Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

eurasie

Yuri Tavrovskiy : dos à dos (Club d'Izborsk, 30 avril 2021)

30 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Asie, #Chine, #Eurasie, #Economie, #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Yuri Tavrovskiy : dos à dos  (Club d'Izborsk, 30 avril 2021)

Yuri Tavrovskiy : dos à dos

 

30 avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/21006

 

 

Lorsqu'ils analysent les événements actuels et l'avenir géopolitique de la Russie, notre communauté d'experts et les médias négligent souvent le facteur Chine. On accorde plus d'attention à l'Ukraine malheureuse qu'à la deuxième plus grande économie du monde avec une population de 1400 millions d'habitants, une puissance militaire et politique qui croît rapidement, jouant déjà pour nous un rôle de "deuxième front" dans la guerre froide avec l'Occident.

 

Le succès de l'Empire céleste dans le contrôle de la pandémie et la restauration de l'économie est naturellement passé sous silence. L'enthousiasme jubilatoire à la recherche de "mines à retardement" capables d'interrompre le mouvement de notre partenaire stratégique vers ses objectifs de développement est incompréhensible. L'accent mis sur les distorsions de l'économie qui était typique il y a seulement quelques années s'estompe face aux succès indéniables d'aujourd'hui. Dans le même temps, on a assisté à une augmentation de l'activité de construction de "châteaux d'air" concernant une sorte de lutte au sein de la direction chinoise entre les militaires et les descendants du Komsomol, entre les factions régionales et même les locuteurs de différents dialectes de la langue chinoise. Ces "châteaux" sont construits sur du sable. Les prédictions basées sur elles ne se sont jamais réalisées, parce qu'elles contiennent peu de réalité. À mon avis, ces efforts sont destinés à influencer non seulement le public de lecteurs mal informés, mais aussi l'élite politique. Présenter la Chine comme un partenaire peu fiable et empêcher Moscou et Pékin de progresser vers une alliance militaro-politique, telle est la tâche fixée par les experts "néocons". Malheureusement, ils ont des aides volontaires et non volontaires en Russie.

 

L'avenir géopolitique de la Russie est aussi étroitement lié à la Chine que son passé. Les deux civilisations se sont heurtées au cours de 400 ans de voisinage et d'interaction, mais elles n'ont jamais été en guerre. Mais les relations entre alliés ont été maintenues et fixées par des traités secrets et ouverts en 1896, 1937, 1945, 1950. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Chine et la Russie ont servi tour à tour de "second front" l'un pour l'autre, en s'appuyant sur les forces de leur ennemi commun. Cette interaction était fondée sur les intérêts nationaux et était donc productive. Au contraire, le clivage idéologique des années 1960-80 l'a emporté sur les intérêts nationaux et a entraîné des conséquences tragiques pour les deux puissances. La Chine a perdu deux décennies de développement progressif et 30 à 40 millions de personnes dans le "Grand bond en avant" et la "Révolution culturelle" entrepris "pour contrarier" Moscou. Après le passage de Pékin du côté de l'Occident, l'Union soviétique a été contrainte de mener elle-même la confrontation sur "deux fronts". Je suis convaincu que des forces trop importantes dans cette confrontation ont été l'une des raisons de la disparition de ce grand pays.

 

Aujourd'hui, l'histoire se répète avec un nouveau tournant. Nous redevenons un "second front" l'un pour l'autre. Les intérêts nationaux nous dictent de rechercher des solutions pour contrer la guerre froide menée contre la Russie et la Chine et empêcher une descente vers une véritable guerre. Les "néocons" qui ont pris le contrôle de la Maison Blanche et d'autres mécanismes de prise de décisions cruciales, pensent en termes de domination mondiale. Ils sont tout à fait capables de sacrifier les intérêts nationaux des États-Unis et l'avenir de l'humanité entière au nom de leurs chimères idéologiques. L'avenir proche montrera s'ils parviendront à vaincre la résistance de segments raisonnables de l'élite américaine.

 

Les armées de la Russie et de la Chine sont déjà effectivement "dos à dos". Remettre nos secrets à l'APL (système de détection des missiles). Patrouilles conjointes de bombardiers stratégiques près des bases de l'Amérique et de ses alliés dans le Pacifique. Exercices à grande échelle en Russie et en Chine, dans le cyberespace et dans l'espace. C'est l'armée qui, traditionnellement, voit le mieux les intérêts nationaux. Ils sont moins susceptibles d'être impliqués dans des chaînes commerciales et financières corrompues, ne sont pas liés à un adversaire potentiel par des avoirs dans des banques, des biens immobiliers à l'étranger et des affinités idéologiques.

 

Le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine ne se limite pas au domaine de la stratégie, où la coïncidence des intérêts nationaux est évidente. Il existe d'autres domaines où la situation n'est pas aussi monochrome. Dans les deux pays, la méfiance demeure fondée sur des épisodes de l'histoire, notamment des affrontements frontaliers. Les effets du traitement de la propagande au cours des décennies de la guerre froide soviéto-chinoise sont visibles. Toute une génération d'experts des deux pays, qui ont étudié dans des universités américaines et ont reçu des subventions de groupes de réflexion occidentaux, sont peu enclins au rapprochement. Des méthodes de négociation et de commerce mal adaptées, des attentes excessives de résultats rapides de la part de nos interlocuteurs, le manque de précision dans le respect des obligations, même écrites, et l'arrogance des Chinois jouent un rôle négatif. Après avoir lu les œuvres et les manuels de Confucius sur les négociations avec l'Empire céleste, les politiciens et les hommes d'affaires régionaux russes sont soudain confrontés à des partenaires rigides, dépourvus de "cérémonies chinoises", orientés vers le profit à tout prix et confiants dans la supériorité de tout ce qui est chinois. Pendant la période de développement du tourisme de masse qui a précédé la pandémie, la différence dans les habitudes domestiques est devenue apparente, refroidissant la nostalgie de la nation pour les jours de la "grande amitié" des années 1950. La méfiance mutuelle persistante entre les gens ordinaires, les élites régionales et même les cercles politiques de haut niveau freine le développement de la coopération entre les deux pays voisins aux économies complémentaires.

 

Une prudence excessive dans la mise en œuvre de plans à grande échelle et à long terme et, surtout, de projets d'intégration peut être surmontée par des facteurs externes. La pression exercée par les sanctions sur la Russie, la réduction des livraisons de céréales et de minéraux à la Chine en provenance des pays satellites des États-Unis ouvrent de nouvelles perspectives à nos producteurs. La nécessité de disposer de voies de transport libres de tout contrôle américain accroît d'un ordre de grandeur l'importance des chemins de fer et des autoroutes sur notre territoire, de notre espace aérien et des voies prometteuses de la route maritime du Nord. Le facteur géographique jouera un rôle de plus en plus tangible dans les liens économiques russo-chinois et contribuera à la formation d'un espace de sécurité et d'interaction commun en Eurasie.

 

Nous pouvons maintenant prédire que si les ordres actuels en Russie se maintiennent dans un avenir prévisible, son importance géoéconomique diminuera. La vitalité de l'économie chinoise, prouvée par la guerre commerciale américaine et la pandémie de COVID, ainsi que l'effet de la planification à long et moyen terme promettent à l'Empire céleste d'accroître encore son influence géo-économique. Toutefois, pour les relations entre Moscou et Pékin, les facteurs stratégiques et géopolitiques l'emportent traditionnellement sur les facteurs économiques. Je pense que l'avenir géopolitique de la Russie dépend des relations avec la Chine dans la même mesure que l'avenir de la Chine dépend de la Russie.

 

Yuri Tavrovskiy

 

Yuri Vadimovich Tavrovsky (né en 1949) est un orientaliste, professeur à l'Université de l'amitié des peuples de Russie et membre du présidium de l'Académie eurasienne de télévision et de radio. Il est un membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Lire la suite

Claudio Mutti: entretien avec Théo Buttignol (Euro-Synergies)

13 Avril 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Claudio Mutti, #Eurasie, #Politique, #Philosophie

Entretien avec Claudio Mutti

 

Propos recueillis par Théo Buttignol

 

Claudio Mutti est un ancien militant nationaliste-révolutionnaire italien, disciple de Jean Thiriart, il est essayiste, éditeur, directeur de la revue Eurasia, mais également philologue de formation et grand érudit en ce qui concerne les langues Finno-ougriennes.

Il a accepté, avec beaucoup de sympathie, de répondre à quelques-unes de mes questions.

 

Théo Buttignol : Vous êtes le directeur de la revue d’études géopolitiques Eurasia, pour vous, le soleil, demain, se lèvera t-il à l’est ?

 

Claudio Mutti : Le soleil se lève toujours à l’Est, il ne s’est jamais levé à l’Ouest. Pour faire la clarté sur ces termes de Est et Ouest, il suffirait de regarder le planisphère d’un quelconque atlas : on pourra se rendre compte que l’Occident de la géographie terrestre coïncide avec le continent américain et les eaux océaniques qui l’entourent. Donc, l’Europe n’est pas l’Occident : elle se trouve dans l’hémisphère oriental et fait partie de cette unité continentale qui s’appelle Eurasie. Actuellement, ce continent est gardé par deux grandes puissances aux dimensions impériales, la Russie et la Chine, qui en empêchent le contrôle par les Américains. 

 

 

B: L’idée eurasiatique peut-elle irradier l’Europe du même esprit que l’Empire Romain ou le Saint Empire Romain germanique dans le passé?

 

M : L’idée eurasienne est une variante de l’idée d’Empire proportionnée aux exigences géopolitiques du XXI siècle. Comme l’unipolarisme nordaméricain n’est pas du tout éternel et donc il faut réalistiquement envisager la prochaine transition à un nouvel “nomos de la terre”, c’est urgent que l’Europe, si elle ne veut pas rester aux marges de l’histoire, prenne en sérieuse considération le modèle impérial, le seul modèle politique d’unité supranationale qu’elle a réalisé dans le cours de son histoire. 

 

B : Aujourd’hui, beaucoup de nationalistes croient au « Choc des civilisations » . Qu’est-ce que nous pouvons leur répondre ?

 

M : Il faut bien démasquer la théorie du “choc des civilisations”, élaborée par Samuel Huntington, et dénoncer ce qu’elle représente en réalité. Cette théorie, selon laquelle il faudrait désormais penser les conflits en termes culturels, est un outil idéologique de la stratégie nord-américaine, laquelle vise la déstabilisation du continent eurasien. Le vrai choc, c’est le choc entre les civilisations traditionnelles de notre continent et la barbarie yankee.

 

B : Julius Evola a dit : "Le fait que la Monarchie n'apparaisse pas actuelle prouve non pas un progrès, mais une régression : cela signifie qu'une certaine partie de l'humanité est tombée tellement bas qu'elle n'est plus à la hauteur d’une telle institution" (Cité dans Totalité, numéro 26, 1986). Que pensez-vous de cette citation ?

 

M : Ce n’est pas seulement la Monarchie traditionnelle qui n’apparaît pas “actuelle” à cette “certaine partie de l’humanité” qui est l’humanité occidentale, puisque cette dernière est incapable de concevoir toute institution politique qui ne soit la démocratie parlementaire d’inspiration libérale.  Pour cette humanité, aussi la République est inconcevable, si on songe à l’“Etat parfait” de la doctrine platonicienne ou bien à l’institution historique qui a donné naissance à l’Empire romain.

 

Théo Buttignol.

 

Source: http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/03/18/entretien-avec-claudio-mutti.html

Claudio Mutti: entretien avec Théo Buttignol (Euro-Synergies)
Lire la suite

Alexandre Douguine : Nous vivons à l'ère du libéralisme totalitaire (Club d'Izborsk, 24 mars 2021)

24 Mars 2021 , Rédigé par Красное и белое Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie, #Eurasie

Alexandre Douguine : Nous vivons à l'ère du libéralisme totalitaire  (Club d'Izborsk, 24 mars 2021)

Alexandre Douguine : Nous vivons à l'ère du libéralisme totalitaire

 

24 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20840

 

 

Une conversation avec Fiodor Shimansky, la fin. Début et suite.

 

Fondamentaux de la géopolitique, Les crochets dans la citation directe et Le totalitarisme libéral.

 

Fyodor Szymanski. En Occident, vous avez deux œuvres qui sont très populaires. Il s'agit de "La quatrième théorie politique" et "Les fondamentaux de la géopolitique". Cependant, alors que le premier livre est traduit, publié en anglais et que les gens peuvent en prendre connaissance, le second n'est toujours pas traduit. Les gens le jugent d'après Wikipédia. Et Wikipedia indique que vous avez proposé d'utiliser les services spéciaux russes sur le territoire américain pour provoquer le séparatisme et l'instabilité afin de les détruire. Et si vous regardez la source de cette déclaration (c'est un article de 2004), c'est encore pire, et il y a un lien vers la page 248 de "Fondements". Mais il n'y a rien de tel sur cette page ! Peut-être que je n'ai pas cherché correctement, alors je ferais mieux de vous demander. Avez-vous suggéré d'utiliser les services secrets russes aux États-Unis ? Avez-vous écrit cela dans Fondements de la géopolitique ?

 

Alexandre Douguine. Tout d'abord, je tiens à dire que nous vivons dans une ère de libéralisme totalitaire. Nous savons comment certaines déclarations ont été interprétées dans les procès de l'histoire soviétique en 1937. Elle est déjà devenue un exemple canonique d'arbitraire judiciaire, de terreur directe et de dérision d'un examen objectif de l'affaire. L'adversaire - réel ou seulement supposé - du bolchevisme et du stalinisme était déjà délibérément coupable. Il a été jugé superflu de le prouver. Il fallait condamner et punir. Aujourd'hui, la même chose arrive aux libéraux. Tous ceux qui ne sont pas d'accord avec l'idéologie libérale sont évidemment coupables de tous les péchés mortels. Et peu importe qu'ils les aient commis ou non, qu'ils aient dit certaines choses à ce moment-là ou non. Le tribunal libéral est sciemment convaincu : bien sûr, ils ont dit de telles choses, et ils ne les ont pas dites. La culpabilité a été prouvée bien avant le début des procès.

 

Nous connaissons ces procès de 1937, nous en connaissons le raisonnement, le style et les méthodes. Les libéraux en ont ri pendant longtemps et s'en sont moqués. Ils ont dit : "Regardez : quel terrible communisme totalitaire." Les libéraux ont construit leur idéologie sur le ressentiment à l'égard de ces méthodes de jugement et d'interrogatoire jusqu'à un certain point. Mais quand le communisme a disparu, ils ont adopté ces modèles, et aujourd'hui le totalitarisme est le libéralisme. Je ne dis pas que le libéralisme est totalitaire et que le socialisme ne l'était pas. C'était certainement le cas. Et le nazisme l'était.

 

Toutefois, si les totalitarismes soviétique et fasciste sont généralement reconnus et que les libéraux ont été les premiers à les dénoncer, alors aujourd'hui, lorsque les libéraux eux-mêmes recourent à de telles méthodes - accusations délibérées, ignorance des preuves, falsification grossière des déclarations, des faits, des paroles et des actes - il n'y a plus personne qui puisse les prendre sur le fait et les accuser. Toute critique du libéralisme et de sa dégénérescence totalitaire est immédiatement contrée par un argument irrésistible : seuls les "fascistes" et les "communistes" peuvent critiquer le libéralisme, et ces idéologies sont criminelles, ce qui signifie que quiconque nous critique, nous les libéraux, est un criminel. Non seulement il ne doit pas être écouté, mais il doit être puni immédiatement.

 

Pour ce qui est des "Fondamentaux de la géopolitique", ce dont vous parlez est probablement vrai pour mon travail, comme pour beaucoup d'autres. Il existe d'innombrables exemples de personnes qui discutent de mes textes sans les lire, ou qui s'appuient sur des citations complètes sorties de leur contexte ou qui me sont attribuées arbitrairement.

 

Il n'existe pas de traduction anglaise de « Fondamentaux de la Géopolitique ». L'édition qui est vendue dans le réseau n'est pas seulement quelque chose de piraté, mais juste une variante non éditée de Google Translation. Pouvez-vous imaginer les absurdités qui y sont contenues ? Bien sûr, vous pouvez en tirer tout ce que vous voulez.

 

Voici un exemple. Il existe un service Wiki-vidéo qui utilise une voix de machine ridicule pour lire les articles de Wikipedia. Aujourd'hui, les gens perdent la capacité de lire et ne peuvent écouter que pendant une courte période. C'est pour cela que Wiki-vidéo a été conçu. Hegel en trois minutes, jusqu'à ce que l'idiot mondialiste soit fatigué.

 

Il existe une page Wiki, consacrée aux "Fondamentaux de la géopolitique". Il y a du texte en format vidéo : "Et puis tout le pouvoir devrait être remis au russe, suivi de crochets et inscrit - [ethnique], les crochets sont fermés, "État" - c'est État ethnique russe." L'État russe est la Fédération de Russie, si vous voulez, l'État russe. C'est ce qui est signifié dans mon texte (mais encore une fois, faites attention - c'est Google Traduction). Mais les auteurs de la vidéo Wiki doivent prouver mon implication dans le "nationalisme". Pour que personne n'ait de doute, ils ont simplement mis des crochets et le mot "ethnique" dans mon texte (traduit par Google) pour plus de "clarté". Non seulement le sens a été modifié, non seulement ma pensée a été déformée au point d'être méconnaissable, mais on m'a également attribué quelque chose contre quoi j'ai toujours été opposé. Mais c'est convaincant ! "Douguine défend l'État ethnique russe." Et les crochets ? Quels crochets ? Le verdict est évident. Et donc ça va avec tout. Bienvenue en 1937 - version libérale

 

Ce faisant, toute explication de ma part - parce qu'ils sont procureurs, ils sont juges, ils sont défenseurs, ils sont jurés et ils sont bourreaux - n'est tout simplement pas prise en compte. Et tout est facile pour eux : diabolisation, sanctions, annulation, déplafonnement, suppression des comptes de médias sociaux et, au final, liquidation. C'est ainsi que le libéralisme occidental est construit et c'est ainsi qu'il opère contre tous ceux qui sont en désaccord avec lui et ses principes de quelque manière que ce soit.

 

Je ne suis qu'un pionnier et je me fais incendier pour ça.

 

Aujourd'hui, les Occidentaux commencent à être jugés pour le fait qu'ils ont aimé une mauvaise photo, ou dit quelque chose de mal dans une conversation privée, que quelqu'un a reposté sur Twitter ou FB. Beaucoup sont perplexes : "Mais pourquoi devrais-je être puni ? Je viens de faire un commentaire ou de cliquer sur un bouton (peut-être instinctivement, sans réfléchir ou même par erreur)... Qu'est-ce que c'est ?"

 

Moi, par contre, je suis l'un des premiers à être diabolisé, moqué, humilié, insulté sur ce chemin. Les mondialistes testent sur moi diverses formes de répression, d'actions punitives et de moyens de marginalisation. C'est pourquoi j'ai été choisi comme modèle, comme symbole, "l'homme le plus dangereux". Même si l'homme le plus dangereux n'a pas dit "État ethnique", même s'il est contre "État ethnique", même s'il n'a rien à voir avec "État ethnique", il doit quand même payer pour tout, pour tout en général.

 

Maintenant, à propos de la citation que vous n'avez pas trouvée. Si je n'ai rien dit sur la nécessité de détruire les USA de l'intérieur, selon les libéraux "l'homme le plus dangereux" n'avait qu'à dire quelque chose comme ça. Mais entre crochets. Mais en principe, ils ont peut-être raison cette fois-ci. Peut-être que c'est exactement ce que j'ai dit.

 

C'est comme dans « Les Possédés" de Dostoïevski, quand on demande à Stepan Trofimovitch : "Êtes-vous membre d'une société secrète ?". - il y réfléchit et répond : "Eh bien, peut-être que je le suis. Je ne sais pas."

 

C'est-à-dire que j'ai peut-être dit quelque part qu'il serait nécessaire de détruire l'Amérique. Ce texte a été écrit dans les années 90, lorsque l'Amérique nous détruisait activement et sans vergogne. Et surtout, de l'intérieur. Grâce à leurs services de renseignement et à leur vaste réseau d'agents d'influence, les États-Unis sont entrés directement dans la Fédération de Russie, ont sapé notre économie, ont promu leurs représentants à des postes de haut niveau et ont géré presque directement la politique étrangère et intérieure ainsi que l'économie.

 

Et les États-Unis et leurs agences ont soutenu et encouragé les manifestations de rue lorsque cela leur convenait le mieux. Et quand ce n'était pas rentable, elle passait sous silence les crimes commis par ceux qui étaient de leur côté. Comme ce fut le cas pour la fusillade de la Maison Blanche en 1993. Ces centaines de milliers de personnes qui défendaient l'autre, l'alternative au modèle libéral d'Eltsine, n'existaient tout simplement pas, étaient présentées comme une "bande de marginaux". En revanche, une poignée de libéraux encore plus extrêmes qui ont critiqué Eltsine pour le manque de rapidité des réformes destructrices ont été présentés comme "la montée des masses populaires".

 

Grève de représailles

 

Dans les années 1990, au moment de la rédaction de « Fondamentaux de la Géopolitique », nous avons assisté aux atrocités des États-Unis et de leur cinquième colonne à l'intérieur de la Russie. Il était tout à fait clair qu'ils ne se souciaient pas de notre souveraineté. Ils se sentaient comme à la maison. Et dans le même temps, ils ont activement soutenu le séparatisme et l'effondrement de la Russie. Brzezinski a écrit directement à ce sujet. La stratégie de l'atlantisme a pour but de priver à jamais la Russie de la possibilité de devenir un sujet de la géopolitique. Et pour ce faire, il faut l'affaiblir, l'arracher aux pays post-soviétiques et contribuer à son nouveau démembrement.

 

Et pourquoi, en voyant tout cela, aurions-nous dû rester silencieux et considérer que cela allait de soi ? Je n'ai peut-être pas écrit que nous devions répondre aux États-Unis par les mêmes actions symétriques, c'est-à-dire contribuer dès maintenant à leur désintégration interne, mais c'est tout à fait logique. Mais je ne vois rien de particulièrement offensant à ce que nous répondions à leur infiltration de nous par notre infiltration d'eux.

 

Regardez ce qui est arrivé à Navalny. Une personne peu connue, un citoyen russe qui apparaît dans un certain nombre d'affaires criminelles, c'est-à-dire des petits délinquants, a pris l'avion, a été empoisonné dans un buffet et est tombé malade. Ils ont commencé à le soigner. L'Ouest a demandé à le voir. Ils ont envoyé une femme inconnue chercher une bouteille contenant des traces de la drogue mortelle. Va chercher une bouteille de Novichok. Une bouteille de Novichok, qui tue tout ce qui l'entoure dans un rayon de cent miles, a été apportée dans le sac à main d'une dame sur un vol civil général. Personne n'a été blessé. Pas la dame, pas les passagers. Mais un poison mortel a été trouvé dans cette bouteille (Novichok), et maintenant Poutine est accusé. Ils menacent de faire échouer le projet Nord Stream-2 et nous appellent tous à nous repentir. Pour une bouteille de Novichok. Qu'est-ce que c'est, sinon une ingérence, une opération spéciale sur notre territoire ? Et ce aujourd'hui, après 20 ans de souveraineté généralement restaurée par Poutine.

