Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste
Articles récents

"Ce monde est une pensée émanant de l'Intelligence universelle..." (Rûmî)

27 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Photo (P.O. Combelles): fuchsias d'origine sauvage, Sorata, versant amazonien des Andes de Bolivie.

Photo (P.O. Combelles): fuchsias d'origine sauvage, Sorata, versant amazonien des Andes de Bolivie.

Lire la suite

Nikolai Starikov: Cours sur le bien-être. (Club d'Izborsk, 27 avril 2020)

27 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Nikolai Starikov: Cours sur le bien-être.

27 avril 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19164

 

 

Programme économique pour la sortie de crise par Nikolai Starikov.

 

 

 

Conditions préalables.

 

Malgré une politique étrangère et une situation économique difficiles, imposées aux problèmes de l'économie intérieure, la Russie dispose aujourd'hui de toutes les conditions nécessaires à la mise en œuvre rapide d'un nouveau cours économique et social de l'Etat - le Cours du Bien-être.

 

Le "Cours de bien-être" (ou cours de courte durée) est conçu pour conduire à une croissance économique rapide sans inflation supplémentaire et à une croissance encore plus rapide des revenus personnels.

 

La mise en œuvre du cours garantit une croissance économique de 7 à 11 % pendant plus de 10 années consécutives, avec une inflation des consommateurs de 2 à 4 %.

 

L'essence du Cours de bien-être est de résoudre le problème principal de l'économie russe moderne - le manque de la quantité d'argent nécessaire pour les investissements et pour la demande des consommateurs. Et - à tous les niveaux.

 

Aujourd'hui, au niveau de l'État, dans le cadre du mécanisme budgétaire existant, il n'y a pas de fonds pour la mise en œuvre de projets à grande échelle, le réarmement complet de l'armée, le financement de la science, de l'éducation et des soins de santé au niveau approprié. Oui, les fonds non dépensés sur les comptes fédéraux et les réserves internationales de la Banque de Russie sont énormes - mais il est déclaré impossible de les utiliser directement.

 

Au niveau de l'entreprise, il existe des prêts coûteux qui rendent les investissements dans la production non rentables, voire impossibles.

 

Au niveau inférieur - revenus personnels extrêmement faibles et faible demande des consommateurs. Il en résulte une instabilité et des tensions sociales, un sous-développement de régions entières.

 

La monétisation exceptionnellement faible de l'économie russe entraîne un ralentissement du développement de la Russie, qui dispose d'énormes ressources naturelles et d'un potentiel incroyable. Au lieu de cela, il y a une dépendance extrême des prix des articles d'exportation, une tentation constante de dévaluer la monnaie nationale. Tout cela donne une structure instable, très sensible aux influences extérieures. Surtout, il ressemble à un funambule en équilibre au bord d'une faute - et en même temps il parle devant des spectateurs extrêmement hostiles, et se précipite pour "aider" ce funambule à tomber plus vite.

 

 

 

Les principaux éléments du cours :

 

Accélérer la croissance des revenus réels, créer une demande intérieure de consommation et, en même temps, construire de nouvelles installations de production et de nouveaux logements :

 

Une augmentation significative des salaires des employés du secteur public de toutes les catégories et la suppression de l'impôt sur le revenu pour les citoyens dont les revenus sont inférieurs à deux minimums de subsistance. Introduction d'un barème d'impôt sur le revenu modérément progressif, qui joue davantage le rôle de "soupape de justice sociale" que d'outil de remplissage du budget.

 

Accroître les dépenses publiques pour la construction de nouvelles infrastructures affectant la vie et l'activité économique de la majorité de la population - routes et chemins de fer de qualité, tous types de services publics et réseaux énergétiques, établissements d'enseignement et de soins de santé

 

Expansion à grande échelle des prêts pour la construction de nouvelles installations de production et de logements de masse par l'intermédiaire des banques contrôlées par l'État, la plupart des intérêts perçus étant reversés à l'État sous forme de dividendes bancaires.

 

Afin de préserver la stabilité et la prévisibilité du taux de change de la monnaie nationale :

 

Mesures limitées de contrôle des changes pour les opérations non commerciales - avec maintien du libre accès à l'achat et à la vente de devises pour les besoins des exportations et importations de produits de base. Des contrôles stricts - dans les limites des mesures appliquées par la Chine et de nombreux autres pays aujourd'hui, par le Japon dans un passé récent et par la Russie jusqu'en 2002.

 

Il est évident qu'une augmentation des recettes budgétaires et la croissance des autres dépenses du budget fédéral nécessiteront une augmentation des dépenses budgétaires supérieure à ses recettes - jusqu'à 20 % au cours des deux premières années du cours. Comment et comment ce déficit budgétaire sera-t-il couvert ?

 

Une partie importante du cours sur la protection sociale de l'État consiste à abandonner le budget fédéral sans déficit.

L'objectif principal sera la stabilité des prix à la consommation intérieurs avec la croissance des revenus des ménages. La stabilité des prix est obtenue grâce à une politique anti-monopole stricte ("fouet") et à un soutien des crédits à faible taux d'intérêt pour l'ajout rapide des capacités manquantes ("carotte énorme").

 

Le fait même d'un déficit budgétaire n'est pas quelque chose de bon ou de mauvais par définition. Il peut être couvert par la création directe de nouvelles sommes d'argent sur les comptes du Trésor (émission directe). Le déficit peut également être couvert par des prêts à faible taux d'intérêt accordés par les banques d'État à l'État - tous les intérêts perçus sur ces prêts sont garantis pour être reversés à l'État en tant qu'actionnaire de la banque.

 

(Un exemple inspirant est la politique financière du Japon dans le triangle formé par le ministère des finances, la Banque du Japon et la Poste japonaise en tant que plus grande banque d'État du pays. Formellement, les finances du pays répondent à toutes les exigences du FMI, de la Banque des règlements internationaux (BRI) et d'autres institutions et accords internationaux).

 

La pratique de la Chine au cours des 20 dernières années confirme qu'il est possible d'amortir une partie des prêts émis par les banques d'État aux entreprises privées et publiques. L'essentiel est de vérifier le fait de la création de nouvelles industries et d'infrastructures, qui ont pris ces prêts. Les mécanismes d'annulation des prêts émis (c'est-à-dire les subventions cachées aux entreprises) peuvent être différents, les détails dans d'autres sections de la description détaillée du cours.

 

 

Au total - les points 3, 5 et 6 peuvent doubler la masse monétaire dans le pays pendant les trois premières années du cours. Pas d'inflation pour les consommateurs !

 

Dans quelle mesure est-il nécessaire et possible d'utiliser chacun des moyens mentionnés pour l'expansion de la masse monétaire ?

 

Expansion des prêts des banques d'État

Augmentation des dépenses budgétaires grâce à des prêts accordés à l'État par les banques d'État

Restructuration (annulation) d'une partie des prêts émis en cas de réalisation des objectifs de financement,

Emission directe du Trésor fédéral.

 

Tous ces outils permettent d'atteindre des objectifs et des résultats similaires. La part optimale de chacun de ces instruments pour étendre la monétisation de l'économie russe dépend également du processus de négociation avec les institutions financières extérieures (comme le FMI). Comme dans le cas de la Chine, un compromis sera inévitablement atteint, qui permettra de mettre en œuvre les étapes requises du cours, mais avec un "paquet" différent de ces étapes pour les observateurs extérieurs.

 

7. Au cours des deux premières années du cours, il est possible de préserver la structure actuelle de propriété et de réglementation dans l'industrie de l'électricité, les services publics, RZD et autres monopoles naturels. Tous auront besoin d'accords pour restructurer leurs dettes bancaires et aider le gouvernement à financer leurs dépenses d'investissement. Cela se fait par le biais des mêmes mécanismes de financement des investissements décrits ci-dessus - en échange de la fixation des tarifs des monopoles pour les trois prochaines années.

Par exemple, des affectations budgétaires directes ou des prêts à faible taux d'intérêt accordés par des banques d'État, avec parfois l'annulation ultérieure de certains prêts pour la construction d'infrastructures. En échange, les entreprises énergétiques seront obligées ( !) de réduire ou de ne pas augmenter leurs tarifs pendant plusieurs années.

 

Au cours des 30 dernières années, de nombreux monopoles naturels sont devenus des entreprises privées. À long terme, l'État devra accroître la part des collectivités locales, des autorités régionales et du centre fédéral en tant que propriétaires et gestionnaires des infrastructures du pays. Une bonne façon de s'engager sur cette voie est de créer de nouvelles infrastructures avec des fonds publics et de les louer pour une somme symbolique aux opérateurs privés d'infrastructures actuels. En ce qui concerne les projets - lorsqu'il est difficile d'attribuer de nouvelles installations à l'État - ils seront créés pour bénéficier de prêts et de subventions du gouvernement, l'opérateur devant les faire payer pour maintenir ou réduire les tarifs pour les utilisateurs finaux.

 

Tout monopole naturel (électricité, services publics, transport ferroviaire) a les coûts les plus élevés dans le domaine des investissements pour l'expansion des infrastructures et l'entretien des prêts contractés pour leur création. Une forte réduction des coûts de leur construction par les sociétés monopolistiques elles-mêmes et du coût du service des prêts bancaires sur celles-ci permettra de maintenir la rentabilité de ces sociétés avec des tarifs gelés ou même réduits.

 

 

 

Les deux premières années du cours sont caractérisées par une croissance économique rapide sans inflation, car les capacités de production, la capacité des réseaux d'ingénierie et la main-d'œuvre disponible ne sont pas pleinement utilisées aujourd'hui. Certaines industries ont un taux d'utilisation des capacités élevé - c'est là que les prêts et les subventions du nouveau Fonds seront nécessaires pour ajouter de nouvelles capacités le plus rapidement possible.

 

 

 

La vitesse de la croissance au cours des deux premières années dépend de la stabilité du taux de change du rouble (c'est-à-dire - du succès du contrôle de la monnaie), de l'augmentation des salaires, des pensions et des prestations sociales du secteur public, de la rapidité de l'augmentation des prêts aux industries existantes et de la disponibilité d'un nombre suffisant de travailleurs.

 

Cela implique la nécessité d'attirer le maximum de russophones des pays voisins et les principaux spécialistes étrangers du monde entier par le biais d'avantages (levée) et de crédits préférentiels pour le logement dès le début. Il sera également nécessaire de fournir des prestations importantes pour soutenir les personnes déplacées dans les régions du pays où la pénurie de main-d'œuvre est la plus importante et de donner la priorité à l'ajout de nouvelles capacités.

 

La vitesse de la croissance future (3e année et au-delà) dépend du travail des nouvelles agences de développement - le Fonds de croissance et le Fonds de construction de logements, deux nouvelles agences de développement qui sont essentiellement similaires à l'actuel Fonds de développement de l'industrie sous l'égide du ministère de l'Industrie et du Commerce, mais qui sont beaucoup plus grandes en taille et qui disposent de plus de pouvoirs et d'outils. Premièrement, ils devraient prendre en charge le crédit d'une partie importante des nouvelles capacités de production des entreprises privées et la création de nouveaux sites pour le logement et la construction industrielle. Deuxièmement, ils devraient financer la substitution des importations, la création d'analogues internes de nombreux noms d'équipements industriels les plus courants, ainsi que des technologies et des équipements pour les services publics et la construction.

 

Étapes spécifiques du programme de cours sur la protection sociale

 

La période préparatoire est les 3 premiers mois à partir de la décision de mettre en œuvre le cours.

 

А. Développement de l'ajustement du budget fédéral.

 

- Préparation des banques d'État existantes comme centres d'émission, si nécessaire, création de nouvelles banques sur la base de banques préexistantes assainies et nationalisées, création de nouvelles subdivisions au sein des grandes banques existantes avec la participation de l'État.

 

- Élaboration de nouvelles lois et réglementations pour garantir les actions requises au cours des premiers mois

 

A.  Développement et organisation des deux premiers nouveaux fonds - le Fonds de croissance (FR) et le Fonds de construction de logements (HDF). Développement et établissement de subdivisions supplémentaires au sein des structures étatiques existantes - en particulier, surveillance des prix au sein du FAS.

 

La mise en œuvre des tâches du cours nécessitera de nouveaux rôles et de nouvelles tâches pour les différentes agences. Et par conséquent - de nouvelles ressources pour cela, c'est-à-dire de nouvelles subdivisions, de nouveaux systèmes d'information, de nouveaux employés. Exemple - le Fonds de croissance devra interagir avec le FAS dans le cadre du suivi mensuel des prix à la consommation par région, afin d'identifier les secteurs et les entreprises pour l'ajout rapide de nouvelles capacités. Une analyse plus détaillée des prix par nom de produit dans diverses chaînes de vente au détail sera nécessaire pour les services spécialisés, qui sont actuellement utilisés par tous les grands producteurs de biens de consommation en Russie.

 

В. Création d'une nouvelle agence pour la surveillance des banques et du marché des changes : la WBN (Currency Bank Supervision), une agence fédérale distincte dont le chef a le rang de vice-premier ministre.

 

Afin d'assurer le contrôle des devises et la conformité de la politique de crédit des banques avec les intérêts du Cours (il n'y a pas encore suffisamment d'accords sur un nouveau régime de réglementation bancaire avec des institutions extérieures telles que le FMI), il sera nécessaire de préserver l'apparence de l'ancienne structure de la "Banque centrale comme méga-régulateur", avec l'ajout d'une nouvelle structure de contrôle. Le lien entre la surveillance de la Banque de la Monnaie et les deux Fonds devrait créer un bloc financier et économique parallèle au sein du pouvoir exécutif, subordonné au Premier ministre de la FR.

 

Ce bloc peut être appelé une "oprichnina financière" - la structure de contrôle et de gestion de l'État qui retire l'influence extérieure de la politique économique de l'État.

 

 

 

Étape 1 : Le premier mois :

 

Le prétexte pour une transition urgente vers le nouveau cours devrait être "des mesures temporaires urgentes pour rétablir la stabilité économique autour de la situation liée à...". (ou quelque chose de ce genre), avec l'assurance des investisseurs externes et internes existants que leurs intérêts seront raisonnablement pris en compte et protégés, mais avec l'inévitabilité de nouvelles règles du jeu.

 

Déclarer et mettre en œuvre des augmentations des prestations sociales, des pensions, des salaires du secteur public, en commençant par les plus pauvres et les plus critiques pour la stabilité de la société. Introduire un impôt sur le revenu des personnes physiques nul pour les revenus inférieurs à 25 000 Br par mois. Les revenus des couches les moins bien rémunérées (retraités, fonctionnaires) et des employés du secteur privé (55 millions de personnes au total) devraient doubler d'ici la troisième année du cours sur la protection sociale.

Annoncer un plan visant à réduire le taux d'escompte à 2 % au début du cours, le niveau d'intérêt prévu sur les prêts de 2 à 4 % des banques d'État dans le cadre de programmes ciblés ; un plan visant à fournir des prêts ciblés pour l'expansion des installations de production et la construction de logements avec un prix au mètre carré inférieur à un certain chiffre pour chaque région.

Annoncer les premières mesures de contrôle des devises et les pouvoirs du nouvel organe - la Surveillance de la monnaie et des banques (CBA), agissant immédiatement et simultanément avec le début de l'augmentation des paiements sociaux et des salaires des employés publics.

Au moment du nouveau contrôle des changes et de l'annonce du taux d'actualisation prévu, prévoir des mesures temporaires sous forme de "vacances" dans quelques mois sur les prêts existants avant les nouvelles règles, afin d'éviter les interruptions des prêts aux entreprises et à la construction de logements.

Expansion du travail des deux principales agences de développement - le Fonds de croissance et le Fonds de construction de logements, avec des succursales dans chaque district fédéral et avec des projets soutenus dans la plupart des régions de la Fédération.

Des mesures à court terme pour stimuler une partie de la demande des consommateurs, telles que le rachat de vieilles voitures et le remplacement de vieux appareils électroménagers pour créer une demande de produits fabriqués localement avec un niveau de localisation minimum acceptable.

 

 

Deuxième étape . Ensuite, 2 à 6 mois.

 

Début de la surveillance des prix à la consommation, des prix des secteurs clés de l'économie afin d'identifier les zones prioritaires pour l'expansion du financement à faible taux d'intérêt. Il s'agit d'un élément clé de l'ensemble du cours - le suivi de la croissance des prix pour une attribution rapide du soutien financier à la création de nouvelles capacités. Le but de ces actions de l'État est de renforcer la concurrence intra-industrielle, en aidant la croissance dans leurs domaines de campagnes #3, #4, etc., si les acteurs #1 et #2 n'initient pas l'ajout des capacités requises assez rapidement. La croissance des prix sera limitée d'une part en raison de l'introduction de nouvelles capacités dans ce segment de l'économie par le biais de projets ponctuels et de financements bon marché ("carotte"). D'autre part, grâce à la pression du FAS ("bâton"), qui, en étroite collaboration avec le Fonds de croissance, enquêtera sur les cas d'augmentation des prix monopolistiques. Aujourd'hui, le "fouet" ne fonctionne pas principalement en raison de l'absence d'un véritable mécanisme de croissance des nouvelles capacités de tous types.

Les banques nouvellement organisées (ou nationalisées parmi les banques précédemment assainies, qui appartiennent à l'État et coordonnent leur politique de crédit avec le Fonds de croissance et le Fonds de construction de logements) ont commencé leur travail.

Annonce d'un programme d'attribution de parcelles supplémentaires dans chaque entité constitutive. L'objectif est d'augmenter rapidement le volume de construction et de contenir la croissance des prix du logement dans les limites de 15 % maximum au-dessus du niveau actuel des prix.

(Il s'agit de créer une forte attente de la population et des promoteurs quant à l'augmentation prochaine de l'offre de logements, afin qu'une forte réduction des taux d'intérêt sur les prêts et une augmentation des revenus de la population n'entraînent pas une hausse des prix des logements). Dans son travail conjoint avec le Fonds de construction de logements, le FAS joue un rôle similaire à celui décrit ci-dessus à propos du Fonds de croissance - trouver les zones de risque de hausse des prix et se concentrer sur la poursuite de la collusion, tandis que le Fonds alloue des fonds pour de nouveaux réseaux d'ingénierie et des prêts à la partie des besoins du promoteur, qui est maintenant transférée à tort au mécanisme des comptes bloqués.

 

Création de nouvelles divisions au sein du Fonds de croissance (GF) et du Fonds de construction de logements (HDF) pour le soutien technologique de nouveaux projets et la substitution des importations de technologies clés. Afin d'assurer une substitution efficace des importations, les deux Fonds devront accorder des subventions aux entreprises privées pour la création des analogues locaux nécessaires des technologies clés et des unités d'équipement utilisées dans le fonctionnement de 80 % de toutes les installations de production, des réseaux d'énergie et des services publics - pour un montant d'environ 300 milliards de roubles par an au cours des 5 premières années du cours.

Annonce de projets d'infrastructure supplémentaires financés par l'État - tout d'abord, ceux qui soutiennent la construction de logements supplémentaires dans les endroits où vit la majorité de la population russe (installations centrales de traitement, collecteurs et conduites d'eau, capacités supplémentaires des sources d'approvisionnement en eau centralisées, sous-stations de 10kV, réseau routier intra-urbain pour l'extension de la construction de logements). Leur financement par le Fonds de construction de logements, à hauteur de 500 milliards de Rb par an, ainsi que la procédure temporaire d'attribution accélérée de parcelles pour la construction de logements dans chaque entité constitutive de la Fédération de Russie, permettront d'éviter une augmentation des prix des logements même si la demande solvable de logements devrait doubler (augmentation des revenus avec une forte réduction des coûts hypothécaires).

Élargissement progressif et sans heurts de la liste des opérations de change non commerciales autorisées en vertu des nouvelles règles de contrôle des changes, tout en maintenant un taux de change du rouble stable.

Annonce de mesures visant à attirer pour une résidence permanente des résidents russophones d'autres pays, des non russophones de compétence technique, ainsi que des mesures de soutien aux personnes déplacées à l'intérieur du pays afin de maximiser la mobilité de la main-d'œuvre dans le pays avec des paiements importants par famille (500 mille - millions de roubles), en plus de mesures pour des hypothèques à faible taux d'intérêt et un soutien aux promoteurs dans les lieux d'implantation souhaités des colons externes et internes.

 

 

Crédit, budget et politique des prix pendant la première année du cours

 

- Le principal mécanisme de dissuasion dans la mise en œuvre du programme est d'éviter de créer une masse monétaire nouvelle excessive et une inflation des consommateurs, tout en soutenant financièrement de nouvelles capacités de production afin de retarder le moment où leur pénurie provoquera une hausse des prix.

 

- Par conséquent, tant l'augmentation des dépenses budgétaires que l'accroissement considérable des prêts à faible taux d'intérêt peuvent être plus ou moins importants tant que les nouveaux Fonds parviennent à "maîtriser" le nombre maximum de projets pour de nouvelles capacités de production et de nouvelles infrastructures. Les fonds eux-mêmes n'agissent qu'en tant qu'organisateurs du processus pendant les cinq premières années du cours, tandis que de nouvelles compositions de gestionnaires et de spécialistes des banques d'État sont en cours de formation. Au fil du temps, le rôle des banques d'État dans le financement direct du cycle d'investissement augmentera, tandis que le rôle des Fonds sera réduit aux projets qui nécessitent un soutien ciblé et souvent subventionné, non remboursable.

 

- Plus le travail des nouvelles agences de développement est rapide, plus il est possible de "verser" plus d'argent frais dans l'économie sans inflation, et plus la croissance économique est rapide.

 

- Le contrôle des devises empêche les attaques spéculatives sur le rouble et maintient le taux du rouble dans un corridor où il ne provoque pas d'inflation chez les consommateurs.

 

- De plus, le contrôle des changes réduit l'exportation de capitaux sous sa forme la plus néfaste et la plus frauduleuse - par des astuces comme "créer un nouveau prêt, puis par la collusion de l'emprunteur et de la banque pour échanger ces "nouveaux" milliards de roubles contre des dollars ou des euros, et les retirer de Russie. Ou simplement voler ces fonds lors d'achats gouvernementaux et les faire sortir du pays.

 

À la fin de la première année, il sera possible d'achever la transition du système bancaire vers une situation où plus de la moitié des nouveaux prêts à des fins d'investissement sont alloués dans le cadre du Fonds de croissance et de construction de logements. Même avec les deux tiers des nouveaux prêts des banques d'État et leur interaction avec les deux fonds, le volume des prêts à émettre par les banques commerciales privées sera plus élevé qu'aujourd'hui et laissera une marge raisonnable de concurrence dans le secteur bancaire. En dehors de ces fonds, il restera le financement de grands projets d'exportation de matières premières tels que de nouveaux grands gisements et gazoducs, les plus grands projets d'infrastructure tels que le pont de Crimée, ou de nouveaux ports et autres installations au-delà du cercle arctique.

 

La poursuite doit être poursuivie...

 

 

Nikolai Starikov

https://nstarikov.ru

Nikolai Viktorovich Starikov (né en 1970) - célèbre écrivain, publiciste. Fondateur et leader idéologique de l'organisation publique "Syndicat des citoyens russes". Directeur commercial de la branche de Saint-Pétersbourg de "Channel One" de la télévision russe. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc.

Nikolai Starikov: Cours sur le bien-être. (Club d'Izborsk, 27 avril 2020)
Lire la suite

Vasily Simcher : la crise des attentes (Club d'Izborsk, 27 avril 2020)

27 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Vasily Simcher : la crise des attentes

27 avril 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19172

 

 

Tout s'apprend en Russie dans la difficulté. Le salut de la Russie réside dans sa capacité à mobiliser instantanément et de manière désintéressée toutes ses énergies matérielles et spirituelles, toutes ses forces, ses ressources et ses moyens. Cela a été le cas lors de toutes les guerres, épidémies et autres catastrophes, et cela doit continuer à être le cas.

 

Que s'est-il passé cette fois-ci ? Pourquoi la Russie est-elle aujourd'hui clairement à la traîne en matière de mobilisation ?

 

Aujourd'hui, tout est en attente. La passion pour le coronavirus augmente, les taux de croissance économique et le niveau de vie diminuent. Les prix du pétrole chutent, l'ampleur de la crise augmente, les revenus et les réserves fondent. Le soutien des autorités à la population et aux entreprises en détresse est incompréhensible, dix fois moins que dans d'autres pays. Les autorités réduisent leurs obligations, dissimulent les réserves d'assurance accumulées et les réserves pour les catastrophes naturelles, et tardent à prendre les décisions rapides nécessaires. La confiance qu'on lui accordait auparavant diminue de façon catastrophique.

 

Il n'y a pas de données fiables. Ce qui se passe réellement, c'est que personne ne le sait. Il n'y a pas d'état d'urgence dans le pays. L'indignation, le désarroi et la confusion des gens dans la société augmentent. Les gens sont complètement confus. Personne ne sait ce que notre pays a aujourd'hui et ce qu'il n'a pas, sur quoi il faut compter et sur quoi il ne faut pas compter. Il n'y a pas d'inventaire des biens nationaux ni de liquidités, et personne ne s'attend à ce qu'ils le soient. Il n'y a pas de solidarité entre le "suprême" et le "bas" et aucune unité de pouvoir avec le peuple.

 

Dans l'ensemble, il y a une crise systémique de mobilisation nationale à grande échelle face à une menace que la Russie n'a jamais rencontrée auparavant, ou plutôt est perçue comme telle. Le gouvernement russe n'a aujourd'hui aucun plan clair pour surmonter cette crise. Ou bien la crise elle-même n'existe-t-elle pas ?

 

Le peuple a-t-il raison et est-il disposé à se débarrasser de cette incertitude et à savoir ce qui a empêché (même aujourd'hui) l'élaboration et la présentation d'un plan aussi nécessaire et intelligible ? À quoi bon vivre isolés les uns des autres, sans travail et dans une ignorance quasi médiévale de ce qui se passe autour de nous ?

 

Bien sûr, la mobilisation en tant qu'idée, modèle et outil puissant pour une concentration accélérée des ressources et des forces disponibles est une bonne solution fiable et une aide pour trouver une issue à toute crise. En Russie, c'est une solution fondamentale. L'exécution est généralement mauvaise. Et les résultats sont fatals : mesures illégales et violentes, mensonges et tromperies, contrefaçons, pillages et rafles, coûts et sacrifices exorbitants, pertes humaines et matérielles injustifiées.

 

Cela pendant de nombreuses années ne pouvait pas faire de tous, pris ensemble, les partis et forces d'opposition, les meilleurs esprits et radiateurs de la Russie : considérer l'autorité, adoucir les oppressions, réduire les impôts et la corruption, augmenter l'aide, le soutien et la suffisance des mères seules et des familles pauvres, - le coronavirus a arrangé presque du jour au lendemain. En Russie, elle a agi comme une sorte de force venue d'en haut - comme si en punition, l'autorité détentrice de l'indulgence et de l'assistance riche, pour des délits et des atteintes injustes aux personnes, avait ébranlé toutes les passions humaines. Les autorités se sont tournées vers le peuple pendant un certain temps et, du jour au lendemain, ont pris tant de décisions positives dans son intérêt, comme si elles n'avaient pas pu accepter, semble-t-il, pendant toute la durée de leur existence en Russie.

 

La seule chose qui suscite des doutes et de l'anxiété est de savoir combien de temps dureront toutes ces bénédictions ? N'est-ce pas là un autre jeu hypocrite et une aumône aux pauvres, ce dont nos gens trompés ont eu assez dans le passé ? Ne s'agit-il pas de soucis imaginaires ? Quel est l'appel au peuple "Chers frères et soeurs", qui était tout simplement impensable hier, quand il n'y avait pas de frères et soeurs chez les supérieurs des citoyens ordinaires de Russie ? N'était-ce pas un discours de loups en peaux de mouton ? "La liberté vaut mieux que la non-liberté", l'auto-isolement vaut mieux que l'isolement forcé, isoler (et en cas de violation du régime d'auto-isolement - punir) chacun des 147 millions de personnes de la population saine du pays en son nom propre et à ses frais est plus facile et moins coûteux que d'identifier, de tester et d'isoler aux frais de l'État - à peine un centième ! - une partie de la population infectée, peut-être. Il y a beaucoup de doutes et d'inquiétudes raisonnables, et pas très raisonnables, à ce sujet, et ils se multiplient malheureusement au lieu de diminuer dans le régime d'auto-isolement.

 

Que faut-il faire pour que les gens ne se trompent pas ou ne soient pas trompés une fois de plus ? Quoi de plus que les promesses actuelles et le vaccin antiviral pour sauver notre peuple et notre pouvoir de la crise actuelle des hybrides ? La bonté et la gentillesse sont immanquablement inhérentes à notre peuple qui, dans les moments difficiles, brille dans les ennuis comme des diamants dans la nuit.

 

Ce qui se passe en Russie aujourd'hui pourrait-il se produire en URSS ? La réponse est évidente : non!

 

Et non pas parce que l'Union soviétique était dans un certain ordre spécial assurée contre les catastrophes naturelles. Cette assurance n'existe pas et il n'y a pas moyen ! Mais l'URSS, avec toute son idéologie humaine d'égalité et de prospérité universelles, d'organisation planifiée du travail et de la production, était, a priori et par définition, prête à refléter toutes les attaques et catastrophes naturelles ou provoquées par l'homme, ce qui a clairement démontré au monde sa victoire historique lors de la Grande Guerre Patriotique.

 

La Russie n'est pas prête ! La raison première n'est même pas le manque de forces productives puissantes et de personnel dévoué de la plus haute qualification, dont notre pays ne dispose pas aujourd'hui et de près. La cause profonde de cette situation est l'absence de notre propre idéologie et, par conséquent, de notre propre nom et patronyme dans le monde moderne. Et pas seulement l'absence, mais l'interdiction établie par la Constitution de la Fédération de Russie de la présence de sa propre idéologie dans le pays. Un pays sans idéologie propre est un homme sans tête. Le pays sans idéologie est le pays impersonnel, le pays sans parenté et une tribu, le pays cosmopolite, ne peut pas exister et prospérer dans le monde moderne politisé par définition. La seule option est d'abolir le statut même du pays dans le monde moderne.

 

N'est-ce pas pour cela qu'aujourd'hui nous sommes si insolvables, si dépendants et sujets à des phénomènes de crise que nous nous sommes privés de notre propre idéologie ? N'est-ce pas pour cela que nous sommes aujourd'hui loin d'être "en avance sur la planète entière", mais que nous piétinons les marges de l'histoire du monde depuis une décennie maintenant ? Pendant des décennies, notre potentiel et nos ressources naturelles n'ont pas été utilisés... Comme dans la guerre, l'extinction massive, avec leurs habitants, villages et villes... Quarante millions d'hectares de terres vides et près de cent mille usines et usines abandonnées, dix millions de personnes qui ont perdu leur emploi, l'ordre étranger qui prévaut et qui prive chaque année presque tous nos compatriotes de leur misère - ce sont les conséquences directes et les plus déprimantes de notre renoncement volontaire à notre propre idéologie !

 

De quel type d'idéologie avons-nous besoin ? L'idéologie du grand rêve russe, du monde russe ou pan-slave, avec des frontières ouvertes, le libre-échange ? Ou, par choix, l'idéologie du capitalisme libéral ? Ou encore "un socialisme à visage humain" et un international en tête ? Ou, au contraire, l'idéologie du protectionnisme et du conservatisme russes avec à sa tête l'autocratie monarchique et l'orthodoxie ecclésiastique ? Ou l'idéologie du développement économique avec l'autonomie, avec des frontières fermées et la protection des producteurs nationaux de matières premières ? Ou, enfin, l'idéologie de la solidarité - communauté, artel ou foyer - la charité, organique, chair de chair, inhérente au mode de vie, aux compétences, aux coutumes et aux fantasmes de notre peuple, qui, comme nous le savons, est capable par des activités apparemment si simples, d'agir de manière créative sur les plus hauts sommets du génie humain et, comme personne, de synthétiser les énergies matérielles et spirituelles les plus complexes du monde ?

 

Le monde russe, au cours de ses plus de mille ans d'existence, n'a pas encore réussi à faire un choix définitif, acceptant et rejetant chacune de ces idéologies à différents stades de son développement, tout en subissant des pertes incommensurables.

 

Que voulons-nous et recherchons-nous en tant que nation aujourd'hui ? Que pouvons-nous faire et que ne pouvons-nous pas faire ? Y a-t-il une limite à notre impertinence et à nos possibilités ? Il existe une réponse adéquate à ces questions et à d'autres questions similaires. Elle est limitée par nos espaces territoriaux et nos distances immuables, le climat et les capacités physiques et spirituelles données par Dieu, qui ne peuvent pas et ne doivent pas être manipulées mortellement sans comprendre ce qu'elles représentent.

 

Bien sûr, les troubles mobilisent, unissent et multiplient ainsi les forces et les moyens du peuple dans le but de s'en débarrasser au plus vite. C'est ce que toutes les nations ont toujours fait dans les situations de crise. Nous avons, bien sûr, fait de même. Mais cette fois, quelque chose a mal tourné. Qu'est-ce qui a empêché (et empêche encore) la mobilisation actuelle ? Pourquoi se déroule-t-il si lentement et de manière si incohérente, et à bien des égards ridicule et non rentable ? Pourquoi avec la croissance du front des mesures anti-épidémie et leurs coûts ne diminuent pas, mais le nombre de victimes augmente, mais le nombre de ceux qui se rétablissent montre la dynamique inverse ?

 

Il est évident qu'en plus des diverses turbulences, des distorsions et des erreurs et stupidités purement internes qui sont inévitables au cours d'événements de cette envergure, le quartier général opérationnel a pris un certain nombre de mauvaises décisions qui ont rendu la lutte contre la crise actuelle plus difficile que facile. À notre avis, c'est en vain que la décision a été prise d'isoler des individus sains plutôt que des individus infectés. Et pas seulement parce que cette décision gouvernementale archaïque et loin d'être univoque s'est avérée cent fois plus difficile et des millions de fois plus coûteuse à mettre en œuvre. Et même pas à cause de son illogisme et de son hypocrisie pure et simple, qui ont provoqué des malentendus et de l'irritation pour la grande majorité de la population. Et surtout - parce que la majeure partie de la population active, sa force de mobilisation la plus massive et la plus importante au détriment de la cause a été écartée de force de la lutte contre la crise. En conséquence, aucune compréhension et optimisation des coûts n'a été obtenue entre les autorités et la population. De toute évidence, l'idée d'isoler pour protéger les personnes en bonne santé plutôt que les malades n'a pas été très efficace - c'est apparemment la raison pour laquelle elle a rarement été utilisée dans l'histoire des guerres et des épidémies.

 

La mise en œuvre du programme d'assistance à la population a peut-être été encore plus irritante pour la société. Selon ce programme, il était supposé que l'État couvrirait intégralement toutes les dépenses liées à la mise en œuvre des mesures anti-virus, comme dans d'autres pays développés. A cet égard, le gouvernement a alloué environ 1,1 trillion de roubles de son fonds de réserve pour ces activités, y compris "les mesures d'organisation de l'assistance médicale au contingent attaché" (comme dans le texte de l'ordonnance. - V.S.), ce qui représente 7,5 mille roubles par habitant, soit un peu plus de 100 dollars courants. Puis la deuxième tranche a été proposée pour allouer un montant supplémentaire de 1 500 milliards de Br (10 200 milliards de Br, soit 135 dollars par habitant). En fait, seuls 300 milliards de Br ont été alloués au 20 avril 2020. Et ce, dans le contexte de 8 à 10 000 dollars (600 à 750 000 Br), alloués en moyenne dans les pays de "l'Ouest collectif".

 

Le président russe a déclaré à plusieurs reprises que l'"airbag" créé dans notre pays à hauteur de 10 % du PIB, soit environ 70 000 roubles par habitant, suffira amplement pour couvrir sans problème les coûts forcés et ne condamnera pas la population et les entreprises aux privations et aux violations massives du régime d'auto-isolement. Il s'est avéré que ce "coussin" est plusieurs fois plus petit. Cela n'exclut pas les éventuels excès massifs, y compris criminels, liés à la recherche des fonds nécessaires pour soutenir les conditions de vie de base, ainsi que les protestations de masse des groupes de population et des entreprises défavorisés. Il est clair que dans ces conditions extrêmes, la confiance de la population dans le gouvernement et son chef ne cessera de décliner, et il ne sera guère possible de surmonter cette tendance sans imputer les coûts supplémentaires de la crise à la population et aux entreprises auto-isolées.

 

 

Vasily Simcher

Simchera Vasily Mikhailovich (né en 1940) - soviétique, économiste russe, spécialiste en modélisation statistique. Docteur en sciences économiques, professeur. Vice-président de l'Académie des sciences économiques. Scientifique honoré de la Russie. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc

Vasily Simcher : la crise des attentes (Club d'Izborsk, 27 avril 2020)
Lire la suite

Askarbi Adzhigigiriev : Alexander Nagorny restera dans notre mémoire comme un patriote infatigable et constant. (Club d'Izborsk, 27 avril 2020)

27 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Askarbi Adzhigigiriev : Alexander Nagorny restera dans notre mémoire comme un patriote infatigable et constant.

27 avril 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19168

 

 

Branche adyguéenne du club "Zikhiya-Izbor" d'Izborsk, Grande Confrérie des troupes cosaques de Russie et de l'étranger, Mouvement public républicain "STAREISHINY AYGIY", Branche adyguéenne de l'Union des écrivains russes, Fondation pour le multiculturalisme des peuples du Caucase du Nord, ONG "Centre mondial pour la diplomatie populaire adyguéenne (circassienne), Le Parti du peuple d'Abkhazie, la Douma STAREISHIN CABARDS, la Fondation Nomad de l'URSS (Kirghizie), le projet public panrusse "Initiative Caucasienne-Russe" expriment leurs condoléances aux parents et amis de Nagorny Alexander Alexeyevich, décédé prématurément.

 

Vénéré dans tous les pays de la CEI, dans les cercles patriotiques et scientifiques de la Fédération de Russie, Alexandre Alexeïevitch restera dans notre mémoire comme un PATRIOTE infatigable et cohérent, une expression vivante des aspirations de millions et de millions de personnes qui aspirent à une refonte des relations internationales fondée sur les principes des idéaux humanistes, la transition de la Russie vers la voie de la création dans l'intérêt des peuples indigènes, leur donnant le droit de marcher avec dignité et liberté à travers les étendues d'un état de civilisation eurasienne unique. Que la terre devienne sa chute, et non seulement un lieu de communication avec l'Éternité, mais aussi un lieu d'attente et de réalisation de ses désirs inassouvis et de ses projets au profit des plus démunis, d'où il pourra envoyer des signaux de soutien à ses compagnons d'armes, les continuateurs de sa noble cause. Nous souhaitons à nos supporters dans tous les coins de l'immense Russie force et santé afin de continuer à faire avancer dignement l'action du cher Alexandre Alexeïevitch, de renforcer les rangs des hommes d'État-patriotes dans les moments difficiles pour le pays.

 

Dans les moments difficiles, nous exprimons sincèrement notre soutien et nos vœux les plus chaleureux à la famille pour qu'elle puisse dignement supporter la perte dure et irremplaçable qui est tombée à son sort. Parents, proches et amis ont toutes les raisons d'être fiers du grand fils du grand peuple russe, comme Alexandre Alexeïevitch Nagorny l'a été et le restera dans nos cœurs.

 

Au nom des organisations publiques, avec la douleur au cœur.

 

Votre Askarbi Agigigiriev.

 

 

Askarbi Adjigiriyev

Adjigiriyev Askarbiy Amerkanovich - président du mouvement public républicain adyguéen "Les anciens de l'Adygea", co-président du comité d'organisation de l'"Initiative caucasienne", président de la branche adyguéenne du "Club Izborsk" (Zikhiya-Izbor), candidat aux sciences techniques, professeur associé.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

Articles d'Alexandre Nagorny publiés par le Club d'Izborsk:

 

https://izborsk-club.ru/author/nagorny

Askarbi Adzhigigiriev : Alexander Nagorny restera dans notre mémoire comme un patriote infatigable et constant. (Club d'Izborsk, 27 avril 2020)
Lire la suite

Sélection naturelle (Robert Gessain)

26 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Chasseur esquimau/eskimo/inuit avec sa lance et son harpon, habillé de ses kamik (pantalons en fourrure d'ours polaire) et de ses bottes en peau de phoque.) Une vie qui plongeait ses racines dans la préhistoire, celle du Paléolithique, aujourd'hui révolue. Photocopie tirée de mes achives et provenant je crois d'un ouvrage de Pierre Robbe sur les Inuit du Groënland.

Chasseur esquimau/eskimo/inuit avec sa lance et son harpon, habillé de ses kamik (pantalons en fourrure d'ours polaire) et de ses bottes en peau de phoque.) Une vie qui plongeait ses racines dans la préhistoire, celle du Paléolithique, aujourd'hui révolue. Photocopie tirée de mes achives et provenant je crois d'un ouvrage de Pierre Robbe sur les Inuit du Groënland.

"Dans les sociétés malthusiennes, à équipement médico-social élevé, à faible mortalité infantile, où il n'y a plus de sélection naturelle, le nombre d'enfants s'établit par suite de la limitation de la naissance, au niveau de la conception. De ces enfants peu nombreux un grand nombre seront les parents de la génération suivante.

Dans les sociétés à fécondité naturelle, c'est sur des enfants aussi nombreux que le permet la physiologie reproductive du groupe que s'exerceront les effets des conditions du milieu souvent très dures. De ces enfants nombreux un petit nombre atteindra l'âge adulte.

Parfois ces processus très différents aboutissent à des résultats numériquement similaires, à un état stationnaire de la population du groupe, ceux qui atteignent l'âge de la reproduction pouvant être, dans les deux cas, équivalents en nombre; mais le résultat qualitatif ne saurait être le même; ceux qui survivaient à Ammassalik, fruits d'une très sévère sélection, étaient porteurs de qualités adaptatives exceptionnelles, requises par ce milieu d'une dureté extrême." 

Robert Gessain, Ammassalik ou la civilisation obligatoire. Flammarion, Paris, 1966. Page 249.

Robert Gessain (article Wikipedia créé par Pierre-Olivier Combelles): 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Gessain

Lire la suite

Giulietto Chiesa est mort aujourd'hui

26 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Giulietto Chiesa est mort aujourd'hui

"Rédacteur en chef de l'Unité, correspondant et éditorialiste de la Presse, éditorialiste du Manifeste (Il Manifesto). Mort de Giulietto Chiesa, l'un des plus célèbres visages du journalisme.


Il est mort à l'âge de 79 ans, Giulietto Chiesa, l'un des visages les plus importants du journalisme entre les années 80 et 2000, où il a travaillé comme correspondant en Russie.

Giulietto Chiesa est né à Acqui Terme dans le Piémont en 1940, il a étudié à Gênes et est devenu chef du Parti communiste italien au Conseil provincial de Gênes jusqu'en 1979. En 1979, il devient rédacteur en chef du journal l'Unità et en 1980, il est envoyé à Moscou pour suivre les Jeux Olympiques. Il est resté en Russie également dans les années suivantes, travaillant comme correspondant et tissant des rapports à tous les niveaux dans la ville de Moscou.

Il est ensuite passé à la presse en tant que chroniqueur et correspondant, collaborant avec des stations de radio et de télévision, tant italiennes qu'internationales. Il est devenu éditorialiste pour le journal Il Manifesto et a écrit de nombreux livres sur l'Union soviétique, la guerre et la mondialisation. En 2002, il a publié son livre, "La Guerra Infinita" (La guerre infinie), qui offre une clé de lecture importante sur les guerres mondiales en cours et le phénomène de la mondialisation."

Traduit de l'italien par Le Rouge et le Blanc.

Source: https://zon.it/il-noto-giornalista-giulietto-chiesa-e-venuto-a-mancare-alleta-di-79-anni/


Bonne mémoire ! (Club d'Izborsk, 27 avril 2020)
27 avril 2020, 16:57

https://izborsk-club.ru/19166

 

Giulietto Chiesa est mort à l'âge de 80 ans.

Giulietto Chiesa, auteur de longue date du journal Zavtra, membre permanent du Club d'Izborsk, est décédé. Excellent journaliste, venu en Union soviétique en 1980 comme correspondant du journal communiste italien "Unita", homme politique, il était un homme avec une position indomptable de confesseur et de défenseur de la justice. Toujours et en tout.

Giulietto Chiesa était un Européen qui avait presque disparu de l'existence européenne. Les Européens d'aujourd'hui sont très loin de l'image de Chiesa. Un analyste brillant, intelligent, raffiné, qui connaissait son Europe et son Italie comme seul un fils pouvait la connaître. Et en même temps, Chiesa appartenait à une époque où beaucoup de gens avaient une patrie spirituelle, l'Union soviétique. C'était un communiste qui n'a pas tenté le doux piège du communisme européen. Après tout, l'eurocommunisme lui-même est parti pour disparaître à jamais. Et Chiesa a gardé dans son cœur la fidélité aux grands idéaux de la gauche, qui pour lui n'étaient pas un souvenir, ni une saga du passé. Ils étaient pour lui une réalité qu'il avait vue dans l'absurdité de l'Europe capitaliste bourgeoise d'aujourd'hui.

Chiesa n'était pas seulement un ami du peuple russe, pas seulement un italienn pro-russe. Pour nombre de nos philosophes, politologues et journalistes internationaux d'aujourd'hui, Chiesa était un enseignant, un éducateur, un exemple. Ses articles politiques ne sont pas pleins d'allusions et de paraphrases ambiguës de textes déjà existants. Ils sont toujours inhabituels, originaux, ils sont prophétiques. Chiesa a vu pour de nombreuses années à venir.

Il ressent vivement la douleur du monde et cherche à se retrouver là où les gens ont besoin d'une aide aussi précieuse et irremplaçable qu'un compte rendu honnête et objectif de ce qui se passe, qu'il s'agisse de la Transnistrie, qui est détruite avec le soutien de la "communauté mondiale", du Donbass, de l'Irak écrasé ou de la Syrie, qui lutte contre le terrorisme mondial.

Ce fut un grand honneur et un grand bonheur de le ressentir comme un partenaire intellectuel. Le départ de Chieza est un grand malheur, un grand chagrin humain. C'est une perte à la fois pour la communauté intellectuelle mondiale et pour de nombreux groupes russes, des entreprises, des alliances de toutes sortes, où Chiesa était accepté comme un natif et un proche.

Un beau souvenir.

Sur le Rouge et le Blanc, son dernier article publié par le Club d'Izborsk (Russie): "Quelqu'un nous construit un nouveau monde":

http://pocombelles.over-blog.com/2020/04/giulietto-chiesa-quelqu-un-nous-construit-un-nouveau-monde.club-d-izborsk-23-avril-2020.html

Our international family has lost an elite fighter

In memoriam Giulietto Chiesa

by Iurie Roșca

https://flux.md/stiri/our-international-family-has-lost-an-elite-fighter

Giulietto Chiesa en première ligne jusqu’à la fin

Manlio Dinucci

https://www.palestine-solidarite.org/analyses.manlio_dinucci.280420.htm

Giulietto Chiesa est mort quelques heures après avoir conclu, pour le 75ème anniversaire de la Libération et de la fin de la Seconde Guerre Mondiale, la Conférence internationale du 25 avril “Libérons-nous du virus de la guerre”. Une conférence en streaming direct, organisée par le Comitato No Guerra No Nato, dont il était un des fondateurs, et par Global Research (Canada), le Centre de recherche sur la mondialisation dirigé par le professeur Michel Chossudovsky.
  Plusieurs intervenants -d’Italie et d’autres pays européens, des États-Unis à la Russie, du Canada à l’Australie- ont examiné les raisons de fond pour lesquelles de 1945 à aujourd’hui la guerre ne s’est jamais terminée : au Second conflit mondial a succédé la Guerre froide, puis une série ininterrompue de guerres et le retour à une situation analogue à celle de la Guerre froide qui accroît le risque d’un conflit nucléaire.

(...)

C’est sur ce thème que Giulietto Chiesa a centré son intervention. Dont voici quelques extraits : “Le fait qu’on veuille détruire Julian Assange veut dire que nous aussi, nous tous, serons bâillonnés, occultés, menacés, mis dans l’impossibilité de comprendre ce qui se passe chez nous et dans le monde. Ceci n’est pas l’avenir, c’est le présent. En Italie le gouvernement organise une équipe de censeurs officiellement chargée d’éliminer toutes les informations qui divergent de celles qui sont officielles. C’est la censure d’état, comment l’appeler autrement ? La Rai aussi, la télévision publique, institue une task  force contre les “fakes news” pour effacer les traces de leurs mensonges quotidiens qui inondent tous les écrans. Et puis il y a, pire encore, les tribunaux mystérieux de très loin plus puissants que ce que sont ces chasseurs de fakes news : ce sont Google, Facebook, qui manipulent les informations et, avec leurs algorithmes et leurs maquillages secrets, censurent sans appel. Nous sommes déjà entourés par de nouveaux tribunaux qui effacent nos droits. 
  Vous rappelez-vous l’article 21 de la Constitution italienne ? Il y est écrit “tout le monde a le droit de manifester librement sa propre pensée”. Mais 60 millions d’Italiens sont obligés d’écouter un seul mégaphone qui hurle depuis les 7 chaînes télévisées du pouvoir. Voilà pourquoi Julian Assange est un symbole, une bannière, une invitation à la révolte, au réveil avant qu’il ne soit trop tard. 
  Il est indispensable d’unir les forces que nous avons, qui ne sont pas si petites mais ont un défaut fondamental : celui d’être divisées, incapables de parler d’une seule voix. Il faut un outil qui parle aux millions de citoyens qui veulent savoir”.
  Voilà les dernières paroles de Giulietto Chiesa. Confirmées par le fait que, immédiatement après le streaming, la vidéo de la Conférence a été occultée parce que “son contenu a été identifié par la Communauté You Tube comme inapproprié ou offensant pour certains types de public”. 

Édition de mardi 28 avril 2020 d’il manifesto
https://ilmanifesto.it/giulietto-chiesa-lultima-testimonianza/

Lire la suite

Appel international demandant l’arrêt du déploiement de la 5G sur Terre et dans l’espace

26 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Appel international demandant l’arrêt du déploiement de la 5G sur Terre et dans l’espace

À l’Organisation des Nations Unies, à l’OMS, à l’Union européenne, au Conseil de l’Europe et aux gouvernements de tous les pays,

Nous soussignés, médecins, scientifiques, membres d’organisations environnementales et citoyens de 204 pays, demandons urgemment l’arrêt du déploiement du réseau sans fil de 5G (cinquième génération) y compris depuis les satellites spatiaux. En effet, la 5G entraînera une augmentation considérable de l’exposition au rayonnement de radiofréquence, qui s’ajoutera au rayonnement induit par les réseaux de télécommunications 2G, 3G et 4G déjà en place. Or on a déjà la preuve des effets nocifs du rayonnement de radiofréquence pour les êtres humains et l’environnement. Le déploiement de la 5G revient à mener des expériences sur les êtres humains et l’environnement, ce qui est considéré comme un crime en vertu du droit international.

Sommaire

Les entreprises de télécommunications à l’échelle mondiale sont bien résolues, avec l’appui des gouvernements, à déployer dans les deux prochaines années, le réseau sans fil de cinquième génération (5G). Cette décision produira ce qui est considéré comme un changement sociétal sans précédent à l’échelle mondiale. Nous aurons ainsi des maisons « intelligentes », des entreprises « intelligentes », des autoroutes « intelligentes », des villes « intelligentes » et des voitures autonomes. Pratiquement tout ce que nous achetons et possédons, depuis les réfrigérateurs et les machines à laver jusqu’aux cartons de lait, en passant par les brosses à cheveux et les couches pour bébés, contiendra des antennes et des micropuces et sera connecté sans fil à l’Internet. Toute personne sur terre aura accès instantanément à des communications sans fil à très haut débit et à faible latence, et ce dans les coins les plus reculés de la planète, jusque dans les forêts pluviales, au milieu de l’océan et dans l’antarctique.

Ce que la plupart des gens ignorent, c’est que cette nouvelle réalité entraînera aussi un changement environnemental sans précédent à l’échelle planétaire. Il est impossible d’imaginer la densité prévue des émetteurs de radiofréquences. Outre les millions de nouvelles stations de base terrestres 5G qui seront installées et les 20 000 nouveaux satellites qui seront lancés dans l’espace, 200 milliards d’objets émetteurs, selon nos estimations, feront partie de l’internet des objets d’ici 2020, et un billion d’objets quelques années plus tard. Il y a eu un déploiement commercial de la 5G à basse fréquence et à faible débit au Qatar, en Finlande et en Estonie mi-2018. Quant au déploiement de la 5G à très hautes fréquences (ondes millimétriques), il devrait commencer dès la fin 2018.

Malgré un déni généralisé, nous disposons déjà de preuves accablantes indiquant que le rayonnement des radiofréquences (RF) est nuisible à la vie. Les données cliniques accumulées sur des personnes malades ou ayant des troubles de santé, les preuves expérimentales de dommages à l’ADN, aux cellules et aux organes d’une grande variété de végétaux et d’animaux et les données épidémiologiques qui prouvent que les grandes maladies de la civilisation moderne – le cancer, les maladies du cœur et le diabète – sont en grande partie provoquées par la pollution électromagnétique, constituent un corpus de plus de 10 000 études publiées dans des revues dotées de comités de lecture.

Si les plans de l’industrie des télécommunications pour la 5G se concrétisent, pas un être humain, pas un mammifère, pas un oiseau, pas un insecte et pas un brin d’herbe sur terre, quel que soit le lieu de la planète où il se trouve, ne pourra se soustraire à une exposition, 24 heures sur 24 et 365 jours par an, à des niveaux de rayonnement de radiofréquence qui sont des dizaines voire des centaines de fois supérieurs à ceux que l’on connaît aujourd’hui. Toutes les issues de secours seront barrées. Ces plans pour la 5G risquent d’avoir des effets graves et irréversibles sur les êtres humains et de causer des dommages permanents à tous les écosystèmes terrestres.

Des mesures immédiates doivent être prises pour protéger l’humanité et l’environnement, conformément aux impératifs éthiques et aux conventions internationales.

(N. B. : Les références sont indiquées sous la forme de liens hypertextes et de notes en fin de texte.)

Le déploiement de la 5G entraînera une augmentation massive de l’exposition involontaire et incontournable au rayonnement du sans-fil 

Stations de base terrestres de la 5G

De façon à transmettre les énormes quantités de données nécessaires pour l’internet des objets, la technologie 5G, une fois pleinement déployée, utilisera des ondes millimétriques, qui ne traversent pas aisément la matière solide. Il faudra donc que les entreprises de télécommunications installent des stations de base tous les 100 mètres1 dans toutes les zones urbaines du monde entier. À la différence de la technologie sans fil des générations précédentes où une seule antenne diffuse des ondes sur une superficie importante, les stations de base de la 5G et les équipements connexes seront dotés d’antennes à balayage électronique actif2,3 qui, ensemble, émettront des faisceaux d’ondes électromagnétiques focalisés, orientables, analogues aux faisceaux laser qui se chevauchent entre eux.

Chaque téléphone 5G renfermera des dizaines d’antennes minuscules, qui ensemble, essaieront de capter un faisceau étroitement focalisé auprès du pylône le plus proche. La US Federal Communications Commission (FCC) a adopté des règles4 autorisant que la puissance effective de ces faisceaux atteigne 20 watts, soit dix fois de plus que les niveaux autorisés pour les téléphones actuels.

Chaque station de base de la 5G renfermera des centaines voire des milliers d’antennes pointant simultanément de multiples faisceaux d’ondes électromagnétiques, analogues aux faisceaux laser, vers tous les téléphones mobiles et les autres appareils de son aire de service. Cette technologie est dite à « entrées et à sorties multiples » ou MIMO. Selon les règles de la FCC, la puissance rayonnée effective des faisceaux d’une station de base de la 5G pourrait atteindre 30 000 watts pour 100 MHz du spectre, ce qui équivaut à 300 000 watts par GHz de spectre, c’està-dire des niveaux de puissance des dizaines voire des centaines de fois supérieurs aux niveaux autorisés pour les stations de base actuelles.

Stations de base spatiales de la 5G

Au moins cinq entreprises5 proposent d’offrir la 5G depuis l’espace, à partir de 20 000 satellites regroupés en basse et moyenne orbite qui couvriront la terre de puissants faisceaux d’ondes électromagnétiques focalisés et orientables (balayage électronique actif). Chaque satellite émettra des ondes millimétriques ayant une puissance effective de rayonnement pouvant atteindre 5 millions de watts6 depuis des milliers d’antennes disposées en réseaux à commandes de phase (permettant un balayage électronique). Même si l’énergie qui frappe le sol à partir des satellites est moins puissante que celle transmise par les antennes terrestres, elle touchera des régions qui échappent au balayage d’autres émetteurs et s’ajoutera au rayonnement induit par les milliards d’objets connectés grâce aux antennes relais de la 5G basées au sol. Mais qui plus est, les satellites stationneront dans la magnétosphère de la Terre, qui exerce une influence importante sur les propriétés électriques de l’atmosphère. L’altération de l’environnement électromagnétique de la Terre pourrait bien représenter une menace encore plus grande pour la vie que le rayonnement des antennes basées au sol (voir ciaprès). On a déjà la preuve des effets nocifs du rayonnement de radiofréquence Avant même que la 5G soit envisagée, des dizaines de pétitions et d’appels 7 émanant de scientifiques de différents pays, dont l’Appel de Fribourg signé par plus de 3 000 médecins, avaient demandé l’arrêt de l’expansion de la technologie sans fil et l’adoption d’un moratoire pour toute nouvelle station de base8.

En 2015, 215 scientifiques de 41 pays ont fait part de leurs préoccupations aux Nations Unies et à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) 9, en faisant valoir que de « nombreuses publications récentes ont montré que les [champs électromagnétiques] CEM affectent les organismes vivants à des niveaux bien inférieurs à ceux que préconisent la plupart des lignes directrices internationales et nationales ». Plus de 10 000 études scientifiques publiées dans des revues dotées de comités de lecture montrent les dommages du rayonnement de radiofréquence causés à la santé humaine10,11. Ces effets prennent diverses formes, notamment :

 Palpitations cardiaques12  Incidence sur le bien-être général13  Altération de l’expression génique14  Multiplication du nombre de radicaux libres15  Altération du métabolisme16  Difficultés d’apprentissage et pertes de mémoire17  Altération du développement des cellules souche18  Infertilité et altération de la qualité du sperme19  Cancers20  Fausse couche21  Maladies cardiovasculaires 22  Dommages neurologiques23  Déficience cognitive24  Obésité et diabète25  Lésions de l’ADN26  Stress oxydant27 Parmi les effets sur les enfants, mentionnons l’autisme28, le trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (THADA)29,30 et l’asthme31.

Les dommages vont bien au-delà de ceux causés à la race humaine, comme en témoignent quantité de preuves de dommages causés à divers végétaux et à la faune32,33 , de même qu’aux animaux de laboratoire, notamment :

 Les fourmis34  Les insectes35  Les oiseaux36,37  Les mammifères38  Les forêts39  Les souris40,41  Les grenouilles42  Les végétaux43  Les mouches à fruits44  Les rats45  Les abeilles46  Les arbres47

Des effets microbiologiques néfastes48 ont également été constatés.

Le Centre international de Recherche sur le Cancer de l’OMS a conclu en 2011 que le rayonnement de radiofréquence, dans la gamme de fréquence de 30 kHz à 300 GHz, était peutêtre cancérigène pour l’homme (Groupe 2B)49 .Toutefois, selon des preuves récentes, y compris les dernières études sur l’utilisation du téléphone mobile et les risques de cancer du cerveau, il est avéré que le rayonnement de radiofréquence est cancérigène pour les humains50 et devrait être classé en tant que « cancérigène du Groupe 1 », au même titre que la fumée du tabac et l’amiante.

La plupart des signaux sans fil actuels sont modulés par impulsion. Les dommages sont causés à la fois par l’onde porteuse modulée par la haute fréquence et par les pulsations basse fréquence 51.

Le déploiement des satellites de la 5G doit être interdit

La Terre, l’ionosphère et la basse atmosphère instaurent ensemble le circuit électrique planétaire52 dans lequel nous vivons. Il est bien établi que les rythmes biologiques – des êtres humains,53,54 des oiseaux,55 des hamsters,56 et des araignées57,58 – sont contrôlés par l’environnement électromagnétique naturel de la Terre et que le bien-être de tous les organismes dépend de la stabilité de cet environnement, notamment des propriétés électriques de l’atmosphère.59,60,61,62 Cherry, dans un article qui fait date63, a expliqué l’importance des résonances Schumann64 et la raison pour laquelle les perturbations ionosphériques peuvent altérer la tension artérielle et la mélatonine et provoquer « le cancer, des pathologies du système reproductif, des cardiopathologies, des maladies neurologiques et la mort ».

Ces éléments de notre environnement électromagnétique ont déjà été altérés par le rayonnement des lignes de transport d’électricité. Le rayonnement des harmoniques65 provenant des lignes électriques atteint l’ionosphère et la magnétosphère de la Terre, où il est amplifié par l’interaction onde-corpuscule66,67. En 1985, Robert O. Becker (PhD) a lancé un avertissement disant que le rayonnement des harmoniques des lignes électriques avait déjà modifié la structure de la magnétosphère et que l’expansion continue de cet effet « constitue une menace pour la viabilité de toute la vie sur Terre »68. Le positionnement de dizaines de milliers de satellites rectement à la fois dans l’ionosphère et la magnétosphère, émettant des signaux modulés à des millions de watts et à des millions de fréquences risque bien d’altérer notre environnement électromagnétique à un degré dépassant de beaucoup notre capacité d’adaptation69.

Des suivis officieux de la situation actuelle ont déjà fourni des preuves indiquant de graves effets sur les êtres humains et les mammifères d’environ 100 satellites qui assurent le service des téléphones 2G et 3G depuis 1998, en basse orbite. Or, de tels effets ne sauraient s’expliquer si l’on considère exclusivement les faibles niveaux de rayonnement au sol. Les connaissances issues d’autres disciplines scientifiques pertinentes doivent être prises en compte, y compris les domaines de la physique atmosphérique et de l’acuponcture70,71,72,73. Si l’on ajoute 20 000 satellites 5G, on polluera encore plus le circuit électrique planétaire74,75 et l’on pourrait altérer les résonances de Schumann76 avec lesquelles toute la vie sur Terre a évolué. Les effets seront universels et pourraient être profondément délétères.

La 5G est différente de la 4G, tant sur le plan qualitatif que quantitatif L’idée que nous pouvons tolérer de dix à cent fois plus de rayonnement à des longueurs d’ondes millimétriques se fonde sur une modélisation erronée du corps humain considéré comme s’il s’agissait d’une coquille remplie d’un liquide homogène77,78. L’hypothèse selon laquelle les ondes millimétriques ne traversent pas la barrière cutanée fait totalement abstraction des nerfs79, des vaisseaux sanguins80,81 et d’autres structures conductrices d’électricité qui peuvent transporter les courants induits par le rayonnement profondément dans le corps82,83,84. Une autre erreur qui pourrait être plus grave encore veut que les antennes à balayage électronique actif soient des antennes ordinaires. Or il n’en est rien. Lorsqu’un champ électromagnétique ordinaire pénètre dans le corps, il déplace des charges et induit la circulation de courants. Mais lorsque des impulsions électromagnétiques extrêmement courtes pénètrent dans le corps, un autre phénomène se produit : les charges mobiles elles-mêmes deviennent de petites antennes qui rerayonnent le champ électromagnétique plus profondément dans le corps. Ces ondes sont appelées précurseurs de Brillouin85. Elles deviennent importantes lorsque soit la puissance ou la phase des ondes change suffisamment rapidement86. La 5G remplira probablement ces deux critères.

En outre, la pénétration profonde en soi se révèle plus particulièrement dangereuse pour les yeux et pour les organes du corps les plus gros, la peau, de même que pour les créatures très petites. Des études ont récemment été publiées dans des revues dotées de comités de lecture, prédisant des brûlures cutanées par énergie thermique87 chez les êtres humains par le rayonnement 5G et une absorption de la résonance par les insectes88 qui absorbent jusqu’à 100 fois plus de rayonnement à des ondes millimétriques qu’ils ne le font aux longueurs d’ondes actuellement en usage. Étant donné que les populations d’insectes volants ont décliné de 75 à 80 p. 100 depuis 1989, même dans les zones naturelles protégées89, le rayonnement de la 5G pourrait avoir des effets catastrophiques sur les populations d’insectes à travers le monde. Une étude menée en 1986 par Om Gandhi prévenait que les ondes millimétriques sont fortement absorbées par la cornée oculaire et que les vêtements ordinaires, dont l’épaisseur est de l’ordre du millimètre, augmentent l’absorption de l’énergie par la peau par un effet de type résonance90. Russell (2018) se penche sur les effets connus des ondes millimétriques sur la peau, les yeux (y compris la cataracte) le rythme cardiaque, le système immunitaire et l’ADN.91

Les organismes de réglementation ont délibérément exclu les preuves scientifiques d’effets nocifs

L’industrie et les gouvernements sont les seules parties prenantes au débat sur le développement de la 5G, tandis que les scientifiques spécialistes des champs électromagnétiques internationaux de renom qui ont documenté les effets biologiques sur les êtres humains, les mammifères, les insectes et les végétaux, ainsi que les effets alarmants sur la santé et l’environnement dans des milliers d’études publiées dans des revues dotées de comités de lecture ont été exclus. La raison qui explique le caractère inadéquat des lignes directrices actuelles applicables à la sécurité est que les conflits d’intérêt des organismes chargés d’établir les normes « en raison de leurs relations avec les compagnies de télécommunication ou d’électricité empêchent de parvenir à l’impartialité qui devrait régir l’établissement des normes d’exposition publique au rayonnement non ionisant »92. Le professeur émérite Martin L. Pall décrit de manière détaillée les conflits d’intérêt, et il dresse la liste des études importantes qui ont été exclues, aux chapitres 1, 5 et 6 de son examen de la littérature93.

https://flux.md/stiri/reseau-5g-quelles-consequences-et-benefices#L’hypothèse du réchauffement est obsolète – de nouvelles règles de sécurité s’imposent

Les lignes directrices actuelles régissant la sécurité s’appuient sur l’hypothèse obsolète que le réchauffement est le seul effet préjudiciable des champs électromagnétiques. Mais comme Markov et Grigoriev l’ont affirmé, « Les normes actuelles ne prennent pas en compte la pollution réelle de l’environnement par le rayonnement non ionisant »94.Des centaines de scientifiques, dont de nombreux signataires de l’appel, ont prouvé que de nombreux types différents de maladies graves ou chroniques ou de lésions sont provoqués sans chaleur (« effet non thermique ») par des niveaux de rayonnement bien inférieurs à ceux prescrits par les lignes directrices internationales9. Des effets biologiques surviennent même à des niveaux de puissance pratiquement nuls. On a observé que parmi les effets à 0,02 picowatt (billionnième de watt) par centimètre carré ou moins, on retrouvait une structure génétique altérée dans E. coli95 et chez les rats,96 un EEG altéré chez les êtres humains97 , une stimulation de la croissance chez les plants de haricots,98 et une stimulation de l’ovulation chez les poulets99.

Pour assurer une protection contre les effets non thermiques, il faut prendre en compte la durée d’exposition. Or, la 5G exposera tout le monde à beaucoup plus de transmissions simultanément et continuellement, jour et nuit sans interruption. De nouvelles normes de sécurité s’imposent donc, lesquelles devraient être fondées sur l’exposition cumulative et, non seulement sur les niveaux de puissance cumulative, mais également sur la fréquence, la largeur de bande, la modulation, la forme d’onde, la largeur de l’impulsion et d’autres propriétés qui sont importantes sur le plan biologique. Les antennes doivent être installées exclusivement à des endroits bien précis et connus du public. Pour protéger les êtres humains, les antennes doivent être installées loin des quartiers d’habitation et des lieux de travail de la population et interdites dans les voies publiques ou autres où les gens se déplacent. Pour protéger la faune, leur installation doit être interdite dans les parcs ou autres sanctuaires de la vie sauvage et leur nombre strictement réduit dans les endroits reculés de la Terre. Pour protéger toutes les formes de vie, le nombre de satellites de communications commerciales doit être limité et leur installation interdite en basse et moyenne orbite. Tout balayage électronique actif doit être interdit sur Terre et dans l’espace.

Le rayonnement de radiofréquence a des effets aigus et chroniques

Le rayonnement de radiofréquence a des effets immédiats et à long terme. Le cancer et les cardiopathies sont des exemples d’effets à long terme. La perturbation du rythme cardiaque100 et des changements dans le fonctionnement du cerveau (EEG)101 sont des exemples d’effets immédiats. Un syndrome qui s’appelait maladie des ondes radioélectriques102 dans l’ex-Union soviétique et désormais intitulé électrohypersensibilité (EHS) dans le monde d’aujourd’hui103 a fait son apparition, lequel peut être aigu ou chronique. Le professeur Karl Hecht a publié un historique détaillé de ces syndromes, compilé à partir de la revue de plus de 1 500 articles scientifiques russes et l’histoire clinique de plus de 1 000 de ses propres patients en Allemagne. Parmi les constatations objectives, mentionnons des troubles du sommeil, une tension artérielle anormale et des palpitations cardiaques, des troubles digestifs, la perte des cheveux, des acouphènes et des éruptions cutanées. Les symptômes subjectifs incluent les vertiges, la nausée, les maux de tête, la perte de mémoire, l’incapacité de se concentrer, la fatigue, des symptômes de rhumes et des douleurs cardiaques 104. Les Lignes directrices 2016 de l’EUROPAEM CEM énoncent que l’électrohypersensibilité se développe car de plus en plus de personnes sont « continuellement exposées au quotidien » à des niveaux croissants de CEM. Il faudrait se focaliser « sur la réduction ou la prévention des expositions aux CEM » pour restaurer la santé de ces patients105.

L’électrohypersensibilité ne devrait plus par conséquent être considérée comme une maladie, mais comme un dommage causé par un environnement toxique qui touche une proportion de plus en plus importante de la population, estimée déjà à 100 millions de personnes dans le monde106,107, et qui pourrait bientôt toucher tout le monde108 si le déploiement de la 5G à travers le monde est autorisé.

La Déclaration scientifique internationale sur l’électrohypersensibilité et la sensibilité aux produits chimiques multiples (PCM), 2015, Bruxelles, indique que « l’inaction a un coût pour la société et n’est plus une option désormais […] nous déclarons que cette situation représente un danger sérieux pour la santé publique et [exigeons d’urgence] que les mesures majeures de prévention primaire soient adoptées et priorisées, dans la perspective de cette pandémie mondiale » (c’est nous qui soulignons)109.

Les gouvernements nationaux manquent à leur obligation de diligence à l’égard des populations qu’ils gouvernent 

Dans leur hâte à mettre en œuvre la 5G et encourager l’utilisation sans contraintes de l’espace, l’Union européenne, les États-Unis et les gouvernements nationaux à l’échelle mondiale prennent des mesures pour assurer un environnement réglementaire « libre d’obstacles »110. Aussi interdisent-ils aux autorités locales d’appliquer les lois environnementales 111, et, « dans l’intérêt d’un déploiement rapide et rentable », ils suppriment « les fardeaux inutiles … comme les procédures de planification locales [et] toute la gamme des valeurs limites particulières applicables aux émissions des champs électromagnétiques et des méthodes requises pour les regrouper »112.

Par ailleurs, les gouvernements promulguent des lois pour une utilisation autorisée des installations sans fil dans toutes les emprises publiques113. À ce jour, la plupart des installations sans fil ont été situées sur des terrains privés à une certaine distance des habitations et des entreprises. Or, comme la 5G requiert que ces équipements soient installés à moins de 100 mètres d’intervalle, ils seront maintenant situés sur le trottoir directement devant les maisons et les entreprises et près des têtes des piétons, sans exception pour les mères et leurs bébés.

Les obligations d’avis public et d’audiences publiques sont supprimées. Même s’il y a une audience et que 100 experts scientifiques présentent un témoignage contre la 5G, des lois ont été adoptées rendant illégal pour les autorités locales de prendre en considération leur témoignage. La loi américaine, par exemple, interdit aux municipalités de réglementer la technologie sans fil « sur la base des effets environnementaux du rayonnement de radiofréquences »114, et les tribunaux ont renversé des décisions réglementaires concernant l’emplacement des stations de base pour la simple raison que la plupart des témoignages publics concernaient la santé115. Les assureurs n’offriront aucune protection contre les risques des CEM116, et il n’y a aucune clarté quant à savoir qui seront les responsables devant la loi de dommages à la vie, aux membres ou aux biens découlant de l’exposition à la 5G, que les stations soient terrestres ou situées dans l’espace117.

En l’absence d’un régime juridique exhaustif convenu régissant les activités dans l’espace extra-atmosphérique, la responsabilité légale de ces activités est inexistante, et ce malgré les risques qui s’ensuivent pour des continents entiers, l’atmosphère et les océans.

Des ententes internationales sont violées 

Enfants et devoir de diligence

Selon la Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies, « Les États parties s’engagent à assurer à l’enfant la protection et les soins nécessaires à son bien-être » (art. 3), « assurent dans toute la mesure possible la survie et le développement de l’enfant » (art. 6) et « à lutter contre la maladie et la malnutrition […] compte tenu des dangers et des risques de pollution du milieu naturel » (art. 24 c)).

Le Code de Nuremberg (1947) s’applique aux expériences sur les êtres humains, ce qui inclut par conséquent le déploiement de la 5G lequel introduit un niveau d’exposition plus élevé et inédit au rayonnement de radiofréquence, dont l’innocuité n’a pas fait l’objet de test au préalable. Or, « le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel » (art. 1). L’exposition à la 5G sera involontaire. « L’expérience ne doit pas être tentée lorsqu’il y a une raison a priori de croire qu’elle entraînera la mort ou l’invalidité du sujet » (art. 5). Les conclusions de plus de 10 000 études scientifiques et la voix de centaines d’organisations internationales représentant des centaines de milliers de membres ayant subi des dommages invalidants et ayant été déplacées de leurs foyers par les installations de communications sans fil déjà en place, sont « des raisons a priori de croire que la mort ou l’invalidité » pourraient survenir.

Obligation d’informer et champs électromagnétiques

L’Assemblée mondiale de normalisation des télécommunications (2012) de l’Union internationale des télécommunications indique qu’« il est nécessaire d’informer le public des effets que pourrait avoir l’exposition aux champs électromagnétiques » et invite les États membres « à adopter des mesures appropriées pour garantir le respect des recommandations internationales pertinentes visant à protéger la santé contre les effets néfastes des champs électromagnétiques ».

Dans la résolution de 2008 de l’Évaluation à mi-parcours du plan d’action européen en matière d’environnement et de santé 2004-2010 , « le Parlement européen […] constate que les limites d’exposition aux champs électromagnétiques fixées pour le public sont obsolètes, […] que ces limites ne tiennent évidemment pas compte de l’évolution des technologies de l’information et de la communication ni, d’ailleurs des recommandations préconisées par l’Agence européenne pour l’environnement ou encore des normes d’émission plus exigeantes prises, par exemple, par la Belgique, l’Italie ou l’Autriche et qu’elles ne tiennent pas compte de groupes vulnérables comme les femmes enceintes, les nouveau-nés et les enfants; »

D’après la Résolution 1815 (Conseil de l’Europe 2011), il faut « Prendre toutes les mesures raisonnables pour réduire l’exposition aux champs électromagnétiques, notamment aux radiofréquences émises par les téléphones portables, et tout particulièrement l’exposition des enfants et des jeunes […] ».

Environnement

La Déclaration de Stockholm de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement (1972) énonce que « Les rejets de matières toxiques ou d’autres matières […] en des quantités ou sous des concentrations telles que l’environnement ne puisse en neutraliser les effets doivent être interrompus de façon à éviter que les écosystèmes ne subissent des dommages graves ou irréversibles » (principe 6).

La Charte mondiale de la nature (1982) préconise que « les activités qui risquent de causer des dommages irréversibles à la nature seront évitées […] [et lorsque les effets nuisibles éventuels de ces activités ne sont qu’imparfaitement connus, ces dernières ne devraient pas entreprises » (art. 11).

D’après la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement (1992), « Les États ont […] le devoir de faire en sorte que les activités exercées dans les limites de leur juridiction ou sous leur contrôle ne causent pas de dommages à l’environnement dans d’autres États ou dans les zones ne relevant d’aucune juridiction nationale. » (principe 2).

Le Rapport du Sommet mondial pour le développement durable (2002) des Nations Unies fait état du besoin urgent de « Lancer des initiatives internationales […] pour trouver des solutions politiques nationales et régionales plus efficaces aux risques que fait peser l’environnement sur la santé [par. 54 k)].

La Convention africaine sur la conservation de la nature et des ressources naturelles (2017) recommande que « Les Parties […] prennent toutes les mesures appropriées pour prévenir, atténuer et éliminer, le plus possible, les effets nuisibles sur l’environnement, notamment ceux causés par les substances radioactives, toxiques et autres substances et déchets dangereux. » (art. 13). Santé et droits de l’homme

La Déclaration universelle des droits de l’homme (1948) énonce que « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne » (art. 3).

La Stratégie mondiale pour la santé de la femme, de l’enfant et de l’adolescent (2016-2030) des Nations Unies a pour objectifs et pour mots d’ordre « transformer », c’est-à-dire étendre les environnements favorables; « survivre », c’est-à-dire réduire la mortalité maternelle et néonatale; et « s’épanouir », c’est-à-dire assurer la santé et le bien-être et réduire les décès et les pathologies liés à la pollution.

L’espace

Selon les Traités et principes des Nations Unies relatifs à l’espace extra-atmosphérique (1967), les activités prenant place dans l’espace extra-atmosphérique doivent être menées « de manière à éviter les effets préjudiciables de leur contamination ainsi que les modifications nocives du milieu terrestre » (art. IX).

Les Lignes directrices aux fins de la viabilité à long terme des activités spatiales (2018) indiquent que « Les États et les organisations internationales intergouvernementales devraient […] tenir compte, dans la mesure du possible, des risques, pour les personnes, les biens, la santé publique et l’environnement, associés au lancement, à l’exploitation en orbite et au retour des objets spatiaux » [ligne directrice 2.2 c)].

Les gouvernements nationaux jouent avec la vie sur Terre

La phrase célèbre d’Albert Einstein affirmait que « dieu ne joue pas aux dés »118. Pourtant, en poursuivant le déploiement de la radiodiffusion d’ondes millimétriques de 5G sur Terre et à partir de l’espace, alors que cette technologie inédite n’a été utilisée auparavant que sous la forme d’armes à énergie dirigée dans le cadre d’opérations militaires et de dispersion des rassemblements119, les gouvernements nationaux jouent aux dés de manière inconsidérée avec l’avenir de la vie sur la Terre.

Or, le refus de prendre en compte et d’appliquer des connaissances scientifiques pertinentes valables ne saurait se justifier sur le plan éthique. Les travaux de recherche actuels montrent que la 5G – et plus particulièrement à partir de stations de base spatiales – contrevient aux principes consacrés dans une foule de conventions internationales.

Nous exhortons l’ONU, l’OMS, l’Union européenne, le Conseil de l’Europe et les gouvernements de tous les pays,

(a) À prendre des mesures immédiates pour arrêter le déploiement de la 5G sur la Terre et dans l’espace de façon à protéger tous les êtres humains, et plus particulièrement les embryons, les bébés, les adolescents et les femmes enceintes, de même que l’environnement;

(b) À respecter la Convention relative aux droits de l’enfant et la résolution 1815 du Conseil de l’Europe en informant les citoyens, notamment les enseignants et les médecins concernant les risques sanitaires (pour les adultes et les enfants) du rayonnement de radiofréquence, ainsi que des raisons et de la façon dont ils peuvent éviter la communication sans fil et les stations de base, en particulier à proximité des crèches ou des garderies, des écoles des hôpitaux, des habitations et des lieux de travail;
(c) À préférer et à mettre en œuvre des télécommunications câblées à la place du sans fil;
(d) À empêcher les entreprises du domaine du sans-fil ou des télécommunications par l’intermédiaire de leurs lobbyistes d’amener les responsables à prendre des décisions autorisant la poursuite de l’expansion du rayonnement de radiofréquence, notamment le déploiement de la 5G à partir de stations terrestres et spatiales;

(e) À nommer immédiatement – en dehors de toute influence de l’industrie – des groupes internationaux de scientifiques indépendants, véritablement impartiaux, spécialistes des CEM et de la santé, exempts de conflits d’intérêts120, dans le but d’établir de nouvelles normes de sécurité internationales applicables au rayonnement de radiofréquence, qui ne soient pas fondées uniquement sur les niveaux de puissance, qui prennent en compte les effets cumulatifs de l’exposition et qui protègent contre tous les effets sanitaires et environnementaux, plutôt que seulement sur les effets thermiques et seulement sur les effets touchant les êtres humains;

(f) À nommer immédiatement – en dehors de toute influence de l’industrie – des groupes internationaux de scientifiques ayant une expertise dans le domaine des CEM, de la santé, de la biologie et de la physique atmosphérique, dans le but d’élaborer un cadre réglementaire exhaustif propre à garantir que l’espace extra-atmosphérique est sûr pour les êtres humains et l’environnement, et prenant en compte le rayonnement de radiofréquence, les gaz d’échappement des fusées, la suie noire ainsi que les débris dans l’espace et leurs conséquences pour l’ozone,121 le réchauffement global,122 l’atmosphère el la sauvegarde de la vie sur la Terre. Non seulement la technologie basée à terre, mais aussi la technologie spatiale doit être viable123 pour les adultes, les enfants, les animaux et les végétaux.

Veuillez répondre à l’administrateur de l’appel dont le nom est indiqué ci-dessous, précisant les mesures que vous avez l’intention de prendre pour protéger la population mondiale de l’exposition au rayonnement de radiofréquence, en particulier la 5G. Cet appel ainsi que votre réponse seront rendus public sur le site www.5GSpaceAppeal.org

Respectueusement, 

Arthur Firstenberg, administrateur de l’appel, info@5gSpaceAppeal.org et les premiers signataires: 

AFRIQUE Lauraine Margaret Helen Vivian, Doctorat en anthropologie et psychiatrie ; Adjointe de recherche honoraire à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l´Université de Copenhague, Danemark. Signataire pour l´Afrique du Sud.

ASIE Girish Kumar, Doctorat en génie électrique de l´Institut indien de technologie de Kampur et professeur à l´Institut de technologie de Mumbai (Bombay), Inde.

AUSTRALIE Don Maisch, PhD, Chercheur indépendant, auteur de L´approche de Procuste (The Procustean Approach), Lindisfarne (Tasmanie), Australie.

EUROPE  Alfonso Balmori, Licence et maîtrise en éducation de l´environnement, Biologiste. Valladolid, Espagne. Klaus Buchner, Dr. ès sciences, Professeur, député européen, ONG Kompetenzinitiative (ONG pour la protection de l´humanité, l´environnement et la démocratie) de Munich, Allemagne. Daniel Favre, Doctorat en biologie, Président de l´Association Romande Alerte aux Ondes Électromagnétiques (ARA), Suisse. Annie Sasco, Médecin (deux maîtrises et un doctorat en santé publique et en épidémiologie). Ancien chef du service de la recherche de l´unité d´épidémiologie pour la prévention du cancer du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC, Lyon) ; ancien chef intérimaire du programme de lutte contre le cancer de l´Organisation mondiale de la santé (OMS); ancien directeur de recherche de l´Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), France.

AMÉRIQUE DU NORD Martin Pall, Professeur émérite de biochimie et de sciences médicales fondamentales, Université de l´État de Washington, et résident de Portland (Oregon), États-Unis. Kate B. Showers, Doctorat en science du sol, chercheur universitaire principal, Centre pour l´histoire mondiale de l´environnement de l´Université de Sussex au Royaume-Uni, résidente de Bolton-Est (Estrie, Québec), Canada.

AMÉRIQUE DU SUD Carlos Sosa, Médecin, Université d´Antioquia, Medellín, Colombie.

Réseau 5G : quelles conséquences et bénéfices ?

https://flux.md/stiri/reseau-5g-quelles-consequences-et-benefices#

Lire la suite

Vladimir Ovchinsky : Projet de mobilisation de Trump (Club d'Izborsk, 26 avril 2020)

26 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Source: https://newatlas.com/space/first-ever-comprehensive-geological-map-moon/

Source: https://newatlas.com/space/first-ever-comprehensive-geological-map-moon/

Vladimir Ovchinsky : Projet de mobilisation de Trump

26 avril 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19158

 

 

Le 22 avril 2020, le site NEW ATLAS (USA) a publié la carte géologique de la Lune la plus complète et la plus exhaustive à ce jour. La carte est hyperdétaillée à l'échelle 1 : 5 000 000 et peut être téléchargée gratuitement par tous. Il a été compilé par des spécialistes de l'U.S. Geological Survey, de la National Aeronautics and Space Administration (NASA) et du Moon and Planetary Institute. Le projet était basé sur des cartes des zones de six anciennes missions Apollo, qui ont été complétées par des données modernes obtenues par des satellites.*

 

Les sociétés américaines ont reçu un document de base qui leur permettra de planifier l'exploration des minéraux sur la Lune.

 

Un projet de mobilisation des États-Unis pour se remettre de la pandémie et de la crise économique avait en fait commencé.

 

L'équipe de Trump et les groupes d'influence de l'État américain profond derrière Trump comprennent très bien que dans les mois à venir, ils devront résoudre deux tâches difficiles : surmonter la crise économique la plus profonde et gagner les élections présidentielles de 2020. Il ne suffit pas de sortir de la pandémie avec le moins de pertes humaines possible, de donner de l'argent aux électeurs, de soutenir les banques, l'industrie, les petites et moyennes entreprises. Nous avons besoin de nouvelles idées pour unir et mobiliser les Américains afin de surmonter les défis dans le cadre du concept "Make America Great Again".

 

Il semble que ce soit la raison pour laquelle Trump a signé un décret le 6 avril 2020 pour soutenir le développement commercial des ressources sur la Lune et les autres corps célestes : "Les Américains doivent avoir le droit de mener des activités commerciales d'exploration, de production et d'utilisation des ressources dans l'espace extra-atmosphérique conformément au droit applicable. L'espace extra-atmosphérique est, juridiquement et physiquement, un espace unique pour l'activité humaine, et les États-Unis ne le considèrent pas comme un domaine public. Ainsi, la politique des États-Unis est d'encourager le soutien international à l'extraction et à l'utilisation des ressources dans l'espace par des acteurs publics et privés", note le décret.

 

La cérémonie de signature elle-même s'est déroulée dans l'esprit d'un spectacle de propagande classique : dans le Bureau ovale, entouré de membres du Conseil spatial national nouvellement créé, ainsi que d'astronautes exceptionnels - Buzz Aldrin (avec Neil Armstrong en 1969, ils ont été les premiers à aller sur la Lune), Jack Schmitt (a volé vers la Lune sur Apollo - 17 en 1972), Peggy Whitson (la première femme commandant l'ISS, trois vols spatiaux) et Christina Koch (détentrice du record de durée de vol spatial chez les femmes - 328 jours à l'Union des MS - 13).

 

Le contenu du décret Trump est certainement offensant - de la propagande. Il souligne que les États-Unis ne reconnaissent pas l'Accord sur les activités des États sur la Lune et les autres corps célestes, adopté par une résolution de l'Assemblée générale des Nations unies en décembre 1979 : "À cet égard, le Secrétaire d'État devrait s'opposer à toute tentative de tout autre État ou organisation internationale de considérer l'Accord sur les activités des États sur la Lune et les autres corps célestes comme reflétant ou exprimant de toute autre manière le droit international coutumier".

 

M. Trump et le vice-président américain Mike Pence ont tous deux utilisé des slogans classiques du passé dans leurs discours lors de la cérémonie, soulignant notamment que le nouveau projet lunaire contribuera à créer des emplois pour le pays et à renforcer la sécurité nationale et les capacités de défense du peuple américain.

 

Le projet de mobilisation lunaire est en cours de préparation pour de nouvelles élections. Au printemps 2019, la NASA a annoncé que le nouveau programme américain d'exploration lunaire s'appelait Artemis. Elle se déroulera en trois étapes. Le premier d'entre eux (Artemis 1) prévoit un vol sans équipage monté sur un missile SLS (Space Launch System) Orion autour de la lune et son retour sur Terre, il est prévu pour le second semestre 2020. La deuxième phase (Artemis 2), un vol d'un satellite naturel de la Terre avec l'équipage à bord, est prévue pour 2022. Dans la troisième phase de la mission (Artemis 3), la NASA prévoit d'effectuer l'atterrissage d'astronautes sur la Lune en 2024 et de les envoyer sur Mars provisoirement au milieu des années 2030.

 

Mais voler vers Mars n'est pas le but ultime du projet de mobilisation spatiale de Trump. Dans une déclaration séparée, la NASA a déclaré que le projet lunaire a développé une mission pour se poser sur des sondes robotisées d'astéroïdes terrestres en approche, puis des gens pour les rediriger loin de notre planète.

 

En fait, il n'a pas été fait mention de l'exploitation minière sur la lune lors de la cérémonie de signature du décret. M. Trump se rend compte que cela n'arrivera pas sous sa possible seconde présidence. Et probablement même pas de son vivant. En même temps, on sait que le principal différend international sur la Lune pourrait se produire à l'avenir pour la production d'une substance appelée hélium 3, un isotope rare de l'hélium, qui fait remonter à la surface le vent solaire pendant des milliards d'années. Les scientifiques calculent qu'il y a des centaines de milliers de tonnes d'hélium. Et il coûte environ 1 200 dollars le litre. Dans ce cas, 30 tonnes comme source d'énergie seraient tout à fait suffisantes pour toute la population de la Terre pendant un an (LIFE, 07.04.2020).

 

De nombreux scientifiques ont des doutes sur la possibilité que des personnes travaillent sur la Lune pendant longtemps. Mais pourquoi devrait-il s'agir d'humains et non de robots de haute technologie ?

 

Si Herbert Wells était vivant, il appellerait Trump par analogie avec Lénine, le rêveur de Washington. Mais la vérité est que Lénine, le rêveur du Kremlin, a fait de la Russie au moment de la Russie un plan GOERLO réalisé. Et le Washington Dreamer Trump a toutes les chances de mettre en œuvre son projet lunaire, de sortir l'Amérique de la pandémie et de redevenir président des États-Unis.

 

Parce qu'il y a un rêve. Parce que seul un rêve peut mobiliser des ressources et unir la nation.

 

P.S. Pourquoi Trump devrait-il réaliser son rêve de maîtriser la lune ? Oui, les Américains ont été les premiers à aller sur la lune. Mais les Russes ont été les premiers dans l'espace. Et nulle part ailleurs on ne trouve une telle incarnation du rêve de l'unité de l'homme et de l'espace que dans la philosophie du COSMISME RUSSE (Nikolaï Fedorov, Konstantin Tsiolkovsky, Vladimir Vernadsky, Alexandre Chizhevsky et nos autres compatriotes remarquables). Et la réalisation pratique de ce rêve dans l'exploit de Gagarine et Korolev. Et il est peu probable que les Américains aient des projets modernes de vol vers la Lune plus avancés que les Russes ("Federation", "Rivok", "Rivok-2"). Mais Trump en a un autre : il a formalisé et mis en œuvre un concept d'information et de propagande visant à mobiliser la nation pour surmonter la pandémie et la crise économique par le biais du programme lunaire.

 

 

Vladimir Ovchinsky

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

https://newatlas.com/space/first-ever-comprehensive-geological-map-moon/

 

 

Vladimir Ovchinsky : Projet de mobilisation de Trump (Club d'Izborsk, 26 avril 2020)
Lire la suite

Le noyau de chaque fruit vaut mieux que son écorce... (Rûmî)

25 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Le noyau de chaque fruit vaut mieux que son écorce... (Rûmî)
Lire la suite

Crl. Mohamed Ali Seineldin: El "Nuevo Orden" quiere acabar con las instituciones (14/08/1991)

25 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Crl. Mohamed Ali Seineldin: El "Nuevo Orden" quiere acabar con las instituciones (14/08/1991)

El Coronel Mohamed Alí Seineldín, héroe de la guerra de las Malvinas y líder de los nacionalistas argentinos, concedió la siguiente entrevista exclusiva a Dennis y Gretchen Small, corresponsales del semanario estadounidense Executive Intelligence Review, en la Cárcel de Caseros, Buenos Aires, el 14 de agosto de 1991.

EIR: En su alegato ante los jueces, el 8 de agosto de 1991, usted enmarcó los acontecimientos militares y políticos que condujeron al juicio contra usted y los otros llamados "carapintadas' dentro de la Nueva Yalta y dentro del proyecto de un nuevo orden de los centros financieros internacionales. ¿Cuáles son los objetivos globales, económicos, políticos y culturales, de ese nuevo orden?

MAS (Mohamed Alí Seineldín): Muy sintéticamente, los objetivos son los siguientes- a) en lo cultural, aggiornar a la religión católica, apostólica romana y mezclarla con otras religiones, pero muy especialmente con las infinitas sectas que proliferan en el mundo, haciendo perder el valor de única depositaria de la verdad revelada; b) en lo económico, incrementar el endeudamiento financiero como forma de asegurar la dependencia; permitir el desarrollo de la narcoeconomía (de emergencia), como reemplazo de la economía de producción y hasta tanto se concrete definitivamente la integración al sistema internacional de economía financiera; c) en lo político, subordinar la política a las decisiones económicas, las que definirán la conformación del nuevo orden.

EIR: Usted ha hablado del plan de desmantelamiento de las Fuerzas Armadas de toda Iberoamérica, del cual tuvo conocimiento directo cuando estuvo en Panamá. ¿Nos puede explicar de qué se trata? ¿Tiene algo que ver con lo que ocurre en países como Colombia o El Salvador?

MAS: Sería muy largo de explicar, pero lo sintetizaré en pocas palabras: a) Emplear a las Fuerzas Armadas en la lucha antidrogas y que funcione 'en un contexto de cooperación internacional" (dependiente del Comando Sur de los Estados Unidos); b) Para ello, debe ser reducida a una "gendarmería nacional". De estas ideas se desprende: en lo político: la limitación de las soberanías nacionales (medida anticonstitucional) y en lo militar la limitación de las Fuerzas Armadas Nacionales (otra medida anticonstitucional), conformando una seguridad regional entre varios países. c) Regular la lucha antidrogas según lo establezcan las fuerzas de los Estados Unidos acantonadas en nuestro país, las que indicarán (por disponer de inteligencia de satélites) dónde atacar, con la finalidad de: 1) Evitar erradicar definitiva y totalmente al narcotráfico (igual que en Bolivia), actuando como control y regulación del mismo. 2) Perseguir a los carteles latinoamericanos de la cocaína (Medellín y Cal¡), y no a los carteles de la marihuana (inversión de capitales norteamericanos) 3) Regular la producción de la droga, evitando la alteración de los precios. d) En caso de que se presentaran problemas entre países, intervendrán para su solución las fuerzas del Comando Sur de los Estados Unidos. Como modelo de esta situación podemos tomar a Colombia, donde prácticamente los sostenes tradicionales del Estado (Iglesia, Fuerzas Armadas, empresas, gremios, etc.), fueron reemplazados por la guerrilla, el narcotráfico y la oligarquía política.

EIR: Algunos sectores militares brasileños hablan de una amenaza, hasta militar, a la soberanía nacional a través de la pretendida "internacionalización de la Amazonia". ¿Le parece una evaluación acertada? ¿Brasil debe temer esta posibilidad?

MAS: El Amazonas, además de ser uno de los "pulmones del mundo", almacena en sus entrañas inmensas riquezas minerales y energéticas. Es por ello que los grandes centros financieros han previsto adueñarse, canjeándolo en pago de la deuda externa. De esta manera impedirán la explotación por parte de los propios dueños, que son los ciudadanos brasileños, por herencia de Dios y sus antepasados, e instalarán para su control y cuidado "unidades ecologistas", que no significa otra cosa que el desembarco encubierto e "inteligente" de fuerzas extranjeras en el propio país, atentando contra las soberanías nacionales. Por lo tanto, Brasil debe estar muy atento a esta posibilidad, en especial sus Fuerzas Armadas. Demás está decir que esta posibilidad afectará a todas las repúblicas iberoamericanas.

EIR: Usted criticó un proyecto de "defensa regional" basado en la Armada argentina, el Ejército brasileño y la Fuerza Aérea chilena que sería contrario a la soberanía. ¿Cuál es la forma correcta de abordar la seguridad regional?

MAS: La forma correcta de abordar la seguridad regional es concretar la tan ansiada asociación iberoamericana (pensamiento de nuestros próceres). Es decir, unirse todos en el mencionado Organismo para resolver los problemas comunes, pero sin abandonar las soberanías nacionales. Sin duda que a partir de esta estructura política, resultará una correcta seguridad continental y regional.

EIR: El libro Los militares y la democracia, concebido y financiado por el gobierno estadounidense, ataca a cierto sector militar iberoamericano que cree tener la misión nacional de defender los valores del "Occidente cristiano... y salvaguardar y garantizar el proceso de desarrollo". A esta tendencia se le tilda de 'mesiánica", "fundamentalista', 'autoritaria', "ético-religiosa" y "patriarcal". ¿Se siente usted aludido?

MAS: Sí me siento aludido. Tal como lo expresa la pregunta, en el libro Los militares y la democracia se reemplaza la natura y tradicional misión de las Fuerzas Armadas latinoamerica nas, que es: "Proveer a la defensa 'común y a su vez colabora en el desarrollo nacional', por otras regionales o interriaciona les que solamente tratan de lograr el debilitamiento de la mismas y que repercutan en el debilitamiento de las sobera nías nacionales. A quienes se opongan a este arbitrario camino impuesto se los tilda de "mesiánicos", 'fundamentalistas', etcétera, etcétera, tal como ocurre en el caso nuestro.

EIR: En su alegato usted mencionó en varias ocasiones que la Iglesia Católica está bajo ataque por los centros financieros Internacionales. A la vez, usted se describe como 'nacionalista y católico". ¿Cuál es la importancia del catolicismo en la Iberoamérica de hoy? ¿Se identifica con los planteamientos del Papa Juan Pablo II en Centesimus Annus?

MAS: Nosotros los latinoamericanos no podemos renunciar ni apartarnos de nuestro origen y tradición. La Iglesia Católica es la savia que nutrió la vida de los pueblos americanos, apartarse de ella es sencillamente buscar la autodestrucción de los pueblos. Me identifico totalmente con la encíclica del Papa Juan Pablo II Centesimus Annus, donde está especificado, con lujo de detalles, el camino único a seguir.

EIR: Usted vivió en Panamá por cuatro años. ¿Cuál fue su misión allá? ¿Qué opinión le merece el caso Noriega? ¿Qué piensa de la invasión estadounidense a Panamá?

MAS: Mi misión en Panamá fue estrictamente militar. Por orden del señor general Noriega fundé el Colegio Militar, la Escuela Superior de Guerra, el Centro de Altos Estudios Militares y Políticos, y muy especialmente le dediqué la mayor parte del tiempo a resolver las hipótesis de conflicto sobre el accionar del narcotráfico y el terrorismo. Muchos me han preguntado sobre el general Noriega y a todos les contesté lo mismo: 'Se trata'de un sobresaliente patriota y un excelente soldado latinoamericano". El "caso Panamá" es una muestra clara de las intenciones del actual gobierno de los Estados Unidos: eliminar todo intento de soberanías nacionales totales y, mucho menos, apoyadas por ejércitos nacionales . Mientras desarrollaba mis actividades militares observé la preocupación de las autoridades de los Estados Unidos, y por saber de las verdaderas intenciones, conversé con muchos jefes militares norteamericanos para evitar lo que finalmente se produjo: la invasión a Panarná, un verdadero desastre, una total injusticia y un aberrante genocidio. Aún conservo en mi corazón una gran tristeza y dolor por esta nefasta acción, inconcebible en el mundo civilizado que pretendemos vivir.

EIR: En su alegato usted argumentó que a partir de 1976, cuando la Junta Militar toma el poder, empieza la dominación por un sistema financiero de especulación. ¿Cuál fue su relación a los eventos del 76? ¿Qué piensa de la política económica del gobierno militar entre 1976 y 1983?

MAS: En 1976 me expresé claramente en contra del Proceso de Reorganización nacional, juntamente con algunos camaradas militares que e Estábamos seguros que íbamos'a una trampa armada y montada por los centros financieros internacionales. Así sucedió y desde esa fecha hasta 1983, se inició el cambio del sistema de producción y desarrollo (economía física), por el de especulación financiera (dinerismo). Por supuesto que este último sistema hoy está consolidado en la República Argentina. El Proceso de Reorganización Nacional "abrió las puertas" al "nuevo orden", al que hoy nos llevan "con las manos en la nuca, la cabeza gacha y caminando de rodillas".

EIR: Nueve años más tarde, ¿cuál es su evaluación de la Guerra de las Malvinas?

MAS: Sobre Malvinas la evaluación que hoy hago es que fue acertada la Resolución de Recuperación de las Islas. El 2 de abril de 1983, más allá del revés militar, golpeamos en el centro neurálgico desde donde provienen todas las maniobras imperialistas sobre el mundo: Gran Bretaña. La pobre capacidad y visión del gobierno militar impidió explotar este acontecimiento políticamente. De todas maneras, el espíritu del acontecimiento está latente y presente.

EIR: Usted advirtió que podría "correr sangre" si no se resuelven ciertos problemas que aquejan a la sociedad argentina. ¿Cuáles son los pasos concretos que se deben tomar para evitar esto? ¿Hay otros países en condiciones parecidas?

MAS: Los pasos concretos para evitar otro derramamiento de sangre, es detener la barbaridad que está cometiendo el gobierno de Menem de seguir debilitando y desarmando a las Fuerzas Armadas, de seguridad, policiales y penitenciarias. (Todas conforman un conjunto apto para la seguridad y el desarrollo).

EIR: Se dice que usted es un "preso político", que está en la cárcel no por haber cometido un crimen, sino por razones políticas. ¿Se considera como tal? ¿Hay presos [políticos] en otros países iberoamericanos? ¿En Europa? ¿En los Estados Unidos?

MAS: Existen tantos otros en los distintos países que luchan por la independencia de sus pueblos, pudiendo citar entre algunos a Lyndon LaRouche, al general Manuel Noriega, etc.

EIR: ¿Cómo son las condiciones para usted y sus hombres en la cárcel?

MAS: Con mis hombres comparto una cárcel para presos comunes. Vivimos en pabellones entre rejas, cumplimos el reglamento de la cárcel sin ningún tipo de privilegios, siendo vigilados y controlados con estrictez. Todo lo cual lo cumplimos con orgullo, pues ofrecimos este sacrificio a las Patrias Nacionales y a la Gran Patria Latinoamericana.

EIR: ¿Cuál es su mensaje a la juventud de la Argentina y la del resto de Iberoamérica?

MAS: Nuestro grito de "Dios y Patria, o Muerte" lo dice todo. Sin los valores de Dios y Patria, la vida del hombre es inexistente. Este es el significado de "o muerte". La juventud argentina e iberoamericana debe aferrarse a estos valores, y jamás abandonarlos, pues sin ellos sobrevendrá la nada... la oscuridad... el vacío. .. "o la muerte".

-----------------------------------------------------------------

Un entretien avec le colonel Mohamed Ali Seineldin (Druze et catholique, de nationalité argentine) destiné à être publié sur Youtube et dans lequel il résume en quelques phrases les causes de la situation actuelle: la révolution française, la révolution bolchevique, la révolution mondialiste (1980) et la seule réponse possible: Dieu et la Patrie: 

Seineldin habla del Pais, de Malvinas y de la realidad actual: link

"Je lutte pour la liberté de ma patrie, non pour la mienne"

Entrevue avec Seineldin en 2002link et voir ci-dessous.

Lire la suite