Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste
Articles récents

Général Leonid Ivashov: Le Kazakhstan à la croisée des chemins (Partyadela, 10.01.2022)

22 Avril 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Russie, #Kazakhstan

Général Leonid Ivashov: Le Kazakhstan à la croisée des chemins (Partyadela, 10.01.2022)

Le Kazakhstan à la croisée des chemins
10.01.2022

Par le général Leonid Ivashov

L'année 2022 a été marquée par des manifestations contre l'augmentation du prix du gaz liquéfié par le gouvernement du Kazakhstan.

Les protestations, qui semblaient initialement être des actions spontanées non organisées, ont soudainement pris une ampleur à l'échelle du Kazakhstan, devenant cohérentes en termes de temps, de nature et de lieu (villes). Le président Tokayev a immédiatement démis le gouvernement dans son ensemble, le tenant ainsi pour responsable des sentiments de protestation dans la société. L'état d'urgence a été déclaré dans deux régions du Kazakhstan. Mais la situation ne s'est pas calmée pour autant. En outre, les manifestants, mettant de côté le prix de l'essence et d'autres problèmes purement domestiques, ont commencé à formuler des revendications politiques, dont la démission du président. Des slogans contre Nazarbayev et son clan, les anciens zhuz, ont également vu le jour. Le président du Kazakhstan a imposé l'état d'urgence dans tout le pays. J'avoue que l'une des premières pensées qui m'est venue à l'esprit a été que les partisans et l'entourage de Tokayev lui-même, qui tente de se libérer de Nursultan Nazarbayev, de sa famille et de sa tutelle clanique, sont derrière ces protestations. Naturellement, personne au Kazakhstan, comme dans tout autre pays, n'aime le double pouvoir, et en règle générale, il n'est utile à personne, et d'abord aux personnes. C'est pourquoi l'une des premières décisions de Tokayev a été de démettre Nazarbayev du poste de président du Comité de sécurité nationale de la République du Kazakhstan, et en fait du poste de commandant suprême en chef de toutes les agences de sécurité, y compris des forces armées. Cela ressemble aux éléments d'un coup d'état, car le président actuel n'a pas ce droit dans son autorité. Selon la constitution actuelle du Kazakhstan, le président est le chef de l'État, son plus haut responsable, il détermine les grandes orientations de la politique intérieure et extérieure du pays et assure le fonctionnement coordonné de toutes les autorités. Le président est également le commandant en chef suprême des forces armées du pays.

Il est élu pour un mandat de 5 ans au scrutin universel et secret.

Les pouvoirs du président :

- est le commandant en chef suprême ;
- Les décrets et les ordonnances du Président ont force de loi ;
- a le pouvoir de dissoudre le parlement ;
- désigne les référendums et les élections parlementaires et convoque les sessions du Parlement ; signe les lois adoptées par le Parlement et peut les renvoyer pour réexamen ;
- nomme, avec le consentement du Parlement, le Premier ministre et, sur proposition du Premier ministre, les membres du Gouvernement
- Il nomme, avec l'accord du Parlement, le président de la Banque nationale, le procureur général et le président du Comité de sécurité nationale ;


Autrement dit, le président du Kazakhstan a presque les mêmes pouvoirs que le président de la Russie : il dirige le pays, mais n'est responsable de rien. Nazarbayev a beaucoup fait pour le nouveau Kazakhstan après l'effondrement de l'URSS, auquel il a refusé de participer. En fait, il était le plus expérimenté des dirigeants des nouveaux États indépendants, il a été capable d'organiser la construction de tous les systèmes d'une machinerie étatique complexe, il a construit une nouvelle capitale, il a donné une impulsion au développement d'une économie de marché, préservant la plupart des entreprises soviétiques. Il a également été l'initiateur de l'intégration de l'espace post-soviétique, l'auteur du projet d'Union eurasienne, et il s'est constamment efforcé d'approfondir les relations globales avec la Russie. Mais au cours des dernières années de sa présidence, il a cru en son infaillibilité et a autorisé un modèle familial et clanique de corruption dans lequel ses proches et son cercle restreint ont obtenu (saisi) des secteurs entiers très rentables de l'économie et des sphères d'influence à leur disposition, ce qui a naturellement sapé son autorité. Et la perpétuation de la mémoire du chef vivant après son départ du poste de président n'avait pas l'air raisonnable : la déclaration de père de la nation, le changement de nom de la capitale, la direction à vie du bloc de sécurité de l'État, les nombreux monuments et autres excès, ainsi que les biens immobiliers de luxe et étrangers ont joué un mauvais tour à Nazarbayev - les gens misérables sont rapidement tombés amoureux de leur Elbasy.

