Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste
Articles récents

La famille, cellule naturelle de toute population et forme naturelle du pouvoir politique

13 Août 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Philosophie, #Politique

La famille est la cellule naturelle de toute population humaine et animale. Tout peuple est une association de familles. La famille est hiérarchique. Celui ou ceux qui gouvernent (le père, la mère) n'ont pas été choisis ni élus par leurs enfants. De même, le gouvernement du peuple est hiérarchique. Celui qui gouverne ne peut être élu ou choisi que par ses semblables (la noblesse). Pas par les sujets. La famille est donc la forme naturelle du pouvoir politique. C'est pour cette raison qu'à  la tête de l'Etat, il doit y avoir une famille, primus inter pares d’autres familles, et non un individu. Encore moins un(e) célibataire ou un(e) divorcé(e)*, car la fonction et la justification de celui qui gouverne est la protection et la conservation du groupe: famille ou peuple

P.O.C.

Toute famille, en effet est régie dans la forme monarchique par le mâle le plus âgé, de sorte qu’il en est de même pour les extensions de la famille en raison de la parenté de leurs membre.

(Aristote, Politique, I, 2. Traduction J. Tricot, Vrin, Paris, 2005.)

* Le maréchal Mannerheim (marié et divorcé, père de deux filles), maréchal et Président de Finlande pour ses mérites incomparables, est une exception notoire à ce principe. Il est très regrettable à mon avis qu'il n'ait pas fondé une nouvelle monarchie en Finlande.

Lire la suite

Chateaubriand: Des Bourbons

13 Août 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France

Les armes de France: trois lis d'or sur champ d'azur, protégées par un liséré rouge comme l'oriflamme de Saint Denis. Réalisation et photo: Pierre-Olivier Combelles.

Les armes de France: trois lis d'or sur champ d'azur, protégées par un liséré rouge comme l'oriflamme de Saint Denis. Réalisation et photo: Pierre-Olivier Combelles.

Des Bourbons 


"Les fonctions attachées à ce titre de Roi sont si connues des Français, qu'ils n'ont pas besoin de se le faire expliquer : le roi leur représente aussitôt l'idée de l'autorité légitime, de l'ordre, de la paix, de la liberté légale et monarchique. Les souvenirs de la vieille France, la religion, les antiques usages, les mœurs de la famille, les habitudes de notre enfance, le berceau, le tombeau, tout se rattache à ce nom sacré de roi : il n'effraye personne ; au contraire, il rassure. Le roi, le magistrat, le père ; un Français confond ces idées. Il ne sait ce que c'est qu'un empereur ; il ne connaît pas la nature, la forme, la limite du pouvoir attaché à ce titre étranger. Mais il sait ce que c'est qu'un monarque descendant de saint Louis et de Henri IV : c'est un chef dont la puissance paternelle est réglée par des institutions, tempérée par les mœurs, adoucie et rendue excellente par le temps, comme un vin généreux né de la terre de la patrie et mûri par le soleil de la France. Cessons de vouloir nous le cacher : il n'y aura ni repos, ni bonheur, ni félicité, ni stabilité dans nos lois, nos opinions, nos fortunes, que quand la maison de Bourbon sera rétablie sur le trône. Certes, l'antiquité, plus reconnaissante que nous, n'aurait pas manqué d'appeler divine une race qui, commençant par un roi brave et prudent, et finissant par un martyr, a compté dans l'espace de neuf siècles trente-trois monarques, parmi lesquels on ne trouve qu'un seul tyran : exemple unique dans l'histoire du monde, et éternel sujet d'orgueil pour notre patrie. La probité et l'honneur étaient assis sur le trône de France, comme sur les autres trônes la force et la politique. Le sang noble et doux des Capets ne se reposait de produire des héros que pour faire des rois honnêtes hommes. Les uns furent appelés Sages, Bons, Justes, Bien-Aimés ; les autres surnommés Grands, Augustes, Pères des lettres et de la patrie. Quelques-uns eurent des passions qu'ils expièrent par des malheurs, mais aucun n'épouvanta le monde par ces vices qui pèsent sur la mémoire des césars et que Buonaparte a reproduits.

Les Bourbons, dernière branche de cet arbre sacré, ont vu, par une destinée extraordinaire, leur premier roi tomber sous le poignard du fanatique, et leur dernier sous la hache de l'athée. Depuis Robert, sixième fils de saint Louis, dont ils descendent, il ne leur a manqué pendant tant de siècles que cette gloire de l'adversité, qu'ils ont enfin magnifiquement obtenue. Qu'avons-nous à leur reprocher ? Le nom de Henri IV fait encore tressaillir les cœurs français, et remplit nos yeux de larmes. Nous devons à Louis XIV la meilleure partie de notre gloire. N'avons-nous pas surnommé Louis XVI le plus honnête homme de son royaume ? Est-ce parce que nous avons tué ce bon roi que nous rejetons ce sang ? Est-ce parce que nous avons fait mourir sa sœur, sa femme et son fils, que nous repoussons sa famille ? Cette famille pleure dans l'exil, non ses malheurs, mais les nôtres. Cette jeune princesse que nous avons persécutée, que nous avons rendue orpheline, regrette tous les jours, dans les palais étrangers, les prisons de la France. Elle pouvait recevoir la main d'un prince puissant et glorieux, mais elle préféra unir sa destinée à celle de son cousin, pauvre exilé, proscrit, parce qu'il était Français, et qu'elle ne voulait point se séparer des malheurs de sa famille. Le monde entier admire ses vertus ; les peuples de l'Europe la suivent quand elle paraît dans les promenades publiques, en la comblant de bénédictions : et nous nous pouvons l'oublier ! Quand elle quitta sa patrie, où elle avait été si malheureuse, elle jeta les yeux en arrière, et elle pleura. Objets constants de ses prières et de son amour, nous savons à peine qu'elle existe. Ah ! qu'elle retrouve du moins quelques consolations en faisant le bonheur de sa coupable patrie ! Cette terre porte naturellement les lis : ils renaîtront plus beaux, arrosés du sang du roi-martyr."

 

François-René de Chateaubriand: De Buonaparte et des Bourbons (1814)

 

Sur le même blog: Les lis de France, par Pierre-Olivier Combelles

http://pocombelles.over-blog.com/2015/07/les-lis-de-france.html

 

Pierre-Olivier Combelles devant le tableau de Georges Roux représentant Louis XVI et de la famille royale en gondole sur le Grand Canal de Versailles. Photo prise par Denis Gliksman au Théâtre Montansier

Pierre-Olivier Combelles devant le tableau de Georges Roux représentant Louis XVI et de la famille royale en gondole sur le Grand Canal de Versailles. Photo prise par Denis Gliksman au Théâtre Montansier

 
The Essential Burke
From the French Revolution to BLM
Lire la suite

Andreï Kovalyov : des leçons de Biélorussie pour la Russie (Club d'Izborsk, 3 août 2020)

13 Août 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Andreï Kovalyov : des leçons de Biélorussie pour la Russie

3 août 2020

 

https://izborsk-club.ru/19748

 

 

Le Belarus est un pays natal, fraternel et bien-aimé pour nous tous. Beaucoup de nos amis, parents, proches et connaissances y vivent, c'est pourquoi nous tous, et votre humble serviteur, vivons douloureusement tous les événements qui s'y déroulent. La vie dans la république n'était pas rose de toute façon, mais après la réforme monétaire de 2016, les salaires déjà modestes suffisaient à peine pour l'essentiel. Et ce, alors que, bien sûr, l'ordre et la stabilité extérieurs sont préservés dans le pays : tous les champs sont ensemencés, les usines fonctionnent, les rues sont propres et ordonnées, les boîtes de nuit décentes et même les casinos fonctionnent.

 

Tout ce qui s'est passé là-bas avant et pendant les élections présidentielles ne concerne pas seulement la politique intérieure du pays voisin. Il s'agit littéralement de nous, car nous sommes une seule nation : les Russes, les Ukrainiens et les Biélorusses. C'est pourquoi nous sommes d'autant plus offensés lorsque nos journalistes sont détenus sans procès, que 33 citoyens russes sont emprisonnés, que des accusations ridicules leur sont collées et que des ultimatums sont lancés à Moscou. Nous sommes des peuples frères, et nous considérons donc tout ce qui se passe comme une injustice et une trahison flagrantes. Tout ce qui se passe en Ukraine, au Belarus ou en Russie peut se produire dans n'importe lequel de ces pays, parce que nous avons une mentalité, une langue en général, une culture politique, des ancêtres et une histoire communs. Cela signifie que les voies de développement, les alternatives et les moyens de percée sont les mêmes. Examinons-les séparément afin de comprendre l'essence des événements au Belarus.

 

Chacun de nos pays, par l'exemple de son histoire récente, comme pour montrer les scénarios de développement possibles, les blocages et les sorties historiques. Le statut d'État de chacun d'entre nous dans l'espace post-soviétique a été commun pendant de nombreuses années, mais après l'effondrement de l'Union, nous en sommes sortis et avons suivi notre propre voie. Ce n'est que maintenant que nous pouvons voir lesquels de nos voisins, y compris même le Kazakhstan et les républiques d'Asie centrale, ont suivi le bon chemin, et qui est arrivé dans une impasse.

 

Tout d'abord, les événements au Belarus ne sont pas une révolution ou un coup d'État, qui sont toujours destructeurs, organisés par un groupe de conspirateurs ou de révolutionnaires dans le pays ou au-delà. Pour une raison quelconque, les gens s'attendent souvent à ce que les personnes les plus honnêtes et les plus nobles arrivent au pouvoir à la suite du coup d'État, mais une véritable racaille va arriver. Comme à Kiev, où une foule brutale de nationalistes a coupé, brûlé et tué l'"Aigle d'or", qui se tenait devant eux sans armes et sans ordre. Au contraire, à Minsk et dans d'autres villes, il y a des discours spontanés des gens qui critiquent à juste titre le gouvernement actuel, qui sortent dans la rue avec des familles entières, qui font signe dans les voitures qui passent. Tout le monde se rassemble pacifiquement, sans armes et avec un seul but : exprimer son mécontentement face aux falsifications, à la stagnation prolongée et à l'irremplaçabilité du pouvoir.

