Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

politique

Ernst Jünger- Carl Schmitt: une passion française (Table ronde, correspondance)

9 Avril 2021 , Rédigé par Rot und Weiß Publié dans #Ernst Jünger, #Carl Schmitt, #Europe, #Histoire, #Politique, #Philosophie

Ernst Jünger (gauche) et Carl Schmitt en barque devant le château de Rambouillet (1941)

Ernst Jünger (gauche) et Carl Schmitt en barque devant le château de Rambouillet (1941)

Capture d'écran

Capture d'écran

Ernst Jünger- Carl Schmitt: une passion française (Table ronde, correspondance)
Ernst Jünger- Carl Schmitt: une passion française (Table ronde, correspondance)

A propos d'Ernst Jünger et sur ce même blog:

 

Ernst Jünger: un regard jeté sur une fleur

https://pocombelles.over-blog.com/2020/09/ernst-junger-un-regard-jete-sur-une-fleur.html

Ernst Jünger: le poètes

https://pocombelles.over-blog.com/2020/05/ernst-junger-les-poetes.html

Ernst Jünger: "Moins l'ami des Muses a affaire à l'homme politique, mieux cela vaut pour lui"

https://pocombelles.over-blog.com/2021/01/ernst-junger-moins-l-ami-des-muses-a-affaire-a-l-homme-politique-mieux-cela-vaut-pour-lui.html

Tradition, par Ernst Jünger

https://pocombelles.over-blog.com/tradition-par-ernst-junger

Ernst Jünger: entretien avec Philippe Barlelet (France Culture, 1993)

https://pocombelles.over-blog.com/2018/10/ernst-junger-entretien-avec-philippe-barlelet-france-culture-1993.html

Frère arbre

https://pocombelles.over-blog.com/2020/03/frere-arbre.html

Entre forêtes et sentiers, quelques pensées d'Ernst Jünger

https://pocombelles.over-blog.com/2018/05/entre-forets-et-sentiers-quelques-pensees-d-ernst-junger.html

Des écrivains et des mantes religieuses

https://pocombelles.over-blog.com/2017/11/des-ecrivains-et-des-mantes-religieuses.html

Ernst Jünger: entretien avec le Nouvel Observateur (1993)

https://pocombelles.over-blog.com/article-ernst-junger-43033449.html

"La botanique, c'est la grammaire de la nature".

"Je me contente d'éviter la compagnie des médecins".

"Il ne saurait être question de chercher dans l'intelligentsia française la pmrotection sans défaut qu'assurent aux nécéssiteux l'armée prussienne, la Compagnie de Jésus ou la flotte anglaise!"

 

Lire la suite

Sergey Cherniakhovsky : Amérique. Crise du rêve et transformation de la mentalité (Club d'Izborsk, 8 avril 2021)

9 Avril 2021 , Rédigé par Красное и белое Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie, #Société, #USA

Sergey Cherniakhovsky : Amérique. Crise du rêve et transformation de la mentalité  (Club d'Izborsk, 8 avril 2021)

Sergey Cherniakhovsky : Amérique. Crise du rêve et transformation de la mentalité

 

8 avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/20915

 

 

L'attaque de Joseph Biden contre le président russe peut être considérée à la fois comme une provocation planifiée par ses technologues politiques et comme une manifestation de démence liée à l'âge. Les deux versions sont justifiées - et aucune ne fait honneur à l'État américain et à l'élite américaine.

 

Il est possible d'argumenter pour savoir laquelle des deux est la mieux étayée. En fait, les deux sont justifiés. Il est possible de discuter du calcul de la provocation et de son destinataire, mais il est évident qu'il existe de sérieux arguments en faveur de la version démentie.

 

Mais une autre chose est tout aussi importante. Pas les événements politiques mais, disons, le contenu politico-culturel, politico-philosophique de ce qui s'est passé.

 

Le cœur du rêve et de la culture américains était la réalisation et la construction d'une certaine relation idyllique et angélique, dont Hollywood a été le transmetteur au 20e siècle, mais dont les notions ont été ramenées sur le Mayflower.

 

Les visions d'un futur paradis de la terre promise se mêlent à l'enfer des conditions à surmonter, créant une certaine symbiose entre la "culture de l'église" et la "culture du saloon".

 

Il y avait de la sainteté dans le premier, de la grossièreté dans le second, mais tous, d'une manière ou d'une autre, étaient unis par le bénéfice et l'opportunité de l'acteur individuel.

 

En gros, sous cette forme : "L'homme peut tout surmonter et tout réussir s'il garde sa foi en Dieu, est honnête et travailleur."

 

C'est-à-dire qu'au centre de cette culture se trouvait l'activité rationnelle et créative de l'individu. Il était considéré comme égoïste à juste titre, mais tout à fait rationnel.

 

Le colt dans l'étui ne rendait pas seulement les gens égaux, il les rendait polis et capables de se comporter raisonnablement envers le porteur de l'autre colt. Et cela les rendait responsables : dans une petite mesure des conséquences pour la femme, les enfants et le foyer, et dans une plus grande mesure des conséquences pour la nation et le pays.

 

Oui, c'était une "culture d'hommes blancs protestants capables de porter des armes". Une culture de l'action individuelle, de la croyance en la réussite individuelle et de la responsabilité individuelle - dans leur quête du rêve américain.

 

Cette culture s'est fracturée dans les années 1960.

 

Pour comprendre cela, il faut savoir que les États-Unis des années 1960 et 1970 ne sont pas les États-Unis prospères de Clinton, ni les États-Unis des années 1990 : ils ressemblent à la Russie d'Eltsine.

 

Le rêve des individus blancs armés s'est effondré, leur culture politique s'est évanouie, pour être remplacée par une "culture de communautés : gauchistes mutants qui ont perdu les signes de leur gauchisme, minorités ethniques, LGBT, toxicomanes - des communautés de tous les groupes auparavant perçus comme asociaux. Et le cœur de l'activité politique et comportementale de la culture politique naissante de l'Amérique était principalement la culture des communautés urbaines noires : parmi les autres communautés, elles étaient les plus organisées et les plus cohésives.

 

Si la vieille culture politique américaine était une concentration d'activité économique d'"individus responsables", alors les ghettos volontaires qui s'opposaient au reste de la vieille Amérique se sont inévitablement révélés être une "culture d'assistés", organisée selon le principe de la meute. Vous pouvez dire que les réalités socio-économiques américaines sont à blâmer, et vous pouvez le contester, mais leur algorithme d'activité était la réception de l'aide sociale et le maintien des normes de vie en meute.

 

Si l'ancienne culture était, d'une manière ou d'une autre, la "culture du producteur-prédateur", celle qui l'a remplacée est devenue la "culture du chacal bénéficiaire", s'appropriant les richesses prélevées dans d'autres pays. Et elle a paradoxalement uni les "groupes parasites" polaires : les financiers de Wall Street, les travailleurs noirs au chômage des ghettos urbains, les islamistes, les acteurs d'Hollywood, les courtiers, les managers, les designers - tous issus des professions de "service".

 

Ils sont tous devenus un conglomérat de la meute, et un porteur de la culture de la meute.

 

Ce n'est pas une coïncidence si, alors que Trump, qui a hérité de la nostalgie du rêve américain, a fait appel aux porteurs de la nostalgie de l'Amérique traditionnelle pendant la campagne 2020, le personnel de Biden l'a répudié.

 

Trump n'est pas un raciste et a parlé de l'importance de Martin Luther King et de Harriet Tubman. Mais il a également souligné les noms de Christophe Colomb et de Junipero Serra comme ayant "apporté des contributions historiques significatives à la découverte, au développement ou à l'indépendance des futurs États-Unis."

 

Les Bidenistes, postulant leur antiracisme, sont simplement devenus des " racistes anti-blancs ", faisant appel à toutes les communautés non traditionnelles, principalement les non-WASP (White Anglo-Saxon Protestants - ndlr) : musulmans, afro-arabes, noirs, LGBT, " antifa " et toutes les communautés culturelles qui avaient des griefs contre la " vieille Amérique ".

 

Il est ridicule de nier qu'elle méritait les griefs. Seulement, ce que ces communautés ont fini par offrir moins que par porter (car les démocrates eux-mêmes ne construisaient rien), c'est un rejet primitif de tout ce qui était ancien. Au lieu de la "culture de l'égoïste responsable", elle a affirmé la "culture de la meute".

 

C'est la différence et la fracture d'une certaine mentalité politique américaine de base.

 

Le cow-boy, contre la tête duquel l'autre "porteur de Colt" a fracassé une bouteille de whisky et armé la gâchette sur sa tempe, a commencé à raisonner raisonnablement, non par peur - en principe, il n'avait peur de rien. Il s'est juste rendu compte qu'on commençait à lui parler dans sa propre langue, que l'autre, puisqu'il avait le poulain, était aussi comme lui, "le sien"." C'est-à-dire qu'il ne s'est pas numéroté selon le principe de la meute, mais selon les caractéristiques universelles d'appartenance civilisationnelle, de communauté de langue et de culture.

 

C'est peut-être la raison pour laquelle, alors que Reagan, déclarant que l'URSS était un "empire du mal" et annonçant une campagne contre elle, l'a dit en son nom propre, soulignant qu'il préférait mourir plutôt que de vivre dans le monde de sa victoire, Biden a exprimé son insulte à Poutine sous la forme d'un meuglement approbateur en réponse à une question inattendue qui lui a été posée en tant que membre de la meute par un autre membre de sa meute.

 

 

Sergey Chernyakhovsky

 

Sergey Chernyakhovsky (né en 1956) est un philosophe politique, politologue et publiciste russe. Membre titulaire de l'Académie des sciences politiques, docteur en sciences politiques, professeur à l'université d'État de Moscou. Conseiller du président de l'Université internationale indépendante des sciences environnementales et politiques. Membre du conseil public du ministère de la culture de la Fédération de Russie. Membre permanent du Club d'Izborsk

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Leonid Ivashov: Jour de l'équinoxe de printemps (Partyadela, 23.03.2021)

4 Avril 2021 , Rédigé par Красный и белый Publié dans #Général Leonid Ivashov, #Politique, #Philosophie, #Russie, #Société, #religion

Leonid Ivashov: Jour de l'équinoxe de printemps  (Partyadela, 23.03.2021)

Leonid Ivashov: Jour de l'équinoxe de printemps

 

23.03.2021

 

https://partyadela.ru/blogs/ivashov-leonid/13067/

 

 

Les nouvelles sont pires les unes que les autres…

 

 

Le jour de l'équinoxe de printemps - 20 mars 2021, j'ai analysé le contexte informationnel dans lequel nous vivons chaque jour.

 

Mes amis m'ont envoyé par e-mail les recommandations se promenant sur Internet, comment se comporter en ce jour, qui devrait être favorable à tous les égards, il suffit de se détendre, de se relaxer, de faire des vœux et de souhaiter l'avenir, car tous les souhaits se réaliseront à coup sûr. J'ai éteint mon ordinateur et allumé la télévision, m'attendant à voir quelque chose de bon et d'intéressant à l'écran. D'autant plus que le soleil brillait le matin et qu'une odeur de chaleur printanière flottait sur Moscou.

 

Mais, hélas : la ligne d'information courante à la télévision n'a apporté aucune bonne et joyeuse chose. En outre, toutes les sphères vitales de l'humanité et de la Russie sont enveloppées de négativisme. Des volcans sont entrés en éruption depuis l'Islande (un volcan silencieux depuis 6 000 ans s'est mis à parler) jusqu'au Kamtchatka ; de graves tremblements de terre, dont le plus fort au Japon ; en Europe, les partisans de la vaccination s'opposent aux opposants à la vaccination ; les gouvernements imposent ou prolongent les quarantaines dans le cadre de la troisième vague pandémique ; l'ordre de circulation des personnes entre les pays devient plus strict ; certains pays, dont Israël, passent des passeports traditionnels aux passeports "vaccinés". Et d'autres "joies" similaires dans le monde.

 

L'actualité russe le jour du solstice de printemps est une chose pire qu'une autre : Par ailleurs, un volcan au Kamtchatka crache de la lave, des cendres et des roches, et dans l'ensemble du pays, la réalité est habituelle : incendies (à Moscou, le Kremlin Izmailovsky brûle, un incendie est éteint à Khimki), dans la région de Saratov, une rupture de canalisation et une marée noire, dans le golfe de Finlande, le sauvetage annuel des pêcheurs des glaces, la destruction habituelle des maisons et des bâtiments délabrés (d'avant-guerre), la chute des murs, un nouvel empoisonnement des enfants à l'école avec des petits-déjeuners gratuits. Sans compter l'arrestation et la détention d'un autre gouverneur pour un pot-de-vin de 35 millions de roubles (région de Penza). Et ainsi de suite.

 

En politique étrangère, c'est la même chose : l'Ukraine ne respecte pas les accords de Minsk, Biden est un russophobe, l'OTAN est une terrible menace, presque COVID-19, tout le monde nous insulte. Je suis passé au sport - le biathlon, très populaire. Nos athlètes se produisent dans des uniformes sans aucun signe d'affiliation à la Fédération de Russie, le drapeau russe et d'autres symboles d'État sont interdits, mais les athlètes courent et tirent même. Guberniev dit pompeusement que Garanichev a une chance de gagner même la 8ème place. Mais il n'est arrivé qu'en 21e position. Et son collègue après la course dit presque solennellement dans son interview avec le correspondant qu'il était bien préparé pour la course, mais que le vent était quelque peu inhabituel. Le reportage sur les courses se termine par la démonstration du vaccin contre le Covid par Anton Shipulin, notre leader en biathlon. Tout est réussi ici, la publicité pour les vaccins n'est pas une mauvaise affaire aujourd'hui.

 

Rien de décent non plus dans l'économie - le prix du pétrole baisse, Nord Stream 2 est bloqué par les Américains, le dollar et l'euro montent par rapport au rouble. Et le seul succès de la télévision russe (Russie - 24) est la vaccination de la population du pays et la phrase de Mme Merkel selon laquelle l'Allemagne pourrait envisager d'acheter le vaccin "russe". La chaîne Zvezda parle aussi presque solennellement de centaines de milliers de militaires "vaccinés". Ne trouvant (pour moi) rien de joyeux à la télévision, j'ai commencé à lire ce qui est envoyé par mes collègues. La première est une publicité de Moscou "kovidnikov" sur la nécessité de la vaccination. L'horreur ! Les vampires aux crocs saillants sont ceux qui n'ont pas été vaccinés ; ils mordront les vaccinés, portant en eux une menace mortelle. Et cela est revendiqué, selon la publicité, par un médecin en blouse blanche. De plus, le clip publicitaire est joué par de vraies personnes, apparemment des acteurs. Et ceci est sur le site web du bureau du maire de Moscou. N'est-ce pas satanique ? Et pas pour la santé des habitants de la capitale, pour l'argent dans les poches de quelqu'un.

 

J'ai écouté et lu la position d'experts en médecine bien connus et méritant le respect Leonid Roshal, président de la chambre médicale nationale ("il faut punir la diffusion d'une ronde de panique du coronavirus, il n'est pas plus terrible que la grippe habituelle") et Igor Gundarov "Le secret du taux de natalité" ("la raison principale de l'extinction de la Russie et de la demi-décadence de la nation dans le déclenchement de la guerre psychologique contre la population"). Ce sont des personnes de haut niveau scientifique, avec une grande expérience des activités pratiques, elles voient la fausseté de la soi-disant pandémie et en parlent ouvertement. Mais, naturellement, les "politiciens au pouvoir" ne les écoutent pas car ils ne sont même pas des politiciens, mais des colporteurs cupides.

 

Plus d'informations. Ils nous ont envoyé des copies des décisions et décrets des gouverneurs, encore une fois, sur les mesures de renforcement du régime pandémique et de restriction des droits et libertés des citoyens. Je ne m'y attarderai pas, ils sont de la même veine que ceux de la télévision. Mais je vais donner un ordre (du chef de l'administration du district de Barabinskiy de la région de Novossibirsk) dans son intégralité, avec des erreurs grammaticales.

 

"Aux responsables des institutions, entreprises, organisations (circulaire)

 

Je porte à votre connaissance, qu'en exécution du Décret du Président de la Fédération de Russie du 02.03. 2021 № 01 - TT et de l'Ordre du Gouverneur de la région de Novossibirsk № 1 - 1 s/il du 03.03. 2021 une formation complexe de mobilisation, pendant la période du 01.03. 2021 au 30. 08. 2021 "Sur la préparation directe de la région de Novossibirsk au passage aux conditions de guerre en cas d'augmentation de la menace d'agression contre la Fédération de Russie avant la déclaration de mobilisation dans la Fédération de Russie".

 

Téléphone pour les demandes de renseignements..... Rayevsky Andrey Sergeevich

 

Meilleures salutations

 

Chef du district de Barabinskiy de la région de Novossibirsk

(Signé) I.V.Kutepov

 

Qui préparons-nous pour la guerre ? Il semble qu'ils aient mené des exercices antiterroristes conjoints avec les Chinois, auxquels ont participé les troupes du service de la garde fédérale russe et du ministère de l'Intérieur. Il est peu probable que l'OTAN entre en guerre avec nous en Sibérie.

 

Je n'ai pas appelé le numéro de téléphone indiqué pour savoir s'il s'agissait d'un faux, je décrivais simplement le jour de l'équinoxe et les "nouvelles" que nous recevons tous à des degrés divers au quotidien. Réfléchir à la manière dont le bloc d'informations affecte notre santé, notre humeur et ce qui nous façonne pour l'avenir. En tant que militaire, je comprends ce que signifie la mobilisation et sa préparation, mais je ne peux pas comprendre ce que signifie un entraînement de six mois. Et que former, si le pays ne dispose d'aucune ressource de mobilisation, notamment dans l'industrie en ruine et l'agriculture. Il n'existe pas de plans pour un exercice financier, il n'y a pas de capacités de réserve pour le transfert d'entreprises civiles vers la production de produits de défense et, en général, la question de la mobilisation des entreprises et des organisations du secteur privé, en particulier celles à caractère transnational, n'a pas été réglementée par la loi, les règlements et la pratique. Je pense que l'intention est de mettre en œuvre quelque chose de plus sérieux et anti-russe. A moins, bien sûr, que l'ordre du chef de district soit un faux.

 

J'ai traditionnellement visité YouTube, écouté l'analyse puissante de la situation actuelle par Andrei Karaulov, qui n'ajoute pas d'optimisme, car tout autour, c'est la criminalité pure ; j'ai lu d'autres auteurs, et c'est la même chose.

 

Je suis retourné dans mon passé. Dans les années 70 du siècle dernier, alors que je travaillais dans l'appareil du ministre de la défense de l'URSS, D.F. Ustinov, et que j'ai ensuite dirigé pendant 7 ans le secrétariat du ministre de l'URSS, je recevais quotidiennement des rapports opérationnels du ministère de l'intérieur et du KGB sur la situation dans le pays pour un membre du Politburo du Comité central du PCUS et le ministre de la défense de l'URSS. Il s'agit surtout d'incidents et de crimes. J'affirme que rien de proche de la version actuelle n'a existé et ne pourrait exister en principe. Oui, chaque jour, il se passe quelque chose. Mais il n'était pas de nature systémique, et deuxièmement, des mesures drastiques ont été prises immédiatement afin d'éliminer les crimes à la racine et d'éviter qu'ils ne deviennent systémiques par nature. En examinant l'histoire millénaire de l'État russe, je peux suggérer (mais je ne l'affirme pas, car le thème n'a pas fait l'objet d'une recherche scientifique), qu'au cours des 30 dernières années, dans la Russie d'aujourd'hui, il y a eu beaucoup plus de crimes contre l'État, contre les autochtones, de pillage des richesses nationales et de trahison que dans toute l'histoire précédente de la Russie (Russie). Le seul Eltsine a fait trois coups d'État, a cédé le pays aux Américains et, ayant prêté serment d'allégeance à l'Amérique, a mis en place en Russie un système mafieux de conseil. La mafia dirige vraiment le pays, et l'État est juste volé, il n'existe pas. Et jamais le pays n'a été aussi humilié qu'aujourd'hui.

 

Et l'église fait appel à Dieu, disant que Dieu n'abandonnera pas la Russie et l'aidera. Et pour quoi la Russie a-t-elle besoin d'aide ? Pour changer le gouvernement ? Ce n'est pas l'affaire de Dieu, d'ailleurs nous, bien que formellement, élisons des dirigeants et leur faisons des offrandes. Et pour ce qui est de "c'était pire", il y a des doutes. Il me semble que la Rus n'a jamais eu une attitude aussi indifférente de sa population masculine à l'égard du sort de son pays, de sa famille et de l'avenir de ses enfants. Pas même pendant le joug tataro-mongol.

 

Il n'y avait rien de tel dans les territoires occupés par les Allemands. Il est vrai qu'il y a maintenant toutes sortes de gardes, de gardiens, de forces de l'ordre et de structures répressives comme la Gestapo en Russie, bien plus que ce que les Allemands avaient dans les régions occupées. Et certaines des colonies pénitentiaires, comme l'indiquent les sources, sont plus effrayantes que les camps de concentration allemands. Mais le manque de volonté de la population masculine indigène est frappant. Il y a un remplacement systématique par des migrants, un nettoyage du territoire des autochtones "superflus", un retrait des ressources vitales et des terres, une augmentation de la pauvreté et du chômage, une destruction de l'avenir, et nous n'en avons cure. A cela, la Constitution de la Fédération de Russie (article 3) détermine directement que le peuple russe multinational est responsable du destin du pays, il est la seule source de pouvoir. Mais le peuple reste silencieux. Et ces solitaires, qui essaient d'agiter la conscience des gens, ne recevant pas de soutien de masse, sont détruits politiquement ou physiquement. Nous, le peuple indigène de Russie, disparaît tranquillement et inexorablement en tant que sujet de l'histoire mondiale. Nous nous éteignons tranquillement. Pour la seule année 2020, le taux de natalité a chuté de 12 % par rapport à 2019.

 

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le cosmologiste russe Sergey Alexeyevich Podolinsky était en désaccord avec le deuxième principe de la thermodynamique, avec la mort obligatoire du système solaire en raison de l'augmentation de l'entropie (énergie négative). Il a introduit la catégorie de "l'énergie libre". C'est l'énergie contrebalancée par l'entropie. Elle naît et se développe à partir de la beauté de la nature, de l'épanouissement, de la joie humaine, de l'activité créatrice, des relations amicales entre les hommes et la nature, entre les peuples et les civilisations, de l'énergie de l'harmonie en toute chose. Je l'appelle l'énergie du développement et du bonheur.

 

Le problème de la survie et du développement ou de la mort des personnes et de l'humanité dépend directement du rapport entre l'entropie négative et l'énergie libre. Et les plus hauts éclats d'énergie libre conquérant l'entropie se manifestent sous forme de bouleversements spirituels lors de grandes victoires, pas nécessairement militaires, mais aussi créatives et spirituelles. C'est ce que montre de manière convaincante I.A. Gundarov, démographe hors pair, docteur en médecine, dans sa monographie consacrée à l'étude des problèmes de fertilité. Et le peuple russe "jette" la plus grande partie de l'énergie émotionnelle libre dans l'espace lorsque la justice est rétablie et que les coupables reçoivent le châtiment mérité. I. Gundarov écrit que pendant le blocus allemand de Leningrad, après Stalingrad et la capture du maréchal Paulus, les habitants de Leningrad ont conçu plus d'enfants qu'en 1940. C'est la loi de la vie de tous les êtres vivants de la planète.

 

Aujourd'hui, nous voyons, surtout en Russie, que tout autour de nous il n'y a qu'un seul négatif dans tout : la vie injuste, la chute de l'intellect et de la culture, la barbarie par rapport à la nature, à l'autre, la violence, les guerres et autres INSPIRATIONS. Sans victoire ni châtiment. Tout cela donne naissance à l'entropie, l'énergie de la mort. Et nous avons besoin des victoires de la justice pour survivre. Car le peuple russe a une matrice vitale de Conscience, de Sainteté et de Justice. En dehors de cette matrice, nous ne survivrons pas. Et par conséquent, nous n'avons pas d'avenir. J'étudie cette problématique plus en détail dans mon ouvrage « L’"esprit perdu" qui vient d'être publié.

 

Général Leonid Ivashov

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Vardan Baghdasaryan : L'image de l'Arche (Club d'Izborsk, 2 avril 2021)

3 Avril 2021 , Rédigé par Красное и белое Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Vardan Baghdasaryan : L'image de l'Arche  (Club d'Izborsk, 2 avril 2021)
Vardan Baghdasaryan : L'image de l'Arche  (Club d'Izborsk, 2 avril 2021)

Vardan Baghdasaryan : L'image de l'Arche

 

2 avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/20879

 

 

Méthodologie .

 

Avant de manifester certaines dispositions de l'idéologie étatique du futur, nous devons faire une réserve : une idéologie fonctionnelle n'est pas inventée, mais révélée sur la base de l'expérience historique de l'être d'une certaine communauté. Tous les idéologèmes* attrayants ne conviennent pas à cette communauté, et beaucoup auront des conséquences destructrices pour elle. À cet égard, l'idéologie du futur est inextricablement liée aux modifications de l'idéologie de l'État dans le passé. Mais il s'agit de modifications visant à préserver le noyau de valeur et de signification tout en corrigeant la forme et en accentuant les détails en fonction des défis du présent et de l'avenir.

 

Cette réserve est suivie par la question de la méthodologie et du choix des approches pour identifier les composantes de valeur et de sens de la formation (ou, plus précisément, du ré-assemblage) de l'idéologie russe. Il peut certainement y avoir plusieurs approches, et j'ai choisi une approche dichotomique dans cet ensemble d'approches possibles. Mon choix en faveur de cette approche découle du fait qu'il existe (au moins sur le spectre patriotique) un consensus sur la définition de l'agenda négatif, de ce que nous n'aimons pas, de ce qui est inacceptable et de ce qui semble être une menace. Dans le même temps, il n'y a malheureusement pas d'unité dans la compréhension de l'agenda positif, de notre réponse aux défis.

 

En attendant, tout système est construit sur l'antithèse du bien et du mal, du bon et du mauvais. Sans un accord de base sur ce qui est bon et mauvais, il est impossible de proposer une idéologie viable ou de mettre en œuvre l'assemblage public dans son ensemble. Dans notre cas, il y a une compréhension évidente de ce qui est mauvais pour la Russie. Le bien est antagoniste du mal. La définition du mal conduit, dans la logique de l'approche dichotomique, à un programme positif - l'image du bien.

 

Il existe certaines menaces pour la Russie et le monde, qui sont comprises métaphysiquement comme une cause de mort. Il est nécessaire de donner la même réponse métaphysique à ces menaces, en offrant une alternative - le mode de vie.

 

Le principal résultat historique de la réflexion russe des trente années post-soviétiques a été la compréhension que l'installation "faire comme tous les pays civilisés du monde" ne fonctionne pas. La Russie a une anatomie différente. Pour la Russie, la voie occidentale s'avère être non pas une voie, mais une chute dans l'abîme. Les "pays civilisés" - deuxième résultat de la réflexion russe - ne sont pas des amis, ni même des partenaires, mais des ennemis, et leur formule - "faites comme nous", "soyez comme nous" - est un piège stratégique.

 

La formule d'une idée consolidante

 

Ainsi, les cinq principaux défis qui devraient être relevés par une nouvelle consolidation idéologique (et dans des conditions d'escalade du conflit, ce qui semble inévitable) de la société russe.

 

Le premier défi est la domination mondiale et la domination du monde comme but ultime de cette domination, qui est idéologiquement promue par le cosmopolitisme et le faible culte de l'Occident. Le deuxième défi est la déshumanisation de l'homme, l'individualisme et le post-individualisme. De manière générale, ces menaces peuvent être exprimées par le concept de l'apparition d'une "anti-civilisation". Le troisième défi est l'idéologie de la supériorité raciale et civilisationnelle, une nouvelle fascisation du monde. Le quatrième défi - le marché mondial, l'homme du marché, le capitalisme et le post-capitalisme. Le cinquième défi est constitué par les avantages technologiques et les ressources de l'adversaire (dans le cadre du système existant).

 

Comment répondre à ces défis selon la logique de l'analyse dichotomique ? Le monde de la multiplicité civilisée est opposé à la domination mondiale, tandis que la domination mondiale est contrée par l'alternative russo-centrique de l'ordre mondial comme moyen de sortir de la relation "domination-subordination". L'alternative à la déshumanisation doit être un retour à la tradition et la promotion d'un État moral. L'idéologie de la supériorité raciale et civilisationnelle peut être opposée au modèle de la symphonie des peuples, du monde des mondes, qui est énoncé comme le modèle de l'"Arche russe" dans les élaborations du Club d'Izborsk. L'antithèse du marché mondial et de l'homme de marché doit devenir un système d'alter-capitalisme, fondé sur les principes du développement solidaire et la priorité du spirituel sur le matériel. La réponse aux avantages technologiques de l'ennemi peut être une réponse russe consistant à combiner le développement technologique et spirituel, ce qui donnera un effet synergique et, au final, des avantages sur l'ennemi.

 

Comment tout cela peut-il être exprimé au moyen d'une formule ? Dans la recherche d'une telle formule, il est conseillé de se tourner vers le passé de la Russie. Des réponses similaires à celles proposées ci-dessus ont déjà été données dans l'histoire de la Russie. Mais elles n'ont pas été données de manière holistique, étant concentrées dans différentes modifications historiques sur différents côtés de l'alternative russe. Dans cette incomplétude se trouvaient les causes des désastres : la mort au XXe siècle, d'abord de l'Empire russe, puis de l'URSS, et plus tôt - de l'ancienne Russie et du Royaume de Moscou. D'où la formule - Russie tsariste + Russie soviétique. Cette synthèse nous permettra d'atteindre un nouveau niveau de construction idéologique, sera la locomotive de la nouvelle percée russe. Il est possible d'exprimer cette formule en d'autres termes : Développement avec Tradition.

 

Pourquoi l'idéologie devrait-elle se construire sur le principe de l'alter-ennemi ?

 

Pourquoi la version proposée de l'idéologie est-elle la plus correcte et la plus opportune pour la Russie ? Car toute intégration de la Russie dans des projets non russes, non corrélés à son essence civilisationnelle, conduit objectivement le pays à la mort. Le résultat de l'ingénierie idéologique sera fatal. La Russie dans le système mondial de l'Occident, la Russie postmoderne, la Russie nationaliste, la Russie capitaliste, la Russie technologiquement sous-développée - dans chacune de ces variantes, le résultat est la mort de la Russie. Toutes ces versions sont en fait des versions de l'idéologie de l'anti-Russie. Par conséquent, l'inverse de la Russie est nécessaire - la transition inverse de l'anti-Russie à la Russie.

 

La Russie est en fait en état de guerre. Quelqu'un dira qu'il s'agit de la guerre froide 2.0, quelqu'un dira qu'il s'agit d'une guerre de civilisation, qui se reproduit historiquement dans l'ensemble des relations entre la Russie et l'Occident. Mais s'il s'agit d'une guerre, alors pour la gagner, il faut savoir dans quelles conditions la victoire est impossible. Il est impossible de vaincre l'ennemi, premièrement, en faisant partie du système de l'ennemi ; deuxièmement, en s'appuyant sur les valeurs de l'ennemi ; troisièmement, en jouant selon les règles de l'ennemi. D'où la conclusion : pour vaincre, il est nécessaire, premièrement, de créer son propre système russo-centrique en dehors du système occidentalo-centrique ; deuxièmement, de manifester des valeurs russes identiques, différentes des valeurs occidentales ; troisièmement, d'établir ses propres règles du grand jeu géopolitique, en donnant des avantages systémiques à la Russie.

 

Attitude envers le passé, l'historiosophie russe

 

L'historiosophie russe est considérée comme un développement historique du messianisme russe. C'est le catéchisme russe de la Russie médiévale. C'est le communisme russe, qui s'incarne dans le projet soviétique du XXe siècle. Comment désigner l'image messianique de la Russie d'aujourd'hui : Arche russe, cosmos russe, super-modernité russe, symphonie russe. Mais l'essence de la métaphore est la même - la Russie est un sauveur de l'humanité, et dans ce salut sa destination suprême. Le monde roule en lambeaux, l'Occident l'entraîne derrière lui dans l'abîme. La Russie a historiquement empêché cela, en se dressant comme une barrière contre l'Occident, et elle doit agir en cette qualité aujourd'hui. Le peuple russe est un peuple-libérateur. À une époque, cette définition du peuple russe était en tête des sondages d'opinion. Et cette image historique doit être accentuée par rapport au passé également, et elle doit être ramenée à l'agenda réel du présent.

 

L'image de la société

 

Quels modèles de société sont imposés par la matrice occidentalo-centrique de la société moderne ? Parmi ces modèles, on trouve les images suivantes : la société comme association d'individus, la société comme système de concurrence civilisée (produit du contrat social), la société comme réseau, la société comme caste, la société comme autonomie ethnique, la société comme pyramide d'entreprise. Tous ces modèles sont unis par le principe commun pour eux du particularisme - la division du tout en parties.

 

Que pouvons-nous lui opposer ? Ce qui a été dit sur la Russie dans les discussions des slavophiles et des occidentaux - le principe de l'holisme russe, le désir de l'ensemble. Mais la plénitude ici n'est pas une unification, mais une coopetition (coopetition sociale et coopetition spirituelle). L'image que l'on peut offrir dans ce cas est exprimée par la métaphore de N.V. Gogol "Toute la Russie est notre monastère".

 

La société monastique présente quatre caractéristiques principales : premièrement, l'idéocratisme (la communauté monastique est unie par une idée et une foi communes) ; deuxièmement, le collectivisme (le monastère est une fraternité) ; troisièmement, l'éthique du travail (le travail d'équipe est la maxime éthique de la vie monastique, et tout parasitisme est inacceptable) ; quatrièmement, l'autarcie de l'existence monastique (une certaine distance par rapport au monde et à la saleté qui lui est associée).

 

L'image de l'économie

 

A un certain stade historique, associé à l'établissement du système du capitalisme, une substitution fondamentale a eu lieu : l'économie de moyen devient une fin. Le modèle de société centré sur l'économie est établi. Le modèle de l'homme en tant qu'"Homo Economikus" y est lié. Le capitalisme est inséparable du modèle de l'homme économique qui, dans le post-capitalisme, se transforme en un consommateur humain. Le management est un système de gestion universel sous le capitalisme et le post-capitalisme. L'essence de la méthodologie managériale se résume à la formule suivante : un profit maximal pour un coût minimal. Tous doivent gagner de l'argent - médecins, enseignants, fonctionnaires. L'argent devient un sujet de culte. Dans le capitalisme, la concurrence et le marché sont traités comme une évidence.

 

Qu'est-ce qui peut s'y opposer ? L'économie doit être repensée comme un moyen et non comme une fin. Il s'agit d'un moyen de construire un type de société centré sur la spiritualité, et ne peut donc être placé au-dessus des idéaux sociaux. Les objectifs suivants découlent logiquement de cette remise en question : priorité de la sécurité de l'État et du développement spirituel sur la consommation et le profit ; réglementation et planification de l'État au lieu du marché et de la concurrence philosophiques ; redistribution des biens matériels dans l'intérêt de la société dans son ensemble, des travailleurs. La mesure pratique la plus importante pour assurer la sécurité de l'État dans la sphère économique est la restauration du monopole du commerce extérieur. Nous ne parlons pas d'autarcie complète, impossible et jamais mise en œuvre en Russie, mais d'autarcie raisonnable dans l'intérêt de la Russie. Le monopole du commerce extérieur sera un instrument pour assurer ces intérêts. Ce n'est pas un hasard si, lors de la conférence de Gênes, l'Occident, outre la restitution des dettes et la nationalisation des entreprises, a exigé de la Russie soviétique qu'elle abolisse exactement le monopole d'État du commerce extérieur, comprenant qu'avec cela le pays se libérerait de sa dépendance vis-à-vis de l'étranger.

 

Image de la culture

 

Le principal défi dans le domaine de la culture est de l'adapter au marché mondial. La culture de marché est orientée vers l'instinct et, à cet égard, elle est une anti-culture. Elle est facile à assimiler, elle est sensible, elle éteint la réflexion sémantique et réveille les côtés sombres du subconscient. Les conséquences directes de la domination du marché dans la sphère culturelle sont : premièrement, la construction de la culture sur le principe du spectacle ; deuxièmement, l'installation sur l'hédonisme ; troisièmement, la propagande des vices ; quatrièmement, la dégradation sociale et intellectuelle. L'abolition du système des tabous, avec la formation duquel le processus de sociogenèse a commencé, conduira finalement à la désintégration de la société et à la déshumanisation de l'homme.

 

Que pouvons-nous opposer à cela ? Il est possible et opportun d'opposer la culture dérivée du marché à la culture de l'idéocratie (la culture dérivée de la grande idée, le métarécit idéologique). La culture doit être réinterprétée comme une construction humaine. Et la question fondamentale pour la culture devrait être la question de la révélation de la compréhension du bien et du mal.

 

L'image et le type de l'homme

 

La mondialisation met en avant plusieurs métaphores anthropologiques clés. Outre l'image classique de l'anthropologie occidentale de l'individu humain, littéralement l'atome, des images post-classiques - l'homme comme machine, cyborg, et l'homme comme constructeur - sont également proposées. Tout ce discours s'inscrit dans la tendance générale du transhumanisme.

 

Que peut-on opposer à cela ? Pour définir cette opposition, il convient de revenir au modèle russe de construction de l'homme, qui s'exprime en deux images : celle de l'homme en tant qu'individu social et celle de l'homme en tant qu'image et ressemblance de Dieu. La première approche était accentuée dans le projet idéologique et la pédagogie soviétiques, tandis que la seconde avait une base religieuse. Cependant, les deux sont cohérents l'un par rapport à l'autre, représentant différents aspects de l'existence humaine - spirituel et social, relations avec Dieu et relations avec les autres personnes.

 

La pire réponse au défi du transhumanisme serait de se mettre sur la défensive et de s'en tenir à la position de l'immuabilité humaine. L'homme change, et le nier revient à perdre le débat. Mais il est nécessaire de définir ce qui change, et dans quelle direction les changements s'opèrent. Et dans cette formulation du problème, il convient de proposer l'idée de transformation humaine comme alternative au transhumanisme. L'idée de transformation est en corrélation avec le point de référence cible - l'idée de déification. Il ne s'agit pas d'un homme-machine, ni d'une construction génétique humaine, ni d'un intellect artificiel à la place d'un homme - les images sont dépourvues de dimension spirituelle, et l'essence spirituelle, approchant dans son développement de l'idéal moral.

 

Image de la nature

 

Selon les estimations des experts, la Russie possède environ 22% des ressources naturelles du monde, mais avec le système actuel du monde et la structure russe, toutes ces ressources ne fonctionnent pas pour la Russie. En conséquence, le système devrait être modifié de manière à ce que la nature russe soit la base de la percée civilisationnelle russe. Il est évident qu'il n'y a pas d'issue sans la redistribution de la rente naturelle. Il est également évident que l'anomalie inscrite au niveau constitutionnel - la propriété privée des ressources naturelles - doit être abandonnée. Il est nécessaire de rendre au concept de propriété publique, qui existait dans le lexique juridique soviétique, l'équivalent de la propriété de l'État. Il est essentiel de révéler la nature de l'État lui-même et de préciser que les ressources en question appartiennent au peuple russe, et non aux fonctionnaires ou aux sociétés d'État. De la restauration de la compréhension de la propriété nationale découlera logiquement l'impératif de l'État et de la société de protéger les potentiels naturels du pays.

 

Le message de la Russie au monde

 

En quoi peut consister un message russe au monde, et un tel message est-il même possible ? Le message est possible en tant que moyen de l'autre. Imiter les autres, même ceux qui sont considérés comme ayant réussi, ne mènera pas au succès. En imitant les autres membres du club impérialiste, la Russie peut au mieux s'engager dans une nouvelle redistribution du monde (avec une faible chance de succès) mais pas formuler une alternative globale.

 

Le message russe à l'humanité devrait présenter une réponse aux deux défis à l'ordre du jour mondial. Le premier défi consiste à proposer et à mettre en œuvre concrètement divers projets géopolitiques, civilisationnels, nationaux et transnationaux qui s'affrontent dans la lutte pour la domination. On parle notamment de projets tels que la "Pax Americana", la Sinosphère (RPC), le "Nouveau Califat", le "Grand Turan", le "Machia'h" et les doctrines de divers nationalismes. Il y a une lutte de projets, la violence engendre la violence, et la victoire des uns engendre la vengeance des autres.

 

Le deuxième défi est l'offensive des forces conventionnellement réunies par le concept d'"anti-civilisation". L'anti-civilisation est une menace pour toutes les civilisations et conduit à la déshumanisation et à la dégradation de l'homme. L'Occident a donné naissance à l'anti-civilisation, mais est devenu sa première victime.

 

Quelle peut être la réponse russe aux défis évoqués ? La réponse peut être une nouvelle présentation du messianisme russe. Pas la logique des intérêts nationaux selon le principe "mon magasin - ma patrie" ou "ce qui est bon pour Gazprom est bon pour la Fédération de Russie", mais la logique de la mission. La base de cette démarche est un élément fondamental pour la Russie, une expérience profonde, enracinée dans la conscience russe, du Calvaire. D'une part, c'est le rejet de l'idéologie de domination et de supériorité, car il n'y a ni Hellènes ni Juifs. Le monde est une symphonie de nations et de civilisations, l'image de l'Arche, qui ne sauve que des menaces du cosmopolitisme et du fascisme.

 

Et la deuxième conséquence de l'expérience du Calvaire est une manifestation de la victoire de l'Esprit sur la matière, de l'idéal sur la base. L'appel devrait être une remise en question de toute la matrice de vie, imposée au monde de l'anti-civilisation.

 

La Russie ou personne.

 

Si la Russie ne propose pas cela, personne ne le fera. Alors, peut-être, viendra le crépuscule de l'humanité. La Russie elle-même doit revenir à elle-même, à son identité civilisationnelle et à sa matrice spirituelle.

 

 

Vardan Baghdasaryan

 

Vardan Bagdasaryan (né en 1971) est un historien et politologue russe, docteur en sciences historiques, doyen du département d'histoire, de sciences politiques et de droit de l'université d'État de Moscou (MSU), professeur du département de politique d'État de l'université d'État de Moscou Lomonosov, président de la branche régionale de la société russe du "savoir" dans la région de Moscou, chef de l'école scientifique "Bases de valeur des processus sociaux" (axiologie). Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

NdT: Idéologème. Nom masculin singulier. néologisme de Julia Kristeva : articulation d'un texte sur d'autres structures (Encyclopédie Universalis).

Vardan Baghdasaryan : L'image de l'Arche  (Club d'Izborsk, 2 avril 2021)
Vardan Baghdasaryan : L'image de l'Arche  (Club d'Izborsk, 2 avril 2021)
Vardan Baghdasaryan : L'image de l'Arche  (Club d'Izborsk, 2 avril 2021)
Lire la suite

Valery Korovin : Les États-Unis ne veulent pas résoudre la situation en Syrie (Club d'Izborsk, 1er Avril 2021)

1 Avril 2021 , Rédigé par Красный и белый Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Politique, #Russie, #USA

Valery Korovin : Les États-Unis ne veulent pas résoudre la situation en Syrie  (Club d'Izborsk, 1er Avril 2021)

Valery Korovin : Les États-Unis ne veulent pas résoudre la situation en Syrie

 

1 Avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/20876

 

 

Les États-Unis ont refusé de participer à la réunion du "format Astana" sur la Syrie à Sotchi en tant qu'observateurs, malgré une invitation de la Russie. C'est ce qu'a déclaré le représentant spécial du président russe pour la Syrie, Alexandre Lavrentyev.

 

Sur l'antenne de Radio Sputnik, le politologue, directeur du Centre d'évaluations géopolitiques Valery Korovin a partagé son opinion sur le refus des États-Unis de participer à la conférence.

 

C'est très simple : les États-Unis ne veulent pas résoudre la situation en Syrie.

 

Ils n'ont pas déclenché ce conflit pour cela, pour pouvoir ensuite froncer le front et bouger les lèvres, en prétendant qu'ils veulent un règlement. Et surtout lors de conférences dont ils ne sont pas à l'origine. Le rôle des États-Unis dans le conflit syrien est assez transparent. C'est une invasion américaine dans la région, un réseau terroriste, qui vise à influencer et à gouverner la Syrie de l'extérieur pour servir ses propres intérêts. Tout d'abord, pour faire pression sur les partenaires européens. Et aussi afin de soutenir les efforts en Irak et dans d'autres pays voisins.

