Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste
Articles récents

Los Urus, el Estado Plurinacional de Bolivia y el gobierno orwelliano de Evo Morales

29 Juillet 2019 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Les Urus étaient le peuple préhistorique de pêcheurs-cueilleurs qui habitait le lac Titicaca dans des huttes de roseaux. Ils ont été chassés par les Aymaras agriculteurs, éleveurs et commerçants établis dans l'altiplano, ceux qui tiennent maintenant le haut du pavé en Bolivie depuis l'arrivée au pouvoir d'Evo Morales en 2006. Leur histoire a été racontée par Jehan-Albert Vellard* (1901-1996) dans son livre passionnant: Dieux et Parias des Andes**. Elle pose le problème des relations anciennes entre les grandes civilisations agraires de l'Amérique du sud et les petits peuples préhistoriques vivant de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Représentant un passé immémorial lié à la nature sauvage, ils étaient traditionnellement considérés comme sacrés par les premiers. Lorsque les Urus ont été chassés du lac Titicaca et obligés de traverser l'altiplano pour s'établir dans la région désertique autour du lac salé Popoo, un sacrilège a été commis: la rupture avec cet ordre social et naturel immémorial.

C'est le même sacrilège qui a été commis par Evo Morales comme on le lit dans les commentaires de l'article de Carlos D. Mesa Gisbert et dans ceux du sociologue français Jean-Pierre Lavaud: le mensonge d'un métis indigéniste leader cocalero et anti-chrétien de Cochabamba qui se dit indigène et livre le pays qu'il gouverne au règne de l'argent, de la drogue*** et du Nouvel Ordre Mondial en donnant pouvoir et richesse à son clan, se retrouvant l'ennemi des vrais aborigènes, des petits paysans et de la Nature**** livrée à l'extractivisme et à la spéculation.

L'intelligence, l'habileté d'Evo Morales et le folklore aymara "New Age" dans lequel il a entouré son gouvernement (en se servant au début du mallku Felipe Quispe*****) ont fait illusion à l'étranger grâce à la complicité des grands médias. La nouvelle Guerre Froide a fait le reste, l'opportun rapprochement d'Evo Morales avec la Russie servant sa dialectique anti-yankee qui justifie tout.

Le pouvoir est une manipulation de l'histoire et du peuple.

Pierre-Olivier Combelles

 

* Biographie de Jehan-Albert Vellard sur Wikipedia:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jehan_Albert_Vellard

** Jehan Vellard, Dieux et Parias des Andes. Les Ourous, ceux qui ne veulent pas être des hommes. Paris, Emile-Paul, 1954.

http://pocombelles.over-blog.com/article-les-ourous-ceux-qui-ne-veulent-pas-etre-des-hommes-jehan-vellard-109238796.html

Un article de Jehan Vellard: "Peuples pêcheurs du lac Titicaca: les Urus et leurs voisins":

https://www.persee.fr/doc/caoum_0373-5834_1952_num_5_18_1785

*** Articles de Jean-Pierre Lavaud (professeur de sociologie à l'université de Lille I)

https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-lavaud/blog/110319/bolivie-linvasion-du-territoire-indigene-et-parc-protege-isiboro-secure

https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-lavaud/blog/140317/bolivie-vers-un-narco-etat

(...) "La contradiction devient donc flagrante entre d’un côté la sacralisation de la feuille et de l’autre sa transformation en un produit nocif.  Comme le dit le journaliste Andrés Gómez Vela : « Si la coca est sacrée, pourquoi les bases de Morales vendent-elles 94% de leur production aux narcos?   Sont-ils des hérétiques ayant converti la feuille sacrée en marchandise profane ? » « Ils disent que la coca est sacrée parce qu’elle a des propriétés médicinales ; la camomille a aussi des propriétés médicinales, mais il n’y a pas pour autant six fédérations de producteurs de camomille.[13] ». Autrement dit, le fait qu’Evo Morales est à la fois juge et partie, qui était masqué par le discours nationaliste anticapitaliste et anti impérialiste, et par l’image de l’indien bon sauvage et défenseur de la nature, saute maintenant aux yeux. Il était pourtant évident depuis le début de son mandat que la quasi-totalité de la coca du Chaparé cultivée par des producteurs dont  Evo Morales demeure le chef allait alimenter les circuits de la drogue[14]

Pour une grande partie des boliviens il devient de plus incontestable que la culture intensive de la coca entraîne des problèmes de santé publique et d’importants dégâts humains et environnementaux. Un article récent souligne l’usage intensif – surtout dans le Chaparé – d’insecticides et d’herbicides comme le glyphosate, souvent mélangés pour doper (dar más fuerza) l’aspersion[15]. L’extension des cocales induit la déforestation, la violation des aires protégées et le harcèlement des populations indigènes d’Amazonie.  Et la transformation de la coca en cocaïne produit une série de déchets toxiques (acides, hydrocarbures, diluants…)  qui viennent polluer les rivières et les fleuves et en altérer la faune et la flore." (...)

**** http://pocombelles.over-blog.com/2013/11/lettre-du-botaniste-stephan-beck-au-président-de-bolivie-evo-morales.html

https://fr.zenit.org/articles/bolivie-les-eveques-appellent-a-cesser-la-deforestation/

El Universo, Don de Dios para la vida. Carta pastoral sobre Medio Ambiente y Desarrollo Humano en Bolivia. Conferencia episcopal boliviana. Cuaresma 2012: https://www.comboni.org/app-data/files/allegati/756.pdf

Carta Pastoral "Tierra, Madre Fecunda para todos": https://cepaoruro.org/no937-a-15-anos-de-la-carta-pastoral-qtierra-madre-fecunda-para-toosq-su-mensaje-aun-tiene-vigencia-7-5-15/

https://www.aciprensa.com/noticias/faltar-a-la-democracia-es-abrir-un-futuro-incierto-para-los-bolivianos-expresan-obispos-91561

***** https://www.youtube.com/watch?v=Qdfsh4BsXvQ

Los Urus, el Estado Plurinacional de Bolivia y el gobierno orwelliano de Evo Morales
Jehan Vellard: "Peuples pêcheurs du lac Titicaca: les Urus et leurs voisins".

Jehan Vellard: "Peuples pêcheurs du lac Titicaca: les Urus et leurs voisins".

Los Urus, el Estado Plurinacional de Bolivia y el gobierno orwelliano de Evo Morales
Type bien caractéristique de vieil Ourou. Jean Vellard, Dieux et parias des Andes, illustration pp. 176-177.

Type bien caractéristique de vieil Ourou. Jean Vellard, Dieux et parias des Andes, illustration pp. 176-177.

http://pepitasnews.blogspot.com/2017/04/george-soros-y-su-relacion-con-evo-por.htmlPublicada el 17 de marzo de 2013 en Página Siete, Página Siete Expres, Los Tiempos, Correo del Sur y El Potosí

Hace pocos días ha llegado a la sede gobierno una marcha del pueblo Uru que quiere ser escuchado. Su demanda más importante está referida a la preservación de su territorio ancestral, pero complementa sus peticiones con cuestiones referidas a la educación, la salud y otros elementos de lo que el actual gobierno llama el “buen vivir”.

Los Urus fueron uno de los pueblos más antiguos asentados en lo que hoy es territorio boliviano. Sin duda alguna sus descendientes directos, protagonistas de esta protesta, son el pueblo con mayor antigüedad de todos los existentes en el país. No exageramos un ápice si afirmamos que su pasado se remonta a los 8.000 o 7.000 años AC., paralelo a la cultura Viscachani (Wachtel, Gisbert, Querejazu, Ibarra, Bouysse), es decir son el nexo directo con la raíz más profunda de los asentamientos humanos en esta parte del mundo.

“Los kot-suñs no somos hombres. Mucho antes que los incas, antes que el Padre del Cielo, tatitu, creara a los hombres, los aymaras, los quechuas, y los blancos, aún antes que el sol alumbrara al mundo…ya antes nuestros padres vivían aquí. Nosotros no somos hombres, nuestra sangre es negra…es por eso que no podemos ahogarnos…El rayo no nos puede golpear. Nosotros no hablamos la lengua de los hombres y ellos no comprenden lo que nosotros decimos”. Este sobrecogedor testimonio recogido de un anciano uru por el investigador Jean Vellard hace más de medio siglo, es parte de la tradición oral de su pueblo. Palabras que  coinciden casi exactamente con testimonios similares que leemos en más de un texto de los cronistas en el siglo XVI.

Los Urus y los Chipayas, parte de un tronco común, habitan en las orillas del lago Poopó y en la cercana frontera de Oruro con Chile. Registros demográficos de hace un lustro –a falta de datos del dormido censo de 2012 hasta hoy desconocidos- indican una población de cerca de 2.400 personas de ese origen.

Como retrata con gran belleza la obra maestra del cineasta jorge Ruiz “Vuelve Sebastiana” (1953), los Urus fueron siempre menospreciados y cercados por los Aymaras, a quienes consideraban sus enemigos. Desde el comienzo de la colonia hay coincidencia en que su lengua original era el puquina (Palomino), aunque hay investigadores que marcan diferencia entre esa lengua y la que ellos hablan, el uruquilla, la misteriosa lengua atribuida a los tiahuanacotas y al idioma secreto de los incas, tuvo su origen en el universo Uru-Chipaya

Por todo ello, si algún pueblo podría considerarse como el verdadero depositario de la legitimidad territorial en Bolivia ese es el Uru-Chipaya. Pues bien, es ese pueblo el que desesperado por el avasallamiento prepotente de sus vecinos Aymaras que han ido apropiándose de su espacio ancestral, llega a La Paz para hablar con su Presidente, el primer Presidente indígena de la historia, aquel que debió ir a darles encuentro en su caminata para garantizar a nombre del Estado Plurinacional que sus tierras ancestrales serán preservadas, que su hábitat, el moribundo Poopó, será protegido y que se hará un trabajo serio de recuperación de la vida en las agonizantes aguas de tan legendario lugar de la nación.

La marcha de los Urus, como en su momento lo demostró la que realizaron de los indígenas del TIPNIS, pone en evidencia una realidad dramática, el quiebre entre la retórica “descolonizadora” e indigenista de un régimen que está obsesionado con “transformaciones” en la reinvención de nuestra historia, en la educación, en las formas traducidas en una y mil leyes, en las que la Pachamama y sus derechos, la armonía hombre-naturaleza, la preservación del medio ambiente, la legalización mundial de la coca y un largo etcétera, van por un camino totalmente distinto al de la terrible realidad.

El grito de los Urus podría ser perfectamente el de los Pacahuaras, el de los Guarasugwes, el de los Tapietes, el de lo Morés, Aaronas, Machineris, Yaminahuas, Yuquis, Sirionós o Canichanas, pueblos amazónicos con poblaciones (todos ellos) con menos de 500 individuos por comunidad. Pueblos seriamente amenazados por los colonizadores andinos (mal definidos como comunidades interculturales), por grupos empresariales, por el avance de la “modernidad”, acosados en sus espacios naturales, en su lengua y en sus formas de vida.

No basta con una concesión legal de Territorios Indígena Originario Campesinos (TIOCs), no basta con apoyos circunstanciales de salud o comunicación, es imperativa una política de Estado para responder al gran desafío del vínculo traumático entre estos pueblos y un incremento irrefrenable de un mundo que los avasalla y contra el que poco o nada pueden hacer.

Los Uru-Chipayas y esa decena de pueblos pomposamente reconocidos por la Constitución, son los verdaderos parias de este Estado Plurinacional, atragantado de frases grandilocuentes.

Carlos D. Mesa Gisbert

Comentarios

  1. Porqué hay personas que defienden la política indigena del Evismo? Porque temen perder sus pegas, nada MAS. Es aberrante la idea de que Evo es indígena o de que piensa igual que un indígena, y mucho menos de que tiene el mismo corazón que un indígena, porque NO es indígena sino mestizo. Es cholo, como decimos en Bolivia. Y los cholos odian lo indígena porque no quieren verse en ese espejo. El cholaje boliviano en contra de lo más boliviano: lo indígena. Una pena. Un error histórico que debe ser reparado cuanto antes. Los indígenas son nuestros, son Buenos Bolivianos. Merecen dejar de ser simplemente fotos. Merecen ser humanizados por todos los Buenos Bolivianos, cholos o no.

    • Claro, pero una vez que los indigenas llegen al poder, entonces tambien seran acribillados por todas las redes sociales posibles, todo el poder empresarial que verá amenazados en su accionar dominante y de sometimiento. Habrase visto tanta hipocresia al decir “los indigenas son nuestros”, en realidad el unico indigena bueno, es aquel que conoce y acepta su lugar en el mundo, es decir el de peon, el de pongo, hay si se atreve siquiera a mirar la silla presidencial, no han nacido para esto. Luego vendra todo un sortilegio seudo intelectuales que pretendan dar sustento a lo que realmente es la verdadera maldición en nuestro pais, un xenofobia aberrante troglodita a todo lo que represente al indigena, cholo, gente de color moreno (oscuro) que se atreve a desafiar el “orden” establecido de los unos por sobre los otros.

  2. Mi familia viene de Oruro y por lo tanto siempre me auto identifiqué como Uru. De todos los pueblos del mundo, según ciertas fuentes, los mejores candidatos a ser descendientes de la Atlántida. 

    El discurso indigenista ahora se complica con la realidad. Mucho mas antes de la colonia, el país no era el de las maravillas como ciertos “intelectuales” masistas han estado planteando en los diferentes espacios de opinión que hay. El altiplano no era un Edén antes de la nefasta era de conquista y colonia. Los incas recién consolidaron un imperio que costo cientos de años de sanguinarias guerras. En nuestro país, contra los aymaras y demas naciones originarias. Durante este tiempo también hubo conflictos entre indígenas de tierras altas vs bajas, los cuales continúan hasta hoy y se puede observar en el trato discriminatorio hacia los de tierras bajas.

    Si bien el indigenismo le sirvió al MAS y le ayudo a pintar a la oposición como “colonialista,” ahora se van viendo las grietas del MAS en este frente. El TIPNIS le costó el apoyo de los indígenas de tierras bajas. Ahora este conflicto y el aeropuerto sin duda erosionaran su base en el altiplano. Evo no es originario, es un mestizo, y especialmente es un cocalero. Esto y la diversidad de pueblos (cada cual con sus propios intereses) forman la falla tectónica del discurso indigenista.

    El Cocalero como presidente de las 6 Federaciones nunca dejo de proteger los intereses de los cocaleros. Mas allá de la producción de coca y narcotráfico, elefantes blancos como la industrialización de coca, fabrica de cartón, la mismísima carretera TIPNIS, y demás, han sido para el beneficio del Chapare. Los Yungas no puede jactarse de este tipo de bonanza, pero igual que nada, si eres cocalero, Evo ha sido tu buen Gran Hermano. 

    Sin embargo, como lo demuestra la marcha de los Urus, para el sector del país que no es cocalero, masista, o no-libre-pensante, Evo, Linera, y Quintana están empecinados en instalar al Gran Hermano en Bolivia. El newspeak ya esta aquí: neoliberal, vendepatria, CIA, Imperio, infiltrados, etc.. Un día lo blanco (algun ministo) es negro (se vuelve libre-pensante) y el siguiente es nuevamente blanco (se retracta de libre-pensante). Paranoica constante en contra del enemigo, con acusaciones que insultan la inteligencia del país. Sim embargo, ya se observa un desgaste. El entusiasmo baja y el pueblo ya se cansa y se da cuenta que son las mismas mentiras de siempre. 

    Pero la muerte de Chávez y la marcha de los Urus les complica la cosa. Espermos que no masacren a ningun compañero Uru. Si la sangre Uru toca el altiplano, Evo termina como Villaroel y Linera como su querido Robespierre.

    • Y en la hipótesis de que eso fuera cierto (hoy tienen energía eléctrica, por ejemplo), eso exime al Presidente Morales?. ¿No es él, campeón de los indígenas? ¿No es el primer compromiso de este gobierno defenderlos, y promover su futuro? Si nadie hubiera hecho NADA por los urus, nadie tiene derecho a exigirle al primer gobierno de un Presidente Indígena que tiene una retórica impresionante sobre el tema, NADA para los urus? ¿Hasta cuando la coartada va a ser, “pero si nadie ha hecho nada”, “Pero si siempre se robaba”, “pero si la justicia nunca funciono”.
      ¿No era que este gobierno traía una nueva ética y una nueva actitud hacia sus compatriotas?

      • Concuerdo con usted señor Mesa, la retórica del gobierno se basa en un denominador repetitivo, cansador y trillado, llamado “proceso de cambio”. Un ejemplo de mestizaje es el comportamiento de los miembros que profesan dicho slogan (ya que eso es, nada más, nada menos”), se la pasan hechando la culpa a la república y los yanquis de todos nuestro males, con ellos empezamos de nuevo?, acaso hay algo distinto?, basta con decir, esque ahora somos menos corruptos, o menos ladrones???, bastará con eso???….

         
  3. Todas las historietas que intentan introducirnos COMO SEA, los actuales duenos de la verdad absoluta es una “tremenda mentira”, que ni ellos mismos se la creen.
    Los preceptos incaicos, incluido el ama llunku es una demostracion inequivoca que desde aquellos tiempos la corrupcion, la delincuencia y sus ramificaciones las venimos cargando como ekeko, es falso que todos nuestros males los heredamos de los Espanoles. Eso lo del buen vivir, son alusinaciones que causa el exceso de alcaloides en el cerebro. El buen vivir se lo adquiere creando fuentes de empleo para que cada trabajador disponga de su salario en lo que mejor le convenga.
    Comentando sobre el tema de los Urus, es bueno recordar los analisis criticos constructivos de Alcides Arguedas, cuando explica el poder destructivo de los indios alcoholizados y anesteciados con la hoja sagrada, que muy rara vez se juntan y la vez que lo hacen, son capaces hasta de haber extinguido la civilizacion Tiawanacota solo por envidia o por capricho del caudillo de la epoca.
    Toda la sabiduria Aimara acumulada a lo largo de 5.521 anos (fantasia surrealista) no nos sirve absolutamente para nada, es como si no hubiesen existido. De lo poco que sabemos de esta cultura, es muy posible que en sus momentos animalcanivalescos hubiesen exterminado otras culturas que no llegamos a conocer. con mi empirica, bizarra e inverosimil vision historica puedo diagnosticar tiempos malos a todas las culturas que no comulguen con los llamados a construir el NUEVO ORDEN MUNDIAL.

  4. Evo Morales no es un indigena sino un mestizo indigenista con apellido sefardita, estos judios que vienieron a America, la Tierra prometida, para colonizarla y explotarla. Evo Morales ha sido lanzado en la politica por George Soros, el megaespeculador, destructor de los pueblos y de las naciones.

 
 

 

Lire la suite

Greensleeves (Daniel Estrem, luth)

29 Juillet 2019 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Pierre-Antoine Plaquevent: "Soros et la société ouverte : métapolitique du globalisme"

28 Juillet 2019 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

"Le critère du politique, c'est la définition de l'ennemi."

Carl Schmitt.

 

Source et panorama des travaux de P.-A. Plaquevent et de ses entretiens, sur le site des Editions Le retour aux sources:

https://www.leretourauxsources.com/blog/pierre-antoine-plaquevent-c117

Lire la suite

La démocratie génocidaire occidentale (Bruno Guigue)

26 Juillet 2019 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

(...)

En fait, la coïncidence est frappante entre la promotion de la démocratie occidentale et le massacre de masse qui en est l’application pratique. Le scénario est toujours le même : on commence avec la déclaration des droits de l’homme et on finit avec les B 52. Or ce tropisme de la politique étrangère des Etats-Unis – et de leurs alliés - est une conséquence directe de leur libéralisme. Cet aspect de l’histoire des idées est peu connu, mais la doctrine libérale a parfaitement assimilé l’idée que pour garantir la liberté des uns, il fallait s’assurer de la soumission des autres. Père fondateur des Etats-Unis, un libéral comme Benjamin Franklin, par exemple, était opposé à l’installation de réseaux d’assainissement dans les quartiers pauvres, car elle risquait, en améliorant leurs conditions de vie, de rendre les ouvriers moins coopératifs. En somme, il faut bien affamer les pauvres si l’on veut les soumettre, et il faut bien les soumettre si l’on veut les faire travailler pour les riches. A l’échelle internationale, la puissance économique dominante applique exactement la même politique : l’embargo qui élimine les faibles contraindra les survivants, d’une manière ou d’une autre, à servir leurs nouveaux maîtres. Sinon, il reste encore les B 52 et les missiles de croisière. 

Ce n’est pas un hasard si la démocratie américaine, ce modèle diffusé dans tous les foyers du village planétaire par Coca-Cola, a été fondée par des planteurs esclavagistes et génocidaires. Il y avait 9 millions d’Amérindiens en Amérique du Nord en 1800. Un siècle plus tard, ils étaient 300 000. Comme dirait Alexis de Tocqueville, « La démocratie en Amérique » est passée par là, avec ses couvertures empoisonnées et ses mitrailleuses Gatling. Les sauvages emplumés du nouveau Monde préfiguraient les enfants irakiens dans le rôle de cette humanité surnuméraire dont on se déleste, sans remords, si les circonstances l’exigent. D’un siècle à l’autre, les Américains ont donc transposé à l’échelle du monde leur modèle endogène. En 1946, George Kennan écrivait aux dirigeants de son pays que leur tâche séculaire serait de perpétuer l’énorme privilège octroyé par les hasards de l’histoire aux Etats-Unis d’Amérique : posséder 50 % de la richesse pour 6 % à peine de la population mondiale. Les autres nations seront jalouses, elles voudront faire croître leur part du gâteau, et il faudra les en empêcher. La « nation exceptionnelle » ne partage pas les bénéfices, sauf si c’est dans son intérêt. 

Une caractéristique majeure de l’esprit américain a favorisé cette transposition de la prétendue démocratie américaine à l’échelle du monde. C’est la conviction de l’élection divine, l’identification au Nouvel Israël, bref le mythe de la « destinée manifeste ». Tout ce qui vient de la nation élue de Dieu appartient derechef au camp du Bien, y compris les bombes incendiaires. Cette mythologie est le plus puissant ressort de la bonne conscience yankee, celle qui fait vitrifier des populations entières sans le moindre état d’âme, comme le général Curtis Le May, chef de l’aviation américaine, se vantant d’avoir grillé au napalm 20 % de la population nord-coréenne. Depuis 1945, les USA ont réalisé une conjonction inédite entre une puissance matérielle sans précédent et une religion ethnique inspirée de l’Ancien Testament. Mais cette puissance a été surclassée en 2014 lorsque le PIB chinois, en parité de pouvoir d’achat, a dépassé celui des Etats-Unis. Quant à l’Ancien Testament, il n’est pas sûr qu’il suffise à perpétuer une domination qui s’effrite inexorablement. 

Bruno Guigue

Source: https://www.palestine-solidarite.org/analyses.bruno_guigue.010619.htm


 

Hanne Nabintu Herland: The Culture War

Hanne Nabintu Herland: The Culture War

Lire la suite

Israël Adam Shamir, Jean-Michel Vernochet et Maria Poumier s'entretiennent au sujet du réchauffement climatique.

