Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Colonel-Général Leonid Ivashov: Appel de l'Assemblée Panrusse des Officiers au Président et aux citoyens de la Fédération de Russie (28 janvier 2022)

27 Mai 2022 , Rédigé par Красный и белый Publié dans #Guerre, #Général Leonid Ivashov, #OTAN, #Russie, #Ukraine

Le colonel-général Leonid Ivashov

Le colonel-général Leonid Ivashov

Leonid Grigorievich a rédigé un Appel au Président et aux citoyens de la Fédération de Russie "La veille de la guerre" :

 

Appel de l'Assemblée panrusse des officiers au Président

et aux citoyens de la Fédération de Russie

(28 janvier 2022)

 

Aujourd'hui, l'humanité vit dans l'attente de la guerre. Une guerre signifie la perte inévitable de vies humaines, la destruction, la souffrance des grandes masses de personnes, la destruction de leur mode de vie et la perturbation des systèmes vitaux des nations et des peuples. Une grande guerre est une grande tragédie, un crime grave. Il se trouve que la Russie s'est retrouvée au centre de cette catastrophe imminente. Et peut-être pour la première fois de son histoire.

Auparavant, la Russie (l'Union soviétique) avait mené une guerre forcée (juste), et généralement lorsqu'il n'y avait pas d'autre issue, lorsque les intérêts vitaux de l'État et de la société étaient menacés.

Et qu'est-ce qui menace l'existence de la Russie elle-même aujourd'hui, et existe-t-il de telles menaces ? On peut affirmer que les menaces sont bel et bien présentes - le pays est sur le point d'achever son histoire. Toutes les sphères vitales, y compris la démographie, ne cessent de se dégrader, et le taux d'extinction des populations bat des records mondiaux. Et la dégradation est de nature systémique, et dans tout système complexe, l'effondrement d'un élément peut entraîner l'effondrement de l'ensemble du système.

Et ceci, à notre avis, est la principale menace pour la Fédération de Russie. Mais il s'agit d'une menace interne, provenant du modèle de l'État, de la qualité du pouvoir et de l'état de la société. Et les raisons de sa formation sont internes : le modèle étatique non viable, l'incompétence totale et le manque de professionnalisme du système de pouvoir et d'administration, la passivité et la désorganisation de la société. Un pays ne vivra pas longtemps dans un tel état.

Quant aux menaces extérieures, elles sont certainement présentes. Mais, selon notre évaluation d'experts, elles ne sont pas critiques pour le moment, menaçant directement l'existence de l'État russe et ses intérêts vitaux. Dans l'ensemble, la stabilité stratégique est préservée, les armes nucléaires sont sous un contrôle fiable, les groupements de forces de l'OTAN ne sont pas renforcés et il n'y a pas d'activité menaçante.

Par conséquent, la situation autour de l'Ukraine est principalement artificielle et sert les intérêts de certaines forces internes, dont la Fédération de Russie.  À la suite de l'effondrement de l'URSS, auquel la Russie (Eltsine) a pris une part décisive, l'Ukraine est devenue un État indépendant, membre de l'ONU, et a le droit à la défense individuelle et collective conformément à l'article 51 de la Charte des Nations unies.

Les dirigeants russes n'ont toujours pas reconnu les résultats du référendum sur l'indépendance de la DNR et de la LNR, alors qu'au niveau officiel, y compris pendant le processus de négociation de Minsk, ils ont souligné à plusieurs reprises que leurs territoires et leur population appartenaient à l'Ukraine.

Il y a également eu des déclarations répétées de haut niveau sur le désir de maintenir des relations normales avec Kiev sans singulariser la RPD et la RPL en tant que relations spéciales.

La question du génocide perpétré par Kiev dans les régions du sud-est n'a pas été soulevée à l'ONU ou à l'OSCE. Naturellement, pour que l'Ukraine reste un voisin amical de la Russie, il était nécessaire qu'elle démontre l'attrait du modèle d'État et du système de gouvernement russes.

Mais la Fédération de Russie ne l'a pas fait, son modèle de développement et son mécanisme de politique étrangère de coopération internationale lui aliènent presque tous ses voisins, et pas seulement.

L'acquisition par la Russie de la Crimée et de Sébastopol et l'incapacité de la communauté internationale à les reconnaître comme russes (ce qui signifie que la grande majorité des États du monde les considèrent toujours comme faisant partie de l'Ukraine) montrent clairement l'échec de la politique étrangère russe et le manque d'attrait de sa politique intérieure.

Les tentatives d'ultimatums et de menaces de recours à la force pour faire "aimer" la Fédération de Russie et ses dirigeants sont inutiles et extrêmement dangereuses.

Le recours à la force militaire contre l'Ukraine remettrait d'abord en question l'existence même de la Russie en tant qu'État ; ensuite, il ferait des Russes et des Ukrainiens des ennemis mortels pour toujours. Troisièmement, il y aura des milliers (dizaines de milliers) de jeunes hommes en bonne santé tués d'un côté et de l'autre, ce qui affectera certainement la situation démographique future de nos pays en voie d'extinction. Sur le champ de bataille, si cela se produit, les troupes russes devront affronter non seulement des soldats ukrainiens, parmi lesquels se trouveront de nombreux enfants russes, mais aussi des soldats et des équipements de nombreux pays de l'OTAN, et les États membres de l'alliance seront obligés de déclarer la guerre à la Russie.

Le président Erdogan de la République de Turquie a clairement indiqué de quel côté la Turquie se battra. Et nous pouvons supposer que les deux armées de campagne et la marine de la Turquie recevront l'ordre de "libérer" la Crimée et Sébastopol, et éventuellement d'envahir le Caucase.  

En outre, la Russie serait clairement placée dans la catégorie des pays menaçant la paix et la sécurité internationale, lourdement sanctionnée, mise au ban de la communauté internationale et susceptible d'être déchue de son statut d'État indépendant.

Le président, le gouvernement et le ministère de la défense ne peuvent ignorer de telles conséquences, ils ne sont pas si stupides.  

Une question se pose : quel est le but réel de provoquer des tensions au bord de la guerre et le déclenchement éventuel d'hostilités à grande échelle ? Le nombre et la composition des troupes formées par les parties - au moins cent mille soldats de chaque côté - indiquent qu'il y en aura. La Russie, en exposant ses frontières orientales, redéploie des formations aux frontières de l'Ukraine.

Selon nous, les dirigeants du pays, se rendant compte qu'ils ne sont pas en mesure de sortir le pays de la crise systémique et que cela peut conduire à un soulèvement populaire et à un changement de pouvoir dans le pays, avec le soutien de l'oligarchie, des fonctionnaires corrompus, des médias fétiches et des services de sécurité, ont décidé d'activer leur ligne politique pour la destruction finale de l'État russe et l'extermination de la population indigène du pays.  

Et la guerre est le moyen de résoudre ce problème afin de s'accrocher pour un temps à leur pouvoir anti-national et de préserver les richesses pillées au peuple. Nous ne pouvons pas supposer d'autre explication.      

Nous exigeons du président de la Fédération de Russie, nous, officiers de la Russie, qu'il renonce à sa politique criminelle consistant à provoquer une guerre, dans laquelle la Fédération de Russie serait seule contre les forces unies de l'Occident, qu'il crée les conditions de la mise en œuvre dans la pratique de l'article 3 de la Constitution de la Fédération de Russie, et qu'il démissionne.

Nous nous adressons à tous les militaires de réserve et retraités, citoyens de la Russie, en leur recommandant d'être vigilants, organisés, de soutenir les demandes du Conseil de l'Assemblée panrusse des officiers, de s'opposer activement à la propagande et au déclenchement de la guerre, de ne pas permettre le conflit civil interne avec utilisation de la force militaire.

Colonel-Général Leonid Ivashov: Appel de l'Assemblée Panrusse des Officiers  au Président et aux citoyens de la Fédération de Russie (28 janvier 2022)

Le colonel-général Leonid Ivashov, président de l'"Assemblée panrusse des officiers" (OOS), a fait une déclaration concernant la réaction du public au discours "A l'aube de la guerre" du Conseil de l'OOS :

Colonel-Général Leonid Ivashov: Appel de l'Assemblée Panrusse des Officiers  au Président et aux citoyens de la Fédération de Russie (28 janvier 2022)

Nous vous invitons à exprimer votre opinion sur cet appel.

Le Président du Conseil de l'OOS, le Colonel Petrov V.P. et moi-même soutenons cet appel et proposons de le soutenir au nom du Conseil.

--------------------

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Source: http://ooc.su/news/obrashhenie_obshherossijskogo_oficerskogo_sobranija_k_prezidentu_i_grazhdanam_rossijskoj_federacii/2022-01-31-79

Articles et entretiens du colonel-général Leonid Ivashov sur ce blog:

https://pocombelles.over-blog.com/tag/general%20leonid%20ivashov/

Sur la "dégradation de la vie en Russie" (Ivashov), sujet tabou en France comme en Occident, polarisés par la dialectique anti-Russie/anti-Poutine et pro-Russie/pro-Poutine qui sert à masquer les effets gravissimes, dans le monde entier, du modèle social, économique et financier actuel, consulter cette sélection d'articles et d'entretiens traduits en français des membres du Club d'Izborsk (dont fait partie le général Ivashov, qui a une position détachée dans ce groupe):

https://pocombelles.over-blog.com/tag/club%20d%27izborsk%20%28russie%29/

Le général Ivashov a toujours eu comme priorité la défense des civils et du peuple russe dans la vie matérielle comme spirituelle, ce qui l'a mis en opposition avec le pouvoir en Russie comme avec le pouvoir occidental et mondialiste (le pouvoir, pas les hommes ni les peuples). Dans l'Appel et dans l'entretien vidéo ci-dessous, il parle de "l'extermination des peuples indigènes de Russie" (par les guerres extérieures, la misère intérieure, la politique d'immigration en provenance du Sud et la "russophobie").

Le général Ivashov écrivait déjà en 2008:

"Déjà, Zbigniew Brzezinski écrivait que les États-Unis devaient concentrer leurs efforts pour arracher l'Ukraine et la Biélorussie à la Russie afin de transformer notre pays de puissant géant eurasien en un État régional asiatique."
   "Ils vont essayer de nous enfoncer, de provoquer le déclenchement d'hostilités sur le territoire ukrainien. Peut-être en Crimée, peut-être ailleurs. Les Ukrainiens ne réaliseront qu'alors qu'ils sont devenus une victime du jeu géopolitique américain."
   "Ils vont la diviser comme la Yougoslavie. Et nous ne devons pas nous bercer de l'illusion que lorsque l'Ukraine sera divisée, la Crimée tombera aux mains de la Russie. Il y a assez de prétendants là-bas sans nous. Ne soyez donc pas idiots et ne jouez pas le jeu de ceux qui parlent de la désintégration de l'Ukraine comme d'une bonne chose pour notre pays."

"Défendre la Russie contre Poutine"

Leonid Ivashov et Yuri Boldyrev, interviewés par Igor Goncharov

10 févr. 2022

Dans ce pays, il y a des ennemis du peuple. (Général-colonel Leonid Ivashov, en parlant de la Russie).

Quelques-uns des très nombreux commentaires au sujet de cet entretien, traduits du russe en français:

Timofei Fedosimov
il y a 3 mois
L'élimination des "voleurs au pouvoir" est nécessaire pour que le peuple, les citoyens de Russie, puissent commencer une vie significative. Unissez-vous. La force de l'esprit.
489
N Orion
il y a 3 mois (modifié)
Leonid Ivashov a tout dit correctement. Seuls les ennemis du peuple pourraient déclencher la guerre entre la Russie et l'Ukraine.
202
mari eva
il y a 3 mois.
Le peuple, les mères de la Russie n'ont pas besoin de guerre, nous avons besoin de nos enfants en bonne santé et heureux !!!!.
445
Elena Dolgopolova
il y a 3 mois (modifié)
Non, camarade Boldyrev. S'il y a une guerre, personne qui pense n'ira à la guerre. Ce ne sera pas pire que sous Poutine. Qui ira à la guerre pour Medvedev, Gref, Golikova, Rotenberg, Timchenko etc... ?
251
Mikhail Vendetta
il y a 3 mois (modifié)
Un domaine est en plein développement : les services rituels, qui deviendront bientôt un service public. L'État nous enterrera gratuitement.
407
Fiksa
il y a 3 mois.
Nous devons renverser ces autorités et les poursuivre en justice, pas leur adresser la parole, ces appels sont comme s'adresser à un maniaque et lui demander de ne plus le faire. C'est stupide !
532
Ivan Fiable
Ivan Y a 3 mois
Respect à vous les gars, vous faites un excellent travail, je pense que beaucoup de gens vont vous soutenir.
80
Timofey Fedosimov
il y a 3 mois
La Russie devrait être dirigée par un homme, pas par la Banque centrale et Poutine. C'est le seul moyen. L'élimination des "voleurs au pouvoir" est nécessaire pour que le peuple, les citoyens de Russie, puissent commencer une vie significative. Unissez-vous. La force de l'esprit.
730
Timofey Fedosimov
il y a 3 mois
Le problème de la Russie, ce sont les "voleurs au pouvoir", qui se tiennent derrière l'administration présidentielle, la Douma d'État. Ils volent la vie des gens, les empêchant de vivre pleinement leur vie. L'Occident est dans le coup. Unissez-vous, la force est dans l'esprit.
193
Elena Nikiforova
il y a 3 mois
Merci aux deux participants pour leur courage, leur dignité, leur responsabilité et leur amour du pays et du peuple !
128
Galina Rusalochka
il y a 3 mois (modifié)
La situation dans le pays est épouvantable. Merci à Leonid Ivashov, pour un message aussi sérieux au "Commandant en chef" et à tout le peuple de Russie.
184
Elena Semina.
il y a 3 mois
Notre principal ennemi est à l'intérieur du pays !
169
Olga Loseva
il y a 3 mois
"..... Nous sommes trompés par tout le monde et partout !" -- C'est toute l'histoire !  Plus longtemps Poutine est au pouvoir, plus nous perdons en tout.
75
Olga M.
il y a 3 mois
La renaissance de la patrie et la préservation de la nation devraient être une priorité politique, c'est par là que nous devrions commencer, mais cela devrait être fait par des hommes d'État patriotes... Merci à tous pour cette émission d'actualité.
151
Viktoria Barkova
il y a 3 mois (modifié)
Je soutiens Ivashov. Les Russes et les Ukrainiens ne devraient pas se battre - nous sommes un seul peuple.
36
Raisa Gorlova.
il y a 3 mois
Merci, général ! Pour la conscience et l'honneur !
81
♡AisT♡
il y a 3 mois (modifié)
Cher Leonid Grigorievich ! !! Merci de protéger nos enfants🙏
237
Valera Kaberets
il y a 3 mois
En tant que citoyen, je souscris à chaque mot prononcé par Ivashov. Le peuple devrait soutenir le général et destituer le président.
80
Irina B.
il y a 3 mois
Respect au patriote Général Ivashov !
83
Ivan Muranov
il y a 3 mois
Il est très positif que des officiers instruits et intelligents, guidés par des objectifs nobles et patriotiques, aient créé une organisation publique aussi puissante et ramifiée, qui peut sauver la Russie de la désintégration.
230
Alexey Zemlyak
il y a 3 mois
Merci pour votre patriotisme.
90
Elena Semina
il y a 3 mois
Nous, citoyens de Russie, devons nous opposer fermement à la guerre que mène notre gouvernement !
306
Liudmila Penkova
il y a 3 mois
Êtes-vous vraiment sûrs que l'homme qui est venu pour voler, dévaliser et détruire les gens partira de lui-même, en sachant ce qui l'attend ! Tu es naïf ! !!
68
Mahmud Sayranov
il y a 3 mois
Il n'a pas eu peur et a soulevé la question la plus importante, grâce à lui.
68
natasha lescshenko
il y a 3 mois
Le pire est que les citoyens ordinaires voient tout cela, mais que ce "gouvernement" ne voit rien et n'entend rien...
218
Tatiana Ismagilova
il y a 3 mois
Tous signent cet appel des vrais fils de la Russie ! Ce sont de vrais fils, braves, sages et courageux comme doivent l'être les guerriers.
221
Elena
Cela fait 3 mois
Merci beaucoup d'avoir exprimé l'opinion de millions de personnes raisonnables.
96
prosa
il y a 3 mois
Leonid Grigorievich, je vous salue et vous respecte pour votre analyse professionnelle, votre responsabilité et votre courage ! Grand respect à tout le personnel de l'assemblée des officiers !

Colonel-Général Leonid Ivashov: Appel de l'Assemblée Panrusse des Officiers  au Président et aux citoyens de la Fédération de Russie (28 janvier 2022)

Le général Ivashov, "patriote national", s'oppose à la guerre avec l'Ukraine

Svoboda.org


Le général Ivashov, "patriote national", s'oppose à la guerre avec l'Ukraine

Le colonel-général à la retraite Leonid Ivashov, connu pour ses opinions pro-soviétiques et national-patriotiques, s'exprimant en tant que président de l'Assemblée des officiers de toute la Russie, a lancé un appel contre la guerre de la Russie avec l'Ukraine. Il a accusé les dirigeants russes et le président Vladimir Poutine de préparer une telle guerre et l'a appelé à démissionner.

L'appel est daté du 31 janvier. La veille, le politologue Ivan Preobrazhensky a attiré l'attention sur ce sujet, puis d'autres commentateurs sur Internet.

Selon Ivashov, "Auparavant, la Russie (l'URSS) menait une guerre forcée (juste), et généralement lorsqu'il n'y avait pas d'autre issue, lorsque les intérêts vitaux de l'État et de la société étaient menacés. Cependant, aujourd'hui, comme l'écrit le général, la seule menace pour l'existence de la Russie est la dégradation de sa vie intérieure. Les menaces extérieures "ne sont pas critiques pour le moment". "La stabilité stratégique est généralement préservée, les armes nucléaires sont sous contrôle fiable, les forces de l'OTAN ne sont pas renforcées et aucune activité menaçante n'a lieu", écrit Ivashov.

Selon l'appel, l'Ukraine, en tant qu'État indépendant, a le droit à la défense individuelle et collective. "Naturellement, pour que l'Ukraine reste un voisin amical de la Russie, il était nécessaire qu'elle démontre l'attrait du modèle d'État et du système de pouvoir russes", écrit Ivashov. Il note également que l'écrasante majorité des pays du monde ne reconnaissent pas la Crimée et Sébastopol annexées comme russes, ce qui "montre de manière convaincante l'échec de la politique étrangère russe et le manque d'attrait de la politique intérieure."

Selon le général, l'utilisation de la force militaire contre l'Ukraine "premièrement, cela remettrait en question l'existence de la Russie elle-même en tant qu'État, et deuxièmement, cela ferait des Russes et des Ukrainiens des ennemis mortels pour toujours." Ivashov craint également l'entrée des pays de l'OTAN, notamment la Turquie, dans le conflit. "En outre, la Russie sera sans ambiguïté placée dans la catégorie des pays menaçant la paix et la sécurité internationale, soumise aux sanctions les plus lourdes, transformée en paria de la communauté mondiale et probablement privée du statut d'État indépendant", estime le général. Il estime que la Russie "provoque des tensions au bord de la guerre" afin de distraire la population de ses problèmes internes. L'appel exige que le président "abandonne sa politique criminelle de provocation de la guerre".
politique criminelle de provocation de la guerre".

M. Ivashov a dirigé la principale direction de la coopération militaire internationale du ministère russe de la défense de 1996 à 2001 et a occupé d'autres postes élevés au sein du ministère de la défense. Il s'est fait connaître, entre autres, par ses évaluations très négatives de l'opération de l'OTAN contre la Serbie en 1999. Après sa retraite, il est apparu dans le journal Zavtra et dans d'autres médias pour critiquer les politiques des autorités russes dans une perspective de "puissance nationale". Il a également critiqué l'OTAN et l'Occident.
"L'Assemblée panrusse des officiers est une organisation publique qui rassemble des officiers de réserve aux opinions prosoviétiques et national-patriotiques. Ses dirigeants comprennent, par exemple, le colonel Vladimir Kvachkov* et d'autres personnalités connues.
Ces dernières semaines, la Russie a concentré un important groupe armé près de la frontière ukrainienne. Des unités et des équipements supplémentaires sont arrivés pour des exercices en Biélorussie. Les pays occidentaux craignent que la Russie ne lance une invasion à grande échelle en Ukraine. Moscou nie les préparatifs d'une telle invasion.

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com/Translator

Source: https://www.svoboda.org/a/natsional-patriot-general-ivashov-vystupil-protiv-voyny-s-ukrainoy/31689732.html

* NDLR: https://www.youtube.com/watch?v=ijXN22g-0Q8

Le discours du général Ivashov - un appel anti-guerre ou une provocation politique ?
7 février 20:03
Public Opinion (Russie)

Le 31 janvier 2022, l'adresse de l'Assemblée panrusse des officiers au président et aux citoyens de la Fédération de Russie a été publiée. L'auteur du message était le général colonel à la retraite Leonid Grigorievich Ivashov, président de l'"Assemblée des officiers de toute la Russie", une personnalité publique connue pour ses opinions national-patriotiques et connue pour ses déclarations anti-occidentales plus que dures. Dans son discours, Leonid Ivashov s'est déclaré opposé à la guerre de la Russie avec l'Ukraine ; il a reproché aux dirigeants russes de provoquer un conflit militaire "au bord de la guerre" afin de détourner l'attention des citoyens des problèmes internes du pays. En outre, M. Ivashov a appelé le président Vladimir Poutine à se retirer.

          La question se pose de savoir ce qui se cache derrière cet appel : la position personnelle du patriote ou la démarche politique d'une "troisième force" qu'Ivashov représente actuellement.

La guerre est un crime grave

            Malgré toutes les réprimandes ouvertes aux autorités russes contenues dans l'appel, son objectif principal est néanmoins une protestation publique contre la guerre qui, comme le disent les auteurs du texte, s'avérera être non seulement une cause de souffrances, de victimes et de destruction, mais aussi "une énorme tragédie". Le colonel-général à la retraite qualifie les initiateurs du déclenchement du conflit militaire de criminels potentiels commettant un "crime grave".

"Aujourd'hui, l'humanité vit dans l'attente de la guerre. Une guerre signifie la perte inévitable de vies, la destruction, la souffrance de grandes masses de personnes, la destruction de leur mode de vie habituel, la perturbation des systèmes de vie des nations et des peuples. Une grande guerre est une grande tragédie, le crime grave de quelqu'un. Il se trouve que la Russie s'est retrouvée au centre de cette catastrophe imminente. Et peut-être pour la première fois de son histoire", déclare le général au début de son discours public au président et aux citoyens de la Fédération de Russie.

          Leonid Ivashov est un adepte du choix soviétique, et dans son message ouvertement anti-guerre, il souligne également qu'à l'époque soviétique, le pays n'a mené que des guerres justes, effectivement forcées, dans l'intérêt de l'État et pour protéger ses citoyens. Toutefois, aujourd'hui, comme l'écrit le colonel-général à la retraite, c'est la politique intérieure qui s'est affaiblie, mais il n'y a pas de défis extérieurs sérieux, et la principale menace pour la sécurité de la Russie est sa propre dégradation morale. La conclusion de cette déclaration est que la politique étrangère de ces derniers mois est défectueuse et comporte le risque d'une guerre majeure inutile pour le pays, non seulement avec l'Ukraine, mais aussi avec la coalition de soutien des pays de l'OTAN, dont la Turquie. Leonid Ivashov ne trouve aucune justification à une telle dureté.

          Qu'est-ce qui menace l'existence de la Russie elle-même, demande-t-il, et y a-t-il de telles menaces ?" Et il y répond lui-même : "On pourrait dire qu'il y a effectivement des menaces - le pays est sur le point d'achever son histoire. Toutes les sphères vitales, y compris la démographie, ne cessent de se dégrader, et le taux d'extinction des populations bat des records mondiaux. Et la dégradation est de nature systémique et dans tout système complexe, la destruction d'un élément peut entraîner l'effondrement de l'ensemble du système".

          Leonid Grigorievich note dans son discours que le modèle actuel de l'État russe pose un sérieux problème pour la situation à l'intérieur du pays, et que la qualité du pouvoir et le climat social en général laissent beaucoup à désirer.  "... le modèle non viable de l'État, l'incapacité totale et le manque de professionnalisme du système de pouvoir et d'administration, la passivité et la désorganisation de la société. Un pays ne vivra pas longtemps dans cet état", souligne l'auteur de l'allocution.

A propos de l'indépendance de l'Ukraine

Le chef de l'assemblée des officiers est sans ambiguïté sur la souveraineté et la possibilité pour le pays de riposter : "<...> la situation autour de l'Ukraine est, tout d'abord, artificielle, intéressée par certaines forces internes, y compris la Fédération de Russie.  À la suite de l'effondrement de l'URSS, auquel la Russie (Eltsine) a pris une part décisive, l'Ukraine est devenue un État indépendant, membre de l'ONU, et conformément à l'article 51 de la Charte des Nations unies, elle a le droit à la défense individuelle et collective".

L'appel indique également que le modèle étatique obsolète de la Fédération de Russie entrave actuellement les relations de bon voisinage avec l'Ukraine. L'auteur précise que pour résoudre ce problème, il faut changer le modèle étatique afin de ne pas s'aliéner "pratiquement tous les voisins, et pas seulement".  "Les tentatives, par le biais d'ultimatums et de menaces de force, de faire "tomber amoureux" la Fédération de Russie et ses dirigeants sont dénuées de sens et extrêmement dangereuses", souligne l'auteur.

Prévisions

Plus loin dans son discours, Ivashov analyse la situation aiguë d'un éventuel affrontement militaire entre les deux États, prédisant certains développements en cas de confrontation : "L'utilisation de la force militaire contre l'Ukraine, premièrement, remettra en question l'existence de la Russie elle-même en tant qu'État ; deuxièmement, fera des Russes et des Ukrainiens des ennemis mortels pour toujours. Troisièmement, il y aura des milliers (dizaines de milliers) de jeunes hommes en bonne santé tués d'un côté et de l'autre, ce qui affectera certainement la situation démographique future de nos pays en voie d'extinction. Sur le champ de bataille, si cela se produit, les troupes russes devront affronter non seulement des soldats ukrainiens, parmi lesquels se trouveront de nombreux Russes, mais aussi des soldats et du matériel de nombreux pays de l'OTAN, et les États membres de l'alliance seront obligés de déclarer la guerre à la Russie".

Il est évident que si ces lignes avaient été écrites par Grigory Yavlinsky ou Leonid Gozman, voire Alexei Kudrin ou Ksenia Sobchak, elles n'auraient pas eu d'écho. De la part de chacune de ces personnalités publiques, un tel pronostic aurait été tout à fait attendu. C'est une sensation que de telles prédictions n'aient été faites par personne d'autre que probablement le plus anti-occidental de tous les auteurs russes anti-occidentaux écrivant sur la guerre et la sécurité, l'organisateur de la célèbre marche des troupes russes sur Pristina en été 1999, qui a amené notre pays au bord d'un affrontement militaire avec l'OTAN pour la première fois depuis l'effondrement de l'URSS. L'événement nécessite une certaine interprétation, mais curieusement, presque aucun des commentateurs ne la fournit.

En attendant, l'appel de Leonid Ivashov a provoqué une certaine réaction.

Le jour de la publication, l'analyste politique libéral Ivan Preobrazhensky a réagi à la lettre ouverte d'Ivashov en la commentant sur son Facebook Le post de l'analyste politique mentionnant la lettre d'Ivashov a suscité une forte réaction et de nombreux commentaires.

"Leonid Ivashov, depuis ses positions sur les Cent Noirs, a attaqué la politique ukrainienne de Poutine.  Cela rappelle le passage à l'opposition à Nicolas II par les nationalistes russes au début du 20e siècle", écrit Ivan Preobrazhensky dans son billet.

Preobrazhensky cite ensuite plusieurs citations du message d'Ivashov, ainsi qu'un commentaire : "Le lien vers la déclaration complète d'Ivashov dans le premier commentaire. Cela ressemble à une absurdité schizophrénique par endroits, mais il montre bien la logique et il est difficile de ne pas être d'accord avec la conclusion finale - fuck the war - des militaristes russes."

Autres déclarations anti-guerre

Le manifeste anti-guerre de Leonid Ivashov n'est, bien sûr, pas isolé. Le 30 janvier, le blog du site de la station de radio Ekho Moskvy a publié une "Déclaration des partisans de la paix contre le parti de la guerre au sein de la direction russe". Il affirme que "les citoyens russes deviennent effectivement les otages de l'aventurisme criminel dans lequel se transforme la ligne de la politique étrangère de la Russie. "Mais personne ne demande aux citoyens de la Russie. Il n'y a pas de débat public. Un seul point de vue est présenté à la télévision d'État, et c'est celui des partisans de la guerre. Il y a des menaces militaires directes, des agressions et de la haine envers l'Ukraine, l'Amérique et les pays occidentaux. Mais le plus dangereux est que la guerre est présentée comme un développement permis et inévitable. Les gens sont trompés et corrompus et l'idée d'une guerre sainte avec l'Occident leur est imposée au lieu de développer le pays et d'améliorer le niveau de vie de ses citoyens. La question du prix est hors de question, mais les gens ordinaires devront le payer - un prix énorme et sanglant", écrivent les auteurs de la déclaration, dont le militant des droits de l'homme Lev Ponomaryov, le politicien Leonid Gozman, l'actrice Liya Akhedzhakova, le musicien Andrei Makarevich et d'autres. Cette déclaration est passée pratiquement inaperçue, car il s'agissait de l'expression attendue de personnes ayant une position publique déjà bien connue.

Avis d'experts indépendants

Lors du débat sur le site PublicO, les experts ont exprimé différents points de vue sur les raisons de la lettre d'Ivashov et son contenu. Mikhail Ilyin, docteur en sciences politiques et spécialiste de la géopolitique et des études de communication, estime que la réponse à l'appel devrait être une explication cohérente de ce qui se passe par rapport à l'Ukraine de la part des responsables. "Le général Ivashov est certainement un homme compétent dans son domaine de la science militaire, qui fait autorité. Il est compétent dans ce domaine, mais parfois il se met à spéculer sur la géopolitique et va au-delà de ses compétences. Sa "géopolitique" ne résiste pas à la critique. Il s'agit plutôt d'une pseudo-science qui discrédite mes propres recherches universitaires", a déclaré M. Ilyin au site PublicO.

L'histoire de la lettre de Leonid Ivashov ressemble presque à une "image miroir" d'un scandale aujourd'hui oublié, avec un article de Vladislav Surkov, qui a publié en novembre 2021 un texte assez militariste intitulé "Où est passé le chaos ? Déballer la réalité". Dans cette chronique, publiée sur le site Aktualnye Kommentarii, M. Surkov soutenait que l'expansion militaire était inévitable pour une Russie qui avait perdu son "consensus sur la Crimée" et qui retrouvait son rôle impérial avec ses inévitables interventions militaires. Alors que personne ne s'attendait à du "militarisme" avec des notes expansionnistes de la part de Vladislav Surkov, au contraire, personne ne pouvait s'attendre à du "pacifisme" de la part de Leonid Ivashov. Il est peu probable qu'un tel basculement soit uniquement le résultat de l'autodétermination personnelle des deux politiciens. Il semble que les discussions sur la "guerre" cachent un sous-texte politique que le pays et le monde devront bientôt démêler.

Elena Ostrovskaya, correspondante spéciale de PublicO

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com/Translator

Source: https://publico.ru/news/obrashhenie-generala-ivashova-antivoennyj-prizyv-ili-politicheskaya-provokacziya/

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :