Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste
Articles récents
Lire la suite

La panique du coronavirus est le produit de l'urbanisation généralisée des sociétés humaines. Une relecture de Lewis Mumford

21 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Opération Coronavirus, #Philosophie

Toutes mes méthodes, tous mes moyens sont sensés: c'est mon but qui est fou.

Capitaine Achab (Moby Dick, par Herman Melville). Cité par L. Mumford dans "Le Mythe de la machine" (trad. fr. Fayard, 1974).

"La société des grandes métropoles est particulièrement bien outillée pour éliminer les initiatives spontanées et l’indépendance de l’esprit."


"Au dernier stade de son développement, la métropole capitaliste est devenue le ressort essentiel qui assure le fonctionnement de cet absurde système. Elle procure à ses victimes l’illusion de la puissance, de la richesse, du bonheur, l’illusion d’atteindre au plus haut point de la perfection humaine.
En fait, leur vie est sans cesse menacée, leur opulence est éphémère et privée de goût, leurs loisirs sont désespérément monotones, et leur peur justifiée de la violence aveugle et d’une mort brutale pèse sur cette apparence de bonheur. Dans un monde où ils ne peuvent plus reconnaître leur œuvre, ils se sentent de plus en plus étrangers et menacés : un monde qui de plus en plus échappe au contrôle des hommes, et qui, pour l’humanité, a de moins en moins de sens.
Certes, il faut savoir détourner les yeux des sombres aspects de la réalité quotidienne pour prétendre, dans ces conditions, que la civilisation humaine a atteint son plus brillant sommet.
Mais c’est à cette attitude que les citoyens de la métropole s’entraînent chaque jour : ils ne vivent pas dans un univers réel, mais dans un monde de fantasmes, habilement machiné dans tout leur environnement, avec des placards, des images, des effets de lumière et de la pellicule impressionnée ; un monde de murs vitrés, de plexiglass, de cellophane, qui les isole de leur peine et des mortifications de la vie, - monde d’illusionnistes professionnels entourés de leurs dupes crédules. (…)
Les spectateurs ne conversent plus comme des personnes qui se rencontrent au croisement des routes, sur la place publique, autour d’une table. Par l’antenne de la radio et de la télévision, un très petits nombre d’individus interprètent à notre place, avec une adresse toute professionnelle, les mouvements d’opinion et les événements quotidiens. Ainsi les occupations les plus naturelles, les actes les plus spontanées sont l’objet d’une surveillance professionnelle et soumis à un contrôle centralisé. Des moyens de diffusion, aussi puissants que variés, donnent aux plus éphémères et aux plus médiocres ouvrages un éclat et une résonance qui dépassent de loin leurs mérites.

Lewis Mumford, La Cité à travers l'histoire.

Collection Esprit, Editions du Seuil (Paris)

Nouvelle édition (et traduction française): Agone (2011)

 

« Dans le système capitaliste, la permanence n’a pas droit de cité, ou plutôt les seuls éléments stables qui s’y retrouvent de façon constante sont l’avarice, la cupidité et l’orgueilleuse volonté de puissance ».

« L’histoire de Rome indique avec un relief particulier ce qui, dans le domaine politique aussi bien que dans celui de l’urbanisme, doit être à tout prix évité. Nous voyons là de nombreux signaux d’alarme, indiquant le départ de pistes dangereuses. Lorsque, dans les centres surpeuplés, les conditions d’habitat se détériorent tandis que le prix des loyers monte en flèche, lorsque le souci d’exploiter de lointains territoires l’emporte sur la recherche de l’harmonie interne, nous songeons inévitablement à ces précédents romains. »

Ainsi retrouvons-nous aujourd’hui les arènes, les immeubles de rapport, les grands spectacles avec nos matchs de football, nos concours de beauté, le strip-tease rendu omniprésent par la publicité, les stimulations constantes du sexe, de la boisson, de la violence, dans un climat digne en tout point de la Rome antique. Et nous voyons également se multiplier les salles de bain et les piscines, et des autoroutes non moins coûteuses que les anciennes routes pavées, cependant qu’attirent les regards des milliers d’objets éphémères et brillants, merveilles d’une technique collective, mis à la portée de toutes les convoitises. Ce sont les symptômes de la décadence : le renforcement d’un pouvoir amoral, l’amoindrissement de la vie. »

Lewis Mumford, La Cité à travers l’histoire (The City in history, 1961). Editions Agone, 2011.

« Les sectateurs du mythe de la grande métropole, qui ne veulent voir dans ses proliférations cancéreuses que les poussées d’une croissance normale, continueront d’appliquer automatiquement leurs cataplasmes, leurs onguents, leurs slogans incantatoires et leurs spécialités de charlatans, jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour sauver la civilisation de la mort et se sauver eux-mêmes. Une grande partie de l’œuvre de reconstruction urbaine des cent dernières années, y compris, certes, la plus récente-démolition de quartiers insalubres, rénovation d’édifices publics, extensions suburbaines, maisons modèles-, n’a fait que perpétuer dans les structures d’une perpétuelle nouveauté la même concentration sans but défini et le même désordre fondamental auquel il était indispensable de porter remède. »

Lewis Mumford, Le déclin des villes. France-Empire, 1970.

"Grâce à cette nouvelle "mégatechnologie", la minorité dominante créera une structure uniforme, supraplanétaire, embrassant tout, et destinée au travail automatique. Au lieu de fonctionner activement comme une personnalité autonome, l'homme deviendra un animal passif, sans but, conditionné par la machine, et dont les fonctions propres, suivant l'actuelle interprétation du rôle de l'homme par les techniciens, seront soit insérées dans la machine, soit strictement limitées et contrôlées au profit d'organisations dépersonnalisées, collectives." ((Mumford, Le mythe de la machine, trad. 1973, p. 2) 

 

Et ici le résumé de l'ouvrage célèbre (et toujours épuisé en français depuis l'édition de Fayard en 1974): Le mythe de la machine: http://elkorg-projects.blogspot.fr/2009/12/lewis-mumford-myth-of-machine-note-de.html

 

De l'autre côté de la colline

Les faubourgs (asentamientos) s'étendent à perte de vue dans le désert autour de Lima,  la capitale du Pérou (10 millions d'habitants, le tiers du pays.). Les habitants sont venus des Andes, où le soleil brille toujours, où l'air est pur et où ils vivaient du travail des champs. Ph/ P.O. Combelles, 2012: http://pocombelles.over-blog.com/article-le-perou-pays-emergent-qui-pratique-l-inclusion-sociale-111485954.html

Republication de l'article de mon blog:

http://pocombelles.over-blog.com/archive/2013-12/

Lire la suite

Fin de l'histoire ou fin du monde ? Giulietto Chiesa (Club d'Izborsk) s'entretient avec Ekaterina Glushik - 12 mars 2020)

21 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Europe, #Politique

Fin de l'histoire ou fin du monde ?   Giulietto Chiesa (Club d'Izborsk) s'entretient avec Ekaterina Glushik - 12 mars 2020)

12 mars 2020

 

https://izborsk-club.ru/18954

 

 

- M. Chiesa, si après la destruction de l'Union soviétique on parlait de la "fin de l'histoire", maintenant il est temps de parler de la "fin du monde". Ressentez-vous la tension croissante en Europe, en particulier en Italie ?

 

- Bien sûr que si. Bien que la situation actuelle ne soit pas inattendue, j'ai prévu la tension croissante liée au début et au développement d'une guerre hybride, et mon opinion a été exprimée. Mais nous voyons maintenant que la situation dans le monde change radicalement. Et il n'est pas nécessaire d'être analyste pour comprendre : les structures mondiales telles que nous les connaissons perdent leur capacité à garder la situation sous contrôle. L'humanité devient incontrôlable, cela se voit à l'œil nu. Aujourd'hui, chaque personne, chaque pays, chaque organisation - à sa manière - réagit différemment, sans connaître la situation réelle et la situation dans son ensemble. Je pense que le coronavirus et tout ce qui lui est associé ne durera pas longtemps. Néanmoins, la situation qui se présente aujourd'hui est fondamentalement nouvelle, à savoir : le monde entier est en grand danger. Peut-être qu'à l'avenir, il y aura d'autres dangers, et chaque étape sera dictée par eux, et même une guerre nucléaire prendra la deuxième place. Peut-être y aura-t-il d'autres guerres qui ruineront ou détruiront l'humanité - du moins l'humanité dans sa forme et sa condition actuelles. Une chose est sûre : le deuxième vingt-et-unième siècle, le "2020" même, signifie le début d'un gigantesque bouleversement qui ne sera tout simplement pas arrêté, il n'y a personne pour le faire.

 

- Les gouvernements en font-ils assez pour désamorcer les tensions ? Y a-t-il des hommes politiques en Europe, en Italie, qui pourraient prendre des mesures susceptibles de sortir le monde de l'impasse de la crise ?

 

- Le problème est que les gouvernements eux-mêmes ne sont pas prêts à agir dans le nouvel environnement ou à prendre leurs responsabilités. Ils ne savent pas eux-mêmes ce qu'il faut faire. Je vois mieux le comportement du gouvernement italien, je le juge. Voyons ce qui se passe en Allemagne, en France, s'ils peuvent trouver des solutions adéquates. Bien qu'il soit évident qu'ils ne sont pas prêts pour cela non plus, ils n'ont pas d'explications ou de suggestions. Pendant une journée, vous pouvez entendre cinq ou six interprétations complètement différentes, parfois contradictoires, de la situation, même de la part des plus hauts dirigeants de l'État. Qui prend les décisions ? Sur la base de quelles idées ? Après tout, ce qui se passe n'a pas de précédent. C'est une guerre qui n'a pas de ligne de front. Et comment peut-on se défendre dans cette situation ?

 

Je crois personnellement qu'il s'agissait d'une arme : la situation est née de l'utilisation d'armes ou d'expériences monstrueuses et très spécifiques. Cependant, nous ne voyons pas l'arme elle-même, il n'y a pas de traces de son utilisation : d'où, qui... Peut-être était-ce le résultat d'un accident. Il est possible que le virus ait échappé à tout contrôle de manière imprévue, personne n'en voulait.

 

Le danger et la nouveauté de la situation est que ce type de recherche se déroule partout dans le monde dans le plus grand secret. Et en Amérique, en Israël, en Russie et en Chine. Des dizaines de milliers d'études sont menées simultanément. Imaginez l'échelle : combien de personnes le font, quelles forces y sont impliquées ! Mais en même temps, il n'existe pas d'instruments internationaux en vigueur pour contrôler la situation, pour analyser la situation. Personne n'a la possibilité de vérifier : qui fait quoi, quelles expériences sont menées, quels résultats sont obtenus.

 

La différence entre le danger nucléaire et le danger biologique, génétique, maintenant découvert, est que les puissances nucléaires adverses sont plus ou moins conscientes de l'état de l'ennemi : combien de missiles possède l'Amérique, combien de missiles possède la Russie... La taille, l'ampleur du danger est d'une manière ou d'une autre certaine. Et dans la situation actuelle, personne ne peut évaluer l'ampleur du danger. Il est difficile de déterminer où se trouve l'ennemi, s'il existe des moyens de se protéger, combien de temps il faut pour se mettre en sécurité. Si nous ne réfléchissons pas sérieusement à l'état du monde, et qu'une telle situation perdure, elle deviendra très vite absolument incontrôlable, il y aura une catastrophe, et ce sera simplement un nouveau chapitre de l'histoire humaine - un état du monde et des peuples qualitativement différent. Je pense que c'est le moment que nous vivons actuellement. Si nous n'entreprenons pas collectivement, ce que l'on appelle le monde entier, le développement d'un système de sécurité commun, notre avenir ne peut être prévu, il est très vague.

 

- C'est peut-être la raison pour laquelle la nostalgie grandit dans les anciennes républiques soviétiques pour l'époque où les gens avaient confiance en l'avenir, où les dangers n'étaient pas traités de tous côtés.

 

- Peut-être à cet égard, la nostalgie grandit dans les anciennes républiques soviétiques pour l'époque où les gens avaient confiance en l'avenir, où les dangers n'étaient pas traités de tous côtés.

 

- Je ne sais pas dans quelle mesure ces sentiments sont réellement répandus. Bien sûr, il y a la nostalgie. Mais le niveau politique des pays de l'Est européen est si bas qu'ils peuvent difficilement gérer des processus politiques d'une telle ampleur. Il n'y a pas si longtemps, j'étais en Roumanie, à Bucarest. Il n'y a qu'un gouvernement formel. Et qui gouverne vraiment la Roumanie ? L'OTAN. Qui dirige la Pologne ? Polonais, mais sur ordre des Américains. Qui dirige les républiques baltes ? Les Américains. Ces pays n'ont pas de structure sociale capable d'organiser les actions, le comportement de leurs citoyens. La population de ces pays est presque entièrement manipulée.

 

Notre presse a publié un article analytique sur la façon dont les Italiens pourraient réagir à certains événements s'il existait de véritables partis politiques, comme c'était le cas, par exemple, avant la chute du mur de Berlin. À cette époque, il existait encore des structures politiques indépendantes. Il y avait des partis sociaux-démocrates, libéraux, communistes. Certains étaient grands, d'autres petits, mais tous organisaient la population. C'est-à-dire qu'il y avait beaucoup de gens qui agissaient non seulement sur ordre du gouvernement, mais aussi par conviction, dans certains groupes, des personnes partageant les mêmes idées, pour des raisons idéologiques. Le Parti communiste italien était le plus grand parti communiste des pays occidentaux. Elle a élevé des millions de personnes. Et dans une situation de crise, elle pouvait gérer une partie de la population, aider, unir des personnes qui avaient confiance en leurs dirigeants. Et maintenant, toutes ces structures, même les syndicats, ont disparu. En tant que tels, en tant que véritable pouvoir et autorité, ils n'existent plus. Par conséquent, une personne se retrouve seule avant la crise, car la seule structure qui puisse répondre aux questions d'une personne dans une situation inattendue et dangereuse est l'État. Mais la personne ne peut obtenir aucune réponse constructive de l'État, car l'État lui-même est pour l'instant une structure qui n'est pas riche, incapable de donner des réponses, de suggérer comment agir face aux défis qui se multiplient et se compliquent.