 

Les autorités représentées par Alexandre Loukachenko ne veulent pas dialoguer avec les gens, apposer l'étiquette de marionnettes occidentales ou pro-russes sur les manifestants, attaquer les journalistes et jeter les civils derrière les barreaux, couper l'Internet et les moyens de communication. Cependant, il est clair pour tout le monde que les Bélarussiens n'ont pas donné 80% des voix à Loukachenko, 25-30% tout au plus. En bref, les autorités elles-mêmes exacerbent la situation, comme elles le faisaient toutes les années précédentes : elles poussent toute opposition, poussent les manifestants dans un coin, radicalisent la foule de la rue avec des matraques et des balles en caoutchouc. Il semble qu'un pas de plus - et le pays va s'enflammer, comme ce fut le cas en 2014 à Kiev Maidan.

 

Une manifestation de rue saine peut bien sûr être écrasée et étranglée, tous les manifestants peuvent être jetés dans des murs bruts, mais le problème ne sera pas résolu de cette façon. Les gens se sentent déjà trompés, et les autorités considèrent que c'est injuste et illégal. Ce sentiment est le fondement d'une Maidan réelle et brutale, calquée sur la Maidan ukrainienne, où le niveau de vie ne s'est pas amélioré et où le pays a été divisé en fiefs de différents groupes oligarchiques dirigés de l'étranger. Le résultat de la "révolution de la dignité" de 2014 a été la perte définitive de la dignité, des perspectives historiques et de la souveraineté nationale. Et tout a commencé de la même manière - avec la capture des affaires par le groupe de Ianoukovitch et la dispersion cruelle d'un groupe d'étudiants protestataires sur Maidan. A la suite de la révolution, les mêmes escrocs sont arrivés au pouvoir, vendus uniquement aux Américains et à Bruxelles. Si quelque chose a changé, c'est seulement pour le pire.

 

Selon le style de gouvernance, bien sûr, Loukachenko était et est toujours un fermier collectif poussant toute dissidence, toute force alternative et une position civile saine. De temps en temps, on apprend que lorsqu'il était maître au kolkhoze, il n'avait pas honte d'utiliser la force contre ses subordonnés. Maintenant, le régime est prêt à faire face à toute provocation et à la répression brutale des manifestations.

 

Dans les médias occidentaux, ils aiment comparer les autorités russes et biélorusses, mais Moscou montre clairement une différence considérable dans son approche du dialogue avec la population. Au moins, pendant les protestations à Khabarovsk, personne n'a essayé de se disperser et de provoquer des processions de rue avec violence. Les gens sont descendus dans la rue pacifiquement - et personne ne s'en est mêlé.

 

En 1994, Zbigniew Brzezinski, géopoliticien occidental bien connu, puis conseiller du président américain pour la sécurité nationale, a exposé sans ambiguïté la stratégie américaine : "Sans l'Ukraine, la Russie cesse d'être un empire, mais avec l'Ukraine, elle devient automatiquement un empire". Au cours du dernier quart de siècle, les "partenaires occidentaux" ont réussi ce projet en divisant le peuple slave réellement uni et en transformant les Russes et les Ukrainiens en ennemis jurés. Nous ne voulons certainement pas le même scénario à Minsk, ce qui signifie que les autorités doivent apprendre à parler et à négocier avec la population. Cela ne fera que renforcer le régime bélarussien et tout autre régime.

 

La principale leçon pour la Russie est que la radicalisation et l'aggravation peuvent toujours être évitées. Les autorités doivent entendre la population, travailler avec l'opposition et répondre à des suggestions constructives. Sinon, l'État se désosse, la possibilité de tout développement et mouvement positif est gelée. Déclarer toute l'opposition "marionnettes de l'Occident" et ennemis personnels est un geste destructeur des autorités biélorusses. Loukachenko fait un nœud avec ses propres mains, qu'il devra de toute façon couper.

 

Nous devons tirer les bonnes conclusions, en temps utile, de toute la situation actuelle avec les falsifications, les manifestations de rue et les premières victimes à l'approche des élections à la Douma de l'année prochaine.

 

Premièrement, il faut créer des canaux légitimes pour l'énergie de protestation et la critique constructive des gens. La politique utilise les partis et les grands mouvements sociaux qui expriment le mécontentement et luttent légitimement pour le pouvoir. L'énergie positive des entreprises et du public doit être canalisée dans la bonne direction afin qu'un miracle économique russe puisse se produire et que le même rêve russe dont parle le président du club d'Izborsk, Alexander Andreevich Prokhanov, puisse devenir réalité. Les bureaucrates du Cabinet sur ordre du Kremlin ne créeront certainement pas un tel miracle. Il peut être créé par nos gens talentueux, intelligents et entreprenants. Notre patrie n'a pas d'autres espoirs. C'est ce que nous faisons actuellement au sein du club d'Izborsk : créer un vaste mouvement panrusse pour les personnes les plus énergiques, les plus talentueuses et les plus patriotiques de notre pays. Nous n'avons pas l'intention de battre en retraite !

 

Deuxièmement, la révolution conduit toujours à la dégradation et à la dégénérescence. Nous n'avons pas besoin d'une autre révolution, d'un changement radical de pouvoir et d'ordre constitutionnel. Au cours de notre histoire, nous avons payé cher de telles expériences en 1905, 1917 et 1993. Ça suffit ! La grande Russie ne deviendra grande que par un travail créatif commun, et non par de grands bouleversements et des révolutions.

 

Troisièmement, l'élite politique doit changer naturellement grâce à une saine concurrence et à la représentation du peuple - la Douma d'État, le Conseil de la Fédération et les conseils locaux. Si toutes les voies d'accès au pouvoir sont fermées, les postes clés seront pourvus par des personnes sur la base de la loyauté, de sorte qu'en tant que gouverneur, maire ou ministre, elles pourront se remplir les poches, n'apportant que du tort au pays.

 

Quatrièmement, la violence de rue est inacceptable, tant de la part des manifestants que des autorités. Ceux qui utilisent des cocktails Molotov, des bâtons et des pavés recevront en échange des balles en caoutchouc, des matraques et du gaz lacrymogène. La situation sera donc conduite dans une impasse, dont il ne peut y avoir qu'une sortie révolutionnaire dévastatrice.

 

Cinquièmement, s'il n'y a pas de médias indépendants en bonne santé, y compris les médias étrangers, alors à un moment critique, l'agenda médiatique sera toujours intercepté, uniquement par les médias radicaux pro-occidentaux. Aujourd'hui, l'une des principales sources d'information au Belarus est constituée par les chaînes de télégrammes anonymes radicales pro-européennes. Et avant cela, Loukachenko lui-même avait autorisé la détention de journalistes russes, qui pouvaient désormais montrer une image objective depuis la rue.

 

Sixièmement, il n'est pas nécessaire de supprimer l'activité entrepreneuriale et de donner toutes les sphères de l'économie aux fonctionnaires quand un petit commis se sent comme un patron et un seigneur du destin. Aucun des entrepreneurs ne vivra et ne travaillera sous la menace d'une saisie ou d'une reprise d'entreprise par un voleur - les capitaux et les investissements afflueront vers les pays ouverts à l'activité commerciale, dotés d'une législation fiscale confortable et de tribunaux équitables.

 

Les dirigeants biélorusses jouent avec le feu depuis longtemps, écrasant les protestations et falsifiant les élections. Il peut sembler qu'il n'y ait plus de retour en arrière pour Batka - c'est pourquoi il joue pour la promotion. Mais il y a toujours une issue, même aujourd'hui, lorsque tous les candidats alternatifs ont intenté des poursuites en vue de la révision des résultats des élections, et que l'UE menace de sanctions économiques en cas de poursuite des violences. Si les autorités ont des arguments réels et une position honnête, il était alors possible et nécessaire de rencontrer un représentant de l'opposition, la même candidate Svetlana Tikhanovskaya - pour la renvoyer de l'étranger, discuter publiquement de la situation, désarmer l'opposition avec une approche juste et une position honnête. Au final, il aurait été possible de l'inclure dans le système de pouvoir - de lui donner un des ministères et d'intégrer ainsi l'opposition au pouvoir. Le refus du dialogue et de la reconnaissance est en tout cas une position faible et perdante.

 

Personne au Belarus ou à l'étranger ne percevrait une telle démarche comme une manifestation de faiblesse ou de peur. Le dialogue est toujours la position d'un leader fort et confiant qui n'a rien à cacher et à craindre. Si 80% des soutiens sont des chiffres réels, où sont ces millions de partisans de Loukachenko dans la rue ? Seulement un OMON bien payé avec des bâtons, du caoutchouc et des balles de combat - tout ! Où se trouve la rue biélorusse "Antimaydan", où se trouve le soutien sincère du pouvoir bien-aimé ?

 

Maintenant, bien sûr, l'odeur de Maidan plane déjà dans l'air biélorusse, tandis que Loukachenko lui-même doit faire face au sort de Nikolae Ceausescu, évalué à 90% juste un mois avant la fusillade. Alexander Grigorievich devrait donc y réfléchir, tout dirigeant devrait connaître de telles leçons d'histoire.

 

Les patriotes russes responsables doivent réfléchir à toutes ces questions maintenant - un an avant les élections à la Douma et quatre avant les élections présidentielles. Il ne fait aucun doute que les problèmes et les défis auxquels sont confrontés les autorités et la population seront les mêmes. Ce n'est qu'ensemble, unis dans un mouvement fort, que nous pourrons faire face à tout et préserver le pays.

 

Et puis - à une véritable unification de la Biélorussie et de la Russie, à de nouveaux horizons, à un miracle économique russe et à un rêve russe !

 

 

Andreï Kovalev

Andreï Arkadyevitch Kovalyov (né en 1957) - homme d'affaires, personnage public et musicien russe. Leader du groupe de rock "Pilgrim". Il est connu comme auteur et interprète de chansons, animateur de télévision et de radio, producteur de musique, organisateur de festivals de rock. Propriétaire de la société de développement "Ecoofis", du projet "Sunflowers Art&Food" et du domaine Grebnevo. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Andreï Kovalyov : des leçons de Biélorussie pour la Russie (Club d'Izborsk, 3 août 2020)
Lire la suite

"Bienheureux seront les expatriés"

13 Août 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #religion

"Bienheureux seront les expatriés"

(...)

Selon l'Imam 'Alî (p), le Prophète (P) a dit:

«L'Islam a commencé expatrié et il redeviendra expatrié. Mais bienheureux seront les expatriés».

On lui a demandé alors:

- Ô Messager d'Allah, qui sont-ils?

Le Prophète (P) a répondu:

« Ceux qui se réformeront, lorsque les gens se seront pervertis. Un bon croyant n'éprouve jamais ni l'affliction ni le sentiment d'être expatrié. Il n'y a pas un bon croyant qui meure expatrié sans que les Anges ne pleurent sur lui, par compassion, là où les gens qui le pleurent se font rares, et sans que sa tombe ne s'élargisse par une lumière qui brille depuis le lieu de son enterrement jusqu'au lieu de sa naissance ».

(...)

Mohammad Bâqer al-Sadr: Le Mahdi (Le Messie) ou la fin du temps

Traduit et édité par Abbas Ahmad al-Bostani.

Mohammad Bâqer al-Sadr

Mohammad Bâqer al-Sadr

Lire la suite

Ce que le Liban signifiait pour l'imam Moussa Sadr, par le Pr. Salim Daccache, s.j., Recteur de Saint-Joseph, Beyrouth.

11 Août 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Philosophie, #religion

L'imam chiite Moussa Sadr

L'imam chiite Moussa Sadr

(...)

7. "N’oublions pas de relever ce que l’Imam dit à propos du Liban comme patrie bien singulière par sa mission et par la nature de sa constitution humaine, sociale et religieuse à travers l’Histoire. Cette histoire est témoin du Liban comme un pays autre que les autres nations environnantes, différent par sa mission et son identité. Il résume ses caractéristiques en le nommant « pays de la rencontre, pays de l’homme, patrie des persécutés et refuge des apeurés ». Si le Liban est ce pays portant cette multiplicité de noms et s’il est le pays qui a toutes ces fonctionnalités sinon ces missions, c’est que les citoyens libanais parviennent dans ce climat propice à écouter « les appels célestes » qui engagent les gens à croire en cette mission du Liban. À cette étape précise de l’histoire universelle, dit-il, le Liban est devenu une nécessité de principe pour le monde. Avec le développement des communications, nous sentons en effet que le monde, à la fin du vingtième siècle et au début du vingt-et-unième, vit comme un seul pays : ainsi la plus grande distance entre un État et un autre se franchit aujourd’hui le temps du trajet entre Beyrouth et Tripoli ». L’Imam est conscient que le dialogue entre Libanais est normatif : « Ce dialogue offre aujourd’hui au monde le grand espoir d’émergence d’une force politique dont le cœur est le dialogue islamo-chrétien. Ainsi, au cas où l’expérience du Liban échoue, la civilisation mondiale traversera un demi-siècle d’obscurité. C’est la raison pour laquelle nous affirmons que le Liban, en cette période plus qu’auparavant, est une nécessité de la civilisation. La coexistence entre Libanais n’est pas un facteur passager ou marginal mais constituant de leur identité puisqu’elle est antérieure au Pacte National et en est le fondement : « Aussi, que les Libanais nous permettent de rappeler que la coexistence n’est pas leur propriété mais un bien qui leur est confié, une responsabilité, un devoir et non pas seulement leur droit ». Le Liban est le pays des deux voix, celles du christianisme et de l’islam qui ont pu continuer à vivre ensemble, s’écouter à travers le temps et même s’unir pour défendre la dignité de l’homme, à travers l’écho qu’elles ont pu produire dans la bouche du Pape Paul VI lorsqu’il rédigea l’encyclique Populorum Progressio (1967) sur la justice sociale et la nécessité de lutter en vue de l’instaurer, ce qui ne diffère point de la voix de l’Islam.

8. L’Homme est le but de l’existence et le moteur, nous dit l’Imam, en une formule lapidaire, ce qui éloigne de certaines conceptions religieuses qui voient en l’être humain rien qu’une chose banale devant Dieu. En maintes occasions, la pensée de l’Imam reprend le leitmotiv de la dignité de l’homme opprimé, en faisant valoir que cet Homme est un don de Dieu et le Lieutenant de Dieu sur terre, appelé à continuer l’œuvre de Dieu par les énergies qui lui ont été confiées par Dieu. Ce sont ces énergies, à la lumière du principe de la perfectibilité, qu’il faudra promouvoir et développer par l’éducation et en donnant à l’homme les bons moyens adéquats pour qu’il mette en œuvre ses énergies et les transforme en des œuvres durables. L’Imam donne le Liban en exemple de pays où le principal capital est l’homme. Préserver l’homme libanais et ses énergies, c’est préserver la richesse du pays et le pays lui-même. La liberté est nécessaire sinon concomitante de ce travail sur le développement des énergies et de ses talents. La morale religieuse vient rectifier l’utilisation de ses énergies afin qu’elles ne versent pas dans le mensonge et dans la déviation. Mais c’est par la foi aussi et surtout, cette foi qui est confiance, que l’homme peut oser le dépassement de ses propres limites, qu’il peut s’ouvrir aux autres et chercher à construire une civilisation avec eux."

(...)

La voix (e) toujours actuelle de l'imam Moussa Sadr, par Pr. Salim Daccache, s.j., Recteur de Saint-Joseph, Beyrouth.

http://www.teheran.ir/spip.php?article2718#gsc.tab=0

Ce que le Liban signifiait pour l'imam Moussa Sadr, par le Pr. Salim Daccache, s.j., Recteur de Saint-Joseph, Beyrouth.
Ce que le Liban signifiait pour l'imam Moussa Sadr, par le Pr. Salim Daccache, s.j., Recteur de Saint-Joseph, Beyrouth.
Ce que le Liban signifiait pour l'imam Moussa Sadr, par le Pr. Salim Daccache, s.j., Recteur de Saint-Joseph, Beyrouth.
Beyrouth, 4 août 2020

Beyrouth, 4 août 2020

Lire la suite

Vladimir Ovchinsky : Feront-ils sauter la statue de la liberté ? (Club d'Izborsk, 11 août 2020)

11 Août 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique

Vladimir Ovchinsky : Feront-ils sauter la statue de la liberté ?

11 août 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19734

 

 

Il ne reste pas beaucoup de temps avant les prochaines élections américaines. Les experts font des prédictions sur les gagnants presque tous les jours. Certains d'entre eux font l'objet d'une attention particulière.

 

Les clés de Lichtman.

 

L'autre jour, le professeur d'histoire de l'Université américaine Alan Lichtman, qui a correctement prédit le résultat de toutes les élections présidentielles aux États-Unis depuis 1984, est apparu dans une vidéo en streaming des vues du New York Times, et a déclaré que le prochain président des États-Unis sera le démocrate Joe Biden.

 

M. Lichtman a rappelé qu'il utilise ce qu'il appelle son système "13 clés" pour prédire le résultat des élections. Les clés de Lichtman comprennent les postes suivants : si le candidat est le président en exercice, les conditions économiques à court et à long terme, les scandales, les troubles sociaux, ainsi que la personnalité et l'attrait des candidats.

 

Lichtman donne à Biden, le candidat prévu du Parti démocrate, un avantage dans sept paramètres, dont le désordre public, l'apparition du coronavirus et la façon dont il déstabilise l'économie, ainsi que la mise en accusation de Trump.

 

Trump a un avantage en six points. Il s'agit notamment du président sortant, de l'absence de candidats républicains sérieux à la présidence, de l'absence de graves revers militaires étrangers et, selon M. Lichtman, de l'absence du charisme de M. Biden.

 

Des sondages récents de CNN et de Fox News ont également montré que Biden peut gagner.

 

Que dit la conspiration ?

 

The Economist a également fait des calculs qui montrent que Joe Biden remportera l'élection présidentielle américaine en novembre 2020 avec 91 % de chances (9 chances sur 10), alors que l'actuel leader américain, Donald Trump, n'a que 8 % de chances d'être réélu (1 chance sur 10).

 

Ces données en date du 27 juillet 2020 sont attestées par le modèle prédictif du magazine The Economist, qui est mis à jour quotidiennement. Il prend en compte non seulement les données des sondages d'opinion, mais aussi la situation économique et démographique des différents États des États-Unis. Le modèle a été développé en collaboration avec Andrew Guelmann et Merlin Heidemann, spécialistes en modélisation statistique et en sciences politiques de l'Université de Columbia. The Economist utilise pour la première fois une telle méthode pour calculer le résultat des élections de 2020 aux États-Unis - à la fois en général et séparément dans chacun des États. Le magazine décrit en détail le fonctionnement du modèle et donne même l'occasion à ceux qui souhaitent se familiariser avec son code.

 

Le modèle de The Economist prédit que le démocrate Joe Biden a 99 % de chances d'obtenir une majorité des votes américains (plus de 19 chances sur 20). Le président actuel, Donald Trump, a moins de 1 % de chances d'obtenir une majorité (moins de 1 sur 20).

 

Cependant, on sait que le modèle américain d'élection présidentielle ne garantit pas la victoire au candidat qui a recueilli le plus grand nombre de voix (Hillary Clinton en 2016 a été soutenue par près de 3 millions de personnes de plus que Trump, mais elle a perdu l'élection) - la répartition des voix au Collège des électeurs est cruciale.

 

Selon les prévisions de The Economist, Biden a de bonnes chances de gagner ce concours en 2020 également : le magazine estime qu'il recueillera 250-415 voix (dont 270 nécessaires pour gagner), tandis que Trump dispose d'environ 123-288 voix. Ainsi, le prochain président américain sera probablement Biden (91% de probabilité ou 9 sur 10), tandis que Trump a beaucoup moins de chances de gagner (8% ou 1 sur 10).

 

Si l'élection avait eu lieu le 26 juillet 2020, Biden aurait remporté 346 voix et Trump 192, selon les calculs du magazine.

 

Le modèle donne également une idée de la répartition des votes de l'électorat entre les différents États. Selon The Economist, Biden gagnerait probablement dans 25 États, Trump - dans 20, et le résultat du vote dans 5 autres États reste imprévisible (Caroline du Nord, Arizona, Ohio, Géorgie, Iowa). Le Texas (Trump a plus de chances de gagner) et la Floride (Biden a plus de chances de gagner) sont également considérés comme des États "douteux", pour lesquels chaque candidat peut encore se présenter.

 

Presque garanti (plus de 99% de probabilité) Biden gagnera en Californie, en Oregon, en Illinois, au Massachusetts, au Vermont, au Connecticut, au New Jersey, au Delaware, à New York, au Maryland, au Rhode Island, ainsi qu'à Washington, DC.

 

Trump gagnera sûrement en Alabama, au Tennessee, au Kentucky, en Arkansas, au Kansas, en Oklahoma, au Nebraska, au Dakota du Sud et du Nord, au Wyoming, en Utah et en Idaho.

 

En outre, le modèle de The Economist fait la moyenne des données des sondages d'opinion, les ajuste en apportant les corrections nécessaires à d'autres facteurs (différence dans la taille de l'échantillon, etc.) pour prédire la répartition des votes le jour du scrutin.

 

Selon ces prévisions, Biden recueillera finalement 53,9 % des votes américains (54,2 % aujourd'hui) et Trump 46,1 % (45,8 % aujourd'hui).

 

Rappelons que la première fois que M. Trump a démissionné de son poste de président a été annoncée par The Economist dans le premier numéro pour 2020 sur sa couverture pronostique annuelle.

 

Comme vous le savez, le magazine est contrôlé par les Rothschild. Cette prédiction en a surpris plus d'un. Après tout, l'élection de Trump, de nombreux conspirateurs l'ont associé au soutien des Rothschild. Dans cette logique, Trump a clairement appliqué ses directives, notamment en ce qui concerne le transfert de la capitale d'Israël de Tel-Aviv à Jérusalem ... Mais alors, soit il y a eu une rupture de la relation (comme l'ont constaté plusieurs experts de la Réserve fédérale et des traités internationaux, auxquels les États-Unis participent), soit ce que nous voyons maintenant fait partie du grand jeu consistant à abandonner Trump pour un second mandat de présidence - "à travers les épines jusqu'aux étoiles".

 

"Exercices de table" des adversaires de Trump.

 

En juin 2020, un groupe d'anciens hauts fonctionnaires américains, d'officiers militaires à la retraite, de technologues politiques et d'avocats ont mené une série d'exercices dits "sur table" pour tenter de déterminer l'issue des prochaines élections présidentielles américaines.

 

67 joueurs, dont beaucoup avaient une attitude négative envers le président Donald Trump, ont joué différents scénarios et sont arrivés à des conclusions qu'ils ont jugées "alarmantes".

 

Le prétendu candidat à la présidence des démocrates Joe Biden a été joué par John Podesta, l'ancien assistant présidentiel Barack Obama et le chef de l'administration présidentielle Bill Clinton. Le président a été représenté par deux républicains qui ont souvent critiqué Trump : David Frame et Bill (Ndt: William) Kristol.

 

En organisant des "élections" dans un contexte de pandémie, de récession et d'intensification des controverses politiques, le groupe a découvert un risque important de batailles judiciaires, de résultats contestés, d'affrontements féroces dans les rues et même d'une impasse constitutionnelle.

 

"Il est très probable que les élections de novembre auront un paysage juridique et politique chaotique", indique le rapport du projet "Transition Integrity", qui a organisé l'exercice.

 

"Nous pensons qu'il est probable que le nom du gagnant ne sera pas connu d'ici le soir du jour du scrutin, car les bulletins de vote envoyés par courrier seront comptés", affirment les experts. - Cette période d'incertitude donne au candidat sans principe l'occasion de remettre en question la légitimité du processus et d'organiser une attaque sans précédent sur le résultat.

 

Les participants ont joué les conséquences de quatre scénarios : Biden gagne de manière décisive ; Biden gagne par une faible marge ; Trump mène par une faible marge au collège électoral, mais est en retard de 5 % dans le vote général ; et les résultats sont inconnus depuis des semaines en raison du grand nombre de bulletins de vote envoyés par la poste.

 

Chaque scénario, à l'exception de la victoire convaincante de Biden, s'est terminé par des émeutes de rue et une crise constitutionnelle.

 

Prévision des actions de Biden s'il gagne

 

William Gensert, dans son article "Biden's Civil War" paru dans American Thinker (30.07.2020), prédit que si Biden gagne, il quittera sa cave du Delaware pour le sous-sol de la Maison Blanche, et le public ne sera montré que dans les adresses au peuple, préenregistrées et soigneusement assemblées.

 

Les émeutes vont cesser", écrit Genser, "après cela, des "militants antifa" soupçonnés d'être bien formés, organisés et bien équipés seront "officieusement" inclus dans l'administration Biden en tant que "conseillers politiques locaux". Là, ils auront pour instruction d'éradiquer toute désobéissance et toute dissidence avec les ressources boueuses des forces de gauche. Ainsi, le "mythique", comme l'a dit Jerry Nadler (membre de la Chambre des représentants de New York), Antifa apportera "l'espoir et le changement" (le slogan de l'époque du président Obama) que Biden rêve tant de ramener... .

 

. . . Biden (ou le marionnettiste qui tire ses ficelles) aura le contrôle total de la législature - soit les démocrates conserveront la Chambre des représentants et prendront le contrôle du Sénat en 2020, soit les "conseillers politiques locaux" prendront le contrôle de certains sénateurs et membres du Congrès républicains et de leurs familles - ce que les médias contrôlés fermeront bien entendu les yeux. Les flibustiers (membres de la minorité parlementaire qui empêchent l'adoption du projet de loi) seront massacrés pour ouvrir la voie à une législation progressiste.

 

Au cours des deux premières années, il renforcera le contrôle sur le Congrès. Le renversement des circonscriptions et l'intimidation des autorités locales par les "conseillers" assureront une victoire éclatante aux démocrates en 2022. Ils peuvent même obtenir une majorité des deux tiers dans les deux chambres - une condition préalable à l'élimination du collège électoral.

 

Mais ce n'est qu'en désarmant les Américains que la promesse de la gauche et de "transformer fondamentalement l'Amérique" sera tenue.

 

En commençant sans trembler ni gonfler, Biden augmentera considérablement les taxes sur les armes et les munitions, tout en limitant la quantité de munitions pouvant être légalement achetées dans un délai d'un mois. Ils vont introduire l'enregistrement obligatoire des armes. Le refus d'enregistrement entraînera des poursuites pénales, des amendes de plusieurs dizaines de milliers de dollars et la confiscation de biens - biens immobiliers et voitures.

 

Puis, après les élections intérimaires, lorsque la gauche concentrera entièrement entre ses mains le pouvoir législatif et exécutif, l'interdiction de toutes les armes en mains privées sera tonitruante (l'exception ne sera faite que pour les "conseillers politiques locaux"). Elle commencera à retirer les armes aux citoyens.

 

Tous les registres d'armes, du niveau fédéral aux états et districts, seront rendus publics, ainsi que les noms et adresses de tous les propriétaires d'armes. Il sera conseillé aux employeurs de licencier tous les employés qui possèdent des armes à feu. Il sera conseillé aux sociétés de crédit hypothécaire et aux banques de ne pas leur accorder de prêts. Les "conseillers", c'est-à-dire l'Antifa, seront encouragés à "protester pacifiquement" contre les propriétaires d'armes sur leur lieu de travail et à leur domicile.

 

Les conseils locaux, les employeurs, les banques et les sociétés financières seront exonérés de toute responsabilité en cas de réclamation. En outre, les "conseillers" bénéficieront d'une immunité de quasi-immunité.

 

Les mêmes techniques qui ont déjà eu un effet dévastateur dans les troubles actuels seront utilisées contre les propriétaires d'armes. Des visites nocturnes en hurlant, armées et à la recherche de massacres, mais des conseillers "surtout pacifiques" seront quotidiennes. Les incendies criminels, le vandalisme, les agressions, les meurtres et même les viols seront des "moyens populaires" pour obliger les propriétaires d'armes désobéissants à rendre "volontairement" leurs armes. Là encore, les médias sous leur contrôle ignoreront ces incidents.

 

La Garde nationale et les troupes d'active seront déployées dans les 50 États. Des détachements conjoints de policiers, de gardes et de "conseillers" désarmés et non financés fouilleront les maisons à la recherche d'armes non enregistrées.

 

Les procureurs de Soros et le succès du mouvement pour la réduction du nombre de prisonniers permettront de mettre derrière les barreaux les opposants à une réforme raisonnable des armes. C'est au moins le plan...

 

...le pouvoir de la gauche est concentré sur la côte et les grandes villes. La grande majorité de ce pays, que la gauche méprise comme étant "profond", est plus ou moins conservatrice et armée jusqu'aux dents. Dans la plupart des États américains, les gens pensent qu'on ne peut pas être trop maigre, trop riche ou trop armé. Selon diverses estimations, il y aurait entre 350 et 700 millions d'armes en mains privées, et certains prétendent qu'il y en a encore plus ...

 

...combien de visites à domicile pensez-vous que les "conseillers" peuvent faire avant de commencer à rencontrer le feu ? Et comme ils ne sont entraînés qu'à provoquer, les escarmouches leur coûteront très cher.

 

Combien de temps faudra-t-il pour que les gens s'organisent et attaquent ouvertement les autorités et détruisent les communications dans et autour des villes ? N'oubliez pas que chaque chasseur est un peu comme un tireur d'élite. Combien de temps faudra-t-il avant que certains d'entre eux décident de se débarrasser des fonctionnaires qui ont fait tout ce gâchis ? Toujours en Amérique, un bassin de vétérans bien entraînés. Il n'est pas nécessaire d'être neurochirurgien pour savoir de quel côté ils se trouveront. Les pipelines, les centrales électriques, les autoroutes interétatiques, les chemins de fer et les ponts seront également des cibles.

 

Les gouverneurs, les maires et les responsables de l'application des lois commenceront à déserter en même temps que la Garde nationale et d'autres troupes qui se révolteront lorsqu'on leur ordonnera de tirer sur les voisins et les parents.

 

Il n'y aura pas assez de soldats, de gardes nationaux ou de "conseillers" pour tout défendre ou enlever toutes les armes...".

 

Bien sûr, ce scénario de Hansert ressemble plus à un feuilleton. Mais n'avons-nous pas déjà assisté à la réalisation des idées les plus folles en juin et juillet 2020 aux États-Unis. Prenez, au moins, la destruction des monuments.

 

On ne sait pas très bien pourquoi la Statue de la Liberté n'a pas encore explosé. Après tout, c'est un sculpteur français - le raciste Frédéric Auguste Bartoldi par haine pour les Afro-Américaines, qui a fait le visage d'une femme blanche de race blanche !

 

Qu'attend Trump ?

 

Trump comprend qu'une telle pression dans les médias n'est pas une preuve de la victoire voulue de Biden, mais plutôt de l'hystérie qui règne dans les rangs des démocrates. Il est normal d'obtenir chaque jour les chiffres des "écarts" dans les prochains sondages. Trump l'avait déjà fait lors de l'élection de 2016, lorsque tous les médias criaient à la victoire déjà décidée d'Hillary Clinton. Mais la réalité était différente. Même Lichtman, qui prédit la victoire de Biden, émet la réserve que tout est finalement entre les mains des électeurs.

 

Cependant, après les élections, il n'y aura plus rien de bon en Amérique. Si Trump gagne (ce qui est prédit par des scientifiques pas moins célèbres que Lichtman. Par exemple, - Helmut Norpot, professeur de sciences politiques à l'université de Stony Brook, a prédit que Trump gagnerait avec une probabilité de 91%), le quartier général fantôme des démocrates (qui est très probablement dirigé non pas par Biden, mais par Obama) fera tout son possible, même par la force, pour empêcher Trump de revenir au pouvoir. Et cette année, les émeutes de l'été ressembleront à des farces enfantines.

 

Mais derrière Trump, il y a la police, la Garde nationale et l'armée.

 

Il est vrai que les démocrates sont effrayants aussi. En juin 2020, M. Biden a déclaré que M. Trump s'attendait à un coup d'État militaire s'il refusait d'accepter les résultats des élections. Lors d'une émission sur Comedy Central, le journaliste de télévision Trevor Noah a demandé à Biden ce qu'il ferait si Trump ne gagnait pas les élections mais refusait de quitter la Maison Blanche.

 

Biden a répondu qu'il y a "quatre chefs de troupes diverses prêts à écorcher Trump". Il s'est dit confiant qu'ils seraient capables de faire sortir rapidement Trump de la Maison Blanche si nécessaire.

 

Trump se battra parce qu'il comprend que ses adversaires ne le laisseront pas démissionner de son poste de président, mais qu'il feront tout leur possible pour l'envoyer en prison. Après tout, comme vous le savez, aux États-Unis, le président, en quittant son poste, perd son immunité présidentielle.

 

 

Vladimir Ovchinsky

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe pour Le Rouge et le Blanc.

Vladimir Ovchinsky : Feront-ils sauter la statue de la liberté ? (Club d'Izborsk, 11 août 2020)
Lire la suite

Sergey Glazyev : La fin d'un paradis offshore - Chypre (Club d'Izborsk, 11 août 2020)

11 Août 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie

Sergey Glazyev : La fin d'un paradis offshore

11 août 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19735

 

 

La question de la restitution à la Fédération de Russie des énormes sommes d'argent qui sont retirées du pays chaque année (y compris sous forme de dividendes) vers des paradis fiscaux offshore est de la plus haute importance. Le sort du pays dépend de sa décision. Tombera-t-elle à cause de la faillite dans la confrontation actuelle avec l'Occident ou survivra-t-elle ? Sera-t-elle capable de devenir une puissance industrielle développée ou deviendra-t-elle un appendice de matières premières moribond et désolé du monde développé, où la vie n'existe que dans quelques mégalopoles gonflées ? Une telle chose est bien plus importante que tous ces jeux avec la prochaine "arme miracle" diffusée à la télévision. Car que coûte la fusée Sarmat si la Russie est simplement aspirée et exsangue ?

 

L'administration de Vladimir Poutine a décidé de prendre une mesure audacieuse : elle a décidé d'imposer une taxe de 15% sur les dividendes que les propriétaires privés pompent dans le populaire offshore - Chypre. La Fédération de Russie a annoncé la rupture de l'accord de double imposition avec l'île. La prochaine étape est la rupture du même accord avec les Pays-Bas. Les intentions du Kremlin sont claires : forcer les grandes entreprises à investir leurs bénéfices dans leur propre pays.

 

Quel résultat réel pour l'économie russe doit-on attendre après sa dénonciation ? Sergei Glazyev, membre de l'Académie des sciences de Russie, directeur de recherche au Centre de recherche sur les lois à long terme du développement économique à l'Université des Finances, a répondu à ces questions et à d'autres.

 

- Sergey Yurievich, comment évaluez-vous la décision des dirigeants russes de rompre l'accord avec le "paradis fiscal" de Chypre, pourquoi est-elle prise maintenant ?

 

- C'est une décision attendue depuis longtemps et totalement justifiée, qui, je l'espère, éliminera les dernières failles dans la fraude fiscale de nos hommes d'affaires offshore. C'est Chypre, pour beaucoup d'entre eux, qui était le centre principal, un paradis où ils cachaient leurs revenus. En outre, l'île a servi de point intermédiaire pour l'évasion fiscale, le transit et le transfert vers des lieux encore plus isolés.

 

Alors que j'étais ministre des relations économiques extérieures de la Russie à d'autres postes, j'étais initialement contre un tel accord avec Chypre. Mais il était encore soumis au lobbying de certains individus qui voulaient créer des failles dans la législation russe. C'est pourquoi je le répète : la dénonciation de cet accord est tout à fait justifiée, c'est une mesure qui aurait dû être mise en œuvre il y a 20 ans et qui n'a que trop tardé.

 

- Il s'avère qu'il a été fait principalement dans l'intérêt national de la Fédération de Russie, de son développement économique et de son bien-être social. Et là, selon toute apparence, le président a dû choisir : avec qui est-il avec le peuple ou avec un groupe d'oligarques ?

 

- Beaucoup de sociétés russes engagées dans l'exportation d'énergie et de matières premières ne pensent pas à augmenter la valeur ajoutée du produit final. Parmi eux se trouvent des monopoles, qui vont maintenant perdre une partie de leurs profits. (C'est-à-dire sur le traitement profond des matières premières en Russie. - Ed.) Mais je pense que les gens ne vont pas pleurer à ce sujet. Ce sont les oligarques qui cachent leurs revenus par l'intermédiaire de diverses "filles" chypriotes.

 

Nous avons également beaucoup de grandes entreprises (affiliées à l'État) qui sont officiellement établies par des structures de façade et qui sont sous la juridiction de Chypre. D'après ce que je comprends, parmi eux se trouvent des entreprises du secteur métallurgique, où les bénéfices sont particulièrement élevés. Presque tous n'appartiennent pas à des résidents russes, mais à des personnes de façade ayant une nationalité étrangère. Mais à première vue, il s'agit parfois de "bureaux" banals qui, pourtant, génèrent des milliards de roubles. Pas des millions, je répète, des milliards.

 

Il en va de même pour les structures commerciales liées aux sociétés d'État et à la Banque d'État (Banque centrale). C'est au sein de ce syndicat que naissent les moyens légalisés d'évasion fiscale grâce aux énormes revenus perçus non seulement dans le secteur privé mais aussi dans le secteur public.

 

- Si tout est fait en connaissance de cause et avec l'autorisation de la Banque centrale, pourquoi ne pas interdire ces transferts à l'étranger par une décision volontaire ? Qu'est-ce qui l'empêche de le faire ?

 

- La politique de la Banque centrale, qui exécute la volonté et les instructions du Fonds monétaire international (FMI), s'en mêle. La direction de la Banque centrale continue de croire que les instructions des institutions financières de Washington sont la vérité incontestable de dernier recours. Et pour bien paraître devant le FMI, nos patrons financiers entravent la mise en œuvre de mesures judicieuses.

 

Notre législation ultra-libérale y contribue également : aujourd'hui, presque tout le monde peut emmener de l'argent à l'étranger en toute sécurité. En conséquence, la Russie perd chaque année environ 100 milliards de dollars de capitaux exportés.

 

- Selon certaines données, ces dernières années, 3 300 milliards de roubles ont été transférés de Russie par le biais des dividendes versés à Chypre. Est-il possible de le remettre dans l'économie ?

 

- Après 2014, la Banque centrale a tellement de rapports qu'il est extrêmement difficile de les comprendre. Pour être plus précis, il est tout simplement impossible de détecter les mouvements d'argent dans les zones offshore. Mais à cette époque, seule la moitié de l'argent qui était suspendu dans les "paradis fiscaux" revenait au pays.

 

Les grandes entreprises, les sociétés rentables avec une participation de l'État par l'intermédiaire de leurs propriétaires de façade, transfèrent encore aujourd'hui des dividendes à l'étranger. Il s'avère que les entreprises que nous considérons comme russes n'appartiennent en fait, je le répète, pas à la Russie. Et environ la moitié de ces sociétés (enregistrées dans diverses zones offshore) seront des entreprises - tout d'abord, des entreprises industrielles. Beaucoup d'entre eux se sont retrouvés dans la juridiction anglo-saxonne.

 

Outre la perception de dividendes supplémentaires, ce régime est également utilisé pour le transit des recettes d'exportation, l'évasion fiscale et la sous-évaluation artificielle des prix, qui sont précisés dans la déclaration d'impôt. Par exemple, le pétrole est vendu à Chypre (où il n'est pas nécessaire) pour 20 dollars le baril, et de là, disons, à l'Allemagne, pour 50 dollars déjà. Ainsi, 30 dollars de chaque baril restent dans les poches de nos nouveaux arrivants Koreiko et Ostap Bender.

 

- Dans ce cas, nous devrions peut-être envisager d'introduire des mesures supplémentaires qui contribueront à la croissance du secteur réel de l'économie russe. Par exemple, l'introduction de droits de patronage pour les entreprises, etc.

