'est la demeure des démons, Utgard. Un autre brasier dans le temps historique a apporté la chaotisation, la laideur et la mort au monde de l'être. Selon la mythologie hindoue, ce moment surviendra dans l'ère du Kali Yuga.

 

Le deuxième acte de la cosmogenèse est la division, au sein du cosmos lui-même, en ciel et terre. Le ciel, en règle générale, était corrélé au masculin et au spirituel, la terre au féminin et au matériel. Le lien de la terre avec le monde souterrain a donné naissance à des monstres chthoniens. De la connexion avec le ciel est né un homme reliant l'esprit (aspect céleste) et la chair (aspect terrestre). Le ciel était divisé en sphères, le plus souvent sept ou neuf (neuf sphères ont été mentionnées, par exemple, par les théologiens juifs). L'ascension d'une personne sur le chemin de la perfection spirituelle correspondait à chacune de ces sphères et constituait une sorte d'échelle vers l'Absolu. Une image populaire de cette ascension était présentée dans la littérature apocryphe sous la forme de l'échelle de Jacob. Il s'agissait précisément de l'échelle menant au ciel, chaque échelon impliquant de surmonter l'une ou l'autre tentation du péché.

 

Les anciens Sumériens montaient au ciel sur le dos d'un aigle géant, le maître du monde - le mythique roi Etana - qui y extrayait la "plante de la naissance". Selon la reconstitution du grand orientaliste soviétique Vsevolod Avdiev, Etana n'a jamais atteint le ciel et l'échec de son entreprise était de montrer les limites du pouvoir humain. Le roi mythique perse Kei-Kavus, dont le vol spatial est décrit dans l'Avesta et le Shahnama, qui n'était pas étranger au vice, n'a pas non plus réussi à atteindre le ciel.

 

Dans la mythologie samoyède, le chaman Urer pouvait monter sur la Lune grâce à sept jours de kamlanie ininterrompue. Entrant en transe, il pouvait, après avoir modifié sa conscience, changer son essence, ce qui lui permettait d'atteindre l'ascension cosmique. Le mythologème du "chaman lunaire" est également enregistré chez d'autres peuples du nord de l'Eurasie, ce qui indique l'universalité du motif du lien entre le voyage spatial et la sortie de la conscience humaine vers un niveau supérieur.

 

Après la mort, les anciens héros - fils de dieux et de mortels - Héraclès, Énée, Romulus, sont montés au ciel. Sur le plan anthropologique, les héros étaient une synthèse de deux natures - divine et humaine. À la mort, leur nature humaine a péri, mais leur nature divine a été préservée grâce à l'intervention d'une puissance supérieure, ce qui a rendu l'ascension possible.

 

La légende rapporte comment Alexandre de Macédoine est monté au ciel sur le trône. Outre son aspiration à maximiser l'oikumene hellénique, cette légende reflète également la notion des qualités particulières du surhomme.

 

Selon la tradition juive, le patriarche Enoch et le prophète Elijah ont été emmenés au ciel. Avant la venue du Messie (dans le christianisme - avant la seconde venue du Christ), ils reviendront du ciel sur la terre afin de lui rendre témoignage. De toute évidence, toutes les indications d'ascension dans les religions abrahamiques impliquent un esprit élevé spécial des ascendants. Selon le troisième livre apocryphe d'Hénoch, le patriarche, en montant au ciel, est devenu un ange. Pendant son séjour au ciel, Hénoch, selon les textes apocryphes, a reçu, entre autres, des informations sur le mouvement des corps célestes.

 

Les premiers apocryphes chrétiens sur l'ascension d'Isaïe parlent de sept cieux que le Messie traverserait lors de sa descente sur terre. Il contient également des représentations sur les différentes vitesses du passage du temps. Il semble au prophète qu'il n'a passé que deux heures au ciel, alors qu'en réalité 32 ans se sont écoulés.

 

Un certain nombre de personnages bibliques ont reçu la révélation directement au ciel. Dans le Talmud, ils sont rejoints par les quatre sages qui sont entrés dans l'Eden dans un sens physique, et non dans un sens allégorique. Mahomet, sur l'animal mythique Burak, a d'abord effectué un vol de nuit vers Jérusalem et de là, il est monté au ciel, le mirage. Au ciel, il s'est fait ouvrir la poitrine et laver le cœur, ce qui symbolise la nouvelle naissance. La tradition islamique souligne l'existence de sept cieux, dont le premier est interprété par les interprètes modernes du Coran comme l'enveloppe atmosphérique de la Terre, et les six autres comme les différentes dimensions de l'espace, de l'orbite lunaire à l'infini cosmique.

 

Inversions cosmologiques et anthropologiques de la Renaissance

 

Le fait qu'il y ait eu, à la Renaissance, une transition du modèle théocentrique au modèle anthropocentrique de vision du monde a été largement débattu en son temps. En fait, la fixation de cette transition est correcte, mais dans le déroulement du processus, elle nécessite une clarification. Au départ, la transition s'est faite du modèle théocentrique au modèle cosmocentrique. Dans diverses associations se réclamant de l'ésotérisme, l'intérêt pour la philosophie antique et sa doctrine fondamentale du cosmos est restauré. Les penseurs de la Renaissance s'intéressent de plus en plus non pas à Dieu lui-même, mais à la cosmogonie qu'il a créée conformément à son plan.

 

De là est née une étape vers la restauration, par une réinterprétation de l'héritage de l'Antiquité, de la doctrine du microcosme de l'homme. L'un des principaux ésotéristes de son temps - le moine alchimiste Basile Valentin - écrit les traités "Sur le macrocosme" et "Sur le microcosme". Le thème de la désintégration du corps cosmique primordial d'Adam Kadmon est soulevé par un appel à la kabbalistique. La restauration des particules désintégrées et submergées de la lumière adamique était considérée comme une grande mission historique. Seul un nouvel homme harmonieux pourrait restaurer le cosmos. L'alchimie a travaillé à sa création en premier lieu (et à l'obtention d'or en second lieu). La transformation de la Renaissance s'est ainsi exprimée à travers la chaîne suivante : théocentrisme - cosmocentrisme - anthropocentrisme.

 

L'ère des grandes découvertes géographiques, qui a débuté au 15e siècle, a ouvert la voie à l'expansion des frontières du monde. Le nouvel homme s'est empressé de découvrir de nouvelles terres. Mais en plus d'étendre les frontières du monde horizontalement, il y a naturellement une demande pour les étendre verticalement. Elle a trouvé une expression directe dans la popularité inattendue, au XVIIe siècle, du thème du vol de l'homme vers la lune.

 

L'histoire du voyage vers la lune est présente dans le poème chevaleresque du XVIe siècle "Roland le Furieux" de Ludovico Ariosto, basé sur les cycles arthurien et carolingien. Là, accompagné de l'apôtre Jean l'Évangéliste, le chevalier Astolphe part sur un hippogriffe (mi-cône, mi-griffon) de la montagne du paradis terrestre à la recherche de l'esprit perdu du fou Roland. Sur la lune se trouve la vallée de tout ce que les humains ont perdu. Parmi ces pertes, outre l'esprit de Roland, le chevalier voit se perdre la beauté féminine, la grâce royale, le don de Constantin (et ce après le dévoilement de Lorenzo Valla).

 

L'homme dans un modèle de mondes multiples

 

Un facteur supplémentaire motivant l'appel au thème du cosmos était le débat sur la possibilité de mondes multiples. Elle s'est d'abord développée chez les philosophes arabes, d'où elle a été transférée dans le discours européen. Déjà au début du XIIIe siècle, Fakhruddin al-Razi soutenait que l'affirmation de l'unicité du monde revenait à déprécier la puissance d'Allah.

 

À l'époque de la Réforme, le thème des mondes multiples avait apparemment fait son chemin dans la pensée européenne. On le voit notamment dans la critique de Martin Luther à l'égard du concept de multiplicité de Philippe Melanchthon, associé de Martin Luther : "Il est impossible d'imaginer qu'il y a plusieurs mondes, car il est impossible d'imaginer que le Christ est mort et ressuscité plusieurs fois, et il n'est pas non plus possible de considérer que dans un autre monde, sans la connaissance du Fils de Dieu, les gens obtiendront la vie éternelle."

 

Les idées du pluralisme cosmique ont été persécutées pendant assez longtemps, comme en témoigne, entre autres, la résonnante brûlure par sentence de l'Inquisition en 1600 de Giordano Bruno. Le fait que Bruno était - comme l'a soutenu Frances Yates, éminente chercheuse sur la culture de la Renaissance - un adepte de l'hermétisme indique l'importance du lien entre cette nouvelle cosmologie et l'anthropologie. Les partisans de l'idée de mondes multiples ne remettaient pas seulement en cause le géocentrisme et l'héliocentrisme, mais s'attendaient également à rencontrer des êtres vivants habitant le cosmos. L'attitude rébarbative de l'église a fait naître le soupçon qu'elle cachait au troupeau la réalité de la vie surnaturelle.

 

L'un des grands encyclopédistes du XVIIe siècle, directeur d'Oxford et de Cambridge College, époux de la jeune sœur d'Oliver Cromwell, John Wilkins, dans son livre de 1638, The Opening of the World on the Moon, or Discourse Concerning the Possibility of an Inhabited World on Other Planets, et dans des ouvrages ultérieurs, a affirmé que le monde lunaire était habité par des Sélénites. Le scientifique était obsédé par l'idée de construire un vaisseau spatial spécial qui pourrait atteindre la lune. Il a cité les écrits secrets des moines bénédictins, qui prétendaient contenir le secret du voyage lunaire. Wilkins croyait sincèrement qu'il était possible d'organiser un échange commercial entre les Anglais et les Sélénites. Cependant, l'idée même d'êtres lunaires aurait été empruntée par lui aux réimpressions d'auteurs antiques, notamment Plutarque, au XVIIe siècle.

 

Pratiquement en même temps que le travail de Wilkins, le livre Man on the Moon de Francis Godwin, un évêque de l'église anglicane, a été publié, ce qui témoigne en soi de l'excitation entourant le sujet des voyages spatiaux. Les habitants de la lune sont présentés par Godwin comme des personnes morales et des chrétiens de foi. La lune est dépeinte comme une version particulière d'un paradis cosmique, qui n'est toutefois pas identique au paradis divin.

 

Il est donc possible d'enregistrer qu'au début de l'ère moderne, le voyage dans l'espace prend l'aspect social de la recherche d'une civilisation plus avancée, surtout en termes moraux. Entrer en contact avec cette civilisation impliquait un approfondissement et une amélioration à un niveau correspondant au niveau cosmique de l'homme. L'image des menaces cosmiques et du mal cosmique apparaîtra bien plus tard. L'utopie spatiale avait sa place parmi les autres utopies sociales de son temps.

 

Le genre du voyage dans l'espace est devenu si populaire que des satires basées sur des aventures spatiales sont apparues. Parmi ces œuvres satiriques, citons notamment la dilogie "L'autre lumière" du dramaturge français Cyrano de Bergerac, dont la première partie s'intitulait "Les États et empires de la lune" et la seconde "Les États et empires du soleil". L'auteur s'est clairement moqué des idées de voyage dans l'espace qui circulaient, en indiquant, entre autres, les moyens d'y parvenir, tels que l'utilisation d'une cervelle de taureau, d'un pot de rosée, d'un aimant, de la volonté ou de monter un diable. Les critiques trouvent cependant dans la diologie de Bergerac des preuves de ses appels à l'alchimie, à la théosophie et au gnosticisme médiéval. Si ces appels n'étaient que des satires, cela signifiait que l'association de l'idée de voyage dans l'espace avec la transformation de la conscience humaine était largement répandue.

 

L'idée d'une pluralité de mondes était déjà légale au XVIIIe siècle et constituait la base de la vision scientifique naturelle de l'univers. Les philosophes se sont penchés sur la question de savoir comment Dieu gouvernait cette multiplicité cosmique. L'idée qu'il est le centre du cosmos autour duquel tournent les différentes sphères s'est formée. Il s'agissait déjà d'une vision différente de celle d'avant, lorsque Dieu était sorti du cosmos. La cosmologie hiérarchique avait été remplacée par une cosmologie du centrique, puis par une cosmologie de l'infini. Dans le premier modèle, Dieu était au sommet de la hiérarchie, dans le deuxième - au centre du système, dans le troisième - il est devenu une construction facultative, et son existence pouvait être niée.

 

Si aux auteurs du XVIIe siècle des bienfaits des habitants des mondes cosmiques témoignaient des terriens voyageant dans l'espace, au XVIIIe siècle déjà des créatures de l'espace pouvaient donner des estimations à la vie terrestre. C'est notamment le cas des êtres de Saturne et de Sirius sur Terre dans les "Micromégas" de Voltaire. Il en découle la conclusion du sous-développement de la civilisation terrestre et, par conséquent, de la possibilité et de la nécessité d'un changement sur la voie du progrès.

 

Espace et capitalisme

 

Dès le début, le capitalisme a tenté de faire passer le thème de l'espace dans la circulation commerciale. En 1835, aux États-Unis, dans le journal New York Sun, six articles annoncent la découverte de l'existence de populations d'êtres vivants sur la Lune à l'aide d'un télescope à réflecteur. Cette publication a fait sensation dans le monde entier et est entrée dans l'histoire du journalisme comme le "grand canular de la lune" ou le "canard lunaire". Le canular, que l'on croit avoir été écrit par le journaliste Richard Adams Locke, a généré des revenus considérables. Son succès a donné lieu à des tentatives similaires. Le célèbre écrivain américain Edgar Poe, lui-même pas étranger aux canulars, qui a écrit l'histoire L'aventure extraordinaire d'un Hans Pfaal avec le sujet du voyage sur la lune, a accusé les auteurs de la publication dans le Sun de plagiat.

 

Locke et Poe représentaient déjà les créatures spatiales - contrairement à la tradition antérieure - comme moins évoluées que les terriens. Les Locke sont des micromensuels - ressemblant à des orangs-outans avec des ailes semblables à celles des chauves-souris. À l'époque, les mictions étaient divisées en races, dont le degré de développement était corrélé à la clarté de leur peau (plus la peau est claire, plus le type racial est parfait). En fait, les notions typiques des racistes du XIXe siècle ont été transférées dans l'espace, ce qui a suggéré de nouvelles perspectives pour de nouvelles colonisations. Si, dans l'ancienne tradition, seul un homme aux qualités spirituelles particulières pouvait accéder au paradis, dans le cas d'Edgar Allan Poe, c'est le criminel qui a tué trois personnes et a tenté de s'échapper qui y parvient. Il offre son retour sur Terre sans être persécuté pour des meurtres en échange d'informations sur la Lune.

 

Au même moment, cependant, une tendance romantique dans l'interprétation des voyages spatiaux se développait. Le thème des vols vers la lune, tel qu'il est connu, a été présenté dans une série de romans d'aventure de Jules Verne. Sur cette base, on parlera plus tard de la brillante clairvoyance du romancier en ce qui concerne les voyages dans l'espace au XXe siècle. Jules Verne a en fait établi la tradition de l'héroïsme spatial. Pour aller dans l'espace, conformément à celui-ci, seules des personnes d'un grand courage pourraient le faire. C'est ainsi que, lorsque le vol spatial deviendra une réalité, les astronautes resteront longtemps présents. L'héroïsation a été alimentée émotionnellement par les précédents de décès d'astronautes.

 

Mais progressivement, le thème des cosmonautes héroïques quitte la conscience collective. Les réactions à la catastrophe de Challenger en 1986 et à celle de la navette spatiale Columbia en 2003 ont été, malgré la nature similaire de la tragédie, même en termes de nombre de victimes, d'une ampleur différente. Selon les études, la catastrophe de Challenger a eu une résonance dans la société américaine comparable à deux événements seulement : la mort de Franklin Roosevelt et l'assassinat de Kennedy. La réaction à la mort de la Colombie a été beaucoup plus faible dans le monde, et aux États-Unis même. Alors qu'en Union soviétique, les noms des cosmonautes étaient connus de tous les écoliers, dans la Russie post-soviétique, ils sont pratiquement inconnus de tous.

 

Dans le roman The First Men on the Moon (Les premiers hommes sur la lune), écrit en 1901 par Herbert Wells, le thème de la course au sélénite est à nouveau évoqué. Les Sélénites dans la version de Wells sont moins évolués que les humains. Mais lorsque leur souverain, le Grand Lunarius, apprend les ordres et les guerres de la Terre (notamment les guerres anglo-boers), il décide de couper le contact avec les Terriens, qui représentent une menace potentielle pour sa civilisation.

 

L'alternative du cosmisme russe

 

La réponse à la tendance à adapter l'espace à l'avancée du capitalisme était le cosmisme russe. Dans son essence, il représentait l'idée d'une spiritualisation de l'espace, réalisée par la transformation de l'homme et sa maîtrise de l'espace dans un état nouveau et transformé. La base philosophique du cosmisme russe était déjà résumée dans le discours des sophiologues. Les sophologues associaient la perfection spirituelle de l'homme à l'unicité cosmique.

 

Contrairement aux sophologues, les cosmistes posaient des questions pratiques : sur l'exploration du cosmos, le changement de la nature humaine, l'atteinte de l'immortalité et même, comme Nikolaï Fedorov, sur la résurrection des morts. Les images religieuses de l'immaculée conception ou de la résurrection étaient considérées par eux comme des tâches concrètes de développement nécessitant une mobilisation générale. Les cosmistes partent de l'idée que l'exploration spatiale humaine est nécessaire en raison de l'épuisement des ressources de la Terre, de la croissance démographique et des menaces écologiques. Mais cela nécessite une organisation appropriée des efforts conjoints de l'humanité. Une telle logique de raisonnement conduit inévitablement les cosmonautes dans les rangs des partisans du projet soviétique. En effet, à cette époque, beaucoup voyaient dans le communisme une doctrine et une pratique visant à créer un nouvel être humain, qui deviendrait un dieu, soumettant l'univers à sa volonté et à sa raison, et atteignant l'immortalité.

 

Cependant, les idées du cosmisme pourraient également résonner dans le cadre d'une refonte néo-religieuse de l'existence. On peut, par exemple, se référer à l'enseignement du théologien catholique Teilhard de Chardin.

 

Cosmos et eugénisme

 

Le développement des sciences naturelles au début du vingtième siècle a conduit à la question de la possibilité d'un changement volontaire de la nature humaine. On pensait que la transformation des êtres humains était technologiquement possible. L'orientation de l'eugénisme est née, qui va de pair avec l'ingénierie sociale. L'eugénisme s'est avéré être lié aux projets spatiaux. L'idée que le dépassement par l'homme de l'oikoumène de la Terre implique une transformation de l'homme (dans la tradition religieuse, une transformation) a pris de l'ampleur. Le discours eugénique a couvert la quasi-totalité du monde occidental dans les années 1920 et 1930, et seul l'effondrement du fascisme lui a ajouté des connotations négatives supplémentaires.

 

La synthèse des idées eugéniques et de la cosmonautique a également eu lieu dans les enseignements de K.E. Tsiolkovsky. Dans ses idées, la maîtrise de l'espace était fermement liée au changement de la nature humaine. Et si Tsiolkovsky est considéré comme le fondateur de la cosmonautique moderne, il faut reconnaître que la problématique anthropologique y a eu une importance fondamentale initiale.

 

Tsiolkovsky a parlé de la nécessité de surmonter l'approche subjective et corporelle de l'homme. Ce n'est pas le "moi" égoïste mais les atomes-esprits, qui existaient avant l'être subjectif de l'homme et existeront dans la perspective post-mortem, se dispersant dans le cosmos, qui constituent la véritable personnalité. L'important est l'harmonisation de ces atomes-esprits, qui conduit au développement du cosmos et de l'homme. L'existence humaine doit donc être harmonisée avec l'existence cosmique.

 

Tsiolkovsky pense qu'à l'avenir, les humains perdront complètement leur physique. Il deviendra autotrophe et se nourrira d'énergie rayonnante. La transfiguration humaine sera fondamentalement possible, en cohérence avec l'environnement de l'existence. La reproduction naturelle, que Tsiolkovsky considérait comme honteuse pour l'humanité, sera remplacée par une sélection artificielle ciblée et la parthénogenèse. "Plus l'homme progresse, déclarait l'un des précurseurs de la création de l'astronautique, plus le naturel est remplacé par l'artificiel. Tous ces changements conduiront finalement à l'obtention de l'immortalité. Le résultat du développement sera un état dans lequel la raison remplira l'univers, le cosmos entier apparaîtra comme un seul être intelligent.

 

Grande course à l'espace

 

La supériorité de l'URSS dans l'exploration spatiale n'était pas seulement déterminée par son avance dans la course technologique. Outre la victoire technologique, la percée réalisée a été une victoire du système et une victoire de l'esprit. La transformation spirituelle pour atteindre les étoiles, dont il a été question plus haut, a en fait eu lieu dans l'histoire du XXe siècle. L'homme soviétique, qui a passé le creuset des épreuves, est devenu, en termes historiques, un homme nouveau. Sur le plan anthropologique, elle combinait un haut niveau de développement intellectuel, assuré par le meilleur système pédagogique du monde, avec un centrage spirituel obtenu grâce à la répudiation par la culture soviétique de la moralité bourgeoise (y compris petite-bourgeoise - consumériste). Les drames sanglants de la guerre civile et de la grande guerre patriotique étaient une sorte de rituel d'initiation d'un homme nouveau. Exactement douze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale (la période de douze ans est sacrée et symbolique), l'URSS lance le premier satellite artificiel du monde dans l'espace.

 

Les Américains - les adversaires dans la course à l'espace - ne pensaient pas non plus uniquement en termes de technologie. Pour eux, la lutte pour l'espace était une modification du rêve américain. Le premier atterrissage sur la Lune en 1969 a été pour eux un stimulant émotionnel et psychologique au même titre que les victoires de 1957 et 1961 pour l'URSS. En fait, c'est après que les rôles dans la course idéologique se sont inversés et que l'Union soviétique a commencé à perdre peu à peu du terrain dans la bataille pour les cœurs et les esprits. La proclamation de l'Initiative de défense stratégique, également connue sous le nom de programme "Guerre des étoiles", par Ronald Reagan en 1983 constituait déjà en réalité une pression psychologique sur l'ennemi pour le pousser à se rendre.

 

De manière caractéristique, du côté américain, l'exploration spatiale a été présentée dans les premières décennies en corrélation avec des thèmes religieux, comme le mouvement de l'homme vers Dieu. La religiosité des astronautes américains a été soulignée. Des rumeurs ont circulé sur certains précédents mystiques survenus lors de sorties spatiales humaines. En URSS, sous N.S. Khrouchtchev, au contraire, le thème de l'espace était mis en avant dans le cadre de la propagande antireligieuse. C'est à Nikita Sergueïevitch lui-même que l'on doit cette phrase : "Gagarine a volé dans l'espace sans voir Dieu. Selon l'un des récits, transmis par ouï-dire, lorsque Yuri Alekseyevich, à qui l'on demandait s'il avait vu Dieu dans l'espace, a donné une réponse négative, l'une des vieilles dames a fait le commentaire suivant : "Comment pouvez-vous le voir dans l'espace, si vous ne l'avez pas vu sur Terre". Il est possible que le thème religieux ait été délibérément donné en relation avec l'espace dans la propagande américaine pour s'opposer à la cosmonautique soviétique anti-religieuse. Cependant, cette anti-religiosité était aussi apparemment une exagération.

 

Projections idéologiques du futur dans la science-fiction

 

Au vingtième siècle, à l'ère des idéologies, le thème de l'espace dans le discours humanitaire était associé à la question du modèle de l'ordre social du futur. La science-fiction est devenue le ristalicenter de ce type de discussion idéologique. En URSS, la science-fiction est devenue presque l'axe principal du thème de l'avenir communiste. Dans le discours officiel, le communisme était déclaré mais peu exploré. Quelle sorte d'être humain serait sous le communisme, quelle sorte de personne deviendrait-il ou elle ? Il n'existait ni la volonté d'aborder ces questions, ni une méthodologie pour de tels développements. En ce sens, la science-fiction était beaucoup plus libre, tandis que la méthode artistique supprimait (bien que pas entièrement) le poids de la responsabilité idéologique.

 

La variante classique de la présentation de la société communiste au moyen de la science-fiction est le roman "La nébuleuse d'Andromède" d'Ivan Efremov en 1957. Selon la chronologie du roman, l'époque du communisme est décrite comme l'époque du Grand Ring. Le Grand Anneau réunit toutes les civilisations hautement développées de l'univers en un seul système d'information.

Dans le roman de 1970 "L'heure du taureau", Efremov oppose au contraire l'humanisme communiste terrestre à l'état totalitaire de la planète Tormans. La société de la planète Tormance est hiérarchisée, délimitée par la longévité sociale. Au sommet se trouvent les dirigeants de l'État - des serpents - et à la tête de l'État lui-même se trouve le Conseil des Quatre, qui combine la terreur et les méthodes d'influence psychique dans sa gestion. La base de la politique culturelle de la planète Tormans est une stupéfaction systématique de la population. Les chercheurs pensent qu'Efremov, en plus d'une critique générale des idées d'un État totalitaire, a critiqué dans "Bull Hour" la Chine maoïste.

 

La question de l'homme dans la perspective d'une nouvelle percée cosmique

 

Comment agir pour atteindre un objectif, si vos capacités semblent insuffisantes pour y parvenir ? Il existe deux formules possibles. La première recette consiste à attirer des ressources supplémentaires (attirer de l'argent supplémentaire, faire travailler les autres pour vous). Cette recette est bonne tant que les occasions de le faire existent et que le but à atteindre est en corrélation avec le paradigme dans lequel les ressources sont attirées. Mais elle échoue à la fois lorsque les ressources sont rares et lorsque l'objectif implique un changement de paradigme. Il existe une deuxième prescription pour ce cas - le changement de conscience. Le sujet qui atteint le but, en changeant sa conscience, devient différent, et étant devenu différent, il est capable de quelque chose dont il n'était pas capable auparavant. En fait, c'est une recette pour la transformation. C'est ce dont il est question dans la perspective du passage de l'homme de la vie terrestre à la vie cosmique. Une nouvelle percée cosmique doit être associée à une transformation spirituelle, car sinon la tentative de transition correspondante s'avérera être la fin de l'histoire humaine.

 

 

Vardan Baghdasaryan

 

Vardan Bagdasaryan (né en 1971) est un historien et politologue russe, docteur en sciences historiques, doyen du département d'histoire, de sciences politiques et de droit de l'université d'État de Moscou (MSU), professeur du département de politique d'État de la MSU Lomonosov, président de la branche régionale de la société russe "Znanie" de la région de Moscou, chef de l'école scientifique "Bases de valeur des processus sociaux" (axiologie). Membre régulier du Club d’Izborsk

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Sergey Cherniakhovsky : Amérique. Crise du rêve et transformation de la mentalité (Club d'Izborsk, 8 avril 2021)

9 Avril 2021 , Rédigé par Красное и белое Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie, #Société, #USA

Sergey Cherniakhovsky : Amérique. Crise du rêve et transformation de la mentalité  (Club d'Izborsk, 8 avril 2021)

Sergey Cherniakhovsky : Amérique. Crise du rêve et transformation de la mentalité

 

8 avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/20915

 

 

L'attaque de Joseph Biden contre le président russe peut être considérée à la fois comme une provocation planifiée par ses technologues politiques et comme une manifestation de démence liée à l'âge. Les deux versions sont justifiées - et aucune ne fait honneur à l'État américain et à l'élite américaine.

 

Il est possible d'argumenter pour savoir laquelle des deux est la mieux étayée. En fait, les deux sont justifiés. Il est possible de discuter du calcul de la provocation et de son destinataire, mais il est évident qu'il existe de sérieux arguments en faveur de la version démentie.

 

Mais une autre chose est tout aussi importante. Pas les événements politiques mais, disons, le contenu politico-culturel, politico-philosophique de ce qui s'est passé.

 

Le cœur du rêve et de la culture américains était la réalisation et la construction d'une certaine relation idyllique et angélique, dont Hollywood a été le transmetteur au 20e siècle, mais dont les notions ont été ramenées sur le Mayflower.

 

Les visions d'un futur paradis de la terre promise se mêlent à l'enfer des conditions à surmonter, créant une certaine symbiose entre la "culture de l'église" et la "culture du saloon".

 

Il y avait de la sainteté dans le premier, de la grossièreté dans le second, mais tous, d'une manière ou d'une autre, étaient unis par le bénéfice et l'opportunité de l'acteur individuel.

 

En gros, sous cette forme : "L'homme peut tout surmonter et tout réussir s'il garde sa foi en Dieu, est honnête et travailleur."

 

C'est-à-dire qu'au centre de cette culture se trouvait l'activité rationnelle et créative de l'individu. Il était considéré comme égoïste à juste titre, mais tout à fait rationnel.

 

Le colt dans l'étui ne rendait pas seulement les gens égaux, il les rendait polis et capables de se comporter raisonnablement envers le porteur de l'autre colt. Et cela les rendait responsables : dans une petite mesure des conséquences pour la femme, les enfants et le foyer, et dans une plus grande mesure des conséquences pour la nation et le pays.

 

Oui, c'était une "culture d'hommes blancs protestants capables de porter des armes". Une culture de l'action individuelle, de la croyance en la réussite individuelle et de la responsabilité individuelle - dans leur quête du rêve américain.

 

Cette culture s'est fracturée dans les années 1960.

 

Pour comprendre cela, il faut savoir que les États-Unis des années 1960 et 1970 ne sont pas les États-Unis prospères de Clinton, ni les États-Unis des années 1990 : ils ressemblent à la Russie d'Eltsine.

 

Le rêve des individus blancs armés s'est effondré, leur culture politique s'est évanouie, pour être remplacée par une "culture de communautés : gauchistes mutants qui ont perdu les signes de leur gauchisme, minorités ethniques, LGBT, toxicomanes - des communautés de tous les groupes auparavant perçus comme asociaux. Et le cœur de l'activité politique et comportementale de la culture politique naissante de l'Amérique était principalement la culture des communautés urbaines noires : parmi les autres communautés, elles étaient les plus organisées et les plus cohésives.

 

Si la vieille culture politique américaine était une concentration d'activité économique d'"individus responsables", alors les ghettos volontaires qui s'opposaient au reste de la vieille Amérique se sont inévitablement révélés être une "culture d'assistés", organisée selon le principe de la meute. Vous pouvez dire que les réalités socio-économiques américaines sont à blâmer, et vous pouvez le contester, mais leur algorithme d'activité était la réception de l'aide sociale et le maintien des normes de vie en meute.

 

Si l'ancienne culture était, d'une manière ou d'une autre, la "culture du producteur-prédateur", celle qui l'a remplacée est devenue la "culture du chacal bénéficiaire", s'appropriant les richesses prélevées dans d'autres pays. Et elle a paradoxalement uni les "groupes parasites" polaires : les financiers de Wall Street, les travailleurs noirs au chômage des ghettos urbains, les islamistes, les acteurs d'Hollywood, les courtiers, les managers, les designers - tous issus des professions de "service".

 

Ils sont tous devenus un conglomérat de la meute, et un porteur de la culture de la meute.

 

Ce n'est pas une coïncidence si, alors que Trump, qui a hérité de la nostalgie du rêve américain, a fait appel aux porteurs de la nostalgie de l'Amérique traditionnelle pendant la campagne 2020, le personnel de Biden l'a répudié.

 

Trump n'est pas un raciste et a parlé de l'importance de Martin Luther King et de Harriet Tubman. Mais il a également souligné les noms de Christophe Colomb et de Junipero Serra comme ayant "apporté des contributions historiques significatives à la découverte, au développement ou à l'indépendance des futurs États-Unis."

 

Les Bidenistes, postulant leur antiracisme, sont simplement devenus des " racistes anti-blancs ", faisant appel à toutes les communautés non traditionnelles, principalement les non-WASP (White Anglo-Saxon Protestants - ndlr) : musulmans, afro-arabes, noirs, LGBT, " antifa " et toutes les communautés culturelles qui avaient des griefs contre la " vieille Amérique ".

 

Il est ridicule de nier qu'elle méritait les griefs. Seulement, ce que ces communautés ont fini par offrir moins que par porter (car les démocrates eux-mêmes ne construisaient rien), c'est un rejet primitif de tout ce qui était ancien. Au lieu de la "culture de l'égoïste responsable", elle a affirmé la "culture de la meute".

 

C'est la différence et la fracture d'une certaine mentalité politique américaine de base.

 

Le cow-boy, contre la tête duquel l'autre "porteur de Colt" a fracassé une bouteille de whisky et armé la gâchette sur sa tempe, a commencé à raisonner raisonnablement, non par peur - en principe, il n'avait peur de rien. Il s'est juste rendu compte qu'on commençait à lui parler dans sa propre langue, que l'autre, puisqu'il avait le poulain, était aussi comme lui, "le sien"." C'est-à-dire qu'il ne s'est pas numéroté selon le principe de la meute, mais selon les caractéristiques universelles d'appartenance civilisationnelle, de communauté de langue et de culture.

 

C'est peut-être la raison pour laquelle, alors que Reagan, déclarant que l'URSS était un "empire du mal" et annonçant une campagne contre elle, l'a dit en son nom propre, soulignant qu'il préférait mourir plutôt que de vivre dans le monde de sa victoire, Biden a exprimé son insulte à Poutine sous la forme d'un meuglement approbateur en réponse à une question inattendue qui lui a été posée en tant que membre de la meute par un autre membre de sa meute.

 

 

Sergey Chernyakhovsky

 

Sergey Chernyakhovsky (né en 1956) est un philosophe politique, politologue et publiciste russe. Membre titulaire de l'Académie des sciences politiques, docteur en sciences politiques, professeur à l'université d'État de Moscou. Conseiller du président de l'Université internationale indépendante des sciences environnementales et politiques. Membre du conseil public du ministère de la culture de la Fédération de Russie. Membre permanent du Club d'Izborsk

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivashov: Jour de l'équinoxe de printemps (Partyadela, 23.03.2021)

4 Avril 2021 , Rédigé par Красный и белый Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Philosophie, #Russie, #Société, #religion

Leonid Ivashov: Jour de l'équinoxe de printemps  (Partyadela, 23.03.2021)

Leonid Ivashov: Jour de l'équinoxe de printemps

 

23.03.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13067/

 

 

Les nouvelles sont pires les unes que les autres…

 

 

Le jour de l'équinoxe de printemps - 20 mars 2021, j'ai analysé le contexte informationnel dans lequel nous vivons chaque jour.

 

Mes amis m'ont envoyé par e-mail les recommandations se promenant sur Internet, comment se comporter en ce jour, qui devrait être favorable à tous les égards, il suffit de se détendre, de se relaxer, de faire des vœux et de souhaiter l'avenir, car tous les souhaits se réaliseront à coup sûr. J'ai éteint mon ordinateur et allumé la télévision, m'attendant à voir quelque chose de bon et d'intéressant à l'écran. D'autant plus que le soleil brillait le matin et qu'une odeur de chaleur printanière flottait sur Moscou.

 

Mais, hélas : la ligne d'information courante à la télévision n'a apporté aucune bonne et joyeuse chose. En outre, toutes les sphères vitales de l'humanité et de la Russie sont enveloppées de négativisme. Des volcans sont entrés en éruption depuis l'Islande (un volcan silencieux depuis 6 000 ans s'est mis à parler) jusqu'au Kamtchatka ; de graves tremblements de terre, dont le plus fort au Japon ; en Europe, les partisans de la vaccination s'opposent aux opposants à la vaccination ; les gouvernements imposent ou prolongent les quarantaines dans le cadre de la troisième vague pandémique ; l'ordre de circulation des personnes entre les pays devient plus strict ; certains pays, dont Israël, passent des passeports traditionnels aux passeports "vaccinés". Et d'autres "joies" similaires dans le monde.

 

L'actualité russe le jour du solstice de printemps est une chose pire qu'une autre : Par ailleurs, un volcan au Kamtchatka crache de la lave, des cendres et des roches, et dans l'ensemble du pays, la réalité est habituelle : incendies (à Moscou, le Kremlin Izmailovsky brûle, un incendie est éteint à Khimki), dans la région de Saratov, une rupture de canalisation et une marée noire, dans le golfe de Finlande, le sauvetage annuel des pêcheurs des glaces, la destruction habituelle des maisons et des bâtiments délabrés (d'avant-guerre), la chute des murs, un nouvel empoisonnement des enfants à l'école avec des petits-déjeuners gratuits. Sans compter l'arrestation et la détention d'un autre gouverneur pour un pot-de-vin de 35 millions de roubles (région de Penza). Et ainsi de suite.

 

En politique étrangère, c'est la même chose : l'Ukraine ne respecte pas les accords de Minsk, Biden est un russophobe, l'OTAN est une terrible menace, presque COVID-19, tout le monde nous insulte. Je suis passé au sport - le biathlon, très populaire. Nos athlètes se produisent dans des uniformes sans aucun signe d'affiliation à la Fédération de Russie, le drapeau russe et d'autres symboles d'État sont interdits, mais les athlètes courent et tirent même. Guberniev dit pompeusement que Garanichev a une chance de gagner même la 8ème place. Mais il n'est arrivé qu'en 21e position. Et son collègue après la course dit presque solennellement dans son interview avec le correspondant qu'il était bien préparé pour la course, mais que le vent était quelque peu inhabituel. Le reportage sur les courses se termine par la démonstration du vaccin contre le Covid par Anton Shipulin, notre leader en biathlon. Tout est réussi ici, la publicité pour les vaccins n'est pas une mauvaise affaire aujourd'hui.

 

Rien de décent non plus dans l'économie - le prix du pétrole baisse, Nord Stream 2 est bloqué par les Américains, le dollar et l'euro montent par rapport au rouble. Et le seul succès de la télévision russe (Russie - 24) est la vaccination de la population du pays et la phrase de Mme Merkel selon laquelle l'Allemagne pourrait envisager d'acheter le vaccin "russe". La chaîne Zvezda parle aussi presque solennellement de centaines de milliers de militaires "vaccinés". Ne trouvant (pour moi) rien de joyeux à la télévision, j'ai commencé à lire ce qui est envoyé par mes collègues. La première est une publicité de Moscou "kovidnikov" sur la nécessité de la vaccination. L'horreur ! Les vampires aux crocs saillants sont ceux qui n'ont pas été vaccinés ; ils mordront les vaccinés, portant en eux une menace mortelle. Et cela est revendiqué, selon la publicité, par un médecin en blouse blanche. De plus, le clip publicitaire est joué par de vraies personnes, apparemment des acteurs. Et ceci est sur le site web du bureau du maire de Moscou. N'est-ce pas satanique ? Et pas pour la santé des habitants de la capitale, pour l'argent dans les poches de quelqu'un.

 

J'ai écouté et lu la position d'experts en médecine bien connus et méritant le respect Leonid Roshal, président de la chambre médicale nationale ("il faut punir la diffusion d'une ronde de panique du coronavirus, il n'est pas plus terrible que la grippe habituelle") et Igor Gundarov "Le secret du taux de natalité" ("la raison principale de l'extinction de la Russie et de la demi-décadence de la nation dans le déclenchement de la guerre psychologique contre la population"). Ce sont des personnes de haut niveau scientifique, avec une grande expérience des activités pratiques, elles voient la fausseté de la soi-disant pandémie et en parlent ouvertement. Mais, naturellement, les "politiciens au pouvoir" ne les écoutent pas car ils ne sont même pas des politiciens, mais des colporteurs cupides.

 

Plus d'informations. Ils nous ont envoyé des copies des décisions et décrets des gouverneurs, encore une fois, sur les mesures de renforcement du régime pandémique et de restriction des droits et libertés des citoyens. Je ne m'y attarderai pas, ils sont de la même veine que ceux de la télévision. Mais je vais donner un ordre (du chef de l'administration du district de Barabinskiy de la région de Novossibirsk) dans son intégralité, avec des erreurs grammaticales.

 

"Aux responsables des institutions, entreprises, organisations (circulaire)

 

Je porte à votre connaissance, qu'en exécution du Décret du Président de la Fédération de Russie du 02.03. 2021 № 01 - TT et de l'Ordre du Gouverneur de la région de Novossibirsk № 1 - 1 s/il du 03.03. 2021 une formation complexe de mobilisation, pendant la période du 01.03. 2021 au 30. 08. 2021 "Sur la préparation directe de la région de Novossibirsk au passage aux conditions de guerre en cas d'augmentation de la menace d'agression contre la Fédération de Russie avant la déclaration de mobilisation dans la Fédération de Russie".

 

Téléphone pour les demandes de renseignements..... Rayevsky Andrey Sergeevich

 

Meilleures salutations

 

Chef du district de Barabinskiy de la région de Novossibirsk

(Signé) I.V.Kutepov

 

Qui préparons-nous pour la guerre ? Il semble qu'ils aient mené des exercices antiterroristes conjoints avec les Chinois, auxquels ont participé les troupes du service de la garde fédérale russe et du ministère de l'Intérieur. Il est peu probable que l'OTAN entre en guerre avec nous en Sibérie.

 

Je n'ai pas appelé le numéro de téléphone indiqué pour savoir s'il s'agissait d'un faux, je décrivais simplement le jour de l'équinoxe et les "nouvelles" que nous recevons tous à des degrés divers au quotidien. Réfléchir à la manière dont le bloc d'informations affecte notre santé, notre humeur et ce qui nous façonne pour l'avenir. En tant que militaire, je comprends ce que signifie la mobilisation et sa préparation, mais je ne peux pas comprendre ce que signifie un entraînement de six mois. Et que former, si le pays ne dispose d'aucune ressource de mobilisation, notamment dans l'industrie en ruine et l'agriculture. Il n'existe pas de plans pour un exercice financier, il n'y a pas de capacités de réserve pour le transfert d'entreprises civiles vers la production de produits de défense et, en général, la question de la mobilisation des entreprises et des organisations du secteur privé, en particulier celles à caractère transnational, n'a pas été réglementée par la loi, les règlements et la pratique. Je pense que l'intention est de mettre en œuvre quelque chose de plus sérieux et anti-russe. A moins, bien sûr, que l'ordre du chef de district soit un faux.

 

J'ai traditionnellement visité YouTube, écouté l'analyse puissante de la situation actuelle par Andrei Karaulov, qui n'ajoute pas d'optimisme, car tout autour, c'est la criminalité pure ; j'ai lu d'autres auteurs, et c'est la même chose.

 

Je suis retourné dans mon passé. Dans les années 70 du siècle dernier, alors que je travaillais dans l'appareil du ministre de la défense de l'URSS, D.F. Ustinov, et que j'ai ensuite dirigé pendant 7 ans le secrétariat du ministre de l'URSS, je recevais quotidiennement des rapports opérationnels du ministère de l'intérieur et du KGB sur la situation dans le pays pour un membre du Politburo du Comité central du PCUS et le ministre de la défense de l'URSS. Il s'agit surtout d'incidents et de crimes. J'affirme que rien de proche de la version actuelle n'a existé et ne pourrait exister en principe. Oui, chaque jour, il se passe quelque chose. Mais il n'était pas de nature systémique, et deuxièmement, des mesures drastiques ont été prises immédiatement afin d'éliminer les crimes à la racine et d'éviter qu'ils ne deviennent systémiques par nature. En examinant l'histoire millénaire de l'État russe, je peux suggérer (mais je ne l'affirme pas, car le thème n'a pas fait l'objet d'une recherche scientifique), qu'au cours des 30 dernières années, dans la Russie d'aujourd'hui, il y a eu beaucoup plus de crimes contre l'État, contre les autochtones, de pillage des richesses nationales et de trahison que dans toute l'histoire précédente de la Russie (Russie). Le seul Eltsine a fait trois coups d'État, a cédé le pays aux Américains et, ayant prêté serment d'allégeance à l'Amérique, a mis en place en Russie un système mafieux de conseil. La mafia dirige vraiment le pays, et l'État est juste volé, il n'existe pas. Et jamais le pays n'a été aussi humilié qu'aujourd'hui.

 

Et l'église fait appel à Dieu, disant que Dieu n'abandonnera pas la Russie et l'aidera. Et pour quoi la Russie a-t-elle besoin d'aide ? Pour changer le gouvernement ? Ce n'est pas l'affaire de Dieu, d'ailleurs nous, bien que formellement, élisons des dirigeants et leur faisons des offrandes. Et pour ce qui est de "c'était pire", il y a des doutes. Il me semble que la Rus n'a jamais eu une attitude aussi indifférente de sa population masculine à l'égard du sort de son pays, de sa famille et de l'avenir de ses enfants. Pas même pendant le joug tataro-mongol.

 

Il n'y avait rien de tel dans les territoires occupés par les Allemands. Il est vrai qu'il y a maintenant toutes sortes de gardes, de gardiens, de forces de l'ordre et de structures répressives comme la Gestapo en Russie, bien plus que ce que les Allemands avaient dans les régions occupées. Et certaines des colonies pénitentiaires, comme l'indiquent les sources, sont plus effrayantes que les camps de concentration allemands. Mais le manque de volonté de la population masculine indigène est frappant. Il y a un remplacement systématique par des migrants, un nettoyage du territoire des autochtones "superflus", un retrait des ressources vitales et des terres, une augmentation de la pauvreté et du chômage, une destruction de l'avenir, et nous n'en avons cure. A cela, la Constitution de la Fédération de Russie (article 3) détermine directement que le peuple russe multinational est responsable du destin du pays, il est la seule source de pouvoir. Mais le peuple reste silencieux. Et ces solitaires, qui essaient d'agiter la conscience des gens, ne recevant pas de soutien de masse, sont détruits politiquement ou physiquement. Nous, le peuple indigène de Russie, disparaît tranquillement et inexorablement en tant que sujet de l'histoire mondiale. Nous nous éteignons tranquillement. Pour la seule année 2020, le taux de natalité a chuté de 12 % par rapport à 2019.

 

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le cosmologiste russe Sergey Alexeyevich Podolinsky était en désaccord avec le deuxième principe de la thermodynamique, avec la mort obligatoire du système solaire en raison de l'augmentation de l'entropie (énergie négative). Il a introduit la catégorie de "l'énergie libre". C'est l'énergie contrebalancée par l'entropie. Elle naît et se développe à partir de la beauté de la nature, de l'épanouissement, de la joie humaine, de l'activité créatrice, des relations amicales entre les hommes et la nature, entre les peuples et les civilisations, de l'énergie de l'harmonie en toute chose. Je l'appelle l'énergie du développement et du bonheur.

 

Le problème de la survie et du développement ou de la mort des personnes et de l'humanité dépend directement du rapport entre l'entropie négative et l'énergie libre. Et les plus hauts éclats d'énergie libre conquérant l'entropie se manifestent sous forme de bouleversements spirituels lors de grandes victoires, pas nécessairement militaires, mais aussi créatives et spirituelles. C'est ce que montre de manière convaincante I.A. Gundarov, démographe hors pair, docteur en médecine, dans sa monographie consacrée à l'étude des problèmes de fertilité. Et le peuple russe "jette" la plus grande partie de l'énergie émotionnelle libre dans l'espace lorsque la justice est rétablie et que les coupables reçoivent le châtiment mérité. I. Gundarov écrit que pendant le blocus allemand de Leningrad, après Stalingrad et la capture du maréchal Paulus, les habitants de Leningrad ont conçu plus d'enfants qu'en 1940. C'est la loi de la vie de tous les êtres vivants de la planète.

 

Aujourd'hui, nous voyons, surtout en Russie, que tout autour de nous il n'y a qu'un seul négatif dans tout : la vie injuste, la chute de l'intellect et de la culture, la barbarie par rapport à la nature, à l'autre, la violence, les guerres et autres INSPIRATIONS. Sans victoire ni châtiment. Tout cela donne naissance à l'entropie, l'énergie de la mort. Et nous avons besoin des victoires de la justice pour survivre. Car le peuple russe a une matrice vitale de Conscience, de Sainteté et de Justice. En dehors de cette matrice, nous ne survivrons pas. Et par conséquent, nous n'avons pas d'avenir. J'étudie cette problématique plus en détail dans mon ouvrage « L’"esprit perdu" qui vient d'être publié.

 

Général Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

La fête du dernier mercredi de l'année, un héritage de l'antiquité perse (IRNA)

16 Mars 2021 , Rédigé par Le ROUGE et le Blanc Publié dans #Asie, #Iran, #Religion, #Société

Téhéran (IRNA) - Les Iranologues estiment que la fête du dernier mercredi de l'année (TchaharChanbeh Souri)* est enracinée dans le rituel zoroastrien Farvardinéguan de la Perse antique et que depuis le début c'était une fête populaire et non un festin étatique, et c'est pour cette raison qu'elle est moins mentionnée dans les sources anciennes.

Un colloque virtuel a été tenu le 14 mars sur la fête du dernier mercredi de l'année en présence des experts tels que Mme. Dr. Zohreh Zarshenas et M. Dr. Mir Jalal-ed-Din Kazzazi.

Le Dr Zohreh Zarshenas, linguiste et professeure à l'Institut des sciences humaines et culturelles, a déclaré lors de cet événement nommé "Le comment et le pourquoi de TchaharChanbeh Souri": Le lexème "Sour" était utilisé en persan ancien pour signifier la célébration: comme il est pratiqué dans le même sens encore, de nos jours, dans certaines langues et dialectes iraniens comme Kurdi, Bakhtiari, Sangsari, etc. Le mot "Sour" signifie se réfère aussi à la couleur rouge dans la langue persane.

Zarshenas a évoqué le point de vue d' Ebrahim Pourdavoud (iranologue et traducteur d'Avesta) selon lequel la fête "TcharChanbeh Souri" a ses racines dans le rite zoroastrien farvardinéguan dans la Perse antique.

"Les zoroastriens n'éteignaient pas le feu de TcharChanbeh Souri et transféraient le reste du feu au temple du feu le lendemain matin. Dans l'ancien calendrier iranien, les jours de la semaine n'existaient pas sous leur forme actuelle. Au contraire, dans l'ancien calendrier zoroastrien, chaque jour d'un mois était appelé au nom d'une divinité. Il est naturel qu'il n'y ait pas eu de fête appelée «mercredi» dans les sources anciennes.", a ajouté cette linguiste renommée.

Le Dr. Kazzazi, professeur de littérature à l'université de Téhéran, se référant à la chanson populaire chantée lors de cette fête; "Mon jaune vient de toi, ton rouge vient de moi" dans laquelle, symboliquement, les Iraniens donnent du jaune et prennent du rouge, a déclaré: "Le rouge dans la culture iranienne est un signe de santé et de richesse, et le jaune est considéré comme un symbole de pauvreté et de misère."

