Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

europe

Henry Harper/ Rambler Henry's: La jeune fille-bouclier s'engage contre les destructeurs de l'Occident - Par Paul Craig Roberts

18 Mai 2024 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Eva Vlaardingerbroek, #Europe, #Mondialisme, #Paul Craig Roberts, #Jean Raspail, #Le Camp des Saints, #Enoch Powell

La jeune fille-bouclier s'engage contre les destructeurs de l'Occident Par Paul Craig Roberts - PaulCraigRoberts.org 15 mai 2024

Une jeune avocate néerlandaise a entrepris d'encourager les Européens blancs à prendre position contre le remplacement des pays composés de nationalités ethniques, comme les Allemands, les Anglais, les Français, les Italiens, les Néerlandais, les Espagnols, les Hongrois, par des tours de Babel. Dans notre monde actuel, comme dans le roman 1984 de George Orwell, les mots sont inversés et prennent le contre-pied de leur signification. La diversité est désormais synonyme de "similitude", aucun pays n'ayant une population correspondant à l'ethnie de son nom. Détruire la diversité offerte par les nations ethniques blanches est l'objectif des tyrans de l'UE et du "président" Biden qui a récemment déclaré, comme l'a rapporté Tucker Carlson, que se débarrasser de l'Amérique blanche était une bonne chose.

La jeune femme qui assume le rôle de la Shieldmaiden est Eva Vlaardingerbroek. Elle affirme l'évidence que les Européens doivent s'opposer à l'énorme changement démographique provoqué par les migrations de masse orchestrées par leurs dirigeants, sous peine de devenir une minorité dans leur pays d'origine. C'est un fait, mais les traîtres qui orchestrent notre effacement ont rendu raciste le fait de le dire. La question qui se pose est de savoir si elle sera poursuivie pour crime de haine. Dans l'ensemble du monde occidental, il est devenu difficile pour une personne blanche de défendre les Blancs, l'histoire des Blancs et les réalisations des Blancs.

Comme la loi est déjà utilisée contre les personnes et les organisations qui sont blanches, comme le président Trump et VDare à New York et le président Trump dans le comté de Fulton, en Géorgie, une fois que les Blancs seront une minorité, la haine et la diabolisation qui ont été créées à l'égard des Blancs seront utilisées pour les anéantir. Dans Le Camp des Saints, la première loi adoptée par le nouveau régime interdit le mariage entre Blancs. La peau blanche est éliminée de l'existence. Quelques-uns seront peut-être gardés en cage dans des zoos comme exemple de la méchanceté des Blancs.

Interrogée par Remix News lors du CPAC Hongrie 2024 sur la manière dont les ethnies européennes devraient répondre aux accusations de racisme pour avoir résisté au remplacement démographique dans leur pays d'origine, Eva Vlaardingerbroek a répondu qu'il était impossible de répondre car nos ennemis ont défini la défense de la civilisation occidentale comme du racisme. "Il faut donc choisir un camp. Bien sûr, vous serez attaqué si vous dites : 'Hé, ce continent, l'Europe, a été majoritairement blanc pendant toute son histoire, et soudain, en l'espace d'une génération, quelques bureaucrates ont décidé, contre la volonté du peuple, que nous devrions soudain devenir une minorité'", a-t-elle déclaré.

En réalité, les Blancs européens sont déjà une minorité dans leur propre pays - et pas seulement dans leurs principales villes - parce que la moitié d'entre eux sont endoctrinés contre eux-mêmes et s'alignent sur les immigrants-envahisseurs contre leur propre espèce.

La question qui se pose à nous est la suivante : pourquoi les dirigeants des nations occidentales ont-ils décidé de détruire la diversité ethnique en Europe et en Occident en transformant tous les pays occidentaux en Tours de Babel ? C'est la question qu'a soulevée le dernier Britannique, Enoch Powell, en 1968. Dans son discours, il a averti que la nation britannique était en train d'être remplacée et a déclaré que le choc de cultures hostiles au sein d'un pays se traduirait par des rivières de sang. Bien sûr, Powell devait être abattu, et il l'a été.

Mais il s'est avéré qu'il avait raison. Les rivières de sang ne sont pas le résultat d'un conflit armé entre des armées fondées sur la race. Les rivières de sang se forment à partir de petits ruisseaux issus des meurtres raciaux de Blancs, des viols collectifs de femmes blanches et de la forte augmentation de la criminalité qui dissout la société britannique. La guerre contre les Blancs est menée par des moyens légaux. Les immigrés envahisseurs obtiennent un pouvoir légal sur les citoyens blancs ethniques. En Californie, les démocrates acceptent que des immigrants illégaux soient policiers. Un projet de loi a été présenté au Congrès afin de remplir nos rangs militaires avec eux. Les immigrants envahisseurs ont de nombreux alliés dans les universités, les systèmes scolaires, les avocats, la police et les législateurs. Les Blancs, et non les immigrants envahisseurs, voient leurs droits d'expression et de protestation limités. Les immigrants envahisseurs ont obtenu la protection dont bénéficient les Juifs contre les "discours de haine", les "pensées de haine" et les "crimes de haine". Mais les gentils blancs ne bénéficient pas de telles protections.

Partout, la police se réjouit de l'élargissement de son champ d'action, car cela accroît son pouvoir. Au Royaume-Uni, la police blanche n'hésite pas à s'emparer d'un autre Blanc pour l'accuser de "crime de haine" à l'encontre d'un immigré envahisseur.

Il y a quelques années, j'ai rapporté dans les médias suédois que les femmes suédoises violées par des envahisseurs immigrés craignent de porter plainte car elles pourraient être accusées de racisme. Les hommes suédois craignent de mettre fin à un viol car les autorités suédoises pourraient qualifier le sauvetage de la femme suédoise de crime de haine. Ces crimes sont pires que les rivières de sang de Powell, car la population blanche ne peut pas riposter.

Aux États-Unis, les immigrants envahisseurs sont devenus des avocats généraux, des procureurs, des législateurs, des directeurs d'agences, des juges, des PDG d'entreprises, des experts des médias, des professeurs d'université et des administrateurs. Actuellement, à New York, ancien État américain, le procureur général noir utilise son pouvoir pour détruire VDare, une organisation qui s'occupe des conséquences de l'immigration massive, légale et illégale, aux États-Unis. Le procureur général noir de New York considère que l'examen des questions d'immigration est raciste. Elle détruit VDare en exigeant des informations sur ses donateurs et en faisant en sorte que les banques et les mécanismes de paiement en ligne refusent de traiter les contributions des donateurs à VDare. Elle a forcé le site web à dépenser un million de dollars sans même qu'une plainte ne soit déposée contre VDare.

Lorsque les immigrants envahisseurs prennent le contrôle de la loi et l'utilisent comme une arme, ils n'ont pas besoin d'utiliser la violence physique contre les ethnies blanches qui ont créé le pays. Partout dans le monde occidental, les Blancs sont dépossédés de la protection de l'État de droit. Le droit est désormais utilisé comme une arme contre les Blancs. Dans toute l'Europe, les hommes politiques qui parlent au nom des ethnies européennes, comme Marine Le Pen, sont vilipendés dans les médias et persécutés par leur propre gouvernement.

Aux États-Unis, le parti démocrate a clairement fait savoir qu'il était le parti des envahisseurs immigrés. Biden lui-même a déclaré que le remplacement des Blancs serait "une bonne chose". Il est certain que les démocrates travaillent dur pour cela. Pas d'argent pour le mur de Trump, mais 200 milliards de dollars pour protéger la frontière artificielle de l'Ukraine. Pas de sécurité aux frontières. Des centaines de milliers d'immigrants-envahisseurs transportés par avion dans les États rouges aux frais du contribuable américain par le régime de Biden, des centaines de millions dépensés avec l'argent du contribuable pour recruter dans 160 pays des immigrants-envahisseurs pour entrer dans la frontière ouverte de Biden, et ainsi de suite, et il y a toujours des dizaines de millions d'Américains blancs complètement stupides qui votent démocrate. Les Blancs ne peuvent pas survivre s'ils sont incapables de reconnaître une menace.

Comme je l'ai déjà fait remarquer, une population contenant un pourcentage aussi élevé de personnes insouciantes et autodestructrices n'a aucun avenir.

Qu'arrivera-t-il à Eva Vlaardingerbroek ? Je soupçonne que Bruxelles, ou son propre gouvernement néerlandais, ou une agence de sécurité de l'UE la kidnappera et la soumettra à des viols massifs par des immigrés-envahisseurs afin de la briser. Jusqu'à présent, l'élite blanche occidentale a détruit tous les opposants à la conversion de l'ensemble du monde occidental en une tour de Babel. Enoch Powell a été l'une des premières victimes des forces antiblanches.

Il n'est pas certain que les hommes blancs occidentaux soient encore capables d'agir pour leur propre défense raciale ou celle des femmes blanches. Le lavage de cerveau et l'endoctrinement des Blancs ont connu un succès phénoménal. À moins qu'il ne reste suffisamment d'hommes blancs capables de se révolter violemment et de prendre la défense de la jeune fille-bouclier, tous les Blancs seront effacés de l'histoire aussi rapidement qu'ils le sont dans le roman de Jean Raspail, Le camp des saints. Ce roman racontait l'avenir des Blancs en 1973. Mais les stupides Blancs étaient trop occupés par les feuilletons pour y prêter attention.

Le meilleur de Paul Craig Roberts

www.lewrockwell.com

Traduit de l'américain par Rouge et Blanc

Source: https://hharper.substack.com/p/the-shieldmaiden-takes-the-field

Consulter aussi:

https://www.paulcraigroberts.org/2024/05/18/the-shieldmaiden-calls-white-ethnicities-to-arms/

Pieter Brueghel l'Ancien: La Tour de Babel (peint vers 1563)

Pieter Brueghel l'Ancien: La Tour de Babel (peint vers 1563)

Henry Harper/ Rambler Henry's: La jeune fille-bouclier s'engage contre les destructeurs de l'Occident - Par Paul Craig Roberts
Romain Rolland: Le Mahatma Gandhi

Romain Rolland: Le Mahatma Gandhi

Lire la suite

Paul Craig Roberts / Sergueï A. Karaganov: La politique étrangère américaine en état de mort cérébrale

3 Mars 2024 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Sergei A. Karaganov, #Paul Craig Roberts, #Politique, #Russie, #Guerre, #Europe, #Occident, #Inde, #Chine, #Ukraine, #Colonel V.V. Kvachkov, #Club d'Izborsk, #Général Leonid Ivashov

Paul Craig Roberts / Sergueï A. Karaganov: La politique étrangère américaine en état de mort cérébrale
Sergueï Karaganov en 2017. State Museum of Gulag History (2017-12-12)

Sergueï Karaganov en 2017. State Museum of Gulag History (2017-12-12)

3 mars 2024

La politique étrangère américaine en état de mort cérébrale

Paul Craig Roberts

Une source m'a récemment envoyé un article rédigé par un expert en affaires étrangères russe bien placé, accompagné d'une note : "Il pense comme vous".  Pas tout à fait, mais nous partageons certaines des mêmes préoccupations.

L'article de Sergueï A. Karaganov , président honoraire du présidium du Conseil de la politique étrangère et de défense, Moscou ( https://eng.globalaffairs.ru/articles/an-age-of-wars-what-is-to-be-done/ ), intitulé "What Is To Be Done", reflète les opinions que j'ai exprimées à maintes reprises, notamment que, face à l'hostilité du monde occidental, la Russie devrait éviter la poursuite du conflit en se tournant vers l'Est, vers la Chine et l'Inde, et vers l'expansion des BRICS. Comme moi, Karaganov espère éviter la mort de l'humanité dans une guerre nucléaire. Il rejette les libéraux russes atlantistes et intégrationnistes pro-occidentaux qui se sont accrochés trop longtemps à leur fantasme d'être une partie acceptée de l'Occident.  Il est probable que c'est ce groupe délirant de libéraux russes qui est responsable des erreurs de jugement que Karaganov rapporte au Kremlin, ces mêmes erreurs que j'ai signalées. La dernière chose dont la Russie a besoin, c'est d'une interdépendance avec l'Occident.  

Karaganov souligne que les racines asiatiques de la Russie, qui remontent à l'époque des seigneurs mongols, sont aussi fortes que les racines occidentales et que c'est la Chine qui s'élève, et non l'Europe et les États-Unis, qu'il considère comme essentiellement délabrés sur les plans politique, économique, moral et spirituel.

Karaganov écrit : "L'Europe - autrefois un phare de la modernisation pour nous et de nombreuses autres nations - se dirige rapidement vers le néant géopolitique et, espérons que je me trompe, vers la décadence morale et politique. Son marché encore riche mérite d'être exploité, mais notre principal effort à l'égard de l'ancien sous-continent devrait consister à nous en séparer moralement et politiquement. Après avoir perdu son âme - le christianisme - il perd maintenant le fruit des Lumières - le rationalisme. En outre, sur ordre de l'extérieur [Washington], l'eurobureaucratie isole elle-même la Russie de l'Europe. Nous lui en sommes reconnaissants.

"La rupture avec l'Europe est une épreuve pour beaucoup de Russes. Mais nous devons la traverser le plus rapidement possible. Bien sûr, la clôture ne doit pas devenir un principe ou être totale. Mais parler de recréer un système de sécurité européen est une dangereuse chimère. Les systèmes de coopération et de sécurité doivent être construits dans le cadre du continent de l'avenir - la Grande Eurasie - en invitant les pays européens qui sont intéressés et qui nous intéressent".

L'Occident, écrit-il, est l'équivalent moderne de Sodome et Gomorrhe. "Il aurait été préférable de terminer notre odyssée occidentale et européenne un siècle plus tôt. Il ne reste plus grand-chose d'utile à emprunter à l'Occident, bien que de nombreux déchets s'y infiltrent. Mais, en achevant tardivement le voyage, nous conserverons la grande culture européenne qui est aujourd'hui rejetée par la mode post-européenne".  Comme l'Occident s'est rejeté lui-même, il est un mal et la Russie doit s'en éloigner. Il a répondu à ma question récente en disant que la culture que l'Occident a créée et dont il s'est aujourd'hui éloigné sera sauvée par la Russie.

Il y a d'autres points sur lesquels nous portons le même jugement, comme la manière défaitiste dont Poutine a mené le conflit avec l'Ukraine et son acceptation des provocations qui ont intensifié la participation de l'Occident au conflit.  La façon dont Poutine tente de faire en sorte que l'Occident ne se sente pas menacé, alors même que l'Occident menace la Russie, alimente le conflit. Exprimer continuellement votre volonté de négocier avec Washington, qui a l'intention de détruire la Russie et Poutine personnellement, est un manque de jugement extraordinaire. Le manque de réalisme vous frappe de plein fouet.

Karaganov écrit que la Russie devrait revoir son approche de la politique étrangère et passer d'une attitude défensive à une attitude offensive, et cesser de chercher à plaire à l'Occident et à négocier avec lui.  Les tentatives du Kremlin "sont non seulement immorales mais aussi contre-productives" car elles sont irréalistes et multiplient les provocations.

Karaganov voit l'Occident comme moi, c'est-à-dire qu'il s'enfonce dans la débauche morale et l'anti-humanisme. Il écrit : "Il est temps de brandir ouvertement la bannière de la défense des valeurs humaines normales contre les valeurs post-humaines, voire anti-humaines, de l'Occident".

Comme je l'ai expliqué, l'Ukraine fait partie de la Russie depuis des siècles, bien avant l'existence de l'Union soviétique. L'Ukraine est un tout nouveau pays arraché à la Russie par les néoconservateurs de Washington lors de l'effondrement de l'Union soviétique. L'Ukraine a été créée par Washington comme une arme à utiliser contre la Russie.  Il est extraordinaire qu'il ait fallu tant de temps aux Russes pour s'en rendre compte.  Les Russes ont dû subir un lavage de cerveau complet par Voice of America et Radio Free Europe.  C'était certainement le cas des intégrationnistes atlantistes.

Karaganov a échappé au lavage de cerveau.  Il écrit :

"Notre seul objectif raisonnable concernant les terres de l'Ukraine me paraît évident : la libération et la réunification avec la Russie de l'ensemble du sud, de l'est et (probablement) du bassin du Dniepr. Les régions occidentales de l'Ukraine feront l'objet de futures négociations. La meilleure solution consisterait à y créer un État tampon démilitarisé doté d'un statut formel de neutralité (avec des bases russes pour garantir la neutralité) - un lieu de vie pour les résidents de l'Ukraine actuelle qui ne veulent pas être citoyens de la Russie et vivre selon les lois russes. Et pour éviter les provocations et les migrations incontrôlées, la Russie devrait construire une clôture le long de sa frontière avec l'État tampon, comme celle que Trump a commencée à la frontière avec le Mexique."  Ou celle qu'Israël a construite en Palestine.

Karaganov écrit que dans la politique de défense de la Russie, le Kremlin attendait trop de l'Occident, s'attendant à une coopération et à de la bonne volonté. Le Kremlin ne devait pas être informé de la doctrine néoconservatrice de l'hégémonie américaine, qui déclare que la Russie est un obstacle à l'hégémonie de Washington et qu'elle doit être éliminée. Pour faire face à l'Occident, écrit Karaganov, la Russie devrait utiliser sa capacité nucléaire largement supérieure pour intimider l'Occident.

"En lançant à titre préventif (bien que tardivement) une opération militaire contre l'Occident [intervention militaire limitée en Ukraine], nous nous sommes fondés sur de vieilles hypothèses et ne nous attendions pas à ce que l'ennemi déclenche une guerre totale. Nous n'avons donc pas utilisé les tactiques d'intimidation de la dissuasion nucléaire active dès le début. Et nous continuons à traîner les pieds. Ce faisant, non seulement nous condamnons à la mort des centaines de milliers de personnes en Ukraine (y compris les pertes liées à la dégradation de la qualité de vie) et des dizaines de milliers de nos hommes, mais nous rendons également un mauvais service au monde entier. L'agresseur, qui est de facto l'Occident, reste impuni. Cela ouvre la voie à de nouvelles agressions".

Je suis heureux de voir que je soutiens que la non-réponse de Poutine à l'agression condamne le monde à la mort, non pas parce que je souhaite ces morts, mais parce que cela confirme ma conviction que tolérer les provocations ne mène pas à la paix, mais à davantage de provocations qui déboucheront sur une guerre nucléaire.  Je reste convaincu que l'absence de volonté d'agir de Poutine entraîne l'Armageddon nucléaire.

M. Karaganov souligne que M. Poutine s'écarte de la pratique militaire russe :

"La tradition russe veut que l'on inflige une défaite cuisante aux envahisseurs européens et que l'on se mette ensuite d'accord sur un nouvel ordre" conçu par les Russes.

Quant à la guerre menée par erreur en Ukraine, "l'opération militaire spéciale doit être poursuivie jusqu'à la victoire. Nos ennemis doivent savoir que s'ils ne battent pas en retraite, la légendaire patience russe s'épuisera et la mort de chaque soldat russe sera payée par des milliers de vies dans l'autre camp".

Là où Karaganov et moi divergeons, c'est sur sa conviction que la contrainte sur les guerres réside dans le fait que la plupart des pays disposent de moyens de dissuasion nucléaire. Son argument est rationnel.  Il écrit que si un agresseur s'expose à des représailles nucléaires, il est peu probable qu'il agresse. Le problème avec son argument est qu'il y a des psychopathes qui dirigent des pays, et que les psychopathes ne se soucient pas des populations*.  Il l'admet lui-même.  

Karaganov et moi-même sommes d'accord sur le fait qu'une attitude plus agressive de la part de la Russie amènerait l'Occident à repenser son agression et réduirait ainsi la probabilité d'une guerre nucléaire. Karaganov écrit :

"En intensifiant la dissuasion nucléaire, nous ne dégriserons pas seulement les agresseurs, mais nous rendrons également un service inestimable à l'humanité tout entière. Il n'existe actuellement aucune autre protection contre une série de guerres et un conflit thermonucléaire majeur. La dissuasion nucléaire doit être activée.

Karaganov décrit ici le sort probable de l'Europe et des États-Unis, peuples impuissants dépourvus de toute influence sur "leurs" gouvernements :

"La politique de la Russie devrait se fonder sur l'hypothèse que l'OTAN est un bloc hostile qui a prouvé son agressivité par sa politique antérieure et qui mène de facto une guerre contre la Russie. Par conséquent, toute frappe nucléaire sur l'OTAN, y compris les frappes préventives, est moralement et politiquement justifiée. Cela s'applique principalement aux pays qui apportent le soutien le plus actif à la junte de Kiev. Les anciens et surtout les nouveaux membres de l'alliance doivent comprendre que leur sécurité s'est cardinalement affaiblie depuis qu'ils ont rejoint le bloc, et que leurs élites compradores au pouvoir les ont mis au bord de la vie et de la mort. J'ai écrit à plusieurs reprises que si la Russie lance une attaque préventive de représailles sur un pays de l'OTAN, les États-Unis ne réagiront pas, à moins que la Maison Blanche et le Pentagone ne soient peuplés de fous qui haïssent leur pays et sont prêts à détruire Washington, Houston, Chicago ou Los Angeles au nom de Poznan, Francfort, Bucarest ou Helsinki".

"De mon point de vue, la politique nucléaire russe et la menace de représailles devraient également dissuader l'Occident d'utiliser massivement des armes biologiques ou cybernétiques contre la Russie ou ses alliés. La course aux armements dans ce domaine, menée par les États-Unis et certains de leurs alliés, doit être stoppée".

Les cibles à rayer de la surface de la terre ne se limitent pas à l'Europe.

"Il apparaît également nécessaire de modifier (dans une certaine mesure, publiquement) la liste des cibles des frappes nucléaires de représailles. Nous devons réfléchir sérieusement à qui, exactement, nous avons l'intention de dissuader.

"Les Américains [Washington] ont tué des millions de personnes au Vietnam, au Cambodge, au Laos et en Irak, ils ont commis des actes d'agression monstrueux contre la Yougoslavie et la Libye et, contre toute attente, ils ont délibérément jeté des centaines de milliers, voire des millions, d'Ukrainiens dans le feu de la guerre. En d'autres termes, ils ne se soucient même pas de leurs propres citoyens et ne seront pas effrayés par les pertes en vies humaines parmi eux".

Étant donné que les élites occidentales au pouvoir ne se préoccupent pas du tout de leur peuple, les attaques contre l'Amérique devraient être dirigées contre les élites au pouvoir totalement corrompues, "l'oligarchie mondialiste" :

"Il serait peut-être utile de désigner les lieux de rassemblement de cette oligarchie comme cibles de la première vague, voire de frappes de représailles préventives.

"Dieu a frappé d'une pluie de feu Sodome et Gomorrhe, plongées dans l'abomination et la débauche. Pourquoi la Russie ne donnerait-elle pas un coup de main à Dieu et ne frapperait-elle pas l'Occident de la même pluie de feu ?  C'est la question que pose Karaganov. "L'équivalent moderne : une frappe nucléaire limitée sur l'Europe. Une autre allusion à l'Ancien Testament : pour purifier le monde, Dieu a déclenché le Grand Déluge. Nos torpilles nucléaires Poséidon peuvent déclencher des inondations similaires sous forme de tsunamis. Aujourd'hui, les États les plus effrontément agressifs sont des États côtiers. L'oligarchie mondialiste et l'État profond ne doivent pas espérer s'échapper comme l'ont fait Noé et sa pieuse famille".

Karaganov écrit que "la Russie a finalement cessé de se traîner après l'Occident" et s'est réveillée face à son ennemi occidental.

Une plus grande confiance dans la dissuasion nucléaire est nécessaire pour refroidir les "dirigeants" européens qui ont perdu la tête, parlent d'un affrontement inévitable entre la Russie et l'OTAN et exhortent leurs forces armées à s'y préparer. Il faut rappeler à ces bavards et à leurs auditeurs qu'en cas de guerre entre la Russie et l'OTAN en Europe, il ne restera plus grand-chose de nombreux membres de l'alliance européenne, même après les premiers jours du conflit".

L'Occident, écrit Karaganov, est une menace morale et spirituelle aussi bien que militaire :

"La diffusion continue des technologies numériques ne se contente pas de promouvoir, mais impose des idéologies, des valeurs et des modes de comportement anti-humains ou post-humains qui rejettent les fondements naturels de la moralité humaine et presque toutes les valeurs humaines fondamentales.

