Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Articles récents

"Voyez mes frères, le printemps est venu..." (Sitting Bull)

8 Octobre 2014 , Rédigé par Béthune

"Voyez  Mes frères, le printemps est venu ; la terre a reçu l'étreinte du soleil, et nous verrons bientôt les fruits de cet amour! Chaque graine s'éveille et de même chaque animal prend vie. C'est à ce mystérieux pouvoir que nous devons nous aussi notre existence ; c'est pourquoi nous concédons à nos voisins, même à nos voisins animaux, le même droit qu'à nous d'habiter cette terre. Pourtant, écoutez-moi, vous tous, nous avons maintenant affaire à une autre race, petite et faible quand nos pères l'on rencontrée pour la première fois, mais aujourd'hui grande et arrogante. Assez étrangement, ils ont dans l'idée de cultiver le sol et l'amour de posséder est chez eux une maladie. Ces gens-là ont établi beaucoup de règles que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour leur propre usage et se barricadent contre leurs voisins ; ils la défigurent avec leurs constructions et leurs ordures. Cette nation est pareille à un torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. Nous ne pouvons vivre côte à côte."

 

Discours  qui  aurait été prononcé par  Sitting Bull (Tatanka Iyotaka) en 1875
 

Lire la suite

Quand les hommes s'amusent sur la mer: l'Hydroptère

7 Octobre 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Inventé en 1976 par le grand marin Eric Tabarly à partir d'une coque de Tornado pour faire la coque centrale, le trimaran à hydrofoils a été perfectionné par Alain Thébault qui a créé l'Hydroptère, avec lequel il a battu le record du monde de vitesse à la voile (51 noeuds). Il a pu atteindre ensuite la vitesse de 61 noeuds. La particularité géniale de l'hydrofoil est de dépasser la vitesse du vent: 25 noeuds avec 20 noeuds de vent par exemple.

Alain Thébault s'est entouré d'une équipe d'ingénieurs retraités, la plupart de l'aéonautique, qui avaient travaillé par exemple sur la conception des Mirage. Quand on voit l'usage que l'on fait des chasseurs-bombardiers dans les guerres modernes d'extermination des populations civiles, on se dit que mieux vaut, en effet, s'intéresser à perfectionner les bateaux à voile. C'est d'ailleurs par là que ces "braves" gens auraient du commencer...

Site de l'Hydroptère:http://www.hydroptere.com/

Quelques vidéos:

http://www.youtube.com/watch?v=jCuP-XHefTo

http://www.youtube.com/watch?v=2boayPZ3GbE

http://www.youtube.com/watch?v=QIOBNjew3k4

http://www.youtube.com/watch?v=36PRnNBuN9I

 

l'Hydroptère à grande vitesse (capture d'écran)

l'Hydroptère à grande vitesse (capture d'écran)

Lire la suite

Les dauphins qui jouent avec leurs cercles de bulles

6 Octobre 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

http://www.dailymotion.com/video/x6xyzn_dauphin-joue-avec-ces-cercles-de-bu_animals#rel-page-9

Merveilleux! Bouleversant !

Cela me rappelle les sternes (arctiques ou pierregarin, je ne rappelle plus) qui jouaient inlassablement à surfer dans l'air des vagues, sur la Basse Côte-Nord du Québec, où je les ai regardées pendant plus d'une heure, assis sur un rocher, par une belle après-midi de brise (c'était à la Petite rivière Kegashka, près de chez Leslie et sa fille Laureen Foreman, en juillet 1990).

Les animaux adorent jouer.

POC

Lire la suite

La tragédie de la pollution lumineuse (AVEX)

6 Octobre 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Aujourd'hui, la plupart des hommes sont devenus des urbains. Même s'ils apercoivent les astres et les étoiles de temps en temps, ils ne les connaissent plus et de vivent plus avec eux. Ils fuient la noirceur de la nuit naturelle. Les étoiles des villes, les étoiles "domestiques", ce sont les lampadaires des rues, les éclairages des galeries marchandes, des édifices publics et privés.