Les dernières années du règne de Nazarbayev ont été particulièrement mal vécues par les représentants de Minor Juz (entité tribale clanique), qui se sont sentis démunis, notamment dans le secteur du pétrole et du gaz et dans le système électrique. Les élites du Juz moyen sympathisaient avec eux à bien des égards. Naturellement, les services de renseignement des pays occidentaux et de la Turquie travaillaient dur au Kazakhstan. Leur principal objectif était de se séparer complètement de la Russie et d'empêcher un contrôle total par la Chine, notamment par le biais des structures eurasiennes, de l'OCS et de l'OTSC. Impliquer la Russie dans le conflit du Kazakhstan et amener la situation à un bain de sang avec la participation obligatoire de militaires russes est l'un des principaux objectifs des services secrets occidentaux et turcs. De sorte que cela se passe comme avec l'Ukraine : une rupture avec la Russie pour une longue période ou pour toujours. Ce n'est un secret pour personne que divers groupes militants islamistes tels que l'ISIS ont été infiltrés au Kazakhstan et opèrent dans la clandestinité.

L'appel du président Tokayev à l'OTSC pour qu'elle envoie des troupes était inattendu et clairement motivé par quelqu'un. Très probablement du côté russe. En effet, les premières demandes des manifestants étaient de nature purement sociale, qui ont pu non seulement être partiellement satisfaites, mais aussi un processus de négociation a pu être organisé avec les représentants du camp des manifestants spontanés (au début), un quartier général a pu être créé pour normaliser la situation dans le pays, et le public et les personnes connues dans le pays ont pu être impliqués. Et de mettre au centre de l'attention les questions de la réforme du système gouvernemental, de la lutte contre la corruption, des problèmes de la vie sociale et des problèmes de la jeunesse. Oui, l'opposition n'a pas de leaders évidents, ce qui ne fait que souligner la spontanéité des manifestations. Mais après une certaine confusion de la part des autorités, l'option de résoudre le problème par la force a été lancée. Ensuite, une menace terroriste extérieure a été annoncée (les "experts" russes sur les canaux officiels ont été les premiers à le dire), sinon pourquoi se tourner vers l'OTSC. La décision d'impliquer l'OTSC a été prise presque immédiatement, sans consultation et même sans convoquer une réunion des secrétaires des conseils de sécurité des pays membres de l'OTSC. Qui plus est, elle a violé les dispositions du Traité de sécurité collective, qui ne prévoit pas d'ingérence dans les affaires intérieures des États membres de l'OTSC.

Pour référence, des extraits du Traité de sécurité collective du 15 mai 1992 :

(L'auteur, en tant que secrétaire du Conseil des ministres de la défense des Etats membres de la CEI, a travaillé sur le projet de CST et l'a présenté aux dirigeants de la CEI à Tachkent le 15 mai 1992. L'avant-projet ressemblait à un traité de défense collective).

Les Etats parties au présent Traité, ci-après dénommés les "Etats parties", guidés par les déclarations sur la souveraineté des Etats indépendants, tenant compte de la création par les Etats parties de leurs propres forces armées, agissant de concert dans l'intérêt de la sécurité collective, reconnaissant la nécessité d'une stricte application des traités conclus concernant la réduction des armements, les forces armées et les mesures de confiance

Ont convenu ce qui suit :

Article 1

Les Etats parties s'engagent à s'abstenir de recourir à la menace ou à l'usage de la force dans les relations interétatiques. Ils s'engagent à régler tous les différends entre eux et avec les autres États par des moyens pacifiques.

Les Etats participants ne concluront pas d'alliances militaires et ne prendront part à aucun groupement d'Etats, ni ne participeront à des actions dirigées contre un autre Etat participant.

Dans le cas de l'établissement en Europe et en Asie d'un système de sécurité collective et de traités de sécurité collective à cet effet, ce que les parties contractantes s'efforceront de réaliser, les Etats parties engageront rapidement des consultations entre eux en vue d'apporter les modifications nécessaires au présent Traité.

Article 2

Les Etats participants se consulteront sur toutes les questions importantes de sécurité internationale qui affectent leurs intérêts et harmoniseront leurs positions sur ces questions.

En cas de menace à la sécurité, à la stabilité, à l'intégrité territoriale ou à la souveraineté d'un ou de plusieurs des États parties, ou de menace à la paix et à la sécurité internationales, les États parties activeront immédiatement un mécanisme de consultation conjointe afin de coordonner leurs positions et élaboreront et prendront des mesures pour fournir une assistance à ces États parties afin d'éliminer la menace.
(Paragraphe révisé tel qu'en vigueur à partir du 19 décembre 2012 par le Protocole international du 10 décembre 2010).

Article 3

Les États parties forment un Conseil de sécurité collective (ci-après dénommé le Conseil) composé des chefs des États parties ou des chefs de gouvernement des États parties, si, conformément à la législation de leur État, ils sont habilités à prendre des décisions sur les questions relevant de la compétence du Conseil.

Article 4

Si l'un des États parties fait l'objet d'une agression (attaque armée menaçant la sécurité, la stabilité, l'intégrité territoriale et la souveraineté), celle-ci sera considérée par les États parties comme une agression (attaque armée menaçant la sécurité, la stabilité, l'intégrité territoriale et la souveraineté) contre tous les États parties au traité.

En cas d'agression (attaque armée menaçant la sécurité, la stabilité, l'intégrité territoriale et la souveraineté) contre l'un des États parties, tous les autres États parties, à la demande de cet État, lui fournissent immédiatement l'assistance nécessaire, y compris l'assistance militaire, ainsi qu'un appui avec les moyens dont ils disposent dans l'exercice du droit de défense collective, conformément à l'article 51 de la Charte des Nations unies.

Les États parties informeront sans délai le Conseil de sécurité des Nations unies des mesures prises en vertu du présent article. Dans la mise en œuvre de ces mesures, les États parties se conformeront aux dispositions pertinentes de la Charte des Nations unies.

(Article tel que modifié par le Protocole international du 10 décembre 2010, en vigueur le 19 décembre 2012).

Article 5

La coordination et la garantie des activités conjointes des Etats Parties conformément au présent Traité relèvent de la responsabilité du Conseil de sécurité collective des Etats Parties et des organes créés par celui-ci.

Article 6

La décision de recourir aux forces et moyens du système de sécurité collective conformément aux articles 2 et 4 du présent Traité est prise par les Chefs d'Etat Parties, ou par les Chefs de Gouvernement des Etats Parties, s'ils sont ainsi désignés conformément à la législation de leur Etat.

(Paragraphe modifié comme étant en vigueur à partir du 19 janvier 2021 par le Protocole international du 8 novembre 2018. L'emploi des forces et des moyens du système de sécurité collective en dehors du territoire des Etats Parties peut être effectué exclusivement dans l'intérêt de la sécurité internationale, conformément à la Charte des Nations Unies et à la législation des Etats Parties au présent Traité.

(Article révisé tel qu'amendé le 19 décembre 2012 par le Protocole international du 10 décembre 2010)

Je demande l'attention du lecteur sur la référence, dans l'article 4 du Traité, à l'article 51 de la Charte des Nations Unies, qui parle du droit des Etats membres des Nations Unies à la légitime défense individuelle et collective en cas de répulsion d'une agression extérieure.

En juin 2010, au Kirghizstan (oblast d'Osh), des troubles de masse entre Kirghizes et Ouzbeks ont fait de nombreuses victimes. Le gouvernement provisoire de la république a demandé à l'OTSC d'envoyer des troupes pour rétablir l'ordre et éviter de nouvelles victimes. Le président russe Dmitri Medvedev, s'adressant aux journalistes lors de la réunion des chefs d'État de l'OCS qui s'est tenue à Tachkent en juin 2010, a déclaré que le critère de déploiement des forces de l'OTSC était la violation par un État des frontières d'un autre État membre de l'organisation. Concernant les troubles au Kirghizstan, il a déclaré : "Jusqu'à présent, nous ne parlons pas de cela, car tous les problèmes du Kirghizstan sont enracinés à l'intérieur. Elles trouvent leur origine dans la faiblesse de l'ancien gouvernement, dans son manque de volonté de répondre aux besoins de la population. J'espère que tous les problèmes qui existent aujourd'hui seront résolus par les autorités kirghizes".

En d'autres termes, le Kirghizstan a été refusé. Qu'est-ce qui a changé aujourd'hui ? Il semble qu'aucune des structures verticales de pouvoir dans l'espace post-soviétique ne se sente à l'abri des personnes volées et trompées et n'ait peur de la vengeance du peuple. Et la Russie est probablement le leader en termes d'opposition ferme aux protestations populaires.

Bien sûr, les unités de l'armée russe et les forces de sécurité kazakhes vont écraser la manifestation et, dans la situation actuelle, ce n'est peut-être pas la pire solution. Mais il s'agira d'un succès tactique, qui consolidera le pouvoir de Tokayev, une façon "douce" d'échapper au pouvoir de Nazarbayev, de sauver leur super richesse et peut-être même leur vie. D'un point de vue stratégique, ce sera une perte pour la Russie : le peuple kazakh n'oubliera pas les fonctions de gendarme des parachutistes russes, et les parachutistes eux-mêmes seront dans le sang avec le régime en place. Ce sont les parachutistes, et non les Rosgvardeys, qui ont été envoyés. Ces derniers sont en train d'être "préparés" sur leurs propres citoyens, et il est prévu que les parachutistes soient préparés sur les Kazakhs. Et Tokayev et les autorités kazakhes n'hésiteront pas à imputer les éventuelles pertes civiles aux Russes, et non à quelques centaines de Kirghizes, Biélorusses, Arméniens et Tadjiks, envoyés pour imiter les actions collectives des pays de l’OTSC.

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec DeepL.

Source: https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/14618/

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/

 

Lire la suite

Général Leonid Ivashov: J'ai parlé aux États-Unis et en Europe. A propos de rien (Partyadela, 18.01.2022)

22 Avril 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Guerre, #Général Leonid Ivashov, #Russie, #Ukraine

Général Leonid Ivashov: J'ai parlé aux États-Unis et en Europe. A propos de rien (Partyadela, 18.01.2022)

J'ai parlé aux États-Unis et en Europe. A propos de rien.
18.01.2022

Par le général Leonid Ivashov

Le durcissement de l'Occident envers la Russie s'intensifie sur tous les fronts

Moi, l'auteur, j'ai été impliqué dans la politique étrangère et la diplomatie pendant de nombreuses années en vertu de ma position dans l'armée. Cependant, ce qui s'est passé la semaine dernière entre la Russie, les États-Unis et l'Europe était à bien des égards nouveau pour moi. Même les diplomates chevronnés se demandent aujourd'hui : qu'est-ce que c'était ? Négociations, réunions de travail, consultations politiques ou quelque chose d'inconnu jusqu'alors ? Et comment évaluer les résultats de ces événements pour les parties impliquées : qui a gagné et qui a perdu ? Commençons dans l'ordre. La Fédération de Russie est à l'origine de ces réunions. Elle a d'abord déployé une activité militaire le long de la frontière avec l'Ukraine et créé un groupement de forces d'attaque, tandis que l'Occident lançait une campagne d'information sur la menace que représente la Russie et commençait à mener des mesures de "rétorsion" sous la forme d'exercices, de vols aériens et de mouvements de troupes vers les frontières avec la Russie. Naturellement, nous avons perdu la guerre de l'information, car nous ne connaissons pas l'essence de cette guerre, nous n'avons pas sa théorie, l'état-major pour mener la guerre de l'information, les forces et les moyens impliqués dans les opérations et le contenu des opérations elles-mêmes ne sont pas clairs, les buts et les objectifs ne sont pas définis. Je suis, par exemple, incapable de savoir qui, dans le pays, est responsable de la guerre de l'information et si nous menons des opérations offensives ou défensives. Les talk-shows quotidiens sur les principales chaînes de télévision contrôlées par l'État ne sont pas des opérations ou des guerres. Si elles peuvent être considérées comme des opérations militaires, elles visent à tromper notre propre population et à lui donner l'image d'un ennemi vicieux qui se tient à nos frontières et est prêt à attaquer notre patrie à tout moment.

Mais si nous parlons des résultats préliminaires du soi-disant "processus de négociation", il s'est soldé par un échec total pour nous : la Russie a "perdu" encore plus la face sur la scène internationale, montrant son incapacité, mais en termes populaires montrant sa stupidité. Et que voulions-nous, en fait, en présentant à l'Occident collectif notre ultimatum : nous donner des garanties de sécurité écrites (l'OTAN et les États-Unis ne sont pas obligés par leurs documents de base d'assurer notre sécurité) ; ne pas étendre l'OTAN vers l'Est (le traité de Washington du 4 avril 1949 ne le précise pas non plus. Et nous, la Russie, serions indignés si les États-Unis ou l'Europe nous dictaient qui admettre dans l'OTSC et qui ne pas admettre) ; de ne pas armer l'Ukraine et de ne pas la soutenir en termes de sécurité (mais l'article 51 de la Charte des Nations unies donne à tous les États du monde le droit à la défense individuelle et collective). Par conséquent, personne n'était prêt à considérer sérieusement les demandes russes. Toutefois, après que le ministère russe des affaires étrangères a demandé une "garantie de sécurité", on a entendu une phrase qui a rendu même les États-Unis méfiants : si les demandes de la Russie ne sont pas satisfaites, cette dernière entreprendra des arguments de nature militaire et technique. Naturellement, l'Occident y a vu une menace militaire et s'est rendu à la réunion dans le seul but de montrer aux dirigeants russes l'inacceptabilité solidaire de la politique étrangère russe, sa condamnation sans équivoque et sa volonté de répondre à tout empiètement militaire de Moscou sur l'Ukraine. Ce point de vue a été exprimé de manière assez dure aux trois niveaux de réunions : Russie-États-Unis, Russie-OTAN et Russie-OSCE. Il aurait été stupide de s'attendre à autre chose. Nous avons donc obtenu l'échec complet attendu.

On peut, bien sûr, tout mettre sur le dos du ministère russe des affaires étrangères, mais hélas - selon la Constitution de la Fédération de Russie, la politique étrangère et de sécurité est régie par le président de la Fédération de Russie, et le ministère des affaires étrangères n'est qu'un organe exécutif. Mais le ministère russe des Affaires Étrangères a désigné pour les réunions avec l'Occident les diplomates les plus compétents et en même temps les plus expérimentés, qui ont fait de leur mieux pour atténuer l'échec prévu.

Mais cela ne s'arrête pas là ; on pourrait dire que l'essentiel ne fait que commencer. Le Congrès américain a préparé un nouveau train de lourdes sanctions contre des personnalités et des entreprises russes, ainsi que contre l'ensemble de la Russie, qui pourrait être imposé à tout moment. Deuxièmement, ayant reçu le soutien unanime de tous les pays de l'OTAN, les Américains vont hardiment dicter leurs intérêts, y compris ceux du gaz, aux Européens. Cela remet en question le projet Nord Stream-2 et l'approvisionnement de l'Europe en hydrocarbures russes en général. En d'autres termes, l'ultimatum de Poutine a apporté un énorme soutien à Biden et à sa politique européenne. Et si Biden parvient à remplacer le gaz russe en Europe par le gaz de schiste américain, la victoire des démocrates aux élections de mi-mandat au Congrès et à la prochaine élection présidentielle sera assurée. Troisièmement, il convient de noter que, sur le plan de la sécurité, les actions irréfléchies de la Russie ont causé un grave trou dans le système de défense de la Crimée et de la mer Noire : les 30 membres de l'Alliance de l'Atlantique Nord ont tous soutenu l'option américaine dans la région de la mer Noire. Cela signifie que les membres de l'OTAN (grâce à l'ultimatum de la Russie) ont souligné de manière plus stricte que la Crimée et Sébastopol appartiennent à l'Ukraine et agissent conformément à ce fait international. Le quartier général militaire de l'OTAN à Mons (Belgique) va immédiatement commencer à planifier une action concrète visant à garantir les droits de l'Ukraine sur la Crimée, Sébastopol et les eaux adjacentes. Et dans ce plan, des appels massifs de navires de l'OTAN dans les eaux territoriales russes, qui appartenaient à l'Ukraine avant 2014, peuvent être planifiés, tandis que les avions de guerre de l'alliance voleront dans un espace aérien similaire. Que feraient les forces armées russes dans une telle situation ? Laissons la question ouverte pour l'instant et renvoyons à la réponse de M. Lavrov lors de la conférence de presse sur les résultats des réunions avec les États-Unis, l'OTAN et l'UE, où il s'est contenté de citer Poutine : "La réponse pourrait être très différente. Cela dépend des propositions qui me seront faites (au président de la Russie) par les experts militaires russes". On ne sait pas qui sont ces experts, mais Dieu interdit qu'il s'agisse d'experts qui apparaissent dans le talk-show de Solovyov, sur la chaîne Zvezda, dans l'émission "60 minutes", etc.

Suivant. Naturellement, le resserrement des relations avec la Russie à l'Ouest va s'intensifier dans toutes les directions. Rappelons que le procès à La Haye concernant la mort de l'équipage et des passagers du Boeing abattu dans le Donbass est en cours. La culpabilité de la Russie a été prouvée de manière convaincante - le Boeing a été abattu par le système russe Buk-M, et les auteurs spécifiques sont passibles de la prison à vie. Un procès pénal est en cours à Strasbourg sur la même question, avec le président russe Vladimir Poutine comme principal coupable. La Russie devra verser des sommes énormes à toutes les victimes de cette terrible catastrophe. Les auteurs de ces actes feront également l'objet d'un procès pénal, au cours duquel ils risqueront également la prison à vie. Dans le même temps, les services de renseignement occidentaux sont en train de constituer des preuves de la participation des forces armées russes au conflit dans le Donbass et à Louhansk du côté des républiques non reconnues, ce qui conduira à l'illégitimité des accords de Minsk et à la déclaration de la Russie comme pays agresseur. Et l'agression armée est aussi un crime international. Ajoutez à cette liste désagréable l'incapacité de l'Europe à reconnaître la légitimité des récents amendements à la constitution russe, notamment la possibilité pour Poutine d'être élu président à vie. Le déploiement des troupes de l'OTSC (dont le noyau est constitué d'unités de combat russes) sur le territoire du Kazakhstan fait également l'objet d'un grand doute international.

La Russie est en train de devenir un paria de la communauté mondiale. Et comme les agences de presse viennent de le rapporter, l'Inde refuse d'acheter près de deux mille chars russes T-90S et T-72 en leur préférant les Français. Et ce, après la récente visite du président russe en Inde. Il semble que cela devienne une tendance sur le marché mondial des armes. Et dans la politique mondiale en général.

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Source: http://vashov-leonid/14661/

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/

Lire la suite

Paul Valéry: « La politique est l’art d’empêcher les gens de s’occuper de ce qui les regarde. »

22 Avril 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #France, #Philosophie, #Politique

 

« La politique est l’art d’empêcher les gens de s’occuper de ce qui les regarde. »

Paul Valéry

Lire la suite

L'entraide: Akira Miyawaki, Pierre Kropotkine

22 Avril 2022 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Histoire, #Philosophie, #Russie, #Kropotkine, #Miyawaki

Akira Miyawaki, Elgene O. Box: The Healing Power of Forests: The Philosophy Behind Restoring Earth's Balance with Native Trees

Akira Miyawaki, Elgene O. Box: The Healing Power of Forests: The Philosophy Behind Restoring Earth's Balance with Native Trees

L'entraide: Akira Miyawaki, Pierre Kropotkine
Le prince Pierre Kropotkine (1842-1921)

Le prince Pierre Kropotkine (1842-1921)

L'entraide: Akira Miyawaki, Pierre Kropotkine
Pierre Kropotkine: "L'entraide, un facteur de l'évolution"

Pierre Kropotkine: "L'entraide, un facteur de l'évolution"

L'entraide: Akira Miyawaki, Pierre Kropotkine
L'entraide: Akira Miyawaki, Pierre Kropotkine
L'entraide: Akira Miyawaki, Pierre Kropotkine
L'entraide: Akira Miyawaki, Pierre Kropotkine
L'entraide: Akira Miyawaki, Pierre Kropotkine

PDF: https://www.levilainpetitcanard.be/wp-content/uploads/2018/11/Kropotkine-Pierre-Lentraide.pdf

Consulter aussi:

Jean-Marie Pelt, avec la collaboration de Franck Steffan: La solidarité chez les plantes, les animaux, les humains. Fayard, 2004.

Lire la suite

Omixochitl: le parfum de la tubéreuse

21 Avril 2022 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Environnement, #Nature, #Mexique, #Tubéreuse, Omixochitl, #La Voie des fleurs

Photo: P.O. Combelles (Pérou, où elle est appelée "Vara de San José"), 2022.

Photo: P.O. Combelles (Pérou, où elle est appelée "Vara de San José"), 2022.

"Omixochitl" the Tuberose (Polianthes tuberosa) by Emily W. Emmart Trueblood. Economic Botany Vol. 27, No. 2 (Apr. - Jun., 1973), pp. 157-173 (17 pages) Published by: Springer on behalf of New York Botanical Garden Press.

"Omixochitl" the Tuberose (Polianthes tuberosa) by Emily W. Emmart Trueblood. Economic Botany Vol. 27, No. 2 (Apr. - Jun., 1973), pp. 157-173 (17 pages) Published by: Springer on behalf of New York Botanical Garden Press.

Depuis les immensités sauvages du désert de Sonora, au Mexique, d'où elle est originaire et d'où elle semble avoir disparu, et le temps des Aztèques, c'est toujours le même parfum que dégage, surtout le soir, la tubéreuse (Agave tuberosa Thiede & Eggli, Asparagaceae (Agavaceae)*.

Les Aztèques qui l'avaient cultivée et fait connaître au monde entier l'appelaient omixochitl, "fleur d'os" (omitl : os, xochitl : fleur en nahuatl) à cause de la couleur blanc "cassé" de ses fleurs. Elle était consacrée, semble t-il, à Xochipilli (de xochitl, fleur et pilli, seigneur: le Seigneur des fleurs), le dieu des fleurs, de la jeunesse, de la poésie et de la musique, et à Tlaloc, le dieu de la pluie.

Les Aztèques ne sont plus, ni les Jaguars et les Aigles, mais grâce à eux et à leur amour des fleurs, omixochitl continue à embaumer les nuits.

P.O.C.

* Aussi nommée Polianthes tuberosa.

(Wikipedia) Carte de localisation du désert de Sonora (États-Unis / Mexique) Source : et:Pilt:Sonora2.gif, Siim Sepp, 2004 Modifiée par l'utilisateur Urban, avec Paint, 2005.

(Wikipedia) Carte de localisation du désert de Sonora (États-Unis / Mexique) Source : et:Pilt:Sonora2.gif, Siim Sepp, 2004 Modifiée par l'utilisateur Urban, avec Paint, 2005.

Statuette de Xochipilli, 900-1500 ap. J-C. Lombards Museum. Source: Wikipedia.

Statuette de Xochipilli, 900-1500 ap. J-C. Lombards Museum. Source: Wikipedia.

Tubéreuse. N. f. (1610, de tubéreux). Plante (Amaryllidaceae, herbacée, vivace, à hautes tiges florales portant des grappes de fleurs blanches très parfumées - La fleur de cette plante utilisée en parfumerie. (...)

Dictionnaire Petit Robert, 1972.

Les Aztèques ont été doublement dépossédés de cette plante: d'une part parce que leur civilisation a été pillée et détruite par les Hispaniques lors de la Conquête, avec leurs merveilleux jardins botaniques dont ils sont les inventeurs, mais aussi parce que l'Occident n'a même pas conservé le beau nom original nahuatl omixochitl, mais lui a donné un autre nom, non pas poétique, mais le nom scientifico-technique intellectuel "tubéreuse" (même si celui-ci évoque, pour moi, l'adjectif féminin et alangui "rêveuse", ou encore "heureuse", "langoureuse", ou le nom du chêne vert, "yeuse", toujours du féminin, qui font oublier sa signification réelle). La botanique est, d'une certaine manière, une science coloniale. Comme la zoologie d'ailleurs. Je me souviens d'un échange avec l'ornithologue danois Jon Fjeldså, conservateur au Muséum d'histoire naturelle de Copenhague, auteur avec Niels Krabbe de l'ouvrage "Birds of the High Andes", admirablement illustré par Fjeldså, et qui est toujours sur ma table dans les Andes. Pas un nom vernaculaire d'oiseau. Seulement les noms scientifiques, souvent incompréhensibles, vaniteux, voire carrément inexacts, alors que les noms vernaculaires en quechua, aymara ou autres langues vernaculaires du Pérou ou de la Bolivie, sont si colorés, si expressifs, si justes. Fjeldså en était dans l'ignorance la plus complète et n'en voyait absolument pas l'intérêt.

Pour avoir une idée vivante de ce que pouvaient être l'univers et la vie quotidienne des Aztèques, on peut regarder les films documentaires tournés à Bali dans les années 1930 par le cinéaste mexicain Miguel Covarrubias. Les Aztèques étaient des Asiatiques d'Amérique. La culture traditionnelle balinaise semble avoir disparu en grande partie. Les Aztèques, comme les Balinais d'autrefois, donnent une haute idée de l'humanité.

http://www.youtube.com/watch?v=Ro7gWYgvrF0

Pour revenir à la tubéreuse, omixochitl, et à l'Amérique hispanique, le nom qu'on lui donne aujourd'hui au Pérou est "Vara de san José" ( "Vara" désigne une canne, une hampe) et au Venezuela et au Mexique, "nardo". Au Mexique, elle porte aussi le nom de "amole" en nahuatl. Au Pérou, c'était la fleur traditionnelle, blanche et parfumée, des communiants. Aujourd'hui elle y est très peu connue et les habitants ignorent tout de son origine préhispanique.

Lire la suite

Roger Caillois: Pierres

18 Avril 2022 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Nature, #Lettres, #Roger Caillois

Roger Caillois: Pierres
Roger Caillois: Pierres
Roger Caillois: Pierres

Roger Caillois: Pierres (Gallimard, 1966, 1967)

Entretien (INA) avec Roger Caillois à propos de "Pierres":

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/cpf87007364/roger-caillois-la-passion-des-pierres

Roger Caillois: Pierres
Roger Caillois: Pierres

https://exb.fr/fr/161-la-lecture-des-pierres.html

Feuilletage de l'ouvrage de Roger Caillois: La lecture des pierres (à partir de l'exceptionnelle collection de pierres de l'auteur, léguée au Muséum national d'histoire naturelle):

https://vimeo.com/484133986

Notice de Roger Caillois sur Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_Caillois

Dans sa bibliographie, Wikipedia omet son remarquable ouvrage: "Poétique de Saint-John Perse".

Son antagonisme avec Lévi-Strauss, le Freud de l'ethnologie, explique la relative obscurité dans laquelle il est tenu en France, sauf des connaisseurs évidemment. Son génie universel cadre mal aussi avec l'orgueilleux et borné chauvinisme français.

Lire la suite

Paul Craig Roberts: s Russia’s Central Bank Chief a “Hostile Foreign Agent” Deliberately Sabotaging the Russian Economy?

17 Avril 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Paul Craig Roberts, #Politique, #Guerre, #Russie

(...)

“We could completely offset the negative consequences of financial sanctions if the Bank of Russia fulfilled its constitutional duty to ensure a stable ruble exchange rate, and not the recommendations of Washington financial organizations…. It was the connivance of the Central Bank which led to the fact that Russia and its industry were drained of blood and unable to develop.” Sergey Glazyev, Russian economist and author

(...)

Question 4– Russia is now the most sanctioned country in the world. These sanctions have been imposed arbitrarily and without review by the WTO, without approval by the United Nations Security Council, and without any regard for due process. Russia has had no opportunity to defend itself in a court of law or make its case before an internationally-approved tribunal. How do explain the fact that the majority Americans enthusiastically applaud this anti-democratic abuse of power that is clearly designed to inflict maximum pain on the Russian people?

Paul Craig Roberts– Americans, like Canadians and Europeans, lack an independent media that reports honestly. Instead, the West gets a narrative handed down from the ruling elite and delivered into people’s heads by the presstitutes who through repetition turn lies into truth, fiction into fact.

(...)

Question 5– The death of George Floyd touched off a wave of anti-racism protests across the country. The Democrat party embraced these demonstrations and disparaged anyone who hesitated to offer their unquestioning support. Now these same faux liberals are openly expressing their unbridled hatred for all-things Russian. How do you explain this wave of ethnic hatred that has overtaken the American people particularly those people who never fail to remind us how anti-racist and virtuous they are?

Paul Craig Roberts– Liberals or conservatives, they are the same. The average person hasn’t the time, energy, interest, or know-how to find out what is happening. They are programmed by the presstitutes who repeat with one voice the elite’s narrative, whether it is Covid, Saddam Hussein, Russia, 9/11, it doesn’t matter. There is only the official narrative.

It is easy to make Americans hate Russia because they are accustomed to it by the 20th century Cold War. Americans are accustomed to Russians being the enemy. The Russian side of the story is blocked from being presented in the West. So, the only information people in the West have is the official narrative.

(...)

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2022/03/16/is-russias-central-bank-chief-a-hostile-foreign-agent-deliberately-sabotaging-the-russian-economy/

Consulter aussi:

West vs Russia: Reaching the Point of No Return:   PCR interviewed by Adriel Kasonta for the ASIA TIMES

https://www.paulcraigroberts.org/2022/04/13/west-vs-russia-reaching-the-point-of-no-return-pcr-interviewed-by-adriel-kasonta-for-the-asia-times/

Lire la suite

Paul Craig Roberts: (Pâques) L'Occident est devenu une Tour de Babel

17 Avril 2022 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Politique, #Religion, #Paul Craig Roberts, #Occident

He Is Risen

Easter used to be an important Christian holiday.  The holiday has fallen on hard times due to Jewish attacks on public displays of Christian religious symbols and to Spring Break which has replaced the Easter holiday.  Today children are socialized into Easter as bunny and candy day.

In the marvelous movie, “Chariots of Fire,” the hero asks where the strength comes from to see the race to the finish.  The question has the broadest meaning. Where does the strength come from to sustain a nation’s and a civilization’s existence?  A nation depends on morality, integrity, and trust.  Historically, these flow from shared religion.  When religion weakens or a country becomes a tower of babel, the strength to see the race to the finish departs.  From this perspective, nations and strength no longer exist in the Western world.  The geographical entities called countries consist of a mixture of ethnicities and have no defended borders.  This is called “multiculturalism,” which is the modern term for tower of babel.

Paul Craig Roberts

Source: https://www.paulcraigroberts.org/2022/04/17/he-is-risen/

Film "Chariots of Fire": https://www.vudu.com/content/movies/details/Chariots-of-Fire/10209

Lire la suite

Nicolás Gómez Dávila: L'homme

17 Avril 2022 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Lettres, #Nicolás Gómez Dávila

"L'homme est un animal qui se croit un homme".

Nicolás Gómez Dávila

Lire la suite

Gandhi: L'Europe

16 Avril 2022 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Europe, #Histoire, #Philosophie, #Politique, #Gandhi

Gandhi: L'Europe
Lire la suite