 

En d'autres termes, il n'y a pas de règlement dans le programme d'invasion du Moyen-Orient par les États-Unis. Par conséquent, les élites américaines ne comprennent pas pourquoi les efforts de règlement sont nécessaires maintenant. Raison de plus pour en parler avec la Russie, qui a des intérêts totalement opposés tant en Syrie qu'au Moyen-Orient.

 

 

Valery Korovin

 

http://korovin.org

Valery Mikhailovich Korovin (né en 1977) est un politologue, journaliste et personnalité publique russe. Il est directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre de recherche conservatrice du département de sociologie de l'université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement international eurasien, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse Eurasia (http://evrazia.org). Membre régulier du Club d’Izborsk

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Vladimir Ovchinsky : L'ONU se prépare-t-elle à la cyber-guerre passée ? (Club d'Izborsk, 1er avril 2021)

1 Avril 2021 , Rédigé par Красный и белый Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Guerre, #Politique, #Russie, #Sciences

Vladimir Ovchinsky : L'ONU se prépare-t-elle à la cyber-guerre passée ?  (Club d'Izborsk, 1er avril 2021)

Vladimir Ovchinsky : L'ONU se prépare-t-elle à la cyber-guerre passée ?

 

1er avril 2021

 

https://izborsk-club.ru/20877

 

 

Du 6 au 8 avril 2021, le Centre des Nations Unies à Vienne accueillera la dernière réunion du groupe d'experts chargé de réaliser une étude complète sur la cybercriminalité. Les réunions précédentes ont eu lieu en 2018, 2019 et 2020. L'objectif de la réunion finale est d'adopter une liste consolidée de conclusions et de recommandations sur la cybercriminalité qui sera soumise à la Commission pour la prévention du crime et la justice pénale.

 

Lorsque les auteurs ont examiné de près le projet de liste récapitulative (publié sur le site web de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime en janvier 2021), ils se sont souvenus de la célèbre phrase de Winston Churchill selon laquelle "les généraux se préparent toujours aux guerres passées". Dans ce cas, les "généraux" - les experts de l'ONU - se préparent à la dernière cyber-guerre.

 

Dans le grand projet (28 pages), généralement bon, seul un petit paragraphe dit que "l'ONUDC devrait promouvoir la recherche pour identifier de nouvelles formes et de nouveaux modèles d'actes répréhensibles ... y compris l'expansion de l'Internet des objets, l'adoption des technologies de blockchain et de crypto-monnaie, et l'utilisation de l'intelligence artificielle combinée à l'apprentissage automatique." Et pas un mot de plus à ce sujet. Rien du tout n'est dit sur la technologie 5G, sur l'informatique quantique. Et pourtant, la quatrième révolution industrielle fait rage depuis plusieurs années. Toutes ces technologies sont étroitement liées à la cybercriminalité. Ce projet aurait pu être écrit il y a 10 ou 20 ans. Mais le temps fait inexorablement des ajustements.

 

Ainsi, FortiGuard (l'un des leaders mondiaux des solutions de sécurité informatique intégrées et automatisées) a évalué les stratégies que les cybercriminels utiliseront en 2021 et au-delà.

 

Au cours des dernières années, les rapports de la société ont abordé des questions telles que l'évolution des ransomwares, les risques d'une présence accrue des entreprises numériques et le ciblage des technologies convergentes, en particulier celles qui font partie de systèmes intelligents tels que les bâtiments intelligents, les villes et les infrastructures critiques. La société s'est également penchée sur l'évolution des logiciels malveillants morphiques, le potentiel sérieux des attaques basées sur les essaims et l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA) et de l'apprentissage automatique comme cyber-armes. Certaines d'entre elles ont déjà été mises en œuvre et d'autres sont en bonne voie.

 

L'avantage intelligent est la cible

 

Au cours des dernières années, le périmètre traditionnel du réseau a été remplacé par plusieurs environnements périphériques, les réseaux étendus, les environnements multi-clouds, les centres de données, les travailleurs à distance, l'Internet des objets (IoT), etc. Chacune d'entre elles comporte des risques qui lui sont propres. L'un des avantages les plus importants pour les cybercriminels dans tout cela est que, bien que toutes ces frontières soient interconnectées, de nombreuses organisations ont sacrifié la visibilité centralisée et le contrôle unifié au profit de la productivité et de la transformation numérique. Par conséquent, les cybercriminels cherchent à faire évoluer leurs attaques autour de ces environnements et chercheront à exploiter les possibilités de vitesse et d'évolutivité.

 

Les chevaux de Troie évoluent pour cibler la périphérie

 

Si les utilisateurs finaux et leurs ressources domestiques sont déjà des cibles pour les cybercriminels, les attaquants sophistiqués les utiliseront comme tremplin pour d'autres cibles à l'avenir. Les attaques contre les réseaux d'entreprise lancées à partir du réseau domestique d'un travailleur distant, en particulier lorsque les habitudes d'utilisation sont clairement connues, peuvent être soigneusement coordonnées afin de ne pas éveiller les soupçons. À terme, les logiciels malveillants avancés peuvent également détecter des données et des tendances encore plus précieuses grâce à de nouveaux chevaux de Troie d'accès à la périphérie (EAT) et effectuer des actions invasives, telles que l'interception de requêtes provenant du réseau local pour compromettre des systèmes supplémentaires ou introduire des commandes d'attaque supplémentaires.

 

La 5G peut permettre des attaques en essaim avancées

 

La compromission et l'exploitation des nouveaux appareils compatibles avec la 5G ouvriront la voie à des menaces plus sophistiquées. Les cybercriminels progressent dans le développement et le déploiement d'attaques en essaim. Ces attaques utilisent des dispositifs détournés divisés en sous-groupes, chacun ayant des compétences spécifiques. Ils ciblent les réseaux ou les dispositifs en tant que système intégré et échangent des données en temps réel pour affiner leur attaque au fur et à mesure de sa progression. Les techniques d'essaimage nécessitent une grande puissance de calcul pour permettre à chaque robot d'essaimer et de partager efficacement les informations dans l'essaim de robots. Cela leur permet de découvrir rapidement les vulnérabilités, de les partager et de les corréler, puis de modifier leurs techniques d'attaque pour mieux exploiter ce qu'ils découvrent.

 

Avancées dans les attaques d'ingénierie sociale

 

Les appareils intelligents ou autres systèmes domestiques qui interagissent avec les utilisateurs ne seront plus seulement des cibles d'attaques, mais aussi des conduits pour des attaques plus profondes. L'utilisation d'informations contextuelles importantes sur les utilisateurs, notamment leurs habitudes ou leurs informations financières, peut rendre les attaques d'ingénierie sociale plus efficaces. Les attaques plus intelligentes peuvent avoir beaucoup plus d'impact que la désactivation des systèmes de sécurité, des caméras ou le détournement d'appareils intelligents ; elles peuvent permettre la mise en place de rançongiciels et l'extorsion de données supplémentaires ou des attaques furtives avec des informations d'identification.

 

De nouvelles façons pour les ransomwares de cibler les infrastructures critiques

 

Les rançongiciels continuent d'évoluer et, à mesure que les systèmes informatiques s'intègrent davantage aux systèmes d'exploitation, en particulier les infrastructures critiques, les données, les appareils et, malheureusement, les vies seront encore plus menacés. L'extorsion, la diffamation et la détérioration sont déjà devenues des outils du commerce des ransomwares. À l'avenir, des vies humaines seront menacées lorsque les appareils et les capteurs à la périphérie de l'OT, qui incluent les infrastructures critiques, seront de plus en plus ciblés par les cybercriminels sur le terrain.

 

Les innovations en matière de performances informatiques viseront également

 

D'autres types d'attaques visant les performances de calcul et les innovations en matière de communication au profit des cybercriminels ne sont pas loin non plus. Ces attaques permettront aux attaquants de couvrir de nouveaux territoires et obligeront les défenseurs à devancer les cybercriminels.

 

Progrès en matière de cryptomining

 

La puissance de calcul est importante si les cybercriminels veulent étendre leurs attaques futures grâce à l'IA et aux capacités d'apprentissage automatique. Après tout, en compromettant les périphériques en raison de leur puissance de calcul, les cybercriminels seront en mesure de traiter d'énormes quantités de données et d'en savoir plus sur la manière et le moment où les périphériques sont utilisés. Cela pourrait également accroître l'efficacité du cryptomining. Les ordinateurs infectés qui sont détournés en raison de leurs ressources informatiques sont souvent détectés parce que l'utilisation du CPU affecte directement l'expérience des utilisateurs finaux sur leur poste de travail. La compromission des dispositifs secondaires a pu être beaucoup moins visible.

 

Propagation des attaques depuis l'espace

 

La possibilité de connecter des systèmes satellitaires et des télécommunications en général peut constituer une cible attrayante pour les cybercriminels. À mesure que les nouveaux systèmes de communication se développent et commencent à reposer davantage sur un réseau de systèmes satellitaires, les cybercriminels peuvent cibler et suivre cette convergence. Par conséquent, le piratage des stations de base des satellites et la propagation ultérieure de ces logiciels malveillants par les réseaux de satellites pourraient donner aux attaquants la possibilité de cibler potentiellement des millions d'utilisateurs connectés à n'importe quelle échelle ou de mener des attaques DDoS qui pourraient entraver les communications vitales.

 

La menace de l'informatique quantique

 

Du point de vue de la cybersécurité, l'informatique quantique pourrait constituer un nouveau risque si elle peut, à l'avenir, remettre en question l'efficacité du cryptage. L'énorme puissance de calcul des ordinateurs quantiques pourrait rendre certains algorithmes de cryptage asymétrique résolubles. Par conséquent, les organisations devront se préparer à passer à des crypto-algorithmes résistants aux quanta en utilisant le principe de crypto-flexibilité pour garantir la protection des informations actuelles et futures. Le cybercriminel moyen n'a pas accès aux ordinateurs quantiques, mais dans certains États-nations, une menace possible pourrait se concrétiser si l'on ne se prépare pas dès maintenant à la contrer en adoptant la crypto-flexibilité.

 

L'intelligence artificielle sera la clé

 

Ces tendances prometteuses en matière d'attaques devenant progressivement une réalité, ce ne sera qu'une question de temps avant que les ressources concernées ne deviennent une marchandise et ne soient disponibles en tant que service du darknet ou dans le cadre de boîtes à outils open source. Par conséquent, une combinaison minutieuse de technologies, de personnes, de formations et de partenariats sera nécessaire pour se protéger contre de telles attaques de cybercriminels à l'avenir.

 

L'évolution de l'IA est essentielle pour se protéger contre les nouvelles attaques à venir. L'IA devra évoluer vers la prochaine génération. Cela nécessite l'utilisation de nœuds d'apprentissage automatique locaux dans le cadre d'un système intégré similaire au système nerveux humain. Les technologies dotées d'une IA avancée capable de voir, d'anticiper et de contrer les attaques devront devenir une réalité à l'avenir, car les cyberattaques du futur se produiront en quelques microsecondes. Le rôle principal des humains sera de veiller à ce que les systèmes de sécurité disposent de suffisamment d'informations pour non seulement contrer activement les attaques, mais aussi pour les anticiper afin de les prévenir.

 

 

Les tactiques, techniques et procédures des acteurs de la menace, sous la forme de leurs scénarios, peuvent être introduites dans les systèmes d'IA pour détecter les schémas d'attaque. De la même manière, lorsque les organisations éclairent les cartes de chaleur des menaces actuellement actives, les systèmes intelligents seront en mesure de cacher de manière proactive les cibles du réseau et de placer des pièges attrayants sur les chemins d'attaque. Les experts de Forbes estiment que l'utilisation de l'IA est particulièrement utile pour s'attaquer à deux vecteurs clés du courrier électronique : le courrier électronique lui-même et les applications. Dans un premier temps, l'IA et l'apprentissage automatique peuvent être utilisés pour le courrier électronique afin de mettre fin aux attaques qui se font passer pour des demandes et des mises à jour qui vous incitent à cliquer ou à partager des informations d'identification. Plus récemment, les professionnels de la cybersécurité ont commencé à utiliser l'IA pour apprendre des modèles de courrier électronique afin de déterminer quand un compte de messagerie a été compromis et est utilisé pour envoyer des attaques à d'autres victimes. Pour les applications dont l'interface est en ligne, les bots répondent constamment aux demandes d'informations actualisées sur l'application. De nombreux attaquants utilisent des bots pour trouver un accès non autorisé aux applications. Des millions de ces bots tournent en permanence sur l'internet et l'IA est utilisée pour déterminer ceux qui sont malveillants et ceux qui ne le sont pas.

 

L'IA s'avérera importante pour résoudre les problèmes liés à l'adoption du cloud. Les ressources étant souvent créées et fermées en quelques heures, voire en quelques minutes, il est devenu difficile pour les équipes chargées de la sécurité informatique de gérer ces autorisations dans le nuage, c'est-à-dire de savoir qui est autorisé à accéder aux charges de travail dans le nuage, quand et pendant combien de temps. Les outils traditionnels ne sont souvent pas applicables dans ces nouveaux environnements. Cependant, la technologie de l'IA peut aider à détecter les risques d'accès dans les environnements Infrastructure-as-a-Service (IaaS) et Platform-as-a-Service (PaaS) en détectant les identifiants humains et machines dans les environnements en nuage, puis en évaluant leurs droits, rôles et politiques.

 

L'IA sera davantage intégrée dans les systèmes d'authentification. Dans le contexte de la gestion des accès privilégiés (PAM), nous savons que l'authentification multifactorielle (MFA) adaptative est un exemple où plusieurs facteurs d'authentification, combinés à la prise en compte du comportement dynamique de l'utilisateur, peuvent réduire considérablement le risque dans les décisions d'authentification. En 2021, cela pourrait conduire à une utilisation plus fréquente de l'IA pour déterminer des évaluations des risques en temps réel et arrêter les menaces au stade de l'authentification avant qu'elles ne puissent causer de réels dommages.

 

Une transparence accrue des participants au programme open source sera essentielle en 2021, et l'utilisation de l'IA et de l'apprentissage automatique sera un catalyseur pour éliminer ceux qui ont des intentions malveillantes.

 

L'IA a également la possibilité de contribuer à mieux promouvoir la protection de la vie privée et à améliorer les technologies dans ce domaine. L'apprentissage fédéré est l'un de ces exemples qui a pris de l'ampleur ces derniers temps, car il permet de répondre aux exigences strictes de nombreuses réglementations mondiales en matière de protection de la vie privée tout en permettant l'utilisation des données comme outil stratégique de soutien aux entreprises.

 

Avec l'IA, la sécurité et les opérations informatiques seront mieux intégrées. Les algorithmes de sécurité modélisent des modèles historiques de comportement et détectent les anomalies et les écarts par rapport à ces modèles en temps quasi réel. Grâce à l'IA, ce processus peut être automatisé pour bloquer les attaquants en temps quasi réel.

 

Par exemple, un pirate tente d'accéder ou de pénétrer dans un pare-feu. Ce phénomène est détecté soit par un changement dans la quantité de données, soit par un changement dans la localisation de l'utilisateur qui tente d'y accéder. Plusieurs caractéristiques peuvent être utilisées pour classer cet accès particulier comme normal, pirate ou non sécurisé. Une fois ce phénomène détecté, il peut être transmis à un système d'automatisation / IA pour bloquer l'adresse IP de cette région ou de cette gamme particulière.

 

L'IA sera la clé du renforcement de la sécurité dans le monde distant. La sécurité est une priorité de gestion absolue pour toute organisation qui s'est engagée dans la voie de la transformation numérique, mais son importance n'a fait qu'augmenter en raison de la pandémie. Avec autant de points d'extrémité dispersés dans le monde, alors que les employés peuvent travailler à distance où qu'ils soient, les vulnérabilités se multiplient. La principale tendance que nous verrons en 2021 et au-delà est l'application de l'IA aux mesures de sécurité, car les humains seuls ne peuvent pas surveiller, contrôler et vérifier chaque point de terminaison pour protéger de manière adéquate ou efficace l'entreprise moderne.

 

La gestion des identités deviendra plus rationnelle à mesure que nous analyserons les modèles et les anomalies afin d'automatiser les demandes d'accès, d'identifier les utilisateurs à risque et d'éliminer les processus manuels et fastidieux de recertification.

 

 

 

La montée des attaques contre la chaîne d'approvisionnement

 

L'écosystème numérique s'est développé en réponse à l'évolution des besoins pendant la pandémie. Les experts réunis au Forum économique mondial (WEF) en mars 2021 ont souligné l'augmentation des cyberattaques contre les chaînes d'approvisionnement numériques vulnérables (les recommandations des Nations unies citées plus haut sont également muettes sur cette tendance).

 

Les organisations devraient revoir leurs procédures d'évaluation des risques et élargir la portée de leur stratégie de cybersécurité.

 

Au cours de la pandémie, un nouveau modèle opérationnel a émergé, basé sur diverses activités de restructuration, des initiatives de numérisation accélérées, des modèles de partenariat alternatifs et une concentration accrue sur les activités principales. À mesure que les organisations changent, il est important de réfléchir et de traiter les risques qui peuvent survenir dans le cadre de ces changements majeurs.

 

Parmi ces défis, il est essentiel de protéger le nouvel écosystème numérique qui sous-tend cette transformation contre les cyberattaques et l'effondrement de nos infrastructures d'information.

 

La pandémie a montré que le crime organisé est impitoyable lorsqu'il s'agit d'exploiter des événements à des fins de gain financier. C'est pourquoi nous avons assisté à un flux constant de cyberattaques très médiatisées contre des entreprises privées, des gouvernements et des plateformes de médias sociaux tout au long de 2020.

 

Les responsables politiques et les chefs d'entreprise ont pris conscience de l'interdépendance mondiale de nombreuses fonctions critiques et de la nature du risque posé par les chaînes d'approvisionnement transfrontalières. La pandémie a rendu réels ces vagues risques opérationnels et systémiques et a fait réfléchir les gens.

 

Les attaques contre les chaînes d'approvisionnement ne sont pas nouvelles. Mais dans un nouveau monde hautement numérisé et interconnecté, elles prennent de plus en plus d'importance. Les attaques fréquentes suscitent des inquiétudes quant à la capacité des organisations commerciales à rester résilientes.

 

Un thème commun à toutes ces attaques est la présence de fournisseurs tiers de matériel, de services ou de logiciels. Les personnalisations qui comprennent le passage rapide à de nouveaux environnements et la dépendance à l'égard de fournisseurs tiers sont courantes dans les infrastructures complexes.

 

Les fournisseurs tiers se concentrent sur l'objectif ultime, à savoir obtenir plus de résultats. Les méthodes et la durée du compromis varient, mais il existe des modèles communs. Il s'agit notamment de l'utilisation de problèmes de déploiement rapide, de la découverte de vulnérabilités dans les outils de gestion de la sécurité alors que les entreprises passent rapidement aux nouvelles technologies.

 

Des leçons peuvent être tirées de secteurs tels que le pétrole et le gaz, où la sécurité humaine est une priorité et où les hypothèses sont constamment remises en question. Cela commence par l'affirmation que l'on ne peut pas supposer que quelque chose fonctionnera en cas d'incident majeur. Il s'agit d'une culture de la résilience qui devrait être présente dans toutes les organisations. Il s'agit d'une question de résilience opérationnelle globale, et pas seulement de systèmes informatiques et de sécurité.

 

Dans un avenir où les environnements seront hautement numérisés et évolutifs, la résilience sera probablement primordiale et non négociable et pourra dépendre de la stabilité de la chaîne d'approvisionnement de bout en bout. Toutefois, elle nécessitera également un changement d'approche en matière de protection des données.

 

La chasse aux capacités de manipulation de la cybersécurité, à l'automatisation des processus manuels de sécurité, à une plus grande intégration avec les principaux flux de travail informatiques et à de nouveaux modèles de services et de prestations gérés se poursuivra. La sécurité des tiers peut également nécessiter de nouveaux modèles pour une gestion et une évaluation plus dynamiques des risques, notamment un meilleur suivi des charges dans la chaîne d'approvisionnement.

 

Au cours des dernières années, des entreprises ont commencé à proposer des services d'évaluation des risques basés sur le balayage des services Internet d'une entreprise, la surveillance des divulgations de données dans les coins sombres d'Internet et l'alerte des clients sur le fait qu'un fournisseur peut avoir un problème potentiel dont ils ne sont pas conscients ou que le fournisseur n'a pas encore divulgué.

 

À l'heure où l'externalisation des services non essentiels à l'entreprise s'accélère, il convient de se poser la question suivante : prêtez-vous vraiment suffisamment attention à votre dépendance à l'égard de tiers qui font désormais partie intégrante de votre sécurité et de votre pérennité en tant qu'entreprise ?

 

Pour l'avenir, les organisations ne doivent pas se contenter de penser aux pare-feu, aux logiciels antivirus et aux politiques de remédiation, mais envisager des approches de sécurité qui partent du principe que le succès d'une entreprise repose sur sa réputation - en définitive, la manifestation de la confiance.

 

Cette façon de penser conduit à intégrer la sécurité dans les produits et les services, mais surtout à protéger les clients et les partenaires de la chaîne d'approvisionnement, qui deviennent de plus en plus importants. Cela souligne la confiance qu'ils accordent au partage de leurs données les plus sensibles.

 

Aucune organisation n'est une île, et nous faisons tous partie d'un monde de plus en plus interconnecté.

 

l y a une vraie guerre dans le cyberespace. Seuls ceux qui sont proactifs peuvent gagner.

 

Et Churchill a raison.