25 Juillet 2019 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Entretien réalisé le 20 juin 2019.

Dans la première partie, vers la minute 3, l'écrivain russe Israël Adam Shamir parle de la question fondamentale de la destruction des forêts, qui a un impact direct sur le climat, sans parler des énormes conséquences sur la vie de la faune et de la flore sauvages et des hommes.

Et, évidemment, tous les trois ont raison de dire que l'humanité, dans son histoire récente, a vu de multiples changements climatiques; réchauffements, refroidissements, pas plus imputables à l'homme que l'actuel. Et puis, les hommes et la nature se sont toujours adaptés. Les vieux sages taoïstes ne disaient-ils pas que "la seule chose qui ne change jamais, c'est que tout change toujours" ?

Protéger les forêts et s'adapter aux changements climatiques quels qu'ils soient me semblent être la meilleure attitude possible.

Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Forest bathing, "Shinrin-Yoku": le bain de forêt.

21 Juillet 2019 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Pins sylvestres (Pinus silvestris) et myrique baumier (Myrica gale) échangent leurs parfums dans la Forêt de Rambouillet (Yvelines), entre Saint-Léger, Gambaiseuil et Condé-sur-Vesgre. Photo: Pierre-Olivier Combelles. Appareil: Fujifilm X100T.

Pins sylvestres (Pinus silvestris) et myrique baumier (Myrica gale) échangent leurs parfums dans la Forêt de Rambouillet (Yvelines), entre Saint-Léger, Gambaiseuil et Condé-sur-Vesgre. Photo: Pierre-Olivier Combelles. Appareil: Fujifilm X100T.

Lire la suite

8 juillet: fête de Saint Thibaut de Marly, IXe Abbé des Vaux de Cernay

8 Juillet 2019 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Saint Thibaut

 

Humble et ardent serviteur du Christ et de la vierge Marie, mère de Dieu

Ami des Justes

Protecteur des Faibles

Conseiller des Forts

Saint Thibaut bénissant le roi saint Louis et la reine Marguerite dans l'abbaye des Vaux de Cernay (Yvelines). Vitrail de l'église du Perray en Yvelines, offert par la comtesse Potocka. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Saint Thibaut bénissant le roi saint Louis et la reine Marguerite dans l'abbaye des Vaux de Cernay (Yvelines). Vitrail de l'église du Perray en Yvelines, offert par la comtesse Potocka. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Pierre tombale de Saint Thibaut de Marly exposée dans l'abbatiale des Vaux de Cernay (Yvelines). Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Pierre tombale de Saint Thibaut de Marly exposée dans l'abbatiale des Vaux de Cernay (Yvelines). Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Reliques de Saint Thibaut de Marly. Elles sont conservées dans l'église de Cernay la Ville (Yvelines). Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Reliques de Saint Thibaut de Marly. Elles sont conservées dans l'église de Cernay la Ville (Yvelines). Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Lire la suite

Les forêts de l’hémisphère nord absorbent de plus en plus de CO2. (Usbek/climato-realistes.fr/ d'après Nature)

30 Juin 2019 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

N'importe quel naturaliste ou simple promeneur dans la nature un peu observateur a remarqué que depuis un certain nombre d'années, en France par exemple, la végétation est de plus en plus exubérante, et la floraison notamment. Que ce soit dans les forêts, dans les campagnes ou même dans les villes où par exemple les violettes, les fraisiers sauvages et les primevères se répandent partout sur les talus, au pied des murs ou dans les jardins.

POC


Les forêts de l’hémisphère nord absorbent de plus en plus de CO2 selon une récente étude publiée dans la revue Nature
18 avril 2019 / Usbek

Les forêts de l’hémisphère nord absorbent de plus en plus de CO2 produit par l’Homme, contribuant ainsi à ralentir le réchauffement climatique. C’est la bonne nouvelle annoncée par une équipe internationale de chercheurs menée par Philippe Ciais, directeur de recherche au laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement (LSCE) à Gif sur Yvette. Leurs résultats publiés dans le journal Nature le 3 avril 2019 expliquent que ce phénomène est lié à la croissance des forêts ces dernières décennies.

Cette publication a fait l’objet d’un communiqué de presse du CEA, assorti d’une Video explicative.


Une intensification de l’absorption du carbone par la végétation de l’hémisphère nord

L’équipe a reconstruit l’évolution des puits de carbone des continents, à l’aide d’enregistrements de la teneur atmosphérique en CO2, entre 1958 et 2016. Ces enregistrements qui couvrent une période de plus de 50 ans proviennent des deux plus anciennes stations de mesure atmosphérique du CO2 : « Mauna Loa », situé à Hawaï pour l’hémisphère nord et « Pôle Sud » en Antarctique pour l’hémisphère sud.

On savait jusqu’à présent que la végétation terrestre et les océans capturent une quantité de CO2 égale à la moitié des émissions générées par les activités humaines (IPCC, 2013 Chapitre 6). Cette nouvelle étude montre que le puits de la végétation dans l’hémisphère nord a eu un rôle prédominant dans cette absorption globale depuis 50 ans. Loin d’être compromis par les sécheresses et les changements climatiques récents, ce puits de carbone a même considérablement augmenté au cours des vingt dernières années.

« De 1958 à nos jours, la végétation de l’hémisphère nord a continué d’absorber une quantité importante de CO2 avec deux augmentations significatives dans les années 1990, puis 2000 », explique Philippe Ciais.

L’ampleur de l’absorption du CO2 avait été sous-estimée par tous les modèles. Pour les scientifiques qui ont mené l’étude, il faudrait prendre en compte un plus grand nombre de paramètres, par exemple l’accroissement de la surface des forêts et les dépôts d’azote.


L’hémisphère nord absorbe plus de CO2

La concentration en dioxyde de carbone est en moyenne plus élevée au nord de l’équateur, où se trouvent la plupart des régions industrialisées. La quasi-totalité des émissions de CO2 fossile mondiales sont dans l’hémisphère Nord. Lors de la dernière décennie, les continents au nord de l’équateur en ont absorbé 25%, dont la moitié environ dans les forêts.

La différence de niveau entre les deux hémisphères n’est pas aussi importante que ne le laisse anticiper la différence entre bilans des émissions fossiles dans l’hémisphère nord et sud. Cela ne peut s’expliquer que par l’ajout d’un puits de CO2 considérable chaque année en partie dans les océans, mais principalement sur les continents du Nord.


La végétation de l’hémisphère nord, élément essentiel contre le réchauffement climatique

Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer ce phénomène réel d’augmentation de l’absorption du carbone dans l’hémisphère Nord : la croissance de la superficie forestière mais aussi la fertilisation des écosystèmes en Asie qui ont été exposés à des quantités accrues d’azote provenant de l’atmosphère et à des modifications des pratiques de gestion des sols.


L’augmentation de la superficie forestière

L’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère et le changement climatique créent des conditions favorables à la croissance des forêts.

La superficie de la forêt est en augmentation dans de nombreuses régions. En France, elle représentait par exemple 8,5 millions d’hectares en 1850, contre plus de 17 millions d’hectares aujourd’hui, d’après l’ONF (Office National des Forêts). « Dans l’hémisphère nord, il y a une augmentation des surfaces forestières. Par exemple dans l’ancienne URSS, l’abandon de terres agricoles conduit à la repousse de forêts »  note Philippe Ciais, mais cet effet n’explique pas la totalité du puits de carbone déduit des mesures atmosphériques.


Un fort taux d’azote provoque une croissance des arbres

Un autre facteur explique la croissance de la végétation : l’augmentation des apports en azote, un élément essentiel pour les plantes. Les chercheurs expliquent :  « Cet azote est déposé à la suite de combustions de fuels et par les émissions des sols agricoles ». Ce phénomène de rejets azotés est particulièrement important en Asie, par rapport à l’Europe ou l’Amérique du Nord. S’il n’y a pas assez d’azote recyclé par la décomposition de la matière organique des sols, on peut avoir une limitation de la croissance des végétaux, qui réduit donc l’absorption du CO2. Donc le dépôt d’azote par la pollution permet sous certaines conditions d’augmenter la fixation du CO2. Une étude menée aux États-Unis publiée dans Nature en 2009 avait montré qu’un enrichissement du sol en azote était bénéfique pour tous les arbres dont les racines sont associées avec des champignons, une symbiose très répandue appelée mycorhize. Dans les forêts nord-américaines, cela aurait permis d’augmenter de 40% la quantité de carbone capturée par rapport à la période pré-industrielle.


Le phénomène va s’accentuer

Ce puits de carbone devrait encore évoluer les prochaines années. « Les modèles projettent une augmentation future mais estiment mal le risque de pertes liées aux feux de forêt et aux insectes qui attaquent les arbres, et peuvent les faire mourir  »  conclut Philippe Ciais.

Source: https://www.climato-realistes.fr/les-forets-de-lhemisphere-nord-absorbent-de-plus-en-plus-de-co2/

Five decades of northern land carbon uptake revealed by the interhemispheric CO2 gradient, by P. Ciais et al. https://www.nature.com/articles/s41586-019-1078-6

Lire la suite

Les Brigandes: Liberté

23 Juin 2019 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Entretien avec Piotr O. Tolstoï, vice-président de la Douma de la Fédération de Russie (Horizons et Débats, Suisse)

15 Juin 2019 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

«Le plus important est d’éviter la guerre, les conflits militaires»
Des difficultés à surmonter les préjugés
Interview de Piotr O. Tolstoï,* vice-président de la Douma de la Fédération de Russie

hd. Dans notre édition no 9 du 15 avril 2019**, nous avons présenté un compte rendu de la Conférence intitulée «Ne jamais oublier: favoriser la paix et la prospérité au lieu de la guerre et la pauvreté» de Belgrade. Piotr O. Tolstoï était un des intervenants et membre de l’importante délégation russe. «Horizons et débats» s’est entretenu avec lui en marge de cette Conférence.

Horizons et débats: Quel était à l’époque votre situation personnelle lors du début de la guerre d’agression de l’OTAN contre la République fédérale de Yougoslavie?

Piotr Olegovitch Tolstoï: Il y a vingt ans, je travaillais comme journaliste à la Télévision russe. Quand les bombardements ont commencé, j’étais tous les jours en contact direct avec Belgrade. Je me rappelle très bien, par exemple, que j’étais avec mon ami journaliste Evgueniy Baranov – également présent à ce congrès – lui à Belgrade et moi au studio de Moscou au moment où les bombes sont tombées sur le bâtiment de la Télévision serbe. Soudainement, nous avons perdu le son, la ligne était interrompue.
Pour moi, cela fut un sérieux défi professionnel, car à l’époque à la Télévision russe, on travaillait sans programme de réserve. J’avais donc trente minutes d’émission devant moi, j’avais perdu le son et le lien avec Belgrade et, en tant que présentateur de télé, il fallait remplir cette demi-heure, en direct. Pour finir, nous avons discuté de la situation et surtout des conséquences de cette attaque de l’OTAN pour la Russie et pour la politique internationale avec divers invités russes, qui sont également présents aujourd’hui au congrès. Ce fut une leçon très claire pour tout le pays et pour la plupart des citoyens russes. Cette attaque transforma fortement le point de vue qu’ils avaient de l’Occident, avant et après l’agression envers la Yougoslavie. Ce fut la première rupture de confiance entre la Russie et l’Occident. Puis, il y eut Evgueni Primakov qui fit demi-tour avec son avion1 – selon moi, à juste titre – ce qui a influencé négativement les relations entre l’Occident et la Russie. C’est bien dommage, mais malheureusement c’est comme cela. Et il semble impossible de changer cela à court terme.

Vous avez mentionné qu’il y a des leçons à tirer de cette guerre. A quoi pensez-vous?

En premier lieu, je suis convaincu qu’aucune raison humanitaire, aucune raison de protection des droits de l’homme, aucune raison de protection des conflits interethniques ne peut justifier une intervention militaire – pour éviter le mot agression – dans les affaires souveraines d’un pays. Dans notre politique internationale, nous partons de ce principe-là.
Je peux vous dire que la grande majorité des parlementaires – de nos collègues présents dans l’Union interparlementaire (UIP, organe rattaché à l’ONU) – ont voté une résolution proposée par la Russie, selon laquelle il doit être impossible de s’immiscer de cette façon dans les affaires intérieures d’un pays souverain. Si nous insistons sur ce point, ce n’est pas en raison du risque d’une intervention contre nous. En effet, grâce à l’héritage de l’URSS, la Russie n’est pas soumise à cette menace, car heureusement, elle possède l’arme nucléaire.
Mais nous avons tous pu observer les transformations ayant eu lieu dans plusieurs pays européens – mais également en Afghanistan, en Irak et en Libye – où la démocratie n’a finalement pas gagné. Lorsque de telles interventions sont lancées, on avance toujours de beaux principes que nous soutenons aussi: liberté, droits de l’homme, démocratie etc. Y a-t-il aujourd’hui la démocratie en Afghanistan, en Libye ou dans tous les autres pays attaqués?
A mon avis, c’est ce qui est à l’origine de la décision du président Vladimir Poutine d’accepter la demande de Bachar el-Assad de s’engager en Syrie. Ce n’est pas parce qu’un dictateur Poutine veut soutenir un dictateur Assad. Pas du tout. C’est parce que la Russie voulait soutenir la structure étatique sur le territoire de la Syrie. Car son éclatement aurait eu des conséquences bien pires qu’aujourd’hui en Libye. L’essentiel – indépendamment du sort d’Assad – était de préserver les structures étatiques, pour contrer le terrorisme international.
Et d’ailleurs, je crois qu’en Europe on ne se rend pas compte que, grâce à cela, aujourd’hui, on ne trouve plus de vidéos montrant comme on coupe la tête à des personnes en habits orange sur YouTube. Ces gens-là ont été éliminés du territoire syrien par les Russes, les Iraniens, le Hezbollah. Cela ne plaît pas à la coalition des soixante pays occidentaux ayant commencé à faire cela en Irak. Mais peu importe, je suis sûr et certain que c’était la bonne décision pour la Syrie et également pour le monde entier, parce que c’est la façon dont on peut sortir de pareilles crises.

La Syrie est le premier pays où on a réussi à stopper les terroristes …

… à repousser, on ne peut pas dire stopper, parce qu’ils sont partis en Afrique, ils sont un peu partout. Mais quand-même, on a réussi à limiter leurs activités. Je souligne, que les Russes se sont rendus en Syrie suite à la demande du gouvernement syrien. Peu importe ce qu’on pense d’Assad et de son gouvernement, c’est le gouvernement reconnu par la communauté internationale représentée à l’ONU qui a officiellement demandé à la Russie de le soutenir. Les forces russes ne sont pas venues à la manière des avions de l’OTAN, partis de leur base d’Aviano en Italie pour déverser des bombes au nom de la démocratie sur la Serbie.

Faut-il encore expliquer cela aujourd’hui?

Oui. Je souligne tout cela parce que, dans l’opinion publique et la presse occidentale, on véhicule des clichés irréalistes sur la situation en Syrie et en Ukraine en relation avec la Russie, sur le gaz, sur plusieurs sujets … Cette diffusion irresponsable de clichés un peu idiots déforme l’opinion publique de manière importante.
Suite à cela, il faut recommencer à expliquer les réalités aux gens en partant de zéro. Moi-même, je m’entretiens souvent avec les députés de plusieurs Parlements européens. Mes collègues néerlandais, par exemple, ne savaient pas que l’Ukraine faisait partie de la Russie. Ils croyaient qu’elle avait toujours été indépendante et que la Russie en avait annexé une partie. Ils ne savaient pas qu’il y a vingt millions de Russes sur le territoire de l’Ukraine. Ils ignoraient tout de l’histoire. Quand j’ai commencé à leur expliquer point par point, ils étaient très étonnés et ont dit: mais alors, cela change tout!

En tant que participants suisses, d’un pays non membre de l’OTAN, nous aimerions bien savoir quelles sont vos relations avec la Suisse?

Nous avons de très bonnes relations avec la Suisse. Lors d’un petit déjeuner, j’ai rencontré M. Yves Rossier, l’ambassadeur suisse à Moscou. La Suisse tente toujours de jouer le rôle d’intermédiaire entre l’Occident et la Russie.

Aussi concernant les sanctions?

Oui. Mais politiquement, je peux vous dire que malgré les visites réciproques auxquelles j’ai participé – de la présidence du Parlement suisse à Moscou et de la présidence du Parlement russe en Suisse –, nous n’avons pas, à l’heure actuelle, de travail interparlementaire entre les deux Parlements. La cause en est les sanctions contre la Russie et la prudence politique de nos collègues suisses. Mais nous les comprenons bien. Les tentatives des Suisses pour garder le statut de neutralité sont intéressantes. Historiquement, la Suisse est un pays ayant souvent été le lieu de négociations difficiles, où ont été signés des accords fondamentaux sur la sécurité internationale.

Actuellement, nous connaissons des soucis concernant le retrait des USA du Traité sur les missiles à portée intermédiaire.

En effet, depuis le retrait des Etats-Unis du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF), la sécurité en Europe s’est beaucoup dégradée. Et malheureusement, les bases militaires de l’OTAN se trouvent maintenant près de la frontière russe en Bulgarie, en Roumanie, en Pologne et bientôt dans les Pays baltes. Le temps de vol d’un missile envoyé depuis la Roumanie en direction de Moscou est de dix minutes. Avec cet élargissement de l’OTAN vers l’Est, nous nous sentons bien un peu entourloupés.

Que pensez-vous qu’on puisse faire pour améliorer cette situation?

C’est très difficile. Il faut arriver à corriger, à surmonter les clichés dans l’opinion publique, il faut tout remettre à zéro, il faut se mettre à la table des négociations. On dit parfois qu’il faut renouveler le Traité de Yalta. Mais avant Yalta, il y avait la guerre. On aimerait bien éviter la guerre, éviter les conflits militaires. C’est le plus important.

Le retour à la table des négociations est de loin la meilleure solution.

Nous sommes prêts! Nous sommes ouverts à cela. La Russie souligne cela, Poutine le dit à chaque occasion, le ministre des Affaires étrangères et moi-même, en tant que membre de la présidence du Parlement, le soulignons lors de toutes nos rencontres au niveau international. Nous sommes, par exemple, en dialogue au niveau parlementaire avec les Américains qui aiment bien rencontrer les délégations russes à l’OSCE à Vienne. Nous discutons de beaucoup de choses, mais le problème c’est justement de surmonter cette vague des stéréotypes qu’on rencontre aujourd’hui dans de nombreux médias, dans la politique internationale et également chez bon nombre de politiciens.
Nous espérons donc que, tôt ou tard, cela change, sinon, le conflit militaire est inévitable. Et nous ne voulons pas que cela arrive.

L’Allemagne joue un rôle prépondérant dans le conflit entre l’OTAN et la Russie. Comment voyez-vous les relations germano-russes?

Nous avons de très bonnes relations avec l’Allemagne. C’est notre partenaire économique numéro un en Europe. Nous sommes en train d’effectuer ensemble un projet très important pour toute l’Europe, le gazoduc Nord Stream 2, qui est d’ailleurs qualifié par certains comme une arme politique. On nous dit que c’est le pacte Molotov-Ribbentrop dans le domaine du gaz, ou d’autres bêtises similaires. A mon avis, ce gazoduc rend l’économie allemande plus concurrentielle, car notre gaz est 40% moins cher que le gaz liquéfié américain. Donc, pour l’instant, j’espère que le gaz russe va avoir un effet positif à long terme pour l’économie de tout l’Europe.

Quel rôle jouent les contacts directs entre citoyennes et citoyens de nos deux pays, par exemple sous la forme des jumelages de villes, face aux difficultés d’entente mentionnées précédemment?

Nous partons du principe que plus il y a de contacts, mieux c’est. Lors du championnat du monde de football de 2018, des centaines de milliers de personnes sont venues en Russie. Elles ont réalisé que ce n’est pas un pays dans lequel on ne trouve que des ours et des balalaïkas, stéréotypes souvent diffusés. Ce fut très efficace. Nous sommes donc ouverts à tous les échanges possibles et imaginables et, naturellement, à tous les échanges entre les villes aussi.
Nous sommes en train d’élaborer un projet de visas électroniques que l’on pourra commander par l’ordinateur de chez soi. La Russie est ouverte à tous les échanges. Le problème vient justement du fait qu’il y a quelques différences entre la réalité et les stéréotypes circulant dans l’opinion publique. Les gens pensent que notre pays est très lointain et quand on leur dit que Moscou est à trois heures de vol de Genève, ils ont de la peine à y croire.
Donc on verra bien. Nous invitons toujours tout le monde. Venez voir comment nous vivons. Nous avons de très nombreux problèmes à l’intérieur du pays, nous en sommes conscients. C’est un immense pays. Mais ne rajoutons pas, par dessus le marché, des tensions internationales au niveau de la politique internationale. J’espère que tôt ou tard la situation s’améliora – en faveur d’échanges sur un pied d’égalité.

Cher Monsieur, nous vous remercions de cet entretien.    •

* Piotr Olegovitch Tolstoï est journaliste. Il fut un ancien présentateur-vedette de la 1re chaîne de TV russe et depuis 2014, membre de la Chambre basse du Parlement russe (Douma). Depuis 2016, il est l’un des vice-présidents de la Douma. Il est membre du parti gouvernemental «Russie unie». Il est également membre de la Chambre sociétale de la Fédération de Russie, dont la mission est, entre autres, de faire connaître les intérêts des citoyens et des associations sociétales au sein des organisations étatiques. En 1999, lors des bombardements de l’OTAN en Serbie, il était présentateur à la télévision étatique russe et informait quotidiennement au sujet de la situation et des effets de la guerre. Par ailleurs, Piotr Tolstoï est l’arrière-arrière petit-fils de l’écrivain et philosophe Léon Tolstoï (1828–1910).

** https://www.zeit-fragen.ch/fr/editions/2019/n-9-15-avril-2019/arretez-la-confrontation-commencez-a-dialoguer.html

1    Evgueni Primakov, président du gouvernement de la Fédération de Russie, ordonne le 24 mars 1999 en plein vol au commandant de bord de son avion, devant se rendre aux Etats-Unis afin d’effectuer une visite officielle à Washington, de rentrer immédiatement à Moscou en signe de protestation, lorsque les premières bombes de l’OTAN s’abattent sur Belgrade (ndlr.)

Source: https://www.zeit-fragen.ch/fr/editions/2019/n-11-13-mai-2019/le-plus-important-est-deviter-la-guerre-les-conflits-militaires.html

Note: Cet entretien s'est tenu à Belgrade en français, langue que possède particulièrement bien Piotr O. Tolstoï, comme on le voit!

Piotr Olegovich Tolstoï, vice-Président de la Douma de la Fédération de Russie

Piotr Olegovich Tolstoï, vice-Président de la Douma de la Fédération de Russie

Petr Olegovich Tolstoy sur le site de la Duma:

http://duma.gov.ru/en/duma/persons/99112869/news/

Armes de la famille Tolstoï

Armes de la famille Tolstoï

Lire la suite