Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Méditation sur l'arbre (Marie-Victorin)

31 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

Chêne foudroyé du site mésolithique des Vindrins nov 201

Chêne (pédonculé) dans la Forêt de Rambouillet (France) à proximité d'un exceptionnel site mésolithique. La foudre a laissé une cicatrice qui va de la cime jusqu'au pied. Arbre sacré des Gaulois et des peuples européens, symbole de longévité et d'éternité, le chêne était dédié à Donar-Thor, dieu de la foudre et du tonnerre. Photo: P.O.C.

 

 

« Je suis entré dans la forêt pour étudier l’arbre. Assis sur la mousse, j’ai ouvert l’un de ces bons vieux traités de botanique qui savaient tout et parlaient doctement des plantes telles qu’on les voit. Et voici ce que me dit mon brave auteur au mot arbre : " L’arbre est une plante ligneuse, vivace, ayant une tige principale que l’on nomme tronc, habituellement dépourvue de branches à sa partie inférieure, mais portant une couronne de branches à son sommet. "

D’impatience, j’ai repoussé le bouquin, qui fut s’abattre, ouvert à plat ventre, sur les rosaces vertes des cornouillers. Non, ce n’est tout de même pas cela, l’arbre! Ce n’est pas seulement une colonne de bois, cette surrection d’une force mystérieuse, vivante et universelle qui défie la pesanteur, maîtresse du monde inorganique.

L’arbre est émouvant dans sa forme infiniment variée et cependant une : cette forme que l’on ne peut définir autrement qu’en l’appelant forme d’arbre. D’où lui vient-elle? La philosophie consultée n’a pas de réponse. L’observation des analogies laisse entendre que la forme de l’arbre est fonction de son mode de vie sédentaire. Les animaux marins, les coraux par exemple, fixés aux flancs des rochers, ne prennent-ils pas la forme arborescente?

Solidement ancré dans la terre, en un point déterminé par le capricieux voyage d’une graine, l’arbre soulève sa masse, la résout en branches pour multiplier les contacts, pour baigner mieux dans la portion de l’air nourricier qui lui est accessible.

Ainsi, chaque lignée d’arbre inscrit sur le tableau bleu du ciel, sans cesse nettoyé par les vents, une signature propre que la vieille Nature, depuis des millions d’années, a inscrite au registre de la vie, ce que connaissent aussi par héritage tous les êtres de la foret et de la plaine : insectes, oiseaux, petits mammifères, qui ont partie liée avec l’arbre. »

 

Extrait tiré d’une causerie par le Frère Marie-Victorin au programme de La Cité des Plantes, le 12 octobre 1943.

Pour l'écouter, cliquez ici: link sur le site du JARDIN BOTANIQUE DE MONTREAL

Nota: Il y a quelques jours, l'enregistrement était en panne sur le site du Jardin botanique de Montréal et il était impossible de l'écouter. Les services du JBM ont été avisés et vont remédier au problème. 

 

 

 

 

 

Gerda Muller: Mon arbre. Un merveilleux livre qu'on ne se lasse pas de relire et d'admirer

 

Lire la suite

L'UE est le vieux modèle soviétique habillé à l'occidentale (W. Boukovsky)

31 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune


 

Mais l'UE c'est aussi cela:


Ezra Pound, Canto XIV

 

Lire la suite

Asia at the centre of the new world order (Thanong Khanthong/The Nation - Thailande)

29 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

Le dernier sommet de l'Organisation pour la Coopération de Shangai (SCO) à Pékin en juin 2012 a inspiré ce commentaire de Thanong Khantong, chef de la rédaction du journal thailandais The Nation


It might not be too far off the mark to stress that the SCO is contemplating a new order to replace the existing Anglo-Saxon world order, which has dominated our planet for centuries.

 (...)

The existing order evolved more spectacularly after the Second World War under the directives of the US and the UK. The pillars of the present global order are the United Nations, the World Bank, the International Monetary Fund, the Bank for International Settlements, the World Trade Organisation, Nato and other related international organisations. Underlying their polices are free trade, liberalisation, cooperation and liberal democracy, to bring nations under "globalisation".

But the members of the SCO are suspicious that globalisation is a ruse to bring forth a one-world currency, a one-world central bank and a one-world government under the control of the global elite.

(...)