"Nous pouvons déjà constater que les élites européennes ont perdu presque complètement la capacité de penser stratégiquement, et qu'il n'en reste pratiquement plus aucune au sens méritocratique traditionnel. Nous assistons à un déclin intellectuel de l'élite dirigeante aux États-Unis, un pays doté d'énormes capacités militaires, y compris nucléaires".

La question que nous pose Karaganov est la suivante :  Le nouveau monde en pleine ascension peut-il contenir l'ancien monde en déclin, caractérisé par la débauche, le péché et toutes les formes de mal, avant que le mal qui règne en Occident ne détruise le monde ?  Poutine et Xi peuvent-ils voir la réalité avant qu'il ne soit trop tard ?

Il est clair que les penseurs stratégiques russes ont été radicalisés par ce qu'ils ont vécu comme une trahison de la part de l'Occident.  La poursuite de l'hégémonie américaine à tout prix par les néoconservateurs a créé un ennemi dont la confiance en l'Occident est épuisée.  Comme je l'ai répété à maintes reprises, cette situation est bien plus dangereuse que celle qui prévalait pendant la guerre froide du XXe siècle.  La prise de conscience de ce danger continue d'échapper aux décideurs occidentaux.

Traduit de l'américain par Rouge et Blanc avec DeepL.com

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2024/03/03/the-braindead-american-foreign-policy-establishment/

* Voir: https://pocombelles.over-blog.com/2024/03/jean-dominique-michel-autopsie-d-un-desastre-et-apres-covidhub.ch/cara.news.html

 

NDLR: SLAVOPHOBIE ? CHRISTIANOPHOBIE ?

Les soldats ukrainiens, Slaves et chrétiens dans leur immense majorité, morts dans la guerre contre la Russie, se chiffrent par centaines de milliers. On cite le chiffre de 600.000. Les images des cimetières militaires ukrainiens montrent d'immenses étendues de tombes pavoisées qui s'étendent jusqu'à l'horizon:

https://www.youtube.com/watch?v=jblS71GeDx0

Côté russe, ce sont des dizaines de milliers de soldats morts. C'est une guerre fratricide. Qui, en Russie, souhaite ces morts de part et d'autre, en prolongeant la guerre ? Le nettoyage ethnique de l'Ukraine et ensuite de la Russie est-il l'un des objectifs de ceux qui ont organisé et qui contrôlent cette guerre, tant en Occident qu'en Russie et en Ukraine ? Qui profite de la corruption en Ukraine, du détournement des énormes fonds et de l'armement en provenance des pays alliés, de la prostitution des veuves et des filles des familles des soldats morts, du trafic des enfants orphelins ? Qui, en Russie, profite de la guerre ? Qui, par principe,  ne va pas se battre et mourir au front ? Qui (re) colonisera l'Ukraine quand tous ses habitants indigènes auront disparu ? Cui bono ? Pourquoi les patriotes russes chrétiens ou musulmans qui dénoncent les injustices du pouvoir dans leur pays sont-ils censurés ou persécutés, comme le colonel Vladimir V. Kvachkov par exemple ? Et pour finir, la Chine actuelle, capitaliste et communiste, championne du  contrôle social, de la censure et de la répression, serait-elle un meilleur modèle civilisationnel pour les peuples que l'Occident (dont la Russie) décadent et même "satanique", dixit Gandhi ? En tous les cas cette Chine capcom*, ennemie de celle du Falun Gong**, semble être la référence ultime de Klaus Schwab ... le WEF et tout ce qu'il représente est-il le trait d'union du pouvoir entre l'Occident, la Russie et la Chine ?

* Alliance entre deux pouvoirs: le Pouvoir de l'argent (capitalisme) et le Pouvoir de l'idéologie (communisme).

** https://fr.faluninfo.net/caracteristique-falun-gong/

Pour un regard critique sur la Russie poutinienne, théâtre d'une habile propagande "souverainiste", lire l'article d'Hannibal: "Le rôle de Poutine dans le cinéma arc-en-ciel" dans RIVAROL N°3604 du 6 mars 2024. On peut aussi consulter, sur ce blog, des articles du Club Izborsk traduits du russe en français et choisis en fonction de leur esprit critique (hashtag "Club d'Izborsk"), ainsi que ce qui concerne le colonel russe Vladimir V. Kvachkov et aussi le général russe Leonid Ivashov.

Manifestement, Paul Craig Roberts manque d'informations directes sur la Russie et fait trop confiance aux médias russes comme RT. Présenter l'Occident comme le camp du Mal et la Russie comme le camp du Bien, c'est de la propagande.

Rouge et Blanc

Voir aussi:

https://pocombelles.over-blog.com/2023/06/pierre-hillard-la-russie-fait-partie-integrale-du-mondialisme.entretien-avec-radio-lorraine-engagee.html

Un phénix (chinois!) s'élève de la Terre en flammes. Spectacle de clôture des JO de Londres en 2012.

Un phénix (chinois!) s'élève de la Terre en flammes. Spectacle de clôture des JO de Londres en 2012.

Lire la suite

Yves Pozzo di Borgo: entretien feutré et relativement explosif avec Xavier Azalbert (France Soir)

21 Janvier 2024 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Sénateur Yves Pozzo di Borgo, #France, #France Soir, #Europe, #Jean-Pierre Petit, #Poutine, #Politique, #Russie, #Ukraine, #USA, #Guerre

Yves Pozzo di Borgo: entretien feutré et relativement explosif avec Xavier Azalbert (France Soir)

"Un Entretien essentiel avec Yves Pozzo di Borgo au lendemain de la conférence de presse du président Macron qui permet un tour d’horizon des sujets d’actualité tant nationaux qu’internationaux. "

https://edition.francesoir.fr/videos-l-entretien-essentiel/yves-pozzo-di-borgo-propos-d-emmanuel-macron-il-vit-dans-un-metaverse

NDLR: Yves Pozzo di Borgo est sénateur à la retraite. En disant ce qu'il pense du gouvernement et des USA, il ne risque pas grand-chose. D'autant plus qu'il n'interroge ni ne remet en question  les soubassements et l'armature de la France et de l'Occident moderne: la Révolution française, le suffrage universel, la franc-maçonnerie, le rôle du judaïsme et du sionisme, les idéologies subversives LGBT et du wokisme, le transhumanisme, le règne absolu de l'Argent depuis la fin du Moyen-Âge, la philosophie des Lumières, le matérialisme et les attaques constantes contre l'Église, contre la religion et contre les religions, la vertigineuse dégradation des mœurs (jusqu'au crime) donnée en exemple par ceux qui gouvernent et même imposée aujourd'hui par ceux qui détiennent le pouvoir, sur le plan national comme européen et international.

Les jugements d'YPDB sont vrais, mais superficiels. Mais il nous parle de Jean-Pierre Petit, qui lui, comprend l'essentiel.

Ce dessin du génial Jean-Pierre Petit a 20 ans... et pas une ride. Minute 31:03, YPDB nous apprend que la technologie de l'hypersonie a été inventée par le physicien et astro-physicien Jean-Pierre Petit... viré du CNRS (parce que politiquement incorrect) ! Cette technologie a été récupérée par les Russes, c'est leur force contre l'OTAN pourtant numériquement beaucoup plus importante ! Les Russes ont des missiles hypersoniques imparables !

Ce dessin du génial Jean-Pierre Petit a 20 ans... et pas une ride. Minute 31:03, YPDB nous apprend que la technologie de l'hypersonie a été inventée par le physicien et astro-physicien Jean-Pierre Petit... viré du CNRS (parce que politiquement incorrect) ! Cette technologie a été récupérée par les Russes, c'est leur force contre l'OTAN pourtant numériquement beaucoup plus importante ! Les Russes ont des missiles hypersoniques imparables !

52:20: le missile hypersonique russe SARMAT, testé en pleine guerre d'Ukraine.

1H:12: 07: "Regardez la MHD, ce qu'on a perdu ! on était le meilleurs en France en 75 !"

1H:16:15: l'ENA et Polytechnique

1H: 29:52: "Les dieux, nos dieux, se nourrissent de nos croyances."

