Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

europe

Leonid Ivashov : la Russie surveillera les exercices conjoints de l'OTAN et de l'Ukraine (Club d'Izborsk, 14 Juin 2021)

14 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Général Leonid Ivashov, #Europe, #OTAN, #Russie

Leonid Ivashov : la Russie surveillera les exercices conjoints de l'OTAN et de l'Ukraine  (Club d'Izborsk, 14 Juin 2021)
Leonid Ivashov : la Russie surveillera les exercices conjoints de l'OTAN et de l'Ukraine  (Club d'Izborsk, 14 Juin 2021)

Leonid Ivashov : la Russie surveillera les exercices conjoints de l'OTAN et de l'Ukraine

 

14 Juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21209

 

 

Les prochaines manœuvres des troupes de l'Alliance de l'Atlantique Nord avec la participation de l'armée ukrainienne peuvent être considérées, entre autres, comme les premières étapes de la création d'une tête de pont en Ukraine pour une éventuelle attaque contre la Russie. a déclaré le colonel général Leonid Ivashov au journal VZGLYAD, commentant les préparatifs des armées de l'OTAN et de l'Ukraine pour l'exercice Sea Breeze.

 

"Nous devons suivre ces exercices, étudier les tactiques, l'utilisation des méthodes opérationnelles. Tout cela est une tâche du renseignement militaire - militaire et opérationnel et, dans une certaine mesure, stratégique", a déclaré l'ancien chef de la Direction principale de la coopération militaire internationale du ministère de la Défense, président de l'Académie des problèmes géopolitiques, le colonel général Leonid Ivashov.

 

Le général a rappelé que les forces armées, en particulier, les structures militaires et navales de tous les pays "effectuent des entraînements planifiés - pour la liquidation d'une certaine menace." "Ce sont les lois des affaires militaires. Et pour ce qui est des détails, nous devons surveiller de près et déterminer si les forces de l'OTAN effectuent simplement des exercices planifiés: sur quoi travaillent-ils pendant ces manœuvres ?l’aviation stratégique est-elle utilisée? les forces sont-elles redéployées d'un théâtre à l’autre? et nous en tirerons des conclusions.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) est une personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel Général. En 1996 - 2001, chef de la direction principale de la coopération militaire internationale au ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. De 1996 à 2001, il est devenu le chef du département de la coopération militaire internationale du ministère de la défense, colonel-général de Russie. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite
Lire la suite

Leonid Ivashov : la Russie est à court d'hommes (Club d'Izborsk, 10 juin 2021)

11 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Guerre, #Russie, #Europe, #USA

Leonid Ivashov : la Russie est à court d'hommes  (Club d'Izborsk, 10 juin 2021)

Leonid Ivashov : la Russie est à court d'hommes

 

10 juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21194

 

 

 

Des marines américains agiles et énergiques ont débarqué sur la côte de la mer Noire. Lunettes de protection noires et tenue de camouflage adaptée à la région. L'exercice militaire « Sea Breeze », ou "Brise de mer" en ukrainien, n'a pas manqué d'inquiéter nos militaires russes. Le ministère russe de la Défense soupçonne l'OTAN de rapprocher les armes des points chauds "sous couvert d'exercices". Elle est déjà relativement proche de nous aussi. Surtout à la télévision, et c'est dommage que le film ne soit pas un long métrage, mais un documentaire.

 

Les armes, les munitions et les provisions les plus modernes pour les bataillons de volontaires ukrainiens se trouvent déjà sur le territoire de la "république fraternelle". Les formations nationalistes qui se tiennent à la frontière avec les républiques de Donetsk et de Louhansk ont-elles attendu le "peremogi" ? Ou, comme disent les Américains, la victoire.

 

D'une part, ce n'est pas nouveau. Le Congrès américain sous le président Barack Obama voulait fournir des armes létales à l'Ukraine. À l'époque, nos parlementaires ont instantanément discuté de la question de rendre au président Vladimir Poutine le droit d'introduire des troupes dans le pays voisin.

 

Mais les parlementaires, les premiers comme les seconds sont, comme le disait Aristote, de tels "animaux politiques" qui vivent dans une niche écologique chaude de leurs institutions et sont habitués à une belle vie bien nourrie. D'autres doivent mourir pour eux. Ils seront protégés par les services de sécurité en cas de problème - comme cela s'est produit lors de la prise d'assaut du Congrès américain par des partisans mécontents de Donald Trump.

 

Trump, d'ailleurs, était contre une aide coûteuse au libre arbitre oligarchique ukrainien. L'administration américaine de Joe Biden a de nouveau demandé plus d'un demi-milliard de dollars au Congrès pour l'année fiscale 2022. Ils doivent aller aider l'Europe, et comme "réponse aux défis croissants de la Russie et de la RPC".

 

- Les Américains sont maintenant la force organisatrice en Europe. Ils persuadent les Roumains de sortir leurs navires décrépits contre la Russie. Ils fourniront des armes, amèneront des soldats. Et alors ? Il me semble qu'il y a une accumulation de peur en Russie pour nous faire avoir peur de tout.

 

Maintenant, la confrontation avec les Turcs est plus importante. Que signifiera la pose d'un nouveau canal près du Bosphore ? Ensuite, les Turcs eux-mêmes décideront qui laisser entrer et qui ne pas laisser sortir. La convention de Montreux n'y fonctionnera plus. La situation est plus grave pour la mer Noire.

 

Mais les menaces extérieures ne sont pas l'essentiel. Ce qui se passe à l'intérieur : toute personne est saisie, emprisonnée, arrêtée. Et les territoires sont cédés sans aucune lutte : Dmitry Medvedev, lorsqu'il était président, a cédé une partie de la mer de Barents, Vladimir Poutine a cédé une partie du territoire en Extrême-Orient, et tout le monde nous fait peur que les Américains laissent une unité. Bien sûr, ils quitteront leurs instructeurs afin de surveiller le cours vers des relations hostiles entre l'Ukraine et la Russie.

 

Ils travaillent avec succès pour eux-mêmes : ils ont pris deux nations fraternelles, les ont séparées. Dans deux ou trois ans, je pense que la même chose arrivera à la Biélorussie. Les Biélorusses nous regarderont de la même manière hostile, ils se retourneront contre nous.

 

Le Kazakhstan s'éloigne déjà de la Russie - il introduit l'alphabet latin au lieu du cyrillique. L'Ouzbékistan n'est même pas membre de l'OTSC. L'Arménie, c'est clair, va se tourner vers l'Europe. Avec qui allons-nous rester ? Les Kirghizes sont les seuls qui nous collent encore à la peau. Mais eux aussi peuvent se tourner vers la Chine. Nous resterons dans un espace hostile.

 

Et la raison est que la Russie n'a plus d'hommes. Il suffit de nous mettre un nœud coulant et de le serrer au bon moment, et nous deviendrons tous soumis. Il ne s'agit pas d'un "esclavage numérique", qui est redouté, mais d'un esclavage psychologique. C'est de l'intimidation, de l'alarmisme. Que demain un missile américain arrivera, ou que quelqu'un atterrira quelque part. Et en réalité, nous voyons tous ce que les autorités font au milieu de cette peur. Et pourquoi devraient-ils nous bombarder, nous attaquer ? Si Medvedev est à nouveau élu président, nous courrons voter pour lui. Et c'est "pire que la bombe atomique".

 

- Mais le président Poutine, je m'en souviens, s'est montré énergique lorsque les troupes géorgiennes ont attaqué l'Ossétie du Sud. Certaines mesures ont été prises en 2008.

 

- Quel genre d'actions ? Pendant vingt-quatre heures, nos troupes à la frontière n'ont pas pu recevoir de commandement ! Le commandant adjoint du district militaire du Caucase du Nord m'a personnellement appelé et m'a conseillé sur la marche à suivre. Il existait autrefois un "troisième paquet" à ce sujet, qui devait être ouvert en cas de situation d'urgence. Je lui ai rappelé ceci. Il a répondu que tous les paquets ont été emportés. Je lui ai conseillé d'envoyer des gens en hélicoptère pour capturer le col de Roki. Il s'est avéré que tous les avions ont également été retirés du district.

 

Le chef d'état-major général n'a pris aucune décision sans le ministre de la Défense. Ils ont cherché Serdyukov pendant six heures et ne l'ont pas trouvé. Poutine était aux Jeux olympiques, Medvedev était sur un bateau quelque part le long de quelques rivières. C'est tout !

 

La Géorgie a attaqué la Russie. Pendant qu'ils se rassemblaient, plusieurs de nos soldats de la paix ont été tués. Le district n'était pas préparé aux opérations de combat. J'ai appelé le commandant et lui ai dit que demain ils lui passeraient les menottes. Il s'est excusé du fait que personne ne donnait l'ordre. Je lui ai expliqué que pour se décharger de cette responsabilité, les officiers supérieurs la lui remettraient.

 

Des forces ont été rassemblées, on a envoyé des casques bleus pour les protéger... Mais seul un bataillon tchétchène dirigé par Yamadayev y travaillait, et des volontaires ossètes. Dès qu'ils ont commencé à couper les têtes des militaires géorgiens, ils se sont enfuis...

 

Alors qu'en Ukraine, ils se vantent que dans le projet de budget pour l'année fiscale 2022, l'Amérique a prévu 255 millions de dollars d'aide "pour contrer l'agression russe". Techniquement, il est dit que tout cela est uniquement destiné aux "réformes et au développement de la société civile". Le budget n'a pas encore été adopté par les deux chambres du Congrès américain. S'il est adopté, ils n'ont plus qu'à espérer le "voler" comme d'habitude.

 

Sergei Chemezov, chef de la Corporation Rostekh, a déjà comparé le durcissement de la pression exercée par l'Occident sur la Russie à la guerre. Selon lui, l'Occident n'est pas prêt pour des sanctions trop sévères contre notre pays. Ou peut-être Sergey Viktorovich lui-même n'est-il pas prêt pour cela et projette-t-il son manque de préparation sur ses homologues réels ou potentiels ?

 

Tout ce qui est possible pour nous compliquer la vie, l'Occident, selon lui, l'a déjà fait. Puis vient la guerre. Nous devons nous y préparer. Et les Américains et les Européens ne le font pas. Pourquoi ? L'Amérique poursuivra allègrement son influence sur l'Europe, "pour garder la Russie dans le ton". Mais en même temps "ne pas lui donner l'opportunité de se développer". Le développement se fait dans un tonus. Et dans les périodes de stagnation, il y a la décadence.

 

Nos faucons et leurs homologues occidentaux continuent donc de tester leurs biceps à distance. Mais Sergey Chemezov n'a pas l'air d'un faucon. Quand il travaille dans l'industrie de la défense, il n'est un faucon que dans sa description de poste. Mais si tu le regardes de cette façon, ce n'est rien d'autre qu'un pigeon.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) - Personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel Général. En 1996 - 2001, chef de la direction principale de la coopération militaire internationale au ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. De 1996 à 2001, il est devenu le chef du département de la coopération militaire internationale du ministère de la défense, colonel-général de Russie. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Leonid Ivashov : la réponse à la pression militaire occidentale doit être asymétrique (Club d'Izborsk, 1er juin 2021)

1 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Général Leonid Ivashov, #Europe, #OTAN, #Politique, #Russie

Leonid Ivashov : la réponse à la pression militaire occidentale doit être asymétrique  (Club d'Izborsk, 1er juin 2021)

Leonid Ivashov : la réponse à la pression militaire occidentale doit être asymétrique

 

1er juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21151

 

 

- Le ministère russe de la Défense va créer environ deux douzaines de nouvelles formations et unités militaires dans le district militaire occidental en réponse aux actions de l'OTAN dans cette direction stratégique.

 

- Je commence déjà à considérer ces scénarios de tension militaire comme une sorte de collusion entre les politiciens et les militaires occidentaux et les nôtres. Les deux bénéficient du fait qu'il y a du travail, du financement et du chargement du complexe militaro-industriel. Je crois qu'il y a une sorte de processus de suivi en cours.

 

Quelqu'un en Occident dit quelque chose et mène des exercices, et nous répondons, parfois avec plus de force, en disant que nous avons les meilleurs moyens de destruction que personne d'autre ne possède. La partie adverse commence également à réagir, et le Congrès exige que nous réglions les choses et réduisions l'écart, et nous ripostons, et ainsi de suite. C'est ainsi que se déroule le précurseur de la guerre.

 

Il existe non seulement une réponse symétrique, mais aussi une réponse asymétrique. Ils commencent leur rhétorique anti-russe non pas même pour le plaisir de la guerre, mais pour des raisons commerciales, politiques, électorales. Dans ce cas, nous devons utiliser la réponse asymétrique plus souvent. Aujourd'hui, la principale force de frappe dans le monde est le soft power et la guerre hybride. Il me semble que nous ne devrions pas répondre de manière aussi directe. D'autant plus que notre économie n'est pas brillante dans l'ensemble et que la situation sociale de nos citoyens est tout à fait tragique.

 

Notre peuple se concentre sur le fait que tout le monde nous menace, nous n'avons pas d'alliés stratégiques, il n'y a que des ennemis autour de nous, donc nous devons nous armer, et notre peuple doit se serrer la ceinture et tout supporter. Je ne pense pas que notre principale menace aujourd'hui soit l'OTAN ou l'Amérique.

 

- Il s'agit de quoi ?

 

- Si demain des troubles éclatent, nous n'aurons pas de métaux, pas d'aluminium, pas de nickel, pas de terres rares, car tout cela va à l'Ouest.

 

La société russe Rusal n'a plus de russe que le nom. Il s'agit en fait d'une société américaine. La procédure de divorce de Potanin pourrait entraîner le départ de Norilsk Nickel vers la Grande-Bretagne également. En outre, tout propriétaire peut adopter une nationalité étrangère et l'entreprise partira à l'Ouest. C'est le principal danger. Et nous dirigeons toutes nos forces et nos médias officiels vers l'OTAN.

 

Je ne suis pas d'accord avec ce genre de réponses. Nous devons créer des projets pour le développement de la Russie, ce que nous n'avons pas aujourd'hui. Nous ne savons pas où nous allons et quel genre d'État nous construisons, et nous ne voyons que des ennemis partout. Le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est une erreur, et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est une trahison.

 

 

Leonid Ivashov

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) - Personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel Général. En 1996 - 2001, chef de la direction principale de la coopération militaire internationale au ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. De 1996 à 2001, il est devenu le chef du département de la coopération militaire internationale du ministère de la défense, colonel-général de Russie. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

28 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Chine, #Europe, #Guerre, #Russie, #USA, #Politique

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)
Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine

 

28 mai 2021

 

https://izborsk-club.ru/21135

 

Source originale: Tsargrad

 

https://tsargrad.tv/articles/sergej-glazev-protiv-rossii-i-kitaja-razvjornuta-gidridnaja-vojna_360620

 

 

Comment est-il possible que la Chine, après avoir fait un grand bond en avant, ait laissé la Russie loin derrière ? Pourquoi continuons-nous à écouter les recommandations du FMI ? Dans une conversation avec le chroniqueur de Tsargrad Yuri Pronko, l'académicien de l'Académie des sciences russe Sergey Glazyev a fourni une analyse substantielle de ce qui se passe dans l'économie nationale et des options pour surmonter les problèmes accumulés. Il est convaincu qu'une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine.

 

- Nous entendons constamment dire qu'il y a une transformation mondiale, qu'il y a des percées ou, au contraire, des effondrements. Où pensez-vous que se trouve la Russie ?

 

- La Russie, malheureusement, est toujours à la périphérie de l'économie mondiale. Et si, après l'effondrement de l'Union soviétique, nous avons été entraînés à la périphérie de l'économie occidentale, où nous avons commencé à servir l'Union européenne comme fournisseur de matières premières et l'Amérique comme fournisseur de capitaux et de cerveaux, alors aujourd'hui notre économie se trouve à la périphérie de deux centres mondiaux à la fois.

 

Nous sommes de plus en plus réorientés vers la Chine. En général, il s'agit d'un mouvement prévisible et naturel, car le centre de l'économie mondiale se déplace vers l'Asie du Sud-Est, et c'est de là que provient la demande de nos matières premières. Alors qu'il y avait autrefois une demande pour la technologie russe, elle a aujourd'hui sensiblement diminué.

 

La coopération politique et économique est devenue plus substantielle et prioritaire. Néanmoins, si nous parlons de la structure de nos relations commerciales avec la Chine, elle est encore pire que la structure des relations commerciales avec l'Union européenne. Dans la part de nos exportations vers la Chine, il y a beaucoup plus de matières premières.

 

En d'autres termes, par rapport à l'économie chinoise, nous sommes devenus encore plus périphériques que nous l'étions par rapport à l'économie européenne. Et pourtant, il y a 20 ans, nous fournissions des équipements à la Chine et notre structure d'exportation vers la Chine était plus intéressante que vers l'Union européenne.

 

- La situation s'aggrave-t-elle ?

 

- Au cours des 20 dernières années, la Chine a fait un énorme bond en avant. Aujourd'hui, elle est le leader en termes d'exportations de produits à forte intensité de connaissances. Elle se classe au premier rang pour l'activité en matière de brevets et est en tête pour les processus d'innovation. Ayant beaucoup emprunté à l'Union soviétique et ayant bénéficié de l'accès aux technologies occidentales lors de son amitié avec l'Amérique, la Chine est devenue aujourd'hui le pays numéro un en termes de développement économique.

 

Entre-temps, nous nous sommes retrouvés à la périphérie de deux centres à la fois - le vieux centre américano-européen et le nouveau centre qui émerge en Asie du Sud-Est, dirigé par la Chine. Et pour ces deux centres, nous jouons le rôle de source de matières premières, d'esprits et de capitaux, ce qui est typique des pays périphériques.

 

La principale raison de cette situation est l'absence de notre propre stratégie de développement économique, notre manque de compréhension des régularités de la croissance économique moderne, notre focalisation sur les recommandations des institutions financières de Washington, le FMI, qui ont été élaborées pour l'Afrique il y a un demi-siècle.

 

Cela signifie que nous sommes dans la même situation et avec le même résultat que les pays africains à la fin des années 70, lorsqu'ils ont été privés, en fait, de la possibilité d'émettre leur propre crédit parce qu'ils se sont enlisés dans la dette.

