Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Articles récents

Agriculture: Trade Wars and Food Wars. Obama and the Multi-Nationals (James Petras)

22 Septembre 2016 , Rédigé par POC

The concentration and centralization of the agro-business multi-nationals advances with gigantic strides: Potash Corp and Agrium have combined into a $30 billion monopoly over the world fertilizer market. Dow Chemical and DuPont combine in a $130 billion dollar deal in the seed and agricultural chemicals sector.

Conclusion

US multi-national agro-business mergers have upped the ante in provoking social upheavals, North and South. While the agro-business elite expands overseas and increases domestic profits, it does so by heightening class and national conflicts, which, in turn, provoke brutal state repression.

The alliance between agro-business and militarism is a major factor driving the global ascent of populism and nationalism, as well as Islamist radicalism.

The ‘war versus trade’ contradiction dividing the US business elite has created a disjointed political class spinning in both directions without coherence.

The electorate reacts with double negatives: hostile to their own leaders and hostile to any alternatives. The response may well be greater abstention and withdrawal by the voters.

The US and EU multi-nationals, pivoting toward greater concentration of wealth and mega-monopolies, have yet to undermine the nature of Chinese state power - the ultimate arbiter of agriculture in Asia. As Thailand, Cambodia, Laos, Philippines and Myanmar develop closer trade and diplomatic ties with China, the MNCs have to deal with new competition and challenges from non-multi-national adversaries.

Besides Japan, and possibly South Korea, the US trade war against China has few regional allies. Obama’s militarist ‘pivot’ resonates with few outside of the US presidential election rhetoric.

In the European Union, nationalist populist movements and governments are questioning Obama’s proposed ‘Trans-Atlantic Trade and Investment Partnership’ (TTIP), particularly in regard to its impact on European agriculture. As the costs of food production and consumer prices increase the US-sponsored TTIP loses its supporters, because Washington’s conservative allies in Europe need the vote of small-scale farmers and middle class consumers in France, Poland, Hungary and elsewhere.

In India, the huge multinational agribusiness mergers are playing havoc with the political leaders in the BJP as they face scores of millions of devastated peasant producers.

In other words, mega-agro powers form a two-edged sword in world capitalism: They strengthen the economies of the imperial powers while undermining their own electoral mass base. The feeble efforts to regulate these mergers have failed, as expected. When the ‘free market’ pulverizes small producers and local suppliers, it creates the conditions for class wars on many fronts, in the West and in the East, in the US and the EU, in China and in India.

(...)

Lisez l'article complet ici: http://petras.lahaine.org/?p=2101

Lire la suite

Wake up, you need to make money!

19 Septembre 2016 , Rédigé par POC

I wish I found some better sounds no one's ever heard, I wish I had a better voice that sang some better words, I wish I found some chords in an order that is new, I wish I didn't have to rhyme every time I sang, I was told when I get older all my fears would shrink, But now I'm insecure and I care what people think. My name's 'Blurryface' and I care what you think. My name's 'Blurryface' and I care what you think. Wish we could turn back time, to the good ol' days, When our momma sang us to sleep but now we're stressed out (oh). Wish we could turn back time (oh), to the good ol' days (oh), When our momma sang us to sleep but now we're stressed out. We're stressed out. Sometimes a certain smell will take me back to when I was young, How come I'm never able to identify where it's coming from, I'd make a candle out of it if I ever found it, Try to sell it, never sell out of it, I'd probably only sell one, It'd be to my brother, 'cause we have the same nose, Same clothes homegrown a stone's throw from a creek we used to roam, But it would remind us of when nothing really mattered, Out of student loans and treehouse homes we all would take the latter. My name's 'Blurryface' and I care what you think. My name's 'Blurryface' and I care what you think. Wish we could turn back time, to the good ol' days, When our momma sang us to sleep but now we're stressed out (oh). Wish we could turn back time (oh), to the good ol' days (oh), When our momma sang us to sleep but now we're stressed out. We used to play pretend, give each other different names, We would build a rocket ship and then we'd fly it far away, Used to dream of outer space but now they're laughing at our face, Saying, "Wake up, you need to make money." Yo. We used to play pretend, give each other different names, We would build a rocket ship and then we'd fly it far away, Used to dream of outer space but now they're laughing at our face, Saying, "Wake up, you need to make money." Yo. Wish we could turn back time, to the good ol' days, When our momma sang us to sleep but now we're stressed out (oh) Wish we could turn back time (oh), to the good ol' days (oh), When our momma sang us to sleep but now we're stressed out. Used to play pretend, used to play pretend, bunny We used to play pretend, wake up, you need the money Used to play pretend, used to play pretend, bunny We used to play pretend, wake up, you need the money We used to play pretend, give each other different names, We would build a rocket ship and then we'd fly it far away, Used to dream of outer space but now they're laughing at our face, Saying, "Wake up, you need to make money." Yo.

Evidemment c'est un problème, l'argent, c'est le problème de tous ceux qui sont venus après le Sakodo*. Ca ne sert plus à rien de savoir attraper les phoques, il faut apprendre à attraper l'argent. Mais ce n'est pas le plus facile, car il faut changer quelque chose dans son coeur et renier tout ce que pensaient les vieux. Pour entrer dans le cycle de l'argent et espérer posséder un jour les nouvelles techniques, il faut mourir à soi-même et à ce que furent les siens. (p. 103)
 
* C'est dans le monde dangereux dont les Inuit par leurs techniques, pendant des siècles, ont triomphé, et qu'ils avaient conçu comme un ordre stable et équilibré que fit irruption le premier Européen en 1884. le Sakodo (comme on nomme Gustave Holm à Amassalik, d'un mot signifiant: celui qui a beaucoup d'armes et d'outils), messager de cette richesse occidentale qui s'accroît de la course accélérée et triomphale où l'entraîne le déséquilibre permanent de son système. (p. 65)
 
Robert Gessain, Ammassalik ou la civilisation obligatoire, Flammarion, Paris, 1969.
Lire la suite

Wabi-sabi (侘寂)

19 Septembre 2016 , Rédigé par POC

Wabi-sabi (侘寂) nurtures all that is authentic by acknowledging three simple realities: nothing lasts, nothing is finished, and nothing is perfect."

 

Photographie par Shinzo Maeda, l'un de mes photographes préférés. Merci à N.Y. de me l'avoir fait découvrir autrefois. Extrait de l'album Intimate Seasons https://oldereyes.wordpress.com/2014/02/22/bargain-aisle-discovery/

Photographie par Shinzo Maeda, l'un de mes photographes préférés. Merci à N.Y. de me l'avoir fait découvrir autrefois. Extrait de l'album Intimate Seasons https://oldereyes.wordpress.com/2014/02/22/bargain-aisle-discovery/

Lire la suite

Fukushima : conséquences de la radioactivité sur la faune (Pierre Fetet/Fukushima Blog)

19 Septembre 2016 , Rédigé par POC

Dessin de Julien Loïs

Dessin de Julien Loïs

Les études scientifiques menées suite à la catastrophe de Fukushima révèlent petit à petit les conséquences de la radioactivité sur le vivant et en particulier sur la faune. Bien que publiées, elles restent néanmoins peu diffusées. C’est pourquoi je voudrais mettre un coup de projecteur sur certaines d’entre elles et faire connaître diverses observations dont on n’entend peu parler, afin de contrer cet espèce d’optimisme idiot qui consisterait à toujours relativiser les conséquences des faibles doses sur la vie. Toute dose de radioactivité, aussi faible soit elle, a des effets sur le vivant : les rayons ionisants cassent les molécules d’ADN.

Conclusion provisoire

Les conséquences de la radioactivité sur les animaux sont donc visibles pour qui veut bien se donner la peine d’observer ce qui se passe. Dans cet article, je ne me suis penché que sur quelques animaux (il y aurait d’autres cas à développer : le déclin de la population des cigales, l’augmentation de la cataracte des rongeurs, etc.). Les scientifiques pourraient faire des études similaires sur ce drôle d’animal qu’est l’homme, mais ce n’est pas politiquement correct.

Pourtant cela a déjà été fait, à Hiroshima et Nagasaki, à Tchernobyl. Par exemple, des études menées entre 1993 et 1998 sur des enfants ukrainiens avaient permis d’observer une baisse des globules sanguins, ce qui avait pu être relié à l’exposition de chaque enfant aux niveaux de césium selon son lieu de résidence. Pourtant, à Tokyo, de 2011 à 2014, le docteur Mita a observé que les globules blancs, spécialement les neutrophiles, diminuaient chez les enfants de moins de 10 ans (ce qui l’a poussé à déménager et à demander à ses patients de quitter cette ville). Mais non, il ne faut rien dire, il ne faut rien chercher.

Au Japon, le déni du danger est de mise. La seule mention d’un saignement de nez dans un manga peut provoquer une affaire nationale * et une censure… Il n’est pas bien vu de parler des conséquences négatives de la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi. Il faut reconstruire, il faut oublier, il faut penser à l’avenir. Institutionnellement, on accepte une seule étude, celle du suivi des thyroïdes des enfants de Fukushima. C’est l’étude paravent qui cache la forêt de mensonges. Et encore, malgré 131 cancers confirmés en juin 2016, les scientifiques officiels nippons se refusent d’y voir les effets de la radioactivité.

Pierre Fetet

 

Lisez l'article complet sur le site Fukushima Blog: http://www.fukushima-blog.com/

* Fukushima: les petites bulles explosives du manga "Oishinbo" : http://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/fukushima-les-petites-bulles-explosives-du-manga-oishinbo_1537447.html

Et pendant ce temps-là, en Amérique du sud...

... il y a des Présidents en Amérique latine assez inconscients, assez indifférents au sort de la nature et des peuples et assez irresponsables pour lancer "leur" (?) pays, la Bolivie, pourtant un des hauts-lieux de la biodiversité mondiale, dans le nucléaire:

http://www.energiesosfutur.org/?p=4189

http://pocombelles.over-blog.com/2014/01/le-nucl%C3%A9aire-en-bolivie.html

http://pocombelles.over-blog.com/2013/11/lettre-du-botaniste-stephan-beck-au-pr%C3%A9sident-de-bolivie-evo-morales.html

https://live.ft.com/Events/2015/Investing-in-the-New-Bolivia-Summit

"La même classe dirigeante criminelle" (Felipe Quispe)

 

Un guide d’autodéfense intellectuelle contre le nucléaire:

https://reporterre.net/Un-guide-d-autodefense-intellectuelle-contre-le-nucleaire

El ex dirigente de la CSUTCB, Felipe Quispe, afirmó que no hubo grandes cambios en la vida de los campesinos, con el gobierno de Evo Morales, que el objetivo era mayor con un gobierno campesino. El dirigente dice que el país sigue gobernado por "la misma elite dominante, ESA MISMA CASTA CRIMINAL".

Lire la suite

Comment crever en paix en pareille compagnie? (Eric de Bisschop)

16 Septembre 2016 , Rédigé par POC

Eric de Bisschop (Aire sur la Lys dans le Pas-de-Calais, 21 octobre 1891 - Atoll de Rakahanga dans les Iles Cook, 30 août1958) fut un marin français, spécialiste de la navigation dans le Pacifique. Auteur de plusieurs livres, il a été injustement oublié au profit de Thor Heyerdahl.

Eric de Bisschop (Aire sur la Lys dans le Pas-de-Calais, 21 octobre 1891 - Atoll de Rakahanga dans les Iles Cook, 30 août1958) fut un marin français, spécialiste de la navigation dans le Pacifique. Auteur de plusieurs livres, il a été injustement oublié au profit de Thor Heyerdahl.

Illustration extraite du livre de James Wharram sur Eric de Bisschop

Illustration extraite du livre de James Wharram sur Eric de Bisschop

8 avril 1958

(...)

"Quand on songe aux millions d'êtres humains qui crèvent de faim dans nos grandes villes, cachés dans leurs taudis, ou qui râlent au long des grandes routes des Indes ou de Chine... J'ai toujours pensé que crever de cette façon, au sein d'une société indifférente, parmi des gens qui se dsent vos frères, doit être la pire des morts. Crever au milieu de gens étalant sans vergogne l'opulence au milieu de la misère, promenant des ventres gros et repus au milieu de corps décharnés doit être le pire des supplices aussi: comment crever en paix, en pareille compagnie, avec tout le temps l'envie, sur des entrailles vides, de dégueuler de dégoût?

Et l'on dit que le Christ est venu autrefois sur terre? qu'Il a même révolutionné le monde avec une religion toute faite de charité et d'amour?..."

 

Eric de Bisschop, Cap à l'est. Première expédition du Tahiti-Nui -Tahiti-Santiago du Chili- ( 6 novembre 1956-28 mai 1957). Desclée de Brouwer, 1961.