 

Je n'ai peut-être pas dit ce que l'on m'attribue, à savoir que nous devons agir de manière symétrique. Mais il est clair que nous devons agir de manière symétrique. Et selon les circonstances - de manière flexible. Si c'est Trump, on ne le fait pas. Sous sa direction, les États-Unis ont dû faire face à leurs propres problèmes. Mais si c'est Biden, nous devons le refaire. Si seulement il essayait de faire ce qu'il dit publiquement qu'il fera à propos de la Russie. Vous vous mêlez de nos affaires avec des petits délits et des histoires de bouteille de Novichok, alors pourquoi ne pas nous mêler des vôtres ? Liberté pour les manifestants pacifiques au Capitole ! Et ouvrons une distribution de biscuits Slavich généreux à tous les manifestants de notre ambassade. Il y a des biscuits comme ça.

 

Et tout cela est censé scandaliser l'Occidental. Mais tu sais quoi ? Je me fous de leurs sensibilités. S'ils nous attaquent, nous attaquerons en retour. S'il y a des opérations d'espionnage sur notre territoire, s'il y a des stratégies continues pour amener ouvertement leurs personnes à la direction de notre pays, nous devons répondre de la même manière. Regardez, où finissent de nombreuses personnalités influentes de l'élite russe - politiques, économiques, intellectuelles, culturelles ? Où est le Premier ministre Kasyanov ? Où est le conseiller présidentiel Illarionov ? Où sont Gleb Pavlovsky et Marat Gelman, les idéologues de l'administration Voloshin et les acolytes de Vladislav Surkov ? Où sont les oligarques influents que sont Gusinsky, Berezovsky, Khodorkovsky ? Aux États-Unis, en Occident, parmi les ennemis mortels de la Russie et de sa souveraineté. Main dans la main avec les services secrets américains, ils élaborent des plans pour renverser le détesté Poutine et remettre la Russie sous le contrôle des mondialistes. Et ces gens étaient au sommet du pouvoir. Et il est fort probable qu'ils ne soient pas parvenus à ce sommet sans l'aide de ces mêmes services spéciaux.

 

Où se retrouvent ces personnes, qui ont perdu leur position dans notre société ? - On les trouve au cœur même des organisations de renseignement occidentales. Ils continuent à partir de là, à bonne distance, à salir notre pays, à financer et à soutenir le mouvement de protestation, à tisser des intrigues sales et à diaboliser ceux qui servent honnêtement la Patrie.

 

Sommes-nous censés dire : "Oh-oh, nous n'agissons que dans le cadre de la loi... Nous n'irons pas loin de cette façon. Nous devons agir de manière symétrique : si vous nous attaquez, nous vous attaquerons. Si vous déclenchez une avalanche de fausses informations contre nous, nous ferons de même.

 

Je devrais en fait me réjouir de ce qui se passe aux États-Unis en ce moment, car ce n'est pas nous, mais les mondialistes eux-mêmes qui ont créé les conditions préalables à une guerre civile aux États-Unis en menant cyniquement leur propre révolution de couleur contre les Américains.

 

Mais ils mentent comme si rien ne s'était passé : ils disent encore, ils disent que c'était nous : "encore Douguine, encore Poutine, encore Prigozhin, encore Malofeev". En fait, les mondialistes eux-mêmes étouffent la société américaine de leurs propres mains, ils la détruisent. Jusqu'à quel point la mendicité du système des mondialistes, leur cynisme, leur mépris non seulement pour nous, mais aussi pour leur propre peuple, je ne pouvais pas imaginer. C'est un véritable totalitarisme libéral. Tout opposant ici sera facilement noté entre crochets ou même sans eux, n'importe quoi. Tout ce que tu n'as pas dit, mais que tu n'as même pas pensé. C'est comme ça qu'ils traitent Trump aussi.

 

Ils s'entraînaient sur les Russes, sur moi (ils disent, l'homme le plus dangereux), sur Poutine. Maintenant, tous ceux qui sont dans leur propre pays sont traités exactement de la même manière. Kamala Harris a demandé que le compte Twitter de Trump soit fermé. Et ils l'ont fait ! Au Président en exercice des États-Unis !

 

J'ai d'ailleurs désactivé twitter, le flux youtube et l'email Google. Ça, c'est des "sanctions". Et Trump y fait face. Et ses partisans. La moitié de l'Amérique que les libéraux sont prêts à découper, à détruire. Ces bêtes libérales ne reculent devant rien. Les libéraux eux-mêmes détruisent impitoyablement leurs adversaires - ils les massacrent à la racine. Sommes-nous censés rester assis comme des moutons et attendre d'être abattus ? Non, nous devons contre-attaquer !

 

 

Biden est le mal absolu.

 

Mais aujourd'hui, je ne suis pas heureux de l'effondrement des États-Unis. Je pense que les personnes qui ont voté pour Trump, l'ont élu une première fois et l'ont soutenu à nouveau, contre toutes les pressions sans précédent des extrémistes libéraux, ont déjà obtenu leur droit d'être respectées.

 

Donc je ne suis pas seulement contre l'Amérique, je suis du côté de l'Amérique continentale. Même si cette Amérique n'est pas vraiment proche de nous, voire pas du tout, mais Biden et ceux qui le soutiennent sont déjà le mal pur, absolu, global.

 

Ils ont montré dans cette élection qu'ils sont prêts à sacrifier non seulement la Russie mais aussi leur propre pays. Biden, Kamala Harris, Soros, Bill Gates, Hillary Clinton, Obama ne sont pas du tout américains. Ce sont des mondialistes et des partisans du gouvernement mondial. Ils ne se soucient pas de l'Amérique, ils pourraient aussi bien faire tout ce qu'ils peuvent pour la détruire.

 

Bien sûr, c'est facile de blâmer les Russes, y compris moi, pour l'éclatement de l'Amérique. Mais, en fait, je pense que les patriotes américains, qui sont de plus en plus nombreux, ne sont pas si simples d'esprit. Ils commencent lentement à comprendre qui est qui et à ne pas croire aux mensonges. Dans les années 70 et 80, à l'époque soviétique, nous avions l'habitude de lire le journal Pravda et de comprendre où les mensonges étaient monnaie courante et où une part de vérité se cachait entre les lignes. Parfois, il était juste nécessaire de tout comprendre à l'envers. Les Américains normaux d'aujourd'hui lisent également le Washington Post et le New York Times et regardent CNN. Ils savent très bien qu'il n'y a pas un mot de vérité là-dedans. Le Washington Post et le New York Times n'ont qu'un seul mensonge pur, tout est à l'envers. Et petit à petit, ils apprennent à lire à l'envers. Comme nous l'avons fait à l'apogée de notre totalitarisme.

 

Laissez-nous donc être tenus responsables de l'effondrement des États-Unis de l'intérieur, ce sont les libéraux eux-mêmes qui sont à blâmer.

 

Mais en même temps, franchement, je ne vois rien de criminel dans le fait que si notre pays est attaqué, en utilisant toutes les méthodes à cette fin - y compris les services spéciaux - nous répondons de manière symétrique. C'est logique et normal si nous voulons être libres et souverains. Personne ne nous attaque, alors il n'y a pas de quoi s'inquiéter. S'il vous plaît, construisez votre propre société. Et nous construirons le nôtre.

 

La vérité russe.

 

Si vous nous attaquez à cause de l'affaire Navalny, une affaire insignifiante et farfelue, si vous vous immiscez dans nos affaires internes, nous devons réagir. Ils pourraient même torturer un clochard aux États-Unis (comme nous n'avons pas torturé Navalny), mais nous dirons qu'ils l'ont fait, et exigerons qu'il nous soit remis pour être soigné. La racaille perverse qui dirige le monde aujourd'hui - les libéraux, le gouvernement mondial, les élites politiques internationales - doit agir très fermement. Nous devons comprendre qui ils sont, comprendre qu'ils ne reculeront devant rien. Il est nécessaire de faire face à la vérité et de ne pas l'éviter. Nous devons être prêts, sous quelque forme que ce soit, à leur résister, non seulement à les protéger, mais aussi à les attaquer. Après tout, l'attaque est parfois la meilleure défense. Il n'y a pas de frontière nette entre l'offensive et la défensive dans la stratégie. Si tu veux être défensif, tu dois être offensif. Mais, hélas, il semble que je n'ai pas écrit à ce sujet dans "Les fondamentaux de la géopolitique". Eh bien, j’aurais du.

 

Je pense donc que nous devrions agir de manière symétrique envers ceux qui se déclarent notre ennemi, et qui nous transforment ainsi en notre ennemi.

 

J'en suis convaincu. Et j'aurais pu l'écrire ou le dire quelque part. Mais dans "Les fondamentaux de la géopolitique", j'ai parlé d'autre chose : la civilisation de la Terre, la civilisation de la Mer, et la grande guerre continentale.

 

Bien que je n'exclue pas que, peut-être pas sur cette page particulière, peut-être de la mauvaise manière, sous la mauvaise forme, j'aie pu faire cette remarque. Je ne vois rien de mal à cela. Si quelqu'un veut nous détruire, nous devons détruire celui qui veut nous détruire !

 

Si vous ne nous touchez pas, nous ne vous touchons pas. Si vous interférez constamment avec nous, si vous minez activement l'influence russe dans l'Eurasie post-soviétique, qui ne vous a jamais appartenu ; si vous créez les conditions de révolutions de couleur, y compris la nôtre ; si vous avez truffé notre système politique, administratif et économique d'agents d'influence - soyez prêts à relever les mêmes défis dans votre propre pays. Sinon, il s'avère que certaines personnes mentent totalement, et c'est très bien. Et d'autres le disent - même si ce n'est pas toute la vérité - et c'est déjà un crime. Non, c'est du réalisme. Rien de personnel. La vérité dépend d'une civilisation. Nous avons la vérité russe. Elle et nous devons apprendre à la défendre calmement et avec dignité.

 

La Chine et la Turquie dans les années 90 : des témoignages pour le futur dirigeant

 

Fiodor Shimansky. Vous avez dit que vous aviez changé d'avis depuis. En particulier, le point de vue sur la Chine. À l'époque, vous avez écrit que la Chine devait être déchirée, que le Turkestan oriental et le Tibet devaient être séparés... Ne le pensez-vous pas maintenant ?

 

Alexandre Douguine. Un certain nombre de déclarations et de positions présentées dans les « Fondamentaux de la géopolitique » sont étroitement liées à l'époque des années 1990. Permettez-moi de vous rappeler qu'à cette époque, la Chine s'est lancée à corps perdu dans les réformes libérales initiées par Deng Xiaoping, et a commencé à construire une économie de marché. L'intégration de la Chine dans le marché mondial a été un succès.

 

La Chine n'était pas un de nos grands amis, même à l'époque soviétique - du moins pas dans les dernières décennies, après la mort de Staline. A cause de Khrouchtchev dans une plus large mesure, bien sûr. Mais quand même.

 

Et maintenant, alors que nous sommes complètement désintégrés et sur le point de s'effondrer sous l'alliance fatidique d'Eltsine avec les réformateurs libéraux, la Russie dispose d'un puissant empire libéral au sud de la Sibérie non peuplée - un empire gigantesque, avec une population énorme, inclus dans le marché mondial, délibérément soutenu par les mondialistes contre nous. Géopolitiquement, la Chine ressemble au Rimland, et malgré toute la dualité du Rimland, dans les années 90, il semblait que la composante maritime, la puissance maritime de la Chine, avait triomphé.

 

Et ce à quoi nous avions affaire ne ressemblait qu'au début de ce processus - l'implication de la Chine dans la mondialisation, la transition vers le système capitaliste mondial. Dès 1980, les représentants de la Commission trilatérale ont entrepris de faciliter l'intégration accélérée de la Chine dans les marchés occidentaux, principalement pour miner l'URSS, alors entêtée, en l'encerclant d'un "anneau d'anaconda" le long de tout le littoral du continent eurasien. La Chine, qui évolue rapidement vers le libéralisme, est un maillon essentiel de cette stratégie. Et bien sûr, la Russie a dû réfléchir à la manière de se défendre efficacement contre cette menace - le libéralisme asiatique croissant.

 

Examinons maintenant la Turquie dans le contexte des années 1990. La Turquie est membre de l'OTAN (hier et aujourd'hui). Mais dans les années 90, il était visible à l'œil nu comment la Turquie, avec les intentions les plus inamicales, tente de pénétrer en Asie centrale, dans le Caucase, dans la région de la Volga, en essayant d'étendre son influence sur les peuples turcs. Et tout cela se fait clairement malgré nous et contre nous.

 

Il est également évident que les Américains, les instructeurs américains et les agents d'influence qui contrôlent étroitement la politique turque ainsi que l'armée et les services spéciaux turcs poussent la Turquie à agir ainsi. Le thème même du "panturanisme" est également sous le contrôle des États-Unis et de la CIA. En général, la Turquie agit comme un instrument de confrontation géopolitique du côté de l'atlantisme contre l'eurasisme. Dans ces conditions, la Turquie apparaît comme un adversaire. Mais pas par elle-même, mais en raison de sa complicité avec la stratégie atlantiste des États-Unis et de l'OTAN.

 

Dans le même temps, la Russie était extrêmement faible dans les années 1990. Sa subjectivité géopolitique avait été presque entièrement détruite par l'alcoolique Eltsine et son entourage libéral-oligarchique, qui travaillait directement pour les services secrets américains.

 

C'est dans cette situation - apparemment totalement désespérée - que je peins une image du type de Russie qu'elle devrait être. C'est de l'analyse désespérée. Il faut faire un effort incroyable sur soi-même et voir la Russie de l'autre côté du Yeltsinisme. Parce que Eltsine est anti-russe. Et c'est vers la vraie Russie que je me tourne. A son futur chef, qui est encore secret ou même n'existe pas. Un leader qui a besoin d'apparaître, d'être découvert. C'est à eux que s'adressent les « Fondamentaux de la géopolitique ». Et dans ces conditions des années 90, de l'analyse de la situation internationale sur la base du dualisme strict de la géopolitique classique - Puissance maritime contre Puissance terrestre - il résulte que la Russie doit prendre une série de mesures pour contenir à la fois la Chine, qui est entraînée dans la mondialisation, et la Turquie, qui est un instrument de l'atlantisme.

 

Il s'agit d'une analyse provisoire et quelque peu abstraite, inextricablement liée au contexte spécifique des années 1990. Mais c'est une cartographie géopolitique intelligible, une méthodologie open source et des exemples de son application.

 

Dans la réalité des années 90, la Russie s'enfonce rapidement dans un nouveau cycle d'effondrement - la première campagne de Tchétchénie, dans laquelle d'autres poches de séparatisme et des stratèges étrangers attendent avec impatience la défaite de Moscou. La conscience du dirigeant est absente, et à sa place se trouvent les influences des atlantistes et des libéraux de l'intérieur et de l'extérieur. L'armée est décomposée, les services de sécurité sont paralysés. Les experts et les intellectuels ont instantanément fait défection aux libéraux, et quelques rares personnes honnêtes sont soit coincées dans le soviétisme, soit marginalisées. Seul l'Iran est prêt à résister à l'hégémonie de l'Occident, mais il se méfie encore de la Russie en raison de l'inertie de la période soviétique-athée, et le Kremlin lui-même est encore moins intéressé à se rapprocher de l'Occident par solidarité avec lui.