 

On pensait que les pays africains étaient incapables de mener une politique monétaire intelligente, qu'ils souffraient d'une propension à l'émission monétaire illimitée pour couvrir les dépenses publiques, ce qui entraînait une hyperinflation et une incapacité à rembourser les dettes. Nous sommes mesurés à la même aune et nous en sommes venus à croire que nous sommes au niveau intellectuel de l'Afrique des années 1970. En conséquence, nous nous sommes retrouvés dans la même situation qu'eux à l'époque et qu'eux aujourd'hui.

 

- Pendant ce temps, le monde se développait à pas de géant.

 

- La Chine a été multipliée par dix pendant cette période. Je ne parle même pas de 1992, lorsque nous nous sommes complètement effondrés. Je parle de la période où un nouveau modèle économique a presque pris forme, où la thérapie de choc a pris fin, où la vie a commencé selon de "nouvelles règles", où l'économie a été privatisée et est devenue basée sur le marché. Nous sommes en 1995.

 

Et depuis lors, en termes de production, la Chine a été multipliée par 10 environ, et nous, dans le même temps, par 20 % seulement. Et si l'on estime le financement de cette croissance chinoise, sans une politique monétaire active, cela n'aurait pas été possible : l'investissement, durant cette période, a été multiplié par 12, et le crédit par 15.

 

Les Chinois ont à la fois créé des prêts eux-mêmes et bénéficié d'investissements étrangers. Mais les investisseurs étrangers ne viennent que lorsqu'ils constatent la présence d'investisseurs nationaux, c'est-à-dire de leurs propres sources de financement.

 

- Il n'y a rien de tel en Russie ? Sur quelles pierres trébuchons-nous ?

 

- Non observé. Et pire que ça, nous ignorons complètement la grande expérience internationale. Les autorités monétaires prétendent qu'il n'y a pas de miracle économique chinois et qu'il n'y a pas eu d'énorme transformation de l'économie mondiale au cours des 15 dernières années.

 

Depuis 2008, année où la crise financière a éclaté, des changements spectaculaires sont intervenus. Le monde a été plongé dans une transition structurelle vers une nouvelle technologie et un nouvel ordre économique mondial.

 

Personne ne suit les recommandations du FMI et de la Banque mondiale, sauf nous, les pays africains, auxquels le FMI tord les mains, et le Brésil. Tout le monde a lu des livres sur les tueurs économiques et comprend que les recommandations de ces institutions financières de Washington sont axées sur les intérêts du capital transnational américain.

 

Alors que nous stagnons, la Chine n'est pas la seule à s'être précipitée, l'Occident a également procédé à un ajustement structurel de l'économie. Et cela nécessitait un financement. Et alors que le montant du financement de l'Occident n'a pas augmenté plus de 1,5 à 2 fois, la base monétaire a été multipliée par cinq en Amérique, par quatre en Europe et par trois au Japon.

 

On constate que non seulement l'Asie du Sud-Est mène une politique active de développement économique par une gestion ciblée du crédit, mais pratiquement tous les pays du monde.

 

Malheureusement, le miracle économique n'a pas eu lieu dans notre pays, bien qu'il n'y ait pas eu que des opportunités et des recommandations. Il y a eu l'expérience pratique du gouvernement du Premier ministre Evgueni Primakov et du chef de la Banque centrale Viktor Gerashchenko, qui ont effectivement réalisé un miracle économique, augmentant littéralement l'industrie de 20 % en 9 mois et restaurant l'énorme chute qui avait été causée par le défaut de paiement de 1998.

 

Cependant, cette expérience n'a pas été reprise. Les institutions de développement créées à l'époque ont été fermées. Au lieu de cela, comme le conseillaient les organisations de Washington, un Fonds de stabilisation a été créé, dans lequel les superprofits des exportations de pétrole ont été pompés au lieu d'être investis dans le développement du pays.

 

C'est-à-dire qu'il s'agit d'une politique menée sur la recommandation du FMI, une politique de stagnation, privant délibérément le pays de sources nationales de crédit, de sources nationales de financement du développement économique.

 

Le résultat naturel de cette politique est la dépendance extérieure. L'économie va là où l'argent vient, et l'argent vient de l'Ouest. L'économie a donc été construite pour les besoins de nos matières premières, de nos capitaux, de nos esprits, dont le pays a été privé en quantités énormes.

 

- Maintenant nous avons la Chine à la place de l'Occident ?

 

- Oui, vous pouvez voir maintenant que, indépendamment de nous ou de la situation dans notre pays, la transformation structurelle de l'économie mondiale est en cours. Les pays occidentaux ont épuisé le modèle de gestion économique auquel ils étaient attachés depuis cent ans, la transition est en cours vers un nouvel ordre économique mondial, dont l'essence est une combinaison de planification stratégique et d'auto-organisation du marché, de contrôle étatique de la circulation monétaire et de l'entreprise privée.

 

L'État agit en tant que chef d'orchestre stratégique du développement économique, tandis que les entreprises privées assurent ce développement, en obéissant aux orientations fournies par l'État sur la base des priorités de développement à long terme.

 

C'est le modèle qui s'est imposé en Asie du Sud-Est au cours des dix dernières années. Ce n'est pas seulement en Chine, mais aussi en Inde, qui avait une croissance record avant la pandémie et qui est en train de remonter la pente. Je pense que l'Inde va connaître une croissance de plus de 9% par an.

 

La Chine a connu une hausse de 20 % au premier trimestre. Mais sur une base annuelle, elle sera probablement de 8 %, ce qui signifie qu'ils vont revenir sur la trajectoire qu'ils suivaient avant la pandémie. Ces résultats ont été obtenus grâce à un modèle de gouvernance efficace, plus compétitif que le modèle occidental, où règne l'oligarchie financière, où l'essentiel est de réaliser des superprofits, qui sont pour la plupart entre les mains de spéculateurs financiers, parasitant la question de l'argent.

 

En Chine, en revanche, l'essentiel pour les entreprises est le développement de la sphère de la production, et tout le pouvoir monétaire de l'État y est concentré. De ce fait, l'efficacité des investissements et des émissions de crédit en Chine est beaucoup plus élevée.

 

L'Occident a déjà perdu la main sur l'économie. La guerre hybride est menée non seulement contre la Chine mais aussi contre la Russie. L'Occident tente de freiner le développement de la Chine en reprenant le contrôle de la Russie et de ses ressources, réduisant ainsi la base du développement futur de la Chine.

 

- Il s'avère que nous sommes écrasés par nos propres mains, ou plutôt, par la politique monétaire, économique, financière qui est menée dans le pays.

 

- Le principal front de cette guerre hybride moderne est monétaire et financier et informationnel et cognitif. De fausses théories sont mises dans la tête de nos autorités monétaires, soumises à l'influence de Washington. Nos autorités monétaires regardent toujours dans la bouche du Fonds monétaire international, même si personne dans le monde ne suit plus leurs recommandations - ni en Amérique, ni en Europe, ni en Asie. Mais nos étudiants regardent toujours dans leur bouche et font tout ce qu'on leur dit depuis Washington.

 

Et ils disent, bien sûr, ce qu'ils veulent entendre aux entreprises américaines, dont la tâche principale dans ce cas est de prendre le contrôle de l'économie russe par le contrôle de la propriété, par le contrôle des ressources. Et il n'est pas étonnant que la moitié de notre propriété industrielle soit déjà entre les mains de non-résidents. Et la plupart de nos investissements en capital passent par des sociétés offshore qui sont contrôlées par les Anglo-Saxons.

 

Il est évident que dans cette guerre hybride, nous avons déjà perdu une partie importante de nos positions stratégiques. La récente histoire de la reprise de l'industrie russe de l'aluminium sous le contrôle direct du gouvernement américain a été assez facile pour eux, alors que dans notre pays, à mon avis, personne ne s'en est soucié du tout.

 

- Mais les personnes qui, comme elles l'ont dit, ont été "contraintes" de prendre cette mesure, ont fait valoir que cette mesure était nécessaire pour préserver les marchés, que, disons, si nous ne respections pas cette mesure, nous perdrions des dizaines de milliers d'emplois. Vous avez entendu ces arguments.

 

- En d'autres termes, nous exportons de l'aluminium sous une forme faiblement transformée - il s'agit essentiellement d'un paquet d'énergie qui ne nécessite pas beaucoup de cervelle, de centrales hydroélectriques bon marché, de bauxite, de technologies du siècle dernier, de superprofits au détriment des rentes naturelles, qui sont contenues dans l'électricité bon marché.

 

Mais l'Union soviétique n'exportait pas d'aluminium. Nous avons construit des avions, des navires, un grand nombre de machines qui utilisaient de l'aluminium. L'aluminium était une matière première stratégique qui ne pouvait absolument pas être exportée.

 

Si nous nous étions développés normalement, si nous avions eu une industrie manufacturière normale, l'industrie de l'aluminium, alors aujourd'hui nous l'aurions entièrement utilisée par la demande intérieure. Et aujourd'hui, nous importons même des canettes pour Coca-Cola. C'est absurde. Le pays qui produit le plus d'aluminium ne peut pas produire d'emballages de base pour les boissons.

 

- Vous m'avez choqué juste sur ce point. En effet, nous faisons, ou plutôt, ces groupes d'influence font des bénéfices de plusieurs milliards de dollars, mais ces boîtes de conserve et autres articles de table...

 

- Pourquoi les Américains ont-ils pris le contrôle de l'aluminium ? Évidemment, pour que la transformation ne vienne pas de nous. Et ceux qui s'assoient sur les exportations d'aluminium exportent les matières premières.

 

Je ne pense pas que le conseil d'administration qui nomme le Trésor américain soit très préoccupé par le développement de l'économie russe.

 

Au contraire, il est avantageux pour eux de maintenir cette orientation vers les matières premières : vous nous apportez de l'aluminium brut, et nous fabriquerons des produits finis, des emballages, des feuilles, de la vaisselle, et utiliserons l'aluminium pour des produits de haute technologie.

 

- C'est une telle fatalité : sommes-nous condamnés ?

 

- Non, pourquoi ? Nous, à l'Académie des sciences, savons exactement ce qu'il faut faire pour mettre en œuvre les directives présidentielles sur le développement économique accéléré.

 

- Pouvez-vous partager ?

 

- À la fin de l'année dernière, la Société d'Économie libre a présenté un rapport détaillé sur la manière de garantir une croissance économique plus rapide. Votre humble serviteur a rédigé des centaines de documents pour nos autorités à différents niveaux sur ce que nous devons faire pour assurer un développement économique plus rapide.

 

Et nous avons des opportunités pour cela. Lorsqu'une crise pandémique surgit,  il s'avère que nous disposons de vaccins, de projets de bio-ingénierie, de scientifiques et de technologies. Et pourquoi n'était-elle pas en demande hier ? Et s'il n'y avait pas de pandémie, que feraient ces scientifiques avec des ingénieurs ?

 

Nous avons suffisamment de spécialistes de ce type dans tous les domaines. Nous avons un potentiel scientifique puissant, nous avons beaucoup de bases dans le nouvel ordre technologique. Mais au lieu de créer de nouveaux produits de haute technologie, nous terminons notre travail intellectuel par des prototypes et des recherches en laboratoire, puis nos meilleurs cerveaux partent, et la production de masse est lancée par des sociétés étrangères.

 

Et tout se passe parce que notre Banque centrale, suivant les directives du Fonds monétaire, ne donne pas d'argent à l'économie.

 

Nous parlons de développement rapide, mais la Banque centrale continue de retirer de l'argent de l'économie au cours des trois prochaines années. La Banque centrale est le seul pays du G20 à aspirer des milliers de milliards de roubles de l'économie. Le gouvernement conserve ses fonds de stabilisation au lieu d'investir dans le développement.

 

 

Sergei Glazyev

 

http://www.glazev.ru

Sergey Glazyev (né en 1961) - Économiste, homme politique et homme d'État russe de premier plan, membre de l'Académie des sciences russe. Conseiller du président de la Fédération de Russie sur les questions d'intégration eurasienne. Il est l'un des initiateurs et un membre permanent du club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Sergey Glazyev : une guerre hybride a été lancée contre la Russie et la Chine (Club d'Izborsk, 28 mai 2021)
Lire la suite

Quand Churchill faisait bombarder Belgrade et massacrer les alliés serbes le jour de Pâques 1944 pour jouer la carte Tito

8 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Serbie, #Europe, #Guerre, #Général de Gaulle, #Angleterre

"Why" – Mother with her murdered child, Belgrade, Orthodox Easter 1944,

"Why" – Mother with her murdered child, Belgrade, Orthodox Easter 1944,

La rue Kicevska à Belgrade après le bombardement

La rue Kicevska à Belgrade après le bombardement

"En 1941, Churchill a demandé aux Serbes de se suicider et de dire "Non !" à Hitler au moment où il était au sommet de sa puissance. Les Serbes l'ont fait et l'ont payé de plus d'un million de vies ! Churchill les a félicités à l'époque. Trois ans plus tard seulement, il exprimait sa gratitude à ces mêmes étonnants habitants de Belgrade qui avaient osé scander au visage d'Hitler "Plutôt la guerre que le pacte ; plutôt la mort que l'esclavage..." en les bombardant vicieusement le jour de leur plus importante fête chrétienne. Le dimanche de Pâques !

Telle est la moralité occidentale et tout futur allié des Britanniques et des Américains devrait connaître l'histoire ci-dessus."

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc.

Extrait de:

https://russia-insider.com/en/easter-1944-us-and-uk-bombers-were-murdering-their-serbian-christian-allies/ri26812

Le roi Pierre Ier de Serbie (Petar Aleksandrović Karađorđević), 1844-1921, fondateur de la dynastie des Karageorgévitch. Un grand allié de la France : "Pierre Karageorgévitch fait ses études militaires à Saint-Cyr2, à titre étranger, de 1862 à 1864- promotion « Puebla ». En 1870, ne supportant pas de voir la France battue par les Prussiens, il s’engage comme sous-lieutenant au 5e bataillon de la Légion étrangère, sous le nom de Pierre Kara et se bat dans les rangs de l’Armée de la Loire. Le 11 octobre, il est blessé sous Orléans. Fait prisonnier, il s’évade en traversant la Loire et rejoint l’arrière-garde de l’armée de Chanzy pour reprendre sa place au combat." (Wikipedia)

Le roi Pierre Ier de Serbie (Petar Aleksandrović Karađorđević), 1844-1921, fondateur de la dynastie des Karageorgévitch. Un grand allié de la France : "Pierre Karageorgévitch fait ses études militaires à Saint-Cyr2, à titre étranger, de 1862 à 1864- promotion « Puebla ». En 1870, ne supportant pas de voir la France battue par les Prussiens, il s’engage comme sous-lieutenant au 5e bataillon de la Légion étrangère, sous le nom de Pierre Kara et se bat dans les rangs de l’Armée de la Loire. Le 11 octobre, il est blessé sous Orléans. Fait prisonnier, il s’évade en traversant la Loire et rejoint l’arrière-garde de l’armée de Chanzy pour reprendre sa place au combat." (Wikipedia)

Le général Draža Mihailović durant la Seconde Guerre mondiale. Fusillé sur ordre de Tito le 17 juillet 1946. "Charles de Gaulle refusera toujours de rencontrer Tito, le considérant responsable du procès truqué et de l'exécution de Draža Mihailović, avec qui il avait tissé des liens amicaux avant la guerre et qu'il avait cité à l'ordre de l'armée, au nom de la France combattante, le 3 février 1943, avec attribution de la croix de Guerre avec palmes11,12, puis le mouvement des Tchetniks qu'il admira fortement pour sa résistance contre le fascisme et le communisme" (Wikipedia)

Le général Draža Mihailović durant la Seconde Guerre mondiale. Fusillé sur ordre de Tito le 17 juillet 1946. "Charles de Gaulle refusera toujours de rencontrer Tito, le considérant responsable du procès truqué et de l'exécution de Draža Mihailović, avec qui il avait tissé des liens amicaux avant la guerre et qu'il avait cité à l'ordre de l'armée, au nom de la France combattante, le 3 février 1943, avec attribution de la croix de Guerre avec palmes11,12, puis le mouvement des Tchetniks qu'il admira fortement pour sa résistance contre le fascisme et le communisme" (Wikipedia)

Drapeau des Tchetniks, les résistants royalistes patriote serbes, qui luttèrent contre les nazis.

Drapeau des Tchetniks, les résistants royalistes patriote serbes, qui luttèrent contre les nazis.

Lire la suite

Afin d’imposer le dénomination « Navigo Easy », la région Île-de-France intente un procès à une association de défense de la langue française

28 Avril 2021 , Rédigé par La Rouge et le Blanc Publié dans #Langue, #Europe, #France, #Politique, #Société

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE L’A.FR.AV

Association Francophonie Avenir : https://www.francophonie-avenir.com

Objet : Un procès pour rétablir la langue française !

Madame, Monsieur,

Jeudi 22 avril 2021, sera jugée au tribunal administratif de Paris l’affaire qui oppose notre association à l’établissement public « Île-de-France Mobilités » dont le Conseil d’administration est présidé par la présidente du Conseil régional d’Île-de-France et ancienne ministre, Mme Valérie Pécresse.

Pour nous, il s’agit d’un combat pour venir au secours de la langue française afin d’exiger que cet établissement public francise l’appellation « Navigo Easy », une appellation que cet établissement a donnée au nouveau passe de transport francilien.

Force a été de constater, cependant, qu’au lieu de s’excuser d’avoir eu recours à un terme anglais, et donc de ne pas avoir respecté la langue de la République – comme le précise notre Constitution -, et, ce faisant, également la loi qui régit l’emploi de la langue française en France, la présidente du Conseil d’administration « Île-de-France Mobilités », Mme Valérie Pécresse – et nous le répétons présidente du Conseil régional d’Île-de-France et ancienne ministre -, nous a envoyé par le biais de son cabinet d’avocats, un mémoire de 2,7 kg pour justifier l’anglais de la marque « Navigo Easy ».

Que voilà un beau spécimen des politiciens qui désormais sont aux commandes de la France !

Notons que si personne ne réagit contre cette folie qu’est l’anglomanie, une folie qui est en train de toucher l’ensemble de nos décideurs, nous perdrons définitivement au bout de 3 ou 4 générations la langue française comme jadis nos aïeux ont perdu leur langue (régionale), et nous sommes bien placés dans le Gard, en Occitanie, pour savoir qu’une langue peut disparaître.

Déjà, au ministère de l’Intérieur, n’a-t-on pas décidé que la nouvelle carte nationale d’identité des Français serait écrite en bilingue français-anglais, comme pour indiquer qu’il y aurait déjà aujourd’hui deux langues officielles en France ?