 

Par exemple, l'Italie dispose d'un très bon système de santé publique, peut-être l'un des plus développés d'Europe. Mais les médecins agissent de leur propre chef, en amont, et les décrets du gouvernement viennent après coup et sont aléatoires. Au départ, c'est la structure elle-même qui a élaboré ses actions, décidé de ce qu'il fallait faire face au coronavirus. Ils ont eux-mêmes pu développer leurs propres mesures de protection dans un certain sens. Et autour d'eux, ce n'est qu'un désert dans ce sens.

 

Alors qui, dans des conditions de division de la société, peut décider de revenir au socialisme ? Quelles forces peuvent même y réfléchir, élaborer des mesures ? Il y a de la nostalgie, bien sûr. Mais il n'y a pas de forces pour transformer la nostalgie en réalité. Il y a eu des changements radicaux dans le mode de vie des gens, les structures correspondantes ont disparu et il est impossible de les recréer. Tout au long de la vie de la génération suivante, au moins.

 

- C'est un paradoxe : des dizaines, des centaines de personnes ont été tuées et sont tuées chaque jour en Syrie. Des centaines de milliers de personnes sont déjà mortes. Mais pas d'agitation, pas de cris d'horreur de la part de la communauté mondiale si préoccupée par les victimes possibles du coronavirus.

 

- C'est un moment psychologique : quand la guerre se déroule dans d'autres pays, lointains, les gens ne se sentent pas menacés. Et dans cette situation, il y a une menace pour chaque personne. Tout le monde comprend : demain, je pourrais me retrouver dans une telle situation, elle est réelle. Et tous les médias n'arrêtent pas de m'en parler. Bien sûr, cela affecte les gens et leurs sentiments, leurs réactions.

 

Ces derniers jours, tous les médias - journaux, magazines, chaînes de télévision et de radio - ont reçu pour consigne de ne pas parler autant et de ne pas paniquer au sujet du coronavirus. Nous avons besoin que les gens se calment. Car la psychose affecte le degré d'agressivité, et la pression de la tension conduit à la terreur générale. Et la télévision a considérablement réduit le niveau de tension. Il y a une campagne de propagande pour que la vague d'anxiété n'atteigne pas le plus haut niveau, mais l'allarmisme a déjà pénétré dans toutes les sphères de la vie.

 

Et bien que personne ne pense à des élections anticipées, si la situation s'aggrave, rien n'est à exclure. Et M. Salvini propose déjà la création d'un gouvernement national de consentement. Il s'agit de dissoudre le gouvernement et de créer la soi-disant coalition d'accord national pour faire face à la crise par toutes les forces politiques, en un seul gouvernement, lorsque les élites dirigeantes à l'intérieur du pays s'uniront et affronteront les émeutes dans la rue. C'est également inhabituel. Je n'exclus pas qu'une des solutions possibles serait de cesser de fournir des informations à la population et de renforcer le contrôle des ministères "du pouvoir".

 

- Comment évaluez-vous les perspectives de préservation et de développement de l'"Europe unie" ?

 

- Les perspectives de préservation sont très vagues. Si les signes de crise sont évidents, alors toutes les relations entre les États d'Europe changeront, chaque État cherchera sa propre voie de sortie, des solutions indépendantes. Mais personne ne sait combien de temps il faudra pour normaliser la situation, et je ne sais pas. L'Europe est aujourd'hui une structure unique et forte, dotée d'un budget de plusieurs milliards de dollars, avec des dizaines de milliers de fonctionnaires travaillant dans ce système. Elle ne disparaîtra pas, mais peut-être que la possibilité pour cette structure d'influencer la vie des différents États qui composent l'Europe diminuera considérablement. Mais l'affaiblissement de l'Europe se produira à coup sûr. Nous verrons cela plus tard.

 

- Comment les désaccords financiers entre les anciens et les nouveaux membres européens affectent-ils la situation dans l'UE ?

 

- Il est intéressant de noter que la crise financière de novembre, par exemple, était un plan, car la situation est sortie du système économique, financier, dont nous connaissons plus ou moins le fonctionnement. Et il était évident qu'il y a une crise, elle suit un certain algorithme. Mais maintenant, la situation du virus change la question elle-même, car la crise ne vient plus du système financier, mais d'un autre monde, d'un tout autre domaine, pas du système financier : c'est le monde des expériences scientifiques en virologie et en nanotechnologie. Auparavant, la question était : comment le monde peut-il se protéger de la crise financière et économique ? Et maintenant, la crise économique et financière est complètement éclipsée par d'autres raisons qui ne sont pas financières et économiques. La source de la crise financière n'est pas économique, mais biologique. Cela change complètement l'approche même du problème. Comment peut-on être en sécurité ? Malgré toutes les prédictions des principaux économistes du monde, les prévisions de la Banque centrale européenne ou de la Réserve fédérale américaine, la crise se produira d'une manière différente, différente de ce qu'ils nous disent. Autrement, qu'elle ne l'était auparavant. Il s'agira d'un effondrement de la structure économique. Et l'effondrement sera hors du contrôle des structures économiques. C'est comme si une guerre nucléaire éclatait soudainement. Il y aurait alors des millions de morts, peut-être des milliards. Et la question économique sera reléguée au second plan.

 

C'est comme si nous avions un ordinateur, et qu'il tombait en panne. Nous commençons à le réparer, et soudain le courant est coupé. Comment pouvons-nous la réparer sans électricité ? Il est peut-être fonctionnel, mais sans électricité, il ne fonctionne pas, il cesse d'être lui-même. Et nous avons besoin d'une approche différente, d'une dimension différente.

 

L'Europe peut-elle se redresser ou peut-elle construire son système financier séparément du reste du monde ? Par exemple, la production en Europe pourrait chuter de 5 à 6 % cette année. Des millions de personnes vont perdre leur emploi, toute la chaîne d'approvisionnement sera perturbée, tous les systèmes financiers tomberont au moins à zéro. Et le monde sera différent. C'est tout simplement un monde différent ! Imaginez, maintenant le flux touristique à Rome a diminué de 90%. C'est une ville différente. Il n'y a pas encore de virus à Rome ! Néanmoins, la situation est la suivante. Même là où il n'y a pas encore de virus, la psychose.

 

- Les pèlerins au Vatican sont-ils aujourd'hui plus des touristes ou des croyants ?

 

- Car aujourd'hui, ce sont avant tout des croyants. Mais la fréquentation du Vatican a presque diminué de moitié.

 

À Milan, les rames de métro sont complètement vides. Les gens ne prennent pas le métro, et il pourrait bientôt fermer. Et qui peut vivre et travailler dans ces conditions, comment survivront-ils ? Pouvez-vous imaginer ce qui se passera à Moscou si le métro ferme ?

 

Pensez-y : qui, une personne de quelle envergure pourra diriger la ville si toutes les structures fondamentales cessent de fonctionner ? Et nous sommes à la veille d'un tel scénario.

 

Si ce virus sortait du laboratoire, même par accident, il aurait ces conséquences. Et si c'est à cause d'une décision politique de quelqu'un d'autre ? Une personne ou un groupe de personnes qui échappe au contrôle de l'État ? Pire encore, si une telle décision est prise dans un autre État qui veut ainsi détruire son principal concurrent ou adversaire.

 

L'économie est en crise, et demain la situation sera encore pire. Le gouvernement italien a décidé d'allouer 3,5 milliards d'euros pour soutenir les entreprises qui doivent fermer. Il s'agit d'une décision interne de l'Italie : puisque la plupart des entreprises du nord du pays ne travaillent pas, comment peut-on les aider ? Nous devons allouer des fonds, soutenir les entreprises pour qu'elles ne ferment pas. Le gouvernement italien, comme il n'y a pas d'autre solution, a donc alloué des fonds et a demandé au Conseil économique de l'UE de permettre à l'Italie de sortir du cadre de l'accord précédemment établi. Il a reçu le consentement. Demain, les mêmes mesures seront nécessaires pour la France, après-demain - pour l'Allemagne. Au final, toutes les règles de l'UE seront biffées. Ils disent que c'est temporaire. Mais qu'est-ce que cela signifie : "temporaire" ? Après tout, si la crise se poursuit, il y aura demain une prolongation de cette décision. Ensuite, c'est toute la pyramide européenne qui s'effondre.

 

- Mais dans ces conditions, est-il opportun de soutenir les sanctions anti-russes qui, selon les entrepreneurs italiens, entraînent des milliards de dollars de pertes pour l'économie du pays ?

 

- La décision sur les sanctions anti-russes a été prise il y a longtemps, cette situation dure depuis cinq ans, mais rien ne change. Et pour l'instant, cette question n'est pas prioritaire, elle n'est pas discutée. Nous sommes dans des conditions extrêmes, et même les élites dirigeantes n'y pensent pas. L'attention se porte maintenant sur la situation en Syrie : que se passera-t-il entre la Russie et la Turquie, n'y aura-t-il pas d'affrontements ? Nous ne parlons pas des sanctions, de leur annulation.

 

- Jusqu'où peut aller le "virage à droite" de la politique intérieure de l'UE, notamment en Allemagne, en Italie et en France ?

 

- Et que signifie le terme "right turn" ? Dans les conditions actuelles, le "virage à droite" signifie une transition vers une structure autoritaire, qui, afin de maintenir au moins un ordre minimum, introduira un couvre-feu. Et si la situation ne se normalise pas rapidement, la prochaine étape sera le couvre-feu. Et c'est partout. Ce qui signifie que toutes les institutions démocratiques seront rayées.

 

Interview par Ekaterina Glushik

 

Traduit du russe par Le rouge et le Blanc.

 

Giulietto Chiesa (né en 1940) - journaliste et homme politique italien. Membre du Parlement européen de 2004 à 2009. Leader du mouvement "Alternative". Membre permanent du Club d'Izborsk. 

 

http://giuliettochiesa.it/

Lire la suite

"UN HOMME RUSSE NE PEUT PAS SE SENTIR HEUREUX SI UNE INJUSTICE SE PRODUIT QUELQUE PART" (Charles de Gaulle). Entretien de Elena Jomullo (Елена Хомулло) avec le général Leonid Grigorievich Ivashov (Леонид Ивашов)

20 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Philosophie, #Politique, #Russie

"UN HOMME RUSSE NE PEUT PAS SE SENTIR HEUREUX SI UNE INJUSTICE SE PRODUIT QUELQUE PART" (Charles de Gaulle). Entretien de Elena Jomullo (Елена Хомулло) avec le général Leonid Grigorievich Ivashov (Леонид Ивашов)

pravoslavie.ru

19.11.2015

 

Le général Leonid Grigorievich Ivashov - personnalité militaire et publique russe, président de l'Académie des problèmes géopolitiques, professeur du département de journalisme international de l'Institut d'État des relations internationales de Moscou, membre de l'Union des écrivains russes - au cours de la conversation nous a littéralement révélé le monde entier : l'état actuel de la planète est devenu évident.

 

L'entretien avec lui a révélé les problèmes cachés de la civilisation, le conflit entre le phénomène mondial et les pays individuels, auquel l'équilibre actuel des pouvoirs sur la scène mondiale pourrait éventuellement conduire.

 

Elena Jomullo (Елена Хомулло): Leonid Grigorievich, vous êtes le président de l'Académie des problèmes géopolitiques, vous êtes engagé dans l'étude des conflits depuis de nombreuses années. Quel est l'équilibre géopolitique des pouvoirs dans le monde aujourd'hui ?

 

- La situation mondiale actuelle est évaluée comme un conflit complexe permanent entre les idéologies, les civilisations, les sens de la vie, entre le passé et l'avenir. Lorsque l'humanité avait un objectif et une vision clairs de l'avenir, il n'y avait pas de conflit avec le passé - c'était la base de l'aspiration à l'avenir. Et lorsqu'un tel objectif n'existait pas - presque tous les peuples vivent maintenant dans un état de dépression, d'incertitude quant à l'avenir, de non-sens de leur vie - la plupart des pays retournent au passé, y compris la Russie, à cet ordre soviétique, au nom de Staline.

 

Dans le processus géopolitique mondial, les civilisations ethno-culturelles (en tant que formes supérieures d'association sociale des peuples) occupent les premières places. Les États ont déjà été vaincus par la communauté oligarchique transcontinentale mondiale. Comme la réponse à cette oligarchie gouverne aujourd'hui le monde (elle ordonne des révolutions, des guerres, spécifie une mauvaise voie de développement, impose des normes de consommation, antihumaines : mariages homosexuels, etc.), la société vit à son tour selon les lois de la nature et de l'espace, et par conséquent les civilisations mondiales viennent sur les principales positions.

 

Le principal conflit aujourd'hui oppose les civilisations de type oriental, dont l'Amérique latine, et l'Occident, où le ballon est dirigé par le grand capital financier. L'axe de confrontation entre l'Occident et l'Orient est en train de se rétablir - les civilisations, les États et les peuples s'opposent aux communautés transnationales. Cet état est dangereux, il conduit au déclenchement d'une guerre mondiale. La tâche de la civilisation russe, qui réunit pratiquement 200 ethnies, est de réguler les relations entre les autres, même les anticivilisations, comme l'Occident.

 

Chaque civilisation mondiale, comme le monde végétal, le monde animal, a sa propre fonction. Ils sont créés et construits principalement parce qu'ils ont besoin d'un équilibre, d'un équilibre des forces - tant dans la nature que dans la société.

 

- Selon vous, quels sont les vecteurs du développement humain aujourd'hui ?

 

- Il existe aujourd'hui trois vecteurs de développement. La première est une tentative de l'élite anglo-saxonne de construire un ordre mondial unipolaire, la seconde est une oligarchie créant son monde monopolaire sous le pouvoir de l'argent, en utilisant la puissance militaire, économique anglo-saxonne, mais il y a aussi un troisième vecteur - le monde multipolaire. Son expression vivante est un groupe de pays BRICS. Seulement cinq pays qui sont des pays matriciels - la base des civilisations futures : Le Brésil - Amérique latine, l'Afrique du Sud - Afrique, la Chine et l'Inde, respectivement, l'Asie et la Russie agissent toujours en tant qu'État, mais on assiste progressivement à une restauration de sa structure civilisationnelle en tant que civilisation russe et du destin commun de tous les peuples qui faisaient partie de l'Empire russe, et ensuite de l'URSS. Le processus qui a commencé comme une union économique eurasienne va se transformer en une union de peuples.

    

- Jusqu'à quel point le monde est-il entré dans un état de conflit, de délabrement spirituel et moral ? Comment voyez-vous la sortie de cette situation ?

 

- L'ordre mondial occidental, dominé par un capital immoral, est dans une impasse et il n'y a plus de développement. Entre autres choses, il y a un conflit entre l'homme et la nature. Nous sommes appelés sur cette terre en tant qu'êtres intelligents afin de maintenir l'harmonie, d'équilibrer les relations même dans le domaine de la flore et de la faune, de maintenir l'équilibre entre l'Ouest et l'Est. Le monde doit être multipolaire. Cette idée a été confirmée par le philosophe russe Konstantin Nikolaevich Leontiev, qui a dit que chaque nation porte sa propre culture, ce qui explique pourquoi notre monde multicolore et complexe est si beau et si stable.

 

Après l'effondrement de l'URSS, ils ont tenté de créer un ordre mondial unipolaire. Les Américains ont essayé de prendre la tête de l'arène mondiale, mais ont été paresseux pour élaborer la théorie scientifique. Tout d'abord, ils misaient sur la supériorité militaire sur tous les autres (leur budget militaire dépassait de loin les budgets des autres pays), voulaient faire servir tout le monde et augmenter les profits de leur entreprise, ensuite - sur la puissance économique et enfin - sur l'impudence politique. Tout cela est simplement primitif, de sorte qu'aucune théorie d'existence dans un monde unipolaire n'a été envisagée pour les autres nations.

 

Aujourd'hui, la situation change, la voie de sortie est devenue claire. Il est apparu une "matriochka géopolitique" - l'Union eurasienne - le centre de l'Eurasie, l'organisation de Shanghai - c'est déjà une construction civilisationnelle du continent eurasien - et le groupe BRICS - une coalition qui est une alternative à l'Occident. Il y aura des relations complètement différentes dans cet ordre mondial. Leurs communautés scientifiques, intellectuelles et spirituelles doivent créer un système de valeurs interétatiques, des relations intercivilisationnelles de type "non occidental", un système de sécurité, leur propre monnaie, un modèle d'économie qui ne vole pas la nature.

 

Ce n'est pas un hasard si une réunion d'écologistes s'est tenue en avril 2015 - le processus de compréhension de la nature non-usage des relations avec la nature est en cours. Non seulement les dirigeants des pays de l'OCS et du BRICS se sont réunis à Ufa en juillet de cette année, mais le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolai Platonovich Patrushev, a rencontré ses collègues, et a ainsi parlé du futur modèle de sécurité. Sergey Naryshkin a réuni les présidents des parlements de ces pays - les bases d'un système plus juste que la soi-disant "démocratie" occidentale sont déjà en cours de construction. Les dirigeants syndicaux ont également discuté de leurs problèmes sociaux, ce qui est important. Comme on peut le voir, le nouveau monde se construit progressivement.

    

Quant à la Russie elle-même, ses actions en Syrie, elle a atteint sa géopolitique traditionnelle, dont l'essence a été le mieux exprimée par le général Charles de Gaulle : "Un homme russe ne peut pas se sentir heureux si une injustice se produit quelque part". Et c'est notre tâche, notre direction - construire un nouveau monde juste. De plus, en Syrie, nous sauvons la civilisation islamique et aidons l'Europe à survivre.

 

- Aujourd'hui, la Russie entre sur la scène mondiale. A votre avis, en quelle qualité notre pays est-il représenté, quel rôle joue-t-il et que peut-il offrir au monde ?

 

- La Russie s'est volontairement retirée de l'arène mondiale lors de la proclamation de M. Eltsine en 1992 : "Notre objectif est de nous intégrer dans la communauté civilisée occidentale". Il ne comprenait rien à l'ordre mondial, ne lisait pas les classiques : Nikolaï Danilevsky, Oswald Spengler. Samuel Phillips Huntington, dans son ouvrage "Clash of Civilizations" de 1993, a montré que les civilisations peuvent être similaires à certains égards, mais qu'il est impossible de les intégrer les unes aux autres - l'identité de valeur des personnes est perdue. Nous voyons que les Américains et les Britanniques ont fait des Européens des gens différents, les ont mis aux normes de la civilisation marine, ont imposé une matrice de leurs valeurs : bénéfice, expansion, violence - et ont forcé les Européens, qui avaient péché à l'époque de l'Empire romain, à travailler dans la même direction. A noter : dès que notre pays a agi en leader de la résistance politique à l'Occident, a commencé à ne désobéir ni au capital occidental ni à l'impudence politique américaine (lorsque des sanctions nous ont été imposées, et que nous avons accepté ce combat), au défilé sur la Place Rouge se trouvaient des représentants de pays qui représentent 38% de la population de la Terre, et en 2010 - seulement 7% - sont américains, britanniques, français et polonais. La question est la suivante : quel système de valeurs spirituelles et morales remplira l'espace du monde futur ?

 

- Oui, j'allais justement vous poser cette question. Dans l'un de vos discours, vous avez dit qu'il y a aujourd'hui des leaders clairs : économiques - la Chine, politiques - la Russie, et qui pensez-vous est spirituel ?

 

- Lorsque nous parlons du nouveau monde - et non des civilisations occidentales - il devrait certainement y avoir un leader politique, économique et moral. Un leader économique évident, comme je l'ai dit, est la Chine. Quelle que soit la manière dont nous traitons notre PIB, la corruption, etc., la Russie a commencé à agir en tant que leader politique. Je me souviens de l'ouvrage du philosophe allemand Walter Schubart "L'Europe et l'âme de l'Est", où il écrit que cela plaise ou non à quelqu'un, mais l'avenir du siècle est pour les Slaves, l'âme de l'Est est la Russie. Selon lui, l'Occident a beaucoup donné à l'humanité, mais l'a privée de son âme, et sans l'âme, elle ne fonctionnera pas. Nous ne pourrons pas rendre l'âme à l'Occident, mais ces valeurs eurasiennes, qui sont la somme de tous nos peuples, sont universelles et acceptables à la fois pour les Indiens et les Chinois, et pour les Européens (s'ils veulent les accepter, bien sûr). Il est peu probable que nous soyons un jour un leader économique, mais un leadership spirituel et politique est indispensable.

    

- Il y a une guerre de l'information féroce, qui s'intensifie de jour en jour ; il y a une déchéance spirituelle, à la suite de laquelle les âmes humaines meurent - elles s'écartent des commandements de Dieu, mais personne ne compte ces victimes. Pensez-vous qu'il y a beaucoup de personnes spirituellement vivantes parmi nous ?

 

- Permettez-moi de le dire ainsi : de plus en plus de choses se développent de jour en jour. Néanmoins, il convient de noter la compétence avec laquelle les structures transcontinentales ont travaillé à l'anéantissement de nos âmes et de ce qu'elles ont anéanti. Il y a eu un déni de l'histoire, de la justesse de nos choix historiques ; les âmes ont été corrompues, avant tout, par la dimension matérielle et financière. Dans les années 1990, nous avons surtout réussi à nous inculquer que l'essentiel était que la Mercedes était plus cool que notre voisin, que la maison était plus grande, que les chaînes autour de notre cou étaient plus grandes, etc. Les premiers à s'y précipiter étaient des gens dont l'esprit n'était pas tout à fait sain, généralement sans aspiration à quelque chose de beau, de haut et de spirituel. Si une personne ne peut pas écrire un livre, faire une découverte scientifique, faire un dessin, et que vous voulez avoir l'air "cool", alors dans ce cas l'argent remplace le reste. Malheureusement, une partie importante des jeunes a succombé à cette astuce : à leurs yeux, avoir lieu ne signifie pas avoir une vie spirituelle.

Mais, néanmoins, même dans une université comme MGIMO (et je travaille avec des étudiants depuis de nombreuses années), je constate que le nombre de jeunes qui voient leur vie différemment augmente de jour en jour. Si l'on compare l'époque des années 1990 à celle d'aujourd'hui, il devient évident que, dans ces années-là, on ne pouvait même pas parler de l'entrée de la Crimée en Syrie (de telles choses ont été supprimées par les médias libéraux, la soi-disant intelligentsia libérale). Aujourd'hui, le cri "nous voulons aller en URSS - pour nourrir à nouveau le monde entier" est unique, et la société est sobre. Nous nous occuperons de l'ISIS du Moyen-Orient, mais il reste à lutter contre l'"ISIS intérieur", qui n'est pas moins dangereux. Ce sont d'abord des personnes vivant en Russie et y voyant non pas la Mère Patrie, mais le territoire qui peut être enlevé, volé, bombardé, etc. C'est l'ennemi de la plus dangereuse IGIL du Moyen-Orient.

 

- Et comment le combattre ?

 

- Des méthodes complexes. Vous voyez, vous ne pouvez que travailler contre le système, mais c'est le système le plus puissant qui dispose de beaucoup d'argent. Mais la culture est d'abord faite par des artistes, des écrivains, des poètes, quelqu'un de scientifique travaille de manière agile. Je suis convaincu que les gens ordinaires, les ascètes vont tirer la Russie. Et comment se battre ? Nous préparons les cours, nous enseignons, nous travaillons individuellement avec chaque étudiant, et non sur un caillou et un patron. On peut dire la même chose des scientifiques, des designers et des travailleurs culturels. Et l'essentiel est de changer constamment le contexte de l'information dans les médias et les réseaux sociaux.

 

- Que pensez-vous de la vie américaine ? Qu'y respire-t-on, y a-t-il une idéologie ? Et s'il y en a, quelle idéologie ?

 

- En tant qu'État fort, l'Amérique a créé une grande entreprise financière, industrielle, puis pétrolière. L'Union soviétique a joué un rôle énorme pour que les citoyens américains, au sens matériel du terme, ne vivent pas plus mal que notre agriculteur, notre professeur, notre scientifique collectif. Le projet géopolitique soviétique était attrayant. Après la Seconde Guerre mondiale, tout le monde a compris qui a vaincu Hitler, il y avait un grand respect pour l'éducation gratuite, la médecine, etc. Les Américains se sont sentis le concurrent le plus puissant et ont donc décidé pendant longtemps comment traiter avec les Noirs, qui étaient détenus par des esclaves même après la Seconde Guerre mondiale, comment être avec une telle condition de marché "survivre comme on veut". Il y a eu de nombreuses décisions, dont une politique de crédit - voler d'autres nations avec le dollar. Le coût d'un billet d'un dollar est de 15 à 17 cents, et tout le reste n'est même pas caché, mais constitue un profit évident. De ce fait, ils ont commencé à élever le niveau moyen de leurs citoyens pour devenir plus intéressants, pour s'opposer à l'idée du socialisme.

    

Les Américains ne pouvaient pas rivaliser honnêtement dans les domaines de la science, de l'éducation et de la médecine et ont mis en avant (puis ils ont commencé à imposer) des dimensions et une idéologie purement matérielles : "nous, les Américains, sommes les principaux dans le monde, il est donc important d'être américain. Je ne voudrais pas prononcer les mots que Mikhail Zadornov applique habituellement à cette nation. Ce ne sont pas les gens les plus instruits de la planète, c'est le moins qu'on puisse dire. J'ai enseigné à Harvard et je sais qu'il vaut mieux ne pas demander à un étudiant américain. Les représentants des pays asiatiques et même des pays africains sont beaucoup plus alphabétisés. Lorsque j'ai posé des questions sur les étudiants, Zbigniew Brzezinski a répondu avec colère qu'il n'avait vu aucun des étudiants les plus désapprouvés. La guerre en Irak dure depuis cinq ans et ils ne peuvent même pas trouver ce pays sur la carte, même l'Europe et l'Australie sont confuses.

 

Les autorités le font consciemment : "Prenez un coca, un hamburger pour que votre famille ne meure pas de faim - et cela suffit", si bien que la grande majorité des citoyens vivent aujourd'hui. Les élites de leurs États me jettent à la rue. Non pas la première, mais la troisième, la sixième personne, les journalistes d'État ne savent pas qui a combattu avec qui pendant la Seconde Guerre mondiale, peuvent facilement déclarer : "Nous, l'OTAN, vous avons vaincu. Par leur logique, la Russie a combattu avec l'OTAN. Les Américains n'ont donc absolument rien à envier.

 

Laissez-moi vous raconter un petit épisode. Lors de ma visite en Amérique, ils ont enregistré une rencontre avec un agriculteur - j'ai dû passer environ 24 heures avec lui. Ce fermier, en fait, a combattu au Vietnam. Selon lui, l'URSS existe toujours. À la fin de la conversation, j'ai été de nouveau surpris : j'ai parlé de mon ami, avec qui je me suis battu, en mentionnant qu'il était russe. Avec un sourire, il m'a donné une carte de visite (à son avis - mon compatriote), qui porte l'adresse : Melbourne, Australie. C'est ainsi qu'ils le voient.

 

Et vous vous posez involontairement une question : qu'arrivera-t-il à cette société si elle cesse de vivre aux dépens de la colonisation des autres par la méthode du dollar, la force militaire ? Patrick Joseph Buchanan, qui a travaillé comme conseiller auprès de trois présidents américains, écrit que d'ici 2015, l'Amérique se décomposera en trois États - afro-américain, latino-américain et purement anglo-saxon. Mais ne leur souhaitons rien, laissons-les vivre comme ils le savent.

 

- Est-il vrai qu'en Occident, les autres pays ne nous aiment pas ?

 

- Quand on nous dit que nous ne sommes pas aimés dans le monde, on nous induit en erreur. Ce n'est pas comme ça, croyez-moi, j'ai voyagé dans 69 pays. Le père de l'actuel président de la Syrie, Hafez Assad, a dit très sagement que le monde honnête tout entier regrette l'effondrement de l'URSS, en particulier les Arabes, et parmi eux les Syriens sont les plus nombreux. Ils sont désolés parce que le monde n'est plus équilibré, la sécurité n'est plus basée sur un équilibre des pouvoirs.

