Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

societe

Paul Craig Roberts: La vie dans la matrice est notre avenir (13 octobre 2020 )

9 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #Politique, #Société, #USA

https://twitter.com/drcraigroberts

https://twitter.com/drcraigroberts

La vie dans la matrice est notre avenir

13 octobre 2020 

Paul Craig Roberts

 

La question que chacun d'entre nous doit se poser, et que nous devons nous poser les uns aux autres, est de savoir pourquoi nous recevons autant de fausses informations sur Covid de la part des autorités de santé publique, des autorités politiques et des prostitués de la presse.  Nous recevons beaucoup de fausses informations de la part des professionnels de la santé, parce qu'ils obtiennent des informations bidon des autorités sanitaires et des chercheurs associés aux grandes entreprises pharmaceutiques.  Mais pourquoi les autorités sanitaires elles-mêmes nous mentent-elles ?

Prenez la question des masques.  Les masques portés par la grande majorité de la population mondiale, y compris les professionnels de la santé, ne peuvent pas empêcher l'inhalation et l'exhalation de bactéries et de virus.  Si une personne portant un de ces masques est malade d'un rhume, d'une grippe ou d'un Covid, le masque peut l'empêcher d'éternuer et de tousser sur les autres, les comptoirs et les produits frais.  Mais les masques ne peuvent pas empêcher le porteur d'inspirer et d'expirer le Covid, qui est aérogène et se propage en aérosol.  Les seules personnes qui devraient porter un de ces masques sont celles qui se trouvent dans des lieux publics et qui toussent et éternuent parmi d'autres personnes.  Pour éviter la propagation du virus, les personnes infectées doivent rester chez elles.

Si les masques que les gens portent sont protégés contre les bactéries, les virus et d'autres agents pathogènes, les masques classés N95 et plus n'ont aucun intérêt.  Les autorités médicales le savent, alors pourquoi dit-on aux gens, voire les oblige-t-on, à porter des masques inefficaces ? https://thefederalist.com/2020/10/12/cdc-study-finds-overwhelming-majority-of-people-getting-coronavirus-wore-masks/?utm_campaign=ACTENGAGE 

C'est une question particulièrement troublante lorsque des experts non affiliés à Big Pharma nous disent que le port d'un masque est dangereux car il réduit l'apport en oxygène et augmente l'apport en CO 2.  Cet expert nous dit que le port d'un masque provoque des lésions cérébrales irréversibles : https://healthandmoneynews.wordpress.com/2020/10/09/brain-damage-from-masks-cannot-be-reversed/ Pourquoi les autorités sanitaires veulent-elles retarder le développement des enfants et accroître la démence chez les personnes âgées ?

Ce médecin nous dit que le port d'un masque augmente les pneumonies bactériennes : https://www.globalresearch.ca/medical-doctor-warns-bacterial-pneumonias-rise-mask-wearing/5725848 .

Les autorités de santé publique savent que le taux de mortalité par Covidose est largement exagéré.  Les hôpitaux sont économiquement incités à déclarer tous les décès comme des décès par coviscidose. Le CDC lui-même a laissé le chat sortir du sac lorsqu'il a signalé que sur les 200 000 décès par Covid aux États-Unis, seuls 9 000 étaient dûs au Covid seul.  Tous les autres avaient 2,6 comorbidités mortelles en plus du Covid.  Voir : https://www.paulcraigroberts.org/2020/09/28/the-covid-deception/ Les décès sont concentrés dans une population âgée présentant des comorbidités, et les personnes infectées, si elles l'étaient et si ce n'était pas un faux positif, auraient tout aussi bien pu mourir de la grippe saisonnière.

Peut-être sans le vouloir, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) semble avoir confirmé que Covid n'est pas plus dangereux que la grippe : https://www.lewrockwell.com/2020/10/no_author/who-accidentally-confirms-covid-is-no-more-dangerous-than-flu/ 

Alors, pourquoi les autorités de santé publique refusent-elles de communiquer ces informations aux autorités politiques et au public, et pourquoi les journalistes ne les découvrent pas ?  L'information existe.  Elle n'est tout simplement pas rapportée.

Les autorités de santé publique savent également que le nombre de cas de Covid est largement surestimé, car le test PCR produit plus de faux positifs que de bons positifs.  Voir : https://www.paulcraigroberts.org/2020/10/07/michael-thau-explains-in-laymans-words-why-more-than-90-of-covid-tests-are-false-positives/ 

Un groupe international d'avocats a conclu, sur la base de preuves fournies par des experts, que la pandémie de Covid est une orchestration qui a servi des intérêts puissants au détriment de la santé publique.  Voir : https://www.paulcraigroberts.org/2020/10/05/an-international-group-of-lawyers-have-brought-a-lawsuit-that-the-covid-pandemic-is-an-orchestrated-hoax-in-behalf-of-pharmaceutical-profits-and-police-state-control/ Les médecins reconnaissent que la pandémie de Covid est réelle, mais que la pandémie qui s'est construite autour d'elle ne l'est pas.

Il est possible que les tribunaux soient aussi corrompus que les médias et les institutions démocratiques, et que rien ne sorte des efforts des avocats.  Néanmoins, ni les Américains ni les autres peuples n'ont besoin de s'accrocher à leur crédulité et de se comporter comme des moutons programmés par des "autorités" qui servent tous les intérêts sauf celui de la santé publique.

Comme je l'ai signalé dans les colonnes précédentes, le Covid est utilisé pour servir de nombreux intérêts.  Parmi eux, le Covid est utilisé pour renforcer l'État policier universel en numérisant l'argent.  Une fois que la monnaie électronique aura remplacé la monnaie, les chèques et les pièces, votre vie privée financière et le contrôle que vous exercez sur votre argent et votre richesse disparaîtront. Le gouvernement connaîtra tous les paiements que vous effectuez et recevez, et votre accès à vos propres revenus et richesses pourra être limité selon les caprices du gouvernement et de ceux qui contrôlent le système monétaire numérisé. Vous ne pourrez plus accumuler de réserves d'argent liquide pour vous protéger contre la dépossession.

Les cryptomonnaies privées seront détruites, et un marché noir alimenté par les pièces d'or et d'argent pourra être évité en saisissant les avoirs en or et en argent.  Le grand héros libéral Franklin D. Roosevelt a réussi à arracher l'or des mains des Américains grâce à la technologie des années 1930.  Aujourd'hui, ce serait du gâteau.

Les autorités font craindre à de nombreux Américains une infection au Covid.  Les gens effrayés ne peuvent pas attendre le vaccin inutile et insuffisamment testé. Le remède HCQ/zinc fonctionne, mais il continue d'être diabolisé par les autorités de santé publique afin de maintenir le marché prêt pour un vaccin qui contient des éléments dont on ne sait pas quoi.

Au cours de notre histoire, nous, les Américains, avons été trompés sur de nombreux points pour des raisons politiques.  La longueur de la liste dépend de la distance que vous voulez parcourir.  Commençons par les 20 années du 21e siècle - le 11 septembre 2001, Oussama ben Laden et les Talibans, les armes de destruction massive de Saddam Hussein, les mensonges sans fin sur Kadhafi et la Libye, l'invasion russe de l'Ukraine, l'utilisation d'armes chimiques par Bachar al-Assad, le Russiagate, l'Impeachgate, les primes russes au Talibans pour tuer des soldats américains, les mensonges sur la Chine, la Somalie et maintenant l'escroquerie du Covid.

Les Américains sont-ils capables d'apprendre ?  Combien de mensonges faut-il leur dire avant qu'ils ne commencent à se poser des questions ?  Ce n'est pas entièrement de leur faute.  Les explications qu'on leur donne sont contrôlées et alignées sur leurs préjugés innés.  Les super patriotes, par exemple, aiment avoir des ennemis à dénoncer, et on peut entendre des talk-shows de droite dénoncer quotidiennement la Chine, la Russie et l'Iran.  La gauche aime entendre la confirmation de leur croyance dans le mal qu'est l'Amérique.  La gauche a glorifié les émeutes, les pillages et les destructions résultant des prostituées de la presse qui ont caché le fait que George Floyd était mort d'une overdose de fentanyl.  

Les jeunes générations n'ont jamais appris à penser.  Au contraire, on leur apprend ce qu'il faut penser.  Vous voyez le résultat dans la présence majoritaire de blancs à Antifa et Black Lives Matter.  

Dans le monde occidental, les faits ont fait place aux émotions. Le concept même de vérité indépendante a été perdu.  La vérité est ce qui sert l'ordre du jour. Vous pouvez le voir dans le procès d'Assange en cours devant un tribunal britannique. Le juge et le procureur n'ont aucun intérêt à fournir des preuves, mais seulement à obtenir le résultat exigé par l'ordre du jour.

La science elle-même est en danger, car il n'y a que des vérités sur la race et le sexe.  Les médias sont au service de l'argent et des idéologies.  Les universités et les écoles publiques représentent un grand danger pour les sociétés qui les accueillent.

Le discours et le débat publics n'existent plus.  Chez les Américains, la violence augmente comme moyen privilégié de régler les désaccords : https://www.unz.com/article/yes-we-are-headed-for-violent-civil-war/ 

Les personnes qui disent la vérité, d'abord ostracisées et écartées, sont maintenant criminalisées avec l'aide des médias.  Les médias occidentaux achetés et payés ne s'attendent plus à être libres et ne prendront aucun risque au nom du premier amendement.  Les médias occidentaux contribuent à la destruction du dernier journaliste occidental, Julian Assange. 

Sans médias, il n'y a pas de gouvernement responsable et pas de démocratie. Le vote devient impuissant comme dans la Russie stalinienne.  Le vote est utilisé pour donner une légitimité à n'importe quel gouvernement que ceux qui ont le pouvoir ont décidé. 

Donald Trump sera le dernier président américain à avoir tenté de faire passer les intérêts du peuple avant ceux des élites dirigeantes.  Désormais, tous les candidats à la présidence comprendront que leur succès politique ne dépend que de leur capacité à être la meilleure marionnette de l'establishment. 

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc et publié avec l'autorisation spéciale de Paul Craig Roberts.

Source: site de Paul Craig Roberts: https://www.paulcraigroberts.org/2020/10/13/life-within-the-matrix-is-our-future/

An International Group of Lawyers Have Brought a Lawsuit that the Covid Pandemic Is an Orchestrated Hoax in Behalf of Pharmaceutical Profits and Police State Control

Of the Utmost Importance

Paul Craig Roberts

This will be taken down. Watch the video and save it before it is disappeared.

An International Group of Lawyers Have Brought a Lawsuit that the Covid Pandemic Is an Orchestrated Hoax in Behalf of Pharmaceutical Profits and Police State Control

https://www.youtube.com/watch?v=kr04gHbP5MQ 

My opinion is that a class action lawsuit is justified.  However, the damages that the pandemic hoax has inflicted on the world are so enormous that those responsible will double down on the police state measures in order to prevent any legal action against them.  They cannot afford to accept any accountability.  The most likely scenario is that the whore media will cover for them.  The attorneys and scientists who are exposing the hoax can be prevented from having media coverage and if necessary be arrested or assassinated.

Traduction

De la plus haute importance

Paul Craig Roberts

Cette dernière sera supprimée. Regardez la vidéo et enregistrez-la avant qu'elle ne disparaisse.

Un groupe international d'avocats a intenté un procès pour dénoncer que la pandémie du Covid est un canular orchestré au nom des profits pharmaceutiques et du contrôle policier de l'État

https://www.youtube.com/watch?v=kr04gHbP5MQ 

Mon opinion est qu'un recours collectif est justifié.  Cependant, les dommages que le canular de la pandémie a infligés au monde sont si énormes que les responsables vont doubler les mesures de police de l'État afin d'empêcher toute action en justice contre eux.  Ils ne peuvent se permettre d'accepter aucune responsabilité.  Le scénario le plus probable est que les médias prostitués les couvriront.  Les avocats et les scientifiques qui exposent le canular peuvent être empêchés d'avoir une couverture médiatique et, si nécessaire, être arrêtés ou assassinés.

https://www.youtube.com/watch?v=kr04gHbP5MQ : La vidéo en lien dans l'article de Paul Craig Roberts a été en effet supprimée

https://www.youtube.com/watch?v=kr04gHbP5MQ : La vidéo en lien dans l'article de Paul Craig Roberts a été en effet supprimée

Le groupe d'avocats dont parle Paul Graig Roberts sans le nommer  doit  celui-ci:

Rainer Fuellmich (avocat en Allemagne et Californie): Covid 19 & tests PCR : Crimes contre l'humanité

http://pocombelles.over-blog.com/2020/10/rainer-fuellmich-avocat-en-allemagne-et-californie-covid-19-tests-pcr-crimes-contre-l-humanite.htm

La même vidéo n'est plus accessible dans cet article

Néanmoins elle est visible ici: 

https://www.youtube.com/watch?v=TRW4EMl16Do

Paul Craig Roberts: La vie dans la matrice est notre avenir   (13 octobre 2020 )
Paul Craig Roberts: La vie dans la matrice est notre avenir   (13 octobre 2020 )
Paul Craig Roberts: La vie dans la matrice est notre avenir   (13 octobre 2020 )

"In a time of universal deceit, telling the truth is a revolutionary act."
George Orwell.

In seventy-eight essays, seven prominent social critics question everything from government authority to COVID-19 in what has been called, "the most dangerous book ever published." This thought-provoking and empowering, even "criminal," anthology is a major challenge to the establishment, the ruling oligarchy, or whatever we choose to call the deep state, central planners, and mega-criminals who set and control global narratives. Readers are presented with an array of "forbidden" subjects and in-debt analyses that pull the rug underneath the elite and expose the lies that constitute the matrix. Among others, this book documents and casts light on: 

- Washington's deadly pursuit of hegemony camouflaged as the "War on Terror" and "spreading democracy."
- The erosion of legal principles and elimination of civil and human rights under the pretext of making us safe from terrorists and a global pandemic.
- The push to enslave humanity in a one world digital dictatorship.
- False flag attacks.
- World War I & II. 
- The dangers of smart meters, fluoridation, and artificial intelligence. 
- The truth behind Bill Gates' purported "humanitarian" activities and plans to vaccinate the world.
- The horrors of the War on Drugs and how it is a lucrative business. 
- Britain's systematic robbery of India and resulting genocide. 
- The crimes of Winston Churchill and Apartheid Israel.
- The false reasoning behind "gun control." 
- The dangers of scientism and how science is being used for social control. 
- The most overrated concept in human history, i.e. government. 
- The legitimacy of taxation.
- The truth of how George Floyd died. 

It is not a question of if but when this book will be censored, shadow-banned, or else how rendered invisible as have happened to numerous works of social criticism and anti-establishment content. 

 

Avant d'être assassiné, Kadhafi avait déjà prédit la "pandémie" du COVID à la tribune de l'ONU:

Paul Craig Roberts: La vie dans la matrice est notre avenir   (13 octobre 2020 )
Lire la suite

Les moutons ne font jamais l'histoire, par Shamil Sultanov (Club d'Izborsk, 1er février 2015)

6 Novembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Charlie, #Société, #religion

Les moutons ne font jamais l'histoire, par Shamil Sultanov (Club d'Izborsk, 1er février 2015)
"Si un homme n'est pas prêt à mourir pour ses idéaux, alors soit ses idéaux ne valent rien, soit lui-même ne vaut rien".

Ezra Pound

 
Shamil Sultanov. LES MOUTONS NE FONT JAMAIS L'HISTOIRE.

1er février 2015

 

https://izborsk-club.ru/4675

 

 

L'apothéose de la grande provocation a été la marche de millions de gens ordinaires sous le slogan : "Je suis Charlie". Bien que les mots "je suis un mouton" seraient plus justes.

 

En fait, le taureau européen, qui est surtout une classe moyenne condamnée, n'est pas sorti pour défendre une liberté d'expression éphémère et incompréhensible. En fait, ce cortège manifestait l'image d'une communauté sociale idéale de la civilisation occidentale - une foule immense de millions de personnes, entraînée, complexe, toute en moutons colorés et irisés.

 

Le mouton ressent toujours la peur intérieure, et ce n'est que dans le troupeau qu'il cesse de la ressentir.

 

En fin de compte, le plus important sur la crise, les fractures historiques - la passiónarnost de masse. Une promenade de deux heures, par temps chaud, même dans une foule millionaire à Paris, avec l'affiche "Je suis Charlie" n'est pas passiónarnost. Si un millier de personnes dans cette foule de deux millions de dollars déclaraient qu'elles iraient demain en guerre contre l'IGIL pour défendre la liberté d'expression dans le monde occidental - ce serait un acte !

 

Mais pour agir, il faut être des personnalités, et les moutons qui sont conduits à l'abattoir ne sont pas des personnalités !

 

Sur notre Internet, j'ai trouvé une belle image qui s'oppose au mouton européen :

 

"Quelqu'un a-t-il craché au visage de votre mère en se tenant devant vous ? Avez-vous publié des photos de votre sœur nue sur Internet ? Tu as chié sur les médailles de ton défunt grand-père ?

 

Les "journalistes" "Charlie Hebdo" ont fait tout cela de manière professionnelle. Depuis des années. Ils ont été payés pour cela.

 

Et c'est pourquoi je suis syrien aujourd'hui ;

 

Je suis un garçon palestinien qui étouffe sous les ruines de ma maison à Gaza ; je suis un Arseniy de cinq ans, déchiqueté par une mine lancée par l'armée ukrainienne à Slavyansk. La dernière chose que j'ai vue avant de devenir aveugle, c'est ma mère mourante, qui m'a couvert pour que je puisse vivre six heures de plus ;

 

Je suis chauffeur de taxi, mécanicien, mineur, un simple ouvrier de Donetsk qui a pris les armes pour protéger ma famille des néo-nazis ukrainiens ;

 

Je suis prisonnier à Guantanamo, on me torture. Pas d'avocat, pas de tribunal - ma famille ne sait même pas que je suis encore en vie ;

 

Je suis un Cubain qui pourrit vivant dans une prison secrète de la CIA dans un pays quelconque. Peut-être même dans la vôtre, je ne sais pas ;

 

Je suis un enfant tué par un flic américain qui a pensé "Je l'ai menacé".

 

Je suis l'un des policiers français tués le 7 janvier.

 

Mais je ne suis pas votre putain de Charlie !

 

Pas aujourd'hui, jamais".

 

L’Attentat de Paris a montré une fois de plus que la civilisation occidentale n'est ni européenne, ni chrétienne, ni même judéo-chrétienne, mais qu'elle est le fruit de la laïcité* et de l'athéisme.

 

Vous voyez sans cesse à quel point le grand Allemand Oswald Spengler avait raison lorsqu'il a proclamé il y a cent ans : "Le christianisme en Europe est mort dans la transition culturelle".

 

Les représentants de la "grande civilisation occidentale" peuvent et veulent tuer, et tuer en masse, anonymement et beaucoup, comme ils l'ont fait et le font en Afghanistan, en Irak, en Palestine. Mais ils sont terrifiés par la mort. Pourquoi ? Car cette civilisation a définitivement perdu ses valeurs sacrées, qui, par définition, sont supérieures à la vie biologique. Comme l'a dit le grand et infortuné poète Ezra Pound : "Si un homme n'est pas prêt à mourir pour ses idéaux, alors soit ses idéaux ne valent rien, soit lui-même ne vaut rien".

 

Selon le journal de demain.

 

 

Shamil Sultanov

 

Shamil Zagitovich Sultanov (né en 1952) - philosophe, historien, publiciste, personnalité publique et politique russe. Président du Centre de recherche stratégique "Russie - monde islamique". Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* NdT: du laïcisme plutôt, c'est à dire un mélange de matérialisme athée militant et de nihilisme, avec l'argent et le jouissance des biens matériels comme valeur suprême. Cela n'est pas nouveau: "L'âge de la chevalerie est passé. Celui des sophistes, des économistes et des calculateurs lui a succédé; et la gloire de l'Europe est éteinte à jamais." (Sir Edmund Burke, à propos de la reine Marie-Antoinette: http://pocombelles.over-blog.com/2015/04/il-n-y-a-maintenant-seize-ou-dix-sept-ans-que-je-n-ai-vu-la-reine-de-france-c-etait-aversailles-elle-etait-encore-la-dauphine-et-cer

Les moutons ne font jamais l'histoire, par Shamil Sultanov (Club d'Izborsk, 1er février 2015)
Les moutons ne font jamais l'histoire, par Shamil Sultanov (Club d'Izborsk, 1er février 2015)
Lire la suite

Vladimir Poutine s'exprime à l'occasion du Jour de l'Unité nationale (RT, 4 novembre 2020)

4 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Asie, #Europe, #Religion, #Russie, #Société

RT France, 4 novembre 2020

A l'occasion du Jour de l'Unité nationale, Vladimir Poutine a souligné l'importance de la paix entre les confessions et les ethnies. Il a aussi regretté que dans un certain nombre de pays les relations interethniques font l'objet de spéculations. Le Jour de l'Unité nationale est célébré en Russie le 4 novembre depuis 2005, alors qu'il a été instauré en mémoire des événements de 1612, lorsque la ville de Moscou a été libérée des forces d'occupation polonaises et lituaniennes. L'occasion pour Vladimir Poutine d'aborder le sujet de relations interconfessionnelles qui enflamme le contexte socio-politique en Europe depuis plusieurs semaines. Comme le veut la tradition de cette journée, le chef de l'Etat s'est entretenu avec les représentants des différentes confessions religieuses via une visioconférence, les mesures sanitaires anti-covid obligent. Lors de cette rencontre il a souligné que pour la Russie, un pays grand et vaste, «la paix entre les confessions et les ethnies est la clé de voûte». C'est un domaine qui nécessite une attention constante de la part des autorités, de la société civile et des médias, a expliqué le président. Selon lui, les actions dans ce domaine doivent être délicates et minutieuses. «C’est ainsi que nous procédons, de manière délicate et constructive. Surtout que, d’après ce que l’on voit, dans un certain nombre de pays la situation est complexe. Nous voyons également à quoi mènent des actes commis par des provocateurs de toutes sortes qui se servent du droit à la liberté d'expression pour offenser les sentiments religieux, qui l’utilisent comme prétexte pour justifier la violence et l’intolérance,» a déclaré Vladimir Poutine faisant référence aux récents événements en France. Selon lui, les problèmes complexes et «hautement sensibles» des relations interconfessionnelles font parfois l’objet de «spéculations et de jeux politiques malsains» où les «extrémistes et les radicaux tentent de parasiter incitant à la haine et à l'inimitié mutuelles». Le président russe a ainsi mis en garde contre le risque que ces actions aient pour effet les conflits qui finiront par s'accumuler dans la société comme «une boule de neige», selon l'expression du chef de l'Etat russe. C'est pourquoi la Russie, en tant que pays multiethnique et multiconfessionnel, doit tout mettre en œuvre pour éviter ce genre de dérives, explique-t-il. 

(...)


En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/80414-liberte-dexpression-offenses-sentiments-religieux-poutine-appelle-a-lunite-du-pays

Lire la suite

Sergey Chernyakhovsky : La liberté d'expression des uns est toujours limitée par le droit de défendre l'honneur et la dignité des autres. (Club d'Izborsk, 30 octobre 2020)

30 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #France, #Opération Charlie, #Politique, #Religion, #Société

Sergey Chernyakhovsky : La liberté d'expression des uns est toujours limitée par le droit de défendre l'honneur et la dignité des autres.  (Club d'Izborsk, 30 octobre 2020)

Sergey Chernyakhovsky : La liberté d'expression des uns est toujours limitée par le droit de défendre l'honneur et la dignité des autres.

 

30 octobre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20086

 

 

En Russie, la loi interdit de justifier publiquement les actes terroristes. C'est pourquoi il ne s'agit pas de justifier l'action menée à Paris, lorsque l'islamiste local Abdullah Anzorov a décapité l’enseignant Samuel Paty.

 

En fait, couper la tête d'un professeur, même si ce n'est pas votre professeur, n'est pas une bonne chose. C'est une atrocité.

 

Mais pourquoi ce professeur a-t-il montré à ses élèves des caricatures manifestement offensantes ? S'il enseignait la tolérance, il aurait dû commencer par la tolérance à l'égard de leurs valeurs. Même si elles ont l'air douteuses. Même si vous considérez qu'ils ont des préjugés religieux, les brimades et les insultes ne sont pas guéries.

 

Ce que Samuel Paty a montré, ce sont les caricatures du magazine Charlie Hebdo, dont les frères Kouachi avaient déjà massacré la Rédaction.

 

Peut-être voulait-il voir si les musulmans étaient devenus plus tolérants, mais il ne s'est pas rendu compte que les nouveaux Kouachi seraient trouvés... tout comme il ne s'est pas rendu compte que les Kouachi sont morts en 2015, consciemment, et non par malentendu...

 

La différence entre les Européens et les musulmans d'aujourd'hui est que les premiers considèrent leur existence biologique comme la plus importante de leur vie, tandis que les musulmans considèrent leur foi et leurs valeurs plus importantes que leur vie et même plus importantes que la vie de ceux qui tentent d'en abuser...

 

C'est pourquoi les Européens se sont honteusement rendus et ont cédé leurs capitales à Hitler, alors que les musulmans sont prêts à mourir en défendant leurs valeurs contre les abus des postmodernistes européens.

 

Non, on peut bien sûr considérer que Paty a également décidé de mettre sa vie en danger et l'a délibérément risquée au nom de l'affirmation de ses valeurs. En ce moment, ses valeurs sont le droit d'insulter et de se moquer des sentiments des autres ? Le nouveau droit est le droit d'insulter...

 

En fait, dans le cadre des valeurs européennes de l'insulte, il fallait aller à la barricade et mettre son front sous la balle de l'offensé. Qui avait le droit de tirer le premier.

 

Paty s'est comporté comme un provocateur flagrant, et il devrait être responsable aussi bien de la provocation que de l'insulte. Et en tant que provocateur, il a reçu, en tant que provocateur. Bien que, bien sûr, de manière violente. Mais bafouer les valeurs n'est-il pas un acte violent ?…

 

La violence engendre la violence. Il commis la violence, et il a gagné la violence. Il a trouvé ses Kouachi. La seule chose est que les Kouachi n'ont pas coupé de têtes, ils ont tiré. Charlie Hebdo n'a pas montré de caricatures offensantes dans les écoles , mais les a imprimées pour les adultes.

 

L'interdiction de l'acquittement des Kouachi ne justifie pas ceux qui se sont appelés « Charlie ». Et pour les condamner, il n'est pas nécessaire d'être un fondamentaliste islamique, ou simplement un musulman, ou un chrétien, ou un croyant en général.

 

Que faisaient les gens de "Charlie" ? Insulter les sanctuaires d'autres personnes. Ce que faisait Paty est exactement la même chose.

 

Tout le monde a droit à la liberté d'expression, mais chacun a droit à son propre sanctuaire, à ce qui est plus important pour lui que sa vie.

 

La liberté d'expression ne signifie pas la liberté d'insulter.

 

La liberté d'expression d'une personne est toujours limitée par le droit de défendre son honneur et sa dignité.

 

L'homme diffère de l'animal en général en ce qu'il a certaines valeurs qui sont plus importantes pour lui que son existence philologique, sa vie biologique et ses instincts.

 

Si personne n'a le droit d'enlever la vie à l'homme, alors personne n'a le droit de lui enlever ce qui est plus important pour l'homme que la vie.

 

Les frères Kouachi ont refusé de se rendre et sont morts en disant qu'ils étaient prêts à mourir pour leur foi et pour ce qu'ils considéraient comme leur divinité.

 

Peu importe si Al-Qaida* les a envoyés et a payé leurs dépenses et leurs armes - ils ne sont pas morts pour elle, ils sont morts pour leurs valeurs.

 

Al-Qaida est certainement une organisation terroriste fasciste (interdite sur le territoire russe - ndlr) et elle doit être détruite. Les Kouachi ne sont peut-être pas justifiés, mais il y a une raison de les respecter. Ils avaient la foi - et ils avaient des valeurs. Et ils étaient plus importants pour eux que la vie : cela signifie qu'ils étaient des Humains.

 

Ceux qui se disaient journalistes de "Charlie" et ceux qui, après la punition de ce dernier, déclaraient qu'"il est Charlie", comme le professeur Paty, ne reconnaissaient pas que ceux qu'ils maltraitaient et abusaient moralement avaient quelque chose de plus important que la vie. Ils peuvent donc difficilement être considérés comme des êtres humains.

 

Et "Charlie" ne croyait pas que les gens existaient. Les Kouachi leur ont prouvé non pas qu'Allah est, mais que les Humains sont.

 

Et ce n'est pas vrai que "Charlie" a ridiculisé tout le monde. Ils se sont moqués de beaucoup de gens : la France et l'URSS, Staline et de Gaulle, le christianisme et l'islam. Mais quand, à un moment donné, un de leurs journalistes a ridiculisé le fils du président Sarkozy et le judaïsme de son épouse, ce journaliste a été immédiatement licencié. Charly n'avait pas le droit de se moquer de cela.

 

C'est peut-être pour cela que l'ancien président français Sarkozy, qui a détruit la Libye, a été l'un des premiers à rejoindre son successeur, le président français Hollande, lorsqu’il s'est mis sous la protection des nazis ukrainiens, après les représailles des "guerriers de la terreur de l'information". Et se tenait à ses côtés dans une production théâtrale représentant une millionième "marche de solidarité" avec ces terroristes de l'information dans les rues de Paris.

 

Puis Paris s'est mis dans l'embarras avec cette marche. Aujourd'hui, Macron s'est mis dans l'embarras en récompensant le provocateur Paty.

 

Il est absolument ridicule d'encourager l'expansion de l'Islam en France et de se moquer en même temps de la foi musulmane. Eh bien, c'est une chose. Mais ce n'est qu'une illustration de l'entropie morale-intellectuelle dans laquelle, hélas, tombe la civilisation quasi-européenne actuelle.

 

"Charlie, comme Paty, étaient eux-mêmes des terroristes, comme les Kouachi. Seulement informationnel. Parce qu'insulter est autant un acte terroriste qu'infliger la mort.

 

La terreur morale et la terreur de l'information doivent être punies plus sévèrement. Parce qu'elles attaquent plus que la vie - l'honneur et la personnalité.

 

Et quand les personnages qui se disent êtres humains, comme Svanidze ou des journalistes comme lui, éternellement et furieusement moqués par les journaux ont essayé d'affirmer que l’insulte est une valeur et une tradition indispensable de l'Europe - ils ne font que mentir et se défiler.

 

Et Sheridan a écrit sur des gens comme eux il y a deux cents ans dans son « L'École de la médisance »**.

 

La tradition européenne, d'ailleurs, a toujours été différente : conduire un stupide insensé à la limite et le frapper au front pour un geste d'honneur.

 

Les Kouachi sont morts pour leur droit d'être humains : pour défendre leurs valeurs et leur honneur.

 

 

* une organisation terroriste interdite sur le territoire russe.

 

 

Sergey Chernyakhovsky

 

Tchernyakhovsky Sergey Felixovich (né en 1956) - philosophe politique russe, politologue, publiciste. Membre titulaire de l'Académie des sciences politiques, docteur en sciences politiques, professeur à l'Université d'État de Moscou. Conseiller du président de l'Université internationale indépendante sur l'environnement et la politique (IEPU). Membre du Conseil public du ministère russe de la culture. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

**  NdT: https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27École_de_la_médisance

Sergey Chernyakhovsky : La liberté d'expression des uns est toujours limitée par le droit de défendre l'honneur et la dignité des autres.  (Club d'Izborsk, 30 octobre 2020)
Lire la suite

Leonid Ivashov : Aujourd'hui, la tâche consiste à comprendre la signification des fonctions cosmo-planétaires de la Russie. (Club d'Izborsk, 23 octobre 2020)

23 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Philosophie, #Politique, #Russie, #Sciences, #Société

Leonid Ivashov : Aujourd'hui, la tâche consiste à comprendre la signification des fonctions cosmo-planétaires de la Russie. (Club d'Izborsk, 23 octobre 2020)
Leonid Ivashov : Aujourd'hui, la tâche consiste à comprendre la signification des fonctions cosmo-planétaires de la Russie. (Club d'Izborsk, 23 octobre 2020)

Leonid Ivashov : Aujourd'hui, la tâche consiste à comprendre la signification des fonctions cosmo-planétaires de la Russie.

 

23 octobre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20049

 

 

En s'engageant dans l'étude de l'histoire et de la géopolitique en tant que science interdisciplinaire qui considère tous les aspects de la vie humaine, et même pas seulement l'humanité (nous regardons dans l'espace), nous essayons de créer un modèle de compréhension du monde. Nous voyons aujourd'hui deux problèmes au niveau mondial, voire cosmosplanétaire : le problème de la vision du monde et le problème intellectuel. Et tout le reste est une conséquence.

 

Un problème de vision du monde. Comment imaginer l'histoire de notre planète, sa fonction en tant que particules de l'univers global ? Comme un système vivant : l'homme, la terre, l'univers ? Croyons-nous toujours qu'il y a eu une explosion accidentelle et que tout dans le monde s'est envolé par accident ? Aucun physicien ou mathématicien ne peut calculer, sur la base de la théorie des probabilités, comment tout cela a pu arriver par hasard.

 

Deuxième point : qu'est-ce qui est donné à l'homme, quel est son sens ? Regardons la nature : tout vit comme une espèce, et chaque espèce a une tâche utile commune, chaque espèce a son propre programme biologique. Quelqu'un l'a mis en place. Y compris pour l'homme, mais lui seul vit à la dure selon ses lois. Contrairement à tout ce qui est vivant, il a reçu un esprit individuel, collectif et rationnel. Mais l'homme ne comprend pas pourquoi il vit. L'incompréhension de la signification et du but cosmo-planétaire de l'humanité a mis en avant l'idée que nous vivons tous pour le bien de l'économie. Je ne nie pas l'économie, mais cette idée est fausse.

 

Qui construit un modèle financier et économique mondial ? Aujourd'hui, c'est le profit financier qui prévaut, et à l'exception du profit, les dirigeants du monde n'ont rien derrière leur âme, car les personnes les plus stupides et les plus avides ont fixé ce vecteur.

 

Il y a le Club de Rome. On nous a appris qu'il est hostile à la fois au socialisme et à l'humanité. Son propriétaire est Rockefeller. Quoi que ce club ait offert, tout impliquait le génocide de l'humanité : la théorie du milliard d'or, le contrôle des naissances, etc. Tout ce que le Club de Rome proposait était mis en œuvre. Et la DCI, et la conférence de Rio 92...

 

En 2017, Rockefeller meurt. Et maintenant, voyons le rapport du Club de Rome pour son 50e anniversaire : "Le vieux monde est condamné. "Le nouveau monde est inévitable. Les contours du monde futur". Cette année, le vice-président du Club, Anders Wijkman, a fait une déclaration : "2020 est la fin de l'ancien ordre mondial et le début d'un nouvel ordre mondial".

 

Il propose des contours. Le capitalisme est exclu parce qu'il est dans une impasse. 98% de toutes les transactions financières sont des spéculations et des fraudes. Viennent ensuite les propositions sur ce que sera le monde. Il propose une structure socio-naturelle pour le monde. L'idéologie est scientifique et védique. L'ONU, l'UNESCO et toutes les structures internationales sont complétées par des organisations sociales mondiales. La grande question est de savoir lesquels. Cinq principes de base sont formulés, comment le monde devrait être construit, ce que l'économie devrait être, etc. La conclusion qui est faite est que l'humanité est au bord de la mort. C'est ici que nous sommes venus !

 

Dans notre Académie des sciences géopolitiques, en invitant les Chinois, les Hindous à coopérer, nous essayons tous de comprendre quel genre de monde il faut construire. Nous voyons que soit nous réagissons, soit l'univers le fait, mais la transition quantique est terminée. La fréquence des vibrations qui en proviennent a changé, y compris dans le corps humain. Le monde animal est en train de changer. Aujourd'hui, il y a une tâche à accomplir pour changer notre conscience, pour comprendre le sens des fonctions cosmoplanétaires de la Russie. Ce qui se passe aujourd'hui est inévitable. Le monde des sociétés transnationales a supprimé l'indépendance, même la pensée même dans des États et des peuples entiers.