 

- Si nous parlons de réglementation monétaire et financière, nous devrions introduire des restrictions monétaires sur l'exportation de capitaux. À notre époque, nous avons déjà pris un certain nombre de mesures dans ce sens - après la transition du pays vers une économie de marché. Mais ils ont ensuite été abolis.

 

Par exemple, il existait un régime de réglementation des transactions monétaires et de la libre circulation de l'argent : paiement des salaires, transfert des dividendes, etc. Il est apparu une procédure d'autorisation pour les opérations de capitaux, qui était totalement transparente. Il est nécessaire de revenir à ces mesures et d'introduire des licences pour les opérations de change.

 

En outre, il est nécessaire d'introduire une exportation de capitaux et une taxe sérieuse sur la spéculation sur les devises. La taxe dite "Tobin", proposée par le prix Nobel James Tobin en 1978.

 

Tout cela, ainsi qu'un certain nombre d'autres mesures, contribuerait à stabiliser le marché et à fournir des revenus substantiels à l'État. Y compris des activités nuisibles comme la manipulation du marché financier et du taux de change du rouble.

 

- Alors, qui peut et doit influencer la politique de notre Banque centrale qui, comme nous le voyons, ne répond pas toujours aux intérêts nationaux du pays ?

 

- Le président de la Fédération de Russie détermine les candidats aux postes de direction du chef de la Banque centrale, des directeurs des grandes organisations financières, et les soumet à l'approbation de la Douma d'État. À ces stades, des décisions responsables doivent être prises.

 

En conclusion, je peux dire que le total des dommages causés par les activités de la direction actuelle de la Banque centrale pour le pays approche les 30 milliards de roubles.

 

- La première personne de l'État est-elle au courant ?

 

- Cette question, je crois, ne devrait plus être posée...

 

 

Sergey Glazyev

http://www.glazev.ru

Sergey Yurievich Glazyev (né en 1961) - éminent économiste, homme politique et homme d'État russe, membre de l'Académie des sciences de Russie. Conseiller du président russe sur les questions d'intégration eurasienne. Un des initiateurs, membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Sergey Glazyev : La fin d'un paradis offshore - Chypre (Club d'Izborsk, 11 août 2020)
Lire la suite

Ivashov’s Inevitable Revolution (la révolution inévitable d'Ivashov)- 2011

9 Août 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Russie

Ivashov’s Inevitable Revolution (la révolution inévitable d'Ivashov)- 2011

March 12, 2011

 

Ex-GU MVS Chief, retired General-Colonel Leonid Ivashov was apparently either asked or inspired to comment recently on the revolutions in North Africa.  And his comments got some press play beyond the blog where they originally appeared.  Ivashov is an inveterate conservative who always has sharp jabs for the U.S., NATO, and globalization.  But he’s an interesting guy whose anti-Western commentaries usually end up criticizing the Kremlin and Russian policies as well.

 

They apparently asked Ivashov whether Russia needs to fear a repetition of Tunisian, Egyptian, or Libyan events.  He goes on for a couple paragraphs with his view that the Arab world’s lagging behind in economic and social development explains what happened in North Africa.  Then he turns to its relevance for Russia:

 

“The situation is much more complex in Russia.  A revolution here is unavoidable.  It will become an attempt to find its own future and course of development that preserves Russia as a unitary state, both Russian and remaining native peoples – as a national-social formation.  Under the current course and regime, Russia has no future.  Catastrophe looms ahead – the country’s division and collapse, the departure of the Russian world from the historical arena.  These are objective data – when you look at government statistics even, your hairs stand on end.  There are approximately one hundred million Russians, 23 million alcoholics, 6 million drug addicts, 6 million sick with AIDS, 4 million prostitutes.  We have the very highest percentage of disadvantaged families, for every thousand marriages, 640 divorces.  Revolutionary transformations are simply necessary.  Let’s hope to God they come in a peaceful way.”

 

“What is happening now in the Middle East gives us reason to talk also about our degradation.  Yes, Mubarak, Qaddafi and the rest stole, hoarded riches for themselves, however there has never been in the history of a single state such complete plunder as is occurring now in Russia.  Two oligarchic clans, privatizers of resources and bureaucrats have sucked everything out of the people and the country.  Real incomes of the population in January compared with January of last year have decreased by 47%.  Oil gets more expensive — our gas gets more expensive.  Oil gets cheaper — our gas still gets more expensive.  Prices for food and other things constantly increase.”

 

“A handful of powerful bureaucrats and oligarchs close to them understand perfectly that there’s no avoiding a revolution.  Therefore they’re hurrying to suck everything up and tie their business to foreign structures.  So that when they start taking their assets away, they can call on NATO to defend them.”

“Russia doesn’t have its own Middle East geopolitical project.  We are extremely inconsistent — we sign military agreements with Israel, we institute sanctions against Iran, irritating the Islamic world.  Medvedev calls Qaddafi a criminal for firing on his own people.  At the same time, they put up monuments to Yeltsin who fired on his own people and his own parliament.  Such a contradiction shows the complete cynicism of our current vlasti*.”

 

“The fighting in Russia will undoubtedly begin, and it will be, unfortunately, much more severe — since the country is multinational.  In the Middle East, they call their own Arab presidents occupiers, but we also have other peoples.  And if anti-Semitism in the Arab East is aimed beyond the borders of their own countries, at Israel or the U.S., then Russian anti-Semitism is directed inward.”

 

Source: Russian Defence Policy

 

https://russiandefpolicy.com/2011/03/12/ivashovs-inevitable-revolution/

 

* Ndlr. Vlasti: le pouvoir politique, en russe.

 

Lire la suite

Mélanie Prochasson: Connaissez-vous l'illménite ?

9 Août 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Poésie, #Canada

Illménite: j'ai découvert ce minéral: des cristaux brun foncé à l'éclat métallique, en effectuant en canot une exploration en canot dans l'intérieur de la péninsule du Québec-Labrador, "sur la peau du monde",  pendant l'été 1992.

Et voici qu'en relisant mon journal de voyage et faisant une recherche sur ce curieux minéral, j'ai fait une autre découverte: ce poème qui m'est allé droit au coeur... et rappelé le spectacle terrifiant des grandes mines à ciel ouvert que j'ai vues plus tard en Amérique du sud. La destruction pour le profit n'a pas de patrie.

P.O.C.

 

"Le mot sonne un peu mouillé, même assez doux  ne trouvez-vous pas ?

En fait il désigne un minerai dont on utilise souvent les dérivés dans notre quotidien et sans le savoir
C’est normal me direz-vous, car on le déguise


Oui
Grâce à l’action philanthropique de quelques sociétés internationales devenues alchimistes des temps modernes
Maîtresses dans l’art de la transmutation  des métaux
On en extrait du dioxyde de titane qu’on utilise sous forme de  pigments utilisés dans la peinture
le plastique
le papier
les cosmétiques
les crèmes solaires
le dentifrice…

Une des grandes sociétés qui nous rend cet immense service se nomme
Rio Tinto

Ça sonne un peu rivière rouge ne trouvez-vous pas ?
Un peu comme la pierre rouge de Madagascar
Justement Rio Tinto qui aime beaucoup ce pays s’est installée à Fort Dauphin
Et figurez-vous qu’elle aime à ce point  le lieu et ses habitants
Qu’ elle a décidé de lui offrir tous les cadeaux de l’exploitation minière
Dans sa grande mansuétude  Rio Tinto n’oublie rien
la politique libérale du progrès
l’appauvrissement des populations
la corruption
le pillage de la terre
les bulldozers ravageurs
la pollution

Tout ça pourrait faire une chanson ne trouvez-vous pas ?"

Mélanie Prochasson

Source: "Sur la peau du monde" (quel beau nom !)

https://www.surlapeaudumonde.com/connaissez-vous-lillmenite/

Lire la suite

Alexandre Gaponenko : Prévision de croissance des menaces "brunes" dans le monde et en Europe pour la Russie (Club d'Izborsk, août 2020)

8 Août 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Europe, #Politique

Alexandre Gaponenko : Prévision de croissance des menaces "brunes" dans le monde et en Europe pour la Russie

août 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19726

 

 

Le développement rapide des centres de pouvoir régionaux au cours des deux dernières décennies a incité les États-Unis à tenter de les supprimer et à maintenir ainsi leur position dominante dans le monde. Cependant, la pression militaire directe sur les nouveaux centres de pouvoir, tels que la Russie, la Chine, l'Inde, l'Union européenne et l'Iran ou la Turquie, est impossible dans les circonstances actuelles. C'est pourquoi Washington a commencé à mettre en place des régimes fascistes dans un certain nombre de pays qui en dépendaient, afin de déclencher des conflits ethniques à la frontière avec les pays - centres de développement régional.

 

Ainsi, la Chine a subi des conflits à Hong Kong et dans la région autonome ouïghour du Xinjiang. Les combats entre la Chine et l'Inde au Cachemire ont éclaté d'une manière étrange. Une vague de révolutions colorées sous le nom général de "Printemps arabe" a balayé les pays d'Afrique du Nord. Ce "printemps" a fait reculer la plupart de ces pays de plusieurs années dans leur développement, puisqu'ils sont arrivés au pouvoir dans des régimes ouvertement fascistes. Après le "Printemps", des masses d'Arabes et de Noirs se sont soudainement précipitées librement dans les pays développés d'Europe occidentale, rompant un équilibre ethnique déjà fragile dans ces pays. La Russie a été confrontée à un conflit ethnique sanglant en Ossétie du Sud et en Abkhazie, puis dans le Donbass. Les élites dirigeantes des pays baltes ont également établi des hiérarchies ethniques dans leurs sociétés et provoquent des conflits ethniques à la frontière avec la Russie.

 

Nous avons défini tous ces conflits ethniques comme étant "bruns" et les considérons comme extrêmement dangereux pour les nations  et les dirigeants des nouveaux centres de pouvoir mondiaux.

 

Nous avons formulé une prévision du développement des conflits "bruns" dans le monde et en Europe afin d'identifier les menaces qu'ils représentent pour la Russie. Les prévisions permettront de prendre des mesures opportunes pour éliminer ces menaces. La prévision est faite à moyen terme - les cinq prochaines années. La prévision est faite en deux versions : pessimiste et optimiste.

 

Conditions initiales pour faire la prévision

 

Nous partons du fait que le principal sujet de développement mondial jusqu'à présent a été les États-Unis. Ils s'appuyaient dans leur politique sur une économie puissante et les plus grandes forces armées du monde.

 

Au cours des vingt dernières années, la part de l'économie américaine dans le monde a diminué rapidement. Cela est dû en partie à la croissance plus rapide des économies des nouveaux centres de développement régional, en partie à cause des politiques américaines.

 

Afin de maximiser leurs profits, les États-Unis ont effectué la majeure partie de leurs investissements réels à l'étranger, puis ont importé des marchandises bon marché produites sur place. Cela a conduit à l'important déficit commercial du pays. Les États-Unis ont également fourni une part importante de leurs ressources financières à d'autres pays sous forme de prêts. La situation s'est améliorée grâce aux revenus des services et aux bénéfices importés sur les investissements étrangers et aux intérêts sur les prêts, mais pendant de nombreuses années, la balance des paiements a également été négative.

 

Le déficit de l'économie américaine a été couvert par la question du dollar (senorage). Cette possibilité existait parce que le dollar était le moyen de paiement et d'accumulation du monde. En outre, l'État a émis des bons du Trésor, qui ont couvert le déficit du budget de l'État. Ces bons du Trésor ont été vendus, entre autres, à des États étrangers, des personnes morales et des personnes physiques. L'augmentation de l'émission de bons du Trésor à faible taux de rendement a également généré une prime d'émission importante.

 

En 2020, la dette publique accumulée des États-Unis dépassait le PIB annuel du pays. Le paiement des intérêts de la dette publique fait peser une lourde charge sur le budget et, lorsqu'il atteint une certaine valeur, soulève des questions quant à son remboursement.

 

Les ressources bon marché que les États-Unis ont pu obtenir après l'effondrement du système socialiste en 1990 ont été complètement épuisées en 2020.

 

Afin de préserver leurs revenus, les États-Unis devaient accroître l'exploitation financière d'autres pays et avaient besoin de fonds supplémentaires pour maintenir leurs forces armées dans le monde entier et les rééquiper. Ces dépenses sont devenues insupportables pour le pays, et elles ont même commencé à être progressivement réduites.

 

Cependant, la baisse des recettes extérieures de l'économie a remis en question la préservation du niveau de vie actuel de la population et a créé des tensions raciales (ethniques) et sociales. Cela a encouragé les élites dirigeantes américaines à mener des opérations de pouvoir à l'étranger qui pourraient apporter des avantages économiques, ou du moins affaiblir leurs concurrents. Dans la même direction, l'élite dirigeante américaine a été poussée par l'élite dirigeante mondiale, qui a parasité le plan financier américain d'exploitation du monde, mais n'a pas supporté le fardeau des dépenses militaires.

 

La situation de crise actuelle a été exacerbée par l'épidémie de COVID-19, qui a entraîné une baisse d'un tiers du PIB américain, triplant ainsi le taux de chômage. Des émeutes raciales et sociales ont commencé dans le pays. Ces révoltes ont été étouffées par l'"inondation" de la population avec les prestations sociales.

 

Avec l'élection du président en novembre 2020, le pays approche d'un point de bifurcation, après quoi les développements dans le pays devraient modifier de manière significative les tendances socio-économiques et de pouvoir existantes. Les événements américains, à leur tour, devraient influencer la situation en Europe et en Russie.

 

Version pessimiste de la prévision des événements pour la Russie

 

Selon la version pessimiste des prévisions, un représentant d'un parti Démocratique arrivera au pouvoir lors des élections présidentielles de novembre 2020 aux États-Unis. Il est fort probable que ce soit Joseph Biden.

 

Les Démocrates parviendront à convaincre les électeurs que tous ceux qui ont souffert récemment l'ont été par la faute de la mauvaise politique du républicain D. Trump. Les Démocrates gagneront des points supplémentaires lors des élections en raison de leur politique consistant à opposer les noirs prolétariens du Lumpen aux représentants du pouvoir républicain soutenus principalement par la partie blanche de la population (WASP*). Les médias Démocratiques saperont fortement le système de valeurs de la population blanche, ce qui l'amènera à se sentir coupable et la privera de ses propres intérêts et de sa volonté de pouvoir.

 

Une fois au pouvoir, les Démocrates chercheront inévitablement à maintenir les formes existantes de domination des WASP aux États-Unis. Certains des dirigeants noirs seront soudoyés par les Démocrates pour leur donner des sièges au pouvoir et de l'argent, tandis que d'autres seront diabolisés et réprimés. Ce ne sera pas facile, car les structures de pouvoir, où les postes de direction sont occupés par des Blancs, sont déjà considérablement affaiblies. Les élites dirigeantes seront forcées de recourir à des méthodes fascistes pour gouverner le pays : imposer des restrictions aux activités des institutions représentatives, restreindre la liberté de parole, de réunion et d'association.

 

Très probablement, les Démocrates vont entreprendre une provocation à grande échelle pour justifier l'introduction de méthodes de gouvernance "brunes" dans le pays, similaires à celle déjà mise en œuvre à New York le 11.09.2001. Le processus de transition vers le régime "brun" devrait être achevé aux États-Unis d'ici la mi 2021.

 

En politique étrangère, les Démocrates tenteront de préserver les moyens financiers d'exploitation des autres nations et recevront le soutien des élites transnationales. Les élites transnationales ne pourront pas récupérer la totalité de leurs revenus, et elles pousseront les autorités américaines à mener des opérations militaires dans le monde entier pour préserver le pouvoir basé sur la pyramide du dollar.

 

Les autorités américaines seront prêtes à utiliser la force principalement contre des pays rivaux qui poursuivent des politiques financières souveraines - la Chine et la Russie. Cependant, il est extrêmement difficile d'agir directement par la force contre ces pays car, en réponse à l'utilisation de la force ouverte, ils peuvent causer aux États-Unis des dommages militaires inacceptables.

 

Par conséquent, Washington s'attaquera aux pays "voyous" qui ne veulent pas suivre dans l'eau chaude de la politique américaine. Il s'agit notamment de l'Iran, de la RPDC, de la Syrie, du Venezuela. Au cours du second semestre 2021, une agression militaire directe sera menée contre ces pays selon le scénario qui a été utilisé précédemment par les Américains en Irak, en Afghanistan et en Libye.

 

La mise en œuvre de cette agression militaire sera difficile, car la Russie et la Chine chercheront à empêcher que l'équilibre des forces politiques dans le monde ne change en faveur des États-Unis.  Ils soutiendront les pays "exclus" et les États-Unis s'engageront dans une guerre longue et coûteuse.

 

Pour éviter cela, les Démocrates feront des concessions temporaires à la Chine dans le domaine économique afin d'affaiblir son alliance avec la Russie. Grâce à sa neutralité dans les guerres régionales, la Chine pourra étendre son influence dans la région Asie-Pacifique et en Afrique.

 

Les États-Unis vont l'obliger à entrer en guerre contre les pays "voyous" de leurs partenaires de l'OTAN. Ils supporteront une partie du coût du financement d'une guerre bénéfique pour les Américains et subiront des pertes en hommes et en matériel militaire.

 

Un autre moyen important pour les États-Unis de confirmer leur statut de superpuissance sera d'exercer une pression indirecte et forte sur les centres de pouvoir régionaux par l'intermédiaire de leurs voisins hostiles. Pour la Russie, ces pays sont l'Ukraine, la Lettonie, la Lituanie et l'Estonie. Si la Russie est entraînée dans des conflits armés avec eux, la Chine n'interviendra pas. La Russie, en revanche, sera affaiblie et ses problèmes sociaux et ethniques s'aggraveront.

 

Washington sera en mesure de gouverner les pays satellites en soutenant les élites qui les dominent et en établissant des hiérarchies ethniques dans leurs sociétés, c'est-à-dire en mettant en œuvre des projets "bruns".

 

Il est probable qu'à la fin de 2021 et au début de 2022, ces élites dirigeantes, sous la pression de Washington, tenteront de répéter le scénario que la Géorgie a joué en Ossétie du Sud en septembre 2008.  Pour soutenir ce scénario, Washington ira établir des bases militaires dans les pays baltes, en Pologne, en Bulgarie et en Roumanie.

 

En plus de ces actions, Washington continuera à appliquer des sanctions économiques et politiques contre la Russie. Cette politique augmentera le rôle des sanctions personnelles contre les membres des élites dirigeantes qui cherchent à défendre les intérêts nationaux.

 

L'application de sanctions économiques aura un effet négatif assez limité. Au cours des deux prochaines années, la Russie achèvera la substitution des importations de la majeure partie des produits consommés, ciblera la plupart de ses exportations vers la Chine et les pays tiers, et augmentera la capacité du marché intérieur.

 

La tentation est grande pour Washington d'utiliser un levier financier contre la Russie. Cela pourrait entraîner le gel, voire la confiscation de ses actifs financiers investis dans des obligations du gouvernement américain. Toutefois, la taille de ces actifs est relativement faible. Les sanctions peuvent consister à priver la Russie de la possibilité d'emprunter en dollars, d'effectuer des paiements en dollars et de la déconnecter du système SWIFT. L'application de ces instruments est également limitée, car la Russie réduit la part des dollars dans les règlements internationaux, construit son propre système de règlements électroniques, l'intègre aux systèmes souverains similaires de la Chine et d'autres pays. D'ici 2022, la Russie aura pleinement mis en œuvre ces mesures de protection économique.

 

La conduite de guerres avec des pays "voyous" et l'augmentation des contingents militaires en Europe nécessiteront une augmentation significative des dépenses militaires. Les Américains vont essayer de transférer les dépenses militaires supplémentaires vers leurs alliés et leurs satellites. En outre, ils seront obligés d'acheter des armes américaines. Afin de rendre les Européens plus accommodants pour les Américains, le flux de réfugiés d'Afrique du Nord sera à nouveau initié.

 

Sous la pression des événements aux États-Unis et en raison de l'augmentation des dépenses militaires dans l'Union européenne, il y aura également un ralentissement économique et le chômage augmentera. La lutte pour les ressources financières distribuées par le biais du budget de l'UE entre les "anciennes" et les "nouvelles" nations va commencer. Le niveau de vie des Européens va nettement baisser. Le mécontentement des masses européennes à l'égard de la politique des élites sera réprimé par la force.

 

Dans la politique intérieure des pays européens, il y aura une transition des méthodes de gouvernance démocratiques vers des méthodes autoritaires ; les droits et libertés des Européens seront restreints. D'ici 2022, l'influence des parties qui soutiennent la mise en œuvre du projet "brun" augmentera en Europe. D'ici 2025, ces partis seront au pouvoir en Allemagne, en France et en Autriche.

 

Washington tentera de pousser les pays européens à participer à la nouvelle "croisade" vers l'Est. Il sera assisté par Londres, qui a traditionnellement torturé les pays du continent européen avec la Russie. Dans les pires circonstances, y compris l'arrivée des partis "bruns" au pouvoir, la "croisade" aura lieu. Elle débutera en 2024-2025. La troisième guerre mondiale commencera en 2024-2025.

 

Variante optimiste des prévisions de développement pour la Russie

 

Les élections présidentielles américaines seront remportées par les Républicains dirigés par D. Trump. Cependant, les Démocrates ne reconnaîtront pas sa victoire et opteront pour une aggravation du conflit racial. Il y aura deux présidents dans le pays.

 

Les WASP vont s'organiser et entamer une confrontation violente avec les pogroms qui conviennent à la population noire. "Les Panthères noires organiseront la résistance armée aux anciennes unités d'autodéfense. Une guerre civile va éclater pour des raisons raciales. Certains Blancs désorientés soutiendront les Noirs dans leur lutte pour le pouvoir. La population "de couleur" du pays sera incluse dans la guerre civile en cours. La police fidèle aux Démocrates ne se battra pas pour maintenir l'ordre public. Les forces de la Garde nationale ne suffiront qu'à maintenir l'ordre dans les États où la population est majoritairement blanche. Les Blancs vont fuir vers eux les États à population majoritairement noire. L'armée refusera de participer aux batailles de la guerre civile, car elle compte une forte proportion de soldats "noirs" et "de couleur".

 

À la suite d'une longue guerre civile, les États-Unis vont se diviser en trois groupes d'États : les États à population blanche, les États à population noire et les États à population espagnole.

 

Le WASP dans les États qu'il contrôle établira un régime de gouvernement "brun" et retirera certains territoires aux États dont la population est majoritairement noire et de couleur. Des bantoustans seront établis dans les territoires restants. La politique de ségrégation latente aux États-Unis sera ouverte.

 

Au cours de la guerre civile, un marché national unique sera détruit et le volume de la production matérielle diminuera de moitié. Le chômage augmentera fortement. Les recettes fiscales du budget fédéral seront réduites. En conséquence, l'État ne sera pas en mesure de remplir ses obligations sociales, ni de couvrir les coûts du maintien de l'appareil interne de répression et de l'armée. L'effondrement aura lieu d'ici la fin de 2021.

 

En raison de l'affaiblissement du potentiel de puissance, il sera difficile pour les États-Unis de mettre en œuvre le projet d'exploitation financière d'autres pays par l'émission de dollars et de crédits en dollars. Les centres régionaux achèveront leurs propres systèmes de paiement, de crédit et financiers d'ici à la fin 2021 et réduiront considérablement l'utilisation des dollars. Cela affaiblira encore davantage le volet recettes du budget américain et obligera les Américains à réduire leur niveau de vie, ce qui augmentera les divisions sociales et ethniques dans la société.

 

Avec les Américains, l'effondrement de la pyramide du dollar affectera les élites dirigeantes du monde. Ils seront obligés de chercher des possibilités de coopération avec la Russie et la Chine. La partie qui gagnera sera celle qui offrira de réels investissements dans les économies de ces pays.

 

Affaiblis par des problèmes internes, les États-Unis ne seront pas en mesure de maintenir le contrôle du pouvoir sur le monde entier. Elle sera contrainte de retirer ses troupes de plusieurs bases militaires étrangères. Ce sera très probablement l'Afghanistan, l'Irak, la Syrie. Les États-Unis se retrouveront sous la pression de la force sur la Corée du Nord, l'Iran, le Venezuela, Cuba. Le retrait des troupes américaines d'Europe sera accéléré.

 

L'armée américaine va se concentrer sur son ennemi le plus dangereux. C'est la Chine, qui représente la plus grande menace pour les intérêts économiques américains.

 

De lourdes sanctions économiques et politiques seront imposées à la Chine. Il est possible de refuser de rembourser ses prêts sous forme d'obligations d'État et de geler ses investissements aux États-Unis.

 

La pression économique et politique des États-Unis sur la Russie sera allégée. Les États-Unis vont essayer d'engager la Russie dans une lutte économique et de pouvoir contre la Chine, mais ils n'y parviendront pas. En fin de compte, les États-Unis n'entreront pas en guerre avec la Chine.

 

Après le retrait de la plupart des troupes américaines d'Europe, la capacité à la contrôler va s'affaiblir. L'Allemagne et la France traceront la ligne pour créer une Union de l'Europe occidentale (UEO) à partir des "vieilles" nations. Un marché commun des biens et des capitaux, des systèmes de paiement, de crédit et financiers communs basés sur l'euro resteront au sein de l'UE. Les membres de l'Union mettront en place leurs forces armées et frontalières collectives, ainsi que leurs services de police et de douane. Le ZES prendra la forme d'une confédération puis d'un État fédéral.

 

La décision de créer une ZEE ne sera pas entravée par la Grande-Bretagne, qui s'est retirée de l'UE au début de 2020. Le Royaume-Uni va même essayer de rejoindre une zone de libre-échange européenne (EUFZ), mais il ne sera pas accepté.

 

La bourgeoisie libérale d'Europe occidentale, qui a mené le processus de changement, pourra obtenir le soutien des masses et ainsi éviter le passage à une option "brune" de construction de la nation.

 

En raison de tous ces processus de désintégration, l'UE se désintégrera au début de 2022 et l'OTAN à la fin de 2022.

 

Les élites financières mondiales soutiendront ce processus, car elles conserveront une partie de la possibilité de générer des revenus dans la nouvelle configuration européenne.

 

Les "jeunes" nations européennes perdront le soutien financier des "vieilles" nations, perdront le libre accès au marché commun de l'Union européenne et prendront une position subordonnée dans les systèmes européens de paiement, de crédit et financiers. Ils perdront également le soutien de la puissance américaine, qui se concentrera sur la confrontation avec la Chine.

 

Les "jeunes" nations d'Europe de l'Est vont essayer de créer une Union européenne de l'Est (CEE), mais en raison des contradictions entre les participants potentiels, cette tentative va échouer. Certaines des "jeunes" nations sont orientées vers la CEE, tandis que d'autres sont orientées vers la Russie.

 

Le premier et le second groupe de pays post-soviétiques seront contraints d'abandonner le projet de construction nationale "brun". Une bourgeoisie libérale y prendra le pouvoir.

 

Afin d'accélérer la désintégration de l'UE, la Russie va s'engager dans la signature d'un traité de paix avec l'Allemagne. Cela permettra à l'Allemagne d'acquérir de la subjectivité dans l'Union européenne et de mener à bien sa reconstruction avec la France.  La Russie soutiendra également la création d'une AUE. En contrepartie, l'Allemagne et la France n'interviendront pas dans les conflits ethniques en Ukraine ou dans les États baltes. La Russie donnera à l'Allemagne la liberté d'action contre les Sudètes, la Silésie et la Poméranie qui lui ont été annexées après la guerre. Dans la version minimale, l'Allemagne exigera de la République tchèque, de la Slovaquie et de la Pologne une compensation pour les dommages causés aux citoyens allemands déportés après la guerre. Dans le cas maximum, l'Allemagne rendra ses territoires orientaux annexés après la guerre. Ils font partie de la Prusse occidentale, de la Silésie, de la Poméranie orientale, du Brandebourg oriental, de l'ancienne ville libre de Dantzig ainsi que du district de Szczecin. Le statut de la Prusse orientale - l'actuelle région de Kaliningrad de la Fédération de Russie - restera inchangé.

 

En réponse à la modification des frontières occidentales, il sera proposé à la Pologne de restituer les terres occidentales de l'Ukraine - la Galice et la Volyn. Le Belarus préservera ses terres en fusionnant avec la Russie en un seul État.

 

La Hongrie se joindra à la partition de l'Ukraine, qui voudra récupérer la Transcarpathie. La prochaine étape sera le rejet par la Pologne de Vilnius et de la région de Vilnius de la Lituanie. L'Allemagne va reconquérir la région de Memel.

 

La Russie ne soutiendra pas l'intégrité territoriale de l'Ukraine, car elle poursuit une politique anti-russe. Suite à l'implication de l'Allemagne dans le conflit avec la Pologne, de la Pologne et de la Hongrie dans le conflit avec l'Ukraine, de la Pologne dans le conflit avec la Lituanie, la Russie soutiendra les Russes vivant dans les territoires en conflit afin de protéger leur droit à préserver la vie et leur identité ethnique. Nous parlons de la reconnaissance de la DPR et de la LPR, ainsi que de leur retrait d'Ukraine par les régions d'Odessa, Nikolaev, Kherson, Zaporozhye, Kharkov et Dnipropetrovsk et de leur réunification avec la Russie.

 

Le conflit décrit en Europe ne sera terminé qu'en 2025. Les Etats-Unis n'auront pas de part significative dans leur résolution, engagés dans la lutte contre la Chine.

 

La mise en œuvre des événements selon le scénario optimiste permettra d'éviter une nouvelle "croisade" des pays d'Europe continentale initiée par les Anglo-Saxons contre la Russie. C'est une chance d'éviter la troisième guerre mondiale.

 

* * *

 

Cette prévision est mise en œuvre à condition que la Russie maintienne le cap politique intérieur et extérieur qu'elle a choisi en 2000.

 

 

Alexandre Gaponenko

 

Alexandre Vladimirovich Gaponenko (né en 1954) - président de la branche balte du club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* Ndt: WASP: White Anglo-Saxon Protestant.

Alexandre Gaponenko : Prévision de croissance des menaces "brunes" dans le monde et en Europe pour la Russie (Club d'Izborsk, août 2020)
Lire la suite