Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Contre le projet de loi bioéthique

31 Janvier 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France, #Société

Pour en savoir plus sur ce projet de loi pervers et monstrueux que les "Enfants du Déluge" français veulent faire adopter par l'Assemblée dite "nationale" et le Sénat:

https://francais.rt.com/france/83369-projet-loi-bioethique-les-opposants-manifestent-avant-le-retour-au-senat

Il y a un aspect que ne mentionnent pas les intervenants qui prennent la parole dans cette manifestation, c'est que ces lois iniques permettraient la création d'une nouvelle catégorie d'êtres humains (voire humanoïdes) totalement différents des autres, destinés à exercer un pouvoir politique tyrannique sur eux.

D'ailleurs, lorsque le ministre de l'Intérieur de la France, M. Darmanin, déclare que "la loi de la République est au-dessus de la loi de Dieu" et que "la loi est au-dessus de la foi"

https://francais.rt.com/france/83423-loi-republique-superieure-loi-dieu-darmanin-irrite-parmi-catholiques

non seulement il profère une absurdité, mais il avoue que la République française est devenue une tyrannie, qui ne n'impose plus que par le mensonge, la propagande, l'injustice, l'inhumanité, la terreur et la violence. La République française n'est plus au service de la Nation française, mais d'intérêts financiers et idéologiques particuliers.

Le projet de loi "contre le séparatisme" qui doit être examiné à l'Assemblée à partir du 1er février, réactualisation de la Loi de séparation de l'Église et de l'État de 1905, est l'autre instrument idéologique de cette tyrannie.

C'est pourquoi:

"Dans une société en révolution, le défaut, ou, pour parler plus exactement, l'absence de pouvoir légitime, constitue tout homme qui en reconnaît l'autorité Ministre du pouvoir pour combattre l'erreur par ses écrits, et même la tyrannie par ses armes, dès qu'il peut le faire avec probabilité de succès. C'était à tous de conserver la société, c'est à chacun à la rétablir. D'ailleurs, l'homme qui combat pour la vérité est défendu par elle, et il a pour lui ce qu'il y a de plus fort au monde. Les partisans des bonnes et vieilles maximes remplissent donc le plus saint des devoirs en restant en insurrection permanente, au moins de pensées et d'actions privées, contre ce que les tyrans et leurs esclaves appellent la loi, et qui n'est autre chose que des opinions absurdes, ou atroces, qu'un petit nombre d'hommes pervers a imposées à un grand nombre d'hommes faibles."
Louis-Gabriel-Ambroise, vicomte de Bonald (1754-1840), Du pouvoir et du devoir dans la société.

Lire la suite

Leonid Ivashov: Le terrorisme international

31 Janvier 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Guerre, #Russie

Leonid Ivashov: Le terrorisme international

« Comme le montre la situation mondiale, le terrorisme apparaît partout où s'exacerbent les contradictions, où intervient un changement de relations sociales ou de régime, où naît une instabilité politique, économique ou sociale, où se libèrent des potentialités agressives, où intervient la déchéance morale, où triomphent le cynisme et le nihilisme, où le vice se légalise et la criminalité explose.

 

C'est la globalisation qui crée les conditions pour ces phénomènes extrêmement dangereux. C'est dans son cadre qu'intervient le nouveau découpage de la carte géostratégique mondiale, que les ressources planétaires sont redistribuées, que les frontières des États sont défaites, que le système de droit international est mis en pièces, que les particularités culturelles sont effacées, que la vie spirituelle s'appauvrit...

 

L'analyse de l'essence du processus de globalisation, ainsi que des doctrines politiques et militaires des États-Unis et de certains autres pays, prouve que le terrorisme contribue à la réalisation d'une domination mondiale et à la soumission des États à une oligarchie mondialisée. Cela signifie que le terrorisme n'est pas un sujet indépendant de la politique mondiale mais simplement un instrument, un moyen d'instaurer un monde unipolaire ayant un seul centre de direction globale, un expédient pour effacer les frontières nationales des États et instaurer la domination d'une nouvelle élite mondiale. C'est justement cette nouvelle élite qui est le sujet clef du terrorisme international, son idéologue et son «parrain». L'objet principal de la nouvelle élite mondiale est la réalité naturelle, traditionnelle, culturelle et historique, le système existant des relations entre les États, l'ordre mondial national et étatique de la civilisation humaine, l'identité nationale.

 

Le terrorisme international actuel est un phénomène qui combine l'emploi de la terreur par des structures politiques, étatiques et non étatiques, comme moyen d'atteindre ses objectifs politiques par la voie de l'intimidation, par la déstabilisation sociale et psychologique de la population, par l'écrasement de la volonté de résister des organes du pouvoir et la création des conditions propices à la manipulation de la politique de l'État et de la conduite de ses citoyens. Le terrorisme est l'instrument d'une guerre d'un nouveau type. Simultanément, le terrorisme international, en accord avec les médias, devient le système de gestion des processus globaux. C'est précisément la symbiose des médias et de la terreur qui crée les conditions permettant des tournants dans la politique internationale et des modifications de la réalité existante. »

 

Général Leonid Ivashov,

 

Extrait de sa préface au livre de Thierry Meyssan: L’effroyable imposture.

Lire la suite

Un lion russe conservateur avec une réelle influence populaire - Le peintre Ilya Glazounov, par Charles Bausman (Russia Insider)

31 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Art, #Russie

Ilya Glazounov. Sainte Russie

Ilya Glazounov. Sainte Russie

Un lion russe conservateur avec une réelle influence de masse - Le peintre Ilya Glazounov

 

https://russian-faith.com/culture/conservative-russian-lion-real-mass-influence-–-painter-ilya-glazunov-n1068

 

En utilisant des images, l'artiste le plus populaire de Russie a touché des millions de personnes avec ses idées ultra-conservatrices sur le monarchisme, le patriotisme, la nécessité d'une nouvelle noblesse russe, la fraude de la démocratie, les crimes du bolchevisme, et bien d'autres choses encore.

 

La réaction populaire à ses idées a été très positive - des millions de Russes sont de tout cœur d'accord

 

Charles Bausman (Russia Insider) 5 juil. 2019

 

Le musée Glazounov dispose d'un site web très complet en russe et en anglais, où l'on peut voir des peintures en haute définition:

http://glazunov.ru/en

 

On parle beaucoup actuellement d'une renaissance du conservatisme en Europe et en Amérique.  Le phénomène d'une "Nouvelle Droite", d'une "Alt Droite" et d'autres "Droits" a été largement discuté dans le New Yorker, Breitbart, Buzzfeed, le Daily Beast, et ailleurs.

 

Des discussions sérieuses sur le monarchisme, le scepticisme à l'égard des cultures non européennes et des immigrants, le révisionnisme historique et bien d'autres choses encore ont éclaté sur la scène d'une manière impensable il y a quelques années à peine.  Tels sont les fruits de l'âge d'or.

 

Les conservateurs occidentaux trouveront sans doute intéressant que ces sujets soient activement discutés en Russie, et ce depuis 30 ans, depuis l'effondrement de l'URSS.

 

Il se trouve que l'une des voix les plus efficaces, cohérentes, articulées et profondément conservatrices de la Russie est un peintre populaire.  Le fait que son médium soit visuel est significatif car ses idées peuvent théoriquement franchir les barrières linguistiques, bien qu'elles ne l'aient pas encore fait, mais elles se connectent à des millions de Russes d'une manière que les mots écrits et parlés ne peuvent jamais le faire.

 

Un sujet de débat et de fascination en Russie, un profil de lui et de ses idées est le sujet de cet article.

 

Ilya Glazounov. Le marché de notre démocratie.

Ilya Glazounov. Le marché de notre démocratie.

En remplissant un formulaire, sous la rubrique "profession", Glazounov, sans doute l'artiste le plus populaire de Russie, a implicitement écrit : "Un tourbillon frénétique de service"

 

La réponse en dit long sur l'hyperactif de 86 ans, qui est, en fait, bien plus qu'un artiste de premier plan.  Il s'agit d'un phénomène unique, à cheval sur les mondes de l'art, de l'histoire, de la politique, de la collection d'art, de l'activisme social et du monde universitaire, qui exerce une influence remarquable.

 

Russia Insider est avant tout une publication politique, et ce qui intéressera le plus nos lecteurs est le fait improbable que depuis la chute de l'URSS, Glazounov a toujours été l'un des défenseurs les plus éloquents et les plus influents d'un profond conservatisme politique qui remonte à un autre siècle, avec l'influence, les ressources et la capacité de faire discuter sérieusement et largement ses idées dans la société russe.

 

Depuis des années, il met en garde contre les effets négatifs de l'immigration sur l'Europe qui, selon lui, est en train de mourir.  En 2003, cette question a fait l'objet d'un grand tableau intitulé "La mort de l'Europe".

Un lion russe conservateur avec une réelle influence populaire - Le peintre Ilya Glazounov, par Charles Bausman (Russia Insider)

Très connu en Russie avec une présence active dans les médias, et vivement discuté par ses admirateurs et ses détracteurs, peu de choses ont été écrites sur lui en anglais.  Une recherche sur Google a permis de trouver un article court et complètement inadéquat sur lui, datant de 30 ans et provenant du NYT en 1988, et peu d'autres choses de qualité.  Ce n'est pas que Glazounov ne soit pas très connu en Europe.  La raison la plus probable est qu'il parle couramment le français et l'espagnol, mais pas l'anglais, de sorte que sa portée et ses relations sont bien plus connues dans ces mondes, que chez les Anglo-saxons.

 

Conservateur avec un "C" majuscule

 

Il est d'abord monarchiste et pense que la démocratie est une escroquerie dont il vaut mieux se débarrasser.  Il soutient que les plus grandes réalisations de la Russie dans tous les domaines - expansion géographique, croissance économique, gloire militaire, architecture, littérature, vie chrétienne, peinture, arts décoratifs, croissance démographique, moralité publique, puissance internationale et relations harmonieuses au sein d'un empire multinational très diversifié, et avec ses nombreux voisins - ont toutes été obtenues sous le règne des tsars, et que la plupart des événements qui se sont produits depuis lors ont été un désastre complet.

 

En outre, il estime que la Russie devrait revenir à un système d'organisation sociale uniquement russe qui a atteint son apogée au milieu du XIXe siècle, appelé "Soslovie"*. Il n'existe pas d'équivalent européen exact, mais le plus proche est le système médiéval des "domaines du royaume", la division ordonnée de la société en diverses fonctions - chevaliers, marchands, clergé, agriculteurs, etc.

 

Le système de la soslovie donnait un statut social, et parfois des titres héréditaires, aux individus, les unissant dans un sentiment de fierté civique et d'unité au service de leur souverain. Il ne se limitait pas aux classes supérieures et aux nobles, mais s'étendait bien au-delà des classes moyennes, de la bureaucratie tsariste, et même de la paysannerie. Les lecteurs de la littérature russe du XIXe siècle ont pu s'émerveiller des nombreux titres portés par ses divers personnages, comme "Assesseur collégial" ou "Officier d'état civil provincial". Pour une explication de ce système unique, voir les entrées de Wikipédia : Les biens sociaux dans l'empire russe et le tableau des grades.

 

Un lion russe conservateur avec une réelle influence populaire - Le peintre Ilya Glazounov, par Charles Bausman (Russia Insider)

Le point principal pour Glazounov, c'est que cela a mobilisé les citoyens, donné à leur vie un sens et un but nobles, et permis une coopération harmonieuse tout en diminuant l'accent mis sur la compétition et l'enrichissement personnel, les forces motrices d'une pure méritocratie.  Il souligne que cela est très différent du concept marxiste des classes, qui met l'accent sur le conflit entre les couches sociales, et très différent des systèmes de castes indiens, qui sont plus rigides et exclusifs.

 

Il répète sans cesse publiquement que la Russie est fondamentalement paralysée parce qu'il lui manque une élite qui a vraiment à cœur les intérêts du pays, par opposition aux leurs, et que ce n'est qu'une fois qu'elle sera en place que le pays pourra vraiment prospérer, comme au XIXe siècle, par exemple. Il estime que cette élite doit être titrée de noblesse.

 

Il regarde de haut les États-Unis, qu'il considère comme une nation de péquenauds culturels parvenus, culturellement capables de rien de plus profond que Mickey Mouse et tenus en esclavage par une obsession consumériste grossière pour l'argent et le commerce.

 

En contraste avec les valeurs du marché, il appelle à placer les idéaux spirituels et politiques au premier plan.  Il estime que le patriotisme, le service à la société et son chef, un monarque, sont bien plus importants que le lucre crasseux.

 

C'est un pieux chrétien orthodoxe russe, embrassant le rôle historique de l'église en tant que partenaire essentiel dans un duopole de pouvoir temporel et spirituel.

 

Les rêveries excentriques d'un homme d'art, à ne pas prendre au sérieux ?

 

En fait non, il a un public de millions de personnes qui sont d'accord avec lui, et il touche les gens non seulement avec ses célèbres peintures, mais aussi dans les livres, les films, les apparitions à la télévision et les discours publics.

La destruction de l'église à la nuit de Pâques, année 1999. Huile sur toile.

La destruction de l'église à la nuit de Pâques, année 1999. Huile sur toile.

Le chef de l'église russe, le patriarche Kirill, lors d'une visite télévisée au musée de Glazounov, s'est tourné à un moment donné vers les caméras et a expliqué que M. Glazounov mérite des éloges particuliers, parce que la "mémoire visuelle" est plus puissante, émotionnelle et immédiate que verbale ou théorique, et que par conséquent Glazounov vaut mille écrivains et bavards, parce qu'il a rappelé à la nation en images la gloire de l'orthodoxie, les triomphes militaires et spirituels de la Russie, sa grandeur.

 

M. Poutine a également effectué une visite télévisée, tout comme des dizaines d'autres célébrités et dignitaires. M. Glazounov tient un livre d'or pour les VIP, et il contient une liste époustouflante avec les compliments élogieux de noms célèbres : premiers ministres, stars de cinéma, artistes, directeurs de musées, ecclésiastiques, universitaires.

 

Bien qu'il soit surtout connu comme peintre, le "phénomène Glazounov" s'étend en fait bien au-delà des murs des musées et des salles d'exposition.

 

Commençons par une liste partielle des réalisations de l'homme.

 

Les expositions publiques de ses peintures ont été de loin les plus populaires non seulement dans l'histoire de l'art russe, mais peut-être de tous les artistes contemporains. Des foules ont fait la queue pendant 8 à 10 heures, semaine après semaine, alors que les visiteurs de son exposition dans d'énormes salles se comptaient par millions.  Ces taux de fréquentation étonnants se sont produits pendant les années de la perestroïka et la décennie suivante, et étaient motivés autant par son message politique que par l'attrait esthétique de ses peintures.

 

Les Russes étaient avides d'une nouvelle approche de la politique, et ses idées trouvèrent un écho énorme et enthousiaste parmi de larges masses de Russes ordinaires. Ses admirateurs atteignent les plus hauts niveaux du gouvernement, qui en 1997 a créé un grand musée juste pour abriter la quantité prodigieuse de cette oeuvre.  Il se trouve dans un grand bâtiment à un pâté de maisons du Kremlin, en face du Musée des Beaux-Arts Pouchkine, l'équivalent moscovite du Metropolitan à New York, ou de la Tate à Londres.

 

Comme si cela ne suffisait pas, en 2014, Glazounov a reçu un bâtiment tout aussi grand pour un nouveau musée qui abritera son époustouflante collection personnelle de peintures, icônes, antiquités, affiches, livres et costumes historiques d'une valeur inestimable.  La valeur de la collection est estimée à plusieurs centaines de millions de dollars, et le succès de ce collectionneur privé n'a pas d'égal en Russie. Il a baptisé le nouveau musée "Le Musée de Soslovie", Soslovie étant le système de noblesse, de rangs sociaux et de hiérarchies décrit ci-dessus, dont il préconise également le retour. Il s'agit d'une déclaration politique grandiose :  "Nous devons ramener cela".

 

Un lion russe conservateur avec une réelle influence populaire - Le peintre Ilya Glazounov, par Charles Bausman (Russia Insider)

Mais nous ne faisons que commencer.

 

En 1996, il a créé une grande académie d'art pour enseigner le réalisme ultra-conservateur en peinture.  (Voir ci-dessous pour en savoir plus sur son point de vue selon lequel l'art moderne est au mieux une mauvaise blague, et très probablement un complot satanique). Située au centre de Moscou, dans un vieux bâtiment prestigieux, elle est devenue une force importante dans le monde de l'art russe, produisant une centaine de diplômés par an dont l'éducation artistique est une réplique exacte de celle des académies tsaristes qui ont été dissoutes après la révolution. (Voir ici pour le site web de l'académie (uniquement en russe). Si vous faites défiler la page vers le bas, vous verrez une galerie de photos, et oui, ils acceptent les étudiants étrangers).

Un lion russe conservateur avec une réelle influence populaire - Le peintre Ilya Glazounov, par Charles Bausman (Russia Insider)

L'académie a publié un livre d'art présentant les travaux de ses diplômés, qui sont vraiment étonnants par leur niveau d'expertise.  Voici un lien vers une boutique internet russe qui le propose.

 

Glazounov a également eu un impact majeur dans le domaine de l'activisme politique.  Dans les années 1960, il a lancé un mouvement social pour préserver les monuments architecturaux en Russie, qui a fini par avoir une profonde influence, sauvant des centaines d'églises de la destruction et inspirant des générations d'écrivains, de cinéastes et bien d'autres, qui ont adopté ses idées et les ont développées. Des dizaines de penseurs, d'écrivains et de dirigeants politiques russes conservateurs de premier plan voient en Glazounov un guide qui leur a ouvert les yeux sur une nouvelle compréhension du passé et de l'avenir de la Russie.

 

À l'époque, il a appelé à la reconstruction de l'immense cathédrale du Christ Sauveur, la plus grande cathédrale de Russie, célèbre pour avoir été dynamitée par les bolcheviks dans les années 30, qualifiant cette démolition d'affront à l'histoire et au patriotisme russes. L'idée semblait alors farfelue et a été fermement dénoncée par les autorités communistes de l'époque, mais 35 ans plus tard, en 1999, c'est exactement ce qui s'est produit, Glazounov dirigeant à nouveau la campagne publique pour ce que beaucoup admettent être un miracle.

 

Aujourd'hui, Glazounov peut contempler les coupoles dorées de la cathédrale depuis les fenêtres de son musée avec une satisfaction ironique. Il a également créé, pratiquement seul, un genre de peinture qu'il appelle "Jeux de la passion".  Il s'agit d'énormes toiles qui occupent tout le mur d'une grande salle d'exposition, remplie parfois de centaines de personnages représentant des idées issues de sa pensée politique et historique. Ce sont les tableaux qui l'ont rendu le plus célèbre en Russie, où ils sont très populaires. Sur les 9 toiles monumentales de Glazounov de cette taille, 5 d'entre elles sont de ce genre. Les toiles les plus intéressantes sont "Le marché de notre démocratie" (1999), un réquisitoire cinglant contre les réformes du marché imposées à la Russie par l'Occident, et "La grande expérience" (1990), une critique tout aussi cinglante de l'expérience communiste en Russie.

 

Glazounov est également un auteur accompli qui a rassemblé ses idées politiques, religieuses, historiques et sociales en deux volumes massifs intitulés "Russie crucifiée" (disponible uniquement en russe), qui raconte sa vie et défend avec passion son point de vue sur le conservatisme.  Il s'agit d'un recueil d'érudition fascinant et convaincant sur un éventail improbable de sujets - principalement l'histoire, mais aussi la philosophie politique, l'archéologie, la littérature, la mythologie et la religion.

 

Tapez "Илья Глазунов" dans la recherche Youtube, et vous trouverez plusieurs longs métrages documentaires (tous en russe) racontant sa remarquable histoire, souvent avec lui comme narrateur principal vif et habile.  En outre, il existe des dizaines de clips de lui apparaissant dans des journaux télévisés et des talk-shows, où il expose longuement ses idées à des interviewers enthousiastes. Regardez le prononcer des discours devant des foules d'admirateurs.  C'est un orateur accompli, divertissant, spirituel, urbain, profond, passionné, vraiment remarquable.

 

Enfin, pour couronner le tout, il a été choisi pour diriger la restauration du magnifique palais du Grand Kremlin à la fin des années 1990, l'immense palais tsariste qui est la principale structure à l'intérieur du Kremlin de Moscou. (Wikipedia) Le palais a été construit au milieu du XIXe siècle pour célébrer la grandeur de l'autocratie russe, une mission qui convenait parfaitement à Glazounov, le monarchiste convaincu.

 

Un lion russe conservateur avec une réelle influence populaire - Le peintre Ilya Glazounov, par Charles Bausman (Russia Insider)
Un lion russe conservateur avec une réelle influence populaire - Le peintre Ilya Glazounov, par Charles Bausman (Russia Insider)

L'art n'est donc qu'une partie de la vie de l'homme, et dans le monde de l'art il est très controversé, avec de nombreux détracteurs. Les critiques disent que c'est un artiste médiocre, plutôt un habile réseauteur et politicien qui produit "kitsch" qui plaît aux masses, qui s'est enrichi en collectionnant et en échangeant des œuvres d'art, puis a utilisé sa richesse et son influence pour se faire donner des musées.  Son rejet total et absolu de tout art moderne ne le rend guère sympathique à la foule des chablis et des crackers au fromage, sans parler des types d'"art d'installation", dont il trouve le travail franchement absurde.

 

Mais ses admirateurs sont nombreux et pas exactement des ingénues artistiques.  Parmi eux, on trouve de nombreux écrivains russes parmi les plus respectés, tels qu'Alexandre Prokhanov, Valentin Raspoutine et Vladimir Soloukhine (qui sont tous des archi-conservateurs), et bien d'autres encore.  Mais pourquoi se fier aux opinions des autres - nous avons essayé d'inclure une grande variété de ses œuvres en haute résolution dans cet article. Jugez par vous-même.

 

Un lion russe conservateur avec une réelle influence populaire - Le peintre Ilya Glazounov, par Charles Bausman (Russia Insider)

Mais revenons à ses idées profondément conservatrices :

 

Il pense que le mouvement maçonnique a détruit la Russie, avec pour point culminant la guerre civile russe, la destruction de la monarchie et les massacres de Russes jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Pour Glazounov, le mouvement maçonnique, et son parcours dans l'histoire russe, a été la manifestation la plus réussie du mal.

 

Les Decembristes (une révolte des nobles du XIXe siècle, dont beaucoup s'inspirent de la maçonnerie, en quête d'une monarchie constitutionnelle qui a été déjouée) ont mérité tout ce qu'ils ont obtenu, et même plus.   Déteste ce qu'ils représentent.  Traîtres et canailles.

 

Ivan le Terrible était un grand souverain, complètement déformé par les historiens occidentaux russophobes, à commencer par le surnom de "Terrible", ce qu'il n'était pas, pas le moins du monde.

 

Il est fasciné par les icônes (peintures) russes, dont il possède une collection impressionnante.

 

Les Slaves étaient une grande civilisation, antérieure à tout analogue européen.  Il dit qu'il est complètement absurde que les Slaves aient "invité" les Vikings à régner sur eux - des mensonges plus occidentaux.

 

Absolument et complètement ravie que la Crimée soit à nouveau russe.  Il produit une grande quantité de données et d'arguments historiques prouvant que la Crimée est habitée par les Russes depuis la nuit des temps, que l'occupation ottomane n'a été qu'un bref intermède et que Catherine la Grande et le Prince Potemkine leur ont donné raison.

 

Obsédé par l'histoire, qui est le sujet de la plupart de ses tableaux.  Il souligne l'importance de connaître et d'honorer l'histoire et les réalisations de votre pays.  Il essaie de transmettre cette connaissance dans ses peintures.  Il aime paraphraser Disraeli : "L'histoire n'est pas la bataille des classes - c'est le choc des races et des religions", et encore "Les positions idéologiques sont toujours basées sur des fondements religieux et ethniques".

 

Les bolcheviks étaient des voyous meurtriers qui ont commis un génocide contre le peuple russe sur une échelle sans parallèle historique.

 

Il est très préoccupé par la crise démographique en Russie - il insiste pour que cela soit corrigé rapidement avant que cela n'aille trop loin.  Il recommande de soutenir les valeurs familiales traditionnelles et d'encourager les familles à avoir le plus d'enfants possible, au moins 3-4 ans.

 

Fasciné par les vieilles choses, la beauté des vieilles choses.  Un collectionneur incessant.  Déplorant le manque de respect pour les beaux bâtiments anciens, les églises, etc.  Considère qu'ils portent l'âme de la nation.

 

L'expérience de la Russie dans les années 90 a été un génocide similaire à la tragédie de la révolution de 1917. Un désastre et une atrocité complets.

 

En 2003, il a averti que des immigrants descendaient sur l'Europe et la détruiraient s'ils n'étaient pas arrêtés. Il croit que l'Europe est en train de mourir, que tous les espoirs reposent sur la Russie.

 

Les opinions de Glazounov sur ce dernier point sont fascinantes et ont des origines historiques et politiques claires. Il commence par donner sa définition de l'art, qui, selon lui, doit se composer de trois choses : 1.) Il doit contenir une compréhension de la bataille du bien et du mal dans ce monde, 2.) Il doit être consacré à montrer la beauté de ce monde et l'amour qui le sous-tend, et 3.) Il doit être conscient de la beauté et du mystère du monde spirituel. Il cite l'un de ses artistes russes préférés, Vaznetsov, qui a expliqué "Mon art est une bougie devant la face de Dieu", et un autre de ses favoris, Vrubel, qui soutient que le but de l'art est d'éveiller les grandes possibilités de l'esprit humain.

 

Il explique en outre que les premiers praticiens de l'art moderne étaient des révolutionnaires communistes de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, dont beaucoup venaient de Russie - Malevitch, Kandinsky, etc.  Après la révolution, ces artistes se considéraient comme l'"Avangard de l'art communiste", comme des "Commissaires", dont le rôle historique était de détruire l'art ancien, tout comme leurs homologues du monde politique massacraient les classes supérieures et faisaient sauter les églises, des atrocités que ces Commissaires du monde de l'art approuvaient sans aucun doute.

 

Glazounov soutient que l'art qu'ils ont produit ne peut pas du tout être décrit comme de l'art, mais plutôt comme un anti-art, un effort pour détruire l'art réel. Il déclare catégoriquement : "Le carré noir n'est pas de l'art". Il dit que la preuve que le nouvel art inspiré par le communisme ne peut pas être de l'art est qu'il n'a pas un caractère national, prétendant, comme le communisme le prétendait, être international, universel. Glazounov insiste sur le fait que tout art doit être national, ce qui reflète fidèlement la réalité du monde, et qu'il est aussi par nature, aristocratique, mais qu'il doit en même temps être démocratique, reflétant les pensées et les valeurs du peuple.

 

Il souligne que c'est une grande ironie que, bien que les commissaires communistes du monde politique aient été relégués au cimetière de l'histoire, ils règnent toujours en maîtres dans les musées et les départements d'art des universités occidentales, ce qu'il trouve abominable, car il les assimile aux tueurs sanguinaires de la Russie communiste.

 

Lorsqu'on lui demande qui il considère comme des exemples des derniers véritables pratiquants de l'art, il nomme Mikhail Nesterov (Russie - d. 1942), Arnold Boecklin (Allemagne - d. 1901), James Whistler (États-Unis - d. 1903) et John Sargent (États-Unis/Royaume-Uni - d. 1925).   Les impressionnistes - non, ils ne font pas le poids car ils ne reflètent pas la réalité du monde, ce qui, souligne-t-il, ne signifie pas que l'art doive être réaliste. Mais les impressionnistes ne reflètent pas le monde tel qu'il est, qui s'éloigne déjà de l'art.  Van Gogh ?  Un fou, pas un artiste.

 

Glazounov soutient que l'art qui existe séparément du monde réel est essentiellement un fantasme satanique.

 

En personne, Glazounov est animé, jovial, bavard, chaleureux et généreux, il offre à ses invités de délicieuses tartes aux légumes russes, des sucreries et des litres de thé, les yeux pétillants, parfois en frappant du poing pour insister, les yeux clignotants.

 

Il commence la discussion en annonçant que nous vivons une époque de lutte acharnée entre le bien et le mal, et que si vous ne comprenez pas cela, vous ne comprenez rien.

 

Il donne l'impression d'un homme pressé, comme s'il voulait avertir d'urgence le monde de l'erreur de ses voies, une voix dans le désert.

 

Traduit de l’anglais par Le Rouge et le Blanc.

 

* Ndt: Soslovie (Сословие) est le terme russe qui désigne les États du royaume, ou trois États, qui étaient les grands ordres de la hiérarchie sociale dans la chrétienté (Europe chrétienne) du Moyen Âge au début de l'Europe moderne.

Ilya Glazounov et Vladimir Poutine

Ilya Glazounov et Vladimir Poutine

Un lion russe conservateur avec une réelle influence populaire - Le peintre Ilya Glazounov, par Charles Bausman (Russia Insider)
Lire la suite

«On va rendre tout le monde fou!»: Didier Raoult s'oppose à l'idée d'un reconfinement face au Covid-19 (28 janvier 2021)

29 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Ecoutez ici l'entretien du Pr Raoult avec Figaro Live:

https://video.lefigaro.fr/figaro/video/on-va-rendre-tout-le-monde-fou-didier-raoult-soppose-a-lidee-dun-reconfinement-face-au-covid-19/

Extraits:

«C'est mieux de ne pas confiner [les gens], on va rendre tout le monde fou, on va ruiner les gens.»

«Le nombre de problèmes psychiatriques [...] est en train d'exploser»

«Il faut revenir sur Terre» (...) «pas d'évidence que les mesures sociales qui [ont] été prises [par le gouvernement] pour contrôler cette épidémie aient contrôlé quoi que ce soit».

«Il faut laisser les gens vivre, les soigner et on écrira avec le temps l'histoire de cette maladie»

«On ne va pas proposer à la population de vivre entièrement cloisonnée tout le reste de l'histoire de l'humanité. Il va falloir s'arrêter à un moment !»

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/83276-didier-raoult-sur-confinement-on-va-rendre-tout-le-monde-fou

 

Lire la suite

Shamil Sultanov : L'ombre de Gorbatchev plane toujours sur la Russie (Club d'Izborsk, 29 janvier 2021)

29 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Chine, #Russie

Shamil Sultanov : L'ombre de Gorbatchev plane toujours sur la Russie  (Club d'Izborsk, 29 janvier 2021)

Shamil Sultanov : L'ombre de Gorbatchev plane toujours sur la Russie

 

29 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20587

 

 

Chris Miller, politologue et historien américain bien connu, a récemment publié son nouveau livre "The Struggle to Save Soviet Economy : Mikhail Gorbachev and the Collapse of the USSR". La lutte pour sauver l'économie soviétique : Mikhaïl Gorbatchev et l'effondrement de l'URSS).

 

Vous trouverez ci-dessous quelques passages avec des commentaires de ce livre, qui sont assez intéressants dans le contexte des défis actuels.

 

La première et dernière visite de Gorbatchev en Chine remonte à 1989. Dans son discours de Pékin, le dirigeant soviétique a déclaré au public chinois que "la réforme économique ne fonctionnera pas si elle n'est pas soutenue par une transformation radicale du système politique...". À la fin des années 1980, Gorbatchev avait conclu que la seule façon de mettre en œuvre son programme économique était de mettre fin au monopole politique du PCUS.

 

Cependant, Deng Xiaoping et ses alliés conservateurs à la direction du PCC avaient un point de vue très différent. La principale leçon à tirer des événements de la place Tienanmen, comme l'a déclaré Deng lors d'une réunion des hauts dirigeants du parti le 16 juin, est simple : "Les événements récents montrent combien il est important pour la RPC de continuer à adhérer à la voie socialiste... Seul le socialisme peut sauver la Chine et la transformer en un pays développé. La Chine doit se concentrer sur son économie, a-t-il affirmé, pour éviter que les manifestations de la place Tienanmen ne se répètent.

 

Suite à la décision de Deng Xiaoping de renforcer le système de pouvoir autoritaire intelligent, la Chine a commencé à passer à une économie de marché sans démocratie, mais de manière délibérée et aussi professionnelle que possible. Par exemple, en trois décennies, Pékin a formé plus de vingt millions de ses professionnels en Occident à la technologie moderne et sophistiquée du marché des entreprises capitalistes. Rien qu'en 2018, quelque 350 000 étudiants chinois se trouvaient aux États-Unis.

 

Pendant ce temps, la direction soviétique, dirigée par Gorbatchev, s'est obstinée à préconiser des procédures démocratiques, la liberté d'expression et des élections multipartites, tout en plongeant dans une dépression économique écrasante qui a ensuite conduit à l'effondrement de l'URSS en 15 États distincts.

 

Aujourd'hui, de nombreux Russes se demandent : n'aurait-il pas été préférable qu'ils choisissent le modèle de capitalisme autoritaire de Pékin ? Alors pourquoi le Kremlin n'a-t-il pas suivi la voie de la Chine ?

 

En 1989, au moment même où Deng Xiaoping reformatait son système autoritaire, Gorbatchev a procédé de manière chaotique à la libération de la presse, à la libéralisation de l'expression politique et à l'introduction d'élections compétitives. En deux ans seulement, l'incompétence flagrante de Gorbatchev a finalement sapé les fondements du système politique soviétique. Et toutes ces expériences politiques se sont accompagnées d'un affaiblissement constant de l'Union soviétique. Les élites locales ont commencé à mobiliser les minorités ethniques dans les régions reculées de l'Union soviétique, de la vallée de Ferghana en Asie centrale au Caucase. Le pouvoir croissant des élites régionales a fait que les ordres du Kremlin ont été de plus en plus ignorés en dehors de Moscou.

 

Mais le principal défi pour Gorbatchev était la croissance incontrôlée des problèmes économiques du pays. Après la répression des manifestations de la place Tienanmen, Pékin a imposé une nouvelle croissance économique. L'économie soviétique, en revanche, s'est effondrée. Gorbatchev a pris une série de mesures pour introduire des incitations de marché et légaliser l'entreprise privée dans l'industrie et l'agriculture. Beaucoup de ces changements - du moins en ce qui concerne leur but, sinon leur exécution - étaient très similaires aux innovations de Deng en Chine. Cependant, au cours de cette transformation politique, l'Union soviétique a été confrontée à une crise budgétaire qui s'est aggravée et que Gorbatchev n'a pas pu résoudre.

 

Contrairement à la Chine, l'Union soviétique était au point mort. Le déficit budgétaire a continué à se creuser inexorablement, financé par une augmentation des prêts et de l'imprimerie. Cela a provoqué une forte vague de déficits et d'inflation, qui a exacerbé les difficultés économiques du pays et a finalement sapé la crédibilité du Kremlin. À la fin de 1991 - six ans après l'arrivée de Gorbatchev au pouvoir - l'économie soviétique était en ruine. Les usines s'étaient arrêtées, les transports s'étaient arrêtés, les files d'attente pour le pain s'allongeaient.

 

Gorbatchev, ni dans son expérience ni dans sa capacité mentale, a été capable de faire face à cette crise systémique de plus en plus complexe. Le manque d'argent croissant a rendu impossible la pacification des séparatistes et des groupes ethniques et régionaux mécontents dispersés dans toute l'Union soviétique. Pendant ce temps, la faiblesse de Gorbatchev avec l'armée et les services spéciaux, les groupes industriels influents et un vaste réseau de fermes collectives signifiait qu'il n'avait aucun moyen de réduire le budget. La seule chance d'équilibrer le budget et de vaincre l'inflation et les déficits était d'augmenter les prix à la consommation - ce que la Russie post-soviétique a finalement fait en 1992 au prix d'une réduction spectaculaire du niveau de vie de toute la population. Mais Gorbatchev savait que toute tentative d'équilibrer le budget - en réduisant les dépenses ou en augmentant les prix - pouvait facilement conduire à son effondrement. La paralysie politique causée par des forces puissantes opposées aux réformes économiques a été la cause ultime de l'effondrement de l'Union soviétique. Le 26 décembre 1991, le plus grand pays du monde a officiellement cessé d'exister.

 

Cependant, ni l'abolition de l'Union soviétique ni l'émergence d'une Russie indépendante n'ont contribué à résoudre les problèmes économiques stratégiques du pays.

 

La montée en puissance de la Chine au niveau mondial au cours des trois dernières décennies a été déterminée non seulement par le choix d'une stratégie économique saine, non seulement par la préservation d'une économie planifiée (réglementée), non seulement par le renforcement du PCC en tant que noyau du système politique chinois, mais aussi par le maintien et l'amélioration de son système idéologique, de ses valeurs et de ses idéaux.

 

Jiang Zemin, qui a succédé à Deng Xiaoping à la tête de la Chine, a fait valoir en 1990 que le principal problème de l'Union soviétique était que Gorbatchev s'était révélé être un traître (aux principes idéologiques et aux objectifs du socialisme), comme Lev Trotsky. En décembre 2012, le président chinois Xi Jinping s'est fait l'écho de cette évaluation. "Pourquoi l'Union soviétique s'est-elle effondrée ? Leurs idéaux et leurs croyances ont été ébranlés. Après tout, tout ce que Gorbatchev avait à faire était d'annoncer discrètement la dissolution du Parti communiste soviétique, et le grand parti avait disparu". Néanmoins, la plupart des interprétations de l'effondrement de l'Union soviétique dans le discours chinois sont encore dominées par l'explication et la logique de Deng Xiaoping. "Mon père", raconte le plus jeune fils de Deng, "pense que Gorbatchev est un idiot. Mais c'était un idiot spécial : au milieu des années 70, à la tête du territoire de Stavropol, le futur secrétaire général aimait accepter des pots-de-vin de 30 000 roubles (Et le KGB le savait !). À cette époque, le salaire mensuel moyen dans le pays était d'environ 200 roubles, et les ministres de l'Union recevaient 600 roubles.

