Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

angleterre

Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)

26 Juin 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Victor Hugo, #Angleterre, #Chine, #France, #Guerre, #Histoire

Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)

Hauteville House, 25 novembre 1861

 

 

Vous me demandez mon avis, monsieur, sur l’expédition de Chine. Vous trouvez cette expédition honorable et belle, et vous êtes assez bon pour attacher quelque prix à mon sentiment ; selon vous, l’expédition de Chine, faite sous le double pavillon de la reine Victoria et de l’empereur Napoléon, est une gloire à partager entre la France et l’Angleterre, et vous désirez savoir quelle est la quantité d’approbation que je crois pouvoir donner à cette victoire anglaise et française.

 

Puisque vous voulez connaître mon avis, le voici :

 

ll y avait, dans un coin du monde, une merveille du monde ; cette merveille s’appelait le Palais d’été. L’art a deux principes, l’Idée qui produit l’art européen, et la Chimère qui produit l’art oriental. Le Palais d’été était à l’art chimérique ce que le Parthénon est à l’art idéal. Tout ce que peut enfanter l’imagination d’un peuple presque extra-humain était là. Ce n’était pas, comme le Parthénon, une œuvre rare et unique ; c’était une sorte d’énorme modèle de la chimère, si la chimère peut avoir un modèle.

 

Imaginez on ne sait quelle construction inexprimable, quelque chose comme un édifice lunaire, et vous aurez le Palais d’été. Bâtissez un songe avec du marbre, du jade, du bronze, de la porcelaine, charpentez-le en bois de cèdre, couvrez-le de pierreries, drapez-le de soie, faites-le ici sanctuaire, là harem, là citadelle, mettez-y des dieux, mettez-y des monstres, vernissez-le, émaillez-le, dorez-le, fardez-le, faites construire par des architectes qui soient des poètes les mille et un rêves des mille et une nuits, ajoutez des jardins, des bassins, des jaillissements d’eau et d’écume, des cygnes, des ibis, des paons, supposez en un mot une sorte d’éblouissante caverne de la fantaisie humaine ayant une figure de temple et de palais, c’était là ce monument. Il avait fallu, pour le créer, le lent travail de deux générations. Cet édifice, qui avait l’énormité d’une ville, avait été bâti par les siècles, pour qui ? pour les peuples. Car ce que fait le temps appartient à l’homme. Les artistes, les poètes, les philosophes, connaissaient le Palais d’été ; Voltaire en parle. On disait : le Parthénon en Grèce, les Pyramides en Egypte, le Colisée à Rome, Notre-Dame à Paris, le Palais d’été en Orient. Si on ne le voyait pas, on le rêvait. C’était une sorte d’effrayant chef-d’œuvre inconnu entrevu au loin dans on ne sait quel crépuscule, comme une silhouette de la civilisation d’Asie sur l’horizon de la civilisation d’Europe.

 

Cette merveille a disparu.

 

Un jour, deux bandits sont entrés dans le Palais d’été. L’un a pillé, l’autre a incendié. La victoire peut être une voleuse, à ce qu’il paraît. Une dévastation en grand du Palais d’été s’est faite de compte à demi entre les deux vainqueurs. On voit mêlé à tout cela le nom d’Elgin, qui a la propriété fatale de rappeler le Parthénon. Ce qu’on avait fait au Parthénon, on l’a fait au Palais d’été, plus complètement et mieux, de manière à ne rien laisser. Tous les trésors de toutes nos cathédrales réunies n’égaleraient pas ce splendide et formidable musée de l’orient. Il n’y avait pas seulement là des chefs-d’œuvre d’art, il y avait un entassement d’orfèvreries. Grand exploit, bonne aubaine. L’un des deux vainqueurs a empli ses poches, ce que voyant, l’autre a empli ses coffres ; et l’on est revenu en Europe, bras dessus, bras dessous, en riant. Telle est l’histoire des deux bandits.

 

Nous, Européens, nous sommes les civilisés, et pour nous, les Chinois sont les barbares. Voila ce que la civilisation a fait à la barbarie.

 

Devant l’histoire, l’un des deux bandits s’appellera la France, l’autre s’appellera l’Angleterre. Mais je proteste, et je vous remercie de m’en donner l’occasion ; les crimes de ceux qui mènent ne sont pas la faute de ceux qui sont menés ; les gouvernements sont quelquefois des bandits, les peuples jamais.

 

L’empire français a empoché la moitié de cette victoire et il étale aujourd’hui avec une sorte de naïveté de propriétaire, le splendide bric-à-brac du Palais d’été.

 

J’espère qu’un jour viendra où la France, délivrée et nettoyée, renverra ce butin à la Chine spoliée.

 

En attendant, il y a un vol et deux voleurs, je le constate.

 

Telle est, monsieur, la quantité d’approbation que je donne à l’expédition de Chine.

 

Victor Hugo

Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)
Victor Hugo: Lettre au capitaine Butler sur le sac du Palais d'Été, en Chine (1860)

Sur le même sujet et sur le même blog:

Henry de Mesquen et la Chine
https://pocombelles.over-blog.com/henry-de-mesquen-et-la-chine

Henry de Lesquen, Énarque, incarne pour moi ce qu'il y a de plus stupide, borné, arrogant, autoritaire et méchant en France et chez les Français, où se côtoient le pire et le meilleur. Il incarne aussi le colonialisme issu de la Révolution, qui a formé un amalgame avec celui des Anglais puis des Israéliens et aujourd'hui celui de l'oligarchie mondialiste. Colonialisme matérialiste qui n'a rien à voir avec les relations que les Français avaient avec les peuples lointains sous la Monarchie et qui les faisaient apprécier en général.

A propos de l'annexion peu glorieuse de l'archipel des Marquises par la France (1842)
https://pocombelles.over-blog.com/2019/10/l-annexion-peu-glorieuse-de-l-archipel-des-marquises-en-1842-par-la-france-herman-melville-taipi.html

Lire la suite

Youri Tavrovsky : le « Grand jeu » continue (Club d'Izborsk, 25 juin 2021)

26 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Angleterre, #Chine, #France, #Guerre, #Histoire, #Politique, #Russie, #USA

Youri Tavrovsky : le « Grand jeu » continue  (Club d'Izborsk, 25 juin 2021)

Youri Tavrovsky : le « Grand jeu » continue

 

25 juin 2021

 

https://izborsk-club.ru/21267

 

 

La provocation de l'Angleterre au Cap Fiolent rappelle les attaques de l'ancienne "maîtresse des mers" sur nos terres balnéaires au XIXe siècle. Pendant la guerre de Crimée (1853-56), les Anglais ont attaqué non seulement Sébastopol sur la mer Noire, mais aussi Petropavlovsk-Kamchatsky sur le Pacifique. De manière caractéristique, la guerre de Crimée a eu lieu entre la première guerre de l'opium (1840-42) et la deuxième guerre de l'opium (1856-60). À l'époque déjà, la Russie avait proposé à la Chine un "partenariat stratégique", mais elle n'a pas été comprise...

 

C'est ainsi que les choses se sont passées à Petropavlovsk, ma petite patrie. Là-bas, non loin de chez moi, dans la rue Morskaya, se trouve un monument au général Vasily Zavoyko, qui a dirigé la défense de Petropavlovsk-Kamchatsky. À l'époque, c'était notre principale base d'approvisionnement pour l'Amérique russe.

 

En août 1854, l'escadre anglo-française, qui vient encore de tirer sur les ports chinois, attaque la ville. L'objectif est d'établir un contrôle sur l'ensemble de la côte ouest du Pacifique, et pas seulement sur la côte chinoise. La tactique était bien pratiquée sur les Chinois. Les Alliés ont d'abord bombardé Petropavlovsk avec des canons de bord à longue portée, puis ils ont lancé un assaut amphibie. L'ennemi avait 7 navires de guerre, 212 canons, 2,6 mille baïonnettes. Dans la garnison russe - 920 hommes, 40 petits canons de l'ancien style, 27 canons de marine sur la frégate "Aurora" et le transport "Dvina".

 

Les forces sont clairement inégales. Cependant, la garnison et les résidents locaux ont repoussé la première attaque. Le deuxième assaut de la ville a été mené par un régiment sélectionné de Gibraltar. Les 926 "Gibraltariens" ont été détruits ainsi que le commandant du régiment, le capitaine Parker. Le commandant anglais, l’amiral Price s'est suicidé à cause d'une telle perte. Petropavlovsk est resté russe.

 

Peu après, en 1856, les Britanniques ont entamé la deuxième guerre de l'opium. Ils ont fait valoir que les Chinois n'avaient pas suffisamment ouvert le pays au commerce. Une fois de plus, il y a eu des bombardements de ports et des pillages de villes. Pékin est envahi, le palais d'été impérial brûlé. Le Fils du Ciel lui-même a fui la capitale.

 

Le souvenir du double viol collectif de la Chine par les Britanniques et les Français pendant les guerres de l'opium n'a même pas pu atténuer les atrocités commises par les samouraïs japonais en 1931-1945. La tragédie était profondément ancrée dans l'inconscient collectif de la nation. À Pékin, j'ai vu les ruines du palais d'été impérial. Maintenant c'est un centre d'éducation patriotique. Les enfants sont amenés ici en bus. "Regardez, les enfants, les gens qui nous apportent la 'civilisation' !

 

Nous aussi, en Crimée, nous devrions nous rappeler plus souvent l'agression de l'"OTAN du XIXe siècle" contre la Russie !

 

 

Youri Tavrovsky

 

Youri Vadimovich Tavrovsky (né en 1949) est un orientaliste, professeur à l'Université de l'amitié des peuples de Russie, membre du présidium de l'Académie eurasienne de télévision et de radio. Il est un membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Le Panorama du Siège de Sébastopol réalisé en 1904 par Franz Roubaud. La peinture de 114 mètres de long sur 14 de haut est exposée dans un pavillon dédié à Sébastopol. Source: Wikipedia

Le Panorama du Siège de Sébastopol réalisé en 1904 par Franz Roubaud. La peinture de 114 mètres de long sur 14 de haut est exposée dans un pavillon dédié à Sébastopol. Source: Wikipedia

Lire la suite

Quand Churchill faisait bombarder Belgrade et massacrer les alliés serbes le jour de Pâques 1944 pour jouer la carte Tito

8 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Serbie, #Europe, #Guerre, #Général de Gaulle, #Angleterre

"Why" – Mother with her murdered child, Belgrade, Orthodox Easter 1944,

"Why" – Mother with her murdered child, Belgrade, Orthodox Easter 1944,

La rue Kicevska à Belgrade après le bombardement

La rue Kicevska à Belgrade après le bombardement

"En 1941, Churchill a demandé aux Serbes de se suicider et de dire "Non !" à Hitler au moment où il était au sommet de sa puissance. Les Serbes l'ont fait et l'ont payé de plus d'un million de vies ! Churchill les a félicités à l'époque. Trois ans plus tard seulement, il exprimait sa gratitude à ces mêmes étonnants habitants de Belgrade qui avaient osé scander au visage d'Hitler "Plutôt la guerre que le pacte ; plutôt la mort que l'esclavage..." en les bombardant vicieusement le jour de leur plus importante fête chrétienne. Le dimanche de Pâques !

Telle est la moralité occidentale et tout futur allié des Britanniques et des Américains devrait connaître l'histoire ci-dessus."

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc.

Extrait de:

https://russia-insider.com/en/easter-1944-us-and-uk-bombers-were-murdering-their-serbian-christian-allies/ri26812

Le roi Pierre Ier de Serbie (Petar Aleksandrović Karađorđević), 1844-1921, fondateur de la dynastie des Karageorgévitch. Un grand allié de la France : "Pierre Karageorgévitch fait ses études militaires à Saint-Cyr2, à titre étranger, de 1862 à 1864- promotion « Puebla ». En 1870, ne supportant pas de voir la France battue par les Prussiens, il s’engage comme sous-lieutenant au 5e bataillon de la Légion étrangère, sous le nom de Pierre Kara et se bat dans les rangs de l’Armée de la Loire. Le 11 octobre, il est blessé sous Orléans. Fait prisonnier, il s’évade en traversant la Loire et rejoint l’arrière-garde de l’armée de Chanzy pour reprendre sa place au combat." (Wikipedia)

Le roi Pierre Ier de Serbie (Petar Aleksandrović Karađorđević), 1844-1921, fondateur de la dynastie des Karageorgévitch. Un grand allié de la France : "Pierre Karageorgévitch fait ses études militaires à Saint-Cyr2, à titre étranger, de 1862 à 1864- promotion « Puebla ». En 1870, ne supportant pas de voir la France battue par les Prussiens, il s’engage comme sous-lieutenant au 5e bataillon de la Légion étrangère, sous le nom de Pierre Kara et se bat dans les rangs de l’Armée de la Loire. Le 11 octobre, il est blessé sous Orléans. Fait prisonnier, il s’évade en traversant la Loire et rejoint l’arrière-garde de l’armée de Chanzy pour reprendre sa place au combat." (Wikipedia)

Le général Draža Mihailović durant la Seconde Guerre mondiale. Fusillé sur ordre de Tito le 17 juillet 1946. "Charles de Gaulle refusera toujours de rencontrer Tito, le considérant responsable du procès truqué et de l'exécution de Draža Mihailović, avec qui il avait tissé des liens amicaux avant la guerre et qu'il avait cité à l'ordre de l'armée, au nom de la France combattante, le 3 février 1943, avec attribution de la croix de Guerre avec palmes11,12, puis le mouvement des Tchetniks qu'il admira fortement pour sa résistance contre le fascisme et le communisme" (Wikipedia)

Le général Draža Mihailović durant la Seconde Guerre mondiale. Fusillé sur ordre de Tito le 17 juillet 1946. "Charles de Gaulle refusera toujours de rencontrer Tito, le considérant responsable du procès truqué et de l'exécution de Draža Mihailović, avec qui il avait tissé des liens amicaux avant la guerre et qu'il avait cité à l'ordre de l'armée, au nom de la France combattante, le 3 février 1943, avec attribution de la croix de Guerre avec palmes11,12, puis le mouvement des Tchetniks qu'il admira fortement pour sa résistance contre le fascisme et le communisme" (Wikipedia)

Drapeau des Tchetniks, les résistants royalistes patriote serbes, qui luttèrent contre les nazis.

Drapeau des Tchetniks, les résistants royalistes patriote serbes, qui luttèrent contre les nazis.

Lire la suite

Un pésame masónico (La Esperanza, periódico católico-monárquico)

4 Mai 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Carlisme, #Angleterre, #Histoire, #Politique

"Se ha recordado en otras ocasiones lo que contaba el profesor Frederick D. Wilhelmsen de un amigo suyo que detestaba tanto a los ingleses que repetía con frecuencia cómo no merecían siquiera ese simulacro de monarquía que tienen. El profesor Francisco Canals, por su parte, dejó escrito –con referencia a finales del siglo XVII– que si en la Francia de Luis XIV la monarquía tenía una ficticia representación aristocrática, en los países que a la sazón la combatían ocurría un hecho paralelo. Singularmente en Inglaterra, donde a partir de la revolución de 1688 y las transformaciones sociales que la siguieron se iba a llegar a una situación casi inversa, pues el poder fue a parar a una oligarquía de comerciantes whigs que habían desplazado a los terratenientes tories y concluyeron revistiendo al poder del dinero de forma monárquica. De ahí que se pudiera afirmar que Inglaterra no era una tanto una monarquía como una oligarquía representada monárquicamente. Por eso también Donoso Cortes sentenció que había de convertirse en el señuelo de todas las monarquías constitucionales. Y parlamentarias después, podríamos añadir. Hasta la fecha.

La muerte de Felipe de Battenberg, rebautizado Mountbatten, y conocido como duque de Edimburgo, ha vuelto a dejar en evidencia muchas cosas de la singularidad inglesa y su adhesión a la –llamémosla así– monarquía. Buena parte de ellas merecerían reflexión y comentario. Pero excederían de este espacio. Vamos, pues, a una sola: el pésame que han hecho llegar a Buckingham Palace diversas obediencias y logias masónicas. La Gran Logia de España, así, ha hecho público un comunicado en el que expresa sus «más sentidas condolencias a S.M. la Reina Isabel II, a la Familia Real Británica, a todo el pueblo y a nuestros Hermanos del Reino Unido ante el pase al Oriente Eterno de nuestro Querido Hermano, S.A.R. el Príncipe Felipe, Duque de Edimburgo». El difunto, por su parte, era miembro de la Gran Logia Unida de Inglaterra, en la que un nieto del rey Jorge V, el príncipe Eduardo, duque de Kent, ejerce desde 1967 como Gran Maestro".

(...)

La Esperanza

Lisez la suite de cet article à propos du décès du duc d'Edimbourg sur le site carliste La Esperanza:

https://periodicolaesperanza.com/archivos/4934

Un pésame masónico (La Esperanza, periódico católico-monárquico)
Lire la suite

Alexandre Douguine : les libéraux russes doivent être internés (Club d'Izborsk, 19 mars 2021)

19 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Politique, #Russie, #USA, #Angleterre

Alexandre Douguine : les libéraux russes doivent être internés  (Club d'Izborsk, 19 mars 2021)

Alexandre Douguine : les libéraux russes doivent être internés

 

19 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20817

 

 

Londres a désigné la Russie comme la principale menace dans sa nouvelle stratégie de défense et de politique étrangère. L'Angleterre nous a déclaré la guerre. Si on vous appelle l'ennemi le plus important, alors vous êtes en guerre contre vous. C'est normal. Avec la victoire de Joe Biden aux États-Unis, la situation revient à une confrontation acharnée entre les mondes unipolaire et multipolaire. L'Empire britannique a toujours été le principal adversaire de la Russie continentale, tout comme à l'époque tsariste. Elle s'est ensuite retrouvée légitimement à l'épicentre du bloc occidental pendant la Seconde Guerre mondiale et, plus tard, pendant la guerre froide. Par conséquent, l'Angleterre représente un certain centre de l'Atlantisme, c'est-à-dire ce qui est incarné dans le nouvel ordre mondial que dicte la mondialisation. Il n'est pas surprenant qu'à un moment critique pour les États-Unis, alors que le pouvoir dans ce pays a été pris par la fraude électorale et la tromperie des forces libérales extrêmes, la Grande-Bretagne a agi comme un allié et un promoteur de cette ligne de confrontation dure dirigée contre la Russie, en grande partie contre la Chine, malgré le fait que dans le document publié hier, Pékin ne figurait pas dans la liste des menaces.

En fait, l'Occident, avec Biden, a décidé de donner le dernier coup de grâce à l'humanité. Exactement la partie de l'humanité qui n'est pas d'accord avec le rôle prépondérant de l'Occident lui-même. Ceux qui remettent en question l'universalité des valeurs américaines et occidentales dans cette toute nouvelle voie. Ce ne sont pas seulement des valeurs américaines, ce sont des valeurs qui comprennent la démocratie comme le pouvoir des minorités sur les majorités, et, par conséquent, ces valeurs où il y a la notion qu'il n'y a pas d'autre liberté que celle que les libéraux donnent.

 

Dans les guerres de l'information hybrides, il faut tenir compte du fait que, souvent, l'efficacité de ces batailles ne se mesure pas à la présence ou non d'une armée ennemie sur votre territoire, mais au degré de pénétration - y compris idéologique - de l'ennemi dans les structures de réseau de l'État, de la technologie et de l'économie. Si les États-Unis représentent le pouvoir lourd - la force brute dans ce monde unipolaire de guerre, c'est l'Angleterre qui représente le pouvoir doux. Ce sont les stratèges britanniques qui sont plus subtils et plus efficaces ; ils sont liés à l'élite financière.

 

Ce n'est pas une coïncidence si l'élite financière russe est intégrée à l'Angleterre. Et Londres est l'élément le plus important de la stratégie des mondialistes et des partisans d'un monde unipolaire pour reformater l'esprit des élites russes et y introduire un système de valeurs particulier. Tous ceux qui entrent en conflit avec la politique souveraine de notre président fuient en Angleterre. Il existe une énorme colonie d'oligarques russes et même ceux qui manifestent encore formellement leur loyauté envers Poutine, mais qui ont déjà préparé un terrain de réserve.

 

Il y a des dizaines de milliers de personnes qui sont soit des réfugiés de Russie, qui ont volé notre État et notre peuple et se sont enfuis avec l'argent, soit des hommes d'affaires russes et même des fonctionnaires actuels, qui y ont installé leur famille.

 

D'un côté, il y a des ennemis ouverts de la Russie, déjà naturalisés, les oligarques, de l'autre, la partie la plus dangereuse de la bureaucratie et du grand capital, qui se trouve en Angleterre et détient des poches d'influence en Russie même.

Ainsi, à partir de ceux-ci et d'autres, se forme la couche unique des libéraux, des partisans de la mondialisation, des opposants à la souveraineté russe, qui constituent la sixième colonne. Parce que la cinquième colonne n'est pas si terrible, quand quelques penseurs marginaux sortent pour discuter et crier dans les rues, ils ne sont pas si nombreux, même si c'est désagréable aussi. Mais ce qui est le plus effrayant, c'est la sixième colonne - des personnes apparemment loyales à Poutine, des personnes qui sont impliquées dans des projets économiques, mais qui en fait sont complètement fusionnées avec ce groupe libéral à Londres. Ils partagent les mêmes affaires, intérêts et divertissements. Ils y passent du temps et y vivent en partie. En fait, ils constituent une élite coloniale qui ne voit la Russie que comme une source de fonds et d'exploitation, mais ils ne sont absolument pas solidaires de la souveraineté de la Russie, ni du président, ni du pays lui-même.

 

En termes de guerre directe, ils seront utilisés comme des ogives intégrées dans notre économie. Et vous ne pouvez pas leur reprocher en disant que vous êtes des libéraux, que vous êtes des ennemis, mais c'est comme ça que ça marche. Car, en règle générale, une personne qui partage l'idéologie libérale est plus loyale envers les centres du libéralisme tels que Londres ou New York qu'envers la Russie. Ces deux villes sont des outils de travail pour promouvoir les intérêts des LGBT et de nombreuses autres valeurs qui détruisent les familles, les cultures et les nations. Et les personnes qui partagent ces vues sont les agents de la Russie. Et lorsqu'il s'agit d'exaspération, l'Occident lance un ultimatum à ces intermédiaires : si vous voulez conserver vos comptes, vos biens immobiliers et vos entreprises, alors allez empoisonner le président, protéger Navalny, organiser des sabotages et écarter les groupes patriotiques du pouvoir. Sinon, vous aurez vos comptes saisis, pour commencer. C'est ainsi que les représentants de l'élite économique et parfois même politique se retrouvent pris en otage par ceux qui nous ont déclaré la guerre.

 

Par conséquent, nous déclarer adversaires de l'Angleterre signifie que la guerre informationnelle, économique et psychologique menée par l'Angleterre va s'intensifier de façon spectaculaire. La dernière chose à noter est que nous parlons de l'Angleterre, qui n'est plus membre de l'Union européenne et qui a toujours été le partenaire et le soutien le plus important des États-Unis. Nous n'avons pas encore entendu de déclarations aussi fortes de la part des plus importantes puissances continentales - France, Allemagne et Italie. Ils aident souvent l'Angleterre sur de nombreuses questions, tandis que les pays d'Europe de l'Est rattrapent les thèses russophobes. Mais ce n'est absolument pas le cas aujourd'hui, car l'Union européenne a "fait" une impression extrêmement déprimante sur de nombreux pays, qui avaient l'habitude de soutenir toute initiative contre notre pays. Je ne suis même pas sûr que la Pologne, qui n'est en aucun cas amie de la Russie, soutiendra des lignes aussi dures, même si tout peut l'être.

 

Les mondialistes mettent désormais l'accent sur une collaboration active avec la France et l'Allemagne. Afin de finaliser leur front contre la Russie. Je pense que nous sommes à la veille d'un changement très décisif, qui commencera probablement en Ukraine après la probable attaque des forces armées ukrainiennes dans le Donbass.

 

Parce que la Russie ne pourra pas ne pas intervenir, sinon elle se discréditera et s'abolira en tant qu'État souverain. Et en réponse, ils arrêteront nos projets à grande échelle avec l'Europe - Nord Stream.

 

Ce que nous avons maintenant : L'Angleterre nous déclare la guerre, et elle dispose d'un outil bien plus puissant que les sanctions américaines, des missiles, des satellites de repérage et d'autres technologies. Elle a accès au centre de la Russie, au pouvoir, à l'élite politique libérale, qui est mobilisée en une sorte de force interne.

 

Rappelons qu'après l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, les Américains ont interné tous les Japonais sur le sol américain en raison de circonstances extraordinaires. De même, après le début de la Seconde Guerre mondiale, les fascistes britanniques en Angleterre ont également été internés, au cas où. Si la guerre commence avec des régimes fascistes, les porteurs de cette idéologie, comme le fondateur du fascisme britannique, Oswald Mosley, qui se déclarait nationaliste, sont neutralisés à l'avance. Maintenant, le moment est arrivé - l'Angleterre affirme que la Russie est devenue une menace majeure pour elle. Un camp temporaire pourrait être mis en place pour les libéraux internés. Et pas pour les petits qui ne représentent aucun danger pour personne, mais pour les libéraux sérieux. Ensuite, lorsque la situation changera et que nous ne serons plus considérés comme la principale menace, ils pourront être libérés.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexandre G. Douguine (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur et personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite