Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

sciences

Elena Larina et Vladimir Ovchinsky : la doctrine Schmidt (Club d'Izborsk, 26 février 2021)

26 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Sciences, #Russie, #USA, #Technologie

Elena Larina et Vladimir Ovchinsky : la doctrine Schmidt  (Club d'Izborsk, 26 février 2021)

Elena Larina et Vladimir Ovchinsky : la doctrine Schmidt

 

26 février 2021

 

https://izborsk-club.ru/20722

 

 

Le 23 février 2021, le Dr Eric Schmidt (ancien président du conseil d'administration de Google), président de la National Security Commission on Artificial Intelligence (NSCAI) et du Defense Innovation Board (DIB), s'est adressé à la commission des services armés du Sénat américain.

 

Il s'est concentré sur les questions qui sont également extrêmement importantes pour le développement du potentiel scientifique et technologique de la Russie.

 

Leadership technologique mondial et sécurité nationale

 

Le renforcement du leadership technologique mondial des États-Unis est, selon M. Schmidt, un impératif à la fois économique et de sécurité nationale. L'innovation est l'épine dorsale de l'économie et la source de l'avantage militaire américain.

 

M. Schmidt est convaincu que la crise nationale américaine à laquelle il faut s'attaquer dès maintenant constitue la menace du leadership chinois dans des domaines technologiques clés. Il est d'accord avec la thèse de Biden dans son discours de Munich (2021) : les États-Unis sont en "concurrence stratégique à long terme avec la Chine".

 

Selon l'évaluation de M. Schmidt, la Chine cherche à devenir un leader technologique par le biais d'investissements stratégiques dans un large éventail de domaines technologiques critiques, notamment par le biais de l'initiative "Made in China 2025".

 

L'intelligence artificielle (IA) est au cœur de cette vaste compétition technologique. Il sera utilisé pour développer tous les aspects du pouvoir national, des soins de santé à la production alimentaire en passant par la durabilité environnementale. L'adoption réussie de l'IA dans des domaines et des technologies connexes stimulera les économies, façonnera les sociétés et déterminera quelles nations exerceront une influence et un pouvoir dans le monde.

 

De nombreux pays ont des stratégies nationales d'IA. Mais seuls les États-Unis et la Chine, selon M. Schmidt, disposent des ressources, de la force commerciale, de la réserve de talents et de l'écosystème d'innovation nécessaires pour devenir un leader mondial de l'IA. Dans certains domaines de la recherche, la Chine est à égalité avec les États-Unis, et dans d'autres, elle est déjà plus avancée. Au cours de la prochaine décennie, la Chine pourrait dépasser les États-Unis en tant que superpuissance mondiale dans le domaine de l'IA en général.

 

Outre l'IA, la Chine vise à devenir un leader mondial dans le domaine de l'informatique quantique, des réseaux de cinquième génération (5G), de la biotechnologie synthétique et de plusieurs autres. Pékin considère que ses stratégies nationales dans ces domaines sont complémentaires et se renforcent mutuellement. Le PCC a clairement indiqué les technologies qu'il considère comme des priorités nationales. Dans chacun de ces domaines, la Chine cherche à égaler ou à surpasser le travail des scientifiques américains.

 

Selon M. Schmidt, si la Chine prend l'avantage, en tant que premier pays à développer et à adopter de nouvelles technologies, les États-Unis auront du mal à rattraper leur retard. Dans les secteurs critiques où les effets de réseau sont importants, comme les télécommunications, le principe du "winner-take-all" (le vainqueur remporte tout) soulève les enjeux du développement rapide des principales plates-formes technologiques.

 

M. Schmidt a appelé le gouvernement américain à élaborer une stratégie unifiée pour promouvoir et protéger la technologie qui soutiendra la compétitivité nationale au milieu du 21e siècle.

 

L'approche de la Maison Blanche en matière de compétitivité nationale dans les technologies critiques

 

Selon les conclusions de Schmidt, les États-Unis ont besoin d'une approche globale de l'investissement fédéral et de la politique en général pour une série de technologies émergentes. Une stratégie nationale globale devrait fixer et renforcer les priorités et négocier des compromis budgétaires. La stratégie devrait être dirigée par la Maison Blanche.

 

Schmidt a soutenu la recommandation de la Commission de l'intelligence artificielle de créer un nouveau Conseil de la compétitivité technologique dirigé par la Maison Blanche. Il devrait être dirigé par le vice-président et supervisé par un coordinateur principal de la Maison Blanche afin de s'assurer que le président dispose d'une organisation capable de développer, de mettre en œuvre et de financer une véritable stratégie technologique nationale.

 

La stratégie nationale, selon M. Schmidt, devrait se concentrer sur les technologies fondamentales qui ont un large impact sur la compétitivité et la sécurité nationales. L'intelligence artificielle, la 5G, la micro-électronique, les bio-technologies et l'informatique quantique devraient être sélectionnées comme priorités. L'importance de ces domaines est largement reconnue. La liste des priorités devrait également inclure la fabrication avancée (qui englobe à la fois l'industrie manufacturière et l'agriculture), ainsi que les infrastructures renforcées par l'intelligence des machines (tout, des routes aux ponts, des pipelines aux réseaux électriques).

 

La fabrication avancée, selon la doctrine Schmidt, est nécessaire pour qu'un pays puisse produire les biens dont il a besoin lorsque les chaînes d'approvisionnement sont perturbées par des catastrophes naturelles, des épidémies, etc. Cette mesure permettra de faire un grand pas en avant en améliorant l'efficacité et en optimisant la consommation d'énergie tout en réduisant les stocks de marchandises qui s'épuisent.

 

"La capacité de produire des biens de haute technologie au niveau national est essentielle pour la sécurité nationale, à la fois comme un aspect du maintien de l'accès aux produits finis et comme un moteur de l'innovation. Les États-Unis devraient s'efforcer d'être autosuffisants dans les industries qui sont essentielles à la sécurité nationale ou qui prennent trop de temps à se reconstruire en cas de conflit prolongé".

 

Les nouvelles infrastructures sont essentielles pour faire face aux situations d'urgence (Schmidt cite les approvisionnements en gaz gelé au Texas ou les feux de forêt volatils en Californie), permettent de choisir entre différents types de logistique (trains ou camions par rapport aux pipelines) et réduisent l'impact environnemental.

 

L'infrastructure existante aux États-Unis reste largement dysfonctionnelle : aucune ville américaine n'est dans le top 10 mondial pour la connectivité des villes intelligentes, et une seule est dans le top 30.

 

Un rôle plus agressif pour le gouvernement

 

Aujourd'hui, selon M. Schmidt, il existe une différence fondamentale dans l'approche de l'innovation entre les États-Unis et la Chine.

 

En Amérique, les entreprises technologiques ne sont pas des instruments du pouvoir gouvernemental et ne se font concurrence que pour des parts de marché. La plupart des avancées technologiques aux États-Unis sont le fait du secteur privé et des universités.

 

M. Schmidt estime que les États-Unis ne devraient pas perdre leur culture d'innovation ascendante, imprégnée d'une mentalité de "garage startup". Mais M. Schmidt est un réaliste ; il estime que préserver le passé n'est pas une stratégie gagnante : "On ne peut pas s'attendre à ce que les grandes entreprises technologiques concurrencent les ressources de la Chine ou fassent les gros investissements nationaux dont les États-Unis auront besoin pour rester en tête. Nous aurons besoin d'une approche hybride qui aligne plus étroitement les efforts des gouvernements et du secteur privé pour parvenir à la victoire".

 

Le secteur privé, selon M. Schmidt, est la grande force de l'Amérique. Les petites entreprises privées se développent plus rapidement et s'emparent de plus de parts du marché mondial que le gouvernement ne peut le faire. Toutefois, il estime qu'étant donné l'évolution du paysage, le gouvernement américain doit prendre des mesures pratiques pour rendre la technologie nationale plus compétitive. Encourager un écosystème de recherche et développement (R&D) diversifié et durable et faciliter le secteur commercial est la responsabilité du gouvernement. Le développement des ressources humaines, une immigration plus rapide et une réforme des visas visant à attirer les meilleurs talents du monde, ainsi que l'amélioration du système éducatif sont autant d'options de politique publique. La protection de la propriété intellectuelle essentielle et la prévention d'une campagne systématique de transfert illégal de connaissances par les concurrents sont une responsabilité gouvernementale. La protection des technologies de pointe et l'amélioration de la résilience de la chaîne d'approvisionnement nécessitent une législation et des incitations fédérales.

 

Démocratiser la recherche sur l'intelligence artificielle : une ressource nationale de recherche

 

Seules quelques grandes entreprises et nations puissantes auront les ressources nécessaires pour réaliser les plus grandes percées en matière d'IA. Malgré la prolifération des outils à source ouverte, le besoin de puissance de calcul et d'ensembles de données pour améliorer les algorithmes augmente rapidement. "Le gouvernement devrait faciliter l'accès aux environnements informatiques, aux données et aux outils de test pour permettre aux chercheurs qui ne font pas partie des principaux acteurs de l'industrie et des universités d'élite de progresser dans les technologies avancées d'IA.

 

Le gouvernement américain peut y parvenir en créant une ressource nationale de recherche sur l'IA (NAIRR) qui fournira aux chercheurs et aux étudiants ayant fait leurs preuves un accès garanti à des ressources informatiques compatibles avec les ensembles de données gouvernementales et non gouvernementales sur l'IA, des outils éducatifs et une assistance aux utilisateurs.

 

Le gouvernement américain devrait établir un partenariat public-privé en utilisant un ensemble de plates-formes en nuage (la Commission Schmidt sur l'intelligence artificielle a élaboré des plans détaillés pour mettre en œuvre cette recommandation)".

 

Infrastructure numérique : développer les réseaux 5G

 

M. Schmidt estime que faciliter le développement rapide de l'infrastructure du réseau 5G est un impératif de sécurité nationale pour les États-Unis. L'état de préparation militaire futur et le développement d'entreprises technologiques américaines compétitives de toutes tailles en dépendront. En outre, comme l'a montré la pandémie, une infrastructure numérique solide augmente la résistance aux chocs systémiques, permettant aux Américains d'accéder à la télémédecine, à l'enseignement à distance et à d'autres services dont ils ont besoin en temps de crise.

 

Les réseaux 5G relieront tous les systèmes mobiles avancés et, en particulier, lorsqu'ils seront combinés aux progrès de l'IA, ils ouvriront de nouvelles possibilités technologiques importantes directement aux appareils des utilisateurs.

 

La Chine considère également la construction d'infrastructures numériques comme une priorité stratégique et a investi massivement dans un réseau mobile Gigabit Ethernet à l'échelle nationale, et en construira un dans un avenir proche. Aux États-Unis, selon M. Schmidt, le développement du réseau 5G progresse lentement, avec seulement une augmentation progressive des débits et de la couverture des données.

 

À cet égard, M. Schmidt avance trois idées.

 

Premièrement, les recettes de la vente aux enchères du spectre C devraient être réinvesties dans l'infrastructure du réseau. M. Schmidt suggère d'étudier l'utilisation des 81 milliards de dollars de recettes générées par la vente aux enchères de 107 licences pour 3,7 GHz - le spectre de milieu de gamme pour les services 5G - par la Commission fédérale des communications (FCC) et par toute vente aux enchères future, et de réorienter l'argent vers le financement des infrastructures de réseau grâce à un mécanisme d'attribution conçu pour accélérer leur développement par le secteur privé.

 

Deuxièmement, il convient d'étudier la possibilité de partager les fonds provenant de la vente aux enchères du spectre C et d'autres ventes aux enchères alternatives. Par exemple, M. Schmidt a proposé un modèle dans lequel la Défense conserve le contrôle du spectre mais permet à l'industrie de le partager en échange de la mise en place rapide et à ses frais de l'infrastructure nécessaire. Schmidt précise qu'il ne s'agit pas d'un "5G nationalisé", comme le prétendent certains critiques. Il s'agira d'un réseau privé, géré et entretenu, qui sera utilisé en priorité par le ministère de la défense. En tout état de cause, M. Schmidt estime que le ministère de la défense devrait être applaudi pour avoir trouvé des solutions innovantes à ce problème urgent.

 

Troisièmement, les conditions de la vente aux enchères devraient être modifiées. Les États-Unis, selon M. Schmidt, ne peuvent pas simplement attendre l'émergence de la 6G ou de la 7G : "À l'heure actuelle, l'avantage concurrentiel est probablement perdu à jamais. Je pense qu'il s'agit d'un risque inacceptable pour la sécurité nationale. Nous devons modifier les conditions de la vente aux enchères. Pour toutes les futures enchères, en particulier dans le spectre C, qui est idéal pour la 5G, la FCC devrait imposer des exigences strictes aux gagnants des enchères afin de garantir que l'infrastructure de réseau nécessaire soit construite rapidement et équitablement".

 

Vulnérabilités du matériel : la microélectronique

 

La conclusion de Schmidt : après des décennies de leadership en microélectronique, les États-Unis sont maintenant presque entièrement dépendants des entreprises étrangères pour produire les semi-conducteurs avancés qui alimentent tous les algorithmes d'IA critiques pour les systèmes de défense et tout le reste.

 

La dépendance à l'égard des importations de semi-conducteurs, notamment en provenance de Taïwan, crée une vulnérabilité stratégique aux actions défavorables des gouvernements étrangers, aux catastrophes naturelles et à d'autres événements susceptibles de perturber les chaînes d'approvisionnement en microélectronique, comme nous l'avons vu récemment dans l'industrie automobile. Bien que les universités et les entreprises américaines restent les leaders mondiaux dans les domaines clés de la recherche et du développement des semi-conducteurs et de la conception des puces, l'industrie mondiale des semi-conducteurs est désormais très mondialisée et compétitive. Par exemple, la Taiwan Semiconductor Manufacturing Corporation (TSMC) est le leader mondial de la fabrication contractuelle de semi-conducteurs, et la société sud-coréenne Samsung fabrique des puces de pointe en utilisant les technologies et les équipements les plus récents.

 

En même temps, dans un effort pour rattraper son retard et atteindre l'autosuffisance en matière de puces, la Chine fait un effort sans précédent, financé par le gouvernement, pour créer une industrie des semi-conducteurs de premier plan au niveau mondial d'ici 2030.

 

Schmidt conclut que les États-Unis devraient élaborer une stratégie pour avoir au moins deux générations d'avance sur la Chine dans le domaine de la microélectronique avancée, et allouer des fonds pour soutenir les diverses sources de production de microélectronique avancée aux États-Unis.

 

M. Schmidt a fait plusieurs recommandations :

 

(1) le pouvoir exécutif devrait finaliser et mettre en œuvre une stratégie nationale de leadership en matière de microélectronique ;

 

(2) Le Congrès devrait offrir un crédit d'impôt remboursable de 40 % pour les investissements manufacturiers nationaux aux entreprises des États-Unis et de leurs alliés ;

 

(3) Le Congrès devrait fournir 12 milliards de dollars supplémentaires au cours des cinq prochaines années pour la recherche, le développement et la construction d'infrastructures en microélectronique dans des domaines clés. Cet investissement devrait contribuer à accélérer le passage des idées et des prototypes universitaires à la production industrielle au niveau national.

 

Cet effort permettra au gouvernement américain, au secteur privé et au monde universitaire de relever le défi du rétablissement de la supériorité des États-Unis en matière de semi-conducteurs : "Concentrer nos efforts sur le développement d'installations nationales de fabrication de microélectronique permettra de réduire la dépendance à l'égard des importations, de maintenir le leadership en matière d'innovation technologique, de soutenir la création d'emplois, d'améliorer la sécurité nationale et la balance commerciale, et de renforcer la supériorité technologique et l'état de préparation de l'armée, qui est un important consommateur de technologies de pointe

 

Implications de la concurrence des nouvelles technologies pour la défense

 

Selon M. Schmidt, de nombreux acteurs étatiques et non étatiques sont déterminés à défier les États-Unis, mais évitent la confrontation militaire directe. Ils utiliseront l'IA pour améliorer les outils existants et en développer de nouveaux. "Les attaquants exploitent notre ouverture numérique pour des opérations d'information utilisant l'IA et les cyber-attaques. En utilisant l'espionnage et les données publiques, les attaquants collecteront des informations et utiliseront l'IA pour identifier les vulnérabilités des individus, de la société et des infrastructures critiques".

 

Avec une approche plus étroite des questions militaires, les domaines technologiques clés sont importants et ont un large éventail d'applications dans le domaine de la défense. En substance, les sources d'avantage sur le champ de bataille passeront des facteurs traditionnels tels que la taille des forces et les niveaux d'armes à des facteurs tels que la collecte et l'assimilation rapides des données, la puissance de calcul, de meilleurs algorithmes et la sécurité du système.

 

Schmidt conclut que se défendre contre un adversaire doté d'une IA sans IA est une invitation au désastre. L'IA réduira les délais de prise de décision de quelques minutes à quelques secondes, élargira la portée des attaques et exigera des réponses qui dépassent la cognition humaine. Les opérateurs humains ne seront pas en mesure de se défendre contre les cyber-attaques ou les attaques de désinformation utilisant l'IA, les essaims de drones ou les attaques de missiles sans l'aide de machines d'IA. Les meilleurs opérateurs humains ne peuvent pas se défendre contre une multitude de machines effectuant des milliers de manœuvres par seconde, se déplaçant potentiellement à des vitesses hypersoniques et contrôlées par l'IA. Les humains ne peuvent pas être partout à la fois, mais les logiciels le peuvent.

 

Le Pentagone développe une série de concepts opérationnels pour lutter contre ces guerres futures. Mais le souci de M. Schmidt est qu'au rythme actuel de l'intégration technologique, le ministère ne pourra pas les exécuter à temps. Pour combattre de la manière dont les militaires ont l'intention de se battre en 2030 ou 2035, le ministère de la défense doit préparer les bases bien à l'avance.

 

Modèle commercial

 

Le ministère de la défense doit repenser son mode de fonctionnement. "Nous devons construire des missiles de la même manière que nous construisons des voitures aujourd'hui : en utilisant des bureaux d'études pour concevoir et simuler avec des logiciels", explique M. Schmidt, "les longs cycles de conception tuent notre compétitivité. Les cycles de conception et de fabrication itératifs rapides (travail en parallèle avec une analyse continue des résultats - E.L., VO) sont la clé de la compétitivité. La Défense devrait cibler les systèmes militaires dont la sortie peut être accélérée grâce à de nouvelles sociétés de conception, une collaboration numérique et des changements dans les règles d'acquisition qui tiennent compte de tout cela".

 

Mesures spécifiques que le ministère américain de la défense devrait prendre dès maintenant (conseil de E. Schmidt au Pentagone)

 

1. intégrer dès maintenant les technologies numériques existantes

 

Nombre des nouvelles technologies dont l'armée a besoin sont déjà disponibles sur le marché commercial. Procurez-vous-les. Cela créera des incitations commerciales à produire des technologies de défense de plus en plus utiles :

 

● Donner la priorité aux technologies existantes qui peuvent étendre les fonctions d'intelligence basées sur l'IA. Il existe d'importantes possibilités de mieux exploiter les technologies disponibles sur le marché pour améliorer la connaissance de la situation ainsi que l'indication et l'alerte. L'automatisation et les synergies homme-machine peuvent améliorer l'efficacité de toute une série de plateformes ISR (Intelligence, Surveillance et Reporting) et améliorer le cycle complet de collecte et d'analyse des informations.

 

Le ministère devrait aligner ses initiatives en matière d'innovation pour mettre en œuvre une stratégie coordonnée de solutions technologiques commerciales. Cet effort devrait être mené par le sous-secrétaire à la défense pour la recherche et le développement.

 

Mettre en place des équipes de développement et de déploiement de l'IA dans chaque commandement de combattant. Les équipes de développement de l'IA doivent être intégrées à chaque commandement de combattant et doivent être capables de soutenir l'ensemble du cycle de développement et de déploiement de l'IA, y compris l'analyse des données, le développement, les tests et la production. Les commandements doivent avoir une capacité de déploiement direct pour servir d'interface locale aux unités opérationnelles.

 

2. Améliorer l'infrastructure numérique du ministère

 

Le ministère de la défense a fait un premier pas prometteur en 2020 avec la publication de la stratégie de données du ministère de la défense des États-Unis (30 septembre 2020). Toutefois, le ministère ne dispose pas d'un écosystème numérique moderne, d'outils et d'environnements de collaboration, ni d'un large accès aux ressources partagées d'IA nécessaires à l'intégration de l'IA dans les organisations.

 

Le secrétaire à la défense doit diriger la création d'un écosystème numérique à l'échelle du ministère de la défense. Il est impératif que tous les nouveaux programmes de services s'alignent sur la conception des

 

et que, dans la mesure du possible, les programmes existants deviennent interopérables avec lui d'ici 2025.

 

Ce cadre technique doit :

 

1) fournir un accès aux technologies et services de pointe dans le domaine du cloud computing pour une informatique évolutive ;

 

2) permettre le partage des données, des logiciels et des capacités par le biais d'interfaces bien documentées et robustes avec des contrôles d'accès appropriés ;

 

3) fournir à tous les développeurs et scientifiques du ministère de la défense l'accès aux outils et ressources dont ils ont besoin pour réaliser de nouvelles capacités d'IA.

 

D'ici la fin 2021, le ministère devrait définir l'architecture de l'écosystème. L'objectif devrait être de créer un réseau de systèmes sécurisés avec des normes ouvertes qui soutiennent l'intégration des applications d'IA aux niveaux opérationnels et entre les domaines. Il devrait être accessible à tous les services militaires et comprendre plusieurs éléments, notamment des réseaux de commandement et de contrôle, le transfert, le stockage et le traitement sécurisé des données, ainsi que l'intégration des systèmes d'armes.

 

3. Réforme de la structure de direction

 

Le leadership est une variable critique. L'innovation exige un changement organisationnel, et pas seulement des capacités techniques. Les hauts responsables militaires et gouvernementaux doivent fixer des priorités et des orientations claires, et tenir compte d'une plus grande incertitude et de risques accrus lors de l'adoption de nouvelles technologies.

 

Le ministère de la défense, en particulier, devrait le faire :

 

● Créer un comité directeur de haut niveau sur les technologies émergentes, présidé par le sous-secrétaire à la défense, le vice-président des chefs d'état-major des armées et le premier directeur adjoint du renseignement national.

 

4. Créer de nouvelles filières de talents.

 

Il n'existe pas de programme, de projet pilote, de stage ou d'orientation pour les talents techniques qui puisse combler le manque de talents du ministère de la Défense, et le même problème se pose dans les agences de sécurité nationale.

 

Ce n'est pas le moment d'ajouter de nouveaux postes dans les ministères et les agences de sécurité nationale pour les technologues de la Silicon Valley.

 

Nous devons construire des filières de talents entièrement nouvelles à partir de la base. Nous devons créer une nouvelle académie des services numériques et une réserve nationale civile pour cultiver les talents techniques avec le même sérieux que les officiers. L'ère du numérique exige un corps numérique.

 

Les experts en technologie ont besoin de meilleurs moyens pour faire carrière au sein du gouvernement en mettant l'accent sur leurs connaissances. Les pratiques actuelles de gestion des talents offrent souvent aux experts des postes sans rapport avec leur domaine de compétence. De ce fait, beaucoup quittent le gouvernement ou l'armée. Le ministère de la défense devrait préparer le terrain pour permettre aux civils et aux militaires de faire carrière dans le développement de logiciels, le traitement des données et l'intelligence artificielle.

 

La formation des dirigeants et des hauts commandants est également très importante. Les dirigeants qui ne sont pas versés dans les nouvelles technologies sont moins susceptibles de s'engager dans des programmes qui leur sont liés. Ils ne seront pas en mesure d'intégrer les nouvelles technologies dans les concepts opérationnels ou les processus organisationnels.

 

Le ministère de la défense doit également intégrer la pensée informatique et les bases de l'utilisation de l'IA dans la formation des commandants subalternes. Les sous-officiers et les officiers subalternes ont besoin d'un niveau de connaissances de base pour utiliser les nouvelles capacités de manière responsable. Le ministère de la défense doit intégrer les compétences numériques et la pensée informatique dans la formation initiale des officiers. Il devrait se concentrer sur la collecte et la gestion des données, le cycle de vie de l'IA, les processus probabilistes et la visualisation des données, ainsi que la prise de décision basée sur les données.

 

5. Investir dans la science et la technologie et aligner l'investissement sur la stratégie

 

Le ministère américain de la défense devrait s'engager à consacrer au moins 3,4 % de son budget à la science et à la technologie, en mettant l'accent sur les technologies nouvelles et de pointe. Il s'agirait d'une augmentation significative par rapport au niveau actuel de 2,3 %, qui suivrait les recommandations de longue date du ministère de la défense, du Conseil scientifique et d'autres, telles qu'elles sont exposées dans un prochain rapport du NSCAI. Plus précisément, pour l'IA, le ministère doit faire passer les dépenses de R&D d'environ 1,5 milliard de dollars à au moins 8 milliards de dollars d'ici 2025.

 

Pour aligner les investissements sur la stratégie, le DOD doit préparer une annexe technologique dans le prochain document de la stratégie de défense nationale. Cette annexe donnera la priorité aux investissements dans la technologie et son développement par rapport aux capacités militaires nécessaires pour réaliser les futurs concepts opérationnels. Et il indiquera clairement quelles technologies sont prioritaires pour le ministère.

 

6. Réformer le processus budgétaire obsolète du ministère américain de la défense

 

Le problème de la Défense n'est pas l'innovation, mais la mise en œuvre. Le processus budgétaire dépassé de l'ère industrielle crée une vallée de la mort pour les nouvelles technologies en permettant le financement de la recherche fondamentale ainsi que l'achat de systèmes d'armes, mais en empêchant les investissements flexibles nécessaires pour réaliser des prototypes, expérimenter de nouveaux concepts et technologies comme l'IA.

 

Le Congrès et le ministère de la défense doivent travailler ensemble pour autoriser et financer immédiatement les projets et préparer le terrain pour une réforme plus radicale.

 

7. Garantir le développement, les essais et l'utilisation responsables de systèmes autonomes utilisant l'IA

 

Si un système basé sur l'IA ne fonctionne pas comme prévu, prévisible et guidé par des principes clairs, les opérateurs ne l'utiliseront pas, les services militaires ne l'adopteront pas et le peuple américain ne le soutiendra pas. La précipitation à intégrer l'IA sera contre-productive si elle fait perdre aux agents la confiance dans ses avantages. Tous les systèmes militaires nécessitent des tests rigoureux, une assurance et une compréhension de la façon dont ils peuvent fonctionner dans le monde réel, par opposition à un banc d'essai. Les systèmes d'armes autonomes à IA pourraient être plus précis et, par conséquent, réduire le nombre de victimes civiles. Mais ils soulèvent également d'importantes questions éthiques sur le rôle du jugement humain dans l'utilisation de la force meurtrière. Si elles sont mal conçues ou mal utilisées, elles pourraient augmenter le risque d'escalade militaire.

 

Une approche entièrement nouvelle des essais, de l'évaluation, de la validation et de la vérification (TEVV) sera nécessaire. La Défense doit adapter et développer les politiques et les capacités de la TEVV afin de s'adapter aux changements requis pour l'IA à mesure que le nombre, la portée et la complexité des systèmes basés sur l'IA augmentent. Cela devrait inclure la création d'une structure et d'une culture TEVV qui conduisent à des tests continus ; la mise à disposition des outils et des capacités TEVV au ministère de la défense ; la mise à jour ou la création de gammes de tests virtuels et constructifs pour les systèmes basés sur l'IA ; et la restructuration des processus sous-jacents aux exigences de conception, de développement et de test des systèmes.

 

***

 

La Doctrine Schmidt mérite d'être examinée par les agences de sécurité nationale russes.

 

 

Vladimir Ovchinsky

 

Vladimir Semyonovich Ovchinsky (né en 1955) est un criminologue russe bien connu, major général de milice à la retraite, docteur en droit. Avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

UN PEUPLE, UN PAYS, UN DIEU, UNE ÉGLISE. Entretien avec l'académicien Igor Shafarevich, par Dmitry Saprykin (2000)

11 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Igor Chafarevitch, #Philosophie, #Politique, #Russie, #Religion, #Société, #Sciences

L'académicien Igor Rostislavovich Shafarevich.

L'académicien Igor Rostislavovich Shafarevich.

UN PEUPLE, UN PAYS, UN DIEU, UNE ÉGLISE

Entretien avec l'académicien Igor Shafarevich

 

Dmitry Saprykin

 

Cet entretien avec l'éminent scientifique et penseur russe Igor Rostislavovich Shafarevich a été enregistré en 2000.

 

Source: http://pravoslavie.ru/4531.html

 

 

- Igor Rostislavovich ! En quelques années, vous avez obtenu des résultats scientifiques sérieux et vous avez rejoint l'élite de la science. Pourriez-vous vous souvenir de quelques moments importants de votre vie de scientifique ?

 

- Vous savez, j'ai commencé très tôt comme mathématicien. Mais il n'y a rien d'exceptionnel à cela. C'est le problème avec les mathématiques. Elle ne nécessite pas une grande expérience de la vie, la collecte d'un grand nombre d'observations, de matériaux, de voyages de toutes sortes, comme c'est le cas pour les géologues. Un mathématicien commence souvent à réfléchir très tôt. Mes premiers travaux importants ont été réalisés lorsque j'avais une vingtaine d'années. Dès l'âge de dix-huit ans, j'ai commencé à travailler comme mathématicien professionnel. Et à l'âge de vingt-trois ans, j'ai soutenu ma thèse de doctorat. Mais encore une fois, je ne peux pas dire que c'était quelque chose de très exceptionnel.

 

J'ai commencé à travailler avant la guerre. Récemment, certains d'entre nous se sont remémoré l'atmosphère de ces années-là. Et étonnamment, nous sommes tous arrivés à la même conclusion : à l'époque, être engagé dans la science ne donnait aucun avantage - du prestige, une vie prévue pour cette époque. Et pourtant, notre département, la faculté de mécanique et de mathématiques de l'université, a été fréquenté par de nombreuses personnes. Et je me souviens que lorsque j'ai obtenu mon diplôme, cela m'a intéressé. Il était clair que parmi mes camarades de classe, beaucoup n'avaient pas de compétences spécifiques en mathématiques. Qu'est-ce qui les y a attirés ?

 

D'un côté, il y avait la particularité des mathématiques elles-mêmes. Comme l'a dit un mathématicien et philosophe, si vous comparez la vie avec le drame de Shakespeare, l'histoire du prince danois Hamlet, alors les mathématiques joueront le rôle d'Ophélie. Elle est charmante et un peu folle. Il y a vraiment quelque chose d'extraordinairement attirant chez elle que tout le monde, même ceux qui n'ont pas de penchants professionnels particuliers, ressent.

 

L'autre côté est qu'il y avait une certaine échappatoire à la gravité de la vie qui s'y trouvait. D'une part, ce n'était pas un domaine idéologique - ni l'histoire, ni la philosophie, ni même l'art, où l'on était de toute façon soumis à une pression idéologique constante. Les mathématiques étaient loin de toutes sortes d'applications. Il n'y a donc pas eu de problèmes de plans de toutes sortes ou d'envoi sur un chantier à gérer, et il s'est avéré que vos ouvriers étaient des condamnés, que vous seriez confrontés à ce côté horrible de la vie. Ils se sont lancés dans les mathématiques dans un semblant très lointain, mais comme dans un monastère.

 

De plus, si vous vous souvenez de l'histoire, il y avait des mathématiciens très brillants en Russie - Tchebyshov, Markov, par exemple. Et dans une certaine mesure, on pourrait dire qu'il y avait une école de mathématiques à Saint-Pétersbourg. Mais tout de même : ce n'était qu'une chaîne de talents individuels brillants. Une autre situation est possible, lorsque de nombreux, disons plusieurs dizaines de scientifiques s'unissent autour de certains problèmes. Une telle situation s'est souvent produite en Europe occidentale dès le XIXe siècle, alors que dans nos mathématiques, elle a commencé à se former après 1918. Un tel cercle s'est formé autour d'un brillant mathématicien, alors académicien Luzin.

 

Ce n'était pas un groupe très important. Mais ce qui est intéressant, c'est qu'ils se sont engagés dans la science sans aucun espoir de réussir dans la vie. Au contraire - dans la faim, dans le froid. C'était un groupe très soudé, travaillant même avec une sorte de défi au reste des mathématiciens, mettant l'accent sur leur position particulière, comme cela se produit toujours dans de tels cas.

 

En décrivant ce cercle, l'un d'entre eux a écrit des poèmes semi-comiques de ce genre : "Les couloirs sont gelés avec des rouleaux, / Seuls les arguments sont chauds ici." Ils vivaient dans le froid et la faim, dans la crainte constante d'être mobilisés pour un travail quelconque. Et pourtant, c'est exactement l'époque où les mathématiques soviétiques ont commencé à s'épanouir énormément. Très vite, les étudiants de Luzin ont commencé à se tourner vers d'autres domaines, y créant leurs propres écoles. Et par la chaîne des générations, presque tous les mathématiciens russes modernes peuvent tracer leur succession à partir de ce cercle.

 

Cela s'est produit, tout d'abord, grâce à Luzin lui-même, un homme très talentueux, qui a réussi à réaliser tout un enchevêtrement de problèmes intéressants, passionnants et en même temps accessibles et surmontables. Et d'autre part, parce qu'en faisant cela, ils ont créé leur propre monde dans lequel ils ont pu exister.

 

C'était la génération de mes professeurs, l'âge de mes parents, j'ai beaucoup entendu parler d'eux. Et il est intéressant que, en comparant cette époque avec celle d'aujourd'hui, vous puissiez prêter attention au fait qu'aucun d'entre eux n'a émigré à cette époque. Dans le cadre de la NEP, il était possible de voyager à l'étranger. Et beaucoup sont partis, mais pas pour longtemps, puis sont revenus. Il y avait ce qu'on appelait les bourses Rockefeller. Pendant quelques mois, une personne peut se rendre à l'étranger. En général, ils partaient avec leur famille... Néanmoins, personne de l'école de Moscou dont je parlais n'y a séjourné. Et de Leningrad, où il y avait juste un groupe de mathématiciens moins brillants, plusieurs personnes sont parties - loin des meilleurs. Et non pas en tant que transfuges ou non-retournés. Quelqu'un s'est marié en Amérique - puis est venu ici, a rangé sa bibliothèque et est parti. C'était possible. Le centre d'attraction des intérêts scientifiques était probablement plus fort à Moscou et plus faible à Leningrad. Et grâce à cela, personne n'a quitté Moscou.

 

Et maintenant, il n'est pas possible de dire que les conditions matérielles étaient pires qu'à l'époque. Certainement pas... Je me suis posé cette question à plusieurs reprises. Et je ne peux pas répondre à la question de savoir pourquoi il y a une si grande différence. Il est clair qu'il s'agit d'une sorte d'attitude de principe. Il semble qu'une sorte de drogue se soit installée à cet égard. On a l'impression que l'on ne peut s'en sortir qu'en puisant d'une manière ou d'une autre dans l'argent provenant de l'étranger. Soit vous y trouvez un emploi permanent, soit vous y voyagez aussi souvent que possible. Mais à l'époque, cela n'existait pas - les gens travaillaient tranquillement ici dans des conditions incomparablement pires. Après tout, si un mathématicien part au moins trois mois par an, mais plusieurs années de suite, alors le lien entre l'élève et le professeur est rompu. L'élève peut alors demander des conseils tous les jours, et la conversation avec le professeur s'intensifie constamment. C'est sur cette base que les écoles qui ont rendu les mathématiques soviétiques célèbres dans le monde ont été construites. Aujourd'hui, il est vendu, et non reproduit.

 

Une telle différence d'attitude est probablement due à l'essor scientifique général qui existait alors, dans les années 1920 et 1930. Il y avait ici un centre scientifique unique. Et pour un vrai mathématicien, bien sûr, les intérêts scientifiques sont plus importants que l'aspect matériel de la vie...

 

- Et peut-être que cela a quelque chose à voir avec la nature plus enracinée et traditionnelle de ces gens ?

 

- Oui, je pense aussi souvent que le matériel humain était différent à l'époque...

Pour la majorité de l'intelligentsia de l'époque, le départ de Russie n'était concevable que sous la menace d'une mort imminente.

 

- Passons à l'autre côté, plus proche des thèmes de notre site "Orthodoxie 2000". Récemment, le fils de l'académicien Sergei Vavilov, "le président non partisan de l'Académie des sciences soviétique", a écrit à propos de son père, il semble, dans Les progrès des sciences physiques, qu'il "a vécu la vie d'un vrai chrétien". On dit la même chose de certains grands scientifiques étrangers - Max Planck, par exemple. Vous connaissiez bien l'élite de la science soviétique, l'intelligentsia de cette époque. Quelle était l'atmosphère spirituelle là-bas ?

 

- Vous savez, cela dépend beaucoup d'une génération. Sergei Ivanovich Vavilov appartenait à la génération qui a précédé la mienne - la génération de mes professeurs et de mes parents. Je pense qu'en général, les intellectuels de cette génération n'étaient pas religieux. Presque tous les membres de cette génération que j'ai rencontrés ont raconté une histoire très similaire. Ils m'ont dit que dans leur jeunesse, avant la révolution, ils étaient fervents et sans doute croyants, et qu'ils s'exprimaient d'une certaine façon automatiquement. Il a été dit que la prière était quelque chose de quotidien et d'habituel. Mon professeur d'université, Boris Nikolaïevitch Delaunay, me disait : "Vous savez, Igor, je me rends compte que c'est assez bête, mais même aujourd'hui, j'ai encore parfois envie de prier. Mon père m'a dit que lorsqu'ils communiaient en classe avant Pâques, il était impossible de jouer au chat et à la souris plus tard, car tout le monde voulait succomber.

 

Mais la révolution et la guerre civile ont considérablement changé la psychologie. Mon père disait que ce qu'il avait vu et vécu pendant la guerre civile lui avait fait perdre la foi en un Dieu bon, un Dieu avec lequel un contact personnel était possible. Bien que dans sa vieillesse, j'ai vu qu'il était souvent baptisé.

 

Et cela, je l'ai entendu de la bouche de beaucoup.

 

Non, il y avait certainement des gens parmi eux qui sont restés croyants. Et j'en connaissais certains. Mais il s'agissait d'exceptions.

 

- Quant à votre père, est-ce que c'est la tragédie de la guerre qui l'a affecté ?

 

- La guerre civile. Oui.

 

C'est la même chose, mais dans une mesure incomparablement plus grande, comme c'est le cas actuellement. Les gens sont aussi très choqués en ce moment. Il s'exprime cependant de manière très différente. Aujourd'hui, de nombreuses personnes viennent à l'Église, espérant y trouver quelque chose, et certaines - dans des sectes d'un genre ou d'un autre. Vous pouvez voir que les gens ont perdu l'inertie avec laquelle ils vivaient. Bien sûr, cela s'est produit alors dans une mesure incomparablement plus grande que maintenant, car la vie est beaucoup plus gâchée.

 

Avant cela, ils avaient l'impression qu'une personne dont les parents ont fait des études supérieures sera également éduquée. Et, par conséquent, il bénéficie d'une vie tranquille sans problèmes et sans efforts, s'il n'a pas de prétentions extraordinaires. S'il veut devenir un scientifique plus célèbre - eh bien, il devra travailler plus dur pour qu'on le laisse préparer sa thèse et ainsi de suite. Ils ne doutaient pas que toute cette couche, l'intelligentsia, aurait une vie tranquille, au moins, aisée et prospère. Si c'était en province, alors avec de très grands appartements, des chemises propres tous les jours, des domestiques, etc.

 

Mais au lieu de cela, ils sont tombés dans quelque chose qu'ils ne pouvaient tout simplement pas imaginer. Dans la menace d'un peloton d'exécution, par exemple. Pas parce que quelqu'un se bat contre quelque chose - je ne parle pas de ceux qui sont entrés dans l'Armée blanche. Mais simplement parce qu'une unité est arrivée en ville, ou a pris des otages, ou "juste au cas où", ou parce que l'homme portait des bottes.

 

Mon père a été emmené deux fois au peloton d'exécution, m'a-t-il dit. Et une fois, tout le chemin a consisté à être examiné. Ils ont cherché à savoir ce qu'ils pouvaient lui prendre et s'il valait la peine de le tuer. Et quand ils ont vu qu'il était en chaussures, sans bottes, ils l'ont laissé partir. La famine. Le typhus. Mort de personnes en masse. Ce dont ils n'avaient aucune idée auparavant.

 

C'est-à-dire que c'est ce que nous vivons maintenant, lorsque le mode de vie habituel est détruit. Et il y avait une confusion dans l'esprit. Les gens perdent leur inertie de perception spirituelle du monde, dont ils avaient l'habitude de vivre, et ils se retrouvent sans défense... Comme à la fin de l'Empire romain, par exemple, la même chose s'est produite. De nombreux cultes exotiques apparaissent, croyant à la sorcellerie.

 

- Mais cet état tragique peut aussi nous aider à comprendre le christianisme, qui est basé sur le mystère de la Croix et le sacrifice d'un martyr.

 

- Je pense que c'est déjà le cas pour les générations suivantes, celles qui considèrent que c'est l'expérience de quelqu'un.

 

Vous savez, dans cette génération de professeurs avec lesquels j'ai étudié, il y avait un sentiment de consternation mortelle qu'ils ont vécu. Ceux qui ont eu des enfants rêvaient : seulement d'élever des enfants - que penser de plus !

 

- Et ensuite, que s'est-il passé dans les générations suivantes ?

 

- La situation dans le domaine de la science a changé de manière très radicale lorsque nous avons commencé à clarifier la réalité des armes nucléaires. Puis la situation matérielle des scientifiques a changé de façon spectaculaire. Ils ont cessé d'avoir faim.

 

Et c'était encore une époque de très grande pauvreté. En ce sens que nous vivions tous, par exemple, dans des appartements communs. Je me souvenais moins que les doigts de ma main de mes connaissances qui vivaient dans des appartements séparés. À l'école, par exemple, la petite-fille d'un ancien bolchevique étudiait et nous avons été invités à lui rendre visite. Nous sommes venus et avons vu une image étrange : vous êtes entré - et une cloche a sonné ! Et après la guerre, cette situation n'a pas immédiatement changé, sauf peut-être au sommet, les grands scientifiques de l'atome, par exemple. Mais au moins la question de savoir si le scientifique et sa famille seront nourris, a été supprimée. Les salaires ont été augmentés à plusieurs reprises. Il y avait le prestige d'un scientifique. Ils ont commencé à écrire sur la science. Les gens sont tous très réceptifs aux signes de la société - la société a besoin de tel ou tel comportement, de tel ou tel type de personnes : ces personnes sont récompensées, elles écrivent sur elles, elles font des films. Puis il y a eu autre chose : d'énormes concours pour les facultés - mathématiques, physique. Je parle juste : "Que voulez-vous être ? - "Je veux être physicien"... C'est une génération différente.

 

Et je ne parle pas des scientifiques de l'atome - ils étaient dans une position particulière. Ils étaient plus indépendants. Ils ont pu s'élever contre le fait que, contrairement à la directive du Comité central, un élève de Lyssenko a été élu à l'Académie. Ensuite, nous avons eu une élite scientifique et technologique particulière.

 

- Quant à la vie intérieure, en particulier l'attitude à l'égard de la religion. Était-ce une génération complètement irréligieuse ?

 

- Je pense que oui. Je n'ai jamais ressenti d'intérêt particulier pour cet environnement. Voici une situation typique. L'académicien Luzin, dont je parlais, appartenait à une génération avant cela. Je lui ai seulement dit bonjour. Je ne lui ai dit bonjour qu'une ou deux fois. Mais ses élèves immédiats étaient de la génération avec laquelle j'ai étudié. J'étais proche de beaucoup d'entre eux, je leur ai beaucoup parlé, et ils m'ont beaucoup parlé de Luzin. Et ce n'est que maintenant, à notre époque, que j'ai appris que Luzin avait de profonds intérêts religieux. Il était un ami proche de Florensky, appartenait à la tendance du séméno-slavianisme, et une affaire a même été ouverte contre lui par le NKVD (ceci est publié maintenant). Mais aucun de ses étudiants, même très proches, n'a pu m'en dire un mot. Je pense qu'ils n'étaient pas au courant ou qu'ils ne s'en souciaient pas du tout. Un tel fossé entre les générations !

 

La seule chose qui s'est produite ici, c'est que l'hostilité envers la religion a en quelque sorte disparu. L'attitude envers l'Église comme quelque chose d'hostile ou... ou effrayant, dangereux. Il est difficile de tracer une ligne ici. On avait l'impression que c'était une forêt sombre - qui sait, on peut peut-être s'y perdre.

 

Je pense que le tournant a eu lieu avec la guerre. Avant la guerre (je m'en souviens très bien : non pas que je la percevais d'un point de vue chrétien comme un coup porté à moi - plutôt comme un spectateur qui la regarde), la pression était très forte. C'était les années trente. J'étais un écolier. Il y avait une église en face de notre maison. Et c'était un passage pour aller à l'école. Et je me souviens qu'il y avait une procession et qu'il y avait des enfants, des gars comme ça. Ils faisaient semblant d'être saouls et traînaient tout le temps dans le coin - ils faisaient semblant de frapper ou de pousser le prêtre. Cette image de la procession est restée dans ma mémoire...

 

Et puis cette église a été fermée. Et - chose terrible - le prêtre s'est pendu aux portes de l'église. C'était un acte si monstrueux, un péché terrible pour un chrétien... Ou peut-être qu'ils l'ont pendu - je ne sais pas.

 

Et après que l'église ait été dynamitée, très prudemment - pour que seule la vaisselle sonne dans les maisons. Et à sa place a été construite l'école Stroganov.

 

Et il y avait une attitude générale envers l'Église avant la guerre. L'attitude était comme celle d'une famille avec une arrestation. Si les gens étaient décents, s'ils étaient vos proches, alors la relation n'était pas interrompue. Mais on avait le sentiment que c'était quelque chose de très dangereux. Bien sûr, il y avait des gens pour qui il y avait quelque chose de si attirant dans l'Église qu'ils ont cédé au danger. La plupart d'entre eux l'évitaient et la considéraient comme quelque chose de risqué. Mais ce n'était pas un calcul, voyez-vous. La particularité de la conscience qui s'est développée n'était pas qu'il s'agissait d'un calcul : cette action me menace de ceci ou de cela. C'était une atmosphère générale de peur.

 

Et l'Église a été incluse parmi les facteurs dangereux de la vie. Et pour beaucoup, pas de sympathie. Quelque chose de "sombre". Je me souviens que les adultes parlaient, quand ils oubliaient ma présence, de la survie de l'Église, de sa place dans l'avenir. Quelqu'un a dit que seules les vieilles dames allaient à l'église : elles mourraient et il n'y aurait personne pour y aller. Puis, plusieurs décennies plus tard, j'ai entendu les mêmes conversations (en souriant) et j'ai pensé que ces filles komsomol en foulard rouge, dont on disait qu'elles ne voulaient absolument pas aller à l'église, s'étaient transformées en vieilles dames et allaient à l'église.

 

Bien sûr, pendant toute la période de persécution - celle de Staline, de Khrouchtchev et de Brejnev (qu'on ne peut pas appeler persécution, mais plutôt pression) - l'Église était soutenue par des vieilles dames. Et puis il y a eu une collision très douloureuse, lorsque l'intelligentsia a tendu la main à l'Église.

 

Je ne dirai pas qu'il y avait quelque chose d'impur ici : ils avaient simplement une certaine envie et un certain intérêt. Mais du point de vue des vieilles dames de l'Église, bien sûr, il y avait quelque chose ici. Ils ont défendu l'Église avec leur vie, avec la chaleur de leur cœur, avec leur travail - et maintenant d'autres sont venus pour s'admirer, pour se montrer. Et l'attitude était en conséquence.

 

- Et c'est pour quand ?

 

- Je pense que c'est quand l'Eglise est devenue sûre ou peu dangereuse. Quelque part à l'époque de Brejnev. L'Église, bien sûr, a toujours été soumise à une sorte de surveillance inamicale... Par exemple, on entre dans une église et on voit immédiatement un signe que la première chose dont on a besoin lors d'un baptême est le passeport des deux parents. Pourquoi - ce n'est absolument pas clair. Pourquoi une grand-mère ne peut-elle pas en apporter un ? Il s'agit d'un état athée, qui n'aurait pas considéré cela comme autre chose qu'un rituel vide. Je pense qu'il dissimulait également une vision religieuse, mais d'un autre ordre : l'État croyait en fait que ce rite n'était pas vide, mais seulement nuisible à l'État.

 

Et quelle en était l'explication ? Ils ont dit des bêtises, qui peuvent toujours être dites si vous avez le pouvoir entre les mains, comme par exemple que le baptême peut provoquer un rhume. Mais il n'est jamais venu à l'idée de quiconque d'exiger un passeport pour acheter une glace à un petit-fils - après tout, lui aussi pourrait manger une glace et attraper un rhume. Il est clair que c'était un non-sens. Telles étaient les formes de pression.

 

L'intelligentsia, oui, avait peur de cela. Je me souviens de quelques cas où j'étais moi-même parrain. Et il y a eu des cas où, disons, la mère voulait baptiser, mais le père avait peur. Puis nous avons trouvé un prêtre qui était prêt à baptiser sans ces passeports. De tels prêtres ont été trouvés, mais pour eux c'était un grand risque...

 

Bien que, d'un autre côté, une fois j'ai vu une église absolument bondée - plusieurs dizaines de personnes sont venues pour être baptisées. C'étaient des jeunes gens des usines - ils n'étaient certainement pas en danger. Et un enseignant, disons, aurait pu être signalé pour son travail.

 

- C'est-à-dire que cette pression a coupé de l'Église les couches les plus éduquées.

 

- Oui, je pense que cela s'appliquait surtout à l'intelligentsia. De même que certaines études politiques et d'autres choses de ce genre.

 

- Et pendant cette période de retour progressif de l'intérêt pour l'Église, y avait-il, parmi l'intelligentsia et parmi les scientifiques, des gens qui étaient de fervents croyants ?

 

- Oui, bien sûr, il y a toujours eu de telles personnes. Mais la question est de savoir combien ils étaient et dans quelle mesure ils ont défini le visage de cette strate.

 

Il y avait des gens qui ne cachaient absolument pas leur appartenance à l'Église ou leur appartenance à l'Église. Parfois, cela a été pardonné. Mais ils étaient aussi prêts à subir des épreuves. Les enseignants, par exemple, ont souvent été licenciés.

 

Mon fils avait un professeur d'anglais. C'était une vieille dame bizarre. Elle était très étrange - je crois que c'était un pull à capuche. Elle était complètement comme une sorte de magie avec les enfants, elle était comme si elle les hypnotisait. Pour qu'elle ait des conversations en classe, elle a dit qu'elle ne pouvait pas imaginer de telles choses... C'est pourquoi elle était généralement appelée par ses supérieurs au bout de quelques mois et leur demandait : "Croyez-vous en Dieu ? Apparemment, ils ont deviné d'après ces signes. Et elle me disait ensuite : "Vous savez, je pense généralement que vous devriez toujours vous soumettre aux autorités, mais ici, je ne pouvais pas. Et elle leur disait : "Je le crois." Et ils disaient : "Eh bien, alors écrivez votre lettre de démission." Et elle allait dans une autre école.

 

Il y avait aussi l'église des Catacombes. Ou, par exemple, pendant la persécution de Khrouchtchev, il y avait des chrétiens orthodoxes qui appartenaient au patriarcat de Moscou et qui ont lutté contre la fermeture des églises. Il y a eu une persécution de l'Église, pas spécialement sanglante - sans exécutions, sans Solovki. Mais dans le sens de la fermeture des églises, c'était très cruel. Environ vingt mille églises se trouvaient en Russie - et environ dix mille ont été fermées. Et puis il y a eu un homme héroïque, je crois que son nom de famille était Talantov. Je pense à Vyatka (Kirov à l'époque). Il a commencé à lutter contre la fermeture des églises. Il y en avait tout un groupe - j'ai entendu parler plus tard d'autres groupes de ce type (à Nijni-Novgorod, par exemple). Il a réussi à envoyer du matériel à l'étranger. Et à la fin, ils ont commencé à le harceler dans les journaux en disant qu'il suscitait une campagne antisoviétique. Sa femme a eu une crise cardiaque et est morte. Puis ils ont mis Talantov dans un camp et il est mort en six mois. Un tel martyr de notre temps a presque...

 

C'est comme ça que ça s'est passé. Et puis l'attitude a commencé à changer. Je l'ai remarqué il y a longtemps. J'étais dans un bus, j'ai entendu deux personnes parler, l'une d'elles dit "prêtre". J'ai entendu les grondements habituels du prêtre. Et il a dit avec une intonation complètement différente : "Quel prêtre ! Un vrai ! Avec une telle barbe..." J'ai ressenti une attitude complètement différente vis-à-vis du phénomène lui-même. L'hostilité à l'égard de l'Église a commencé à s'estomper.

 

Bien que jusqu'à la fin de l'ère Brejnev, des groupes de jeunes, membres du Komsomol, se tenaient autour de l'église à Pâques. Et, par exemple, ma femme et moi avons été autorisés à entrer dans l'église, mais pas mon fils. Ils ont dit : "C'est seulement pour les personnes âgées." J'ai parfois essayé de les persuader, mais cela n'a servi à rien. Apparemment, ils n'aimaient pas ça eux-mêmes, mais il y avait une instruction...

 

Mais une foule se rassemblait autour de l'église à chaque Pâques, des bougies étaient allumées pour la procession - personne ne pouvait l'empêcher. Il y avait une certaine attraction pour l'Eglise.

 

Mais peut-être pour finir, je pense que cette époque est toujours en cours, franchement - pour dire l'amère vérité. Il me semble qu'il y a une vague gravitation, de l'espoir. Il me semble que c'est le cas, mais comment le savez-vous vraiment ? Il me semble qu'aucun peuple orthodoxe n'a été formé, qui s'engage fermement, qui va à l'église, qui vit sa foi. Et c'est jusqu'à présent un état de recherche induit par le choc. Comme les oiseaux, ils volent de manière désordonnée, à la recherche d'un lieu de nidification ou de nourriture, mais ils ne maîtrisent pas encore le mécanisme inné spécifique de la recherche du matériel de nidification ou de la traque des proies, qui conduit alors l'animal fermement dans son sillage. Il erre dans différentes directions.

 

En ce moment, nombreux sont ceux qui errent près de l'église orthodoxe. D'autres (un plus petit nombre, heureusement) se promènent chez les Krishnaïtes. D'autres lisent Roerich. Mais il me semble que cela se passe encore à ce niveau. Nous n'avons aucune raison de nous reposer sur nos lauriers.

 

- Et que pensez-vous, à l'avenir, qu'il y ait un espoir que le peuple russe devienne ecclésiastique et qu'il y ait une renaissance ?

 

- Comment le savoir ? Je pense : soit - soit. Soit il y en aura, soit les gens disparaîtront. Peut-être que les gens disparaîtront comme un phénomène plus ou moins important de la vie mondiale. Bien sûr, je suis sûr qu'une nation russe forte ne peut exister que selon le principe : un peuple, un pays, un Dieu, une Église.

 

Et je pense que s'il y avait une solution complète, enracinée, calme, comme une solution finale de l'Église, la foi qui imprègne toute la vie des gens, alors cela résoudrait le problème du système d'État monarchique. Sans laquelle je ne peux pas non plus imaginer une Russie stable et forte. Car comment la Russie peut-elle exister ? Elle semble si misérable sous la démocratie qu'elle vous fait même mal au cœur. Ce n'est même pas tragique - c'est pire. Et une dictature n'est qu'une parodie pathétique de la monarchie.

 

En fin de compte, je ne peux qu'imaginer une monarchie dont le fondement serait une vision religieuse du monde. Parce qu'autrement, il n'est pas clair comment les gens peuvent confier leur destin à une seule personne, si cette certitude n'est pas confirmée d'en haut. Mais il me semble que cela est possible dans un avenir lointain, que je n'espère certainement pas voir. Bien que les choses se passent souvent beaucoup plus vite qu'on ne peut l'imaginer...

 

- Vous avez en fait répondu à la question que je voulais poser sur l'avenir de la Russie. Sommes-nous maintenant à un point de rupture ?

 

- Pire encore qu'au point de rupture. La Russie est maintenant, bien sûr, un pays conquis, vaincu. Et soit il trouvera la force de surmonter le joug - spirituel et physique, de le jeter, soit il ne résistera pas...

 

- Et que pensez-vous que la jeune génération, en particulier, puisse faire dans cette situation pour relancer la Russie ? Et de ce point de vue, quels sont les problèmes les plus urgents en Russie ?

 

- Vous savez, il me semble que la crise russe n'est pas seulement une crise russe. Il s'agit d'une crise mondiale, avec une réflexion particulière en Russie. Et si cela ne nous éloigne pas trop du sujet, je peux vous expliquer comment il me semble que c'est le cas. Après tout, il me semble que le sort de la Russie ne peut être résolu qu'à l'échelle mondiale.

 

- Oui, c'est intéressant.

 

- Il me semble qu'au cours des derniers siècles, en particulier des deux derniers siècles, l'Occident a construit une société tout à fait unique, une société qui n'a jamais existé auparavant et qui, à bien des égards, rompt complètement avec la tradition de l'histoire humaine.

 

Tout d'abord, elle n'est pas agricole, mais purement urbaine. Il y a eu des cas d'émergence de grandes villes et de déclin de l'agriculture. Cela était généralement associé à la fin de certaines civilisations : romaine, babylonienne... Selon Spengler, c'est un signe typique du déclin d'une culture particulière, lorsque les grandes villes se développent au détriment du village. Mais cette croissance n'a pas été du tout de la même ampleur : toujours une grande partie de la population vivait à la campagne, et maintenant on construit une société dans laquelle idéalement personne ne vit à la campagne. Aux États-Unis, environ 3 % de la population vit à la campagne et exploite une ferme, tandis que la majorité de la population travaille pour l'agriculture, produisant des engrais, construisant des machines, faisant de la recherche, de la génétique ... On a l'impression que cette société est hostile à l'agriculture et a besoin, presque comme dans les mines d'uranium, de minimiser les contacts avec elle - de remplacer les hommes par des machines si possible.

 

Cette société et cette création furent la destruction de la campagne, qui commença en Angleterre avec la persécution la plus brutale des paysans. Ils ont été chassés de leurs terres, déclarés vagabonds car, en effet, ayant été dépossédés de leurs terres communales, ils erraient à la recherche de travail. Ces vagabonds étaient marqués au fer rouge et pendus. Ou bien ils étaient emprisonnés dans des maisons de travail, où les conditions de vie étaient similaires à celles des prisons et que l'on appelait "maisons de l'horreur". Peu à peu, ils ont été recyclés dans le prolétariat urbain, mais même là, ils ont été maintenus sous la menace de lois cruelles, qui suggéraient, par exemple, la peine de mort pour le vol de biens de quelques fardeaux, c'est-à-dire de quelques centimes. Puis les parcs de Londres ont été ornés de pendus. C'est ainsi que la société technique industrielle a été construite aux dépens de la campagne.

 

Aujourd'hui, la vie est de plus en plus basée sur la technologie, et la technologie est considérée comme l'élément le plus fiable de la vie. Et partout où l'homme peut être remplacé par la technologie, il est remplacé par la technologie. Au niveau des interrupteurs, par exemple, lorsque les personnes sont remplacées par des dispositifs techniques, il y a moins d'erreurs... La technique est comprise dans un sens très large, non seulement comme une technologie de machine, mais aussi comme un système élaboré et pratiqué d'action ciblée, un système tel que n'importe qui peut l'apprendre. Il peut s'agir d'une technique boursière, d'une technique de publicité, d'une technique de propagande politique... La machine n'est qu'un idéal, une "technique idéale". Cette technique soumet complètement une personne. Il lui indique à la fois les buts de la vie et les moyens de les atteindre. Et le chemin du repos. L'homme travaille pour la machine, et la machine organise son repos. Le contact avec la vie réelle est remplacé par un contact artificiel, principalement par le biais de la télévision, comme dans certains romans fantastiques sur l'avenir. Un sociologue allemand a formulé cette tendance de manière très succincte : il s'agit de détruire la nature et de la remplacer par une nature artificielle, à savoir la technologie. Dans le monde, il y a une révolution de ce genre.

 

La Russie était dans une position particulière, car cette civilisation technique crée de très grandes forces et un certain nombre d'opportunités très attrayantes pour la mentalité russe. Après tout, cette nouvelle technique très spécifique est basée sur la science, chaque nouvelle réalisation technique est basée sur une réalisation scientifique qui vient de se produire. Par exemple, la bombe atomique est créée sur la base de la mécanique quantique, découverte par pratiquement la même génération de personnes.

 

La Russie s'est donc retrouvée dans une position où se trouvaient un certain nombre d'autres pays. Ils ont été confrontés à un problème : comment être avec une civilisation aussi technique ? Et cette civilisation est extrêmement cruelle et intolérante. Elle agit sous le masque de la douceur, de l'impartialité, de la tolérance, mais elle ne se réfère qu'à ce qui se passe en son sein et à ce qui ne l'empêche pas de fonctionner. En interne, elle est prête à défendre n'importe quelle minorité : religieuse, sexuelle, quelle qu'elle soit...

- Faites-vous référence à la civilisation occidentale ?

 

- Oui, bien sûr. La civilisation technologique est une civilisation occidentale... Mais pour autant, elle est totalement incapable de coexister avec des alternatives. Elle les détruit tout simplement. Les Indiens d'Amérique ont choisi une seule voie - ne pas y succomber, et ont été complètement détruits. Les Chinois et les Indiens ont été soumis en tant que colonies. Et la Russie a choisi un mode d'emprunt très difficile, l'assimilation, mais en même temps elle a essayé de s'accrocher à ses bases. Et donc, il me semble que le centre de l'histoire de la Russie a été la lutte pour le village, pour empêcher ce renversement de situation en Russie : la construction de la civilisation industrielle aux dépens du village. C'est sur cette base que les réformes d'Alexandre II ont été fondées. La communauté a été préservée pour éviter la prolétarisation du village. Puis, lorsqu'il est apparu que cette voie présente un certain nombre de défauts, les ministres d'Alexandre II et d'Alexandre III Bunge et Witte ont proposé leur propre version ... Mais il s'agissait d'actions au sein de l'administration, qui ne se sont pas traduites par des mesures concrètes. Il y a eu beaucoup de préparation, qui a ensuite été effectuée par Stolypin. Et parallèlement, tout à fait indépendamment de cela, un grand courant se développait sur l'étude et l'introduction de la coopération paysanne, qui permettait de préserver l'élément individuel le plus central de l'exploitation familiale, tout en la rendant économiquement puissante, en lui donnant accès au marché mondial, réfutant le point de vue selon lequel seules les grandes exploitations sont compétitives. Et avant la guerre mondiale, 85 millions de personnes et les membres de leur famille étaient membres de coopératives - une grande partie de la population paysanne. Il y avait d'énormes entreprises coopératives - Maslocenter, Flnocenter - monopolistes sur le marché mondial, qui s'appuyaient sur la coopération des fermes paysannes.

 

Toutes ces tentatives se sont cependant révélées tardives et insuffisantes et n'ont pas pu empêcher l'explosion de la révolution. Que manquait-il ? Je pense que c'est la même chose qui manque encore - le sentiment que la Patrie est en danger. Si les propriétaires de l'époque avaient perçu correctement ce qui se passait, ils auraient bien sûr été prêts à faire des sacrifices beaucoup plus importants. Mais parmi eux, il y avait une sorte de confiance à courte vue dans l'inertie de la vie, dont j'ai parlé plus tôt, que les choses continueraient à tourner ainsi...

 

Et le marxisme était un produit de la même civilisation occidentale, une de ses doctrines les plus radicales. Mais aussi contre les paysans et les chrétiens - avec une haine invétérée de la campagne, bien sûr. Et si vous regardez comment Marx explique pourquoi toutes les tentatives de révolution en Angleterre et en France ont échoué, l'explication est toujours que c'était à cause de la "bourgeoisie villageoise". Pour lui, la campagne était un adversaire encore plus redoutable que pour les capitalistes. Pour lui, le village était une contradiction vivante, l'effondrement de sa conception. Car sa conception, exprimée dans le Manifeste communiste, était que la société était de plus en plus divisée en deux classes en guerre, le prolétariat et la bourgeoisie. Mais la paysannerie elle-même était en contradiction avec cette thèse principale. Et il l'appelait "classe étrange", "classe incommode", parlait de "l'idiotie de la vie de village", de "la barbarie au milieu de la civilisation". Et, sur le plan conceptuel, les marxistes bolcheviques, formés théoriquement, ont affirmé que le pays devait être transformé en une économie unique où les prolétaires travailleraient. Et puis ils se sont heurtés à la résistance effrayante de la campagne. Les forces bolcheviques étaient divisées entre la répression des soulèvements paysans et la lutte contre les armées blanches. Et à la fin, les paysans ont gagné leur guerre grâce à cela. C'est le cas le plus rare d'une guerre paysanne gagnée. Bien sûr, ils ne pouvaient pas gagner cette guerre dans le sens d'une prise de contrôle de la capitale, pour établir leur gouvernement - ils n'avaient pas cette organisation, et probablement pas cette idéologie non plus. Mais ils ont riposté... Ils ont forcé Lénine à admettre que la poursuite de la vieille politique du communisme militaire mène à un désastre imminent, la mort du gouvernement soviétique.

 

Mais néanmoins, ce qui s'est passé alors, dans les années 1930, a été une répétition de pratiquement la même voie occidentale : l'industrialisation au prix de la ruine des campagnes. Ce sujet était constamment discuté lors des congrès des partis, comme une balle que l'on lance d'une faction à l'autre - et finalement, il a été mis en œuvre.

 

Et il me semble que la tragédie de la Russie est que, à partir des années trente, notre pays n'a pas suivi sa propre voie. Elle a rejeté une chose pour laquelle elle se battait depuis des siècles et a commencé à imiter la "manière anglaise" dont j'ai parlé. Staline disait que nous avions cent cinquante ans de retard.

 

Mais ce qu'on a appelé "l'économie de rattrapage" est fondamentalement impossible. Vous savez, j'ai vécu de telles choses en mathématiques. À l'époque, les contacts avec les mathématiciens occidentaux étaient difficiles, et nous avions des domaines entiers de mathématiques qui n'avaient pas été développés ici, mais qui étaient intéressants. Et j'ai commencé à les faire. Et il était clair qu'en suivant ce qui a déjà été fait en Occident, on ne peut jamais rien faire de manière indépendante. Vous ne ferez que répéter les idées de ce qui a été fait par des mathématiciens plus avancés. Il fallait trouver notre propre voie, une voie parallèle de développement, où l'on peut créer quelque chose d'intéressant. Mais la Russie a été mise dans une situation où elle a dû "rattraper son retard".

 

Et cela n'a pas changé non plus pendant la perestroïka. Ils ne cessent de nous dire que nous devons rattraper notre retard par rapport à la société civilisée. Encore une fois, il y a une certaine manière, un certain plan, qui a été inventé et réalisé là-bas et qu'il suffit de répéter. En fait, il s'agit d'un phénomène de pensée utopique : déduire le développement d'un pays non pas de sa logique interne, de son développement antérieur, mais inventer ou emprunter un modèle quelconque...

 

En même temps, il me semble que toute la civilisation technologique dans son ensemble est condamnée. Après tout, elle est dirigée contre la nature. Mais l'homme fait partie de la nature, et donc la civilisation s'avère également dirigée contre l'homme. Cela se reflète également dans la crise écologique, qui n'est pas accidentelle mais une conséquence naturelle et logique de cette civilisation qui a adopté le point de vue selon lequel la nature n'est qu'un matériau de transformation, par rapport auquel seule l'opportunité technique est concernée. Mais l'opportunisme technique ne tient pas compte des visions et des calculs trop éloignés de ce qui se passera dans les siècles à venir, par exemple, comment se comporteront les déchets radioactifs que nous enterrons actuellement.

 

La crise écologique résultant de la civilisation technologique est désormais bien connue : les "trous d'ozone", l'"effet de serre", l'augmentation de la température de la Terre, la disparition des forêts qui créent de l'oxygène, etc. Mais il y a un autre signe qui indique que la civilisation technologique se dirige vers son impasse. Elle est, comme je l'ai dit, entièrement basée sur une technologie qui progresse rapidement, une technologie particulière basée sur les dernières avancées des sciences naturelles. Mais dans la seconde moitié du XXe siècle, les sciences naturelles ont connu un fort déclin. Si dans la première moitié du siècle, des domaines aussi grandioses que la mécanique quantique, la théorie de la relativité, la génétique sont apparus, il n'y a plus rien de tel aujourd'hui. Aujourd'hui, lorsqu'ils donnent des exemples de réalisations humaines, ils parlent de satellites, d'ordinateurs, de nouvelles technologies, etc. Mais toutes ces lois ne sont pas nouvelles, et les sciences naturelles ne font que les découvrir. Il y a trente ans, un célèbre physicien soviétique m'a dit qu'il n'y avait pas beaucoup de lois de la nature et qu'elles étaient presque toutes découvertes. Les scientifiques sont laissés à eux-mêmes pour s'occuper uniquement de leur application. Que cela soit vrai ou non, mais le processus de déclin rapide des sciences naturelles est remarqué par beaucoup. Et cela signifie que le fondement de la civilisation technologique disparaît sous ses pieds.

 

- Dans ce contexte, quelle est votre attitude face à la nouvelle civilisation électronique, en particulier face à l'Internet ? On parle d'un "village mondial" électronique. Il existe des croyances populaires selon lesquelles la nouvelle civilisation technogène revient à certaines strates très archaïques de la conscience humaine.

 

- Cela est possible. Il est possible qu'un certain développement de la technologie puisse être utilisé pour faire revivre des formes de vie traditionnelles. Mais d'un autre côté, je pense qu'il y a peut-être ici aussi une énorme exagération. Un certain nombre de personnes influentes sont très intéressées par le développement de cette région. D'autres sont également intéressés, mais pas dans le sens où ils obtiennent de l'argent en conséquence ou deviennent directeurs d'instituts, mais ils sont juste intéressés par cela. Mais le résultat peut être une extrême exagération. Je me souviens de la première étape - quelque part dans les années 50 - lorsque les ordinateurs ont commencé à apparaître. Si vous vous souvenez de ce qui a été dit à l'époque, non seulement sur ce qui pouvait être réalisé, mais aussi sur ce qui était déjà supposé être réalisé, il devient clair qu'il y avait un élément de bluff colossal. Je me souviens, par exemple, qu'il existait toute une littérature sur le traducteur artificiel. Et j'ai assisté à une réunion du département de physique et de mathématiques de l'Académie des sciences, où il a été question de notre première traduction automatique comme d'une grande réussite. Et puis une autre tendance est apparue : l'informatique a été confrontée au fait que la traduction électronique est impossible parce que la langue à un niveau plus ou moins sérieux n'est pas du tout formalisable. De nombreuses années plus tard, j'ai rencontré un homme qui était présent à cette conférence et je lui ai demandé - souvenez-vous, nous avons entendu le rapport et on nous a montré le texte prétendument traduit. Et il a dit qu'il pensait que cette traduction était faite par une personne, et non par une machine.

 

- Mais il existe maintenant des traducteurs électroniques qui travaillent assez efficacement.

 

- Oui, mais ils produisent un texte très grossier qui nécessite une révision humaine.

 

- Oui, ils ne peuvent pas vraiment traduire la poésie...

 

- Un texte scientifique non plus. Ainsi, par exemple, ils traduisent parfois le titre de l'article "Malformation des poulets" par "Malformation précoce des poulets".

 

- Je vois. Revenons un peu en arrière. Outre le point de vue optimiste que j'ai mentionné, il y a un autre point de vue : celui selon lequel l'Internet, par exemple, est l'apogée de la civilisation technique dans toute sa signification négative dont vous parliez. On parle de "réalité virtuelle" pour remplacer la vie...

 

- Je pense qu'il y a toujours un très grand écart entre les réalisations techniques réelles et l'idéologie qui en découle.

 

Permettez-moi de donner un autre exemple, plus radical. À l'époque, au milieu de la discussion sur les ordinateurs, qui venait d'apparaître, le point principal de la discussion portait sur le "cerveau électronique" : le cerveau humain pouvait-il être recréé ? Un homme, aujourd'hui mort depuis longtemps, interrogé par un journaliste et à qui on a posé cette question, a répondu : "Que voulez-vous dire, est-ce possible ? C'est dans le plan triennal de notre institut". Un autre homme, un grand mathématicien, a dit qu'il s'agissait en fait d'une autre formulation de la question de la matérialité du monde.

 

- Il y a donc place pour une sorte de fantaisie scientifique ?

 

- Oui, je pense que c'est énorme. Il y a un énorme fossé entre ce qui est réel et possible et l'idéologie qui en découle. Voici un exemple. Avant le marxisme, l'idéologie socialiste la plus populaire était le Saint-Simonisme. Heine était un disciple de Saint-Simon. Et le mot principal de leur doctrine était "scientisme", c'est-à-dire la croyance dans le pouvoir universel de la science. C'étaient des Français, influencés pour la plupart par l'école normale. Ils assuraient, et disaient en riant, qu'il était sûrement possible, avec l'aide de la science, de créer des cerveaux incomparablement meilleurs, des institutions humaines et des mécanismes de vie plus parfaits que ne le faisait la nature maladroite et arriérée. Et le célèbre économiste et philosophe von Hayek, qui l'a décrit, a dit que, apparemment, il ne leur était jamais venu à l'esprit que ce cerveau même, avec l'aide duquel ils vont tant transformer la nature, est la nature même qui l'a créée.

 

- Mais il semble qu'il y ait eu aussi un moment assez fort de véritable combat contre Dieu. Quelque chose comme le bâtiment de la Tour de Babel.

 

- Oui, bien sûr. Sur le plan idéologique, il y a toujours eu ce moment. Il s'agit de la construction de la Tour de Babel.

 

Et l'attrait pour la technologie en soi n'est pas si important. C'est toujours la partie idéologique qui a les conséquences les plus destructrices. Regardez les Saint-Simonistes : quelle était leur "base scientifique" ? Aucune. Une idéologie pure. Saint-Simon a parlé du principe de l'attraction et de la répulsion sociale, comme Newton a parlé du principe de la gravitation universelle. Mais Newton a utilisé sa théorie pour calculer les orbites des planètes. Et Saint-Simon ? Ils n'avaient rien de tel...

 

Et la même chose avec Marx. C'était un peu mieux fait "pour la science". En fait, une partie du contenu y était minime. Tout le pathos était dans l'idéologie de la destruction, de la révolution. Et au cœur de ce projet, il y aurait une "méthode scientifique". Et dans quel sens est-elle scientifique ? Dans quel sens y a-t-il une preuve, une expérience ? Si vous regardez, parce que c'était complètement intenable. Il a dit, dans leur ouvrage central, que le moulin à vapeur donne une société capitaliste, tout comme le moulin à main donne une société féodale. Mais le moulin à main était déjà à Sumer... Et il y a beaucoup de déclarations de ce genre. Le "Manifeste communiste" commence par le fait que l'histoire est l'histoire de la lutte des classes... D'où vient-il ? Pourquoi n'y a-t-il que "lutte", pourquoi ne peut-il y avoir de coopération, de concurrence ? Même si nous supposons que cette division en classes, qu'ils proposent, est compréhensible, et non une autre division, alors il y a beaucoup de formes d'interaction entre eux. Pourquoi ne s'agit-il que d'une lutte ? Et cela n'est même pas argumenté d'une quelconque manière.

 

Jusqu'à récemment, l'élément scientifique a joué un rôle colossal. C'est le pouvoir magique de l'appel à la science. En règle générale, sans utiliser réellement la méthode scientifique et la terminologie correcte. Mais il me semble que cette influence est aujourd'hui en nette diminution. Après tout, il est maintenant clair que la science apporte des dons qui ne sont pas si évidents. Et la "scientificité" de ces concepts est très douteuse. En Occident, depuis les révoltes étudiantes des années 60, la science n'a guère été sollicitée en tant qu'autorité supérieure.

 

Le scientisme est ancré dans la révolution scientifique des XVIIe et XVIIIe siècles, lorsque tout le monde a été vraiment choqué par ce que la science faisait, par exemple, en astronomie, lorsqu'il s'est avéré qu'à partir d'une loi, on peut calculer comment un noyau vole lorsqu'il est tiré par un canon, et comment une planète ou une comète se déplace. J'ai été frappé par le fait que même dans Conan Doyle, qui a lancé la notion de roman policier, Sherlock Holmes utilise la méthode scientifique, qui est presque la chose principale dans son travail.

 

- Revenons à la thèse selon laquelle la Patrie est en danger. Il est intéressant de constater que, dans 50 ans, le peuple russe sera divisé par deux, par exemple, mais en même temps, on le regarde comme dans un film, sans réagir par des sentiments ou des actions...

 

- Au fait, vous m'avez demandé ce que l'on peut faire maintenant... Un de mes amis m'a demandé conseil. Sa fille ne va pas trop mal, elle fait des affaires, elle gagne bien sa vie. Mais (et c'est une situation assez typique !) tout ce mode de vie déteste la haine féroce, prêt au moins à prendre l'arme dans ses mains. Et mon amie, sa mère, demande : "Que lui conseilleriez-vous de faire ?" Je dis : "Eh bien, tout d'abord, ayez deux enfants." Elle arrête d'en parler. Il ne s'agit pas du tout de ça... Et c'est la toute première chose. Sans changer cette attitude face à la naissance des enfants, toutes les autres conversations sont bien sûr dénuées de sens. Et il s'agit là, bien sûr, d'une attitude purement spirituelle, non liée à des facteurs matériels. Après tout, nous avons un taux de natalité plus faible aujourd'hui que pendant la guerre : mais qui peut dire que c'était plus facile pendant la guerre qu'aujourd'hui ? C'est une attitude très différente. Avant, il était assez facile de supporter que les enfants se promènent en haillons. Je n'ai pas grandi pendant la guerre, mais je me souviens que ma manche était toujours déchirée et que je portais une veste refaite de l'époque prérévolutionnaire de mon grand-père, et j'avais souvent envie de manger, car la nourriture qu'ils me donnaient n'était pas très savoureuse et probablement même nutritive. Mais ce n'est pas grave, nous avons vécu sans...

 

Un discours de l'écrivain Vassili Ivanovitch Belov m'a fait une vive impression. Il a dit : "Après tout, nous sommes en train de dégénérer ! Les femmes, pourquoi n'accouchez-vous pas ? Vous dites qu'il est difficile d'élever des enfants de nos jours. Mais ma mère a élevé nos six enfants après la guerre. Je n'ai jamais eu de sentiment de plénitude - la première fois que je l'ai eu, c'était quand j'ai quitté le village pour la ville. Mais elle nous a tous élevés de la même façon".

 

Et maintenant... C'est peut-être humain pour les enfants. Pourquoi donner naissance à un enfant qui voudrait manger ? C'est une psychologie différente. Mais au moins, c'est une question psychologique, et non matérielle. Remarquez : vous marchez dans la rue et vous ne voyez pas une mère richement vêtue portant quatre enfants. De nos jours, les personnes les plus riches donnent également naissance à peu d'enfants.

 

- Maintenant, une question légèrement provocante. A une époque, vous avez écrit un article assez sensationnel sur la "russophobie" qui, si je comprends bien, a même eu des conséquences négatives pour vous, n'est-ce pas ?

 

- Non, non. Mon livre sur le socialisme a eu des conséquences plus négatives pour moi - après son apparition, j'ai été renvoyé de l'université. C'était important. Parce qu'à l'université, j'avais des étudiants, des étudiants... Et là, c'était plus superficiel. La réaction a été dure, mais elle ne m'a pas beaucoup touché.

 

- Mais dans certains cercles intellectuels, cela a provoqué une attitude très négative à votre égard. Vous avez été perçu comme un personnage assez odieux.

 

- Oui, bien sûr : obscurantiste, antisémite...

 

- Mais quand même - cela fait des années, qu'en pensez-vous maintenant : quelle part de ce que vous avez abordé dans ce livre est encore d'actualité ?

 

- Vous savez, les grandes prédictions sur le pays, sur l'histoire, ne se réalisent généralement pas. Et je pense que c'est très bien ainsi : le cours des événements est imprévisible, logiquement imprévisible. Parce que cela dépend de la volonté du peuple. Et j'ai moi-même dit beaucoup de choses qui ne se réaliseront pas plus tard.

 

Mais dans ce cas-ci, il s'agissait de bien plus qu'une prévoyance accomplie ou plutôt exagérée. Quel était le contenu de l'article ? J'ai pris les quelques articles qui circulaient ici sous forme de samizdat, où les gens disaient franchement ce qu'ils pensaient et, même en exil, ce qui était publié. Tout cela a été distribué en nombre absolument insignifiant. Sur cette base, j'ai reconstitué, comme un lézard sur des restes d'os, le point de vue de certaines couches de personnes qui, pour une raison quelconque, sont antipathiques aux principes traditionnels de la vision du monde russe, qui sont dégoûtées par l'histoire russe et la personne russe du début à la fin... Et qui pourtant vivent parmi les Russes. Je ne pensais pas que ces gens étaient des Juifs, et il y en a beaucoup parmi les Russes : le célèbre Sinyavsky, par exemple, qui a écrit : "La Russie est une salope.

 

Et maintenant, si nous continuons la même comparaison : ces lézards n'ont pas besoin d'être reconstruits, ils marchent parmi nous et nous mangent. Même la politique télévisuelle en est imprégnée, tout comme la politique gouvernementale...

 

- Beaucoup de choses ont changé ces derniers temps…

 

- Il me semble qu'il faut ici séparer les actes concrets des paroles. Vous voulez dire que la terminologie a changé. Il y a quelques années, Eltsine a déclaré que des "personnes rouges et brunes" très dangereuses étaient apparues. Et maintenant, ni lui ni Poutine ne disent de telles paroles. Auparavant, on parlait de "patriotes dangereux" qui étaient toujours mis entre guillemets. Et maintenant, ils se disent "patriotes". C'est vrai. Mais Zhirinovsky a été le premier à le découvrir. Il a réalisé que c'était désagréable pour les gens d'écouter comment on se moquait des Russes... Après cela, d'autres hommes politiques ont vu par son exemple qu'il était possible de réussir et ces mots ont commencé à être prononcés par n'importe qui - des bolcheviks, du parti communiste et jusqu'au président. Mais tout est question d'actions...

 

- Mais peut-être qu'un changement de mots entraînera un changement d'actions. Devront-ils faire ce qu'ils disent ?

 

- Vous savez, Eltsine a souvent promis de s'allonger sur les rails, mais cela ne l'a pas incité à le faire. Hitler a également écrit : "Ne vous embêtez pas à écrire aujourd'hui dans le journal le contraire de ce que vous avez écrit hier, parce que le citoyen moyen ne regardera pas ce journal. Mais au moins, vous pouvez regarder le vieux journal, mais même cela est impossible à la télévision - vous ne pouvez pas tourner une page et voir ce qu'il y avait avant. Elle est typique non seulement de la télévision, mais aussi, de manière générale, de la présentation moderne de l'information. Aujourd'hui, même le journal ne peut être opposé : un dialogue est impossible. Tout cela s'apparente à la persuasion, à l'hypnose, et pas du tout à la discussion ou à la communication des faits. Ce n'est pas un hasard si les journaux télévisés ne consistent plus en une présentation de faits dont vous pouvez tirer vos propres conclusions, mais en des points de vue étayés par des images... Quand quelque chose se passe à la Douma, on vous montre un homme politique important pour lequel des millions de personnes ont voté... et il ouvre juste la bouche. Et en même temps, un jeune homme totalement inconnu - un commentateur - explique ce qui se passe. Mais j'aurais trouvé intéressant de savoir ce que cet homme politique a vraiment dit, que je sympathise ou non avec lui - il y a un vrai pouvoir derrière lui après tout. Mais il s'avère que ce n'est pas son vrai pouvoir, mais celui d'un jeune homme de la télévision.

 

- Alors comment pensez-vous pouvoir résister à tout cela ?

 

- Je pense qu'il faut tout d'abord avoir une grande expérience de la vie pour pouvoir résister à cette monopolisation. Et puis, en nationalisant les principales chaînes. Parce qu'on ne peut pas vendre la vérité pour de l'argent. Bien sûr, la nationalisation crée aussi le risque d'une monopolisation de l'information par l'État. Mais il est possible de lutter contre elle. Il est possible de présenter les chaînes ou les émissions à l'Église, aux syndicats, aux scientifiques, aux écrivains. Mais le principe de "vérité pour l'argent" doit être supprimé dans tous les cas.

 

Igor Shafarevich.

Interviewé par Dmitry Saprykin.

1er février 2000.

 

http://pravoslavie.ru/4531.html

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Igor Chafarevitch s'entretenait avec Gennady Starostenko

10 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Philosophie, #Politique, #Russie, #Sciences, #Société

Igor Rostislavovich Chafarevitch (1923-2017), mathématicien et penseur russe.

Igor Rostislavovich Chafarevitch (1923-2017), mathématicien et penseur russe.

As a schoolboy, he took exams at the mechanics and mathematics department of Moscow State University. And after graduating from school in 17 years, he was taken immediately to the last course of this faculty. In 19 years he defended his thesis, in 23 of the year - a doctoral thesis ... Then scientific and teaching activities, titles, awards. However, at the same time there is continuous internal work going on in it, prompted by the awareness of imperfection, injustice, falsehood of the surrounding life.

The desire to understand the causes of what is happening leads him to the circle of dissidents. He opposes the persecution of dissidents, the use of psychiatry as a means of political repression, becoming a member of the Human Rights Committee. Especially a lot of power gives protection of freedom of religion and the rights of believers in the USSR. And this is despite the fact that his father once admitted: during the years of the Civil War, he saw and experienced something that deprived him of faith in some good God for a man, God, with whom personal contact is possible. 

But he himself felt differently: “It seems to me that faith helped me to experience despair throughout my life. Religious experience gives a person, the people the opportunity to perceive their life as something meaningful, to take it out of the category of the theater of the absurd. ” 

Such an attitude to faith, to the love of Russian literature brought up since childhood, stories could not but tell, and his paths with liberal dissident circles diverge sharply. Because the main theme of his philosophical and journalistic reflections becomes the fate of the Russian people, the insulting and humiliated state in which he found himself. 

Shafarevich comes to the conclusion that the most important thing for modern Russia is to defend the right to comprehend its history, its historical experience. And contribute to the change of national consciousness, crushed by blocks of lies and deception. It is necessary for the Russians to be ready for the inevitable turn of history, which otherwise could be disastrous for them. 

The most recent scandals in society connected with the Victory Day only confirm the loyalty of his words: “But while looking at Russia as a mistake of history is considered advanced, cultural, intelligent, even the only decent one, until then, of course, no healthy development can be . Either the country will perish, or this spiritual illness can be overcome. ”

During the meeting with the journalist, Igor Shafarevich was cheerful, open and friendly. These days he completely immersed himself in the editing of his book on mathematics, published in Germany, but he did not refuse from a difficult conversation about the present and future of our country, our people. 

- Igor Rostislavovich, what contributed to the awakening of civil and national feelings in you in your younger years? After all, it was necessary to overcome the instinct of self-preservation, elementary fear?

- Once I met a man who spent a lot of time in camps - more than thirty years. He was a nobleman and deeply Russian man. I remember, I asked him: apparently, the feeling of being a Russian person is still being laid since childhood, when you listen to folk tales and epics? He smiled: as a child I listened to Contes de Perrault (Perro's tales) ... But as a child I listened to real Russian tales. I think this was the reason for my awareness of myself as a Russian person.

I remember that in my room, in the communal apartment where we lived, there was a round rotating shelf. And there was a book of Russian epics, which I constantly re-read. On the other hand, I think that the national feeling should be innate, it is embedded in your genes. I remember what a great impression the film “Alexander Nevsky” made on all of us - especially in those places where high words about the Motherland were spoken.

Then I began to awaken the realization that in the surrounding life a lot of ostentatious, false, that the Russian people are being manipulated. The authorities are still acting the same way - with suspicion of Russians, ready to manipulate their feelings, often believing that Russian self-consciousness is already extremism and that it is necessary to fight it. At the same time, we live in a country where eighty percent of the Russian population ... This is a tremendous force, which is why the efforts of our opponents to subordinate us to our will are so great.

- Your talent in the field of accurate knowledge manifested itself very early. A person who has gained fame at an early age can indulge in self-delusion, feel elected, believe in his superiority over others ...


- Election? I think that this is not in Russian heredity, not in our roots. On the contrary, many of us have in our blood a readiness for self-sacrifice. I was told how once, during the Great Patriotic War, the enemy tank the attack was repulsed, and the turning point in it was when one of the fighters shouted "... so is your mother!" threw himself with a grenade under the tank. Namely - without swearing allegiance to some lofty ideals, but like that, under rude scolding, giving his soul "for his own." They always appeal to this feeling of Russians - to their patriotism - whenever they want to use them in their own interests.

The likelihood that people will start their own interests and rights to defend is great, so the authorities somehow have to deal with this, they feel the danger ...

I do not remember how in the current, but in the so-called Brezhnev constitution, even before perestroika, the attitude to the word “Russian” was as if it were indecent. Then the government began to remove some verbal prohibitions - but these were only minor external concessions. Nevertheless, there was a sharp reaction to attempts to regain old-fashioned, pre-revolutionary symbols and meanings. A meeting of historians was even organized in the Central Committee of the CPSU, which emphasized the ideological character, its materials were later published in the journal Voprosy istorii. It said that unacceptable revisionist deviations are beginning - that tsarist Russia, for example, is no longer viewed as a “prison of nations” ...

- The ancients said: Errare humanum est. That is, it is human to err. Time passes and you have to admit that any actions you have committed are erroneous. So, for example, the writer Leonid Borodin spoke a year or two before his death: yes, they say, imprisoned — and right, in general, they did ... The subtext is understandable — in the words of Zinoviev, dissidents were tagged into communism, and got into Russia. At that time, many thinking people went from “red” to an understanding of the national, and some of the nationalists began to understand what genuine values ​​were lost with the Soviet era. And you yourself wrote that the epoch of socialism was not a single monolith of seventy years in our country. What it divides, if simplified, into two parts - in many respects opposite to each other. Where do people come from that can explain to others all the truths and iniquities of life? All its difficulties and contradictions?


- There was a time when this question was painfully experienced by me ... Even now it is not clear to me whether people thinking not only of themselves, but also of the fate of the people, are part of the same people? Or is it some kind of separate people that need to be studied separately? I think that people who are capable of thinking about the fate of the people simply do not separate themselves from their interests, from the interests of the country. But many who are in a position to think about people think mostly about their own interests. They are strangers to him. And they simply lead people away from their awareness of their higher goals. And this, in my opinion, Danilevsky realized ... There are two different cultures that live an unknown life.

- In your book “The Three Thousand-Year Enigma” there is a phrase: “Carefully, gradually it will not be possible to make Russia non-Russian”. How strong is this conviction in you now, after many years. After all, it has now become clear what powerful forces are being used as instruments of de-Russification. In 90, I would agree with you, but now ...

- But in my opinion, no - after all, it cannot be done. We are very difficult to change. Of course, television today is largely anti-Russian. Very many programs that I watch are either simply Russophobic, or with Russophobic overtones. For this and captured television. Of course, it is difficult for a Russian person to be optimistic today, but still ... Although we still have Yeltsin terminology in use - Russians. It was suggested to him once that this is the old Russian word. And he had just the psychology of that kind of kings ... Russian is not characterized by aggressive nationalism, some kind of hostile perception of other nations, but the word “Russians” dissolves the Russian dominant in itself.

I know many people who are trying to actively counteract the evil of de-Russification. I read with interest the patriotic journalism - especially such that is supported by significant information, operates with facts. But I do not agree with some of the authors. Others, for example, are already talking about some form of "guerrilla war", about tough actions that today's young people are capable of, while we, the older generations, are mired in chatter. There are some moments that give them away as extreme people, but at the same time sincere and honest.

- Several years ago, at the joint collegium of the Prosecutor General’s Office, with the participation of other weighty structures, it was stated that the number one political enemy now is Russian nationalism. In total, more than three million crimes were committed in the country that year, and only three hundred and a few, that is, one hundredth percent, were crimes related to ethnic conflicts. But it was this one hundredth percent that was presented as the main danger.

- Yes, as we have already spoken to you, the authorities are afraid of the Russian national feelings. But we should be aware that we have enough reasons for new cataclysms and it is easy to rock the boat. I must note that in an attempt to suppress Russian nationalism, the authorities may have not only vicious approaches, but also quite natural fears. Recently, I read an article by a well-known propagandist of the national idea - that the government is pushing national protest forms underground. Perhaps it is so, but, on the other hand, a hard line on such a protest may give off adventurism and lead to destruction. This kind of "guerrilla war" can develop unpredictably. Therefore, we must be realistic. Still, recently life has turned a little bit for the better, some kind of stability has appeared, people have some kind of work that feeds them. And the opinion that life under construction is now to be destroyed, even if it is bad from a moral point of view, is too harsh a view on things.

- Actually, those who have been robbed are difficult to reconcile with robbers, just like those who were slandered with slanderers ... But let's talk about something else - tell me, are there any social topics that you would undertake to explain to people? What do you think today?

- You know, it is interesting to think about what hands for some reason have not reached yet. Interest enthralls and gives strength. When such an interest arises, it stimulates both activity and thought.

- You wrote that the 21st century will witness the destruction of that civilization type that has taken shape in Western Europe and the USA ...


- Yes, and I do not refuse this thought. Only this process is slower than I imagined ... And I would like to. But this process is slow, but it is going on. Already it is clear that Western society is losing its strength.

- Indeed, the historical elasticity is lost there. It seems to me, first of all, in connection with the introduction of multicultural approaches and flows of migrants. It changes Europe. Latin America is going on in America ...

- I must say that in these processes there is some historical justice. Thanks to them, she is recovering. Recall that the land on which Mexicans live today was once rejected by America, which is about half of Texas and California. Everything is not so hopeless, so let's hope.

Interviewed by Gennady Starostenko.

Source: https://en.topwar.ru/28988-igor-shafarevich-sdelat-rossiyu-nerusskoy-ne-udastsya.html

Commentaire de Slaventi (5 juin 2013):

Shafarevich finished his main work - titled "Russophobia" in 1982. It was, of course, impossible to publish it. Only a few years later, when the air smelled of Gorbachev's liberalism, Shafarevich decided to let him into samizdat. And in 1989 - it happened: "Russophobia" appeared on the pages of the magazine "Our Contemporary". Shafarevich could not put up with the communist system of power and in the 70s was among the leading dissidents. But among the dissidents Shafarevich also soon became a dissident. While most of them, fighting for human rights, were guided by Western values ​​of democracy and free enterprise, for Shafarevich the bright future of Russia lay in its autocratic Orthodox past. In his opinion, rapprochement with the West can only "dilute" its national identity. This is contraindicated for Russia, but a small group of intellectuals, dominated by Jews, pushes it down this disastrous path.

According to Shafarevich, the "small people", as he called such an intelligentsia, does not understand the aspirations of the "big" people, does not respect its traditions and original culture, considers it a cattle, suitable only to serve as material for irresponsible social experiments.

 

Shafarevich a terminé son œuvre principale - intitulée "Russophobie" - en 1982. Il était, bien sûr, impossible de la publier. Quelques années plus tard seulement, lorsque l'air sentait le libéralisme de Gorbatchev, Shafarevich décida de le faire en samizdat. Et en 1989 - c'est arrivé : La "russophobie" est apparue dans les pages du magazine "Notre contemporain". Shafarevich ne pouvait pas supporter le système de pouvoir communiste et dans les années 70, il faisait partie des principaux dissidents. Mais parmi les dissidents, Shafarevich est aussi devenu rapidement un dissident. Alors que la plupart d'entre eux, luttant pour les droits de l'homme, étaient guidés par les valeurs occidentales de démocratie et de libre entreprise, pour Shafarevich, le brillant avenir de la Russie résidait dans son passé orthodoxe autocratique. Selon lui, le rapprochement avec l'Occident ne peut que "diluer" son identité nationale. C'est contre-indiqué pour la Russie, mais un petit groupe d'intellectuels, dominé par les Juifs, la pousse sur cette voie désastreuse.

Selon Shafarevich, le "petit peuple", comme il appelle une telle intelligentsia, ne comprend pas les aspirations du "grand" peuple, ne respecte pas ses traditions et sa culture originelle, le considère comme un bétail, apte à servir uniquement de matériel pour des expériences sociales irresponsables.

(Traduction: Le Rouge et le Blanc)

 

Le film documentaire "Igor Shafarevich "Je vis en Russie" réalisé par Nikolai Melnikov.

Le film explore la personnalité du grand scientifique russe, mathématicien, que le monde entier connaît, et dont les travaux, tant scientifiques que philosophiques et journalistiques, passionnent plus d'une génération. La tentative de montrer I. Shafarevich sans préjugés ni fausses évaluations et constitue la tâche principale du film.

Le film comprend des images uniques, des interviews.

Scénariste et réalisateur - Nikolay Melnikov.

Caméraman - Alexander Orlov.

Producteur - Alexander Dubovitsky.

Année 1994.

"Nous avons un dicton:

Il vaut mieux mourir que de quitter sa patrie".

Alexandre Nevsky

Lire la suite

Elena Larina et Vladimir Ovchinsky : la supériorité quantique (Club d'Izborsk, 28 décembre 2020)

29 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Russie, #Sciences

Elena Larina et Vladimir Ovchinsky : la supériorité quantique  (Club d'Izborsk, 28 décembre 2020)

Elena Larina et Vladimir Ovchinsky : la supériorité quantique

 

28 décembre 2020`

 

https://izborsk-club.ru/20441

 

 

Comme l'a rapporté The Economist à la fin de cette année "rugissante" (19.12.2020), William Zeng, responsable de la recherche quantique à la banque Goldman Sachs, a déclaré aux personnes présentes que l'informatique quantique pourrait bientôt avoir un impact "révolutionnaire" sur les banques ainsi que sur la finance, et même sur notre vie entière au sens large.

 

Les experts en informatique quantique espèrent que ces machines augmenteront les profits en accélérant l'évaluation des actifs, en trouvant des portefeuilles plus rentables, et aussi en rendant plus précis les algorithmes d'apprentissage des machines elles-mêmes. Une étude menée en juillet de cette année par la banque espagnole BBVA montre que les ordinateurs quantiques peuvent accélérer le processus d'évaluation de la solvabilité, identifier les possibilités d'achat d'actions en vue de leur revente ultérieure, ainsi qu'accélérer la simulation dite de Monte Carlo, qui est largement utilisée dans le domaine financier pour modéliser le comportement possible des marchés.

 

La finance n'est pas la seule industrie qui s'attend à bénéficier même des ordinateurs quantiques petits et instables qui sont actuellement disponibles, un grand nombre de secteurs, de l'aérospatiale à la pharmacie (sans parler du militaire), s'attendent également à profiter de "l'avantage quantique". Cependant, il y a tout lieu de croire que c'est la finance qui sera la première à trouver une telle voie.

 

Des banques telles que BBVA, Citigroup, JP Morgan et Standard Chartered ont créé des équipes de recherche d'experts en informatique quantique et ont signé des accords avec des sociétés informatiques. Les experts de la société de conseil Boston Consulting Group estiment que les banques et les assurances en Amérique et en Europe ont engagé plus de 115 experts en juin de cette année, un grand nombre, même dans le milieu universitaire, pour une spécialisation aussi étroite.

 

Certaines banques ont désormais plus de doctorats en physique et en mathématiques que les universités.

 

Alors, quand peut-il y avoir une révolution financière ? Selon certains experts, des algorithmes simples pourraient commencer à être utilisés dans les 18 prochains mois. La plupart des experts estiment qu'un délai de trois à cinq ans est plus réaliste.

 

Sur les doigts des ordinateurs quantiques

 

Les ordinateurs quantiques ont eu encore moins de chance dans Runet que l'intelligence artificielle. Grâce aux efforts de pseudo-experts, différents types de non-spécialistes, notamment dans le domaine de l'éducation humanitaire, qui sont devenus des blogueurs et ont prétendu être des gourous de l'informatique, le sujet des ordinateurs quantiques s'est avéré encore plus mystifié et confus que le problème de l'intelligence artificielle.

 

C'est pourquoi, tout d'abord, il est nécessaire de comprendre clairement et aussi brièvement que possible en quoi un ordinateur quantique diffère d'un ordinateur ordinaire et quelle est la fameuse "supériorité quantique". Après tout, l'ordinateur ou le smartphone qui nous est familier n'est rien d'autre que le petit-fils d'un arithmomètre. Contrairement à son grand-père, où les calculs étaient effectués par interaction mécanique des pièces de l'arithmomètre, en informatique elle est réalisée dans le cadre de la transmission de signaux électriques à travers certains registres. Un registre est une unité élémentaire d'une puce de processeur. Aujourd'hui, il y a plusieurs milliards de registres dans un smartphone, qui fournissent le processus de calcul. Un registre - et c'est la clé pour comprendre la différence entre un ordinateur quantique et un ordinateur conventionnel - prend deux valeurs : 0 ou 1. En conséquence, tout ce que font les ordinateurs modernes, y compris l'intelligence artificielle, c'est encoder les informations entrantes en zéros et en uns et les calculer. Les appareils informatiques que nous connaissons sont le fruit des réalisations de la physique du dernier quart du XIXe siècle. Ils sont basés sur les principes de la physique classique.

 

Un ordinateur quantique fonctionne différemment de l'ordinateur auquel nous sommes habitués.  Il s'appuie sur les réalisations de la branche des sciences naturelles qui s'est développée le plus rapidement au cours du XXe - début du XXIe siècle, à savoir la physique quantique. Au cours des 30 à 40 dernières années, ils ont réussi non seulement à découvrir, mais aussi à apprendre à reproduire progressivement les conditions d'un processus totalement improbable et encore incompréhensible appelé superposition.

 

Dans le monde de la physique qui nous est familier et, par conséquent, dans les ordinateurs et les smartphones, les processeurs peuvent fonctionner avec deux alternatives, qui sont respectivement codées comme 0 et 1. L'unité minimale d'information dans un ordinateur classique est un bit, c'est-à-dire la capacité à prendre l'une des valeurs : 0 ou 1. Un ordinateur quantique, contrairement à un ordinateur classique, est capable de fonctionner dans un état de superposition. Appliqué aux calculs, cela signifie que ses cellules de calcul élémentaires peuvent fonctionner non seulement avec 0 et 1, mais dans tous les états intermédiaires possibles entre eux. Il semblerait que cela fasse une différence que le système de calcul reste dans un seul état ou dans deux ou plusieurs ? Et la différence est énorme. Si un ordinateur quantique possède, par exemple, dix registres, il peut rester simultanément dans mille états. Et 20 registres comptent plus d'un million d'états, etc.

 

Un ordinateur quantique, ou un système de physique computationnelle qui utilise les lois de la mécanique quantique, ressemble à peu près autant aux ordinateurs traditionnels qu'un cheval à un avion. Tous deux sont capables de transporter un voyageur d'un point A à un point B, et en cela ils sont similaires. Cependant, en termes de vitesse et d'autres possibilités de livraison, un avion est par ordre de grandeur supérieur à un cheval.

 

En fait, le fameux terme "supériorité quantique" fixe des choses assez simples et évidentes. L'ordinateur quantique dépasse de plusieurs ordres de grandeur les systèmes informatiques binaires habituels, y compris même les superordinateurs. Et la différence de capacités n'est pas comptée en temps mais en milliers et en millions de fois.

 

Comme le sujet des ordinateurs quantiques est assez embrouillé et mystifié non seulement pour la population, mais aussi pour la soi-disant élite, il provoque divers types de spéculations et une désinformation délibérée. Par exemple, de temps en temps, tel ou tel État déclare avoir réussi à créer un véritable ordinateur quantique et qu'il fonctionne de manière stable.

 

Récemment, la Chine a annoncé que le pays avait créé un ordinateur quantique, qui est des millions de fois plus productif que les ordinateurs quantiques américains, sans parler des supercalculateurs classiques. Cependant, le problème est qu'aucun des spécialistes étrangers n'a vu l'ordinateur, et encore moins eu l'occasion de travailler dessus. Les Chinois ne sont pas les seuls coupables, mais un certain nombre d'entreprises américaines aussi.

 

Alors qu'il n'existe dans le monde qu'un véritable ordinateur quantique de 53 mètres cubes, Google Sycamore, qui a réussi à résoudre le problème, inaccessible même aux plus puissants supercalculateurs "normaux". Pour être précis, un supercalculateur moderne IBM Summit aurait mis 20 000 ans à résoudre ce problème, alors que Sycamore a effectué tous les calculs nécessaires en 200 secondes seulement. La différence fondamentale entre le système de Google et d'autres réalisations déclarées est que les mathématiciens, les physiciens et d'autres personnes peuvent en faire la demande, et après examen, ils seront autorisés à travailler sur l'ordinateur. Ainsi, un nombre assez important de personnes de grande réputation dans le monde de la programmation et des mathématiques y ont déjà travaillé. Il a donc passé avec succès la vérification publique.

 

Une autre difficulté fondamentale de l'utilisation d'un ordinateur quantique est qu'il reproduit en quelque sorte la mécanique des calculs qui existait à l'époque déjà apparemment lointaine où l'on utilisait des lampes au lieu de puces et où les mathématiques sous-jacentes aux calculs étaient continues plutôt que discrètes. Concrètement, cela signifie que tous les programmes écrits pour les ordinateurs modernes, y compris même les superordinateurs, sont totalement inadaptés à un ordinateur quantique. Les premiers pas de la programmation dans ce domaine sont encore en cours. En conséquence, tous les ordinateurs quantiques actuellement en service - ils sont créés aux États-Unis, en Chine, en Corée du Sud, au Japon et dans l'UE - sont des machines spécialisées destinées strictement à un certain type de calculs.

 

En d'autres termes, un ordinateur quantique aujourd'hui ne peut pas, comme un smartphone, d'abord nous montrer un film, puis nous rappeler d'aller au magasin, et enfin calculer le choix optimal d'investissement en actions sur les marchés des capitaux. Jusqu'à présent, tous les ordinateurs quantiques sont des machines spécialisées et non universelles.

 

Pour l'instant, un ordinateur quantique à part entière est une chose du futur. Pour l'instant, et il faut le dire clairement et distinctement, il n'existe que des maquettes expérimentales d'ordinateurs quantiques à part entière. Des mannequins en ce sens qu'ils peuvent déjà travailler, mais ils sont orientés sur des opérations strictement définies.

 

Cependant, l'analyse de la dynamique du développement de l'informatique quantique nous permet d'affirmer avec certitude que nous avons affaire à une technologie dite exponentielle. En 2019-2020, il y a un tournant. Alors qu'il y a deux ou trois ans, les spécialistes en informatique les plus avancés et les plus accomplis pensaient que l'application pratique des ordinateurs quantiques était une question de fin de vingtaine ou de début de trentaine, aujourd'hui, ils affirment avec confiance que l'ère des ordinateurs quantiques arrivera littéralement dans les quatre ou cinq prochaines années.

 

Le fait que personne ne souhaite arriver trop tard pour cette célébration est d'une importance cruciale. Tout le monde est préoccupé par le fait que quelqu'un, qui est le premier dans cette course, puisse choisir cette option : commencer tranquillement à recevoir tous les avantages et ne pas l'annoncer au monde entier.

 

Avantages et menaces des ordinateurs quantiques

 

Comme toute technologie de la nouvelle révolution industrielle, l'ordinateur quantique apporte de sérieux avantages et des menaces catastrophiques à la société. Il peut transformer le secteur bancaire, créer un puissant système de cyberdéfense, améliorer le système de défense contre toute attaque militaire et constituer une arme terrible aux mains des terroristes ou des structures mafieuses.

 

Les menaces les plus graves pour la sécurité mondiale et nationale, l'économie et la vie quotidienne sont dues à l'utilisation d'ordinateurs quantiques pour le décryptage de codes. Les experts en cryptographie de l'Agence nationale de sécurité des États-Unis ont publié un rapport sur le site web de la NSA en 2015, exprimant de sérieuses inquiétudes quant à la perspective de faire fonctionner des ordinateurs quantiques, car cela pourrait conduire à un décryptage extrêmement rapide de nombreux algorithmes cryptographiques utilisés aujourd'hui. Les représentants de la NSA ont noté que la question du développement d'algorithmes cryptographiques capables d'un cryptage efficace des données à l'ère des ordinateurs quantiques est plus pertinente que jamais. Selon les spécialistes de l'agence, l'apparition d'un ordinateur quantique fonctionnel, dont l'existence mettrait en danger la sécurité de l'État et des données commerciales dans tous les domaines, est tout à fait réaliste. Bien que de temps en temps, les principaux médias mondiaux publient des articles sur les menaces que font peser les ordinateurs quantiques sur les systèmes de paiement internationaux, les sociétés de traitement telles que MasterCard, Visa, etc. ainsi que les cryptocurrences et, tout d'abord, les bitcoins, la situation réelle est meilleure que les scénarios décrits.

 

Le fait est que les méthodes de cryptographie dites post-quantiques ont été développées et seront prêtes à être utilisées dans deux ou trois ans. Ils sont basés sur des mathématiques sophistiquées, et leur application ne permet pas aux ordinateurs quantiques de s'introduire dans les réseaux des entreprises et du gouvernement fédéral comme un ouvre-boîte dans une boîte de conserve. De plus, au second semestre 2020, des prototypes d'un système de cryptage résistant aux quanta ont déjà été testés et ont résisté à une attaque de l'ordinateur quantique de Google.

 

Le principal inconvénient des systèmes de cryptage post-quantique est le coût extrêmement élevé non seulement de leur développement, mais aussi des coûts énormes liés à l'exploitation pratique pour protéger les données à la fois stockées dans les bases de données et transmises par les systèmes de télécommunication.

 

De temps en temps, des publications paraissent prédisant la fin des bitcoins et des cryptomonnaies avec l'introduction de l'ordinateur quantique. Ce genre d'articles est généralement écrit par des économistes ou des journalistes. Sans compter que le bitcoin est l'une des cibles les plus gênantes pour un ordinateur quantique, même sous sa forme actuelle, il est important de savoir que d'ici l'année prochaine, un système de cryptage spécial sera préparé pour le rendre résistant aux attaques des ordinateurs quantiques.

 

La principale et la plus grande menace des ordinateurs quantiques pour l'économie mondiale et la vie quotidienne est la suivante. Même au stade initial, les ordinateurs quantiques peuvent presque instantanément casser tout anti-virus et accéder à environ 97% des ordinateurs individuels, des smartphones et des ordinateurs portables et à au moins 65% des ordinateurs d'entreprise, selon la NSA. Comme le cryptage post-quantique est non seulement coûteux à développer mais aussi coûteux à exploiter, il sera sans doute déployé au cours des deux à quatre prochaines années pour les agences fédérales, les systèmes de sécurité nationale et d'application de la loi, les principaux centres universitaires et les grandes entreprises. Et pas dans tous les pays. Les États-Unis, la Chine, le Japon, la Corée du Sud et la Russie en feront certainement partie.

 

Comme tous les appareils personnels, les infrastructures informatiques des petites et moyennes entreprises, ils seront sans défense contre les ordinateurs quantiques au cas où ils tomberaient entre les mains de criminels, sans parler des terroristes ou des réseaux de pirates informatiques qui travaillent pour le renseignement de tel ou tel État. Il s'agit d'une menace peu comprise mais absolument réelle, menaçant de saper la sécurité, le commerce et, surtout, la vie quotidienne des citoyens.

 

Mobilisation quantique

 

Les prédictions de The Economist ces dernières années, bien que parfois bizarres, ont une tendance surprenante à se réaliser. Prendre du retard dans la course au développement des ordinateurs quantiques et de l'informatique quantique pourrait devenir aussi dangereux que de prendre du retard dans la course au développement d'armes de pointe ou dans la course à la création d'une intelligence artificielle "forte".

 

Rappelons également que la NSA a tiré la sonnette d'alarme il y a cinq ans et a prédit l'émergence d'ordinateurs quantiques et d'informatique quantique potentiellement dangereux d'ici 2030. Mais tout s'est passé dix ans plus tôt.

 

La Russie possède le capital humain le plus puissant en matière de programmation, d'intelligence artificielle et d'informatique quantique.

 

En 2019, la Russie a approuvé une feuille de route pour le développement des technologies quantiques, qui fait partie du programme national "Economie numérique". La carte est conçue pour la période allant jusqu'en 2024 et comprend trois domaines : l'informatique, les communications et les capteurs.

 

L'informatique quantique et le développement de l'ordinateur quantique national sont engagés dans "Rosatom", les communications quantiques - dans les chemins de fer russes, les capteurs - dans "Rostec".

 

De grandes entreprises russes coopèrent avec Rosatom pour le développement d'un ordinateur quantique - Sberbank et Sberbank-Technology, Gazprombank, Gazpromneft, SIBUR et autres.

 

Des scientifiques de l'Institut de recherche scientifique panrusse Dukhov, de l'Université d'État de Moscou Lomonosov, du MIPT, de l'Université technique nationale de recherche MISIS, de l'Université technique d'État de Moscou N.E. Bauman, du PhIAN, de plusieurs instituts universitaires et du RCC sont engagés dans le développement d'un ordinateur quantique dans Rosatom.

 

La création du consortium National Quantum Laboratory (NQL) a été annoncée le 25 novembre dernier. (NQL). Il comprend la structure de la corporation d'État "Rosatom" ("SP Kvant"), le centre quantique russe, le Fonds "Skolkovo", l'Université nationale de recherche "École supérieure d'économie", NITU "MISIS", MIPT et l'Institut physique Lebedev. Institut physique P.N. Lebedev.

 

Simultanément à la création d'un ordinateur quantique et au développement de l'informatique quantique, ne pas attendre le jour CH (donc le jour désigné par l'armée comme jour d'attaque) en Russie dans un mode de mobilisation doit déployer un travail pour minimiser les risques et les menaces potentielles des ordinateurs quantiques, liées au piratage des systèmes antivirus.

 

 

Elena Larina

 

http://hrazvedka.ru

Elena Larina (1964) - Femme d'affaires, analyste, conférencière. Membre fréquent du Club Izborsk. Né, étudié et travaillé à Moscou. A étudié à l'Université russe d'économie et de droit Plekhanov, respectivement. A étudié le droit à l'Université russe d'économie Plekhanov et à l'Institut Griboyedov de droit international. Elle est titulaire d'un diplôme en économie de l'Université russe d'économie Plekhanov et de l'Institut Griboyedov de droit international et d'économie. PDG de Personalinvest et co-fondateur de Highrest.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Alexander Mazharov : la Russie va grandir dans l’Arctique (Club d'Izborsk, 23 décembre 2020)

23 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Environnement, #Exploration, #Nature, #Politique, #Russie, #Sciences

Source: Wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Péninsule_de_Yamal

Source: Wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Péninsule_de_Yamal

Alexander Mazharov : la Russie va grandir dans l’Arctique  (Club d'Izborsk, 23 décembre 2020)

Alexander Mazharov : la Russie va grandir dans l’Arctique

 

23 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20411

 

 

« La Russie va grandir dans l’Arctique. »

 

Ces mots ont été prononcés par le Président de la Fédération de Russie V.V. Poutine à la réunion avec les volontaires et les finalistes du concours "Volontaires de Russie 2020" est très logique.

 

Aujourd'hui, l'attention de la communauté mondiale est de plus en plus tournée vers les territoires arctiques. L'Arctique devient un point de rencontre des intérêts de diverses nations dans les domaines économique, commercial, scientifique, environnemental et autres. Environ 30 % de la zone arctique de la Terre se trouve sur le territoire de notre pays. L'une des régions, qui joue un rôle clé dans le développement de la zone arctique de la Fédération de Russie, est la région autonome de Yamal-Nenets.

 

Yamal - région de Russie où se trouvent les matières premières

 

Il y a plus de 47 billions de mètres cubes de gaz, soit un cinquième de ses réserves mondiales, et plus de 7 milliards de tonnes d'hydrocarbures liquides concentrés dans le district autonome.

 

Yamal représente plus de 1 000 milliards de roubles d'investissement dans le capital fixe et près de 70 % des investissements de toute la zone arctique russe.

 

Aujourd'hui, au nord de la péninsule de Yamal, à Gydan et dans les eaux de la mer de Kara, de nouveaux territoires de croissance économique et un centre clé du développement industriel de la zone arctique russe sont en train de se former. Sa création garantira la consommation domestique et la demande mondiale de ressources énergétiques pour les décennies à venir.

 

C'est pourquoi la région a une importance particulière dans les questions de renforcement de la sécurité énergétique de la Fédération de Russie.

 

Yamal - le territoire d'un grand centre de transport et de logistique

 

Conformément aux intérêts nationaux de la Russie dans l'Arctique, un système de transport arctique unifié est en cours de création dans la région. Le projet comprend le chemin de fer de la latitude nord reliant les chemins de fer du nord et de Sverdlovsk des Chemins de fer russes et le chemin de fer SSH-2, axé sur la construction du corridor ferroviaire Obskaïa - Bovanenkovo - Sabetta.

 

La mise en œuvre des mégaprojets de Yamal fournira un accès direct à la route maritime du Nord et contribuera à résoudre la tâche d'augmentation du trafic de marchandises dans l'Arctique, fixée par le président du pays.

 

En conséquence, l'infrastructure de transport construite à Yamal deviendra non seulement la base d'un grand centre industriel d'importance nationale, mais servira également de facteur de croissance pour toute une série de secteurs de l'économie nationale.

 

Yamal - un territoire de développement chimique du pétrole et du gaz

 

La région est l'une des principales plateformes pour introduire les technologies russes non seulement dans la production mais aussi dans le traitement du gaz.

 

C'est pourquoi nous travaillons avec les plus grands utilisateurs du sous-sol sur la question de la création d'un centre de produits chimiques pour le pétrole et le gaz à Yamal, une installation à grande échelle capable de fabriquer des produits très rentables et de les fournir aux marchés mondiaux.

 

La construction d'un tel complexe garantira la réalisation des objectifs nationaux et des intérêts stratégiques de la Russie dans l'Arctique, créera les conditions nécessaires à la création de nouveaux emplois et de nouvelles industries, et contribuera à renforcer l'économie nationale.

 

Yamal - un territoire de développement durable pour les peuples indigènes

 

Dans les conditions d'un développement industriel à grande échelle, Yamal a préservé le mode de vie original des peuples indigènes du Nord.

 

Le système de soutien aux groupes ethniques indigènes du district autonome, qui comprend plus de 40 lois régionales, y contribue.

 

Des projets socialement significatifs de soutien au développement durable des peuples indigènes, à l'exemple du district autonome de Yamal-Nenets, sont examinés chaque année lors des sessions de l'Instance permanente des Nations unies sur les questions autochtones.

 

Pour améliorer la qualité de vie des aborigènes, nous poursuivons nos activités en tant que membres de trois organisations internationales - le Forum du Nord, le Conseil de l'Arctique et le Comité international des Jeux d'hiver de l'Arctique.

 

Une étroite coopération à long terme a permis d'organiser les Jeux de 2026 à Yamal. L'initiative de la région a été soutenue par le Comité international et inscrite au calendrier des manifestations sportives.

 

Yamal est la seule région de Russie où l'équipe de jeunes sportifs est le participant permanent des compétitions arctiques depuis 2004.

 

Yamal - le territoire de la coopération scientifique

 

Le Centre de recherche arctique établi dans le district effectue un large éventail de recherches appliquées en sciences naturelles, en histoire, en culture et en écologie.

 

Le renforcement des connaissances scientifiques sur la région polaire est également encouragé par le centre d'exploration arctique russe qui organise chaque année l'expédition de recherche du complexe Yamal-Arctique avec les principaux instituts de l'Académie des sciences russe.

 

Dans le cadre du Centre interrégional scientifique et de recherche de Sibérie occidentale, les scientifiques de Yamal coopèrent avec leurs collègues de la science universitaire pour étudier la zone cryolithique, l'écologie de l'Ob dans des conditions d'activité industrielle active et la reconstitution des stocks de corégone.

 

Aujourd'hui, un réseau de stations de recherche pour la surveillance tout au long de l'année des écosystèmes de la toundra, du golfe de l'Ob et de l'Oural polaire est créé et développé dans la région.

 

Les populations des espèces d'oiseaux, de poissons et d'animaux marins figurant sur la liste rouge sont étudiées.

 

Dans le même temps, les questions relatives aux changements mondiaux qui se produisent dans le permafrost revêtent une importance particulière pour Yamal et les autres régions arctiques.

 

Les vortex gazeux mondialement connus, la catastrophe environnementale de Norilsk et d'autres processus et phénomènes sismiques démontrent au monde entier les changements réels de la zone de permafrost.

 

À Yamal, la transformation du permafrost dans les conditions naturelles est surveillée aux stations de Bovanenkovo, Parisento, Marre-Sale et Beliy Island. Il existe un réseau de sites spécialisés et de gammes de recherche.

 

L'objectif du segment scientifique de Yamal est de préparer des recommandations fondées pour ajuster les normes et les technologies de construction de capital dans les zones dominées par le permafrost, ainsi que de rechercher de nouvelles solutions dans le domaine des matériaux utilisés. Pour résoudre ce problème, nous avons entrepris de créer le Laboratoire de cryolithologie terrestre et de sécurité géotechnique sur Yamal.

 

Yamal - le territoire de l'éco-bilan

 

Les conditions environnementales et les facteurs anthropiques déterminent dans une large mesure la qualité de vie dans toute région, en particulier dans l'Arctique.

 

Le district autonome de Yamal-Nenets met en œuvre une série de mesures visant à assurer la sécurité environnementale et la protection de la nature.

 

En coopération avec les compagnies pétrolières et gazières, nous avons lancé un programme sans précédent pour les régions arctiques de la Russie en vue de la liquidation de la pollution accumulée dans l'Arctique.

 

Des bénévoles de Green Arctic, une ONG de Yamal, et du mouvement Volontaires dans l’Arctique fondé par eux ont nettoyé l'île de Bely au cours des six dernières années. Au total, 230 volontaires de 25 entités constitutives de la Fédération de Russie ont pris part à des projets écologiques. Le rayonnement international de l'organisation est de 11 pays de l'étranger proche et lointain.

 

L'année prochaine, nous prévoyons d'achever un projet de cinq ans sur le nettoyage et la restauration des écosystèmes endommagés sur l'île de Vilkitsky, dans la mer de Kara.

 

Nous continuons à nettoyer le camp de Kharasavey abandonné par les pionniers du Nord, à nettoyer le champ pétrolier de Rostovtsevskoye et bien d'autres projets.

 

Aujourd'hui, l'écosystème fragile et unique de l'Arctique est un indicateur de l'équilibre des mesures prises par l'État, les autorités régionales et les entreprises pour protéger l'environnement dans le cadre du développement industriel du territoire pour le développement durable des peuples indigènes du Nord.

 

En préservant l'Arctique, nous préservons notre avenir.

 

 

Alexandre Mazharov

 

Alexandre V. Mazharov (né en 1960) - Vice-gouverneur de la région autonome de Yamal-Nenets, directeur du département des relations extérieures de la région autonome de Yamal-Nenets, docteur en économie. Membre permanent du club d'Izborsk, responsable de la branche régionale de Yamalo-Nenets

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivashov: L’économie du virus. Qu'est-ce qui attend la Russie ? (Partyadela, 25.11.2020)

13 Décembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Economie, #Russie, #Sciences

Leonid Ivashov: L’économie du virus. Qu'est-ce qui attend la Russie ?  (Partyadela, 25.11.2020)

Leonid Ivashov: L’économie du virus. Qu'est-ce qui attend la Russie ?

 

25.11.2020

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12260/

 

 

La place réelle de notre pays dans l'économie mondiale

 

Comme précédemment, le principal sujet d'actualité et d'activités du président et du gouvernement et de l'Assemblée fédérale en Russie est la lutte contre la pandémie de coronavirus pour la préservation de la santé de la nation et de sa composante démographique.

 

Du moins, c'est ce qui ressort des rapports officiels provenant de diverses sources d'information. Il est très difficile de croire en la sincérité des "soins" des autorités russes, qui depuis des décennies détruisent continuellement le système de santé en "optimisant" (réduisant) le système des institutions médicales. En même temps, les autorités ont motivé leurs actions par des considérations économiques, en transférant la médecine, la science et l'éducation dans la catégorie des services.

 

Mais aujourd'hui, dans la situation du virus, il semble que ce soit le contraire : les autorités sacrifient les considérations économiques au profit de la santé des citoyens. Ainsi, le 21 novembre, les chaînes de télévision russes ont déformé le discours sur la crise économique mondiale, la plus importante après la grande dépression. Et le risque de pauvreté et de chômage devrait être tout aussi important. Et ce sont les mesures antivirales qui ruinent l'économie - le chômage augmente rapidement, les petites et moyennes entreprises se désagrègent, la production industrielle s'arrête, les structures de gestion et les établissements d'enseignement sont transférés dans des endroits éloignés.

 

Dans le même temps, la charge fiscale des citoyens s'alourdit, et Chubais (si ce n'est de nuit) proclame que l'État ne doit traiter personne gratuitement. Il y a un certain malentendu, du moins en Russie.

 

Ou bien il y a autre chose de caché ici. Examinons la situation du virus et l'économie russe sous un autre angle.

 

Une commission du Congrès américain est chargée d'évaluer l'état du monde et des économies nationales. Le groupe sur la Russie et les autres pays de la CEI est dirigé par le Dr Girsh Khanin, un économiste de Saint-Pétersbourg bien connu dans les milieux économiques. Voici quelques évaluations de l'état du modèle économique russe.

Girsh Khanin (États-Unis) : Selon diverses estimations, plus de 80 % des grandes propriétés russes sont sous juridiction étrangère (y compris la plupart de la liste des entreprises stratégiques en Russie). Chaque année, 120 à 150 milliards de dollars sortent de l'économie russe, dont 70 à 80 milliards sont consacrés à l'économie russe. - C'est le flux d'argent. Le retrait de capitaux de Russie et le travail des sociétés par le biais de sites offshore privent l'économie russe de ces fonds, qui ne compensent pas les impôts sur le revenu des personnes physiques".

 

Fixons-nous ce fait : la base de la base économique de la Fédération de Russie est constituée d'entreprises de juridiction russe (Rosneft, Gazprom, NorNickel, Rusal, Sberbank, VTB, VEB), mais avec une grande part de propriété étrangère. Citons le dernier entretien avec l'éminent statisticien soviéto-russe V. V. Vassilievitch. M. Simchers.

 

Vasily Mikhailovich Simchera, ancien directeur de l'Institut de recherche statistique : "On vous dit que le volume de la croissance économique a chuté de 3,8% en 2015. Mais il convient ici de préciser et de distinguer dès le départ la croissance ou la diminution du volume des entreprises en Russie de deux formes juridiques différentes de propriété (juridictions). L'année dernière (ainsi que les trois précédentes), les volumes de production des entreprises de la juridiction russe ont tous diminué de 30 %, ce qui, dans la Russie moderne, représente à peine un tiers de son PIB total. Cependant, les volumes de PIB produits en Russie par les juridictions étrangères et offshore n'ont pas du tout diminué, mais au contraire, malgré la crise et les sanctions, ils ont même augmenté l'année dernière. Deux juridictions différentes, deux Russie, deux vecteurs de développement opposés".

 

Des données non moins "irisées" sur l'économie "croissante" de la Russie proviennent également d'autres sources. Seul le responsable russe de l'information essaie constamment de montrer que nous allons bien et que quelque part, c'est pire. Par exemple, en Ukraine. Ou en Afghanistan. Aujourd'hui, le rythme de développement des économies nationales et leur avenir sont déterminés par des technologies hautement innovantes et des produits à forte intensité de connaissances. La Russie, bien sûr, ne fait pas exception. Mais, contrairement aux promesses vantardes selon lesquelles notre économie est la cinquième du monde et qu'elle deviendra la quatrième, la situation est désastreuse.

 

Selon l'OCDE (Organisation internationale de coopération et de développement économiques), le chiffre d'affaires annuel du marché mondial des hautes technologies et des produits à forte intensité de connaissances est plusieurs fois supérieur à celui des matières premières, dont le pétrole, les produits pétroliers, le gaz et le bois, et s'élève à près de 3 000 milliards de dollars. Sur ce montant, les produits des pays représentent près de 3 000 milliards de dollars :

 

35 % - ÉTATS-UNIS

20% - Japon

13% - Allemagne

12% - Chine

5% - Corée du Sud

0,3% - RF

 

Ces dernières années, des spécialistes ont analysé la position du pays dans la division internationale du travail et de la production en se basant sur trois indices clés. Le premier est l'indice de compétitivité globale, un indice de la compétitivité mondiale. Selon ce classement, la Russie se situe à la 43e place dans le monde. Le deuxième indice est l'indice mondial de l'innovation. Ici, la Russie est à la 45e place. Le troisième indice est l'indicateur de complexité économique. Elle caractérise la mesure dans laquelle la structure de l'économie est diversifiée et son panier d'exportation est varié. La Russie est également classée 45ème dans cet indice. Ainsi, trois indices, calculés selon des méthodologies différentes à l'aide d'indicateurs de base différents, placent la Russie dans le tableau économique mondial des classements par environ 43-45 places. C'est un endroit humiliant, voire honteux, pour notre pays.

 

Le tableau n'est pas moins triste pour notre pays dans le domaine de la biotechnologie. C'est presque le marché mondial le plus en développement. Les produits de l'industrie biotechnologique, les nouveaux produits pharmaceutiques et la biologie synthétique connaissent un taux de croissance annuel moyen de 20 %. Actuellement, la capitalisation boursière de 25 entreprises leaders dans ce domaine est plus de 1,2 fois supérieure à la capitalisation de l'ensemble de l'économie russe. Et il y a 17 ans, aucune des 25 entreprises de premier plan portant le nom actuel n'existait. Au moins la moitié de ces entreprises occupent des postes clés chez les biophysiciens, biochimistes et bioinformaticiens russes, dont les talents n'ont pas été appliqués dans le pays.

 

Une autre situation triste pour la Fédération de Russie est en train d'émerger dans de nouvelles directions de la révolution industrielle non "remarquées" en Russie. Le coût moyen par unité de fonctionnalité des robots industriels a été multiplié par 25 en 6 ans - de 2009 à 2015. Pour les drones, le déclin a été de 142 fois en 6 ans,

Impression 3D - 400 fois en 6 ans, biotechnologie (décodage complet d'un ADN humain) - 10 000 fois en 6 ans,

coût de la production d'énergie solaire - 200 fois en 20 ans

et ainsi de suite.

 

Cela indique une accélération de la production et du temps scientifique. Dans le monde technologique, une année équivaut à 10 dans un monde "lent". Il nous semble seulement qu'une année dans notre pays et, disons, en Corée du Sud, c'est 365 jours. Dans un an, les pays de haute technologie auront le temps de survivre, cinq à sept ans en termes de développement scientifique et technologique.

 

Si le processus se poursuit, alors, non pas dans un avenir lointain, mais littéralement dans cinq ou sept ans, la différence entre le niveau technologique de notre pays et celui des pays menant la révolution industrielle pourrait être plus importante que la différence d'équipement des colonisateurs britanniques du XIXe siècle et des tribus zouloues. Revenons aux conclusions de Girsh Hanin : "Nous avons terminé le calcul complet de la dynamique des actifs immobilisés pour 1991-2015 avec une ventilation météorologique seulement cette année ... Le volume des actifs immobilisés en termes de valeur résiduelle (en tenant compte de la dépréciation) a presque diminué de moitié par rapport à 1991 - beaucoup plus que pendant la Grande Guerre patriotique. Alors que les statistiques de Rosstat montrent une croissance de 51%...

 

En 2010-2015, la récession économique est revenue (de 10 %), principalement en raison de la réduction des immobilisations alors que les réserves pour leur meilleure utilisation étaient épuisées.

 

Pour moi, l'inévitabilité d'une crise économique à long terme en Russie était déjà évidente au milieu des années 2000, précisément parce que je disposais de données sur la situation réelle... Je me sens ridicule et triste d'entendre maintenant les assurances d'un certain nombre de responsables gouvernementaux et d'éminents économistes sur la possibilité d'atteindre des taux de croissance annuels de 3-4 %, voire de 7-8 %. C'est la preuve de leur incompétence flagrante, inadmissible pour un économiste qualifié de faire aveuglément confiance aux statistiques officielles.

 

Exactement, on ne fait pas confiance aux statistiques officielles, surtout lorsque Rosstat a été transféré au ministère du développement économique afin d'améliorer les performances économiques (et la croissance démographique). Et aussitôt, l'économie a commencé à croître rapidement et l'espérance de vie a augmenté de façon spectaculaire. C'est pourquoi l'âge de la retraite a été relevé. Dans son interview à "Argumenty Nedeli" (septembre 2020), Vassily Mikhailovitch Simcher a déclaré qu'au cours des 30 dernières années, il n'avait pas entendu un seul mot véridique et un seul chiffre réel de la part des autorités russes et des statistiques officielles.

 

Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivashov: Adieu au cosmisme russe (Partyadela, 08.12.2020)

13 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Russie, #Sciences

Leonid Ivashov: Adieu au cosmisme russe  (Partyadela, 08.12.2020)

Leonid Ivashov: Adieu au cosmisme russe

 

08.12.2020

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/12370/

 

 

Qu'est-il arrivé à la science russe ?

 

"Au cours des derniers millénaires, l'influence de l'humanité civilisée sur la modification de la biosphère s'est fortement accrue. Sous l'influence de la pensée scientifique et du travail humain, la biosphère passe progressivement à un nouvel état, la noosphère. C'est un processus naturel qui se manifeste comme la loi de la nature". V.I. Vernadsky

 

"Nous ne pouvons plus rivaliser dans l'espace avec d'autres grandes puissances dans ce domaine". C'est à une si triste conclusion que le président de l'Académie des sciences de Russie, Alexander Sergeev, a apporté sa contribution mercredi à la session de la commission de l'éducation et de la science de la Douma d'Etat.

 

"Notre retard a un indice numérique: la science spatiale est financée 60 ( !) fois moins, que les projets scientifiques de la NASA. Les projets dans d'autres domaines scientifiques sont constamment sous-financés - en particulier, les délais pour la livraison d'accélérateurs avancés au niveau des "mégasites" sont constamment déplacés vers la droite. "Qu'est-ce qui nous amène là ? - a posé une question à Sergeev. - Peut-être devrions-nous abandonner complètement l'espace ?

 

C'est le verdict rendu par le président de l'Académie des sciences de Russie. Pas encore de réaction des autorités russes. Sauf pour le calme dans les médias. Seuls quelques canaux et agences ont été remarqués. Cela peut être considéré soit comme une information insignifiante, soit comme un ordre strict (dans notre pays très démocratique et libre) de garder le silence sur ce sujet.

 

Mais que signifie en réalité cette conclusion audacieuse et profonde du président de l'Académie des sciences de Russie, l'académicien A. Sergueïev, éminent scientifique et organisateur de la science ? La plus grande défaite de l'intellect national, si ce n'est la mort de la science en tant que telle. Car les réalisations et les technologies spatiales sont la principale évaluation du niveau intellectuel de l'État et de la société, l'état de la science dans son ensemble. Et une autre dimension de l'état du pays et de ses perspectives : le développement de toutes les sphères de l'économie, de la science, de l'éducation, de la culture sous l'influence du succès de l'exploration spatiale fait un bond et une transition vers une nouvelle phase de progrès, plus technologique et plus significative. L'histoire soviétique récente nous le montre.

 

Dans mon service, je me souviens que lorsque j'ai pris la décision de créer le système réutilisable de Bourane, tous les ministères et agences, y compris le ministère de l'agriculture et le ministère de l'agriculture, ont été chargés de soumettre leurs programmes pour considération pour l'utilisation dans les missions de vol de saturation dans le système spatial réutilisable, dans le but de développer l'économie, la science et l'éducation.

 

Et aujourd'hui, les principales compétitions sur les fronts de l'économie et des affaires militaires se déroulent dans un espace complètement différent, non pas géographique, mais intellectuel, comme l'a dit à plusieurs reprises le directeur général de l'Institut Kurchatov, M. V. Kovalchuk. Et dans ce domaine, la Russie est un leader absolu en ce qui concerne le taux de destruction de l'intellect national.

 

Cela semble presque apocalyptique, mais en même temps, hélas, absolument réel. La dynamique de dégradation de la Russie, de toutes ses sphères, rend cette version très proche de la réalité : nous sommes dégradés partout.

 

Lors de ces mêmes auditions, M. Nikonov, président de la commission de l'éducation et de la science, a déclaré que, à en juger par le seul nombre de scientifiques, la Russie est depuis longtemps un leader dans le monde scientifique.

 

"Aujourd'hui, il y a six fois plus de chercheurs en Chine qu'en Russie, deux fois plus aux États-Unis ! Bien que nous en ayons eu beaucoup plus avant", - a déclaré Nikonov.

 

Chaque année, seulement 1% de nos diplômés se dirigent vers les sciences. Mais Nikonov, le représentant de Russie Unie au pouvoir (comme ils se nomment eux-mêmes), oublie que lui et ses collègues "au pouvoir" en sont les principaux responsables, en tant que législateur. Et ils portent (et doivent porter) la stricte responsabilité de l'état de l'intellect du pays, puisqu'ils légifèrent sur le développement de diverses sphères et industries, approuvent le budget pour ce développement, approuvent le gouvernement et écoutent les rapports sur les activités des structures du pouvoir exécutif. Et ils sont toujours approuvés.

 

Même l'activité de Serdyukov en tant que ministre de la défense, qui détruit les forces armées et l'industrie de la défense, a été approuvée et soutenue. Demain, ils applaudiront D. Rogozin, qui détruit l'espace russe. Et donc, pour gagner les points élus, Nikonov se plaint du mauvais état de la science, de l'éducation et de l'intellect en général. Cependant, il est rusé avec les chiffres, parlant de la réticence des diplômés universitaires à se lancer dans les sciences (seulement un pour cent). Il ne s'agit pas de la réticence des étudiants à se lancer dans les sciences, mais de ces conditions sauvages de l'activité scientifique, en particulier pour les jeunes chercheurs. Voici les coûts financiers sans cesse croissants (c'est particulièrement difficile pour les étudiants et les diplômés de troisième cycle), les exigences des publications dans les publications étrangères (pour sélectionner les futurs chercheurs pour les États-Unis et augmenter la charge financière), la fermeture de nombreux conseils de thèse, et d'autres idioties.

 

J'enseigne depuis 18 ans maintenant et je constate qu'un jeune adulte scientifique est régulièrement « tué ». Plusieurs étudiants ont défendu leur doctorat sous ma supervision scientifique au cours des dix premières années, mais ensuite le conseil de thèse a été fermé, ils dont dû aller dans d'autres universités et institutions de recherche, où, bien sûr, ils n’étaient pas attendus. Mais même après avoir défendu de nouveaux candidats, pratiquement personne n'est capable d'obtenir un emploi en Russie pour un candidat. Et dans l'ensemble, la science n'est pas la bienvenue en Russie, même académique.

 

Un coup particulièrement puissant a été porté à l'intellect de la nation par la reconversion de l'éducation et, par conséquent, de la science dans le secteur des services (grâce aux "Chubais" et aux "Grefs"). En d'autres termes, il était assimilé à une blanchisserie et à un atelier de réparation de bouilloires. Et là, les candidats scientifiques ne sont pas nécessaires.

 

Mais retournons dans l'espace. Cette sphère est peut-être la plus technologique, la plus complexe et la plus riche en connaissances. Et après tout seulement en Russie et nulle part ailleurs, il est géré ces dernières années (après le retrait de l'espace du vrai scientifique et du concepteur du Lopota) par des gestionnaires et des journalistes, en éliminant systématiquement les professionnels. Les comités de la Douma d'État et du Conseil de la Fédération sont également dirigés par les mêmes personnes. Au fait, tous les membres de Russie Unie. Et que pouvons-nous attendre d'eux ? Ils croient aveuglément à la grande explosion de la naissance de l'univers et espèrent qu'ils auront aussi de la chance par hasard. De plus, comme d'habitude, les personnes les plus stupides croient en leur génie : qu'elles feront mieux que S.P. Korolev, V.P. Glushko, G.E. Lozino-Lozinsky et d'autres. Par conséquent, pas de chance : cela n'a pas eu lieu, et le génie ne s'est manifesté qu'en volant de l'argent et en vendant les restes des réalisations scientifiques et technologiques soviétiques.

 

Pourquoi cela se produit-il ? Il semble qu'en 2012, le président Vladimir Poutine ait publié un décret visant à rétablir le niveau de financement de la science à 1,77 PIB d'ici 2015. Mais, hélas, il n'a pas été mis en œuvre même en 2020. Ce niveau est toujours de 1,1 % du PIB. Mais Poutine n'est que le successeur d'Eltsine et de Gorbatchev, qui ont systématiquement détruit le cosmos russe en tant qu'essence cosmique-planétaire de la Russie. Gorbatchev a arrêté et fait dérailler les plus grandes réalisations de l'humanité, que ni les États-Unis ni la Chine n'ont encore approché : le système Bourane Energie, puis le vol et l'atterrissage parfait en mode automatique du système réutilisable Bourane, cette version de la plus haute intelligence artificielle sous contrôle humain. Mais Gorbatchev n'a pas été impressionné : il a dit que nous n'en avions pas besoin. L'essentiel est de nourrir le pays.

 

En conséquence, aujourd'hui, il n'y a plus de place, mais la moitié du pays est affamée  et alcoolique - le président de la Fédération de Russie a en général détruit tout ce qui avait trait à l'URSS. Avec le tir sur le Soviet suprême, il a tiré sur le cosmos russe. C'était l'ordre, venu d'en haut, des États-Unis, qu'il a juré au Congrès américain. Et Rogozine, comme rapporté récemment sur Facebook, a mené à bien une opération brillante : il a vendu le dernier échantillon de "Bourane", pour ne pas rappeler le cosmos soviétique. La fin de l'ère cosmique, mais invariablement la fin de la Russie suivra.

 

Car, nous sommes totalement dépendants de nos "amis" à l'Ouest et à l'Est, et nous prierons en larmes l'Inde ou le Brésil, ou peut-être même un pays africain, de mettre en orbite notre satellite de communication, de navigation, de météo, car les "amis et compagnons d'armes" dans l'espace seront maintenus sous sanctions ou "piège" : prix exorbitants, conditions politiques et nominations de personnel.

 

Ou alors, à un moment donné, nous serons déconnectés de tout ce qui est étranger. Et la population, et surtout les structures du pouvoir, se dégraderont mentalement et physiquement à une vitesse astronomique. Nous serons sans défense, comme l'Arménie au Karabakh, face à plusieurs dizaines de frappes de drones.

 

"L'objectif du développement historique de la société est son développement durable en tant que processus chronologique de satisfaction des besoins des générations actuelles et futures. ... Le développement n'est pas durable s'il n'est pas chronologiquement enchaînable. Ici, les conditions du développement sont réunies dans le présent, mais les conditions du maintien du taux de croissance ininterrompu de l'efficacité intellectuelle dans le futur ne sont pas réunies... L'analyse historique montre que la conséquence d'un développement non durable est la stagnation du système social avec sa dégradation et sa mort ultérieures".

 

(Kuznetsov O.L., Kuznetsov P.G., Bolshakov B.E. Synthèse des connaissances interdisciplinaires et du développement durable dans le système espace-temps. М., 2018. С. 139).

 

Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

(...) "La Russie estime nécessaire de commencer immédiatement les travaux de conception d'une nouvelle station spatiale afin de remplacer l'ISS vieillissante. Elle envisage également la construction d'un nouveau vaisseau spatial habité. Selon Dmitry Rogozine, le directeur général de l'agence spatiale russe Roscosmos, la Russie prévoit de créer une nouvelle station spatiale orbitale ainsi qu'un vaisseau spatial habité et muni d'ailes. Lors d'une interview à la radio Komsomolskaïa Pravda, il a expliqué que la Station spatiale internationale (ISS) devrait fonctionner encore pendant 7 à 10 ans et que, en tant que leader mondial de l'industrie spatiale, la Russie devait être à l'avant-garde de tout ce qui va suivre." (...)

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/75386-russie-souhaite-remplacer-iss-empecher-privatisation-lune

Lire la suite

Sergey Pisarev : "Le transhumanisme" est la mort de l'humanité. (Club d'Izborsk, 9 décembre 2020)

10 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus, #Philosophie, #Russie, #Sciences, #Société

Sergey Pisarev : "Le transhumanisme" est la mort de l'humanité.  (Club d'Izborsk, 9 décembre 2020)

Sergey Pisarev : "Le transhumanisme" est la mort de l'humanité.

 

9 décembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/20342

 

 

Récemment, les publications ont commencé à apparaître de plus en plus souvent dans l'espace médiatique, et le sujet de la réalisation humaine de l'immortalité personnelle est activement discuté. Si c’était auparavant dans la section « Fiction », maintenant cette idée est de plus en plus basée sur diverses réalisations scientifiques. Parmi elles - le décodage du génome humain et le génie génétique, les expériences sur le clonage, le numérique et les nanotechnologies. Est-il possible d'atteindre l'immortalité par des moyens purement techniques ? L'humanité a-t-elle besoin de tels progrès ?

 

Les surhommes immortels.

 

Les discussions les plus actives se tiennent sur le thème de l'immortalité de la personnalité humaine par les réalisations scientifiques parmi les partisans du transhumanisme. Ils la considèrent, la personnalité, comme un « caillot d'impulsions informationnelles », qui peut en principe être enregistré, stocké et transmis à d'autres supports après « l’usure » de la coquille physique (c'est-à-dire le corps) de l'homme. La réalisation de l’« immortalité » scientifique a deux directions. Le premier est biologique, basé sur le clonage humain. Le second - basé sur l'utilisation de l'information numérique et des nanotechnologies.

 

Dans ce cas, l'être humain est semblable à un ordinateur, qui possède un « hardware » (corps) et un « disque dur » (cerveau) - un support d'information. Les trans-humanistes et les partisans de leurs scientifiques soutiennent qu'en fournissant une « copie » complète de ce qui s'est accumulé dans le cerveau humain au cours de sa vie, il est possible de déplacer ce dossier vers une autre enveloppe physique ou un corps cloné, ce qui lui confère l’ « immortalité ».

 

Et l'âme ?

 

L'âme, ou du moins un complexe moral-éthique, les transhumanistes ne sont pas intéressés. Selon eux, cette substance n'existe tout simplement pas. Et s'il y a quelque chose, alors c'est un certain « nuage d’informations », qui, comme tout ce qui existe dans l'Univers, est soumis aux lois physiques ordinaires.

 

Comme vous le savez, il existe un autre point de vue sur ce sujet, plus traditionnel, pour ainsi dire « non scientifique » et « non à la mode ». Elle procède du fait que la personne humaine est avant tout l'âme. Afin de discuter de ce sujet, nous devrons utiliser partiellement la terminologie des transhumanistes, je m'excuse donc par avance pour ma « pseudoscience » et ma « pseudo-théologie » personnelles.

 

Lorsque la « coquille physique » (le corps) tombe en ruine et qu'un homme meurt, son âme « va au ciel » vers Dieu (dans l'ordre de « l'esprit supérieur » - selon les termes des athées), où elle se trouve jusqu'au « « Jugement dernier » selon la Bible. Mais Dieu ne s'intéresse à aucune âme, mais seulement à l'âme juste, remplie d’« images légères », l'âme de l'homme qui, durant sa vie, a fait le bien et a suivi les commandements connus de Dieu. De telles âmes sont acceptables pour Dieu. Si dans l'âme (ou « nuage d’information », selon le langage des transhumanistes) domine le « tableau d’information » négatif, qui s'est accumulé à la suite de l'activité pécheresse de l'homme, alors Dieu n'a pas besoin d'une telle âme. En langage moderne, il s'agit de spam, et ce « nuage d’informations » se retrouve dans la « poubelle ». Ou au diable, quand ils parlent de l'âme dans la langue habituelle.

 

Quel est le sens de la vie ?

 

Selon le révérend Séraphin de Sarov, le sens de la vie est l' "acquisition du Saint-Esprit". Le Vénérable l'explique ainsi : un être humain doit utiliser sa vie terrestre pour faire de bonnes actions, avoir des pensées pures et les rassembler dans la « tirelire » de son âme (pour former un « tableau d’information » positif de son « nuage d’information »). Et après la mort, Dieu (« Esprit supérieur ») considérera et estimera cette « « tirelire » et déterminera où l'âme (« nuage d’informations ») doit aller. « Les ordures et la saleté » n'ont aucun sens. Raison de plus pour la conserver à jamais.

 

De ce point de vue, on peut expliquer la nécessité de la confession religieuse. En termes informatiques, une confession est comme le nettoyage d'un disque dur du spam (l'âme - des actes et des pensées pécheresses qui y sont imprimées). D'ailleurs, les enfants de moins de sept ans sont autorisés à ne pas avouer - parce que leur « nuage d’informations » ne contient pas encore « de la saleté et des déchets ».

 

Le bien et le mal sont honteusement indifférents.

 

L'antagonisme entre la vision traditionnelle-religieuse (biblique) et scientifique-transhumaniste de l'immortalité est inévitable. Les qualités spirituelles, morales et éthiques de l’ « infocloud » (âme) n'ont pas d'importance pour le « transhumanisme ». Peu importe le nombre de personnes qui ont fait de mauvaises actions au cours de leur vie, ces informations négatives peuvent être stockées, « copiées » un nombre infini de fois lors du « passage à une autre coquille ». Tout pécheur ou même maniaque peut être reproduit à l'infini, sans aucune restriction.

 

Un autre point important. La technologie du transhumanisme est incapable de copier et de préserver des propriétés humaines telles que l'"amour", le "patriotisme", le "sens du devoir", etc. Il est impossible de "copier" les émotions. Les émotions et les sentiments sont l'état miraculeux de l'âme humaine qui nous est accordé par Dieu ("la raison supérieure"). Et comment ils apparaissent - aucune science ne pourra jamais les expliquer, encore moins les créer artificiellement. Deux hommes regardent une seule et même femme, mais dans l'un elle provoque "l'amour", et l'autre reste indifférent. L'un aime son pays pour une raison quelconque, est prêt à donner sa vie pour lui, l'autre est complètement indifférent, il ne se soucie pas de savoir où vivre. L'un se sacrifie pour sauver des ennuis quelqu'un qu'il ne connaît pas, l'autre se contente d'observer l'accident.

 

Pourquoi les sentiments ou les émotions naissent (ou ne naissent pas) - la science ne sait pas et ne peut jamais "copier" ces états. Mais ce sont ces "matières subtiles" qui sous-tendent nos actes, ce sont elles qui, pour une raison quelconque, sont importantes pour que Dieu décide du sort de chaque âme humaine dans l'Éternité.

 

Pour ceux qui pensent que c'est Dieu ("Esprit suprême") qui a créé la Terre et les hommes, il est évident que la composante spirituelle plutôt que corporelle est plus importante pour Lui dans l'homme. Si nous partons de l'idée du "transhumanisme"", alors le "réseau d'informations" personnel accumulé par l'homme pendant sa vie, enregistré sur son "disque dur" (cerveau humain) sera "copié", puis transplanté dans un nouveau corps, restant sur Terre pour toujours. En haut, "au ciel", rien ne se passera. Vous pourriez dire : "Et Dieu merci" ! Mais comment Dieu peut-il réagir à la réalisation d'un tel scénario ("Esprit supérieur") ? Une option est qu'il ne sera pas intéressé par un projet comme « L’humanité », et qu'il s'en détournera avec toutes les conséquences connues de l'Ancien Testament. Une autre option est la punition imminente de Dieu sous la forme du déluge ou le sort de Sodome et Gomorrhe. Dans les deux cas, la « nanobestialité » ne sauvera même pas les surhommes.

 

À mon avis, l'idéologie de la transhumanisation est une tentation du diable, une tentation d'atteindre l'immortalité de l'âme par la science, et non par l'accomplissement des commandements de Dieu. Une telle approche peut conduire à la destruction de l'humanité tout entière. Il n'est pas exclu qu'un petit nombre d’ « élus » puissent, d'une manière ou d'une autre, utiliser le « transhumanisme » pendant un certain temps, pour devenir des surhommes pendant une courte période. Mais on ne se moque pas de Dieu.

 

Toutes les recherches scientifiques ne sont pas sûres et inoffensives. Certains feraient bien de s'arrêter à temps. Ceci est enseigné par la loi morale au sein de l'homme, qui, selon Emmanuel Kant, est l'une des preuves évidentes de l'existence de Dieu.

 

 

Sergey Pisarev

 

http://rnk-concept.ru

Pisarev Sergey (né en 1960) - entrepreneur et personnalité publique, président de la Fondation russe des entrepreneurs, membre du conseil de coordination du mouvement public "Cathédrale des parents russes", membre permanent du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Elena Larina : Transhumanisme, intelligence artificielle et avenir des jeux (Club d'Izborsk, 4 décembre 2020)

4 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie, #Sciences

Elena Larina : Transhumanisme, intelligence artificielle et avenir des jeux  (Club d'Izborsk, 4 décembre 2020)

Elena Larina : Transhumanisme, intelligence artificielle et avenir des jeux

 

4 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20287

 

 

Littéralement chaque année, le nombre croissant de faits permet aux chercheurs impartiaux d'affirmer la présence d'une dynamique destructrice descendante non seulement dans l'économie politique, mais aussi dans la vie socioculturelle et même dans la vie quotidienne des gens. Des processus de convergence négatifs se déroulent sous nos yeux. Dans l'écrasante majorité des pays du monde, qui se chevauchent les uns les autres, les caractéristiques les plus négatives du socialisme réel et les composantes destructrices du capitalisme tardif se révèlent de plus en plus clairement. Ni les États-Unis, ni la Chine, ni l'UE, ni la Russie n'ont échappé à ce processus.

 

Le progrès technologique, qui est la dynamique de la seconde nature ou le monde des choses et des technologies, est façonné et modifié dans une large mesure sous l'influence des relations socio-économiques et des tendances culturelles et comportementales. Cela signifie entre autres que le même processus, se réalisant dans des phases ascendantes ou descendantes de la dynamique de la civilisation, a un contenu et une plénitude essentiellement différents. Si le contenu reflète ce qu'on appelle l'essence du processus et détermine l'ordre algorithmique, technologique de tel ou tel processus, le contenu est lié à la compréhension de l'essence du processus par la société et, surtout, par les groupes qui prennent les décisions.

 

Une telle introduction ornée était nécessaire pour étayer une pensée pas tout à fait banale, mais avec beaucoup de preuves factuelles. Si l'on compare un processus, un phénomène ou un phénomène avec un bonbon ou un pain de saucisse, on peut constater ce qui suit. Dans la phase ascendante, chacun s'intéresse à l'essentiel de l'affaire - la composition du saucisson ou le goût du bonbon. Dans la phase descendante et destructrice, toute l'attention est portée sur les manifestations extérieures. Ici, le principe "L'emballage ou le conditionnement est tout, mais le goût et le contenu sont secondaires.

 

Aujourd'hui, les facteurs et processus clés de la socio-dynamique sont évalués de manière superficielle. Et cela se produit non seulement au niveau des publications dans les médias jaunes ou dans les discours des politiciens, mais aussi parmi les professionnels de certains domaines de la connaissance.

 

Aujourd'hui, seuls les paresseux ne parlent pas d'intelligence artificielle, de transhumanisme, de réalité et de virtualité du monde numérique. Dès que l'on parle d'intelligence artificielle, il y a des jugements absolument illettrés sur l'inévitabilité de remplacer un homme par un esprit artificiel, sur l'hostilité de l'intelligence artificielle envers la société, sur les possibilités vraiment illimitées des logiciels et du matériel dans les conditions de limitations naturelles des capacités et des aptitudes humaines. Cette absurdité illettrée a littéralement engorgé toutes les autoroutes de l'information et a formé non seulement la population, mais aussi les principaux politiciens internationaux : une image mystique (avant la schizophrénie) du monde.

 

Il y a encore 40 ans, non seulement pour les géants de la pensée, mais aussi pour les citoyens simplement intéressés, et plus encore - pour les chercheurs et les travailleurs des ministères et départements, il était clair et net, ce qu'est un intellect artificiel, ce qu'il peut et ce qu'il ne peut pas. Cependant, à la place d'une science-fiction solide est venue une fantaisie. Les elfes et les gobelins ont non seulement vaincu Sauron, mais ils ont également détruit le monde de l'Anneau de la nébuleuse d'Andromède. Les jumeaux des années 80 et 90 sont devenus des décideurs. En conséquence, ils ne perçoivent l'intelligence artificielle que dans le genre fantastique, comme quelque chose de puissant et de sinistre, comme un pilier sacré du mauvais pouvoir.

 

En attendant, l'intelligence artificielle, en fait, est peu différente de l'arithmomètre de type machine à compter mécanique. Grâce à la plus grande vitesse de calcul, il est capable d'effectuer un nombre gigantesque d'opérations combinatoires dans une unité de temps. Et ces opérations, à leur tour, permettent de reconnaître certains phénomènes et processus, de les optimiser selon le critère des coûts/résultats et, enfin, de créer quelque chose de nouveau dans les combinaisons, c'est-à-dire l'ajout et la suppression de certains éléments de base. Ces trois opérations, à savoir la classification, l'optimisation et le morphing, constituent un ensemble complet d'opérations effectuées par l'intelligence artificielle dans divers domaines de la connaissance, de la production et des loisirs.

 

Dans cette cantatation, il n'y a pas de diminution du pouvoir ou de la signification de l'intelligence artificielle. L'intelligence artificielle est aussi utile qu'un moteur à réaction. Elle permet de résoudre un certain nombre de problèmes spécialisés et de rendre possible dans ce domaine ce qui était considéré comme impensable hier encore. Cependant, affirmer la supériorité de l'intelligence artificielle sur l'homme revient à croire que l'avion est supérieur au pilote. Sans aucun doute, la vitesse d'un avion rend inutile la comparaison avec un pilote sur un paramètre spécifique, à savoir la vitesse de déplacement. Mais un pilote n'est pas une machine à déplacer. C'est exactement la même situation avec l'intelligence artificielle. Il est capable d'effectuer tel ou tel calcul par des programmes et des algorithmes définis par les gens des centaines, et probablement des milliers de fois plus vite.

 

Ainsi, pour ne pas succomber aux chants doux ou alarmistes des sirènes des médias électroniques, il est nécessaire d'observer un régime d'information, de garder la raison et d'utiliser une approche significative de l'examen des phénomènes et des processus.

 

Parce que l'intelligence artificielle est un dispositif informatique géant, elle fonctionne exclusivement avec des processus discrets et suppose, dans la grande majorité des cas, la présence d'une interaction ou d'une interface homme-machine. Et nous arrivons directement au personnage clé suivant du fantasme pseudo-scientifique des dix dernières années de ce siècle, à savoir le transhumanisme.

 

Le transhumanisme est relativement récent, il a moins de deux siècles. À proprement parler, son apparition sous sa forme actuelle est associée à la reconnaissance mondiale de la théorie d'une confusion bien connue - Charles Darwin. Il s'avère aujourd'hui qu'il n'a pas utilisé de faits expérimentaux, mais des jugements naturalistes pour prouver sa théorie.

 

Aucune personne sérieuse ne pourrait soutenir que tout système vivant est fortement déséquilibré et a donc une dynamique non linéaire. L'écrasante majorité des biologistes avancés pense que la direction de cette dynamique est progressive. Mais il y a aussi des libres-penseurs comme le plus grand paléontologue français D. Crémaud. Il pense que le monde connaît depuis longtemps la dévolution des vivants.

 

Quoi qu'il en soit, de nombreux faits bénins et avérés permettent d'affirmer que les formes, le contenu, la fonctionnalité et l'interdépendance des êtres vivants, y compris les êtres humains, ne sont pas statiques, mais dynamiques ou évolutifs. Ils changent, mutent, subissent des morphismes, etc.

 

Après avoir connu une certaine stagnation au cours des 15 à 20 dernières années, la science de l'évolution a fait un certain nombre de percées. Ils permettent de prévoir la formation d'une nouvelle théorie du vivant basée sur le paradigme de l'évolution, la morphologie génétique et la logique des prix du changement dans les années à venir. Jusqu'à présent, il a été presque indéniablement prouvé que les bonds dans la formation des espèces ne sont pas associés à des changements dans les conditions de vie des animaux et des plantes individuels. Le saut doit être associé à un test rigoureux des nouvelles conditions des réseaux complexes d'interaction des créatures vivantes - des réseaux liés par des chaînes alimentaires.

 

Les progrès de l'évolutionnisme ont conduit des chercheurs raisonnables à l'idée plutôt triviale que l'homme, en tant qu'être vivant et en quelque sorte animal social, est également en évolution. Par conséquent, il est impossible d'être sûr à 100 % que les humains d'aujourd'hui sont la couronne de l'évolution et que celle-ci s'achève sur eux.

 

Si au XIXe siècle - le premier quart du XXe siècle - le transhumanisme en tant que théorie et pratique de l'évolution ultérieure de la race humaine était principalement de nature biologique, alors il a été reconstruit sur un mode technologique. Le transgumanisme biologique a été appelé eugénisme au XIXe siècle.

 

L'essence et les technologies de l'eugénisme sont très simples. Étant un être vivant, l'être humain est sans aucun doute soumis à une sélection déstabilisante et à une influence directe sur les changements des paramètres psychophysiologiques par le biais des systèmes génétiques et épigénétiques. Les chercheurs ont établi que l'individu, comme les représentants très organisés de la faune (tels que les dauphins et les baleines, les éléphants et certaines espèces de primates) est bien soumis à une sélection déstabilisante et passe rapidement au niveau du patrimoine génétique de ceux ou d'autres caractéristiques qui ont été élevés artificiellement dans telle ou telle population. Afin de ne pas expliquer dans le matériel populaire les caractéristiques de ce type d'évolution artificielle le plus puissant, nous enverrons les lecteurs au livre de L. Dugatkin et L. Trutt "Comment apprivoiser un renard (et le transformer en chien). Le livre raconte de façon vivante et objective l'expérience génétique peut-être la plus remarquable du XXe siècle. L'exceptionnel, et peut-être brillant, généticien soviétique Dmitri Belyaev de la branche sibérienne de l'Académie des sciences de l'URSS a réussi à réduire le processus d'évolution de 15 000 ans à un demi-siècle en utilisant uniquement des méthodes de sélection artificielle et de renforcement génétique. Ayant commencé des expériences épigénétiques en 1959, l'équipe de Belyaev au début des zéros a fait apparaître un renard domestique viable, énergique et joyeux, sur les habitudes d'un chat et en partie d'un chien. Déjà après Belyaev et ses étudiants, leurs successeurs, travaillant en Scandinavie, ont pu former pendant trois générations plusieurs espèces de primates, de rats et de loups aux sentiments épigénétiquement fixés.

 

Ces exemples montrent que l'homme, grâce à son organisation informationnelle et énergético-matérielle, n'est pas une création complète de la nature, si je puis dire. Il s'agit d'un "biomatériau", tout à fait adapté à une transformation ultérieure. En ce sens, il existe déjà suffisamment d'arguments de poids pour affirmer non seulement la possibilité, mais aussi l'inévitabilité pratique de la transhumanisation en tant qu'ensemble d'ensembles technologiques permettant d'améliorer encore l'homo sapiens.

 

Cependant, l'effondrement de l'Union soviétique, tout comme le naufrage de l'Atlantide, a entraîné la perte ou, au mieux, la conservation en profondeur de couches entières de connaissances et de technologies qui restent inaccessibles à ce jour. Ainsi, à côté des sciences humaines développant des technologies du même D. Belyaev, on peut citer comme exemple les recherches sociogénétiques du grand généticien soviétique W. Efroimson, les technologies et dispositifs biophysiques du Dr Jiang, etc.

 

Parallèlement au repli dans la clandestinité de l'évolutionnisme humain scientifique, en vertu du principe "le public ne tolère pas le vide", la place de l'évolutionnisme humanitaire a été prise par le transhumanisme technocratique. En gros, le transhumanisme moderne, vulgaire et, dans une certaine mesure, médiatique, a trois manifestations principales.

 

Le premier est un transhumanisme radical et idéologique. Il a deux flancs : américain et russe. Celle d'outre-mer est basée sur une étroite coordination de la société américaine de transhumanisme sous la direction d'un des principaux dirigeants de Google, Ray Kurzweil. Le russe est sur le mouvement public "Russie 2045". Elle comprenait un nombre important de chercheurs et de développeurs assez consciencieux, attirés par la perspective de fonds publics importants, ce qui s'est finalement avéré être un mirage.

 

Le pic de cette direction a été atteint en 2011-2013. Puis, des défis politiques pressants ont limité les perspectives du mouvement Russie 2045, et puis, sans aile russe, la partie américaine a perdu son dynamisme. Cependant, étant donné que les États-Unis ont une conférence mondiale des défenseurs de la transhumanisation prévue pour 2021, il est logique de s'attarder brièvement sur les idées de cette direction.

 

Les transhumanistes des deux côtés de l'Atlantique ont décidé de déplacer une base idéologique solide, en utilisant à cette fin la doctrine de N. Fedorov sur la résurrection de tout être vivant et le concept de la Terre comme un être vivant sensible nommé Gaia. Quant au noyau même de la transhumanisation dans la version de Kurzweil, l'espoir d'une immortalité personnelle est ici central.

 

Contrairement aux participants russes qui espéraient l'État, les gourous de Google et d'autres géants techno d'Amérique, réunis dans un "parti" transhumaniste, ont décidé à juste titre que le salut de la noyade est l'œuvre des noyés eux-mêmes. Ils ont ouvert trois centres des deux côtés de l'Atlantique qui reçoivent l'attention visible des puissants. Car ce dernier ne promettait ni beaucoup ni peu, mais l'immortalité personnelle - si ce n'est aujourd'hui, alors dans un avenir proche.

 

Réalisant à merveille l'impossibilité de copier la psyché et la conscience sur le support électronique, le gourou de la transhumanisme a néanmoins développé et lancé la procédure d'enregistrement instrumental sur plusieurs jours de tous les paramètres du cerveau, y compris les processus biochimiques, les processus physiques et spatiaux, le codage des signaux électromagnétiques du cerveau, etc.

 

Le transg humanisme alpha et oméga est une caractéristique de la conscience en tant que produit exclusif de l'activité cérébrale. De plus, un produit qui n'a pas d'autres causes et facteurs. En enregistrant les changements dans le cerveau selon les codages neurotransmetteur, physique-topologique et électromagnétique, il est possible de transférer à la mémoire de l'ordinateur une sorte de casting de la personnalité. De plus, lorsque tôt ou tard la science apprendra à dynamiser les enregistrements faits maintenant, ce sont eux qui deviendront la base de la réincarnation de personnes qui ont été longtemps congelées dans des cellules spéciales.

 

Les transhumanistes radicaux pensent que la psyché humaine est autant un produit de l'activité cérébrale que, disons, la bile est un produit du foie. Ainsi, lorsque la biologie synthétique et le génie génétique nous permettront de transporter sur commande des embryons avec un cerveau, puis de déterminer les paramètres du cerveau requis pour un client particulier, la composition de la "bile" préparée aujourd'hui et servira en quelque sorte de référence.

 

Tout cela, bien sûr, c'est des conneries. Le cerveau humain, comme cela a déjà été indéniablement prouvé, ne possède pas un, mais autant que trois systèmes de codage relativement indépendants. Ils sont respectivement électromagnétiques, physico-topologiques et physico-chimiques. De plus, une personnalité n'apparaît pas dans chaque cerveau, mais seulement chez l'individu qui interagit avec d'autres personnes.  Sinon, l'enfant privé de communication humaine mourra ou, dans un concours de circonstances plus favorables, se transformera en Mowgli. Pour les chercheurs et les praticiens sérieux, il est tout à fait évident qu'il existe des connexions et des relations très inhabituelles et non linéaires entre le cerveau et la psyché. En raison de certaines limitations découlant de l'essence de la relation entre les débuts mentaux et physiques, le rêve de s'enregistrer sur un ordinateur restera à jamais dans le monde de la fantaisie.

 

La deuxième manifestation est ce qu'on appelle le transhumanisme pragmatique. La science des biomatériaux et les technologies de la communication ont fait d'énormes progrès au cours des 50 dernières années. Durant cette période, il a été possible non seulement de développer et de lancer la production, mais aussi d'assurer la disponibilité (à des prix) de produits qui imitent, avec plus ou moins de succès, les organes humains, principalement - bras, jambes, articulations, etc. Le corps des Marines des États-Unis a lancé le développement d'implants artificiels depuis la fin des années 90 du siècle dernier. Au cours des dix dernières années, les premiers implants ont commencé à être posés chez les Marines, qui ont subi des blessures du système musculo-squelettique de divers degrés de gravité. Il est indéniablement établi qu'après des opérations et un entraînement spécial, les soldats et les officiers ont pu retrouver, totalement ou partiellement, leurs fonctions motrices et, dans une écrasante majorité, même reprendre leur service militaire. Depuis les premiers dixièmes, une cyborgisation modérée ou limitée, principalement des militaires, ainsi que des personnes touchées par divers types d'urgence, a fait des États-Unis une industrie petite mais prospère et dynamique.

 

Si l'on y réfléchit bien, la cyborgisation limitée avec le remplacement de certaines parties et de certains organes du corps humain est de facto du transhumanisme. L'être humain devient un hybride de l'homo sapiens et des moyens techniques eux-mêmes.

 

Enfin, la troisième manifestation, peut-être la plus controversée de la transhumanisme, est la divergence progressive de la population de la planète non pas sur les races mais sur les différents types d'humanité. Il est inutile d'appliquer des critères moraux à des processus inévitables.  Par exemple, il fait plus sombre et plus froid en hiver qu'en été. Cependant, pour les personnes sensées, ce ne sera jamais un argument en faveur de la déclaration du péché d'hiver et de l'anathème qui lui est imposé. Il est également inutile de faire obstacle aux tentatives de bioinformation visant à créer un être humain parfait capable de vivre à la fois dans la réalité et dans la virtualité. On peut aussi parler d'une personne stable, tout aussi à l'aise dans le monde des cataclysmes de la superstructure que dans le monde de la stabilité. On peut aussi imaginer une personne sociable, capable d'établir des liens plus profonds et meilleurs avec les autres membres du groupe et de résoudre des problèmes inaccessibles aux célibataires sur la base de l'intelligence collective.

 

Le problème du transhumanisme évolutionniste évoqué plus haut est différent - le manque probable d'accès à ses technologies pour 99% de la population mondiale. Ce qui est vraiment en jeu ici, c'est une énorme injustice. Cependant, comme le montre l'expérience du développement technologique, personne et nulle part n'a jamais réussi à ralentir le processus technologique pendant longtemps. Elle a quand même trouvé sa voie et a pénétré dans une société non préparée.

 

La société moderne a peut-être une façon de se préparer à l'évolution du transhumanisme. On parle de jeux. Comme en témoignent les preuves archéologiques et une analyse minutieuse des monuments visuels et écrits de l'histoire humaine, le jeu, au même titre que l'art et le récit, a accompagné la vie humaine depuis les siècles les plus troublés de l'apparence humaine jusqu'à nos jours. Le jeu est un phénomène aussi obligatoire que la science, l'art, la foi, la guerre, l'activité créative. Il a été formé à l'aube de la civilisation humaine et est présent, changeant les proportions et les espèces spécifiques, tout au long de l'histoire de la race humaine. D'ailleurs, il est caractéristique que les premiers acteurs soient venus sur Internet - et cela s'est produit avant le commerce électronique, les opérations d'investissement, le placement de conférences par des chercheurs de premier plan, etc. De plus, il n'est pas exagéré de dire que dans les premières décennies, c'était les jeux électroniques qui étaient le moteur de l'Internet. Conquises par les jeunes et les moins jeunes, elles sont devenues un manuel pour travailler avec les technologies de l'information et de la communication (TIC) et ont jeté les bases de l'économie de l'Internet. De plus, les jeux ont contribué de manière décisive au développement des logiciels, du matériel et des autres infrastructures du World Wide Web.

 

En règle générale, la littérature a développé une tradition consistant à gronder les jeux sur Internet avec plus ou moins de sévérité et à leur reprocher non seulement leur perte de temps sans but, mais aussi de brouiller le patriotisme et de planter des épaves. Ces manifestations négatives sont associées au facteur suivant : la victoire dans le jeu est souvent perçue comme un facteur de réelles réalisations. En partie, toutes ces évaluations sont justes. Mais, il semble que cette partie soit extrêmement petite. L'essence du jeu, à tout moment, quel que soit l'acteur ou le joueur, se résume toujours à modéliser ou à imiter certains processus, événements et cas réels. À cet égard, même les jeux fantastiques ont contribué et contribuent encore à l'éducation, à la formation et à l'acquisition de compétences sociales des joueurs.

 

Sans aucun doute, et cela a été prouvé, les jeux qui contribuent au multitâche affaiblissent la concentration. Avec une discipline accrue, ils augmentent la dépendance. En plus d'une capacité accrue à diriger l'intuition, les jeux ont un impact négatif sur la cohérence et la rationalité de la pensée. Cependant, dans le monde d'aujourd'hui, il n'y a rien, même le plus pur, le plus brillant et le plus bon, sans défauts, sans mystères et sans saleté. Par conséquent, la présence de défauts - et non un argument en faveur de l'interdiction ou de la restriction radicale de quoi que ce soit.

 

Le monde actuel de la tendance à la baisse est organisé de telle manière que pour soutenir au moins quelques progrès, il est obligé d'agir sur les lois de la mode féminine dans la seconde moitié du XXe siècle. Puis, au moins une fois tous les cinq à sept ans, les puissants ont complètement changé de mode, forçant des millions de femmes dans le monde à améliorer leurs toilettes.

 

L'expérience acquise n'a pas été vaine. Il est activement utilisé par les propriétaires et les cadres supérieurs des principales sociétés informatiques. Tous les trois ou quatre ans, ils sont sûrs de lancer quelque chose de nouveau sur le marché conceptuel, en essayant d'arrêter la discussion sur le relativement vieux et sur la responsabilité, sur la raison pour laquelle elle est vieille - pas aussi brillante que promis. Grâce à cette ouverture unique, les entreprises informatiques reçoivent constamment de nouveaux investissements. En même temps, personne ne demande de vieux investissements, grâce au fait que le sujet est passé au second plan.

 

Il suffit de rappeler le début des années zéro, associées aux moteurs de recherche, la deuxième moitié des années zéro - avec les réseaux sociaux, la première moitié des années dix - avec les grandes données, le milieu des années dix - avec les messagers et les communicateurs, et les années les plus récentes - avec l'intelligence artificielle. Il est maintenant très probable que le nouveau boom, qui devrait éclater dans les deux ou trois prochaines années, sera généré par le développement commercial des technologies de "réalité combinée".

 

La réalité combinée est le prochain "saint graal" (après l'intelligence artificielle) du courant d'information. La réalité mixte réunit le réel et le virtuel, l'environnement physique et électromagnétique, les composantes analogiques et numériques du monde. En termes simples, dans une réalité combinée, une personne observe non seulement les phénomènes et les processus du monde réel, mais reçoit immédiatement, en ligne, des informations complètes sur tous les objets de la réalité virtuelle. La virtualité est "insérée" dans le monde réel et grâce aux paradoxes de la perception humaine, ce monde est perçu comme un tout unique - une réalité combinée (parfois, au lieu de "combinée", on utilise le terme de réalité "augmentée"). Il est donc combiné, ce qui permet, avec l'indistinction de la perception humaine, de compléter la réalité physique avec ce qui n'y est pas, mais est présent comme un élément organique de la réalité naturelle.

 

Aujourd'hui déjà, la réalité augmentée est utilisée sur le champ de bataille, où opèrent des unités spéciales équipées d'ordinateurs distribués avec des objectifs enfichables. Ils sont utilisés comme des écrans de diffusion pour offrir un avantage d'information écrasant. Ces systèmes sont utilisés par les services de renseignements commerciaux pour mener des négociations ou des enquêtes. Ils assurent une perméabilité totale à l'information pour la contrepartie, le partenaire ou le concurrent.

 

Les premiers jeux devraient sortir en 2021 à l'échelle de la réalité combinée. Ils créeront rapidement un marché de plusieurs dizaines, voire de centaines de milliards de dollars. Plus important encore, ces jeux ouvriront des possibilités de production de cours de formation sur des sujets variés, le passage à l'éducation sur plate-forme, etc.

 

Si l'on regarde les livres et les films, tant de fiction que de documentaire, sur les régularités et les rythmes de développement du progrès scientifique et technique, humanitaire et social qui sont apparus en URSS et en Occident, il n'est pas difficile de remarquer leur caractère optimiste et humaniste qui affirme la vie. Cependant, le capitalisme tardif et la soi-disant analyse financière qui a triomphé au cours des 25 dernières années sur la planète ont perverti à la fois le progrès technologique et l'intelligence artificielle. Ce qui a également été perverti, c'est ce qu'on appelait dans les années 1960 et 1970 la bionique et aujourd'hui la biotechnologie.  Actuellement, il y a une première phase de la crise terminale du capitalisme. Le monde tel qu'il existait avant 2020 n'a pas d'avenir avec un degré de probabilité extrêmement élevé. En outre, je risque de faire une prédiction selon laquelle ce monde devra être repensé et, dans une large mesure, rééquipé à la fois de l'intelligence artificielle et des technologies de la perfection humaine. Le choix qui sera fait dépend de la nature et de l'orientation des processus qui se déroulent sous nos yeux.

 

 

Elena Larina

 

Magazine "Izborsk Club", numéro 6-7, 2020

 

 

Larina Elena Sergeevna (née en 1964) - entrepreneur, analyste, professeur. Membre permanent du Club d'Izborsk. Né, étudié et travaillé à Moscou. Elle a fait ses études supérieures en économie et en droit, respectivement, à l'Université russe d'économie Lomonosov. Elle a fait ses études supérieures en économie et en droit à l'Université russe d'économie Plekhanov et à l'Institut Plekhanov de droit international et d'économie. Elle a également étudié et travaillé à Moscou. Elle est PDG de Personalinvest et co-fondatrice de Highrest.

Lire la suite

Le Dr. Christian Perronne met en garde sur le danger de la vaccination COVID et de la "thérapie génique" (Entretien avec Sud Radio, 2 décembre 2020)

2 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #Sciences, #Politique, #Economie

Pour le Pr. Perronne:

1) La vaccination contre le COVID est par principe inutile car il ne "tue" que 0,05% des personnes infectées, principalement très âgées et présentant une ou des comorbidités. On n'a jamais vu une vaccination dans ce cas-là.

2) En dehors de leur coût extrêmement élevé (qui de toutes façons sera à la charge des populations), les vaccins sont à priori dangereux. C'est particulièrement le cas des pseudo-vaccins de Moderna, Pfizer, qui ne sont pas en réalité des vaccins, mais de la "thérapie génique". En effet, on inocule non pas des fragments de virus mais un ARN qui va coder les cellules. Une technique expérimentée sur les légumes (OGM) mais pas sur l'homme. "C'est jouer aux apprentis sorciers". 

Le Pr. Perronne dit qu'il est "hors de question" qu'il se fasse vacciner contre le COVID. Pour lui, il est évident que l'économie (le profit financier, pas l'économie au sens originel, grec, du mot) a pris le pas sur la santé et la médecine.

Le Dr. Christian Perronne met en garde sur le danger de la vaccination COVID et de la "thérapie génique" (Entretien avec Sud Radio, 2 décembre 2020)

Christian Perronne à propos des vaccins

 

Chers amis,

La France, qui vit un cauchemar depuis des mois, se réveille.

Dans beaucoup de villes de notre beau pays, le peuple est en marche pour retrouver sa liberté, pour exiger le retour de la démocratie.

En tant que médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ayant été président de nombreuses instances ou conseils de santé publique, y compris sur les vaccins, je mesure chaque jour les incertitudes générant la peur et le désarroi croissant de nos concitoyens. Je prends le risque d’être à nouveau qualifié de « complotiste » ou mieux de « rassuriste », termes désignant ceux qui critiquent ou challengent la pensée unique. Je finis par être fier de ces appellations, mes propos exprimant la vérité n’ayant jamais changé depuis le début de l’épidémie.

Je considère donc qu’il est de ma responsabilité de m’exprimer à nouveau ce jour sur l’ensemble du volet médical de la Covid-19 et en particulier sur le sujet vaccinal, désormais l’élément central et quasiment unique de la politique de santé de l’État.

Beaucoup de Français ont été hypnotisés par la politique de la peur. Depuis septembre 2020, on nous avait annoncé une deuxième vague terrible de l’épidémie, pire que la première.

Le Ministre de la Santé, le Dr Olivier Véran, le Président du Conseil scientifique de l’Elysée, le Pr Jean François Delfraissy, le Directeur Général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, l’Institut Pasteur nous ont annoncé des chiffres catastrophiques avec une augmentation exponentielle du nombre de morts. Les hôpitaux devaient être saturés et débordés.

Même le Président de la République, lors d’une allocution télévisée récente annonçant le reconfinement, nous a prédit pas moins de 400.000 morts, renchérissant sur les 200.000 morts estimés peu de temps auparavant par le Pr Arnaud Fontanet de Pasteur. Ces chiffres irréalistes n’avaient qu’un but, entretenir la peur pour nous faire rester confinés, sagement masqués. Pourtant l’usage généralisé des masques en population générale n’a aucun intérêt démontré scientifiquement pour enrayer l’épidémie de SARS-CoV-2. L’utilisation des masques devrait être ciblée pour les malades, leur entourage (surtout les personnes à risque) et les soignants au contact.

Or l’épidémie régresse et n’a entraîné aucune apocalypse. La dynamique de la courbe montrait depuis des semaines le profil d’un rebond épidémique saisonnier qui s’observe avec certains virus, une fois la vague épidémique terminée. Cela témoigne de l’adaptation du virus à l’homme et est aussi le reflet de l’immunité collective qui progresse dans la population et qui nous protège naturellement. Les souches de virus qui circulent actuellement ont perdu de leur virulence.

Les autorités ne pourront pas dire que c’est grâce au confinement car la tendance à la baisse avait commencé avant même sa mise en place. La régression de l’épidémie avait même commencé, dans certaines agglomérations, avant l’instauration du couvre-feu.

Malheureusement, il y a encore des décès qui surviennent chez des personnes très âgées, des grands obèses ou des personnes souffrant d’un diabète sévère, d’hypertension artérielle grave, de maladies cardiorespiratoires ou rénales déjà invalidantes. Ces personnes à risque sont parfaitement identifiées. Les mesures sanitaires devraient donc être ciblées pour les protéger, les dépister et les traiter le plus tôt possible dès le début des symptômes par l’hydroxychloroquine et l’azithromycine dont l’efficacité et l’innocuité sont largement confirmées, si on donne le traitement précocement.

 Beaucoup de décès auraient pu être évités. Or on a dissuadé les médecins généralistes et les gériatres de traiter. Dans ce contexte, continuer à persécuter nos enfants derrière des masques inutiles reste incompréhensible.

Toutes ces mesures sont faites pour que les Français réclament un vaccin. Or quel est l’intérêt d’un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05% ? Aucun. Cette vaccination de masse est inutile. De plus, les risques de la vaccination peuvent être plus importants que les bénéfices.

Le plus inquiétant est que de nombreux pays, dont la France, se disent prêts à vacciner dans les semaines qui viennent, alors que la mise au point et l’évaluation de ces produits se sont faites à la va-vite et qu’aucun résultat de l’efficacité ou de la dangerosité de ces vaccins n’a été publié à ce jour. Nous n’avons eu le droit qu’à des communiqués de presse des industriels fabricants, permettant de faire flamber leurs actions en bourse.

Le pire est que les premiers « vaccins » qu’on nous propose ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique. On va injecter des acides nucléiques qui provoqueront la fabrication d’éléments du virus par nos propres cellules. On ne connait absolument pas les conséquences de cette injection, car c’est une première chez l’homme. Et si les cellules de certains « vaccinés » fabriquaient trop d’éléments viraux, entrainant des réactions incontrôlables dans notre corps ? Les premières thérapies géniques seront à ARN, mais il existe des projets avec l’ADN.

Normalement, dans nos cellules, le message se fait de l’ADN vers l’ARN, mais l’inverse est possible dans certaines circonstances, d’autant que nos cellules humaines contiennent depuis la nuit des temps des rétrovirus dits « endogènes » intégrés dans l’ADN de nos chromosomes. Ces rétrovirus « domestiqués » qui nous habitent sont habituellement inoffensifs (contrairement au VIH, rétrovirus du sida par exemple), mais ils peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l’envers, de l’ARN vers l’ADN. Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l’ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s’intégrer dans nos chromosomes. Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement.

Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants. Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français et plus généralement les citoyens du monde, pour des cobayes. Nous ne voulons pas devenir, comme les tomates ou le maïs transgéniques des OGM (organismes génétiquement modifiés).

Un responsable médical d’un des laboratoires pharmaceutiques fabricants a déclaré il y a quelques jours qu’il espérait un effet de protection individuelle, mais qu’il ne fallait pas trop espérer un impact sur la transmission du virus, donc sur la dynamique de l’épidémie. C’est bien là un aveu déguisé qu’il ne s’agit pas d’un vaccin. Un comble.

Je suis d’autant plus horrifié que j’ai toujours été en faveur des vaccins et que j’ai présidé pendant des années des instances élaborant la politique vaccinale.

Aujourd’hui, il faut dire stop à ce plan extrêmement inquiétant. 

Louis Pasteur doit se retourner dans sa tombe.

La science, l’éthique médicale et par-dessus tout le bon sens doivent reprendre le dessus.

 

Christian Perronne

Article original publié sur https://bonsens.info/christian-perronne-a-propos-des-vaccins/

Lire la suite
1 2 3 > >>