 

Aujourd'hui, il y a un conflit arménien-azerbaïdjanais - c'est la formation d'organisations ethnoculturelles mondiales avec leur religion, avec leur modèle d'économie. Nous voyons de telles organisations ethno-culturelles mondiales : la Chine (elle le fait depuis longtemps), l'Inde, l'Amérique latine, l'Occident (Amérique du Nord et Europe). La Russie est sortie de la cohorte des civilisations mondiales. Chacun forme ses propres civilisations. Erdogan rassemble la civilisation islamique, elle se définit : monde turc, monde sunnite, puis s'accorde avec les Iraniens. Nous nous dirigeons vers un endroit incompréhensible : nous avons couru vers l'Occident puis vers la Chine. Nous faisons tout pour détruire les fondements de notre civilisation : pour voler quelque chose, pour voler, pour s'installer quelque part. Dans cette situation et dans cet état d'esprit, nous n'avons pas d'avenir.

 

Le deuxième problème est l'intellect. Nous assistons aujourd'hui à une dégradation générale de l'intellect de l'humanité. Et le potentiel intellectuel est le principal potentiel de tout pays. Sans créativité, il ne peut y avoir de développement en quoi que ce soit. Et que faisons-nous de l'éducation et de la science ?

 

Aujourd'hui, le monde est en pause. Mais où sont dirigés les restes de notre intellect ? Non pas pour comprendre le cosmos, mais pour créer de nouvelles armes. Beaucoup est fait en Russie pour gagner une guerre qui ne sera plus jamais la même. Aujourd'hui, la principale arme de destruction massive est le psychotrope. Des milliards de cerveaux se tournent vers des décisions erronées, mauvaises et anti-humaines. Ces décisions sont prises pour créer des armes encore plus puissantes - climatiques et autres. La tâche principale est donc de changer la vision du monde selon laquelle l'homme n'est pas le maître de tout sur terre. C'est là qu'il a été créé avec toutes les conditions et qu'il s'est attaché à la définition de fonctions complètement différentes. Le bonheur n'est pas dans le fait que le bateau de quelqu'un soit plus cool, ni dans la création d'armes, ni dans la conquête du monde. L'intellect et la spiritualité sont les principaux éléments. Vous devez comprendre les patrons de TAM. Et tout le monde là-bas voit et entend tout.

 

J'ai fait un reportage au Centre nucléaire de Sarov : "Qu'est-ce que Dieu ? » Le Seigneur m'a corrigé : « Qui est Dieu ? » De là vient le contrôle de l'homme et de l'humanité, par le biais de notre cellule. Nous n'avons même pas compris la cellule, nous n'avons pas compris le corps humain. Le corps est un complément de l'homme en tant que créature cosmique, lui, l'homme, est temporaire.

 

Et bien sûr, il est très important de comprendre la Russie. Si les oiseaux, les moucherons, tous les animaux reçoivent un programme biologique et qu'ils l'exécutent jour et nuit, alors l'humanité ne peut pas vivre d'une manière différente, mais seulement en tant qu'espèce. Et ces espèces sont des civilisations ethnoculturelles mondiales. Pour la première fois, le Club de Rome propose de dissoudre les organisations publiques (ce qui est très dangereux), de commencer la dénationalisation et la création d'une religion commune - scientifico-védique. Cela ne peut être autorisé. Et alors que la Russie a encore les restes de l'intellect (pas seulement dans l'industrie des missiles), il est nécessaire de proposer un nouveau projet de l'univers. Il existe, mais il n'est pas organisé. Sinon, nous obtiendrons de bons slogans du même Club de Rome, mais l'essence du "maître du monde" restera la même. Nous devons y réfléchir.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Ivashov (né en 1943) - personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel-général. 1996-2001 - Chef de la Direction principale de la coopération militaire internationale du ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. Président de l'Académie des problèmes géopolitiques. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Le pape François a-t-il appelé l'Europe à un suicide démographique ? (Kirill Aleksandrov, Pravoslavye.com.ua, 19 octobre 2020)

19 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Europe, #Politique, #Russie, #Société

Le pape François a-t-il appelé l'Europe à un suicide démographique ?

 

19 octobre 2020

 

Source: Russie-Arche de Noé

https://rnk-concept.ru/68171

 

 

Le pape François a signé l'encyclique Fratelli tutti, qui demande que l'aide maximale pour les migrants musulmans soit distribuée en Europe.

 

Le samedi 3 octobre 2020, lors d'une visite à Assise, dans la Basilique de Saint-François, le pape François a signé la nouvelle encyclique Fratelli tutti. Son titre complet se traduit par : "Une lettre encyclique à tous les frères du Père François sur la fraternité et l'amitié sociale". Et cette "fraternité et amitié sociale" concerne avant tout les musulmans. Dès le troisième paragraphe, nous décrivons comment François d'Assise a rendu visite au sultan Malik-al-Kamil en Égypte. Probablement avec une expression de fidélité, comme l'écrit le Pontife : "Nous sommes stupéfaits de voir comment, il y a huit cents ans, François recommandait d'éviter toute forme d'agression ou de conflit et de vivre dans une "soumission" humble et fraternelle, même envers ceux qui ne partageaient pas leur foi. Et dans le cinquième paragraphe, le pape parle déjà de sa propre rencontre avec l'imam Ahmad Al Tayyeb, qui a eu lieu en 2019, au cours de laquelle ils ont signé une déclaration commune sur la fraternité.

 

Le principal message de l'encyclique Fratelli tutti est que les pays européens doivent prendre soin des migrants dans toute la mesure du possible, faciliter leur réinstallation en Europe et mener une politique de tolérance, d'ouverture et de multiculturalisme.

 

Les migrants musulmans doivent-ils être les maîtres de l'Europe ?

 

En ce qui concerne les migrants, le pape François s'appuie sur la parabole évangélique du Samaritain miséricordieux, sur le fait que l'enfant Jésus-Christ et la Sainte Famille étaient des étrangers en terre d'Égypte, ainsi que sur de nombreuses citations de la Sainte Écriture concernant l'attitude à l'égard des étrangers.

 

La première chose qui est choquante dans l'encyclique Fratelli tutti est que le pape ne déclare pas la propriété privée comme étant privée, mais comme étant une propriété commune. Il dit que chacun a le droit d'utiliser cette propriété.

 

"La tradition chrétienne n'a jamais reconnu le droit à la propriété privée comme absolu ou inviolable et a mis l'accent sur la fonction sociale de toute forme de propriété privée. <...> Le principe de l'usage commun des biens créés pour tous est le "premier principe de tout l'ordre éthico-social", c'est un droit naturel, original et prioritaire. Tous les autres droits sur les biens nécessaires à la réalisation intégrale de l'être humain, y compris les droits de propriété privée et tous autres, "ne doivent pas être empêchés mais, au contraire, promus", comme l'affirme Saint Paul VI. Le droit à la propriété privée ne peut être considéré que comme un droit naturel secondaire découlant du principe de la finalité universelle des biens produits, et cela a des implications très spécifiques qui doivent se refléter dans le fonctionnement de la société".

 

Et ailleurs : "Avec le droit de propriété privée, il y a toujours un droit prioritaire de subordination de toute propriété privée au destin universel des biens de la terre, et donc le droit de tous à les utiliser".

 

Les réflexions sur la nature des biens en général sont très inhabituelles pour un ecclésiastique, mais ce n'est même pas le cas. Le pape François ne peut que comprendre qu'avec cette déclaration, il appelle en fait à une violation du commandement "ne pas voler". La déclaration du chef du RCC signifie que si quelqu'un veut manger, il peut simplement entrer dans le magasin et le prendre. Si quelqu'un n'a pas d'endroit pour dormir, il peut aller dans n'importe quelle maison et s'y installer. Si quelqu'un pense qu'il est plus pauvre que les autres, il peut le prendre et le "réparer". Après tout, "le principe de l'utilisation commune des biens créés pour tous est le "premier principe de tout l'ordre éthico-social".

 

La déclaration du chef du RCC signifie que si quelqu'un veut manger, il peut simplement aller dans le magasin et prendre. Si quelqu'un n'a pas d'endroit où dormir, il peut aller dans n'importe quelle maison et y vivre. Si quelqu'un pense qu'il est plus pauvre que les autres, il peut le prendre et le "réparer".

 

Le pape François affirme que les migrants doivent bénéficier des mêmes avantages que les natifs européens : "Personne ne peut rester défavorisé, quel que soit son lieu de naissance <...> Les frontières des Etats ne peuvent pas l'empêcher. Tout comme il est inacceptable qu'une personne ait moins de droits parce qu'elle est une femme, il est également inacceptable que le lieu de naissance ou de résidence lui-même conduise à moins de possibilités de vie et de développement décents".

 

Ainsi, que vous travailliez ou non, vous pouvez toujours utiliser ce que quelqu'un d'autre a gagné. Par ces mots, le pape François appelle explicitement les migrants à prendre ce dont ils ont besoin sans se soucier de la propriété.

 

De très nombreux faits indiquent que la grande majorité des migrants du Moyen-Orient ne travaillent pas et ne veulent pas travailler. Ils reçoivent une allocation fabuleuse, selon les normes de leur pays d'origine, et en sont très heureux. Et il s'avère que les Européens doivent travailler pour soutenir les migrants. Et le pape François légitime cet état de fait : "En fait, les activités des entrepreneurs "sont une noble vocation visant à créer de la richesse et à améliorer le monde pour tous. <...> En tout état de cause, ces compétences entrepreneuriales, qui sont un don de Dieu, doivent être clairement orientées vers le progrès des autres et la maîtrise des catastrophes, notamment par la création de diverses possibilités d'emploi".

 

Le Pape exige le partage des bénéfices avec les migrants et oublie les paroles de l'Apôtre Paul : "...si quelqu'un ne veut pas travailler, il ne mangera pas" (2 Thessaloniciens 3 : 10).

 

(2 Thess. 3 : 10) Oui, bien sûr, les riches doivent aider les pauvres. Mais le pape François ne peut s'empêcher de comprendre que si nous exigeons une telle aide des riches et n'en faisons pas une condition pour que les pauvres travaillent pour eux-mêmes et pour la société, cette aide est nuisible pour les deux. Les riches perdent leurs biens, et les pauvres deviennent dépendants et paresseux. Et comme nous le savons, l'oisiveté est la mère de tous les vices. Mais le pape exige de partager les bénéfices avec les migrants et oublie les paroles de l'apôtre Paul : "...si quelqu'un ne veut pas travailler, il ne mangera pas" (2 Thessaloniciens 3:10).

 

L'appel même du pape François à la jouissance des biens matériels indépendamment de la propriété est une révolution dans les relations humaines. Mais le chef de la RCC va encore plus loin, il affirme que les États entiers avec leurs territoires et leurs ressources sont la propriété de tous les habitants de la terre.

 

Voici ses mots : "La confiance dans le fait que les biens actuels sur Terre sont communs exige que cela s'applique également aux pays, à leurs territoires et à leurs ressources. Si l'on considère cela non seulement du point de vue de la légalité de la propriété privée et des droits des citoyens d'une nation donnée, mais aussi du premier principe de l'usage commun des biens, on peut dire que chaque pays appartient à un étranger, tout comme les biens. Le territoire ne peut être refusé à une personne dans le besoin qui vient d'un autre endroit".

 

Qu'est-ce que c'est, sinon un appel direct aux résidents des pays musulmans, pour qu'ils viennent d'abord en Europe et prennent tout ce dont ils ont besoin ?

 

Le quatrième chapitre de l'encyclique est entièrement consacré au thème de la migration. Elle s'appelle : "Des cœurs ouverts sur le monde". Dans ce chapitre, le Pape appelle à la promotion de la migration sans aucune condition ni restriction. Voici ses mots : "Nos efforts en matière d'arrivée de migrants peuvent être décrits par quatre verbes : accueillir, protéger, promouvoir et intégrer". L'encyclique ne dit rien des habitants, des Européens, de leur protection, de la sécurité sociale et de la réalisation de leurs intérêts. Tout est réservé aux migrants.

 

En particulier, le pape François appelle à :

 

  • « augmenter et simplifier la délivrance des visas ;
  • adopter des programmes privés et publics pour protéger leurs intérêts ;
  • ouvrir des couloirs humanitaires aux réfugiés les plus vulnérables ;
  • offrir un logement adéquat et décent ;
  • garantir la sécurité des personnes et l'accès aux services de base ;
  • assurer une assistance consulaire adéquate ;
  • le droit d'avoir des documents d'identité avec eux à tout moment ;
  • l'accès impartial à la justice ;
  • la possibilité d'ouvrir des comptes bancaires et de garantir ce qui est essentiel pour une existence vitale ;
  • leur donner (aux migrants - ndlr) la liberté de circulation et la possibilité de travailler ;
  • protéger les mineurs et leur assurer un accès régulier à l'éducation ;
  • fournir des programmes de tutelle temporaire ou d'accueil ;
  • garantir la liberté de religion ;
  • promouvoir leur intégration sociale ;
  • pour faciliter le regroupement familial et préparer les communautés locales aux processus d'intégration".

 

En d'autres termes, les Européens doivent se nourrir, s'habiller, se chausser, s'abriter, se transporter, etc. Et faire tout cela sans rien exiger en retour, même pas du travail. "Faire certaines choses simplement parce qu'elles sont bonnes en elles-mêmes, sans espérer obtenir de résultats, sans attendre quelque chose en retour. Il permet d'accueillir un étranger, même si cela ne sert pas vraiment à grand-chose en ce moment", dit le Pape.

 

Le Pape, les migrants et le crime.

 

Mais peut-être que les migrants ainsi favorisés seraient au moins reconnaissants ? Peut-être se comporteront-ils dans le respect de la loi et aideront-ils leurs bienfaiteurs ? Hélas... Les faits nous disent le contraire.

 

Par exemple, en novembre 2019, en Suède, qui est célèbre pour sa libéralité, le Premier ministre Stefan Leven a décidé de rendre publiques des statistiques sur la terrible augmentation de la criminalité violente et l'a expliquée comme un "échec de l'intégration". Le nombre d'homicides par arme à feu a triplé depuis le début des années 2010. Et 90 % de ces crimes sont commis par des migrants. Les migrants commettent 23 fois ( !) plus de viols que les autochtones. Et à Stockholm, Malmö et dans d'autres grandes villes, des zones entières sont des ghettos ethniques, où le trafic de drogue, la prostitution, le trafic d'armes et d'autres activités criminelles prospèrent et où même la police a peur d'aller. Ces régions sont dirigées par des clans criminels du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, qui étendent leurs activités à d'autres territoires. Plus de 160 explosions ont eu lieu en Suède en 2018 et même le Danemark a été contraint de fermer sa frontière avec la Suède pour la première fois depuis les années 1950.

 

En Allemagne, les migrants, qui constituent déjà 5 % de l'ensemble des résidents, commettent plus de 50 % des crimes sexuels. En 2017, les migrants violaient en moyenne 13 digues par jour. La veille du Nouvel An 2016, un millier de migrants se sont réunis à Cologne pour "chasser" les femmes locales. 454 plaintes pour harcèlement sexuel et viol ont été déposées auprès de la police. En 2016, les autorités allemandes ont reconnu le fait que les grandes villes allemandes sont presque entièrement contrôlées par des clans criminels d'origine principalement libanaise, palestinienne et nord-africaine.

 

En Allemagne, les migrants, qui constituent déjà 5 % de l'ensemble des résidents, commettent plus de 50 % des crimes sexuels.

 

Dans d'autres pays européens, la situation est similaire. Tout cela ne ressemble pas, même de loin, à un voyageur blessé de la parabole du bon samaritain. Et cette situation n'a rien à voir avec les paroles de l'Écriture Sainte : "...aime un étranger, et lui donne du pain et des vêtements. Vous aimez aussi un étranger, car vous avez été vous-mêmes des étrangers au pays d'Égypte" (Deutéronome 10, 18-19). L'utilisation de cette citation et d'autres citations de la Bible sur la miséricorde envers les étrangers est comme une spéculation délibérée. Le comportement des migrants dans les pays européens ressemble davantage à l'invasion des Philistins, des Amalécites, des Cananéens et d'autres nations hostiles sur la terre d'Israël. Ce que font les migrants en Europe est plus conforme aux paroles du prophète Jérémie : "Voici que je vais faire venir sur vous, maison d'Israël, un peuple de loin, dit le Seigneur, un peuple fort, un peuple ancien, un peuple dont vous ne connaissez pas la langue, et vous ne comprendrez pas ce qu'il dit. Son carquois est comme une tombe ouverte ; ce sont tous des hommes courageux. Ils mangeront ta récolte et ton pain, ils mangeront tes fils et tes filles, ils mangeront tes brebis et tes boeufs, ils mangeront tes raisins et tes figues, ils détruiront par l'épée les villes fortifiées que tu as espérées.

 

L'Europe musulmane n'est qu'une question de temps...

 

Oui, aujourd'hui, les migrants ne détruisent pas les "villes fortifiées" avec une épée. Mais ils n'ont pas à le faire. Aujourd'hui, la guerre démographique est menée avec d'autres armes. C'est le défunt leader palestinien Yasser Arafat qui l'a exprimé le plus clairement : "La meilleure arme des Palestiniens est le ventre d'une femme arabe". Un arbre qui donne naissance à de nombreux enfants.

 

Étant donné le déclin rapide du christianisme en Europe, on peut dire que l'ensemble du continent européen tombera sous la domination de l'Islam. Qu'arrivera-t-il alors aux temples et sanctuaires chrétiens ? La récente conversion de Sainte-Sophie en mosquée et la profanation du temple du grand martyr Georges le Victorieux en Grèce ne disent rien de bon.

 

On sait que le taux de natalité dans les diasporas musulmanes en Europe est 5 à 6 fois plus élevé que celui des Européens de souche. Un changement radical de la carte démographique de l'Europe n'est qu'une question de temps, et il n'est pas loin. L'autre jour, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a déclaré que dans 30 ans, la population de l'Europe sera composée à 20 % de musulmans et que dans les grandes villes, les musulmans représenteront plus de la moitié de la population. Et c'est aussi un scénario très optimiste pour les chrétiens. Compte tenu de la diminution rapide des adeptes du christianisme en Europe, on peut dire que l'ensemble du continent européen va tomber sous le pouvoir de l'Islam. Qu'arrivera-t-il alors aux temples et sanctuaires chrétiens ? La récente conversion de Sainte-Sophie en mosquée et la profanation du temple du grand martyr Georges le Victorieux en Grèce disent éloquemment que rien de bon.