 

Et pourtant, je décris dans « Fondamentaux de la géopolitique » la Russie qui n'existe pas, mais qui doit exister, et la politique de la Russie qui n'existe pas, mais dont elle a besoin pour son salut et sa renaissance. En même temps, je dispose le texte de manière stylistique comme si tout était plus ou moins normal. Je ne gaspille pas mon énergie à maudire les réformateurs libéraux du gouvernement russe et à déplorer avec nostalgie la Russie que nous avons perdue. Je propose d'aller vers l'avenir quoi qu'il arrive. Et que faire dans une telle Russie droite des années 90 ? Le livre Fondamentaux de la géopolitique donne une liste complète des étapes.

 

- renforcer le gouvernement central et éradiquer le séparatisme à la racine (gagner la campagne de Tchétchénie, mais trouver un moyen d'intégrer dignement les Tchétchènes dans la communauté eurasienne des peuples de Russie)

 

- Résister à la pression de l'Occident, se débarrasser du libéralisme dogmatique et de la cinquième colonne au pouvoir, lever la bannière de la souveraineté.

 

- Franchir le blocus des pays limitrophes en résistant à l'influence occidentale sur la Chine, la Turquie et l'Inde, et en s'efforçant de conclure l'alliance stratégique la plus étroite avec l'Iran.

 

- Tenter d'attirer à ses côtés les élites continentales et conservatrices d'Europe (gaullisme) et du Japon.

 

- Mettre en œuvre des projets d'intégration dans l'espace post-soviétique en créant l'Union eurasienne.

 

Tout ça ne vous rappelle rien ?

 

Corrections géopolitiques : l'évolution eurasienne de la Turquie

 

Mais une trentaine d'années se sont écoulées depuis la rédaction de « Fondamentaux de la géopolitique".

 

Au cours de ces 30 années, la carte géopolitique - non pas la carte idéale, mais la carte réelle - a connu de nombreux changements fondamentaux. L'équilibre des forces change, l'identité même de nombreux acteurs clés est transformée. L'unipolarité commence à s'essouffler, confrontée à de plus en plus de défis et de problèmes.

 

Tournant : Vladimir Poutine arrive au pouvoir en Russie en 2000. Cela change tout. La Russie de Poutine est déjà beaucoup plus proche de la Russie normative que j'ai décrite dans « Les fondamentaux de la géopolitique ». Oui, bien sûr, elle n'est pas encore pleinement la Russie eurasienne qu'elle aurait dû être. Mais c'est déjà beaucoup - beaucoup ! - mieux.

 

La Russie met désormais l'accent sur sa souveraineté et s'efforce de revenir sur la scène mondiale en tant que sujet, et non en tant qu'objet, comme dans les années 90. Il semble que le leader inconnu ait lu le livre « Les fondamentaux de la géopolitique" qui lui était adressé et qu'il ait commencé à agir de cette manière.

 

Le revirement est clairement compris et décrit comme un rejet de la ligne principale des années 90. La Russie change radicalement le vecteur géopolitique. Ce n'est pas facile, car la même élite libérale compradore est au pouvoir. Mais maintenant, tout évolue dans une direction différente.

 

Les changements ne touchent pas seulement la Russie, bien que ce soit un facteur clé. Poutine est en train de sortir le pays de la captivité des mondialistes. Laissez mon pays partir...

 

Mais beaucoup de choses changent également dans les pays voisins. Depuis le début des années 2000, la Turquie revendique de plus en plus sa propre souveraineté et son indépendance vis-à-vis de l'Occident. Le nationalisme turc lui-même devient plus subjectif et s'éloigne de plus en plus des stratégies artificielles qui lui étaient imposées auparavant par les USA et les instructeurs de l'OTAN. Le panturanisme est en net recul face à l'acuité du problème kurde et à la politique turque au Proche-Orient et en Méditerranée orientale. Mais l'Occident a une vision très différente des choses : les Kurdes sont considérés comme un outil de plus entre les mains des atlantistes, et au Moyen-Orient, les États-Unis et l'UE soutiennent plutôt les forces hostiles à la Turquie.

En Turquie, une lutte entre Atlantistes et Eurasiens se prépare depuis le début des années 2000.

 

C'est à cette époque - au tout début des années 2000 - que j'ai fait la connaissance d'Eurasiens turcs, de politiciens, d'officiers militaires, de personnalités publiques. Ils me trouvent par eux-mêmes et établissent des contacts étroits.

 

À propos, mon livre, « Les fondamentaux de la géopolitique", a été traduit en Turquie en 2002. Il est immédiatement devenu très populaire, a été réimprimé de nombreuses fois. En Turquie, c'est un livre célèbre. Il a été étudié dans les académies militaires, les universités, les instituts et les centres de politique internationale.

 

Les Turcs, familiarisés avec la présentation systématique de la géopolitique eurasienne, c'est-à-dire une vision structurée du monde depuis la position de la civilisation terrestre, ont découvert par eux-mêmes le chaînon manquant de l'analyse géopolitique. Auparavant, ils n'avaient lu et étudié que le point de vue atlantiste - c'est-à-dire la vision du monde depuis la position de la civilisation de la mer. C'est ce que résument le mieux les travaux de Zbigniew Brzezinski. Dans "Les fonfamentaux de la géopolitique", les Turcs ont vu la moitié de la Mappa Mundi géopolitique que leurs mentors atlantistes leur avaient sagement cachée.

 

Mais maintenant Ankara avait le choix. L'ouverture de la deuxième option, et la civilisation de la terre comme paradigme, a clairement séduit de nombreux milieux turcs, en premier lieu les kémalistes, et surtout les kémalistes militaires, pour qui la valeur suprême était la souveraineté nationale. Tant que l'OTAN les aidait à le faire face aux menaces soviétiques réelles ou perçues, ils étaient pour l'OTAN des deux mains. Mais lorsque l'URSS s'est effondrée, la menace soviétique s'est évaporée. Et maintenant, la position égoïste des États-Unis - en particulier, leur soutien aux Kurdes et même le projet du Grand Kurdistan dans le contexte du Grand Moyen-Orient - devenait déjà une menace. Les milieux religieux se sont intéressés à l'eurasisme en raison de la critique de la civilisation occidentale en général et de l'hégémonie des valeurs libérales en son sein.

 

Enfin, l'Eurasie était considérée par les nationalistes turcs comme la patrie des Turcs, et l'identité de la société turque ne coïncidait pas avec l'identité européenne et ressemblait davantage à une combinaison de caractéristiques européennes et asiatiques, c'est-à-dire l'eurasianisme.

 

La seule chose qui a mis beaucoup de gens mal à l'aise, c'est que les Russes ont adopté l'eurasisme. Les Turcs avaient l'impression que les « Fondamentaux de la géopolitique » était le manifeste de l'État profond russe. Dans un sens, c'est le cas (ou plus exactement, c'est devenu le cas avec l'arrivée de Poutine). Par conséquent, une partie des Eurasiens turcs ont fait un pas décisif dans ma direction en entamant un dialogue intensif, tandis qu'une autre partie a pris ses distances, estimant que "les Turcs ont besoin d'un autre Eurasianisme, le leur". Mais il n'est pas facile de créer une vision du monde. Et aucun eurasisme "propre" ne s'est formé en Turquie. Par conséquent, ceux qui soutenaient directement ma position géopolitique ont gagné en temps et en finesse d'analyse. Tout d'abord, c'était Dogu Perincek, chef du parti Vatan. Il a accepté l'eurasisme sans aucune réserve et a commencé à développer non seulement quelque chose qui lui était propre, mais a appliqué la théorie eurasienne à la Turquie et s'est doté d'un appareil méthodologique efficace.

