Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Lettre ouverte d’un prêtre arabe de Syrie à Sa Sainteté le Pape François (26 juin 2020)

5 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #religion

Lettre ouverte d’un prêtre arabe de Syrie à Sa Sainteté le Pape François


Dans la lettre ouverte que je vous avais adressée de Damas, en date du 13/3/2020, je vous avais posé cette question :« Croyez-vous toujours à la SURVIE de Jésus-Christ dans le monde arabe ? ». Aujourd’hui, en cette aube du 26/6/2020, je trouve de mon devoir de prêtre arabe catholique, de vous poser une autre question, autrement plus grave, mais qui lui fait pendant : « Pouvez-vous nier, en tant que Chef Spirituel Unique de l’Église de Jésus-Christ, que c’est CETTE ÉGLISE MÊME, qui a été la cause principale de l’EXTIRPATION réelle, mais progressive, profonde et générale, du Christianisme, au niveau du monde, à commencer par l’Occident, – les États-Unis, comme toujours, en tête ! –, à cause de tous ses inacceptables glissements et complicités, dans les bourbiers de la Politique et de la Finance, depuis l’époque de Constantin jusqu’à nos jours ? ». Pourtant Jésus-Christ a toujours été, reste et restera à jamais, UNIQUE en Sa Beauté, Sa Vérité, Son Amour et Son Magnétisme.

Sainteté,
Dans un texte écrit sous le titre : ʺRéponse à un ami d’Occidentʺ, en date du 5/4/2020, j’avais posé, pour terminer, cette question : « Dans une semaine, nous fêtons la Résurrection du Christ. Quand fêterons-nous la Résurrection de Son Église ? ». Aujourd’hui, à trois jours de la fête des deux grands Saints de Syrie, Pierre et Paul, je me permets de vous inviter de nouveau à venir en Syrie. Mais soyez assuré que vous n’aurez pas à embrasser les mains de quelques richards, ni les pieds de quelques chefs Africains, mais tout simplement, une bonne poignée de la Terre Sainte de Syrie, que j’aurai la joie de vous présenter, sur une splendide étoffe de broquart damasquiné, fièrement debout aux côtés de notre digne Président.


Sainteté, Damas vous attend. C’est peut-être l’aube de la Résurrection espérée de l’Église.


Pr. Elias Zahlaoui
Damas, le 26/6/2020

Lire la suite

Mikhail Delyagin : Pas de médecins, pas de coronavirus. (Club d'Izborsk, 4 juillet 2020)

4 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Mikhail Delyagin : Pas de médecins, pas de coronavirus.

4 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19585

 

 

Sur l'antenne de « Tsargrad". Le présentateur de l'émission « Faits essentiels", Youri Pronko, et l'économiste Mikhaïl Delyagine ont rappelé que les fonctionnaires avaient systématiquement et systématiquement détruit les soins de santé.

 

"Avant le coronavirus, M. Sobyanine* a fièrement fait état, sous les applaudissements du conseil municipal de Moscou, du nombre de lits éliminés. En fait - sur la destruction de la médecine. Et regardez, qui nous apprend comment nous comporter dans les conditions de cette pandémie - il ne reste pratiquement plus de spécialistes des maladies infectieuses. Il ne reste plus que des virologistes dans le Vecteur de Novossibirsk. Enfin, les plus sérieux. Tout le reste a été détruit - il n'y a personne pour le traiter. Et puis ils nous disent que le coronavirus entraîne la mort, alors vous avez détruit les soins de santé ! Sous le couvert de l’épidémie de coronavirus, l'offre de soins médicaux réguliers a également été fortement réduite", a déclaré M. Deliagin.

 

M. Pronko, à son tour, a rappelé qu'à la suite de cette optimisation, selon la Chambre des comptes, 42 % du personnel médical a été réduit. Delyagin a répondu qu'ils réduiront encore de 42 %, sans problème, car il y a une tâche à accomplir pour éliminer les soins de santé eux-mêmes.

 

"C'est une politique d'État, qui est simplement forcée par manque d'argent", a conclu l'économiste.

 

Selon l'expert, avant le coronavirus, il s'est rendu dans une des régions rurales, où la disponibilité du personnel médical à l'hôpital n'est que de 28%.

 

"Vous savez, il n'y a pas de coronavirus pour l'instant. Il n'y a pas de coronavirus car il n'y a personne à diagnostiquer. Vous arriverez avec un bras cassé, mais il n'y a personne à diagnostiquer. Pas de médecins, pas de coronavirus. Ce sont les statistiques. Et lorsque ces optimiseurs feront une mise à niveau, nous n'aurons plus du tout d'épidémies. C'est juste que tout le monde va mourir sans aucune épidémie, c'est tout. Quelles économies pour le budget, pouvez-vous imaginer" ? - a fait remarquer Delyagin.

 

Il a également attiré l'attention sur le fait que le taux de mortalité dû au coronavirus est faible en Russie, car les gens ne vivent tout simplement pas jusqu'à l'âge où il est vraiment dangereux.

 

"Est-ce que quelqu'un au gouvernement a dit cela ? Non. Tout le monde est assez fier", résume Delyagin.

 

 

Mikhail Delyagin

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* NdT: Maire de Moscou.

Mikhail Delyagin : Pas de médecins, pas de coronavirus. (Club d'Izborsk, 4 juillet 2020)
Lire la suite

Sergey Glazyev : modèle économique mondial intégral (Club d'Izborsk, 4 juillet 2020)

4 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Sergey Glazyev : modèle économique mondial intégral

4 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19584

 

 

- Sergei Yurievich, nous ne savons pas si la pandémie est d'origine humaine ou non, mais il est clair que l'économie mondiale est entrée en récession. Dites-nous, s'il vous plaît, quels sont les signes de cette crise, son caractère unique ? N'est-elle pas certainement différente des crises que nous et nos ancêtres avons vécues ?

 

- Bien sûr, c'est différent. Dans le même temps, nous avons prédit cette situation il y a plus de quinze ans. Selon la théorie des cycles longs, on s'attendait à ce qu'autour de cette période, que nous connaissons actuellement, il y ait une telle crise structurelle transformationnelle due au changement des modèles économiques mondiaux. Et, en fait, la situation actuelle, où le système monétaire et financier au centre de la Réserve fédérale américaine, avec le dollar américain, s'effondre, est déjà la dixième, environ, compression du marché financier, qui a emporté 15 000 milliards d'économies, mesurées en dollars. Et en même temps, il y a eu le renforcement de la Chine, la formation d'un nouveau centre de développement économique, le déplacement du centre de l'activité économique mondiale vers l'Asie... Tout cela s'inscrit dans la théorie des cycles longs.

 

Si nous prenons des analogies historiques, nous vivons aujourd'hui la même transition structurelle vers une nouvelle économie mondiale et un nouveau mode technologique, qui a eu lieu il y a environ 80 ans, pendant la Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale. Et, en fait, la différence réside dans le support technologique de cette transition. La période catastrophique précédente a été très sanglante, et l'humanité a perdu plus de cent millions de vies au cours de la Première et de la Seconde Guerre mondiale. Et si l'on prend en compte la période où le monde a basculé dans la catastrophe avant la Première Guerre mondiale et l'effondrement des empires coloniaux européens après la Seconde Guerre mondiale, le nombre de morts peut atteindre 150 à 200 millions, si l'on tient compte des guerres coloniales, des libérations, etc. Aujourd'hui, la technologie a beaucoup changé, de sorte que les guerres de moteurs, de chars, de canons, Dieu merci, non, les armes de destruction massive nous protègent de la confrontation militaire directe. Mais la pandémie qui se produit aujourd'hui s'inscrit en fait dans ce scénario comme un élément d'une guerre hybride qui se déroule principalement sur le front monétaire et financier, où les Américains tentent aujourd'hui d'utiliser leur hégémonie pour maintenir leur leadership mondial. Et la pandémie est très utile, bien qu'en surface, il semble que les États-Unis craquent sur les coutures et, je l'ai déjà mentionné, 15 billions de pertes pendant la crise financière. Mais nous pensons néanmoins que les États-Unis ne sont pas une sorte d'Union soviétique monolithique, mais une puissance et une oligarchie financière qui manipule l'État américain. Le centre ici n'est pas la Maison Blanche, mais la Réserve fédérale américaine, et la base de cette oligarchie monétaire et financière est en fait constituée de structures financières proches de la Réserve fédérale américaine, de banques, de fonds d'investissement, de fonds spéculatifs, etc. C'est ce dont ils profitent. Tout d'abord, ils ont annulé 15 billions de dettes. Deuxièmement, ils entraînent aujourd'hui tous les gouvernements du monde dans un déficit budgétaire, et la première victime est l'État américain, qui leur a déjà emprunté 5 000 milliards de dollars. C'est-à-dire que, d'une part, ils annulent les anciennes dettes et, d'autre part, ils poussent le monde entier à s'endetter à nouveau. Ils veulent donc un troisième ou un quatrième souffle.

 

Le deuxième front. Ici, comme on peut le voir, ils accusent la Chine d'être à l'origine de la maladie, et ils lui réclament follement 9 billions de dollars. Il s'agit également d'une annulation, en fait, de leurs obligations envers la Chine. Ici aussi, en termes de cyberattaques, la cyberagression, jusqu'ici numéro un dans le monde.

 

Le troisième front, la guerre biologique, s'est également ouvert. Il me semble étrange que nous ayons vu les notes de synthèse de la Fondation Rockefeller dix ans avant la pandémie, par exemple, lorsque l'Organisation mondiale de la santé élaborait et discutait des scénarios de lutte contre celle-ci, qui était lentement corrompue par les grands acteurs oligarchiques américains. Et c'est exactement ce qui s'est passé dans les délais. D'une part, la pandémie, d'autre part, ici comme ici, vous serez tous vaccinés et sauvés. Quoi qu'il en soit, c'est une étrange coïncidence. C'est pourquoi je considère cette pandémie comme une sorte d'écran de fumée. Et en réalité, derrière cet écran de fumée se trouve une très sérieuse bataille pour la redistribution de l'influence, des biens, des actifs. Et je dois dire que l'oligarchie financière et de puissance américaine est bien préparée et agit de manière assez agressive et dure, mais la Chine sort encore plus forte de cette bataille. Selon notre théorie, l'Amérique continuera à s'affaiblir, à plonger de plus en plus dans le chaos que nous connaissons, et la Chine, au contraire, deviendra plus forte.

 

- Merci, Sergueï Yourievitch. Dites-moi, s'il vous plaît, que beaucoup des estimations économiques données dans les interviews par les analystes étaient au bord de la panique. Au contraire, votre rapport et le programme que vous et Konstantin Malofeev avez annoncé donnent de l'espoir aux gens et indiquent clairement comment nous devrions surmonter la crise. Et qui plus est, vous dites que la crise n'est pas seulement un danger, mais aussi une fenêtre d'opportunité. S'il vous plaît, dites quelques mots sur la façon dont nous devrions continuer à vivre, sur ce que nous devrions faire ?

 

- La crise est, bien sûr, avant tout une opportunité, surtout s'il s'agit d'une crise structurelle. Et aujourd'hui, nous avons deux crises structurelles à la fois. Le premier est le changement des modèles technologiques. Et nous voyons le cœur d'un nouveau mode technologique, c'est-à-dire un complexe de nano-ingénierie des technologies numériques d'information et de communication, qui croît à un rythme de 25 % par an, et la pandémie a accéléré ce phénomène. Ici, nous communiquons avec vous par le biais des technologies modernes et la société qui organise des séminaires sur le web, Zoom, a augmenté sa capitalisation de deux ordres de grandeur.

 

Ainsi, la surveillance générale des personnes, etc... tout cela a donné l'impulsion la plus puissante au développement d'un nouveau modèle technologique. Tout cela s'inscrit donc ici dans la théorie. La guerre a donné l'impulsion la plus puissante à la révolution technologique. Et c'est au cœur de la nouvelle révolution technologique que la crise actuelle crée une gigantesque poussée de croissance. La même vaccination, c'est la technologie de la bio-ingénierie. Combien d'argent est actuellement consacré au développement de vaccins, et il est clair que, puisque ce virus mute, COVID-19 sera probablement suivi par COVID-20, 21, et peut-être qu'ils changeront tous les trimestres. Il s'agit d'une recherche entièrement nouvelle.

 

Enfin, vous avez vous-même mentionné le sentiment de panique. Une pandémie n'est pas tant virale que psychologique, une pandémie de peur. Et la technologie de l'information et de la communication, pleine de contenu, devient ce que nous appelons une arme cognitive. Elle stimule également la transformation actuelle. Les pays qui, aujourd'hui, pourront plus que d'autres développer le cœur de ce nouveau mode technologique, atteindront plus tôt la longue vague de Kondratyev qui, selon la théorie des cycles longs, entraînera l'économie mondiale 20-25 ans plus loin.

 

Si l'on parle d'autres crises structurelles, de changement des modes économiques mondiaux, c'est de changement d'instituts, de systèmes de contrôle, de modèles économiques, et certains parlent même de changement de formations. C'est-à-dire que nous passons du mode économique impérial mondial, qui s'est effondré pendant la troisième décennie après l'effondrement de l'Union soviétique, qui était l'un des centres de ce mode économique impérial mondial, des grandes structures d'entreprise, des systèmes de gestion verticalement intégrés, de l'État social, des communications de masse, de la société de consommation. Tout cela appartient au passé. Tout a commencé en Union soviétique. Aujourd'hui, aux États-Unis, le dernier centre de l'ancien système économique mondial perd également son hégémonie mondiale. Le nouveau système économique mondial qui s'est formé en Chine et dans d'autres pays d'Asie du Sud-Est est sensiblement différent du système impérial d'autrefois, et il se présente sous deux variantes. Socialiste, où le parti communiste règne en Chine, et démocratique, en Inde, où la plus grande démocratie du monde mais des systèmes de gouvernance très similaires. C'est l'intérêt public dominant. Ils sont favorisés par rapport aux intérêts privés. Dans le même temps, les mécanismes du marché sont inclus pour assurer la concurrence et accroître l'efficacité de l'économie. L'État stimule l'entrepreneuriat privé qui apporte le bien-être aux gens, assure le développement économique et bloque l'entrepreneuriat qui viole les intérêts publics et crée des tendances de crise. Ainsi, cette nouvelle voie économique mondiale (nous l'avons appelée intégrale parce que l'État intègre ici différents groupes sociaux et que l'essentiel est la croissance du bien-être public, tout est subordonné à cette tâche par l'augmentation des investissements), démontre un énorme avantage. La Chine, l'Inde et d'autres pays d'Asie du Sud-Est connaissent aujourd'hui une croissance trois à quatre fois plus rapide que celle de tous les autres pays. Et déjà, l'Asie du Sud-Est produit plus que l'Amérique et l'Europe, et cette tendance ne fera que s'accentuer. Bien sûr, il est très important pour nous de sortir des décombres de l'ancien ordre mondial, où nous souffrons, après l'effondrement de l'Union soviétique, de notre position de second rang à la périphérie du système financier américain, qui nous rapporte 100 milliards de dollars chaque année.