C'est une minorité: paysans (au vrai sens du terme, une espèce en voie d'extinction), pêcheurs-chasseurs-cueilleurs "primitifs", astronomes, poètes, artistes, qui les connaissent, les aiment et vivent encore en leur "compagnie", dans une vie cosmique, entière.

Dans tous les pays du monde, la pensée et le pouvoir politiques,comme les principales religions du monde, qui sont monothéistes*, sont devenus urbains et non-cosmiques.

En Amérique du sud, dans les Andes, l'antique et universelle Fête des Pléiades, fête du Nouvel An, des Morts et des récoltes (Qoyllur Rit'i en quechua, Matariki en maori) a été christianisée en fête du Corpus Christi et a perdu son sens réel.

La tragédie de notre époque est d'avoir une conscience écologique dans une vie acosmique et désacralisée.

POC

* Lire à ce sujet Mircea Eliade: Le sacré et le profane, L'épreuve du labyrinthe (entretiens avec Claude-Henri Rocquet), etc.

 

Site de l'AVEX (Astronomie du Vexin) qui publie des cartes et des études très intéressantes (notamment pour les élus locaux et les associations écologistes ou naturalistes) sur la pollution lumineuse:

http://www.avex-asso.org/

http://www.avex-asso.org/dossiers/wordpress/?p=1657#more-1657

 

pl

Photographie satellitale de l'Europe de l'ouest, la nuit.

Source de l'image: AVEX

Lire la suite

Les populations animales ont décliné de moitié depuis 1970 (WWF: Rapport Planète Vivante 2014)

2 Octobre 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Yin-Yang asiatique

 

Motif pachacuti manta péruvienne petit

Le Pachacuti (détail d'une manta bolivienne). Ph: Pierre-Olivier Combelles

 

"L’Indice Planète Vivante ® (IPV), établi en mesurant plus de 10 000 populations représentatives de mammifères, d’oiseaux, de reptiles, d’amphibiens et de poissons, a décliné de quelque 52 % depuis 1970."

http://www.wwf.fr/vous_informer/rapports_pdf_a_telecharger/planete_vivante/?3420/rapport-planete-vivante-2014

Remarques:

 

Je vois maintenant que nous assistons à une révolution de la terre elle-même. Et ce qu'on peut voir partout, ce sont les manifestations de cette révolution; les armes atomiques, la dévastation de la flore et de la faune. Peut-être que la terre n'a plus besoin de l'homme et qu'il ne lui est peut-être plus nécessaire.
Ernst Jünger (Journal)

 

Mais plus que l'homme, il me semble que c'est la forme actuelle de l'homme qui pose problème. Les ancêtres de l'homme au Jurassique n'étaient sûrement pas un problème pour les autres espèces et pour l'équilibre de la nature. Tout comme l'homme occidental moderne n'est qu'un triste (et passager, souhaitons-le) avatar de l'homme archaïque des origines, ces ñaupa machu (Vieux Ancêtres) comme les Indiens des Andes d'en haut (hanan, en quechua) nomment encore, avec crainte et respect, les peuples "primitifs" de chasseurs-pêcheurs-cueilleurs d'Amazonie, d'en bas (hurin)...

Le rythme de l'univers était, pour ces peuples d'Amérique du Sud originaires de la lointaine Asie via le Pacifique*, l'alternance entre Hurin et Hanan, entre le Bas et le Haut, le Féminin et le Masculin,le Liquide et le Solide,  l'Aquatique (Amazonie, Océan Pacifique) et le Montagnard (Andes), le Froid et le Chaud, le Sombre et le Clair, etc. Le symbole de l'alternance et en même temps du chaos entre deux périodes d'ordre était le Pachacuti, un S horizontal similaire au symbole du Yin-Yang. L'antique Serpent.

Depuis la conquête par l'homme blanc capitaliste au XVIe siècle, l'Amérique est plongée, comme le Monde moderne, dans le Pachacuti, le chaos.

P.O.C.

* ¿Na Wai Taua? Conférences par Pierre-Olivier Combelles à l'Université Nationale Mayor de San Marcos (UNMSM) et à l'Université Catholique Sedes Sapientae (UCSS), à Lima (Pérou) en 2012: http://www.campucss.edu.pe/blog/na-wai-taua/

Indien d'Amazonie, notre ñaupa machu.

Indien d'Amazonie, notre ñaupa machu.

Lire la suite

A propos de l'origine extra-terrestre de la vie (Université Max Planck)

2 Octobre 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Des scientiphyques de l'Université Max Planck (Bonn, Allemagne) ont découvert dans un nuage de gaz de la Galaxie de la Voie lactée (la nôtre) des molécules qui pourraient être à l'origine des acides aminés et donc de la vie:

http://www.lepoint.fr/astronomie/l-origine-de-la-vie-pourrait-bien-etre-extra-terrestre-01-10-2014-1868173_1925.php

http://iris-recherche.qc.ca/

La conclusion de cette découverte est que l'origine de la vie pourrait n'être pas terrestre mais extra-terrestre.

La Science est très en retard sur la philosophie, la poésie et les religions archaïques (pour ne parler que des humains, car quid de qu'en savent les 8,7 millions d'autres espèces actuelles connues du globe, à qui on ne demande pas leur avis): cela fait des millions d'années que les sages qui contemplent le ciel nocturne savent que la vie terrestre vient des étoiles, et pas le contraire.

Comme l'eau des océans dans laquelle nous nageons et qui vient de la glace des comètes...

Lire la suite

Julian Barbière (UNESCO): l'océan au bord d'une catastrophe écologique (La Voix de la Russie, 25 septembre 2014)

26 Septembre 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Recouvrant près de 70% de la planète, l’océan maintient la biodiversité et le climat, couvre nos besoins en transports, ressources alimentaires et minérales.

La Journée mondiale de l’océan, jadis destinée à commémorer sa grandeur et son importance, a perdu son caractère joyeux il y a longtemps : l’océan, cette force puissante et inconnue, est au bord d’une catastrophe écologique.

Aujourd’hui, aux problèmes océaniques dits « traditionnels » (réchauffement climatique, pollution, réduction de la biodiversité) s’ajoute un nouveau défi important – la surpopulation. Notre expert Julian Barbière, chef de la politique marine et des programmes régionaux à la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO, nous a fait l’immense honneur de décortiquer la situation avant de procéder aux mécanismes de régulation de ces problèmes majeurs.

LVdlR.Quelles sont les principales menaces pesant sur les océans ?

Julian Barbière . Effectivement, la Journée mondiale de l’océan est là pour sensibiliser le public sur les grands enjeux qui touchent les océans. Ces enjeux sont de différents types d’échelle. Il y a des enjeux globaux. Par exemple, on parle beaucoup de l’acidification des océans qui est liée au nombre d’émissions de gaz carbonique qui sont, en général, absorbées par l’océan. Plus on rejette de gaz carbonique dans l’atmosphère à cause des activités humaines, et plus l’océan absorbe ce gaz, se transforme et crée des réactions chimiques qu’on appelle donc l’acidification. Le problème est que cela peut toucher toute la chaîne trophique des océans, du plancton au zooplancton et aussi aux coquillages, les récifs coralliens dans certaines régions. Ces problèmes de l’acidification qui ne font qu’augmenter depuis plus de 150 ans maintenant sont un vrai enjeu pour les océans.

On peut aussi parler des questions de surexploitation des ressources naturelles dans le milieu marin, particulièrement, les questions de surpêche. On estime aujourd’hui qu’il y a environ entre 50 et 75% des stocks de poisson surexploités. Cela crée un vrai problème puisque les espèces n’ont plus le temps de se renouveler parce qu’elles sont cachées. Il y a aussi un aspect qui est lié à l’alimentation humaine. Beaucoup de communautés et de gens dans le monde dépendent du poisson et de ressources marines pour leur alimentation. Donc, il y a un vrai enjeu de sécurité alimentaire.

