Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

L'idéal et la réalité (Ortega y Gasset)

25 Août 2010 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

"Ce qui différencie peut-être le plus l'esprit infantile de l'esprit mûr, écrit justement Ortega y Gasset, c'est que le premier n'admet pas les lois de la réalité et substitue aux choses l'image que s'en forme son désir. Pour lui, la réalité est comme une substance molle et magique, docile aux calculs de notre ambition. La maturité commence pour nous au moment où nous découvrons que le monde et solide, que la marge offerte à notre désir y est faible, et que, en face de celui-ci, se dresse une matière résistante, rigide et inexorable. C'est alors que nous nous mettons à dédaigner le pur idéal et à estimer l'archétype, c'est-à-dire à considérer comme idéal la réalité elle-même en ce qu'elle a de profond et d'essentiel. Ces idéaux nouveaux, c'est la Nature qui nous les fournit et non plus notre tête. Ils sont beaucoup plus riches de contenu et de fantaisie que tous nos désirs."

Marcel de Corte: L'intelligence en péril de mort.

Lire la suite

L'arrivée de la brume

23 Août 2010 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Winslow Homer 006

 

 

Winslow Homer. L'arrivée de la brume (1885)

Museum of fine arts (Boston)


Lire la suite

L'inversion cosmique de Vatican II

9 Août 2010 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #religion

peleca-copie-1.jpg

 

Sceau de l'ordre des Jésuites (Christogramme)

 

Seul est un catholique accompli celui qui édifie la cathédrale de son âme sur une crypte païenne.

 Nicolas Gomez Davila

 

Il me semble que ni dans le "Bref Examen critique sur le Novus ordo missae" signé des cardinaux Ottaviani et Bacci (et rédigé par Mgr Guérard des Lauriers), ni dans les ouvrages critiques sur Vatican II comme "Complot contre l'Eglise" de Maurice Pinay, "Ils l'ont découronné" de Mgr Lefebvre, ni ailleurs, on ait fait remarquer que le renversement à 180° de l'autel dans les églises catholiques était une révolution cosmique et historique en plus d'être une révolution religieuse.
Les églises chrétiennes sont en effet toutes orientées à l'est; le porche d'entrée étant situé de l'autre côté, à l'ouest, du côté du soleil couchant. Dans la messe traditionnelle, le culte sacrificiel s'effectue face à l'autel, au fond de l'abside, à l'est, dans la direction du soleil levant.
Depuis Vatican II, la messe dite de Paul VI n'est plus un sacrifice à Dieu, le Christ étant désormais considéré seulement comme homme (et non comme le vrai Messie, qui est toujours attendu par les Juifs), mais une commémoration de la Cène présidée par le prêtre. La communion, repas partagé symboliquement, est reçue debout par les fidèles et non plus à genoux comme l'était le Corps du Christ dans la messe traditionnelle (1). Cette nouvelle messe est célébrée sur une table-autel, au centre de l'église, face aux fidèles, c'est à dire face à l'ouest. Or, pour les peuples d'origine celtique comme pour la plupart des peuples de la terre; l'ouest, direction du soleil couchant, a toujours été le symbole de la mort.
Cette inversion d'une importance symbolique essentielle bouleverse donc l'ordre cosmique: source de lumière, de chaleur et de vie, le soleil ordonne la vie quotidienne des hommes, des animaux, des plantes et de toutes les créatures. Le Christ, "Soleil de justice", "Lumière de vérité", est aussi la personnification divine du soleil.
Elle rompt non seulement avec la tradition chrétienne et humaine mais aussi avec la continuité de l'histoire. En effet, la conversion de Constantin au christianisme en 312 a mis fin au règne de Sol Invictus (Le Soleil Invincible) comme dieu de l'Etat romain. Constantin, qui avait été un adepte convaincu de ce culte, institua par décret du 7 mars 321 "Dies Solis", le Jour du repos, qui devint "Dimanche" et "Sunday" ("Jour du Soleil" en anglais) (2).

Notons à ce propos que l'adoption du christianisme comme religion officielle et unique de Rome et donc de l'empire romain est une rupture avec le polythéisme antique (et universel) et en même temps avec la sagesse libre, indépendante et universelle du Christ face au pouvoir politique et religieux. Nous entrons donc dans une nouvelle ère: celle de l'intolérance.

L'empereur Héliogabale (218-222) avait institué un festival s'achevant le 25 décembre par le "dies natalis solis invicti" (jour de la naissance du soleil invincible). Le culte de Sol Invictus,  qui emprunta certainement beaucoup à ceux d'Apollon et de Mithra, devint religion officielle avec l'empereur Aurélien (270-275). 

Le 25 décembre, date où l'allongement de la durée du jour devient visible après le solstice d'hiver (21 ou 22 décembre), et de facto premier jour de la renaissance du soleil, est devenu Noël, jour de la naissance du Christ. Selon la tradition, c'est le pape Libère qui a fixé en 354 le jour de la naissance du Christ à cette date.

La messe célébrée vers l'ouest dans l'hérésie conciliaire (3) ou "noachisme" (4) est donc une Nuit et une Mort et non une Lumière et une Résurrection. 

 

Béthune

 

(1)  "La génuflexion, c'est l'adoration; elle est due à Dieu, et à Dieu seul. "Que tout genoux fléchisse sur la terre". Nous qui y sommes, nous qui adorons la présence réelle du Verbe incréé dans les espèces consacrées, il nous incombe de perpétrer sur terre cette tradition de la génuflexion." Mgr Guérard des Lauriers, dernière homélie prononcée le 3 janvier 1988 en la fête du Saint Nom de Jésus.   

(2) C'est pour cela que la messe célébrée le samedi pour ceux qui sont absents le dimanche est une imposture. Le samedi est le jour du Sabbat des Juifs!

(3) On ne peut parler de religion pour cette hérésie qui a usurpé le nom et le lieux de culte catholiques après Vatican II car toute religion suppose un culte et un sacrifice offerts à un dieu ou à plusieurs. Pour celle-ci (noachisme), Jésus-Christ n'est plus Dieu. Toute la théologie officielle depuis Vatican II va dans le sens de l'humanité de NSJC et  dans l'abandon et la négation de sa divinité.

(4) Noachisme: "Hérésie où le christianisme est subordonné au judaisme, ce dernier étant considéré non plus comme simplement antérieur mais comme supérieur" (...) "Noachisme : de Noah (Noé en hébreu), doctrine selon laquelle la Révélation christique (ou le prophétisme mahométan) n'a nullement résilié l'Alliance entre Dieu et le peuple juif, mais a permis aux gentils (non juifs) d'avoir enfin une justification, cette justification supposant toutefois la subordination des non juifs au peuple de Dieu, Messie et Rédempteur. Bref, la Nouvelle Alliance ne modifierait pas le rôle prédominant des enfants fidèles de Sem sur leurs frères infidèles (Mahométans), mais surtout sur les enfants de Japhet et de Cham. Le développement, même descriptif, de cette théorie (illustrée jadis par Gougenot des Mousseaux, dans Le Juif et la judaïsation des peuples chrétiens, Paris, 1869 et 1886) semble impossible en France, eu égard à la législation répressive en vigueur (voir La Francophobie, p. 39-85). On lira avec intérêt, sur ce sujet, l'article publié récemment en Italie dans la revue Sodalitium, n° 34, janvier 1993, édition française, Località Carbignano, 36, I-10020 Verrua Savoia (To.), Italie." (in Eric Delcroix:LA POLICE DE LA PENSÉE CONTRE LE RÉVISIONNISME DU JUGEMENT DE NUREMBERG A LA LOI FABIUS-GAYSSOT")

 

Site internet Noahide.org: link

 

Définition du noachisme sur le site anglais noachide.org.uk:  link

 

"The Noachide Code: The Seven Commandments of the Covenant of Noah, the universal moral code for all mankind.

 Most people have heard of the so-called ‘Ten Commandments’, but what they don't know is that 'Ten Commandments' is a mistranslation. In the original Hebrew, ‘Aseret HaDibrot' correctly translates as ‘Ten Statements’, and it was ten statements that Moses brought down from Mount Sinai, carved in two stone tablets. Likewise many people are also unaware that Judaism is a religion of duel covenants, one for Jews and another for Non-Jews. According to Jewish tradition (which comes from the Divine revelation to Moses at Mount Sinai), the Torah of Moses contains a covenant binding on the Jewish people consisting of 613 commandments, and another known as the ‘Covenant of Noah’ consisting of 7 commandments which is binding on all the peoples of the world who are not Jewish.

 One of the commandments given to the Jewish people was to become ‘a light unto the (non-Jewish) nations’, and as part of fulfilling this task they have preserved in the Talmud the universal code of seven noachide commandments.

 People who observe the Covenant of Noah are considered by the Rabbis to be ‘Righteous Gentiles’ and are known as Noachides or Bnai Noach in Hebrew, both these terms mean ‘descendants of Noah.’

 The biblical covenant of Noah (symbolized by the rainbow) is a Divine promise to never again destroy humanity. The Jewish tradition informs us that in return for this promise, all humanity must observe the seven universal Noachide commandments. This is the Divine plan for world peace."

 

(6) La "pax deorum" des Romains. Celui qui la compromettait était passible de mort, car il mettait la Cité en péril.

 

sol-invictus1

 

Monnaie de l'empereur romain Probus (circa 280), coiffé d'une couronne de rayons solaires. 

Au revers, on peut voir le dieu solaire monté sur le quadrige, avec les mots "Sol Invictus". 

 

405px-Christus Sol Invictus

 

Mosaïque représentant le char solaire de Sol Invictus. IIIe ou IVe s.

Mausolée M de la Nécropole de la Basilique de St-Pïerre de Rome.

Lire la suite