 

Nous devons former les institutions du nouvel ordre mondial, que nous comprenons. C'est la planification stratégique, c'est un partenariat public-privé, c'est un programme de développement conjoint public-privé, c'est la régulation économique de telle sorte que le capital ne quitte pas le pays, mais au contraire, se crée dans le pays, c'est des prêts ciblés, des taux d'intérêt bas, c'est une préoccupation de l'État pour le développement des infrastructures, pour la reproduction du capital humain, en général, c'est ce que Pitirim Sorokine anticipait dans les années 60 dans le cadre de la théorie de la convergence.

 

Nous avons également eu un travail similaire à l'Académie des sciences. La nouvelle façon de penser absorbe les meilleurs éléments de l'économie planifiée de type soviétique et de l'économie de marché de type américain. En conséquence, cette combinaison a un effet explosif. Le modèle convergent prévoit aujourd'hui la montée de l'Asie du Sud-Est, et, contrairement à la mondialisation libérale à l'américaine, avec des formes nationales et culturelles très diverses. Un nouveau système de droit international est en train d'être créé pour remplacer l'ancien détruit par les Américains. Et le nouveau système est avant tout la restauration du droit international et de son application transversale, y compris dans l'émission des monnaies mondiales. Aujourd'hui, l'émission de devises mondiales se fait sans aucun droit, mais les Américains ont clairement imposé le dollar à tout le monde. Et voilà que nous réfléchissons aujourd'hui à la construction d'une nouvelle architecture monétaire et financière, où la monnaie sera émise sur une base contractuelle, sur la base d'un accord international. Il devrait y avoir une coalition de pays qui empêchera l'escalade d'une guerre hybride. Cela signifie qu'il faut utiliser les principes que Poutine a formulés dans le cadre du Grand partenariat eurasien : avantage mutuel, volontariat, transparence, prise en compte des intérêts nationaux de chacun, etc. En d'autres termes, le nouveau monde sera plus harmonieux, moins conflictuel et plus responsable en termes de comportement des principaux acteurs. Mais la transition vers ce nouveau monde peut être plus ou moins catastrophique.

 

Dans la dernière transition, comme je l'ai dit, il y a eu deux guerres mondiales, des guerres de libération des colonies... Cette transition a été très sanglante. Maintenant, il y a des victimes, bien sûr, aussi, je crois que les victimes de la pandémie de coronavirus sont les victimes de cette guerre hybride.

 

 

Sergey Glazyev

http://www.glazev.ru

Sergey Yurievich Glazyev (né en 1961) - éminent économiste, homme politique et homme d'État russe, membre de l'Académie des sciences de Russie. Conseiller du président russe sur les questions d'intégration eurasienne. Un des initiateurs, membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Sergey Glazyev : modèle économique mondial intégral (Club d'Izborsk, 4 juillet 2020)
Lire la suite

Sergey Pisarev : Le Centre Eltsine est une branche de la CIA ? (Club d'Izborsk, 4 juillet 2020)

4 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Sergey Pisarev : Le Centre Eltsine est une branche de la CIA ? (Club d'Izborsk, 4 juillet 2020)

Sergey Pisarev : Le Centre Eltsine est une branche de la CIA ?

4 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19576

 

 

Beaucoup a déjà été dit et montré sur la façon dont le Centre Eltsine ("EC") à Ekaterinbourg est en train de bouleverser l'histoire russe, notamment par le biais de "l'animation divertissante" pour les enfants. Et des rassemblements "hautement intellectuels" avec la participation de ceux qui haïssent la Russie, l'orthodoxie et le peuple russe. Ces événements ont été mis sur des "rails d'acier" et ce "train en feu" avec une lubrification budgétaire n'a pas encore été arrêté.

C'est pourquoi je voudrais vous proposer un moyen supplémentaire de détruire la conscience de la jeune génération, qui est utilisée dans cette institution : l'art dit "moderne", que les enfants de la région de Sverdlovsk sont obligés de voir et d'absorber dans leur âme pure plusieurs fois par an.

N'est-ce pas "très artistique et très moderne" en général ? Et le principal - il est incroyablement utile pour développer le goût des enfants pour l'art !

Qu'il faille ensuite s'étonner, qu'en plus de l'absence d'éducation spirituelle et patriotique dans les écoles, l'Internet et la télévision infectés, après avoir rendu visite au « CE » les élèves et les étudiants d'Ekaterinbourg brisent les clôtures des églises, et sautent à l'intérieur, en menaçant : "Celui qui ne saute pas est pour l’église ! Celui qui ne saute pas est pour l’église !"

Ce n'est pas un secret que nos "partenaires occidentaux" consacrent des milliards de dollars à des activités subversives visant toutes sortes de diversions idéologiques contre l'URSS et la Russie moderne. Et il semble que de telles actions soient condamnées par les dirigeants du pays et que des contre-mesures soient même prises. Alors pourquoi le travail idéologique destructeur de la CE n'est-il pas non seulement arrêté, mais même partiellement financé par l'État lui-même ? A Ekho Moskvy, à la surprise générale, Nikita Sokolov, directeur exécutif adjoint de la Fondation présidentielle pour le travail scientifique, Boris Eltsine, a explicitement déclaré qu'ils ne s'occupaient pas seulement d'éducation, mais de "programmes éducatifs".

 

https://echo.msk.ru/programs/assembly/2667199-echo/

 

Le ministre de l'Education S. Kravtsov et le président du Comité de la Douma d'Etat sur l'éducation et la science V. Nikonov se voient involontairement poser la question suivante : "Si le Centre Eltsine aide la CIA américaine dans ses activités subversives contre la jeunesse de la Fédération de Russie, pourquoi les citoyens russes payent-ils son travail avec le budget russe ? Et après l'adoption de la nouvelle Constitution, une question logique se pose également au président Poutine, en tant que garant de la Constitution : "Et dans quelle mesure les activités dites éducatives du Centre Eltsine correspondent-elles à la nouvelle version de la Constitution ? Après tout, nous avons tous voté en faveur de ces changements, y compris dans le but de modifier l'atmosphère spirituelle et morale de la société pour passer d'un "consommateur éduqué" à un "patriote éduqué". Le président a déclaré à juste titre que le "patriotisme éclairé" était l'idéologie de la Russie moderne. Les programmes éducatifs "CE" sont évidemment sur son chemin.

 

 

Sergey Pisarev

http://rnk-concept.ru

Pisarev Sergey (né en 1960) - entrepreneur et personnalité publique, président de la Fondation russe des entrepreneurs, membre du conseil de coordination du mouvement public "Cathédrale des parents russes", membre permanent du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Une photo de la bande dessinée "L'histoire de la démocratie russe" au Centre Eltsine.

Une photo de la bande dessinée "L'histoire de la démocratie russe" au Centre Eltsine.

Sergey Pisarev : Le Centre Eltsine est une branche de la CIA ? (Club d'Izborsk, 4 juillet 2020)
Peintures prises sur l'iPhone des enfants pendant l'excursion. "Pour le plaisir".

Peintures prises sur l'iPhone des enfants pendant l'excursion. "Pour le plaisir".

Lire la suite

Comment les nomades Khamassin ont perdu la liberté (Kai Donner, "Parmi les Samoyèdes en Sibérie")

3 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Exploration

Comme nous l'avons déjà mentionné, les Khamassin ont abandonné leur existence nomade il y a quelques décennies et se sont installés dans la vallée fertile d'Abalakova, où ils ont construit de petites cabanes aux toits d'écorce. Mais à côté d'eux se dressent aussi leurs tentes habituelles dans lesquelles ils aiment fuir en été les moustiques et les mouches, les poux et les puces qui les tourmentent trop dans les maisons. En hiver, les hommes vont chasser dans les montagnes et en automne, ils passent tous les bois au peigne fin pour ramasser des pignons de pin*. Mais ils sont de plus en plus nombreux à épouser des femmes russes ; dès lors leur liberté est finie et la pièce chaude est l'endroit où le Samoyède est progressivement apprivoisé pour mener une vie qui lui est étrangère et inconnue.

 

Kai Donner, Parmi les Samoyèdes en Sibérie. Traduit par Pierre-Olivier Combelles.

*NdT: Pinus cembra. Voir: 

http://pocombelles.over-blog.com/article-ra-63234384.html

Samoyèdes Khamassin. Illustrations de l'ouvrage de Kai Donner: "Parmi des Samoyèdes en Sibérie". Collection et photo: P.O. Combelles.

Samoyèdes Khamassin. Illustrations de l'ouvrage de Kai Donner: "Parmi des Samoyèdes en Sibérie". Collection et photo: P.O. Combelles.

A propos de Kai Donner (et du maréchal Mannerheim, libérateur et président de la Finlande, dont il fut l'aide de camp) sur ce même blog:

 

Kai Reinhold Donner (1889-1935) et le Maréchal Mannerheim,

http://pocombelles.over-blog.com/article-kai-reinhold-donner-1889-1935-par-aurelien-sauvageot-85345885.html

The Samoyed and Nature (Kai Donner)

http://pocombelles.over-blog.com/2016/08/the-samoyed-and-nature-kai-donner.html

Joakim Donner et Juha Janhunen (éds.) : Kai Donner, Linguist, ethnographer, photographer

http://pocombelles.over-blog.com/2020/02/joakim-donner-et-juha-janhunen-eds.kai-donner-linguist-ethnographer-photographer.html

La haine des Russes chez les indigènes de Sibérie (Kai Donner)

http://pocombelles.over-blog.com/2015/10/la-haine-des-russes-chez-les-indigenes-de-siberie-kai-donner.html

La mort des Samoyèdes (Kai Donner)

http://pocombelles.over-blog.com/2015/08/la-mort-des-samoyedes-kai-donner.html

Eloge du pin cembro (Pinus cembra) par Kai Donner

http://pocombelles.over-blog.com/article-ra-63234384.html

"Chaque homme dans le rang monte la garde de la patrie" (Maréchal Mannerheim)

http://pocombelles.over-blog.com/2018/12/chaque-homme-dans-le-rang-monte-la-garde-de-la-patrie-marechal-mannerheim.html

Kai Donner: Les problèmes de la russification et de la christianisation des Samoyèdes

http://pocombelles.over-blog.com/2020/06/kai-donner-les-problemes-de-la-christianisation-des-samoyedes-de-siberie.html

Mannerheim photographe

http://pocombelles.over-blog.com/2019/12/mannerheim-sa-photographer-by-eric-enno-tamm.html

 

Et sur le même sujet:

 

Henry de Monfreid: "les femmes, ce piège"

http://pocombelles.over-blog.com/2016/07/henry-de-monfreid-radioscopie-par-jacques-chancel-24-avril-1964.html

Photographies de l'expédition de Kai Donner sur la rivière Ket en 1912

Lire la suite

Mikhaïl Delyagine : Les autorités s'éloignent de l'engagement à une "figuration"... (Club d'Izborsk, 1er juillet 2020)

1 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Mikhaïl Delyagine : Les autorités s'éloignent de l'engagement à une "figuration"...

1er juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19567

 

 

Ces dernières années, probablement, seul un paresseux n'a pas commencé à parler de l'économie numérique depuis la haute tribune. Chaque année, dans chaque discours, le président Vladimir Poutine appelle le "numérique" l'une des principales priorités de la politique gouvernementale. Dans l'ensemble, on a l'impression qu'un travail si actif est effectué dans ce domaine qu'une "baguette magique" pour l'économie est sur le point d'être prête. Cependant, lorsqu'un cas de force majeure survient, et il peut effectivement être nécessaire, il s'avère que l'affaire n'a pas dépassé le stade des mots, comme d'habitude.

 

La crise du coronavirus a clairement démontré non seulement l'imperfection du système numérique lui-même, mais aussi le fait que sans le secteur réel, ce "numérique" n'a aucun sens. Sans parler du fait que dans les cas particuliers, ce système échoue à chaque fois - comme cela a été le cas avec le portail "Services publics", lorsqu'ils ont reçu une vague de demandes de paiements aux enfants, ou avec un site de vote électronique piraté.

 

- Mikhail Gennadyevich, comment la numérisation dans notre pays se manifeste-t-elle lors de la crise du coronavirus ? Est-ce un outil efficace ?

 

- La numérisation de l'économie a reçu une nouvelle impulsion, et cette impulsion n'est pas tout à fait claire, car, par exemple, à partir du 1er juillet à Moscou commencera une expérience de cinq ans pour développer l'intelligence artificielle, qui a nécessité une loi spéciale. Cette loi ne dit rien sur l'essence de cette expérience, si ce n'est une interdiction catégorique de communiquer des informations à ceux qui n'y participent pas directement, qui ne sont pas les organisateurs. Cela suscite bien sûr de sérieuses craintes.

 

La numérisation est effectuée avec une extrême négligence, sur fond de sauvagerie générale de l'État. En conséquence, nous avons déjà des faits de vol d'identité, lorsque, par exemple, mon ami ne pouvait pas obtenir de code QR pour voyager à Moscou, parce que lorsqu'il a commencé à épeler son nom, il s'est avéré qu'il était une vieille femme chinoise avec un SNILS complètement différent. Et il n'a pas réussi à joindre les autorités de Moscou pendant une semaine. Et quand il est passé, ces gens ont complètement ignoré toutes leurs promesses pendant deux semaines, et ont honnêtement expliqué qu'ils avaient besoin de spécialistes pour le faire, et il n'y a pas encore de spécialistes pour gérer cette chose.

 

Mais en général, la numérisation est une chose objective et nécessaire. Elle se développe le plus souvent spontanément. Par exemple, nous parlons au téléphone, parce que c'est plus habituel, mais nous pourrions parler en vidéo, comme dans les livres fantastiques soviétiques. Mais un État sauvage est une menace réelle.

 

- Que voulez-vous dire par là ?

 

- À Moscou, il y a de plus en plus de cas où les gens obtiennent une signature numérique prétendument impossible à déchiffrer, et où il s'avère que leur appartement est vendu, ils n'en savent rien. Ils le découvrent lorsqu'ils commencent à sortir. En d'autres termes, cette menace est liée au fait que l'État s'occupe de choses formelles et ignore complètement ses obligations envers les citoyens. L'argent a été alloué, l'argent a été utilisé - ils ont même fait quelque chose avec l'argent qu'ils ont utilisé, et les fonctionnaires ne sont pas particulièrement intéressés par ce qu'ils ont fait.

 

- Le site web piraté des "Services de l'État" est une autre manifestation similaire ?

 

- C'est juste que lors de la création du site web des "Services de l'État", on a trop "maîtrisé", mais si j'ai bien compris, le site a maintenant été renforcé.

 

- Pouvons-nous également inclure un site pour le vote électronique, qui a lui aussi "défailli" récemment ?

 

- Tout cela est une manifestation de bêtise, quand au début tous les spécialistes ont été grillés au fer rouge du calendrier parce qu'ils les empêchent de voler et de détruire dans le cadre des réformes libérales, et qu'ensuite ils se demandent - oh, pourquoi rien ne marche ?

 

Personne ne devrait s'étonner que M. Sobyanine, juste avant l'épidémie de coronavirus, se soit vanté d'avoir supprimé des lits dans les hôpitaux. Il se vantait, il en était fier.

 

Et nous devons comprendre que la numérisation nécessite un certain niveau d'intelligence. Au sens figuré, pour une hache de pierre, nos dirigeants ont peut-être mûri, et l'ordinateur est déjà quelque chose de trop compliqué pour eux - il est truffé de grands accidents d'origine humaine. Et pas seulement sur le site de vote électronique.

 

- N'oublions pas, après tout, que la numérisation doit être un outil pour le développement de l'économie réelle, elle ne doit pas être une fin en soi ? Peut-être qu'avec la numérisation, nous sommes au début de notre voyage, et qu'il y aura d'autres succès ?

 

- Ce sont nos autorités qui voient dans la "numérisation" un moyen de leur permettre d'oublier le secteur réel de l'économie et de ne plus jamais s'en souvenir. Les autorités perçoivent souvent le "numérique" comme une sorte de "baguette magique" qui résoudra tous leurs problèmes et leur permettra de ne jamais penser au fait que certains citoyens vivent dans le pays. La "figuration" est considérée comme un moyen de prendre davantage de distance avec les gens, car dans le passé, lorsque les institutions de l'État faisaient quelque chose de mal, vous pouviez vous adresser à un comité exécutif de district, à un complexe scandaleux de logements et de services publics et y résoudre votre problème. Maintenant, vous n'avez nulle part où aller - il vous suffit d'appeler, mais à l'autre bout, ils ne décrochent pas le téléphone.

 

- Et comment la numérisation va-t-elle se développer dans la pratique ?

 

- De manière tordue, oblique, les corrections seront retardées, et la fraude prospérera.

 

 

Mikhail Delyagin

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Mikhaïl Delyagine : Les autorités s'éloignent de l'engagement à une "figuration"... (Club d'Izborsk, 1er juillet 2020)
Lire la suite

Viktor Grinkevich : Nouvelle Constitution - Exposé sur la nationalisation des élites (Club d'Izborsk, 30 juin 2020)

1 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Viktor Grinkevich : Nouvelle Constitution - Exposé sur la nationalisation des élites

30 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19560

 

 

En Russie, le vote sur les amendements à la Constitution a commencé le 23 juin. Les autorités sont des innovations sociales "PR", tandis que l'opposition ne voit que la réduction à zéro des mandats présidentiels. En règle générale, le débat public ne dépasse pas ce cadre. Dans le même temps, derrière le bruit des médias et les cris critiques sans réelle importance, on voit des amendements systémiques. Cela est évident, même avec une analyse superficielle des amendements soumis au vote national.

 

Jugez par vous-même. Articles 67 et 79 - sur la souveraineté, la continuité et la protection de la vérité historique, 68 et 69 - sur l'identité culturelle et linguistique du peuple russe et des autres peuples de Russie, 71 - séparation des pouvoirs des autorités fédérales et municipales, 72 et 75 - amendements sociaux. Articles 80, 81, 82 et 83 - sur les droits et obligations du Président de la Fédération de Russie. Et toute la section - articles 77, 78, 81, 95, 97, 103, 110, 119 et 129 - proclame un cours sur la nationalisation des élites. C'est la partie la plus complète et la plus détaillée des amendements proposés. Quelle est leur importance et pourquoi ne leur accorde-t-on pas l'attention nécessaire ?

 

Les élites de tout État sont diverses ; elles se composent de groupes économiques, culturels, intellectuels, de gestion, militaires et autres. Chacun prend des décisions importantes pour l'ensemble du pays à son propre niveau, mais la principale a toujours été et reste la bureaucratie de l'État, organisée hiérarchiquement depuis le président et les chefs des autres branches du pouvoir jusqu'aux chefs des ministères et des départements, aux gouverneurs et aux chefs des villes. Le sort de l'État et celui de millions de personnes en dépendent en fin de compte. Cela est particulièrement vrai pour la Russie, qui a une tradition d'organisation de l'administration de l'État.

 

La nationalisation totale du système d'administration de l'État est l'élément principal de la réforme constitutionnelle. Sans elle, l'État russe ne sera pas viable dans la perspective historique. Tout citoyen, homme d'affaires, scientifique ou artiste pourra toujours avoir la double nationalité, posséder des comptes et des biens à l'étranger, mais pas les employés du gouvernement. Les gouverneurs, les députés, les juges, les membres du gouvernement et le chef de l'État - jamais. C'est contraire aux intérêts nationaux et au bon sens, car la vie de chacun dépend de son service fidèle.

 

La nationalisation des élites est un point stratégiquement important de la sécurité de l'État. Rappelons-nous ce qui s'est passé en Ukraine et en Géorgie lorsque la bureaucratie nationale a été rachetée par des conservateurs occidentaux. À un moment clé où il était nécessaire de disperser un putsch illégal, les fonctionnaires ont saboté les instructions de l'autorité suprême. Tout le monde sait où cela mène. Il y a suffisamment d'exemples d'États non confiants avec l'élite qui ont été élevés grâce à des subventions de Soros et de l'USAID dans l'espace de la CEI. Les députés adoptent les lois nécessaires aux conservateurs étrangers, les ministres écoutent avec respect l'opinion des organisations internationales et les juges interprètent les lois selon les "normes généralement acceptées du droit international". Aucun pays n'a encore prospéré grâce à une telle gouvernance extérieure.

 

Notre président a parlé de la signification globale du reformatage du service public dans son message à l'Assemblée fédérale le 15 janvier de cette année : "La signification, la mission du service public est en service, et la personne qui choisit cette voie doit avant tout décider par elle-même qu'elle relie sa vie à la Russie, à notre peuple, et en aucune autre manière, sans demi-mesure et sans présupposés. Il s'agit d'une norme obligatoire pour les fonctionnaires et d'une référence morale pour tous les autres.

 

Il n'y a pas d'autres possibilités et options s'il devenait représentant de l'État. Pas de demi-tons ni de relâchement. Les fonctionnaires d'État du plus haut rang constituent effectivement une caste particulière, mais ils ne doivent pas se distinguer par des privilèges, des attributs extérieurs ou des richesses. En échange du pouvoir, l'élite réelle renonce à de nombreuses opportunités, à une partie des libertés et des perspectives pour elle-même et sa famille. Même hypothétiquement, un député, un ministre ou un gouverneur ne devrait pas lier son avenir et ses intérêts financiers avec d'autres pays. "Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur" (Matthieu 6:21). Et le cœur ne devrait être que dans la patrie.

 

En résumé, les amendements proposés devraient reformater le principe même de la sélection des élites, proclamer le nettoyage du personnel des fonctionnaires, des juges et des députés du peuple, et ensuite - pour former une nouvelle culture des relations entre le peuple et les fonctionnaires, un guide éthique unique pour toutes les branches du gouvernement. Mais même cela ne sera pas la décision finale.

 

Les modifications proposées sont les conditions minimales nécessaires à la poursuite des changements et à la survie du pays dans la compétition des nations. Dans ce sens, Vladimir Vladimirovitch n'agit jamais de manière radicale, ne coupe pas de cordes et ne brûle pas de ponts, mais ouvre seulement une fenêtre d'opportunité historique. Les processus sérieux dans le domaine juridique, politique et social doivent se poursuivre. En plus des déclarations formalisées, il est nécessaire d'adopter des centaines et des milliers de lois et de règlements fédéraux qui régiront spécifiquement l'indépendance des autorités vis-à-vis des influences extérieures : intérêts matériels et autres à l'étranger, absence de citoyenneté, etc.

 

La même chose doit être faite dans le domaine social - pour doter la loi fondamentale d'actes juridiques efficaces sur la protection de la famille, des enfants et du bien-être des citoyens. C'est un gros travail et un test sérieux pour ceux qui ont accidentellement respecté les flux budgétaires ou se sont assis sur un poteau de pain. Ces mangeurs de darmo et ces profiteurs ne devraient pas rester dans le système de l'administration de l'État. Des réseaux de saboteurs de haut rang, capables de confondre toute décision du président avec la bureaucratie et les réseaux corrompus, commenceront à s'ouvrir juste après le vote. L'inertie des élites dirigeantes lorsqu'elles tentent de les réformer est, en règle générale, énorme.

 

Entre autres choses, le vote des amendements n'est pas l'élection habituelle des députés ou du président. Nous ne votons pas pour des individus ou des programmes de parti. Chacun de nos votes est un choix de stratégie à long terme, qui est stipulé dans le principal document juridique du pays. La Cour constitutionnelle travaillera ensuite avec elle, de nombreuses lois, décrets et en général tout acte juridique seront contrôlés. C'est pourquoi l'opposition s'éloigne de la discussion sur le fond des amendements - parce qu'il n'y a pas d'arguments de fond contre chacun des points, ils sont généralement soutenus par la grande majorité de la population. Toute discussion sobre sur le fond est réduite à la fameuse "mise à zéro", qui se situe aux 20e et 30e rangs après la souveraineté, la continuité de l'histoire et la nationalisation des élites.

 

Formellement, le président aurait eu suffisamment de bases juridiques pour adopter les amendements après le vote à la majorité simple à la Douma d'État et au Conseil de la Fédération, mais Vladimir Vladimirovitch a décidé d'organiser un plébiscite pour garantir la véritable légitimité de la loi fondamentale. Rappelons qu'en 1993, le taux de participation au vote sur l'adoption de la Constitution était de 54,8%, dont 58,4% de votes favorables. La prépondérance minimale a ensuite assuré le cours politique à long terme et la légitimité de la Constitution Eltsine pendant 27 ans. La participation et le soutien aux changements nécessaires devraient maintenant montrer un avantage évident.

 

En tout cas, le président et le peuple devront maintenant faire face à la résistance la plus farouche des groupes d'élites orientés vers l'Occident et autonomes. Au contraire, la véritable élite de type sacrificiel, l'élite de service, doit prendre le pouvoir entre ses mains.

 

 

Victor Greenkevich

http://viktorgrinkevich.ru

Député de la Douma de la région de Briansk, membre du Présidium du Conseil politique de la branche régionale de Briansk du parti "Russie unie" et chef du projet de parti "Contrôle du peuple". Il est membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Viktor Grinkevich : Nouvelle Constitution - Exposé sur la nationalisation des élites (Club d'Izborsk, 30 juin 2020)
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5