The meeting of the SCO in Beijing took place at a historic juncture, with the existing order wobbling. The European Union is crumbling under the weight of a banking crisis and public sector indebtedness. The US is contemplating another round of quantitative easing, or money printing, to prop up financial markets and the economy. Practically all of the economies of the developed world are suffering financial distress to variable degrees, after years of financial bubbles. The modern global economy has been fashioned by money printing, public- and private-sector debt creation and bank credit expansion. The bubbles created by money printing and credit expansion popped in 2008. But the system has been propped up by endless money-printing. And the bubbles have to pop once again to create a global depression. The Anglo-Saxon order sees a one-world government and one-world currency as a way out.

The SCO repudiates this antithesis of a new world order. It has an antithesis of its own, but the East's world order is not clear as yet. But the East is finally rising to challenge the West, which has dominated this planet over the past four to five hundred years. Financially, the East remains strong compared to the West, which is now living on money printing. We learn from history that money printing eventually leads to hyperinflation. (...)

 

Article complet sur le site de The Nation: link

 

Lire la suite

Dossier spécial de Horizons et Débats (Suisse) sur les psychotechniques à l'école

29 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

HORIZONS ET DEBATS (SUISSE) : link


 

Dernier numéro: N° 43|44, 22 octobre 2012

«Foreign Affairs»: «Pourquoi l’Iran devrait acquérir la bombe»
L’équilibre nucléaire signifierait la stabilité | par Kenneth N. Waltz
«Mais le plus doux ne peut pas vivre en paix, s’il ne plaît pas à son méchant voisin.» (Friedrich Schiller)
Le plaidoyer de Kenneth N. Waltz pour la bombe iranienne – Kishore Mahbubani à propos de l’Occident – la maxime d’Etat suisse de la neutralité armée perpétuelle | par Tobias Salander
La main gauche sait-elle ce que fait la main droite?
Des voix américaines invitent à plus de rationalité lors de missions au Proche-Orient – la sécurité des troupes en mission est toujours davantage mise en question – la voie diplomatique entreprise après une guerre est pleine d’embûches
Les répercussions collatérales de la guerre syrienne menacent le fragile Irak
par Tim Arango, Bagdad
Les Forces spéciales américaines sont de nouveau en mission en Irak
par Tom Hayden
Les Etats-Unis ont subi les pires pertes d’avions militaires depuis Vietnam, et personne ne l’a remarqué
par John Hudson
Les Etats-Unis n’ont plus d’espoir de trouver un «accord» avec les Talibans
par Matthew Rosenberg et Rod Nordland
En Allemagne, l’«Alternative électorale 2013» a été fondée
La monnaie fiduciaire – le financement des dépenses publiques – l’inflation. Goethe s’achoppa-t-il à un problème essentiel de la politique monétaire?
par Jens Weidmann, président de la Banque fédérale d’Allemagne, docteur ès sciences politiques Discours de bienvenue prononcé lors du XVIIIe colloque de l’«Institut für bankhistorische Forschung» (IBF), tenu le 18 septembre 2012 à Francfort-sur-le-M
Le Conseil national pose des jalons en politique agricole
Protection de l’agriculture suisse et de la sécurité alimentaire en Suisse | par Marianne Wüthrich, docteur en droit, Zurich
L’écomusée hongrois – même en automne un plaisir
L’école de Kondorfa
Les psychotechniques à l’école et au jardin d’enfants violent les droits fondamentaux
Importation des USA
par Judith Barben*
Des psychologues scolaires et des psychothérapeutes mettent en garde contre les psychothérapies dans les écoles
Menace pour la santé mentale de l’enfant par le biais de sujets irréels
«Max et les maximonstres»
Représentation théâtrale dans une classe de jardin d’enfants – un récit d’une mère
Des «sorcières» à l’école maternelle
Des parents vaudois se défendent contre une lecture obligatoire psychiquement nuisible
Dans le canton de Fribourg, le livre «Même pas peur» a dû être éliminé de l’école primaire suite à la forte pression des parents
Il faut éduquer les enfants d’après les principes démocratiques et en faire des êtres humains disant oui à la vie et capables de vivre en communauté
Utiliser les technologies existantes et les perfectionner de façon sensée
Préparer les enfants et les adolescents aux réalités de la vie
Lire la suite

A propos de: Comprendre la Chine avec Jean-François Billeter et Simon Leys

28 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

 

 

Source: http://www.youtube.com/watch?v=cthAXVJuu_Y

 

 

 

Entrevue de Jean-Francois Billeter sur RSR (Radio Suisse Romande) - Lausanne à propos de son livre: "Chine trois fois muette"

Source: http://www.youtube.com/watch?v=0_gIaNMmTU4


 

Jean-Francois Billeter est Professeur à l'Université de Genève, Faculté des Lettres, Département des Langues et Littératures méditerranéennes, slaves et orientales. Il est l'auteur, notamment, d'études sur Tchouang tseu (Lecons sur Tchouang tseu, Etudes surTchouang tseu, Editions Allia). 

A compléter avec cet enregistrement INA d'une émission "Apostrophes" de Bernard Pivot avec Simon Leys, l'auteur de "La forêt en feu" et de l'inoubliable "Les habits neufs du Président Mao", ci-dessous.

Le public intelligent et cultivé comprendra que La Russie (l'ethnie slave et l'état russe russificateur/panslaviste) n'est culturellement rien par rapport à la Chine où se perpétue, notamment à travers le taoïsme, la pensée "shamanique" qui est le substrat préhistorique de tous les peuples de la terre. Et ceci malgré le confucianisme qui conserve toute son importance.

La prépondérance chinoise dans le monde actuel, qui ne s'accompagne pas d'une politique hégemonique globale comme celle de l'Occident, comme Jacques Sapir l'a très bien montré, est sans doute le signe d'un recentrage culturel et peut-être spirituel sur l'Asie et l'Austronésie-Amérique, qui est un seul et même monde; mais en même temps et surtout sur le passé profond de l'humanité. Humanité et nature qui ne font qu'un. 

C'est ce que Jean-Francois Billeter essaie de nous faire comprendre lorsqu'il écrit dans ses Lecons sur Tchouang-tseu (Alia, Paris, 2002) que le lecteur occidental du Zhuangzi se trompe lorsqu'il croit "qu'il est en présence de notions, de représentations ou de réalités spécifiquement chinoises, alors qu'il a sous les yeux la description d'une expérience universelle."  Cette distinction est très importante.

Chez les peuples du Pacifique, d'origine asiatique, le concept le plus profond, qui s'exprime de la même manière dans la langue maorie (Nouvelle-Zélande/Aotearoa) et dans la langue aymara  (Bolivie-Pérou) par exemple, est celui-là: le passé est ce qui est visible, devant nos yeux, et qui nous relie à la chaîne de la création par les traditions. Le futur, c'est ce qui est derrière nous, derrière notre vue, invisible. 

C'est en même temps celui de l'espace-temps ("pacha" en aymara) et de la terre notre mère, "pachamama" en aymara, dont l'équivalent en maori est "whenua" (terre, placenta).

Concepts, principes, qui s'opposent à la conception linéaire de l'histoire et au "progrès" de l'Occident moderne ou plutôt maconnique.

Les peuples "civilisés" des Andes et de l'Altiplano, en Amérique du sud, avaient et ont encore le plus grand respect pour les peuples "primitifs" de l'Amazonie qu'ils nommaient "Ñaupa machu", c'est à dire "les ancêtres".* Peuples que les gouvernements colonialistes péruviens n'ont cessé, jusqu'à aujourd'hui, de spolier et de décimer. Comme les Yankees firent en Amérique du Nord avec les "Peaux-Rouges", les Russes en Sibérie avec les Samoyèdes et les peuples nomades... et les Chinois avec la sinisation ou "hanisation".

Il ne s'agit pas de génocides, mais de parricides, ce qui est infiniment plus grave. 

 

Pierre-Olivier Combelles


* Consulter: Jehan Vellard: Dieux et parias des Andes - Les Ourous, ceux qui ne veulent pas êtredes hommes (Paris, Emile-Paul, 1954)  et Robert Randall: Qoyllur Rit'i, an inca fiesta of the Pleiades: reflections on time and space in the andean world (Bull. Inst. Fr. Et. And., 1982, XI, N° 1-2, pp. 37-81.

     

 

 

 

Source: http://www.youtube.com/watch?v=ZG5H4qujUS0

 

Sur le plan politique, ou plutôt géopolitique, on ne restera pas indifférent devant le dernier sommet de l'Organisation pour la Coopération de Shangai (SCO), à Pékin, en juin de cette année. Un nouvel ordre mondial est en train de s'organiser, comme le souligne Thanong Khantong, le chef de la Rédaction du journal de Thailande The Nation (citation traduite de l'anglais en espagnol):

"No estaría del todo equivocado afirmar que la SCO está contemplando un nuevo orden que reemplace al orden mundial existente anglosajón, que ha dominado nuestro planeta durante siglos... Está claro que China está ejerciendo un papel de liderato mundial". Este fue el comentario del Jefe de Redacción de The Nation de Tailandia, Thanong Khanthong, quien sigue diciendo:

"Los Estados miembros y potenciales Estados miembros de la SCO, como Rusia, China, India e Irán están surgiendo como potencias regionales y mundiales, lo que representa una antítesis al orden existente. Colectivamente, estarían más interesados en crear sus propias perspectivas en vez de hacerle el juego a los planes de Occidente".

De quelle nature sera l'antithèse au projet de Nouvel Ordre Mondial occidental? On n'en sait rien... ce que l'on sait, c'est que les économies chinoise et russe sont hautement prédatrices, ce qui ne manque pas de susciter l'inquiétude.

Une inquiétude que partage le Japonais Masahiko Fujiwara dans son livre Kokka no hinkaku (La Dignité d'une nation) publié à Tokyo en novembre 2005 et vendu à 2 millions d'exemplaires au Japon et dans lequel il déplore la perte de l'identité nippone, l'américanisation et le règne de l'argent, et appelle à la restauration des valeurs du bushido, le code d'honneur des samouraïs.

 

Source: Asia en el centro del nuevo orden mundial, la Organización para la Cooperación de Shangai surge como fuerza mundial sur le site de Lyndon LaRouche: link

Source en anglais sur le site de The Nation: link


 

Motif pachacuti manta péruvienne petit

Lire la suite

Your life has a limit but knowledge has none (Zhuangzi)

27 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

"Your life has a limit but knowledge has none. If you use what is limited to pursue what has no limit, you will be in danger. If you understand this and still strive for knowledge, you will be in danger for certain! If you do good, stay away from fame. If you do evil, stay away from punishments. Follow the middle; go by what is constant, and you can stay in one piece, keep yourself alive, look after your parents, and live out your years."

Zhuangzi, III. Trad. Watson Burton


 

 

Fenghuang, le phénix

Lire la suite

Abolis l'étude, et tu seras sans soucis (Tao Tö King, XX)

26 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

      pleiades

 

XX

 

Abolis l’étude, et tu seras sans soucis.

« La petite différence entre "oui " et "oh oui " », « la grande différence entre "le bien" et "le mal" », « que l’on doit craindre ce que d’autres craignent » — comme (l’étude de ces choses) est illimitée ! On n’en vient jamais à bout !

Mais, quand tous les hommes ont une réunion joyeuse, comme pour la célébration d’un grand sacrifice ou l’ascension d’une terrasse en printemps, alors moi seul, en repos, je ne donne aucun signe, comme un nourrisson qui ne sait pas encore sourire, abandonné, comme quelqu’un qui ne sait de quel côté se tourner ! Quand tous les hommes ont surabondance, moi seul je suis comme quelqu’un qui a tout perdu. Cela vient de ce que j’ai le cœur d’un imbécile, aussi niais !

Que les gens ordinaires soient éclairés, moi seul je suis dans l’obscurité ! Que les gens ordinaires soient clairvoyants, moi seul je suis myope ! De faible lueur comme la lune dans sa dernière phase ! Tournoyant comme si je n’avais où me tenir ! Alors que tous les hommes ont quelque chose (qu’ils savent faire), moi seul je suis ignorant comme un paysan ! Moi seul je diffère des autres hommes, en ce que je prise me nourrir de la Mère.

 

TAO TÖ KING, LE LIVRE DE LA VOIE ET DE LA VERTU

Texte chinois établi et traduit avec des notes critiques et une introduction par J. J.-L. DUYVENDAK (1889-1954). Librairie d’Amérique et d’Orient Adrien Maisonneuve, Paris, 1987


 

Motif pachacuti manta péruvienne

Au milieu, en forme de S couché: motif traditionnel "pachacuti" (désordre, chaos, retournement) sur une manta moderne bolivienne. Ph.: POC

 

Lire la suite

L'Islande et le refus de l'austérité (Salim Lamrani)

21 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

 

 

CRISE ÉCONOMIQUE 

 

L’Islande et le refus de l’austérité

 

par Salim Lamrani*

 

L’Union européenne fait aujourd’hui le choix de l’austérité face à la crise économique mais se lance en même temps dans le sauvetage — avec des fonds publics — des banques privées qui auraient dû faire faillite à cause de leur mauvaise gestion. Est-ce vraiment la seule solution viable ? Salim Lamrani se penche sur le cas de l’Islande, un exemple que les médias et les apprentis sorciers de la finance européenne préfèrent passer sous silence.

 

RÉSEAU VOLTAIRE | PARIS (FRANCE) | 18 OCTOBRE 2012

Suite de l'article: link

 

* Enseignant, chargé de cours aux universités Paris-Descartes et Paris-Est Marne-la-Vallée. Dernier ouvrage publié en français : Cuba. Ce que les médias ne vous diront jamais (Estrella, 2009).

 

Lire la suite

l'UE prix Nobel de la Paix 2012

21 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

 

Photo: Source: Caretas (Lima-Pérou) 2254, oct 2012.

 

Le capitalisme, c'est l'exploitation de l'homme par l'homme, et le communisme c'est le contraire.

Blague russe

 

 

 

L'UE est le vieux modèle soviétique habillé à l'occidentale

Wladimir Boukovsky

 


Le Politbureau de l'UE: link (les 27 commissaires)

Lire la suite

Derrière les collines de Lima

20 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

De l'autre côté de la colline

Derrière les collines des quartiers riches de Lima: les favelas (asentamientos, au Pérou) s'étendent à perte de vue dans le désert, peuplées de millions de gens chassés des Andes par l'absence de toute politique agricole pour le peuple. Photo: Pierre-Olivier Combelles, 2012.

 

 

Tandis que se dynamisent les relations entre les USA et le Pérou, faisant suite aux récents sommets de l'APEC et d'ASPA 3 (America de Sur - Paises Arabes) pour attirer de nouveaux investissements principalement dans les mines, le pétrole et l'agriculture d'exportation, le gouvernement répète à toute occasion que le Pérou est un pays "émergent" qui pratique l'"inclusion sociale".

Que signifient les formules "émergent"  et "inclusion sociale" pour un pays qui n'a aucune industrie de transformation, qui prostitue ses ressources naturelles: pétrole, gaz naturel, mines, forêts de l'Amazonie, pêche, etc. aux compagnies étrangères et qui continue à être gouverné par une ploutocratie corrompue et cynique (la même que dénonçait Humboldt au XIXe siècle) alors que les Andes se dépeuplent, que les populations et la forêt amazoniennes sont en proie à une politique de destruction, que le Pérou est devenu le premier producteur mondial de cocaïne devant la Colombie et la Bolivie, que toutes ses réserves sont en dollars et que la capitale, Lima, en plein désert côtier, mégapole d'une monstrueuse hideur, compte aujourd'hui 10 millions d'habitants, le tiers de la population totale du pays, la plupart vivant dans des conditions misérables ?

La société péruvienne, fondamentalement coloniale, évolue selon le schéma de la ploutocratie occidentale actuelle: les transnationales et les riches d'un côté, défendus par l'Etat, et les misérables de l'autre, les plus nombreux et qui augmentent sans cesse. Je dis bien les misérables, et non les pauvres, parce qu'un pauvre a le nécessaire mais pas le superflu, tandis qu'un misérable manque du nécessaire. Y compris, et surtout de la beauté. Quant un peuple vit dans la laideur génerale: celle de l'habitat, celle de l'habillement, celle des manières, des médias et de la politique, n'est-il pas arrivé à la pire forme de la misère ?

Les 3/4 des chauffeurs de taxi à Lima ont un autre métier dont ils n'arrivent pas à vivre. Les enseignants font la même chose à cause de leurs salaires misérables. Les hôpitaux sont en grève. Les paysans des Andes abandonnent la culture de leurs terres pour travailler dans les mines. Des employés travaillent 12 h par jour auxquelles s'ajoutent 4H de transport dans le vacarme et la pollution pour gagner 25 soles, ou plutôt 17 soles (moins de 7 dollars), ce qui reste quand ils ont payé leurs transports. Les minibus et les cars urbains sont pleins de gens qui mendient. Le soir, dans la rue, des enfants de 10 ans font des exercices d'acrobatie devant les 4x4 des riches arrêtées aux feux rouges, pour manger et rapporter un peu d'argent à la maison. Les jeunes se prostituent et se droguent.

POC


tintin picaros

Tintin et les Picaros (Hergé)

Lire la suite
1 2 3 > >>