 

Sur Eric de Bisschop et sur le même blog: http://pocombelles.over-blog.com/article-le-chant-des-lepreux-eric-de-bisschop-kaimiloa-116630004.html

Eric de Bisschop par James Wharram: http://www.wharram.com/site/about-us/james-wharram/eric-de-bisschop-and-james-wharram-fr

Un blog consacré à Eric de Bisschop et à quelques Océanistes: http://eric.de.bisschop-honolulu.1941.over-blog.com/

Derrière les collines de Lima, par Pierre-Olivier Combelles: http://pocombelles.over-blog.com/2016/08/de-l-autre-cote-des-collines-de-lima.html

Pérou: Lima des riches (à gauche) et, derrière la colline, Lima des pauvres (à droite). Photo: Pierre-Olivier Combelles (2016)

Pérou: Lima des riches (à gauche) et, derrière la colline, Lima des pauvres (à droite). Photo: Pierre-Olivier Combelles (2016)

De l'autre côté des quartiers résidentiels de Valle Hermoso de Monterrico et de Casuarinas, Pamplona, un des "pueblos jovenes" de Lima s'étend à perte de vue dans le désert lunaire... Photo: Pierre-Olivier Combelles (2016)

De l'autre côté des quartiers résidentiels de Valle Hermoso de Monterrico et de Casuarinas, Pamplona, un des "pueblos jovenes" de Lima s'étend à perte de vue dans le désert lunaire... Photo: Pierre-Olivier Combelles (2016)

L'océan Pacifique  à Lima (août 2016), majestueux, immense et désert, face à la mégapole hideuse et surpeuplée. Photo: Pierre-Olivier Combelles

L'océan Pacifique à Lima (août 2016), majestueux, immense et désert, face à la mégapole hideuse et surpeuplée. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Ati kula e hina Tagaloa ne alito aki e fonua qalo.  (Rouge et blanc vous êtes, ô Tangaroa, notre joyau qui venez de la contrée perdue.)  Chant polynésien (cité par Eric de Bisschop: Vers Nousantara)

Ati kula e hina Tagaloa ne alito aki e fonua qalo. (Rouge et blanc vous êtes, ô Tangaroa, notre joyau qui venez de la contrée perdue.) Chant polynésien (cité par Eric de Bisschop: Vers Nousantara)

Lire la suite

Objectif: tuer la France. Comment et pourquoi (Alain Benajam/Novorossia Today

14 Septembre 2016 , Rédigé par Béthune

Objectif: tuer la France. Comment et pourquoi (Alain Benajam/Novorossia Today

Tuer la France est un objectif primordial pour l’oligarchie financière, les anglo-saxons en général et les USA en particulier, car la France possède une particularité dans son développement historique en comparaison avec d’autres nations européennes, seule la Russie se rapproche de cette particularité, dont notre pays est aujourd’hui la conséquence.

Pourquoi la France a toujours été un état fort et qui a compté dans le concert des nations, en dépit de sa petite superficie.

La France est, comme la Russie, une nation extraordinairement multiethnique et multiculturelle, il y a à peine plus de 100 ans on y parlait couramment une centaine de langues et dialectes différents dont des langues représentant des cultures fort diverses. Quelques exemples : les langues romanes du nord ou langues d’oïl, (wallon, picard, normand, français), les langues romanes du sud ou langues d’oc auxquelles on peut rattacher le provençal et le catalan. Au nord et à l’est des langues germaniques, flamand, alsacien, lorrain. Une grande langue celtique, le breton. Une langue paléo européenne, le basque et avec toutes ces langues de multiples variantes dialectales. Sous l’ancien régime il y avait deux langues officielles le français de langue d’oc et le français de langue d’oïl.

La France, comme la Russie fut perpétuellement attaquée tout au long de son histoire et connut peu de périodes de paix ; les Anglais avec qui nous n'eûmes que des guerres, l’Empire germanique, l’Espagne, De siècle en siècle la France dut se militariser et posséder un pouvoir central fort et particulièrement organisé, c’était ça ou disparaître.
La France ne disparut pas , bien que plusieurs fois dans son histoire elle fut au bord de l’élimination comme après le désastre d’Azincourt en 1415 suivi du Traité de Troyes en 1420 qui consacrait sa fin au profit de l’Angleterre. A chaque fois que la France fut au bord du désastre, elle parvint à se redresser mais en générant un état central plus fort et mieux organisé avec une armée à chaque fois plus efficace. « Tout ce qui ne tue pas rend plus fort » disait Nietzsche, la France devint de plus en plus forte

