Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

ukraine

Paul Craig Roberts: Poutine doit se secouer

14 Mai 2024 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Paul Craig Roberts, #Guerre, #Russie, #Ukraine, #USA, #OTAN, #France, #Ramzan Kadyrov

Ramzan Kadyrov, chef de la république tchétchène

Ramzan Kadyrov, chef de la république tchétchène

4 mai 2024

Poutine doit se secouer

Paul Craig Roberts


Poutine est en train de secouer le gouvernement russe. Il doit aussi se secouer.

Ramzan Kadyrov, chef de la "providence" tchétchène en Russie, a déclaré sur la chaîne de télévision russe Rossiya:

« Je crois que nous devons attaquer plus activement, nous devons frapper fort pendant qu’il en est temps. Ce mois-ci, nous devons prendre le territoire le plus proche, nous devons absolument prendre Odessa et Kharkiv. Ensuite, asseyez ce Zelensky et forcez-le à signer tous les documents dont la Russie a besoin pour assurer la sécurité de notre État, de nos citoyens et des russophones qui vivent sur le territoire de l’Ukraine. »

C’est le deuxième chef de guerre russe après Yevgeny Prigozhin, le chef du groupe Wagner, à exprimer son mécontentement face à la lenteur glaciale à laquelle Poutine mène le conflit. On se demande si Kadyrov aura un destin similaire à Prigozhin.

Je ne suis pas un expert de l’armée russe. J’ai l’impression que les soldats de Wagner et de Tchétchénie sont les meilleurs soldats de combat de la Russie. Il est dommage de gaspiller de telles troupes dans une guerre menée à un rythme d’escargot.

La lenteur avec laquelle Poutine a mené la guerre a entraîné un élargissement considérable de la guerre et a ainsi rendu beaucoup plus dangereux et difficile à résoudre. En effet, Poutine est maintenant en danger que l’OTAN occupe Odessa avant que les troupes russes puissent y arriver. Si l’Occident peut garder Odessa et Kharkiv hors des mains russes, la guerre sera une défaite pour Poutine. Il est inexplicable que Poutine prenne ce risque. Le dilemme de Poutine est qu’un homme qui se voit comme un instrument de paix est un pauvre chef de guerre.

Curieusement, le ministre des Affaires étrangères Lavrov dit que l’Occident a décidé de prolonger la guerre. Non. La guerre prolongée était la décision de Poutine. Une guerre qui aurait dû se terminer en trois semaines a duré 27 mois.

La négligence de Poutine des exigences de la guerre est la raison pour laquelle les Russes dans la ville russe et la région de Belgorod sont massacrés par des drones et des missiles sur le chemin du travail et pourquoi « Des immeubles d’appartements russes dans des villes russes frappés par des armes de haute intensité fournies à l’Ukraine par l’Occident s’effondrent sur les habitants. Le conflit au rythme d’escargot était censé sauver des vies. Au lieu de cela, les pertes se sont multipliées et se sont étendues aux civils russes éloignés du champ de bataille.

Maintenant, il y a un remaniement au sommet de l’armée russe avec un civil sans expérience militaire qui prend la relève en tant que ministre de la Défense. Je pense que Poutine serait pris plus au sérieux s’il avait nommé Ramzan Kadyrov ministre de la Défense. Au lieu de cela, Poutine s’est accroché à un économiste qui, comme le directeur de la banque centrale de Poutine, est plus préoccupé par le coût du conflit, qui représente maintenant un tiers du budget russe, que par le fait de gagner la guerre avant qu’elle ne devienne incontrôlable. Le néolibéral Poutine soutient que le poste de directeur de la banque centrale russe* est un échec sur tous les fronts. Elle a laissé des biens russes en Occident pour être saisis par les sanctions de Washington. Elle n’a pas compris que la Russie n’avait pas besoin de prêts de l’Occident pour se développer économiquement. Et maintenant, elle impose des taux d’intérêt de 16% à l’économie russe. Staline l’aurait abattue il y a longtemps. Je me suis souvent demandé si la Russie pouvait survivre au directeur de la banque centrale de Poutine.

Poutine a fait un bon travail de russification d’une population qui était éprise de l’Occident. La population se considère à nouveau comme une entité nationale distincte et fière, et non comme un rouage de la machine mondialiste dirigée par Washington. Poutine obtient des félicitations pour cela, mais sa conduite de la guerre maximise la probabilité que le conflit devienne incontrôlable. Prigozhin a compris cela, et Kadyrov aussi. Poutine comprendra-t-il avant que son opération militaire limitée ne dégénère en Troisième Guerre mondiale ?

Scott Ritter dit que l’Ukraine est épuisée militairement et que le conflit a encore 3 mois.

La question est de savoir si Washington accepte la défaite ou si d’autres troupes suivront la Légion étrangère française** dans le conflit.

https://sputnikglobe.com/20240511/scott-ritter-predicts-how-ukraine-will-end-1118382169.html

https://sputnikglobe.com/20240514/scott-ritter-the-russians-advance-and-ukrainians-cant-stop-them-1118418504.html

Traduit de l'américain par Rouge et Blanc

* NDLR: Une femme, Elvira Nabouillina, depuis 2013.

** NDLR: Commandée par le Général de brigade Cyrille Youchtchenko, d'origine ukrainienne.

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2024/05/14/putin-needs-to-shake-up-himself/

Lire la suite

Paul Craig Roberts: Poutine a laissé le conflit ukrainien échapper à tout contrôle

11 Avril 2024 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Guerre, #Paul Craig Roberts, #OTAN, #Russie, #Ukraine, #USA

Paul Craig Roberts: Poutine a laissé le conflit ukrainien échapper à tout contrôle

10 avril 2024

Poutine a laissé le conflit ukrainien échapper à tout contrôle

Paul Craig Roberts

Comme je l'ai toujours dit, ce n'est qu'une question de temps avant que la guerre sans fin de Poutine ne devienne incontrôlable. Ce temps, c'est maintenant.

La guerre s'est étendue loin du Donbass, dans des villes russes - Belgorod, d'où des évacuations ont eu lieu, Tula, Kalunga, Bryansk et Moscou - ainsi que dans des bases militaires, des raffineries de pétrole et des salles de concert. Les attaques sont principalement repoussées par la défense aérienne russe, mais elles montrent que le conflit s'est étendu au-delà du Donbass, en Russie. Les satellites et le personnel de l'OTAN fournissent les renseignements nécessaires aux attaques ukrainiennes contre la Russie. Les membres de l'OTAN ont annoncé que la plupart d'entre eux avaient déjà des troupes servant à divers titres en Ukraine.

On perçoit un renforcement des forces de l'OTAN autour de la Russie. Des chars et des véhicules blindés américains ont été envoyés dans les ports grecs.

https://tass.com/world/1761465#:~:text=US-made%20Abrams%20tanks%20and%20Bradley,increase%20NATO's%20potential%20in%20Europe

En Roumanie, la plus grande base militaire d'Europe est en cours de construction près de la frontière avec l'Ukraine.

https://www.twz.com/news-features/romanian-airfields-transformation-into-a-giant-nato-base-is-underway

Des soldats roumains et leurs instructeurs américains mènent des exercices avec des soldats moldaves, peut-être dans le but d'occuper la Transnistrie, une province sécessionniste dans laquelle 2 000 soldats russes gardent un important dépôt d'armes datant de l'époque soviétique.

https://voicefromrussia.ch/en/moldova-transnistria-the-next-stage-of-escalation-between-russia-and-nato/
Il semblerait que les États-Unis et l'OTAN pourraient envoyer des soldats à Odessa afin d'empêcher le soutien militaire russe à la Transnistrie et de sauver le dernier port de l'Ukraine sur la mer Noire. Le déplacement des forces de l'OTAN à Odessa pourrait s'inscrire dans le cadre d'un mouvement général de soldats de l'OTAN vers l'ouest de l'Ukraine.

Rappelons que le secrétaire d'État américain Blinken a récemment déclaré que l'Ukraine serait certainement intégrée à l'OTAN et que le processus était en cours. L'occupation d'Odessa par les forces de l'OTAN et l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN sont des lignes rouges que Poutine devra faire respecter sous peine d'être discrédité aux yeux de la Russie et du monde.

Ces faits indiquent que Macron, le président français, n'a pas parlé à tort et à travers lorsqu'il a déclaré qu'il était nécessaire de sauver l'Occident d'une défaite cuisante qui détruirait son prestige en envoyant des troupes de l'OTAN et des troupes françaises en Ukraine. Comme je l'ai prévenu très tôt, le prestige s'immisce dans les conflits et ceux-ci deviennent incontrôlables. Pour éviter cela, Poutine devait utiliser une force suffisante pour mettre fin immédiatement au conflit. Cet échec a entraîné une guerre plus étendue.

Il ne faut pas croire que ces développements coûteux ne sont qu'un bluff pour forcer Poutine à conclure un accord de paix favorable à l'Ukraine. Il s'agit d'un mouvement vers une guerre générale.

Une guerre que Poutine a provoquée en essayant de l'éviter.

Comme je l'ai récemment écrit, Poutine dispose d'un délai très court pour mettre fin à la résistance de l'Ukraine avant que la Russie ne se retrouve en guerre avec l'Occident.

Note : Geoffrey Pyatt, un fonctionnaire du département d'État américain qui a conspiré avec Victoria Nuland pour installer un gouvernement fantoche en Ukraine après le renversement du gouvernement élu par Washington, a annoncé que le gouvernement américain avait l'intention d'empêcher le développement du gaz naturel liquide de la Russie dans l'Arctique. "Notre objectif est de nous assurer que l'Arctic LNG i2 est mort dans l'eau".

On dirait qu'un autre événement lié au gazoduc Nord Stream est en train de se préparer. Poutine va-t-il, pour la troisième fois, s'en prendre au gazoduc et à Crocus en refusant de désigner Washington comme l'auteur de l'attentat ?

Traduit de l'américain par Rouge et Blanc avec DeepL.

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2024/04/10/putin-has-allowed-the-ukraine-conflict-to-spiral-out-of-control/

Lire la suite

Paul Craig Roberts: La route de Poutine vers l'Armageddon

5 Avril 2024 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Guerre, #Russie, #OTAN, #Ukraine

Paul Craig Roberts: La route de Poutine vers l'Armageddon

5 avril 2024

La route de Poutine vers l'Armageddon

Paul Craig Roberts

La guerre sans fin de Poutine va se terminer par un Armageddon nucléaire.

Le gouvernement des États-Unis, par la bouche du secrétaire d'État Blinken, a défié tous les avertissements de la Russie cette semaine avec cette déclaration :

"L'Ukraine deviendra membre de l'OTAN. L'objectif de ce sommet est d'aider à construire un pont vers cette adhésion".

En refusant d'utiliser la force nécessaire pour faire face à la situation dangereuse et en continuant d'insister sur le fait que le conflit n'est rien d'autre qu'une opération limitée visant à chasser les forces ukrainiennes des provinces russes, et non une invasion de l'Ukraine, la Russie se retrouvera bientôt en guerre avec l'OTAN.

https://www.zerohedge.com/geopolitical/hungary-vows-thwart-natos-newly-proposed-100bn-5-year-fund-ukraine

J'ai toujours averti, sans résultat, pour être ensuite dénoncé par des idiots comme étant "assoiffé de sang", que l'irréalisme de Poutine à propos du conflit, comme son irréalisme précédent à propos de l'accord de Minsk et son irréalisme à propos du renversement du gouvernement ukrainien lors de la soi-disant révolution de Maïdan, est une voie directe vers la Troisième Guerre mondiale.

Dès que l'Ukraine deviendra membre de l'OTAN, Poutine se retrouvera en guerre contre l'OTAN. La Russie n'a que peu de temps pour assommer l'Ukraine, détruire le gouvernement, occuper le pays et l'entourer d'un mur.

L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN "est littéralement le point de départ d'un film d'apocalypse nucléaire", déclare Elon Musk, l'un des rares Américains encore intelligents.

L'"opération militaire limitée" de Poutine n'a rien donné, si ce n'est deux nouveaux membres de l'OTAN - la Finlande et la Suède - des attaques contre des civils russes à l'intérieur de la Russie, un nombre croissant de morts dus aux systèmes d'armes occidentaux fournis à l'Ukraine les uns après les autres, ainsi qu'au personnel militaire de l'OTAN chargé de les utiliser et aux services de renseignement occidentaux chargés de les cibler. Pendant tout ce temps, Poutine a été incapable de comprendre que la Russie était en guerre. L'absence de réponse de Poutine aux provocations croissantes a convaincu Washington que les avertissements de Poutine sont dénués de sens. L'incapacité de Poutine à faire respecter ses lignes rouges a conduit Washington à ne plus croire à l'existence de lignes rouges de la part de Poutine.

Tout comme Poutine a été contraint de lancer son "opération militaire limitée" en raison de la froideur insultante avec laquelle Washington a accueilli son appel à un pacte de sécurité mutuelle, la Russie sera contrainte d'entrer dans une guerre plus large avec l'OTAN en raison de la défiance de Washington à l'égard de l'avertissement de Poutine selon lequel la Russie n'autorisera pas l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN.

Poutine a quelques mois pour mettre fin à l'existence de l'Ukraine, un pays qui n'a jamais existé avant que Washington ne le crée, avant que l'incapacité de Poutine à agir ne déclenche la Troisième Guerre mondiale.

Malgré la situation désastreuse, Poutine reste incapable de faire face à la réalité. Le gouvernement russe continue de démontrer à Washington sa faiblesse et son irrésolution en répétant qu'il est prêt à négocier. C'est là que l'on constate l'échec de Poutine en tant que chef de guerre. C'est Washington et l'OTAN qui devraient implorer Poutine de négocier.

Nous sommes sur la voie de l'Armageddon, exactement comme je l'avais prédit. Une provocation ignorée en entraîne une autre, la pire, puis une autre et encore une autre, et nous avons maintenant atteint la ligne rouge que Poutine ne peut ignorer. À ce stade, le seul moyen pour Poutine d'éviter la Troisième Guerre mondiale est de se rendre ou de mettre fin à l'existence de l'Ukraine avant que Washington n'élève l'Ukraine au rang de membre de l'OTAN. Il n'y a pas d'autre choix.


Traduit de l'américain par Rouge et Blanc avec DeepL.com

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2024/04/05/putins-road-to-armageddon/

Lire la suite

Gilbert Doctorow / Paul Craig Roberts: Le Service fédéral de sécurité russe identifie les États-Unis comme suspects dans l'attentat contre le Crocus

28 Mars 2024 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Guerre, #Gilbert Doctorow, #Paul Craig Roberts, #Russie, #Royaume-Uni, #USA, #FSB, #Ukraine

Le Service fédéral de sécurité russe identifie les États-Unis comme suspects dans l'attentat contre le Crocus

28 mars 2024

Voici la suite donnée par Gilbert Doctorow à l'interview dont j'ai parlé hier.

https://www.paulcraigroberts.org/2024/03/27/washington-crossed-a-fatal-red-line-with-the-crocus-attack/

Doctorow est un analyste prudent qui n'exagère pas la gravité des situations. L'attentat contre le Crocus pourrait marquer un tournant dans l'attitude de Poutine à l'égard des États-Unis. Poutine a été discret dans la réponse de la Russie aux provocations de Washington afin de ne pas envenimer la situation. La politique de Poutine a consisté à attendre que l'Occident reprenne ses esprits et accepte la réalité. J'ai souligné qu'il s'agissait d'une erreur, car la tolérance de Poutine à l'égard des provocations se traduit par d'autres provocations de plus en plus graves. Avec 319 morts et blessés parmi les civils russes dans la banlieue de Moscou, il semble que les provocations aient franchi une ligne rouge. Le chef du service fédéral de sécurité a reçu le feu vert pour désigner Washington comme suspect auprès des médias russes. Comme Poutine a déclaré publiquement que tous les responsables seraient punis, je suis d'accord pour dire que la caractérisation de la situation par Doctorow s'apparente à la crise des missiles de Cuba.

Il est possible que Poutine repense la situation et utilise l'attentat contre le Crocus pour répondre aux demandes politiques et médiatiques qui l'obligent à agir cette fois-ci. Il peut limiter la responsabilité à l'Ukraine et se servir de l'attaque pour utiliser le niveau de force qu'il aurait dû utiliser il y a deux ans pour niveler l'Ukraine et mettre fin au conflit.

Si Poutine se convainc à nouveau, ou est convaincu par des factions pro-occidentales en Russie, s'il en existe encore, que l'Occident finira par revenir à la raison, et qu'il n'agit pas à nouveau, les provocations continueront à s'aggraver. En fait, je dirais qu'une autre provocation de l'ampleur de Crocus allumerait la mèche de la Troisième Guerre mondiale.

Voici le rapport de Doctorow :

Les remarquables déclarations faites hier aux journalistes par Alexander Bortnikov, directeur du Service fédéral de sécurité russe (FSB)

Gilbert Doctorow 27 mars 2024

https://gilbertdoctorow.com/2024/03/27/yesterdays-remarkable-statements-to-journalists-by-alexander-bortnikov-director-of-russias-federal-security-service-fsb/

Pour les non-initiés, j'explique tout d'abord que le FSB est l'organisation qui a succédé au célèbre et très redouté KGB de l'Union soviétique. Toutefois, le FSB d'aujourd'hui pourrait être mieux comparé au FBI aux États-Unis. Il s'occupe de la criminalité intérieure de toutes sortes et des menaces qui pèsent sur les civils russes, comme le terrorisme. L'agence et son chef font rarement la une des journaux.

À cet égard, le FSB est moins visible, tant en Russie qu'à l'étranger, que le service de renseignement extérieur dirigé par Sergueï Narychkine, un homme d'État qui a passé cinq ans au cours de ce millénaire en tant que président de la Douma d'État, la chambre basse du pouvoir législatif russe, et trois ans en tant que chef de l'administration présidentielle. Dans ces deux fonctions, Naryshkin a été très souvent vu à la télévision dans l'exercice de ses fonctions.

En revanche, Bortnikov a passé les 15 dernières années dans ses bureaux du FSB, à l'abri des regards. Hier, il a rencontré le journaliste de la télévision d'État russe Pavel Zarubin pour une interview, puis s'est laissé interroger par un groupe d'autres journalistes en sortant d'un couloir. Cette séance spontanée de questions-réponses a ensuite été diffusée au journal télévisé. Les propos de Bortnikov sont extraordinaires et ont une incidence directe sur la question de savoir si vous et moi devrions maintenant chercher des abris anti-atomiques. Malheureusement, vous ne trouverez rien de tout cela dans les articles de fond des grands médias d'aujourd'hui. Le Financial Times, par exemple, relate la rencontre de Xi avec des PDG d'entreprises américaines pour renouer les liens : intéressant, mais pas très pertinent si nous sommes à l'aube de la troisième guerre mondiale.

Bortnikov est par définition un membre du cercle restreint des conseillers de Vladimir Poutine. Lui, Poutine et Naryshkin ont à peu près le même âge. À 72 ans, Bortnikov n'a que quelques années de plus.

J'ai été particulièrement frappée par son assurance et le choix prudent et soigneusement pesé de ses mots, alors qu'il exposait l'orientation de l'enquête en toute transparence et avec une attitude non affectée de "laisser les choses tomber où elles peuvent".

Les journalistes ont tous cherché à savoir qui était à l'origine de l'attaque terroriste. M. Bortnikov leur a répondu... ainsi qu'à nous : les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Ukraine sont derrière l'acte terroriste commis par des extrémistes islamistes.

Bortnikov a déclaré que les premières constatations indiquent que les quatre auteurs du massacre se sont rendus en voiture à la frontière avec l'Ukraine, où ils étaient attendus de l'autre côté. Il a expliqué très calmement que l'implication de puissances étrangères était en cours de clarification et qu'il ne dirait rien sous le coup de l'émotion, mais qu'il attendrait que les faits soient solidement rassemblés avant de les présenter.

Néanmoins, le fait qu'il ait désigné les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Ukraine comme les marionnettistes probables de l'acte terroriste était tout à fait digne d'intérêt. Rappelons qu'à la suite du bombardement des oléoducs Nord Stream, l'attaque la plus importante contre des infrastructures civiles critiques au niveau mondial au cours des 50 dernières années, les responsables russes n'ont pas pointé du doigt directement un pays. Il y a eu des insinuations, mais pas d'accusations directes comme celles que nous avons entendues hier de la bouche de M. Bortnikov.

Entre-temps, outre la discussion de M. Bortnikov avec les journalistes, de nombreux éléments nouveaux concernant l'attentat terroriste perpétré au Crocus City Hall [NDLR salle de concert située dans la banlieue de Moscou] ont été diffusés hier par le programme d'information et d'analyse de la télévision d'État russe, Soixante Minutes. Nous avons notamment appris qu'au cours des derniers jours de février et des deux premiers jours de mars, deux des quatre assaillants se trouvaient à Istanbul. Le départ et l'arrivée de l'un d'entre eux à l'aéroport de Moscou ont été filmés. On nous a dit dans quels hôtels ils ont séjourné, et les selfies et autres photos prises par l'un d'eux à Istanbul ont été affichés à l'écran. On ne sait toujours pas qui ils ont rencontré en Turquie. Toutefois, la date elle-même est très importante, car il a été souligné qu'ils étaient retournés à Moscou pour perpétrer un attentat terroriste le 8 mars, Journée internationale de la femme, une date sacrée dans le calendrier russe. S'ils l'avaient fait ce jour-là, l'effet aurait été catastrophique pour les élections présidentielles en Russie une semaine plus tard.

Cependant, selon Soixante Minutes, il a été déterminé que la sécurité de l'État russe le 8 mars était trop stricte pour que la mission terroriste réussisse et les États-Unis ont décidé de mettre un terme à cette opération. Il est à noter que c'est à peu près à ce moment-là que Victoria Nuland a présenté sa démission au département d'État (5 mars). Le lien de causalité possible ici mérite certainement l'attention de mes pairs de la communauté "dissidente" américaine.

Quoi qu'il en soit, le scénario qui a été exploré plus tard dans la journée lors de l'émission Soirée avec Vladimir Solovyov est que les Ukrainiens ont décidé de procéder à l'attaque terroriste une semaine après les élections présidentielles russes, alors qu'elle perdait la plupart de sa raison d'être. Ils l'ont fait malgré les objections de Washington.

De temps en temps, des lecteurs me demandent pourquoi je prête attention à des talk-shows comme celui de Vladimir Solovyov. Ces sceptiques ont tendance à ignorer que Solovyov invite non seulement les habituels universitaires et journalistes irresponsables qui peuvent amuser le public, mais aussi des hommes d'État très sérieux qui sont proches du centre du pouvoir en Russie et qui exercent une influence sur la conduite de la politique étrangère et intérieure, notamment les présidents de commission et d'autres personnalités clés de la Douma d'État.

C'est ainsi que nous avons entendu hier soir un membre de la commission des relations avec la Communauté des États indépendants (ex-Union soviétique). Faisant référence aux attaques terroristes incessantes contre les civils de la région frontalière russe de Belgorod en provenance de la ville voisine de Kharkiv (Ukraine), il a déclaré qu'il était temps de raser Kharkov, de lancer un avertissement à la population pour qu'elle prenne sa voiture et se dirige vers l'ouest, puis de tout faire exploser. Kharkiv est d'ailleurs la deuxième ville la plus peuplée d'Ukraine après Kiev.