 

Ce n'est pas vrai qu'ils nous détestent. Et si nous sommes traités de cette façon, alors il n'y a que de l'argent pour les personnes qui viennent à l'étranger, mais pas de culture, pas d'éducation. C'est ainsi qu'ils brisent l'ordre, les traditions. À cause de ces personnes, une opinion erronée commence à se former. Quant aux Américains, ils ne nous connaissent tout simplement pas. Ils croient tout ce qu'ils diffusent à la télévision. Quant aux Européens, ils sont dépendants des banques occidentales et n'ont malheureusement aucun but. Un des classiques modernes disait qu'ils ont la volonté de pouvoir, mais pas de vivre. Les mariages homosexuels, ils commencent à épouser des animaux - de quoi cela peut-il parler ? Ce n'est plus une civilisation, et Dieu me pardonne d'avoir tort. Politiquement et culturellement, ils n'ont jamais été unis, ils ont essayé à travers l'Union européenne de créer quelque chose de proche de la civilisation. Nous pouvons dire aujourd'hui : ils ont échoué. Des centaines de milliers de réfugiés s'y sont précipités et demain, l'Europe va exploser. Et dans quelques années, nous entendrons "Salam Aleikum" au lieu de "Guten Tag" à la télévision européenne. Il n'y a pas lieu d'avoir peur. Nous avons vécu avec l'Islam à l'intérieur du pays, en construisant ensemble un espace spirituel. Les Napoléons et Hitler ne sont pas venus du monde islamique, mais d'Europe.

 

- Qui, comme on dit, est notre ami et qui est l'ennemi ?

 

- La question d'un allié géopolitique et d'un adversaire géopolitique doit être légèrement élargie. Même pour mes étudiants, je pose une question lorsque je lis "Géopolitique de l'Amérique" : que faire des Américains ? Si l'Amérique ne change pas, le monde ne sera pas équilibré. Il existe des civilisations avec leurs fonctions, et les anticivilisations comme les particules et les antiparticules, les herbivores, les beaux animaux et les prédateurs sont sur un pied d'égalité avec elles. La vie de consommateur individuel semble ne servir à rien, mais au nom du profit, ils ont créé un miracle tel qu'un téléphone portable. Il s'avère que pour l'Occident, en termes de culture et de civilisation, nous sommes des ennemis : ils ont tourné à l'Est, et nous allons sauver.

 

En 1904, John Bartysh, s'exprimant au Congrès, a déclaré que si l'Amérique avait un ennemi, c'était la Russie. Alfred Mehan - Amiral, auteur de la stratégie Anaconda - était toujours à la recherche d'une tactique pour étrangler le continent. Lorsqu'on a calculé que la Russie est le centre de l'Eurasie, sans lequel on ne peut rêver de domination mondiale, notre pays est devenu un rival soumis à un contrôle et à une destruction accrue. Mehan cherchait la formule pour étrangler la Russie. La stratégie d'Anacond a la phrase suivante : il est nécessaire d'occuper la bande située entre 30 et 40 degrés de latitude nord afin d'expulser le peuple russe de ces positions vers le nord, où, par la loi de la nature, il se dégrade et finit par mourir. Ce sont les souhaits. Et notre tâche fatidique est d'arrêter tous ceux qui tentent de venir sur notre terre.

    

- L'orthodoxie, selon vous, est une référence qui nous aidera à survivre spirituellement ?

 

- L'orthodoxie est une valeur merveilleuse. Nous devons comprendre l'essence de l'homme, que sur la planète Terre il n'est pas accidentel, et qu'il a été envoyé avec certaines tâches, parce que rien, même dans le monde animal et végétal, n'apparaît tout simplement pas. Toute essence naît parce qu'elle est utile pour maintenir l'harmonie. L'homme aussi. Ça ne vient pas d'un singe - c'est juste stupide. Il est doté d'un sens de l'amour, de la compréhension de la beauté, a été amené avec un certain nombre de fonctions, dont l'une est la conservation de la nature. Il est important de comprendre ce qui est primaire : la matière ou la conscience. La réponse est différente : énergie primaire de l'esprit, énergie de la matière, énergie de la pensée, etc. Il est nécessaire de combiner la connaissance scientifique et le spirituel en un seul système. C'est à ce moment-là que nous comprendrons beaucoup plus que nous ne le faisons actuellement.

 

- Quels devraient être, selon vous, les médias orthodoxes ? Quelles réponses donner, comment réagir aux événements modernes ?

 

- Tout d'abord, les orthodoxes doivent comprendre qu'ils sont appelés au bien et à la justice et qu'ils sont dotés de valeurs qui les aident à résister à l'injustice, à la ressentir, et qu'en leur essence, chacun d'entre nous est un guerrier. Même dans l'histoire, cela s'est manifesté. Sous l'Union de Florence en 1439, nous n'avons pas accepté le rôle des papes, nous avons commencé à défendre la vérité chrétienne. Puis Moscou - Troisième Rome : il y a la première doctrine géopolitique : garder l'orthodoxie, protéger les nations pour équilibrer le monde catholique qui, hélas, professe d'autres valeurs. Comme vous le comprenez, le Sauveur ne s'est pas accidentellement sacrifié - nous devons protéger cette vérité.

Nous montrons au monde que des peuples de différentes nationalités et religions peuvent vivre dans le cadre d'un destin historique commun

Les médias orthodoxes doivent donc être fermes sur la vérité. Et il faut aussi comprendre que l'orthodoxie en Russie a joué un rôle unificateur des autres religions et confessions. Dans une histoire, vous ne trouverez aucun autre pays où une religion domine et où l'autre est invitée comme État : en 1788, la Grande Catherine l'a fait exactement. Nous montrons au monde que des peuples de différentes nationalités et religions peuvent vivre dans le cadre d'un destin historique commun, partager entre eux, s'enrichir mutuellement de connaissances, de traditions culturelles et de modes de vie.

 

Pour parler franchement, la conversation s'est avérée si instructive et intéressante que j'ai voulu poser une autre série de questions, et Leonid Grigorievich a gentiment accepté la proposition de devenir un invité régulier de notre portail.

 

Entretien d'Elena Jomullo (Елена Хомулло) avec le général Leonid Grigorievich Ivashov

 

19 novembre 2015.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

Source: https://pravoslavie.ru/87857.html

Logo du Club d'Izborsk, auquel appartient le général Leonid Ivashov

Logo du Club d'Izborsk, auquel appartient le général Leonid Ivashov

Lire la suite

Le péché de la Hama biblique, par Natalia Narochnitskaya (Club d'Izborsk)

20 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie, #Histoire

Logo du Club d'Izborsk, auquel appartient Natalia Narochnitskaya

Logo du Club d'Izborsk, auquel appartient Natalia Narochnitskaya

19 mars 2020

 

Natalia Narochnitskaya, présidente de la Fondation pour la perspective historique, est la fille d'un célèbre historien, l'académicien Alexeï Narochnitsky, un érudit encyclopédique, auteur d'ouvrages fondamentaux sur les relations internationales du passé, de manuels sur l'histoire de la diplomatie. Natalia Narochnitskaya est docteur en sciences historiques, auteur de livres traduits dans de nombreuses langues. Ses œuvres sur la Seconde Guerre mondiale sont particulièrement populaires - "Pour quoi et avec qui nous avons combattu", "La partition de la Seconde Guerre mondiale", "Les grandes guerres du XXe siècle". C'est pourquoi nous avons commencé l'interview par une question sur les raisons de revoir les résultats de la Seconde Guerre mondiale.

 

- Natalia Alekseevna, même pendant la guerre froide, la question de la falsification de l'histoire n'était pas aussi aiguë qu'elle ne l'est aujourd'hui. Pourquoi tout a soudainement basculé ? Les documents que nous ne connaissions pas avant se sont-ils ouverts ?

 

- Pendant la guerre froide, une réprimande idéologique inédite à l'époque du prince Metternich et du prince Gorchakov a commencé, les parties se sont arrosées de terre et, dans les plans militaires, ont compté combien de fois nous pourrions nous détruire mutuellement. Mais personne n'a jamais remis en question le rôle de l'URSS en tant que principal vainqueur du fascisme. Personne - ni les politiciens ni les politologues - n'a jamais identifié le nazisme allemand à l'idée du communisme, à juste titre du point de vue scientifique, en les considérant comme des antipodes. Et Hitler avait ses propres communistes en prison.

 

Mais je peux dire avec amertume : jamais en Occident ils n'auraient osé changer l'interprétation de l'histoire de façon aussi éhontée si nos propres libéraux n'avaient pas été les premiers à piétiner notre victoire. Ce sont eux qui ont commencé, et la barrière éthique a été brisée.

 

Puisque ce débat est devenu un débat légitime dans le pays gagnant lui-même, pourquoi ne pas en profiter pour satisfaire l'Occident, lui aussi, et satisfaire son propre complexe d'infériorité ! Ils devaient être reconnaissants envers nous, notre victime, un étranger en Russie, pour leur libération, pour leur vie, pour leur démocratie. Danilevsky a également écrit : "L'Occident ne nous reconnaît pas comme ses ... L'Europe voit donc en la Russie et en les Slaves non seulement des étrangers, mais aussi un début hostile. Même si la couche supérieure, externe, altérée et transformée en argile était lâche et douce, l'Europe comprend, ou plutôt sent instinctivement, que sous cette surface se trouve un noyau solide et fort, qui n'est pas écrasé, ni broyé, ne pas se dissoudre - qui, par conséquent, ne peut être assimilée, transformée en son propre sang et sa propre chair - qui a à la fois la force et la prétention de vivre sa propre vie indépendante et originale... L'Europe a du mal - pour ne pas dire de l'impossibilité - à le supporter. Donc, par tous les moyens, pas avec une croix, pas avec un parasite, pas avec un lavage, pas avec un patinage, il faut ne pas laisser ce noyau grandir et se développer, laisser les racines et les branches aller en profondeur et en largeur". Et puis il prédit avec prévoyance que tous les moyens seront toujours bons.

 

A l'Ouest, le débat sur la révision de l'histoire a commencé avec le philosophe allemand, élève de Martin Heidegger Ernst Nolte. Il a indirectement justifié l'idée et l'expansion d'Hitler, arguant que l'idée du fascisme est née en réponse à l'idée du communisme. Il a qualifié tous les événements survenus en Europe entre 1918 et 1945 de "guerre civile paneuropéenne", ce qui était absurde. Mais parce que Nolte méprisait également le système libéral occidental, il est lui-même devenu un paria de la science politique, dans laquelle il y a 50 ans, il était un crime inouï de justifier le nazisme et le fascisme. Mais ses idées ont été progressivement adoptées...

 

D'abord les journalistes, puis les députés ont commencé à écrire que l'URSS était un monstre totalitaire avec des ambitions similaires. L'interprétation de la signification de la guerre mondiale sans précédent a également changé. Il s'avère que la guerre ne visait pas à rester un Français, un Estonien, un Tatare ou un Polonais (et non pas un coureur de porcs ou une bonne pour le Troisième Reich), mais bien la démocratie américaine. Le principal péché du nazisme, disent-ils, était le totalitarisme, et non la théorie raciale ou l'ambition sauvage de soumettre le monde entier.

 

Mais ensuite, chacun a compris, avec son esprit ou son cœur, que la guerre avait pour but de maintenir dans l'histoire des nations le droit de rester dans l'histoire des nations avec leur culture, leur passé, leur présent et leur avenir, avec le droit de choisir leur propre destin. Etre ou ne pas être ! C'est l'objet de la guerre. Et la démocratie, la monarchie, la société laïque ou religieuse - c'était la deuxième, sinon la troisième. C'est alors que la contradiction entre le communisme et la démocratie a disparu d'elle-même ; le monde dans l'esprit des gens a été divisé entre un monstre fasciste et ceux qui s'y opposaient.

 

Il est frustrant de devoir tout d'abord polémiquer avec notre propre militant "antisoviétique" enragé - en fait, les détracteurs de la grande puissance russe sous toutes ses formes historiques. Pour une raison quelconque, ils n'apportent leur pathos haineux qu'à l'URSS stalinienne, la déclarant l'incarnation du mal universel. Ils nieraient de bonne foi tout élément répressif, comme le feraient Robespierre et Danton, dont les sacrifices par habitant ne sont pas surpassés à ce jour, Cromwell et d'autres "héros" de l'histoire occidentale, qui ont saigné leur pays dans des expériences révolutionnaires et idéologiques.

 

Les disputes sur le fait de savoir si notre État était bon ou mauvais sont totalement hors de propos, car les problèmes n'étaient pas alors liés à l'État - l'institution politique, la menace universelle ne pesait pas sur l'État, mais sur la Patrie. Ce sont des choses différentes. À toutes les époques, les États sont imparfaits et pécheurs. C'était le cas il y a mille cinq cents ans, et jusqu'en 1917, en URSS et dans la Russie actuelle. L'État est pécheur, parce que nous sommes pécheurs. Et la Patrie est éternelle. Il nous est donné pour faire l'histoire de façon permanente. Comme il est dit dans la lettre de l'apôtre Paul : "C'est pourquoi je m'agenouille devant le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, de qui toute patrie dans les cieux et sur la terre est appelée.

 

Dans toutes les langues, la Patrie n'est pas un territoire, ni un pays, mais une "terre", une terre. Les princes de terre russes ont juré, alors qu'il n'y avait pas encore d'Etat russe uniforme. La menace qui pesait sur le pays soviétique, était en fait perçue par les gens comme une sorte de mal universel, de ne pas s'opposer à ce qui, indépendamment de l'attitude envers les autorités, signifiait ne pas avoir de sens de toutes les positions précédentes pour la vie nationale - sur le lac Peipsi, et sur le champ de Kulikovo, et contre Napoléon ... L'émigration russe, qui détestait le pouvoir soviétique, désirait la victoire de l'Armée rouge de 80%, m'a dit Nikita Ilyich Tolstoï, qui a grandi dans l'émigration d'avant-guerre à Belgrade.

 

Nous et les nations européennes étions menacées de cesser d'être des nations, de devenir la matière du projet historique de quelqu'un d'autre - une masse humaine sans culture, sans langue, sans foi, sans éducation... Le projet d'Hitler, le nazisme allemand, a défié toute la civilisation monothéiste, parce qu'au centre se trouvait la doctrine païenne de l'inégalité naturelle des personnes et des nations. Cette doctrine permettait de justifier les plans de conquête de territoires qui n'avaient jamais été dans l'orbite des Allemands. Si l'Allemagne, après le système de Versailles, s'était simplement battue pour les territoires voisins qu'elle avait perdus pendant la Première Guerre mondiale, elle n'aurait pas été différente des guerres précédentes. Mais il a proclamé le droit de conquérir et de faire de tous des esclaves. Et c'est philosophiquement l'exact opposé de l'idée communiste, selon laquelle sur l'autel du bonheur humain universel et de l'égalité, il fallait mettre et sacrifier tout ce qui est national. Dans la doctrine d'Hitler, les Allemands, les Teutons sont une race de seigneurs, et tous les autres sont une race d'esclaves dont il faut disposer selon les besoins. L'identification du nazisme et du communisme est philosophique et historiquement absurde.

