Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Articles récents

Le projet insensé d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse)

14 Janvier 2016 , Rédigé par POC

Le projet insensé d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse)

Ce projet de gigantesque POUBELLE SOUTERRAINE ATOMIQUE à moins 500m sous terre est en cours depuis 1994, conséquence de la loi de 1991 relative à la gestion des déchets nucléaires. La seconde loi de juin 2006 a tout concentré sur BURE, site argileux, en Meuse, aux abords de la Haute-Marne.
15 km2 seraient annexés entre 4 villages meusiens : Bure, Ribeaucourt, Bonnet et Mandres. Un futur no man’s land ? Qui peut avoir envie de vivre aux abords d’un tel site ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ENFOUIR LES DECHETS HAUTEMENT ET MOYENNEMENT RADIOACTIFS A VIE LONGUE : UN PARI DE FOU !

Aucun pays au monde n’a de solution pour les gérer, on ne sait pas réduire ni neutraliser leur radioactivité. Enfouir consiste à confiner celle-ci le plus longtemps possible, mais un jour (quand ?) les conteneurs se dégraderont et elle remontera à la surface, c’est inéluctable. Ces déchets sont contaminants et dangereux pour des milliers d’années.

SANS CONCERTATION, SANS EXPLICATION

Depuis l’origine de ce processus, il n’y a jamais eu aucune consultation des populations concernées, et les riverains manquent véritablement d’information sur ce qui se prépare : notamment sur un premier centre de stockage en surface (attente et conditionnement), indissociable du centre d’enfouissement à 500m sous terre. Le centre de stockage temporaire de surface durera 100 ans au minimum, et sera une source de contamination radioactive qui touchera les riverains dans quelques années.
Les transports nucléaires à haut risque seront de l’ordre de 2 arrivées ferroviaires par semaine avec de multiples trafics d’acheminement sur les centres.

ACHETER LE SILENCE

Des dizaines de millions d’euros sont déversés chaque année en Meuse et en Haute-Marne, département mitoyen, alors qu’aucun déchet nucléaire n’est encore arrivé. 30 millions d’euros par an pour chacun de ces départements, s’infiltrant dans tous les projets, sans que les habitants le sachent, cela pose un véritable problème démocratique.

BURE EN 2011/2012

L’Andra a proposé au gouvernement début 2010, une zone de 30 km2 entre 4 villages meusiens : Bure, Ribeaucourt, Bonnet, Mandres. Pour l’Andra, rien ne s’oppose à l’implantation du site dès autorisation en 2015. Pour les nombreux opposants et experts indépendants, cet enfouissement est un pari insensé. Un rapport d’expertise indépendante (IEER) met en évidence début 2011 de nombreuses incertitudes et doutes sur le programme développé par l’Andra, et dénonce un calendrier trop tendu.

Le laboratoire de recherches géologiques de 1994 est transformé en projet CIGEO, centre industriel de stockage géologique. “LABO” est devenu “Cigéo”, joli, non ? Qui peut faire le lien avec les effroyables produits atomiques dont il s’agit et dont on ne parle jamais !

EN 2012, CIGEO LA POUBELLE est passé en phase de conception industrielle, le projet ayant été confié à un opérateur extérieur à l’Andra. Ce que dénonce la Commission Nationale d’Evaluation (CNE2) dans son rapport n°5.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

UNE MEGA POUBELLE ATOMIQUE concentrée dans l’Est de la France, sur un mouchoir de poche ?
La carte suivante est éloquente. Sont déjà stockés dans l’Aube les déchets très faiblement radioactifs et les déchets faiblement radioactifs à vie courte. A savoir que Bure/Soulaines sont distants d’une soixantaine de kms. Concentrer tous les déchets issus du nucléaire et du démantèlement des centrales sur cette région résulte d’une politique territoriale au service de l’atome, mais pas des habitants appelés à en subir toutes les nuisances.

Source de cet article: http://burestop.free.fr/spip/spip.php?rubrique115

Sur le même sujet:

À Bure, les travaux de la poubelle nucléaire avancent en catimini. 25 novembre 2015 / Pierre Bonneau et Gaspard D’Allens (Reporterre) http://www.reporterre.net/A-Bure-les-travaux-de-la-poubelle-nucleaire-avancent-en-catimini

Le projet CIGEO d’enfouissement en profondeur des déchets nucléaires à Bure : Comment l’aventurisme des nucléocrates s’apprête à engager la France dans un désastre sans précédent qui pourrait bien, un jour, être qualifié de crime contre la biosphère, par Hans Zumkeller https://apag2.wordpress.com/2014/02/12/cigeo/

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Lire la suite

Les lacs de pétrole de la Réserve nationale Paca Samiria dans l'Amazonie péruvienne (David Hill/The Guardian)

14 Janvier 2016 , Rédigé par POC

One of the “lakes” of oil in the Pacaya Samiria National Reserve in Peru's Amazon reported by indigenous organizations.

Decades of exploration and exploitation has led to severe contamination in the Pacaya Samiria National Reserve in Peru’s Amazon.
Walk into one of the many tour agencies in Iquitos, the biggest city in Peru’s Amazon, and you’ll hear many wonderful things about the Pacaya Samiria National Reserve. “Best place to see animals in their natural habitat,” one guide says. “An abundance of parrots, paiche and monkeys, and all kinds of bird species,” cries another.

“Pacaya-Samiria”, as it’s dubbed, extends for just over two million hectares and is the second largest of Peru’s 170 “protected natural areas.” In 2015 USA Today’s travel website 10Best voted it the world’s second “Best Place for Wildlife”, losing out to Ecuador’s Galapagos Islands. “Located near the Amazon headwaters in Peru,” 10Best stated, “the reserve is home to some of the biggest wildlife populations in the Amazon.”

This sense of Pacaya-Samiria’s uniqueness is shared by many - in Iquitos, in Peru’s government, across civil society and internationally, especially since it has been declared a “Ramsar site” and “Wetland of International Importance.” Years before he became the country’s first Environment minister, Antonio Brack Egg, now deceased, called it “one of the most important areas for the reproduction of hydro-biological species in the Amazon” and said it protected various species of flora and fauna at risk of extinction, like giant otters, manatees and monkeys.

Indeed, according to a book co-published in 2014 by the Iquitos-based Fundamazonia, Pacaya-Samiria has 965 plant species, 102 mammal species, 527 bird species, 69 reptile species, 67 amphibian species and 269 fish species, and is “in the epicentre of wild fruit consumption in the Amazon.” Richard Bodmer, Fundamazonia’s president and one of the book’s co-authors, told the Guardian that, in addition to its “very rich aquatic bird species mixed with very rich forest bird species”, as well as its “very high diversity in animal species”, Pacaya-Samiria is “by far the largest fisheries reproduction area in western Amazonia”:

    It’s a flooded forest because it is at the confluence of the two major rivers that form the Amazon: the Maranon and the Ucayali. In the flooded season, the fish go into Pacaya-Samiria where there are a lot of food resources - all the debris left on the forest floor, all the fruits which have fallen and all the insects which are hanging onto the trees and leaves. That leads to reproduction. Basically, Pacaya-Samiria becomes an inland sea of 20,000 square kilometres - the largest flooded forest in western Amazonia - full of fish food. When the water goes down, the fish leave and go into the Maranon, Ucayali and Amazon. They move down and out of the reserve as it becomes drier. The whole fisheries of this section of western Amazonia to a large extent depends on Pacaya-Samiria.

No doubt about it, Pacaya-Samiria is a special place, but that only makes this question all the more important to ask: What about the oil operations taking place there? What about the parts of the reserve the tourists and wildlife watchers don’t see? PUINAMUDT, a collective of indigenous federations in Peru’s northern Amazon, states that there are “true lakes of oil, [river] banks abandoned to crude, clots of oil in the water, black roots and sediments, toxic hydrocarbon emissions, and surface water iridescent with oil. The shadow of irresponsible and unpunished oil operations hangs over the entire area.”

(...)

Pacaya-Samiria is run by SERNANP, within the Environment Ministry. Former head of the reserve, Javier Noriega, told the Guardian the affected zone has “oil everywhere” and is “completely ugly” and acknowledged the pipelines are “very old”, but also said that some have been sabotaged and the worst of the contamination dates back decades. He said that oil operations are just one of “various threats”, including illegal logging, to the reserve.