Enfin, au cas où nous perdrions ce procès, « Île-de-France Mobilités » demande que l’association soit condamnée à lui verser 10 000 euros au titre de l’article L761‑1 du code de justice administrative.

Autrement dit à la victoire de l’anglomanie, à la mise hors circuit de la loi Toubon, Mme Pécresse verrait d’un bon œil qu’on y ajoutât la mort d’une association qui s’oppose à l’anglicisation de notre pays.

Il ne nous reste plus qu’à espérer, pour l’honneur de notre langue et pour l’honneur tout court, que les juges voudront bien faire appliquer la loi Toubon dans l’esprit et dans le texte.

Haut les cœurs !

Et pour en savoir plus sur l'anglomanie anglofolie de Madame Valérie Pécresse, Présidente de la Région d'Île de France, lisez sur le site de l'Action Française, c'est réellement ahurissant:

https://www.actionfrancaise.net/2021/04/28/valerie-pecresse-ou-lanti-francais/

Sur le même sujet:

Lettre du Haut Conseil pour la Langue française et la Francophonie à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République

 

https://www.actionfrancaise.net/2021/02/12/lettre-du-haut-conseil-pour-la-langue-francaise-et-la-francophonie-a-monsieur-emmanuel-macron-president-de-la-republique/

Lire la suite

Leonid Ivashov: Qui a besoin d'une guerre entre l'Ukraine et la Russie ? (Partyadela, 15.04.2021)

15 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Guerre, #Europe, #Politique, #Russie, #USA

Leonid Ivashov: Qui a besoin d'une guerre entre l'Ukraine et la Russie ?  (Partyadela, 15.04.2021)

Leonid Ivashov: Qui a besoin d'une guerre entre l'Ukraine et la Russie ?

 

15.04.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13207/

 

 

Pour répondre à cette question, nous devons tout d'abord identifier les signes d'une réelle préparation des forces armées ukrainiennes et de la direction politique du pays à une action militaire.

 

Ainsi que l'attitude du public ukrainien et russe face à la guerre.

 

Donc, l'Ukraine. Le budget du ministère de la défense en 2020 a atteint 117 milliards de hryvnias. Il s'agit d'un chiffre record pour l'Ukraine. Plus de 21 milliards de ce montant ont été alloués à l'achat de nouveaux types d'armements et d'équipements. L'année prochaine, le financement restera au même niveau. Mais ces mesures n'ont pas apporté d'amélioration significative de l'état qualitatif et du niveau d'efficacité au combat des forces armées.

 

Ces dernières années, les forces armées ukrainiennes (AFU) et les forces spéciales ont systématiquement augmenté leur potentiel de combat : de nouveaux systèmes d'armes ont été ajoutés, des patrouilleurs ont été achetés et des bateaux lance-missiles ont été mis en service (la Grande-Bretagne a accordé un prêt de 1,5 milliard de dollars à cette fin). Des informations font état de l'achat de drones israéliens et turcs, de la réparation et de la modernisation de véhicules en service dans l'AFU, du développement et des essais du missile tactique opérationnel de croisière pour la marine (le complexe "Neptun"), le bureau d'études Antonov construit un avion de transport AN-178 avec beaucoup de retard (manque de composants en provenance de Russie).

 

L'intensité de l'entraînement au combat, de l'entraînement en vol et de l'entraînement en mer du personnel a été augmentée, et des exercices et des manœuvres ont été effectués régulièrement. La nature du combat et de l'entraînement opérationnel avait une orientation anti-russe, les préparatifs pour repousser l'agression russe et le retour de la Crimée, de la DNR et de la LNR étant les principales tâches fixées par l'ordre du ministre ukrainien de la Défense pour 2021.

 

Dans la structure organisationnelle et d'état-major des troupes et dans l'entraînement au combat et aux opérations, l'accent a été mis sur la conduite d'opérations de combat contre le groupement de forces de la DPR et de la LPR. De janvier à avril 2021, il y a eu un renforcement actif des forces dans la zone des opérations de combat à venir. Les forces armées ukrainiennes ont une supériorité de trois à quatre fois en termes d'effectifs et de principaux types d'équipements. Dans le même temps, la composante aviation dispose d'une supériorité absolue et décisive en matière de chars. Un sérieux désavantage pour l'AFU est le nombre limité de munitions, notamment pour les chars, l'aviation et l'artillerie. Mais dans l'ensemble, nous pouvons parler de l'état de préparation du groupement des forces armées ukrainiennes à mener une opération offensive contre Donbas et Louhansk. La décision de lancer l'offensive appartient aux dirigeants politiques.

 

Le président Zelensky et son équipe ont été actifs sur le terrain politique et diplomatique au cours des derniers mois, recherchant un soutien politique et informationnel (même sous forme de neutralité) pour l'action militaire à venir, ainsi qu'une éventuelle aide matérielle des États-Unis, de l'OTAN, de la Turquie et d'autres pays. Biden est le principal allié de Zelensky et il semble avoir donné son feu vert à l'offensive, mais l'objectif de Biden n'est pas le retour de Luhansk et Donetsk (il s'en moque), mais d'attirer la Russie dans la guerre et d'impliquer le bloc de l'OTAN pour " repousser l'agression russe ". Je vais vous dire ci-dessous pourquoi il en a besoin.

 

Pour l'instant, à propos des sentiments politiques des Ukrainiens. Selon les données disponibles, la majorité de la population ukrainienne se tourne vers la Russie avec l'espoir d'une réconciliation et de l'établissement de bonnes relations. Un certain syndrome de méfiance s'est formé à l'égard des dirigeants de la Fédération de Russie et de l'oligarchie russe. Il existe des sentiments hostiles, mais ils ne sont pas dominants dans la société, comme en témoigne le soutien apporté au parti de Medvedchuk (pro-russe) lors des élections à la Verkhovna Rada. Oui, et Zelensky a promis une réconciliation avec la Russie pendant la campagne électorale. Mais l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe, la mort de fils et de frères dans les combats avec les troupes russes, les destructions et autres conséquences de la guerre, vont faire changer d'avis de nombreux habitants et les faire prendre les armes.

 

Du côté russe, les citoyens, les forces armées, les entreprises et l'élite politique n'ont absolument pas besoin d'une guerre, en particulier avec l'Ukraine, et ils ne la soutiennent naturellement pas. L'armée russe, bien sûr, est largement supérieure à l'AFU. Oui, il y a un certain nombre de citoyens ordinaires, de politiciens de cabinet et de journalistes qui appellent à punir les Ukrainiens, à conquérir l'Ukraine, etc. Apparemment, certains grands capitalistes n'hésiteraient pas à s'emparer de quelque chose en Ukraine. Mais ce sont les rares qui n'iront en aucun cas à la guerre eux-mêmes.

 

Néanmoins, un certain nombre de hauts fonctionnaires, y compris le président russe (Lavrov, Shoigu, Kozak) ont fait des déclarations fermes disant que si Kiev lance une offensive contre les territoires non reconnus, ce sera la fin de l'État ukrainien. Le ministère russe de la Défense a commencé à mettre une grande partie de ses troupes en état de préparation au combat et à déplacer ses groupes vers la frontière russo-ukrainienne. La formation des troupes et des quartiers généraux a été renforcée, les exercices ont été intensifiés, notamment les tirs réels, les bombardements et les tirs de missiles. Je pense que ces activités sont menées dans le but de perturber la prochaine offensive des forces armées ukrainiennes contre les républiques populaires de Donetsk et de Louhansk et de faire pression sur l'Europe. Oui, et dans le but de supprimer les sentiments de protestation des Russes et de l'opposition.

 

Les Américains commencent également à déplacer leurs troupes vers les frontières russes. Dans le même temps, la guerre de l'information et la guerre psychologique de toutes les parties impliquées dans le conflit se sont durcies. Les médias et les talk-shows quotidiens sont utilisés pour former une attitude hostile de la population, non pas envers son gouvernement, mais envers le camp adverse. De plus, la Russie est en train de perdre cette guerre car les chaînes de télévision russes sont à peine regardées en Ukraine, en Europe ou aux États-Unis d'Amérique. L'image de la Russie comme pays agresseur, prédateur géopolitique s'est formée il y a sept ans, elle est stable, et chaque jour elle devient plus terrible et dangereuse. Et les dirigeants russes eux-mêmes, à commencer par le président du pays, y ont également contribué. Mais les autorités russes ont une position claire : elles ne reconnaissent pas l'indépendance des républiques et les intègrent à l'Ukraine, en posant certaines conditions préalables. Le format de Minsk est inactif, les accords ne sont pas mis en œuvre.

 

La population de la DNR et de la LNR est poussée au désespoir par le chômage, la faim et les bombardements quotidiens. Par tous les moyens, elle ne veut que survivre et échapper à cet enfer.

 

Et maintenant, essayons de prévoir les conséquences. Si la Russie s'engage dans une guerre contre l'Ukraine, les conséquences pourraient être catastrophiques pour elle. Fantasmons un peu. L'armée russe vainc l'armée ukrainienne, prend Kiev, remplace Zelensky par Medvedchuk et quoi encore ? Les manifestations se multiplient en Ukraine, des unités de guérilla apparaissent partout, la résistance se développe dans tout le pays. Peut-être que dans certaines régions, la puissance occupante russe sera reconnue, mais pas partout. Cela signifie que les bureaux des commandants militaires et les troupes seront nécessaires pour maintenir l'ordre. L'économie s'arrêtera, la Russie sera obligée d'assurer la survie de la population, d'organiser le système de maintien de la vie, etc.

 

Nous sommes en train de perdre l'Ukraine pour toujours. L'Occident, dirigé par les États-Unis, déclare un blocus complet de la Russie (ce qui est exactement ce que veut Joe Biden), les relations diplomatiques sont rompues, les ambassades et tous les autres bureaux de représentation sont expulsés, la fourniture de gaz russe à l'Europe (le gaz de schiste américain s'y rend) et d'autres ressources est retirée de l'ordre du jour.

 

Naturellement, non seulement en Europe et aux États-Unis, mais dans le monde entier (à l'exception de quelques pays), les relations commerciales avec les entreprises russes sont rompues, etc. Une session de l'Assemblée générale des Nations unies est convoquée, au cours de laquelle la Russie est déclarée principale menace pour la paix et la sécurité de l'humanité. La Russie est expulsée du Conseil de sécurité des Nations unies et une administration internationale est mise en place pour désarmer et démanteler la Russie. Eh bien, et ensuite un tribunal international. Et tout ça est réel.

 

M. Biden a eu une conversation téléphonique avec M. Poutine le 13 avril. Ce sont peut-être les actions de l'armée russe et les déclarations sévères des responsables russes qui ont incité M. Biden à agir de la sorte. Mais il me semble que le jeu diplomatique a été joué par le secrétaire d'État américain, qui était en Europe pour rencontrer ses homologues occidentaux et le ministre ukrainien des affaires étrangères. Les Européens ne voulant pas d'une nouvelle guerre ont pressé les États-Unis et l'Ukraine et Biden a accepté de se rencontrer "dans les prochains mois pour rencontrer Poutine sur un terrain neutre". Il a clairement exposé l'ordre du jour : stabilité stratégique, START-3, indépendance de l'Ukraine et non-ingérence de la Russie dans ses affaires intérieures. À Moscou, les chaînes de télévision ont presque rugi sur la victoire de Poutine, la justesse de la ligne politique du Kremlin et tout le reste. Mais M. Biden ne s'est pas excusé auprès de M. Poutine pour l'insulte antérieure, ce qui signifie que le président russe reste un "tueur" pour M. Biden. Les deux premiers points de l'ordre du jour de la réunion proposée ne concernent rien. L'Ukraine, en revanche, devient le principal élément d'accusation, avec l'empoisonnement de Navalny et l'ingérence dans les élections américaines. Il s'agit essentiellement d'un procès dans lequel le président russe est l'accusé. La situation de Poutine n'est pas bonne. Le Kremlin va-t-il résoudre cette énigme ? Jamais dans son histoire, elle ne s'est trouvée dans une telle situation. Mais notre consolation à tous est que la guerre avec nos frères ukrainiens n'aura pas lieu : elle a été arrêtée par Joe Biden, qui est devenu candidat au prix Nobel de la paix. Gorbatchev et Obama ne seront pas les seuls à la recevoir.

Lire la suite

Pierre-Olivier Combelles : "L'idéologie russe frappe -t-elle à la porte de l'Europe ?" Entretien avec la revue "Régions de Russie" (mars 2021)

13 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Philosophie, #Politique, #Russie, #France, #Europe

Pierre-Olivier Combelles : "L'idéologie russe frappe -t-elle à la porte de l'Europe ?" Entretien avec la revue "Régions de Russie" (mars 2021)

L'idéologie russe frappe -t-elle à la porte de l'Europe ?

2 avr, 2021 -

Journal Régions de Russie mars 2021.

Le chercheur français Pierre-Olivier Combelles parle du concept idéologique russe moderne qui peut aider l'ensemble de l'humanité.

L'idée que la Russie est l'Arche de Noé de l'humanité attire chaque année de plus en plus de personnes, y compris à l'étranger. L'un des promoteurs de l'idée de l'ARN en France est le naturaliste et ethnographe Pierre-Olivier Combelles. Dans une interview accordée à Régions de Russie, il a expliqué pourquoi il est attiré par ce concept, d'où vient son amour pour la Russie et ce qui arrive à l'Europe aujourd'hui. 

- Olivier, qu'est-ce qui vous a initialement attiré en Russie ? D'où est venu votre intérêt pour sa culture, sa politique et sa nature ?

Je suis né à Versailles en 1955 mais j'ai passé la moitié de ma vie à l'étranger, aux Amériques. Pour mieux comprendre le monde et les pays où j'ai voyagé, je me suis intéressé à la politique internationale et, comme j'ai reçu une formation littéraire classique, j'ai toujours été très critique à l'égard des médias, en particulier des grands médias, en privilégiant les livres. Je ne connais pas le russe, mais depuis ma jeunesse, j'étais un fervent admirateur de Tolstoï et des explorateurs russes de la Sibérie orientale, Arsenyev et Baikov. Cela a largement façonné mon attitude à l'égard de la Russie.

Par ailleurs, en tant que spécialiste de la taïga du Labrador, au Canada, j'ai étudié le monde de la taïga russe et des pays nordiques. Depuis ma jeunesse, je suis fasciné par les civilisations asiatiques (Chine, Corée, Japon) ainsi que par les civilisations précolombiennes de l'Amérique et du Pacifique, qui sont beaucoup plus ancrées dans des traditions séculaires que la civilisation occidentale. Ils n'ont pas de mythe du "progrès" ni de frontières artificielles entre la religion, la philosophie et l'art comme en Europe. La façon "eurasienne" de voir la vie est donc naturelle pour moi.

La France et la Russie ont beaucoup en commun : toutes deux ont connu des révolutions et des bouleversements sanglants. Je n'ai jamais été impressionné par Napoléon, mais j'admire Vladimir Poutine pour avoir redonné à la Russie sa grandeur. J'espère qu'un jour mon pays - la France, le royaume des lys - fleurira lui aussi.

- Comment avez-vous découvert le Club d'Izborsk et le concept de Russie - Arche de Noé (RNC) ?

Fin 2019, grâce à Deepl, un très bon programme allemand de traduction Internet, j'ai pu faire des recherches directement sur Internet en russe et j'ai trouvé des publications du Club d'Izborsk. Sur le site du club, j'ai rencontré une étonnante pléiade de personnalités russes contemporaines : philosophes, économistes, écrivains, artistes, géopoliticiens, entrepreneurs, qui ont exprimé leurs idées originales et critiques sur leur pays et le monde.

"Bloqué" à cause du covid tout au long de l'année 2021, j'ai traduit en français et publié sur mon blog ("Le Rouge et le Blanc" https://pocombelles.over-blog.com) presque chaque jour les articles du Club d'Izborsk qui me semblaient les plus importants et les plus intéressants. Et un projet brillant et unique s'est avéré être l'un d'entre eux : "l'Arche russe".

- Que pensez-vous du projet "Russie - Arche de Noé" ? Peut-il être intéressant non seulement pour la Russie ?

Une constellation brille dans la galaxie des auteurs et des articles du Club Izborsk : le concept de "Russie - Arche de Noé" élaboré en 2008 par Sergey Pisarev d'Ekaterinburg - l'endroit au milieu de l'Oural où l'Asie se sépare de l'Europe.

Je connaissais la "4e théorie politique" d'Alexandre Douguine, mais je ne m'attendais pas à trouver un programme qui non seulement décrit les maux profonds qui frappent la Russie et l'humanité tout entière, mais propose également des orientations et des moyens concrets pour les résoudre. En Occident, que ce soit en Europe ou en Amérique du Nord, il existe de nombreuses analyses claires du mondialisme et du libéralisme, mais il n'y a pas de programme alternatif réel et cohérent. Le capitalisme, le communisme, le socialisme, le nationalisme sont tous obsolètes.

Depuis longtemps, je constate que les problèmes sont presque les mêmes partout : politiques libérales, uniformisation des modes de vie, urbanisation généralisée, pollution générale et dégradation de l'environnement, destruction des forêts et de la faune.

En tant que plus grand pays du monde, la Russie est composée de nombreux territoires et peuples différents. C'est un empire où, par définition, tous les peuples doivent coexister en paix, où les religions et les traditions sont respectées. La Russie est comme un "méga-microcosme" du monde. Elle appartient à la fois à l'Europe et à l'Asie, hérite des traditions chrétiennes et helléniques, s'enrichit d'importantes composantes islamiques, bouddhistes, juives et animistes, et est entourée de pays de très ancienne et haute culture. Comment la Russie ne pourrait-elle pas assumer le rôle d'arbitre de la justice dans de telles conditions ? Comme le disait Charles De Gaulle : "Un Russe ne peut pas se sentir heureux si une injustice se produit quelque part".

Touchant toutes les sphères de la vie économique, sociale et politique, intégrant le meilleur des périodes tsariste, soviétique et moderne de la Russie, le concept de "RNA" m'a immédiatement semblé être une réponse à la situation apocalyptique dont l'épisode dramatique était 2020. Contrairement au terrorisme mondialiste qui nous divise à des fins de domination et à la pratique de la guerre des contraires, "RNA" recherche la complémentarité et l'harmonie des différences, comme dans l'image du "Yin et du Yang". Cette approche respecte à la fois la nature et la loi divine. Et l'arche elle-même est un symbole de l'alliance avec Dieu. C'est pourquoi elle a une vocation universelle. Avant tout, il s'agit d'apporter aux gens ce dont ils ont le plus besoin dans la vie : l'espoir d'un avenir bon et brillant pour leurs enfants.