 

Le parti Vatan, les kémalistes et les militaires ont commencé à étudier activement les « Fondamentaux de la géopolitique » et d'autres ouvrages eurasiens. Ce livre est devenu un manuel obligatoire à l'Académie militaire. Ainsi, depuis le début des années 2000, l'élite scientifique, militaire, experte et politique de la Turquie, familiarisée non seulement avec le point de vue atlantiste, mais aussi avec le point de vue eurasien, et choisissant entre les paradigmes ce qui convenait le mieux aux intérêts nationaux de la Turquie, a commencé à se former. Il s'est avéré que le modèle eurasien était beaucoup plus efficace que le modèle atlantiste, à court terme et encore plus à long terme.

 

Mais certains ont persisté et sont restés sur des positions pro-occidentales et, par conséquent, anti-russes.

 

Mais parallèlement à l'évolution des vues géopolitiques de l'élite turque, mes perceptions de la Turquie ont également changé. J'ai observé de près les changements d'humeur de l'élite militaire et politique turque. Mes rencontres avec un certain nombre de dirigeants turcs influents et faisant autorité - Suleyman Demirel, Rauf Denktash, Tuncer Kilinc et bien d'autres - m'ont convaincu que la Turquie veut être un sujet de la géopolitique et qu'elle associe de plus en plus celle-ci au vecteur eurasien dans sa stratégie avec un monde multipolaire, une alliance avec la Russie, la Chine et l'Iran, plutôt que de suivre docilement les ordres de Washington et de Bruxelles. Je me suis rendu compte que même l'atlantisme des Turcs était fondé sur une décision souveraine prise dans certaines conditions historiques, et non sur l'abandon de leur indépendance - comme dans le cas de nombreux autres pays qui ont abandonné leur volonté et leur liberté à l'atlantisme, au mondialisme et au libéralisme. J'ai écrit un nouveau livre, L’axe Moscou-Ankara, où j'ai analysé non pas ce qui sépare la Turquie de la Russie-Eurasie, mais ce qui la rapproche.

 

Erdogan avait une position hésitante à l'époque, mais était plus proche des atlantistes. En outre, il a joué la carte de l'islamisme radical, qui correspondait également aux plans généraux de la CIA pour la carte du monde islamique, où les organisations salafistes et wahhabites extrêmes jouaient le rôle de méchants contrôlés. La ligne américaine a également été poursuivie par les structures de Fethullah Gulen. Dans un premier temps, Erdoğan, avec Gülen et les atlantistes, a lancé une répression à grande échelle contre les eurasistes et les kémalistes. C'est devenu la célèbre affaire Ergenekon. L'affaire de la tentative de coup d'État, derrière laquelle se trouveraient des Eurasiens - dont la quasi-totalité de la direction de l'état-major général et des dizaines de milliers de personnes - a été fabriquée avec la participation des services de renseignement occidentaux. Mes amis Dogu Perincek, la direction du parti Vatan et presque tous les militaires et politiciens que j'ai rencontrés ont été arrêtés et emprisonnés. Les juges du procès ont été nommés presque sans exception par la secte Gulen. Beaucoup ont été condamnés à des peines gigantesques et ont passé plus de dix ans derrière les barreaux.

 

Pendant tout ce temps, j'étais en contact avec les Eurasiens turcs, les soutenant du mieux que je pouvais. Mais la politique d'Erdogan a pris un tournant. Il a commencé à se rendre compte que Gulen ne voyait en lui qu'un obstacle pour s'emparer pleinement du pouvoir en Turquie et y imposer la domination directe des Américains. Puis Erdogan a effectué une manœuvre drastique, a commencé à persécuter les gulénistes et a amnistié légalement toutes les personnes impliquées dans l'affaire Ergenekon. De nouveau l'atlantisme et l'eurasisme - mais maintenant dans la politique intérieure de la Turquie. Les juges atlantistes, qui avaient jugé les membres de l'Ergenekon pour de nombreuses violations de la loi, se sont retrouvés dans les mêmes cellules où les accusés eurasiens avaient été détenus auparavant.

 

Puis sont venus les événements dramatiques avec nos pilotes abattus par les défenses aériennes turques, la menace d'une véritable guerre russo-turque, la tentative de coup d'État guléniste en 2016, soutenue par les États-Unis et l'OTAN, et la poursuite de l'évolution eurasienne - quoique pas toujours cohérente - d'Erdogan.

 

Il est intéressant de noter que les Turcs n'ont pas repris les évaluations critiques de leur pays contenues dans les « Fondamentaux de la géopolitique ». Il était plus important pour eux de comprendre la logique même du dualisme géopolitique - puissance terrestre contre puissance maritime. Ils ont simplement ignoré certains passages qui leur étaient pénibles, expliqués, comme je leur ai dit, par le contexte des années 90, en se concentrant sur l'essentiel. C'est ce que font les nations à forte subjectivité, qui vivent avec une volonté et un avenir plutôt qu'avec un ressenti. Ça m'a fait respecter les Turcs encore plus. Et toutes les modifications de l'évaluation initiale de la géopolitique de la Turquie, je les ai progressivement apportées dans mes travaux ultérieurs. Mais j'ai décidé de ne pas corriger le texte des "Fondamentaux de la géopolitique". C'est un document historique de l'époque - comme "L'axe géographique de l'histoire" de Mackinder, "Les États comme formes de vie" de Chellen, "Le bloc continental" de Haushofer, "Terre et mer" de Carl Schmitt ou "Le grand échiquier" de Brzezinski.

 

La Chine, la Ceinture et la Route et la Grande Eurasie

 

Avec la Chine, la réévaluation des "fondamentaux géopolitiques" est intervenue plus tard, il y a environ 3 ou 4 ans. C'est alors que j'ai visité la Chine pour la première fois. J'ai alors été convaincu que la Chine est toujours une société traditionnelle, bien que masquée par un développement industriel et technique rapide. Et deuxièmement, au cours des 20 dernières années, notamment avec l'accession au pouvoir de Xi Jinping, la Chine a largement révisé le vecteur initial des réformes de Deng Xiaoping et a commencé à se préparer à une confrontation sérieuse avec les États-Unis, une bataille pour la place de sujet de la politique mondiale, de leader, avec l'affirmation de son identité civilisationnelle et de sa souveraineté géopolitique. Le développement économique et la transformation pour devenir essentiellement la première économie du monde n'ont pas fait tourner la tête des Chinois. Il n'est pas si facile de le renverser. Ils sont strictement divisés entre les avantages qu'ils peuvent tirer de la mondialisation et les risques liés à l'adoption d'un modèle capitaliste libéral. Les Chinois eux-mêmes disent : "Nous embrassons la mondialisation mais rejetons le globalisme." En d'autres termes, ils se sont engagés dans un monde multipolaire.

 

Cette évolution de la Chine peut être retracée dans l'évolution de l'initiative "Une ceinture et une route". Nous avons parlé plus tôt de la renaissance de la Grande Route de la Soie. Au départ, la signification géopolitique de ce projet était plutôt atlantiste. L'idée était d'unir le Rimland - les zones côtières de l'Eurasie, en contournant le Heartland eurasien, la Russie, et en reliant la Chine, l'Extrême-Orient en général, à l'Europe. En général, un projet complètement atlantiste. Ce n'est pas une coïncidence si Brzezinski l'a tant soutenu. Cependant, il a toujours été pour la Chine et contre la Russie. C'est ainsi que ce projet a commencé.

 

Mais que se passe-t-il au cours des 3 ou 4 dernières années ? La Chine, qui a atteint un tel pouvoir et une telle puissance économique au détriment d'une utilisation pragmatique de la mondialisation, du libéralisme et du capitalisme, a clairement pris conscience de ses propres intérêts géopolitiques. Cela signifie que la Chine est déjà devenue un pôle indépendant en fait, qui ne peut pas être une simple province asiatique de l'Occident - comme le Japon d'après-guerre ou la Corée du Sud. La Chine est trop grande pour ça. Mais la Chine ne possède pas le type d'idéologie, le type de modèle ou de paradigme qui pourrait remplacer le libéralisme mondial. En outre, si la Chine a obtenu des résultats aussi impressionnants, c'est précisément parce qu'elle a utilisé à son avantage un jeu totalement étranger. Même pour devenir le deuxième pôle comme l'était le camp socialiste en son temps, la Chine n'a pas l'échelle de la vision du monde. D'où le choix logique de la multipolarité. C'est exactement ce qu'a fait Xi Jinping.

 

Dans un monde multipolaire, la Chine a besoin d'alliés - d'autres pôles. Il est vital de forcer l'Occident à partager le pouvoir. La Russie de Poutine est le tout premier candidat pour de tels alliés. La Russie est un pays immense, le centre géopolitique d'un continent et une civilisation indépendante - non occidentale, eurasienne.

 

Cela a également modifié le contenu même du projet « Une ceinture, Une route". Ces dernières années, les Chinois ont fini par comprendre qu'il s'agissait d'un plan conjoint avec la Russie. Poutine l'a soutenu et a proposé de l'inclure dans le contexte encore plus large de la "Grande Eurasie". Compte tenu de l'évolution que j'ai décrite dans les termes les plus généraux, cela devient le nouveau mot de la géopolitique.

 

Ma relation personnelle avec les dirigeants chinois a également évolué assez rapidement ces dernières années. Je suis allé plusieurs fois à Pékin et à Shanghai. J'ai donné une série de conférences sur la géopolitique et les relations internationales à l'université de Shanghai, à l'université de Pékin et dans de nombreux autres centres universitaires et d'expertise. Il existe une interaction très intense entre l'élite intellectuelle chinoise et nous.

 

Il est intéressant de noter que les deux auteurs les plus fréquemment cités dans la Chine moderne sont Carl Schmitt et Martin Heidegger. Étant donné que je fais les deux depuis de nombreuses années, la plate-forme commune - le réalisme politique et la critique de la modernité de l'Europe occidentale - nous avons bien travaillé ensemble avec les intellectuels chinois.

 

Parfois, les collègues chinois mentionnent des déclarations peu flatteuses sur la Chine tirées des « Fondamentaux de la géopolitique », mais comme les Turcs, ils mettent l'accent sur ce que la Chine peut retirer de l'analyse géopolitique. Une grande partie de la communication avec les Chinois et les Turcs a façonné ma théorie d'un "Heartland distribué", qui est une formule concise pour la géopolitique d'un monde multipolaire. Dans la réalité multipolaire, il n'y a plus de vieux dualisme : une civilisation de la terre (centrée sur la Russie) contre une civilisation de la mer (centrée sur l'Occident, dans le monde anglo-saxon et plus tard, après la Seconde Guerre mondiale, aux États-Unis), et tout le reste est le Rimland. Dans chaque "grand espace" (il importe seulement d'être un "grand espace" !), nous distinguons un Heartland intérieur et un Rimland intérieur, c'est-à-dire le noyau de la civilisation terrestre et les zones de la civilisation maritime. Ainsi, la Chine est dotée du noyau de la Dryland, et de la Turquie, et de l'Inde, et de l'Europe, et de l'Amérique latine, et même des États-Unis, comme nous l'avons vu lors des élections de 2020-2021, lorsque les zones côtières démocrates (bleues) ont soutenu le mondialiste Biden, et que les territoires républicains (rouges) de l'Hinterland ont préféré le conservateur et antimondialiste Trump.

 

Les « Fondamentaux de la géopolitique" ne sont pas un dogme, c'est un exemple d'application de la méthode géopolitique à des circonstances spécifiques - aux années 1990 du vingtième siècle, c'est-à-dire à cette période que l'on appelle parfois le "moment unipolaire". Les "Fondamentaux de la géopolitique" ont montré comment le leadership souverain de la Russie aurait dû penser même dans ces circonstances, en donnant de manière cohérente et consciente à chaque défi sa réponse eurasienne, le plus souvent (sinon toujours !) directement opposée à la réponse atlantiste. Dans ce livre, il est possible de distinguer une partie constante et une partie variable. La constante est une carte géopolitique du monde, basée sur la carte de Mackinder, mais avec la différence que l'Eurasie, la civilisation de la terre, le Heartland russe est pris ici comme un acteur actif.

 

La partie variable était l'application d'un système de coordonnées constant à un contexte spécifique - les années 1990. La partie constante est largement inchangée, tandis que la partie variable fait l'objet de certains ajustements. Je n'ai donc pas seulement changé d'avis et d'appréciation par la suite. La variable elle-même a changé - respectivement, la relation entre les sujets et les objets de l'ensemble du système. Et j'ai suivi ces transformations, je les ai consignées dans de nouveaux textes, interviews et livres.

 

Les « Fondamentaux de la géopolitique » sont quelque peu différents des ouvrages ultérieurs sur la géopolitique. Je dispose d'un manuel de 2012, Géopolitique, où de nombreuses positions ont été clarifiées, corrigées, et des appareils de référence détaillés ajoutés. Il est rédigé dans une langue différente, en tenant compte de plus de facteurs.

 

Mais dans un pays qui venait de s'effondrer sous les coups de l'Occident, complètement désorienté, en proie à une idéologie libérale étrangère et adoptée à la hâte, rongé par la criminalité, l'oligarchie, avec une armée en décomposition et un effondrement mental complet de l'élite, dans un pays qui était un "Petersburg de bandits" géant, il était tout simplement impossible d'écrire dans un langage différent de celui des « Fondamentaux de la géopolitique » - en s'appuyant sur des mythes, des images et des métaphores.

 

Le message principal du livre était le suivant : nous revivrons, nous serons indépendants, nous créerons un nouvel empire eurasien, nous unirons les États post-soviétiques en un seul bloc continental dans l'Union eurasienne, nous deviendrons un pôle libre du monde multipolaire, nous jouerons à nouveau un rôle indépendant dans la politique mondiale, nous écraserons l'hégémonie libérale occidentale et le mondialisme. À l'époque, je l'admets, cela pouvait sembler une absurdité scandaleuse, un délire revanchard. D'autant plus qu'en URSS, la géopolitique elle-même était considérée comme une sorte de science bourgeoise, voire "fasciste". Qu'est-ce que je n'ai pas écouté pendant ces 30 ans ? Mais maintenant, il est clair que c'est moi qui avais raison et non mes adversaires.

 

Et aujourd'hui, la géopolitique est enseignée partout, dans toutes les universités spécialisées. L'Union eurasienne a été créée. La Russie est redevenue souveraine et indépendante. Elle s'est engagée sur la voie de la multipolarité. Ce que je disais au début des années 90 dans une position de pur marginalisme - comme si je me trouvais sous une plaque de plomb - est maintenant diffusé par toutes les chaînes de télévision publiques.

 

Qu'est-ce qui a changé ? Moi ou le monde ? Moi ou l'élite politique ? Cette élite est inconstante, mercuriale. Un jour, ils étaient membres du Komsomol et communistes. Puis dans les années 90, ils se sont immédiatement transformés en libéraux. Maintenant, ils sont tous patriotes et défendent le "consensus de Crimée". Et à cela presque personne n'a expliqué leurs métamorphoses idéologiques. Ils sont la racaille, pas l'élite. Les élites doivent répondre de leurs convictions - en payant parfois un prix élevé, voire leur vie. Et qu'est-ce que c'est ? Les vecteurs axiaux de ma vision du monde ne changent pas. Mais l'analyse n'est pas figée à un stade donné ; elle évolue avec l'histoire et la vie, en conservant son intégrité et ses repères profonds.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexander G. Dugin (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et homme politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre fréquent du Club d'Izborsk.

 

Fièrement traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Alexandre Douguine : Nous vivons à l'ère du libéralisme totalitaire  (Club d'Izborsk, 24 mars 2021)

Alexandre Douguine: Les fondamentaux de la géopolitique

http://Александр Дугин: Основы геополитики

Lire la suite