Un troisième grand problème qui touche les océans ce sont toutes les questions liées aux pollutions qui viennent principalement de la terre. Elles sont soit liées au manque d’égouts dans les villes, dans les grandes villes et donc des décharges qui se répandent dans les océans. Mais aussi tous les polluants qu’on trouve dans les pesticides ou dans les engrais qu’on utilise dans l’agriculture qui se retrouvent dans les rivières et qui finissent évidemment dans les océans. L’impact dans l’océan de ces polluants est principalement la présence de contaminants, de métaux lourds. On voit apparaître de plus en plus de zones mortes, c’est-à-dire des zones où il n’y a plus d’oxygène dans l’eau et donc il n’y a plus de vie. On estime que maintenant dans le monde il y a entre 400 et 500 zones mortes.

Donc, voilà en quelques mots les grands enjeux. On peut aussi rajouter la perte des habitats côtiers, par exemple, dans les zones tropicales, là où il y a la mangrove qui pousse et qui a un rôle très important dans l’écologie des écosystèmes. Ces zones sont aussi bien souvent abattues pour le développement côtier, pour la création de bassins d’aquaculture, etc. Là aussi, il y a un vrai problème de protéger ces écosystèmes qui sont très-très riches.

LVdlR.On parle en outre de la surpopulation mondiale. En quoi ce phénomène constitue-t-il une menace pour les écosystèmes ?

Julian Barbière . Effectivement, les zones côtières sont des lieux qui attirent les populations de part leur attractivité, de part leur accès à la mer et donc à la ressource et aussi de part le fait que ces zones permettent des échanges entre les nations. Avec les processus de globalisation, on estime maintenant qu’il y a environ 50% de la population mondiale qui réside dans une zone côtière entre 0 et 5 km et principalement réside dans de grands centres urbains (on parle de mégalopoles) qui sont, en général, des villes de plus de 10.000 d’habitants. Il y a donc toute une série de problèmes qui viennent avec cette haute densité de population dont j’ai déjà parlé. Il y a aussi la demande constate pour l’espace côtier. En général, c’est au détriment des espaces naturelles que les constructions se font. Et puis, il y a aussi toute une série de conflits entre les utilisations des zones maritimes.

LVdlR.Le problème de surpopulation peut-il accélérer l’aggravation de déficit en eau potable ?

Julian Barbière . Oui, bien évidemment, puisque ces grands centres urbains ont besoin d’avoir accès à des ressources en eau. Très souvent, ces ressources sont puisées d’aquifères qui se trouvent sous ces villes et qui n’ont pas la capacité de se renouveler de part leur surexploitation. Cela peut entraîner les phénomènes d’affaissement puisque l’eau qui est en-dessous est pompée d’une façon excessive. Conjugué avec le problème d’élévation du niveau de la mer, on peut avoir de vrais problèmes d’inondation, par exemple dans les villes comme Bangkok.

LVdlR.Les scientifiques craignent que la planète ne parvienne pas à nourrir tous ses habitants, entraînant des guerres sanglantes seulement pour les matières premières et l'eau, mais aussi pour la nourriture. Qu’est-ce que vous en pensez ?

Julian Barbière . Plus la ressource épuise, plus il y a de compétition pour y accéder, plus il y a de demande. C’est clair que cette compétition peut entraîner des conflits au sein des pays ou même entre les pays. Evidemment, c’est un vrai problème. Cela peut être une source de conflit dans des zones maritimes où l’on voit souvent des pays qui veulent éteindre leur domaine national maritime afin de pouvoir accéder à certaines ressources. Il y a une Convention qui existe pour gérer ce genre de problèmes : c’est la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer qui permet de délimiter quelles sont les juridictions de chacun des Etats. C’est à travers ce genre de processus qu’on peut, peut-être, trouver des solutions. Mais il faut aussi trouver des alternatives, c’est-à-dire qu’on ne peut pas toujours aller exploiter, exploiter, exploiter… Il faut trouver des solutions plus « vertes » du point de vue technologiques qui permettraient de réduire ces conflits.

LVdlR.Est-il possible d’agir sur d’autres problèmes que vous avez évoqués ?

Julian Barbière . Oui, tout est possible. L’année prochaine Paris va accueillir une très grande réunion sur le changement climatique. L’idée est de trouver un accord mondial entre les pays afin de réduire les émissions en CO2. C’est seulement en arrivant à contraindre nos émissions du point de vue global que nous arriveront à minimiser ou à réduire les impacts de l’acidification des océans puisqu’elle est liée à ce que les humains rejettent dans l’atmosphère. On peut aussi trouver des solutions qui viennent de la mer même. Il y a certains écosystèmes qui sont de vraies pompes à carbone, qui sont capables de stocker des quantités très importantes de carbone atmosphériques : par exemple, les mangroves, les herbiers, les marais salants. Donc, en protégeant ces espèces, on peut arriver à une sorte de double objectif : premièrement – on augmente la capacité de stockage de carbone, et deuxièmement – cela permet aussi de préserver, de conserver la biodiversité marine.

Commentaire.Ce qui est fait est fait : les ressources naturelles diminuent comme peau de chagrin, des espèces disparaissent, la surpêche explose, les émissions de CO2 dans l’atmosphère ne font que provoquer le réchauffement global. Le danger croissant de surpopulation ne fait qu’approcher la probabilité d’une troisième guerre mondiale, une guerre pour les matières premières, la nourriture et l’eau.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que la raison du plus fort n’est pas toujours la meilleure. Propriété de personne, l’océan est une ressource appartenant à la planète entière dont nous devons tous prendre soin pour qu’il puisse, à son tour, prendre soin de nos descendants.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/5646129/277787070/

Source: http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/5646129/277787070/

UNESCO: Journée mondiale des océans,Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer: http://www.un.org/fr/events/oceansday/

Lire la suite

Infinité du réel, anakuklesis, palais des miroirs...

26 Septembre 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

En ce moment, sur une autre planète, quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers en ce moment, sur une autre planète, quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers en ce moment, sur une autre planète, quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers en ce moment, sur une autre planète, quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers en ce moment, sur une autre planète, quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers en ce moment, sur une autre planète, quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers en ce moment, sur une autre planète, quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers en ce moment, sur une autre planète, quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers en ce moment, sur une autre planète, quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers en ce moment, sur une autre planète, quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers en ce moment, sur une autre planète, quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers en ce moment, sur une autre planète, quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un autre univers  quelqu'un d'autre se demande si quelque part dans l'univers ou dans un au

Lire la suite

Travailler pour danser (cannibales Uitoto)

26 Septembre 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

"Nos traditions sont toujours vivantes parmi nous, même lorsque nous ne dansons pas, mais nous travaillons uniquement pour pouvoir danser." Les danses consistaient dans la réitération de tous les événements mythiques.

Mircea Eliade, Le sacré et le profane (1947) 1965, Gallimard, Paris, p. 92.

 

Dans les sociétés archaïques, on travaillait pour danser.

En France, sous l'Ancien Régime, on travaillait et on dansait.

Au XIXe et au XXe siècle, on travaillait et on dansait un peu.

Au XXIe siècle on ne travaille plus ou trop et on ne danse plus.

Lire la suite

St Josaphat, le christianisme et le bouddhisme

24 Septembre 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

"Au Xème siècle parvint en Europe l'histoire d'un saint homme nommé Josaphat, qui avait vécu dans les lointaines contrées d'Orient. Jacques de Voragine immortalisa son souvenir en l'inscrivant dans sa Légende dorée, puis, en 1583, le pape Sixte Quint le fit entrer au nombre des saints reconnus par l'Eglise. Il est désormais fêté le 27 novembre. Ce qui est moins connu, c'est que ce Josaphat qui fut canonisé était en réalité le Bouddha lui-même, dont l'histoire et le nom, peu à peu déformés par la transmission de pays en pays avaient finalement atteint l'Europe" (...)

L'article de Rounga sur Agoravox:

http://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/bouddhisme-et-christianisme-154837?debut_forums=100#forum4127120

Article Wikipedia surSt Josaphat: http://fr.wikipedia.org/wiki/Barlaam_et_Josaphat

Le Bouddhisme est une religion et une philosophie dont les origines remontent en Inde au Ve siècle avant J.-C.

 

Lire la suite