Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

A propos de: Comprendre la Chine avec Jean-François Billeter et Simon Leys

28 Octobre 2012 , Rédigé par Béthune

 

 

Source: http://www.youtube.com/watch?v=cthAXVJuu_Y

 

 

 

Entrevue de Jean-Francois Billeter sur RSR (Radio Suisse Romande) - Lausanne à propos de son livre: "Chine trois fois muette"

Source: http://www.youtube.com/watch?v=0_gIaNMmTU4


 

Jean-Francois Billeter est Professeur à l'Université de Genève, Faculté des Lettres, Département des Langues et Littératures méditerranéennes, slaves et orientales. Il est l'auteur, notamment, d'études sur Tchouang tseu (Lecons sur Tchouang tseu, Etudes surTchouang tseu, Editions Allia). 

A compléter avec cet enregistrement INA d'une émission "Apostrophes" de Bernard Pivot avec Simon Leys, l'auteur de "La forêt en feu" et de l'inoubliable "Les habits neufs du Président Mao", ci-dessous.

Le public intelligent et cultivé comprendra que La Russie (l'ethnie slave et l'état russe russificateur/panslaviste) n'est culturellement rien par rapport à la Chine où se perpétue, notamment à travers le taoïsme, la pensée "shamanique" qui est le substrat préhistorique de tous les peuples de la terre. Et ceci malgré le confucianisme qui conserve toute son importance.

La prépondérance chinoise dans le monde actuel, qui ne s'accompagne pas d'une politique hégemonique globale comme celle de l'Occident, comme Jacques Sapir l'a très bien montré, est sans doute le signe d'un recentrage culturel et peut-être spirituel sur l'Asie et l'Austronésie-Amérique, qui est un seul et même monde; mais en même temps et surtout sur le passé profond de l'humanité. Humanité et nature qui ne font qu'un. 

C'est ce que Jean-Francois Billeter essaie de nous faire comprendre lorsqu'il écrit dans ses Lecons sur Tchouang-tseu (Alia, Paris, 2002) que le lecteur occidental du Zhuangzi se trompe lorsqu'il croit "qu'il est en présence de notions, de représentations ou de réalités spécifiquement chinoises, alors qu'il a sous les yeux la description d'une expérience universelle."  Cette distinction est très importante.

Chez les peuples du Pacifique, d'origine asiatique, le concept le plus profond, qui s'exprime de la même manière dans la langue maorie (Nouvelle-Zélande/Aotearoa) et dans la langue aymara  (Bolivie-Pérou) par exemple, est celui-là: le passé est ce qui est visible, devant nos yeux, et qui nous relie à la chaîne de la création par les traditions. Le futur, c'est ce qui est derrière nous, derrière notre vue, invisible. 

C'est en même temps celui de l'espace-temps ("pacha" en aymara) et de la terre notre mère, "pachamama" en aymara, dont l'équivalent en maori est "whenua" (terre, placenta).

Concepts, principes, qui s'opposent à la conception linéaire de l'histoire et au "progrès" de l'Occident moderne ou plutôt maconnique.

Les peuples "civilisés" des Andes et de l'Altiplano, en Amérique du sud, avaient et ont encore le plus grand respect pour les peuples "primitifs" de l'Amazonie qu'ils nommaient "Ñaupa machu", c'est à dire "les ancêtres".* Peuples que les gouvernements colonialistes péruviens n'ont cessé, jusqu'à aujourd'hui, de spolier et de décimer. Comme les Yankees firent en Amérique du Nord avec les "Peaux-Rouges", les Russes en Sibérie avec les Samoyèdes et les peuples nomades... et les Chinois avec la sinisation ou "hanisation".

Il ne s'agit pas de génocides, mais de parricides, ce qui est infiniment plus grave. 

 

Pierre-Olivier Combelles


* Consulter: Jehan Vellard: Dieux et parias des Andes - Les Ourous, ceux qui ne veulent pas êtredes hommes (Paris, Emile-Paul, 1954)  et Robert Randall: Qoyllur Rit'i, an inca fiesta of the Pleiades: reflections on time and space in the andean world (Bull. Inst. Fr. Et. And., 1982, XI, N° 1-2, pp. 37-81.

     

 

 

 

Source: http://www.youtube.com/watch?v=ZG5H4qujUS0

 

Sur le plan politique, ou plutôt géopolitique, on ne restera pas indifférent devant le dernier sommet de l'Organisation pour la Coopération de Shangai (SCO), à Pékin, en juin de cette année. Un nouvel ordre mondial est en train de s'organiser, comme le souligne Thanong Khantong, le chef de la Rédaction du journal de Thailande The Nation (citation traduite de l'anglais en espagnol):

"No estaría del todo equivocado afirmar que la SCO está contemplando un nuevo orden que reemplace al orden mundial existente anglosajón, que ha dominado nuestro planeta durante siglos... Está claro que China está ejerciendo un papel de liderato mundial". Este fue el comentario del Jefe de Redacción de The Nation de Tailandia, Thanong Khanthong, quien sigue diciendo:

"Los Estados miembros y potenciales Estados miembros de la SCO, como Rusia, China, India e Irán están surgiendo como potencias regionales y mundiales, lo que representa una antítesis al orden existente. Colectivamente, estarían más interesados en crear sus propias perspectivas en vez de hacerle el juego a los planes de Occidente".

De quelle nature sera l'antithèse au projet de Nouvel Ordre Mondial occidental? On n'en sait rien... ce que l'on sait, c'est que les économies chinoise et russe sont hautement prédatrices, ce qui ne manque pas de susciter l'inquiétude.

Une inquiétude que partage le Japonais Masahiko Fujiwara dans son livre Kokka no hinkaku (La Dignité d'une nation) publié à Tokyo en novembre 2005 et vendu à 2 millions d'exemplaires au Japon et dans lequel il déplore la perte de l'identité nippone, l'américanisation et le règne de l'argent, et appelle à la restauration des valeurs du bushido, le code d'honneur des samouraïs.

 

Source: Asia en el centro del nuevo orden mundial, la Organización para la Cooperación de Shangai surge como fuerza mundial sur le site de Lyndon LaRouche: link

Source en anglais sur le site de The Nation: link


 

Motif pachacuti manta péruvienne petit

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :