Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Valery Korovin : Malheureusement, la Russie devra à nouveau libérer l'Ukraine. (Club d'Izborsk, 30 novembre 2020)

30 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Valery Korovin : Malheureusement, la Russie devra à nouveau libérer l'Ukraine.  (Club d'Izborsk, 30 novembre 2020)

Valery Korovin : Malheureusement, la Russie devra à nouveau libérer l'Ukraine.

 

30 novembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20269

 

 

- Le gouvernement ukrainien a soumis à la Verkhovna Rada un nouveau projet d'amendement à l'acte normatif réglementant la question des prisonniers de guerre et des internés pendant la guerre qui se déroule en Ukraine depuis 2014.

 

En vertu de ce projet de loi, il est permis pendant la guerre, qui se poursuit encore, de réinstaller de force des citoyens russes dans certains endroits. Les Russes ne sont pas autorisés à quitter le territoire s'il est décidé de le réinstaller. Le Service de sécurité de l'Ukraine est chargé de surveiller cela.

 

En fait, il s'agit d'un permis légal pour le nettoyage des citoyens russes qui se trouvent sur le territoire ukrainien. Tous les indésirables, dissidents, russophones, tous les opposants au régime y ont été nettoyés depuis longtemps. Maintenant, ils veulent rendre le génocide légal, l'élever au rang de loi. Est-ce ainsi que vous devez le comprendre ?

 

- Absolument. C'est une méthode de gouvernement par les gauleiters américains qui dirigent ce territoire de l'extérieur. Le gauleiter traite toujours la population locale comme un consommable.

 

Compte tenu de la russophobie des nouveaux propriétaires ukrainiens et des militants ukrainiens les plus enragés envers les Russes, il n'y a pas lieu de s'étonner. C'est le fascisme ukrainien, qui y a été implanté par l'Occident depuis longtemps.

 

Il y a une continuation naturelle du processus d'ukrainisation et l'expulsion de ceux qui ne cèdent pas et résistent à cette ukrainisation, surtout si nous parlons de citoyens russes, qui sont diabolisés à un degré extrême et sont représentés par des ennemis, en fait, sont humanisés.

 

Un Russe, surtout un citoyen russe de Russie, est déjà un sous-homme du point de vue des gauleiters américains et de leurs Ukrainiens.

 

C'est un exemple commun de l'arrogance civilisée occidentale, que nous avons vu à travers de nombreuses étapes historiques, la dernière fois pendant la Grande Guerre Patriotique.

 

C'est ainsi que l'Occident gouverne tous les territoires occupés, qu'il s'agisse de l'Afrique ou du monde arabe, de l'Amérique latine ou de l'espace post-soviétique.

 

Partout où la botte du maître occidental arrive, il y a un processus forcé de ségrégation aussi strict, qui trie la population, déclarant la plupart des gens sous-humains. Il s'agit d'une méthode commune de présence opérationnelle occidentale.

 

L'Ukraine est aujourd'hui un territoire absolument occupé, elle est sous une gestion extérieure stricte. Et il n'y a aucun espoir de vie normale et de rétablissement dans cette région tant qu'elle ne sera pas libérée des nouveaux gaulois occidentaux.

 

Les choses ne feront que s'aggraver. Ceci est fait pour dépersonnaliser complètement l'espace jusqu'à ce qu'il soit libéré de tous ceux qui ne partagent pas la position des fanatiques sectaires ukrainiens obsédés et de leurs maîtres fascistes. On peut imaginer la perspective d'une telle évolution grâce aux actions de leurs prédécesseurs allemands dans les années 30-40.

 

- Très dur, mais c'est la vérité absolue sur l'Europe prétendument civilisée. Pendant l'occupation de l'URSS, les fascistes ont pendu tous les mécontents sans aucune cérémonie. Et ils ont fait en sorte que tout le monde puisse voir les exécutés pendus le plus longtemps possible.

 

- L'un des compagnons d'armes de Kolomoysky était si direct à l'égard des habitants du Donbass de ses quartiers - les commandants des bataillons punitifs ukrainiens : "Promettez-leur tout, et nous les pendrons plus tard". Simplement au détriment de l'humanisation promue par l'Occident, cela ne se fait pas ouvertement.

 

Des gens sont tués, comme timidement, en se cachant, en couvrant leurs crimes, en tuant les dissidents. S'il y a des cas flagrants, ils disent : "Ce sont des bandits, nous enquêtons sur eux et nous les punissons.

 

Parfois, les auteurs sont même arrêtés, mais ils sont ensuite relâchés. Ainsi, en fait, les massacres de personnes indésirables sont déjà légalisés.

 

En Ukraine, un massacre de personnes indésirables a lieu depuis Maydan. C'est juste qu'il n'y a pas d'enquête, pas de divulgation, pas de publicité, pas d'entrée dans la presse, on se tait.

 

Le fait qu'il soit impossible de garder le silence, les tribunaux sont ralentis. Dans de rares cas, les condamnations de ces criminels nationaux ukrainiens sont encore très réduites et ces meurtriers et violeurs sont libérés rapidement. Bien sûr, ils continuent à tuer.

 

Tout cela sous le couvert d'un élan d'humanisation inhérent à l'Occident actuel. Mais dans le Donbass, les gens sont simplement tués physiquement, pendus, torturés, coupés, sans se cacher. On peut tout voir. Tout se passe sous nos yeux.

 

- Et pas seulement au Donbass, de tels massacres se produisent dans toute l'Ukraine.

 

- Oui, ces cas sont nombreux. La seule conclusion que l'on peut en tirer est que, après tout, la Russie devra malheureusement libérer l'Ukraine une fois de plus.

 

De temps en temps, nous devons libérer l'Ukraine non seulement des prochains conquérants, mais aussi de sa prochaine folie.

 

Tant que la Russie ne libérera pas l'Ukraine de ces nouveaux gauleiters libéraux mondialistes et de leurs complices ukrainiens, les habitants de cet espace souffriront et feront l'objet des moqueries les plus sophistiquées.

 

 

Valery Korovin

 

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

 

 

COMMENTAIRES

 

Valery Oven

 

Ces questions doivent être posées au président de la Russie. Je suis né et je vis dans le centre même de l'Ukraine, à Kirovograd. Ce que Valery a dit, je le sais par ouï-dire. J'ai dû personnellement faire face aux inadéquations évidentes et agressives qui sont là depuis le début de 2014. "Le SBU était un épouvantail à .....

Et voici ce que je vais dire à ce sujet. En Ukraine, depuis 2005, pour la première fois, des technologies "étrangères" ont été utilisées pour un impact de masse sur la psyché des gens. Certains ressentaient la dépression et la peur, d'autres, au contraire, étaient dans un état d'exaltation sauvage et de folie apparente. Et il ne s'agissait pas seulement de tromper la population en masse avec l'aide de la télévision, dont toutes les chaînes étaient pratiquement à la disposition d'un marionnettiste. (Les "régions" n'avaient aucun porte-parole idéologique et étaient elles-mêmes apolitiques, idéologiquement neutres, ou plutôt indifférentes. Et une chaîne telle que la "Cinquième", dont le propriétaire était Poroshenko, était un franc chef d'orchestre de la russophobie et de la westphilie. Cette chaîne a utilisé la technologie du décalage légèrement perceptible de la séquence vidéo avec le son : ce qui a eu un effet étrange sur le psychisme - comme me l'a avoué une connaissance, qui s'était exactement assise sur cette "aiguille"). Maintenant, les questions. Pourquoi la Russie a-t-elle reconnu l’élection de Poroschenko, qui étaient vraiment illégale ? Pourquoi n'a-t-elle pas neutralisé ces ordures qui se sont précipitées sur le Donbass en une seule fois ? Pourquoi a-t-elle laissé ce fléau s'étendre à toute l'Ukraine ? Après tout, il est clair pour tout le monde que ce ne sont pas les Ukrainiens, mais les sommes énormes qui ont été jetées par les États-Unis dans cette aventure dans le cadre du projet "redistribution du monde" ? Si la Russie avait agi immédiatement, il y aurait eu quelque chose en Crimée. La contrainte à la paix vaut mieux que la stagnation qui s'ensuit. C'est de la même façon qu'à partir de 1936, Hitler a pu se muscler pour mettre 50 millions de vies humaines en jeu.

 

 

Valery

 

Et le premier pas vers la libération de l'Ukraine est la reconnaissance de la LDPR. Mais, malheureusement, je ne vois aucun pas dans cette direction. Au contraire, un seul et même homme politique russe déclare que le Donbass fait partie du pays.

Ukraine. Et comment voulez-vous comprendre cela ?

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Lire la suite

El Dinero, rival por excelencia de Dios (Leonardo Castellani: Su Majestad Dulcinea)

29 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Economie, #Philosophie, #Politique, #Religion

El Dinero, rival por excelencia de Dios (Leonardo Castellani: Su Majestad Dulcinea)
El Dinero, rival por excelencia de Dios (Leonardo Castellani: Su Majestad Dulcinea)
(extraits de l'introduction)

(extraits de l'introduction)

Lire la suite

Le procès de Jeanne d'Arc par Robert Brasillach. Préface de François Bluche

29 Novembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France, #Histoire, #Religion

Armes de la famille d'Arc octroyées par Charles VII, les plus belles de France:  "D'azur à deux fleurs de lys d'or et une épée d'argent à la garde dorée, la pointe en haut,  férue en une couronne d'or."

Armes de la famille d'Arc octroyées par Charles VII, les plus belles de France: "D'azur à deux fleurs de lys d'or et une épée d'argent à la garde dorée, la pointe en haut, férue en une couronne d'or."

Le procès de Jeanne d'Arc

 

texte établi et préfacé

par Robert Brasillach

 

présentation de François Bluche

 

Classiques

collection dirigée par Benoît Mancheron

 

Éditions de Paris

 

 

 

présentation

DE L'EDITION NOUVELLE

 

 

 

Sacrate juge la Cité, Jeanne signe le jugement,

Et à la Cour siègent ce soir la Reine et Charlotte Corday.

 

R. B.

 

 

 

Infiniment souhaitable et dès longtemps souhaitée, cette réédition du Procès de Jeanne d'Arc par Robert Brasillach (1941) aurait pu ou dû être présentée par Régine Pernoud, l'historienne de Jeanne, ou par mon ami Francis Rapp, membre de l'Institut - le XVe siècle n'a plus de secret pour lui -, ou par la famille de Brasillach.

Jean-Luc de Carbuccia aime les paradoxes, qui m'a confié la tâche de cette présentation. Certes, je révère la Pucelle d'Orléans et j'admire les Poèmes de Fresnes, mais cette sensibilité n'a rien d'original et elle ne saurait faire de moi un médiéviste érudit. De fait, notre éditeur a ses raisons, qui vous seront dites au terme de cet avant-propos.

 

" Le Procès de condamnation de Jeanne d'Arc, écrivit Pierre Champion, son savant éditeur, est ajuste titre un des documents les plus célèbres de notre Histoire ; il nous fait connaître une cause qui a gravement scandalisé la conscience humaine, en même temps qu'il nous révèle les traits les plus véridiques et les plus touchants de la vie de l'héroïque Jeanne d'Arc, orgueil et miroir d'un peuple. " II n'est, hélas, vraiment connu du grand public que par quelques " mots historiques " de l'accusée (" La pitié qui était au royaume de France " ; " II avait été à la peine, c'était bien raison qu'il fut à l'honneur " ; " Savez-vous si vous êtes en la grâce de Dieu ? - Si je n 'y suis, Dieu m'y mette ; et si j'y suis, Dieu m'y tienne "). Peu d'entre nous ont lu les mille pages grand in-octavo de l'édition Champion ; encore moins les deux mille pages du Procès en nullité (1455-1456), ce complément indispensable.

Robert Brasillach, publiant sous une forme accessible le Procès de condamnation(1) de 1431, les Éditions de Paris le rééditant aujourd'hui, n'ont nullement cherché à faire œuvre d'érudition, mais à arracher la mémoire de Jeanne à " la poudre du greffe " (Sainte-Beuve), après Quicherat et Champion, pour que nous puissions - jeunes ou vieux - communiquer avec l'héroïne de la France, saisir son message de gloire et de sacrifice, nous imprégner de son mystère.

" On ne pense pas à tout. En voulant perdre Jeanne, écrit Pierre Champion, publier à travers le monde les erreurs de sa doctrine et ses mensonges, les juges de Rouen ont bien travaillé à sauver sa mémoire... C'est grâce à eux que nous sommes devenus juges à notre tour. " Le jugement des juges... L'évêque Cauchon, ses assesseurs de Rouen, ses sbires et leurs complices, sont ainsi tombés dans le piège de leur malhonnêteté, car les procès-verbaux de ces tristes audiences de 1431 n'avaient eu pour dessein que de réduire, écraser la Pucelle ; à qui l'on ne pardonnait ni la libération d'Orléans, ni le sacre de Charles VII à Reims ; à qui l'on ne pardonnait ni sa fraîcheur, ni sa simplicité, ni sa vertu, ni sa droiture, ni la transparence de sa foi. Péguy a très bien défini les actes du procès de Rouen : " C'est comme si nous avions l'évangile de Jésus-Christ par le greffier de Caïphe et par le notarius, par l'homme qui prenait des notes aux audiences de Ponce Pilate. "

Or, au lieu de réduire la jeune accusée, ce fâcheux tribunal d'Église (Dieu ayant toujours su d'un mal tirer un bien), a contribué à montrer au monde la sainteté de la prétendue sorcière, " hérétique obstinée et rechue " ; et sans doute a-t-il contribué à façonner cette sainteté même.

Jeanne domine ses juges à tous égards. À leur orgueil satisfait, elle oppose sa simplicité évangélique ; à leur pédanterie de clercs, ses proverbes rustiques ; à leur théologie formaliste, le cristal de sa foi mystique et naturelle ; à leurs détours hypocrites, la rectitude spontanée de son dessein ; à leur trahison politique, la fidélité de son

 

______________

 

(1) Éditions Gallimard.

 

 

loyalisme ; à leurs questions perfides, la netteté innocente de toutes ses réponses.

Ce dernier point est loin d'être secondaire. La distinction du fond et de la forme n'est que mauvaise excuse des cuistres. Le triste style des accusateurs de Rouen trahit la noirceur de leur être. Le verbe simple et sublime de la sainte traduit la pureté de son âme elle-même. Et ce verbe, lumineux et transparent, suffit à transformer, transfigurer le texte du Procès de condamnation. D'un grimoire pédant, hypocrite et nauséabond, Jeanne a fait " l'un des plus beaux livres français " (M. Barrés). Dans l'esprit de saint Louis, avec le style du sire de Joinville et la douceur de Charles d'Orléans, la Pucelle - si grande dans la piété, si noble à travers son épopée fulgurante, si humble en sa dignité, si aisée en toute compagnie (avec saint Michel, avec Baudricourt, avec le " gentil Dauphin ", avec saintes Catherine et Marguerite, avec La Hire et Gille de Rais, et même avec Cauchon, redoutable évêque de Beauvais) - Jeanne d'Arc, non contente d'avoir redressé un royaume en détresse, restauré le Roi, découragé l'envahisseur et conquis des provinces, se présente à nous comme un grand écrivain de " France la doulce ".

Mais, emporté par mon admiration, j'ai peut-être trop montré la sainte, trop négligé la fille du peuple, la paysanne, l'héroïne et la patriote. Barrés jugeait qu'il fallait aller à Domremy et " ne pas laisser Jeanne dans l'église ". D'ailleurs il est indispensable de noter que la Pucelle éblouissait à la fois un Barrés, agnostique de droite et un Péguy, croyant de gauche.

Les catholiques en Jeanne vénèrent la sainte (par eux canonisée bien des années ou bien des siècles avant 1920), dite parfois " la plus grande sainte de France et du monde " (Péguy). N'aurait-elle pas, tout comme François d'Assise, " réalisé la plus fidèle et la plus prochaine imitation de Jésus-Christ"? Les protestants cultivés trouvent luthérien le constant recours de la Pucelle à l'Église invisible, et calvinienne sa devise : Dieu, premier servi. Pour les royalistes, Jeanne affirme la légitimité du Prince, sacré à Reims, et magnifie la fidélité féodale. Chateaubriand admire son esprit chevaleresque ; Michelet, son bon sens ; Jaurès, son patriotisme. Les jacobins de 93 saluaient en elle " la Bergère " ; Anatole France voulut bien lui laisser " une note pathétique d'humanité ". La venue de Jeanne d'Arc représente, aux yeux du fougueux Léon Bloy, " le plus haut miracle depuis l'Incarnation ". En même temps, " pour les rationalistes, elle est le triomphe de l'inspiration individuelle ".

Ces exemples divers le montrent : " Jeanne d'Arc n'appartient à aucun parti ; elle les domine tous, et c'est là son véritable miracle " (Barrés). Ce n'est point un hasard si, le 24 juin 1920 - trente-neuf jours après la canonisation -, la chambre des députés adopte sans débat le projet de loi barrésien demandant l'institution en mai d'une fête nationale de Jeanne d'Arc. Depuis 1871, ou environ, la Pucelle était le symbole du courage (" Cette petite fille a sa place entre Du Guesclin et Bayard", écrivait encore Barrés), le courage de la France (" Elle multiplie des actes admirables de défis au destin "). Jeanne incarnait le patriotisme - un patriotisme populaire en ses origines et plusieurs de ses formes ; un patriotisme éclairé, au point d'orienter la stratégie et de commander à la politique.

Pour Maurice Barrés " elle symbolise la France même ". Selon Pierre Chaunu, elle partage avec Louis Pasteur la première place du mythe français ; elle siège au sommet du panthéon des " saints laïcs " de la troisième République.

Il n'est, dès lors, pas étonnant d'observer que, dans la France déchirée au temps de la Seconde Guerre mondiale, Jeanne a pu être objet de ferveur en l'un et l'autre camp. Et ce fait nous ramène à l'énigme du choix du présentateur.

Notre éditeur, sachant que - péché de jeunesse - j'avais fait partie des F.T.P., m'a fait avouer que, en 1943, si j'avais reçu l'ordre de tuer Robert Brasillach, j'aurais probablement obéi. " Or, dit-il, autant que lui vous admiriez Jeanne d'Arc. C.Q.F.D. "

Dieu merci, je n'ai pas tué de poète. Je révère la Pucelle et j'admire les Poèmes de Fresnes. Je suis du camp d'André Chénier, de la Reine et de Charlotte Corday.

 

François BLUCHE

 

Source et texte complet:

http://www.clerus.org/clerus/dati/2001-10/23-13/JeanneArc.html

Le procès de Jeanne d'Arc par Robert Brasillach. Préface de François Bluche
Lire la suite

Alexandre Douguine : Je vois déjà le résultat de la dégradation de mes idées. 28 novembre 2020

29 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Russie

Alexandre Douguine : Je vois déjà le résultat de la dégradation de mes idées.  28 novembre 2020

Alexandre Douguine : Je vois déjà le résultat de la dégradation de mes idées.

 

28 novembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20265

 

 

- Alexander Gelievich, dans la Russie moderne - celle qui depuis 1991, je veux dire - a déjà fait grandir quelques générations de personnes non soviétiques qui aujourd'hui rejoignent la vie publique, politique. Et la polarisation est devenue la norme pour ces personnes. Vous êtes soit un "patriote", soit un "libéral". Vous êtes soit un étatiste, soit un ardent opposant. Et il n'existe pratiquement pas de plate-forme commune de dialogue. Ces pôles fonctionnent comme la moitié d'un cerveau divisé. Pensez-vous qu'une telle situation est un signe de crise ou est-ce une tendance normale dans laquelle la société peut se développer ?

 

- Oui, c'est une question intéressante. La première chose que je ne voudrais pas choisir la réponse parmi celles qui sont proposées. Je suis prêt à réfléchir sur cette division. Oui, il y a une division. Et cette division, à mon avis, est très importante et intéressante. Parce que cela ne signifie pas une section de, disons, deux "idéologies". Parce qu'au moins une de ces moitiés n'a pas d'idéologie. Les personnes qui sont en faveur du libéralisme dans notre société post-soviétique ont, en principe, cette structure. Ou consciemment, le plus souvent sans le savoir. Mais l'un des pôles a cette structure idéologique générale. La deuxième distinction de ce pôle libéral est que ce pôle dispose d'une ressource de pouvoir très importante. Dans les années 90, c'est cette idéologie, cette direction, ce système de pensée, cette vision du monde, cet épistéma - c'est-à-dire cette base de la science - qui a gagné. Et il a dominé pendant dix ans. En même temps, la moitié patriotique s'est trouvée dans une opposition sourde pendant ces dix années et la structure idéologique n'a pas été formée. Le troisième est la base de la partie libérale de notre société. La plupart des anciens libéraux actifs et actifs ne sont tout simplement pas des dissidents, mais des travailleurs du parti de la fin de la période soviétique en décomposition, ils ne sont même pas issus des milieux criminels, mais de la nomenklatura komsomol soviétique tardive, c'est-à-dire qu'ils sont tout simplement d'un cynisme monstrueux, Les amateurs de pouvoir et les amoureux de la douceur qui se sont faufilés hors du monde soviétique tardif et sont devenus les porteurs de cette idéologie libérale, parce qu'elle les a séduits avec un tel intérêt de classe de parasites, de cyniques, qui sont prêts à servir n'importe qui pour le pouvoir et les biens matériels. Et ils ont choisi de servir cette idéologie, qui a fourni ces prestations, a sacralisé ces prestations. Et c'est pourquoi ils ont gouverné, et dans une large mesure, ils sont la base et le noyau de l'élite post-soviétique.

 

Nous ne devons pas oublier que notre élite est libérale. Elle n'est pas composée de convaincus - pas comme Novodvorskaya là-bas, Lev Ponomarev, qui étaient assez marginaux même dans les années 90, de vrais libéraux qui étaient pour les principes - et ce sont des libéraux d'une autre génération. Il s'agit d'anciens travailleurs du Komsomol, souvent d'anciens employés ou agents du KGB - ce qui n'est pas du tout prouvé. Mais en tout cas, ce sont des Soviétiques qui ont vu - des Soviétiques tardifs qui occupaient souvent des postes élevés - que le libéralisme avait une chance historique de classe, une chance de classe pour la racaille de justifier son pouvoir par une orientation idéologique. En même temps, ils n'étaient pas prêts à souffrir pour cette idéologie, comme les dissidents qui avaient été torturés par les enfers pour leurs croyances et qui se sont révélés absolument inutiles dans le contexte de ces gens du Komsomol tels que les bains. Une strate dégoûtante, qui est devenue la base aujourd'hui, le noyau de la classe dirigeante. C'est pourquoi les libéraux sont la classe dirigeante. Et c'est dans ces idées qu'ils ont élevé cette génération de la fin de l'ère soviétique.

 

Autre caractéristique de ce pôle dont vous me parlez : ce pôle a un pouvoir mondial. Nous constatons que la tentative, même en Amérique, de l'affronter par certains de ses patriotes américains (ainsi que par ceux qui sont aussi désordonnés et désorganisés que les nôtres) a été couronnée d'une victoire avec l'arrivée de Trump, mais n'a pas duré longtemps. Et ne vous lavez pas, alors patiner sur ce pôle le plus libéral d'Amérique a fait basculer la direction conservatrice. Il s'agit donc d'un système mondial. Par conséquent, même si ce n'est pas la majorité des libéraux ou des jeunes à orientation libérale, mais il y a un nombre énorme d'institutions derrière eux, derrière eux des centres technologiques qui, d'une certaine manière, hochent la tête dans leur direction. Derrière eux, il y a la puissance géopolitique des mondialistes, c'est-à-dire l'Occident libéral.

 

Et en fait, c'est ainsi que nous traitons ce pôle. C'est un groupe très sérieux, qui a une ramification planétaire internationale, qui a le contrôle sur un paquet d'éducation, qui a du pouvoir en Russie et au-delà, qui est basé sur les élites politiques et la classe dirigeante, en fait. C'est ce que sont les libéraux. Et à la fin de la période soviétique, c'était un pôle puissant de notre société qui dominait sans équivoque, ouvertement, ce qu'on appelle explicitement, qui dominait sous Eltsine et qui était un peu serré et un peu voilé, un peu aplani, un peu en retrait - même si on s'en éloigne - sous Poutine, mais qui n'est allé nulle part. C'est sérieux ici. Et il est opposé à la deuxième direction - patriotique. Ici, nous voyons tout différemment. Nous ne voyons aucune idéologie ici. Tout ce que nous voyons ici, c'est un rejet de l'idéologie libérale. On peut appeler cela une attitude irlibérale, mais on ne peut pas appeler cela une idéologie. Car parmi les patriotes, il y a des Ur-gauchistes, des communistes nostalgiques, des nationalistes, des orthodoxes et des monarchistes - n'importe qui.

 

Il s'agit en fait d'un type de peuple très large et très coloré qui unit idéologiquement et auquel, à mon avis, la majorité de notre peuple, quel que soit son âge, quel que soit son niveau d'éducation, appartient en général. Ce n'est qu'un peuple en tant que tel. A une époque où le libéralisme est concentré principalement au sein des élites. Quelque part, il y a probablement de tels libéraux marginaux, mais ils sont de moins en moins nombreux. Parce que le libéralisme est une sorte de paradigme dominant, et que le patriotisme est oppressif. Ce paradigme est, bien sûr. Mais ils ne sont pas idéologiques - une fois. Deuxièmement, ils ne sont pas institutionnalisés. Et troisièmement, ils n'ont pas une expression directe et claire du pouvoir.

 

Vaguement, en partie, on peut voir des éléments patriotiques ou conservateurs chez Poutine lui-même ou dans les forces de l'ordre. Ou dans l'armée, par exemple. Dans un certain sens parfois spontané de patriotisme de tel ou tel fonctionnaire. Mais généralement, il est acheté par l'incohérence du discours, souvent, comme on pourrait le dire, il s'en va avec ce patriotisme en étant impliqué dans des projets corrompus qui sont l'environnement de l'État. Et c'est pourquoi il n'existe pas de figure ou d'institution aussi brillante sur laquelle s'appuyer pour dire "ici, ils sont patriotes dans l'élite".

 

Dans la politique des partis, tout cela a été transformé en simulacres dans les années 90, et le patriotisme de gauche et le patriotisme de droite sont de tels simulacres, impuissants là-bas, revendus à l'infini et, en principe, non crédibles pour qui que ce soit. Il s'agit d'une pure substitution. C'est pourquoi le camp patriotique n'a pas d'incarnation dans la politique. Pas dans une perspective éducative. En culture, non, on ne peut pas dire : "C'est une culture patriotique". On peut dire : "C'est la culture libérale". Et on peut aussi dire qu'il y a autre chose que cela, quelque part à la périphérie. Mais ce n'est pas un manifeste, ce n'est pas une tendance.

 

Il y a donc une grande asymétrie entre ces deux directions. C'est pourquoi nous ne pouvons pas les comparer aux deux pôles ou aux deux hémisphères du cerveau. Il s'agit, disons, d'attitudes de vie. Une attitude de vie a une base idéologique sérieuse, liée au progrès libéral, au mondialisme, à la technocratie, à l'individualisme, à la politique de genre, et est basée sur un énorme système à l'intérieur et à l'extérieur de la Russie. Ce sont nos établissements d'enseignement, notre culture, nos subventions, un nombre énorme de personnes, la classe dirigeante dans sa quasi-totalité. Et parmi les gens, c'est une minorité. Et ils... disent, seulement leurs formes extrêmes les plus paroxystiques, les plus violentes que nous voyons dans le mouvement des ultra-libéraux. Mais ce n'est que la partie émergée de l'iceberg. Car derrière ces mouvements - souvent maladroits, impuissants et faciles à gérer - se trouvent en fait les énormes volants d'inertie de l'histoire mondiale qui s'orientent dans cette direction libérale. Pas sans problèmes, mais en se déplaçant. Et donc, pour toutes les minorités, les libéraux représentent une classe qui agit dans notre société au nom du soi-disant futur, ou du moins du futur incarné par le post-humanisme, la politique de genre, la mondialisation. Et la moitié patriote s'y oppose, et c'est par instinct qu'ils ripostent. Nous avons donc affaire à la lutte de deux forces inégales. Dans le patriotisme, il y a plus corporel, c'est-à-dire une réticence instinctive à y aller et un sentiment clair ou indistinct, flou, que c'est la fin, que les libéraux nous mènent à la mort. C'est un sentiment très précis, mais la réaction n'est souvent pas plus expressive que celle des vaches ou des béliers amenés à l'abattoir. Ils soupçonnent que quelque chose ne va pas, et parfois cette suspicion - elle se transforme en une sorte de profonde confiance, mais rien ne suit cette confiance, il n'y a pas de constructions idéologiques brillantes. Elle ne se déverse pas dans un tout, n'est pas connectée ni idéologiquement ni organisationnellement et reste floue.

 

C'est ainsi que je vois ces deux pôles. Je peux voir que l'un est renversé et l'autre non. Ils coexistent dans notre société et créent le monde dans lequel nous vivons. Et le pouvoir lui-même, après l'arrivée de Poutine - qui a aboli une politique libérale aussi explicite et a commencé à l'enterrer, en la déguisant cosmétiquement - se situe strictement entre les deux. Dans certains cas, on se retourne, on se tourne vers les patriotes pour obtenir une légitimation, mais on garde les leviers de contrôle de base entre les mains des libéraux. Le pouvoir ne veut vraiment ni une scission ou une victoire de l'une de ces forces sur une autre, ni la formation de celles-ci. Mais elle ne peut empêcher une telle subjectivation du pôle libéral, et donc elle ne frappe que les manifestations les plus brillantes et les plus extrêmes, les plus dures dans l'opposition. Dans le même temps, les autorités craignent encore plus l'idéologisation patriotique, si bien qu'elles maintiennent avec leurs dents des formations monstrueuses caricaturales - des parasites politiques tels que les partis parlementaires, qui sont appelés à remplacer l'idée de gauche et l'idée de droite. Ces monstres de sciure, ces effrayants farcis de quelques absurdités, juste des sacs de sable, qui sont exposés pour protéger contre le réveil de la conscience populaire dans les années 90. Les autorités s'accrochent fermement à la préservation de ces simulacres, terrifiées par la possibilité que la partie patriotique acquière des traits indépendants plus forts et doive en tenir compte, devront d'une manière ou d'une autre parler.

 

Et le gouvernement n'est pas du tout d'humeur pour cela. Elle maintient donc une sorte de neutralité ou d'équilibre, ou d'équilibre entre ces pôles, en essayant d'empêcher une franche rupture avec le libéralisme et en essayant en même temps de supprimer la croissance d'un mouvement, de tout mouvement vers l'acquisition de la subjectivité sur le flanc patriotique. Bien que cet effondrement du libéralisme sous le règne de Medvedev ait été évident, et qu'il soit toujours conservé en tant que successeur jouet, peut-être, mais un possible, nous vivons tout le temps sous l'épée de Damoclès, que cet effondrement du libéralisme avec ou sans Medvedev pourrait se reproduire. Nous vivons dans un état très pathologique. D'une part, nous pouvons remercier les autorités d'avoir mis fin à la libéralisation totale dans les années 90, mais nous pouvons au moins la mâcher avec le même degré de dévoration ou la soumettre à une critique sérieuse et approfondie car, apparemment, à cause de l'horreur du Pôle patriotique, il fait tout son possible pour l'empêcher de fonctionner, et la remplace par ces simulacres manuels auxquels les libéraux de la période Eltsine ont appris à faire face.

 

- Nous sommes passés à la discussion sur le pouvoir. Aujourd'hui, beaucoup de gens comparent la Russie à l'URSS de l'époque de Brejnev. Le terme "stagnation" est même sorti du placard. Pensez-vous que cette comparaison soit juste ? Et si c'est le cas, est-ce une crise de la gouvernance ou une crise des idées ?

 

- Je suis en quelque sorte d'accord avec cela. Parce que c'est exactement la même chose. Parce qu'à la fin de la période soviétique, on avait le sentiment que ni ici ni là-bas, on ne pouvait aller nulle part. C'est comme si quelque chose était coincé, c'est ce que pensait Winnie l'ourson, qui est venu voir Rabbit. Quelqu'un est coincé dans un trou. Il est trop gros pour passer, et trop gourmand pour revenir en arrière parce qu'il y a de la confiture. C'est tellement coincé dans l'inopportunité. L'Union soviétique est elle aussi coincée. Il est bloqué précisément parce qu'il ne pouvait pas bouger dans un sens ou dans l'autre. Et cela a finalement conduit à une paralysie de la pensée. Lorsqu'un énorme système, gigantesque, magnifiquement plié, qui n'avait pas encore épuisé son potentiel, s'est simplement effondré parce qu'il s'agissait d'une fermeture "logicielle", c'est-à-dire que l'idéologie communiste a cessé de vivre, a cessé de fonctionner. Et toute la "porte dure", toute l'infrastructure s'est effondrée du fait qu'à un certain moment, une élite soviétique tardive aussi cynique ne pouvait tout simplement pas réfléchir. Ils ne pouvaient pas penser du tout, et un État continental tout à fait viable, qui avait d'énormes, comme nous pouvons le voir maintenant, possibilités non exploitées, est devenu victime d'un effondrement mental. Cet effondrement mental a ruiné l'Union soviétique en premier lieu. Et, bien sûr, la stagnation en était le signe le plus lumineux.

 

Je vois maintenant les signes d'un effondrement mental. Il y a certainement des signes. Et cet effondrement mental a en général une nature similaire dans un certain sens, c'est-à-dire l'incapacité de penser.

 

Il y a une certaine incapacité à accepter les choses telles qu'elles sont. L'incapacité à faire face aux défis idéologiques. Mais il y a une différence, je pense. Ce qui distingue la stagnation soviétique tardive de la nouvelle stagnation de Poutine, la stagnation 2.0 : il y avait une idéologie en Union soviétique, et elle a commencé à fonctionner à un moment donné, c'est-à-dire qu'elle est devenue abstraite, elle ne pouvait pas être soumise à un contrôle de la réalité. Et ce fut de vivre, d'agir, d'interagir avec la réalité, de transformer la réalité par moments, et parfois de reculer au moins tactiquement d'un pas par rapport à la réalité telle qu'elle était jusqu'à un certain point - cette idéologie s'est transformée en quelque chose qui ne correspondait plus à rien. Elle ne correspondait ni à la réalité ni à la volonté intérieure. Elle était suspendue et s'interposait en fait, ne permettait pas la vie. Ce n'est pas seulement une absurdité qui ne comprend rien. Non, c'est un sens ancien. Comme un vieil homme qui est tombé dans le marasme ou la maladie d'Alzheimer, il dit la même chose. C'était autrefois les bonnes phrases, les ordres qu'il donnait à ses proches ou au travail. Mais dans cet état de crétinisme sénile, dans la démence, ces déclarations semblent totalement dénuées de sens, parce qu'elles ne correspondent pas. Tout comme l'idéologie soviétique tardive n'était pas à sa place. Il n'a pas pu répondre à la question formulée, il a parlé hors de propos. Regardez Gorbatchev : voici un exemple typique, c'est une démence si précoce dans toute sa gloire. D'ailleurs, il n'est pas plus stupide avec l'âge, comme beaucoup de gens. Il a toujours été le même, c'est incroyable. Que le chef de l'État n'était pas seulement un homme de bas niveau intellectuel, mais justement un tel homme, répétant quelque chose comme si c'était en soi, peut-être, et vrai, mais absolument pas contextuel. C'est pratiquement comme un dîner avec un idiot. Mais il y avait cette idéologie qui est tombée dans une telle sieste, c'est-à-dire dans un rêve. Et maintenant, nous n'avons plus d'idéologie du tout, l'idéologie du pouvoir craint comme le feu, tout simplement. Ainsi, dans la stagnation 1.0, il y a eu un refroidissement de l'idéologie. Et à la stagnation 2.0, il y avait un tel manque d'idéologie.

 

L'horreur de l'idéologie paralyse toute pensée rampante. À l'époque soviétique, il était impossible de penser parce que la pensée était connue, la vérité était atteinte et il suffisait de la faire correspondre. Vous ne pouviez pas penser parce que vous aviez déjà été pensé pour : le parti avait pensé, Lénine avait pensé, Marx avait pensé, le progrès avait pensé, le prolétariat. Vous n'auriez pas dû penser : ce n'est pas votre affaire de penser. En conséquence, le Politburo sénile s'est avéré être le seul porteur de pensée, mais il ne pouvait pas penser, d'où le court-circuit d'une telle démence, qui a choisi un jeune "démenti", le jeune Gorbatchev, qui était déjà comme un vieil homme, porteur d'une incapacité à penser déjà, apparemment, depuis la jeunesse. Parce que les gens stupides ne sont pas seulement le produit de l'âge, et les gens ne sont pas toujours stupides - parfois ils naissent et vivent comme ça. Et à l'époque de Poutine, on ne peut pas penser non pas parce qu'on a été pensé pour, mais parce qu'on ne peut pas penser du tout. Parce que c'est dangereux, parce que cela ne contribue pas beaucoup à votre carrière ; ensuite, la réflexion est un frais général, c'est un processus qui exige beaucoup de ressources et qui ne mène pas à un objectif direct.

 

Et dans la période Poutine, je note les deux phases. La première phase est celle de "Surkov", où il a été possible de réfléchir, mais seulement comme avec précaution, à ces itinéraires artificiels planifiés par l'administration présidentielle. C'est-à-dire que la pensée doit être autonome ; si quelqu'un pensait de manière vive, il trouverait quelqu'un qui lui ressemble extérieurement ou par son nom de famille, et créerait des spoilers pour les partis, les mouvements, voire les institutions. Autrement dit, dès qu'une pensée s'éveillait, elle n'était pas seulement éteinte, mais des doublons étaient créés, elle était pendue et des relations complexes s'établissaient avec elle. L'administration présidentielle n'a pas cultivé cette pensée - elle l'a plongée dans le processus d'une centrifugeuse aussi complexe. Et en fait, il n'y avait pas d'interdiction directe de la pensée idéologique, il y avait une idée pour la remplacer. Et ils ont créé un système si gérable avec tous les autres partis, qui n'étaient que l'État, et non les partis. Mais dans la seconde moitié, les dix dernières années, un peu moins, on n'y a pas pensé du tout. Et même la pensée fictive de l'époque de Surkov a disparu. Apparemment, personne n'en avait besoin, ce n'était pas d'une grande importance technologique. Pour faire face à ces constructions et schémas complexes, ne menant nulle part - soutien, et puis au contraire, la prune des mouvements de certaines initiatives intellectuelles, ce que faisait Surkov. Auparavant, ce qu'il faisait semblait terrible, mais maintenant vous réalisez que c'était au moins une sorte de simulation du processus intellectuel. Et puis la simulation a disparu. Le logo de l'État s'est transformé en logistique d'entrepôt.

 

Même si Poutine publie quelques articles absolument corrects que quelqu'un, des gens raisonnables lui écrivent là-bas, il y trouve probablement une certaine satisfaction, mais il n'a rien à voir avec ces propres articles. Il ne les prend donc pas comme de véritables pactes ou instructions. Ce sont des mots assez bien conçus, qui ne lient personne à rien et, avant tout, à lui-même.

 

C'est pourquoi les autres aussi crachent dessus. Si la première personne n'a pas d'attitude tremblante face à l'Idée en fait ou à l'Idée en général, mais comme si seulement de tels sentiments ou quelques calculs, alors, en conséquence, tout cela est très présent dans notre société, si monarchique, centrée sur une seule figure, très vite toute lue par tout le monde, l'environnement à la fois proche et lointain. Et l'absence d'une idée devient une pratique quotidienne. C'est-à-dire, "quelles sont les idées ? Parlons plus précisément". Et ce "purement concret" - j'ai même pensé à son origine dans le langage flagrant des années 80. Je pense, juste de la part des mêmes travailleurs du Komsomol, qui ont alors commencé à se rapprocher du crime. Et, en fait, ils avaient encore dans la tête des fragments de conférences sur la dialectique, qu'ils étaient obligés d'écouter à l'université de Lénine ou ailleurs dans les cours de formation continue communistes, et ils apportaient ces phrases incompréhensibles, drôles, comme il leur semblait à cause de leur démence, au monde criminel. Et "concepts", au fait, c'est ce que signifie "vivre selon des concepts" ? Cela aussi, "Begriff" est la catégorie hégélienne la plus importante. Il a acquis un caractère criminel dans notre pays, mais en fait, tout cela, à mon avis, est un produit, un sous-produit de la dégénérescence de la culture intellectuelle marxiste tardive face à ces membres criminalisés du Komsomol, qui, en fait, ont donné toutes les figures principales de notre oligarchie et tous les dirigeants politiques d'aujourd'hui.

 

- Parlons du Mouvement eurasien international, dont vous êtes le créateur, le leader et l'idéologue. Le 20 novembre, l'organisation a fêté ses dix-sept ans. Quels sont les résultats de ses travaux ? Quelles sont les perspectives et l'agenda principal maintenant ? Avez-vous des ambitions politiques en Russie ?

 

- Je développe le néo-eurasianisme comme vision du monde depuis la fin des années 80. Dix-sept ans de cette structure, une organisation internationale enregistrée. On pourrait dire que le néo-eurasianisme qui m'est associé a plus de trente ans. Depuis la fin des années 80, j'ai commencé à promouvoir cette vision du monde comme une philosophie politique, immédiatement comme une philosophie politique. Dans un premier temps, sa signification était que l'Union soviétique devait être préservée, l'internationalité de l'Union soviétique devait être préservée, mais pour passer à une autre idéologie, comme l'ont supposé les Eurasiens de la première génération des années 30, 20, 40 eux-mêmes - transférer le gouvernement, le pouvoir du parti communiste à l'organe eurasien, qui préservera l'État et la justice sociale, préservera le pouvoir, préservera l'internationalisme, mais ne fera que trahir ce caractère conservateur. Conservateurs en termes de retour à la religion, de retour aux valeurs culturelles traditionnelles, ils nieront l'athéisme et créeront un pouvoir conservateur dynamique et en même temps puissant, axé sur la justice sociale, s'opposant à l'Occident, comme la Russie s'y est toujours opposée à toutes ses étapes.

 

Dans ma jeunesse, je me suis adressé à différentes personnalités politiques avec cela. Puis j'ai trouvé Prokhanov comme un adhérent qui était encore dans le système soviétique. Et, en fait, le magazine Sovetskaya Literatura puis le journal "Den" sont devenus le porte-parole de cette idée qui, bien sûr, avait des ambitions politiques directes il y a plus de trente ans. À un moment donné, j'ai été impliqué ; j'étais un idéologue du mouvement eurasien, au sens étroit et au sens large ; j'ai participé à divers fronts, à diverses structures d'opposition anti-Yeltsine ; j'ai participé à la défense de la Maison Blanche, à la prise d'assaut de l'Ostankino. J'étais une partie "eurasienne" de tout cela. Et la plupart des personnes qui étaient d'une certaine manière "à droite" ou "à gauche" se sont jointes à ce mouvement, elles ont également partagé et d'une certaine manière perçu les idées eurasiennes. Parce que la vision du monde eurasienne est une synthèse des idées de droite et de gauche. Ce n'est pas un mouvement antisoviétique au sens plein du terme. Par conséquent, étant antithéiste ou, disons, immatérialiste, elle a reconnu l'importance de la lutte des bolcheviks contre l'Occident - c'est très important, la création d'un État puissant et fort, bien que beaucoup de choses soient, bien sûr, idéologiquement niées. C'était donc une idéologie de droite et de gauche dès le début, une idéologie politique, que j'ai essayé de mettre en œuvre politiquement. Parce qu'il était déjà clair pour moi et pour Prokhanov qu'il y avait un besoin d'une plateforme alternative pour les patriotes qui ont combattu les libéraux dans les années 90. Quand j'ai vu que le mouvement général lui-même n'existait pas, j'ai essayé de traduire ces idées de droite et de gauche en une forme plus jeune et plus précise : un mouvement national bolchevique a été créé avec Edouard Limonov à l'époque (c'est-à-dire le NBP, un parti dont les activités sont interdites sur le territoire russe ; il est reconnu comme une organisation extrémiste). Ed.) - Je n'aimais pas le mot "fête", je voulais laisser le "mouvement" comme source d'un tel module dans une vision du monde - il avait aussi un certain effet, d'abord esthétique. Mais peu à peu, sur le plan de l'organisation, il ne me semblait pas que c'était ce qu'il fallait en général : très étroit, avec le culte de la personnalité de feu Limonov, qui réduisait l'orientation idéologique. Je l'ai laissé derrière moi. Et depuis lors, quelque part au milieu des années 90, je me suis plus ou moins consacré au mouvement eurasiatique, à l'eurasianisme lui-même, c'est-à-dire à la philosophie politique de l'eurasianisme.

 

Après cela, lorsque Poutine est arrivé au pouvoir, les autorités ont d'abord considéré mes initiatives de manière très positive, c'est-à-dire que j'ai été invité au Kremlin, tout comme Poutine est arrivé au pouvoir, quelque temps après. En conséquence, beaucoup d'idées - ils ont dit que maintenant l'eurasianisme, auparavant sous Eltsine il y avait une gestion étrangère, il y avait l'atlantisme, et maintenant l'eurasianisme va, pour ainsi dire, s'épanouir. Je l'ai sincèrement cru, j'ai allumé. Ils m'ont soutenu dans une initiative, dans une autre. En fait, j'étais sûr que maintenant, avec Poutine, il n'y avait plus d'obstacles pour transformer la philosophie politique de l'eurasianisme en action. Je n'ai pas insisté pour avoir une place ou un rôle pour moi-même. Je suis le porte-parole de cette idée. J'ai introduit de nombreuses disciplines dans la vie russe. Dans les années 90. Au début et au milieu des années 90, j'ai publié "Fundamentals of Geopolitics", qui a changé la pensée stratégique dans une large mesure, c'était les élites sécuritaires et militaires. J'ai travaillé dur toutes ces années dans l'intérêt de mon État et pour donner le Logos à notre pays, pour le rendre, pas seulement l'inventer artificiellement - c'est impossible. Recréer la plénitude de la tradition russe, trouver les clés du sens de l'histoire russe, de la stratégie russe.

 

Et au début, lorsque Poutine est arrivé au pouvoir, les deux premières années ont été, à mon avis, très proches. J'ai vu bon nombre de mes idées être prises et simplement mises en œuvre : l'Union eurasienne, la géopolitique, la souveraineté, voire une démocratie souveraine dans une large mesure, au moins la partie "souveraine" de cette démocratie de Surkov a été largement reprise de ce système. Des initiatives eurasiennes commencent à voir le jour. Le Kremlin m'a conseillé de faire un parti eurasien : il sera très influent. Mais peu à peu, quelque chose a mal tourné. Et à un moment donné, je me suis rendu compte que je ne le prenais pas au sérieux. C'était très douloureux. Parce que je pensais que ma mission était accomplie du point de vue de la lutte politique - parce que dans les années 90, c'était une lutte, une lutte contre le pouvoir, contre le régime, qui se tenait sur les positions libérales occidentales, et tout en elle était détesté et tout devait être détruit. Ce régime était illégitime, l'État était illégitime, il était dirigé par des élites russophobes absolument anti-russes. Maintenant, tout le monde l'admet.

 

Et quand Poutine est arrivé sur cette vague et a commencé à dire à peu près la même chose, bien sûr, j'étais très heureux et je pensais que ma mission avait été accomplie. Je n'ai jamais eu de telles ambitions au pouvoir, par exemple, d'un député ou de tout autre organe administratif. Je suis un homme d'idées. Mais le fait que cette idée ait commencé à gagner - j'en étais très heureux. J'étais prêt à m'impliquer dans ce processus sous n'importe quelle forme, jusqu'à l'organisation. Nous avons commencé à faire la chaîne de télévision "Spas", j'ai été invité par Demidov et Batanov, nous avons tous les trois fait la chaîne de télévision "Spas" en tant que télévision orthodoxe conservatrice. Elle existe toujours.

 

Et le mouvement eurasien - il a dix-sept ans, c'était un sentiment qu'il fallait d'une certaine manière définir clairement notre philosophie politique, lui donner un caractère organisationnel, pour diffuser ces idées à l'étranger. Parce que ces idées sont globales - c'est une lutte contre le monde unipolaire en faveur du monde multipolaire. C'est l'idée du continentalisme contre l'Atlantisme. C'est la recherche d'une alternative au libéralisme à l'échelle mondiale ; c'est la reconnaissance de la valeur de toutes les cultures et de tous les peuples ; l'antiracisme et l'anti-nationalisme sont parmi les principaux vecteurs de pouvoir de l'eurasianisme, de la lutte contre l'hégémonie, contre la colonisation.

 

Peu à peu, j'ai commencé à remarquer qu'il y avait un certain isolement, c'est-à-dire que la "stagnation" dont nous avons parlé se manifestait progressivement. Et beaucoup de choses n'étaient pas claires. Pour une raison quelconque, je n'ai pas compris pourquoi la vision du monde, la position si conforme aux objectifs de la Russie et la nécessité d'une montée patriotique, sa renaissance et le renforcement de la souveraineté ne sont pas pleinement pris en compte. Au début, je pensais que les ennemis les contrecarraient. C'est ce qui s'est passé. Et les agents de l'influence occidentale, les libéraux, l'élite politique. Mais il a été assez facile de s'en occuper, de trouver la première personne à soutenir l'eurasianisme.

 

Si Poutine s'intéressait vraiment non pas à l'eurasiatisme, mais au monde des idées, au monde de la pensée, si la pensée, la philosophie et la vision historique des choses avaient un sens pour lui, je pense que les choses auraient tourné différemment. Mais hélas. Il s'est avéré qu'il est - en effet, comme il le dit, il ne trompe pas - un technologue, un manager, un gestionnaire, un pragmatiste, un réaliste.

 

Et, par conséquent, il ne s'occupe que de choses réelles. L'idée n'est pas la sienne. Et donc, peu à peu, une certaine attention à l'eurasianisme du pouvoir a disparu. Et l'opposition a été préservée par ceux qui sont pour la position opposée des Atlantes.

 

En conséquence, le mouvement dans la réalité politique se trouve dans une position très difficile, parce qu'en apparence, la lutte de l'eurasianisme contre l'Atlantide est menée assez ouvertement et calmement. C'est pourquoi je suis expulsé de YouTube et les sanctions qui m'ont été imposées, interdisent presque tout mouvement sur le territoire de l'Europe, des pays de l'OTAN, le surveillent attentivement. Pour eux, je suis l'un des plus importants opposants idéologiques. Le mouvement eurasien figure sur les listes des organisations interdites partout, uniquement pour notre idéologie, il suffit d'y penser. Ils le prennent au sérieux. Nous avons concentré notre travail sur le flanc extérieur. Et là, c'est demandé, c'est important, il y a un nombre croissant de partisans et la haine des élites mondiales.

 

- La question suivante est liée à votre base théorique. Nous parlerons séparément de votre livre "La quatrième théorie politique" publié en 2009 et du concept du même nom. Vous parlez de la chute de deux théories : le "fascisme" en 1945 et le "communisme" en 1991 avec l'effondrement de l'URSS. Et la crise de la troisième théorie du "libéralisme". Aussi sur la chute des sujets : la classe - dans le communisme, la race - dans les fascistes, l'individu - dans le libéralisme. Ces sujets ne jouent plus le rôle d'un acteur dans l'histoire, pour autant que je le comprenne. Le concept clé de la "quatrième théorie" - "Dasein" - peut être traduit par "l'existence d'une présence". C'est un nouveau sujet, une nouvelle force d'action. Pour une personne qui est loin de la philosophie moderne, comment expliquez-vous cette construction ? Qui en est l'incarnation "physique" ?

 

- C'est une merveilleuse question. J'ai commencé à concevoir la quatrième théorie politique il n'y a pas si longtemps, il y a quinze ans. Sérieusement, c'est le résultat de toute ma philosophie politique. C'est le dernier mot, ou une synthèse de toutes ces idées - y compris eurasienne, nationale bolchevique, conservatrice-révolutionnaire, traditionaliste - auxquelles j'ai réfléchi toute ma vie. On peut dire que c'est un point culminant. Un acte de philosophie politique vers lequel j'ai marché très progressivement, à travers de nombreux enseignements et théories différents. Peu à peu, la quatrième théorie politique a évolué vers le modèle assez simple que vous venez d'esquisser. Vous en avez déjà exposé l'essentiel. Et c'est précisément parce qu'elle était déjà le résultat de la vie, de la vie au sein de la philosophie politique, de la recherche approfondie de la science politique elle-même, de la science politique en tant que telle, et de la philosophie de l'histoire, de la sociologie, de la psychologie, de l'ontologie, des études religieuses - tout cela est devenu une telle composante des fils qui ont conduit à la quatrième théorie politique. C'est parce qu'il est une synthèse de ma vision du monde que ce livre est devenu très largement diffusé. Pas pour nous, à cause de la stagnation et de l'atrophie, de l'effondrement mental de celui-ci. Nous avons aussi eu plusieurs éditions. Mais dans le monde - je n'ai pas fait un seul geste pour faciliter la traduction - il a été traduit dans toutes les langues européennes, y compris le danois, le hongrois, le grec, le serbe, le polonais et le tchèque. Il est en iranien, en turc, en Chine maintenant traduit, en arabe traduit. Il l'est dans de nombreuses langues, car ce que vous venez de dire peut être exprimé en une seule phrase. C'est l'essentiel. Je le raconte en 300-400 pages, plus en détail que vous ne l'avez dit, mais c'est le but.

 

Il existe trois grandes idéologies politiques. Maintenant, le libéralisme a gagné. Et si on le laisse tranquille, ce libéralisme tente en fait de "pousser" tous les autres vers le fascisme et le communisme ou de les égaler, afin que personne n'ose y toucher. Et quand nous convenons que nous sommes communistes ou fascistes, nous jouons le jeu des libéraux qui savent déjà comment traiter deux théories politiques, également occidentales, également athées et matérialistes, comme le libéralisme lui-même. Et il est facile de battre la carte d'une nation, d'une race ou d'un État dans le cas du nationalisme. Ou la carte de la classe par sa carte, par son sujet - un individu à qui l'on promet toutes sortes d'avantages : carrière, réussite, avancement, liberté totale. C'est le sens de cette stratégie.

 

Donc le libéralisme n'est pas capable de se défendre s'il ne fait pas l'expérience de la réduction, s'il ne dit pas que "nous avons affaire au fascisme", s'il sort une image d'Hitler, s'il colle au front toute critique du libéralisme, s'il est à droite, et c'est là que s'arrêtent tous les dialogues. Immédiatement : "Vous êtes un partisan des chambres à gaz, un partisan de la destruction de six millions de Juifs, vous êtes personnellement responsable de l'Holocauste, on ne vous a pas donné la parole. Quelqu'un dit : "Je suis juste pour le fait qu'un homme et une femme doivent être une famille". On vous le dit : "Vous êtes un nazi, vous avez brûlé toutes les personnes possibles." Et avec à peu près la même logique, un peu plus de douceur, les libéraux traitent les communistes. Ils disent : "La justice sociale". Ils sortent une photo du goulag, la montrent à Staline et disent : "Nous sommes déjà passés par là, c'est du totalitarisme, c'est de la violence, la justice sociale, c'est comme ça que ça finit, alors vous vous attaquez à la chose la plus importante, la liberté, les droits de l'homme, et vous sortez d'ici.

 

C'est une sorte de moment dialectique où la quatrième théorie politique propose de lutter contre le libéralisme pour des idéaux politiques complètement différents qui sont en dehors de la modernité européenne. Peut-être religieux, traditionnel, postmoderne, local, mondial. Et de trouver cette quatrième position, à partir de laquelle le libéralisme pourrait être attaqué non pas à partir du passé du perdant européen. Non pas en tant qu'héritiers du communisme et du fascisme, qui se sont discrédités en réalité par les pratiques criminelles du fascisme. Mais pour repartir comme si c'était une nouvelle confrontation avec le libéralisme. S'il y a une thèse - peut-être une antithèse. Quelqu'un dit : "Comme c'est bon ! Droits de l'homme, société civile ! La liberté d'expression - là". Ensuite, il y a le mariage homosexuel, l'avortement et une famille de cinq personnes du même sexe plus une chèvre. Et ces cinq personnes, plus la chèvre, devraient être autorisées à adopter des enfants au sein d'une communauté de pervers aussi simple en réalité. Et que c'est la thèse, c'est un signe ou une mesure de progressivité, il peut et doit être répondu - à cette thèse - une certaine antithèse. Par exemple : "Non, ce n'est pas le cas, nous ne sommes pas d'accord."

 

Quant au sujet. Le sujet est tellement compliqué. Lorsque le sujet est défini, un certain centre de cette théorie politique est défini. En réfléchissant à la manière de déconstruire les sujets de l'idéologie politique classique, je me suis certainement tourné vers Heidegger, qui a participé à la déconstruction du sujet de l'Europe occidentale au niveau de la philosophie, et j'ai appliqué son principe, qui est le résultat et la révélation de cette alternative, comme la Genèse ou Dasein, et je l'ai appliqué à la politique. Vous direz que c'est très difficile. Mais si c'était très difficile, mon livre serait-il traduit dans toutes les langues ? Seriez-vous d'accord pour dire que cela aurait eu un impact aussi fondamental alors qu'il y a probablement des dizaines de livres écrits maintenant : quelque part de critique, quelque part d'apologétique, de développement, d'interprétation de cette théorie dans le monde ? Mais ce n'est que le début, ce processus a récemment commencé.

 

Dasein est donc une sorte d'étoile filante. Dans quelle direction aller ? Il n'est pas facile de défendre immédiatement une sorte de système pré-moderniste - monarchie ou société religieuse, théocratie ou empire. Tout cela est tout à fait possible, mais il faut aussi le relier aux différentes civilisations, en tenant compte des différents types de sociétés. Et puis les choses se compliquent. Il est facile de la rejeter, mais il est difficile d'établir une alternative.

 

Dasein est pour une critique plus profonde du sujet de l'Europe occidentale, pour un niveau plus profond de décolonisation. J'interprète le Dasein de Heidegger en termes de pluralité de Dasein, incluant ainsi tout l'arsenal méthodologique de la nouvelle anthropologie. Et ma théorie nous conduit directement à la théorie du monde multipolaire. Et chaque Dasein, chaque Genèse historique dans chaque culture elle-même nous dit comment organiser le sujet de la quatrième théorie politique, qui ne peut être proposée à tout le monde. Et pourtant, tout en conservant l'importance de tout ce que j'ai dit, il y a une démarche plus simple : Dasein est un peuple. Heidegger a cette phrase : "La Dasein existe à travers le peuple, de manière publique. Les gens sont, si vous voulez, l'environnement dans lequel le Dasein est présent. Mais un peuple n'est pas une société, ni une classe, ni un ensemble d'individus, ni une population, ni un peuple. Et les gens en tant que communauté de destin historico-culturelle. C'est un peuple. Une nation qui se considère comme porteuse d'un certain destin, d'une certaine langue, d'une certaine idée. Et il est défini non seulement par le passé, mais aussi par l'avenir.

 

- Qui sera porteur de la volonté du peuple ? La volonté du peuple comment cela va-t-il se passer ? Sur les rails de la démocratie ? Des élections ?

 

- Vous savez, la quatrième théorie politique ne donne pas un résultat aussi clair. Chaque nation, chaque tradition, chaque civilisation, chaque Dasein est organisée différemment. Et si dans un cas on peut parler de la volonté de ce Dasein à travers la démocratie, entendue, par exemple, comme Arthur Meller van den Broek a suggéré que la démocratie est la complicité du peuple dans son propre destin, une telle démocratie est merveilleuse. Mais d'après l'expérience historique, à commencer par la démocratie d'Athènes, il est très rare qu'une démocratie représentative respecte réellement ce principe de complicité. La démocratie organique ou directe, la démocratie organique - oui, la démocratie directe en petits groupes, dans des zones terrestres, dans des communautés limitées, où tout le monde se connaît, il y a un principe de décision collective qui fonctionne vraiment, et c'est beau. Mais dès que l'on s'élève à un niveau supérieur, lorsque la distance entre la compétence en matière de décision et le collectif réel lui-même augmente, un champ de machinations, de fausses représentations s'ouvre ici. Il y a les oligarques, la tromperie et l'aliénation.

 

Dans certains cas, lorsqu'il s'agit de civilisations, de grandes puissances, d'États, de continents, comme l'ont dit les Eurasiens, bien sûr, la démocratie doit acquérir un caractère différent. Ici aussi, les institutions religieuses sont possibles, en fonction d'une culture particulière, qui peuvent être incluses dans telle ou telle expression de volonté. Et cette expression de la volonté du peuple n'est pas accidentelle - la volonté du peuple est en fait étroitement liée aux oracles. Souvent, les gens eux-mêmes ne savent pas ce qu'ils veulent, et lorsqu'ils se réunissent, dans le cadre de certains rituels spéciaux, ils peuvent le savoir, ils peuvent savoir ce qu'ils ne savent pas, ils deviennent un oracle. Des courants d'être plus profonds le traversent. C'est également un point très important, à savoir que les gens ne sont pas un ensemble d'individus. Ils sont plus que cela.

 

- Je vais poser la question qui me semble essentielle. Nietzsche ne l'a probablement pas demandé à temps, cela aurait beaucoup changé. Vous avez déjà dit que le libéralisme fait entrer dans le fascisme des théories qui lui sont hostiles, dont il se sent menacé. Je veux y mettre un terme, la dissocier définitivement. On parle beaucoup des résultats du fascisme dans l'espace sociopolitique, dans l'espace de l'information et très peu de ses origines réelles - il n'y a pas de diagnostic unique. Certains appellent Nietzsche le précurseur qui a posé les bases philosophiques. Certains appellent Heidegger le chantre du fascisme en Allemagne. Rarement, mais ils mentionnent la société de Thulé, qui s'est nourrie de l'ésotérisme et des théories occultes. Les représentants de Thulé et d'autant plus Nietzsche eux-mêmes n'imaginent pas que leur "quête de l'Atlantide" et leur raisonnement sur la race aryenne vont s'arrêter. Compte tenu du fait que le Dasein est une notion transcendantale, et aussi allemande, qui devrait devenir une sorte de fusible pour les prochaines générations, est-ce un signe qu'ils ont commencé à interpréter cette notion de manière erronée ?

 

- Vous savez, le fascisme et le national-socialisme ont des origines très différentes. Et une genèse idéologique différente. En l'absence de culture politique et d'un tel super-engagement dans certains événements politiques, en particulier notre Grande Guerre Patriotique, nous ne pouvons pas en parler calmement, alors nous en parlons avec agitation. Et quand on en parle sans arrêt, on ne parle plus au niveau philosophique, on veut déjà condamner quelqu'un. C'est pourquoi il est extrêmement difficile de parler des fascistes en Russie. Et les décisions, qui concernent la falsification de l'histoire, d'autres choses - il est clair, pourquoi elles sont prises. Mais ils ont vraiment l'air très pathétiques. Parce qu'il faut combattre les idées par des idées, et non par des interdictions. Et s'il n'y a pas d'idées, vous pouvez les interdire, mais ce ne sera pas efficace, seul un intérêt plus grand pourra être généré.

 

Le régime nazi est totalement criminel. Complètement. Et absolument criminel est le régime libéral, qui est construit sur l'expérience de l'esclavage, la supériorité de certains États sur d'autres. Des centaines de milliers d'autres ont été détruites par l'Occident au cours du printemps arabe. Hillary Clinton s'est simplement vantée d'avoir détruit la Libye et commis un génocide. Le libéralisme est une forme sanglante de régime totalitaire qui doit être condamnée au même titre que le fascisme.

 

Suis-je prêt à être responsable de la distorsion de la quatrième théorie politique lorsqu'elle sera mise en œuvre ? Nous constatons déjà que l'eurasianisme, qui, à mon avis, est brillant et profond, et beau dans sa théorie, est devenu une routine officielle non pas criminelle, mais simplement répugnante. L'Union eurasienne, en tant que fraternité des peuples, qui va à son but spirituel, comprenant dans l'unité la mission de son chemin à travers l'histoire, est ce qu'est l'Union eurasienne - les liens qui lient les civilisations et les peuples - elle s'est transformée aujourd'hui en une sorte d'organisation bureaucratique inopérante, où l'on interprète des personnes grises dénuées de sens, qui n'ont aucune idée d'un quelconque eurasianisme. Je peux déjà voir le résultat de la dégénérescence et de l'aliénation de mes idées.

 

La question de la responsabilité d'un penseur dans la mise en œuvre de son idée est très aiguë. Voici Ernst Jünger. Si l'on parle de qui a le plus inspiré les national-socialistes que Heidegger (c'est ridicule). Heidegger était complètement à la périphérie de ce mouvement, il était très critique, mais il l'a soutenu précisément à cause de sa haine du libéralisme et du communisme, qui peut aussi être comprise - ils sont très dégoûtants dans leurs profondeurs. Il a également critiqué son propre modèle national-socialiste. On peut lire les "Black Notebooks" - cette critique du fascisme est peut-être plus profonde et plus approfondie que tout ce que nous avons de l'extérieur. C'est une critique de l'intérieur, une critique qui est très bien fondée. Heidegger est plus proche de la quatrième théorie politique que du national-socialisme. Ainsi, le véritable idéologue, si l'on parle du national-socialisme, n'était certainement pas Hitler - il n'était pas idéologue, il était pragmatique - mais Ernst Jünger dans ses "Toilers", dans "Der Arbeiter". Il anticipait simplement les aspects les plus fondamentaux, à mon avis, du national-socialisme et de la technologie, et un tel retour aux éléments non chrétiens, à une vision du monde de pur pessimisme actif ou de nihilisme actif. Mais attention au fait que, dès les premières étapes, lorsqu'il a été invité à devenir député au sein du parti d'Hitler, il a dit : "Je ne vais pas m'asseoir à une table avec ces porcs en général, sans rien. Vous et les salauds voulez me mettre en prison." Il n'y a pas eu de camps de gaz, pas de camps de concentration, pas encore de persécution. Et Jünger est resté un patriote. Il était en exil. Ses idées se sont tellement concrétisées qu'il ne voulait pas les admettre comme siennes. Mais il n'a pas renoncé à cette responsabilité. C'est-à-dire qu'il a refusé de rejoindre le parti ou le mouvement qui a transformé son idée en quelque chose de terrible sous ses propres yeux, mais il a stoïquement enduré cette responsabilité historique. Ne pas donner sa bénédiction, mais en même temps ne pas abandonner, ne pas se dissocier de ses idées de "Travailleur". Il a publié ce livre à de nombreuses reprises après la guerre, n'y apportant que des modifications importantes, sans s'excuser. Et Heidegger, au fait, est resté silencieux sur cette attitude. Si vous faites un choix, même s'il est mauvais, la dignité d'une personne l'oblige à s'en tenir à ce mauvais choix, si elle était libre et consciente.

 

Donc, en ce qui concerne la responsabilité de la possibilité d'une distorsion monstrueuse de mes idées, je suis prêt à l'assumer. Peut-être serait-il bien plus calme de rester dans l'ignorance et l'oubli total que de voir ses idéaux supérieurs et ses pensées pures se transformer en quelque chose d'opposé, de laid, de répugnant, d'humble et de patrimonial... Le plus terrible pour un philosophe n'est pas les méchants et les bandits, mais la médiocrité. Il n'y a rien de plus antiphilosophique que la médiocrité. Et chez le criminel, et chez un homme si simple, pas loin de chez lui, on peut voir des déversements intéressants, des déversements d'humain, mais dans la médiocrité narcissique et agressive, en poussant des coudes, on ne voit rien.

 

C'est là que l'humanité disparaît. L'humanité ne disparaît pas aux pôles, pas là où les plus intelligents et les plus brutaux - dans des pôles différents. Et l'humanité disparaît au milieu. Ce n'est pas le juste milieu. Dans ces médiocrates agressifs, qui se profilent partout, l'humanité disparaît, disparaît. Et les voici, les pires. Non pas ceux qui "transforment l'or en plomb", comme l'a écrit Baudelaire, mais ceux qui, avec leur ennui de service à l'intérieur, décomposent la grandeur, en s'abaissant à son niveau. Ils ont intérêt à passer de très haut en très bas. Au moins, que la grandeur reste dans le module. La pire chose qui me fait peur, franchement, c'est la banalité. Lorsque je rencontre la banalité, je suis en quelque sorte frappé par les fils les plus profonds de ma perception. Je pense la même chose de la philosophie politique et de la philosophie en général. Le pire n'est même pas la perversion de nos idées, mais leur banalisation. C'est ce qui me fait vraiment mal.

 

- Voyez-vous aujourd'hui des hommes politiques capables de surmonter cette crise d'idées, de diffuser de nouvelles idées si Poutine s'en va ? Quelqu'un de l'opposition non systémique ? Ou une sorte de "cheval noir" ?

 

- Je ne les vois pas, car ils n'ont pas le droit de voir. Ce qui est, ne pense pas tellement à l'avenir que tout est fait pour qu'il n'y ait pas d'avenir. Cela fonctionne, d'une certaine manière. L'avenir qui vient après Poutine, il ne peut pas être lié à lui d'une manière ou d'une autre. Parce que Poutine ne prépare pas l'avenir. Pas comme un successeur ou un successeur inopportun, Poutine ne permet pas à ceux qui auraient pu venir après lui de se présenter. Il ne nous laisse pas les voir. Bien sûr, je ne les vois pas, comme personne ne les voit. Ceux que nous voyons ne le sont clairement pas. Ce n'est pas seulement la mauvaise chose, c'est évidemment la mauvaise chose. On nous montre ceux qui n'ont aucune chance d'être quelqu'un. Et ils cachent ceux qui ont une chance. Ce n'est qu'une stratégie.

 

L'avenir mûrit là où nos yeux ne pénètrent pas. Poutine a rendu son règne si infiniment réel. Mais l'avenir - il l'a nié, je pense. Quand il ne s'est pas tourné vers l'idée. L'avenir est toujours une idée. Il s'est limité au présent. Et en cela, il est totalement souverain. Mais l'avenir ne lui appartient pas du tout. Il a transformé la pleine puissance du présent en une opportunité - seulement une opportunité - de participer à l'avenir. C'est un choix très précis. C'est pourquoi il a abandonné ses idées et a commencé à résoudre des problèmes techniques, domestiques.

 

À la fin de cette période, tout recommencera comme si tout était à refaire. C'est alors et seulement alors que quelqu'un peut apparaître. Quelqu'un peut s'ouvrir, peut-être verrons-nous que derrière une caisse vide de cette routine ennuyeuse de Poutine, quelqu'un est en fait assis, quelqu'un se cache, et il sortira le moment venu. Jusqu'à présent, chacun a reçu un décret clair : "Ne montrez pas votre nez, faites comme si vous n'étiez pas là". Et que tout ce qui est là sera toujours là. Un état si long, si long que vous aurez le temps de vieillir et de mourir lorsque cette longueur sera mesurée. Mais elle sera mesurée. Parce que c'est peut-être bien, tant que nous avons besoin de retrouver nos esprits d'une manière ou d'une autre. Je pense que Poutine est le chef du nihilisme conservateur. Je veux dire, il n'y a rien, mais surtout on ne remarque pas ce "rien". De plus, il s'agit parfois de "rien" que nous considérons comme "quelque chose" et parfois encore comme "rien". Et laissez-le clignoter. C'est une sorte d'époque. Mais la politique, la vie, l'histoire - ne commenceront certainement qu'après Poutine. Ils vont sûrement commencer. Soit dans ce cas, soit dans l'autre. "Rien" sera soit rempli de quelque chose, soit il s'effondrera finalement, ces résidus moyens intermédiaires qui dépendent entre les deux pôles. C'est un long moment de transition. Maintenant, tout le monde a oublié d'où nous venons, où nous allons. La nouvelle génération où vous avez commencé a grandi dans cet état de demi-maturité prolongée. Nous ne pouvons ni nous endormir ni nous réveiller. Les gens ont déjà vécu leur vie sous le régime de Poutine.

 

 

Alexandre Douguine

 

Alexandre Douguine

http://dugin.ru

Alexandre Gelievich Douguine (né en 1962) - éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Bravoure

28 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Guerre

Lire la suite

Viktor ORBÁN: L’Europe ne peut pas faire allégeance au réseau Soros

28 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Europe, #Guerre, #Politique, #Religion

Viktor ORBÁN: L’Europe ne peut pas faire allégeance au réseau Soros
25. 11. 2020.
Réponse à l’article de George Soros

Nombreux sont ceux qui pensent que le chef du gouvernement d’un pays n’a pas à débattre avec George Soros. Pour eux, Soros est un délinquant économique, qui a gagné son argent par la spéculation, par la ruine de millions de personnes, et même par le chantage exercé sur rien moins que des économies nationales. Tout comme les gouvernements ne peuvent pas discuter avec des terroristes, les chefs de gouvernement ne peuvent pas non plus débattre avec des délinquants économiques.

J’y suis tout de même contraint aujourd’hui, parce que George Soros, le milliardaire spéculateur d’origine hongroise, a publiquement imparti des ordres aux dirigeants de l’Union européenne dans un article paru le 18 novembre sur le site dénommé Project Syndicate, dans lequel il leur intime de punir sévèrement les Etats-membres qui se refusent à s’intégrer dans un empire européen global et unifié sous la bannière de la société ouverte.

Tout au long de l’histoire, ce sont toujours les nations qui ont donné sa force à l’Europe. Bien que les nations formant l’Europe soient d’origines diverses, les racines communes de notre foi les ont réunies. Le modèle de la famille reposant sur la tradition judéo-chrétienne a été le fondement de nos communautés. C’est la liberté chrétienne qui a assuré la liberté de la réflexion et de la culture et a créé une concurrence bénéfique entre les nations de l’Europe. Le mélange vertueux des différences a fait de l’Europe, pendant des siècles, la force motrice du monde.

Toutes les tentatives visant à chercher à unifier l’Europe sous l’égide d’un empire ont échoué. C’est pourquoi l’expérience historique nous fait dire que l’Europe ne sera de nouveau grande que lorsque ses nations le seront également, et qu’elles sauront résister à toute tentative impériale.

Des forces puissantes sont de nouveau à l’œuvre pour faire disparaître les nations européennes et unifier le continent sous l’égide d’un empire global. Le réseau Soros, qui imprègne de toutes parts la bureaucratie européenne et les élites politiques, travaille depuis des années à faire de l’Europe un continent d’immigration. Aujourd’hui, le plus grand danger qui menace les Etats de l’Union européenne est représenté par le réseau Soros et la société ouverte, employés à promouvoir l’élimination des cadres nationaux. Les objectifs du réseau sont clairs : au travers de l’accélération de la migration, créer une société ouverte multiculturelle et ethniquement mélangée, démanteler les processus de décision nationaux et les remettre entre les mains des élites globalisées.

L’Union européenne est à la peine. Elle est atteinte depuis 2008 par une crise économique inédite, depuis 2015 par une crise migratoire, et en 2020 par une pandémie dévastatrice. Elle n’est même pas sortie de ses crises précédentes qu’elle doit faire face aux conséquences encore plus lourdes de la pandémie du coronavirus. Les signes en sont déjà là. La dette publique, le chômage, l’état de l’économie atteignent des niveaux critiques dans nombre de pays. L’on n’a jamais eu davantage besoin de la solidarité européenne et du rassemblement des nations européennes pour se venir mutuellement en aide.

Lors d’aucune de ces crises le spéculateur qui se dit philanthrope ne s’est préoccupé des intérêts des Européens. Il a chaque fois agi en fonction de ses propres intérêts. L’on se souvient, au moment de la crise économique, de son attaque contre le forint et contre la plus grande banque de Hongrie ainsi que, au moment de la crise migratoire, de son plan visant à l’accélération de l’implantation, de la répartition et du financement des migrants. A présent, au lieu de la solidarité et de l’entraide mutuelle, le voilà qui se présente avec une proposition visant à nous punir les uns les autres.

Le réseau dirigé par George Soros ne recule même plus devant l’intervention ouverte. Il veut placer les Etats-nations sous la pression la plus forte possible. Il dresse les uns contre les autres les peuples d’Europe. Les moyens employés par le réseau sont multiples et actifs sur les scènes les plus variées de la vie publique. La liste est longue des responsables politiques, des journalistes, des juges, des bureaucrates, des propagandistes politiques maquillés en représentants de la société civile qui émargent aux fiches de paie établies par George Soros. Et bien que le milliardaire accuse tous ses adversaires de corruption, il est lui-même l’homme le plus corrompu de la terre. Il paie et achète tous ceux qu’il peut. Ceux qu’il ne peut ni payer ni acheter ont droit aux rigueurs de la redoutable arme du réseau : le dénigrement, l’humiliation, l’intimidation, l’annihilation au travers de la presse de gauche.

De nombreux bureaucrates de haut niveau de l’Union agissent de concert avec le réseau de George Soros en vue de la création d’un empire unifié. Ils souhaitent mettre en place un système institutionnel visant à imposer aux nations libres et indépendantes d’Europe un mode de pensée unique, une culture unique, un modèle social unique. En leur ôtant le droit de tout peuple à décider lui-même de son sort. C’est le but de leur proposition appelée Etat de droit, qui ne reconnaît toutefois pas la prédominance du droit, mais celle du plus fort.

Les différences sont évidentes. Soros veut une société ouverte (Open Society), nous voulons quant à nous une société protégée (Safe Society). Pour lui, la démocratie ne peut être que libérale, pour nous elle peut être aussi chrétienne. Pour lui, la liberté ne peut servir que l’affirmation individuelle, pour nous la liberté peut aussi consister à suivre l’enseignement du Christ, elle peut aussi être mise au service de la patrie et de la protection de notre famille. La base de la liberté chrétienne est la liberté de décider. C’est ce qui est mis en danger aujourd’hui.

Etats-membres vivant du côté oriental de l’Union, nous savons très bien ce que signifie être libres. L’histoire des nations d’Europe centrale a été un combat incessant de la liberté contre les grands empires, afin d’arracher jour après jour, face à eux, notre droit à décider de notre sort. Nous savons d’expérience que toute aspiration impériale rend esclave. Nous sommes encore un certain nombre, issus de la génération des combattants de la liberté – les pays de l’ancien Bloc de l’Est de l’Estonie à la Slovénie, de Dresde à Sofia – qui avons encore une expérience personnelle de ce que veut dire résister à l’arbitraire, au fait du prince, et à sa version communiste. Intimidation, annihilation matérielle et morale, vexations physiques et spirituelles. Nous n’en voulons plus.

Les dirigeants occidentaux, qui ont vécu toute leur vie à l’abri de la liberté et de l’Etat de droit dont ils ont hérité, devraient maintenant écouter ceux qui ont combattu pour la liberté et qui sont à même, du fait de l’expérience de leur propre vie, de faire la différence entre l’Etat de droit (Rule of Law) et la volonté d’un seul (Rule of Man). Ils doivent accepter que nous ne puissions pas sacrifier au 21ème siècle la liberté que nous nous sommes gagnée au 20ème.

L’issue du combat pour ou contre le nouvel empire bruxellois n’est pas encore tranchée. Bruxelles semble tomber, mais une bonne partie des Etats-nations résiste encore. Si nous voulons conserver notre liberté, l’Europe ne peut pas faire allégeance au réseau Soros.

 

Viktor ORBÁN: L’Europe ne peut pas faire allégeance au réseau Soros
Dessin: Ben Garrisson

Dessin: Ben Garrisson

(...) Un responsable culturel hongrois a déclenché l’indignation après avoir publié un article sur le site pro-gouvernemental Origo -dont le lien n’est plus actif- où il a comparé le milliardaire et philanthrope américano-hongrois George Soros à Hitler.

«L’Europe est devenue la chambre à gaz de George Soros. Le gaz toxique s’écoule de la cartouche d’une société ouverte multiculturelle, ce qui est mortel pour le mode de vie européen», a indiqué Szilard Demeter, commissaire à la Culture du gouvernement hongrois et directeur du Musée littéraire Petofi à Budapest, cité par Associated Press. (...)

https://french.almanar.com.lb/1947871

Dessin: Ben Garrisson

Dessin: Ben Garrisson

Lire la suite

Miguel Covarrubias (Island of Bali): “No feast is complete in Bali without music and elaborate dramatic and dance performances"

27 Novembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Art, #Asie, #Pacifique, #Exploration, #Histoire, #Musique, #Photographie, #Société, #Voyage

“It is plain that the refined and sensitive Balinese make the most of their daily routine, leading a harmonious and exciting, although simple existence, making an art of the elemental necessities of daily life – dress, food, and shelter.”

Miguel Covarribias

 

“No feast is complete in Bali without music and elaborate dramatic and dance performances,” he tells us. Every village and neighborhood has one or more gamelan ensembles, in which they take great pride. Unlike Colin McPhee’s fascinating but complex and detailed classic Music in Bali, Covarrubias’s descriptions are relatively non-technical: “In a general way, a Balinese composition is divided into four parts: a light solo to introduce the piece (geginaman); an introductory theme (pengunkab); a central motif (pengawak), the ‘body’ of the piece; and a rhapsodical finale in which the motives are developed (pengetjet).” He talks briefly about the many styles of gamelan, including the virtuosic kebyar, perhaps the most famous, as well as the pelelangan (which accompanies the legong, a dance specialized in by young girls), the portable angklung, and the gender wayang of the beloved shadow puppet theater called wayang kulit – “the medium of their classical poetry, for their ribald humour; and, most important of all … the greatest factor in the spiritual education of the masses.”

https://32minutes.wordpress.com/2011/10/04/miguel-covarrubias-island-of-bali/

Miguel Covarrubias (Island of Bali): “No feast is complete in Bali without music and elaborate dramatic and dance performances"
Lire la suite

The Sami and World War II, by Álehtta (Jessica Johnson)

27 Novembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Europe, #Société, #Histoire

Lapons devant leur tentes. Photographie (XIXe siècle). Source: Wikipedia

Lapons devant leur tentes. Photographie (XIXe siècle). Source: Wikipedia

Comme les animaux sauvages migrateurs, les peuples nomades sont étrangers aux frontières abstraites des États et comprennent encore moins les guerres dans lesquelles les États veulent les mêler, pire, se combattre les uns les autres pour une question étrangère de "nationalité".

Exemple: les Lapons (Sames) pendant la Deuxième Guerre mondiale.

P.O.C.

The Sami and World War II

By Álehtta (Jessica Johnson)

World War II was a pivotal point in world history. It seems as though, during the years of war, there was no nation or peoples left untouched by the repercussions of war. Take for instance the Sami. Here are a people whose culture has been known as a peaceful culture for hundreds of years. Yet, even they were involved in a war they did not start and possibly did not entirely understand. The Sami have never asked for or wanted Sapmi, their homeland, to be an independent country from the countries that it is located on. These countries are Norway, Sweden, Finland and Russia. WWII was about the conquest of land and the conquest of peoples to rule over. So, the idea of fighting over land and borders must have seemed foreign to the Sami who have never asked for any borders to form a country of their own. However, without the Sami, who knows how the war would have been in the circumpolar area of Europe. The Sami that fought in the war were excellent skiers and navigators because this knowledge and skill have been a part of the Sami way of life for thousands of years. Thus, they were used in the war as navigators and belonged to long distance patrols because they were able to navigate and cross several kilometers a day in unfamiliar terrain. However, the Sami were forced to fight other Sami because they were separated by country borders that had been determined long ago. If their “countries” were fighting, they were pulled into the fighting as well. The events of WWII are presented as they occurred in chronological order in the circumpolar area of Europe. They are presented in this way to give some background knowledge as to why the Sami were fighting and whom they were fighting during the war.

(...)

Source: https://www.laits.utexas.edu/sami/dieda/hist/wwii.htm

Paysage de Laponie dans le Kvalsund, près de Hammerfest (source: Wikipedia)

Paysage de Laponie dans le Kvalsund, près de Hammerfest (source: Wikipedia)

Lire la suite

Valery Korovin : L'Union européenne est un instrument d'occupation de l'Europe. (Club d'Izborsk, 27 novembre 2020)

27 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Europe, #Politique, #Russie

Valery Korovin : L'Union européenne est un instrument d'occupation de l'Europe.  (Club d'Izborsk, 27 novembre 2020)

Valery Korovin : L'Union européenne est un instrument d'occupation de l'Europe.

 

27 novembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20258

 

 

- Les auteurs des récents attentats terroristes en Autriche et en France sont nés et ont grandi en Europe. Pouvez-vous faire des commentaires à ce sujet ?

 

- En effet, c'est un phénomène très intéressant. Il consiste dans le fait qu'en règle générale, les personnes nées en Europe et porteuses de valeurs européennes vont vers des structures terroristes extrémistes. C'est la principale menace des groupes terroristes islamistes. Les enfants d'immigrés ont été élevés dans le nihilisme européen ; ils n'ont rien à voir avec la tradition dont leurs parents sont issus. Le nihilisme absolu, l'incrédulité, l'aliénation et l'insignifiance sont autant de qualités que possède aujourd'hui la communauté des États de l'Union européenne. C'est ce à quoi l'Europe est parvenue, en suivant le chemin de la négation d'abord de Dieu, puis de l'Église, puis de la tradition, puis de la morale, puis de toute identité collective.

 

- La radicalisation des jeunes musulmans dans les pays européens est devenue possible aussi parce que les communautés ont créé un contrôle fermé qui s'oppose aux Européens. Contrairement aux musulmans qui vivent en Russie et sont intégrés dans notre société, ce sont de véritables enclaves à l'Ouest. A votre avis, ce problème existe-t-il ? Comment résoudre ce problème ?

 

- Le fait est qu'une société ne peut pas intégrer plus de 10 % des personnes qui entrent dans la génération, c'est-à-dire dans la période de 25 ans. C'est une loi sociologique déduite par des chercheurs américains. Et pour l'intégration, il est nécessaire d'apprendre plus ou moins à parler la langue du pays d'accueil, à comprendre et à respecter les règles de conduite et les lois en vigueur. Ce n'est qu'une intégration superficielle. L'intégration sur le plan mental et culturel est beaucoup plus importante.

 

Le nombre d'émigrants est plusieurs fois supérieur aux 10 % autorisés. Ainsi, la majorité n'est pas en mesure de s'intégrer pleinement dans la société européenne. En conséquence, on commence à créer des enclaves, qui sont une communauté fermée de personnes regroupées selon leur type culturel, mental, ethnique ou religieux. En se fermant à leur communauté, ils sont déjà complètement fermés à toute forme d'intégration.

 

- Comment les idées de l'islam radical et du djihadisme se répandent-elles ? Au départ, ce n'était pas le cas dans les enseignements islamiques. D'où vient-il ?

 

- Tout l'islam et le djihadisme radicaux viennent des États-Unis, qui perçoivent ces courants comme une pure technologie avec laquelle les États-Unis cherchent à réaliser leurs intérêts géopolitiques dans les régions islamiques. L'Islam traditionnel jouit d'une immunité absolue contre les valeurs libérales occidentales et contre le mondialisme, contre toute forme culturelle de présence occidentale, contre la démocratie.

 

Les valeurs de la démocratie occidentale, le libéralisme, les droits de l'homme - tout cela est rejeté par la société absolument traditionnelle, chrétienne et islamique. Et pour surmonter ce rejet, une astuce technologique est créée, une idée politique sous forme d'islamisme. En d'autres termes, l'islamisme est l'islam politique, d'où la fin du mot "isme". Par exemple, le communisme, le socialisme, le libéralisme.

 

- L'islamisation de l'Europe se poursuit depuis de nombreuses années. De nombreuses mosquées sont en cours de construction dans les pays européens. Erdogan vient les ouvrir. L'Arabie Saoudite s'exprime en faveur du développement de l'Islam. Il est évident que les frontières ne seront pas fermées, il y aura de toute façon des réfugiés. Comment pouvez-vous expliquer cela ?

 

- Oui, l'Union européenne est un projet totalement américain et mondialiste qui a été créé pour mettre l'Europe sous contrôle américain. Ce n'est pas du tout ce dont rêvaient les idéalistes européens au milieu du XXe siècle, en créant l'Union du charbon et de l'acier.

 

C'est un projet complètement différent, un projet opérationnel, qui consiste à transformer l'Europe en une colonie. L'UE est un tel gauleiter américain, une occupation américaine de l'Europe dans le but de l'exploiter pleinement et complètement à tous les niveaux.

 

Ce n'est certainement pas une conséquence du développement naturel de la civilisation européenne. C'est un pur melting-pot libéral mondialiste. Où les élites européennes d'aujourd'hui sont absolument subordonnées aux mondialistes américains, qui ne mettent pas l'Amérique elle-même dans le coup.

 

Pour les mondialistes, le féminisme, les LGBT et les personnes à la peau foncée, les Noirs,  c'est la même biomasse qui n'est pas considérée comme humaine. Et avec l'aide de ces mouvements destructeurs, ils ont un effet écrasant sur l'Europe.

 

 

Valery Korovin

 

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Jacques Ellul: Propaganda

26 Novembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #France, #Guerre, #Philosophie

Jacques Ellul: Propaganda

2. ELLUL, Jacques. Propaganda: the Formation of Men’s Attitudes. New York: Vintage Books, 1973. P 147-148.

Source: La guerra por la mente pública - Propaganda

Nuño Rodriguez, Politólogo y Analista

Revista Fuerza Aérea- EUA

https://www.airuniversity.af.edu/Portals/10/JOTA/Journals/Volume%201%20Issue%202/Spanish/03-rodriguez_s2.pdf

Jacques Ellul: Propaganda
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 > >>