Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

musique

Le Gāyathrī mantra et le Cantique du Soleil ou des Créatures de Saint François d'Assise

8 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Musique, #Inde, #Religion, #Saint François d'Assise, #Poésie

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gāyatrī_mantra#/media/Fichier:Gayatri1.jpg

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gāyatrī_mantra#/media/Fichier:Gayatri1.jpg

Cantique du Soleil (ou Cantique des Créatures) de Saint François d'Assise

 

Jusqu'à la fin – car c'est presque moribond qu'il composa son plus joyeux cantique – saint François voulut mettre le monde en état de louange.

Durant l'automne 1225, épuisé par la stigmatisation et par les maladies, il s'était retiré à Saint-Damien. Presque aveugle, seul dans une cabane de roseaux, abattu par la fièvre et tourmenté par les mulots, voilà pourtant le chant d'amour qu'il fit monter vers le Père de toute la Création.

L'avant-dernière strophe, hymne au pardon et à la paix, fut composée en juillet 1226, au palais épiscopal d'Assise, pour mettre fin à une lutte acharnée entre l'évêque et le podestat de la ville. Ces quelques vers de l'apôtre de la paix suffirent à empêcher la guerre civile.

Quant à la dernière strophe, c'est pour accueillir par un chant notre soeur la Mort qu'elle fut composée au début d'octobre 1226.

 

 

Très haut, tout puissant et bon Seigneur,

à toi louange, gloire, honneur,

et toute bénédiction;

à toi seul ils conviennent, ô Très-Haut,

et nul homme n'est digne de te nommer.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures,

spécialement messire frère Soleil,

par qui tu nous donnes le jour, la lumière:

il est beau, rayonnant d'une grande splendeur,

et de toi, le Très-Haut, il nous offre le symbole.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur Lune et les étoiles:

dans le ciel tu les as formées,

claires, précieuses et belles.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère Vent,

et pour l'air et pour les nuages,

pour l'azur calme et tous les temps:

grâce à eux tu maintiens en vie toutes les créatures.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour notre soeur Eau,

qui est très utile et très humble,

précieuse et chaste.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère Feu,

par qui tu éclaires la nuit:

il est beau et joyeux,

indomptable et fort.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur notre mère la Terre,

qui nous porte et nous nourrit,

qui produit la diversité des fruits,

avec les fleurs diaprées et les herbes.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour ceux

qui pardonnent par amour pour toi;

qui supportent épreuves et maladies:

heureux s'ils conservent la paix,

car par toi, le Très-Haut, ils seront couronnés.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur,

pour notre soeur la Mort corporelle,

à qui nul homme vivant ne peut échapper.

 

Malheur à ceux qui meurent en état de péché mortel;

heureux ceux qu'elle surprendra faisant ta volonté,

car la seconde mort ne pourra leur nuire.

 

Louez et bénissez mon Seigneur,

rendez-lui grâce et servez-le

en toute humilité !

Lire la suite

Alain Peters: Rest' la maloya

30 Avril 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Musique, #La Réunion

"Le grand problème dans le monde c'est que les personnes intelligentes sont pleines de doutes alors que les personnes stupides sont plein de certitudes".

 

Charles BUKOWSKI

Lire la suite

Réveille (Georgy Sviridov (1915-1998): La guirlande de Pouchkine) / chœur de garçons Glinka (St Petersbourg)

15 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Musique, #Russie

Représentation à l'église de la Résurrection à Sokolniki (Moscou) le 17 avril 2018 dans le cadre du festival de Pâques de Moscou (chef - V. Gergiev) du chœur de garçons de l'école chorale Glinka (St. - Petersbourg).

 

SVIRIDOV: LA GUIRLANDE DE POUCHKINE (1979)

Lire la suite

Kamakshi-Swarajathi-Bhairavi | Uthara Unnikrishnan

4 Avril 2021 , Rédigé par लाल और सफ़ेद Publié dans #Inde, #Musique, #Religion

Lire la suite

La musique (Pablo Casals)

3 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Musique, #Philosophie, #Poésie, #Religion, #Art

 

La musique chasse la haine

chez ceux qui sont sans amour.

Elle donne la paix à ceux qui sont sans amour,

elle console ceux qui pleurent.

 

Pablo Casals

 

http://religion-orthodoxe.eu/article-la-musique-chasse-la-haine.html

 

Lire la suite

Mahalakshmi Ashtakam (Uthara Unnikrishnan)

1 Avril 2021 , Rédigé par लाल और सफेद Publié dans #Inde, #Musique, #Religion

Mahalakshmi Ashtakam (Uthara Unnikrishnan)
Vishnou et Lakshmi sur l'Oiseau-roi Garuda (miniature indienne).

Vishnou et Lakshmi sur l'Oiseau-roi Garuda (miniature indienne).

Lire la suite

Vitaly Averyanov : Ces chansons ne sont pas du commerce, mais un message (Club d'Izborsk, 15 mars 2021)

15 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Musique, #Philosophie, #Politique

Vitaly Averyanov : Ces chansons ne sont pas du commerce, mais un message (Club d'Izborsk, 15 mars 2021)
Vitaly Averyanov : Ces chansons ne sont pas du commerce, mais un message (Club d'Izborsk, 15 mars 2021)

Vitaly Averyanov : Ces chansons ne sont pas du commerce, mais un message.

 

15 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20791

 

 

Il n'y a pas longtemps, Vitaly Averyanov, un philosophe bien connu et l'un des fondateurs du Club d'Izborsk, a participé à une soirée de présentation. Ces dernières années, il a également écrit des chansons en tant qu'auteur et interprète depuis le début des années 90. Nous portons à votre attention une conversation avec lui.

 

- Vitaly, vous êtes connu comme une personnalité publique, un idéologue, un écrivain. Mais en 2019 est sorti votre premier CD arrangé "Russian Idea", maintenant, à la fin de 2020, le deuxième - "Evil Empire". S'agit-il de nouvelles chansons, ou de celles écrites dans les années 90 ?

 

- Comme je viens juste de commencer à promouvoir sérieusement mes chansons, j'ai l'avantage d'avoir beaucoup de terrain à couvrir. Sur les deux CD, il y a les premières chansons, celles qui ont été écrites dans les années 90 et celles qui sont totalement nouvelles. Il y a tellement de potentiel que je pourrais sortir un gros CD d'une heure chaque année pendant longtemps. Mais de nouvelles chansons sortent aussi.

 

- Quelle est la qualité de la promotion de ce projet ?

 

- Il avance sur internet à un rythme normal. Avec la télévision et la radio, ce n'est toujours pas le cas. L'inertie de l'ère de la capture du marché des médias par le show-business y prévaut, c'est une approche très formelle. Pour que quelque chose de nouveau soit mis en rotation, quelqu'un doit payer pour cela, selon la logique des éditeurs de musique. Dans mon cas, c'est une approche complètement différente. Ce n'est pas une production commerciale. C'est un message. C'est pourquoi je suis sûr que cette approche permettra de tout surmonter. En temps voulu... Mais combien de temps cela prendra-t-il, je ne le sais pas.

 

- Mais n'est-ce pas ennuyeux ?

 

- Ce qui est frustrant, c'est ça. Ces chansons ont leur propre public potentiel, qui peut être estimé différemment. Dans tous les cas, il s'agit de centaines de milliers, voire plus, d'auditeurs. Peut-être des millions... Ils ont besoin de ces chansons, et je peux le voir dans les réactions sur YouTube et sur Facebook, et en partie sur Odnoklassniki. Le répertoire qui inonde aujourd'hui l'espace musical ne permet pas à ce public de s'exprimer. Mais c'est difficile de l'atteindre. L'Internet offre une opportunité assez faible. Les programmes d'affiliation YouTube, auxquels j'ai proposé de coopérer, me considèrent comme trop politiquement incorrect pour être promu. Les clips vidéo sont les plus efficaces. Parfois, je parviens à trouver de nouveaux auditeurs grâce à des interviews présentées sous forme de vidéos. Souvent, les gens découvrent les chansons indirectement en prenant connaissance de ma position politique ou analytique. L'effet le plus important a été donné en temps voulu par le clip vidéo "Un ordre à Poutine", qui a été diffusé à la veille des élections présidentielles. En général, je cherche des outils plus radicaux pour atteindre l'auditeur. Mais je le fais sans fanatisme, comme on l'appelle de nos jours.

 

- Dans "Evil Empire", dans de nombreuses compositions, on ne sait pas très bien de quelle génération provient le message... Il pourrait s'agir de la vieille génération soviétique ou de la nôtre...

 

- En général, je ne suis pas, bien sûr, l'auteur qui court derrière le Komsomol avec son pantalon relevé. Pas de jeunesse délibérée et pas de flirt avec la musique de club - c'est ma position de principe. Quelqu'un pourrait dire sur cette base que ce sont des chansons pour les personnes d'âge moyen. Mais je le dirais : il a été écrit pour un public pensant, bien sûr. Et l'âge ne joue pas un rôle déterminant.

 

Le héros lyrique de la plupart des chansons est "flottant" et il trouve toujours des réalités tout à fait contemporaines, puis d'il y a dix ou vingt ans, ou parfois il souffle dans les souvenirs de l'époque des beatniks, des gopniks, des ouvriers des glissements de terrain vierges et des satellites... Parfois, il plonge même dans l'ère des "haches kosarik et des uryatniks-principaux". (J'ai même un cycle de chansons historiques, d'essence médiévale, dont je prévois d'enregistrer certaines et de les présenter sur de futurs disques). En d'autres termes, il s'agit d'une sorte de condensé de la mémoire populaire, lorsque les arrière-grands-pères, les pères et les arrière-petits-enfants se réunissent autour de la table et qu'un sujet générique est "moulé" à partir d'eux. En même temps, le héros lyrique est aussi socialement "flottant". Soit un SDF issu des bas-fonds de la société, soit un intellectuel de bas étage, soit un ouvrier contusionné par la vie, soit encore un élitiste, un diplomate par exemple, mais avec un langage décalé et des aphorismes issus des "gens profonds"... En d'autres termes, des couches cachées de langage se réveillent chez un homme, quel qu'il soit.

 

- Avez-vous des prédécesseurs dans les traditions poétiques et chansonnières russes à cet égard ?

 

- Je mentionnerais Bashlachyov le plus souvent à cet égard (du moins parmi les chanteurs).

 

- Et Vysotsky ? Vous avez des maniérismes poétiques différents, des mélodies différentes. Mais dans beaucoup de choses, on peut sentir, à première vue, une intonation similaire...

 

- Oui, je peux avoir cette association parfois, mais ensuite ce sentiment disparaît. Je chante naturellement, comme je parle, avec ma propre intonation. Mais si quelqu'un me dit que Vysotsky était mon prédécesseur, j'en serais honoré. Il y a toutes sortes de similitudes. Il y a imitation et il y a une proximité ou une consonance spirituelle. Je vais donner un exemple pour montrer à quel point l'un peut s'éloigner de l'autre. Dzhigurda a commencé par dire qu'il chantait "comme Vysotsky" dans le timbre et l'intonation. Je pense que me comparer à Djigurda est tout à fait capable de faire comprendre à quel point ces choses sont différentes.

 

 

 

Mais Vysotsky a pris le registre le plus large dans la chanson russe. Peu de gens le savent, mais il ne s'est pas contenté de créer son propre style, il a reproduit la manière dont le paysan russe chante dans la vie quotidienne, et non sur scène. Pas dans un village de paysans, mais dans une cour urbaine. Auparavant, un tel chant était considéré comme grossier, indigne d'être porté sous la lumière de la scène, mais après Vysotsky, ce "purisme" a été détruit, une certaine porte esthétique s'est ouverte. L'effet est semblable à ce que Pouchkine a fait avec la langue littéraire, livresque, en la rapprochant de la parole vivante.

 

On ne peut pas dire qu'il n'y avait rien de tout cela avant Vysotsky, mais avec sa nature catégorique caractéristique, il a élevé cette manière virile à une sorte d'apothéose. Plus l'échelle énorme de sa personnalité. Je pense que tout ce qui sera significatif à l'avenir dans le chant artistique russe sera associé à Vysotsky d'une manière ou d'une autre. Et surtout si le chanteur a une voix de baryton, ce qui est le cas de tant de bardes. D'ailleurs, c'est exactement ce qui s'est passé avec Bashlachev ; au début, il ressemblait beaucoup à Vysotsky.

 

Mais j'ai plus de points communs avec Bashlachev en ce qui concerne son intonation musicale et son jeu de langue. D'ailleurs, dans "L'Empire du Mal" le jeu de langage occupe une grande place... Par exemple, les trois ballades du cycle "L'Empire du Mal" sont construites sur la vibration des mots avec le suffixe "nik".

 

- Puis-je avoir un exemple pour la compréhension ?

 

- S'il vous plaît. "Les officiers secrets veillent depuis les fourmilières. / Un appel sur le téléphone portable, ils ont roulé leurs sacs de couchage, / Ils ont roulé leurs époussettes, sans chichi ni panique / Ils ont changé de pantalon de survêtement, rangé leurs nakomarniks - / Ils sont partis à Khamovniki, pour faire un rapport à leur supérieur..." Et les trois parties du cycle perdurent dans un tel jeu.

 

Un autre exemple est "Le cauchemar d'Ivan le diplomate", qui repose sur la réduplication lexicale, comme l'appellent les philologues. Il y a presque un vocabulaire de ces répliques dans la chanson, ainsi que des inserts d'argot, des mots-parasites, mais dans leur variété grasse. Il s'avère que j'ai un diplomate de conte de fées, une sorte d'Ivan le fou qui s'est égaré à Monaco, Davos et Saint-Répo.

 

Encore plus drôle dans les chansons "Lecture" et "Objectification" - il y a une parodie du langage des scientifiques, beaucoup de mots rimés se terminant par "isme".

 

- Il commence par être réprimandé pour avoir été un fasciste... Y a-t-il un élément d'autobiographie ici ?

 

- Absolument. Ces deux chansons ont été écrites en 2000, lorsque j'ai soutenu mon doctorat à l'université d'État de Moscou. Et la chanson est chantée au nom du jeune scientifique-humanitaire. Mais mon héros lyrique traverse une crise et il a une peur pathologique de tomber au bord du chemin. Et au fil de l'histoire, il passe du statut de "traditionaliste" qui vénérait la Sainte Inquisition à celui de postmoderne féministe androgyne qui reçoit des subventions occidentales.

 

- Vos gros morceaux, comme "Russian Idea" ou "Vatniks", combinent une synthèse profonde de différents styles musicaux, mais en même temps, ils sont superposés comme une tarte avec des chansonnettes. Comment définissez-vous ce genre ?

 

- Je ne pense pas qu'il y ait encore un nom pour ça. Cela ressemble en quelque sorte à des mini-musicales. Je n'exclus pas la possibilité qu'en combinant ces éléments, on puisse faire une véritable comédie musicale russe. Il y a vraiment beaucoup d'instruments, tout un orchestre symphonique. Ici, le grand mérite de l'arrangeur Yuriy Seredyuk. Et les chansonnettes utilisaient des instruments folkloriques. La dernière fois, dans "L'idée russe", c'était un accordéon qui jouait, et dans "Les Vatniks", une balalaïka, jouée par l'un des meilleurs maîtres de cet instrument, Konstantin Zakharato.

 

- Et qui chante les chansonnettes ?

 

- En dehors de moi, il y a des chanteurs invités. La dernière fois, ce sont les deux actrices et ma fille Katya qui ont très bien joué les chansonnettes. Cette fois, les chansonnettes étaient plus rudes, plus masculines. Nous les avons chantées avec l'acteur Andrei Ankundinov.

 

- Parlez-nous des chansons à couplets de Velimir Khlebnikov.

 

- Je suis en fait un spécialiste de Khlebnikov. J'ai pourtant écrit des ouvrages sur lui, dans les années 90. Mais j'ai toujours eu besoin, en tant que chanteur, de chanter beaucoup de ses œuvres. Après tout, très peu de gens chantent Khlebnikov. "Auktsyon a un jour sorti un album basé sur ses paroles. J'ai un grand respect pour Auktsyon, car très peu de groupes ont réussi à créer un style unique. Mais dans ce cas, ils ont obtenu une interprétation aussi classique de l'avant-garde que de la créativité schizophrénique. En définitive, le clivage entre le mot et la personnalité est l'expérimentation. Et la grande poésie est une harmonie.

 

Le fait est que Khlebnikov est très musical ; il est épique et lyrique à la fois. En même temps, il est un poète impérial russe, eurasien, cosmique et imprégné d'une sorte d'érotisme et de volonté de vivre. En gros, il ne rentre pas dans le cadre de cette avant-garde pathologique et décadente. Sur le disque "Empire of Evil", je me suis efforcé de présenter le début chantant et harmonique de Khlebnikov. Deux pièces sont basées sur ses chefs-d'œuvre "Bodysatva" et "Rus', vous êtes tous un baiser dans le givre...". (arrangé par Seredyuk). Et encore deux choses : ce sont des collages de poésie, c'est-à-dire que dans le texte, ses vers et ses lignes sont intercalés avec les miens. Ces choses ont fait d'autres arrangeurs - Ivan Muravsky.