- Selon vous, qu'arrive-t-il à l'Europe chrétienne aujourd'hui ?

Depuis le traité de Nuremberg et surtout depuis la création de l'UE, l'Europe atlantique est devenue un laboratoire de gouvernement mondial. Elle n'a rien à voir avec l'Europe authentique et historique créée au fil des siècles par ses dirigeants légitimes et ses peuples.

Il existe aujourd'hui une synergie totalitaire entre la politique mondialiste, les gouvernements nationaux, les parlements, les médias internationaux et nationaux détenus par l'hyperclasse financière. Les citoyens sont de plus en plus conscients des enjeux ; ils voient qu'ils ne vivent plus sous une démocratie, mais sous une dictature du marché et de la police qui leur impose sa loi. Et les gens veulent l'alternative qu'Izborsk peut leur offrir. Il s'agit d'une analyse critique de ce qui se passe en Russie et dans le reste du monde. Il n'est pas du goût de tout le monde. Par conséquent, comme je publie des articles d'Izborsk sur mon blog, ils sont tous désindexés sur Google et censurés.

Ainsi, les peuples européens sont aujourd'hui soumis à une propagande qui leur est imposée. En effet, les structures traditionnelles de la société ont été largement détruites par l'athéisme, le matérialisme, le nihilisme et les migrations de masse, qui sont elles-mêmes le résultat du colonialisme.

- Quelle est votre opinion sur le récent discours de Vladimir Poutine à Davos ?

Pour moi, c'est un discours attrayant mais controversé. Le président de l'une des principales nations souveraines du monde l'a prononcé lors d'une session de forum en ligne à Davos, le célèbre forum du néolibéralisme dont le fondateur, Klaus Schwab, a publié un livre sur le programme mondialiste, "Le grand Reset".

Le président Poutine a déclaré que "l'individu ne doit pas être le moyen mais la fin de l'économie." Et il a également déclaré que les priorités sont la protection de la nature, l'habitat, le travail, la santé et l'éducation de toute la population, ce en quoi il a bien sûr raison. Les conséquences du covid et du soi-disant "Grand Redémarrage" sont évidemment à l'opposé de ces objectifs.

En même temps, je suis surpris que le président russe utilise en premier lieu les termes "pandémie", "changement climatique" et "croissance inclusive", qui sont les mantras du mondialisme. C'est peut-être parce que la Russie est un pays paradoxal où la politique est souveraine et l'économie encore libérale.

Dans une certaine mesure, le discours de Poutine est en accord avec le RNC. Et le rôle de l'Arche est de donner aux gens une vie décente et de les sauver du "Déluge 2.0" en élevant des capitaines - ceux qui gouvernent et les conduisent sur le chemin de la vie avec l'objectif : " amener les êtres humains en harmonie avec la Terre et le Ciel " et " ne rien faire qui contredise la loi de la nature " (Wu Wei, 无为).

(Traduit du russe)

Source : magazine "Régions de Russie" mars 2021 gosrf.ru

https://www.gosrf.ru/tag/mart-2021/

https://rnk-concept.ru/72598

https://zavtra.ru/blogs/rossijskaya_ideologiya_stuchitsya_v_evropu

https://izborsk-club.ru/20963

Pierre-Olivier Combelles : "L'idéologie russe frappe -t-elle à la porte de l'Europe ?" Entretien avec la revue "Régions de Russie" (mars 2021)
Lire la suite

Alexandre Douguine : La géopolitique de la Novorossia sept ans après (Club d'Izborsk, 9 avril 2021)

10 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Europe, #Russie, #USA

Alexandre Douguine : La géopolitique de la Novorossia sept ans après  (Club d'Izborsk, 9 avril 2021)

Alexandre Douguine : La géopolitique de la Novorossia sept ans après

 

9 avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/20918

 

 

En 2014, c'est-à-dire il y a 7 ans, la Russie a fait une énorme erreur de calcul. Poutine n'a pas utilisé la chance unique qui s'est présentée après Maidan, la prise de pouvoir de la junte à Kiev et la fuite de Ianoukovitch en Russie. Cohérent dans sa géopolitique, le Président n'a pas été fidèle à lui-même cette fois-ci. Je le dis sans aucune réjouissance, mais plutôt avec une profonde douleur et une rage sincère.

 

Cette occasion manquée a été appelée "Novorossiya", "printemps russe", "monde russe". Sa signification était la suivante :

 

- Ne pas reconnaître la junte de Kiev, qui avait pris le pouvoir lors d'un coup d'État violent et illégal,

 

- demander à Yanukovich de se lever pour restaurer l'ordre constitutionnel,

 

- soutien au soulèvement dans l'est de l'Ukraine,

 

- introduction de troupes à la demande du président légitime (modèle Assad),

 

- établir le contrôle sur la moitié du territoire ukrainien,

 

- mouvement sur Kiev.

 

Ici, on aurait pu s'arrêter et résumer le bilan avant de continuer, ou annoncer l'existence d'un autre pays.

 

Au lieu de cela, Moscou s'est contenté de la réunification avec la Crimée et d'une aide lente au Donbass. Dieu merci, ils n'ont pas du tout abandonné.

 

Le rejet d'un tel développement était motivé par un "plan astucieux". Sept ans plus tard, il est clair qu'il n'y avait, hélas, aucun "plan astucieux". Ceux qui l'ont préconisé étaient des scélérats et des lâches.

 

Puis Surkov se précipite au Donbass et le processus de Minsk commence. Mais le problème, bien sûr, ne réside pas dans Surkov, mais dans le fait que, sachant qui est Surkov et comment il opère, ils l'ont jeté là-dedans. C'était un signe : nous arrêtons et commençons un processus prolongé qui ne mène nulle part, parce que tout ce à quoi Surkov a participé était exactement cela : ne mener nulle part.

 

C'est alors, et précisément pour ma position sur la Novorossiya, que le Kremlin m'a envoyé en disgrâce. Qui dure jusqu'à aujourd'hui. En quittant la MSU, les listes d'arrêt sur les chaînes principales, où jusqu'alors j'étais invité chaque semaine*. Le mur du silence.

 

Dans cette situation - avant même la reconnaissance de la Crimée - j'ai fait une analyse structurelle très importante, l'exprimant sur les principales chaînes russes, dans de nombreuses publications, sur des blogs et des réseaux sociaux. Cela se résume à ce qui suit :

 

1. Si nous reconnaissons la Crimée, une cinquième colonne se lèvera, c'est-à-dire des agents étrangers purs et simples qui n'ont pas honte de travailler directement pour une force hostile à la Russie.

 

2. Si nous nous impliquons dans la création de la Novorossiya, une sixième colonne se lèvera - c'est-à-dire les libéraux au pouvoir, les oligarques et une partie importante, sinon la majorité, de l'élite russe qui, bien que formellement loyale au cours patriotique du président Poutine, est organiquement liée à l'Occident et immensément détestée par ce cours.

 

3. si la Novorossiya a lieu, la 5e puis la 6e colonne seront logiquement vaincues, le tournant russe et la construction d'un empire à part entière avec une idéologie contre-hégémonique commenceront. Il était clair pour moi qu'il fallait agir uniquement de cette manière.

 

Toutes les phases de suivi du déploiement des événements dramatiques en Ukraine et leur analyse géopolitique - de manière cohérente, étape par étape - j'ai décrit dans le livre "Ukraine. Ma guerre".

 

Le livre a failli être interdit.

 

La Crimée a été reconnue, alors qu'il semblait au départ qu'elle ne le serait peut-être pas. J'ai eu une dure altercation avec Solovyov à l'antenne à ce sujet. C'est un ultra maintenant. À ce moment-là, il était au moins hésitant, si ce n'est pire.

 

Le projet Novorossiya a été esquissé par Poutine lui-même, mais il a immédiatement été abandonné.

 

Ses paroles à l'antenne sur l'aide au monde russe n'avaient pas encore cessé, et la politique avait déjà changé dans la direction opposée. Les parties se sont arrêtées là et ont commencé à négocier. Sans Novorossiya. Elle n'a pas été trahie, mais elle n'a pas été sauvée non plus. Il a été reporté.

 

Cela signifie que la sixième colonne a alors gagné. La cinquième s'est encore rendue à des rassemblements sous les slogans "Poutine, rends la Crimée à Kiev !", et la sixième - clairement contre sa volonté - a reconnu le consensus de Crimée. Mais à la condition que Poutine s'arrête là. Malheureusement, c'est là qu'il s'est arrêté à ce moment-là.

 

C'est là que commence la vilaine histoire du "plan rusé". Le "plan astucieux" ne consistait qu'en une désescalade - et ce alors que la junte n'était absolument pas préparée à mener une quelconque guerre efficace, contrairement à ce que nous avons maintenant ! - Maintenir à tout prix les liens avec l'Occident. Il est clair que ce n'est pas Poutine qui est à l'origine de ce plan, mais Poutine l'a accepté.

 

Ça ne pouvait nous mener nulle part, ça ne nous a mené nulle part. Nous avons perdu 7 ans et nos adversaires en ont profité.