 

L'échec de la politique migratoire et ses conséquences catastrophiques pour l'Europe sont déjà reconnus par de nombreuses forces politiques et mouvements sociaux. Mais le pape François, avec son encyclique Fratelli tutti, propose non seulement de ne pas limiter le flux des migrants, mais au contraire de lui ouvrir grand les portes, commettant ainsi un véritable suicide démographique en Europe.

 

Le temps viendra où les migrants épuiseront les ressources de l'Europe occidentale et se dirigeront vers nous. Cela se produira avec une probabilité de presque 100 %.

 

Quant à l'Ukraine, nous nous trouvons dans une situation paradoxale : nous nous sentons bien parce que nous nous sentons mal. Nous sommes le pays le plus pauvre d'Europe (selon les données de la Banque mondiale pour 2019) et les migrants ne viennent donc pas chez nous. Ils ne viennent pas encore. Ils sont beaucoup plus nourris en Allemagne, en Suède ou aux Pays-Bas.

 

Mais le temps viendra où ils épuiseront les ressources en Europe occidentale et viendront à nous. Cela se produira avec une probabilité de presque 100 %, mais l'Ukraine a encore quelques années, voire des décennies, pour trouver le moyen de contrer cette menace. Un élément de cette contre-attaque devrait être une politique migratoire compétente, qui devrait empêcher les éléments indésirables d'entrer en Ukraine : criminels, militants, islamistes radicaux, etc. Il y a aussi des pays en Europe qui ont des lois très strictes en matière de migration. Leur expérience montre qu'il est beaucoup plus facile de prévenir la maladie que de la traiter ultérieurement.

 

On peut tirer les leçons des pays d'Europe occidentale et essayer de ne pas répéter leurs erreurs. Mais l'encyclique Fratelli tutti est devenue obligatoire pour tous les catholiques après que le Pontife romain l'a signée. Elle va maintenant déterminer en grande partie l'attitude à l'égard de la migration de tous les partisans du Vatican, y compris des gréco-catholiques ukrainiens. Tout le monde sait combien l'influence de l'UGCC est grande sur les structures du pouvoir en Ukraine et, par conséquent, sur la prise de décision du gouvernement. Et si l'UGCC fusionne avec la CCU, ce qui est clairement signalé par ces deux organisations religieuses, la nouvelle structure recevra des leviers d'influence encore plus puissants sur les forces politiques et sociales en Ukraine. Et l'encyclique papale Fratelli tutti peut être mise en œuvre dans notre pays avec toutes les conséquences qui en découlent.

 

Kirill Aleksandrov

 

Source : pravoslavye.com.ua

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Lire la suite

Sergey Pisarev: Le concept "Russie - Arche de Noé". Une nouvelle idéologie pour la Russie

19 Octobre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Economie, #Religion, #Société, #Russie

Sergey Pisarev: Le concept &quot;Russie - Arche de Noé&quot;. Une nouvelle idéologie pour la Russie

Telegram Channel Russia - Arche de Noé

 

 

publié le 16 octobre 2020 | sous la fenêtre de l'école

 

 

Le concept "Russie - Arche de Noé". Une nouvelle idéologie pour la Russie

 

18 Sep., 2017

 

Source: https://rnk-concept.ru/239

 

 

2008 - 2010

 

La société russe continue à se poser des questions sur les voies de développement de notre État. Le pays se voit prescrire des itinéraires différents - bien rodés, controversés et paradoxaux. Sans résoudre la question fondamentale de la fixation des objectifs, il semble que ce soit un gros problème de tracer une voie raisonnable et efficace. Sergey Pisarev, président de la Fondation russe des entrepreneurs, présente ses idées pour le nouveau concept idéologique de la Russie. Il suggère de considérer le cheminement idéologique et socio-économique de la Russie comme la construction d'une arche commune.

 

Ces idées ont été exposées dans un certain nombre d'articles de Sergey Pisarev, qui ont été publiés dans les médias Internet et les périodiques imprimés depuis 2008. Le concept idéologique "Russie - Arche de Noé" a été proposé pour la première fois par Sergey Pisarev en 2008 lors de la réunion de Sobornaya du Congrès mondial du peuple russe (CMPR) à Ekaterinbourg. En 2009, la direction de l'UDO de l'Assemblée populaire russe a fait appel au Bureau de l'Assemblée populaire russe avec une proposition de tenir une réunion générale de sobriété de l'Assemblée populaire russe "Russie - Arche de Noé". Dans le numéro de février 2010 de la revue "National Forecast. ITAR-TASS Oural" a été discuté. Certaines parties de ce concept ont été exprimées par les dirigeants politiques de la Russie dans l'idéologie d'État ces dernières années (voir le site web "RUSSIA NOEV KOVCHEG/ON NAS/IRECTION" https://rnk-concept.ru/about/epitome).

 

Les mesures de souveraineté de l'économie russe initiées par le président russe sont une réponse adéquate au processus de destruction du monde unipolaire. De nombreux pays connaissent actuellement des changements dans les domaines du droit international, de l'armée, de la politique et de l'économie. À quoi conduira l'aspiration du monde moderne à la multipolarité, qui a adopté l'idéologie du postmodernisme ? La Russie est-elle prête à offrir sa réponse au monde sur les défis globaux auxquels l'humanité est confrontée ? Peut-être que les éléments d'idéologie contenus dans le concept "Russie - Arche de Noé" s'avéreront être des étapes importantes vers l'unité de toute l'humanité. En tout cas, les idées de ce concept - le concept d'avenir - ne sont peut-être pas inintéressantes et utiles non seulement pour les hommes politiques et les hommes d'affaires, mais aussi pour les jeunes, les lycéens, les étudiants qui sont désireux d'apprendre à distinguer entre liberté et anarchie, libéralisme et démocratie, de comprendre réellement tous ces "explosions" et de trouver un vrai sens et une vraie perspective de leur propre vie.

 

 

La nature spirituelle de la crise mondiale

 

La crise mondiale actuelle est communément appelée "financière". Il me semble que derrière ce nom, il n'y a qu'une seule raison, et non la principale, à cette crise. En fin de compte, l'économie, dont la finance fait partie, est aussi le reflet de l'état moral de la société. Une société dépourvue de repères moraux, qui place l'enrichissement et la consommation au sens principal de son existence, est condamnée à périr. Une économie puissante et en développement, des ressources naturelles et un système durable de soutien social ne sont pas en soi une panacée pour les crises spirituelles, économiques et les catastrophes sociales. On peut le voir clairement dans l'exemple de la mort de l'Empire russe, lorsque des taux élevés de croissance économique, des finances stables, une amélioration constante du niveau de vie se sont combinés à l'appauvrissement moral de la société, à la chute à ses yeux des autorités séculaires de l'État russe, du pouvoir royal et de l'autorité de l'Église, et par conséquent - au refroidissement de la foi dans le peuple et à la perte de la capacité à distinguer entre ce qui est bon et ce qui est mauvais.

 

Dégradation de la civilisation occidentale

 

Nous voyons la même chose aujourd'hui et dans l'exemple de la civilisation occidentale. Formée et nourrie par la vision chrétienne du monde qui a transformé les tribus barbares des Goths, des Francs et des Gaulois en grandes nations et en États européens, la civilisation occidentale nie aujourd'hui ses racines. Se cachant derrière le fameux "politiquement correct", les Français, les Allemands et les Britanniques sont pressés de renoncer à leur foi. Le "politiquement correct" est également l'attitude à l'égard de la liberté de tout ce que l'on appelle le christianisme "abomination devant Dieu", c'est-à-dire les différentes formes de fornication et de sodomie, la divination et la voyance, la sorcellerie et l'occultisme.

 

Le résultat de cette politique est la dégradation de la société occidentale. Aujourd'hui, les grandes économies des États-Unis et de l'UE perdent progressivement leur propre production de haute technologie, et les pays de l'espace Schengen ont également des attributs d'indépendance d'État tels que la monnaie nationale, une armée forte et des frontières d'État. Une Europe unie, unie non pas sur des bases nationales et religieuses, mais sur des bases purement économiques, devient de plus en plus un grand creuset de nationalités, de religions et de cultures différentes. Les langues nationales s'estompent, la situation démographique a radicalement changé. Aujourd'hui, par exemple, en France, dans certaines villes, les natifs d'Afrique du Sud et du Maghreb représentent 80% de la population. Et cette population non seulement n'a rien à voir avec la culture historique européenne, mais elle lui est souvent hostile.

 

Toutefois, il convient de tenir compte du fait que l'évolution progressive de la situation démographique en Occident est le résultat, d'une part, de la pratique honteuse et séculaire de la traite des esclaves et du colonialisme d'hier et, par conséquent, de la migration massive "du sud vers le nord" et, d'autre part, de l'incapacité totale de la société occidentale à faire face à la barrière morale et culturelle d'une idéologie et d'une culture étrangères et offensives. La plupart des gens qui viennent en Occident de Turquie, du Maroc, de Tunisie, d'Algérie et du Cameroun n'y voient pas une société chrétienne qui aime et défend ses valeurs, mais une société délabrée, moralement dégradée et sans Dieu. Une société qui peut donner ses temples au disco, célébrer l'Halloween de Satan amené de l'extérieur, une société qui ne reconnaît aucune restriction religieuse, est embourbée dans la drogue et les perversions. C'est pourquoi il ne faut pas s'étonner qu'un musulman venu en Europe, où les valeurs de l'Islam ont été élevées depuis l'enfance, méprise la société occidentale, pensant à tort que c'est la civilisation chrétienne. De plus, la société occidentale s'est révélée hostile non seulement à ses valeurs chrétiennes, mais aussi aux valeurs des autres religions. Nous nous souvenons bien du scandale des "caricatures" en Europe occidentale, lorsque les sentiments religieux de millions de musulmans croyants ont été offensés. Ce scandale a provoqué une explosion d'indignation et de sentiment anti-occidental dans tout le monde islamique. En réponse aux représentants de la civilisation occidentale, nous avons entendu des raisonnements démagogiques sur la "liberté d'expression" contre laquelle les soi-disant musulmans s'expriment !

 

Aujourd'hui, la société occidentale est incapable de garantir la paix interethnique et interreligieuse. Tout cela montre qu'une bombe à retardement ethnique est placée sous l'édifice de la civilisation occidentale. Et ce, alors que la situation sociale en Europe occidentale est généralement satisfaisante.

 

Cependant, elle va inévitablement changer pour le pire, car la crise spirituelle de l'Occident s'accompagne d'une crise économique et écologique.

 

La crise actuelle de la civilisation occidentale est illustrée de la manière la plus éclatante par l'exemple de son fleuron, les États-Unis d'Amérique. Aujourd'hui, les États-Unis tentent de trouver une issue à la crise qui les a embrassés, non pas en repensant leur politique intérieure et étrangère, mais en maintenant le monde dans une tension militaire constante. Aujourd'hui, même les alliés des États-Unis, tels que la Turquie et l'Arabie saoudite, tentent de plus en plus de se dissocier de leur suzerain suprême.

 

Bien sûr, le "gouvernement mondial" a une stratégie pour sortir de cette situation et très "simple". Elle a déjà fonctionné lors d'une crise au début du XXe siècle, et s'est terminée en 1914 avec la guerre et le premier cycle d'enrichissement de l'Amérique. La Grande Dépression des années 30 s'est terminée par la Seconde Guerre mondiale et par un enrichissement et une transformation encore plus importants des États-Unis en hégémonie mondiale. Aujourd'hui, un scénario éprouvé est en cours d'élaboration. Si la guerre se reproduit en Eurasie, l'Amérique restera à nouveau une île de stabilité. C'est pourquoi les États-Unis poussent le monde entier à la guerre. Le problème de l'Europe est que les élites occidentales comprennent qu'elles ne préparent rien de bon. Mais ils ne peuvent rien faire. Le fait est que l'Europe est occupée par les États-Unis depuis 1945. Toutes les nominations importantes de personnel en Europe sont faites avec l'autorisation de Washington. L'Europe d'aujourd'hui n'est qu'une riche colonie américaine. Il y a beaucoup d'exemples évidents qui parlent de la crise de la culture, de la religion et des relations familiales en Occident. En fait, le concept "Russie - Arche de Noé" est apparu comme une tentative d'offrir une alternative généralement salvatrice à ce qui se passe autour.

 

La mission spirituelle de la Russie

 

Ainsi, nous voyons que la civilisation occidentale malade dans son état actuel n'est pas en mesure de sortir l'humanité de l'impasse dans laquelle elle l'a conduite par sa politique de deux poids, deux mesures, de cupidité et d'hypocrisie. C'est ce que comprennent les meilleurs éléments de l'Ouest et de l'Est. Dans ces conditions, à la recherche d'un moyen de sortir de cette impasse, le monde tourne à nouveau son attention vers la Russie. Aujourd'hui, la Russie, avec son vaste territoire, sa situation géographique particulière en Europe et en Asie, ses énormes ressources naturelles, sa riche tradition historique, est capable, comme personne d'autre, de devenir cette nouvelle arche de Noé de l'humanité, qui peut la sauver du "déluge mondial" - crise spirituelle et économique. Il ne s'agit en aucun cas d'une cause de faux orgueil ou d'auto-examen. Il convient de rappeler que ce rôle de sauvetage de la Russie ne sera possible que s'il peut inverser les tendances socio-économiques et spirituelles et morales négatives qui sont encore extrêmement fortes dans notre société. Si cela n'arrive pas, ce n'est pas l'arche de Noé de l'humanité qui nous attend, mais son "Titanic", et aucun trésor naturel et aucun territoire ne nous sauvera. Tout d'abord, nous devons changer radicalement notre attitude vis-à-vis de nous-mêmes, de notre histoire, de notre état, de nos richesses naturelles et regarder tout cela à travers le prisme de la vision spirituelle.

 

À bien des égards, les espoirs du monde sont aujourd'hui tournés vers la Russie en tant qu'État. Les gens ont intuitivement le sentiment que la Russie, comme avant, est le garant du monde et de la justice, comme au cours des siècles passés.

 

Il est à noter que la Russie n'a jamais cherché ni la guerre, ni un faux messianisme, ni à imposer ses valeurs à qui que ce soit. Au contraire, elle a toujours été l'objet d'agressions constantes et de guerres de destruction. Mais en conséquence, c'est la Russie qui a toujours été la force qui a écrasé les régimes totalitaires anti-chrétiens et apporté la liberté aux peuples, y compris ceux qui étaient le principal moteur de l'agression contre elle. C'était le cas de Napoléon, c'était le cas d'Hitler. Il est intéressant de noter que le principe moral dominant de la politique tsariste de la Russie, qui était axé sur la paix, a été hérité à la fois par les Soviétiques et par la Russie actuelle. Pendant la Seconde Guerre mondiale, personne ne doutait de quel côté était la vérité, et le drapeau au-dessus du Reichstag en mai 1945 a été perçu à juste titre par le monde comme une victoire du bien sur le mal. Une situation similaire se produit encore aujourd'hui.

 

En quête d'une idée nationale.

 

En ce qui concerne le besoin (inutile) pour la Russie de la soi-disant "idée nationale", il y a des avis opposés. Premièrement : pourquoi l'inventer ? Il suffit de suivre les états "avancés" - ils sont meilleurs et plus intelligents que nous et ont tout inventé pour tout le monde il y a longtemps. La démocratie, le marché et les droits de l'homme sont le "modèle final, optimal et universel" pour toutes les personnes sensées. Celui qui ne l'accepte pas est condamné. Deuxièmement : la Russie en a besoin, mais ce qu'il faut chercher est évident - lire la Bible (le Coran) ou "ne pas boire et accoucher à nouveau". Bien sûr, le taux de natalité est très important, mais...

 

Depuis le baptême de la Russie, son peuple et son élite ont toujours été porteurs d'un des concepts idéologiques du monde et, à en juger par les résultats, pas le pire : "Troisième Rome" ; "Retainer" biblique ; "gendarme du monde" (à la manière moderne - policier de district), maintien de l'ordre et de la justice dans le monde ; "état des travailleurs et égalité des chances". Sans entrer dans les polémiques, il faut admettre qu'ils étaient acceptés par la plupart des élites et des gens à l'intérieur du pays et qu'ils étaient assez attrayants pour beaucoup à l'étranger. La concurrence avec d'autres idéologies a souvent profité à tout le monde. Dans toutes ces périodes, le développement de la Russie, quoi qu'on en dise, a été sans précédent.

 

Deux fois dans l'histoire, la Russie a évolué sans son idéologie : après 1917 et jusqu'au début des années 30 - quand on a essayé de la "jeter dans la fournaise de la révolution mondiale" pour mettre en œuvre les concepts de lutte contre les dieux de l'Europe occidentale, ainsi qu'après l'effondrement de l'URSS jusqu'à ce jour. Nous savons tous ce qui était et ce qui est arrivé à notre pays pendant ces périodes (même sans influences extérieures négatives particulières) et nous sommes tous en deuil.

 

Prenons l'exemple de la Chine d'aujourd'hui. Quel est le principal secret de son succès ? Les mécanismes du marché ? Mais les salaires des travailleurs en Chine sont dix fois moins élevés que les nôtres, et presque cent fois moins élevés qu'en Europe et aux États-Unis. Une discipline fondée sur la peur ? Mais alors pourquoi la diaspora chinoise, une fois dans un autre pays, ne tente-t-elle pas de rompre avec sa patrie "totalitaire et pauvre" ?

 

En propageant la "démocratie", les États-Unis ont appris à leurs citoyens, d'une part, à hisser fièrement des drapeaux nationaux dans leurs cours et, d'autre part, à envisager la possibilité, pour atteindre leurs objectifs, de bombarder la Yougoslavie pacifique. "Lutter contre le terrorisme", s'emparer du pétrole irakien et prendre le contrôle de la quasi-totalité de la production mondiale de drogue, et poursuivre un autre insaisissable terroriste numéro un, pour se retrouver d'abord au Yémen, puis, un par un, repasser toute l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient avec leurs énormes réserves de pétrole et de gaz en frappant des formations de porte-avions.

 

Dans la lutte pour les droits de l'homme et les minorités sexuelles, l'UE et ses partenaires se rapprochent du sous-sol russe, imposant des normes qui détruisent la famille et la société, nous placent dans une position délibérément perdante et nous affaiblissent en tant que concurrent géopolitique. Quoi qu'ils disent, il y a des idéologies mondiales. Ils travaillent à la fois pour le marché "intérieur" et "extérieur". La Russie est condamnée à avoir une "idée nationale" si elle veut survivre.