“What I remember very well is the odour, the constant smell. I think we got headaches from walking the day in hip-deep, contaminated water around Pluspetrol’s base,” one man, who visited the reserve with several Kukama men but preferred to remain anonymous, told the Guardian. “The most impacting stuff we saw, though, was along the pipeline. Around the middle of the 16 km duct leading through and out of the reserve towards the River Maranon we came across a large and pretty fresh crude oil spill. It was about two to three hectares.”

Pluspetrol, Petroperu and CNPC did not respond to requests for comment.

Suite de l'article de David Hill ("Andes to Amazon") sur le site du Guardian: http://www.theguardian.com/environment/andes-to-the-amazon/2016/jan/14/look-at-the-oil-spilled-in-the-worlds-2nd-best-place-for-wildlife

Afficher l'image d'origine

Lire la suite

Zapatistas: Les fils de Mexico (Beni Díaz)

12 Janvier 2016 , Rédigé par POC

Publicado por Beni Díaz, julio 19, 2014   

Recientemente se celebró el alzamiento del que fue representante de los derechos de indígenas mexicanos. ¿Qué pasó en esta región perdida? ¿Qué cambios suscitó? ¿Qué ha sido del grupo armado?

Este año se cumplen dos décadas desde el alzamiento armado del Ejército Zapatista de Liberación Nacional. El tiempo ha transcurrido desde aquel 1 de Enero de 1994, cuando los grupos insurgentes, formados principalmente por indígenas de la Selva Lacandona tomaron las armas para combatir la desigualdad, la injusticia social y la miseria en el que se hallaban sumergidos.
Chiapas es uno de los 32 estados federales que conforman México. Esta situado al Sureste, fronterizo con Guatemala.

montaje

 

Posee uno de los conjuntos naturales más importantes de México. Su orografía comprende desde zonas montañosas hasta selva tropical, albergando conjuntos históricos como Palenque, con gran interés arqueológico y turístico. A pesar de su diversidad natural, Chiapas es uno de los departamentos más deprimidos, económica y culturalmente hablando. No obstante, se trata de uno de los principales productores de petróleo y recursos naturales del país, así como enclave de varias centrales hidroeléctricas.

Alberga 122 comunidades formadas en su mayoría por indígenas Tseltal, Tsotsil, Ch´ol, Tojol-ab´al, Zoque, Chuj, Kanjobal, Mam, Jacalteco, Mochó, Cakchiquel y Lacandón o Maya Caribe; 12 de los 62 pueblos indios reconocidos oficialmente en México. Cada uno posee cultura y lengua propia, siendo el español una lengua común pero secundaria.

La economía de la zona se sustenta en los cultivos del maíz y del café, aunque éstos no se dan a gran escala salvo en explotaciones comerciales. En su mayoría, los chiapanecos dependen de la agricultura de subsistencia en pequeños terrenos de escasa producción, generalmente maíz y chiles.
La región ha sido castigada por los distintos gobiernos, desde la Revolución de México de 1919, hasta hoy. Pese a ser olvidada por la administración en materia de desarrollo, Chiapas ha sido fuente energética y lugar de privatizaciones salvajes: construcción de presas hidroeléctricas, destrucción y deforestación de la selva con objeto de crear pastos para el ganado, explotaciones mineras, privatización de enclaves naturales…

El racismo contra las etnias indígenas, la discriminación, la desigualdad, la miseria económica y el analfabetismo mientras la administración les daba la espalda, así como el alto índice de mortalidad por carencias sanitarias, son solo algunos de los problemas que llevaron al alzamiento zapatista del 1 de Enero de 1994.

(...)

Suite de l'article de Beni Díaz: http://periodistaenserie.com/2014/07/19/zapatistas-hijos-mexico/

Comandancia del EZLN

Comandancia del EZLN

Lire la suite

Marchandiser la vie humaine (Maria Poumier)

10 Janvier 2016 , Rédigé par POC

Marchandiser la vie humaine (Maria Poumier)

Baby Business: entrevue avec Maria Poumier sur Meta TV: https://www.youtube.com/watch?v=ho1HPdp1tWA

« Le Fruit de nos Entrailles », documentaire de Maria Poumier sur le baby-business: http://www.cercledesvolontaires.fr/2015/08/28/le-fruit-de-nos-entrailles-documentaire-de-maria-poumier-baby-business/

Marchandiser la vie humaine (Maria Poumier)
Lire la suite

Congo-Kinshasa: kleptocratie sans fin? par Peter Küpfer (Horizons et Débats)

6 Janvier 2016 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Discours de Patrice Emery Lumumba (né le 2 juillet 1925 à Onalua, Congo belge - et mort assassiné le 17 janvier 1961 au Katanga) lors de l'indépendance de la République Démocratique du Congo (30 juin 1960, Palais nalional de Kinshasa)

(...)

Un discours de trop

Le 30 juin 1960, dans le Palais national de Kinshasa se déroula la cérémonie solennelle de l’indépendance du Congo. Tout le beau monde est réuni, les grands représentants et dignitaires, y compris le roi et la nomenklatura bruxelloise. Le roi Baudouin tint un discours paternaliste en mettant l’accent sur les grands acquis civilisateurs apportés par la Belgique pendant les longues années de l’existence de la colonie congolaise, à ses pupilles africains. Le discours de Kasa-Vubu fut du même style ne contenant pas la moindre offense. Tout changea quand le président du Parlement donna la parole, à la surprise de tous, à Patrice Eméry Lumumba. Dans le protocole, il n’était nullement prévu que ce rebelle, que de nombreuses personnes prenaient pour un communiste, puisse prendre la parole. Le roi pâlit, surtout quand il entendit ce que Lumumba déclara à l’occasion de ce tournant de l’histoire du Congo. Le tribun populaire, voilà le rôle que beaucoup lui attribuaient, ne s’adressa pas, dans son discours ardent et tenu à l’improviste, aux dignitaires réunis, mais directement au peuple assujetti pendant de longues années. Etant donné que la cérémonie fut retransmise dans son intégralité par la radio nationale congolaise, il disposait d’une immense audience qui se rappellera à jamais ses paroles courageuses (cf. encadré). Lumumba ne mâcha pas ses mots, désigna clairement les responsables de toutes les souffrances et injustices que les colons avaient infligé à son peuple depuis les temps de Léopold II, grand-oncle du roi Baudouin. Lumumba salua la Belgique dans son nouveau rôle de partenaire, avec qui la jeune République traiterait d’égal à égal et dans le respect mutuel, sans accorder aucun privilège. «L’indépendance du Congo n’est point un cadeau de la Belgique», lança-t-il au roi belge, aux hauts fonctionnaires réunis dans la salle et à tous ceux se trouvant dans le pays devant leur poste de radio. Elle a été acquise «par le combat». Pendant son discours flamboyant, Lumumba exprima la conscience nationale de l’Etat nouveau, disant aux anciens colons: «A l’avenir, vous pourrez aussi participer à nos richesses, mais dès maintenant suite à des négociations d’égal à égal et uniquement à des conditions honnêtes.» Ce n’est qu’avec peine qu’on put dissuader le roi, indigné et consterné, de quitter immédiatement la salle. Même si les émotions se calmèrent un peu jusqu’à l’heure du dîner de gala, de nombreux observateurs se doutèrent qu’en prononçant ce discours, mettant un terme à toute exploitation ultérieure du Congo, Lumumba avait signé sa propre sentence de mort. Ceux qui avaient assisté à son discours se trouvant dans le courant conservateur ou dans la logique du colonialisme et de la politique de force – y compris les membres des divers services secrets – rentrèrent chez eux avec une idée fixe: il faut se débarrasser de ce Lumumba! (...)

(encadré

Kleptocratie

Cette notion désigne une forme de la domination politique qui a comme trait caractéristique qu’elle pille systématiquement sa propre population. La dictature congolaise de Mobutu en fournit un exemple modèle. Les ressources naturelles du pays étaient bradées à des prix forfaitaires à des puissances se trouvant à l’extérieur, puissances qui, en compensation, garantissaient la régence du dictateur. Les fonds qui en découlaient étaient transférés sur les comptes bancaires privés du dictateur et de ses sbires (se trouvant à l’extérieur du pays) ce qui avait comme effet qu’ils n’apparaissaient nulle part dans les flux monétaires officiels. Ils faisaient non seulement défaut pour les investissements étatiques d’intérêt général, mais privaient aussi systématiquement de leurs revenus ceux qui avaient généré ces fonds par leur dur travail.

Horizons et debats  >  archives  >  2015  >  No 32/33, 30 décembre 2015  >  Il y a 50 ans, Mobutu Sese Seko prit le pouvoir au Congo suite à un coup d’Etat (partie 1)

http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=4820

Lire la suite

Hermann Ploppa (Horizons et Débats): "La France est devenue un État militaire sous haute surveillance"

6 Janvier 2016 , Rédigé par Béthune

Hermann Ploppa (Horizons et Débats): "La France est devenue un État militaire sous haute surveillance"

(...) Et alors, l’Allemagne deviendra également un pays sous haute surveillance, tout comme la France. Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale les habitants d’une banlieue parisienne sont placés sous assignation à résidence collective. Des forces de «sécurité» en pleine monture dominent les rues. Les gens sont sous choc et se laissent entièrement faire.
On transforme la France en Etat militaire. Et chaque acte terroriste mène au renforcement du système sécuritaire planifié déjà longtemps à l’avance de notre pays voisin occidental. Déjà l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo au printemps 2015 a permis à la grande nation de saigner leurs contribuables par une augmentation monstrueuse du budget militaire de 4 milliards d’euros.6 Les massacres à Paris de cet automne créent la condition atmosphérique indispensable pour extorquer un milliard d’euros supplémentaire aux citoyens français.7 Traumatisés, les citoyens français déposent aux vestiaires, sans s’y opposer sérieusement, leur argent, leurs droits fondamentaux civils et leur droit au développement social. (...)

Hermann Ploppa*

6        Grande Nation, Charles Liebherr, 29/4/15,
www.chli.paris/2015/04/29/frankreich-erhoeht-militaerbudget-um-10-prozent-nach-den-attentaten/
7    Manager Magazin, 17.11.2015, Frankreich bittet EU-Länder formell um Beistand. www.manager-magazin.de/politik/europa/eu-frankreich-bittet-formell-um-beistand-a-1063231.html

Extrait de: Horizons et debats  >  archives  >  2015  >  No 32/33, 30 décembre 2015  >  «Cela n’a rien à voir avec la Syrie» : http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=4817

Du même auteur et surle même blog: http://pocombelles.over-blog.com/2015/12/aucune-planification-dans-la-crise-des-refugies-hermann-ploppa-horizons-et-debats.html

*    Hermann Ploppa, journaliste et écrivain, vit à Marbourg. Il a écrit les deux livres suivants:
«Hitlers amerikanische Lehrer. Die Eliten der USA als Geburtshelfer des Nationalsozialismus» [Les enseignants américains de Hitler. Les élites étatsuniennes, accoucheuses du national-socialisme] (2008, ISBN 978-3-9812703-03) et «Die Macher hinter den Kulissen. Wie transatlantische Netzwerke heimlich die Demokratie unterwandern» [Les responsables dans les coulisses. Comment des réseaux transatlantiques compromettent subrepticement la démocratie] (2014, ISBN 978-3-939816-22-5). Les lecteurs de notre journal connaissent Hermann Ploppa par son interview publiée dans Horizons et débats no 26 du 19/10/15. http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=4751

Lire la suite

Le côté obscur de l'art: Dirty Corner de Sir Anish Kapoor à Versailles

6 Janvier 2016 , Rédigé par Béthune

Source de l'image: Art News http://www.artnews.com/2015/06/18/vandals-spray-paint-anish-kapoor-sculpture-at-versailles/

Source de l'image: Art News http://www.artnews.com/2015/06/18/vandals-spray-paint-anish-kapoor-sculpture-at-versailles/

Afficher l'image d'origine

Source de l'image: The Wall street Journal

http://www.wsj.com/articles/anish-kapoor-redecorates-versailles-gardens-1433445499

 

Transgression, outrage, inversion accusatoire, spéculation, politique: il y a tout cela dans la provocante exposition des oeuvres de l'artiste Anish Kapoor à Versailles en 2015, jusque dans l'inversion du Parquet de Versailles ne condamnant pas leur scandaleuse et coûteuse présence, mais celle des tags assimilés à du "vandalisme"

http://www.europe1.fr/culture/anish-kapoor-laisse-son-oeuvre-en-letat-un-elu-porte-plainte-2512437

https://news.artnet.com/art-world/anish-kapoor-dirty-corner-antisemitic-vandalism-versailles-334043

La pièce maîtresse est un gigantesque tube de tôle posé sur le  Tapis vert au milieu de blocs de pierre, intitulé "Dark Corner", mais aussi "Le Vagin de la Reine" par son créateur. De quelle reine s'agit-il ? Marie-Antoinette, monstrueusement humiliée et assassinée ?

"Arnaud-Aaron Upinsky" et La Coordination Défense de Versailles s'étranglent de rage et adressent une longue et savante harangue à S.M. la reine Elizabeth II d'Angleterre:

http://coordination-defense-de-versailles.info/

en oubliant visiblement que c'est elle qui l'a annobli...

"Sir" Anish Kapoor ne représente pas le monde, mais d'abord  lui-même, et son dark side de dark insider .

http://www.jewish-museum.ru/en/exhibitions/anish-kapoor-my-red-homeland/

Si ses oeuvres sont exposées au château de Versailles, devenu depuis longtemps un support publicitaire payant pour le public

http://www.chateauversailles.fr/les-actualites-du-domaine/evenements/evenements/expositions/kapoor-versailles

ce n'est pas à lui ni à la reine d'Angleterre qu'il faut s'en prendre, ni même aux ennemis extérieurs de la France, mais d'abord à ceux qui la gouvernent et à ceux qui les laissent la gouverner.

Car il est évident que leur présence est politique et même géostratégique, tout comme les références d'Anish Kapoor aux subversives Pussy Riot ou aux "performances agit-prop de son ami Ai Weiwei, l'artiste chinois dont la résistance au pouvoir est devenu l'emblème, héros politique de l'art qui triomphe actuellement à la Royal Academy of Arts de Londres."

http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2015/09/30/03015-20150930ARTFIG00177-versailles-anish-kapoor-pose-dans-dirty-corner.php

Finalement, l'enjeu de ce "business plan" (payé et combien par les contribuables français dont on n'a pas demandé l'avis, bien sûr) n'est-il pas la déconstruction de la France, sa dissolution complète dans l'État Homogène Universel et dans le règne absolu de l'Argent ?

Pierre-Olivier Combelles

(né à Versailles en 1955, médaille d'honneur de la Ville de Versailles en 1994 pour ses travaux scientifiques et littéraires)

Afficher l'image d'origine

L'âge de la chevalerie est passé. Celui des sophistes, des économistes et des calculateurs lui a succédé; et la gloire de l'Europe est éteinte à jamais.
R.H. Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France. Hachette Littératures, 1989, pp. 95-96.

http://pocombelles.over-blog.com/2015/04/il-n-y-a-maintenant-seize-ou-dix-sept-ans-que-je-n-ai-vu-la-reine-de-france-c-etait-aversailles-elle-etait-encore-la-dauphine-et-cer

La famille royale en promenade en gondole sur le Grand Canal de Versailles. Tableau par Georges Roux, au Théâtre Montansier à Versailles. Devant le tableau: Pierre-Olivier Combelles. Photographie prise pour un article de P.O. Combelles sur la Flottille de Versailles dans la revue L'Année Bateaux-Magazine (1987). A l'arrière-plan, le Tapis vert et le château.

La famille royale en promenade en gondole sur le Grand Canal de Versailles. Tableau par Georges Roux, au Théâtre Montansier à Versailles. Devant le tableau: Pierre-Olivier Combelles. Photographie prise pour un article de P.O. Combelles sur la Flottille de Versailles dans la revue L'Année Bateaux-Magazine (1987). A l'arrière-plan, le Tapis vert et le château.

Lire la suite

Votation en Suisse pour retirer aux banques leur pouvoir de création monétaire

2 Janvier 2016 , Rédigé par Béthune

 "Une initiative populaire visant à donner à la banque centrale suisse le monopole de la création monétaire a obtenu assez de signatures pour organiser une votation. Son adoption serait une révolution dans la Confédération.

Avec la crise qui a débuté en 2007, l'idée d'ôter aux banques le pouvoir de créer de la monnaie commence à faire son chemin, progressivement, dans l'opinion. L'an passé, un rapport parlementaire islandais a clairement proposé d'en finir avec ce pouvoir. Mais - et ce n'est pas le moindre des paradoxes - le débat pourrait s'accélérer à partir de la Suisse, pays connu pour son système bancaire démesuré.
Vers une votation

Jeudi 24 décembre, en effet, la chancellerie fédérale helvétique a enregistré officiellement l'initiative populaire « monnaie pleine » qui vise à donner à la Banque nationale suisse (BNS) le monopole absolu de la création monétaire. Cette initiative, lancée en juin 2014 par un groupe dirigé par un instituteur alémanique, Hansruedi Weber, a recueilli 111.824 signatures, soit davantage que les 100.000 nécessaires pour provoquer une votation, autrement dit un référendum.

C'est une étape importante pour cette initiative. Désormais, le conseil fédéral (gouvernement) et le parlement suisses vont devoir se prononcer sur le projet qui prévoit la modification de l'article 99 de la constitution helvétique. Puis, à une date qui reste à définir, le peuple suisse sera amené à se prononcer dans une votation. Pour être acceptée, cette initiative devra alors obtenir non seulement la majorité populaire au niveau fédéral, mais aussi dans au moins 12 des 23 cantons de la Confédération."

Suite de l'article: http://www.latribune.fr/economie/international/les-suisses-voteront-pour-oter-aux-banques-leur-pouvoir-de-creation-monetaire-539180.html#xtor=EPR-2

Lire la suite

James Petras: International Monetary Fund’s Rogues Gallery. Crooks, Rapists and Swindlers

2 Janvier 2016 , Rédigé par POC

International Monetary Fund’s Rogues Gallery. Crooks, Rapists and Swindlers
12.25.2015 :: Analysis    
By James Petras


Introduction: The IMF is the leading international monetary agency whose public purpose is to maintain the stability of the global financial system through loans linked to proposals designed to enhance economic recovery and growth.


In fact, the IMF has been under the control of the US and Western European states and its policies have been designed to further the expansion, domination and profits of their leading multi-national corporations and financial institutions.
The US and European states practice a division of powers: The executive directors of the IMF are Europeans; their counterparts in the World Bank (WB) are from the US.
The executive directors of the IMF and WB operate in close consultation with their governments and especially the Treasury Departments in deciding priorities, deciding what countries will receive loans, under what terms and how much.
The loans and terms set by the IMF are closely coordinated with the private banking system. Once the IMF signs an agreement with a debtor country, it is a signal for the big private banks to lend, invest and proceed with a multiplicity of favorable financial transactions. >From the above it can be deduced that the IMF plays the role of general command for the global financial system.
The IMF lays the groundwork for the major banks’ conquest of the financial systems of the world’s vulnerable states.
The IMF assumes the burden of doing all the dirty work through its intervention. This includes the usurpation of sovereignty, the demand for privatization and reduction of social expenditures, salaries, wages and pensions, as well as ensuring the priority of debt payments. The IMF acts as the ‘blind’ for the big banks by deflecting political critics and social unrest.


Executive Directors as Hatchet Persons


What kind of persons do the banks support as executive directors of the IMF? Whom do they entrust with the task of violating the sovereign rights of a country, impoverishing its people and eroding its democratic institutions?
They have included a convicted financial swindler; the current director is facing prosecution on charges of mishandling public funds as a Finance minister; a rapist; an advocate of gunboat diplomacy and the promotor of the biggest financial collapse in a country’s history.


IMF Executive Directors on Trial


The current executive director of the IMF (July 2011-2015) Christine Lagarde is on trial in France for misappropriation of a $400-million-dollar payoff to tycoon Bernard Tapie while she was Finance Minister in the government of President Sarkozy.
The previous executive director (November 2007-May 2011), Dominique Strauss-Kahn, was forced to resign after he was charged with raping a chambermaid in a New York hotel and was later arrested and tried for pimping in the city of Lille, France.
His predecessor, Rodrigo Rato (June 2004-October 2007), was a Spanish banker who was arrested and charged with tax evasion, concealing ?27 million euros in seventy overseas banks and swindling thousands of small investors who he convinced to put their money in a Spanish bank, Bankia, that went bankrupt.
His predecessor a German, Horst Kohler, resigned after he stated an unlikely verity – namely that overseas military intervention was necessary to defend German economic interests, such as free trade routes. It’s one thing for the IMF to act as a tool for imperial interests; it is another for an IMF executive to speak about it publically!
Michel Camdessus (January 1987-February 2000) was the author of the “Washington Consensus” the doctrine that underwrote the global neo-liberal counter-revolution. His term of office witnessed his embrace and financing of some of the worst dictators of the time, including his own photo-ops with Indonesian strongman and mass murderer, General Suharto.
Under Camdessus, the IMF collaborated with Argentine President Carlos Menem in liberalizing the economy, deregulating financial markets and privatizing over a thousand enterprises. The crises, which ensued, led to the worst depression in Argentine history, with over 20,000 bankruptcies, 25% unemployment and poverty rates exceeding 50% in working class districts . . . Camdessus later regretted his “policy mistakes” with regard to the Argentine’s collapse. He was never arrested or charged with crimes against humanity.


Conclusion


The criminal behavior of the IMF executives is not an anomaly or hindrance to their selection. On the contrary, they were selected because they reflect the values, interests and behavior of the global financial elite: Swindles, tax evasion, bribery, large-scale transfers of public wealth to private accounts are the norm for the financial establishment. These qualities fit the needs of bankers who have confidence in dealing with their ‘mirror-image’ counterparts in the IMF.
The international financial elite needs IMF executives who have no qualms in using double standards and who overlook gross violations of its standard procedures. For example, the current executive director, Christine Lagarde, lends $30 billion to the puppet regime in the Ukraine, even though the financial press describes in great detail how corrupt oligarchs have stolen billions with the complicity of the political class (Financial Times, 12/21/15, pg. 7). The same Lagarde changes the rules on debt repayment allowing the Ukraine to default on its payment of its sovereign debt to Russia. The same Lagarde insists that the center-right Greek government further reduce pensions in Greece below the poverty level, provoking the otherwise accommodating regime of Alexis Tsipras to call for the IMF to stay out of the bailout (Financial Times, 12/21/15, pg.1).
Clearly the savage cut in living standards, which the IMF executives decree everywhere is not unrelated to their felonious personal history. Rapists, swindlers, militarists, are just the right people to direct an institution as it impoverishes the 99% and enriches the 1% of the super-rich.

Source: http://petras.lahaine.org/?p=2069

Afficher l'image d'origine

L'âge de la chevalerie est passé. Celui des sophistes, des économistes et des calculateurs lui a succédé; et la gloire de l'Europe est éteinte à jamais.
R.H. Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France. Hachette Littératures, 1989, pp. 95-96.

Lire la suite

J.-S. Bach; Concertos brandebourgeois 1-6, BWV 1046-1051 (Karl Richter)

1 Janvier 2016 , Rédigé par POC

Lyrisme et retenue, emportés par le génie de Karl Richter et l'unité parfaite de son orchestre. Dans l'éblouissant Concerto n°5, le merveilleux chant d'oiseaux de la flûte, du violon et du clavecin qui se répondent dans l'allegro ( à partir de 1:05:10)

Johann Sebastian Bach (1685 - 1750)
Conciertos de Brandenburgo 1 - 6, BWV 1046 - 1051
Münchener Bach-Orchester,
Karl Richter, director.

Concierto de Brandeburgo Nº 1 en Fa mayor BWV 1046
[00:28~] 1º. Allegro
[04:23~] 2º. Andante (en re menor)
[08:12~] 3º. Allegro
[12:53~] 4º. Menuetto; Trío I (2 oboes y fagot); Menuetto Polacca (violines y violas); Menuetto Trío II (2 cornos y 3 oboes); Menuetto.

Concierto de Brandeburgo Nº 2 en Fa mayor BWV 1047
[20:50~] 1º. Allegro
[26:00~] 2º. Andante (en re menor)
[29:44~] 3º. Allegro assai

Concierto de Brandeburgo Nº 3 en Sol mayor BWV 1048
[32:35~] 1º. Allegro
[38:38~] 2º. Adagio
[39:41~] 3º. Allegro

Concierto de Brandeburgo Nº 4 en Sol mayor BWV 1049
[45:06~] 1º. Allegro
[52:44~] 2º. Andante (en mi menor)
[56:44~] 3º. Presto

Concierto de Brandeburgo Nº 5 en Re mayor BWV 1050
[1:01:48~] 1º. Allegro
[1:11:44~] 2º. Affettuoso (en si menor)
[1:16:38~] 3º. Allegro

Concierto de Brandeburgo Nº 6 en Si♭ mayor BWV 1051
[1:22:00~] 1º. Moderato
[1:28:22~] 2º. Adagio ma non tanto (en Mi♭ mayor)
[1:33:07~] 3º. Allegro
-
Lista de reproducción BACH - RICHTER:
[https://www.youtube.com/playlist?list...]

Lire la suite