Yves Pozzo di Borgo: entretien feutré et relativement explosif avec Xavier Azalbert (France Soir)
Yves Pozzo di Borgo: entretien feutré et relativement explosif avec Xavier Azalbert (France Soir)
Lire la suite

Youssef Hindi: LES ÉTATS-UNIS : DANGER MORTEL DE L'EUROPE ?

12 Janvier 2024 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Europe, #Israël, #Palestine, #Politique, #USA, #Youssef Hindi

Le critère du politique, c'est la définition de l'ennemi.

Carl Schmitt

Youssef Hindi: Les Israéliens perdent la guerre à Gaza. Il y a 30.000 soldats israéliens blessés ou handicapés, 10.000 tués. C'est la plus grande défaite israélienne depuis sa création.

Lire la suite

Paul Craig Roberts: L'étude est-elle une activité du passé ?

15 Décembre 2023 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Oxford, #Angleterre, #Europe, #Occident, #Paul Craig Roberts, #Politique, #Enseignement

Paul Craig Roberts: L'étude est-elle une activité du passé ?


15 décembre 2023

L'étude est-elle une activité du passé ?

Paul Craig Roberts

J'ai récemment reçu la lettre d'information des anciens étudiants du département d'économie de l'Université d'Oxford.  Lorsque j'étais à Oxford, il n'y avait pas de département d'économie.  Il y avait deux professeurs d'économie à l'université.  L'un était John R. Hicks, un théoricien qui a reçu le prix Nobel d'économie, et John Jewkes, un économiste empirique qui étudiait des industries réelles au lieu de les théoriser.

Il n'y avait pas de départements, pas de classes, pas de cours que les étudiants devaient suivre.  L'Université d'Oxford se composait de collèges pour hommes et de collèges pour femmes qui étaient spécifiques à chaque sexe.  Les étudiants étaient admis dans les collèges, qui leur fournissaient des tuteurs et une liste de lectures pour se préparer à un examen qui avait lieu dans trois ans et qui déterminait s'ils obtenaient leur diplôme avec les honneurs, un diplôme de deuxième classe, un laissez-passer ou pas du tout.  

L'université proposait des cours sur les sujets que les étudiants devaient connaître en fonction de la matière qu'ils poursuivaient, comme les mathématiques, les lettres classiques, les sciences ou la politique, la philosophie et l'économie (PPE).  Les cours sont dispensés par des chargés de cours, des maîtres de conférences, des lecteurs et des professeurs.  L'étudiant est libre d'assister ou non aux cours.  La toge portée par les étudiants garantit l'admission.  Il n'y avait pas de registre de classe.

La tâche de l'étudiant et de son tuteur était de se préparer à l'examen dans trois ans. Lorsqu'un étudiant rencontrait son tuteur, celui-ci l'interrogeait pour déterminer s'il suivait la liste de lecture et les cours magistraux qui lui permettraient de maîtriser le sujet et de répondre aux questions de l'examen.

Une fois que les étudiants ont passé les examens, leurs réponses ne sont pas notées par les doyens et les professeurs d'Oxford.  Les réponses écrites étaient envoyées à d'autres universités. Ainsi, les universités ne pouvaient pas donner une longueur d'avance à leurs diplômés dans la compétition pour les nominations à des postes d'aplomb qui venaient avec les premières places ou les diplômes avec mention.

Les examens imposaient une orthodoxie, mais celle-ci reposait sur un consensus basé sur une recherche objective, pas parfaite, mais pas sur des récits imposés politiquement comme c'est le cas aujourd'hui.

Peu de professeurs d'Oxford, voire aucun, étaient titulaires d'un doctorat.  Certains étaient des diplômés d'honneur prometteurs que les collèges décidaient de garder.  Ils payaient des frais et recevaient un M.A. ou un M.S. C'est tout.  D'autres, titulaires d'un diplôme honorifique, entraient dans la fonction publique.

Essayez d'imaginer un étudiant américain aujourd'hui ou un étudiant britannique capable de se préparer à passer un examen en trois ans. L'énorme discipline et l'engagement sont absents.  C'est ce genre de discipline imposée aux jeunes gens qui allaient devenir les dirigeants de la Grande-Bretagne qui a permis de créer et de maintenir l'Empire britannique, c'est-à-dire la domination d'une petite île sur une grande partie du monde.

Aujourd'hui, bien sûr, la discipline a disparu.  À la place de l'élite britannique, Oxford est rempli d'étrangers, dont les familles achètent pour leurs enfants un billet d'entrée dans le monde occidental.  Les collèges qui pratiquaient la ségrégation entre les sexes ont disparu. Mon collège, Merton, qui date du 12e siècle, est multiculturel.

Dans les documents de collecte de fonds que je reçois, je vois rarement un homme blanc.

Il me semble que l'université d'Oxford en est réduite à vendre sa prédominance historique.  Il est probable que Cambridge fasse de même.  La lettre d'information du département d'économie d'Oxford met l'accent sur les recherches des économistes en matière d'"égalité, de diversité et d'inclusion", désignées par le sigle EDI.  L'université d'Oxford a lancé "une bourse d'études supérieures pour les étudiants qui poursuivent des recherches dans ce domaine".  Ce succès sera célébré par un apéritif lors d'une réception à laquelle je suis invité.

Que penser de la descente dans le mercantilisme de ce qui fut jadis l'université la plus prestigieuse du monde ?  Ma réponse est que la descente d'Oxford dans la commercialisation du prestige de son diplôme illustre la descente du monde occidental.  En Occident, tout est basé sur l'argent.

Où est l'éminence morale de l'Occident lorsqu'il soutient avec de l'argent, des armes et de la diplomatie le génocide des Palestiniens par Israël, lorsqu'il soutient des conflits inutiles avec la Russie, la Chine et l'Iran, et lorsqu'il impose la tyrannie à son propre peuple, anéantissant ainsi tous les progrès réalisés en faveur d'un gouvernement responsable au cours des décennies et des siècles ?

Traduit de l'américain par Rouge et blanc avec DeepL.

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2023/12/15/is-scholarship-an-activity-of-the-past/

Lire la suite

Paul Craig Roberts: L'un des derniers intellectuels européens défend la vérité, garante de la liberté

5 Octobre 2023 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Europe, #Occident, #Paul Craig Roberts, #Politique, #Immigration, #Naomi Wolf, #Hanna Herland

Pieter Brueghel l'Ancien: La Grande Tour de Babel. Peint vers 1563.

Pieter Brueghel l'Ancien: La Grande Tour de Babel. Peint vers 1563.

L'un des derniers intellectuels européens défend la vérité, garante de la liberté

3 octobre 2023

Paul Craig Roberts

Hanna Herland est une intellectuelle de premier plan du monde occidental.  Elle défend la civilisation et la morale chrétienne et s'oppose fermement aux forces sataniques qui attaquent notre civilisation.  Dans son nouveau livre, The Billionaire World ( https://www.amazon.com/Billionaire-World-Marxism-Serves-Elite/dp/B0CHL16CZT/ref=tmm_hrd_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=1694461898&sr=8-3 ), elle explique les divers assauts contre la civilisation occidentale qui sapent les systèmes de croyance et la cohésion des pays occidentaux.   Il s'agit notamment de la concentration des richesses entre quelques mains, de l'instrumentalisation de l'érudition par les marxistes culturels, de la transformation de l'éducation en endoctrinement, du déclin du sens du devoir et de la responsabilité de la part des gouvernements et de l'érosion de la morale chrétienne.

La concentration des richesses entraîne le contrôle de l'information.  Herland explique que les voix des citoyens ont été réduites au silence par l'énorme contrôle exercé par les monopoles et les conseils d'administration interdépendants d'une poignée d'entités immensément riches. Quelques sociétés d'investissement privées - Black Rock, State Street et Vanguard - détiennent les actions et siègent au conseil d'administration de la plupart des grandes entreprises.  Cette situation confère un pouvoir et un contrôle considérables à un petit nombre de personnes. Même des entreprises concurrentes, comme Coca Cola et Pepsi Cola, appartiennent à la même société mère.