 

À l'époque de la "perestroïka" et de l'ère Eltsine dans notre société, le mot "russe" était pratiquement interdit ; l'adhésion au patriotisme provoquait un gloussement. Tout cela a été imposé à la Russie par les libéraux et les oligarques qui se sont emparés du pouvoir et des esprits et ont imposé le soi-disant "modèle libéral" de développement. Peu à peu, ceux qui voyaient la perversité de ce qui se passait, qui s'inquiétaient pour le pays et n'allaient pas le quitter, ont pris conscience qu'il fallait faire quelque chose pour résister à la destruction des cerveaux, qui a bien sûr été suivie par la destruction du pays. Ce qu'il fallait, c'était une idée nationale notoire. Ensuite, nous, les représentants des moyennes entreprises, ce qu'on appelle, avons eu le culot de prendre un risque et d'essayer de faire quelque chose dans ce sens.

 

À cette époque, un magazine patriotique "Entrepreneur russe" était publié à Moscou. Oleg Kostin était son éditeur et rédacteur en chef Leonid Makarov.  Un jour, ils sont venus visiter l'Oural, et nous nous sommes, comme on dit, trouvés - nous avions une compréhension commune de la situation et, après avoir discuté et rêvé, nous avons décidé de prendre un risque, d'essayer de formuler et de présenter à la société la soi-disant "idée nationale". La première étape s'est avérée de mauvaise qualité. Plus tard, Oleg Vinogradov est apparu dans l'équipe à la place du retraité L. Makarov. Lors de la deuxième tentative, nous avons réussi à créer un groupe de travail de professionnels.  L'équipe du magazine a été prise comme base, en outre, des spécialistes et experts russes de premier plan ont été invités. Les rédacteurs en chef étaient V.Averyanov et A.Kobyakov. C'est ainsi que la "Doctrine russe" a vu le jour.

 

La présentation a eu lieu en Grèce en 2005. Le premier exemplaire, d'ailleurs, a été imprimé dans l'imprimerie du diocèse d'Ekaterinbourg. La Doctrine a été bien accueillie. L'administration du Président a reçu le document ainsi que l'icône de la Vierge Marie "Le salut de la noyade". C'est une coïncidence mystique : "Doctrine russe" et l'icône "Le salut de la noyade".  En 2006, ses matériaux ont été utilisés dans le discours fatidique du Président devant l'Assemblée fédérale.

 

La tâche de la "Doctrine russe" était, avant tout, de changer le discours sur la vision du monde de libéral à patriotique. Des propositions ont été faites dans la doctrine, tant pour l'économie et l'éducation que pour l'administration de l'État. La section internationale correspondait au célèbre "discours de Munich" du président.

 

En même temps, il était entendu que le document appelé "Doctrine russe" et basé sur l'orthodoxie ne serait pas le dernier, car il ne pouvait, pour des raisons évidentes, convenir à tout le monde en Russie. C'est pourquoi en 2008 est apparue l'idée du concept "Russie - Arche de Noé", qui, à mon avis, peut convenir à toutes les nationalités, confessions, communautés idéologiques - libéraux, "rouges", "blancs" et autres.

 

Une nouvelle idéologie pour la Russie

 

Quelle est l'essence du concept "Russie - Arche de Noé" (RAN) ?

 

En bref : la préservation de la vie sauvage ici en Russie, ainsi que tout le meilleur que l'humanité a développé au cours de son histoire, qui est important et précieux pour la vie des gens, indépendamment de leur nationalité, leur affiliation religieuse ou leur conviction idéologique. Ce concept, en théorie, peut unir les gens au sein d'un pays et montrer "à l'étranger" que nous sommes, dans une bonne mesure, "différents". Outre des ressources naturelles et un territoire gigantesques, la Russie peut offrir, y compris à ses voisins, une idée entièrement nouvelle d'une société où les défis mondiaux sont élevés au rang de géopolitique et neutralisés. Idéalement, la planète Terre entière devrait être "l'Arche de Noé". Dieu l'a créé et l'homme dans ce but. Si ce n'est la Terre entière, alors, à l'exception de la Russie, de la Chine ou de l'Inde, ou de l'Amérique, ou de l'Europe, pourraient construire leur Arche.  Mais c'est leur libre choix - nous devons commencer ce travail, quelle que soit leur décision. Peut-être notre exemple serait-il contagieux pour d'autres ? Peut-être que quelqu'un - d'autres pays, peuples ou individus - décidera de le faire avec la Russie ?

 

Comment est né le concept de "Russie - Arche de Noé" ?

 

Toute idéologie se présente comme une proposition pour résoudre les problèmes auxquels la société est confrontée. Il y a des problèmes de liberté - la réponse est l'idéologie libérale. Il y a un problème de justice sociale - une idéologie communiste émerge, etc. Chaque idéologie donne des réponses à certaines questions. Nous partons des principaux défis qui existent aujourd'hui pour la Russie et pour le monde entier, et nous proposons de chercher des moyens de les résoudre.

 

 

Quels défis sont mis en évidence dans le concept "Russie - Arche de Noé".

 

ÉCOLOGIE

 

 

Le premier problème (mais pas en termes d'importance) est la conservation de la nature. L'espace de l'information déborde d'informations selon lesquelles dans le monde, la qualité de l'eau, du sol, de l'air se détériore de plus en plus chaque année, le climat subit des changements globaux, les inondations, les tremblements de terre, les ouragans sont de plus en plus fréquents. De nombreuses espèces d'animaux et de forêts disparaissent, et leur place est prise par des décharges sans fin de déchets humains. Si l'on ne met pas un terme à cette situation, on peut compter sur le fait que la vie sur Terre deviendra impossible. Il nous semble que la décision symbolique de créer en Russie une banque de données génétiques de tous les organismes et plantes vivants sous le nom de projet "Arche de Noé" (http://depository.msu.ru/), confirme une fois de plus l'urgence du problème évoqué.

 

Il serait opportun de commencer à appeler la protection de la nature comme une orientation fondamentale l'année prochaine, en la déclarant Année de l'écologie avec toutes les conséquences qui en découlent. Et comme première étape pratique - pour faire un nouveau profil de l'usine de pâte et papier du Baïkal.

 

Le deuxième défi est de préserver la personnalité, qui est une conséquence directe de la destruction de la famille, du mariage, de l'éthique, de la morale et des traditions. Cette destruction a lieu, entre autres, par l'introduction de diverses technologies au niveau de l'État, comme le droit des mineurs ou l'euthanasie, la légalisation de la sodomie. La propagande de la violence, de la débauche et du satanisme est très répandue. Même en Russie, l'idéologie du "consommateur éduqué", qui est étrangère à notre société, est littéralement imposée aux enfants. Un nombre colossal de problèmes moraux aigus qui ne nous étaient même pas venus à l'esprit auparavant se répandent maintenant à grande échelle. Aujourd'hui, il est parfois tout simplement impossible pour les parents d'expliquer à leur enfant ce qui est bon et ce qui est mauvais. Les critères sont mélangés, le système de valeurs est détruit. L'anarchie se déroule sous nos yeux, ce qui est censé être la norme - il y a littéralement la destruction de l'homme de l'intérieur.

 

Ayant accepté l'idéologie du RAN, la Russie devrait souligner (être fière) que toutes nos valeurs occidentales et les leurs ne coïncident pas. Nous devrions nous inquiéter du fait que dans leur pays, les mariages homosexuels sont légalisés, les croix interdites, Noël remplacé par Halloween. Nous devrions être désolés qu'ils aiment ce que fait Pussy Wright, mais pour nous, ce n'est pas conceptuellement ( !) acceptable. Nous sommes un peu différents. Elle trouvera un écho auprès de nombreuses personnes dans d'autres pays. Cela leur donnera de l'espoir et fera d'eux nos alliés.

 

Quel genre de but doit avoir une personne dans une telle société ? Aujourd'hui, la majorité de la population vit pour gagner de l'argent. Nous pensons que d'autres objectifs devraient être acceptés : la famille, la création, l'écologie de l'homme, la nature, la société, le salut de l'âme pour les croyants. Il faut aspirer à ce que la pyramide des sens mise sens dessus dessous aujourd'hui se soit élevée à partir du sommet sur la base : vivre non pas pour gagner de l'argent pour une campagne du dimanche dans un centre commercial, mais travailler pour vivre comme la personne créée par le plan de Dieu, son image et sa ressemblance.

 

IDEOLOGIE

 

 

Nous devons préserver tout ce que les idéologies mondiales de base ont développé de meilleur dans leur histoire - monarchique (dont je suis un partisan), communiste et libérale. Mais pour préserver, avec une petite réserve, non pas toutes les idéologies dans leur intégralité, c'est-à-dire non pas des complexes idéologiques holistiques, mais seulement ce qui a été accumulé en elles et qui est manifestement utile à l'individu et à la société.

 

Le premier - "l'impérial orthodoxe" - affirme que jusqu'en 1917, nous avions tout : le tsar, l'orthodoxie, le pouvoir, l'autorité, le développement et la prospérité matérielle. Le second - "l'impérial soviétique" - affirme les avantages du système socialiste. Le troisième - "libéral" - déclare que le marché, la liberté d'expression, le capital et le mondialisme sont les principaux moteurs du développement. Il y a des avantages et des inconvénients évidents dans chacun d'eux. Les représentants de chacun d'eux, défendant leurs positions, ne parlent que de leurs avantages. Ils ne voient que les inconvénients de l'autre. Ces trois idéologies tirent la Russie comme un cygne, un cancer et un brochet, et la tireront sans fin. Les litiges sont également sans fin.

 

Nous devons plutôt essayer d'unir les positions. Comment faire ? Pour enregistrer les points des adversaires qui sont manifestement bons. Par exemple, les "Empereurs orthodoxes" admettent que sous les "Soviétiques", il y avait une bonne éducation universelle gratuite et une médecine gratuite, une planification économique, une élite orientée vers l'État, etc. Ils appellent les réalisations évidentes qui existent dans le système capitaliste libéral. Demandons maintenant aux "libéraux" : "Qu'est-ce qui était bon en URSS et pendant la période tsariste ? Les experts impartiaux représentant l'"empire soviétique" devront également citer les avantages de leurs adversaires. Ainsi, nous obtiendrons des positions qui conviennent à toutes les parties. En termes mathématiques, nous formerons l'intersection de plusieurs ensembles, et cet ensemble conviendra au représentant de chaque idéologie. Il faut faire de même pour les moins : aucune des positions résumées ne doit entrer dans le jeu final. Sur le plan méthodologique, nous nous éloignons de l'hystérie et des accusations mutuelles et commençons à gaspiller de l'énergie pour la création.

 

Dans le même temps, les positions ne doivent pas seulement être appelées, mais aussi déchiffrées : ainsi, la réponse à la question "Comment a-t-on obtenu une bonne éducation à l'époque soviétique" doit se fonder sur les méthodologies existantes, qui n'ont pas besoin d'être inventées. En nommant quelque chose d'utile qui a été mis en œuvre dans l'une des périodes de notre histoire, nous appelons aussi la méthodologie de mise en œuvre.

 

CULTURE

 

La culture, aussi étrange qu'elle puisse paraître, doit également être sauvée ou du moins ses meilleurs spécimens préservés. Le XXe siècle a montré en toute clarté que la culture peut être non seulement un moyen d'humaniser l'histoire, mais aussi une façon de la démystifier. Après tout, la nature symbolique de la culture a toujours été et est pour l'homme une sorte de sens et de référence de la vie. En outre, la maîtrise de la culture monétaire par une personne est aussi une façon d'adapter l'homme à la société, qui sous l'influence de la culture peut acquérir des propriétés à la fois productives et cumulatives, en exploitant. Pour une personne, la culture est une véritable déchirure avec laquelle elle apprend à être ou à exister dans ce monde.

 

L'État qui forme la nation russe est constitué par les Russes, qui représentent plus de 80 % de la population. Par conséquent, la langue russe, la culture russe, l'orthodoxie sont naturellement l'État formant le code culturel. En même temps, les langues, la culture des traditions et la religion de tous les peuples indigènes - les voisins millénaires de l'ethnie russe - exigent un traitement, une préservation et un développement attentifs et respectueux.

 

Par "Russe", nous entendons non seulement une nationalité spécifique, mais aussi tous ceux qui aiment la Russie comme leur Mère Patrie, qui reconnaissent ses valeurs spirituelles et morales. Le mot "russe" est un nom adjectif et signifie avant tout ceux qui acceptent les valeurs du monde russe.

 

Cependant, la Russie, dont l'un des groupes ethniques représente 80 % de la population (en Russie, ce sont des Russes), est le seul pays au monde qui, malgré cela, est considéré comme multinational. Là où d'autres peuples, comme les Bouriates, les Tatars ou les Tchétchènes, vivent de manière compacte sur le territoire de la Fédération de Russie, ces régions sont considérées comme mono-ethniques même si plus de la moitié des Russes y vivent. Des républiques nationales avec des accents nationaux correspondants ont été établies dans ces territoires (ce qui est certainement tout à fait juste et nécessaire). Les mêmes régions de la Fédération de Russie, où les Russes représentent même 99%, sont considérées comme multinationales et multiconfessionnelles sur le plan juridique, politique et moral. Étonnamment, il est évident pour tout le monde que les Tatars, les Bashkirs, les Ingouches, etc. vivent en Russie, mais les Russes ont disparu - les "Russes" sont apparus à la place. Ayant supprimé la colonne "nationalité" de leur passeport, cette disposition a déjà été juridiquement consolidée. Vous serez d'accord, mais quelque chose ne va pas ici.

 

Peut-être devrait-il y avoir une région dans la Fédération de Russie où, politiquement, moralement et juridiquement, les questions de préservation et de développement des valeurs de la nation russe seront les principales pour les agences gouvernementales locales (ainsi que les questions socio-économiques communes à tout le territoire de la Fédération de Russie) ? En même temps, il est nécessaire de soutenir ouvertement, sincèrement et proportionnellement le développement d'autres nationalités, cultures et confessions de la Russie au niveau national.

 

Une telle région pourrait devenir, par exemple, la région de Leningrad et Saint-Pétersbourg, après qu'on leur ait donné un statut supplémentaire de kraï russe.

 

À l'instar des autres entités nationales de la Fédération de Russie, la plupart des dirigeants du kraï russe pourraient être représentés par des citoyens russes qui professent la foi orthodoxe, ou du moins qui suivent la tradition orthodoxe. Les fondements de la culture orthodoxe sont obligatoires dans les jardins d'enfants, les écoles et les établissements d'enseignement supérieur. Les sujets humanitaires dans les écoles devraient être basés à 90 % sur les principes culturels russes. L'Université russe, les départements russes de l'Académie des sciences et de l'Union des écrivains, le Théâtre russe, etc. pourraient apparaître à Saint-Pétersbourg, non seulement de nom, mais aussi de fait.

 

Au sens figuré, la tâche d'une telle région pourrait être de recréer en 5-10 ans et à saturation de peinture brillante (russe) une des couleurs fortement délavées, bien que principale, de l'arc-en-ciel russe tout entier.

 

RELIGION

 

 

Dans le domaine de la religion, le concept prévoit la nécessité de préserver les principales religions traditionnelles du monde - le christianisme, l'islam, le bouddhisme, le judaïsme. Qu'est-ce qui semble être préservé ici ? Mais prenons le christianisme. Que se passe-t-il même dans son rempart - l'Europe ? Seules les différentes sectes sont plus de 200. Dans les églises, les pédérastes sont ouvertement couronnés, dans la société, au nom de la soi-disant "tolérance", le port de croix est interdit, même les fêtes comme Noël sont annulées, et à la place, pratiquement au niveau de l'État, il y a une "fête de tous les saints" Halloween, où les sorcières, les diables et autres malfaiteurs sont considérés comme des saints, etc.

 

L'Islam traditionnel n'a pas moins de problèmes. La propagation du wahhabisme, l'utilisation des femmes comme kamikazes, et la terreur scandaleuse : couper la tête des captifs, s'emparer des maternités ou des écoles sont autant de choses que l'Islam traditionnel condamne.

 

Le bouddhisme issu du mystérieux conte de fées Shambala et du Tibet descend dans le commerce - exercices physiques primitifs des yogis, nettoyage des estomacs, arts martiaux orientaux, et tout cela sous la direction du "gourou" de Nadezhda Ivanovna ou "sansei" Ivan Petrovitch, qui se nourrit exclusivement d'"énergie solaire".

 

Il y a trois questions de base. Premièrement : comment vous sentez-vous par rapport à la Russie, pour vous la Russie est votre maison natale ou un territoire temporaire ?

 

Le second est votre attitude vis-à-vis de l'orthodoxie. Vous êtes musulmans, bouddhistes ou juifs ? S'ils disent qu'il est nécessaire d'opprimer ou de détruire les chrétiens, le dialogue ne fonctionnera pas. Quoi qu'il en soit, 80% de l'Arche est russe.

 

Troisième question : que pensez-vous des méthodes radicales de lutte contre ce que vous n'aimez pas ? Est-il normal de tuer ceux qui ne vous ressemblent pas ? Si vous vous considérez comme juste et que vous exigez de couper la tête d'un non-chrétien, alors peut-être que votre orientation de l'Islam n'est pas tout à fait celle qui nous convient. Si vous pensez qu'il est possible d'exister pacifiquement et de construire l'Arche ensemble, c'est une autre affaire.

 

En Russie, y compris dans le passé, ces questions ont été résolues assez efficacement. L'histoire nous rappelle que lorsque Nicolas II et sa famille ont été arrêtés, en fait, les seules personnes qui ont protesté étaient des bouddhistes et des musulmans. Ils l'appelaient le tsar blanc, ils étaient très respectueux. Les musulmans faisaient partie du convoi personnel de l'empereur. Et dans la Russie moderne, les dirigeants du pays parviennent à maintenir assez efficacement l'harmonie dans la sphère des relations interreligieuses.

 

 

ÉCONOMIE

 

 

Un autre défi pour l'humanité, l'un des principaux défis, est l'économie, ses objectifs et les moyens de poursuivre son développement. Et la question ici n'est pas tant celle de l'appropriation, comme le dit l'économie politique, mais celle des objectifs qu'elle se fixe. A priori, les gens pensent que la propriété privée est plus mauvaise, mais un apiculteur, une personne privée, peut produire un produit tout en restant en pleine harmonie avec la société et la nature. Et la société d'État (lire - "du peuple") peut produire du pétrole, tout en transformant la toundra ou l'océan en un désert mort. Si, pour l'économie moderne, l'objectif principal est le profit, alors le principal moyen de l'obtenir ne peut être que l'augmentation infinie de la consommation, que la Terre ne peut tout simplement pas supporter (à moins, bien sûr, que la population "excédentaire" ne soit exterminée de telle ou telle manière).

 

Ou bien il est possible de ne pas produire du tout, en gagnant de l'argent grâce à l'usure ou à la spéculation sur les changes. De l'avis même des experts occidentaux, les dérivés de swaps de crédit aux États-Unis ont porté le montant de la dette publique au-delà du seuil psychologique d'un quadrillion de dollars. C'est mille billions ! Le PIB total de tous les pays de la planète est de 66 000 milliards de dollars. Selon les estimations les plus prudentes, la dette dérivée représente 10 fois le PIB du monde entier. La plupart des économistes pensent que ce chiffre est en fait de 16 ! En bref, la dette totale générée par la spéculation est environ 10 à 16 fois plus importante que la richesse totale de la planète. Si l'humanité veut rester à l'ordre du jour, au moins en Russie, le thème de l'économie morale devrait progressivement devenir plus pertinent. L'économie ne s'oriente pas tant vers le profit à "tout prix" que vers son utilité et sa sécurité pour la personne, la société et la nature environnante. C'est ce qui ressort notamment des travaux de l'Institut d'affaires de l'Oural I.A. Ilyin "Economie spirituelle et morale". Dans nos publications, il y a quelques années, nous suggérions des choses plus simples et plus évidentes, telles que l'"impôt progressif" et la délocalisation de l'économie.

 

Comme nouveaux vecteurs, nous pouvons discuter de la proposition selon laquelle pas plus de 50 % de la population ne devrait rester dans les villes, car c'est seulement là que peuvent fonctionner les industries à forte intensité scientifique et énergétique : l'aérospatiale, la construction de machines, l'industrie militaire, ainsi que les centres culturels, scientifiques et éducatifs. Il est impossible de renoncer aux mégapoles, malgré tous leurs inconvénients pour la vie humaine, car c'est seulement dans ces villes que l'on peut créer de grands produits matériels et intellectuels.

 

Et la plupart de la population devrait être encouragée à vivre dans de petites agglomérations. Chacun devrait avoir une maison, un hectare de terrain, une école, un hôpital, une église (mosquée, datsan, synagogue). Il s'agira d'un nouveau type d'établissement, où une personne subvient à ses besoins et peut donc fonder une grande famille.

 

Mais une famille ne peut pas seulement creuser des lits, donc chacune de ces "proto-cités" devrait avoir une production respectueuse de l'environnement. (Par exemple, deux postes sont garantis pour tous les habitants de la Terre. Il s'agit d'aliments sans OGM, qui aux États-Unis et en Europe sont beaucoup plus chers que les aliments "génétiquement modifiés", et d'eau potable propre).

 

Les questions de logement, d'emploi, de démographie, de sécurité alimentaire, etc. seront résolues automatiquement. Église, école et cours fortes - c'est un véritable village russe, et il est peut-être déjà l'un des fondements du monde russe en particulier et de la Russie dans son ensemble.

 

Il est maintenant largement connu que grâce à la distribution de produits OGM, les membres du "gouvernement mondial" non seulement gagnent de l'argent, mais aussi réduisent la population "superflue" de la planète. C'est pourquoi il faudrait fixer par voie législative que sur le territoire du pays, les produits OGM sont interdits et que tout ce qui est fabriqué en Russie est pur et inoffensif à 100 %. Alors non seulement nous sauverons notre population de l'extinction, mais le monde entier saura que si un légume ou une viande est importé de Russie, c'est un produit pur, vous ne pouvez pas le vérifier. Aujourd'hui, cela se fait dans certains pays, mais à une échelle très limitée et uniquement pour "l'élite". Et nous sommes capables de le faire pour la majorité.

 

Il est logique de réfléchir à l'opportunité d'interdire à l'avenir les intérêts bancaires en Russie - c'est ainsi que fonctionnent aujourd'hui nombre des principales banques musulmanes, qui se sont révélées les plus résistantes pendant la crise. Sinon, nous assisterons à la disparition progressive des petites et moyennes entreprises et à une situation où les travailleurs du secteur du pétrole et du gaz et les métallurgistes (au détriment de leur fonds de roulement "libre") seront engagés dans la médecine, l'agriculture et le commerce. Tout le monde.

 

*****

 

Dieu nous a donné de grands trésors naturels. Mais que ressentons-nous à leur sujet ? Souvent, non pas avec respect et gratitude, mais comme une évidence, un bien sans fin qui peut être dépensé sans penser aux conséquences. Par exemple, nous sommes fiers de dire que notre pays produit beaucoup de pétrole et de gaz. Mais pourquoi les produire ? Vendre à l'Occident et créer toutes sortes de "coussins" qui fondent aussi vite qu'ils s'accumulent pour "surenchérir" ceux qui "s'assoient sur la pipe" ? Ou bien les exploitons-nous pour recréer notre industrie, notre éducation, notre science, pour renforcer notre défense, pour soulever le village ?

 

On parle souvent de nous comme de réussites, de taux de construction sans précédent. Mais voyons combien de bibliothèques, de centres culturels, de salles d'exposition, d'universités et d'écoles nous avons construits, et combien de centres commerciaux et de divertissement, de "places" diverses. Il semble que notre peuple n'ait besoin que de courses et de divertissements sans fin : "Acheter, se reposer" devient le slogan principal du dimanche pour de plus en plus de citoyens russes.

 

La Russie est aujourd'hui la principale force juste et raisonnable prête à respecter les intérêts de tout État et de toute nation, et non désireuse de vivre dans un monde unipolaire. Aujourd'hui, la Russie est le pays le plus riche en ressources naturelles, dont dépend largement l'économie mondiale. Nous avons une occasion unique de montrer au monde le seul moyen de sortir de cette crise difficile. Cette voie consiste à repenser les lignes directrices de l'économie et de la politique, à abandonner l'égoïsme des cavernes, à revenir aux valeurs éternelles de la famille, de la patrie et de la foi. Ce n'est qu'alors que nous pourrons devenir une véritable nouvelle arche de Noé de l'humanité en perdition.

 

Souverains, hommes.

 

 

En général, le problème du pouvoir et de son porteur est certainement l'un des plus importants. Selon la Constitution, elle appartient au "peuple". Mais dans la vie - la soi-disant "élite" : avant la révolution - l'aristocratie, à l'époque - la nomenclature des partis, aujourd'hui - les fonctionnaires et les oligarques. A l'aube de l'histoire de l'humanité, le peuple était "l'élite" qui engageait des "bogatyres" ou des "samouraïs" pour protéger les colonies, payait des "artistes errants" pour se divertir, etc. Il y avait une véritable "élite du peuple" et il y avait de véritables "serviteurs du peuple". Pour des raisons compréhensibles, le pouvoir est passé progressivement aux "serviteurs", et ce, probablement pour toujours. L'abus de pouvoir (privilèges) par les "serviteurs" par rapport au peuple conduit de ce fait à des "révoltes populaires" et à des révolutions : 1917 - "A bas l'autocratie ! Le pouvoir au peuple", 1997 - "A bas la liste du parti ! Donnez la démocratie !" Et aujourd'hui, si les "serviteurs du peuple" et l'"élite" moderne sont à nouveau penchés sur un bâton pour plaire à leurs proches, nous pouvons assister à une répétition des événements "révolutionnaires". Disons, 2017 - "A bas la corruption et les oligarques !" Pourquoi pas, si la société continue d'évoluer dans cette direction ?

 

La Russie est en avance sur les États-Unis, l'Allemagne et même la Chine en termes d'inégalité sociale. Et cette inégalité ne fait que s'accentuer : de moins en moins de citoyens russes ont un pourcentage croissant de la richesse nationale (alors que la Russie n'est pas le pays le plus prospère). Au mécontentement et à la perplexité populaires s'ajoutent la proportion (non favorable à la nation formant l'État) de la composition nationale de la liste russe de Forbes, ainsi que le souvenir de la manière dont la richesse nationale est arrivée à la majorité de ces personnes. L'histoire a déjà montré où cela peut mener. Bien que, malheureusement, "l'histoire enseigne seulement qu'elle n'enseigne rien".

 

Et puis il y a la croissance exorbitante des fonctionnaires, qui, en gonflant, commence à détruire les vivants. Médecins et enseignants, chaque "hamster-chinusha" se noie dans les rapports. Le fonctionnaire devient le principal ennemi du médecin ou du professeur, qui traite ou enseigne directement. Demandez à un enseignant ou à un médecin, quel est le pire rêve ? Rapports. Ils ne se soucient pas de l'élève ou du patient, ils écrivent des mantras qui n'ont rien à voir avec l'éducation, l'illumination ou le traitement, mais avec l'air dont ont besoin les ministères et départements supérieurs. Une tumeur cancéreuse dévore les cellules vivantes de son propre corps.

 

Souvent, un fonctionnaire riche est quelqu'un qui ne remplit pas ses fonctions. C'est le pauvre qui fait. Le principal problème de la corruption bureaucratique ne réside pas dans l'économie ou même dans le fait que le budget est volé, mais dans le fait que l'organisme concerné ne remplit pas bien ses fonctions. La tumeur se propage à l'administration de l'État, aux forces de l'ordre, à la médecine, à l'éducation - à tout. Si nous acceptons que l'appareil d'État soit amené à l'état de cancer, nous devrons accepter qu'il soit traité uniquement de manière opératoire. Il est nécessaire de consacrer une norme juridique du nombre de fonctionnaires. Au-dessus, par exemple, d'un certain pourcentage de la population du pays, il ne devrait, par définition, y avoir aucun fonctionnaire. Et cela devrait être inscrit dans la Constitution. Et là, il faut réfléchir à la manière d'encourager ou de punir. Mais lorsque la norme relative au nombre de fonctionnaires se chevauche plusieurs fois, il n'y a aucun moyen de surmonter l'incontrôlabilité et la corruption. Si la Russie "marchande" compte plus de fonctionnaires en pourcentage que l'URSS "bureaucratique", l'État n'a aucune chance.

 

Pour commencer, l'appareil d'État doit être réduit non pas symboliquement, mais par plusieurs fois, par exemple. Cela permettra de réduire la corruption et d'améliorer la gestion d'un point de vue purement physique. On dit qu'il y avait 150 000 fonctionnaires dans l'empire tsariste, et maintenant il y en a un million et demi, sans compter tous les autres "sous la fonction publique". Et puis il n'y avait pas d'ordinateurs, de téléphones portables, d'avions, mais l'empire se développait assez efficacement. Le nombre de fonctionnaires a également augmenté par rapport à l'Union, bien que pendant l'époque soviétique, il y ait eu une véritable administration d'État, pour ainsi dire un "système bureaucratique". Et maintenant, il semble que ce soit un marché. Le nombre de fonctionnaires aurait dû être inférieur d'un ordre de grandeur, mais c'est l'inverse qui s'est produit.

 

Auparavant, la "dent de la sagesse" (l'ancien bâtiment de l'Obkom du Parti de la région de Sverdlovsk) abritait toutes les autorités. Et à l'époque du marché à Ekaterinbourg, des quartiers séparés de l'administration du gouverneur et de la moitié du bureau de représentation sont apparus. Pour les députés, au plus fort de la crise, un palais luxueux a été jeté. Dans le même temps, tous les anciens locaux étaient encore remplis de "serviteurs du peuple".

 

Cependant, pour dire que la contrôlabilité s'est améliorée, le langage n'est pas tourné. Rappelez-vous comment le président Vladimir Poutine s'est rendu en avion dans des régions frappées par des catastrophes naturelles ou dans des régions où une crise sociale se préparait et, en fait, il "faisait main basse sur la situation" : l'administration présidentielle, le gouvernement, les ministères, les bureaux semi-présidentiels, les services d'inspection fédéraux, les gouverneurs et les gouvernements régionaux, les administrations municipales et de district, la Douma d'État, régionale et municipale, des dizaines d'organes de contrôle - tout cela, en montant dans un avion, le président a dû "sauter par-dessus" pour résoudre le problème rapidement et efficacement.

 

Et encore une chose. Dans l'ensemble, tout semble être arrangé correctement : le président devrait l'être, le gouvernement devrait l'être, les partis. Une autre chose est que, à mon avis, les partis devraient être établis par la naissance. Il y a quelque chose qui va dans ce sens - par exemple, il y a un parti d'entrepreneurs, un parti de retraités, etc. Mais le parti des retraités peut ne pas avoir un seul retraité, et les entrepreneurs de la région peuvent être représentés par, par exemple, un vétéran des forces spéciales. Lors de la formation des organes représentatifs sur un principe de classe, il ne devrait pas y avoir d'élections, dans leur conception actuelle, avec des éloges personnels, des RP noires, des débats de spectacle sans obligations et sans frontières morales et des milliards de dépenses sur l'ensemble du pays. Les représentants délégués (non élus) de tous les domaines de la société russe : médecins, enseignants, militaires, agriculteurs, scientifiques, entreprises (petites, moyennes, grandes), etc. devraient travailler à la Douma d'État. Ces derniers, à leur tour, sont nommés à la Douma d'État à partir des domaines respectifs de chaque région, et à la Douma d'oblast à partir de chaque municipalité. Les médecins proposent des médecins, des enseignants - enseignants, des agriculteurs - agriculteurs, etc. Ils pourront également identifier les plus méritants de leur propre environnement, donner des ordres de manière professionnelle, les demander et rappeler à tout moment ceux qui n'ont pas justifié leur confiance.  Ce qui se passe maintenant, nous le savons et le voyons tous très bien. Il n'est pas surprenant que d'une élection à l'autre (à l'exception de l'élection présidentielle), l'intérêt et la confiance de l'"électorat" dans ces événements, et dans les "députés du peuple" eux-mêmes, ne cessent de décliner. Les décisions prises dans la colonne "contre tous" et le seuil de participation en sont la preuve.

 

L'élection présidentielle est une autre affaire. Lors de ces élections, il faut résoudre les questions globales de la direction du développement de l'État - que veulent de plus les citoyens : "communisme" ou "capitalisme" ; "isolement national" ou "valeurs globales" ; "égalisation socialiste" ou "lois du loup" du marché ? Mais déjà après avoir défini ce que veut la majorité, le chef correspondant, qui porte la responsabilité personnelle des résultats de son pouvoir, devrait avoir suffisamment de pouvoir pour cela. Sa verticale doit être absolue : le président nomme les gouverneurs, ces maires. Sinon, l'élection des mêmes gouverneurs de gouvernorat était une plaisanterie : ils choisiront un satiriste populaire, ou dans une région particulière, au milieu de la Russie "capitaliste", ils reviendront à la construction du communisme. La situation concernant l'élection des maires est toujours aussi ridicule : le gouverneur semble être responsable de la région, qui se compose de municipalités dont les chefs élus "obéissent" (prétendument) au peuple, et non au chef de la région. Rappelez-vous comment, pendant la période d'idiotie libérale des années 90, les usines sont arrivées à l'élection des directeurs et des chefs d'atelier. Après cela, toutes ces entreprises ont commencé à s'effondrer à l'amiable et ont dû "empiéter" d'urgence sur les droits des travailleurs.

 

Le peuple est inspiré par le fait que plus il y a de démocratie, plus il y a d'argent, plus l'État et la société sont riches. À mon avis, en réalité, c'est le contraire : la démocratie n'est qu'un "champignon contagieux" sur le front du "veau d'or".  Tant qu'il y a de l'argent, nous pouvons parler de la démocratie et de sa "valeur durable". Mais dès qu'il devient dangereusement petit, pour une raison quelconque, les mêmes "piliers" de la démocratie (Roosevelt à l'époque de la "grande dépression" aux États-Unis) deviennent les dictateurs les plus courants, ce qui confirme mon idée des conséquences et des causes. En se rappelant les sources de richesse des "démocraties occidentales", pour une raison quelconque, le travail d'esclave gratuit de millions de Noirs aux États-Unis et le pillage des colonies dans le passé, et maintenant - la richesse pétrolière de l'Irak et de la Libye me vient à l'esprit. Et aussi - la bulle financière en dollars de la Réserve fédérale américaine, la destruction des concurrents industriels dans les pays de l'ancien bloc soviétique, etc, etc, et non la "liberté d'expression", les "droits de l'homme" et autres appâts idéologiques pour les naïfs. Alors, quel est le résultat du passé : la richesse ou la démocratie ? Et quelle en est la conséquence, et quelle en est la raison ? À mon avis, la mauvaise réponse à cette question est l'une des principales raisons de la plupart de nos problèmes au cours du siècle dernier.

 

*****

 

Nous ne devons pas courir après l'Occident, mais regarder autour de nous et réfléchir. Nous ne sommes peut-être pas les plus intelligents ou les plus inhabituels, nous avons juste notre propre mentalité et nous sommes les plus grands. Si nous, les grands, nous nous tenons à la queue d'une petite Europe et que nous reniflons là-bas, nous ne pouvons rien faire. Notre tricolore est mis en pièces, qui va où, et le drapeau doit être assemblé. Nous avons besoin d'une proposition qui ferait un "cygne, cancer, brochet". Nous ne pouvons pas tous nous unir, en n'offrant que la lutte pour la démocratie et les droits de l'homme, car pour la majorité d'entre nous, ce ne sont pas les principales valeurs de la vie. Pour la Russie, "Justice" est beaucoup plus clair.

 

On attend de Poutine un concept unificateur. Tout le monde peut aider le président dans ce domaine. L'idée proposée n'est pas incontestable, mais il devrait y avoir au moins une sorte de discussion pour commencer !

 

 

 

2008 - 2010.

 

г. Ekaterinbourg

 

© "Russie - Arche de Noé"

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Sergey Pisarev: Le concept &quot;Russie - Arche de Noé&quot;. Une nouvelle idéologie pour la Russie

Sergey Pisarev, président de la Fondation "Entrepreneur russe" ; expert permanent de l'Agence d'information de l'Oural ITAR-TASS, magazine "Régions de Russie : priorités nationales" ; membre du conseil public de la revue scientifique RISI "Problèmes de stratégie nationale" ; coprésident de la branche d'Ekaterinbourg du Conseil mondial du peuple russe (CMPR) de 2008 à 2012 ; professeur honoraire de l'Institut du commerce et du management de l'Oural ; membre du conseil de coordination de l'ONG "Conseil russe des parents".

Lire la suite

Entretien avec l'économiste russe Mikhail Delyagin (Club d'Izborsk, 13 octobre 2020)

14 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie, #Société, #Opération Coronavirus

Entretien avec l'économiste russe Mikhail Delyagin (Club d'Izborsk, 13 octobre 2020)

 

13 octobre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20010

 

 

М. Delyagin :

 

- Bonjour ! Vous voyez quel endroit béni est Sotchi ? Là, même les araignées de sept centimètres sont utiles dans le ménage ! Et à propos de Peter, il y a une campagne pour nettoyer le ciel de Saint-Pétersbourg des fils, au moins au centre, c'est l'expérience de Moscou, ce que Sobyanine a fait. Et c'est l'une de ces actions, pour laquelle la mairie de Moscou vous remercie beaucoup. C'est utile et juste.

 

Quelques autres événements qui ont eu lieu à Moscou. J'ai mené ma propre enquête. Au tout début du coronavirus, le 20 mars, il y a eu un malentendu avec le monument au maréchal Joukov. Le monument a disparu. A sa place, il y avait un autre monument, puis, debout pendant une journée, il a disparu, un vieux monument est apparu. Et on a dit qu'il s'agissait d'une sorte de reconstruction. J'étais un peu perplexe et j'ai essayé pendant longtemps de trouver ce que c'était. Les gens qui ont vu le nouveau monument ont dit que celui-ci était meilleur.

 

Il s'est avéré que ce n'était pas un accident. Cela faisait partie d'une longue et tragique histoire, j'espère que ce n'est pas fini. L'auteur du monument à Joukov, le sculpteur exceptionnel Fang, souhaitait vivement être à temps pour le 50e anniversaire de la Victoire, c'était la 95e année. Tout était compliqué, mauvais, il n'y avait pas d'endroit pour couler le monument. Et il était très pressé. Et il y avait un monument, dont il était terriblement mécontent. Et il a vu cela comme un temps. Et les autorités moscovites de l'époque ne s'y sont pas vraiment opposées. Mais c'est la place Manezhnaya, elle n'est pas sous la juridiction des autorités de Moscou, il y a plusieurs juridictions adjacentes, donc nous devons négocier avec tout le monde.

 

Toute sa vie, Fang a été terriblement inquiet que le monument qu'il voudrait ériger ne vaille pas la peine. Il est assez étrange. Si vous regardez ce Joukov, il n'y a aucun attribut de la Grande Guerre Patriotique, juste un commandant. Et sa main, qui est tendue vers l'avant, elle dit en quelque sorte : "Stop, stop. Et j'ai moi-même entendu une fois, il s'est avéré que ce n'est pas une seule histoire, quand les enfants demandent à leurs parents, et qui est ce monument, les parents ne peuvent pas répondre à cette question. Les Moscovites savent, et les nouveaux venus ne savent pas tout.

 

Les crocs ont fait des croquis du monument, comme il aurait dû l'être, pour montrer clairement qu'il s'agit du Maréchal de la Victoire, de plus, c'est une grande victoire du peuple soviétique. Et d'après ces croquis, après sa mort, quand la vie est devenue un peu plus facile, que l'économie s'est un peu améliorée, les enthousiastes ont fait le monument tel qu'il devait être selon le plan du sculpteur.

 

Ce monument a été soutenu par le maréchal Dmitri Yazov, la fille du maréchal de l'époque Joukov, le maréchal Sokolov - l'avant-dernier ministre de la défense de l'URSS. Ils ont signé une lettre au président Poutine disant que le monument devrait être remplacé. La Chambre publique du Président russe a voté en sa faveur. Mais la procédure d'approbation était compliquée, à un moment donné, les gens ont fait quelque chose de stupide. N'ayant pas les autorisations nécessaires ou n'en ayant pas, ils ont procédé au remplacement de ce monument, ce qui a provoqué une certaine confusion.

 

J'ai le sentiment que dans notre pays, dans notre système réglementaire, qui existe maintenant, une bonne et juste chose ne peut pas être faite par la loi. Ces histoires interminables de retraités qui ont pavé la route avec leur argent, et qui sont ensuite condamnés à une amende et obligés de détruire cette route, pour la remettre dans son état d'origine. Le monument à Esenin, qui a été érigé, a déjà été appelé "crabe", "nageoires collées", en général, c'est une moquerie de la mémoire du poète. Le Monument Soljenitsyne à Moscou est debout. Légalement, le monument au traître, à mon avis, rien ne vaut et tout est merveilleux. Et la rue a été rebaptisée. Je pense que nous aurons bientôt une rue qui portera le nom de la CIA, tout le monde sera content, changez solennellement les panneaux.

 

Et il est impossible de remplacer un monument malheureux par un monument réussi. Et le nouveau monument est différent en principe. Là, Joukov salue le seigneur de guerre comme il se doit. Et c'est, en effet, un monument au peuple victorieux en la personne du Maréchal, qui a ouvert le Défilé de la Victoire. Il y a des reliefs latéraux qui reflètent la victoire dans les épisodes détaillés et les plus vivants du défilé historique de la Victoire, son ouverture. Il y avait Joukov et Rokossovsky, les étendards d'Hitler étaient jetés aux pieds des vainqueurs. Je comprends qu'en cette 95e année, il était impossible de dessiner, d'ailleurs, d'ériger en monument les bannières d'Hitler jetées aux pieds du vainqueur - le peuple soviétique - car, tout d'abord, c'était le peuple soviétique. Et en 95, il n'y avait qu'une seule désignation pour cela : les pelles maudites. Et aussi, et dix ans plus tard, le mot "Russes" a été utilisé dans la combinaison de mots comme un fasciste russe. Même au milieu des zéros, c'était la mode dominante et non seulement les médias libéraux, mais aussi les médias tout à fait officiels.

 

Quelles sont les normes d'Hitler ? Ce sont les normes de l'Europe ! C'est une Europe unie par Hitler, qui à l'époque était léchée à un niveau tout à fait officiel.

 

Permettez-moi de vous rappeler ce qu'est la 95e année. La 95e année, j'ai utilisé la combinaison de mots "intérêts nationaux de la Russie" dans l'administration présidentielle, j'ai donc failli être viré de l'administration pour cette combinaison de mots ! Pour moi, un homme qui était le doyen de la faculté de sciences politiques de l'École supérieure d'économie et à qui même les étudiants libéraux ont écrit plus tard des protestations sur l'inutilité et la vacuité de ses cours, cet homme a essayé de me renvoyer. La Russie, comme on l'a dit alors, n'a pas d'intérêts nationaux. Et il ne peut y avoir d'intérêts nationaux séparés des intérêts de la communauté mondiale, c'est-à-dire de l'Europe elle-même. Deuxièmement, il ne peut y avoir d'"intérêts nationaux" car c'est du fascisme. Et quand j'ai dit qu'il y a tout un magazine "National Interests" en Amérique, on m'a expliqué que c'est en Amérique, ça peut l'être, mais nous ne pouvons pas.

 

Ce sont les conditions dans lesquelles ce monument a été érigé. Naturellement, il portait l'empreinte de l'époque, il a été castré conformément à l'époque d'Eltsine. Et le monument qu'on a essayé d'ériger, il reflétait une vérité historique plus complète, d'autre part, il reflétait le patriotisme, le consensus de Poutine. Oui, il a probablement été mal formulé, mais le mécanisme bureaucratique a été conçu de telle sorte que rien de correct ne pouvait être fait.

 

Et j'ai une question. Quel est le bon monument ? L'actuel monument Eltsine ou Poutine patriotique, qui reflète le consensus de Crimée. Et cela reflétait un réel patriotisme.

 

Bon, c'est parti. Ivan Kryukov écrit : "L'avenue Goebbels à Moscou apparaîtra bientôt à ce rythme ! Ivan, vous n'êtes pas exact. L'avenue Goebbels n'est pas encore à Moscou, j'espère qu'elle n'apparaîtra pas. Mais la rue Soljenitsyne est, à mon avis, suffisante, étant donné la fiabilité de ses œuvres.

 

Le conflit autour de ce monument est très important, car il y a maintenant la destruction de la conscience patriotique, la destruction de la communauté patriotique. Les libéraux sont absolument unis, les patriotes sont divisés. Si même des personnes aussi raisonnables et brillantes que l'académicien Glazyev commencent à parler en faveur de la chronologie de Fomenko, qui vole simplement notre histoire depuis 1000 ans, qui contredit les données archéologiques réelles, les données de bylin et tout le reste, les données des découvertes, eh bien, c'est la défaite finale du mouvement patriotique. La guerre civile dans les têtes s'est terminée par la défaite de la Russie, notre défaite commune. Les patriotes, ils ne sont pas dans la conscience du public, quelqu'un est mort dans le Donbass, quelqu'un est devenu fou, quelqu'un est assis comme Platochkine. Et les libéraux sont unis et consolidés. Et ils dirigent le bal, ils font la fête. Et cela se voit dans tout, y compris dans la politique des monuments de notre pays.

 

Et que se passe-t-il lors du prochain cycle de « coronabesia ». Les parents d'une des écoles, je ne citerai pas la ville, ont adressé à l'administration de l'école la lettre suivante : "En rapport avec le fait que les enfants sont maintenant engagés à la maison, nous demandons à l'administration de l'école de donner de l'argent pour réparer l'appartement, acheter des rideaux et des détergents. L'argent donné en plus pour les cahiers est le bienvenu". Pour une raison quelconque, l'administration de l'école ne l'a pas accepté. Et a menacé de la considérer comme une extorsion.

 

Nous avons un appel de Vladislav de Moscou.

 

Vladislav :

 

- Bonjour ! Quel est le statut de nos trois pipe-lines annoncés ? Comment se passe l'approvisionnement en gaz ? Surtout en ce qui concerne le "Turkish Stream" et les "Forces de Sibérie".

 

Et quelle est la rentabilité de nos approvisionnements en pétrole et en gaz ? Sur le marché extérieur et intérieur.

 

М. Delyagin :

 

- Pour l'instant, je ne peux pas vous donner un aperçu de ce chiffre, mais je pense que Gazprom a enregistré une perte au début de l'année. Aujourd'hui, elle a déjà renoué avec le profit, mais c'était extrêmement douloureux. Par conséquent, la rentabilité des exportations n'est probablement pas très élevée. Et il a été rapporté que Gazprom a exporté du gaz au début de l'année à perte pour lui-même. Mais c'est une question de qualité de la gestion de Gazprom. Il en va de même pour le Turkish Stream. Avec le "Blue Stream", les Turcs, en gros, nous ont cyniquement trompés au milieu des années 90, lorsqu'ils nous ont promis un volume de fournitures, puis l'ont abandonné, en nous jetant les mains sur les prix. Et cela n'est pas devenu une leçon pour Gazprom.

 

Quant à la puissance de la Sibérie, il y a peu de rentabilité là-bas, mais je pense que toutes les données la concernant sont closes. Et la situation y est très simple. Si nous comptons l'exportation de gaz brut, ce n'est pas rentable pour nous, mais surtout, nous construisons un énorme complexe gazier et chimique à la frontière. Et avec ce complexe en tête, c'est super rentable pour nous. C'est la même situation qu'avec le Qatar. Il fournit son gaz à l'Europe avec un profit minime, le gaz naturel liquéfié, mais il tire l'essentiel de ses revenus de la chimie du gaz, de la purification de ce gaz, car les impuretés qui nuisent à la combustion du gaz sont des matières premières extrêmement précieuses pour la chimie du gaz, et le Qatar en tire des revenus.

 

"Nord Stream 2" - cela ne fonctionne pas si vous voulez dire le troisième canal. Et le Nord Stream-1 fonctionne, mais la charge y a été portée à 90 %, puis elle a été réduite à 30 %, et tout va mal.

 

La rentabilité est externe et interne. Quant au pétrole, la rentabilité externe est d'un ordre de grandeur plus élevé, car par les efforts du gouvernement russe, toutes les raffineries sont devenues non rentables à la suite de la 18e mesure fiscale. Aujourd'hui, ils sont en fait subventionnés. Un mécanisme fou, que l'on appelle, je crois, le droit d'accise inversé ou quelque chose comme ça. Mais le raffinage du pétrole n'est pas rentable et a tout fait pour que la précieuse matière première - le pétrole - n'aille pas en Russie, mais dans des pays à la mode, pour lesquels les libéraux russes travaillent apparemment.

 

Je ne sais pas pour le gaz, mais à l'intérieur du pays, je pense que la rentabilité de Gazprom sera plus élevée que sur les marchés étrangers, d'autant plus que les prix ne fluctuent pas autant que sur les marchés étrangers, mais qu'ils ne font qu'augmenter. Mais le problème ici, c'est qu'à l'intérieur du pays, l'argent que Gazprom reçoit de nous est contrôlé et transparent. Et l'argent que Gazprom reçoit pour l'exportation, c'est comme s'il allait sur ses comptes à l'étranger. Et il y a là diverses nuances.

 

Nous avons un appel d'Anton de Khabarovsk.

 

C'est Anton :

 

-Allo ! Pourquoi, alors que notre Etat a proclamé des valeurs universelles, européennes, nous avons perdu notre armée, notre culture, notre médecine, beaucoup de choses. Quelles sont ces valeurs étranges ? Ils semblent être bons... Mais peut-être autre chose ? Ces valeurs ont-elles une origine quelconque ?

 

М. Delyagin :

 

- Historiquement, les valeurs européennes sont correctes. Ce sont l'humanisme, la souveraineté, l'indépendance. Toute la civilisation européenne en est issue, la nôtre aussi, car nous sommes une civilisation européenne, juste une civilisation d'Europe de l'Est, pas une civilisation occidentale.

 

Au cours des trois dernières décennies, je pense que les Européens ont perverti leurs valeurs pour en arriver à un déni total. Et au lieu des droits de l'homme, c'est le droit à la perversion, le droit à l'autodestruction qui est devenu le droit. Pour dire les choses crûment, l'Europe a toujours été pour la liberté. C'est juste qu'avant que nous et les Européens ne soyons ensemble pour la liberté pour ! Pour être humain. Et maintenant, les Européens ont tourné leur liberté de : d'être humain. Et nous ne sommes plus d'accord avec eux. Quand nous avons essayé de leur enlever cela, nous nous sommes détruits, c'était mal. Et maintenant, nous nous en remettons péniblement, naturellement, sous les hurlements et les aboiements des Européens et de leurs secousses russes, parce que les Européens ne sont plus les mêmes.

 

Nous avons un appel de Rostislav.

 

Rostislav :

 

- Bonsoir ! Les autorités n'ont-elles pas délibérément négligé notre santé en introduisant le code des sanctions sur les produits ? Il y avait une belle petite crème importée, maintenant ils ne la laissent pas entrer.

 

М. Delyagin :

 

- Ils n'autorisent pas le beurre ?

 

Rostilav :

 

- Les Finlandais achètent du beurre !

 

М. Delyagin :

 

- En fait, ils produisent du beurre en Russie selon leurs recettes, pas plus mal, avec tout le respect que je leur dois.

 

Rostislav :

 

- Pourquoi "Pyaterochka" est-elle inondée de bière lettone et ne laisse-t-elle pas, par exemple, du jus d'orange finlandais au même endroit ?

 

М. Delyagin :

 

- Franchement, je ne connais pas la politique de Pyatrochka, je suis catégoriquement contre la destruction des produits, ils devraient aller gratuitement aux groupes socialement non protégés. Mais les contre-sanctions sont la seule façon de parler à l'Ouest.

 

Et j'ai de bonnes nouvelles pour vous. En effet, il faut parfois faire l'éloge de notre merveilleux leadership, qui s'appelle quand on a quelque chose à y gagner. Le Premier ministre Mishustin a signé un ordre du gouvernement russe, en vertu duquel la Crimée recevra près de 5 milliards de roubles pour la création de nouvelles installations d'approvisionnement en eau, malgré les problèmes généraux du budget. Les fonds seront utilisés pour construire une prise d'eau sur la rivière Belbek, si je comprends bien, près de Sébastopol, avec des installations de traitement et d'ingénierie, ainsi que des infrastructures pour le transfert de l'eau d'une des carrières. Les unités du ministère de la défense s'occuperont de la construction. Une fois que les installations seront en service, elles seront transférées à Sébastopol. Plus de 870 millions de roubles supplémentaires - soit un montant total supérieur à 5,8 milliards - seront alloués à la révision des canalisations d'eau, au remplacement de l'équipement obsolète et au développement de puits supplémentaires. Les fonds supplémentaires permettront d'améliorer la situation de l'approvisionnement en eau en Crimée. Les fonds seront alloués à partir du fonds de réserve du gouvernement. L'argent pour ce genre de choses est traditionnellement présent. Début octobre, Mishustin a annoncé que l'argent serait alloué et il a maintenant signé un décret. Le fait est qu'en Crimée, le blocus de l'eau par l'Ukraine a créé des problèmes stratégiques. Pendant longtemps, la Crimée a eu de la chance, car il y avait toujours beaucoup d'hivers enneigés et il était difficile de se passer de cette chaîne. Mais l'hiver dernier a presque disparu, l'été a été chaud, et la pire sécheresse du siècle et demi dernier s'est produite. Le ministère de la défense a même dû mener toute une opération spéciale sur l'approvisionnement en eau de Simferopol. En Crimée a envoyé un unique notre avion domestique pour provoquer des pluies, cependant, il a été nécessaire et des travaux de génie hydraulique. Dès le moment où il est apparu clairement que la Russie est réunifiée avec la Crimée sans la Novorossiya, sans la côte nord de la mer Noire, j'ai parlé de la nécessité d'un pont électrique, de la nécessité d'un pont de transport normal et de la nécessité de créer une canalisation d'eau principale, non loin dans la mer tombe le fleuve Kuban. Les deux premiers points ont été réalisés, même si, à mon avis, ils sont en retard, et certains disent qu'ils dépensent trop d'argent, mais l'essentiel est qu'ils ont été réalisés. Et personne ne se gratte pour le troisième point. Bien qu'une puissance technique aussi grande que la Turquie, qui semble nous devancer de beaucoup, a construit il y a longtemps une conduite d'eau de la Turquie, où il n'y a pas beaucoup d'eau, vers le nord de Chypre. Regardez la carte de la distance de l'embouchure du Kouban à la Crimée et de la Turquie à la Chypre du Nord. De plus, la canalisation d'eau est telle qu'il y a aussi assez d'eau pour le sud de Chypre. Mais nos fonctionnaires le refusent, au moins grâce à Dieu que le gouvernement a commencé à réagir rapidement et, espérons-le, suffisamment, je veux y croire, sur la sécheresse actuelle. Même si, bien sûr, la situation est assez mauvaise.

 

C'est une nouvelle. Le camarade Kudrin nous a accordé une autre interview, très drôle, il y a dit beaucoup de statistiques inaudibles, ce qui n'a pas de sens particulier, étant donné la qualité de ces statistiques des plus modernes. Mais il a dit une chose absolument incroyable. Il a dit qu'il y a très longtemps, en cinquième ou sixième année, il avait déjà oublié qu'il était attaqué par une entreprise quelconque. Et cette tentative a été empêchée par les efforts des services de sécurité russes, mais aucune affaire pénale n'a été ouverte parce que cette tentative a été empêchée. C'est-à-dire que, voyez-vous, cette phrase montre le niveau de délire et le niveau d'analphabétisme juridique de Saint-Pétersbourg, et des libéraux russes en général. Parce que c'est impossible. Quelqu'un préparait une tentative d'assassinat sur le vice-premier ministre, une tentative d'assassinat a été empêchée et donc aucune affaire criminelle n'est en cours. C'est des conneries. C'est de la folie. C'est ridicule et évident. Elle donne l'impression de mensonges purs et simples. Et je suis juste impressionné par le début de la campagne présidentielle du camarade Kudrin. Je veux dire que Kudrin va être président. C'est tout.

 

Habituellement, les technologues politiques peu sensés dans de tels cas disent que pour accroître la popularité, il faut dépeindre une victime. J'ai connu un député dans les années 90 qui a fait sauter son bureau à la Douma d'État avec une grenade pour gagner en popularité - Dieu merci, il a été mis en prison, si je me souviens bien. Mais le camarade Kudrin est un comptable plus civilisé, plus doux et plus correct, et non un économiste, il s'est donc limité à se rappeler que quelque chose était autrefois quelque chose. Mais en réalité, à mon avis, il s'agit d'une formation présidentielle. Et comment traitons-nous réellement les affaires criminelles, une histoire absolument stupéfiante. Dans la région de Nijni-Novgorod, nous avons un jeune technocrate, Nikitin, qui est considéré comme l'un des meilleurs gouverneurs et qui, semble-t-il, a simplement donné le commandement "fas" aux soi-disant forces de l'ordre. Et il y avait vraiment là un journaliste qui s’auto-immolait, qui semble être complètement instable psychologiquement... Eh bien, une personne équilibrée ne peut pas appeler sa publication "Goat Press". Mais voyons les choses sous cet angle. Si une personne est dans le développement des services de police, les représentants de ces services doivent lire tous ses réseaux sociaux. C'est une obligation. Il y a un an, cette pauvre femme a écrit que je me brûlerai peut-être en signe de protestation, etc. Eh bien, si vous comprenez qu'une personne est psychologiquement déséquilibrée, vous ne devriez probablement pas organiser une recherche démonstrative au bord d'un pogrom en venant à six heures du matin. Probablement pour provoquer un suicide, en fait.

 

Et voici des nouvelles de la même région de Nijni-Novgorod. La publication Nizhny Novgorod News écrit : "La grande résonance a été causée par un reportage sur Konstantin Ivanov, un serrurier ordinaire, qui a été mis en prison pendant 12 jours pour une amende impayée de 100 roubles pour avoir perdu son passeport". Après le reportage des journalistes, le tribunal de district a révisé la décision du juge de paix et Konstantin Ivanov, qui avait déjà purgé six jours, a été libéré. Cependant, le tribunal a découvert qu'ils n'avaient aucun droit de le détenir, car le délai de paiement de l'amende n'avait pas expiré. Les policiers l'ont gardé toute la nuit au département et le matin, le juge de paix Avdeenko lui a infligé la peine la plus sévère. De plus, l'officier de police Lein, qui a rédigé le rapport, a convaincu la femme d'Ivanov qu'il était inutile de faire appel de la sentence. En conséquence, un simple serrurier de l'usine s'est retrouvé derrière les barreaux, a purgé six jours pour cent roubles, qu'il avait encore le temps de payer selon la loi. Et cela a été exprimé au tribunal du district de Sormovsky. Les journalistes ont fait appel au département de police de la région de Nijni-Novgorod en demandant si des mesures seraient prises contre les employés qui ont commis cette détention illégale, qui ont commis le crime de garder un homme innocent enfermé ... mais je ne comprends aucune réaction jusqu'à présent. Naturellement, il y a une énorme indignation dans les médias, un énorme sarcasme, les gens écrivent qu'à cause de ces juges et policiers sans cervelle et de l'attitude du peuple envers les autorités se forme. Seulement, je pense que ce ne sont pas des juges et des policiers sans cervelle, mais des juges et des policiers qui reflètent l'attitude des autorités envers les gens. Ils ne font que diffuser aux gens si quelqu'un ne comprend pas quelque chose.

 

Roman, Sergiev Posad :

 

- Bonjour, Mikhail Gennadyevich. Comme vous le savez, le secret bancaire nous est garanti par l'État. Dites-moi, s'il vous plaît, comment sera-t-elle observée à partir de 2021, lorsqu'une taxe sur les dépôts à partir d'un million de roubles sera introduite ? Et pensez-vous qu'il soit légal d'introduire une telle taxe alors que les dépôts de 1991 ne sont toujours pas indemnisés ? J'ai posé cette question la semaine dernière à Olshansky, il a dit que le riche Pinocchio devrait...

 

М. Delyagin :

 

- Il est légal d'augmenter la taxe. C'est une autre chose qu'on nous a dit que les impôts ne changeront pas. C'est une autre chose que la Russie soit le seul pays au monde à lever des impôts pendant la crise, mais l'impôt est légal, la loi est votée, et il n'y a pas de violation du secret des dépôts ici, parce que déjà toutes les informations que les banques échangent avec le fisc, et l'essentiel est de ne pas les partager. En fait, bien sûr, c'est le cas, mais il s'agit d'une violation commune à laquelle tout le monde est habitué et accepté. Si vous avez de l'argent à la banque, vous devez vous préparer à ce que tout le monde en sache.

 

Donc, pour résumer notre vote. Près de 300 personnes ont voté, ce qui pour une question aussi abstraite, à mon avis, le résultat est absolument fou, absolument colossal. 3 % sont favorables à la préservation de l'actuel monument Eltsine, où Joukov dit comme si c'était "stop, stop, calme-toi, plus de Russie". 97% étaient favorables à son remplacement par un monument qui corresponde à l'idée du sculpteur Klykov, qui reflète vraiment la grandeur de la victoire du peuple soviétique dans la Grande Guerre Patriotique et qui reflète la signification de la figure de Joukov et la valeur de celle de Rokossovsky, qui a accueilli le défilé non seulement en raison de ses qualités militaires exceptionnelles, ou plutôt, qui a commandé le défilé, mais aussi parce qu'il était avec Konev, le maréchal le plus humain de cette guerre. Il s'est vraiment beaucoup occupé des soldats et tout le monde le savait et s'en souvient encore. Il ne fait donc aucun doute que la version actuelle du monument d'Eltsine sera préservée, de mon point de vue. J'aimerais bien me tromper, mais la politique de l'État ne laisse aucun espoir, à mon avis, de changement pour le mieux.

 

C'est la nouvelle. Sur Facebook, le groupe "Moscou intéressant" rapporte qu'à Moscou, des étudiants sont menacés d'expulsion pour avoir refusé de se faire vacciner contre la grippe. Alors que de nombreux scientifiques pensent que la vaccination contre la grippe libère l'espace pour les coronavirus, une telle hypothèse existe dans le monde. La direction des deux universités de la capitale - l'Institut de l'énergie de Moscou et l'Université russe de chimie et de technologie Mendeleïev - a obligé les étudiants à se faire vacciner avec le médicament domestique Sauvigripp avant le 11 octobre inclus, et exerce une terrible pression sur les étudiants. Dans le même temps, le service de presse de l'Institut de l'énergie s'est empressé de déclarer que l'information sur la vaccination forcée est fausse, mais elle a immédiatement été percée. L'exigence de la direction de l'université a été annoncée par des étudiants diplômés, tandis que les réseaux sociaux disposent de vidéos, où les étudiants ne sont pas autorisés à suivre les cours sans certificat de vaccination et sont envoyés de force pour se faire vacciner. En même temps, le Rospotrebnadzor n'a rien à voir avec cela, car le Rospotrebnadzor a émis une recommandation, mais celle-ci est facultative. Il ne reste plus qu'à supposer que l'Institut de l'énergie de Moscou et la RCTU de Mendeleev sont dirigés par des personnes qui ne comprennent pas le russe et ne comprennent pas en quoi une recommandation diffère d'un ordre direct. En conséquence, les chaînes Telegram ont immédiatement reçu des instructions sur ce qu'il faut faire si vous êtes obligé de vous faire vacciner. Ne refusez pas le vaccin, mais demandez un certain nombre de documents. Premièrement, un certificat de qualité pour le médicament, deuxièmement, des informations sur le fabricant du médicament, troisièmement, les documents et les licences du fabricant du médicament. Il s'agit d'un extrait du registre national unifié des personnes morales, ce sont des documents sur l'admission et l'accréditation de la société et toutes les licences valables de la société. En outre, il est nécessaire de demander des certificats d'essais de médicaments, des certificats d'effets secondaires du médicament, des documents sur la couverture d'assurance en cas de conséquences négatives de la vaccination, sur les conditions de la couverture d'assurance, sur le montant et, si je comprends bien, toutes les données de la compagnie d'assurance qui fournit cette assurance. Et vous devez signer un contrat avec elle. Les documents complets de la personne qui effectue la vaccination. Parce qu'il doit présenter un certificat de formation. Il doit présenter un certificat de formation. Il doit présenter l'admission au travail en question, il doit présenter son livre de médecine et enfin cette personne doit présenter un certificat attestant qu'elle n'est pas actuellement atteinte d'un coronavirus. Ce n'est qu'après avoir reçu tous les documents que vous pourrez envisager de vous faire vacciner. Avant cela, comme le disent les chaînes Telegram, ces documents sont nécessaires, vous pouvez dire sans risque - oui, cela ne me dérange pas d'être vacciné, mais remplissez les conditions nécessaires. C'est une autre question qui, dans des conditions d'arbitraire absolu, dans lesquelles, selon Facebook, le groupe "Moscou intéressant" est engagé par les dirigeants de l'Institut de l'énergie de Moscou et de la RCTU de Mendeleiv, il n'y a pas besoin de bon sens, j'ai peur qu'ici nous devions juste menacer le tribunal, nous éclipser, engager un avocat et mettre en place une résistance de masse.

 

Ici, on me demande ce que j'ai conseillé à Eltsine. J'ai conseillé beaucoup de choses. Bien que je n'aie pas été directement le conseiller d'Eltsine, j'étais membre du groupe d'experts d'Eltsine, mais disons la gratitude personnelle d'Eltsine pour un cas dont je suis toujours fier. Le fait est qu'en 1997, les libéraux, qui ont maintenant relevé l'âge de la retraite, ont déjà fait leur première tentative à cette époque. Leur tentative était basée sur la falsification de documents. Mon supérieur immédiat de l'époque, l'assistant d'Eltsine, Sergueï Mikhaïlovitch Ignatiev, qui dirigeait alors la Banque de Russie, a découvert cette falsification, je l'ai examinée, à ma grande honte, et je préparais des documents qui permettaient de reporter le relèvement de l'âge de la retraite à partir de 1997, même dans des conditions de domination libérale absolue. Jusqu'en 2018. J'ai réussi à gagner 21 ans d'âge normal de la retraite pour toi et moi, pour les citoyens russes, pour tes parents, entre autres. Pour cela, j'ai reçu les remerciements personnels d'Eltsine. Il est clair que ce n'est pas lui qui l'a fait personnellement, c'est Sergei Mikhailovich Ignatiev qui l'a préparé, néanmoins, c'est quelque chose dont je suis fier. Et bien d'autres choses dont je suis fier aussi.

 

Ils me demandent s'il est vrai que, parmi les autres bannières d'Hitler, celle de l'armée de Vlasov a été jetée au mausolée, qui coïncide avec la bannière actuelle de la Fédération de Russie. Je ne le sais pas, mais cela peut être beaucoup. Mais je vous rappelle que la bannière actuelle de la Fédération de Russie a été introduite par Pierre le Grand, puis ce fut la bannière de la marine marchande, ce fut la bannière, avec un petit changement, de la compagnie russo-américaine sous laquelle l'Antarctique a été ouvert et beaucoup d'autres découvertes ont été faites. Et oui, Vlasov a volé cette bannière, en gros, l'a privatisée. Mais quoi, tout ce qui a été volé, nous le rendrons ? Allons-nous abandonner le mot "liberté", parce que Radio "Liberté" traite des mensonges, des calomnies et des provocations sur l'argent du Département d'Etat ? Allons-nous renoncer à la démocratie parce que les Américains ont privatisé le mot et l'ont bombardé ? Nous n'y renoncerons pas. Le drapeau russe est mis en valeur par les exploits de l'armée russe dans deux guerres tchétchènes, en Syrie et dans bien d'autres endroits. C'est notre bannière. Akhmatova a dit un jour que oui, je n'aime pas les autorités soviétiques, mais que Leningrad a subi un siège sous ce nom et qu'elle s'appelle Leningrad et non Saint-Pétersbourg. Et je pense que lorsque nous rétablirons l'Union soviétique, la Russie entrera dans l'Union soviétique sous son drapeau historique actuel et sur les petits escrocs et les traîtres comme le général Vlasov, personne ne fera attention. Et l'Ukraine entrera sous le drapeau noir à mâcher, la Biélorussie décidera elle-même sous quel drapeau entrer. Eh bien, si le Kazakhstan entre sous le bleu, s'il y aura des gens normaux pour le diriger, et quels problèmes ? Je pense que ce n'est pas un problème sur lequel nous devons travailler dur en ce moment.

 

 

Mikhail Delyagin

 

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par La Rouge et le Blanc.

Lire la suite

L'imbécillité de la campagne contre la viande de chien au Vietnam

13 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Amérique du sud, #Asie, #Environnement, #Société

Boucherie servant du chien rôti (Vietnam). Source: Le voyage de Lady Anne (blog de navigateurs autour du monde)

Boucherie servant du chien rôti (Vietnam). Source: Le voyage de Lady Anne (blog de navigateurs autour du monde)

Sous la pression de certains touristes et n'en doutons pas, d'associations et ONG subversives, les autorités d'Hanoï cherchent à interdire la consommation de la viande de chien, populaire au Vietnam:

https://www.lexpress.fr/actualites/1/styles/vietnam-les-habitants-de-hanoi-pries-de-ne-plus-manger-de-la-viande-de-chien_2034772.html

Le chien "sans poils et sans voix" est ou était élevé en Asie, dans le Pacifique et en Amérique centrale et du sud depuis des temps immémoriaux, pour être mangé.

Il est le résultat d'une longue sélection.

Les touristes qui rencontraient ces chiens étranges au Pérou, par exemple, où on ne les élève plus que comme animaux de compagnie ("mascotas"), ignorent tout de cette histoire.

Pourquoi juger les mœurs des autres peuples ?

Pourquoi chercher à détruire les traditions immémoriale des peuples sinon pour les uniformiser dans le creuset du mondialisme ? c'est criminel.

Remarquons que le goût particulier des hommes pour la viande de chien est partagé avec les tigres et les pumas, qui n'hésitent pas à s'approcher des habitations pour les capturer et les emporter pour les manger. Une anecdote est racontée par l'explorateur russe Vladimir Arseniev dans son inoubliable récit Dersou Ouzala, lorsque, par une nuit de tempête, sa chienne Alpa est enlevée par un tigre qui franchit les corps des voyageurs endormis autour du feu de camp par pour se saisir de l'animal. 

Personnellement, à plusieurs reprises, dans les Andes du Pérou et de la Bolivie, j'ai été le témoin d'enlèvements de chiens par des pumas entrés la nuit dans la cour des petites fermes paysannes. Tous les paysans andins savent que les pumas raffolent de la viande de chien.

Évidemment, ce n'est pas le magazine L'Express, champion du politiquement correct (n'est-ce pas, Valérie Lion ?), qui vous dira tout cela.

POC

Sur le même sujet:

http://bomarea.blogspot.com/2017/01/pour-labolition-du-betail-occidental-en.html

http://pocombelles.over-blog.com/na-wai-taua.html

Chien sans poils et sans voix ("perro chino", au Pérou). Pachacamac, près de Lima (Pérou). Elevé aux temps préhispaniques pour sa viande, comme en Amérique centrale et en Asie, il est devenu aujourd'hui un animal de compagnie. Il semble qu'il soit encore discrètement consommé dans certaines région, près de Huancayo par exemple, dans les Andes centrales du Pérou. On nomme en quechua "alqo micuna" ceux qui mangent du chien. Photo: Pierre-Olivier Combelles (2012)

Chien sans poils et sans voix ("perro chino", au Pérou). Pachacamac, près de Lima (Pérou). Elevé aux temps préhispaniques pour sa viande, comme en Amérique centrale et en Asie, il est devenu aujourd'hui un animal de compagnie. Il semble qu'il soit encore discrètement consommé dans certaines région, près de Huancayo par exemple, dans les Andes centrales du Pérou. On nomme en quechua "alqo micuna" ceux qui mangent du chien. Photo: Pierre-Olivier Combelles (2012)

Lire la suite

Samedi 10 octobre 2020: Journée de manifestations contre le projet de loi bioéthique autorisant la "PMA sans père"

10 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France, #Société

Ce samedi 10 octobre 2020, le collectif d’associations Marchons enfants appelle à manifester partout en France contre un texte qui ouvre la PMA aux couples lesbiens et aux femmes seules. Des contre-manifestations sont également prévues.

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Journee-de-manifestations-contre-le-projet-de-loi-bioethique-autorisant-la-PMA-sans-pere-61247.html

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>