Cet expert des textes historiques, littéraires et épiques a souligné: "Le respect des anciens Iraniens pour le feu était un respect symbolique. Les Zoroastriens n’adoraient jamais le feu. Au contraire, le feu a le même rôle symbolique dans le zoroastrisme que la croix dans le christianisme. Nous avons eu le recours au feu dans certaines autres fêtes iraniennes, telles que la fête Sadeh; A la différence que le feu de la fête Sadeh était dense et bruyant et ardent et pouvait être vu de loin. Mais le feu de la fête TchaharChanbeh Souri est petit pour que les gens puissent sauter au-dessus de ce feu."

Selon Mir Jalal-ed-Din Kazzazi la fête "Dernier mercredi de l'année" est étroitement liée à la chaleur et à la lumière et tout comme la fête Norouz, TchaharChanbeh Souri est un symbole de la victoire du jour à la nuit.

Le colloque "Le comment et le pourquoi de la fête TcharChanbeh Souri" tenu en ligne le 14 mars est organisé par la Fondation internationale Kharazmi du développement de la science et de la technologie.

Source: IRNA

https://fr.irna.ir/news/84265739/La-fête-du-dernier-mercredi-de-l-année-un-héritage-de-l-antiquité

* Ndlr:  چهارشنبه‌سوری / Čahâršanbe-Suri.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tchaharchanbé-Souri

https://fa.wikipedia.org/wiki/چهارشنبه%E2%80%8Cسوری

Lire la suite

Serge Pisarev : La couleur du Titanic n'a pas été décisive (Club d'Izborsk, 13 mars 2021)

13 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie, #Société

Serge Pisarev : La couleur du Titanic n'a pas été décisive  (Club d'Izborsk, 13 mars 2021)
Pierre Ier de Russie peint par Paul Delaroche

Pierre Ier de Russie peint par Paul Delaroche

Serge Pisarev : La couleur du Titanic n'a pas été décisive

 

13 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20776

 

 

"La Russie doit-elle rester dans le processus éducatif de Bologne ?" - Les participants à la table ronde, qui se tiendra le 15 mars à la Chambre publique de la Fédération de Russie, répondront à cette question et à d'autres. La Chambre publique de Russie, l'Union des femmes orthodoxes, la société Tsargrad et le Conseil du peuple russe figurent parmi ses organisateurs. A la veille de l'événement, l'expert du projet de la doctrine nationale d'éducation de la Fédération de Russie, membre du Conseil de coordination du Conseil des parents de Russie, président du fonds "Entrepreneur russe" Sergey Pisarev répond à ses questions.

 

- Serge Vladimirovich, quelles sont les véritables raisons pour lesquelles la Russie a abandonné, à la fin des années 1990, le système éducatif traditionnel russe et soviétique ?

 

- Le système éducatif s'inscrit dans la continuité de la politique de l'État dans son ensemble. En fait, c'est l'une des principales institutions de formation de l'État. Lorsque le système et les objectifs stratégiques de l'État changent, le système éducatif change en règle générale, s'adaptant aux besoins de l'État. Je ne suis pas d'accord avec cette déclaration : « Ce qu'est l'éducation, ce qu'est la société. C'est tout le contraire ».

 

Cette thèse peut être confirmée par des exemples historiques. Pierre Ier a fixé comme objectif à l'État de devenir l'une des premières puissances mondiales. En premier lieu, il s'agissait de construire l'armée et la marine, de moderniser l'industrie. Pour ce faire, le roi avait surtout besoin des exécuteurs de son testament, compétents et proactifs. Dans tout le pays a commencé la sélection de jeunes gens ambitieux et énergiques qui ont été envoyés étudier à l'étranger - dans des universités, des écoles de Marine et d'autres écoles. Ce n'est pas leur origine qui a été décisive, mais leurs capacités et leur diligence. C'est alors qu'a commencé la création de leur propre système éducatif, en fait - à partir de zéro. Bientôt, la première université de Russie a été créée.

 

Sous Staline, l'Union soviétique se développe dans des conditions de grave isolement politique et économique international, avec la menace croissante d'une agression militaire directe. On ne pouvait compter que sur ses propres forces, et l'éducation était chargée de former son propre personnel de haute qualité, composé d'ingénieurs, de constructeurs, de scientifiques, de militaires et de créateurs, capables de résoudre les tâches les plus inhabituelles, quelle que soit leur complexité, dans les délais les plus brefs. Et le système éducatif soviétique avait rempli cette tâche. En conséquence, nous avons gagné la plus terrible des guerres et conduit l'humanité dans l'espace. L'éducation soviétique était reconnue comme la meilleure au monde, de nombreux pays l'ont copiée avec succès. Et ce, non pas en raison d'un amour particulier du tsar Pierre le Grand ou du "père de toutes les nations" pour ses citoyens, mais parce qu'un personnel qualifié et formé au patriotisme était une condition nécessaire à l'existence même de l'État.

 

- Quelle a été la raison de la formation à grande échelle et disproportionnée de gestionnaires, de comptables et d'avocats dans les années 1990 ? Quelle idéologie a dicté ce parti pris ?

 

- Après l'effondrement de l'URSS, la Fédération de Russie a choisi la voie de l'intégration à la civilisation occidentale, abandonnant sans combattre ses positions conquises et ses acquis sociaux. L'Occident a toujours considéré la Russie, avant tout, comme un appendice des matières premières, une source de ressources et de main-d'œuvre bon marché. Par conséquent, les industries à forte intensité scientifique et de haute technologie, telles que l'ingénierie mécanique, la construction aéronautique, etc. ont commencé à disparaître progressivement. Par conséquent, les spécialistes, qui ont été formés pour eux dans les écoles et les universités russes, n'étaient pas non plus nécessaires. Les créateurs et les créateurs possédant des connaissances fondamentales se sont retrouvés au chômage. Seules les spécialités et les universités qui préparent les métallurgistes, les pétroliers, les ingénieurs des mines - c'est-à-dire les spécialistes des industries des matières premières - sont restées demandées. Tout le reste, des biens de consommation aux avions, devait être fourni par l'étranger, aux dépens des recettes d'exportation de matières premières. Et pour assurer la vente de produits étrangers dans notre pays, seuls des gestionnaires, des comptables et des avocats sont nécessaires.

 

Eh bien, en guise d'idéologie, M. Fursenko, à l'époque ministre de l'éducation, a annoncé le concept suivant : "L'éducation d'un consommateur qualifié".

 

Citation : "L'une des faiblesses du système éducatif soviétique était de tenter de former un créateur humain ; aujourd'hui, la tâche consiste à élever un consommateur qualifié..."

 

Cette idéologie est toujours en cours d'application, et nous pouvons tous le voir parfaitement. Bien que l'expression "consommateur qualifié" elle-même témoigne du niveau d'éducation pas très élevé de l'ancien ministre lui-même : "Consommateur qualifié" est comme "bon meurtrier" ou "délicieux poison", car une personne vraiment instruite ne mettrait jamais la consommation matérielle en tête de sa liste. Le système éducatif produit encore des "consommateurs" à grande échelle, mais loin d'être des "consommateurs qualifiés".

 

- Comment, et selon quels critères, la qualité de l'éducation est-elle évaluée pour la plupart des diplômés universitaires aujourd'hui ?

 

- L'État russe moderne (à l'exception des industries des matières premières et du complexe militaro-industriel) a avant tout besoin de consommateurs. C'est pourquoi, dans les années 1990, les ingénieurs et les scientifiques soviétiques ont dû être reconvertis en masse en vendeurs, "gestionnaires", logisticiens et agents de sécurité. Aujourd'hui, les systèmes éducatifs russe classique et soviétique traditionnels ont été démantelés ; ils ont été remplacés par l'examen d'État unifié (USE) dans les écoles secondaires et le système de Bologne dans les universités. L'éducation elle-même est également considérée comme un secteur de services.

 

La diminution du niveau de formation du personnel atténue les problèmes de gestion : les citoyens moins instruits sont moins exigeants et moins demandeurs de la qualité du pouvoir en tant que tel. Les diplômés des écoles et des universités d'aujourd'hui reçoivent, en plus de leurs diplômes, un complexe d'infériorité morale intégré. Ils sont conscients du niveau misérable de leurs connaissances, mais se considèrent souvent comme responsables de leur infériorité. Les personnes ayant ce complexe et des exigences réduites sont moins enclines à une perception critique de la réalité, elles sont plus faciles à manipuler.

 

Dans le système éducatif, il suffit d'avoir plusieurs universités d'élite pour tout le pays, et le système "Sirius", qui sélectionne les écoliers capables et éduque les enfants de l'élite. Le niveau de formation dans les écoles secondaires ordinaires et les universités a chuté de manière spectaculaire et est loin d'être aussi bon qu'à l'époque soviétique.

 

Seuls quelques-uns souffrent de l'absence de grands objectifs, comprennent que leur potentiel humain n'est pas pleinement réalisé, qu'eux-mêmes et le pays pourraient accomplir beaucoup plus. Ce sont ces personnes qui, le plus souvent, se rendent aux rassemblements et aux manifestations avec des revendications politiques et causent tant de désagréments aux autorités.  Le fait de comprendre que de tels événements sont souvent organisés grâce à des subventions occidentales et sont dangereux pour la société n'arrête pas tout le monde.

 

- Les partisans du système de Bologne affirment que, grâce à lui, l'éducation russe est désormais unifiée et intégrée aux systèmes et aux normes d'éducation européens et mondiaux, dans le cadre des diplômes de licence et de master.  Théoriquement, un étudiant russe, ayant commencé sa formation en Russie, peut la poursuivre dans n'importe quel autre établissement d'enseignement supérieur européen ou américain.

 

Les opposants au système de Bologne disent que le système n'enseigne pas comment étudier de manière indépendante, qu'il ne donne pas des connaissances mais des compétences, qui deviennent très vite obsolètes, et qu'il produit des bacheliers maladroits, qu'il fait plus de mal que de bien... quelle est votre position ?

 

- Il est inutile de discuter des avantages et des inconvénients du système éducatif de Bologne, de ses avantages et de ses inconvénients. C'est comme se disputer pour savoir si le Titanic est peint de la bonne couleur ou non, alors que le navire se dirige vers l'iceberg.

 

Le système de Bologne est bien adapté aux tâches de formation de l'État actuel. Elle n'a pas besoin de créateurs ayant des connaissances fondamentales en grand nombre et est même nuisible. Mais des bacheliers mal formés avec un minimum de formation professionnelle, c'est parfait ! Le produit du système de Bologne - des personnes fonctionnelles aux perspectives limitées, des consommateurs sans aucune ambition, le matériau le plus commode pour tout État qui n'a pas de "grands" objectifs. Former les masses grises avec un complexe de leur propre infériorité - le système éducatif moderne s'acquitte parfaitement de cette tâche ! Personne ne l'a fixé autrement.

 

Nos diplômes ne sont pas valorisés et ne sont toujours pas reconnus en Occident.

 

Dans le même temps, si un étudiant russe prometteur ayant le profil requis attire l'attention des "parties prenantes" occidentales, celles-ci n'hésitent pas à le tirer cyniquement vers elles, en lui faisant une offre "qu'il ne peut refuser". La condition préalable est la maîtrise de la langue, afin de réduire au maximum la période d'adaptation. Et le système éducatif russe assume également ces coûts, en préparant un personnel aussi prêt que possible pour l'Occident.

 

Le problème est tout autre : aujourd'hui, l'État russe ne dispose ni d'un objectif stratégique, ni des tâches actuelles qui en découlent, ni de "termes de référence" appropriés pour la formation du personnel. Si quelqu'un "d'en haut" a décidé qu'il valait mieux acheter des Boeing et des Airbus d'occasion que de construire nous-mêmes des avions civils, alors pourquoi devrions-nous créer un système de formation "idéal", même s'il s'agit de constructeurs d'avions "admirables" ? Autrefois, il n'y avait pas besoin de spécialistes des matières premières - il était plus facile et moins cher d'acheter un produit importé tout prêt. Et seule l'introduction de sanctions occidentales n'a eu besoin que quelques années pour relancer l'industrie fromagère nationale et former des spécialistes de classe mondiale. Comme on dit, grâce à Obama !

 

La situation de notre complexe militaro-industriel unique est un peu (excusez-moi bien sûr !) comme la situation du fromage : nous avons besoin des meilleures armes du monde (la Russie est trop tidbit !), mais personne ne veut jamais nous les vendre. Donc nous le faisons mieux que quiconque. Comme, d'ailleurs, nous pouvons faire mieux que quiconque n'importe quoi. Si la pression est là. Même le fromage !

 

- Quelles mesures peuvent être proposées au gouvernement pour résoudre la crise de l'éducation ?

 

- Il ne sert à rien de changer le système éducatif tant que l'État n'a pas déterminé sa propre idéologie en matière d'objectifs et de développement. Il convient d'abord d'élaborer une stratégie, puis de préparer le système éducatif à ces buts et objectifs. S'il n'y a pas d'objectifs fixés par l'État, il est inutile de changer le système éducatif.

 

Nous devons nous rappeler qu'un État "sans objectifs, sans gouvernail et sans vent" ne peut durer éternellement. Même si l'État est grand et riche comme la Russie. Dès qu'elle est assez faible, il y a ceux qui veulent la mettre en pièces.

 

Pour éviter un avenir sombre, le pouvoir doit se comporter comme un adulte, assumer les fonctions de fixation des objectifs, de formulation des tâches et des phases de développement.

 

Le pays sera-t-il capable de mettre en marche le moteur de sa propre industrialisation et de son développement national, ce qui est le seul moyen de faire passer le pays de l'arrière-pays au rythme rapide du progrès ? La fenêtre d'opportunité est encore ouverte. En suivant cette voie, Pierre le Grand et Joseph Staline, à différentes périodes de l'histoire russe, ont réussi non seulement à sauver le pays, mais aussi à le hisser parmi les leaders mondiaux. L'idéologie et le concept de construction de l'État - voilà ce dont il faut discuter en premier lieu. Ce n'est qu'en disposant de ces éléments fondamentaux pour la société qu'il est possible de proposer un système d'éducation moderne et complet.

 

Il est évident qu'une éducation à part entière se compose de deux éléments : "C'est-à-dire qu'un jeune qui quitte l'école ne doit pas seulement connaître les mathématiques et la chimie, mais aussi être une personne spirituellement développée, un patriote de son pays. Quoi de pire comme produit du système éducatif qu'un physicien talentueux qui rêve de "quitter" le "rasha" qu'il méprise ? Même si aujourd'hui l'État ne peut pas dire précisément de quelles professions il aura besoin demain, il pourrait utiliser des patriotes de grand talent hier, aujourd'hui et demain.

 

On dit à juste titre : "Si vous ne l'aimez pas, proposez-le". Je l'ai déjà suggéré, mais je vais le répéter ("Sergey Pisarev. Qui est coupable et que doit-on faire ?"). Il est nécessaire de créer un manuel d'histoire unique pour toutes les écoles. Toutes les périodes (prérévolutionnaire, soviétique, moderne) auraient été couvertes selon le principe "dire le bon et le mauvais", mais il devrait y avoir plus de "bon" (d'autant plus que dans la vraie vie, c'est le cas !). En fait, même dans les années 90 "détestées", nous pouvons voir beaucoup de choses positives, même à travers les yeux des "monarchistes" et des "communistes". Prenez au moins l'ouverture des églises, l'autorisation de l'entreprise privée, la liberté d'expression et ainsi de suite. Que dire des autres périodes de l'histoire russe ! Nous devons mettre un terme à la situation dans laquelle les "paroissiens" du centre Eltsine méprisent les "paroissiens" du mausolée, tandis que les paroissiens de la cathédrale du Christ-Sauveur, pour ne pas dire plus, n'aiment ni l'un ni l'autre. Le cygne, l'écrevisse et le brochet. Sur cette aversion mutuelle, une nouvelle génération se développe et peut inévitablement conduire à la prochaine année 1917 ou 1991. Il est clair qu'un "bon manuel d'histoire" ne résoudra pas à lui seul tous les problèmes, mais pourquoi contribuer à faire basculer la situation avec un "mauvais" manuel ?

 

Nous aimerions terminer par des citations des dirigeants de nos rivaux géopolitiques :

 

Otto von Bismarck : « Les guerres ne sont pas gagnées par des généraux, mais par des instituteurs ».

 

John F. Kennedy : « L'URSS a gagné la course à l'espace derrière un bureau d’école".

 

N'y a-t-il plus que des amis en Russie aujourd'hui ?

 

 

Serge Pisarev

 

http://rnk-concept.ru

Serge Vladimirovich Pisarev (né en 1960) est un entrepreneur et une personnalité publique, président de la Fondation des entrepreneurs russes, membre du conseil de coordination du mouvement public Sobor parents de Russie et membre permanent du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>