Six méga-entreprises contrôlent plus de 90 % des médias américains.  Le contrôle extraordinaire exercé par une poignée de personnes sur la civilisation occidentale permet d'imposer des récits égocentriques qui, s'ils sont contestés, entraînent le licenciement et l'annulation de l'emploi.  L'ancienne icône féministe Naomi Wolf parle de ce qui lui est arrivé :

https://naomiwolf.substack.com/p/facing-the-beast-courage-faith-and?utm_source=post-email-title&publication_id=676930&post_id=137574178&utm_campaign=email-post-title&isFreemail=true&r=dx5km&utm_medium=email

Nous sommes témoins depuis 2016 des efforts de l'élite dirigeante, par l'intermédiaire du parti démocrate, de la CIA, du FBI et des médias, pour annuler Donald Trump, le président des États-Unis, et, en contrôlant le récit, pour le soumettre à des poursuites pénales.

L'acceptation par l'Occident des invasions d'immigrants a détruit la cohésion sociale, et les efforts américains pour intégrer les Noirs ont réintroduit le privilège dans la loi.

Aux États-Unis, le contrôle de la narration a été utilisé pour déraciner la population blanche et créer un système juridique à deux vitesses avec des privilèges raciaux pour les Noirs. Les Blancs, en particulier les familles blanches, ont disparu des publicités des entreprises, laissant l'impression que les États-Unis sont un pays majoritairement noir. C'est un exemple de la manière dont la "diversité" aboutit à son contraire.

Un grand nombre d'entreprises et le Pentagone ont annoncé qu'ils n'embauchaient et ne promouvaient que des Noirs. Si une entreprise américaine annonçait qu'elle n'embauche et ne promeut que des Blancs, le ministère de la justice lui tomberait dessus comme une tonne de briques.  Depuis un demi-siècle, les universités, les entreprises et les gouvernements des États, locaux et fédéraux des États-Unis accordent aux Noirs un traitement préférentiel en matière d'admission à l'université, d'emploi et de promotion, en violation totale du 14e amendement de la Constitution des États-Unis.  Le Congrès et le pouvoir judiciaire n'ont rien fait pour remédier à cette violation manifeste de la Constitution, qui est censée être notre document de référence.

Aujourd'hui, nous vivons dans un monde où les Noirs sont tellement privilégiés que seuls les Blancs peuvent être coupables de discours et de crimes de haine.  Aux États-Unis et dans la plupart des pays d'Europe occidentale, les Blancs sont coupables simplement parce qu'ils sont blancs et donc "racistes aversifs". La base ethnique des pays blancs est attaquée et entraîne une dissolution sociale.

Le marxisme culturel a affaibli la culture sociale, la morale et les croyances de la civilisation occidentale, la rendant moins apte à résister à d'autres défis. Les marxistes culturels ont utilisé la théorie critique pour armer l'érudition en vue d'une marche à travers les institutions. Ils ont pris le contrôle des universités, sapant l'objectivité et détruisant la confiance des peuples occidentaux dans leurs croyances et leurs valeurs. Les choses sont allées si loin que les conservateurs de musée blancs décrivent leurs collections comme un exemple de racisme blanc.  La politique des gouvernements occidentaux consiste à transformer les États-nations en Tours de Babel où il n'y a pas d'unité culturelle.

Voilà où nous en sommes aujourd'hui.  Que pouvons-nous faire face à cette situation ?  C'est la question de notre temps.  Lorsque l'aristocratie a été détruite, essentiellement par l'envie, l'accent traditionnel mis par les gouvernements sur les devoirs et les responsabilités l'a été également.  L'égoïsme et l'intérêt personnel, et maintenant la politique de l'identité, ont pris le relais. L'obligation sociale et la responsabilité de gouverner ont disparu. À la place se trouve l'intérêt personnel d'une élite dirigeante dépourvue de tout sens des responsabilités et du devoir.

Dans les universités occidentales, la vérité a été politisée.  Ce qui est vrai dépend de la façon dont cela sert les récits.  Si ce n'est pas le cas, il s'agit de "désinformation" et elle est supprimée. Malgré l'accent mis sur la "diversité", la diversité des pensées et des idées disparaît.  Les récits officiels sont imposés et appliqués.

Le message principal d'Hanna Herland est que nous avons oublié Dieu.  Les libéraux ont effacé Dieu.  Où cela nous mène-t-il ?

Nous n'avons plus de boussole morale. Sans boussole morale, nous ne savons pas où nous sommes.  En d'autres termes, nous sommes moralement perdus.  Comment retrouver une assise morale ?

Le déclin des vertus civiques, de la moralité et de la discipline - dont nous faisons l'expérience tout autour de nous - se traduit toujours par le désordre et l'injustice. En effet, alors que nous observons les démocrates américains jeter la justice aux orties dans leurs attaques contre le président Trump, nous assistons à l'effondrement final et complet de la civilisation occidentale. La vérité n'a plus d'importance.

À la place d'une civilisation confiante, d'une grande réalisation dans l'histoire de l'humanité, nous avons maintenant Sodome et Gomorrhe et une Tour de Babel.

Sodome et Gomorrhe et une Tour de Babel valent-elles la peine d'être défendues contre la Russie, la Chine et l'Iran ? Hanna Herland ne soulève pas cette question, mais c'est une autre question à laquelle nous sommes confrontés. Les ethnies blanches - la base des États-Unis et des nations européennes - ayant été déracinées, qu'est-ce que ces pays ont à défendre, si ce n'est les intérêts personnels de leur élite dirigeante ?

Traduit de l'américain par Rouge et Blanc avec DeepL.

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2023/10/03/one-of-the-few-remaining-european-intellects-stands-up-for-truth-as-the-guarantor-of-liberty/

Paul Craig Roberts: L'un des derniers intellectuels européens défend la vérité, garante de la liberté
Lire la suite

Pierre Hillard: La Russie fait partie intégrale du mondialisme. Entretien avec Radio Lorraine engagée

29 Juin 2023 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Pierre Hillard, #Russie, #Mondialisme, #Poutine, #Général Leonid Ivashov, #Hindouisme, #Inde, #Imran Khan, #Asie, #Kali-Yuga, #Christianisme, #Catholicisme, #Judaïsme, #Akbar le Grand, #Gandhi, #Râmakrishna, #Europe, #OTAN, #USA, #World Economic Forum, #religion

Remarquable entretien avec l'analyste méta-politique certainement le plus perspicace de France avec Youssef Hindi (qui lui, connaît l'Islam et, inspiré par le sheikh Imran Hosein, son eschatologie), et ce, depuis des années. Les analyses de Pierre Hillard permettent au public, lecteurs et auditeurs, de dépasser l'antagonisme artificiel des propagandes occidentale et russo-poutinienne, cette dernière étant la plus insidieuse puisqu''elle s'adresse aux Occidentaux pro-russes, souverainistes, anti-guerre et chrétiens, voire musulmans, et respectueux des religions et de l'identité des peuples.

Je signale à propos de la swastika évoquée par Pierre Hillard au début de son entretien, que bien avant de devenir un symbole bouddhique et ésotériste, elle se rencontre en Inde dans les Védas à partir de 500 avant J.C. et que depuis elle est présente constamment dans l'hindouisme. Tournant vers la droite (dextrogyre) , rouge, ornée de quatre points placés entre les branches, elle symbolise le mouvement solaire.

La forte attraction de l'ésotérisme russe pour le bouddhisme en particulier tibétain qu'évoque Pierre Hillard se manifeste dans les recherches et certains ouvrages du fameux général géopoliticien russe Leonid Ivashov, anti-mondialiste. Cet aspect des militaires, intellectuels et religieux russes, patriotes, en général chrétiens orthodoxes mais parfois aussi musulmans, anti-mondialistes, avec des figures de très grande valeur (Douguine n'en fait pas partie), n'est pas évoqué dans cet entretien, malgré sa très grande importance, ce qui est regrettable. Dans le livre, peut-être ?

Le rôle de l'Inde n'est pas évoqué non plus. Il est aujourd'hui le pays le plus peuplé de la Terre et a dépassé la Chine. Ses religions sont extrêmement anciennes et ont une énorme importance; elles ont essaimé autrefois dans toute l'Asie et aujourd'hui dans le monde occidental. Elles n'ont pas d'antagonisme avec le christianisme spirituel (exemples: l'empereur moghol Akbar, le saint Ramakrishna, Vivekananda, le Mahatma Gandhi)... l'Inde peut changer le monde en bien et accélérer, si cela se peut, la fin du Kali Yuga, l'Âge de Fer, dont les forces maléfiques se déchaînent.

Pierre Hillard: La Russie fait partie intégrale du mondialisme. Entretien avec Radio Lorraine engagée
Le philosophe russe Alexandre Douguine et le symbole du Mouvement eurasiatique, une étoile à 8  branches fléchées (étoile du chaos ?). Entretien avec Pierre Hillard, 41:22. Douguine a toujours manifesté son très grand intérêt pour la Kabbale.

Le philosophe russe Alexandre Douguine et le symbole du Mouvement eurasiatique, une étoile à 8 branches fléchées (étoile du chaos ?). Entretien avec Pierre Hillard, 41:22. Douguine a toujours manifesté son très grand intérêt pour la Kabbale.

Carte de la "gouvernance" mondiale du futur selon The Economist (Pierre Hillard, 43:36)

Carte de la "gouvernance" mondiale du futur selon The Economist (Pierre Hillard, 43:36)

La monnaie "covidienne" émise par le Vatican, évoquée par Pierre Hillard (59:18)

La monnaie "covidienne" émise par le Vatican, évoquée par Pierre Hillard (59:18)

Pierre Hillard: La Russie fait partie intégrale du mondialisme. Entretien avec Radio Lorraine engagée

The series consists of eight coins with the reverse side bearing the technical characteristics that are the same for all countries participating in the single European currency. The obverse side depicts the coat of arms of Pope Francis, Sovereign of Vatican City State, the inscription “Vatican City” and twelve stars. The series is available in two versions: the first with the 20 euro silver coin and the second with the 50 euro gold coin. The 20 euro silver coin, designed by Chiara Principe, is dedicated to a current theme that is very close to Pope Francis’ heart: treatments to counter the pandemic and the need to be vaccinated. The coin depicts a doctor, a nurse and a young person who is ready to receive the vaccine. The Holy Father has repeatedly stressed the importance of vaccination, recalling that healthcare is “a moral obligation”, and it is important to “continue efforts to immunise even the poorest peoples”. The 50 euro gold coin, designed by Marco Ventura, is dedicated to Our Lady of Mercy: the Virgin Mary is shown standing with her mantle outspread under which a multitude of believers find shelter. Depicted as the protector of humanity from the evils of the world, the Madonna was also called “Our Lady of Help.” The four words that surround the figure of the Virgin Mary - “listening, love, help, welcome” - have distinguished the work of Caritas for more than 50 years

Source: https://www.cfn.va/en/home/2631-20-05-2022-euro-coin-set-proof-version-year-2022.html

Lire la suite

Nicolas Berdyaeff: Culture et civilisation (1922)

24 Mai 2023 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Nicolas Berdiaeff, #Europe, #Histoire, #Philosophie, #Russie, #Religion, #Gandhi, #Shamil Sultanov, #Civilisation, #Jean Rostand

Nicolas Berdiaeff (1874-1948)

Nicolas Berdiaeff (1874-1948)

Article écrit en 1922, in: "Le sens de l'histoire", Aubier-Montaigne, 1948.

Article écrit en 1922, in: "Le sens de l'histoire", Aubier-Montaigne, 1948.

L'analyse des différences et même de l'antagonisme entre "culture" et "civilisation" par Nicolas Berdiaeff nous paraît indispensable pour prendre nos distances avec ce mot, ce concept de "Civilisation" brandi et revendiqué sans cesse par toutes sortes de politiciens liés aux milieux de pouvoir occidentaux, ceux de l'argent, de l'usure, de la technocratie, de l'industrie militaire et pharmaceutique, des grands médias, etc., ennemis du divin, de l'humanité et de la nature. L'idée artificielle de "Civilisation", au singulier, implique la destruction des cultures (appelées "Barbarie"). Car il n'existe pas une culture, mais des cultures. Tout comme la conception abstraite et artificielle de l'Homme par les Lumières et la Révolution française est la négation des hommes en tant qu'individus -et surtout en tant que personnes- appartenant à des peuples et à des cultures différentes et multiples. Qui dit Civilisation dit nationalisme: comme la "Civilisation" nie toutes les autres cultures, le nationalisme nie toute existence politique aux peuples ou ethnies présents sur un même territoire afin de les fondre dans le même moule et les soumettre aux mêmes lois. Civilisation et nationalisme sont deux termes et concepts abstraits, théoriques. Deux concepts darwinistes aussi, dans le sens perverti du darwinisme culturel; car ils impliquent une supériorité inconditionnelle d'une partie de la population du territoire sur les autres (Barbarie), ce qui conduit parfois à une manipulation de l'histoire pour justifier ce pouvoir.

Bien entendu, et pour relativiser ce qu'écrit Berdyaeff, la Russie n'a pas été le seul pays dont la culture était assise sur une base religieuse, car c'est le cas de l'Inde, des pays musulmans, bouddhistes, etc. Bien au contraire, la Russie tsariste a cherché à détruire les montagnards musulmans du Caucase (voir Les Cosaques et surtout Hadji Mourad de Tolstoï) et, par l'intermédiaire des popes, des marchands de vodka*  et de fourrures, à éradiquer les peuples nomades animistes de Sibérie (voir l’œuvre du linguiste finlandais Kai Donner chez les Samoyèdes).

P.-O.C.

* L'alcool étant un moyen rapide de fabriquer beaucoup d'argent avec les céréales normalement destinées à l'alimentation, mais en détruisant la santé physique et morale des gens.

Sur le même sujet:

Shamil Sultanov: La civilisation moderne capitaliste (extrait d'un entretien avec Business-Gazeta, 10 janvier 2021)

https://pocombelles.over-blog.com/2023/04/shamil-sultanov-la-civilisation-moderne.html

M. K. Gandhi: HIND SWARAJ OU L’INDÉPENDANCE DE L’INDE (1833)

https://pocombelles.over-blog.com/2023/02/m.k.gandhi-hind-swaraj-ou-l-independance-de-l-inde-1833.html

Gandhi a dit, après la Première Guerre mondiale: "L'Occident est satanique." (in: Romain Rolland: "Mahatma Gandhi")

La haine des Russes chez les indigènes de Sibérie (Kai Donner)

https://pocombelles.over-blog.com/2015/10/la-haine-des-russes-chez-les-indigenes-de-siberie-kai-donner.html

Jean Rostand: La civilisation

 

"Outre que la civilisation ne constitue point par elle-même un facteur de progrès biologique, elle peut, indirectement, devenir un facteur de régression. Nous avons dit maintes fois que les éléments héréditaires, ou gènes, des individus humains sont de qualité fort inégale, pour les caractères intellectuels comme pour les caractères physiques. Partant, le niveau moyen de l’espèce, à tout moment, dépend de la proportion existant entre les bons et les mauvais gènes. D’une part, le nombre des mauvais gènes tend à s’accroître sans cesse par le seul effet de la mutation, qui se fait beaucoup plus souvent vers le pire que vers le meilleur ; d’autre part la sélection naturelle tend à éliminer les mauvais gènes, lesquels, d’ordinaire, réduisent plus ou moins la capacité reproductrice des individus qui les portent, soit en restreignant leur fécondité, soit en diminuant leur vigueur globale ou leur faculté d’adaptation. Au début de l’histoire humaine, dans les conditions de la vie sauvage, la sélection naturelle jouait avec assez peu de rigueur pour que, malgré l’abondance des mutations délétères, l’espèce maintint son niveau, ou même peut-être marquât quelque amélioration génétique. Les individus chétifs, mal venus, n’arrivaient pas à l’âge reproducteur, et leurs mauvais gènes s’éteignaient avec eux. Henri Vallois a constaté que, parmi les squelettes préhistoriques, on n’en trouve presque pas de vieillards. Si les conditions de l’existence étaient jadis trop rudes pour la vieillesse, à plus forte raison l’étaient-elles sans doute pour la débilité. Le débile, comme le vieillard, est un produit de la civilisation.

De surcroît, la sélection s’exerçait non seulement à l’intérieur de chaque groupe humain, mais aussi de groupe à groupe ; et, dans ce cas, elle favorisait souvent le progrès des caractères intellectuels et sociaux : les tribus courageuses, animées de sentiments collectifs, commandées par des chefs héroïques et astucieux, l’emportaient sur les autres.

La situation changea du tout au tout à mesure que se formèrent les vastes collectivités organisées qui caractérisent la civilisation moderne.

D’abord, la sélection de groupe à groupe se fit inopérante, les guerres entre nations n’ayant d’autre résultat que d’évincer, de part et d’autre, les plus braves et les plus robustes. Et, surtout, la médecine, la chirurgie, l’hygiène, l’assistance, le développement des idées philanthropiques devaient concourir à gêner toujours davantage la fonction épuratrice de la sélection naturelle.

Nos sociétés actuelles donnent la possibilité de survivre et de reproduire à des milliers d’êtres qui eussent été autrefois implacablement éliminés dès le jeune âge. La diminution de la mortalité infantile, les vaccinations généralisées entraînent un affaiblissement de la résistance moyenne de l’espèce. Grâce à l’obstétrique, des femmes deviennent mères en dépit d’un bassin trop étroit, et, grâce au lait stérilisé, nourrices, en dépit de glandes mammaires insuffisantes. Il n’y a plus de sanction naturelle pour les petites tares physiologiques, comme la mauvaise denture ou la myopie.

Il n’est pas jusqu’à la sélection sexuelle, fondée sur le choix réciproque des procréateurs, qui n’ait perdu de son efficace dans nos sociétés inégalitaires. Les avantages sociaux ou financiers priment les naturels, et la situation ou les « espérances » font plus pour unir les humains que la beauté des corps ou que la finesse des esprits.

En bref, défaut général de sélection, et même, en certain cas, contre-sélection ou sélection à rebours : voilà le lot de nos sociétés actuelles. Aucun frein n’y contrariant la multiplication des mauvais gènes qui se produisent constamment par mutation, il s’ensuit un avilissement progressif de l’espèce.

Cet avilissement doit dater de loin ; il ne fera que s’accentuer toujours davantage". (…)

 

Jean Rostand, L’Homme (Gallimard, 1940/1961)

 

https://pocombelles.over-blog.com/2016/08/l-homme-et-la-civilisation-jean-rostand.html

Norberto Ceresole

Norberto Ceresole

Lire la suite

Le président serbe promet de ne jamais oublier «l'agression de l'OTAN" (RT France)

25 Mars 2023 , Rédigé par Rouge et Blanc Publié dans #Serbie, #OTAN, #Guerre, #Europe, #Nazisme

Le président serbe promet de ne jamais oublier «l'agression de l'OTAN"  (RT France)

25 mars 2023

Alors que la Serbie commémore le 24e anniversaire de la campagne de bombardement de l'OTAN, le président serbe Aleksandar Vucic a expliqué que celle-ci avait marqué le moment où «le droit international moderne est finalement mort». Les Serbes ne pourront oublier «l'agression» déclenchée en 1999 par l'OTAN que si leur pays cesse d'exister, a exprimé le 24 mars le président serbe Aleksandar Vucic, à l'occasion du 24e anniversaire de la campagne de bombardement de l'ancienne Yougoslavie par l'Alliance atlantique. Lire aussi Le président serbe Aleksandar Vucic, à Tirana, le 6 décembre 2022 (photo d’illustration). Le président serbe s'inquiète des pressions visant à entraîner Belgrade dans un conflit avec l'OTAN Aleksandar Vucic, qui s'exprimait lors d'une cérémonie dans la ville de Sombor pour commémorer les victimes des frappes aériennes qui ont coûté la vie à plusieurs centaines (selon l'ONG Human Rights Watch) ou plusieurs milliers (selon Belgrade) de Serbes, a ajouté que les Etats-Unis et leurs alliés n'avaient pas encore répondu devant la justice de leurs attaques, pourtant menées en violation du droit international. Pour le chef d'Etat, cette agression de l'OTAN a marqué le moment où «le droit international moderne est finalement mort». «24 ans ont passé. Vous avez arraché des parties de notre territoire. Vous avez tué 79 enfants, 2 500 personnes et pas seulement des civils, mais aussi des soldats et des policiers», a souligné le président serbe. «Qui êtes-vous pour tuer nos soldats et nos policiers qui se trouvent sur leur territoire et dans leur pays ? Où avez-vous obtenu le droit de tuer nos soldats et nos policiers ? Qui vous a donné ce droit ?», a-t-il encore déploré. Aleksandar Vucic a par ailleurs rappelé que l'Alliance atlantique avait attaqué un pays «libre et souverain», tout en justifiant son action par la nécessité de mettre fin à un «génocide». La Serbie était alors en proie à une guerre civile avec des séparatistes albanais, après avoir vécu d'autres conflits post-Yougoslavie en Slovénie, en Croatie ou encore en Bosnie. Le président serbe a également rappelé que l'OTAN n'avait pas obtenu l'autorisation du Conseil de sécurité des Nations unies pour lancer son intervention militaire, ce qui ne l'avait pas empêchée de le faire. Selon le dirigeant serbe, l'OTAN a mené cette agression pour deux raisons : montrer que «nous sommes les plus forts et que nous pouvons tout faire», et «prendre [les provinces] du Kosovo et de Metohija» à la Serbie. Le chef d'Etat a conclu son intervention en expliquant que le devoir de la Serbie était «d'essayer de pardonner», mais qu'elle ne pourrait tout oublier que si elle cessait d'exister. Son discours intervient à un moment où Belgrade subit d'intenses pressions de la part des pays occidentaux en raison de ses liens avec la Russie.

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/105044-serbie-promet-ne-jamais-oublier-agression-otan

Sur le même sujet et sur le même blog:

Quand Churchill faisait bombarder Belgrade et massacrer les alliés serbes le jour de Pâques 1944 pour jouer la carte Tito

https://pocombelles.over-blog.com/2021/05/quand-churchill-faisait-bombarder-belgrade-et-massacrer-les-allies-serbes-le-jour-de-paques-1944-pour-jouer-la-carte-tito.html

Drapeau des Tchetniks, les résistants royalistes patriote serbes, qui luttèrent contre les Nazis. Moralité: au XXIe siècle, l'OTAN continue le nazisme.

Drapeau des Tchetniks, les résistants royalistes patriote serbes, qui luttèrent contre les Nazis. Moralité: au XXIe siècle, l'OTAN continue le nazisme.

Lire la suite

Hyperborée, Orient, Allemagne: un entretien de Pierre Dortiguier avec Oleg de Normandie

27 Décembre 2022 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Allemagne, #Europe, #Orient, #Philosophie, #Histoire, #Pierre Dortiguier

1:13:15 et suivantes : le point de rencontre

1: 17:03: le député russe, Tatar, est Shamil Sultanov, géopoliticien, membre du Club Izborsk: voir ses articles et interviews sur ce blog (en cherchant un peu): https://pocombelles.over-blog.com/tag/club%20d%27izborsk%20%28russie%29/

Pierre Dortiguier fait l'éloge des Suédois mais il ne parle pas du Maréchal Mannerheim, un Finlandais d'origine aristocratique suédoise, devenu Président de Finlande, dont la devise était: "Droit dans les causes droites" et dont nous avons parlé plusieurs fois sur ce blog (nous rappelons que les articles de ce blog sont désindexés par Google depuis de nombreuses années, mais pas les images, il faut donc essayer de les retrouver par les images car une partie seulement est référencée par mots-clefs):

https://pocombelles.over-blog.com/2018/12/chaque-homme-dans-le-rang-monte-la-garde-de-la-patrie-marechal-mannerheim.html

https://pocombelles.over-blog.com/article-kai-reinhold-donner-1889-1935-par-aurelien-sauvageot-85345885.html

1:22:01 : sur le premier drapeau yougoslave blanc et rouge et son symbolisme

1:27:00 : les Pygmées d'Afrique associent leur origine aux Pléiades. Voir sur ce blog les nombreux articles consacrés aux Pléiades

https://pocombelles.over-blog.com/article-matariki-le-nouvel-an-maori-104902643.html

1:33:46 : la constellation des princes-électeurs allemands autrefois, la politique réaliste X l'utopie "uniformiste" qui a suivi.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 > >>