Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Origine de la croix de Lorraine

7 Janvier 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

undefined

Le château  de Baugé

"On verra, surtout, à Baugé, précédé d’une immense place et occupé par la mairie, l’ancien château de Yolande d’Aragon, reine de Sicile et duchesse d’Anjou. C’est elle qui fit relever et " remparer ", vers 1420, le château que nous voyons et qu’elle habita souvent ainsi que son fils, le roi René. Il donnait, au nord, sur un étang qui a été transformé en jardins et il était entouré, sur les autres faces, par un rempart terrassé qu’on a transformé en promenade.
Il se compose, actuellement, d’un corps de logis à un étage coiffé d’un haut toit d’ardoises et percé de quatre lucarnes à meneaux et à gâbles aigus. Une tourelle d’escalier à pans coupés terminés par un toit polygonal renferme un escalier à vis dont le fût s’épanouit au sommet en nervures flamboyantes aux armes d’Anjou et de Sicile.
On peut voir encore la chapelle des Incurables, rue de la Girouardière, qui possède une précieuse relique rapportée de Constantinople au XIIIe siècle, par Jean d’Alluye, et gardée autrefois à l’abbaye de la Boissière. C’est une croix à double traverse, taillée dans la vraie croix, paraît-il, et enrichie au XIVe siècle de deux crucifix en or, de médaillons et de fleurons ornés de perles et de pierreries. Elle est à l’origine de l’emblème héraldique de la maison d’Anjou, adopté plus tard par les ducs de Lorraine et connu sous les noms de croix d’Anjou et, depuis le XVIe siècle, de croix de Lorraine."
Georges Pillement. La France inconnue. Vol. IV : Nord-Ouest. Grasset, Paris, 1962 (pp. : 56-57).
  

undefined

La croix de Baugé
 
"A la fin du XIIIème siècle, la Croix fut placée dans un écrin digne d'elle, une chapelle votive, encore en bon état de nos jours et classée Monument historique.
La guerre de Cent Ans arriva. Prudents, les moines de la Boissière mirent la relique en sûreté dans le château du duc d'Anjou, Louis 1er à Angers.
Le duc, adorateur de la relique, érigea en son honneur une confrérie, " l'Ordre de la Croix " et fit broder une croix à double traverse sur les tapisseries de l'Apocalypse exécutées par Nicolas Bataille. C'est à cette époque, vers 1364, que la Croix fut somptueusement décorée par les orfèvres du roi Charles V.
Revenue à la Boissière en 1388, elle reprend le chemin du château d'Angers en 1399 sous le règne du duc Louis II qui la fait figurer à la clef de voûte de la chapelle du château. Puis elle revient à la Boissière. L'abbaye est détruite par les Anglais en 1428. Heureusement la Croix avait été mise à l'abri, à temps, à Angers. Retour définitif en 1456. Elle est alors connue et révérée sous le nom de CROIX DOUBLE D'ANJOU.
Le Bon roi René (1408-1480), second fils de Louis II, devint duc de Lorraine par son mariage avec Isabelle, héritière du duché, en 1431. Son petit-fils René II, chassé de ses états par Charles le Téméraire, pour déloger l'usurpateur, orne ses drapeaux de la croix à double traverse. Vainqueur de son adversaire à la bataille de Nancy le 5 janvier 1477, René II fixe la croix sur son blason. Ses sujets adoptent le nouvel emblème et Nancy en décore ses célèbres grilles. La Croix d'Anjou était devenue la CROIX DE LORRAINE.
A la Révolution, le curé d'Auverse dut déposer les reliques et les vases sacrés de la Boissière à l'église de Baugé pour un inventaire. Anne H. de la Girouardière, fondatrice de la communauté du Sacré Cour et de l'hospice des Incurables à Baugé fit de pressantes démarches pour sauver la Croix d'une possible destruction. Le département, le 17 octobre 1790, lui abandonna la relique qui n'a plus depuis quitté l'hospice des Incurables et où chacun d'entre vous peut aller la contempler."
(site internet : http://lecompte.chez-alice.fr/page10.html)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :