Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Mikhail Delyagin : les groupes criminels et le ministère des finances se frottent les mains dans l'espoir de profits rapides (Club d'Izborsk, 2 février 2021)

4 Février 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Russie

Mikhail Delyagin : les groupes criminels et le ministère des finances se frottent les mains dans l'espoir de profits rapides  (Club d'Izborsk, 2 février 2021)

Mikhail Delyagin : les groupes criminels et le ministère des finances se frottent les mains dans l'espoir de profits rapides

 

2 février 2021

 

https://izborsk-club.ru/20604

 

 

Le rapport sur l'exécution du budget fédéral pour 2020 est stupéfiant : il semble que tout va bien pour le gouvernement !

 

Il ne reste plus qu'à ajouter, sur les traces du héros de Brat-2 : "Tu es dans le pétrin".

 

En effet, le déficit fiscal est légèrement inférieur à 1 900 milliards de roubles, soit à peine 9,1 %. Pour l'économie ruinée, deux vagues de coronabsence sur fond d'"optimisation des soins de santé" continue, la dévastation de tout et de rien, la politique continue de "famine d'argent" créée artificiellement dans le pays - le résultat est étonnamment bon.

 

Dans le même temps, les dépenses budgétaires ont dépassé le plan de 16,1 %, soit près de 3,2 billions de roubles. Avec quelques ajustements, ces fonds peuvent être considérés comme un soutien à l'économie au début de la dépression mondiale (même si les autorités ont essayé d'en ignorer le début de plus en plus évident). Bien que très peu de gens aient ressenti ce soutien, et que ceux qui l'ont ressenti en aient douloureusement perçu l'insuffisance, le soutien était là et a clairement dissipé le mythe libéral lancé il y a 30 ans par Yasin et Aleksashenko sur les conséquences inflationnistes inévitables de l'augmentation des dépenses budgétaires.

 

En conséquence, au lieu d'un excédent de 0,9 trillion de Rb, le budget a enregistré un déficit de 4,1 trillions de Rb. Le "trou" de 5 000 milliards de Rb a été compensé de telle manière que personne n'a remarqué les problèmes : près de 2 900 milliards de Rb ont été obtenus par des prêts surprogrammés sur le marché intérieur (leur solde a dépassé de 2,6 fois le montant budgété), et en l'absence de possibilités d'investissement, cela n'a suscité que de l'enthousiasme, et près de 2 200 milliards de Rb - les réserves budgétaires ont été réduites de 2 400 milliards à seulement 0 200 milliards.

 

Ainsi, le ministère des finances de la Fédération de Russie vient d'abandonner sa principale priorité - le gel des fonds russes dans le budget - et l'argent a été magiquement suffisant pour tout ! Et oui, les soldes budgétaires inutilisés au 1er janvier 2021 s'élevaient à 13,6 billions de roubles : cet argent peut encore être utilisé pour construire une Russie nouvelle et moderne, mais il est très probablement destiné à financer la dictature des cannibales pro-occidentaux après le renversement de Poutine, qui a été ouvertement et minutieusement préparé par ses favoris - les libéraux arrogants.

 

Il est crucial que le bien-être du budget fédéral soit assuré au détriment de la destruction directe de la Russie. La simple activité économique devient le privilège des groupes administratifs et financiers oligarchiques proches des constructeurs féroces de la féodalité flagrante. La pauvreté se transforme en pauvreté de masse (selon les experts en assurance, pas plus tard qu'à l'automne dernier, plus de 70% des Russes avaient des revenus inférieurs au seuil de pauvreté), le désespoir devient l'humeur dominante, et le slogan informel de 1991, "Mieux vaut une fin horrible qu'une horreur sans fin" devient une attitude évidente.

 

On ne se moque même pas du pouvoir de caste fermé, qui s'est détaché en permanence du pays, du peuple et de la réalité, et toute accusation qui lui est adressée est perçue comme la vérité ultime par le fait même de son énoncé, simplement parce qu'il s'agit d'une accusation contre lui.

 

Malgré la baisse des entrées d'argent dans le pays, la sortie nette de capitaux privés, selon la Banque de Russie, a plus que doublé - de 22,2 milliards de dollars en 2019 à 49,0 milliards de dollars en 2020 - car le pays n'a pratiquement aucune possibilité d'investissement acceptable (à moins, bien sûr, que vous ne fassiez partie du cercle étroit des oligarques "autorisés à la table", des fonctionnaires, de leurs parents et de leurs plus proches serviteurs).

 

Dans le même temps, l'afflux annuel de capitaux "noirs", invisibles pour l'État, et donc notoirement criminels, s'élevait à un montant sans précédent de 4,3 milliards de dollars : les criminels comprennent qu'avec une telle puissance, la Russie deviendra bientôt leur proie, et ils y préconcentrent leurs ressources.

 

Un gouvernement qui voit sa raison d'être dans le maintien de ses propres indicateurs statistiques faussés ne détruit plus, mais détruit pratiquement la Russie par sa politique socio-économique libérale, et il provoque non pas un rejet mais une haine directe et ardente.

 

La tentative de discréditer cette haine avec des figures caricaturales de "Navalnys" et des "conservateurs" soi-disant opposés est vouée à l'échec dans une perspective stratégique et ne fait qu'ouvrir la voie à la prochaine explosion politique, que la nouvelle administration américaine est déjà impatiente d'exploiter.

 

Les forces qui lient leur avenir à la Russie et tentent de normaliser la situation ne sont pas seulement ignorées par les autorités, mais directement réprimées par elles selon les meilleurs modèles de Ianoukovitch et Loukachenko.

 

Ainsi, le bien-être du budget fédéral n'est qu'un montage comptable destiné à dissimuler la préparation fébrile de la démolition, sous le couvert d'un pouvoir pourri et sauvage, de tout l'État russe en tant que tel.

 

Jusqu'à présent, il y a des raisons de croire que la tentative prévue après l'élection à la Douma sera aussi fausse que le meurtre de Nemtsov - mais une tentative socio-économique libérale garantit le succès de l'un des prochains assauts.

 

 

Mikhail Delyagin

 

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) est un célèbre économiste, analyste et activiste social et politique russe. Académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Il est le directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :