Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste
Articles récents

Déclaration de la députée Sara Cunial au Parlement italien sur le projet mondialiste de vaccination contre le "COVID-19"

16 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

(Autre discours de Sara Cunial)

Lire la suite

Vladimir Ovchinsky : Pour certains, la pandémie de coronavirus a éclaté à un moment idéal. (Club d'Izborsk, 14 juin 2020)

15 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Vladimir Ovchinsky : Pour certains, la pandémie de coronavirus a éclaté à un moment idéal.  (Club d'Izborsk,  14 juin 2020)

Vladimir Ovchinsky : Pour certains, la pandémie de coronavirus a éclaté à un moment idéal.

 

14 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19464

 

 

- Après les deux célèbres "Besogonov" Nikita Mikhalkov, la société russe a été divisée entre ceux qui considèrent le fondateur de Microsoft comme le principal coupable de la pandémie COVID-19, et ceux qui considèrent la discussion elle-même comme une théorie de conspiration bon marché.

 

- Les discours de Mikhalkov ne sont qu'un écho de la tempête qui a pris naissance à l'Ouest. Début mai, la députée italienne Sara Cunial a demandé que Bill Gates soit jugé pour crimes contre l'humanité. Il a déclaré qu'il mettait au point un vaccin contre la COVID-19 afin d'obtenir un pouvoir absolu sur l'ensemble de l'humanité, de transformer les gens en cobayes et en esclaves, en leur ôtant leur indépendance et leur libre arbitre. La vidéo de son discours au Parlement est devenue très populaire en ligne.

 

Pendant ce temps, à l'autre bout du monde, à Melbourne en Australie, une manifestation a eu lieu avec une revendication : "Arrêtez Bill Gates !" Pour avoir tenté un génocide mondial avec des vaccins contre les coronavirus, les protestations. Des rassemblements et des manifestations similaires ont eu lieu dans d'autres pays occidentaux.

 

Le 10 avril, une pétition a été mise en ligne sur le site de la Maison Blanche pour demander l'arrestation de M. Gates. Elle a recueilli plus d'un demi-million de signatures. Selon un sondage Yahoo News/YouGov publié le 22 mai, 44% des républicains américains pensent que : Gates prévoit d'utiliser la vaccination COVID-19 pour implanter des puces électroniques dans les personnes et surveiller leurs mouvements. "Suivre numériquement chaque pas du peuple américain est un rêve des mondialistes depuis de nombreuses années", a contrarié Laura Ingram, une présentatrice populaire de la chaîne de télévision pro-Trump, Fox News.

 

Le premier reportage sur les médias sociaux concernant le lien entre Bill et le mystérieux coronavirus est paru ... le 21 janvier, alors que l'épidémie n'était encore qu'en Chine. Un membre de la populaire communauté américaine de conspiration QAnon a déclaré que le coronavirus est "une nouvelle maladie bizarre planifiée par Gates. La communauté QAnon croit que Gates et d'autres libéraux riches comme George Soros sont un groupe mondial de satanistes qui contrôlent secrètement le monde. Donald Trump est en guerre contre eux. Depuis ce jour, les rumeurs se sont multipliées. En avril, le New York Times a écrit que Gates était en tête des théories de conspiration sur la pandémie. La deuxième version de la conspiration la plus populaire, comme les tours de téléphonie cellulaire 5G diffusant COVID-19, est inférieure d'un tiers à celle de Bill. Cependant, dans les publications en ligne et les vidéos sur la Tour de Guet de Gates, on dit souvent que c'est l'inspiration qui a permis l'exposition des gens au coronavirus des tours 5G.

 

- Oui, il est temps pour Tarantino de refaire d'urgence sa superproduction "Kill Bill" sur un thème brûlant, qui est responsable de la pandémie ...

 

- Un opposant à la vaccination aux États-Unis a placé dans l'affiche du film "Kill Bill" de l'Instagram l'inscription suivante : "Kill Bill Gates. Il a recueilli beaucoup de commentaires.

 

- Pourquoi toutes les bosses du pauvre Bill sont-elles couchées ?

 

- Ce "pauvre Bill", soit dit en passant, a été pendant 16 ans l'homme le plus riche de la planète et pendant 20 ans - des États-Unis. Et aujourd'hui, début juin, il est en deuxième position sur la liste Forbes après le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos - 108,9 milliards de dollars.

 

La haine contre Gates s'est accumulée pendant des années et a finalement tiré sur la pandémie. Cette haine n'est pas liée à la célèbre société Microsoft qu'il a créée avec Paul Allen en 1975. Il s'agit de la Fondation Bill et Melinda Gates, fondée en 2000. Le troisième administrateur de ce fonds de 50 milliards de dollars est Warren Buffett, un autre homme hyper-riche de la planète. À cause de cette charité, Bill s'est progressivement éloigné de Microsoft, au moins officiellement. Les principaux objectifs de la fondation sont l'amélioration de la santé mondiale, la réduction de la pauvreté, le développement de l'éducation et l'accès à l'Internet. La Fondation distribue activement des vaccins dans les pays en développement et encourage la planification familiale par l'utilisation généralisée de contraceptifs.

 

- Il me semble deviner les origines de la haine. Dans les années 1990, les conspirationnistes ont effrayé la Fondation Rockefeller, milliardaire, qui a également vacciné des personnes dans les pays pauvres. Comme le tétanos. En fait, il s'agissait soi-disant de vaccins contraceptifs. Provoquer des fausses couches chez les femmes. Il y a eu un grand scandale. La Fondation Rockefeller est progressivement entrée dans l'ombre. Et je crois savoir que la Fondation Four Gates a pris sa place.

 

- Oui, c'est vrai. Il y a eu quelques scandales concernant les vaccins. Dans le même Ghana en 2010. "Des milliers de femmes ghanéennes pauvres et analphabètes ont reçu une injection de contraceptif Pfizer Depo Provera", je cite le rapport "Harmonized Research in Africa". - Ils ont été injectés avec d'autres contraceptifs oraux non identifiés lors d'expériences de réduction de la population. Il y avait un grand ressentiment parmi la population et les deux auteurs ont dû être évacués d'urgence. En 2013, le rapport "Depo Provera : Fatal Reproductive Violence against Women" a été publié. Elle a fait valoir qu'une conspiration massive impliquant des organisations internationales, dont la Fondation Gates, l'Agence américaine pour le développement international, le Fonds des Nations unies pour la population et Pfizer, avait mis en avant un contraceptif dangereux pour les femmes noires vivant dans la pauvreté dans les pays africains.

 

M. Gates a lui-même mis le feu aux poudres, s'exprimant lors de la conférence TED 2012, populaire en Amérique et accessible en ligne à des millions d'utilisateurs dans le monde : "Le grand problème, c'est la démographie. Le monde compte actuellement 6,8 milliards de personnes. Mais si nous faisons plus et mieux pour développer les services de santé génésique, modifier les systèmes de santé et produire de nouveaux vaccins en masse, nous pouvons réduire la croissance démographique d'au moins 10 à 15 %. Des calculs arithmétiques simples montrent que la "vaccination efficace", selon M. Gates, devrait réduire la croissance démographique d'environ 200 à 300 millions de personnes.

 

- D'où les accusations régulières selon lesquelles Gates tente d'organiser un génocide dans les pays pauvres. Ces soupçons ont été particulièrement renforcés lors de la pandémie. Peu importe que la vaccination mondiale contre les coronavirus s'avère être un génocide de masse...

 

- Il a lui-même déclaré à plusieurs reprises que le travail de sa fondation est sérieusement influencé par la théorie de la surpopulation, populaire dans les années 60 et 70. Gates a publiquement reconnu sa dette envers le biologiste Paul Ehrlich, dont le livre Population Bomb de 1968 a fait revivre la théorie malthusienne du contrôle de la croissance démographique.

 

- On l'appelle aussi la théorie du milliard d'or.

 

- C'est ce dont nous allons parler maintenant. En dollars, bien sûr. À l'Ouest, on parle de Grande Ferme. Selon la théorie de la Grande Ferme, les grandes entreprises pharmaceutiques mondiales sont en fait unies et leur but est de gagner de l'argent, pas d'aider les gens. Ce n'est pas pour rien que les criminologues les appellent souvent la mafia pharmaceutique. Et il y a une raison à cela.

 

Les infections, les virus, les troubles mentaux sont des sources de revenus énormes pour l'industrie pharmaceutique, qui ne cesse de croître.

 

D. Marianovic, chroniqueur pour l'édition croate d'Advance, a publié l'enquête "Pandémie ou "pandémie" en mai ? La véritable conspiration est bien plus effrayante que les théories: Bill Gates, les méga-structures pharmaceutiques connexes et le plus grand projet de l'histoire".

 

Il donne un exemple, comment et avec qui la Fondation Gates travaille. L'une des plus grandes entreprises pharmaceutiques au monde est la société britannique GlaxoSmithKline (GSK). De 1999 à 2006, Tachi Yamada a été le directeur de la recherche et du développement de GSK. Il a ensuite rejoint la Fondation Gates et est devenu président des "Programmes internationaux de soins de santé".

 

Cependant, le passé a rattrapé Yamada et on se souvient de lui pour ce qu'il a fait chez GSK. Le Sénat américain a publié un rapport sur le célèbre chercheur sur le diabète John Baze. Il a suggéré que le médicament pour diabétiques Avandi, qui fait de GSK (et bien sûr en tire profit), peut avoir un impact très négatif sur le cœur.

 

Yamada et d'autres chefs d'entreprise ont commencé à empoisonner Avandi. Il a été menacé de poursuites judiciaires. A la fin, ils l'ont fait taire. Plus tard, en 2007, la Food and Drug Administration (FDA) américaine a publié un rapport selon lequel environ 83 000 personnes ont eu une crise cardiaque à cause de la prise de ce médicament, qui est apparu sur le marché en 1999.

 

Depuis 2017, la présidente de GSK est Emma Walmsley, et elle est membre du conseil d'administration depuis 2019 - quelle surprise ! - Microsoft. Avant cela, le chef de GSK était Andrew Whitty. Et encore une fois, Gates était le maillon clé. Il a réuni Yamada et Whitty en 2008 pour travailler avec sa fondation à la lutte contre la maladie dans les régions les plus pauvres du monde. L'histoire a été salie.

 

La Fondation Gates a lancé un projet de vaccination contre le HPV (virus du papillome humain) en Inde. Et qui a produit le vaccin ? GSK et le géant pharmaceutique américain Merck. Ils ont commencé avec 14 000 adolescentes issues de familles pauvres. Plusieurs filles sont mortes immédiatement. Il est difficile de se prononcer sur le vaccin ou non. Mais l'histoire a provoqué la panique dans la société. Le Parlement indien a entamé une enquête et a appris des détails choquants. Beaucoup de filles ont été vaccinées sans leur consentement ou celui de leurs parents. Ce sont souvent les directeurs d'école qui signent le document. Il s'agissait d'une campagne de vaccination expérimentale contre le HPV, après laquelle il était prévu d'introduire le vaccin dans le système de santé publique indien et de gagner énormément d'argent. Selon la loi, le projet de la Fondation Gates devait faire l'objet d'une surveillance stricte en cas d'effets secondaires sur les jeunes filles vaccinées. Mais aucun contrôle n'a été exercé, comme l'écrit Lincy McGoy, professeur à l'université d'Essex, dans son livre "Il n'y a pas de dons gratuits : la Fondation Gates et le prix de la philanthropie.

 

D. Marianovich écrit : "Les partisans des théories du complot parlent de puces, de stérilisation, de "réduction de la population" intentionnelle. Mais ils ne disent pas que Bill Gates est l'un des agents les plus avancés du capitalisme mondial, préparant le terrain pour des gains, par rapport auxquels le succès de son Microsoft - rien".

 

- En 2015, il a averti que le principal danger pour la paix dans les années à venir n'était pas la guerre nucléaire, mais une pandémie de virus. Et nous devons nous y préparer.

 

- Quelqu'un s'est préparé. En 2017, la Coalition pour l'innovation dans la préparation aux épidémies (CEPI) a été créée à Davos. Son objectif est d'organiser des vaccinations dans le monde entier en cas d'épidémie. Et le 18 octobre 2019 à New York, le Centre pour la sécurité sanitaire de l'Université Johns Hopkins (qui surveille désormais la pandémie de coronavirus en temps réel dans le monde entier) en partenariat avec la Fondation Bill et Melinda Gates a accueilli le jeu stratégique Event 201. Il a simulé la propagation d'une pandémie de virus transmis par voie aérienne. La condition du "jeu" était l'absence d'un vaccin efficace et la mortalité des personnes immunodéprimées.

 

- Et quand 3 mois après l'"Evénement" la pandémie de coronavirus arrivait, tout le monde se réveillait : elle avait été préparée par Gates !

 

- En réponse à l'événement 201, les dirigeants de la CEPI ont publié un message : "Un élément essentiel de la préparation à une future pandémie est un système financier mondial qui contribuera au développement, à la production et à la distribution du vaccin, ainsi qu'à la protection des partenaires du secteur privé contre d'importantes pertes financières.

 

Tout est dit en une seule phrase. Les entreprises privées n'existent pas pour sauver le monde, car pour elles cela signifierait de "grosses pertes financières". Ils ne la sauveront que s'ils font d'énormes profits.

 

Dans la panique qui entoure la grippe aviaire, la grippe porcine, gonflée par un certain nombre d'experts de l'OMS associés à des pharmacologistes, des fabricants de vaccins, des médicaments ont fait des milliards. Mais il semblait que ce n'était qu'une répétition pour la pandémie actuelle.

 

Pour certains, la pandémie de coronavirus a éclaté à un moment idéal. Le monde l'a peut-être affrontée sans préparation, avec des idées héritées des quarantaines médiévales. Mais le secteur pharmaceutique privé, grâce à Gates et à ses "philanthropes", était certainement prêt. Leur cercle de consommateurs s'est élargi et équivaut à la population mondiale. Vacciner tous ces gens est le plus grand projet de l'histoire de l'humanité.

 

- Qui pensez-vous que Bill Gates, Vladimir Semenovich ? Un bon ange sauveur, les cornes de l’enfer ou un homme d'affaires grillé ?

 

- Tout d'abord, permettez-moi d'être franc, sans sa firme Microsoft, le monde d'aujourd'hui serait un peu différent. Techniquement plus arriérée. On ne peut pas enlever le crédit de Bill ici. En fait, M. Gates a dépensé des milliards pour des causes philanthropiques. Cependant, étant donné le montant qu'il va gagner plus tard, il l'a plutôt dépensé à des fins de marketing, sauvant ainsi quelqu'un.

 

Bill Gates veut-il vraiment une vaccination mondiale contre les coronavirus ? Il n'y a aucun doute à ce sujet. Et il n'y a pas de conspiration ici. Il n'y a que des faits. Quoi qu'il en soit, il finance actuellement sept laboratoires qui développent les vaccins contre les coronavirus les plus prometteurs. Quels sont les objectifs de M. Gates en matière de vaccination - gestion de la population, superprofits, ou simplement aider l'humanité ? Tous les trois. Un admirateur de "Population Bomb" ne peut pas renoncer à ses vues sur la réduction de la population mondiale. Un homme d'affaires prospère qui s'allie à la mafia pharmaceutique vise toujours à gagner le grand prix. Prodigy, qui pendant 16 ans a eu le titre de l'homme le plus riche de la terre, se considère au fond de son cœur comme le sauveur de l'humanité. Il faut savoir tout cela et comprendre que dans les mains de Bill Gates, en plus de ses milliards, fondations et entreprises, se trouve l'un des plus puissants empires de l'information de Microsoft, dont il n'est jamais complètement sorti. Et en ce qui concerne les puces, grâce au système d'exploitation Windows de Microsoft, M. Gates a déjà le monde sous son contrôle.

 

 

Vladimir Ovchinsky

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Vladimir Ovchinsky : Pour certains, la pandémie de coronavirus a éclaté à un moment idéal.  (Club d'Izborsk,  14 juin 2020)
Lire la suite

Un musée pour la Palestine (Gaza Stories)

13 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Gaza Stories - Saison 2 - Episode 11 – 28 mai 2020 - Le musée est au sous-sol Marwan Shahwan a commencé à collectionner des antiquités il y a 35 ans. Tout a commencé au marché de Khan Younès, quand il y a acheté un objet ancien fabriqué en cuivre… Menuisier, Marwan circulait partout dans toute la Bande de Gaza. Il avait appris que l'armée israélienne achetait des objets et des monuments anciens à des habitants peu conscient de leur valeur patrimoniale. En réaction, Marwan a commencé à acheter des objets anciens, considérant que ces antiquités doivent être conservées en Palestine. Marwan a rapidement réalisé que ce patrimoine et ces ruines témoignent de l'identité, racontent l'histoire et prouvent les droits des Palestiniens sur cette terre. Ce n'était donc pas par hasard que les israéliens les achetaient pour se les attribuer à eux, à leur histoire. Marwan essaye de collecter des pièces qui datent de toutes les civilisations qui se sont succédées en Palestine: Egyptiens, Philistins, Syriens, Grecs, Romains, Byzantins, Mamelouks, Ottomans… Sans oublier les Croisés, venus au XIIe siècle laissant châteaux, monastères… Bien que tous les projets de Marwan soient "en attente" à cause du blocus israélien, il ne perd pas son objectif: avoir un musée international pour exposer les monuments et le patrimoine palestinien. © Gaza Stories, 2020

Lire la suite

Le Ramadan, mois de fraternité (Gaza stories)

13 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Gaza Stories - Saison 2 - Episode 9 – 16 mai 2020 - Ramadan, mois de la fraternité Pendant le ramadan, la sounna (سنة), c’est-à-dire la tradition, veut que les musulmans rompent le jeûne avec des dattes et de l'eau. C'est même un conseil de Mahomet lui-même que rapportent les grands traditionalistes de l'islam. Ihab Ayyad, 26 ans, est un Palestinien de Gaza qui a décidé d'offrir à tous, à l'heure de l'iftar, quand le soleil se couche, des dattes et de l'eau, comme prescrit par la sounna pour la rupture du jeûne. Bien que de religion chrétienne, Ihab organise cette distribution par solidarité avec les gens qu'il a toujours connus, majoritairement musulmans. "En Palestine on ne fait pas de différence entre musulmans et chrétiens" dit-il. Ihab précise même "Ici nous sommes tous des frères et nous partageons tout ensemble". Ihab a pris cette initiative il y a 3 ans. Aujourd'hui il consacre une petite partie de son salaire pour organiser de façon plus efficace et améliorer sa distribution dans des sachets où se trouvent les trois dattes et le verre d'eau recommandés à l'heure de l'Iftar. © Gaza Stories, 2020

Lire la suite

Valery Korovin : Souveraineté et identité. (Club d'Izborsk, 13 juin 2020)

13 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Valery Korovin : Souveraineté et identité. (Club d'Izborsk, 13 juin 2020)

Valery Korovin : Souveraineté et identité.

13 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19456

 

 

Le thème des pouvoirs des autorités régionales pendant la pandémie, lorsque les gouverneurs ont reçu carte blanche du président pour l'introduction de mesures de quarantaine, s'est développé, faisant craindre qu'ils puissent maintenant entrer dans le goût, profitant de la crise, de demander une autonomie encore plus grande au Centre fédéral. Et ces craintes ne sont pas sans fondement pour le pays, qui compte plus de vingt "républiques nationales", et il n'y a pas si longtemps, les régions ont été "encordées" par le centre fédéral. D'où les craintes quant à savoir si une certaine "revanche" des régions est possible dans la Russie d'aujourd'hui en cas de crise grave et d'affaiblissement du centre fédéral, et s'il n'est pas dangereux de préserver l'intégrité de la Russie. Après tout, nous avons hérité de la structure actuelle de notre État de l'ère marxiste précédente, et la réforme du système fédéral, initiée par le président Vladimir Poutine en 2000, n'a jamais été menée à son terme logique.

 

La chose la plus importante à comprendre sur l'équilibre des pouvoirs régionaux et des responsabilités du centre fédéral est la séparation des composantes politiques et économiques. Du point de vue de l'influence politique, des problèmes de souveraineté, la Russie est un État centraliste, et toutes les fonctions politiques liées aux questions de pouvoir, de gestion politique et de domination stratégique sont au centre. Ici, la supériorité du centre devrait être incontestable. Aucune fonction politique liée au renforcement de la subjectivité politique des élites régionales ne devrait être renforcée, en particulier les questions de souveraineté. En outre, en ce qui concerne les soi-disant "républiques nationales", il convient d'arrêter à la racine toute allusion au renforcement des sentiments de souveraineté. Tout ce qui renforce le statut des parlements républicains internes conduit à une plus grande indépendance politique, à la possibilité d'établir des contacts politiques externes (ce que nous avons observé dans les années 1990) et au développement des attributs du quasi-État, ce qui était, là encore, typique de la période post-soviétique du régime d'Eltsine. Un tel renforcement politique des sujets de la fédération ne devrait pas être autorisé, car il menace l'effondrement du pays.

 

Mais il doit y avoir un programme positif, et c'est le cas. En son centre, il y a une catégorie ethno-sociologique telle que peuple (Laos) ou ethnos, c'est-à-dire une communauté organique (et non artificielle, politique), parlant sa propre langue, ayant la voie commune et le code culturel commun. Cette unité culturelle et ethnique, ou toute autre communauté organique, devrait être placée au centre de notre État. Son existence est sa valeur fondamentale, ainsi que tout ce qui concerne les questions économiques des régions, la vie quotidienne, les questions culturelles, identitaires, le développement des traditions, des coutumes, des langues, des particularités ethniques - ici, les régions devraient avoir toutes les possibilités, surtout lorsqu'il s'agit de préserver l'identité des peuples.

 

Il convient de souligner ici que ce sont les peuples qui devraient avoir la possibilité de se développer, non pas les nations, c'est-à-dire pas les formes politiques, ni les républiques nationales, mais les peuples en tant que sujets de la grande Russie devraient avoir une indépendance en matière d'autodétermination culturelle (et non politique), de préservation et de développement de leurs identités. Communauté organique, identité, caractéristiques culturelles, traditionnelles, linguistiques - oui ! Et elles devraient être placées au centre de l'existence de la Grande Russie. Un point commun politique artificiel, la souveraineté, les attributs de l'État, l'indépendance politique et l'isolement - non ! Et il faut empêcher cela dès le début, le minimiser, le dissiper. Voici la formule exacte pour préserver l'intégrité et la répartition des pouvoirs d'un État aussi vaste, diversifié, complexe et florissant que la Russie.

 

Tous les aspects, nuances et particularités de la formation et de la préservation de notre État doivent découler de cette formule. Il devrait également être utilisé pour la répartition des compétences, ainsi que pour établir un équilibre des relations entre le centre fédéral et les régions. En principe, le moment où le président délègue aux régions le pouvoir d'introduire des mesures de quarantaine correspond à cette formule. Les mesures de quarantaine sont une question intérieure, économique et non politique. Ceux qui ont tenté de la politiser en jouant sur les circonstances pour renforcer leur poids politique devraient y regarder de plus près, avec tout ce que cela implique.

 

La question de la gouvernance, concernant l'obtention de plus d'indépendance, de plus de libertés dans la sphère du ménage et du système économique, est loin d'être une question secondaire, qui est souvent jouée par les partisans d'une plus grande indépendance politique. Prenons la même Union européenne, où les États, qui semblent en être membres, jouissent d'une grande indépendance politique. Cependant, en matière de réglementation technique, de gestion et même de culture, elles sont loin d'être libres. Le système de gouvernance de l'UE est tellement organisé qu'il devient parfois impossible de le gérer de quelque manière que ce soit.

 

Les mêmes maladies sont également présentes en Russie. La situation est totalement malsaine lorsque le Centre fédéral tente de s'immiscer dans les affaires quotidiennes : comment organiser l'isolement, comment construire des routes, comment développer le commerce, comment développer les processus économiques, l'agriculture. On introduit des règlements de gestion qui ne voient pas de nuances, en construisant tout selon une seule norme - et cela conduit à des contradictions sur le terrain, et finalement à l'effondrement de la gestion. Les approches d'unification pour un État aussi vaste et diversifié que la Russie en termes internes et économiques rendent le système ingérable. Tous les processus s'arrêtent simplement à cause d'une interférence et d'un contrôle excessifs.

 

Lorsque le Centre fédéral tente de réglementer toutes les questions techniques en s'immisçant dans tout processus de gestion, les autorités régionales se lavent simplement les mains, s'assoient à plat ventre et disent : "Eh bien, gérez-les comme bon vous semble". Il est également évident qu'il est tout simplement impossible de gérer autant de processus depuis le centre, et par conséquent, tout le système de gestion s'effondre. Cette tutelle, cette ingérence et ce contrôle excessifs dans les processus quotidiens conduisent finalement les régions à aspirer à une plus grande indépendance politique. Car il est logique de supposer que si le centre tire profit de sa domination politique et s'engage également dans des processus économiques, alors une plus grande autonomie politique finira par donner plus de libertés de gestion.

 

D'où la volonté de lier isolement politique et liberté de gestion. Plus de souveraineté, plus de pouvoir local - plus de libertés économiques et de gestion. Et pour renforcer ce détachement politique, une voie bien connue et bien rodée est choisie : le développement des attributs du quasi-État. C'est pourquoi nos composantes politiques et économiques sont souvent mélangées, et non séparées.

 

"Si vous voulez que nous gérions notre propre composante économique, que nous prenions plus de responsabilités, que nous fassions peser plus de poids sur le budget régional - alors donnez-nous plus de souveraineté politique. Et les républiques nationales en général disposent d'un forum politique en la matière : elles ont leur propre constitution, qui stipule qu'il vaut mieux ne pas y regarder pour ne pas s'énerver. Et n'oubliez pas que nous avons adopté la Déclaration d'indépendance, dit le Tatarstan, en 1990, donc si vous voulez que nous développions les routes, nous développerons d'abord notre Parlement. Et en général, nous ne voulons pas renoncer à l'institution de la présidence, nous avons notre propre président. Ou si vous ne voulez pas que nous ayons notre propre déclaration d'indépendance, dit Kalmykia, alors vous gérez tout ici. Allez dans l'élevage de bovins, planifiez ce que doivent être les moutons, la quantité de laine qu'ils donneront et, en général, donnez-nous simplement de l'argent et laissez-nous tranquilles.

 

Maintenir cet équilibre entre le politique et l'économique avec leur division claire est l'art de gérer un État aussi complexe que la Russie. La ruse de nos adversaires géopolitiques, qui s'ingèrent très activement dans nos processus politiques internes, repose sur un déplacement délibéré de cet équilibre en faveur d'une plus grande indépendance politique des régions, tout en gonflant la nécessité pour le centre d'intervenir dans les affaires quotidiennes des sujets. C'est sur cela que reposait tout le jeu des régions avec Moscou dans les années 1990. Et si les autorités fédérales ne font pas la distinction entre ces questions et ces deux points, elles tombent immédiatement dans le piège conduisant à une perte de contrôlabilité sur fond de forces centrifuges.

 

Ainsi, la principale conclusion à tirer de la situation actuelle de la pandémie est qu'il doit y avoir une séparation claire entre les questions économiques et politiques. C'est le point clé de la gestion d'une Fédération, d'un grand État, d'un espace multiethnique complexe composé de nombreux peuples et cultures - il ne peut y avoir d'approche unique et unifiée dans la gestion d'un espace aussi hétérogène. Ce sont des cultures différentes, des peuples différents, des caractéristiques différentes, des traditions économiques, sociales et familiales différentes. Plus de cent peuples et ethnies vivent dans cet espace continental, et si l'on prend en compte les petites ethnies, les sous-ethnoses, alors environ deux cents. Et la même approche de gestion ne peut pas être appliquée à tout le monde, elle ne fonctionnera tout simplement pas.

 

La même chose concerne l'espace juridique - dans l'environnement multiculturel de la Russie, il ne peut pas être unifié en tout et doit avoir des nuances liées à un phénomène tel que le droit coutumier. Mais dès que la question de la souveraineté politique ou même un soupçon de celle-ci se pose, il est difficile de s'arrêter, en continuant à supprimer les attributs résiduels des quasi-États au sein de la Russie. Si nous voulons survivre, en ayant conservé notre intégrité et en ne devenant pas une proie facile pour les forces extérieures prêtes à mettre la Russie en pièces.

 

 

Valery Korovin

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit  du russe par Le Rouge et le Blanc.

Valery Korovin : Souveraineté et identité. (Club d'Izborsk, 13 juin 2020)
Lire la suite

Mikhail Delyagin : Notre État est au service des entreprises, pas au service du peuple. (Club d'Izborsk, 12 juin 2020)

12 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Mikhail Delyagin : Notre État est au service des entreprises, pas au service du peuple.

12 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19452

 

 

- Mikhail, à la fin de l'année dernière, Moscou se classait 47e parmi les capitales mondiales en termes de prix des logements d'élite, et elle occupe maintenant la 3e place. Dans la banlieue de Moscou et dans le Nouveau Moscou, le coût des maisons a monté en flèche, mais elles sont activement achetées. Alors que l'écrasante majorité de la population compte chaque centime, quelqu'un jette d'énormes sommes d'argent pour les logements,  les maisons de campagne. Qu'est-ce que cela signifie?

 

- En 2015, l'Ukraine se tordait en enfer, le niveau de vie de la population a énormément baissé. Depuis, elle est tombée, mais d'une certaine manière, ils s'y sont habitués, et puis ce fut l'enfer social. À l'époque, un conseiller d'un de leurs hommes d'État m'a dit une phrase formidable : "Je ne pourrais jamais imaginer qu'il y ait autant d'argent. Qui est la guerre et qui est la mère. Vous et moi disons qu'il n'y a pas d'aide d'État :

 

  • aux citoyens ordinaires,
  • aux petites et moyennes entreprises,
  • aux industries, aux fabricants.

 

Mais quelqu'un continue de réduire les dépenses. Lorsque la police était absente, les criminels avaient également peur du coronavirus, mais s'ils ne l'avaient pas, ils avaient les mains liées. Il y a eu une période d'auto-isolement où la police ne pouvait pas du tout être vue. Quand les tribunaux travaillent à distance, c'est merveilleux. Au premier stade de l'auto-isolement à Moscou, il était possible de commettre n'importe quel délit, car sur huit centres de détention, un seul fonctionnait. Bien sûr, ils n'ont pas fermé - ils ne se sont tout simplement pas réapprovisionnés.

 

L'aide est maintenant fournie à quelqu'un, mais elle se fait sous le tapis. C'est pour quelqu'un qui en a besoin. En conséquence, l'argent est volé. L’un avec le coronavirus, l'autre en vendant des masques. Je pense que lorsque Sobyanine a ordonné à tous les Moscovites de porter des masques, les propriétaires des usines de masques se sont enrichis. Et pourquoi, au milieu de l'auto-isolement, les travaux d'amélioration ont-ils été poursuivis ? Oui, parce que c'est un travail de détournement d'argent.

 

Sous la pluie, je suis descendue dans la rue - il y a une salle d'arrosage et un arrosage sous la pluie. Les chantiers de construction et les entreprises industrielles s'arrêtent, et le détournement se poursuit sans relâche. De plus, lorsque tout le monde se cachait, le contrôle s'affaiblissait considérablement, ce qui signifie que les vols augmentaient.

 

- Telegram Channel a rapporté que les milliardaires russes se sont enrichis pendant la pandémie. Le propriétaire de Norilsk Nickel, Vladimir Potanin, a augmenté sa fortune de 6,4 milliards de dollars : de 19,7 à 26,1 milliards. Récemment, une catastrophe s'est produite là-bas, on a essayé de la bloquer, on a déversé vingt mille tonnes de pétrole. Ils n'autorisent même pas les inspecteurs de nos organisations environnementales à s'y rendre. L'état du président de Novatek, Leonid Mikhelson, est passé de 17,1 à 22,5 milliards de dollars. Le copropriétaire de NLMK Vladimir Lisin est passé de 18,1 à 21 milliards de dollars.

 

- Et pendant combien de temps cette augmentation s'est-elle produite ?

 

- Les données de la liste Forbes pour décembre 2019 et la notation récente sont comparées. Si l'on compare décembre et mai, il est clair que la majeure partie de la période se situe dans la période d'auto-isolement, lorsque les gens ne gagnaient pas d'argent mais le dépensaient seulement. Il s'avère que l'État ne s'intéresse pas à ceux qui créent la richesse économique du pays, mais à ceux qui sont assis sur le cou des gens. Les bolcheviks les appelaient les suceurs de sang. Est-il possible de les appeler ainsi maintenant ?

 

- Je les appellerais des suceurs d'argent. Pourquoi ont-ils besoin de sang ? Ce sont des gens plus pratiques. Je suis surpris par la croissance de leurs revenus, car leur capital est principalement constitué d'actions des sociétés qu'ils possèdent. Quelqu'un a repris les célèbres ventes aux enchères d'hypothèques comme Norilsk Nickel pendant la privatisation. Quelqu'un est différent.

 

Les actions ont généralement diminué. Puis, vraiment, ils se sont rétablis, mais il n'y a pas eu de croissance folle. Il y a eu un rallye au début et à la mi-décembre de l'année dernière - la croissance de la bourse avant Noël. Mais si ce sont les données de la fin décembre, il n'y a pas eu de rassemblement.

 

Peut-être ont-ils fait une spéculation financière massive, car il était clair que les marchés mondiaux s'effondreraient ce printemps. Ils ont peut-être réussi à s'agiter.

 

En général, l'État russe est un État oligarchique. Il a été créé en 1990 dans les profondeurs de l'Union soviétique pour piller l'héritage soviétique. En conséquence, il est objectivement forcé de servir les intérêts des voleurs contre ceux de ceux qui tentent de créer quelque chose.

 

- Toutes ces entreprises sont aux mains d'oligarques et augmentent leur bien-être. Tous sont reconnus comme étant d'importance systémique, y compris Norilsk Nickel. Lorsque nous avons parlé de la rénovation de Norilsk, Vladimir Potanin a déclaré que Norilsk Nickel ne mènera pas la rénovation pour son propre compte, mais seulement pour moitié avec le budget russe. En d'autres termes, Norilsk est une ville monoculturelle créée pour servir cette même usine. Mais l'usine dit : non, l'État, vous devez investir dans l'amélioration de la même manière que nous, sinon nous ne le ferons pas.

 

- C'est logique, car l'État est au service des entreprises et non des citoyens.

 

Si l'État était au service de la population de notre pays, il accepterait que les entreprises soient socialement responsables. Mais l'État et les libéraux sont au service des entreprises, et non du peuple (d'ailleurs, ils servent les entreprises contre le peuple).

 

Qu'est-ce que l'État russe ? Il s'agit du personnel de service des spéculateurs financiers mondiaux. Et les monopoles de production - dans une moindre mesure.

 

Mettez-vous à la place de Potanin. Les fonctionnaires détruisent tout ce qu'ils touchent, même l'industrie du raffinage du pétrole parvient à faire une perte. Ces fonctionnaires veulent quelque chose. Ils veulent - laissez-les faire, quel est le rapport avec le Potanin ? Il a capturé Norilsk Nickel lors d'enchères collatérales.

 

Il n'a pas détruit la ville, il ne reste qu'un tiers ou un quart de la population. L'usine fonctionne. Même la situation environnementale a été améliorée. Et qui sont ces fonctionnaires ? Comment pouvez-vous leur donner de l'argent ? Ils vont le voler !

 

 

Mikhail Delyagin

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Mikhail Delyagin : Notre État est au service des entreprises, pas au service du peuple. (Club d'Izborsk, 12 juin 2020)
Lire la suite

Slobodan Stojichevich : Réforme constitutionnelle en Russie. Vue de la Serbie (Club d'Izborsk, 11 juin 2020)

11 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Slobodan Stojichevich : Réforme constitutionnelle en Russie. Vue de la Serbie

11 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19449

 

 

Les gens dans le monde entier essaient maintenant de s'inspirer de l'idée que la réforme constitutionnelle en Russie est due au désir du président Poutine d'être à nouveau élu, mais si vous y réfléchissez, en réalité c'est tout le contraire. La réforme est due à la politique agressive et à l'hégémonie des États-Unis, qui résolvent leurs problèmes internes, y compris les problèmes économiques liés à leurs énormes dettes, en s'ingérant dans les politiques d'autres pays. Elle mettait en place des mécanismes de réseau, utilisait des méthodes d'influence par le biais d'organisations non gouvernementales et menait ainsi des coups d'État et des révolutions de couleur. Ils ont déjà l'habitude de manipuler les crises dans différents pays, nous l'avons vu à maintes reprises : en Irak, en Syrie, en Libye, en Serbie et dans d'autres pays européens. Lorsque les autorités ont été contraintes de changer sans aucune raison interne. Il ne s'agissait pas seulement de révolutions de couleurs. C'est pourquoi la Russie, en tant que grand État souverain, ne peut pas permettre à un ennemi géopolitique d'intervenir et de diriger le pays à un moment critique, qui survient toujours lors de la réélection présidentielle. La réforme constitutionnelle en Russie est donc une réaction parfaitement normale à une agression anormale de l'hégémonie américaine.

 

La deuxième raison des changements apportés à la Loi fondamentale du pays me semble, en tant qu'avocat, liée au fait qu'après la révolution bourgeoise française, les branches du pouvoir ont été divisées en pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Et nous continuons tous à ne considérer que ces trois lignes - comment, quand et comment ils sont élus. Les Américains, d'ailleurs, utilisent encore une chose telle que "le contrepoids et la dissuasion", lorsque différentes branches du pouvoir limitent l'influence des autres, de sorte qu'aucune d'entre elles ne peut prendre le dessus. Sur cette base, nous essayons de mesurer la démocratie dans le monde, bien que lorsque ce système a été inventé, personne n'avait la moindre idée qu'il y avait encore un zéro, un quatrième et un cinquième pouvoir.

 

La puissance zéro est une oligarchie mondiale qui, pendant la révolution bourgeoise en France, ne s'est pas du tout identifiée, et qui n'a pas été considérée comme hostile lors de la rédaction des documents constitutionnels américains. Aujourd'hui, nous comprenons qu'un très petit pourcentage de personnes possède des sommes énormes, si, plus concrètement, de un à cinq pour cent de la population possède la moitié de tous les bénéfices dans le monde, et le reste - un nombre énorme de personnes - ne possède rien. En outre, nous avons un quatrième pouvoir - les médias, qui exercent une influence dont personne n'a même rêvé lorsque les principes du droit constitutionnel ont été établis. À l'époque, les médias n'avaient pas un tel pouvoir qu'aujourd'hui. Et le cinquième pouvoir est le secteur non gouvernemental de la société civile, les diverses ONG. En Serbie, par exemple, certaines organisations supervisent et définissent de manière très approfondie la politique du pays. Le véritable pouvoir politique et économique est entre les mains du pouvoir zéro - l'oligarchie mondiale, il favorise son influence par le biais des quatrième et cinquième branches du pouvoir - les médias et les ONG. C'est pourquoi il y a aujourd'hui très peu d'États souverains dans le monde : la Chine, la Russie, l'Iran, et dans le reste des pays, la véritable gouvernance ne se fait pas par le biais des trois branches classiques du pouvoir. Lorsque la propriété des médias libéraux change tous les 4 ans, nous pouvons alors raisonner et insister pour la réélection de la Douma et tout le reste. La réaction de la Russie au changement de la Constitution est une réponse raisonnable à la situation malsaine dans le monde, qui s'est développée grâce aux États-Unis.

 

L'histoire mondiale a confirmé que les normes juridiques sont le reflet des relations dans la société. Quel genre de société est une telle norme juridique. Étant donné que la société russe est maintenant confrontée à une menace extérieure, que les gens ressentent sa réalité chaque jour, je constate que la procédure de modification de la Constitution russe est encore plus démocratique qu'elle ne devrait l'être. Tous ceux qui ont étudié l'histoire du droit constitutionnel se souviendront que la Constitution des États-Unis a été écrite et adoptée par un très petit groupe de pères fondateurs. Et puis, pour faire avancer leurs réformes constitutionnelles, des situations de crise ont été artificiellement créées.

 

Ce que je sais de cette réforme constitutionnelle en Russie est encore plus que la légitimité. Tout a été fait pour que les citoyens puissent participer autant que possible au processus de discussion et de rédaction des amendements. La Constitution modifiée de la Fédération de Russie peut même être qualifiée de quelque peu révolutionnaire, car les valeurs familiales y sont protégées, entre autres choses. Car en Occident, la tendance est tout à fait inverse : on pousse les membres de la famille avec le front, par exemple, les femmes contre leurs maris et les enfants contre leurs parents. La Constitution est également révolutionnaire dans le sens où, pour la première fois depuis de nombreuses années, on se souvient des travailleurs, c'est même surprenant.  Le capitalisme mondial a depuis longtemps détruit leurs droits, il a d'abord changé les droits des travailleurs en droits de l'homme, puis le poids principal de cette question des droits de l'homme a été transféré aux droits des minorités. Ainsi, aujourd'hui, les minorités ont plus de droits que les travailleurs, les ouvriers, les retraités, même s'ils sont peu nombreux en fait. La Russie rend ce qui devrait être. Et ne se contente pas de revenir, mais donne un exemple à tous les autres États sur la façon de résoudre ce problème.

 

Vous avez un amendement sur l'inadmissibilité du rejet de territoires, et nous avons exactement le contraire : le régime fantoche, qui règne en Serbie depuis 20 ans, tente de contourner la Constitution et de séparer le Kosovo. Réalisant que le peuple ne votera pas pour le référendum, ils ont fait une entorse à la loi sur ce que devrait être le référendum, puis ils ont déclenché une crise entre le gouvernement et l'opposition. La Russie est donc à l'avant-garde du droit constitutionnel mondial.

 

Et d'autres amendements - le droit à une vieillesse paisible, le consentement entre générations, la priorité de la famille - sont révolutionnaires, c'est ce dont le droit constitutionnel a besoin au 21e siècle. Les États qui n'incluent pas ces normes dans leur système juridique, dans leur Constitution, vont tout simplement disparaître. Il n'est pas nécessaire d'aller loin derrière l'exemple, nous voyons déjà l'Union européenne s'éteindre. J'espère que la Constitution russe deviendra très rapidement un idéal pour les pays qui veulent avoir un avenir et se développer.

 

 

Slobodan Stojicevic

Stojicevic Slobodan (né le 11 octobre 1965) - spécialiste du commerce extérieur, consultant en matière de coopération économique entre la Serbie et la Russie, traducteur, journaliste, publiciste. Expert du Club d’Izborsk.

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc.

Slobodan Stojichevich : Réforme constitutionnelle en Russie. Vue de la Serbie (Club d'Izborsk, 11 juin 2020)
Lire la suite

Général Leonid Ivashov: Entretien avec Business Gazeta (26 avril 2020)

11 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Général Leonid Ivashov: Entretien avec Business Gazeta (26 avril 2020)

Leonid Ivashov : "Ils n'ont pas besoin de supprimer 2 milliards (d’hommes) d'un seul coup, mais ils doivent prendre le contrôle de tout le monde ».

26 avril 2020

 

https://www.business-gazeta.ru/article/466402

 

 

Le général le plus célèbre de Russie s’exprime sur la manière dont la pandémie COVID-19 a pris la forme d'un épisode de confrontation mondiale entre les civilisations abrahamique et hannaise (Ndt: les Chinois, « Fils de Han »).

« On estime que les caméras ont enregistré 230 000 voitures qui avaient enfreint le régime des permis à Moscou, et les conducteurs ont été condamnés à des amendes de 5 000 roubles, soit plus d'un milliard par jour. Leur tête est en ébullition : à quoi d'autre pouvez-vous penser pour faire sortir l'argent ? » - déclare le colonel général Leonid Ivashov, président de l'Académie des problèmes géopolitiques. Dans une interview accordée à BUSINESS Online, il a parlé de la façon dont le système soviétique se préparait aux épidémies, des raisons pour lesquelles la prochaine guerre mondiale sera non nucléaire et de la place de la Russie dans cet affrontement.

 

- Leonid Grigorievich, aujourd'hui, en examinant la façon dont les différents pays réagissent à la pandémie de coronavirus, nous voyons comment cette urgence a pris tout le monde par surprise. Pourquoi ? L'État peut-il en principe se préparer à de tels événements extraordinaires, quelle est l'expression de cette préparation ?

 

- Tout d'abord, à mon avis, il y a ici une certaine unicité de ce virus - tant les biologistes que les médecins disent qu'il existe plusieurs souches qui n'ont jamais été sous une forme aussi complexe. Certains affirment que ce type de virus ne peut être créé que dans des laboratoires ultramodernes de haut niveau, et c'est probablement là que réside l'unicité de ce virus en tant qu'arme biologique.

 

Passons maintenant à l'état de préparation des pays. Historiquement, les Etats européens ont connu de terribles épidémies de choléra, de peste, de variole, la Russie était moins concernée. Cette expérience historique oblige donc les gouvernements de tous les pays à maintenir un certain degré de préparation à la mobilisation. Bien sûr, il est difficile de préparer un vaccin ou un autre médicament à l'avance, car on ne peut pas prévoir sous quelle souche le virus viendra. Mais il faut disposer de capacités de réserve pour lancer immédiatement la production de médicaments. Il faut avoir des recettes différentes, je ne dirais pas des recettes, mais certains paramètres de l'une ou l'autre recette, de sorte que lorsqu'un virus ou une maladie se présente, il faut rapidement les tester en laboratoire à titre expérimental et lancer la production. Et ces articles ordinaires, peu coûteux à la production et sans prétention au stockage, comme les masques, les robes, les gants, - sur lesquels il faut bien sûr prévoir une réserve de mobilisation. C'est une loi de fer, car ils seront nécessaires dans toute situation d'urgence.

 

Et l'essentiel dans la préparation à la mobilisation est de disposer d'un large réseau de spécialistes : virologues et médecins spécialistes des maladies infectieuses. Nous avons besoin d'une réserve de ces spécialités. Comment ? Si nous n'avons pas de poste, nous ne pouvons pas non plus avoir de médecin. Et ici, nous devons revenir à l'expérience soviétique et à la pratique d'autres pays. Disons que nous avons un travailleur médical - un thérapeute, mais en même temps il s'améliore dans une autre spécialité, et il est payé en plus. Dans la spécialité d'un virologiste, par exemple. Ainsi, dans de telles situations d'urgence, ce thérapeute peut être envoyé dans la bonne zone de travail. En outre, à l'époque soviétique, il existait un système fondamental de formation médicale générale. C'était la même chose pour nous, les militaires. Disons que vous êtes un officier général de l'armée, un conducteur de char, mais que vous étudiez aussi l'artillerie, etc.

 

En URSS, dans toutes les spécialités - médecins, ingénieurs et militaires - on donnait d'abord des connaissances théoriques générales, puis il y a eu une spécialisation. Et maintenant, nous faisons le singe, nous copions tout ce qui se trouve à l'Ouest. Qu'est-ce qu'un baccalauréat ? C'est un homme qui n'a pas fait d'études supérieures. La maîtrise a été inventée. Mais c'est le pire, franchement, du système éducatif que j'ai vu : un mélange de soirée et de temps partiel. Et à l'Ouest, il est tellement évident que si le même médecin est là, lor ou dentiste, - d'autres spécialités qui ne l'intéressent pas, il ne reçoit pas d'argent pour cela. Un tel système favorise l'impréparation aux situations d'urgence.

 

Comme le montre l'expérience de la confrontation avec le coronavirus déjà disponible à l'heure actuelle, le système sanitaire de prévention et de lutte contre les maladies de masse de type soviétique est efficace. Il s'est avéré efficace en Chine et même en Russie. Nous ne pouvons parler que des vestiges de ce système, mais ils ont fonctionné jusqu'à présent.

 

- Nous sommes quelque peu surpris de constater que même des pays économiquement très développés comme les États-Unis ou la France se sont révélés complètement impuissants dans un sens - même s'il ne s'agit pas de l'épidémie la plus meurtrière, et encore moins de la guerre. Les sociétés modernes ont perdu le sens du danger et pensent que les situations d'urgence susceptibles de faire de nombreuses victimes sont impossibles sur leur territoire ? Ils ne préparent pas la guerre sur leur territoire, et c'est peut-être pour cela qu'ils ne disposent pas de ces réserves de mobilisation, dont vous parlez.

 

- Je suis d'accord avec vous dans le sens où, par exemple, les Américains sur leur territoire, s'ils se sont battus sur leur territoire, ils l'ont fait uniquement avec les aborigènes indiens locaux, et les Nordistes avec les Sudistes pendant la guerre civile du siècle dernier. C'est donc ça. En raison de leur situation géographique, ils sont très bien protégés par deux océans. C'est pourquoi ils ont un certain degré d'insouciance, et le 11 septembre 2001 l'a montré aussi.

 

Mais il y a une autre facette à cette question : l'ordre sociopolitique. Le marché capitaliste nous oblige à être négligents en matière de sécurité. J'ai fait des voyages officiels en Amérique et j'ai été surpris par beaucoup de choses. Par exemple, il y a un énorme entrepôt, un terminal, parfois deux ou trois États où le gaz liquéfié est stocké. Lorsque j'ai regardé ce centre de stockage, je me suis demandé pourquoi il n'y avait pas de sécurité ? Il devrait y avoir des gardes, et même des gardes anti-aériens, parce que maintenant il y a un tel danger que les drones. Et il faut au moins une sécurité au sol, afin que les routes (au moins 800 mètres - 1 kilomètre) de cette installation soient à distance. Parce que d'une distance plus courte, tout lance-grenades tire - et vous avez un énorme feu. Nous en avons discuté avec les Américains. Ils ont expliqué qu'une installation privée de stockage de gaz, une entreprise privée et y embaucher des gardes de sécurité, et plus encore pour organiser une couverture aérienne - c'est un frais général, réduit les profits, augmente les coûts. Et elles découlent du fait que nous payons des impôts à l'État et qu'il doit assurer la sécurité.

 

Et il en est ainsi aujourd'hui. Pourquoi n'y a-t-il pas de stock de certaines choses dont on a constamment besoin, les mêmes masques ? Et qui, en fait, devrait avoir ce stock ? Entreprises privées ou État ? Ou du moins, qui devrait payer pour ces actions ? Et cette question concerne l'ordre social et politique de l'État. L'État - certaines institutions de pouvoir et de gouvernance. Et si la Constitution, les lois, les règlements sur tel ou tel ministère ne stipulent pas que c'est son devoir et que certaines allocations budgétaires sont prévues pour ce devoir, personne ne fera rien. Et les entreprises privées - pourquoi un simple citoyen, même les grandes entreprises, devraient-elles dépenser pour tout cela ? Les gestionnaires s'assoient là et recherchent toutes les possibilités de réduire les dépenses et de tout optimiser. C'est la raison de cette situation.

 

Nous voyons la même chose en médecine, quand ils essaient constamment de l'optimiser, de réduire le nombre d'hôpitaux, de médecins. Nous l'avons vu dans les pays occidentaux également et, malheureusement, en Russie, nous avons vu des choses similaires. Et il s'avère qu'une telle optimisation capitaliste est, bien sûr, bonne pour économiser de l'argent. Mais dès qu'il se passe quelque chose, c'est un énorme désavantage pour la société elle-même, car elle est privée de réserves de mobilisation.

 

"En Russie, les capacités de test augmentent, tout comme le nombre de personnes qui tombent malades. La quantité de morts dues au coronavirus chez nous est minimale par rapport à tout autre type de mortalité" "En Russie, les possibilités de dépistage augmentent, en conséquence, chez nous la quantité de malades augmente également. Le nombre de décès dus au coronavirus est un minimum par rapport à tout autre type de mortalité.

 

- Et comment évaluez-vous la préparation de nos citoyens et de l'appareil de gestion à l'existence et aux actions du régime de mobilisation ?

 

- Toute l'histoire de la Russie a appris à nos citoyens - la majorité de la population, peut-être dans une moindre mesure l'élite des cadres - à se préparer psychologiquement aux situations d'urgence. Parce que dans notre pays, les autorités font toujours quelque chose d'inattendu pour la population, le climat bat, les opposants se promènent dans nos espaces. La population est psychologiquement prête, mais si l'armée est immédiatement prête, le reste de la Russie, selon mes estimations, a trois jours. Il faut d'abord comprendre ce qui s'est passé en général : auparavant, je suis allé chez mon voisin, dans le village voisin, et maintenant - sur Internet. La première réaction est donc de comprendre ce qui se passe. La deuxième réaction consiste à découvrir qui est impliqué dans cette affaire. Nous avons un tel entrepôt d'esprit "du contraire", nous devons comprendre qui a eu une telle idée, est-ce l'intrigue de quelqu'un ? Le deuxième jour, nous commençons à réfléchir à la question de savoir de quel côté nous sommes. Et le troisième jour, nous commençons à nous préparer rapidement à l'action. C'est ce qui s'est passé historiquement.

 

Mais ce qui n'est pas clair, c'est que l'ensemble de notre pôle de pouvoir oligarchique a mené une politique visant à réduire la médecine et la capacité médicale de notre État et de nos régions au cours des dernières décennies. Cette politique d'optimisation des structures médicales et du nombre de médecins a déjà permis aux régions de ne pas accoucher normalement et d'attendre une ambulance. Il y a eu de nombreux cas où une ambulance ne peut pas aller quelque part parce qu'elle est coûteuse et inefficace. Dans notre pays, le système éducatif a d'abord été assimilé à une usine de bains et de blanchisserie, maintenant c'est un secteur de services, et maintenant la médecine a été transférée aux relations de marché. On rapporte qu'ils construisent un centre médical de haute technologie coûteux quelque part dans l'arrière-pays, et qu'il n'y a pas de spécialistes sur place. Il a été construit, puis oublié, ou scié, ou pour mémoire, que la médecine se développe. Et à cette époque, la médecine, nous l'avons vu partout, était pauvre et en perte de vitesse. Et soudain, nous avons maintenant une campagne fédérale pour préserver la santé du citoyen et de la population dans son ensemble ! Et n'oubliez pas le projet démographique national, car il est programmé pour avoir 1,7 enfant par famille. En d'autres termes, la population part. Et soudain, il y a une telle poussée de soins pour les citoyens.

 

Même si c'est la pandémie actuelle qui surprend beaucoup de gens.

 

- Qu'est-ce qui vous semble inhabituel ?

 

- On ne peut pas être sûr à 100 % d'avoir de vraies données. On nous dit que dans la phase aiguë de la pandémie en Espagne, en Italie, 800 personnes meurent chaque jour. Mais le nombre total de décès par rapport à cette période l'année dernière n'augmente pratiquement pas. Et là, la question se pose : meurent-ils vraiment du virus ? Ou bien le coronavirus est-il simplement en train de mourir naturellement chez les personnes âgées ? Il est difficile d'avoir une image réelle. En Russie, les possibilités de dépistage augmentent, tout comme le nombre de personnes qui tombent malades. Dieu interdit qu'ils meurent, mais le nombre de ceux qui sont morts du coronavirus est minime par rapport à tout autre type de mortalité.

 

Je ne suis pas médecin, mais je parle exactement comme un militaire : si vous ne savez pas ce qui vous a frappé, vous ne pouvez pas me dire ce qui vous a tué. D'une onde de choc ou d'un rayonnement ou de substances toxiques. Et avec un petit nombre de morts, nous avons soudain un tel mouvement de mobilisation. Vous pouvez comparer la réaction des différents pays ici. En Russie, le minimum, Dieu merci, c'est les pertes. Merci à tous ceux qui ont permis que cela se produise, en particulier les médecins. En Suède, ils ne font rien du tout ou seulement une médecine minimale, mais ils n'arrêtent pas les entreprises, tout fonctionne, même les restaurants. En Biélorussie, Alexandre Grigoryevitch Loukachenko dit franchement : si nous arrêtons tout maintenant, les gens vont souffrir et mourir beaucoup plus à cause de la faim ou du manque de médicaments. Il existe différentes approches.

 

C'est pourquoi je suis partisan de la version selon laquelle il s'agit d'une augmentation artificielle de la panique avec des objectifs peu recommandables.

 

- Qu'est-ce qui provoque la panique ?

 

- Si j'étudie l'histoire des guerres, je comprends très bien : toute guerre ne commence que si au moins l'une des parties en voit l'intérêt spécifique. Dans la Seconde Guerre mondiale, Hitler est coupable. Mais d'un point de vue matériel, le plus grand bénéficiaire après les États-Unis a été les États-Unis. Ils ont doublé leurs réserves d'or pendant la guerre. Oui, ils ont subi des pertes, plus de 200 000 morts, mais pour certaines forces, ce n'est rien.

 

Lorsque j'étais diplomate militaire, nous parlions avec des militaires américains et européens, des généraux. Et nous nous comprenons, nous sommes plus responsables de veiller à ce qu'il n'y ait pas de tragédie armée. Les militaires peuvent toujours se mettre d'accord sur les outils permettant de prévenir les conflits armés et la guerre. Mais il y a toujours des politiciens derrière eux. Les Américains sont avant tout le Département d'État et la CIA. Ils ne cessent d'exacerber la situation, en introduisant des conflits dans le processus de négociation. C'est sans ambiguïté. Je suis sûr que si les généraux se fixent comme tâche politique en Europe, dans l'Est arabe, n'importe où, de rassembler les militaires de différents pays et de dire : "Mettez-vous d'accord et assurez-vous que demain ou le mois prochain ce conflit prenne fin, de sorte que pas un seul coup de feu ne soit tiré - nous le ferons". Et il y a des forces qui n'ont pas besoin de paix, mais de conflits. Et nous connaissons ces forces, c'est l'ombre du monde qui "sait" : le Club Bilderberg, la Commission Trilatérale et d'autres propriétaires de l'argent mondial.

 

En général, l'idéologie de la misanthropie, lorsqu'une personne est déclarée inférieure et que ces personnes et nations peuvent être détruites, a un fondement philosophique. Dans l'histoire britannique, il y avait une telle trinité au XVIIIe siècle - Earl Shelburne, les philosophes Bentham et Hume. L'école philosophique de l'empirisme considère l'homme comme une créature qui n'est guidée que par des sentiments de douleur et de plaisir : ce qui est rentable et commode, alors et moralement. Naturellement, sur la base d'une telle philosophie s'est développée une logique raciste du colonialisme, quand tous les peuples les regardent de haut, croient qu'ils ne sont pas dignes d'être humains. Même les Américains n'étaient pas étrangers à cette approche. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Roosevelt, qui était anticolonialiste, a écrit à Churchill dans des télégrammes : « Comment vous autorisez-vous à tuer des Hindous et à ne même pas retirer leurs cadavres de la rue ? » Et il a répondu que les Hindous ne le méritaient pas. C'est de là que vient toute l'idéologie anti-humaine.

 

Revenons maintenant au XXe siècle. Nous verrons ici ce néo-malthusianisme, la théorie du développement durable, qui a été élaborée par le Club de Rome, puis approuvée lors de la conférence des Nations unies de 1992 à Rio de Janeiro. Il semble nécessaire, de nombreux scientifiques soutiennent le développement durable sans crises, sans guerres. Mais c'est à Rio de Janeiro qu'il a été souligné, ainsi que dans les travaux du Club de Rome, que le développement durable de l'humanité passe avant tout par une forte réduction du nombre de personnes sur Terre. Bill Gates, l'homme le plus riche de la planète, propose ouvertement la vaccination pour limiter le taux de natalité. Ces idées viennent donc des banques de la Tamise et du Potomac, où se trouvent les personnes qui contrôlent directement ou indirectement 80 % des finances mondiales. Et ils parlent de la nécessité de réduire la population, ce qui signifie qu'elle est nécessairement mise en œuvre dans des programmes spécifiques, certaines actions.

 

- Mais si quelqu'un est intéressé par la réduction de la population humaine, le virus actuel n'est clairement pas assez mortel.

 

- Il n'est pas question aujourd'hui de prendre 2 milliards de personnes et de les supprimer d'un seul coup. À l'heure actuelle, chaque être humain doit être pris en charge.

 

- Au fait, que pensez-vous de l'idée d'un contrôle numérique total, dont certains éléments apparaissent en Russie ? Elle est justifiée par le fait qu'elle contribuera à empêcher l'épidémie de se propager.

 

- Ce sont des choses évidentes. Nous avons déjà essayé de faire passer la justice pour mineurs, et la numérisation est également à l'essai. Mais les gens sont réticents à le faire. Nous voulons néanmoins être un peu libres, au moins comme en URSS, où l'on ne vous regardait pas à chaque ouverture et où l'on n'entendait pas chaque mot que vous disiez.

 

Pour une raison quelconque, M. Gref s'est simplement empressé, au cours de l'année et demie écoulée, de forcer les technologies numériques, sinon nous serions à la traîne du monde civilisé. Et en même temps, c'est un homme qui dit que ce taureau (nous montre) n'est pas digne de recevoir une éducation sérieuse, que la plupart des gens ne sont pas du tout nécessaires, et ainsi de suite, et soudain, il s'inquiète pour nous, pour que nous ne prenions pas de retard par rapport aux autres pays. Je ne crois pas particulièrement à ce genre de choses.

 

Bien sûr, tout gouvernement, y compris celui de l'argent, veut absolument tout savoir sur chacun de ses clients et subordonnés. C'est une bonne chose pour les structures de gouvernance, mais pas très bonne pour les gens. Tout d'abord, il s'agit d'une contrôlabilité totale. Et pas seulement que vous serez automatiquement soumis à une taxe si vous n'avez pas payé quelque chose quelque part. Et le fait que l'on puisse maintenir une personne sous tension en permanence. Maintenant, nous sommes tous passés aux cartes plastiques. Et puis soudain, ils ne sont plus fonctionnels pendant trois jours. Même si tout s'arrange par la suite, quel stress pour une personne ! Ou alors, soudainement, le magasin ne les accepte pas. Nous avons constaté des dysfonctionnements dans les bases de données des gares, des aéroports. La numérisation crée des opportunités pour de telles situations d'urgence qu'il n'est plus nécessaire d'avoir recours à des pandémies.

 

Et, deuxièmement, bien sûr, c'est une opportunité, si quelque part les gens sont complètement insatisfaits des autorités, ils les ont déjà pris à la gorge et les gens veulent choisir leurs représentants - ici la population peut toujours être rejetée.

 

- Revenons au contexte de ce qui se passe. Aujourd'hui, les États-Unis ont commencé à blâmer la Chine pour avoir laissé une pandémie mondiale se produire. Quels sont les objectifs des États-Unis et jusqu'où sont-ils prêts à aller pour aggraver la situation ?

 

- La Chine n'a certainement pas besoin de ce virus maintenant, ni d'une nouvelle aggravation avec l'Amérique. De plus, il s'avère que c'est en Chine, à Wuhan, que des spécialistes américains ont travaillé - des biologistes, des biochimistes. Il y a donc beaucoup de choses secrètes, cachées. Mais le fait que les États-Unis et la Chine sont désormais des rivaux géopolitiques est évident.

 

Mais on ne peut pas penser de façon étroite que les Américains n'aiment pas la Chine ou la Russie pour cette raison. Nous avons besoin d'une approche globale. Et la première chose sur laquelle les élites américaines sont unanimes - capital financier, grand capital industriel et toutes sortes de clubs secrets, loges maçonniques, "Skull and Bones" - la société secrète de l'élite de l'Amérique blanche - est qu'elles doivent se tenir à la tête du monde et déterminer tout le processus mondial. Il s'agit de l'élite capitaliste américaine. Et ici, ils travaillent ensemble contre l'Empire Céleste, peut-être pas dans tous les domaines. Pourquoi la Chine ? Parce que seule la Chine peut changer l'essence de l'ordre mondial moderne, le monde à l'américaine. Ils traitaient avec l'URSS parce que l'Union soviétique était la puissance qui pouvait non seulement équilibrer les relations avec les Américains et équilibrer l'Amérique. Elle avait le potentiel de changer l'essence de ce monde, où au mieux les mêmes Américains, quel que soit le capital dont ils disposaient, aucune organisation secrète qu'ils avaient créée, seraient toujours à égalité avec nous. C'est l'essence même du monde bipolaire. Ils ont investi beaucoup d'efforts pour détruire le projet soviétique, et ils ont déjà riposté au sujet de l'ordre mondial unipolaire, dont ils sont responsables. Ainsi, si le monde unipolaire, il ne peut y avoir de démocratie dans l'espace mondial, de sorte que tous soient égaux, avait le droit de vote quelque part à l'ONU. De plus, il ne peut y avoir de diversité de normes et de règles de conduite internationales, tout est formé dans un seul centre.

 

Et aujourd'hui, l'Union soviétique est remplacée par cette puissance chinoise, qui détruit systématiquement les rudiments de l'unipolarité mondiale américaine et poursuit clairement une politique de planification mondiale multipolaire. Mais même dans les conditions de bipolarité et d'équilibre des pouvoirs, il est déjà possible de négocier et de créer des organisations telles que l'ONU, pour maintenir l'ordre mondial, où chaque nation a le droit de choisir sa propre voie, sa propre voix dans les affaires internationales. C'est ce qu'ils craignent de perdre à jamais leur influence dominante sur tous les processus internationaux, dans la culture et l'éducation, la sphère militaire, la politique, l'économie mondiale, les finances. Et le principal, c'est que tout le monde marche à la ficelle devant les Américains et surtout leurs banquiers. Oui, il y a aussi une lutte à l'intérieur des États eux-mêmes : nous voyons que Trump représente l'Amérique industrielle et veut que le dollar, étant la principale monnaie du monde, travaille pour l'économie américaine et les besoins sociaux de sa population.

 

Naturellement, l'oligarchie financière ne se soucie pas de l'Amérique ou de la Chine. Leur tâche consiste à résoudre leurs problèmes, les objectifs de leur domination financière mondiale. Ils se sont mis d'accord sur tout cela en 1908, lors d'une réunion sur l'île américaine de Jekyll aux États-Unis : les banquiers Warburg, Morgan, Schiff, Coons, Rothschild et d'autres s'y étaient réunis. Ils ont adopté une formule qui fonctionne encore aujourd'hui. Cette formule, incluse dans le "plan Marburg", sonnait comme : « Le pouvoir est une marchandise. Même si c'est le plus cher. Par conséquent, la puissance mondiale devrait appartenir aux financiers internationaux ». C'est pourquoi ils doivent arrêter la Chine. Sinon, pourquoi ont-ils détruit l'Union soviétique ? Il était plus facile pour eux de négocier avec l'URSS qu'avec le camarade Xi Jinping aujourd'hui. D'autant plus que nous étions alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour ainsi dire, nous avons de l'expérience.

 

Bien sûr, ils doivent arrêter la Chine, mais il vaut mieux la détruire. Les Européens ne sont pas particulièrement préoccupés par la Chine, ils développent activement des relations commerciales avec elle. Les Américains ne l'aiment pas non plus. Pourquoi ont-ils commencé à s'occuper du gaz de schiste, du pétrole de schiste, à élever ce processus au rang de programme national ? Contrôler le gaz et le pétrole à l'échelle mondiale signifie dominer, tout contrôler, y compris la Chine par le biais du pétrole et du gaz, contrôler les flux de ressources mondiaux. Parce qu'il n'y a pas assez de ressources énergétiques dans l'Empire Céleste. Et réguler l'économie chinoise signifie aussi contrôler sa puissance militaire.

 

C'est la Chine qui a le potentiel et la dynamique qui peuvent faire perdre aux États-Unis leurs premières positions dans le monde, et au mieux les Américains ne peuvent qu'égaliser la Chine dans le processus politique mondial. Parce que maintenant, le yuan se renforce, et dès que le dollar tombera, il deviendra l'une des premières, ou plutôt la première, monnaie de réserve au monde, et ce sera la fin de la grandeur de l'Amérique. D'autant plus que Pékin poursuit une politique de multipolarité et provoque l'établissement d'autres centres du monde sur la base de civilisations non occidentales (OCS, BRICS, ASEAN). L'infrastructure mondiale des communications tombe aussi progressivement sous l'influence et le contrôle de la Chine. Et avec sa culture, Pékin se rend activement sur tous les continents grâce au système des institutions de Confucius, l'étanchéité de l'inculturation américaine. C'est pourquoi les Américains doivent maintenant arrêter la Chine par tous les moyens possibles. Cela n'a pas fonctionné pendant la guerre commerciale - les Américains eux-mêmes ont souffert.

 

- Et quelle est selon vous la principale différence entre la confrontation entre les élites occidentales, américaines et chinoises et la guerre froide et la confrontation avec l'URSS et la Russie ?

 

- Dans l'essence même de la civilisation. La Russie, l'Empire russe et l'Union soviétique sont une jeune puissance à l'échelle historique. Les fonctions, comme je les appelle, sont cosmo-planétaires, universelles, chaque civilisation a des fonctions différentes et est définie par le haut. Et ils sont là pour porter le bien, pour arrêter les prétendants à la domination mondiale, pour réguler les relations entre l'Occident et l'Orient, pour montrer aux autres peuples la direction de la vie et du développement. Regardez qui vient à nous - de tels prétendants, des Tatar-Mongols, des Teutons, des Ottomans à Napoléon et Hitler - nous avons arrêté tout le monde. Et les peuples soumis et les agresseurs vaincus pourraient se mettre d'accord avec nous. Regardez ce qui est arrivé à Napoléon avec Alexandre I. Nous l'avons vaincu, et l'Europe a levé les pieds, puis l'union sacrée a offert. Alexander a proposé d'être presque lié à l'Europe pour ne jamais se battre. Il y avait aussi une alliance avec nous contre Hitler, la coalition anti-hitlérienne, ne l'appelons pas une union sacrée. Mais une fois encore, nous les avons sauvés, nous les avons libérés, puis nous les avons abandonnés à nouveau. Pour que nous puissions être dupés, joués sur nos bons sentiments, notre compassion pour tous. Mais on ne peut pas faire ça avec les Chinois.

 

Dans cette nouvelle confrontation, deux tiges de civilisation se sont réunies. De l'Occident, en particulier de la capitale financière, vient le bâton juif, l'idée abrahamique du peuple élu de Dieu. En revanche, à l'Est, les Chinois Han sont à la base. Pas seulement un milliard et demi de Chinois. Il y a un bâton - le chinois Han, et si vous regardez dans l'histoire de la Chine, il a 4 000 ans, l'Empire Céleste existe depuis des millénaires non pas comme une nation, mais comme une civilisation. Et en tant que civilisation, seuls les Chinois ont survécu à une telle époque. Oui, eux et les Hindous se disputent pour savoir qui est le plus âgé. Les Hindous avaient une civilisation Harappa, mais elle était prisonnière, elle a été détruite. Et les Chinois sont les seuls survivants de quatre millénaires. Parce qu'il y a un noyau culturel et civilisationnel fort et un code : la détermination indomptable. Derrière tout cela se cache un idéologème, la Volonté du Ciel. Et maintenant, il y a une bataille de ce bâton juif de l'Ancien Testament avec le début de la civilisation chinoise. Et la question est de savoir qui est qui.

 

- L'une des méthodes qui peuvent aider à arrêter la Chine est le coronavirus ? Et quelles autres méthodes pourraient être utilisées ?

 

- Aujourd'hui, les moyens de destruction massive ne se limitent pas aux armes traditionnelles. Nous opérons tous avec des armes nucléaires - nous avons une supériorité dans ce domaine, les missiles volent plus vite. C'est une tromperie. Oui, il faut tenir cet arsenal, mais aussi réfléchir : pourquoi les Américains n'ont-ils pas modernisé leurs Minutemen et leurs Tridents depuis 40 ans ? Pourquoi ont-ils un bombardier B-52 qui, je pense, vole depuis 1959 ? Pourquoi n'investissent-ils pas dans ces armes ? Oui, ils le gardent au cas où. Mais aujourd'hui, les armes de destruction massive sont des choses très différentes, y compris les virus. Et c'est pourquoi les Américains du monde entier ont des laboratoires secrets. La plupart sont supervisés et contrôlés par le Pentagone, mais il y a aussi des laboratoires qui appartiennent à ces sociétés secrètes, des milliardaires financiers. Ici, dans la même Ukraine, ils sont plus de dix. Il y en a en Géorgie. L'un d'entre eux est appelé presque un centre de maintien de la paix de Lugar (selon la version officielle, le laboratoire de Lugar est engagé à assurer la destruction en toute sécurité des armes de destruction massive dans l'espace post-soviétique, bien qu'il n'y ait pas d'armes nucléaires en Géorgie - Ed.) Tout le monde y a été classé, personne des habitants, ni le Président de la Géorgie, ni le Premier ministre, ne franchira absolument le seuil de ce laboratoire.

 

Ensuite, regardez les cyberarmes - ce sont aussi des armes de destruction massive. Demain, ils prendront tout notre équipement et l'arrêteront. Nous disposons de 99 % des équipements et technologies électroniques et informatiques - pas les nôtres. Et nous serons privés de communication, de gestion, de banque et même d'électricité. Et ils avaient déjà une telle formation du personnel lorsque tous ces tableaux d'affichage dans les gares et les aéroports étaient hors service. Vous pouvez facilement plonger un pays entier dans le chaos et l'effondrement - et vous n'avez pas besoin d'utiliser des bombes nucléaires.

 

Il y a un impact massif sur l'esprit et la psyché de l'homme. Prenez le coronavirus. Nos autorités, en particulier celles de Moscou, font monter la psycho-pandémie, mais selon notre ministre de la santé, jusqu'à présent, notre taux de mortalité a diminué de 4,5 % par rapport à la même période l'année dernière. Comment cela s'accorde-t-il avec la panique qui s'installe ? Aujourd'hui, les armes de destruction massive devraient également inclure un facteur tel que la dépression. C'est ce qui provoque des maladies cardiovasculaires et bien d'autres encore. La dépression et les situations de stress sont aujourd'hui considérées comme la cause première de la plupart des maladies, et il me semble que, du fait du coronavirus, elles sont en général un facteur de maladie de masse et, en tant qu'arme de destruction massive, elles ne cesseront d'augmenter.

- Si le coronavirus est une forme de cette arme hybride, que se passe-t-il maintenant ? Est-il en train d'être répété pour être utilisé ?

 

- Si vous créez des armes dans des conditions de laboratoire, mais que vous ne les emmenez pas au champ de tir pour les tester dans des conditions proches du combat, personne ne les acceptera et ne vous les achètera. Ce principe fonctionne pour toutes les structures militaires. Les militaires regardent de près ce que les physiciens ou les biologistes y ont découvert, et tentent immédiatement de le réfuter dans leur domaine : créer des moyens de vaincre l'ennemi, quelqu'un - à des fins défensives, quelqu'un - à des fins agressives. En copiant souvent quelque chose qui existe dans la nature et en utilisant ce qui existe dans la science. C'est alors que le virus Ebola est parti, a immédiatement commencé à créer différents groupes, des commissions pour l'étudier, des représentants du Pentagone sont allés en Afrique pour étudier tout cela sur place, la même chose s'est produite avec le virus HIV, etc. Oui, il y a des civils qui sont impliqués dans cette affaire avec les nobles objectifs de trouver un remède, d'aider. Mais il y a toujours des biologistes militaires dans les environs. Ils voient comment ils reconnaissent les souches de virus et de maladies, puis ils l'emmènent au laboratoire pour la reproduire, et généralement pas à des fins pacifiques. Et, bien sûr, ils testent, améliorent, légendent et se lancent dans la production de masse. Et maintenant, le virus naturel se transforme en un virus infectieux de combat, une arme de destruction massive.

 

Regardez la bactérie Cynthia - elle a été créée pour détruire la pellicule de pétrole dans le Golfe du Mexique après la marée noire d'il y a 10 ans. Notre scientifique et biologiste Irina Yermakova affirme que cette bactérie est également liée au coronavirus. La question est de savoir comment ces expériences sont menées en général et comment fonctionnent les centres scientifiques. Si nous avons encore des scientifiques qui réfléchissent aux conséquences de telle ou telle découverte et développement, les Américains n'agissent pas de cette manière. Ils disposent d'équipes scientifiques de spécialistes dans ces domaines, généralement multinationales. Ils ont signé un contrat pour une sorte de commande, ont tout fait, ont testé - tout fonctionne, et au revoir. Et qui l'utilisera encore et comment, quelles seront les conséquences - on ne leur a pas confié une telle tâche, ils n'en sont pas responsables. Ils ont signé le contrat - pour développer un évier pour le pétrole déversé, et que cette bactérie affectera alors l'homme, commencera à infecter les poissons, de telles questions n'ont pas été étudiées. Si vous payez des millions de plus, alors nous l'étudierons. Et les militaires voient les choses à leur manière : pourquoi ne pas utiliser ces développements, s'il y a quelque chose qui pourrait aussi être utile à des fins militaires ?

 

- Autrement dit, peut-être que le coronavirus est apparu à la suite de recherches qui n'avaient pas de but militaire, et que les militaires les ont ensuite "capturés" ?

 

- Bien sûr qu'il l'était. En tant que devoir professionnel, j'ai dû étudier les Américains, leurs faiblesses et leurs forces, la façon dont ils tirent parti des circonstances. Ils mènent donc une sorte d'opération, comme la destruction de l'État irakien. Quel semble être le but d'une telle opération ? Pour renverser Saddam Hussein, installer un gouvernement fantoche, prendre le contrôle des champs pétrolifères. Mais ils se fixent des dizaines d'autres objectifs, s'attendent à ce que tout soit fait pour qu'une telle opération soit financièrement justifiée et rentable. Quelle quantité de biens historiques ont-ils retiré de Babylone et d'autres villes et musées ? Ils avaient des équipes spéciales pour tout enlever. En cours de route, ils mènent des recherches sur des personnes vivantes et testent des armes, comme en Yougoslavie (bombes au graphite, noyaux d'uranium, nouveaux "tomahawks"), forment des réservistes. Et en Afghanistan, ils ont officiellement ordonné de ne pas lutter contre la drogue. Ces champs de pavots, que nous avons détruits à notre époque, indiquaient de ne pas y toucher. Notre ministère de la défense a soulevé la question de savoir s'il s'agit de drogues qui vont en Europe. C'est ainsi que le responsable de l'OTAN nous a expliqué publiquement que si nous détruisons les champs d'opium, les Afghans n'auront plus rien pour vivre, ils mourront de faim. Voilà l'explication, mais qu'en est-il de ces domaines ? Ils transportent des dizaines de tonnes de drogue par avion militaire. Ainsi, lorsqu'ils mènent des opérations militaires et y investissent leur argent, ces opérations doivent non seulement être économiquement justifiées, mais aussi apporter des bénéfices aux entreprises et aux structures secrètes américaines. Nous ne pensons pas que cela soit nécessaire, nous avons des objectifs politiques, moraux, humanistes qui ont toujours été primordiaux. Et ils ne l'ont pas fait, ce sont des pragmatiques.

 

- Et que devrait faire la Russie dans une confrontation aussi fondamentale entre les États-Unis et la Chine ?

 

- Nous devrions tout d'abord avoir un pouvoir à l'intérieur du pays, qui serait orienté vers le niveau national. D'où viennent tous ces Chubais, ces grèves, ces guides ? Où ont-ils étudié, où ont-ils reçu des instructions et d'où viennent-ils pour nous gouverner ? Regardez ce que dit le Président sur les défis à relever dans les domaines de l'éducation, de la culture et de la médecine. Mais ce que font les soi-disant élites est différent. Des forces oligarchiques de l'ombre sont à l'œuvre partout dans le monde, et ce sont leurs descendants ici. Rappelez-vous que Gref a parlé de l'éducation dans son célèbre discours - que les gens ne devraient pas être éduqués. La même chose que les fondations Rockefeller, Gates disent à l'Ouest. Soros a utilisé son argent pour nous écrire des manuels sur notre histoire, afin que nos enfants ne connaissent pas l'histoire de leur pays. Ils ont fait passer le système éducatif de Bologne par M. Fursenko. Rappelons les idées de [Yegor] Gaidar et de ses ministres sur la population : « s'ils meurent, c'est leur choix - ils n'avaient pas leur place sur le marché ». Nous avons des gens qui travaillent pour l'économie, pas pour les gens. Tout le monde travaille pour une sorte de PIB, pour les taux d'inflation. Le langage humain a même disparu de notre communication, surtout si l'on parle d'économie. Ce n'est pas du tout notre pouvoir. Ils sont les marionnettes de la communauté oligarchique occidentale secrète.

 

Il serait donc étrange de s'attendre à ce qu'ils prennent soin de la population même maintenant, pendant l'épidémie. Je ne crois pas à toutes ces mesures. Au début, Sobyanine, la même Skvortsova et beaucoup d'autres aides ont détruit la médecine soviétique, réduit les installations médicales, et aujourd'hui ils se sont précipités comme pour prendre soin de nous. Comment peut-on croire en leur sincérité ? Et des mesures sont prises, très loin de la médecine et de la maladie, du virus. Il a déjà été calculé que les caméras ont enregistré 230 000 voitures qui ont violé le régime de permis de Moscou et les conducteurs ont reçu des amendes de 5 000 roubles. Ils ont gagné plus d'un milliard en un jour. Ils ont tout pour cet argent, pour le profit, qui bouillonne dans leur tête : à quoi d'autre pouvez-vous penser pour sortir l'argent des poches des citoyens ordinaires ? Ils vont commencer à prendre l'argent des piétons maintenant. Comme le disait Marx : « il n'y a pas de crime qu'un capitaliste ne commettrait pas s'il avait 300 % de profit ». Et ils sont tous capitalistes dans nos structures de pouvoir.

 

- Et qu'attend la Russie dans cette situation ?

 

- Lorsque deux méga-projets mondiaux, américain et chinois, entrent en collision - et pour les deux les ressources de la planète ne suffiront pas, ils se battront non pas pour la vie mais pour la mort - il nous faut un troisième projet. Chez le Russe, l’intellect n’est pas complètement détruit (en aucun cas en autorité, là il avec un détecteur de mines vous ne trouvez pas), il peut permettre et commencer la réalisation de celui-ci. Après tout, ce n'est pas par hasard que la révolution socialiste a eu lieu en Russie. Oui, c'était une tragédie pour nous, mais l'humanité avait besoin d'une autre voie, il fallait montrer une nouvelle direction, plus prometteuse et plus sûre. Et ce pourrait être le monde socialiste en concurrence pacifique avec le monde du capital. Staline a mis en place une bipolarité mondiale, un projet économique sans crise. Mais le génie et l'intelligence géopolitique ont pris fin avec l'arrivée au pouvoir de l'illettré Khrouchtchev. Nous avons montré le chemin de l'espace, de l'atome pacifique, et l'humanité s'est précipitée vers le haut, dans les profondeurs de la connaissance, pour construire une société de justice sociale. Puis il y a eu un renversement de conscience à travers la théorie de la programmation sociale - de l'espace au consumérisme, au jean. Le manque d'intelligence cosmique a conduit à une autre crise planétaire, et le coronavirus a servi de couverture à une impasse systémique du développement. Et aujourd'hui, nous devons lancer notre propre projet mondial.

 

- En quoi doit-elle consister ?

 

- L'essentiel devrait être, tout d'abord, ce que nous devons penser de nous-mêmes, qui nous devons être en tant que pays, en tant qu'État. Pour ne pas contenir cette couche de corruption voleuse, notre objectif devrait être une puissance mondiale intellectuelle et morale de justice et d'honneur. C'est ce que nous devons avoir comme objectif : nous avons aujourd'hui l'expérience et les connaissances pour cela.

 

Comment avons-nous pu vivre sans but pendant 30 ans ? Juste aller quelque part, mais pas de but, pas de projet. Même lorsqu'ils construisent une grange, ils dessinent un projet et font des calculs. Et nous n'en avons pas. Il y a des slogans qui ne sont jamais réalisés, c'est tout. Il n'y a pas de projet de doctrine géopolitique, qui nous voulons être dans ce monde, dans quoi nous voulons être les premiers. C'est idiot d'être le premier en tout, on ne le donne à personne. Nous courons tous - puis à l'Ouest, puis à l'Est, demain nous courons à nouveau vers l'Afrique : nous avons déjà commencé à y ouvrir la voie. Arrêtez de courir, d'attraper quelque chose quelque part. Nous devons avoir notre propre projet - qui devrait être la Russie dans ce monde, et son essence nous a déjà été fixée d'en haut. Et cela se voit clairement dans l'histoire.

 

Deuxièmement, quel genre de monde voulons-nous voir ? Nous devons la changer, et non l'intégrer, et dans le contexte de la collision de ces deux méga-projets, la Chine et les États-Unis, nous devons remplir notre rôle - offrir un troisième projet qui réconcilie une partie et l'autre, afin que tous puissent survivre. L'humanité doit survivre. Tant à l'Ouest qu'à l'Est, et cette diversité de civilisation doivent être préservées. Comme dans toute vie sauvage il y a une belle diversité, nous devons aussi nous efforcer de devenir ce que nous deviendrons, et non pas chasser ce que nous deviendrons, en termes de volume de l'économie mondiale, de nombre de missiles, de PIB, d'inflation. Oui, dans la culture, nous devrions être les premiers, la science, la connaissance, la gentillesse et l'hospitalité.

 

Aujourd'hui, dans tous les domaines, nous devons être dominés par l'intellect. Qui est le président qui se réunit actuellement pour les réunions sur la médecine ? Les administrateurs qui n'ont jamais eu de seringue entre les mains n'ont même pas organisé d'assistance médicale dans un district. Ils mettent donc en place "Ordnung". Et les esprits les plus puissants de la médecine, les biologistes, les chimistes, les physiciens, les psychologues, les géopoliticiens devraient s'occuper de ces questions.

 

- Vous avez écrit dans vos ouvrages qu'il y avait des raisons métaphysiques derrière les motivations des figures politiques du passé, les dirigeants des États. Quels sens devrions-nous adresser aux dirigeants actuels de la Russie, où trouver une base sur laquelle nous pouvons déjà construire des modèles d'économie et tout le reste ?

 

- Le fait est qu'il n'est pas nécessaire de chercher quoi que ce soit, tout est à la surface. Il suffit de combiner nos connaissances religieuses, nos connaissances métaphysiques et nos vérités scientifiques interdisciplinaires purement matérialistes en un tout, en une seule banque de connaissances.

 

Nous devons revenir à l'héritage de Vernadsky. Le président Poutine a un jour mentionné ses paroles sur la noosphère dans ses discours ; nous avons besoin de nos universitaires pour traiter ces questions. Aujourd'hui, il y a déjà des développements qui sortent sur la métaphysique, sur ce qu'est l'énergie de la pensée, de la conscience et de l'esprit. Ce sera une percée dans l'avenir, la quatrième dimension. À moins, bien sûr, que cette percée ne soit utilisée pour créer de nouveaux types d'armes de destruction massive.

 

Et le système religieux doit être combiné avec la science matérialiste, en la transformant en un intellect moral élevé. Les Iraniens ont la ville de Qom, ils y ont créé 20 institutions. Par exemple, il y a une institution de la justice là-bas. Où existe-t-il une telle institution ? Ils étudient ce qu'est la justice, comment elle est perçue lorsqu'elle vient d'Allah et s'étend à la vie quotidienne, à la politique. Ils étudient également le Coran dans la même université, et y enseignent immédiatement la physique et la chimie moléculaires.

 

Aujourd'hui, nous devons comprendre que la vie n'est pas seulement une question de formes protéi-nucléiques et de processus chimiques dans le corps. Une fois, j'ai dû faire un reportage à Sarov, où étaient présents à la fois le clergé et les responsables du nucléaire de notre centre. J'ai dit que la réconciliation aujourd'hui entre l'église et la science, les matérialistes et les idéalistes, est la réponse à la question "Qu'est-ce qui est primaire, la matière ou la conscience ? Énergie primaire de la matière, conscience, esprit, éther. De ce point de vue, tout doit être pris en compte, et même dans les soins de santé. C'est pourquoi la biophysique est si importante. Pourquoi les Chinois réussissent-ils mieux à s'en sortir même maintenant [avec le coronavirus] ? Parce que la médecine orientale est proche de la compréhension de tels processus et considère la vie non seulement comme un ensemble de processus protéino-nucléiques.

 

- Mais quand même, s'il y a une telle méga-confrontation pour la supériorité de son projet dans le monde, peut-il aller jusqu'à une vraie guerre mondiale "chaude" à un moment donné ? La pandémie actuelle n'est-elle pas un prologue à celle-ci ?

 

- Je ne crois pas à la grande guerre, à laquelle on m'a appris à me battre toute ma vie. Qu'une tête nucléaire volera, une autre répondra et l'on pensera : mes 10 voleront, mais il ne peut me répondre qu'avec une seule. Nous sommes déjà passés par là, et nous avons abandonné ce facteur de destruction mutuelle.

 

Mais il y aura d'autres formes de guerre, et de telles guerres sont déjà en cours. Aux États-Unis et en Chine, nous voyons aujourd'hui comment la guerre couvre essentiellement non seulement la sphère militaire, mais aussi la science, l'éducation et la culture. La Chine établit partout en Afrique ses institutions de Confucius - les Américains sont inférieurs ici, ils utiliseront donc autre chose pour arrêter les Chinois. C'est pourquoi je ne m'attends pas à une grande guerre de la part des puissances nucléaires, il ne peut y avoir une telle guerre dans notre perception classique, elle prend une autre forme aujourd'hui.

 

Mais que montre l'histoire des guerres ? Elle a toujours un côté attaquant, elle a un avantage dans quelque chose, elle l'utilise. Mais lorsque les parties parviennent à un équilibre sur les fronts, il faut souvent faire appel à un tiers ou à une position. La Première Guerre mondiale a été positionnée après les premiers succès et défaites. Nous sommes restés dans les tranchées pendant des mois, et personne ne savait quoi faire. Il y aurait une troisième force qui offrirait la paix à un stade précoce, peut-être les choses se seraient-elles passées différemment. Nous devrions donc être prêts à ce que les forces mondiales mènent des guerres commerciales, peut-être que des attaques biologiques commenceraient et autre chose, et nous devrions être en mesure de proposer autre chose. Mais pas seulement un conseil : ne vous tirez pas dessus avec ces virus ! Mais pour offrir un modèle du monde pour le XXIe siècle qui soit acceptable pour toutes les parties.

 

 

Leonid Grigorievich Ivashov (né en 1943) - personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel Général. 1996-2001 - Chef de la Direction principale de la coopération militaire internationale du ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. Président de l'Académie des problèmes géopolitiques. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Diplômé de l'École supérieure de commandement des armes combinées de Tachkent en 1964, l'Académie militaire porte le nom de M.V. Lomonosov. Il est diplômé de l'Académie militaire de Frunze en 1974. A servi dans les troupes à différents postes jusqu'au commandant adjoint du régiment de fusiliers motorisés. Depuis 1976, il a servi au bureau central du ministère de la défense de l'URSS, a été l'assistant du ministre de la défense de l'URSS, le maréchal D. Ustinov. Depuis 1987, il a dirigé le département des affaires du ministre de la défense ; 1992-1996, secrétaire du Conseil des ministres de la défense des pays de la CEI ; en août 1999, il a été approuvé comme chef d'état-major pour la coordination de la coopération militaire des pays de la CEI. En juillet 2001, il a été relevé du poste de chef de la direction principale de la coopération militaire internationale et mis à la disposition du ministre de la défense.

 

En 2002, il a fondé et dirigé l'Union de la puissance militaire de Russie. En 2006, il a été élu président de l'Union du peuple russe. Il est membre du Conseil des officiers supérieurs de Russie. Il dirige l'Académie des problèmes géopolitiques, enseigne à l'Institut d'État des relations internationales de Moscou. Membre de l'Union des écrivains de Russie.

 

Il a été décoré de l'Ordre "Pour le service de la patrie dans les forces armées de l'URSS" II et III degrés, "Pour le service de la patrie" III degré.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivashov : la Russie ne peut pas devenir le troisième pôle maintenant. (Club d'Izborsk, 11 juin 2020)

11 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

"Le monde entier devient bipolaire avec les pôles américain et chinois. C'est un monde plus stable. Et parce que nous ne pouvons pas être le troisième pôle maintenant, nous devons suivre notre propre voie, comme toujours. Notre rôle est d'être une puissance mondiale, intellectuelle et morale de justice et d'honneur. Nous devons connecter notre intellect et créer un nouveau projet - un monde sans guerres."

Général Leonid Ivashov.

Leonid Ivashov : la Russie ne peut pas devenir le troisième pôle maintenant. (Club d'Izborsk, 11 juin 2020)

Leonid Ivashov : la Russie ne peut pas devenir le troisième pôle maintenant.

11 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19448

 

 

- Leonid Grigorievich, votre livre "Géopolitique de la civilisation russe" a été publié dans notre maison d'édition.

 

- J'écris ce livre depuis dix ans, et je l'ai commencé alors que j'étais encore engagé dans la coopération militaire internationale. Je l'ai écrit parce qu'il est très important de dire aux gens ce qu'est la géopolitique et comment elle affecte les processus qui se déroulent dans le monde. Pourquoi les dirigeants des pays, après s'être mis d'accord sur quelque chose et avoir signé les documents, commencent à faire exactement le contraire dès le lendemain. Cela concerne surtout nos relations avec l'Ouest. Il y a même une section dans le livre "L'Occident comme anti-civilisation". Je vous dis que les États ne décident plus rien sur la scène internationale, et nous parlons de la confrontation non pas de pays ou même d'unions, mais de civilisations. Les civilisations occidentales et, le l’autre côté, non occidentales. Parmi les civilisations non occidentales, il y a celle de l'Est, dirigée par la Chine, et celles de l'Inde, de l'Islam et de l'Amérique latine. Et bien sûr, celle de la Russie, assez originale, jouant un rôle énorme dans l'histoire du monde. Et il se trouve que l'Occident les affronte toutes maintenant, en essayant d'imposer sa volonté. Et d’une certaine manière, il réussit même.

 

- Quelle est la principale différence entre l'Ouest et le non-Ouest ? Un conflit entre eux doit-il survenir ?

 

- C'est aussi dans le livre. Les civilisations se divisent conditionnellement en deux types : marine (thalassocratie) et continentale (telluriumocratie). Le premier vit par la proie, l'agression. Le second vit comme une terre, un produit de son travail. Et il ne peut y avoir de paix entre eux, comme il ne peut y avoir de paix entre le tigre et le buffle. L'Occident est maintenant représenté par les États-Unis et la Grande-Bretagne, représentants de la civilisation marine pure. Ils considèrent tous les autres comme des proies. Comment éviter un conflit ?

 

Mais il y a une autre couche qui n'a pas été prise en compte. Ce sont des intermédiaires. Au début, ils étaient marchands. Puis ils sont devenus des financiers. Et aujourd'hui, cette couche est devenue dominante, donnant les règles aux guerriers et aux agriculteurs. Elle domine le producteur, le consommateur, les pays continentaux, les pays maritimes.

 

- Nikita Mikhalkov, dans l'émission "Besogon", a mentionné Bill Gates comme étant sur le point d'introduire un puçage total des personnes. Notre méga-banquier Herman Gref partageait des projets similaires dans la même émission. Cette émission a été retirée de l'antenne sur un site web d’hébergement. J'ai l'impression que le monde se prépare à quelque chose.

 

- Oui, c'est le cas. Cette strate financière médiocre a lancé un programme d'extermination des excédents de population pour le profit, pour un pouvoir débridé. Ils ont des alliés, l'industrie pharmacologique. Ils travaillent sur une mission commune. Certains créent artificiellement des menaces, y compris des pandémies, tandis que d'autres en tirent un bon profit. Nikita Sergueïevitch a parlé ouvertement de cette structure de réseau, qui comprend Bill Gates, Soros... Il a ouvert la partie russe de ce réseau. Remerciez-le.

 

- Leonid Grigorievich, pourquoi nos autorités et notre gouvernement sont-ils si exposés à cette influence ? Comment notre président est-il tombé dans le panneau ? C'est un homme intelligent.

 

- Alexander Yakovlevich Livshits, ancien vice-premier ministre et ministre des finances, a déclaré à l'agence de télévision israélienne qu'en 1996, après l'élection de Eltsine, il avait été invité dans l'une des grandes banques. Il y avait 7-8 personnes là-bas, et ils ont dit : « M. Livshits, nous avons amené Eltsine au pouvoir, et maintenant la Russie est notre pays, et vous allez faire ce que nous disons ou vous ne serez pas vice-premier ministre ». C'est tout. Souvenez-vous maintenant de l'année 1999. Eltsine élève Vladimir Poutine, puis lui donne tout le pouvoir. Qui est Poutine ? D'où vient-il ? Qui l'a amené à Eltsine ? Dans quel but ? Les questions sont rhétoriques.

 

Oui, il a essayé toutes ces années de gagner son indépendance. Mais je ne suis pas sûr qu'il l'ait fait. Ces « intermédiaires financiers » - ils sont tous liés à l'argent depuis longtemps.

 

La conquête de l'Amérique a commencé avec la création du système de la Réserve fédérale en 1913. « Les intermédiaires » l'avaient sous leur contrôle. Et ils sont passés à autre chose. Je suis sûr que Vladimir comprend beaucoup de choses, mais, hélas, c'est un travailleur salarié. Il a donné à quelqu'un une sorte d'engagement.

 

- Parlons de nos voisins d'un point de vue géopolitique. Par exemple, sur la Biélorussie. Le monde entier est aux prises avec le coronavirus, et Loukachenko a organisé le 9 mai le défilé de la Victoire. D'autre part, Loukachenko a construit une zone fermée près de Minsk, où les Chinois opèrent. En fait, ils reformatent actuellement la Biélorussie en un avant-poste de la Chine au centre de l'Europe. L'Occident ne peut que réagir à cette situation. Comment ?

 

- Je connais Alexander Grigorievich. C'est le dernier politicien qui ne pense pas à lui-même, mais à son peuple. Naturellement, il est sous pression aujourd'hui. Regardez, M. Pompeo est passé prendre une tasse de thé avec Alexander Grigorievich Lukashenko. Le secrétaire d'État américain ! Quand était-ce ? Bien sûr, Pompeo essaie de faire pression sur Loukachenko.

 

La Chine va vers l'Europe. Elle est déjà entrée en Amérique latine, en Afrique. Nous avons déjà la Chine. La Biélorussie est un tremplin pour son offensive européenne. Loukachenko joue sur les contradictions entre l'Occident et la Chine. Nous aurions pu prendre part à son jeu, mais nous l'avons abandonné il y a longtemps en suivant la voie actuelle et en renonçant aux acquis du socialisme, que la Biélorussie tente de préserver. Il joue donc seul comme il peut.

 

- Au Kazakhstan, aujourd'hui trop agité, il y a quelques failles et glissements tectoniques. Le nouveau président du Kazakhstan a expulsé la fille du "père du peuple kazakh" Noursoultan Nazarbaïev, Dariga, du poste de président du Sénat. Le tonnerre dans le ciel clair. Touchez la fille de Yelbasa lui-même ! Le président kazakh Kasym-Jomart Tokayev a l'air "calme", mais il s'est avéré qu'il est capable de prendre des mesures indépendantes et très audacieuses. Il est considéré comme un politicien pro-chinois. Il a travaillé en Chine, aime les Chinois et maintenant il nomme les Chinois à des postes importants. Quel est le danger ?

 

- Nazarbaïev est, en fait, le sauveur de la CEI. Je le traite avec beaucoup de respect. Lui et Karimov ont conservé la CEI. Mais ce qui se passe maintenant, je suis préoccupé par le sort du Kazakhstan. Le slogan de Nazarbayev : « La Russie est le principal ». Il a compris que sans la Russie, il n'y a rien. En même temps, il a maintenu un certain équilibre avec la Chine, mais ne voulait pas se retrouver sous la Chine. C'est une position polyvalente avec l'avantage pour la Russie.

 

Et maintenant, l'influence chinoise s'est fortement accrue. Et nous l'avons manquée. Cependant, Nazarbaïev ne l'a pas non plus examiné. Ce qui a été enlevé à Dariga était une bagatelle. Aujourd'hui il a été filmé, demain ils le nommeront. Il est plus effrayant qu'une guerre civile comme celle de l'Ukraine puisse y éclater. Et la Chine y interviendra activement pour protéger ses intérêts. Qui contredisent les nôtres. Et au lieu d'un partenariat et d'une amitié avec la Chine, nous pouvons avoir un ennemi puissant au Kazakhstan. Qui peut en bénéficier ?

 

Il y a eu une certaine anxiété en Asie centrale. Un jour, le Turkmenbachi Saparmourad Niazov a essayé de faire un paradis féodal dans les sables turkmènes. Aujourd'hui, l'humeur est de plus en plus à la protestation en raison des pénuries alimentaires. Tout n'est pas parfait en Ouzbékistan, mais pour l'instant, Dieu merci, sans excès. Le projet de révolution au Kirghizistan a été relancé. Les choses ne vont pas bien au Tadjikistan. Compte tenu du fait qu'un grand nombre des "Igilovites" (membres de l'organisation interdite en Russie) qui ont été savonnés en Syrie et en Irak se déplacent vers l'Afghanistan, quelque chose pourrait y arriver. En particulier, non pas sur la base de l'anti-Russe, mais sur celle de l'anti-Chinois.

 

- La figure principale de la géopolitique actuelle est un triangle. Les États-Unis, la Chine et la Russie sont en tête. Et le jeu principal est de savoir comment obtenir un allié et jouer à deux contre le troisième. Maintenant, nous sommes amis avec la Chine contre l'Amérique. Mais les États-Unis font un effort énorme pour détruire cette alliance, pour nous attirer à leurs côtés et ensemble pour traiter avec la Chine. Mais ils nous donnent un rôle de vassal que Poutine n'accepte pas. En six mois, Poutine et Trump ont déjà eu cinq conversations téléphoniques, ce qu'ils n’avaient jamais fait avant. Le jeu est sérieux. Avec quel genre de carotte Trump peut -il attirer Poutine ?

 

- Il n'y a pas de triangle. Le monde n'est pas un monde tripolaire, comme le veut Poutine, mais un monde bipolaire. Et ces pôles sont la Chine et les États-Unis. Nous ne sommes plus à leur hauteur. Dans ce club, nous ne sommes retenus que par l'arsenal nucléaire laissé par l'URSS. C'est un arsenal nucléaire, pas du tout militaire.

 

Dans tout le reste - économie, science, sphère sociale - nous sommes le pays du Tiers Monde. Malgré la fanfare, notre armée est faible. Nous pouvons résoudre les problèmes au niveau des conflits locaux. Mais si une grande guerre se produit, nous aurons la 41e année sur le programme complet. Et nous ne disposons plus d'une ressource de mobilisation comme l'URSS. Nous ne pourrons pas réorienter rapidement l'industrie vers les rails militaires. Les Américains ne permettront pas à Deripaska de nous vendre de l'aluminium, à Potanin du nickel, etc. Nous ne fabriquons pas de machines. Il n'y a pas de plans de mobilisation, pas de capacité de secours, etc.

 

Cependant, je n'ai pas très peur d'une guerre mondiale chaude, elle n'aura pas lieu. Il est beaucoup plus rentable de mener une cyber-guerre là où nous sommes complètement désarmés. Nous avons tous les instruments et les composants qui sont importés. Ils vont même nous faire fermer. Et ils vont d'abord fermer Gref. Non pas parce qu'il est leur ennemi, mais parce que c'est un ami. (rires)

 

Le monde entier devient bipolaire avec les pôles américain et chinois. C'est un monde plus stable. Et parce que nous ne pouvons pas être le troisième pôle maintenant, nous devons suivre notre propre voie, comme toujours. Notre rôle est d'être une puissance mondiale, intellectuelle et morale de justice et d'honneur. Nous devons connecter notre intellect et créer un nouveau projet - un monde sans guerres.

 

 

Leonid Ivashov

Leonid Ivashov (né en 1943) - personnalité militaire, publique et politique russe. Colonel-général. 1996-2001 - Chef de la Direction principale de la coopération militaire internationale du ministère de la défense. Docteur en sciences historiques, professeur. Président de l'Académie des problèmes géopolitiques. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Leonid Ivashov : la Russie ne peut pas devenir le troisième pôle maintenant. (Club d'Izborsk, 11 juin 2020)
Leonid Ivashov : la Russie ne peut pas devenir le troisième pôle maintenant. (Club d'Izborsk, 11 juin 2020)
Lire la suite

Sergey Glazyev et Konstantin Malofeev : la crise comme opportunité pour le développement avancé de la Russie (Club d'Izborsk, 10 juin 2020)

10 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Sergey Glazyev et Konstantin Malofeev : la crise comme opportunité pour le développement avancé de la Russie

10 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19437

 

 

Le profond déclin de la production, des investissements et du commerce extérieur est le résultat de la crise structurelle de l'économie mondiale, dans laquelle la pandémie COVID-19 joue le rôle d'un écran de fumée. L'ancienne économie mondiale unipolaire, basée sur l'hégémonie des États-Unis et le dollar américain comme monnaie mondiale, est en train d'être détruite, et un nouvel ordre économique mondial est en train d'émerger, avec la Chine formant son noyau sur la base d'une économie de marché planifiée convergente. La mondialisation libérale imposée par le capital occidental n'est plus perçue par les gouvernements souverains comme une condition de succès du développement économique. La dégradation des économies de la Russie et d'autres États post-soviétiques a résulté de la mise en œuvre des recommandations des "tueurs économiques" du FMI.

 

La dernière fois, au milieu du XXe siècle, la transition vers un nouveau mode de vie s'est accompagnée d'une guerre mondiale qui a coûté la vie à 70 millions de personnes. À notre époque, le scénario de guerre "chaude" est interdit par la destruction de toutes les armes nucléaires vivantes. Au lieu de cela, la puissance et l'élite financière américaines, pour maintenir sa domination mondiale, ont recours à un nouveau type de guerre mondiale - "hybride". C'est ainsi qu'il convient d'évaluer la guerre commerciale des États-Unis contre la Chine, les sanctions occidentales contre la Russie, ainsi qu'une série de révolutions "de couleur", de commérages et d'interventions militaires dans l'espace post-soviétique et au Proche et Moyen Orient.

 

La pandémie de coronavirus semble être un élément de cette guerre hybride : les États-Unis accusent la Chine et annoncent une perte économique de 9 billions de dollars. C'est un pas vers la phase décisive de la guerre mondiale, dans laquelle l'énorme dette des autorités monétaires américaines sera annulée aux dépens de la Chine et d'autres créanciers indésirables. Trump tente de faire passer la pire crise économique depuis la Grande Dépression pour la "peste de Wuhan" aux yeux des Américains ordinaires. L'augmentation du chômage à 20%, la baisse du bien-être américain et l'augmentation de la dette nationale américaine à 25 000 milliards de dollars contrastent avec la croissance de la richesse de l'oligarchie financière liée à la Fed. Les actifs des emprunteurs insolvables sont mis en gage auprès de banques et de fonds d'investissement affiliés, qui ont fait face à cette crise avec un record de 1,4 trillion de dollars de liquidités.

 

L'oligarchie financière mondialiste de la Fed prépare une grande redistribution de la propriété en sa faveur. En deux mois de pandémie, la richesse des 25 membres les plus riches de la liste Forbes a augmenté de 255 milliards de dollars. La capture d'entreprises nationales clés et d'industries entières dans le monde entier a créé un régime de la nation la plus favorisée.

 

Les organisations financières de Washington (FMI et Banque mondiale) ont imposé des politiques monétaires néocoloniales à la plupart des gouvernements et des banques centrales des pays post-socialistes, dont la Russie, prévoyant la libre circulation transfrontalière des capitaux, la destruction du crédit intérieur par la surévaluation des taux d'intérêt et la libre admission des spéculateurs financiers internationaux pour manipuler la monnaie nationale et les marchés boursiers.

 

Il est camouflé par le terme "ciblage de l'inflation". En réalité, elle entraîne l'arrêt des investissements, un retard technologique et une baisse de la compétitivité de l'économie, ce qui, avec un décalage d'environ 5 ans, conduit inévitablement à la dévaluation de la monnaie nationale et à la prochaine vague d'inflation, ce que nous constatons actuellement. Les dommages causés à la Russie par cette politique, à partir de 2014, sont estimés à 27 000 milliards de roubles de PIB "sous-produit" et à 15 000 milliards de roubles d'investissements non réalisés, et il en résulte une baisse des revenus réels pendant six années consécutives.

 

A la suite des organisations financières de Washington, les autorités monétaires russes dirigent l'économie du pays dans le tourbillon de la crise mondiale. Avec la connivence de la Banque de Russie, les spéculateurs internationaux manipulent la monnaie et le marché financier, s'appropriant une partie importante du revenu national dévalué qu'ils emportent à l'étranger et sapant la stabilité macroéconomique. Suite à l'effondrement de la bourse américaine, la capitalisation de l'économie russe, dont le marché financier a été colonisé par les spéculateurs internationaux, est balayée. La dévaluation du rouble, une avalanche de faillites d'entreprises et la dépréciation de leurs actions créent les conditions pour que les capitaux étrangers prennent le contrôle de l'économie russe.

 

Des mesures fortes sont nécessaires pour protéger l'économie russe des effets dévastateurs du "tsunami" de la crise mondiale et pour créer les conditions d'une croissance durable et supérieure à la moyenne. Il est nécessaire de restaurer la souveraineté du système monétaire national et des mécanismes internes de prêt pour une reproduction élargie de l'économie. Nous devons passer à la mise en œuvre de la stratégie de modernisation et de développement avancé de l'économie russe sur une base technologique avancée. Déployer des mécanismes de partenariat public-privé pour impliquer les entreprises dans la mise en œuvre de plans stratégiques de développement de l'économie élaborés conjointement, sur la base de crédits préférentiels ciblés de contrats d'investissement, d'accords sur la protection des investissements en capital, du financement à risque de projets innovants. Il est nécessaire d'augmenter par ordre l'ampleur de l'utilisation de ces institutions et d'autres institutions de développement prévues par la législation actuelle.

 

Cela permettra à la Russie d'éviter le rôle de victime de la crise actuelle et de le tourner en sa faveur - d'entrer au cœur d'un nouvel ordre économique mondial et de sillonner une nouvelle longue vague de développement technique et économique.

 

La mise en œuvre de la stratégie de développement avancé devrait comprendre : la modernisation de l'économie sur la base d'un nouveau modèle technologique, la substitution des importations dans les zones de niveau technologique avancé, l'augmentation du degré de transformation des matières premières, l'activation du potentiel scientifique et technique existant et la pleine stimulation de l'activité d'innovation. Cela nécessite les mesures suivantes.

 

1. arrêter l'exportation de capitaux

 

1.1. la fermeture de l'"eldorado" du change pour les spéculateurs par l'interdiction de prêter à la spéculation sur les devises par la Banque de Russie et la dépénalisation progressive d'autres domaines de la réglementation financière, notamment la suppression de la manipulation du marché par les spéculateurs sur les devises et l'arrêt des raids bancaires

 

1.2. application par la Banque de Russie de l'ensemble des mesures généralement acceptées en matière de stabilisation du marché, y compris la restriction de la position monétaire des banques commerciales, la réservation de fonds, l'introduction de délais temporaires pour les opérations d'achat de devises étrangères, la réduction de l'endettement des agents économiques Les mesures restrictives ne devraient être introduites qu'à l'égard des spéculateurs sur les devises, sans affecter les importateurs et les particuliers.

 

1.3 Autorisation pour les emprunteurs d'appliquer la force majeure aux prêts accordés par les pays qui ont établi des sanctions financières contre la Russie. En cas d'escalade - introduction d'un moratoire sur le remboursement et le service des prêts et investissements reçus de pays qui appliquent des sanctions contre la Russie. Pendant la durée des mesures de sanctions, il sera interdit aux filiales des banques américaines et européennes de lever de nouveaux fonds auprès d'individus et d'entités russes.

 

1.4 Nomination des cotations des taux de change en rouble plutôt qu'en dollar et en euro comme c'est le cas actuellement. L'établissement de limites prédéclarées des fluctuations du taux de change du rouble a été soutenu pendant longtemps.

 

1.5 Rétablir la vente obligatoire des recettes en devises par les exportateurs sur le marché intérieur.

 

L'introduction des mesures ci-dessus assurera la stabilisation du taux de change du rouble à moyen terme, condition nécessaire pour accroître l'activité d'investissement et placer l'économie sur une trajectoire de croissance durable.

 

2. Pour prendre de véritables mesures protectionnistes

 

2.1 Seules les entreprises russes et les citoyens résidents devraient avoir accès au sous-sol, aux subventions de l'État, à la gestion immobilière, aux opérations avec les économies de la population et aux autres activités stratégiquement importantes pour la sécurité nationale.

 

2.2 Élaborer et mettre en œuvre un programme gouvernemental de substitution des importations pour un montant d'au moins 3 000 milliards de roubles. À cette fin, la Banque de Russie va créer un outil spécial pour le refinancement des banques commerciales. Dans le même temps, interdire l'importation et la location pour des fonds publics (budget et fonds des entreprises d'État) de toute machine analogue à celle qui est produite en Russie, y compris les avions, les voitures, les équipements, etc.

 

2.3. rétablir la perception des droits à l'exportation sur les exportations d'hydrocarbures et d'autres matières premières, indexés sur les prix du marché mondial, en supprimant la taxe d'extraction minière.

 

2.4 Afin de soutenir les producteurs nationaux de biens de consommation de masse, introduire des subventions pour la demande des consommateurs en utilisant un système de certification des produits.

 

2.5 Utiliser uniquement les notations des agences de notation russes pour créditer les emprunteurs russes avec participation de l'État et les entreprises d'importance systémique. La coopération et la pratique de transfert d'informations internes sur les activités des autorités gouvernementales, des régions russes et des entreprises d'importance systémique aux évaluateurs, consultants et agences de notation étrangers devraient être supprimées.

 

3. Améliorer l'attractivité du rouble

 

3.1 Stimuler le passage du commerce mutuel avec les pays de la CEEA et de la CEI au rouble, avec les pays de l'UE au rouble et à l'euro, avec la Chine au rouble et au yuan. Obliger les entreprises contrôlées par l'État à le faire. N'accorder des mesures de soutien public aux exportations que si les contrats sont conclus en roubles. La Banque de Russie devrait fournir un refinancement ciblé des banques commerciales pour les prêts libellés en roubles pour les opérations d'exportation et d'importation à des taux ne dépassant pas 1 % sur une base à long terme. Accorder des prêts libellés en roubles aux pays importateurs de produits russes et utiliser des swaps de devises à cette fin.

 

3.2 Proposer que les États de la CEEA mettent en place un système de paiement et de règlement en monnaie nationale avec leur propre système d'échange d'informations bancaires, de compensation et de cotation des taux de change.

 

3.3. d'exempter du contrôle des changes les règlements en roubles pour les contrats transfrontaliers.

 

3.3. transférer le marché boursier en roubles ; n'autoriser l'émission d'actions et d'obligations qu'en roubles

 

4. Rendre le crédit bon marché pour l'économie

 

4.1 La Banque de Russie est juridiquement responsable de la croissance économique. La politique monétaire devrait être incluse dans le système de planification stratégique, et ses instruments devraient être subordonnés à l'objectif de développement avancé de l'économie tout en assurant la stabilité macroéconomique.

 

4.2. Transition vers une politique monétaire polyvalente qui envisage la réalisation simultanée des indicateurs prévus de croissance économique, de nombre d'emplois, d'inflation et de croissance des investissements, ainsi que la gestion systématique des taux d'intérêt, du taux de change, du volume d'émission de monnaie par tous les canaux et de la circulation monétaire.

 

4.3. passer à un système multicanal de refinancement du système bancaire, comprenant des instruments de refinancement spéciaux pour des prêts ciblés aux entreprises de production à hauteur de 1 à 3 %. Le volume de ces prêts ciblés pour les investissements dans l'expansion et la modernisation des entreprises dont les ventes sont garanties par des contrats d'exportation, des commandes publiques, des contrats avec les consommateurs nationaux et les réseaux commerciaux devrait atteindre jusqu'à 8 000 milliards de roubles.

 

4.4. multiplier par 3 le volume des lignes de crédit privilégiées destinées à soutenir les petites entreprises, la construction de logements, les prêts hypothécaires et l'agriculture

 

4.5. augmentation multiple des prêts aux institutions de développement, y compris le crédit-bail d'équipement domestique, par un refinancement ciblé de la Banque de Russie à 0,5 % par an, limitant la marge de ces institutions à 1 %.

 

4.6. élargir radicalement la liste des prêteurs sur gages de la Banque de Russie pour y inclure les obligations des entreprises solvables travaillant dans des domaines prioritaires, les institutions de développement, les garanties du gouvernement fédéral, les sujets de la fédération et les municipalités. L'acceptation de titres étrangers et d'actifs étrangers des banques russes comme garantie pour les prêts sur gage et autres prêts de la Banque de Russie doit être arrêtée.

 

4.7. fixer des objectifs pour les banques d'État, notamment des indicateurs absolus et relatifs des prêts au secteur de la production, en particulier aux projets d'investissement Inclure les banques commerciales dans le système de planification stratégique pour les prêts aux investissements nécessaires à la mise en œuvre des décisions prises.

 

4.8. reporter la mise en œuvre des normes de Bâle III en Russie et les adapter afin d'éliminer les restrictions artificielles aux activités d'investissement, d'accroître les possibilités de prêt aux banques garanties par des "actifs non marchands" et d'élargir la diversité de ces actifs Dans le cadre de Bâle II, le risque de crédit doit être calculé sur la base d'évaluations internes des risques. Établir des facteurs de réduction dans le calcul des actifs pondérés en fonction des risques pour les entreprises russes notées par les agences de notation russes.

 

La politique monétaire doit devenir une partie intégrante de la stratégie globale de développement. Les documents de planification stratégique devraient recevoir des moyens de mise en œuvre, y compris des instruments de refinancement spéciaux associés à des institutions de planification indicative et des contrats d'investissement spéciaux. L'établissement de liens entre les plans stratégiques de développement socio-économique, les plans indicatifs de croissance de la production et de l'investissement, d'une part, et l'ampleur et le coût de leurs prêts, d'autre part, peut être réalisé par le biais de contrats d'investissement sous la forme de partenariats public-privé.

 

Les structures de l'État devraient constituer la base de ce système, en transmettant les impulsions de croissance à l'environnement du marché. Les entreprises privées, en plus de remplir leurs obligations financières directes, devraient prendre des engagements relatifs à l'investissement dans la modernisation et le développement de la production, la création d'emplois et des conditions de travail décentes. Cela garantira un retour positif de la croissance économique et des revenus, en stimulant le potentiel économique, scientifique et technique existant, en utilisant les capacités de production, en garantissant l'emploi et en stimulant l'activité des entreprises.

 

5. Lancer un développement économique tourné vers l'avenir

 

5.1 La stratégie de développement avancé de l'économie russe devrait comprendre : la croissance accélérée des industries, des technologies et de la production d'un nouveau mode technologique ; le rattrapage du développement dans les domaines du retard technologique ; l'approfondissement du traitement des matières premières et la stimulation de la réalisation pratique du potentiel scientifique et technique. La politique de substitution des importations devrait en faire partie intégrante.

 

5.2 Les mécanismes de crédit à long terme ciblé des entreprises de production devraient être développés par le biais d'instruments spéciaux de refinancement de la Banque de Russie. Ces prêts doivent être accordés aux emprunteurs finaux à un taux ne dépassant pas 3 % pour la reconstitution du fonds de roulement dans le cadre de contrats gouvernementaux, d'exportation et de marché et ne dépassant pas 2 % pour le financement d'investissements dans le cadre de contrats d'investissement spéciaux. Le contrôle de leur utilisation prévue peut être assuré par les technologies numériques modernes de registres distribués.

 

5.3 L'aide de l'État par le biais de contrats d'investissement spéciaux, d'accords de protection du capital et d'autres formes de partenariats public-privé utilisant des instruments de prêt concessionnels devrait s'appliquer aux entreprises qui sont en mesure de devenir des "moteurs de croissance" pour l'économie nationale ou régionale, de contribuer à la croissance de l'emploi et d'augmenter les salaires des travailleurs.

 

5.4 La planification stratégique pour un développement économique avancé devrait être basée sur des domaines prioritaires avec un effet multiplicateur de synergie :

 

- la maîtrise des technologies modernes de l'information ;

 

- le développement de biotechnologies qui améliorent l'efficacité des soins de santé et du secteur agricole ;

 

- le développement de nanotechnologies et de technologies quantiques et de moyens d'automatisation basés sur celles-ci ;

 

- la création de nouveaux matériaux aux propriétés prédéterminées ;

 

- le développement des technologies laser et additives ;

 

- le renouvellement de la flotte de l'aviation civile, dont l'usure a atteint un niveau critique, basé sur l'organisation de la production et la location de modèles d'avions modernes de production nationale ;

 

- le développement complexe de l'industrie des fusées et de l'espace ;

 

- le renouvellement des équipements des centrales électriques, dont l'usure approche des niveaux critiques, ainsi que la modernisation des réseaux électriques ;

 

- développement de technologies pour le traitement et l'utilisation du gaz naturel ;

 

- développement d'un complexe de technologies du cycle nucléaire, élargissement de la sphère de leur consommation ;

 

- le développement de plates-formes de transport modernes, qui amélioreront considérablement la rapidité et la fiabilité du transport combiné ;

 

- le développement de la construction de logements et la modernisation du secteur du logement et des services publics à l'aide de technologies modernes ;

 

- l'amélioration de l'environnement sur la base de technologies modernes respectueuses de l'environnement.

 

Partageant les objectifs fixés par le Président et le gouvernement pour atteindre une trajectoire durable de croissance économique avancée grâce à l'utilisation des nouvelles technologies et à la mise en œuvre de projets nationaux, nous pensons qu'il est possible et nécessaire d'augmenter de manière significative les objectifs du plan national de relance économique. Le potentiel scientifique et productif préservé de la Russie permet de produire deux fois plus de produits qu'aujourd'hui. D'ici la fin 2021, nous devons non seulement surmonter le déclin de la production et des revenus causé par l'auto-isolement de la population, mais aussi entrer dans la trajectoire d'un développement économique avancé avec une augmentation annuelle des salaires réels des citoyens d'au moins 7%.

 

La stratégie de développement avancé proposée est basée sur la transition du système réglementaire obsolète orienté vers la mondialisation centrée sur l'Amérique du XXe siècle au système avancé de gestion de type intégré du XXIe siècle, qui combine la planification stratégique de l'État et les mécanismes du marché pour stimuler l'activité commerciale. Le but de ce système de gestion intégré est d'augmenter la production et d'améliorer le bien-être des personnes grâce à une compétitivité et une efficacité économique accrues. La mise en œuvre de la stratégie proposée permet d'espérer que l'économie russe suivra la trajectoire d'un développement durable avancé avec un taux de croissance annuel du PIB d'au moins 8 %, une croissance des investissements de 15 % et l'élimination de la pauvreté dans un délai de trois ans.

 

 

Sergey Glazyev

http://www.glazev.ru

Sergey Yurievich Glazyev (né en 1961) - éminent économiste, homme politique et homme d'État russe, membre de l'Académie des sciences de Russie. Conseiller du président russe sur les questions d'intégration eurasienne. Un des initiateurs, membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Sergey Glazyev et Konstantin Malofeev : la crise comme opportunité pour le développement avancé de la Russie (Club d'Izborsk, 10 juin 2020)
Lire la suite