 

Notre Fondation a reproduit des articles de chefs de guerre américains et britanniques pendant la bataille de Stalingrad. Des rapports épatants ! Les journalistes britanniques et américains admirent l'esprit russe, l'héroïsme du soldat russe. Les reporters et les rédacteurs, les lecteurs aux États-Unis et en Grande-Bretagne ne se souciaient pas à l'époque que l'armée s'appelle la Rouge. Et il n'y a eu aucune lutte du totalitarisme avec la démocratie, rien de sceptique, aucune réserve méchante dans les articles et dans la commémoration, personne n'a appliqué ce prisme. Au contraire, nous étions des alliés, et avec quelle empathie, quelle admiration ces correspondants ont écrit dans le "Times" de Londres, le "New York Times", le "Chicago Tribune" ! Les places de France, d'Italie portent le nom de Stalingrad... Et personne ne va les renommer.

 

- Nous avons donc été les premiers à fouler aux pieds notre propre histoire ?

 

- Seuls nous, les Russes, et en cela notre colossale faiblesse, avons la caractéristique d'être déçus, de piétiner notre histoire au point de la détruire complètement. Et c'est surtout une caractéristique de l'intelligentsia "russe". Mais Karamzin a bien dit son attitude vis-à-vis de son histoire : "Tout cela est créé par nous, et donc, par nous". On ne peut pas jeter une seule page de l'histoire. Même ceux que nous ne voulons pas répéter doivent être retournés sans se moquer de la vie de nos pères. Au début, les bolcheviks flamboyants voyaient vraiment la Russie comme un buisson pour le feu de la révolution mondiale, ils détestaient tout ce qui était la beauté et l'essence de la vie russe - les icônes, l'honneur de la famille ... Tout cela devait être détruit avant la fondation. Et pendant qu'ils essayaient de le faire, Maximilian Voloshin a averti : "Et après les héros et les dirigeants / Un prédateur est volé par une bande de cupides, / Pour débloquer et vendre la puissance de la Russie disgracieuse / Pour ouvrir et vendre aux ennemis, / Pour brûler son tas de blé, / Pour déshonorer les cieux, / Pour dévorer les richesses, brûler les forêts, / Et sucer les mers et les minerais...". C'est ce que l'Allemagne d'Hitler avait l'intention de faire. N'était-ce pas la même chose dans les années 90, seulement sous les huées et les applaudissements de la nomenclature intelligente ivre de "nouvelle pensée" ?

Dans les années 30, il est devenu évident qu'il n'y aurait pas de révolution mondiale, mais une guerre mondiale, principalement contre la Russie, qui était encore chancelante et déchirée par les troubles. Et il n'a rien à compter sur la solidarité prolétarienne des frères de classe - eux, habillés en uniformes ennemis, seront obsédés non pas par l'égalité universelle, mais par la domination du monde. Et vous ne pouvez gagner qu'en vous appuyant sur votre histoire et sur les actions de vos ancêtres. D'une décharge historique sont revenus les noms d'Alexandre Nevskiy, que le "professeur rouge" a appelé l'ennemi de classe, Koutouzov, Souvorov... Mon père m'a raconté comment l'idéologie dans la relation à l'histoire elle-même a changé sous les yeux. Mon père avait 11 ans en 1917, il a étudié dans un gymnase. Selon mon père, les années 20 ont été pires que les années 30, bien que son frère ait payé sa caution dans les années 30. Dans les années 20 et est mort pas moins - seulement sans les processus et les discours révélateurs de "Vyshynskih", a juste pris et tiré sur les gymnastes, les architectes ... C'était dans les années 20 a été une moquerie totale de l'histoire et la culture de la Russie pré-révolutionnaire, qui a essayé de presque faire revivre leurs héritiers et petits-enfants - les Occidentaux actuels post-soviétiques. (Donnez-leur la volonté, ils installeront leurs camps). Dans ses productions, Meyerhold a dépeint les rois comme des puces qui pressurisent et défèquent sur scène. Comment trouvez-vous sa devise - "l'exécution esthétique du passé" ! Pendant la période de Pâques, les membres du Komsomol ont marché, indécemment "trompés", ce qui a été un choc, et avec des affiches : "Garçons et filles, aimez tant que vous voulez !", "A bas le pouvoir capitaliste !"

 

Dans les années 30, l'histoire a commencé à revenir. Cela a permis de restaurer des éléments de la conscience nationale traditionnelle. Lorsque l'ennemi extérieur a attaqué, non seulement pour enlever une partie des richesses matérielles, mais pour priver le droit à l'histoire en général, le sentiment national, cloué pour un temps par l'internationalisme de classe, s'est joué. Le sang versé pour la Patrie lors de la Grande Guerre Patriotique nous a en quelque sorte débarrassés des saletés de la guerre civile fratricide. Le fil apparemment déchiré de l'histoire russe et soviétique a été à nouveau réuni ! En général, toute nation se bat pour la Patrie lorsqu'un ennemi extérieur attaque, quels que soient les symboles figurant sur les bannières. Quel que soit notre état à l'époque, la guerre était grande, la guerre de la patrie et du peuple... Je le sais et je l'ai appris par les histoires de ma mère - une partisane, une jeune enseignante, qui, étant une liaison du détachement de partisans dans le territoire occupé, n'a pas eu peur de cacher la famille juive dans la cave de sa maison pendant six mois. Maman a été arrêtée, emprisonnée, envoyée dans un camp de concentration fasciste, s'est échappée, a reçu une médaille...

 

Notre culpabilité inéluctable est que ce sont nos subversifs intérieurs qui, dans leur haine de la grande puissance qu'est la Russie et de l'URSS - c'est-à-dire sous toutes ses formes (l'idée de révolution est proche, rappelez-vous "Les enfants de l'Arbat" : "les mauvaises personnes sont arrêtées", les mauvaises personnes sont abattues, mais d'autres devraient et peuvent l'être !) - ont été les premiers à piétiner notre exploit sacrificiel. Ainsi s'ouvraient les vannes de la jalousie accumulée depuis longtemps à l'égard de notre Victoire. On ne peut pas se moquer de sa propre histoire. Nous devons réfléchir avec humilité aux origines des hauts et des bas et du déclin. Dans les années 90, nous avons commis le péché du jambon biblique. Nous sommes punis pour cela aujourd'hui.

 

Récemment, notre volonté d'État et notre honneur ont été à nouveau révélés au monde, ce qui est déconcertant, jaloux et même hystérique en Occident. Récemment, un chauffeur de taxi à Paris m'a dit avec envie : "Vous avez un dirigeant indépendant - en plein dans le roc, et nous avons..." Et il a fait un signe de la main. Et le propriétaire d'un petit hôtel de la province française m'a offert une bouteille de vin avec ces mots : "Si nous avions donné un an pour vos quatre Poutine, nous vous l'aurions rendu, il nous aurait appris à nous débrouiller seuls et à ne pas obéir à Bruxelles. J'ai été touché.

 

- Natalia Alekseevna, la députée de la Douma d'Etat Valentina Tereshkova a suggéré de réduire à zéro les mandats présidentiels de Poutine. Qu'en pensez-vous ?

 

- Zakhar Prilepin a plaisanté en disant que Tereshkova s'était envolée dans l'espace pour la deuxième fois. Et sérieusement, c'est une étape intéressante. D'un point de vue juridique, c'est une approche valable.

 

La conception change, le type de séparation des pouvoirs - exécutif et législatif -, le contenu de la présidence sera rempli d'autres pouvoirs. C'est comme une nouvelle structure étatique. Vous savez, comme en France. De 1946, il y a eu la IVe République, et de 1958, des réformes de la constitution de de Gaulle à nos jours, il y a eu la Ve République, avec son alternance, mais en 1958, tout a recommencé. Les propos de Sergei Sobyanine sont tout à fait remarquables : le président, à qui il est interdit de se faire élire la prochaine fois, ne peut être fort a priori pendant la fin de son mandat. Et maintenant, nous avons une question ouverte sur le poste vacant et l'intrigue demeure. L'élite, qui devine, construit des schémas, sur lesquels il faudra s'appuyer en 2024, est obligée de travailler ! Et, je veux croire, essaiera de travailler. C'est une manœuvre tactique intéressante du président, et ce sera au peuple et au président sortant de décider. Personne ne conduit personne aux élections, et certainement personne n'est obligé de voter. A l'époque soviétique, les agitateurs se rendaient dans les appartements. Maintenant, ce n'est plus le cas. Et puis, il y a le changement.

 

Nous traversons une période difficile. La stagnation évidente de l'économie, la chute du rouble, les difficultés financières, la baisse de la demande de pétrole - notre baguette, même si la marge de sécurité est importante. Les sanctions, le front turc... Erdogan est un maître du zigzag politique, il ne doit pas tout changer du jour au lendemain, il doit faire de son ennemi un ami, et vice versa. Il y a un sérieux jeu diplomatique en cours, qui nous permet de résoudre de nombreux problèmes. Les Américains ne peuvent rien faire d'autre que des sanctions, c'est une impuissance politique, mais la question du dollar est un instrument de pression plus important que les armes nucléaires, qui ne sont que secouées mais pas combattues.

 

Ce qu'il faut, c'est une politique de succession très forte et un mécanisme de gestion et de prise de décision qui fonctionne bien, une volonté forte. Pour l'État et l'avenir, je ne vois rien de mal à réduire à zéro les mandats du président. En outre, c'est un coup délicat, comme aux échecs.

 

- Qu'en est-il de la proposition d'élections anticipées à la Douma d'État ?

 

- Je n'en vois pas la nécessité. Le contenu du mandat de l'adjoint ne change pas. Il n'est responsable que devant ses électeurs et le parti. Je ne vois pas d'autre façon de remplir le mandat de l'adjoint. Quelle est la situation politique à la Douma, elle sera répétée, peut-être avec des écarts mineurs.

 

- Natalia Alekseevna, mes petits-enfants demandent : dans quelle formation sociale et politique vivons-nous ?

 

- Tous les termes du passé - "capitalisme", "capitalisme à visage humain", "socialisme"... - sont dépassés. Le monde a beaucoup changé. La théorie de Marx, qui à une époque a beaucoup donné au monde et à la science, comme toute théorie, s'est épuisée en tant que programme. Certaines de ses prédictions sont totalement inapplicables à l'heure actuelle. Il est ridicule de parler, par exemple, de la proportion toujours croissante du prolétariat et de sa dictature. Dans les pays développés, cette classe est très minoritaire et sa part diminue. 80% de la population du monde dit occidental n'est pas un Rantier, prédit par Marx dans la seconde moitié du XIXe siècle, mais des personnes travaillant dans les domaines les plus nécessaires, sont nées avec la révolution scientifique et technologique, lorsque la science est devenue la force productive directe de la société. Programmeurs, ingénieurs, médecins, avocats...

 

On ne peut pas non plus dire que nous vivons sous une sorte de système capitaliste. Mais les grimaces du capitalisme animal des années 90 sont restées un traumatisme dans l'esprit de la société. L'État fait beaucoup de choses en ce moment, mais ce n'est pas systématique. Nous n'avons pas encore construit un véritable État social. Le fait qu'un grand bloc de la sphère sociale ait été introduit dans la nouvelle Constitution est très important. Il s'agit d'un cadre juridique qui oblige l'État de la base au sommet à construire réellement un État social, surtout dans un pays où, même avant la crise, la majorité de la population vivait, disons, non pas riche, et maintenant elle est appauvrie.

 

En général, le monde chrétien est à la veille d'un nouveau "-isme". Le XXe siècle nous a présenté deux expériences d'idées d'égalitarisme - l'égalisation de tout et de rien. Nous l'avons réalisé avec enthousiasme et une radicalité excessive dans la sphère matérielle. Il est certain que nous avons accompli beaucoup de choses. Mais il y avait aussi des restrictions qui étaient insurmontables dans les limites de l'idéologie et qui privaient de stimulation au développement et limitaient les possibilités humaines. Et en Occident, l'idée égalitaire s'est développée davantage dans la sphère morale-philosophique. L'Occident est arrivé à la philosophie postmoderne - les grands fondements et valeurs spirituels et culturels ont été déplacés : la foi, l'honneur, le devoir, la chasteté, la famille... Les grands Européens étaient prêts à donner leur vie pour ces valeurs, et maintenant tout cela s'est effacé au fond de la vie. La disgracieuse Lucrezia voulait mourir ? Quelle absurdité ! Une épouse fidèle n'est pas mieux qu'une épouse fidèle, le "droit à la sexualité" (c'est tiré d'un document féministe) est un droit humain ! - Les féministes et les LGBT disent, et il n'est plus politiquement correct de s'opposer à eux. Ils doivent libérer l'individu de tout ordre de choses traditionnel - religieux, national, moral, national-culturel, et maintenant biologique. L'homme est libre de changer sa nature craignant Dieu, la beauté et la laideur, le péché et la vertu - tout est conditionnel... La perversion est hissée sur le drapeau, revendiquant l'égalité dans la dignité avec la norme... Où est la limite entre la vérité et le mensonge, le bien et le mal ? Le mal crie déjà pour lui-même comme étant égal au bien.

 

Les conservateurs européens sont unis à moi dans cette vision pessimiste. Mais il n'y a qu'en Russie qu'on peut discuter de ces sujets. À l'Ouest, il y a de moins en moins de liberté d'opinion et de jugement, dont nous - les intellectuels soviétiques - étions jaloux dans les années 60 et 70. La philosophie postmoderne a atteint des sommets de commandement dans l'éducation, la culture, l'information, la gestion, montre les caractéristiques du nouveau totalitarisme et toutes les habitudes de son récent adversaire - l'appareil idéologique soviétique. C'est le rejet de toute dissidence, l'ostracisme politique des opposants, la division manichéenne du monde en progrès universel et le sombre "Mordor" antidémocratique.

 

Mais l'histoire sans but moral est la philosophie de la "fin de l'histoire". S'il n'y a pas de frontière entre le péché et la vertu, le bien et le mal, alors le choix moral qui a été le nerf de la créativité et de la grande littérature européenne, où le héros - le devoir incarné. Pourquoi aujourd'hui les monologues d'Hamlet et de Macbeth ? Pourquoi les martyrs de la Foi, de la Patrie sont morts ?

