Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste
Articles récents
Lire la suite

Pierre-Olivier Combelles: Journal de bord du Lac Robertson (1992)

4 Juillet 2021 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Canada, #Québec, #Environnement, #Exploration, #Nature, #Voyage

Pierre-Olivier Combelles: Journal de bord du Lac Robertson (1992)
Rassemblement des Montagnais au Lac Robertson en octobre 1992, pour protester contre le projet de barrage d'Hydro Québec. Les tentes ont été installées dans la forêt, au bord du lac, pour plusieurs semaines. La neige ne va pas tarder à arriver. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Rassemblement des Montagnais au Lac Robertson en octobre 1992, pour protester contre le projet de barrage d'Hydro Québec. Les tentes ont été installées dans la forêt, au bord du lac, pour plusieurs semaines. La neige ne va pas tarder à arriver. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Pierre-Olivier Combelles: Journal de bord du Lac Robertson (1992)
Lire la suite

Râmakrishna: Comment voir Dieu

3 Juillet 2021 , Rédigé par शिव के चिन्ह की तरह लाल और सफेद Publié dans #Asie, #Religion, #Râmakrishna

Les Entretiens de Râmakrishna, recueillis par son disciple "M" (Mahendranath Gupta). Traduits sur l'original bengali par Charles Maix. Patrimoines Hindouisme, Les Editions du Cerf, Paris, 1996.

Les Entretiens de Râmakrishna, recueillis par son disciple "M" (Mahendranath Gupta). Traduits sur l'original bengali par Charles Maix. Patrimoines Hindouisme, Les Editions du Cerf, Paris, 1996.

Lire la suite

Leonid Ivashov: Poutine et la Russie : ligne indirecte (Partyadela, 01.07.2021)

2 Juillet 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Guerre, #Politique, #Russie

Leonid Ivashov: Poutine et la Russie : ligne indirecte  (Partyadela, 01.07.2021)

Leonid Ivashov: Poutine et la Russie : ligne indirecte

 

01.07.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13727/

 

 

 

Le 30 juin, juste à la veille d'une nouvelle hausse des prix, et pas seulement pour le logement et les services publics, le président russe Vladimir Poutine s'est adressé à la Russie.

 

La conversation a duré environ quatre heures, le président répondant à 69 questions. Quelques observations et conclusions sur les traces de pas chaudes. Et la première chose qui a frappé les esprits, c'est le changement de format et de contenu de la communication avec les citoyens : il n'y a plus de Peskov agaçant, et les nouveaux présentateurs agissent de manière professionnelle, sans bureaucratie, humaine. De plus, il y avait des volontaires intelligents comme assistants. Pour eux, le personnage principal n'était pas le président, mais les gens et les problèmes qui les préoccupaient. Naturellement, la conversation a été plus ouverte qu'auparavant, un certain nombre de questions pour Poutine étaient inattendues. Et une autre question, à mon avis importante - les femmes dominées d'un côté (du côté du président) et de l'autre (le peuple). Avec habileté et sans chichi, ils ont organisé et mené la ligne directe, et l'ont structurée de telle sorte qu'elle a mis en lumière les problèmes dans pratiquement tous les domaines de la vie dans la Russie d'aujourd'hui. Et les représentants des régions et des différents milieux qui se sont adressés au président ont soulevé des questions qui concernent tous ou presque tous les citoyens de Russie. Ce sont les caractéristiques de la ligne directe du 30 juin.

 

Et maintenant sur la nature substantielle de la communication du Président avec le peuple. Le choix de la date de la ligne directe n'est pas fortuit : la période des vacances est à venir, suivie des élections législatives, et à partir du 1er juillet, le coût de la vie en Russie augmentera sensiblement. "Russie Unie" et les partis de l'opposition "systémique" semblent perdre leur électorat, et le vote du 19 septembre pourrait réserver quelques surprises. Le 30 juin est, peut-être, un succès sur toute la ligne. Pour le président et pour le pouvoir dans son ensemble. Mais, néanmoins, l'état de crise des sphères les plus importantes de la vie de toutes les catégories de citoyens, dans toutes les régions de la Russie, en commençant par la fraude contre les vétérans de guerre et les retraités, le manque de réseau routier, le déclin des moyennes et petites entreprises, la pauvreté croissante de la population, l'augmentation annuelle des incendies, des inondations, l'effondrement des logements délabrés, le manque d'écoles, les problèmes d'ordures et en terminant par les problèmes de défense et l'isolement international actuel de la Russie, a été souligné. Les citoyens n'ont pas non plus ignoré les questions sportives - l'échec de l'équipe de hockey et le football russe. Et c'est Poutine, avec pathos et enthousiasme, qui a annoncé que les Jeux olympiques d'hiver de Sotchi et la Coupe du monde de la FIFA élèveront nos équipes de sports d'hiver et d'été à l'Olympe même du monde sportif. Ainsi, les folles dépenses pour ces événements seront justifiées par le développement de la culture physique universelle, la santé de la nation et les victoires. Et les gens lui ont rappelé ses promesses. Poutine ne s'attendait apparemment pas à une telle tournure des événements, aussi tordu soit-il, mais il est difficile de dire s'il s'est rendu compte de sa culpabilité pour tout ce qui se passait. Ses réponses ont révélé ce qui suit :

 

Il n'y a rien eu sur les réalisations, ni dans les questions, ni dans les réponses, à l'exception de la publicité incessante de Poutine pour le vaccin russe "Sputnik-V". En outre, manifestement sans s'en rendre compte, le président a séparé les autorités supérieures et les structures oligarchiques qui leur sont rattachées des régions (c'est comme un autre monde), et ces dernières des autorités locales, tandis qu'il a séparé toutes les autorités et les organes de gouvernance de l'ensemble de la population de la Fédération de Russie. Il n'y a pas de système intégral.

 

Naturellement, il n'a pas rappelé l'article 3 de la Constitution de la Fédération de Russie : "Le porteur de la souveraineté et l'unique source du pouvoir dans la Fédération de Russie est son peuple multinational", ce qui signifie la sujétion suprême du peuple par rapport à tout le reste. De plus, il n'a pas cité la phrase selon laquelle le peuple exerce directement son pouvoir. Le peuple du 30 juin 2021, ainsi que de toutes les années "libérales - démocratiques", a agi comme le pétitionnaire pitoyable, mais en aucun cas comme le sujet de l'autorité. Les femmes apparaissaient plus ou moins comme les protectrices de leur famille et de leurs intérêts sociaux, les hommes étaient en nette minorité, et ils apparaissaient comme le "sexe faible". Poutine a tenté de manœuvrer son image et sa position. Soit il se montre solidaire du peuple, comme dans le cas de la fraude contre les anciens combattants ("salauds"), soit il justifie ou couvre les gouvernants, soit il protège toute l'arène du pouvoir ("la situation de l'écologie est objective" ; le métro de Tcheliabinsk, construit depuis l'époque soviétique, est en train d'être construit par un autre fonctionnaire ; le problème des ordures est une référence à la période soviétique (personne en URSS n'est impliqué dans le problème des ordures) ; "c'est comme ça que ça se passe partout dans le monde", et ainsi de suite).

 

Et bien sûr, comme d'habitude dans le passé, personne n'a entendu de la part du président une stratégie pour le développement de la Russie et les programmes sectoriels et régionaux, le chef de l'État a ignoré les priorités dans le domaine de la culture, de la science et de l'éducation (à l'exception de la construction et de la réparation de plusieurs centaines d'écoles), et la corruption systémique et endémique. Tout se résumait à rafistoler le berceau. Il ne faut donc pas s'attendre à un changement de cap. Il n'a pas non plus condamné le coup d'éclat de Gref lors du récent Forum économique international de Saint-Pétersbourg, la politique d'agglomération de Khusnulin ou d'autres administrateurs et oligarques poutinistes. Mais il s'est montré très critique à l'égard de la situation en Ukraine : il s'avère que des personnes y sont injustement emprisonnées, menottées et enchaînées, assignées à résidence, et, en général, le gouvernement d'"Azalea" est russophobe et malhonnête. Les États-Unis et l'Europe ne se portent pas bien, notamment en matière de droits de l'homme.

 

Pas tant que ça en Russie.

 

Naturellement, le Président a abordé l'économie, en particulier il a répondu aux questions sur les prix, les routes, la gazéification, l'écologie, alors que le gaz n'est pas livré et ainsi de suite. Et les habitants ont montré des choses terribles : un mélange sale coulant des robinets d'eau potable, des rivières à la place des routes, des listes de prix de magasins où les carottes sont une fois et demie plus chères que les bananes d'Afrique, des factures astronomiques pour les services communaux dans les nouvelles maisons. Et voici la même approche - confuse, non spécifique : l'argent est gaspillé, mais nous allons en allouer davantage ; les augmentations de prix sont néanmoins inférieures à l'inflation ; c'est le cas partout, c'est le marché ; les routes sont divisées en trois catégories : fédérales, régionales et locales ; les routes fédérales sont bonnes, nous devons resserrer les autres, et ainsi de suite.

 

Je voudrais accorder une attention particulière à la question de la sécurité de la Russie. Le Président a abordé ce sujet en réponse à la question pertinente. Dieu merci, il n'y a pas eu de vantardise antérieure sur nos défenses cristallines, les meilleurs (à tout moment) missiles, avions et autres armements du monde. Mais, néanmoins, quelques phrases fortes ont été prononcées. Tout d'abord, concernant l'invasion des eaux territoriales russes par un destroyer britannique, les Britanniques, les Américains et l'OTAN sont tous coupables. Qu'il en soit ainsi, mais la phrase selon laquelle nous pouvons et devons couler les intrus, m'a rendu prudent. Après tout, tout coup porté à un navire de l'OTAN (et de surcroît anglo-saxon) sera suivi d'une inévitable frappe de représailles. Et aujourd'hui, 32 pays, dont le Japon et la Corée du Sud, effectuent des exercices dans la zone de la mer Noire. Ils participeront dans une certaine mesure aux actions militaires et politiques contre la Russie. Oui, comme l'a dit Poutine lors d'une ligne droite, il n'y aura pas de guerre mondiale. Il a raison, il ne peut vraiment pas y avoir de guerre mondiale, car une guerre mondiale implique des groupes de forces armées des alliances des parties opposées. D'un côté, plus de 30 pays seront impliqués, mais qui rejoindra l'alliance (coalition) du côté de la Russie ? L'actuelle Fédération de Russie ne les a pas. Il ne s'agira donc pas d'une guerre mondiale, mais d'une guerre régionale pour se débarrasser de la Russie. De même, le président a souligné à plusieurs reprises que la Russie disposait des meilleurs missiles à différentes distances, tandis que les experts, qui apparaissent dans les talk-shows de différentes chaînes de télévision russes, déclarent pompeusement que les armes russes sont invincibles et affirment que l'Amérique est désespérément à la traîne, oubliant de souligner que tous les nouveaux développements en matière de missiles ne sont efficaces que s'ils impliquent des têtes nucléaires à haut rendement. Leur efficacité est réduite à un seul obus d'artillerie dans une configuration conventionnelle. Parce qu'il ne peut y avoir de guerre nucléaire, c'est certain. C'est pourquoi pendant de nombreuses années, depuis 2003, les États-Unis n'ont pas développé d'armes nucléaires stratégiques et n'envoient des bombardiers stratégiques obsolètes à nos frontières que pour nous empêcher de dépenser de l'argent pour des Yars, des Poseidons, des Topols, etc. Compte tenu de leur inutilité.

 

Dans l'ensemble, la "ligne directe" du président de la Fédération de Russie m'a semblé n'être qu'une autre opération de propagande visant à maintenir au pouvoir le clan libéral-oligarchique actuel, une tentative de reporter pour un temps la catastrophe de la Russie et la sienne propre. Pas plus que ça.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Mircea Eliade: Le sens du labyrinthe

1 Juillet 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #France, #Lettres, #Philosophie, #Religion, #Mircea Éliade

- Claude Henri-Rocquet: Vous avez souvent comparé la vie, votre vie, à un labyrinthe. Que diriez-vous aujourd'hui du sens de ce labyrinthe ?

- Mircea Eliade: Un labyrinthe, c'est la défense parfois magique d'un centre, d'une richesse, d'une signification. Y pénétrer peut être un rituel initiatique, comme on le voit dans le mythe de Thésée. Ce symbolisme est le modèle de toute existence qui, à travers nombre d'épreuves, s'avance vers son propre centre, vers soi-même, l'Atman, pour employer un terme indien... Plusieurs fois, j'ai eu conscience de sortir d'un labyrinthe, ou de trouver le fil. Je m'étais senti désespéré, oppressé, égaré... Je ne m'étais pas dit, bien sûr: "Je suis perdu dans le labyrinthe", mais, à la fin, j'ai bien eu le sentiment d'être sorti victorieux d'un labyrinthe. Cette expérience, chacun l'a connue. Mais il faut dire encore que la vie n'est pas faite  d'un seul labyrinthe: l'épreuve se renouvelle.

Mircea Eliade, L'épreuve du labyrinthe, Entretiens avec Claude-Henri Rocquet. Editions du Rocher, 2006.

Lire la suite

Les experts du CDC ne sont pas d'accord avec Pfizer sur les rappels du COVID, ce qui menace le flux de revenus de plusieurs milliards de dollars du géant pharmaceutique (Megan Redshaw/Children's Health Defense, 1er juillet 2021)

1 Juillet 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus, #USA

Les experts du CDC ne sont pas d'accord avec Pfizer sur les rappels du COVID, ce qui menace le flux de revenus de plusieurs milliards de dollars du géant pharmaceutique (Megan Redshaw/Children's Health Defense, 1er juillet 2021)

Les experts du CDC ne sont pas d'accord avec Pfizer sur les rappels du COVID, ce qui menace le flux de revenus de plusieurs milliards de dollars du géant pharmaceutique.

Le comité consultatif du CDC a déclaré qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves pour recommander des injections de rappel, alors que Pfizer rassure les investisseurs en leur disant que les rappels seront nécessaires longtemps après la fin de la pandémie, dans le but de sécuriser son flux de revenus de plusieurs milliards de dollars.

Par 
Megan Redshaw

https://childrenshealthdefense.org/defender/cdc-experts-disagree-pfizer-covid-boosters/?utm_source=salsa&eType=EmailBlastContent&eId=9542b830-6088-4362-944d-f9c81161d32b

Alors que Pfizer prévoit de maintenir sa source de revenus d'un milliard de dollars - en assurant aux investisseurs que les rappels annuels de COVID seront nécessaires longtemps après la fin de la pandémie - un groupe de scientifiques des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) a déclaré qu'il n'y avait pas suffisamment de données pour recommander les rappels de COVID à la population générale.

Le groupe de travail COVID-19 du Comité consultatif sur les pratiques de vaccination (ACIP) des CDC a déclaré le 23 juin qu'il ne recommanderait des injections de rappel que s'il y a une baisse démontrée de l'efficacité - et pas seulement une diminution de la réponse des anticorps.

Les rappels pourraient également être recommandés s'il existe une variante capable d'échapper aux vaccins, selon les diapositives présentées par Sara Oliver, M.D., épidémiologiste médicale au Centre national des maladies immunitaires et respiratoires du CDC.

À l'heure actuelle, rien ne permet de penser qu'un rappel est nécessaire, ont déclaré les experts. À l'avenir, les rappels pourraient être appropriés pour des groupes à risque particuliers, notamment les personnes âgées et les transplantés. Pour être sûrs, les principaux responsables de la santé publique du pays ont déclaré qu'ils continueraient à surveiller la situation.

"Je suis d'accord avec l'interprétation du groupe de travail dans le sens où il n'y a pas de données permettant de recommander des rappels à l'heure actuelle", a déclaré le Dr Sharon Frey, membre de l'ACIP et directrice clinique du Center for Vaccine Development de la Saint Louis University Medical School. "Il n'y a aucune preuve contre le déclin de la protection à l'heure actuelle".

(...)
Le vaccin COVID de Pfizer est déjà le deuxième médicament générant le plus de revenus au monde, avec une prévision de revenus de 26 milliards de dollars pour la seule année 2021 - soit une augmentation de 70 % des bénéfices initialement prévus.

(...)

Suite de l'article original ici:

https://childrenshealthdefense.org/defender/cdc-experts-disagree-pfizer-covid-boosters/?utm_source=salsa&eType=EmailBlastContent&eId=9542b830-6088-4362-944d-f9c81161d32b

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Les experts du CDC ne sont pas d'accord avec Pfizer sur les rappels du COVID, ce qui menace le flux de revenus de plusieurs milliards de dollars du géant pharmaceutique (Megan Redshaw/Children's Health Defense, 1er juillet 2021)
Lire la suite

Naomi Wolf : Nous avons atteint la dixième étape des dix étapes vers le fascisme (Children's Health Defense, 3 mai 2021)

1 Juillet 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Naomi Wolf, #Children's Health Defense, #Guerre, #Opération Coronavirus, #Politique, #Bill Gates, #Société, #USA

03/05/21

 

Naomi Wolf : Nous avons atteint l'étape 10 des 10 étapes vers le fascisme.

 

https://childrenshealthdefense.org/defender/naomi-wolf-steps-to-fascism/

 

Dans son livre de 2008, "End of America", Naomi Wolf décrit les 10 étapes que les personnes au pouvoir utilisent pour fermer les démocraties. Malheureusement, écrit-elle aujourd'hui, alors que les gouvernements utilisent la pandémie pour justifier la suppression des droits civiques, l'Amérique est maintenant dans les affres de "l'étape dix".

 

Par Naomi Wolf

 

 

En 2008, j'ai écrit un livre intitulé "La fin de l'Amérique : Lettre d'avertissement à un jeune patriote". En me fondant sur mon étude des démocraties en voie de disparition dans l'histoire du XXe siècle, j'y avertissais que l'Amérique devait se méfier d'un glissement trop possible vers le totalitarisme.

 

J'avertissais que les tyrans en puissance, qu'ils soient de gauche ou de droite, utilisent toujours une carte pour fermer les démocraties, et qu'ils suivent toujours les mêmes dix étapes.

 

Qu'il s'agisse d'"invoquer une menace externe ou interne", de "développer une force paramilitaire", de "restreindre la presse" ou de l'étape finale, "renverser l'État de droit", ces étapes sont toujours reconnaissables - et elles servent toujours à écraser les démocraties et à établir des tyrannies. À l'époque où j'ai écrit ce livre, la "menace mondiale" du terrorisme était le spectre que les pouvoirs invoquaient pour s'attaquer à nos libertés.

 

Le livre a été largement lu et discuté, tant au moment de sa publication qu'au cours des douze dernières années. Au cours de la dernière décennie, les gens me demandaient régulièrement si et quand nous avions atteint la "dixième étape".

 

Nous - ma courageuse éditrice, Chelsea Green, et moi-même - diffusons gratuitement des vidéos de moi lisant le premier et le dernier chapitre (voir les vidéos ci-dessous) de "The End of America" maintenant, en 2021. Et j'appelle la suite de ce livre, que je suis en train d'écrire, "Step Ten" - parce qu'en mars de l'année dernière, nous avons effectivement, je suis triste de le dire, atteint et commencé à habiter "Step Ten" des 10 étapes du fascisme.

 

Bien qu'en 2008, je n'aie pas explicitement prévu qu'une pandémie médicale serait le moyen de faire passer le monde entier à l'étape dix, j'ai à plusieurs reprises mis en garde contre les dangers des crises médicales en tant que moyens que la tyrannie peut exploiter pour justifier la suppression des droits civils.

 

Aujourd'hui, une crise médicale très médiatisée a pris le rôle d'être utilisée comme un prétexte pour nous priver tous des libertés fondamentales, que les craintes du terrorisme n'ont pas réussi à atteindre, malgré 20 ans d'efforts.

 

En 2015, j'ai été largement moquée dans les médias grand public pour avoir mis en garde contre l'hystérie qui accompagnait les reportages sur Ebola, et j'ai alors mis en garde contre le fait que les maladies infectieuses pouvaient servir de justification pour inaugurer la suppression des libertés, toujours sous couvert de mesures d'urgence.

 

En 2020, j'ai montré dans mon livre "Outrages : Sex, Censorship and the Criminalization of Love", comment les épidémies de maladies infectieuses, comme le choléra et le typhus, avaient été exploitées au XIXe siècle par l'État britannique pour écraser les libertés et envahir la vie privée des gens. J'ai expliqué comment les premiers mouvements anti-vaccination sont apparus parmi les parents britanniques à l'époque victorienne.

 

Ce livre a été initialement annulé, et son message d'avertissement continue d'être attaqué. Mais ce livre, lui aussi, était prémonitoire : Au début du mois de mars 2020, bien sûr, une pandémie mondiale a été annoncée - COVID-19.

 

Dans le sillage immédiat de l'annonce et de la narrativisation de cette pandémie, la plupart des éléments d'un totalitarisme verrouillé à 360 degrés ont été mis en place dans la plupart des pays occidentaux, y compris dans ce qui avait été de solides démocraties. Tout cela s'est passé très rapidement et de manière globale.

 

Aux États-Unis, nous avons maintenant :

 

1- Des mesures d'urgence dans de nombreux États, qui suspendent les procédures légales. C'est la marque d'un état policier. COVID-19 est invoqué comme la raison de l'introduction des lois d'urgence - mais il n'y a pas de point final pour la levée de ces lois d'urgence.

 

2- Les fermetures d'écoles, qui rompent le contrat social avec la prochaine génération.

 

3- Les projets de loi adoptés pour les "passeports vaccinaux", qui contournent le quatrième amendement de la Constitution en permettant au gouvernement et aux grandes entreprises technologiques de s'immiscer dans la vie privée des médecins et de créer un État de surveillance numérique complet. (En effet, le fait que les actions des entreprises technologiques aient augmenté de 27 % chaque trimestre de la pandémie montre l'un des moteurs de cette guerre contre l'humain : chaque minute que les êtres humains passent dans une salle de classe, au pub, au restaurant, à l'église ou à la synagogue, est un temps pendant lequel les entreprises technologiques perdent de l'argent en étant incapables de récolter ces données. Les politiques de COVID-19 menées par "COVID-19 Response" - en fait, par les entreprises de Big Tech - garantissent que les humains ne sont pas autorisés à se connecter, sauf via des plateformes numériques. La raison en est le profit ainsi que le contrôle social).

 

4- Fermetures forcées d'entreprises. En intervenant directement dans l'économie et en permettant à certaines entreprises de prospérer (Amazon, Walmart, Target) au détriment des petites entreprises, des commerces de la rue principale, des restaurants et des entreprises individuelles en général, l'État a fusionné le gouvernement et les entreprises d'une manière qui est caractéristique du fascisme italien et du communisme chinois moderne.

 

5- Restrictions sur les rassemblements. Certains États, comme la Californie, infligent des amendes aux personnes qui voient leurs amis chez elles, et interdisent aux enfants d'avoir des rendez-vous de jeu avec leurs amis. Le Massachusetts a restreint les rassemblements de plus de 10 personnes à la fois, obligeant les synagogues et les églises à rester fermées, en dépit d'un arrêt de la Cour suprême interdisant aux États de forcer les églises à fermer. Les parcs, les terrains de jeux et les plages ont été fermés. Dans des pays comme la Grande-Bretagne, les gens sont condamnés à une amende s'ils quittent leur domicile pour faire plus d'une heure d'exercice par jour.

 

6- On oblige les gens à se couvrir le visage. Dans le Massachusetts, les gens doivent payer une amende s'ils ne portent pas de masque à l'extérieur - même les enfants de 5 ans sont obligés de le faire par la loi. Là encore, ce mandat n'a pas été étayé par des études évaluées par des pairs montrant une nécessité médicale. Et aucun point final n'a été proposé pour ces extraordinaires violations de la liberté individuelle.

 

7- Suppression de la liberté d'expression. Les grandes entreprises technologiques censurent les critiques de la politique du COVID-19 et de la politique vaccinale, ainsi que les opinions qui se situent à droite du spectre politique. L'incitation, un mot qui a une longue histoire au XXème siècle pour fermer la liberté d'expression, a été militarisé par la gauche pour fermer les libertés d'expression du premier amendement. Dans d'autres formes de censure et de gestion de la parole et du débat public, des magnats comme Bill Gates ont financé les principaux organes de presse, avec des millions de dollars destinés à "l'éducation au COVID-19". En conséquence, les voix dissidentes sont marginalisées et humiliées, voire menacées de poursuites judiciaires ou de pertes d'emploi.

 

8- La science est détournée dans l'intérêt du "biofascisme". En finançant massivement des commentateurs scientifiques tels que le Dr Fauci aux Etats-Unis, l'Imperial College et SAGE au Royaume-Uni et le Dr Christian Drosten en Allemagne, un ensemble dominant de politiques et de déclarations sur le COVID-19 qui profitent à un petit groupe de mauvais acteurs - notamment les intérêts technologiques et pharmaceutiques, agissant de concert avec les gouvernements - ont construit une armée de partisans sûrs et crédibles. Mais lorsque d'autres scientifiques ou institutions cherchent le débat ou la transparence, ils sont menacés de perdre leur emploi ou leur réputation est attaquée, comme dans le cas du Dr Simon Goddeke des Pays-Bas, à qui son université a demandé de se taire lorsqu'il a contesté les protocoles défectueux du test PCR COVID-19.

 

9- Les données sont détournées pour servir les intérêts de ce biofascisme. Cette manipulation de la vérité, que j'ai annoncée dans "La fin de l'Amérique", est typique des censeurs soviétiques. Les plateformes COVID-19 telles que le COVID Tracking Project et l'Université Johns Hopkins, financées par des technocrates tels que Michael Bloomberg, servent des données COVID-19 invérifiables qui affectent directement les marchés boursiers. Encore une fois, si cette fusion anti-américaine des intérêts des entreprises et de la politique publique rappelle le fascisme italien, la tournure que prend la présentation des données numériques et sa relation avec le marché boursier est bien celle du 21e siècle.

 

10- Attaques contre les minorités religieuses. La communauté juive orthodoxe de Brooklyn et les églises chrétiennes de Californie ont été pointées du doigt pour être punies si elles ne suivent pas les règles du COVID-19 - un ciblage de la religion qui est caractéristique des politiques communistes de gauche, notamment en Chine.

 

11- Des politiques qui affaiblissent les liens entre les êtres humains et affaiblissent la famille sont introduites et contrôlées. C'est l'évolution la plus grave de toutes.

 

Le nouveau biofascisme, très animé par les dirigeants de Big Tech, est une guerre contre les êtres humains et les qualités qui nous rendent humains.

 

Les masques brisent la capacité des êtres humains à se lier face à face et à apprécier le contact humain, les sourires et les plaisanteries. Les masques réduisent l'efficacité de la "technologie" humaine, essentiellement en nous empêchant de "lire" les autres et de capter les signaux sociaux.

 

Interdire l'assemblage nous empêche de former des alliances humaines contre ces intérêts monstrueux. Interdire l'assemblage humain empêche également l'émergence de nouvelles cultures, de nouveaux héros et de nouveaux modèles économiques. Nous sommes tous coincés avec le Rolodex et les idées que nous avions en mars 2019.

 

Obliger les enfants à s'éloigner à l'école et à porter des masques garantit une génération d'Américains qui ne savent pas comment former des alliances humaines, et qui ne font pas confiance à leurs propres instincts humains. Ce sont des techniques de formation contre-révolutionnaires.

 

Transférer tout l'apprentissage sur des plates-formes d'enseignement à distance (déjà préparées) garantit que les enfants ne sauront pas comment se comporter dans un espace humain, un espace non médiatisé par la technologie.

 

De nombreuses politiques de COVID-19 semblent conçues pour garantir que les humains n'auront plus d'espace "analogique" ou de culture "analogique" - aucun moyen de se sentir à l'aise simplement en se rassemblant dans une pièce, en se touchant en tant qu'amis ou alliés, ou en se réunissant.

 

Enfin, le transfert de toutes les interactions humaines sur Zoom (qui est une vitrine pour le parti communiste chinois, puisque la Chine est propriétaire de la plateforme) n'est pas seulement un moyen de récolter toutes nos technologies, nos secrets commerciaux et notre propriété intellectuelle, c'est aussi un moyen de s'assurer que l'intimité et la connexion à l'avenir se feront en ligne et que le contact humain en face à face sera tué.

 

Pourquoi cela ? Pourquoi élaborer des politiques qui punissent, encombrent et restreignent les contacts humains dans les espaces analogiques (non surveillés, non médiatisés) ?

 

Parce que le contact humain est la grande force révolutionnaire lorsqu'il s'agit de la liberté humaine et de la résistance à cette forme de biofascisme global - le biofascisme représenté par la Nouvelle Normalité - la " Dixième Étape " médico-fasciste.

 

Maintenant, laissez-moi récapituler depuis l'année 2008, et vous lire mon introduction à "La fin de l'Amérique", ainsi que l'avertissement à la fin de ce livre. Son message n'a jamais, malheureusement, été aussi opportun. Cette fois, les menaces pour la liberté qui étaient alors justifiées par le terrorisme, se sont rhabillées sous les traits d'une pandémie médicale.

 

Mais cette fois, nous ne sommes pas seulement confrontés à une guerre contre la liberté. Cette fois, nous sommes confrontés à une guerre contre les êtres humains, et contre tout ce qui fait de nous des êtres humains.

 

Regardez Naomi Wolf lire l'introduction de "La fin de l’Amérique".

 

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

 

 

NdT: le texte original publié par CHD comporte de très nombreux liens qu'il n'a pas été possible de faire figurer dans cette traduction. Veuillez donc le consulter directement ici:

https://childrenshealthdefense.org/defender/naomi-wolf-steps-to-fascism/

 

 

Naomi Wolf : Nous avons atteint la dixième étape des dix étapes vers le fascisme (Children's Health Defense, 3 mai 2021)
Illustration d'un manuscrit persan des Chroniques de Tabari montrant Iblis refusant de se prosterner devant l'Adam nouvellement créé. Abū Jaʿfar Muḥammad ibn Jarīr al-Ṭabarī (839–923). Painting from a Herat manuscript of the Persian rendition by Bal'ami of the Annals/Tarikh (universal chronicle) of al-Tabari, depicting angels honoring Adam, except Iblis, who refuses. Held at the Topkapi Palace Museum Library.

Illustration d'un manuscrit persan des Chroniques de Tabari montrant Iblis refusant de se prosterner devant l'Adam nouvellement créé. Abū Jaʿfar Muḥammad ibn Jarīr al-Ṭabarī (839–923). Painting from a Herat manuscript of the Persian rendition by Bal'ami of the Annals/Tarikh (universal chronicle) of al-Tabari, depicting angels honoring Adam, except Iblis, who refuses. Held at the Topkapi Palace Museum Library.

"Où l'homme a son séjour ne sont pas enfermées les maximes de la sagesse, mais là où est le dieu".

"Le combat est le père de tout, roi de tout. Les uns, il les produit comme des dieux, les autres comme des hommes. Il rend les uns esclaves, les autres libres".

"Il faut savoir que la guerre est partout, que la lutte est justice, et que tout est en devenir par la lutte, selon l'ordre normal des choses".

Héraclite d'Éphèse

"Héraclite, fils de Blyson ou, selon d'autres, d'Héraconte, naquit à Éphèse. La LXIXe olympiade [504-501 av. N.S.J.C.] marqua son acmê" (Diogène Laërce).

 

Bien entendu, dans le projet mondialiste et millénariste qui a utilisé l'arme du Covid ("esprit malfaisant") pour accélérer brutalement le processus de transformation, il ne s'agit pas seulement de la destruction de l'Amérique, mais de tous les états et nations souverains (l'Union européenne idéologique et totalitaire qui s'est substituée à l'Europe des nations façonnée par l'histoire, joue ici le rôle de laboratoire mondial) et de tous les types de société humaines qui ont existé jusqu'à présent: couple naturel homme-femme, famille naturelle, peuple, etc.: toutes les formes de sociétés linguistiques, culturelles, politiques, religieuses, professionnelles, artistiques, sportives... la liste et infinie puisque c'est la société qui fonde et protège l'homme, depuis sa plus lointaine origine. C'est bien pourquoi ce projet mondialiste est diabolique, au sens de l'eschatologie juive, chrétienne et islamique, Iblis (le Diviseur) étant celui qui a refusé de se prosterner devant Adam créé par Dieu. Une guerre civile mondiale, totale, systématique du "Petit Peuple" contre le "Grand Peuple", Dieu et la Nature.

Ce que la haine détruit, c'est à l'amour de le recréer, et seulement l'amour. 

C'est bien le sens de l'eschatologie hindoue, bien plus ancienne et profonde et qui annonce que l'Âge de fer dans lequel nous nous trouvons, le Kali Yuga (du démon Kali, qui n'a rien à voir avec la déesse Kālī), prendra fin avec le retour de Vishnou, dieu de l'amour, sous la forme de Kalki ("Kalkinavatâra") monté sur son cheval blanc Devadatta. Kalki symbolise donc le retour à un nouvel Âge d'Or, le Satya Yuga, à la préparation duquel coopèrent tous les hommes de bonne volonté.

Le programme mondialiste n'est qu'un aspect, un épisode dramatiques de cette vaste évolution cyclique avec laquelle il ne faut pas le confondre.

P.O.C.

Sur le même sujet et sur le même blog:

https://pocombelles.over-blog.com/2021/06/les-quatre-ages-de-l-hindouisme.html

Kalki et son cheval blanc Devadatta (gravure indienne, 1790).

Kalki et son cheval blanc Devadatta (gravure indienne, 1790).

Lire la suite

La commercialisation à outrance des vaccins et des passeports COVID met en lumière la phrase de George Orwell "La liberté, c'est de l’esclavage" (Children’s Health Defense, 1er juillet 2021)

1 Juillet 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Children's Health Defense, #Opération Coronavirus, #Politique, #Société

La commercialisation à outrance des vaccins et des passeports COVID met en lumière la phrase de George Orwell "La liberté, c'est de l’esclavage" (Children’s Health Defense, 1er juillet 2021)

La commercialisation à outrance des vaccins et des passeports COVID met en lumière la phrase de George Orwell "La liberté, c'est de l’esclavage".

 

Les "passeports" pour les vaccins mis en place par l'Union européenne et l'Australie, ainsi que par certains États et entreprises des États-Unis, sont l'un des instruments les plus alarmants qui font progresser "le cœur et l'âme de la technocratie et de la dictature scientifique ».

 

Par l’équipe de Children’s Health Defense

 

1er juillet 2021

 

https://childrenshealthdefense.org/defender/covid-vaccine-passports-marketing-technocracy-scientific-dictatorship/

 

 

 

Comme cela doit être de plus en plus évident pour quiconque est capable de creuser sous le déversement quotidien de propagande orwellienne des médias, les changements à l'échelle de la planète induits par la crise du COVID, qui tombe à point nommé, ont étonnamment peu à voir avec la santé. Facilitée par les grandes technologies, l'armée, les systèmes d'exploitation injectables des grandes entreprises pharmaceutiques et d'autres outils du "biofascisme", la prise de contrôle orchestrée par les banquiers centraux privés et leurs partenaires technocrates ne représente rien de moins qu'un contournement complet de la liberté humaine.

 

Les soi-disant "passeports" ou "certificats" vaccinaux, mis en place par l'Union européenne et l'Australie, ainsi que par certains États et entreprises des États-Unis, sont l'un des instruments les plus alarmants de ce programme tyrannique de centralisation et de contrôle. L'auteur Naomi Wolf, qui ne mâche pas ses mots, affirme que ces "passeports", s'ils deviennent la norme, pourraient déclencher "la fin de la société civile" et "littéralement la fin de la liberté humaine en Occident".

 

Pourquoi une telle pression est-elle exercée pour que les voyages et le commerce soient subordonnés aux passeports vaccinaux ? Une réponse importante, bien comprise par Wolf en tant que PDG d'une entreprise technologique, est "l'intelligence de localisation" - ce que l'expert en technocratie Patrick Wood appelle "le cœur et l'âme de la technocratie et de la dictature scientifique". Sans ironie, les champions des données de localisation rhapsodisent que ces données sont "un moyen puissant de relier les gens au lieu, les transactions aux actions, les réponses aux tendances, et les clients à l'endroit où ils font des affaires et au type d'affaires qu'ils font" - facilitant finalement la "transformation numérique de la société dans son ensemble."

 

Moins joyeusement, les technocrates comprennent, même si le grand public ne le fait pas, que les données de localisation permettent un contrôle aux niveaux les plus granulaires et fournissent "une plateforme pour comprendre ce qui se passe à toutes les échelles." Ce point a été illustré de manière inquiétante dans une étude publiée le 21 juin dans le JAMA Internal Medicine, qui dénonce essentiellement les "petits rassemblements sociaux informels", affirmant que les fêtes d'anniversaire des enfants sont des foyers potentiels de transmission du SRAS-CoV-2.

 

Cette volonté de la part des fantassins de la technocratie d'être des rabat-joie - littéralement - serait stupide si ce n'était le message funeste de l'étude, qui confirme les préoccupations de Wolf selon lesquelles nous ne sommes pas seulement dans une bataille pour la liberté mais dans "une guerre contre les êtres humains et les qualités qui nous rendent humains".

 

Interdiction de s'amuser

 

Sur sa page web consacrée aux "petits rassemblements", mise à jour le 6 mai, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) abordent le thème des réunions sociales en famille et entre amis, "comme les petites fêtes de fin d'année, les dîners de famille et les petites célébrations spéciales". Pour rendre ces événements "plus sûrs", les CDC conseillent aux hôtes et aux participants de limiter le nombre d'invités, de porter un masque "à deux couches ou plus... à l'intérieur et à l'extérieur, sauf lorsqu'ils mangent ou boivent", de garder une distance sociale, d'éviter les poignées de main et les embrassades, de fournir sa propre nourriture et sa propre vaisselle - et (en excluant les chansons "Happy Birthday") d'éviter les acclamations ou les chants forts. Mieux encore, selon le CDC, organisez simplement une réunion virtuelle !

 

L'étude du JAMA sur les fêtes d'anniversaire vient utilement renforcer les sombres conseils des CDC. Menée par des chercheurs du secteur privé de la RAND Corporation, de Harvard et de la société Castlight Health, spécialisée dans la "navigation dans les soins de santé", l'étude a porté sur les ménages assurés par le secteur privé dont les membres avaient ou non fêté leur anniversaire au cours des deux semaines précédentes, ainsi que sur les données de prévalence du COVID-19 au niveau des comtés, mais n'a pas inclus de données sur les rassemblements sociaux réels.

Pris au pied de la lettre, on peut voir comment le message de l'étude - à savoir que les ménages de certains comtés étaient peut-être un peu plus susceptibles de recevoir un diagnostic de COVID à la suite de l'anniversaire d'un adulte ou d'un enfant - pourrait orienter les inquiets vers la solution du "rassemblement virtuel" du CDC. Cependant, il faut analyser la définition du risque donnée par l'étude. Comme c'est devenu la norme dans les déclarations sur le risque destinées à orienter les comportements liés au COVID dans une direction particulière, les chercheurs n'ont rien dit du risque absolu, même si beaucoup considèrent les statistiques sur le risque absolu comme "la manière la plus utile de présenter les résultats de la recherche pour aider... à la prise de décision".

 

Ainsi, bien que l'étude ait fait état d'une "augmentation relative" de 31 % des diagnostics de COVID "associés aux anniversaires" - un résultat qui, de plus, ne concernait que les ménages des 10 % de comtés présentant la prévalence de fond la plus élevée de COVID - l'augmentation du risque absolu (encore une fois, uniquement dans les 10 % de comtés à prévalence de fond élevée) s'élevait à une maigre augmentation de 0,086 par rapport au "taux de fond" de COVID de 0,278/100. Néanmoins, les chercheurs ont renforcé leur message antisocial en concluant que "les interventions politiques visant à limiter la transmission des maladies devraient également se concentrer sur les rassemblements informels".

 

Défendre la liberté

 

La commercialisation à outrance des injections de COVID et des passeports vaccinaux COVID en tant que billets pour la "liberté" a mis en évidence la logique inversée de George Orwell "la liberté est un esclavage". L'"appendice" de 1984 explique que si le régime totalitaire fictif de l'Océanie pouvait facilement tolérer l'utilisation du mot "libre" dans des déclarations telles que "Ce chien est exempt de poux" ou "Ce champ est exempt de mauvaises herbes", des usages tels que "politiquement libre" ou "intellectuellement libre" avaient complètement et intentionnellement disparu parce que les concepts eux-mêmes avaient été effacés.

 

La rapidité alarmante avec laquelle les États-Unis et les démocraties occidentales autrefois "robustes" ont pu mettre en œuvre "les éléments d'un totalitarisme verrouillé à 360 degrés" a été facilitée non seulement par un niveau inimaginable de coordination politique mondiale, mais aussi par la complaisance du public. La question urgente du jour est donc de savoir si les citoyens continueront à tolérer les efforts flagrants visant à trouer la mémoire de la liberté.

 

Faisant du lobbying pour les mandats et les passeports COVID aux États-Unis, l'un des derniers chouchous de la coercition vaccinale a récemment affirmé que l'administration Biden "ne devrait pas être si frileuse à propos de la vérification des vaccins", qualifiant ouvertement les mandats et la "vérification" d'outils souhaitables pour "pousser [les non-vaccinés] dans la bonne direction".

 

Et si l'on en croit la propagande des sondages Gallup, plus de la moitié des Américains sont déjà de la partie, soutenant des politiques telles que l'obligation de présenter une preuve de vaccination pour prendre l'avion ou assister à des événements sportifs ou des concerts. D'autre part, dans un sondage « non scientifique » sur le site Web de la journaliste indépendante Sharyl Attkisson, 97 % des personnes interrogées ont répondu « absolument pas ! » à la question "Êtes-vous favorable à l'exigence de "passeports vaccinaux" ?"

 

L'eau froide décourageante qui est maintenant jetée sur les fêtes d'anniversaire des enfants fait partie intégrante d'un ensemble de politiques inaugurées par le COVID qui, selon les mots de Naomi Wolf, « semblent conçues pour garantir que les humains n'auront plus d'espace "analogique" ou de culture "analogique" - aucun moyen de se sentir à l'aise simplement en se rassemblant dans une pièce, en se touchant en tant qu'amis ou alliés, ou en se réunissant. »

 

Heureusement, comme l'a noté l'écrivain Allan Stevo, les Américains « deviennent de plus en plus fermes et résolus » en matière de liberté, « disant 'Oui!' aux bonnes choses » et « disant 'Non!' aux mauvaises choses » - et c'est, selon Stevo, « exactement comme cela que les mauvais moments se transforment en bons moments. »

 

 

Traduit de l'américain par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Lire la suite

Paul Craig Roberts: Les démocrates ont prononcé un arrêt de mort pour l'Amérique blanche (30 juin 2021)

30 Juin 2021 , Rédigé par Red & White Publié dans #Paul Craig Roberts, #Politique, #Société, #USA

Paul Craig Roberts et Alexandre Hamilton, premier Secrétaire du Trésor des États-Unis d'Amérique.

Paul Craig Roberts et Alexandre Hamilton, premier Secrétaire du Trésor des États-Unis d'Amérique.

Les Démocrates ont prononcé un arrêt de mort pour l'Amérique blanche

 

30 juin 2021

 

Paul Craig Roberts

 

https://www.paulcraigroberts.org/2021/06/30/democrats-have-issued-a-death-sentence-for-white-america/

 

 

Pour la gauche, la liberté d'expression n'était qu'un moyen d'accéder au pouvoir. La gauche a revendiqué la liberté d'expression pour ses intentions subversives. Maintenant qu'elle a réussi à contrôler ce qui peut être dit, refuser la liberté d'expression au reste d'entre nous est la façon dont elle contrôle le récit.

 

Il est extraordinaire que les grandes entreprises, longtemps défendues par les conservateurs et les libertaires - les principaux groupes dont la parole est censurée et supprimée, souvent avec perte d'emploi - soient de mèche avec la gauche en utilisant la censure pour contrôler ce que les Américains entendent et pensent, et en exigeant des employés blancs qu'ils se soumettent à un endoctrinement selon lequel ils sont racistes et doivent s'effacer pour les Noirs qu'ils ont opprimés.

 

Vous pouvez voir le "pas de côté" partout - dans les admissions universitaires, les emplois, les promotions, le droit de piller et de brûler les quartiers commerciaux des villes bleues, et même dans les publicités des entreprises. Bien que les Blancs représentent encore 60 à 70 % de la population américaine, seuls des mannequins noirs sont utilisés dans les publicités d'entreprise, à moins que ces dernières n'encouragent le mariage interracial, qui est une façon d'éliminer la blancheur. Dans ces publicités, les femmes sont blanches et les hommes sont noirs. https://counter-currents.com/2018/03/the-war-against-whites-in-advertising/.

 

Il n'est certainement pas plus rentable de s'adresser aux personnes noires qu'aux personnes blanches. C'est comme si les entreprises américaines ne voulaient pas atteindre les consommateurs blancs dans leurs publicités. Les idéologies anti-blancs l'ont emporté sur la cupidité des entreprises ! Cela devrait vous effrayer à mort.

 

Il y a vingt ans, lorsque j'ai fait remarquer que l'attaque du président George W. Bush contre l'habeas corpus défiait la Constitution américaine et ramenait les Américains aux oubliettes de l'ère médiévale, les gens étaient trop concentrés sur la "menace terroriste" pour voir la vraie menace.

 

Personne ne voulait que la Constitution américaine - un "simple bout de papier" selon le président Bush - interfère avec la "guerre contre le terrorisme" et la vengeance contre les musulmans qui ont été piégés dans un faux drapeau du 11 septembre afin que le Moyen-Orient puisse être détruit pour Israël.

 

Lorsque j'ai fait remarquer que l'affirmation par le président Obama du pouvoir d'exécuter des citoyens américains sur la base de simples soupçons, sans procédure légale régulière, équivalait à un meurtre par pouvoir arbitraire, personne n'a voulu entendre de critique à l'égard du "premier président noir de l'Amérique". La critique d'Obama était considérée comme du racisme.

 

Maintenant, c'est le premier amendement qui est banni comme raciste. La liberté d'expression permet aux gens de parler des faits. Mais les faits contraires au récit idéologique sont racistes et ne peuvent être exprimés. Dans l'Amérique détruite d'aujourd'hui, les woks interdisent même l'utilisation des pronoms de genre. Si vous appelez une femme "femme" ou "elle", vous violez les codes d'expression, vous avez commis un crime de haine contre les transgenres et vous êtes un candidat à la censure et à l'annulation.

 

Et l'on dit de ce pays qu'il est "indispensable", qu'il est "la lumière du monde", qu'il est l'arbitre de la vérité et de la liberté, qu'il est l'espoir du monde alors même que la Constitution américaine, qui donnait autrefois de l'espoir au monde, est détruite.

 

Dans l'Amérique d'aujourd'hui, les Américains blancs ne bénéficient plus de la protection de la Constitution américaine. Les Américains blancs sont des oppresseurs à "éliminer" pour que les Noirs puissent échapper à l'oppression.

 

Si vous voulez voir votre avenir proche, lisez Le camp des saints*.

 

L'Amérique a échoué en tant que pays et ses habitants en tant que citoyens. Il n'y a pas de communauté, pas d'unité. Les libéraux blancs des États bleus considèrent les républicains des États rouges comme des "suprématistes blancs", des "terroristes nationaux" et des misogynes. Les libéraux blancs apprennent aux Noirs et aux "personnes de couleur" à haïr les Blancs. Les commissions scolaires bleues exigent que la théorie critique des races - une dénonciation des Blancs et de la civilisation occidentale - soit programmée pour les enfants dans les écoles publiques et les universités financées par les contribuables. Les écoles et universités privées prêchent également les méfaits de la blancheur.

 

Aujourd'hui, dans les États-Unis désunis, la principale fonction de l'enseignement public et privé est la diabolisation des Blancs et de la civilisation occidentale. Au lieu d'être enculturés, les jeunes Américains apprennent la haine de leur pays et la culpabilité d'être blanc. On leur fait un lavage de cerveau contre eux-mêmes et leur pays.

 

Les États-Unis, auxquels l'allégeance de leur population est détruite, se font passer pour une superpuissance, le pays exceptionnel dont l'hégémonie est justifiée par son exceptionnalisme.

 

Mais ce prétendu "exceptionnalisme" est démenti par le fait que les États-Unis enseignent à leurs soldats, dont la principale composante combattante est constituée d'hommes blancs, qu'ils sont des porcs racistes et misogynes qui oppriment et maltraitent les femmes et les Noirs. Si cet endoctrinement réussit, comment cette force militaire peut-elle opprimer les personnes de couleur au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Amérique latine ?

 

Si cet endoctrinement ne réussit pas, comment les anti-américains de Washington qui nous gouvernent peuvent-ils attendre d'une armée d'hommes blancs, que Washington a montré qu'elle détestait, qu'elle se batte pour Washington ?

 

La nomination d'un président noir de l'état-major interarmées est-elle suffisante ? Les espoirs des officiers de devenir major et lieutenant général, et de devenir à la retraite des consultants pour le Pentagone et les entrepreneurs de la défense sont-ils suffisants ?

 

Vont-ils tous vendre leur pays pour de l'argent ?

 

Où sont les Smedley Butler aujourd'hui ?

 

Les États-Unis, c'est la Constitution. Si la Constitution est détruite, les États-Unis sont détruits. Cette destruction est presque complète.

 

Traduit de l’américain par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

 

* NdT: Le camp des saints, roman de l’écrivain français Jean Raspail (1973).

 

 

Après la lutte des classes, la lutte des races et la lutte des sexes. Cui bono ? à qui profite le crime ?

Lire la suite

Pierre Dortiguier: Entretien avec Mezy sur le communisme et le libéralisme

30 Juin 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Philosophie, #Pierre Dortiguier, #Politique

Source: chaîne de Mezy sur youtube présentant ses passionnants entretiens avec le professeur de philosophie Pierre Dortiguier:

https://www.youtube.com/c/Mezy72/videos

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>