D'une manière générale, l'humeur des panélistes et de l'animateur Solovyov lui-même est en train de changer de manière cardinale : L'Ukraine est considérée comme un État ennemi et plus vite elle sera éliminée, mieux ce sera. Hier soir, il a été question de la nécessité de procéder à des frappes de missiles pour détruire le palais présidentiel à Kiev ainsi que tous les centres militaires et autres centres de décision du gouvernement dans la capitale.

Comme nous l'avons observé à maintes reprises au cours des deux dernières années. Le président Poutine a été la voix de la modération et de la retenue, s'opposant aux actions susceptibles de précipiter la Troisième Guerre mondiale. Il est clair que cela touche à sa fin lorsque son propre directeur du FSB désigne les États-Unis et le Royaume-Uni comme les organisateurs du plus grand attentat terroriste perpétré en Russie depuis 20 ans.

Gilbert Doctorow, 2024

Traduit de l'anglais par Rouge et Blanc avec DeepL.com

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2024/03/28/the-russian-federal-security-service-identifies-us-as-a-suspect-in-crocus-attack/

Commentaire, qui donne beaucoup à réfléchir,  d'un lecteur de Gilbert Doctorow à propos de Kharkiv:

“Kharkiv is, by the way, Ukraine’s second most populous city after Kiev”

It’s also one of the most Russian cities in Ukraine. How does razing it to the ground square with the supposed mission to protect the Russian population of Ukraine?

NDLR: Ce que l'on constate dans cette guerre, c'est le nettoyage ethnique massif des Ukrainiens slaves chrétiens, principalement les soldats jusqu'à présent,  par l'armée russe en guerre et aussi par le gouvernement ukrainien et ses commanditaires occidentaux qui les envoient impitoyablement à l'abattoir. C'est aussi , dans une proportion nettement moindre pour le moment, le massacre des soldats russes majoritairement slaves chrétiens. Cui bono ? Qui a intérêt à faire s'entre-détruire les Slaves chrétiens ? Pour restaurer l'ancien royaume des Khazars et fragmenter la Russie en plusieurs entités ?

Également (Inde):

https://gilbertdoctorow.com/2024/03/27/todays-13-minute-interview-on-wion-indian-television-russian-fsb-says-us-uk-and-ukraine-behind-moscow-attack-whats-the-truth/

Lire la suite

Paul Craig Roberts: Washington a franchi une ligne rouge fatale avec l'attentat contre le Crocus

27 Mars 2024 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Paul Craig Roberts, #Russie, #Royaume-Uni, #USA, #Ukraine, #Guerre

Washington a franchi une ligne rouge fatale avec l'attentat contre le Crocus

Paul Craig Roberts

Gilbert Doctorow confirme aujourd'hui, par sa propre analyse, ma prédiction selon laquelle la tolérance de Poutine à l'égard des provocations rend le conflit ukrainien incontrôlable.

Doctorow est un analyste prudent qui n'exagère jamais une situation. Dans cette interview, il affirme que la déclaration du FSB impliquant les gouvernements américain et britannique dans l'attentat contre Crocus a dû être approuvée par Poutine et que l'implication des États-Unis et du Royaume-Uni dans l'attentat contre Crocus nous a ramenés au niveau de danger de la crise des missiles de Cuba.

Doctorow rapporte que la télévision russe a subi un changement massif à la suite de l'attentat contre  Crocus. Les commentateurs ne veulent plus accepter la non-réponse de Poutine aux attaques contre les Russes. Les débats télévisés sont soudain très violents et il est question d'écraser Kharkiv et Kiev et de mettre rapidement fin à un conflit qui n'a que trop duré.

Il semble qu'une ligne rouge fatale ait été franchie.

https://www.youtube.com/watch?v=2RMFLQVym7M

Traduit de l'anglais par Rouge et Blanc  avec DeepL.com

Lire la suite

Paul Craig Roberts / Sergueï A. Karaganov: La politique étrangère américaine en état de mort cérébrale

3 Mars 2024 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Sergei A. Karaganov, #Paul Craig Roberts, #Politique, #Russie, #Guerre, #Europe, #Occident, #Inde, #Chine, #Ukraine, #Colonel V.V. Kvachkov, #Club d'Izborsk, #Général Leonid Ivashov

Paul Craig Roberts / Sergueï A. Karaganov: La politique étrangère américaine en état de mort cérébrale
Sergueï Karaganov en 2017. State Museum of Gulag History (2017-12-12)

Sergueï Karaganov en 2017. State Museum of Gulag History (2017-12-12)

3 mars 2024

La politique étrangère américaine en état de mort cérébrale

Paul Craig Roberts

Une source m'a récemment envoyé un article rédigé par un expert en affaires étrangères russe bien placé, accompagné d'une note : "Il pense comme vous".  Pas tout à fait, mais nous partageons certaines des mêmes préoccupations.

L'article de Sergueï A. Karaganov , président honoraire du présidium du Conseil de la politique étrangère et de défense, Moscou ( https://eng.globalaffairs.ru/articles/an-age-of-wars-what-is-to-be-done/ ), intitulé "What Is To Be Done", reflète les opinions que j'ai exprimées à maintes reprises, notamment que, face à l'hostilité du monde occidental, la Russie devrait éviter la poursuite du conflit en se tournant vers l'Est, vers la Chine et l'Inde, et vers l'expansion des BRICS. Comme moi, Karaganov espère éviter la mort de l'humanité dans une guerre nucléaire. Il rejette les libéraux russes atlantistes et intégrationnistes pro-occidentaux qui se sont accrochés trop longtemps à leur fantasme d'être une partie acceptée de l'Occident.  Il est probable que c'est ce groupe délirant de libéraux russes qui est responsable des erreurs de jugement que Karaganov rapporte au Kremlin, ces mêmes erreurs que j'ai signalées. La dernière chose dont la Russie a besoin, c'est d'une interdépendance avec l'Occident.  

Karaganov souligne que les racines asiatiques de la Russie, qui remontent à l'époque des seigneurs mongols, sont aussi fortes que les racines occidentales et que c'est la Chine qui s'élève, et non l'Europe et les États-Unis, qu'il considère comme essentiellement délabrés sur les plans politique, économique, moral et spirituel.

Karaganov écrit : "L'Europe - autrefois un phare de la modernisation pour nous et de nombreuses autres nations - se dirige rapidement vers le néant géopolitique et, espérons que je me trompe, vers la décadence morale et politique. Son marché encore riche mérite d'être exploité, mais notre principal effort à l'égard de l'ancien sous-continent devrait consister à nous en séparer moralement et politiquement. Après avoir perdu son âme - le christianisme - il perd maintenant le fruit des Lumières - le rationalisme. En outre, sur ordre de l'extérieur [Washington], l'eurobureaucratie isole elle-même la Russie de l'Europe. Nous lui en sommes reconnaissants.

"La rupture avec l'Europe est une épreuve pour beaucoup de Russes. Mais nous devons la traverser le plus rapidement possible. Bien sûr, la clôture ne doit pas devenir un principe ou être totale. Mais parler de recréer un système de sécurité européen est une dangereuse chimère. Les systèmes de coopération et de sécurité doivent être construits dans le cadre du continent de l'avenir - la Grande Eurasie - en invitant les pays européens qui sont intéressés et qui nous intéressent".

L'Occident, écrit-il, est l'équivalent moderne de Sodome et Gomorrhe. "Il aurait été préférable de terminer notre odyssée occidentale et européenne un siècle plus tôt. Il ne reste plus grand-chose d'utile à emprunter à l'Occident, bien que de nombreux déchets s'y infiltrent. Mais, en achevant tardivement le voyage, nous conserverons la grande culture européenne qui est aujourd'hui rejetée par la mode post-européenne".  Comme l'Occident s'est rejeté lui-même, il est un mal et la Russie doit s'en éloigner. Il a répondu à ma question récente en disant que la culture que l'Occident a créée et dont il s'est aujourd'hui éloigné sera sauvée par la Russie.

Il y a d'autres points sur lesquels nous portons le même jugement, comme la manière défaitiste dont Poutine a mené le conflit avec l'Ukraine et son acceptation des provocations qui ont intensifié la participation de l'Occident au conflit.  La façon dont Poutine tente de faire en sorte que l'Occident ne se sente pas menacé, alors même que l'Occident menace la Russie, alimente le conflit. Exprimer continuellement votre volonté de négocier avec Washington, qui a l'intention de détruire la Russie et Poutine personnellement, est un manque de jugement extraordinaire. Le manque de réalisme vous frappe de plein fouet.

Karaganov écrit que la Russie devrait revoir son approche de la politique étrangère et passer d'une attitude défensive à une attitude offensive, et cesser de chercher à plaire à l'Occident et à négocier avec lui.  Les tentatives du Kremlin "sont non seulement immorales mais aussi contre-productives" car elles sont irréalistes et multiplient les provocations.

Karaganov voit l'Occident comme moi, c'est-à-dire qu'il s'enfonce dans la débauche morale et l'anti-humanisme. Il écrit : "Il est temps de brandir ouvertement la bannière de la défense des valeurs humaines normales contre les valeurs post-humaines, voire anti-humaines, de l'Occident".

Comme je l'ai expliqué, l'Ukraine fait partie de la Russie depuis des siècles, bien avant l'existence de l'Union soviétique. L'Ukraine est un tout nouveau pays arraché à la Russie par les néoconservateurs de Washington lors de l'effondrement de l'Union soviétique. L'Ukraine a été créée par Washington comme une arme à utiliser contre la Russie.  Il est extraordinaire qu'il ait fallu tant de temps aux Russes pour s'en rendre compte.  Les Russes ont dû subir un lavage de cerveau complet par Voice of America et Radio Free Europe.  C'était certainement le cas des intégrationnistes atlantistes.

Karaganov a échappé au lavage de cerveau.  Il écrit :

"Notre seul objectif raisonnable concernant les terres de l'Ukraine me paraît évident : la libération et la réunification avec la Russie de l'ensemble du sud, de l'est et (probablement) du bassin du Dniepr. Les régions occidentales de l'Ukraine feront l'objet de futures négociations. La meilleure solution consisterait à y créer un État tampon démilitarisé doté d'un statut formel de neutralité (avec des bases russes pour garantir la neutralité) - un lieu de vie pour les résidents de l'Ukraine actuelle qui ne veulent pas être citoyens de la Russie et vivre selon les lois russes. Et pour éviter les provocations et les migrations incontrôlées, la Russie devrait construire une clôture le long de sa frontière avec l'État tampon, comme celle que Trump a commencée à la frontière avec le Mexique."  Ou celle qu'Israël a construite en Palestine.

Karaganov écrit que dans la politique de défense de la Russie, le Kremlin attendait trop de l'Occident, s'attendant à une coopération et à de la bonne volonté. Le Kremlin ne devait pas être informé de la doctrine néoconservatrice de l'hégémonie américaine, qui déclare que la Russie est un obstacle à l'hégémonie de Washington et qu'elle doit être éliminée. Pour faire face à l'Occident, écrit Karaganov, la Russie devrait utiliser sa capacité nucléaire largement supérieure pour intimider l'Occident.

"En lançant à titre préventif (bien que tardivement) une opération militaire contre l'Occident [intervention militaire limitée en Ukraine], nous nous sommes fondés sur de vieilles hypothèses et ne nous attendions pas à ce que l'ennemi déclenche une guerre totale. Nous n'avons donc pas utilisé les tactiques d'intimidation de la dissuasion nucléaire active dès le début. Et nous continuons à traîner les pieds. Ce faisant, non seulement nous condamnons à la mort des centaines de milliers de personnes en Ukraine (y compris les pertes liées à la dégradation de la qualité de vie) et des dizaines de milliers de nos hommes, mais nous rendons également un mauvais service au monde entier. L'agresseur, qui est de facto l'Occident, reste impuni. Cela ouvre la voie à de nouvelles agressions".

Je suis heureux de voir que je soutiens que la non-réponse de Poutine à l'agression condamne le monde à la mort, non pas parce que je souhaite ces morts, mais parce que cela confirme ma conviction que tolérer les provocations ne mène pas à la paix, mais à davantage de provocations qui déboucheront sur une guerre nucléaire.  Je reste convaincu que l'absence de volonté d'agir de Poutine entraîne l'Armageddon nucléaire.

M. Karaganov souligne que M. Poutine s'écarte de la pratique militaire russe :

"La tradition russe veut que l'on inflige une défaite cuisante aux envahisseurs européens et que l'on se mette ensuite d'accord sur un nouvel ordre" conçu par les Russes.

Quant à la guerre menée par erreur en Ukraine, "l'opération militaire spéciale doit être poursuivie jusqu'à la victoire. Nos ennemis doivent savoir que s'ils ne battent pas en retraite, la légendaire patience russe s'épuisera et la mort de chaque soldat russe sera payée par des milliers de vies dans l'autre camp".

Là où Karaganov et moi divergeons, c'est sur sa conviction que la contrainte sur les guerres réside dans le fait que la plupart des pays disposent de moyens de dissuasion nucléaire. Son argument est rationnel.  Il écrit que si un agresseur s'expose à des représailles nucléaires, il est peu probable qu'il agresse. Le problème avec son argument est qu'il y a des psychopathes qui dirigent des pays, et que les psychopathes ne se soucient pas des populations*.  Il l'admet lui-même.  

Karaganov et moi-même sommes d'accord sur le fait qu'une attitude plus agressive de la part de la Russie amènerait l'Occident à repenser son agression et réduirait ainsi la probabilité d'une guerre nucléaire. Karaganov écrit :

"En intensifiant la dissuasion nucléaire, nous ne dégriserons pas seulement les agresseurs, mais nous rendrons également un service inestimable à l'humanité tout entière. Il n'existe actuellement aucune autre protection contre une série de guerres et un conflit thermonucléaire majeur. La dissuasion nucléaire doit être activée.

Karaganov décrit ici le sort probable de l'Europe et des États-Unis, peuples impuissants dépourvus de toute influence sur "leurs" gouvernements :

"La politique de la Russie devrait se fonder sur l'hypothèse que l'OTAN est un bloc hostile qui a prouvé son agressivité par sa politique antérieure et qui mène de facto une guerre contre la Russie. Par conséquent, toute frappe nucléaire sur l'OTAN, y compris les frappes préventives, est moralement et politiquement justifiée. Cela s'applique principalement aux pays qui apportent le soutien le plus actif à la junte de Kiev. Les anciens et surtout les nouveaux membres de l'alliance doivent comprendre que leur sécurité s'est cardinalement affaiblie depuis qu'ils ont rejoint le bloc, et que leurs élites compradores au pouvoir les ont mis au bord de la vie et de la mort. J'ai écrit à plusieurs reprises que si la Russie lance une attaque préventive de représailles sur un pays de l'OTAN, les États-Unis ne réagiront pas, à moins que la Maison Blanche et le Pentagone ne soient peuplés de fous qui haïssent leur pays et sont prêts à détruire Washington, Houston, Chicago ou Los Angeles au nom de Poznan, Francfort, Bucarest ou Helsinki".

"De mon point de vue, la politique nucléaire russe et la menace de représailles devraient également dissuader l'Occident d'utiliser massivement des armes biologiques ou cybernétiques contre la Russie ou ses alliés. La course aux armements dans ce domaine, menée par les États-Unis et certains de leurs alliés, doit être stoppée".

Les cibles à rayer de la surface de la terre ne se limitent pas à l'Europe.

"Il apparaît également nécessaire de modifier (dans une certaine mesure, publiquement) la liste des cibles des frappes nucléaires de représailles. Nous devons réfléchir sérieusement à qui, exactement, nous avons l'intention de dissuader.

"Les Américains [Washington] ont tué des millions de personnes au Vietnam, au Cambodge, au Laos et en Irak, ils ont commis des actes d'agression monstrueux contre la Yougoslavie et la Libye et, contre toute attente, ils ont délibérément jeté des centaines de milliers, voire des millions, d'Ukrainiens dans le feu de la guerre. En d'autres termes, ils ne se soucient même pas de leurs propres citoyens et ne seront pas effrayés par les pertes en vies humaines parmi eux".

Étant donné que les élites occidentales au pouvoir ne se préoccupent pas du tout de leur peuple, les attaques contre l'Amérique devraient être dirigées contre les élites au pouvoir totalement corrompues, "l'oligarchie mondialiste" :

"Il serait peut-être utile de désigner les lieux de rassemblement de cette oligarchie comme cibles de la première vague, voire de frappes de représailles préventives.

"Dieu a frappé d'une pluie de feu Sodome et Gomorrhe, plongées dans l'abomination et la débauche. Pourquoi la Russie ne donnerait-elle pas un coup de main à Dieu et ne frapperait-elle pas l'Occident de la même pluie de feu ?  C'est la question que pose Karaganov. "L'équivalent moderne : une frappe nucléaire limitée sur l'Europe. Une autre allusion à l'Ancien Testament : pour purifier le monde, Dieu a déclenché le Grand Déluge. Nos torpilles nucléaires Poséidon peuvent déclencher des inondations similaires sous forme de tsunamis. Aujourd'hui, les États les plus effrontément agressifs sont des États côtiers. L'oligarchie mondialiste et l'État profond ne doivent pas espérer s'échapper comme l'ont fait Noé et sa pieuse famille".

Karaganov écrit que "la Russie a finalement cessé de se traîner après l'Occident" et s'est réveillée face à son ennemi occidental.

Une plus grande confiance dans la dissuasion nucléaire est nécessaire pour refroidir les "dirigeants" européens qui ont perdu la tête, parlent d'un affrontement inévitable entre la Russie et l'OTAN et exhortent leurs forces armées à s'y préparer. Il faut rappeler à ces bavards et à leurs auditeurs qu'en cas de guerre entre la Russie et l'OTAN en Europe, il ne restera plus grand-chose de nombreux membres de l'alliance européenne, même après les premiers jours du conflit".

L'Occident, écrit Karaganov, est une menace morale et spirituelle aussi bien que militaire :

"La diffusion continue des technologies numériques ne se contente pas de promouvoir, mais impose des idéologies, des valeurs et des modes de comportement anti-humains ou post-humains qui rejettent les fondements naturels de la moralité humaine et presque toutes les valeurs humaines fondamentales.

"Nous pouvons déjà constater que les élites européennes ont perdu presque complètement la capacité de penser stratégiquement, et qu'il n'en reste pratiquement plus aucune au sens méritocratique traditionnel. Nous assistons à un déclin intellectuel de l'élite dirigeante aux États-Unis, un pays doté d'énormes capacités militaires, y compris nucléaires".

La question que nous pose Karaganov est la suivante :  Le nouveau monde en pleine ascension peut-il contenir l'ancien monde en déclin, caractérisé par la débauche, le péché et toutes les formes de mal, avant que le mal qui règne en Occident ne détruise le monde ?  Poutine et Xi peuvent-ils voir la réalité avant qu'il ne soit trop tard ?

Il est clair que les penseurs stratégiques russes ont été radicalisés par ce qu'ils ont vécu comme une trahison de la part de l'Occident.  La poursuite de l'hégémonie américaine à tout prix par les néoconservateurs a créé un ennemi dont la confiance en l'Occident est épuisée.  Comme je l'ai répété à maintes reprises, cette situation est bien plus dangereuse que celle qui prévalait pendant la guerre froide du XXe siècle.  La prise de conscience de ce danger continue d'échapper aux décideurs occidentaux.

Traduit de l'américain par Rouge et Blanc avec DeepL.com

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2024/03/03/the-braindead-american-foreign-policy-establishment/

* Voir: https://pocombelles.over-blog.com/2024/03/jean-dominique-michel-autopsie-d-un-desastre-et-apres-covidhub.ch/cara.news.html

 

NDLR: SLAVOPHOBIE ? CHRISTIANOPHOBIE ?

Les soldats ukrainiens, Slaves et chrétiens dans leur immense majorité, morts dans la guerre contre la Russie, se chiffrent par centaines de milliers. On cite le chiffre de 600.000. Les images des cimetières militaires ukrainiens montrent d'immenses étendues de tombes pavoisées qui s'étendent jusqu'à l'horizon:

https://www.youtube.com/watch?v=jblS71GeDx0

Côté russe, ce sont des dizaines de milliers de soldats morts. C'est une guerre fratricide. Qui, en Russie, souhaite ces morts de part et d'autre, en prolongeant la guerre ? Le nettoyage ethnique de l'Ukraine et ensuite de la Russie est-il l'un des objectifs de ceux qui ont organisé et qui contrôlent cette guerre, tant en Occident qu'en Russie et en Ukraine ? Qui profite de la corruption en Ukraine, du détournement des énormes fonds et de l'armement en provenance des pays alliés, de la prostitution des veuves et des filles des familles des soldats morts, du trafic des enfants orphelins ? Qui, en Russie, profite de la guerre ? Qui, par principe,  ne va pas se battre et mourir au front ? Qui (re) colonisera l'Ukraine quand tous ses habitants indigènes auront disparu ? Cui bono ? Pourquoi les patriotes russes chrétiens ou musulmans qui dénoncent les injustices du pouvoir dans leur pays sont-ils censurés ou persécutés, comme le colonel Vladimir V. Kvachkov par exemple ? Et pour finir, la Chine actuelle, capitaliste et communiste, championne du  contrôle social, de la censure et de la répression, serait-elle un meilleur modèle civilisationnel pour les peuples que l'Occident (dont la Russie) décadent et même "satanique", dixit Gandhi ? En tous les cas cette Chine capcom*, ennemie de celle du Falun Gong**, semble être la référence ultime de Klaus Schwab ... le WEF et tout ce qu'il représente est-il le trait d'union du pouvoir entre l'Occident, la Russie et la Chine ?

* Alliance entre deux pouvoirs: le Pouvoir de l'argent (capitalisme) et le Pouvoir de l'idéologie (communisme).

** https://fr.faluninfo.net/caracteristique-falun-gong/

Pour un regard critique sur la Russie poutinienne, théâtre d'une habile propagande "souverainiste", lire l'article d'Hannibal: "Le rôle de Poutine dans le cinéma arc-en-ciel" dans RIVAROL N°3604 du 6 mars 2024. On peut aussi consulter, sur ce blog, des articles du Club Izborsk traduits du russe en français et choisis en fonction de leur esprit critique (hashtag "Club d'Izborsk"), ainsi que ce qui concerne le colonel russe Vladimir V. Kvachkov et aussi le général russe Leonid Ivashov.

Manifestement, Paul Craig Roberts manque d'informations directes sur la Russie et fait trop confiance aux médias russes comme RT. Présenter l'Occident comme le camp du Mal et la Russie comme le camp du Bien, c'est de la propagande.

Rouge et Blanc

Voir aussi:

https://pocombelles.over-blog.com/2023/06/pierre-hillard-la-russie-fait-partie-integrale-du-mondialisme.entretien-avec-radio-lorraine-engagee.html

Un phénix (chinois!) s'élève de la Terre en flammes. Spectacle de clôture des JO de Londres en 2012.

Un phénix (chinois!) s'élève de la Terre en flammes. Spectacle de clôture des JO de Londres en 2012.

Lire la suite

Paul Craig Roberts: Poutine est-il réaliste ?

29 Février 2024 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Guerre, #OTAN, #Paul Craig Roberts, #Russie, #USA, #Occident, #Ukraine

Paul Craig Roberts: Poutine est-il réaliste ?

29 février 2024

Poutine est-il réaliste ?

Paul Craig Roberts

Comme les lecteurs le savent, je crains que la tolérance de Poutine à l'égard d'un conflit ukrainien qui se prolonge trop longtemps n'encourage le conflit à échapper à tout contrôle.  J'ai écrit à de nombreuses reprises sur ce risque négligé par le Kremlin.  Le 27 février, j'ai été interviewé par Finian Cunningham sur ce risque.  Si l'interview est publiée en ligne, j'y ferai un lien, en espérant qu'elle ne soit pas supprimée par les contrôleurs de la narration.

Il ne fait aucun doute que j'ai eu raison de dire que les provocations, acceptées par le Kremlin avec seulement quelques mots d'opposition, se sont aggravées au cours des deux dernières années.  

Dans un premier temps, l'Occident a envoyé aux Ukrainiens des casques et des sacs de couchage.  Puis des munitions pour armes légères. Puis de l'artillerie.  On a parlé de chars, mais Washington et l'OTAN ont dit "jamais de chars". Puis des chars ont été envoyés. Puis, après un premier refus, des drones et des missiles à portée intermédiaire. Puis des informations sur le ciblage. Puis des mercenaires.  Puis, après avoir été démentis, des missiles à longue portée et des F-16 américains capables de pénétrer profondément en Russie, loin du front, sont désormais à l'étude.  Et maintenant, le dernier en date, la proposition du président français d'envoyer des troupes de l'OTAN.  "Nous n'enverrons jamais de troupes", a déclaré M. Stoltenberg de l'OTAN. Mais tous les démentis précédents ont été battus en brèche et ne signifient rien.

La question qui se pose est donc la suivante :  Poutine a-t-il réduit la menace d'un conflit qui deviendrait incontrôlable en menant une lutte discrète limitée au Donbass et aux régions russes, ou son comportement discret a-t-il convaincu les néoconservateurs de Washington que Poutine est un tigre de papier qui acceptera n'importe quelle provocation et n'importe quelle insulte.  Dans ce dernier cas, les provocations s'intensifieront jusqu'à ce que le conflit devienne incontrôlable.  Il est clair que le passage des casques aux troupes de l'OTAN constitue une escalade considérable.  Poutine comprend que l'Occident a l'intention de détruire la Russie, alors pourquoi prolonge-t-il des conflits qui donnent à l'Occident l'occasion d'étendre le conflit ?

https://www.rt.com/russia/593366-putin-western-intentions-russia/

Le Kremlin et les médias occidentaux considèrent que la question fondamentale est l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN.  Les néoconservateurs qui contrôlent la politique étrangère américaine semblent penser que Poutine se tiendra à l'écart de cette question, tout comme il s'est tenu à l'écart des propos du président des États-Unis, qui l'a qualifié de "nouvel Hitler" et de "fils de pute". Aucun fonctionnaire américain de quelque rang que ce soit n'a jamais parlé en public des dirigeants soviétiques en ces termes.  Alors qu'il se rendait à Reykjavik, en Islande, pour rencontrer Gorbatchev, Reagan a déclaré à son entourage qu'un seul mot d'impolitesse à l'égard des dirigeants soviétiques et vous étiez renvoyé sur-le-champ.

L'objectif de Reagan était de mettre fin à la guerre froide, et il y est parvenu.  Ce sont les néoconservateurs et le complexe militaire/sécuritaire américain qui l'ont relancée.

Comme le défunt Steven Cohen et moi-même l'avons souligné, la menace d'une guerre nucléaire est aujourd'hui beaucoup plus élevée que pendant la guerre froide.  Au cours de ces années, les dirigeants des deux camps se sont efforcés de réduire les tensions et de parvenir à une sécurité mutuelle qui réduirait le danger d'une confrontation nucléaire.  J'ai participé à ces efforts et je suis peut-être l'une des rares personnes encore en vie à avoir connu et vécu cette expérience.

Après l'effondrement de l'Union soviétique, lorsque le Politburo a assigné le président russe Gorbatchev à résidence, les néoconservateurs ont vu leur chance d'hégémonie mondiale et ont commencé leur assaut contre la Russie.  Tous les accords de renforcement de la sécurité conclus au cours des années de la guerre froide ont été annulés par Washington.

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, est la marionnette de Washington.  Mais il n'est pas suffisamment stupide pour déclencher sciemment une guerre avec la Russie.  Qui peut imaginer que l'Europe, qui est incapable de protéger ses propres frontières d'une invasion d'immigrants non armés, puisse se battre contre la Russie ?  La guerre, si Poutine pouvait se résoudre à la mener, serait terminée en quelques minutes.

https://www.rt.com/russia/593382-putin-advanced-weapons-deployed/

Mais Stoltenberg, Washington et les États européens fantoches de Washington peuvent déclencher une guerre meurtrière en faisant preuve d'ingéniosité.  Au lieu de faire de l'Ukraine un membre de l'OTAN, une ligne rouge que même Poutine ne peut accepter, les différents pays de l'OTAN signent des accords de sécurité bilatéraux avec l'Ukraine. L'Allemagne et la Grande-Bretagne ont signé de tels accords, et d'autres entités territoriales de l'UE (des tours de Babel qui ne sont plus des nations) ont de tels accords en préparation.

Cela signifie que l'OTAN elle-même n'envoie pas de troupes, mais que les membres individuels le font.  En quoi cela est-il important ? Il s'agit toujours d'une guerre entre l'Europe et l'Angleterre contre la Russie.

Je pose donc à nouveau ma question :  Pourquoi Poutine encourage-t-il l'aggravation des provocations ?  Pourquoi considère-t-il l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN comme une ligne rouge, une vraie ligne rouge au lieu des lignes rouges de Poutine qui se résument à de nombreux mots, et pourquoi pense-t-il que les accords de sécurité bilatéraux entre les pays européens et l'Ukraine sont différents de l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN ?

C'est le refus de Poutine d'imposer des restrictions à un Occident faible et en train de s'effondrer qui conduit à l'Armageddon nucléaire.  Je n'écris pas ces lignes parce que je souhaite une victoire russe.  J'écris parce que je ne veux pas de l'Armageddon nucléaire. L'Occident est déraisonnable. Poutine pense encore qu'il peut raisonner l'Occident.  C'est une erreur fatale pour l'humanité.

Traduit de l'américain par Rouge et Blanc avec DeepL.

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2024/02/29/how-realistic-is-putin/

Lire la suite

Paul Craig Roberts: Le monde occidental : RIP

25 Janvier 2024 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Mondialisme, #Occident, #Paul Craig Roberts, #Politique, #USA, #Gandhi, #Jean Raspail, #Israël, #Ukraine

Paul Craig Roberts: Le monde occidental : RIP
Paul Craig Roberts: Le monde occidental : RIP
Paul Craig Roberts: Le monde occidental : RIP
Jean Raspail (1925-2020)

Jean Raspail (1925-2020)

25 janvier 2024

Le monde occidental : RIP

Paul Craig Roberts

 

J'en suis arrivé à la conclusion déprimante que les ethnies blanches qui constituaient les nations de la civilisation occidentale ont dégénéré dans une insouciance et une stupidité telles qu'elles n'ont aucune possibilité de survie.  Ils sont assis sans réfléchir devant la télévision et absorbent leur lavage de cerveau et leur endoctrinement.  Ils ne peuvent pas payer leur loyer, leur hypothèque ou leur voiture, mais ils paient sans cesse pour s'occuper des immigrants envahisseurs qui submergent leurs communautés de besoins matériels.

Aux États-Unis, la Caroline du Nord, autrefois un État du Sud et aujourd'hui une terre d'accueil pour les immigrants, a cédé ses lycées pour qu'ils servent de "zones de réinstallation" pour les immigrants-envahisseurs.  Au diable les contribuables de Caroline du Nord. Les droits des immigrants-envahisseurs l'emportent sur ceux des contribuables de Caroline du Nord, dont la population majoritairement blanche, selon le récit, est composée d'exploiteurs racistes suprématistes blancs.

https://thepostmillennial.com/north-carolina-high-school-to-close-make-way-for-newcomer-school-for-refugees-families#google_vignette

La Caroline du Nord a également construit, aux frais des contribuables, un campus pour un programme "Head's Start" destiné aux enfants d'immigrants-envahisseurs. Ce programme occupe une ancienne école destinée aux citoyens américains de Caroline du Nord.

https://www.wect.com/2023/07/07/ribbon-cutting-event-planned-east-coast-migrant-head-start-projects-new-campus/

Où que l'on regarde, on voit les États-Unis accueillir, aux frais des contribuables, les fardeaux sans fin des immigrants-envahisseurs autorisés à franchir la frontière sans être inquiétés, dans la tour de Babel que sont devenus les États-Unis. Selon des fuites, des sénateurs républicains RINO préparent un projet de loi sur l'immigration qui obligerait l'Amérique à accepter 1,8 million d'immigrants envahisseurs chaque année.  C'est incroyable de voir des Blancs détruire leur propre pays.

https://dailycaller.com/2024/01/24/senate-republican-josh-hawley-mike-lee-ted-cruz-border-deal-leak-proposal/?spot_im_redirect_source=pitc

Personne en Amérique ne peut faire quoi que ce soit.  Au lieu d'arrêter l'invasion et l'envahissement du pays, le gouvernement américain engage des ressources américaines sans fin pour défendre les frontières agressivement expansives d'Israël et de l'Ukraine, tandis que Washington démantèle la barrière mise en place pour défendre les frontières de l'Amérique.  Et l'imbécile responsable de cette politique se présente à la réélection présidentielle avec le soutien des médias et des élites américaines.

Dans ce qui reste des pays ethniques européens, le directeur de l'"agence de protection des frontières" de l'UE, Frontex, Hans Leitjens, a déclaré que "rien ne peut arrêter les immigrants".  Ce qu'il veut dire, c'est que l'UE n'empêchera pas les immigrants-envahisseurs d'apporter Le Camp des Saints à toute l'Europe et peut-être aussi à la Russie, compte tenu de la faiblesse démontrée par un gouvernement qui pourrait régner sur le monde.

https://www.infowars.com/posts/nothing-can-stop-immigrants-eu-border-chief/

L'abruti Hans Leitjens, manifestement partisan de l'anéantissement de l'Occident, déclare que l'opposition à l'envahissement par les immigrants-envahisseurs constitue de la "xénophobie et des préjugés".

Et voilà.  Si les ethnies blanches tentent d'empêcher leur renversement par des envahisseurs, elles sont xénophobes et racistes.  

Comment tant d'ethnies blanches ont-elles été converties à un point de vue qui ne les sert pas ? Les Anglais souffrent tandis que les immigrants-envahisseurs sont logés dans des hôtels. C'est ce que les Blancs ont appris à attendre de "leurs" gouvernements.

https://www.rt.com/business/591133-uk-power-cuts-energy-debt/

Ne trouvez-vous pas étrange que les ethnies blanches du monde entier soient prêtes à engager des vies et des ressources inépuisables pour protéger les frontières d'Israël et de l'Ukraine, mais rien pour protéger leurs propres frontières ?

Comment des gens aussi stupides peuvent-ils continuer à exister ?

Traduit de l'américain par Rouge et Blanc avec DeepL.

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2024/01/25/the-western-world-rip/

Sur le même sujet, par Paul Craig Roberts:

RT nous donne la vérité sur le commerce des armes

https://www.paulcraigroberts.org/2024/01/25/rt-gives-us-the-truth-about-the-arms-trade/

Voici le documentaire.  Il est très bien fait :

https://drive.google.com/file/d/1ep_LE-XFzpwSA0WPsAX8_q1f7vIPpDlW/view

Paul Craig Roberts: Le monde occidental : RIP
Gandhi, 8 septembre 1920. In : Romain Rolland, "Mahatma Gandhi".

Gandhi, 8 septembre 1920. In : Romain Rolland, "Mahatma Gandhi".

Paul Craig Roberts: Le monde occidental : RIP
Paul Craig Roberts: Le monde occidental : RIP
Paul Craig Roberts: Le monde occidental : RIP
Paul Craig Roberts: Le monde occidental : RIP

Cette civilisation satanique se détruira elle-même.

Gandhi, en parlant de l'Occident.

Lire la suite

Yves Pozzo di Borgo: entretien feutré et relativement explosif avec Xavier Azalbert (France Soir)

21 Janvier 2024 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Sénateur Yves Pozzo di Borgo, #France, #France Soir, #Europe, #Jean-Pierre Petit, #Poutine, #Politique, #Russie, #Ukraine, #USA, #Guerre

Yves Pozzo di Borgo: entretien feutré et relativement explosif avec Xavier Azalbert (France Soir)

"Un Entretien essentiel avec Yves Pozzo di Borgo au lendemain de la conférence de presse du président Macron qui permet un tour d’horizon des sujets d’actualité tant nationaux qu’internationaux. "

https://edition.francesoir.fr/videos-l-entretien-essentiel/yves-pozzo-di-borgo-propos-d-emmanuel-macron-il-vit-dans-un-metaverse

NDLR: Yves Pozzo di Borgo est sénateur à la retraite. En disant ce qu'il pense du gouvernement et des USA, il ne risque pas grand-chose. D'autant plus qu'il n'interroge ni ne remet en question  les soubassements et l'armature de la France et de l'Occident moderne: la Révolution française, le suffrage universel, la franc-maçonnerie, le rôle du judaïsme et du sionisme, les idéologies subversives LGBT et du wokisme, le transhumanisme, le règne absolu de l'Argent depuis la fin du Moyen-Âge, la philosophie des Lumières, le matérialisme et les attaques constantes contre l'Église, contre la religion et contre les religions, la vertigineuse dégradation des mœurs (jusqu'au crime) donnée en exemple par ceux qui gouvernent et même imposée aujourd'hui par ceux qui détiennent le pouvoir, sur le plan national comme européen et international.

Les jugements d'YPDB sont vrais, mais superficiels. Mais il nous parle de Jean-Pierre Petit, qui lui, comprend l'essentiel.

Ce dessin du génial Jean-Pierre Petit a 20 ans... et pas une ride. Minute 31:03, YPDB nous apprend que la technologie de l'hypersonie a été inventée par le physicien et astro-physicien Jean-Pierre Petit... viré du CNRS (parce que politiquement incorrect) ! Cette technologie a été récupérée par les Russes, c'est leur force contre l'OTAN pourtant numériquement beaucoup plus importante ! Les Russes ont des missiles hypersoniques imparables !

Ce dessin du génial Jean-Pierre Petit a 20 ans... et pas une ride. Minute 31:03, YPDB nous apprend que la technologie de l'hypersonie a été inventée par le physicien et astro-physicien Jean-Pierre Petit... viré du CNRS (parce que politiquement incorrect) ! Cette technologie a été récupérée par les Russes, c'est leur force contre l'OTAN pourtant numériquement beaucoup plus importante ! Les Russes ont des missiles hypersoniques imparables !

52:20: le missile hypersonique russe SARMAT, testé en pleine guerre d'Ukraine.

1H:12: 07: "Regardez la MHD, ce qu'on a perdu ! on était le meilleurs en France en 75 !"

1H:16:15: l'ENA et Polytechnique

1H: 29:52: "Les dieux, nos dieux, se nourrissent de nos croyances."

Yves Pozzo di Borgo: entretien feutré et relativement explosif avec Xavier Azalbert (France Soir)
Yves Pozzo di Borgo: entretien feutré et relativement explosif avec Xavier Azalbert (France Soir)
Lire la suite

Général-colonel Leonid Ivashov (2022): "Avec l'Ukraine, la Russie est une puissance mondiale. Sans l'Ukraine, la Russie est un pays asiatique."

19 Décembre 2023 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #OTAN, #Russie, #Ukraine, #Guerre

Le colonel-général Leonid Ivashov explique qui et comment la décision de mener une opération spéciale a été prise. Ce qui nous attend.

Avec l'Ukraine, la Russie est une puissance mondiale. Sans l'Ukraine, la Russie est un pays asiatique." Leonid Ivashov

Avec l'Ukraine, la Russie est une puissance mondiale. Sans l'Ukraine, la Russie est un pays asiatique." Leonid Ivashov

Lire la suite
1 2 3 4 > >>