 

Il est bon de se souvenir du sort de l'Empire romain. Ils avaient la démocratie, ils avaient un forum, ils avaient le droit romain, le Colisée, les thermes, les viaducs, la plomberie... Mais ils ont plongé dans l'hédonisme - la vie comme source de plaisir, la chair avec ses vices s'élevait au-dessus de l'esprit... Et les Romains ont été conquis par les barbares, qui n'avaient besoin ni de démocratie ni de thermes, de viaducs, de plomberie...

 

- La couche suralimentée, élitaire et connue de notre société ne reproduit-elle pas le chemin des Romains narcissiques dont vous venez de nous parler ? Plaisir pour plaisir, diamants qui claquent, ego démesuré...

 

- Il ne s'agit pas d'une élite qui a beaucoup à se plaindre, mais ça marche quand même. Il s'agit plutôt de "mousse" vaporisant les blogs et Gelendwagen sur nous. Ce sont les fruits empoisonnés d'une petite mais hélas, forte partie de la jeunesse. De quoi s'étonner ! Depuis les années 90, la télévision et les médias ont créé de faux stéréotypes sur une personne insouciante et facile ("prenez tout de la vie !"), "qui réussit" et qui n'est pas accablée de doutes sur l'ordre moral. Ce type n'existe pas vraiment en Occident. Aux États-Unis, les jeunes, en particulier les étudiants, sont l'une des catégories les plus inquiètes (paiement des prêts pour l'éducation, les voitures, le logement), le culte du plaisir comme credo de la jeunesse américaine est tout simplement étranger. Et ici, les médias reproduisent sans vergogne le comportement de ces méprisables kozyaks sans valeur, qui, dans des limousines de luxe, font le tour de Moscou. En fait, ils sont peu nombreux, mais c'est les yeux qui font rage. Et pourquoi en entendons-nous constamment parler à la télévision, lire sur Internet ! C'est ce qu'ils attendent ! Ils ne peuvent plus rien faire, ils ne sont plus rien par eux-mêmes. Si vous les ignorez, la bulle va éclater.

 

Il est plus difficile de parler de l'élite... Ce n'est pas tant les riches que les fonctionnaires, mais leur légion, et c'est un problème social. Remarquez qu'il y a 15 ans, l'objet de l'indignation était les oligarques et les grandes entreprises, dont le symbole, en tant que phénomène, est devenu Rublyovka. Aujourd'hui, la bureaucratie, la fusion des flux financiers et du pouvoir suscitent davantage de rejet et d'indignation, et c'est un phénomène beaucoup plus dangereux, empreint d'une société divisée et de méfiance à l'égard du pouvoir et de l'État.

 

L'inégalité de la propriété, à laquelle nous ne sommes pas habitués, a dépassé les limites de l'acceptable. Les personnes qui ont accueilli le droit à la propriété et à la richesse estiment que ce fossé n'est plus pieux. Surtout dans un pays appauvri, où la saisie de biens dans les années 90 restera à jamais dans l'esprit des gens comme un acte immoral. Je n'ai jamais été pour une "péréquation", mais l'ampleur des inégalités est désormais obscène pour le XXIe siècle et la démocratie.

 

Nous sommes habitués à l'égalitarisme après tout. Dans la société passée, les gens avaient du respect pour ceux qui sont plus élevés intellectuellement, qui sont plus instruits, qui ont du talent, et leur plus grande prospérité n'était pas contestée - comme obtenue par le travail, le talent. Et les années 90 ont donné naissance à d'autres valeurs. Je me souviens de la façon dont on apprenait aux gens, à partir des écrans de télévision, à devenir "performants". Un programme a mis en garde : "Ne regardez pas vos parents, ils n'ont pas beaucoup de gens qui réussissent ! Et quel est le critère de réussite ? Ou peut-on marcher sur des cadavres ? Je me demande quelle est la société qui réussit le mieux - où il y a moins de péché ou où les pelouses sont plus égales... ?

 

Mais depuis environ 2000, le critère de réussite change soudainement pour les "réformateurs". J'ai lu des études sociologiques sérieuses. Dans les années 90, la carrière, les revenus élevés et les attributs - voiture étrangère, chalet, maison, repos dans des terres chaudes - figuraient en première place dans la liste des principaux indicateurs et objectifs de la vie. En 2000 - soudainement la famille, les bonnes relations avec les amis, les parents. Et lorsqu'on leur a demandé quel crime ne peut être justifié en aucune circonstance, 92 % des personnes interrogées dans le cadre de cette enquête ont répondu : "la trahison contre la mère patrie" ! 92% - ce n'est même pas la majorité. C'est une caractéristique intégrale de la société dans son ensemble. J'ai traversé - la Russie est sauvée.

 

- Cacher de l'argent à l'étranger n'est pas une trahison contre la patrie ?

 

- Une richesse malhonnête et rapidement acquise crée intuitivement de l'anxiété et un désir de la cacher. C'est comme ça partout dans le monde. Il y a aussi d'énormes impôts qui sont esquivés, ce que nous avons beaucoup moins. Nous ne sommes pas les seuls ici. Une campagne est en cours dans le monde entier pour revenir d'outre-mer, il est important de le faire de manière cohérente - à la fois avec un fouet et une carotte.

 

Pour en revenir à votre question sur la "formation sociale et économique", sur l'"Izma" - j'y pense depuis longtemps. Il me semble que le "socialisme chrétien" devrait être construit. Pas un tel socialisme, sous lequel nous avons vécu, avec ses limites et ses interdictions et la distribution de maigres biens selon des critères idéologiques d'en haut, qui stimule peu. Bien qu'il soit possible et nécessaire d'en tirer beaucoup de bonnes choses, ce n'est pas un hasard si nous avons maintenant justifié la nostalgie d'un certain nombre de ces mécanismes sociaux. Dans les années 90, j'ai été étonné, autant que possible, en rétablissant le droit inaliénable d'une personne à la propriété, à la possibilité de gagner et même de s'enrichir, de ne pas déclarer un cadre moral : "Le travail productif honnête est un devoir devant Dieu et les hommes, l'une des plus hautes destinées de l'homme". Au milieu du XIXe siècle, un Occidental reconnu et le plus grand historien russe, K.D. Kavelin, a averti que ce n'est que maintenant que commence à se réaliser la pensée économique athée : "La propriété personnelle devient le début de la mort et de la destruction, quand elle ne sera pas modérée par un autre organisateur.

 

Mais le principal problème n'est toujours pas l'offshore. À l'ordre du jour, les efforts de l'État pour égaliser la vie dans la province et la capitale. Les capitales du monde entier sont un phénomène particulier. C'est Babylone, où les talents et les vices affluent. Dans notre pays, la province est radicalement différente de la capitale. Il y a encore des endroits où les gens vivent au XIXe siècle. La multiplicité rend notre pays très difficile - dans la culture, dans le mode de vie, dans les relations entre les gens... L'État, je pense, ne s'est occupé de ce sujet que maintenant.

 

D'ailleurs, c'est la Russie, nous sommes le modèle du monde avec ses grandes différences. L'Amérique ne peut pas être un modèle du monde. Il ne reconnaît la dissidence de personne, et l'homme russe a d'abord vécu avec des gens d'une foi différente, de traditions différentes et a impliqué tout le monde dans son édification de l'État. Nous acceptons la dissidence des autres. Cela nous rend "vivants", comme l'a écrit Dostoïevski. "Nous comprenons tout - et le sens gaulois aigu et le sombre génie allemand !" Mais le contraste culturel et social entre la vie de milliers de petites villes et d'autonomies nationales et la capitale est inacceptable. A trois cents kilomètres de Moscou - et une autre vie. Nous avons besoin d'un projet national, d'un programme national de développement des petites villes pour développer l'ensemble du pays. Tout change lentement, le contraste ne disparaît pas. C'est au-delà du raisonnable.

 

- Vous lisez les déclarations d'autres fonctionnaires, de ministres... Ils ont des revenus fabuleux. Ne comprennent-ils pas que c'est obscène ? On a l'impression qu'eux et les gens vivent dans des mondes différents, dans des dimensions différentes. Cette personne exploite cyniquement l'amour sacré d'un homme russe pour la patrie dans ses intérêts politiques. Comprennent-ils l'État et la patrie différemment de nous, simples mortels, dont nous avons parlé plus haut ?

 

- Cela m'attriste. Je ne pense pas que nos hauts fonctionnaires doivent être limités dans leurs moyens, mais les volumes de leurs revenus déclarés sont, bien sûr, fabuleux, et cela mine toute confiance. Mais ce n'est pas nouveau dans l'histoire : une richesse insatiable avec ses attributs - des heures pour des millions de personnes, des voitures de princes saoudiens, des sculptures dans le jardin - la psychologie de la boue au prince.

 

- Elle irrite le peuple, suscite la méfiance à l'égard du pouvoir. Il s'avère qu'en politique, certaines idées sur la décence et l'honneur, et dans la vie - d'autres ?

 

- Ces dernières années, de nombreux maires, gouverneurs, hauts fonctionnaires des forces de l'ordre ont été arrêtés... Divin, mais comment dorment-ils ! Vous avez dit le mauvais mot à quelqu'un ici, vous êtes inquiet toute la nuit, vous n'êtes pas offensé ? Et ils... Comment ne craignent-ils pas le jugement de Dieu ? Là encore, la plantation est le seul moyen d'éliminer ce vice. Car la corruption, même en économie, n'est pas un phénomène économique. Les discussions sur cette question se limitent encore à l'amélioration des lois, aux moyens de détecter les crimes, aux mesures punitives, à la réorganisation des corps de police, à la critique du système judiciaire. Cependant, tout indique que les causes d'une maladie de l'organisme national à une telle échelle sont plus profondes. Il est grand temps de les chercher dans le champ de la conscience. Comme on le sait, dans une société qui a perdu les concepts de péché et de honte, les lois sont impuissantes. Malheur à une société où seule la peur de la sanction pénale retient le crime.

 

Aussi trivial que cela puisse paraître, il faut un travail éducatif dès l'enfance. Si le nouvel "homo economicus" ("homme économique"), que les réformateurs ont cherché à créer de cette manière, n'a pas eu de mal à acquérir des compétences pour le travail pratique, la capacité à s'autoréguler moralement dans ses actions et ses objectifs ne découle que de l'éducation à un certain système de valeurs, principalement religieuses. Au moins, nous avons été élevés dans des contes de fées russes, où le courage, le sacrifice, la gentillesse, l'indifférence sont récompensés, où le héros sans moralité ni ascèse moralisatrice était guidé par l'éthique de la suffisance, et les filles - et la douceur ... Maintenant, le héros des dessins animés américains, et les héros des nouveaux contes de fées nationaux - un joue chanceux. Oui, elles sont mignonnes, drôles, amusantes, mais - chanceuses ... Pourquoi les enfants ne lisent-ils pas L. Tolstoï - "Vache", "Fausse lettre de change" ? Où sont les contes de fées avec le message moral ? Pourquoi un écolier…

Pourtant, je connais beaucoup d'hommes d'affaires, de fonctionnaires, de personnes de haut rang qui élèvent leurs enfants selon les lois de la dignité et de l'honneur, prêts à sacrifier leur propre fortune pour le bien de l'entreprise et de leur propre condition, plutôt que d'échapper à la crise en généralisant leurs employés. Cela peut-il constituer un contrepoids suffisant à la partie en décomposition ? Nous avons donné naissance à une génération qui n'a pas peur de la richesse sans honneur. Et la société attend de l'élite dirigeante, de la classe des fonctionnaires, des forces de l'ordre plus de conformité à l'idéal que d'un homme ordinaire.

 

- Beaucoup de ces "personnes qui réussissent" sont directement ou indirectement à la tête de notre société...

 

- Il y a des gens très différents au sommet, certains proches de ma vision du monde, d'autres pas. Je vous assure que nous avons des gens beaucoup plus honnêtes dans tous nos domaines et dans la rue, sinon nous nous serions mangés depuis longtemps. C'est juste qu'il est beaucoup plus douloureux pour un homme de percevoir le péché, et il ne remarque pas la norme - ce qui prouve bien sûr qu'un homme a été créé par Dieu pour le bien, mais sa nature est gâtée, vulnérable aux tentations.

 

- Natalia Alekseevna, j'exacerbe délibérément la situation pour voir le soulagement du problème ...

 

- Le fait que ce sujet doive être à l'ordre du jour est certain. C'est une grande tâche nationale. Sans le rétablissement de la conscience, sans les efforts de la société entière et les actions difficiles de l'État, aucune autre élite ne naîtra, sans la restauration de la confiance dans la société, il n'y aura pas d'avenir pour les doctrines les plus correctes. Rapidement, par le "contre plan", de telles choses ne fonctionnent pas. Dans toute société, il y a en même temps des processus de décomposition, ainsi que des processus de création et de récupération. Lequel prévaudra ? C'est entre nos mains. Tout peut être inscrit dans la Constitution, mais le pays sera ce que nous serons.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

 

Source: https://izborsk-club.ru/18988

 

Natalia Narochnitskaya
http://narotchnitskaya.com
Natalia Alexeevna Narochnitskaya (née en 1948) - célèbre historienne, diplomate, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences historiques. Chercheur principal d'IMEMO RAS. Directeur de la Fondation pour la perspective historique. Président de l'Institut européen pour la démocratie et la coopération. Membre permanent du Club d'Izborsk.

Lire la suite

L'origine du Coronavirus (Ramzan Kadyrov)

20 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Opération Coronavirus

Ramzan Kadyrov est le chef de la république de Tchétchénie. Son père, Akhmad Kadyrov, était un ancien grand mufti et homme politique, président de la république de Tchétchénie de 2003 à 2004. Né en 1976, il est père de 12 enfants.

Ramzan Kadyrov est le chef de la république de Tchétchénie. Son père, Akhmad Kadyrov, était un ancien grand mufti et homme politique, président de la république de Tchétchénie de 2003 à 2004. Né en 1976, il est père de 12 enfants.

"Eh bien, un monde très étrange ce soi-disant Occident ! Le coronavirus est apparu et a commencé sa marche depuis la Chine. De là, il est arrivé en Europe en passant par les pays au sud de la Russie. Eh bien, évidemment pas par la Route de la Soie ou la Transsibérienne. Il suffisait d'une seule personne pour éternuer dans les pays européens, et tous les yeux se sont alors tournés vers l'Est. 
La Russie et Vladimir Poutine sont à blâmer pour cela. 

Il est donc allé danser au village ! Comme la Russie tente de semer la panique, de déstabiliser la situation.   Comme ils disent, ils ont eux-mêmes inventé un conte et y ont cru ! Un enfant qui babille. 

Le monde est confronté à une grave menace, et vous ne pouvez pas vous défaire des mythes et des illusions sur la menace russe ! 

Il est temps, mes frères, il est temps, car tous les poulets de l'usine Petelinskaya rient en entendant vos contes ! 
La production d'œufs a augmenté !"

Ramzan Kadyrov, Telegram, 18 mars 2020.

L'origine du Coronavirus (Ramzan Kadyrov)

"Lundi, il a tenu une réunion du Quartier général opérationnel pour la prévention et la non-prolifération des coronavirus. Il a écouté les informations sur les mesures préventives prises.  Le président de l'état-major opérationnel, le vice-premier ministre de la République tchèque, Shahid Ahmadov, a déclaré qu'aucun cas d'infection n'avait été détecté dans le pays. 

25 personnes qui sont arrivées dans la région en provenance de pays européens sont en quarantaine. Quinze d'entre eux ont reçu des résultats doublement négatifs. Dix autres personnes en provenance de pays européens sont attendues. Tous seront suivis et diagnostiqués. 

Sur la base du City Hospital № 3 et des boîtes équipées pour les maladies infectieuses RCC, une hotline. Il a été noté qu'en cas d'apparition d'une infection, des fonds supplémentaires sont nécessaires pour acheter des équipements et des dispositifs pour la ventilation artificielle des poumons. J'ai chargé le Premier ministre de la République tchèque, Muslim Khuchiyev, de trouver des fonds pour leur achat. 

En outre, il a été décidé d'envoyer les écoliers en vacances. Il a été recommandé aux parents de limiter les visites des enfants dans les lieux de congestion massive, de suivre toutes les recommandations du ministère de la santé. J'invite instamment les natifs de la République tchèque qui souhaitent se rendre dans la République et leurs proches à passer les tests nécessaires avant de rentrer chez eux afin de protéger leurs parents et amis de l'épidémie qui se propage dans le monde entier.  

Nous avons également abordé la question du comportement indigne des natifs de la République tchèque qui vivent dans certaines régions de Russie. Le conseiller du chef de la République tchèque, Adam Delimkhanov, député à la Douma d'État, a informé que dans le cadre de la lutte contre la toxicomanie et le trafic de drogue, jusqu'à 50 personnes de différentes villes ont été renvoyées dans la république. 

Les proches de ces personnes ont été avertis que, si leurs actions illégales se poursuivent, ils seront soumis aux mesures préventives les plus strictes prévues par la loi."

Ramzan Kadyrov, Telegram, 16 mars 2020.

"La députée de la Douma d'État Valentina Tereshkova est une politicienne sobre, une personnalité forte, une personne socialement respectée. 

Comme vous le savez, elle a fait une proposition visant à annuler le mandat de l'actuel président.  Cela a provoqué une vague d'attaques contre Tereshkova par ceux qui se soucient peu du sort de la Russie. 

Les gentlemen à l'étranger et leurs amis en Russie espéraient que dans quelques années Vladimir Poutine quitterait la politique, la Russie se transformerait en un pays de troisième ordre, que l'Occident et les États-Unis seraient obligés de laisser en plan. Cela n'a pas fonctionné ! 
Vladimir Poutine obtiendra le droit de participer aux élections et ce sera aux électeurs de décider. La façon dont ils décident sera la même ! 

Je suis sûr que le soutien sera convaincant. Vladimir Vladimirovitch a sauvé la Russie de la ruine. Il n'y a pas de tâches moins difficiles à accomplir, dont dépend l'avenir de la Russie. 

J'exprime mon soutien à Valentina Vladimirovna ! Vous avez bien fait d'exprimer la pensée du peuple russe !

Je suis sûr que le mot "coronavirus" a battu des records en termes de références médiatiques. Le virus est devenu le sujet numéro un. Elle a brisé tous les plans de pays séparés et d'unions d'États dans le domaine de la politique, de l'économie, de la culture, des sports. 

Les frontières sont fermées, les médecins et les chefs d'État font des prévisions sur l'ampleur possible des pertes économiques et des pertes humaines.   Les médecins recommandent de respecter les règles d'hygiène personnelle, de se laver souvent les mains, de ne pas toucher d'objets dans des endroits bondés, de s'isoler s'il y a le moindre soupçon d'infection ... 

Aucune mesure ne pourra arrêter la progression de la maladie si chacun ne se sent pas personnellement responsable du maintien de sa santé et de celle des autres. 

Tout d'abord, je voudrais appeler les gens à s'abstenir de participer à des manifestations de masse injustifiées, à ne pas se rendre sur place et à ne pas emmener les enfants dans des lieux où les gens se rassemblent, à refuser catégoriquement les voyages à l'étranger... 

Notre peuple se caractérise par le respect des normes et de l'ordre sanitaire. Je suis sûr que dans cette période difficile, nous nous en souviendrons également. 
Les musulmans ont pour instruction de prier cinq fois par jour, de surveiller strictement leur santé et d'être particulièrement sensibles aux questions d'hygiène, de propreté et d'ordre. 

Je vous assure que les dirigeants de la république prennent des mesures globales pour contrôler la situation. Aucun cas de coronavirus n'a été identifié en République tchèque. Allah vous sauve !

Ramzan Kadyrov, Telegram, 12 mars 2020.

 

A propos du Caucase et de la Tchétchénie, sur ce même blog:

http://pocombelles.over-blog.com/2017/11/les-fleurs-sauvages-du-caucase-tolstoi-hadji-mourad.html

Lire la suite

Le général Soleimani - symbole de la lutte pour un monde multipolaire, par Alexandre Douguine (Club d'Izborsk - 16 mars 2020)

19 Mars 2020 , Rédigé par Béthune Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Iran, #Politique

Le général Soleimani - symbole de la lutte pour un monde multipolaire, par  Alexandre Douguine (Club d'Izborsk - 16 mars 2020)

L'assassinat du général iranien Qasem Soleimani, commandant de l'unité spéciale d'Al-Qods au sein du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), par une force de frappe de drones américains, le 3 janvier 2020, a été un événement marquant qui montre un tout nouvel équilibre des forces au Moyen-Orient. Et puisque le Moyen-Orient est le miroir des changements globaux de la géopolitique mondiale, cet événement a une dimension encore plus grande qui affecte l'ordre mondial dans son ensemble.

 

La mort du général Soleimani et les représailles de l'Iran sur les bases américaines sont des événements extrêmement radicaux, chargés de significations fondamentales et aux conséquences difficiles à prévoir.

 

MULTIPOLARITÉ VS. UNIPOLARITÉ

 

En raison de l'ampleur des événements qui ont eu lieu au tout début de l'année 2020, il est important de commencer leur analyse dans un contexte plus général. Ce contexte est défini par le passage d'un monde unipolaire, généralement établi dans la dernière décennie du XXe siècle avec une nette domination de l'Occident (plus précisément des États-Unis), à un monde multipolaire, ce qui devient de plus en plus évident à mesure que Vladimir Poutine revient dans l'histoire de la Russie en tant que force souveraine et indépendante et que les relations américano-chinoises s'intensifient. Donald Trump, dans sa campagne électorale, a promis aux électeurs de rejeter les interventions et de mettre un terme au néo-impérialisme et au mondialisme, ce qui fait de lui un partisan potentiel d'une transition pacifique vers la multipolarité. Mais avec sa décision de détruire Suleimani, il a complètement écarté cette possibilité, et a confirmé une fois de plus la place des Etats-Unis dans le camp des forces qui se battront désespérément pour préserver le monde unipolaire. Dans ces actions, les néocons américains regardaient derrière le dos de Trump. Autant ils voulaient maintenir ce statu quo, autant le succès de la Russie dans la politique internationale et l'essor impressionnant de l'économie chinoise, ainsi que le rapprochement progressif entre Moscou et Pékin, ont fait du monde multipolaire une réalité, donnant à tous les autres pays et civilisations - grands (comme l'Inde) et leaders régionaux (comme l'Iran, la Turquie, le Pakistan, le monde arabe et l'Amérique latine et l'Afrique) - le choix de leur place dans une construction antagoniste : soit devenir (rester) un satellite de l'Occident (c'est-à-dire prêter serment d'une unipolarité agonisante), soit prendre parti dans le monde multipolaire et chercher un avenir dans son contexte.

 

L'ERREUR DE DONALD TRUMP

 

Une situation fondamentalement nouvelle est apparue autour des événements tragiques survenus en Irak le 3 janvier 2020 : le général Soleimani tué par les Américains était une partie organique du monde multipolaire, représentant dans ce rapport de forces non seulement l'IRGC ou même l'Iran dans son ensemble, mais tous les partisans de la multipolarité. A sa place, il aurait pu tout aussi bien y avoir l'armée russe, accusée par les Etats-Unis d'unification avec la Crimée ou de participation au conflit du Donbass, le général turc qui a fait ses preuves dans la lutte contre les terroristes kurdes, ou le banquier chinois qui a causé des dommages importants au système financier américain. Suleimani était une figure symbolique de la multipolarité, tuée par les partisans de l'unipolarité au-delà de toutes les normes du droit international. En décidant d'éliminer Soleimani, Trump a agi depuis une position de pouvoir purement unipolaire : comme je l'ai décidé, il le fera - indépendamment de tout, ni des conséquences, ni du risque de guerre, ni des protestations de toutes les autres parties. Comme sous les précédents présidents américains, M. Trump a agi selon la logique suivante : seuls les États-Unis peuvent à eux seuls étiqueter les "méchants" ou les "gentils" et agir avec les "méchants" à leur guise. Les "méchants" peuvent être théoriquement reconnus par Poutine, Xi Jinping ou Erdogan, et la seule question sera alors de savoir s'ils peuvent être protégés par les moyens de défense disponibles - y compris les moyens de défense contre les coups d'État (auxquels Erdogan a déjà été confronté) ou les "révolutions de couleur" (auxquelles l'Iran est constamment confronté et que l'Occident, avec l'aide des libéraux, tente inlassablement d'initier en Russie). Il s'est imposé de manière convaincante et a sévèrement critiqué ces politiques des administrations précédentes, tant républicaines que démocratiques, mais en décidant de tuer Soleimani, il a montré qu'il n'était pas différent d'elles.

 

C'est un moment très important dans la transition de l'unipolarité à la multipolarité. Trump portait en lui l'espoir que cette transition pourrait se faire de manière pacifique, auquel cas les États-Unis ne deviendraient pas son ennemi, mais son participant à part entière, ce qui renforcerait théoriquement de manière significative la position des États-Unis en tant que force dirigeante dans le contexte de la multipolarité, leur donnant une place privilégiée dans le club multipolaire dans son ensemble. Les espoirs se sont effondrés le 3 janvier 2020, après quoi M. Trump est devenu un président américain ordinaire comme tout le monde - pas pire, mais pas mieux.

 

LE SUCCÈS DES POUVOIRS MULTIPOLAIRES ET LE NOUVEL ÉQUILIBRE DES POUVOIRS

 

Une telle analyse de l'équilibre mondial des pouvoirs aggrave considérablement toute la structure de la politique mondiale, car elle ramène la situation à la politique dans l'esprit de George Bush Junior, Barack Obama ou Hillary Clinton. Ainsi, la sarcastique Hillary Trump s'est retrouvée dans sa robe aujourd'hui, en tant que sanglante sorcière mondialiste. Mais les événements de ces dernières années - le renforcement de la position de la Russie au Moyen-Orient, et surtout - les brillants succès en Syrie, le rapprochement de la Russie avec la Chine et l'intégration du projet "One Belt - One Way" à la stratégie eurasienne de Poutine, et même les démarches antérieures de Trump, qui a tenté d'éviter une confrontation directe, qui a renforcé la position des forces multipolaires en Méditerranée (où la convergence des positions de Poutine et d'Erdogan a joué un rôle important) - ont déjà modifié de manière irréversible l'équilibre des pouvoirs.

 

Inévitablement, les développements qui ont suivi l'assassinat du général Suleimani ont porté la confrontation entre les États-Unis et l'Occident (ainsi que leurs alliés régionaux - Israël, Arabie saoudite et certains États du Golfe), d'une part, et les puissances multipolaires (Russie, Chine, Iran, Turquie, etc.), d'autre part, à un nouveau niveau. Les États-Unis utilisent la politique de sanctions et de guerre commerciale avec leurs adversaires, mais progressivement un pourcentage croissant de l'humanité - non seulement en Asie, mais aussi en Europe - tombe sous le coup des sanctions ; maintenant, des entreprises européennes (principalement allemandes) participent également au projet Nord Stream. Cela montre l'arrogance de l'hégémonie américaine, qui traite ses "partisans" comme des laquais et les punit physiquement. Les Etats-Unis n'ont pas d'amis, ils ont des esclaves et des ennemis. Et dans cet état, la "superpuissance solitaire" s'affronte - et cette fois-ci pratiquement avec le reste du monde, car à chaque occasion, les "esclaves" d'aujourd'hui échapperont certainement à l'inévitable vengeance du collaborationnisme unipolaire. Washington n'a tiré aucune leçon du peuple américain qui a choisi Trump. Le peuple n'a pas voté pour la poursuite de la politique de Bush/Obama, mais au contraire, pour son changement radical. Les élites américaines (et, plus largement, mondialistes) n'en ont pas tenu compte, attribuant tout aux intrigues des "hackers russes" et des "blogueurs". Et maintenant que Trump va à nouveau être en partie une "poignée de main" pour l'élite mondialiste agressive et irrationnelle, la "majorité silencieuse" américaine n'a plus qu'une chose à faire : se détourner complètement de la puissance américaine. Même si Trump a fini par être un jouet entre les mains des mondialistes, cela signifie que les méthodes légales de lutte politique ont été épuisées. Si personne n'exprime la volonté de la société, elle entre dans un régime spécial de sabotage passif. C'est exactement ce à quoi il faut s'attendre aux États-Unis. Sinon, le peuple américain lui-même, dans l'esprit de ses traditions culturelles et politiques, choisira la multipolarité, mais cette fois-ci non pas avec l'État, mais contre l'État.

 

Les États-Unis peuvent traiter à distance avec ceux qu'ils ont désignés comme les "méchants". Mais dans un monde multipolaire qui devient une réalité, vous devrez inévitablement en payer le prix.

 

UN CAMP UNIPOLAIRE DANS UNE CRISE PROFONDE

 

Les partenaires européens des États-Unis ne sont guère prêts pour une confrontation brutale avec le club multipolaire. Ni Merkel, qui a reçu une nouvelle gifle pour Nord Stream, ni Macron, qui est assiégé par des "Gilets jaunes" et qui comprend que d'une manière ou d'une autre, mais vers le populisme, il faudra aller (d'où sa "position spéciale" sur la Russie et ses projets de création d'une armée européenne), ni même Boris Johnson, qui vient de réussir à arracher la Grande-Bretagne au marécage étouffant de l'Union européenne libérale (et il est peu probable qu'il échange aussi rapidement la souveraineté durement acquise - bien que relative - contre un nouvel esclavage des fous américains qui ont complètement perdu tout réalisme), n'est pas pressé de se jeter dans le feu de la troisième guerre mondiale attisé par Washington et d'y brûler sans laisser de trace. L'OTAN est brisée devant les yeux et à cause de la Turquie, qui ne soutient pratiquement rien d'autre que les États-Unis au Moyen-Orient et en Méditerranée orientale, déclarée par les Turcs "Mère patrie bleue", c'est-à-dire la zone de son contrôle souverain. Inconditionnel et totalement irrationnel - on pourrait dire désespéré et même provocateur - le soutien de Washington à Israël sape les relations avec le monde arabe - et plus largement islamique - et l'alliance de Trump avec l'Arabie saoudite le réduit à une transaction purement financière, qui n'est pas une base fiable pour une alliance à part entière, dont les États-Unis sont génétiquement incapables.

 

Le monde se trouve ainsi au bord de la troisième guerre mondiale entre une unipolarité agonisante et une multipolarité qui ne cesse de se renforcer. Les États-Unis y entrent dans des conditions bien pires que celles de l'administration précédente. Dans ces conditions, Trump n'a pas encore été réélu, et ceux qui l'ont poussé à tuer Soleimani vont tenter de le démolir pour cela. Après l'assassinat de Soleimani, la guerre et la paix vont saper la position de Trump de la même manière. C'était une décision fatale qui allait le détruire. Les populistes européens de droite qui ont soutenu le geste suicidaire de Trump se sont également considérablement affaiblis. Le fait est qu'ils n'ont même pas choisi de se ranger du côté de l'Amérique, mais qu'ils ont pris le parti d'un unipolarisme mourant - et cela pourrait détruire n'importe qui.

 

DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR UN MONDE MULTIPOLAIRE

 

Dans ce contexte, les pays sanctionnés - principalement la Russie, la Chine et l'Iran lui-même - ont déjà appris à vivre dans ces conditions en développant leurs propres armes stratégiques (Russie), leur structure économique (Chine - y compris au-delà de son territoire dans le cadre du vaste espace du projet "Une ceinture - un chemin"), leur énergie indépendante (Iran), leur géopolitique régionale indépendante (Turquie). Il ne reste plus qu'à redistribuer les atouts les plus forts parmi les membres du club multipolaire, et la multipolarité devient un véritable adversaire sérieux et relativement invulnérable. Et plus cet adversaire est fort, plus il a de chances d'éviter la troisième guerre mondiale dans sa phase chaude et d'attendre l'effondrement de l'unipolarité, qui viendra inévitablement.

 

Certaines des conséquences de l'assassinat du général Soleimani sont déjà évidentes. L'Iran a déclaré le Pentagone organisation terroriste avec l'IG (organisation terroriste interdite sur le territoire russe), ce qui signifie que la même chose peut arriver à n'importe quel militaire américain qu'au général Soleimani. L'Irak continuera à travailler dur pour renforcer ses capacités de combat et pour créer des armes modernes - en s'appuyant principalement sur la Russie. Il est important de noter que l'Iran, dans ces conditions, a déjà annoncé son retrait du traité sur le développement de ses propres armes nucléaires. Un autre État islamique, le Pakistan, possède des armes nucléaires. Les adversaires régionaux de l'Iran, Israël, disposent également d'armes nucléaires. Elle n'a pas de raison de conclure d'autres accords avec ceux que Téhéran considère officiellement comme des "terroristes".

 

La position de l'Irak, dont une partie importante (selon certaines sources, voire la majorité) de la population est chiite, est également importante. Pour l'ensemble du monde chiite, le général Kasem Suleimani était un héros inconditionnel. D'où la demande du Parlement irakien pour le retrait immédiat de toutes les troupes américaines d'Irak. Bien sûr, une décision démocratique du Parlement ne suffit pas pour les assassins américains cyniques ; ils seront là où ils pensent qu'ils sont nécessaires et où il y a de quoi vivre. Mais cela signifie le début d'une mobilisation générale anti-américaine de la population irakienne - non seulement des chiites, mais aussi des sunnites, qui sont aussi radicalement anti-américains. Dans sa lutte contre les États-Unis, l'Irak pourra compter sur la Russie et en partie sur la Chine, ainsi que sur l'Iran et la Turquie.

 

En même temps, la position clé est celle de la Russie : d'une part, Moscou n'est pas impliquée dans les contradictions régionales entre les États, les ethnies et les mouvements religieux, ce qui rend sa position objective et son désir de paix et de restauration de la souveraineté irakienne sincère et cohérent, et d'autre part, elle possède un niveau d'armement important pour soutenir la guerre de liberté et d'indépendance des Irakiens (comme elle l'était en Syrie). C'est l'Irak qui devient aujourd'hui la principale plate-forme de la politique mondiale : une fois de plus, nous parlons de la plus ancienne civilisation, le cœur du Moyen-Orient - la terre sur laquelle, selon la géographie biblique, était autrefois le "paradis terrestre", aujourd'hui transformé en quelque chose de contraire.

 

Maintenant, le plus important est d'utiliser ce qui, d'un point de vue global, doit être considéré comme l'erreur fatale de Trump. L'assassinat du général Soleimani n'améliore en rien la position des États-Unis, mais raye le scénario pacifique de la transition vers la multipolarité et prive Trump de toute chance de réussite des réformes à long terme de la politique américaine. La situation d'Israël, qui est devenu l'otage de la haine totale de tous les peuples qui l'entourent, est également extrêmement problématique. En fait, son existence ne dépend plus d'un équilibre complexe des forces, mais seulement d'un des camps, qui perd de sa crédibilité. Cette situation devient extrêmement risquée.

 

LA RUSSIE CONTINUE ET GAGNE.

 

Qu'en est-il de la Russie ? La Russie n'est pas pressée de prendre clairement parti pour l'Iran, bien qu'en Iran même, certaines élites préféreraient négocier avec les États-Unis et éviter un rapprochement avec Moscou. Il y a des gens dans les deux puissances qui veulent briser l'axe Moscou-Téhéran et la dense alliance russo-chiite, qui, malgré tout, s'est formée en Syrie, où les Iraniens sous le général Suleimani et les Russes ont combattu côte à côte contre des extrémistes faisant objectivement le jeu du monde unipolaire. Il est certain que les mondialistes vont aussi essayer d'utiliser la cinquième colonne en Iran pour lancer une "révolution des couleurs" afin de renverser les conservateurs et de plonger l'Iran dans le chaos de la guerre civile. Il est certain que l'Occident prépare le même scénario pour la Russie également, ce qui devient de plus en plus pertinent alors que le dernier mandat présidentiel de Vladimir Poutine touche à sa fin. Le monde unipolaire est condamné, mais il est insensé d'espérer qu'il se rendra sans combattre. De plus, l'assassinat du général Suleimani raye le scénario du futur : on ne peut plus attendre de Trump et de Washington qu'ils acceptent volontairement un changement de l'ordre mondial et, par conséquent, qu'ils admettent la subjectivité d'une autre puissance que les États-Unis. La seule chose qui reste aux États du monde multipolaire - la Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie et tous les autres - est de forcer tous ceux qui s'y opposent désespérément à la multipolarité. Après tout, il ne s'agit pas d'accepter la domination russe ou chinoise. C'est ce qui différencie la multipolarité de l'unipolarité : le monde multipolaire laisse à chacun le droit de construire la société qu'il veut et les valeurs qu'il choisit ; il n'y a pas de critères universels ; personne ne doit faire autrement que de respecter le droit de l'autre à renforcer son identité, à construire sa civilisation (qu'il le veuille ou non) et à choisir son propre avenir. La contrainte à la multipolarité ne sacrifie que le monde unipolaire, l'hégémonie américaine et l'idéologie libérale totalitaire ainsi que le système capitaliste comme "valeurs" universelles. L'Occident peut rester aussi libéral et capitaliste qu'il le souhaite, mais les limites de cette idéologie et de ce système économique culturellement toxiques doivent être strictement définies. C'est pour cela qu'il faut lutter - la lutte pour laquelle le général iranien Qasem Soleimani a donné sa vie.

 

Alexandre Douguine (Alexander Dugin)

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

 

Source: https://izborsk-club.ru/18963

 

Alexander Dugin
http://dugin.ru
Alexander Gelievich Dugin (né en 1962) - éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Voir aussi:

 

Hommage au sultan Saladin

 

http://pocombelles.over-blog.com/article-hommage-64410717.html

 

 

 

Alexandre Douguine est membre du Club d'Izborsk

Alexandre Douguine est membre du Club d'Izborsk

Lire la suite

Alexandre Douguine:« Être libéral, c’est perdre la dignité humaine ».

19 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Republié avec l'aimable autorisation de Breizh-info:

https://www.breizh-info.com/2019/09/29/127735/alexandre-douguine-eurasisme-liberalisme-urss/

Alexander Dugin
http://dugin.ru
Alexander Gelievich Dugin (né en 1962) - éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d'Izborsk.

Sa page sur le site du Club Izborsk, dont il est membre: https://izborsk-club.ru/author/dugin

La condamnation du libéralisme par Alexandre Douguine - dans un excellent français- est juste et nécessaire: il faut attaquer le mal à sa racine. Mais afin de relativiser sa brillante et profonde conception théosophiste et politique de l'eurasisme, de l'Empire russe ou "Empire du Soleil" et avoir une idée de ce qu'a réellement signifié la "russification" des peuples eurasiatiques, lire Tolstoï: Les Cosaques et surtout Hadji Mourad:

http://pocombelles.over-blog.com/2017/11/les-fleurs-sauvages-du-caucase-tolstoi-hadji-mourad.html

et ces observations du linguiste, ethnographe et explorateur finlandais Kai Donner:

http://pocombelles.over-blog.com/2015/10/la-haine-des-russes-chez-les-indigenes-de-siberie-kai-donner.html

http://pocombelles.over-blog.com/2015/08/la-mort-des-samoyedes-kai-donner.html

Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Dio vi Salvi Regina

18 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Religion

Dio vi Salvi Regina

En cette fête de Notre-Dame de la Miséricorde, le 18 mars, le cantique "Dio vi salvi Regina" a résonné dans les rues d’Ajaccio en plein confinement lié au Coronavirus.

Ecoutez: https://www.breizh-info.com/2020/03/18/138805/le-dio-vi-salvi-regina-a-resonne-dans-les-rues-dajaccio/

Dìu vi salvi, Regina
Corse
Dìu vi salvi, Regina
È Matre universale,
Per qual favor si sallì
À u paradisu.
Per qual favor si sallì
À u paradisu.

Voi site gioia è risu
Di tutti i scunsulati,
Di tutti i tribulati
L’ùnica speme.
Di tutti i tribulati
L’ùnica speme.

À voi suspira è geme
Lu nostru afflittu core
In un mar di dulore
È d’amarezza.
In un mar di dulore
È d’amarezza.

Marìa, mar di dulcezza,
Li vostri ochji pietosi,
Materni ed amurosi,
À noi vulghjite.
Materni ed amurosi,
À noi vulghjite.

Noi mìseri accuglite
Ind’u vostru santu velu.
Lu vostru figliu in celu,
À noi mustrate.
Lu vostru figliu in celu,
À noi mustrate.

Gradite ed ascultate,
O Vèrghjina Marìa,
Dolce, clemente è pìa,
L’affetti nostri.
Dolce, clemente è pìa,
L’affetti nostri.

Voi dai nemici nostri,
À noi date vittoria
È poi l’eterna gloria
In paradisu.
È poi l’eterna gloria
In paradisu.

Que Dieu vous garde Reine
Français
Que Dieu vous garde, Reine
Et Mère universelle
Par qui on s’élève
Jusqu’au paradis.
Par qui on s’élève
Jusqu’au paradis.

Vous êtes la joie et le rire
De tous les attristés,
De tous les tourmentés
L’unique espérance.
De tous les tourmentés
L’unique espérance.

Vers vous soupire et gémit
Notre cœur affligé
Dans une mer de douleur
Et d’amertume.
Dans une mer de douleur
Et d’amertume.

Marie, mer de douceur,
Vos yeux pieux,
Maternels et aimants,
Tournez-les vers nous.
Maternels et aimants,
Tournez-les vers nous.

Nous, malheureux, accueillez-nous
En votre saint voile.
Votre fils au ciel,
Montrez-le nous.
Votre fils au ciel,
Montrez-le nous.

Acceptez et écoutez,
Ô Vierge Marie,
Douce, clémente et pieuse,
Nos marques d’affection.
Douce, clémente et pieuse,
Nos marques d’affection.

Sur nos ennemis,
Donnez-nous la victoire
Et l’éternelle gloire
Au paradis.
Et l’éternelle gloire
Au paradis.

Lire la suite

Parabole de l'aiguière et de la perle dans la coquille (Rûmi)

16 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Panneau peint Safavide (détail). Iran. Musée du Louvre.

Panneau peint Safavide (détail). Iran. Musée du Louvre.

"Sache que la forme extérieure disparaît, mais que le monde de la réalité dure à jamais.

Combien de temps t'amuseras-tu? Tu as aimé la forme de l'aiguière ? Laisse-là sa forme, va chercher l'eau.

Tu as vu la forme extérieure, tu ignores la réalité. Trouve une perle dans la coquille, si tu es sage."

 

Rûmi

Lire la suite