Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

L'après-midi d'un faune dans le parc du château de Rambouillet

21 Juin 2017 , Rédigé par POC

L'après-midi d'un faune dans le parc du château de Rambouillet
C'est la canicule. Dans le parc du château de Rambouillet, je suis allé m'asseoir au bord de l'eau,  à l'ombre d'un "shankolo". C'est le beau nom choctaw du cyprès chauve (Taxodium distichum) que j'emploie toujours au lieu de l'horrible nom français.

C'est la canicule. Dans le parc du château de Rambouillet, je suis allé m'asseoir au bord de l'eau, à l'ombre d'un "shankolo". C'est le beau nom choctaw du cyprès chauve (Taxodium distichum) que j'emploie toujours au lieu de l'horrible nom français.

Tronc large et puissant, enserré dans son réseau d'écorces entrecroisées...

Tronc large et puissant, enserré dans son réseau d'écorces entrecroisées...

Rideaux de feuillage vert d'eau, si légers qu'ils frémissent à la moindre brise...

Rideaux de feuillage vert d'eau, si légers qu'ils frémissent à la moindre brise...

Shankolo, shankolo, beau shankolo qui m'ombrage et me rafraîchis, où sont les forêts d'Amérique peuplées des tiens; où sont les bayous, les oiseaux, les insectes, les poissons, les alligators, les usnées qui pendent aux branches, là-bas, dans  ton pays d'origine...

Shankolo, shankolo, beau shankolo qui m'ombrage et me rafraîchis, où sont les forêts d'Amérique peuplées des tiens; où sont les bayous, les oiseaux, les insectes, les poissons, les alligators, les usnées qui pendent aux branches, là-bas, dans ton pays d'origine...

Où sont les anhingas au cou de serpent qui pêchaient dans l'eau à vos pieds ?... (John James Audubon, The Birds of America)

Où sont les anhingas au cou de serpent qui pêchaient dans l'eau à vos pieds ?... (John James Audubon, The Birds of America)

et les  perroquets de Caroline au beau plumage vert et jaune qui jacassaient dans vos branches ? (Mark Catesby, The parrot of Carolina and the cypress of America, The Royal Society)

et les perroquets de Caroline au beau plumage vert et jaune qui jacassaient dans vos branches ? (Mark Catesby, The parrot of Carolina and the cypress of America, The Royal Society)

Où sont les Indiens Choctaw qui ont vécu dans vos forêts pendant des millénaires, creusant leurs canots dans le bois de vos troncs et tissant les fibres de vos écorces pour faire leurs hottes ? Shankolo, shankolo... qui en Amérique prononce encore votre beau nom comme je le fais, seul, assis à votre pied dans le parc lointain de Rambouillet ?  ...  (Louisiana Indians Walking Along a Bayou Alfred Boisseau – 1847)

Où sont les Indiens Choctaw qui ont vécu dans vos forêts pendant des millénaires, creusant leurs canots dans le bois de vos troncs et tissant les fibres de vos écorces pour faire leurs hottes ? Shankolo, shankolo... qui en Amérique prononce encore votre beau nom comme je le fais, seul, assis à votre pied dans le parc lointain de Rambouillet ? ... (Louisiana Indians Walking Along a Bayou Alfred Boisseau – 1847)

Tu m'as  répondu en frôlant soudain mon visage et ma bouche d'un rameau léger poussé par un souffle invisible...

Tu m'as répondu en frôlant soudain mon visage et ma bouche d'un rameau léger poussé par un souffle invisible...

Dehors, la chaleur est écrasante; la lumière aveuglante. Les oiseaux ne chantent plus. C'est le silence. Un héron dressé, immobile au bord du bassin où il fixe le jet d'eau, se laisse approcher à quelques mètres. Il a extrêmement chaud à cause de l'épaisseur de son plumage et il évite le moindre mouvement qui pourrait l'échauffer encore plus.

Dehors, la chaleur est écrasante; la lumière aveuglante. Les oiseaux ne chantent plus. C'est le silence. Un héron dressé, immobile au bord du bassin où il fixe le jet d'eau, se laisse approcher à quelques mètres. Il a extrêmement chaud à cause de l'épaisseur de son plumage et il évite le moindre mouvement qui pourrait l'échauffer encore plus.

Là, c'est un col-vert qui s'est mis à l'ombre d'une vasque de pierre, au bord du lac

Là, c'est un col-vert qui s'est mis à l'ombre d'une vasque de pierre, au bord du lac

Il fait chaud, chaud... les statues de marbre se dénudent...

Il fait chaud, chaud... les statues de marbre se dénudent...

Un frisson d'air frais se glisse sous la robe de Diane au mollet d'airain...

Un frisson d'air frais se glisse sous la robe de Diane au mollet d'airain...

Ce que je veux dire dans cet article sur le parc de Rambouillet, c'est que Taxodium distichum est un arbre indien.

Pas seulement parce qu'il est américain, mais parce qu'il est historiquement, écologiquement et culturellement indien (ou amérindien si l'on veut).

Ici, dans nos parcs, il est totalement séparé de son milieu naturel. 

Comme ces Sauvages que l'on ramenait en France pour les montrer à la Cour...

Le "shankolo" sous lequel je m'étais assis l'a parfaitement compris et c'est pourquoi il m'a fait un signe en caressant soudain mes lèvres de la pointe d'un rameau porté par un souffle invisible.

Lui et moi, nous nous comprenons. Nous sommes tous les deux des exilés.

P.-O.C.

Photos de Pierre-Olivier Combelles (20 juin 2017). Appareil: Fujifilm X100T.

"La liberté mène à la rivière, la rivière aux arbres, et les arbres aux hommes humbles, et à leur si précieuse amitié" Valentin Pajetnov.
La version française de son livre "L'ours est mon maître" est parue en octobre 2016 aux éditions Transboreal. Traduction, préface et postface d'Yves Gauthier. 521 pages.

Merci à Alain Sennepin  http://europe-tigre.over-blog.com/ pour m'avoir envoyé cette belle citation de Pajetnov. 

Partager cet article

Repost 0