Pour se renforcer la France inventa la légalité ou la loi nationale devait primer sur tous les rapports entre Français. La France inventa le concept de nation civique et le concept d’Etat-nation. La France se méfia très tôt des capitalistes et des marchands, Philippe Le Bel à la fin du 13ème siècles les mit au pas, Lombards, Juifs, et surtout Templiers qui sous prétexte de religion amassaient des fortunes sur le dos du petit peuple. La France freina également le pouvoir de l’Eglise et du Pape de Rome en développant une église gallicane sous contrôle exclusivement français. On pourrait faire une très longue description historique depuis le 11ème siècle pour évoquer la naissance d’une nation ferme, guerrière, jalouse de son indépendance et de ses particularités.

Bien évidemment cette France, forte légalisée et centralisée ne fut jamais du goût des financiers, ceux-ci préférèrent toujours le contrat privé basé sur un rapport de force et non sur la loi nationale identique pour tous. Pour les riches et puissants cette loi identique pour tous ne serait que tyrannie.

La France de Philippe Auguste, de Charles V, de Philippe le Bel, de Henri IV, de Louis XIV, de la Révolution de 1789, de la Convention de 1793, de Napoléon et de son Code, de la Commune et des lois laïques de 1905 a toujours été une exception, un obstacle pour les usuriers et les banquiers. Ceux-ci, dès le 17ème siècle se mirent à préférer l’Angleterre et son « free trade ». La défaite de Napoléon en 1815 fut pour eux une aubaine et depuis, l’Angleterre ne possède à leurs yeux que vertus à singer, la France depuis suit la Perfide Albion comme un toutou en perdant ses particularités et son âme.

Pourtant cette âme est bien chevillée à son corps car de nombreuses années encore seraient nécessaires pour qu’une forte culture venant de 1000 ans puisse être entamée.

(...)

Lisez l'article complet ici: http://novorossia.today/objectif-tuer-la-france-comment-et-pourquoi/

Lire la suite

Contre les armes à feu (Pierre de Ronsard, 1555)

12 Septembre 2016 , Rédigé par Béthune

Afficher l'image d'origine

Saint Louis à la bataille de Mansourah (1250)

 

XVII. [Contre les armes à feu]

 

Publié en 1555

 

 

... De quel genre de mort était digne cet homme

Qui premier inventa le fer qui nous consomme?

Et qui premièrement le canon pertuisa

Et sortir de sa gorge un tel foudre avisa?

Et qui vit, sans pleurer, rouer en tant de sortes

Parmi l'air tant de bras et tant de têtes mortes?

Ni la soif de Tantal, ni la rou' d'Ixion

Ne suffiraient là-bas à sa punition,

Ni le vautour beccu, dont la griffe cruelle

Pince de Prométhé la poitrine immortelle.

Par lui comme jadis on ne voit plus d'Hectors,

D'Achilles, ni d'Ajax, hé Dieu! car les plus forts

Sont aujourd'hui tués d'un poltron en cachette

A coups de harquebuse ou à coups de mousquette.

Au temps qu'on bataillait sans fraude main à main,

On connaissait au fait celui qui était plein

De peur ou d'assurance, et ne voulait-on croire

Que Thersite au combat méritât tant de gloire

Qu'Achille en méritait; mais Thersite aujourd'hui

Tue Achille de loin et triomphe de lui...

O fortuné celui qui bien loin de la guerre

Cultive en longue paix l'usure de sa terre,

Et qui jamais au lit ne se vit étonner

D'ouïr au point du jour la trompette sonner!

Qui ne sait quel mot c'est que cargue, camisade,

Sentinelle, diane, escarmouche, embuscade;

Mais qui plein de repos en la grise saison

Attend au coin du feu la mort en sa maison,

Afin qu'il ait les yeux clos des mains de sa fille

Et qu'il soit mis en terre auprès de sa famille,

Non auprès d'une haie ou dedans un fossé,

Ayant d'un coup de plomb le corps outrepercé...

 

Pierre de Ronsard

 

Source: http://visualiseur.bnf.fr/Visualiseur?O=NUMM-101486

Chief of the Te Āti Awa Tribe Wiremu Kingi holding a jade mere (painted by Gottfried Lindauer)

Chief of the Te Āti Awa Tribe Wiremu Kingi holding a jade mere (painted by Gottfried Lindauer)

Patu onewa "mere" maori

Patu onewa "mere" maori

Lire la suite

10% des espaces sauvages sur la planète ont disparu au cours des 20 dernières années (James E.M. Watson et al.)

12 Septembre 2016 , Rédigé par POC

Catastrophic Declines in Wilderness Areas Undermine Global Environment Targets

Publication stage: In Press Corrected Proof
 
 

 

Highlights

 

  • Globally important wilderness areas are ignored in conservation policy
  • We reveal that extensive losses of wilderness have occurred in the last two decades
  • Efforts aimed at protecting wilderness areas are failing to keep pace with its loss
  • International policy must recognize the actions needed to maintain wilderness areas

 

Summary

Humans have altered terrestrial ecosystems for millennia [ 1 ], yet wilderness areas still remain as vital refugia where natural ecological and evolutionary processes operate with minimal human disturbance [ 2–4 ], underpinning key regional- and planetary-scale functions [ 5, 6 ]. Despite the myriad values of wilderness areas—as critical strongholds for endangered biodiversity [ 7 ], for carbon storage and sequestration [ 8 ], for buffering and regulating local climates [ 9 ], and for supporting many of the world’s most politically and economically marginalized communities [ 10 ]—they are almost entirely ignored in multilateral environmental agreements. This is because they are assumed to be relatively free from threatening processes and therefore are not a priority for conservation efforts [ 11, 12 ]. Here we challenge this assertion using new comparable maps of global wilderness following methods established in the original “last of the wild” analysis [ 13 ] to examine the change in extent since the early 1990s. We demonstrate alarming losses comprising one-tenth (3.3 million km2) of global wilderness areas over the last two decades, particularly in the Amazon (30%) and central Africa (14%). We assess increases in the protection of wilderness over the same time frame and show that these efforts are failing to keep pace with the rate of wilderness loss, which is nearly double the rate of protection. Our findings underscore an immediate need for international policies to recognize the vital values of wilderness and the unprecedented threats they face and to underscore urgent large-scale, multifaceted actions needed to maintain them.

 
Lire la suite

Verte campagne, douce campagne

12 Septembre 2016 , Rédigé par POC

Le soleil qui brillera toujours dans mon coeur. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Le soleil qui brillera toujours dans mon coeur. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Verte campagne
Où je suis né
Verte campagne
De mes jeunes années
La ville pleure
Et ses larmes de pluie
Dansent et meurent
Sur mon coeur qui s'ennuie
Et moi, je rêve de toi, oh mon amie
Verte campagne
Que tu es loin
Douce campagne
De mon premier chagrin
Le temps s'efface
Pour moi, rien n'a changé
Deux bras m'enlacent
Parmi les champs de blé
Et moi, je rêve de toi, mon amour
Là, dans la ville toutes ces mains tendues
M'offrent des fleurs et des fruits inconnus
Et moi, je vais le long des rues perdues
Un air de guitare me parle de toi
Verte campagne
Où je suis né
Douce campagne
De mes jeunes années
La ville chante
Eparpille sa joie
La ville chante
Mais je ne l'entends pas
Et moi, je rêve de toi, mon amour
Et moi, je rêve de toi, mon amour

Lire la suite

Avions: le droit et les avantages de polluer

12 Septembre 2016 , Rédigé par POC

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Photo: Pierre-Olivier Combelles

(...) Mais si l’argent manque, peut-être l’État pourrait-il réévaluer son soutien indirect au transport aérien ? C’est le seul mode de transport à ne pas voir son carburant taxé, engendrant un coût pour l’État de plus de 600 millions d’euros, auxquels s’ajoute un trou de 600 millions d’euros en raison du taux de TVA réduit sur les billets d’avions [2]. Faites l’addition : ce sont 1,2 milliard d’euros par an non encaissés par l’État sur le seul trafic intérieur. Par ailleurs, le coût des aéroports locaux et les soutiens déguisés aux compagnies low cost montrent qu’hélas l’avion, pourtant ultrapolluant, a les faveurs des politiques publiques françaises. Et d’aucuns pensent encore à construire un énième aéroport… (...)

Source: https://reporterre.net/Alternative-a-la-voiture-et-a-l-avion-les-trains-de-nuit-vont-disparaitre

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>