 

- Il y a une chanson sur le CD, qui peut être référée strictement à des paroles d'amour. Et son titre est "Rainbow"... A notre époque, donner un tel titre à une chanson est un défi...

 

- Oui... Eh bien, si ça vous intéresse, je vais vous donner mon avis. L'étoile à cinq branches et la svastika sont des symboles anciens et traditionnels. Relativement récemment, ils furent usurpés par des forces occultes et politiques. Nous savons que la représentation de croix gammées en Russie aujourd'hui peut être punie comme une propagande du nazisme. Bien que nous ayons beaucoup de croix gammées dans les fresques des églises orthodoxes, sans parler des ornements folkloriques. Le svastika est l'un des principaux symboles de l'hindouisme et du bouddhisme. En général, la loi qui punit la croix gammée simplement en tant que croix gammée en soi est primitive, absurde et illettrée...

 

Quant au symbole de l'arc-en-ciel, nous avons affaire ici à une provocation monstrueuse du "côté obscur", à une moquerie directe de la Bible, de la tradition abrahamique. L'arc-en-ciel était le symbole de l'alliance entre Dieu et Noé après le déluge mondial. Et le déluge, comme nous le savons, a eu pour cause la dépravation de toute chair. En gros, Dieu a lavé cette vieille civilisation LGBT honnie des Confucianistes, pour donner une nouvelle chance à l'humanité. Cette chance - de vivre sans altération, de vivre naturellement, dans la vérité - est symbolisée par l'arc-en-ciel. Et c'est ce symbole que les transnationales, ces patrons super-riches et super-puissants des pervers d'aujourd'hui, ont monopolisé et "acheté" pour leurs pupilles. On en arrive à un point ridicule dans notre patrie sauvée par Dieu lorsque la députée Lakhova, qui a promu pendant des années le féminisme, le soi-disant planning familial, l'éducation sexuelle et la justice des mineurs, se rebelle maintenant soudainement contre la crème glacée ou le dentifrice, je ne me souviens plus exactement, avec le nom "Rainbow" pour nous protéger, soi-disant, de la propagande LGBT.

 

Au lieu de protéger les gens normaux de cette abomination, ils leur interdisent d'utiliser un symbole et une image aussi beaux que l'arc-en-ciel. Qu'est-ce qui pourrait être plus absurde ?

 

- Lors de votre soirée créative, votre livre "La civilisation du déluge et la guerre mondiale hybride" a été présenté en plus du CD. Cela pourrait être le sujet d'un exposé séparé, mais comme vous avez déjà commencé à parler du Déluge... qu'entendez-vous par Déluge contemporain ?

 

- Un grand document collectif y a été consacré, que nous avons publié au début de 2020, remarquez, avant l'annonce de la pandémie. Il s'appelle "L'Arche russe". Une stratégie alternative pour le développement mondial. À bien des égards, c'était comme une prophétie. Et dans mon livre d'auteur, je développe ce thème, notamment en analysant les événements de la 20e année fatidique, et nombre de nos diagnostics sont absolument exacts. Mais n'en découle-t-il pas que la formule que nous proposons est également correcte et doit être adoptée le plus rapidement possible ?

 

Par le déluge, nous n'entendons pas un grand déluge mais un certain état de l'humanité dans lequel il glisse. Il existe le mot anglais flood - il est même devenu un terme spécial dans la sphère numérique. Mais ce n'est pas seulement une inondation numérique, c'est l'érosion de tout et de rien, l'érosion des cultures et des traditions, l'érosion de l'homme lui-même, sa corruption.

 

Pour l'affronter, nous ne devons pas reconnaître les drapeaux et les bannières du déluge, leurs symboles, mais les refuser à l'ennemi. Ils n'ont pas le droit d'usurper l'espace de notre culture... C'est à eux de répondre devant les tribunaux de l'utilisation des arcs-en-ciel, des croix gammées et autres symboles. Et tous les autres devraient bénéficier d'une liberté totale de symboles. Je suis sûr que ce sera le cas dans l’État de l’Arche que nous devons construire au XXIe siècle.

 

 

Vitaly Averyanov

 

http://averianov.net

Averyanov Vitaly Vladimirovich (né en 1973) - philosophe russe, personnalité publique, directeur de l'Institut du conservatisme dynamique (IDC). Docteur en philosophie. Membre permanent et vice-président du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Lire la suite

La famille Lefèvre, de Versailles, a un incroyable talent !

21 Décembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Art, #France, #Musique, #religion

Le choeur de la famille Lefèvre, sur Youtube:

https://www.youtube.com/channel/UCfOrkvKdFsskfbfHFL4Df_w

Lire la suite

Miguel Covarrubias (Island of Bali): “No feast is complete in Bali without music and elaborate dramatic and dance performances"

27 Novembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Art, #Asie, #Pacifique, #Exploration, #Histoire, #Musique, #Photographie, #Société, #Voyage

“It is plain that the refined and sensitive Balinese make the most of their daily routine, leading a harmonious and exciting, although simple existence, making an art of the elemental necessities of daily life – dress, food, and shelter.”

Miguel Covarribias

 

“No feast is complete in Bali without music and elaborate dramatic and dance performances,” he tells us. Every village and neighborhood has one or more gamelan ensembles, in which they take great pride. Unlike Colin McPhee’s fascinating but complex and detailed classic Music in Bali, Covarrubias’s descriptions are relatively non-technical: “In a general way, a Balinese composition is divided into four parts: a light solo to introduce the piece (geginaman); an introductory theme (pengunkab); a central motif (pengawak), the ‘body’ of the piece; and a rhapsodical finale in which the motives are developed (pengetjet).” He talks briefly about the many styles of gamelan, including the virtuosic kebyar, perhaps the most famous, as well as the pelelangan (which accompanies the legong, a dance specialized in by young girls), the portable angklung, and the gender wayang of the beloved shadow puppet theater called wayang kulit – “the medium of their classical poetry, for their ribald humour; and, most important of all … the greatest factor in the spiritual education of the masses.”

https://32minutes.wordpress.com/2011/10/04/miguel-covarrubias-island-of-bali/

Miguel Covarrubias (Island of Bali): “No feast is complete in Bali without music and elaborate dramatic and dance performances"
Lire la suite

Vladimir Ovchinsky : Americans, Where's Your President ? (Club d'Izborsk, 23 novembre 2020)

23 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Histoire, #Musique, #Politique, #Russie, #USA

Vladimir Ovchinsky : Americans, Where's Your President ? (Club d'Izborsk, 23 novembre 2020)
Vladimir Ovchinsky : Americans, Where's Your President ? (Club d'Izborsk, 23 novembre 2020)

Vladimir Ovchinsky : Americans, Where's Your President ? 

 

23 novembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20232

 

 

Le 22 novembre 1963, le président américain John Kennedy a été tué au Texas, à Dallas. Aujourd’hui, plus de 70 % des Américains ne croient pas que ce crime ait été commis par le seul Oswald. La plupart pensent que Kennedy a été victime d'une conspiration de certaines forces puissantes, qui sont maintenant communément appelées "l'état profond".

 

L'année suivant l'assassinat de Kennedy, le poète Yevgeny Yevtushenko et le compositeur Eduard Kolmanovsky ont écrit une chanson dédiée à cet événement : « Américains, où est votre président ? »  Son premier interprète était Marc Bernes.

 

La chanson s'est avérée être assez tragique. Pour des raisons inconnues, elle a été interdite pendant de nombreuses années sur « recommandation » du Comité central du PCUS.

 

Novembre 2020. La chanson « Americans, Where's Your President ? » a été réanimée par un célèbre acteur russe - l'humoriste Yuri Stoyanov. Mais maintenant, la statue de la liberté « grise », « abattue », déambule dans New York en se demandant « Comment l'Amérique a-t-elle pu faire cela ? », dans une situation différente - l'élection présidentielle américaine.

Le chiffre de 70 % est à nouveau dans l'air ! Ce n'est que maintenant que le pourcentage de ceux qui ont voté pour Trump (et ils sont 72 millions), qui sont sûrs que l'élection présidentielle de 2020 a été truquée par « l'état profond », ou simplement volée (comme Trump lui-même le tweet).

 

Il n'est pas nécessaire d'être Nostradamus pour voir un avenir où, des décennies plus tard, 70 % des nouvelles générations d'Américains croiront que Kennedy a été tué par l’  « État profond », et qu'il a également volé l'élection de Trump.

 

 

Vladimir Ovchinsky

 

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Vladimir Ovchinsky : Americans, Where's Your President ? (Club d'Izborsk, 23 novembre 2020)
Lire la suite
1 2 > >>