 

 

Vladimir Ovchinsky

 

Vladimir Semyonovich Ovchinsky (né en 1955) est un célèbre criminologue russe, major général de la police à la retraite et docteur en droit. Avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Zakhar Prilepine : J'ai besoin d'idéalistes qui croient que tout peut être changé (Club d'Izborsk, 30 mars 2021)

30 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Zakhar Prilepine : J'ai besoin d'idéalistes qui croient que tout peut être changé  (Club d'Izborsk, 30 mars 2021)

Zakhar Prilepine : J'ai besoin d'idéalistes qui croient que tout peut être changé

 

30 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20857

 

 

Le créateur du mouvement "Pour la vérité", qui s'est transformé en février 2020 en un parti politique qui a fusionné en janvier 2021 avec les Patriotes de Russie et Russie juste. Zakhar Prilepine a admis qu'il n'avait pas le temps d'attendre les prochaines élections parlementaires. À la fin de cette année, les membres de sa coalition, qui vise à changer le système de l'intérieur, seront donc élus à la Douma. Découvrez qui seront ces personnes et quelle idéologie unira les partisans de Prilepin dans cet entretien avec "Régions de Russie" : Priorités nationales.

 

- Zakhar, quelles sont vos attentes vis-à-vis de l'alliance ?

 

- J'ai supposé, et je ne me suis pas trompé : le parti "Pour la vérité" avait besoin d'un certain degré de légitimité. Nous n'avions pas assez de temps pour nous préparer. Nous étions apparus un an et demi avant les élections de la Douma. Nous ne pouvions pas plus tôt, notre principale colonne vertébrale était au Donbass. Bien sûr, dans un pays aussi complexe que la Russie, où les gens sont assez conservateurs, il n'y avait presque pas de temps pour faire connaître l'existence d'une nouvelle force politique. Elle est également tombée sur une épidémie de coronavirus, et nous ne pouvions tout simplement pas voyager dans le pays. Nous avons réalisé que nous n'avions pas le temps d'atteindre les gens. Beaucoup de gens sont encore surpris par notre composition. Je reçois chaque jour des dizaines de lettres de personnes qui sont surprises d'apprendre que le parti Pour la vérité ne concerne pas seulement Prilepin, mais aussi des politologues comme Sergei Mikheev, Nikolai Starikov, Semyon Bagdasarov, etc. Même si j'additionne tous mes réseaux sociaux, mes programmes d'auteurs, mes programmes de Mikheyev, cela représente 5 à 7% de la population. Environ 70% ne savent pas que nous existons.

 

"Une Russie juste est une marque établie dans ce sens, avec de nombreuses opportunités et sa propre faction à la Douma. En plus de la fête, il y a beaucoup d'autres projets que nous menons. Ils sont liés à la culture, à la protection des droits des compatriotes à l'étranger, etc. Nous sommes une organisation très active, et j'utilise tous les leviers disponibles pour atteindre nos objectifs. J'ai 45 ans et je n'ai vraiment pas le temps de m'occuper de ces bêtises. Quelqu'un conseille de passer 5 ans à développer le parti, à atteindre le poids politique requis et à aller aux élections parlementaires seul, sans aucune association. Eh bien, laissez-les essayer par eux-mêmes, attendre 10 ans pour un siège à la Douma d'État. Je n'ai pas le temps, mon âme est en feu ! C'est pourquoi je n'attends rien, nous travaillons déjà.

 

Et jusqu'à présent, tout ce qui se passe prouve le caractère raisonnable du choix effectué. Même selon les mesures du VCIOM, nous ne nous sommes pas effondrés, comme on nous l'avait prédit. Personne n'a fui la Russie juste à cause du militariste Prilepin. Notre coalition "Pour la Vérité" a également maintenu sa composition : aucun leader régional n'a quitté. De plus, nous avons unifié la note globale, qui est maintenant en hausse. Tout ce que nous considérions comme étant de première importance s'est déjà avéré.

 

- Qui est un électeur de votre parti unifié ?

 

- En Russie, les personnes qui professent directement ou indirectement des convictions de gauche : les idées gauchistes-socialistes, gauchistes-conservatrices, pro-soviétiques rassemblent jusqu'à 2/3 des électeurs. Même en cas de pandémie, il devient soudain évident que tout le monde a besoin de soins de santé universels, d'une éducation abordable, d'une journée de travail de 8 heures, etc. Et tous ces éléments sont des segments d'une idée de gauche, des morceaux d'un État socialiste de gauche qui sont demandés en Occident, en Europe, et plus encore dans le tiers monde. La Russie en a également besoin. Le projet soviétique a eu des conséquences négatives, mais les aspects positifs l'emportent certainement. Nous devons montrer aux gens la vérité évidente, que nous ne pouvons pas vivre dans le contexte du capitalisme vulgaire, où l'homme est un loup pour l'homme. Depuis les années 1990, on nous rabâche cette absurdité, que tout est à l'envers dans le monde : le marché ne s'autorégule pas et les forts ne veulent pas aider les faibles. Nous ne sommes pas les seuls à vivre ainsi, l'Occident aussi. Et même en Europe, les personnes qui semblent détester l'URSS défendent toujours un programme de gauche - Marine Le Pen, par exemple, qui est de droite, défend les droits des pauvres. Ces dernières années, ils sont seulement de gauche, si vous regardez la Scandinavie, la Norvège. Tout le monde comprend que la Chine est le pays le plus prospère du monde. Et c'est notre enfant géopolitique, tout comme la Scandinavie. Les Japonais ont fait une croix sur notre Gosplan. Pourtant, nous continuons à nous débattre sur ce marché comme des paranoïaques.

 

Il faut dire aux gens, il faut expliquer que nous ne voulons pas vraiment un monument à Staline, mais quelque chose dont tout le monde a besoin. L'idée de droite n'implique pas l'éducation universelle et les soins de santé universels. C'est pourquoi nos électeurs sont tous là. Il y a 36 millions d'enfants en Russie - plus de 70 millions de parents. Ils sont tous pris par la distance, l'examen d'État unifié, le système de Bologne, les écoles et les jardins d'enfants inaccessibles. En dehors de nous, personne ne défend un programme d'éducation aussi sensé et rigoureux. Peut-être parce qu'ils ne l'ont pas encore compris, ou parce qu'ils sont personnellement intéressés. Mais nous parlons ouvertement de tous les excès de l'éducation. Et si les gens nous entendent, ils deviendront nos électeurs.

 

- À qui vous identifiez-vous - un politicien ou un écrivain, après tout ?

 

- J'aime écrire des livres, mais j'ai dû me lancer dans la politique, et je porte stoïquement tout cela sur mon dos. J'ai eu une période où les enfants naissaient les uns après les autres : je me levais la nuit pour remplacer ma femme, les nourrir, leur donner de l'eau, les laver. Il y avait cette partie de la vie, et je l'ai prise comme ça. Mes collègues écrivains disent qu'ils n'ont pas d'enfants, et s'ils en ont, ils les chassent de la maison pour s'asseoir devant un livre - cela m'a toujours paru illusoire. Que vous soyez un écrivain, un artiste, un docker, si vous avez des enfants, sortez et nourrissez-les. Je ressens la même chose à propos de la politique. Peu importe que je sois un écrivain. J'ai le sens du devoir. Et je dois me lever pour ramener l'ordre dans mon pays. Et puis je continuerai à écrire des livres. Oui, la bureaucratie est dure pour moi, dégoûtante, ennuyeuse. C'est bon, je vais me débrouiller.

 

- En vous plongeant dans la politique, votre attitude envers l'État russe a-t-elle changé ?

 

- Non, c'était juste comme je l'avais imaginé. Tout d'abord, j'ai travaillé dans le journalisme politique pendant longtemps. J'ai ensuite passé trois ans en tant que conseiller du chef de la RPD, Alexandre Zakharchenko, et j'ai tout compris de l'intérieur. Bien sûr, c'était une version punk de la politique, mais beaucoup de choses ont été révélées plus rapidement. Tout se créait, s'effritait et se transformait sous mes yeux. Et la politique est sortie à poil. Après ça, c'est difficile de me surprendre avec quoi que ce soit.

 

- Que devrait être le Russie, pour que tous ses résidents soient fiers de leurs passeports civils ?

 

- Nous devons ramener l'idéologie. Vous ne devriez pas en avoir honte, car toute construction dépourvue d'idées est perdante d'avance. La personne qui a une idée sera toujours plus forte que les autres. Il y avait la belle et vieille Europe, et puis est arrivée cette communauté LGBT invisible, paradoxale et démoniaque, qui a littéralement violé toute la civilisation européenne, lui imposant son programme parce qu'elle n'avait pas le sien. Les Européens, avec leur liberté et leur tolérance, sont si amorphes, prêts à tout. En fait, ils sont tombés sous l'influence de la secte la plus cruelle, qui, par le biais de lois, de pots-de-vin, de chantage direct, de l'emprisonnement de Weinstein, a imposé son idéologie à l'ensemble du monde civilisé, qui n'est pas prêt à la recevoir. Je ne pense pas que les Européens souhaitent vraiment que leurs enfants aient 22 genres. On m'a dit que c'était une absurdité totale au Danemark, en Italie et en France.

 

Nous vivons en Russie, qui ne peut vivre sans une idéologie clairement articulée. Je le définis comme le socialisme orthodoxe russe du XXIe siècle. Haute technologie, mais socialisme hérité de la civilisation chrétienne. Vous pouvez être athée, mais vous devez comprendre que nous vivons tous au sein de la plus puissante civilisation chrétienne millénaire. Et elle nous oblige à hériter de ses principes. Nous devons nous dire directement à nous-mêmes : c'est notre voie, et nous la construisons. Et alors, il n'y aura plus besoin de parler de la liberté et du choix de l'identité sexuelle. Il y aura une organisation sociale normale du XXIème siècle, éclairée, enracinée dans la tradition et centrée sur l'individu.

 

L'expérience du Donbass et en partie de Kiev m'a appris une chose : l'élite politique peut cesser d'exister en une semaine s'il n'y a pas de volonté politique, d'esprit unifié, de supra-idée. Il est clair que des fondations occidentales et d'autres structures ont apporté leur soutien au Maïdan. Néanmoins, il y avait le Parti des régions, qui disposait de billions de dollars et d'une majorité au Parlement. Le président Yanukovych était pour eux, mais ils ne sont devenus rien en deux semaines. Ils ont disparu. C'est la même chose dans le Donbass. Il n'y a pas eu de "main du Kremlin", et au début, les mineurs ordinaires, les retraités, etc. sont descendus dans la rue. Il y a eu l'oligarque ukrainien Rinat Akhmetov, qui possède une fortune de 10 milliards d'euros. Il a essayé d'acheter tous ceux qui sont sortis pour protester. Il a offert de l'argent à Zakharchenko, Pushilin et Purgin - d'abord un million, puis cinq. Il n'a pas réussi à acheter tout le monde, et après un mois, il n'y avait plus de Rinat Akhmetov dans le Donbass, il a déménagé à Kiev. Cela montre que l'idée est plus forte que l'argent. Les politiciens sérieux en blazers font seulement semblant d'être inébranlables. Et une fois que les voyous sont entrés, ils sont partis. Cela arrive tout le temps. Malheureusement, la même chose est arrivée à mon pays en 1991, lorsque le parti communiste, qui comptait 300 millions de personnes, s'est dissous. Puis, soudainement, des journalistes du magazine Ogonyok et du journal Sobesednik sont apparus et c'était tout - le pays a disparu.

 

- On dit que vous êtes un partisan d'un état militariste. Qu'est-ce que tu réponds à ça ?

 

- Je ne suis pas comme ça. Juste un adulte raisonnable. Dans un monde où il y a 36 guerres, ou 42 selon d'autres rapports, il est stupide de se dire pacifiste. Les États-Unis, la Chine, le Royaume-Uni ont des armées puissantes et sont impliqués dans des conflits. D'ailleurs, la Corée du Nord est la seule à ne pas participer aux guerres, bien qu'elle soit accusée de tout. Les autres ont des bases militaires partout. Malgré le fait que nous n'ayons jamais attaqué le Royaume-Uni, dans sa doctrine militaire de 2018, il a identifié la Russie comme son principal ennemi. Nous sommes l'ennemi géopolitique de l'Amérique, la France nous a placé en deuxième position. En même temps, on dit à la Russie : pas besoin de se préparer à la guerre, laissons Prilepin poser la mitrailleuse. Pourquoi, alors, les pays nous inscrivent-ils comme des ennemis ? Je ne suis pas militariste, mais je pense que s'ils disent des choses comme ça, ils doivent réagir. Il est ridicule d'appeler au pacifisme dans un monde où tous les continents sont en guerre.

 

- Faites-vous de la politique pour les mêmes personnes pour lesquelles vous écrivez des livres ? Ou est-ce un public différent ?

 

- Non, bien sûr, c'est un public plus large. Pour dire les choses crûment, environ 80 % des Russes ne lisent pas de livres. Ils n'ont pas à le faire : certains n'en sont pas capables, d'autres ne sont pas formés pour cela. Mais il y a une autre chose à comprendre. Par convention, les gens des masses ne lisent pas Pouchkine, Dostoïevski, Yesenin, mais beaucoup de paysans, d'ouvriers vivent dans leurs mondes. Ce trio a inventé la parole, les constantes de base de l'être. Ce sont les écrivains, les philosophes et les poètes qui créent la composante sémantique du pays. Nous vivons dans ce monde, nous parlons leur langue, même si nous ne lisons pas leurs livres. Il semble qu'à travers la littérature, je m'adresse à une moindre partie des gens. Mais en fait, à travers mes livres, j'essaie de toucher tout le monde. À travers mes articles, mes discours, mes scénarios, mes pièces radiophoniques, j'essaie de toucher tout le monde. Et j'ai remarqué quelque chose de très important dans les années 90, lorsque l'idée de faire revivre l'Union soviétique n'existait que sur le papier et que la société considérait ces pensées comme marginales et sauvages. Mais ensuite, pour les grandes masses, le socialisme a commencé à être perçu comme un avenir normal. Et les gens qui n'avaient pas lu Prokhanov, Limonov, Zinoviev ou Panarin se sont plongés dans ce contexte inventé par les écrivains. Pas les politiciens professionnels comme Burbulis, Yeltsin, Sobchak - mais nous. Les gens ont tout simplement commencé à parler avec nos mots.

 

- À qui conseillez-vous de lire vos livres ?

 

- Les adolescents, parce que mes livres montrent un monde de vraie contre-culture, de vrai punk et de courage. Maintenant, les jeunes ont été trompés, ils sont juste aspirés dans l'esclavage du nouvel âge. Noize MC se dit héritier de Letov et Tsoi. Mais il ne s'agit pas d'une contre-culture, mais de la même pop, mainstream, soutenue par la communauté médiatique collective de l'Occident, qui, en fait, est devenue un État séparé. Ils sont à la mode. Et nous sommes les punks qui s'opposent à eux. Les enfants doivent le comprendre. Parce qu'ils vont sur le portail "The Flow", où tout le monde est contre la guerre dans le Donbass, tout le monde est pour Navalny. C'est le courant dominant. Et ils sont à l'intérieur de ce grand système, où vous pouvez faire de l'argent sur les tendances, les goûts, la crédibilité bon marché. Et nous sommes les vrais punks, prêts à dire ce qui, aujourd'hui, dans n'importe quelle communauté, reçoit un coup de pied dans la tête. Oui, nous sommes pour le Donbass, pour le courage, et contre les LGBT.

 

Et un adolescent a besoin qu'on lui explique ça. S'ils lisent mes livres, ils comprendront que tous ces Sergei Shnurov - les majors, la bourgeoisie, contre lesquels Sid Vicious et Yegor Letov se sont battus. Ils ont tout volé. Ils ont volé le punk, ils ont volé le rap, ils ont détourné la contestation, ils prennent tout avec leurs grosses pattes. Vous leur posez une question directe : si le monde est global, pourquoi les États-Unis ont-ils besoin de 150 bases militaires ? Pourquoi n'y a-t-il pas de place pour le cinéma soviétique et le kvass au lieu du Pepsi-Cola dans ce monde global ? C'est de la violence, du protectionnisme, l'affirmation de leur marché. Ils divisent les états, ils mettent leurs gouvernements, et ils exercent la violence tout le temps. Et ils disent : le monde est global - soumettez, s'il vous plaît. Ceux qui sont d'accord se mettent à manger des hamburgers, à ne regarder que des films américains et à obéir à Biden, pensant qu'ils vivent dans un monde global. En fait, ils sont déjà devenus des résidents de l'Amérique sans avoir franchi aucune frontière.

 

- Alors, que faire ?

 

- Nous devons parler aux jeunes et espérer qu'ils grandissent. Mais dans le temps qu'il faut aux enfants pour mûrir, nous ne pouvons pas les laisser démolir notre nation.

 

- Zakhar, vous êtes connu pour avoir une bonne attitude envers le rappeur Husky. Dites-moi, qu'avez-vous en commun ?

 

- Je suppose que ce que vous avez en commun, c'est le sens de l'enfant du pays, qui a trompé tout le monde et a rampé jusqu'au sommet. En fait, nous avons grandi dans les mêmes endroits à 20 ans d'intervalle. Lui - quelque part dans la banlieue d'Ulan-Ude dans une famille ordinaire. Moi - dans mon village de Ryazan. Apparemment, elle est identifiée par certains signes visibles et invisibles. Lorsqu'il est apparu et qu'il m'a envoyé ses premiers enregistrements, j'ai immédiatement compris que j'avais affaire à un grave précédent culturel. Je l'ai invité à me rendre visite, bien que je n'aie pas l'habitude de le faire. Il est venu, et je n'ai fait que confirmer mon opinion selon laquelle c'était un type extrêmement talentueux.

 

Ce qui est typique de Husky, et important pour moi, c'est qu'il est très cultivé et qu'il a le sens de la patrie. Il apporte ça au rap russe. Les autres sont tous des mondialistes, qui vont à l'encontre du système. Les enfants se gonflent les joues avec cette bêtise, et ils ne peuvent même pas expliquer ce qu'est exactement le système, où ils fabriquent des esclaves. En fait, ils sont déjà asservis à la structure, sauf que celle-ci ne s'étiquette pas. Dans ce sens, Husky comprend tout très bien, il sait ce que sont l'Occident et la Russie. C'est compréhensible, il est, comme tous les jeunes, plutôt agressif envers les services de sécurité. Il a vécu toute sa vie sous le joug de Poutine et il lui semble que c'est un problème. Je n'ai vécu sous Poutine que la moitié de ma vie, et je comprends que les choses peuvent être pires.

 

Je comprends le président, ses motivations. Mais il a le sens de la patrie et c'est un vrai punk. Pour moi, le fait qu'il puisse aller à Donetsk, en Syrie, n'importe où, et qu'il ait le courage de s'opposer à l'establishment et au système qui lave les cerveaux des jeunes. Il est complètement indépendant et c'est la chose la plus importante pour moi.

 

Ce qui compte, c'est la liberté de l'artiste, qui n'est pas guidé par le discours européen, par le site The Flow et la critique d'Artemy Troitsky. Un auteur libre, qui ne répond qu'à son ou ses dieux. Dimka Kuznetsov est l'un d'entre eux. Et c'est pour ça que je l'aime.

 

- Quel genre de députés du parti unifié SRZP faut-il être pour que vous les considériez comme des alliés ?

 

- Ils peuvent être de toutes sortes. La Russie est un grand pays, et il y a beaucoup de structures et de segments différents : le pays et le travail du parti ont leurs propres composantes. Bien sûr, nous essayons d'attirer des personnes différentes, pas à mon image. Mais j'aimerais que l'épine dorsale soit tenue sur des principes similaires. Je pense qu'il s'agit d'un nouveau type de politique, où il est important que ne prévalent pas les principes de l'accord politique interne et la loyauté certaine, mais la douleur et le tremblement pour le sort de la patrie, malgré tout le pathos de ce qui a été dit. Pour que le député comprenne que l'avenir du pays est le but ultime de toutes ses affaires et préoccupations. Et on ne devrait pas travailler pour le plaisir d'avoir une place dans le système politique - je ne le ferais pas uniquement pour le mandat. J'ai besoin de côtoyer des personnes qui sont des punks politiques au sens large du terme, des personnes capables d'escapades dramatiques et inattendues, de décisions politiques soudaines. Ce sont des personnes qui s'inscrivent dans un contexte complexe, qui sont prêtes à risquer leur réputation et même leur vie, si nécessaire, pour atteindre des objectifs idéalistes. Avec de telles personnes, avec une telle entreprise, beaucoup de choses peuvent être réalisées. On peut prendre ces révolutionnaires du Maïdan de Kiev comme on veut, mais ils étaient motivés par l'idée de se venger de la grande Ukraine, par le désir de se frotter le nez au visage de Moskals et de démolir les monuments soviétiques. Contrairement au "Parti des régions" absolument systémique, ils avaient leur propre grand objectif grâce auquel ils ont brisé le système. Et j'ai besoin d'idéalistes comme compagnons d'armes, qui croient que tout peut être changé. Pas pour casser et secouer, mais pour réparer intelligemment, obstinément, inexorablement.

 

- N'avez-vous pas peur d'être englouti par le système ?

 

- Non, je n'ai pas peur. Que je suis un petit enfant. Si j'avais 18 ans et que j'avais peur que quelqu'un m'achète ou m'intimide ou quelque chose comme ça. Mais je suis un adulte. Je n'ai pas besoin de cet argent. Ils n'ont absolument rien à m'offrir. Il n'y a pas de chapeau en plumes d'autruche qu'ils peuvent me donner à porter pour certaines faveurs. A n'importe quel moment de la négociation, je peux me retirer. Et ça marche sans faute. Je ne sais pas ce que vous proposez. Soit nous faisons ceci, soit nous ne faisons pas cela. Mais malgré ce comportement, il est clair que je suis animé par un amour singulier pour mon pays. Et même les politiciens endurcis, qui siègent au Kremlin, réagissent de manière humaine : eh, il était comme ça il y a 30 ans aussi. Si c'est le cas, nous allons lui tordre le cou. En attendant, laissez-le jouer.

 

- Quels changements voudriez-vous apporter pour que tout le monde en Russie puisse vivre mieux ?

 

- Un sous-sol au peuple et un État social, avec tout ce que cela implique : super-taxes pour les riches, déprivatisation partielle et revenu de base inconditionnel. Tout cela a déjà été prescrit par notre équipe d'économistes. Mais en fait, je vois une issue d'une autre manière. Il est nécessaire de fixer les tâches les plus difficiles pour la société. C'est la clé du salut de la Russie. Vous pouvez écrire n'importe quel chiffre, vous pouvez en ajouter, en rajouter, et donner une bouteille de lait aux pauvres, mais cela ne rendra pas nos vies dramatiquement meilleures. La Russie doit se fixer des objectifs cosmiques. Le peuple russe en a besoin.

 

Ils nous disent : laissez-les d'abord réparer les toits de Pskov. Mais c'est faux. En réalité, si la Russie dispose de ses vastes territoires, d'une formidable histoire de victoires et de réalisations, c'est uniquement parce que notre peuple s'est toujours fixé des objectifs d'une complexité maximale : ici, nous atteindrons l'océan, là, nous conquerrons Constantinople, et ici, nous volerons dans l'espace. C'est ce qui élève l'homme russe au-dessus de lui-même. Il dit : Dieu merci je vis, que j'ai vaincu l'humain en moi et que j'ai pu gagner. En réponse, Ksenia Sobchak me dit : "Non, construisez-lui d'abord des toilettes normales. Mais le fait est qu'elle manipule parce que si une personne s'introduit dans l'espace, elle a maîtrisé une science sophistiquée, développé de nouvelles technologies. Et tout cela se reflète déjà dans l'économie. Si le but est d'atteindre l'océan, alors en traversant la Sibérie, on obtient du gaz et du pétrole, des diamants de Yakoutie et tout le reste. Et puis nous utilisons les fruits de nos réalisations. Et si alors quelqu'un criait : où aller, aller construire un toit, alors il n'y aurait rien de tout cela. Comme il n'y aurait pas eu de fourrures pour que Ksenia Sobchak puisse coudre ses merveilleux manteaux de fourrure. Les tâches d'une complexité maximale garantissent simplement la chaleur des Russes dans la maison. Ivan le Terrible et le camarade Staline nous ont donné ceci, qui a fourni l'espace, le pétrole, le gaz, Kuban, Dieu merci, l'a préservé. Nous avons obtenu nos richesses au prix de leurs grandes conquêtes, et non parce que quelqu'un est resté assis chez lui à ne rien faire.

 

Aujourd'hui, nos jeunes sont initiés à une mauvaise politique de vie facile et d'oisiveté. Et tu es comme ça, tu vis dans le permafrost, il fait -50 par la fenêtre, tu te promènes dans la maison en sous-vêtements et tu penses que ça a toujours été comme ça. La moitié de l'Amérique est en train de mourir à cause du covid, et vous êtes assis dans votre village russe, et vous n'avez même pas remarqué que l'épidémie est passée. Il ne faut pas croire que tout arrive tout seul. Derrière tout ce à quoi nous sommes habitués, il y a le travail acharné d'un homme, sa volonté et son rêve.

 

Zakhar Prilepine

 

http://zaharprilepin.ru

Zakhar Prilepine (de son vrai nom Evgeny Nikolaevich Prilepin ; né en 1975) est un écrivain, une personnalité publique et un homme politique russe. Il est le rédacteur en chef adjoint du portail Svobodnaya mysl' (Libre pensée). En 2014, selon de nombreuses évaluations, il a été reconnu comme l'écrivain le plus populaire de Russie. Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

 

Site internet du mouvement politique "Pour la vérité":

 

https://zapravdu.org

Zakhar Prilepine : J'ai besoin d'idéalistes qui croient que tout peut être changé  (Club d'Izborsk, 30 mars 2021)
Lire la suite

Alexandre Douguine : Nous vivons à l'ère du libéralisme totalitaire (Club d'Izborsk, 24 mars 2021)

24 Mars 2021 , Rédigé par Красное и белое Publié dans #Alexandre Douguine, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie, #Eurasie

Alexandre Douguine : Nous vivons à l'ère du libéralisme totalitaire  (Club d'Izborsk, 24 mars 2021)

Alexandre Douguine : Nous vivons à l'ère du libéralisme totalitaire

 

24 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20840

 

 

Une conversation avec Fiodor Shimansky, la fin. Début et suite.

 

Fondamentaux de la géopolitique, Les crochets dans la citation directe et Le totalitarisme libéral.

 

Fyodor Szymanski. En Occident, vous avez deux œuvres qui sont très populaires. Il s'agit de "La quatrième théorie politique" et "Les fondamentaux de la géopolitique". Cependant, alors que le premier livre est traduit, publié en anglais et que les gens peuvent en prendre connaissance, le second n'est toujours pas traduit. Les gens le jugent d'après Wikipédia. Et Wikipedia indique que vous avez proposé d'utiliser les services spéciaux russes sur le territoire américain pour provoquer le séparatisme et l'instabilité afin de les détruire. Et si vous regardez la source de cette déclaration (c'est un article de 2004), c'est encore pire, et il y a un lien vers la page 248 de "Fondements". Mais il n'y a rien de tel sur cette page ! Peut-être que je n'ai pas cherché correctement, alors je ferais mieux de vous demander. Avez-vous suggéré d'utiliser les services secrets russes aux États-Unis ? Avez-vous écrit cela dans Fondements de la géopolitique ?

 

Alexandre Douguine. Tout d'abord, je tiens à dire que nous vivons dans une ère de libéralisme totalitaire. Nous savons comment certaines déclarations ont été interprétées dans les procès de l'histoire soviétique en 1937. Elle est déjà devenue un exemple canonique d'arbitraire judiciaire, de terreur directe et de dérision d'un examen objectif de l'affaire. L'adversaire - réel ou seulement supposé - du bolchevisme et du stalinisme était déjà délibérément coupable. Il a été jugé superflu de le prouver. Il fallait condamner et punir. Aujourd'hui, la même chose arrive aux libéraux. Tous ceux qui ne sont pas d'accord avec l'idéologie libérale sont évidemment coupables de tous les péchés mortels. Et peu importe qu'ils les aient commis ou non, qu'ils aient dit certaines choses à ce moment-là ou non. Le tribunal libéral est sciemment convaincu : bien sûr, ils ont dit de telles choses, et ils ne les ont pas dites. La culpabilité a été prouvée bien avant le début des procès.

 

Nous connaissons ces procès de 1937, nous en connaissons le raisonnement, le style et les méthodes. Les libéraux en ont ri pendant longtemps et s'en sont moqués. Ils ont dit : "Regardez : quel terrible communisme totalitaire." Les libéraux ont construit leur idéologie sur le ressentiment à l'égard de ces méthodes de jugement et d'interrogatoire jusqu'à un certain point. Mais quand le communisme a disparu, ils ont adopté ces modèles, et aujourd'hui le totalitarisme est le libéralisme. Je ne dis pas que le libéralisme est totalitaire et que le socialisme ne l'était pas. C'était certainement le cas. Et le nazisme l'était.

 

Toutefois, si les totalitarismes soviétique et fasciste sont généralement reconnus et que les libéraux ont été les premiers à les dénoncer, alors aujourd'hui, lorsque les libéraux eux-mêmes recourent à de telles méthodes - accusations délibérées, ignorance des preuves, falsification grossière des déclarations, des faits, des paroles et des actes - il n'y a plus personne qui puisse les prendre sur le fait et les accuser. Toute critique du libéralisme et de sa dégénérescence totalitaire est immédiatement contrée par un argument irrésistible : seuls les "fascistes" et les "communistes" peuvent critiquer le libéralisme, et ces idéologies sont criminelles, ce qui signifie que quiconque nous critique, nous les libéraux, est un criminel. Non seulement il ne doit pas être écouté, mais il doit être puni immédiatement.

 

Pour ce qui est des "Fondamentaux de la géopolitique", ce dont vous parlez est probablement vrai pour mon travail, comme pour beaucoup d'autres. Il existe d'innombrables exemples de personnes qui discutent de mes textes sans les lire, ou qui s'appuient sur des citations complètes sorties de leur contexte ou qui me sont attribuées arbitrairement.

 

Il n'existe pas de traduction anglaise de « Fondamentaux de la Géopolitique ». L'édition qui est vendue dans le réseau n'est pas seulement quelque chose de piraté, mais juste une variante non éditée de Google Translation. Pouvez-vous imaginer les absurdités qui y sont contenues ? Bien sûr, vous pouvez en tirer tout ce que vous voulez.

 

Voici un exemple. Il existe un service Wiki-vidéo qui utilise une voix de machine ridicule pour lire les articles de Wikipedia. Aujourd'hui, les gens perdent la capacité de lire et ne peuvent écouter que pendant une courte période. C'est pour cela que Wiki-vidéo a été conçu. Hegel en trois minutes, jusqu'à ce que l'idiot mondialiste soit fatigué.

 

Il existe une page Wiki, consacrée aux "Fondamentaux de la géopolitique". Il y a du texte en format vidéo : "Et puis tout le pouvoir devrait être remis au russe, suivi de crochets et inscrit - [ethnique], les crochets sont fermés, "État" - c'est État ethnique russe." L'État russe est la Fédération de Russie, si vous voulez, l'État russe. C'est ce qui est signifié dans mon texte (mais encore une fois, faites attention - c'est Google Traduction). Mais les auteurs de la vidéo Wiki doivent prouver mon implication dans le "nationalisme". Pour que personne n'ait de doute, ils ont simplement mis des crochets et le mot "ethnique" dans mon texte (traduit par Google) pour plus de "clarté". Non seulement le sens a été modifié, non seulement ma pensée a été déformée au point d'être méconnaissable, mais on m'a également attribué quelque chose contre quoi j'ai toujours été opposé. Mais c'est convaincant ! "Douguine défend l'État ethnique russe." Et les crochets ? Quels crochets ? Le verdict est évident. Et donc ça va avec tout. Bienvenue en 1937 - version libérale

 

Ce faisant, toute explication de ma part - parce qu'ils sont procureurs, ils sont juges, ils sont défenseurs, ils sont jurés et ils sont bourreaux - n'est tout simplement pas prise en compte. Et tout est facile pour eux : diabolisation, sanctions, annulation, déplafonnement, suppression des comptes de médias sociaux et, au final, liquidation. C'est ainsi que le libéralisme occidental est construit et c'est ainsi qu'il opère contre tous ceux qui sont en désaccord avec lui et ses principes de quelque manière que ce soit.

 

Je ne suis qu'un pionnier et je me fais incendier pour ça.

 

Aujourd'hui, les Occidentaux commencent à être jugés pour le fait qu'ils ont aimé une mauvaise photo, ou dit quelque chose de mal dans une conversation privée, que quelqu'un a reposté sur Twitter ou FB. Beaucoup sont perplexes : "Mais pourquoi devrais-je être puni ? Je viens de faire un commentaire ou de cliquer sur un bouton (peut-être instinctivement, sans réfléchir ou même par erreur)... Qu'est-ce que c'est ?"

 

Moi, par contre, je suis l'un des premiers à être diabolisé, moqué, humilié, insulté sur ce chemin. Les mondialistes testent sur moi diverses formes de répression, d'actions punitives et de moyens de marginalisation. C'est pourquoi j'ai été choisi comme modèle, comme symbole, "l'homme le plus dangereux". Même si l'homme le plus dangereux n'a pas dit "État ethnique", même s'il est contre "État ethnique", même s'il n'a rien à voir avec "État ethnique", il doit quand même payer pour tout, pour tout en général.

 

Maintenant, à propos de la citation que vous n'avez pas trouvée. Si je n'ai rien dit sur la nécessité de détruire les USA de l'intérieur, selon les libéraux "l'homme le plus dangereux" n'avait qu'à dire quelque chose comme ça. Mais entre crochets. Mais en principe, ils ont peut-être raison cette fois-ci. Peut-être que c'est exactement ce que j'ai dit.

 

C'est comme dans « Les Possédés" de Dostoïevski, quand on demande à Stepan Trofimovitch : "Êtes-vous membre d'une société secrète ?". - il y réfléchit et répond : "Eh bien, peut-être que je le suis. Je ne sais pas."

 

C'est-à-dire que j'ai peut-être dit quelque part qu'il serait nécessaire de détruire l'Amérique. Ce texte a été écrit dans les années 90, lorsque l'Amérique nous détruisait activement et sans vergogne. Et surtout, de l'intérieur. Grâce à leurs services de renseignement et à leur vaste réseau d'agents d'influence, les États-Unis sont entrés directement dans la Fédération de Russie, ont sapé notre économie, ont promu leurs représentants à des postes de haut niveau et ont géré presque directement la politique étrangère et intérieure ainsi que l'économie.

 

Et les États-Unis et leurs agences ont soutenu et encouragé les manifestations de rue lorsque cela leur convenait le mieux. Et quand ce n'était pas rentable, elle passait sous silence les crimes commis par ceux qui étaient de leur côté. Comme ce fut le cas pour la fusillade de la Maison Blanche en 1993. Ces centaines de milliers de personnes qui défendaient l'autre, l'alternative au modèle libéral d'Eltsine, n'existaient tout simplement pas, étaient présentées comme une "bande de marginaux". En revanche, une poignée de libéraux encore plus extrêmes qui ont critiqué Eltsine pour le manque de rapidité des réformes destructrices ont été présentés comme "la montée des masses populaires".

 

Grève de représailles

 

Dans les années 1990, au moment de la rédaction de « Fondamentaux de la Géopolitique », nous avons assisté aux atrocités des États-Unis et de leur cinquième colonne à l'intérieur de la Russie. Il était tout à fait clair qu'ils ne se souciaient pas de notre souveraineté. Ils se sentaient comme à la maison. Et dans le même temps, ils ont activement soutenu le séparatisme et l'effondrement de la Russie. Brzezinski a écrit directement à ce sujet. La stratégie de l'atlantisme a pour but de priver à jamais la Russie de la possibilité de devenir un sujet de la géopolitique. Et pour ce faire, il faut l'affaiblir, l'arracher aux pays post-soviétiques et contribuer à son nouveau démembrement.

 

Et pourquoi, en voyant tout cela, aurions-nous dû rester silencieux et considérer que cela allait de soi ? Je n'ai peut-être pas écrit que nous devions répondre aux États-Unis par les mêmes actions symétriques, c'est-à-dire contribuer dès maintenant à leur désintégration interne, mais c'est tout à fait logique. Mais je ne vois rien de particulièrement offensant à ce que nous répondions à leur infiltration de nous par notre infiltration d'eux.

 

Regardez ce qui est arrivé à Navalny. Une personne peu connue, un citoyen russe qui apparaît dans un certain nombre d'affaires criminelles, c'est-à-dire des petits délinquants, a pris l'avion, a été empoisonné dans un buffet et est tombé malade. Ils ont commencé à le soigner. L'Ouest a demandé à le voir. Ils ont envoyé une femme inconnue chercher une bouteille contenant des traces de la drogue mortelle. Va chercher une bouteille de Novichok. Une bouteille de Novichok, qui tue tout ce qui l'entoure dans un rayon de cent miles, a été apportée dans le sac à main d'une dame sur un vol civil général. Personne n'a été blessé. Pas la dame, pas les passagers. Mais un poison mortel a été trouvé dans cette bouteille (Novichok), et maintenant Poutine est accusé. Ils menacent de faire échouer le projet Nord Stream-2 et nous appellent tous à nous repentir. Pour une bouteille de Novichok. Qu'est-ce que c'est, sinon une ingérence, une opération spéciale sur notre territoire ? Et ce aujourd'hui, après 20 ans de souveraineté généralement restaurée par Poutine.

 

Je n'ai peut-être pas dit ce que l'on m'attribue, à savoir que nous devons agir de manière symétrique. Mais il est clair que nous devons agir de manière symétrique. Et selon les circonstances - de manière flexible. Si c'est Trump, on ne le fait pas. Sous sa direction, les États-Unis ont dû faire face à leurs propres problèmes. Mais si c'est Biden, nous devons le refaire. Si seulement il essayait de faire ce qu'il dit publiquement qu'il fera à propos de la Russie. Vous vous mêlez de nos affaires avec des petits délits et des histoires de bouteille de Novichok, alors pourquoi ne pas nous mêler des vôtres ? Liberté pour les manifestants pacifiques au Capitole ! Et ouvrons une distribution de biscuits Slavich généreux à tous les manifestants de notre ambassade. Il y a des biscuits comme ça.

 

Et tout cela est censé scandaliser l'Occidental. Mais tu sais quoi ? Je me fous de leurs sensibilités. S'ils nous attaquent, nous attaquerons en retour. S'il y a des opérations d'espionnage sur notre territoire, s'il y a des stratégies continues pour amener ouvertement leurs personnes à la direction de notre pays, nous devons répondre de la même manière. Regardez, où finissent de nombreuses personnalités influentes de l'élite russe - politiques, économiques, intellectuelles, culturelles ? Où est le Premier ministre Kasyanov ? Où est le conseiller présidentiel Illarionov ? Où sont Gleb Pavlovsky et Marat Gelman, les idéologues de l'administration Voloshin et les acolytes de Vladislav Surkov ? Où sont les oligarques influents que sont Gusinsky, Berezovsky, Khodorkovsky ? Aux États-Unis, en Occident, parmi les ennemis mortels de la Russie et de sa souveraineté. Main dans la main avec les services secrets américains, ils élaborent des plans pour renverser le détesté Poutine et remettre la Russie sous le contrôle des mondialistes. Et ces gens étaient au sommet du pouvoir. Et il est fort probable qu'ils ne soient pas parvenus à ce sommet sans l'aide de ces mêmes services spéciaux.

 

Où se retrouvent ces personnes, qui ont perdu leur position dans notre société ? - On les trouve au cœur même des organisations de renseignement occidentales. Ils continuent à partir de là, à bonne distance, à salir notre pays, à financer et à soutenir le mouvement de protestation, à tisser des intrigues sales et à diaboliser ceux qui servent honnêtement la Patrie.

 

Sommes-nous censés dire : "Oh-oh, nous n'agissons que dans le cadre de la loi... Nous n'irons pas loin de cette façon. Nous devons agir de manière symétrique : si vous nous attaquez, nous vous attaquerons. Si vous déclenchez une avalanche de fausses informations contre nous, nous ferons de même.

 

Je devrais en fait me réjouir de ce qui se passe aux États-Unis en ce moment, car ce n'est pas nous, mais les mondialistes eux-mêmes qui ont créé les conditions préalables à une guerre civile aux États-Unis en menant cyniquement leur propre révolution de couleur contre les Américains.

 

Mais ils mentent comme si rien ne s'était passé : ils disent encore, ils disent que c'était nous : "encore Douguine, encore Poutine, encore Prigozhin, encore Malofeev". En fait, les mondialistes eux-mêmes étouffent la société américaine de leurs propres mains, ils la détruisent. Jusqu'à quel point la mendicité du système des mondialistes, leur cynisme, leur mépris non seulement pour nous, mais aussi pour leur propre peuple, je ne pouvais pas imaginer. C'est un véritable totalitarisme libéral. Tout opposant ici sera facilement noté entre crochets ou même sans eux, n'importe quoi. Tout ce que tu n'as pas dit, mais que tu n'as même pas pensé. C'est comme ça qu'ils traitent Trump aussi.

 

Ils s'entraînaient sur les Russes, sur moi (ils disent, l'homme le plus dangereux), sur Poutine. Maintenant, tous ceux qui sont dans leur propre pays sont traités exactement de la même manière. Kamala Harris a demandé que le compte Twitter de Trump soit fermé. Et ils l'ont fait ! Au Président en exercice des États-Unis !

 

J'ai d'ailleurs désactivé twitter, le flux youtube et l'email Google. Ça, c'est des "sanctions". Et Trump y fait face. Et ses partisans. La moitié de l'Amérique que les libéraux sont prêts à découper, à détruire. Ces bêtes libérales ne reculent devant rien. Les libéraux eux-mêmes détruisent impitoyablement leurs adversaires - ils les massacrent à la racine. Sommes-nous censés rester assis comme des moutons et attendre d'être abattus ? Non, nous devons contre-attaquer !

 

 

Biden est le mal absolu.

 

Mais aujourd'hui, je ne suis pas heureux de l'effondrement des États-Unis. Je pense que les personnes qui ont voté pour Trump, l'ont élu une première fois et l'ont soutenu à nouveau, contre toutes les pressions sans précédent des extrémistes libéraux, ont déjà obtenu leur droit d'être respectées.

 

Donc je ne suis pas seulement contre l'Amérique, je suis du côté de l'Amérique continentale. Même si cette Amérique n'est pas vraiment proche de nous, voire pas du tout, mais Biden et ceux qui le soutiennent sont déjà le mal pur, absolu, global.

 

Ils ont montré dans cette élection qu'ils sont prêts à sacrifier non seulement la Russie mais aussi leur propre pays. Biden, Kamala Harris, Soros, Bill Gates, Hillary Clinton, Obama ne sont pas du tout américains. Ce sont des mondialistes et des partisans du gouvernement mondial. Ils ne se soucient pas de l'Amérique, ils pourraient aussi bien faire tout ce qu'ils peuvent pour la détruire.

 

Bien sûr, c'est facile de blâmer les Russes, y compris moi, pour l'éclatement de l'Amérique. Mais, en fait, je pense que les patriotes américains, qui sont de plus en plus nombreux, ne sont pas si simples d'esprit. Ils commencent lentement à comprendre qui est qui et à ne pas croire aux mensonges. Dans les années 70 et 80, à l'époque soviétique, nous avions l'habitude de lire le journal Pravda et de comprendre où les mensonges étaient monnaie courante et où une part de vérité se cachait entre les lignes. Parfois, il était juste nécessaire de tout comprendre à l'envers. Les Américains normaux d'aujourd'hui lisent également le Washington Post et le New York Times et regardent CNN. Ils savent très bien qu'il n'y a pas un mot de vérité là-dedans. Le Washington Post et le New York Times n'ont qu'un seul mensonge pur, tout est à l'envers. Et petit à petit, ils apprennent à lire à l'envers. Comme nous l'avons fait à l'apogée de notre totalitarisme.

 

Laissez-nous donc être tenus responsables de l'effondrement des États-Unis de l'intérieur, ce sont les libéraux eux-mêmes qui sont à blâmer.

 

Mais en même temps, franchement, je ne vois rien de criminel dans le fait que si notre pays est attaqué, en utilisant toutes les méthodes à cette fin - y compris les services spéciaux - nous répondons de manière symétrique. C'est logique et normal si nous voulons être libres et souverains. Personne ne nous attaque, alors il n'y a pas de quoi s'inquiéter. S'il vous plaît, construisez votre propre société. Et nous construirons le nôtre.

 

La vérité russe.

 

Si vous nous attaquez à cause de l'affaire Navalny, une affaire insignifiante et farfelue, si vous vous immiscez dans nos affaires internes, nous devons réagir. Ils pourraient même torturer un clochard aux États-Unis (comme nous n'avons pas torturé Navalny), mais nous dirons qu'ils l'ont fait, et exigerons qu'il nous soit remis pour être soigné. La racaille perverse qui dirige le monde aujourd'hui - les libéraux, le gouvernement mondial, les élites politiques internationales - doit agir très fermement. Nous devons comprendre qui ils sont, comprendre qu'ils ne reculeront devant rien. Il est nécessaire de faire face à la vérité et de ne pas l'éviter. Nous devons être prêts, sous quelque forme que ce soit, à leur résister, non seulement à les protéger, mais aussi à les attaquer. Après tout, l'attaque est parfois la meilleure défense. Il n'y a pas de frontière nette entre l'offensive et la défensive dans la stratégie. Si tu veux être défensif, tu dois être offensif. Mais, hélas, il semble que je n'ai pas écrit à ce sujet dans "Les fondamentaux de la géopolitique". Eh bien, j’aurais du.

 

Je pense donc que nous devrions agir de manière symétrique envers ceux qui se déclarent notre ennemi, et qui nous transforment ainsi en notre ennemi.

 

J'en suis convaincu. Et j'aurais pu l'écrire ou le dire quelque part. Mais dans "Les fondamentaux de la géopolitique", j'ai parlé d'autre chose : la civilisation de la Terre, la civilisation de la Mer, et la grande guerre continentale.

 

Bien que je n'exclue pas que, peut-être pas sur cette page particulière, peut-être de la mauvaise manière, sous la mauvaise forme, j'aie pu faire cette remarque. Je ne vois rien de mal à cela. Si quelqu'un veut nous détruire, nous devons détruire celui qui veut nous détruire !

 

Si vous ne nous touchez pas, nous ne vous touchons pas. Si vous interférez constamment avec nous, si vous minez activement l'influence russe dans l'Eurasie post-soviétique, qui ne vous a jamais appartenu ; si vous créez les conditions de révolutions de couleur, y compris la nôtre ; si vous avez truffé notre système politique, administratif et économique d'agents d'influence - soyez prêts à relever les mêmes défis dans votre propre pays. Sinon, il s'avère que certaines personnes mentent totalement, et c'est très bien. Et d'autres le disent - même si ce n'est pas toute la vérité - et c'est déjà un crime. Non, c'est du réalisme. Rien de personnel. La vérité dépend d'une civilisation. Nous avons la vérité russe. Elle et nous devons apprendre à la défendre calmement et avec dignité.

 

La Chine et la Turquie dans les années 90 : des témoignages pour le futur dirigeant

 

Fiodor Shimansky. Vous avez dit que vous aviez changé d'avis depuis. En particulier, le point de vue sur la Chine. À l'époque, vous avez écrit que la Chine devait être déchirée, que le Turkestan oriental et le Tibet devaient être séparés... Ne le pensez-vous pas maintenant ?

 

Alexandre Douguine. Un certain nombre de déclarations et de positions présentées dans les « Fondamentaux de la géopolitique » sont étroitement liées à l'époque des années 1990. Permettez-moi de vous rappeler qu'à cette époque, la Chine s'est lancée à corps perdu dans les réformes libérales initiées par Deng Xiaoping, et a commencé à construire une économie de marché. L'intégration de la Chine dans le marché mondial a été un succès.

 

La Chine n'était pas un de nos grands amis, même à l'époque soviétique - du moins pas dans les dernières décennies, après la mort de Staline. A cause de Khrouchtchev dans une plus large mesure, bien sûr. Mais quand même.

 

Et maintenant, alors que nous sommes complètement désintégrés et sur le point de s'effondrer sous l'alliance fatidique d'Eltsine avec les réformateurs libéraux, la Russie dispose d'un puissant empire libéral au sud de la Sibérie non peuplée - un empire gigantesque, avec une population énorme, inclus dans le marché mondial, délibérément soutenu par les mondialistes contre nous. Géopolitiquement, la Chine ressemble au Rimland, et malgré toute la dualité du Rimland, dans les années 90, il semblait que la composante maritime, la puissance maritime de la Chine, avait triomphé.

 

Et ce à quoi nous avions affaire ne ressemblait qu'au début de ce processus - l'implication de la Chine dans la mondialisation, la transition vers le système capitaliste mondial. Dès 1980, les représentants de la Commission trilatérale ont entrepris de faciliter l'intégration accélérée de la Chine dans les marchés occidentaux, principalement pour miner l'URSS, alors entêtée, en l'encerclant d'un "anneau d'anaconda" le long de tout le littoral du continent eurasien. La Chine, qui évolue rapidement vers le libéralisme, est un maillon essentiel de cette stratégie. Et bien sûr, la Russie a dû réfléchir à la manière de se défendre efficacement contre cette menace - le libéralisme asiatique croissant.

 

Examinons maintenant la Turquie dans le contexte des années 1990. La Turquie est membre de l'OTAN (hier et aujourd'hui). Mais dans les années 90, il était visible à l'œil nu comment la Turquie, avec les intentions les plus inamicales, tente de pénétrer en Asie centrale, dans le Caucase, dans la région de la Volga, en essayant d'étendre son influence sur les peuples turcs. Et tout cela se fait clairement malgré nous et contre nous.

 

Il est également évident que les Américains, les instructeurs américains et les agents d'influence qui contrôlent étroitement la politique turque ainsi que l'armée et les services spéciaux turcs poussent la Turquie à agir ainsi. Le thème même du "panturanisme" est également sous le contrôle des États-Unis et de la CIA. En général, la Turquie agit comme un instrument de confrontation géopolitique du côté de l'atlantisme contre l'eurasisme. Dans ces conditions, la Turquie apparaît comme un adversaire. Mais pas par elle-même, mais en raison de sa complicité avec la stratégie atlantiste des États-Unis et de l'OTAN.

 

Dans le même temps, la Russie était extrêmement faible dans les années 1990. Sa subjectivité géopolitique avait été presque entièrement détruite par l'alcoolique Eltsine et son entourage libéral-oligarchique, qui travaillait directement pour les services secrets américains.

 

C'est dans cette situation - apparemment totalement désespérée - que je peins une image du type de Russie qu'elle devrait être. C'est de l'analyse désespérée. Il faut faire un effort incroyable sur soi-même et voir la Russie de l'autre côté du Yeltsinisme. Parce que Eltsine est anti-russe. Et c'est vers la vraie Russie que je me tourne. A son futur chef, qui est encore secret ou même n'existe pas. Un leader qui a besoin d'apparaître, d'être découvert. C'est à eux que s'adressent les « Fondamentaux de la géopolitique ». Et dans ces conditions des années 90, de l'analyse de la situation internationale sur la base du dualisme strict de la géopolitique classique - Puissance maritime contre Puissance terrestre - il résulte que la Russie doit prendre une série de mesures pour contenir à la fois la Chine, qui est entraînée dans la mondialisation, et la Turquie, qui est un instrument de l'atlantisme.

 

Il s'agit d'une analyse provisoire et quelque peu abstraite, inextricablement liée au contexte spécifique des années 1990. Mais c'est une cartographie géopolitique intelligible, une méthodologie open source et des exemples de son application.

 

Dans la réalité des années 90, la Russie s'enfonce rapidement dans un nouveau cycle d'effondrement - la première campagne de Tchétchénie, dans laquelle d'autres poches de séparatisme et des stratèges étrangers attendent avec impatience la défaite de Moscou. La conscience du dirigeant est absente, et à sa place se trouvent les influences des atlantistes et des libéraux de l'intérieur et de l'extérieur. L'armée est décomposée, les services de sécurité sont paralysés. Les experts et les intellectuels ont instantanément fait défection aux libéraux, et quelques rares personnes honnêtes sont soit coincées dans le soviétisme, soit marginalisées. Seul l'Iran est prêt à résister à l'hégémonie de l'Occident, mais il se méfie encore de la Russie en raison de l'inertie de la période soviétique-athée, et le Kremlin lui-même est encore moins intéressé à se rapprocher de l'Occident par solidarité avec lui.

 

Et pourtant, je décris dans « Fondamentaux de la géopolitique » la Russie qui n'existe pas, mais qui doit exister, et la politique de la Russie qui n'existe pas, mais dont elle a besoin pour son salut et sa renaissance. En même temps, je dispose le texte de manière stylistique comme si tout était plus ou moins normal. Je ne gaspille pas mon énergie à maudire les réformateurs libéraux du gouvernement russe et à déplorer avec nostalgie la Russie que nous avons perdue. Je propose d'aller vers l'avenir quoi qu'il arrive. Et que faire dans une telle Russie droite des années 90 ? Le livre Fondamentaux de la géopolitique donne une liste complète des étapes.

 

- renforcer le gouvernement central et éradiquer le séparatisme à la racine (gagner la campagne de Tchétchénie, mais trouver un moyen d'intégrer dignement les Tchétchènes dans la communauté eurasienne des peuples de Russie)

 

- Résister à la pression de l'Occident, se débarrasser du libéralisme dogmatique et de la cinquième colonne au pouvoir, lever la bannière de la souveraineté.

 

- Franchir le blocus des pays limitrophes en résistant à l'influence occidentale sur la Chine, la Turquie et l'Inde, et en s'efforçant de conclure l'alliance stratégique la plus étroite avec l'Iran.

 

- Tenter d'attirer à ses côtés les élites continentales et conservatrices d'Europe (gaullisme) et du Japon.

 

- Mettre en œuvre des projets d'intégration dans l'espace post-soviétique en créant l'Union eurasienne.

 

Tout ça ne vous rappelle rien ?

 

Corrections géopolitiques : l'évolution eurasienne de la Turquie

 

Mais une trentaine d'années se sont écoulées depuis la rédaction de « Fondamentaux de la géopolitique".

 

Au cours de ces 30 années, la carte géopolitique - non pas la carte idéale, mais la carte réelle - a connu de nombreux changements fondamentaux. L'équilibre des forces change, l'identité même de nombreux acteurs clés est transformée. L'unipolarité commence à s'essouffler, confrontée à de plus en plus de défis et de problèmes.

 

Tournant : Vladimir Poutine arrive au pouvoir en Russie en 2000. Cela change tout. La Russie de Poutine est déjà beaucoup plus proche de la Russie normative que j'ai décrite dans « Les fondamentaux de la géopolitique ». Oui, bien sûr, elle n'est pas encore pleinement la Russie eurasienne qu'elle aurait dû être. Mais c'est déjà beaucoup - beaucoup ! - mieux.

 

La Russie met désormais l'accent sur sa souveraineté et s'efforce de revenir sur la scène mondiale en tant que sujet, et non en tant qu'objet, comme dans les années 90. Il semble que le leader inconnu ait lu le livre « Les fondamentaux de la géopolitique" qui lui était adressé et qu'il ait commencé à agir de cette manière.

 

Le revirement est clairement compris et décrit comme un rejet de la ligne principale des années 90. La Russie change radicalement le vecteur géopolitique. Ce n'est pas facile, car la même élite libérale compradore est au pouvoir. Mais maintenant, tout évolue dans une direction différente.

 

Les changements ne touchent pas seulement la Russie, bien que ce soit un facteur clé. Poutine est en train de sortir le pays de la captivité des mondialistes. Laissez mon pays partir...

 

Mais beaucoup de choses changent également dans les pays voisins. Depuis le début des années 2000, la Turquie revendique de plus en plus sa propre souveraineté et son indépendance vis-à-vis de l'Occident. Le nationalisme turc lui-même devient plus subjectif et s'éloigne de plus en plus des stratégies artificielles qui lui étaient imposées auparavant par les USA et les instructeurs de l'OTAN. Le panturanisme est en net recul face à l'acuité du problème kurde et à la politique turque au Proche-Orient et en Méditerranée orientale. Mais l'Occident a une vision très différente des choses : les Kurdes sont considérés comme un outil de plus entre les mains des atlantistes, et au Moyen-Orient, les États-Unis et l'UE soutiennent plutôt les forces hostiles à la Turquie.

En Turquie, une lutte entre Atlantistes et Eurasiens se prépare depuis le début des années 2000.

 

C'est à cette époque - au tout début des années 2000 - que j'ai fait la connaissance d'Eurasiens turcs, de politiciens, d'officiers militaires, de personnalités publiques. Ils me trouvent par eux-mêmes et établissent des contacts étroits.

 

À propos, mon livre, « Les fondamentaux de la géopolitique", a été traduit en Turquie en 2002. Il est immédiatement devenu très populaire, a été réimprimé de nombreuses fois. En Turquie, c'est un livre célèbre. Il a été étudié dans les académies militaires, les universités, les instituts et les centres de politique internationale.

 

Les Turcs, familiarisés avec la présentation systématique de la géopolitique eurasienne, c'est-à-dire une vision structurée du monde depuis la position de la civilisation terrestre, ont découvert par eux-mêmes le chaînon manquant de l'analyse géopolitique. Auparavant, ils n'avaient lu et étudié que le point de vue atlantiste - c'est-à-dire la vision du monde depuis la position de la civilisation de la mer. C'est ce que résument le mieux les travaux de Zbigniew Brzezinski. Dans "Les fonfamentaux de la géopolitique", les Turcs ont vu la moitié de la Mappa Mundi géopolitique que leurs mentors atlantistes leur avaient sagement cachée.

 

Mais maintenant Ankara avait le choix. L'ouverture de la deuxième option, et la civilisation de la terre comme paradigme, a clairement séduit de nombreux milieux turcs, en premier lieu les kémalistes, et surtout les kémalistes militaires, pour qui la valeur suprême était la souveraineté nationale. Tant que l'OTAN les aidait à le faire face aux menaces soviétiques réelles ou perçues, ils étaient pour l'OTAN des deux mains. Mais lorsque l'URSS s'est effondrée, la menace soviétique s'est évaporée. Et maintenant, la position égoïste des États-Unis - en particulier, leur soutien aux Kurdes et même le projet du Grand Kurdistan dans le contexte du Grand Moyen-Orient - devenait déjà une menace. Les milieux religieux se sont intéressés à l'eurasisme en raison de la critique de la civilisation occidentale en général et de l'hégémonie des valeurs libérales en son sein.

 

Enfin, l'Eurasie était considérée par les nationalistes turcs comme la patrie des Turcs, et l'identité de la société turque ne coïncidait pas avec l'identité européenne et ressemblait davantage à une combinaison de caractéristiques européennes et asiatiques, c'est-à-dire l'eurasianisme.

 

La seule chose qui a mis beaucoup de gens mal à l'aise, c'est que les Russes ont adopté l'eurasisme. Les Turcs avaient l'impression que les « Fondamentaux de la géopolitique » était le manifeste de l'État profond russe. Dans un sens, c'est le cas (ou plus exactement, c'est devenu le cas avec l'arrivée de Poutine). Par conséquent, une partie des Eurasiens turcs ont fait un pas décisif dans ma direction en entamant un dialogue intensif, tandis qu'une autre partie a pris ses distances, estimant que "les Turcs ont besoin d'un autre Eurasianisme, le leur". Mais il n'est pas facile de créer une vision du monde. Et aucun eurasisme "propre" ne s'est formé en Turquie. Par conséquent, ceux qui soutenaient directement ma position géopolitique ont gagné en temps et en finesse d'analyse. Tout d'abord, c'était Dogu Perincek, chef du parti Vatan. Il a accepté l'eurasisme sans aucune réserve et a commencé à développer non seulement quelque chose qui lui était propre, mais a appliqué la théorie eurasienne à la Turquie et s'est doté d'un appareil méthodologique efficace.

 

Le parti Vatan, les kémalistes et les militaires ont commencé à étudier activement les « Fondamentaux de la géopolitique » et d'autres ouvrages eurasiens. Ce livre est devenu un manuel obligatoire à l'Académie militaire. Ainsi, depuis le début des années 2000, l'élite scientifique, militaire, experte et politique de la Turquie, familiarisée non seulement avec le point de vue atlantiste, mais aussi avec le point de vue eurasien, et choisissant entre les paradigmes ce qui convenait le mieux aux intérêts nationaux de la Turquie, a commencé à se former. Il s'est avéré que le modèle eurasien était beaucoup plus efficace que le modèle atlantiste, à court terme et encore plus à long terme.

 

Mais certains ont persisté et sont restés sur des positions pro-occidentales et, par conséquent, anti-russes.

 

Mais parallèlement à l'évolution des vues géopolitiques de l'élite turque, mes perceptions de la Turquie ont également changé. J'ai observé de près les changements d'humeur de l'élite militaire et politique turque. Mes rencontres avec un certain nombre de dirigeants turcs influents et faisant autorité - Suleyman Demirel, Rauf Denktash, Tuncer Kilinc et bien d'autres - m'ont convaincu que la Turquie veut être un sujet de la géopolitique et qu'elle associe de plus en plus celle-ci au vecteur eurasien dans sa stratégie avec un monde multipolaire, une alliance avec la Russie, la Chine et l'Iran, plutôt que de suivre docilement les ordres de Washington et de Bruxelles. Je me suis rendu compte que même l'atlantisme des Turcs était fondé sur une décision souveraine prise dans certaines conditions historiques, et non sur l'abandon de leur indépendance - comme dans le cas de nombreux autres pays qui ont abandonné leur volonté et leur liberté à l'atlantisme, au mondialisme et au libéralisme. J'ai écrit un nouveau livre, L’axe Moscou-Ankara, où j'ai analysé non pas ce qui sépare la Turquie de la Russie-Eurasie, mais ce qui la rapproche.

 

Erdogan avait une position hésitante à l'époque, mais était plus proche des atlantistes. En outre, il a joué la carte de l'islamisme radical, qui correspondait également aux plans généraux de la CIA pour la carte du monde islamique, où les organisations salafistes et wahhabites extrêmes jouaient le rôle de méchants contrôlés. La ligne américaine a également été poursuivie par les structures de Fethullah Gulen. Dans un premier temps, Erdoğan, avec Gülen et les atlantistes, a lancé une répression à grande échelle contre les eurasistes et les kémalistes. C'est devenu la célèbre affaire Ergenekon. L'affaire de la tentative de coup d'État, derrière laquelle se trouveraient des Eurasiens - dont la quasi-totalité de la direction de l'état-major général et des dizaines de milliers de personnes - a été fabriquée avec la participation des services de renseignement occidentaux. Mes amis Dogu Perincek, la direction du parti Vatan et presque tous les militaires et politiciens que j'ai rencontrés ont été arrêtés et emprisonnés. Les juges du procès ont été nommés presque sans exception par la secte Gulen. Beaucoup ont été condamnés à des peines gigantesques et ont passé plus de dix ans derrière les barreaux.

 

Pendant tout ce temps, j'étais en contact avec les Eurasiens turcs, les soutenant du mieux que je pouvais. Mais la politique d'Erdogan a pris un tournant. Il a commencé à se rendre compte que Gulen ne voyait en lui qu'un obstacle pour s'emparer pleinement du pouvoir en Turquie et y imposer la domination directe des Américains. Puis Erdogan a effectué une manœuvre drastique, a commencé à persécuter les gulénistes et a amnistié légalement toutes les personnes impliquées dans l'affaire Ergenekon. De nouveau l'atlantisme et l'eurasisme - mais maintenant dans la politique intérieure de la Turquie. Les juges atlantistes, qui avaient jugé les membres de l'Ergenekon pour de nombreuses violations de la loi, se sont retrouvés dans les mêmes cellules où les accusés eurasiens avaient été détenus auparavant.

 

Puis sont venus les événements dramatiques avec nos pilotes abattus par les défenses aériennes turques, la menace d'une véritable guerre russo-turque, la tentative de coup d'État guléniste en 2016, soutenue par les États-Unis et l'OTAN, et la poursuite de l'évolution eurasienne - quoique pas toujours cohérente - d'Erdogan.

 

Il est intéressant de noter que les Turcs n'ont pas repris les évaluations critiques de leur pays contenues dans les « Fondamentaux de la géopolitique ». Il était plus important pour eux de comprendre la logique même du dualisme géopolitique - puissance terrestre contre puissance maritime. Ils ont simplement ignoré certains passages qui leur étaient pénibles, expliqués, comme je leur ai dit, par le contexte des années 90, en se concentrant sur l'essentiel. C'est ce que font les nations à forte subjectivité, qui vivent avec une volonté et un avenir plutôt qu'avec un ressenti. Ça m'a fait respecter les Turcs encore plus. Et toutes les modifications de l'évaluation initiale de la géopolitique de la Turquie, je les ai progressivement apportées dans mes travaux ultérieurs. Mais j'ai décidé de ne pas corriger le texte des "Fondamentaux de la géopolitique". C'est un document historique de l'époque - comme "L'axe géographique de l'histoire" de Mackinder, "Les États comme formes de vie" de Chellen, "Le bloc continental" de Haushofer, "Terre et mer" de Carl Schmitt ou "Le grand échiquier" de Brzezinski.

 

La Chine, la Ceinture et la Route et la Grande Eurasie

 

Avec la Chine, la réévaluation des "fondamentaux géopolitiques" est intervenue plus tard, il y a environ 3 ou 4 ans. C'est alors que j'ai visité la Chine pour la première fois. J'ai alors été convaincu que la Chine est toujours une société traditionnelle, bien que masquée par un développement industriel et technique rapide. Et deuxièmement, au cours des 20 dernières années, notamment avec l'accession au pouvoir de Xi Jinping, la Chine a largement révisé le vecteur initial des réformes de Deng Xiaoping et a commencé à se préparer à une confrontation sérieuse avec les États-Unis, une bataille pour la place de sujet de la politique mondiale, de leader, avec l'affirmation de son identité civilisationnelle et de sa souveraineté géopolitique. Le développement économique et la transformation pour devenir essentiellement la première économie du monde n'ont pas fait tourner la tête des Chinois. Il n'est pas si facile de le renverser. Ils sont strictement divisés entre les avantages qu'ils peuvent tirer de la mondialisation et les risques liés à l'adoption d'un modèle capitaliste libéral. Les Chinois eux-mêmes disent : "Nous embrassons la mondialisation mais rejetons le globalisme." En d'autres termes, ils se sont engagés dans un monde multipolaire.

 

Cette évolution de la Chine peut être retracée dans l'évolution de l'initiative "Une ceinture et une route". Nous avons parlé plus tôt de la renaissance de la Grande Route de la Soie. Au départ, la signification géopolitique de ce projet était plutôt atlantiste. L'idée était d'unir le Rimland - les zones côtières de l'Eurasie, en contournant le Heartland eurasien, la Russie, et en reliant la Chine, l'Extrême-Orient en général, à l'Europe. En général, un projet complètement atlantiste. Ce n'est pas une coïncidence si Brzezinski l'a tant soutenu. Cependant, il a toujours été pour la Chine et contre la Russie. C'est ainsi que ce projet a commencé.

 

Mais que se passe-t-il au cours des 3 ou 4 dernières années ? La Chine, qui a atteint un tel pouvoir et une telle puissance économique au détriment d'une utilisation pragmatique de la mondialisation, du libéralisme et du capitalisme, a clairement pris conscience de ses propres intérêts géopolitiques. Cela signifie que la Chine est déjà devenue un pôle indépendant en fait, qui ne peut pas être une simple province asiatique de l'Occident - comme le Japon d'après-guerre ou la Corée du Sud. La Chine est trop grande pour ça. Mais la Chine ne possède pas le type d'idéologie, le type de modèle ou de paradigme qui pourrait remplacer le libéralisme mondial. En outre, si la Chine a obtenu des résultats aussi impressionnants, c'est précisément parce qu'elle a utilisé à son avantage un jeu totalement étranger. Même pour devenir le deuxième pôle comme l'était le camp socialiste en son temps, la Chine n'a pas l'échelle de la vision du monde. D'où le choix logique de la multipolarité. C'est exactement ce qu'a fait Xi Jinping.

 

Dans un monde multipolaire, la Chine a besoin d'alliés - d'autres pôles. Il est vital de forcer l'Occident à partager le pouvoir. La Russie de Poutine est le tout premier candidat pour de tels alliés. La Russie est un pays immense, le centre géopolitique d'un continent et une civilisation indépendante - non occidentale, eurasienne.

 

Cela a également modifié le contenu même du projet « Une ceinture, Une route". Ces dernières années, les Chinois ont fini par comprendre qu'il s'agissait d'un plan conjoint avec la Russie. Poutine l'a soutenu et a proposé de l'inclure dans le contexte encore plus large de la "Grande Eurasie". Compte tenu de l'évolution que j'ai décrite dans les termes les plus généraux, cela devient le nouveau mot de la géopolitique.

 

Ma relation personnelle avec les dirigeants chinois a également évolué assez rapidement ces dernières années. Je suis allé plusieurs fois à Pékin et à Shanghai. J'ai donné une série de conférences sur la géopolitique et les relations internationales à l'université de Shanghai, à l'université de Pékin et dans de nombreux autres centres universitaires et d'expertise. Il existe une interaction très intense entre l'élite intellectuelle chinoise et nous.

 

Il est intéressant de noter que les deux auteurs les plus fréquemment cités dans la Chine moderne sont Carl Schmitt et Martin Heidegger. Étant donné que je fais les deux depuis de nombreuses années, la plate-forme commune - le réalisme politique et la critique de la modernité de l'Europe occidentale - nous avons bien travaillé ensemble avec les intellectuels chinois.

 

Parfois, les collègues chinois mentionnent des déclarations peu flatteuses sur la Chine tirées des « Fondamentaux de la géopolitique », mais comme les Turcs, ils mettent l'accent sur ce que la Chine peut retirer de l'analyse géopolitique. Une grande partie de la communication avec les Chinois et les Turcs a façonné ma théorie d'un "Heartland distribué", qui est une formule concise pour la géopolitique d'un monde multipolaire. Dans la réalité multipolaire, il n'y a plus de vieux dualisme : une civilisation de la terre (centrée sur la Russie) contre une civilisation de la mer (centrée sur l'Occident, dans le monde anglo-saxon et plus tard, après la Seconde Guerre mondiale, aux États-Unis), et tout le reste est le Rimland. Dans chaque "grand espace" (il importe seulement d'être un "grand espace" !), nous distinguons un Heartland intérieur et un Rimland intérieur, c'est-à-dire le noyau de la civilisation terrestre et les zones de la civilisation maritime. Ainsi, la Chine est dotée du noyau de la Dryland, et de la Turquie, et de l'Inde, et de l'Europe, et de l'Amérique latine, et même des États-Unis, comme nous l'avons vu lors des élections de 2020-2021, lorsque les zones côtières démocrates (bleues) ont soutenu le mondialiste Biden, et que les territoires républicains (rouges) de l'Hinterland ont préféré le conservateur et antimondialiste Trump.

 

Les « Fondamentaux de la géopolitique" ne sont pas un dogme, c'est un exemple d'application de la méthode géopolitique à des circonstances spécifiques - aux années 1990 du vingtième siècle, c'est-à-dire à cette période que l'on appelle parfois le "moment unipolaire". Les "Fondamentaux de la géopolitique" ont montré comment le leadership souverain de la Russie aurait dû penser même dans ces circonstances, en donnant de manière cohérente et consciente à chaque défi sa réponse eurasienne, le plus souvent (sinon toujours !) directement opposée à la réponse atlantiste. Dans ce livre, il est possible de distinguer une partie constante et une partie variable. La constante est une carte géopolitique du monde, basée sur la carte de Mackinder, mais avec la différence que l'Eurasie, la civilisation de la terre, le Heartland russe est pris ici comme un acteur actif.

 

La partie variable était l'application d'un système de coordonnées constant à un contexte spécifique - les années 1990. La partie constante est largement inchangée, tandis que la partie variable fait l'objet de certains ajustements. Je n'ai donc pas seulement changé d'avis et d'appréciation par la suite. La variable elle-même a changé - respectivement, la relation entre les sujets et les objets de l'ensemble du système. Et j'ai suivi ces transformations, je les ai consignées dans de nouveaux textes, interviews et livres.

 

Les « Fondamentaux de la géopolitique » sont quelque peu différents des ouvrages ultérieurs sur la géopolitique. Je dispose d'un manuel de 2012, Géopolitique, où de nombreuses positions ont été clarifiées, corrigées, et des appareils de référence détaillés ajoutés. Il est rédigé dans une langue différente, en tenant compte de plus de facteurs.

 

Mais dans un pays qui venait de s'effondrer sous les coups de l'Occident, complètement désorienté, en proie à une idéologie libérale étrangère et adoptée à la hâte, rongé par la criminalité, l'oligarchie, avec une armée en décomposition et un effondrement mental complet de l'élite, dans un pays qui était un "Petersburg de bandits" géant, il était tout simplement impossible d'écrire dans un langage différent de celui des « Fondamentaux de la géopolitique » - en s'appuyant sur des mythes, des images et des métaphores.

 

Le message principal du livre était le suivant : nous revivrons, nous serons indépendants, nous créerons un nouvel empire eurasien, nous unirons les États post-soviétiques en un seul bloc continental dans l'Union eurasienne, nous deviendrons un pôle libre du monde multipolaire, nous jouerons à nouveau un rôle indépendant dans la politique mondiale, nous écraserons l'hégémonie libérale occidentale et le mondialisme. À l'époque, je l'admets, cela pouvait sembler une absurdité scandaleuse, un délire revanchard. D'autant plus qu'en URSS, la géopolitique elle-même était considérée comme une sorte de science bourgeoise, voire "fasciste". Qu'est-ce que je n'ai pas écouté pendant ces 30 ans ? Mais maintenant, il est clair que c'est moi qui avais raison et non mes adversaires.

 

Et aujourd'hui, la géopolitique est enseignée partout, dans toutes les universités spécialisées. L'Union eurasienne a été créée. La Russie est redevenue souveraine et indépendante. Elle s'est engagée sur la voie de la multipolarité. Ce que je disais au début des années 90 dans une position de pur marginalisme - comme si je me trouvais sous une plaque de plomb - est maintenant diffusé par toutes les chaînes de télévision publiques.

 

Qu'est-ce qui a changé ? Moi ou le monde ? Moi ou l'élite politique ? Cette élite est inconstante, mercuriale. Un jour, ils étaient membres du Komsomol et communistes. Puis dans les années 90, ils se sont immédiatement transformés en libéraux. Maintenant, ils sont tous patriotes et défendent le "consensus de Crimée". Et à cela presque personne n'a expliqué leurs métamorphoses idéologiques. Ils sont la racaille, pas l'élite. Les élites doivent répondre de leurs convictions - en payant parfois un prix élevé, voire leur vie. Et qu'est-ce que c'est ? Les vecteurs axiaux de ma vision du monde ne changent pas. Mais l'analyse n'est pas figée à un stade donné ; elle évolue avec l'histoire et la vie, en conservant son intégrité et ses repères profonds.

 

 

Alexandre Douguine

 

http://dugin.ru

Alexander G. Dugin (né en 1962) est un éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et homme politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'université d'État de Moscou. Il est le leader du mouvement international eurasien. Membre fréquent du Club d'Izborsk.

 

Fièrement traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Alexandre Douguine : Nous vivons à l'ère du libéralisme totalitaire  (Club d'Izborsk, 24 mars 2021)

Alexandre Douguine: Les fondamentaux de la géopolitique

http://Александр Дугин: Основы геополитики

Lire la suite

Vitaly Averyanov : La révolution d'en haut. Dernière chance (Club d'Izborsk, 23 mars 2021)

23 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Politique, #Russie

Vitaly Averyanov : La révolution d'en haut. Dernière chance  (Club d'Izborsk, 23 mars 2021)

Vitaly Averyanov : La révolution d'en haut. Dernière chance

 

23 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20828

 

 

Exode d'un "désert" idéologique.

 

L'élaboration d'une formule pour l'idéologie moderne de la Russie, pour l'idéologie que nous établirons au XXIe siècle - c'est pour cela que le Club d'Izborsk a été fondé. Nous fonctionnons en tant que club depuis neuf ans maintenant et, bien sûr, nous avons soulevé à plusieurs reprises des questions idéologiques. Mais de cette façon - en tant que travail sur l'idéologie intégrative, consolidant et unissant la nation - c'est probablement la première fois que nous, en tant que club, entreprenons ce sujet qui est extrêmement important pour nous. Une idéologie doit être présentée à la sortie sous une forme absolument concentrée, lapidaire.

 

Aujourd'hui, nous nous trouvons, en tant qu'État et en tant que peuple, à un tournant historique décisif. En vertu de l'article 13 de la Constitution, nous maintenons l'interdiction de l'idéologie dominante, tout en permettant une diversité d'idéologies. Cependant, dans son essence, l'idéologie est une fonction de l'image socio-politique du monde. Il s'agit d'une sorte de système intentionnel qui vise soit à préserver, soit à modifier et à développer, soit à adapter l'ordre social. L'idéologie est toujours un travail avec l'ordre social. S'il existe une image du monde de l'élite dirigeante, alors il existe aussi une idéologie dirigeante, et peu importe qu'on l'appelle ainsi ou non. En ce sens, l'idéologie dominante existe toujours et partout où il y a un État.

 

Par conséquent, cette interdiction constitutionnelle elle-même est soit absurde, soit délibérément illettrée, soit hypocrite, non pas du point de vue juridique, mais du point de vue essentiel, philosophique. Cette interdiction contraint de facto l'idéologie à un espace fermé, à une sorte d'"underground", faisant d'elle l'autorité d'une pensée secrète, plutôt qu'un système ouvert de gestion du sens de toute la société. En 1993, cette interdiction s'est avérée être "organique" pour l'État quasi-colonial. Il s'agissait d'une idéologie de libéralisme radical de type « comprador », prédateur. Elle s'est caractérisée par des éléments tels que le partage de l'héritage de l'État, sur les décombres duquel a émergé la nouvelle Russie, remodelant et dilapidant toutes les valeurs et capacités qu'elle avait accumulées, légitimant l'effondrement géopolitique de l'URSS, brisant la mentalité nationale et spoliant la majorité. Par conséquent, annoncer cette idéologie à haute voix et tenter d'en faire une sorte de consensus public aurait été une folie de la part des élites du pouvoir de l'époque. Elle était censée être tacite, inavouée, cachée dans un trou ou dans sa manche, une arme stratégique contre la majorité, une arme dans les mains de la minorité qui avait trahi la majorité.

 

Beaucoup en concluent, à tort, qu'il n'y avait pas d'idéologie du tout - en effet, si l'on considère le marxisme-léninisme et la pratique officielle soviétique comme l'idéologie de référence, c'est comme s'il n'y en avait pas. Mais contrairement à la période soviétique, l'idéologie des années 1990, l'idéologie de la Russie d'Eltsine, était son antipode, le pendule revenant à son point extrême. Cette idéologie s'est efforcée de s'éloigner du passé, de la tradition ; dans ma terminologie, il s'agissait d'une tentative de réaliser l'impossible en toute connaissance de cause - d'institutionnaliser le temps des troubles.

 

L'État a existé dans cet état pendant au moins neuf à dix ans, puis a commencé à évoluer lentement. Certains affirment aujourd'hui qu'il s'agit d'une évolution du libéralisme vers le conservatisme. En fait, bien sûr que non. Nous sommes arrivés au conservatisme libéral, qui a prévalu dans les années 2000. La stabilité était son principal slogan, et ce n'était pas pour rien. C'est précisément la caractéristique classique du conservatisme libéral.

 

Qu'est-ce que cela signifiait de facto ? Quel message cette nouvelle mutation idéologique a-t-elle envoyé à la société ? C'était un message pour vivre "comme tout le monde". C'était un message de création d'un format d'existence consumériste. C'était un cours, pour dire les choses crûment, de vie dans la misère. Après tout, si nous misons sur le format du consommateur, cela signifie que nous perdons face à d'autres civilisations qui ont réussi à mettre en œuvre ce format avant nous. Et nous y sommes intégrés afin de cultiver une telle personne passive, au sens idéologique du terme. Le conservatisme libéral était également une forme d'hypocrisie : pour certains, il signifiait la stabilité du capital offshore comme le pillage du pays, tandis que pour d'autres, il signifiait la stabilité d'une existence misérable et futile avec un dépérissement continu du potentiel humain du pays. En même temps, le conservatisme libéral ne voit pas la Russie comme une civilisation, ne la reconnaît pas.

 

Quelle étape importante vivons-nous aujourd'hui ? J'aborde ici la question du signe du changement d'époque. Il me semble que le but de la désidéologisation n'était pas seulement de déraciner l'idéologie soviétique, mais aussi d'empêcher la montée de tout autre embryon idéologique qui pourrait devenir une alternative à cette utopie libérale d'inclusion collective d'une minorité de « compradores » traîtres en Europe.

 

À mon avis, le fait que les autorités et l'élite politique russes se tournent vers la créativité idéologique est un signe de la volonté de se débarrasser de l'héritage de la période des troubles et de surmonter ses conséquences fondamentales. Et aujourd'hui, nous devrions parler de la créativité d'en haut. Il s'agit d'une formulation très électorale de la question : obtenir un changement d'atmosphère dans la société et dans le pouvoir par le haut, c'est-à-dire par la sphère spirituelle-intellectuelle et par un rêve. Il est clair que nous parlons d'un moment crucial lorsque nous posons la question du retour à l'espace historique de l'empire. En appelant les choses par leur nom, nous parlons en fait d'une révolution par le haut. (C'est peut-être la dernière chance pour une telle révolution, puisque la Russie sera bientôt testée pour sa force avec une force triplée).

 

Dans son récent discours à Davos, Poutine a probablement envoyé à nos "partenaires" une phrase pour la dernière fois : vous et moi sommes une seule civilisation. C'est une sorte d'adieu à l'étape idéologique précédente. Il y a très peu de gens à l'Ouest, à commencer par Jose Barroso. Comme nous le savons, il a formulé de manière imagée que la Russie est un continent qui prétend être un pays, ou une civilisation déguisée en nation. Beaucoup de nos dirigeants ont répété que la Russie est une civilisation spéciale et indépendante. L'idéologie que la Russie va construire dans les années et les décennies à venir n'est pas une idéologie de parti, ni une idéologie religieuse ou culturelle, ni même une idéologie nationale, mais exactement une idéologie civilisationnelle. Cette idéologie est liée à l'alternative mondiale que la Russie porte en elle. C'est pourquoi son point principal n'est pas tant l'anti-occidentalisme, mais simplement le fait d'affirmer que nous sommes une civilisation-Russie. Et cela signifie, par définition, pas l'Occident. Ce passage au niveau civilisationnel suggère que l'idéologie au XXIe siècle sera plus large et plus flexible qu'aux XXe et XIXe siècles.

 

Le conservatisme dynamique

 

Nous avons publié un article intitulé "Les Affaires étrangères écrivent sur le Club d'Izborsk" sur notre site et dans notre journal. (Dans le journal "Zavtra", le matériel a été publié sous le titre "Les gens des rêves"). Il y a un examen de nombreux matériaux, mais ce qui attire l'attention est l'article de Juliette Faure dans une publication assez populaire et en même temps faisant autorité "Geostrategy". Dans son article, elle écrit que le club d'Izborsk a poussé Poutine vers la création d'un nouveau format idéologique hybride, conservateur en termes de valeurs et progressiste en termes de technologie. Ce type est caractérisé par le terme "conservatisme dynamique". Pour prouver son point de vue, Juliette Faure cite Poutine : "Le conservatisme ne signifie pas la stagnation, le conservatisme est une confiance dans les valeurs traditionnelles afin d'être mieux orienté vers le développement". Apparemment, les rédacteurs des discours du président lisent beaucoup de nos écrits...

 

Oui, le conservatisme dynamique pourrait effectivement remplacer le conservatisme libéral. Ce pourrait être le résultat favorable d'une révolution venue d'en haut, une révolution longtemps attendue, longtemps supportée - et, comme il nous semble aux gens de notre temps, douloureusement attendue.

 

Quelle est l'essence du conservatisme dynamique ? Le conservatisme dynamique n'est pas la reproduction de ce qui a précédé, il ne s'auto-répète pas, mais la force régénératrice de la civilisation. Dans la pratique, cela signifie qu'au lieu de la "stabilité" ou de la stagnation, nous créons une sorte de centaure entre orthodoxie et innovation. Et ce centaure du XXIe siècle sera la forme principale de la nouvelle idéologie.

 

Il est plus commode d'imaginer les principaux paramètres de cette idéologie dans son opposition, dans sa répulsion de l'antipode qui domine de facto encore aujourd'hui. Prenons, par exemple, le libéralisme oligarchique du type clan-financier - que lui opposons-nous ? Le solidarisme, une société solidaire avec de forts éléments socialistes.

 

Le cosmopolitisme fondé sur le pouvoir du grand capital - à quoi faut-il l'opposer ? Nationalisme, mais impérialisme, patriotisme national. Nous avons une forte tradition nationale-patriotique, nos partisans ont été la plus grande faction idéologique du pays parmi les personnes politisées pendant toutes ces années. Mais il n'a jamais été en mesure de se consolider. Et c'est seulement dans le cadre de l'idéologie qu'elle se consolidera et deviendra réellement la strate dirigeante, car même aujourd'hui, elle reste la plus grande faction idéologique de la société.

 

Le point suivant est le suivant. Une économie de rente des matières premières : que lui opposer ? Le traditionalisme technocratique.

 

De l'autre côté se trouve le transhumanisme - que lui opposons-nous ? Le cosmisme russe comme idéologie d'avant-garde. Le transhumanisme utilise la notion de "non-gentropie", il a tout un mouvement appelé "ecstropie". Mais nous avons absolument une autre néguentropie, elle est juste cosmiste, ce qu'enseigne, en particulier, le socialisme dit noosphérique.

 

De l'autre côté, on trouve le posthumanisme, le postgenderisme, le néoféminisme et la "nouvelle gauche", avec la négation de la famille, de la propriété privée et de l'État dans un nouveau développement de ces idées nihilistes. En même temps, nous rejetons le genre classique, l'image classique de l'homme et tout l'héritage de la modernité. Qu'est-ce que nous opposons à cela ? Le socialisme chrétien est dépouillé de son ferment gnostique. Par ce ferment, j'entends la réception de l'émancipation de l'individu de Hegel comme but de l'histoire, reprise par Marx et mise en œuvre dans le socialisme. Et alors qu'initialement, le socialisme était chrétien, mais après cette greffe gnostique, le socialisme est devenu anti-religieux, anti-famille, anti-natif et anti-état dans son potentiel destructeur, et ce potentiel explosif et destructeur a rendu la révolution si recherchée par les forces de destruction. C'est le potentiel destructeur qui était important, il a été remarqué par la ploutocratie, d'où son intérêt pour la révolution, pour passer outre.

 

Puis, lorsque le socialisme réel a émergé, il a bien sûr été obligé de s'adapter et, au fil du temps, il a restauré les valeurs familiales et, plus encore, les valeurs de l'État, et a même créé sa propre quasi-religion. Mais, néanmoins, il y a eu au départ un processus d'usurpation de l'idée de socialisme par les radicaux.

 

Nous procédons à partir de deux axiomes. Le premier axiome - le renouveau de la civilisation russe. Le deuxième axiome est la renaissance du peuple formant l'État, la solution du problème de la souveraineté civilisationnelle et la reproduction du type anthropologique porteur. Toutes ces tâches ne peuvent être résolues que sur la base de l'idéologie de la restauration de l'immunité spirituelle et du développement sur cette base.

 

A ce stade, je voudrais faire une petite mais importante digression par rapport au thème de la démographie. Dans ce domaine, comme le montrent des études impartiales, la principale motivation n'est pas liée à des facteurs matériels, mais à la question de la présence de la volonté de vivre, de la présence de la force vitale dans les personnes. Dans la politique démographique moderne, le facteur spirituel influençant l'autodétermination volontaire des personnes est dramatiquement sous-estimé. Ainsi, bien que les autorités aient récemment commencé à multiplier les mesures de soutien aux familles et à la naissance des enfants, il reste le plus important, la racine de la "dent douloureuse" qui empoisonne la vie de nombreuses personnes, qui n'est pas traitée et qui n'est pas arrachée. C'est ce qu'on appelle l'anti-culture suicidaire. Elle a déjà été mise en œuvre en Russie, alors qu'elle domine à l'Ouest. Dans notre pays, elle évolue rapidement vers la domination, influençant les jeunes par le biais de la culture de masse, divisant la société en une partie familiale, des familles nombreuses et une partie sans enfant, sans enfant. Cette anti-culture suicidaire, celle du travail des enfants et de la volonté d'extinction de la vie doit être détruite. La stratégie démographique est un facteur systémique pour l'idéologie de la Russie à ce stade historique. C'est la tâche numéro 1, l'impératif de survie de la civilisation. Le cas est poussé à l'extrême.

 

Tout le discours sur la grande transition démographique, sur la normalité de l'extinction des groupes ethniques civilisés, sur la résolution de ce problème par l'immigration - est la subversion la plus réelle. On peut discuter du rôle joué par le problème de la surpopulation et du surpeuplement dans d'autres pays. Mais la Russie a un vecteur de survie et de développement différent, absolument sans alternative et sans compromis. Cela va jusqu'à l'introduction de l'état d'urgence dans le domaine de la démographie, qui implique des mesures extraordinaires, y compris des mesures prohibitives, par rapport aux phénomènes et aux comportements qui sont contraires à ce type de stratégie de développement. L'État ne peut avoir aucune neutralité en la matière s'il entend continuer à exister.

 

Modéliser l'image du futur

 

En 2020, nous avons publié notre grand ouvrage "L'Arche russe »*, qui contient non seulement une analyse et un constat de la situation actuelle - la crise "pré-top" - mais propose également une alternative globale. Nous sommes confrontés à une tâche - naviguer à travers la dangereuse étendue de l'histoire. Et en ce sens, l'idée de l'Arche n'est pas seulement une belle image.

 

L'Arche est un symbole sacré. Sur un nouveau plan, traduite en langage moderne, exposant des vérités anciennes en termes modernes, notre Arche est tout à fait appropriée pour des formules idéologiques telles que la Troisième Rome, le Restrainer, la Sainte-Alliance d'Alexandre Ier et l'ordre mondial de Yalta de Staline, qui peuvent toutes être considérées comme les maillons d'une même chaîne. Aujourd'hui, à la suggestion de Prokhanov, nous pouvons appeler ce rassemblement de nous-mêmes dans l'histoire et dans la mémoire culturelle le Cinquième Empire. C'est l'empire russe qui s'approche, imminent, qui va certainement renaître, mais il faudra passer par de grandes difficultés.

 

Quelle est la mission de cet État ? Nous avons une ligne de compréhension, partant de Danilevsky, à travers Vernadsky, Chizhevsky, Kozyrev, et maintenant le Général Ivashov, de la fonction cosmoplanétaire de la civilisation russe, une fonction unique. En d'autres termes, le rôle particulier de la Russie consiste à réguler le développement mondial, à préserver le monde d'une catastrophe mondiale et à maintenir l'harmonie. Il s'agit notamment de mettre un frein aux prétendants à la domination mondiale.

 

Et c'est là que se pose le problème des critères de développement humain. En définitive, un homme heureux est le but de l'idéologie intégrative. C'est son attracteur, pour ainsi dire, aiguisé. Il existe un indice de développement humain des Nations unies. Elle est clairement insuffisante, imparfaite. Nous devons créer notre propre idéal de qualité de vie, qui, outre la santé, la capacité de travailler, la longévité, implique nécessairement une famille et des enfants (pour ceux qui peuvent en avoir pour des raisons de santé), et aussi - la joie de vivre, la satisfaction de la richesse matérielle, mais pas l'abondance, qui est toujours historiquement relative et évaluée différemment à chaque époque. De plus, cet idéal implique un faible niveau d'anomalies morales dans la société ; les marqueurs ici sont les taux de meurtre, les suicides, les enfants abandonnés et les divorces. L'élément suivant dans l'ensemble du bonheur et de la qualité de vie élevée : la satisfaction de la position de leur peuple et de leur culture, la réalisation de leur honneur et de leur dignité. Enfin, un autre élément important est la justice qui prévaut dans le monde. S'il y a un sentiment qu'il ne triomphe peut-être pas immédiatement, mais tôt ou tard, cette caractéristique ferme le contour principal de l'image d'une personne heureuse. Si nous ignorons ces choses, si elles ne font pas partie du modèle de qualité de vie, nous perdons également notre point de référence en termes de finalité de l'idéologie.

 

Un certain nombre d'idéologies trompeuses nous ont été imposées, développées par la "civilisation du déluge", comme nous l'avons appelée dans nos travaux. C'est le cas du "développement durable" qui, à la base, sous couvert de paroles sur les intérêts des générations futures, ne se préoccupe que de garantir les intérêts du système bancaire mondial. Il s'agit d'une idéologie sournoise visant à préserver le noyau de l'"anti-civilisation" mondiale, le courant dominant de développement établi, le principal statu quo en termes de pouvoir des principaux clans financiers du monde.

 

De même, la démocratie dans la Russie de demain ne doit pas rester une "vache sacrée", car la démocratie est en réalité un outil politique - vénérable, légitime, mais qui n'a de valeur que dans la mesure où son action vise le bien commun. De même, la notion de "capital humain" doit être comprise comme une réserve, un signe de la psychologie des marchands d'esclaves. Ou encore, par exemple, "l'efficacité de la société" est également un lapsus, car il trahit le point de vue d'un sujet extérieur à la société en question et qui considère la société comme une ressource pour ses propres fins. Ainsi, cette stratégie de croissance pour la croissance elle-même (usuraire à l'origine) ne peut avoir de compromis avec notre idéologie future, elle est incompatible avec elle.

 

Il faut lui opposer une orientation totalement différente, celle de la démocratie du sens. Contrairement aux autres civilisations, la rationalité (ou idéocratie) russe ne sera pas ésotérique ou conspirationniste. Ce sera un système ouvert à la société, une sorte d'ordre des rêveurs (un nouvel ordre des porteurs d'épée), les gardiens des significations stratégiques, des codes civilisationnels et le cadre de la transformation du monde dans l'esprit et le style du rêve russe.

 

Quelques thèses sur l'idéologie économique. Tout d'abord, il est nécessaire d'assurer l'abondance financière du pays afin d'impliquer la richesse nationale dans le processus des relations économiques. La corporatisation est considérée comme le principal mécanisme permettant de résoudre les contradictions entre la propriété privée et la propriété publique. L'objectif est de créer un marché solidaire entre l'État et les sociétés, où tous les citoyens sont des propriétaires associés d'un large éventail d'actifs d'une société donnée. Cette approche suppose que l'ordre capitaliste demeurera également, il existera sous diverses formes. Mais elle ne sera qu'une partie d'un ordre multiforme plus vaste, dans lequel une place prépondérante sera occupée par une société solidaire. Le rôle des scientifiques, des éducateurs et des experts augmentera fortement, c'est-à-dire que le principe de méritocratie sera renforcé. Il y aura la société de la connaissance, la connaissance sera un critère de statut social et un facteur politique très puissant.

 

En conséquence, il convient de construire l'alternative russe à la numérisation. Aujourd'hui, la numérisation vise la redistribution et non la création de ressources. Ce modèle de civilisation technocratique moderne est déséquilibré, spirituellement en faillite et incapable de s'autocorriger. Au centre de la technocratie comme modèle de gouvernance, il devrait y avoir un pivot spirituel, éthique, afin que la technocratie elle-même ne conduise pas au suicide de la civilisation.

 

À l'époque soviétique, une solution géniale a été mise en œuvre dans le cadre du développement de l'atome pacifique. Nous avons pris la chose la plus terrible que la civilisation humaine ait inventée et nous avons transformé cette invention. Mais aujourd'hui, nous sommes confrontés exactement aux mêmes problèmes risqués liés à l'utilisation sûre des innovations. Par exemple, il existe des risques énormes liés à une fécondité accrue ou à la génétique moléculaire. Tout comme dans le cas de l'énergie nucléaire autrefois, nous devons donner une réponse russe à ce type de défis. Ce devrait être, conventionnellement parlant, de la génétique moléculaire pacifique, ce devrait être une amélioration pacifique de la fécondité et de la fertilité. Il en va de même pour l'introduction de technologies liées à l'intelligence artificielle. Il faut des technologies non seulement intelligentes, mais sages - qui ne remplacent pas un être humain, mais qui visent à servir un être humain et qui ont pour base la réduction des menaces pesant sur un être humain.

 

La civilisation russe a pour mission d'être la gardienne du patrimoine classique de l'humanité. Et dans ce sens, notre image n'est pas seulement celle d'un homme-créateur, d'un moteur de grand développement, mais aussi d'un homme-héritier, d'un homme-conservateur - en mettant l'accent sur les classiques mondiaux. Au XXe siècle, notre pays s'est doté d'une excellente école de traduction, qui a traduit en russe presque tous les classiques, tous les trésors de la littérature mondiale et créé le plus puissant thésaurus scientifique. Nous avons perdu ce potentiel en 30 ans. Il en reste encore beaucoup, mais il est urgent de le restaurer et de l'augmenter car le développement offensif et proactif des sciences et des technologies ne peut se faire que dans la langue maternelle en mettant l'accent sur le thésaurus scientifique. Bien sûr, les scientifiques doivent connaître plusieurs langues, l'ont toujours fait et le feront toujours, et dans certaines branches, où le décalage est fondamental, ils devront s'orienter temporairement vers des langues étrangères. Mais cela n'annule pas la régularité selon laquelle une puissance scientifique de premier plan devrait disposer de son propre thésaurus complet dans sa langue maternelle, ce qui implique la publication de toutes les nouveautés, réalisations scientifiques et hypothèses prometteuses objectivement valables dans les périodiques et la littérature de langue russe avec un délai minimum. Grâce aux technologies modernes, la solution à ce problème n'exige pas autant de travail qu'à l'époque soviétique. Le thésaurus scientifique et le corpus de textes traduits seront le tronc intellectuel et culturel de la civilisation, y compris dans les relations avec les autres cultures. La langue russe doit retrouver le droit d'être l'interprète clé de toutes les significations, y compris les significations pratiques.

 

Notre point de référence anthropologique n'est pas l'homo economicus ou le consommateur qualifié, mais l'homme de la richesse. Mais nous pouvons également ajouter une formule éthique : le défenseur de l'idéal, "bon avec les poings", et un champion de la justice militante. C'est la formule russe et je pense qu'elle doit être reflétée dans l'idéologie d'une manière ou d'une autre. Elle trouve d'ailleurs sa confirmation dans notre histoire moderne également.

 

Dans la perspective stratégique, sur la base de la décolonisation du droit international, de sa purification des ajouts rampants du lobby misanthrope mondial, nous construirons un nouveau système de relations entre les États, y compris un nouveau système d'assistance mutuelle entre les nations.

 

Pour le développement de la macrorégion eurasienne avec la Russie, en tenant compte de ses intérêts géostratégiques, il est nécessaire de construire un axe allié Nord-Sud à part entière, dirigé par l'Inde, l'Iran et la Russie. Une telle alliance permettrait de résoudre de manière systémique un grand nombre de problèmes d'envergure mondiale. L'urgence de ce modèle est déterminée, notamment, par des raisons économiques, et pas seulement spirituelles et idéologiques. La Communauté sur l'axe Nord-Sud mettrait fin à toute forme d'hégémonie dans le monde des alliances agressives, limiterait leur capacité à mener des opérations militaires, créerait des opportunités pour le développement de technologies avancées - sans l'implication du système bancaire mondial, contrôlé par les centres transnationaux. Cette solution reviendrait à trancher un nœud gordien, à sortir d'un piège historique dans lequel nous avons été entraînés. Mais c'est une solution qui aiderait également la plupart des autres pays du monde. Elle atténuerait la tension qui s'est développée entre la Chine et l'atlantisme sur l'axe Est-Ouest. C'est la Russie qui se trouve au centre de ce carrefour géostratégique, ce qui n'est probablement pas un hasard. Ce sera un grand soulagement pour le monde, car l'Occident est un casse-tête pour beaucoup, notamment pour les pays en développement actif.

 

En créant un tel système d'harmonie mondiale et en décourageant les agressions, la Russie pourrait également assurer la stabilité dans un certain nombre de régions, dont le Moyen-Orient. Après tout, le chaos là-bas, la confrontation entre les Arabes et Israël, les radicaux et les agents de l'Occident sont possibles précisément parce qu'il n'y a pas d'axe Nord-Sud pour freiner ceux qui cherchent un monopole mondial. La création de cet axe serait une garantie pour tous ceux qui sont impliqués dans ces conflits, une chance de vivre en paix et de ne pas être évincés de l'arène géopolitique.

 

 

Vitaly Averyanov

 

http://averianov.net

Averyanov Vitaly Vladimirovich (né en 1973) - philosophe russe, personnalité publique, directeur de l'Institut du conservatisme dynamique (IDC). Docteur en philosophie. Il est membre permanent et vice-président du club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

https://izborsk-club.ru/18825

Vitaly Averyanov : La révolution d'en haut. Dernière chance  (Club d'Izborsk, 23 mars 2021)
Lire la suite

Valery Korovin : le Leadership américain est un singe transhumaniste avec une grenade (Club d'Izborsk, 19 mars 2021)

22 Mars 2021 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie, #USA

Valery Korovin : le Leadership américain est un singe transhumaniste avec une grenade  (Club d'Izborsk, 19 mars 2021)

Valery Korovin : le Leadership américain est un singe transhumaniste avec une grenade

 

19 mars 2021

 

https://izborsk-club.ru/20819

 

 

- Pourquoi pensez-vous que le président américain est allé jusqu'à insulter et accuser d'autres chefs d'État ?

 

- Je pense que Biden a tout simplement laissé échapper, étant donné son âge, sa capacité mentale et la démence sénile qui fait déjà son chemin, il n'a tout simplement pas pu se contenir. Telle est, en fait, l'approche de l'Occident en ce qui concerne les relations avec la Russie, à savoir qu'ils sont en guerre avec nous sous une forme ou une autre. Si ce n'est pas une guerre chaude, c'est une guerre froide, si ce n'est pas une guerre froide, c'est une guerre en réseau - c'est-à-dire que toutes les formes d'influence sur la Russie sont utilisées par l'Occident, toujours, en permanence, avec des degrés d'intensité variables, selon l'intensité de notre capitulation ou de notre résistance.

 

- Nous parlons donc de l'Occident dans son ensemble, et pas seulement des États-Unis ?

 

- Elle a coïncidé avec la publication de la doctrine britannique sur l'endiguement idéologique, informationnel et net de la Russie, c'est-à-dire qu'elle va de pair avec la synchronisation des efforts et l'activation de l'Occident pour contrecarrer la formation de la souveraineté et de l'assujettissement géopolitique de la Russie. Ce sont tous des processus légitimes et ils sont manifestement discutés par M. Biden en permanence - en temps réel dans son bureau avec différents départements, et il a simplement dit ce qu'il avait en tête.

 

- Donc, il l'a dit tout simplement, plutôt que de faire une erreur, de ne pas savoir de quoi il parlait ?

 

- Il a juste dit la mauvaise chose, disons-le comme ça. Mais en même temps, il s'est mis lui-même et l'Amérique face à une énorme réaction internationale. Si, dans son esprit, Poutine est un meurtrier et que Poutine est un leader hyper-démocratique à l'allure téflon qui a défendu la Constitution Eltsine pendant vingt ans, a constamment engagé le dialogue avec l'Occident du mieux qu'il pouvait, a appelé l'Occident "partenaires", a coopéré avec l'OTAN, Il a abandonné le projet de deux bases russes au Vietnam et à Cuba, et il est très protecteur des libéraux et des Occidentaux dans son entourage. Alors, si c'est un assassin, que dire de la plupart des dirigeants du monde, des dirigeants des pays arabes, de Xi Jinping, des dirigeants de la plupart des pays d'Amérique latine, d'Afrique ?

 

Puis il s'avère que tous les autres sont encore pires, si notre Poutine démocratique est un meurtrier, alors les autres sont juste des monstres, des monstres. Biden, en un mot, en un signe de tête, a retourné le monde contre lui et mis l'Amérique en danger. Et cela signifie qu'il s'est fait un ennemi sérieux sous la forme de la majorité conservatrice américaine qui a sauvé l'Amérique en la rendant à nouveau grande sous Trump, qui essayait de sortir les États-Unis de beaucoup d'aventures dans le monde.

 

Cette majorité a compris qu'elle ne pouvait pas sauver l'Amérique sous un président comme Biden, et il est désormais l'ennemi de l'État, l'ennemi de l'Amérique, l'ennemi de la majorité conservatrice traditionnelle américaine et l'ennemi de la partie la plus apte de la population américaine. Ce sont les rednecks - les travailleurs acharnés, les contribuables, la police, les militaires, les ouvriers et les employés qui construisent l'Amérique, paient des impôts, votent aux élections. Ce sont 75 millions de personnes qu'il a dressées contre lui à lui tout seul. À partir de maintenant, ils devraient simplement traiter avec lui à la manière américaine, considérant que les Américains sont des gens libres et font ce qu'ils veulent, ils manifestent leur volonté comme ils le veulent, ils iront au Capitole s'ils le veulent.

 

- Donc, Biden s'est aussi fait des ennemis à l'étranger ? Car cette déclaration a été faite juste à la veille de la visite d'une délégation chinoise en Alaska pour négocier avec ses homologues américains. Au lieu d'une combinaison intelligente, Washington pousse la Russie en direction de la Chine...

 

- Et la Chine pousse vers la Russie, même avant les négociations. On sait maintenant comment parler aux Américains - comme à des malades, des fous qui mentent toujours, perçoivent de manière agressive le reste du monde non américain, accrochent des étiquettes, distribuent des épithètes et, en fait, ne vont compter avec personne. C'est avec ces corrections que les Chinois vont parler à la délégation américaine.

 

- Nos autorités laissent-elles entendre que les Américains sont désormais une sorte de "singe avec une grenade" ? Avec un énorme arsenal nucléaire et un président incompétent à la barre ?

 

Nous ne parlons pas de tous les Américains, la plupart d'entre eux sont des personnes saines et capables, nous parlons des minorités mondialistes qui ont pris le contrôle de la Maison Blanche et de la présidence. Ils disent : "Nous, la communauté mondiale, condamnons, ne reconnaissons pas..." Quelle communauté mondiale ? Un défilé de minorités usurpant le pouvoir dans un grand pays. Et ils n'ont aucun droit moral, politique ou civilisationnel de le faire. C'est un singe, posthumaniste, transhumaniste, avec une grenade, c'est un Biden fou, sénile, avec Alzheimer juste marqué sur le front, qui a accès à un sérieux arsenal nucléaire. Et c'est là que la communauté mondiale doit réfléchir à un contrôle international de l'arsenal américain. Et les Américains eux-mêmes doivent réfléchir à la manière de mettre un frein à cette boutique agissant au nom des États-Unis. Ce panopticon doit être traité avec beaucoup d'appréhension, avec précaution, beaucoup de précaution pour communiquer avec eux, comme avec les aliénés, car ce que l'on peut attendre d'eux au stade suivant n'est absolument pas clair. Ils peuvent simplement le frapper sur la tête avec une chaise et Xi Jinping doit s'asseoir.

 

- Et que doit faire le Kremlin ? Se renforcer dans le Donbass ? Annexer l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud ? De telles propositions font l'objet de sondages.

 

- Ce sont toutes des choses importantes, elles doivent être mises en œuvre. De manière constante, en arrière-plan, étape par étape pour défendre ses intérêts en Eurasie et dans toutes les régions du monde où les intérêts russes existent, et ils sont pratiquement partout. Il faut le faire de manière calme et cohérente, mais vous devez comprendre que nous parlons d'éliminer la menace qui se trouve à Washington, au Capitole et à la Maison Blanche. Et tout comme Staline a créé les armes nucléaires comme outil de dissuasion de l'Occident pour empêcher la Troisième Guerre mondiale à la fin des années 40, Poutine doit également créer un outil de dissuasion de l'Occident mondialiste, mais pas nucléaire, qui existe déjà, mais une parité de réseau. Il est nécessaire d'avoir une parité de réseau avec l'Occident, c'est-à-dire d'être en mesure de créer les outils d'une frappe de représailles en réseau à utiliser chaque fois qu'il y a ingérence dans les affaires intérieures de la Russie. Elle doit être un outil pour déstabiliser la société et l'État américains et diriger l'énergie négative des masses contre leur propre administration. Cette technologie a été développée par les Américains eux-mêmes ; ils l'utilisent activement contre l'humanité dans son ensemble, contre tous les pays du monde, y compris leurs alliés, y compris l'Europe. Et le reste de l'humanité devrait créer le même outil. Chaque fois que l'administration mondialiste américaine tentera d'influencer tel ou tel régime, tel ou tel État, telle ou telle nation, telle ou telle civilisation, ces mécanismes devront être activés. Des représailles en ligne, par lesquelles les citoyens américains iront au Congrès, à la Maison Blanche, et retireront ce qu'ils n'aiment pas et mettront ce qu'ils aiment - exactement ce que font les Américains du monde entier.

 

- Les émeutes de BLM et la prise du Capitole en janvier sont des aperçus d'une telle activité de réseau ?

 

- Les énergies négatives existent dans tous les pays, il est important de les canaliser dans la bonne direction, si tant est que vous ayez une stratégie et une approche quelconque. Si nous apprenons à gérer ces énergies négatives comme le font les Américains, par exemple, en Russie ou en Ukraine, ils canalisent correctement le mécontentement des masses et le canalisent de la manière qu'ils veulent, contre le gouvernement actuel, contre telle ou telle administration, détruisant les régimes politiques, détruisant les États et ainsi de suite, provoquant la guerre civile et le chaos - la même chose peut être faite contre les États-Unis eux-mêmes. Il s'agit simplement d'une technologie qui doit être maîtrisée et utilisée à rebours.

 

- Et l'offre de Poutine de rencontrer Biden lors du débat peut être considérée comme le début de la maîtrise de ces technologies par la Russie ?

 

- On parle de guerre de réseau lorsqu'un appel est lancé aux masses, à la population d'un État, par-dessus les têtes de l'administration nationale, du gouvernement et des autorités officielles. C'est-à-dire, directement. Poutine peut certainement convoquer Biden pour un débat, mais ce dernier n'est pas autorisé par son propre entourage à même répondre aux questions de ses propres journalistes. Comment peut-il débattre de la maladie d'Alzheimer et du retard mental ?

 

Valery Korovin

http://korovin.org

 

Valery Mikhailovich Korovin (né en 1977) est un politologue, journaliste et personnalité publique russe. Il est directeur du Centre d'expertise géopolitique, directeur adjoint du Centre de recherche conservatrice du département de sociologie de l'université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, directeur adjoint du Mouvement international eurasien, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse Eurasia (http://evrazia.org). Membre régulier du Club Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>