 

Les Russes ont régulièrement qualifié Gorbatchev de l'un des pires et des plus stupides dirigeants du pays au XXe siècle. C'est sous lui que le pouvoir a commencé à se déplacer vers une nouvelle classe dirigeante composée de généraux, de chefs de fermes collectives, d'entreprises industrielles et de futurs oligarques qui ont bénéficié de l'appauvrissement et de l'inefficacité de l'économie.

 

Deng Xiaoping, en revanche, a réussi à trouver un compromis avec d'autres élites (principalement les élites régionales), leur permettant de conserver le pouvoir, mais gagnant en échange leur soutien dans la mise en œuvre des réformes économiques qui ont permis à la RPC de se développer de façon spectaculaire.

 

L'exemple de la Chine a prouvé qu'une transition efficace d'une économie planifiée à une économie de marché était possible. L'Union soviétique s'est effondrée précisément parce qu'un pouvoir politique étendu s'est retrouvé entre les mains de personnes non seulement incompétentes, mais qui avaient aussi toutes les raisons de saper le mécanisme de résolution des problèmes financiers du pays, qui s'était constitué sur plusieurs décennies.

 

Paradoxalement (ou, au contraire, très logiquement), la situation actuelle en Russie commence progressivement à ressembler à celle de la fin des années 80. Les turbulences sociales et l'ingouvernabilité dans la sphère politique sont en augmentation. Le Kremlin ne contrôle pas efficacement la situation réelle dans les régions. Les perspectives économiques du pays, même à moyen terme (sans parler du long terme), deviennent de plus en plus vagues et sombres. La propagande politique bon marché a pris la place d'un travail idéologique sérieux pour consolider la nation...

 

L'ombre de Gorbatchev plane toujours sur la Russie.

 

 

Shamil Sultanov

 

Shamil Zagitovich Sultanov (né en 1952) est un philosophe, historien, journaliste, personnalité publique et homme politique russe. Il est le président du Centre d'études stratégiques Russie - monde islamique. Membre régulier du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Viktor Grinkevich : La nation comme notion clé de la politique contemporaine (Club d'Izborsk, 28 janvier 2021)

28 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie, #Société

Viktor Grinkevich : La nation comme notion clé de la politique contemporaine  (Club d'Izborsk, 28 janvier 2021)

Viktor Grinkevich : La nation comme notion clé de la politique contemporaine

 

28 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20585

 

 

Depuis la Grande Révolution française, le pouvoir n'a plus besoin de la légitimité divine. Depuis lors, l'un des termes politiques les plus importants et les plus spéculatifs est celui de "personnes". La volonté du peuple a justifié des guerres à grande échelle, des transformations grandioses, des révolutions et des réformes. Les dirigeants démocratiques et autoritaires ont voulu se faire les porte-parole du peuple et ont proclamé leurs programmes dans l'intérêt et au profit du peuple. Le peuple est devenu un "nouveau Dieu" et la seule instance au nom de laquelle les politiciens du Nouvel Âge ont commencé à parler.

 

Et maintenant le "Front populaire russe" fonctionne en Russie, en Ukraine les parlementaires sont officiellement appelés nardepam - députés du peuple. "Nous, peuples des Nations unies...", commence le préambule de la charte des Nations unies, et presque la même chose est la constitution américaine. Il semble que tout le monde dans le monde veuille être avec son peuple, parler et gouverner au nom du peuple. C'est notamment pour cela que les politologues et les sociologues qui déchiffrent les messages secrets et la volonté cachée des gens pour les dirigeants prennent de l'importance partout en Occident, et maintenant aussi dans notre pays. La sociologie est en fait la "science des gens", la connaissance et la prédiction de sa volonté, de ses goûts et de ses désirs changeants.

 

En fait, il y a toujours eu une tendance frappante : plus le groupe qui arrivait au pouvoir était radical, plus il faisait appel à la volonté du peuple. Ce fut le cas des bolcheviks soviétiques et des jacobins français, auxquels on a emprunté le terme "ennemi du peuple". Ennemi du peuple, c'est ainsi que les révolutionnaires français appelaient les partisans de l'ancien régime, et plus tard tous leurs opposants. Un décret spécial de 1794 a même donné une définition précise des ennemis du peuple comme étant "les personnes qui cherchent à détruire la liberté publique par la force ou la ruse". D'ailleurs, l'un des chefs des Jacobins, Marat, s'est ouvertement présenté comme n'étant autre qu'un "ami du peuple". En Russie, contrairement à la croyance populaire, la rhétorique des ennemis du peuple a commencé à être introduite pendant la Révolution de février. Kerensky, en mars 1917, a déclaré dans l'un de ses discours publics : "Je vous prie de ne pas croire les rumeurs propagées par les ennemis du peuple et de la liberté, qui cherchent à saper les relations entre le gouvernement provisoire et le peuple.

 

Au XXe siècle, le refus d'appartenir au peuple pourrait être fatal pour certains citoyens. Dans l'Allemagne d'Hitler, la division entre le peuple allemand et les autres était basée sur le principe du sang, la forme du crâne, etc. Aux États-Unis, pendant la guerre froide et la "chasse aux sorcières", les communistes se sont vu refuser l'adhésion au peuple américain, avec les conséquences les plus fâcheuses pour eux.

 

Pour nous, ce terme est d'autant plus important que l'avenir du pays peut dépendre directement d'une définition claire des frontières du "peuple". Si, par exemple, on dit que notre État n'est pas habité par un seul peuple mais par plusieurs, sa volonté et sa subjectivité politique se divisent en plusieurs : un peuple veut une chose et un autre - un autre. Des personnes différentes - des systèmes de pouvoir différents, des élites politiques différentes et, par conséquent, des États différents. Si une nation n'est qu'une citoyenneté, le destin historique commun, les ancêtres communs et les héros n'ont pas d'importance : il n'y a que des droits civils et un pouvoir élu commun pour les citoyens d'un seul État. Si une nation est une tribu de sang, avec la forme d'un crâne et la couleur des yeux, alors c'est la forme la plus primitive de nationalisme des cavernes, qui est destructrice pour l'État à l'intérieur et à l'extérieur. En conséquence, si les gens existent séparément des élites, un modèle de pouvoir tyrannique se forme.

 

Pourtant, derrière de nombreuses définitions spéculatives, le contenu réel de cette notion, et après elle, la relation réelle et souhaitable des personnes et des élites, était caché. Du point de vue philologique, tout est plus ou moins clair avec les "gens". L'étymologie russe est issue de la racine entièrement slave "kin", et le peuple, en conséquence, est un ensemble de tous les gens nés dans l'État. Le peuple anglais, tout comme le peuple français, est issu du latin populus, c'est-à-dire de la population, de la masse, de tous les habitants de tel ou tel endroit. La signification du Volk allemand remonte à l'ancienne définition allemande de la milice, il est donc homonyme du mot russe "régiment".

 

Si nous la définissons au contraire, la nation n'est pas une nation, pas une ethnie, pas un État, pas seulement une population ou un électorat. Une nation est une unité politique de citoyens d'un pays qui peuvent parler des langues différentes, qui vivent loin à l'étranger et qui ne participent en aucune façon aux affaires de leur État. Une ethnie est une communauté linguistique et culturelle étroite liée à un certain territoire et à un certain clan. En même temps, une nation n'est pas égale à la société civile, car celle-ci est un ensemble d'individus atomiques qui forment soudainement un parti ou un mouvement social pour la protection de l'État. La société civile n'a pas de frontières et de conscience nationale.

 

Et il ne nous est pas du tout étranger. Nous aussi, nous entendons souvent des slogans et des déclarations dans le style "L'armée avec les gens", "L'église avec les gens", "Les députés doivent communiquer avec les gens", etc. Apparemment, les auteurs de ces déclarations considèrent le peuple comme un Russe caricatural portant un gilet rayé devant un téléviseur. Il est le peuple, et, par exemple, un député, un scientifique, un officier ou un prêtre - ne sont-ils pas des gens ? Après tout, les dissensions, les conflits civils et les révolutions commencent toujours par de telles divisions de classe et de classe.

 

D'autre part, les prisonniers, les drogués et toutes sortes de parias font également partie du peuple, mais ils se sont égarés et ne comprennent pas les règles les plus élémentaires de la vie sociale, dont la plus importante est d'aider son voisin. Votre voisin, peu importe qui il est - un homme d'affaires, un militaire ou un enseignant - il fait partie du peuple, qui n'est pas divisé en classes ou en partis. Nos ancêtres l'ont très bien compris, et se sont donc adressés à tous ceux qu'ils ont rencontrés comme s'ils étaient les leurs, indépendamment de leur nationalité, de leur profession ou de leur classe sociale : père, fils, mère, etc.

 

Même les irréconciliables opposants font aussi partie du peuple, qui veut désespérément être entendu, mais pas au détriment de la majorité. En les déclarant ennemis du peuple, on peut amèrement faire reculer les autorités, qui seront alors "coupées" du peuple de la même manière. Heureusement, ce n'est pas encore le cas ici.

 

Avant la révolution, les paysans n'étaient pas tout à fait à part entière et n'étaient pas considérés comme des membres à part entière de la société. Cela provoqua une révolution et une égalisation temporaire des droits, mais les plus zélés et les moins instruits déclarèrent immédiatement l'ancienne noblesse, une partie de l'intelligentsia et d'autres "éléments étrangers" comme ennemis du peuple. En pratique, il s'est avéré que le prolétariat ne voulait pas faire la guerre aux antagonistes de classe, et tout s'est avéré beaucoup plus compliqué. Seul Staline comprit plus tard la perversité d'une telle division en classes, créant en pratique une nouvelle communauté "le peuple soviétique", formant l'État-major général à moitié composé de descendants de familles nobles, dévoués à la mère patrie soviétique. Puis, dans les années 1990, une nouvelle génération de réformateurs a déclaré tous les communistes idéologiques ennemis, éliminant de nombreux patriotes sincères et gestionnaires "rouges". D'un tournant historique à l'autre, nous avons les mêmes erreurs, sur lesquelles nous ne devrions pas revenir.

 

Les représentants de l'élite ne peuvent pas diviser arbitrairement le peuple, en fonction de la situation politique. On ne peut pas "disperser" les gens, les mettre en cellule, en faire des rouages obéissants avec des fonctionnalités distribuées. Une personne n'est pas un billet de banque d'une dénomination prescrite. Vous êtes concierge aujourd'hui, soldat demain, employé du gouvernement ou homme d'affaires le jour suivant et vous ne serez jamais séparé de votre peuple pour le reste de votre vie. Mais une individualisation excessive conduit également à des phénomènes douloureux si une personne commence à oublier son appartenance au peuple, quel que soit le poste qu'elle occupe en même temps.

 

En fin de compte, l'élite, dont nous avons parlé dans de nombreux articles précédents, est la ligne de front du peuple, qui vient de la même culture, grandit sur le même sol et poursuit les mêmes objectifs que le peuple. Dans un état sain, le peuple et ses élites partagent toujours la même origine, culture et mission historique, il n'y a pas de barrière entre l'élite et le peuple. Pour que l'État reste toujours dynamique, compétitif et prêt au combat, l'élite doit être recrutée parmi les masses populaires les plus larges. Le peuple, à son tour, délègue le pouvoir politique à ses élites dirigeantes et autres : dans la construction de la nation, les affaires, la science, la culture et la défense. La condition la plus importante est l'ouverture constante de canaux de pénétration dans l'élite pour les représentants du peuple.

 

Alors, qui pouvons-nous appeler un peuple ? En fin de compte, la nation, c'est littéralement nous tous qui vivons et travaillons dans notre pays et qui soutenons les objectifs de l'État, indépendamment de notre nationalité, de notre foi, de notre profession et de notre occupation. Ce sont ces personnes, selon l'article 3 de la Constitution, qui sont "le porteur de la souveraineté et la seule source de pouvoir dans la Fédération de Russie".

 

D'où le principe clé de la formation des élites, qui doivent être éduquées avec la compréhension primordiale de l'unité inséparable avec le peuple. Ce postulat immuable devrait être dans l'esprit de tous ceux qui ne pensent qu'à entrer dans les cercles du pouvoir. Tous ceux qui sont chargés par Dieu de gouverner et de diriger notre navire d'État doivent clairement comprendre qu'ils sont intrinsèquement liés au peuple - ceux qui les portent, les nourrissent, qui sont là tous les jours, et même ceux qui ne sont pas encore nés. Une nation est une communauté temporelle, spatiale, politique et culturelle unique de tous les individus vivant dans un pays. D'autres interprétations conduiront notre pays dans une impasse.

 

 

Victor Grinkevich

 

http://viktorgrinkevich.ru

Viktor Grinkevich (né en 1960) - Chef de la branche régionale de Briansk d'OPORA RUSSIA, une organisation russe pour les petites et moyennes entreprises. Membre régulier du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Israël Shamir: L’Amérique descend dans la nuit virtuelle (The Unz Review, 26 Janvier 2021)

28 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Politique, #Lettres, #USA

Israël Shamir: L’Amérique descend dans la nuit virtuelle

 

26 janvier 2021

 

https://www.unz.com/ishamir/america-descends-into-virtual-night/

 

 

À 78 ans, après une longue maladie et sans avoir repris conscience, Joe Biden succombe à la présidence. Les derniers espoirs des derniers croyants des Q-anons se sont envolés comme une fumée dans la nuit, Biden accédant au puissant trône des États-Unis. C'est vraiment un jour sombre pour l'Amérique et pour le monde, car l'exemple américain sera suivi par beaucoup. C'est aussi un adieu au monde réel dans lequel nous avons été élevés. Le nouveau monde est virtuel, comme la plus grande partie de l'inauguration. Il est virtuel et sombre, dirigé par des entreprises numériques et par des politiciens vieux et fatigués.

 

La voix effrayante de Biden, la voix d'un vieil homme sale offrant des bonbons à un enfant de neuf ans, a livré quelques platitudes. Biden a été salué par les morts - par des drapeaux marquant ceux qui sont morts de Covid - tous hautement symboliques : il a été élu par les morts, il leur est donc redevable. On dit qu'un homme était tellement ennuyé parce que ses beaux-parents ont voté pour Biden qu'il a cessé de se rendre sur leur tombe. Le roi des morts, un personnage de Game of Thrones, est venu gouverner l'Amérique au nom de machines sans vie.

 

Le vieil homme frêle dirigera les vieilles femmes. Ensemble, ils forment le Gang des quatre : Harris, 56 ans, Pelosi, 80 ans, Clinton, 73 ans. Ses premiers jours, ses premiers actes sont de mauvais augure. Il a revêtu le masque, attribut de la Mort, et a obligé tous les fonctionnaires et agents fédéraux à porter des masques. Il a invité l'Amérique latine à envahir les États-Unis. Il a ouvert les portes aux immigrants du Moyen-Orient. Il a encouragé le changement de sexe pour les garçons et les filles. Il renvoie les États-Unis dans le désastre imminent de l'Accord de Paris en matière de changement climatique. Il a envoyé plus de troupes en Syrie. Il a lancé une nouvelle campagne contre la Russie et a envoyé des navires de guerre en mer de Chine méridionale.

 

Dans le même temps, Pelosi élimine les mots "mère, père, fils, fille, mari, femme" du vocabulaire du Congrès comme étant "sexistes". Un tel langage purgé ne permettrait jamais de traduire la prophétie miraculeuse de Virgile (Incipe, parve puer, risu cognoscere matrem) en anglais, ni aucun autre texte sacré. Cela n'a pas beaucoup d'importance ; dans le monde Covid, il n'y aura pas d'église de toute façon, pas de mariage, ni femme ni homme ; au lieu de faire des enfants localement, les nouveaux Américains seront importés. En effet, si tout le reste est externalisé, pourquoi s'arrêter à la reproduction ?

 

Le régime Biden n'est qu'une façade pour le pouvoir de Big Data, des cinq géants qui ont supprimé Trump et installé Biden à la Maison Blanche. Nous verrons bientôt si les politiciens assoiffés de pouvoir se contenteront de faire semblant d'être au pouvoir. Trump a été le dernier homme d'État entièrement humain à la tête de la République, et il a été battu par le vote par correspondance.

 

Chaque fois que Trump s'est plaint de la possibilité de fraude, le Washington Post de Bezos a crié : "Le président Trump a colporté de fausses déclarations ou des menaces imaginaires concernant le vote par correspondance". Trois jours après la destitution de Trump, Amazon (qui appartient aux mêmes Bezos) a rejeté le vote par correspondance pour ses employés syndiqués, car il est notoire que le vote par correspondance n'est pas fiable. "Nous pensons que la meilleure approche pour une élection valide, équitable et réussie est celle qui est menée manuellement, en personne, ce qui la rend facile à vérifier", a déclaré Amazon. Le vote par correspondance pour la présidence était un must en raison de la pandémie, mais il n'y a pas d'épidémie lorsque les employés d'Amazon essaient d'adhérer à un syndicat.

 

De même, le pillage du BLM a été "en grande partie pacifique", mais le pillage du Capitole a été le fait de "terroristes internes". Les vainqueurs sont si malhonnêtes que j'ai pitié de Trump - et de nous tous.

(...)

La suite de l'article ici:

https://www.unz.com/ishamir/america-descends-into-virtual-night/

Vous pouvez contacter Israel Shamir à l'adresse suivante : adam@israelshamir.net

 

Cet article a été publié pour la première fois dans The Unz Review.

 

Traduit de l'anglais par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Youri Tavrovski : Qui danse avec qui ? (Club d'Izborsk, 28 janvier 2021)

28 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Asie, #Chine, #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie, #USA

Youri Tavrovski : Qui danse avec qui ? (Club d'Izborsk, 28 janvier 2021)

Youri Tavrovski : Qui danse avec qui ?

 

28 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20581

 

 

Pékin invite Washington au tango, mais veut mener la danse.

 

À la veille de l'inauguration de Joseph Biden, le président chinois Xi Jinping a fait un geste de conciliation. Le 14 janvier, Pékin a publié une lettre de réponse à Howard Schultz, président émérite du conseil d'administration de la chaîne de café américaine Starbucks. Elle note, selon les termes de l'agence de presse officielle Xinhua, que "la Chine a entamé une nouvelle voie pour construire de manière globale un pays socialiste modernisé qui offrira encore plus d'espace aux entreprises du monde entier, y compris aux entreprises américaines". La lettre a été envoyée le 6 janvier, mais la publication a été placée dans les médias plus près du 20 janvier, lorsqu'il y a eu un changement officiel de propriétaire à la Maison Blanche.

 

Le premier anniversaire de la "phase 1" de l'accord commercial entre la Chine et les États-Unis, signé le 15 janvier 2020, s'est également avéré très opportun. Les médias chinois commentent activement cet événement, en soulignant la nécessité de surmonter la "guerre commerciale" initiée par le président Trump en 2018. En même temps, il est souligné que même dans des conditions de ralentissement de la croissance économique dû à la pandémie de COVID-19, la Chine remplit ses obligations autant que possible. Pékin a promis d'acheter pour 200 milliards de dollars supplémentaires de produits agricoles, d'énergie et d'autres biens dans un délai de deux ans. Selon les dernières données du département des douanes, rien qu'en 2020, les importations en provenance d'Amérique ont atteint 135 milliards de dollars, soit une hausse de 9,8 %. Dans le même temps, les achats de produits agricoles ont augmenté de 66,9 %.

 

L'espoir d'une "nouvelle page" dans les relations commerciales lors des prochaines négociations commerciales est souligné par les mises à jour de l'équipe chinoise. De sérieux changements sont inévitables dans l'équipe américaine également. Les contacts officiels sont peu probables tant que l'administration du président Biden n'est pas finalisée et qu'une nouvelle "politique de la Chine" n'est pas formulée, mais une délégation chinoise de haut niveau devrait se rendre à Washington dans quelques semaines.

 

Les entreprises américaines sont mécontentes de la politique de découplage, qui, selon la Chambre de commerce américaine, a déjà coûté 245 000 emplois à l'Amérique. Les experts estiment que si le processus de divorce se poursuit, le PIB américain diminuera de 1,6 trillion de dollars en 5 ans. D'ici 2022, 732 000 emplois seront perdus et 320 000 autres d'ici 2025. Et ce ne sera pas long après la prochaine élection présidentielle américaine. Biden ne s'en soucie peut-être pas beaucoup, mais les dirigeants démocrates, eux, s'en soucient.

 

Bien entendu, l'économie chinoise, en particulier ses provinces côtières traditionnellement tournées vers l'exportation vers les États-Unis, souffre également de graves dommages. La stratégie des "deux circulations" adoptée en Chine l'année dernière vise à minimiser la dépendance vis-à-vis des marchés américains et d'autres marchés étrangers. Toutefois, la réorientation vers le marché intérieur prendra du temps. Les paroles et les actions conciliantes de Pékin visent à gagner du temps.

 

La position de faiblesse de l'Amérique

 

Les Chinois parlent maintenant aux Américains poliment, très poliment. Ils le font non pas dans une position de faiblesse, mais dans une position de force. Le contraste entre la première et la deuxième puissance mondiale est impressionnant. L'Amérique est entrée dans l'année 2021 dans un état préinfarctus. L'élection présidentielle a divisé la nation en deux. L'assaut du Capitole a dépouillé la démocratie américaine de ses robes blanches vierges et a révélé les tenues miteuses d'une vieille pute. Le spectre de la bataille de Gettysburg (1863), où, au plus fort de la guerre civile, des Américains ont tué d'autres Américains, plane au-dessus du pays. La nation la plus riche du monde a démontré le fiasco de son système de soins de santé et mène confortablement le nombre de décès dus à la pandémie COVID-19. L'économie stagne, le chômage augmente. Le pays n'a pas de programme cohérent pour l'avenir prévisible, et encore moins pour le long terme. Le sénile président de la Maison Blanche oublie parfois même des épisodes de son propre passé. Ses objectifs ne sont pas clairs, ses tâches ne sont pas définies. Les choses ne doivent pas être comme elles étaient sous Trump - c'est l'essentiel pour l'instant.

 

La position forte de la Chine

 

La Chine a commencé l'année 2021 sur une note importante. Les résultats de 2020 publiés à Pékin le 18 janvier par le Bureau national des statistiques ont montré un taux de croissance du PIB de 2,3 %. C'est la meilleure performance mondiale en une année "covid". Il convient de rappeler que l'épidémie de COVID-19, qui a débuté il y a exactement un an, a porté à la Chine un coup dont elle a eu du mal à se remettre. L'isolement de provinces entières comptant entre 50 et 60 millions d'habitants, la perturbation des transports et des chaînes de production, et la réduction de la consommation, tout cela dans un climat de pessimisme. Le PIB s'est effondré de 6,8 % au premier trimestre. On a même parlé de la fin du "miracle chinois". Mais le miracle n'a pas cessé. Après avoir touché le fond, l'économie a commencé à grimper comme un avion en surrégime. Au quatrième trimestre, le taux de croissance a été de 6,5 %, dépassant les chiffres de la période correspondante de 2019, la dernière année "normale" (6 %).

 

Le chiffre d'affaires du commerce de détail reste un goulot d'étranglement. Il a diminué de 3,9 %, alors qu'en 2019, une croissance de 8 % a été enregistrée. Un autre casse-tête pour les économistes de Pékin est la situation de l'emploi. Pour 2020, les villes ont réussi à créer 11,86 millions de nouveaux emplois au lieu des 11 millions prévus, ce qui a fait baisser le taux de chômage de 5,5 % à 4,7 %. Cependant, les statistiques officielles ne donnent pas de chiffres sur les migrants, les résidents ruraux qui travaillent à temps partiel dans des entreprises urbaines. Leur nombre avant l'épidémie dépassait les 200 millions.

 

Les résultats impressionnants de l'économie chinoise en 2020 renforcent son rôle de "locomotive" de l'économie mondiale à l'ère post-industrielle. Elles confirment également la transition de la Chine vers une nouvelle étape de développement. L'achèvement du PIB de 100 billions de yuans (15,4 billions de dollars) et du revenu moyen par habitant de 10 000 dollars l'année dernière, ainsi que l'éradication de la pauvreté absolue dans tout l'Empire du Milieu, achèvent la création de la "société à revenu moyen" (Xiao-kang). À partir de cette année, la création d'une "société de haute affluence" va commencer.

 

Xi Jinping envisage le doublement du PIB du pays et une augmentation égale des revenus du peuple chinois d'ici 2035. Un nouveau système juridique doit correspondre au nouveau mode de vie. Il y a quelques jours, le Plan pour le développement d'un État de droit en 2020-2025 a été publié. Un tel document est sans précédent dans l'histoire de la Chine et a été préparé par le parti communiste au pouvoir. L'extension progressive et systématique des droits est considérée comme la mise en œuvre d'une "démocratie à caractéristiques chinoises".

 

Le principe de "gouverner l'État par des lois" (et fa zhi guo) a été dès le début une partie importante du plan à long terme de Xi Jinping pour le "rêve chinois pour la grande renaissance de la nation chinoise". Plusieurs séances plénières du Comité central et réunions de haut niveau ont discuté de la manière de "mettre le gouvernement en cage avec la loi". Ils ont réussi à mettre en place non pas l'ensemble du gouvernement, mais seulement quelques dizaines de milliers de ses "serviteurs" - des fonctionnaires à tous les niveaux, jusqu'aux récents membres du Politburo. La Commission centrale de vérification de la discipline de parti, "contre-espionnage du parti" avec ses enquêteurs et ses isolateurs, ressemblant au VChK, a commencé à travailler. L'approche systématique a constitué un grand pas en avant par rapport aux arrestations au hasard et aux fusillades de fonctionnaires corrompus dans les stades que Deng Xiaoping avait introduites au milieu des années 1980.

 

Il est maintenant temps de passer à l'étape suivante. Ces plans à long terme se concrétiseront-ils ? Nous verrons bien. Nous n'avons plus que 15 ans à attendre !

 

La pâte pressée ne peut pas être remise dans le tube.

 

Les gestes de conciliation envers le président Biden ont peu de chances d'atteindre le but recherché. "La guerre froide a commencé sous Trump, non pas à cause de son caractère querelleur, mais pour freiner les progrès de la Chine. Cependant, ni les droits de douane supplémentaires sur les produits chinois, ni la pression militaire, ni l'incitation des séparatistes et des dissidents n'ont eu l'effet escompté. Même le coronavirus n'a pas aidé à "repousser la pâte pressée dans le tube". L'histoire de la crise financière mondiale de 2008-2009 se répète sous nos yeux. À l'époque, les gouvernements du monde entier ont versé des billions dans les banques pour "sauver le système financier". Cet argent n'a pas servi à financer le secteur réel, mais à alimenter les entreprises offshore et à renforcer la domination de la mafia financière. Seule la Chine n'a pas suivi le "contribuable de Washington" et a commencé à investir dans la construction de chemins de fer et d'autoroutes, de bâtiments municipaux et de logements. Puis, le plus grand réseau ferroviaire à grande vitesse (TGV) du monde a été mis en place. C'est à ce moment-là qu'a commencé l'endiguement de la Chine, la phase préparatoire de la guerre froide. Aujourd'hui, l'histoire se répète. Les spécialistes de la Chine ayant l'expérience des années du "Grand Bond en avant", de la "Révolution culturelle" et des sanctions occidentales après les événements de Tienanmen connaissent la capacité de l'Empire céleste à renaître de ses cendres sous la forme d'un Phénix, pour surmonter les plus dures difficultés. Le modèle socio-économique unique de "socialisme à caractéristiques chinoises", la planification à long terme de la vie économique et sociale, un haut degré de mobilisation de la nation ont créé un autre "miracle chinois" sous nos yeux.

 

Washington, où les néoconservateurs qui professent le "droit inaliénable de l'Amérique à la domination du monde" se sont à nouveau emparés du pouvoir, sera-t-il réconcilié avec cela ? Certainement pas. Biden ne va pas mettre la main sur "une feuille blanche sur laquelle on peut écrire les plus beaux hiéroglyphes". Les annales commenceront bientôt à se remplir de nouvelles pages de lutte implacable avec la Chine rivale. Il peut y avoir des changements dans le vocabulaire, dans les noms des doctrines anti-chinoises et les listes de sanctions. Il est peu probable que Pékin se fasse de sérieuses illusions à cet égard. Mais ils espèrent toujours faire preuve de volonté de compromis, au moins pour un temps "pour fermer les vieilles pages et en ouvrir de nouvelles". Dans les derniers jours de la présidence du président Trump, les experts et les journalistes chinois ont commencé à jouer le jeu de l'équipe de Biden, accusant Trump de tous les péchés des quatre dernières années. Une illustration picturale de cette ligne est le post de l'agence de presse Xinhua du 18 janvier sur les listes de sanctions américaines de 9 autres entreprises chinoises : "Cet épisode de folie anti-Chine est une démonstration claire que ces bellicistes politiques de l'administration actuelle, dont le secrétaire d'État américain Michael Pompeo, courent 24 heures sur 24 pour frapper la Chine et creuser autant de trous que possible pour l'avenir des relations entre la Chine et les États-Unis. Il semble qu'au cours des quatre dernières années, cette administration a simplement mesuré le succès de sa diplomatie à l'aune de la force avec laquelle elle peut frapper la Chine. Leur désir désespéré d'intimider la Chine est devenu d'une sauvagerie sans précédent alors qu'il ne leur reste que quelques jours au pouvoir. Ces faucons anti-Chine cherchent désespérément à causer des dommages irréparables à la relation bilatérale la plus importante du monde. Les conspirations punitives n'étoufferont jamais le désir des entreprises chinoises de continuer à embrasser un monde plus ouvert et à rejoindre leurs partenaires mondiaux pour leur bénéfice mutuel".

 

Comme vous le savez, "il faut deux partenaires pour danser le tango". Pour le plaisir de rire, le tango peut être représenté seul. Mais la danse ne fonctionnera pas du tout, si les deux danseurs essaient de mener la danse en même temps, ou, de plus, ne veulent pas l'exécuter du tout.

 

 

Youri Tavrovski

 

Youri Vadimovitch Tavrovski (né en 1949) est un orientaliste, professeur à l'Université russe de l'amitié des peuples et membre du présidium de l'Académie eurasienne de télévision et de radio. Il est membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Nikolai Starikov : Les États-Unis jouent le scénario de 1914 contre la Russie (Club d'Izborsk, 27 janvier 2021)

27 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Politique, #Russie, #USA

Nikolai Starikov : Les États-Unis jouent le scénario de 1914 contre la Russie  (Club d'Izborsk, 27 janvier 2021)

Nikolai Starikov : Les États-Unis jouent le scénario de 1914 contre la Russie

 

27 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20575

 

 

Les États-Unis tentent de transformer la Russie en bélier contrôlé par l'Occident contre la Chine.

 

L'écrivain et publiciste russe Nikolai Starikov l'a déclaré lors d'une conférence en ligne pour les étudiants de Donetsk et Gorlovka, rapporte un correspondant de PolitNavigator.

 

De l'avis du publiciste, tout ce qui s'est passé l'année dernière montre qu'il n'y a pas eu de tentative très réussie d'organiser artificiellement la crise économique mondiale, tandis que la question de savoir si le coronavirus est un phénomène naturel reste ouverte.

 

Il a cité des données curieuses, selon lesquelles certains scientifiques britanniques ont fait l'observation que la maladie est la plus grave et que le taux de mortalité est presque deux fois plus élevé chez les Noirs et les Asiatiques.

 

"Vous devez être d'accord, c'est une histoire très étrange. Je n'ai toujours pas entendu parler de grippe affectant les yeux étroits, les cheveux noirs, blancs, etc. C'est-à-dire que, Dieu nous en préserve, tout cela nous rappelle certains signes d'armes biologiques sous-développées ou malavisées", a déclaré M. Starikov.

 

Il a déclaré que le précurseur de tout peut être considéré comme le moment où, dans la situation de la mondialisation, les États-Unis et leurs satellites ont soudainement senti qu'ils commençaient à perdre contre la Chine.

 

"Ils arrêtent et démantèlent donc cette mondialisation en cours afin, en mettant l'économie et les dirigeants chinois dans une situation difficile, d'affaiblir et finalement de soumettre la Chine et, ensuite, de relancer le processus de mondialisation. Autrement dit, le but ultime ne change pas : l'assujettissement complet de tout et de tous. La question est de savoir quel est le moment et l'ordre des Américains", a ajouté l'écrivain.

 

Il est convaincu que les Américains cherchent à "répéter le scénario de 1914" afin que l'Allemagne et la Russie "détruisent mutuellement leur potentiel".

 

"Et maintenant, le rôle que les Allemands ont joué pendant la Première Guerre mondiale est relégué aux Chinois. Et dans ce cas, on peut dire que la Russie se voit confier le rôle d'un outil américain dans la lutte contre la Chine", a précisé M. Starikov.

 

En même temps, il a fait remarquer que dans la situation actuelle, cela est impossible sans contrôle externe de l'une des parties, et que la seule issue est donc que les Américains voient la subordination de la puissance russe à eux-mêmes.

 

"Les relations entre Pékin et Moscou sont délibérément amicales, manifestement polies, et il n'y a, je le souligne, aucune raison visible qui pourrait conduire à une forte détérioration des relations. Pour s'assurer qu'il n'y a pas de problèmes territoriaux, une question a été résolue, qui, malheureusement, n'a pas été résolue en notre faveur. Mais il faut ici dire "merci" à Gorbatchev, qui a soudain, sans raison, commencé à en discuter avec les Chinois, a pris une position définitive, puis Eltsine - cette question territoriale a été résolue relativement récemment, il y a huit ans.

 

La seule issue est que les Américains voient la subordination du gouvernement russe. Et ici, ceux qui connaissent l'évolution des événements dans l'État ukrainien verront que la méthodologie est la même. L'Ukraine a été hostile à la Russie depuis son rétablissement en tant qu'État en 1991. Mais cette antipathie a été faible et cultivée pendant des décennies, et seul le coup d'État, le changement de politique et de personnalité qui a eu lieu en 2014, a conduit non seulement au début de la guerre civile dans le Donbass, mais aussi à une forte détérioration, une rupture des relations avec la Russie. En 2012, une telle évolution semblait impossible", a déclaré l'orateur.

 

"La même chose que les Américains veulent faire en ce qui concerne la Chine, pour laquelle ils doivent soit porter au pouvoir des russophobes en Chine, qui se souviendraient de toute oppression par les Russes il y a 200 ans, soit amener un gouvernement pro-occidental à Moscou, qui commencerait à mener une politique totalement inamicale envers la Chine.

 

Ce que nous avons vu depuis de nombreuses années en Russie, c'est la tentative réussie et largement infructueuse des Américains de faire basculer l'État russe afin d'amener au pouvoir, d'une manière ou d'une autre, une force politique et un dirigeant qui subordonnerait entièrement la politique étrangère russe aux intérêts américains. Et ici, pour en revenir à la crise mondiale, il est nécessaire d'aggraver l'état de l'économie russe", a expliqué l'expert.

 

Toujours sur l'exemple de l'Ukraine, il a déclaré que l'une des méthodes pour assouplir la situation consiste à laver le cerveau de la plupart des jeunes, ce qui a pour conséquence que des masses de personnes vont manifester, comme celles provoquées par le blogueur libéral Alexei Navalny le week-end dernier,

 

"Bien sûr, je pense que les organisateurs de cette action sont maintenant contrariés parce que le nombre de participants est très, très faible. Mais encore une fois, en se souvenant de 2014 en Ukraine, il faut comprendre que cela ne se résume jamais à des millions et des millions. Et la technologie actuelle permet à un groupe de personnes relativement restreint et cohérent (s'il n'y a pas d'opposition ou de trahison aux échelons supérieurs du pouvoir, comme dans le cas de l'Ukraine) de prendre le pouvoir, de reformater le pays et de préparer davantage l'Ukraine à une guerre potentielle avec la Russie.

 

Aucun autre rôle n'est assigné à l'Ukraine dans ce domaine. En même temps, l'initiative de ce conflit militaire sera entre les mains des stratèges américains qui ont complètement soumis l'Ukraine", a rappelé l'écrivain.

 

Il a souligné qu'aux mains des Américains, la crise est un outil pour affaiblir le pouvoir, l'économie et la politique de l'État qui est touché.

 

"Et si la Russie est nécessaire comme outil pour frapper la Chine à long terme, alors nous devons d'abord affaiblir la Russie elle-même, et pour cela nous avons besoin d'une crise mondiale. Elle affaiblit ou tente d'affaiblir la Chine. En bref, la crise est un outil très pratique. De plus, les États-Unis eux-mêmes n'en souffrent guère.

 

 

Nikolay Starikov

 

https://nstarikov.ru

Nikolai Viktorovich Starikov (né en 1970) est un célèbre écrivain, publiciste. Fondateur et dirigeant de l'organisation publique Patriots of the Great Fatherland (PVO). Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Shamil Sultanov : Soufis sur l'âme humaine (Club d'Izborsk, 20 janvier 2021)

26 Janvier 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Iran, #Philosophie, #Poésie, #Religion, #Russie

Shamil Sultanov : Soufis sur l'âme humaine  (Club d'Izborsk, 20 janvier 2021)

Shamil Sultanov : Soufis sur l'âme humaine

 

20 janvier 2021

 

https://izborsk-club.ru/20552

 

 

1.

 

Toute la conscience de la réalité est imprégnée d'une âme universelle et unifiée. Les univers infinis, le cosmos, les galaxies, les étoiles, les planètes, les gens, les animaux, les atomes, les particules élémentaires et tout le reste infini représentent une vie totale unique, al-Hai al-Qayyum, et une vie individuelle à un seul moment. "Tu es créé et ressuscité en tant qu'âme unique", dit le Coran.

 

L'âme individuelle est une émanation, une projection, un hologramme, une ombre lumineuse de l'âme universelle. Et cette âme se manifeste sur le plan terrestre par la création personnelle de la multiplicité.

 

Le paradoxe dramatique est qu'une telle âme individuelle est à la fois immortelle, car elle est continuellement créée par l'âme universelle et l'esprit personnel, et momentanément créée et finie, car elle est constamment créée par la conscience des objets matériels et des processus matériels dans lesquels elle est impliquée et qui l'entourent.

 

L'âme de l'individu extérieur est multi-composée, car elle est composée de plusieurs âmes, mais en même temps elle conserve son intégrité et sa singularité potentielles.

 

Une telle âme multi-composée n'est pas seulement formée comme une image, une hypostase, un hologramme de l'âme universelle et de l'esprit personnel. Son auto-création et sa perfection sont influencées par divers hologrammes puissants de la Terre, du Soleil et du système solaire, de la biosphère, de la nature végétale et animale de la planète, des structures cellulaires, moléculaires, atomiques et subatomiques.

 

Par conséquent, très souvent, l'individu extérieur particulier est un étrange agrégat de faux moi qui ne se comprennent pas, se contredisent, se font la guerre et entrent en conflit les uns avec les autres...

 

L'âme composite de l'individu extérieur n'existe pas seulement pour son corps, car elle cesserait alors d'exister après sa mort. Dans ce cas, la conscience qu'elle a accumulée ne serait rien d'autre qu'une information inutile, "poubelle", sur le cadavre. Alors l'existence même de cet organisme corporel serait une absurdité totale.

 

Cependant, l'âme vit aussi pour elle-même. Et puis l'essence d'une telle âme individuelle de l'individu extérieur est double : elle assure non seulement la vie sociobiologique de son organisme corporel, mais elle continue aussi son propre moi sémantique.

 

Comme l'âme individuelle de l'individu extérieur comporte plusieurs composants, chacun d'eux possède son propre corps lumineux spécial sous la forme d'hologrammes chatoyants et vibrants qui, en tant qu'ondes énergétiques complexes, s'entrecroisent les uns les autres, formant une sorte d'images d'interférence.

 

2.

 

De nombreuses traditions religieuses, mystiques, culturelles et chamaniques ont longtemps soutenu qu'il existe plusieurs âmes distinctes et qualitativement différentes dans l'individu extérieur. Le plus souvent de trois à sept : "Les sept âmes de Pharaon sont souvent mentionnées dans les textes de l'Egypte ancienne... Sept âmes chez l'homme sont identifiées par les druides britanniques... Les anciens rabbins calculaient également le nombre d'âmes à sept ; les Karens de l'Inde aussi..."

 

Les Fidjiens de souche distinguent l'"âme sombre" qui "descend" tôt ou tard de l'"âme claire" de l'individu extérieur, capable de se refléter dans l'eau ou dans un miroir. Les Malgaches croient que le saina, ou partie intelligente de l'âme, disparaît après la mort, et que l'aina, ou vie, se dissout dans l'air, mais que le matoatoa, ou fantôme, continue à planer au-dessus de la tombe. Chez les Indiens algonquins, une âme quitte le corps et rêve, tandis que l'autre reste dans le corps. A la mort, une des âmes reste avec le corps, tandis que l'autre se rend au pays des morts.

 

Les Indiens du Dakota croient que l'individu extérieur a quatre âmes, dont l'une reste avec le cadavre, une autre reste dans le village où le défunt a vécu, la troisième se dissout dans l'air et la quatrième va au pays des esprits.

 

De nombreux chamans sibériens croyaient que les femmes avaient quatre âmes et les hommes cinq.

 

Les chamans mongols prétendent avoir trois sortes d'âmes :

 

- l'âme souillée, qui reste vivante dans la nature après la mort de l'individu extérieur ;

 

- le corps ami âme, qui a la capacité de se réincarner ;

 

- le sans âme, qui se réincarne également après la mort de l'individu.

 

L'âme du suld est considérée comme ayant les caractéristiques individuelles les plus complètes. Il ne vit dans un corps humain qu'une seule fois, après quoi il revient et reste en permanence dans la nature. Après la mort d'une personne, l'âme d'un suld continue à rester près de son corps pendant un certain temps. Après environ huit générations, l'âme du suld se transforme finalement en un esprit naturel.

 

...Les kahunas polynésiens ("sorciers" ou "chamans", d'origine arabe) croient qu'il existe des niveaux de conscience infiniment plus élevés que la conscience du corps de l'individu extérieur, ainsi que des niveaux inférieurs. Ils accordent une attention particulière à ce niveau qui s'élève immédiatement au-dessus de la conscience ordinaire, ordinaire. Ils l'appellent par différents noms, mais le terme le plus couramment utilisé est aumakua - "senior, parental, pleinement digne de confiance".

 

Aumakua est la partie la plus élevée de l'âme personnelle. La relation de l'individu extérieur holistique avec cette essence est basée sur l'amour et la confiance mutuels - tout comme la relation entre l'enfant et le parent. Par conséquent, lorsque, par exemple, un appel ou une prière aux niveaux d'essence encore plus élevés de la "personne intérieure" est nécessaire, c'est cet aspect supérieur de l'âme qui sait quand et comment le faire.

 

...Les kahunas caractérisent ainsi les deux aspects inférieurs de l'âme. L'aspect de l'esprit habituel est raisonné et a la capacité de raisonner et de parler de manière rationnelle. L'aspect de l'âme inconsciente est émotionnel, et donc très souvent bavard et utilise l'énergie vitale du corps corporel de manière incontrôlée. Cette partie de l'âme est souvent très têtue, tout en étant la gardienne d'instincts, de besoins et d'intérêts profondément enracinés.

 

3.

 

La tradition spirituelle soufie distingue le plus souvent trois âmes sensiblement différentes de l'individu extérieur.

 

L'âme en tant que processus qualitatif unique de vitalisation de l'intégrité physique et biologique de l'organisme corporel.

 

L'âme comme processus d'atteinte et de reproduction d'un "self-concept" individuel dans l'environnement sociobiologique.

 

Enfin, le "moi supérieur", l'âme supérieure, ou la plus haute composante de l'âme personnelle, est le niveau de conscience du "shahid intérieur", l'"observateur porteur de lumière", capable de réaliser l'unité avec son esprit personnel. Cette composante suprême est ce que le Coran appelle "l'âme pacifiée" - an-nafs al-mutmainna. Ici, à ce stade, il y a une intensification puissante et bondissante de la lueur de la conscience du "shahid intérieur" qui, à mesure qu'il s'approche de manière significative, est de plus en plus clairement influencé par son esprit personnel (ruh), jusqu'à une fusion progressive avec celui-ci.

 

C'est l'"âme apaisée" - an-nafs al-mutmainna - qui est le plus souvent perçue, vécue par l'individu extérieur lui-même comme son propre "moi supérieur" ou "ange gardien". "Votre moi supérieur ne vous impose aucune exigence ni ne vous force à agir, même lorsque vous faites des erreurs, car votre développement ne se fait qu'à travers des épreuves et un apprentissage par l'expérience des conséquences de vos propres décisions et actions. Mais en tant que parent aimant, votre moi supérieur est toujours prêt à donner des conseils quand on vous le demande. Mais elle ne répond que si on lui demande de le faire".

 

Dans les Illuminations de la Mecque, Ibn al-Arabi esquisse une telle image métaphorique du dialogue entre l'esprit personnel et "l'âme apaisée" de l'individu extérieur :

 

"Ensuite, la capacité de penser (c'est-à-dire la manifestation de l'esprit de l'"individu intérieur" - S.S.) s'est tournée vers l'âme déjà en capacité de mentor et lui a dit "Tu as oublié ton essence et ton être. Avez-vous existé par vous-même depuis des siècles, ou n'avez-vous pas existé au début et puis vous êtes devenu" ? L'âme lui répondit : "Au début, je n'étais pas, puis je suis devenu."

 

Puis l'esprit a demandé : "Ce qui vous a créé, êtes-vous vous-même ou quelque chose d'autre ?" L'âme a réalisé qu'elle ne naissait pas d'elle-même, mais par le biais d'autre chose. Par conséquent, le besoin d'un Créateur est présent dans son essence même.

 

...L'âme a réalisé qu'il y a Quelqu'un sans qui elle serait toujours laissée avec des dommages et des maladies. La miséricorde de cet "Autre" est qu'il a produit un médiateur pour l'âme afin de mettre fin à sa souffrance. Elle l'a toujours aimé et l'a cherché selon sa nature. Finalement, le centre d'intérêt de cet amour s'est déplacé vers la cause du médiateur.

 

L'âme a dit : "Ce médiateur est plus digne de mon amour, mais je ne sais pas ce qui lui donne satisfaction pour que je puisse agir en conséquence". L'âme a donc développé un amour pour cette médiatrice (c'est-à-dire son esprit personnel)...

 

Ainsi, alors qu'elle était dans cet état, quelqu'un (son esprit personnel) lui est apparu de l'extérieur et a déclaré être un messager de Celui qui l'a manifestée dans le monde. L'âme lui dit : "Tu es comme moi, et je crains que tu ne dises le mensonge ! Y a-t-il quelque chose avec toi qui puisse confirmer ta véracité ?" Puis le messager lui a présenté des preuves qui ont confirmé la véracité de ses affirmations".

 

L'attention particulière que les Cheikhs portent à l'aspect supérieur de l'âme est due au fait qu'un an-nafs al-mutmainna est toujours capable d'apparaître comme un instructeur aimant par rapport à son individu extérieur. "Dites à la composante supérieure de votre âme que vous l'aimez et que vous voulez lui faire une demande. Décrivez ensuite votre problème. Dites-le comme c'est. Demandez de l'aide et des conseils.

 

La réponse se présente rarement sous forme verbale. Votre attention peut être attirée par quelque chose qui se situe dans votre perspective : le mouvement d'un rideau à une fenêtre ouverte, le bruissement des feuilles dans le vent, un insecte inhabituel, une pierre ou un arbre. Il peut s'agir d'un sentiment ou d'une impression particulière... Mais restez réceptif, calme et patient.

 

La réponse peut prendre une forme tout à fait inattendue : elle peut venir de manière inattendue, par une "coïncidence" apparente : une rencontre fortuite ou une "révélation" soudaine.

 

En attendant la réponse, on apprend à écouter l'immobilité. La réponse de ton âme supérieure te vient de ton vide intérieur".

 

...An-nafs al-mutmainna est à la fois le début de la transmutation de l'âme individuelle en un esprit personnel, la transition vers un niveau métaphysique fondamentalement différent de perfection intérieure, et en même temps le processus même de cette transition.

 

Ce n'est que lorsque la partie supérieure de l'âme a déjà abandonné ses attaches au monde inférieur, matériel, que le Tout-Puissant s'adresse à elle : "O toi, âme reposante ! Retournez à votre Seigneur satisfait et satisfait ! Entrez avec Mes serviteurs, entrez dans Mon Paradis !" Et c'est un ordre direct : an-nafs al-mutmainna - le "chahid intérieur" - doit disparaître directement dans son esprit personnel.

 

La sphère de l'esprit pour l'individu extérieur est déjà un certain stade du paradis. Les maîtres soufis déclarent : "L'esprit du croyant l'appelle au Paradis, étant un prototype du Paradis dans ce monde. Et son âme inférieure l'attire vers l'enfer, dont elle est le prototype dans ce monde".

 

An-nafs al-mutmainnah en tant que composante suprême de l'âme est l'essence, par laquelle l'individu extérieur se réalise comme unique et solitaire, et le chemin vers Lui commence à être vécu comme sans limite. Et c'est pourquoi Abu Bakr Shibli a déclaré : "Le processus de prise de conscience du Tout-Puissant a un début, mais il n'a pas de fin".

 

4.

 

L'hypostase suivante, plus proche du monde matériel, est annafs al-lawwama, l'âme qui accuse, qui se condamne. Le Coran dit : "...je ne jure que par l'âme qui blâme !" An-nafs al-lawwama est, en fait, la conscience de soi terrestre de l'individu extérieur, qui se forme à la suite d'une perception de soi contradictoire, d'une perception de soi-même comme "je corps". Un tel nafs est parfois capable de faire une autocritique profonde, de se punir pour ses propres transgressions. "Le nafs auto-accusant est une désignation de l'âme dans les premières étapes du retour à Dieu."

 

An-nafs al-lawwama est la composante de l'âme qui se manifeste le plus souvent comme la voix insistante de la conscience du moi en développement. C'est ce nafs que la plupart des individus extérieurs considèrent comme leur identité.

 

Lorsque l'âme atteint le stade de an-nafs al-lawwama, elle devient capable de penser et de juger logiquement, de réprimander et de juger selon des lois et des principes moraux, et de choisir entre des valeurs contradictoires.

 

C'est l'"âme accusatrice" (avec la troisième composante de l'âme holistique) qui conditionne presque exclusivement la pensée quotidienne, la perception du monde sensuel et le comportement de l'individu ordinaire, extérieur. Mais en même temps, l'"âme qui se condamne" est aussi autre chose. Il représente la potentialité du passage vers la composante supérieure de l'âme, vers le "conducteur de lumière", le "shahid intérieur".

 

"Le nafs censeur, accusateur", comme un miroir à deux surfaces réfléchissantes, a deux hypostases. L'un représente, en quelque sorte, la conscience biosociale s'adressant au moi animal, an-nafs al-ammara. An-nafs al-lawwama censure, blâme ce moi inférieur pour sa mauvaise conduite, sa négligence, ses transgressions et ses faiblesses dans la vie, pour toutes ces intentions, étapes et actions qui mènent "à partir de Dieu".

 

L'autre hypostase de l'aspect blâmable de l'âme est dirigée vers les nafs supérieurs et apaisés. Lorsque le "nafs blâmant" se concentre sur le "shahid intérieur", il commence progressivement à absorber, en quelque sorte, l'illumination, l'énergie lumineuse de ce dernier.

 

Ainsi, le niveau d'an-nafs al-lawwama est l'étape du processus d'émergence, d'expérience et de perfectionnement de la conscience de soi.

 

...Najmettin Razi décrit an-nafs al-lawwama comme suit : "Les nafs censeurs appartiennent aux élus parmi les pécheurs. On leur donne le nom d'"injuste", qui vient de l'ayat coranique qui parle des personnes "injustes envers elles-mêmes". Ce nom leur est donné parce que, bien que la lumière de la foi soit déjà dans leur cœur, extérieurement ils se comportent comme des incroyants".

 

Le "nafs accusateur" et la troisième composante inférieure de l'âme, le "nafs ordonnateur", unissent l'organisme bio-social de l'individu extérieur. Pour ces deux aspects, le plus important est le désir de survie inconditionnelle dans un environnement extérieur rigide.

 

En même temps, le "self-censure, autoaccusation" présente deux caractéristiques remarquables. La première est la capacité à utiliser la volonté comme une sorte de force hypnotique (et elle est beaucoup plus forte que la volonté élémentaire des nafs ordonnateurs). La seconde est la capacité développée à utiliser l'induction comme une forme de pensée.

 

...Dans la tariqat rifaiyya soufie, avant de passer du stade de "censure du nafs" au stade suivant, plus élevé, de "nafs pacifiés", le murid doit répéter le zikr "Allah" 87 084 fois, renforçant ainsi la volonté métaphysique personnelle.

 

5.

 

Le troisième, comme si la composante la plus basse de l'âme holistique de l'individu extérieur (ou de son âme inférieure) était conditionnée par des besoins biologiques et sociobiologiques est le "nafs d'ordre" - an-nafs al-ammara. C'est lui qui contrôle en permanence le fonctionnement intégral des dizaines de milliers de processus physiques, chimiques, biologiques qui se produisent à chaque seconde dans le corps de l'individu extérieur, et qui est responsable de l'activité vitale de l'organisme humain dans l'environnement matériel.

 

Le "nafs commandant" joue un rôle décisif pour assurer l'adaptabilité biologique interne et externe de l'organisme. Grâce à elle, le programme unique de continuation de la vie physique de cet individu extérieur particulier et concret est également réalisé.

 

Le "moi qui commande" est responsable de la satisfaction des besoins fondamentaux en matière d'alimentation, de sécurité, de reconnaissance et de réussite sociales, de réalisation de soi, de satisfaction de l'instinct sexuel, etc. Le plus souvent, des facteurs sociaux et biologiques interdépendants s'activent mutuellement.

 

Ce nafs agit comme s'il agissait au nom de nombreux besoins et intérêts du corps physique. C'est cet aspect de l'âme de l'individu extérieur qui est impliqué dans la prise de la plupart des décisions de la vie quotidienne. C'est ce "moi" dont l'anniversaire est célébré chaque année. C'est le "moi" qui est allé à l'école, a reçu une éducation, a trouvé un emploi et a une famille. Elle a ses goûts et ses aversions, ses rêves et ses aspirations, ses craintes et ses espoirs.

 

An-nafs al-ammar a une influence décisive sur la formation et la reproduction de la conscience de soi du corps, rappelant constamment ses défauts, ses inhibitions et ses limites, obligeant à faire des comparaisons, à porter des jugements en fonction des intérêts réels et faux de l'organisme biologique et sociobiologique.

 

En fin de compte, un tel "...nafs induit le mal, à moins que mon Seigneur n'ait pitié", parce qu'il est conditionné et conditionné par le contour bio-social de l'individu, cherche à enraciner complètement la dépendance matérielle dans l'individu extérieur, l'incite à rechercher la satisfaction sensuelle et les plaisirs corporels. "Ce nafs, ne suivant que ses propres désirs, boit à la source des passions et sait surtout dormir, manger et se faire plaisir".

 

An-nafs al-ammara signifie littéralement "âme induisant" à l'extérieur, aspirant au pluriel, à l'éphémère, au continuellement transitoire. Le "nafs ordonnant" induit le mal, précisément parce que le mal est finalement un retrait de l'unité, une dissolution dans la multiplicité matérielle. Ce moi émotionnel, sensuel et transitoire est constamment insatisfait, désirant de plus en plus dans le monde en constante dissolution des rêves.

 

De plus, paradoxalement, an-Nafs al-Ammara n'existe même pas dans la singularité ; c'est une composante de l'âme qui se multiplie constamment dans ses manifestations, car elle s'associe et se connecte à un grand nombre d'objets matériels auxquels elle aspire indéfiniment, directement ou indirectement. Cette "âme démunie, toujours dans le besoin" se manifeste dans divers "moi" socioculturels faux et contradictoires de l'individu extérieur, à travers ses rôles sociaux conflictuels.

 

C'est le "nafs commandant" qui fait que l'individu extérieur s'oppose agressivement à l'environnement extérieur : les gens, les animaux, les plantes, toute la nature, en mettant constamment au premier plan ses propres préférences sociobiologiques égoïstes et les habitudes de son corps-organisme individuel.

 

Mais en même temps, l'aspect inférieur de l'âme est vital pour l'individu extérieur, et ne peut donc pas être simplement ignoré ou écarté. Elle ne peut être surmontée que par une prise de conscience particulière, essentielle à la perfection personnelle de l'âme. Et c'est une sorte de paradoxe dialectique : à un moment donné, un tel "nafs privé" est certes nécessaire pour l'individu extérieur, mais c'est "ici et maintenant" qu'il est aussi inconditionnellement transitoire. Ce mystère est souligné par le Rouzbihan de cette manière particulière : "Seul celui qui connaît ses nafs privés comme éphémères connaît son Seigneur comme étant."

 

Les maîtres soufis, lorsqu'ils discutent de la signification des "nafs privés", soulignent l'extraordinaire défi dramatique qu'ils lancent à l'individu extérieur : "Vous vous efforcez de connaître Dieu comme l'Absolu alors que les restes de l'aspect dominant de votre âme sont encore bien ancrés en vous. Mais après tout, votre nafs ne se connaît même pas lui-même. Comment pouvez-vous donc savoir quoi que ce soit ?

 

L'âme démunie et dominante - an-nafs al-ammara - est objectivement super-égoïste car la place centrale de Dieu est constamment occupée par ses propres désirs animaux. C'est pourquoi le Messager d'Allah a mis en garde avec insistance : "Votre nafs vous est plus hostile que votre ennemi, car il est en vous" - et est donc perçu comme faisant partie intégrante de votre personnalité.

 

Pour le cheikh soufi, le grand djihad est une action continue et ciblée sur son an-nafs al-ammar pour le transformer progressivement en nafs de censure puis en nafs d'apaisement.

 

"Détruire les nafs inférieurs" est un dispositif métaphorique qui implique un contrôle de plus en plus efficace et conscient de la composante biosociale de l'âme.

 

Dans l'une des tariqats soufies, pour passer du stade an-nafs al-ammar au stade an-nafs al-lawwama, le murid doit répéter le zikr "la ilaha illah" 100 000 à 300 000 fois.

 

6.

 

La relation entre ces trois nafs se manifeste parfois de manière assez extraordinaire, frappante, miraculeuse.

 

Je n'en donnerai qu'un seul exemple, légalement et intégralement consigné. Le souvenir suivant a été documenté à partir des mots de Ward Hill Lamont, chef de la police de Washington, qui était présent lorsque le président Abraham Lincoln a parlé à plusieurs amis à la Maison Blanche. Le Président a raconté un rêve qu'il a fait quelques jours avant d'être mortellement blessé par John Booth au Ford's Theater de Washington le 14 avril 1865.

 

"Il y a environ dix jours, je me suis couché très tard. Je m'attendais à des rapports importants... J'ai bientôt fait un rêve. Et je semblais être dans une stupeur mortelle. J'ai entendu des sanglots étouffés, comme si plusieurs personnes pleuraient.

 

Dans ce rêve, j'ai quitté mon lit et je suis descendu les escaliers. Là, le silence a été rompu par les mêmes lourds sanglots, mais aucun pleureur n'était visible. Je suis passé de pièce en pièce mais je n'ai vu personne, et en marchant, j'ai entendu les mêmes sons tristes.

 

Les salles étaient éclairées, l'environnement semblait familier, mais où étaient les gens dont le cœur semblait prêt à éclater de chagrin ?

 

Une confusion et une anxiété croissantes m'ont submergé. Qu'est-ce que tout cela signifie ?

 

À la recherche de cet étrange mystère, je me suis rendu à l'East Hall. J'y ai vu un spectacle terrible. Sur un corbillard gisait un cadavre en habits de deuil. Une garde d'honneur se trouvait tout autour, et la foule regardait tristement le mort dont le visage était recouvert d'un morceau de tissu. Certains pleuraient amèrement et sanglotaient amèrement.

 

- Qui est mort ? - J'ai demandé à l'un des soldats.

 

- Le président", a-t-il répondu. - Il est mort de la main du tueur. »

 

Note : on a dit que c'est le président qui est mort, pas Lincoln !

 

Ce document témoigne d'une influence délibérée de la composante suprême de l'âme sur les deux autres nafs.

 

Cela commence par le fait que le président Lincoln s'est couché très tard, et qu'en même temps il était extrêmement fatigué. Dans de tels états, les contacts et les interactions entre les différentes composantes de l'âme se produisent très souvent de manière spontanée et inattendue.

 

Le président s'attendait à un rapport important. Une concentration prolongée sur cette attente a permis à ses deux composantes inférieures de l'âme de percer dans un rêve à un nouveau niveau qualitatif lumineux de conscience. À ce moment, l'"observateur intérieur" s'est mis en marche : "...je semblais être enchaîné dans une stupeur mortelle."

 

Lorsque Lincoln s'est réveillé comme dans un rêve, il s'est retrouvé dans une autre dimension de la conscience de la réalité. Et cette entité rêveuse - "l'observateur intérieur" - avait probablement une image complètement différente, une autre forme extérieure, de sorte que le "visage du président assassiné" était fermé dans cette vision.

 

La question la plus importante est la suivante : pourquoi la composante suprême de l'âme de Lincoln a-t-elle eu besoin d'envoyer un message aussi clair sur l'approche de la mort de son corps physique aux "âmes terrestres" de son individu extérieur, si cette mort elle-même était prédéterminée et devait se produire ?

 

Il semble qu'il s'agisse de deux motifs étroitement liés.

 

L'"observateur intérieur", l'"ange gardien", devait informer les nafs inférieurs de l'individu extérieur de la mort imminente et inévitable du corps biologique. Et c'était surtout important pour que Lincoln, en tant qu'individu extérieur, puisse se préparer de façon particulière à une transition finale aussi cruciale, puisque la mort physique devait avoir lieu dans une situation extrême où les possibilités de maintenir le contrôle de la conscience "dans la dernière expiration" se réduisaient fortement.

 

Le fait que Lincoln, en tant qu'individu extérieur, ait raconté à ses amis ce rêve, qui n'était destiné qu'à lui, suggère que le président n'a pas pris cet avertissement de son "ange gardien" de manière extrêmement responsable. Mais cette intervention directe d'une âme supérieure a influencé le cours des événements : bien que mortellement blessé, Lincoln a néanmoins vécu un certain temps, et il a encore eu la chance de se préparer correctement au départ vers un autre niveau de conscience de la réalité.

 

 

Shamil Sultanov

 

Shamil Zagitovich Sultanov (né en 1952) est un philosophe, historien, journaliste, personnalité publique et homme politique russe. Il est le président du Centre d'études stratégiques Russie - monde islamique. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>