 

La seule chose qui a égayé cette période, ce sont les quatre années de Trump. Trump n'était pas un atlantiste convaincu, et a veillé à ne pas provoquer inutilement une escalade avec la Russie. Son intention était de se concentrer sur les questions intérieures américaines et de laisser le monde tranquille. En outre, il a défié le puissant lobby mondialiste en le définissant comme un "marécage". Cependant, nous n'en avons pas profité non plus. Une fois de plus, nous devons remercier la 6ème Colonne pour cela. En outre, des agents atlantistes directs envoyés par les États-Unis sous l'apparence de "gauchistes" ont diabolisé Trump et le trumpisme de toutes les manières possibles.

 

Les sanctions contre la Russie ont été imposées dans toute leur rigueur. Comme si nous avions libéré toute la Novorossia. Mais a faussement promis de les soulever. Ils n'ont pas été et ne seront pas supprimés. Ils en imposeront d’autres.

 

La Syrie a été une manœuvre géopolitique réussie et correcte, mais elle n'a en rien supprimé ou sauvé l'impasse ukrainienne. Une victoire tactique a été obtenue en Syrie. C'est bien. Mais pas aussi important qu'une transition vers un effort eurasien complet pour restaurer une puissance continentale. Et cela ne s'est pas produit. La Novorossiya était la clé.

 

Puisque la sixième colonne a effectivement gagné, la transformation spirituelle de la Russie n'a pas commencé. L'idéologie était mise de côté, les questions techniques étaient abordées, le contrôle des processus politiques était entre les mains des technocrates. Les significations ont été retirées de l'équation. La stagnation a commencé, où les divertissements primitifs et la corruption qui se développent rapidement à partir de l'ennui et de l'irrationalité ont pris le dessus. Et la Crimée restituée est devenue une partie du même paysage social russe lugubre - sans le Donbass, le printemps de Crimée s'est également avéré être un compromis. Mieux, bien sûr, que sous les libéraux nazis de Kiev, mais loin de ce qu'elle aurait dû être.

 

Et aujourd'hui, après l'arrivée brutale de Biden à la Maison Blanche, les choses sont revenues là où les partis s'étaient arrêtés en 2014.

 

Le format de Minsk n'a rien donné.

 

M. Surkov a disparu du processus, comme Satan dans l'Apocalypse - il était là, puis il a disparu, puis il réapparaît, puis il disparaît à nouveau. Mais cela n'a eu aucun effet sur quoi que ce soit.

 

Seule l'armée ukrainienne a pu, en 7 ans, se préparer, se rapprocher de l'adhésion à l'OTAN et élever une génération entière de russophobes radicaux.

 

Pendant tout ce temps, le Donbass a été dans un état de flottement. Oui, il y a eu de l'aide ; sans elle, il n'aurait tout simplement pas survécu. Mais pas plus que ça. Et l'épée de Damoclès était suspendue au-dessus d'elle - la menace que, selon certaines de ses propres conditions, Moscou rende les fières républiques rebelles à Kiev - c'est-à-dire aux mains de ses bourreaux.

 

Maintenant Washington est à un pas de donner le feu vert pour une attaque. Et nous n'avons pas le choix de répondre ou non. Une fois encore, comme il y a 7 ans, les mots que j'ai prononcés sur Canal 1, qui m'ont poussé à ne plus y apparaître, prennent tout leur sens :

 

"Nous perdons le Donbass: nous perdons la Crimée, et si nous perdons la Crimée, nous perdons la Russie".

 

Aujourd'hui, en 2021, si Kiev lance une opération punitive, nous n'aurons tout simplement pas d'autre choix que d'entrer en guerre. Mais si nous y entrons, l'objectif des néoconservateurs sera atteint. Ils pourraient bien abandonner l'Ukraine, comme ils l'ont fait pour une Géorgie encore plus alliée en 2008. Mais cela portera un coup à la médiation UE-Russie, sapant définitivement Nord Stream, coupant la Russie de l'Occident et consolidant l'OTAN dans le même temps. Pas tant pour la Russie telle qu'elle devrait être, mais pour la Russie telle qu'elle est aujourd'hui - avec tous les compromis et les incertitudes - ce sera un coup dur. Cela ne se terminera pas si facilement pour nous, car la radicalisation de la pression exercée par l'Occident mondialiste poussera les élites pro-occidentales et les clans corrompus stockant des actifs en Occident à se révolter en Russie même. La sixième colonne ne supportera pas la Novorossia et tentera de faire tomber le président. C'est sur ça qu'ils comptent.

 

C'est-à-dire que le "Biden collectif" (même si le vieil homme ne pense pas du tout individuellement, cela n'a pas d'importance) a une stratégie assez rationnelle en général. Trump a repoussé l'inévitable, mais le répit est terminé.

 

Sera-ce le début d'une véritable guerre entre la Russie et les États-Unis ? Absolument pas, quoi qu'on en dise.

 

L'Ukraine n'est pas une priorité stratégique pour les États-Unis. Ce qui en restera après notre offensive deviendra membre de l'OTAN, mais cela n'a pas d'importance ; toute l'Europe de l'Est est déjà dans l'OTAN. Le coup porté à la Russie sera le plus cruel. Cela est d'autant plus vrai qu'au cours des 20 dernières années, la Russie a tenté de trouver un équilibre entre deux vecteurs.

 

- continental-patriotique et

 

- modéré-occidental.

 

Il y a 20 ans déjà, lorsque Poutine est arrivé au pouvoir, j'ai écrit que cet exercice d'équilibre serait extrêmement difficile et qu'il valait mieux choisir l'Eurasie et la multipolarité.

 

Poutine a rejeté - ou plutôt reporté indéfiniment - le continentalisme ou s'en rapproche à la petite cuillère par heure. Ma seule erreur a été de suggérer qu'une telle tiédeur ne pouvait pas durer longtemps. C'est possible et c'est toujours le cas.

 

Mais tout a toujours une fin.

 

Je ne suis pas sûr à 100% que c'est exactement ce qui se passe actuellement, mais il y a une certaine - et très significative - possibilité. La fin est dans le compromis entre le patriotisme (inconsistant) et le libéralisme (encore moins cohérent) (en particulier dans l'économie, la culture et l'éducation), entre lesquels - en essayant de combiner les incompatibles - le gouvernement russe s'est équilibré comme un funambule.

 

Et cela, dans un sens, est parfaitement naturel, voire bon. Mieux vaut tard que jamais. Je ne dis pas que nous devons être les premiers à commencer. Que cela soit dit par ceux qui sont autorisés à tout faire aujourd'hui. Je dis simplement que si Kiev lance une offensive dans le Donbass, nous n'aurons pas la possibilité d'éviter l'inévitable. Et si la guerre ne peut être évitée, elle ne peut être que gagnée.

 

Ensuite, nous reviendrons sur ce qui a été décrit en détail dans le livre "Ukraine. Ma guerre" - c'est-à-dire à la Novorossiya, le printemps russe, la libération finale de la sixième colonne, la renaissance spirituelle complète et finale de la Russie. C'est un chemin très difficile. Mais nous n'avons probablement pas d'autre issue.

 

 

Alexandre Douguine

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur et personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

https://www.1tv.ru/shows/dobroe-utro/pro-ukrainu/aleksandr-dugin-o-situatsii-na-ukraine

 

"Ce qui se passe maintenant dans le sud-est de l'Ukraine est la formation d'une nouvelle réalité politique", a déclaré la personnalité publique et politologue Alexandre Douguine sur l'antenne de l'émission « Bonjour". - "La république proclamée de Donetsk, les républiques de Louhansk et de Kharkiv ne veulent pas vivre dans l'Ukraine qui a émergé après le coup d'État.

"Sans l'auto-organisation du sud-est, il n'y a pas d'avenir pour l'Ukraine", a noté le politologue. - Dans le sud-est, l'écrasante majorité de la population rejette le cours de la junte de Kiev. Et il faut en tenir compte."

 

"Il y a deux sujets politiques en Ukraine aujourd'hui - la junte néo-nazie qui s'appuie sur les régions occidentales et une Ukraine du sud-est complètement opposée sur le plan idéologique, moral, religieux, historique et politique", a noté l'expert. - Il peut y avoir un dialogue entre eux, mais pas un monologue de Kiev".

 

Selon le politologue, dans de telles conditions, "il est tout simplement impossible d'organiser des élections". "Le Sud-Est ne les acceptera tout simplement pas, et la Russie ne les reconnaîtra pas d'avance comme légitimes", a-t-il ajouté. - Tant que le destin et la structure politiques de l'Ukraine ne sont pas déterminés, les élections sont impossibles."

 

Alexandre Douguine a déclaré que le recours à la force contre le sud-est de l'Ukraine pourrait perturber la réunion des quatre parties prévue le 17 avril à Genève. "Si Kiev envoie des troupes dans le sud-est de l'Ukraine, ce ne sera pas seulement la suppression du séparatisme, mais le début d'un génocide contre les civils. Ce n'est plus le niveau des négociations", a déclaré l'analyste politique.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

 

A compléter avec:

 

The dictatorship of numbers- In Continuation of a Conversation with Paul Craig Roberts, by Andrei Martyanov

https://www.unz.com/article/the-dictatorship-of-numbers/

Alexandre Douguine: "Ukraine. Ma guerre" (2015).

Alexandre Douguine: "Ukraine. Ma guerre" (2015).

Lire la suite
1 2 3 4 > >>