Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Le 14 juillet

14 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France, #Histoire, #Politique

Le 14 juillet

Il n'y a qu'une seule vraie fête nationale en France, c'est le 15 août, fête de l'Assomption de Marie, patronne et protectrice de la France.

 

Notre Dame de la Belle Verrière (Cathédrale de Chartres).

Notre Dame de la Belle Verrière (Cathédrale de Chartres).

Lire la suite

Valery Korovin : Une stratégie de "soft power" doit comporter un élément offensif. (Club d'Izborsk, 14 juillet 2020)

14 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Valery Korovin : Une stratégie de "soft power" doit comporter un élément offensif.

14 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19621

 

 

Les autorités russes ont conçu une réforme du "soft power" en Russie. Selon le RBC, le chef adjoint de l'administration présidentielle Dmitri Kozak, le chef récemment nommé de Rossotrudnichestvo Yevgeny Primakov (petit-fils du patriarche de la diplomatie soviétique) et des représentants des départements économiques sont impliqués dans la discussion sur le sujet.

 

Selon le chef adjoint du Mouvement international eurasien Valery Korovin, le "soft power" est l'une des méthodes de guerre.

 

- Mais ce n'est pas une guerre classique, mais une sorte de guerre des esprits. Lorsque les gens agissent avec des sens, des idées, des idéologies et des codes culturels, ils possèdent une pensée paradigmatique alternative à celle des opposants et imposent leur vision du monde comme une alternative ou comme une source de domination idéologique et sémantique.

 

Pour commencer à s'appuyer sur le "soft power", il faut avoir tout cela. De l'esprit à l'idéologie, une feuille de route pour la promotion des idées et l'existence de votre État, qui à un moment donné devrait devenir un modèle attrayant pour de nombreux peuples. C'est la matrice du "soft power" à partir de laquelle on doit procéder. Mais il n'y a pratiquement rien de tout cela dans la Russie actuelle. Il n'y a même pas de position idéologique originale, basée sur nos 1000 ans d'histoire, qui pourrait affecter l'espace post-soviétique.

 

Nous ne pouvons rien offrir aux pays d'Europe de l'Est, par exemple. Car contrairement au bon sens, nous avons abandonné le socialisme, adopté le paradigme du développement occidental et nous sommes placés sous occupation culturelle. Il suffit de regarder notre télévision, notre cinéma, d'écouter la radio pour le comprendre. Mais les Européens de l'Est se voient offrir tout cela par l'Occident même. Pourquoi ont-ils besoin d'une Russie secondaire dans ce sens ? Pourquoi la production sémantique est-elle dépassée et usée ?

 

- Quoi d'autre ?

 

- Si pour travailler avec des compatriotes, nous ne pouvons en aucune façon définir la notion de "Russe", qualifier correctement une telle notion de "peuple russe", effectuer une division sociologiquement correcte des concepts "ethnie", "peuple" et "nation". Nous utilisons toujours le terme marxiste de "nationalité", qui définit successivement toute identité. En dehors du contexte du marxisme, c'est stupide et ne correspond à rien. Il n'est pas clair avec quel genre de compatriotes nous allons travailler ?

 

Si nous prenons la promotion du développement international, alors nous n'avons même pas l'idée même d'un État. Pourquoi notre État a-t-il défendu son intégrité et son indépendance pendant mille ans ? Dans quel but ? Hormis le développement de médicaments abordables, l'éducation, le logement et le développement du complexe agro-industriel, nous n'avons rien donné au cours des 25 dernières années. Et ils ne sont pas aussi bons que mis en œuvre pour offrir quelqu'un comme modèle.

 

- Ne préparent-ils pas des valeurs conservatrices qui sont maintenant mentionnées dans la Constitution comme une idéologie pour la radiodiffusion ? Un enfant a deux parents - sa mère et son père, pas autrement...

 

- La famille traditionnelle n'est pas une invention exclusive du peuple russe. C'est l'approche de toute société traditionnelle. La plupart des peuples eurasiens, la Chine, l'Inde, l'Afrique, l'Amérique latine le partagent. Et l'alternative est la position de la minorité occidentale absolue, qui domine toujours le monde. Nous ne pouvons pas construire une position sur une tradition ordinaire, car elle n'est pas seulement la nôtre. Seule la Victoire dans la Grande Guerre Patriotique est une source exclusive de sens pour la Russie. C'est pourquoi l'Occident le conteste.

 

C'est un bon point de départ, mais c'était une percée en 1995. Et le fait que ce thème ait roulé pendant 25 ans est un signe de faiblesse.

 

- C'est l'aspect contenu de la question. Et il y a aussi la manière technologique de traduire les significations, de promouvoir les idées...

 

- La technologie de promotion ne peut pas être trop défensive. Sinon, nous ne faisons que reporter notre retraite, notre reddition et notre défaite. Dans une stratégie de "soft power", dont l'une des manifestations est la guerre en réseau, il devrait y avoir une composante offensive, qui devrait contre-attaquer en cas d'agression humanitaire culturelle douce. Nous ne pouvons pas riposter indéfiniment, car les réseaux imprègnent toute notre société. Il est impossible d'interdire la production de contenus culturels et de retirer les smartphones à tout le monde. Il est nécessaire de pouvoir exercer des représailles.

 

- Et quelle est la conclusion ?

 

- En général, l'idée, la tâche est correctement fixée par l'État. Mais nous nous sommes habitués à tout aborder politiquement et technologiquement : "comment assurer la visibilité de la mise en œuvre de la tâche du chef de l'État pour passer par le creuset du KPI, ne pas quitter son poste et justifier l'argent dépensé. On dit que l'USAID américaine dépense des centaines de milliards de dollars, les Européens des dizaines, et notre Rossotrudnichestvo est un pathétique 4 milliards de roubles. Mais si vous ne résolvez pas les problèmes mentionnés ci-dessus, ne jetez pas d'argent, il sera tout simplement volé, car c'est la principale motivation de notre élite.

 

Tout ce dont nous avons besoin, c'est de rien : de faire une sorte de révolution conservatrice - de revenir aux valeurs traditionnelles, d'évaluer notre histoire, de nous appuyer sur elle et de créer une stratégie offensive de "soft power".

 

 

Valery Korovin

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Valery Korovin : Une stratégie de "soft power" doit comporter un élément offensif. (Club d'Izborsk, 14 juillet 2020)
Lire la suite

Leonid Ivashov : la Russie peut répéter le "coup de Pristina". (Club d'Izborsk, 14 juillet 2020.)

14 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique

Leonid Ivashov : la Russie peut répéter le "coup de Pristina". (Club d'Izborsk, 14 juillet 2020.)

Leonid Ivashov : la Russie peut répéter le "coup de Pristina".

14 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19620

 

 

Les récentes émeutes de masse à Belgrade pourraient être un épisode d'un nouveau plan des États-Unis et de leurs alliés pour la subordination finale de la Serbie. C'est ce qu'a déclaré le colonel général Leonid Ivashov, qui était directement lié aux événements du Kosovo en 1999, qui sont entrés dans l'histoire comme le "coup de Pristina".

 

"La guerre des Serbes pour leur indépendance continue", a déclaré M. Ivashov.

 

Selon lui, la grande guerre que les États-Unis ont déclenchée dans les Balkans à la fin du XXe siècle avait pour but de diviser la Serbie en petites parties, puis d'assurer leur contrôle sur l'ensemble de la région. En raison de la participation active des soldats de la paix russes à ces événements, cela n'a pas eu lieu.

 

"C'est une région très importante, donc l'opération se poursuit. Les Serbes n'ont pas renoncé, comme la Macédoine et le Monténégro, ils essaient toujours de maintenir une sorte d'indépendance", a-t-il ajouté.

 

Cependant, les troubles récents à Belgrade démontrent que l'ambassade américaine, les services de renseignements et les services spéciaux sont toujours actifs dans la région. M. Ivashov s'est dit confiant qu'à l'heure actuelle, la tâche des forces occidentales reste la même - subordonner complètement la Serbie.

 

Ivashov a souligné qu'en cas de scénario agressif, la partie russe sera à nouveau prête à répéter le "jet de Pristina" pour aider les Serbes dans les Balkans. Par conséquent, il est clair que les plans des États-Unis et de leurs alliés visant à utiliser cette région comme tremplin sont voués à l'échec. Il a également ajouté que la Russie a une expérience réussie de telles opérations.

 

"Regardez ce qui est arrivé à la Syrie. Poutine parle à l'Assemblée générale des Nations unies, le discours est correct, et c'est tout, en ce moment une lettre de Bachar al-Assad arrive à Moscou, en ce moment notre armée de l'air est déjà sur les pistes, et dès que le conseil vote, les avions décollent, et pendant qu'ils essayent de comprendre, ils atterrissent déjà sur les bases aériennes. C'est la façon d'agir partout : tout réfléchir avec soin", a déclaré M. Ivashov.

 

 

Leonid Ivashov

Leonid Ivashov (né en 1943) - personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel-général. 1996-2001 - Chef de la Direction principale de la coopération militaire internationale du ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. Président de l'Académie des problèmes géopolitiques. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Leonid Ivashov : la Russie peut répéter le "coup de Pristina". (Club d'Izborsk, 14 juillet 2020.)
Lire la suite

Valery Korovin : Le droit du peuple serbe (Club d'Izborsk, 13 juillet 2020)

13 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique

Valery Korovin : Le droit du peuple serbe (Club d'Izborsk, 13 juillet 2020)

Valery Korovin : Le droit du peuple serbe

13 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19618

 

 

Le président serbe Aleksandar Vucic a entamé une longue journée de voyage à travers l'Europe. Le 9 juillet, le dirigeant serbe a rencontré le président français Emanuel Macron, et le 10 juillet, un sommet en ligne des dirigeants de l'UE, de l'Allemagne, de la France, de la Serbie et de la République autoproclamée du Kosovo a eu lieu.

 

Les positions de négociation sont approximativement les suivantes : L'Occident veut une consolidation juridique du statut actuel du Kosovo et exige donc que le président serbe signe un accord global sur la normalisation des relations avec Pristina dès que possible. Pristina veut la même chose - fixer légalement le statu quo dès que possible afin de rendre son indépendance irréversible, sans conséquences pour eux.

 

La partie serbe exige que les intérêts de la population serbe indigène du Kosovo soient pris en compte, soit en proposant un projet de délimitation entre Serbes et Albanais au Kosovo, soit en modifiant les frontières de la république autoproclamée pour tenir compte de la cohabitation serbe et albanaise, voire en échangeant des territoires. Le président serbe Aleksandar Vucic a défini, sous conditions, le "modèle des deux Allemagnes".

 

La variante proposée par l'UE prévoit en effet que la Serbie reconnaisse légalement l'indépendance du Kosovo, alors que les Serbes du Kosovo n'obtiennent rien. Pristina est également secondaire pour eux. Cependant, pour une UE libérale, il n'y a pas du tout de Serbes, comme les Albanais, en tant que peuples. Une approche libérale considère généralement que toute identité collective, en particulier une identité collective organique que sont les personnes, est dépassée. Pour l'UE, il n'y a que des citoyens serbes et des citoyens du Kosovo.

 

Selon cette logique mécanique, si le Kosovo est reconnu par l'Occident (en partie) comme un État-nation, tous ses citoyens deviennent automatiquement des citoyens du Kosovo. Il n'y a ni Serbes, ni Albanais, ni Roms, ni autres, il y a des citoyens du Kosovo, et c'est tout. Par conséquent, qui vit où et quelles personnes se considèrent comme telles - en termes de logique libérale mécanique, rien de tout cela n'a d'importance : "Reconnaissez le Kosovo habité par des citoyens de la République du Kosovo comme un fait acquis et signez ici". Le reste de la machine officielle sans âme de l'UE ne peut tout simplement pas entendre et ne veut pas considérer. Pour eux, les exigences de la Serbie sont incompréhensibles, superflues et insignifiantes.

 

La partie kosovare comprend très bien tout : qui vit où, comment les Serbes diffèrent des Albanais, quelle est la différence de leur identité. Outre le fait que le pouvoir au Kosovo est désormais albanais, et non serbe, les Albanais sont le peuple titulaire, et les Serbes ne sont pas le peuple titulaire - c'est-à-dire que, selon cette logique, si un Serbe est nominalement un citoyen de la République du Kosovo, il est clairement un citoyen de seconde classe, un représentant du peuple perdu, qui a perdu le Kosovo, sous la pression occidentale, qui est tombé sous le contrôle des Albanais. Il est clair que les Albanais du Kosovo sont satisfaits de tout, car ils ont un facteur de puissance de leur côté. Leur tâche principale est donc de consolider légalement leur supériorité politique.

 

C'est pourquoi la langue avec laquelle les Albanais du Kosovo ont entamé les négociations. Selon Vucic, leurs demandes, déjà qualifiées d'inacceptables par eux, sont les suivantes : "Ils demandent, premièrement, la préservation de l'intégrité territoriale du Kosovo, et deuxièmement, la préservation de la Constitution du Kosovo. Troisièmement, la reconnaissance mutuelle à long terme, et non le modèle des deux Allemagnes. Quatrièmement, l'adhésion de Pristina à l'ONU et la reconnaissance de l'indépendance du Kosovo par tous les États membres de l'UE. Et après cela, ils traiteront de la question des personnes disparues et des réparations militaires".

 

Et pourquoi ne pas exiger l'inacceptable, car la partie kosovare, pleinement soutenue par l'UE, ne perd rien. Ni en cas de consentement de Belgrade, ni en cas de désaccord.

 

Par exemple, admet Vucic, la signature d'un accord global de normalisation des relations avec Pristina, formalisant la situation actuelle, est une bonne chose : les autorités du Kosovo utiliseront ces possibilités qui leur sont nouvellement ouvertes sans aucune perte. Il ne reconnaîtra ni ne signera rien non plus : les Serbes sont sur leur territoire, sous la souveraineté politique et le contrôle du pouvoir albanais. En même temps, ils resteront tout aussi privés de leurs droits, et ce n'est qu'une question de temps avant qu'ils ne s'y dissolvent - qu'ils partent, s'assimilent ou meurent. C'est pourquoi la partie kosovare n'est pas pressée et peut attendre encore 100 ans.

 

Mais la Serbie ne peut pas attendre, mais elle ne peut pas presser sa variante, même la plus faible, qui est une division (nous savons comment les Albanais respectent les accords) ou même un échange de territoires (les Albanais se sont installés au Kosovo pour la mauvaise raison, afin de pouvoir la prendre et aller dans d'autres endroits comme celui-là). La Serbie n'a tout simplement pas ce pouvoir.

 

Si l'on regarde un peu plus loin, il n'est pas difficile de constater que depuis le début des années 1990, l'Occident détruit systématiquement la Yougoslavie, l'écrasant en plusieurs parties, et depuis 1999, après avoir bombardé Belgrade, il détruit et affaiblit systématiquement la Serbie, en coupant notamment le Kosovo et la Metohija.

 

Elle fait partie du grand jeu géopolitique de l'Occident - la civilisation marine contre l'Est, la Serbie, qui appartient à la civilisation eurasienne, la civilisation terrestre.

 

Et tandis que Washington - le centre de la civilisation atlantique - est en plein essor depuis toutes ces années, Moscou - le centre de la civilisation eurasienne, terrestre - est soit en retrait (années 1990), soit silencieux (début des années 2000), soit en train de s'exprimer, limité aux mots plutôt qu'aux actions. Mais quand Moscou commence à agir, comme en Syrie, alors la machine mondialiste de l'Occident s'arrête et s'effondre, et le monde commence à se reconstruire, passant d'un modèle unipolaire à un modèle multipolaire.

 

La voix de la Serbie ne sera pas entendue tant que le facteur de puissance ne sera pas équilibré. Tant que la présence de Moscou dans le dos de la Serbie n'est pas la même que celle de Washington dans le dos du Kosovo. Jusqu'à ce que Moscou commence à répondre à la question du Kosovo symétriquement à Washington. Ou du moins de façon asymétrique. Mais tout aussi sûr, de manière cohérente. L'Occident ne comprend que la force - et c'est un axiome.

 

D'autant plus que c'est le bon moment pour cela. Le projet mondialiste arrive à sa conclusion logique. Les élites mondialistes en Europe se sont retrouvées sans le patronage de Washington qui, sur fond de guerre civile résurgente aux États-Unis, n'a plus rien du tout. Bien sûr, les mondialistes en Europe continuent à être inertiels, à plier les doigts et à secouer leurs droits, à agir comme des maîtres de la situation et à poursuivre des projets antérieurs, mais cette activité est plutôt celle d'un poulet laissé sans tête, mais qui continue à faire joyeusement des cercles autour de la cour.

 

L'affaiblissement de la présence mondialiste en Europe (et le projet du Kosovo est certainement l'un des projets mondialistes) est une bonne occasion de redresser la situation.

 

Quant à la situation du Kosovo elle-même, elle a certainement sa propre solution positive, alternative à la fois à la légalisation de l'enclave sécessionniste proposée par l'UE et au maintien du statu quo, qui convient aux Albanais du Kosovo mais mécontente catégoriquement les Serbes.

 

Il est important de comprendre que ce ne sont pas des citoyens abstraits qui vivent au Kosovo (comme, cependant, partout, y compris dans l'UE elle-même), mais des personnes - Serbes, Albanais, Roms et bien d'autres. Et ces peuples ont leur identité collective. Et cette identité est pour eux de la plus haute valeur, et personne ne l'abandonnera jamais, mais se battra avec des armes à la main - toujours et partout. Aucun conflit ne peut donc avoir une solution libérale. C'est le point de départ de tout dialogue créatif et d'une position de négociation mutuellement bénéfique.

 

Mais tant que la Russie ne sera pas du côté de la Serbie, il n'y aura pas de dialogue équivalent entre les parties en conflit. Comme auparavant, les Serbes seront opprimés, les Albanais continueront à se délecter de leur position dominante sous le couvert de l'Occident, et l'Occident proposera des scénarios mécaniques et libéraux inacceptables pour les Serbes, dans lesquels aucun Serbe n'existe. Car seule la présence de la Russie - et pas seulement ce que la Russie peut faire - est une garantie de paix et de stabilité partout dans le monde, que ce soit au Moyen-Orient ou dans les Balkans.

 

 

Valery Korovin

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par le Rouge et le Blanc.

Valery Korovin : Le droit du peuple serbe (Club d'Izborsk, 13 juillet 2020)

Sur le même sujet:

Valery Korovin : C'est le moment idéal pour l'intervention de la Russie dans les Balkans.

(Club d'Izborsk, 10 juillet 2020)

http://pocombelles.over-blog.com/2020/07/valery-korovin-c-est-un-moment-ideal-pour-l-intervention-de-la-russie-dans-les-balkans.club-d-izborsk-10-juillet-2020.html

 

Belgrade libérée, par Israël Adam Shamir

http://pocombelles.over-blog.com/2020/07/belgrade-liberee-par-israel-adam-shamir.html

 

https://plumenclume.org/blog/581-belgrade-liberee

Lire la suite

Belgrade libérée, par Israël Adam Shamir

13 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Belgrade libérée

Publié le 13/07/2020

  • Belgrade libérée
 

par Israël Adam Shamir

https://plumenclume.org/blog/581-belgrade-liberee

Cassée, la progression implacable de la terreur coronoavirale. Les Serbes récalcitrants se sont rebellés contre leur président lorsqu'il leur a ordonné de retourner en résidence surveillée. Après deux jours de batailles de rue avec des dizaines de policiers hospitalisés, les robustes manifestants ont gagné ; les autorités ont capitulé et ont renoncé à leurs plans de bouclage pour Belgrade. Les magasins, les bistrots et les restaurants de Belgrade auront un couvre-feu en début de soirée ; mais c'est beaucoup mieux que le bouclage complet qu'ils avaient prévu. Le Premier ministre, Mme Brnabic, s'est plainte de ne pas arriver à comprendre pourquoi son peuple protestait. Elle doit avoir une cervelle d'une densité peu commune, cette dame, si après deux jours de manifestations, elle ne pouvait toujours pas comprendre que les gens ne veulent pas de confinement. C'est un revirement rare de la part des autorités, a déclaré le correspondant de la BBC à Belgrade. C'est un euphémisme dans le grand style anglais. Je pense, moi, que c'est un précédent.

Jusqu'à présent, il y avait des pays qui avaient évité complètement le confinement (Japon, Suède, Biélorussie), mais il n'y avait pas de pays où les gens aient demandé puis obtenu leur liberté. La Serbie est le premier du genre. Ce petit pays des Balkans (7 millions d'habitants) a une longue histoire de résistance - ils ont combattu les Turcs pendant des siècles, ils ont résisté à l'Allemagne nazie plus longtemps que la France, ils avaient le plus fort mouvement de guérilla en dehors du Belarus, et, oui, ils ont combattu la puissante OTAN pendant assez longtemps. Les Allemands avaient bombardé Belgrade en avril 1941, suivis peu de temps après par l'Amérique (aidée par les Britanniques bien sûr). En 1944, le jour de Pâques, six cents bombardiers américains avaient lâché un tapis de bombes sur Belgrade, détruisant ses palais, ses théâtres, ses gares et ses hôpitaux. C'était le cadeau de Pâques de l'Amérique aux Serbes.

En 1999, Bill Clinton a de nouveau bombardé Belgrade, pendant trois mois, tuant beaucoup de Serbes et causant d'immenses destructions. Le président serbe a été capturé et assassiné dans les cellules souterraines du tribunal de La Haye. Mes amis américains, si vous êtes d'humeur à vous excuser, vous pouvez "plier le genou" pour les Serbes, pour des crimes plus récents et plus tangibles que les horreurs du XVIIIe siècle de vos ancêtres. Si les États-Unis avaient choisi de lancer des bombes sur les Serbes c'était pour une bonne raison : Les Serbes ne se rendent pas facilement. Ces géants à la volonté solide ont des c..., plus que tout le reste des Balkans réunis. Il ne fait aucun doute qu'aujourd'hui, de nombreux génies malfaisants aux manettes du Coronavirus regrettent que la Serbie n'ait pas été complètement rayée de la surface de la terre, car elle risque de constituer un exemple gênant pour une population mondiale plutôt souple et docile.

Mais il est trop tard, nous avons assimilé la leçon. La seule façon d'éviter un nouveau confinement, c'est un soulèvement populaire, car il n'en faudra pas moins pour convaincre nos autorités de s'abstenir de nous enfermer. Comme un petit garçon qui a trouvé le pot de confiture, ils ne peuvent plus se retenir. Notre incarcération rend la vie trop facile à nos dirigeants : les sujets restent chez eux ; ils ne s'aventurent dehors, tout tremblants, que pour faire des courses ; ils sont obéissants ; ils sont au chômage et dépendent donc de la bonne volonté de l'État. Le chômage augmente régulièrement avec chaque semaine supplémentaire de confinement. Les petites entreprises mettent la clé sous la porte. Seuls les géants du numérique survivront au déluge. Les gens sont jetables, simple fardeau pour l'économie. Même leur travail n'est plus nécessaire. Bientôt, les gens indépendants et travailleurs seront remplacés par une nouvelle espèce dépendant entièrement des subventions gouvernementales et ne demandant que plus de divertissement ; une version moderne de la foule avide de panem et circenses (" on veut du pain et des jeux"), la piètre condition à laquelle les fiers Romains avaient été  réduits, comme l'écrivait Juvénal vers 100 après J.C.

Pourquoi le gouvernement serbe avait-il décidé d'enfermer son peuple ? Apparemment, c'est à cause de 13 décès "liés" au Covid. C'est 13 de trop, récitait pieusement le Président. Gardez à l'esprit que des centaines de personnes meurent chaque jour dans un pays de millions d'habitants comme la Serbie, et que c'est parfaitement normal. Qu'y a-t-il de si particulier dans le cas de 13 personnes qui sont mortes de pneumonie et qui étaient peut-être porteuses d'un nouveau coronavirus ? Il y a seulement quelques années, des milliers de Serbes ont combattu et sont morts pour leur liberté - c'est du moins ce pour quoi ils se battaient. Aujourd'hui, leurs dirigeants ne pensent plus autant à la liberté. C'est une bonne chose que les gens (par opposition à leurs dirigeants) soient d'une autre trempe.

Les Serbes à qui j'ai parlé ne pensent pas que c'était une décision indépendante de leur président, mais plutôt un ordre envoyé par un obscur Quartier général du Covid, probablement par l'intermédiaire de l'OMS. Il y a une main secrète qui mijote de nouvelles façons de nous compliquer la vie et qui fait pression sur les gouvernements pour qu'ils bloquent les économies et les populations. Les autorités sont naturellement désireuses de revenir au confinement. C'est l'inertie, la grande force d'inertie. Après avoir, avec tant de bureaucrates, mis en place la culture mondiale du coronavirus, instauré une éducation basée sur l'appli ZOOM, colorié  des taches tous les deux mètres partout, commandé des millions de masques avec un profit décent pour elles-mêmes, formé une armée de fonctionnaires et discipliné le peuple, elles sont trop feignantes pour  laisser tomber. Elles s'y sont habituées, ces autorités qui nous gouvernent, désormais, et elles en savourent  les fruits.

Peter Hitchens a écrit à ce sujet dans sa chronique : "Quand cette folie a commencé, je me suis comporté comme si une nouvelle religion fanatique se répandait parmi nous. Soyons polis et tolérants, ai-je pensé. C'est peut-être fou et nuisible, mais avec le temps, cela disparaîtra. Aujourd'hui, il est clair qu'une nouvelle croyance, fondée sur la peur de l'invisible et tout à fait immunisée contre la raison, a pratiquement pris le dessus sur le pays. Et il s'avère que c'est l'une de ces religions qui ne tolèrent pas beaucoup ceux qui ne la partagent pas. Ses évangélistes ne nous laissent pas de répit, mais tirent sur la corde pour nous forcer à les rejoindre. C'est pourquoi je fais tant d'histoires sur l'injonction des muselières pour tous. Ce n'est pas une question de santé. C'est une question de pouvoir et de liberté, et cela a de moins en moins à voir avec le Covid-19. Cette obsession de nous dire à quoi il faut ressembler et de nous transformer d'humains normaux en animaux de troupeau soumis et sans bouche, tous sanglés dans un uniforme obligatoire, fait partie, à mon avis, d'une attaque sans précédent contre notre liberté personnelle en général. Restez chez vous. Arrêtez de travailler. Ne voyez pas vos amis ou votre famille. Soumission, soumission, soumission. Habituez-vous à ce qu'on vous dise ce que vous devez faire. Il semble que nous soyons vraiment devenus une nation de masochistes capitulards."

Aux États-Unis, une nouvelle vague de la prétendue pandémie de Covid est censée chasser le président Trump, après que le RussiaGate et le fiasco de la destitution n'aient pas réussi à faire le travail. Ils ont fabriqué la nouvelle vague sans "réensemencer" le pays (comme Larry Romanoff l'avait suggéré) par le simple truchement des reportages des journaux. "Les nouveaux cas aux États-Unis dépassent les 68 000, un record absolu", s'est écrié le New York Times. Ils ne vous disent pas que ce chiffre ne signifie rien. Les nouveaux cas ne sont pas des cas de malades : ce sont surtout des personnes en parfaite santé qui, par des méthodes défectueuses et douteuses, ont été déclarées porteuses du Covid. Plus vous faites de tests de dépistage d'un virus, plus vous obtiendrez de résultats positifs. George Floyd était porteur du nouveau virus, mais il était encore en assez bonne santé pour se débattre contre les flics.

Un virologiste russe a dit à juste titre : si nous devions tester des personnes en bonne santé pour tout virus de la grippe, nous obtiendrions un nombre énorme de résultats "infecté". Tout le monde est porteur d'un virus, de ceci ou de cela. Mais nous ne contrôlons jamais les personnes en bonne santé parce que nous n'avons jamais, jusqu'à présent, eu besoin de créer l'illusion d'une pandémie. En 2020, la nécessité d'une telle illusion est devenue primordiale, car les opérateurs de Covid ont l'intention de détruire l'économie mondiale, de briser notre endurance et de renverser tout obstacle. C'est assez inquiétant,  que le Texas et la Floride, qui étaient auparavant des bastions de Trump, aient cédé et commencé à exiger les masques à la suite de ces tests fallacieux.

La maladie n'a rien de nouveau. Le premier mari de Scarlett O'Hara, Charles Hamilton, était mort d'une pneumonie, et personne ne l'avait examiné pour détecter un nouveau coronavirus. Peut-être que s'ils avaient vérifié la présence de virus dans l'armée de Sherman, il ne serait jamais arrivé à Atlanta, et encore moins à Savannah.

La seule nouveauté c'est l'insistance des promoteurs du virus. L'imagerie des adeptes du Covid devient de plus en plus militaire. "L'anneau d'acier", c'est ainsi que les Australiens décrivent fièrement la quarantaine décrétée autour de Melbourne. On pourrait croire que leurs rues sont jonchées de morts, mais rien de tel ! C'est la même menace de "nouveaux cas", qui ne signifie rien du tout - mais cela suffit pour obliger les Australiens à accepter cette tyrannie.

Je serais découragé et brisé, s'il n'y avait pas ce soulèvement de Belgrade. Ce que les Serbes sont capables de faire, nous aussi, tous, nous pouvons y aspirer. Il y a un besoin urgent de rébellion contre la dictature du Covid, le besoin de se révolter jusqu'à être libres. 

À mes frères libres d'esprit, je dirai hier comme aujourd'hui: ne craignez personne d'autre que Dieu. Méfiez-vous des médias car ils vous vendent de la peur. Ils ont inventé l'"homophobie" pour que les homosexuels craignent les gens normaux et se précipitent dans les bras de leur Oncle Sam. Ils ont inventé le "chauvinisme masculin" et les "femmes battues" pour que les femmes aient peur de leurs hommes et chercher un refuge autorisé par le gouvernement. Ils ont inventé le "racisme" pour que chaque minorité ethnique puisse se réfugier sous la tutelle de Big Brother. Ils ont créé le mythe des "enfants maltraités" pour que les femmes se méfient de leurs maris. Ce sont des mythes. Il n'y a pas d'"homophobie" - on se fiche complètement de ce que vous faites dans votre chambre, tant que vous n'ameutez pas le voisinage. Les hommes sont naturellement protecteurs envers les enfants et chevaleresques envers les femmes. Les Blancs adorent  que les Noirs soient joyeux et qu'ils jouent du banjo, tant que ce n'est pas toute la nuit. Je vous le dis : nous sommes tous des minorités à part, et ensemble nous sommes le Peuple. Nous nous entendons très bien ensemble sans la surintendance oppressante de Big Brother. La peur du Covid a été fabriquée pour nous faire craindre chaque être humain, et il faut la chasser.

Et aux croyants au Covid, je dirai : ne désespérez pas ! Ce n'est pas la dernière catastrophe à laquelle nous assisterons. Il y a encore les sauterelles, les astéroïdes, les événements de Carrington, et des maladies plus récentes et plus performantes. Il y a encore des chances pour que l'humanité marche sur les traces des dinosaures et sombre dans l'oubli. Ne soyez pas si pressés !

P.S. Le confinement ne mène nulle part, comme l'ont découvert les Israéliens. Sprinteurs par nature, les hommes israéliens sont connus pour franchir les obstacles, finir avant les autres, et se vanter de leurs exploits auprès de leurs amis, saper le-hevre, en hébreu. Les Israéliens ont été les premiers à refermer les portes sur eux ; ils pensaient qu'ils gagneraient par blitzkrieg comme ils l'avaient fait lors de la guerre de 1967. Ils ont fêté leur victoire (car ils ont eu très peu de morts), mais ils ont très vite découvert qu'il n'y a pas de victoire possible, pas de triomphe retentissant à attendre, face à un virus omniprésent. C'est une campagne de longue haleine, et le confinement c'est un dispositif apocalyptique - c'est la conclusion des Israéliens qui l'ont essayé. On ne déploie pas l'arme de dernier recours tant qu'on peut survivre sans elle !

 

Dans le prochain article : Israël, l'annexion et la deuxième vague.

Source: https://www.unz.com/ishamir/belgrade-liberated/

Traduction: Maria Poumier

Joindre l'auteur: adam@israelshamir.net

SOURCE: https://plumenclume.org/blog/581-belgrade-liberee

Sur la libération de Belgrade et sur le même blog:

Valery Korovin : C'est le moment idéal pour l'intervention de la Russie dans les Balkans.

(Club d'Izborsk, 10 juillet 2020)

 

http://pocombelles.over-blog.com/2020/07/valery-korovin-c-est-un-moment-ideal-pour-l-intervention-de-la-russie-dans-les-balkans.club-d-izborsk-10-juillet-2020.html

Lire la suite

Oleg Rozanov : La capture de Sofia - le coup de poker turc raté (Club d'Izborsk, 12 juillet 2020)

12 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique

Oleg Rozanov : La capture de Sofia - le coup de poker turc raté

12 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19606

 

 

Le retour du statut de mosquée à la cathédrale Sainte-Sophie de la Sagesse de Dieu à Constantinople est un événement clé de la semaine à venir en matière de politique étrangère, qui n'est compréhensible qu'en termes géopolitiques et historiques. La Turquie est un pays aux ambitions impériales, revendiquant au moins le statut de puissance régionale, tout au plus le rôle d'un des pôles du monde multipolaire. La complexité de la situation autour du Conseil en particulier et de la Turquie en général réside dans le fossé politique interne entre le pan-turcisme laïque et le néo-osmanisme islamiste. Cependant, tout ce qui se passe en République de Turquie et dans l'ensemble de la région est une conséquence du retrait progressif des États-Unis de la scène mondiale.

 

Le monde unipolaire s'effondre lentement comme un château de sable sous la pluie. Il ne se divise pas, ne s'effondre pas brusquement, mais se stabilise et se dissout progressivement. À l'échelle historique, cela se passe rapidement, et à l'échelle de la vie humaine, cela se passe très lentement. Pour comparer nos montres géopolitiques, il suffit de citer quelques lignes du "Grand échiquier" écrit par Zbigniew Brzezinski en 1997 : "L'Amérique domine quatre domaines cruciaux de la puissance mondiale : dans le domaine militaire, elle dispose de capacités de déploiement mondial inégalées ; dans le domaine économique, elle reste le principal moteur du développement mondial, même si le Japon et l'Allemagne sont en concurrence dans certains domaines ; dans le domaine technologique, elle reste absolue ; et dans le domaine technologique, elle reste le principal moteur du développement mondial."

 

De tout ce qui précède, l'ancienne supériorité ne subsiste que dans le domaine militaire, mais la Chine, l'Inde et la Russie rattrapent aussi rapidement leur retard sur l'hégémonie - non pas tant en raison de la supériorité des budgets, mais en raison de l'asymétrie de l'ensemble du complexe d'armes. En termes de PIB (calculé à parité de pouvoir d'achat), la Chine a déjà dépassé les États-Unis, tandis que l'Allemagne et le Japon sont de plus en plus indépendants dans leurs politiques étrangères et intérieures. Que dire de l'attractivité culturelle et du "soft power" ébranlés d'abord par l'inefficacité des soins de santé, puis par les violences policières, les émeutes et la démolition des monuments des pères fondateurs ?

 

Les stratèges américains eux-mêmes ont un jour qualifié la situation des années quatre-vingt-dix-zéro de "Nouveau siècle américain" ou simplement de "fin de l'histoire"*. Ce siècle américain n'a pas été long. Une éternité unipolaire s'est avérée être un "moment unipolaire" (selon Charles Croutheimer) - et nous voyons ici des lignes de schisme tendues partout dans le monde, d'où les États se retirent lentement. Le prochain tour de retraite est possible après l'élection présidentielle américaine de novembre de cette année. Les manifestations de rue et une vague d'extrémisme radical de gauche, aggravées par une véritable scission des élites, ne renforceront probablement pas les positions internationales des États-Unis.

 

Après les déclarations de Donald Trump sur le retrait des forces armées d'Allemagne et du Moyen-Orient, il ne semble plus absurde de poser une telle question géopolitique : s'il n'y a pas de militaires russes ou chinois en Amérique (ni au Nord ni au Sud)**, que font les bases américaines en Eurasie ? En effet, s'il n'y a pas de chars et d'avions indiens, allemands ou français sur le continent américain, alors pourquoi percevons-nous l'armée américaine en Syrie, en Allemagne ou en Pologne comme la norme habituelle ? N'est-il pas temps de trouver un équilibre réel et honnête, M. Trump ? Pas de troupes russes sur votre continent en échange du retrait de toutes les troupes américaines d'Eurasie - c'est juste et équitable, strictement dans la logique de ce que Trump lui-même a dit lors d'un récent discours aux diplômés de l'Académie militaire de West Point : "Il n'est pas du devoir des troupes américaines de résoudre d'anciens conflits dans des pays lointains, dont beaucoup n'ont même pas entendu parler. Nous ne sommes pas des policiers du monde... Nous rétablissons le principe fondamental selon lequel le service d'un soldat américain n'est pas de reconstruire d'autres pays, mais de protéger notre pays des ennemis étrangers. À la fin d'une ère de guerres sans fin, il existe une nouvelle vision claire de la protection des intérêts vitaux des Américains. En effet, que tout soit strictement conforme à la Doctrine Monroe : "L'Amérique est pour les Américains", pas pour les Mexicains, les Russes ou les Chinois. Et que le Hartland eurasien appartienne aux Russes et à tous les gens autour de nous.***

 

En ce sens, la situation avec la Turquie est l'exemple le plus brillant de tous les avantages et inconvénients de la transition vers la multipolarité, qui ne semblera pas non plus un doux conte de fées à la Russie. Alors que Recep Erdogan tente de s'asseoir sur deux chaises - pour rester membre de l'OTAN et coopérer avec la Russie. Mais même le retrait de l'OTAN ne poussera pas Ankara dans les bras de la Russie, ou peut-être même le contraire. L'impératif géopolitique de la Turquie d'aujourd'hui est la lutte pour l'espace de vie dans tout l'ancien Empire ottoman.

 

Jusqu'à présent, les troupes turques se sont déjà retranchées dans la province syrienne d'Idlib et y ont presque vaincu les formations kurdes. Des combats ont également lieu au Kurdistan irakien, où les Turcs sont sur le point de vaincre leur adversaire de longue date, le Parti des travailleurs du Kurdistan. Dans le même temps, Erdogan rétablit son influence dans une autre partie du monde islamique, la péninsule arabique, ou plutôt au Qatar. En général, dans la région méditerranéenne, la Turquie se tourne vers une rhétorique belligérante dans le dialogue avec la Grèce et veut concurrencer l'influence française en Afrique du Nord. Dans le même temps, les réseaux turcs et les militants contrôlés ont inversé le cours de la guerre en Libye, devenant un participant à part entière au règlement pacifique. La Tunisie et l'Algérie (au sommet de la France) sont déjà prêtes à reconnaître l'hégémonie turque. Tout cela sans compter le soutien des communautés turques d'Afrique du Nord et de Crimée jusqu'au Kazakhstan et à la Sibérie russe.

 

La situation est encore plus intéressante en termes de positionnement dans le monde islamique, où la Turquie soutient activement la minorité musulmane au Myanmar (Rohingya) et en Chine (Ouïgours). En général, les passions autour de Sainte-Sophie font partie du vecteur islamiste d'Ankara, flirtant avec les sympathies de la Oummah mondiale. À cette occasion, le patriarche Kirill s'est adressé au président turc, et la Douma d'État a demandé au Mejlis de ne pas transférer le bâtiment de Sainte-Sophie du format musée à celui d'une mosquée. "Sainte-Sophie fait partie de notre culture, de notre nature", a déclaré le député Vyacheslav Nikonov lors de la session plénière du 7 juillet. Après cela, les députés ont adopté un appel au Parlement turc, exhortant à "faire preuve de sagesse" et à ne pas modifier la décision d'Atatürk de laisser Sainte-Sophie comme musée, mais il n'y a pas eu de réaction de la côte du Bosphore. Ainsi, le 10 juillet, le Conseil d'État turc a annulé la décision de 1934 de transformer la cathédrale en musée. Le même jour, Erdogan a signé un décret autorisant la tenue d'un culte musulman à Sainte-Sophie, qu'il a qualifié de "bonne voie pour construire une Turquie grande et forte".

 

Les mêmes problèmes se posent en politique intérieure, où les élites dirigeantes sont en équilibre entre le nationalisme laïc et l'islamisme. La coalition au pouvoir au Parlement est divisée par le même principe : plutôt le parti islamiste Erdoğan Justice et développement et le parti du mouvement nationaliste, qui se positionne sur le plan kémaliste. Cette division correspond à une politique étrangère divisée : moitié islamiste, moitié pan-turque.

 

C'est ainsi que le monde multipolaire est façonné et, comme des fleurs dans l'asphalte, il se fraye un chemin à travers les erreurs, les mauvais calculs et les ambitions exorbitantes des principaux acteurs. Ce n'est pas l'endroit le plus brillant ni pour la Russie en tant qu'État, ni pour le monde russe en tant que communauté de civilisation, mais avec la même Turquie, l'Europe, la Chine ou les Arabes peuvent et doivent être négociés, ils en sont au moins capables contractuellement. La polarité unique et les mondialistes ne laissent aucune chance à la Russie. Ils - les fondamentalistes libéraux - ont la même approche de la Russie et des autres centres de pouvoir potentiels, presque comme les islamistes radicaux : qui n'est pas avec nous, est sous nous. L'islam radical wahhabite ne tolère pas les demi-tons, l'existence d'autres traditions et religions : si vous n'êtes pas d'accord avec le djihad armé et la charia, vous serez victime d'une terreur sanglante. Mais nos "frères au visage pâle", les fondamentalistes mondialistes des deux côtés de l'Atlantique, sont-ils plus pacifiques et prêts à supporter beaucoup de souveraineté et de cultures nationales ? Si vous n'avez ni démocratie, ni liberté des minorités ou des médias, nous venons à vous ! C'est ainsi que les mondialistes radicaux parlent. Ils n'acceptent aucune autre forme d'organisation que le capitalisme libéral et sont prêts à se battre pour lui.

 

En général, si la sagesse ne prévaut pas, le principal défi de la multipolarité pour la Turquie sera le danger de rupture. Ankara ne sera pas en mesure de faire sortir les États-Unis, l'Europe et la Russie de la région par ses propres moyens - ni économiquement ni militairement. La reconnaissance de la Crimée ukrainienne, le conflit avec le gouvernement Assad en Syrie et les désaccords sur le règlement libyen conduisent déjà la Turquie à se détacher des alliés russes, et la capture de Sofia risque même de mettre fin au partenariat. C'est un exemple clair de la manière de construire la multipolarité.

 

 

Oleg Rozanov

http://olegrozanov.ru

Rozanov Oleg Vasilyevich (1969) - personnalité publique, publiciste, directeur du centre d'analyse de l'information "Lance de Peresvet". Membre permanent du Club d'Izborsk. Depuis 2015 - Secrétaire exécutif du Club d'Izborsk sur les activités régionales et internationales. Depuis 2016 - Premier vice-président du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Oleg Rozanov : La capture de Sofia - le coup de poker turc raté (Club d'Izborsk, 12 juillet 2020)

* Ndt: "La fin de l'histoire" est le titre du livre de l'étatsunien-japonais F. Fukuyama (1992) et l'exposé d'une stratégie, d'un plan. Cette stratégie a fait long feu et ce que nous constatons maintenant, c'est simplement la fin de l'hégémonie des Etats-Unis d'Amérique dans l'Histoire. La véritable Histoire, elle, continue.

** Ndt: Cela n'est pas tout à fait exact, car les relations militaires de la Russie avec le Vénézuela et avec la Bolivie pendant la présidence d'Evo Morales n'ont pas fait la une des médias...

*** Tout cela serait très bien s'il ne s'agissait pas pour ceux qui contrôlent les USA d'armer les pays de l'UE via l'OTAN contre la Russie, alliée naturelle de l'Europe, comme part de l'Eurasie.

Lire la suite

Alexander Selivanov : Tereshkova est-elle "notre tout" ? (Club d'Izborsk, 12 juillet 2020)

12 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique

"Dans la Russie post-soviétique, le "Plan Dulles" et les idées du général Vlasov ont été réellement mises en œuvre. La Russie maintenant sans communistes, elle sert irrévocablement l'Occident et lui fournit des ressources, simultanément elle est détruite comme puissance mondiale culturelle, scientifique, industrielle, militaire (jusqu'à la deuxième moitié du XXe siècle la plus puissante). Ce qui reste, c'est un pays semi-colonial moyen et "calme" dirigé par la bourgeoisie semi-coloniale "Comprador", qui présente d'énormes inégalités socio-économiques, qui n'a aucune perspective, ni sa propre stratégie de développement souveraine, ni celle de l'enseignement supérieur, de la science, de l'industrie, mais qui manœuvre habilement dans les affaires du monde et tente de préserver son visage et son potentiel militaire. Et c'est là le résultat indéniable du mouvement historique du projet libéral-bourgeois mené par sa constitution."

Alexander Selivanov : Tereshkova est-elle "notre tout" ?

12 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19610

 

 

Le vote sur les amendements à la Constitution de la Fédération de Russie a eu lieu en Russie. La "passion du vote" s'estompe progressivement, les discussions se taisent, les jurons de droite et de gauche se font plus discrets. Le vote a eu lieu - c'est un fait. Était-il inconstitutionnel ? Ce n'était pas légitime ? La technologie sale de truquage des votes (y compris la technologie moderne de vote électronique, le manque d'observateurs) a-t-elle été réutilisée, et même la technologie "oubliée" de pression sur les autorités régionales et les électeurs par la démonstration de la "marche des résultats du vote" dans les médias depuis 1996 ? Mais maintenant, tout cela fait partie du passé. Il n'en reste pas moins que, par conséquent, le peuple russe a voté "pour" les amendements dans sa majorité (même si ce n'est pas à une écrasante majorité).

 

Alors quoi, le gouvernement russe peut remporter une autre victoire ? Est-il à nouveau fort de "l'opinion populaire", comme l'a écrit le grand poète russe A.S. Pouchkine dans "Boris Godounov" ? Ou, pour reprendre les mots d'Alexandre Pouchkine du même drame historique, "le peuple était silencieux", le peuple comme s'il était tapi et attendait, et puis ce n'est qu'une victoire imaginaire, et puis VV. Poutine et son équipe ont quand même perdu, comme l'assurent leurs adversaires irréconciliables [1] ? C'est la principale question politique sur laquelle les opposants se battent actuellement.

 

Mais je voudrais m'éloigner de ces discussions et m'attarder sur les points suivants : a) les résultats du mouvement de la culture et de la civilisation russes au cours des dernières années à l'ombre de cette constitution et b) les résultats culturels du vote.

 

Le principal résultat civilisationnel semble être évident. Dans la Russie post-soviétique, le "Plan Dulles" et les idées du général Vlasov ont été réellement mises en œuvre. La Russie maintenant sans communistes, elle sert irrévocablement l'Occident et lui fournit des ressources, simultanément elle est détruite comme puissance mondiale culturelle, scientifique, industrielle, militaire (jusqu'à la deuxième moitié du XXe siècle la plus puissante). Ce qui reste, c'est un pays semi-colonial moyen et "calme" dirigé par la bourgeoisie semi-coloniale "Comprador", qui présente d'énormes inégalités socio-économiques, qui n'a aucune perspective, ni sa propre stratégie de développement souveraine, ni celle de l'enseignement supérieur, de la science, de l'industrie, mais qui manœuvre habilement dans les affaires du monde et tente de préserver son visage et son potentiel militaire. Et c'est là le résultat indéniable du mouvement historique du projet libéral-bourgeois mené par sa constitution.

 

Lors des tentatives de discussion des amendements à la constitution, il est apparu clairement que de nombreux citoyens pensent vraiment sincèrement qu'il s'agit du texte de la constitution et, par conséquent, si nous y ajoutons de belles idées, la vie s'en trouvera bientôt améliorée.

 

Mais n'importe qui peut se charger de lire le texte de la constitution - qu'on soit en 1993 ou en 2020, et pas "seulement Isinbayev", comme l'a plaisanté l'auteur d'un clip humoristique bien connu [2]. Et après avoir lu le texte, toute personne s'assurera qu'il ne s'agit pas du texte intégral de la constitution. La Constitution de 1993 et toutes ses versions modifiées, y compris la version actuelle, sont toutes deux très belles, à bien des égards correctes et même (à bien des égards) reposent sur l'âme de notre peuple épris de liberté, une déclaration d'intentions et de souhaits. La plupart des ajouts actuels au texte de la constitution l'ont encore embelli.

 

La question demeure : alors pourquoi la vie en Russie est-elle si "mauvaise" et vaguement peu prometteuse ? Pourquoi les propres gens s'éteignent-ils et fuient-ils leur pays ?

 

Si l'on parle de la Constitution, il semble qu'il s'agisse de plusieurs moments intégrés et manquants, qui sont clairement conservés dans toutes les éditions. Le bloc social et économique est responsable du "moment" concernant la propriété, le bloc culturel et civilisationnel est responsable de l'absence du "moment" du soutien scientifique, de la responsabilité personnelle et du contrôle du peuple sur l'application de toutes les autres dispositions de la constitution, des déclarations irisées et des intentions concernant les perspectives du peuple. Et cela s'est avéré suffisant pour détruire le grand pays, pour mener à la dégradation du grand peuple et de la grande culture, pour ignorer la Constitution et les lois mêmes du pays par de nombreux représentants de l'élite.

 

En d'autres termes, il ne s'agit pas du texte de la Constitution et de son exhaustivité - il est même, à bien des égards, bon et correct, surtout dans sa version actuelle. Il s'agit de la nature de la lecture de la constitution, des mécanismes et des instruments de sa mise en œuvre.

 

Ainsi, l'analyse montre qu'en fait, la clé de tous les problèmes et troubles socio-économiques en Russie ne sont que deux articles sur lesquels le peuple a perdu sa propriété nationale et son contrôle - dans la version actuelle, il s'agit des articles 35 et 36. Ces articles migrent tranquillement d'une version de la constitution à une autre, et restent toujours inchangés. Et c'est là le principal enjeu politique et économique. Voici les articles :

 

Article 35.

 

«1. Le droit de propriété privée est protégé par la loi."

 

Toute personne a le droit de posséder, d'utiliser et de disposer de biens, tant individuellement que conjointement avec d'autres personnes.

Nul ne peut être privé de ses biens sauf par une décision de justice. L'aliénation obligatoire de biens pour les besoins de l'État ne peut être effectuée que sous réserve d'une indemnisation préalable et équivalente.

Le droit d'hériter est garanti.

 

Article 36

 

«1. Les citoyens et leurs associations ont le droit d'avoir des terres en propriété privée.

 

La propriété, l'utilisation et la disposition des terres et autres ressources naturelles sont exercées librement par leurs propriétaires, à condition que cela ne nuise pas à l'environnement et ne viole pas les droits et intérêts légitimes d'autres personnes.

Les conditions et la procédure d'utilisation des terres sont déterminées sur la base du droit fédéral."

 

C'est tout. Cela a permis, selon le principe de la force ("le marché !"), de se retirer de l'administration d'État, de transférer à des mains privées des groupes de personnes et de soustraire au contrôle du peuple la terre, ses richesses, ses capacités de production, de tout subordonner au marché occidental, de vendre et de détruire la production, avec toutes ses conséquences. On pense que le peuple voterait massivement et avec enthousiasme pour des changements radicaux de ces articles de la Constitution afin de débarrasser le pays du joug oligarchique et de la pleine puissance du marché pro-occidental Comprador, de distinguer les biens personnels (appartements, maisons d'été, voitures, voire yachts...) des biens du sous-sol [3], des terres et des moyens de production, d'arrêter la péréquation des revenus des oligarques et des mendiants dans un barème d'imposition unique, de supprimer le droit à l'exportation incontrôlée de capitaux et aux opérations de change, etc. д. Mais personne n'a jamais proposé de tels amendements.

 

En même temps, un autre nouveau "point principal" a émergé, qui a suscité tant de discussions et pour lequel le peuple a néanmoins voté - le maintien de ce cap dans un avenir prévisible en garantissant le principal garant de la constitution, ainsi qu'en lui apportant des garanties personnelles dans les "conflits" potentiellement politiques et financiers au sein de l'élite. Bien que l'on ne puisse évidemment pas exclure complètement la possibilité de mécanismes permettant un certain renforcement de l'orientation sociale de l'économie, telle qu'elle est formulée dans d'autres amendements constitutionnels, les deux articles économiques précités sur la propriété et le pouvoir réel des oligarques laissent entendre que l'inégalité sociale et la nature comprador de l'économie russe, qui est sauvage selon les normes modernes, resteront inviolables, tandis que les amendements seront soumis aux mêmes souhaits et déclarations d'intention que de nombreux décrets et stratégies anciens et récents.

 

Mais ce n'est pas la seule chose à dire. Ou peut-être même en premier lieu et surtout il est nécessaire de dire autre chose - sur le principal résultat culturel de la mise en œuvre de cette constitution, sur la mise en œuvre historique du cours libéral et bourgeois qui y est inscrit.

 

Le résultat principal semble être le résultat même du vote en faveur des amendements à la Constitution et, de facto et de jure, de la Constitution elle-même. Un tel résultat, qui dans son premier phénomène et dans son essence était associé au nom de la première femme cosmonaute V.V. Tereshkova. Si, au début de la discussion, quelqu'un espérait qu'une telle opinion d'une femme âgée n'était que son opinion, pour laquelle elle a reçu de nombreuses gifles de la société, il s'est avéré que cette opinion de plus de la moitié des citoyens du pays. Et c'est bien là le principal résultat culturel du mouvement historique des peuples et des cultures depuis un quart de siècle et en même temps le principal problème d'analyse.

 

Si l'on interprète littéralement les résultats du vote, il s'avère que tout comme la célèbre expression du poète Apollo Grigoriev "Pouchkine est notre tout" était correcte jusqu'à récemment, avec le déploiement de cette idée à son échelle réelle, à la réalisation que le grand poète et penseur russe A.S.. Pouchkine a commencé et a incarné la grandeur et l'épanouissement futur invisible de la culture et de la civilisation russes sur la base des puissants principes des Lumières (connaissance scientifique, liberté, justice), cet épanouissement dont l'apogée a eu lieu pendant la période soviétique, au milieu du XXe siècle - maintenant, semble-t-il, nous pouvons affirmer que le résultat du mouvement de la période post-soviétique est l'expression "Tereshkova est notre tout".

 

Qu'est-ce que cela signifierait et qu'est-ce que cela symbolise ?

 

Beaucoup de choses. Beaucoup de choses. Bien qu'elles soient très différentes.

 

Ce "symbolisme" présente certains avantages : le consentement des gens à la stabilité, à la stabilité et à la sécurité grâce à l'unité nationale face aux menaces existantes et croissantes.

 

Mais en même temps, cette stabilité, pour une raison quelconque, entraîne un froid mortel de la mort de la civilisation et de l'État russes. Probablement parce que, tout comme Tereshkova de l'espace avec sa science et ses hautes technologies est partie à l'église, ainsi la majorité des gens est plongée dans le passé avec l'outil supplémentaire de "stabilité et de calme" sous la forme de l'église [4], par la volonté des réformateurs le peuple laisse la lumière d'une science, l'éducation, de l'ancienne grandeur d'esprit, de la justice sociale et du socialisme, du pouvoir national en faveur de l'autorité oligarchique. Et il s'avère que les gens acceptent tout cela consciemment et dans un sens ? Vraiment maintenant, le peuple et la culture russes régissent de plus en plus fortement la compréhension du monde (conscience du monde) qui contredit une science et les tendances fondamentales de la modernité qui n'est pas capable de former une stratégie de développement du pays basée sur la science, d'assurer sa grandeur, sa compétitivité et sa sécurité, la structure équitable d'une société pour la génération actuelle et ses descendants ? Et maintenant, cette nation est précisément l'essence de la culture ? Mais alors, ce n'est plus une nation.

 

Il n'existe qu'une autre interprétation - dialectique - selon laquelle le peuple, faisant preuve d'une patience vraiment infinie, a une fois de plus donné sa confiance à la direction du pays en la personne de son président, mais dans l'espoir que la situation puisse être corrigée, que la raison, la conscience et le patriotisme l'emporteront finalement dans l'esprit des élites dirigeantes. À cet égard, l'espoir de "la vérité du cœur du peuple" se reflète dans les paroles ailées prononcées dans l'Europe médiévale : "Vox populi vox Dei" ("la voix du peuple est la voix de Dieu").

 

Parce que les experts ont compris depuis longtemps que la situation actuelle en Russie est sur la voie de sa dégradation et de sa destruction complètes, comme le détermine l'absence totale de stratégie souveraine fondée sur la science pour le développement du pays, sa préservation au niveau actuel faible avec l'influence croissante d'éléments du passé préhistorique (pré-soviétique), et la stratification sociale colossale, la nature comprador et semi-criminelle de l'économie et de la politique, comme à tout moment, conduit à nouveau à une explosion sociale inévitable. Et, répétons-le, nous piétinons sur place et nous reculons alors que tous les autres pays courent vers l'avant, vers l'avenir car le monde entier, même récemment les tribus africaines sauvages, se précipite vers la science et l'éducation, vers la justice sociale, alors que le monde a commencé à pencher à gauche sur les paramètres sociaux et économiques de l'être - nous les fuyons de plus en plus.

 

À cet égard, seule cette interprétation dialectique du résultat du vote offre un espoir. Car il est terrible et même impossible à imaginer, il est incroyable qu'une analogie avec l'époque européenne post-révolutionnaire du milieu du XIXe siècle ait lieu (ou plus encore ait déjà eu lieu), au sujet de laquelle, par exemple, A.I. Herzen a écrit avec tristesse et indignation comme sur la victoire de l'esprit bourgeois et sur l'homogénéisation de l'Europe [5], comme sur la victoire de la satisfaction sur le bonheur. C'est pourquoi nous souhaitons que les gens n'acceptent qu'avec espoir et seulement temporairement la stabilité préservée d'aujourd'hui ("tant qu'il n'y a pas de guerre"), l'injustice sociale, en sacrifiant tout - la situation sociale humiliée d'aujourd'hui, le manque d'avenir et de perspectives pour leur pays, leur culture, leurs enfants et petits-enfants. Je veux croire que les gens attendent et attendent la Renaissance russe. Que, pour reprendre littéralement la phrase de I.A. Ilyin, un opposant catégorique au système soviétique, "la Russie n'est pas de la poussière humaine et n'est pas le chaos". Tout d'abord, c'est une grande nation, qui n'a pas gaspillé ses forces et n'a pas désespéré de sa vocation".

 

La principale question de notre époque est donc de savoir si la partie saine et patriotique de l'élite du pouvoir russe sera capable de reprendre le pouvoir, de faire avancer le navire de la Russie, vers l'avenir ? Y aura-t-il assez de force pour abandonner l'intérêt personnel au profit de l'intérêt national afin de nettoyer le pays de la crasse de la criminalité et de la complaisance, de former une stratégie de développement national scientifiquement fondée, de restaurer la responsabilité personnelle pour le développement et l'exécution des projets stratégiques ?

 

Alors, en conclusion, répondons à une autre question : ne jugent-ils pas les gagnants ? L'histoire montre qu'à l'heure actuelle - ils ne jugent pas.

 

Mais il y a le cours du temps, le cours de l'histoire elle-même, le cours de l'avenir. Il jugera vraiment de tout. Cela a toujours été comme ça, et ce sera encore comme ça. Et cette cour est toujours basée sur des estimations de résultats culturels et civilisationnels. Et cette cour dans la Russie moderne n'est pas loin.

 

 

 

[1] Comme l'assure par exemple G. Gudkov dans "Echo de Moscou". Voir : G. Gudkov. Comment et pourquoi le 1er juillet Poutine a perdu// Ekho Moskvy. 05.07.2020.

https://echo.msk.ru/blog/gudkov/2671555-echo/

 

[2] Le conte du soleil rouge, des glorieux rusichs et du virus du lyutom

https://yandex.ru/video/preview?filmId=16303760196418793048&text=%D0%B2%D0%BB%D0%B0%D0%B4%D0%B8%D0%BC%D0%B8%D1%80%20%D1%8F%D1%81%D0%BD%D0%BE%20%D1%81%D0%BE%D0%BB%D0%BD%D1%8B%D1%88%D0%BA%D0%BE%20%D0%BA%D0%BB%D0%B8%D0%BF&path=wizard&parent-reqid=1594187988434313-864616481618012975700305-production-app-host-man-web-yp-265&redircnt=1594187990.1

De plus, dans pratiquement tous les pays développés, le sous-sol est la propriété de l'État et n'est loué que sous certaines conditions, pour une certaine période et avec une énorme taxe sur l'utilisation des ressources, et dans de nombreux pays, cela s'applique également à la propriété foncière.

 

[4] Voir, par exemple : Chernyakhovskiy S. Soviet and Church Club // Izborskiy Club. 10.07.2020/ 

https://izborsk-club.ru/19605

 

[5] Ceci a ensuite été confirmé par toute la pensée russe de la fin du XIXe siècle. A ce sujet, voir plus en détail notre travail : Andreev A.P., Selivanov A.I. Tradition russe. M. : Algorithm-Press, 2004.

 

 

Alexander Selivanov

Docteur en philosophie, professeur, expert au Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Alexander Selivanov : Tereshkova est-elle "notre tout" ? (Club d'Izborsk, 12 juillet 2020)
Lire la suite

La noble mission de la vraie France (Pie XII)

11 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France, #religion

La noble mission de la vraie France (Pie XII)

"La vraie force de la France est dans les valeurs spirituelles (...) mais si jamais - Dieu nous garde d'accueillir un tel pressentiment ! - elle venait à y être infidèle, les dons merveilleux qu'elle a reçus du ciel à son baptême de Reims resteraient désormais stériles (...). Répandre dans le monde la vérité, la justice, la bonté, l'amour, dans la lumière : telle est la noble mission de la vraie France. Encore faut-il qu'elle fasse briller chez elle ces dons divins dans l'ordre et dans la paix" (Pie XII à des journalistes français, 17 avril 1946).

La noble mission de la vraie France (Pie XII)
Projet d'emblème de la France par le baron Hervé Pinoteau (1986). Don de l'auteur à Pierre-Olivier Combelles.

Projet d'emblème de la France par le baron Hervé Pinoteau (1986). Don de l'auteur à Pierre-Olivier Combelles.

La Marche de Robert le Bruce ou Scots Wha Hae ou Marche de Bannockburn, nommée ainsi en souvenir de la victoire de Robert le Bruce contre Edouard II d'Angleterre à Bannockburn en 1314*,  a été jouée par les soldats écossais qui combattirent avec Jeanne d'Arc au siège d'Orléans en 1428-1429.

Par sa grande beauté et comme symbole de la résistance et de la bravoure face à l'ennemi, elle mériterait d'être, sur des paroles françaises qu'il reste à inventer, l'hymne national de la France, en remplacement de la Marseillaise.

https://en.wikipedia.org/wiki/Scots_Wha_Hae

https://fr.wikipedia.org/wiki/Auld_Alliance

Les Écossais au siège d'Orléans (1428-1429), détail d'une miniature de Jean Fouquet (XVe siècle).

Les Écossais au siège d'Orléans (1428-1429), détail d'une miniature de Jean Fouquet (XVe siècle).

Lire la suite

Alexander Prokhanov : Crème au beurre ou machine ? (Club d'Izborsk, 9 juillet 2020)

11 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique

"Staline, géant rustique, plein de passion pour la Russie. Staline n'a jamais parlé des Soviétiques, mais plutôt des Russes. C'était un homme très sûr de lui, ce qui n'était pas le cas de ses successeurs, notamment Kroutchev. Il avait une vision de la Russie. Pour lui, le communisme n'était qu'un moyen au service du pouvoir russe".

Charles de Gaulle (Archives de Geoffroy de Courcel, notes d'Emmanuel d'Harcourt).

Alexander Prokhanov : Crème au beurre ou machine ?

9 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19599

 

 

Le vote sur la Constitution a été comme du beurre. Les amendements étaient tels que, naturellement, ils ont été soutenus par la majorité de la population. Pour la majorité de la population - pour la souveraineté de la Russie, pour l'admiration devant Mère Nature, pour la justice divine, pour la sainte Victoire. Les gens croient qu'il y a un Dieu dans le ciel, qui est unique pour tous et qui, en tant que lumière, passant à travers le prisme, se divise en inflorescences de religions et de croyances. Mais très peu a été dit sur le modeste amendement qui permet à Vladimir Poutine de se présenter à la présidence pour le prochain mandat et le prochain mandat aussi longtemps que son cœur bat.

 

Les patriotes n'ont jamais été pour le changement de pouvoir. Ils étaient pour une puissance forte, stable et éclairée, et ils n'ont pas peur de prolonger les pouvoirs de Poutine au moins jusqu'à la fin du siècle, tant que celui-ci ne laisse pas le genre de créativité qui lui a permis de préserver l'intégrité territoriale de la Russie, d'assurer sa sécurité militaire et de faire revivre une industrie morte.

 

Au cours de ses nombreuses années de règne, Poutine a commis plusieurs erreurs. L'un d'eux est Medvedev, à qui Poutine a donné ses pouvoirs présidentiels. Pendant cette période apparemment courte, avec la connivence de Medvedev, la Libye a été vaincue et une bombe ethnique a explosé, entraînant une catastrophe migratoire en Europe - une catastrophe qui se révélera un jour comme la révolution noire en Amérique s'est découverte. Sous Medvedev, la communauté libérale s'est consolidée, et la communauté des marécages a émergé, qui a dû être apprivoisée par le mont Poklonnaya.

 

La deuxième erreur de Poutine a été son hésitation dans le Donbass. Il y a eu un moment où les armées de Lougansk et de Donetsk, reflétant l'attaque de l'Ukraine, sont passées à l'offensive et étaient prêtes à prendre Mariupol et à soutenir le sentiment pro-russe à Kharkov, Nikolaev, Zaporozhye et Odessa. Mais cela n'a pas eu lieu. Aujourd'hui, les républiques populaires de Lougansk et de Donetsk ne sont pas des formations géopolitiques autonomes et inachevées.

 

La troisième erreur de Poutine a été la réforme des retraites, qui lui a été dictée par les financiers internationaux et a servi à accroître instantanément le sentiment de protestation. Il est maintenant trop tard pour corriger ces erreurs. Mais nous devrons faire face à leurs conséquences.

 

Que devra faire Poutine dans la nouvelle ère qui s'est ouverte ? La majorité patriote exige qu'il bride les milliardaires, des oligarques qui parasitent la Russie, prennent les choses les plus chères et les plus précieuses, pompent ses ressources matérielles, spirituelles et intellectuelles, et en retour la remplissent d'huile puante, de déchets et d'eaux usées. Partout, regardez - partout dans notre nouvelle Russie post-soviétique, il y a des taches cadavériques de l'oligarchisme.

 

La Russie ne peut pas vivre dans des défilés, des festivals, des concerts. Tout cela fait partie des technologies politiques et fonctionne jusqu'au moment où l'histoire mère commence à se connecter, balayant sur son passage toutes les technologies qui interfèrent avec elle. Le monde ne se développe pas en termes de technologie. Le monde est régi par la même volonté que celle que la nouvelle Constitution appelle la volonté divine.

 

Le monde est rempli d'explosions. Ces explosions se produisent maintenant en dehors de la Russie. Mais l'onde de choc atteint déjà les murs du Kremlin. Les explosions peuvent facilement franchir la frontière de l'État. L'expérience soviétique tardive en est la preuve - une expérience amère et inoubliable. Les patriotes, comme un sort, prononcent le mot "développement". Bonnes et utiles sont les subventions monétaires que Poutine distribue aux citoyens russes. Mais les citoyens ne devraient pas recevoir cet argent en guise d'aumône. Ils devraient gagner de l'argent dans des usines nouvelles, pas encore construites, dans des chantiers navals, dans des champs de blé. La Russie devrait se transformer en un immense chantier, où l'on n'érige pas des bâtiments samannye, où l'on ne construit pas des avions de combat défectueux. La Russie du futur est le pays dont rêvaient le poète Khlebnikov, l'architecte Melnikov, le stargazer Tsiolkovsky.

 

Des gens, des coronavirus habiles, des moisissures en quarantaine, des graisses - qui par excès de satiété, et qui par manque de nourriture - doivent accomplir le miracle de la renaissance russe. Cela peut-il être le fait d'une foi terne et perdue, cherchant de l'argent, et non Dieu, le peuple ? Comment les gens peuvent-ils rendre le rêve ? Comment ramener les gens à l'état de grande création historique qui a sauvé la Russie après une nouvelle catastrophe ?

 

Poutine et son entourage craignent Joseph Staline comme le feu. Le récent défilé, qui aurait reproduit le défilé victorieux de 1945, s'est déroulé sans Staline. Le point culminant de cette parade sacrée fut la marche des Gardes, qui descendirent au pied du Mausolée pour vaincre les normes d'Hitler - et le Mausolée était Staline. Rayer Staline de la Victoire - c'est une réécriture de l'histoire, c'est de la violence contre la vérité. Nous attendrons patiemment que le pouvoir devienne si fort que Poutine se soulagera du fardeau des idées libérales et enlèvera ce masque de tissu du mausolée. Et la Place Rouge, dans toute sa beauté majestueuse séculaire, accueillera la sainte armée russe, la sainte arme russe. Et le Président saluera le peuple géant, qui est prêt pour le grand travail, pour le culte sacré et pour la bataille mortelle.

 

 

Alexander Prokhanov

http://zavtra.ru

Alexander Andreevich Prokhanov (né en 1938) - éminent écrivain, publiciste, politicien et personnalité publique soviétique russe. Il est membre du secrétariat de l'Union des écrivains russes, rédacteur en chef du journal Zavtra. Président et l'un des fondateurs du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Alexander Prokhanov : Crème au beurre ou machine ? (Club d'Izborsk, 9 juillet 2020)
Lire la suite

Les Lois fondamentales du royaume de France

10 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France, #Politique

Les Lois fondamentales du royaume de France
Les Lois fondamentales du royaume de France

 

Dans le numéro d’avril-mai-juin 2007 de La Gazette Royale (Château de Bonnezeaux 49380 Thouarcé) a paru un article très important, signé de Bernard  La Tour: "De la Légitimité, de l'Orléanisme".
Formulant les principes de base de la nation et de l’Etat français, nous en donnons ici de larges extraits.
Ces principes sont, par essence, indépendants des contingences politiques et matérielles.
Les traités de Rome, Maastricht, Nice, Lisbonne et la ratification de ce dernier par l’Assemblée française afin d’adopter la Constitution européenne rejetée par les Français lors du référendum du 29 mai 2005, pour donner les exemples les plus récents, sont donc sans valeur.
La France ne peut pas être gouvernée par et pour des intérêts étrangers, privés ou occultes, mais seulement par et pour le peuple français et pour la plus grande gloire de Dieu.

Pierre-Olivier Combelles

(…)
 
" Les Lois Fondamentales du Royaume de France se divisent en principes. Leur nombre varie selon l’énumération qu’en font les auteurs qui se sont penchés sur le sujet. Nous pensons respecter la totalité de ces principes et leur spécificité en en retenant, pour notre part, quatre :
  1.  

- Principe de Droit d’aînesse et de Primogéniture par les mâles.

 

- Principe d’Indisponibilité et d’Inaliénabilité des droits de la Couronne.

 

- Principe de Souveraineté statutaire de droit divin et de Dignité-Majesté de la Couronne.

 

- Principe de Catholicité de la Couronne de France.


(…)
 
Le Principe d’Indisponibilité et d’Inaliénabilité des droits de la Couronne.
 
De même que l’éventualité de la descendance d’un roi sans un enfant mâle n’avait pas été envisagée avant la succession de Philipe IV le Bel, jamais n’avait été envisagée une situation comme celle résultant du Traité de Troyes (20-21 mai 1420).
Charles VI, pris de démence, accepte ce que son épouse Isabeau de Bavière a manigancé : le mariage (qui aura effectivement lieu) de leur fille Catherine avec le roi d’Angleterre Henri V, l’adoption par le Roi de France de son gendre, le roi d’Angleterre comme " vrai fils " et successeur immédiat. Cela, bien entendu, au détriment de son véritable fils, le dauphin Charles (futur Charles VII). Ce qui avait pu être évité en 1328 allait se réaliser : un roi d’Angleterre occupant le trône de France !
C’est alors qu’apparaît le juriste Jean de Terremerveille, originaire de Nîmes. Il défend la cause royale par un ouvrage imprimé sous le titre Joannes de Terra rubea contra rebelles suorum regnum. Il démontre, en partant du principe intangible de succession par les mâles qu’une succession royale ne relève pas du droit des particuliers, mais du droit public. Elle ne dépend pas d’une convenance personnelle du titulaire du trône, de son vivant, ni d’une disposition testamentaire. Le titulaire du trône ne peut déshériter son successeur mâle. Il s’agit d’un statut propre, spécifique, qui existe par lui-même et contre lequel personne ne peut rien, pas même l’héritier qui n’a aucun pouvoir ni pour refuser la couronne, ni pour démissionner ultérieurement de ses fonctions royales. Le Roi n’est pas propriétaire, la succession n’est pas patrimoniale.
C’est au nom du principe d’Indisponibilité et d’Inaliénabilité que la renonciation de Philippe d’Anjou (Philippe V d’Espagne) à la couronne de France, faite le 17 juin 1712 à Madrid, en présence des Ambassadeurs d’Angleterre et de Hollande, est sans valeur. Il ne pouvait se dépouiller d’un droit-devoir inhérent à sa naissance et son grand-père, Louis XIV, n’avait aucun pouvoir pour l’en défaire.
C’est au nom de ce même principe que l’abdication de Charles X, en 1830, était sans valeur et qu’alors l’accession au trône de Louis-Philippe d’Orléans (qui ne devait assumer que la Régence) était une violation des Lois Fondamentales du Royaume.
 
Le Principe de Souveraineté statutaire de droit divin et la Dignité-Majesté de la Couronne.
 
Pour le grand juriste Jean Bodin, dans son œuvre magistrale de 1576, Les Six Livres de la République, il y a Etat s’il existe un gouvernement (un ordre juridique) lié à une autorité exprimée par la Souveraineté, d’où il découle que la Souveraineté, en laquelle est la puissance, est aussi la définition même et la substance de l’Etat. La Souveraineté est perpétuelle puisqu’elle est indépendante du type de gouvernement en place. Elle est absolue, mais le prince est soumis aux lois de la Nature et aux Lois Divines. Le Roi gouverne à l’image de Dieu. Il est l’image de Dieu sur terre. Le Roi peut donc faire ce qu’il veut " pourveu qu’il ne fasse rien contre la Loy de Dieu. Car si la justice est la fin de la Loy, la Loy œuvre du Prince, le Prince est image de Dieu, il faut par mesme suite de raison que la Loy du Prince soit faite au modelle de la Loy de Dieu ". Ses lois sont donc justes. "   (…) 
 
 
"LE ROI NE MEURT PAS EN FRANCE"
Projet d'emblème de la France par le baron Hervé Pinoteau. Don de l'auteur à Pierre-Olivier Combelles.

Projet d'emblème de la France par le baron Hervé Pinoteau. Don de l'auteur à Pierre-Olivier Combelles.

Les Lois fondamentales du royaume de France

"La vraie force de la France est dans les valeurs spirituelles (...) mais si jamais - Dieu nous garde d'accueillir un tel pressentiment ! - elle venait à y être infidèle, les dons merveilleux qu'elle a reçus du ciel à son baptême de Reims resteraient désormais stériles (...). Répandre dans le monde la vérité, la justice, la bonté, l'amour, dans la lumière : telle est la noble mission de la vraie France. Encore faut-il qu'elle fasse briller chez elle ces dons divins dans l'ordre et dans la paix" (Pie XII à des journalistes français, 17 avril 1946).

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 > >>